Le Capsule - Octobre 2019

Page 1


IMPLIQUEZ-VOUS AU CAPSULE Nous sommes toujours à la recherche de collaborateurs et de membres afin d’agrandir notre équipe et continuer à offrir un journal divertissant pour tous ! Consultez à droite les différentes implications possibles et n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations ! COLLABORATEUR

N OWEE ’HALL L dit E D een, URS w o O ll C a N H ner CO ui dit ourrais gag r Q . n , tu p llowee ies pou à l’Ha orte-à-porte . Des sucrer Pour j é d t s s p ssion. i! C’e er le onbon Eh ou . Pour évit emplie de b e à la se tre équipe o r ns vr bonbo réutilisable pour survi a question. N e l u r r a à a e j e v cer une ondr de rép r ton active r, il te suffit quoi ? pe ? Pour u t partici oir : s i el sera av veut s t, lequ n e page m a notre édic r m u S n . u s tais ponse Si tu é vos ré e r i l e âte d ook ! Faceb vons h ciper ! Nous a r parti u o p mbre 8 nove u a ’ u usq Tu as j

Vous préférez écrire à l’occasion sur un sujet relié ou non à la pharmacie? Envoyez-nous votre article sous format Word, pour un maximum de 2 pages. Notre équipe se chargera de la correction et de la mise en page pour vous! MEMBRES

Impliquez-vous à plus long terme en assistant aux réunions, en prenant part aux décisions de l’équipe pour la conception de chaque numéro et en distribuant le journal lors de sa parution! Chroniqueur Illustrateur

15 NOVEMBRE 2019 Date limite de soumission d’articles

Réviseur Mise en page Intervieweur et autres!

Communiquez avec nous ou envoyez-nous vos articles au journalcapsule@gmail.com


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

TABLE DES M ATIÈ RE S

52 54

MOTS CROISÉS PHARMACEUTIQUES

04

ÉDITORIAL

55

ORDONNANCE MAL FOUTUE

05

MOT DE LA FACULTÉ

56

HOROSCOPE PHARMACEUTIQUE

06

MOT DU PRÉSIDENT

08

QUOI DE NEUF À L’AÉPUM

14

PRÉSENTATION DES POSTES

CHRONIQUE D’UN GARS DE RÉGION : NOUS, APRÈS NOUS

ÉTUDIANTS 2019-2020 18

LE TOP 11 À SAVOIR SUR LE PHARMACTUEL

20

ACTUALITÉ PHARMACEUTIQUE : LE PROJET DE LOI 31

L’ÉQUIPE DU CAPSULE RÉDACTRICE EN CHEF Catherine Tardif RÉVISION ET CORRECTION Alexandru Panaitescu, Catherine Tardif, Derek Bergeron, Fany Danielle Ngontié, Houda El Ghomari, Julie Leboeuf, Kathlyn Le, Marie-Ève Dumas, Sandra Savignac, Sissy Lee, Winnie Tran MISE EN PAGE Winnie Tran

22

MARCHE POUR LE CLIMAT

24

LA « PHARMONDIAL »

ILLUSTRATIONS Kim Langlois

25

FAQ DU PHARM. D.-QEP

PHOTOS Comité média

27

PETIT APERÇU SUR LES STAGES DU PHARM. D. (ÉPISODE 2/5)

30

DÉFI 1 : LA PROCRASTINATION

31

TRUCS DE LA TRÉSORERIE

33

LA CAPSULE VERTE

35

GALERIE DE PHOTOS

48

GROSSESSE ET PHARM. D.

PAGE COUVERTURE Bao Ling Wei

Scannez-moi pour accéder à la version numérique en couleur!

(ÉPISODE 4)

Les textes sont signés et représentent l’opinion de leur(s) auteur(s). Le Capsule, de même que l’association des étudiants en pharmacie de l’Université de Montréal, n’endosse pas nécessairement les opinions exposées. De plus, la reproduction d’un ou des textes est acceptée sous la seule condition que la provenance soit inscrite sur la copie. Les textes et commentaires peuvent être envoyés à l’adresse courriel du Capsule : journalcapsule@gmail.com. Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec - Octobre 2019

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 3


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

ÉDITORIAL PAR CAT H ER I N E TA R DI F (I I I )

L’automne est ma saison préférée. La température n’est pas trop chaude pendant la journée et assez fraîche le soir pour bien dormir sans air conditionné. Les couleurs changent et je peux sortir avec mes bottes et mon manteau de cuir pour admirer ce paysage. Juste aller gravir une montagne pour respirer une bonne bouffée d’air frais. Je sais, c’est le discours typique d’une fille de région. N’empêche que je ne pourrais pas me passer de tout ça. Aller les fins de semaine travailler dans ma petite ville touristique est la meilleure thérapie pour me remonter le moral lorsque je sais que j’ai une montagne d’étude à faire et des GA à n’en plus finir. Tout cela pour vous parler du sujet de l’heure : l’environnement. Selon vous, pourquoi la planète est-elle polluée? Réponse simple : parce que dans la vie, tout est une question d’argent. Règle économique 101 : là où il y a une demande, il y a un produit. C’est le cas pour la majorité des produits que nous consommons. L’avenir de notre planète dépend

4 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

principalement de notre consommation. Je vous donne l’exemple des usines d’ingénierie chimique de production de chlorate de sodium. Le chlorate de sodium sert à blanchir des substances telles que le papier, la peinture et autre. La majorité de leur production va pour blanchir du papier de toilette. Hé oui! Pourquoi le papier de toilette est-il blanc? Parce que nous le voulons blanc. Le jour où nous déciderons d’arrêter d’acheter du papier de toilette blanc, ces usines vont fermer. Pourquoi n’achetezvous pas du papier de toilette fait de papier recyclé? Probablement parce qu’il coûte plus cher que le papier blanc. Pourquoi je vous parle de cela? Pour vous faire prendre conscience qu’être vert n’est pas gratuit! Pour être vert, il faut être prêt à payer plus cher pour avoir un produit durable ou recyclé. Êtes-vous prêt à payer plus pour être plus vert? C’est la même chose pour la consommation du journal papier. S’il existe, c’est qu’il y a une demande. Notre but vise principalement à sensibiliser les étudiants à changer leur façon de consommer le journal. Un changement n’aura pas de succès s’il est fait radicalement et qu’il est imposé. Nous cherchons à préparer les étudiants à ce changement afin qu’il perdure dans le temps et qu’il devienne la demande. La planète ira mieux

le jour où nous arrêterons de pointer les autres du doigt et que nous changerons notre façon de consommer, car c’est ce que nous consommons qui pollue notre planète. Je vous pose donc cette question : pourquoi consommezvous votre journal papier? Dans ce numéro, vous pourrez aller lire l’expérience et les conclusions de la commission parlementaire sur le projet de loi 31 (p.20). Vous pourrez continuer votre réflexion sur l’état de la planète en lisant davantage sur la marche pour le climat (p.22). N’oubliez pas d’ajouter le Pharmactuel à votre liste de références après avoir lu l’entrevue avec Christine Hamel sur le sujet (p.18). Allez identifier les nouveaux membres de votre association en allant consulter la description des postes pour l’année 2019-2020 (p.14) et consultez les nouveautés au Quoi de neuf à l’AÉPUM (p. 8). N’oubliez pas d’aller consulter les autres articles écrits par vous, les étudiants, sur divers sujets pratico-pratiques et intéressants. N’oubliez pas de prendre une petite pause d’étude pour lire ;). Bonne lecture! Catherine Tardif Rédactrice en chef de votre Journal étudiant


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

MOT DE LA FACULTÉ Vers une Faculté de pharmacie bienveillante PAR EMA FERREIRA

En 1998, je débutais ma carrière de professeure à la Faculté de pharmacie. À ce moment-là, on n’entendait pas parler de santé psychologique des étudiants. Les problèmes de détresse psychologique devaient exister, mais on n’en parlait pas; en tout cas, on n’en parlait pas aux professeurs. En 2003, lors de mon 2e retour de congé de maternité, on me demande de m’occuper des stages des 4e années du B. Pharm. Je partage la responsabilité avec une autre professeure et je dois

m’occuper de la session d’hiver. Les stages commencent le 5 janvier 2004 et le 8 janvier, j’ai un appel d’une pharmacienne en milieu communautaire qui a une étudiante qui démontre de la détresse psychologique et qui ne réussit pas à communiquer avec les patients. Je suis démunie, je ne sais pas quoi faire, mais je décide de rencontrer l’étudiante. Je l’ai écoutée, elle m’a raconté son parcours et m’a confié sa difficulté à faire face aux imprévus de son stage. Elle démontrait de la détresse, elle a décidé d’arrêter son stage et de recommencer plus tard. Au fil des années, comme responsable des stages, j’ai rencontré plusieurs étudiants qui éprouvaient des signes de détresse psychologique, et ce à plusieurs reprises. En 2012, je deviens responsable du Pharm. D. et c’est là que j’ai commencé à constater l’ampleur du problème. Plusieurs évènements m’ont convaincue qu’il fallait faire quelque chose

pour aider les étudiants. Un étudiant m’a demandé de suspendre ses études, car il venait d’avoir un deuxième enfant. Selon les règlements de la faculté, il fallait un billet médical pour suspendre ses études. Il est allé chercher un billet et je me suis sentie tellement mal de devoir faire cela. J’ai donc travaillé pour changer le règlement interne pour permettre aux étudiants de suspendre leurs études tel qu’il est permis dans le règlement pédagogique des études de premier cycle de l’Université de Montréal (article 6.13 - https:// secretariatgeneral.umontreal.ca/ documents-officiels/reglementset-politiques/reglement-desetudes-de-premier-cycle/). Je crois que, depuis 1998, on a fait beaucoup de chemin, mais il reste encore des choses à faire. Ema Ferreira

« Au fil des années, comme responsable des stages, j’ai rencontré plusieurs étudiants qui éprouvaient des signes de détresse psychologique, et ce à plusieurs reprises. »

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 5


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

MOT DU PRÉSIDENT PAR LOU I S - P H I L I P P E DAO UST (I I I )

Selon l’Almanach des fermiers, nous aurons un hiver 2019-2020 froid, glacial et enneigé! Ça peut paraître déprimant comme introduction de mon mot dans cette édition du Capsule, mais vous pouvez vous consoler en vous disant que l’hiver qui approche est bien pire que beaucoup d’autres choses. J’espère que vos premiers examens se sont bien déroulés et que vous êtes entrés rapidement dans le « beat » du Pharm. D. ou du QeP! De tradition, le mot du président dans le Capsule d’Halloween représente l’allocution exécutée dans le cadre de la cérémonie des sarraus. Cette année marque le centenaire de la Faculté et la cérémonie n’était pas dans la demimesure! Nous avons eu la chance d’être invités dans le K-500 de Roger-Gaudry, en compagnie de Mme Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux ainsi que du Recteur, Dr Guy Breton. La cérémonie était haute en couleur et très divertis-

6 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

sante. Je vous invite à la réécouter en allant sur notre page Facebook de l’AÉPUM (et je la « plug » aussi pour que vous la suiviez…) et en cliquant sur le vidéo partagé. Voici donc les quelques mots que j’ai eu la chance de glisser aux étudiants et étudiantes du Pharm. D., QeP et BSBP, parents, amis, partenaires, invités d’honneur et bien plus :

quer leur profession ici.

« Madame la ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur le Recteur, monsieur le Chancelier, madame la Doyenne, chers distingués invités, partenaires, donateurs, membres de la Faculté et surtout vous, chers étudiants et étudiantes,

Ce que je veux apporter avec cela, c’est que nous sommes tous différents et avec un bagage différent.

C’est un immense honneur de me retrouver parmi vous aujourd’hui et d’avoir la chance de vous adresser la parole. Avant de commencer, je souhaite vous adresser mes félicitations. Vous avez tous et toutes travaillé fort pour vous rendre ici et vous pouvez être fiers du sarrau que vous portez en ce moment. Je peux vous dire que, même après 3 ans, ce sentiment de fierté ne disparaît pas.

Nous avons des étudiants universitaires, collégiens, des retours à l’école et même des gens qui ne savent pas encore s’ils vont aimer leur nouveau programme. Pour vous spécialement, j’espère que vous trouverez votre niche ici pour pratiquer une des plus belles professions.

Laissez tomber la compétition, votre cote R et votre stress de récolter un A+, vous êtes tous et toutes déjà beaux, bons et capables de réussir.

Cette année marque le centenaire de la Faculté de pharmacie et nous leur souhaitons un bon 100e. Après plusieurs jours de recherche, nous avons tenté de trouver l’année de fondation de notre association, votre association, l’AÉPUM. Les plus vieux procèsverbaux trouvés datent de 1970, écrits à la main et certains dactylographiés et donc nous prendrons cette date pour la cause! 2019 Vous êtes toutes et tous des 1ers marque donc le 49e anniversaire de classe, issus de différentes de l’AÉPUM, soit PRESQUE autant que la Faculté!! Bien que orientations. nous sommes pas mal plus jeunes Nous avons les étudiants du QeP que la Faculté, et je parle ici en qui, pour la plupart, arrivent de âge d’organisations…, nous leur pays d’origine et retournent avons aussi un rôle crucial dans sur les bancs d’école pour prativotre cheminement universitaire.


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

Comme je vous le disais, l’AÉPUM a 49 ans. Cela fait donc, 49 années que les missions de l’association se perpétuent, soient : celles de représenter l’ensemble des étudiants et des étudiantes, vous soutenir dans votre développement professionnel, éducationnel et personnel, défendre vos intérêts et créer une vie étudiante à la hauteur de vos attentes. Chers nouveaux membres du BSBP, QeP et Pharm. D., sachez que nous sommes là pour vous. Vous entrez dans une époque de la pharmacie totalement révolutionnaire. Après les bouleversements des dernières années, les bons coups comme les échecs, nous en sommes aujourd’hui avec une Loi 41 qui ne cesse de battre des ailes et un projet de loi 31 à venir. Vous verrez à travers votre formation que nous sommes formés pour ça et même plus. En tant qu’experts du médicament, faisons en sorte d’en faire profiter les patients. Si le gouvernement souhaite améliorer l’accès aux

soins de santé, soyons présents. Nous travaillons pour le patient, permettons-nous d’utiliser notre plein potentiel. Mise à part l’actualité pharmaceutique, j’avais également un autre message important à vous faire part qui est le suivant : profitez de votre passage ici. Que vous y soyez pendant 1 an et demi au QeP, 3 ans au BSBP ou 4 ans au Pharm. D., je suis convaincu que vous allez vouloir une autre année de plus à la fin de votre parcours. Pas pour les heures d’étude et les sacrifices, mais parce que ce sont les plus belles années de votre vie. Vous allez rencontrer des gens, avoir du fun avec eux et partager de bons moments. C’est aussi l’occasion de vous impliquer. La vie universitaire est tellement vaste que vous pouvez vous impliquer à tout niveau. Qui sait, vous pourriez être les Jean Thiffault, François Paradis ou Bertrand Bolduc de demain! Ils ont tous passé par le même chemin que vous! Vous allez avoir l’occasion de vous déve-

lopper en tant que personne, mais aussi en tant que futur pharmacien ou pharmacienne. Vous serez tous gagnants de vos implications universitaires. Et comme disait mon prédécesseur, M. Antoine Marquis, aucun cours ni aucun livre ne pourra mieux vous enseigner la collaboration, le dévouement et l’essence du leadership que l’implication. Enfin, je vous le répète, mais profitez-en. Vous verrez que ce n’est pas un cliché, mais en pharmacie, on trouve de tout même un ami. Bonne fin de cérémonie, bon 49e anniversaire à l’AÉPUM et bon centenaire à la Faculté de pharmacie. » Voilà! J’aimerais profiter de ce message pour remercier les bénévoles étudiant(e)s présent(e)s : Andréa, Derek, Gabriel, Gabrielle, Jérémy, Maéva, Marie-Ève et Meriem. LP

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 7


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

QUOI DE NEUF À L’AÉPUM « L’AÉPUM représente l’ensemble des étudiants du doctorat de premier cycle en pharmacie, du baccalauréat en sciences biopharmaceutiques et du programme de qualification en pharmacie de la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal. L’association vise notamment à soutenir les étudiants dans leur développement professionnel, éducationnel et social afin que tous deviennent des professionnels accomplis, proactifs et ayant à coeur l’avancement et l’évolution du domaine de la pharmacie. » (aepum.info, octobre 2019)

AÉPUM exécutif Louis-Philippe Daoust, président de l’AÉPUM QUOI DE NEUF Retour sur l’Assemblée locale du 25 septembre 2019; le budget 2019-2020 a été adopté et la charte locale de l’AÉPUM Pharm.D-QeP a été mise à jour avec certains changements. Dans le cadre de la commission parlementaire sur la santé et les services sociaux à l’Assemblée Nationale à propos du Projet de loi no. 31 qui vise à modifier la Loi sur la pharmacie afin d’augmenter l’accès aux soins de santé, l’AÉPUM Pharm.D-QeP ainsi que l’AGEP (nos homologues de l’Université Laval) sont fiers d’avoir déposé un mémoire afin d’émettre l’opinion des étudiants sur le dossier. Nous vous tiendrons au courant de la suite des choses sur ce projet de loi. C’est avec plaisir que, accompagné par Catherine Houde et Meriem Khatem, nous sommes allés représenter l’association au camp de formation de la FAÉCUM à la fin septembre. Nous avons eu la chance d’approfondir nos connaissances sur la gestion d’une association, des trucs de communication, des conférences sur le consentement sexuel et bien plus. De retour cette année, les Rendez-Vous de l’Ordre (RVO) organisés par l’Ordre des Pharmaciens du Québec prenaient place à l’hôtel Hilton à Québec les 22 et 23 octobre derniers. Accompagné de Gabriel Barsetti-Benoît (VP et chargé aux affaires externes), nous avons eu la chance de rencontrer les acteurs de la pharmacie et de représenter les étudiants de Montréal dans ce congrès grandiose. Encore une fois, la santé psychologique est un élément central de notre mandat cette année. Nous vous invitons à participer aux activités offertes, nous donner vos impressions ou commentaires sur celles-ci et évidemment, venir nous voir si quelque chose ne va pas.

8 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

Maéva Blot, secrétaire de l’AÉPUM QUOI DE NEUF Lors de l’Assemblée locale, des modifications ont été apportées à la charte. Deux nouveaux postes ont été créés : celui de la trésorerie adjointe ainsi que celui du secrétariat du comité CAPSI, lequel a également été instauré. Merci à tous ceux et toutes celles qui ont participé à l’Assemblée locale. =)

Gabrielle Sicotte-Mendoza, trésorière de l’AÉPUM QUOI DE NEUF Le budget 2019-2020 a été voté le 25 septembre : RxVigilance sera disponible pour tous les membres sous peu! Tous les comités ont maintenant un budget fixe alloué pour leurs dépenses. La modification des chartes lors de l’Assemblée locale a permis la création du poste « adjoint(e) à la trésorerie ». Ce poste est ouvert aux 1ère et 2e année intéressé(e)s à poursuivre au poste de trésorier(e) de l’AÉPUM l’an prochain; il permettra de faire de meilleurs suivis auprès de tous les comités! Les trucs de la trésorerie semblent avoir été un succès : beaucoup de bons commentaires sur cette nouvelle initiative! Vous pouvez les retrouver dans le Capsule ainsi que sur le groupe commun Facebook.

Andréa Choinière, chargée aux affaires académiques QUOI DE NEUF La rentrée maintenant passée, toutes les 1ère années ont un parrain ou une marraine à qui se référer en cas de besoin, et ceux qui sont inscrits dans les groupes d’études étudient fort ensemble! Le 18 septembre fut une très belle journée en compagnie des membres de la faculté, dont notre doyenne Lyne Lalonde, notre vice-doyenne Ema Ferreira et des étudiants du Pharm. D. et du QeP lors de la marche automnale annuelle. Tant les 1ère années que les 2e ont eu plusieurs séances de tutorat. À ne pas manquer, le tutorat sur le Top6/Top50 le 6 novembre et le 26 novembre pour le dernier tutorat des 2e années. Merci de remplir les sondages d’appréciation après les séances, c’est très pertinent pour s’assurer que le tutorat convient à vos besoins! Les 3 et 23 octobre ont eu lieu les premiers étud-O-thon de la session dans le cadre de notre plan d’action du Comité Ça Va. Si vous n’avez pas encore eu la chance d’y assister, il y en aura 4 autres d’ici la fin de la session d’automne! Vous êtes peut-être passé devant, le local de détente (S1-123) est en phase décoration et aménagement. Il sera bientôt ouvert pour les étudiants, alors gardez l’oeil ouvert sur les publications Facebook.

Meriem Khatem, chargée aux affaires corporatives QUOI DE NEUF Le 5 septembre dernier avait lieu la conférence offerte par la Banque Nationale sur la gestion de crédit. Merci aux participant(e)s pour le franc succès.

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 9


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

Les services financiers étaient à l’honneur lors de la conférence présentée par Desjardins le 19 septembre dernier. Encore une fois, l’événement était salle comble et vous semblez avoir bien apprécié le tout. Enfin, vous avez eu la chance de voir le fruit de mon travail (et de celui de Marie-Laurence Leblanc, chargée adjointe corporative) lors de l’Assemblée locale le 25 septembre dernier. Nos partenaires sont importants et c’est grâce à eux que nous pouvons vous offrir un encadrement académique, professionnel et social optimal. Dans cette optique, nous devons assurer un respect maximal pour ceux-ci. Si vous vous inscrivez à une conférence, vous devez y assister. Il en va de même lors de la Journée Carrière, pour laquelle toutes les informations pertinentes vous seront transmises en temps et lieu!

Catherine Houde, coordonnatrice à la vie étudiante QUOI DE NEUF Côté vie étudiante, le début d’année n’a pas été de tout repos! Tout d’abord, nous avons accueilli les nouveaux étudiants de première année au Pharm. D. les 19 et 20 août. Tout s’est très bien déroulé et le comité organisateur et moi-même sommes très satisfaits de la grande participation des nouveaux. Ça promet pour le futur! Ensuite, ce fut au tour du célèbre barbecue de la rentrée de nous rassembler encore une fois. Tout comme les activités d’accueil, ce fut un grand succès. Dans la même semaine, le vendredi, c’était le party de la rentrée. Ce party a été, comme à l’habitude, apprécié de tous et a pu nous faire connaître nos futurs collègues des programmes de médecine et de médecine dentaire. Finalement, le 11 octobre dernier a eu lieu la légendaire soirée Vins et Fromages de l’AÉPUM. Comme à l’habitude, le taux de participation a été plus que satisfaisant et les gens ont beaucoup apprécié la soirée qui se veut l’une des plus appréciées de l’année. À l’an prochain! Pour finir, j’aimerais souhaiter la bienvenue dans le CEL à ma coordonnatrice à la vie étudiante adjointe Caroline! Merci pour ton implication!

Jérémy Dubé, représentant au Conseil de Faculté QUOI DE NEUF Les élections complémentaires de septembre se sont terminées le vendredi 13 septembre 2019 avec un taux de participation de 337 étudiants. Merci à tous ceux et celles ayant exercées leur droit de vote et surtout, félicitations aux nouveaux élu(e)s. Les secondes élections complémentaires pour le Talent Show ont eu lieu du 30 septembre au 11 octobre. Merci aux 240 étudiants ayant exercé leur droit de vote et félicitations aux nouveaux élu(e)s. Les préparatifs pour la vente de vêtements battent leur plein. Elle aura lieu le 31 octobre et le 1er novembre à la mezzanine. Le catalogue de vêtements sera disponible quelques jours avant la vente pour que vous puissiez déjà choisir vos vêtements.

10 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

AÉPUM consultatif Émilie Roy-St-Pierre, représentante senior du comité SCPH QUOI DE NEUF Le 21 septembre dernier a eu lieu le très populaire Colloque sur la pharmacie en établissement de santé « Pourquoi pas moi? ». Cet événement annuel organisé par l’A.P.E.S. a mis en lumière plusieurs aspects de la pharmacie d’hôpital: hôpital de région vs milieu urbain, les avantages d’avoir un emploi étudiant, les raisons pour faire la maîtrise en pharmacothérapie avancée, les bourses offertes et tout ce qui touche les conditions, le salaire ainsi que les avantages sociaux. Près d’une cinquantaine d’étudiant(e)s de Montréal ont participé à ce colloque, pour totaliser la présence d’une centaine de personnes participant à cet événement qui a été un succès. Si vous n’avez pas pu venir, vous pouvez accéder aux présentations via : https://apesqc.wixsite.com/colloque2019. Finalement, ce qui est à venir pour la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH) : un midi-conférence sera prévu dans les mois à venir pour revisiter cette avenue de la pharmacie qui est en demande grandissante! Restez à l’affût!

Joani Côté-Cyr, représentante aux instances professionnelles QUOI DE NEUF De multiples activités de formation continue auront lieu au mois d’octobre. De celles-ci, je compte le FRAPP, la soirée de pharmacothérapie du CIP, la journée de pharmacothérapie du CHUS et les Rendez-vous de l’OPQ. La participation est déjà très grande auprès de toutes les cohortes. N’hésitez pas à me contacter si vous trouvez une formation intéressante à laquelle vous aimeriez participer. Message aux premières : sachez que je ne vous oublie pas! Je m’efforce de trouver des activités qui pourraient vous plaire même si vous n’avez pas encore débuté vos cours de soins.

Olivier Landry, chargé du comité humanitaire QUOI DE NEUF Le comité humanitaire entre officiellement dans sa période de recrutement! Si tu as envie de t’impliquer dans les activités philanthropiques de ta faculté, n’hésite pas à me contacter pour connaître quelles sont tes options. Nous avons besoin de toi :) humanitaire.aepum@gmail.com

Catherine Tardif, rédactrice en chef du Capsule QUOI DE NEUF Il y a eu un manque cruel de participation au sondage concernant l’appréciation du Capsule. De ce fait, il n’y aura pas de changement majeur sur son contenu. Par contre, le tournant vert suivra son cours malgré tout. Les copies papier ont déjà diminué en nombre et la publicité de la version électronique a été augmentée. Compte tenu du fait qu’il reste encore un grand nombre de copies papier non utilisées, attendez-vous à ce que la copie papier devienne de plus en plus rare.

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 11


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

Chris Martine Belhomme, chargée aux affaires de la FIEP QUOI DE NEUF Le comité de IPSF a organisé une séance photo en l’honneur de la journée mondiale du pharmacien. Merci aux membres du comité Alex Fong, Maéva Blot, Joani Coté-Cyr et Emma Legault pour leur aide à rendre cet événement un succès. Nous avons également eu une première séance d’information sur le programme d’échange étudiant le 27 septembre. Pour suivre tout ce qui a trait au SEP, il est important de s’abonner au groupe Facebook IPSFUdeM. De plus, lors de notre première rencontre officielle de comité le 30 septembre, nous avons élu la secrétaire du comité IPSF Soumaya Ihaddadene ainsi que la trésorière Joberthe Mars. Félicitations à vous deux! Le comité IPSF prépare de belles surprises pour les étudiants en pharmacie. Restez à l’affût.

COMITÉ PILL PUB Sarah Bussière, présidente du comité du Pill Pub QUOI DE NEUF Afin d’être le plus écoresponsable possible, le Pill Pub n’offrira plus de tasses jetables. Il sera nécessaire d’apporter votre tasse réutilisable (vous pouvez la laver au Pill Pub et la ranger dans votre case!). Le café vous encourage également à mettre le papier brun au compost. Il nous manque toujours des bénévoles et il n’est jamais trop tard pour se joindre à notre équipe. Vous avez des idées pour innover le Pill Pub? Écrivez-nous!

CÉPPUM Marie-Ève Dumas, présidente du CÉPPUM QUOI DE NEUF Depuis le début de la session, le comité CÉPPUM a tenu quelques réunions et a eu la chance de compter des nouveaux membres, bienvenue à vous! Nous avons maintenant une secrétaire très motivée à nos côtés : félicitations à Claire Haumesser! De plus, nous avons travaillé sur le vox pop qui aura pour but de faire connaître les nouvelles activités du pharmacien ajoutées par le projet de loi 31. Restez à l’affût pour sa sortie vers la mi-novembre! Les projets à venir seront une participation au Colloque sur l’arthrite en novembre (date à venir) et le colloque sur l’avenir de la pharmacie le 19 novembre au soir! Vous êtes donc invités à noter cette date à votre agenda puisque ce colloque est très pertinent pour vous! Il comprend des conférences sur les sujets d’avenir et d’actualité en pharmacie, un repas, un panel de discussion pour répondre à vos questions et un cocktail pour seulement 7$! Prévoyez donc votre étude en conséquence et prenez cette soirée comme pause d’étude pour venir y assister! Au plaisir de vous voir le 19!

COMITÉ VERT Daphné Robitaille, présidente du comité vert QUOI DE NEUF Si ce n’est pas déjà fait, vous pouvez aller visiter le site web de plusieurs boutiques québécoises qui ont accepté de créer un code-rabais exclusivement pour vous, membres de l’AÉPUM, pour

12 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

rendre votre quotidien un peu plus zéro-déchet! Il y en a pour tous les goûts: Kliin, Ola Bambou, Planète Bambou, La fabrik éco, Öko Créations et BKIND! Les détails et le codes promo se trouvent dans nos Capsules Vertes (numéro actuel et numéro de la rentrée). Le comité est à l’écoute des préoccupations que vous avez émises en Assemblée Locale le 25 septembre dernier et travaillera de pair avec le Capsule pour le rendre plus respectueux de l’environnement, et ce pour le faire perdurer dans le temps. Pour finir, si vous avez des idées de projets pour rendre l’association plus verte, n’hésitez pas à m’en faire part! Une mention spéciale aux comités qui ne cessent de s’améliorer pour notre belle planète, on est fier de vous!

LES SENTINELLES qui sont-elles? Créé en octobre 2018, le réseau sentinelle accueille des étudiants en détresse. Les employés bénévoles de l’UdeM, formés à cet effet, ont pour mandat de les éclairer, de les écouter et de les orienter vers des ressources appropriées. C’est Suicide Action Montréal ainsi que deux psychologues du Centre de santé et de consultation psychologique (CSCP) de l’Université qui ont eu pour mission d’offrir la première formation aux volontaires. Par ailleurs, le CSCP est disponible en tout temps pour les appuyer dans leur rôle de sentinelle. La Faculté de pharmacie a très bien répondu à l’appel et nous avons 13 sentinelles sur place au pavillon Jean-Coutu. La liste de nos sentinelles peut être retrouvée sur le site : http://cscp.umontreal.ca/activiteprevention/sentinelle.htm Ema Ferreira

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 13


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

P R É S E N TAT I O N D E S P O S T E S É T U D I A N T S 2 0 1 9 - 2 0 2 0

PILL PUB

C HAR LOTT E L ANOUE, S ecré t a ire du Pill Pu b

DESCRIPTION DU POSTE : En tant que secrétaire du Pill Pub, je serai principalement responsable de faire les commandes auprès des fournisseurs et de m’assurer de la propreté et du bon fonctionnement du café étudiant. POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE : J’ai toujours travaillé en restauration, jusqu’au moment où j’ai décidé de délaisser le milieu pour me consacrer pleinement à la pharmacie. Par contre, j’ai réalisé que c’était un environnement qui me manquait, et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’impliquer au sein du Pill Pub. Je trouve ça particulièrement satisfaisant de voir le visage heureux des gens qui ont trouvé un lunch ou un café à leur goût! CE QUE J’AIME DE LA PHARMACIE : De sentir que je fais une différence dans la vie des gens et que je contribue directement à leur bien-être et à leur santé. VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : Probablement à la bibliothèque (impossible pour moi d’étudier dans l’agora, je crois être un peu TDA sur les bords), en train de faire de l’escalade au Bloc Shop ou en voyage. CONSEIL D’AMI : Restez dans le moment présent et ne vous posez pas trop de questions : la vie finit toujours par nous emmener où on doit aller!

DESCRIPTION DU POSTE : En tant que membre du comité CÉPPUM, mon rôle principal est de promouvoir le rôle du pharmacien dans la communauté. Comme secrétaire du CÉPPUM, je suis responsable de rédiger des comptes rendus durant les réunions, les communications du comité et les partager avec les étudiants du Pharm. D. et QeP et aider à l’organisation des évènements du comité tel que le Colloque sur l’Avenir de la Pharmacie, le Vox Pop, etc. POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE : Étant passionnée par le domaine de la santé, j’ai toujours voulu m’orienter vers cette carrière. Ainsi, le poste de secrétaire CÉPPUM était un poste idéal pour moi, car il me permet de promouvoir le rôle du pharmacien tout en m’instruisant, ainsi que de permettre aux étudiants et aux patients d’en apprendre plus sur les opportunités qui s’offrent à eux. CE QUE J’AIME DE LA PHARMACIE : Ce que j’aime du rôle du pharmacien est qu’il est un professionnel de la santé de première ligne et donc joue un rôle important auprès des patients. De plus, la pharmacie me permet d’en apprendre plus sur les interactions médicamenteuses et sur le devenir du médicament dans l’organisme, choses que je trouve passionnantes. VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : Sur mon ordinateur, car toutes mes études et planifications d’activités (Facebook) passent par mon ordinateur. CONSEIL D’AMI : Profitez de l’université, sortez et rencontrez de nouvelles personnes, car elles pourraient devenir vos plus belles rencontres!

14 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

CÉPPUM

C LAIR E HAUME S S E R , S ec rét a ire d u c o m it é C ÉP P U M


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

CONSULTATIF

CA RO L I N E T REMBLAY, Co o rd o n n a t rice a dj o i n t e à la v ie é t udia nte

DESCRIPTION DU POSTE : En tant que coordonnatrice adjointe à la vie étudiante, ma principale fonction est d’enlever un peu de poids des épaules de notre CVE! Je suis donc responsable d’organiser les activités culturelles et d’assister Catherine dans ses fonctions. POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE: J’ai choisi ce poste parce qu’aller à l’université, c’est beaucoup plus qu’aller à l’école! Les activités socioculturelles, c’est ce qui rend l’expérience universitaire aussi mémorable et je suis privilégiée de pouvoir contribuer à cela. CE QUE J’AIME DE LA PHARMACIE : J’aime la pharmacie pour son côté humain. Dans la vie, je suis vraiment une mom alors aider les gens et prendre soin d’eux, ça a toujours fait partie de ma vie et la pharmacie me donne la chance d’explorer davantage cette facette de moi-même. J’aime aussi beaucoup le fait que le pharmacien soit une ressource accessible et disponible pour tous ses patients. VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : À la grande majorité des événements (fort probablement sur le dance floor) ou bien au local de l’association ou dans l’agora sûrement en train de procrastiner un peu. ;) CONSEIL D’AMI : N’oubliez pas de vous changer les idées de temps en temps! L’étude se passe toujours mieux après un Pharma Sport ou des jasettes au 5@7!

DESCRIPTION DU POSTE : Le président humanitaire est responsable de l’organisation de collectes de fonds pour des organismes qui sont importants pour les étudiants (telles Organisation Enfant-Soleil, Société du Cancer du Sein, etc.). De plus, le président s’occupe des activités bénévoles au sein de la faculté et s’occupe des nouveaux projets humanitaires. POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE : J’ai de l’expérience comme bénévole dans le Club Santé de mon CÉGEP et comme bénévole au sein de l’équipe de soin de la Maison de soins palliatifs Source Bleue. De plus, les travaux volontaires ainsi que le bénévolat sont des activités qui me tiennent à coeur et qui font partie de mes valeurs. Enfin, j’adore organiser des projets, et ce poste me permettra de travailler avec une équipe pour produire des projets d’envergure variable, qui seront en lien avec les valeurs du comité humanitaire. CE QUE J’AIME DE LA PHARMACIE : C’est une profession qui m’intéresse à cause du grand nombre d’options qui y sont liées (officine, en hôpital, compagnies pharmaceutiques, l’Ordre, etc.). De plus, ce travail regroupe deux aspects qui me sont chers: le savoir scientifique et l’aide en communauté. Je pense que ça fait le tour. ;) VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : À la bibliothèque, parce qu’entre procrastiner chez nous et procrastiner à la bibli, la bibli me donne au moins le sentiment d’avoir essayé d’être productif. CONSEIL D’AMI : Je suis un peu gêné au début, mais j’suis vraiment très aimable (je crois) quand vous apprendrez à me connaître, et mes amis me disent que j’ai un bon sens de l’humour… ça sera à vous d’en juger. :D Sinon, je vous dirais de profiter de votre université pour participer dans toutes sortes d’activités! (C’est important de découvrir sa manière d’étudier préférée, mais encore plus important de se découvrir soi-même. ;) )

CONSULTATIF O LIVIE R LAN DR Y, Pré s id e n t d u c o m it é hu m a n it a ire

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 15


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

COMITÉ 5@7

M ON IKA DESROCHERS, Se cré t a ire du c omité 5@7

DESCRIPTION DU POSTE : En tant que secrétaire du comité 5@7, j’écris les descriptions des 5@7, j’écris le message dans le Capsule par rapport au 5@7 et j’aide à leur bon déroulement. Nous élaborons les thèmes ensemble et j’aide le reste du comité dans des tâches variées s’ils en ont besoin (ex : achat d’alcool). POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE: J’aime bien organiser les 5@7, je l’ai fait pendant 3 ans à l’UdeS. CE QUE J’AIME DE LA PHARMACIE : J’aime le côté humain de la pharmacie. Le fait qu’on puisse aider/guider les patients avec des conseils spécialisés pour eux. Ça peut vraiment faire une différence dans leur vie et dans leur perception du pharmacien. VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : Dans mes livres. :’) CONSEIL D’AMI : Je peux sembler dans ma bulle, mais ne vous gênez pas à venir me voir pour des suggestions de 5@7 ou juste pour jaser!!

DESCRIPTION DU POSTE : Je prends en charge la majorité des communications entre la cohorte de 1ère année du Pharm. D. et le corps professoral ainsi qu’entre les étudiants et le CEL de l’AÉPUM. Je m’assure que les opinions et les commentaires soient entendus et verbalisés à qui de droit. Je m’occupe de rediriger les étudiants vers les ressources appropriées selon leur besoin. Je m’assure de l’implication des élèves de première année dans les différentes activités académiques et/ou socioculturelles de la Faculté de Pharmacie et de l’AÉPUM, respectivement. POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE : J’ai un sentiment d’appartenance pour le programme de pharmacie qui me donne envie d’en faire plus et de m’impliquer. Pour ma première année, je trouvais que le poste de représentante de classe était un bel équilibre entre l’implication et le temps d’étude, c’est pourquoi j’ai posé ma candidature. Je suis à l’écoute des gens, facile d’approche et j’adore rencontrer du nouveau monde. C’est le poste parfait pour moi. CE QUE J’AIME DE LA PHARMACIE : C’est un métier en expansion qui propose plein de belles opportunités. Il est possible de travailler en officine, en centre hospitalier, faire des conférences, de la recherche, enseigner et j’en passe. J’aime beaucoup l’approche du pharmacien en tant que professionnel de la santé auprès du patient ainsi que la collaboration dont il fait preuve avec les autres professionnels de la santé. C’est le plus beau métier du monde! VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : À l’Agora avec mes livres :) Je m’excuse d’avance, je prends trois tables pour étendre mes livres! CONSEIL D’AMI : L’équilibre est la meilleure façon de passer au travers du Pharm. D. et pour y arriver, il suffit juste d’un peu d’organisation. Si vous avez besoin de conseils, venez me retrouver à l’Agora et on en discutera!

16 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

REPRÉSENTANTS

ABYGAË LLE B IS A ILLON, Re p ré s e n t a n t e d e c l a ss e d e 1 è re a n n ée d u Pha r m. D.


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

DESCRIPTION DU POSTE : Être représentante de classe implique être présente pour la cohorte en tout temps, faciliter la communication entre les étudiants et les professeurs, promouvoir l’aide au sein de la cohorte, préparer les GAs et bien sûr organiser la rédaction du document de préface! POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE: La cohorte avait besoin d’un héros, alors j’ai répondu à l’appel! VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : Dans une salle TE ou à la bibliothèque en tentative d’étude (ou en train de parler)!

REPRÉSENTANTS CA RL A KA RA MÉ , Rep rés ent a nt e de c l asse d e 3 e a nné e du Phar m. D.

DESCRIPTION DU POSTE : C’est en sorte le porte-parole de la classe. J’assure la fonction de messager entre l’administration et les profs d’un côté et mes collègues de la classe de l’autre. Je travaillerai aussi pour qu’il y ait plus d’implication des membres de la cohorte du QeP dans les activités de l’AÉPUM. POURQUOI J’AI CHOISI CE POSTE : À vrai dire, on m’a choisi pour le poste, mais bon, je voulais relever ce défi aussi :). CE QUE J’AIME DE LA PHARMACIE : J’aimerais mettre mes connaissances sur les médicaments au profit de la société afin d’améliorer la qualité de vie de mes concitoyens. Ce que j’aime aussi, c’est qu’on ne s’ennuie jamais en étant pharmacien, et ce, grâce aux multiples fonctions qu’on peut assurer. VOUS ME TROUVEREZ PLUS SOUVENT : En classe, sauf si vous m’invitez pour le soccer. :p CONSEIL D’AMI : Profitez au maximum de ce passage à la faculté. Faitesvous plein de connaissances et d’amis.

REPRÉSENTANTS A B DE R R AOUF S A LHI, Re p ré s e n t a n t d e c l a ss e d u Q eP

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 17


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

LE TOP 11 À SAVOIR SUR LE

PHARMACTUEL Entrevue avec Christine Hamel B.Pharm., M.Sc. PAR CHRISTINE H A M EL ET CAT H ER I N E TA R DI F (I I I ) 1. Qu’est-ce que le Pharmactuel? « Lors de sa création, le Pharmactuel était le bulletin de communication de l’Association des pharmaciens en établissements de santé (A.P.E.S.). Le Pharmactuel a évolué sur 50 ans pour devenir la revue internationale francophone de la pratique pharmaceutique en établissement de santé. Le lectorat et les auteurs proviennent dorénavant de plusieurs pays de la francophonie, dont la France, la Belgique, la Suisse et plusieurs pays d’Afrique. » 2. Quel est l’objectif du Pharmactuel? « Pharmactuel a pour mission de publier, en langue française, des œuvres originales et novatrices destinées à la pratique pharmaceutique en établissement de santé. Depuis plusieurs années, le Pharmactuel s’est également donné pour mission d’accompagner les étudiants et les résidents en pharmacie, ainsi que les pharmaciens provenant de différents milieux, dans le processus de publication de manuscrits. Ceci a

18 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

pour but de favoriser la culture de publication chez les pharmaciens québécois. » 3. Qui travaille pour le Pharmactuel? / Qui peut écrire ou travailler pour le Pharmactuel? « Un comité de rédaction travaille à la production de Pharmactuel. Les membres sont des pharmaciens provenant de différents établissements de santé, ainsi qu’une infirmière chercheuse professeure agrégée (Faculté de médecine, École des sciences infirmières, Université de Sherbrooke). Voici la liste des membres du comité de rédaction : Rédactrice en chef : Christine Hamel (responsable de la chronique « Pharmacothérapie ») Rédactrices adjointes : Julie Méthot (chroniques révisées par les pairs; responsable de la chronique « Au centre de l’information ») Louise Mallet (chroniques non révisées par les pairs; responsable de la chronique « RQS »)

Rédacteurs associés : Christian Rochefort (chronique « Recherche ») Vincent Leclerc (chronique « Évaluation critique de la documentation scientifique ») Émilie Mégrourèche (chronique « Cas : en direct de l’unité ») Line Guénette (chronique « Votre expérience avec ») Jean-François Bussières (chronique « Gestion ») Des coordonnatrices travaillant à l’A.P.E.S. supportent le comité de rédaction dans la production de la revue. » 4. Quels sont les sujets principalement abordés dans le Pharmactuel? « Les sujets abordés sont très diversifiés et couvrent différents aspects de la pratique pharmaceutique comme la pharmacothérapie, la recherche, la gestion, l’enseignement, etc. » 5. Quels sont les sujets qui seront abordés dans les numéros de la prochaine année?


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

« Plusieurs critiques d’articles intéressants pour la pratique qui ont été publiés en 2019 seront abordés dans les prochains numéros (par exemple, les études portant sur l’efficacité de l’aspirine en prévention primaire, les études sur les SGLT2, etc.). D’autres sujets seront également abordés tels : •

Quelques cas de patients ayant présenté des effets indésirables rares à des médicaments

Des recommandations concernant l’utilisation des ACOD pour les patients de petits poids

Les conséquences à l’utilisation du cannabis chez la personne âgée

Plusieurs autres articles intéressants sont présentement en rédaction. Chaque année, tous les résumés d’affiches présentés au congrès de l’A.P.E.S. sont publiés. » 6. Combien y a-t-il de publications dans l’année? 4 7. Qu’est-ce que le Pharmactuel a de plus que d’autres journaux ou chroniques? « Le Pharmactuel est l’une des rares revues dans le monde à publier en français. Il s’agit de la seule revue pharmaceutique québécoise portant sur la pratique en établissement de santé. Tous les articles sont soumis à un processus rigoureux de révision par les pairs. Nous encourageons la soumission d’articles provenant de la francophonie. Les articles dans certaines chro-

niques sont accompagnés d’un résumé en anglais, ce qui nous permet d’augmenter la visibilité de nos manuscrits. La revue est également répertoriée dans Google Scholar. » 8. Quelles nouveautés sont à venir dans le Pharmactuel? « Plusieurs nouveautés sont présentement en discussion, mais il est impossible de les diffuser pour l’instant. » 9. Comment peut-on y accéder? «Tous les articles du Pharmactuel (numéro en cours et tous les articles archivés depuis 2000) sont disponibles sur le site : www.pharmactuel.com. Il est possible de s’inscrire à la liste d’envoi de Pharmactuel pour recevoir la table des matières de chaque nouveau numéro publié (communiquer avec Christine Hamel : christinehamel1@gmail.com pour la procédure à suivre). Nous sommes également présents sur les médias sociaux : https://www.facebook.com/pages/ Pharmactuel/379927415393855 https://twitter.com/pharmactuel. » 10. Pourquoi les étudiants devraient-ils le lire? « Les articles publiés dans le Pharmactuel sont d’une grande qualité étant donné la révision rigoureuse par les pairs. Plusieurs articles publiés constituent des références intéressantes pour des cours du Pharm. D. Par exemple, l’article sur la nouvelle version des critères STOPP/START adaptée en français

et publié en 2016 est un des articles le plus fréquemment consultés dans la francophonie. La lecture de la revue permet de se tenir à jour concernant les nouveautés portant sur la pratique en établissement de santé. À noter que les sujets abordés dans la revue sont également d’intérêt pour les pharmaciens pratiquant en milieu communautaire. Il est très intéressant de lire les résumés d’affiches présentés au congrès de l’A.P.E.S.; ceci permet de constater à quel point les pharmaciens québécois sont dynamiques et ont des idées novatrices. » 11. Est-il possible pour les étudiants de publier dans le Pharmactuel? « Il existe plusieurs opportunités de publication pour les étudiants. Les projets réalisés dans le cadre des stages STOP peuvent faire l’objet de publication dans la chronique « Votre expérience avec ». La publication dans la chronique « Évaluation critique de la documentation » est une expérience enrichissante permettant d’apprendre à bien critiquer une étude clinique. La chronique « Au centre de l’information » consiste en une réponse à une question d’intérêt pour les pharmaciens. Des membres du comité de rédaction sont disponibles pour effectuer du mentorat auprès des étudiants, afin de les supporter dans le processus de publication. Pour publier, les étudiants doivent être accompagnés d’un pharmacien en tant que coauteurs. »

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 19


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

AC T U A L I T É P H A R M AC E U T I Q U E

LE PROJET DE LOI 31 PAR LOU I S - P H I L I P P E DAO UST (I I I ) Comme certains d’entre vous le savent, en juin dernier, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Mme Danielle McCann, a déposé le projet de loi 31 visant principalement à modifier la Loi sur la Pharmacie afin d’améliorer l’accès aux soins de santé. L’AÉPUM a eu la chance de collaborer avec l’AGEP (Association générale des étudiants en pharmacie de l’Université Laval) dans la rédaction d’un mémoire conjoint exprimant les idées et recommandations de l’ensemble des étudiants en pharmacie du Québec. Ainsi, nous avons utilisé les résultats du sondage envoyé en juin dernier dans lequel vous avez pu nous transmettre vos opinions sur le projet de loi. De plus, le mémoire a été soumis en référendum afin de récolter votre appui avant de le transmettre à la commission parlementaire de la santé et des services sociaux. Je vais vous faire un petit topo du fonctionnement d’un projet de loi. Premièrement, un projet de loi est déposé à l’Assemblée nationale par un député ou ministre afin d’en débuter l’étude. Par la suite, le projet de loi sera rendu public et sera soumis en commission parlementaire où les différents délé-

20 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

gués des partis politiques peuvent inviter des gens à témoigner et exprimer leur opinion sur le sujet et surtout leurs recommandations.

L’étape de passer le projet de loi en commission parlementaire est facultative et c’est le leader parlementaire du gouvernement qui peut en faire la proposition. Les personnes invitées sont choisies conjointement entre les partis politiques sous forme de consensus. Les gens invités ont un temps de parole de 10 minutes, suivi d’une période de questions de 30 minutes au cours de laquelle les parlementaires peuvent approfondir le sujet. Ensuite, les parlementaires doivent adopter le principe

du projet de loi à l’Assemblée avant que celui-ci soit envoyé en commission. Une fois la commission parlementaire terminée (celle du PL31 a duré 3 jours), le projet de loi est révisé article par article et des amendements peuvent être proposés. Un rapport de la commission parlementaire est également émis. Une fois cette étape franchie, le projet de loi est soumis au vote à l’Assemblée nationale où tous les députés peuvent voter (pas seulement les députés membres de la commission parlementaire). Une date de mise en vigueur est également choisie. Le lieutenant-gouverneur sanctionne le projet de loi par la suite et c’est ainsi qu’il devient officiellement une loi. Le projet de loi vise à modifier la Loi sur la Pharmacie. Toutefois, ces altérations entraînent inévitablement des changements aux Règlements en vigueur entourant la pratique de la pharmacie. Ce processus, conjoint entre l’Ordre des pharmaciens du Québec, l’Office des professions et les autres ordres médicaux impliqués, doit également être voté et déposé à la Gazette officielle avant d’entrer en vigueur. Tout cela pour expliquer que le


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

« Tout cela pour expliquer que le projet de loi avance bien, mais que l’entrée en vigueur fonctionnelle peut prendre un peu plus de temps. » projet de loi avance bien, mais que l’entrée en vigueur fonctionnelle peut prendre un peu plus de temps. Il est réaliste de penser réaliser les nouveaux actes proposés au courant du printemps 2020. Concernant l’AÉPUM, en début septembre, nous avons formellement envoyé des demandes afin de nous faire entendre lors de la commission parlementaire. Toutefois, nous n’avons pas été sélectionnés parmi les associations choisies. Cela ne nous a pas empêchés de nous rendre sur place afin d’interagir avec les différents acteurs du milieu pharmaceutique et d’écouter les auditions publiques des personnes invitées. L’expérience fut instructive et impressionnante. Nous avons eu la chance également d’assister à une discussion entre l’Ordre des pharmaciens du Québec et l’Office des professions ayant pour but de rédiger les futurs règlements. Enfin, je vous laisse sur la liste des propositions du projet de loi. C’est maintenant à nous de jouer et de montrer au gouvernement que nous sommes prêts à en faire plus pour les patients, au bénéfice du système de santé au Québec.

« 1° prescrire et administrer des vaccins et, en situation d’urgence, certains autres médicaments; 2° prescrire tous les médicaments en vente libre; 3° administrer un médicament par voie intranasale; 4° ajuster ou prolonger les ordonnances de tous les prescripteurs, non seulement celles des médecins; 5° cesser une thérapie médicamenteuse selon une ordonnance ou à la suite d’une consultation effectuée à la demande d’un prescripteur; 6° substituer au médicament prescrit un autre médicament même s’il n’appartient pas à la même sous-classe thérapeutique;

Enfin, le projet de loi prévoit que les pharmaciens pourront évaluer la condition physique et mentale d’une personne dans le but d’assurer l’usage approprié des médicaments. » Finalement, je vous laisse les liens pertinents à consulter pour votre information personnelle Lien vers les vidéos des auditions publiques : http://www.assnat. qc.ca/fr/video-audio/archivesparlementaires/travaux-commissions/index.html Lien vers les mémoires qui ont été déposés par les différentes associations : http://www.assnat. qc.ca/fr/travaux-parlementaires/ commissions/CSSS/mandats/ Mandat-41761/memoires-deposes.html LP

7° prescrire et interpréter non seulement des analyses de laboratoire mais tout autre test, aux fins du suivi de la thérapie médicamenteuse.

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 21


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

MARCHE POUR

LE CLIMAT PAR DAPHNÉ ROBITAILLE (II) Le 27 septembre dernier avait lieu la grande manifestation pour le climat à Montréal. Environ 500 000 personnes ont participé à cette manifestation qui est la plus grosse que le Québec ait connue de son histoire! Pour l’occasion, la Faculté avait levé les cours à partir de midi pour nous permettre d’y aller, et évidemment, quelques membres de l’AÉPUM y étaient pour montrer leur appui

22 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

à la cause environnementale Cette manifestation s’inscrit dans le mouvement de grève mondiale pour le climat et le célèbre « Fridays for Future ». D’ailleurs, l’instigatrice de ce mouvement, la désormais célèbre Greta Thunberg, a choisi de venir manifester ici à Montréal. En pleine campagne électorale, Justin Trudeau (Parti libéral), Elizabeth

May (Parti vert) et Yves-François Blanchet (Bloc québécois) y étaient aussi. Le but de ce mouvement était d’inciter les gouvernements à agir contre le réchauffement climatique. Le départ de la marche s’est fait au monument George-Étienne Cartier, au pied du Mont-Royal, tandis que l’arrivée était prévue 4 km plus loin au Parc Bonaventure,


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

« Chose certaine, il n’y a pas que les jeunes qui se sont sensibles à la cause environnementale, ce qui me laisse pleine d’espoir pour la suite. »

au centre-ville. Alors que les premiers manifestants atteignaient le point d’arrivée, une grande majorité n’avait même pas quitté le point de départ. Les rues étaient vraiment pleines de manifestants, et tous les groupes d’âge étaient représentés : enfants, adolescents, adultes et personnes âgées.

On espère que cette manifestation historique aura permis de démontrer à nos chers politiciens que l’environnement est un enjeu excessivement important, qu’il est absolument nécessaire d’agir et que la cause environnementale ne peut plus attendre. Il est temps que nos gouvernements se res-

ponsabilisent aussi, mais il faut que chacun d’entre nous fasse sa part pour qu’un vrai changement arrive. Chose certaine, il n’y a pas que les jeunes qui se sont sensibles à la cause environnementale, ce qui me laisse pleine d’espoir pour la suite.

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 23


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

LA « PHARMONDIAL » La « PharMondial » : en dehors du Canada, la pharmacie ressemble à quoi? Grâce aux étudiant(e)s du QeP (auteur(e)s du texte ci-dessus), on a pu répondre à cette question sans payer un billet d’avion! Alors, voici des FUN FACTS sur la « PharMondial »! Espérant que vous en apprendrez davantage sur les différentes pratiques, Chris Martine Belhomme (Chargée aux affaires de la FIEP) & Maéva Blot. Pays Guinée Tchad

Statistiques amusantes (FUN FACTS) sur la pratique pharmaceutique dans ce pays 90 % de pharmaciens travaillent en pharmacie communautaire. Le 1er pharmacien diplômé au Tchad est encore vivant. :) Moins de 200 pharmaciens pour tout le pays et environ 13 millions d'habitants.

Haïti Algérie

5% de pharmaciens se réorientent en médecine après leur cycle en pharmacie. En Algérie, l'ouverture d'une pharmacie communautaire se fait en fonction d'un numerus clausus. Celui-ci est établi par rapport au nombre d'habitants (1 pharmacie pour 3000 habitants). Ce qui fait que, dans certaines grandes villes, il est impossible d'ouvrir une pharmacie. Solution, acheter ou attendre, jusqu'à ... Saviez-vous qu'il existe différentes spécialités en pharmacie? Hématologie, toxicologie, biologie médicale, parasitologie, pharmacologie, botanique, bactériologie et biochimie. C'est 4 ans d'études après les 6 ans du premier cycle. Je sais, ça commence à faire beaucoup d'années … Allez, un dernier! Quand on a l'autorisation d'ouvrir une pharmacie communautaire, il faut, entre autres, respecter une règle : pas d'autres pharmacies dans un rayon de 200 mètres. Ce n’est pas le libre marché, vous l'avez deviné. Ah oui, si vous vous demandez, c'est où ça? Eh ben, c’est en Algérie. :P Je reprends, suite à c'est quoi la fonction du pharmacien en Algérie. Tous les médicaments peuvent être vendus sans ordonnance, même s'ils sont derrière le comptoir (antibiotique, anti-inflammatoire, antidiabétique, etc.) - sauf les psychotropes, heureusement ! Alors, ça devient difficile de contrôler nos patients et faire un suivi adéquat avec eux, surtout que les dossiers patients n’existent pas pour tout le monde, sauf pour les assurés et encore, car on ne peut pas voir leur historique ! Bref, c'est très difficile de gérer la prise de médicaments des patients.

Égypte

Un pharmacien a le droit d'être propriétaire de 2 pharmacies seulement. Pour ouvrir une pharmacie, il faut respecter une distance de 100 mètres de la pharmacie la plus proche. Un pharmacien peut vendre tout médicament sans ordonnance, sauf pour les stupéfiants. 45 000 pharmaciens pour 100 millions d'habitants, dont presque la moitié travaille à l'extérieur.

Tunisie

En Tunisie, il y a une seule et unique faculté de pharmacie (faculté publique), qui a été créée en 1975. L'association tunisienne des étudiants en pharmacie (ATEP) a été fondée en 1985. La Tunisie a accueilli le 4e symposium de IPSF-EMRO en 2014.

24 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

FAQ

du Pharm. D.-QeP

PAR DJEBBARA NASSIMA (QEP) Vous vous posez encore des questions concernant les études en pharmacie? Voici quelques questions que des étudiants se sont déjà posées et en voici les réponses :) C’est quoi un examen différé, une reprise, une pondération, une probation, les services offerts aux étudiants, les stages…? Toutes ces questions ont envahi l’esprit des nouveaux étudiants, alors je vous invite tous à lire votre guide de l’étudiant, car chaque programme en a un, très détaillé. Vous trouverez le vôtre sur votre Studium et vous deviendrez expert à répondre aux questions des autres!! La langue française n’est pas ma langue maternelle et même mes études d’avant n’étaient pas en français! Est-ce que je vais avoir des problèmes pour réussir mon programme? C’est évident qu’on vit dans un pays cosmopolite où l’on trouve de toutes les nations. Avant d’être accepté à la Faculté de pharmacie, vous avez sûrement passé des tonnes d’examens (TFI, Casper, entrevue,…) et votre niveau de français était si bon que vous les avez réussis, surtout que vous étiez évalué par des experts! Ayez confiance en vous et dites-vous : je suis ca-

pable. On se croisera un jour dans un des milieux de travail ! (P.S. Vous pouvez demander d’utiliser un dictionnaire ou même le Bescherelle lors de vos examens) Je n’arrive pas à m’organiser entre travaux, laboratoires, examens et ma vie personnelle (famille, amis, loisirs...)! Quoi faire? Bien sûr, laisse tomber ta famille, tes amis et tes activités!!! Non, je rigole !! Étant étudiant à la Faculté de pharmacie, on continue à vivre sur la planète Terre! Il faut juste savoir gérer les priorités, surtout ne jamais perdre le plaisir de se retrouver parmi les personnes que vous aimez ou pratiquer vos activités les plus chères! Je vous conseille aussi de consulter notre coach académique : elle a de bonnes astuces pour réussir à avoir un équilibre dans votre vie d’étudiant! Je travaillais en pharmacie, devrais-je arrêter ou c’est possible de continuer, car plusieurs collègues travaillent encore? Chacun a ses capacités! Ne jamais te comparer à un collègue. Il y en a qui sont à l’aise de travailler, car ça permet de joindre la théorie à la pratique et se préparer au marché du travail avec un bon bagage d’expériences, tandis que d’autres pensent que travail et études ne s’accordent pas. Alors, concentre-

toi sur tes études, car la période de travail ne va pas tarder à se présenter! Après mes longues heures d’études, où est-ce que je peux me détendre un petit moment avant de reprendre? Si vous regardez autour de vous, vous remarquez qu’il y a plein de beaux endroits dans notre pavillon et à proximité : savourez un bon café sur les sièges confortables à côté des vitres de l’agora, un moment de relax entre amis au Pill Pub en faisant une partie de jeux vidéo ou de baby-foot, sinon sortir et faire un tour... vous découvrirez de beaux coins. Aussi, je vous encourage à renforcer vos relations entre collègues et apprécier ces moments. Comme disait le philosophe : « L’école ce n’est pas seulement le lieu de l’apprentissage! Aller à l’école c’est aussi apprendre à vivre avec les autres et apprendre à devenir un citoyen! » Je stresse vraiment !! Est-ce qu’il y a une chance de compléter les cas de l’ECOS en 10 minutes? Bien sûr, puisque ça a déjà été fait depuis le temps, vous êtes capables de le faire aussi!!! C’est similaire aux cas de pratique déjà faits aux labos, mais là c’est vraiment chronométré, ça commence dès que vous êtes face à la porte du cubicule. Vous entrez

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 25


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

et vous prenez quelques minutes pour lire la consigne et vous mettre dans le contexte du cas. L’évaluateur vous évalue selon vos capacités de communication et la justesse des informations, on est avisé après 7 minutes et au bout de 10 minutes ça sonne et vous devez quitter la station pour aller à la suivante! 3 stations au total et vous allez rencontrer de vrais acteurs!! Est-ce que je dois étaler mes recherches pour avoir des données supplémentaires aux cours pour bien me préparer aux examens? Arrêtez de vous compliquer la vie! Généralement, les cours sont complets. Certes, c’est une bonne

idée de faire des recherches pour approfondir vos connaissances, car notre domaine est en développement continu! Retenez juste ce qu’il y a à retenir et oubliez la compétition, car vous finirez tous pharmaciens. A ou B ne s’affichera pas sur vos diplômes et souvenez-vous que l’obtention du diplôme n’est pas une preuve de compétence... il est seulement l’autorisation de poursuivre sa route sur le chemin de l’effort! Quelques conseils pour survivre… - Il est vrai que certaines notions sont à apprendre par coeur, car pertinentes à connaître pour notre pratique à l’avenir, alors

que d’autres notions sont plus à comprendre. Vérifier avec votre professeur si des annexes sont présentées à l’examen, ça vous permettra de sauver du temps en comprenant plus que mémorisant - Ne pas hésiter à demander aux « profs » si cette partie est à l’examen ou non, tu deviendras le centre du monde pour tes collègues!!! - Faire un tour au CÉPSUM, c’est vraiment important de prendre soin de votre santé physique (aussi mentale) et pourquoi ne pas aller encourager les Carabins!

MOTS CROISÉS PHARMACEUTIQUES (SOLUTIONS)

26 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

PETIT APERÇU SUR LES STAGES DU PHARM. D. PAR HOUDA EL GHOMARI (IV)

Épisode 2/5 Étudiante en 4e année du Pharm. D., je souhaite partager avec vous, à chaque nouveau Capsule de cette année 2019-2020, mon expérience dans les différents stages communautaires et hospitaliers. Le premier stage de 4e, débutant à la fin août 2019, a été pour ma part en pharmacie communautaire, dans un Familiprix. Lors de mon assignation en mars dernier, je devais faire mon stage dans un Costco près de chez moi, mais le milieu s’est désisté : je comptais y aller par vélo, mais je me suis plutôt retrouvée à devoir faire 20 km BID, soit 4 bus à l’aller et 4 au retour. Heureusement, mon conjoint avait acheté une nouvelle voiture et mis son ancienne en vente. J’avais reçu mon email de réassignation et lui avait proposé de garder la voiture uniquement 24 heures avant qu’il ne reçoive une offre d’achat. L’email tombait pile-poil au bon moment! Y aller en voiture me sauvait une heure de trajet, au prix d’émissions de CO2 certes, alors que la marche pour l’environnement était d’actualité. Toutefois, à un certain moment, il fallait faire un choix.

Au début, j’étais tellement déçue du changement, mais finalement, à la rencontre pré-stage, j’ai entendu plein de commentaires positifs de la part d’étudiantes y travaillant. J’étais plutôt rassurée et satisfaite de mon futur stage, d’où l’intérêt de remplir le sondage dans la plateforme de partage d’expérience que j’ai conçue, étant la représentante de classe de ma cohorte. Cela permet de préparer le nouveau stagiaire mentalement à ce qui l’attend et de diminuer son degré de stress. Ainsi, si vous êtes un étudiant de 4e qui lit ces lignes, n’hésitez pas à aller jeter un coup d’oeil à la plateforme pour la remplir ou la découvrir. En effet, j’étais vraiment stressée, car je n’avais

jamais travaillé en pharmacie communautaire. J’encourage les cohortes plus jeunes à le faire, car ça permet de s’habituer très tôt aux périples du lab sans pour autant être constamment évalué. Toutefois, si comme moi, pour des raisons quelconques, tu n’as pas pu t’offrir ce luxe, il n’est pas impossible de passer ou d’exceller dans ton stage. Ça demande un peu plus d’efforts d’adaptation à ce nouveau milieu de travail. La première rencontre avec mon maître de stage était très correcte. J’étais un peu perdue quant à où me positionner au début : ça m’a pris quelques jours pour trouver l’emplacement idéal. Les premiers jours, je voulais tout faire :

conseils MVL, conseils nouveau médicament, entrée d’ordonnances, comptage, piluliers, loi 41, validation d’ordonnances, en plus de mes plans de soins et des prises en charge de mes dix patients par semaine. Toutefois, j’ai appris que ça allait se placer petit à petit. Bientôt, je commençais à maîtriser le logiciel et les procédures de la nouvelle pharmacie et à m’intégrer plus à l’équipe. À chaque fois, mon clinicien associé (CA) augmentait mes responsabilités et m’en donnait plus selon la charge disponible. Alors que j’écris ses lignes, j’en suis à ma 6e semaine de stage : j’arrive à gérer plusieurs choses en même temps, je deviens plus rapide dans mes tâches techniques et plus

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 27


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

systématique dans mes tâches cognitives. J’ai demandé aussi beaucoup de rétroaction de ma clinicienne associée, ce qui m’a plus éclairée et m’a aidée à continuer sur la bonne voie. Je vous ferai donc ici un résumé d’une journée typique en stage de pharmacie communautaire dans une pharmacie clinique à débit modéré, ainsi que la rétroaction de mon CA qui pourrait être intéressante pour vous. Tout d’abord, dès mon arrivée à la pharmacie, j’essaye de détecter où le besoin est présent : paniers rouges, téléphone qui sonne ou personne au comptoir, alors que tout le monde est occupé. Ça permet de donner un coup de pouce à l’équipe dès le départ. Puis, je me positionne devant un ordinateur de travail de manière à voir ce qui se passe au laboratoire. Je commence à faire mes suivis selon le degré d’urgence, pour des patients ayant déjà été pris en charge. Ensuite, selon la demande au laboratoire, je peux valider des ordonnances, valider des piluliers ou effectuer des transferts et des conseils MVL ou pour les nouvelles prescriptions. Si l’achalandage est trop grand ou la technicienne est débordée, je peux m’occuper à différents mo-

ments de la réponse au téléphone, l’accueil des patients, l’entrée des ordonnances, le comptage, la caisse, etc. Ces différentes interactions me permettent de sélectionner deux patients à prendre en charge par jour avec lesquels je fais une consultation plus prolongée, en personne, dans le bureau de consultation, voire une visite à domicile en compagnie de mon CA, et des suivis téléphoniques si nécessaire. J’ai exécuté également plusieurs activités de la loi 41, écrit des opinions au médecin et fait des suivis d’INR. Si une belle opportunité d’activité est présente, mon CA ou les autres pharmaciens associés m’en font part afin que je sois exposée à différentes situations très formatrices. Dans le temps où l’activité est moins dense, je peux me permettre de collecter toutes les données nécessaires au DSQ et au dossier pharmacologique pour effectuer une prise en charge complète de mes patients sélectionnés et esquisser les grandes lignes de mon plan de soins, que je rédige de manière plus complète chez moi. Il est à noter que toutes les informations collectées sur les feuilles de collecte de données sont complètement anonymes et qu’aucun bris de confidentialité n’a lieu.

J’aurais aimé et j’ai déjà essayé de rédiger des plans de soins pendant les heures de travail à la pharmacie, mais ça consomme beaucoup du temps de stage et laisse passer des occasions en or pour pratiquer les autres aspects de la pharmacie communautaire dont j’ai tellement besoin, surtout que je n’avais jamais travaillé en pharmacie communautaire avant. On ne peut pas prévoir ou planifier une journée en pharmacie communautaire, ce qui m’a déstabilisée au début. Finalement, j’ai réussi à pouvoir faire plusieurs choses à la fois et entrecouper ma prise en charge cinq fois de suite pour répondre au téléphone, servir quelqu’un à la caisse, faire deux consultations MVL d’affilée et un intéressant conseil pour un antibiotique. J’ai aussi appris à ne pas être trop absorbée par une activité et garder mon champ visuel élargi pour pouvoir répondre aux besoins des clients. Ceci dit, il m’a été possible de réserver des horaires pour faire la validation d’ordonnances ou de piluliers et rester concentrée uniquement sur cet aspect ou des matinées où j’effectuais uniquement mes histoires pharmacothérapeutiques et suivis pour faire avancer les choses.

« On ne peut pas prévoir ou planifier une journée en pharmacie communautaire, ce qui m’a déstabilisée au début. »

28 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

« Finalement, j’ai appris durant ce stage de ne pas me baser à 100% sur les guides de pratique et d’aller questionner au-delà des articles scientifiques sur lesquels se basent ces lignes directrices. » Je pense qu’en cinq semaines, j’ai appris beaucoup de choses. J’ai eu la chance d’avoir une équipe très chaleureuse et compréhensive, travaillant dans une ambiance positive. Ma CA a de l’expérience avec les étudiants et une pratique exemplaire. Elle est également très impliquée dans la révision de la médication de nos patients âgés. La clientèle est en grande partie gériatrique, ce qui m’a poussée à faire plusieurs lectures sur le sujet, vu que je n’avais pas eu le cours à option de gériatrie l’année passée. L’expérience m’a aussi aidée à individualiser le traitement du patient, plus que quand on faisait nos plans de soins fictifs. La rétroaction de ma CA m’a également beaucoup aidée : il fallait que, lors de ma collecte de données, j’essaye d’avoir les informations sur la présence ou absence de signaux d’alarme afin de mieux prioriser le problème de santé. Il se peut que parfois le patient vous demande si tel symptôme, par exemple une douleur au dos, est dû à la prise récente de son hydrochlorothiazide. À ce moment-là, il ne suffit pas de

répondre simplement à la question, mais essayer de cerner le problème et identifier si le patient présente des symptômes de pyélonéphrite, infection urinaire ou insuffisance rénale aiguë entre autres, afin de pouvoir lui recommander d’aller consulter un médecin en cas de nécessité. D’autre part, j’ai une voix qui ne porte pas et devrais travailler énormément sur ce point, car ça peut être perçu comme un manque de confiance en soi ou altérer la communication, surtout avec une clientèle gériatrique. Ainsi, si vous avez une voix douce, gardez-la, mais pas au laboratoire. Je travaille présentement sur cet aspect, mais aussi sur l’aspect anglophone, car la moitié de notre clientèle est anglophone. Comme toutes nos études ont été faites en français, il me manque du vocabulaire anglais relevant du domaine de la santé. Donc, si vous n’êtes pas parfaitement bilingue, essayez de réaliser et pratiquer quelques entrevues de vos laboratoires en anglais afin d’avoir une longueur d’avance pour vos stages de 4e année.

Finalement, j’ai appris durant ce stage de ne pas me baser à 100% sur les guides de pratique et d’aller questionner au-delà des articles scientifiques sur lesquels se basent ces lignes directrices. J’ai réalisé une analyse critique d’article et écouté plusieurs épisodes du Pharmascope ainsi que d’autres ressources qui m’ont permis de voir plus clair sur plusieurs sujets tels le diabète, l’HTA et la dyslipidémie. Le dernier conseil de mon CA a été de toujours me justifier avec plus d’une source et de le faire avec assurance même si elle m’ébranlait avec un contreargument, car dans quelques mois, nous serons bientôt pharmaciens responsables, tenus de justifier tous nos actes! Au plaisir!

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 29


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

DÉFI 1 : LA PROCRASTINATION PAR DJ EB B A R A N A S S I M A (Q EP ) « Facebook, Instagram, Email, YouTube, ranger ses placards, préparer un gâteau, relaxer et ne rien faire…!! Des façons pour repousser ou s’échapper de ses études; est ce que c’est de l’impatience ou du découragement? L’envie de reporter son travail à plus tard ou au lendemain pour avoir une satisfaction à court terme, mais des conséquences négatives et surtout des remords. C’est devenir procrastinateur. » Youpi! J’étais enfin prise pour faire mon équivalence en pharmacie et suivre le programme de qualification (Cohorte QeP 20172019) à l’Université de Montréal pour pouvoir exercer ma fonction qui est, pour moi, ma plus grande passion! Celle-ci me manque vraiment, car j’étais pharmacienne propriétaire pendant 12 ans dans mon pays d’origine (Algérie), mais la décision de partir et d’immigrer au Québec avec ma petite famille a rendu cette passion encore un rêve. Alors, je commence mon année avec plein de motivation. J’ai oublié un détail : c’est que j’étais enceinte! Tout se passait bien jusqu’à ce que j’accouche en début de session d’hiver (19 janvier). J’ai décidé d’interrompre mes études à l’année suivante et j’ai passé une très belle et agréable année avec mon bébé. J’ai

30 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

même rendu visite à ma famille. Conclusion : j’ai profité au maximum, car là, je savais ce qui m’attendait.

Hiver 2018. Je retourne aux bancs de l’Université, encore pleine de motivation et d’impatience. J’ai dépassé le défi des nouvelles rencontres avec la nouvelle cohorte et j’essayais de me remettre dans la peau d’étudiante. Et là, je faisais tout sauf étudier! Je conclus alors que ma procrastination est devenue chronique. Je peux l’expliquer de différentes façons : l’ennui, ne pas savoir comment reprendre les études, la peur de la difficulté et le doute de ne pas être à la hauteur! Certes, je l’avais comme trait de caractère, mais sa progression était un calvaire et cela m’a vraiment ren-

due anxieuse, au point de perte confiance en moi, tout en étant consciente des conséquences. Moi, qui étais toujours brillante et parmi les meilleurs dans mon cursus d’étude, j’ai eu un échec et je me retrouve en probation, une réalité qui m’a trop fait mal et, sûrement, qui me marquera pour toute ma vie. Automne 2019. Au début, je refusais de retourner, mais mon caractère et mes objectifs dépassaient cet échec. Alors, j’ai décidé de faire face à cette pathologie de la procrastination. J’écris et je partage donc mes idées - qui sont des façons de procrastiner positivement! Je me redresse donc en changeant ma vision et je deviens attirée par mes cours et mes travaux. Je m’entoure de camarades studieux, tout en suivant le conseil d’Albert Einstein : « La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent ». Je sais que je ne suis pas la seule, car la procrastination est un phénomène qui touche beaucoup de monde et qui n’épargne personne, quel que soit leur milieu. Le seul remède, ne pas avoir honte de se l’avouer et de trouver les bonnes stratégies pour s’en sortir et se rappeler du plus ancien des proverbes : « Ne remets pas à demain ce que tu peux faire aujourd’hui ».


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

TRUCS DE LA TRÉSORERIE PAR GABRI EL L E S I COT T E- M EN DOZA (I I I ) Bonjour! J’espère que la session se passe toujours bien pour vous! Je vous propose la suite des trucs de la trésorerie; des petits conseils d’ami pour de saines finances! A. PAYER PAR CHÈQUE Les activités offertes par l’AÉPUM doivent être payées par chèque pour la majorité des événements. Pour ceux qui complètent des chèques pour la première fois (ou si vous vous posez toujours des questions), voici quelques essentiels à respecter : •

Mentionner ton nom sur le chèque (un chèque peut payer pour plusieurs personnes : inscrivez les noms de tout le monde sur le chèque SVP)

Mentionner l’événement/activité que le chèque paie

Écrire le chèque à l’ordre de : AÉPUM

Inscrire la date du jour sur le chèque (pas de chèque postdaté svp)

Inscrire le montant en chiffre et en lettres

SIGNER LE CHÈQUE

Un chèque bien rempli évite que la trésorerie ne vous coure après pour réémettre le montant (+ temps et intérêts). Soyez gentils avec la trésorerie!

« Cotisations automatiques non obligatoires » (CANO) dans votre Centre étudiant dès le 1er septembre jusqu’au 30 septembre pour la session d’automne. Cette date est déjà passée, mais vous pourrez vous rattraper sur votre facture de la prochaine session (avant le 31 janvier)! Jusqu’à 243,17$ peuvent annulés!

être

B. PAYER POUR L’ESSENTIEL

a) Assurances FAÉCUM : 125,67$

Saviez-vous que certains frais sur votre facture de frais de scolarités sont VOLONTAIRES? Vous pouvez donc réduire le montant total de votre session. Il est possible de se désister des

Rendez-vous sur http://www. aseq.ca, sélectionnez FAÉCUM, cliquez dans le menu sur « Retirez-vous ou changez votre couverture ». Connectez-vous avec votre matricule et vos informa-

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 31


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

tions personnelles: vous pouvez ainsi choisir votre couverture (maximale, minimum, aucune). Le retrait des assurances peut être pour l’année ou de façon permanente pour toutes vos études à l’UdeM. Il n’est pas possible de se désister si vous passez la date limite en automne. **L’assurance avec la FAÉCUM (l’ASEQ) représente une COASSURANCE, vous devez donc être minimalement couvert par la RAMQ pour obtenir un remboursement de l’ASEQ.** b) Frais CANO (Fonds d’amélioration à la vie étudiante & Frais de technologie et de soutien) : 110$ Dans votre centre étudiant → section finances → interrogation de compte. Choisir l’onglet Dépôt direct/désistement CANO/relevés pour fin d’impôts → désistement CANO. Cliquer sur « Désistement en ligne ». Sélectionner un des frais, puis faire « Suivant », « Confirmer » et « Soumettre ». Refaire le processus pour le 2e frais. c)

Halte-garderie: 3,00$

Se présenter en personne au 3333 Ch. Côte Ste-Catherine pour le remboursement. d) Quartier libre (journal) : 2,00$ Se présenter en personne au local B-1274-6 au 3200 Jean-Brillant pour le remboursement.

32 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

e) Radio étudiante (CISM) : 2,50$

D. APPRENDRE DIFFÉREMMENT

Se présenter en personne au local C-1509 au 2332 J..-A DeSève sur Édouard-Montpetit.

Tu veux améliorer/acquérir des connaissances peu couvertes au Pharm. D.? Savais-tu que l’AÉPUM a pour objectif de favoriser la formation continue (hors tronc commun) de ses membres en facilitant l’accès ($$) aux événements et activités? Les formations hors du tronc commun pourraient être remboursées partiellement ou complètement par l’AÉPUM. Pourquoi ne pas aussi partager vos nouvelles connaissances dans le Capsule par un petit article résumé: tout le monde y est gagnant!

Lorsque ces changements sont apportés rapidement, une nouvelle facture sera émise dans votre centre étudiant avec le bon montant à débourser. C. BANQUE ALIMENTAIRE Être étudiant à temps plein, ça peut devenir difficile quand nos revenus diminuent et nos dépenses augmentent. Il peut être tentant de couper sur la nourriture... mais saviez-vous que la communauté UdeM vous permet d’obtenir des aliments via la banque alimentaire? https://baudem.wixsite.com/accueil/ Vous devez vous inscrire en ligne minimalement 24 heures avant votre première collecte : https:// cutt.ly/jwPBUmN

Vous pouvez communiquer avec la représentante aux instances professionnelles (Joani Côté-Cyr) pour vérifier si un remboursement est possible pour la formation qui vous intéresse ou pour aviser de formations pertinentes à partager à tous!

Ayez en main :

FEEDBACK

- Carte étudiante

Les trucs de la trésorerie représentent une nouvelle initiative: merci de compléter le court sondage pour nous aider à l’améliorer! https://www.surveymonkey. com/r/9J6RK7M

- Preuve d’inscription (ex : Studium, Centre étudiant) - Preuve de revenu inférieur à 24 328$ [si tu vis seul(e)] C’est simple! Présente-toi le lundi à 14h à la Cafétéria au local du 3200 Jean Brillant (2e étage) pour récupérer ton numéro/heure de passage. La distribution commence à 15h : sois là à l’heure pour ne pas manquer ton tour!

Je vous souhaite à tous une excellente session: tant mieux si j’ai pu vous aider à économiser quelques sous en passant! Votre trésorière de l’ AÉPUM, Gabrielle Sicotte-Mendoza


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

LA CAPS U LE VERTE PAR EMMA LEGAULT (II) Que ce soit pour faire ton costume d’Halloween ou pour décorer ton appartement, voici une pyramide de décision facile et rapide pour faire de meilleurs choix pour la planète. 1. RÉUTILISER Tu as déjà des cadres qui nécessitent un peu d’amour et de la peinture qu’il te reste de ton dernier déménagement? La réutilisation est la clé pour diminuer ton empreinte écologique! Cela évite de produire de nouveaux matériaux qui coûtent cher à notre planète et diminue le coût de ton portefeuille. Petit bonus: il sera un bon reflet de ta personnalité. Autre astuce: personne ne se souvient de ce que tu portais au Vins & Fromages l’an dernier, alors, pourquoi acheter une nouvelle robe pour le PDW? (la planète ET ton portefeuille seront contents) 2. EMPRUNTER Ton entourage doit certainement posséder un costume d’Halloween de l’an dernier que tu trouvais époustouflant. C’est ta chance, cette année, de le porter! L’emprunt est un bon moyen pour réduire sa consommation lorsque

l’on a besoin d’un bien sur une courte période. En plus, cela évite d’accumuler plein d’objets dont tu ne te serviras plus jamais. Tu peux aussi joindre le groupe Facebook Entraide au Pharm D-QeP. Tes collègues pharmaciens ont peutêtre ce dont tu as besoin!

Renaissance de ce monde regorgent de trouvailles incroyables à petit prix! Avec un peu de recherche, on peut souvent trouver des vêtements de marque pour quelques dollars. Ce genre de boutique offre parfois des réductions si on y apporte quelques biens. Comme on dit, le malheur des uns fait le bonheur des autres! Vas-y faire un tour entre deux sessions d’étude et qui sait, tu trouveras peut-être la perle rare! On y trouve aussi bien plus que des vêtements. 5. FABRIQUER

3. ÉCHANGER Une autre option gagnante: demande aux gens de ton entourage s’ils ont besoin d’objets dont tu ne te sers plus et demande-leur qu’ils fassent de même. Un combo qui permet aux deux parties de combler leurs besoins sans utiliser de nouvelles ressources! Une autre bonne raison de joindre le groupe Facebook mentionné au point 2 ;). 4. TROUVER USAGÉ Le

Village

des

Valeurs

et

On peut penser à première vue que fabriquer soi-même ses biens est plus écologique que de les acheter neufs, mais on oublie souvent que l’on achète de nouveaux matériaux pour les concevoir. Pense plutôt à utiliser des éléments que tu as déjà à la maison! Le soussol de tes parents contient sûrement bien plus de choses que tu ne peux imaginer! 6. ACHETER Acheter ce dont tu as besoin devrait donc être ton dernier recours. Le comité vert sait que tu es créatif et plein de ressources. Avant

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 33


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

d’acheter un bien neuf, n’oublie pas de faire le tour de la pyramide écologique! On s’entend, ce n’est pas toujours possible, mais c’est avec le temps qu’on peut y arriver.

Le comité vert est bien conscient que plusieurs produits du quotidien ne peuvent pas respecter les principes ci-haut, et c’est pourquoi il s’est associé à l’entreprise québécoise Öko Créations, pour vous offrir 15% de rabais sur leur collection zéro-déchet, qui inclut entre autres des tampons démaquillants, des sacs à collation, des sacs pour les achats en vrac ou pour les fruits et légumes et même des enveloppes à sandwich pour tes lunchs! Pour éviter les frais de livraison et être plus écolo, fais une commande avec plusieurs de tes amis! N’hésite pas à aller visiter leur boutique en ligne, tu ne seras pas déçu. Plusieurs petits changements au quotidien peuvent avoir un grand impact! Utilise le code AEPUM au moment de passer ta com-

34 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

mande pour bénéficier du rabais. L’AÉPUM s’est aussi associée à l’entreprise BKIND qui propose des accessoires écologiques faits en bambou pour diminuer la consommation de plastique. Tu peux y trouver des brosses à dents et des brosses à cheveux en bambou, et même du shampoing et du revitalisant en barre ! Adieu les bouteilles de shampoing qui finissent au recyclage. Pour les sceptiques, les shampoings en barre sont vraiment à essayer; un seul lavage vous convaincra. Avec le code AEPUM, vous aurez droit

à 15% de rabais sur leur site web et à leur boutique sur le boulevard St-Laurent! Pour obtenir le rabais en boutique, simplement présenter la carte ci-contre, soit avec une copie du journal, ou bien en photo sur votre téléphone. On espère qu’avec toutes ces petites astuces, vous serez bien outillés pour faire des choix encore plus écoresponsables dans votre quotidien. La clé n’est pas de tout changer du jour au lendemain, mais d’y aller graduellement pour instaurer des changements qui perdureront dans le temps!


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

PHOTOS

A C T I V I T É S D ’A C C U E I L Les activités d’accueil au Pharm. D. constituent une tradition depuis le tout début. Elles permettent aux nouveaux étudiants de forger des amitiés inattendues et de bien s’intégrer dans le programme. Ce sont 2 journées remplies d’activités, d’épreuves, de compétitions et de surprises. De plus, un moment de détente à la plage vient clore avec aise le périple. Après tout, c’est un bel exemple de l’importance de la relaxation et du temps qu’il faut prendre pour soi en pharmacie pour survivre! Au nom du comité organisateur des activités d’accueil 2019, nous vous remercions tous et toutes d’avoir participé en si grand nombre et nous espérons que ces journées seront des plus mémorables de votre parcours!

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 35


PHOTOS

36 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

PHOTOS

© Comité média

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 37


PHOTOS

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

P A R T Y DE LA RENTRÉE 6 septembre 2019 : Le Pharm. D. est en mission. Nom de la mission : Mission Blacklight Objectif de la mission : S’habiller de blanc et/ou de fluo, se rendre au théâtre Fairmont (important) et fêter en compagnie de nos futurs collègues des programmes de médecine et médecine dentaire! Statut de la mission : RÉUSSIE Comme chaque année, le party de la rentrée est un évènement mémorable (ou qu’on préfère oublier, c’est selon). Merci à tous pour l’énorme taux de participation, vous avez tous contribué au succès de la mission. Voici quelques photos qui immortalisent ce party à jamais. - Catherine Houde, coordonnatrice à la vie étudiante

38 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

PHOTOS

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 39


PHOTOS

© Voltaic Photo : Jacob Rivest

40 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2


PHOTOS

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

MARCHE AUTOMNALE C’est le mercredi 18 septembre que la marche automnale annuelle des étudiants et de la faculté avait lieu. Nous sommes partis du Pavillon Jean-Coutu vers midi avec de délicieuses pommes que Nathalie Letarte, la directrice de programme avait cueilli la fin de semaine précédente à Rougemont! Environ 10 membres du personnel étaient présents, dont notre doyenne Lyne Lalonde, notre vice-doyenne Ema Ferreira et une vingtaine d’étudiants, dont quelques-uns du QeP. Nous avons profité d’une température exemplaire! La vue au sommet était magnifique et parfaite pour pique-niquer en bonne compagnie. - Andréa Choinière, représentante académique

© Comité média

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 41


PHOTOS

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

JOURNÉE MONDIALE DES PHARMACIENS En honneur de la Journée mondiale du pharmacien, le comité IPSF a organisé une séance photo à l’agora pour souligner le travail que font les pharmaciens et les étudiants en pharmacie dans le système de santé. Ils assurent un accès sécuritaire et efficace aux médicaments et aux soins pharmaceutiques. L’expertise et les connaissances des pharmaciens sont mises au premier rang tous les jours pour traiter les patients. Aujourd’hui, vous pouvez être fiers d’être étudiants en pharmacie, car demain, vous sauverez des vies : vous serez pharmaciens. - Chris Martine Belhomme, chargée aux affaires de la FIEP

42 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

PHOTOS

© Comité média

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 43


PHOTOS

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

VIN ET FROMAGE C’est le 11 octobre 2019 dernier, qu’a eu lieu la soirée Vins et Fromages organisée par l’AÉPUM au profit de la fondation Jeunes en tête, qui a pour mission de prévenir la détresse psychologique chez les jeunes âgés entre 11 et 18 ans. Il y avait une nouveauté cette année dans l’équation : l’AÉPUM a pu bénéficier d’une commandite des Producteurs de lait du Québec en collaboration avec Les fromages d’ici. Il nous a donc été possible de découvrir et de goûter de délicieux fromages de chez nous. Encore mille fois merci! Finalement, merci à tous les participants et participantes, vous avez fait de cette soirée un grand succès. Merci spécialement à tous les bénévoles, à mon adjointe ainsi qu’à Louis-Philippe Daoust pour sa précieuse aide à l’organisation depuis le mois d’avril. Je vous laisse donc sur ces quelques photos prises lors de cette superbe soirée et je vous dis à l’an prochain! - Catherine Houde coordonnatrice à la vie étudiante

44 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

PHOTOS

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 45


PHOTOS

46 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

PHOTOS

© Voltaic Photo

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 47


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

GROSSESSE ET PHARM.D. G0P0 G1P0 G1P1 Épisode 4 : G1P0 : 36 à 41 SA PAR HOUDA EL GHOMARI (IV)

En tant qu’étudiante en 4e année et nouvelle maman, je souhaite partager avec vous le récit de mon expérience entre les défis du Pharm. D. et les périples de la grossesse, l’accouchement, puis la vie de maman. L’histoire est divisée en trois parties explicitant l’avant (G0P0 - Le Capsule, volume 42, n° 3), le pendant (G1P0 : 4 à 20 SA Le Capsule, volume 42, n° 4 et G1P0 : 20 à 36 SA Le Capsule, volume 42, n°5, ainsi que cet article que vous avez entre vos mains) et l’après-grossesse (G1P1 - d’autres articles à venir). Ma volonté, par ceci, est de partager, divertir certes, mais aussi de souligner l’importance du rôle du pharmacien dans le suivi des femmes enceintes et la valeur sous-estimée du partenariat patient, qui prend encore plus de sens lorsqu’on devient nous-mêmes patient. Bonne découverte!

Fille… avait rétorqué le nouveau gynécologue avec un air monotone, sans aucune pincée d’enthousiasme. Je comprends qu’il s’agissait de son travail quotidien et qu’il avait perdu avec le temps l’extase de découvrir le sexe de l’enfant. Toutefois, c’était important pour moi, pour nous, surtout pour ma première grossesse, en plus que j’étais à ma 36e semaine ne sachant pas encore si je devais utiliser le « il » ou « elle » pour désigner mon bébé. Nous attendions, Iliass et moi, cette 3e échographie avec impatience et le médecin avait juste terni le moment. Non seulement avait-il gardé un air froid tout au long de la consultation, mais il n’avait même pas dit « bonjour » ni « au revoir » et avait répondu de

48 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

manière sarcastique à mon mari qui se posait une question sur l’échographie. Le fait d’avoir étudié en santé ne nous donne pas le droit de parler de haut aux personnes qui ont choisi de se spécialiser dans d’autres domaines, mais plutôt le devoir de promouvoir la santé de manière empathique. Il n’est pas rare que des patients à la pharmacie me confient qu’ils seraient en meilleure santé ou que leurs conjoints seraient toujours en vie s’ils avaient eu de meilleurs médecins à l’écoute de leurs besoins. Hélas, ce n’est pas toujours le cas, et les patients préféreraient voir leur santé se détériorer plutôt que de revisiter leurs médecins. Malgré cela, j’ai bien fêté cette

bonne nouvelle en famille le soir, je savais dorénavant que mon bébé se nommait Maryam. Au dernier mois de grossesse, les évaluations par un gynécologue différent se faisaient plus fréquemment, chaque semaine. Pendant la semaine des examens finaux vers la fin décembre, je vous avoue avoir manqué un rendez-vous pour mieux réviser mon cours d’infectio. Puis vinrent les vacances de fin d’année, pendant lesquelles j’espérais accoucher, mais mon col n’était ouvert qu’à 1 cm à 38 SA. Nous avons profité alors des vacances pour finaliser la valise pour l’hôpital en compagnie de ma belle-mère, qui vint expressément du Maroc pour assister à la naissance de sa première petite-fille


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

« Le fait d’avoir étudié en santé ne nous donne pas le droit de parler de haut aux personnes qui ont choisi de se spécialiser dans d’autres domaines, mais plutôt le devoir de promouvoir la santé de manière empathique. » et nous aider pendant les premiers jours. C’était aussi sa première visite à Montréal et nous n’avons pas hésité à lui faire découvrir la ville, malgré les tempêtes de neige et la température extrêmement froide pour la fin décembre cette année-ci. Ça n’a duré que quelques jours, car j’ai rapidement commencé à boiter, je ne pouvais plus tolérer le poids et marcher devint extrêmement douloureux. À ce moment-ci, je ressentais le besoin imminent que la grossesse prenne fin, il était temps ! J’ai eu quelques fausses alertes au cours desquelles je contactai le service de maternité qui me rassura. Le service était vraiment professionnel et très empathique. Les infirmières étaient vraiment au top de ce à quoi je pouvais m’attendre comme prise en charge et je les en remercie. Janvier 2018 s’en vint sans signe de contractions réelles. Les discussions de certaines personnes de mon entourage me culpabilisaient de ce retard : je ne bougeais pas assez, mais j’avais mal. À mon avantdernier rendez-vous médical, j’ai

été finalement vue par une gynécologue magnifique, digne de ce rôle magique, qu’est d’accompagner les mamans à mettre au monde ces petits miracles de la vie. Elle m’avait rencontrée au tout début de ma grossesse pour l’échographie de dépistage de la trisomie 21. J’avais tellement attendu à la salle d’attente avant d’être appelée, mais j’avais été extrêmement satisfaite de la prise en charge de ce médecin. Elle avait pris le temps de discuter de toutes mes appréhensions! Je dirais que j’attendrais mille fois plus pour avoir un service de qualité (plutôt que passer rapidement pour recevoir une consultation expéditive), toutefois je comprends que c’est un compromis que doivent gérer plusieurs professionnels de la santé. La gynécologue m’a expliqué que je devais marcher selon ma tolérance et qu’elle allait planifier l’induction de mes contractions à ma 41 SA, si aucun accouchement ne se produisait d’ici là. Les cours avaient recommencé et je commençais à participer avec mon gros ventre aux laboratoires le mardi

puis jeudi. Le prochain examen de cardio était le 16 janvier et je me demandais si j’allais pouvoir le passer : il m’était tant difficile de réviser et de me concentrer, mais je ne voulais pas non plus manquer un examen. J’étais vraiment perdue. Le prochain rendez-vous se fit également avec la même gynécologue préférée qui me confirma que la date d’induction était le 15 janvier. Quand je lui fis part de mon examen le 16 janvier qui me préoccupait, elle se mit en colère, malgré elle. Il serait dangereux de retarder davantage l’accouchement et elle me rappela que l’aspect psychologique avait aussi un rôle dans le retard de l’accouchement. Elle me conseilla de ne penser qu’à ce prochain examen qui serait de toute autre nature, plus physique qu’intellectuel. Ses paroles, quoique fermes, me soulagèrent énormément. J’allais pouvoir me reposer cette fin de semaine sans stress et ne penser qu’à ma future rencontre avec Maryam. Et comme par magie, deux jours après notre rencontre, les contractions arrivèrent très espacées au

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 49


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

début: aux heures puis aux 40 minutes, toute la journée du dimanche qui coïncidait avec ma fête. Ma fille serait-elle le plus beau des cadeaux jamais reçus? Toutefois, à 22h, les contractions étaient encore espacées, mais aux 15 minutes, et plus douloureuses. Vers 2h du matin, sans avoir fermé l’oeil, je ne pouvais plus supporter la douleur et réveillai mon mari qui commença à finaliser notre valise d’hôpital quasi prête. Quelques minutes plus tard, ma poche des eaux rompit en inondant notre chambre à coucher. Mon stress était à son sommet quand j’appelai le service de maternité pour les prévenir de notre arrivée et appelai aussi ma mère, car je voulais absolument qu’elle

50 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

m’accompagne. Ma douce bellemère me prépara quelque chose à me mettre sous la dent rapidement pour me donner des forces. C’était une nuit glaciale, autour de -30°C, pendant laquelle nous nous dirigeâmes mon mari, ma mère et moi vers l’hôpital. En contrepartie, l’accueil était chaleureux et rassurant. Je devais signer plein de paperasses, j’ai accepté le tout, mais je voulais, au début, essayer d’avoir un accouchement « naturel ». Je réussis, avec l’aide de mes deux accompagnateurs et par le biais de méthodes non pharmacologiques comme le ballon, le bain et la respiration, à contrer la douleur pendant quelques heures; or le tracé des contractions était

très aberrant et irrégulier. On finit par me donner l’ocytocine en intraveineux avec instructions d’augmenter la dose toutes les heures si on n’observait pas d’ouverture de col. Devoir rester attachée avec le tracé diminuait beaucoup ma liberté à me mouvoir pour soulager ma douleur. De 3h du matin à 20h du soir, mon col avait passé de 3 à 4 cm, rien de plus. J’étais abattue, en douleur, faible (je n’avais rien mangé depuis le repas de ma bellemère) et en manque de sommeil énorme quand j’ai demandé à l’infirmière que je voulais finalement avoir recours à la péridurale. Mais quand on fait la demande, ce n’est pas systématiquement rapide: deux heures interminables, les plus lon-


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

« Je dirais que j’attendrais mille fois plus pour avoir un service de qualité (plutôt que passer rapidement pour recevoir une consultation expéditive), toutefois je comprends que c’est un compromis que doivent gérer plusieurs professionnels de la santé. » gues de ma vie, s’écoulèrent avant que l’anesthésiste n’insère son aiguille entre mes vertèbres lombaires. C’était un moment stressant, car je n’arrivais pas à rester très stable avec mes contractions rapprochées. Une fois la péridurale en place, j’ai ressenti un immense soulagement et j’ai pu finalement fermer l’oeil après 36 heures de contractions. Ça n’a pas duré longtemps avant que minuit ne sonne et qu’une nouvelle équipe de médecins et d’infirmières prenne le relais et vienne me rencontrer. Avec la douleur et le stress, je n’ai pas pu remercier assez l’infirmière qui s’occupa de moi de 8h du matin jusqu’à environ 22h, qui me disait que j’étais courageuse et qu’elle était heureuse de nous quitter en me voyant reposée. La nouvelle médecin, plus jeune, m’expliqua que mon col s’était finalement ouvert à 10 cm, mais que la tête de

bébé était encore haute et que nous allions lui laisser le temps de descendre, tout en monitorant le pouls du bébé. J’ai attendu, mais je ne pouvais plus retrouver le sommeil, car les contractions quoique non douloureuses étaient perceptibles et m’empêchaient de m’assoupir. Puis, un moment vint où je ne pouvais plus attendre et rappelai mon infirmière et toute l’équipe pour la suite des choses. Il fallait que je pousse ... et j’ai poussé sous les encouragements de tout le monde pendant deux heures interminables sans succès. La gynécologue essaya toute l’artillerie : ventouse, spatules en listant tous les effets indésirables y étant associés (comme si j’avais le choix de toute manière) et commença finalement à planifier la césarienne. Je n’en pouvais plus: j’étais à bout et mon rêve d’accouchement naturel commençait à s’amincir beaucoup plus…

Je regardais autour de moi : mon mari, qui m’encourageait pendant tout ce temps, était devenu blanc pâle, ma mère était discrètement en larmes au coin de la chambre. Tout d’un coup, la gynécologue sortit un nouvel instrument et me dit : «On essaye une dernière fois et sinon ce sera la césarienne. » Je ne poussai jamais autant de ma vie et essayai de toutes mes forces de garder mes muscles du périnée contractés jusqu’à la fin du décompte : dix, neuf… trois, deux... À suivre…

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 51


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

CHRONIQUE D’UN GARS DE RÉGION

Nous, après nous PAR MARC-ANTOINE DUFRESNE (III) Aujourd’hui, je veux te parler de Khate à Occupation Double. Elle s’affiche et se sent femme, même si elle est née biologiquement avec un pénis. Non, je n’ai pas fait de fautes d’orthographe ni de grammaire. Je te dis « elle » parce que c’est entièrement son identité et qu’elle a tous les droits de se faire appeler Khate. Ses parents lui ont donné un prénom masculin parce qu’à sa naissance, elle avait un pénis, un scrotum et des testicules. Toutefois, Khate, en grandissant, ne s’est aucunement sentie représentée par ces organes au niveau de son entrejambes. Certains diront qu’il s’agit d’une maladie mentale et que notre vulve dicte que nous sommes une femme ou, à l’inverse, que notre pénis dicte que nous sommes un homme. Aujourd’hui, en 2019,

52 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

l’identification de genre n’est plus liée qu’aux organes génitaux, et heureusement. Moi, Marc-Antoine, je suis homosexuel. Cela signifie que je suis attiré émotionnellement et sexuellement par d’autres hommes. C’est une partie de mon identité. L’autre, c’est mon identité de genre. Je, Marc-Antoine, m’identifie en tant qu’homme. D’autres homosexuels, hétérosexuels, bisexuels ou queers s’identifient en tant qu’autres, et c’est totalement acceptable. Ainsi, il ne faut surtout pas tout mélanger! L’orientation sexuelle et l’identité de genre sont deux concepts uniques et distincts. Je te parle d’identité de genre et d’Occupation Double parce que j’ai entendu des commentaires désobligeants dans mon entourage.

Aujourd’hui, je le dis haut et fort : ce n’est pas parce que tu accèdes à de hautes études universitaires que ta capacité mentale à l’ouverture d’esprit est développée. Oh que nous sommes sensibilisés à l’hypertension artérielle, à la cessation tabagique, à la gestion de tant de pathologies. On nous pulvérise de fiches pharmaceutiques incomplètes à lire, de lignes directrices, de PowerPoints. Je trouve que, malheureusement la Faculté nous éduque rarement à la santé sociale et publique. La pharmacie communautaire n’est pas qu’une profession dispensatrice de médicaments à des patients identifiés par des numéros de prescription. Nous allons côtoyer des clientèles victimes de fortes discriminations, dont les transgenres. Pourquoi ne pas accorder de crédits à ce large


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

sujet, alors que nous payons et suivons des cours obligatoires sur d’autres disciplines qui ne sont peut-être plus à jour, d’actualité ou au goût des étudiants? J’ai eu de la peine lorsque de nombreux collègues de classe osaient critiquer Khate, de par son identité de genre, de par son physique, de par le fait qu’elle est une femme et qu’elle possède toujours son sexe biologique entre les jambes. Je veux vous crier haut et fort qu’en 2019, un homme hétérosexuel a

entièrement le droit d’aimer une femme transgenre. Et, par le fait même, il a entièrement le droit d’aimer une femme née avec une vulve et un vagin. Je veux simplement qu’on ne fasse pas de larges généralisations, qu’on n’élimine pas une femme par son sexe biologique, et qu’on tolère et accepte toutes les formes de sexualité. Eh bien non, ma chère ou mon cher, la vie ne se limite pas qu’aux hétérosexuels, aux bisexuels et aux homosexuels. Il y autant de nuances,

que de couleurs de peinture à la quincaillerie. Va falloir que tu t’y fasses. J’admire Khate parce que c’est la première femme transgenre dans une émission de téléréalité à public large. J’admire Khate parce qu’elle est à 100% consciente des Québécois ignorants qui vont la harceler de commentaires désobligeants. J’admire Khate parce qu’elle est Khate.

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 53


DIVERS

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

MOTS CROISÉS PHARMACEUTIQUES LA PÉDIATRIE

Horizontal 2. Insectifuge non recommandé chez les bébés 7. Je suis contagieuse 48h avant l’apparition de lésions, jusqu’à ce que celles-ci soient croûtées 8. Voie métabolique principale de l’acétaminophène chez les jeunes enfants 9. Excipient causant des diarrhées en pédiatrie 11. Symptômes caractéristiques de la rougeole 13. Je suis extrêmement contagieuse 14. Forme de Benadryl contre-indiquée en pédiatrie 15. Red strawberry tongue

54 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

Vertical 1. MNP qui aide à soulager la fièvre 3. 10-15mg/kg/dose q 4-6h PRN ou IR, max 5 doses/jr 4. Médicament préféré pour traiter le RGO en pédiatrie 5. Ingrédient contre-indiqué en pédiatrie contenu dans l’Orajel adulte 6. Complication principale du piedsmains-bouche 10. Signal d’alarme de la fièvre nécessitant une consultation médicale 12. Permets de calculer la clairance rénale en pédiatrie

CORRECTION À LA PAGE 26


DIVERS

LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

ORDONNANCE MAL FOUTUE SAUREZ-VOUS DÉCHIFFRER CE QUI EST ÉCRIT?

Ativan 0,5 mg PO HS PRN Mefoxin 2g induction q4h

Réponse OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 55


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

HOROSCOPE PHARMACEUTIQUE GÉNÉRATEUR D’HOROSCOPE D’UNE BASE DE DONNÉES PHARMACEUTIQUES

Comment ça marche?

L’horoscope qui suit tente de prédire les évènements se déroulant du mois d’octobre jusqu’à la fin du mois de novembre 2019. Un médicament vous a été prescrit selon votre mois de naissance. Par exemple, si vous êtes nés en août, le Cesamet vous a été prescrit.

JAN FÉV MAR AV R MAI JUIN JUIL AOÛ SEPT OCT NOV DÉC

56 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019

ADDYI LYRICA HUMIRA NEXIUM AMOXIL COZAAR ONGLYZA CESAMET EPIPEN LODALIS EVRA CELEBREX


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

Addyi (FIBANSÉRINE)

Lyrica (PRÉGABALINE)

Depuis quelques mois, tu te trouves vraiment horrible. Tu sursautes littéralement chaque fois que tu te croises dans un miroir. S’agit-il du début d’une dépression saisonnière ou plutôt de la fin de la puberté qui se fait sentir? En effet, le début de la vie d’adulte et, par le fait même, la fin des hormones dans le tapis est souvent lié à un changement de nos perceptions. À ta place, je changerais mes lunettes.

L’université t’a permis de te découvrir plusieurs nouveaux talents. Entre autres, tu perfectionnes chaque semaine tes talents au célèbre jeu Tétris. En effet, l’absence d’accès à une voiture, l’obligation d’utiliser les transports en commun et ton côté écologique te faisant penser à trimbaler tes sacs réutilisables te font peaufiner tes techniques chaque fois que tu fais un détour par l’épicerie. Continue de t’améliorer : ça te mènera loin!

Humira (ADALIMUMAB)

Nexium (ESOMÉPRAZOLE)

Est-il plus désagréable d’avoir un système de chauffage défectueux dans son appartement alors que le grand froid se fait de plus en plus sentir ou encore d’avoir des problèmes de sécheresse cutanée abominable qui te font perdre des lambeaux de peau? Ni l’un ni l’autre quand tes jointures sont en train de rendre l’âme à force de taper sur un clavier à longueur de journée. Si j’étais toi, je slakerais un peu sur les réseaux sociaux puisqu’il s’agit clairement de la source du problème.

Tu te sens nauséeux depuis quelque temps. Il s’agit probablement d’une réaction physiologique au douloureux souvenir que représente ton expérience de l’examen de néphrologie, ou pire encore, de celui de gastrologie. Ou peut-être est-ce cette salade plus ou moins fraîche que tu as mangée l’autre jour par manque de temps pour ravitailler l’inventaire de ton réfrigérateur. Peu importe, tout le monde finit par y survivre grâce au Gravol gingembre! L’essayer, c’est l’adopter!

Amoxil (AMOXICILLINE)

Cozaar (LOSARTAN)

Depuis que tu es tout petit, tu as une fixation sur les bananes. Toute cette frénésie semble avoir débuté avec « Les bananes en pyjama », une célèbre émission de ton jeune temps. Depuis, tu accumules les objets à l’effigie de ce fruit culte. Tu as même déjà pensé être un singe. Prends garde pour ne pas que ces anciens comportements douteux ayant été chassés par l’hypnose refassent surface!

Ton gros orteil est atrocement douloureux. Les différents diagnostics possibles défilent dans ta tête : hypertension, diabète, pied d’athlète, goutte, cancer … Avouons-le, ils sont tous aussi probables les uns que les autres. Mais as-tu seulement pensé au violent accrochage qu’il a subi avec le coin de la table chez tes parents la fin de semaine dernière? Tu as bien fait de la brûler, la maudite!

OCTOBRE 2019 – LE CAPSULE – 57


LE CAPSULE, VOLUME 43, NO. 2

Onglyza (SAXAGLIPTINE)

Cesamet (NABILONE)

Ton cœur ne te suffit plus. Il a tellement été martyrisé par tes anciennes histoires d’amour, elles qui t’ont uniquement apporté peine, tristesse et larmes. Tu songes de plus en plus à te procurer un nouveau cœur sur le marché noir pour remplacer celui que tu as actuellement puisqu’il est clairement trop abîmé pour te risquer à rencontrer une autre personne pouvant le faire souffrir. Au moins, tu as encore tes deux reins à offrir en échange.

Les cours du Pharm.D. t’ont rendu amorphe. À cause des journées et des nuits entières que tu as passées à étudier, tu es devenu l’incarnation même du syndrome amotivationnel. Si tu pouvais fusionner avec ton divan, crois-moi, tu te mettrais à exécution. D’ici à ce que tu trouves le moyen de réaliser une fusion nucléaire à plus grande échelle que l’atome, tu devras tenter de vaincre ton buzz, un café à la fois!

Epipen (ÉPINÉPHRINE)

Lodalis (COLESEVELAM)

Les gens te connaissent comme étant la personne qui sauve des vies. Tu as bien lu : celle qui sauve des vies. Évidemment, puisque tu as oublié ton cours de RCR à peine deux heures après l’avoir complété, tu n’es pas le meilleur en réanimation cardiorespiratoire. Toutefois, tu es un excellent psychologue improvisé. Bien que peu utile lors d’un arrêt cardiaque, ton empathie et ton écoute active amènent les gens à se confier à toi et cela en aide certainement plus d’un!

Tu te sens énormément fatigué depuis quelques semaines. Tu crois sincèrement que cela est en lien avec le début de la session. Cependant, à ta place, je n’écarterais pas si vite l’option de la carence en vitamines! En effet, ton régime d’étudiant universitaire à base de Kraft Dinner et de riz pourrait fort probablement ne pas te fournir tous les nutriments dont tu as besoin. Il faut noter qu’il est important de manger ses carottes pour avoir de bons yeux!

Evra (ÉTHINYLESTRADIOL/NORELGESTROMIN)

Celebrex (CÉLÉCOXIB)

Le « paraître » a toujours été très important pour toi. Pourtant, tu as sans cesse l’impression que quelque chose te colle à la peau, comme si tu étais porteur d’une malédiction. Selon ta profonde réflexion, celle-ci ferait en sorte que d’énormes boutons d’acné apparaissent toujours sur ton visage aux moments les plus inopportuns : pour la photo de finissants, lors de la soirée Vins et Fromages, avant une première date, … Tu devras prendre ton mal en patience ou commencer une cure détox.

Les études provoquent chez toi des céphalées atroces. Ces dernières semblent même se répandre sur l’ensemble de ton corps jusqu’au bout de tes doigts. Tu les décrirais comme des chocs électriques, des pincements et une sensation de brûlure à l’occasion. À ta place, je réduirais ma consommation de café puisque celle-ci semble te rendre beaucoup trop vigilant face aux moindres stimuli. On pourrait en venir à te diagnostiquer une schizophrénie : prudence!

58 – LE CAPSULE – OCTOBRE 2019



Faites bonne impression ! Profitez des conseils de nos experts afin de réduire vos coûts d’impression et de conception. Services offerts : conception graphique | infographie | affiches grand format impression couleur et N/B ( numérique et offset ) | reliure de tout genre pliage | laminage | adressage | assemblage ( mécanique ou manuel ) mise sous enveloppe | préparation postale et mise à la poste

sium.umontreal.ca


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.