Page 1

N°20 13 Juillet → 13 Septembre | www.le13dumois.fr | En vente le 13 de chaque mois | 3,90 €

NOTRE SÉLECTION 13e

3 760208 770163

R 28895 - 0020 - F : 3.90 €

Sorties — Enfants — Guinguettes Balades nature…

—PORTRAIT GOBE LINS D'UNE AVENUE —AU VIETNAM VOYAETGENESMALAISIE —DEUXPPHOTOGRAPHES, ORTFOLIDEUX OSVISIONS DU 13

e


SOMMAIRE

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

J

LES BONS PLANS DE L’ÉTÉ — NOTRE SÉLECTION SORTIES, ENFANTS, GUINGUETTES, BALADES NATURE… — p.42

J VOYAGE - VIETNAM La bonne bouffe est dans la rue — p.36

L PORTFOLIO Rétrovisions par Yves Néar — p.54

PORTFOLIO I

Paris 13e - Un journal par Harold Watson — p.16

J 4

SOCIÉTÉ REMOUS SUR LES

QUAIS DE SEINE — p.08


N°20 — JUILLET/AOÛT 2012 Édito Sondage Billet - Franck Évrard Billet - L'inconnu-e du 13

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

SOMMAIRE

03 07 30 31

SOCIÉTÉ Fête et bruit : Remous sur les quais de Seine

08

PORTRAIT L'avenue des Gobelins

10

13e ŒIL - 2 PHOTOGRAPHES, 2 REGARDS SUR LE 13e Portfolio : Paris 13 - Un journal, par Harold Watson Portfolio : Rétrovisions, par Yves Néar e

16 54

10 Nous avons partagé le quotidien de l'avenue des Gobelins, humé son pavé ordinaire rendu glissant par les gouttes du premier mois d’été. Nous y avons croisé ceux qui y vivent ou y travaillent comme ceux qui ne font qu’y passer.

VOYAGE Malaisie : Au pays des faiseurs de dragons Vietnam : La bonne bouffe est dans la rue

22 36

SPORT Paralympiques 2012 : Londres… ou presque

32

LOISIRS

22 Un Nouvel An chinois, ça se prépare. Avant de voir lions et dragons défiler dans les rues, il faut se rendre là où ils sont fabriqués. C’est en Malaisie plus qu’en Chine, qu’enseignent les grands maîtres et que travaillent les meilleurs artisans.

SORTIES - CULTURE

42

SPÉCIAL ENFANTS

44

BALADE À VÉLO le long de la Marne

47

S’ABONNER COMMANDER LES ANCIENS NUMÉROS Photographies de couverture Mathieu Génon & Yves Néar

03 53

32 Au stade Charléty s’entraîne le recordman français du 800 mètres, Timothée Adolphe. Tim est aveugle et court à l’aide d’un guide. Objectif du duo : la qualification pour les Jeux paralympiques. Las, les règlements du handisport ne les ont pas aidés. Voici la chronique d’un joli rêve avorté.

5


PORTRAIT

10

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr


PORTRAIT

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

PORTRAIT DE

l’avenue des Gobelins Une rue parle, pourvu qu’on l’écoute. Nous avons partagé le quotidien de l’une d’entre elles, humé son pavé ordinaire rendu glissant par les gouttes du premier mois d’été. Nous y avons croisé ceux qui y vivent ou y travaillent comme ceux qui ne font qu’y passer. Nous avons écouté leurs histoires, celles qui font la rue. Elle se raconte en 800 mètres, 77 numéros, deux arrondissements et une myriade de personnages. C’est une avenue, plus précisément, l’avenue des Gobelins. Par Virginie Tauzin Photographies : Mathieu Génon

Les Gobelins alignent ostensiblement les symboles de notre époque : banques, enseignes commerciales, chaînes de restauration, agences immobilières et affiches en quatre par trois de Prometheus 3D au fronton des cinémas.

R

ien ne bouge ou presque, alors c’est… maintenant ! Il faut profiter du temps mort, des voitures qui n’avancent pas, tourner le dos à la place d’Italie et s’arrêter au milieu du passage piéton, vite. Voilà. L’avenue apparaît, dégagée, rectiligne et symétrique, avec ses rangées d’arbres et sa descente, direction la montagne Sainte-Geneviève. Le Panthéon y culmine à environ 50  mètres au-dessus de nos têtes. C’est au pied de cette butte que s’achève l’avenue des Gobelins et que débute le 5e arrondissement. Une fois ce terme atteint, les anonymes seront devenus des personnages, et l’avenue un peu plus familière. Feu ! Il faut rejoindre le trottoir, n’importe lequel. À 16 heures un mardi, la circulation n’est pas dense. Le risque d’éclaboussure, en revanche, est grand : une demi-heure plus tôt la pluie se déchaînait encore. Parvenu au bout du → 11


13e ŒIL

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

PARIS 13 — UN JOURNAL e

Par Harold Watson

16


Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

13e ŒIL

Ce portfolio est le second volet d’un projet initié il y a maintenant deux ans dans lequel je tente de dresser un portrait sensible de mon quartier : le quartier asiatique et, par extension, le 13e arrondissement dans son ensemble. Depuis la publication de mon premier portfolio l’été dernier, j’ai eu le plaisir d’entretenir une collaboration régulière avec Le 13 du Mois. Cette collaboration a rapidement pris la forme d’une “carte blanche”: une photo par mois, à la fin du magazine. Dans l’espace de la page, l’enjeu est de proposer chaque mois une photographie - émanation d’un point de vue décalé ou poétique en déconnexion de l’actualité. Grâce à cet alibi impulsé par le magazine, j’ai pu partir en quête d’images avec un but précis et ainsi renouveler cette expérience du regard. J’espère que vous serez sensibles à ce voyage à travers le temps et la couleur.

17


VOYAGE

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

Malaisie

AU PAYS DES FAISEURS DE DRAGONS

Un Nouvel An chinois, ça se prépare. Avant de voir lions et dragons défiler dans les rues, il faut se rendre là où ils sont fabriqués. En juin, une équipe de danseurs du 13e s’est rendue en Malaisie. C’est là, plus qu’en Chine, qu’enseignent les grands maîtres et que travaillent les meilleurs artisans.

22


Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

VOYAGE

Par Emmanuel Salloum Photographies : Mathieu Génon

23


SPORT

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

Paralympiques 2012

LONDRES… OU PRESQUE Par Raphaëlle Peltier Photographies : Mathieu Génon

32


SPORT

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

Au stade Charléty s’entraîne le recordman français du 800 mètres, Timothée Adolphe. Tim est aveugle et court à l’aide d’un guide. Objectif du duo : la qualification pour les Jeux paralympiques. Las, les règlements du handisport ne les ont pas aidés. Voici la chronique d’un joli rêve avorté.

D

ifficile de dire lequel règle son pas sur celui de l’autre. Quand ils marchent côte à côte, d’instinct, Timothée Adolphe et Thomas Imbert adoptent le même rythme. Quand ils sprintent, la synchronisation de leurs mouvements est encore plus impressionnante. Depuis que « Tim » s’est remis à l’athlétisme, il y a un an et demi, ils courent ensemble à l’entraînement et en compétition, la main droite de l’un liée à la main gauche de l’autre par une corde. Tim est aveugle et Thomas a appris à devenir ses yeux sur la piste. Il l’aide à rester dans son couloir et le renseigne sur la position de ses adversaires. Une règle d’or : c’est Timothée qui doit couper la ligne d’arrivée le premier. UNE PAIRE D’YEUX POUR QUATRE JAMBES Un athlète non-voyant met parfois des mois à trouver un guide qui lui convienne. Entre ces deux-là, ça a été immédiat. Ils s’entraînaient tous les deux dans le même club et Thomas voulait tenter l’expérience. En général, c’est ainsi que ça se passe. Quelques semaines après leur rencontre en avril 2011, Tim battait son premier  → 33


VOYAGE

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

Vietnam

LA BONNE BOUFFE EST DANS LA RUE

Par Raphaëlle Peltier Photographies : Hoang Huy / Sáng Studio

Loin de nos petites cantines parisiennes, nous sommes allés boire et manger à Hanoï. Reportage au fil du trottoir, du petit matin jusqu’à la nuit.

36


Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

VOYAGE

H

anoï

, comme le reste du Vietnam, est réputée pour sa gastronomie. Ici, on prend tous ses repas, ou presque, dehors. Littéralement dehors, dans l’un des innombrables restaurants de rue qui colonisent les trottoirs. Imaginez trois ou quatre tables et quelques tabourets hauts d’à peine cinquante centimètres, coincés entre l’entrée d’une maison et la chaussée que sillonnent en permanence des dizaines de scooters : le bruit des moteurs est l’incontournable bande son d’un repas à Hanoï. Et pour cause, la capitale compte 5 millions de deuxroues pour 6 millions d’habitants… Les cuisines, le plus souvent familiales, ouvrent très tôt, dès le petit-déjeuner. Oubliez les tartines beurrées et le bol de céréales. Le p’tit-déj’ préféré des Hanoïens est… le phô, le fameux bouillon de bœuf et de nouilles de riz agrémenté d’herbes aromatiques. Le plat emblématique du nord du pays est tellement populaire qu’il est possible d’en manger à tous les repas, sans même avoir à faire plus de deux pas. Dans le dédale des petites rues du centre historique, où se côtoient Hanoïens et touristes, il n’est pas rare de trouver côte à côte trois ou quatre restaurants servant tous des bols de phô. Un coup d’œil sur la cuisine, qui donne également sur la rue, peut alors s’avérer très utile pour faire son choix. Matin, midi ou soir, le phô se déguste avec un thé glacé. Comptez autour de 30 000 dongs pour un bol, soit un peu plus d’un euro, et entre 10 000 et 15 000 dongs pour un verre, soit un peu moins de 50 centimes d’euro. Une misère pour le portefeuille des touristes, mais pas pour les Vietnamiens. L’inflation est galopante, atteignant des niveaux parmi les plus élevés au monde. En dix ans, le prix du phô a été multiplié par trois. → 37


LOISIRS

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

Par Caroline Coiffet

FAIRE TREMPETTE

UNE FRINGALE DE TOILE ? CINÉMA AU CLAIR DE LUNE Pour la 12e édition du Cinéma en plein air, le Forum des Images vous propose une projection issue de ses collections. Cœurs d’Alain Resnais, avec Sabine Azema, Isabelle Carré, André Dussolier et Lambert Wilson. 2h05. Parc de Choisy (entrée principale avenue de Choisy). Le 9/08 à 21h30. Parterre de chaises en accès libre dans la limite des places disponibles.

CINÉ QUARTIER 13 Cette année, c’est une programmation de films autour de l’adolescence qui est proposée. Hors jeu réalisé par Jafar Panahi, avec Sima Mobarak Shahi, Safdar Samandar, Shayesteh Irani. Iran, 2006, 1h28, comédie dramatique en VF. Square Rosny Aîné, 1 rue du docteur Bourneville. Le 21/07, début de projection à la tombée de la nuit.

© M.G.

Pas de bol, vous restez à Paris cet été. Pas de panique, nous avons des solutions.

On ne vous apprendra rien, le must de l’arrondissement en la matière, c’est la piscine Joséphine Baker avec son solarium et sa vue sur la Seine. Si le lieu est pris d’assaut, foncez à la Butte-auxCailles : Piscine Joséphine Baker. Port de la Gare, quai François Mauriac, 01.56.61.96.50. Lundi, mercredi, vendredi de 10h à 22h, jusqu’à 23h mardi et jeudi, 10h-20h le week-end. Tarifs : de 2,60€ à 5€. — Piscine de la Butte-auxCailles. 5 place Paul Verlaine, 01.45.89.60.05. Le lundi de 13h à 21h, du mardi au samedi de 11h à 21h et le dimanche de 9h à 18h.

ALLER EN BOÎTE Le Wanderlust, c’est le nouveau spot de l’été dans le 13e. La plus grande terrasse de Paris avec ses 1 600 m² vous accueille au sein d’un espace de projection à ciel ouvert, d’un club, d’un restaurant, d’un bar extérieur et intérieur… Chaque soir c’est « clubbing  » en plus d’une programmation bien particulière  : soirée «  Été d’amour » le mercredi, soirée « Partenaires » le jeudi, le vendredi, c’est « Mode » et « House » le samedi soir. Des ateliers pour adultes et enfants sont aussi prévus tous les samedis et dimanches de 14h à 17h. Au programme : workshop photo, couture, cerf-volant… Et si vous souhaitez vous restaurer, tout est prévu sur place. À noter le brunch du dimanche après la séance de yoga servi jusque 16h. On vous le dit, le Wanderlust, c’est du lourd ! Wanderlust, 32 quai d’Austerlitz. Du mercredi au samedi de midi à 6h du matin, et le dimanche de 11h à 2h du matin. Toute la programmation est gratuite, sauf événements exceptionnels. Information et programmation  complète sur www.wanderlustparis.com

L’histoire sans fin, réalisé par Wolfgang Petersen avec Barret Oliver, Noah Hathaway, Tami Stronach. Allemagne, 1984,1h34, fantastique-aventure en VF. 6 rue Joseph Bédier. Le 04/08, début de projection à la tombée de la nuit. Pour plus de renseignements : 01.44.08.13.13 42

© Jean Picon

« Soirée courts métrages » est un évènement proposé par des habitants du 13e, les participants seront présents pour vous faire part de leurs choix. Parc de Choisy. Le 28/07, début de projection à la tombée de la nuit.


LOISIRS

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

Par Caroline Coiffet

COMMENT OCCUPER VOS MARMOTS CET ÉTÉ ? AUX FOURNEAUX, LES GOSSES !

Bonne nouvelle, la ludothèque Denise Garon vient de rouvrir. Le fonctionnement est simple : animation sur place ou jouets à emporter, comme au Mc Do, sans les effets secondaires. Une aubaine.

© DR

Ludothèque Denise Garon. Association Cabane à jeux, 8 square Dunois, tél : 01.45.86.08.61 et 09.80.34.46.19 ou cabaneajeux.asso@gmail.com. Du mardi au samedi de 14h à 18h30 et le mercredi de 9h30 à 12h, tout public. Les mardis et jeudis de 9h30 à 12h pour les moins de 5 ans. Les familles peuvent venir une fois pour tester avant d’adhérer à l’association. L’adhésion est de 20€ par an et par famille. Adhésion individuelle à 15€ par an. Fermeture du 27 août au 3 septembre.

LECTURES À GLISSER DANS LA VALISE DE VOS ENFANTS Sur les conseils de la librairie spécialisée jeunesse Le Chat Pitre, 22 Bis, Rue Duchefdelaville.

44

LES P’TITS PIRATES Cet atelier ludique permet aux enfants de découvrir le vocabulaire culinaire en éveillant leurs sens et avec mise en pratique. Fabrication de bandanas, lecture d’un conte pirate, préparation d’un cocktail de fruits et dégustation, autant d’activités qui méritent de passer à l’abordage. La Dame de Canton, port de la gare. Destiné aux pirates âgés de 7 à 11 ans. Tous les mercredis. 2 ateliers : de 15h à 16h et de 16h15 à 17h15. Tarif : 20€. Réservation  : terrasse.damedecanton@gmail.com

LES PIEDS DANS LE PLAT Là, il faut venir accompagné de papa ou maman car les choses se corsent. L’enjeu : réaliser des plats rigolos. Et le chef, c’est le petit. Petit bain, 7 port de la Gare. Duo parent/ enfant : 35€. De 10h30 à 12h30. Les 21/07 et 25/08. Dès 7 ans. Inscription : ateliers@ petitbain.org

© M.G.

DES JOUETS À GOGO

À PARTIR DE 3 ANS

À PARTIR DE 5/6 ANS

Un peu perdu, Chris Haughton, éditions Thierry Magnier, album. Bébé chouette est perdu. Il est tombé du nid pendant son sommeil et réclame sa maman. Tous les animaux de la forêt veulent bien l’aider à la retrouver. Mais qui connaît vraiment sa maman ? Belle histoire de tendresse, traitée avec humour.

Tout sur l’été, Charline Picard, Clémentine Sourdais, Seuil jeunesse, album documentaire. Tous les secrets, ou presque, de l’été : en ville, à la montagne, à la mer ou à la campagne, les yeux perdus dans le ciel étoilé ou les mains dans la confiture !


Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

LOISIRS

À vélo le long des boucles de la Marne Le bon plan balade aux portes de Paris

Par Jérémie Potée Photographies : Mathieu Génon & Sébastien Vixac

47


LOISIRS

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

A

u 13 du Mois, on a cherché ce qui pouvait être d’un bon rapport qualité/ temps pour s’aérer un bon coup aux portes de Paris. Notre devoir de proximité nous a conduits dans le Val-de-Marne. La Marne, ses guinguettes, sa nature nichée au cœur de l’agglo nous ont intrigués. Et comme nous sommes un peu écolos sur les bords, nous avons choisi d’y aller à vélo c’est possible et facile. Voici, le long des boucles de la Marne, un itinéraire d’une trentaine de kilomètres choisi pour la variété de ses décors. Libre à vous de vous en servir pour visiter l’une ou l’autre des portions, à pied ou en voiture - nous ne sommes pas sectaires. Pour un peu d’exotisme au détour d’une banlieue, à vos vélos, partez !

AVANT-PROPOS PRATIQUE :

— PÉDALES SUR RAILS

L’

aventure commence à Joinville-le-Pont. Le premier défi consiste à s’y rendre avec son vélo. Rassurez-vous, en partant de la place d’Italie, l’affaire ne vous prendra pas plus d’une demi-heure. Il suffit de descendre le boulevard de l’Hôpital en roue libre pour gagner la gare de Lyon et sa ligne A du RER. Oui, on peut mettre un vélo dans un RER. Le règlement de la RATP stipule que c’est possible en semaine entre 9 heures et 16 heures puis après 19h30 et sans restriction les week-ends et jours fériés. Que la crainte d’être bloqué à quai ne réfrène pas vos ardeurs, nous avons pu faire sans encombre le trajet retour à une heure interdite. Mieux vaut pénétrer dans la gare par la rue de Bercy, accès le plus direct aux quais du RER A. Bon, il faut braver un escalator, faute d’ascenseur de bonne taille, mais l’exercice est assez aisé. Le sous-sol réserve un meilleur accueil avec ses larges portiques prévus pour l’accès des poussettes, des handicapés et de nous autres cyclistes. Un train en direction de Boissy-Saint-Léger circule toutes les dix minutes. À partir de la gare, il n’y a plus que quatre stations, soit une dizaine de minutes, avant d’entamer la balade. Une subtilité à connaître : l’embarquement des vélos ne se fait qu’en tête ou en queue de train. Les habitués ne s’y trompent pas, qui se postent au préalable pile au bon endroit sur le quai. À noter qu’il existe un itinéraire bis pour gagner Joinville en pédalant. Il consiste à emprunter les pistes cyclables le long de l’autoroute de l’Est à partir de la porte de Bercy, en bord de Seine, en traversant Ivry puis Charenton. À réserver aux friands de panorama industriel et urbain, où vous croiserez notamment Chinagora, l’impressionnant hôtel aux allures de Cité interdite, situé à la confluence de la Seine et de la Marne.

POUR CEUX QUI N’ONT PAS DE VÉLO — Louez un Vélib’. Si vous êtes prêts à vous acquitter des suppléments passée la première demiheure, la solution est idéale pour notre parcours. À la gare de Joinville, une station bien garnie vous attend, mais faute de Vélib' en gare de Saint-MaurCréteil, vous devrez forcer en fin de circuit pour regagner le point de départ. Le Vélib’ n’est pas un VTT, mais les boucles de la Marne ne sont pas non plus une étape de montagne du Tour, loin s’en faut. — Allez au Bois de Vincennes. Le trajet sera rallongé d’autant, mais il existe un spécialiste de la location, Cyclorama, qui propose en sus tout un attirail pour les familles nombreuses : sièges bébé, tandems, remorques, etc. Comptez 15 euros

48

la journée de location. Situé aux abords du lac Daumesnil, près de la porte Dorée, il n’est pas le plus proche de notre point de départ. Un collègue existe au lac des Minimes, à l’extrémité est du bois à un jet de pierre de Joinville, mais il est, aux dires de Cyclorama, très inconstant. Nous n’avons pas réussi à le joindre, peut-être aurez-vous plus de chance. — Cyclorama, Lac Daumesnil, 06.81.34.47.19. Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 19h, 10h30-19h week-ends et jours fériés. Au Lac des Minimes, près de la porte Jaune, 01.30.59.68.38. Du lundi au dimanche de 13h à 20h.


LOISIRS

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

13e ARRONDISSEMENT VAL-DE-MARNE NOGENT-SUR-MARNE

BOIS DE VINCENNES

BRY-SUR-MARNE Quai d’Ar

tois

JOINVILLE-LE-PONT

DÉPART

ARRIVÉE

Quai d

CHAMPIGNY-SUR-MARNE

u PetitParc

SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS

CRÉTEIL

Qu

ai d

e la

Pie

Quai W. Churchill

SAINT-MAUR-CRÉTEIL

Quai de Bonneuil

— TOP DÉPART À la gare de Joinville, dirigez-vous vers la Marne, à deux minutes de là, et empruntez le pont pour rejoindre la rive opposée. Merveille : de larges pistes cyclables arborées vous y attendent. Et déjà, on peut s’arrêter pour jeter un coup d’œil à l’architecture de type Eiffel des anciennes usines Pathé, véritable « Hollywood-sur-Marne » de 1910 à 1965. Aujourd’hui, le site accueille toujours des studios de post-production mais n’est pas ouvert au public. En face, le port de plaisance de Joinville, une jolie marina où il est possible d’embarquer pour un tour de bateau dans les méandres de la Marne, quitte à laisser tomber le vélo. →

© Comité du tourisme du Val-de-Marne

7

OH MON BATÔ ! Il est possible de louer un bateau électrique pour des balades à l’heure (35€) ou à la demi-heure (20€). Il faut s’adresser à la capitainerie du port, en face de l’ancienne cité du cinéma. Les tarifs sont

dégressifs si vous venez en groupe de 10 personnes : il ne vous en coûtera alors que 25 euros de l’heure. — Renseignements et réservations au 01.48.83.35.10

49


Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

LOISIRS

© Comité du tourisme du Val-de-Marne

Peu après Chez Gégène, on quitte Joinville. Le sentier se fait plus champêtre. Tables de pique-nique et pontons abondent dans une végétation de saules, de hêtres et de frênes. C’est une balade nature qui s’étire jusqu’au pont de Champigny. Après quoi la ville réapparaît et donne envie de rebrousser chemin. On aurait tort. Le béton s’éloigne vite et les quartiers résidentiels de Champigny s’étagent alors à flanc de coteau, surplombant les îles touffues qui se succèdent sur la rivière. Demi-tour au pont qui relie Bry-sur-Marne et Le Perreux-sur-Marne. Sur l’autre rive, on file vers Nogent en croisant de nombreux restos avec terrasses vitrées sur l’eau qui répondent aux doux noms de La Bonne Auberge, Le Bel Air ou Le Blue Marine. De temps en temps, d’immenses bâtisses anglo-normandes surgissent. Et puis c’est Nogent et son port de plaisance, l’épicentre de la Marne. C’est devenu une petite croisette locale, avec sa fontaine monumentale, son activité de plaisance débordante et ses immeubles verticaux. Intéressant, mais on préfère filer pour boucler la boucle, non sans avoir emprunté la « Promenade Yvette Horner » et sa plaque de rue à l’image de la rousse pianotante, qui nous apprend que la dame est désormais citoyenne d’honneur de la Ville. Le chemin se fait plus tortueux pour le cycliste, mais on revient finalement assez vite au point de départ non sans un dernier coup d’œil, depuis l’autre rive, sur Gégène, le mastodonte rigolard. En restant sur cette même rive et après avoir franchi le pont de Joinville, on entame une balade d’un autre genre. Saint-Maur et ses bords de Marne, c’est quelque chose. Une piste cyclable de luxe serpente entre la réserve naturelle des îles de la Marne, superbes morceaux de nature presque vierge, et les bâtisses extraordinaires de cette partie bourgeoise de la ville. Les hôtels particuliers succèdent aux lofts et aux maisons d’inspiration basque, normande et autres fantasmagories de riches. C’est à mi-chemin de cette portion que l’on tombe sur la guinguette de l’Île du Martin-pêcheur, côté Champigny, à essayer absolument. →

Æ

BON PLAN RESTO — La guinguette « nature » de l’Île du Martin-pêcheur L’établissement est situé à l’orée de la réserve naturelle des îles de la Marne. Ambiance moins rigoureusement dansante que Chez Gégène  : on vient pour manger sous les tonnelles en écoutant les chansonniers qui nous donnent du Petit vin blanc ou du Nini peau d’chien, puis on passe du bal au terrain de pétanque, selon l’envie. Le lieu n’existe que depuis 1993 mais on jurerait qu’il a toujours été là. Le défilé des guincheurs en canotiers et pulls marinière est incessant. À l’évidence, les propriétaires jouent à fond la fibre nostalgique. N’empêche, manger sur cette immense terrasse sur une île au milieu de la Marne est à faire. Côté victuailles, des menus obligatoires entrée-plat ou plat-

dessert pas donnés (29,50€), mais il faut considérer que c’est le prix d’un après-midi passé à la fraîche. Sauf accident, la nourriture est très décente, avec sa dominante de saveurs bourguignonnes ou des Pays de la Loire. Son petit vin blanc, de même origine, se laisse boire sans sourciller. En conclusion, une escale à tenter sans crainte, en famille ou entre copains. — La Guinguette de l’Île du Martin-pêcheur, 41 quai Victor Hugo, Champigny-sur-Marne, 01.49.83.03.02. Pas de prise de réservation le week-end, il est conseillé d’appeler en semaine au-delà de 2 personnes. Formule de base à 29,50€ ou menus entrée-dessert ou moules frites-dessert à 24,50€.

51


13e ŒIL

Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

RÉTROVISIONS Yves Néar travaille le concept de la rétrovision depuis 2005 dans tout Paris. Ou comment voir ce qui se passe derrière soi au moyen de miroirs, pour un regard et une lecture à double sens.

Photographies : Yves Néar

RÉTROVISIONS 54


Juillet/Août 2012 — www.le13dumois.fr

13e ŒIL

Place d'Italie 55


Le 13 du Mois n°20  

Le magazine indépendant du 13e arrondissement

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you