Page 1


Fondateur Directeur de la publication Jacques de la Chaise jacques@lebonbon.fr

édito “bon”jour

Rédactrice en chef Émilie Pruvost emilie@lebonbon.fr Rédaction Kamel Hajaji, Mathilde Vignal, Emilie Pruvost, Gaëlle Doret-Bélorgey, Amandine Cochin, Céline Lepan, Gerald Ritter, Mathilde Marès, Ada de Lita, Agnès Vessemont, Alexandre Hussenet Secrétaire de rédaction Ivan Caullychurn ivan@lebonbon.fr Photographes Nora Aguerguan, Gilles Jacob, Nicolas Aristidou, Audrey Wnent, Manuel Brûlé Maquette Édouard Memponte Illustrateurs Paulina Leonor, Guillaume Ponsin Stagiaires Valentine & Justine

Vous avez remarqué cette lumière, le bruit des oiseaux, les bourgeons square Trudaine ? Le réveil matinal se fait un peu plus facile. Le printemps se fait ressentir par petites touches impressionnistes. Le Bonbon de mars a un avant-goût printanier. Notre magazine donne envie et dans envie il y a VIE ! L’occasion de vous confier la naissance de notre petit dernier, - last but not least -, le nouveau site dédié à notre magazine, le 15 mars ! Envie de découvrir des endroits insolites ? Votre frigo fait grise mine. Donnez-lui des couleurs en faisant vos courses dans une nouvelle coopérative bio, la Tournée. Oui au beau, bio et bon ! Le Bonbon s’émerveille devant les petits plaisirs du quotidien et vous livre son idée du bonheur à savourer sans modération.

Chef de pub David Belloeil david@lebonbon.fr 06 27 96 75 82 Grands comptes & site internet Matthieu Lesne 06 50 71 92 71 / matthieu@lebonbon.fr Petites annonces annonce@lebonbon.fr Contactez-nous hello@lebonbon.fr 01 48 78 15 64 SAS Le Bonbon

Tant pis si le temps est capricieux, dansons sous la pluie, chaussés des créations de Marcos Fernandez, parfaites pour parcourir le macadam parisien, en chantonnant Tout va bien, le titre de samba-chanson de Nicola Són que nous vous invitons à découvrir dans ce numéro. le Bonbon est bien décidé à enrichir votre playlist. Rendez-vous dans les prochains numéros pour la suite des aventures musicales, humaines aussi ! Le Bonbon reste fidèle depuis sa création il y a deux ans à ce qui compte plus que tout, une approche humaine à travers des portraits de vous, chers habitants du 9e : commerçants, artistes, artisans et tous les quidams du quartier.

31 bis, rue Victor-Massé 75009 Paris. SIRET 510 580 301 00016 ISSN : en cours

Bon-bonne lecture, chers lecteurs,

Émilie Pruvost

Dépôt légal : à parution

RÉGIE PUBLICITAIRE 06 27 96 75 82 david@lebonbon.fr mars 2011 |

9

—3


leS bonbonS mode d’emploi comment profiter Des Bonbons

1 choisissez

2 Détachez

3 profitez

Repérez les Bonbons pré-découpés au milieu du magazine.

Détachez ces Bonbons qui vous feront bénéficier d’offres et d’avantages.

Présentez vos Bonbons au moment de payer et vous bénéficierez immédiatement de l’avantage annoncé !

descriptif d’un Bonbon Enseigne

Le nom du commerçant

Avantage

Définition du type d’offre

le papillon

Pour fêter l'arrivée des beaux jours venez "batifoler" au bistrot Papillon

Description

Le type de commerce

Coordonnées

Adresse et téléphone

Bistrot Papillon 6, rue Papillon - Tél. : 01 47 70 90 03 bistrotpapillon@orange.fr


sommaire miam miam !

P. 6. Les

pâtes vivantes

Page 34. ATTENTION

– CHANTIER

Page 5. Le Bon Timing Page 6. Le Bon Commerçant Page 10. La Bonne Étoile Page 12. Les Bons Plans Page 14. Le Bon Art Page 16. Le Bon en Arrière Page 18. Le Bon Look

Page 10. NICOLA

SÓN

Page 38. Septième

largeur

Page 21. Le Casse Bonbon Page 22. La Bon Livre Page 24. Le Bon Moment Page 26. Le Bon Astro Page 28. Les Bons Tuyaux Page 30. La Bonne Parisienne Page 32. Le Bon Jeu

Page 14. Baudouin

Page 44. Éric

Reinhardt

Page 34. Le Bon Homme Page 36. Les Bons Shops Page 38. Le Bon Artisan Page 40. Les Bons P’tits Diables Page 42. Les Bons Snapshots Page 44. Le Conte est Bon Page 46. Le Bon Agenda mars 2011 |

9

—5


le Bon Timing les évÉnements à ne pas manquer SALON STUDYRAMA SUP’ALTERNANCE

SALON

© DR

Étudiants de bac à bac +5, trouvez votre formation rémunérée et votre entreprise ! Découvrez 800 formations supérieures en alternance et profitez de ces deux jours pour présenter votre CV aux nombreuses entreprises présentes ! Vend. 18 et sam. 19 mars. Espace Champerret, Paris 17e / M3 Porte de Champerret ou Louise-Michel Téléchargez votre invitation gratuite sur studyrama.com

800

THÉÂTRE

VEZ TROUTRE VO PRISE E ENTR

Le gai mariage

Pour le meilleur et pour le rire… Avis aux nostalgiques des Bronzés, la relève est assurée avec ce vaudeville fou et irrésistible. Un célibataire endurci apprenant qu'il hérite de sa vieille tante à condition qu'il se marie dans l'année, décide, pour ne pas déroger à son amour du butinage, d'épouser son meilleur copain. Mais ce mariage pour le meilleur va vite tourner au cauchemar… Mardi au samedi, 21h / Théâtre des Nouveautés 24, bd Poissonnière / Tél. : 01 47 70 52 76

FORMATIONS DE BAC À BAC +5

© DR

18 & 19 MARS 2011 ESPACE CHAMPERRET M3 Porte de Champerret - De 10h à 18h

Sous le haut patronage du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

INVITATION GRATUITE SUR STUDYRAMA.COM

FESTIVAL ROCK THE GIBUS,

ROCK

© DR

Sup'Alternance 400x600 Q.indd 1

© DR

concert

6/01/11 17:15:38

they will rock you ! Ne ratez pas la finale du Festival Rock the Gibus, le « révélateur » de la nouvelle scène du rock français ! Découvreur de talents depuis 1967, le Gibus fait son festival. Sous l’égide de Philippe Manœuvre en maître de cérémonie, une soirée éclectique et rock’n roll en perspective. À vos lunettes noires et en piste ! Mercredi 23/03 - l’Olympia 28, bd des Capucines / Rés. : 08 92 68 33 68

Aloe Blacc « I need a dollar, a dollar is what i need ! » L’auteur de la plus grande chanson soul de ces dernières années débarque à la Cigale. Aloe Blacc, sa voix de velours, sa soul soyeuse et ses textes engagés, ça se savoure surtout sur scène. Courez-y! Le 21 mars La Cigale 120, boulevard de Rochechouart Tél. : 01 49 25 81 75 mars 2011 |

9

—7


8—

9


le Bon commerçant texte Adèle Brunel / photo Manuel Brûlé

Les Pâtes Vivantes Une cantine pas comme les autres Une petite échoppe devenue une véritable institution dans le quartier, un spectacle fascinant derrière les vitrines : bienvenue aux pâtes vivantes ! Une chouette cantine à découvrir sans tarder…

U

ne petite faim me tenaille en cette fin de matinée. Je parcours la rue du Faubourg-Montmartre, le pas empressé jusqu’à ce que, soudain, je vois au loin, un attroupement de quidams sur le trottoir, captivés par la vitrine d’un commerçant. Ne tenant plus, je m’approche pour découvrir son secret. Derrière la vitrine embuée, sous le regard des passants, une cuisinière, telle une fileuse de coton, étire et enroule des pâtes à même les mains, avec une dextérité étonnante ! Je me décide à entrer. L’impression olfactive prend le pas sur l’impression visuelle  : cela sent délicieusement bon  ! Coriandre fraîche et bouillon parfumé mettent mes papilles en éveil… Tout ici fait penser à une cantine  : le bruit, les prix doux affichés, le pas empressé des serveurs… J’ai rejoint la queue le long de la cuisine ouverte sur la salle principale. Tout compte fait, attendre un peu ne me décourage pas bien au contraire. À notre époque, où tout doit aller si vite, il est bon de prendre le temps de savourer des yeux avant de s’attabler et voir

sa patience récompensée par l’arrivée des mets. Je m’étonne encore de la sagesse qui règne ici : les gens attendent avec patience, une attente presque cérémoniale. Serait-ce l’esprit zen qui gagne ici tout un chacun ? Je laisse mon regard balayer le paysage : les murs vêtus de rouge laqué, le papier peint à pagodes dans l’escalier, la vaisselle des plats aux lignes modernes et épurées, qui attendent sagement sur le comptoir que convives leur soient comptés. Ces détails donnent le ton. Il s’agit bien ici d’une cantine, mais d’une cantine haut de gamme. Ça y est : on me confie un petit coin de table. Le monsieur en face me sourit, repu et satisfait. Un coup d’œil à la carte : tout a l’air délicieux. Honneur aux spécialités du Nord-Est de la Chine (Gansu et Shanxi) et quelques envolées hors des frontières chinoises, avec quelques spécialités japonaises notamment. Je me laisse tenter par des croustades de potiron comme mise en bouche (la prochaine fois je prendrai des tempuras), une soupe de nouilles au bœuf non pimenté. Les parfums et les saveurs s’entremêlent et je ne peine même pas à démêler les pâtes presque… vivantes dans mon bol. Jusqu’alors, les nouilles chinoises rimaient pour moi avec paquets de nouilles lyophilisées. Rien de cela ici, la fabrication est artisanale. J’apprends que le Nord de la Chine, au climat plus frais et plus sec, est propice à la culture mars 2011 |

9

—9


Les pâtes vivantes des céréales, contrairement au Sud, plus chaud et plus humide, idéal à la culture du riz. Détail insolite : saviez-vous que la Chine compte environ 300 variétés de pâtes, soit autant que de fromages en France  ? Vous n’en finirez pas d’être étonnés. Une adresse insolite à noter précieusement dans vos petits carnets. Touristes, serial shoppeuses soucieuses de leur ligne, personnes âgées et étudiants s’y côtoient dans un joli brouhaha. Mince, il faut faire la queue pour régler l’addition. La rançon du succès ? Mais c’est tellement bon que quelques minutes sont vite oubliées. L’adresse s’est d’ailleurs dédoublée il y a un an avec l’ouverture d’une deuxième échoppe, rive gauche, boulevard Saint-Germain. Le secret des bonnes pâtes selon monsieur Zhang…

Il faut qu’elles soient bien façonnées c'est-àdire étirées pour acquérir onctuosité et fluidité. Les spécialités de la maison :

Les soupes de nouilles (autour de 9,50 €) et les nouilles sautées (autour de 11 €). Le conseil de monsieur Zhang pour les appétits bien aiguisés :

Les pâtes coupées au bœuf dans un bouillon pimenté du Sichuan (plat servi le soir uniquement).

Les pâtes vivantes Menus le midi autour du riz, 11 € autour des pâtes, 12 € Réserver le soir de préférence 46, rue du Faubourg-Montmartre, Paris 9e Tél. : 01 45 23 10 21 Lundi au samedi, 12h-15h & 19h–23h 22, boulevard Saint-Germain, Paris 5e Tél. : 01 40 46 84 33 Ouverture 7 jours/7, 12h- 15h & 19h–23h 10 —

9


mars 2011 |

9

— 11


la BonNE ÉTOILE texte Alexandre Hussenet / photo Audrey Wnent

NICOLA SÓN NICOLA SONNE

Nicola sonne ! Il a le son, et le sien est la "Samba-Chanson" : de la chanson française arrangée façon bossa nova ou plutôt de la samba adaptée au cadre de la chanson de chez nous ? À vous de décider. Nous lui avons donné la parole pour vous aider à vous faire votre propre idée.

Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

influence, c'est la chanson française. Mes références sont assez classiques : Brassens, un peu d'Henri Salvador, un peu de Nino Ferrer... et Gainsbourg ! Je reprends une de ses chansons dans mon album : les Sambassadeurs !... J'aime bien ces jeux de mots, la malaxation qu'on peut faire avec la langue française pour la rendre plus légère. Mais, j'aime aussi beaucoup la poésie : mon morceau Brise Marine est inspiré d’un poème de Mallarmé. Il y a aussi un côté Brel et un côté Nougaro, pour l'ouverture d'esprit et la richesse des influences.

Nicola Són (prononcez "sonne"), 30 ans. Parisien, j’ai vécu un an et demi au Brésil, et je viens de sortir mon premier disque qui marie musique brésilienne et chanson française. Vous êtes d'origine arménienne. Comment la J’avais sorti un premier maxi en 2005 en auto- bossa est venue vers vous ? Vous êtes tombé deproduction, déjà une predans par hasard? Les influences de mière ébauche de mon C'est un concours de travail mais plus un galop ma musique sont circonstances. J'étais très d'essai. Avant, j'ai joué doubles : la musique mélomane petit : en fouidans des groupes, plutôt brésilienne et la nant dans la discothèque afro-américains de funk, chanson française. de mes parents, je suis soul, reggae. tombé sur le morceau Ligia de Carlos Jobim, interprété par João Gilberto et Stan Getz. Quelques années plus tard, Quelles sont vos sources d’influence musicale? Les influences de ma musique sont doubles  : j'avais la manie de regarder chez des potes la d’abord, la musique brésilienne et en parti- discothèque qu'ils avaient. Je suis tombé sur culier tout le mouvement du «  sambalanço  » un truc appelé « sazz samba ». J'étais dans ma initié par Jorge Ben au début des années 60, phase jazz, j'ai écouté et me suis dit : tiens, mais aussi la bossa nova, la samba soul, la mu- c'est la même chose que ce que j'ai écouté il sique populaire brésilienne... Ma deuxième y a quelques années ! Je me suis mis dedans...

12 —

9


Quelle est votre actualité et quels sont vos projets ?

Depuis que j'ai fait le concert de sortie de mon disque à l'Européen, en novembre, plein de choses se sont passées. Je viens de faire une télé sur France Ô, l'émission « Ô rendez-vous ». On m'a interviewé au sujet du match France-Brésil pour un magazine de foot... Je vais repartir entre 3 et 6 mois au Brésil. Il me manque juste un tourneur en France ! J'ai tout le matériel qu'il faut pour en convaincre (show bien huilé, un album distribué dans les bacs, des radios...) Et par rapport au 9e, où il y a beaucoup de boîtes et de cabarets, y avez-vous un quartier général ?

Je n’ai jamais joué dans le 9e mais j'y suis né ! J'ai passé toute ma vie entre la rue N.-D.-de -Lorette et la rue du Faubourg-Poissonnière.

Ma maternelle était à Notre-Dame-de-Lorette, mon collège rue Choron... Je suis un titi parisien ! Un petit mot pour la fin ?

Les lecteurs du Bonbon aiment certainement les friandises donc, moi j'en propose une petite... subtile, légère, pas trop acidulée et doucement sucrée. Son nom ? "Parioca". Je conseille à tous de goûter ses saveurs. Album Parioca dans les bacs

Nicola Són joue le 4 mars au Satellite Café

dans le cadre du festival Paris-Brésil, et le 23 avril à la Bellevilloise. mars 2011 |

9

— 13


les Bons plans on a testé pour vous

depuis plus de 40 ans. Christophe Vesque a repris le flambeau de ce lieu il y a quelques années, et fait rimer modernité avec tradition, passé avec continuité, gastronomie avec bistronomie.

V

oilà une vieille adresse parisienne dont le nom se transmet de bouche à oreille pour qui veut régaler ses collègues, sa famille et ses amis. Cette institution existe

Le bonheur est dans l’assiette ! La recette ? Le service personnalisé du tandem chic et choc de Yannick et Robert, respectivement, 29 et 12 ans de maison, une ambiance feutrée, sobre, élégante et raffinée (boiseries, gravures et vieilles publicités signées de l’illustrateur Sem) et bien sûr la carte des mets et des vins, à la fois étoffée et indémodable. Des

intemporels tels le saumon fumé maison, le bar flambé au romarin, le soufflé glacé au Grand-Marnier, suprêmes d‘agrumes et tuiles à l‘orange… Dans l’ombre de cette carte qui met l’eau à la bouche : un jeune chef talentueux de 31 ans passionné par son métier, Thibaut Debain. Une adresse à noter absolument dans votre calepin, à la page « To do list » et « Bons plans du quartier. » Bistro Papillon 6, rue Papillon Lun. au ven. 12h-14h, 19h-22h, www.bistrotpapillon@orange.fr, Tél. : 01 47 70 90 03, A la carte: 30€ / Menus de 26 à 31€

La Pizzetta Les meilleures pizze du 9e ! par Adèle Brunel

U

n petit restaurant accueillant, simple et élégant comme ses moulures et ses plafonds anciens. La recette du succès ? La philosophie du lieu - « accueillir les gens comme des amis  » -, des recettes simples et savoureuses. La Pizzetta s’est vite imposée après son ouverture il y a 5 ans, comme une des meilleures adresses italiennes de la capitale. À la barre de ce restaurant intimiste et convivial, un chef sarde qui a l’art de mettre à l’honneur des plats de sa Sardaigne natale. Parmi elles : les fameuses pizze qui ravissent le palais, faites à partir de pâte blanche classique ou de pâte à la farine intégrale tout aussi goûteuse et savoureuse... La carte est renouvelée 3 à 4 fois par an. Vous pouvez acheter tous les produits utilisés dans les plats de La Pizzetta dans l’échoppe 14 —

9

d’à côté, la Saluméria. Ouverte 2 ans après son aînée, cette trattoria-épicerie est l’endroit où vous pouvez vous réfugier si La Pizzeta est pleine à craquer ! Même esprit de convivialité et même qualité (à la carte, la charcuterie et les antipasti sont juste un peu plus à l’honneur), ces deux adresses vont vite être vos préférées  ! Juste un vœu, s’il vous plaît, offrez à nouveau vos délicieux pralinés de Turin avec le café ! La Pizzetta 22, avenue Trudaine Tél. : 01 48 78 14 08 - Ouvert 7j/7 de 12h15 à 15h30 et de 19h15 à 23h (minuit les samedis et dimanches) La Saluméria – trattoria & épicerie 20, avenue Trudaine Tél. : 01 42 82 06 32 - Service continu 7j/7

© D.R.

Bistrot Papillon bistrot gastronomique par Émilie Pruvost


les bons plans Agnès Vessemont

© NAnaïs Clertant

Affären – Affsverige i Paris La Suède à Paris ! par

J

’ai rencontré Agneta dans sa boutique, alors qu’elle venait juste de sortir du four une de ces douceurs suédoises à la cannelle qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, les Kanelbullar. Joviale et attentive, elle me présente son « affären » (« boutique » en suédois), en commençant par… Son arrivée à Paris : 100 % Suédoise, elle a fait des études d’enseignante. Lors d’un séjour à Paris, elle tombe littéralement amoureuse de la ville… et d’un peintre portraitiste qui officiait à Montmartre. Après quelques années d’allers-retours Paris / Stockholm, elle s’installe définitivement dans notre capitale, et trouve soutien et solidarité auprès d’associations suédoises. Agneta aime travailler avec les enfants, possède un vrai don d’écoute et offre des coups de main à qui le veut. C’est ainsi qu’elle devient une sorte d’unité centrale qui rassemble bonnes adresses et bons conseils, les distribuant avec bienveillance. Elle connaît peu à peu « tout le monde », au-delà même de la communauté suédoise. Pourquoi l’épicerie  ? À l’église suédoise de Paris (17e), se déroule une fois par an une grande kermesse unique en son genre. À cette occasion, des camions entiers de denrées locales traversent les 1500 km séparant les Suédois de Paris de leur cher pays. C’est

l’occasion pour eux de retrouver le goût de la Suède. Agneta, regrettant de devoir attendre Noël pour remplir ses placards, décide en 2005 d’ouvrir une épicerie qui permettra aux expat’ de se fournir en marchandises locales. Qu’est-ce qu’on y trouve ? Pêle-mêle, des produits alimentaires (poisson, pain, céréales, conserves, bonbons…), des ustensiles pour la cuisine, des objets souvenirs aux couleurs de la Suède, des couvertures en polaire, des livres, des bougies, des produits de beauté, des revues spécialisées, des petites annonces (cours de suédois, offres/demandes d’emploi…) et Agneta, une ambassadrice hors pair qui aime mettre en relation les personnes et créer du lien. Affären n’est pas réservé aux Scandinaves en mal du pays. Tous les curieux sont invités, ceux qui ont fait le tour d’IKEA comme ceux qui, en secret, sont déjà tombés amoureux de Stockholm… Épicerie suédoise – Affären 17, rue Duperré Tél. : 01 42 81 91 75 www.affarenparis.com - agneta@affarenparis.com La boutique va très prochainement déménager dans le 9e. Restez attentifs aux news diffusées sur son site Internet. mars 2011 |

9

— 15


Le Bon Art texte Gaëlle Doret-Bélorgey / photo Baudouin

Baudouin À l'heure bleue Je vous invite autour d'un thé à la menthe avec Baudouin, un photographe épris des Parisiennes et de dérision.

P

endant ses études de commerce qui l'enthousiasment peu, « je ne me voyais pas travailler en entreprise pendant 40 ans », il se découvre une passion pour la photographie. On lui offre un appareil photo pour ses 20 ans, un Canon Réflex et c'est le déclic avec Henri Cartier-Bresson. « Il avait un sens de la composition qui était proche de la peinture. » Ses autres influences vont vers Elliot Erwitt et Martin Parr pour leur ironie et leur humour. «  Chez Erwitt, il y a davantage de poésie et chez Parr, la couleur domine », il se dit aussi sensible à la culture pop et kitsch et ses photographies relèvent parfois de la scène de genre contemporaine avec un certain goût pour la composition picturale. Il réfléchit longuement avant de répondre à mes questions. Qu'est-ce qu'une belle image ? «  C'est une photo dont on ne se lasse pas comme les photos de Harry Gruyaert, un esthète de l'image.  » Photographe belge de l'agence Magnum, il capte des moments subtils à l'heure bleue qui résonnent un peu comme un ennui sublimé, « des instants de douceur », souligne-t-il à plusieurs reprises. Un jour sans prendre aucune photo, est-ce possible ? « J'ai besoin de faire des pauses pour en

16 —

9

reproduire ensuite, il n'y a pas de quête quotidienne comme dans le photoreportage. Il faut être lassé. » Sa dernière lecture, Libre, seul et assoupi de Romain Monnery, est un programme sur l'art de ne rien faire, le syndrome de Peter Pan avec un brin de belgitude**. Et si, se lasser pour se relancer était le credo de Baudouin ? Lorsque je lui demande quelle exposition l'a marqué, il me dit attendre l'expo de Gruyaert. Avis aux Conservateurs du Jeu de Paume et de la Maison Européenne de la Photographie... Ses goûts musicaux sont éclectiques : «  soul, rock, jazz et aussi Moriccone  ». Il aurait pu embrasser d'autres carrières telles que DJ, antiquaire, disquaire ou devenir éleveur de chiens, une autre de ses passions. Son kaléidoscope est d'autant plus vaste que le portrait de ses rêves est celui de... la reine Elisabeth II ! « Parce que c'est le sosie de ma grand-mère et aussi parce qu'elle est inaccessible  ». Pas si improbable quand on porte le nom d’un roi (Baudouin de Belgique), mais il est plus facile de demander à sa grand-mère de se déguiser. Depuis 2004, il réalise des photographies d'anonymes et de personnalités chez eux. À travers cette démarche de rencontre entre le lieu de vie et son habitant, il cherche à « raconter l'intérieur de la personne  ». La narration se fait en image mais tout est contrôlé dans le cadrage, la lumière, sans oublier la relation qui s'établit sous son regard entre l'univers du


sujet et le sien. Il réfute le terme de portrait classique, sa quête est ailleurs, il aime le second degré et pratique, selon lui, « le portrait décalé... je ne recherche pas la beauté ». Quoique... Actuellement, il travaille une série de portraits sur les Parisiennes dans leur intérieur, ou plutôt sur l'image fantasmée de LA Parisienne : une femme qui a du chien, incarne une certaine branchitude, l'anticonformisme... Évidemment, son appartement a de l'allure comme elle. C'est étrange, je suis Parisienne mais ni branchée, ni... Attention, la belgitude pourrait gagner du terrain...

* Le syndrome de Peter Pan est un concept inventé par le psychanalyste Dan Kiley dans les années 80. Il caractérise l'angoisse générée par l'idée de grandir. **La belgitude est reliée au sens aigu de l'autodérision des Belges concernant leur identité. www.baudouin.fr

Ses adresses dans le quartier Plus de bruit, disquaire,

35, rue de la Rochefoucault Le Pétrelle, 34, rue Pétrelle mars 2011 |

9

— 17


Le BON en arrière texte Gerald Ritter & photo la gare Saint-Lazare vue par Monet

Le 9 , berceau de l’impressionnisme e

Si la foule s’est pressée au Grand Palais pour admirer les chefs-d’œuvre de Monet, chef de file de l’impressionnisme, peu de personnes savent que ce courant artistique est né dans le 9e. Hasard de l’histoire. En 1840, Claude Monet naît au numéro 45 de la rue Lafitte avant de partir pour Le Havre à l’âge de 5 ans. En 1876, le peintre participe au 16 de cette même rue, (alors véritable centre parisien du commerce d’art), chez le mécène et collectionneur Durand-Ruel, à la deuxième exposition d’artistes aussi inconnus que lui et dont les noms ont depuis gagné la postérité  : Renoir, Degas, Pissarro, Berthe Morisot, Sisley. Leur courant est l’objet d’une critique acerbe à laquelle il devra paradoxalement son nom : en 1874, Monet présente Impression soleil levant. Louis Leroy, journaliste au Charivari, qualifie son tableau d’ « impressionniste », dans le sens où il le juge inachevé, quand la règle commune commande d’obtenir un rendu lisse, sans trace du travail du peintre. La jeune génération va reprendre cette appellation péjorative pour l’élever au rang de manifeste. 18 —

9

En effet, son but est de traduire des impressions visuelles directes en se basant sur une spontanéité du regard, un « œil naturel » et en même temps sophistiqué,  grâce au cadrage ou au flou qui rappelle celui du regard et traduit la vitesse, le mouvement. Nouveau regard, nouvelle manière de peindre, mais aussi nouvelles techniques et nouveaux sujets : les chevalets portables, les peintures en tubes, permettent de sortir de l’atelier et de capter la lumière, et les sujets mythologiques et historiques laissent place à la vie ordinaire. Inspirés par Turner, Corot, Boudin, Courbet et l’art japonais, les artistes le sont aussi par le courant de pensée positiviste et la croyance dans le progrès humain symbolisée par le chemin de fer, dont témoignent les variations de Monet sur la gare Saint-Lazare. Dénigrés, les artistes vivent dans la misère et sont écartés du Salon officiel. Pour survivre, ils fondent une coopérative et, grâce à de rares mécènes éclairés, tiennent leurs propres salons. En 1884, la communauté d’artistes se sépare. Monet s’installe à Giverny, Cézanne en Provence, Gauguin à Pont-Aven puis aux Marquises, tandis que l’impressionnisme enfante à son tour le pointillisme, le fauvisme puis le cubisme.


LA BOMBE BONNE photo Virginie Notte www.modernpin-up.net

MODèLE Amélie www.freyia_modele.bookfoto.com


le bon look photo AMÉLIE CHASSARY

D&D

ameliechassary.com

/ styliste ANTHONY LEE WATSON

Dorothée Consultante chez Albertine & Media / Agence conseil en communication

Robe Asos / www.asos.fr Lunettes : Mamie / 73, rue de Rochechouart Paris 9e www.mamie-vintage.com

20 —


David Directeur Boutique GAP / Faubourg-St-Antoine Paris 12

Chemise et veste Philippe Alvergne www.tremblay-alvergne.com Lunettes : Mamie / 73, rue de Rochechouart Paris 9e www.mamie-vintage.com

mars 2011 |

— 21


22 —


LE CASSE bonbon texte macha binot

G ro ha es t K pi à t us es ta es NTM nous balançait du Paris sous les Bombes, Le Bonbon titrerait en 2011 « Paris under contrôle »… mais pour notre sécurité bien sûr !

L

e hurlement des gyrophares, le tourbillon de ces couleurs criardes, nous fait froid dans le dos !! Présence policière renforcée dans les quartiers paisibles… Non, disons «  à moins fort taux d’exposition à la violence  ». Pas un coup d’accélérateur sans un coup de matraque verbale, pas un stationnement temporaire sans un papillon sur notre pare-brise ! «  La Paix  !  », occupez-vous des vrais no man’s lands les cops ! Prévention abusive plutôt que protectrice, on s’y retrouve tous ! Pourtant toute la ville n’est pas logée à la même enseigne. Cette pression des «  Ouins Ouins  » des flics commence à formater la ville, le déséquilibre sécuritaire en forme le quadrillage. Regroupement notable dans les zones urbaines à « fort caractère sympathique » et manque cruel d’effectifs dans les zones de guérillas. Pouvoir se sentir en sécurité, chacun aspire à l’être, de

la Goutte d’Or au Marais, mais tous dans le respect de sa vision de la rue. Pendant que Stéphane Hessel cartonne avec Indignez-vous, nous, nous pourrions lever le poing contre cette oppression à la 1984 ! On ne peut bouger un doigt sans faire un écart ! Mais vous vous imaginez respecter les règles complètement ! Très peu français ! Et puis cette légitimité qu’ils ont à pinailler ! Les agents assermentés ont intérêt à corriger leur bichromie sonore pour être mieux intégrés dans l’espace urbain et peut-être mieux acceptés  ! Et puis quel vromissement version US à chaque débarquement, réguler votre vitesse, la zone est limitée ! Dans ce combat ghetto, une lutte serait à mener contre cette nuisance sonore qui est un rappel à l’ordre public. «  Public  » qui devrait nous représenter mais que tous critique ! Tapage nocturne, diurne, verbal, sonore  : nos oreilles sont suffisamment agressées pour que nos agents de la paix déclarent une fausse guerre aux rebelles des bacs à sables. Messieurs les policiers, entrés dans le vrai Gansta Paradise ! mars 2011 |

— 23


Le BON livre texte justine cochu

sex æquo

L

ecteurs adorés, lectrices chéries, avec un titre pareil, vous pensez peux-être trouver dans cet article un guide sexuel où nous allons vous balancez des cucuteries, et bien non! C'est raté! Cette fois, nous rencontrons un psychiatre, psychologue et auteur, Jean-Paul Mialet. Il dévoile dans Sex Aequo une aide précieuse à tout humain de plus de 18 ans. Les Bonbons, soyez avertis, ce qui suit risque de vous faire mater le sexe opposé et plus seulement de la tête au pied ! Qui n’a jamais souffert d’une rupture, d'un échec amoureux ? Qui ne s’est jamais demandé à quoi pensait cet homme ou cette femme au loin ? Qui n'a jamais ressenti ces alchimies déroutantes entre les deux sexes ? Nous sommes tous enclins dans notre vie à tomber amoureux  ! Aimer d'ivresse… de passion… Nous avons « tous » besoin d'aimer et surtout d'être aimé. Mais dans le tourbillon de la vie, on trompe, on fait mal, on se sépare, à dire vrai, personne ne se comprend. Mêmes besoins affectifs mais deux corps et deux visions divergentes. En ce début de printemps, aux bourgeonnements des résolutions, faisons la lumière sur notre 3e sexe… celui qui comprend mieux ! Grâce à son vécu de psychiatre, Jean-Paul Mialet

24 —

nous livre dans son dernier ouvrage : « Sex Aequo, le quiproquo des sexes. » une explication moderne et sans complexe des relations amoureuses. Le livre se penche sur le sexe, l'érotisme, les plaisirs tabous et l’amour... Ah, l’Amour ! C'est en effet une étude bien sérieuse et scientifique, qui ne se permet pas d'être culottée ! En exemple, saviez-vous qu'un fœtus a des émotions sexuelles ? Ou encore qu'il est vital d’aimer comme de manger ? Jean-Paul Mialet répond de manière complète et d'un point de vue scientifique à une panoplie de questions sur l'attirance, le désir et le charnel. A la suite d'une discussion d’hommes, notre auteurprofesseur s'est rendu compte de l'incompréhension totale entre les deux sexes. La preuve est ainsi faite que nous avons besoin d'être guidé à tout âge dans nos relations à l’autre. Amis du Bonbon, nous voilà légitimés dans la redondance des questionnements sur nos amoureux ! Un conseil : aimez-vous mais aimez-vous bien ! Allez et partez à la (re)conquête du sexe opposé armés de toutes ces Vérités simples mais efficaces !

Sex Aequo : le quiproquo des sexes Jean-Paul Mialet Edition Albin Michel - 22€


mars 2011 |

— 25


Le bon moment texte Pierre-Louis Colin

Entre frimas et canicule Le moment est venu de passer au Plan B

I

l y a les matins frais comme des chairs d’enfants, le silence soudain bienveillant d’aubes moins agressives.

Il y a les fins d’après-midi arrachées aux diktats de l’heure d’hiver, dans la tiédeur toute relative d’une lumière aux reflets blancs. Il y a les premières terrasses, toujours audacieuses et que l’on finit par regretter un peu, la bière trop froide mais pourtant agréable, les mains serrées contre la taille pour tenter de se réchauffer. Il y a des jambes nues de femmes, pâleurs virginales dévoilées pour la première fois, dans les yeux une timidité bien loin des crâneries de septembre, quand l’été aura repeint d’orange les jolies Parisiennes. Il y a des jupes légères, des débardeurs évanescents, des teeshirts aériens qui sont autant de pieds de nez à la pudibonderie jadis imposée par l’hiver. Il y a ces salades composées que l’on prépare consciencieusement pour se croire déjà en été, comme s’il était temps de s’imaginer sur les plages. Il y a ces fruits qu’on espère de saison, malgré l’ombrageuse conscience d’une empreinte carbone 26 —

maculant désormais jusqu’à nos plaisirs les plus simples. Il y a la bourriche d’huîtres qu’on avale en vitesse, les joues chauffées par le soleil timide autant que par le sauvignon aux parfums citronnés. Il y a les longs week-ends à la campagne, air vif et soleil bas, dont on revient au soir tombant, ému de découvrir le long de nos boulevards le vert acide des premiers bourgeons sur les troncs décharnés des arbres. Il y a les squares de quartier dans lesquels résonnent à nouveau les rires des enfants, oiseaux de bon augure chantant le refleurissement du bitume. Il y a une ville qui change de rythme, de parfums, de couleurs, une ville qui nous entraîne dans une aventure attendue mais pourtant captivante. Il y a des sourires entêtants comme des refrains d’Italie. Il y a la conviction que le plus beau est à venir, qu’il sera bref et incertain. Il y a le printemps qui arrive et nous tape sur l’épaule d’une main amicale. Alors, soyez gentils, cessez de faire la gueule. Merci Charles, je te revaudrai ça.


.fr sur tous les ĂŠcrans Ă partir du 15 mars


le Bon astro votre horoscope, par aimée & Maya

BÉLIER 22 mars / 21 avril La période risque d’être quelque peu déroutante pour les natifs du bélier. Soyez cool et tentez de prendre les choses à la légère, si vous rencontrez quelques difficultés de compréhension avec votre entourage, essayez la diplomatie et le dialogue reprendra.

CANCER 23 juin / 21 juillet Vous pourriez bien avoir quelques surprises côté cœur. La période s’annonce douce et harmonieuse. En couple, vous vivrez des moments de bonheur intense auprès de votre partenaire. Célibataires, soyez prêts, les rencontres seront enrichissantes.

TAUREAU 22 avril / 22 mai Essayez de ne pas perdre de temps inutilement. Période de turbulence à l’horizon ! Vous devrez vous battre pour atteindre vos objectifs. Ne vous laissez pas influencer et tout devrait se passer à merveille.

LION 24 juillet / 23 août Vous allez enfin atteindre vos objectifs. Vous avez eu quelques contretemps, mais vous allez enfin voir le bout du tunnel. La période sera positive malgré vos doutes, les contrats se préparent et se signent. Changements bénéfiques en prévision !

GÉMEAUX 22 mai / 22 juin Et oui pour vous la vie sera belle pour ce mois. Vous n’aurez rien à craindre pour les engagements et les concrétisations professionnels. Vous pourrez donner un nouvel élan à tous vos projets. Appréciez chaque plaisir à sa juste valeur.

VIERGE 24 août / 23 sept.

Ne cherchez pas à vous mettre trop en avant. La période n’y est vraiment pas favorable. Ne baissez pas les bras pour autant. Profitez de cette période de répit pour trouver de nouvelles voies à explorer.

découvrez votre avenir avec Esther, Maya et leur équipe. Pour en savoir plus sur les moments forts de votre vie. N’attendez plus.

01 75 43 08 55 Appel non surtaxé

26 —


le bon astro

BALANCE 24 sept. / 23 oct. Cessez de vous lamenter de la sorte, ce n’est pas dans vos habitudes. Vous aurez besoin de positiver si vous voulez aller au bout de vos entreprises. La période vous apportera quelques bonnes surprises. Sachez en profiter !

scorpion 24 oct. / 22 nov.

Ne vous laissez pas influencer par votre entourage. Vous aurez tout intérêt à prendre les décisions par vous-même si vous ne voulez pas avoir de regrets par la suite. Servez-vous de votre intuition au lieu d’écouter les ragots.

SAGITTAIRE 23 nov. / 22 déc. Même si ce n’est pas encore le printemps, faites du ménage si vous voulez y voir plus clair. Ne vous laissez pas dépasser par les formalités administratives, ou vous aurez du mal à aller au bout de vos projets. La période vous incite à clarifier les choses.

CAPRICORNE 23 déc. / 20 jan. L’amour sera au centre de votre vie. Si vous êtes célibataire, Cupidon pourrait vous faire croiser l’âme sœur. En revanche, si vous êtes en couple, évitez de vous laisser duper par un partenaire occasionnel. Vous avez tout à gagner à miser sur l’honnêteté.

VERSEAU 21 jan. / 19 février De nombreux retards risquent de vous mettre les nerfs à vif durant cette période. Ne cédez pas à la panique si vous n’avez pas envie de retarder les échéances. Plus de rigueur, un peu d’organisation et tout rentrera dans l’ordre.

POISSON 20 fév. / 21 mars Vous devrez utiliser toutes vos qualités et agir avec diplomatie dans tout ce que vous entreprendrez durant cette période. N’imposez pas vos idées avec humeur si vous voulez être entendu(e). Misez sur la communication pour éviter les malentendus et vous aurez gain de cause.

mars 2011 |

— 27


PLEAAASE le bonbon recherche dans le 18e arrondissement un appartement minimum 35m2 si vous même ou autour de vous vous entendriez des échos de super bon plan n'hésitez pas à me joindre au 06 27 96 75 82. merci beaucoup de votre solidarité et bonne année

Alexandra, économise ta salive pour tu sais quoi !

Recherche atelier dans le 20e appelez le 06 22 36 20 88

Vous aussi passez votre annonce sur tout paris !

annonce@lebonbon.fr 45 euros les 60 caractères s a

10

p

2

u

e

p

m g a t

5

r n

e

o

t

e

n

d

i r

e

e

n e

p e

e

n

o

7

l

p

y

s

13

z

e

e 1

e

e

e

m

a

6

4

a

e

m

v

r u

s 15

e

a i

r

n

p

i

i

d

e

lin

l

d

e s

st

hu

i

i

s

e

3

i'm

P

12

s e

e

s

n

i c

m

r

9

e

8

a e

p

o

14

i

u

e s

l

d

E VR VI X, UR EU PO UR NS É ! HE IVO CH V OU C ay

yd

er

ev

Cherche à louer 100m2 dans le 9e 06 33 54 65 95

a

11

16

B ON B ON 3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

Benjamin, Ça sent bon les légumes du soleil dans ton pontage ! (accessoirement, je t'aime)

Artwork : Sikko Baltus

2

15

28 —

Bertrand, il serait temps que tu renvoies l'ascenseur mon loulou ! ;-)

1

Le petit Bonbon va naître, je flippe grave !

César arrive… Vive l'empereur !

pas un mois sans le

JEUNE FEMME, 38 ans, expérience professionnelle, excellente présentation, sérieuse et motivée, bonne connaissance des parfums, des produits cosmétiques et parapharmaceutiques, recherche poste dans ce type d’activité. Tel : 01 45 82 72 27


e ev

Emmanuelle, la vérité, tu me fais plaisir !

On en a plein les bottes de ce temps pourri !

Arnaud je t'adore mais je sais plus quoi faire de toi…

r

T+

4

T

Edouard, tu déconnes de plus en plus… Et ça commence à devenir problématique

Tu aimes la nitroglycérIN C’est au Bus Palladium qu’ ça s’écOUT Rue Fontaine Il y a foul’ Pour les petits gars de Liverpool Serge G.

14 Fevrier 2009: Lui:" I want to lick your ..." Elle:"Really? i want much more..." 14  Fevrier 2011 :  Elle:"  Merci pour ces 2 années de rires, de tendresse, d'amour fou! Merci pour le présent et pour le futur avec notre mini-nous qui debarque au printemps et avec onyx the cat.  Je t'aime. SSP/SPS.

laurene, la meilleure piqueuse de paris

! recrute

macha on est trop contents que tu sois là !

•stagiaires •commerciaux •CHEF DE PUB

Nicolas Centre, va falloir que tu décolles !

Merci d’adresser vos candidatures par mail : recrut@lebonbon.fr

Artiste peintre diplômée d'arts plastiques et histoire de l'art, propose cours à domicile le mercredi après midi. Me contacter au par mail : cess.collas@gmail. com

David, range ton sabre laser

Valentine, t'es bonne toi !

mars 2011 |

— 29


la bonne parisienne texte Sandra Serpero / illustrations paulina leonor

FLOWER POWER 1- Des fleurs à nos pieds Avec ces derbies en tissu joliment fleuri, on ajoute une touche bucolique à nos looks de printemps. Derbies à fleurs Anniel – 90 € www.anniel.com

2- Poétiquement fleurs Dans la boutique « Les Invasions éphémères », les lignes d’accessoires et de bijoux redonnent vie à nos imprimés fétiches, Liberty en tête ! Photo : porte monnaie coton imprimé, 19,95 € Les Invasions Ephémères, 14, rue Commines, Paris 3e

3- Du monde au balcon… Graines de mauve, de souci et de bourrache : pour croquer la nature à pleines pétales, ces jolies fleurs gracieuses et colorées s’acclimatent facilement et tapissent avec générosité vos jardinières et même vos salades ! Fleurs à croquer bio Nature & Découvertes – 8,95 € www.natureetdecouvertes.com www.day-use-hotel.com

5 – À fleur de peau On s’offre un bain purifiant aux pétales blancs et aux huiles parfumées relaxantes, hommage à la déesse qui sommeille en vous. Spa Anne Fontaine, bain de la déesse, 40 minutes, 95 € 370, rue St-Honoré, Paris 1e Tél. : 01 42 61 03 70 30 —

4- Royaume végétal Pour se gorger de fleurs et découvrir les espèces des quatre coins du monde, direction les serres du Jardin des Plantes entièrement rénovées. Un lieu magique pour contempler la nature de très près. Jardin des Plantes, 57, rue Cuvier, Paris 5e www.mnhn.fr Ritz Paris, infos et réservations au 01 43 16 30 80


le Bon jeu mots fléchés par gérard sima Nombreuses à Paris

- Guéménée (4e)

Mangez

Salle de concerts (L'-) 7

Devise japonaise

3,14

Tels des centres 11

1

Rue du 18e ( J.F-) Inattendue 15

Pont du 16e ( d'-)

Avenue du 11e et du 12e (du -)

A la fin du goûter

Station de métro

Rue du 14e ( de l'-) 12

Artère du 8e (de-) 4

Bien potassé

L'Aquarium du Trocadéro leur conviendrait

Rue du 18e (du - ) 9

Prénom féminin peu donné

Cimetière réputé (- Lachaise)

Du Berry ou du Poitou

Première venue

Contrariété

Rue du 2e (du - )

Son début est prévu le 20 mars

Accepter un défi

Matin à Londres

Sigle militaire

Dans la capitale

Cours court

Coup de main

Dans les Puces

Rouleur chiffré 5

2

Annexes d'un livre Père des Mystères de Paris

10

13

Plus sous surveillance

6

8

3

14

Après zéro Vote

Après avoir reporté une à une les lettres des cases numérotées à celles contenues dans la frise située ci-dessous, vous parviendrez à la découverte de notre message mystère :

1

32 —

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

B O N B O N

12

13

14

15


Clichy-montmartre billards / multicolore / tables de poker

ouvert tous les jours de 13h à l'aube 84, rue de clichy Paris 9e 01 48 78 32 85

clichy-montmartre.com — pokercm.fr Pièce d'identité obligatoire — Interdit aux mineurs


Le Bon Homme texte par Agnès Vessemont / photo Nicolas Aristidou

ATTENTION CHANTIER WORK IN PROGRESS à l'ESPACE D'EN BAS On écarquille d'abord grand les yeux devant la vitrine de ce lieu d'exposition pas comme les autres. La salle est petite, les murs blancs et dépouillés, le mobilier se résume à un étroit escalier en colimaçon, et les accrochages sont souvent minimalistes. Ce soir, par exemple, la pièce est vide et seule une grande photographie énigmatique vous accueille. Vous êtes dans l'Espace d'en Bas, galerie d'art expérimental conçue par Franck Blais et Jean-Louis Chapuis, deux amis graphistes qui ont ouvert leur agence juste en haut.

d'artistes. Il ne faut pas vous attendre à une exposition commune de tableaux ou de photos agréables, dociles, faciles à s'approprier. Ici la programmation est pointue et reflète une création moins évidente, qui s'offre aux curieux, à ceux qui osent franchir le pas. Les thèmes ne viendront pas à vous facilement, il faudra questionner, lire, communiquer avec les artistes ou nos deux « galeristes » du haut.

Architectes, créateurs, éditeurs, amateurs avertis, artistes... Se retrouvent ls ont emménagé dans ici des personnalités aux Ils ont trans- démarches ou sensibilités le 9e pour monter une agence de graphisme formé cet essimilaires, désireuses de indépendante. Tous deux pace en bas de sortir de leur isolement amateurs et acteurs d'une leurs bureaux, pour nourrir leur propos, création contemporaine leur savoiren espace dédié etfaire,diffuser particulière et subtile, ils échanger leurs points ont transformé cet es- à la création et à de vue. Cette galerie a pace « de trop » en bas de son émulation. l'ambition d'être un pôle leurs bureaux, en espace d'attraction, un laboradédié à la création et à son émulation. Leur toire d'idées et de projets d'artistes émergents programmation reflète cette propension à une comme confirmés. Et les voisins qui se demanexpression plastique, sonore, visuelle ou écrite dent bien ce qui se passe derrière cette vitrine, expérimentale. toujours plus ou moins en «  chantier  ». On entre plus facilement ici que dans une galerie Cela fait près d'un an et demi que s'est ouvert plus conventionnelle, avec moins d'appréhence lieu de production et de soutien aux projets sion. Il faut dire que cela ressemble parfois à

I

34 —

9


un emménagement, ou à un commerce en rénovation. Alors il arrive qu'un quidam entre et demande « vous avez besoin d'un coup de main  ?  » ou «  mais qu'est-ce que vous fabriquez là-dedans  ?  » Les passants, les résidents commencent à s'habituer, à revenir, et osent se confronter aux accrochages les plus surprenants : là une exposition faite uniquement de cartels (« mais, où sont passés les tableaux ? »), ou encore ces tréteaux dressés le long du mur, où jour après jour sont accrochés aléatoirement des vêtements (« je peux aussi mettre ma veste

sur ce porte-manteau ? »). On a envie de savoir ce qui se passe dans l'espace, et d'aller à la rencontre des ces nouveaux next-door neighbours. Connaisseurs comme non avertis, tous sont les bienvenus dans ce petit espace bouillonnant riche en événements inattendus et en rencontres inoubliables.

L'Espace d'en Bas 2, rue Bleue www.warmgrey.fr

mars 2011 |

9

— 35


les Bons shops

© Emilie Pruvost

les nouvelles boutiques du quartier

Communiqué

Caprice de luxe

L’art de la joaillerie de mère en fille

Une petite boutique décorée telle une alcôve : bienvenue chez Jocelyne Mouton et sa fille Cécile Guérin. Murs gris perle, miroirs ciselés au style baroque joliment revus et modernisé, vieilles estampes de revues de mode du début du siècle dernier, de beaux sièges vous tendent les bras pour vous y lover et essayer des parures que la boutique expose comme de multiples tentations. Les bijoux sont une véritable histoire de famille : Cécile a grandi, baignée dans l’univers de la joaillerie, dans la boutique de bijoux anciens et modernes (achet, vente, expertise) que ses parents tiennent à Nantes et à Quiberon. Son chemin de vie la mena naturellement vers les études de gemmologie tout comme sa mère, des années plus tôt. Les chemins de Jocelyne la mènent, elle, vers des contrées lointaines où elle aime aller acheter directement ses pierres précieuses  (saphirs, rubis, émeraudes et autres opales) : au Sri Lanka, en Thaïlande, à la frontière birmane… Ce qui explique la qualité exceptionnelle et les prix très doux des bijoux que notre couple mère-fille propose, car elles ne passent par aucun intermédiaire. Laissez-vous tenter par leurs bijoux anciens et modernes : les bijoux arts déco par exemple qu’elles proposent, mais aussi les merveilles de style années 50, 36 —

9

les médailles anciennes. Vous pouvez aussi apporter de vieux bijoux en or et bénéficier de leurs conseils pour faire réaliser sur mesure le bijou de vos rêves, photo ou dessin à l’appui. Elles feront réaliser ce dernier par un créateur-artisan italien près de Venise. Caprice de luxe, c’est la possibilité de s’offrir une création originale, de craquer pour des bijoux anciens que la boutique réserve aussi en dépôt-vente. L’âge et les goûts de Jocelyne et Cécile se complètent à merveille pour apporter conseil et insuffler intemporalité et modernité aux bijoux qu’elles proposent pour toutes les femmes, tous les goûts et tous les budgets. La pierre préférée de Jocelyne : « L’opale est à la fois étrange et fascinante. » La préférence de Cécile : « J’adore le saphir, les inclusions qu’il y a à l’intérieur. » par Adèle Brunel

22, rue Vignon Tél/Fax. : 01 53 43 09 59 joailleriecapricedeluxe@orange.fr Du mardi au samedi 10h30 à 19h www.bijoux-anciens.com


© Emilie Pruvost

© DR

les bons shops

Communiqué

Après la pluie

My Place

décoration, poésie, bijoux & Cie

sera la vôtre

Voici une toute nouvelle boutique à découvrir, quel que soit le temps.

Voilà un mois que Cathy a ouvert ce petit salon de thé niché rue Saint-Lazare. Le sucré, elle s'y connaît : c'est elle qui se cache depuis 10 ans derrière les créations pâtissières du salon de thé du musée de la Vie romantique.

L’esprit maison de cette boutique, aux vitrines baignées de lumière, y est pour beaucoup, les collections de bijoux fréquemment renouvelées selon les coups de cœur de Catherine Huberty Pigounides aussi. Cette ancienne productrice de festivals et d‘artistes (entre autres d‘Enzo Enzo, Nino Ferrer, Bratsch…) a décidé de se reconvertir à un autre type de création après plus de vingt ans dédiés à la création musicale. Cette boutique est en quelque sorte un prolongement d’elle-même : son empreinte se ressent qu’il s’agisse du fond sonore musical (ce jour, l’album Après la pluie de Daniel Mille, qu’elle a d’ailleurs choisi comme nom éponyme pour sa boutique), des lumières (qu’elle a fait installer par un éclairagiste de théâtre), l’esprit chaleureux de la déco intérieure. Un lieu, vous l’avez compris, original avec une âme. Ici, vous trouverez des bijoux que vous ne verrez nulle part ailleurs : des petites séries à prix très doux, en émail, en résine, en laiton, des meubles retapés, des objets déco… Couleurs et formes sont à l’honneur ! Plein d’idées cadeaux pour soi et pour offrir. Qui sait, peut-être y croiserez-vous la marraine de cœur du lieu, Olivia Ruiz ! par Adèle Brunel 65, rue Condorcet Du mardi au samedi 10h-19h, lundi 14h-19h sur Facebook : Après la pluie boutique

Ce lieu, Cathy l'a fait à son image, doux et chaleureux : "J'ai voulu créer une atmosphère comme à la maison" et "prendre le temps de m'occuper des gens". Les motifs floraux de la décoration faite d'objets chinés n'est pas sans rappeler le Musée, sa deuxième maison. À deux pas de la boutique Les cakes de Bertrand, My Place ravira les nostalgiques des cakes disparus de la marque recentrée depuis quelques années, sur les produits dérivés. Le cake conjugué, c'est la spécialité de Cathy. Fondez pour celui à la fleur d'oranger, fait avec de l'essence de fleur d'oranger très parfumé, mais aussi les crumbles, les cheesecakes... Le salé est aussi à l'honneur dans des formules douces pour le porte-monnaie. Ici, tout est fait maison, cuisiné le jour même, avec des produits frais. Le ton intimiste du décor prête aux confidences, aux petits déjeuners et déjeuners d'affaires. par Émilie Pruvost

18, rue Saint-Lazare Tél. : 01 40 82 90 94 Lun. au ven. 9h-17h et sam. 9h-19h, formules entre 8,50 et 12 €, plats uniques autour de 4,50 € mars 2011 |

9

— 37


Le Bon Chausseur texte Émilie Pruvost / photo Manuel Brûlé

Septième Largeur Deux générations conjuguent leurs talents Une vitrine lumineuse où sont exposées de belles chaussures masculines, murs gris, peintures et lampes chinées à l’île de Ré : vous êtes dans le show-room intimiste de la marque Septième largeur. Calme, minimalisme et élégance se dégagent du décor ce qui n’est pas pour déplaire à la clientèle de fidèles, curieux et amateurs qui défilent le temps d’une pause-confidence avec nos artisans passionnés. Avis aux amateurs de chaussures de qualité, rencontre avec deux pointures du métier.

L

es multiples vies de Marcos Fernandez, une pointure confirmée

Parfait autodidacte, on doit à notre artisan, la conception/réalisation de souliers et la création de plusieurs marques dont ses deux dernières en date, Markowski et Septième Largeur ; la création en France de marques reconnues (Doc Martens, Sebago, Bowen et Emling, tous les modèles cultes de la maison Paraboot dans les années 80) ; des collaborations avec l’une des plus grands stylistes de renom (Agnès B pour ne citer qu’elle). Notre pionnier de la chaussure a eu l’idée de lancer son site web de vente en ligne il y a trois ans. Depuis, les ventes s’envolent dans la France entière et hors de nos frontières. Une filiale vient même d’ouvrir en plein cœur de Madrid. Une maison dans l’air du temps… 38 —

9

Notre artisan a su s’adapter à notre époque. Vendre directement du fabricant au consommateur, lui est paru une évidence. Et notre homme avait raison. Le fait de disposer de structures légères (deux ateliers-show-rooms rue Saint-Lazare et rue de Paradis), permet de réduire les coûts fixes et d’éviter aux prix de décoller, rendant ainsi accessibles des chaussures de plus haute qualité. Notre homme sait s’adapter et devancer les souhaits d’une clientèle exigeante. Le changement chez les clients ces dernières années ? Le souci d’allure (le « look ») et le confort. Marcos et son neveu proposent des «  chaussures rustiques et élégantes à la fois  », personnalisables sur demande (patines magnifiques, rendu marbré, grâce à des cires uniques dont seuls nos deux hommes ont le secret). Modernité des modèles rime avec intemporalité. Les chaussures sont réalisées pour être parfaitement adaptées à votre pied. … qui perpétue l’art de bien chausser

Notre artisan est intarissable sur l’art de confectionner les chaussures, un art qui se traduit par une accumulation de détails qui finissent par sublimer et transcender le tout. C’est dans le montage des chaussures que réside la valeur ajoutée des souliers : celles-ci sont cousues par des mains habiles, humidifiées puis séchées sur forme, le chevillage en bois car « plus souple et plus solide, cela ne bouge pas dans le temps et procure un confort in-


comparable ». À la lumière des confidences de Marcos Fernandez, je comprends la différence entre chausseur et marchand de chaussures. Le savoir-faire, l’amour du travail bien fait et la qualité du conseil placent sans conteste notre homme dans la 1ère catégorie. La noblesse du métier en partage

Marcos Fernandez passe le flambeau à son neveu Mathieu Preiss qu’il forme et perfectionne à ses côtés. L’élève excelle déjà dans l’art de patiner : bientôt, il surpassera le maître. Une belle

histoire se perpétue grâce à ce clin d’œil entre générations. La relève est donc brillamment assurée grâce à un savant dosage d’estime et de complicité.

Septième largeur

59, rue Saint-Lazare - Tél. : 01 55 32 33 10 www.septiemelargeur.fr Chaussures pour hommes et femmes personnalisables à la demande. Ouverture 10h–19h mars 2011 |

9

— 39


les bons petits diables texte & Photo Adèle Brunel

Le Petit Roi

La nostalgie de l’enfance Christian Journé, amoureux des livres, a ouvert voici bientôt 1 an et demi, sa boutique aux trésors, passage Jouffroy, réalisant ainsi après plusieurs vies (professeur, bouquiniste sur les quais de Seine), un rêve d’enfant. Avis aux amateurs, bibliophiles confirmés et néophytes : cette librairie est une invitation à la découverte, celle de se laisser bercer par les mots et les images actuelles et d’un autre temps. Nostalgie quand tu nous tiens.

V

ous exercez un métier de passionné. Vous êtes tombé dans la marmite petit ? À 7 ans. J’ai eu la chance d’avoir un grandpère exceptionnel qui avait une belle collection. Lui-même avait un grand-père collectionneur. Pour ma part, je n’ai pas de descendant. J’espère que ma collection ira à la médiathèque de Michel-Édouard Leclerc (l’actuel président du groupe Leclerc, le plus grand collectionneur à ce jour), si elle voit le jour, ce que j’espère. Quel est le dénominateur commun de vos col40 —

9

lections ? La transversalité : géographique (on trouve dans ma boutique des BD italiennes, des comics anglais, américains…), chronologique (elles s’étalent sur 150 ans). La clientèle est intergénérationnelle. Qu’est-ce qui fait la valeur d’un album ? L’offre et la demande. C’est en chinant avec mon grand-père que j’ai appris à connaître le produit, le marché. Quels sont vos projets ? Organiser des signatures. Ce mois de mars, je reçois l’auteur de « Bouncer », François Boucq, un virtuose du dessin. Il viendra avec ses créations, et dessinera sur commande. Vous l’avez compris, un événement à ne pas rater.

Le petit Roi 39, passage Jouffroy Bandes dessinées (neuf, occasion, collection) et livres d’enfants anciens Ouvert tous les jours de 11h à 19h Tél. : 01.40.22.94.60 – www.petitroi.com


texte & Photo Émilie Pruvost

Les lectures rêvées de Yakouta Yakouta, 11 ans, petite voisine de Christian, fréquente souvent Le petit Roi et aime y emprunter des livres. Au premier étage, entourée d'albums de toutes parts, elle me confie, des étoiles dans les yeux, ses livres coups de coeur avec une maturité étonnante.

T

u viens souvent chez Christian ? Ça m’arrive de venir lire à l’étage. J’emprunte des livres de la bibliothèque rose et la bibliothèque verte. Grâce à lui, j’ai découvert des livres que je ne connaissais pas. Que préfères-tu lire ? Les contes. Quelle est ta lecture du moment ? Les contes des frères Grimm. Quelles sont tes BD préférées ? Max et Lili et Tom et Nana. Si tu étais un personnage de conte… Ce serait Cendrillon ! Que recherches-tu dans tes lectures ? Les fris-

sons, la découverte, l’émotion… ? Le rêve. Penser à ce qui m’arrivera peut-être plus tard, à ce que je pourrais faire dans ma vie d’adulte. Quel est le conseil que tu peux donner aux petits lecteurs du Bonbon ? Je leur conseille de lire plus de livres intelligents ! Moi, j’ai beaucoup progressé en lisant : j’ai amélioré mon vocabulaire et mes rédactions. Quel est l’auteur que tu recommandes en particulier? Jacqueline Wilson. Elle raconte si bien des histoires! Qu’aimerais-tu faire plus tard ? Je voudrais bien être écrivain.

Le coup de cœur de Yakouta dans le 9 e La Boîte à Joujoux 41, passage Jouffroy pour ses maisons de poupées qui font rêver, et ses figurines de BD.

mars 2011 |

9

— 41


retrouvez encore plus de bons plans sur

www.leBonbon .fr


retrouvez encore plus de bons plans sur

www. www.leBonbon leBonbon.fr .fr

Š Nicolas Aristidou


le conte est bon texte Mathilde Vignal / Photo Gilles Jacob

Éric Reinhardt

Une vie d’écrivain Passage Verdeau : rencontre avec Éric Reinhardt, l’un de nos plus talentueux écrivains contemporains. Amoureux de son quartier, ce beau quadra à l’allure de dandy, nous raconte son parcours.

D

’une voix douce, posée et distinguée, l’auteur de Cendrillon, paru en 2007, évoque son enfance en banlieue et son amour immodéré pour la littérature. « L’écriture a toujours fait partie de ma vie », déclare-t-il. «  Cependant, redoutant les aléas d’une carrière d’écrivain, j’ai préféré m’assurer un avenir en intégrant la prépa HEC du lycée Jacques Decour, avenue Trudaine. »

qui le propulsent à un poste de commercial chez Albin Michel. En 1994, il accède au poste de directeur éditorial chez Hazan, qu’il occupera pendant cinq ans. Entre temps, il publie son premier ouvrage, Demi-sommeil chez Actes Sud, en 1998. Tout à coup, tout s’accélère. La maison Hazan met la clé sous la porte. Éric Reinhardt en part avec une coquette somme qui lui octroie le luxe de se consacrer à l’écriture. Il donnera naissance à deux succès de librairie : Le Moral des ménages puis Existence, parus respectivement en 2002 et 2004 chez Stock. Encouragé par son éditeur Marc Roberts, il se plonge dans l’écriture de Cendrillon. Hymne à l’amour et à la poésie dans l’existence, ce roman reste son plus grand succès à ce jour.

Quelle joie alors pour ce jeune homme brillant de découvrir l’effervescence culturelle de la capitale, les L’écriture a tou- Installé place Frantz Liszt, cafés, les rues chargées d’his- jours fait partie notre homme partage son toire, les multiples destins qui de ma vie. temps entre son activité d’édis’entrecroisent… C’est à cette teur d’art free lance et sa vocaépoque que notre esthète se passionne pour le tion, l’écriture. En période d’intense création 9e arrondissement. « Je m’étais promis d’y ha- littéraire, sa vie est réglée comme du papier à biter un jour », avoue-t-il. Pari réussi ! musique. Après un réveil matinal, il accompagne son fils à l’école, puis écrit de 9h30 à Avant de mener sa vie rêvée, notre romancier 14h30. est passé par la case «  carrière  » dans un domaine qui le passionne : les livres d’art. Di- L’après-midi, ouvrez bien les yeux, car il est plômé d’une école de commerce, il effectue de fort possible que vous tombiez sur lui ! En nombreux stages dans des maisons d’édition effet, notre promeneur parcourt chaque jour

44 —

9


inlassablement son quartier, tout en élaborant son ouvrage. En marchant, ses idées se mettent en place, les personnages et la trame de son histoire se précisent. Il s’agit là d’une phase de maturation déterminante dans son processus créatif. Loin des paillettes du milieu littéraire, notre écrivain solitaire n’a qu’un seul souhait : n’être reconnu que pour la qualité de ses livres. Espérons que son noble vœu soit exaucé !

Ses adresses dans le 9 e

Odette et Aimé (son restaurant de cuisine française favori) 46, rue de Maubeuge Garance (sa fleuriste préférée) 46, rue de Dunkerque Cisternino Produits frais italiens de grande qualité (mozzarella di buffala, parmesan, pâtes fraîches, charcuteries…). 37, rue Godot-de-Mauroy mars 2011 |

9

— 45


le Bon agenda agenda des manifestations culturelles CONCERTS Le Bus Palladium 04/03 Black Minou (feat. Melvil & Yarol Poupaud) 05/03 Ulmann Kararocké 11/03 The edge & Old fashion ladies 12/03 Erevan tusk & Missent to Denmark 17/03 The road to freedom & Johnny Gallagher 18/03 Junie Jungle & Home and Dry 19/03 Enemies & his majesty 24/03 Robert Gordon & Chris Spedding 25/03 Tamara Kaboutchek & Cosmobrown 26/03 Château brutal & Toybloïd

L’Olympia Du 1er au 4/03 – Véronique Sanson Du 5 au 13/03 (relâche le 7/03) – Bernard Lavilliers Le 15/03 - The black keys Les 21 & 22/03 – Yodelice 23/03 – Finale Rock the Gibus Du 24 au 27/03 – Enrico Macias 29/03 – Syd Matters Le Palace Du 1er au 12/03 – Pietragalla, la tentation d’Ève À partir du 16/03 – Liane Foly, la folle part en cure

Casino de Paris 01/03 My Chemical Romance 02/03 Maroon 5 03/03 La fabuleuse histoire de Bollywood 08-12/03 Michel Jonasz 13/03 Beady eye 15-27/03 Yamato 28-31/03 Grand corps malade

THÉÂTRE LA BRUYÈRE

La Cigale

Pour l’amour de Gérard Philippe

02/03 Erik Truffaz Quartet 04/03 Boubacar Traore 10/03 The bewitched Hands 11/03 Sly Johnson & Guest 12/03 Lucienne fait sa vamp 15/03 Ballake Sissoko & Vincent Segal 16/03 Kt Tunstall 17/03 No one is innocent 18/03 Kim Wilde 21/03 Aloe Blacc 22/03 White Lies 25/03 Florent Marchet 28/03 Michel Fugain

THÉÂTRE ÉDOUARD VII

Théâtre

Les dimanches à 15h30 et les lundis à 20h30 -

Francesco, un inédit de Dario Fo Du mardi au samedi 21h, samedi 15h30 –

46 —

9

21h – Le Prénom. THÉÂTRE LES FEUX DE LA RAMPE Jusqu'au 02/04. Du mercredi au samedi 20h00 « Naho dans Follement Folle ».  THÉÂTRE FONTAINE Du mardi au vendredi 20h30, samedi à 18h00 et 21h00 Hors-piste aux Maldives


800

VEZ TROUTRE VO PRISE E ENTR

FORMATIONS DE BAC À BAC +5

18 & 19 MARS 2011 ESPACE CHAMPERRET M3 Porte de Champerret - De 10h à 18h

Sous le haut patronage du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

INVITATION GRATUITE SUR STUDYRAMA.COM


les bonnes adresses

RÉGIE PUBLICITAIRE 06 27 96 75 82 david@lebonbon.fr

1/ LA VITRINE

13/ SM OKE AND SOUL

28, rue de la Tour-d’Auvergne Tél. : 01 45 23 99 13

89, rue de la Victoire Tél. : 06 25 46 93 19 - 01 77 15 01 34

2/ ém i li e d e v i gn e s o ptiq u e

14/ INI M ITAB LE

48, rue Laffitte Tél. : 01 48 78 56 82

11, rue de Parme Tél. : 01 45 26 28 74

3/ À l’Étag e by Ar nau d

15/ ag e n c e pali ss eaux

34, rue Jean-Baptiste-Pigalle Tél. : 01 47 42 22 60

23, avenue de Trudaine Tél. 01 42 85 02 52

4/ V i lc e na

16/ café lo r ette

26, rue de Trévise Tél. : 01 53 34 02 14

20, rue de Châteaudun Tél. : 01 42 85 55 25

5/ h e i ko by h e i ko

17/ 1001 fe nÊtr e s

29, rue des Martyrs Tél. : 01 40 16 55 38

71, rue Condorcet Tél. 01 45 33 03 86

6/ m usée g rév i n

18/ o pti c 2000

10, boulevard Montmartre Tél. : 01 47 70 85 05

34, rue des Martyrs Tél. : 01 48 78 05 55

7/ par fu m e r i e b u r d i n

19/ M ONSIEUR C OIFFEUR

7, boulevard de Denain 10e Tél. : 01 42 33 10 46

47, rue de la Tour d’Auvergne Tél. : 01 45 26 78 25

8/ p r e m ièr e p r e ss i o n p r o v e n c e

20/ le pap i llo n

9, rue des Martyrs Tél. : 01 48 78 86 51

6, rue Papillon Tél. 01 47 70 90 03

9/ Éc o le d e c o n d u ite le p e r m i s

21/ CAROLINE ET C LAUDIA

62, rue de Rochechouart Tél. : 01 48 78 18 80 - 06 99 50 18 80

62, bis rue Jean Baptiste Pigalle Tél. : 01 42 81 41 97

10/ c o u r s d e yo ga

22/ s eq uo ia p r e ss i n g

31, rue de Maubeuge Tél. : 06 61 50 12 40

41, rue Notre Dame de Lorette

11/ to p p r i nt

23/ Ar oï

16, rue Notre-Dame-de-Lorette jadeimpression@gmail.com

3, rue de Vintimille Tél. 01 83 56 58 18

12/ le d r e ss i n g

24/ zagan i n

34, rue de Maubeuge Tél. : 01 55 32 03 02 48 —

9

81, rue de Rochechouart Tél. : 01 48 78 12 70


14

13

3

21

16

11

2

8

5

18

17

19

15

6

12

10

4

20

9


Immobilier de Charme et de Caractère

( www.junotinvest.com GESTioN

VENTES / LocaTioNS 27, av. Junot - 18e 01 42 55 20 00

19, rue Lepic - 18e 01 42 52 40 00

110, av. de Villiers - 17e 01 43 80 10 00

62, rue des Martyrs 9e 01 53 21 81 21

27, av. Junot – 18e 01 42 55 03 70

Paris 9eme - le bonbon 03/2011  

Découvrez le magazine Le Bonbon Paris 9eme arrondissement du mois de mars 2011.