Issuu on Google+

OCT 09 Mensuel OJD : 29676 Surface approx. (cm²) : 2900 N° de page : 66-72

43 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA 75503 PARIS CEDEX 15 - 01 46 48 48 48

Page 1/7

NAMUR 0811431200507/FSL/AVO/2

Eléments de recherche :

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations


OCT 09 Mensuel OJD : 29676 Surface approx. (cm²) : 2900 N° de page : 66-72

43 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA 75503 PARIS CEDEX 15 - 01 46 48 48 48

Page 2/7

Musicien des Lumières De Versailles à Reims et de Rennes à Paris, l'automne appartient à celui qui fut le charme et le naturel incarnés. Son nom évoque toujours le sentiment « vrai » des Lumières. Mais le fondateur, le théoricien et le musicien, qui les connaît ?

Par Michel Parouty

La ville de Liege peut s'enorgueillir d'avoir donne naissance a deux enfants célèbres, Georges Simenon (1903 1989) et Andre Modeste Gretry (1741-1813) Si le pere du commissaire Maigret, a l'excep aon de sa liaison avec Josephine Baker, ne semble entretenir que des rapports lointains avec la musique, encore moins celle dite « classique » l'auteur de Zemire et Azor et Richard Cœur de Lion est toujours I un des grands noms de l'opéra-comique, genre consi dere comme typiquement français qu'il porta vers des sommets dépassant ses prédécesseurs Monsigny et Philidor, et ouvrant la voie a Boieldieu et Auber Rares sont pourtant les scènes qui se risquent a monter ces ouvrages le second d'entre eux ne survivant que par procuration e est en effet I air de Laurette « Je crains de lui parler la nuit » qui berce les souvenirs de la vieille Comtesse dans La Dame dépique de Tchaikovski Felix Clement introduit ainsi l'article qu il lui consacre dans Les Musiciens célèbres (Pans, 1878) « Gretry ne possède ni la science des harmonistes allemands ni I extrême richesse mélo dique des Italiens maîs sa musique, qu il s est efforce de rendre parlante, repond bien au temperament d'un pays ou l'on tient surtout a ce que les intentions du compositeur s'adaptent parfai tement aux intentions du poète De la la vogue immense que les ouvrages du maitre liégeois ont eue a Pans Par le mélange de légèreté et de sensibilité qui constitue son talent, il était appelé a reussir dans l'opéra de demi caractère » Travailler a Paris ! Gretry naît donc dans la ale des bords de Meuse, le 11 fevrier 1741 On peut suivre dans ses Memoires ou essais sur la musique, le cours d'une vie qui dans ses premieres annees, se gaussa de la monotonie Un grand pere, Jean-Noe, cabarener, reduit a cet etat par des « disgrâces multiples », maîs musicien pratiquant et enseignant Un pere, François, qui, a douze ans obtient la charge de premier violon a I eglise Saint-André de Liege puis a la cathedrale SaintDenis Une education musicale qui debute des la sixième annee comme enfant de choeur et dont le récit fait froid dans le dos tant les sévices et châtiments corporels pleuvent sur les pauvres enfants D autres mentors se montrent heureusement plus com prehensifs L'envie de composer se manifeste rapidement maîs Q I impatience de I aspirant musicien I amené a brûler les etapes et ë a se contenter d une approche technique superficielle, ce qui lui g sera plus tard durement reproche " Si l'amour du chant vient lui aussi, tres tôt la presence a Liege § d'une troupe italienne d opera bouffe, jouant, entre autres, £ La servapadrona de Pergolesi, le conforte dans sa volonté de se

NAMUR 0811431200507/FSL/AVO/2

Eléments de recherche :

consacrer au theatre, même si les oeuvres de jeunesse qu'il fait exécuter sont six symphonies et une Messe solennelle En 1759 il quitte la Belgique pour Rome La il travaille avec Giovanni Battista Casali, charge de la chapelle de Samt-Jean-de-Latran dont les leçons lui procurent « une vraie jouissance », et qui reste « le seul maître que j'avoue et sous lequel mes idees ont commence a se developper » Pour faire taire ceux qui contestent la solidité de son savoir il se presente a I Academie philharmonique de Bologne, ou il est accepte et reçoit les conseils du fameux et severe Padre Martini L heure est a I optimisme Pour la saison de carnaval du Teatro Aliberti, en 1766 il doit, en huit jours, écrire un intermède Le Vindemmiatnce (Les Vendangeuses] Un attache de I ambassade de France a Rome lui montre une partition de Rose et Colas de Monsigny, qui lm fait « naître le désir de travailler a Pans » II s'y rend via Geneve, en 1767, ou ses qualites de peda gogue lui permettent de trouver quèlques subsides « J entendis des operas comiques français pour la premiere foib Tom Jones Le Marechal Rose et Colas me firent grand plaisir lorsque j'eus pns l'habitude d'entendre chanter le français, ce qui m'avait

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations

La scene du miroir magique dans Zemire et Azor (a gauche) et le tenor Clairval dans Richard Cœur ûte Lion deux sommets de l'opera-comique selon Gretry


OCT 09 Mensuel OJD : 29676 Surface approx. (cm²) : 2900 N° de page : 66-72

43 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA 75503 PARIS CEDEX 15 - 01 46 48 48 48

Page 3/7

d abord paru désagréable » II rencontre Voltaire, revêt Isabelle et Gertrude de Favart d'une nouvelle partition, prend conge, et gagne Pans ll a vingt-six ans Qui dit opera dit livret Unjeune poète, Legier, « homme du beau monde, passant les nuits ajouer et les jours a faire des vers », lui propose Les Mariages sammtes Une audition chez le prince de Conti sombre dans l'ennui maîs suscite l'intérêt d'un Suédois, le comte de Creuz, qui presente Gretry a l'écrivain Jean-François Marmontel, collaborateur de V Encyclopédie Le 20 août 1768, a la Comedie italienne, Le Huron, d'après L'Ingénu de Voltaire est accueilli avec transports Le 5 janvier 1769, c'est le tourdeZ,uc;/e, dont le quatuor « Ou peut-on être mieux qu'au sem de sa famille » est bientôt sur toutes les levres Le 20 septembre Le Tableau parlant achevé de donner au compositeur sa place parmi les auteurs a succes du moment Suivent Sylvain Les Deux Avares, L'Amitié a l'épreuve (« Aucun de mes ouvrages ne m'a coûte tant de peine »), tous trois en 1770 En 1771, e est le tour de L'Ami de la maison, dont l'échec est compense par le triomphe de Zemire et Azor, poème de Marmontel, cree a la cour de Fontainebleau le 9 novembre et repns pai la Comedie italienne le 10 decembre Le Magnifique (177'3) inaugure une collaboration avec MichelJean Sedame, auteur dramatique fort connu « Les situations qu'amené Sedaine sont si impérieuses qu elles forcent le musicien a s'y attacher pour les rendre » Inutile d'enumerer tous les titres qui vont contribuer a la gloire de Gretry , maîs Za Fausse Magie ( 1775), Le Jugement de Midas (1778), dans lequel il brocarde le vieux vaudeville et les conventions de I opera, LAmantjaloux (1778) La Caravane du Caire (1783), Richard Cœur de Lion (1784), pionnier de I opera historique français et des « pieces a sauvetage », fleuron du style « troubadour », sont des etapes majeures d'une brillante carnere, que ne ternissent pas des pages de circonstance comme La Rosière

republicaine (1794), taxée par Henn de Curzon, dans sa biographie cntique parue chez Laurens en 190 7, de « répugnante » - tout aussi patriotiques, Pierre le Grand ( 1790) ou Guillaume Tell (1791) semblent plus estimables Les idéaux d'égalité de justice, de fraternité chers a l'époque des Lumieres n'étaient pas indifférents a Gretry sans doute eût-il aime les voir s'expnmer dans un contexte moins barbare Fort apprécie de Mane-Antomette - elle était la marraine de sa troisieme fille, le comte d'Artois en était le parrain - et directeur de sa musique, pensionne par le roi apres Zemire et Azor, censeur royal pour la musique et inspecteur de la Comedie italienne, il traverse tous les regimes II souffre de la Revolution, qui assèche gravement ses finances, maîs franchit ce cap dou loureux En 1795, l'Institut lui offre un fauteuil et le tout récent Conservatoire le nomme inspecteur aux cotes de Mehul, Gossec, Le Sueur et Cherubini - il démissionnera un an plus tard En 1803, il est fait chevalier de la Legion d'honneur Si ses ouvrages quittent l'affiche, ils ne tardent pas a y revenir Une représentation de Richard Cœur de Lion applaudie par Napoleon lui vaut une recompense de six mille francs L'abus de science est dangereux Maîs depuis la fm du xvm6 siecle, le musicien s est fait plus discret, préférant a l'art des notes celui des mots Le premier volume de ses Memoires ou essais sur la musique est publie en 1789, les deuxieme et troisieme en 1796 La Vente ou ce que nous fumes, ce que nous sommes et ce que nous devrions être parut en 1801, une Methode pour apprendre a préluder en 1802 Ses Reflexions d'un solitaire ne furent pas publiées de son vivant Retire a Montmorency, dans l'hermitage de Jean-Jacques Rousseau, il s'y eteint le 24 septembre 1813 II repose au Pere-Lachaise, non lom de l'une de ses interprètes, Louise Dugazon, maîs son coeur

En disques Gretry n'a jamais été très gâté par le disque et la plupart des enregistrements d'opéras portent leur âge. En attendant que les éditeurs des nouveaux baroqueux s'intéressent enfin à son oeuvre CD LAmant jaloux Mesple, Brewer, Bastm, Burles, Perrière, Château Orchestre de chambre de la RTB, Doneux Emi La Caravane du Caire Bastm, Ragon, Huttenlocher, Mey, Le Texier, Poulenard, Reyghere. Ricercar Academy, Minkowski. (+ extraits du Jugement de Midas dir Leonhardt) Ricercar Denys le tyran Simone, Di Segni, Franceschetto, Donze/li Orchestre Internazionale d'Italia, Vizioli Nuova Era La Jeunesse de Pierre le Grand Froleto, Emhorn, Le Chevalier, Freulon, Schmidt. Chœur de chambre de Namur Orchestre, Opdebeeck Cascavelle Le Jugement de Midas - De vos, Schreurs, Dégel in, Clim, De Moor,

NAMUR 0811431200507/FSL/AVO/2

Moessen, Vandersteene, Baert Formation de chambre du Nouvel Orchestre symphomque de la RTBF, Zollman Musique en Wallonie/Koch - E/wes, Van Der S/uis, Vanhecke, Gan, Bastm, Verschaeve La Petite Bande, Leonhardt (+ La Caravane du Caire). Ricercar Lucile Sternotte, Memma, De Moor Solistes de Liege, Koch Duchesne Panurge dans l'île des lanternes Haas, Sternotte, Gerard, Laurence, Segani, Bastm, Schreurs Orchestre de la RTB, Houtman Musique en Wallonie Richard Cœur de Lion - Mesple, Burles, Trempont, Perners, Sternotte, Bost, Bastm Orchestre de chambre de la RTB, Doneux. Emi

Eléments de recherche :

- Edelmann, Zingerle, Pennichi, Bernard/, Pichler, Nicolmi Orchestre des Jeunes du Conservatoire Claudio Monteverdi de Bolzano, A/en Nuova Era Zemire et Azor. - Mesple, Bufkens, Van Corp, Louis, Ortec, Simonka. Chœur de la RTG, Orchestre de chambre, Doneux (+ Cephale et Procris Danses villageoises Orchestre de Liège, Strauss) Emi 1974 - Masque/m, Ganno, Leonard, Coquaz, Kelly, I/o//. Chœur et Orchestre de l'Opéra royal de Wallonie, Curtis Rodolphe Productions. Airs et ballets : extraits de Cephale et Procris, Anacréon chez Polycrate, La Caravane du Caire, Les Deux Avares. Karthauser (soprano) Les Agrémens Van Waas Ricercar

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations


OCT 09 Mensuel OJD : 29676 Surface approx. (cm²) : 2900 N° de page : 66-72

43 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA 75503 PARIS CEDEX 15 - 01 46 48 48 48

Page 4/7

se trouve dans la statue qui se dresse a Liege devant l'Opéra de Wallonie Sa maison natale est désormais un musee L installation dans les murs précédemment occupes par Jean-Jacques est-elle seulement due au hasard ? Le philosophe était aussi compositeur et théoricien et ses conceptions esthétiques sont parentes de celles de Gretry Sensibilité et natu rel en sont les maîtres mots et la melodie est souveraine Avec Rousseau pour Pergolesi dont « le chant est un dessin pur qui suit la déclama lion », contre Rameau « On donnait Dardanui, de Rameau J étais a cote d un homme qui se mourait de plaisir et je fus oblige de sortir parce que je mourais d ennui J ai découvert depuis des beautés dans Dardanus maîs j avais alors la tete trop pleine de la musique italienne et de ses formes pour pouvoir me reculer tout a coup a la musique du siecle précèdent » Si science il y a elle ne doit pas trop se montrer « L abus de science est plus dangereux relativement a la musique que tous les autres arts Osons le dire il est encore beaucoup trop de ces savantasses en musique qui n aiment que les transitions harmoniques sans juger si elles sont amenées par le sens des paroles La science ne peut avoir qu une definition e est I etude de la nature des qu elle s en éloigne disons hardiment que cette science est abusive » N en déduisons pas pour autant que Gretry ignorait les strictes lois de I harmonie et du contrepoint Pas davantage qu il était 0 un orchestrateur indiffèrent - il ne se prive pas de souligner ce § que peuvent dire les instruments qui accompagnent les voix £ La grace, la virtuosité, I invention mélodique, la justesse de la

Ne pas oublier l'air de la Fauvette de Zemire et Azor par Lily Pons (Sony) « Rose cherie » du même, par Maggie Teyte (VAI), « Je romps la chaîne qui m engage » de L'Amant jaloux par Sumi Jo (Decca) et « Tandis que tout sommeille » du même par Roberto Alagna (DG), tous ayant été ou étant disponibles en CD Les collectionneurs rechercheront « Je romps la chaîne qui m engage > figurant dans l'album Emi « Mady Mesple un portrait » et plus encore le récital de Christiane Eda-Pierre consacre a Gretry et Philidor (Philips) dirige par Neville Marnner qu'Universal n a jamais trouve bon de rééditer (La Fausse Magie, Anacreon chez Polycrate Richard Cœur dè Lion, Cephale et Proces) Plus rare encore l'album de trois LP édité en 1980 par l'Opéra royal de Wallonie < Monsieur NAMUR 0811431200507/FSL/AVO/2

déclamation toujours au service du sentiment et de I émotion chaque mesure tombée de sa mam en porte la marque Composer oui maîs composer «vrai» «La verite est le sublime de tout ouvrage la mode ne peut rien contre elle Un brillant étourdi peut éclipser un instant le mente des habiles gens maîs bientôt en silence on rougit d avoir ete trompe et I on rend un nouvel hommage a la vente » A propos de Zemire et Azor le Mercure de France louait « la musique délicieuse et toujours vraie sentie et raisonnee elle révèle toutes les affections de I ame » Cette musique du sentiment, romantique avant I heure n a nen perdu de son charme MP

Gretry ou les memoires d un solitaire », évocation musicale de la vie du compositeur a travers des extraits de ses œuvres Ouvertures et suites • Cephale et Procris, Le Jugement de Midas, L'Epreuve villageoise, Le Tableau parlant, Le Huron, Lucile, Silvam, L'Amitié a l'épreuve, L'Ami de la maison, Zemire et Azor, Le Magnifique, Guillaume Tell Orchestre de Bretagne, Stefan Sanderlmg ASV Dans un programme de < Grandes Ouvertures françaises » (Auber, Adam, Cherubini, Méhul ), Kurt Redel et I Orchestre de la Radio de Munich avaient gravé Ls Magnifique Pierre Verany Motet « Confitebor » Durand Auvity Oxley, Buet Chœur de chambre de Namur, Les Elemens, Malgoire K 617

Eléments de recherche :

Trait d union entre Rousseau et Gretry lermitage du premier ou vécut le second jusqu'à la fm de sa vie

6 Quatuors op 3 Quatuor Thaïs Musica Fida Quatuor Via Nova Pierre Verany Concerto pour flûte. Jan De W/nne (flûte) Les Agremens, Van Waas Ricercar Ont existé également des gravures de Jean-Pierre Rampai et Michel Debost

DVD Pierre le Grand Mironov, Voznessenkaya Galin, Davidov Chœur et Orchestre cfe l'Helikon Opera Stadler Arthaus La Petite Musique de Marie-Antoinette Œuvres de Gossec et Gretry Karthauser, Pruvot Les Agremens, Van Waas Armide

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations


OCT 09 Mensuel OJD : 29676 Surface approx. (cm²) : 2900 N° de page : 66-72

43 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA 75503 PARIS CEDEX 15 - 01 46 48 48 48

Page 5/7

Mémoires d'avenir En 1789, Grétry publie ses Mémoires, ou essais sur la musique, texte élargi et considérablement remanié huit ans plus tard sous le Directoire. Il ne s'agit pas seulement d'un passage en revue spirituel de la trentaine d'opéras et opéras-comiques alors à son catalogue, maîs tout simplement d'un des ouvrages les plus importants jamais écrits par un musicien. Esthétique, technique, pédagogie, architecture, passé, présent et avenir : l'aimable Grétry voyait grand. Extraits.

COMMENT JE COMPOSE

Dans le premier des trois volumes, l'auteur donne les clefs de son art, distinguant avec soin musique d'église et musique de théâtre Rappelons que dans Richard Cœur de Lion, Grétry inventa en quelque sorte le leitmotiv.. Au theâtre il faut l'expression exacte de la situation et des paroles, parce qu'elles ont un sens détermine, et que l'expression vraie de la musique fortifie la situation, et fait entendre les paroles même a travers les accompagnements Voici ce que j'observe, autant qu'il m'est possible, dans mes compositions théâtrales je commence presque toujours chaque morceau par un chant déclame, afin qu'ayant un rapport plus intime avec le drame, le début s'imprime dans la tête des auditeurs Je déclame de même tout ce qui constitue le caractère du personnage j'abandonne au chant tout ce qui n'est qu'agrément ou arrondissement de la phrase poétique, la melodie nuirait M É M O I R E S aux mots techniques, elle embellit tout Ie reste Si un mot a besoin d'être entendu pour l'intelliE S S A I S gence de la phrase, que ce soit une bonne note SUR LA M U S I Q U E qui le porte Si vous établissez un forte d'une ou plusieurs mesures dans votre orchestre, que ce Par Ic C" G R É T R Y , soit sur des paroles déjà entendues, car un mot M F M B R E de I Institut national de France, nécessaire, perdu dans l'orchestre, peut dérober inspecteur du Conservatoire de Musique, dc I Academie des Philharmoniques entierement le sens d'un morceau «fe la Société d émulation de Lieg 1

TOME PREMIER.

^7^:

LA NOSTALGIE PORTE BONHEUR

Evoquant son a drame en trois actes » Aucassin et Nicolette (1779), l'auteur conjui s, gué le passé au présent Ne voit-on pas déjà " ** 'l * " * " *• la Comtesse de Pouchkine et Tchaikovskifre1v donner Grétry dans La Dame de pique ? Bien des gens trouvent dans les mœurs de nos aïeux je ne sais quoi de religieux, qui les transporte dans ces siècles ou régnaient franchement les préjuges, les vices et les vertus Ceux-là aiment singulièrement la piece et la musique à" Aucassin et Nicolette, d'autres s'y ennuient, parce qu'ils n'ont pas ces sentiments, ils sont tout a eux et a leur siecle, ils ignorent que les tendres regrets du passe constituent le bonheur present, presque autant que l'espoir d'un doux avenir L'ouverture d!'Aucassin doit reculer d'un siecle ses auditeurs Dans le courant de l'ouvrage, je n'ai pas cherche a mettre partout les chants antiques, ou les vieilles modulations que nous ont transmis l'ancien opera français et la musique d'église, maîs j'ai mis en opposition l'antique avec le moderne, ce qui donne plus de saillant a la composition generale

VIVE L'IMPROVISATION !

Bien avant la dictature du répertoire, l'auteur condamne la réitération ad nauseam des classiques favoris et, dans ce chapitre du troisieme volume intitule « De l'imagination », annonce l'errance romantique. Improviser sur un instrument complet, tel que le piano, la harpe, etc, est une source de bonheur pour les imaginations vives il y a, je le sais, du plaisir a exécuter la musique des bons auteurs, maîs il est impossible de se complaire a repeter souvent la meilleure sonate car, de même que l'on rougit en societe de raconter deux fois la même chose devant les mêmes personnes, on a une sorte de honte a reproduire les mêmes morceaux de musique Combien au contraire il y a de ressources a improviser i La modestie d'une jeune femme, d'une demoiselle, n'est jamais compromise en nous développant son âme tout entière dans le langage de la melodie Quel heureux expédient de la pudeur, d'oser dire avec des sons ce qu'a peine le coeur ose avouer i Une douce melodie, une simple narration musicale faite sur-lechamp doivent avoir le charme de la conversation elles présentent comme elle des traits vifs, des saillies dont un discours apprête n'est pas susceptible Le langage musical est sans doute plus métaphysique que le langage ordinaire, maîs c'est un charme de plus pour l'exécutant et pour l'auditoire d'errer dans une douce rêvene qui repose les organes des sens, trop souvent assujettis par des idees fixes d'ailleurs, échapper a la contrainte, aux sottises de nos societes, en divaguant sur un clavier au gré de tous ses désirs, est un bonheur pour une âme libre et sensible

IJTV.r™

NAMUR 0811431200507/FSL/AVO/2

Eléments de recherche :

LE THÉÂTRE IDÉAL

Dans ses Mémoires, Grétry ne se contente pas d'évoquer le passe II se tourne aussi vers l'avenir Voyez sa description de l'Opéra idéal (Livre IV. « Des institutions politiques, considérées dans leurs rapports avec l'Art musical ») rédigée un siecle avant . Bayreuth. Projet d'un nouveau theâtre De la construction de la Salle Je voudrais que la salle fût petite, et contenant tout au plus mille personnes, qu'il n'y eût qu'une sorte de place partout, point de loges, ni petites, ni grandes, ces réduits ne servent qu'a favoriser la médisance ou pis encore Je voudrais que l'orchestre fût voile et qu'on n'aperçût ni les musiciens, ni les lumieres des pupitres du côte des spectateurs L'effet en serait magique, et l'on sait que dans tous les cas, jamais l'orchestre n'est cense y être Un mur en pierres dures est, je croîs, nécessaire pour séparer l'orchestre du theâtre, afin que le son repercute dans la salle Je voudrais une salle circulaire, toute en gradins, chaque place commode,

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations


OCT 09 Mensuel OJD : 29676 Surface approx. (cm²) : 2900 N° de page : 66-72

43 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA 75503 PARIS CEDEX 15 - 01 46 48 48 48

Page 6/7

et séparée par de légères lignes de démarcation d'un pouce de saillie comme dans les theâtres de Rome Apres I orchestre des musiciens des gradins formeraient un seul amphitheatre circulaire toujours ascendant et nen au-dessus que quèlques trophees peints a fresque Je voudrais que tout dans la salle fut peint en brun et d une seule couleur excepte les trophees ainsi les femmes seraient jolies et la scene éclatante

L'ART D'ORCHESTRER

Démode par Gossec et Mehul, notamment parce que le public aime de plus en plus les grands effets d'orchestre, Gretry regrette le temps ou l'instrument, a l'opéra, servait a exprimer, non a sonoriser Les effets prodigieux que faisait la musique sur les anciens provenaient sans doute de la difference marquée des modes des tons des modulations et surtout du rythme qu on employait scrupuleusement pour chaque genre, maîs aujourd'hui, le luxe règne partout J'ai parle ci devant d une sorte de regime auquel le musicien compositeur doit s astreindre pour ne pas se degoûter de son art qu il doit aimer et qu'il doit pratiquer toujours avec un nouveau plaisir Ce n'est pai de ce regime dont il est a present question, e est d user avec sobnete des richesses des ° instruments et des effets d harmonie dont nous abusons c'est g peut être de la qu est nee cette satiété cette difficulté de plaire ï aux auditeurs en effet des l'ouverture d'un opera, et dans

NAMUR 0811431200507/FSL/AVO/2

Eléments de recherche :

presque tous les morceaux de force, on introduit timbales, trompettes, cors, hautbois clarinettes flûtes, petites flûtes, bassons, violes [altos, ndr] basses et violons , tout enfin a ete employe, et des qu une occasion favorable demande essentiellement un de ces instruments, I effet qu il devrait produire n'est plus aussi sensible a beaucoup près que s'il n avait pas éte entendu, maîs tel est le préjuge L'on dirait qu une ouverture est maigre si on n y plaçait la plus forte partie des instruments qui composent l'orchestre Cependant, j'aurai le courage quelque jour, d user du regime qui me semble nécessaire et qu'on adoptera sans doute, lorsqu'on en aura reconnu les bons effets Je veux dire que I ° les timbales et trompettes ne doivent ètre employees que dans des sujets héroïques , et quèlques sons suffiraient dans l'ouverture, afin de ne point rassasier tout d'un coup les oreilles des spectateurs, 2 ° Les violons les violes et les basses, doivent être regardes comme l'accompagnement general de tout ouvrage en musique et fallût-il laisser en repos tous les instruments a vent pendant un acte entier, je n en ferais entendre aucun Maîs des que l'occasion arrivera ou ils seront d'absolue nécessite, on sentira le fruit de ce regime et l'applaudissement de la salle consolera le compositeur de ses epargnes Alors, étant arrive vers la fm du drame si quelque mouvement violent dans son action indique au compositeur qu'il faut tout employer pour produire un effet ternble, c'est alors que déployant toutes les facultés de son orchestre, il fera trembler ses auditeurs étonnes d'un effet qu ils

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations

Le Siecle des Lumieres finissant, fes artistes inventèrent une cite idéale a tous égards moderne Ici un projet de theâtre dessine par l'architecte François Verly.


OCT 09 Mensuel OJD : 29676 Surface approx. (cm²) : 2900 N° de page : 66-72

43 RUE DU COLONEL PIERRE AVIA 75503 PARIS CEDEX 15 - 01 46 48 48 48

Page 7/7

donné le mot, et personne ne commence... Il reste tout étonné, et il voit que son bâton de mesure, sans le secours des exécutants, est un instrument de fort peu d'effet. Excepté dans les grands chœurs, où je le crois nécessaire au théâtre, il nuit à la bonne exécution, et voici pourquoi : chaque musicien est obligé d'avoir l'œil sur l'acteur chantant ; c'est la seule manière de bien accompagner : il en est dispensé quand on lui frappe chaque mesure ; car il ne peut et ne doit pas suivre deux personnes à la fois. D'ailleurs, l'expression entraîne hors de mesure tout récitant, soit vocal ou instrumental', malheur à celui que ce défaut ne surprend jamais. Il est donc clair que les symphonistes deviennent froids et indifférents, quand ils ne suivent pas directement l'acteur ; le bâton qui les dirige les humilie, leur ête l'émulation naturelle à tout homme qui, pouvant obéir à son principal guide, se voit contraint de suivre la loi d'un tiers.

Devant l'Opéra de Liège se dresse la statue de Grétry où repose à présent... le cœur du musicien.

TOUT POUR LE CHANT Encore une victoire de Rousseau attestée par Grétry : l'enchantement de la musique ne repose pas sur les accords mais sur la mélodie. J'ai dit quelque part qu'un accord se trouve par un procédé de l'art, mais que nous ne connaissions pas de procédé pour créer un trait de chant. L'homme qui possède le talent de faire des chants heureux, pourrait cependant former, dans cet art enchanteur, un élève déjà favorisé de la nature. Examinons un instant cette partie, la plus délicate de l'art musical, et qu'on n'a jusqu'à présent enseignée que respectivement à l'harmonie ; car on apprend bien à l'élève à faire charter entre elles les parties qui constituent le contrepoint ou la fugue ; mais ici il n'est point question d'harmonie, il s'agit d'accoutumer l'élève à choisir dans quèlques notes de la gamme, celles qui auront le plus de charmes dans leurs combinaisons, pour former un chant à voix seule. Ce chant heureux sera sans doute susceptible d'une basse, ou de plus ou moins d'harmonie de remplissage ; mais c'est d'abord à ce chant seul qu'il faut tout sacrifier. Fragments de l'édition de 1797 choisis, mis en forme et présentés par Ivan A. Alexandre ne connaissaient pas, et qu'ils ne soupçonnaient pas être dans l'orchestre. Soyons de bonne foi, nos tragédies en musique n'ontelles pas produit presque tout leur effet musical après le premier acte ? Et, si l'action du drame ne nous attachait aux actes suivants, peut-être le dégoût s'emparerait-il des auditeurs, au point qu'ils désireraient de ne plus rien entendre. HARO SUR LE CHEF D'ORCHESTRE! Le « batteur de mesure » querellé par Rousseau n'est pas plus sympathique à Grétry qui l'attaque clès le premier chapitre. ll n'est pas indifférent qu'un maître de musique, c'est-à-dire, celui qui bat la mesure, soit aimé des musiciens qui exécutent sous lui. Le moindre geste, le plus petit coup de son bâton ou de son pied, est saisi par tout le monde: c'est un fluide qui se communique dans tous les coins d'un orchestre, quelque grand qu'il soit; mais je ne connais rien de plus sot qu'un batteur de D mesure qui n'inspire pas de confiance : il frappe, il s'agite et ne g produit rien. Une autre fois, il fait le signe pour commencer, il £ frappe majestueusement : mais les musiciens rebelles se sont NAMUR 0811431200507/FSL/AVO/2

Eléments de recherche :

Rendez-vous • Grandes Journées Grétry. Centre de musique baroque de Versailles, du 4 octobre au 21 novembre. • Andromaque. Van Wanroij, Wesseling, Guèze, Christoyannis, Le Concert Spirituel, Niquet. Paris, Théâtre des Champs-Elysées, le 18 octobre. • L'Amant jaloux. Léger, Debono, Fallot, Antoun, Billier, Le Cercle de l'Harmonie, Rhorer. Versailles, Opéra Royal, du 10 au 15 novembre. Paris, Opéra-Comique, du 15 au 21 mars. • Céphale et Procris. Pruvot, Velletaz, Tauran, Cals, Les Agrémens, Van Waas. Liège,

Salle philharmonique, le 22 novembre. • Zémire et Azor. Poul, Ghilardi, Lemaire, Glaie, Novelli, Marzorati. Ensemble Lunaisiens, Novelli et Marzorati. Herblay, Théâtre Roger Barat, le 17 octobre (Festival baroque de Pontoise). Paris, Opéra-Comique, les 16 et 18 mars. Fosses, Espace Germinal, tes 6 et 7 mai.

• La Fausse magie. Philippe, Panzarella, Vidal, Gautier, Buet, Les Paladins, Corréas. Metz, Opéra-Théâtre, les 5 et 7 mars. Reims, Grand-Théâtre, le 12 mars. Rennes, Opéra, du 20 au 22 mars. MP.

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations


23 SEPT 09 Hebdomadaire Paris 14 BOULEVARD HAUSSMANN 75438 PARIS CEDEX 09 - 01 57 08 50 00

Surface approx. (cm²) : 346 N° de page : 44

Page 1/1

BONHEURS ET MALHEURS DU MODESTE GRÉTRY Château et Opéra royal dè Versailles (78), ICE (VIIf) Dates : du 25 sept au3dec Places.4a85€ Loc.-OI 3920 7800 CLASSIQUE II est des artistes qui portent bien leur nom Andre Ernest Modeste Grétry fait partie de ces icones de la musique que I histoire auréola, sans leur consentement, d un halo certain d humilité Adule par les uns chercheurs passionnes qui préservent sa musique avec jalousie comme la noblesse jadis ses privilèges, ignore - pour ne pas dire oublie- par les autres < Grétry est principalement connu comme favori de Marie-Antoinette Dans I imagination populaire cela donne Trianon, moutons et petits rubans roses », explique Herve Burckel de Tell, directeur du Centre de musique baroque de Versailles « En réalité, c'est un personnage clef Son syncrétisme musical fait le lien entre la grande tragédie lyrique a la Française et l'opéra comique naissant qui allait irriguer tout le romantisme français » Si le patron du CMBV s'emballe al évocation de I infortune Grétry e est qu il en connaît l'art sûr le bout des doigts Et pour cause la vénérable institution dont NAMUR 5503821200505/GPP/AHA/1

il a la charge s'apprête a célébrer sa musique lors de ses Grandes Journees du 4 octobre au 21 novembre Parce que « e est notre mission que de réhabiliter un compositeur qui, en son temps, fut le Français le plus joué au monde > Et sans doute aussi parce que cette tete bien faite a vu, dans I homme de theatre Grétry (trente operas comiques a son actif), I occasion de propulser le CMBV sur le devant de la scene operatique < En vingt ans le Centre

C'est l'Amérique ! Si les Grandes Journées consacrées a un unique compositeur sont le cœur de la programmation d'automne du CMBV, celles-ci sont encadrées par des Fêtes baroques qui permettent d en élargir le spectre Le coup d'envoi sera donne le 25 septembre par le Boston Early Music Festival Orchestra (pour la premiere fois en France) dans un programme Lu Hy Rameau. L'occasion de rappeler combien les Anglo-Saxons sont férus de musique francaise Et de rendre a César ce qui lui appartient le premier fait d arme de Grétry a Pans, son opera Le Huron, n'etait-il pas un clin d'oeil a la lointaine Amerique ?

Eléments de recherche :

a fait un formidable travail sur la musique sacrée Elargir nos activites aux arts de la scene repond aune analyse qui nous est propre » Et force est de reconnaître que côte scene, le CMBV se donne cette annee les moyens Pour preuve la récréation inattendue en concert A'Andromaque au Theâtre des Champs Elysees, par Herve Nique! et son Concert spirituel (le 18 oct ), qui illustre le pan le plus méconnu deGretry sa contribution dans le domaine de la tragédie lyrique Suivront L Amant jaloux a I Opera royal de Versailles - tout juste rouvert-, parjeremie Rhorer et le Cercle de I harmonie (du lû au 15 nov repnse à I Opera Comique en mars), pour lequel ont ete restitues des decors historiques sous forme de toiles peintes EtleballetOp/Mfeet Procris encore a I Opera royal maîs cette fois en concert, par le Choeur de chambre de Namur (le 21 nov ) FAUT-IL Y ALLER ? Oui, car si la scène tient le haut de l'affiche à l'Opéra royal (que le Centre aurait bien vu tomber dans son escarcelle), les grands concerts sont encore de mise concert d'Astree le 4 octobre, Alain Planés le 10, ou encore Frédéric Desenclos avec les pages de la maîtrise le 2l novembre THIERRY HILLERITEAU

CHOEUR DE CHAMBRE DE NAMUR (Belgique) : chorale, toutes citations


OCT 09 Mensuel Surface approx. (cm²) : 2854

8 RUE SAINT AUGUSTIN 75002 PARIS - 01 70 75 37 60

Page 1/6 ÉVÉNEMENT Grétry mi de Versailles

r A "P Vif ISSU TF1K5IDW Jj.» Ji. ML «HsiiSlIl.s

GRETFnr

ROI DE VERSAILLES Lancées le 29 septembre, les «Grandes Journées Grétry», organisées par le Centre de Musique Baroque de Versailles, connaîtront km apogée entre le 18 octobre et le 21 novembre, avec successivement Anànmaque, L'Amant jaloux etCéphale et Proam. Opéra Magazine a demande à Benoît Dratwicki, directeur artistique du CMBV, et à Hervé Niquet, qui dirigera Andromaque, d'évoquer l'un des plus célèbres compositeurs de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, né le ll février 1741 et mort le 24 septembre 1813, liégeois d'origine mais français d'adoption. NAMUR 8855741200507/GAW/MJP/2

Eléments de recherche :

LES AGREMENS : orchestre de Namur (Belgique), toutes citations


OCT 09 Mensuel Surface approx. (cm²) : 2854

8 RUE SAINT AUGUSTIN 75002 PARIS - 01 70 75 37 60

Page 2/6 Grêiïy roi dc Versailles ÉVÉNEMENT Diplôme en histoire de la musique, esthetique et musicologie. Directeur artistique du Centre de Musique Baroque de Versailles et du Palazzetto Bru Zane-Centre de Musique Romantique Française de Ven i se,

la fin des années 1770, l'opéra français, en plein néoclassicisme, ne se conçoit que dans un rapport de filiation admirative pour les grandes productions du règne de Louis XIV. Du point de vue de la technique musicale, on a souvent reproché à Grétry de manquer de science, cle ne s'intéresser qu'à la mélodie, au détriment du contrepoint et de l'harmonie. La constatation est juste pour ses opéras-comiques. Cela ne provenait pas d'un manque de science, mais d'une volonté clairement assumée : dans Andromaque, on le voit utiliser sans problème les ressources du contrepoint et de l'harmonie, puisque le sujet les réclame. Cette partition, extrêmement novatrice, semble ouvrir une voie qui ne refera surface qu'avec Les Troyens dc Berlioz, trois quarts dè siècle plus tard.

BENOIT DRATWICKI

«LUNDES MUSICIENS LES PLUS IMPORTANTS DU RÈGNE DE LOUIS XVI ET L'UN DES DEUX GRANDS FA VO RIS DE MARIE-ANTOINETTE» On fêtera dans quatre ans le bicentenaire de la disparition d'André Modeste Grétry. Pourquoi avoir devancé cette célébration ?

En général, le CMBV (Centre de Musique Baroque de Versailles) ne choisit pas les thèmes dè ses « Grandes Journées » en fonction des anniversaires. En revanche, nous avons trois exigences : faire alterner compositeurs connus ct moins connus ; représenter tous les genres (opéra, musique instrumentale...) ; et illustrer les deux siècles qui nous intéressent. À cela s'ajoute la possibilité d'effectuer un travail éditorial moderne pour des parutions qui, bien souvent, n'ont plus été données depuis leur création ; c'est le cas iïAndromaque. Avec Grétry, nous nous situons à l'extrémité de notre «zone d'intervention », mais il a été l'un des musiciens les plus importants du règne de Louis XVI, et avec Gluck, l'un dcs deux grands favoris de Marie-Antoinette, ce qui justifie qu'on lui consacre des «Grandes Journées». Notre démarche a trouvé un écho chez Jérôme Deschamps qui, depuis qu'il dirige l'Opéra-Comique, a toujours dit son intérêt pour les ouvrages français du XVIIIe siècle, d'où la coproduction de L'Amant jaloux qui, après Versailles, sera proposé à la Salle Favart entre le 15 et le 21 mars 2010. Grétry est liégeois d'origine. Comment s'est-il retrouvé parmi les maîtres parisiens les plus reconnus ?

Cela s'est fait en deux étapes. Il n'est pas venu directement en France. La principauté dc Liège, comme de nombreux autres Etats, était alors marquée par un grand engouement pour la musique italienne. La carrière de Grétry commence donc à Rome : il y découvre la musique de Pergolesi, pour laquelle il éprouve d'emblée la plus vive attirance. Ce sera pour lui comme une révélation. Ge n'est qu'après plusieurs années passées dans la Péninsule qu'il arrive à Paris, à l'époque la capitale musicale de l'Europe. Notez que beaucoup de grands NAMUR 8855741200507/GAW/MJP/2

compositeurs du XVIII' siècle oni achevé leur carrière en France : Johann Christian Bach, qui y a écrit son dernier opéra. Cambini, Sacchini, Cherubini... Après son séjour parisien, Gluck retournera en Autriche mais ne composera plus. Et Leopold Mozart aurait bien aimé que son fils s'y fixât et supplantât Grétry ! Quand il débarque à Paris, Grétry est muni de la recommandation dc Voltaire, alors installe à Ferney, qui lui donne le livret du Huron (1768). C'est la fin du règne de Louis XV et, dans le domaine artistique, ime période de transition où Mme Du Barry conserve encore son pouvoir, alors que Marie-Antoinette commence à imposer le sien. La jeune princesse s'intéresse tout de suite à ce compositeur dont les opérascomiques correspondent parfaitement à la sensibilité, à l'art de vivre qu'elle entend promouvoir à Versailles, dès qu'elle sera reine. Dans le même temps, elle promouvait aussi Gluck, autrement sérieux. Comment cela s'explique-t-il ?

Le goût dc Marie-^itomcttc — maîs aussi du public - pouvait se porter à la fois sur des ouvrages nobles et tragiques, et sur d'autres plus légers. Il y aurait d'ailleurs beaucoup à dire sur le rapport entre Grétry et Gluck... Précisément, vous allez donner Andromaque (1780) au Théâtre des Champs-Elysées, le 18 octobre. Quelle place cette «tragédie lyrique» tient-elle dans l'œuvre de Grétry ? Cette redécouverte est de première importance : on a tellement associé Grétry à l'opéra-comique ! Devismes, le directeur de l'Opéra, lui avait d'abord offert le livret A'Iphigéme en Taunde, avant dc finalement Ic confier à Gluck, tandis que Gossec héritait du Thésée de Quinaiilt, dé]à traité par Lully. Grétry, en compensation, fut charge d'une Andromaque, adaptée par Louis-Guillaume Pitre d'après la tragédie de Racine, ce qui montre bien qu'à

Eléments de recherche :

Avec Céphale et Procris (1773), également programme dans le cadre de ces «Grandes Jour nées», le 21 novembre à l'Opéra Royal, Grétry s'inscrivait déjà dans une tradition ancienne... Le «ballet héroïque» Céphale et Piocm est antérieur à Andronwque. Il a été créé à l'Opéra Royal de Versailles, à l'occasion des noces du comte d'Artois, dernier petit-fils de Louis XV avec Marie-Thérèse de Savoie. Déjà, trois ans plus tôt. le mariage du futur Louis XVI et de Marie-Antoinette avait été l'occasion d'une rétrospective des grands moments du théâtre et de l'opéra depuis Louis XIV, mais il s'agissait de reprises, alors que cette fois, les finances permettaient la production de plusieurs spectacles nouveaux, dont Céphale et Prems. Grétry est ainsi devenu un compositeur très en vue, au même titre que ses grands aînés, Philidor ou Gossec. Le «ballet héroïque», héritier de l'ancien ballet de cour, est alors un genre un peu daté : c'est en 1735 que Rameau a proposé ses Indes galantes... Grétry en reprend le concept traditionnel, marqué par les références mythologiques de nombreuses danses. Mais la partie chantée est très influencée par l'opéra italien, dont on retrouve ici les formes principales (récitatifs obligés utilisant une prosodie «naturelle», airs ornés, ensembles). Grétry tente aussi de caractériser ses personnages, anticipant sur les ouvrages français dc Gluck que l'on découvrira l'année suivante. La cour fut vraisemblablement .surprise cle cette ambiguïté franco-italienne, et la réaction fut mitigée. Quant à U Amant jaloux (1778), à l'affiche de l'Opéra Royal entre le 10 et le 15 novembre, sous la baguette de Jérémie Rhorer et dans une mise en scène de Pierre-Emmanuel Rousseau, il est antérieur de huit ans aux Nozze di Figaro de Mozart, et contemporain de son dernier séjour parisien. Peut-on établir des parallèles entre les deux ouvrages ? L'Amant jaluux, comme de nombreux autres opéras-comiques du temps, pose un problème de typologie des genres. C'est une «comédie melee d'ariettes», ce qui signifie que le public percevait de tels spectacles comme des pièces de théâtre parlé, avec de la musique. D'ailleurs, l'ouvrage a été créé à la ComédieItalienne - ce que nous appelons aujourd'hui rOpéra-Comique, institutionnalisé par

LES AGREMENS : orchestre de Namur (Belgique), toutes citations


OCT 09 Mensuel Surface approx. (cm²) : 2854

8 RUE SAINT AUGUSTIN 75002 PARIS - 01 70 75 37 60

Page 3/6

Louis XVI en 1781 Au XVÏÏI siecle la formation des artistes était vraiment mixte la Dugazon chantait Gretry avec autant de talent qu clic jouait Mam aux ' Par certains côtes de l'mtngue / Amant jaloux offre des situations que Beaumarchais reprendra dans LÉ Mariage de Figaro maîs il manque lu la force de la revendication sociale des personnages La piece de Thomas d'Hele relevé d'un aimable «theatre dc boulevard» dc l'époque, aussi éloigne de Mam aux que de Beaumarchais Musicalement parlant I écriture des anettes se retere a une tradition différente de celle de I opera buffa Et même si les finales des actes I et If! laissent présager certains grands ensembles mozarUens il ne faudrait pas trop pousser la comparaison Peut-on dire qu'au cours de sa carriere, Gretry a évolue ^ Je pense que I on peut distinguer trois penodes A partir de son arm ee a Fans en 1767 et pendant une dizaine d'années on pourrait qua lifier son style de «postpergolesien», marque par l'italianisme maîs aussi par la premiere generation dcs opcras-comiques français, nes dans les theatres dc foire De 1778 a 1785 on entre dans la période de maturité Ce n'est pas une rupture absolue avec ce qui précède, maîs le style est plus abouti De mameie signifiera ve, c'est en 1778 qu il compose Les Trois Age;, de l'opéra, ou il compare trois générations d opera français celle dc Lullv celle de Rameau et la sienne ee qui représente une remarquaNAMUR 8855741200507/GAW/MJP/2

ble prise de conscience de I evolution et de la filiation II livre aussi ses ouvrages les plus connus L Amant jaloux ou Richard Cœur de Lion A. partir dc 1785 le style évolue vers un ton plus sérieux marque par la sobnete de ll ligne et le gout pour la grandeur C est d ailleurs une marque commune des compositeuis de I epoque Gossec n > a pas échappe, et ce sel a bientôt l'heure de Mehul et de Cherubini, qui ouvrent la voie vers Ic XIX siecle ct l'cxprcssion romantique II est possible que Gretry se soit senti moins a I lise dans ce domaine D ailleurs, sous la Revolution malgre des ouvrages « patriotiques » comme Denys k tyran ou «pédagogiques» comme Pierre k Grand sa production se raréfie II souhaitera de plus en plus se consacrer a I \ philosophie En quoi cette philosophie consistait-elle ? Gretry éprouvait une admiration sans bornes pour Rousseau, au point de racheter I Ermitage de Montmorency ou I ecnvam avait vécu - et ou il mourra lui-même Sa philosophie est donc fondée sur le culte du naturel la critique de l'artifice les nobles sentiments de devoir, de simplicité et de vertu Ne pourrait-on pas le taxer d'opportunisme ' Apres avoir servi la monarchie, il se montre un ardent révolutionnaire ! Au contraire de Gossec ou Mehul, Gretry a relativement peu cent pour la Révolution

Eléments de recherche :

Son attitude n'est pas comparable avec celles de musiciens qui ont participe a la politique culturelle dc Vichy A la fin dc I' \ncicn Regime le statut social du compositeur s'est brutalement modifie II est passe de la sujétion aux grandes familles ansto cratiques a un statut d individu hbie Foui vivre, il lui fallait traiter avec tout commanditaire C'était moins un choix idéologique que la réponse d'un artisan qualifie a une commande Quelles difficultés cette musique pose-t-elle aux chanteurs aujourd'hui ' 4 ce jour Gretry ct, plus gcncralcmcnt I opéra-comique francais de cette epoque est peu représente Cest dire que k s inter prêtes ne sont guère habitues a pratiquer ce style Ce qui ne facilite pas leur tache, e est I alternance du texte parle et du chant Cela exige d eux des competences différentes, alors qu ils ne sont plus formes a une telle dis cipline Pour autan I, si l'on accomplit un travail en piofondeur, on peut parvenir a d'excellents resultats Aujourd hui maîs e est un fait assez récent i une certaine hiérarchisation dcs genres musicaux s'est effacée Un artiste n'hésite plus à se produire dans un opera, une opérette ou en recital de mélodies ctttt sou plesse a permis U ^naissance d Oflenbach par exemple Dans nos productions, nous utilisons cette polyvalence Propos recueillis par Jacques Bonnaure

LES AGREMENS : orchestre de Namur (Belgique), toutes citations


OCT 09 Mensuel Surface approx. (cm²) : 2854

8 RUE SAINT AUGUSTIN 75002 PARIS - 01 70 75 37 60

Formation de claveciniste organste panisce chanteur compositeur chef d orchestre et de choeur Cree I ensemble Le Concert Spirituel en 1987 Travaille régulièrement avec Angers Nantes Opera et I Opera National de Montpellier Dirigera Andromaque de Gretry au Theatre des ChampsElysées le 18 octobre

HERVE IMIQUET « UN EXCELLENT ARTISAN DU SPECTACLE LYRIQUE, QUI IMAGINAIT LES MEILLEURES SOLUTIONS SELON CE QU'IL AVAIT À FAIRE» Pourquoi avoir choisi dè diriger Andromaque ? Au depart, j ai hésite Ct u est \ rai que, de toute maniere cc projet un peu fou n aurait pas ctc possible sans le soutien du CMBV et de son partenaire, le Palazzetto Bru Zane de Vernie Ce qui a emporte ma decision, c'est la lecture du texte Ce n'était pas un livret de «tragédie ryrique» comme un autre, maîs bel et bien un excellent arrangement de la tragédie de Racine Louis Guillaume Pitra a évidemment procede a des coupuies , il a amené les cinq actes a trois et menage un rôle important au chœur, qui remplace les confidents de la piece , il a introduit des developpements chorégraphiques maîs enfin, c'est ÎAndtomaque de Racine qu'il donne a Gretry pour qu'il la mette en musique N'est-ce pas la une curieuse demarche ? A l'époque, on se retourne volontiers vers le passe On reprend le Thésée de Lully, et Gluck remet en musique le livret d'Arrmde conçu par Qiiinault, quatre-vingt dix ans auparavant, pour Lully Maîs lei Gretrv va plus lom en choisissant une tragédie conçue non pour l'opéra maîs pour le theâtre, et qui est toujours, plus d'un siècle apres sa creation 11667), dans la memoire de toute personne culm cè et tres bornent jouée par les Comediens-Fiançais Maîs comment s'y prend-il pour traiter les alexandrins, et adapter les longues tirades raciniennes au chant ? On ne peut pas composer un opera de deux heures avec un texte qui, dans sa forme originelle, en durerait pres de trois Gretry résout le problème de façon tres pragmatique et cela ne semble pas lui avoir cause trop de souci II imagine un discours musical continu, sans inNAMUR 8855741200507/GAW/MJP/2

terruption À aucun moment on ne peut dire si ce que l'on entend est un récitatif, un /maso ou un an , tout cela se mêle en fonction des exigences dramatiques Notez que Gluck, a la même epoque, passait pour un grand réformateur de l'opéra et on le considère toujours comme tel, alors que, dans son Iphigenie en Taunde, a peu pres contemporaine, il se montre bien moins audacieux que Gretry en respectant par exemple, la dichotomie récitatif/air Dans Andromaque, tomme une sorte de i etour a la tragédie grecque, la moitié de l'ouvrage cst confiée au chœur En plus, cc dernier n'a pas, comme souvent alors dans l'opéra français, une fonction decorative, accompagnant les scènes de batailles ou de fètes II participe constamment a l'action C'est vraisemblablement cet aspect AAndramuque qui a cause son insuccès Et l'orchestre ? Il cst assez important les flûtes, clarinettes, hautbois et bassons par deux, ainsi que les cors et les trompettes, plus trois trombones qui sont la, un peu comme dans la scene du cimetière de Don dot ami, pour creer une couleur a certains moments, les timbales ct les cordes Surtout, l'orchestre est constamment employe au complet Jamais Gretry ne l'allège dans les iccitatifs Lt, comme dans Iphigeme en Taunde, l'opéra commence par une Ouverture dramatique qui débouche sans solution de continuité, sur la premiere scene Pensez-vous que Gretry ait eu conscience d'avoir écrit là une œuvre particulièrement moderne ? Non ce n était pas son problème II est évident Qu'Andromaque ouvre dcs perspectives qui seront exploitées beaucoup plus tard, no-

Eléments de recherche :

Page 4/6 tamment chez Berkoz, maîs on ne peut parler d'influence directe, ne serait-ce que parce que la partition est restée inconnue jusqu'à aujourd'hui En revanche, c'était incontestablement un homme de metier un excellent artisan du spectacle lyrique, qui imaginait les meilleures solutions selon ce qu'il avait a taire

Pourtant, a l'époque, Gretry n'avait pas une experience particulière de la tragédie. Il était surtout reconnu comme un specialiste de l'opera-comique... Précisément Et il cst beaucoup plus difficile de retenir l'attention du public dans le genre comique que dans le tragique Dans la comedie, il faut que le spectacle avance sans traîner, dans la tragédie, la contemplation des beaux sentiments nobles peut autoriser certaines longueurs Ici, Gretry a fait en sorte dc trouver les moyens pour que le flux musical emporte tout C'est assez rare Parlons maintenant du chant. Cette musique necessite-t-elle une typologie \ocale particulière ? Elle nécessite surtout une claire compréhension de ce qu'est le chant d'école française, et ce a toute epoque au XVIIe comme au XX' siècle il faut que le texte passe Personnellement, je mc suis toujours passionne pour cet aspect de I opera français, depuis mes débuts comme pianiste-chef dc chant au Palais Garnier Si vous écoutez de vieux films ou des eniegistiements d'acteurs du passe, Arletty ou Sacha Guitry par exemple, ou encore si vous allez sur un marche entendre les ens des marchands de legumes, vous remarquerez que pour bien faire passer le texte, dans le discours parle comme chante, il faut placer l'émission assez haut dans la tête Avec cette technique, sans vous épuiser, vous pouvez projeter votre voix sans problème au-dessus d'un orchestre C'est ce que je travaille avant tout a\ec les chanteurs, qui sont d'abord un peu surpris, car cela change leurs habitudes Puis, quand ils constatent les bien faits de cette methode, ils peuvent I utiliser Je pense d'ailleurs qu'une evolution Vest faite sut ce point, et qu'a l'opeia, l'on prononce mieux Ic français aujourd'hui qu'il > a quèlques annees Avec toutes ses qualites, comment Gretry

a-t-il pu être oublie si longtemps °

ll ne l'était pas tout a fait Ln Belgique, il a toujours ete un monument national Maîs, en dehors de quèlques musiciens au statut quasi divin comme Bach ct Mozart, de quèlques autres emblématiques - maîs longtemps mal connus et peu joues tomme Lullv ou Rameau, de tres nombreux compositeurs de grand talent ont ctc oublies Ils ont parfois souffert de circonstances défavorables, par exemple de n avoir pas ete édites (voyez MarcAntoine Charpentier), ou tout simplement du changement des modes L'opera-comique du XIXe siecle a fait oublier Gretry, et d'autres de ses contempoiains Le temps est injuste avec beaucoup de créateurs Propos recueillis par Jacques Bonnaure

LES AGREMENS : orchestre de Namur (Belgique), toutes citations


OCT 09 Mensuel Surface approx. (cm²) : 2854

8 RUE SAINT AUGUSTIN 75002 PARIS - 01 70 75 37 60

Page 5/6

GRETRY ET LE DISQUE PREMIERE APPROCHE

Pour une introduction a la musi que de Gretry, on ne saurait liop recommander I album Gierry Am & Ballets ou Sophie Karthauser, récente Dia d'Idomemo au Festival d'Aix en Provence, interprète des extraits de Cephale et Procris Ijes Deux Ai ares inaaeon chœz Polyaale et La Caravane du Caire avec I ensemble Les Agremens, dirige par Guv \an

Waas L intérêt réside évidemment dans la diversite des partitions présentées, maîs aussi dans la conception même de I orchestre, que I on sent a la fois proche dc la musique populaire et de la musique française de cour Gretry est ainsi débarrasse de toute suavité de boudoir Sophie Karthauser est absolument délicieuse le charme incarne Et elle possède k bagage technique ct stylistique nécessaire pour affronter les airs a \ocalises, qui montrent NAMUR 8855741200507/GAW/MJP/2

d ailleurs quelle virtuosité on exigeait des chanteuses-comédiennes (I CD Ricercar RIC 234) Cette parution ne doit pas faire oubber une lacune cnante de la discogiaphic dc Crefr) en compact le recital de Christiane Eda-Pierre - 4m d'opeias comiques Gretry & Pfnhdor av ec I Academy of St Martin rn die Fields dirigée par Neville Mamner n a jamais ete réédite par Philips

Un jour peut etre Poui s en tenir a la musique svmphomque tree des operas, Stefan Sanderbng et I Orchestre de Bretagne en brossent un tableau v âne Çzafrç ile dantes ^emire etAçpr Cepliale ri Procns & Otuieitum (Le Jugement de \lidas L'Epjeiwe nllageoise, Le labbau parlant, Le Hwm, Luale, Sikam, l'Amihe a lepreuie L'Ami de la maison, lt Mag/nfique, Guillaume Tell Les instruments iie sont pas « d epoque» et les orchestrations parfois

Eléments de recherche :

«modernisées» maîs [interpréta don piend ni compte les apports stylistiques récents pour la dynamique, les phrases et les tanpi (I CD ASVDCA1095) ZEMIRE ETAZOR ^emire et 4y>i «comcdic-ballct» créée a Fontainebleau en 1771, appartient a la premiere generation des opéras-comiques de Gretry SV mêlent, malles du célèbre conte de La Belle et la Bête des thèmes bourgeois (I amour de la famille les aléas du commeice et un certain fantastique (le monstre amoureux finalement transforme en prince charmant i Enregistrée en 1974, l'intégrale FMI inaugura la séné réalisée par la REB, sous la direction d Edgar Doncux I e style pourra paraitre aujourd Iim dépasse par les evolutions dc l'interprétation sans parler de h ngueur philologique (les dialogues parles ont ete remplaces par des récitatifs d un certain Louis Martin L orchestre, uniioi mement monotone et galant produit a la longue un effet penible de confi séné trop sucrée Reste que Madv Mesple a l'époque incontournable dans I opera comique français e-,1 parfaitement a son aise en particulier dans l'air «de h fauvette» iiieme si au contraire de ce que I on pourrait attendre, la prononciation ii est pas son fort Le reste de la dis tnbuuon (Roland Bufkens Jean v an Corp, Jean Claude Orkac est simplement correct maîs I ensemble reste homogène En complement les Danses villagemses, suite réalisée par Gevaert d apres les parties dansées de di\ ers operas de Gretrv ainsi que les ballets de Cepliak et Pmu sous la baguette de Paul Strauss dans une perspective symphoraqut tres «XK'» (2 CD EM! Classics 5 7o290 2) Cette version demeure préférable a celle de 1988 réalisée a Liege Martine Masqnelin Gerard Ganno et Albert Voli avec les Chœurs el I Orchestre dc I Opera Royal dc Wallonie, sous U direction d'Alan Curas 12 CD Rodolphe RPG 32 Ï2V26) L'AMANT JALOUX L4manl jaloux «comedie melee d anettes»creeeaVersaillesen 1778, se rattache plutôt au di ame bour geois avec un bmi de romanesque Dans I integrale PMI dc 1975, on reuouve Edgar Dotieux et les forces dc la RTE ainsi que Mady Mesple

LES AGREMENS : orchestre de Namur (Belgique), toutes citations

avec son style propre ses qualites et ses brutes Damele Perners qui chante le bci air « O douce niât» appartient a la même ecole Si Bruce Brev-er manque un peu d élégance Charles Burles I exact équivalent stvlistique de Mesple et I excellent Jules Basan dorment bien du relief a lensemble 12 CD fcJVII Classics 5 75263 2l RICHARD CŒUR DE LION Troisieme réalisation d Edgar Doneux 1977 Richard C œut de Lion, cree a Pans en 17 84 est viaisemblablemcnt Ic plus cclcbrc dcs operas comiques de Gretry d un style «troubadour» qui fleurira jusqu'à l'époque romantique C'est aussi un cles pi emiei s operas historiques bien que I Histonc v soit franchement malmenée II contient quelques-uns dcs airs les plus célèbres dc Gretry et de tout le XVIII siecle «O Ruhard, o mon im», «Je aams de lm pmler h mat» (que Tchaikovski citeia dans La Daim dépique), « Lfnejieure brûlante» et « Si l'unneis entia m'oublie » (dont la renommée sera grande parmi les ténors Cesai Vezzani I enregistrera peu avant la Gl aude Guerre) On y retrouve Mady Mesple en Laurette créée pai la Dugazon et Charles Bulles (peut etre un peu leger pour Richard), avec Michel Trcmpont excellent Blondcl On peut cependant s étonner que ce rôle normalement dévolu a un tenor leger et gracieux soit ici chante pai em solide barvton, ce qui est un contresens stylistique Couplage avec Le Deon du uiloge de Rousseau dans une version nes policée de 1956 forcement bien chantée cependant Janine Micheau Nieolai Gedda et Michel Roux soui la dilecnoii de Louis de Froment 2 CD FMI Classics 5 75266 2 II existe un autre enregistrement réalise a Bolzano en 1990 sous la direction de Pablo Nen, avec des chantcm s dc second ordre a la prononciation défectueuse ct au style incertain Mannella Pennicclii Huben Zingerlc et PcterEdelmann On ne le recommandeia pas (2 CD Nuova Era 7157/58 DENYS LETYRAN Cet opera «patriotique» cree a Fans en 1794, n'est malheureusement connu qu'a travers une edition captée sm le vif en 1989, sous h baguette dc Stcfkno Vizioli avec des interprètes n avant qu'une lai ble idée du style adéquat Bruno de


OCT 09 Mensuel Surface approx. (cm²) : 2854

8 RUE SAINT AUGUSTIN 75002 PARIS - 01 70 75 37 60

Page 6/6

Simone, Claudia Di Segru, Romano Franceschetto et Stefama Donzclli ^1 CD Nuova Era 6850) LE JUGEMENT DE MIDAS

C'est avec Le Jugement de Midas, cree a Pans en 1778, que I amateur a eu a sa disposition, en 1980, le premier temoignage d'une interprétation de Gretry davantage conforme aux canons «baroques», grâce a un disque d'extraits enregistre dans le cadre de concerts donnes a la Radio de Cologne L'ouvrage est drôle et tres intéressant, car le compositeur v confronte les musiques de vaudeville a celles de la tragédie lyrique sans donner la preference a l'tint d'elles Sur le plan théâtral, il mêle intrigue villageoise rt in trigue mythologique Apollon se métamorphose en berger Alexis ' Accompagnée par La Pente Bande et Gustav Lconhardt, la distribution est homogène, stvlistiquement par faite et bien adaptée au caractère de l'œuvre John Elwcs, Mickc van dcr Sims, Françoise Vanhecke, Michel Verschaeve et Jules Bas tin (I CD RicercarRIC063033) Cette edition surclasse la preceden te, également en extraits et datée de 1976, dirigée par Ronald Zollman, avec la formation de chambre du Nouvel Orchestre Svmphonique de la RTBF, et une equipe de chanteurs emmenée par Louis Devos et Bernadette Dcgclin fl CD Roch Schwann 3-1090 2i LA CARAVANE DU CAIRE

Pour cet ouvrage orientaliste, cree a Fontainebleau en 1783, soit deux ans apres Die Entfithrung ans dan Seteo!, et qui se réfère aux mêmes ressorts théâtraux, Marc Mmkowski a reuni, en 1991 des solistes stylisn quement tres corrects, maîs un peu hétérogènes II y a les généralistes Jules Bastin, Philippe Huttenlocher Vincent Le Texieri et les «baroqueux » le ti es leger et subnl Gilles Ragon dont on n'imaginait pas a I epoque qu ll chanterait un jour Hofimann et Tannhauser, Isabelle Poulenard et Guy de Mey (ces deux derniers tout de même un peu menus) Le chef, quant a lm, est plus petillant que jamais L'Ouverture devient même un veritable concerto pour grosse caisse ' (2 CD Ricercar RIC 100084/085) Signalons que cette version a ete couplée, dans sa réédition la plus récente, avec les extraits du Jugement de Muk& susmentionné PIERRE LE GRAND

On sait que le futur tsar Pierre I" le Grand (1672 17251 avait voyage en Europe dans sa jeunesse et que, NAMUR 8855741200507/GAW/MJP/2

Eléments de recherche :

passionne de manne, il avait travaille incognito sur dcs chantiers navals II avait en outre épouse une simple pavsanne, la future imperatnce Catherine I ' II n'en fallait pas plus, au début de la Revolution, pour imaginer que c'était la le monarque modele, proche du peuple, bien entoure (le personnage du Suisse Francois Lefort est un hommage appuyé a Necker, et Pierre représente ce que Louis XVI devrait devenir ) La s'arrête la vente histonque car Pierre le (stand, cree a Pans en 1790, n'est finalement nen d'autre qu un opéra-comique avec airs gaillards et bons senn ments II serait en outre impossible aujourd'hui de monter un ouvrage de plus de quatre heures au contenu assez mince Dans sa production du Theâtre Impenal de Compiegne en 2001 Pierre Jourdan avait choisi dc transposer l'action sous la Revolution imaginant qu'une troupe de comédiens ambulants donnait au bon peuple des représentations «pédagogiques» Cette version dingee par Olivier Opdcbccck, a fait l'objet dim enregistrement audio La distribution est satisfaisante, même si aucun des chanteurs pnncipaux lChnstophe Einhorn, Anne-Sophie Schmidt, Philippe Le Chevalier i ne fait preuve d'une personnalité vo cale marquante I CD CascaveUe VEL 3062 On se tournera donc plus volontiers vers le DVD de l'Opera-Theâlre Hcliion de Moscou 20021 avec Sergey Stadler a la baguette Les dialogues parles sont a la fois en russe et en français, sans que le procede s'avère gênant Le plateau bénéficie de la presence de Maxim Mironov dans le rôle titre Timbre charmeur, souplesse, aigu facile, c'est un peu un Florez slave ' be? partenaires (Elena Voznessenska) a, Nikolai Cairn) ont moins de poids, maîs ne démentent pas La mise en scene de Dmitn Rcrtman, tres simple, cst un modele dc direction d acteurs 11 DVD ArthausMusik 101 097) RARETÉS

Le discophilc cunetix tentera dc dénicher un enregistrement de 1991 de Luale «comedie mise en musique» créée en 1769 rendue célèbre par le quatuor «Ou peut on eire mieux qu au sem de sa famille '» a\ ec Jacqueline Sternotte, Stefano Menima, Chus de Mooi et l'Ensemble des Solistes de Liege, sous la direction d'Emmanuel Roch (I CD Duchesne 80252) II trouvera également plusieurs titres sur les sites internet spécialises dans les captations sur le vif Jacques Bonnaure

LES AGREMENS : orchestre de Namur (Belgique), toutes citations


André-Modeste Grétry