Issuu on Google+

messiah G.F. haendel ven 10 juillet 20h eglise saint-loup

www.festivaldenamur.be 1


La Ville et la Province de Namur, partenaires du Festival Musical de Namur www.festivaldenamur.be 081 226 026 ou 070 22 88 88

2


Festival Musical de Namur Denis Mathen Président, Patricia Wilenski Administratrice-déléguée, Jean-Marie Marchal Directeur Artistique, Jean Ghiste Trésorier, Laurent Cools Promotion Mesdames Suzanne Boonen-Moreau, Sylvaine Collin, Carine Debelle, Anne De Gand, Dominique De Spoelbergh, Anne Hallet, Anne-Marie Straus, Messieurs Bernard Anselme, Jean-Luc Balthazar, Guy Carpiaux, Laurent Collin, Patrick Colpé, Amand Dalem, Bernard Ducoffre, Jacques Etienne, Michel Gilbert, Philippe Hermal, Eric Lemmens, Charles Loiseau, Guy Maquet, Baudouin Muylle, Emmanuel Poiré, Bernard Poncelet, Jean-Marc Poncelet, Ali Serghini, Jean-Marc Van Espen, Administrateurs Le Festival Musical de Namur ouvre chaque année le Festival de Wallonie. Organisé par l’asbl Festival de Namur, il met à l’honneur les ensembles du Centre d’Art Vocal et de Musique ancienne ; les Agrémens et le Chœur de Chambre de Namur, l’un des meilleurs ensembles vocaux d’Europe. Le Festival Musical de Namur est coréalisé avec le Théâtre de Namur.

Le FmN est soutenu par N.E.W. Contact Jean-Marie Marchal, Centre d’Art Vocal et de Musique Ancienne Avenue Jean 1er, 2 B – 5000 Namur T +32 (0)81 711 500 F +32 (0)81 742 194 www.cavema.be

Le Festival de Wallonie, membre de l’Association Européenne des Festivals. Sous le Haut Patronage de sa Majesté la Reine Fabiola Avec l’aide du Ministère de la Communauté française (Direction générale de la Culture, service de la Musique), de Wallonie-Bruxelles International, du Parlement de la Communauté française, de la Présidence du Gouvernement wallon, du Commissariat général au Tourisme de la Région wallonne et de la Région Bruxelles-Capitale Avec le soutien de la Loterie Nationale, de la Banque Nationale, de la Société Régionale d’Investissement de Wallonie Avec l’appui de Musiq3, Le Soir, Bank Card Company Avec Electrabel/Groupe GDF SUEZ, Peugeot, Distrigas, partenaires structurels Avec BASF, Cera, Coca-Cola, Dexia, Ethias, EVS Broadcast Equipment, GlaxoSmithKline Biologicals, Lhoist Group, SNCB, UCM, partenaires de concerts Avec ArcelorMittal, CMI Group, Herstal Group, Magotteaux International, Techspace Aero, — Institut du Patrimoine Wallon, amis du Festival

3


Messiah G.F. Haendel Ven 10 Juillet 20h Eglise Saint-Loup

Messiah g.F. Haendel Programme

4


Anniversaire Haendel « le Messie » Georg Friedrich Haendel Oratorio « Messiah » HWV 56 Choeur de Chambre de Namur Les Agrémens — Guy Van Waas direction — Inger Dam-Jensen, soprano — Hannah Pedley mezzo — James Laing contre-ténor — Joseph Cornwell ténor — Peter Harvey baryton

Le Messie… pourquoi dit-on si souvent qu’il s’agit là du chef d’œuvre d’Haendel ? D’où vient l’inspiration qui traverse la partition en un seul souffle et qui, encore aujourd’hui, nous remplit d’un même sentiment de plénitude ? Cette œuvre, écrite en 1741, ne peut décidément être extraite des conditions biographiques et historiques de sa création. Le 13 avril 1737, Haendel, terrassé par une crise d’apoplexie au retour d’une répétition orageuse, durant laquelle il dut se battre pour imposer en Angleterre ses compositions inspirées de l’opéra italien, fit dire à son médecin qu’« à moins d’un miracle, la musicien ne pourrait jamais plus créer ». Et pourtant… Au retour d’une cure par

les eaux à Aix–la-Chapelle, Haendel redevint parfaitement maître de son corps et de son esprit… On dit qu’alors, lui qui n’avait jamais été particulièrement pieux, il fut « touché par l’Infini » d’une grande inspiration, qui lui donna à écrire une série d’oeuvres dont quatre opéras et trois grands oratorios. Mais, encore une fois, de malheureuses circonstances (mort de la reine, guerre d’Espagne, hiver rigoureux, poursuite des créanciers, indifférence du public, hostilité des critiques…) vinrent affaiblir l’âme du compositeur. Pendant des mois, Haendel erra dans Londres, envahi par le dégoût, la solitude, le désespoir… Jusqu’à ce qu’arrive une lettre inattendue du poète Jennens (auteur de Saul et d’Israël en Egypte), et qu’Haendel ne rencontre les premiers mots de son manuscrit The Messiah : « Comfort ye »… (« Console-toi »). Ces mots « magiques », venus de « là-haut », ranimèrent l’âme endolorie du musicien qui commença à composer, sans s’arrêter, pendant 21 jours et 21 nuits. Ensuite, il s’écroula, comme mort, mais une fois encore, se releva pour mieux revivre : « Mon ami », déclara-t-il au docteur, « je crois que Dieu était à mes côtés ». L’œuvre est divisée en trois parties : l’Ancien Testament, ou les prophéties de l’arrivée du Christ, de l’Annonciation et de la Nativité, ensuite l’Ancien et Nouveau Testaments qui relatent la Passion, la Résurrection et l’Ascension du Christ, et enfin le Nouveau Testament qui célèbre la Résurrection de l’âme chrétienne. Remarquons, au passage, que les cinquième et sixième mesures de l’air de la soprano « I know my Redeemer Liveth » auraient servi de base à la composition de l’air du carillon de Big Ben, à Londres, à la fin du 18e siècle… 5


messiah

6


Joseph Cornwell, ténor Né en Angleterre, Joseph Cornwell a étudié la musique à l’Université d’York et a chanté à la Guildhall School of Music and Drama. Il a débuté sa carrière avec le Consort of Musicke et le Taverner Consort. En tant que soliste, il a chanté Vespers de Monteverdi, sous la direction d’Andrew Parrott, qu’il enregistra plus tard pour EMI. Il a chanté avec de nombreux chefs. Les engagements internationaux de Joseph Cornwell l’ont depuis conduit à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Extrême Orient. De Georg Friedrich Haendel, il a notamment chanté l’Oreste au Linbury Theatre de Covent Garden en 2008, ainsi que Theodora à Montpellier et Nîmes quelques années auparavant. Son plus récent CD s’intitule Fairest Isle, avec The Parley of Instruments. Ces enregistrements l’ont confirmé comme l’un des plus grands ténors de musique ancienne d’Angleterre. Inger Dam-Jensen, soprano Inger Dam-Jensen a commencé ses études musicales à la Royal Danish Academy of Music avant d’entrer à la Danish Opera School en 1990, où elle a suivi les cours du Professeur Kirsten Buhl Møller. En 1993, elle a remporté le célèbre concours du Singer of the World de Cardiff. Artiste de concert remarquable, Inger Dam-Jensen a abordé avec succès un vaste répertoire. On a pu l’entendre dans des œuvres de Malher, Britten, Strauss et Berio, avec les plus grands orchestres, en récital ou encore à l’opéra, notamment dans son Danemark natal, où elle est très présente. Sa discographie comprend notamment un enregistrement d’une sélection de mélodies de Carl Nielsen (DaCapo), qui reçu la récompense Gramophone du « Meilleur enregistrement vocal de l’année ». Parmi

ses projets récents et à venir, citons les Seven Early Songs d’Alban Berg avec l’Orchestre Philharmonique de Liège et la Seconde Symphonie de Mahler avec le Royal Scottish National Orchestra. Peter Harvey, baryton Après avoir étudié le français et l’allemand au Magdalen College à Oxford, Peter Harvey a étudié à la Guildhall School of Music and Drama à Londres, période durant laquelle il a gagné de nombreux prix lors de compétitions de chant internationales, dont la Walther Grüner International Lieder Competition, l’English Song Award, et le Peter Pears Award. Il a chanté sous la direction de chefs tels que Ton Koopman, Christophe Rousset, Hervé Niquet, Paul McCreesh, Jean-Claude Malgoire, Gustav Leonhard, Ivan Fischer, Frieder Bernius et Michel Corboz. Sa carrière internationale l’a conduit à se produire dans de très nombreux pays européens, ainsi qu’au Canada, aux USA et au Japon. Il a participé à plus d’une centaine d’enregistrements d’un répertoire couvrant huit siècles, avec une préférence pour la musique pré-baroque. Peter Harvey est également le fondateur du Magdalena Consort, qu’il dirige aujourd’hui et qui se focalise sur l’oeuvre vocale de J.S. Bach. James Laing, contre-ténor Se positionnant rapidement au premier plan de la nouvelle génération de contreténors, James Laing étudia à la Uppingham School, devint membre de la chorale du Trinity College de Cambridge et poursuivit ses études au Royal College of Music avec Robin Blaze. Il fut sélectionné par Opera Now pour figurer parmi les ‘Who’s Hot’ pour sa performance dans Nerone Agrippina au London Handel Festival. James Laing 7


s’est produit, en Europe, mais aussi en Amérique, en Israël,… entre autres dans A Midsummer Night’s Dream et Tobias and the Angel pour l’ETO, dans Orlando pour l’Early Opera Company, dans l’Orfeo pour l’Opera North, dans le Messiah avec l’Apollo Chamber Orchestra, etc. Ses projets actuels le font principalement voyager à travers l’Angleterre. Hannah Pedley, mezzo-soprano Hannah Pedley a étudié le chant et la musique au Royal Northern College of Music, où elle a pu expérimenter de très nombreux rôles. En concert, elle s’est produite dans des oeuvres d’Elgar, Dvorak, Mendelssohn, Walton, Haendel, Bach, Britten, Purcell, Mozart, Mahler, Debussy,… au Birmingham Symphony Hall, à la Cathédrale de Sheffield, au Oxford’s Holywell et au Newman Room. Elle a donné, entre autres, des concerts avec Donald Maxwell à Chatsworth House, et des récitals avec Michael Pollock. Elle a chanté dans plusieurs d’opéra, notamment dans des oeuvres de Fauré, Bernstein ou encore Rossini (Délia dans Le Voyage à Reims, etc.). Guy Van Waas, direction A l’instar des musiciens du 18e siècle, Guy Van Waas a un horizon musical très large, qui va de la clarinette ancienne à l’orgue en passant par le clavecin et la direction d’orchestre. Après ses études aux Conservatoires de Bruxelles, sa ville natale, et de Mons, ainsi qu’au Mozarteum de Salzburg, il se consacre pendant de nombreuses années à la clarinette entreprenant notamment d’enregistrer sur instruments originaux. Tout en restant un interprète de terrain, Guy Van Waas est de plus en plus sollicité comme chef d’orchestre. On le retrouve à la tête de nombreux orchestres européens. 8

Depuis 2001, il est chef principal des Agrémens – ensemble baroque de la Communauté française de Belgique. Avec cet orchestre, outre de nombreux concerts, il a réalisé plusieurs enregistrements, chaudement accueillis. Guy Van Waas continue néanmoins de pratiquer une autre de ses passions : l’orgue. D’innombrables enregistrements et des concerts de par le monde témoignent de l’activité musicale intense de l’artiste « artisan » qu’est Guy Van Waas. Les Agrémens C’est en 1995 que le Centre de Chant Choral de la Communauté française de Belgique a créé l’ensemble de musique baroque Les Agrémens (Orchestre sur instruments d’époque de Namur). Guy Van Waas dirige l’orchestre depuis 2001. Au départ, les Agrémens ont été créés pour doter le Choeur de Chambre de Namur d’un orchestre de haut niveau adapté à ses propres productions. Les Agrémens se sont réunis pour la première fois autour de Pierre Cao pour des concerts Haendel en décembre 1995. Aujourd’hui, l’ensemble reste le partenaire privilégié du Choeur de Namur, bien qu’il s’en émancipe et s’épanouisse chaque année davantage. L’orchestre s’est produit sous la direction de plusieurs chefs. En 2006-2007, l’orchestre a participé à ses deux premières productions d’opéra. Les Agrémens ont notamment publié chez Ricercar des enregistrements consacrés à Johann Christian Bach, aux compositeurs wallons qui ont brillé à Paris à la fin du 18ème siècle, au Te Deum de Marc-Antoine Charpentier, et enfin aux Symphonies parisiennes de Joseph Haydn. L’ensemble Les Agrémens tient son nom d’une pièce de clavecin du Premier Livre de François Couperin.


Direction : Guy Van Waas Les Agrémens bénéficient du soutien de la Communauté française WallonieBruxelles (service de la musique et de la danse), de la Loterie Nationale, de la Ville et de la Province de Namur. Choeur de Chambre de Namur C’est en 1987 que le Centre de Chant Choral de la Communauté française de Belgique a créé le Choeur de Chambre de Namur. Cet ensemble à géométrie variable se compose de 12 à 24 choristes qui travaillent sous la direction de Jean Tubéry, directeur artistique, ou de chefs invités. Dès sa création, le Choeur de Chambre de Namur a pu aborder de grandes oeuvres du répertoire choral, tout en s’attachant à la défense du patrimoine musical de sa région d’origine Le Choeur de Chambre

de Namur s’est produit au sein de festivals réputés, en Belgique, mais aussi en France, en Espagne, ainsi qu’au Canada et aux Etats-Unis. Il a également à son actif une trentaine d’enregistrements grandement appréciés par la critique. Le Choeur de Chambre de Namur s’est vu attribuer le Grand Prix de l’Académie Charles Cros en 2003, le Prix Liliane Bettencourt 2006, décerné à Paris par l’Académie française des Beaux-Arts, et l’Octave de la Musique 2007, catégorie « musique classique », par le Conseil de la Musique de la Communauté française de Belgique. Réalisé avec l’aide de la Communauté française Wallonie-Bruxelles, Direction Générale de la Culture, Secteur de la Musique. Le Choeur de Chambre de Namur bénéficie également du soutien de la Loterie Nationale, de la Ville et de la Province de Namur.

9


10


11


12


13


14


15


Demain

Festival musical de namur 2009 www.festivaldenamur.be

Concerts apéritifs et Bal du Gouverneur ce samedi 11 juillet dès 19h30

Le bal du Gouverneur 21h30 précédé des concerts des élèves du Séminaire de Musique Ancienne.

En marge du Festival se déroule le Séminaire International de Musique Ancienne en Wallonie. Comme chaque année nous vous invitons à entendre les presque 100 élèves musiciens dans plusieurs lieux autour de Saint-Loup. En voici le détail: 19h30-20h00 — Cour de l’Athénée Classe de chant Lyrique de Marcel Vanaud (7 élèves) — Hall Palais du Gouverneur Classe de Musique Ancienne 1

Prévisions de ce vendredi 13h

— Chapelle de l’Ecole Sainte-Marie (Rue du Président) Classe de musique ancienne 2 20h15-20h45 — Hall Palais du Gouverneur Classe de Musique Ancienne 3 — Chapelle de l’Ecole Sainte-Marie (Rue du Président) Classe de musique ancienne 4 Le programme des œuvres vous sera indiqué sur place.

16


Festival Musical de Namur, le programme du Messie