Page 1

Sophie Morisse PEINTURES

DU 8 AU 26 OCTOBRE 2010 ROUEN - HÔTEL DE RÉGION Dans le cadre du 16e festival “Regards sur le cinéma du monde”


Le corset, 2010. Huile sur toile, 116 x 89. Collection particulière.


De la toile de cinéma à la toile du peintre, il n’y a parfois qu’un pas. Si le 7e art est le vecteur d’images qui « bougent » et la peinture celui d’images fixes, ces deux expressions artistiques se sont néanmoins souvent influencées. Partenaire depuis sa création du festival “Regards sur le cinéma du monde”, la Région organise traditionnellement dans ce cadre une exposition où les œuvres présentées se font l’écho d’une programmation riche et singulière. Riche et singulière, c’est également les qualificatifs qui viennent à l’esprit devant l’œuvre de Sophie Morisse, peintre haut-normande qui vit et travaille à Sotteville-lèsRouen. Revisitant bien souvent les contes et légendes qui ont bercé tant d’enfances, Sophie Morisse éveille en nous ce monde lointain où le Petit Poucet et la Princesse au petit pois venaient nous visiter juste avant le coucher apportant avec eux leur lot de rêve, de féérie et de poésie mais aussi parfois de hantise. Avec cette exposition à l’Hôtel de Région, Sophie Morisse donne à voir deux à trois ans de travail récent où le mystère semble toujours planer, comme si l’artiste captait l’instant décisif précédant l’action ou la chute. Alain Le Vern Président de la Région Haute-Normandie

Un jour, mon regard s’est porté sur quelques-unes des œuvres de Sophie Morisse m’évoquant certains souvenirs à l’image des trois signes et des trois singes : « Ne rien dire, ne rien voir, ne rien entendre ». Nos amis artistes africains ont toujours eu dans leurs sculptures artistiques, quelles que soient les ethnies, cette symbolique forte. Laissant sa trace indéfectible, l’enfance est souvent présente dans les tableaux de l’artiste. Elle est heureuse, est-ce un signe ? Ses toiles font germer des pensées qui vont vers Berthe Morisot ou Balthus, peintres que j’admire comme j’admire le travail de Sophie Morisse. Merci de nous offrir votre regard sur l’enfance et de nous rappeler que, quel que soit leur continent, les enfants aiment jouer et rêver avant tout. Camille Jouhair Délégué du festival “Regards sur le cinéma du monde”


Le bois des fous, 2010. Huile sur toile, 142 x 114.


Rencontre avec Sophie Morisse

Quels sont les grands thèmes qui parcourent votre œuvre ? La figure humaine est omniprésente dans ma peinture… L’enfance en particulier, car je suis un tantinet nostalgique. Je détourne les contes de fée ou me fabrique ma petite mythologie personnelle teintée de souvenirs et d’instants présents. Quelles sont vos techniques de travail et quels sont vos matériaux de prédilection ? Je peins sur toile à l’huile et je dessine aussi au fusain ou à l’encre. Quelles sont vos sources d’inspiration ? Ce qui m’entoure, ma fille, les bords de mer ou je suis née mais aussi les endroits lointains qui me font rêver, les contes de

Grimm ou de Perrault. Trouver du mystère au quotidien… dans les visages et les regards. Les peintres ou artistes fondateurs dans votre parcours ? J’ai été influencée par beaucoup de peintres sans doute depuis que j’ai fait le choix de peindre, tout ça évolue avec le regard… J’ai envie d’être encore surprise… Bien sûr, il y aura toujours à apprendre d’un Rembrandt ou d’un Vélasquez, et j’arpente les musées avec gourmandise mais j’avoue être moins à jour avec les mouvances de l’art contemporain, pas fermée non, juste un peu en retrait. Je dois aussi beaucoup aux rencontres que j’ai faites aux Beaux-Arts de Rouen, j’en garde des amis avec qui partager l’amour de la peinture et nos expériences dans le


domaine (c’est précieux !). Je ne les citerais pas tous… Mais Philippe Garel, qui fut de plus mon professeur, est quelqu’un qui me donne envie de peindre… d’avancer. Comment s’est opéré le choix des œuvres exposées à l’Hôtel de Région ? Le lieu est étonnant et très vaste… J’aurais aimé l’investir en y pensant davantage d’une façon spécifique… Mais le temps manque un peu parfois… C’est cependant l’occasion de montrer des toiles plus grandes et d’ouvrir un éventail de sujets un peu plus varié qu’à l’accoutumée. Ce n’est pas une rétrospective, plutôt un petit bout de chemin de deux ou trois ans.

En haut : Les artichauts, 2010. Huile sur toile, 116 x 89. À droite : La princesse au petit pois, 2010. Huile sur toile, 130 x 97. Page suivante : La bibliothèque, 2010. Huile sur toile, 146 x 114.


L’infante et ses amies, 2010. Huile sur toile, 116 x 89.

Les amies au laurier, 2010. Huile sur toile, 80 x 60.

Thais à la mer, 2010. Huile sur toile, 130 x 97.

Bain à Mers, 2010. Huile sur toile, 130 x 97.


Rêveuse à la mare, 2010. Huile sur toile, 80 x 60.

La peinture de Sophie Morisse se donne d’entrée de jeu comme imaginaire et très souvent explicitement onirique : elle développe ses sujets uniquement de mémoire ou après leur « naissance » mentale, en s’appuyant sur plusieurs modèles vivants ou documentés. Et d’abord, c’est la mise en espace qui doit nous interpeller, on en trouve les sources dans la peinture classique : sols à carreaux noirs et blancs explicitement pris aux Hollandais du XVIIe (Vermeer…), niches issues de la Tour de Babel de Jérôme Bosch, ou encore série de pseudo-placards retrouvés dans le familier, le ménage, des échos de casiers de typographe ou des loculi de la peinture romaine. (…) Morisse rêve éveillée ses sujets et sait très bien se défendre de tomber dans le discursif : contrairement aux assauts surréalistes de refaire volontairement un parler visuel, de traquer l’onirisme déréalisant, son travail est tout autre car il vise à préserver non pas l’énigmatique – consentant virtuellement à en chercher la clé – mais le mystère : ce qui ne se résout pas. (…) La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se lire… tant que la main du peintre pourra rêver. Joseph Assouline in Cas d’École, une libre compagnie de peintres autour de Philippe Garrel, Rouen 1980-2005 (Daniel Duchoze, Éditions d’Art)


Sophie Morisse Née en 1962 Études à l’École des Beaux-arts de Rouen Expose régulièrement à l’espace culturel de Saint-Germain-des-Angles (27) à l’usine à Zabu 2009 Le vélocipède, Saint-Valéry-sur-Somme 2008, 2009, 2010 Galerie “Atelier 60”, Giverny (27) 2008 Galerie “Down to art”, Gand (Belgique) 2007 Cri d’art, Metz 2006 Cas d’école, Galerie Duchoze, Rouen 2003 24 peintres en Seine, Hôtel de ville de Rouen

2001 Prix de la ville de Poitiers 2001 Prix de la ville de st Grégoire 1999 Prix de la Fondation des bains de mer Monte-Carlo Cénote. Huile sur toile, 146 x 114. Contact : ruequesney@gmail.com Tél. 06 30 34 06 63

RÉGION HAUTE-NORMANDIE 5, rue Robert Schuman - BP 1129 76174 Rouen Cedex 1 Tél. 02 35 52 21 59 / Fax 02 35 52 57 97 www.hautenormandie.fr

En couverture : La bibliothèque, 2010 (détail) / Photos : HEKA agence photo / chargée de publication : Laure Voslion / réalisation L’ATELIER de communication

2000 Galerie Christine Colas, Paris (75)

RegionLivretMorisse  

PEINTURES DU 8 AU 26 OCTOBRE 2010 ROUEN - HÔTEL DE RÉGION Dans le cadre du 16 e festival “Regards sur le cinéma du monde” Le corset, 2010. H...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you