Page 1

19-30 MAI 2010 - HÔTEL DE RÉGION DANS LE CADRE DU FESTIVAL “ART & DÉCHIRURE”


Certains traits de crayon, d’encre ou de peinture ressemblent parfois à des coups de canif. Le travail d’Aymeric Dufay, dit Diuf, artiste disparu en 2006, donne cette impression : il semble tatouer la toile, la travailler pour mieux la subvertir. Bouleverser l’ordre établi est en effet une constante lorsqu’on regarde ses toiles ou ses dessins. Preuve en est avec ses affiches éphémères qui fleurissaient les murs des villes, et notamment de Rouen, où dessins et phrases se mélangeaient pour mieux dénoncer l’inertie, la conformité ou l’ennui avec poésie et humour. Mais aussi avec une certaine colère qui semble remonter à fleur de papier comme si c’était à fleur de peau. Partenaire depuis toujours du festival Art et déchirure qui met en lumière un art singulier, celui d’artistes et de personnes en marge, la Région présente pour cette nouvelle édition une rétrospective de Diuf ; sa vie et son travail répondant semblet-il à l’intitulé de ce beau festival. Entre art et déchirure, Diuf a en effet produit des dizaines d’œuvres hétéroclites et personnelles, belles et profondes que la Région est heureuse de montrer dans sa quasi-totalité. Alain Le Vern, Président de la Région Haute-Normandie


« Aymeric Dufay dit DIUF… Les chemins d’Aymeric et d’Art et déchirure auraient pu se croiser plus tôt, nous avions entendu parler de cet artiste par certains de ses amis… Puis d’autres personnes souvent ont évoqué la possibilité de sa présence dans notre festival. Nous avons cherché à le connaître à travers son œuvre, une œuvre riche, abondante, multiforme et passionnante. Enfin le contact a été établi avec ses proches et très vite l’idée d’une participation au festival s’est imposée et devant la variété et le talent de cet artiste nous avons décidé de lui consacrer une exposition particulière à l’Hôtel de la Région. Il est toujours très difficile de parler d’une personne que l’on n’a pas connue, aussi nous vous invitons à venir à sa rencontre. Vous serez comme nous étonnés et fascinés par la qualité de son travail, nul doute que plus aucun d’entre vous ne regardera un blockhaus de la même façon… Aymeric Dufay est né en juillet 1974, il a décidé de partir en 2006… Entre ces deux dates, un artiste s’est exprimé abordant tous les registres, explorant toutes les techniques, il a laissé une œuvre importante, nous en présentons ici une large rétrospective. C’est avec émotion et avec le regret de ne pas avoir croisé plus tôt le chemin de ce magnifique jeune homme, de ce bel artiste, que nous avons le plaisir de l’accueillir dans le festival Art et déchirure. » Joël Delaunay et José Sagit, Présidents du festival Art et déchirure

BLOCKHAUS ENCRE/ACRYLIQUE SUR TOILE - 100 x 47 - 2003

VAGIN ÉMILIE ACRYLIQUE SUR PAPIER - 100 x 43 - 2002


RUISSEAU BLEU DE TOURGÉVILLE ENCRE SUR ACRYLIQUE - 72 x 95 - 2005


DIUF, né le 3 juillet 1974 à Deauville, vit jusqu’à ses dix ans à Tourgeville. (1974-2006) En 1984, il arrive à Rouen et intègre le collège Barbey d’Aurévilly. Il se distingue par son goût pour le dessin, encouragé par ses professeurs. Il séduit ses copains de classe par son habileté graphique (petites BD) et son esprit entreprenant et les entraîne dans la création d’un « fanzine », petit journal écrit et illustré, sur lequel il passera des heures à raconter et dessiner la vie au collège et hors du collège. Avec son ton déjanté et irrévérencieux, ce fanzine nommé « NADA » sera le ciment d’une amitié durable, chacun des auteurs étant masqué derrière un surnom qui reste utilisé pour nombre d’entre eux. Ainsi est né DIUF, dont le véritable nom est Aymeric Dufay. Après son bac au lycée Jeanne d’Arc, il suit une formation d’Art appliqué et de Communication visuelle. Il continue à dessiner et commence à peindre. Il croise Authouart, Sauvé, Favarica. Il admire Alechinski, Nauman, Boltansky, Mc Carthy, Coleman, Cruz Azaceta, Scharf. Sa rencontre avec Jace, grapheur et affichiste, sera déterminante. En effet, au cours des années 1999 et 2000, DIUF crée et colle plus d’une centaine d’affiches sur les murs, les palissades, les boîtiers EDF, les vitrines, dans sa ville et en banlieue parisienne. Ces œuvres éphémères traduisent ses colères et ses angoisses et ne sont pas dénuées d’humour quand il s’agit d’accrocher les « poulets du

AYMERIC DUFAY DIT DIUF

LA TOUR - BLOCKHAUS ENCRE SUR ACRYLIQUE - 95 x 103 - 2003


ALLÉE-ROCHER-ENTRÉE - BLOCKHAUS ENCRE SUR ACRYLIQUE - 99 x 72 - 2004

POLYÉDRIQUES - BLOCKHAUS ENCRE SUR ACRYLIQUE - 118 x 78 - 2004


Boulingrin ». La plus impressionnante (320 x 240 cm), intitulée « mort dans l’œuf » est aujourd’hui encore partiellement visible sur la façade d’un bâtiment du campus, à l’IUT de MontSaint-Aignan. Parallèlement, il réalise plusieurs acryliques sur toile de grand format dont un hommage à William Burroughs. En 2001 et 2002, ses questionnements existentiels trouvent une nouvelle forme d’expression au travers de maximes, inventées ou empruntées, et plaquées sur des laques acryliques en forme de vulve qu’on appellera la « série des vagins ». En 2002 et 2003, DIUF est à Paris où il continue à peindre mais cette fois des laques et tondos où l’œil est un sujet central, qu’il soit humain ou non. Ces « tondos » feront l’objet d’une exposition à Paris en 2003 avec les artistes qu’il fréquente dont le sculpteur Jean Faucheur et l’affichiste Martin Etienne qu’il admire. La même année, il participe avec eux à un cycle de collages dans Paris. Chaque artiste d’un collectif « situationniste » colle dans la même nuit sur les panneaux publicitaires de la capitale une affiche monumentale. DIUF revient à Rouen et les années 2004 à 2006 sont très prolifiques. Il entame ses « blockhaus ». Ce travail, minutieux, perfectionniste, réalisé d’un trait sûr, fin et dense à l’encre de chine sur acrylique ou sur papier est une œuvre à la fois archéologique et fantastique, sombre et répétitive mais aussi inventive. Ce retour aux plages de son enfance est aussi, sans doute, une représentation des murs auxquels il se heurte de plus en plus dans ses errances nocturnes où l’alcool, les tendances autodestructrices l’amènent dans les unités du CHSR, plusieurs fois aux urgences du CHU et finalement au suicide fin juillet 2006. Patrick Le Dosseur ANGLE ARRONDI - BLOCKHAUS ENCRE SUR ACRYLIQUE - 39 x 52-2004


W. BURROUGHS « L’HOMME DES VISIONS » ACRYLIQUE SUR TOILE - 200 x 100 - 1995


LES GALÉRIENS ACRYLIQUE SUR TOILE - 52 x 39 - 2003

AFFICHE

POING LEVÉ

ACRYLIQUE SUR PAPIER - 2000

ACRYLIQUE SUR TOILE - 35 x 48 - DATE INCONNUE


NU DERRIÈRE LA VERRIÈRE ACRYLIQUE SUR TOILE - 56 x 46 - 2004


SANS TITRE ACRYLIQUE - 92 x 111 - 1996


TONDO - AUTOPORTRAIT ACRYLIQUE SUR KRAFT - 91 x 91 - 2005

TONDO - AUTOPORTRAIT ACRYLIQUE SUR KRAFT - 91 x 91 - 2005

TONDO - CHIMÈRE

TONDO - MARILYNE HEXAGONALE

ACRYLIQUE SUR KRAFT - 100 x 100 - 2005

LAQUE ACRYLIQUE - 100 x 100 - 2006


EXPOSITIONS SEPTEMBRE 2000 : Festival Les Index, La Halle aux Toiles, Rouen JUILLET 2001 : Viva Cité, La Bodéga (décor), Grand-Quevilly MAI 2003 : Collectif, Faubourg Saint-Antoine, Paris FÉVRIER 2005 : Diuf « Es ist passiert », Galerie Le lieu dit, Rouen AOÛT 2005 : Diuf « Grand Théâtre », Galerie Yaralt, Rouen NOVEMBRE 2005 : Exposition DIUF « Insatis’ In Situ », Marseille JANVIER 2006 : Recueil de dessins, DIUF « Scheiße suivi de Perpet’ », Galerie Yaralt, Rouen AOÛT 2006 : Exposition « Révélations et Rivages », galerie La Vieille Cave, Perros-Guirec 2007 : Diuf, La série des vagins (partielle), Galerie Yaralt, Rouen, AVRIL 2007 : Festival des Cultures urbaines, Canteleu


ARBRES MORTS GRIS - BLOCKHAUS

RÉGION HAUTE-NORMANDIE 5, rue Robert Schuman - BP 1129 76174 Rouen Cedex 1 Tél. 02 35 52 21 59 / Fax 02 35 52 57 97 www.hautenormandie.fr

PHOTOS : HEKA AGENCE PHOTO / RÉALISATION L’ATELIER DE COMMUNICATION

ENCRE SUR ACRYLIQUE - 100 x 80 - 2004

RegionLivretDiuf  

19-30 MAI 2010 - HÔTEL DE RÉGION DANS LE CADRE DU FESTIVAL “ART & DÉCHIRURE” Alain Le Vern, Président de la Région Haute-Normandie BLOCK...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you