Page 1

LES ICONOCLASSES XVI  2014 GALERIE DUCHAMP N°ISBN : 2-912922-91-7 / 7¤

PETIT FORMAT

SABINE BOQUIER ARNAUD CAQUELARD PÔLA DUTERTRE ANNE LAVAL MEHRYL LEVISSE HUBERT MICHEL MAGUY SEYER LAURA TILLIER

LES ICONO CLASSES XVI2014


« La rencontre avec l’art ne donne pas des résultats immédiats et quantifiables parce qu’on risque de détourner l’art de son véritable rôle qui est de provoquer l’imaginaire, éveiller la sensibilité, stimuler l’esprit critique et développer le jugement. L’art et l’éducation sont complémentaires à condition d’accepter que l’art serve conjointement des objectifs pédagogiques au service d’apprentissages visés et qu’il permette à l’enfant de développer un autre mode d’appréhension du monde. Les enfants naissent avec un pouvoir d’imagination incroyable qu’ils perdent lentement au profit de la raison. Et pourtant l’imagination est essentielle à l’organisation et à l’amélioration de nos vies parce qu’elle développe l’autonomie et qu’elle permet de poursuivre des rêves. Par ailleurs la rencontre artistique avec les enfants est un excellent support de questionnements, de ressentis, d’appréciations ainsi que d’apprentissages par ce que l’on peut nommer la pédagogie du détour. » Extrait de L’expérience de l’art : à l’école des arts plastiques et visuels, CRDP d’Alsace, Jean-Jacques Freyburger,  Gilles Guérin, Cyrille Saint-Cricq, 2012


PETIT FORMAT

LES ICONO CLASSES XVI2014


CET OUVRAGE A ÉTÉ ÉDITÉ À L’OCCASION DES RÉSIDENCES D’ARTISTES LES ICONOCLASSES XVI DE JANVIER À JUIN 2014 DANS LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES DE YVETOT FAUVILLE-EN-CAUX MANNEVILLETTE DOUDEVILLE CANY-BARVILLE CAUDEBEC-EN-CAUX


SOMMAIRE Introduction, Pascale Rompteau ������������������������������������������� 7 Sabine Boquier ��������������������������������������������������������������������� 8 Arnaud Caquelard ��������������������������������������������������������������� 14 Pola Dutertre ����������������������������������������������������������������������� 22 Anne Laval �������������������������������������������������������������������������� 30 Mehryl Levisse �������������������������������������������������������������������� 38 Hubert Michel ��������������������������������������������������������������������� 44 Maguy Seyer ����������������������������������������������������������������������� 50 Laura Tillier ������������������������������������������������������������������������� 56 La Galerie Duchamp ������������������������������������������������������������ 62


6


INTRODUCTION La marche dans le paysage devient parcours tissé sous les doigts ou la machine à coudre de Pola Du Tertre. Laura Tillier pose l’humain dans les paysages forestiers. La matière de l’arbre, une souche d’aulne, guide la sculpture de Maguy Seyer. Par méiose, Sabine Boquier multiplie avec retenue le module linéaire dans l’espace blanc du papier. Les objets du kitsch décoratif, photographiés et isolés dans des cadres blancs par Mehryl Levisse, questionnent eux-mêmes leur statut d’objets / œuvres d’art. Hubert Michel, par son dispositif contact, investit l’espace d’un paysage sonore interactif. Les déroulements dessinés et les détournements absurdes d’Arnaud Caquelard engagent notre capacité à sortir d’une forme. Anne Laval installe en apesanteur des paysages éphémères, voués au grand incendie. L’art à l’école libère des mythes intimidants qui font obstacles à l’expérience artistique, et l’art comme expérience transforme la notion d’échec et développe le ludique. Le statut d’un artiste en résidence dans un établissement scolaire passe, dans un rapport au temps autre, de celui de corps étranger à celui d’être familier. Au cours de cette intégration, l’artiste ajuste sa focale sur les expressions des singularités, quand l’école, elle, s’attache au collectif. C’est dans cette articulation du singulier et du collectif, que nous tenons au monde et que le monde tient à nous. Pascale Rompteau

7


SABINE BOQUIER COLLÈGE ALBERT CAMUS YVETOT Mes dessins se constituent en couches successives, visibles par des jeux de transparence, des ajours. Ils sont faits de traces, tampons, collages. Les différentes strates qui les composent peuvent se teinter mutuellement. L’espace de la feuille, tantôt saturé, tantôt laissé en réserve, enserre ou au contraire libère les multiples formes qu’il contient. La pièce de puzzle m’interpelle en tant que fragment, morceau composite d’une plus grande unité et évocation d’une image à venir, et de la construction nécessaire pour y parvenir. Je la traite souvent par contournement, par détour ou simple empreinte. Depuis peu, mes recherches sont enrichies par l’approche de la céramique, passage au volume. sabineboquier.unblog.fr

Ci-dessus : Cascade, crayon sur papier, 29,7 cm x 42 cm, 2014 Pages suivantes : Minerai, série de collages, papier de soie sur calque à litho, dimensions variables, 2014 Sans titre, encre sur papier, 29,7 cm x 42 cm, 2013 Sans titre, tampons sur papier quadrillé, 50 x 65 cm, 2013 8


ARNAUD CAQUELARD ÉCOLE JEAN-LOUP CHRÉTIEN FAUVILLE-EN-CAUX Un dessin dans l’espace qui se propage, passe de la feuille de papier au volume. Inspiré de dessins de palettes trouvées dans l’espace urbain, ou de labyrinthes, je déconstruis-reconstruis des installations qui se situent entre le laboratoire expérimental et le cabinet de curiosité. Ce laboratoire fonctionne comme les connexions d’un cerveau passant d’une information à une autre par le biais de ce rhizome linéaire noir, graphique. Il forme une sorte de narration absurde dont les pistes, les références vont de l’observation du phénomène « copier-coller » à la notion d’enfermement, du simple souvenir d’une personne aux images spontanées. Je m’intéresse à l’enfermement tant mental que physique, que je retranscris à l’aide d’un vocabulaire de formes, de matières en constante extension/expansion. Il en va tant du domaine de la peur (être enfermé, cloisonné) que de la fascination (volonté propre aux individus de s’enfermer pour se sentir en sécurité). Mon travail fonctionne par projections mentales, comme des métaphores qui prennent forme au cours de croisement d’informations, de rencontres. Arnaud Caquelard in-close.blogspot.com

Ci-contre : Scripto base, 2014 Pages suivantes : In situ 2.0, 2014 Sans titre, 2014 Installation éphémère, recherches, 2014 Des routes, 2014 Every fake is thing, 2014 14


16


PÔLA DUTERTRE ÉCOLE DU CLOS PERRINE MANNEVILLETTE CARTE MÉMOIRE Couture et broderie sur tarlatane, fils de lin et coton, tissus coton, ruban, papier. Œuvre composée de quatre éléments : un plan, une broderie, un nouage et des écritures. La carte, au titre de plan plat, donne l’implantation des maisons, des terres, tout en étant projet de fixation d’idées dans un temps imparti. Elle nous permet de nous repérer, d’utiliser des représentations spatiales de faits demeurant dans le territoire où seule la vision restreint les frontières ! Les idées, sensations, sentiments du dessin d’enfant aux couleurs vives vont au-delà des lisières et développent l’imagination. Tout cela préfigure cette broderie. Le petit nouage, mis en forme par des fils blancs et colorés, relate nos marches au gré des boucles avoisinant Mannevillette. Nouer est un geste facile. Il s’agit de lier et relier, d’ordonner et de délimiter des formes, constituant peu à peu une étoffe continue. Le nœud comme une architecture, un trajet, une mémoire, un paysage, un autre univers… Les mots précisent les images, les événements rencontrés, fixent un graphisme géographique et temporel ; ils sont aussi une représentation, une figure. mcdutertre.wordpress.com mariecharlotte.dutertre@gmail.com latelierdutertre@gmail.com

22


Plan brodĂŠ avec les dessins des enfants en toile de fond, dĂŠtail.


Carte mémoire en confection, 2014. Broderie, détail.


Nouage, dĂŠtail.


Broderie, détail.

« Dès que l’on s’approche de mes pièces plastiques, de manière générale, on se heurte à mille micro-mondes : pliures toujours singulières, différences texturales, toujours très tactiles. Il y a le lieu réel et l’espace virtuel que je crée en nouant, mon travail tend vers la forme/l’informe, et le mou. Mou du lin, du papier, du fil, la courbe. Je noue des strates, des flux, directions, des vides, des pleins, des trames, des paysages. Ces trames créées sont des définitions, scénarios, anecdotes de moments de marche, de rencontres. L’infiniment petit du maillage ressemble aux choses sous-jacentes, si indécelables, intérieures et inférieures qu’on ne perçoit pas la matière qui s’en dégage. Ce que l’on rencontre alors, c’est l’amorphe, l’indifférencié, mais aussi le pluriel, le discontinu. Car la matière se révèle comme un monde de formes, de textures, structures, réseaux, rhizomes, tissus et réticules. Elle est la forme, mais enfouie, articulée à un niveau microscopique. Ce niveau est celui du caillou, du grain de sable, de la particule colorante, de la cellule et de l’atome. » Préambule des choses sous-jacentes, auto-édition, 2010.


Atelier dessin après une randonnée, mai 2014.

Le Grand Nouage, 2010 Le Grand Nouage, 2010 (détail)


Atelier broderie à partir des dessins, juin 2014.


ANNE LAVAL ÉCOLE JOSEPH BRETON DOUDEVILLE LE GRAND INCENDIE, FORÊT DE POUSSIÈRE, 2014 Le feu modèle le verre et fond le métal. J’aime sa force et sa puissance de métamorphose. La laine d’acier est une matière qui me touche. Entre la poussière et le poil, elle est ambiguë. Un jour d’expérimentation avec une laine d’acier, j’y mets le feu. Incroyable ! Comme un enfant, je m’émerveille devant ce spectacle. La laine d’acier se consume, comme un parcours lumineux et brillant. Une fois l’incandescence terminée, elle demeure comme une poussière figée dans l’espace. La matière s’est assombrie, s’est fragilisée mais n’a pas disparu. L’idée de réaliser une grande sculpture à laquelle je mettrai le feu, m’est revenue à l’esprit. Ce moment singulier prendrait du sens en le partageant. Je décide d’incendier l’installation avec la complicité des enfants. J’ai modelé seule et avec eux « La forêt de poussière ». Je suis partie et j’ai laissé la forêt. Les enfants l’ont photographiée en mon absence. Elle leur rappelait sûrement notre rencontre. Moi, je l’ai dessinée pour ne pas les oublier. À mon retour, les enfants ont fait une « empreinte de souffle » dans le verre comme pour éteindre le feu que nous allions allumer trois jours après ! Nous avons réfléchi ensuite à faire le « deuil » de l’œuvre créée. http://annevelaval.ultra-book.com

Ci-contre : Sans titre, dessin, 2014 Pages suivantes : Le grand incendie, 2014, extraits vidéo 30


MEHRYL LEVISSE LYCÉE JEAN XXIII YVETOT LA COMPLEXITÉ DU « JE » D’ENFANT L’esthétique colorée, l’humour absurde et le geste bricoleur de Mehryl Levisse pourraient passer au premier abord pour les signes d’un imaginaire débridé, nourri de délires psychotiques ou de rêves de gamin. En surface, ces assemblages ont l’aspect d’un asile fantaisiste, installant la possibilité de se divertir de la réalité ordinaire. En profondeur pourtant, chaque composition fait référence à un univers psychique bien réel, révélant de singuliers états d’âme, dont cette œuvre dresse l’inépuisable collection. La force de ces images tient à leur manière d’interroger les peurs et les désirs du monde contemporain par les formes imaginées qu’elles produisent. Comme la pensée freudienne, cette œuvre travaille les symptômes et les mythes, personnels ou collectifs, en se référant aux traces de l’enfance et aux signes culturels qui structurent les identités. Mais à la différence de l’analyste, le plasticien s’appuie sur une exploration quasi exclusive du corps et de ses mises en situation, sur la façon dont le support organique est informé par l’environnement qui l’accueille. Empêtrées, emboîtées, fondues, toutes ces figures miment ou s’adaptent aux transformations d’un milieu contrasté, au seuil du festif et de la vanité, bercé d’un doux pessimisme, ou teinté d’illusions acidulées. Dans leurs contrastes, ces portraits d’êtres désabusés, figés dans un univers de jouissance, rappellent le public à la difficulté d’incarner l’histoire dont on hérite (familiale et culturelle), puis à la nécessité de la sublimer en jeu, d’en faire le ressort d’une recréation permanente de soi. Florian Gaité contact.mehryllevisse@gmail.com www.mehryllevisse.fr www.ledevenircollection.com www.galerie-balak.com Mehryl Levisse est représenté par la galerie Coullaud & Koulinsky, Paris www.coullaudkoulinsky.com

38


L’invention d’un tableau, 2014. Installation photographique, pièce unique. 114 cadres 20 cm x 15 cm, 57 photographies argentiques / 57 papiers peints


HUBERT MICHEL LYCÉE RAYMOND QUENEAU YVETOT CONTACT INSTALLATION SONORE Un espace silencieux, entouré d’enceintes, est devant vous. Vous y entrez, un univers sonore vous englobe. En vous déplaçant, les textures sonores changent. Vous comprenez que vos pas déclenchent les sons. Saisi par votre pensée, vous vous arrêtez, le silence réapparaît. Contact, installé au sein du lycée, utilisait des sons propres à la vie du lycée, enregistrés lors de la résidence. Ils sont écoutables et téléchargeables sur le site www.freesound.org (recherche avec le mot-clé « Quenaud »).

LE SPATIALISATEUR SÉRIE PHOTOGRAPHIQUE Les concerts de Hubert Michel sont des installations de hautparleurs. La musique est mise en espace à partir de potentiomètres. L’interprétation consiste à mettre en valeur les images de sons,  à les situer dans l’espace, à dessiner des trajectoires. Les oreilles du public captent ainsi, non seulement l’information musicale fixée sur le support, mais aussi la mise en relief de cette musique. www.soundcloud.com/hubertmichel Les photographies en noir et blanc ont été prises par Guillaume Laurent, lors d’un concert à Césaré, Centre national de création musicale (Reims), en janvier 2014. 44 44


MAGUY SEYER COLLÈGE LOUIS-BOUILHET CANY-BARVILLE RENAISSANCE D’UN AULNE Il y avait un aulne à l’entrée du collège… Il allait mourir. En janvier 2014, il m’attendait dans « l’atelier » ouvert sur la cour de récréation. La première action a été de le mettre à nu, enlever son écorce. J’ai pris les empreintes de lambeaux d’écorce, comme on pose le pouce encré sur le papier : preuve que chaque être est unique. Le premier acte de sculpture décisif, irréversible, a été de fendre les troncs, créer des ouvertures, pour libérer les tensions internes dues au séchage… Aller dans le sens de sa croissance, de sa personnalité, la prolonger, l’amplifier. La sculpture est venue avec les contraintes de la taille directe, soustractive et sans repentir. Rompre l’alignement des troncs, les décaler, créer une circulation du regard : plonger à l’intérieur. Accentuer des courbes douces et pures, creuser des passages complexes, intimes, donner envie de l’approcher, de le caresser, oublier sa masse. Qu’il s’élance et s’allège. Ces axes de travail ont fait l’objet d’interrogations, de surprises de la part des élèves. Au fur et à mesure de l’avancement, ils ont adhéré, donné leur avis, et rapidement, sont venus individuellement me rendre visite. Le personnel, les professeurs sont venus parler, échanger, avec bienveillance. Ce fut une expérience unique. Je remercie particulièrement Alain Triballeau, enseignant en arts plastiques, qui a accueilli ma démarche en toute confiance. Maguy Seyer www.maguy-seyer.com

50


LAURA TILLIER ÉCOLE JACQUES PRÉVERT CAUDEBEC-EN-CAUX Je mets en scène dans mes photographies, des personnages dans des attitudes et des moments quotidiens, des instants intimes, mais toujours avec une certaine distance respectueuse. Je tente de saisir les grandes émotions humaines universelles dans un paysage. C’est d’abord une démarche introspective. Je réalise des actionsimmobiles dans la nature qui rendent compte d’une presque-narration. Mes postures-de-paysage montrent une émotion intérieure, un état contemplatif, voire, une fusion avec la nature. Le corps dialogue avec le paysage et apporte une certaine verticalité là où il ne semble pas en avoir. C’est aussi une recherche du vide. Mes choix de paysages vont vers des déserts, des montagnes, des plages et des forêts vides de construction humaine. Ces choix sont influencés par une pratique de la danse. La concentration et l’immobilité du corps avant de faire un geste. Une prise de conscience de l’entièreté de son corps exposé aux éléments. Avec les enfants des classes de Clis et CE1 de Caudebec-en-Caux, nous avons d’abord travaillé sur les gestes réalisés dans la classe (s’asseoir à son bureau, ouvrir son cahier, lever la main…) avant de les détourner. Nous sommes ensuite sortis, d’abord dans la cour de récréation puis à la forêt. Nous avons essayé des postures de corps collectives et individuelles, envisagé plusieurs manières de se mouvoir dans l’espace et de jouer graphiquement avec celui-ci. Les enfants ont été acteurs du travail photographique, puis ont pu à leur tour expérimenter la photographie. www.lauratillier.com

Photographies : Sans titre, 2014 56


Photographies rĂŠalisĂŠes par deux enfants


DANS LA COLLECTION « PETIT FORMAT » Sous la Direction de Thierry Heynen Guy Chaplain, social ?, 1998 – Fabien Lerat, Hors de soi, 1  999, coédition avec le Quartier – Les Archivistes, 1999 – Jean Rault, Photographies, 1983-1999, 1999 – Les Iconoclasses 1 – MontableDémontable, 2  000 – Du Producteur au consommateur, 2000 – Les Iconoclasses 2 – Entre voisins, 2  001 – Du Producteur au consommateur 2, 2001 – 10 ans d’art contemporain, Galerie Duchamp 1991-2001, 2001 – Le dernier signe de Duchamp, 2001 – Nicolas Hérubel, 2001 – Bertholin, 1971-2001, 2  001 – Magdi Senadji, Hôtel des grands hommes, 2002 – Jacques Asserin, 2  002 – Francis Marshall, Atelier du mulet, 2  002 – Patrick Dubrac et Bernard Guelton, Côté cour, 2002 – Les Iconoclasses 3, 2  002 – Staal, Made in Belgium, 2  003 – Les Iconoclasses 4, 2002 – Honoré d’O, 2  003 – A comme Anatomie 1, La galerie d’anatomie comparée, 2  003 – A comme Anatomie 2, Le cabinet de curiosités, 2003 – Portraits d’intérieur, 2003 – Joël Hubaut, 2004 – Denis Pondruel, 2  004 – Les Iconoclasses 5, 2004 – Jean-Claude Bélégou, L’évidence du corps, 2  004 – Bruno Carbonnet, Suite étonnée, 2004 – Dominique Angel, Tiens-moi la queue j’ai peur du noir, 2004 – Dominique Dehais, Négociation/Fabrication, 2004 – A comme Architecture, 2004 – Habit ou habitat, 2  004 – Les Iconoclasses 6, 2  005 – Musée Khômbol, Le temps du monde fini commence, 2  004 – Musée Khômbol, Le temps du monde fini commence 2, 2005 – P comme Phrénologie, 2  005 – Honoré d’O et Hervé Garcia, 2005 – Geneviève Martin, Répertoire des formes élémentaires, 2  005 – Jacques Charlier, Art poche, 2  005 – Vincent Barré, Chers confrères, 2  005 Sous la Direction de David Barbage Les Iconoclasses 7, 2  006 – Les Iconoclasses 8, 2006 – Alain Buyse, Populux, 2006 – Isabelle Lévénez, Bleu, blanc, rouge, 2  007 – À l’échelle #1, 2  007 – Dominique de Beir, Hospitalité, 2007 – Lydie Jean-Dit-Pannel, Loggia St-Pierre, 2007 – Les Iconoclasses 9, 2007 – François Daireaux, Suite - Ghislaine Vappereau, Manieur de Gravité, 2007 – Nicolas Tourte, très tôt sur l’oreiller / tréteaux sur l’oreiller, 2007 – François Daireaux, 78 suite, 2  008 – Léo Delarue, Au bord du monde, 2008 – Frédérique Lecerf, La Minoterie d’or… 2008 – Françoise Maisongrande, Faîtes comme si je n’étais pas là, 2008 – Pierre Mabille, un peu à l’Ouest, 2009 – Pascal Pesez - Hervé Waguet, Les Undiens, Temporalis, Aeternitas, 2  009 – Marie-Hélène Fabra, La petite maison, 2009 – P  ierre Creton, Habiter Sous la Direction de Séverine Duhamel Les Iconoclasses 11, 2009 – Marianne Goujard, Casse-tête, 2010 – Clédat & Petitpierre, 2  010 – Clark et Pougnaud, 2010 – Les Iconoclasses 12, 2010 – Sophie Roger, Le Petit paris, 2010 – Stéphane Montefiore, 2011 – Lena Goarnisson, Memento Mori, objets du deuil, 2011 – Les Iconoclasses 13, 2011 – G  abrielle Wambaugh, BACKS, 2011 – A  xelle Rioult, Food & Mood, 2012 – Les Iconoclasses 14, 2012 – Katrin Gattinger, JUSTEMENT, 2013 – Philippe Bazin, Reconstruction, 2  014 – Hypersurfaces, K  acha Legrand et Olivier Soulerin, 2014

62


AUTRES PARUTIONS DE LA GALERIE DUCHAMP Gothic, c  oédition avec la Salle d’Armes (Pont-de-l’Arche), 1998 François Daireaux, c  oédition avec la Galerie Édouard Manet (Gennevilliers), 1999 L’agenda perpétuel à fantômes, conçu par Françoise Quardon, coédition avec la Salle d’Armes (Pont-de-l’Arche) De rerum fabula, c  onçu par Patrick Corillon, coédition avec les Éditions La Mancha, 1998 Éloge de la traversée /Jean-Charles Pigeau, texte de Philippe Piguet, coédition Actes Sud - Crestet Centre d’Art - Galerie Édouard Manet - Galerie Duchamp, Salle d’Armes, 1998 Du fric ou alors boum !, r oman de Dominique Angel, coédition avec l’Artothèque (Caen), 2004 Conservatoire Nominal des Arts et Métiers, c  onçu par Guy Lemonnier, texte de François Dagognet, coédition avec le Frac Haute-Normandie, 2008 De la tarentule, I ris Levasseur, co-édition avec les Éditions Analogues, 2012 Table des matières, Maude Maris, édition documentation céline duval, avec la participation de la galerie Isabelle Gounod, 2013 COLLECTION « LE CAHIER PÉDAGOGIQUE » Erik Samakh - Ken Lum,coédition avec le Frac Haute-Normandie – Françoise Quardon – Jean-Charles Pigeau – Guy Chaplain – Jardins divers – Patrick Corillon – François Daireaux – Fabien Lerat – Les Archivistes – Jean Rault – MontableDémontable – Du producteur au consommateur – Entre voisins – Guy Lemonnier, c  oédition avec le Frac Haute-Normandie – Alain Sonneville – Du producteur au consommateur 2 – Joël Hubaut – Le dernier signe de Duchamp – du O, du L, BerthOlin, HérubeL – Patrick Dubrac, Bernard Guelton – Magdi Senadji – Staal – A comme Anatomie – Denis Pondruel – A comme Architecture – Portraits d’intérieur – Habit ou habitat – Dominique Dehais – P comme Phrénologie – Jean-Claude Bélégou – Bruno Carbonnet – Dominique Angel – Honoré d’O, Hervé di Garcia – Jacques Charlier – L’atelier Vincent Barré – Alain Buyse – Isabelle Lévénez – Lydie Jean-Dit-Pannel – Ghislaine Vappereau – Bertrand Gadenne – Philippe Richard – Frédérique Lecerf – Nicolas Tourte – Pierre Mabille.

L’ÉQUIPE Service pédagogique : Fabienne Durand-Mortreuil, Ingrid Hochschorner, Pascale Rompteau Administration : Evelyne Bisserier Direction : Séverine Duhamel

63


CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES pages 8 à 13 : Sabine Boquier pages 14 à 15 : Arnaud Caquelard pages 16 à 18 : Peggy Godreuil pages 19 à 21 : Arnaud Caquelard pages 22 à 29 : Pola Dutertre pages 30 à 37 : Anne Laval pages 38 à 43 : Mehryl Levisse page 44 : Hubert Michel pages 45 à 49 : Guillaume Laurent pages 50 à 55 : Maguy Seyer pages 56 à 61 : Laura Tillier

Maquette et mise en page :   L’ATELIER de communication Imprimé et relié par  La Petite Presse, Le Havre Galerie Duchamp  7 rue Percée – 76190 Yvetot Dépôt légal : juillet 2014


LES ICONOCLASSES XVI  2014 GALERIE DUCHAMP N°ISBN : 2-912922-91-7 / 7¤

PETIT FORMAT

SABINE BOQUIER ARNAUD CAQUELARD PÔLA DUTERTRE ANNE LAVAL MEHRYL LEVISSE HUBERT MICHEL MAGUY SEYER LAURA TILLIER

LES ICONO CLASSES XVI2014

Galerie Duchamp | livret Iconoclasses 2014  

Livret 64 pages | 105 x 150

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you