Page 1

ÉCHOS LE MAGAZINE DES AGENTS DU DÉPARTEMENT N° 154 - OCTOBRE 2013

COLLÈGES

DANS LES COULISSES DE LA DIRECTION

PAD

UNE DÉMARCHE CONCERTÉE

REPENSER LES CMS

MUTUALISATION ET CO-SECTORISATION


C’ÉTAIT HIER…

TRENTE-SEPT C ’est le nombre de recrues qui ont animé l’opération « Lire à la plage » dans 12 stations balnéaires seinomarines, du 2 juillet au 30 août.

DRÔLES DE BÊTES  Ces sculptures réalisées par les agents de la direction des moyens généraux veillent désormais le perron de l’Hôtel du département.

L’ARMADA À FLEUR DE SEINE D eux mille deux cents agents du Département ont découvert l’Armada sous un autre angle en juin, à bord de L’Oiseau des sept Isles.

CINQUANTE-NEUF C’est le nombre de stagiaires qui ont assuré des remplacements l’été dernier au Département, à l’image de Corentin Turquetit.

2

OH LA VACHE ! É lu « Meilleure Une » pour son numéro de février, Seine-Maritime Magazine a aussi décroché le 1er prix des étudiants pour son graphisme lors du 15e prix de la presse territoriale, début juillet à Paris.


NOUVELLE FORMULE ! Colorée, mieux rythmée, alternant formats courts et moyens, la nouvelle formule

UN AVENIR POUR LES JEUNES

d’« Echos76 » offre un outil

Le Département de Seine-Maritime s’est fortement engagé pour faciliter l’insertion

aux agents du Département

des jeunes, en affirmant sa volonté de recruter cent jeunes en « emplois d’avenir ». Ces

pour mettre en valeur et

contrats, conclus pour une durée de trois ans, permettent à des jeunes d’accéder à une

découvrir leurs activités

qualification ainsi qu’à une première expérience du monde du travail.

respectives au sein de la

Les jeunes retenus sont affectés dans nos services sur des emplois qui n’existent pas

collectivité. Mensuelle et non

aujourd’hui, notamment dans les centres routiers, les zones naturelles, les collèges et

plus trimestrielle, la formule

les centres sociaux.

inaugurée avec ce numéro

Bien évidemment, ils ne se substituent pas à des emplois permanents ; ils n’ont d’ailleurs

d’octobre 2013 marque un

pas vocation à être recrutés par le Département de manière automatique à l’issue de

temps fort dans la démarche

leur contrat, même si leur candidature sera privilégiée sur des postes vacants corres-

du projet d’administration

pondant à leur qualification acquise. La première année, ils découvrent la collectivité

départemental (PAD),

et s’inscrivent progressivement dans une démarche d’accès à l’emploi. Tous les contrats

sous le signe de la proximité

incluent des actions de formation et tous les jeunes sont accompagnés par un tuteur

et du partage d’informations.

identifié au sein du service. Je saisis cette occasion pour remercier tous les tuteurs de la contribution qu’ils

DIRECTEUR DE PUBLICATION : Dominique Soulier, Directeur général des services

apportent ainsi à cette mission d’intérêt général en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes. Dominique Soulier, Directeur général des services

RÉDACTEUR EN CHEF : François Hainigue, francois.hainigue@cg76.fr PHOTOGRAPHIE : F rançois Hainigue, Alan Aubry, Thomas Blandin, Fotolia RÉDACTION : Caroline Heurtault ONT CONTRIBUÉ À CE NUMÉRO :  M.-D. Anne, M. Artus, Ch. Baudin, J.-M. Beaudoin, J. Berchid, M. Blondel, A. Boinet, N. Brossault, S. Dupré, D. Gallais, M. Guihot, Th. Hay, N. Hue, H. Isnard, J.-B. Jacob, V. Lalire, L. Leboucher, P. Lecoutey, F. Lenormand, K. Mezrar, Y. Moisson, M. Neufville, M. Redouani, M. Renioult, J.-J. Santais, F. Saudrais, S. Testu, S. Tisné CONCEPTION MAQUETTE ET MISE EN PAGE : l’Atelier de Communication

SOMMAIRE Vie des services Repenser les centres médico-sociaux .. L’actualité des services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une journée au laboratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . Le point sur le PAD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4 5 6 7

Ressources humaines L’actualité RH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Mouvements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

Parole d’expert : Chauffage, des économies à portée de main . . . . . . . . . . . . . . 14 Talents cachés : Jean-Marc Beaudoin et Marie Neufville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

Coin pratique Les avantages du PDE .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Sur le web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Agenda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

IMPRESSION : imprimerie départementale de Seine-Maritime

Dossier

ISSN : 1 156-3680

Les coulisses des collèges . . . . . . . . . . . . . . 10-13

Expression syndicale .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

C’est nous !

Bons plans

Parcours : Thierry Hay .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Sports et détente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

ÉCHOS LE MAGAZINE DES AGENTS DU DÉPARTEMENT

3


vie des services

REPENSER LES CENTRES MÉDICO-SOCIAUX Afin de mieux prendre en compte l’évolution des besoins des usagers, l’implantation des services en charge de l’accompagnement social et de la protection maternelle et infantile s’adapte sur le territoire. Recevoir seul(e) des publics fragilisés, répondre au mieux à leurs besoins, y compris lorsqu’il s’agit de les réorienter : travailler dans un centre médico-social demande souvent de l’agilité, que l’on soit travailleur social ou secrétaire médico-social(e).

MUTUALISATION ET

plusieurs mesures d’ajustement, vali-

CO-SECTORISATION

dées en Comité technique paritaire.

Aussi la réflexion initiée dès 2011 au

Premier objectif : remédier à l’isole-

sein de l’Unité territoriale d’action

ment des personnels en regroupant

blissement et une adaptation aux

sociale du Pays de Bray, Pays de Bresle

les équipes et donc offrir un meilleur

besoins des heures d’ouverture des

Yères (Utas 8) va-t-elle se traduire par

accueil aux usagers. « J’espère que cette

centres alentours, les équipes deve-

réorganisation permettra d’assurer

nant mobiles. D’autres feront l’objet

un meilleur service », explique Sophie

d’une « co-sectorisation », les agents

Dupré, secrétaire médico-sociale au

conservant leur résidence tout en s’im-

CMS de Saint-Saëns, qui invite à la vigi-

pliquant dans une réponse solidaire

lance face à une éventuelle « montée en

aux usagers. Ces derniers trouveront

charge de l’activité ».

un interlocuteur quels que soient les

Sur le terrain, les CMS pourront être

aléas au sein du service, grâce aux

« mutualisés », avec un regroupe-

transferts d’appels. Des modalités de

ment des résidences administratives

fonctionnement déjà éprouvées par

de plusieurs équipes sur un seul éta-

les équipes chaque année, lors des

CMS EU CLEVES

CMS LONDINIERES VERDUN

CMS GDES VENTES VAAST

CMS BLANGY BRESLE MORGAN

CMS ST SAENS POINCARE

ILLUSTRATION CO-SECTORISATION CENTRES MÉDICO-SOCIAUX UTAS 8

CMS FORGES EAUX BATTICE

CMS FEUILLIE TRONQUAY

CMS GOURNAY BRAY PASTEUR

congés estivaux.

CMS AUMALE BAILLAGE CMS NEUFCHÂTEL BRAY JAURES

CAMILLE FRANÇOIS, a ssistante sociale et SOPHIE DUPRÉ, secrétaire médico-sociale au CMS de Saint-Saëns

Limite CMS Limite Utas Cms Permanence

Co-Sectorisation Mutualisation  Fermeture  Nouveau site

DIRECTION OBSERVATOIRE ET COORDINATION Fond de carte : IGN - BDTopo® Source : GB DOC CG76 Réalisation : CL Référence : N°573 - 02/09/2013 0

10

20

Kms

En savoir plus ? Sur l’UTAS 8, seront mutualisés les centres de la Feuillie et de Forges-lesEaux, de Eu et du Tréport ; la co-sectorisation concernera, quant à elle, les centres de la Feuillie, Forges-les-Eaux et Gournay-en-Bray, Aumale et Blangy et de Londinières et Neufchâtel.

4


DES RUCHES GRANDEUR NATURE C’est toute la philosophie du paysagiste Gilles Clément, adepte du « Tiers paysage » : restaurer des berceaux de biodiversité au cœur de nos bassins de vie en restituant pleinement des parcelles à la nature. Jusqu’alors aménagée sur un espace engazonné, la ruche construite à l’initiative des collégiens à l’hôtel du Département a non seulement vu deux nouveaux habitats dédiés aux abeilles la rejoindre cette année, mais elle prospère désormais dans un massif 100 % naturel. Sélectionnées pour leurs propriétés mellifères et nécessitant peu

LA PHOTO DU MOIS

d’entretien, les nouvelles espèces plantées déploieront toute l’année un éventail de couleurs, face aux imperturbables insectes de métal confectionnés dans les ateliers de la direction des moyens généraux.

Mathilde, réouverture programmée

Dans le cadre du projet de territoire « SeineMaritime, Imaginons 2020 », le Département invite tout volontaire à rejoindre le nouveau « collège des citoyens », appelé à se réunir au moins une fois par trimestre, au sein du Conseil consultatif départemental.

C’est à l’un des pires scénarios de crise que la direction des Routes a dû faire face fin octobre 2012, lorsqu’un violent incendie a ravagé sur plusieurs dizaines de mètres l’ossature métallique

du pont Mathilde, suite à un accident de poids lourds. Aussitôt en lien avec un Comité d’experts, ses équipes ont d’abord engagé des diagnostics afin de s’assurer de la stabilité de l’ouvrage. Sélectionnées pour leurs tarifs et la qualité de leurs services au terme de deux mois de consultation, les entreprises Fressynet, Via France et Victor Buyck collaborent désormais à la préparation des travaux avec la direction départementale. L’avancement

Atoumod’ pour les élèves Adaptés à la semaine de quatre jours et demi qui concerne déjà 30 % des élèves, les services de transport assurés par 630 cars auprès de 40000 jeunes seront prochainement intégrés au dispositif Atoumod’, qui permet d’effectuer des correspondances dans toute la région.

des procédures permet d’ores et déjà de confirmer que le pont sera rouvert à la circulation à l’été 2014.

CE QUE J’EN DIS !

MARYLÈNE REDOUANI C HEFFE DE SERVICE ÉTUDES ET TRAVAUX DE ROUEN « Après deux mois d’examen des offres d’entreprises en mesure de réparer le pont Mathilde, gravement endommagé par un accident de poids lourds à l’automne 2012, la direction des Routes prépare actuellement les travaux qui permettront une remise en service de l’ouvrage à l’été 2014. Le tronçon de travée neuf sera façonné dans les ateliers de Gand de l’entreprise Victor Buyck ; Fressynet et Via France étant également associés au projet. »

40 MÈTRES

C’est la longueur du tronçon endommagé par l’accident d’octobre 2012 sur la travée sud du Pont Mathilde. 5


vie des services

1

jour dans un service

07

LABORATOIRE POUR MENER À BIEN LEUR MISSION DE VEILLE SANITAIRE, LES AGENTS DU LABORATOIRE AGRO-VÉTÉRINAIRE DÉPARTEMENTAL DOIVENT REDOUBLER DE VIGILANCE À TOUTES LES ÉTAPES DE LA CHAÎNE, DU PRÉLÈVEMENT DES ÉCHANTILLONS À LEUR STOCKAGE, APRÈS ANALYSE.

Les premiers techniciens

contrôle inspectant les condi-

vérifient la qualité de

tions de transport, les caracté-

l’air ambiant et le bon fonction-

ristiques du produit et sa tempé-

nement des équipements avant

rature. Toutes les commandes

de valider les analyses en cours

sont enregistrées par voie infor-

depuis la fermeture du labora-

matique, pour garantir la traça-

toire, la veille au soir. Les maté-

bilité des étapes de traitement,

riels stérilisés sont remis en ser-

de la réception à la facturation

vice afin d’entreprendre de

au client.

nouvelles recherches. C’est le

Les agents de collecte prennent

moment de préparer les milieux

la route pour effectuer les prélè-

de culture et les gammes d’éta-

vements de routine dans les col-

lonnages nécessaires aux tests

lèges, chez les transformateurs

de qualité de l’eau ou de pro-

agro-alimentaires, dans les com-

de surveiller la qualité des eaux

duits de consommation cou-

merces de bouche et auprès des

dans l’environnement – eaux

rante.

restaurateurs…

chaudes sanitaires, eaux de ruis-

09

sellement, boues.

heures

08

heures

Réception des prélèvements et demandes

heures

Les premiers échantillons entrent dans la

11

STÉRILISATION DES APPAREILS ET CONTRÔLE DE LA TEMPÉRATURE : l es analyses répondent de protocoles stricts expose Sandra Ducrocq,

Fin des autopsies préli-

membre du secteur de biologie

minaires à cer taines

moléculaire.

d’analyses adressés au labora-

chaîne d’analyse. Outre les

toire par divers clients (indus-

contrôles d’hygiène auxquels

analyses. Les services de sou-

triels de l’agroalimentaire, éle-

sont tenus les exploitants de la

tien assurent la stérilisation des

veurs…), ou d’autres directions

filière agro-alimentaire, les

appareils tout au long de la

par courrier, téléphone ou mail.

de la collectivité (celle des Col-

investigations sur les denrées

chaîne, contrôlant également la

Suit la réception des prélève-

lèges, de l’Environnement…).

carnées peuvent se concentrer

fiabilité des appareils de mesure

ments collectés dans la journée

Chaque lot fait ici l’objet d’un

sur les maladies animales, en cas

et la température des milieux

par les agents du service d’assis-

d’intoxication alimentaire collec-

d’étude.

tance technique aux exploitants

LES AGENTS PRÉLÈVENT CHAQUE JOUR DES DIZAINES D’ÉCHANTILLONS, qu’il s’agisse d’eau ou de produits alimentaires

t i v e o u d e c r is e s a n i t a ir e . D’autres recherches permettent

heures

12

heures

mis aux commanditaires

de stations d’épuration de la

toire, au sein duquel des

direction de l’Environnement.

analyses se poursuivent.

17

heures

Les équipements sont désinfectés, en vue des

Retour des premiers

activités du lendemain. Les res-

agents de collecte. Un

ponsables s’attellent à leurs

cycle d’analyses se clôt tandis

tâches administratives, avant de

que d’autres sont initiées. Les

procéder à une veille de l’état de

résultats des premières sont

la recherche scientifique.

heures

validés d’un point de vue technique, puis scientifique. « Cer-

6

Les résultats sont trans-

Fermeture du labora-

agents se relaient alors que les

14

15

heures

19

heures

Fermeture du laboratoire, jusqu’au lende-

tains témoins nous permettent

main matin. Une permanence est

directement d’évaluer la fiabilité

assurée le samedi matin et les

d e l a sé rie d ’a n a lyse s d a ns

jours fériés pour suivre les ana-

laquelle se trouve l’échantillon »,

lyses.


LE PAD : UNE DÉMARCHE CONCERTÉE POUR BÂTIR ENSEMBLE Le nouveau magazine que vous tenez entre vos mains en est le premier témoin : le PAD prend progressivement forme. Retour sur ce projet d’envergure. logo Quadri (négatif sur fond graphique)

logo Quadri (taille réduite)

Octobre 2012

Février 2013

Phase 1 : Diagnostic

Mai 2013

Phase 2 : Identification des orientations

Octobre 2013 Phase 3 : Plan d’action

En passe d’être clô-

tions à partir d’un socle commun de

turée, la troisième

compétences.

d’achat.

phase du pro-

Actions phares : création d’une nou-

Actions phares : poursuite de la mutua-

jet d ’a dminis tra -

velle charte managériale et de groupes

lisation des acquisitions entre directions,

tion départemental

d’échange, de pratiques.

recensement des acheteurs et définition

logo niveaux de gris (taille réduite)

logo NB (taille réduite)

(PAD) vise à concevoir de nouveaux

Faire mieux vivre localement l’action du Département.

Mieux structurer les démarches

d’un socle des missions et compétences. Améliorer le bien-être dans l’exer-

outils et méthodes de travail pour

Action phare : conception d’un agenda

cice de métiers dits « à risques ».

mieux répondre aux besoins des usa-

d’animations à mener dans les Maisons

Action phare : poursuite de l’analyse

gers.

du Département.

des pratiques, sur fond de dialogue resserré avec la médecine de prévention.

Le Comité Technique Paritaire exami-

Moderniser les outils de communica-

nera ce document le 4 novembre, pour

tion et structurer la circulation d’infor-

un déploiement à partir du 1er janvier

mations en interne.

visionnelle des emplois et des compé-

2014. Proposant trente chantiers à

Actions phares : nouvelle formule du

tences » et améliorer la mobilité.

mener par cinq pôles renouvelés, il

magazine des agents et rénovation du

Action phare : rédaction de nouvelles

s’articule selon les dix axes suivants :

site Intranet.

fiches types présentant postes et

Déployer des outils de « gestion pré-

emplois.

Définir un périmètre d’accueil clari-

Adopter une méthodologie com-

fié dans chaque site du Département

mune en matière de conduite de pro-

Améliorer le partage de la gestion

et assurer une meilleure continuité de

jet, à l’aide d’un « kit » de gestion et

des ressources humaines et la commu-

service.

d’outils de travail collaboratifs.

nication, entre la DRH et les pôles et

Action phare : création d’un annuaire dynamique partagé. Offrir aux cadres des dispositifs d’appui dans l’exercice de leurs fonc-

Optimiser les procédures liées aux

directions.

demandes de subventions.

Action phare : dématérialisation des

Action phare : dématérialisation des

procédures via l’espace « agent » sur

documents sur un portail en ligne.

l’Intranet.

Calendrier des prochaines étapes – Septembre 2013 : concertation – Novembre 2013 : présentation du projet devant les instances paritaires et séminaire des cadres – Novembre et décembre 2013 : campagne d’information et réunions de restitution aux agents

CONTACT pad76@cg76.fr 7


ressources humaines UN 8e ÉCHELON EN CATÉGORIE C

ZOOM SUR…

LES EMPLOIS D’AVENIR

Créé par décret en juillet dernier, un 8e échelon est d’ores et déjà accessible aux agents de catégorie C ayant un grade doté de l’échelle 6, au Département. Cette initiative met sur un pied d’égalité tous les agents sur la base de rémunération de la filière technique, avec un indice brut de 499. Remplaçant un échelon qui s’apparentait à un grade, ce statut s’acquiert par l’ancienneté, au-delà de 3 ans et en deçà de 4 ans, dans le 7e échelon. Sont concernés les grades d’adjoint administratif principal de 1re classe, d’adjoint technique principal de 1re classe, d’adjoint du patrimoine principal

Ils ont entre 16 et 25 ans. Peu ou non qualifiés, la plupart d’entre eux n’avaient

L e président du Département Didier Marie et le préfet de Seine-Maritime Pierre-Henry Maccioni ont eux-mêmes accueilli les recrues le 18 mars dernier

de 1re classe, d’auxiliaire de puériculture principal de 1re classe et d’adjoint technique principal de 1re classe des établissements d’enseignement.

encore négocié aucun poste malgré leur qualification

reçoivent une rémunéra-

individuelle, il y a quelques

tion au moins équivalente

mois. Depuis la mise en

au Smic, tout en bénéficiant

place du dispositif national

de l’accompagnement d’un

des emplois d’avenir à fin

tuteur du Département, d’un

2012, dix-sept recrues ont

référent de Mission locale

rejoint les équipes de notre

ou d’un conseiller de Cap

collectivité, qui s’est enga-

emploi. Ces contrats offrent

Encadrer les addictions

gée à conclure cent contrats

une première opportunité

Isolement, mal-être, dépression : les risques liés aux

de ce type d‘ici à la fin 2014.

aux jeunes actifs, avant qu’ils

addictions ne s’arrêtent sur le seuil du bureau ni pour

Embauchés trois ans à temps

ne s’orientent vers un nouvel

les salariés qui en souffrent, ni pour leurs collègues.

plein dans la collectivité, ils

emploi.

Aussi la prévention initiée par le Département incitet-elle d’abord à la responsabilisation de chacun, dans le respect de la vie privée et du code du travail. Grâce

L’actu des CTP

à un guide, accessible sur l’intranet 3 Clics, dans la

Ont été approuvés le 8 juillet en Comité technique paritaire les programmes d’organisation de la direction des Routes (33 centres d’exploitation, deux services fusionnés) et des centres médico-sociaux (mutualisés et co-sectorisés).

d’un règlement intérieur, qui offre, depuis mars, un

rubrique Ressources humaines. Mais aussi par le biais socle à l’encadrement de la consommation de produits psychoactifs – alcool, tabac, psychotropes, cannabis… sur le lieu de travail. Ce texte offre des clés pour guider la conduite face à ce type de dérives.

CE QUE J’EN DIS !

YVES PALLIER JARDINIER PAYSAGER EMPLOI D’AVENIR AU SERVICE DES ESPACES VERTS DIRECTION DES MOYENS GÉNÉRAUX « Lorsque j’ai entendu mon père parler des emplois d’avenir en début d’année, j’étais déjà au chômage depuis plus de trois mois. J’avais pourtant décroché mon CAPA de jardinier paysager au terme d’une formation de deux ans en alternance au service des espaces verts de la mairie du Mesnil-Esnard. Au Département, j’ai eu la chance d’être recruté sur entretien début août pour un emploi qui correspond parfaitement à ma formation. »

8

17

JEUNES RECRUES Arnaud, Dylan et 15 autres jeunes sont accueillis au Département en qualité d’« emplois d’avenir » depuis avril. 12 les rejoignent ce mois-ci, tandis que quatre recrutements sont en cours.


Mouvements ÉLODIE CHANTREUIL A ssistante socioéducative DASE / PMI - Unité d’orientation éducative Rouen

ANNE-SOPHIE APRILE Psychologue DASE / PMI - Unité d’Accueil Familiale de Dieppe

OLIVIER CHEVRIER  ttaché territorial A DASE / PMI - GAJM Le Havre

MICKAEL BLOCHE  onservateur du C patrimoine, directeur adjoint DAD Grammont

CHARLOTTE BEAUFILS A  djointe administrative DGS - Maison départementale de Saint-Valery-en-Caux

Bienvenue à… AURÉLIEN COTTARD T  echnicien d’études, économiste de la construction DDD

CLÉMENCE HÉBBERT A ssistante socioéducative DASE / PMI - Unité d’Accueil Familiale de Forgesles-Eaux

MATHIEU ESTEVAO I ngénieur en risques nucléaires et technologiques DE Service Déchets Risques et Aménagement foncier

SOPHIE LAPLACE  édecin de PMI M DASE / PMI - CMS Duclair

BLANDINE MOREL Attachée territoriale, inspectrice chargée de la protection de l’enfance DASE / PMI

ANNIE VANDEVILLE A ssistante socioéducative principale DASE / PMI - Unité d’orientation éducative, site Aide sociale à l’enfance SONIA SIMON Infirmière en soins généraux DASE / PMI

FRÉDÉRIQUE LELIÈVRE-FOULDRIN SAGE-FEMME SAGE-FEMME DE PMI DASE / PMI - CMS EUROPE ROUEN A p r è s 15 a n s d ’e xe r cic e e n t a n t que sage-femme au CHU de Rouen, Frédérique Lelièvre-Fouldrin s’initie à de nouvelles missions de prise en charge des patients depuis juillet au

JEANNE TACONET Attachée territoriale DCJ - Service de la Culture

Centre médico-social de l’Europe, à Rouen (direction départementale d’aide sociale à l’enfance et de la protection maternelle et infantile). Parmi elles : l’analyse de la situation des patient s , le suivi mé dical ou encore les consultations relatives à la contraception.  

9


DOSSIER ÉCHOS LE MAGAZINE DES AGENTS DU DÉPARTEMENT

Une gestion écoresponsable Découvrir l’écoute musicale en milieu subaquatique, prolonger les cours en ligne chez soi ou aiguiser sa rhétorique à travers des joutes verbales en classe… L’horizon des collégiens offre des perspectives encore inconcevables il y a quelques années, en cette rentrée 2013. Derrière cette offre éducative, soixante-seize agents de la direction des Collèges concourent à la mise en place des meilleures conditions de travail pour les jeunes Seinomarins. Car, pour profiter des activités incluses dans le cursus d’élève, des dizaines de conditions matérielles doivent être réunies jour après jour, au prix d’un long travail de gestion. Peu visible pourtant, le travail des services qui permet à des centaines d’adolescents de manger des produits bios régulièrement, au self. Peu visibles aussi, les heures passées à négocier des certificats d’économies d’énergie (CEE), grâce auxquels la collectivité fait fructifier la réduction de sa facture en chauffage pour les quelque 110 établissements placés sous sa res-

10

Les en c


Cent dix établissements pour soixante-dix mille élèves : deux chiffres suffisent à concevoir l’ampleur de la mission des agents de la direction des collèges. Des cuisines scolaires à la cellule « Développement durable », zoom sur leur quotidien.

collèges oulisses

11


dossier ponsabilité. Déterminants dans la réussite des collégiens, ces tâches de gestion ont pourtant un coût économique et environnemental indissociable des crédits affectés à l’enseignement. « Les collèges représentent la moitié des émissions des gaz à effet de serre du Département », rappelle ici Hélène Isnard, cheffe de projet pour la mission Chauffage et développement durable, à la direction des collèges, dont les trois services étroitement associés font désormais appel à de multiples acteurs pour tenir le cap du Plan climat énergie territorial : réduire de 20 % la consommation d’énergie des établissements, d’ici à 2020. « La palette de métiers va des architectes à des experts en génie acoustique ou hydraulique », explique Nathalie Hue, cheffe de projet au sein de

b énéf icie ég alement de

la section Plan collèges et Service technique des collèges.

cette dynamique éco-res-

DÉCOUVERTE DU PLANCTON au microscope au cours d’un Contrat de réussite éducative

ponsable. En dématériali-

Tremplin d’avenir

sant les échanges liés aux Contrats de réussite éducative

Synonyme, in fine, d’économie, cette mise en commun des

départementaux (Cred 76), avec l’ensemble des directions

savoir-faire participe progressivement d’une dynamique

qui y participent, le pôle des Activités éducatives piloté par

de responsabilisation globale souhaitée par les équipes du

Jean-Baptiste Jacob peut honorer un nombre croissant de

Département. « Nous allons bientôt instaurer une obligation

partenariats. « En 2012, 1400 Cred ont permis à des mil-

de résultats vis-à-vis des établissements dans le domaine

liers de collégiens de bénéficier d’heures de soutien et de

des économies d’énergie », annonce par exemple Hélène

sensibilisation aux arts, à la culture, à l’environnement et à

Isnard, tandis que sa collègue Sylvie Tisné souligne que la

la citoyenneté », indique ainsi le chef de projet. Un chiffre

cellule Équipement et informatique dont elle est responsable

qui devrait encore augmenter cette année. Témoin de la

mutualise depuis plusieurs mois déjà ses marchés avec la

capacité de la direction des collèges à remplir sa mission

direction des achats généraux.

numéro 1 : offrir chaque année le meilleur tremplin d’avenir

Clef de voûte de la mission des collèges, l’action éducative

aux quelque 70000 jeunes dont elle gère le parcours.

Des agents en bonne position Certains souffraient de

tation, en tant qu’adjoints

le Département leur a

lumbago ou de douleurs

techniques territoriaux des

proposé une formation aux

cervicales depuis des

établissements d’ensei-

bons gestes et postures pro-

années. Des désagréments

gnement (ATTEE, anciens

fessionnels d’une journée

souvent induits par les

Tos). En charge de ces 1100

au cours de l’année scolaire

gestes répétés chaque jour

agents au cœur de la vie des

2012-13. Observant durant

dans leur collège d’affec-

collèges depuis 2006,

une matinée les travailleurs, un ergonome a livré à chacun un bilan critique assorti de conseils pour ménager au mieux son organisme dans ses fonctions. Une aide précieuse et appréciée, qui sera complétée par de nouveaux modules dans les mois à venir. KARIM MEZRA, responsable de la formation des agents des collèges et DENIS GALLAIS, chef du service Formations et dispositions spécifiques

12

PRÉVENTION  DE BONS RÉFLEXES ADJOINTS TECHNIQUES Du changement des ampoules à la manipulation de colis en cuisine, les tâches effectuées par les adjoints techniques territoriaux des établissements d’enseignement ( AT TEE ) exigent des précautions adaptées à chacun. Garder le dos droit lors des ports de charges, maintenir la charge le plus près de soi, ne pas se baisser plus que nécessaire sont autant de précieux réflexes. N’hésitez pas à vous rapprocher de l’ergonome du Département en cas de besoin.


Une cuisine pour six Transformé en cuisine centrale en 1990, le service de restauration du collège Pablo-Picasso approvisionne six établissements de l’agglomération rouennaise en plateaux-repas. Ils se tiennent toujours prêts à affronter un « s cénario de cris e » p our garantir, quoiqu’il arrive, le service de demi-pension auprès des 354 élèves et des 46 salariés réunis chaque jour dans leurs locaux. Mais depuis qu’ils assurent la charge de cuisine centrale pour six établissements « satellites », les agents du collège Pablo-Picasso de Saint-Étienne-du-Rouvray doivent

HOUDA DRIRA assiste les cuisiniers dans l’élaboration des plats.

Des chiffres ?

« On prépare mille repas chaque jour »,

matin, lorsque les denrées arrivent au

CINQ ÉTABLISSEMENTS

indique en effet la gestionnaire du

sous-sol, à dix-sept heures minimum,

C’est le nombre de sites approvi-

collège, Laurence Leboucher, d’autant

au terme du contrôle des stocks. »

sionnés par la cuisine centrale hors

plus consciente de l’ampleur de la

« La restauration scolaire engendre

les murs. Il s’agit de trois collèges

tâche qu’elle a contribué à instruire

une réflexion à part entière », rappelle

stéphanais, Robespierre, Eluard et

le dossier pour obtenir l’agrément

par ailleurs Laurence Leboucher, sou-

Michel, de Boieldieu et Léger,

préfectoral du service. Contrôle de la

lignant qu’« un plat à base d’œufs ou

à Rouen et Petit-Quevilly et du

chaîne du froid, traçage des étiquettes,

de poisson est désormais systémati-

lycée Buisson, à Elbeuf.

désinfection des chaussures à chaque

quement proposé » pour respecter les

porte franchie… « La ronde des agents

régimes semi-végétariens. « Dans le

MILLE REPAS

est chronométrée », insiste le chef cui-

respect des préconisations de diététi-

C’est la production quotidienne

siner, Gérard Pichot. « De six heures du

ciens, bien sûr. »

de la cuisine centrale du collège

quotidiennement mettre les bouchées doubles pour tenir leurs objectifs.

Picasso. Comprenant une entrée, CE QUE J’EN DIS !

HÉLÈNE ISNARD C HEFFE DE PROJET MISSION « CHAUFFAGE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE »  DIRECTION DES COLLÈGES

un plat, un laitage et un dessert, les menus proposés en self-service s’inscrivent dans un plan alimentaire élaboré avec une diététicienne.

« Outre divers travaux d’isolation, nous nous sommes engagés dans la mise en marche de deux chaufferies à bois et d’une pompe à chaleur dans trois établissements. Grâce à leur reconnaissance à titre de « certificats d’économies d’énergie », ces investissements représentent un capital de 112000 €

24 MILLIONS D’EUROS C’est le budget alloué depuis 2005 à la rénovation des cuisines des collèges, pour vingt opéra-

en cas de revente. Il s’agit d’une estimation des gains

tions. Deux équipements seront

induits par les équipements, qui prend en compte la

livrés début 2014 et un chantier

perte de rendement liée aux apports. »

s’ouvrira en courant d’année, un 4e dossier demeurant à l’étude. 13


C’est nous ! PARCOURS

THIERRY HAY

RESPONSABLE DES PARCS ET JARDINS Sa grand-mère l’avait pré-

rares sur le sol français.

dit, à qui il offrait, enfant,

À treize ans , le jeune

ses tout premiers bouquets.

h o m m e c è d e a in s i a u x

« Celui-là, il sera fleuriste,

charmes de la botanique

ou jardinier ! ». Aujourd’hui,

britannique, une passion

à la tête des parcs et jardins

qu’il partage à présent avec

de la dizaine de musées et

Martine et Francis Lemon-

sites culturels gérés par le

nier, propriétaires du jardin

Département, Thierry Hay a

de Bellevue, à Beaumont-le-

donné raison à son aïeule,

Hareng. Reconnaissants de

pement durable au cœur de

suivant une vocation pré-

son investissement dans le

son métier « passion ». « J’ai

coce, en vertu de laquelle

monde des jardins, ces der-

d’autant plus de chance

sa réputation de « main

niers ont ainsi baptisé de

d’exercer cette activité que

verte » s’est imposée dès

son nom l’une de leurs créa-

la Seine-Maritime fait partie

ses dix ans. Triomphant

tions d’hellébores. « J’ai été

des trois premiers départe-

alors de toute entreprise

très surpris », livre l’agent,

ments pour son nombre de

de culture dans son pre-

qui attribue cette initiative

jardins ouverts au public »,

mier jardin, l’adolescent ne

aux entreprises de « promo-

insiste Thierry Hay, qui a

tarde pas à se lancer dans

tion des jardins » qu’il mène

œuvré dix-sept ans dans

la culture d’euphorbes et

à travers le département.

le Perche avant de s’établir

d’épimèdes, des espèces

Parmi ses objectifs : « bien

localement. « Et certains

débusquées lors d’un séjour

faire, pas cher », résume

domaines comptent parmi

en Angleterre et encore

celui qui place le dévelop-

les plus beaux de France. »

Curriculum Vitae 1992 Thierry Hay obtient son BTS en « Jardins et espaces verts », après s’être orienté vers la filière horticole dès ses quinze ans. 1994 A l’issue de son service militaire, le jeune diplômé est embauché en tant que jardinier paysagiste dans le Perche, où il évoluera dix-sept ans, assurant des missions de création de jardins, mais aussi des cours et des cycles de conférences sur la botanique. 2009 L e jardinier devient responsable des Parcs et jardins des Musées et sites départementaux de Seine-Maritime. Il y assure des fonctions de coordination et gère au quotidien les équipes sur le terrain.

parole d’expert

Chauffage, des économies à portée de main PIERRE LECOUTEY C ONSEILLER EN ÉNERGIE PARTAGÉE MISSION « PROJET DE TERRITOIRE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » Réduire sa facture d’énergie de 150 euros par an ? Un objectif accessible, si tant est que l’on connaisse les réflexes pour éviter le gaspillage en matière de chauffage d’intérieur. Vous vous absentez toute la journée de votre logement ? Une température de 16 °C suffira pour maintenir une atmosphère saine, tandis que le thermostat pourra être baissé à 8 °C pour deux jours d’absence. Autres motifs de vigilance : le mode veille des appareils électroniques, énergivore, de même que le givre dans les réfrigérateurs, ou le tartre dans les chauffe-eau. La rénovation optimise par ailleurs la circulation d’énergie grâce à des matériaux tels que la chaux, le bois ou le lin. Financés jusqu’à 50 % par des aides, ces travaux permettent jusqu’à 75 % d’économies.

14


TALENT CACHÉ

MARIE NEUFVILLE JEAN-MARC BEAUDOIN ACTEURS DE « SON ET LUMIÈRE » AU DÉPARTEMENT, ILS ASSURENT L’UN COMME L’AUTRE DES RESPONSABILITÉS LIÉES À L’EMPLOI. DES FONCTIONS QUI REPOSENT CHEZ EUX SUR UNE SENSIBILITÉ COMMUNE. LOIN DE LEURS BUREAUX, MARIE NEUFVILLE ET JEAN-MARC BAUDOIN SE SONT EN EFFET RETROUVÉS SUR LES PLANCHES.

Menton haut, visage fier, l’une porte la

Relations sociales. « Ici, chacun a sa

qui convoitait alors le monarque, lors

collerette des courtisanes tandis que

place », poursuit Jean-Marc Beaudoin,

d’un spectacle à la mi-septembre, au

l’autre affiche le tablier souillé des

référent administratif et financier à la

Château de Martainville, au terme de

« gueux ». Orgueil affecté ou caboti-

direction de l’Économie et de l’Emploi.

six mois de répétitions. Pour mieux

nage bonhomme, Marie Neufville et

Propulsé dans le rôle d’un pauvre hère

reprendre le travail à l’ombre des

Jean-Marc Beaudoin n’ont à l’évidence

sur le passage d’Henri IV à Darnétal, à

regards, en perspective de la fresque

pas été « castés » pour les mêmes rai-

la fin du XVIe siècle, l’agent a donné

à mettre en scène en 2014, en com-

sons, mais leur visage à tous deux

la réplique à sa collègue revêtue des

pagnie de cinquante-deux autres ama-

resplendit sous les feux de la rampe.

habits de Françoise de Montmorency,

teurs passionnés.

Cette passion pour l’art dramatique, les deux agents du Département l’ont découverte au sein de la compagnie des Fresques darnétalaises, qui met chaque année sur pied un spectacle de son et lumière. « Jean-Marc m’a conviée à un cours d’improvisation et j’ai d’emblée été séduite à la perspective de faire partie d’un groupe réuni pour rejouer des moments historiques », confie la responsable de l’emploi à la direction générale du Personnel et des

L a troupe pourrait rejouer la pièce « Destinées 1914 – 1944 » l’an prochain, pour le centenaire de la Grande Guerre

15


le coin pratique Transport LES AVANTAGES DU PDE

LES VITRAUX TIENNENT L’AFFICHE

Partager sa voiture pour se rendre au travail, opter pour le bus ou le vélo pour regagner son domicile ? Plus écologiques, les transports doux et collectifs sont non seulement moins chers que l’automobile individuelle, mais souvent plus conviviaux. Pour accompagner ces tendances, le Plan de déplacement d’établissement du Département (PDE) offre des réductions à ses agents sur les abonnements aux transports en commun et pour la location de vélos. Parmi les nouveautés : de nouveaux tarifs préférentiels dans l’agglomération elbeuvienne, ou encore la gratuité de la carte Astuce dans la Crea. Des offres

Le musée départemental des antiquités a choisi de prolonger son

à découvrir sur l’Intranet, dans l’onglet Ressources

exposition « Le vitrail, chefs-d’œuvre cachés du musée », jusqu’au

humaines Thème 9. Côté covoiturage, organisez-

21 septembre 2014. Au programme : déambulation derrière les

vous à l’année sur www.covoiturage76.net.

verrières du cloître et découverte technique. www.museedesantiquites.fr.

LE GRAPHIQUE DU MOIS PDE : DE BÉNÉFICIAIRES

+

BÉNÉFICIAIRES DU PDE 485 TCAR 107 TCAR + SNCF 45 SNCF 38 LIA 27 Bus départementaux

SUR LE WEB

Vague d’engouement pour les transports en commun, l’effet « Mathilde », du nom du pont rouennais qui a brûlé en octobre 2012, s’est traduit par un net accroissement du nombre de bénéficiaires du PDE, de 572 à l’automne 2012 à 737 en cette rentrée.

http://declic.w2k.cg76.fr/services/client/ office2010/default.aspx En permanente évolution, les outils informatiques simplifient progressivement les tâches quotidiennes à condition de savoir les prendre en main. À la veille de l’installation du système d’exploitation Windows 7 sur l’ensemble des postes du Département, la direction de la Formation et des déplacements professionnels, la direction juridique des Marchés, l’Unité territoriale d’action sociale (Utas) 3 et la direction de l’Aménagement et de l’Habitat hébergent d’ors

CE QUE J’EN DIS !

YANNICK MOISSON  INGÉNIEURE INFORMATIQUE DIRECTION DES SYSTÈMES D’INFORMATION « L’inventivité de nos équipes a permis de créer des outils de découverte des fonctionnalités de la version 2010 du pack logiciel Office, en particulier avec la création d’un sous-main plastifié qui détaille le fonctionnement de ses principaux outils : Word, Excel et Outlook. Tiré en interne à 5000 exemplaires, cet accessoire sera remis à chaque agent lors de la mise à jour de son poste, de même qu’un guide. » CONTACT | yannick.moisson@cg76.fr

16

et déjà des équipements pilotes pour accompagner cette transition. Le déploiement généralisé des nouveaux outils débutera, lui, fin 2013, pour s’étaler courant 2014. Du suivi des mails sur Outlook à l’accès de tous à la visioconférence, les ressources qu’offre la mutation des postes sont à la hauteur d’une économie de services performante, sans exiger d’importantes compétences informatiques. Pour plonger en toute quiétude dans l’environnement d’Office 2010 et d’Internet Explorer 9, les salariés peuvent dès à présent glaner des conseils sur l’intranet dans l’espace « Mon Informatique ».


LA RÉFÉRENCE M@P76 Le geste écolo du mois EXTINCTION DE L’ÉCRAN ET DE L’ORDINATEUR EN FIN DE JOURNÉE

À portée de clic sur l’intranet, l’atlas M@p76 permet désormais à tous acteurs du Conseil général de concevoir des cartes à partir des dernières données géographiques départementales. La direction des systèmes d’infor-

En 24 heures de veille,

mation (DSI) l’a récemment mis en

un appareil consomme

évid e n c e  : p lu sie u r s s e r vic e s

données cadastrales dont dispose l’IGN.

plus d’énergie qu’en

aspirent à disposer de données identiques

Maniable, M@p76 permet d’éditer soi-même

trois heures d’utilisa-

sur le territoire seinomarin. C’est la vocation

une carte conforme à la charte du Départe-

tion : éteignez votre

du nouvel atlas numérique M@p76, qui met

ment. Une méthodologie particulièrement

écran chaque jour, il le

à la disposition de tous les agents un corpus

utile pour les directions des routes, du

supportera très bien !

de photographies aériennes de 2009, une

domaine départemental et de l’environne-

carte de l’Institut géographique national

ment, qui verront bientôt l’atlas enrichi de

(IGN) à l’échelle 1/25000 et les bases de

données sur les métiers.

Agenda

ASSEMBLÉE DES ÉLUS

EXPOSITION

Session plénière du Conseil général Le 8 octobre

« La cathédrale de Victor Hugo »

>> Hémicycle - Hôtel du département - Rouen

ASSEMBLÉES TECHNIQUES Réunion du Comité d’hygiène et de sécurité (CHS) Le 10 octobre et le 12 décembre >> Hôtel du Département – Rouen

Réunion du Comité technique paritaire (CTP) Le 7 octobre, le 4 novembre et le 28 novembre >> Hôtel du Département – Rouen

SOLIDARITÉ Collecte du don du sang Le 3 octobre – 9h à 13h >> Espace Pierre-Bérégovoy Hôtel du département - Rouen

RENDEZ-VOUS CITOYENS Conférence sur la jeunesse Le 23 octobre - 18h Par la direction de la Citoyenneté, dans le cadre des journées départementales de la jeunesse >> Espace Pierre-Bérégovoy Hôtel du département – Rouen

Le 19 octobre (jusqu’au 23 février 2014) Ouverture de l’exposition de manuscrits, gravures, dessins, objets et correspondance autour de l’œuvre « Notre-Dame de Paris » >> Musée Victor-Hugo – Villequier

FESTIVAL « Automne en Normandie » Le 12 novembre (jusqu’au 7 décembre) Ouverture de l’édition 2013 sur le thème Féminin / Masculin >> Programmation sur le site www.automne-en-normandie.com. Infos : 02 32 10 87 07 billetterie@arts276.com

Des tarifs préférentiels pour Automne en Normandie Pour profiter des réductions accordées au Comité des œuvres sociales du personnel de Seine-Maritime (APSM) via la carte Complice, les adhérents doivent directement réserver auprès de l’équipe du festival, à l’aide du code 5555, attribué à la collectivité.

17


expression syndicale

Retraites : tous mobilisés ! Précarité, manque d’effectifs, carrières bloquées, gel des salaires : la situation des agents territoriaux ne cesse de se dégrader ! Aujourd’hui, le projet de réforme Hollande des retraites est dans la continuité des plans d’austérité mis en œuvre localement dans chaque collectivité (PAD au CG76). Ainsi, les attaques se développent et amplifient la dégradation des conditions de vie et de travail de chacun d’entre nous. À coup de mensonges réitérés par les gouvernements successifs depuis 2 0 03, le s m e s ure s reten u e s p ar le gouvernement sont présentées, aujourd’hui encore, comme inéluctables mais équitables ! Ne soyons pas dupes, décryptons les deux mesures phares : – L’allongement prévu de la durée de cotisation a pour réelle conséquence la baisse des pensions : il devient quasi impossible d’avoir le nombre d’années requis, ce qui entraîne l’augmentation des pensions avec décote ! – Le financement de ces mesures supplémentaires sera de fait porté réellement par les salariés et les retraités : en effet, l’augmentation des cotisations retraites des entreprises (1 milliard d’euros) sera compensée par la baisse, dès 2014, de leurs cotisations de la branche familiale (34 milliards d’euros). Avec la CGT, les salariés du public, du privé, les retraités, et les demandeurs d’emploi sont tous mobilisés pour faire entendre leurs propositions pour l’emploi, les salaires et pérenniser et améliorer le système actuel de retraite par répartition. Le 10 septembre dernier, la mobilisation nationale a été la première étape pour nous faire entendre. Dans notre intérêt, ne lâchons rien, poursuivons la mobilisation pour notre avenir !

18

Catégorie C : revalorisation de la grille Une modification de la grille de rémunération de la catégorie C devrait intervenir au 1er janvier 2014. La grille serait légèrement remaniée avec des indices revus légèrement à la hausse et un peu plus important en fin de carrière. Il n’en demeure pas moins que les gains seront absorbés sur la carrière puisque celle-ci est allongée. La CFDT revendique une carrière en trois grades avec maintien du recrutement sans concours sur le premier grade. Dans le même temps, pour la CFDT la grille de la catégorie B doit être rehaussée pour maintenir une valorisation des métiers, et la différencier de la catégorie C. Par ailleurs, et quelle que soit l’issue de la négociation, il est important de revoir l’évolution du point d’indice car si celui-ci ne suit pas l’inflation, tout le travail accompli lors des négociations sera à recommencer dans quelques années. Si nous pouvons constater des progrès pour les basses rémunérations, il n’en demeure pas moins que notre insatisfaction reste grande. Nous ne pouvons accepter une augmentation de la durée de la carrière avec une faible augmentation du nombre de points d’indice en sommet de grille. Nous demandons un déroulement de carrière en 3 grades ce qui permettrait de redonner de l’espace entre chaque échelon et ce dès le début de carrière. Nous revendiquons un indice de fin de carrière en Échelle 6 plus élevé que celui proposé par le gouvernement. La CFDT continuera à œuvrer pour l’amélioration des déroulements de carrière des agents.

Le département recrute des emplois d’avenir sur des postes statutaires En d’autres termes, des postes de titulaires sont supprimés au profit de postes d’emploi d’avenir ! En effet début août, pour exemple, une annonce d’un poste de secrétaire médico-sociale est transmise aux agents de l’UTAS 1 pour en informer le public RSA dont ils sont référents. Ce poste est à pourvoir à 50 % sur le CMS Charrettes et à 50 % sur le CMS Flaubert. SUD dénonce le mépris de la Collectivité envers les professionnels qualifiés et la non-reconnaissance de leur travail et de leurs compétences spécifiques ! Ces postes tant celui de secrétaire médico-sociale que celui aux routes sont essentiels au fonctionnement de la Collectivité et du Service Public. Quels postes seront les prochains sur la liste ? Ces offres d’emplois sont une injure pour nos collègues dont on nie le travail ! Elles sont un piège pour les candidats « Emplois d’avenir » qui vont se retrouver en grandes difficultés devant les usagers, devant les professionnels, devant la hiérarchie pour un salaire minimum, sans espoir de sortir de la précarité ! SUD réaffirme que l’embauche de Contrat d’Avenir au sein de la Collectivité ne doit pas être le prétexte pour supprimer purement et simplement des postes de fonctionnaires que l’on soit de la catégorie A, B ou C et de la filière administrative, technique, sportive, culturelle ou médico-sociale ! Car si on procède au recrutement systématique de Contrats d’Avenir sur chaque poste se libérant, dans 10 ans, il y aura 5500 Contrats d’Avenir au Département de Seine-Maritime !!! SUD a dénoncé auprès de Didier Marie cette dérive. Sa réponse vous a été adressée par courriel du Directeur général des services le 6 septembre 2013.


Bons plans

Et si vous alliez… Les mesures en faveur des agents de catégorie C applicables au 1er janvier 2014 ? L’ampleur et les modalités du coup de pouce, promis en début d’année par la ministre de la Fonction publique en faveur des agents de catégorie C, seront déterminées en septembre, a indiqué vendredi 26 juillet 2013 le gouvernement. Le ministère souligne que les décisions sur les modalités de la revalorisation qui sera applicable au 1er janvier 2014, seront prises en septembre 2013. Le 7 février, la ministre avait annoncé que le point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires des plus de 5 millions d’agents, resterait gelé en 2013. Dans le même temps, elle avait annoncé qu’elle proposerait des mesures en faveur des agents de catégorie C, applicables au 1er janvier 2014. La catégorie C, au sein de laquelle « plus d’un million de fonctionnaires ont aujourd’hui un traitement proche du salaire minimum », selon le gouvernement, constitue environ 47 % des agents. Dans la fonction publique territoriale (FPT), plus de 75 % des agents sont dans cette catégorie. Lors d’une réunion avec les syndicats consacrée à étudier les modalités de cette revalorisation, le gouvernement a proposé une nouvelle grille salariale pour cette catégorie d’agents. Mais les syndicats ont rejeté cette proposition et suggéré d’attribuer aux agents de catégorie C des points d’indice sur la base de la grille actuelle. Selon des sources syndicales, les agents pourraient ainsi se voir allouer de 4 à 6 points d’indice supplémentaires, soit environ 200 à 300 euros par an. Le ministère souligne s’être engagé à examiner cette demande des syndicats. Mais il signale qu’une dernière réunion aura lieu au début du mois de septembre, au cours de laquelle toutes les hypothèses seront discutées, après laquelle le gouvernement prendra sa décision.

JOUER AU TENNIS ? D’une durée d’une heure, les cours sont dispensés par un éducateur diplômé les mardis de 18h à 21h et les jeudis de 18h à 21h selon le niveau des joueurs, à l’Espace de la Petite Bouverie, au 20, allée Pierre-de-Coubertin, à Rouen. Une séance d’une heure pour découvrir la pratique du tennis est offerte du 3 septembre au 31 octobre 2013. INFOS : David Houssaye, 02 35 03 55 77 ou david.houssaye@cg76.fr.

FAIRE DU FOOT ? Les matchs de foot se tiennent sur l’Île Lacroix, jusqu’à la fin novembre, l’activité se déroulant en salle de décembre à février. Parmi les rendez-vous de la saison : le tournoi inter-collectivités aura lieu en mai, le tournoi inter-directions étant, quant à lui, programmé en juin. INFOS : Samuel Fréret, 02 35 20 63 01, samuel.freret@cg76.fr ou Aziz Bakri, 02 35 20 53 16, abdelaaziz.bakri@cg76.fr

VOUS ENTRAÎNER AU GOLF ? Précision, endurance et concentration font partie des qualités indispensables pour jouer au golf, plaisant pour sa pratique en plein air et son caractère ludique, à tout âge. Un sport ancien qui s’ouvre de plus en plus à la mixité, exigeant néanmoins un investissement pour le matériel. INFOS : Marie-Laure Hautefeuille, 02 35 52 22 45 ou Véronique Mange, 02 35 03 54 51 ou veronique.mange@cg76.fr

MAIS AUSSI… L’Association sportive du Département, de la Préfecture et de la Région (ASPDR) propose des séances de JOGGING (infos : carole. boulanger@cg76), des cours de FITNESS et de

ZUMBA (lucille.bouctot@cg76.fr), de SQUASH (william.lebel@gg76.fr) et, nouveauté de cette rentrée, des cours de YOGA (infos : kelly.dubost@cg76.fr). Les séances en salle se tiennent dans la salle de sports « Time squash », rue Pavée, à Rouen. Tél. : 02 35 73 13 14.

19


P A C I D N R I O A H U’IL FAUT SAV CE Q

Retrouvez la plaquette sur le handicap éditée par le Département dans le cadre de sa convention avec le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique, sur l’intranet 3 Clics, rubrique « Ressources Humaines », thème 6.05. CONTACT : Marie-Delphine Anne chargée de mission à la direction du Personnel 02 76 51 63 29 ou marie-delphine.anne@cg76.fr.

Département 76 : échos76 - journal interne  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you