Page 1

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Année X • Numéro 88 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “Le Beausoleil de Monaco” 6, boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

glomed.free.fr/laprincipaute.html

Octobre 2010

Numéro de Commission Paritaire : 0512 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) € 20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://glomed.free.fr/abo.pdf

€2.00

Dossier Spécial

Photo © Centre de Presse

Monaco doit-il aussi battre en “retraite” ?

“Renforcer

l’attractivité”

La stratégie de Michel Roger pour relancer la Principauté ☞ POLITIQUE : LES VALEURS ET LA MÉTHODE CONFIRMÉS A LʼUNANIMITÉ PAR LE COMITÉ DIRECTEUR DE LʼUP • PAGE 7


2 La Principauté Dossier Spécial Monaco doit-il aussi battre en “retraite” ?

Dossier Spécial Monaco doit-il aussi battre en “retraite” ?

Octobre 2010

SOCIAL• La crise politique française autour des changements du système de protection sociale voulus

Retraites : faut-il un Entre alarmisme et angélisme, il y a les courbes démographiques et les chiffres des coûts. Il est PAR PATRICE ZEHR

L’EDITORIAL Les portes du Palais Princier

DOSSIER

s’ouvrent de plus en plus…

e 15 septembre dernier les représentants de la presse écrite locale ont été conviés au Palais L Princier pour une rencontre informelle avec le

Prince Souverain. Une nouveauté – il faut le souligner - au moins pour nous, et sans doute bien appréciée par les journalistes présents, qui ont eu l’opportunité de faire un point sur les principaux sujets de l’actualité monégasque avec le chef de l’Etat. Audelà des sujets abordés - réforme du système social, projets d’expansion immobilière, protection de l’environnement et relations internationales – l’aspect le plus remarquable de cette rencontre était surtout ce geste d’ouverture, qui signe un premier pas vers une nouvelle stratégie de communication, qui vise à améliorer l’image de la Principauté à l’extérieur. Ce qui implique – justement – aussi une meilleure ouverture du Palais vers la presse locale, parfois négligée en faveur des médias étrangers. D’autant plus que le bureau de presse du Palais a affiché l’intention de renouveler ces rencontres sur une base régulière, voir même de les intensifier. Ce signe d’ouverture s’inscrit aussi dans une plus vaste stratégie d’ouverture qui semble se concrétiser de plus en plus. Le Prince Albert à cette occasion a en fait confirmé qu’à la fin de l’année, la campagne de communication annoncée depuis longtemps sur l’image de la Principauté passera à la phase opérationnelle. Les conclusions de l’enquête menée par les fameux trois experts se traduiront donc en actions concrètes visant à « reconstruire » l’image de la Principauté à l’extérieur et à apporter aux médias internationaux une perception plus correcte et plus appropriée de la réalité monégasque. Mais la nouveauté qui a fait le plus sensation a été l’annonce de la cérémonie religieuse du mariage princier, qui aura lieu sur la Place du Palais et non plus, comme la tradition le voulait à la Cathédrale. Ce qui ailleurs pourrait être considéré comme un peu plus qu’un simple détail logistique, à Monaco revêt une valeur toute spéciale pour sa haute signification symbolique. En se mariant non pas dans l’enceinte fermée des murs d’une église mais sur la place qui représente l’unité du pays, le Prince Souverain affiche clairement la volonté que son peuple puisse participer en “personne”, à un événement qui n’est pas seulement privé mais l’implique directement. Par ce geste, le Souverain entend donner un signe d’ouverture sans précédent, et démontrer encore une fois qu’il ne considère pas les Monégasques comme des sujets, mais comme les véritables membres d’une famille élargie. D’ailleurs, l’impact médiatique pour l’image du pays que ce mariage aura au niveau planétaire, n’a pas été négligé par le Prince Albert et son entourage. On parle de 1500 journalistes accrédités, un chiffre qui dépasse amplement les quelques 1000 prestigieux invités. L’expérience, même la plus récente, des mariages de têtes couronnées issues des grandes familles européennes, nous apprend qu’un tel événement aura une couverture médiatique planétaire telle, qu’aucune campagne publicitaire – même pouvant tabler sur un budget colossal – ne pourra jamais atteindre. Le Prince est bien conscient qu’il s’agit d’une opportunité unique qu’il faut savoir saisir. Une vitrine internationale exceptionnelle qui peut participer à l’image du pays en démontrant à la planète entière qu’ici il n’y a pas seulement un Prince, mais aussi, et surtout, tout un peuple – même très petit – autour de Lui et de Sa famille... (R.V.)

L’EDITORIAL

L

a crise politique et sociale française autour de la réforme des retraites, se devait de pousser à Monaco les partenaires sociaux et le gouvernement à la réflexion. Ce numéro de La Principauté, à partir de lʼapproche connue du gouvernement et du conseiller Valeri, se réclamant du pragmatisme, du dialogue et de la modération, a voulu aller à la rencontre de ceux qui vont décider de lʼavenir de nos retraites. Le gestionnaire des Caisses Autonomes de Retraites (C.A.R.) (voir ci-après), comme les représentants des salariés ou des patrons (page 5). Comment ça marche à Monaco- comment cela peut ou doit-il évoluer, faut il payer et qui va payer ? Les réponses vous le verrez sont diverses et les positions éloignées. Entre alarmisme et angélisme, il y a les courbes démographiques et les chiffres des coûts. Il est cependant temps de sʼy mettre, ne serait ce que pour une seule raison : que si la nécessité dʼune réforme sʼimpose, cela ne se passe pas à Monaco comme en France. Que tout le monde ait la certitude dʼavoir été écouté et entendu avant les choix finaux, pour une réforme acceptée par chacun, dans lʼintérêt de tous, au nom de la nécessité.Et surtout pour que chez nous, en tenant compte des réalités, cela reste mieux quʼailleurs. Mieux quʼailleurs, la grande spécificité monégasque… La preuve par le premier entretien, avec le directeur des Caisses Sociales de Monaco (C.S.M.) et gestionnaire de la CAR Jean-Jacques Campana.

JEAN-JACQUES CAMPANA

Photo © DR

Directeur des C.S.M. ■ Comment fonctionne à Monaco la retraite de base versée par la CAR ? Jean Jacques Campana : “La CAR est un régime de retraite par répartition, qui repose donc sur un principe de solidarité entre les générations, puisque ce sont les cotisations des actifs dʼaujourdʼhui qui financent les pensions de retraite actuellement servies. Il sʼagit également dʼun régime par points, qui assure une exacte proportionnalité entre le montant des contributions versées et celui des droits à pension de chaque salarié. Les points acquis chaque mois dans la limite de 4 points, pour les salaires atteignant ou dépassant le plafond de cotisation (4.128 €), sont cumulés dans un compte individuel et cʼest le total de ces points, au moment du départ à la retraite, multiplié par la valeur du point qui détermine le montant de la pension servie. Par exemple, un assuré ayant cumulé au cours de sa carrière 1.000 points percevra une pension annuelle de : 1.000 x 17,20 = 17.200 € Il nʼexiste aucune minoration du montant de la pension pour anticipation ou durée de cotisation insuffisante et lorsque les conditions dʼouverture au droit sont remplies la pension est toujours payée à taux plein dès 60 ans, voire 55 ans pour les femmes ayant élevé trois enfants. Pour ouvrir un droit à pension, le salarié doit avoir travaillé en Principauté au cours de 60 mois sʼétendant sur 10 années ou pouvoir bénéficier des mécanismes de coordination existants avec les autres régimes monégasques ou prévus par les Conventions franco et italo-monégasque de sécurité sociale. Si ces dispositifs ne permettent pas dʼouvrir un droit, la part salariale des cotisations versées au Régime est indexée sur la base de la valeur du point et remboursée à lʼâge de 65 ans. Cette description des règles de fonctionnement du Régime

est bien évidemment sommaire mais celles-ci sont détaillées très précisément sur notre Site Internet (www.caisses-sociales.mc) qui comporte égale également un outil permettant aux futurs retraités d dʼévaluer le montant de leur pension”. ■ Pour une personne ayant travaillé uniqueunique ment à Monaco ou dont llʼessentiel de la retraite de base est monégasque quel est le régime des complémentaires notamment françaises ? JJC : “Les salariés de la Principauté bénéficient des mêmes régimes complémentaires que leurs homo homologues français. Toutefois, llʼAssociation Monégasque pour la Structure Financière qui correspond à llʼAGFF ʼAGFF française a mis en place, au profit des


Octobre 2010

La Principauté

Dossier Spécial Monaco doit-il aussi battre en “retraite” ?

3

par le Président Sarkozy se devait de pousser - à Monaco aussi - les partenaires sociaux et le gouvernement à la réflexion

ne réforme à Monaco ? une cependant temps de s’y mettre pour faire en sorte de pouvoir conserver la spécificité monégasque : l’excellence salariés ayant effectué la majorité de leur carrière salariée en Principauté, un mécanisme de neutralisation des abattements pour durée de carrière insuffisante quʼappliquent les régimes ARRCO et AGIRC. La réforme du Régime de base français actuellement en cours pourrait avoir une incidence sur les règles de fonctionnement des régimes complémentaires et donc sur ce dispositif mais ce nʼest pour lʼinstant quʼune hypothèse”.

Les produits du Fonds de Réserve permettent pour lʼinstant de financer ce déficit et de conserver un résultat global excédentaire, mais les dernières études dʼactuaire projettent une disparition de ces réserves dʼici 2029 à 2036, même avec une croissance de lʼeffectif salarié de 2 ou 3 %, avec, dans le scénario central de 2 %, un déficit global en 2029 de plus de 130 millions dʼeuro. Il est donc désormais effectivement urgent de modifier cette trajectoire en adoptant des mesures de protection du Régime. Le dialogue engagé depuis de nombreuses années au sein des Comités des Caisses Sociales nʼa pour lʼinstant abouti quʼà la définition de seuils de déclenchement de ces mesures qui sont dʼailleurs, pour certains dʼentre eux, dʼores et déjà atteints ou le seront dès 2011-2012. En revanche, aucun accord nʼest pour lʼheure intervenu sur le contenu des modifications à apporter aux paramètres de fonctionnement du Régime. Toutefois, il a été annoncé que ce thème serait abordé au cours des réunions tripartites que le Département des Affaires Sociales et de la Santé se propose dʼorganiser avec les Partenaires sociaux au cours des prochains mois. On ne peut, bien sûr, que souhaiter que celles-ci débouchent rapidement sur un dispositif tout à fait opérationnel”.

Photo © DR

■ Tout le monde sait que, comme partout ou presque, Monaco va devoir se pencher sur lʼévolution de son régime retraite. La direction des caisses sociales a-t-elle sur ce sujet des

propositions à faire ? Faut-il agir, agir vite et selon vous dans quel sens ? JJC : “Depuis les années 1970, le nombre de salariés finançant une retraite entière de 360 points nʼa cessé de diminuer. Il est passé de 3,34 salariés en 1971 à 1,45 salarié en 2008-2009. LʼActivité Principale du Régime, cʼest-à-dire pour simplifier le rapport cotisations/ prestations, qui se rapprochait de son point dʼéquilibre depuis plusieurs années, est devenue déficitaire à hauteur de 8,7 millions dʼeuro en 2008-2009 et une aggravation de ce déficit de lʼordre de 4 millions dʼeuro est prévue en 2009-2010.

LE POINT

DOSSIER

Les retraites moné■ gasques font partie des incitations à travailler à Monaco car elles sont supérieures aux retraites françaises. Quel est le différentiel ? JJC : “Ce différentiel est variable en fonction des profils de carrière et de la pentification des salaires au cours de celles-ci. Pour un salarié ayant effectué une carrière complète et à plein temps de plus de 37 ans, on constate généralement un différentiel de lʼordre de 30 % qui progresse jusquʼà 80 % voire plus dès lors que sur une longue période le plafond de cotisation est atteint”.

Au 1er octobre 2010, le point de retraite passe de 17 euros 20 à 17 euros 47, soit une augmentation de 1,57 %.

Pour une modification du régime choisie et non subie...

G

ouverner c’est prévoir. Il est donc légitime que le gouverne gouvernement lance une concertation avec les partenaires sociaux autour du régime des retraites monégasques. Le dossier que nous vous présentons fait un état des lieux des positions de départ et des analyses de chacun. Ces positions sont parfois éloignées, car il y a bataille de chiffres et de prévisions. Pour le patronat on est déjà dans le rouge depuis longtemps, on a perdu trop de temps, il y a urgence, c’est la survie des entreprises monégasques et de l’activité économique qui est en jeu. Pour les syndicats rien ne presse bien au contraire ; Monaco ne sera jamais la France, la situation est saine et l’avenir des retraites pas menacée. On peut difficilement être plus éloigné. On ne peut qu’espérer bien sûr que l’évolution économique et démographique rende inutile toute modification, mais au regard de chiffres inquiétants sur le temps, le gouvernement ne peut prendre ce risque. C’est pourquoi le Conseiller de Gouvernement pour les Affaires Sociales, Stéphane Valeri, va entreprendre des consultations à la recherche d’un consensus pour une réforme « juste et sociale », si celle-ci s’impose. On comprend l’inquiétude de certains, c’est la crainte d’une normalisation à la française et qui serait imposée. Mais la situation n’est pas la même et la réforme sera monégasque, si réforme il y a. C’est à dire que le différentiel comparatif positif devra être maintenu, en tenant compte bien sur des évolutions du grand voisin, puisqu’on ne peut faire autrement, dont le régime pèse mathématiquement sur le notre. L’inquiétude d’une centaine de salariés s’est exprimée dans la rue et Stéphane Valeri est allé au contact et au dialogue- on peut dire que c’est un signe plus qu’encourageant et qu’à Monaco les choses se passeront autrement pour un résultat différent. Un résultat juste et social, conditions nécessaires et suffisantes pour le conseiller de gouvernement, pour qu’il y ait une vraie réforme acceptée par le plus grand nombre. Il est incontestable qu’en comparaison de la France, pour ne pas la nommer, les retraites monégasques sont bien meilleures. Cela est dû au système de calcul, aux points acquis et non aux trimestres effectués. La valeur du point, l’absence de dégrèvements, certains accords ponctuels avec des complémentaires françaises, font que les retraites de carrières Monégasques sont de 30 % supérieures à celles versées en France, plus dans certains cas. Cela coûte cher, très cher et trop cher pour le patronat, mais cela rapporte également. Il faut bien voir que cet avantage s’ajoutant à d’autres,

est un puissant incitateur à venir travailler à Monaco ou a faire carcarrière en Principauté. Dans un pays qui veut fonder son avenir sur la particirichesse humaine et l’intelligence, ce n’est pas rien. Le régime participe donc au dynamisme économique et à l’attrait du bassin d’emploi monégasque. Il faut donc tout faire pour garder un différentiel positif, car qui paye tra les retraites sinon les salariés… et qui sans avantage, viendrait travailler à Monaco ? Mais une fois que l’on a dit cela on n’a rien réglé.Il parait inévitable un jour ou l’autre de faire évoluer le système. Tout le monde est d’accord là dessus. Mais le très compréhensif «le plus tard possible monsieur le bourreau», pourrait ressembler à la politique de l’autruche. A Monaco comme ailleurs, l’allongement de la durée de la vie déséquilibre au fil des ans les rapports actifs- pensionnés. Il est indiscutable que les chiffres des deux dernières années indiquent une dégradation financière qui, acceptable aujourd’hui, ne serait pas redresse tenable sur la durée. On peut espérer, avec la reprise, un redresserai ment, c’est l’espoir des syndicats. Qui ne peut souhaiter qu’ils aient raison ? Mais pour le moment, on en arrive objectivement aux chiffres qui doivent conduire mécaniquement à une réforme .C’est objectivement le moment de réfléchir pour agir avant que cela ne devienne trop douloureux, étudier toutes les pistes, prendre tous les avis et ne rien décider qui ne soit ni accepté, ni injuste. C’est d’ailleurs ce qu’avait décidé à l’unanimité, le Comité de Contrôle de la C.A.R., le 22 juin 2009, avec l’accord de la délégation des salariés, où l’Union des Syndicats est majoritairement représentée. Le Comité avait entériné que lorsqu’un des seuils d’alerte serait franchi, il faudrait prendre des mesures de protection du régime. Or, un des seuils (l’utilisation de plus de 40% des intérêts du fonds de réserve de la C.A.R. pour combler le déficit du régime), va largement être dépassé en 2010… Le Gouvernement ne fait donc qu’appliquer cette décision unanime. Stéphane Valeri applique depuis son arrivée au gouvernement une méthode que nous avons qualifiée de déminage et qui se révèle pour le moment efficace. La reprise du dialogue social en général, est en effet la condition nécessaire de la préparation d’un dialogue spécifique sur les retraites. Il ne sera pas facile certes de rapprocher les positions. Mais le moment est venu de se préparer à une retraite conciliant la paix sociale et l’intérêt économique. Quand le jour viendra, ce sera possible à Monaco, avec un modèle qui parait impossible ailleurs : une réforme choisie et non une réforme subie. (P.Z.) Photo © DR

LE POINT


La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial Monaco doit-il aussi battre en “retraite” ?

Octobre 2010

INTERVIEW • Le Conseiller de Gouvernement pour les Affaires Sociales et la Santé Stéphane Valeri

Monaco doit-il aussi battre en “retraite” ?

“Nous allons poursuivre concerta le dialogue et la concertation” PAR PATRICE ZEHR Photo © CdP

DOSSIER

4

STEPHANE VALERI STEPHANE

Conseiller de Gouvernement pour les Affaires Sociales et la Santé ■ Monsieur le conseiller, le système des retraites à Monaco est considéré comme très totale-favorable à ceux qui ont fait leur carrière totale com-ment ou majoritairement à Monaco, on com dʼéventuels prend donc les inquiétudes devant d ʼʼéventuels éventuels changements de ce régime. Ces changements vous paraissent ils inévitables ? Sont-ils urgents ? Stéphane Valeri : “Nous sommes confrontés à deux visions radicalement opposées sur lʼévolution du système de retraites monégasque. Selon la Fédération Patronale Monégasque (F.P.M.) et la Direction des Caisses Sociales, le régime est structurellement déficitaire. Pour lʼUnion des Syndicats de Monaco (U.S.M.) et lʼUnion des Retraités (U.R.M.), au contraire, le déficit est seulement conjoncturel et le système sʼéquilibrera après la sortie de crise. Les perspectives, cʼest un débat sans fin, qui ne mettra personne dʼaccord, puisque, par définition, le futur comporte des inconnus comme le taux de croissance économique. Il vaut donc mieux regarder les faits. Or, les chiffres sont préoccupants. Jugez par vousmême. Pour lʼexercice 2008-2009 (lʼannée allant du 1er octobre au 30 septembre), le résultat de lʼactivité principale était pour la première fois déficitaire de 8,7 millions dʼeuros. Les prévisions pour lʼexercice 2009-2010, qui datent de fin juillet, montrent que ce déficit sʼaggrave. On passe à -12,7 millions dʼeuros. Et les perspectives pour 2010-2011 confirment cette tendance à la dégradation avec une prévision de pertes de plus de 16 millions dʼeuros. Il est donc nécessaire et inévitable de débuter dès à présent une large concertation sur les mesures à envisager pour préserver notre régime de retraites par répartition, auquel le Gouvernement Princier est très attaché, parce quʼil est le plus juste. Il serait en effet irresponsable de distribuer des droits aux futurs retraités, sans sʼassurer que le système sera en mesure dans le futur de les assumer”.

mena ■ Les pistes pour sauver des retraites menacées par lʼallongement lʼallongement allongement de la vie et lʼexplosion llʼexplosion démographiques des non actifs sont connues et oscillent entre augmentations des cotisations ou baisses des pensions… Vers quoi voulezvous orienter la réflexion des partenaires sociaux ? dʼhypothèses différentes SV : “Si on peut discuter dʼhypothèses lʼéconomie concernant le taux de croissance de lʼéconomie person monégasque dans les prochaines années, personllʼaugne de bonne foi ne peut, en revanche, nier lʼauglʼespérance de vie qui, actuellement mentation de lʼespérance dʼun trimestre chaque année. en Europe, progresse dʼun Ainsi, le nombre de retraités augmente beaucoup dʼactifs et donc le ratio plus vite que le nombre dʼactifs actifs/retraités se détériore en Principauté, comme partout dans les pays développés. Pour préserver notre régime de retraites et assurer le paiement des para pensions aux générations futures, plusieurs paradʼêtre activés et les avis mètres sont susceptibles dʼêtre lʼaugmentation sont partagés. Certains sont pour lʼaugmentation dʼautres évoquent la des cotisations patronales, dʼautres sala diminution de la valeur du point acquis par les salaDʼautres encore parlent de demander un effort riés. Dʼautres aux retraités. Vous le voyez, le débat est ouvert. Ce que je peux vous affirmer solennellement au nom cʼest est que nous allons procéder à du Gouvernement, cʼest une large concertation de tous les partenaires concernés et que les décisions qui seront prises à llʼʼissue de celle-ci, seront justes, sociales et équiliéquili lʼissue faibles” brées. Elles protègeront les plus faibles”. ■ On rend hommage à votre méthode de démidémi nage par le dialogue avant toute décision. Cette méthode depuis quelques jours est mise en cause par les syndicats, qui vous reprochent des commentaires dans la presse et des prises de positions. On parle de passage en force, de confiance trahie, d dʼalignement dʼ alignement sur le patronat… que répondez-vous à ces accusations ? SV : “Le Gouvernement a démontré depuis plusieurs mois sa volonté de dialogue et d dʼécoute, ʼécoute, puisque jjʼai ʼai organisé une dizaine de réunions avec la F.P.M. et llʼU.S.M., ʼU.S.M., pour le moment bipartites, sur tous les sujets qu quʼils ʼils ont souhaité aborder. Nous avons traité avec autant de respect les deux partenaires sociaux et appelé chacun dʼentre d ʼentre eux à plus d dʼécoute ʼécoute vis-à-vis des attentes de lʼautre. lʼautre. Mes prises de position récentes dans la presse étaient connues depuis plusieurs semaines des partenaires sociaux. Tout dʼabord, dʼabord, lʼorganisation lʼorganisation d dʼune ʼune première réunion tripartite sur un thème pourpour tant cher à lʼU.S.M. lʼU.S.M. : la lutte contre le travail dissimulé. Ensuite, lʼapplication lʼapplication dʼune dʼune déci déci-sion du 22 juin 2009 du Comité de Contrôle de la C.A.R., prise à lʼunanimité lʼunanimité et donc avec lʼaccord lʼaccord des représentants de lʼU.S.M. lʼU.S.M. : engaenga ger une large concertation de tous les parteparte naires sociaux pour décider de mesures de protection du régime des retraites lorsque lʼun llʼun des seuils dʼalerte dʼalerte serait franchi. Et nous savons désormais que ce sera le cas pour lʼexercice lʼexercice 2009-2010. Je ne vois donc pas où est le passage en force dont parle à tort lʼU.S.M. lʼU.S.M. Enfin, jʼai jʼai annoncé au nom du Gouvernement, comme le demandait lʼU.S.M., lʼU.S.M., la prochaine modernisation de la loi sur les syndicats, la garantie dʼune dʼune totale indépendance de lʼInspection lʼInspection du Travail et le renforcement de la concertation entre cette dernière et lʼU.S.M. lʼU.S.M. Surtout, jʼai jʼai estimé quʼil quʼil semblait impossible, dans un Etat moderne, de ne pas exiger la motivation des licencielicencie

ments, même sʼil sʼilil faut maintenir de la souplesse pour les chefs dʼentreprise dans la gestion des ressources d humaines. Je ne vois pas là, contrairement à lʼasserl tion de lʼU.S.M., lʼU.S.M., un alignement sur les positions du patronat ! Certes, le Gouvernement a également réafréaf firmé sa volonté de maintenir la compétitivité des n entreprises en nʼalourdissant pas leurs charges, sauf impérieuse nécessité. Cet objectif est fondamental lʼavenir de la Principauté, car ce nʼest n pour lʼavenir quʼà cette prospé condition que notre pays pourra maintenir sa prospépoli rité, créer de nouveaux emplois et financer sa politique sociale avancée. Le Gouvernement respecte qu a toujours affirmés. Il donc les engagements quʼil l prendra à lʼissue de la période de concertation, des l décisions équilibrées, dans lʼintérêt général de la écono Principauté, qui concilieront développement éconoL mique et droits des salariés. Lʼimmense majorité des dʼentreprise et des salariés de ce pays sʼy d s chefs dʼentreprise reconnaîtront. Je constate, à regret, que les récentes l déclarations de lʼU.S.M. sont totalement partisanes. Elles sont alignées sur les positions les plus dures. Je ne vais pas pour autant changer ma méthode de l concertation, dans laquelle lʼU.S.M., si elle le souhaite, a toujours sa place”. ■ Etes-vous malgré tout optimiste pour un dia dialogue “à la Monégasque” devant déboucher sur des mesures de protections du régime en llʼadaptant ʼadaptant adaptant aux réalités ou craignez-vous mainte maintenant un blocage pour simplifier idéologique “à la Française” ? SV : “Comme je viens de vous le dire, le Gouvernement va persévérer dans le dialogue, en lançant dans les prochains mois une vaste concer concertation concernant llʼélaboration de mesures de protection pour notre régime de retraites par répartition. A llʼissue ʼissue de ce processus, les décisions qui seront prises, parce qu quʼelles seront justes, sociales et équilibrées, et qu quʼelles dépasseront les positions partisanes et idéologiques, seront comprises, jjʼen suis persuadé, par llʼimmense majorité des retraités, des salariés et des employeurs. C Cʼest bien là lʼessentiel”.


La Principauté

Dossier Spécial Monaco doit-il aussi battre en “retraite” ?

Octobre 2010

5

FEDERATION PATRONALE MONEGASQUE (FPM)

“Il faut un effort commun des forces sociales sociales” PHILIPPE ORTELLI Président de la F.P.M.

peu. Bel égoïsme intergénérationnel ! Le régime est déjà déficitaire cette année de 12,7 millions d’eud’eu ros et les prévisions sont de moins 16,2 millions d’euros pour 2011”.

DOSSIER

■ La France modifie son régime de retraite pour, ■ Monaco est le plus grand bassin d'emplois à l'est de Marseille. Quelque 45.000 sala salaselon le gouvernement français, en assurer la riés franchissent la frontière tous les jours pour venir travailler en Principauté. pérennité. Le régime de retraite monégasque, diffédiffé Comment tenir compte - et faut-il tenir compte - de cette particularité dans une évenrent du régime français, est-il également menacé ? tuelle réforme du régime de retraites monégasque ? Faut-il le réformer ? PO : “120 nationalités différentes se côtoient et créent de la richesse en Principauté, parmi lesPhilippe Ortelli : “A “ Monaco, les cotisations retraite versées quelles 30 000 français et 6000 italiens. Notre future réforme ne pourra pas tenir compte de cette par les actifs et par leurs employeurs sont utilisées pour spécificité car à Monaco, notre système de calcul des retraites est différent de celui de la France. financer les retraites. C’est Nous avons ici un système par points plus avantageux que un contrat entre les généradans le pays voisin. A Monaco, à carrières identiques et à tions. Chaque génération durée de cotisations égales, une retraite de base est au moins d'actifs admet sa dette vis-àde 30% supérieure à la France, 50% pour les salariés non vis de la génération précéprécé placadres, et jusqu’à 80% pour les cadres. Pourquoi, car le pla dente, avant de profiter à son tour du paiement de sa retraite par la fond mensuel est beaucoup plus haut (4128 euros à Monaco génération suivante. La C.A.R. fonctionne selon un système de réparau lieu de 2885 euros en France), ce qui permet d’acquérir tition par points. Le montant de la retraite de base est équivalent au plus de droits à retraite”. nombre de points acquis par le salarié au cours de sa carrière (si celleci est supérieure à 10 ans), multiplié par une valeur de points. Au 1er ■ Dans le cadre de la réflexion menée sur une possible octobre 2009, la valeur du point est de 17,20 euros. Chaque mois, les réforme du régime monégasque de retraite, la FPM a-tcotisations des actifs financent les pensions versées aux retraités. Or, elle des propositions à faire ? Faut-il agir vite (quelle avec l’augmentation de plus de 15 ans de l’espérance de vie ces 60 urgence) ? Et selon vous, dans quel sens ? dernières années, le nombre d’actifs baisse par rapport au nombre de Le graphique concernant le déficit annuel du régime selon la FPM PO : “A Monaco comme en France, la question des retraites retraités, ce qui menace l’équilibre de notre régime. Nous en sommes est un problème de société. Pour avancer, il faut dépasser le à peine à 1.4 actifs pour un retraité contre plus de 4 il y a 20 ans ! De plus et surtout, notre système débat idéologique et accepter la réalité des faits. Pour redresser la barre, des mesures doivent a été créé sur les bases d’espérance de vie de 1945 ! La valeur du point a été calculée pour payer une être prises. Plus tôt la réforme sera réalisée, plus elle sera tolérable pour tous. Plusieurs pararetraite pendant à peine 5 ans entre 65 et 70 ans. Aujourd’hui, nous utilisons la même valeur et les mètres sont envisageables. Nous ne sommes pas favorables à un allongement de la durée de même taux de cotisations pour payer pendant en moyenne 17 ans ! Financièrement, ce n’est mathé- cotisation. Pour sortir de l’impasse, les entreprises sont disposées à cotiser plus, mais elles soumatiquement pas possible de continuer comme cela ! C’est seulement grâce à la croissance de l’acti- haitent un effort équitablement réparti entre les entreprises, les salariés et les retraités. Chaque vité que le système a fonctionné en attribuant des points qui pourraient se révéler des assignats dans part du geste consenti doit être quantifiable pour être compris et accepté par tous. Notre 20 ans ! Ces points sont basés sur l’idée qu’il y aura dans 20 ans à Monaco suffisamment d’entre- Fédération a d’ailleurs proposé un effort tripartite, refusé à ce jour par les retraités, qui sont prises pour payer 3 fois plus de cotisations qu’aujourd’hui ! Même si ici le recul de l’âge légal du départ ceux qui aujourd’hui profitent un maximum du système, s’étant engagés à cotiser avec une à la retraite n’est pas à l’ordre du jour, il n’en demeure pas moins urgent de réformer notre régime. espérance de vie de 72 ans, et vivant finalement jusqu’à 79 ans en partant 3 ans plus tôt à la Le problème de fond, bien que retardé dans le temps par rapport à la France, reste le même : il n’y retraite (62 ans moyen à Monaco). Nous avons aussi proposé de rapatrier à Monaco le régiaura plus assez d’argent dans les caisses pour payer les pensions d’ici 2030. Si rien n’est fait, nous me de retraite complémentaire ARCCO-AGIRC, car ses excédents pallieraient pour partie aux devrons baisser les pensions à cette date de plus de 30%, soit un tiers de moins. Evidemment les retrai- déficits de la C.A.R. Enfin, pour que l’effort ne les atteigne pas trop, nous sommes favorables à tés d'aujourd'hui n'ent ont rien à faire, ce qui se passera à cette date là ne les concernera plus ou une retraite minimale garantie pour les plus modestes.” (P.Y.R.)

PHILIPPE ORTELLI

UNION DES SYNDICATS DE MONACO (USM)

“Pas besoin de mesures urgentes de réforme réforme” MONIQUE FERRETE Secrétaire générale adjointe de lʼU.S.M.

■ La France réforme son système de retraite. Quelles consé conséquences pour Monaco ? Notamment pour les salariés à carrière mixte (cotisations pour partie en France et pour partie à Monaco) ? Monique Ferrete : “Sans rien modifier au système de retraite monégasque, les deux principales dispositions de la contre réforme française, c’est à dire l’ouverture aux droits à la retraite à 62 ans au lieu de 60 ans ainsi que l’allongement de la durée de cotisations pour bénéficier d’une retraite sans abattement, si elles se confirment en l’état, pénaliseront les salariés de Monaco dans leur grande majorité. En effet, 90 % d’entre eux ont une carrière mixte. Aussi, les salariés ayant effectué une partie de leur activité en France et une partie à Monaco pourront toujours prétendre à leur retraite à 60 ans pour la partie monégasque. Par contre, pour la partie française, ils ne pourront faire liquider leur pension qu’à 62 ans, voire plus pour ceux n’ayant pas suffisamment d’années de cotisations. Financièrement, la part de la retraite monégasque à elle seule, ne pourra donc pas permettre aux salariés de Monaco de cesser leur activité dès 60 ans. Seuls les salariés ayant effectué la totalité de leur carrière à Monaco pourront encore bénéficier de la pension de retraite de base à 60 ans. Et encore … car, qu’en est t-il de la retraite complémentaire ? Vraisemblablement, elle s’adaptera au système de base français et ne pourra, en conséquence, être liquidée qu’à 62 ans au mieux. Alors, oui, la réforme du système de retraite en France aura de graves conséquences sur les salariés et retraités français, mais également sur ceux de Monaco. Aussi, l’Union des Syndicats de Monaco a invité les salariés de Monaco disponibles, à participer à la manifestation du 23 Septembre en France”. ■ Quelles sont les différences entre les régimes de retraites français et monégasque ? Le régime monégasque est-il menacé à terme ? Faut-il le modifier ? MF : “L’avenir des systèmes de retraites, dans quelque pays que ce soit, est un choix de société. Et, au détriment des salariés et des retraités, l’option choisie par l’Union Européenne va dans le sens d’un retour sur cette conquête sociale majeure d’après guerre. Cela se traduit par la diminution de la part de la valeur ajoutée consacrée au salaire, et donc par l’appauvrissement des salariés et des retraités. Dans tous les autres pays européens, cette part du PIB a diminué considérablement depuis les années 80 accroissant du même coup la part des profits. Le pouvoir politique, mais surtout économique monégasque s’inscrit dans ce choix de société qui conduit à la mise en danger des systèmes de retraite. A Monaco, 48 % seulement des richesses créées sont utilisées pour la satisfaction des besoins de la collectivité. C’est nette-

ment moins que la moyenne européenne. Or les moyens de financement du régime de retraite monégasque existent. Il faut seulement une volonté politique de prendre l’argent dans la bonne poche et de relan relancer une économie basée sur le développement de l’emploi producteur de richesses et une bonne politique des salaires. La non application de la loi sur les salaires a entrainé un manque de ressources en cotisa cotisations sociales à la CAR de près de 50 millions d’euros sur 12 ans. Le système de retraite monégasque dans sa structure actuelle est un régi régime tout à fait viable. La crise économique de l’année passée est un prétexte supplémentaire pour engager les salariés et les retraités à accep accepter la réforme du système de retraite dangereuse pour l’avenir”.

■ Dans le cadre de la réflexion menée sur une éventuelle réforme du régime de retraite monégasque, l’USM a t-elle des propositions à faire ? Faut-il agir vite (quelle urgence) ? Et dans quel sens selon vous ? MF : “L’Union des Syndicats de Monaco ne s’inscrit pas dans une réflexion sur une éventuelle réforme du régime de retraite monégasque. Ainsi que nous l’avons déjà affirmé, nous sommes convaincus de la pérennité du régime de retraite monégasque dans sa structure de fonctionnement actuelle, dans la mesure où la volonté économique est de maintenir une progression réelle des effectifs cotisants aux caisses ainsi qu’une croissance de salaire régulière et conséquente. Les prévisions catastrophistes annoncées depuis les années 2000 n’ont toujours pas été avérées. Malgré des écarts enregistrés entre les cotisations et les prestations versés déséquilibrant ponctuellement quelques exercices de la Caisse Autonome des Retraites, les produits du Fonds de réserve utilisés en partie seulement ont permis de faire face à cette situation tout en versant encore dans ce fonds plusieurs millions d’euros d’excédents (4,7 millions pour l’exercice 2009 –2010). Il n’y a donc aucune raison de prendre des mesures urgentes pour réformer ce régime. L’Union des Syndicats et l’Union des Retraités de Monaco ont cependant proposé aux autorités des dispositions à prendre dans le cas où la situation de déséquilibre serait constatée au cours de plusieurs exercices. A savoir : l’utilisation des produits du fonds de réserve, puis l’utilisation d’une partie du fonds de réserve lui même (créé à cet effet et estimé aujourd’hui à 7 années de pension), et enfin, le versement, par le patronat, d’une cotisation non génératrice de points de retraite. En tout état de cause, il n’est pas envisageable que les salariés et les retraités soient pénalisés par des mesures réductrices de droit. L’Union des Syndicats et l’Union des Retraités ont d’ailleurs demandé une revalorisation du point de retraite de 2 % au delà de l’indice INSEE. En effet, la valeur du point de retraite n’a plus progressé depuis 2008. Cette revendication a été soutenue par plus de 7000 signatures de cartes pétitions déposées lors de la réunion du Comité de Contrôle (P.Y.R.) de la Caisse Autonomes des Retraites le 24 Septembre 2010”.

MONIQUE FERRETE


6 La Principauté

Octobre 2010

Politique & Société

INTERVIEW EXCLUSIVE XCLUSIVE • Le chef du gouvernement princier fait le point sur les dossiers les plus urgents

INTERVIEW

“On va renforcer l’

L

e nouveau Ministre dʼEtat Etat a imposé un style. Cʼest celui de la proximité réactive. On lʼa vu au contact des plagistes victimes dʼun fameux coup de tabac, de commerçants inquiets des changements circulatoires, désamorçant par un dialogue dʼurgence des conflits sociaux ou dépêchant son conseiller aux affaires sociales auprès de salariés ou retraités inquiets. Alors que circulent avec insistance des rumeurs de remaniement et que la reprise se confirme en une fin dʼannée qui va céder sa place à lʼannée du mariage Princier… nous avons interrogé Michel Roger sur sa vision des défis quʼil va devoir relever dans les prochains mois pour Monaco, le Prince Souverain et les Monégasques.

S.E. M. MICHEL ROGER Ministre dʼEtat

■ Monsieur le ministre les fiançailles du Prince Souverain sont bien sûr avant tout un événement privé. Le Gouvernement, comme la population, sʼassocie au bonheur du couple. Mais au-delà, ce mariage devrait être également un atout majeur pour lʼimage de Monaco et même pour la relance économique de la Principauté. Michel Roger : “Le mariage de S.A.S. le Prince Souverain va, forcément, donner un coup de projecteur sur Son pays et ses acteurs, notamment économiques, il faut sʼen réjouir. Lʼactivité économique de Monaco, sa diversité, son attractivité, sont avant tout fondées sur la conjugaison de nombreux talents, alliés ou associés à des investissements publics importants et avisés, mais aussi à la présence dʼacteurs privés de qualité. Cʼest une des clés de la réussite du modèle monégasque. La crédibilité de Monaco repose sur la pertinence de cette politique de rayonnement. Le mariage de SAS le Prince contribuera, bien sûr, à renforcer la présence de la Principauté sur la scène internationale, et certainement, sur le plan économique. Mais cʼest avant tout un moment de bonheur personnel et familial, que S.A.S. le Prince Souverain et Mademoiselle Charlène Wittstock souhaitent partager avec la population”.

■ En attendant il faut tenir compte de la conjoncture, cʼest ce que vous faites dans la préparation du budget rectificatif avec un déficit maitrisé et réduit. Comment revenir à lʼéquilibre ? MR : “La conjoncture est plutôt en train de sʼaméliorer et la situation économique fin août 2010 est nettement meilleure quʼil y a un an. Cependant, comme je lʼai déjà dit, Monaco doit traverser cette période de crise internationale, et donc dʼincertitude, en maîtrisant ses dépenses publiques, certes, mais aussi en adoptant une approche résolument prospective pour retrouver une croissance dynamique et responsable. Cʼest le sens du projet de budget rectificatif que le Gouvernement a élaboré : maîtriser le déficit, cela ne veut pas dire « tout arrêter », mais plutôt « faire des choix » et préparer le futur.. Cʼest avec cette approche que le Gouvernement présente une estimation de déficit ramené de 105 à 93.8 millions dʼEuros. Un chiffre auquel on peut encore soustraire les 27 millions correspondant au rachat dʼun terrain au Fonds de réserve constitutionnel. Mieux, nos prévisions, après exécution budgétaire, nous placent en deçà de la barre des 50 millions de déficit. Cʼest une perspective raisonnablement envisageable et qui correspond à nos objectifs”. ■ Question traditionnelle : où en est le fonds de réserve, comment lʼoptimiser et lʼutiliser ? MR : “Le Fonds de Réserve Constitutionnel est de 4

PAR PATRICE ZEHR

Milliards dʼEuros, soit lʼéquivalent dʼenviron quatre à cinq ans de dépenses budgétaires totales, en progression de 15 % sur les cinq dernières années. Le portefeuille de valeurs mobilières représente environ 50 % du Fonds de Réserve Constitutionnel. Le risque qui y est associé doit sʼanalyser par rapport à une contrainte de temps. En effet, à très long terme les actifs risqués, volatils, ont une performance supérieure. Ceci est normal puisque le risque doit être rémunéré. Dans la mesure où Monaco nʼa pas un besoin prévisible des sommes placées, il est un investisseur de très long terme et peut se permettre de doter son portefeuille dʼactifs risqués. Toutefois, lʼEtat doit aussi, dʼune façon générale, faire preuve dʼune grande prudence car il sʼagit de gérer au mieux les acquis de nombreuses années de gestion avisée des finances publiques. Cʼest ce quʼil a été décidé de faire avec la nouvelle gestion mise en place en 2009 qui doit permettre de profiter de la performance générée par certains actifs en évitant des écarts négatifs trop importants. En 2008/2009, il a donc été décidé dʼoptimiser en ce sens la performance de ce portefeuille financier en diversifiant : - les actifs : augmentation de la part actions, les investissements de dette des pays émergents, les matières premières, - et les types de gestion : un montant important du FRC est dédié à une gestion passive, le rôle du gérant étant de suivre le « budget de risque » et non dʼanticiper les performances des marchés à venir. Cette orientation a été approuvée par les élus au sein de la Commission de Placement des Fonds. Aujourdʼhui, la performance enregistrée par les titres de placement par rapport au 1er janvier de lʼannée est de + 1,18 %, à comparer à lʼévolution des marchés des actions CAC 40 qui est de - 4,42 % et de lʼEUROSTOCKS qui est de - 6,46 %. Au demeurant, le risque associé à notre portefeuille est bien inférieur au risque actions associé à ces indicateurs. • Lʼutilisation du Fonds est clairement définie par les textes (Ordonnance Souveraine du 29 février 1968). Les produits sont constitués de lʼexcédent des recettes éventuellement constaté après la clôture du budget et les produits de la gestion financière, immobilière… Les dépenses sont constituées de lʼexcédent de dépenses éventuellement constaté après la clôture du budget et les charges de gestion financière, immobilière… Le Fonds de Réserve Constitutionnel nʼa pas vocation à servir à des investissements de lʼEtat et, si tel a été le cas par le passé pour des raisons budgétaires pour certaines opérations dʼenvergure, le Gouvernement, conformément à lʼengagement pris auprès de la Haute Assemblée, va progressivement procéder au rachat par le Budget de lʼEtat des opérations de ce type”. ■ La relance par le bâtiment doit déboucher sur une relance du secteur immobilier. Ce secteur paraît en panne ? Construire des appartements comme à la Tour Odéon cʼest bien, les vendre cʼest mieux - faut-il revoir les droits de mutations, les prix du marché et la répartition on shore - off shore ? MR : “Pour être le plus direct possible, je vous dirais que nous nʼavons pas dʼinquiétude concernant la commercialisation immobilière de la Tour Odéon, ni sur sa réalisation dʼailleurs. Mais ce qui importe, tout dʼabord, cʼest de faire de la prospective économique pour attirer des investisseurs à Monaco : le dynamisme de notre secteur immobilier est étroitement lié à notre attractivité et à la qualité de lʼaccueil que nous pouvons réserver à

ceux qui souhaitent investir en Principauté. En ce sens, jjʼai ʼai sou sou-haité qu quʼun quʼ un groupe de travail, sous llʼégide ʼégide de Monsieur André GARINO, formule recommanda des recommandations pragmatiques llʼlʼat ʼʼat atatpour « renforcer lʼattractivité de Monaco et augmenter sa capacité à dégager des recettes ».Le » Gouvernement annoncera prochaiprochai nement des mesures concrètes sur les axes suivants : main maintenir une économie diversifiée, mieux accueillir les entreentre preneurs résidents, moderniser notre droit économique, développer le onshore et attirer une nouvelle clientèle pour notre place financière”. ■ Sur les chantiers - le pragmatisme llʼemporte, ʼemporte, llʼhôpital ʼhôpital comme Fontvieille 2. Peut-on parler dʼambid ambi cependant dʼambitions à la baisse ? justeMR : “Concernant llʼhôpital ʼhôpital tout d dʼabord, ʼabord, ccʼest ʼest juste ment pour maintenir une très haute qualité de soins monéaux résidents de la Principauté et du bassin moné gasque que le futur hôpital va être redimensionné : le projet doit correspondre aux besoins de santé de notre population et pas davantage. Ce n nʼest ʼest pas la taille dʼun dʼun projet qui en fait sa qualité. Des pôles de référence de très haut niveau sont confirmés dans ce futur établissement. Les ratios de personnels seront maintenus et le nouvel hôpital sera doté d dʼun ʼun un plateau technique dʼexcellence. dʼexcellence. La recherche y sera développée comme en témoigne déjà llʼeffort ʼeffort important consenti dès 2011 pour renforrenfor cer le Centre Scientifique de Monaco”. ■ Cʼest Cʼest est la rentrée - où en est la restauration du dialogue social ? MR : “Le dialogue social est au cœur des priorités du Gouvernement M. Stéphane Valeri et son équipe ssʼy sont attelés avec comme approche de privilégier la concertation et llʼécoute. ʼécoute. Une dizaine de rencontres bilatérales avec les délégations patronales et syndi syndicales a déjà eu lieu, qui ont permis au Gouvernement de mieux appréhender les positions précises des par partenaires sociaux. Il faut poursuivre les échanges et passer maintenant à une autre phase, celle des réunions tripartites sur des questions sectorielles, pour que chacun puisse expri exprimer son opinion et que des décisions soient prises. La première de ces réunions aura lieu courant octobre sur le travail dissimulé. Je peux d dʼailleurs ʼailleurs vous assurer que, dans ce contexte, le Gouvernement conservera une approche ouverte, afin que la ligne adoptée puisse permettre à tous de se tourner vers llʼavenir ʼavenir avec sérénité et modernité”.


Politique & Société

Octobre 2010

La Principauté

et nous présente sa vision des défis qu’il va devoir relever dans les prochains mois pour Monaco, le Prince Souverain et lesMonégasques

l’attractivité de Monaco” ■ Sur le dossier des retraites, que peut-on dire ? MR : “Les faits sont là : Monaco doit assurer lʼavenir de son système des retraites et le protéger en prenant en compte lʼévolution des clignotants dʼalerte définis par le Comité de Contrôle des Caisses Sociales et, plus simplement, lʼévolution démographique de sa population. Le Gouvernement devra certainement engager une concertation avec ses partenaires sur ce dossier, mais lʼobjectif est dʼassurer le maintien du système de retraite par répartition et toute évolution future sera juste, sociale et équilibrée. Notre principale préoccupation est je le répète de protéger notre régime de retraites”. ■ Enfin il y a la modernisation du pays, de lʼadministration, de sa législation et son positionnement internationalquelles sont vos projets dans ces domaines ?

MR : “Les projets du Gouvernement ssʼinscrivent ʼinscrivent fidè fidè-lement dans les orientations fixées par le Prince Souverain dans la feuille de route quʼIl mʼa donnée le 2 juillet dernier. Nous allons prendre tout une série de mesures afin de préserver et renforcer lʼattractivité du pays, afin de permettre une croissance dynamique et responsable. Nous allons également poursuivre nos efforts dans des domaines tels que la sécurité, lʼéducation ou la santé dans lesquels Monaco dispose de nombreux atout mais dans lesquels aussi nous devons demeurer attractifs et imaginatifs. Nous allons aussi faire un grand effort pour moderniser notre droit des affaires et des sociétés. Concernant le positionnement international, il me semble que le rayonnement de Monaco à lʼinternational passe par une politique étrangère ambitieuse, non seulement par notre action dans de grandes organisations internationales, mais aussi par le développement de notre réseau diplomatique et consulaire et par la montée en puissance de notre politique de coopération au développement. Cela passe aussi par une communication ambitieuse et qui soit le reflet de ce que nous sommes vraiment. Nous en reparlerons dans le courant du mois de Novembre, lors de la Fête nationale. Sur ce dernier point notamment, S.A.S. le Prince Souverain annonçait lors du Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement au siège des Nations Unies le 20 septembre lʼengagement de Monaco «à mener une politique de coopération internationale au développement axée sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement. LʼAide Publique au Développement Monégasque atteindra ainsi lʼobjectif des 0,7 % du RNB en 2015, permettant à la Principauté de Monaco de rejoindre le cercle des pays les plus solidaires». Pour le reste, nous disposons notamment de deux atouts majeurs : lʼenthousiasme tout dʼabord, car, comme lʼa dit S.A.S. le Prince Souverain le jour de Son avènement « La clef du développement dʼun

pays, ccʼest, ʼest, à partir de ses forces et de ses fai ʼest, fai-blesses, de savoir se projeter dans lʼavenir pour imaginer toutes les actions nécessaires à lʼobtention du but recherché » ; Et la flexibilité et la forte réactivité de notre Administration, qui, bien quʼelle soit petite, nʼen est pas moins efficace, et où lʼEtat de droit est un objectif permanent. Bien entendu, lʼadministration doit continuer à se moderniser. Dans ce sens, le Gouvernement privilégiera une méthode de travail fondée sur le dialogue et la confiance avec le Conseil National, sur les projets de textes prioritaires, à commencer par celui sur le commerce électronique”. ■ La crise financière et immobilière mondiale concerne deux fondamentaux de la prospérité traditionelle de Monaco- y a-t-il d'autres mines de prospérité à exploiter rapidement ? MR : “Comme je vous le disais précédemment, les pistes de prospective économique sont nombreuses, qui ne nécessitent pas que Monaco renonce à la recette de son succès jusquʼà présent. Ce quʼil faut, cʼest être encore plus créatif et qualitatif dans tous les secteurs : il faut viser lʼexcellence et proposer des produits, financiers ou de consommation, qui soient toujours plus performants pour séduire les investisseurs et se positionner comme un pôle leader. ■ Monsieur le Ministre dʼEtat, êtes-vous optimiste pour lʼavenir de Monaco malgré le contexte international toujours difficile notamment en Europe… MR : “Je suis dʼun naturel optimiste, cʼest un fait. Mais je dirais volontiers que cet optimisme est renforcé par la qualité des atouts de Monaco, et notamment par le talent, la compétitivité et la dynamique des habitants de Monaco, que je découvre chaque jour un peu plus et qui me donnent confiance. Le Gouvernement prendra toute sa part à ce projet dʼavenir que nous partageons tous”.

COMITE DIRECTEUR UP

A. Poyard-Vatrican : “Nous voilà réunis derrière nos valeurs” nne Poyard Vatrican, présidente de l’UP, formation majoritaire du A Conseil National, se veut sereine après le comité directeur du 23 septembre dernier qui s’est achevé par un vote à l’unanimité derriè-

re les valeurs et la méthode de l’UP. Elle avait décidé de centrer les discussions sur certains principes fondateurs partagés par tous. C’était pour elle indispensable pour colmater les fissures qui se dessinaient entre certains élus et la base. ■ Sur quoi est-on tombé d’accord à l’issue de la réunion du comité directeur de l’UP du 23 septembre ? Anne Poyard-Vatrican : “Tout d’abord, sur le principe d’Union autour des valeurs, des principes et d’un programme. L’UP est composée de différentes personnalités, c’est ce qui fait sa richesse mais l’UP a surtout vocation à s’ouvrir sur d’autres formations. Il en va de l’intérêt supérieur du pays d’agréger les bonnes volontés et le travail de tous, mais l’UP seule ne gagnera pas, l’UP doit être le phare d’une tendance majoritaire aux antipodes d’un parti unique, comme ce fut le cas en 2003 puis en 2008. Deuxième valeur fondamentale, l’écoute des monégasques tout au long du mandat. C’est dans l’échange et la parole que nous continuerons de progresser et de convaincre. L’UP doit rester réceptive aux messages et aux attentes de la population et l’UP tout comme les élus évidemment ne doivent pas s’enfermer dans leur tour d’ivoire comme ce fut reproché à l’époque à l’UND. Troisième valeur, ne pas transiger sur la progression du programme approuvé par les monégasques selon une méthode qui a fait ses preuves. Il s’agit de poursuivre l’évolution sereine clé du succès. On touche aussi donc à la méthode. L’évolution sereine, c’est le choix de la modernité dans la modération pour respecter la réalité sociologique de Monaco et avancer selon un rythme juste. La méthode, c’est aussi le respect des militants qui élisent le comité directeur chaque année à l’occasion de l’Assemblée Générale, qui élit lui même son Président, ou Présidente comme ce fut le cas pour moi à l’unanimité en mars dernier. Mais ce sont également les militants qui élisent lors de primaires, les candidats aux élections nationales dans un processus démocratique qui sera naturellement appliqué pour les élections de 2013. Un autre point important a été adopté, c’est celui de l’héritage. En effet il faut être respectueux de ses origines et de ses combats menés depuis la création de l’UP en 2001par son père fondateur Stéphane Valeri, dont comble du paradoxe, Laurent Nouvion reconnaît la valeur aujourd’hui, après l’avoir traité de chef de secte ! La fierté d’un passé com-

Photo © CdP

mun et d’un bilan doit nous donner non seulement l’énergie de réaliser le programme mais aussi la force au sein du parti, de proposer et de construi construire l’avenir pour la mandature 2013-2018. Ainsi donc, n’en déplaise à cer certains, nous voilà réunis derrière nos valeurs le Président du Conseil National Jean-François Robillon et moi même, forts de l’unanimité du comité direc directeur avec un parti qui se porte garant du respect de ses valeurs fondatrices”.

Le risque d’éclatement a donc été écarté et le retour aux fondamentaux devrait rassurer les électeurs. C’est en tout cas ce qui ressort des décla déclarations d’Anne Poyard-Vatrican. Est-ce à dire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes de l’UP possible ? Personne bien sur ne peut l’affirmer, ni même le croire. Quand on recoupe plusieurs senti sentiments, on sent bien que le test sera le prochain rectificatif où chacun pouvant s’exprimer, on vérifiera la solidité des engagements du 23. L’unanimité doit être relativisée en raison de l’absence de poids lourds comme les conseillers Gardetto ou Bordero. Si le processus démocratique de désignation est accepté par tous, le président Robillon ne le considère certainement pas comme un désaveu de sa candidature jugée par certains, et par notre journal d’ailleurs, comme prématurée et ayant débouché sur un communiqué critique du bureau exécutif mis en cause par certains élus UP, membres du comité directeur. Il estime certainement que c’est un processus de confirmation qui pourrait déboucher sur la désignation du président élu par la majorité des élus, comme le candidat de cette majorité. Sur l’évolution sereine prenant en compte la réalité sociologique des monégasques, on pense bien sur à la diversité des approches sur la proposition de M. Gardetto contre le harcèlement et les discriminations. Certains craignent que la priorité nationale puisse être mise en cause par des principes généraux sur la discrimination et qu’au nom d’une idéologie « européiste » on porte atteinte aux intérêts des Monégasques et à l’identité du pays. Enfin la volonté, exprimée parfois ou inconsciente souvent, de se démarquer de l’époque Stéphane Valeri ou de l’homme lui-même, est, par rapport à ses deux victoires de 2003 et 2008 et à un bilan dont les électeurs ont crédité assez massivement le président Valeri, une erreur politique. Le retour aux fondamentaux dans le respect de la méthode et la fierté d’une fidélité au bilan, c’est la voie semble-t-il pour l’UP et ses élus, d’une nouvelle dynamique parlementaire pour une union rénovée dans la perspective de la future échéance électorale pour que Monaco progresse dans la modernité et la modération. Les optimismes diront que c’est ce qu’affirme clairement l’unité affichée du 23, les autres attendront un peu pour juger de sa solidité et des sincérités. (P.Z.)

COMITE DIRECTEUR UP

7


8 La Principauté

Economie & Finance

Octobre 2010

ASSEMBLEE GENERALE SBM • Chiffre d’affaires en baisse de 6 % et pas de dividendes pour l’exercice 2009-2010. Le Sporting d’Hiver sera-t-il démoli ?

“Notre activité principale reste toujours les jeux traditionnels” L

a SBM continuera à investir dans le secteur des jeux en ligne, mais çela ne se fera pas au détriment des secteurs traditionnels de la société. Ainsi le Président du Conseil dʼAdministration de la Société des Bains de Mer, Jean-Luc Biamonti a voulu rassurer ses actionnaires lors de lʼAssemblée Générale Ordinaire du 24 septembre dernier. La SBM ne distribuera pas de dividendes, ce quʼon pouvait imaginer car la crise est toujours là, mais elle continue sa politique dʼinvestissements. On attend bientôt le feu vert pour la construction de trois villas à côté du Sporting dʼEté, tandis que le Sporting dʼHiver sera probablement démoli - selon Jean-Luc Biamonti - pour faire place à des appartements haut de gamme et à une galerie commerciale qui hébergera des boutiques du luxe, en dépit des oppositions qui demeurent toujours à la réalisation de ce projet (voir encadré). Le président souhaite enfin parvenir à un accord avec les syndicats pour un statut unique du personnel du secteur des jeux : en bref, plus de flexibilité en échange dʼaugmentations salariales. ■ Lʻévolution rapide du secteur des jeux en ligne Jean-Luc Biamonti, avec à ses cotés le directeur général Bernard Lambert, a bien expliqué la situation actuelle du marché des jeux en ligne. Il sʼagit dʼun secteur en pleine expansion dont lʼévolution est difficilement prévisible et demande par conséquent beaucoup dʼattention. Cʼest un secteur où le risque est assez élevé mais aussi très rentable. Dʼailleurs on ne connaît aucune forme d'investissement capable dʼapporter des bénéfices importants sans à la fois ne présenter aucun risque… Dʼaprès Jean-Luc Biamonti, dans le marché global, il nʼy a plus de place sinon pour 4 ou 5 grandes sociétés spécialisées. «Mangas Gaming», dont la SBM est actionnaire à hauteur de 50 %, occupe actuellement une confortable 3ème place, tandis que les deux premières concurrentes sont en train de fusionner. Le chiffre dʼaffaires a fortement progressé : des 43 millions dʼeuros de fin 2008 on est passé à 285 millions fin 2009. La SBM est en train de consolider sa position à travers lʼacquisition de sociétés opérant dans ce secteur dans dʼautres pays européens, notamment en Grèce et Allemagne. Mais le président Biamonti a voulu surtout rassurer les actionnaires qui craignent un abandon progressif des jeux de table traditionnels pour libérer des ressources à investir sur les jeux dits virtuels. Le «core business»

PAR ROBERTO VOLPONI de la SBM reste et restera les jeux traditionnels et llʼhôtellerie. ʼhôtellerie.

Photo © SBM

■ Chiffres en baisse, investissements en hausse... Confrontée au ralentissement des activités du tourisme et des jeux, la société a donc décidé, de ne pas verser de dividendes pour son exercice 2009-2010 et dʼintensifier sa politique de maîtrise des dépenses. Pour l'exercice clos le 31 mars dernier, son résultat net est tombé à 1,1 million d'euros contre 40,6 millions d'euros un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a de son côté reculé de 6% à 374,1 millions d'euros contre 400 millions d'euros lors de l'exercice précédent. Le secteur des jeux accuse une baisse de 5% avec des recettes de 200,4 millions contre 210,7 millions l'année précédente. Si les jeux de table ont bien résisté, les machines automatiques ont en revanche, et pour la deuxième année consécutive, connu une baisse significative. Jean-Luc Biamonti a rappelé par ailleurs que cette année a vu la chance tourner du côté des joueurs qui ont gagné des jackpots considérables, ce qui ne devrait pas se reproduire tous les ans. Dans le secteur de l'hôtellerie, les établissements du groupe ont aussi subi les effets d'une conjoncture économique difficile, ce qui s'est traduit par une baisse de la fréquentation et un recul de 11% du chiffre d'affaires de l'activité : 154,8 millions d'euros contre 174,9 millions d'euros l'année précédente. Cette conjoncture difficile, en revanche, n'a pas empêché la SBM de poursuivre les investissements «nécessaires au maintien du niveau de qualité de son outil industriel». Il s'agit notamment des rénovations de l'hôtel Hermitage, de l'hôtel de Paris et du Monte-Carlo Beach, des ouvertures du Buddha Bar et de La Rascasse en avril prochain. ■ Trois villas et adieu au Sporting dʼHiver ? On nʼattend désormais que le dernier feu vert administratif pour donner le coup dʼenvoi aux travaux pour la construction de trois villas très haut de gamme dʼune superficie variable de 400 à 600 m2, situées juste à côté du Sporting dʼEté et du Jimmyʼz. Reste à voir qui achètera ces villas qui ne jouiront pas trop de calme et surtout de silence : ce seront – peut-être des riches qui ne dorment jamais, ou dʼaccros de la musique nocturne… A moins quʼil ne sʼagisse pas de

LA REACTION

“Les dés sont jetés, et les cartes distribuées ! Le Sporting d’Hiver sera rasé !” Photo © DR

MICHELE DITTLOT Conseiller National

insi en a décidé la SBM qui édifiera sur ses décombres –comme elle l’avait annoncé en “A 2008 – une somptueuse résidence hôtelière au-

dessus d’une non moins fastueuse galerie mar marchande qui rassemblera tous les commerces de luxe environnants. Vous avez dit protection du patrimoine ? Vous avez dit moratoire ? Oubliez tout ça ! Money is Money, voilà ce qui importe ! Et pourtant ! Tout pourrait se concilier avec de la bonne volonté et le désir de respecter notre passé. Il faut savoir que cet édifice, qui fut bâti en 1932 selon les plans de l’architecte Charles Letrosne, et inauguré lors d’un gala à Noël de la même année, est du pur style « art déco », qui s’inspire, rappelons-le, de l’architecture grecque. Son intérieur est indépendant des façades, ce qui permettrait de le démolir sans toucher aux murs extérieurs. De plus, s’il est vrai que l’intérieur ne recèle presque plus rien d’origine, l’escalier, sa rampe en fer forgé, le petit hall du premier étage et les lustres d’époque mériteraient un sort particulier. La Principauté de Monaco demeure un site unique au monde enrichi par des bâtiments d’époque 1900 – 1930 qu’elle recèle encore. Nous devons conserver ces témoignages de notre passé qui représentent un argument touristique extraordinaire pour notre cité. Ne renouvelons pas les erreurs du passé, comme la démolition totale de la plus vieille villa de Monaco, la villa « Auguste », qui datait de 1858. Préservons notre patrimoine, c’est une partie de notre richesse !”

LA REACTION NB : Charles Letrosne (1868-1939), architecte en chef des monuments civils et nationaux de France en supervisait toutes les restaurations. Il participa à la construction du Grand Palais à Paris pour l’exposition internationale de 1900. On lui doit aussi le siège social de la BNP Paribas, le rocher et la salle d’exposition du zoo de Vincennes

villas mais de véritables "bunkers" aveugles, car même des fenêtres à double vitrage (à ne jamais ouvrir les soirs dʼété et plus encore les week-ends !) ne seraient pas en mesure dʼamortir les puissants décibels provenant des immeubles voisins. En ce qui concerne le projet de démolition du Sporting dʼHiver, Jean-Luc Biamonti a affiché son optimisme : «Avec le Gouvernement nous allons dans la bonne direction», mais ceci sans mentionner aucune échéance. Cette «bonne direction» évoquée par le président de la SBM peut se traduire comme si le Gouvernement avait déjà décidé la démolition de llʼimmeuble. Pourtant, ce projet, on le sait, ne fait pas llʼunanimité : plusieurs élus et citoyens se sont exprimés pour la conservation de cet immeuble, pour sa valeur historique et architecturale (voir encadré). A ce propos, une proposition de loi du CN visant à la protection du patrimoine, aussi immobilier (dont le Sporting devrait faire partie) à été déposée en juin dernier et lʼon attend que le Gouvernement décide de la transformer en projet de loi. Faut-il interpréter lʼoptimisme affiché par M. Biamonti comme une décision déjà prise en coulisses ? Affaire à suivre… ■ Bientôt un statut unique pour le personnel des jeux “La SBM est la plus grande entreprise privée de Monaco, et elle a des devoirs. C'est elle qui emploie le plus grand nombre de salariés, et à ce titre, son rôle social ne lui permet pas de prendre les mesures de flexibilité qui diminueraient ses coûts", a dit JeanLuc Biamonti. Voilà des propos qui feront certainement plaisir au Conseiller de Gouvernement pour les Affaires Sociales, Stéphane Valeri. Cʼest ainsi que le président a envisagé lʼadoption dʼun statut unique pour le personnel des jeux. L'objectif clairement annoncé est de parvenir avec les syndicats «à une réduction de l'encadrement». La SBM demande donc plus de flexibilité de la part de ses employés du secteur des jeux pour pouvoir repositionner le personnel par rapport à la demande des différents jeux. En revanche, il y a la possibilité dʼavoir recours à des augmentations salariales et à la prise en charge des coûts de requalification professionnelle. Le président, confiant, pense parvenir bientôt à signer un accord : «Ces négociations sont actuellement assez avancées», déclarait-il.


La Principauté

Economie & Finance

Octobre 2010

SPORTEL 2010 • La 21ème édition du salon des professionnels du sport et de la télévision marque aussi le debut de “Monaco Igaming Exchanges”

Le pari en ligne est lancé Le défi est d’essayer de conquérir un marché en pleine expansion avec un énorme potentiel encore à exploiter PAR PIERRE-YVES

L

a 21ème édition de Sportel se tiendra du 11 au 14 octobre, au Grimaldi Forum. Ce rendezvous international – et désormais totalement incontournable – du sport, de la télévision et des nouveaux médias se doublera cette année dʼun tout nouveau salon : le Monaco Igaming Exchanges (*). Du 11 au 13 octobre, également au Grimaldi Forum. Cette manifestation s'articulera autour : D'un marché professionnel réunissant lʼensemble des acteurs des Jeux en Ligne : • Les opérateurs et futurs opérateurs des Jeux et Paris en Ligne • Les autorités de régulations des différents pays • Les fournisseurs des opérateurs : prestataires techniques, solutions de paiement, sociétés d'affiliation, de contenu, recruteurs, les sociétés de conseils, cabinets dʼavocats, investisseurs… Dʼun cycle de conférences sur les différentes thématiques des jeux en Ligne et de récompenses qui complèteront cet événement, les « iGaming Awards de Monaco ». Il faut dire que le marché des jeux et paris en ligne – devenu légal en France depuis quelques mois – est porteur.

■ Le marché français La France est un des tout premiers dʼEurope en terme de potentialité avec 30 millions de joueurs terrestres, et de chiffre dʼaffaires avec 37,5 milliards dʼeuros pour les jeux terrestres. Le marché français va bénéficier de lʼexplosion des jeux en ligne sur les téléphones mobiles. Aujourd'hui, 24 millions de téléphones mobiles Smartphones

PEOPLE VERT

Parker-Longoria, gala “par cœur” Photo © DR

e couple Parker organisait le 21 L septembre sa deuxième édition du “Par “Par Cœur C Gala” à Paris, une

soirée de collecte de fonds pour les jeunes filles des pays en voie de développement. L’association de Tony Parker et Eva Longoria a pour but de scolariser les enfants défavorisés. Ils mettent aussi à l’honneur l’association “Heroes” qui vient en aide aux enfants atteints d’une maladie mentale. Très touchée par le handicap de sa sœur, Eva Longoria s’investit pour ces personnes désavantagées. De nombreuses personnalités étaient présentes pour soutenir ce couple très généreux, notamment Bob Sinclar, la journaliste Tina Kieffer et présidente de l’association “Tous à l’Ecole” qui lutte pour la scolarisation des jeunes filles au Cambodge, Robert Pires, Nikos… Eva Longoria est décidément inépuisable pour aider les autres. En effet elle vient de prêter sa voix à un projet humanitaire d’urgence. Dans une vidéo que vient de publier l’association AHOMEIN-HAÏTI, l’actrice tire la sonnette d’alarme en incitant le plus grand nombre à agir rapidement pour HAÏTI. « Le tremblement de terre a laissé près d’un million de personnes sans abri. La saison des ouragans a commencé depuis quelques semaines à HAÏTI. Si nous ne faisons rien, des millions de gens vont mourir faute d’endroit pour se réfugier. Il est donc urgent de fournir des tentes pour mettre à l’abri toutes ces personnes. Vous pouvez faire quelque chose. Achetez des tentes pour sauver ces millions de personnes sans abri » Même si cela paraît éphémère c’est une des idées en attendant des solutions plus durables. En espérant que l’appel d’Eva Longoria soit entendu, le couple Parker poursuit son chemin en mettant chaque jour sa notoriété au service des plus démunis. (J.P.L.)

PEOPLE VERT

■ Retrouvez tous les mois les chroniques de JeanPhilippe Lucas sur NRJ 99.8

REICHENECKER

(iPhone) adaptés aux jeux en ligne vont permettre notamment de parier en direct. Enfin, les paris hippiques en ligne sont ouverts avec la fin du monopole du PMU. Le potentiel des parieurs sportifs est constitué des dizaines de millions dʼamateurs de sports. A moyen terme, le nombre de parieurs sportifs en ligne pourrait être de 2 ou 3 millions. Pour 2010, le chiffre dʼaffaires pourrait être de 1,1 milliard dʼeuros. Le marché du poker en ligne est en plein développement au niveau mondial. Les potentialités du marché français sont très élevées en terme de nombre de joueurs en 1,5 et 2 millions, mais la législation française va pénaliser le marché du poker en ligne avec : un taux de taxation élevé, des joueurs qui ne peuvent jouer quʼen .fr, entre français et le type de variantes de poker limitées. Le chiffre dʼaffaires du poker en ligne pour 2010 pourrait être de lʼordre de 300 millions dʼeuros. Le marché français des paris hippiques terrestres est le 1er marché européen et le 2ème mondial avec 7 millions de parieurs hippiques terrestres et 9,4 milliards dʼeuros de CA. Le monopole du PMU est supprimé. Le chiffre dʼaffaires des paris hippiques en ligne pour 2010 pourrait être de lʼordre de 800 millions euros. La bataille des jeux en ligne est lancée !

Photo © DR

(*) : Mangas Gaming sʼengage aux côtés de Monaco Mediax pour devenir le sponsor Titre du Monaco iGaming Exchanges 2010. Opérateur des sociétés de paris sportifs en ligne, BetClic, Expekt, Bet-at-home.com, et dʼEverest Poker, le groupe Mangas Gaming est le premier groupe français de paris sportifs et de jeux en ligne. Il est dirigé par Nicolas Béraud et détenu à parité par la Société des Bains de Mer de Monaco (SBM) et la holding Financière Lov. Avec une présence dans plus de 25 pays, Mangas Gaming compte plus de 6 millions de clients et un effectif de plus de 1200 personnes

AMAF

“La place financière tient bon” «L « L

a place résiste mais ne progresse plus comme dans les années 2005/2006 (+15% par an environ). Cela dit, on plafon plafonne à un niveau élevé, ce nʼest nʼest est donc pas une situation désespérante ». Le président de llʼAmaf a été clair en présentant à la presse les chiffres essentiels du secteur financier monégasque, en date du 30 juin dernier. Total des ressources : 78,4 milliards dʼeuros, au niveau de fin 2007, mais en augmentation quand même de 4% par rapport à fin décembre 2009. En cause a expliqué Etienne Franzi, « un attentisme de la clientèle off shore » - 2/3 des ressources de la place monégasque - qui se demande à quelle sauce les centres off shore pourraient être mangés, tant lʼagitation est grande autour de ces centres depuis trois ans. Un point positif dans les chiffres de fin juin : les crédits progressent : + 15,4%, essentiellement dans le domaine de lʼimmobilier, et du crédit lombard.

Photo © DR

■ Une nouvelle clientèle Autre point positif, lʼarrivée en Principauté dʼétablissements provenant de nouveaux marchés extraeuropéens : Audi (la banque libanaise a repris la Dresdner Bank), et la banque indienne Hinduja, qui a racheté KBL. Etienne Franzi en espère « une nouvelle clientèle » pour la place monégasque. « Nous regardons également du côté de l'Amérique du Sud, des pays culturellement plus proches de nous que les pays asiatiques. Ce qui permet des rapports plus simples ; la Chine cʼest bien loin », a indiqué M.Franzi, en rappelant quʼil y a déjà une banque brésilienne à Monaco, Safra.

AMAF

■ En pointe dans la lutte contre le blanchiment Monaco se veut irréprochable du point de vue de la prévention du blanchiment de capitaux, financement du terrorisme et de la corruption. « On se fait un devoir dʼêtre parmi les pays les plus en avance dans ce domaine, même si ce nʼest pas vraiment reconnu… » a dit Etienne Franzi, en soulignant quʼil y a « des réunions tous les trois mois avec le SICCFIN ». Et si Monaco est encore sur la liste « noire » italienne, cela « nʼest pas un problème ni pour Monaco, ni pour les banques monégasques ». Mais M.Franzi reste prudent : de nouvelles initiatives, de nouveaux accords entre les deux pays « auraient un impact significatif » à Monaco. La clientèle italienne représente en effet entre 35 et 40% du total des ressources de la place monégasque. (P.Y.R.)

9


les Reportages du mois

Octobre 2010

La Principauté

DEFILE • La collection Automne-Hiver 2010-2011 de la styliste monégasque présentée au Black Legend le 13 septembre

Le jardin d’Elisabeth A

vec sa nouvelle collection Automne-Hiver 2010-2011, présentée le 13 septembre dernier au Black Legend, Elizabeth Wessel nous ouvre les portes d’un « Jardin Anglais » secret : celui de la propriété en bord de mer d’une Grande Dame chère à son coeur prénommée Daisy, sa grand-mère. De ses jardins et sous bois, véritable Eden luxuriant rempli d’espèces florales et d’arbres aux senteurs divines, Elizabeth garde un souvenir impérissable, y voyant une ode à la poésie et une invitation aux rêves. Sa nouvelle collection reflète toute son admiration pour cette grande

dame, élégante, cultivée, aventurière ; une grande Lady. Elizabeth Wessel y exalte les matières : tweeds, tartans, cuirs souples, daims, jerseys de laine, cachemires mais aussi mousselines de soie à imprimé végétal, tulles de soie, crêpes de soie marocains, satins, ou encore dentelles de calais… symboles d’un chic anglais les tissus s’offrent une nouvelle modernité et féminité. Les nuances, empruntées à la nature, oscillent entre vert canard et kaki, hortensia et rose quartz, marron « tête de nègre » et cigare, bleu marine et bleu gris ou encore, gris

souris et anthracite. Un style intemporel et élégant sur lequel souffle un vent d’aventure aux couleurs de mousse, de sous-bois, de feux de tourbe, de prairie, de chardons, de bruyère, de mer d’hiver. La journée rime avec le sport chic, la fin d’après-midi avec la petite robe cocktail, le dîner avec l’élégance discrète, la féminité est transcendée à chaque instant… C’est l’allure dans son essence. Les formes sont douces, toujours dans le mouvement du corps. Les lignes

sont simples et pures elles donnent tenue et port à une silhouette élégante et féminine. Une séduction discrète et naturelle qui se décline dans toutes les pièces de la collection. La collection « Dans un Jardin Anglais » est un hommage à l’élégance raffinée et discrète. Que ce soit dans la simplicité étudiée, dans le confort-chic, la femme est sublimée dans son style dès les premiers airs frais de l’automne et frimas de l’hiver… Photos © EW

MONDANITE • La XVème édition du “Bal de l’Eté” en juin dernier a inauguré la belle saison en Principauté

Soufflesde “DolceVita” C

'est sur un thème à la fois Hippie Chic, Flower Power, gai et tendance, mais aussi très glamour inspiré des années Bardot, Eckberg et Loren que le "Bal de l'Eté" a ouvert la belle saison en Principauté. Traditionnellement placé sous le Haut Patronage de SAS Le Prince Albert II et organisé en faveur de l'Ordre de Malte monégasque, le bal a rassemblé au Sporting entièrement décoré de roses Bugatti, la fine fleur de la nouvelle génération internationale qui sort et voyage dans le monde entier. Près de 700 invités triés sur le volet et qui représentent plus de 80 nationalités. Une génération à laquelle tout réussit et qui a aussi le coeur de soutenir ceux que le destin a moins favorisés. Organisé en collaboration avec la Société des Bains de Mer et le soutien d'un vaste et prestigieux Comité International, le "Bal de l'Eté" dispose aujourd'hui d'une des plus belles listes d'invités au monde. Il est devenu au fil des années, un must du calendrier international. Dernier né des trois grands bals de La Principauté, le "Bal de l'Eté" s'adresse à ceux qui font et feront le monde de demain ... Mer, soleil et nuits étoilées, c'est cela la Dolce Vita à Monte-Carlo. Qui pourrait imaginer un plus bel écrin ? Un grand succès grâce notamment à de fidèles partenaires comme Ferrari Brut, les parfums Lalique, Rouge Baiser, Voss water, les cigares El Septimo, Divan, Spruengli, Cartier, Hublot et Phillips de Pury dont Alexandre Gilkes a brillamment mené la vente aux enchères en faveur de l'oeuvre soutenue. Sans oublier Santa Esmeralda et son "Don't let me be Missunderstood" qui s'est vendu à plus de 15 millions d'exemplaires et le fameux DJ Ariel Wizman qui ont littéralement enflammé des heures

durant la Salle des Etoiles. A l'occasion de cette XVème édition du "Bal de l'Eté", le Souverain Conseil de Rome a attribué "la Croix Pro Merito Melitensi" à la Princesse Catherine Colonna de Stigliano, son organisateur, pour son action et sa générosité envers l'Ordre de Malte. "La Noblesse du coeur est une valeur fondamentale et éternelle et j'incite tous les invités que nous convions du monde entier à donner et à partager. J'aime voir et rassembler tous ces nouveaux visages, j'aime cette ouverture du monde d'aujourd'hui, il y a tous ensemble beaucoup à faire" affirme avec conviction Catherine Colonna de Stigliano. Photos Réalis, Eric Mathon, robes Ann Wiberg et Nana Lowe pour Trash-Couture, bijoux NOOR

11


12 La Principauté

Art & Culture

Octobre 2010

SPECTACLES • A Monaco la présentation en première mondiale de la révolutionnaire création futuriste du compositeur Tod Machover

Art et technologie de pointe unies La nouvelle frontière de l’opéra ? PAR PIERRE-ALAIN

MARTINI

U

n opéra nouveau futuriste sans rien renier de ce qui fait de lʼart lyrique un art unique a été ovationné lors de la première le 26 septembre dernier par le public monégasque, jugé comme lʼun des plus difficiles du monde. Même les puristes peu sensibles au mélange des voies humaines et robotisés ont salué une réussite de lʼinventivité. Cet opéra se veut le premier à unir lʼart lyrique et la technologie de pointe. Un opéra avec des chanteurs mais surtout des robots et des techniciens sur un thème faustien dans une ambiance Odyssée de lʼespace renouant avec lʼobsession égyptienne de vaincre le temps et la mort. Dʼaprés les réactions du public de la salle Garnier.

Photo © C. Albuquerque

■ Un opéra révolutionnaire et innovant

"Death and the Powers", se revendique comme un nouvel opéra révolutionnaire conçu par le compositeur Tod Machover dans le "Media Lab" du MIT, et coproduit par lʼAmerican Repertory Theatre et le Chicago Opera Theater avec le concours de Opera Boston. Machover – qualifié de "compositeur le plus ʻwiredʼ dʼAmérique" par le Los Angeles Times – veut combiner avec élégance son savoir-faire technologique et son talent artistique pour créer une partition innovante. "Death and the Powers" introduit également des éléments technologiques conçus spécialement pour cet opéra et un décor animé - dont un chœur compo-

sé de robots et un chandelier musical – inaugurant ainsi une nouvelle ère dans la production et interprétation des opéras. ■ Monaco devient un centre des créations artis-

tiques futuristes Il faut bien sûr que le public suive, cela a été le cas à

Monaco. La Principauté veut se positionner comme le centre des créations artistiques dʼavenir…. Une capitale culturelle mondiale qui a affiché ses ambitions par une première qui fera date. Photo : Madame Kawther Al-abood, présidente de lʼAssociation Futurum qui a organisé lʼévénement, avec le Dr. Kenan B. Awni Photo © C. Albuquerque

LIVRE • Le première album photo de M. Peregrini

Monaco en noir et blanc P

hotographe par pas pas-sion, autodidacte ama ama-teur, Maxime Peregrini est né à Monaco. En fin 2004, avec un premier reflex numérique, sa passion de la photographie se véritablement révéle et il commence à photographier sa région et le pays mentonnais en particulier. Ses domaines de prédilection sont la photo de paysage et de nature. Depuis 2005, il expose régulièrement 4 à 5 fois par an dans des expositions individuelles ou collectives. Passionné par la mer et la montagne, la photographie lui a permis de partager ses passions par des publications dans le bulletin du Club Alpin Français et dans La passion bleue, revue du Yacht Club de Monaco. Maxime s'intéresse également à la photo panoramique et des photos de Menton, Sainte-Agnès et Monaco seront d'ailleurs publiées dans les ouvrages dédiés aux panoramas : Panobook2009 et Panobook2010. Son rapport avec Monaco est étroit puisqu'il y a fait sa scolarité et y travaille depuis 1992 dans le domaine de l'informatique. Il est membre du Club Image Monaco, et du Comité National Monégasque de l'Association International des Arts Plastiques auprès de l'UNESCO. 1/ présente dans ce livre, sa vision insolite et originale de Monaco au travers de reflets (flaques, vitrines, carrosseries ... ). Photographe engagé, il est membre fondateur de l'association Photomenton qu'il préside depuis 2009. Cette association organise chaque année le Festival de la Photographie de Menton (photomenton.com) où des dizaines de photographes exposent au profit de l'ONG HAMAP (Halte Aux Mines AntiPersonnel) dont il est membre bienfaiteur. Il est possible de retrouver Maxime sur internet sur le réseau facebook ou sur son site www.photoramigue.com “Reflets dur Monaco” - Editions Baie des anges 36 pages, Prix : 13 euros


La Principauté

Art & Culture

Octobre 2010

INAUGURATION • En présence de S.A.S. le Prince Albert et de S.A.R. la Princesse de Hanovre

La Villa Paloma a ouvert ses portes

S

AMANDA COUTELLE

.A.S le prince Albert II et S.A.R la princesse Caroline de Hanovre ont inauguré «La Villa Paloma» second espace de la Principauté dédié à l’art contemporain avec la «Villa Sauber», ensemble elles composent le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) «un lieu de réflexion sur le paysage et le territoire», précise la directrice du NMNM, Marie-Claude Béaud, qui accueille une sélection d’œuvres élues par l’artiste allemand Thomas Demand.

Le titre de l’exposition «La Carte d'après Nature» se réfère au magazine de Magritte… En 1952, et le temps de 14 numéros, Magritte allie poésie, illustrations, nouvelles, et autres contributions, il envoie ces publications sous forme de simples cartes postales : sur un mode similaire, Thomas Demand a sélectionné des travaux d’artistes ayant tous mené une réflexion sur la Nature et ses représentations, artistesliés les uns aux autres de manière qu’il qualifie de «poétique, associative et élégante». Deux idées guident la combinaison des travaux présentés : les formes d'une nature apprivoisée et le dialecte abrupt du surréalisme forgé par Magritte qui depuis demeure une source d'inspiration. Plusieurs générations d’artistes sont inclus dans le choix fait par Thomas Demand : Kudjoe Affutu, Saâdane Afif, Becky Beasley, Martin Boyce, Tacita Dean, du vrai et du faux, question que posait Magritte quand il écrivit à l’intention de celui

par Amanda Coutelle

S

Première exposition : “La Carte d’après Nature” de l’artiste allemand Thomas Demand PAR

Lire et regarder...

Photo © MM

uperbe catalogue accompagnant l’exposition Claude Monet, structuré autour d’une dizaine de fils conducteurs qui, tout au long de la carriè carrière du peintre, ont constitué la trame de son œuvre et l’ont accompagné dans ses études sur l’atmosphère et la lumière… « Le Grand Palais nous offre une magnifique rétrospective de la vie et de l'œuvre de Claude Monet avec près 200 œuvres dont un grand nombre viennent de l'étranger. Dans la première partie, on suit Monet au cours de ses voyages : la forêt de Fontainebleau, la Normandie, Paris, Argenteuil... On peut y admirer, la "Terrasse à St Adresse" , "Les coquelicots", "La rue Montorgueil" toute pavoisée et bien sûr Etretat et ses falaises. A noter "Le port du Havre, effets de nuit", seul tableau sombre de cette exposition. Des extraits de sa correspondance illustrent quelques toiles réalisées lors d'un séjour dans la Creuse, Monet parle de "l'eau en paillette de diamant", durant son séjour en Méditerranée, il écrit: "Mon affaire c'est le soleil", ce soleil qui nous éblouit dans "Vue de Monte Carlo vu de Roquebrune". Puis viennent les figures et portraits avec en vedette "Le déjeuner sur l'herbe" ou on reconnaît Bazille et Courbet qui posèrent pour leur ami, qui se termine avec un inquiétant "Camille Monet sur son lit de mort". La deuxième partie de l'exposition est consacrée a la "révolution de Monet" dès 1890 et son installation à Giverny, Cinq "Meules" sont exposées sur les quinze existantes ainsi que cinq "Cathédrales" de Rouen avec en vis-à-vis les cinq "Cathédrales de Rouen" de Roy Lichtenstein et bien sûr les "Nymphéas". » (Grand Palais jusqu’au 24 janvier 2011) _______________________________________ « Monet » - Ouvrage collectif - (Ed. Réunion des musées nationaux)

C

qui regardait son tableau : « Ceci n’est pas une pipe » Cette exposition est organisée avec le soutien de la Fondation René MagritteBruxelles qui a prêté plusieurs toiles du maître. ■ Les acteurs et les chiffres de la Villa

Paloma Surfaces existantes à l’origine : 640 m2 Surfaces du nouveau musée : 875 m2 Les acteurs : Maitrise d’ouvrage : Leonardo Perez, chef de projet - Maitrise d’œuvre : Alexis Blanchi, architecte avec Antoine Tain, directeur des travaux ; Véronique Viale, paysagiste ; Renaud Piérard, architecte muséographe ; Philippe Michel, éclairagiste ; Béatrice Fichet, graphiste.

Villa Paloma : 56, Boulevard du Jardin Exotique « Exposition inaugurale « La Carte d’après Nature » - Ouvert tous les jours de 10h à 18h (jusqu’au 22 février 2011) Villa Sauber : 17, avenue Princesse Grace : Exposition Yinka Shonibare, Mbe (jusqu’au 16 janvier 2011)

ommencée vers 1830, mais connue à ce jour des seuls initiés, cette exceptionnelle réunion de lettres et documents autographes a été composée par six générations de marquis de Flers, avec un grand souci d’exhaustivité. Au fil des lettres se révèle une chronique vivante de la Compagnie, dans ses travaux quotidiens, son protocole, ses traditions, comme au travers des crises et querelles qui ont marqué son existence. On perçoit dès lors quels furent le dessein et l’évolution de l’Institution. D’un document l’autre, le propos et les enjeux varient : critiques, moraux, linguistiques, tactiques, politiques, sociaux, sentimentaux... On parle autant de science que de style, de finance personnelle que de désillusion amoureuse ; la tendresse succède à la véhémence, l’amertume à l’ironie, le compliment à l’aveu, le lyrisme à l’analyse. De sorte que, dans l’intimité de ces manuscrits d’exception, le lecteur se sent placé au plus près des mœurs, des préoccupations et des débats de la Compagnie, au cœur de ces réseaux qui, à chaque époque, se forment, rayonnent puis se distendent... Lieu de consécration, objet de convoitise ou de défiance, l’Académie française se donne ici telle qu’en elle-même, non comme une clôture mais comme un point de fixation et de rencontre des grandes aventures de l’Esprit. Cet ouvrage accompagne l'exposition « L'Académie française au fil des lettres », présentée au Musée des lettres et manuscrits, Paris (jusqu’au 15 novembre 2010). ______________________________________________ « L'Académie française au fil des lettres » (Ed. Gallimard)

D

epuis le séisme du 12 janvier 2010, l'aide internationale afflue à Haïti. Passés les premiers secours, c'est maintenant tout un pays qui doit se reconstruire. Un soutien durable est donc nécessaire pour que les Haïtiens puissent retrouretrou ver une vie normale. C'est pourquoi les dessinadessina teurs de presse et de bandes dessinées se sont mobilisés en réalisant ces 100 illustrations. En partenariat avec Le Monde, Radio France et l'association Cartooning for Peace, les Editions Casterman reverseront l'intégralité des profits de ce livre à la Fondation de France. Cette dernière se chargera de répartir les fonds entre les différents projets concrets sur place pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre de la Perle des Caraïbes. ______________________________________________ « 100 dessins pour Haïti » –Collectif - (Ed. Castermann)

EXPOSITION • La tournée asiatique du sculpteur monégasque

LIVRE • Les clés d’une guerre qui est plus commerciale que morale

Blake expose au Cambodge

Vive l’évasion fiscale !

L

’artiste monégasque Blake, qui avait présenté dans son atelier de la rue des Violettes ses dernières œuvres «The Fragments» au public de la Principauté il y a quelques mois, exposera sa collection unique de sculptures en bronze à l’Hôtel de la Paix à Siem Reap, au Cambodge, signant ainsi le début de sa tournée asiatique. Ce parcours exceptionnel marque la reconnaissance internationale de l’œuvre figurative de Blake inspirée aujourd’hui des tragédies humaines mais chargée symboliquement d’un message d’espoir : celui de croire à un monde positif. Pour Blake l’art n’est plus un simple commentaire sur la condition humaine mais un appel à l’action et une contribution effective à l’amélioration du monde. Blake est « un narrateur transmettant ses visions et vérités du monde » et a choisi de révéler le désastre des mines antipersonnel toujours très présentes en Asie du Sud Est. C’est en effet en Indochine que la proportion des mines est la plus élevée dans le monde (on estime qu’il en persiste encore 6 millions, vestiges de 3 décennies de guerre civile et qu’en 2009 au Cambodge 243 personnes, dont environ 1/3 d’enfants, ont été tuées ou blessées par les résidus explosifs de la guerre) légitimant ainsi le choix de Blake d’inaugurer sa tournée asiatique à Siem Reap, aux portes d’Angkor. Le choix du lieu, le prestigieux Hôtel de la Paix apportera également à l’exposition « The Fragments », une symbolique géographique particulièrement forte, ajoutant une pertinence directe avec l’œuvre de Blake.

EXPOSITION

’il est un livre d’actualité en ce début d’automne, c’est bien celui de Myret Zaki, aux Editions Favre. Un livre qui explique S les mécanismes d’une guerre plus commerciale que politique ou

morale. Le secret bancaire suisse est mort : même si la loi helvétique existe toujours, l’étanchéité fiscale a disparu. Et l’industrie financière anglo-saxonne triomphe en seul maître sur le marché de l’évasion fiscale. Londres, le Delaware, Miami, Jersey ou encore les Caraïbes règnent désormais sur ce gigantesque marché des fortunes non déclarées, estimé à 13 700 milliards de dollars américains. Dans ce domaine, le trust – qui s’avère plus « fiscalement étanche » que ne l’était le secret bancaire – représente le sanctuaire ultime de l’évasion fiscale : une chambre forte à l’épreuve du fisc. Et les traités d’échanges d’informations fiscales n’y changeront rien. En réalité, les Etats sont aujourd’hui incapables d’attraper les gros poissons de l’évasion fiscale dans leurs filets. Ce sont donc les « petites et moyennes fortunes » - de l’ordre d’un million d’euros - qui trinquent ! Les « grandes et très grandes fortunes », seules, ont les moyens d’acheter une évasion fiscale, avec en prime l’apparence de la légalité ! Le livre de Myret Zaki (*) nous dévoile les véritables enjeux de la guerre économique féroce qui se joue entre places financières. Une guerre que mènent les Etats les plus puissants afin de 1) récupérer l’argent de leurs contribuables, 2) tout en favorisant le flux d’argent étranger non déclaré vers leurs territoires ! Un travail rigoureux de recherches, d’explications, de témoignages, qui permet de mieux comprendre comment une part non négligeable de la richesse mondiale échappe à la collectivité… Mais pas à tous les Etats : les USA et la GrandeBretagne ont vite récupéré la part de marché perdu par la Suisse dans la gestion discrète des fortunes non déclarées.

LIVRE

(*) : En septembre 2008, Myret Zaki, journaliste économique suisse, a publié aux Editions Favre son premier live, « UBS, les dessous d’un scandale », devenu un best-seller. Pour en savoir plus, en particulier sur les liens correspondants aux sites internet mentionnés dans l’ouvrage : http://www.editionsfavre.com/evasionfiscale.php

« Le secret bancaire est mort, VIVE L’EVASION FISCALE ». Myret Zaki, éditions Favre, 216 pages, 17.00 euros

13


14 La Principauté

l’Actualité l’

Octobre 2010

MONACO EN BREF

☞ Depuis le 15 septembre, la gare de Monaco est officiellement certifiée AFNOR. Cette certification « NF Service » repose sur trois éléments majeurs : Monaco Monte-Carlo est la toute première gare TER certifiée, les autres certifications ne concernant que des gares «grandes lignes» ; elle est également la première gare hors-France à être certifiée ; enfin, évaluée par un jury sur 124 points, elle a obtenu le meilleur score national pour l‘indicateur satisfaction clientèle. Boulevard des Moulins : des travaux de jusréfection des réseaux électriques sont prévus jus cirqu’à la mi décembre. Pendant cette période, la cir culation sera neutralisée entre l’avenue SaintLaurent et le carrefour de la Madone dans le sens Menton - Monaco. Un itinéraire de dégagement sera mis en oeuvre par l’avenue Saint-Laurent. Patience !

Foire Internationale en version exotique... DE LA REDACTION

D

u 9 au 17 octobre, la Foire Internationale de Monaco a décidé de surprendre : exotisme avec la découverte de Madagascar, rencontre commerciale foisonnante avec plus de 300 stands et animations non-stop. 9 jours pour se laisser tenter sans scrupules, par de bonnes affaires, des nouveautés et un voyage exceptionnel sur lʼîle Rouge, aux confins de lʼocéan Indien ! Ancrée dans lʼévénementiel monégasque et placée depuis son origine sous le Haut Patronage de S.A.S. le Prince Souverain, cette manifestation incontournable offre ainsi aux visiteurs le plaisir d'un rendez-vous convivial. Madagascar, « Invité dʼHonneur » de cette 22ème édition dévoilera toute sa magie. Culture, artisanat, tourisme, folklore, traditions seront présentés dans des espaces spécifiquement dédiés à ce pays envoûtant. Carrefour entre Asie et Afrique, Madagascar est lʼune des plus grandes îles du monde, lʼîle-continent, lʼîle Rouge… toutes ces images cachent le sanctuaire dʼune nature unique et une mosaïque dʼethnies. Une destination encore préservée du tourisme de masse, des paysages à la diversité prodigieuse, une douceur de vivre notoire, et un pays fascinant qui donne à ses visiteurs le nom de « vahiny » cʼest à dire « inviLa té ». 5 500 m2 pour flâner, Edité par découvrir, acheter, sʼinforGLOBAL MEDIA ASSOCIATES

Principauté

Le premier journal d’actualité de Monaco

Sas

mer et rêver. Cette manifestation réunit des stands aussi divers qu'originaux, agencés en espaces thématiques qui présentent ainsi un large panorama de produits et de nouveautés. Tout trouver et acheter sur un seul espace est un des atouts forts de la Foire Internationale, auquel ssʼajoute la volonté permanente dʼinnover chaque année, tant au niveau d de llʼarchitecture et de la décoration intérieures que des animations quotidiennes à la thématique toujours festive et attrac attractive. Parcours éclectique d dʼun visiteur en quête d dʼachats “Coups de Coeur” : Tout dʼabord, déambuler dans lʼunivers de la d maison en découvrant des solutions astucieuses et des produits innovants pour améliorer son habitat. Se laisser séduire par quelques objets de décora décoration ou pièces d dʼameublement pour métamorphoser son intérieur. Se régaler des spécialités culinaires des régions françaises et européennes lors dʼune halte gourmande. Sʼaccorder une pause bien-être en sʼoffrant des produits de beauté et de santé prometteurs ou le dernier vêtement “tendance”, dans lʼespace essentiellement dédié aux femmes. Profiter de lʼespace beauté, exclusivement géré par lʼEcole Balzac de Nice, pour sʼoffrir un relooking avec esthéticiennes et coiffeurs-visagistes. Voyager dans les 5 continents en découvrant un éventail de produits artisanaux et touristiques. Continuer cette flânerie par un détour dans lʼère du numérique avec la hifi, les plasma et LCD, le home cinéma, les téléphones mobiles et les instruments de musique. Photo © FTM

La Principauté de Monaco est devenue le 65e pays à obtenir le statut d’Observateur Permanent auprès de l’Organisation. Fondée en 1948, l’O.E.A. regroupe 33 Etats membres, c’est-à-dire la plupart des pays d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et d’Amérique du sud ainsi que des Caraïbes, à l’exception de Cuba (exclu en 1962) et du Honduras (exclu en 2009). L’objet de cette organisation est de terridéfendre la démocratie et les Droits de l’homme, d’assurer la sécurité du terri toire, de lutter contre les trafics de drogue et la corruption, ainsi que d’aider aux échanges entre les différents pays d’Amérique. ☞ Monaco accueillera en novembre 2012 l’assemblée exécutive du congrès mondial de l’énergie… 400 adminisà 500 personnalités, représentants des Etats, adminis énertrations publiques ou dirigeants des entreprises éner gétiques. Créé en 1923, le WEC a dès son origine pour énergémission de promouvoir un approvisionnement énergé tique durable pour le plus grand bénéfice de tous. Cet organisme indépendant joue un rôle de générateur d’études et de force de proposition, politiquement neutre et techniquement non engagé. Il couvre toutes les formes d’énergies pripri maires : le pétrole, le charbon, le gaz naturel, l’hydraulique, l’uranium et les mulmul tiples sources renouvelables. ☞ McLaren Automotive, la célèbre entreprise de voitures de sport, a désigné son partenaire pour Monaco et le Grand Sud de la France : ce sera « Monaco Luxury Group ». McLaren a ainsi constitué un réseau mondial de 35 représentants (choisis parmi 600 revendeurs candidats) ! La société monégasque « couvrira » la moitié sud de la France. Au dessus de Lyon, ce sera le groupe voituNeubauer. Un beau marché pour commercialiser la MP4-12C la première voitu re à cent pour cent McLaren. Dans le cadre de l’initiative “Monaco s’engage contre la déforestation”, la Fondation Prince Albert II de Monaco a lancé lors du Monaco Yacht Show son opération “Wood Forever”. Il s’agit de sensibiliser tous les acteurs du marché du yachting, profesprofes sionnels et clients, à utiliser préférentiellepréférentielle ment des bois certifiés provenant de forêts gérées durablement. Utiliser du bois certifié, c’est protéger la biodiversité et lutter contre la pauvreté. Le Monaco Yacht Show a remis à S.A.S le Prince Albert II de Monaco un chèque de 37 000 euros lors de sa visite au MYS. ☞ Les cours de Nissart ont repris fin septembre au Centre Culturel Occitan País Nissart, à Nice. Le Centre propose aussi des cours de coarasier (le parler de Coaraze), un atelier de chars de carnaval, une troupe de théâtre, la Chorma Nissarda. Enfin, une radio, Nissa Pantai www.nissapantai.com qui diffuse sur internet 24 heures sur 24 des programmes en nissart et alpin (òc), et qui vient de fêter ses deux ans d’existence. Renseignements : info@nissa.org, tél : 06 71 18 61 21. ☞ Une nouvelle récompense pour Joël Garault. Le chef du restaurant Vistamar de l’hôtel Hermitage à Monaco s’est vu remettre la distinction «truffe blanche d’alba 2010», dans le cadre du marché «couleur et saveur du Piémont» qui se tenait à Beausoleil le week-end des jourjour nées européennes du patrimoine. Rappelons que Beausoleil et la ville italienne d’Alba sont jumelées. Une nouvelle signalisation relative à l’arrêt et au stationnement dans la partie haute de la rue Grimaldi est en place depuis le 1er octobre. En accord avec les commerçants de la Condamine, le dispositif a été simplifié. L’interdiction d’arrêt et de stationnement de tous véhicules dans le couloir de bus en haut de la rue Grimaldi est désormais limitée du lundi au vendredi de 7h00 à 9h30 et de 16h00 à 19h00. Par ailleurs, la traversée piétonne actuellement située rue Grimaldi en entrée du giratoire Place d’Armes va être avancée de quelques mètres et sa signalisation sera renforcée afin de faciliter et sécuriser le cheminement piétonnier.

“ Le Beausoleil de Monaco”

6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil

Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 glomed.free.fr/laprincipaute.html email : glomed@free.fr Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker Avec la collaboration de Lisa Arquette Mary Coles Amanda Coutelle Isabella Lanciotti Jean-Philippe Lucas Pascale Marcaggi Pierre-Alain Martini Alessandro Paparella Alan Parker-Jones Photos Claudia Albuquerque Olivier Almondo Centre de Presse Projet graphique PDC Milano Promotion & Publicité Global Media Associates Service Publicité

Diffusion Monaco & Côte d’Azur SEC Cour Anc. Gare SNCF Impression Graficolor Regione Prati - Arma di Taggia (IM) Le tirage de ce numéro a été de 27.500 exemplaires

Copyright © 2010 by Global Media Associates Sas Piazza Caduti della Montagnola 48 • 00142 Rome

La photographie du mois Essaouira – Maroc. No comment.

Photo © Thierry Bertrand


La Principauté

le Sport

Octobre 2010

CHAMPIONNAT WRC • Sébastien, saison 7 : en s’imposant chez lui en Alsace, il coiffe sa 7ème couronne mondiale consécutive

Loeb, le septième sacre ! PAR ALAN PARKER-JONES

S

ébastien Loeb ssʼimpose ʼimpose chez lui en Alsace, et coiffe sa septième couronne mondiale consécutive. Il faut dire que le rallye de France 2010 était dessiné pour le champion : les routes dʼAlsace, son pays, lʼarrivée à Haguenau, sa ville… quoi de mieux pour motiver le grand Seb ? Encore fallait-il quʼil sʼimpose. Sans problème, en tête dès la première spéciale, poussé par une foule extraordianiarement dense. On se serait cru sur les routes du rallye Monte Carlo… ce qui nous rappelle que Daniel Elena, son coéquipier, décroche lui aussi son septième titre mondial… ce qui en fait le sportif Monégasque le plus capé. En Alsace, loeb a devancé son équipier chez Citroën, lʼEspagnol Dani Sordo. P. Solberg, sur la troisème marche du podium assure un nouveai triplé pour les C4 WRC. La première ford, celle de Latval est quatrième. Il reste deux épreuves à disputer pour en finir avec la saison 2010. La Seconde place au championnat est toujours en jeu entre Ogier et Latvala, Solberg et Sordo étant trop loin, sauf accumulation dʼheureux hasard en leur faveur. Prochaine épreuve, le rallye dʼEspagne, fin octobre.

LA SITUATION

Photo © DR

RAMC : engagements gratuits es droits d'engagement à la 79ème édition du L Rallye Monte-Carlo (19 au 21 janvier 2011), manche d'ouverture de l'IRC, seront offerts à tous les concurrents. LʼACM a pris cette décision historique afin de favoriser la participation édition du centenaire. "Notre but des pilotes amateurs à lʼédition est que les amateurs reviennent en force participer au Rallye Monte-Carlo car ils sont le ciment de notre épreuve et de son histoire.» a expliqué René Isoart, Commissaire Général de lʼACM. Concernant le parcours, le « Monte » va retrouver ses chronos de légende : Le Moulinon, le Burzet, St Bonnet le froid, St Jean en Royans… et la dernière nuit sera fidèle aux « Monte » dʼantan avec deux passages nocturnes par le célèbre col du Turini depuis Moulinet.

Classement après 11 manches ■ Pilotes 1. S. Loeb 2. S. Ogier 3. J. Latvala 4. P. Solberg 5. D. Sordo 6. M. Hirvonen 7. M. Wilson

226 pts 166 pts 144 pts 133 pts 125 pts 104 pts 60 pts

■ Constructeurs 1. CITROEN WRT 345 pts 2. FORD WRT 250 pts 3. CITROEN JR 183 pts 4. FORD STOBART 130 pts 5. FORD MUNCHI’S 46 pts

LA SITUATION

Venturi, la voiture éléctrique la plus rapide au monde onneville, Utah le 24 Aout 2010. Munie d dʼun dʼ un B moteur électrique de 800 CV et de batteries lithium Ion, la VENTURI JAMAIS CONTENTE Photo © DR

a établi un nouveau record mondial avec plus de 495 km/h de moyenne sur 1 km dans les 2 sens, et enregistré officiellement une vitesse maximale de 515 km/h. Pilotée par lʼaméricain Roger Schroer, ce record réalisé en partenariat avec lʼOhio State University fait partie des « Venturi Global Challenges ». Il vient compléter le record établi par Venturi en 2009, à savoir le record mondial de vitesse pour une voiture à hydrogène (Record du Monde FIA, 487 km/h, Sept. 2009). ■ LA VOITURE ÉLECTRIQUE LA PLUS RAPIDE AU MONDE Gildo Pallanca, président de Venturi, commente cette étape importante dans lʼhistoire de lʼautomobile : « de la « Jamais Contente » de Camille Jenatzy à la « Venturi Jamais Contente », il aura fallu 111 ans pour passer de 100 à 500 km/h avec un véhicule électrique. Cʼest une grande satisfaction pour Venturi de pouvoir démontrer par la réalisation de cette étape historique, son avance technologique dans le domaine de la propulsion électrique. » Lʼaventure nʼest pas achevée pour autant : Venturi reviendra à Bonneville en 2011 et 2012. (P.Y.R.)

CURIOSITE

Un peu automobile et un peu avion...

N

on seulement la Terrafugia Transition vole, et roule, mais elle vient d’obtenir l’agrément de la FAA, sésame indispensable pour son utilisation. Après s’être envolée et avoir effectué de nombreux tests, elle a obtenu en début d’été l’homologation de la Federal Aviation Administration aux Etats-Unis en catégorie LSA qui correspond aux petits avions de tourisme. Elle a bénéficié d’une dérogation pour un petit dépassement de poids réglementaire dû à sa condition d’automobile. La Transition, une fois ses ailes repliées (une opération automatique de 30 secondes), devient une traction avant capable d’atteindre 105 km/h à une très raisonnable consommation de 8 litres aux 100 km tandis qu’une fois en l’air elle atteint 185 km/h avec une autonomie de 740 km. Pour faire la transition entre le sol et l’air, la Transition a besoin de 760 mètres de piste, ou de ligne droite. Séduit ? Les carnets de commandes sont ouverts, et la première Terrafugia Transition devrait être livrée à son propriétaire en 2011. Le futur frappe à notre porte. (*) Avec ses 2 m de haut, pour 2,30 m de large (30 de plus que le prototype) et surtout ses… 6 m de long, elle ne sera pas facile à garer !

CURIOSITE

(*) Lire sur le sujet l’excellent livre de Patrick Gyger, Les voitures volantes, souvenirs d’un futur rêvé, aux éditions Favre, que nous avions présenté dans La Principauté de juin dernier.

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Formulaire dʼabonnement Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant : ☞ 1 an (soit 11 numéros) € 20 * ☞ 2 ans (soit 22 numéros) € 40 * ☞ 3 ans (soit 33 numéros) € 60 * ☞ 5 ans (soit 55 numéros) € 100 * * pour l’étranger (dehors Monaco et France) : ajouter +50% Dehors Europe : + 100%

Nom :

*

Prénom :

*

Adresse : Ville : Téléphone : Chèque n° : Banque : Date

Signature

Bon a retourner, accompagné du règlement à l’ordre de Global Media Associates Sas, à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “ Le Beausoleil de Monaco ” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

*

15


n88oct10  

Le premier journal d'actualité de Monaco

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you