Issuu on Google+

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Année IX • Numéro 82 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “Le Beausoleil de Monaco” 6, boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

glomed.free.fr/laprincipaute.html

Mars 2010

Numéro de Commission Paritaire : 0512 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) € 20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://glomed.free.fr/abo.pdf

€2.00

Dossier Spécial

Photo © Centre de Presse de Monaco

Etre jeune à Monaco : est-ce vraiment une chance ?

Le Ministre d’Etat Jean-Paul Proust :

“Fier d’avoir pu servir Monaco”

Le chef du Gouvernement Princier dresse le bilan de ces cinq dernières années ☞ COUP DE FREIN DE BERCY SUR LA FISCALITÉ : UNE DOUCHE FROIDE POUR LES FRANÇAIS DE MONACO • PAGE 6


2 La Principauté Dossier Spécial Etre jeune à Monaco

Mars 2010

Dossier Spécial

Etre jeune à Monaco

SOCIETE• Le contexte en Principauté est certes largement positif : pourtant, il reste encore à faire confiance aux no

Etre jeune à Monaco : e

La jeunesse reste un moment périlleux de la vie, celui des tentations et de l’illusion de l’invincibilité PAR PATRICE ZEHR

L’EDITORIAL Moderniser le pays pour les nouvelles générations

O

DOSSIER

n entend parler des jeunes, à Monaco comme ailleurs, trop souvent comme d’un problème plutôt que comme d’une ressource. C’est une erreur majeure. Cela pourra sembler peut-être banal, mais les jeunes ne représentent pas seulement le futur : ils sont le futur. Hélas, ceux qui ne le sont plus, ont depuis toujours la malheureuse tendance d’oublier - à leur tour – qu’ils ont été jeunes, avec tous les problèmes et les incertitudes de l’âge. Pourtant, on continue toujours à parler trop souvent des jeunes par rapport à la drogue, à l’alcool et au bruit qu’ils font dans les rues, mais trop peu souvent de l’aide à leur apporter pour devenir des adultes responsables. Et cela – on le sait tous par expérience personnelle – n’est pas toujours aussi évident qu’il y paraît. A Monaco, de surcroît, les jeunes doivent faire face aussi à des préjugés qui sont seulement en partie justifiés : sont-ils des privilégiés ? Sans doute, car ils peuvent - entre autre - jouir d’un cadre de vie et d’un niveau de système éducatif de très haute qualité, mais cela implique aussi en contrepartie qu’ils doivent démontrer qu’ils ont su profiter de ces opportunités. Sontils trop gâtés ? Peut-être, mais dans ce cas-là, bien évidemment, ce n’est pas leur faute mais plutôt celle de leurs parents... Les jeunes Monégasques, au bout du compte, ne demandent rien d’autre que de pouvoir démontrer qu’ils sont à la hauteur des attentes qui reposent sur eux. Et à l'instar de leurs copains du même âge des pays voisins, ils rencontrent des obstacles majeurs, pour bien planifier leur avenir, quand il s’agit de trouver un logement et un poste de travail. Là aussi, la spécificité monégasque leur assure des avantages indéniables, mais pas assez pour résoudre complètement leurs problèmes. Car même si leur démarche est facilitée, la pénurie de logements à Monaco n’épargne pas les jeunes et, si le travail est pratiquement assuré, ils ont trop souvent du mal à trouver une embauche à la hauteur de leurs compétences et de leur niveau d’études. Et alors ? Ils partent à l’extérieur, justement, comme le souhaite le Prince Souverain Lui-même, pour acquérir de l’expérience et ensuite « en revenir grandis ». Mais reviendront-ils vraiment ? Pas tous. Ceux qui décideront de rester dans le pays qui les a accueillis le feront par choix personnel, et ne manqueront pas d’être – chacun dans son domaine – des ambassadeurs de Monaco dans le monde. Mais les autres, ceux qui voudront renter chez eux ? Pour eux, faudra-il qu’entre temps le pays – tout en gardant ses traditions - se modernise de plus en plus, pour éviter que ces jeunes - après leur expérience acquise à l’extérieur- puissent se sentir à leur retour des étrangers dans leur propre pays, face à une bureaucratie parfois inutile, à un manque de saine méritocratie, à un accueil pas toujours chaleureux et à une mentalité dépassée qu’ils n’arriveront plus à comprendre. Pour ceux qui choisiront de ne jamais partir, il faudra faire tout pour les aider à trouver un travail qui puisse correspondre à leurs aspirations et à leurs capacités professionnelles. Dans le secteur public, il ne s’agit que de faire bien respecter le principe de priorité nationale, trop souvent encore ignoré. En revanche, en ce qui concerne le secteur privé, il semble juste et même envisageable de chercher toutes les solutions possibles pour en faciliter l’accès, mais sans imposition aucune - ce qui ferait plus de mal que de bien aux jeunes eux-mêmes et serait probablement de plus inefficace. Un cadre monégasque inséré dans une entreprise privée doit représenter une valeur ajoutée et un choix justifié pour l’entreprise même, non pas un prix à devoir payer pour pouvoir s’installer à Monaco. C’est dans cet état d’esprit que le Prince Souverain a certainement demandé à Stéphane Valeri de travailler, lorsqu’Il l’a nommé Conseiller de Gouvernement pour les Affaires Sociales et la Santé, en lui fixant parmi ses priorités, la mise en place d’une Commission d’Insertion Professionnelle des Jeunes Diplômés du pays, dont la cellule exécutive doit démarrer dans les tous prochains jours... (R.V.)

L’EDITORIAL

E

tre jeune à Monaco en 2010 est bien entendu une chance. Une chance qui impose des devoirs et des responsabilités aux jeunes qui en bénéficient. Mais ces jeunes ont également des droits et problèmes quʼil faut prendre en compte. Il faut les écouter et soutenir leurs initiatives et parfois leurs revendications. Il faut le faire sans «jeunisme». Le jeunisme est une posture démagogique, imbécile, qui consiste à trouver tout ce qui est jeune parfait, pour donner lʼimpression quʼon reste jeune soi même. Cʼest de la flagornerie hypocrite, les jeunes méritent mieux. Ils méritent dʼêtre responsabilisés dans un contexte positif, ce qui est de la responsabilité des ainés. Le contexte à Monaco est certes largement positif mais il reste encore à faire confiance aux jeunes, et à

INTERVIEW : AXELLE AMALBERTI

“Nous avons besoin de nouveauté et dʼinnovation” ■ Axelle Amalberti vous êtes la nouvelle présidente de lʼAssociation des Jeunes Monégasques. Quel est votre profil et comment interprétez-vous votre élection à la tête de ce qui est considéré comme la pépinière des futurs décideurs ? Axelle Amalberti : “Cʼest avec un grand honneur et une grande fierté que jʼai été élue à la fin du mois de juin 2009. Je pense avoir un profil assez atypique : jʼai décidé de partir étudier et travailler à Milan pendant 6 ans malgré les regrettables difficultés auxquelles on doit faire face lorsque lʼon réside dans un pays étranger avec ma nationalité. Je compte rester fidèle au programme que jʼai présenté lors de mon élection. Je souhaite donner un second souffle à lʼAJM et jʼai la conviction que ce nʼest quʼen restant attachés aux principes originels de notre association que nous y parviendrons. Cʼest le défi que jʼai envie de relever”. ■ Quelles sont les principales préoccupations qui remontent à vous et donc les priorités de la jeunesse Monégasque ? A.A. : “Les principales préoccupations des jeunes à Monaco sont les mêmes que partout ailleurs : logement, études, travail, divertissement... Les deux points cruciaux sʼavèrent toutefois offre ne semble pas satisfaire être le logement et le travail, car aujourdʼhui encore lʼoffre nos jeunes. Nous avons donc pour objectif de leur offrir de nouveaux horizons, en adéquation avec leurs attentes. Lʼouverture est une nécessité : lʼAJM se doit dʼécouter, de conseiller et dʼagir afin de devenir le véritable porte-parole des jeunes”. ■ Les jeunes se sentent-ils écoutés et pris en compte ? A.A. : “Nous vivons sans conteste dans un des plus beaux pays du monde. Je parle en connaissance de cause : 6 ans loin de chez soi, cʼest dur ! Depuis quelques années, la Principauté a fait des pas de géant : internationalisation, droit de la femme, accès à la propriété... Nous avons toute confiance en la capacité de nos jeunes et nous souhaitons entreprendre pour eux. Il y aura toujours du travail à faire ; nous devons aller de lʼavant, espérons-le en collaboration avec les autorités monégasques. Cʼest une réalité: les jeunes ont besoin de nouveauté et dʼinnovation. Les jeunes ont besoin de lʼAJM !” ■ Quelles sont les pistes que vous souhaitez proposer à ceux qui ont en

charge à Monaco llʼavenir des jeunes. Au niveau des activités culturelles et des distractions, y a-t-il des manques ? Où en est la vie nocturne ? A.A. : “Au vu de llʼexigüité de son territoire, Monaco offre déjà un nombre important dʼévènements d et de distractions. Certes, quelques fois la communication laisse à désirer et certains évènements ont du mal à se faire connaître. La boîte de nuit le lais « Karé(ment) » fermant, paraît-il, bientôt ses portes pour laisser sa place au « NiBox, » jjʼespère que cela donnera naissance à un nouveau repère intéressant en terme de vie nocturne. Pour pallier à une routine à laquelle nos jeunes font bien sou souvent face dans llʼagenda de leur temps libre, lʼAJM propose un maximum dʼactivités d continues : des conversations en russe le mercredi soir ; des rencontres autour de lʼinformatique l le jeudi soir ; des conversations en anglais et italien le vendredi aprèsmidi ; des concerts de tous genres le vendredi soir et enfin, une exposition tous les mois. Nous essayons également dʼorganid ser un évènement exceptionnel chaque mois, pour que les jeunes puissent participer à quelque chose de différent. Le 6 mars prochain par exemple, en association avec le Printemps des Arts nous orgaorga nisons une rencontre de musique contemporaine, nous nʼen diront pas plus, car le but est de maintenir le suspens jusquʼaux derniers jours quand sur notre site nous révélerons au compte à rebours les détails sur lʼévènement. De même, un partenariat avec lʼAssociation Monaco Japon nous permet de consacrer toute lʼaprès-midi du 24 avril à la culture japonaise : origami, calligraphie, etc.” ■ Etes-vous favorable à des contrôles accrus pour la sécurité autour de la drogue ou de lʼalcool ? A.A. : “Bien évidemment. Cʼest dans ce but que nous ne vendons pas dʼalcool fort et que nous avons signé la charte mise en place dans tous les restaurants et bars de Monaco pour la protection des mineurs et la prévention de lʼalcool au volant. Cette sécurité est la marque de fabrique de lʼassociation et cʼest aussi pour cela quʼelle est respectée et fréquentée”. Photo © DR

INTERVIEW


Mars 2010

Dossier Spécial

La Principauté

Etre jeune à Monaco

3

ouvelles générations qui à leur tour doivent susciter et mériter cette confiance pour mettre enfin aux oubliettes l’éternel conflit générationnel

est-ce vraiment une chance?

é. Il y a bien sûr l’alcool, la drogue, la vie nocturne : mais il faut écouter les jeunes et mieux soutenir leurs initiatives que faire de bonnes études à Monaco, puis à lʼétranger, soit la garantie dʼune situation correspondant à ses études et ses compétences dans son propre pays. Cela ne veut pas dire quʼêtre jeune à Monaco est sans danger. La jeunesse reste un moment périlleux de la vie, celui des tentations et de lʼillusion de lʼinvincibilité. Il y a bien sûr lʼalcool, la drogue, la vie nocturne. Il y a le syndrome du papillon attiré par la lumière et qui sʼy grille. Un jeune de Monaco membre dʼune famille normale a bien du mérite de ne pas devenir envieux ou aigri, de résister à la provocation de lʼargent facile et parfois arrogant et tentateur. Comment accepter quand on a 15 ou 17 ans dʼavoir moins que le copain dʼécole et de ne pas pouvoir suivre financièrement. Nos jeunes ont besoin dʼune éducation éthique qui les protège des pièges de lʼépoque, et les encourage à sʼépanouir en leur en donnant les moyens. On peut beaucoup demander à condition de donner énormément. Voilà lʼesprit de ce numéro de La Principauté et de son dossier « jeunesse ». Nous donnerons la parole aux jeunes tout dʼabord pour rester cohérent… en premier lieu à Axelle Amalberti, nouvelle présidente de lʼassociation des jeunes monégasques, qui veut faire entendre la voix de la jeunesse et la faire prendre en compte dans lʼesprit fondateur de la génération Stéphane

INTERVIEW : GREGOIRE COMMEAU

Valeri, créatrice de cette association et aujourdʼhui aux affaires sociales. Un jeune diplômé monégasque ensuite, Grégoire Commeau, pour nous faire part de ses problèmes dʼinsertion dans le tissu économique, malgré de brillantes études. Un problème devenu prioritaire et qui dépend maintenant du ministère des affaires sociales et de la santé du même Stéphane Valeri. Hier il proposait, aujourdʼhui il sʼoccupe dʼagir et de mettre en œuvre des mesures. La majorité parlementaire est bien sûr très sensible aux priorités des jeunes électeurs ou des futurs électeurs, et nous verrons ses pistes avec Gérard Bertrand, nouveau président de la commission de lʼéducation et de la jeunesse. On laisse la parole, donc, tout dʼabord à eux : Axelle Amalberti, la nouvelle présidente de lʼAJM, à lʼexpérience de la diplômée monégasque à lʼétranger, titulaire dʼun MBA en marketing et communication. Après 6 ans en Italie, elle est de retour au pays avec le désir dʼincarner le nouveau souffle dʼune nouvelle génération. Et ensuite Grégoire Commeau, qui sʼest engagé également dans les combats de lʼAJM. Master 2 en Intelligence Economique Communication Stratégique, Master 2 en Droit et Pratique du Développement, il témoigne des difficultés à sʼintégrer dans lʼéconomie monégasque malgré des diplômes de haut niveau.

DOSSIER

ces derniers de Photo sus© PP citer et mériter une confiance qui doit mettre aux oubliettes lʼéternel conflit des générations. Monaco est un pays où la solidarité entre les générations peut devenir un atout majeur. Etre jeune à Monaco est une chance. Sinon pourquoi les familles non monégasques feraient elles des pieds et des mains pour inscrire leurs enfants à la crèche ou à lʼécole à Monaco ? Un système scolaire performant et sécurisé, cʼest dans le monde actuel un plus capital. Cela ne veut pas dire pour autant

“Communiquer pour éliminer les incompréhensions” ■ Grégoire Commeau, vous êtes membre de lʼAJM, vous êtes un jeune diplômé monégasque… trop diplômé ? Grégoire Commeau : “Jʼai déjà entendu, comme dʼautres, au cours de nos études et de nos stages : «mais pourquoi en faire autant ?». Doctorant en droit après avoir validé deux Master II, jʼai fait le choix de poursuivre des études longues, bercé par la culture familiale de ma mère Isoard, du devoir de servir au mieux son Prince et la communauté. Il faut savoir défendre ses projets professionnels. La recherche dʼun emploi pour les jeunes diplômés reste toujours une période difficile, notamment par lʼabsence de savoir-faire pour se vendre auprès des employeurs privés. Du côté employeur, lʼobstacle est lʼhomogénéisation et la standardisation du recrutement politique qui satisfont les besoins à court terme, au détriment dʼune valorisation de nouvelles compétences et de leurs apports pour lʼadministration et les entreprises. Si cela se comprend, on peut imaginer une valorisation des motivations et de nouveaux types de compétences qui nécessitaient une évolution culturelle et une compréhension mutuelle”. Comment ressentez-vous et interprétez-vous cette difficulté ■ certes personnelle mais largement partagée par dʼautres diplômés monégasques ? G.C. : “Jʼai rencontré des diplômés monégasques et enfants du pays qui ont connu des expériences similaires : sentiment dʼabandon, dʼincompréhension et de ressentiment face aux réponses que les employeurs leur font. «Allez travailler à lʼétranger», «Pourquoi rentrez-vous ?» ou encore les grands classiques «trop/pas assez de diplômes», «pas suffisamment dʼexpérience», «il faut être opérationnel !» Ces réponses standardisées ne permettent pas de mettre en place un dialogue de respect réciproque

entre jeunes diplômés et professionnels ; elles créent uniquement un sentiment de défiance. Lʼincompréhension est dʼautant plus forte que ces réponses font suite aux critiques relatives à lʼinsuffisance de monégasques diplômés”. ■ Avez-vous une suggestion dans le cadre de lʼassociation pour résoudre ce problème récurrent ? G.C. : “En tant que Secrétaire Général de lʼAJM, jʼai adhéré à lʼidée de faire de cette association un relais de communication. Pour ce faire, lʼAJM va mettre en place des moyens pour connaître les attentes des étudiants en fin de cycle et des lycéens cherchant à sʼorienter. Le Comité Directeur de lʼassociation tente de réaliser un état des lieux des difficultés rencontrées par les jeunes. Parmi les premières constatations, on note lʼabsence dʼun statut de stagiaire au sein de la fonction publique monégasque, la nécessité de communiquer sur les filières et les diplômes les plus pertinents pour trouver un travail, de clarifier les modalités de recrurecru tement du vivier en fonction des diplômes, dʼaméliorer la valorisation des profils, de faire évoluer le vivier vers une plateforme de formation autonome et développée avec des règles dʼaccès plus claires, aux écoles administratives françaises et, à la sortie, ouvrir vers dʼautres composantes de la sphère publique. Il serait opportun de développer des contrats-formation pour nos jeunes déjà fonctionnaires qui souhaitent suivre de nouvelles formations. Pour les profils scientifiques, un accompagnement spécifique est à créer pour trouver un emploi et en faire des ambassadeurs dʼinfluence au sein de communautés scientifiques reconnues. Enfin, il serait nécessaire dʼinciter et aider les monégasques qui souhaitent se lancer dans les affaires avec des rencontres diplômés Business Angel accrédités et une structure type couveuse”. Photo © DR

INTERVIEW


La Principauté

Dossier Spécial

Mars 2010

Etre jeune à Monaco

Dossier Spécial

INTERVIEW • Gérard Bertrand, Président de la Commission Education Nationale et Jeunesse du Conseil National

“Il faut sécuriser le parcours des jeunes jusqu’au premier emploi” Etre jeune à Monaco

PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

L

e nouveau président de la Commission éducation nationale et jeunesse du Conseil national, Gérard Bertrand, est un homme dʼouverture et de travail. De rigueur aussi. Des qualités quʼil met depuis longtemps déjà au service du monde associatif, et du judo club dont il est président. Une fonction qui lui permet de rester au contact de la jeunesse. Gâtés, nos jeunes ? Sans doute dans certains domaines, dit-il, mais attention à ne pas baisser la garde. Monaco nʼest pas une bulle et les problèmes existent. Et Gérard Bertrand entend bien les prendre à bras le corps. Interview.

DOSSIER

4

■ La Principauté : Comment abordez-vous ce nouveau rôle au sein du Conseil National ? Gérard Bertrand : “Je veux dʼabord rendre hommage à Brigitte Boccone-Pagés qui a marqué de son empreinte cette commission pendant 7 ans, et qui y a effectué un très important travail. Moi, Je ne fais pas partie du corps enseignant, mais ma porte est ouverte aux enseignants qui ont des problèmes, ou des propositions à faire. En revanche, étant moi-même père et grand-père, je connais assez bien les problèmes des jeunes. Par ailleurs, je suis engagé dans lʼassociatif depuis plus de 30 ans, et président dʼun club de sport, ce qui me permet de rester au contact des jeunes”. ■ LP : Etre jeune en Principauté aujourdʼhui, cʼest quoi ? GB : “Je pense que les jeunes en Principauté, sont gâtés, certainement plus que dans le pays voisin. Notre jeunesse est très entourée, avec notamment un système éducatif très performant, il suffit pour sʼen convaincre de constater les résultats du Baccalauréat. Je me permets ici de mettre en exergue lʼexcellence du système mis en place par Madame Lambin-Berti depuis des années. Au niveau sportif, les jeunes peuvent trouver ce quʼils désirent : tous les sports collectifs et individuels sont représentés en Principauté. Pour les loisirs, il est vrai que cela peut paraître un peu cher pour certains. Il y a beaucoup dʼattente en ce qui concerne la Maison de la Jeunesse qui doit ouvrir ses portes en Juin prochain”. ■ LP : Cette Maison de la jeunesse, justement, était un engagement fort du programme de la majorité parlementaire. Ouverture annoncée dans quelques mois au Portier. Êtes-vous satisfait ?

GB : “Globalement oui. Les jeunes attendent cette réalisation depuis des années. Ce sera un lieu de rencontre et de loisirs, avec je lʼespère des tarifs raisonnables. Dʼailleurs, je vais demander au Gouvernement le cahier des charges du concessionnaire, afin de voir si le désir de la majorité du Conseil National a été respecté. Jʼespère quʼil nʼy aura pas de dérapage”.

Photo © CN

■ LP : Comment sʼassurer que les jeunes pourront pleinement profiter de ce nouveau lieu de vie ? GB : “Nous avions demandé la mise ne place de contrôles, avec par exemple des cartes dʼabonnement, des plages horaires réservées aux plus jeunes, notamment les mercredis et samedis après-midi. Nous y serons très attentifs. Nous ne laisserons pas détourner la vocation du lieu vers des intérêts privés”. ■ LP : En matière dʼéducation, quelle sera votre action ? GB : “Je vais mʼattacher à concrétiser le travail fourni depuis plusieurs années par la Commission Education Jeunesse, notamment la sécurisation du parcours des jeunes, jusquʼà leur premier emploi. Je tiens à préciser que par sécurisation, on nʼentend pas surprotection, mais accompagnement. Cela concerne tous les jeunes, tant Monégasques que résidents. Je rencontrerai à ce sujet le nouveau directeur de lʼéducation nationale, M. Péri. Il serait également intéressant de développer des diplômes spécifiques à la Principauté, comme cela a déjà été fait dans le secteur bancaire. Il est nécessaire aussi dʼinformer les parents dʼélèves sur le bénéfice des études en alternance, et des stages professionnels. Lʼobjectif étant de permettre à tous les jeunes de Monaco de trouver des emplois dans le secteur privé en Principauté”. ■ LP : Je vous sais très attentif également aux questions de santé. Comment se porte la jeunesse monégasque ? Est-elle à lʼabri des tentations ? GB : “Monaco nʼest pas une bulle. Il y a des problèmes dʼaddiction. Le sondage effectué lʼan dernier a montré que nos jeunes utilisent et consomment eux aussi des substances illicites, sans parler de lʼalcool, etc.… Nous avons pris contact avec des professionnels du pays voisin qui sʼoccupent de ces problèmes. Je suis très sensible à cette question, et je vais demander au Gouvernement de prendre les mesures, adéquates pour protéger notre jeunesse. Il ne faut pas se voiler la face”.


Mars 2010

Dossier Spécial

La Principauté

Etre jeune à Monaco

5

INTERNATIONAL • Quelles sont les interrogations des jeunes des différents pays européens au moment d’entrer dans la vie active

L’Europe toujours à la recherche d’un modèle de jeunesse commun PAR PATRICE ZEHR

N

■ Des aspirations communes Il existe des traits communs entre les jeunes Européens, mais ces traits sont avant tout ceux dʼaspirations communes et de valeurs partagées : lʼaspiration à une vie indépendante et autonome, lʼenvie dʼavoir le temps de se construire et la liberté dʼorienter sa vie. Mais si les aspirations sont communes, en revanche les destins des jeunes Européens sont assez différents en fonction de leur pays dʼorigine, en raison principalement des aides étatiques, du marché du travail et de la structuration de lʼenseignement supérieur. A lʼissue de mon enquête, je pense pouvoir dire quʼau niveau des parcours de jeunesse, lʼensemble des Européens aimeraient à cet égard être scandinaves… ■ La conception des études Par rapport aux générations qui les ont précédées, le rapport aux études a bien évidemment changé. En quelques mots : il sʼagit dʼétudier plus pour gagner moins… Il est vrai que dans tous les pays européens, lʼenseignement supérieur sʼest démocratisé ces 50 dernières années. Cependant, si pour les générations antérieures, le passage par une formation universitaire était le gage dʼune ascension sociale et dʼune réussite professionnelle, aujourdʼhui lʼobtention dʼun diplôme nʼest plus le sésame absolu vers lʼemploi, ni une garantie dʼinsertion. On peut même parler dʼune promesse non tenue dʼintégration pour les générations entrées récemment sur le marché du travail, après un lourd investissement dans les études. A cet égard, la mobilisation des 1000 euristas en Espagne par exemple, un mouvement de jeunes diplômés ne dépassant pas les 1000 euros de revenus, est très révélatrice de la prise de conscience dʼun déclassement… ■ Devenir adulte Au Danemark et plus largement dans les pays scandinaves, devenir adulte signifie prioritairement « se trouver », dans des trajectoires de jeunesse indépendantes vis-àvis des parents, longues et exploratoires. Dans les pays plus libéraux tels le Royaume-Uni, il sʼagit davantage de «sʼassumer», cʼest-à-dire dʼaccéder rapidement et par ses propres moyens au statut dʼadulte. En

Photo © DR

DOSSIER

ous parlons dans ce dossier des jeunes à Monaco bien sûr. Ils ont notamment en tant que diplômés des problèmes particuliers du au fait que Monaco ne fait pas parti de lʼUnion Européenne. Ce choix légitime a certes des avantages mais également des inconvénients. Etre un « jeune communautaire » est cependant loin de résoudre tous les problèmes. Lʼappartenance à lʼunion ne gomme pas les différences nord – sud. Le marché du travail nʼest pas le même au Danemark, au Portugal, en Roumanie ou en Grèce. Finalement la situation qui parait objectivement la plus favorable est celle des jeunes scandinaves. Voici sur ce sujet une analyse de Cécile Van de Velde, maître de conférences à lʼEcole des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris, qui traite à fond le problème sociétal dans un ouvrage intitulé Devenir adulte - Sociologie comparée de la jeunesse en Europe (PUF, 2008). Les extraits sélectionnés sont tirés dʼun entretien réalisé par Mathias Garigo pour le site Café Babel - un site dʼinfos pour les jeunes européens. Ces réflexions nous ont paru résumer assez bien les interrogations de la jeunesse de notre continent dans sa diversité au moment dʼentrer dans la vie active. Les intertitres sont de la rédaction.

France comme dans les autres sociétés corporatistes, la jeunesse est pensée comme le temps dʼinvestissement dans les études afin de «se placer» dans un statut socioprofessionnel protecteur. Dans les pays méditerranéens, devenir adulte se vit plutôt comme un long cheminement vers la réalisation de trois pré-requis nécessaires pour «sʼinstaller» : un emploi, un logement et un conjoint. ■ Un modèle commun ? Malheureusement, la crise économique actuelle ne facilite pas la transition des modèles de jeunesse vers le modèle scandinave : celui-ci se fonde notamment sur un taux dʼemploi important et sur des aides étatiques massives de financement des études. Il est possible au contraire que les modèles brièvement présentés ci-dessus soient en réalité tous remis en cause, et se mâtinent tous dʼune dimension méditerranéenne en accentuant le temps dʼattente et lʼincertitude dans les parcours de jeunesse, à des degrés divers bien entendu.


6 La Principauté

Politique & Société

Mars 2010

FISCALITE • Une douche froide pour les Français de Monaco après les espoirs suscités par la décision de la Cour de Marseille

Le coup de frein de Bercy Une limitation unilatérale qui paraît anachronique de la souveraineté fiscale d’Etat indépendant PAR PATRICE ZEHR

B

POLITIQUE

ercy a décidé de ne pas tenir compte de la décision de la Cour dʼappel de Marseille. Cet arrêt avait fait naître de grands espoirs chez les Français, enfants du pays. Il reconnaissait que quelquʼun vivant depuis toujours à Monaco, y ayant ses activités, y payant ses cotisations et bénéficiant des prestations monégasques ne devait rien à la France et notamment pas un impôt sur le revenu. Une décision présentée comme de bon sens par rapport à une situation fiscale discriminatoire au niveau du droit international et remontant à 1962, une autre époque et un autre contexte. ■ Une réponse très claire, mais... La réponse de Bercy est cependant claire : ce cas particulier nʼa pas vocation à établir une jurisprudence. Cʼest une constatation de lʼanalyse des magistrats qui a douché les Français de Monaco. Ils doivent donc continuer à payer les impôts sauf à se pourvoir individuellement en justice. Bercy sait que cela sera long et coûteux et découragera sans doute le plus grand nombre des demandeurs potentiels. Mais on peut aller plus loin et se demander pourquoi cette décision. Tout dʼabord parce que dans la situation actuelle des pays endettés – un sou est un sou. Et puis il y a lʼimage fausse, mais forte, de privilégiés partis à lʼétranger pour vivre mieux. Les Français de Monaco sont catalogués riches et profitants dʼune évasion fiscale. Cʼest faux, sauf pour les « dinosaures » établis avant 57, et en voie dʼextinction. Cʼest faux, mais la réalité de la situation des Français de Monaco nʼa jamais franchi le mur des suspicions et des contre-vérités. ■ La politique a ses raisons... On se prend dʼailleurs a douter que cette vérité intéresse la France, même si se vide une communauté faisant partie de lʼidentité nationale monégasque. Lʼéquité butte sur le politicien. Qui en effet prendra à Paris le risque politique, surtout en période électorale, de faire un cadeau fiscal à des soi-disant privilégiés au cœur dʼune Principauté bling bling. Cʼest la caricature qui lʼemporte sur la réalité et la justice. Nʼy a-t-il rien à faire autrement ? Cʼest aux hommes politiques monégasques dʼy réfléchir et dʼagir.

Photo © DR

On peut cependant faire quelques constatations de bon sens au regard du droit international. La situation des Français de Monaco est une discrimination indiscutable par rapport aux autres résidents étrangers. Elle est rendue possible par la limitation unilatérale de la souveraineté de Monaco. Un Etat indépendant impose la fiscalité de son choix à ses résidents… cʼest vrai partout dans le monde, sauf pour les Français de Monaco. Cʼest une survivance des traités inégaux, dʼune période quasi coloniale établissant un protectorat fiscal sur une population en raison de son origine. ■ Un problème de droit international ? Tout cela est en contradiction avec le respect des souverainetés nationales dans le droit du même

nom. Une survivance incongrue. Une situation qui pourrait être condamnable devant des juridictions internationales. Monaco a de plus fait des efforts financiers importants pour normaliser sa place financière par rapport à lʼévasion fiscale. Monaco est un pays normal et reconnu comme tel, un pays indépendant qui joue son rôle international. Sa nouvelle équité et transparence dans lʼordre mondial et lʼespace européen mériteraient plus de réciprocité. Sur la fiscalité de ses résidents étrangers, Monaco doit être reconnu internationalement comme Etat indépendant à part entière - ce rétablissement de souveraineté coûterait certes quelques sous à Bercy…. Le juste prix de la fin dʼune injustice anachronique.

“Scudo fiscale” italien : impact limité à Monaco n» le craignait ce nouveau “scudo” italien, le troisiètroisiè me depuis 2001. Finalement il n’aura causé que des «O dégâts collatéraux limités, en Principauté. Un langage un

Photo © CN

Les retombés sur lʼéconomie monégasque

peu guerrier, mais qui correspond bien à la chasse aux fraufrau 1 - Impact du récent « scudo fiscale » deurs, aux « évadés », que mènent aujourd’hui la plupart Impact brut : 4,98 milliards d’euros des services fiscaux dans le monde. (soit 6,4% du total ressources au 30.09.09) En présentant l’impact chiffré du scudo, Etienne Franzi, prépré sident de l’AMAF (1), a fait part de son soulagement : « Rimpatrio juridico 1,55 milliards d’euros J’étais assez inquiet. Finalement c’est beaucoup moins que je (soit 2% du total) ne craignais. Je m’attendais facilement au double ». Le boubou clier fiscal italien qui a pour but de rapatrier les actifs non Impact net : 3,44 milliards d’euros (soit 4,4% du total) déclarés déposés à l’étranger n’aura donc pas trop affecté le secteur bancaire monégasque. Même si les sommes concerconcer 2 – Evolution des ressources de la Place nées se chiffrent en milliards d’euros. 4,98 milliards d’euros déclarés aux autorités romaines (6,4% des ressources plapla Milliards euros 31.12.08 30.09.09 31.12.09 cées à Monaco au 30.09.09). Une partie des ressortissants Titres 44,6 51,3 50,4 italiens (2) a même choisi de procéder à une simple déclaraDépôts 30,5 26,3 25,0 tion, tout en laissant les capitaux à Monaco, comme les y Total 75,1 77,6 75,4 autorisait le « rimpatrio juridico ». Au final, l'impact net du 3 – Evolution des crédits de la Place « scudo fiscale », soit 3,44 milliards d'euros, ne dépasse pas 31.12.2008 31.12.2009 les 4,4 % du montant des ressources totales de la Place 9,09 milliards euros 10,01 milliards euros monégasque. Des ressources en légère progression même : + 10,1% 75,4 milliards d'euros à fin 2009, contre 75,1 fin 2008. Les délais pour bénéficier de l'amnistie fiscale ont été pro pro-longés par le gouvernement Berlusconi jusqu'à fin avril 2010. Cela ne devrait pas changer grand chose. D’autant qu’aucune convention sur des échanges d’informations entre services fiscaux n’a été signée entre Monaco et l’Italie. Le ministre italien des finances s’estime satisfait des résultats globaux de ce scudo, estimant les avoirs rapatriés à 95 milliards d’euros à ce jour, sur quelques 550 milliards d’avoirs italiens à l’étranger. Des chiffres qui doivent faire rêver à Bercy. (P.Y.R.) (1) Association monégasque des activités financières (2) Communauté italienne en Principauté : environ 6500 résidents.


Mars 2010

Politique & Société

La Principauté

INTERVIEW • Le Ministre d’Etat Jean-Paul Proust dresse le bilan de presque 5 ans à la tête du Gouvernement Princier

“Je suis fier d’avoir servi Monaco et ses habitants” “Je suis très confiant pour l’avenir : le modèle économique monégasque est solide et les fondamentaux sont bons” PAR PATRICE ZEHR

C

ʼest le jeudi 14 janvier que Jean-Paul Proust a présenté pour la dernière fois en tant que Ministre dʼEtat ses vœux à la presse. Son successeur, Michel Roger, arrive à la fin de ce mois. Michel Roger, 60 ans, est un éminent juriste, haut fonctionnaire français, ancien conseiller au cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (2002). Michel Roger n'est pas un inconnu en Principauté puisqu'il s'agit d'un des sept membres du Tribunal suprême de Monaco, la plus haute juridiction monégasque. C'est en tout cas sur une décision personnelle du Prince Souverain que le juriste français a été désigné en accord avec le Président Sarkozy. Un profil très différent de M. Proust, préfet de police. Chaque fois que change un Ministre dʼEtat, on se demande ce qui va changer à Monaco. Le style certainement, car pour le reste cʼest le Prince Souverain qui fixe le cap et les priorités. Les bons ministres français sont ceux qui deviennent rapidement monégasque, et ce fut le cas de Jean-Paul Proust. M. Proust va laisser un bon souvenir et des regrets, mais il va lui aussi regretter Monaco. Cʼest pourquoi nous avons voulu quʼil nous parle de la Principauté avec son cœur pour un bilan certes politique, mais aussi pour un au revoir plus intime. Cet homme la a aimé Monaco, et en lʼaimant il a appris à connaître ses réalités. Il a pu toucher du doigt le fossé entre lʼimage de la Principauté et le vrai Monaco. Il a contribué à cette tâche immense et prioritaire : faire reconnaître Monaco pour ce quʼil est, un vrai pays indépendant et fier de lʼêtre dans un attachement familial unique au monde à une famille princière. ■ Monsieur le Ministre, quel est votre état dʼesprit avant de quitter la Principauté de Monaco et le service du Prince Souverain comme de sa population ? Jean-Paul Proust : “Je ressens à la fois une certaine fierté et une réelle satisfaction. Fierté dʼavoir travaillé sous lʼAutorité du Prince Souverain et dʼavoir animé lʼéquipe gouvernementale au service de la Principauté et de ses habitants. Satisfaction également dʼavoir contribué, à la place qui est celle du Ministre dʼEtat, au développement et au rayonnement de Monaco dans une période qui a été particulièrement riche en grands événements. Je me félicite également dʼavoir pu faire mieux connaître la Principauté et ses spécificités. Chacun doit mesurer à quel point ce pays est dynamique, inventif et ouvert sur le monde”. ■ Que aimeriez-vous que les Monégasques retiennent de votre action gouvernementale ? J.P.P. : “Jʼaimerais que lʼon garde le souvenir dʼun Ministre dʼétat à lʼécoute, capable de dialoguer avec les uns et les autres. Jʼaimerais également que lʼon souligne mon attachement à ce pays que jʼai découvert au fil des années et que jʼai appris a aimer dans toutes ses dimensions. Je me rends compte à quel point la Principauté est souvent méconnue, réduite à des clichés qui ne correspondent pas à grand chose. A vrai dire, jʼai découvert à Monaco un système original et performant, une monarchie constitutionnelle à la

Photo © Centre de Presse

S.E. M. Jean-Paul Proust, 70 ans le 3 mars, ancien Préfet de police de Paris, est Ministre d'État de la Principauté de Monaco depuis le 1 juin 2005

fois ancrée dans les traditions, mais aussi moderne et qui a su sʼadapter à son époque”. ■ Êtes-vous confiant pour lʼavenir de la Principauté ? J.P.P. : “Oui, très confiant. Je ne vous apprendrai pas que le contexte international est préoccupant à bien des égards. Mais je pense que le modèle économique monégasque est solide, les fondamentaux sont bons et je crois sincèrement que Monaco dispose de nombreux atouts pour entrer dans ce « monde nouveau » avec enthousiasme. Ce pays a des racines profondes, des traditions qui lui sont propres, ce sont des forces quʼil convient de mettre en valeur, surtout

lorsque le climat général est plus difficile”. ■ Comment définiriez-vous à votre successeur les spécificités qui font de Monaco un pays unique ? J.P.P. : “Monaco pour moi, cʼest dʼabord lʼattachement indéfectible des Monégasques et de la population de Monaco au Prince Souverain et à sa Famille. Cʼest aussi un art de vivre singulier dans lʼEurope dʼaujourdʼhui, une société ouverte et cosmopolite riche de sa diversité, et dont le rayonnement est inversement proportionnel à sa taille ! Cʼest une chance que dʼavoir connu cette expérience au terme dʼune longue carrière de serviteur de lʼEtat”.

Anne Eastwood nommée nouvelle Directrice Générale du Département des Affaires Sociales et de la Santé Photo © DR

nne EASTWOOD, 34 ans, vient d’être nommée par Ordonnance Souveraine en qualité de Directeur Général du Département des A Affaires Sociales et de la Santé. Elle rejoint ainsi le nouveau

Conseiller pour les Affaires Sociales et la Santé, Stéphane Valeri, dont elle était depuis trois ans le Chef de Cabinet au Conseil National. Anne Eastwood a effectué toute sa scolarité au Lycée Albert Ier. Après une année de classe préparatoire, elle est reçue la plus jeune de France aux concours des écoles de commerce parisiennes et intègre à 17 ans la prestigieuse Ecole des Hautes Etudes Commerciales. Diplômée d’H.E.C. et titulaire du D.E.S.S. Juristes d’Affaires de la Faculté Jean Monnet - Paris XI, elle suit le cursus de l’Ecole de Formation du Barreau et obtient en 1997 le Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (CAPA). Avocat à la Cour d’Appel avode Paris de 1997 à 2003, elle exerce pendant sept ans comme avo cat d’affaires au sein du cabinet français Siméon & Associés puis du cabinet anglais Lovells L.L.P. En 2003, elle fait le choix de rentrer en Principauté pour rejoindre la Direction Générale du Conseil National comme Chargée de Mission pour les Affaires Juridiques, avant d’être nommée Directeur Général du ce Conseil National en janvier 2007, puis Chef de Cabinet du Président du Conseil National, à la création de poste, en mars 2007.

7


8 La Principauté

Politique & Société

Mars 2010

INTERVIEW • Comment les changements politiques de ces dernières semaines sont-ils perçus : Eric Guazzonne, Président UNAM

“On s’inscrit dans la continuité” PAR PATRICE ZEHR

L

POLITIQUE

e départ dʼune personnalité comme Stéphane Valeri de la présidence du Conseil national se devait forcément de faire bouger les lignes. Nous avons voulu savoir comment les changements politiques de ces dernières semaines étaient perçus par les partis de la majorité parlementaire. Nous commencerons par lʼUNAM avec son Président Eric Guazzonne. Il manifeste une identité revendiquée, quʼil veut rendre plus lisible. Vous verrez également que le vice président Bernard Marquet lui ne se représentera pas le 7 avril prochain, et va même changer dʼétiquette majoritaire (voir encadré). Les grandes manœuvres ont certainement commencé...

■ Lʼarrivée au Gouvernement voulue par le Prince Souverain, de Stéphane Valeri, ancien Président du Conseil National, et son remplacement par le docteur Robillon, est un événement politique important notamment pour ceux qui ont été élus par les monégasques. Comment avez vous ressenti personnellement ces changements ? Eric Guazzonne : “La nomination de M. Stéphane Valeri est une volonté Souveraine et il ne mʼappartient pas de la commenter. Je lʼinterprète comme le désir de voir nos deux institutions, Conseil National et Gouvernement, travailler de concert dans le respect de la Constitution. Cʼest aussi, à mon sens, la reconnaissance du travail effectué depuis 2003 par toute une équipe au sein du Conseil National”. ■ LʼUNAM est la deuxième composante de la majorité. Comment le mouvement perçoit-il maintenant ses rapports avec le nouveau président et le mouvement partenaire ? E.G. : “LʼUNAM sʼinscrit dans la continuité de son action. Traditionnellement, depuis 2003, le Président du Conseil National est issu de la composante majoritaire de lʼUPM et le Vice-président de la minorité de cette alliance. LʼUP a désigné Monsieur Jean-François Robillon comme candidat et cʼest tout naturellement que lʼUNAM a soutenu sa nomination. Le style du nouveau Président sera indéniablement différent du précédent, mais nous avons été élus sur la base dʼun programme ; pour nous le plus important reste la réalisation des engagements que nous avons pris en 2008 et pour lesquels les électeurs nous ont fait confiance. LʼUNAM est liée à son partenaire de la majorité par la même volonté de participer à lʼévolution de Monaco au travers de son action au Conseil National”. ■ Où en est votre formation, comment affirmer son identité dans lʼunité de la majorité ? Quelles sont aujourdʼhui sʼil y en a, les priorités qui vous distinguent sans vous opposer, de lʼUP ? E.G. : “Nous étions naguère un parti «intimiste», nous avons aujourdʼhui la volonté de devenir un parti plus traditionnel et de grandir en restant résolument tournés vers lʼavenir. Nos convictions sont réelles, mais nous savons rester à lʼécoute car nous sommes convaincus que le dialogue, le débat et la confrontation dʼidées, tou jours dans un esprit constructif, sont au centre de la vie politique et économique de Monaco. Le développement de la communication entre les différents acteurs socioéconomiques de notre pays est nécessaire à sa modernisation. Nous sommes conscients que seule une économie forte nous permettra de maintenir un effort social important. Cʼest la raison pour laquelle la recherche de nouvelles recettes figure dans nos priorités. Notre défi majeur est donc de définir les paramètres qui encadreront la mutation de lʼéconomie de notre pays pour renforcer son attractivité. Maintenir un investissement public important, tout en contenant la hausse des dépenses de fonctionnement de lʼEtat, est un exercice difficile qui ne pourra être réalisé sans la participation de tous les organes économiques de la Principauté. Nous travaillons à la mise en place de mesures efficaces qui faciliteront lʼinstallation des entreprises à Monaco. Cʼest la raison pour laquelle nous cherchons à assouplir les démarches administratives et proposer une offre de surface industrielle et commerciale adé-

quate. Les jeunes monégasques diplômés sont de plus en plus nombreux, cʼest une réalité. Leur avenir dans leur propre pays passe par notre capacité à trouver des solutions incitant les entreprises à les engager, notamment dans le secteur privé. LʼUNAM est sensible aux attentes des jeunes. Cʼest un travail de longue haleine qui dépasse le simple effet dʼannonce; sa concrétisation nécessite, une fois encore, la participation de tous les organes économiques de la Principauté. La qualité de vie est aussi un paramètre essentiel de lʼattractivité de notre pays et la culture en est un des facteurs. Lʼoffre culturelle de très haut niveau déjà présente et qui contribue à la renommée de notre pays en lui conférant un rayonnement international exceptionnel doit bénéficier dʼune communication toujours plus soutenue. De même, il est souhaitable de continuer à encourager la création artistique monégasque qui enrichit notre patrimoine culturel et met ainsi en valeur lʼidentité et les particularismes de notre pays. LʼUNAM souhaite que Monaco soit une ville animée par le dynamisme de ses multiples manifestations culturelles. Nous essaierons, par la création de nouvelles manifestations, telles que les « nuits blanches de la culture, » ou plus simplement en redonnant à la fête de la musique sa vocation originelle, ou encore en mettant à disposition des artistes du cru une salle dʼexposition leur permettant de sʼexprimer dans leur pays et de participer à lʼessor de la vie culturelle. Lʼidée dʼune maison de la culture reste à développer”. ■ Pensez-vous quʼavec ce nouveau président les relations seront apaisées, avec une opposition qui ne semble pas très réceptive pour le moment aux offres dʼouverture ? E.G. : “Nos rapports avec lʼopposition restent inchangés. Nous avons, depuis 2008, toujours marqué notre volonté dʼouverture en cédant, à chaque fois que cela était possible, un poste dans les diverses commissions mixtes où le Conseil National est représenté. Il y a une majorité et un parti dʼopposition ; ce sont les électeurs qui en ont décidé ainsi. En conséquence, cʼest à nous, majorité, de diriger les affaires du Conseil National”. ■ Comment peuvent évoluer vos rapports avec le

Photo © CN

M. Eric Guazzonne, 48 ans, Président de lʼUNAM lʼʼUNAM UNAM Gouvernement et bien sûr avec le Conseiller aux affaires sociales et à la santé. Un président du parlement au Gouvernement Princier, cʼest de la modernité qui prend en compte pour vous la volonté des électeurs ou un mélange des genres qui nʼest pas sans danger comme lʼaffirme lʼopposition ? E.G. : “Quel danger y a-t-il à nommer une personne qui connaît bien les réalités du terrain ? Cela ne pourra que renforcer le dialogue constructif entre les deux institutions. Cette nomination, nous le répétons, reste une volonté Souveraine. Pensez-vous quʼil soit souhaitable ou même envisageable de la commenter ? Les défis qui attendent Monaco sont trop importants pour que nous nous arrêtions à ce genre de polémiques politiciennes. LʼUNAM souhaite poursuivre son action sereinement”.

Bernard Marquet rejoint l’UP

ernard Marquet, vice président du Conseil B National et figure de l’UNAM a décidé de quitquitter son mouvement d’origine pour rejoindre l’UP

Photo © CN

dont il a toujours été très proche, s’opposant parfois à son propre groupe. Voila qui va relancer la compétition le 7 avril prochain pour le poste de vice président, qu’un accord politique attribue depuis la première victoire commune de l’UPM à l’UNAM. L’UNAM proposera donc un/une nouveau(elle) candidat(e). C’est toute la présidence du Conseil National qui sera alors renouvelée. ■ Bernard Marquet a ainsi expliqué sa décision : “Depuis 2003, l’UPM symbolise la majorité du Conseil National au sein de laquelle sont représentés les mouvements politiques que sont l’Union pour la Principauté (UP) et l’Union Nationale pour l’Avenir de Monaco (UNAM). L’UPM est une alliance politique fondée sur un programme qui à l’occasion des élections de 2008 a recueilli une vaste adhésion des Monégasques. A diverses reprises, depuis le début de la mandature 2008/13, le fossé s’est creusé avec mes collègues de l’UNAM, s’agissant de leur interprétation du programme de la majorité et de la démocratisation de notre mouvement. Conformément à l’accord politique unissant la majorité et en application d’une décision interne à l’UNAM, lors de la prochaine séance publique consacrée au renouvellement du Bureau du Conseil National, cette dernière présentera un nouveau candidat au poste de Vice-président. Bien entendu, je continuerai à assumer la fonction de Vice-président, jusqu’au renouvellement du bureau, et je souhaite par avance à mon successeur quel qu’il/elle soit, la pleine réussite dans cette lourde charge auprès du Président Robillon qui a toute ma confiance. Je poursuivrai également mon mandat auprès de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de L’Europe où je suis en charge de plusieurs rapports et de leur suivi. Enfin, je précise que je ne quitte pas la majorité, ayant décidé de m’y ressourcer en rejoignant les rangs de l’UP au sein desquels je suis convaincu d’être mieux à même de défendre le programme UPM pour lequel nous avons été élus, ainsi que l’intérêt général et les valeurs qui me sont chères et auxquelles je ne dérogerai jamais”.


10 La Principauté

l’Actualité l’

Mars 2010

TECHNOLOGIE • Au salon Imagina, premiers éléments de la maquette numérique de Monaco

La Principauté vue en trois dimensions

ALAN PARKER-JONES ans le cadre du salon Imagina, qui s’est tenu début février au Grimaldi Forum, la Direction de la Prospective, de l’Urbanisme et de la Mobilité (DPUM) a présenté les premiers éléments de la «maquette numérique 3D» de la Principauté (*). PAR

D

Edité par GLOBAL MEDIA ASSOCIATES Sas

“ Le Beausoleil de Monaco”

6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil

Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 glomed.free.fr/laprincipaute.html email : glomed@free.fr Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker Avec la collaboration de Lisa Arquette Mary Coles Amanda Coutelle Pacôme Hautrelles Isabella Lanciotti Jean-Philippe Lucas Pierre-Alain Martini Alessandro Paparella Alan Parker-Jones Photos Claudia Albuquerque Olivier Almondo Centre de Presse Projet graphique PDC Milano Promotion & Publicité Global Media Associates Service Publicité

Diffusion Monaco & Côte d’Azur SEC Cour Anc. Gare SNCF Impression Graficolor Regione Prati - Arma di Taggia (IM) Le tirage de ce numéro a été de 26.600 exemplaires

Copyright © 2010 by Global Media Associates Sas Piazza Caduti della Montagnola 48 • 00142 Rome

☞ La JCEM (Jeune Chambre Économique de Monaco) propose en partenariat avec l’IUM (The International University of Monaco), un cycle de formation intitulé "Académie de l’Entreprenariat", qui s’adresse aux jeunes entrepreneurs, et à tous ceux qui aspirent à créer un jour leur propre entreprise. ☞ Forum de l’emploi, des métiers et des jobs d’été à Menton le mercredi 17 mars, au Palais de l’Europe. Informations, ateliers CV, conseils, rencontres avec des professionnels, de quoi dynamiser votre vie professionnelle. Entrée libre de 9h à 18h. Renseignements : bureau information jeunesse : 04 93 28 60 50. Bij.menton@wanadoo.fr

☞ Tony Ramoin, membre du club Back to back d'Isola 2000 a décroché une médaille de bronze pour ses 1ers JO. Tony Ramoin a décroché une belle médaille de bronze en snowboardcross. Loin d'être le représentant tricolore le plus attendu, le Français a tiré son épingle du jeu. Venu à Vancouver pour apprendre, respirer les Jeux Olympiques et se forger une expérience en vue des Jeux de Sotchi, Tony Ramoin n'avait jamais couru en Coupe du monde avant le mois de janvier dernier. Un grand exploit. ☞ 1910 – 2010, le Musée Océanographique de Monaco, fondé par le Prince Albert Ier, s’apprête à célébrer ses 100 ans d’existence. Lancement officiel des célébrations le pla 29 mars prochain. Ce programme placera le Musée Océanographique de Monaco au centre de l’action de la Principauté menée en faveur de la protection de l’environnement et de la biodiversité, thème international de l’année 2010.

M&IT AWARDS

Trois prix pour Monac Monaco!

undi 22 février 2010, au Novotel London West, se sont tenus les L M&IT Awards, une cérémonie orga-

☞ Réunions Publiques d’Information sur la Politique Locale de l’Habitat de la Communauté d’Agglomération de la Riviera Française. La crise du logement sévit dans les Alpes-Maritimes et plus encore sur le territoire de Communauté d’Agglomération de la Riviera Française, (Beausoleil, Castellar, Castillon, Gorbio, Menton, Moulinet, Peille, Roquebrune Cap Martin, Sainte-Agnès, Sospel, La Turbie) où les facteurs de la crise – rareté du foncier, présence d’une clientèle étrangère à fort pouvoir d’achat et flambée des prix – sont exacerbés. 3 réunions d’information sont organisées par les élus : Jeudi 25 mars de 18h30 à 20h – à La TURBIE (Salle des mariages – avenue de la Victoire) ; Jeudi 1er avril de 18h30 à 20h – à SOSPEL (Salle multimédia – Place St Michel) ; Jeudi 8 avril de 18h30 à 20h – à MENTON (Salons Résidence du Louvre).

(*) : Réalisée par les sociétés IGO, AERODATA et PIXXIM

Le premier journal d’actualité de Monaco

MONACO EN BREF

Pour l’année 2010, la Présidence de la Commission permanente d’EUROCONTROL sera assurée par Monaco représenté par Gilles Tonelli, Conseiller de Gouvernement pour l’Equipement, l’Environnement et l’Urbanisme. EUROCONTROL est une organisation européenne intergouvernementale civile et militaire créée au début des années soixante. Elle assure la gestion et la sécurité de la navigation aérienne sur l’espace aérien de ses 38 Etats membres. La Principauté de Monaco y a adhéré en 1997. La mission d’EUROCONTROL est de promouvoir un système de gestion de navigation aérienne uniforme en Europe tant pour les usages civils que militaires garantissant des conditions de sécurité maximale tout en minimisant les coûts et les impacts environnementaux.

«La réflexion autour de l’évolution des outils cartographiques et des technologies de représentation du territoire fait aujourd’hui émerger des besoins en données numériques 3D plus réalistes et plus complètes, avec lesquelles des simulations sur l’aménagement du territoire à long terme ou des présentations de futurs projets deviennent possibles» a expliqué Jean-Michel Manzone, Directeur de la DPUM, en soulignant que «la maquette Numérique 3D couvrira le territoire de la Principauté et ses abords immédiats avec une très grande précision». A terme, la maquette enrichie permettra une visualisation du territoire au plus proche de la réalité et autorisera les vues aériennes, la promenade et la simulation au niveau du piéton avec une représentation visuelle complète de l’environnement immédiat. Par ailleurs, la Principauté a signé la Charte d’Éthique de la 3D. Appliquée au domaine de l’aménagement du territoire, la Charte détermine les principes fondamentaux d’une utilisation éthique et déontologique des représentations tridimensionnelles du territoire fondée sur des données avérées.

La Principauté

Photo © FM

nisée par le magazine spécialisé anglais Meeting & Incentive Travel, qui regroupent les différents secteurs de l’activité touristique, afin de récompenser l’excellence des services et des produits proposés par ces derniers. Ainsi, plus de 7500 votes ont été comptabilisés, avec au programme 22 Prix à décerner. La Cérémonie a largement permis à Monaco de se distinguer puisque la Principauté s’est vue récompensée à trois reprises dans trois catégories diffé différentes, mettant ainsi à l’honneur la Destination Monaco, dont les atouts sont largement reconnus dans le secteur du tourisme d’affaires. Ainsi, l’hôtel Fairmont Monte Carlo, le Grimaldi Forum et la Direction du Tourisme et des Congrès de Monaco se sont vus attribuer la première marche du podium par les professionnels qui, ayant vécu l’expérience « Monaco » ont décidé de récompenser la qualité. Le Fairmont Monte Carlo, qui figurait parmi 274 nominés, a décroché le Prix Or du « Meilleur Hôtel hors Grande-Bretagne », devançant ainsi l’hôtel Ritz Carlton Arts à Barcelone, le Four Season à Istanbul et le Hilton à Malte. La Direction du Tourisme et des Congrès, quant à elle, s’est vue décerner le Prix Or du« Meilleur Bureau Convention hors Grande-Bretagne », précédant ses équivalents de Barcelone, Vienne et Hong Kong. Enfin, en tant que « Meilleur centre des Congrès hors Grande-Bretagne » le Grimaldi Forum a remporté son septième M&IT Award au cours de ces huit dernières années, se distinguant ainsi de ses principaux rivaux finalistes, les centres de congrès de Cape Town, Vancouver et le Suntec Singapour. Ce tir groupé est révélateur du potentiel de la Destination Monaco parmi les offres leaders dans le domaine du MICE (Meetings, Incentives, Conventions & Exhibitions) et constitue une formidable consécration pour l’ensemble des acteurs de la Principauté, surtout quand on connaît le degré d’exigence des opérateurs « made in England ». Plus que jamais, le slogan « Need a venue, we offer you a country » de la Direction du Tourisme de la Principauté prend tout son sens …

M&IT AWARDS

☞ Le salon EVER Monaco 2010 ouvrira ses portes du 25 au 28 mars prochain au Grimaldi Forum. Ce salon dédié à l'environnement, au développement durable, à la mobilité propre, à la santé publique et écocitoyenne est l’événement international – et incontournable - des véhicules écologiques et des énergies renouvelables. Au programme de cette édition: une centaine d'exposants, des conférences et tables rondes, le 4ème rallye Monte-Carlo des véhicules à énergies alternatives, le "ride&drive" consacré aux essais routiers, les rencontres de Monaco "Jeunesse et développement durable", le Challenge Performance 2 roues électriques. ☞ Samedi 20 mars à 21h00, Salle du Canton - Espace Polyvalent : Concert par Renan Luce. Renseignements : +377 93 10 12 10. Après avoir connu le succès en nou 2006 avec Repenti, Renan Luce fait à nouveau parler de lui avec la sortie de son deuxième opus, Le Clan des Miros. On y retrouve évidemment son goût du portrait vécu, ses anecdotes abracadabrantes et ordinaires à la fois, ses coups d’œil délidéli rants sur le quotidien, ses personnages résolument hors normes, ses confidences voilées de brume… ☞ Paolo Canciani expose ses oeuvres du 4 mars au 4 mai dans la siège de Société Général de Monaco. L’artiste italien est à la fois peintre, dessinateur et architecte d’interieur. Figurative, sa peinture classique-contemporaine, parfois enrichie de détails d’architecture, donc très moderne, le rapproche des “anachronistes”. Avec une compagnie américaine, il a décoré en 2005 le pavillon du restaurant Castelroc à Monaco-Ville.

La photographie du mois Peter and Dennis on the road again. La nouvelle version d’Easy Rider a du chien ! Qu’en pensez-vous ?


Mars 2010

Ecologie & Environnement

La Principauté

11

PROTECTION • Pour la première fois, un poisson “commercial” pourrait être classé dans les espèces importables seulement à des fins scientifiques

Monaco défend le thon rouge PAR PACÔME

S

i le thon rouge est classé en Annexe I, à Doha, tel que le demande Monaco, il en aura vu de toutes les couleurs... diplomatiques. Une première cependant, pour un poisson commercial, qui alimente un marché loin de chez lui. Pour la première fois, un poisson « commercial » pourrait être classé en annexe I de la CITES, ou Convention de Washington. A la veille de la réunion de la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, du 13 au 25 mars prochain à Doha, au Qatar, là est sans doute le point principal à retenir : le précédent que créerait cette inscription du thon rouge à son annexe I*. Sa seule inscription à lʼordre du jour de la CITES, à lʼinitiative de Monaco**, est qualifiée de « courageuse » par le WWF France. Charles Braine, chargé du programme pêche durable au WWF France, estime que « même si Monaco nʼa pas de pêcheurs, « ils » ont dû recevoir des pressions et très bien préparer cette inscription à lʼordre du jour.»

HAUTRELLES ment français que lʼon sait. Photo © DR Changement de commissaire, changement de ton ? LʼUnion européenne de « prôner » littéralement, le 22 février dernier, soit moins de trois semaines avant Doha, non seulement lʼinscription du thon à lʼAnnexe I, mais sans plus de délai ! Serait-ce que lʼEurope se blanchit au thon rouge ? Il nʼest plus question du délai de 18 mois demandé par la France. Le hasard du calendrier veut que la réunion ordinaire de la CITES se tienne en même temps que les élections régionales en France (14 et 21 mars), et il nʼétait pas possible « au regard du score élevé prêté à la liste Europe Ecologie, que la France reste « le vilain pays ». ». En outre, se pose désormais la question du marché des espèces à destination dʼun marché éloigné : le thon rouge, mais aussi les requins, objet de captures accessoires et de convoitise pour leurs ailerons, à destination des trois marchés principaux de Hong Kong, Singapour, et Taiwan. A ce titre, la CITES peut jouer son rôle à plein, qui nʼest pas de la protection des espèces, mais bien, ainsi que le rappelle encore Sylvie Guillaume, « un outil de régulation du commerce international.» Photo © MMM

■ Dominos et consignes de vote De fait, « jusquʼà lʼété dernier, la France nʼétait pas dans le coup… nʼavait pas cette intention politique ». Au point que le WWF sʼest déclaré « surpris » par la position de Nicolas Sarkozy, annonçant le 16 juillet dernier au Havre, soit très exactement au lendemain de Tables rondes du Grenelle de la Mer (un Grenelle resté prudent, en demandant lʼinscription soit en annexe I, soit en annexe II) son soutien à Monaco : une prise de position présidentielle, faute de consensus lors des négociations, entre les deux ministères de lʼEcologie et celui de lʼAgriculture et de la pêche… Contrairement à ses habitudes, le WWF a même « félicité » la position officielle française du 3 février dernier… position officielle initialement prévue pour être annoncée le 18 janvier, soit une semaine auparavant, lors du déplacement de Nicolas Sarkozy à Mayotte. Soutien français à Monaco donc, « alors que la France a toujours tenu le mauvais rôle dans les négociations sur la pêche», et que dans les réunions préparatoires de lʼICCAT, la Commission internationale pour la conservation des thonidés, « la France, lʼItalie et lʼEspagne ont toujours eu le dernier mot». La position de la France, on le sait, a eu un effet domino au sein de lʼUnion européenne, entraînant ainsi la position des Pays-Bas, de lʼAutriche. * . Annexe I = Les espèces inscrites à l'Annexe I sont les plus menacées de toutes les espèces aniComment le vote se déroulera-t-il ? « Chaque point inscrit à lʼordre du jour est exa- males et végétales couvertes par la CITES. Etant menacées d'extinction, la CITES en interdit le comminé dès la session ordinaire suivante, « à la condition que cette proposition soit merce international de leurs spécimens sauf lorsque l'importation n'est pas faite à des fins commersoumise au Secrétariat cent cinquante jours au moins avant la session », précise ciales mais, par exemple, à des fins de recherche scientifique. Dans ces cas exceptionnels, les transactions peuvent avoir lieu à condition d'être autorisées par le biais de la délivrance d'un permis d'imSylvie Guillaume, en charge de la délégation nationale française de la CITES : portation et d'un permis d'exportation (ou d'un certificat de réexportation). « non, seuls sont pris en compte lors des votes les pays présents et votants (per- . Annexe II = L'Annexe II est la liste des espèces qui, bien que n'étant pas nécessairement menacées sonnes disposant dʼune accréditation officielle de leur Gouvernement). Les pays actuellement d'extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n'était pas étroitecontrôlé. Elle comprend aussi ce qu'on appelle les "espèces semblables", c'est-à-dire celles dont non représentés ou représentés par une délégation non accréditée ne sont pas ment les spécimens commercialisés ressemblent à ceux d'espèces inscrites pour des raisons de consercomptabilisés dans le total servant de base au calcul des 2/3. Pour le calcul des vation. Le commerce international des spécimens des espèces inscrites à l'Annexe II peut être autorisé et doit dans ce cas être couvert par un permis d'exportation ou un certificat de réexportation. 2/3, les abstentions ne sont pas prises en compte. » Chaque pays dispose dʼune voix, soit une voix pour Monaco, une voix pour les ** Doc. 52, inscription à lʼordre du jour le 15 janvier 2010, modifié le 5 février 2010, sous la rubrique Etats-Unis, et vingt-sept voix au total, pour lʼUnion européenne… y compris lʼEtat « Interprétation et application de la Convention », « Commerce et conservation dʼespèces ». de Malte. «Il y a des consignes de vote, cʼest en lʼoccurrence tout lʼintérêt », précise de son côté Charles INITIATIVES Braine, « les pays européens sʼalignent sur la position de la commission. » Cela suffira-t-il ? «LʼUnion européenne, les Etats-Unis, Monaco évidemment, face au Japon : que voteront les pays dʼAmérique centrale, a Compagnie des Autobus de Monaco (C.A.M) va tester au sein de «qui nʼen nʼont que faire» ? ». Photo © DR

Bientôt tous à vélo électrique ?

■ Et Malte, dans tout cela… Position cornélienne, à défaut dʼêtre cas dʼécole, que celle de Malte, « qui a tellement investi dans les fermes dʼengraissage » tout en étant membre de lʼUnion européenne et de la CITES : un pays membre de la CITES « peut sʼexclure lui-même (article XXIV de la CITES), mais ne peut pas être exclu par des tiers. Par contre, dans certains cas, le Comité permanent, peut décider de recommander la suspension du commerce ou de toute transaction portant sur des spécimens dʼune ou de plusieurs espèces CITES. Cette décision est prise en cas de problème avéré de respect de la Convention par un Etat Partie lorsque cet Etat ne manifeste aucune intention de remédier au problème. 25 pays sont actuellement lʼobjet de suspensions de commerce partielles ou totales », précise encore Sylvie Guillaume (voir http://www.cites.org/fra/news/sundry/trade_suspension.shtml)... Il nʼest pas non plus exclu que Joe Borg, lʼancien Commissaire européen chargé de la pêche et des affaires maritimes, de nationalité maltaise, se présente aux prochaines élections présidentielles de son pays… Joe Borg, en fonction au cours de cette année 2009 où lʼUnion européenne avait estimé que son soutien « provisoire » à Monaco pourrait faire lʼobjet dʼun réexamen : provisoire en effet, puisquʼil avait dʼabord été retiré, à la demande de six pays (lʼEspagne, lʼItalie, la Grèce, la France, Malte et Chypre), avant le revire-

son entreprise la première station automatique de vélo par assisL tance électrique (V.A.E). La CAM a dʼailleurs reçu récemment vélos et

station, pour procéder à une série de tests et dʼévaluation, quant à la fiabilité du système. Si les essais sont concluants, il faudra étudier la viabilité du système, avec un panel dʼusagers. Il reste donc beaucoup de chemin à parcourir! CLEANENERGYPLANET, la société installée à Biot, (qui a déjà installé 40 V.A.E dans les parkings de Monaco) est devenue leader sur le marché de la mise en place de vélo station électrique modale, après avoir reçu le Prix de la ville de Paris au concours Lépine en 2007. Véritable révolution dans le déplacement urbain le V.A.E sera peut être la « voiture » de demain. Certes le passage ne sera pas évident, (on est loin de la Hollande où le vélo est devenu le roi du déplacement) mais le V.A.E a toutes les chances de devenir le moyen de transport préféré des monégasques pour se déplacer dans la Principauté (je peux vous dire que la montée du Beau Rivage sera du gâteau). Si le V.A.E passe avec succès la batterie de tests (techniques et logistiques) imposés par Roland De Rechniewski, directeur de la C.A.M, les monégasques pourront peut-être utiliser les vélos électriques à partir de septembre 2010. La C.A.M deviendrait alors la première entreprise en Europe à offrir sur la voie publique, en libre-service et de façon permanente des V.A.E grâce à lʼinstallation de vélo-station automatique. En théorie vous pourrez réserver votre vélo électrique par téléphone ou bien par internet, (grâce au système VULOG) le système sélectionnera le vélo disposant de la batterie électrique la plus chargée et vous le réservera tout en vous indiquant son numéro et son adresse précise. Vous aurez ensuite le choix de remettre le vélo à son lieu de départ ou de le laisser à une autre station-vélo (le système vous indiquera les places disponibles). Un peu compliqué, espérons que la C.A.M puisse trouver une utilisation plus souple… Alors, si lʼenvie vous prend de vouloir vous déplacer en plein air,(évidemment en hiver cʼest plus difficile) librement, sans contraintes dʼhoraires, tout en protégeant la nature et… votre ligne alors, le V.A.E est pour vous. La mobilité dite « durable » est en marche. Si vous souhaitez essayer les V.A.E, rendez-vous sur le stand de la C.A.M et de CLEANENERGYPLANET au salon EVER de Monaco, consacré aux véhicules écologiques du 25 au 28 Mars au Grimaldi Forum. (J.P.L.)

INITIATIVES


12 La Principauté RENDEZ.VOUS • Au Karé(ment) le 19 mars

“Live Art” en faveur de “Act for Nature” L

a prochaine soirée de LIVE ART aura lieu le 19 mars au profit de l’association « Act For Nature », au Karé(ment). LIVE ART ouvrira ses portes avec l’expo/vente au public vers 17h au son de la musique live. A 20h, les artistes commenceront les happenings LIVE ART en créant des pièces uniques et originales. A 23h, le

Art & Culture

Mars 2010

THEATRE • Une belle comédie d’Alain Cauchi au programme du TPG du 11 au 14 mars

“Belle(s) famille(s)” La vie entre en scène

Une pièce qui joue sur le thème de l’opposition sociale et culturelle de deux foyers

L

PAR

AMANDA COUTELLE

a comédie d'Alain Cauchi, joue sur un registre classique qui engendre à coup sûr le rire: l’opposition sociale et culturelle de deux familles… Le jeu des acteurs fait le reste, le tout soutenu par la profession de foi du metteur en scène Eric Civanyan : «La première envie du metteur en scène est un plaisir de spectateur curieux et impatient…»

Karé(ment) redeviendra club. Le public pourra rencontrer les artistes dans une ambiance festive et décontractée, les voir travailler et performer. Une quinzaine d’artistes au programme : VALENTINE, SERGE VAN DE PUT, Patrick GIBELLI, VERO CRISTALLI, GEBE (Grégory Berben), ONETEAS (Anthony Alberti), LARISSA ICKX, BELI (Belinda Bussotti), NATHALIE NADAL-OLIVIE, FRANCOIS CELLIER, MONIQUE THIBAUDIN, CHRISTOPHER COOK, PABLO MORGANTI, MARITA OCCELLI, ANOUK… Une partie des fonds récoltés sera reversée au profit de l’association monégasque de la biodiversité « Act for Nature » qui lutte pour la conservation des espèces animales et végétales en voie de disparition, entre autre la protection des lémuriens dans le Nord de la Madagascar. (J.P.L.)

«Belle(s) famille(s)» c'est l'histoire de Toni qui, étouffé par l'amour des siens, décide de quitter Marseille. A Paris il rencontre Mathilde, une jeune fille de bonne famille qui a, elle aussi, de sérieux soucis avec ses parents... Pour prouver leur bonheur et affronter la vie, ils achètent une maison à la campagne et décident de s'unir pour le meilleur. Pour le pire : ils invitent leurs parents un week-end pour annoncer la nouvelle.... Le metteur en scène, Eric Civanyan évoque l’auteur : «Alain Cauchi a l’art d’écrire des chroniques humaines touchantes, justes et drôles. La lecture du manuscrit a été un véritable coup de cœur parce que la vérité du ton fait qu’il est impossible de ne pas se retrouver dans son histoire. J’ai eu tout de suite hâte de donner vie à ses personnages pour avoir très vite la satisfaction d’assister à leur confrontation.» En scène : Alain Cauchi (l’auteur), Isabelle Caubère, Félicien Delon, Thierry Heckendorn, Mélodie Orru, Annick Roux. ■ La pièce et les critiques «La comédie d’Alain Cauchi est vraiment réussie. Le bonhomme aime ses personnages et les respecte. Il a le goût du terroir, ce qui permet de les inscrire dans une véritable identité.» (Le Figaro magazine) «Oscillant entre humour et tendresse la comédie d'Alain Cauchi contourne habilement les clichés (....) un agréable moment, grâce aussi au talent des acteurs ». (Télérama) «Une comédie efficace d'Alain Cauchi qui en dit beaucoup, l'air de rien sur l'éducation.» (Le Journal du dimanche) ■ «Belle(s) Famille(s)» : Théâtre Prince Grace - 12 avenue d’Ostende - Jeudi 11, vendredi 12, samedi 13 mars à 21h et dimanche 14 à 15h. Location : +377 93 25 32 27

LIVRE • Un voyage dans l’ancien temps de la région

Le Comté de Nice de 1200 à 1580... lors que l’on s’apprête à A fêter les 150 ans

du rattachement du Comté de Nice à la France, les Editions Mémoires Millénaires font Photo © DR paraître un recueil de textes - sous la direction d’Hervé Barelli - qui vont Photo © AC du XIIIe au XVIe siècle, couvrant en fait un large Moyen âge s’achevant dans le grand fracas du siège de 1543. On y trouve les plus anciennes descriptions du paysage niçois et de la ville ellemême, mais aussi des récits de grands moments d’histoire aujourd’hui passés dans la mémoire collective. Ces textes, souvent difficiles d’accès parce que toujours manuscrits, écrits parfois en niçois, et souvent en français ou en italien archaïques, sont ici présentés en version traduite, annotés et commentés par les meilleurs spécialistes de ces périodes. La possibilité pour chaque lecteur de goûter au plaisir rare de voir sous ses yeux se construire l’image de Nice, chef-lieu régional, port provençal puis redoutable forteresse des ducs de Savoie. Un ouvrage riche et… enrichissant. ■ 336 pages - Editeur : Mémoires Millénaires Editions www.memoiresmillenaires.com Livré sous 48h - Prix : 17 euros


La Principauté

Art & Culture

Mars 2010

MUSIQUE • 12ème Festival de Musique de Chambre de Beausoleil à partir du 6 mars

Concerts de qualité accessibles à tous... Une belle aventure qui débute en 1999 à l’initiative du musicien Alexandre Del Fa

L

PAR

AMANDA COUTELLE

a belle aventure du Festival de Musique de Chambre de Beausoleil débute en 1999 à l’initiative d’Alexandre Del Fa , fondateur de l’ensemble de guitares «Aïguetta Quartet», et directeur de l’Ecole municipale de musique depuis 1984, école qui compte 285 élèves. Un festival «entrée libre» que le musicien a résolument voulu accessible à tous…

Photo © AC

Lire et regarder...

par Amanda Coutelle

eut-on imaginer, dans un temps P devenu aussi politiquement correct sin que le nôtre, un personnage aussi sin-

gulier, et brillant romancier que Pascal Jardin ? Ecrivain, dialoguiste, noctambule, il était à la croisée des mondes de l'écrit et de l'image. Dans nom sa constellation, les étoiles se nommaient Paul Morand, Jean Gabin, Alain Delon, Simone Signoret, Romy Schneider... Côté cour, il aimait la femme et les femmes ! Côté «Jardin» il écrivait sans cesse, «La Guerre à neuf ans» (Grasset, 1976), pour Pierre Granier-Deferre cinéma «Le Chat», mais aussi «Le Vieux fusil» aujourd’hui des grands classiques. Pascal Jardin a raconté le troublant personnage que fut Jean Jardin son père dans «Le Nain jaune», avant que son propre fils, Alexandre, ne le fasse à son tour entrer dans la mémoire collective avec «Le Zubial». C'est cette mythologie que Fanny Chèze a parcouru pour tenter de distinguer la légende de la vérité… Elle a travaillé cinq ans à cette biographie rencontrant tous les proches de l'auteur de «La Bête à Bon Dieu». ______________________________________________ «Pascal Jardin» - Biographie - Fanny Chèze (Editions Grasset) ans un ouvrage précis et D vivant, Christophe Aguiton, Claude Allègre, Henri Atlan,

C’est le «Quatuor Elysée», considéré comme l’une des toutes meilleures formations caméristes actuelles, qui ouvrira le samedi 6 mars à 20h30 au Théâtre Michel Daner, le 12ème Festival de musique de chambre. Alexandre Del Fa, directeur de l’Ecole municipale de musique de Beausoleil à travers ce festival a réalisé un rêve et relevé un défi : créer un festival de musique de qualité, au cœur de l’hiver, dans une petite ville, entrée gratuite, et l’inscrire dans le temps. Une grande fierté pour le créateur de l’événement, la reconnaissance de Marc Monnet, directeur artistique du «Printemps des Arts de Monte-Carlo» qui depuis quatre ans se déplace à Beausoleil dans le cadre de ses concerts «hors les murs» comme ce sera le cas cette année le samedi 17 mars (à 20h30) en l’Eglise Saint-Joseph, pour le concert de Liana Gourdjia, Marc Coppey, Peter Laul, et David Gaillard, coproduit ave la ville de Beausoleil. Pour ajouter au plaisir de l’écoute celui de la découverte de l’histoire (petite ou grande) de la musique, le festival invite régulièrement le musicologue et chef d’orchestre André Peyrègne qui enrichit la Alexandre Del Fa, fondateur du Festival et directeur programmation par ses très sérieuses connais- de l'Ecole de musique de Beausoleil sances sans pour autant dédaigner de conter des anecdotes qui ont égrené sa vie de mélomane, anecdotes qui enchantent le public… Le festival est aujourd’hui très attendu par un public composé de mélomanes et d’amateurs de belle musique ravis de communier avec les artistes dans une salle à dimension humaine le Théâtre Michel Daner.

Michèle Barzach, Marc de Brichambaut, Boutros Boutros Ghali, Roland Castro, Malek Chebel, Vincent Champain, Daniel Cohen, Jean-Marie Colombani, Jean-Paul Courtois, Jean-Michel Darrois, Régis Debray, Claude Durand, Xavier Emmanuelli, Max Gallo, Marcel Gauchet, Christophe Girard, René Girard, Denis Kessler, Dominique Meyer, Bernard Millet, Nathalie Kosciuzko-Morizet, Éric Lecerf, William Lowenstein, Daniel Mesguich, Cédric du Monceau, Erik Orsenna, Didier Quillot, Michel Rocard, Philippe Sollers, Bernard Stiegler, Jean-Claude Trichet, Simone Veil, Patrick Zelnick) proposent des réponses à des questions clés : Le génie français est-il en déclin ? Le religieux sera-t-il un élément structurant de notre avenir ? La musique est-elle menacée par les nouvelles technologies ? La vie humaine a-t-elle un avenir ? En contrepoint, un des oracles de cette curieuse époque, Jacques Attali, «chahute » l'expert… ______________________________________________ «Le sens des choses» Jacques Attali - en collaboration avec Stéphane Bonvicini - 1er Hyperlivre : texte, musique, vidéo, interactivité ! (Editions Robert Laffont) uperbe et passionnant catalogue Stéeaccompagnant l’exposition présenactuellement à la Pinacothèque de

Paris, Commissair Commissaire : Marc Restellini, Historien d’art et organisateur d’expo d’expositions à travers le monde (Modigliani, Renoir, Picasso...) inau inaugure la Pinacothèque de Paris en 2003, le musée prend un nouveau départ en juin 2007, place de la Madeleine, et accueilli, depuis des expositions majeures : Roy Lichtenstein, Soutine, Man Ray, Georges Rouault, Jackson Pollock, Valadon-Utrillo, L’âge d’or hollandais de Rembrandt à Vermeer... et depuis le 18 février le peintre norvégien Edvard Munch… La Pinacothèque de Paris s’est associée au Théâtre de la Madeleine et au Théâtre de l’Athénée, pour proposer à ses visiteurs une offre partenariale autour de la pièce «Maison de poupée», d’Henrik Ibsen, célèbre scénographe et dramaturge norvégien, contemporain de Munch. Sur présentation d’un billet d’entrée de l’exposition Edvard Munch les visiteurs de pourront bénéficier d’un tarif privilégié dans ces théâtres. ____________________________________________ «Edvard Munch ou «l’anti « Cri» - (Editions de la Pinacothèque)

Demandez le programme ! ■ Samedi 6 mars à 20h30 : «Quatuor Elysée » Olivier Lusinchi (flûte traversière) et Anthony Leroy (violoncelle) ■ Samedi 13 mars à 20h30 : «Nubes de Buenos Aires» James Strauss (flûte traversière) et Cesare Chiacchiaretta (bandonéon) ■ Samedi 20 mars à 20h30 : «Ensemble Hêlios» Florence et Noël Cabrita dos Santos (piano et violon) MUSIQUE • Un tour du monde des oeuvres ■ Samedi 27 mars à 20h30 : «Trio Modigliani» Mauro Loguercio (violon), Francisco Pepicelli (violoncelle) et Angelo Pepicelli (piano) ■ Samedi 17 mars à 20h30 : «le Printemps des Arts» - Hors les murs – Concert de Liana Gourdjia, Marc Coppey, Peter Laul, et David Gaillard, e tour du monde des musiques novatrices. coproduit avec la ville de Beausoleil, au Sanctuaire Saint-Joseph. C’est une voix d’une délicatesse infinie, tels les flocons virevoltant à la première bise, qui ■ Le samedi 6 mars à 15 heures, rendez-vous à la Fnac Monaco : Le ouvre le volume 6 de la Planète Bleue. Celle de «Quatuor Elysées» interprètera quelques œuvres dans le cadre de la Synnøve Rognlien. Cette jeune Norvégienne présentation du Festival par son créateur Alexandre Del Fa.

les plus innovantes

La planète bleue, Volume 6

L

prend tous les risques en ne chantant que dans sa langue maternelle. Dub cryogénisé, brumes numériques et avant-garde médiévale, elle est ici accompagnée de chœurs Grégoriens. Une excellente surprise, à l’image de la Planète Bleue qui tout au long de l’année, scrute, défriche et dissèque la production internationale pour y débusquer les œuvres les plus innovantes. Yves Blanc, son créateur, parcourt depuis bientôt 20 ans la planète en dehors des sentiers battus, pour y trouver créateurs méconnus et rythmes différents. Pour ce volume 6, les artistes invités sont originaires de Norvège, France, Liban, Royaume-Uni, îles Féroé, Canada, Suisse, Niger, Laponie, Californie, Maroc, Algérie… La Planète Bleue est un métissage géographique et culturel – laissez vous porter par Harkaitz Martinez de San Vicente et Igor Otxoa, deux Basques nomades, qui réinventent les polyrythmies sur leur txalaparta, un instrument primitif régional tombé en désuétude depuis les années 60, et quasiment méconnu ailleurs. En Mongolie, les deux intrépides zigotos ont accordé leur drôle d’instrument aux chants de gorge locaux. Cette planète-là est généreuse, visionnaire. Le célèbre dessinateur de BD Enki Bilal a accepté de la mettre en images. Il a signé la couverture et illustré le livret de l’album. Un bel objet. Un cadeau. À s’offrir, ou se faire offrir… d’urgence. Distribution : partout sur la planète (et un peu au-delà). Date de sortie : le 8 mars, chez Sony. (J.P.L.)

13


14 La Principauté

le Sport

La Principauté Sport

Mars 2010

LE DEFI • Le tour du monde d’Alexia Barrier à travers son carnet de bord. Elle est arrivée en Afrique du sud le jeudi 25 février. Prochaine étape : Rio de Janeiro

Cape Town, 1 objectif atteint ! er

PAR PIERRE-YVES

REICHENECKER

A

lexia est arrivée à Cape Town le jeudi 25 février au matin, à 8h45, heure française. Un petit retard sur sa feuille de route. Les caprices du vent. Mais tout va bien. Une petite semaine en Afrique du sud pour remettre en bel état le 4myplanet et son skipper. Prochaine étape, Rio de Janeiro. Pendant ces quelques jours a terre, Alexia va communiquer avec les enfants des écoles de Monaco qui suivent son périple. Elle leur a adressé de nombreux messages depuis son depart le 11 janvier dernier. Mais assez parlé. Comme le disait Jean-Paul Sartre « une aventure qui nʼest pas racontée nʼest pas une aventure », alors place au livre de bord dʼAlexia. Extraits :

Photos © 4myplanet

■ CAP VERT - Jeudi matin 27 janvier «Oi ! Tudo bom ! Xo y stress... bonia. Salut! Ca va ! Dehors le stress...ma jolie. C'est vrai ça dehors le stress! Quel réveil ce matin à 03h30 TU, après une petite heure de sieste. Mon ami le spi c'était entortillé sur lui-même, d'une manière vraiment excessive je trouve. Les premiers noms d'oiseaux ont volés sur 4myplanet! … Aujourd'hui c'est la Sainte Dévote. Jour férié à Monaco, la Principauté me manque. Côté navigation: Nous voici au Cap Vert! » ■ Dimanche 31 Janvier 05h30 “La température extérieure est de 30 degrés à 12h00 UTC, l'eau est à 26 degrés, nous vous demandons de ne pas courir autour de la piscine le sol est glissant .... Voilà ce fut un peu l'ambiance de la journée, soleil, pas de vent, et un sol glissant, comme ça j'ai transformé l'espace d'une heure le pont de 4myplanet "Thermes Marin des alizées" ...Et sans transition, je passe un bonjour aux enfants des écoles des Revoires, St Charles, FANB et à la 6ème du collège Charles III. Les kids je pense souvent à vous, chaque fois que je vois le tableau de Monaco que vous avez signé, il est à côté du laboratoire scientifique du bord. Deux messages pour vous: - Si vous avez un rêve ne l'oubliez pas et faites tout pour le réaliser. - Continuez à prendre soin de notre Planète et montrez un peu aux adultes comment il faut faire, ils ont besoin de vous.”

zen pour cette belle semaine. Avec 4myplanet nous avons bien avancé. Aujourd'hui alors que les bleus battaient l'écosse au rugby, nous battons notre record de distance parcourue sur 24heures soit 220 miles. So happy! Un peu de lecture, avec Alexandra David-Neel, une grande exploratrice, orientaliste, qui vécut jusqu'à 101 ans et repris pour la dernière fois ses études à 81 ans.”

■ En route vers l'Afrique 13/02/10 “Jour Gris .... Youpiiiii Pardonnez mon insolence de me réjouir d'un jour gris. Au 27ème sud c'est la fournaise et de savoir Hélios parti en week-end me réjouie. So today The Very best of Lou Reed playing on 4myplanet! Et demain la même ! Parce que c'est Valentine 's day ! c'est un coup à rester couché toute la journée. Exit aussi Alexandre David-Neel! L'intégrale de Correspondance à son mari, 40 ans d'absence… Trop dur à assumer pour une petite navigatrice après 33 jours loin de son chéri, LOL. Nous sommes à 1800 miles de Cape Town. J'ai pris le parti de ne pas laisser le bateau passer sous la barre des 8 nœuds. Prise de ris, renvoi de ris, reprise de ris .... De terminer l'inventaire de l'épicerie 4myplanet. Bilan il nous reste assez d'eau et de nourriture pour revenir à Monaco sans nous arrêter! LOL Je n'ai TOUJOURS PAS retrouvé le Nutella!” ■ Une Saint Valentin Seule en mer Lundi 15 Février 08h. “Tandis que certains se prélassaient devant la télévision sous la couette pour cette journée de St Valentin ... A bord de 4myplanet personne n'a pris son dimanche. Eole, Hélios, Poséidon, 4myplanet et moi-même, la dream team en sorte étions réunis pour une journée hyperactive.” ■ Samedi 20 Février “Nous sommes à 850 miles du Cap de Bonne Espérance. Si vos préoccupation du jour tournent autour de cette fameuse question: "mais que vas t'on faire ce week-end?" Pour moi la réponse est toute trouvée! Naviguer certes et profiter de ces derniers jours en mer ...Pour me donner du courage je pense aux kids de la Principauté que je vais retrouver par visioconférence dans peu de jours, aux kids sud-africains à qui je vais raconter ce formidable voyage qu'est 4myplanet. So cool! Vous souhaitant un très très bon week-end! Et n'oubliez pas on ne MANGE PLUS DE THON C'EST HAS BEEN !!!!”

■ 18 janvier … le lundi au soleil “Aujourd'hui fut un jour particulièrement ensoleillé, le premier du genre. Je me suis étendue ■ EN APPROCHE DE L'AFRIQUE comme un lézard sur le pont, la chaleur m'a réconfortée. J'en avais besoin, la nuit c'est sport Mardi 23 Février 20h30. “Jʼapproche de lʼAfrique, mais ne la sent pas encore, car le vent est ici, non pas à cause du vent mais plutôt à cause du trafic. Je vous en parle chaque jour sorry, très Sud. Je sais par mes parents qui sont déjà là bas que mes amis du Royal Cape Yacht mais nous arrivons là dans une zone, Gibraltar, où nous sommes à l'apothéose du nombre de Club sont à lʼécoute et me préparent une arrivée formidable. Jʼai hâte dʼy être.LOL Ici le temps bateaux au mille nautique pour la région. J'ai choisi de longer la côte afin de sortir du rail de s'est radouci. J'ai fait une expérience culinaire malheureuse (une de plus, LOL) polenta sauce navigation des monstres de ferraille, me voilà en proie avec les travailleurs nourriciers de la mer, bolognaise et pire polenta + chocolat poulain .... Beurk ” les pêcheurs. Eux au moins ils vont moins vite... Hier soir donc j'ai trouvé un bon moyen de rester éveillée, celui de faire la causette avec les officiers de XXVIème PRIMO CUP veille. J'ai ainsi parlé avec Youssef un algérien navigant à bord d'un transporteur de passagers se rendant à Tanger. Je lui racontais le début de mon a baie de Monaco s'est parée des atours périple, je pense qu'il a halluciné, lui me raconta la vie dans son pays, sa les plus variés et les plus surprenants, du femme, sa famille, ça m'a fait voyager. C'est ça aussi la Méditerranée”. grand bleu, de la neige, et en clôture un

900 marins sous des flocons de neige... Photo © MM

L

■ 3 Février A 110 miles de l'Equateur ! “Ouhouhou ! Helloooooo Ce mardi nous avons attaqué fort. Dès 09h00 ouverture des bureaux ... envoi du génaker (voile d'avant un peu plus grande que le génois), surplombé d'un grain aux couleurs « marronatres » données par le soleil qui est complètement englouti par ce monstre nébuleux, l'accompagne une pluie fine qui me rafraîchit pendant la manœuvre. A vrai dire il fait déjà très lourd, la journée s'annonce torride. A 17h00 grosse surprise .... Les dauphins sont de retours, super nombreux (environ 15 à 20) et beaucoup plus grands que les précédents. Ils sont juste venus m'apporter le vent, jouer un peu avec l'étrave de 4myplanet puis sont repartis. Depuis le bateau est penché, nous sommes au près dans 20 nœuds de vent.” ■ Dimanche 7 février 23h “J'espère que vous avez passé un bon week-end, que vous êtes reposés et

agréable soleil hivernal pour le plus grand plaisir des quelques 900 marins (représentant 17 nationalités) qui ont disputé sur deux week-end de février la XXVI ème Primo Cup – Crédit Suisse. 11 séries en tout, avec notamment un équipage local souverain en J/24. Les Monégasques de Blandine Medecin triomphent sans partage, ne déplorant qu'une 4e place pour plus mauvais classement, et triomphant à 4 reprises pour 7 courses validées. Autant dire que l'Italien Claudio Buiati (J Di Quadri), deuxième du général, se contente des miettes et pointe à 11 longueurs du général. C'est un autre Monégasque, Pierrick Devic (Miaou) qui monte sur la troisième marche du podium. La qualité de l’épreuve organisée par le Y.C.M n’est plus à démontrer : « Notre formule de course disputée par de nombreuses séries sur un même parcours est certes, une difficulté technique supplémentaire pour les navigants, mais est acceptée comme une composante normale de la navigation en flotte. Les coureurs me semblent satisfaits… », a souligné le directeur du Yacht Club, Bernard D’Alessandri. (P.Y.R.)

XXVI PRIMO CUP ème


Mars 2010

La Principauté

le Sport

CHAMPIONNAT WRC • Sébastien, saison 7 : en Suède c’est le pilote finlandais de l’écurie Ford qui a remporté le rallye d’ouverture

Episode 1 : trop Ford, Hirvonen PAR PIERRE-YVES

REICHENECKER

L

e Finlandais Mikko Classement Rallye de Suède Hirvonen a remporté en Suède le rallye 1 Mikko HIRVONEN (FIN) Ford Focus 09 3h09'30''4 d'ouverture de la saison 2 Sébastien LOEB (FRA) Citroën C4 à 42"30 WRC. Le pilote Ford, avait 3 Jari-Matti LATVALA (FIN) Ford Focus 09 à 1'15"40 pris les commandes de la 4 Daniel SORDO (ESP) Citroën C4 à 2'41''60 course dès la première 5 Sébastien OGIER (FRA) Citroën C4 J. Team journée pour sʼimposer au à 4'15''30 6 Henning SOLBERG (NOR) Ford Focus 08 (Stobart) final avec une avance de à 5'23''40 7 Matthew WILSON (GBR) Ford Focus 08 (Stobart) 42,3 secondes. Le à 7'53''90 8 Mads OSTBERG (NOR) Subaru Impreza 08 (Adapta) Finlandais remporte ainsi à 9'22''20 9 Petter SOLBERG (NOR) Citroën C4 (Solberg) son 12e rallye en chamà 10'17''50 pionnat du monde. 10 Per-Gunnar ANDERSSON (SUE) Skoda Fabia S2000 à 12'08''90 Citroën a été battue à la Championnat WRC : 25 points pour le premier, 18 pour le deuxième, 15 pour le troisième etc.… régulière, à lʼattaque de cette Tel est désormais le barème de points en rallye à partir de cette saison. 1er : 25 points 2e : 18 points 3e : 15 points 4e : 12 points 5e : 10 points saison wrc. Evénement 6e : 8 points 7e : 6 points 8e : 4 points 9e : 2 points 10e : 1 point rare. En fait, Sébastien Loeb a été pris à son propre jeu, celui de la gestion la plus avisée des pneumatiques. "Ça a Loeb au championnat lʼan été un week-end difficile et Mikko a fait la course parfaite. dernier - "Hirvo" paraît mieux Nous avons fait une petite erreur (de pneus) mais même préparé que jamais pour le sans cela, je ne suis par sûr que j'aurais été capable de le titre. "C'est absolument fanbattre", a reconnu Loeb. Au sein du team Citroën, on est tastique. Vous ne pouvez plus contrarié par la 4e place de Dani Sordo, derrière l'im- pas imaginer à quel point peccable Jari-Matti Latvala (Ford WRT). Dans l'ES15, le j'étais nerveux. C'est un pilote espagnol avait du stopper pour permettre à son navi- début parfait, je n'avais gateur, Marc Marti, de retirer une protection anti-neige sur jamais gagné la première la calandre, perdant une minute et toute chance de podium. épreuve avant mais après la Un oubli qui coûte cher à la firme aux chevrons. saison dernière, j'ai une année d'expérience en plus en termes de bagarre pour le titre et je pense que ça s'est vu ■ "Mikko peut maintenant battre le meilleur pilote ici." a dit Hirvonen. Et le patron de lʼéquipe Ford, Malcom du monde" Wilson, ne cachait pas sa joie, ni ses ambitions pour 2010 : Lassé de subir, peut-être même décomplexé après deux « Hirvonen a notablement progressé ces dernières années échecs mondiaux – devancé dʼun point seulement par au point de pouvoir maintenant battre le meilleur pilote du monde."

Photos © DDPI

RALLYE

Princesses à Monaco e Paris à Monaco, au volant de D voitures anciennes ou de prestige, le Rallye des Princesses est le

rendez-vous plaisir du printemps et lʼun des événements automobiles féminin de lʼannée! La 11ème édition de cette épreuve aura lieu du 30 mai au 4 juin 2010 : départ de Paris donc, et arrivée à Monaco.

Un parcours inédit Parmi les nouveautés, après trois agréables années passées à Cannes, le 11e Rallye des Princesses renoue avec Monaco. Totalement inédit, le parcours 2010 traversera lʼAuvergne après avoir franchi le Val de Loire, avec pas moins de trois nouvelles étapes, notamment en Ardèche et en Provence avec une étape sportive sur lʼillustre circuit du Castellet, avant de rallier Monaco pour une arrivée des plus prestigieuses, comme il se doit ! Une épreuve sportive et conviviale Le Rallye des Princesses offre aux débutantes lʼoccasion de se découvrir une passion, de se surpasser, tout en profitant de la beauté des paysages traversés et dʼétapes reposantes et luxueuses. Les habituées, elles, y retrouvent lʼambiance sportive et conviviale quʼelles ont créée au fil des années pour sʼaffronter à nouveau.

■ Dur, dur pour Raikkonen... Le Français Sébastien Ogier (Citroën Junior Team) occupe une très honorable 5e place pour son baptême en Suède, précédant notamment les frères Solberg. En revanche, le baptême du feu en championnat wrc pour Kimi Raikkonen, a été difficile. Lʼancien champion du monde de Formule 1 a souffert sur les routes tourmentées de cette région boisée en terminant au-delà de la 30e place, après plusieurs « contacts » avec des murs de neige. Mais comptons sur le Finlandais pour progresser rapidement : « Il était important pour l'expérience de terminer ce premier rallye de la saison en WRC. Nous avons perdu un peu de temps en tapant des murs de neige mais l'important était de parcourir toutes les épreuves spéciales. Nous savions que ce Rallye de Suède n'était pas une épreuve facile pour débuter notre saison". ■ Episode 2 : au Mexique du 5 au 7 mars

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Formulaire dʼabonnement Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant : ☞ 1 an (soit 11 numéros) € 20 * ☞ 2 ans (soit 22 numéros) € 40 * ☞ 3 ans (soit 33 numéros) € 60 * ☞ 5 ans (soit 55 numéros) € 100 * * pour l’étranger (dehors Monaco et France) : ajouter +50% Dehors Europe : + 100%

FORMULE 1 • Lotus revient après 16 ans d’absence, livrée verte et jaune comme au temps de l’inoubliable Jim Clark...

Retour en piste à Bahreïn le 14 mars

Nom :

*

Prénom :

A

*

Adresse :

près une fin de saison agitée (Renault-gate, retrait de Toyota et de BMW), la F1 retourne en piste. Et les nouveautés sont nombreuses. Règlement dʼabord : Le nouveau barème de points récompensera ainsi les dix premiers de chaque course: 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1. Concernant les pneumatiques, les pilotes participant à la troisième et dernière partie des qualifications devront débuter la course avec le même train de pneus que celui ayant déterminé leur place sur la grille de départ. Enfin, les ravitaillements aux stands sont désormais interdits. 13 écuries étaient engagées, et une est en réserve, ce qui devrait donner 26 voitures sur la grille de départ. Fin février de sérieux doute subsistaient quant à la participation du team espagnol Campos. Quant à lʼéquipe américaine USF1, elle a jeté lʼéponge. Ce qui pourrait faire le bonheur de Stefan GP (qui a racheté les restes du team Toyota). Wait and see. Et puis deux grands retours : celui du Baron rouge. Michael Schumacher sort de 3 de retraite pour reprendre le volant dʼune « flèche dʼargent ». A propos dʼargent, son salaire annuel annoncé (7 millions dʼeuros) a fait grincer des dents les ouvriers de Mercedes qui, eux, sont soumis au régime sec, crise oblige ! Et puis le retour en piste après 16 ans dʼabsence du mythique team Lotus, fondé par le regretté Colin Chapman, avec deux pilotes dʼexpérience, le Finlandais Heikki Kovalainen et lʼItalien Jarno Trulli.

Ville : Téléphone : Chèque n° : Banque : Date

Signature

* Bon a retourner, accompagné du règlement à l’ordre de Global Media Associates Sas, à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “ Le Beausoleil de Monaco ” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

15



n82mar10