Page 1

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Année VIII • Numéro 69 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “Le Beausoleil de Monaco” 6, boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

glomed.free.fr/laprincipaute.html

Janvier 2009

Numéro de Commission Paritaire : 0512 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) ≠ 20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://glomed.free.fr/abo.pdf

€2.00

Dossier Spécial

Le Prince Albert en Antarctique

Photo © DR

3 INTERVIEWS EXCLUSIVES: • Betty Tambuscio • Philippe Ortelli • Daniel Bottero

Le Voyage

Après la suspension du projet d’extension en mer Après la suspension du projet d’extension en mer

Environnement : Environnement : le prix à payer ☞ BUDGET PRIMITIF 2009 : LE CN OBTIENT DES ENGAGEMENTS DU GOUVERNEMENT AVANT LE VOTE • PAGES 6-7


2 La Principauté Dossier Spécial

Economie et environnement

Janvier 2009

Dossier Spécial Economie et environnement

Economie et environnement

ECONOMIE • Après la suspension du projet de l’extension en mer on se pose la question : comment conc

Quelle croissance po

Essayer de faire rimer les mots économie et écologie dans un contexte de crise i PAR PATRICE ZEHR

L’EDITORIAL

DOSSIER

Faut-il payer le prix de l’environnement ? uelles sont les raisons qui ont poussé le Prince Souverain et Son Gouvernement à Q donner un soudain (et pour le moins inattendu)

coup de frein au projet d’extension en mer ? Les soucis économiques vis-à-vis de la crise qui frappe le monde entier, ou plutôt les fortes perplexités sur l’impact environnemental d’un projet d’une telle envergure ? Les deux, si l’on juge d’après les déclarations officielles du Gouvernement le lendemain de l’annonce de cette décision. La crise financière qui depuis quelques mois inquiète la planète (et qui ne semble pas devoir prendre fin rapidement) fait peur - inutile de le nier - à Monaco aussi. Et les alarmes lancées à maintes reprises par des scientifiques renommés sur les conséquences qu’un chantier de telles dimensions pourrait apporter sur le délicat équilibre environnemental de la Méditerranée, n’ont fait que renforcer ces craintes. Résultat : deux lauréats qui attendent - avec confiance, mais aucune certitude - de savoir si et quand leurs efforts seront un jour récompensés... Indécision, improvisation ont été - peut-être - les facteurs qui ont conduit à cette décision, mais au fond reste toujours le dilemme qui tourmente actuellement toutes les sociétés occidentales et qui semble trouver sa réponse dans une sorte de “formule magique” désormais célèbre : développement durable. Mot d’ordre depuis le début du règne d’Albert II, cette formule essaie de concilier deux éléments qui apparemment sont inconciliables : développement et environnement. Aux extrêmes, on trouve le développement sauvage, c’est-à-dire, la croissance à tout prix - y compris, si nécessaire, la destruction de la nature - et «l’environnementalisme» dogmatique (il ne faut rien toucher ! La nature est sacrée ! Tant pis pour le progrès..) Le mariage semblerait donc la solution parfaite, mais pas du tout facile, car chacun doit céder quelque chose... Le développement respectueux de la nature coûte beaucoup plus cher que le développement sauvage - on le sait bien - et il n’y a pas de développement qui n’implique quelque sacrifice au niveau environnemental. La prudence est donc envisageable jusqu’à ce qu’elle ne cède la place à l’indécision. Il faudra donc essayer de calculer ce prix et puis décider si cela vaut la peine de le payer. Une fois la décision prise, il faudra aller jusqu’au bout, sans revirements, dans un sens ou dans l’autre. Si le prix s’avérait trop élevé, tant au niveau économique qu’au niveau environnemental, mieux vaudrait renoncer à ce projet et trouver une solution alternative. A moins de trouver un compromis satisfaisant pour tout le monde. On a aujourd’hui tendance à trop évaluer la force destructive de l’homme et à la fois à sousestimer la capacité de la nature à reconstruire. N’est-ce pas un peu paradoxal qu’on essaye de protéger la réserve marine du Larvotto dans le cadre même du projet d’extension ? Une réserve naturelle face à une plage artificielle bordée de béton armé ? Il est plutôt bizarre de voir comment, parfois, la nature peut trouver assez accueillantes des oeuvres réalisées par l’homme, oeuvres qui semblent en apparence très destructives ! Mais avant de prendre des risques, mieux vaut toujours être prudents... (R.V.)

L’EDITORIAL

C

oncilier une éthique environnementale dʼexcellence et une croissance remarquable dans lʼenvironnement économique actuel, voila le grand défi de Monaco 2009. Lʼabandon pour réexamen du projet dʼextension en mer, la mobilisation pour sauver le secteur industriel, le débat du primitif 2009 sur un budget face à la crise mondiale, démontrent bien que Monaco doit tenir compte du contexte international. Dans ce numéro de janvier nous allons revenir sur le défi monégasque : faire rimer économie et écologie. Sur le vote animé du budget qui a vu la majorité exprimer son mécontentement (pages 6 et 7). Sur les conséquences de la crise vues par le patronat et les syndicats (page 8). Photo © DR

■ La parabole du caméléon Tout le monde connaît lʼhistoire du caméléon. Lʼanimal est réputé pour sa faculté à changer de couleur et à se fondre dans son milieu pour échapper à ses prédateurs et tromper ses proies. Mais si un jour, pour rire, on le met sur une couverture écossaise, il explose de ses contradictions, tentant de prendre toutes les couleurs à la fois et son horloge interne devenant folle. On aurait bien tendance à comparer plus sérieusement les économies dʼaujourdʼhui à ce malheureux reptile de la classe des lézards. Elles tenteraient de concilier lʼinconciliable, la croissance et lʼenvironnement, la crise financière jouant le rôle de la couverture écossaise. La grande question est : peut-on concilier deux urgences ? Sauver notre planète maintenant, sans pour autant aggraver la crise économique et sociale. Lutter contre le réchauffement sans hibernation sociale. Car on sait ce qui se passe quand le trop chaud rencontre le trop froid - cʼest le temps des tornades. La décision du Prince Albert de renoncer provisoirement au projet dʼextension en mer souligne bien lʼaffrontement des problématiques. Un projet impeccable sur le plan environnemental est hors de prix dans la conjoncture actuelle. Il faudra faire mieux et moins sans doute, un peu plus tard. Ne jamais renoncer mais savoir sʼadapter. Il y a sans doute un exemple mondial plus frappant des contradictions dʼaujourdʼhui et qui parle particulièrement à la Principauté de Monaco.

Photo © Venturi

■ Le paradoxe de lʼautomobile Il y a encore 6 mois, la priorité absolue était de lutter contre la pollution, notamment automobile et de trouver des moyens de transports alternatifs. Aujourdʼhui la priorité est de sauver lʼindustrie automobile et ses centaines de milliers de salariés de part le monde. Une urgence chasse lʼautre. Notre monde médiatique a un travers permanent, il ne peut sʼintéresser à deux causes à la fois…. Quand on défend les moines tibétains on laisse hélas les bonzes de Birmanie à leur sort. Lʼenvironnemental risque donc objectivement de faire les frais de la crise financière. Car qui va prendre le risque dʼaccroître le coût de voitures que personne ne peut plus acheter faute de crédits par des surcoûts environnementaux, quitte à jeter des milliers de chômeurs dans des rues déjà encombrées dʼexclus et de précaires de part le monde. Cette image automobile concerne directement Monaco, et y est en tout cas très parlante.

LA FICHE

Développement dur

Il ne faut pas confondre développement durable et d

■ Développement durable Le développement durable (ou développement soutenable la définition proposée en 1987 par la Commission mon Rapport Brundtland : « Un développement qui répond aux la capacité des générations futures à répondre aux leurs. de « besoins », et plus particulièrement des besoins essen grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos capacité de l’environnement à répondre aux besoins actue • Dans l’espace : chaque habitant de cette terre a le mêm • Dans le temps : nous avons le droit d’utiliser les ressou pour les générations à venir. Le développement durable s’est construit comme une rép tions de la société civile et de certaines organisations n mentaux

■ Théorie de la décroissance Le nom de Nicholas Georgescu-Roegen (1906 -1994), éc Vanderbilt (Tenessee), reste associé au concept de “décroi versitaire a démontré qu’une croissance nulle ne suffirait p drait amorcer une “décroissance économique”. François P vaillé sur cette idée. C’est lors du colloque organisé pa Partant”, organisé à l’UNESCO en 2002, que le concept d logique relance l’idée de décroissance, inspirée par le rap Mais la décroissance, qui prône une croissance négative, v sance, la décroissance subie n'est pas la décroissance cho pandémies. L'autre, celle de la sobriété choisie, nécessite d mettra une société festive. Le projet d’une société de décro tive. Le premier est comparable à une cure d’austérité lorsque l’hyperconsommation en vient à nous menacer d’ la mort par famine. La décroissance est un choix pour les est toujours une catastrophe économique.

LA FI


Janvier 2009

La Principauté

Dossier Spécial Economie et environnement

Economie et environnement

3

cilier une politique environnementale d’excellence et un développement remarquable dans l’environnement économique actuel

our un Monaco éthique ?

internationale : voilà le grand défi de la Principauté de cette année qui vient juste de commencer

■ Lʼextension en mer : un cas dʼécole à Monaco Nous avons rendu compte dans notre dernier numéro de la décision du Prince Souverain dʼinterrompre le projet dʼextension en mer. Le Gouvernement lors de la conférence de presse du 10 décembre dernier a précisé quʼil ne sʼagissait pas dʼun renoncement, et encore moins dʼun arrêt des investissements. (Nous revenons par ailleurs sur les mesures de relance du Gouvernement princier et sa mobilisation en faveur du secteur industriel pour faire face à la crise mondiale, et ses possibles effets à Monaco). Le Ministre dʼEtat Jean-Paul Proust a tenu a mettre les choses au point : « Il ne s'agit pas d'un abandon, mais d'une mesure de sagesse, nous attendons d'y voir plus clair... si cette opération se réalise, elle doit être exemplaire. » Robert Calcagno, Conseiller du Gouvernement a tenu à préciser : « La situation économique internationale a été le facteur déterminant dans cette décision du gouvernement princier,

rable et décroissance

décroissance. Voici en détail leur définition exacte :

e, anglicisme tiré de Sustainable development) est, selon ndiale sur l’environnement et le développement dans le x besoins des générations du présent sans compromettre Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept ntiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus techniques et de notre organisation sociale impose sur la els et à venir. » me droit humain aux ressources de la Terre ; urces de la Terre mais le devoir d’en assurer la pérennité

ponse des institutions et des entreprises aux préoccupanon gouvernementales, relatives aux impacts environne-

ICHE

conomiste roumain, professeur émérite à l’Université de issance”. Il en est l’un des principaux théoriciens. Cet unipas à juguler l’épuisement de la planète. Pour cela, il fauPartant, Jacques Ellul, ou Ivan Illitch ont également traar l’association “Ligne d’horizon - Les amis de François de “décroissance” s’impose dans les débats. La crise écopport du Club de Rome (1972) et son “Zéro croissance”. va plus loin. Pour Serge Latouche, théoricien de la décroisoisie. La première (la récession) génère famines, guerres, d'inventer un autre mode de rapport au monde, mais peroissance est radicalement différent de la croissance négaentreprise volontairement pour améliorer son bien-être ’obésité. La seconde est la diète forcée pouvant mener à s uns, une utopie pour les autres, la croissance négative

et nous allons profiter de ce report, à la demande du souverain, pour approfondir les études d'impact sur l'environnement. » Il sʼagit agit donc bien d dʼune dʼ une raison économique, qui permettra de mieux proté protéger si besoin était lʼenvironnement environnement marin. Ce ne sont pas les difdif ficultés environenviron nementales qui sont à lʼorigine origine de cette décision. Le délai sera cependant mis à profit, courant 2009, pour convoquer et consulter les plus grands experts scienti scienti-fiques internationaux. Première réunion de cette commission d'experts : le 19 janvier prochain. Jean-Paul Proust, a prévenu bien sûr tous les grou groupements concernés par ce report de réalisation: « Bien sûr, tout le monde aurait préféré gagner, c'est normal. Les deux groupes qui sont préférés sont tout de même contents d'être préférés, mais tout le monde a parfaitement compris. Et je crois qu'ils n'auraient pas compris qu'on signe un contrat demain matin, parce qu'eux sont au courant de la situation financière internationale. Je peux donc vous dire que tout se passe bien avec eux, ils comprennent très bien qu'on a besoin d'y voir plus clair avant de signer un contrat... » À propos des investissements réalisés par les différents groupements, notamment le financement des nombreuses et coûteuses études d'impact, Jean-Paul Proust a précisé que « les règles du concours dans ce domaine sont très claires : les études conduites par les différents compétiteurs ne feront pas l'objet d'indemnisations ». Cela a du mal à passer. «Monte Carlo Sea Land», le consortium mené par lʼarchitecte Daniel Libeskind (photo en haut à gauche) et qui était candidat au marché dʼextension en mer de Monaco, a démenti cependant «tout commentaire (…) qui pourrait laisser penser que [nous] sommes satisfaits par la situation actuelle». Daniel Libeskind, dont le groupement est en compétition avec celui mené par lʼarchitecte Norman Foster (en haut), dit comprendre la prudence de Monaco concernant lʼéconomie. Mais il souligne, au sujet des préoccupations environnementales, quʼau cours des derniers mois, les responsables de la Principauté «ont pu plusieurs fois par semaine vérifier lʼadéquation de [notre] projet aux principes et objectifs souhaités par lʼEtat». Tout le monde nʼest donc pas si content que cela et le contraire aurait été pour le moins surprenant...

LA SITUATION

Le contexte international

DOSSIER

Monaco, cʼest la ville de la qualité de la vie et de la voiture dʼexcellence. Des voitures de luxe qui même ici ne se vendent plus ou se vendent moins. Du grand prix de formule 1 remis partiellement en cause à lʼéchelon mondial en raison de ses coûts. Du rallye Monte Carlo à la recherche dʼun nouveau souffle par un retour vers le futur. En temps de crise même les nuits du Turini ne seront sans doute plus ce quʼelles ont été.

es accords ont été trouvés au Conseil D européen, le dernier de la présidence française, sur une réponse coordonnée à

la crise économique et financière, le paquet "énergie-climat", et sur un scénario de ratification du traité de Lisbonne. Ce qui intéresse Monaco c’est comment concilier la croissance et l’écologie. Sur la réponse coordonnée à la crise économique, qui était préparée depuis septembre, les dirigeants de l'UE se sont engagés sur l'objectif de consacrer 1,5% du produit intérieur brut (PIB) européen, soit environ 200 milliards d'euros, aux plans de relance référen économique. Voila un chiffre de référenmon ce pour tout effort. "Tout le monde a montré son accord absolu sur la gravité de la crise, pas une voix discordante. Tout le monde est d'accord sur la nécessité d'une relance sur la base du projet du président Barroso, aux environs de 1,5 point de PIB", a déclaré le chef de l'Etat français, lors d'une conférence de presse. Plat de résistance du sommet, le paquet "énergie-climat", un vaste plan de lutte contre le réchauffement climatique, a été adopté par l'ensemble des Etats membres, en dépit des réticences initiales de certains grands pays industriels et des nouveaux pays de l'UE, qui réclamaient des compensations financières. Il y a eu recherche du consensus avec des compromis mutuels. "Ce n'est pas au moment où les Etats-Unis se dotent d'un président élu qui met la défense de l'environnement au cœur de ses priorités que l'Europe va abandonner ses priorités. Cela n'aurait aucun sens, ce serait historiquement lamentable» a souligné le président français. "Les objectifs restent les mêmes", a-t-il ensuite ajouté en référence à la réduction programmée de 20% des émissions européennes de gaz à effet de serre d'ici 2020. Mais la recherche de ce consensus est mondiale. « Il y a équilibre délicat entre l'atteinte des objectifs sur les changements climatiques et la gestion de la crise financière internationale », a estimé début décembre le ministre canadien de l'Environnement, Jim Prentice, alors qu'il participait en Pologne à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Environ 145 ministres de l'Environnement et plusieurs représentants gouvernementaux se sont rassemblés cette semaine pour élaborer un plan de travail en vue de la rencontre à Copenhague, au Danemark, qui aura lieu l'an prochain pour remplacer le protocole de Kyoto, qui expirera en 2012. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a pour sa part affirmé que même si la crise économique est sérieuse, les enjeux entourant les changements climatiques sont beaucoup plus importants et qu'il faut demeurer vigilant afin de ne pas reculer dans ce dossier. Un langage reçu 5 /5 bien sûr à Monaco.

LA SITUATION


La Principauté

Dossier Spécial Economie et environnement

Janvier 2009

Economie et environnement

Dossier Spécial

A LʼEXTERIEUR • En janvier le Prince Souverain entamera une importante expédition au Pôle Sud

Albert II en Antarctique pour écouter les scientifiques Economie et environnement

PAR PATRICE ZEHR

L

e 5 janvier 2009, SAS le Prince Albert II de Monaco entamera une expédition en Antarctique, à l’invitation des scientifiques. Faisant suite à sa visite de 2006 au Pôle Nord, ce voyage participe d'un engagement permanent de SAS le Prince Albert II dans la lutte pour la sauvegarde de la planète et contre le changement climatique. Il s'inscrit aussi dans une tradition familiale de grande sensibilité aux problématiques polaires : il y a plus de cent ans, le Prince Albert Ier de Monaco fut l'une des premières personnalités politiques internationales à se rendre en Arctique. Comme celle de son trisaïeul, l'expédition de SAS le Prince Albert II a un double objectif. Le premier est de prendre directement la mesure de la situation de l'Antarctique aujourd'hui menacée par le réchauffement climatique. A cet effet, les visites des postes d'observation scientifiques de 26 stations représentant 18 pays et les rencontres qu'elles occasionneront avec des chercheurs de haut niveau lui offriront un panorama complet et exhaustif de la situation sur place. Le second objectif de ce voyage est de sensibiliser l'opinion publique mondiale au destin des pôles. Alors que l'actualité internationale est dominée par des drames plus directs, l'attention se porte en effet rarement sur ces lointaines étendues désertiques. Il nous faut pourtant comprendre qu'une part importante de l'avenir de la terre s'y trouve en jeu. A l'heure où la perspective de l'exploitation des ressources des pôles attise des appétits de plus en plus clairs, leur préservation revêt en outre une importance stratégique qui doit mobiliser l'ensemble de la communauté internationale.

DOSSIER

4

■ Albert II en Antarctique pour lʼannée polaire internationale Lʼengagement du Prince Souverain dans le combat pour lʼenvironnement est, on le sait, total. Dans le courant de ce mois de janvier, le souverain monégasque va se rendre en antarctique, complément de son voyage dans le cercle arctiqueau Spitzberg en 2005. Il est bien dans les traces de son aïeul le Prince navigateur et savant Albert I. Lʼurgence banquise a bien été définie lors du colloque à Monaco des 9 et 10 novembre dernier ou le souverain a appelé en compagnie de JL Borloo dans le cadre de la présidence française de lʼUnion européenne à lʼinstallation dʼobservatoires scientifiques internationaux dans lʼArctique comme dans lʼAntarctique pour concrétiser 2009 qui est lʼannée polaire internationale. LʼArctique est le continent blanc du septentrion dont dépend la survie climatique et biologique de la planète. Cʼest le grand témoin et la victime visible du défi du réchauffement. Cʼest aussi, ce qui complique tout, un espace disputé maintenant en raison du réchauffement justement par la Russie, le canada et les Usa. Un nouveau passage plus rapide pour les communications maritimes et une zone de recherche de lʼor noir. Jamais lʼArctique nʼa été aussi menacée, et toute lʼhumanité donc avec elle. Dʼoù lʼengagement du Prince souverain avec lʼancien directeur du musée de Monaco Jean-Louis Etienne dʼobtenir que lʼArctique soit classé comme lʼAntarctique “zone dʼintérêt commun” grâce a un traité international. Le Souverain va donc visiter les 26 stations internationales qui existent et coopèrent en Antarctique, dans lʼune dʼelle il y a dʼ ailleurs un scientifique monégasque. Pour sauver le Pôle nord, il faut y imposer et très vite une coopération internationale comme au Pole sud. Cela hélas nʼen prend pas le chemin. Il y a urgence diplomatique et environnementale. Sauver la banquise du réchauffement émet des luttes dʼinfluence est une cause mondiale dont Monaco peut être le plus petit commun dénominateur grâce à lʼengagement médiatisé et apprécié de son Prince. En allant cette fois dans lʼAntarctique le Prince Albert II poursuit son combat exemplaire pour que le monde ne perde pas le nord.

Photos © DR


Janvier 2009

La Principauté

Dossier Spécial

Economie et environnement

5

A L'INTÉRIEUR • La Principauté multiplie ses efforts pour améliorer la protection de l’environnement sur son propre territoire

A Monaco la collecte sélective se fait avec des bacs enterrés DE LA RÉDACTION

- Vert pour les verres ; - Bleu pour les papiers, journaux, magazines ; - Jaune pour les déchets ménagers d dʼemballage. Ces conteneurs enterrés permettent de collecter de plus gros volumes de déchets, chaque caisson ayant une capacité de 4 m3 ; ils sont par ailleurs insonorisés afin de limiter les nui nuisances sonores. Depuis le mois de mars chaque mois le tri s sʼest amélioré. Les collectes de verre et des journaux magazines se sont intensifiées conjointement au lancement du tri des déchets d dʼemballage. En moyenne, 88 tonnes de papier, journaux, magazines sont collectées chaque mois alors qu quʼen 2007, la moyenne mensuelle était de 16 tonnes ! En moyenne, 91 tonnes de verre sont Les colonnes des conteneurs enterrés boulevard de Suisse : un exemple de tri sélectif plus collectées chaque mois - En 2007, harmonieux et discret, las bacs sont insonorisée et ne laissent apparaître que leur bouche... seulement 42 tonnes. Concernant les déchets dʼemballage, beaucoup plus légers, 12 tonnes sont récupé récupén février dernier, la collecte sélective des rées mensuellement, contre 0 en 2007. déchets en Principauté était renforcée avec la Ces résultats sont très encourageants, mise en œuvre dʼune cinquantaine de points d dʼautant que régulièrement des sondages sont dʼapport volontaire pour le verre, le papier et les réalisés sur les collectes des déchets emballages ménagers, répartis sur lʼensemble du d dʼemballages desquels il ressort une bonne territoire dans des enclos installés sur la voie qualité du tri effectué par les résidents de la publique. Aujourdʼhui, une dizaine de sites de ces Le Gouvernement princier tient à demenPrincipauté. collectes sélectives sont enterrés, ne laissant tir toutes rumeurs sur un supposé nonTous ces déchets ainsi triés suivent la filière de apparaître en surface que les colonnes et leurs respect des normes élémentaires du recyrecyclage adaptée à la nature du matériau les opercules distinctifs, les conteneurs disparaissant clage de la part des autorités : constituant, dans la continuation des effort de sous la voie publique. “La rumeur selon laquelle les déchets tri, qui il faut le rappeler, est désormais un jeu En cours dʼachèvement, ces sites sont localitriés repartiraient sans recyclage à lʼusine d dʼenfant et un enjeu pour nos enfants. Mais ne sés : avenue de Grande Bretagne, boulevard dʼincinération est totalement fausse, sans perdons jamais de vue - bien sûr - que le de Suisse, avenue des Ligures, boulevard du fondement et relève soit dʼun manque meilleur déchet est celui que llʼon ne produit Larvotto, quai Jean Charles Rey, boulevard de patent dʼinformation, soit dʼune volonté pas. Belgique, boulevard du Jardin Exotique, rue de nuire aux efforts faits pour la protecSi vous avez une question ou un doute sur le des genêts, avenue des Papalins et avenue tion de lʼenvironnement.” tri, n nʼhésitez pas à contacter lʼAmbassadrice Charles III. Le texte du communiqué officiel gouverdu tri au numéro vert 8000 20 40 (appel gratuit Comme dans les enclos, chaque couleur cornamentale est clair et net... depuis un poste fixe). respond à un flux de déchet : Photo © CdP

DÉCHETS INCINÉRÉS SANS RECYCLAGE ? CʼEST FAUX !

DOSSIER

E

LES CONSIGNES POUR UN TRI EFFICACE


La Principauté

Politique & Société

Janvier 2009

LE VOTE SUR LE BUDGET PRIMITIF • Les grandes lignes de la politique de l’Etat pour cette année ont été adoptées par le Consei

2009 : tenir la route e

BUDGET 2009

6

PAR PATRICE ZEHR

L

es petits souliers de la majorité bien remplis, des promesses correspondant largement aux vœux exprimés pour 2009, tout irait il pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles entre lʼexécutif et le législatif ? Le Gouvernement Princier aura de son côté pu profiter pleinement de la trêve des confiseurs. Le budget primitif, celui fixant les grandes lignes de la politique de lʼEtat pour lʼannée 2009, a été adopté le jeudi 18 décembre par le Conseil National - 14 voix pour - 5 contre et 4 abstentions. Ce vote nʼest cependant pas révélateur du climat, des tensions et des coups de théâtre qui se sont succédés sur un temps court, mais avec intensité.

■ Un clash évité à la dernière minute En effet les choses sʼétaient mal engagées. Et si le clash a été évité, le “happy end” laisse cependant une impression ambiguë. Dans notre dernier numéro le Président du Parlement et Chef de la majorité parlementaire Stéphane Valeri listait toute une série de désaccords. On peut rappeler, le rythme de construction des logements domaniaux insuffisant pour éviter un retour de la pénurie, les conditions financières dʼaccès à la propriété aménagée dans les Domaines, écartant les revenus moyens, le non-respect de la priorité constitutionnelle dʼemploi objet de crispation autour notamment de la SBM. Autant de dossiers qui semblaient en panne. La majorité ne voyant rien venir haussait le ton. Le principal reproche portait cependant sur une méthode révélatrice selon la majorité dʼun état dʼesprit. Les élus ont le sentiment, ils lʼexpriment parfois vivement en ville, dʼêtre ignorés par le Gouvernement qui fait comme sʼil nʼy avait pas de Parlement. Lʼesprit de dialogue permanent pour déboucher sur le consensus constitutionnel nʼest pas respecté, martelait le Président Valeri, on ne sʼintéresse à nous que la semaine du vote. ■ Les concessions du Gouvernement Une accumulation de ressentiments et de mauvaise humeur dangereux politiquement dans un contexte maussade, avec en plus le sentiment largement partagé avec lʼopposition que le budget 2009 était décalé, voire inadapté par rap rapport aux conséquences de la crise mondiale qui faisait sentir ses effets sur Monaco. Un budget 2009 ne prenant pas assez en compte, la volatilité de certaines recettes, le choc psychologique de lʼabandon de lʼextension en mer, le plan dʼurgence pour lʼéconomie et les entreprises en difficulté, un budget encore bien printanier pour un temps de chien. Tout cela poussait Pierre Svara, le rapporteur de la commission des finances du parlement, à inciter ses collègues à voter contre le primitif. La menace de voir le budget repoussé était concrète. Mais entre la rédaction de ce rapport et sa lec-

BUDGET 2009

Les décisions adoptées ■ Propriété aménagée Le prix sera celui proposé depuis toujours par la majorité du CN. Soit : 1,5 fois le loyer mensuel sur 20 ans, avec un apport initial de 15%. Ce nouveau droit sera accessible à 70 % des Monégasques après son vote lors d’une session exceptionnelle en février. ■ Enfants du pays Un projet de loi va protéger les plus de 65 ans, une piste est engagée avec la France- transmissions des certificats de résidence- action vis-à-vis du secteur protégé mais désaccord persistant sur la création voulue par le parlement d’un secteur intermédiaire considéré à tort par le Gouvernement comme un domanial bis. ■ Opposition : surfer sur la crise... L’opposition qui est à Monaco non pas au gouvernement mais au reste des élus, a changé de ton. Elle estime visiblement que la crise peut rendre son discours moins audible. Elle pense, comme la majorité, que ce budget est surévalué au niveau des recettes et qu’il faudra vite le revoir. Finalement le discours de l’opposition a changé de cible et se dirige de plus en plus vers le gouvernement et ses « capacités de gestion de la crise ». ■ Déficit Le but est de le réduire. On visait l’équilibre et même l’excédent. Le calcul sur l’apport supplémentaire de la TVA pour 2009 reste modeste : 1,7 %. L’augmentation des recettes, de 883 millions au primitif 2008, sont passées à 916 millions pour 2009. C’est un pari prudent, mais pas gagné avec la conjoncture qui se dégrade partout. Monaco, en tout cas avec une belle croissance même en baisse, reste l’un des seuls pays européens à ne pas justifier de la crise pour laisser filer les déficits.

BUDGET 2009

ture, tout ou presque avait changé. Le Gouvernement avait cédé sur tous les points de friction ou presque, donnant largement raison aux demandes de la majorité. La fronde parlementaire sʼest fait couper lʼherbe sous les pieds. 720 domaniaux dʼici 2015 - une session extraordinaire pour la loi dʼaccession des Monégasques a la propriété en février prochain, au prix demandé par la majorité UPM, création dʼun poste de Secrétaire général de la SBM pour un monégasque chargé semble-t-il de veiller au respect dans cette société de la priorité dʼemploi, bien au delà du secteur des jeux.

L'hémicycle du Conseil National lors d dʼune dʼ une des turbu Sans oublier la revalorisation des indemnités de chômage technique - la hausse de 1,6 % du point dʼindice des fonctionnaires, un bonus pour les entreprises monégasques candidates à un marché public et un soutien important aux entreprises en difficulté, des recherches de piste pour garder à Monaco les enfants du pays et la possibilité de transmettre le certificat de résidence pour les français, sésame de lʼexonération dʼimpôt pour ceux installés avant 1957. La mariée est elle trop belle ? Sʼagit-il de promesses

Emploi des Monégasques : les chiffres La population salariée de la Principauté est composée en majorité de français pour 67,2% et d’italiens pour 13,6%. Les monégasques quant à eux, ne représentent que 2,2% du nombre de salariés. Figurent, dans le reste de la population salariée, les autres nationalités, à concurrence de 16,9%. Sur les 4000 employés de la fonction publique en 2007, le nombre de monégasque (998) représente moins de la moitié des fonctionnaires titulaires avec 47,4%, et 10,9% des agents de l’Etat non titulaires (206).

DANS LE PRIVÉ

Les français sont majoritairement présents dans les S e r v i c e s ( 4 0 , 2 % ) Même constat pour les italiens qui occupent en priorité les Services (28,7%), les Industries (25,1%) et les Commerces (13,6%) Les secteurs d’activité les plus prisés par les monégasques sont la S.B.M. (44,4 compris), sur


Politique & Société

Janvier 2009

La Principauté

il National le jeudi 18 décembre avec 14 voix pour, 5 contre et 4 abstentions. Reste à voir leur application de la part du Gouvernement

et tenir les promesses Photo © CN

ulentes séances publiques sur le Budget Primitif 2009 nʼengageant que ceux qui les acceptent ? Cette crainte a été maintes fois exprimée dans des explications de votes positifs mais réticents. ■ Pas de vote pour lʼAnnonciade Le Parlement ne sʼest pas prononcé, délai trop court, sur le projet de désaffection de lʼAnnonciade et la construction dʼune tour de 52 étages dont 160 logements domaniaux. Le gouvernement voulait un vote tout de suite, car selon lui le projet sinon risquait de capoter.

Cette urgence imposée par les promoteurs comparés par le ministre à des « crocodiles », nʼest pas passée. Le Gouvernement a obtenu un vote de confiance sur son budget, mais cette confiance est sous surveillance plus que jamais après un tir dʼavertissement sans frais. Il convenait au Président Valeri, le jeudi 18 décembre, de conclure et de résumer les débats. Cʼest une prérogative institutionnelle liée à la spécificité des institutions : A Monaco, le Président du parlement est Chef de la majorité parlementaire et garant du programme législatif approuvé par les électeurs…. ■ Extraits du discours du Président Valeri “Vous aurez compris que nous prenons, une nouvelle fois, le risque de la confiance en votant ce Budget. Mais ce vote est loin dʼêtre unanime, cela ne vous aura pas échappé, il doit être mesuré pour ce quʼil est, cʼest à dire très partagé. Jʼaimerais, si vous le voulez bien, revenir sur le sens de ce vote, pour quʼil nʼy ait pas de fausse interprétation. Ce vote nʼexprime en aucun cas une division de la majorité. Bien au contraire, cʼest une décision commune et unitaire des élus de ne pas donner un blanc seing au Gouvernement pour la mise en action de ce budget. Le vote est donc volontairement divers, quel que soit lʼavis de chacun”. Voici les raisons cependant dʼun vote largement positif : “Enfin, le dossier de lʼaccession à la propriété aménagée dans les domaines, ou bien encore dans un langage plus juridique « du droit dʼhabitation-capitalisation » va bientôt aboutir et répondre ainsi à un besoin essentiel des Monégasques. Enfin, la question de la priorité nationale est prise au sérieux. Pour nous, elle nʼétait pas négociable. Enfin, le maintien du pouvoir dʼachat des personnels actifs et retraités de la fonction publique est acté concrètement, et même amélioré pour les plus modestes. Enfin,

É

s s s . t s s s t ). s s s t 4%), les Services (29,1%) et les Industries (6,7%). A la SBM (HBS 3347 salariés, 420 sont Monégasques.

CONSEIL DE L’EUROPE : VERS UNE RATIFICATION DE LA CHARTE SOCIALE EUROPEENNE EUROPEENNE ? Une décision de la Grande Chambre de la Cour Européenne des droits de l’homme ouvre la voie vers une ratification de la charte sociale européenne par Monaco. En effet, la Cour, dans son arrêt du 12 novembre dernier concernant le dossier « DEMİR ET BAYKARA c. TURQUIE » considère que : « La Cour, quand elle définit le sens des termes et des notions figurant dans le texte de la Convention, peut et doit tenir compte des éléments de droit international autres que la Convention , des interprétations faites de ces éléments par les organes compétents et de la pratique des Etats européens reflétant leurs valeurs communes… » (art85), et la Cour conclut, à l’unanimité : • à la violation de l’article 11 (liberté de réunion et d’association) de la Convention européenne des droits de l’homme à raison de l’ingérence dont les requérants, fonctionnaires municipaux, ont été victimes dans l’exercice de leur droit de fonder des syndicats ; et • à la violation de l’article 11 de la Convention à raison de l’annulation rétroactive de la convention collective conclue par le syndicat Tüm Bel Sen à l’issue de négociations collectives avec l’administration Voila qui devrait lever les interrogations que se posait le gouvernement monégasque quant à l’application et l’interprétation de la Charte sociale européenne par la justice. La voie est donc ouverte, semble-t-il, pour que la Principauté ratifie rapidement – en tout ou partie – cette Charte sociale. D’ailleurs un communiqué publié à Strasbourg le 21 novembre par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe souligne que « Les co-rapporteurs de l’APCE sur la visite d’information à Monaco saluent les progrès accomplis par la Principauté depuis son adhésion au Conseil de l'Europe il y a quatre ans, mais attirent l'attention sur certaines promesses non encore honorées. Dans une note d'information déclassifiée, relative à une visite récente dans le pays, Leonid Slutsky (Fédération de Russie) et Pedro Agramunt (Espagne)… invitent également Monaco à honorer « sans plus attendre » ses engagements en ce qui concerne la ratification de la Charte sociale européenne révisée. » (P.Y.R.)

nous sentons une volonté et des actions pour maintenir les emplois, lʼindustrie et la vitalité du tissu économique. Mais quelle est cette façon de faire qui oblige à brandir des menaces de non-vote, à établir des bras de fer permanents, à se détourner des pièges des technocrates, pour faire passer la volonté de la majorité des Monégasques ? Vous voulez changer dʼimage ?…. Alors changeons la méthode, et aidez-nous à changer lʼétat dʼesprit de certains”. 2009 sera peut être lʼannée de la mise en application du « discours de la méthode »...

REPARTITION DES EMPLOIS ENTRE LE SECTEUR PUBLIC ET LE SECTEUR PRIVE PAR NATIONALITE Globalement, on dénombre 2 150 emplois occupés par des salariés monégasques, 56% sont des emplois du secteur public luimême représenté par un peu plus de 30% de monégasques. Le secteur privé représente 91,8% des emplois de la Principauté avec seulement 2,1% de monégasques. Les sala salariés de nationalité monégasque sont répartis principalement dans la Fonction Publique (56%), la SBM (19,5%) et les services (12,8%). (*) : Tirés du Baromètre social 2007 du CES

7


8 La Principauté

Entreprises & Travail

Janvier 2009

INTERVIEWS CROISEES • Les avis de Betty Tambuscio, secrétaire générale adjointe de l’USM, et de Philippe Ortelli, président de la FPM

L’industrie face à la crise PAR PIERRE-YVES

REICHENECKER

L

a crise financière et économique touche la Principauté. Ne nous voilons pas la face. Le gouvernement princier lʼa bien compris qui vient dʼannoncer un plan de soutien et de relance économique pour sauver les entreprises en difficulté. Un plan qui comporte un volet social pour aider les salariés. Exemple le plus frappant, celui de Mécaplast, entreprise emblématique de Monaco, spécialisée dans les pièces détachées automobiles, touchée de plein fouet par la crise qui touche ce secteur dʼactivité. Au bout du compte, et après un mouvement de grève, on devrait sʼen sortir avec des mesures de chômage partiel. Que prévoit le plan dʼaides gouvernemental ? Aides pour le chômage technique ; étalement des charges sociales et fiscales ; apporter des garanties aux banques… les entreprises en difficulté pourront contacter le conseiller de gouvernement en charge de lʼéconomie, Gilles Tonelli. Lors du débat budgétaire, Michèle Dittlot (1) a demandé que ces aides de lʼEtat soient assorties dʼune condition : pas de délocalisation. Et elle a mis en garde le gouvernement : « alors que lʼon abandonne lʼextension à lʼEst de la Principauté, prenons garde de ne pas laisser sʼinstaller la désertification économique à lʼOuest ! » Que pensent les partenaires sociaux de ce plan de soutien gouvernemental ? Cʼest ce que nous avons demandé à Mme Betty Tambuscio, secrétaire générale adjointe de lʼUSM (2), et à M. Philippe Ortelli, le président de la FPM(3). Quatre questions pour un face à face à distance ! La Principauté : la crise économique et Photo © USM financière touche la Principauté. Cʼest lʼeffet « mondialisation ». Votre analyse de la situation. Betty Tambuscio : “La crise qui vient dʼéclater nʼest malheureusement pas conjoncturelle. Cʼest une crise structurelle du capitalisme mondial. Une crise du système. Elle ne fait que commencer. Certains experts évoquent la grande dépression de 1929… Dans le Monopoly géant auquel se livrent les grands groupes internationaux, la polarisation entre les milliards de salariés producteurs de richesse et la poignée de possédants arrive à son paroxysme. Le journal financier LʼExpansion fait état dʼun doublement de la masse monétaire mondiale en six ans et dʼune progression trois fois plus rapide que la production ! Vous vous rendez compte ! Jamais autant dʼargent nʼa circulé dans le monde. A un bout de la chaîne le salariat voit la rémunération du travail considérablement achat. Plus de consommateurs. A llʼlʼautre ʼʼautre autre bout lʼactionnariat llʼʼactionnariat ʼactionnariat amputée. Il nʼy a plus de pouvoir dʼachat. explose. Entre 2000 et 2007 les entreprises du CAC 40 ont réduit de 1% les sommes versées à leurs salariés et augmenté de 40% celles versées à leurs actionnaires. La spéculation sans frontières accapare une part énorme de la richesse produite au niveau mondial. Et ça se traduit par une compression continue du pouvoir dʼachat. Donc par une surproduction relative de biens de plus en plus ingérable par le « marché ». Cʼest ça la crise ! Une crise prévisible, aiguë et durable. Lutter pour ne pas en subir les effets, cʼest agir contre ses causes. Voilà pourquoi lʼUnion des Syndicats sʼest adressée aux salariés pour les appeler à refuser de payer cette crise dont ils ne portent pas la responsabilité”. LP : Le Gouvernement monégasque vient dʼannoncer un plan dʼaides aux entreprises. Répond-il à la situation ? BT : “Aider les entreprises ? Pourquoi pas. A condition de ne pas confondre entreprises et employeurs. Le salariat créée les richesses. Le PIB est le fruit de son travail. Nous souhaitons donc que les aides soient données avec des garanties quant à leur utilisation sociale. Des aides, oui. Des facilités, non. Un certain patronat profite de la crise pour faire tout et nʼimporte quoi. En invoquant la baisse dʼactivité, plusieurs entreprises industrielles rassemblant près de 800 salariés ont imposé des congés payés ou jours fériés anticipés, des congés sans solde ! Dans la plus pure illégalité. Quand nous appelons les salariés à refuser de payer la crise, nous savons de quoi nous parlons ! Les grévistes de Mécaplast, ont démontré que cʼest possible. Les dispositions obtenues sont à cent lieues de ces mesures indignes. Dans cette situation de crise, nous aimerions aussi voir davantage de détermination en faveur du maintien et du développement dʼactivités créatrices de richesses sur le territoire, à commencer par lʼemploi industriel. La gestion de richesses venues dʼailleurs, le développement dʼactivités virtuelles, ou de résidences touristiques non créatrices dʼemplois ont un avenir aléatoire. La production de biens ou de services utiles à la population, sur place, offre de meilleures garanties”. LP : Le traitement social de la crise est-il satisfaisant ? BT : “Parler de traitement social, cʼest accepter de subir la crise. Il faut, au contraire, lutter contre ses causes. Partout dans le monde ! Ou alors, nous allons vers un appauvrissement général des populations, et des révoltes sociales… Personne ne parle encore de crise sociale, mais tout le monde y pense… La pression sur le salaire et les retraites doit cesser pour ouvrir la voie à la consommation. A Monaco, cʼest possible. Le budget 2009 de lʼEtat vient dʼêtre voté par le Conseil National. Il sʼagit, dit le Ministre dʼEtat, dʼun budget prudent sur fond de crise. Néanmoins le montant des recettes est prévu à 838 millions. Plus de 50% sont générées par la TVA ; ce qui permet dʼanticiper à plus de 4,2 milliards le PIB tel que semble lʼavoir envisagé le gouvernement. C'est-à-dire une croissance de 24% par rapport à 2005 où il sʼélevait à 3,44 milliards. Si rien nʼest fait pour desserrer lʼétau des rémunérations, les salaires et retraites nʼen recevraient en 2009 quʼune fraction encore moindre quʼen 2005 où elle sʼélevait à peine à 51% du PIB. Alors ?... Il faut aussi dʼautres mesures. Le gouvernement vient dʼaméliorer lʼindemnisation du chômage partiel. Félicitons-nous. Mais les salariés victimes de licenciements collectifs reçoivent des clopinettes comme indemnités. Et nous en dénombrons au moins un millier depuis un an ! Parmi eux, 400 ou 500 intérimaires jetés dans la nature sans tambours ni trompettes. Quand nous parlons de négocier ou dʼinstaurer des règles pour les plans sociaux, Fédération Patronale et gouvernement sont aux abonnés absents. Il faut passer par des actions de grève comme celle du Mirabeau ou de Biotherm pour indemniser convenablement les victimes de ce Monopoly humain ! Et puis, ça suffit de vivre sans comités dʼentreprise ! Il faut donner aux salariés les moyens de défendre leur outil de travail comme dans tous les pays modernes”. LP : Quels sont vos vœux pour 2009 ? BT : “2008 a vu nos effectifs progresser de 6%. 2009 sera lʼannée du XXXI° Congrès de lʼUnion des Syndicats de Monaco. Souhaitons quʼune plus grande masse encore de salariés viendront conquérir leur liberté et leur dignité avec et dans le syndicat”.

La Principauté : la crise économique et Photo © FPM financière touche la Principauté. Cʼest lʼeffet « mondialisation ». Votre analyse de la situation. Philippe Ortelli : “Aujourd'hui, tous les systèmes économico-financiers sont liés. La crise mondiale affecte tous les Etats, développés ou émergents, et impacte tous les secteurs. Monaco, intégré au circuit économique international, nʼest donc pas épargné. Dans mon secteur dʼactivité, notre entreprise a produit la plus faible quantité de béton depuis prés de 40 ans ce mois-ci, et les prévisions pour les 6 prochains mois sont du même ordre. Ce volume est un très bon indicateur de lʼactivité du bâtiment sur Monaco et les communes limitrophes.”. LP : Le Gouvernement monégasque vient dʼannoncer un plan dʼaides aux entreprises. Répond-il à la situation ? PO : “Pour parti seulement. Le Prince Souverain a souhaité évoquer la situation industrielle à Monaco, et nous a reçus le 3 décembre. Nous avons demandé la mise en place de mesures dʼurgence : une modulation horaire, soumise à lʼaccord entre les représentants des salariés et leurs employeurs, pour travailler moins début 2009 et plus fin 2009, la modification des conditions dʼaccès au chômage technique, un moratoire sur le droit social jusquʼen fin 2009, pour éviter que de nouvelles mesures ou projets de loi fragilisent davantage notre compétitivité, des aides aux loyers industriels équitables et prévisibles. Sur le long terme, des aides à lʼinvestissement, à la recherche et au développement, ont été réclamées pour réduire notre perte de compétitivité, sur la base de celles accordées par lʼU.E. à ses membres. Le plan annoncé ne répond donc pas complètement aux besoins puisquʼil sʼagira comme souvent dʼaides attribuées au cas par cas. De plus, aucune mesure de flexibilité horaire ne semble prévue. Or, une entreprise saine peut se permettre de maintenir un revenu à ses salariés, en créant un compte épargne temps qui sera utilisé quand le travail reprendra!” LP : Comment la Principauté pourrait-elle conserver un minimum d'activités industrielles pour assurer son équilibre socio démographique ? PO : “Tout dʼabord, lʼaide au loyer doit être officialisée par un texte clair, accessible à toutes les industries, sans par exemple de distinction de quartier dʼétablissement. Ensuite, il faut éliminer les freins aux exportations, en obtenant de lʼUE des accords pour tous les produits nécessitant une autorisation de mise sur le marché. Par ailleurs, les salariés monégasques ont des avantages considérables par rapport à la France: des retraites supérieures de 30 à 40%, des jours fériés en plus…A trop tirer sur la corde, ceux-ci disparaîtront avec leurs emplois. Dans le contexte actuel, si nous ne rétablissons pas dʼurgence la compétitivité des entreprises, nous assisterons à une destruction irréversible de lʼemploi industriel à Monaco. Enfin, dans le secteur du bâtiment, les projets immobiliers annoncés ne représentent en volume que la moitié de ce qui a été fait ces 10 dernières années. Et encore faut-il que ces projets aboutissent et ne soient pas retardés par des querelles de clochers! Or, il faudrait doubler ce chiffre pour assurer l'avenir du BTP à Monaco. Prenons lʼexemple du Sporting d'Hiver. Dans notre dernier journal, nous avons démontré que l'on pouvait, comme la "Hearst Tower" à New York, conserver la façade Art Déco des années 30, et lʼutiliser comme socle pour construire un nouveau bâtiment plus adapté aux besoins actuels. Et est-il normal que Monaco nʼait que 3 salles de cinéma ? C'est aussi de l'activité garantie pour les salariés du bâtiment pendant plusieurs années. Halte à l'immobilisme! La majorité silencieuse a besoin de travail, la minorité agissante doit le comprendre, le bien-être économique nʼest JAMAIS un acquis.”. LP : Le traitement social de la crise est-il satisfaisant ? PO : “Nous jugerons sur actes. A ce jour, les promesses faites à Mecaplast semblent suffisantes, mais au delà, si nous demandons des mesures exceptionnelles, c'est aussi pour sauver les entreprises et maintenir des emplois!” LP : Quels sont vos vœux pour 2009 ? PO : “D'abord, que les entreprises, connectées à la réalité économique, soient enfin entendues, et cela sur différents sujets: droit social, urbanisme économique, transports, logements pls…Ensuite quʼil soit admis une bonne fois pour toutes que les entrepreneurs à Monaco ne sont pas des opportunistes utilisant la crise pour accroître leurs profits, mais des acteurs responsables, impliqués dans la vie économique, et soucieux de lʼavenir de leur Pays, afin dʼy maintenir pour nos enfants la prospérité économique”. (1) Conseillère nationale, Présidente de la Commission de la culture et du patrimoine (2) Union des syndicats de Monaco (3) Fédération patronale monégasque


Janvier 2009

La Principauté

Economie & Finance

L’ANALYSE FINANCIERE • La crise qui frappe le monde financier international est une crise structurelle qui sanctionne la fin du “turbo-capitalisme”

Comprendre avant d’agir On risque d’avoir un syndrome Outreau : au delà de l’émotion et des belles résolutions... pas grand chose ! PAR PATRICE ZEHR

L

a crise qui frappe actuellement le monde financier interPhoto © DR national, cʼest une crise structurelle, qui sanctionne lʼabandon de la logique qui voulait quʼon leva en bourse des fonds pour les entreprises : lʼéconomie réelle. Il y a eu bien des avertissements : 1. Crise du marché des actions de 1987 ; 2. Récession américaine de 1991; 3. Crise asiatique de 1997 ; 4. Explosion de la bulle des valeurs Internet de 2001. Cette crise, beaucoup plus forte que les précédentes, est de toute évidence la plus grave que lʼon ait connue depuis les années trente, celle qui a bouleversé le monde jusquʼ à la deuxième guerre mondiale. On nous a pendant des années vanté les mérites du «modèle américain» et assuré des bienfaits de la «mondialisation heureuse». Tout cela est remise en question. Le spectacle des banques centrales, tant aux Etats-Unis quʼen Europe, qui ont injecté depuis le 15 septembre, des centaines de milliards de dollars et dʼeuros sur les marchés financiers, laisse songeur : dʼoù vient tout cet argent ? Alors certes il nʼy a rien pour remplacer la loi du marché, mais le libéralisme débouche sur un capitalisme auto destructeur. Lʼun des traits dominants de ce «turbo-capitalisme», correspondant à la troisième vague de lʼhistoire du capitalisme, est la complète domination des marchés financiers globalisés sur les économies nationales. Cette domination donne un pouvoir accru aux détenteurs du capital, et plus particulièrement aux gros actionnaires, qui sont aujourdʼhui les véritables propriétaires des sociétés cotées en Bourse. obtenir un rendement maximal aussi rapide que possible de leurs investissements, ces action Désireux dʼobtenir actionnaires poussent à la compression des salaires et à la délocalisation opportuniste de la production vers des pays émergents, où la hausse de la productivité va de pair avec de très bas coûts salariaux. Résultat, le système profitait aux revenus du capital plutôt quʼaux revenus du travail, la déflation salariale se traduisant par la stagnation ou la baisse du pouvoir dʼachat de la plupart des gens, et la diminution de la demande solvable globale. Dʼou le crédit accordé à des non solvables par le biais des subprimes. Mais pire, on a spéculé sur ces « créances pourries » par le biais de la «titrisation», qui a permis aux grands acteurs de la sphère du crédit de se décharger, en les rendant liquides, des risques dʼinsolvabilité de leurs emprunteurs. La « titrisation», qui est une autre des innovations financières majeures du capitalisme dʼaprès guerre, consiste à découper en tranches les prêts accordés par une banque ou une société de crédits, puis à en revendre le montant, cʼest-à-dire le risque, à dʼautres agents financiers appartenant au monde des fonds de placement. Il se crée ainsi un vaste marché du crédit, qui est aussi un marché du risque.

■ Cʼest lʼeffondrement de ce marché qui a provoqué la crise actuelle On assure maintenant quʼil suffirait de «réguler» ou de «moraliser» le système pour éviter ce genre de crises. Les hommes politique parlent de «dévoiement de la finance», tandis que dʼautres stigmatisent lʼ«irresponsabilité» des banquiers, laissant ainsi entendre que la crise nʼest due quʼà une insuffisance de réglementation et quʼun retour à des pratiques plus «transparentes» permettrait de faire revenir sur la scène un capitalisme plus moral et moins dangereux. Espérons-le. Cependant cʼest lʼimpuissance des décideurs politiques à faire face à la dérive du capital qui a ouvert la voie à la libéralisation totale du système financier. Ensuite et surtout, la nature même du système, cʼest la logique de lʼaccumulation, le refus de toute limite. Il nʼest pas sûr que des règles puissent sʼimposer… On risque dʼavoir un syndrome Outreau, au delà de lʼémotion et des belles résolutions …pas grand chose. Or, il y a urgence économique. La crise fait que les banques, fragilisées par lʼaccumulation de mauvaises dettes issues de lʼimmobilier, réduisent aujourdʼhui brutalement leurs crédits (cʼest le « crédit-Crunch »). Les conséquences politiques et sociales de la crise du crédit se sont très vite fait sentir. Cʼest évident dans le secteur automobile. Comme le pire nʼest pas forcément derrière nous, cʼest le rôle des gouvernants le prévoir le pour y faire face.

Un bilan très positif pour la première promotion du DEES Banque en Principauté

L

a première promotion du DEES Banque option Place Bancaire Moné-gasque vient d’achever son cycle d’études sur un bilan très positif. Sur les 15 étudiants engagés dans la formation, 14 ont obtenu le DEES (Diplôme Européen d’Etudes Supérieures) Banque option Place Bancaire Monégasque, dont 10 à la première session (juin 2008) et quatre à la session de rattrapage (octobre 2008), soit un taux de réussite à l’examen, de 93,33 %. Un premier bilan positif donc, à la fois en termes de formation théorique, mais aussi de formation pratique. Les résultats démontrent en effet d’une part, un enseignement de qualité de la part de l’Institut Bancaire de Formation, et d’autre part, que le référentiel du diplôme correspond aux attentes des professionnels, qui n’ont pas hésité à embaucher les jeunes candidats primo-demandeurs d’emploi. En effet, concernant l’insertion professionnelle de ces jeunes, 11 travaillent actuellement dans un établissement bancaire de la Principauté, dont 7 dans l’établissement qui les a formés ; les 4 autres ont changé d’orientation professionnelle, poursuivent une formation ou sont à la recherche d’un emploi. La remise des diplômes s’est déroulée le 19 décembre au Novotel. La deuxième promotion du DEES Banque a débuté en octobre dernier ; elle est à nouveau composée de 15 jeunes, titulaires d’un Bac +2 et répartis au sein d’une dizaine d’établissements bancaires de la place pour mettre en pratique les acquis théoriques, toujours dans le cadre d’un contrat d’apprentissage.

FEMMES CHEFS D’ENTREPRISES

L’AFCEM lance un projet de solidarité numérique au féminin

C

omment réduire la fracture numérique entre le Photo © AFCEM Nord et le Sud ? Une conférence était organisée le 24 novembre dernier à Lyon (1) afin de définir les enjeux et les engagements pour réduire la fracture numérique entre le Nord et le Sud. Dans le cadre de cette conférence, l’Association des Femmes Chefs d’Entreprises de Monaco (2) a lancé son projet de Micro Entreprenariat féminin et de solidarité numérique. Le projet, initié par Hilde Heye et Francine Conrad, vise à contribuer à la création de micro-entreprises à vocation éducative par des femmes souhaitant apporter le savoir et la connaissance via les technologies de l’information et de la communication à leur communauté, leur village, Lecture de la lettre de soutien de SAS le Prince Albert II par Hilde Heye (Vice Présidente AFCEM), en présence d'Alain Madelin, Gérard Colomb (Maire de Lyon et Président de l'Agence mondiale de solidarité numérique), Abdoulaye Wade (Président du Sénégal) et Youssou N'Dour (Chanteur sénégalais) leur quartier prioritairement dans les pays du sud. Chaque micro-entreprise, reposant sur les fondeL’initiative de l’association monégasque a dors et déjà reçu de nombreux souments du Micro crédit, sera créée dans une zone enclavée, où les possibilités d’accès tiens dont celui du Souverain monégasque le Prince Albert II, de Madame à la connaissance pour la population sont aujourd’hui difficiles, dans le respect du Viviane Wade, 1ère dame du Sénégal, de la CDE Monaco, et de Françoise modèle économique du pays, ses particularités, et de l’environnement. Foning, présidente du réseau mondial des femmes chefs d’entreprises (présent Deux projets pilotes seront mis en place, l’un au Sénégal en collaboration avec dans plus de 60 pays sur les 5 continents). Madame Wade, très active dans le domaine de l’éducation et de la santé, et l’autre en Tunisie, soutenu par Madame Leïla Khayat, Présidente mondiale honoraire des (1) : La Conférence du 24 novembre, organisée à l’invitation du Président Nicolas Sarkozy sur proposition du Président sénégalais Abdoulaye Wade et dans le cadre de la présidence française de l'Union Femmes Chefs d’entreprises, Sénatrice de la république tunisienne et Présidente du Européenne a réuni plus de 350 personnalités du monde politique, économique et financier. (2) : AFCEM, présidée par Antonia Ivaldi conseil des femmes chefs d’entreprises arabes.

FEMMES CHEFS D’ENTREPRISES

9


La Principauté

l’Actualité l’

Janvier 2009

33 ème FESTIVAL • Du 15 au 25 janvier sous le chapiteau de Fontvieille et en ville

Monte-Carlo capitale mondiale du cirque... PAR

ALAN PARKER-JONES

D

libre) ; Le match ami amiu 15 au 25 cal de football au janvier 2009, Stade de Cap d dʼAil, le toute la lundi 19 janvier à Princi-pauté de 20h30 entre lʼéquipe l Monaco vivra à du Prince Albert II lʼheure du 33e «Les Barbagiuans» et Festival du Cirque. llʼéquipe internationale Un programme des artistes du dense attend donc Festival (entrée libre). tous les amateurs Le « 4e concours de des arts de la piste vitrines » sera enrichi sous le chapiteau cette année par une de Fontvieille. En exposition dʼœuvres d ville également, liées au cirque, réaliréali avec une demi-dousées par des artistes zaine de manifestalocaux et régionaux, tions ouvertes au S.A.S. la Princesse Stéphanie, présidente du Festival du Cirque, avec et mises à disposition public. une des artistes récompensés lors de lʼédition 2008 des commerçants de LʼOpen Air Circus Show, le samedi 17 janvier à partir de 14h30 sur le port Monaco ; Une exposition de peintures de lʼartiste Pierre Hercule avec des artistes du 33e Festival International Assemat du 16 au 21 janvier 2009, de 10h à 18h, au du Cirque de Monte-Carlo… tout cela en musique grâce Foyer-bar du Théâtre Princesse Grace (entrée libre) ; à lʼOrchestre du Festival placé sous la direction de Reto Une exposition du Nouveau Musée National de Monaco Parolari (entrée libre) ; A lʼAuditorium Rainier III, les 16 (Villa Sauber) « Fernando Botero et le cirque », du 19 et 17 janvier, de 10 heures à 18 heures, une exposition décembre au 1er mars, tous les jours de 10h à 18h. dʼœuvres photographiques exclusive de Sébastien Darrasse et une exposition commerMardi 23 ciale sʼadressant aux décembre 2008, amis du cirque et à toutes S.E. M. le Ministre les personnes intéresd’État, en présence de nomsées par lʼacquisition ou breuses personla location de matériel de nalités de la cirque ; La célébration Principauté, a œcuménique sous le chainauguré le prolongement du piteau, en présence de boulevard du plusieurs artistes du Larvotto entre le Festival, le lundi 19 janrond point vier à 19 heures (entrée Aureglia et le Photo © Centre de Presse

Un boulevard vers le tunnel Rainier III

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Edité par

tunnel Rainier III. « L’ouverture de cette nouvelle voie de circulation permet de soulager dans l’aprèsmidi la partie amont de la rue Grimaldi de 25 à 30 % », souligne M. Robert Calcagno, Conseiller de Gouvernement pour l’Equipement, l’Environnement et l’Urbanisme. Les travaux des infrastructures routières se poursuivent suivant un plan d’action qui repose sur la réalisation d’une voie de circulation Est/Ouest à double sens.

GLOBAL MEDIA ASSOCIATES Sas

“ Le Beausoleil de Monaco”

6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil

Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 glomed.free.fr/laprincipaute.html email : glomed@free.fr Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker Avec la collaboration de Lisa Arquette Thierry Bertrand Amanda Coutelle Sophie Hasson-Grimaldi Isabella Lanciotti Pierre-Alain Martini Alessandro Paparella Alan Parker-Jones Photos Claudia Albuquerque Olivier Almondo Centre de Presse Projet graphique PDC Milano Promotion & Publicité Global Media Associates Service Publicité

Diffusion Monaco & Côte d’Azur SEC Cour Anc. Gare SNCF Impression Graficolor Regione Prati - Arma di Taggia (IM) Le tirage de ce numéro a été de 26.800 exemplaires

Copyright © 2009 by Global Media Associates Sas Piazza Caduti della Montagnola 48 • 00142 Rome

TRANSPOERTS D’ici février 2009, ils assureront la liaison entre Fontvieille et le CHPG

Nouveaux bus sur la ligne 5 e premier des six bus L Europolis de la

Photo © Centre de Presse

Compagnie des Autobus de Monaco a été présenté à lʼoccasion de lʼinauguration du prolongement du boulevard du Larvotto, entre le rond point Aureglia et le tunnel Rainier III. Ces bus seront mis en service sur la ligne 5, assurant la liaison entre Fontvieille et le CHPG, d dʼici ici février 2009. Fabriqué en Italie par la société Cacciamali pour Irisbus et pouvant transporter 46 passagers : 15 personnes assises, 30 personnes debout et 1 personne à mobilité réduite. « Véhicule à performances environnementales avancées », labellisé « EEV », ce bus roulera également au diester (agrocarburant à base de Colza). Il sʼagit de la technologie la plus avancée dont la performance se situe au-delà des exigences européennes (dépassant la norme Euro5). En effet, la ligne 5 qui relie Fontvieille à lʼHôpital a connu une augmentation de près de 13% de sa fréquentation par rapport à lʼan dernier et transportera plus de 500 000 voyageurs sur lʼannée 2008.

TRANSPORTS

MONACO EN BREF

☞ La Direction des Affaires Culturelles de Monaco en collaboration avec la Fondation Regards de Provence - Reflets de Méditerranée présente l’exposition « Marines et ports méditerranéens - Peintures des XVIIIème – XIXème – XXème siècles », dans la salle du quai Antoine Ier à Monaco, du mercredi 18 février au dimanche 15 mars 2009. Cet évènement présentera 112 œuvres de la collection de la Fondation Regards de Provence dévoilant des huiles, des aquarelles et des gouaches de 72 artistes sur des marines, des paysages côtiers et des ports du pourtour méditerranéen, de la Provence et de la Côte d’Azur et célèbre dix ans d’actions artistiques de cette Fondation en faveur du patrimoine du Sud. ☞ Le nouveau véhicule électrique Mitsubishi I MiEV testé à Monaco. Du 9 au 12 décembre la Principauté de Monaco a accueilli la Société Mitsubishi Motors dans le cadre de sa campagne de collecte de données pour la mise en place de son projet Véhicules gouverneElectriques (VE) en Europe. Divers services gouverne mentaux, municipaux et privés ont testé la I MiEV (Mitsubishi Innovative Electric Vehicle) à l’occasion de la phase de préparation de ce prototype avant sa mise en production. Les services du Département de l’Equipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, la Direction de la Sûreté Publique, le Corps des Sapeurs pompiers, la Mairie, l’A.C.M. et la S.M.E.G et d’autres organismes ont donné leur avis sur les aspects pratiques du véhicule. ☞ Le 10 décembre s’est déroulé dans le magnifique écrin de l’hôtel La Réserve à Genève, le lancement d’ONLY WATCH 09, troisième saison de la vente aux enchères caritative de montres pièces uniques réalisées par trente des plus importantes manufactures horlogères helvétiques. ONLY WATCH 05 & 07 furent de splendides élans concrétisés par des collectes de fonds exceptionnelles (€1,9 M et €2,7 M) qui ont contribué et contribuent encore de manière notoire à faire émerger et favoriser les pistes thérapeutiques pour les enfants atteints de la myopathie de Duchenne. S.A.S. Le Prince Albert II qui soutient ce projet depuis sa créacréa tion avait souhaité marquer de sa présence ce moment fédérateur. Il ouvrait la soirée par un discours chaleureux, positif et optimiste, accompagné de Luc Pettavino, Président de l’Association Monégasque contre les Myopathies (AMM) et concepteur du projet. ☞ Monte-Carlo SBM confie la refonte de son Système d’Information à IBM. Monsieur Bernard Lambert, Directeur Général de MonteCarlo SBM, et le Président d'IBM France Monsieur Daniel Chaffraix se sont rencontrés le 16 décembre dernier à l’Hôtel de Paris pour offi officialiser la signature d’un contrat de partenariat. Ce partenariat concerne le développement, de six grands projets stratégiques. L’ensemble de ces jalons est placé sous l’égide d’une « Direction de programme » soumise à l’autorité du Directeur Informatique de Monte-Carlo SBM. Elaboré par Monte-Carlo SBM, ce programme aura un fort impact sur l’évolution des métiers du groupe. Afin d’en atteindre les objectifs, Monte-Carlo SBM confie à la société IBM la mise en place d’une structure d’accompagnement fonctionnel et technique. ☞ Menton reçoit le label « Pôle d'excellence de coeur de ville » et le prix spécial « Écologie urbaine - environnement ». Organisé par « l'Association Concours National des Villes et Pôles d'excellence de coeur de ville », sous l'égide du Ministère du logement et de la ville et de la Caisse des Dépôts et Consignation, le label « Pôle d'excellence de coeur de ville » vise à récompenser et encourager les projets de rénovation, de revitalisation et d'aménagements engagés par les maires pour leur centre ville. 120 villes concourraient. Parmi elles, 20 communes ont reçu le label « Pôle d'excellence de coeur de ville », dont Menton. Le député-maire Jean-Claude Guibal a reçu, le mardi 16 décembre, cette distinction des mains de Christine Boutin, Ministre du logement et de la ville, en présence également d'Alain Marleix, Secrétaire d'État à l'intérieur et aux collectivités territoriales, d'Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignation et d'Henri Guaino, conseiller spécial du Président de la République française. Après la Lettonie en novembre, le 9 décembre la CDE proposait aux entrepreneurs de la Principauté de découvrir les atouts économiques et les particularités de son voisin estoesto nien, le plus septentrional des pays baltes. Une trentaine d’entrepreneurs monégasques évoluant majoritairemajoritaire ment dans le négoce international, la finance, les TIC et l’immobilier sont venues hier à la rencontre de Margus Rava, Ambassadeur d’Estonie en France, qui venait pour la première fois en Principauté dans le cadre de ses fonctions. Son objectif : convaincre les entrepreneurs présents de l’intérêt d’accroître les échanges avec son pays, qui concernent aujourd’hui principalement des produits industriels, des semi-produits non métalliques et des biens de consommation courante. Répondant à l’invitation de l’Ambassadeur Margus Rava, le Président de la CDE Franck Biancheri a projeté un déplacement d’entreprises monégasques à Tallin, d’ici deux ans. Photo, de gauche à droite : S.E. M. Margus Rava, Ambassadeur d’Estonie en France, Franck Biancheri, Président de la CDE et Mauro Serra, Consul d’Estonie à Monaco. ☞ La Principauté de Monaco promeut sa place financière à Genève. La première mission économique sectorielle de la Chambre de Développement Economique de Monaco (CDE) s’est déroulée à Genève les 2 et 3 décembre, dans le cadre du salon financier Shorex Wealth Management Forum. 8 banques et sociétés de gestion sont venues promouvoir leurs activités sur le stand de la Principauté, auprès de visiteurs internationaux dont suisses et britanniques constituaient la majomajo rité. A leurs côtés, et avec la CDE, l’Association Monégasque des Activités Financières (AMAF) et la Commission de Contrôle des Activités Financières (CCAF) étaient présentes pour promouvoir le professionnalisme et le dynamisme de la place monégasque. La 7è édition de ce salon a enregistré un record absolu en nombre de visiteurs : 2.400 personnes ont parcouru en effet les allées de Shorex Wealth Management sur 2 jours. Le stand « Principauté de Monaco » a bien sûr profité de cette forte affluence. Sur la photo, de gauche à droite : A. Stent Torriani, Vice-Président de l’AMAF, Jean Castellini, Secrétaire Général de la CCAF, Guy-Thomas Lévy-Soussan, représentant la Banque J. Safra (Monaco) et FJ Brych, Membre du Comité Directeur et Trésorier de la CDE. ☞ Les Pussycat Dolls en concertévénement le 17 février 2009. Les Tigresses sont lâchées au Grimaldi Forum Monaco ! The Pussycat Dolls, fondée par le célèbre chorégraphe Robin Antin est une troupe compo composée de six filles à la plastique remar remarquable. C’est à Hollywood, dans le club de Johnny Depp le « Vipper Room » que le groupe fait ses débuts avant de se produire au Caesar Palace de Las Vegas. En 2005 les Pussycat Dolls se font remarquer avec leur premier single « Don’t Cha », titre auquel le rappeur Busta Rhymes apporte sa contribution. S’ensuit le succès international de leur premier album : PCD, produit par Dr Dre et Timbaland. En 2008, « les tigresses » sortent leur deuxième album : Doll Domination. Là encore le succès est planétaire… Si aujourd’hui les Pussycat Dolls ne sont plus que cinq, leur enthousiasme est identique. Sur scène, leurs chorégraphies déménagent et leurs rythmes tout en beauté hypnotisent. Pour chauffer le public de la Salle des Princes, elles pourront compter sur leur alliée de la première partie : Lady Gaga qui va en rendre plus d’un fou… de dance-pop music ! En tournée mondiale, les Pussycat Dolls font étape au Grimaldi Forum Monaco le 17 février 2009 pour un concert unique. Prix des places : 59 et 69 euros. Réservations : +377 99 99 3000 et points FNAC.

11


12 La Principauté

Art & Culture

Janvier 2009

RENCONTRES • A Roquebrune Cap-Martin le rendez-vous incontournable de la lecture

La Fête autour du livre De Menton à Monaco Un Festival littéraire de proximité volontairementà dimension humaine et familiale PAR PIERRE-ALAIN

ROQUEBRUNE CAPMARTIN - Lecture en fête incontournable de Menton à Monaco. Cʼest une manifestation culturelle annuelle de proximité. Le choix de la Marie et de lʼOffice du tourisme est, dans un espace convivial soigné, une belle tente sur lʼespace Jean Gioan en bord de mer, de faire la fête en famille avant les fêtes autour du livre. Chaque année plus de 80 auteurs répondent présent et participent aux séances de signatures tout comme aux débats du café littéraire animé par notre Rédacteur en chef Patrice Zehr. Chaque année le public est-là. Un festival volontairement à dimension humaine loin des foires industrielles aux signatures. Cʼest sans doute pour cela que ce «lecture en fête» est devenu le festival du livre familial pour les roquebrunois- les mentonnais mais aussi les monégasques et résidents de Monaco. Ces derniers se demandent souvent à quand quelque chose dʼaussi riche, simple et sympathique aura lieu à Monaco pour les amis des livres. Patrick Poivre dʼArvor est venu parler de sa liberté nouvelle et présenter son livre sur son tournant de carrière et son éviction de TF1- sans haine mais avec lucidité il a

La Principauté

MARTINI

révélé ses projets- une émission politique- une émission littéraire sur les chaînes ARTE et la Cinq. Raoul Mille responsable de la lecture et du livre auprès de Christian Estrosi maire de Nice a présenté ses chroniques et son œuvre littéraire autour de cette Riviera si connue dans le monde entier pour sa beauté et ses person personnalités mais dont llʼhistoire mérite aussi d dʼêtre contée, ce qu quʼ il a fait merveilleusement dans sa saga «le paradis des tempêtes» au titre si bien choisi. Jacqueline Monsigny amie de la famille princière monégasque a signé son dernier roman historique et fantastique « la viking ». Et puis gros succès pour la délicieuse et incisive Astrid Veillon qui après avoir triomphé comme auteur et actrice au théâtre et dans des feuilletons télévisés de référence pour ses nombreux fans, révèle un vrai talent littéraire dans son «pourras-tu me pardonner ?» son premier roman. Le thème : quelle vraie personne se cache derrière un personnage médiatique… roman non autobiographique mais de réflexions très personnelles de celle qui revient en force en début dʼannée à la télévision mais attend toujours un premier vrai grand rôle au cinéma. Pourquoi cette absence des grand écran… Astrid Veillon nʼest plus parisienne, elle a tourné le dos à sa période vanité people, elle sʼest éloignée du système pour rester elle-même. Cʼest sans doute pour cela quʼelle est auprès «des vrais gens de chez nous» à Roquebrune en fête autour du livre et des auteurs dans la simplicité de lʼintimité. Photos © Pascale Digeaux

Lire et regarder...

par Amanda Coutelle

C

et ouvrage propose une sélection de projets architecturaux contemporains parmi les plus importants et les plus expérimentaux en matière d’espaces résidentiels, réunissant ceux initiés par les plus éminents architectes d’aujourd’hui: Herman Hertzberger, Wiel Arets, Steven Holl, Sanaa, Gigon-Guyer, Cino Zucchi, Eric van Egeraat, David Chipperfield, l’Atelier Bow How, Mecanoo, Baumschlager & Eberle et Massimo Carmassi. L’auteur, Maria Alessandra Segantinin, enseigne à l’Institut Universitaire d’Architecture de Venise. Elle a publié plusieurs essais et ouvrages critiques et intervient dans des journaux de renommée internationale. Ce livre offre une analyse détaillée des projets les plus significatifs construits depuis une dizaine d’années, donnant au lecteur les clés de compréhension des nouveaux enjeux de l’architecture domestique : densité, flexibilité, relation à la nature, reconstruction, etc… _______________________________________ Habitat contemporain - Maria Alessandra Segantini - 200 illustrations couleur - (Ed. Skira)

S

andrine Gestin née dans le Finistère, à Quimper, au Pays des Fées et des légendes, spécialiste reconnue de la peinFantasy et du monde féerique, ses pein tures ont illustré de nombreux ouvrages tels la série d’albums «L’Encyclopédie du merveilleux», c’est en 2007, elle crée son premier calendrier, le «Calendrier des fées 2009» est une nouvelle invitation à vivre prinjour après jour une année magique et poétique peuplées de fées, prin cesses, elfes, licornes, ondines et lutins … ______________________________________________ «Le Calendrier des fées 2009» - Sandrine Gestin (Ed. Le Pré aux Clercs)

J

érémy Taburchi, né en 1974, a le talent, la liberté, des autodidactes et la passion… Attiré par l’esprit du pop-art, il peint sa première toile en 2004, représentant un portrait de Gandhi. Rapidement le monde de l’infographie (sa profession) oriente ses créations, dans un style coloré et vivant. Inspiré tant par l’actualité que par «son monde intérieur» et sa culture, il tente de concilier ces aspects en utilisant les techniques surréalistes d’écriture et de dessins spontanés. Son complice «Catsomy», chat rose et méchant, a connu un succès immédiat. D'abord peint à l'acrylique sur des grandes toiles, Catsomy a été invité dans le journal «Le Petit Niçois» à s’exprimer tous les 15 jours dans des petites bd de 2 à 3 cases (en français d’aujourd’hui : strips !) «Catsomy» a fait aussi son apparition depuis quelques mois dans la revue mensuelle «Vivre Nice». Catsomy sort sa 1ère bande-dessinée en 67 strips et 21 dessins originaux dans un format 15x20 cm avec une couverture couleur et 52 pages intérieures en noir & blanc. Un recueil avec quelques dessins connus et beaucoup d’inédits sous 8 rubriques : Ma vie de chat / écologie / politique / Nice / tourisme & vacances / finances / humains et sports... ______________________________________________ «Catsomy le chat qui dérape» - Textes et dessins Jérémy Taburchi (Editions Baie des Anges)

Le premier journal d’actualité de Monaco

EVENEMENT • L’écrivain britannique lauréat 2008 pour son roman “Sur la Plage de Chesil”

Formulaire dʼabonnement Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant : ☞ 1 an (soit 11 numéros) € 20 * ☞ 2 ans (soit 22 numéros) € 40 * ☞ 3 ans (soit 33 numéros) € 60 * ☞ 5 ans (soit 55 numéros) € 100 * * pour l’étranger (dehors Monaco et France) : ajouter +50% Dehors Europe : + 100%

Nom :

*

Prénom :

*

Adresse : Ville : Téléphone : Chèque n° : Banque : Date

Signature

* Bon a retourner, accompagné du règlement à l’ordre de Global Media Associates Sas, à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “ Le Beausoleil de Monaco ” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

Ian McEwan an reçoit le Prix Littéraire Zepter Le 6ème Prix Littéraire Européen Madeleine Zepter a été attribué à l’écrivain britannique Ian Mc Ewan, pour son dernier roman «Sur la Plage de Chesil» paru chez Gallimard. La remise du Prix s’est déroulée au Fouquet’s le jeudi 4 décembre en présence de l’auteur.

Photo © AC

«J’ai entrepris cette aventure avec foi et enthousiasme, épaulée par Vladan Radoman, Denis Tillinac, Yves Berger et d’autres membres du jury. J’ai créé ce prix littéraire européen qui porte mon nom. Pourquoi un prix de plus ! Combien en existait-il déjà en France ? J’étais toutefois convaincue parce que je crois en l’ouverture, au rapprochement entre les diverses cultures, entre les formes d’expression de De gauche à droite le jury et le lauréat 2008 : Raoul Millen Denis Tillinac, Président du jury, Madeleine tous les peuples du continent. Je Zepter, Présidente d'honneur, Patrick Besson, Ian Mc Ewan, lauréat 2008, Vladan Radoman, crois en l’Europe des lettres. La Dominique Bona, Frantz-Olivier Giesbert et Patrick Poivre d'Arvor grandeur et l’existence de l’Europe ne se mesurent pas seulement à l’aune de ses échanges économiques. Car la pensée, la créativité, l’imagination sont bien les seuls garants de la liberté et de l’âme des peuples» rappelait la fondatrice du prix et Présidente d’honneur du jury composé de : Denis Tillinac, Président du Jury, Patrick Besson, Vladan Radoman, Dominique Bona, Raoul Mille et Frantz-Olivier Giesbert. Madeleine Zepter remettait un chèque de 15000 euros à l’auteur et un chèque de 2000 euros à la traductrice du roman : France Camus-Pichon.


La Principauté

Art & Culture

Janvier 2009

RENDEZ-VOUS • Depuis 1996 des personnalités interviennent sur des thèmes culturels d’actualité

MENTON • La première pierre posée le 29 décembre

Fondation P. Pierre : les conférences 2009

Le musée Cocteau à l’horizon 2011

A l’affiche P. Poivre d’Arvor, A. Adler, B. Jolas, L. Ballesta, C. Ziegler et M. Mayette

E

n 1966, en hommage à son père, le Prince Rainier III crée la Fondation Prince Pierre, qui décerne chaque année un Prix littéraire, musical et artistique, et invite des personnalités à intervenir sur la littérature, la musique, l’art, l’histoire, les sciences humaines… En ouverture, le lundi 12 janvier : Patrick Poivre d’Arvor (photo à droite).

PAR

AMANDA COUTELLE

Photo © Pascale Digeaux

Le lundi 19 janvier : Alexandre Adler évoquera «Les nouveaux équilibres dans le bassin méditerranéen» à travers une analyse géopolitique de cette région, berceau des grandes civilisations, aire d’échanges et de communication mais aussi zone de tensions politiques et de rivalités économiques ; le 26 janvier : Betsy Jolas, Compositeur du XXème siècle, qui fut l’élève de Darius Milhaud et Olivier Messiaen, préside aujourd’hui le Conseil Musical de la Fondation Prince Pierre, elle brossera le portrait de l’artiste en compositeur sur l’idée «Inventer en sons» ; le 2 février, Laurent Ballesta : Biologiste marin et expert en prise de vues subaquatiques, photographies à l’appui, entraînera les passionnés dans les profondeurs à la rencontre d’un bestiaire inconnu sur le thème «Biodiversité de la Méditerranée»; Le 16 février, retour sur l’Exposition «Reines d’Egypte» de l’été 2008 avec Christiane Ziegler, conservateur général honoraire du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre qui dirige depuis 1991 une mission archéologique à Saqqarah. De Néfertari à Cléopâtre, elle décryptera les destins de ces épouses, mères ou filles qui ont influencé, dans l’ombre ou en pleine lumière, trois mille ans d’histoire égyptienne dans une conférence intitulée «Femmes de pouvoir : Les reines de l’Egypte ancienne». En Clôture, le lundi 9 mars, place au théâtre avec Muriel Mayette, comédienne, metteur en scène et professeur d’art dramatique. 477ème Sociétaire, elle entre à la Comédie-Française à vingt ans, et devient en 2006 la première femme à y occuper le

poste d’administrateur général. Dans sa conférence: «La Comédie-Française d’hier et d’aujourd’hui», Muriel Mayette présentera l’histoire de cette institution fondée en 1680, qui dispose aujourd’hui d’un répertoire de plus de 3 000 pièces… Les conférences débutent à 18h30 précises au Théâtre des Variétés, et sont généralement suivies d’une séance de dédicaces. Ces rencontres culturelles étant très prisées, il est conseillé de réserver ses places ou d’arriver dès 17h30.

■ Renseignements: Affaires culturelles de la Principauté - Tél. : +377 98.98.85.15

C

’est l’architecte Rudy Ricciotti qui réalisera le futur musée Cocteau, un équipement de 2700m2 destiné à abriter la donation de quelques 1500 œuvres de l’industriel Severin Wunderman, récemment disparu. Le musée dont la première pierre a été posée le 29 décembre ouvrira ses portes à l’horizon 2011. Photo © AC

Au pied de la vieille ville, à deux pas du Bastion, dont le poète avait conduit la restauration, va jaillir de terre le nouveau musée Cocteau qui accueillera une collection estimée par les experts à près de 7 millions d’Euros… Rudy Ricciotti, originaire de Bandol qui a signé le futur Musée des Civilisations de Marseille, a conçu le musée de Menton très bas, minéral, lumineux, sur le thème méditerranéen du portique en façade. L’investissement prévu est de 8,070 millions d’euros, et quelques 500 000 euros pour les aménagements paysagers extérieurs. Le nouveau musée Cocteau devrait être livré début 2011. Participent à la maîtrise d’œuvre autour de Rudy Ricciotti : Elisabeth De Portzamparc et Associés (muséographie), l’Agence APS (paysagistes), les Bet Lightec (lumière), Sudeco (TCE), Thermibel (acoustique). La pose de la première pierre a eu lieu le Lundi 29 décembre à 11 heures sur le terre-plein des pêcheurs. (A.C.)

ANNIVERSAIRE • Entourée des ses amis les plus proches le sculpteur a soufflé allègrement ses bougies

Emma de Sigaldi : 98 ans! Cʼest entourée de ses amis les plus proches, que le sculpteur Emma de Sigaldi, épouse du comte de Sigaldi, née Emma Lackner, nom sous lequel, dans une première vie, elle fut danseuse étoile dans son pays dʼorigine lʼAllemagne, a célébré son anniversaire…

Photo © AC

Qui ne connaît «le plongeur» superbe sculpture grandeur nature en bronze qui domine la Stade Nautique Rainier III, sur le Port de Monaco ? Chaque année lors du Grand Prix de F1, les caméras du monde entier ne manquent pas de le filmer, cʼest ainsi quʼil fait chaque année son tour du monde… Emma de Sigaldi avait réuni pour célébrer ses 98 ans ses plus proches amis M. Rainier Rocchi, ancien Directeur des Affaires Culturelles de la Principauté, Jean de Lussat, un des fondateurs dʼImagina (dont Emma de Sigaldi avait imaginé «La Théière» qui fut le premier trophée du salon), Pierre Rémy, cinéaste et photographe attitré de lʼartiste, le journaliste azuréen Michel Desforges et de la journaliste du Petit Niçois Viviane Le Ray. Une belle fête entre bulles de champagne et affection pour Emma de Sigaldi…

13


14 La Principauté

le Sport

La Principauté Sport

Janvier 2009

INTERVIEW • Aux classiques grands rendez-vous monégasques du sport s’ajoutera le Tour de France cycliste. Une première pour la Principauté

L’année du sport à Monaco PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

2009

sera une année sportive exceptionnellepourMonaco.Toutprochede nousdansletemps,leRallyeMonteCarlo,77èmeédition, du 20 au 24 janvier. Cette année le "Monte" ne comptera pas pour le championnat du monde, mais pour l'IRC (intercontinental Rally challenge). Les grands du WRC, comme Sébastien Loeb, seront sans doute absents, maisleplateaus'annoncequandmêmealléchant,etpuis l'épreuve monégasque retrouvera la célèbre "nuit du Turini",aucoursdelaquellesesontécriteslesplusbelles pages de l'histoire du rallye. (Voir lʼarticle de Thierry Bertrand) Aux classiques grands rendez-vous monégasques du sport que sont le Rallye MonteCarlo, le Grand Prix de Monaco et l'Open de Tennis, s'ajoutera le Tour de France cycliste. Contre la montre et départ du Port Hercule. Ce sera les 4 et 5 juillet. Une première pour la Principauté. 0n attend 200.000 spectateurs pour ces deux journées! Comment se prépare une telle épreuve, que peut-elle apporter à la Principauté ? Les réponses de Daniel Bottero, directeur technique de la Fédération Monégasque de Cyclisme et président de lʼUnion Cycliste de Monaco.

■ Interview Daniel Bottero La Principauté : Que représente le départ du Tour pour la Principauté ? Daniel Bottero : “Tout dʼabord, je ne sais pas si jʼai les compétences pour dire ce que représente réellement cet événement pour la Principauté de Monaco. Par contre, je peux vous donner mon opinion. Le Tour de France est, dʼaprès ce que lʼon dit, un des évènements majeurs du sport mondial avec les jeux Olympiques et la Coupe du monde de Football. Cʼest un monument du cyclisme, du sport en général, et il est tout à fait à sa place en Principauté de Monaco qui organise déjà plusieurs évènements très prestigieux”. LP : Quel rôle pour l'UCM et la FMC ? DB : “En terme dʼorganisation de la compétition ellemême, ASO a un très grand savoir-faire et une très grande expérience. Ces deux points ne sont pas discutables. Par contre, nous participons régulièrement à des réunions préparatoires, pour la partie purement monégasque de lʼépreuve et de ses à côtés, dans les jours qui précèderont le départ”. LP : Comment se présente le contre la montre individuel ? Difficile ou pas ? DB : “Cʼest un parcours que nous connaissons parfaitement, puisque (à quelques mètres près) cʼétait celui que nous avions choisi quand la Fédération Monégasque de Cyclisme était candidate à lʼorganisation des Championnats du Monde de Cyclisme sur route en 1996. Cʼest un magnifique circuit, qui est difficile et très exigeant. Ce sera un homme fort qui remportera cette première étape; et je dis bien étape, car sa longueur (15,6 km) fait que ce nʼest pas un prologue mais une véritable étape. De plus ce parcours permettra à la télévision de produire des images avec des prises de vues magnifiques, compte tenu du

décor qui sʼoffrira au réalisateur”. LP : On annonce 200.000 spectateurs pour les 2 jours (le clm et le départ de la 1ère étape). Comment gérer cet afflux populaire ? DB : “Je ne sais pas si le nombre de spectateurs sera de 200 000 ou plus, mais il est évident quʼun tel événement, début juillet, en Principauté de Monaco et avec lʼItalie à proximité amènera une foule exceptionnelle. La gestion de cette affluence, ainsi que les moyens dʼaccéder à la Principauté de Monaco et au circuit sont en préparation actuellement avec toutes les parties concernées; tant coté monégasque que coté français, et tout sera près au moment de la course”.

Photos © FMC

Daniel Bottero avec à sa droite Philippe GILBERT et à sa gauche Bradley MAC GEE. Ces 2 coureurs qui étaient présents en Principauté au moment du Téléthon ont offert un maillot dédicacé spécialement pour le Téléthon Monaco (Philippe GILBERT le maillot de son équipe 2008, La Française des Jeux et Bradley MAC GEE le maillot de son équipe nationale, l'Australie, aux jeux de Pékin, qu'il a disputé). Ces maillots ont été offerts en lots pour la tombola. Les pro, lorsque leur programme le leur permet, savent également soutenir les belles causes... Photo © C. Gallo/ Centre de Presse

LP : Le Gouvernement a décidé de laisser en triplace les tri bunes du GP sur la partie basse du port pour y loger les spectateurs. Ce n'est pas tout à fait l'image que arril'on a des arri vées et départs d'étapes du tour qui tiennent plus de la marée humaine derrière des barrières. Qu'en pensez-vous ? DB : “Vous parlez de « marée humaine derrière des barrières », et cʼest vrai, cʼest une foule qui est toujours statique dans les zones de départ et arrivée des étapes, puisque bloquée derrière ces barrières et avec une visibilité sur la course pas forcément excellente. Je ne vois pas où est le problème avec les tribunes, bien au contraire, celles-ci permettront aux personnes qui y prendront place dʼavoir une vue magnifique sur une partie du circuit, avec peut-être même des écrans en face dʼelles. Cela sera en opposition totale avec les «habitudes cyclistes» qui mettent les spectateurs debout derrière des barrières. Par contre, les spectateurs présents y gagneront du confort tant physiquement que visuellement”. LP : La participation annoncée de Lance Armstrong (à la recherche d'une 8ème victoire), estce une bonne chose ? DB : “Du point de vue «médiatique» ce serait certaine-

ment une très bonne chose. En effet sa présence apporterait obligatoirement un intérêt encore plus accru des médias et du public. De là à savoir de quel intérêt il sʼagirait réellement, je ne peux pas le dire. Pour ce qui concerne exclusivement le coté «sportif», seule la course et celles quʼil aura disputé depuis le début de la saison, pourront nous dire ce quʼil en est”. LP : De plus en plus de coureurs de notoriété s'installent en Principauté. Pourquoi ? Qu'est-ce que cela entraîne pour la fédération monégasque ? Qui sont les nouveaux venus ? DB : “Lʼintérêt des coureurs pour notre belle région et la Principauté en particulier est évident. Il y a le climat qui est loin dʼêtre désagréable même pour les entraînements hivernaux et de plus, le profil de la région permet de sʼentraîner sur tous les types de terrains. Les moyens de communications, que ce soit en voiture, en train ou en avion, rendent la Principauté de Monaco facile dʼaccès car très bien desservie. Enfin, et peu de gens le savent, la réglementation de lʼUnion Cycliste Internationale fait obligation aux coureurs dʼêtre licenciés auprès de la fédération du pays où ils ont leur résidence. Effectivement, cela créé un peu de travail en plus pour la Fédération Monégasque de Cyclisme, puisque ce sont de nouveaux membres pour celle-ci. De plus, certains tiennent également à être plus présent localement et demandent à être membres du club: lʼUnion Cycliste de Monaco. A ce jour, en plus des coureurs déjà présents lʼannée dernière, il y a deux nouveaux venus, et non des moindres: Thor Hushovd le brillant et très sympathique coureur danois, vainqueur de plusieurs étapes du Tour de France et Philippe Gilbert, le jeune coureur belge, vainqueur en 2008 du Het-Volk et de Paris-Tour”.


La Principauté

le Sport

Janvier 2009

RALLYE DE MONTE-CARLO • Cette année l’épreuve monégasque ne figure pas au calendrier du Championnat du Monde (WRC)

RMC 2009, le premier en IRC En cette période de crise financière, l’ACM a choisi d’inscrire la course à l’Intercontinental Rally Challenge PAR THIERRY BERTRAND

C

ette année, le Rallye Auto-mobile Monte-Carlo ne figure pas au calendrier du Championnat du Monde des Rallyes. LʼAutomobile club de Monaco a choisi de lʼinscrire à lʼIntercontinental Rally Challenge (IRC), qui semble être lʼavenir des rallyes, un championnat parallèle avec des coûts limités. En cette période de crise financière, le WRC (World Rally Championship) bat de lʼaile. Deux des quatre constructeurs engagés ont jeté lʼéponge. Subaru et Suzuki ne seront pas présents en 2009. En revanche, le championnat IRC risque de profiter de la situation, les coûts étant plus faibles. Même si la Fédération Internationale Automobile se penche sur une évolution du WRC vers des véhicules issus des S2000 (celles qui sont actuellement homologuées en IRC) avec lʼadjonction dʼun turbo. La couverture média de lʼIRC est liée directement à lʼengagement dʼEurosport dans cette catégorie. La chaine diffuse, à la fois sur ses réseaux satellite et sur internet de nombreuses images. Ce qui nʼest pas le cas en WRC. Au moment où nous mettons sous presse, il ne nous est pas possible de publier la liste officielle des engagés, la date limite étant fixée au 31 décembre. Mais un certain nombre dʼéquipes ou de pilotes ont dʼores et déjà annoncé officieusement leur participation à cette première manche du championnat 2009 (voir encadré). En 2009, le parcours du Rallye Automobile Monte-Carlo renoue avec les origines du lʼépreuve mythique, avec des épreuves spéciales qui ont marqué lʼhistoire du Championnat du Monde des Rallyes. Le principal espoir est que la neige soit présente lors du déroulement de lʼépreuve...

Photos © DR

Les détails des trois étapes ■ Première Etape : Monaco / Valence Mercredi 21 janvier Départ de Monaco prévu à 07h40 avec 3 ES au programme : ES 01 : Tourette du Château - St-Antonin ES 02 : La Motte Chalancon - St-Nazaire le Désert ES 03 : St-Jean en Royans - Col de Gaudissart Arrivée prévue à Valence à partir de 17h30 - Palais des Expositions ■ Deuxième Etape : Valence / Valence Jeudi 22 janvier Départ de Valence prévu à 08h47 avec 6 ES au programme : ES 04 et ES 07 : Labatie d'Andaure - St-Pierre sur Doux ES 05 et ES 08 : St-Bonnet - St-Julien Molhesabate - St-Bonnet ES 06 et ES 09 : Lamastre - Gilhoc sur Ormèze - Alboussière A l'issue de l'E.S 6, les concurrents rejoignent Valence où ils seront placés en Parc de Regroupement pour une durée de 15' suivi d'un Parc Assistance de 20'. Arrivée prévue à Valence à 18h30 ■ Troisième Etape : Valence / Monaco Vendredi 23 janvier Départ de Valence prévu à 06h00 avec 5 ES au programme : ES 10 : Montauban sur l'Ouvèze - Eygalayes Arrivée à Monaco et mise en Parc Fermé à 14h08 Départ de Monaco à 18h22 ES 11 et ES 13 : Sospel - La Bollène-Vésubie ES 12 et ES 14 : Lantosque - Lucéram Arrivée prévue à Monaco à 01h20

LE PARCOURS

■ Extrait de la liste des engagé officieuse : Stephane Sarrazin Nicolas Vouilloz* Freddy Loix Giandomenico Basso Jan Kopecky Juho Haninen Didier Auriol Umberto Scandola Anton Alén Per Gunnar Andersson Andrej Jereb Lucas Rossetti Olivier Burri Kris Meeke Pascal Enjolras

NOMINATION • Olivier Quesnel, 58 ans, est depuis le 1er janvier directeur des deux équipes françaises

Citroënn et Peugeot, un patron unique O

LE PARCOURS

livier Quesnel est depuis le 1er janvier 2009 directeur de Citroën Sport et de Peugeot Sport. Michel Barge, qui était directeur de Peugeot Sport est appelé à d’autres fonctions. Sous une seule autorité des départements de compétition, Peugeot et Citroën poursuivent un double objectif : ■ Faire gagner chacune des marques dans leur discipline respective : championnat du monde des rallyes FIA pour Citroën et Endurance pour Peugeot ■ Assurer de meilleures synergies entre les équipes, tout en optimisant les coûts. Olivier Quesnel, 58 ans, dirige Citroën Sport depuis le 1er janvier 2008. Il a participé en 1980 à la création de Peugeot Talbot Sport aux côtés de Jean Todt, puis fut Directeur Général du Groupe de Presse Michel Hommell avant de rejoindre la marque aux chevrons. Photos © DR

(Peugeot 207 S2000) (Peugeot 207 S2000) (Peugeot 207 S2000) (Fiat Punto S2000) (Skoda Fabia S2000) (Skoda Fabia S2000) (Peugeot 207 S2000 Grifone) (Fiat Punto S2000) (Fiat Punto S2000) (Proton Satria S2000) (Peugeot 207 S2000) (Fiat Punto S2000) (Fiat Punto S2000) (Peugeot 207 S2000 - Peugeot UK) (Peugeot 207 S2000)

*Champion IRC 2008

Des économies en F1...

L

e conseil mondial de la Fédération internationale de l'automobile a dévoilé mi décembre à Monaco une série de mesures pour réduire les coûts de fonctionnement de la Formule 1. Elles comprennent notamment l'introduction de moteurs à durée de vie plus longue, des limitations sur les essais privés et, à partir de 2010, l'introduction d'un moteur moins cher pour les petites écuries. Ces décision, acceptées à l'unanimité par les équipes selon la FIA, interviennent dans un contexte difficile pour la F1, durement frappée par la crise financière. Honda a annoncé le mois dernier son retrait total de la F1, après le départ de l’équipe Super Aguri au mois d'avril.

15


n69jan09  

Le premier journal d’actualité de Monaco

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you