Issuu on Google+

Le premier journal d’actualité de Monaco Année VIII • Numéro 64 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “Le Beausoleil de Monaco” 6, boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

glomed.free.fr/laprincipaute.html

Juillet-Août 2008

Numéro de Commission Paritaire : 0512 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) ≠ 20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://glomed.free.fr/abo.pdf

€2.00

Dossier SSpécial pécial

Reines d’Egypte

...et Egypte des Reines ! AAl’occasion l’occasionde dela lagrande grandeexposition expositionde del’été l’étéau auGrimaldi GrimaldiForum, Forum, reportage reportageexclusif exclusifsur surles leslieux lieuxde decette cetteancienne anciennecivilisation civilisation ☞ UNE SOLUTION POUR L’ACCESSION A LA PROPRIETE : VERS UN PATRIMOINE IMMOBILIER FAMILIAL ? • PAGE 8


2 La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial

Juillet-Août 2008

REPORTAGE EXCLUSIF • Voyage sur les lieux d’origine des pièces qui seront présentées lors de la grand

Passion d’Egypte !

D’Abou Simbel à Alexandrie, en passant par Louxor jusqu’au Caire : à traver NOTRE REPORTAGE EXCLUSIF

epuis désormais quelques du tombeau de Cléopâtre. grand charm e. Patrice Zehr face à la bibiothéque d'Alexandrie Photos © PZ années, c’est la grande Cléopâtre a mis sa beauté au Comment pourexposition estivale du s e rvice de la diplomatie pour rait-elle ri va l iGrimaldi Forum qui donne le ton sauver l’Egypte. Elle avait ser avec le de la belle saison en Principauté, une tête politique et un corp s temple qui lui en mettant en lumière des lieux et de courtisane, elle s’est ser- a donné son des personnalités exceptionvie des deux dans un destin nom ou celui nelles : la Chine, Andy Warhol, la unique. Epouse de César et de Karnak, Russie de Saint Pe t e rs bu rg , maîtresse de Marc Antoine, les deux l’Afrique, le charme de New York l’assassinat du premier et la b â t i m e n t s et enfin le mythe éternel de Grace défaite du second ont ruiné étant liés par Kelly. Cette année c’est l'année ses efforts pour sauver l’indé- des allées des passionnés de l’ancien pendance égyptienne et la s o m p Egypte, et plus précisément de dynastie des Ptolémée. Mais tuaires du ses reines les plus célèbres. Mais cette Egypte d’Alexandri e, temps ou ce n’est pas une reine d’Egypte dont le bord de mer fait pen- Louxor s’apqui paradoxalement fait la Une de ser à Cannes, est bien éloi- p e l a i t notre journal. C’est Toutangnée de la gloire pluri millé- Thèbes. khamon, le symbole de l’Egypte naire de celle, pharaonique, A 75 kms au des archéologues.Toutankhamon des deux royaumes le long nord de n’est qu’un petit pharaon qui a régné moins de 10 du dieu fleuve. C’est une dynastie grecque qui s’ins- Louxor se ans dans une période troubl é e.Fils ou plutôt frère talle sur la ville créée par Alexandre, dans un pays qui trouve le semble-t-il d’Akhenaton le pharaon hérétique, était alors sous la coupe des Perses. L’Egypte de temple de inventeur avec son dieu soleil unique du mono- Cléopâtre copie depuis longtemps la gloire perdue Dendera. C’est le théisme, l’époux de Néfe rtiti à la beauté inou- des anciens empires, avec un syncrétisme plein de s a n c t u a i r e C'est vrai, une reine d'Egypte était déjà pas bliabl e. Un petit pharaon, mais une gloire et une maladresse. Il y a encore des reines en Egypte quand d’Hathor (équiva- ce très “ancien document” trouvé au fond d notoriété inégalées grâce à la découverte un 4 Cléopâtre monte sur le trône, mais il n’y a plus de lente de Novembre 1922 par Howard Carter de sa sépultu- pharaons. Alexandrie c’est Alexandre, mais plus vrai- l’Aphrodite des grecs), la belle déesse aux oreilles re miraculeusement inviolée. L’or de ment le Nil et plus vraiment l’Egypte, d’ailleurs les de vache. Elle est la déesse de l’amour et de la joie. Toutankhamon fait de l’Egypte une civilisation romains parlaient d’«Alexandrie» près de l’Egypte Mais dans le panthéon égyptien, les déesses sont unique et univers e l l e. «devenue la capitale d’un orient hellénisé avant d’être également liées à la fidélité, à la persévérance et à Depuis, la passion Egypte n’a jamais faibli. Il romanisé». Mais la mère de Césarion se considérait la mort. C’est le cas d’Isis qui a régné sur le monde reste tout à découvrir, l’égyptologie est adoles- comme l’héritière d’une histoire vielle de plus de romain après avoir régné sur l’Egypte. Elle a été cente. C’est finalement la plus belle conquête 3.000 ans et qu’elle avait assimilée à la vierge Les pyramides et le nuage de pollution du Caire de Bonaparte, celle d’un passé qui était oublié. remonté en empruntant le Marie, et a reconstitué Le Grimaldi Forum à Monaco propose donc tout dieu fleuve, le Nil. le corps de son divin cet été une exposition exceptionnelle, grâce époux Osiri s, tué puis aux «collections des musées du monde», L’Egypte au féminin dépecé par le dieu autour des reines d’Egypte : notre journal vous C’est donc sur le Nil, de mauvais Set. O s i ris le invite à un voyage en Egypte, d’Abou Simbel à Luxor au Caire, qu’il faut parpremier dieu ressusciAlexandrie, sur les traces des reines des deux tir à la recherche des reines té grâce à sa femme, royaumes. Une double approche pour cerner au d’Egypte, des temples de la vengé par son fils plus près le destin et aussi le rôle de ces basse Egypte aux pyramides H o rus qui pour sauver femmes qui vont être, un temps également, des de la haute. Cette civilisation le monde de Set sacriprincesses de Monaco. parait être sortie tout faite, fia son oeil. Cet oeil Le reportage qui suit a été réalisé en juin der- accomplie avec sa religion, reste le porte bonheur nier par notre rédacteur en chef Patrice Zehr qui ses prêtres et ses souvepréféré de s’est rendu personnellement sur les lieux de rains, son architecture. Le big l’Egypte…Musulcette ancienne civilisation. bang égyptien reste un my sm a n e. En Egypte tère. Elle se distingue de toutes les autres par des même les dieux doivent vaincre la mort et ils le font Reines et déesses au fil du Nil c o n s t ructions titanesques et un but partagé par le grâce aux femmes. Quand au culte d’Isis il n’a pas Les archéologues retiennent leur souffle. Fin mai, une peuple…. Vaincre la mort . totalement disparu de l’ile de Philae où un son et statue en albâtre représenLe voyage commence lumière rappelle la légende du couple divin. La déesse Hator tant Cléopâtre et un masque, à Louxor, capitale de Les civilisations panthéistes étaient parfois sans doute de Marc Antoine, la haute Egypte sous machistes, mais n’avaient pas vis-à-vis des femmes ont été découverts prés le nom de Thèbes et le regard qu’auront plus tard ceux qui vont interpréd’Alex a n d ri e, non loin d’un qui du moyen empire à ter les messages monothéistes. La reine, épouse ou bronze d’Aphrodite et de la basse époque de - mère de pharaon, est le plus souvent représentée pièces frappées du beau 2.000 à -300 a fait de aux pieds du souve rain en plus petit. Ce dernier visage de la dernière reine d son dieu Amon le sou- dans son tombeau cite le nom de celle avec qui Egypte. Bien sûr pour le ve rain de l’unive r s dans un autre monde, mais dans une vie sembl a ble, moment on n’a pas de piste sous le nom parfois il veut ressusciter. sûre, mais l’espoir est là, d’Amon Ra. Louxor celui de faire la plus grande reçoit près de 10 milLa Pharaonne découverte archéologique lions de touristes sur Une seule femme a été pharaon de manière incondepuis la tombe de 13 et pourtant la ville testable. Il s’agit d’Hatchepsout devenue dieu vivant, Toutankhamon en 1922, celle m o d e rne parait sans représentée comme un homme avec la barbiche, la

D


Juillet-Août 2008

La Principauté

Dossier Spécial

de exposition de l’été au Grimaldi Forum, à la découverte du rôle des femmes au sein de cette fascinante civilisation millénaire

rs la remontée du Nil on peut revenir sur un passé toujours mystérieux et encore assez inconnu

double couronne et la tenue de guerrier. Elle a régné de -1.471 à -1456. Elle avait pour conseiller un architecte de génie, qui était sans doute son amant, et qui lui a construit un temple funér a i r e unique. On y arrive par un petit train tellement le jardin devant le bâtiment a été grand ; il est aujourd’hui ssée à Monaco il y a fort longtemps, d'après rendu au désert . d'une des grottes paléolithiques de Monaco ! Le parcourir à pied par 50 degrés, même par temps sec, est une épreuve que l’on évite aux touri s t e s.Ce temple est si beau, si équilibré qu’il ressemble plus que toute autre c o n s t ruction à un véri t a ble décor de cinéma. Ce grand pharaon femme qui rétablit la paix du nouvel empire en 17 campagnes a été par la suite considéré comme une usurp at rice et ses représentations martelées. Le martelage, une insulte à la mémoire qui n’a même pas épargné le grand Ramsès II, et qui s’est répandu avec la période des coptes chrétiens puis des musulmans. Hatchepsout n’a pas été la première à exe rcer un pouvoir à la tête de l’état. On parle du règne d’une cert a i n e Nicrotis dont l’existence réelle reste à prouver, et aussi de celui de Ta o u s e rt, épouse de Seti II, qui profitant d’une régence se fit proclamer pharaon pendant deux ans. Ce nom oublié a été choisi par Théophile Gautier dans son célèbre « Roman de la momie ». L’Egypte a eu bien des femmes d’influence qui ont régné sur l’Egypte par les époux et les pères. Ce fut le cas de Tiyi, la mère du futur Akhenaton. Et c’est là bien sur que l’on rencontre Néfertiti au détour d’un couloir du petit mais magnifique musée de Louxor. Ce fut une reine révolutionnaire, appuyant totalement son époux dans sa volonté d’imposer Aton le soleil comme dieu unique, mettant très provisoirement fin au culte d’Amon le dieu suprême, le Zeus égyptien. Néfertiti était sans doute nubienne, une afro égyptienne dirait-on aujourd’hui, comme ses traits para i ssent l’indiquer, originaire de cette Egypte des cataractes où la haute Egypte se perd dans le continent

noir et le Soudan…. Vers les sources du Nil. La «belle est donc venue», mais a connu la disgrâce avant que l’hérésie antonienne ne soit écartée par les prêtres d’Amon et que Toutankhaton (fils ou frère d’Akhenaton) ne d e v i e n n e Toutankhamon, petit pharaon ayant régné 9 ans à peine, mais il est le plus connu car sa tombe découverte intacte est une merveille inégalée dont les richesses sont exposées au musée du Caire. Reine au-delà de la mort Reste Néfert a ri, la compagne de Ramsès II, la seule reine décrétée à jamais reine par son époux au delà de sa mort prématurée et représentée aussi grande que Pharaon dans les statues colossales du couple divin. Quand on arrive à Abou Simbel, où un des deux temples lui est dédié-ce qui est unique- on a le souffle coupé. C’est taillé à même le roc, monumental, magnifique et l’ex t é rieur titanesque presque extra terrestre contraste avec la délicatesse des décorations intérieures. On est également émerveillé par le travail pharaonique qui a constitué à sauver le temple du lac Nasser et à le rebâtir à l’identique. L’Egypte est bien la terre de toutes les résurrections. Et là aussi la résurrection est l’oeuvre d’une femme. Car si Osiris Le temple d’Hachepsout est déesse, Noblecourt est sa prophétesse. Car il y a une autre reine vénérée en Egypte, la reine de l’Egyptologie Christiane Desroche Nobl e c o u rt qui a convaincu le monde de sauver les mémoires de granit et d’albâtre de la modernité de béton et d’acier. Cinquante pays grâce à elles vont contribuer, en pleine guerre froide, à sauver ces monuments qu’on va classer au p a t rimoine de l’humanité, car ils font partie de l’héritage de toutes les nations. Philae, Kalabcha, Ouadi es-Séboua, Dakké, Derr et d'autres sites sont déplac é s, dont les plus médiatiques sont les temples d'Abou Simbel. Elle ne sera sans doute pas enterrée dans la vallée des reines mais elle l’aurait méri t é . Face à Louxor la voila la vallée des rois surp l o mbant désertique, le ruban vert de végétation qui serpente avec le Nil, la vallée des prêtres et des art i-

Abou Simbel

sans, ces montagnes sépultures cachant le plus souvent en vain les tombeaux aux pillards…. 30% à peine de retrouvés. En Egypte tout commence à peine, on n’a découvert que 5% de ce qui peut être trouvé !

Le voyage hors du temps La remontée du Nil est un voyage hors du temps - un monde à part - et c’est un choc de se retrouver dans le tumulte du Caire, sa circulation chaotique effrayante et polluante, ses 22 millions d’habitants sur 76, ses mosquées et ses églises, ses femmes modernes et celles voilées à la chiite. Un pays bien éloigné de celui des reines d’Egypte, mais qui s’y réfère, comme madame Moubarak, pour adapter au monde d’aujourd’hui une Egypte qui tente de sauver ce qui devait être éternel et qui est menacé par la surpopulation et le fanatisme. Les pharaons ont vaincu la mort comme on le ressent au musée du Caire dans la salle des momies face à Ramsès II, ou bien encore face à une reine inconnue avec ses cheveux et ses ongles. Les pharaons ont vaincu la mort mais leur rêve d’éternité a un ennemi encore pire que la mort et qu’ils n’ont pas vaincu : les hommes. Pour ce voyage j’ai eu un guide, Amel, archéologue, féministe et patriote, petite reine d’Egypte dans le monde des guides et grande dame. Elle est sûre que la lutte pour le droit des femmes dans la société égyptienne est capitale. Elle a raison. C’est vrai pour l’ensemble du monde arabo musulman, du Maroc au Pakistan. Elle admire ces reines qui dans le monde des pharaons, des généraux et des prêtres, ont su s’imposer. Cela lui donne en un temps de doute, dans une période difficile, les meilleures raisons d’espérer. Son enthousiasme est communicatif… Les femmes d’Egypte ne sont pas toutes des pri ncesses, loin s’en faut dans l’Egypte d’aujourd’hui, mais tant qu’il y aura des Amel… les combats de Cléopâtre - Néfertiti et Néfert a ri resteront d’actualité. La beauté au service de l’indépendance, l’hérésie pour défier les obscurantistes, et la fidélité aux grands hommes qui font l’histoire pour y participer quand on ne peut l’écrire soi même comme Hatchepsout. Ces reines on peut les admirer à Monaco dans une exposition exceptionnelle, dont on parle au coeur même de la nouvelle grande bibliothèque d’Alexandrie. Une architecture inspirée qui rapLe Nil vu du temple d’Isis à Philae pelle les racines du plus lointain passé, le respect des anciennes bibliothèques victimes des fanatismes et des cataclysmes, une technologie du futur, c’est une réussite. La grande bibliothèque est de retour pour nous dire que le passé peut revivre et que la résurrection de ce qui fut et qui sera à nouveau, est un rêve que nous avons tous h é rité des pharaons et de leurs reines.

3


4

La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial

Juillet-Août 2008

L’INTERVIEW • Rencontre avec Christiane Ziegler, Commissaire de l’exposition “Reines d’Egypte” au Grimaldi Forum

“Une position privilégiée qu’on retrouve rarement”

Passion d’Egypte !

NOTRE REPORTAGE SPÉCIAL

ans l’Egypte ancienne les femmes jouis« D saient d’une position privilégiée par rapport à la condition féminine dans beaucoup d’autres sociétés». Ainsi s’exprime Christiane Ziegler (*), Commissaire de l’Exposition “Reines d’Egypte”au Grimaldi Forum. Beaucoup de choses ont été vues et dites sur l’Egypte… En quoi l’exposition du Grimaldi Forum revêt-elle un caractère unique ? “C’est en effet la première fois qu’une exposition est consacrée aux reines d’Egypte.Celle-ci est unique aussi par la qualité et le nombre des chefs d’?uvres qui sont rassemblés à cette occasion, en provenance des plus grands musées du monde. On y découvrira beaucoup de pièces prestigieuses qui n’ont jamais été exposées en Europe. C’est le cas de la très belle « princesse d’Abydos », du somptueux collier d‘or attribué à la reine Tiy et de la statue colossale de cette souveraine qui vient tout récemment d’être découverte à Karnak qui quittent pour la première fois le musée du Caire. Et les autres musées se sont montrés tout aussi généreux. Par exemple un grand bas-relief figurant Touy, la mère de Ramsès.II n’était jamais sorti du musée de Toronto.Mais je ne peux ici citer tous ces prêts très importants”. Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’approche de la thématique sur les reines ? “C’est une idée que je caresse depuis mes premières années d’Egyptologie. A l’époque Jean Leclant, mon Professeur à la Sorbonne, m’avait donné comme sujet de maîtrise « Recherches sur l’iconographie de la reine Tiy ».Il n’y avait pratiquement pas de livres sur les reines et c’était absolument passionnant pour une jeune étu diante de mener cette enquête. Puis tout au long de ma carrière au Louvre j’ai orienté mes recherches dans d’autres directions, notamment lorsque les fouilles que je dirige à Saqqara ont donné lieu à d’exceptionnelles découvertes. Mais je garde toujours une tendresse par ticulière pour les reines et il m’arrive encore de publier dans les revues savantes des études traitant de ce sujet. Plus récemment j’ai eu le privilège d’organiser une expo sition internationale dédiée au Pharaon que plus de deux millions de visiteurs ont eu l’occasion de voir.C’était la première exposition sur l’institution pharaonique. En préparant le catalogue j’ai été frappée du fait que « l’as pect féminin de la royauté » n’avait jamais été présenté au public bien que, ces dernières années, des recherches aient mis en lumière le rôle que jouaient les mères, épouses et filles du pharaon.De plus cette expo sition correspond à une vraie attente du public et des médias comme le montrent les différentes productions qui fleurissent depuis son annonce :un film sur les reines a été réalisé pour la télévision française à la fin de l’an née dernière ; un « beau livre » sur les reines vient de paraître en Italie ; et d’autres ouvrages « grand public » sont en préparation”. Peut-on parler d’une exposition féministe au regard de tous les hommages rendus jusqu’alors à nombre de rois et pharaons ? “Non, on ne peut pas parler de féminisme. L’exposition ne vise pas à réhabiliter les reines d’Egypte, même si la mémoire de quelques unes comme Hatchepsout et Cléopâtre a été poursuivie par leur successeur. Les rai sons en étaient politiques et religieuses. Hatchepsout a été considérée comme une usurpatrice. Les auteurs antiques ont prêté tous les vices à Cléopâtre, car c’était une ennemie de Rome. La plupart des autres reines sont tombées dans l’oubli à part Néfe rtiti dont la beauté moderne séduit nos contemporains. Leurs tombes ont disparu ou ont été pillées. Mais il est vrai que dans l’Egypte ancienne les femmes jouissaient d’une position privilégiée par rapport à la condition féminine dans beau coup d’autres sociétés.Ainsi elles pouvaient exercer cer tains métiers, être membre du clergé, posséder des biens en propre et les léguer… Le débat sur leur degré d’autonomie est loin d’être clos. L’activité féminine par excellence se définissait par l’épithète « la maîtresse de maison » que portaient les dames mariées de la bonne société. Qu’en était-il des reines ? Certaines ont exercé le pouvoir dès les époques les plus anciennes et leur présence au côté du pharaon est largement attestée.

Eurent-elles un rôle poli Photo © DR tique ? Ou bien purement religieux ? Pour les reinesmères, en assurant l’origi ne divine du pharaon par une union mystique avec le dieu ; pour « la grande épouse royale » en garan tissant l’équilibre du monde comme contrepar tie divine de son époux. Quel était le sort des épouses secondaires ? C’est à toutes ces ques tions que l‘exposition tente de répondre”. Quelles sont, selon vous, les principales difficultés rencontrées par le commissaire d’exposition dans la narration de ce sujet ? Madame Christiane Ziegler, ici à droite, avec Sylvie Biancheri, Directrice Générale du “Le sujet est extrêmement Grimaldi Forum Monaco et François Payet, scénographe de l’Exposition séduisant mais beaucoup plus complexe qu’on ne le croit.Je voulais m’adresser à même pour Cléopâtre. Car ce sont les grands temples un large public tout en tenant compte des avancées d’Egypte qui montrent les images les plus évocatrices scientifiques les plus récentes. Il fallait construire un dis - des reines ; elles y sont figurées en bas relief sur les cours « savant » mais intelligible au plus grand nombre. murs et sculptées sur les statues colossales de leur Une exposition n’est pas un livre, elle est avant tout époux. Et les tombes des reines ont été pillées ou n’ont visuelle : je cherchais des ?uvres qui soient à la fois pas été retrouvées. D’autre part, beaucoup d’oeuvres significatives et fortes, qui s’imposent par leur présence. très fameuses ne peuvent pas voyager du fait de leur La principale difficulté a été leur rareté. Il est aisé d’illus - extrême fragilité : c’est le cas de la splendide tête de trer des thèmes comme le pharaon, les coutumes funé - Néfertiti qui fait la fierté du musée de Berlin. Enfin cer raires égyptiennes ou la vie quotidienne; la documenta - taines pièces importantes étaient déjà promises à tion les concernant est abondante. L’exercice est beau - d’autres expositions ; le public ne peut imaginer à quel coup plus difficile quand il s’agit des reines. Au fur et à point les oeuvres d’art circulent aujourd’hui”. mesure que la préparation de l’exposition avançait, je Que souhaiteriez-vous que le public retienne au constatais à quel point les objets susceptibles de «par - terme de sa visite ? ler » au visiteur étaient peu nombreux. C’est très para - “Qu’après avoir pris beaucoup de plaisir, il reparte plus doxal. Par exemple chacun connaît Néfertari dont l’ima - instruit et plus curieux qu’il n’y était entré”. ge a été popularisée par les colosses d’Abou Simbel et le décor magnifique de sa tombe de la Vallée des (*) Conservateur Général Honoraire du Département des antiquités Reines ; en fait on constate qu’il existe peu d’objets égyptiennes du musée du Louvre. Agrégée d'histoire. Directeur de la intacts la représentant ou portant son nom. Il en va de Mission archéologique du musée du Louvre à Saqqara (Egypte)…

LA REINE LA PLUS CELEBRE. . .

Cléopâtre au cinéma

u Cléopâtre de Georges Méliès tourné en 1899 (consiD déré comme perdu et retrouve en 2005) à « Astérix et Obélix : mission Cléopâtre « réalisé en 2002, de nom-

breuses actrices ont incarnées la célèbre reine d’Egypte au cinéma…Mais Elizabeth Taylor est certainement celle qu'on associe le plus facilement à la reine égyptienne Cléopâtre. Le Cléopâtre réalisé par Joseph Mankiewicz en 1963 – avec Elizabeth Taylor, Richard Burton et Rex Harrison est le film de tous les superlatifs : un monument de quatre heures, au tournage titanesque et rocambolesque, qui mit la Fox au bord de la faillite, avec moye n s énormes, distribution de têtes d'affiches, caprices de stars, multiples reconstructions de décors, cinq ans de p r é p a ration et de tournage, interrompu de nombreuses fois, etc. Le film a couté entre 40 et 80 millions de dollars de l’époque (selon les modes de calcul), ce qui en fait encore de nos jours l’un des films les plus chers de l’histoire du cinéma. A l’occasion de ce film, Elizabeth Taylor fut la première actrice à toucher un cachet d’un million de dollars. Le film a obtenu 4 oscars.

1

2

3

4

5

6

Elles ont également incarné Cléopâtre : 1. Sophia Loren. « Deux nuits avec Cléopâtre » 1953 2. Claudette Colbert. Une Cléopâtre signée Cecil B de Mille en 1934 3. Theda Bara, vamp hollywoodienne à l’époque du cinéma muet – 1917 4. Vivien Leigh, l’inoubliable Scarlett de « Autant en emporte le vent », fut aussi Cléopâtre en 1945 5. Rhonda Fleming dans « Le serpent du Nil » en 1953. 6.Monica Bellucci, la Cléopâtre d’Alain Chabat – 2002


Dossier Spécial

Juillet-Août 2008

L’EXPOSITION • Des pièces exceptionnelles en provenance des plus grands musées de la planète

Le Charme Egyptien en 250 chefs-d’oeuvre

La Principauté © Staatliches Museum Ägyptischer Kunst (Dietrich Wildung)

© National Museum of Antiquities, Leiden, The Netherlands

NOTRE REPORTAGE SPÉCIAL

MONTE-CARLO - « La plus brillante des civilisations », « Magique et mystérieuse »… Les qualificatifs ne manquent pas pour désigner une Egypte ancienne, source de fascination et d’admiration, qui n’en finit pas de livrer des secrets engloutis et des trésors enfouis sous une histoire plusieurs fois millénaire.Si les expositions consacrées à ce thème sont légion, pour la première fois le Grimaldi Forum Monaco va créer l’événement en mettant en lumière, sur près de 4000 m2, les personnages des « Reines d’Egypte ».La commissaire de l’exposition, Christiane Ziegler, a réuni près de 250

Les oeuvres plus emblématiques de l’exposition On les trouvera au centre de chaque section. Dans la section consacrée à Cléopâtre on retiendra les bijoux portés par Elisabeth Taylor dans son célèbre film et sur un tout autre registre, la magnifique statue de basalte noir qui représente la souveraine debout, vêtue à l’égyptienne. Pour les mères du roi, citons l’exquis petit groupe d’albâtre translucide figurant le roi Pépi II sur les genoux de sa mère ; mais peut-être le public lui préfèrera-t-il l’éblouissante reconstitution de la chambre à coucher d’Hetephérès, © Collection John R. Lebold, Silver Screen © Collection John R. Lebold, Silver Screen © Sandro Vannini © Collection John R. Lebold, Silver Screen Collection mère du fameux Chéops. Collection Collection Sans oublier le délicat bas relief figurant les filles d’Amenhotep III et une peinture délicatement colorée qui ornait leur p a l a i s. Le trésor des épouses syriennes de Thoutmosis III, avec ses bijoux d’or et de pierres fines, son miroir et son vase d’argent, recueillera chefs-d’oeuvre pour illustrer ce thème, des chefs-d’oeuvre en pro- sans aucun doute les suffrages du visiteur ; mais comment ne pas venance des plus grands Musées du monde : Le Caire, New York, avoir un faible pour la délicieuse statue de bois de la dame Touty proBerlin,Munich, Londres,Turin, Moscou… et bien sûr le Louvre, dont venant du harem de Gourob. Beaucoup moins spectaculaire, le Mme Ziegler dirigea jusqu’en mai 2007 le prestigieux Département papy rus relatant le procès d’une conspiration au harem est un des Antiquités égyptiennes. La scénographie, spectaculaire, est moment fort de l’exposition. Deux autres papy rus sont également signée par François Payet, déjà auteur de l’exposition du Grimaldi très intéressants: l’un relate la naissance divine de trois rois du Forum « Impérial Saint-Pétersbourg » qui avait retracé en 2004 l’his- temps des pyramides, l’autre consiste en un enseignement du phatoire de la ville, du règne de Pierre le Grand à celui de Catherine II. raon à son héritier. La scène du baiser entre Akhénaton et Néfertiti est particulièrement touchante et rarissime car on ne sait pratiquement rien sur les sentiments qui unissaient le couple royal. Deux pièces d’orfèvreri e, le fouet de la princesse Neferouptah et une petite coiffe en forme de vautour illustrent avec éclat les emblèmes portés par les reines. Le visiteur sera impressionné par l’imposant bloc de granit sur lequel on peut voir la reine Karomama officiant aux côtés de son époux. Une splendide statue d’Aménardis à laquelle fait écho un sphinx imposant figurant Chépenoupet témoignent de l’importance des « divines adora t rices ». La peinture figurant la reine Ahmès-Néfert a ri est tout à fait remarquable par la finesse de son exécution et le contra ste de ses couleurs merveilleusement conservées ; la reine divinisée y apparaît avec un visage noir, comme le dieu Osiris qui protège les défunts. Dans la salle consacrée à l’exe rcice du pouvoir la monumentale statue de Tiy, récemment découverte, retiendra toute l’attention ; mais on prendra garde à ne pas oublier la tablette d’argile inscrite en cara ctères cunéiformes qui atteste de l’existence d’une correspondance diplomatique. Des visages de reines qui scandent cette section, il faut retenir l‘éblouissant masque doré d’une contemporaine de la régente Iahhotep et un f ragment coloré provenant d’un colosse d’Hatchepsout. Tout près, la statue de son architecte Senenmout tenant une petite pri ncesse dans ses bras est à la fois un chef d’oeuvre artistique et une évocation des grands travaux entrepris par la souveraine. Le trésor de la reine Amanishakheto qui régna sur le haut Nil constitue le point d’orgue de cette partie. Il reste au visiteur pénétrant dans la dernière section consacrée au Roman de la momie, à admirer à leur juste valeur la va riété des illustrations que ce thème inspira aux artistes.

© Museo Antichità Egizie di Torino

© Copyright The Trustees of the British Museum

© The Field Museum of Natural History, Chicago

© Bpk Berlin / Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, Staatliche Museen zu Berlin. 2008

5


6

La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial

Juillet-Août 2008

LA SCENOGRAPHIE • 11 sections différentes font vivre au visiteur une expérience unique et inoubliable

Une véritable épopée qui plonge dans l’Histoire Passion d’Egypte !

NOTRE REPORTAGE SPÉCIAL

travers une succession de mises en scènes poétiques ou figuratives, à travers des ambiances baignées de lumière ou à contrario plongées dans la pénombre, à travers des lieux teintés de couleurs ombrées ou chatoyantes, l’exposition fait vivre au visiteur une véritable épopée qui le plonge dans l’histoire : la vie des Reines d’Egypte...

A

I – Cléopâtre, le mythe L’exposition s’ouvre à nous par la sensation la plus suave que notre imaginaire retienne dès l’abord du mythe égyptien : la représentation hollywoodienne de Cléopâtre. La scénographie nous offre un décor rouge et dorée, des rideaux à franges, un grand plateau de cinéma évoquant un char romain et la projection d’un extrait du Film de Joseph L. Mankiewicz avec Elizabeth Taylor et Richard B u rton en fond d’espace. II – Cléopâtre et l’Antiquité L’espace d’exposition suivant se vit sur le ponton d’une barque égyptienne. Au centre du pont, le visage de Cléopâtre concentre son regard sur César qui, de profil la regarde, lui aussi. Une grande statue de Cléopâtre VII, prêtée par le musée de Saint-Pétersbourg, à l’allure digne, semble être la gardienne de la scène. La mise en scène se réfère à la croisière sur le Nil que César et Cléopâtre effectuèrent véritablement en 47 avant JC. III - Mère, épouse ou fille de roi : le statut des reines d’Egypte La scénographie des mères s’effectue dans une suite de trois alvéoles évoquant un intérieur d’appartement de reine au mur de pierre peinte de teinte ocre rouge, et dont certaines niches sont de couleur turquoise. Ces pièces s’ouvrent chacune sur une « fenêtre » donnant sur le paysage de Géza et des pyramides. IV - la salle des épouses évoque un extérieur, ou chaque bloc de pierre situé devant un temple baignerait sous la lumière écrasante du pays. Chaque bloc présente des oeuvres va riées de bijoux, d’ouchebtis, ou de colosses. En fond de scène, une grande façade de temple avec ses refends imposants et son portique d’entrée fe rme la perspective. V - Dans la salle des filles, le visiteur est saisi dès l’entrée par un rythme successif de puits de lumière.Les rais de lumière prennent appui sur de grands tulles suspendus que le faisceau caresse et dessine du haut jusqu’au au sol. Les rayons semblent dans leur chute inonder les vitrines de leur lumière. Chacune d’elles, support aux formes semi-

pyramidales, semble émerger du sol pour tendre vers le ciel. VI – Epouses secondaires, harem et concubines Après ces évocations multiples du monde extérieur, et pour prolonger l’émerveillement du visiteur, la salle suivante le plonge dans l’atmosphère ouatée et dense d’une salle de palais. La salle est composée d’un rythme de haute colonnes disposées en péristyle, le rythme est lourd et puissant, l’espace entre chacune d’elles semble comprimé, leur dimension semble avoir quelque chose de surnaturel. Les oeuvres disposées au centre de cette composition sont comme des points de lumière intenses qui concentrent toute l’attention, ce sont les bijoux, les statuettes, les stèles de scribes, les papyrus et d’autres objets artisanaux: c’est l’ensemble de la vie qui grouille dans les dédales de ces petites cités que constituent les harems. Autour de la salle centrale d’autres salles adjacentes de dimension plus modestes et plus intimes, font revivre d’autres richesses de la vie de ces ruches humaines : l’éducation des princes, les mariages diplomatiques, les intrigues et dans une alcôve enveloppé de tulles … de prudes scènes d’amour : « Akhenaton et Néfe rtiti s’embrassant, entourés de deux de leurs filles » (103) ou « le relief représentant une reine enlacée par Montouhotep II » (105) ; au centre du cocon à la lumière tamisée, « un fragment de statue colossale : deux mains entrelacées ». (107) Les visiteurs avancent et dérivent avec délectation dans les richesses de ces espaces où chaque objet est présenté, seul sur son support . Ils peuvent tourner autour et s’émerveiller. Chaque nouvelle vitrine abrite un trésor. VII - L’image de la Reine : beauté féminine et attributs divins Ici, la puissance évocatrice de la Beauté se révèle à nous dès l’entrée : tous les visages et les corps sculptés jaillissent

de la pénombre pour se présenter directement à nous.Ils sont tous là, mis en lumière et tournés vers le visiteur, ils marquent de leur existence tout l’espace.Les visiteurs les croisent ou plus justement les rencontrent. Ils peuvent t o u rner autour : les yeux et les corps sont à la hauteur des leurs. Le dispositif des socles réalisés a la forme de bassins qui baigne de lumière miroitante, et qui se distribuent en damiers dans l’espace. VIII - Le rôle religieux de la Reine L’espace évoque les lieux de rituel, entre quatre parois inclinées qui donnent aux murs un effet de masse, de puissance et suscite le respect. Le lieu estimpressionnant par sa gravité. La composition de cet espace s’effectue pour que le visiteur ait la sensation qu’ entre dans une suite d’alcôves de plus en plus intimes et fermées au commun des mortels.Dans la dernière salle, dans une niche est présentée l’oeuvre la plus emblématique de l’exposition. IX - L’exercice du pouvoir : ce lieu n’est qu’une immense enfilade de murs épais créant une suite de niches propices à la présentation des oeuvres (regroupement de deux à trois oeuvres par alvéole). Le rythme rectiligne des refends et des pierres évoque la force du pouvoir de la classe dominante et le respect d’une autorité puissante et établie.Epilogue : Roman de la momie et salle du tombeau : La véritable Taousert Dans cette dernière section, le visiteur retrouve les ambiances de mise en scène et de décors qu’il avait vécu à l’entrée de l’exposition : mais ici le visiteur après s’être infiltré dans l’ouve rture d’une paroi rocheuse découvre le tombeau de la tombe de Taousert … X- La salle du tombeau de la tombe Taousert Tout le décor peint est présent sur les murs, ainsi que le plafond voûté de cessalles, de même que l’éclairage tremblotant des lampes torches : cette ambiance ainsi que la mise en scène du tombeau sera une plongée magique dans l’univers du roman de la momie de Théophile Gauthier. XI – Le roman de la momie Le visiteur s’attardera dans la salle de lecture d’une bibliothèque du XIXe siècle, évoquant celle de Théophile Gautier, composée de boiseries, de tableaux et de livres. Ce sera l’aboutissement du long périple qui fut celui du parcours proposé : du paysage du Nil aux barques de Néfertiti, des espaces « lumière » à la pénombre des harems, du « paysage » des beautés féminines, aux parois lourdes et pesantes des lieux de culte et d’autorité. Par l’évocation de la mort et la salle du tombeau… le visiteur sort i ra de ce cheminement et de ce voyage comme s’il avait vécu un rêve…

INFORMATIONS PRATIQUES “Reines d’Egypte” Espace Ravel du Grimaldi Forum Monaco Du 12 juillet au 10 septembre Horaires

Tous les jours de 10h00 à 20h00 Nocturnes les jeudis et samedis jusqu’à 22h

Prix d’entrée

Plein tarif = 10 euros Tarifs réduits : Groupes (+ 10 personnes) = 8 euros Etudiants (-25 ans sur présentation de la carte) = 6 euros Enfants (jusqu’à 11 ans) = gratuit

Le catalogue de l’exposition

Format : 23 x 30 cm 368 pages couleurs et 550 illustrations Prix public 35 euros maximum Disponible en versions française et anglaise


8 La Principauté

Politique

Société

Juillet-Août 2008

ACCESSION ALAPROPRIÉTÉ • Confrontation très serrée entre Gouvernement et Conseil National lors de la séance publique du 19 juin dernier

Vers un patrimoine immobilier familial

Un accord de fond à été obtenu, il reste à en fixer les formes juridiques. Réponse avant la fin de l’année... PAR PATRICE ZEHR

e qui se conçoit bien s’énonce clairement. Et les «C mots pour le dire arrivent aisé-

Photo © CN

ment». En partant de cet axiome de Boileau, on peut dire que lors de la séance publique du 19 juin, largement consacrée au problème de l’accession à la propriété pour les monégasques à Monaco, l’avantage revient très nettement à la majorité. Propriété aménagée ou habitation transmissible : la réalité au delà des mots L’opposition s’est engagée dans une polémique sémantique affirmant que l’abandon du terme «propriété» au profit de celui de «droit d’habitation transmissible» était la preuve que la majorité ne pouvait tenir ce qu’elle avait promis…. Mais comme le dirait Musset « qu’importe le flacon pourv u qu’on ait l’ivresse » ; et pour le contenu Stéphane Valeri a démontré que la majorité était restée fe rme sur des principes clairs. Sinon pourquoi le Gouve rnement aurait il retiré son texte ? Le Gouve rnement, lui, a renoncé à un projet de loi qu’il avait assumé, pour faire de nouvelles propositions … encore ! Il s’agissait d’annuler ainsi, faisant d’une pierre deux coups, une volte face assez peu lisible. Jean-Paul Proust a usé de son talent et de sa bonhomie pour calmer les aigreurs. La volte face du 2 juin cependant a inquiété un certain nombre d’élus qui craignent que tout cela serve à noyer le poisson, et ils exigent un calendrier et une date butoir, ce fut le cas notamment de Claude Cellari o. Ils ont raison car il faut en sortir d’une manière ou d’une autre. Cela n’a que trop duré et cela alimente une suspicion malsaine. Mais qui donc refuse de donner aux Monégasques la possibilité de se constituer dans leur pays un patrimoine immobilier transmissible et pourquoi ? Personne apparemment, et le Gouvernement met en avant pour expliquer ses doutes, un pri ncipe de précaution juridique. Une propriété non absolue pourrait le devenir par décision européenne et ainsi ouvrir la brèche vers un raz de marée spéculatif. Cette hypothèse avait été écartée il ya 6 mois, d’ou le scepticisme de la plupart des élus, repris lors de sa conclusion des débats par le président du Conseil National : «Moi non plus, Monsieur le Ministre, vous ne m’avez pas convaincu sur le plan juridique. Votre propre pro jet de loi que vous retirez ce soir avait été élabo ré par vous-même sur la base de nombreuses études juridiques résumées dans votre note du 8 mai 2007, qui concluait à l’échec plus que pro bable des éventuels recours devant les Tri bunaux contre cette loi et donc au maintien du projet de loi de décembre 2006 (2 avocats de métier, Maître Lavagna et Maître Gardetto viennent d’ailleurs de le confirmer). Donc soyons clairs : si le Conseil National pouvait faire la loi tout seul, sans l’accord du Gouve rnement, nous voterions le projet de loi 833, issue d’un travail commun entre nos deux Institutions et que vous retirez ce soir. Mais nous le vo t e rions avec un amende ment fixant le prix de vente de l’appartement sur la base d’environ 1,5 fois le loyer moyen au m2 dans l’immeuble pendant 20 ans, ou si vous pré férez, l’équivalent de 30 années de loyer. »

Vers un bail héréditaire Stéphane Valeri devant la confusion que pouvait faire naitre ces revirements sémantiques et juridiques du Gouvernement, a eu raison de recadrer l’objectif. “Il s’agit de : • Permettre à nos compatriotes d’avoir un logement à eux, dans leur pays, dont ils pourront jouir toute leur vie sans payer de loyer en pure pert e, • Ouvrir cette faculté de jouissance, droit de pro priété aménagée ou droit d’habitation transmissible, peu importe les mots au fond – : laissons ces polé miques stériles à ceux qui n’ont rien à proposer ouvrir donc ce droit nouveau, à un prix accessible à une majorité de Nationaux. • Laisser le libre choix aux Monégasques de conti nuer à être locataires dans les Domaines ou d’op ter pour ce nouveau droit. • Pe rmettre la transmission de la joussance du logement aux héritiers, le plus souvent bien sûr aux enfants. • Réaliser enfin un placement de bon père de famil le en garantissant en cas de revente de ce droit, que sa valeur soit indexée sur un indice au moins égal à l’inflation”. Qui peut être contre, et où serait le danger pour les Monégasques et pour Monaco ? Le bien vendu reste dans le domaine public, et à dire vrai on se sent pleinement propriétaire quand on cesse de payer un loyer et que l’on peut transmettre ce bien. Il faut bien entendu tout faire pour que les familles monégasques puissent se constituer dans leur pays un « patrimoine immobilier fami lial et civique », tout le reste n’est qu’argutie”. Ce qui a singulièrement compliqué les choses c’est cette notion de 75 ans qui a brouillé les cartes des avancées ra p p e l ées par le Président du Conseil National : « Sous réserve d’une étude plus appro fondie de la déclaration du Ministre d’Etat, qu’il nous a fait distribuer au début de Séance, il semble que depuis la réunion du 2 juin, le Gouvernement nous ait entendu sur des points essentiels : • Sur le prix de vente du droit de propriété aména gée tout d’abord. • 1,5 fois le loyer moyen au m2 et non plus le loyer +50% d’un loyer de référence beaucoup plus élevé, soit parfois 2 voir 3 fois le loyer actuel ! C’est très important car c’est ce qui permettra à une majorité de Nationaux d’avoir les moyens d’acheter ce droit. Il demeure une petite divergence toutefois, nous pro posons pendant 20 ans, le Gouvernement lui 25 ans. • Sur la capitalisation ensuite, qui seule permet

un placement de bon père de famille… Après nous avoir proposé que seul soit capitalisé le s u rl oyer, le Gouvernement revient ce soir à la seule proposition acceptable : prendre en comp te dans le prix de revente à l’Etat, la totalité des sommes payées par les foyers monégasques, indexée sur le coût de la vie. • Pour la 1ère fois, le Gouvernement propose un dispositif de prêts de l’Etat et non plus seulement des banques, très souple, à la cart e, et à un taux très avantageux. C’est ce que nous demandions. » Est-ce trop demander que de se sentir chez soi à Monaco ? Les 75 ans ne seraient finalement qu’un habillage juridique pour éviter toute possibilité de revendication ultérieure de la pleine propriété de l’appart ement par les héritiers et donc tout risque de spéculation au détriment de l’Etat et des générations futures de Monégasques : “Au bout de 75 ans, nos enfants ou nos petits-enfants, pourront choi sir soit de vendre, soit d’obtenir gratuitement le renouvellement du droit pour 75 ans et ainsi de suite 75 ans plus tard. Si c’est bien cela que vous proposez, Monsieur le Ministre, il ne s’agit que de techniques juridiques formelles, j’allais dire d’as tuces, qui aboutissent à ce que nous voulons : en fait un droit d’habitation transmissible sans réelle limite dans le temps”. C’est ce point qu’il faudra mettre noir sur blanc et au clair, car un bail héréditaire ce n’est pas la même chose en tout cas psychologiquement qu’une acquisition immobilière. Il faudra le faire, pour la majorité, dans un délai raisonnable preuve de bonne foi : en moins de 6 mois. Et Stéphane Valeri de conclure : «…L’accession aménagée à la pro priété faisait, noir sur blanc, partie de nos engage ments.Pas question ici d’usine à gaz avec je ne sais quel dispositif technocratique que chacun aménage à sa façon comme certains voudraient nous y mener…. Pas une fausse propriété qui disparaîtrait comme par enchantement funeste au bout de quelques années… Est-ce trop demander que de se sentir chez soi à Monaco?» Dans moins de 6 mois nous aurons la réponse à cette question, mais elle parait couler de source, la majorité ayant de plus clairement conditionné l’approbation de la politique générale du Gouvernement par le vote du Budget 2009, à un accord préalable sur ce dossier essentiel pour les Monégasques.


Juillet-Août 2008

Politique

Société

La Principauté

INTERVIEW Pourquoi le 19 juin dernier la majorité UPM a déposé une proposition de loi sur la conservation et la protection du patrimoine national

Garantir un avenir à notre passé Michèle Dittlot : “Il faut éviter que les bulldozers du tout immobilier suppriment ce qui reste de la tradition architecturale de notre pays” PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

e 19 juin, les 21 élus de la majorité UPM ont déposé sur le bureau du Conseil National une proposition de loi (n°192) sur la conservation et la protection du patrimoine national. Une proposition renvoyée pour étude à la Commission de la Culture et du Patrimoine que préside depuis 5 ans Mich è l e Dittlot, à nouveau reconduite à cette fonction le 3 février dernier. La protection du patrimoine fait partie du programme de l’UPM exposé lors de la dernière campagne électorale. Un engagement fort des deux composantes, UP et UNAM, de la majorité. Un engagement personnel, depuis longtemps, pour Michèle Dittlot. Ayant retrouvé la présidence de sa commission, ayant ajouté le patrimoine à la c u l t u r e, Michèle Dittlot prend le dossier à bras le corps, et compte aller vite. Car les projets sont nombreux : statut des art i s t e s , dépôt légal, nocturnes de la culture, dossier de la médiathèque et tant d’autres… Tour d’horizon d’une législature qui s’annonce ch a rgée pour la Commission Culture et Patrimoine.

L

La Principauté : Pourquoi cette proposition de loi sur le patrimoine? Michèle Dittlot : “C’est une préoccupation ancien ne. C’est un engagement fort des deux compo santes UP et UNAM de la majorité du Conseil National, une ligne phare de notre progra m m e dans la récente campagne électora l e. Nous vou lons garantir un avenir à notre passé et préserver notre patrimoine national qui recèle encore des pièces maitresses. Eviter que les bu l l d o zers du tout immobilier suppriment ce qui reste de l’his toire architecturale de notre pays. Aucune loi pro t e c t rice n’existait dans ce domaine, c’est pourquoi dès notre réélection, nous nous sommes attelés à établir une proposition de loi en ce sens”. LP : Le patrimoine, ça concerne quoi concrètement ? MD : “Ce sont bien sûr les édifices qui présentent un intérêt public de nature historique, archéolo g i q u e, esthétique, scientifique, technique ou i n d u s t rielle mais aussi les oeuvres d’art, les objets dont la préservation est d’intérêt public, sans oublier les fouilles et les découvertes pouvant intéresser l’histoire, l’art, l’archéologie. Cela regroupe donc le patrimoine au sens large du

t e rm e. Ce pourrait être aussi une oeuvre future sur un support existant ou que nous ne connais sons pas encore, quelque chose qui n’ait pas été créée à ce jour. Il faut être novateur. Cela donne rait aussi l’occasion de s’intéresser au patri m o i n e i n d u s t riel de Monaco et de le protéger, ce qui per mettrait de mettre en valeur le «made in Monaco». Pourquoi ne pas en faire un pôle d’attraction pour un tourisme nouveau ? D’ailleurs le Conseil Economique et Social des Jeunes nous l’a sug géré dans son voeu adopté cette année : «Le tou risme industriel à Monaco, pourquoi pas ?»” LP : Comment allez-vous travailler ? MD : “La proposition de loi sur la conservation et la protection du patrimoine vient d’être déposée par notre majorité sur le bureau de l’Assembl é e.

Photo © CN

LE SPORTING D’HIVER

Michèle Dittlot, Présidente de la Commission de la Culture et du Patrimoine du Conseil National

L

e Sporting d’Hiver fait-il partie du patrimoine monégasque ? Construit par la SBM en 1932 dans le style architectural Art déco monumental, avec de grandes salles de dix mètres de hau teur sous plafond, il bénéficie d’un emplacement unique, en plein coeur du Carré d’Or de Monte-Carlo. Aujourd’hui, la SBM envi sage un projet immobilier d’envergure, et un « sporting », façon « Belle époque » verrait le jour en lieu et place de l’actuel. Saisi du projet, le Conseil Communal à dit non. Avis consultatif. Le débat s’installe en Principauté. Finalement, l’avis de Mme Dittlot (voir interview) semble de bon sens. Geler le projet en attendant une loi qui fixera normes et critères de classement. On saura alors si le Sporting d’Hiver entre ou non dans le patrimoine National. C’est ce que l’on appelle le principe de précaution... (P.Y.R.)

NOMINATION

B. Pasquier nommé Attaché du CN

L

e 30 juin dernier, les Conseillers Photo ©V&E Nationaux, réunis en Commission Plénière d’Etude, ont approuvé à l’unanimité la nomination, sur proposition du Président du Conseil National, de Bernard Pasquier, en tant qu’intervenant extérieur, au poste d’Attaché du Conseil National pour les questions économiques et financières. Bernard Pasquier, Monégasque, âgé de 54 ans, est un financier d’expérience qui a travaillé au sein de plusieurs grands organismes financiers internationaux parmi lesquels le Groupe de la Banque Mondiale, pendant 20 ans, avant de rejoindre en 2004 la Compagnie Monégasque de Banque, dont il a été le Secrétaire Général pendant 3 ans. Il est également, depuis sa création en 2004, le Vice-Président du Parti Monégasque, qui a compté un élu au Conseil National, en la personne de Christine Pasquier-Ciulla, durant la législature 2003-2008. Cette nomination s’inscrit dans le droit fil de la volonté d’ouverture et de rassemblement manifestée par le Président du Conseil National dans son discours d’investiture du 14 février 2008. Ce dernier avait notamment indiqué son intention d’appeler prochainement à des responsabilités importantes, au sein de l’Institution, des Nationaux de qualité, quelle que soit leur sensibilité politique, dans l’optique d’associer le plus largement possible les talents et les compétences à l’action du Conseil National, dans l’intérêt des Monégasques et du Pays.

NOMINATION

Elle a été renvoyée le 19 Juin devant la Commission Culture et Patrimoine qui l’ex a m i n e ra et sera sans doute en mesure de peaufiner. Je souhaite que l’on entende un maximum de per sonnes compétentes y compris des historiens de l’art, afin de faire de notre texte une référence pour le 21ème siècle”. LP : Quel est votre sentiment sur le projet qui concerne le Sporting d’Hiver ? MD : “Bonne question. Je note que la mairie est contre. D’autre part une pétition circule sur le Net. Bref, le sujet arri ve sur la place publique car il inter pelle tout le monde. Pour ma part, j’aimerais que l’on applique un principe de précaution, un mora toire qui gèle la décision, en attendant que la loi sorte et permette de se déterminer en connaissan ce de cause. Bien entendu, je vais soumettre cette idée aux conseillers membres de ma commission”. LP : Quelles sont vos autres préoccupations ? MD : “De notre proposition de loi portant « statut des Artistes », adoptée lors de la séance publique du 30 Mai 2007, devait nous revenir un court pro jet de loi gouvernemental au Printemps dernier. Il est semble-t-il réalisé, mais, toujours détenu par certain(s) service(s). Je commence à vraiment m’impatienter !Quoiqu’il en soit, le Gouvernement est tenu par la Constitution de déposer ce projet de loi avant la fin de l’année ! En ce qui concerne la loi votée le 29 Juin 2006 qui m o d e rnisait «le dépôt légal», le stockage s’effec tue à l’heure actuelle dans les locaux qui abritent déjà le fonds régional, à la Villa Lamartine. Le dépôt des affiches, en particulier, pose déjà un s é rieux problème d’espace au service de la bibl i o thèque Louis Notari et donc à la Mairi e, qui, je vous le rappelle, est l’organisme dépositaire et fait pour le mieux avec les moyens du bord. Le relo gement du dépôt légal sous la future Médiathèque se fe ra au mieux à l’hori zon 2012. En attendant, il faut trouver un local pour entreposer les affiches …, créer un poste, et prendre en compte les sug gestions avisées de l’organisme dépositaire pour la construction de la prochaine Médiathèque. Je terminerai sur une note plus sereine en évo quant une idée qui me tient à coeur : les nuits de la culture. C’est un prochain chantier que la com mission ne peut ouvrir seule. Il nécessite que l’on se rapproche du Gouvernement Princier, et que la M a i rie y soit associée”.

9


10 La Principauté

Politique Extérieure

Juillet-Août 2008

LES RELATIONS FRANCE-MONACO • Les conclusions du groupe d’amitié parlementaire franco-monégasque qui s’est réuni en Principauté le 16 juin dernier

Garder la communauté française au nom de la langue et de la culture Pascal Clément : “Il est anormal et injuste que les Anglais s'installent à Monaco pour des raisons fiscales, et que des Français quittent Monaco pour les mêmes raisons !” PAR PATRICE ZEHR e 16 juin dernier, le groupe d’amitié parlementaire franco – monégasque s’est réuni en Principauté, à l’invitation du Conseil national. Pour la première fois les élus français étaient conduits par le nouveau Président de leur groupe, Pascal Clément, ancien Garde des Sceaux. Il n’a pas caché qu’il allait se battre, même si cela ne s’annonce pas facile, pour obtenir un geste fiscal correspondant à la réalité de la situation des français de Monaco.

L

Photo © CN

Bercy pour la première fois serait prêt à en débattre. « Le but - a précisé l’ancien ministre c’est de conserver les français à Monaco, de garder une culture française vivace... ce n'est pas que les français ne paient plus d'impôts. La fiscalité c'est un outil, un moyen ». Un moyen nécessaire mais pas suffisant pour Stéphane Valeri qui milite également pour la création, par une société d’Economie mixte, d’un secteur locatif intermédiaire de qualité, adapté aux moyens financiers d’une population stable de classe moyenne. Il faut garder à Monaco les « enfants français » du pays et stopper l’hémorragie actuelle. De gauche à droite, Stéphane VALERI, Président du Conseil National de Monaco, Pascal CLEMENT, ancien Garde des Sceaux et nouLe départ des français est la preuve qu’ils ne peu- veau Président du Groupe d’Amitié France-Monaco et Jean-Claude GUIBAL, Député Maire de Menton et Vice-Président de ce groupe vent plus faire face à une situation particulièrement injuste par ra p p o rts aux autres commu n a u t é s une communauté de destin entre vrais parte - de patrie choisie ». Cela n’est pas gagné mais les naires... Désormais la seule demande de Paris est choses bougent et le discours du Président Valeri et importantes installées en Principauté d'avoir des politiques convergentes...» Une priorité de la majorité sur la réalité française à Monaco et la En finir avec l’image du français milliardaire est donc de trouver les moyens de conserver à nécessité de conserver le tissu humain d’un vrai Monaco cette communauté française fidèle à la pays, semblent enfin avoir été comprises et prises planqué en Principauté... Pascal Clément l’a bien compris : « Concernant les famille princière et à ce pays devenu une « secon- en compte à Paris. Français de Monaco, j'ai envie de prendre le dos sier à coeur. Il est anormal et injuste que les Anglais LE RAPPORT s'installent à Monaco pour des raisons fiscales, et que des Français quittent Monaco pour les mêmes Photo © CN raisons! Rien ne va pour les Français de Monaco ls sont des dizaines de milliers chaque qui paient l'impôt + les loyers monégasques et ne année à se donner la mort. Le suicide des jeunes fait plus de victimes dans le monde bénéficient pas des avantages qu'offre la France: que les accidents de la route. Mais il est mal RMI, CMU et bouclier fiscal notamment. Par ailleurs connu et oublié des politiques de santé l'Italie s'est alignée sur la non fiscalité monégasque publique. Pour encourager la prévention et mais pas la France. Cela doit changer ». une meilleure prise en charge, le Conseil de Les chiffres sont indiscutables : « Le secteur proté l'Europe y a consacré un rapport. Son auteur, le Monégasque Bernard Marquet gé compte environ 1350 logements. Plus de 60% (photo à droite) précise : "On s'aperçoit sont loués par des Français... environs 900 foyers. que le nombre de suicides d'adolescents Soit quelques 2000 français, dont certains bénéfi augmente en nombre et surtout, chose qui cient de l'ADL du gouvernement Monégasque ». est aussi la plus inquiétante, de plus en Pour Pascal Clément « c'est dire si la communauté plus jeune. On commence à avoir des ado lescents, des enfants de 10-11 ans, qui font française n'est pas une communauté de milliar des tentatives de suicide ou des suicides. Donc, nous essayons de tirer la sonnette d'alar daires, mais de revenus moyens. Seulement 300 me au niveau des pays du Conseil de l'Europe, en disant aux pouvoirs publics de s'occu Français paient l’impôt sur la Fortune. Ils sont vic per de ce problème de santé publique”. Afin de contrebalancer l’apologie du suicide sur times du syndrome de l'Ile de Ré. La valeur de leur Internet, l’APCE(*) encourage également les Etats membres à diffuser des informations bien, de leur appartement a été triplée ou plus en ciblées et à mettre en place une assistance en ligne sur le suicide. Parmi les différents facteurs inhérents au suicide, Bernard Marquet note l’augmentation des conduites à quelques années ». risques, résultant notamment de pactes ou de défis entre les adolescents. Il s’agit d’un La disparition de cette communauté qui fait partie phénomène nouveau, car le suicide n’est plus alors la conséquence de facteurs psychode l’identité monégasque aurait pour conséquence logiques ou sociaux, mais s’inscrit dans le cadre de jeux. L’Assemblée lance donc un appel le recul en Principauté de la francophonie. La aux Etats membres – 47 pays qui représentent 800 millions d’habitants - afin qu’ils prenlangue et une communauté stable sont indispennent une série de mesures favorisant le dépistage et la prévention du suicide des enfants et des adolescents, incluant la récidive. Le rapport défendu par Bernard Marquet, ra psables dans la perspective des nouveaux rapports porteur de la Commission des questions sociales, de la santé et de la famille, a été adopfranco monégasques définis par l’ancien garde des té à l’unanimité par l’APCE lors de sa session de printemps. (P.Y.R.) sceaux. (*) Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe « On est passé d'une amitié protectrice (1918) à

Contre le suicide des adolescents

I

LE RAPPORT


Juillet-Août 2008

Politique Extérieure

La Principauté

LE GRAND PROJET • Le rôle que la Principauté peut jouer dans la construction d’une entente stable et partagée entre les pays riverains

Monaco et l’Union pour la Méditerranée Grâce à l’action du Prince Souverain et à son image à l’extérieur, Monaco va être un acteur à part entière de ce processus d’envergure internationale Il y a bien un intérêt général des riverains de la Méditerranée qu’il faut mettre en avant : il faut le faire en évitant les suspicions politiques PAR PATRICE ZEHR

a présence du Prince Albert II au sommet du 13 juillet à Paris pour lancer « l’Union pour la Méditerranée » est une consécration pour Monaco. Grâce à l’action du Prince et à son image internationale, Monaco va être un acteur à part entière de ce processus d’envergure qui, bien qu’il se concentre autour de la Méditerranée, promet d’avoir une résonance beaucoup plus large. Les grands pays savent d’ailleurs qu’ils ne pourront progresser sur la voie de l’union que par la «méthode monégasque»:

L

Seuls des projets concrets et notamment environnementaux peuvent permettre de construire ensemble, sans arrières pensées politiques. Le Prince Albert peut largement y contribuer comme l’a déclaré Pascal Clément, le président du groupe d’amitié parlementaire franco-monégasque à l’Assemblée Nationale, en visite officielle à Monaco (voir à coté) :"C'est un petit Etat qui a une voix qui s'entend, qu'on écoute. Albert 1er a lancé la thématique de l'environnement. Albert II est parti sur ses traces au pôle pour alerter le monde sur la fonte des glaces. Ce sont des messages qui sont entendus. Je pense, respectueusement, que le rôle du Prince est de faire entendre Sa voix..." C’est projet après projet que se construira le grand pont nord-sud de la mer commune, qui doit faire oublier que parfois elle peut être un fossé et enjamber les obstacles. Il est certain que ce sommet ne va pas régler le conflit israélo-palestinien, ni celui du Sahara occidental, ni transformer certains dirigeants autoritaires en démocrates, ni convaincre les radicaux et fanatiques. Ce n’est pas son but. Son but ce n’est pas de déclarer une union et de faire des projets, c’est de bâtir des projets pour aboutir à une union de fait et d’intérêts. Le chemin de la paix équitable et de la prospérité partagée passe par la lutte pour l’eau, contre la pollution et les risques climatiques. La nécessité constatée doit imposer une « real solidarité », la préservation du bien de tous doit s’imposer aux intérêts de chacun. Il y a bien un intérêt général des riverains de la Méditerranée, c’est lui qu’il faut mettre en avant. Il faut le faire en évitant les suspicions politiques. La voix de Monaco et de son Prince Souverain ne sera pas marginale… et la voie monégasque est finalement la seule réaliste.

LA VISITE PRIVEE

Trois jours pour deux Albert II en Belgique L

e Prince Souverain s’est rendu en visite privée en Belgique pendant 3 jours à Photo © Palais Princier compter du mardi 17 juin. Un Albert II chez un Albert II, cela a retenu l’attention de la presse, surtout que tous deux sont sur la même ligne de coopération environ nementale et humanitaire. «Le Prince a évoqué trois sujets : le développement durable, la politique de coopération dans les pays émergents (notamment en Afrique), et l'Union pour la Méditerranée», a confié Georges Lisimachio, le chef du cabinet princier. Des préoccupations communes aux deux pays qui se concrétisent autour de projets environnementaux d'avant-garde. Le souverain monégasque a ainsi souligné l'importance de la station Princesse Elisabeth, première station de recherches polaires ne dégageant aucun gaz à effet de serre. La Belgique et Monaco ont également en commun une politique de coopération internationale en plein essor. L'État fédéral s'est effectivement promis de verser 0,7 % de son PIB en 2010 pour aider les pays émergents, engagement que tiendra Monaco en 2015. Pour l'heure, l'aide bilatérale concerne quatorze pays et vise principalement l'agriculture. Après avoir été accueilli à Brussels Airport par le Prince Philippe, Albert II de Monaco s’est rendu au château de Laeken pour un déjeuner intime en compagnie du couple royal belge, du Prince Philippe, de la Princesse Astrid et du Prince Lorenz, du Prince Laurent et de la Princesse Claire. Ensuite, direction le palais d'Egmont pour une cérémonie officielle et une réunion de travail avec le Premier ministre belge, Yves Leterme. La journée s’est poursuivie par une visite au Parlement où le prince moné gasque s'est entretenu avec le Président de la Chambre, Herman Van Rompuy, et le Président du Sénat, Armand De Decker. Dans l’après-midi, Albert II de Monaco s’est recueilli devant le tombeau du Soldat Inconnu. Un dîner privé offert par la Fondation polaire internationale a conclu cette première journée. L'occasion pour le Prince de remettre le prix «Changements climatiques", octroyé en février dernier par la Fondation Albert II de Monaco, en mains propres à Alain Hubert. Le lendemain Albert II de Monaco s’est rendu sur la Côte. Vers midi, le souverain monégasque a rencontré la population sur la place de Monaco à Ostende, ville jumelée (depuis un demi-siècle) avec Monaco, et a inauguré un buste de la princesse Grâce, réalisé par Josiane Vanhoutte. Ensuite, le prince Albert II a visité le musée d'art moder ne PMMK (Provinciaal Museum voor Moderne Kunst). Rendez-vous culturel suivi d'une visite écologique. La journée s’est terminée par une soirée de gala des Ballets de Monte Carlo. Le Jeudi, Albert II de Monaco a passé sa dernière journée de visite officielle à Liège. Au programme: la présentation de Spacebel, une société d'ingénierie logi cielle belge, puis une réception à l'Hôtel de Ville avant une promenade vers le palais des princes-évêques de Liège où il a déjeuné. L'après-midi a été placée sous le signe de la formule 1. Le Prince monégasque a visité des ateliers du campus automobile à Spa-Francorchamps, et fait un tour du circuit en voiture. Une visite rondement menée entre deux partenaires naturels et qui se termine bien entendu sur les « chapeaux de roues ». (P.Z.)

LA VISITE PRIVEE

11


12 La Principauté MONDANITE

le Repodurtmoisage

Juillet-Août 2008

Sur le thème “Jungle Fever”, dans un Sporting transformé pour l’occasion en forêt tropicale, le 7 juin s’est déroulée la

Bal de l’Eté : le premier MONTE-CARLO - Placé sous le Haut Patronage de S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco et organisé avec le soutien d’un vaste Comité International par la Princesse Catherine Colonna de Stigliano en faveur des oeuvres de l’Ordre de Malte monégasque et de la Fondation Prince Albert II de Monaco pour l’Environnement, le traditionnel «Bal de l’Eté 2008» a eu lieu le Samedi 7 Juin au Sporting sur le thème “Jungle Fever!” Après l’Afrique, l’Inde et la Polynésie, le «Bal de l’Eté» a rendu hommage à toutes les forêts vierges du monde (The World’s Rainforests), aux Peuples de la forêt qui en sont les gardiens et à leur incomparable biodiversi té. « Tout est lié et fragile. Il est temps d’agir » tel était le mes -

sage de ce bal et le message du Prince Souverain Albert II glissé subtilement dans chaque invitation. La pétillante brésilienne Cristina Cordula présentait le Gala et sous la Direction Artistique d’Imane Ayissi et de Zaza Fernandez, des artistes d’Afrique, du Brésil et d’Asie - repré sentant les trois continents – étaient venus se produire sur la scène du Sporting. Une soirée pleine de vie avec une vraie touche de folie « Jungle Fever » oblige, qui mariait son puis sant des percussions et rythmes de la Bossa Nova empor té par la voix magnifique de la sublime Vanessa Dos Santos, artiste vedette du Brasil Tropical. Ariel Wizman, DJ sans pareil pour enflammer les plus belles soirées appor -

La Princesse Catherine Colonna de Stigliano organisatrice du Bal, Rudi Moen (Norvège), Lady Sarah Born

La Countess Loredana Porcia e Brugnera, le Baron Jacques van Zuylen (Belgium) et Silvia Grassi Damiani

tait la touche finale jusqu’au bout de la nuit… Sept cents invités - appartenant aux plus grandes familles d’Europe et du monde entier - sur invitation exclusivement, sont venus des quatre coins du globe assister à ce « Bal aux cou leurs du monde » qui ouvre traditionnellement la belle sai son à Monaco et compte aujourd'hui parmi les événements les plus élégants de Monaco et de toute l’Europe. Le « Bal de l’Eté » était parrainé par la prestigieuse marque automobile Lexus qui n’a pas été choisie par hasard : avec ses moteurs hybrides « Lexus Hybrid Drive” qui n’ont pas manqué de séduire le Prince Albert II, qui en possède déjà plusieurs, la marque japonaise (notamment saluée par le

La Princesse Shaza Rahhal (Sudan)

Cristina Cordula avec l’actrice américaine Sallie Toussaint et l’actrice japonaise Yoko Natsuki

La troupe afro-brésilienne qui s’est produite sur la scène du Sporting

Le danseur africain Mohamed Bangoura

Les danseurs Imane Ayssi du Cameroun et Zaza Fernandez du Brasil Tropical Paris

David Gigauri et Nino Shakarashvili (Georgie)

L’égyptienne Karen Abdallah


le Repodurtmoisage

Juillet-Août 2008

La Principauté

a 12ème édition de l’événement organisé par la Princesse Catherine Colonna de Stigliano sous l’Haut Patronage de S.A.S. le Prince Albert II

r “éco-bal” de Monaco! magazine Time « Heroes of the Environment ») contribue à la réduction des gaz à effet de serre qui représentent, on le sait, une des plus grandes menaces pour notre planète. Un exemple à suivre à Monaco et partout ailleurs… Natura Cosmeics Brasil a couvert tous les invités de pro duits de soin à base de plantes de la forêt amazonienne. Hermés a offert son dernier parfum “Un Jardin Après la Mousson” et Ferrari son célèbre “spumante”. Le peintre animalier Spencer Hodge a réalisé une aquarelle unique sur le thème de ces forêts qu’il connaît si bien et les mai sons Cartier, Damiani Fred, Pomellato et Daniel Swarovski ont offert des bijoux ainsi que Orascom

Elgouna Mer Rouge Egypte des séjours-vacances pour la vente aux enchères brillamment menée par Phillips De Pury & Cie en faveur des oeuvres soutenues. Le Sporting s’est ainsi transformé en jungle tropicale, scène surplombée de lianes et de fleurs exotiques, tables déco rées de feuillages géants, invitations sur papier recyclé, menu végétarien, véhicules Lexus hybrides, décoration exclusivement naturelle, le « Bal de l’Eté » a souhaité donner l’exemple et être le premier « éco-bal » de Monaco. Le pre mier à s’engager à poursuivre d’année en année ses efforts sur le chemin « Action Carbone ». Parmi les invités, Madame Hala Fares le donateur le plus généreux du Bal et sa fille Chorégraphe du spectacle afro-brésilien avec un danseur de réputation internationale : Imane Ayssi du Cameroun Noor (Liban résidant à Monaco), Princesse Shaza Rahhal (Soudan), Prince Héritier Adetokunbo Sidjuwade (Niger), Prince Razaq Adele-Adewole (Niger), Princesse Yasmine Mbombo Njoya (fille du Roi Bamoun du Cameroun), Lady Vanessa Sterling

Emma Rylander (Suède) avec un grand magnum de Ferrari Spumante Brut, Partenaire Officiel du Bal

(UK), Silvia Grassi Damiani (Héritière et Vice-Président de Damiani Italie), Camilla Lunelli (Héritière et Vice Président de Ferrari Spumante), Laetitia Catoir et Brooke Hazelton représentant Phillips de Pury & Cie, Pamela Villoresi (actrice italienne), Ilham Foukala proche amie du Roi Mohamed VII du Maroc, Karen Abdallah et Dina Ghabbour (Egypte), Princesse Lorenza de Liechtenstein, Prince Wenceslas de Liechtenstein, Ekaterina Kourentzi (Grèce), Rudi Moen (Norvège), Daniela Carneiro Fuentes (Brésil), le couturier attitré de Letizia d’Espagne Felipe Varela, Donatella de Filippo (Présidente MAP Monaco), le fameux DJ Ariel Wizman (Canal +), Cristina Cordula (M6), l’actrice americaine Sallie Toussaint et l’élégante actrice japonaise Yoko Natsuki, le sublime top model et danseur Imane Ayissi qui s’est produit sur la scène du Sporting, le beau danseur et Directeur artistique du Brasil Tropical Zaza Fernandez, René Croessi (nouveau Président de Ordre de Malte monégasque), Manfred Wellington (UK), Lady Sarah Born (UK), Marcos Ruiz Castro (Mexique), Lady Monica Bacardi (Monaco), Comtesse Loredana di Porcia e Brugnera (Italie), Comte Guido Fineschi Sergardi (Italie), John Martinotti et Melissa Corken (World Music Awards) et bien d’autres.

La ravissante anglaise Carolyn Ruxton descendant de la “Hybrid Drive” de Lexus, le Sponsor Officiel

La chanteuse et danseuse brésilienne Vanessa Dos Santos du Brasil Tropical de Paris, vedette du spectacle afro-brésilien donné sur la scène du Sporting sur le thème Jungle Fever

La Princesse Yasmine Mbombo Njoya (Cameroun), habillée par Imane Ayissi, dans les somptueux jardins de la “Petite Afrique” de Monaco Photos © Zack pour Princess C. Colonna

13


14 La Principauté

Ecologie

Environnement

Juillet-Août 2008

L’INTERVIEW • Le plongeur monégasque, quadruple recordman du monde, nous raconte l'expérience unique qu’il a vécue à l’occasion du tournage de “Princes des Océans”

Frolla, un face à face avec le requin tigre ! PAR PIERRE-YVES

vec son « Bébé Photos © PF requin » (1), France Gall avait rendu l’animal sympathique. 40 ans et des poussières plus tard, Pierre Frolla a plongé, nagé avec des requins tigres (2), embrassant une fe m e lle de 4,50 m sur le bord des lèvres «un moment magique, inoubl i a bl e ». Cela s'est passé en Afrique du sud, à Scottesbu r g , 40km de Durban, à l'occasion du tournage de « Princes des Océans » (3), qui sort ira à la fin de cet été. La Principauté : Comment t’est venu e l’idée de plonger au milieu des requins-tigres ? Pierre Frolla : Le requin tigre est un des prédateurs les plus redoutabl e s. Il jouit d'une très mauvaise réputation et on lui a t t ri but la plupart des attaques mort e l l e s. Petit, j'étais terrorisé par les requins, étant né l'année de la sortie du film "Les dents de la mer". Plonger avec le requin tigre était pour moi le moye n d'en terminer avec mes démons une bonne fois pour toute. En même temps, j'avais eu l'occasion d'en rencontrer quelque fo i s, et j'étais persuadé que si on essayait de gérer intelligemment le face à face, c'était jouabl e. Le T i gre est d'abord et avant tout très curieux, si il mort, c'est plus une opportunité qu'une attaque réelle. L'important est de lui montrer qu’on ne le craint pas, de rester toujours face à lui et d’avoir confiance dans sa curiosité......... être un requin parmi les requins, et le tour est joué. LP : Comment ça s’est passé avec les requins-tigres ? Avais-tu conscience du danger? PF : Plutôt bien dans l'ensembl e. Il y a eu des moments assez chauds, des petits moments de flottement mais dans l'ensembl e, que du bonheur. Je me suis fait attra p e r une ou deux fo i s, mais l'issue était à chaque fois sans casse ni morsures. Le tigre est tellement gros, que de toutes fa ç o n s, s’il le désire, c'est réglé en moins de 20 secondes. Si t'es préparé à ça, tu n'as pas peur et tu peux donc te concentrer aux choses les plus

A

Les actions mises en place par la Principauté pour protéger les baigneurs

Pour un été sans méduse ontrôle des eaux de baignade, mise en C oeuvre de filets de protection contre les méduses au Larvotto et conseils aux plaisan-

© PF

ciers. Haut lieu balnéaire de la saison estivale, la Principauté met en place tout un panel d’actions qui contribue à renforcer ces critères qualitatifs tout en favorisant la surveillance et la préservation de l’environnement marin. L’été est synonyme, depuis quelques années malheureusement, du retour des méduses (1) dans les eaux littorales.L’an dernier, les autorités ont expérimenté, dans l’une des anses du Larvotto, un filet de protection développé par la société Médusa Protect, constitué de flotteurs, puis d’un premier filet en micro-maille d’une trentaine de centimètres et d’un deuxième filet de maille plus large qui descend jusqu’au fond.Ce système présente le double avantage d'assurer la sécurité des baigneurs (2) et de garantir l'intégrité du milieu naturel. Cette année, deux filets sont mis en place (un pour chaque anse), protégeant ainsi la totalité du plan d’eau du Larvotto Par ailleurs, depuis le mois de mai et jusqu’en septembre la Direction de l’Environnement procède à l’évaluation hebdomadaire de la qualité des eaux de baignade sur les quatre plages de son littoral : Pêcheurs, Solarium, Larvotto, Sea Club. Cette surveillance porte sur les paramètres microbiologiques et physico-chimiques relatifs aux normes de qualité sanitaire des eaux de baignade.Pour une bonne information du public, les rapports sont affichés sur les zones de baignades concernées.

SECURITE (1) Pour expliquer la prolifération de la « Pelagia Noctiluca » les spécialistes émettent plusieurs hypothèses dont, notamment, le réchauffement climatique, la raréfaction de certaines espèces prédatrices comme le thon ou certaines tortues de mer, mais aussi la surpêche qui entraîne des explosions de zooplancton dont raffolent les méduses. (2) Le poste de surveillance de la Police Maritime du Larvotto a comptabilisé 646 piqûres pour la saison 2007, (majoritairement dans l’anse non protégée) contre 1.975 en 2006

REICHENECKER

L’Ecole Bleue propose des stages dédiés aux enfants de plus de 8 ans

A la découverte de la plongée ierre FROLLA, quadruple recordP man du monde et directeur de l’Ecole Bleue, à Monaco, propose de

Photo © EB

découvrir la plongée en bouteille aux enfants à p a rtir de 8 ans. Les stages sont encadrés par Pierre et les moniteurs de l’école, brevetés d’états et moniteurs fédéra u x . Ces stages s’adressent à tous les enfants à partir de 8 ans : Stages de 2 jours. Stages de 5 jours. Durant ces stages, les enfants sont sensibilisés aux techniques de plongée en scaphandre et à l’observation de la faune et de la flore méditerranéenne. Devenir un “MERIEN” et savoir nager, plonger, naviguer, faire des noeuds marins, reconnaître et protéger les espèces marines. Un local de 100 mètres carrés, 2 bateaux et 60 équipements complets spécialement adaptés pour la plongée enfants et adolescents.

APPRENDRE

ACCORD ECOLE BLEUE - AMADE MONACO Le partenariat conclu avec l’AMADE MONACO permet aux familles en difficultés financières de pouvoir offrir à leurs enfants les stages plon gées pour 1 euro. Enfants âgés de 8 ans au minimum, de milieu défavorisé : centre d’accueil, foyers, DASS, associations spécialisées. Groupes de jeunes “sensibles” présents sur la plage. Réservation via les assistantes sociales de Monaco, les associations affiliées ou directement à l’Ecole Bleue. Pour tout renseignement, par téléphone au 06 78 63 50 52 ; par mail : pierrefrolla@pierrefrolla.com

sympas : nager ave c, le toucher, le caresser, t'accrocher à lui. Le meilleur moment a été la dernière plongée : j'ai embrassé une femelle de 4m50 sur le bord des lèvres, un moment magique, inimaginabl e. LP : Quels animaux pour tes pro chaines plongées ? PF : Mes trois objectifs principaux désormais sont le Grand requin Blanc, le léopard des mers et le crocodile géant. Ce sont les animaux les plus craints au monde, et à cause de cela ils ne sont pas respectés. . . . . Montrer aux hommes qu'ils sont accessibles me perm e t t ra de démystifier ces animaux et leur permettre d'avoir meilleure réputation. LP : Qu’est-ce qui t’a attiré dans la plongée ? PF : Le fait de pouvoir partager le même univers avec les seigneurs de la mer; être en harmonie avec eux, être respecté, survivre. Quand tu les perds de vue et qu'ils réap p a raissent dans ton dos, la sensation est fabuleuse, électrique. J'ai adoré ce respect mutuel et le contact physique. LP : Par quels paliers passe-t-on ? PF : On va de la curiosité à la surprise en passant par le doute, mais on garde conscien ce du "danger" tout le temps, ce qui fait que l'on focalise tout le temps sur les sensa tions les plus pures. Ce qui est fabuleux, c'est que tu n'as jamais peur. Tu fonctionnes presque d'égal à égal; du pur bonheur. Dispara î t r e, ne faire qu'un, se laisser glisser...... l'apnée c'est l'abnégation la plus totale aux sensations les plus pures. Tu vo l e s, tu g l i s s e s, tu t'oublies....... rien de plus grisant. C'est une sorte de retour aux sources, une intériorisation totale et pleine. Si en plus tu peux la partager avec les animaux géants qui peuplent les océans, alors tu as tout gagné. Plonger, c'est communier avec soi même et avec l'élément : devenir eau. LP : Tu n’as pas peur de t’y perdre ? PF : Et bien en fait non: tu dois être le plus humain possible pour ressentir les choses de l'apnée les plus En ce début de saison, la Direction de l’Environnement souhaite sensibiliser les profondes; ainsi, tu restes usagers des plages et les plaisanciers aux gestes simples qui préservent le milieu toujours à ta vraie place marin et respectent sa biodiversité : pour conquérir le monde Ne jetez aucun déchet sur les plages ou en mer. Utilisez les containers à votre disposition dans les ports et sur les plages. de tes rêve s. Privilégiez le tri sélectif de vos déchets sur terre et en mer. Respectez la réglementation en matière de pêche en particulier relative aux tailles minimales de capture et à l’interdiction de pêche des espèces protégées comme le mérou. Ne prélevez pas les oursins en dehors des périodes autorisées. La zone du Larvotto est une Réserve sous-marine, délimitée et réglementée pour la sauvegarde des espèces végétales et animales. Respectez la faune et la flore qui y vit. Ne donnez pas à manger aux poissons et ne déplacez ni les rochers ni les espèces fixées. Préférez l’utilisation de lait solaire soluble dans l’eau, plutôt que des huiles solaires ce qui permet d’éviter la formation d’un film de surface diminuant la quantité de lumière indispensable à la vie marine. Plaisanciers, vérifiez annuellement le bon fonctionnement de votre moteur et préférez un moteur quatre temps qui consomme moins et produit moins de rejets. Préférez des produits peu nocifs pour l’entretien de votre embarcation comme le savon de Marseille. Faites attention aux quantités d’eau utilisées. Privilégiez l’ancrage en zone sableuse. Relevez l’ancre à l’aplomb du bateau.

(1) : Tube de l’année 1967 (2) : Le requin tigre mesure généralement de 4 à 5 mètres, pour un poids moyen de 750 kg. Il fait partie des plus grandes espèces de requins. Le requin tigre est considéré comme particulièrement agressif du fait de son peu de sélectivité pour ses proies. Il est impliqué dans de nombreuses attaques sur l'homme au même titre que le requin bouledogue, même si celles-ci demeurent relativement rares en valeur absolue. Comme tous les grands requins, le requin tigre est une espèce menacée. (3) : Voir La Principauté n°60 de mars 2008.


Economie

Juillet-Août 2008

La Principauté

Finance

ECONOMIE • Une delégation du Conseil Economique et Social de Monaco s’est rendue à Rome à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’AICESIS

Multiplier les sources d’énergie Développement équitable et environnement au coeur des travaux. Prochain rendez-vous en décembre à Monaco PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

ne délégation du Conseil Economique et Social (1) s’est rendue à Rome les 11, 12 et 13 juin derniers pour participer à l’Assemblée Générale de l ’AICESIS (2) et poursuivre la réflexion sur le thème principal de la mandature 2007-2009 : «Développement avec Équité et Responsabilité Environnementale». Le CES de Monaco avait fa i t parvenir sa contri bution en mettant en valeur les objectifs définis par S.A.S. le Prince Albert II et les actions menées par Son Gouve rnement dans ce domaine, que le président Garino a rappelés dans son interve n t i o n . Le Président en exercice de l’AICESIS, M. José Mucio Monteiro (3) a souligné dans son allocution les graves préoccupations et les questions qui se posent actuellement concernant les ressources énergétiques de la planète. Avec deux difficultés m a j e u r es : la première est de diversifier les ressources énergétiques existantes tout en déve l o ppant la recherche d’énergies propres; la seconde est de procéder à cette recherche tout en respectant la sécurité alimentaire des populations les plus d é favo risées. “Le problème s’est posé avec encore plus d’acuité du fait de l’augmentation du prix du pétrole et corrélativement de l’augmentation des produits de base. C’est donc la question de la bonne répartition de ces produits de base vitaux qui doit se poser à nos sociétés civiles organisées, préoccupées d’inclusion sociale”.

U

Futures normes internationales en matière de travail... Autre temps fort de cette réunion, l’intervention de Jean-François Tro g r l i c. Le représentant du BIT (4) a annoncé que les Organisations I n t e rnationales ont adopté une panoplie de mesures afin de mettre le travail décent et l’emploi au coeur de leurs trava u x . Elles se sont ainsi engagées à relever 4 défis : la consitution d’un “plancher social mondial”; la promotion “ d ’ e n t r e p ri s e s

d u ra bl e s ” afin de répondre aux pressions internationales et pour que la dimension é c o n o m i q u e, sociale et environnementale soient traitées sur le même plan; la création de normes internationales du trava i l élaborées de manière tri p a rt i t e ; e n f i n l ’ avancée vers une modialisation sociale fondée sur le tripartisme avec le respect de la justice sociale et un chemin ve r s une mondialisation équitabl e, Réunion à Monaco en décembre p ro ch a i n Par ailleurs, le président du CES monég a s q u e, André Garino, a convié les membres du Conseil d’Administration de l’AICESIS à venir tenir leur prochaine réunion, ainsi qu’une réunion du groupe de travail sur l’environnement à Monaco. Ce sera mi-décembre prochain. U n e reconnaissance forte de l’action menée par la Principauté. Au cours de son séjour romain, la délégation a été conviée à une réception par Son Excellence Monsieur Jean-Claude M i ch e l, Ambassadeur de Monaco près le Saint-Siège et Madame ; puis un dîner était offe rt en son honneur par Son Excellence Monsieur Philippe Blanchi, Ambassadeur de la Principauté de Monaco en Italie, à Saint-Marin, en S l ov é n i e, et en Croatie, et Madame. (1) Composée du Président M. A. GARINO, du Vice-Président M. Jacques WOLZOK, du Secrétaire Général Mme Fabienne GUIEN, des représentants de la Délégation salariée et Gouvernementale MM. Nicolas SLUZNIS et Christian BARILARO. (2) Association Internationale des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions Similaires (3) Par ailleurs Ministre des relations institutionnelles dans le gouvernement Lula. (4) Bureau International du Travail

Le président Garino et le président italien (CNEL) Antonio Marzano, qui recevait l'Assemblée Générale de l'AICESIS ; la délégation monégasque devant le Capitole : de gauche à droite : Jacques Wolzok, André Garino, Fabienne Guien, Nicolas Sluznis, Christian Barilaro ; le président Garino et le président de l'AICESIS, José Murcio Monteiro Photos © CES

IUM, 160 diplomés! © IUM

MONTE-CARLO - La traditionnelle Cérémonie de Remise des Diplômes de l’International University of Monaco s’est déroulée cette année le samedi 21 juin 2008 dans la prestigieuse Salle Garnier, Opéra de Monte-Carlo. Plus de 160 étudiants représentant 60 nationalités différentes ont reçu leurs diplômes en présence de Mr Block, Directeur Général de la Société Anny Rey, Mr Marquet, Vice-président du Conseil National, Mme Rampal, Maire-Adjoint de Nice délégué à l’Enseignement Supérieur, Mme Lambin-Berti, Commissaire Général chargé de l’Education de la Jeunesse et des Sports, Mr. le Chanoine Sagné de l’Archevêché de Monaco, leurs familles et amis venus très nombreux. La scène de l’Opéra de Monte-Carlo a également accueilli cette année 16 étudiants de Shanghai ayant complété le programme Executive Master in Business Administration à l’Université SCQM, Jiao Tong de Shanghai, partenaire de l’International University of Monaco. A cette occasion, Mr Xu, Président of Shangai Center for Quality Management, a remis les diplômes aux 16 étudiants.

CONSEIL D’ADMINISTRATION

SBM : résultats en forte progression

MONTE-CARLO - Les résultats consolidés annuels de l'exercice 2007/2008 (période du 1er avril 2007 – 31 mars 2008) de la Société des Bains de Mer et du Cercle des Etrangers à Monaco - présentés lors de la réunion du Conseil d’Administration du 19 juin dernier - affichent des chiffres en fo rte progression, avec notamment une croissance de 15% du Chiffre d'affaires, 457,6 millions d’euros contre les 396,7 millions ’euros de la période précédente. La SBM a enregistré un excellente année pour le secteur jeux, avec la reprise des jeux de table (en hausse de 23 %) et l'essor constant des appareils automatiques (+11 %) : ces évolutions favorables permettent au secteur jeux de réaliser un chiffre d'affaires en hausse de 16 % à 259,6 millions d'euros, montant qui n'avait jamais été atteint jusqu'alors. A tout ça s’ajoute un développement continu des activités hôtelières et une amélioration sensible de leur résultat opérationnel : avec des recettes en croissance de 13 %, ce domaine enregistre également un niveau d'activité record soit un chiffre d'affaires de 185,1 millions d'euros. Ainsi, le résultat opérationnel avant amortissements a montré une progression de 42%, avec un résultat net de 93,5 millions d'euros, en croissance de 75% par rapport à la période précédente. Le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale des Actionnaires, qui se réunira à Monaco le 19 septembre 2008, la distribution d'un dividende, intérêt statutaire inclus, de 11 euros

Bernard Lambert et Jean-Luc Biamonti © SBM

contre 7 euros l'an passé. Hausse du résultat financier et croissance du résultat net Le Résultat Financier enregistre une plusvalue de 17,6 millions d'euros réalisée grâce à la cession de 300 000 actions de Wynn Resorts, Limited, le Groupe conservant une participation de 2 000 000 actions, équivalente à près de 1,8 % du capital. La Société a également perçu un produit financier de 8,3 millions d'euros dans le cadre des distributions opérées par Wynn Resort s, Limited. Tendance d'activité des premiers mois de l'exercice 2008/2009 La Société des Bains de Mer et ses filiales ont réalisé un début d'année satisfaisant et conservent à ce jour un niveau d'activité confo rme à celui de l'exercice social écoulé.

CONSEILD’ADMINISTRATION

15


16 La Principauté

Art

Culture

Juillet-Août 2008

Jusqu’au 30 août au Parking des Pêcheurs, face au Musée océanographique

“Face to face”, singes à risque extinction

Trente portraits pour sensibiliser le grand public au problème de la conservation des espèces PAR RO B E RT O VOLPONI MONTE-CARLO - « Dans presque tout leur milieu naturel, les grands singes disparaîtront d’ici 10-15 ans si nous n’in tervenons pas » a f f i rme Jane Goodall (1). « Il y a cent ans, il y avait environ deux millions de chimpanzés en Afrique. Ils disparaissent à cause de la croissance démographique humaine et parce que les forêts ne cessent de se réduire, anéantissant leur habitat, mais aussi victimes de la chasse et du braconnage. La situation est encore pire pour les gorilles de montagne et les orangs-outangs. Le nombre des singes sauvages diminue tandis que celui des orphelins dans les sanctuaires augmente ». C’est précisément pour sensibiliser le grand public sur ce thème de conservation des espèces menacées de disparition que la Fondation Prince Albert II (2) en collaboration avec l’Institut Jane Goodall France a organisé l’exposition “Face to Face”, que l’on peut découvrir à l’entrée du parking des pêcheurs, niveau -1 (face au Musée océanographique), jusqu’au 30 août. “Face to Face” est une exposition de photographies de James Mollison composée de 30 port raits en couleur représentant les grands singes; gorilles, chimpanzés, orangsoutans et bonobos. Chaque port rait est reproduit sur un panneau de 2 m. de haut, accompagné des biographies individuelles de chaque animal. Les photos nous permettent de découvrir les visages des singes, démontrant ainsi qu’ils sont bien loin d’être identiques et que chacun a sa propre expression. Les grands singes représentés sont pour la plupart des orphelins, victimes du commerce illégal de viande de brousse et du trafic d’animaux. Chaque biographie fait état de la cruauté dont a fait preuve l’Homme à leur égard. Chaque port rait invite à contempler leur émotion et leur expression, comme si un miroir nous renvoyait notre propre image. Pendant 4 ans, James a photographié les grands singes dans les sanctuaires qui recueillent des rescapés au Cameroun, en République Démocratique du Congo, en République du Congo, en Indonésie, en Allemagne et aux Etats-Unis. L’exposition, à la fois artistique et scientifique, a été conçue par le Musée d’Histoire Naturelle de Londres. Chaque photo mesure plus de 2 mètres de haut et 1,5 mètres de large, permettant aux visiteurs d’être – comme son titre l’indique – face à face avec chaque individu. Photos © GF

(1) ) Depuis plus de 45 ans, le Dr. Jane Goodall recueille des données fondamentales permettant de mieux comprendre les grands singes mais aussi les origines de l’humanité. Jane Goodall, auteur de multiples études et de nombreux livres et articles, est titulaire de plusieurs doctorats honoris causa. Elle a par ailleurs reçu les prix les plus prestigieux. Depuis de longues années, le Dr. Jane Goodall, nommée ’Messager de la Paix’ des Nations Unies en 2002 par son Secrétaire général, M. Kofi Annan, ne cesse de parcourir le monde afin de faire partager son expérience aux chercheurs mais surtout au public. (2) ) La Fondation Prince Albert II Monaco soutient la mise en oeuvre de solutions innovantes et éthiques dans trois grands domaines : le changement climatique, la biodiversité, l'eau. Lors de sa dernier réunion du 10 juin dernier, le CdA de la Fondation a approuvé 14 nouveaux projets dans ces domaines : à ce jour, elle finance 67 projets, correspondant à un montant de 11.395.000 euros.

Lire et regarder...

par Amanda Coutelle

’année 2008 marque le centenaire de la naissance de Balthus, pour com mémorer cet événement la Fondation Gianadda de Martigny, en Suisse, Lprésente une rétrospective de l’?uvre d’un des peintres les plus énigmatiques du XXème siècle… Balthus (1908-2001) né Balthazar Klossowski de Rola, à Paris, mais citoyen allemand d’origine polonaise, frère de Pierre Klossowski, reçut une éducation cosmopolite, à Berlin, en Suisse, à nouveau à Paris après la guerre, partageait son temps entre la France, Rome et l’Extrême-Orient, citoyen du monde, il fut un artiste en marge, sans fron tières… Les auteurs de l’ouvrage Sabine Rewald et Virginie Monnier, respec tivement conservateur au Metropolitan Museum de New York et auteur, avec le tout nouvel Académicien Français Jean Clair, du catalogue raisonné de l’?uvre du peintre, nous pré sentent cet immense artiste, unique: «Sa sensibilité artistique est composée d’un dosage subtil, poétique, de féerie, d’éros et de rêve, à l’opposé des tendances de son temps vers l’abstraction. Sa technique pictu rale, inspirée des fresques du Quattrocento italien et du classicisme français, ne s’inscrit dans aucu ne filiation contemporaine et n’entre dans aucune catégorie établie.» Les auteurs poursuivent leur pré sentation «La majeure partie de son ?uvre, qui com prend près de 350 peintures, intimes pour la plu part, sans monumentalité, fut créée dans les années 1930-1950. Ainsi les deux versions de «La Rue», scènes surréelles de rues parisiennes, peuplées de personnages inspirés de Piero della Francesca et de livres allemands pour les enfants ; la scandaleuse «Leçon de guitare», parodiant la «Lamentation du Christ» d’Enguerrand Quarton ; la rêveuse atmosphère de «La chambre des enfants», tableau inspiré des «Hauts de Hurlevent» et qui fut la propriété de Picasso ; les narcissiques «Beaux jours de l’adolescence», et ces peintures, aux titres évocateurs : «La Patience», «Le rêve», «La Victoire» ; ces portraits de Thérèse Blanchard et d’autres adolescentes où le temps, comme le désir, semble sus pendu…» L’ouvrage comporte 76 planches en couleurs, 96 Dessins et repro ductions, plus de 30 pages d’un texte très documenté de Sabine Rewald, auteur par ailleurs de livres sur Max Ernst, Paul Klee, Caspar David Friedrich, et en deuxième partie du livre d’un essai de Virginie Monnier sur les dessins de Balthus. _____________________________________________ «Balthus, Le temps suspendu» par Sabine Rewald et Virginie Monnier (Ed. Actes Sud /Imprimerie Nationale)

ean-Marie Rouart fait un constat bien réel l’insolence, l’impertinence ne sont plus de mise ni dans la presse, ni dans la littérature, ni chez les poli Jtiques dont de gauche à droite il brosse des portraits moqueurs, à com mencer qui aime bien châtie bien par celui de Nicolas Sarkozy. Etre inso lent est plus que jamais un devoir, Jean-Marie Rouart le dit et il l’est… Curieusement le plus beau texte n’est pas insolent mais parle avec émotion d’un authentique insolent, plus rebelle qu’on ne le croit : Jean d’Ormesson. Dans ce «Devoir d’Insolence» Jean-Marie Rouart nous offre le plus beau por trait qu’il ait été fait de celui qu’il a baptisé «L’Enchanteur aux yeux bleus»: (…) «Je ne me rends jamais chez l’Enchanteur aux yeux bleus sans avoir le c?ur battant. Tout comme il y a quarante ans quand j’ai franchi pour la première fois le seuil de sa maison de Neuilly. Aujourd’hui mon vieux c?ur d’adolescent bat encore. J’ai beau le voir, le revoir, il m’éblouit toujours. Quel prodige d’être à la fois léger et profond, drôle et grave, d’aller au fond des choses sans s’appesantir sur rien. C’est cette grâce de l’esprit français dont il est le plus spirituel représentant qui le rend si rare Aucun autre écrivain ne me donne cette impression qu’avec lui, soudain on s’éva de. On est dans cet atmosphère mi-réalité, mi-rêve, loin de l’ennui et de la pesanteur du temps. On s’embarque pour une île mer veilleuse : la littérature. Beaucoup d’écrivains dont les livres sont très remar quables n’ont pas comme lui ce talent de magicien. Je lui parle de son der nier ouvrage paru dans la prestigieuse collection Bouquins «La vie ne suffit pas », qui contient plusieurs de ses livres comme « Du côté de chez Jean » que je viens de relire avec délice. C’était le temps de l’hédonisme, de l’imperti nence et de l’insolence voué à ses dieux qu’il révère toujours, le soleil et l’amour : «De tous les faux cultes, le plus vrai m’a toujours paru être celui du soleil.». Parler avec Jean d’Ormesson donne l’impression de voler quelques instants précieux loin de la médiocrité, de la méchanceté, de cet esprit de dénigrement qui gâte si souvent les beaux esprits sarcastiques du monde littéraire. Ce qu’on éprouve au contraire en face de Jean d’Ormesson, c’est cet enthousiasme qu’inspire la lumière chaleureuse d’un grand talent généreux. Oui, comme le soleil.» ______________________________________________ «Devoir d’insolence» Jean-Marie Rouart de l’Académie Française (Ed. Bernard Grasset)

Le premier journal d’actualité de Monaco

Evénements et nouveautés culturels de l’été en Principauté à ne pas manquer

Formulaire d’abonnement Je souhaite souscrire un abonnement à pendant : ☞ 1 an (soit 11 nu m é r o s ) ☞ 2 ans (soit 22 nu m é r o s ) ☞ 3 ans (soit 33 nu m é r o s ) ☞ 5 ans (soit 55 nu m é r o s )

Tavagna, Van Dongen et Toutain

€ 20*

Tavagna - CD “Messa corsa per i tempi novi” - Ad Vitam records (Harmonia Mundi) Ces grands de la polyphonie corse nous offrent avec ce disque une splendide messe de Sainte Dévote, patronne de la Corse et de Monaco. Une oeuvre hors du commun, à saluer sur le plan de la qualité artistique, de l’émotion pure, mais aussi de la réussite technique. Comment ne pas être troublé par la fantastique intensité qui émane de cet enregistrement ? Un disque d’une très grande sensibilité qui restitue toute la véracité et l’énergie de la foi insulaire. Fruit d’une longue tradition de chants polyphoniques, cette « Messe pour les temps nouveaux » a été composée par Ghjuan’Stefanu Langianni, l’un des membres de Tavagna. A découvrir absolument. CD disponible à la FNAC de Monaco et sur le site Internet : www.advitam-records.com

€ 40* € 60* € 100*

* pour l’étranger (dehors Monaco et France) : ajouter +50% Dehors Europe : + 100%

Nom :

*

Prénom :

*

200 oeuvres de Kees Van Dongen (1877-1968) exposées Quai Antoine Ier La rétrospective présentée dans le cadre de la Salle d’Exposition du Quai Antoine 1er rassemble plus de 130 toiles de l’artiste français né Delfshaven, près de Rotterdam en 1877, disparu à Monaco en 1968… Certaines oeuvres n’ont pas été présentées depuis plus d’un demi-siècle… L’exposition de la Salle Antoine 1er présentée dans une scénographie de Jasmin Oezcebi, sous le commissariat commun de Jean-Michel Bouhours, Directeur du Nouveau Musée National de Monaco et de Nathalie Bondil, Directeur du Musée des Beaux-Arts de Montréal, sera sans conteste avec la présentation des Reines d’Egypte au Grimaldi Forum, l’événement phare de l’été 2008 sur la Côte d’Azur… «Kees van Dongen» Jusqu’au 7 septembre - Salle d’Exposition du Quai Antoine Ier- 4, Quai Antoine Ier – Monaco. Des visites guidées auront lieu tous les jours (sauf dimanches et lundis) à 12h30 et 16h30.

Adresse : Ville : Téléphone : Chèque n° : Banque : Date

Signature

* Bon a retourner, accompagné du règlement à l’ordre de Global Media Associates Sas, à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “ Le Beausoleil de Monaco ” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

Les portraits de Natacha Toutain. Un vrai talent… C’est au Quai des Artistes que l’on peut découvrir les dessins de Natacha Toutain, travaillés à la peinture à l’huile, en noir et blanc, parfois subtilement teintées d’une touche sépia, bleue, vert d’eau, authentique travail d’une artiste qui ne triche pas… Le don pour le dessin que possède Natacha Toutain elle le tient de son père ingénieur qu’elle regardait enfant, fascinée par ses traits, fascinée aussi par sa passion pour Marilyn, star de sa galerie de portraits d’icônes du 7ème Art (Sean Connery, Alain Delon, Sharon Stone…) mais aussi La Princesse Grace, le roi du Maroc ou le roi de Jordanie qu’elle a croqués entre autres «grands de ce monde» comme elle les a baptisés… Nathacha Toutain vient de faire breveté un procédé de son invention : incrustation informatique d’un détail d’une photo dans le tableau, oeuvre en mouvement que l’on peut découvrir au Quai des Artistes jusqu’au 15 juillet.


Art

Juillet-Août 2008

La Principauté

Culture

Photos © Ballets de Monte-Carlo

Cet été, Jean-Christophe Maillot accueille dans les studios de son Atelier des créations de deux grands choréographes de renommée internationale : Marco Goecke et Johan Inger

Les nuits de la danse

Terrasses du Casino NOTRE

MONTE-CARLO - Dans un esprit d’ouverture à d’autres écritures chorégraphiques et un souci toujours présent d’enrichir le répertoire de la compagnie des Ballets de Monte-Carl o, JeanChristophe Maillot, accueille régulièrement en résidence dans les studios de son Atelier de création de nombreux chorégraphes de réputation internationale. Il nous offre, cet été, l’occasion de découvrir lors d’une même soirée deux chorégraphes contemporains : Marco Goeck e, chorégraphe allemand, qui a obtenu le Prix du « C h o r é graphe émergent» lors des Nijinsky 2006 à Monaco ; l’un des rares chorégraphes contemporains à aimer se confronter à l’univers des danseurs de formation classique (il signera, cet été, sa première pièce pour les Ballets de Monte-Carlo) ; Johan Inge r, chorégraphe suédois, danseur principal de Jiri Kylian. Il dirige aujourd’hui le Ballet Cullberg pour lequel il a créé « Walking mad ». Cette pièce, qu’il remonte pour la première fois pour la compagnie des Ballets de Monte-Carlo, lui a valu le Lucas Hoving Production Award 2001. Pour terminer la soirée « Vers un pays sage » de Jean-Christophe Maillot, ballet abstrait et dépouillé, d’après le tableau original de Jean Maillot, son père. Pièce où des danseurs nimbés de blancs s’arrachent à la gravité d’un monde en furie ; image marquante du père qui, avec une très grande générosité, transmet l’impulsion créatrice dans une course effrénée jusqu’à son dernier jour. Pour fêter sa 200 ième représentation « Roméo

REPORTAGE SPECIAL

et Juliette » revient cet été sur les Terrasses du Casino à Monaco ; cette chorégraphie avait été créée le 23 décembre 1996 sur la scène de la Salle Garnier (Opéra de Monte-Carlo). « Oeuvre d’art intemporelle déjà inscrite dans le répertoire universel » (Danse light 2007), elle a,

depuis sa création et jusqu’à nos jours, été ovationnée dans le monde entier. Enfin, pour clore la saison, une création de Jean-Christophe Maillot, « Altro Canto II », sur la musique contemporaine de Bertrand Maillot : deuxième partie du mystique « Altro Canto » (chorégraphié sur le Magnificat de Monteverdi), dont la puissance cinétique permet au chorégraphe de proposer la chorégraphie comme une science du ressenti. Un parcours intérieur qui met en scène la vibration de l’espace et du son en résonance avec l’onde physique des danseurs.

LE PROGRAMME 8, 19, 20, 21 juillet à 21h45 • «Whiteout», Création de Marco Goecke • «Walking mad», Première à Monaco, de Johan Inger • «Vers un pays sage» de Jean-Christophe Maillot 24 25, 26 juillet à 21h45 • «Roméo et Juliette» de Jean-Christophe Maillot (Musique : Proko f i ev, scénographie : Ernest Pignon Ernest, Costumes : Jérôme Kaplan, Lumières : Dominique Drillot) 30 juillet, 1 et 2 août à 21h45 • « A l t ro Canto (Part I)» de J-Ch Maillot (Musique : Monteverdi) et • «Altro Canto (Part II)», création de JeanChristophe Maillot (Musique : Bertrand Maillot) LES TARIFS Série 1 : 29 euros ; Série 2 : 24 euros ; forfait 3 spectacles : 57 euros (Série 1) et 42 euros (Sèrie 2) ; enfants : 8 euros. « Billet-Bis » : un billet à demi-tarif est proposé au spectateur pour une seconde lecture de l’un des spectacles donnés à Monaco, remis sur simple présentation de son premier billet. RÉSERVATIONS + 377 99 99 30 00 (du lundi au samedi de 12h à 19h) • Grimaldi Forum 10 avenue Princesse Grace, Monaco (du lundi au samedi de 12h à 19h) • Atrium du Casino de Monte-Carlo (10h à 17h30), Carrefour, Fnac. Pour plus d’information : www.balletsdemontecarlo.com

EXPOSITION

Blake : une exposition exceptionnelle d’une quinzaine de nouvelles sculptures

MONTE-CARLO - Il faudra attendre la fin de l’été, mais cela vaudra bien la peine d’attendre : du 18 au 27 septembre, Blake ouvre son atelier monégasque, rue des Violettes, pour une exposition exceptionnelle d’une quinzaine de nouvelles sculptures en bro n ze et marbre : The Figure. Par ses sculptures de la collection The Figure, Blake explore la vérité, la beauté et l’espoir de la forme humain e. La vérité dans l’oeuvre de Blake réside dans les représentations saisissantes de l’esprit humain en mouvement, capturées dans des oeuvres intemporelles de bronze et de marbre. La magnificence des statues de Blake ressort de l’interprétation de la jeunesse dans une composition dynamique. Dans cette collection, le désir humain et l’espérance sont saisis dans des marbres lumineux et des patines profondes de bronze. Le résultat en est une étude provocante des joies et des peines de l’humanité, l’accent étant mis sur l’expérience ascétique pour le spectateur. The Figure présente des sculptures jamais exposées auparavant ainsi qu’une sélection d’euvres classiques de Blake, grandeur nature et réduites à un quart. De plus, seront présentées plusieurs pièces de l’oeuvre figurative moderne de Blake extraits de sa collection Fragments, exposée récemment à la Cathédrale de Canterbury, à la City de Londres et à la Bourse de Londres ainsi qu’à Chelsea à New York City.

EXPOSITION

17


18 La Principauté

Actualité

Juillet-Août 2008

☞ Caroline Bergonzi, artiste monégasque, participe à l’exposition « Square Foot Show » 2008 de la galerie Gotham, dans le quartier de Soho à NewYork. Elle y présente jusqu’au 12 juillet, 4 nouvelles toiles d'un «square foot», c’est-à-dire de 30x30cm chacune, sur le thème des «Quatre Eléments», chargés de symboles issus de différentes cultures, qu’elle a réinterprétés et juxtaposés. ☞ La Mairie de Paris rend hommage à la Princesse Grace de Monaco en accueillant, depuis le 10 juin et jusqu’au 16 août, l’exposition présentée au Grimaldi Forum l’été 2007. Sous le commissariat de Frédéric Mitterrand, cette exposition retrace moments et facettes de la vie de Grace Kelly. De la star hollywoodienne à la Princesse de Monaco, itinéraire d’une femme magnifique, au destin exceptionnel. Salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville, 5 rue Lobau (4ème arrondissement). Entrée libre et gratuite tous les jours sauf dimanches et fêtes.

Le Pavillon monégasque à l’Expo Zaragoza 2008 PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

SARAGOSSE /Espagne) Photos © Charly Gallo / CdP 140 pavillons et 5000 spectacles sont au programme de l’exposition internationale de Saragosse (Espagne) jusqu’au 14 septembre, sur le thème de « l’eau et le développement durable ». Le pavillon de Monaco est situé dans la zone « Iles et côtes » de l’expo. Visite guidée. Imaginé comme une déambulation dans la ville, le pavillon est situé au premier étage du bâtiment Ebro 4, il se présente sous la thématique : « Monaco, l’Eau, et la Coopération Internationale ». Les pre m i è res salles, conçues par l’arc h i t e c t e Christian Curau, illustrent les liens de coopération tissés avec de nombreux pays, dont la Tunisie, le Maroc et le Niger. La suite de la visite présente la Fondation Prince Albert II de Monaco et ses engagements dont les actions rejoignent la thématique de l’Expo Zaragoza 2008, « Eau et Développement Durable ». Tout au long de son parcours, le visiteur est accompagné par un design sonore, agissant principalement sur une dimension émotionnelle. Le projet élaboré par Micha Vanony, compositeur et plasticien Edité par enseignant à l’Ecole GLOBAL MEDIAASSOCIATES Le premier journal d’actualité de Monaco

Sas

“ Le Beausoleil de Monaco”

6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil

Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 glomed.free.fr/laprincipaute.html email : glomed@free.fr Directeur de Publication R o b e rto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker Avec la collaboration de Lisa Arquette T h i e r ry Bertrand Amanda Coutelle Sophie Hasson-Grimaldi Isabella Lanciotti P i e r re-Alain Martini Alessandro Paparella Alan Parker-Jones Photos Claudia Albuquerque Olivier Almondo C e n t re de Presse Projet graphique PDC Milano Promotion & Publicité Global Media Associates Service Publicité

Diffusion Monaco & Côte d’Azur SEC Cour Anc. Gare SNCF Impression Graficolor Regione Prati - Arma di Taggia (IM) Le tirage de ce numéro a été de 2 6 . 8 0 0 exemplaires

Copyright © 2008 by Global Media Associates Sas Piazza Caduti della Montagnola 48 • 00142 Rome

supérieure d’Arts Plastiques de Monaco, plonge le visiteur dans un bain d'arpèges électroniques évoquant un monde onirique… Sans être prégnant ou prépondérant, le son se superpose ainsi à l'environnement physique du lieu. La seconde partie du pavillon présentera « Open Source », une installation vidéo interactive créée par Thierry Fournier, artiste plasticien, dans une salle scénographiée par Pascale Langrand (production déléguée Le Troisième Pôle). L’installation, spécialement commandée pour le pavillon, est composée d’un fin bassin translucide en forme d’ellipse, devant lequel se trouve un pupitre tactile. Des mots et des dessins blancs, projetés en vidéo, flottent à la surface de l’eau. Le pupitre permet aux visiteurs d’écrire un mot ou de dessiner, directement avec la main, comme sur la buée d’une vitre. Dès qu’un dessin est terminé, il apparaît à la surface du bassin et dérive avec les autres, les anciennes traces s’effaçant progressivement. « Open Source » forme autour de l’eau un espace d’échange et de communication, entre gestes individuels et collectifs… Le dispositif témoigne également de la diversité de langues des visiteurs, comme une sorte de miroir.

☞ Selon l’O.M.S., environ 7 millions d’individus décèdent chaque année des suites du cancer, avec une augmentation de 50% attendue pour les 15 ans à venir. Le cancer est donc une des préoccupations majeures de la recherche internationale pour tenter de combattre ce fléau. C’est dans ce même objectif qu’en1973, le G.E.M.L.U.C. (Groupement des Entreprises Monégasques dans la Lutte contre le Cancer) a vu le jour en Principauté, et s’est développé en récoltant des fonds destinés à subventionner la recherche, encourager le dépistage, mettre des matériels médicaux de pointe et de traitements innovants des pathologies cancéreuses à la disposition des patients. « Chacun a un proche atteint du cancer. Aussi, aidez la médecine à le sauver. Aidez le G.E.M.L.U.C. ». ☞ S.A.S. le Prince Souverain a visité jeudi 12 juin en fin de matinée, les installations solaires du complexe scolaire de l’Annonciade destinées au préchauffage et au maintien en température de l’eau de la piscine, ainsi qu’au chauffage de l’eau chaude sanitaire. Ce dispositif est constitué de deux systèmes de panneaux solaires. Le premier se présente sous forme de plans vitrés d’une surface de 100 mètres carrés servant principalement à chauffer l’eau chaude sanitaire. La production d’énergie solaire de ces panneaux est estimée à 35 000 kWh/an et couvre près de 87 % des besoins en eau chaude sanitaire du complexe. Cette production évite l’émission de plus de 7 tonnes de CO2. Le deuxième système est constitué d’une série de capteurs solaires d’une surface de 160 mètres carrés installés sur le toit terrasse servant à fournir une partie des besoins pour le chauffage et le maintien en température de la piscine à 29°. Cette installation permet d’assurer une production énergétique d’environ 90 000 kWh /an et d’éviter l’émission de plus de 18 tonnes de CO2 par an. Le coût de l’ensemble du dispositif est de 114 000 euros. ☞ Chaque soir de l’été le Monaco Open Air Cinéma propose un film différent en VO, projeté au pied du rocher, sous les étoiles sur un gigantesque écran : unique en Europe. Des films en Version Originale sous-titrée en français. Situé sur le toit terrasse panoramique du parking des Pêcheurs, le cinéma d’été peut accueillir 450 spectateurs. L’occasion de découvrir jusqu’à la fin septembre de nombreuses avant-premières. Par exemple « Mas Money » (Diane Keaton, Queen Latifah) le 3 juillet, « Kung Fu Panda » (film d’animation) le 5, « Wanted » (Angelina Jolie, Morgan Freeman) le 13, ou encore toujours en juillet « The love guru » (Mike Myers, Jessica Alba) le 19. Tel : 93 25 86 80. ☞ La Mairie de Monaco propose depuis le 23 juin et jusqu’au 13 août de 19h30 à 22h30 les Soirées Musicales du Square Gastaud. En tout 16 soirées à thèmes. Tous les mercredis « Musiques Gitanes » avec, sous la direction de Philippe LOLI les groupes TCHANELAS, NINA DE FUEGO, LOS AMIGOS. Tous les lundis avec l’orchestre Municipal de Jazz, sous la direction de Charly et Lionel VAUDANO, Jazz et « Latin Music » accompagnés de ses chanteurs : Michèle CANDELA, Miguel RAMIREZ, Pierre PALAIR. Ainsi que ses invités surprises !!!Accès libre et gratuit. Infos : +377 93 15 06 02 (03) ☞ Les 10 et 11 juin, se tenait à New York la réunion de haut niveau consacrée à un examen d’ensemble des progrès accomplis dans la mise en oeuvre de la Déclaration d’engagement sur le VIH/SIDA et de la Déclaration politique sur le VIH/SIDA aux Nations Unies. Dans son intervention à la tribune, M. Jean Jacques CAMPANA, conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé, a rappelé que « la Principauté a placé la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA et le soutien aux personnes vivant avec le virus au c?ur de sa politique de santé publique et de ses actions de coopération internationale ». Il a également souligné l’engagement personnel de S.A.S. la Princesse Stéphanie, représentante spéciale de l’ONUSIDA et mis en exergue notamment la signature de l’accord-cadre MonacoONUSIDA qui vise à renforcer l’aide directe apportée aux pays les plus fortement touchés par la pandémie. Un exemple parmi beaucoup d’autres de la politique active menée par la Principauté dans ce domaine.

LLaE G RAND RETO fabrication deUR bière reprendra en Principauté à partir du mois de juillet en renouant avec une ancienne tradition locale

La nouvelle Brasserie de Monaco

MONTE-CARLO - La Brasserie de Monaco fut créée en 1905 sous l’impulsion de S.A.S Le Prince Albert 1er qui, au début du siècle dernier, céda ses propres terrains pour rendre possible la construction de cette usine (voir photo à gauche). La Brasserie a fermé ses portes fin 1972, et laissé la place, quinze ans plus tard, au complexe immobilier Gildo Pastor Center dans le quartier de Fontvieille. C’est ainsi qu’est née, il y a déjà plus de 20 ans, l’idée de relancer la BRASSERIE DE MONACO. C’est chose faite. Ouverture ce mois de juillet (1) sur la nouvelle zone commerciale de la Darse Sud, route de la Piscine. Quatre bières (blondes, rousses, blanches et de saison) composées de malts biologiques sélectionnés par François Pichon, Maître Brasseur, y seront brassées selon les recettes de l’ancienne brasserie. Le brassage débutera début juillet pour une dégustation à compter du 25 juillet prochain, 4 semaines de fermentation étant nécessaires à affiner le goût de ces bières. De grandes tablées conviviales, un bar, un grand salon, ce laboratoire de brassage et de dégustation de bières biologiques devrait séduire aussi bien les amoureux de la bière, que la clientèle locale ou encore les visiteurs de notre région en quête d’authenticité et de produits locaux. Les plus curieux pourront venir s’initier avec le Maître-Brasseur aux secrets ancestraux de la fabrication de la bière. Pour les autres, les raisons ne manqueront pas de s’attabler à la Brasserie de Monaco : DJ et musique live le soir (2), retransmission sur mur d’images des grands rendez-vous sportifs, soirées thématiques… Entre tradition et innovation, une micro-brasserie pas comme les autres Réaliser une installation technique de plusieurs dizaines de tonnes sur le port était un challenge technique considérable. S’adressant au plus ancien fabricant d’équipements de brasserie au monde, la société allemande Kaspar Schulz fondée en 1677, Gildo Pallanca Pastor a fait le choix de la qualité et de la tradition, sans oublier d’y associer innovation et modernité. Pour ce faire, un système de brassage entièrement automatisé a été développé pour un meilleur suivi de la qualité et une plus grande régularité gustative des bières produites. L’ensemble des paramètres de fonctionnement sont présentés sur un écran de contrôle géant qui permet de suivre en temps réel le processus de brassage des différentes bières. L’installation composée d’une salle de brassage, de 5 cuves de fermentation (de 10hl et de 20hl) et de 4 tanks de service d’où seront tirées directement les bières, occupe 100 des 430m2 de l’établissement. Parties intégrantes du décor, ces cuves sont mises en valeur par la décoration industrielle/chic du bar, signée Sacha Lakic : meubles de créateurs, mariage de l’aluminium et du bois brut, jeux de miroirs et de transparence, mur d’images… une micro-brasserie d’un genre nouveau, alliant design et technologie. (P.Y.R.)

LE GRAND RETOUR

(1) Ouverte tous les jours de 11h à 1h du matin (3h le week-end), la Brasserie de Monaco proposera des encas régionaux tels que la traditionnelle socca, assortiments de charcuterie et fromages, focacce. Capacité clientèle : 160 places assises + terrasse-bar 200 places. (2) 5,6 et 7 juillet, pré opening à l’occasion du Monaco Live 2008. La Brasserie de Monaco sera le bar des VIP des trois concerts événements de cet été (Tokio Hôtel, David Guetta et Joachim Garraud, Jamiroquai).


Autour

Juillet-Août 2008

La Principauté

Monaco

Une agenda estival riche d’événements pour une ville qui se confirme encore une fois très active et inventive...

Menton, un été plein

de danse et de musique...

MENTON - Avec l’arriPhotos © MM vée de la belle saison, la Mairie de Menton avec le soutien du Conseil Général des Alpes Maritimes renouvelle se initiatives culturelles adressées aux touristes, aux azuréens, à l’Italie voisine, aux amateurs de danses et aux mélomanes avec son 59ème Festival de Musique, pour un budget global de 750.000 euros. La volonté de Ville de Menton est de proposer des événements tous les soirs et pour tous les publics avec comme point central le chapiteau installé sur l'Esplanade Francis Palmero mais également dans d'autres sites comme la Promenade du soleil, la Vieille Ville, la Square Elysée Reclus, la Square des Etats-Unis, la Place Koening, le Jardin du Campanin, le Jardin Serre de la Madone. Nouveauté 2008 : “Les Vendredis du Soleil” De 20 heures à minuit, le Promenade du Soleil sera rendue aux piétons avec la fe rmeture de la route entre Elysée Reclus et le Place Saint Roch. Deux podiums seront installés le long de le Promenade (à Elysée Reclus et Rue Pasteur entre le C.I.C et le Casino). Tous les Vendredis de juillet et août sauf le ler août (jour de concert sur le parvis) et le 15 août. Ces animations seront complétées par des concerts sur l'esplanade Francis Palmero. En juillet 28 spectacles (tango, soirées de salsa, rock, variétés, années 80... ) dans le ville deux fêtes populaires: la 7ème édition du Festival “Menton ma Ville est Tango” et la 2ème édition du “Festival Créole”. Comme chaque année, bal du 14 juillet et son traditionnel feu d'artifice créé par l'entreprise Jacques Couturier : 1er prix au Festival lnternational d'Art Pyromélodique de Monaco en 2007.

PAR ROBERTO VOLPONI

La 2ème édition de “Menton, ma ville est Tango !” Du 11 au 14 juillet, concerts, spectacles, stages, bals en différents lieux de la ville. On compte plus de 5 millions de passionnés et d’adeptes du tango dans le monde. Plus de 2.000 associations en Europe, 300 en France dont 15 dans le département ! Plus de 700.000 touristes se rendent à Buenos Aires chaque année pour pratiquer le tango ! Les principaux paysamateurs sont la Norvège, le Suède, l'Allemagne, l'ltalie, l'Espagne et le France. La ville de Menton a trouvé sa place au coeur «de la planète tango»: avec le soutien du Conseil Général elle investit chaque année depuis 7 ans 110.000 euros pour développer cette manifestation. L’année dernière, plus de 2.000 personnes ont participé à la folie tanguera, soit une progression de 35%. Cette 7ème édition est celle de la maturité avec une programmation équilibrée, où tous les publics qu'ils soient danseurs, amateurs ou simples spectateurs pourront s'y retrouver.

S c h u m a n , Mendelssohn et Schubert. Dirigé par Jean-Bermard Pommier, pianiste et chef d’orchestre, l'Orchestre Menton Saint-Pétersbourg permet d'aborder un répertoire plus vaste pour le plus grand plaisir des mélomanes. Le Festival perpétue la programmation sur le parvis de la Basilique Saint-Michel Archange les plus grands i n t e rprètes connus pour leur exigence de vérité, et reconnus pour leur authenticité. En témoigne le ve nue de Natalia Gutman, disciple de Mstislav Rostropovitch, de Sora Mingardo, de José, Fardhilha, du Quatuor Bartok, du trio LaredoKalichstein Robinson qui célèbrera ses 30 ans de c a r rière et le retour attendu d’Aldo Ciccolini qui symboliquement clôturera cette 59ème édition. Les récitals de 18 heures constituent un tremplin formidable pour de jeunes solistes, de découve rtes pour les jeunes mélomanes en part i c u l i e r. On retrouvera le Quatuor Accord ovationné l'an dern i e r, cette année sur le parvis, en compagnie du prestigieux Quatuor Bartok et du violoncelliste Thomas Ducloy lors d’une soirée exceptionnelle dédiée à André Borocz à l'occasion du 10ème anniversaire de sa dispari t i o n . Enfin, la venue du guitariste Emmanuel Rossfelder qui interp r é t e ra "le concerto d'Aranjuez" constituera l'une des ouvertures vers un public nouveau. Les autres sites de la Ville seront animés tous les soirs de relâche de le programmation du Festival et le 15 août un grand feu d'artifice suivi d'un bal populaire. LE PERSONNAGE

La 2ème édition du Festival Créole Du 18 au 20 juillet la France de la Méditerranée s'ouvre à celle des Trois Océans et leur tend la main. Pendant cinq jours, se retrouveront à Menton des personnes des deux hori zons réunies autour de séances de dédicaces, forums, ateliers, expositions, gastronomie, et spectacles. Le temps fort de la manifestation sera l'ouverture - le Vendredi, Samedi et Dimanche - du village créole sur l'Esplanade Francis Palmero, où plus de cent danseurs, musiciens, artistes, cuisiniers venus des îles seront présents pour le plaisir du public. La 59ème édition Festival de Musique Du 31 juillet au 20 août, place à la tradition de la musique classique : 59 ans déjà que le façade de le Basilique Saint Michel s'est imprégnée du talent et des succès des plus grands interp r è t e s. IIs ont gravé en ce Iieu et dans les mémoires de plusieurs générations de mélomanes leur empreinte musicale et leurs émotions. 10 ans déjà que se poursuit l'oeuvre du fondateur du Festival André Borocz, dans le respect de cet héritage incommensurable et avec le souci de l'inscrire dans le durée en gardant à l'esprit les règles qui ont toujours dicté les choix de son fondateur, telles que l'unité, l'authenticité, le découverte et l'ouverture. On retrouvera l'unité dans le choix d’un thème musicale qui associe 4 compositeurs : Haydn,

près Sydney en 2000 et Athènes en 2004, le Mentonnais Stéphane Clamens A s'apprête à participer pour la troisième fois aux Jeux Olympiques, dans la discipli ne de ball-trap. Fin juillet, il s'envolera avec la délégation française pour se rendre à Pékin et défendre les couleurs tricolores au concours de tir, spécialité fosse olympique. Il avait terminé à la 27e place à Sydney, à la 7e place à Athènes. Il vient encore de se distinguer à Belgrade, lors d'une épreuve de la Coupe du Monde plateau, en terminant 1er ! A Pekin, il espère participer à la finale (qui réunit les six meilleurs). Il a d'ailleurs, lors de ces deux dernières saisons, battu les meilleurs mondiaux de la discipline. Le concours se déroulera les 9 et 10 août 2008 au hall de tir de la capitale chinoise.

19


Juillet-Août 2008

le Sport

La Principauté

ATHLETISME • Grand rendez-vous le 29 juillet au Stade Louis II pour le traditionnel meeting d’athlétisme Herculis à la veille des Jeux Olympiques

Sont-ils prêts pour Pékin ? PAR ROBERTO VOLPONI

MONTE-CARLO - Vous êtes passionnés de sport - et notamment d'athlétisme - mais pas jusqu’au point de partir pour la lointaine Chine ? Pas de problème. Les athlètes viendront chez vous, à Monaco, à l’occasion du meeting international Herculis. Ce meeting sera donc la opportunité pour les meilleurs athlètes du monde de montrer s’ils sont prêts pour les Jeux Olympiques de Pékin au mois d'août. Classé quatrième Meeting Mondial de l’année en 2007 avec près de 85.253 points et 12.286 spectaPhoto © FMA teurs ayant assisté aux exploits de 198 athlètes issus de 41 pays, le Meeting International d'Athlétisme Herculis aura lieu cette année le mardi 29 juillet à partir de 19h30. En plus d’être dans les six meetings mondiaux de l’IAAF Super Grand Prix, Herculis est entré depuis l’année dernière dans le circuit du Lagardère Athlé Tour qui regroupe les meilleurs meetings français. Ainsi, les spectateurs sont assurés de voir évoluer sur la piste du Stade Louis II les meilleurs athlètes français en plus des meilleurs athlètes mondiaux. Les mordus d'athlétisme, comme les amateurs, seront comblés par un plateau exceptionnel de sportifs qui se mesureront dans les épreuves suivantes : • Hommes : 100m, 400m, 800m, 1500m, 3000m, 110m Haies, 400m Haies, 3000m Steeple, Hauteur, Triple Saut, Poids, 4x100m. • Femmes : 100m, 1500m, 3000m, 100m Haies, 400m Haies, Longueur, Perche, 4x100m. Christine Arron, Vanessa Boslak, Eunice Barber, Adriana Lamalle, Ronald Pognon, Mehdi Baala, Leslie Djhone, Marc Raquil, Bob Tahri,Yves Niare, … pour les principaux Athlètes Français opposés à la plupart des meilleurs Athlètes Mondiaux dont Yelena Isimbaeva, Kim Gevaert, Lolo Jones, Bernard Lagat, Olusoji Fasuba,

LIVRES

L’histoire de l’ASM FC

SM FC, un club jour après «A jour». C'est le titre du magnifique ouvrage consacré à l'AS

Monaco FC, qui vient de paraître aux éditions Calmann-Lévy et qui retrace, sous forme d'éphéméride, 84 ans d'histoire en Rouge et Blanc. La préface en a été rédigée par SAS le Prince Albert lui-même. Puis, sous la plume de Norbert Siri, déjà auteur de l'indispensabl e «Daghe Munegu», le lecteur se promène avec passion au fil de 190 pages nourries de textes percutants et de nombreuses illustrations exclusives. L’ASM et ses sept titres de champion – et deux finales européennes- a accueilli et formé parmi les plus grands talents que compte le football français aujourd’hui, David Trézéguet, Lilian Thuram ou Thierry Henry, entre autres et des entraîneurs prestigieux : Arsène Wenger, Claude Puel, Didier Deschamps. Un ouvrage de référence.

Christian Olsson, les relais 4x100m américains masculins et féminins opposés à quelques unes des meilleures équipes nationales, … et encore bien d’autres grands Athlètes qui viendront relever le plateau du Meeting en confirmant leur participation à la dernière minute ! PRIX DES PLACES Places numérotées : l o g e, 70 euros par place ; tribune : 35 euros - 30 euros - 25 euros (tarif réduit 20 euros) - 15 euros (tarif réduit 12 euros). Non numérotées : 6 euros (tarif réduit 5 euros). Gratuit pour les enfants de moins de 10 ans (en place non numérotées), pour les scolaires, les étudiants et les licenciés F.F.A. R é s e rvations au +377 92 05 42 60 ; web : www. h e r c ul i s.com ; par courrier : F é d é ration Monégasque d’Athlétisme Stade Louis II - MC 98000 Monaco • Ouverture des portes : 18h00

EQUITATION • Le traditionnel concours des cavaliers a désormais trouvé sa dimension

Un nouvel élan pour le Jumping MONTE-CARLO - Après un nouvel élan initié en 2006, le Jumping International de Monte-Carlo a trouvé ses marques sur le Port Hercule de la Principauté de Monaco. Aménagées au pied du Rocher, face à la mer, les infrastructures du Jumping International de Monte-Carlo succèdent aux bolides de la Formule 1 pour le plus grand plaisir des spectateurs, des médias et des amoureux de sport. La plus belle conquê te de l’homme côtoie ainsi les plus beaux yachts du monde dans un cadre exceptionnel. A chaque nouvelle édition, le Jumping International de Monte-Carlo confirme un peu plus son statut de compétition internationale de très haut niveau et d’événement sportif majeur pour la Principauté à côté des autres manifestations de prestige (GP F1, Master Séries de Tennis etc..) qui trouvent en la Principauté de Monaco un cadre exceptionnel pour leur visibilité internationale. Ainsi, devenu un rendez-vous incontournable de Monaco, le Jumping a su surprendre et enchanter ses spectateurs en proposant des épreuves sportives de haut niveau. La venue des meilleurs cavaliers du monde, des infrastructures de qualité, un accueil chaleureux dans un cadre d’exception et surtout une compétition inoubliable sont ainsi les ingrédients du succès de cette rencontre annuelle. Après l’arrivée de deux nouvelles étapes en 2008 à Doha capitale du Qatar et à Hambourg en Allemagne, le Jumping International de Monte-Carlo a été la 4ème des 8 étapes internationales d’exception labellisée 5 étoiles que compte le pres tigieux circuitdu Global Champions Tour. Ainsi Doha, Hambour, Cannes, Monaco, Estoril, Valkenswaard, Arezzo et enfin São Paulo seront les étapes riches en émotion, de cette année, réparties sur 3 continents. Ce circuit international parrainé par Athyna Onassis et agrée officiellement très récemment comme « Série » par la FEI (CSI5*) se terminera en beauté à Sao Paolo et distribuera de fortes dotations (5,5 millions d’euros). Nul doute que les 30 meilleurs cavaliers du classement mondial répondront présent à chaque étape comment ils ont fait à Monaco, dont le pouvoir d’attraction est un point fort pour les participants mais aussi pour les sponsors et les médias...

LIVRES EQUITATTION ☞ « ASM FC, un club jour après jour », aux éditions Calmann-Lévy. Format :250 x 330.190 pages.Prix public :35 euros.En vente en librairies

21


22 La Principauté

le Sport

Juillet-Août 2008

PEKIN 2008 • Trois athlètes engagés en trois spécialités différentes représenteront la Principauté, en août, dans la capitale chinoise

L’équipe de Monaco aux JO PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

MONTE-CARLO Monaco et l’olympisme, c’est une longue histoire d’amour entre un petit pays et une magnifique idée lancée en 1892 par le Baron de Coubertin : faire revivre les Jeux de l’Antiquité. En 1908, Monaco dev i e ndra la 25ème nation membre du CIO. Le Prince Héréditaire Albert deviendra membre du CIO en 1986, et en 1993 Monaco accueillera la 101ème session du CIO. En 1968, la flamme olympique était passée par Monaco, direction les jeux d’hiver de Grenobl e, et les 3 médailles d’or de Jean Claude Killy. 40 ans plus tard, au terme d’un périple chaotique, la flamme rejoindra Pékin ce 8 août, date de la cérémonie d’ouverture des Jeux. Place au sport . Et comme depuis 1920, Monaco sera présent. Courant juin, trois athlètes monégasques avaient déjà leur billet en poche pour Pékin. Un judoka, un rameur et un sprinteur. Trois représentants comme à Athènes il y a quatre ans. JUDO : Yann Siccardi Yann Siccardi est né le 03/ février 1986 à Monaco. Depuis l’âge de 4 ans il fréquente assidument les t a t a m i s. Il est actuellement el licence STAPS à l’INSEP. En effet, même si de nationalité Monégasque M. Siccardi peut, grâce à

un protocole d'accord entre la Fédération Française de Judo et Disciplines Associées et la Fédération Monégasque de Judo, participer aux compétitions françaises, De plus il a pu intégrer le Pôle Espoir de Nice en cadet et depuis l'année 2004/2005, il suit sa scolarité à l'INSEP à Pa ri s. Cette année, Yann Siccardi a remporté les tournois Soissons et Marseille, le championnat de ligue PACA. Cinquième au championnat de France, comme au tournoi de Londres, le judoka monégasque peaufine sa préparation pré J.O. en participant à des stages en Espagne, puis à Montpellier. L’an dernier il était porte drapeau de la délégation monégasque aux Jeux des petits Etats organisés en Principauté. Et il avait remporté la médaille d’or en moins de 60 kilogrammes. AVIRON : M a t h i a s Reymond Le rameur M a t h i a s Reymond a 23 a n s, et une immense marge de progr e s s i o n devant lui. 19ème mondial en skiff, après une victoire en finale D à Lucerne, sur le lac des 4 cantons. Une place dans le concert des meilleurs mondiaux qui lui a valu une invitation du CIO pour Pékin. Ultime rendez-vous avant les Jeux Olympiques de Pékin, le championnat du monde (-de 23 ans) à Brandebourg. « Physiquement il a beaucoup pro gressé et il a une très grande force morale » a souligné le président de la Société Nautique de Monaco. Et en plus c’est un « gros bosseur ».

temps de 10’58 il s’était classé 54ème sur 84 concurrents. L’an dernier aux championnats du Monde, il avait amélioré son record en 10’55. Né le 28 juin 1971, Sébastien n’est pas le plus jeune sprinteur des Jeux Olympiques, mais il est toujours animé de la même volonté : aller toujours plus vite. LE PERSONNAGE

Photo © SBM

ATHLETISME : Sébastien Gattuso Le sprinteur Sébastien Gattuso a déjà participé aux J.O. C’était justement en 2004 à Athènes. Dans l’épreuve reine, le 100 mètres. Avec un

L’HISTOIRE • A partir de 1920 la Principauté à été présente à tous les Jeux Olympiques d’été

Une participation qui dure depuis 88 ans... près la première guerre mondiale, la septième édition des A Jeux Olympiques modernes a lieu à Anvers en 1920. C’est n Belgique qu’apparaissent pour la première fois le drapeau olym-

Fontvieille. Il obtient, en effet, une brillante deuxième place sur vingt et un concurrents représentant sept nations et la médaille de bronze. Ce concours avait été crée aux Jeux de pique et le célèbre serment olympique est institué : « Nous Stockholm en 1912 et repris à Anvers en 1920. jurons que nous nous présentons aux Jeux Olympiques en 1960 ROME concurrents loyaux, respectueux des règlements qui les régis Quatorze monégasques forment la plus imporsent et désireux d'y participer dans un esprit chevaleresque, pour tante délégation jamais présentée par la l'honneur de nos pays et la gloire du sport ». C'est aussi la prePrincipauté à des Jeux Olympiques avec trois mière fois que des athlètes monégasques participent aux Jeux. disciplines sportives : l'escrime, le tir et la Le début d’une longue histoire d’amour entre la Principauté et les voile. J.O. Avec quelques temps forts : 1924, « la » médaille, la seule 1988 SEOUL à ce jour décrochée par Monaco ; 1960, les athlètes moné9 athlètes sont venus défendre gasques n’ont jamais été aussi nombreux, 14 inscrits ; 1988, les couleurs de la Principauté, parmi lesquels la enfin une monégasque participe aux Jeux, au tir à la carabine ; 1ère femme monégasque à participer à des enfin Athènes, il y a quatre ans. La délégation de Monaco comp- J.O., Fabienne Pasetti qui terminera 43ème sur tait trois athlètes. Cette année ils seront également 3 à Pékin. 45 concurrents au tir à la carabine à air com1920 ANVERS primé. Les Jeux Olympiques d'Anvers en 1920 rassem2004 ATHENES blent près de deux mille six cents athlètes venus Du 13 au 29 août 2004, les Jeux Olympiques de vingt neuf pays. Quatre athlètes monéfont leur retour en Grèce, berceau des Jeux de gasques, parmi six sélectionnés, prennent part l'Antiquité mais aussi des premiers Jeux à l'événement. En athlétisme, Emile Barral et Olympiques modernes. 10.625 athlètes repréEdmond Médecin (qui obtient, dans l'épreuve de sentant 201 nations participent à l'événement. saut en longueur la 25ème place sur 33 concurrents); en Le nombre total d'épreuves inscrites au proGymnastique, Joseph Crovetto (22ème sur 25 concurrents) et gramme est de 301 (une de plus qu'à Sydney Michel Porasso, qui termine à la 12ème place. en 2000). La lutte féminine est inscrite pour la première fois au programme. Pour la 23e fois le C.O.M. répon1924 PARIS Sept athlètes monégasques participent à ces dra à l'invitation du C.I.O. en engageant 3 athlètes aux Jeux. Gaston Médecin, en athlétisme (1er aux XXVIIIe Jeux Olympiques organisés à Athènes. En Tir : 100 m et 400 m au cours de la sélection, il arri- Fabienne Pasetti se classera 43e à l'épreuve du tir à la carabivera parmi les 36 finalistes), Emile Barral et ne à air comprimé 10m Femmes ; En Natation : Jean-Laurent Joseph Marquet, en voile 1ére série, et quatre Ravera prendra le départ de la 2e série du 100m nage libre, tireurs à la carabine, Victor Bonafède (31ème dont il terminera 7e en battant son propre record et se classur 66) , Herman Schultz (36ème), Roger Abel sera 62e sur 71 inscrits. En Athlétisme : Sébastien Gattuso, parti dans la 10e et ultime série du 100m plat au couloir n° 9, (45ème) et Joseph Chiaubaut (59ème). Ces Jeux de 1924 apportent à la Principauté de Monaco la franchira la ligne après 10"58 de sprint, égalant son record seule et unique médaille jamais gagnée à ce jour ! Elle est national, ce qui lui vaudra la 54e place sur 84 inscrits. décernée à Julien Médecin pour son projet de stade à Pour en savoir plus : www.comite-olympique.mc

algré sa vie privée jetée en pâture sur le M net et à la une des tabloïds, malgré plu sieurs changement d’entraîneurs au cours de cette dernière année de préparation olympique, Laure Manaudou reste une des meilleures chances de médaille pour la France à Pékin. Elle est aussi le chef de file de la natation française, entraînant derrière elle une nouvelle génération de nageuses et nageurs, Malia Metella, Camille Muffat, Aurore Mongel, Alain Bernard et ses cama rades du 4x100, ou encore Hugues Duboscq, champions de demain dont on espère beau coup. De cette période troublée, Laure Manaudou est ressortie peut être moins invincible mais plus humaine au bout du compte. Une jeune femme et une champion ne tout à la fois, et non plus seulement un « phénomène » de la natation. Victoires et médailles n’en seront que plus belles. Et la SBM ne regrettera pas d’avoir conclu l’an dernier un « partenariat d’exception » avec Laure, qui est devenue l’ambassadrice du groupe monégasque, et notamment des acti vités SPA du Monte Carlo Bay Hôtel & Resort, du Monte Carlo Beach Hôtel et des Thermes marins de Monte Carlo. La SBM de son côté aidera « LM La Vie », l’association créée par Laure Manaudou pour permettre à des enfants malades de réaliser leurs rêves qui devraient devenir réalités à Pékin au coeur du mois d’août.


La Principauté

le Sport

Juillet-Août 2008

CHAMPIONNAT WRC • Après le succès de la Grèce, l’équipage franco-monégasque doit se contenter d’une troisième place en Turquie

Loeb-Elena balaient Hirvonen s’impose Ouvrir la route est un sacré handicap sur ce genre de pistes en terre... PAR THIERRY BERTRAND

itroën piégée par Ford au 8° Rally of Turkey ! C’est le t e rme qui convient. Partir en tête, ouvri r la route est un sacré handicap sur les pistes en terre de Turquie. Au propre, on balaie la route pour les suivants, qui peuvent ainsi aller plus vite. C’est ce qui est arrivé à l’équipe Loeb/Elena. Vainqueur de la super spéciale d'ouverture jeudi soir (12 juin), l'Alsacien a bien résisté à ses concurrents lors de la première étape disputée le lendemain. Trop bien même puisque les pilotes Ford n'ont pas réussi à creuser un écart leur permettant de se mettre à l'abri dès le premier jour. Si bien qu'à l'arrivée de la première étape, Hirvonen et Latvala ont volontairement ralenti pour ne pas avoir à ouvrir la route lors de la deuxième étape. En jouant avec le règlement, les "Ford Boys" ont donc laissé le soin à Loeb d'ouvrir la piste pour la deuxième journée consécutive. Une stratégie dénoncée par Olivier Quesnel, le directeur de Citroën Sport, qui se demandait bien si le mot "fairplay" était anglais! Quoiqu’il en soit, les pilotes Ford ont parfaitement contrôlé le rallye de Turquie en trustant les deux premières places à l'issue des 19 spéciales. Au cours d'un rallye où la stratégie des Finlandais fera donc longtemps débat, Sébastien Loeb a fait de son mieux pour s'offri r une troisième place qui lui offre 6 points de plus au classement général. (*). Pour autant, le pilote Alsacien n’était pas vraiment satisfait à l’arrivée : « Nos adversaires n’ont pas eu à reproduire le même type de balayage que

C

Photo © Citroën presse

LASITUATION

Classement après la Turquie

■ Pilotes 1. Mikko Hirvonen (Ford) 59 pts 2. Sébastien Loeb (Citroën) 56 pts 3. Jarri-Mati Latvala (Ford) 34 pts 4. Chris Atkinson (Subaru) 31 pts 5. Daniel Sordo (Citroën) 30 pts …

© AFP

■ Constructeurs 1. BP FORD ABU DHABI WRT 99 pts 2. CITROËN TOTAL WRT 90 pts 3. SUBARU WRT 53 pts 4. STOBART M-SPORT FORD 41 pts 5. MUNCHI’S FORD 19 pts

LASITUATION

Prochaine épreuve : Ra l l ye de Finlande du 31 juillet au 3 août

LAVISITE

Le Prince Albert

aux 24 heures du Mans

e prince Albert de Monaco a visité les stands du circuit manceau quelques heures avant le L départ des 24h le 14 juin, s'arrêtant longue-

ment dans le stand Pescarolo et dans ceux des pilotes monégasques, notamment Olivier Beretta et Marc Faggionato. Les pilotes monégasques ne se battaient pas pour la victoire absolue (qui est revenue pour la 8ème fois à Audi, avec l’équipage Kristensen-McNish-

celui que nous avons dû effectuer précédemment. Je ne peux pas me réjouir de cette troisième place et encore moins d’avoir concédé la tête du Championnat Pilotes. » Au final, Mikko Hirvonen s'impose pour la sixième fois de sa carrière. La deuxième place obtenue par Jari-Matti Latvala permet à Ford de réaliser le doublé. Derrière, Sébastien Loeb et Dani Sordo se classent respectivement 3e et 4e et permettent à Citroën de limiter les dégâts au classement général des constructeurs. A l’issue du Rallye de Turquie, Hirvonen reprend la tête du classement du championnat du monde des pilotes, avec trois points d'avance sur Loeb, et Ford creuse encore un peu l'écart sur Citroën -neuf point- au classement constructeurs. Après deux mois de trêve, le WRC reprendra en Finlande début août. (*) Début juin, Sébastien Loeb avait remporté le Rallye de Grèce, 7ème manche du championnat 2008. Une cinquième victoire depuis le début de l’année pour le pilote Citroën, devant le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) et le Finlandais Mikko Hirvonen (Ford Focus).

SPORT & POLITIQUE • La flamme olympique est passée par Lhassa protegée par les forces de securité chinoises

L’épreuve tibétaine et le boycott a flamme olympique est passée par Lhassa le Photos © AFP 21 juin. Trois mois après des manifestations et une répression qui ont ému le monde entier l’ordre chinois règne au Tibet. Les 27 kilomètres initialement prévus pour cette étape controversée ont été réduits à seulement 9 kilomètres. Des spectateurs t riés sur le volet ont acclamé le passage de la torche mais dans Lhassa, toujours fermée aux touDeux vues du Potala, le palais du Dalaï Lama à Lhassa : avant le passage de la ristes étrangers, de nombreux habitants ont reçu flamme… et pendant les cérémonies organisées pour le passage le 21 juin ! l'ordre de rester chez eux. Ce passage de la flamme olympique à Lhassa, avec l'assentiment du Comité olympique international, a été considéré comme "une provocation" par des organisations de défense des droits de l'Homme. Les différentes étapes à l'étranger du relais olympique ont fourni autant d'occasions de dénonciation de la politique tibétaine de Pékin, surtout à Pa ri s. Son passage à Lhassa a été particulièrement cri t i q u é . Un passage encadré par les forces de sécurité, déployées en grand nombre le long du trajet. Pour de nombreux Chinois, ulcérés par les troubles tibétains du mois de mars et les réactions dans le monde, le passage de la flamme à Lhassa revêt au contraire une importance symbolique en réaffirmant l'unité de la Chine. Pour Pékin le résultat est là. La Chine a joué la montre et attendue que la vague d’indignation médiatique s’apaise et avec elle les protestations et menaces politiques. Elle a également manifesté sa mauvaise humeur et menacé de rétorsions économiques, notamment la France. Cela s’est avéré payant. Deux mois avant l’ouverture des jeux de Pékin, le boycott préconisé un temps ne paraissait plus d’actualité. (P. Z.)

L

SPORT&POLITIQUE

Capello), mais visaient le haut du podium dans leurs catégories respectives. La Pescarolo LMP1 n°4 du Saulnier Racing, pilotée par Jacques Nicolet, et les monégasques Richard Hein et Marc Faggionato a terminé le tour d’horloge à la 12ème place de sa catégorie, proche de l’objectif fixé : entrer dans le top 10. Des problèmes de frein, un remplacement de porte-moyeux, un crash au Tertre Rouge, capot et aile à changer… tout cela a fait redescendre la n°4 dans le classement au petit matin. Jacques Nicolet a tout particulièrement apprécié la visite princière : « La visite privée que SAS Le Prince Albert II de Monaco nous a rendu avant le départ pour encourager ses deux compatriotes Marc et Richard, ainsi que toute l’équipe, nous a sans doute porté chance. Car sur une épreuve de ce type, il faut aussi avoir un peu de chance. ». L’autre voiture de Saulnier Racing (la Pescarolo n°35) remporte la troisième place de la catégorie LMP2, après une démonstration impressionnante de ses très jeunes pilotes Matthieu Lahaye, Pierre Ragues et Cong Fu Cheng. A noter que Con Fu Cheng est entré dans l’histoire des 24 Heures du Mans en étant le premier pilote chinois à participer à cette course fabuleuse et il a imprimé son nom dans le livre des records de son pays en devenant le premier de ses compatriotes à monter sur le podium. De son côté la Corvette n°64 de Olivier Beretta, Olivier Gavin et Max Papis termine 3° en LM GT1, à 3 tours de l’Aston Martin victorieuse. Battu, mais heureux d’avoir participé à la bagarre en tête, a expliqué Olivier Beretta après l’arrivée : « Aston Martin a fait une très belle course. Nous, sur la Corvette nous avons perdu l’alternateur ce qui nous coûte la victoire. La bagarre avec nos rivaux anglais a été superbe." Et son équipier Max Papis a déjà annoncé la couleur pour l’an prochain : « N’en doutez pas nous reviendrons pour gagner."

23



n64jui-aou08