Page 1

Le premier journal d’actualité de Monaco Année VII • Numéro 62 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi Rédaction et administration : “Le Beausoleil de Monaco” 6, boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

glomed.free.fr/laprincipaute.html

Mai 2008

Numéro de Commission Paritaire : 0512 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) ≠ 20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://glomed.free.fr/abo.pdf

€2.00

Dossier SSpécial pécial

Y a-t-il encore une

éthique en Formule 1 ? ☞ LEGISLATION : LE CN VOTE LA LOI QUI PROTEGE LES NON-FUMEURS DANS LES LIEUX PUBLICS • PAGE 6


2 La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial

Mai 2008

GRAND PRIX DE MONACO • La course mythique sur le tourniquet monégasque reste un rendez-vous incontournable - et

Ya-t-il une éthique en Formule 1 ?

L’an dernier le chiffre d’affaires s’est élevé à 2,5 milliards d’euros, plus de 140 millions par cou PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

L’EDITORIAL

Dr Mosley et Mr Max...

ui est Max Mosley ? Pour ceux qui ne sont pas des passionnés de F1 - ou pour ceux qui revien Q nent juste d'un longue voyage dans une île désertec - on rappellera qu’il s’agit d’un anglais, 68 ans, fils de Diana Mitford et de Oswald Mosley, fondateur et leader du British Union of Fascists (le parti fasciste britannique). Avocat de formation, il a mené une modeste carrière de pilote dans les années 1960, avant de participer à la fondation de l’équipe March Engineering en 1969. Au milieu des années 1970, Max Mosley participe avec Bernie Ecclestone à la création de la FOCA (Formula One Constructor Association), un groupe de pression qui défend les intérêt de la plupart des équipes (essentiellement les écuries britanniques) du championnat du monde de Formule 1. Après avoir rapidement gagné en influence, la FOCA se heurte à la fin des années 1970 à Jean-Marie Balestre, nouveau président de la fédération internationale, qui tente de restaurer l'autorité du pouvoir sportif. C'est le point de départ de la guerre FISA-FOCA, dans laquelle Mosley jouera un rôle déterminant, notamment en partici pant en 1981 à la rédaction des Accords Concorde, qui entérinent le partage des pouvoirs entre la FOCA et la FISA. En 1986, Mosley intègre la FISA, en tant que président de la commission des constru c teurs de Formule 1. En 1991, il est élu à la prési dence de la FISA en battant le président sortant Jean-Marie Balestre. Puis, en 1993, il est élu à la présidence de la FIA (à nouveau en remplacement de Jean-Marie Balestre). Il procède rapidement à une réforme des institutions, la FISA étant fusionnée avec la FIA. Réélu à la tête de la FIA en 1997, 2001 et 2005, il est toujours en fonction. Voilà pour le por trait de Mosley, l’homme public. Récemment, on a découvert un Max Mosley inédit, version privée. Tous les médias de la planète ont relayé les images d’une vidéo le montrant dans une scène à caractère sexuel, clairement sadomasochis te, et à connotation supposée nazi, ce que Mosley conteste. Mais le scandale est là. Les réactions ont été nombreuses et violentes, soulignant le caractère “honteux” de sa conduite. Le numéro un de la FIA a revendiqué le droit à la vie privée, même s’il s’agit, a-t-il dit d’ «une vie sexuelle un peu excentrique». Max Mosley n’entend pas démissionner de son poste. C’est son droit. Mais Max Mosley n’est pas n’importe qui, c’est un personnage public qui repré sente une fédération sportive internationale, la FIA, dont l’image se doit d’être irréprochable. Dans ce milieu où l’argent coule à flot, on se demande de plus en plus si le sport automobile peut toujours s’appeler sport, ou il s’agit désormais de show busi ness, ou plus simplement de business tout court. Espionnage industriel, règlements qui changent fré quemment pour satisfaire, – on le soupçonne – les intérêts économiques de quelques-uns. Quand on parle de F1, on utilise souvent le terme de “cirque”. La caravane se déplace de circuit en circuit, certes, mais y aurait-il aussi en son sein quelque clown, ou acrobate, pour faire tourner cette machine à – gros – sous ? D’ou cette question: y a-t-il encore une éthique en Formule 1 ? On devrait avoir une pre mière réponse le 3 juin prochain, à l’occasion de assemblée générale de la FIA, quand on connaîtra le sort réservé à l’actuel président. En attendant, Max Mosley sera-t-il persona grata, ou non grata, au Grand Prix de Monaco? Dans tous les cas, il lui faut désormais bien séparer son image publique de son visage privé, car on préfère le voir en smoking plu tôt qu’en culotte de peau… (R.V.)

L’EDITORIAL

e Grand Prix de Monaco fête cette année ses 80 printemps, et sa 66ème édition le 25 mai. Le rendez vous annuel de la F1 sur le tourniquet monégasque reste un rendez vous incontournable pour les amoureux du sport auto… et pour celles et ceux qui veulent être vus ! Depuis le premier Grand Prix – le 13 mai 1950 à Silverstone – du premier championnat du monde, la formule reine fait le plein de spectateurs et… téléspectateurs, par centaines de millions. L’an dernier le chiffre d’affaires de la F1 (1) s’est élevé à 2,5 milliards d’euros (plus de 140 millions par course). Alors, quoi de neuf docteur ?

L

Le village de Noël Photo © Mairie de Monaco

Une image écornée Avec de plus en plus de critiques et d’attaques, et un retour sur image de plus en plus troublé - par l’affaire d’espionnage Ferrari/McLaren l’an dernier -, et la nouvelle affaire – la « vidéo » de Max Mosley - la Formule 1 perd de sa crédibilité, et risque également de perdre de sa valeur financière... Après un long silence, le propriétaire de la Formule 1, le fond CVC, s’est exprimé dans le journal Express. Le directeur du management du CVC, Nick Clarry, affirme que : "La FIA devra décider seule de ce qu’il faut faire, cela n’est pas à nous de faire des commentaires. " No Comment, donc. Pour l’instant ! En attendant le vote de l’Assemblée générale de la FIA le 3 juin prochain. Mais ce scandale pourrait affaiblir Bernie Ecclestone. Un effet boomerang en quelque sorte de l’affaire Mosley. Les deux hommes sont étroitement liés à la tête de la F1. Par exemple, Porsche vient d’exclure une arrivée à court terme en Formule 1. Le constructeur allemand estime que les coûts sont trop élevés, et que le scandale sexuel impliquant Mosley a considérablement réduit l’attractivité de ce sport. « 300 millions d'euros par an – ce n’est que de l’ar gent qui s’envole en fumé. » a déclaré le président de Volkswagen Ferdinand Piech. Des soucis pour Bernie... Du souci à se faire pour « Mr.E » (2) dans ses futures négociations avec les partenaires de la F1, commerciaux,

circuits … En somme, aujourd’hui, il est difficile d’envisager pour le futur des contrats revus à la hausse. Par exemple « Formula one ». Tous les passionnés de F1, surtout les jeunes, connaissent « Formula One », ce jeu disponible sur PS1 et PS2. Mais l’édition 2007 n’a jamais vu le jour. Et il pourrait en être de même pour les suivantes affirme le site FanaticF1.com.Selon des sources proches de Sony, le géant de l’électronique japonais a gelé les négociations avec Bernie Ecclestone, qui souhaite une augmentation importante de la licence d’exploitation.Le précédant contrat était sur une base de 5 ans, d’une valeur de 15 millions de dollars annuel. En faite, Bernie Ecclestone souhaitait une augmentation de la licence comprise entre 6 et 9 millions de dollars et un nouveau contrat quinquennal. Le jeu vidéo était le phare des produits dérivés de la F1. Du souci également car CVC a déboursé 2,5 milliards de dollars pour « prendre la main » sur la F1, tout en laissant à Bernie Ecclestone son rôle de grand argentier. Mais CVC pourrait lui demander des comptes si l’état de santé de la F1 empirait. D’autant que le CVC serait dans le rouge... Selon le journal londonien 'The Daily Telegraph', le groupe aurait de grosses difficultés financières, et accuserait une perte de 3 millions de dollars sur ses comptes 2007.Au bout du compte, le système de gestion des droits commerciaux de la Formule 1 manque de clarté, de cohérence et surtout de transparence. L’attribution exclusive de la propriété et de la gestion des droits commerciaux de la Formule 1 à une entité financière complexe totalement indépendante de la FIA n’est pas satisfaisante…. Sauf pour Bernie Ecclestone! Escalade des coûts ! Le – toujours - président de la FIA, Max Mosley, estime nécessaire de limiter le budget des écuries en F1. La FIA aimerait mettre la barre à hauteur de 100 millions d’euros (environ 160 millions $). Une sacrée coupe claire dans les budgets des écuries les plus riches. Selon le journal La

LE SONDAGE

Les Monégasques et le Grand Prix ❑ LE GRAND PRIX DE FORMULE 1 EST LE PLUS GRAND ÉVÉNEMENT QUI SE DÉROULE À MONACO, VOIR UNE INSTITUTION : MAIS QUELS SONT VOS SENTIMENTS PERSONNELS PAR RAPPORT À CE GRAND RENDEZ-VOUS ANNUEL EN TANT QUE MONEGASQUE ? Gilbert - 60 ans - Financier “Cet événement est fondamental, notamment sur le plan économique. Il y a une telle densité touris tique durant le Grand Prix de Formule 1, qu’il n’y a pas un commerce qui ne soit opérationnel. Le chiffre d’affaires des hôtels fait l’objet d’une véri table envolée à cette période. Personnellement, mon opinion regroupe plusieurs points, notamment l’admiration que j’ai concernant l’investissement des bénévoles autour du circuit, d’une rigueur infaillible. En tant que président de l’Association nautique de Monaco, chaque année nous mettons entre parenthèse durant un mois notre activité, entrant finalement, indirectement, dans l’histoire d’hier à aujourd’hui du Grand Prix ! Il m’apparaît d’ailleurs extraordinaire de voir combien Monaco est envahie ! La sécurité y est surtout irréprochable, rien n’est laissé au hasard, et le grand public semble totalement obnubilé par cette organisation exemplaire. Ce qui m’impressionne aussi, c’est le tra vail en amont, durant un mois et demi, qu’effectue l’entreprise monégasque « Polymétal », au niveau des glissières de sécurité qui jalonnent le parcours du Grand Prix, ainsi que le démontage, le len demain de la fin des épreuves, qui s’échelonne sur une période d’un mois !”

événement en direct. Aussi, j’organise durant tout le week-end, deux journées portes ouvertes à mon domicile avec une dizaine d’amis qui n’ont depuis maintenant dix ans jamais décliné mon invitation, leur étant aussi prestigieuse que le Grand Prix luimême ! La seule chose sur laquelle je suis un peu réticente, c’est celle de l’odeur du caoutchouc sur le macadam ! Mais, avec un prénom comme le mien, cela va de soit ! Génial toutefois, que la ligne de départ des pilotes soit, chaque année, re-goudronnée, nickel !” Fabien - 30 ans - Serveur “Je suis un super fan ! Je sais que tout est mis en oeuvre, au niveau écologique, pour que le bruit cesse d’être nuisible à la population mais là, franchement, ce boucan me fascine ! Le coeur même de la Principauté bat au rythme de ce formidable éclat de moteurs, dont l’écho s’étend sur les districts voisins ! Et puis, que Monaco illustre les postes de TV du monde entier, ça me réjouit, pour son image une fois de plus liée à la compétition. Alonso a remporté le Grand Prix 2007 à Monaco, alors cette année je souhaiterais que les écuries telles que BMW ou Ferrari soient au rendez-vous. Si Renault pouvait être vainqueur, ce serait géant ! L’un des aspects du Grand Prix qui toutefois m’inter loque, c’est la marge des prix. En effet, je trouve dément qu’un sand wich par exemple vale 10 Euros ! Il y a des familles entières qui, par amour de ce sport, sacrifient leur budget pour être présent et, en revanche, n’étant pas excessivement fortunées, se sont-elles qui se précipitent, et le mot n’est pas excessif, sur les produits dérivés comme les tee-shirts, les casquettes, dont les prix sont exorbitants ! Quand même, faudrait réfléchir à ce détail primordial”. Propos recueillis par Sophie Hasson-Grimaldi

LE SONDAGE

Fleur - 34 ans - Infographiste “Le Grand Prix est extrêmement récurrent car il s’agit d’une épreu ve sportive dont le monde entier a les yeux rivés dessus. Monaco m’émeut profondément bien plus encore à ce moment-là de l’an née ! Tant de spectateurs passionnés de Formule 1, séduits par les plus grands pilotes du moment et se laissant guider par l’ambiance super virile des moteurs vombrissants ! Personnellement, même en étant non loin du site de la compétition, je veille aux opérations sportives depuis mon écran télé. C’est ainsi que je vis ce fabuleux


Mai 2008

Dossier Spécial

La Principauté

t pas seulement pour les amoureux du sport auto : la formule reine fait toujours le plein de spectateurs et téléspectateurs par centaines de millions

urse : mais les récentes scandales qui discréditent son image risquent d’en affaiblir aussi sa valeur financière...

Bernie Ecclestone, Michel Boéri (président de l’ACM) et Max Mosley lors de la réunion du Conseil mondial de la FIA à Rome le 26 octobre 2005. Photo © AP Photo/Sandro Pace

Tribune, Flavio Briatore a indiqué que le budget de l’équipe Renault était "inférieur à 300 millions d’euros. Avec 50% venant des sponsors et des droits FOM (3). Le reste vient du constructeur." Selon le manager italien, Toyota aurait un budget de 500 millions d’euros, Honda, 450 millions d’euros et McLaren, 400 millions d’euros, pour l’année 2008. Des chiffres sous réserves, les finances de la F1 (et notamment de la FOM) n’étant pas des plus transparentes. Globalement, selon Les Echos le budget cumulé des 11 écuries de Formule 1 pour la saison 2007 s'élèvent à 2,3 milliards d'euros.Par ailleurs ce budget à 100 millions d’euros ne comprendraient pas les budgets moteurs, les salaires des pilotes et le marketing. Ni les investissements R/D.Par exemple, plus de 30 millions d’euros chez Renault pour, entre autres, une nouvelle soufflerie, 60 millions déboursés par Mercedes pour remettre à niveau le simulateur, et l’entretien de l’usine…Le différentiel entre les équipes riches et les autres ne changera pas. Aujourd’hui deux écuries connaissent de sérieux problèmes financiers : Super Aguri – qui pourrait abandonner le championnat - et Force India (4). L’engagement non concrétisé de Prodrive, la 12e écurie fantôme du plateau, ne poussent pas non plus à l'optimisme. D’autant que les règlements changent d’une année sur l’autre, et que l’on s’achemine vers un championnat comportant 20 GP contre 18 actuellement. Un règlement peut en cacher un autre Les règles ont encore changé pour cette saison 2008. Certaines modifications imposées par la FIA sont logiques (amélioration de la sécurité avec des pilotes mieux protégés latéralement) et/ou dans l'air du temps (7,75% de produits bio dans le carburant). Mais la mesure dont on parle, c’est l’introduction de la SECU qui doit limiter les coûts de développements et redonner de l’importance au pilotage. La SECU, c’est l'unité standardisée de contrôle électronique, en clair un boîtier unique pour tout le monde guidant transmission, injection, etc. C’est la fin des systèmes d’anti patinage. Et le retour du pilotage donc. D’autres mesures visent aussi à réduire les coûts : suppression du mulet (la 4° voiture), obligation de garder la même boite de vitesses pendant 4 courses.Et on prévoit le retour des pneus lisses en 2009. Et puis 20 manches par an, voila qui ne va pas non plus aider à réduire les coûts de la F1.Mais les patrons d’écuries sont plutôt pour. "Vingt, c'est le nombre juste. La F1 doit aller là où le marché commercial se trouve. Un bon équilibre entre les courses traditionnelles en Europe et les nouveaux rendez-vous sur d'autres continents est vital," affirme Nick Fry, le patron de l'équipe Honda. Et Bernie Ecclestone veut multiplier les courses en nocturne, surtout dans les pays où le décalage horaire est défavorable pour les média occidentaux. Déjà, le grand prix de Singapour le 28 septembre prochain sera couru de nuit.

Télé spectacle et fin du tabac La télé a profondément modifié les règles du jeu dans de nombreux domaines, et notamment dans le sport, F1 comme tennis par exemple.Il y a quelques années, un producteur avait proposé que les GP durent une heure. Le pilote en tête au bout des 60 minutes serait le vainqueur ! Idée non retenue. Heureusement. Là aussi les enjeux financiers sont extrêmement importants. Bernie Ecclestone souhaite que les grandes chaînes diffusent les essais qualificatifs du samedi dans les nouveaux contrats. Tarifs en hausse bien sur. RTL en Allemagne le fera, reste à savoir si TF1 le fera aussi sous la contrainte. TF1 ne semble pas disposé à investir plus que les 40 millions d’euros par an, qu’elle donnera jusqu’en 2011. France télévision n’est pas intéressée par les droits F1 à l’horizon 2011. Canal + semble la seule chaine française à avoir les moyens financiers de suivre. A moins que M6, voir Direct 8 qui surf sur la vague de la TNT, créent la surprise.En attendant, on ne verra plus de pub tabac sur les F1. Même à Monaco puisque, selon Autoweek, le patron du marketing de Phillip Morris a indiqué que le logo Marlboro "n’appa raîtra plus sur les Ferrari jusqu'à la fin de l’année”. Les monoplaces rouges porteront le logo en code barre. Espionner n’est pas jouer ! La saison 2007 a été empoisonnée par l’affaire d’espionnage McLaren Vs Ferrari. Avec au bout du suspens, une amende record de 100 millions de dollars pour McLaren, des ingénieurs espions limogés, un titre constructeur perdu pour l’équipe britannique. Il y a toujours eu des tricheries - réelles ou supposées – en F1, mais aucune n’avait pris une telle ampleur.Même si en 1984, l’exclusion du championnat du team Tyrrell avait fait grand bruit.Tyrrell faisait partir ses voitures en dessous du poids légal, puis les lestait en fin de course avec des billes de plomb injectées dans le réservoir lors d’un simulacre de ravitaillement en eau du système de freinage. Mais au GP des USA, les commissaires techniques intrigués avaient fait démonter entièrement les Tyrrell à la fin de la course ! Sortie de piste ? Celle de Max Mosley restera dans les mémoires quoiqu’il arrive. Le président de la FIA filmé participant à une séance sadomasochiste à connotation supposée nazi (voir l’édito page 2). Parmi les pilotes actuels, un a dit ce qu’il pensait, l’australien Mark Webber, pilote Red Bull. « Le comportement du président de la FIA discrédite la F1 » a déclaré Webber à la chaine BBC sport, « Que vous le vou liez ou non, nous avons tous en F1 un rôle modèle à jouer et la F1 ne peut tout simplement pas se permettre ce des scandales de ce genre ». Autre sortie de piste, celle de Lewis Hamilton. Plus à l’aise sur la piste qu’en librairie. Pourtant il fait le bonheur des tabloïds britanniques. Mais sa biographie « My Way » est un bide. D’après le Daily Star, la bio officielle de Lewis Hamilton fait un tel flop, qu’elle est bradée pour environ 1, 20 euro pour un prix de vente de 25 euros ! Le pilote anglais avait reçu 2 millions de dollars pour sa biographie. La plus grosse somme jamais offerte pour un sportif aussi jeune. Prenant sans doute modèle sur Hamilton et McLaren, le team Honda F1 a signé un contrat longue durée avec un jeune pilote britannique. Will Stevens est un jeune champion de kart. Il a 16 ans. La fin des gladiateurs Il y a bien longtemps qu’on ne l’avait entendu. Eddie Irvine tire à boulet rouge sur la F1 actuelle. Le vice champion du monde 1999 (Ferrari), estime que la F1 est devenue trop aseptisée, trop sûre ! Le pilote irlandais n’hésite pas à citer Hemingway pour expliquer son propos dans le Guardian : « mis à part la corrida, l’alpinisme et la course automobile, le challenge du risque n’existe pas dans les autres

sports…il ne reste plus beaucoup de place pour le combat de gladiateurs ».Trop sûre les F1 ? Tant pis. La biographie du regretté François Cevert (5) a pour titre « La mort dans mon contrat ». Les temps ont changé.Tant mieux. Rien ne vaut la sécurité, même si le terrible week-end du début mai 1994 à Imola nous rappelle que rien n’est jamais acquis. (1) Le cabinet Deloitte a présenté une étude sur le sport mondial. Il apparaît que la Formule 1 a rapporté 140,8 millions d’euros par course en 2007. Les recettes totales de la Formule 1 comprennent les principales recettes provenant des retransmissions télévisées, le sponsoring et l’hospitality, les recettes provenant des équipes et des investissements des constructeurs. Enfin il faut ajouter à l’étude les recettes de la vente des billets sur les circuits.Total des recettes pour la Formule 1 :2,5 milliards d’euros.Voici les revenus estimés par Deloitte : National Football League (NFL) : 4.2 milliards d’euros Major League Baseball (MLB) : 3.3 milliards d’euros Formule 1 : 2.5 milliards d’euros La Bundesliga (foot allemand) : 1.4 milliards d’euros (2) Bernie Ecclestone (3) Formula One Management, la société qui gère les droits commerciaux du championnat et que dirige Bernie Ecclestone (4) Née Jordan, rebaptisée Midland après son rachat par un milliardaire canadien d'origine russe, c’est ensuite sous la bannière Spyker que l’équipe a participé au championnat 2007. Le petit constructeur automobile hollandais n'avait malheureusement pas les reins assez solides pour se lancer en F1. Le milliardaire indien Vijay Mallya est donc venu à la rescousse. Pour autant Force India disposerait d’un budget de 120 millions de $. (5) Décédé le 6 octobre 1973 sur le circuit de Watkins Glen lors des essais du GP des États-Unis

3


4

La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial

Mai 2008

TRIBUNE LIBRE • Les réflexions de Bernard Spindler, célèbre journaliste et écrivain, ancien directeur de TMC

“La réussite de cette course tient du travail”

Ya-t-il une éthique en Formule 1 ?

PAR BERNARD SPINDLER

'était au joli temps de l'aventure, du défi et années, le des plaisirs nouveaux. Ce temps-là, sentait pétrole coule bon l'huile de ricin et la fureur de la vites ra encore des se. L'essence coulait à gros bouillons dans de jours... heu gros entonnoirs à l'heure des ravitaillements. Une reux (?). casquette, un bout de feutrine, tenaient lieu de C e r t e s , filtre aux impuretés. La manoeuvre dépendait du d'autres voies savoir-faire et de l'audace de quelques énergu se préparent. mènes en salopettes. On se bousculait autour du Les berlines monstre, moteur en marche, bravant le métal allemandes et chauffé à blanc. quelques pro Le succès de cette première course en ville repo tos amèri sait sur la qualité d'une préparation qui ne devait cains équipés rien à l'improvisation, et beaucoup à l'héritage du du moteur à Prince Albert Ier depuis la fin du siècle. Le hydrogène Souverain, fasciné par les découvertes de la nous rendent motorisation avait fait de la Principauté, un modè - attentifs aux recherches. La démonstration en un le de recherche et d'expérimentation. Le diri - temps record de trois ans de l'industriel moné g e a ble de Santos- Dumont, l'avion d'Henri gasque Gildo Pastor Pallanca interpelle. La réali Rougier, les canots automobiles et les premiers sation d'un bolide Venturi Fetish du tout élec aérohydroplanes, avaient fai t de la rade Monaco, trique au solaire du petit Astrolab ne manque ni un étonnant laboratoire, un banc d’essai de la de culot ni de bon sens. compétition. Lorsque Louis II autorisa le premier Terminons au temps présent. Autour de cette Grand Prix de Monaco,le terrain était ouvragé de rade que rafraîchit le vent marin, se poursuit un longue date. travail d'arrache pied depuis bientôt quatre-vingts Déjà, la piste avait été bitumée, cimentée, la cité ans. La réussite du Grand Prix de Monaco ne débarrassée de toute poussière, le circuit couvert tient pas du miracle, mais du travail, encore et de liaisons téléphoniques,le tunnel du Tir aux toujours. Elle répond et illustre cette réflexion de Pigeons électrifié, son sol couvert de peinture notre Prince Souverain lors de son discours blanche. Le monde sportif saluait la compétence d'avènement. et le dévouement d'un corps de commissaires “Qui sommes nous ? Une communauté qui a bénévoles, postés aux points dangereux. Déjà ... su transformer quelques atouts touristiques Aux effets de houle de la crise économique des bien connus en de nombreuses activités telles années 30, restaurateurs et hôteliers répondaient qu'une industrie de loisirs qui a donné naisen offrant le gîte et le couvert aux pilotes, à leurs sance à une série d'évènements très souvent équipes. On croit rêver .. mondialement connus et réalisés avec un soin Trois quarts de siècle plus tard, Monaco est plus qui a pour objectif de viser l'excellence”. que jamais le miroir de l'innovation, sur un tracé fidèle à son dessein d'origine. Mais voici venu un autre temps, celui des écono mies de la précieuse énergie. Sait-on que les ingénieurs de la Formule 1 travaillent en alchi mistes silencieux depuis des mois, sur une idée simple. Comment récupérer tout ou partie de l’énergie des moteurs lors de violentes décéléra tions, de freinages spectaculaires ? La finaIité étant son utilisation, tel un "bouster" à la volonté du pilote. Encore faut-il pouvoir conserver, stoc ker cette ressource de puissance. Gabriel Cadringher, le représentant des constructeurs auprès de la Fédération Internationale, est très clair. Il n’est pas question dit-il, d'avoir recours aux moteurs hy b rides actuels faisant appel à un poids de batteries déraisonnable. La solution existe, elle passera par d’autres moyens plus sophistiqués de stocka ge. Les motoristes espèrent aboutir à l'horizon 2010. Autant dire demain, avec à moyen terme, l'application probable d'une nouvelle économie à nos véhicules de tous les jours.La Formule1l qui a beaucoup donné à l'automobile dans son his toire reste donc sur sa trajectoire de banc d'essai. Soyons réalistes, pendant les prochaines

C

Week-end Grand Prix F1, appartement de luxe, avenue d'Ostende. Capacité d'accueil : 60 p e rsonnes privatives. Contact : 06.82.53.54.82


Dossier Spécial

Mai 2008

L’EXPOSITION • “Speed City” du 7 au 29 mai 2008 dans les Jardins du Casino

Les GP d’autrefois Cinquante photographies sélectionnées de Bernard Asset, Bernard et Paul-Henri Cahier illustreront les moments les plus forts du Grand Prix de Monaco depuis ses débuts PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

u 7 au 29 mai, se tiendra l’exposition photographique Speed City dans les jardins du Casino. Cinquante photographies sélectionnées illustreront les moments les plus forts du Grand Prix de Monaco, depuis ses débuts en 1929 jusqu’à aujourd’hui.

D

Par ailleurs, du 22 au 29 mai, les portraits des 12 pilotes les plus titrés en Principauté, seront également présentés, cette fois dans l’Atrium du Casino. Sous le titre Dans les yeux des pilotes, vous retrouverez ceux qui ont fait la légende de la F1 et du circuit de M o n a co : Ayrton Senna, G raham Hill, Michael Schumacher, Alain Prost, Stirling Moss, Jacky Stewart, Fernando Alonso, Dav i d Coulthard, Juan Manuel Fangio, Niki Lauda, Jody Scheck t e r, Maurice Trintignant. Les photographes Bernard Asset est un homme passionné. Voilà bientôt plus de 25 ans qu'il sillonne le monde entier à la

recherche d'une image forte, celle que l'on ne réussit qu'une seule fois dans sa vie et qui, pour un bref instant, vous hisse au sommet du monde. Son domaine est le sport automobile et spécifiquement la Formule 1. Il est aussi co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages tels : «Inside Formule 1», «Le Mans 2002», « Fo rmule 1 2003», «Inside Senna»... Pour les pilotes de F1, B e r n a rd Cahier est p h o t o gra p h e, bien entendu. Mais il reste surtout l'un des leurs. Dès lors, Bernard ne fut pas seulement le témoin privilégié des premières années de la F1. Il en fut l'acteur. Ses photos l'attestent : de vrais moments d'intimité partagée. Puis est venu Paul-Henri Cahier. La succession s'est faite doucement, naturellement, comme lorsqu'un père transmet le témoin à son fils. Ainsi, tous les pilotes des six décennies de la F1 ont défilé devant les objectifs des Cahier père & fils, de Nino Fa rina, premier champion du monde en 1950, à Kimi Raïkkonen. 1 – Carambolage au départ à Ste Dévote © Bernard Asset 2 – Gilles V i l l e n e u ve à Monaco 1981 © Bernard Asset 3 – JM Fangio, Maserati, Monaco 1957 © Bernard Cahier 4 – Nigel Mansell, Williams Renault Monaco 1992 © Paul Henri Cahier 5 – Michael Schumacher, Ferrari, Monaco 1996 © Paul Henri Cahier 6 – Ayrton Senna, Monaco 1985 © Paul Henri Cahier 7 – Départ Grand Prix 1955. Ascari entre Fangio et Moss. Les Mercedes abandonneront, Ascari plongera dans le port et Trintignant s’imposera © Bernard Cahier 8 – Maurice Trintignant (Ferrari) victorieux du GP 1955 © Bernard Cahier

La Principauté

5


6 La Principauté

Politique

Société

Mai 2008

LEGISLATION • Le 28 avril dernier le Conseil National a enfin voté le texte qui protège les non-fumeurs, interdisant de fumer dans tous les lieux publics

Uneloiàbutéducatif plutôt que répressif

Photo © CN

Le Dr Robillon : “On améliorera la santé publique sans conséquences économiques durables” PAR PATRICE ZEHR

point fondamental. Il faut tout aussi bien protéger les employés des casinos que les serveurs dans les restaurants ou les employés de bureau dans les entreprises et les administra tions. Cela est évident. On ne peut pas faire de discrimination entre les salariés. On ne peut pas non plus traiter de façon dif férente les établissements de la Principauté, car comment jus tifier qu’on laisse fumer dans les casinos, et pas dans n’impor te quelle discothèque, restaurant ou bar-tabac ? Il y aurait là une double discrimination, économique et sanitaire. Il est triste de penser que les élus du REM, pour faire acte d’opposition, essayent de minimiser les impacts du tabagisme passif sur La Principauté : La loi anti tabac a été votée, elle a un peu plusieurs centaines de leurs compatriotes en jouant sur la tardé, y a-t-il eu des difficultés avec le Gouvernement ou crainte des conséquences économiques de cette loi. Il ne faut pas avoir un portefeuille à la place du coeur ! même entre élus pour aboutir au texte final ? Jean-François Robillon : La difficulté principale a été, à l’origi - LP : Vous êtes docteur mais aussi élu. La liberté de fumer ne, de convaincre le Gouve rnement de la nécessité de légifé - pendant quelques mois a-t-elle drainé à Monaco une rer pour protéger les non-fumeurs. Lorsque la majorité s’est clientèle refusant la prohibition à la française ou à l’itaemparée de la question au début de la législature précédente, lienne ? ce dossier n’était pas à l’ordre du jour. Nous avons buté sur J-F. R. : A ma connaissance, aucune étude statistique n’a été c e rtaines résistances (pression des fumeurs, préoccupations réalisée en Principauté pour évaluer une telle conséquence. Il financières tant pour le secteur des Jeux que pour l’attrait tou - est probable même que de nombreux clients de restaurants ristique du Pays). Il a fallu beaucoup de persuasion aux deux préfèrent actuellement aller en France ou en Italie, en particu conseillers nationaux les plus impliqués, à savoir Jean-Charles Gardetto et moi-même, avec l’appui de la majorité, pour lever Les ravages du tabagisme : les chiffres les réticences du Gouvernement et l’amener à travailler à l’éla boration d’un texte. Les législations anti tabac prises dans les e tabac est le principal facteur d’accident coronarien (infarctus du myocarde, hémorragie cérébrale, rupture d’anévrisme…) et est à divers pays européens et notamment en France et en Italie ont l’origine de nombreuses manifestations d’insuffisance respiratoire tout de même permis une prise de conscience essentielle pouvant conduire à la mort : 1 cancer sur 3 est dû au tabagisme. En autour de la dangerosité du tabagisme passif. L’arrivée au pou France, le tabac est responsable de 13 morts par jour. On estime que voir de SAS le Prince Albert II a également permis d’accélérer le tabac a été responsable de 10% des décès en 2006. 10% de ces décès sont attribués au tabagisme passif. Une cigarette fumée corresles choses : Sa décision de rendre entièrement non-fumeur le pond à 4 minutes d’espérance de vie en moins pour le fumeur et à 1 Palais de Monaco dès Son Avènement a été un geste fo rt sur minute en moins pour l’entourage. La fumée secondaire (répandue le plan politique. Grâce au travail et à l’implication du regretté dans l’environnement lors de la combustion d’une cigarette) est plus Conseiller de Gouvernement pour les Affaires Sociales Denis toxique que la fumée inhalée par le fumeur. La fumée secondaire Ravera, un projet de loi a finalement été déposé en novembre contient plus de 50 substances cancérigènes. Compte-tenu de sa toxicité dans une pièce fermée, les experts estiment qu’il faudrait créer 2007. L’actualité législative chargée de la fin de la mandature des débits d’air de l’ordre d’une tornade pour parvenir à réduire le ne nous a pas permis de le voter avant décembre mais, une risque d’exposition à un niveau acceptable. 5% des victimes de canfois réélus, nous avons tenu symboliquement à en faire la pre cers du poumon sont non fumeuses. Le tabac des autres tue une permière loi votée par le nouveau Conseil National. Le débat a sonne toutes les 17 minutes en Europe Les effets du tabagisme passif sur l’enfant : le risque de survenanp o rté sur l’opportunité de permettre certaines dérogations à ce de crises d’asthme chez l’enfant augmente de 14% si le père fume, l’interdiction de fumer dans les milieux où l’on craint les consé de 28% si la mère fume et de 52% si les deux parents fument. Le tabaquences financières de cette mesure. C’était l’optique du texte gisme passif augmente de 48% le risque d’otite récidivante et de 100% initial du Gouvernement, qui prévoyait une dérogation pour les le risque de mort subite du nourrisson. casinos. L’opposition était favorable au maintien de cette déro En ce qui concerne les croupiers, une étude réalisée pour une caisse de prévoyance, reprise sur le site du Ministère Français de la santé gation, malgré la prise de position très ferme de 10 des 12 publique, estime que l’espérance de vie des employés de jeux est de syndicats que compte la SBM, en faveur de l’interdiction de 17 ans inférieure à la moyenne. fumer. Nous avons bien entendu considéré que la santé des employés des casinos n’est pas à vendre. LP : Alors concrètement qu’est ce qu’on pouvait faire et lier s’ils veulent y aller avec leurs enfants. Pour ce qui est des casinos, les clients italiens, en particulier, et ils sont les plus qu’on ne pourra plus faire à Monaco ? J-F. R. : La Loi votée ce 28 Av ril 2008 par le Conseil National nombreux, sont habitués depuis trois ans à ne plus fumer à la interdit le tabagisme dans tous les lieux publics ou de tra - table de jeux, car cela leur est interdit dans leur pays. Ils vail recevant du public lorsque ces lieux sont clos et cou - posent, avant de pénétrer dans les salons, la question de verts. Les lieux recevant des mineurs ou permettant un exer - savoir s’ils peuvent ou non fumer. Ce n’est pas pour ça qu’ils cice sportif sont également concernés. Sauf dans ces deux viennent à Monaco. Les casinos de Monte-Carlo offrent bien d e rniers cas, il sera possible d’installer des fumoirs, c’est-à-dire d’autres attraits, à commencer par des volumes de jeux excep une pièce affectée exclusivement à la consommation de tabac. tionnels qui en font un lieu recherché des joueurs. Ils conser Mais ces fumoirs devront être complètement isolés du reste de veront cet avantage concurrentiel après l’entrée en vigueur de l’établissement et répondre à des normes strictes de ventila - l’interdiction de fumer. tion. Aucune prestation de service ne pourra y être effectuée et LP : Craignez-vous des conséquences économiques de aucune prestation d’entretien ne pourra intervenir avant le cette nouvelle loi ? renouvellement total de l’air, qui peut prendre jusqu’à plusieurs J-F. R. : Pour moi, le critère économique ne doit pas rentrer en heures. L’idée, c’est qu’on ne pourra plus exposer aux méfaits ligne de compte en ce domaine. Mais pour répondre à votre du tabac les personnes qui ont choisi de ne pas fumer. Il ne question, les études effectuées sur des pays comme l’Italie ou s’agit pas d’une loi anti-fumeurs mais d’une loi de protection l’Angleterre démontrent qu’il s’agit tout au plus d’un risque immédiat, faible et généralement compensé au bout d’un à des non-fumeurs contre le tabagisme passif. La loi possède également un second volet, de protection des deux ans. Ainsi, en Italie, on n’a pas enregistré de baisse de la mineurs contre le tabagisme. La vente de tabac aux moins de fréquentation dans les bars et les discothèques suite à l’entrée 16 ans sera désormais interdite. C’est une mesure importante, en vigueur de la loi en 2005. En France, le recul n’est pas suf au plan de la prévention, quand on sait que la première ciga - fisant pour avoir une idée précise de l’impact de l’interdiction rette se fume aujourd’hui vers l’âge de 12 ans. Il est également totale de fumer en vigueur depuis janvier ; néanmoins, les pre prévu la mise en place d’une consultation gratuite au CHPG miers chiffres montrent que les établissements les plus tou chés sont ceux situés en zone frontalière. Monaco n’aura pas pour les fumeurs désirant s’arrêter de fumer. LP : Que répondez vous à ceux qui disent qu’il faut laisser ce problème puisque la France et l’Italie appliquent déjà l’inter ceux qui veulent fumer dans certains lieux fumer sinon ils diction de fumer. Malheureusement ce phénomène de baisse ne viendront plus à Monaco… on pense au casino ? Que transitoire se retrouve aussi dans les chiffres de la vente et pensez-vous de l’approche de l’opposition parlementaire donc de la consommation de tabac, qui chutent généralement de 10% à 12% au cours des deux premières années, avant de qui privilégie l’aspect financier sur la santé? J-F. R. : Une loi de santé publique, par son but de protection de retrouver leur niveau d’origine. Pas d’inquiétude donc pour le la population, ne peut s’accommoder de dérogations. C’est le budget de l’Etat et les buralistes !!

L

e Conseil national a voté une loi qui met Monaco en harmonie avec les législations européennes qui vont toutes dans le sens de l’élargissement des interdictions de fumer. Jusqu’ où est-on allé ? Est-on allé trop ou pas assez loin ? Quel impact sur l’économie… quid de la pub ? Voilà ce que nous avons voulu savoir en posant des questions au mieux élu de tous les conseillers nationaux, considéré par certains comme un croisé de l’anti tabagisme, , l’élu de l’Union pour la Principauté (UP), le docteur Jean-François Robillon.

L

Le Dr Jean-François Robillon, rapporteur de la loi “anti-tabac”

En ce qui concerne les casinos, la direction de la SBM a décla ré anticiper un recul de l’ordre de 10% des recettes brutes des jeux. Ces chiffres me paraissent volontairement alarmistes. Compte tenu de la réputation des établissements de la Principauté, des possibilités qu’ils offrent et du fait qu’une majo rité de casinos en Europe sont déjà non fumeurs, l’évasion des joueurs sera par définition limitée. Enfin, il faut évaluer les effets positifs qui sont avant tout évidents au plan de la santé publique avec une diminution des pathologies essentiellement cardio vasculaires et cancéreuses et de leurs coûts humains et finan ciers. En termes financiers, cela se traduit évidemment par des économies sur les dépenses de soins et de sécurité sociale, mais également sur les frais annexes liés pour les employeurs à l’absentéisme et à la maladie. Les intérêts économiques sont aussi nets pour les lieux recevant le public (bars, restaurants, hôtels…) qui voient leurs frais d’entretien (peintures, tentures, décoration…) diminuer. Cet aspect a été bien étudié dans les pays anglo-saxons comme l’Irlande et l’Ecosse par exemple. LP : La criminalisation du fumeur ou en tout cas la pression pour lui donner mauvaise conscience n’est elle pas un danger pour la liberté de vivre ou… perdre sa vie comme on l’entend- une sorte de totalitarisme sanitaire ? J-F. R. : Une loi qui n’aurait pas de sanction ne serait pas une véritable loi. Cependant, le but n’est pas de sanctionner le fumeur. Cette loi a un but éducatif plutôt que répressif. S’enquérir de la gène ou du refus de leur entourage non fumeur de subir une intoxication tabagique n’est pas jusqu’à aujourd’hui une préoccupation spontanée des fumeurs. Cela est évident. On ne peut donc pas miser sur leur civisme envers les non fumeurs. La loi rend obligatoire dans les lieux publics clos et couve rts une prise en compte du choix des non fumeurs pour les protéger. Le totalitarisme sanitaire aurait consisté à interdire tout tabagisme sur le territoire de la Principauté dans les lieux privés ou publics. Nous en sommes loin et il n’en a jamais été question. La prohibition n’a jamais été notre préoccupation. La protection oui ! LP : Peut-on lutter contre le tabac sans lutter contre la pub sur le tabac ? Ou en est on par exemple par rapport aux gds prix- pas seulement à Monaco. J-F. R. : Dans de nombreux pays, une interdiction de la publici té a été décidée (type loi Evin en France). Aucun effet sur la consommation n’a été mis en évidence. Ces mesures n’ont aucune portée. De même si les « fumer tue », « la cigarette est nocive » .. qui sont inscrits sur tout paquet de cigarettes étaient efficaces, les paquets resteraient chez les buralistes... Notre responsabilité d’élus est de ne pas mettre en péril une mani festation mondialement connue et rentable avec des mesures inutiles. Cela n’a rien à voir avec une protection démontrée sur la population fumeuse passive jusqu’à ce jour !!! LP : Ce combat est un peu le vo t r e, vous en êtes en tout cas une figure emblématique - rien ne semble devoir ébranler vos certitudes. J-F. R. : Ma motivation professionnelle est connue de tous. Les syndromes coronariens, les cancers et leurs consé quences sont ma pratique quotidienne. Savoir qu’une bonne partie de mes patients pourrait ne pas avoir subi ces patho logies me conduit au plan professionnel à répéter les conseils d’arrêt du tabagisme et de correction des facteurs de risque. Au plan parlementaire, il m’a toujours semblé évi dent qu’il fallait travailler dans le même sens. Aujourd’hui, avec cette loi de protection contre le tabagisme passif, j’ai le sentiment de participer à une amélioration de la santé publique des habitants de la Principauté.


Mai 2008

ELECTIONS ITALIENNES

Politique

Société

La Principauté

Les résultats des dernières consultations ont démontré une transformation du cadre politique vers une vraie bipolarisation

Italie, le grand retour de Silvio Berlusconi Un “caïman” qui doit son succès à une image de gagneur et d’inoxydable qui passe à travers tout PAR PATRICE ZEHR

anni Moretti pourra peut-être donner une suite à N son film « le caïman » car le personnage qui l’a inspiré est de retour. On peut penser que le réalisateur italien s’en serait bien passé. La victoire de Berlusconi est cependant nette et incontestabl e, supérieure à ce qui était prévu. Une victoire encore accentuée par le vote des italiens de l’étranger (dont ceux de Monaco bien sûr) qui lui donnent par exemple trois élus supplémentaires au Sénat contre deux au centre-gauch e. La droite dispose de 32 s i è ges de majorité dans la Haute Assemblée - Silvio Berlusconi et ses alliés ont désormais 174 sièges à la chambre haute contre 132 pour Walter Veltroni et ses alliés. C’est import a n t , car en Italie le Sénat a autant de pouvoir que l’Assemblée nationale, et c’est par un vote du Sénat qu’est tombé le gouvernement Prodi. A la Chambre, Silvio Berlusconi a obtenu 17.063.874 voix (46,8%) contre 13.686.673 (37,5%) à Veltroni et 2.050.319 (5,6%) aux démocrates chrétiens de l'UDC de Pier Ferdinando Casini. La droite de M. Berlusconi aura 340 sièges sur 617, contre 239 à la gauche emmenée par Walter Veltroni, l’ancien maire de Rome.

président du Conseil de l’après Berlusconi. C’est pourquoi il a fait évoluer un parti néo, puis post fasciste vers un parti de droite démocratique et il semble avoir été suivi par les électeurs. Ceux qui s’étaient unis dans « la destra » contre le «traitre et le renégat» ont perdu leur pari. Fini en est renforcé même s’il n’en a pas encore tout à fait terminé avec l’ombre de Benito, avec la présence au sein de la majorité de la petite fille du duce, Alessandra Mussolini. Mais il y a aussi l’ami de l’extérieur, l’autre grand vainqueur incontestable du scrutin, la ligue du nord d’Umberto Bossi, proche des 10 % et a plus de 30 dans le nord. Son parti autonomiste qui flirte avec la sécession, dénonce « Rome la voleuse », les fainéants du sud, et surtout les immigrés, est devenu incontournable et risque de droitiser le gouvernement. Les premières déclarations de Berlusconi ont d’ailleurs été pour dénoncer l’immigration clandestine et annoncer une mobilisation sécuri t a i r e. Une image de gagneur et d’inoxydable Reste que « parole … parole» - su eminenza - devra faire avec l’environnement international et la mauvaise situation économique italienne. Il a déjà changé de ton sur le dossier Alitalia. Son principal souci est de réussir car cette fois pour lui c’est bien la dernière. Les italiens lui redonnent une chance. Il doit son succès parfois mal compris à l’étranger à une image de gagneur et d’inoxy-

Silvio Berlusconi, 71 ans, leader de “Il Popolo della Libertà”

dable qui passe à travers tout et notamment les poursuites judicaires. Les italiens qui votent Berlusconi, lui font confiance et passent sur son coté « bouffonne », ses propos machos et ses gaffes. Ils pensent que cet homme-là peut réussir. Jamais deux sans trois certes mais c’est la dern i è r e. On le croyait fini, endormi au bord de la rivière… mais dés que l’occasion s’est présentée, le caïman s’est réveillé et il est de retour avec un formidable appétit.

Le troisième consulat d’il cavaliere B e rlusconi va donc à 71 ans entamer un troisième mandat de Président du Conseil et il espère bien sûr renouveler son précédent exploit historique. C’est-à-dire aller jusqu’au bout LE POINT de la législature, une exception en Italie où depuis la fin de la guerre, la durée de vie d’un gouvernement dépasse rarement un an ou deux. Malgré un mode de scrutin inchane mercredi 27 mars les élus du groupe « Rassemblement & Enjeux » donnaient une confégé, il y a eu cette fois une vrai biporence de presse. Cette première conférence de presse était volontairement tenue dans le bâtiment du « Conseil national ». Le fait que notre journal n’y ait pas été convié ne nous a pas l a risation, avec la disparition des paru un motif suffisant pour l’ignorer. petits partis qui faisaient et défaiL’opposition parlementaire et les mouvements d’oppositions sont à la recherche, deux mois saient les gouve rnements au gré de après leur échec, d’une stratégie et d’un espace politique. Il y a l’intérieur et il y a l’extérieur. leurs humeurs. C’est l’un des éléEn ce qui concerne Nouvion (photo à droite) - Burini et Steiner, il s’agit pour le moment d’exisments importants du vote, la fin ter et d’occuper le terrain dans l’hémicycle en multipliant les interventions et les tirs de barrages procéduriers. Le REM aimerait obtenir un statut lui donnant les mêmes droits que la d’une exception italienne. La dynamajorité choisie par les monégasques. En fait le « statut de l’élu » vise à instaurer, ce qui est de mique de Veltroni aura finalement bonne guerre, une sorte de « discrimination positive » en faveur de la minorité. Cet objectif préservi Berlusconi. Son parti unique a senté comme démocratique, sera difficile à atteindre. La minorité au parlement ne peut se prépoussé la droite à faire de même, et valoir d’un statut « parlementariste », ce qui serait tout de même bien paradoxal pour une forson recentrage de la gauche a promation faisant de la « dérive parlementaire » une de ses obsessions. Il faut bien constater qu’à Monaco, il y a une opposition non pas au gouvernement, mais à la majorité législative et cela voqué avec le rejet du bilan Prodi par complique les choses. les électeurs, la déroute de la Cela complique les choses également au niveau du positionnement. Les institutions instaurant gauche radicale. Cette dernière unie un débat pour déboucher sur un consensus, au bout du compte, s’opposer à la majorité va revenir de fait, dans la plupart des cas dans une coalition « arc en ciel » à s’opposer au gouvernement princier, ce qui ne sera pas facile à gérer. n’aura aucun élu et pour la première La stratégie du démarquage ne s’annonce pas beaucoup plus simple. Comment proposer tout le temps autre chose, sans donner l’impression de s’opposer systématiquement et comment dans certains cas ne pas être à contre courant de la volonté générale. fois aucun communiste, se revendiLe positionnement sur la loi contre le tabagisme en est un exemple. Le REM s’est positionné sur une ligne d’exceptions éconoquant comme tel, ne sera au parl emiques à préserver et de liberté individuelle. C’est un positionnement qui est à contre courant du mouvement général actuel en ment depuis la fin de la guerre. Exit Europe qui consiste, par respect du principe de précaution et par éthique sanitaire, a établir une tolérance zéro pour les effets du Peppone ! Don Camillo avec Casini tabagisme passif. Pas facile non plus de se démarquer sur l’avortement thérapeutique au risque de passer pour moins moderne n’a pas non plus vraiment réussi son qu’on ne veut se présenter. La menace de sanctions alourdies contre les employés « bavards » pour renforcer le secret bancaire est, par les temps qui courent, une initiative curieuse et qui serait forcément mal interprétée. La remise en cause du sponsoring de la relookage. Le PD de Veltroni peut SBM concerne l’avenir de l’ASM… mais on voit mal un parti politique monégasque lâcher le club en lui coupant les vivres ! estimer avoir assaini le paysage poliCette analyse ne veut démontrer qu’une chose, jouer le contre pour s’identifier est difficilement possible sur tous les sujets à tique italien et modernisé la gauche, Monaco. Ce sera un problème majeur pour l’opposition parlementaire. mais pour le moment il est perdant. A cette problématique stratégique s’ajoute une problématique d’espace qui va au delà du REM. Car le groupe parlementaire va être l’émanation d’un mouvement politique qui va se dénommer « Rassemblement & enjeux» supprimant le …Monégasque. Ce sera un parti et non plus un rassemblement. Laurent Nouvion s’est rallié à l’idée de parti qu’il a refusé si longtemps, par pragBerlusconi a-t-il pour autant matisme. Mais ce parti va-t-il absorber à l’italienne le RPM ? L’avenir de l’ancienne formation conservatrice étrillée pour la seconles mains libres ? de fois reste très incertain. Il devra se méfier moins de l’opposiReste les autres mouvements vaincus. Le Parti monégasque fait le mort tout comme Pfm. Pfm parait avoir accusé le coup tion de gauche finalement, que de d’une défaite sévère et analyse sans doute les erreurs et les possibilités restantes. Son allié de « synergie monégasque » semble moins marqué. L’association va observer et s’exprimer de l’extérieur. Le but de chacun est d’occuper un espace pour préses « meilleurs ennemis », ses alliés parer ….2013. C’est légitime. Il y a cependant un problème. Les Monégasques veulent que leurs élus travaillent, ils veulent de l’intérieur et de l’extérieur. Tout le des résultats concrets. Ils ne veulent certainement pas d’une campagne électorale sur 5 ans. Ceux qui seraient tentés de faire monde sait que Gianfranco Fini a du « politicien permanent » pour exister s’exposeraient bien vite à la lassitude des citoyens. Les Monégasques ont voté, ils ont fondu son « Alliance nationale » approuvé des priorités et des directions. L’essentiel maintenant est dans l’équilibre entre ces orientations majoritaires et le prodans le « peuple des libertés » avec gramme du gouvernement princier et certainement pas ailleurs. La majorité s’est engagée à faire participer l’opposition au travail parlementaire, elle devra tenir cet engagement d’ouverture. L’opposition devrait donc avoir toute sa place mais rien Forza Italia pour devenir consul à la que sa place, car en démocratie le respect de la minorité va de pair avec le droit de la majorité de décider. Il reste à l’opplace du consul.Toute la stratégie de position à trouver - et c’est vrai que ce n’est pas facile - la bonne stratégie. (P.Z.) l’ami du président Sarkozy consiste à devenir le chef de la droite et le

Oppositions : la stratégie et l’espace

L

LE POINT

7


8

La Principauté

les Repodurtmoisages

LAVISITE OFFICIELLE

Mai 2008

Aucune annonce sur la fiscalité des Français de Monaco mais les deux pays vont affronter ensemble les

La bienvenue de Monac MONTE-CARLO - Le 25 avril restera comme une journée particulière. La première visite à Monaco du Président Sarkozy sous le signe de la proximité et d’une ambition commune pour la planète. Un beau soleil, une véritable première journée de printemps, une petite foule de plusieurs cen taines de personnes place du palais, des applau dissements nourris quelques « Sarkozy –

Sarkozy » un accueil amical et chaleureux confirmé dans l’après midi au musée océano graphique, le président a passé une journée de travail sous le signe de la détente. Une petite déception évidente cependant pour les nombreux italiens présents, l’absence de Carla Bruni- Sarkozy. Une frustration égale ment pour les journalistes accrédités- l’annu lation de la conférence de presse prévue initia -

lement et la non présence des médias lors de la rencontre entre le président et les français de Monaco Salle du Canton. Il n’y a donc eut aucu ne annonce sur la fiscalité des français de Monaco. Le Président parait attendre les conclusions du « groupe de travail » chargé de leur situation spécifique. Une piste serait dit on envisagée… la transmission du certificat de domicile des français installés depuis 57 et

Photo © Pascale Digeaux

Photo © Pascale Digeaux

Photo © Marc Mehran

Photo © Marc Mehran

Photo © Pascale Digeaux

Photo © Marc Mehran

Photo © Marc Mehran

Photo © Pascale Digeaux

Photo © Pascale Digeaux


les Repodurtmoisages

Mai 2008

La Principauté

s problèmes du réchauffement climatique et de la pollution, tentant de mobiliser les états de la planète dans une véritable “entente mondiale”

co au Président Sarkozy donc exonérés à leurs enfants… à voir. Pas d’annonce de proximité à l’exception tout de même lors des entretiens privés de l’engagement de ratification des accords de 2.005 qui permet tra à Monaco de nommer un jour un premier ministre d’état monégasque. Les annonces cependant ont été nombreuses l’après midi dans le cadre d’un colloque sur l’Arctique et la Méditerranée au Musée océano -

Photo © Pascale Digeaux

graphique. Réchauffement climatique et pollu tion sont les dangers que les deux pays vont affronter ensemble, tentant de mobiliser autour d’eux les états de la planète dans une véritable « entente mondiale » L’antarctique est la sentinelle des changements climatiques et la méditerranée le laboratoire des pollutions. Monaco va participer en tant qu’état souverain au sommet de lancement de l’union méditerranéenne du Photo © Marc Mehran 13 juillet à Paris. Comme l’a expliqué le Président Sarkozy il s’agit à partir de pro jets concrets de construire une gouver nance et non pas comme dans le proces sus de Barcelone d’ins taller d’abord une gou vernance pour déci der de projets. Une démarche pragma tique totalement approuvée par le prince souverain qui a annoncé la multipli cation des réunions Photo © Pascale Digeaux i n t e rnationales sur l’arctique et la médi terranée en princi pauté. En novembre 2.008 au niveau des experts européens pour la méditerranée et en février 2.009 dans le cadre d’une conférence internatio nale de l’Unesco sur l’arctique. Le Prince Albert II a proposé la candidatu re de Monaco pour accueillir en perma nence » Photo © Pascale Digeaux l’ob ser -

vatoire arctique international ». Le président Sarkozy a tenu a bien préciser que ces engagements pour la planète étaient des engagements de convictions et non des opéra tions de communication. Il a ensuite révélé la manière dont il fonctionne » je tiens ce que je pro mets… non pas parce que je l ai promis comme le prétendent certains, mais parce que j’y crois… et je ne promets que ce à quoi je crois. Au lendemain de son intervention télévisée tant attendue le président français aux cotés d’un prince de conviction mondialement reconnu a travaillé au changement de son image – le prési dent de la communication veut être reconnu comme un président de convictionLa coopération avec Monaco lui donne une occasion unique de concrète ment le p ro u ver.

NICOLAS SARKOZY Photo © Marc Mehran

9


Mai 2008

Entreprises

La Principauté

Travail

ECONOMIE • Première session plénière du Conseil Economique et Social des nouvelles générations

Le CESdes jeunes Transports, environnement et tourisme... industriel : les thèmes choisis par le lycéens PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

MONTE-CARLO - Le Conseil Economique et Social des jeunes a tenu sa première session plénière début avril. 36 lycéens avaient planché, travaillé, cherché, étudié depuis le mois de n ovembre sur plusieurs thèmes de réflexion liés à la vie de la société. Au final 5 dossiers, et autant de projets de voeux, reflétant leurs centres d’intérêts, et leurs en attentes en matière de transports (3 voeux) –fluidification du trafic dans les rues de la cité, mais aussi pour y accéder, et ainsi réduire la pollution- ; d’env i r o n n ement avec le projet de création d’une charte éco responsable pour les manifestations organisées en Principauté ; et enfin en matière de tourisme, avec un projet aussi inattendu qu’innovant de tourisme…industriel ! Bien vu. Ce n’est pas l’image la plus médiatique de Monaco, mais il y a - à Fontvieille notamment - un tissu industriel fort et de qualité à faire mieux connaître. Après avoir studieusement écouté les allocutions de M. André Garino (1), et de Mme Lambin-Berti (2), les jeunes « En haut : dans l’hémicycle, les conseillers « juniors » écoutent avec les allocutions de Mr André Garino et de Mme Lambin Berti ; conseillers » ont passé au cri ble et lon- attention ci-dessous : Andrea et Maxime présentent un plan pour développer l’inguement débattu chaque projet, en adop- tercommunalité des transports © CES tant finalement 4, le cinquième étant sans doute victime d’une présentation confuse. Ces 4 voeux ont été validés par le Conseil Economique et Social, en session plénière les 22/23 av ril, puis tra n s m i s, comme il se doit, au gouvernement. (1) président du Conseil Economique et Social de Monaco. (2) Commissaire général chargé de la direction de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports.

AMBASSADOR’S LUNCH

La République Tchéque se met en valeur

MONTE-CARLO - Profitant de la présence en Principauté de l’Ambassadeur de la République Tchèque en France, la CDE organisait le 4 av ril à l’Hôtel Métropole Monte-Carlo un Ambassador’s Lunch consacré à ce pays. Pour son premier contact avec les acteurs économiques de la Principauté, S.E. M. Pavel Fischer était accompagné du Conseiller Commercial de l’Ambassade et de représentants des organismes tchèques de promotion du commerce - CzechTrade - et des investissements – CzechInvest - basés à Paris. Les 60 participants monégasques ont ainsi découve rt le potentiel économique de cette destination et pris contact avec les représentants tchèques présents, d’autres ont également témoigné de leur expérience d’entrepreneurs dans ce pays. Dressant le port rait d’un pays extrêmement dynamique et attractif pour les investisseurs, Pavel Fischer a affiché d’emblée son François-Jean Brych, Consul de la République Tchèque à Monaco, intérêt à faire de cette rencontre le point de départ de relations S.E. M. Pavel Fischer, Ambassadeur de la République Tchèque en économiques accrues entre Monaco et la République Tchèque. France et Adnan Houdrouge,Vice-Président de la CDE Photo © CDE Depuis 2 ans, l’économie de ce pays de dix millions d’habitants croît au rythme de 6% par an. Son principal moteur est la vigueur de ses exportations. Son inflation est maîtrisée et le chômage est en baisse. Depuis la séparation en deux de la Tchécoslovaquie en 1993, le pays a été réformé à une cadence impressionnante. Avec une économie diversifiée, la République Tchèque dispose d’un savoir-faire historique en matière d’industrie, notamment automobile (Skoda,…). Le monégasque MECAPLAST GROUP dispose d’ailleurs depuis 1995 et 1999, de deux unités de production sur place. Afin de mieux promouvoir ce savoir-faire industriel, l’Ambassadeur lui-même est d’ailleurs arrivé en Principauté en «Gordon», réplique d’un célèbre « roadster » tchèque des années 30, renouant ainsi de manière symbolique avec une période au cours de laquelle la Tchécoslovaquie figurait parmi les 10 pays les plus industrialisés du monde. La République Tchèque est membre de l’Union Européenne depuis 2004. Au premier semestre 2009, elle prendra la présidence de l’UE et devrait faire son entrée dans la zone euro en 2012.

AMBASSADOR’S LUNCH

. Quelle marque, quel 1 sceau, ou pour reprendre

une expression journalistique, quelle ligne éditoriale, entendez-vous donner à la FPM ? “A l’issue des élections, le nouveau Bureau agit dans la continuité de l’équipe précé dente. Sa priorité sera de soutenir les entreprises monégasques face à toutes les contraintes, notamment sociales, réglementaires et urbanistiques auxquelles elles sont confrontées. En effet, l’exigüité de l’environnement urbain limite la venue de salariés et la pénurie de surfaces de bureaux disponibles à des tarifs raisonnables sanctionne à la fois les activités économiques et la création de richesse par le biais du reversement de la TVA. Au plan de l’innovation, nous propo serons aussi des actions pro-environnementales. Enfin, nous encouragerons la création de réseaux d’entreprises pour faire naître des projets novateurs et capitaliser leur mise en place grâce aux nouvelles technologies.”

2 . La situation paraît bloquée entre la FPM et l’USM. Où en est le dialogue social souhaité par le Gouvernement ?

“Dans l’édition de Monaco Hebdo du 3 avril 2008, M. le Conseiller de Gouvernement pour les Affaires Sociales et la Santé affirmait son intention de prendre contact avec la FPM et rappelait la volonté de S.E.M. le Ministre d’Etat de redonner une chance au dialogue social. Or, le nouveau Bureau est conscient de la néces sité de relancer les discussions entre les partenaires sociaux. Pour ce faire, nous devrons nous affranchir des conceptions idéo logiques afin de faire émerger la réalité socio-économique de Monaco. C’est en adoptant une approche rationnelle fondée sur l’analyse factuelle et chiffrée de la situation, par secteur d’activi té et par entreprise, que des solutions équitables naîtront. Nous sommes favorables à toutes les évolutions socio-économiques basées sur un effort partagé.”

. Dans un document récent, la FPM présente Monaco 3 comme un « paradis salarial », et en appelle à la souve-

raineté de la Principauté pour modifier « les règles du jeu ». Faut-il envisager de passer à des références purement nationales – et non plus françaises- en matière de conventions, grilles salariales, flexibilité, salaires minima…? “Aujourd’hui, le Gouvernement veut nous imposer le retour à la parité des salaires basée sur le taux horaire théorique brut fran çais. Or, des éléments tangibles et vérifiables s’y opposent et témoignent de son inapplicabilité à Monaco. En effet, la hausse de 30% des salaires minima français depuis 1998 réalisée grâce aux allégements de charges patronales et à la flexibilité accordés par l’Etat français à toutes les entreprises confirme la dangerosi té de l’application automatique et sans compensation de la pari té à Monaco. En outre, l’évolution imprévisible de la politique sociale française, qui incite les entreprises françaises à augmen ter les rémunérations contre toujours plus d’allégements, alour dirait encore davantage les charges des entreprises moné gasques, qui ne bénéficient pas des mêmes contreparties. Enfin, la perspective d’une grave crise pétrolière qui va déstabiliser l’économie mondiale, provoquera un accroissement d’environ 7 % des coûts de production de certaines entreprises. Dans ce contexte, est-il raisonnable d’infliger une contrainte supplémen taire à leur compétitivité? ” (P.Y.R.) (1) Philippe ORTELLI, Né le 20 mai 1966 à MONACO, 2 enfants. Ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. D.E.S.S. de l’Institut d’Administration des Entreprises d’Aix-en-Provence. Administrateur-délégué de l’E.M.T depuis 1992. Fondateur en 1999 et Administrateur-délégué de la CO.GE.MAT. Administrateur de la S.O.M.A.T. (Carrière de roches massives à la Turbie). (2) Composition du nouveau Bureau Fédéral de la FPM. Président : Philippe ORTELLI. Secrétaire Général : Mme Alberte ESCANDE, démissionnaire. Trésorier Général : Monsieur Alain ARNOUX. Vice-président pour les Affaires Sociales : Monsieur Henri LEIZE. Vice-président pour l’Innovation et l’Investissement : Monsieur Christian HANEUSE. Vice-président pour les Etudes Economiques : Monsieur Hervé LE BRAS. Vice-président pour la Formation et la Communication : Monsieur Jean-Paul GALLY.

USM : grève le 7 mai MONTE-CARLO - L’Union des Syndicats de Monaco appelle à la grève dans l’ensemble des entreprises monégasques le 7 mai. Et organise ce jour là en début d’après-midi une grande manifestation dans les rues de la Principauté. Décision prise au cours du Comité Général qui s’est tenu début février, en réponse au tract de la FPM intitulé « Monaco, paradis salarial ». Les raisons de la colère sont nombreuses estime l’USM qui, en une douzaine de points de revendications, dénonce les coups portés au monde du travail, tout comme au système de retraite ou aux prestations santé. Au coeur de cette manifestation, le projet de loi sur les contrats de travail, que le Gouvernement a déposé sur le bureau du Conseil National. Rupture amiable du contrat, retour en arrière sur les indemnités de licenciement, Intérim non réglementé, indemnité de précarité pour les fins de CDD envolée, etc.… autant de points que conteste l’USM. Dans la photo : la dernière grande manifestation de l’USM du 23 novembre 2006

11


12 La Principauté

Actualité

Mai 2008

En attendant le choix du projet d’extension, voici l’hôpital qui remplacera l’actuel

La présentation du futur CHPG PAR SOPHIE

HASSON-GRIMALDI

MONTE-CARLO - Le CHPG de Monaco envisage son extension de l’autre côté de l ’ A v e n u e Pasteur. Les travaux commenceront en 2010 pour déboucher fin 2013 à une livraison finale.

☞ Poursuivant son engagement pour l'environnement et le développement durable, la Mairie de Monaco lance son programme de reboisement "Une naissance = un arbre". Le principe est simple : pour chaque enfant né en Principauté, à partir du 1er janvier 2007, la Mairie plantera un arbre à proximité de Monaco. Un certificat nomi natif sera remis par le Service de l'Etat Civil aux parents venant déclarer la naissance de leur enfant en Mairie. Quant aux parents des bébés nés en 2007, ce certificat leur sera adressé par voie postale. 929 naissances e n registrées au cours de l'année 2007 représenteront autant d’arbres plantés. ☞ L’artiste du mois sur www.lezarts-gallery.com est Ben Ami Koller. Né en 1948 en Roumanie, l’artiste s’est installé à Montreuil en France où il vit et travaille depuis 1981. Son travail a fait l'objet de nombreux ouvrages et de plusieurs films. Il enseigne le dessin et la peinture aux enfants et aux adultes, dans et en dehors de son atelier. Pendant presque 30 ans, il a trouvé son inspiration dans l'être humain, corps et visage, qu'il a dessiné sur toutes sortes de supports au crayon, à la pointe d'argent, à la pierre noire, à la sanguine, à l'encre de chine, ... mais depuis 7 ans, ses recherches se sont orientées vers la peinture et l'abstraction. ☞ Signature d’une convention quadripar tite entre la Principauté de Monaco et le Burundi. A l’occasion de l’Assemblée Plénière de l’AMADE Mondiale qui s’est tenue les 10 et 11 avril derniers, les actions de l’AMADE Burundi dans le domaine de la prise en char ge des personnes vivant avec le VIH ont été mises à l’honneur par la signature d’une convention de partenariat et de financement quadripartite entre le Gouvernement Princier, l’AMADE Burundi, Fight Aids Monaco et l’AMADE Mondiale. Ce partenariat, d’une durée de trois ans, a pour objet la prise en charge communautaire des orphelins et autres enfants vulné rables (OEV) ainsi que celle des personnes vivant avec le VIH/SIDA (PVVS) dans les provinces de Bujumbura et de Bururi. Un montant total de 847 524 euros sera affecté à ce projet. ☞ Le Sycom, le syndicat patronal moné gasque des professionnels de la communica tion, vient de mettre en ligne son nouveau site web : http : // www.sycom.mc. Le Sycom invite les acteurs monégasques de la communica tion, adhérents ou non adhérents, ainsi que les annonceurs, à explorer et à utiliser ce site web, vitrine des travaux, actions et projets du syndicat. ☞ Plus de 91 % d’usagers satisfaits des parkings publics de la Principauté. C’est ce qui ressort de l’en quête de satisfaction menée par le service des parkings publics. Les résultats montrent un indice général de satisfaction, sur les grandes missions du Service que sont la sécurité, l'accueil et la propreté, dépassant les 96 %. La signalisa tion et l'éclairement recueillent plus de 85 points d'indice favorables. L'ambiance et la décoration sont approuvées par 78% des usagers, qui sont par ailleurs 86 % à se repérer facilement grâce à la signalisation intérieu re. Avec un taux de satisfaction moyen de près de 95% pour ce qui concerne le professionnalisme, l'accueil et la courtoisie, le personnel est également bien noté. ☞ Le 13 Mai 2008, l'Eglise Réformée fêtera ses 50 ans d'existence. C'est en effet en 1958, un 13 Mai, que l'exercice du culte protestant réformé fut autorisé en Principauté. La construction se fera grâce à la géné rosité de M. Adam Oser. En présence des acteurs poli tiques et religieux, en présence des présidents de la Fédération Protestante de France et du Président de l'Eglise Réformée de France, un culte d'actions de grâce et de reconnaissance sera célébré à partir de 19h. Après le culte, Paul Mindy, percussionniste de renommée internatio nale, accompagné de professeurs du conservatoire de musique, donnera un concert. Un verre de l'amitié clôturera la soirée. Pour de plus amples i n f o rmations prière de contacter l'Eglise Réformée au 93 30 29 27 ☞ La population de thon rouge en méditer ranée est au bord de l' effondrement. La Fondation Prince Albert II de Monaco a signé début janvier, dans le cadre d'un partenariat avec le WWF, une convention pour mener un vaste projet sur la protection du thon rouge. Ce p rojet a pour objectif, entre autres, de promou voir la pèche durable et d'inciter la communau té intemationale à la création d'un sanctuaire pour le thon rouge. Sans attendre les incidences positives de ce projet, la Fondation Prince Albert II se joint au WWF pour encourager la grande distribution à suspendre la vente de thon rouge. Après les NRJ Music Tour sur la Darse Sud en 2005 et 2006, Monaco Live Productions organise, sous l’impulsion de Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II, le 1er Festival Pop-Rock à Monaco : le « MONACO LIVE 2008 » soutenu par Radio Monaco, sponsor exclusif. Le MONACO LIVE 2008 ce sont 3 concerts exceptionnels : Samedi 5 juillet à 20h30 : TOKIO HOTEL Dimanche 6 juillet à 21h00 : DAVID GUETTA et JOACHIM GARRAUD Lundi 7 juillet à 21h00 : JAMIROQUAI. Points de vente : FNAC www.fnac.com Billetel : 0 892 683 622 507 Fnac, Carrefour, Géant Ticketnet : 0 892 390 100 Auchan, Virgin, Leclerc, Galfa Voyages Cultura, Palais Nikaïa www.ticketnet.fr

aucun cas c o n t rarier le patient et le personnel soignant, pendant la durée des travaux du Nouveau Centre Hospitalier Princesse Grace. Le CHPG se munira d’équipements de pointe ainsi que d’une logistique r é vo l u t i o n n a i r e À ce jour, le permettant des P r i n c e gains de producSouverain Albert tivité et des alléII de Monaco a gements d’efdévoilé l’abouforts inutiles. tissement d’une Des technolodémarche, par gies de dernière le lancement génération d’un concours seront adapde Maîtrise tées, par le biais d’Oeuvre déclid’un accès mulnée en deux timédia et inforétapes. La prematique, au lit mière, a permis du patient, afin de sélectionner d’améliorer la cinq groupe- La présentation officielle du projet du nouveau Centre Hospitalier Princesse circulation des ments sur onze Grace en présence de S.A.S. le Prince Souverain. En bas, la maquette du nou- informations sur Photos © CdP Monaco candidatures. La veau bâtiment qui sera achevé fin 2013 le plan médical. deuxième sesCet édifice, au sion, portant sur l’étude d’esquisses, a désigné le caractère lisse, Groupement OTH Ingénierie/Vasconi sera recouvert Associés/Patrick Raymond/Ingerop, comme attribude façades de taire final. Investissement public de premier plan, verre et de métal estimé à 630 M d’euros, le nouvel hôpital conjugueémaillé blanc ra pérennité et flexibilité pour s’adapter au long dans ses superterme aux évolutions des techniques médicales et de structures. Ses la demande de soins. soubassements, Cette architecture s’intégrera dans le paysage sur les coteaux urbain, à l’Ouest de Monaco. La construction par monégasques, seront en minéraux, recouverts de tranches de l’ensemble hospitalier, d’une surface glopierre et de végétaux intégrant les ouvertures bale de 80 000 m2, vitrées linéaires. Le CHPG se positionnera comme un accueillera 482 lits et Hôpital d’excellence de notoriété internationale. sera dotée, entre autres, D’ores et déjà, il s’inscrit dans une démarche «Haute de 1100 places de parQualité Environnementale», plus économique en king pour le personnel et énergie, plus écologique et plus durable. Edité par les visiteurs, ainsi que GLOBAL MEDIAASSOCIATES d’une hélistation. Ce nouvel ensemble ASM FOOTBALL CLUB du club monégasque annonce sa stratégie pour sortir de la crise actuelle “ Le Beausoleil de Monaco” Le nouveau président r e g r o u p e ra les activités 6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil Tél. : +33 09.50.79.90.84 de Médecine, de Fax : +33 09.55.79.90.84 Chirurgie, de glomed.free.fr/laprincipaute.html email : glomed@free.fr G y n é c o l o g i e Obstétrique, de l était temps. Sans doute. Michel Pastor et Directeur de Publication G é rard Brianti « démissionnaires », le Prince Psychiatrie. La construcR o b e rto Volponi Albert a placé à la têt e de l’AS Monaco FC un « a m i tion d’un premier bâtiRédacteur en Chef de trente ans», Jérôme de Bontin. Tous deux Patrice Zehr ment comportera 100 % partagent la même envie pour le club monégasque de l’hébergement – mal en point cette saison - : « aller de l’avant ». Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker Ce financier bien implanté à Chicago a décidé de Chirurgie Obstétrique et s’installer à Monaco, et d’être un « président 100 % de la logistique, Avec la collaboration de omniprésent ». Dans une interview publiée sur le Lisa Arquette i n t é g rant les surfaces site web du club, Jérôme de Bontin explique comT h i e r ry Bertrand des quatre immeubles Amanda Coutelle ment il voit sa présidence : « j’ai bien l’intention Sophie Hasson-Grimaldi d’habitation du haut de de m’ingérer dans l’ensemble des affaires du club. Isabella Lanciotti Pour autant, je n’ai pas l’intention d’interférer avec P i e r re-Alain Martini l’Avenue Pasteur face à Alessandro Paparella Jean-Luc Ettori ou Ricardo en ce qui concerne les l’hôpital actuel. Alan Parker-Jones décisions sportives. Une des tâches d’un président Équipement et est de solidariser non seulement les joueurs mais l’ensemble des sala Photos Esthétisme riés de l’entreprise à ses problèmes et à ses succès. Il y a des domaines Claudia Albuquerque dans lesquels il va falloir faire des économies, d’autres dans lesquels Olivier Almondo Le projet a été centré C e n t re de Presse nous allons nous développer. J’espère à terme que nous pourrons gar sur le patient, tant au der notre entraîneur pour de nombreuses années et que l’effectif Projet graphique niveau de la qualité de connaîtra des changements moins fréquents. Je suis convaincu que la PDC Milano l’accueil que de l’efficacistabilité est essentielle pour espérer obtenir des succès ». S’il espère une fin de saison positive pour Promotion & Publicité té hors pair des soins. l’ASM, Jérôme de Bontin se projette déjà dans le temps, avec des ambitions affirmées : « Il faut être Global Media Associates clair, la raison d’être d’un club comme le nôtre, c’est de remporter des titres. Il faut essayer de gagner Un confort de haute Service Publicité toutes les compétitions. Il faut donc doter cette entreprise des moyens nécessaires. Mais il ne s’agit pas qualité, type hôtelier, est Diffusion Monaco & Côte d’Azur que d’argent. Dans le football européen, il y a de nombreux exemples de clubs qui ont investi des mil préconisé, avec notamSEC lions sans jamais rien gagner. Il faut une combinaison intelligente, une alchimie entre le commercial et Cour Anc. Gare SNCF ment 80 % des le sportif. ». Fort de son expérience dans la finance, mais aussi dans le soccer américain, le nouveau préImpression sident entend « contribuer de manière solide et durable au développement du club mais aussi de la Ligue chambres avec loggia Graficolor 1 et du football français en général. Il a besoin de s’exporter. Partout dans le monde, il faudrait être en ayant une vue sur la Regione Prati - Arma di Taggia (IM) mesure de suivre le championnat de France de la même manière que les autres grands championnats. m e r. En extension du Le tirage de ce numéro a été de 2 7 . 4 0 0 exemplaires Ce n’est pas le cas aujourd’hui et je souhaite oeuvrer dans ce sens ». Mais il faut d’abord terminer le • site actuel, ce nouvel championnat 2007/2008, et rester en Ligue 1… de préférence. (P.Y.R.) édifice ne devra en Le premier journal d’actualité de Monaco

Sas

“Il faut doter l’ASM des moyens nécessaires” I

Photo © X. Grimaldi / DM Sport

Copyright © 2008 by Global Media Associates Sas Piazza Caduti della Montagnola 48 • 00142 Rome

ASM FOOTBALL CLUB


les Repodurtmoisages

Mai 2008

La Principauté

Ouverture grand style pour la nouvelle saison mondaine avec un hommage à la “Movida” et à sa principale icône, Pedro Almodóvar du mois

L’Espagne à l’honneur au célèbre Bal de la Rose MONTE-CARLO - Sous la Présidence de S.A.S. le Prince Souverain Albert II et de S.A.R. la Princesse de Hanovre, le prestigieux Bal de la Rose s’est déroulé le 29 mars 2008, Salle des Étoiles, au profit de la Fondation Princesse Grace. Cette année, S.A.R. la Princesse de Hanovre, Présidente de la Fondation a choisi « La Movida » comme thème du bal. L’Espagne était donc à l’honneur, et plus précisément l’extraor-

dinaire page de son histoire qui vit moeurs et arts exploser dans un formidable renouveau. La « Movida » est un courant artistique né dans les années 80 en Espagne, qui fit oublier plusieurs décennies de répression. La Movida est indissociable de plusieurs grandes figures, artistes précurseurs et chefs de file de ce grand chambardement culturel. Le « Roi » Pedro Almodóvar synthétise à lui seul ce mouvement fort et nova-

teur. La décoration de la Salle des Étoiles a évoqué l’atmosphère exubérante et colorée de cette époque. Sur les murs roses, rouges, turquoises, oranges ont été juxtaposés des photos, des tableaux, des affiches des artistes qui ont illustré cette période riche et révolutionnaire. Les lustres en cristal, éclairés en rouge et rose accrochés sur des ronds de couleurs vives. 10.000 roses et 4.000 oeillets, dans 1.200 cylindres et timbales

noires reliés par 1.000 m de ronces stylisées ont paré les tables. 800m de nappes pailletées vert anis, bleu ciel, rose et orange les ont recouvertes. Le cadre de scène lumineux, ainsi que le rideau de scène en lamelles argent, ont donné une ambiance «shocking», drôle, kitch, terriblement chic, évoquant les chaudes et folles nuits madrilènes. Dans une mise en scène exubérante et délirante, de nombreux artistes espagnols des années 80 à aujourd’hui, représentants de ce mouvement fort et novateur, ont rendu un hommage endiablé, fougueux et créatif à leur ami et icône incontestée de la “Movida”, Pedro Almodóvar. Parmi eux, Luz Casal, interprète à la voix chaude et poignante du célébrissime «Piensa en mí», bande originale du film «Talons aiguilles» de Pedro Almodóvar, est aussi à l’aise dans les rythmiques rock que dans les ballades et les complaintes. Une grande idole populaire,

tant en Espagne qu’en Amérique du Sud. Photos à gauche :LL.AA.RR.Le Prince et la Princesse de Hanovre, S.A.S. le Prince Albert II, Mlle Charlene Wittstock, Baronne Elisabeth-Ann de Massy. ; S.A.R. la Princesse de Hanovre et M. Pedro Almodova ; S.E.M. Le Ministre d’Etat et Mme Jean-Paul Proust ;Le Président du Conseil National Stéphane Valeri et son épouse, en compagnie de M. Jean-Claude Guibal, Député-Maire de Menton, Vice-Président du Groupe d'Amitié France-Monaco à l'Assemblée Nationale" et son épouse.

M.lle Charlene Wittstock Photos © S.B.M./Réalis

13


14 La Principauté

Art

Culture

Mai 2008

Les élèves de Première ES confrontés à deux cas réels de choix moral

Cours de bioéthique au Lycée Albert I... Rencontre avec MaryCarrol Sullivan à la Bibliothèque Irlandaise Princesse Grace

DE LA REDACTION MONTE-CARLO - La Bibliothèque Irlandaise Princesse Grace (1), dans l’ancien hôtel part iculier de la Comtesse Brame-Gastaldi à deux pas de la Place de la Mairie à Monaco-Ville, est une vraie ruche pour les élèves du Lycée Albert I (Monaco) et leurs professeurs d’anglais – Elisabeth Gondeau et Suzanne d’Aumale. Dernièrement, une classe de Mme d’Aumale a découvert à son tour une autre facette de ce coin d ’ I rlande en Principauté. Les élèves de première ES, section européenne, ont rencontré le Dr MaryCarroll Sullivan, Les élèves, Mme d'Aumale (en haut au centre), MaryCarroll Sullivan (1er rang en gilet beige) pour un cours sur la bioé- devant la Bibliothèque Irlandaise Princesse Grace. Photo © Charles Franch Guerra, Palais Princier Monaco thique... in English of course. M a ryCarroll Sullivan — native de Boston, bioéthicienne, avocate, et directrice exécutive de l'Ireland Fund of Monaco — a présenté deux cas réels à ses élèves d’un jour: Cas A : Souffrant d’une déficience rénale, Madame B (78 ans) est sous dialyse depuis onze ans. A part cela, elle jouit d’une bonne santé. Elle est déjà hospitalisée lorsque l’on trouve un donneur compatible. Le jour précédant sa greffe, les infirmières et les médecins apprennent à mieux la connaître. Elle a neuf enfants et vingt-trois petitsenfants, tous très unis. Madame B est bénévole à l’école primaire de son quartier où elle seconde l’institutrice, elle s’investit dans sa paroisse et dans sa communauté. Cas B : Durant la nuit, Monsieur P (53 ans), cadre, conduit sa voiture en excès de vitesse. Il en perd le contrôle, tuant une piétonne. Très stressé après une réunion d’affaires, il rentrait de son travail. Il est admis aux Urgences de l’hôpital où se trouve déjà Madame B. Grièvement blessée lors de l’accident, ses reins ne fonctionnent plus. Divorcé, il a deux enfants qui viennent de terminer leurs études universitaires. Les tissus de son rein sont aussi compatibles avec ceux de l’unique donneur. Ayant réparti les lycéens en quatre ‘Comités de Transplantation’, MaryCarroll nous a expliqué: "Ils ont été confron tés à un vrai dilemme moral : Que doit-on décider lorsque deux patients ont besoin d’une transplantation pour sur vivre et qu’on ne dispose que d’un seul organe? Quelles sont les méthodes à adopter pour prendre une décision en accord avec la morale? La discussion fut animée, instructive, respectueuse et complètement engagée." Photos © GF

Lire et regarder...

par Amanda Coutelle

Le

s éditions Skira ont créé l’année passée une nouvelle collection de monographies intitulée «Artiste de notre temps» dirigée par Paola Gribaudo, le peintre Yves Clerc invité de l’éditeur d’art a choisi deux exé gètes de son oeuvre: Pascal Bonafoux, écrivain et historien d’art, et Catherine Alestchenkoff, historienne d’art et directrice des événements culturels du Grimaldi Forum de Monaco, depuis son ouverture, pour un dialogue à bâtons rompus où se rencontrent deux pratiques et deux expériences de la création contemporaine : celle de l’artiste et celle du médiateur institutionnel, Catherine Alestchenkoff, avec qui Yves Clerc évoque son cheminement artistique : «Cela a commencé par Warhol et Albers lorsque j’étais enfant. J’en ai gardé des souvenirs très précis. Mon intérêt s’est ensuite porté sur les romantiques, puis sur les primitifs, les maniéristes, les modernes (…) Je cher chais à exprimer en peinture toutes ces émotions qui pouvaient venir du théâtre, de la photo, ou toutes formes de création artistique… Dans les années 1980 je ne me posais pas la question des références. La peinture était trop remise en question… Je ne m’intéressais plus à la sémiologie de l’image, à «comment» elle dit, plutôt qu’à «ce» qu’elle dit… Par provocation certainement, et parce que pour moi la peinture «est», quelle que soit l’époque, j’ai eu envie de la «sur signifier». En somme : le sujet n’est pas fondamental, pourvu qu’il dise qu’il s’agit de la peinture.» Pascal Bonafoux dans son introduction «Regarder Yves Clerc», lecture minutieuse des compostions de l’artiste et des numéros qu’elles portent qui ne sont pas un hasard «…ces numéros selon Clerc lui-même, sont comparables aux numéros de chaque Opus d’un catalogue, attribués dans l’ord re chronologique..» Une numérota tion qui doit « peut-être» selon Pascal Bonafoux : «être considérées comme un leurre qui brouille les frontières des oeuvres et des images comme leur c h ronologie…» L’historien d’art écrit en fin d’introduction à ce passion nant ouvrage : «Il n’est pas inutile, devant les oeuvres d’Yves Clerc, de se souvenir des mots écrits à son ami Claude Monet par Octave Mirbeau en février 1891 : «Nous sommes tout à fait d’accord : en peinture, c’est par les yeux que la pensée doit être excitée.» _____________________________________________ «Yves Clerc» monographie - Pascal Bonafoux /Catherine Alestchenkoff (Editions Skira) Marie-Dominique Lelièvre, réputée pour ses portraits incisifs dans « Libération » à qui l’on doit un essai biographique sur Serge Gainsbourg nous revient avec une biographie de Françoise Sagan conduite à la manière d’une enquête littéraire, la journaliste qui a eu accès à des archives confidentielles, a rencontré ses amis les plus proches, Florence Malraux et Bernard Franck (parti peu de temps après elle) «Sagan vibrante icône dont l’anticonformisme délicieusement scanda leux et le mode de vie solaire ont incarné les rêves de plusieurs générations depuis l’après-guerre», écrit Marie-Dominique Lelièvre. Françoise Sagan qui confiera à sa feuille blanche complice «Il m’est souvent arrivé de préférer des gens médiocres à des gens dits supérieurs, uniquement à cause ce cette fatalité qui les fait se cogner comme des lucioles ou des papillons nocturnes au quatre coins de ce grand abat-jour qu’est la vie». Sagan qui brûlera sa vie jusqu’à sa mort, Sagan, trop lucide, trop intelligente, trop sensible, trop généreuse… Les secrétaires, sa dernière compagne, son fils Denis, sa banquière, ses médecins, ses éditeurs, sa gouvernante ont ouvert leur porte à l’auteur de ce portrait vivant en clair-obscur de Sagan, portrait d’une femme fragile et attachante, trop lucide pour croire que le bonheur existe : «Le bonheur, c’est rond comme un caillou, ça vous tombe sur la tête, ça dure deux, trois heures…» Au passage, Marie-Dominique Lelièvre dresse d’autres portraits en quelques lignes incisives et savou reuses réglant leur compte à certains éditeurs… ______________________________________________ «Sagan à toute allure» Marie-Dominique Lelièvre (Ed. Denoël)

(1) La Bibliothèque Irlandaise est placée sous l’égide de la Fondation Princesse Grace

Du 1er mai au 5 juin 21 tableaux en exposition au Quai des Artistes

L’artiste monégasque à la galerie ARIUM du 1 er au 30 mai

La F1 vue par Karlos

Bergonzi à New York

MONTE-CARLO - Voici un artiste globe-trotter. Né à Rio de Janeiro, il a très tôt sillonné l’Europe, de Munich, où il a fréquenté la faculté d’architecture, à Zurich, en passant par Madrid, Innsbruck, Lisbonne et Bussana Vecchia. Depuis dix ans, Karlos Rosa a posé son matériel de peintre à Monaco. Son travail, tout en force et en finesse, multiplie les techniques et s’approprie des maté riaux très différents. L’homme passe de l’hui le au collage, de la toile au bois, avec une aisance déconcertante. Du 1er mai au 5 juin, c’est le Quai des Artistes qui accueille vingt et un tableaux de grande dimension sur le thème de la F1. « Karlos Rosa a utilisé ici la tech nique de l’aérographe », précise Mary ColesMerighi,organisatrice de l’exposition. On découvri ra des bolides bien sûr, mais également des por traits de pilotes, parmi lesquels Ayrton Senna ou Mickael Schumacher. Un regard pictural sur le monde de la course où l’arrêt sur image est signé Karlos Rosa...

NEW YORK - “FROM SCRATCH” est une double référence. Dans son premier sens, ce thème décrit les méthodes utilisées par l’artiste, dans son récent travail de textures, d’acrylique noire et d’encre de Chine, traitées en épaisseurs ou en transparences, délicatement déposée au pinceau ou gri ffées au couteau. Cette expression peut se traduire par (faire/ partir/repartir) «de rien». Elle évoque la capacité de Caroline Bergonzi à se réinventer. Sa palette, limitée au noir (sur blanc), met en valeur l’aisance qu’elle a encore gagnée dans l’improv i s ation. La créativité de l’artiste réside au niveau de sa pensée, curieuse, ludique et passionnée, et s’applique à tout ce qu’elle entreprend. Au cours des ans, elle a développé de très nombreux projets aussi bien dans l’art que la mode et le design. Passionnée par les mécanismes humains et la psychologie, elle a imaginé, fin2006, un programme éducatif pour transfo rmer le stress en créativité. Elle p a rtage son temps entre Soho, son laboratoire créatif, Crealab LLC, et son studio à Monaco. Pour conclure ce vernissage, Caroline Bergonzi a voulu inviter le compositeur argentin Fe rnando Otero et le violoniste Nick Danielson, pour leur musique, intense, pure et passionnée, leur son contemporain inspiré par le tango des rues de Buenos Aires. L’exposition aura lieu à la galerie ARIUM, du 1er au 30 mai, un espace culturel hybride, au coeur du “Meatpacking District”, créé par Philip Pelusi, un homme d’affaires philanthrope, à la fois galerie d’art, salle de concert et de projection, café, bar à vins et encore studio de design.

EXPOSITION EXPOSITION Karlos Rosa - Du 1 mai au 5 juin 2008 - Quai des Artistes

Caroline Bergonzi - Du 1 mai au 30 mai 2008 - 31, Little West 12th Street, New York NY 10014


La Principauté

le Sport

Mai 2008

CHAMPIONNAT WRC • Troisième victoire en quatre épreuves pour l’équipage franco-monégasque qui prends la tête du classement

Loeb-Elena dansent leur tango argentin “Cela n’a vraiment pas été facile : nous avons dû redoubler de concentration” PAR THIERRY BERTRAND

roisième victoire en quatre épreuves cette année pour l’équipage Franco-monégasque, à Córdoba au coeur de l’Argentine. Ils s’emparent ainsi du commandement du Championnat du Monde FIA des Rallyes. C o u ru dans des conditions dantesques, épais brouillard, fortes pluies et pistes boueuses, cette quatrième épreuve de l’année a souri à Sébastien et Daniel, ainsi qu’à Citroën. Les deux complices remportent leur 39ème victoire mondiale, la quatri ème consécutive en Argentine et Citroën leur 45ème succès, et le cinquième d’affilé à Córdoba. La marque aux chevrons place trois C4 WRC dans les quatre premiers grâce à la troisième position de Dani Sordo et à la quatrième de Conrad Rautenbach. Sébastien Loeb : « Cela n'a vraiment pas été facile. Sur ces routes si délicates, nous avons dû redoubler de concentration. Nous avons également bénéficié d'une Citroën C4 parfaite, à la fois perfo rmante et fiable. Nous e s p é rions reprendre la tête du championnat 'Pilotes' et i n s c rire des points pour Citroën… Les deux objectifs sont atteints ! » En effet, Loeb et Elena disposent, après l’Argentine, de cinq points d’avance sur Mikko Hirvonen (Ford) et de huit sur Adrian Atkinson (Subaru), tandis que Citroën revient à trois points de Ford. Les pilotes Ford (Hirvonen et Jari-Matti Latvala) domi-

T

Photos © Citroën presse

LASITUATION

Classement après l’Argentine

■ Pilotes 1. Sébastien Loeb (Citroën) 30 pts 2. Mikko Hirvonen (Ford) 25 pts 3. Chris Atkinson (Subaru) 22 pts 4. Jarri-Mati Latvala (Ford) 16 pts 5. Gigi Galli (Ford) 11 pts … ■ Constructeurs 1. BP FORD ABU DHABI WRT 44 pts 2. CITROËN TOTAL WRT 41 pts 3. SUBARU WRT 33 pts 4. STOBART M-SPORT FORD 22 pts 5. MUNCHI’S FORD 10 pts

LASITUATION Bugatti aux enchères

C

naient la course lors des quatre premières spéciale, mais Loeb s’emparait de la tête à l’issue de la cinquième spéciale et la conservait jusqu’à l’arri v é e, devançant Atkinson de plus de 2’30’’.

omme chaque année, le Grand-Prix historique de Monaco est l’occasion de ventes aux enchères e xceptionnelles, organisées en Principauté par deux des plus gra n d e s maisons : Bonhams et Coys of Kensington… Les deux se tiendront le 10 mai à Fontvieille. La vente Bonhams se tiendra dans la salle de la Collection de voitures anciennes de SAS le Prince de Monaco. Star de la vente : une Bugatti Type 55 Super Sport de 1932 (voir photo), qui a couru les 24h du Mans en 1934. Estimation : 2 millions à 2,6 millions d’euros ! La vente organisée par Coys « Légende et passion », se tiendra à l’Espace Fontvieille.

DISPARITION • L’un des hommes forts du sport automobile du XXème siècle s’est éteint le mois derLe premier journal d’actualité de Monaco

Formulaire d’abonnement Je souhaite souscrire un abonnement à pendant : ☞ 1 an (soit 11 nu m é r o s ) ☞ 2 ans (soit 22 nu m é r o s ) ☞ 3 ans (soit 33 nu m é r o s ) ☞ 5 ans (soit 55 nu m é r o s )

’un des hommes fo rts du Sport Automobile du Photo © A P R M C XXème siècle s’est éteint le mois dernier, à quelques jours de son 87ème anniversaire. Durant un quart de siècle de règne sans partage, J e a n - M a rie Balestre aura laissé son empreinte sur le s p o rt automobile mondial et français. Il avait été remplacé à la tête de la Fédération Internationale Automobile (FIA) et de la Fédération Internationale du Sport Automobile (FISA) par le britannique Max Mosley en 1991 et 1993, puis en 1996 au sommet de la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) par Jacques Régis. C’était un homme très controversé, sujet à des attaques liées à son passé durant la seconde guerre mondiale, mais considéré par tous comme le ‘Monsieur Sécurité du sport automobile’. Tour de Corse 1986. Après l’accident mortel de Toïvonen, Jean Marie Balestre annonce la fin Il restera célèbre pour s’être opposé aux constru c- des groupes B. Derrière lui, Jean Robert Lerouge,à sa gauche Gérard Cambien,les deux techteurs et équipes britanniques de F1, regroupés au niciens « son» de Radio Monte Carlo sein de la Fo rmula One Constructors Association (FOCA), dirigée par Bernie Ecclestone, à propos de la sécurité des pilotes. Combat qu’il remportera à l’issue des accords dit de ‘la Concorde’ en 1980. Soutenu par Nelson Piquet, Niki Lauda, Alain Prost et les regrettés Didier Pironi et Gilles Villeneuve, il obtiendra la suppression de « l’effet de sol » et la création d’un caisson de protection pour les pilotes. En rallye, il sera à l’origine de l’interdiction des ‘Groupe B’, suite entre autre, au terri ble accident qui coûta la vie à Henri Toivonen et Sergio Cresto lors du Tour de Corse 1986, et ce, contre l’avis de Jean Todt, alors Directeur de Peugeot Sport… Qu’il qualifiera plus tard, à l’occasion d’une conférence de presse durant le Rallye Monte-Carl o, de ‘Napoléon des sables’ à propos d’une sombre histoire de vol de voitures lors du Pa ris-Dakar ! Il faut savoir que la cohabitation n’a pas été toujours rose avec l’Automobile Club de Monaco… Dès 1982, un bras de fer s’engageait entre Michel Boéri et Jean-Marie Balestre, à propos des droits télévisés du Grand Prix de Monaco. Le président de le FIA et de la FISA menaçait alors d’exclure l’ACM de la FIA, ce qui aurait remis en cause les organisations du Grand Prix 1984 et du Rallye Monte-Carlo 1985 ! Heureusement, un accord de dernière minute était conclu et les deux épreuves pouvaient se dérouler. Michel B o é ri sera élu par la suite à la vice-présidence de la FIA et de la FISA. « Je n’ai jamais été un dictateur. Le pouvoir ne sert qu’à appliquer un programme » disait Jean-Marie Balestre… Chacun jugera, mais le sport automobile – et les pilotes - lui doivent beaucoup. (T.B.)

L

€ 20* € 40* € 60* € 100*

* pour l’étranger (dehors Monaco et France) : ajouter +50% Dehors Europe : + 100%

Nom :

*

Prénom :

*

Adresse : Ville : Téléphone : Chèque n° : Banque : Date

Ce que a nous laissé Jean-Marie Balestre

Signature

* Bon a retourner, accompagné du règlement à l’ordre de Global Media Associates Sas, à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “ Le Beausoleil de Monaco ” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

15

n62mai08  

Le premier journal d’actualité de Monaco ☞

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you