{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

LaPrincipauté €2

Le premier journal d'actualité de Monaco

Année XIX • Numéro 191 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “ Le Beausoleil de Monaco ” 6, Boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

www.laprincipaute.net

Février 2020

• Numéro de Commission Paritaire : 0522 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas - Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) €20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://www.laprincipaute.net/abonnez-vous.html

Dossier Spécial

Photo © w i k i w a n d . c o m

Les stratégies de la mobilité

Marie-Pierre Gramaglia, conseiller-ministre du gouvernement

"Horizon 2030 : trafic moins 20%"

N° 191 • Février 2020 1 8 ☞  FINANCE FINANCE • LA NOTION DE RISQUE PAR RAPPORT AUX PERFORMANCES EN GESTION DE PORTEFEUILLE • PAGE


DOSSIER SPECIAL

Nouveau Monaco : le comb

La route vers la modernisation - dans une ville si densément peuplée - exigera l'adop

par Patrice Zehr

DOSSIER

L

e nouveau Monaco voulu par le Prince Albert II se dessine petit à petit devant nos yeux. Il se précise dans une cohérence et une vision. Alors que le « One Monte Carlo » a déjà un an, la maquette de la future Place du Casino a récemment frappé les esprits. Certains regrettent déjà la disparition de l’emblématique « camembert », petit espace vert, qui va s’effacer devant un espace piéton avec une petite couleur Marrakech. Le débat nouveauté-patrimoine à conserver est plus que jamais d’actualité à Monaco. Mais l’esthétique est indiscutable comme celle de la nouvelle extension en mer, du nouveau Larvotto ou du projet pour le Centre commercial de Fontvieille. Monaco est en route vers le futur avec une immense ambition. C’est de devenir Singapour sur Méditerranée, sans renier la Belle Epoque. Ce pari immense de l’attractivité par la transformation ne sera pas gagné si au préalable un point noir qui peut tout gâcher n’est pas résolu : celui de la circulation. La route vers l’avenir exige de la fluidité maintenant. Or, on en est très loin. Comment y parvenir ? Ce sera par de multiples innovations et de nouveaux comportements. Sur ce sujet, objet de notre dossier, comme sur le précédent sur les chantiers de la discorde, le questionnaire BVA, à la demande du Conseil national, apparaît comme un instrument Incontournable. Non seulement les Monégasques et résidents livrent leur ressenti sur la situation actuelle, mais ils vont plus loin et donnent leur sentiment...

L'EDITORIAL

C

par Roberto Volponi

g Circuler à Monaco et se garer Le premier constat est sans appel. Il est de plus en plus difficile de circuler à Monaco et même d’accéder à la ville. S’arrêter n’est pas beaucoup plus facile. Il y a une anarchie de stationnement des deux roues avec des places réservées insuffisantes et un comportement peu civique, impossible de déposer les courses pour les résidents, les arrêts minutes ne sont pas respectés et les camions de livraison se jouent des horaires qu’il faudrait limiter. Les parkings pourtant nombreux à Monaco sont jugés inadaptés et trop chers, et ne prenant pas en compte dans les tarifs les résidents et travailleurs. g La demande de parkings-relais C’est le premier point avancé et c’est pourquoi nous avons dans ce numéro donné la parole au maire d’une ville limitrophe, celle de Roquebrune Cap Martin, particulièrement engagée dans ce qui est une cause commune. 75 % des personnes consultées estiment qu’aux côtés d’agents dédiés à la circulation (et déjà en place depuis le 3 février), et de l'augmentation des parkings publics, il faut mettre en service le plus vite possible des parkings-relais aux portes de la ville, afin de limiter l’entrée des véhicules avec en prolongement des transports en commun à Monaco, mieux adaptés pour les flux de travailleurs. Bien sûr à partir de ces parkings il faudra utiliser le bus ou le vélo électrique. Sur ces parkings à l’ouest comme à l’est, on a perdu trop de temps, on en parle - c’est vrai - depuis 40 ans ! g Limiter le nombre de véhicules Cela semble s’imposer, mais ce n’est pas si simple. Une chose est certaine, si les trains fonctionnaient correctement de nombreux pendulaires ne pren-

draient pas leurs voitures. Le service TER ne répond pas aux besoins de Monaco et de ses utilisateurs. La SNCF doit donc faire un gros effort sur le nombre des trains et leur régularité surtout que la fin du monopole va ouvrir nos lignes à la concurrence. L’autre moyen c’est de renforcer l’attractivité des bus. Les monégasques souhaitent une meilleure desserte, de nouvelles lignes, plus de fréquences et de couloirs réservés. La gratuité qui va

Reconnaissance faciale : faut-il en avoir peur ?

2

N° 191 • Février 2020

© Photo DR

’est un sujet qui a fait irruption à Monaco lors des dernières séances publiques, et qui fait toujours discuter, pas seulement en Principauté, mais un peu partout dans le monde. Il ne manquera pas de refaire surface bientôt, quand le gouvernement soumettra au vote du Parlement un projet de loi à cet égard : l’adoption d’un système de reconnaissance faciale pour améliorer le contrôle de la police et la sécurité du territoire. La reconnaissance faciale est une technologie de plus en plus répandue, permettant d’identifier une personne sur une photo ou une vidéo en comparant son visage avec ceux enregistrés dans une base de données. Cependant, les craintes sont nombreuses. San Francisco, pourtant capitale mondiale des technologies, vient d’interdire son utilisation par la police dans les rues de la ville. En France, comme dans toute l’Europe, la reconnaissance faciale est interdite dans les lieux publics, sauf exception. L’autorité française de protection des données (CNIL) avait tiré la sonnette d’alarme lorsque la ville de Nice avait pris la décision de tester cette technologie pour assurer la sécurité lors de son carnaval… En effet, la reconnaissance faciale soulève de nombreuses interrogations et inquiétudes concernant la sécurité et la confidentialité. Tout d’abord parce que la reconnaissance faciale manque encore à ce jour de fiabilité. Par exemple, certaines technologies reconnaissent bien les faciès blancs mais font beaucoup de confusions lorsqu’il s’agit de visages de couleur, car elles sont moins bien entraînées à les identifier. Puis, il y a les risques d’exploitation abusive. Comme en Chine, où on soupçonne les autorités de s’en servir pour surveiller les opposants au régime et notamment la minorité musulmane. Il y a aussi des pratiques assez particulières que nous ne sommes sans doute pas prêts à accepter en Occident… Par exemple, dans quelques villes chinoises, les piétons qui traversent alors que le feu est rouge pour eux voient immédiatement leur visage, nom et adresse s’afficher sur des écrans géants. C’est cependant un outil très efficace, et le nombre d’incivilités aurait considérablement diminué ! Enfin, comme dans toutes les technologies digitales numériques, il existe toujours un risque de piratage et d’usage malveillant des données ainsi volées… Toutefois, Il serait absurde de vouloir renoncer à priori à cette technologie qui présente, par ailleurs, de nombreux avantages. Surtout, elle permet d’accroître le niveau de sécurité dans la société lorsqu’elle est couplée avec la vidéosurveillance, en particulier dans une cité comme Monaco, où le nombre de caméras de surveillance est très élevé. Alors que les villes sont toujours plus denses et peuplées, cette innovation permet de maintenir un niveau de sécurité que les gardiens de la paix ne peuvent plus assurer seuls. D’autre part, la reconnaissance faciale est déjà un outil largement utilisé pour accroitre la sécurité et la lutte contre le terrorisme international : elle permet déjà – par exemple - de déverrouiller rapidement un smartphone et d’accélérer les contrôles d’identité dans les aéroports. À l’aube de la décennie 2020, cette technologie – en fait - est en passe d’être adoptée à des fins de surveillance dans la plupart des pays développés. Cependant, il s’avère indispensable de règlementer et d’encadrer son utilisation très sérieusement : ce que Monaco s'apprête probablement à faire, en étudiant toutes les précautions et avec toute la prudence nécessaire, après un grand débat au sein du Parlement.


bat pour la fluidité des transports

ption d'un système complexe de mobilité à travers de multiples innovations et de comportements adaptés INTERVIEW

"Nous travaillons ensemble sur les projets de mobilité" P

bientôt être testée, pourrait être comme dans certaines villes européennes, très incitative. Mais il y a d’autres pistes. Une semble maintenant retenir l’attention. Il s’agit de la mise en place de navettes maritimes Nice-Monaco-Menton, voire Vintimille, avec le nouveau port proprieté de Monaco. Les télécabines divisent plus : elles sont souvent considérées comme peu efficaces et surtout comme de possible pollution visuelle. Si le projet Jardin Exotique-Fontvieille paraît accepté du bout des lèvres, le prolongement vers Monaco Ville est loin de convaincre. g Les solutions dissuasives Bien évidemment, la dernière solution, c'est la punitive. Ce serait la plus efficace, mais aussi la plus contre-productive économiquement, notamment, pour le tourisme. La limitation de la circulation aux seules plaques monégasques à l’exclusion même des 06 paraît irréalisable et sans doute discriminatoire. Même un prix de passage pour les véhicules étrangers, comme dans certains quartiers de Londres, pourrait se heurter au dogme de la libre circulation. Mais il est vrai aussi que d'autres grandes villes européennes ont des zones protégées et à trafic limité. Ces solutions demandent réflexion car Monaco est une ville touristique, avec de nombreux résidents étrangers. Limiter l’accès de nos visiteurs, souvent fortunés, et les obliger à prendre le bus après avoir garé leur Maserati sur un parking de dissuasion pour aller sur la Place du Casino, demanderait un sacré changement de mentalité et de comportement. Il est vrai cependant que le pari de la fluidité avant l’attractivité du Monaco de demain, passe aussi par un changement de mentalité et de comportements des résidents et de Monégasques.Il est certes plus facile d’interdire aux autres que de se limiter soi-même… Mais comme dirait Kipling, ceci est une autre histoire.

g Quel bilan tirez-vous de la coopération Roquebrune-CapMartin/Monaco ? Patrick Cesari : "Dans notre histoire commune, une longue période de plusieurs siècles unit Monaco à Roquebrune-Cap-Martin jusqu’à ce que les Roquebrunois choisissent par référendum d’approuver leur rattachement à la France en 1860. Ce passé commun a laissé des traces culturelles et touristiques qui demeurent. En tant que voisins, les relations de proximité à tous niveaux permettent d’apporter des réponses rapides et concrètes aux problématiques de la vie locale. Je participe régulièrement aux différentes réunions de la commission Locale Transfrontalière avec la Principauté de Monaco, les Maires des communes limitrophes, le département des Alpes-Maritimes et l’Etat Français pour examiner ces questions d’intérêt local. Roquebrune-Cap-Martin est un ancien site Grimaldi et a eu l’honneur d’être invitée à participer avec d’autres sites de France ou d’Italie en juin 2019 à la IIème édition du rassemblement des sites Historiques des Grimaldi à Monaco, avec une forte délégation associative culturelle roquebrunoise. Nous avons ainsi pu mettre en valeur nos spécialités culinaires, le talent de nos artistes dont deux meilleurs ouvriers de France. La qualité des représentations de l’Association Châtelains et saltimbanques mais aussi le talent de notre Ecole de Musique ont séduit le public. La particularité de notre histoire partagée avec la Dynastie des Grimaldi depuis l’achat du Château médiéval de Roquebrune-Cap-Martin par les Grimaldi au XIVème siècles est unique. A l’occasion de la pose, sur le pont de Saint-Roman, de la plaque des « Sites Historiques Grimaldi de Monaco », j’ai reçu officiellement le Prince Souverain en avril 2018 à l’Hôtel de Ville pour évoquer tous ces enjeux et notamment sur le plan culturel, historique, touristique et sportif. Ces relations d’amitiés ont favorisé la création de différents partenariats culturels notamment entre les écoles de musique. La manifestation Art-Bres, dans le cadre de notre rendez-vous «Septembre du patrimoine» a lieu chaque année dans le Parc de l’Oliveraie avec S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco et permet de superbes expositions en plein air accessibles à tous. Le tournoi de Tennis du Monte-Carlo Country Club qui a lieu sur notre commune en avril constitue un temps fort de l’animation sportive. Les partenariats avec le Yacht Club de Monaco ou d’autres associations sportives sont réguliers. Notre coopération s’exerce, on le voit bien, dans de nombreux domaines d’activités."

© Photo MRCM

atrick Cesari est Président de la Communauté d'Agglomération de la Riviera Française, Conseiller départemental et, depuis 1995, Maire de Roquebrune-Cap Martin, la commune limitrophe de la frontière Est de Monaco. De la fluidité de la circulation et l'efficacité des transports de cette ville voisine, depend aussi la mobilité de Monaco, en particulier en ce qui concerne les pendulaires provenant de Menton et de l'Italie qui chaque jour se deplacent pour venir travailler en principaute. Nous lui avons posé quelques questions sur ce sujet.

g Quels projets avez-vous avec la Principauté de Monaco dans le cadre des déplacements ou de la mobilité durable ? PC : "De nombreux projets communs sont portés par nos territoires en matière de mobilité durable. Ils nourrissent des concertations régulières et se sont traduits par des résultats concrets. Ainsi, depuis de nombreuses années, les lignes de transports en commun en bus desservent l’arrêt Saint-Roman avant de repartir en direction de Monaco. Un service a été étendu la nuit avec un nouvel arrêt Avenue Princesse Grâce côté Roquebrune-Cap-Martin. La CARF a mis en œuvre une desserte (la ligne 21/22) du quartier Saint-Roman et de l’avenue Varavilla permettant des liaisons directes avec les transports monégasques, complétée par la ligne 18 et 24 qui nous relie aussi à Monaco. Des améliorations en terme de tarifs, fréquences et de correspondance notamment sont programmées à court terme. Sur un plan plus général, la Principauté de Monaco, la commune et le département (car l’avenue de France est la route départementale 98) travaillent au projet de rénovation du giratoire Saint-Roman, pour en faire un carrefour plus fonctionnel et moderne qui pourrait s’adosser à un parking relai en dessous, accessible aussi aux actifs du quartier. Sur le plan des mobilités électriques, une borne de recharge électrique a été installée avenue Princesse Grâce et des contacts sont en cours avec la Principauté de Monaco pour développer les stations de vélos à Roquebrune-Cap-Martin, après clarification de certains aspects juridiques. De même, le projet de navette maritime pour relier Monaco à Nice et à Menton a fait l’objet de nombreux échanges incluant, à terme, une desserte possible de Carnolès. Enfin, sur le plan ferroviaire, Monaco a récemment investi dans une rame supplémentaire pour augmenter la capacité de transport des Trains aux heures de pointe et s’associe au Pass Transport Sud Azur à partir de l’été 2020. Notre projet de Pôle d’Echanges Multimodal à la gare Carnolès vient précisément compléter cette série d’actions pour améliorer le déplacement des usagers du train en leur proposant des compléments avec d’autres modes doux de transport et des parkings favorisant aussi le covoiturage." g Qu’apporte la proximité de Monaco à la commune de Roquebrune-Cap-Martin sur différents plans ? PC : "En fait, comme dans une relation amicale, chacun apporte beaucoup à l’autre. Chacun connait le dynamisme économique de la Principauté de Monaco qui profite à tout le département du 06. A Roquebrune-Cap-Martin, plus de 70 % des actifs travaillent à Monaco dont le nombre d’emplois croit de 1000 unités environ chaque année. Le télétravail se développe. De nombreux emplois saisonniers sont occupés par des Roquebrunois et des entreprises monégasques ont participé à notre forum des jobs d’été. Des entreprises monégasques, comme la Société des Bains de Mer, propriétaire de l’Hôtel Monte Carlo Beach créent aussi de l’emploi en France. La SBM met en œuvre, sur autorisation de la Préfecture, une importante opération de sécurisation de la baie de Saint-Roman (digue de protection, accessibilité et aménagement du rivage…) La qualité de notre relation est essentielle pour faire avancer de nombreux dossiers et pour agir, ensemble, en matière de développement durable le long de la Méditerranée que nous avons en partage. Les prochains défis concernent la réduction des gaz à effet (P.Z.) de serre, la neutralité carbone et l’énergie propre. Nous sommes de véritables partenaires dans l’action."

N° 191 • Février 2020

3


DOSSIER SPECIAL

"Un transfert modal massif vers les transports collectifs"

DOSSIER

g Madame le Conseiller-Ministre, un des sujets majeurs des dernières séances budgétaires était celui de la mobilité. Ces débats ont débouché sur des engagements de la part du gouvernement. Quels en sont les axes principaux ? Marie-Pierre Gramaglia* : "Les projections des déplacements motorisés montrent que ces derniers pourraient augmenter de façon significative jusqu’en 2030 : selon les scénarii socio-économiques envisagés, leur hausse serait de 1,1 % à 2 % par an en flux d’échange et de 0,3 % à 1,1 % par an en flux interne. En l’absence d’actions d’envergure, une grande partie de ces nouveaux déplacements motorisés se retrouveront sur le réseau routier et viendront s’ajouter aux déplacements motorisés existants, entraînant une aggravation de la saturation actuelle. Cette situation est déjà à l’origine de désagréments urbains, de pollution et d’émission de gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique. Ainsi, l’ambition du Gouvernement est d’obtenir un transfert modal massif de l’automobile vers les transports collectifs et les modes doux afin de respecter les objectifs déclinés dans le Livre blanc de la transition énergétique, d’améliorer l’urbanité du territoire monégasque (qualité des espaces publics, bruit, qualité de l’air, fluidité de la circulation), tout en assurant des conditions d’accessibilité satisfaisantes de la Principauté. L’objectif est de réduire le trafic VL actuel de 20% à l’horizon 2030, tout en absorbant les nouveaux trafics VL, et ainsi de revenir à un trafic équivalent à celui du début des années 1990. Cela conduit à neutraliser environ 13 000 véhicules entrant et sortant de Monaco et 11 000 trajets VL effectués intra-muros. Les axes principaux de cette politique volontariste sont : le renforcement de la desserte ferroviaire ; la création de parkings relais et de parkings frontière ; l’amélioration de l’accessibilité routière ; la modernisation du système billettique CAM en septembre 2020 qui facilitera l’usage des bus et l’intégration dans le Pass Sud Azur (abonnement multimodal à l’échelle des Alpes-Maritimes) ; le développement du système de vélos électriques en libre-service MonaBike et du service d’autopartage Mobee ; la création de nouvelles liaisons mécanisées pour encourager la mobilité piétonne ; la mise en œuvre d’une navette maritime Nice – Monaco ; l’optimisation de la logistique urbaine avec la modernisation du Centre de Distribution Urbaine, la création du PAM et d’aires de livraison dédiées." g Concrètement, comment le gouvernement peut-il espérer améliorer, en particulier, le trafic ferroviaire,

qui semble un gros point noir ? MPG : "Compte-tenu de l’organisation spatiale de la Côte d’Azur et de la répartition géographique des résidences des actifs, la desserte ferroviaire de la Principauté est le moyen le plus pratique et le plus adapté pour acheminer les touristes, les visiteurs et les actifs en Principauté. C’est donc un outil de massification des déplacements qui, lorsqu’il n’est pas perturbé par les conflits sociaux et les dysfonctionnements techniques, est très efficace, y compris sur le plan environnemental. C’est pourquoi, dans le but d’améliorer la desserte ferroviaire de la Gare de Monaco Monte-Carlo, l’action du Gouvernement se situe à plusieurs niveaux en collaboration avec tous les acteurs concernés : 1. L’Etat vient de signer deux nouvelles conventions de concession avec SNCF Hubs & Connexions et SNCF Réseau régissant les modalités d’exploitation de la Gare et de sa traversée ferroviaire. A travers ces deux conventions, le Gouvernement a fixé comme objectif aux deux concessionnaires d’améliorer la qualité du service offert aux voyageurs. 2. Comme annoncé lors des dernières séances budgétaires, l’Etat va bientôt participer au financement de la desserte TER à hauteur de 50 % des réductions tarifaires accordées aux voyageurs dont l’origine ou la destination est Monaco, soit 8 M€ par an. Ainsi, en accord avec la Région Sud PACA, autorité organisatrice des TER, une convention va être prochainement signée avec SNCF Mobilités, l’exploitant actuel de la ligne littorale Mandelieu / Grasse – Vintimille. Un pre-

RENCONTRE

Une délégation UE en gare de Monaco eudi 30 janvier, en début de matinée, MariePierre Gramaglia, accueillait en gare de Monaco une délégation de la Commission Européenne dans le cadre de leur mission de deux jours dans la région Sud portant sur le corridor méditerranéen, un projet d'infrastructures de transport articulé autour du ferroviaire. Iveta Radicova, Coordonnatrice UE du Corridor méditerranéen, était notamment accompagnée de Philippe Tabarot Vice-Président délégué aux Transports, à l’intermodalité et aux déplacements de la Région SUD PACA, de responsables de la Métropole, des Régions Ligurie et Piémont. L’objectif de cette rencontre était de présenter les enjeux transfrontaliers sur l’axe NiceMonaco- Vintimille-Gênes. Le Conseiller-Ministre rappelait : « Acteur économique au coeur de ce vaste espace régional, notre pays accueille chaque jour près de 45 000 salariés français et italiens qui accèdent à leur lieu de travail par la route ou le rail. Nous favorisons le report modal vers les transports publics avec pour objectif à l’horizon 2030 de réduire d’environ 20 % les flux de véhicules légers. Cela représente près de 13000 véhicules entrants et sortants et 10 000 véhicules en interne. C’est pourquoi, développer l’accès à Monaco par le rail est l’une des priorités de notre politique de mobilité. » Le train et plus spécifiquement le TER représente une alternative essentielle à l’automobile pour l’accessibilité à Monaco, avec 6,4 millions de voyages effectués en TER depuis et vers Monaco en 2018. Nous militons pour améliorer et intensifier l’offre actuelle de la desserte ferroviaire de la Principauté, avec un accroissement de l’offre aux heures de pointe du matin et du soir.

4

N° 191 • Février 2020

© Photo DdC

J

© P h o t o Tw i t t e r

par Roberto Volponi

mier effet de ce travail commun s’est traduit par la mise en circulation, mi-décembre dernier, d’une double-rame supplémentaire par sens aux heures de pointe. 3. Enfin, l’Etat poursuit sa participation à l’amélioration de la capacité et de la robustesse de la ligne ferroviaire Mandelieu – Vintimille avec des investissements qui s’élèvent à 1 M€ / an. A l’horizon 2025, la desserte TER de la Gare de Monaco pourrait être augmentée aux heures de pointe avec un train toutes les 10 minutes (contre 15 minutes aujourd’hui)." g A votre avis, côté automobiles, est-ce une piste de réflexion raisonnable d’envisager de rendre payante l’entrée dans Monaco, à l’instar d’autres villes européennes et mondiales ? MPG : "Avant d’envisager une logique « punitive » et un système de péage urbain complexe à mettre en œuvre, le Gouvernement préfère tester l’efficacité d’une logique « incitative » basée sur des parkings relais et parkings frontières situés aux entrées de Monaco, et offrant aux automobilistes des tarifs préférentiels par rapport aux parkings situés dans le cœur de la Principauté. Afin que le dispositif soit efficace en matière de report modal, ces parkings seront en connexion avec des lignes de transport à fortes fréquences afin que les usagers puissent rejoindre rapidement le centre de Monaco. L’Etat, via le Service des Parkings Publics, gère plusieurs milliers de places de stationnement en ouvrage (16 600 environ), véritable levier d’action sur le trafic d’échange au travers d’une politique tarifaire adaptée." g En ce qui concerne la possibilité de rendre gratuits les bus seulement pour les monégasques, les résidents et pendulaires ou même pour tous, il y aura-t-il une expérimentation ? MPG : "Comme nous nous y sommes engagés lors des derniers débats budgétaires, nous avons prévu de rencontrer le Conseil National pour étudier, ensemble, les modalités d’une expérimentation de la gratuité du bus en Principauté." * Conseiller de Gouvernement - Ministre de l' Équipement, de l'Environnement et de l'Urbanisme


"Expérimentons très vite tous les modes alternatifs de mobilité" par Roberto Volponi

g Depuis quelques jours les Monégasques et les résidents peuvent se rendre compte d’un premier effet des engagements du gouvernement pour améliorer la mobilité. L’«Unité de Préservation du Cadre de Vie» est à pied d’œuvre depuis le 3 février, pour améliorer la fluidité. Une satisfaction pour les élus, bien sûr ? Karen Aliprendi-De Carvalho* : "Oui, c’est une évolution concertée de la « brigade de la circulation » que la majorité du Conseil National demande depuis son élection. Il y a eu de nombreux tests et tout le monde s’accorde à dire que les résultats ont été concluants, surtout le matin aux principaux points de blocage habituels de la circulation. Cette brigade, c’était un point de notre programme. Nous estimions déjà qu’une présence humaine intelligente sur ces points noirs du trafic en Principauté, notamment aux heures de pointe, pouvait contribuer à améliorer sensiblement les choses. Il a fallu du temps pour que la Sûreté Publique puisse former de nouveaux effectifs mais nous y sommes. Entre temps, il est paru opportun de confier à cette brigade des missions élargies, par exemple pour contrôler les nuisances sonores des véhicules et mieux respecter ainsi la tranquillité des résidents."

g Les deux roues sont de plus en plus nombreux : comment évaluez-vous l’expérience Monabike ? Quelle sont les autres alternatives concrètes à la voiture ? Les navettes maritimes, après des réserves, semblent une idée admise... KADC : "C’est une bonne chose que d’avoir développé les vélos électriques, même s’il faut sans doute encadrer leur bonne pratique, notamment par les plus jeunes, pour des raisons évidentes de sécurité. L’expérience semble être une réussite. Il faut quantifier désormais ce qu’on appelle le report modal. Tous les modes de transports alternatifs méritent d’être très vite expérimentés : c’est pourquoi notre volonté de faire aboutir l’idée des navettes maritimes a été très forte dès le début de notre mandat. Au début, le Gouvernement n’a pas été très réceptif à cette idée, malgré les projets tout à fait valables qui lui étaient soumis. Aujourd’hui, l’idée est en effet admise par tous, et les premières navettes maritimes devraient bientôt voir le jour entre Menton et Nice pour permettre aux salariés de rejoindre Monaco autrement. La balle est dans le camp du Gouvernement qui négocie un accord avec les autorités françaises." g En ce qui concerne les transports en commun, un gros point noir concerne les trains. Comment en améliorer la fréquence et la régularité ? Où en est-on de l’idée - contestée par le gouvernement au départ - de la gratuité des bus pour les monégasques, résidents et pendulaires ? KADC : "Sur le premier point, c’est vrai que le service rendu par la SNCF est ressenti comme insuffisant. Il s’agit en définitive d’un véritable problème de fiabilité du service, entre les retards, les capacités insuffisantes des rames, la fréquence inadaptée, sans parler des grèves. La Principauté de Monaco a investi dans des rames depuis de nombreuses années et même dans des travaux permettant d’améliorer le service. Il y a un problème avec le service par rapport aux usagers qui se rendent le matin à Monaco pour y travailler et pour rentrer chez eux le soir. C’est un problème qu’il faut résoudre avec les acteurs concernés, notamment la région Sud Provence Alpes Côte d’Azur. L’ouverture à la concurrence pour l’exploitation du rail en 2022, constituera forcément un atout. Sur le second point, celui de la gratuité des bus, nous avons obtenu du Gouvernement qu’un test soit effectué. Au départ il était hermétique à notre proposition. Aujourd’hui, il est plus ouvert et le Ministre d’Etat a donné son accord lors des débats du Budget Primitif 2020, en décembre dernier, pour un test à déterminer en concertation. On a également parlé de la possibilité d’effectuer un voyage d’étude au Luxembourg pour analyser les conséquences positives des mesures de

gratuité qui y sont prises. En effet, partout en Europe, la gratuité a été couronnée de succès avec une augmentation conséquente du nombre d’usagers et un taux très significatif de report modal des automobilistes vers le bus. Nous continuons donc de penser qu’il faut un test de gratuité, limité dans le temps mais sur l’ensemble du réseau, pour se rendre compte de l’efficacité réelle de la mesure sur notre population. Nous avons fait des propositions en ce sens au Gouvernement, nous ne doutons pas qu’il saura y réserver une suite favorable." * Elue de la majorité Primo!, membre de la Commission Environnement et Qualité de vie

TRANSPORTS

Aviation, nouveau directeur

I

ngénieur diplômé de l’ENAC (École Nationale de l’Aviation Civile), Jérôme Journet vient d’être nommé à la tête de la Direction de l’Aviation Civile, suite au départ à la retraite de Bruno Lassagne. Après avoir effectué des études d’ingénieur, principalement à Toulouse et au Canada, Jérôme Journet a ensuite travaillé plus de dix ans en région parisienne auprès des aéroports parisiens, à Roissy Charles de Gaulle et au centre de contrôle régional d’Athis-Mons. Au cours de ces années, il a ainsi pu se familiariser avec les différentes facettes des métiers de l’aviation civile, au contact de l’opérationnel et du contrôle aérien, mais aussi en s’impliquant sur des projets européens d’études et de recherche. En 2011, Jérôme Journet a été affecté à la direction des opérations de la DSNA (Direction des Services de la Navigation Aérienne) pour effectuer une mission de coordination nationale. Cette expérience lui a notamment permis d’appréhender le pilotage budgétaire et des projets de génie civil. Jérôme Journet a ensuite quitté la région parisienne pour s’établir à Bordeaux-Mérignac où il a dirigé le CESNAC (Centre d’Exploitation des Systèmes Centraux). En 2016, il est parti s’installer aux Antilles pour prendre la tête du service de la navigation aérienne Antilles-Guyane. Jérôme Journet était en charge du contrôle aérien, de l’information aéronautique et des opérations de recherche et sauvetage aéronautique pour les espaces aériens et les aéroports de Martinique, Guadeloupe et Guyane.

© Photo DdC / MA

g En dehors des parkings-relais, on parle d’un projet de télécabines. Jardin Exotique-Fontvieille avec possibilité même de rejoindre Monaco Ville : un projet qui ne fait pas l’unanimité. D’aucuns mettent en cause une efficacité limitée, pour une pollution visuelle redoutée... KADC : "Les télécabines sont une solution parmi d’autres. Là où ils ont été installés, ils ont fait leurs preuves. Dans l’étude BVA demandée par le Conseil National, les avis sont effectivement partagés. Nous croyons plus à l’opportunité d’en mettre un en place entre le vaste parking du Jardin Exotique et le futur Centre commercial de Fontvieille. C’est une question de stratégie et d’efficacité. Pour être efficace, ce mode de transport en commun devra proposer un débit et un cadencement très performants. "

© Photo CN

g On se rend compte que parmi les moyens pour limiter les embouteillages il existe une forte demande pour des parkings-relais. Où en est-on dans la réflexion tant à l’est comme à l’ouest du pays ? En complément, pourrait-on envisager une limitation des entrées liées à l’immatriculation ou un paiement de droit d’accès ? KADC : "Avant d’en venir à des débats comme la possibilité d’un péage urbain, comme à Londres, il faut d’abord tout faire pour permettre la construction de vastes parkings relais. A l’ouest, près de 1900 places seront livrées au Jardin Exotique, mais il faut se poser la question de la continuation du trajet, en bus ou en télécabine. A l’est, il y aura d’abord le parking de Testimonio mais dont la capacité sera notoirement insuffisante. Nous avons donc demandé une accélération des décisions pour restructurer de façon la plus optimale possible, le giratoire de Saint Roman avec plus de 600 places de parking côté français. Nous n’oublions pas les possibilités aussi de participer à la réalisation de vastes parkings en zones limitrophes, notamment à Eze, à la sortie de l’autoroute, sur la zone dite de la Brasca, qui appartient désormais à la Principauté."

N° 191 • Février 2020

5


POLITIQUE & SOCIETE

Bilan très positif : cap sur 2020 par Patrice Zehr

6

N° 191 • Février 2020

© Photo CN

Gouvernement princier, qui devra faire connaître selon le délai constitutionnel, sa position au printemps prochain. Bien sûr, il faudra encore soutenir l’effort vers la transition énergétique et la préservation de l’environnement. Nous le ferons avec encore plus de détermination, lorsqu’on voit les conséquences dramatiques du dérèglement climatique, par exemple en Australie. Et puis nous continuerons également la bataille, pour que dans notre pays, dans tous les domaines, l’égalité entre les femmes et les hommes devienne la règle et l’évidence." La conclusion a porté sur l’amélioration

pour le moins imprévue et spectaculaire des relations entre le Conseil national et le gouvernement. "Pour revenir à la relation Gouvernement-Conseil National, et parler de la méthode, il faut que le Gouvernement pratique le plus possible avec les élus des Monégasques, une concertation en amont pour les principaux dossiers qui relèvent de nos prérogatives ou de notre vote. De même, lorsque les conseillers nationaux portent des propositions équilibrées et raisonnables, elles méritent dès l’origine une considération plus ouverte et plus attentive de la part du Gouvernement."

UNION MONEGASQUE

Grinda, se démarquer pour exister

L

a solitude lui va assez bien. Seul élu d’Union Monégasque, l’une des deux composantes des minorités, Jean-Louis Grinda sait qu’il doit pour le moins étonner pour exister. Sur le budget - en accord total avec la majorité, qui lui a donné une présidence dédiée de commission - il enfonce le clou. Il justifie logiquement son vote, seul vote contre le primitif 2020. Le budget n’est pas sincère, il est toujours faussement excédentaire car on mélange tout et notamment le fonds de réserve utilisé comme vase communicant et budget bis. Sur ce point, ces idées - partagées par la majorité - ont largement progressé et semblent devoir être prises en compte à la satisfaction de tous les élus par le gouvernement. Fidèle à son image de monsieur Plus, Jean-Louis Grinda voudrait même un budget de clôture, un budget de résultats suivant le primitif et le rectificatif. Il va cependant bien plus loin que le vote contre sur un point précis dans son démarquage. Il n’abandonne pas, malgré les critiques, le thème des logements domaniaux inoccupés. Il ne croit certes pas au chiffre de 0,88% donné par Serge Telle, mais pour lui peu importe. Que les monégasques qui habitent en France se

déclarent, l’Etat les aidera à conserver leur statut de monégasque et au besoin il y aurait une aide pour payer d éventuels impôts à la française. On doute vraiment qu’il y ait beaucoup de volontaires. Mais ce qui est certain c’est que l’élu a été mortifié ou indigné par une formule du ministre l’accusant un temps sur ce sujet "de vouloir transformer la Principauté en monarchie policière". Monarchie policière, vous avez dit, monarchie policière, et bien pour Grinda se sera effectif dans 6 mois si la reconnaissance faciale n’est pas sévèrement encadrée, il la refuse même totalement de façon dogmatique. Cette reconnaissance faciale est pour lui dangereuse et - pense t-il comme d'autres d’ailleurs liberticide. Sa façon de s’exprimer avec un sourire d’acteur américain et des phrases cinglantes, avec l’air de ne pas y toucher, fait partie de son démarquage politique. Ce démarquage est aussi une prise de risque pour briser une solitude, avec le danger de se marginaliser, comme ce fut le cas lors de la campagne électorale, avec sa proposition de raser le stade Louis II... C’est le pari de JeanLouis Grinda pour 2020 : se singulariser, pour mieux (P.Z.) se faire entendre, sinon comprendre. © Photo DR

POLITIQUE

g "Faire mieux sera difficile" Heureusement il y a encore beaucoup à faire. "Je veux parler, notamment, d’un prochain texte concernant la modernisation du statut de la Fonction Publique, d’un autre pour encadrer le travail de nuit, ainsi que de l’aboutissement d’une grande réflexion sur la comptabilité publique, qu’il s’agisse d’une meilleure visibilité du budget ou de la gestion du Fonds de Réserve Constitutionnel, qui ne doit être ni un budget bis, ni une facilité de caisse pour l’État. 2020 sera également marquée par la livraison du Monaco Boost, centre d’affaires domanial à loyers préférentiels pour les entrepreneurs de nationalité monégasque, et pour les startup de Monaco Tech. C’était un engagement du Conseil National. Nous favoriserons aussi l’entreprenariat des nationaux, en amendant le projet de loi du gouvernement, pour aboutir, comme dans le secteur libre, à supprimer toute surtaxe de loyer pour domicilier une activité dans les domaines. Et 2020, ce sera aussi l’année du grand débat autour de la transmission de la nationalité monégasque. Le Conseil National a là encore pris ses responsabilités par le vote d’une proposition de loi équilibrée et modérée, portant à 20 ans la durée nécessaire pour la transmission par le mariage. Nous attendons à présent de connaître les intentions du

©

L

e président du Conseil national, entouré des présidents des commissions permanentes de la Haute Assemblée, était rayonnant devant la presse. Au-delà de propos élogieux et traditionnels sur le rôle des journalistes, on notera l’affirmation claire de la volonté du Conseil national de maintenir l’aide de l'Etat permettant la diversité de la presse écrite, dans un petit pays très riche en titres. Mais la raison de la satisfaction de Stéphane Valeri tenait bien sûr au bilan exceptionnel de cette année 2019 pour la majorité parlementaire. En premier lieu, le plan historique présenté avec le Souverain, en cours de réalisation, soit le plan national logement, qui fait du domanial pour les Monégasques la priorité des priorités. Mais encore des avancées notables, que certains pensaient impossibles, dans l’accompagnement institutionnel des évolutions de la société et des mentalités. La dépénalisation de l’IVG pour les femmes, la modernisation de l’adoption ou du travail du dimanche, l'allongement du congé de maternité, sans parler de l’acquisition de la nationalité monégasque, qui sera à l'ordre du jour en 2020. «Mais, bien entendu, a précisé le président du Conseil national, ce qui aura été le plus remarqué récemment par ceux qui vous lisent et vous suivent, c’est la reconnaissance de l’union libre, après de nombreux échanges, dont certains parfois très vifs. Là encore, le rôle du Conseil National a été réaffirmé à sa vraie place, en tant que co-législateur exclusif avec le Prince, dans le cadre strict de la Constitution, en respectant la diversité des sensibilités auxquelles vous avez d’ailleurs donné la parole dans vos supports ». Autre point positif mis en avant : les engagements précis du gouvernement pour préserver, et même améliorer, la qualité de la vie à Monaco autour des grands chantiers et de la circulation. Avec ce bilan, le problème pour la majorité pour l’année qui s’ouvre est de maintenir l’intérêt des médias et de répondre à d’autres attentes des Monégasques pour 2020.


Le Ministre d'Etat fait le point par Patrice Zehr

V

g Prosperité, mobilité et numérique Le Ministre d’Etat s’est félicité de la prospérité du pays et de son attractivité salariale. Il a mis en avant une augmentation de 3 % des emplois pour le troisième trimestre 2019, portant le nombre des salariés à Monaco à 59.740. Monaco crée 1.200 emplois par an depuis 8 ans et reste donc singulièrement attractif malgré les problèmes de mobilité. Ces problèmes ont été évoqués avec du nouveau bientôt sur Monacobike ou les trottinettes électriques. On a bien entendu évoqué le numérique dont le but est de « faciliter le quotidien de tous et de préparer les emplois de demain ». g Une petite pique adressé à l'élu Grinda... Les inquiétudes sur la reconnaissance faciale ont été balayées car réservées à des cas graves de type signalement Interpol. De toute façon, cette recon-

naissance qui existe déjà sera encadrée, dans sa nouvelle extension, par une loi votée par le Conseil national. Enfin Serge Telle a rejeté l’idée d’une aide aux monégasques expatriés en France : pas question de payer leurs éventuels impôts, il ne veut pas être le Ministre d’Etat livrant au fisc français des Monégasques.

Quant à Jean-Louis Grinda - auteur de cette proposition (voir encadré page 6) - le ministre a estimé, dans un sourire, qu’il était sans doute meilleur en matière d''Opéra que de finances publiques. Quand on connaît cet élu on peut être certain que cette petite pique le fera sans doute réagir...

La Mairie au service des Monégasques

J

eudi 16 janvier 2020, le Maire Georges Marsan et plusieurs membres du Conseil Communal - Marjorie Crovetto Harroch, J a c q u e s P a s t o r, N i c o l a s C r o e s i , J e a n - M a r c D é o r i t i - C a s t e l l i n i , C h l o é B o s c a g l i L e c l e r c q , A x e l l e A m a l b e r t i Ve r d i n o e t M é l a n i e Flachaire, ont accueilli une vingtaine de représentants de la presse locale dans la Salle des Mariages de la Mairie de Monaco pour une réception qui se voulait informative mais aussi chaleureuse. Parmi les principales actions qui seront menées en 2020, le maire a souhaité mettre l’accent en pariculer sur la transition numérique, l'environnement et le développement durable, les événements culturels et les initiatives dans le domaine social et l e s t r a v a u x . P o u r f i n i r, l e M a i r e a r a p p e l é l ’ i m p o r t a n c e d e s d i s cussions et échanges permanents entre le Gouvernement et la M a i r i e q u i l u i p e r m e t t e n t d e c o n t i n u e r à « a ff i r m e r [ s a ] p l a c e e t [son] rôle. ». La persévérance du Conseil Communal a notamment permis d’obtenir « de nouveaux locaux pour [les] crèches dans les futurs immeubles domaniaux [et] le relogement de [l’] établissement du Larvotto » - un sujet sensible et de première importance pour les familles résidant en Principauté.

© Photo MM

g Davantage d'espaces verts Une question se pose bien sûr dans le pays de l’environnement revendiqué : comment concilier béton et espace vert sur nos petites surfaces ? Le square des belges a dû être déplacé et pour retrouver de la verdure il faut de l’innovation. Marie-Pierre Gramagila Conseiller de gouvernement-Ministre de l’Equipement a évoqué deux pistes, des constructions sur pilotis avec des jardins en dessous ou des jardins suspendus. Elle a aussi évoqué l’enquête du gouvernement sur la qualité de la vie ou l’on parlera bien sûr des nuisances, mais aussi du ressenti positif sûr la santé, la sécurité ou les salaires. Serge Telle a bien souligné que cette enquête était complémentaire de celle du Conseil national dans le cadre du partenariat institutionnel, qui marche bien.

© Photo DdC

igilance sur le Coronavirus chinois même si le 28 janvier aucun cas n’avait été déclaré sur Monaco. Le plus concret a été distribué dans un dossier à la presse avec des maquettes et des chiffres. En 2023 Monaco aura deux nouveaux quartiers autour du Palais Honoria et du Grand Ida, qui sort enfin du brouillard. 205 logements seront donc livrés aux Monégasques dans la promesse du Plan National Logement prévoyant 712 logements à l’horizon 2023. Pour chaque ensemble une crèche de 35 places et des emplacements de parkings. Ce sont les principaux sujets abordés par le gouvernement princier lors des traditionnels voeux de début d'année.

VOEUX

Criminalité en baisse et une Sûreté publique plus confiante e cadre de la magnifique salle du Musée Océanographique y a peut être été pour quelque chose. Une sorte de sérénité retrouvée a marqué ces vœux de la Sureté publique dans un confort bien éloigné de la cohue de ceux présentés d’autres années dans les locaux policiers bien exigus par rapport aux participants. Un apparat soulignant à juste titre le rôle essentiel de la sécurité dans l’image de Monaco. On pourrait sourire en disant que comme les budgets sont toujours en excédent, la criminalité à Monaco est toujours en baisse. Mais les chiffres sont là et ils sont bons. Cela prouve que le malaise, provoqué par des sanctions à la chaine liées aux conséquences de l’affaire Rybolovlev – Bouvier, ont été sinon surmontées au moins sans impact dans l’éfficacité. Une belle cérémonie à laquelle Richard Marangoni, le directeur de la Sûreté publique, souffrant, n’a pu participer. C’est donc le Conseiller Ministre Cellario qui a eut le plaisir de donner les chiffres. Par rapport à 2018, la délinquance générale a baissé de 5 % et celle sur la voie publique de 26 %. Moins 23 % sur les cambriolages et moins 73 % pour les vols à la tire. Bien entendu le vol des deux roues est à la hausse, de plus en plus de deux roues et parfois n’importe où, l’occasion fait le larron. Plus inquiétante l’augmentation de 25 % des accidents de la circulation liés le plus souvent à des addictions. C’est pourquoi, sans doute, le Prince souverain - dans son allocution - a insisté sur les addictions. Plus 42 % pour l’ivresse publique, 10 % pour l’alcool au volant et 2 % pour les stupéfiants. Le Prince invite les jeunes et leurs parents à la vigilance. La vigilance des Monégasques et résidents qui est indispensable à la sécurité de tous. Il faut respecter les règles de prudence de notre époque, les bons résultats de la Sûreté publique ne dispensent pas de la précaution de tous. La Sûreté publique amorce 2020 avec un plan de réorganisation lancé en 2016, qui a porté ses fruits face a l'accélération de l'insécurité liée a des menaces nouvelles. La modernisation se poursuit avec une nouvelle vedette pour la Police maritime et la création

© Photo LM

L

d’une unité de drones. Bien entendu la transition numérique est partout. Mais la technologie ne fait pas toujours l’unanimité. Ainsi la mise en place aux côtés des nombreuses caméras d’un dispositif de reconnaissance faciale, fait débat. Ce sera entre sécurité pour tous et liberté individuelle, une des controverses de l’année qui plait tant aux politiques et à la presse. Mais les Monégasques seront bien plus sensibles aux résultats concrets de la mise en place visible de la nouvelle unité de la préservation de la qualité de la vie. Comme quoi on peut parler de sécurité, sans jamais oublier que pour les Monégasques et résidents le rôle de la police, c’est aussi et surtout de permettre de bien circuler. (P.Z.)

N° 191 • Février 2020

7


ECONOMIE & FINANCE

Le risque en gestion de portefeuille par Thierry Crovetto *

L

g Les stratégies de Vol Target : fonctionnement et intérêts Les stratégies de Vol Target consistent à déterminer un niveau de volatilité cible pour le portefeuille et de faire varier le poids des actifs risqués en fonction de leur volatilité. Ainsi on va réduire leur exposition quand leur volatilité est supérieure à la volatilité cible en augmentant la part des actifs sans risque, et inversement, en augmentant leur poids (éventuellement en utilisant de levier) quand leur volatilité est inférieure à la volatilité cible. Cela fonctionne comme une stratégie de suivi de tendance. Dans la théorie financière classique, on part du principe que la volatilité des actifs est constante dans le temps, mais en réalité, celle-ci change au fil du temps. Il peut être démontré que la stratégie « Vol Target » génère des performances plus élevées pour chaque unité de risque. On réduit surtout les baisses maximales des portefeuilles qui interviennent généralement avec une forte volatilité. Les investisseurs devraient raison-

8

N° 191 • Février 2020

© Photo DR

g Quelles sont les notions utilisées et quelles sont les plus pertinentes ? Si la performance est facile à calculer et à comprendre, il existe différentes notions du risque plus ou moins concrètes. Très souvent, on considère, à tort, que seules les actions sont risquées et que le risque est déterminé par le pourcentage d’actions en portefeuille. On peut élargir la mesure du risque de marché, en calculant le Bêta (sensibilité aux mouvements d’un indice action par exemple). Ce dernier se définit comme le rapport de la covariance de la rentabilité de l'actif avec celle du marché à la variance de la rentabilité du marché. Concrètement, prenons l'exemple d'un portefeuille qui a un Bêta de 0,8 par rapport au CAC 40. Cela signifie que si l'indice CAC 40 varie de 10%, portefeuille devrait théoriquement varier de 8%. Cela reste une moyenne, et la participation à la hausse peut être différente de la participation à la baisse de l’indice, c’est ce qu’on appelle la convexité. Considérée en finance comme la base de la mesure du risque, la volatilité est par définition une mesure des amplitudes des variations du cours d’un actif financier. Ainsi, plus la volatilité d’un actif est élevée et plus l’investissement dans cet actif sera considéré comme risqué et par conséquent plus l’espérance de gain (ou risque de perte) sera importante. L’écart type est relativement simple à comprendre et à appliquer. Il s'obtient en calculant la racine carrée de la variance. La variance étant calculée en faisant la moyenne des écarts à la moyenne, le tout au carré. Puisque la volatilité ne fait pas la différence entre les écarts à la hausse et à la baisse, il s’agit plutôt d’un indicateur d’incertitude. Pour se concentrer sur le risque réel, on peut calculer la volatilité négative qui ne va considérer que les écarts à la moyenne négatifs. Mais dans tous les cas ces indicateurs ne sont pas stables dans le temps, ils ont tendance à augmenter quand les marchés baissent et à diminuer quand les marchés montent… Finalement, le vrai risque pour un investisseur est celui de perdre de l’argent. C’est pour cela que la mesure de risque la plus pertinente et la plus compréhensible est la perte maximale (Maximum Drawdown).

ner en termes de budget de risque plutôt qu’en termes de poids pour leur allocation d’actifs. g La notion de risque qualitatif et la question de la réplicabilité des performances A côté des risques quantitatifs, calculables à partir des données historiques, il faut aussi évaluer les risques qualitatifs tels que la liquidité, la valorisation et le risque de non-réplicabilité des performances. Par exemple un fonds d’emprunts d’Etat qui a très bien performé au cours des dernières années avec peu de risques, bénéficiant de la baisse des taux d’intérêt, a peu de chance de répliquer les mêmes performances à l’avenir, et son risque est sans doute supérieur à ce qu’il a été par le passé.

g Comment gérer le risque ? La gestion du risque doit être la priorité des investisseurs. Pour optimiser le couple rendement risque. La diversification est une étape importante, mais pas suffisante. Il faut assembler des investissements attractifs avec une faible corrélation. Les stratégies de performances absolues peuvent constituer le cœur des portefeuilles ; les plus défensives peuvent prendre une partie de la place des obligations tandis que les plus dynamiques peuvent remplacer une partie des actions. Les stratégies de couverture doivent aussi avoir leur place pour se prémunir contre de fortes baisses. * Président Délégué TC Stratégie Financière. La Tour Odéon, 36 avenue de l’Annonciade. Tel. : 06.80.86.83.11 Email : tcrovetto@tcsf.mc ; web : www.tcsf.mc

RENDEZ-VOUS

"Le MEB souhaite se mettre au diapason des attentes des forces économiques"

P

lus de 350 acteurs économiques étaient présents pour le premier Rendez-Vous des Adhérents de l’année qui se déroulait pour la première fois au One Monte-Carlo. Guillaume Rose a dévoilé l’agenda 2020 et lancé une grande enquête auprès des Adhérents. g Une agenda très chargée... C’est sous les dorures de la Salle des Arts, fidèle reproduction de la salle d’apparat de l’ancien Sporting d’Hiver, et dans les espaces ultra contemporains qui la jouxtent que se sont réunis les adhérents du MEB. Une belle opportunité de découvrir le centre de congrès intégré au nouveau quartier One Monte-Carlo. Ce premier évènement de l’année a été l’occasion pour le Directeur Général Exécutif de lancer une grande enquête réalisée auprès de ses 540 sociétés adhérentes sous le slogan Le Monaco Economic Board à votre écoute. Alternant QCM et questions plus ouvertes, l’enquête souhaite donner la parole aux membres afin de remonter les points d’amélioration sur les actions proposées, recueillir les attentes (nouveaux types d’opérations, nouvelles destinations, etc.) et valider les objectifs de l’association. Les résultats seront d’ailleurs dévoilés lors de l’assemblée générale du 19 mars prochain. De façon plus habituelle, Guillaume Rose a ensuite présenté l’agenda 2020, très riche en opérations à l’étranger grâce au précieux soutien du réseau diplomatique et consulaire de la Principauté. Au cours du premier semestre des missions économiques seront ainsi organisées à Novossibirsk, troisième ville de Russie, avec les Ballets de Monte-Carlo du 19 au 21 février puis à Versailles les 30 et 31 mars à l’occasion d’une représentation de Cecilia Bartoli et des Musiciens du Prince – Monaco à l’Opéra du château. Ce sera ensuite à Rome et Florence les 26 et 27 mai avec le Club des Ambassadeurs de la destination Monaco. Suivront le Monténégro, Saint-Pétersbourg, Antibes et Budapest. En fin d’année Toronto et Montréal, Milan, Tokyo et Amsterdam sont d’ores et déjà inscrites au programme. Quant au Pavillon monégasque de l’exposition universelle de Dubaï, le MEB prévoit de s’y rendre à plusieurs reprises avec des déplacements ciblés par secteurs d’activités. En Principauté, le MEB sera également très actif. Des conférences économiques avec des intervenants de premier plan (la prochaine avec Julien Marcilly Chef économiste de la Coface aura lieu le 3 mars), des accueils de délégations (notamment Autriche le 26 mars) ou encore des formations ou évènements avec nos partenaires rythmeront l’année. Guillaume Rose déclare : « Plus que jamais porté par la volonté du Gouvernement Princier, le Monaco Economic Board souhaite se mettre au diapason des attentes et aspirations des forces économiques de la Principauté. Le développement constant de ses réseaux, le renforcement de ses partenariats et le dévouement de son équipe sont autant d’atouts pour réussir ses missions. »

© Photo MEB

ECONOMIE

a performance plus regardée que le risque en gestion de portefeuille ? Les investisseurs et gérants de portefeuille communiquent souvent sur leur performance mais très peu sur leur niveau de risque. Pourtant l’objectif principal de la gestion de portefeuille est bien l’optimisation du couple rendement risque. On ne peut pas juger la performance si on ne connait pas le niveau de risque qui a été pris pour l’atteindre…


Les évènements de février 2020

sports Samedi 1er février à 20h, Théâtre des Variétés : Spectacle musical "RETRO-SPECTIVE 3" par la Compagnie Musicale Y.G. Renseignements : +33 6 43 91 93 32

Samedi 1er février à 18h30,Salle Omnisports Gaston Médecin : Championnat "Jeep Elite" de basket : Monaco – Boulazac. Renseignements : +377 92 05 40 10

Mercredi 5 février à 20h, Stade Louis II : Championnat de France de Football de Ligue 1 : Monaco – Angers. Renseignements : +377 92 05 74 73

Samedi 1er à 20h30, dimanche 2 février à 16h30, Théâtre des Muses : Théâtre contemporain "Les petits lapins" de Fred Nony. Renseignements : +377 97 98 10 93

Mardi 11 février à 18h30, Salle Omnisports Gaston Médecin : Championnat "Jeep Elite" de basket : Monaco - Châlons-Reims. Renseignements : +377 92 05 40 10

Dimanche 2 février à 18h, Auditorium Rainier III : Série Grande Saison : concert par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Gianluigi Gelmetti avec Silvia Dalla Benetta et Nino Surguladze, mezzo-soprano, Riccardo Zanellato, basse et le Choeur de L'Opéra de Parme. Au programme : Giuseppe Verdi. En prélude au concert, présentation des œuvres à 17h par André Peyrègne. Renseignements : +377 98 06 28 28

Samedi 15 février à 20h, Stade Louis II : Championnat de France de Football de Ligue 1 : Monaco – Montpellier. Renseignements : +377 92 05 74 73

Jeudi 6, vendredi 7, samedi 8 à 20h30 et dimanche 9 février à 14h30 et 17h, Théâtre des Muses : "Amour, Swing & Beauté" spectacle musical, direction artistique de Annabelle Sodi-Thibault. Renseignements : +377 97 98 10 93 Vendredi 7 février à 19h, Bibliothèque Louis Notari : Concert par Souffles Quartet (jazz). Renseignements : +377 93 15 29 40 Vendredi 7 février à 20h30, Théâtre des Variétés : "L’Arche du Coeur", concert caritatif avec Marc Giaconne, le trio Trima jazz in voice, la Lyre roquebrunoise, la chorale Quazylis, Franck Lavogez, Nathalie Setera et Marc Cagna Perazzo, présenté par José Sacré et Lucille, organisé par l’Association monégasque des amis de l’Arche de Jean Vanier (AMADARCHE). Renseignements : +377 98 06 26 26 Dimanche 9 février à 15h, Auditorium Rainier III : Ciné - Concert Famille avec la projection des films muets "Oeil pour Oeil" de James W. Horne et "Ton cor est à toi" d'Edgar Kennedy avec une improvisation au piano de Paul Lay, organisé par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Renseignements : +377 98 06 28 28 Mardi 11 février à 18h30, Auditorium Rainier III : Série Happy Hour Musical : concert de musique de chambre par Take Four avec Raluca Hood-Marinescu et Mitchell Huang violons, Raphaël Chazal, alto, Alexandre Fougeroux, violoncelle. Renseignements : +377 98 06 28 28 Jeudi 13 février à 18h30, Auditorium de l'Académie Rainier III : Concert "Les Jeudis de l'Académie" avec le Département Clavier. Renseignements : +377 93 15 28 91 Jeudi 13 février à 20h, Théâtre des Variétés : Concert en Hommage à Marcel Azzola, organisé par l’Association pour la Promotion de l’Accordéon et du Bandonéon. Renseignements : +33 6 80 02 69 85 Jeudi 13 février à 20h30, Théâtre Princesse Grace : "Le Lien" de François Bégaudeau avec Pierre Palmade, Catherine Hiegel et Marie-Christine Danède. Renseignements : +377 93 25 32 27 Jeudi 13, vendredi 14, samedi 15 à 20h30 et dimanche 16 février à 16h30, Théâtre des Muses : "Sacha Guitry Mon Amour" spectacle de déclaration amoureuse et théâtrale par Anthéa Sogno. Renseignements : +377 97 98 10 93 Samedi 15 février à 15h, Théâtre des Variétés : Concert par Marie-Pierre Oudol et ses musiciens retraçant les anecdotes et chansons de Edith Piaf. En 1ère partie : Chansons françaises, Bossa et Jazz par le groupe Combojazzy, organisé par l'Association Monaco-Art-Music. Renseignements : +33 6 62 18 49 70 Jeudi 27 février à 18h30, Grimaldi Forum Monaco - Espace Indigo:

Thursday Live Session avec The Limboos. Renseignements : +377 99 99 20 20

Jeudi 27 février à 20h, Opéra de Monte-Carlo - Salle Garnier : Récital "Diva on Detour" par Patricia Racette, soprano avec Craig Terry, piano, organisé par l'Opéra de Monte-Carlo. Au programme : Chansons de Cole Porter, Stephen Sondheim, George Gershwin et Edith Piaf. Renseignements : +377 98 06 28 28

conférences

Samedi 15 février, de 10h à 19h30, Espace Fontvieille : 2ème Tournoi International Buhurt Prime - Combat Médiéval, foire et ateliers d'artisanat médiévaux Renseignements : +377 97 97 23 80

Samedi 29 février à 20h, Stade Louis II : Championnat de France de Football de Ligue 1 : Monaco – Reims. Renseignements : +377 92 05 74 73

expositions Musée d'Anthropologie préhistorique, tous les jours de 9h à 17h : Expositions permanente « Un mammouth à Monaco » et temporaire « L’Art préhistorique et protohistorique » Jusqu’au dimanche 15 mars, Collection de Voitures de S.A.S. le Prince de Monaco : Exposition de voitures de rallye ayant fait la légende du rallye automobile mondial. Renseignements : +377 92 05 28 56 Du vendredi 7 février au mercredi 20 mai, Nouveau Musée National de Monaco - Villa Paloma : Exposition "Variations, les Décors lumineux d’Eugène Frey" présentés par João Maria Gusmão. Renseignements : +377 98 98 48 60 Samedi 8 février, de 10h à 18h, Ecole Supérieure d’Arts Plastiques, Pavillon Bosio : Journée portes ouvertes organisée par et à l'Ecole Supérieurs d'Arts Plastiques - Pavillon Bosio pour les futurs étudiants, curieux, amateurs ... Renseignements : +377 93 30 18 39

manifestations Musée océanographique de Monaco : Jusqu’en mars : " L’Odyssée des tortues marines, l’exposition" : découvrez leur évolution fascinante depuis l’ère des dinosaures. Du 15 février au 1er mars : « Animations des vacances d’hiver » : nourrissage des tortues marines, bassin tactile, découverte des fonds marins en réalité virtuelle et bien d’autres animations. Renseignements : +377 93 15 36 00 Lundi 24 février, de 10h à 12h : Animations pour les enfants. Renseignements : +377 98 98 80 06 Jusqu’au dimanche 1er mars, Port de Monaco : Le Stade Nautique Rainier III se transforme en patinoire à ciel ouvert. Renseignements : +377 93 30 64 83

Mercredi 5 février à 19h, Théâtre des Variétés : Documentaire "Je suis Gassman! Roi de la Comédie" en hommage à Vittorio Gassman, (the Matter) avec Paola Gassman et Fabrizio Corallo, invités d'honneur. Renseignements : +377 97 70 89 47 Jeudi 6 février, de 19h à 21h, Lycée Technique et Hôtelier de Monaco : Les Rencontres Philosophiques de Monaco propose une conférence sur le thème "D'où vient le temps - Temps et être", avec Natalie Depraz, Nicolas de Warren, présentée par Joseph Cohen, membre fondateur. Renseignements : +377 99 99 44 55

Du jeudi 6 au dimanche 9 février, Baie de Monaco : 36e Primo Cup - Trophée Crédit Suisse Monotypie, organisée par le Yacht Club de Monaco. Renseignements : +377 93 10 63 00

Jeudi 27 février à 14h30, Sonothèque José Notari : Ciné Popcorn Kids - film surprise (dès 6 ans). Renseignements : +377 93 30 64 48

Lundi 10 février à 15h, Bibliothèque Louis Notari : Pause écriture animée par Eric Lafitte. Renseignements : +377 93 15 29 40

Mercredi 26 février à 16h, Médiathèque de Monaco Sonothèque José Notari : "Les extra-terrestres", analyse filmique animée par Jérémy Belando.Renseignements : +377 93 30 64 48

Lundi 10 février à 18h30, Bibliothèque Louis Notari : Cours de photographie animé par Adrien Rebaudo. Renseignements : +377 93 15 29 40

Vendredi 28 février de 14h30 à 16h30, Médiathèque de Monaco - Bibliothèque Princesse Caroline : Lego Technic motorisés (dès 8 ans) animé par Sébastien. Renseignements : +377 93 15 22 72/74

Mardi 11 février à 20h, Théâtre des Variétés : Tout l'Art du Cinéma - projection du film "Réminiscences d'un voyage en Lituanie" de Jonas Mekas, organisée par l'Institut audiovisuel de Monaco. Renseignements : +377 97 98 43 26 Mardi 11 février à 20h30, Théâtre Princesse Grace : "Les Forçats de la route" de et avec Nicolas Lormeau. Renseignements : +377 93 25 32 27 Mercredi 12 février de 14h à 15h, Bibliothèque Princesse Caroline : Séance bien-être (dès 6 ans) avec Claire. Renseignements : +377 93 15 22 72/74

Jeudi 13 février à 18h, Bibliothèque Louis Notari : Lancement du manga Blitz (éd. IWA par Shibuya Productions). Renseignements : +377 93 15 29 40 Vendredi 14 février à 19h, Hôtel de Paris, Salle Empire : "Le Grand Bal des Princes et des Princesses" : dîner de Gala animé d'un spectacle d'artistes, de musiciens, de danseurs et de chanteurs de prestige. Renseignements : +33 6 07 93 45 75 Samedi 15 et dimanche 16 février : Course à pied "Monaco Run 2020" organisée par la Fédération Monégasque d'Athlétisme. Renseignements : +377 92 05 43 05 Lundi 17 et mardi 18 février, de 14h30 à 16h30, Bibliothèque Princesse Caroline : Atelier Chocolat (dès 7 ans) avec Benoît Perruchon. Renseignements : +377 93 15 22 72/74 Du 17 au 21 février, Ecole Supérieure d’Arts Plastiques Pavillon Bosio : Stage de céramique avec Jeffrey Haines, pour adultes et lycéens. Renseignements : +377 93 30 18 39 Mardi 18 février à 19h, Bibliothèque Louis Notari : Ciné-club : "Les faussaires" de Frédéric Blum (1994), présentés par Jean-Christophe Gay. Renseignements : +377 93 15 29 40 Mercredi 19 février de 10h à 11h, Médiathèque de Monaco: Atelier 4 mains Parents/Enfants (dès 3 ans), animé par Corinne. Renseignements : +377 93 15 22 72/74

Mercredi 19 février à 17h, Bibliothèque Louis Notari : Thé littéraire : Coups de cœur des lecteurs Renseignements : +377 93 15 29 40

Samedi 1er et dimanche 2 février, Espace Fontvieille : 9ème "New Generation" compétition de cirque pour les jeunes talents. Renseignements : +377 92 05 23 45

Jeudi 20 février de 14h30 à 17h Médiathèque de Monaco - Bibliothèque Princesse Caroline : Tournoi de jeux vidéo (dès 8 ans) animé par Didier. Renseignements : +377 93 15 22 72/74

Mardi 4 février à 20h, Théâtre Princesse Grace : Projection du film "To Be or Not to Be" de Ernst Lubitsch, organisée par l'Institut audiovisuel de Monaco en partenariat avec le Théâtre Princesse Grace. Renseignements : +377 93 25 32 27

Mercredi 5 février à 18h, Bibliothèque Louis Notari : Conférence sur le thème "Scènes de crime au musée" par Christos Markogiannakis Médiathèque de Monaco. Renseignements : +377 93 15 29 40

Mardi 4 et mercredi 5 février, de 13h à 18h, Espace Léo Ferré : "Monaco s'engage contre le gaspillage de matériel de puériculture et de petite enfance". Renseignements : +377 93 15 28 40

Jeudi 27 février à 19h30, A casa d'i Soci - Maison des Associations : Conférence sur le thème "Réincarnation et karma : mythe ou réalité ?" par Philippe Deschamp, organisée par l'Association Amorc Monoecis. Renseignements : +33 6 22 44 52 33

Mercredi 5 février, de 14h à 18h,Bibliothèque Princesse Caroline : Grand Tournoi FIFA 20 (dès 7 ans) animé par Didier. Renseignements : +377 93 15 22 72/74

3 questions à Célia Bernasconi, Commissaire de l’exposition du Nouveau Musée National Monaco, « Les Décors lumineux d’Eugène Frey présentés par João Maria Gusmão »

Mercredi 12 février à 19h, Bibliothèque Louis Notari : Ciné-club : Courts-métrages français d’animation présentés par Jean Paul Commin. Renseignements : +377 93 15 29 40

Du mercredi 29 janvier au samedi 1er février : 4e Rallye Monte-Carlo Classique. Renseignements : +377 93 15 26 00

Lundi 3 février à 18h30, Théâtre des Variétés : Conférence sur le thème "Danser la vie" avec Jean-Christophe Maillot, interrogé par Laura Cappelle (journaliste), organisée par la Fondation Prince Pierre. Renseignements : +377 98 98 85 15

Mercredi 26 février, de 10h à 11h, Médiathèque de Monaco – Ludothèque : Atelier 4 main Parents/Enfants (dès 3 ans) animé par Corinne. Renseignements : +377 93 15 22 72/74 Mercredi 26 février, de14h30 à 15h30, Bibliothèque Princesse Caroline : Séance bien-être (dès 3 ans) avec Claire. Renseignements : +377 93 15 22 72/74

Du vendredi 21 au dimanche 23 février, Auditorium Rainier III :

Lundi 3 février à 18h30, Bibliothèque Louis Notari : Cours de photographie animé par Adrien Rebaudo. Renseignements : +377 93 15 29 40

Mardi 25 février à 20h, Théâtre des Variétés : Tout l'Art du Cinéma - projection du film "La ruée vers l'or" de Charles Chaplin, organisée par l'Institut audiovisuel de Monaco.Renseignements : +377 97 98 43 26

Jeudi 6 février à 20h30, Théâtre Princesse Grace : "Le Double" de Fiodor Dostoïevski avec Ronan Rivière, Jérôme Rodriguez, Michaël Giorno-Cohen, Jean-Benoît Terral, Laura Chetrit, Antoine Prud’homme de la Boussinière ou Xavier Lafitte et Olivier Mazal, piano. Renseignements : +377 93 25 32 27

Jusqu’au mercredi 5 février, Principauté de Monaco 23e Rallye Monte-Carlo Historique réservé aux voitures ayant participé aux Rallyes Automobiles Monte-Carlo entre 1911 et 1980. Renseignements : +377 93 15 26 00

Dimanche 2 février, de 8h à 12h, Port de Monaco : Activité modélisme : circuit de voitures radioguidées. Renseignements : +377 93 30 64 83

Du 24 au 28 février, Ecole Supérieure d’Arts Plastiques Pavillon Bosio : Peinture avec Laure Fissore - pour adultes et lycéens.Renseignements : +377 93 30 18 39

14e Rencontre artistique Monaco - Japon 2020. Renseignements : +377 92 16 61 16

Vendredi 21 février à 10h, Bibliothèque Princesse Caroline : Lis-moi une histoire ! (Dès 3 ans). Renseignements : +377 93 15 22 72/74 Vendredi 21 février à 19h, Bibliothèque Louis Notari : Soirée jeu (de 8 à 88 ans !). Renseignements : +377 93 15 29 40 Vendredi 21 (gala), mardi 25 à 20h et dimanche 23 février à 15h, Opéra de Monte-Carlo - Salle Garnier : "Street Scene" de Kurt Weill avec Geoffrey Dolton, Jeni Bern, Scott Wilde, Lucy Schaufer, Harriet Williams, le Choeur de l’Opéra de Monte-Carlo, le Chœur d’enfants de l’Académie Rainier III et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Renseignements : +377 98 06 28 28

Dimanche 23 février, de 8h à 12h, Port de Monaco : Activité modélisme : circuit de voitures radioguidées. Renseignements : +377 93 30 64 83 Lundi 24 et mardi 25 février, de 14h30 à 16h30, Bibliothèque Princesse Caroline : Stage de bande-dessiné (dès 8 ans) animé par Didier. Renseignements : +377 93 15 22 72/74

Quel est le point de départ de cette exposition ? L'exposition rassemble pour la première fois plus de 300 œuvres sur papier et plaques de verre du peintre Eugène Frey (1864 1942), provenant des collections du NMNM, de la SBM et du Musée Nicéphore Niepce. Artiste quasi-inconnu aujourd’hui, Frey inventa en 1900 la technique scénographique des « Décors lumineux à transformations » - un système complexe de projections lumineuses permettant de conférer aux décors de scène de multiples variations de couleurs, de lumières et de formes tout en y intégrant des images en mouvement. Il développa cette technique sur la scène de l’Opéra de Monte-Carlo jusque dans les années 1930. Pouvez-vous nous parler de l’invitation faite à João Maria Gusmão ? Pour cette redécouverte, j’ai souhaité associer à la perspective historique le regard contemporain de l’artiste João Maria Gusmão qui, au fil de son travail plastique, filmique et littéraire, a pensé et réinterprété différents médias analogiques expérimentaux. Il a ainsi conçu à l’échelle de la Villa Paloma une installation scénographiée de lanternes magiques, offrant aux visiteurs une expérience de « micro cinéma en lumière continue » combinant les nombreuses techniques d'animation utilisées par Frey. Quelles sont les différentes créations présentées dans l’exposition ? La commande passée à João Maria Gusmão a abouti à la création de 6 nouvelles œuvres, présentées aux côtés d’œuvres plus anciennes qu’il avait créées en collaboration avec Pedro Paiva. L’exposition entend également révéler les interactions entre la technique développée par Frey pour la scène et les créations expérimentales de nombreux artistes, chorégraphes et réalisateurs, des premières années du XXe siècle jusqu’à nos jours. Elle présente ainsi des créations aussi diverses que les pièces d’ombres d’Henri Rivière et de Caran d’Ache pour le cabaret du Chat noir ; le théâtre mécanique de l’artisan Emmanuel Cottier ; le théâtre d’ombres de l’artiste Hans-Peter Feldmann et les performances de Lourdes Castro ; les films de silhouettes créés par Lotte Reiniger ou Michel Ocelot ; les expériences fantasmagoriques de Georges Méliès, Alexandre Alexeïeff et Claire Parker ou encore Jean Hugo ; les chorégraphies lumineuses de Loïe Fuller.

N° 191 • Février 2020

9


L'ACTUALITE

ACTUALITE

Un tout nouveau visage pour l’Eglise à Monaco

✲ M O NACO E N BRE F ✲ ☞ Monaco : Les travaux de réfection du Parc Princesse Antoinette sont terminés. Le terrain multisports est de nouveau accessible. Jardinières modifiées pour gagner en espace de passage. Traçage des terrains de basketball et handball. Réfection des réseaux d'eau enterrés et création d’un réseau de gaines électriques afin de faciliter les installations de manifestations et s'affranchir de la majorité des câbles apparents et provisoires. ☞ Monaco : Le 15 février, sous le Chapiteau de Fontvieille aura lieu la 2ème édition du Buhurt Prime, la plus grande compétition mondiale de Béhourd, sport de combat en armes et armures. Durant une journée, 80 combattants s’affronteront pour le titre de Champion du Monde. La Buhurt League regroupe les 10 meilleures équipes de la planète au sein d’une même ligue.

par Patrice Zehr

☞ Monaco : La Principauté participe au Salon de l’Horticulture de Philadelphie, du 29 février au 8 mars - sur le thème de la « French Riviera ». Ce salon, créé en 1829 par la Société d’Horticulture de la Pennsylvanie, couvre 4 hectares et reste le plus important salon annuel des ÉtatsUnis en dépassant les 250 000 visiteurs. En illustration : Parterre de roses autour de la réplique de la robe de mariée de la Princesse Grace, créé par Renée Tucchi ©DR

C

ela aura été la dernière Sainte Dévote de Monseigneur Barsi. Un moment particulièrement émouvant pour celui qui incarne la religion d’Etat de la Principauté depuis 20 ans. Il s’est identifié à ce diocèse si particulier avec bonhomie et fermeté. Il était aimé des pratiquants et respecté des autres. Il va rester actif à Nice et Monaco comme l’a voulu le Pape, après - a-t-il annoncé - une retraite spirituelle jusqu’au mois de juin.

g L'héritage de Mgr Barsi : une situation plus apaisée... Il est vrai que ses derniers mois à Monaco auront été marqué par une petite tempête autour du contrat de vie commune aujourd’hui adopté. Finalement la prise en compte des évolutions de la société a été faite de façon pragmatique sans toucher au sacrement du mariage. De la même manière, l’IVG dépénalisée n’a pas été bien entendu légalisée, c’était une ligne rouge pour l’Eglise. Tout est resté dans le cadre des institutions, où le catholicisme est indiscuté autour des co-législateurs, le Gouvernement et le Conseil national. Son successeur trouvera donc une situation apaisée pour poursuivre la mission épiscopale. g Le nouvel archevêque, membre actif de la communauté de L'Emmanuel Le nouvel archevêque désigné par le Saint-Père est donc Monseigneur Dominique Marie-David. Il a 56 ans et déjà 28 ans de sacerdoce. Surpris par sa nomination, depuis il s’imprègne des spécificités de ce diocèse qu’il ne connaît pas. On a noté dans son parcours, grades théologiques, prêtrise à Nantes. Ce natif de Beaupréau en Maine-et-Loire est un membre actif de la communauté de L’Emmanuel dont il a été le responsable du service liturgique. Voilà qui ne pouvait que retenir l’attention car c’est semble-t-il un engagement fondateur de la foi du nouvel archevêque. L’Emmanuel est une association publique de fidèles catholiques reconnue par le Saint-Siège depuis seulement 1992 et née d’un groupe de prière en 1972. Son nom est tiré de la bible : « Voici, la jeune femme est enceinte, elle va enfanter un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. » Des premiers statuts canoniques sont donnés à la Communauté de l'Emmanuel, dès 1981, par les cardinaux Lustiger (Paris), Danneels (Bruxelles), Etchegaray (Marseille). Ils seront suivis par d'autres évêques français et européens. En 1986, des évêques français ont demandé que l'Emmanuel puisse se mettre au service des paroisses.

g Issu d'une association qui prend en compte les évolutions de la société... En 1992 le Conseil pontifical pour les laïcs a approuvé pour 5 ans les statuts de la Communauté de l'Emmanuel et de la Fraternité de Jésus, en tant qu'association privée de fidèles de droit pontifical. Ces statuts ont reçu l'approbation définitive le 8 décembre 1998. Le 3 février 2011, le pape Benoît XVI a encouragé les dirigeants de la Communauté à « contribuer à renouveler de l'intérieur le dynamisme apostolique des paroisses » et « à être attentifs aux personnes qui reviennent vers l'Église et qui n'ont pas bénéficié d'une catéchèse approfondie », en maintenant « un souci permanent de concertation et de collaboration avec les pasteurs, sous l'autorité de l'évêque ». Cette communauté regroupe aujourd’hui près de 12.000 membres dans 60 pays dont 275 prêtres et 225 hommes et femmes consacrés dans le célibat. Une association très active - parfois critiquée - mais dont la démarche tend à répandre la foi en tenant compte des évolutions de la société. Ce choix dans le contexte monégasque n’est peut-être pas innocent. Tout le monde attendra avec impatience les premières déclarations du nouvel archevêque après son ordination épiscopale, prévue pour le 8 mars prochain.

CONFERENCE

Jean des Cars raconte les Grimaldi

☞ Monaco : Le 17 janvier, S.A.S le Prince Albert II a reçu le Prix de la liberté de la presse lors du Sommet Ludwig Erhard à Tegernsee, en Allemagne, décerné en reconnaissance de son engagement en faveur de la protection de l’environnement. Organisé par le Weimer Media Group (WMG), l’événement, qui honore des personnalités publiques engagées pour la liberté d’expression, a souhaité pour sa sixième édition saluer et récompenser le Prince Souverain pour son rôle déterminant en faveur de la Nature. ☞ Monaco : « Sacha Guitry mon Amour » ou La déclaration amoureuse et théâtrale de la Muse en Chef du Théâtre des Muses : la comédienne Anthea Sogno. Quand le rideau s’ouvre, ELLE est assise à un bureau, au dos d’une enveloppe elle écrit « A Monsieur Sacha Guitry, en ville ». Puis, elle relit une dernière fois sa lettre: « Cher Maître, On vient de me demander de donner une conférence sur… Vous ! Voilà l’occasion rêvée de rédiger enfin cette longue lettre que je souhaitais vous destiner depuis plus de vingt ans (…) Vous, qui en avez tant donné de ces brillantes conférences sur les femmes, l’amour et le théâtre. Juste retour des choses, il y aura bientôt une femme qui vous dira son amour dans la plus stricte intimité requise... celle du théâtre…» (Du jeudi 13, au Dimanche 16, à 16h30 (A partir de 15 ans). Réservation + 377 97 98 10 93. ☞ Monaco : Le Festival du Printemps des Arts aura lieu du 13 mars au 11 avril : Marc Monnet, conseiller artistique, vient de présenter l’événement au cœur de l’Opéra Garnier de Monte-Carlo. L’édition 2020 propose 31 concerts, une exposition, 2 installations numériques dans la ville, une projection de film, et les traditionnelles rencontres. Toujours plébiscités par le public : le voyage surprise, les concerts à l’extérieur (dont un à Beausoleil), sont toujours d’actualité... Thèmes 2020 : Le Québec à Monaco, Musiques françaises du XVIIIème au XXème siècle… « Un chemin pour comprendre l’histoire de la musique » par Corinne Schneider, sera décliné en quatre temps, à partir du 4 mars. Réservation : +377 97 98 32 90. ☞ Monaco : La Mairie propose à l’Espace Léo Ferré : « TIC TAC », ou la vie extraordinaire de Dani Lary, faiseur de rêves et magicien de la démesure... Un show qui réunira ses plus grandes créations de ces 20 dernières années : le piano volant, le passage à travers la matière… et bien plus encore ! Lary avait reçu la baguette d’argent au Grand Prix Magiques de MonteCarlo alors qu’il n’avait que 23 ans ! Un spectacle pour les curieux désireux de découvrir (ou revoir) l’un des plus grands noms de cet Art… (Vendredi 29 mai à 20h30 - Espace Léo Ferré - Tarif unique: 34 euros : la location est ouverte. Tél. :+ 377 93 10 12 10). ☞ Beausoleil : Le dimanche 25 janvier, au Centre a eu lieu la remise de prix dans le cadre du Projet Voltaire. Pour mémoire, le jeudi 8 novembre 2018, la Ville de Beausoleil a mis en place le projet Voltaire en signant une convention de partenariat entre le Centre Communal d'Action Sociale et le Centre de formation AG2V Management. Ce beau projet qui consiste en « L’Accompagnement à l’autonomie et à l’insertion par une certification Voltaire pour les primo-arrivants et bénéficiaires du RSA » avait été présenté et retenu à l'occasion du Trophée de l'UNCCAS en octobre dernier. ☞ Monaco : Convivialité et émotion, le samedi 18 janvier dans l’Hémicycle, pour la remise de la Médaille d’Honneur du Conseil national à Charles Leclerc par le Président Stéphane Valeri. Devant les élus, les permanents du Conseil national, leurs familles et le Président de l’Automobile Club, Stéphane Valeri a salué « les qualités humaines et sportives du jeune pilote Monégasque : 4° du Championnat du Monde 2019 de Formule 1, et deux fois vainqueur d’un Grand Prix en 2019 (Spa et Monza), à bord de sa Ferrari. Charles Leclerc, était accompagné d’Arthur, son jeune frère qui vient d’intégrer la Ferrari Driver Academy !

© P h o t o Tw i t e r

L

’historien spécialiste des dynasties européennes Jean des Cars* sera à Monaco le 17 février prochain dans le cadre de l’Hôtel Méridien Beach Plaza. Il répond ainsi à une invitation de l’UPF Monaco dont le président Patrice Zehr assumera la médiation du débat. Cet événement a lieu grâce au partenariat du «Comité d’entraide des Français de Monaco», la présidente Michelle Mauduit l’a initié. Ce comité est membre de la Fédération des groupements français de Monaco de la Maison de France. La conférence s’inscrit dans le cycle culturel 2020 de la Maison de France «Histoire et francophonie». Alors que l’organisation internationale de la Francophonie célèbre ses 50 ans d’existence, Jean des Cars viendra évoquer «Les Grimaldi, une grande lignée francophone au cœur de l’Europe dynastique». Omniprésent dans les médias pour ses expertises d’actualité, il parlera sans doute de son incontournable biographie sur la reine Elisabeth II, et de son dernier ouvrage à succès « Le Dictionnaire Amoureux des Monarchies » dans la célèbre collection de référence. Cette conférence est - de plus - placée sous le haut patronage de l’ambassade de France à Monaco. Monaco est dans l’histoire de l’Europe depuis que les Grimaldi se sont emparés du fameux Rocher. Plus de 7 siècles d’indépendance grâce à un génie de l’adaptation aux tempêtes de l’histoire : guerre de cent ans, rivalité Espagne-France, monarchie absolue, révolution française, conquêtes napoléoniennes, grands conflits mondiaux et émergence du monde de l'image, de la communication ou de l’urgence environnementale. Les Grimaldi sur le devant de la scène des dynasties, bien avant même l’arrivée des Windsor, dans une Angleterre dont les devises sont francophones. Qui mieux que Jean des Cars pourrait nous en parler ?

© Photo DM

☞ Nice : Mi-janvier, l'Autorité de la Concurrence a autorisé le rachat du groupe de presse Nice-Matin (Var-Matin/Monaco-Matin) par la société NJJ drivée par Xavier Niel. Ce dernier renforce encore son implantation azuréenne, lui qui est déjà territorialement marqué via son capital dans Monaco Telecom ou via le projet Ecotone, à Antibes.

☞ Monaco : Palmarès du 44ème Festival International du Cirque : Prix attribués par le jury présidé par S.A.S. la Princesse Stéphanie : Clown d'Or : La Cavalerie du Cirque Knie, Les Martinez Brothers (Icariens), Les Tuniziani (trapèze volant). Clown d'Argent : Sergey Nesterov (tigres blancs), La Troupe acrobatique de Shandong, La Troupe Ayala et Henry le Clown funambule, The Dandy’s (barre russe). Clown de Bronze : Flash of Splash (sangle aérienne), La Troupe Efimov (chapeaux), The Bingo 5 boys (mâts chinois), La Troupe Zola Mongolia Circus (bascule). Prix du Public : La Cavalerie Knie. Prix Cirque d’Hiver Bouglione : Ivan Knie.

La photographie du mois

* Jean-Marie de Pérusse des Cars, dit Jean des Cars, est un célèbre journaliste, biographe et écrivain français. Descendant d’une des plus vieilles familles de France, il est l'auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation historique sur les grandes familles de la noblesse européenne, et notamment des familles de Habsbourg, des Grimaldi et des Windsor.

Mensuel édité par GLOBAL MEDIA ASSOCIATES Sas

Rédaction : “Le Beausoleil de Monaco” 6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 email : laprincipaute@yahoo.fr http://www.laprincipaute.net

Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker

Avec la collaboration de Lisa Arquette Amanda Coutelle Pierre Dévoluy Pascale Marcaggi Andrea Noviello Pierre-Alain Martini Alan Parker-Jones

Photos

Direction Communication Claudia Albuquerque Thierry Carpico Murielle Gander Cransac Philippe Lombard

Projet graphique

GMA Studio Design

Relations Publiques Mary Coles

Promotion & Publicité Chantal Garry Dessinateur Jean-Jacques Beltramo Diffusion Monaco & PACA SEC Cour Anc. Gare SNCF

Impression Tipografia San Giuseppe Taggia (IM) N° de Commission Paritaire : 0522U81608

Copyright © 2020 Global Media Associates Sas - Piazza Caduti della Montagnola 48 - 00142 Rome

10

N° 191 • Février 2020

La place du Casino va changer de look: la partie centrale va être aplanie tout en suivant l’inclinaison naturelle des lieux. L’aménagement sera réalisé avec une pierre en ton beige et prévoira davantage de palmiers, une vingtaine dans des bacs qui pourront être déplacés provisoirement si nécessaire, tandis qu’au centre est prévue une pièce d’eau. On notera enfin que la circulation dans les deux sens sera située côté Hôtel de Paris.. Photo © SBM


L'Histoire entre mythe et poésie Piere-Alain Martini

L

’opus 43 des Annales Monégasques*, revue d'Histoire de Monaco dirigée par Thomas Fouilleron, est dédié à la Princesse Grace avec en point d'orgue la rétrospective sur l'exposition l'Histoire d'une Rencontre. La revue propose également 50 pages sur Robert W. Service, poète, écrivain, et journaliste auteur de best-sellers dans les pays anglo-Saxons et résident monégasque de 1946 à 1958. Lors du mariage princier en 1956, Mr et Mme Kelly prirent le thé chez Robert W. Service, dont ils appréciaient la poésie. L'admiration était réciproque, puisque le poète composa un poème en l'honneur de la Princesse Grace: "Princesse, dont la plume magique était trempée / Dans les couleurs éclatantes de l’idylle / Pour écrire le merveilleux scénario / De votre propre destin de conte de fées / Apportez-nous La Beauté, L’Art et La Grâce."

g Une vision plus sombre dans la période de l'Après-guerre L’article nous apprend aussi que la villa Aurora, anciennement au 64 bd d'Italie fut l’hôte d’un des amis du poète H.G. Wells avec sa compagne Odette Keun en 1930. On peut aussi apprécier la correspondance teintée de beaucoup d'humour (écossais) échangée avec le révérend Francis Tucker, chapelain du Palais, remerciant le poète de son généreux don pour l'achat de la statue du Bienheureux Rainier à l'Église Saint-Charles. Rentré d'exil avec sa famille en ETAT CIVIL

Charlotte et Léo prénoms top

L

e mois de janvier est traditionnellement celui des bilans, des statistiques. Et la mairie de Monaco ne déroge pas à la règle en publiant les chiffres de l’Etat civil. Naissances, décès, mariages et divorces qui ont eu lieu sur le territoire en 2019.

© Photo MM

g 95 mariages ont concerné au moins une personne monégasque 202 mariages ont été célébrés en 2019. Un petit peu plus que l’année précédente (183). Dans le détail, 43 hommes monégasques ont épousé une femme de nationalité étrangère et 49 femmes monégasques ont choisi un époux étranger quand seuls 3 mariages ont uni deux personnes de nationalité monégasque. Ce sont donc 92 personnes qui bénéficieront à terme de la nationalité monégasques selon la législation actuelle. Sous réserve de rester mariés le temps nécessaire dans le bonheur. C’est ce que notre journal souhaite à ces nouveaux couples. Par ailleurs 107 mariages ont concerné des résidents étrangers. Enfin, un peu moins de divorces qu’en 2018 (70 contre 78). g Naissances « légitimes » ou hors mariage : match nul

L’Etat civil a enregistré 939 naissances (983 en 2018). Avec une petite avance pour les garçons : 494 contre 445 filles. Chiffre intéressant, la répartition entre enfants issus de mariage et ceux nés hors mariage : 472 naissances sont issues d’unions maritales (dites « légitimes » et 467 enfants sont nés hors mariage. A noter que toutes ces naissances ont eu lieu à la maternité du CHPG. Enfin l’Etat civil note un nombre de décès équivalent d’une année sur l’autre : 524 contre 528 un an plus tôt. Enfin le top 5 des prénoms - précise la Mairie - les plus attribués en 2019 sont : Charlotte, Valentina, Jade, Victoria et Mia pour les filles ; Léo, Gabriel, Raphaël, Mattéo et Louis pour les garçons.

1946, sa correspondance donne une vision sombre des années d'Aprèsguerre, faites de restrictions alimentaires et de pauvreté. La vie reprend ses droits, Monaco devient un lieu propice à son travail d'écriture, "Ici je me sens absolument libre" explique-t-il, bien loin de la satire dépeinte dans son roman. Une vie discrète à l'image de l'homme, entrecoupée de longues marches dans l'arrière-pays et de baignades de mai à octobre au Larvotto, avec aux lèvres une philosophie toujours d'actualité : "Le bonheur, sous quelque forme qu’il vienne, n’est pas à questionner, il faut l’accepter toujours avec la même passion et le serrer contre son cœur." * Annales Monégasques - Numéro 43 - 2019. www.annales-monegasques.mc

SOLIDARITE

Soirée Amitié Sans Frontières

D

ans le cadre prestigieux de la célèbre Villa Miani, fin d'année dernière, s’est déroulé une soirée caritative organisée par le Club Amitié Sans Frontières de Rome. Le but était de collecter des fonds en faveur de l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù et du projet international Secours Yémen 2019.

© Photo Azeta

g La Principauté perçue par la communauté étrangère L'action se concentre principalement sur le lieu de tous les espoirs et désillusions des hommes: le Casino. "Le Casino est un magnifique asile de cinglés. Nous nous promenons autour comme si nous étions libres, mais nous ne le sommes pas. Inévitablement nos pieds nous y ramènent. Ne le laissez pas vous avoir jeune homme. Fuyez Monte-Carlo comme la peste." raconte le narrateur. Les joueurs et leurs névroses ne sont pas épargnés par la satire tout comme la faune et les demi-mondaines gravitant autour des tables de jeux. La société de Monégasque de l’époque "ces descendants de pirates Sarrasins" est aussi décrite avec ironie; une vision bigarrée qui nous montre comment Monaco était perçue par la communauté étrangère.

© Photo DR

g Le Monaco fascinant des Années Folles L’article écrit par Charlotte Service-Longépé - son arrière-petite fille, biographe et traductrice - avec le concours de Jean-Yves Giraudon, nous plonge dans le Monaco des Années Folles, au travers du roman de Robert W. Service intitulé The Poisoned Paradise, a romance of Monte-Carlo, paru en 1921, réédité à 17 reprises et adapté au cinéma muet à Hollywood. Outre l’intrigue rocambolesque digne des feuilletons écrits par Gaston Leroux, aujourd'hui daté, le roman offre une description précise et imaginée de Monaco et de ses environs, encore facilement identifiable aujourd'hui. "L’espace entre le Rocher de Monaco et la Tête de Chien était envahi par les dernières lueurs du soleil couchant comme une coupe est remplie de vin […]. Le Rocher de Monaco se dressait depuis la mer comme un monstre, et il était aussi sombre et silencieux qu’un tombeau."

g Une ASF de plus en plus inter-

nationale...! Créée en 1991 à Monaco, par incitative de Madame Régine Vardon West, Amitié Sans Frontières est une association internationale à vocation humanitaire, diffusée dans le monde entier, avec des clubs en Angleterre, aux États-Unis et au Japon. La création d’Amitié Sans Frontières Italie remonte à l’année 1997 : l’objectif était de coordonner les 12 clubs italiens déjà existants ; ainsi, en 2003, c’est le tour du Club ASF de Rome, fondé par Tiziana Volpes. Ce Club à déjà contribué à des causes locales et internationales, à travers de multiples activités qui se finalisent à travers une soirée caritative annuelle. « Pouvoir soutenir les deux réalités locale et internationale grâce à un projet de l'Assemblée générale des Nations Unies, rend notre travail concret et efficace, à petite et à grande échelle. Nous sommes fiers de pouvoir continuer à impliquer chaque année, depuis 16 ans, de grands partenaires et sponsors pour ces initiatives », déclarait Tiziana Volpes lors de son discours de présentation de la soirée, au cours de laquelle ont illustré les valeurs et l'histoire d'ASF Carmela Sanguedolce, présidente du club ASF Rome, Madame Regine Vardon West, fondatrice et présidente d'ASF internationale, et Marco Morra, président d'ASF Italie. Un tiers des fonds récoltées ont été reversés au projet international Secours Yémen 2019, mené en partenariat avec le UNHCR et la contribution de tous les clubs ASF mondiaux, tandis que les restants deux tiers ont été destinés au soutien d’une réalité locale : cette année, l’achat d'une sonde à ultrasons sans fil pour l'unité de soins intensifs néonatals de l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù de Rome...

N° 191 • Février 2020

11


ART & CULTURE

© Photo TPG

par Viviane Le Ray

E

n lever de rideau, un grand classique russe : Fiodor Dostïevski, suivront un authentique écrivain contemporain : Philippe Claudel ; un auteur adulé des jeunes : François Bégaudeau, et sur les planches monégasques des têtes d’affiche : Pierre Arditi et Michel Leeb (deux représentations). En apothéose, émotion avec Pierre Palmade et l’immense comédienne Catherine Hiégel… S O U S

L A

P R É S I D E N C E

D E

g « Le Double » adaptation d’un grand classique russe… La Compagnie Scène et Public, collectif Voix des Plumes, nous conte l’histoire d’un certain Monsieur Goliadkine : paisible fonctionnaire de Saint-Pétersbourg, qui voit sa vie bouleversée par l’apparition de son double. Il semblerait que cet autre Goliadkine intrigue pour lui prendre sa place « une histoire fantastique qui met en scène, avec humour et empathie » nous dit-on... (« empathie » et « bienveillance » sont les deux mamelles de notre société contemporaine !) « Le Double » est pourtant un classique de… Le sujet ? La confusion d’un homme tiraillé entre sa timidité et sa fascination pour ses congénères… L’adaptation et la mise en scène sont l’œuvre de Ronan Rivière, qui incarne le personnage principal. Au piano : Olivier Laffite. (Jeudi 6 février). g « Les Forçats de la route », d’Albert Londres C’était au temps de l’intégrité des journalistes (C’était hier !), l’intégrité d’Albert Londres emblème du métier. Londres, en 1924, entre le 22 juin et le 20 juillet, couvre le Tour de France cycliste. Son œil est neuf, son étonnement total. Nicolas Lormeau prête sa voix à ses chroniques et à ces hommes roulant sur des vélos sans dérailleur et des routes qui n’en sont pas ! Tous risquent leur vie dans les descentes, les étapes de plaines où les silex déchirent les cuisses, où la poussière brûle la peau et les yeux. Le superbe comédien Nicolas Lormeau incarne le grand reporter que fut Albert Londres et donne corps à ce monument littéraire, récit d’un autre temps, qui renaît par la création et le jeu du comédien… (Mardi 11 février).

S . A . S .

mercredi 11 décembre 15h00

mardi 11 février 20h30

L A

P R I N C E S S E

S T É P H A N I E

SAISON 2019/2020

N° 191 • Février 2020

g « Le Lien », une mère et son fils : Catherine Liégel et Pierre Palmade… On ne présente pas François Bégaudeau, auteur de ce «Lien», souvent compliqué d’une mère et d’un fils : Une mère et son fils se parlent (tentent de se parler) « La mère pense qu’ils se parlent, le fils ne le pense pas. Parler, pour elle, est aussi simple que ça, mais pour lui non. Le fils est compliqué, le fils coupe les cheveux en quatre. Le fils est un intellectuel, le simple ne lui va pas. Il se lève pour partir, et ne part pas. Que ça lui plaise ou non, il est bien né d’une mère.. ». Emotion noble garantie avec l’immense Catherine Hiégel, transfuge de la Comédie Française… La grande question de François Bégadeau : Comment défaire (ou pas…) de ce lien « indéfectible ? » (Jeudi 13 février). g « Le Compromis » : une comédie signée du romancier Philippe Claudel Sur les planches : Pierre Arditi, Michel Leeb « Deux amis de trente ans dans un appartement vide. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis pour rassurer l’acheteur… » Pourquoi ? Pour sa qualité première : s’il écrit de très mauvaises pièces, il a un visage rassurant… On ne vous en dira pas davantage, sinon que la mise en scène est signée Bernard Murat. Le texte de l’un de nos derniers écrivains en majuscule : Philippe Claudel… Un cocktail à coup sûr déclencheur de rires ! (Lundi 2 et mardi 3 mars). ☞ Renseignements complémentaires et location : Théâtre Princesse Grace - 12, Avenue d’Ostende - Tél. : 00 377 93 25 32 27 ROMAN

Rythme effréné qui décoiffe...

ne me lasse pas de vous des Chroniques de JSt eparler Mary. L’auteure Jodi Tay-

jeudi 13 février 20h30 vendredi 14 février 20h30

RÉSERVATIONS : 12 AVENUE D’OSTENDE - TÉL : (00377) 93 25 32 27 - www.tpgmonaco.mc

12

© Photo TPG

CULTURE

Février au TPG très éclectique !

lor noue emporte à la suite de l’historienne Max et de son ami Leon. Les équipes de l’St Mary ont découvert le secret du voyage dans le temps. J.T. revisite l’Histoire avec jubilation. C’est aussi palpitant qu’érudit ; aussi drôle que passionnant. Le tome 4 vient de paraitre en version française aux éditions Hervé Chopin. Dans ce nouvel opus l’Institut se bat pour survivre, face à la police du temps qui veille à l’intégrité de la ligne temporelle. J’y ai plongé avec délectation, retrouvant quelques émotions ressenties lors de la sortie de «Fahrenheit 451 » en 1966. Le très beau film de François Truffaut dans lequel une police de la pensée brûle à tout va livres et écrits, tout ce qui peut permettre de réfléchir. Un rythme effréné, beaucoup d’humour, une superbe plume… et une belle traduction font du T4 un livre à lire de toute urgence. Avant la sortie du Tome 5 prévue ce mois de février.

g "Chroniques de St Mary". Tome 4 : Une trace dans le temps. Jodi Taylor. Editions Hervé Chopin. 352 pages. Prix public 14,50 €


Les premiers 20 ans du Grimaldi Forum

Effeuillage littéraire...

1

9 septembre 2018, Régis Jauffret aperçoit dans un documentaire sur la police de Vichy son père sortant menotté entre deux gestapistes de l’immeuble marseillais où il a passé son enfance… Ces images auraient été tournées en 1943 : jamais son père ne lui en avait parlé « Moi, le conteur, le raconteur, l’inventeur de destinées, il me semble soudain avoir été conçu par un personnage de roman ». Un récit tendre, le titre parle de lui-même ! Lauréat du Fémina et du Goncourt de la nouvelle, Régis Jauffret est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. « Papa » est un récit atypique dans l’œuvre d’un écrivain, en général peu enclin à se dévoiler… L’émotion lui va bien ! _____________________________________ « Papa » - Régis Jauffret - Le Seuil

S

ylvie Biancheri, Directeur Général du Grimaldi Forum et Dany Dubretch, la toute nouvelle directrice de la communication, en cette année de célébration des 20 ans du lieu ont souhaité innover en réunissant près de 400 clients, partenaires et journalistes pour la présentation de l’agenda 2020… Sylvie Biancheri, a qualifié 2019 « Année de tous les records » : 290.000 visiteurs… Plus de 80.000 entrées pour l’exposition Dali : en tête des expositions d’artistes depuis l’ouverture du Grimaldi (16 juillet 2000 !) Quant au chiffre d’affaires, il est en progression depuis 5 ans : de 15 à 21,5 millions d’euros….

g Zoom sur quelques événements 20 des 20 ans ! En ouverture du bal des 20 ans : Tango Fire le temps d’un show imaginé par des maîtres du tango venus tout droit de Buenos Aires. Spectacle authentique pour tous les inconditionnels, Tango Fire est dirigé par German Cornejo qui met en scène les plus grands danseurs et musiciens de tango. Côté compositeurs les grands maîtres : Piazzolla, Pugliese et Gardel. German Cornejo sublime l’Art du tango qui n'a jamais été aussi superbe et dynamique ! (Les 6 et 7 mars à la Salle des Princes). Le 10 avril Iggy Pop celui qu’on surnomme l’iguane, présentera Free, son 18ème album solo. Rappelons que son premier album The Stooges, est sorti il y a 50 ans… Suivra du 4 au 6 juin, l’extravagante comédie musicale Priscilla, Queen of the Desert (adaptée du célèbre film australien). 3 amies traversent le désert à bord d’un bus : le Priscilla, pour présenter leur spectacle de Drag Queen sur fond de musique Disco, de Tina Turner à Gloria Gaynor, Madonna ou Kylie Minogue et quelques autres… Le 13 juin :une première à Monaco: Les musiciens du silence : drôles, mélancoliques, romantiques, dramatiques, sans mot ni musique, avec quelques accessoires ces artistes insolites miment des scènes de la vie quotidienne. g Avant-première du dernier 007 : « Mourir peut attendre » Le temps d’une nuit seulement, Monaco sera transformé en un majestueux décor d'espionnage… La Princess Grace FoundationUSA présente sous le haut Patronage du Prince Albert II, en avant-première, le 25ème James Bond « Mourir peut attendre (No Time To Die) », qui met en scène Daniel Craig sous la direction de Cary Joji Fukunaga, lauréat du Princess Grace Award. (7 avril) g Les Ballets de Monte-Carlo inscrivent 3 créations à l’affiche Du 23 au 26 avril 2020 : trois ballets : « Quatre tempéraments » de George Balanchine, chorégraphe ensuite « Casi Casa » de Mats Ek. un événement pour la compagnie puisque l’emblématique chorégraphe suédois fera ainsi son entrée dans le Répertoire des Ballets de Monte-Carlo. Enfin « Altro Canto I » de Jean-Christophe Maillot. À mi-chemin entre la statuaire des cathédrales et le clairobscur d’un Georges de La Tour… (23, 24, 25 avril à 20h00, 26 avril à 16h00) g Informations : Grimaldi Forum Monaco - Tél. +377 99 99 20 00 - gf@grimaldiforum BEAU LIVRE

Cinéma : le dictionnaire Vertigo ertigo (titre en français : Sueurs froides), V titre du magnifique film d’Alfred Hitchcock avec James Stewart et Kim Novak. DicoVer-

tigo est un dictionnaire de la montagne au cinéma. 500 films sont présentés, décortiqués quelque soit le genre, le réalisateur, les montagnes évoquées ou le pays d’origine. «Parfois» explique l’auteur «la présence de la montagne y est minime mais, dans ce cas, essentielle et bouleversante»… à peine deux minutes dans Soleil Vert par exemple. Un classement alphabétique – comme tout bon dico – des 500 films retenus dans la pléthorique production cinématographique qui touche à la montagne. Guide et réalisateur Bernard Germain nous embarque dans une errance ludique à travers 100 ans de cinéma de montagne. On y croise Chaplin, Marylin Monroe, Hitchcock, Gaston Rébuffat, Tarantino, Clint Eastwood ou James Bond… et un groupe de Bronzés ! Des titres cultes pour des films « d’hauteur ». Un chois subjectif, forcément, que Bernard Germain assume pleinement avec déjà à son actif une centaine de livres et de documentaires depuis Annapurna, premier 8000 à ski. Plongez dans ce dico avec délice et bonheur, au hasard ou en débutant par la lettre A, avec « A bout de glace », jusqu’au dernier Z : La zone de mort… En passant revisitez le film culte du grand Hitchcock (encore lui, eh oui mais il est génial) La Mort aux Trousses (en anglais ; North by northwest) et son final au Mont Rushmore. (P.Y.R.) g "DicoVertigo". Bernard Germain. Editions Paulsen. 432 pages. 285 illustrations, affiches et photos. Prix : 39,50 €

Le Ray

Un italien sous la Coupole : Maurizio Serra Essayiste et diplomate, auteur de biographies, dont celle de Malraux, Svevo et Malaparte. Le jeudi 9 janvier, Maurizio Serra a été élu à l’Académie Française au fauteuil N° 13 de Simone Veil, disparue en 2017.

par Amanda Coutelle

O © Photo Darren-Bell

g L’exposition estivale (11 juillet au 6 septembre) sera patrimoniale… « Monaco et l’automobile, de 1893 à nos jours » mettra en scène les événements sportifs : GP F1, Rallyes, mais aussi, Monaco oblige, les concours d’élégance et les coups de cœur princiers pour l’objet automobile… Rodolphe Rapetti, Conservateur général du Patrimoine, signe le commissariat de l’exposition-anniversaire, soutenue par l’Automobile Club de France.

par Viviane

livier de Kersauson, cela se sait moins chez les terriens, est doublé d’un écrivain à la plume acérée, revigorante en ces temps du politiquement correct à tout va ! Il nous a concocté un abécédaire (bien différent de ceux qui pullulent, aujourd’hui !) « Son abécédaire » est une vraie bouffé d’air frais, son titre « De l’urgent, du presque rien et du rien du tout » et son exergue « La seule musique à laquelle je sois sensible est la musique de la vie » condensent la philosophie d’un homme, un vrai : lucide, profond et simple à la fois : Un OVNI en somme ! A lire ou relire : Promenades en bord de mer et étonnements heureux (2016), Le Monde comme il me parle (2013), Ocean’s songs (2008), La Bretagne vue de la mer (2006), Tous les océans du monde (1997), Macho mais accro (1996). _____________________________________ « De l’urgent, du presque rien et du rien du tout » Olivier de Kersauson - Cherche Midi

O

n ne connaît souvent d’Haïti que la liste de ses malheurs (le séisme de 2010 est dans toutes les mémoires) ; bien moins sa littérature, au point qu’il est permis de se demander s’il existe un lien entre l’état d’urgence quasi permanent - depuis la victoire des Haïtiens contre les armées napoléoniennes qui, en 1804, donna naissance à la première république noire du monde - et son incroyable créativité. Entre cette revendication intransigeante de liberté, le fondement de l’identité haïtienne et la hardiesse avec laquelle ce peuple s’empare des langues pour leur faire dire et même crier : vérités, récits, poèmes. Ce petit livrebijou, nous entraîne vers les paysages de ce pays où les hommes sont si courageux et attachants… _____________________________________ « Le Goût d’Haïti » - Textes choisis par Geaorgia Makhlouf - (Mercure de France)

«J

’ai la chance d’avoir eu une enfance voyageuse, aérienne comme un palmier. Mais je n’ai pas connu d’odyssée plus intense que celle de parent. Le bonheur et l’exigence d’être un père dans une époque où tout se consommait : les histoires d’amour, les mariages, les divorces, les égos. Une époque aussi où tout se consumait : le sacré, les forêts, la mémoire et même les livres... » La folie c’était quoi au début du XXIème siècle ? Nous interroge Olivier Frébourg « Dans ce monde où la connexion forcenée enchaînait les individus comme des aliénés. Il fallait pourtant rester sur le ring grâce à la poésie et l’esprit d’aventure. » Où vont les fils ? _____________________________________ « Où vont les fils ? » - Olivier Frébourg - Mercure de France

R

ené Frégni ne fait pas de bruit mais il agit animant des ateliers d’écriture dans les prisons de Marseille à Nice Marseille. Les écoles font souvent appel à ce formidable raconteur d’histoires : « Depuis vingt ans, j’organise des évasions avec des échelles et des cordes de mots... Au lieu de faire entrer des portables, des gros calibres, je fais entrer des odeurs, des vivants, les femmes de Nice, de Marseille, d’Aix-en Provence, les palmiers, les plages, les oiseaux, les nuages. Je fais entrer la vie pour que les mecs qui sont là ne sortent pas aussi voleurs, criminels, déjantés, fracassés, je tente de les reconstruire avec des mots, des sensations ». Il nous parle de son enfance, de sa venue à l’écriture, à la littérature et de tout ce qu’il transmet dans ces ateliers. _____________________________________ « Carnets de prison ou l’oubli des rêves » - René Frégni - Gallimard - Tracts N° 11 N° 191 • Février 2020

13


AUTOUR DE MONACO MENTON • La 87ème édition traversera les quatre coins de la planète dans la magie des allées des Jardins Biovès au centre de la ville

Le Monde fête les citrons par Pierre-Yves Reichenecker

D

EVENEMENTS

u samedi 15 février au mardi 3 mars 2020, c’est sur le thème des Fêtes du Monde que Menton va célébrer son fruit d’or. Cette 87ème édition traversera les quatre coins de la planète dans la magie des allées des Jardins Biovès au centre de la ville. En tout, 12 décors ornés d’agrumes inviteront au voyage, du Mexique avec l’univers fascinant du Dia de los Muertos à la poétique Fête des lanternes en Chine, en passant par le somptueux Carnaval de Venise ou le « O-Hanami » japonais. A la tombée de la nuit, les jardins s’illumineront pour laisser place à une déambulation onirique entre jeux de lumière et musiques envoûtantes. De la rêverie à la fête, il n’y a qu’un pas. Les incontournables parades des corsos mêleront ambiance festive et couleurs pétillantes aux rythmes effrénés des Carnavals du monde entier, celui d’Ururo en Bolivie, de la Nouvelle Orléans et de Tenerife en Espagne. Pas moins de 10 chars de fruit d’or défileront sur le front de mer accompagnés de danseurs vêtus de costumes grandioses dans une incroyable fantaisie. Durant 20 jours, la magie et la joie de la Fête du Citron s’emparera des rues de la ville avec un déferlement de spectacles, animations, concerts et expositions. g "John Lemon" raconte sa fête La Fête du Citron® en quelques chiffres clés : 140 tonnes d’agrumes • 750 000 élastiques • 18 tonnes de fruits par motif • 8 km de guirlandes synthétiques • 20 000 heures de travail • 400 intervenants et 240.000 spectateurs. La fête du citron® est la deuxième manifestation hivernale grand public de la Côte d’Azur après le Carnaval de Nice. Le salon de l’artisanat et le Festival des Orchidées ont lieu au palais de l’Europe, à la même période, indissociables de la Fête depuis des décennies. Chaque année un thème différent est choisi. Des personnages de BD : Tintin et Lucky Luke ; Jules verne avec une trilogie de Fêtes : le Tour du Monde en 80 jours, 20.000 lieues sous les mers, les tribulations d’un citron en Chine ; et le cinéma à l’honneur en 2016, 2017 et 2018 avec Cinecitta, Broadway et Bollywood.

UNESCO

Nice patrimoine mondial ice est sur les rangs pour intégrer la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco et ce dès la session de Juillet 2021. La promenade des Anglais et ses célèbres chaises bleues font de l’œil au grand large. Mais il n’y a pas que la « Prom ». "Il s'agit de reconnaître la valeur patrimoniale d'un type d’urbanisme inédit", plaide le maire soutenu par le gouvernement français g Un urbanisme inédit: cosmopolite et orienté vers les loisirs Le gouvernement a décidé d’appuyer la candidature niçoise. Ce soutien n’a rien à voir avec la campagne en cours pour les élections municipales de mars. Les deux ministres concerné, Affaires étrangères et culture, soulignent dans leur communiqué daté du 13 janvier la valeur et l’originalité du dossier niçois. « Le dossier de Nice, que nous avons décidé de défendre cette année, est profondément original. Il s’agit de reconnaître la valeur patrimoniale d’un type d’urbanisme inédit : cosmopolite et orienté vers les loisirs. Ce qui s’est joué à Nice à partir de la fin du XVIIIe siècle, c’est l’invention d’une part importante de notre modernité ».

g L’invention de la Riviera En 2012, Christian Estrosi avait confié le pilotage du projet à Jean-Jacques Aillagon. Avec pour objet la mise en valeur de "l’ensemble urbain de près de 600 hectares constitué, de 1760 à nos jours, par deux siècles et demi d’activité touristique et par le rôle exclusif que celle-ci a joué dans le développement urbain de Nice". Nice a inventé la « Riviera ». Le dossier niçois en précise les contours « Nice représente le premier exemple d’établissement humain qui, à partir de la fin du XIXe siècle s’est diffusé sur d’autres côtes sous le nom de « Riviera ». Ce terme, d’abord nom propre désignant le littoral méditerranéen entre Gênes et Nice, est devenu un nom commun pour désigner un certain type de côte exploitée et aménagée à des fins touristiques. Les géographes définissent la riviera comme un type de côte touristique au relief accusé et au climat privilégié, dominée par la résidence riche et densément occupée ». Nice, capitale du tourisme de riviera : voilà qui sonne bien. Croisons les doigts.

14

N° 191 • Février 2020

© Photo DR

N

g Informations Pour ne rien rater de la Fête, des parades effrénées des Corso…Dimanches 16, 23 février et 1er mars, à 14h30. Jeudis 20 et 27 février, à 21h. Et les balades nocturnes, déambulations dans les jardins de Lumières à la nuit tombée… Samedi 15, vendredis 21 et 28 février à partir de 20h30. En tout 20 jours de fêtes avec une multitude de spectacles, de concerts et d’expositions ! Et, dans toute la ville, de nombreuses animations de rue.

AEROPORT

Un agrandissement contesté

P

osé sur la Méditerranée, l’aéroport de Nice* veut s’agrandir. 25.000 m2 supplémentaires, gagnés sur l’embouchure du Var. Alors que le permis de construire vient d’être délivré par le préfet, des citoyens s’opposent à l’agrandissement, et dénoncent une « ineptie » environnementale. Le projet de l’aéroport prévoit la construction d’un nouveau hall d’enregistrement, d’un espace de tri de bagages et de six salles d’embarquement et de débarquement. Le tout donc pour un plus de 25.000 m2 supplémentaires, permettant de porter la capacité de l’ensemble de 14 à 18 millions de passagers d’ici 2022. Le candidat de gauche de la liste Viva, David Nakache estime que « Nice va à contresens de l’histoire. » et demande l’organisation d’un référendum comme pour le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Le débat va animer la campagne des municipales, le maire sortant Christian Estrosi ne voyant rien à redire au projet.

g Un projet économique qui fait débat Faut-il plus de touristes – et les nécessaires infrastructures qui vont avec – ou doit-on craindre trop de touristes. Réflexion entre une économie locale qui dépend déjà beaucoup du tourisme et une économie qui en dépendrait presque exclusivement. Du coté de la direction de la société Aéroports de la Côte d’Azur (ACA) **, on souligne « des contraintes réglementaires très fortes, l’objectif étant d’accueillir(les passagers) de manière confortable et dans les règles de sécurité.». Par ailleurs indique un communiqué d’ACA, les projets retenus « répondent à une conception durable et devront respecter les exigences d’un cahier de normes environnementales strictes ». L’extension de l’aéroport de Nice est un sujet dont nous reparlerons. En rappelant que le projet d’aéroport de Notre-Dame des landes a été abandonné après 50 ans de combat ! * Deuxième aéroport de France après ceux de Paris, Charles-de-Gaule et Orly. ** Le groupe ACA – dont Monaco détient une part minoritaire depuis sa privatisation en 2016 – regroupe les aéroports de Nice, Cannes-Mandelieu et du Golfe de Saint-Tropez.

© Photo DR

g Le fruit d’or est toujours debout Menton et le citron c’est une longue histoire d’amour qui débute au XVe siècle. Dès 1495, la production est exportée dans le monde entier. Mais après l’âge d’or (1740-1850), l’activité décline et s’arrête même en 1956 ! La municipalité relance l’agrumiculture en 1992. Une IGP est accordée au citron mentonnais en 2015. Et les yeux des mentonnais brillent en imaginant une possible entrée au patrimoine immatériel de l’Unesco. Et le maire voit plus loin encore, mais avec sagesse. Jean-Claude Guibal indique avoir reçu de nombreuses demandes d’exportation de la fête provenant d’Orlando, de Kobé, de métropoles chinoises, d’Australie. "Nous avons toujours refusé. Mais il n’est pas impossible, si on arrive à dégager davantage de moyens, qu’on mette en place un réseau de Fêtes du citron dans le monde…"


SPORT & LOISIRS FORMULE E • Au Chili, l'équipe monégasque doit se contenter d'une modeste 9ème place après une course de tête

Venturi, occasion manquée M

par Alan Parker-Jones

g "Je voulais entraîner une équipe de haut niveau" Parti dans le Groupe 2 en qualification, Edoardo Mortara s'est installé à la première place provisoire de la séance devant les Mercedes de Stoffel Vandoorne et Nick de Vries équipées du même train propulseur, puisque Venturi est devenue cette saison cliente de la marque à l'étoile. Repoussé à la quatrième place après le Groupe 3 derrière Mitch Evans, Maximilian Günther et Pascal Wehrlein, le Suisse a été privé de la Super Pole – réunissant les six plus rapides – par trois des derniers concurrents à s'être élancés, parmi lesquels son équipier Felipe Massa. Troisième en piste pour cette Super Pole sur un tour, le Brésilien a égalé le meilleur chrono provisoire de Wehrlein, qui l'avait pourtant devancé de trois dixièmes au premier intermédiaire. Evans et Günther se montrant ensuite plus rapides, il allait aborder la course depuis la quatrième place sur la grille. Dépassé par Oliver Turvey au feu vert, Massa s'est même retrouvé sixième après le premier enchaînement de virages, derrière Mortara qui avait pris la roue de son équipier en même temps que l'avantage sur Sébastien Buemi parti trop lentement. Les Venturi ont eu le dessus sur Turvey au terme du premier quart d'heure de course, au bénéfice de l'Attack Mode. Puis Mortara a dépassé Günther mais le pilote BMW a récupéré sa place peu après, bénéficiant à son tour de l'Attack Mode.

g "L'objectif c'est de gagner, les systèmes comptent peu..." Les choses ont commencé à se gâter pas longtemps avant la mi-course, alors que 27 minutes (plus un tour) restaient à courir. En repassant Massa, qui venait de lui prendre la quatrième place, Mortara a légèrement envoyé celui-ci à l'extérieur d'une épingle et l'a contraint à s'immobiliser un très court instant pour éviter le mur.

© Photo time24.news

SPORT

aximilian Günther a vaincu Mitch Evans et surpassé António Félix da Costa - le 18 janvier dernier - pour remporter l'E-Prix de Santiago, devenant au passage le plus jeune vainqueur de l'Histoire de la Formule E, à l'âge de 22 ans. Pour l’équipe monégasque ROkiT Venturi Racing, une belle occasion manquée. Tous deux convaincants en qualifications, Edoardo Mortara et Felipe Massa ont évolué une bonne partie de la course dans le groupe de tête à Santiago, avant d'en être écartés sur la fin. L’équipe, toutefois, a réalisé au Chili sa meilleure performance globale cette saison, mais à la fin elle a dû se contenter d’une modeste 9ème place avec Felipe Massa…

L'ancien pilote de F1 a alors vu filer sous le nez de sa Venturi les deux DS Techeetah d'Antonio Félix da Costa et Jean-Éric Vergne – lesquelles ont ''permuté'' juste après. C'est pourtant Mortara qui allait avoir la fin de course la plus difficile car après avoir exercé une certaine pression sur Wehrlein pour la 3ème place – tous deux ramenant le peloton de chasse sur les deux leaders, Evans et Günther –, il a cédé face à Vergne, puis a dû baisser de rythme et abandonner après un contact avec Félix da Costa. Dans la foulée de son écart forcé à l'épingle, Massa a brièvement repassé Félix da Costa quand le Portugais s'est écarté de la trajectoire pour déclencher son deuxième Attack Mode... avant de le repasser aussitôt au bénéfice de ce même Attack Mode. Le pilote Venturi a ensuite cédé face à De Vries, avant de faire un tout droit en tentant de le "repiquer" au freinage du premier virage. Dépassé par Vandoorne puis revenu en 7ème position grâce aux abandons de Vergne et Mortara, il est retombé à la 11ème place après que sa route a croisé celle de Daniel Abt – puis à la neuvième après l'arrivée à la faveur de pénalités infligées à ce même Abt et à Buemi.

RALLYE WRC

Thierry Neuville, une histoire belge

L

g Sébastien Ogier placé, Loeb décevant Sébastien Ogier, sextuple champion du monde WRC, termine à la deuxième place. «C'est bien de commencer la saison avec un podium», a souligné le champion français qui a également terminé 2e de la Power Stage. Il s'agissait de sa première course pour Toyota après avoir claqué la porte de Citroën à l'intersaison, entrainant du même coup le retrait du constructeur français du championnat WRC. Toyota place également Elfyn Evans sur la troisième marche du podium. Le Français Sébastien Loeb, neuf fois champion du monde et également septuple vainqueur du «Monte», a pour sa part terminé à la 6e place sur sa Hyundai. «Ce n'est pas le résultat que nous attendions», s'est-il borné à constater après avoir connu une frayeur dans l'avant-dernière spéciale qui lui a fait perdre beaucoup de temps.

Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant :

1 an (soit 11 numéros)

€ 20* 20*

2 ans (soit 22 numéros)

€ 40* 40*

5 ans (soit 55 numéros)

€ 100* 100*

3 ans (soit 33 numéros)

€ 60* 60*

* pour l’étranger (dehors Monaco et France) ajouter +50% ; Dehors Europe : + 100%

Prénom © Photo DR

g Une victoire de bon augure ? Il s'agit de sa 13e victoire dans un rallye WRC. Neuville a été 4 fois vice-champion du monde – les quatre dernières saisons -. Un palmarès d’éternel second qui le rapproche plus de Raymond Poulidor ou Stirling Moss que de Loeb ou Ogier. « Il fallait que je la gagne un jour, comme il va falloir que je gagne le championnat. Au moins ça, le Monte-Carlo, c'est dans la poche. Ça ne se passera pas à chaque fois comme ça. Va falloir rien lâcher. » Quant au champion du monde en titre, Ott Tanak, il a replongé dans sa mauvaise habitude : sortie de route dès le premier jour. La Hyundai de l’Estonien était irréparable après l'accident. Une spectaculaire cabriole à 180 km/h, dont Tanak et son équipier sont sortis indemnes.

FORMULAIRE D’ABONNEMENT

ABONNEMENT

e Belge Thierry Neuville (Hyundai) a remporté son premier rallye de Monte-Carlo devant le Français Sébastien Ogier (Toyota) grâce à un final éblouissant dans les dernières spéciales. Dont les deux disputées sur le célèbre col du Turini. Il prend ainsi la tête du championnat du monde dont le « Monte » était la première manche. . « C'était un weekend difficile pour nous mais je suis très heureux. Cela fait un bout de temps que je courais après cette victoire et c'est bien d'entamer la saison comme ça», a-t-il déclaré.

Nom Adresse

Ville Date Signature

Bon a retourner, accompagné du chèque à l’ordre de Global Media Associates Sas à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “Le Beausoleil de Monaco” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

N° 191 • Février 2020

15


16

N° 191 • Février 2020

Profile for Global Media Associates Sas

n191fev20  

Le premier journal d'actualité de Monaco

n191fev20  

Le premier journal d'actualité de Monaco

Advertisement