Page 1

LaPrincipauté €2

Le premier journal d'actualité de Monaco

Année XIX • Numéro 186 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “ Le Beausoleil de Monaco ” 6, Boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

www.laprincipaute.net

Septembre 2019

• Numéro de Commission Paritaire : 0522 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas - Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) €20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://www.laprincipaute.net/abonnez-vous.html

Dossier Spécial

Photo © DR

Les priorités de la rentrée

Philippe Brunner, chef du service de radiologie du CHPG

L'inventeur de l'aiguille courbe 186 • Septembre 2019 1 11 ☞  FINANCE • Les nouvelles règles pour la gestion de portefeuille AVECN°DES TAUX NEGATIFS • page


DOSSIER SPECIAL

Les priorités de la rentré

Gestion du plan national logement, amélioration de la qualité de vie et négociations

DOSSIER

L

es priorités de la rentrée devront tenir compte à Monaco comme ailleurs de l’actualité de l’été. Entre la canicule, les gigantesques feux de forêt d’Amazonie et le périple de Greta Thunberg sur le Malizia II offert par le fils de la princesse Caroline Pierre Casiraghi, dont il est un des skippers, l’actualité de l’été aura été écologique comme jamais. Le G7 a montré que les pays les plus riches de la planète intégraient ce qui depuis toujours est la préoccupation internationale majeure du Prince Albert II, la sauvegarde de la planète. Certes, il n’y a ni unanimité ni consensus et la ligne Trump-Bolsonaro s’oppose à la ligne Macron. Mais on en discute et le G7 est finalement une version mondialiste du pas vers l’autre à la monégasque sur tous les sujets. Finalement le Prince Albert aurait eu toute sa place à ce G7. Mais il n’y a pas que les tempêtes climatiques qui concernent Monaco. Les tensions mondiales et internationales, les dérèglements des rapports commerciaux qui, de l’Iran a Hong Kong en passant par les bourses et le marché de l’or noir, inquiètent le monde, seront prises en compte en Principauté. La pérennité de notre prospérité unique est une chance formidable, qui, pour être maintenue dans le contexte actuel, va nécessiter d’être dans la continuité mais en innovant plus que jamais.

L'EDITORIAL

L

par Roberto Volponi

g Des priorités singulières L’obligation d’innovation va s’imposer. Monaco le sait. On va certes retrouver en cette rentrée nos priorités singulières. Le logement domanial, l’ampleur des chantiers privés, la circulation et la tranquillité. L’innovation est déjà là avec les progrès aussi considérables que bruyants de l’extension en mer, un nouveau territoire qui sera dédié aux seuls résidents étrangers fortunés. L’innovation encore, avec le vote de la loi sur l’avortement qui prend en compte la dignité de la femme et qui va augmenter son accompagnement pour aller à ses côtés, aussi loin que possible, sans toucher aux institutions, en attendant le débat sur le contrat de vie commune qui promet d’être animé entre le Gouvernement et le Conseil national. L’innovation aussi, c’est l’expérimentation de la nouvelle loi sur l’ouverture des commerces le dimanche. Elle a été testée immédiatement cet été pour que les commerçants et employés volontaires profitent de la saison estivale. Les résultats semblent mitigés, mais c’est un début. Il faudra du temps pour juger. © Photo tripadvisor

par Patrice Zehr

g L'innovation nécessaire... L’innovation sera indispensable dans les interminables négociations avec une Europe qui cherchent un nouveau souffle, dans le vent mauvais du Brexit et des fractures politiques entre ses membres. L’été aura au moins tordu le cou des rumeurs sur un prétendu accord intermédiaire. Rien n’est fait et surtout le gouvernement a confirmé que rien ne se fera sans le Conseil national, plus vigilant que jamais sur la défense des lignes rouges de l’identité monégasque en cette rentrée. L’innovation sera nécessaire sur le sujet délicat de la transmission de la nationalité, condition indispensable du maintien des avantages dévolus aux nationaux. Et puis il y a très concrètement l’attente du résultat des innovations au sein de l’ASM. L’équipe

monégasque a commencé la saison incomplète, avec les résultats qu’on sait. L’inquiétude règne chez les supporters, la méthode Petrov ressemble étrangement à celle de la saison dernière. Le club ne semble pas pour le moment avoir tiré les enseignements du désastre sportif de l’année passée. On ne peut pas compter sur une équipe compétitive, alors que son ossature n’est toujours pas constituée à la fin août. g Le défi de la rentrée Monaco terre d’innovation. Pour illustrer cette théma-

Greta et Malizia II, un message plus fort que les polémiques

2

N° 186 • Septembre 2019

© Photo Andreas Lindlahr

a traversée océanique de la jeune « Jeanne d’Arc » environnementaliste Greta Thunberg à bord de Malizia II de Pierre Casiraghi a eu des retombées médiatiques assez prévisibles, mais pas dans la mesure dans laquelle elles se sont effectivement avérées. Notamment de la part de ses détracteurs, qui se sont immédiatement déchaînés pour souligner les contradictions – apparentes ou pas – qui auraient affecté les motivations de ce voyage qui dans les intentions devait être 100% écologiste. D’abord le coût de ce trajet, 100 fois plus cher qu’un billet d’avion (avec cet argent on aurait pu financier des projets écologiques plus concrets), puis la valeur de ce voilier pas comme les autres (environ 4 millions d’euros), la présence évoquée de sponsors qui seraient tout sauf des environnementalistes, pour finir avec la polémique sur le nombre de billets d’avion nécessaires pour ramener les skippers et l’entourage de Greta en Europe. Si l’objectif de ce « jumelage » Greta-Casiraghi était de faire parler de soi, cette mission a été amplement accomplie. Car en attirant l’attention médiatique sur elle, Greta – à priori – sert surtout à faire passer le message dont elle se veut porteuse : la question du changement climatique. Or, la question du réchauffement de la planète et des changements climatiques qui en seraient la conséquence la plus inquiétante, continue toutefois à faire débat, malgré le fait que la quasi-totalité des scientifiques se soit prononcée clairement dans ce sens. Les négationnistes, comme toujours, ne manquent pas, qu’ils soient scientifiques ou libres penseurs. D’aucuns encore aujourd’hui n’hésitent pas à affirmer que la Terre est plate, que l’Homme n’a jamais débarqué sur la Lune, que la Shoah est une invention des Juifs, etc. Mais en réalité ce réchauffement, en grande partie dû aux émissions produites par les activités humaines, n’est pas une idéologie théorique mais une réalité irréfutable, basée sur des données établies et sur des observations répétées. En conséquence il faut prendre conscience d’une situation qui risque de se dégrader rapidement. La petite Greta veut seulement porter à l’attention de l’opinion publique le problème global, non pas donner des solutions pour le résoudre. Ce n’est pas à elle de le faire. On peut la critiquer, bien sûr, en mettant en exergue ses apparentes contradictions, mais cela ne signifie pas forcément affaiblir ou diminuer l’existence du problème de fond. Au-delà de tout doute raisonnable, les ressources de notre planète ne sont pas inépuisables, et la pollution globale contribue sensiblement à les réduire progressivement. Il faut donc changer de paradigme de développement, aujourd’hui toujours basé sur la consommation des ressources naturelles et des sources d’énergie non-renouvelables, avec la production croissante de déchets. Il faut forcément adopter un modèle de développement durable et d’économie circulaire. Ce qui ne veut pas dire que - du jour au lendemain – nous allons tous boire dans des bouteilles d’aluminium ou traverser l’Atlantique avec des voiliers hyper-technologiques... Mais il faut obligatoirement aller dans cette direction. Ce n’est pas en soulignant d’éventuelles contradictions dans cette difficile démarche qu’on va exorciser ce problème majeur qui menace l’avenir de nos enfants. Monaco, pays résolument écologiste, a lui aussi ses contradictions : une des plus grandes concentrations d’immeubles de la planète, de voitures de luxe très polluantes, d’extensions en mer qui ont ravagé l’environnement préexistant, dont la dernière, toujours en cours, se veut la plus écologique de l’histoire. L’objectif réel est quand-même d’essayer de faire le moins de dégâts possibles. Greta Thunberg veut seulement dire aux habitants de la planète : « Agissez, et faites-le vite ».


ée sous le signe de l'innovation

s avec l'UE demeurent des sujets toujours sur la table, sans oublier santé et grandes questions sociales CAHIER DES CHARGES

tique nous avons choisi un exemple indiscutable. C’est celui du docteur Philippe Brunner, pionnier de la radiologie interventionnelle au CHPG. Le chef du service de Radiologie du CHPG a breveté une aiguille courbe, qui permet d’accéder à des organes jusqu’alors inatteignables sans opérations lourdes. Cela lui a valu des récompenses et une reconnaissance internationale, avec un brevet monégasque pour le monde entier. Cela s’inscrit dans la volonté Princière au-delà du retard du chantier, de doter Monaco d’un nouvel hôpital exemplaire au service des patients de proximité, mais attractif dans des secteurs de pointe pour des patients du monde entier. Le cas du docteur Brunner prouve que Monaco peut innover, être en pointe sans oublier jamais les nationaux et résidents. C’est le défi de la rentrée, mais aussi celui de notre avenir dans un monde aussi déréglé que le climat.

g La nostalgie de la plage publique... Ce n’est pas sans un petit pincement au cœur que je suis remonté avec ma famille de ma dernière plage au Larvotto. Ce sentiment est largement partagé par nombre de monégasques et résidents. On sait maintenant que la plage historique de Monte-Carlo sera fermée plus longtemps que prévu et en totalité pour une, voir deux saisons. Les commerçants et plagistes savent qu’ils seront indemnisés mais attendent les chiffres concrets. Tout le monde est d’accord, il fallait remettre la promenade au niveau de l’extension en mer sans faire trop de bling bling, car cette plage est populaire. Certains regrettent cependant que l’idée d’une promenade commerciale n’ait pas été envisagée pour se mettre vraiment au niveau de la concurrence. C’est un choix assumé. Reste l'impact sur l’attractivité et notamment des établissements de luxe de proximité immédiate avec le Larvotto. Ce n’est certes pas la même clientèle mais elle sera sensible à la vue et aux nuisances pendant les travaux. Quand aux habitués ils vont se déplacer vers Fontvieille ou Menton. Pour Fontvieille, il y aura vite risque de saturation. Il faudra ensuite faire revenir au Larvotto son public varié des restaurants de classe aux espaces publics. Un sacré pari dans la prolongation raisonnable de l’extension en mer. (P.Z.)

© Photo BCT

e calendrier des retours est fixé, tous les sinistrés en sont informés. Dans le feuilleton du désastre domanial des «Jardins d’Apolline » on a entamé la dernière saison, tout comme pour L’Hélios. Cela aura pris plus de deux ans pour remettre aux normes des appartements victimes de graves dysfonctionnements, comme conséquence à des erreurs de construction. Albert Croesi affirme que les locataires sont ravis, lui en tout cas est satisfait de sa gestion de ce très délicat dossier. Son implication lui a même valu d’être nommé «Conseiller Interministériel auprès du Ministre d’Etat en charge du cadre de vie et des relations avec les usagers». Cela étant, la dernière page des retours écrite, il faudra tirer toutes les leçons de ce scandale d’Etat. Le gouvernement malmené entend bien le faire. Il faudra bien sûr être transparent sur le coût des réhabilitations. L’Etat devra se retourner contre les sociétés défaillantes. C’est la fin - semble-t-il - des fausses économies et le moins cher ne sera pas forcément sélectionné. Le gouvernement sera plus vigilant sur les vrais capacités des sous-traitants à remplir leurs engagements, on pense bien sûr au cuisiniste d’Apolline incapable de faire face et remplacé par un autre sélectionné par le groupe Pastor. On peut estimer que l’opération a été bien menée car on y a mis les moyens. Reste que cela n’aurait pas dû arriver et qu’on aurait pu l’éviter. On sait maintenant ce qui a dysfonctionné, toutes les leçons d’Apolline doivent être tirées pour les futurs logements domaniaux qu’attendent avec impatience les monégasques et qui les veulent de qualité irréprochable.

© Photo GM

Apolline et Larvotto, missions à accomplir L

LES AVANCEES

Avortement et ouverture du dimanche : peut-on faire davantage ?

donc une avancée pour la dignité des femmes qui ne se sentent plus délinquantes car plus sanctionnées dans leur pays. Un plus important mérite d’être souligné. C’est le droit pour le corps médical monégasque à l’assistante et au conseil de la femme enceinte. Un accompagnement qui permettra de prendre la décision et éventuellement d’être dirigé depuis Monaco. La nouvelle loi va donc être adoptée. Jusqu’à présent, l’avortement n’était autorisé qu’en cas de grossesse à risque pour la femme, en cas de viol, inceste et de troubles irréversibles du fœtus, une législation adoptée en 2009 et qui marquait déjà une première avancée. Désormais, les femmes monégasques qui interrompront leur grossesse avant la fin de la douzième semaine ne tomberont plus sous le coup de la loi. Pour ces faits, elles risquaient une peine d’emprisonnement de six mois à trois ans et une amende de 9 000 à 18 000 €. Mais il n’y a jamais eu de poursuite l’avancée est donc morale. Pourrait-on aller plus loin ? Les élus sont prudents car ils ne veulent pas prendre le risque de voir se poser la question d’un changement de la Constitution dont le Prince est le garant.

© Photo MM

proposition de loi sur l’avortement n’a pas attendu deux mois pour être reprise intégralement en projet de loi par le LnionaGouvernement Princier. C’était un pari jugé par certains risqué. On est allé cependant le plus loin possible sans heurter l’opila plus conservatrice du pays et l’Episcopat. En fait l’opinion était prête, toutes les réactions recueillies le prouvent. C’est

Le dépliant du gouvernement pour une information plus claire semble indiquer qu’il y a eu cet été un flou. C’est vrai que l’on a fait vite pour donner aux commerçants l’opportunité d’appliquer la nouvelle réglementation dés cette saison. Il y a donc forcément une période de rodage. Le questionnaire lui-même qui veut répondre aux questions que certains se posent peut donner une impression de complexité. Il faut attendre un peu pour faire un bilan de la nouvelle loi. L’USM, qui est contre l’ouverture du dimanche, estime de son côté que la montagne des débats a accouché d’une souris. Mais peu importe, un droit nouveau a été ouvert partout pour tous et n’enlève rien à personne. Il va permettre de s’adapter en fonction de la concurrence et des affluences. C’est une opportunité et nullement une obligation. Cette loi est un plus, même si pour le moment cela semble partir bien doucement. (P.Z.)

N° 186 • Septembre 2019

© Photo DFC

g L'ouverture du dimanche, un plus pour les commerçants ?

3


DOSSIER SPECIAL

"Il faut stopper la dégra Le Président Stéphane Valeri : "Sur le plan législatif, le contrat de vie commune, la

E

DOSSIER

n attendant la rentrée de l'équipe gouvernamentale dans sa composition complète après la pause estivale, pour lui poser des questions sur les dossiers prioritaires qui l'attendent, nous avons interrogé le Président du Conseil national Stéphane Valeri sur ces mêmes sujets...

g Président Valeri, cet été le gouvernement a transformé votre proposition de loi sur l’avortement en projet de loi. C’est la reconnaissance de cette avancée voulu par la majorité pour la dignité des femmes dans le respect des institutions : c’est pour vous certainement une satisfaction ? Stéphane Valeri : "Oui bien sûr c’est une satisfaction pour moi et pour tous les élus du Conseil national, puisque je vous rappelle que cette proposition de loi a été votée à l’unanimité. J’avais pris l’engagement d’organiser ce débat loin de toute échéance électorale, pour qu’il soit le plus serein possible, dans le respect des opinions de chacun et dans le cadre de notre Constitution, à laquelle les conseillers nationaux sont tous profondément attachés. Sur ce sujet sensible plus encore que sur d’autres, l’intérêt de notre pays commandait en effet de ne pas nous diviser. Et ce n’était pas acquis d’avance, vu la diversité de nos opinions individuelles. Tous les élus, majorité et minorités, ont fait preuve de sens des responsabilités pour aboutir à une position commune et équilibrée. Celle-ci respecte d’une part le droit des femmes, dans ces moments douloureux pour elles, sans sanctionner leur choix puisque qu’elles ne risqueront plus de poursuites judiciaires. D’autre part, elle ne remet pas en cause la Constitution, qui dispose que la religion catholique est religion d’Etat. Avec la dépénalisation de l’IVG pour les femmes, mais sans pour autant parler de légalisation, puisque sa pratique en Principauté demeure interdite, l’Assemblée unanime a été aussi loin que lui permet la Constitution. Ce texte supprime une injustice, tout en respectant nos spécificités. C’est ce que le Gouvernement vient de reconnaître en déposant dans un délai record son projet de loi, lequel reprend l’intégralité du dispositif de la proposition de loi du Conseil national, sans aucune modification du texte initial." g Dans l’actualité de l’été il y a aussi la fermeture de Foreplast dans des conditions au départ peu satisfaisantes pour les salariés concernés. Le Conseil national a demandé au Gouvernement plus de fermeté et d’implication : votre message semble avoir été entendu ? SV : "J’ai effectivement eu l’occasion de rappeler récemment et publiquement que personne ne doit être laissé « au bord du chemin » dans notre modèle social monégasque. Finalement, un accord permettant de satisfaire autant que possible dans cette situation les intérêts de chacune des parties concernées par la fermeture du site de production Foreplast à Monaco, a été trouvé. C’est un moindre mal, car rappelons qu’il s’agit là d’un moment particulièrement difficile pour ces femmes et ces hommes concernés, qui ont pour la plupart consacré l’essentiel de leur carrière à cette entreprise, largement soutenue en son temps par l’Etat monégasque. J’espère, par ma prise de position très ferme sur cette question, avoir contribué à une évolution plus favorable pour les salariés d’une négociation toujours difficile. Je ne peux donc que saluer cet accord et remercier le Gouvernement, et particulièrement l’équipe de la direction du travail dirigée par Madame Pascale Pallanca, pour son implication dans ce dossier." g On a appris que les travaux du Larvotto pourraient durer plus longtemps que prévu et entraineraient une fermeture totale de la plage de Monte-Carlo pour le moins une saison. Aurait-on pu faire autrement ? SV : "Je ne pense pas. La décision semble logique, le Gouvernement ayant naturellement privilégié la rapidité du chantier, afin de retrouver une attractivité de ce quartier au plus tôt. Comment aurait-on pu par ailleurs ouvrir une plage quelques mois d’été, et dans quelles conditions, au milieu d’un chantier d’une telle envergure avec toutes les difficultés d’accès induites et un environnement peu engageant ? Le Conseil national a veillé, pour sa part, à s’assurer que les exploitants de commerces et de restaurants soient informés régulièrement, accompagnés à la hauteur du préjudice ou du manque à gagner et bien évidemment prioritaires pour la réinstallation à l’issue de la restructuration. D’ici deux ans, cette zone balnéaire aura retrouvé le niveau de qualité que l’on est en droit d’attendre en Principauté. Je m’en réjouis." g La liberté d’ouverture des commerces le dimanche paraît devoir attendre un peu pour être jugée ? SV : "La loi votée en juin dernier et notamment à travers les amendements du Conseil national, a renforcé la liberté de chacun : salariés, commerçants et consommateurs. Elle permet désormais d’ouvrir, dans tous les quartiers du pays,

4

N° 186 • Septembre 2019

par salarié volontaire jusqu’à 30 dimanches par an, et donc potentiellement tous les dimanches de l’année pour les structures disposant d’au moins deux salariés. Concernant les effets de ce dispositif, bien sûr, dans la mesure où il concerne l’évolution des habitudes de consommation en Principauté, il faudra du temps pour en mesurer le plein effet. Nous souhaitons désormais que le Gouvernement renforce sa politique de communication pour mettre en avant les ouvertures dominicales. D’autres mesures incitatives pourraient être mises en place comme par exemple la gratuité des parkings le dimanche. Je suis optimiste à moyen et long terme, car cette avancée va dans le sens de ce qu’attendaient de nombreux résidents et touristes." g Le calendrier des chantiers domaniaux est-il respecté ? SV : "Depuis les premiers jours de notre mandat, nous n’avons eu de cesse de rappeler au Gouvernement que le logement des Monégasques est la priorité absolue de notre assemblée. Les résultats sont là et ils font l’objet d’un grand plan national logement. D’ici fin 2022, seront construits plus de 700 logements neufs et la pénurie actuelle sera enfin résorbée. Pour cela, il faut que le Gouvernement respecte le planning de constructions qu’il s’est engagé à mettre en œuvre devant les élus. Nous sommes très vigilants et le lui rappelons régulièrement tant par des courriers, que lors des nombreuses réunions qui sont consacrées au suivi de ce dossier majeur. Ce sera évidemment une clause plancher permanente pour le vote des budgets. A ce jour, le Gouvernement nous a bien confirmé que le calendrier serait respecté, notamment pour les opérations Testimonio II, Testimonio IIbis et le Palais Honoria. Il demeure toutefois une interrogation sur la mise en œuvre du projet du Grand Ida. C’est pourquoi j’ai demandé au Gouvernement une commission plénière d’études, qui sera totalement consacrée à ce sujet prochainement." g Que pensez-vous de l’évolution du dossier Apolline ? SV : "Je note avec satisfaction que les délais annoncés ont été plus que respectés et je ne doute pas que la qualité des logements sera au rendez-vous, comme attendu par les familles qui vont bientôt pouvoir regagner leur appartement. Le dispositif mis en œuvre par l’Etat monégasque aura été à la hauteur des graves préjudices subis par les compatriotes locataires, tant par les sommes investies que par les méthodes innovantes retenues. Peu de pays auraient su et pu réagir de la sorte. Je tiens à ce sujet à souligner l’intervention efficace de Monsieur Albert Croesi. Le Conseil national aura toujours été dans ce mandat, comme durant la fin du précédent avec Jean-Michel Cucchi notamment, un soutien constant pour les familles concernées et un partenaire budgétaire pour financer la gestion de ce triste épisode de crise de la construction. Le Gouvernement doit donc tirer aussi toutes les conséquences des dysfonctionnements qui sont intervenus dans le suivi de la réalisation de ces immeubles, pour que ce désastre ne se reproduise jamais plus." INFRACTIONS

Halte à l'impunité routière !

P

atrice Cellario, Conseiller de Gouvernement–Ministre de l’Intérieur, et Sylvie PetitLeclair, Procureur Général de la Principauté, ont renforcé la mise en oeuvre de la convention d’entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement Princier et le Gouvernement de la République Française, signée à Paris le 8 novembre 2005, dans le cadre de la sécurité routière. Depuis 2016, en référence aux termes de cette convention, les autorités judiciaires françaises mettent en oeuvre auprès de leurs homologues monégasques, un processus de transmission spontanée d’informations sur des infractions graves et réitérées relevées par les radars automatiques (essentiellement excès de vitesse et non-respect des feux tricolores). Le Parquet Général y donne les suites qu’il juge appropriées, les contrevenants étant, notamment, auditionnés par la Direction de la Sûreté Publique pour une sensibilisation et un rappel à la loi ou susceptibles d’être directement saisis par lettres du Parquet Général. Ainsi depuis 2016, une nette baisse des incivilités routières a pu être constatée, le nombre de conducteurs récidivistes avec plus de 50 infractions passant de 117 en 2017 à 20 en 2019. « La lutte contre les incivilités routières est un axe fort de la politique de sécurité du Gouvernement », a déclaré Patrice Cellario. « Elle doit s’appliquer tant sur le territoire national qu’à l’étranger. Un sentiment d’impunité ne peut pas exister. Les chiffres présentés montrent que nous travaillons dans le bon sens. ». Le travail en question doit être poursuivi pour réduire encore le nombre d’infractions qui demeure trop élevé.

© Photo DdC/M.Alesi

par Patrice Zehr


INTERVIEW

radation de la qualité de vie" sauvegarde du secteur protégé et la transmission de la nationalité sont parmi les dossiers prioritaires"

g La réflexion a-t-elle avancé avec le Gouvernement sur une éventuelle réforme de la transmission de la nationalité ? SV : "Comme je m’y étais engagé, j’ai conduit cette réflexion au sein du Conseil national, avec l’ensemble des élus. Ainsi, pendant plusieurs mois, ont été reçues toutes les formations politiques représentées dans l’hémicycle et toutes les associations représentatives des nationaux, pour recueillir leur opinion. En effet, ce sujet est fondamental pour l’avenir de notre pays et pour l’évolution de notre communauté nationale. Je souhaite donc que les décisions qui seront prises le soient dans le consensus le plus large possible. Le temps de la concertation est à présent terminé. Nous travaillons donc sur la préparation d’une proposition de loi du Conseil national, qui prenne à la fois en compte la préservation de notre modèle social et les droits des nationaux à transmettre la nationalité à leur conjoint, au bout d’une période qu’il nous reste à redéfinir. Ce débat aura d’abord lieu entre tous les élus puis, après le vote de la proposition que j’inscrirai à l’ordre du jour d’une séance publique législative avant la fin de cette année, viendra le temps des échanges avec le Gouvernement."

© Photo CN

g Quelles seront les autres priorités du Conseil national pour cette rentrée ? SV : "La rentrée politique du Conseil national sera également consacrée au travail sans relâche de l’Assemblée pour stopper la dégradation continue de la qualité de vie ressentie en Principauté, avec des nouvelles actions et propositions sur ce thème, devenu une priorité pour les résidents et les élus. Sur le plan législatif, il faudra suivre l’évolution du texte relative au contrat de vie commune. A ce stade, le Conseil national tient une position en phase avec l’évolution des réalités de la société monégasque, sans hypocrisie. Le projet du Gouvernement voudrait globaliser les personnes d’une même famille dans le dispositif, alors que l’objectif sociétal du texte est de donner des droits à des personnes, qu’elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles, souhaitant partager leur vie. Les conseillers nationaux souhaitent en effet protéger le compagnon ou la compagne dans les situations difficiles de la vie, comme la maladie ou le décès d’un des membres du couple. Sur le plan législatif toujours, le Conseil national attendra le retour de la proposition de loi relative à la sauvegarde du secteur protégé. Ce texte permettra de stopper la disparation programmée de ce secteur, afin de pouvoir en même temps que les effets positifs du plan national logement pour les Monégasques, réattribuer de nombreux logements reconstruits neufs pour les Enfants du Pays. Enfin et notamment, une attention toute particulière sera évidemment portée sur l’évolution de l’affaire de l’esplanade des pêcheurs, pour laquelle le Gouvernement et un promoteur s’opposent devant le Tribunal Suprême, ce qui fait courir un risque financier très important sur le fonds de réserve constitutionnel, le bas de laine de la Principauté." DOSSIERS URGENTS

Circulation-chantiers : le premier test de la rentrée concernant le respect par les chantiers des nouvelles règles de tranquillité. Certes le Gouvernement a répondu aux attentes des populations présentées par les élus en renforçant les normes sur les horaires des travaux et les matériaux utilisés. Mais bien sûr ce qui compte c’est le "ressenti" de la population sur l’amélioration réelle de la fluidité et de la tranquillité. Cet été on a souvent eu l’impression qu’on profitait de la période pour accélérer certains chantiers en multipliant les dérogations. Le cas de l’extension en mer est bien sûr particulier, mais il est indiscutable qu’un travail nocturne bruyant a été l’objet d’un fort mécontentement malgré tout résigné. Cette rentrée sera donc sous le signe du contrôle des nouvelles règles des travaux et le respect de ces règles par les promoteurs pour que les habitants reconnaissent une réelle amélioration. Pour la circulation tout le monde redoute le pire, car bien sûr le trafic s‘accroît en raison de l’attractivité économique plus vite que toutes les initiatives nombreuses pourtant pour proposer des alternatives à l’incontournable voiture. Les 30 à l’heure imposé dans certaines villes françaises paraît parfois à Monaco un objectif inatteignable. Voilà qui explique sans doute l’incivilité, par ailleurs inexcusable, des automobilistes de Monaco l’été en France notamment sur les autoroutes. Ils se défoulent, surtout sans doute ceux qui ont des bolides condamnés en Principauté à frimer au ralenti. Il faudra bien sûr mettre fin à un sentiment d’impunité en respectant cependant les différences. Cela entrera certainement dans de prochaines négociations dont le but ne sera pas de punir l'automobiliste monégasque mais de faciliter la circulation à Monaco avec l’appui des communes voisines. Notre formidable bassin d’emploi a saturé notre circulation qui devient dissuasive. Il faudra agir

© Photo RM

’est sans doute la petite boule de stress de la rentrée pour de nombreux C monégasques et résidents, sans oublier les pendulaires. Quelle circulation vont-ils retrouver ? A cela s’ajoute une vigilance permanente, celle

sur tous les leviers sans donner l'impression d’automobilophobie punitive, ce qui on le sait est la tentation de certains. Nous avons placé notre dossier sous le signe de l’innovation… Tranquillité et circulation en sont sans doute le plus grand défi de la rentrée. (P.Z.)

N° 186 • Septembre 2019

5


Les évènements de Septembre 2019

Samedi 7 septembre à 20h, Grimaldi Forum Monaco : Spectacle de danse tahitienne unique en Europe "Heiva i Monaco" par les créateurs de "Heiva i Paris", musique de l'artiste polynésien Ken Carlter. Renseignements : +377 99 99 30 00 Vendredi 20 septembre à 20h, Jardin Exotique de Monaco : Concert de chants corses par Jean Menconi. Renseignements : +377 93 15 29 80 Samedi 21 septembre à 20h30, Espace Léo Ferré : Concert de Nolwenn Leroy. Renseignements : +377 93 10 12 10 Mercredi 25 septembre de 14h à 15h30 : Je crée mes mandalas (dès 7 ans). Renseignements : +377 93 15 22 72

Dimanche 22 septembre à 18h, Grimaldi Forum Monaco : Série Grande Saison : concert par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Kazuki Yamada avec Marie-Nicole Lemieux, contralto (artiste en résidence). Au programme : Victor de Sabata, Edward Elgar et Camille Saint- Saëns. Renseignements : +377 98 06 28 28

Mercredi 25, jeudi 26 et vendredi 27, de 11h à 19h30 et samedi 28 septembre, de 11h à 19h, Port de Monaco : 29e Monaco Yacht Show - Leader mondial des salons de grande plaisance. Renseignements : +377 93 10 41 70

Mercredi 25 septembre à 18h30, Auditorium Rainier III : Série Happy Hour Musical : concert de musique de chambre par le Quintette Invictus. Georges Bizet, Leonard Bernstein, Henry Mancini, Eduardo di Capua et Zequinha de Abreu. Renseignements : +377 98 06 28 28

Mercredi 25 septembre à 19h, Sonothèque José Notari : Ciné pop-corn: Dom Hemingway de Richard Shepard (2013). Renseignements : +377 93 30 64 48 Dimanche 29 septembre, Principauté de Monaco : 24e Journée Européenne du Patrimoine sur le thème "Arts est Divertissement". Renseignements : +377 98 98 94 53

Jeudi 26 septembre à 18h30, Espace Indigo - Grimaldi Forum : Thursday Live Session avec Ninety's Story. Renseignements : +377 99 99 20 20

Dimanche 29 septembre à 17h30, Chapelle des Carmes : Concert par Marc Giacone, organiste, dans le cadre de la Journée Européenne du Patrimoine. Renseignements : 06 83 58 06 38

Dimanche 1er septembre à 15h, Nouveau Musée National de Monaco - Villa Sauber : Atelier en famille, découverte des œuvres au travers d’un jeu de piste. Participation gratuite sur réservation. Renseignements et inscriptions : public@nmnm.mc Mercredi 11 septembre, de 14h à 15h30, Bibliothèque Caroline : Et si on bricolait…des animaux marque-pages (dès 6 ans). Renseignements : +377 93 15 22 72 Du mercredi 11 au dimanche 15 septembre, Baie de Monaco : 14e Monaco Classic Week – La Belle Classe (Yachting de tradition) organisée par le Yacht Club de Monaco. Renseignements : +377 93 10 63 00 Samedi 14 septembre à 20h, Salle Belle Epoque de l'Hôtel Hermitage Monte-Carlo : Soirée caritative "Saisir la lumière, fixer la mémoire. Deux siècles de photographies en Principauté" au profit de l'opération cardiaque d'un enfant, organisée par le Lions Club de Monaco. Renseignements : 07 86 77 41 94.

manifestations Musée océanographique de Monaco : - Animations des vacances d’été, jusqu’au 1er septembre : Explorez le monde sous-marin à 360°, assistez au nourrissage des tortues marines, touchez une étoile de mer… et bien d’autres activités. - "L’Odyssée des tortues marines" : la grande aventure des tortues se raconte dans un nouvel espace permanent de 550m2 à ciel ouvert et un parcours-exposition temporaire à découvrir en Salle de la Baleine. Un livret-jeu est remis aux familles. - "Monaco & l’Océan, de l’exploration à la protection", espace immersif et interactif dédié à l’engagement des Princes de Monaco en faveur de la protection du monde marin. - Jusqu’au lundi 30 septembre :Exposition photographique "Mission Badu Island" qui retrace les étapes importantes de l'expédition de S.A.S. le Prince Albert II et des Explorations de Monaco sur la petite île de Badu, entre l'Australie et la PapouasieNouvelle-Guinée. Renseignements : +377 93 15 36 00 Musée d'Anthropologie préhistorique, de 9h à 19h : Expositions permanente et temporaires. Renseignements : +377 98 98 80 06 Dimanche 29 septembre, dans le cadre de la Journée du Patrimoine (Entrée libre) : Village préhistorique "Arkéo Park"sur la Terrasse du Musée. De 10h à17h : animations pour les enfants et les familles, jeux, découvertes, fabrications, spectacles, musique, stands de démonstration en lien avec les arts et la vie préhistoriques.

Samedi 21 septembre à 18h30, Stade Louis II - Salle Omnisports Gaston Médecin : Championnat "Jeep Elite" de basket : Monaco - GravelinesDunkerque. Renseignements : +377 92 05 40 10 Mercredi 25 septembre, Stade Louis II : Championnat de France de Football de Ligue 1 : Monaco – Nice. Renseignements : +377 92 05 74 73 Samedi 28 septembre, Stade Louis II : Championnat de France de Football de Ligue 1 : Monaco – Brest. Renseignements : +377 92 05 74 73

Dimanche 29 septembre, NMNM - Villa Sauber : Dans le cadre de la Journée Européenne du Patrimoine : Une collection peut en cacher une autre. Restitution de la résidence d’Oriol Vilanova dans les collèges Charles III et François d’Assise Nicolas Barré. Présentation des œuvres produites par l’artiste et les élèves. Renseignements : +377 98 98 91 26

Vendredi 27 septembre à 19h, Médiathèque de Monaco Bibliothèque Louis Notari : Concert avec le groupe Twin Apple (pop rock). Renseignements : +377 93 15 29 40 Vendredi 27 septembre à 19h, Espace Léo Ferré : Apero Concert avec Nowhere et The Ska Lip Souls. Renseignements : +377 93 10 12 10

sports

Samedi 14 septembre, Stade Louis II : Championnat de France de Football de Ligue 1 : Monaco – Marseille. Renseignements : +377 92 05 74 73

Dimanche 29 septembre à 15h, NMNM - Villa Sauber : Atelier en famille, découverte des œuvres au travers d’un jeu de piste. Participation gratuite sur réservation. Renseignements et inscriptions : public@nmnm.mc Dimanche 29 septembre à 15h, NMNM – Villa Paloma : Atelier en famille, découverte des œuvres de Michel Blazy installées dans les jardins de la Villa Paloma et initiation botanique. Participation gratuite sur réservation. Renseignements et inscriptions : public@nmnm.mc

expositions Jusqu’au dimanche 3 novembre, NMNM - Villa Paloma : Ettore Spalletti "Ombre d’azur, transparence". Renseignements : +377 98 98 48 60 Jusqu’au mardi 15 octobre, Les Grands Appartements du Palais Princier : Exposition inédite, "Monaco, 6 mai 1955. Histoire d'une rencontre" qui retrace la première rencontre de Grace Kelly avec le Prince Rainier III de Monaco, organisée par les Archives du Palais Princier et l'Institut audiovisuel de Monaco. Renseignements : +377 93 25 18 31

Dimanche 15 septembre à 15h, Nouveau Musée National de Monaco – Villa Paloma : Atelier en famille, découverte des œuvres de Michel Blazy installées dans les jardins de la Villa Paloma et initiation botanique. Participation gratuite sur réservation. Renseignements et inscriptions : public@nmnm.mc

Jusqu’au dimanche 29 septembre, NMNM - Villa Sauber : Exposition "Step by Step, Un regard sur la collection d’un marchand d’art". Renseignements : +377 98 98 91 26

Lundi 16 septembre à 18h30, Bibliothèque Louis Notari : Cours de photographie animé par Adrien Rebaudo. Renseignements : +377 93 15 29 40

Jusqu’au dimanche 15 septembre, de 9h à 13h et de 14h à 17h, Jardin Exotique de Monaco : "Paysages empruntés", exposition par les Diplômés du Pavillon Bosio, Ecole Supérieure d'Arts Plastiques. Renseignements : +377 93 30 18 39

Mardi 17 septembre à 12h15, Sonothèque José Notari : Picnic music. Renseignements : +377 93 30 64 48

Jusqu’au dimanche 8 septembre, de 10h à 20h, (les jeudis jusqu’à 22h) Grimaldi Forum Monaco : Exposition "Dalí Une Histoire de la Peinture". Renseignements : +377 99 99 30 00

Mercredi 18 septembre de 14h à 15h, Bibliothèque Caroline : Chantons ! (dès 6 ans) / de 16h à 17h30 : Lego® Technic (dès 10 ans). Renseignements : +377 93 15 22 72 Mercredi 18 septembre à 17h, Bibliothèque Louis Notari : Marathon de Lecture de la Fondation Prince Pierre de Monaco. Renseignements : +377 93 15 29 40 Jeudi 19 Septembre à 19h, NMNM, Villa Sauber : Performance d’Oriol Vilanova interprétée par Patrizia Sandretto Re Rebaudengo (en italien). Suivie d’une conversation avec la collectionneuse (en anglais). Réservation obligatoire : public@nmnm.mc Lundi 23 septembre à 15h, Bibliothèque Louis Notari : Pause écriture animée par Eric Lafitte. Renseignements : +377 93 15 29 40

Mardi 24 septembre à 12h15, Sonothèque José Notari : Visites guidées du Musée et du Laboratoire de Recherches : Picnic music. Renseignements : +377 93 30 64 48 Rdv à 10h et 14h. Sur inscription au +377 98 98 80 06 ou map@gouv.mc Mardi 24 septembre à 18h30, Bibliothèque Louis Notari : Conférence à 17h par Jean Courtin "Un sanctuaire préhistorique Rencontre dédicace avec Fabrice Roy, auteur de "Je cuisine les englouti : la grotte Cosquer". produits de mon terroir". Renseignements : +377 93 15 29 40 Sur inscription au +377 98 98 80 06 ou map@gouv.mc N° 186 • Septembre 2019 6

3 questions à Julien Cellario, responsable des opérations patrimoniales

Jusqu’au lundi 2 septembre, Bibliothèque Louis Notari : Exposition des élèves du cours de photographie :"Regards sur la transition énergétique", avec le concours de la Mission pour la Transition Energétique. Renseignements : +377 93 15 29 40 Vendredi 6 Septembre, de 18h à 21h, NMNM - Villa Paloma : Nocturne à la Villa Paloma : exposition d’Ettore Spalletti, "Ombre d’azur, transparence",accessible Gratuitement. 21h Funcky Town, projection en plein air de vidéos musicales et clips d’artistes. Wine & Food truck toute la journée. Réservation conseillée : public@nmnm.mc Du mardi 17 septembre au samedi 26 octobre, rue Caroline - Quartier de la Condamine : Exposition d'art contemporain à ciel ouvert "Le monde marche sur la tête", organisée par "l’association Artistes en Mouvement". Vernissage le 17 septembre à 18h30. Renseignements : 06 22 04 45 11 Du mardi 24 septembre au jeudi 31 octobre, Jardin Exotique de Monaco : "Quand fleurissent les sculptures", exposition par les artistes du Comité Monégasque de l'Association Internationale des Arts Plastiques (AIAP). Renseignements : +377 93 15 29 80

Quel est le thème de cette 24e édition des Journées Européennes du Patrimoine en Principauté ? "Arts est Divertissement", tel est le thème retenu pour cette 24e édition, qui se déroulera toute la journée du dimanche 29 septembre. Quelles sont les nouveautés proposées cette année ? Le programme mettra en avant le théâtre, le cirque, la danse, la musique ainsi que les jeux du Casino de Monte-Carlo. Quels sont les sites phares que le public pourra découvrira gratuitement ? Le Chapiteau de l'Espace Fontvieille où seront proposés des ateliers liés au Cirque ainsi qu'un spectacle présenté par l'école de cirque "Tous en piste". De nombreuses compagnies de théâtre amateurs feront visiter leurs locaux et le public pourra assister à une répétition au Théâtre du Fort Antoine. Une visite guidée du Casino de Monte-Carlo, assortie d'anecdotes sur l’univers des jeux avec une démonstration de roulette permettra aux visiteurs de connaître ce lieu mythique. La Salle Garnier accueillera un concert du Conservatoire de Jazz de l'Académie Rainier III. Un défilé de costumes sur thème des Beaux-Arts, conçus par les étudiants de l’Ecole Supérieur d’Arts Plastiques – Pavillon Bosio sera organisé dans la cours d’honneur de la Mairie. Sans oublier que durant cette journée, 43 sites seront ouverts au public soit en visite libre, soit sur réservation. Renseignements : +377 98 98 94 53


LE REPORTAGE du mois

La traversée de Greta Thunberg sur Malizia II P

artie le 14 août de Plymouth, en Angleterre, Greta Thunberg a touché terre deux semaines plus tard à New-York. La jeune égérie de la lutte contre le réchauffement climatique doit assister au sommet mondial de l'ONU, prévu ce mois de septembre dans la mégapole américaine. L’adolescente a effectué la traversée à bord de Malizia II, voilier de course zéro carbone, skippé par Pierre Casiraghi, fils de la princesse Caroline de Monaco, et l'Allemand Boris Herrmann. Pour l’occasion, le team Malizia a hissé une voile barrée du slogan "#Fridays for future" ("Les vendredis pour l'avenir"), du

nom du mouvement lancé de la jeune militante. Greta Thunberg était accompagné de son papa et du cameraman chargé de mettre en images les pérégrinations de la jeune suédoise de 16 ans. Polemique Greta refuse de prendre l’avion, transport polluant. Elle a donc accepté avec plaisir l’invitation gracieuse lancée par le team Malizia. Traverser l'Atlantique à bord d'un navire pareil n'est certainement pas donné à tout le monde, soulignait le journal Le Parisien. Le Malizia II est un voilier particulièrement coûteux, g

équipé de technologies de pointe, et financièrement, ceux qui souhaitent l'emprunter doivent avoir les moyens. Par ailleurs, des membres d’équipage doivent se rendre à New-York par avion, pour rapatrier le voilier dans nos eaux. Et les skippers devraient regagner l’Europe par avion pour honorer des engagements. Pas très écolo au bout du compte. Il faut souligner que Greta Thunberg est depuis quelques mois la cible de critiques, certaines personnalités politiques évoquant notamment une adolescente "manipulée ». Par qui ? Pourquoi ? Estelle la Jeanne d’Arc du XXI° siècle, qui

veut bouter dehors l’ozone… ? De son côté Pierre Casiraghi, fondateur du team Malizia et co-skipper, lors de cette traversée de l’Atlantique, a déclaré : « Le team Malizia et moi-même sommes fiers de traverser l’Atlantique à ses côtés et de l’accompagner sur ce mode de transport qui est encore un des seuls aujourd’hui à ne pas émettre d’émissions fossiles. J’espère que cela va changer dans un avenir proche. Je respecte le courage de Greta de partir dans cette aventure, son engagement total, son sacrifice et son combat pour ce qui est probablement un des plus grands défis actuels de l’humanité. »

© YCM

© Ricardo Pinto

© YCM

Greta Thunberg

Photo © leggilo.org

N° N° 186 186 •• Septembre Septembre 2019 2019

7


L'ACTUALITE

ACTUALITE

Depuis le 29 juillet... ressources épuisées !

✲ M O NACO E N BRE F ✲ ☞ Monaco : Un timbre pour célébrer le 150e anniversaire de la naissance de Gandhi. Au prix de 2,10€, ce nouveau timbre sera mis à la vente dès le 2 octobre prochain. Le grand dirigeant politique indien a joué un rôle primordial pour l’indépendance de l’Inde de toute domination étrangère. Il joue un grand rôle dans l’accession à l’indépendance en 1947. Il est assassiné l’année suivante par un fanatique hindou. Durant toutes ces années, Gandhi a inspiré de nombreux mouvements de libération et de défense des droits civiques dans le monde.

par Pierre-Yves Reichenecker

L

e 29 juillet dernier a marqué le Jour du dépassement pour l’année 2019. Cela signifie qu’à l’échelle de la planète, nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres et cultivé plus de terres que ce que la nature peut nous offrir au cours d'une année. Quant à nos émissions de gaz à effet de serre, elles ont été plus importantes que ce que nos océans et nos forêts peuvent absorber. . La vitesse à laquelle l'humanité consomme ses ressources naturelles s'accélère. En 1970, le "jour du dépassement était atteint" le… 29 décembre. La date, dévoilée par le Global Footprint Network*, intervient alors que les épisodes de canicule** se font de plus en plus fréquents et intenses en Europe et contraignent les gouvernements nationaux à prendre des mesures d’urgence pour lutter contre la sécheresse et les pics de pollution. g Il faudrait 1,75 Terre pour tenir le rythme de notre consommation actuelle Le Jour du dépassement mondial mesure notre empreinte écologique : il est un marqueur important de notre prédation sur les ressources naturelles. Ces dernières décennies, il a dramatiquement avancé dans l’année, passant du 29 septembre en 1999 au 29 juillet cette année, soit 2 mois plus tôt. A l’échelle de la planète, il existe cependant des différences notables : le Qatar atteint son Jour du dépassement après seulement 42 jours, tandis que l’Indonésie a consommé toutes les ressources pour l’année entière au bout de 342 jours. Si tout le monde vivait comme les Français, il faudrait 2,7 planètes pour subvenir aux besoins de l’humanité. Et si tout le monde vivait comme les Américains, 5 planètes seraient nécessaires ! (Graphique) Sur son site Internet, le WWF explique comment repousser progressivement le Jour du dépassement au 31 décembre, en diminuant les émissions de CO2, en mettant en place des politiques ambitieuses, notamment en matière de gaspillage alimentaire et en remplaçant la viande et le poisson par des protéines végétales ainsi qu'en ne ratifiant pas des accords commerciaux « climaticides » tels que le Ceta (Comprehensive Economic and Trade Agreement) et le Mercosur (acronyme de l'espagnol Mercado Común del Sur, pour Marché commun du Sud). Cela dit, le calcul de cette empreinte écologique ne fait pas l'unanimité et certains fustigent un indicateur peu fiable, notamment pour la partie déchet et bio-capacité. * Dans ses calculs, Global Footprint Network compte absolument tout: l'empreinte écologique, l'absorption de carbone, les ressources nécessaires pour les différentes cultures (agriculture, pêche, élevage, production de bois, etc.…), la consommation d'eau… ** Le mois de juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde, juste au-dessus du mois de juillet 2016, selon les données du service européen Copernicus sur le changement climatique.

PRESSE & HUMOUR

Jean-Jacques Beltramo dessine à la télé

I

l dessine depuis son plus jeune âge. Et la retraite venue (après une carrière dans un grand groupe bancaire sur la Côte d'Azur), croquer l'actualité est devenue une activité à temps plein. Antibois facétieux, Jean-Jacques Beltramo est devenu dessinateur de presse. Vous appréciez ses dessins tous les mois dans La Principauté. Il a par ailleurs été le dessinateur officiel de plusieurs médias : France Bleu Azur pendant plus de deux ans, Les petites affiches des Alpes-Maritimes sans oublier le site Facebook de France 3 Côte d'Azur!

Rédaction : “Le Beausoleil de Monaco” 6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 email : laprincipaute@yahoo.fr http://www.laprincipaute.net

Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker

© Photo DR Avec la collaboration de Lisa Arquette Amanda Coutelle Pierre Dévoluy Pascale Marcaggi Andrea Noviello Pierre-Alain Martini Alan Parker-Jones

Photos

Direction Communication Claudia Albuquerque Thierry Carpico Murielle Gander Cransac Philippe Lombard

Projet graphique

GMA Studio Design

Relations Publiques Mary Coles

Promotion & Publicité Chantal Garry Dessinateur Jean-Jacques Beltramo Diffusion Monaco & PACA SEC Cour Anc. Gare SNCF

Impression Tipografia San Giuseppe Taggia (IM) N° de Commission Paritaire : 0522U81608

Copyright © 2019 Global Media Associates Sas - Piazza Caduti della Montagnola 48 - 00142 Rome

8

☞ Nice : EasyHotel atterrit à Nice. La compagnie aérienne low cost qui prévoit l'ouverture de 15 hôtels à Paris et dans les grandes villes de province d'ici à 2023, va ouvrir son premier établissement français à Nice. Le groupe va faire l'acquisition dès octobre de l'actuel Ibis Palais des Congrès. L'établissement, qui compte actuellement 87 chambres, va faire l'objet de travaux pour intégrer le concept de l'enseigne et porter sa capacité à 94 chambres, sous réserve de l'obtention des autorisations nécessaires. ☞ Menton : Ma Ville est Tango - Du 13 au 15 septembre. 3 jours aux rythmes de Buenos Aires. Le Tango est une poésie où les mots et les notes expriment dans leurs figures lascives et leurs pas de deux, les maux et les utopies perdues. Le tango est une rencontre à la fois inattendue et enivrante faisant naître l’éveil fulgurant des cœurs, des corps et des âmes. Entrée libre au Palais de l’Europe. Cours et spectacles. Apéro Tango – Animations Esplanade des Sablettes – de 18h30 à 20h00. ☞ Monaco : Le Secrétariat Général du Gouvernement souhaite rappeler aux détenteurs de passeports monégasques que depuis le 27 mars 2019, ils sont éligibles au service PARAFE (Passage Automatisé Rapide des Frontières Extérieures) qui permet de passer plus rapidement certains points de passage frontaliers en France au sein des Aéroports de Paris (Orly et Roissy), Marseille, Lyon et Nice ainsi qu’aux terminaux Eurostar de la Gare du Nord et de Saint-Pancras. Des informations complémentaires sur le fonctionnement de ce service sont disponibles sur : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du Ministere/ Nosconseils-pour-passer-l-ete-en-toute-serenite/Passez-les-controlesaux-frontieres-plusrapidement-avec-PARAFE ☞ Monaco : Un nouveau Président pour la Maison de France : Le Conseil d’Administration de la Fédération des Groupements Français de Monaco (FGFM) a procédé à l’élection d’un nouveau Président. M. Georges MAS, Administrateur délégué des Laboratoires Asepte ; PDG de la société S.E.D, Membre du Conseil de surveillance de la société Sothys France, Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur, Officier de l’Ordre de Saint Charles, Représentant de la Société des Membres de la Légion d’Honneur (Monaco), Président Honoraire des Conseillers du Commerce Extérieur de la France, a été élu le mardi 2 juillet. ☞ Monaco : M. André J. Campana, Adjoint au Maire et Président du jury, du concours international de feux d’artifice Monaco Art en ciel a dévoilé le palmarès : 1. Angleterre - 2. Espagne - 3. Lituanie - 4. Ukraine. Les critères de notation définis allant de la conception pyromusicale au bouquet final, en passant par la synchronisation, l’originalité, le choix des couleurs, le choix des musiques... Le 20 juillet l’édition 2019, s’était ouverte magistralement avec les artificiers lituaniens. Un feu d’artifice de toute beauté… et pourtant la Lituanie ne remportera pas le Concours international 2019, en revanche elle a remporté le plus beau des prix : celui du public qui a voté pour ses artificiers sur le site www.monacofeuxdartifice.mc ! ☞ Monaco : Du 11 au 15 septembre : 14ème Monaco Classic Week - La Belle Classe sur le thème « Stars and Stripes forever ». La biennale phare du Yacht Club, s’ouvrira avec la plus célèbre des marches américaines jouée par la Musique des Equipages de la Flotte de Toulon. Une nouvelle édition où le patrimoine du yachting américain sera mis à l’honneur. Seront présents : les plus beaux voiliers des architectes des premières Coupes de l’America. Les plans Sparkman & Stephens seront également de la fête, à l’instar de Manitou (1937), choisi par J.F. Kennedy comme yacht présidentiel, de Skylark (1937). Retour à Monaco du SS Delphine (1928), propulsé, encore aujourd’hui, à la vapeur… ☞ Cap d'Ail : Cette année, les artistes du groupe no-made s’exprimeront autour du thème : « Bâtir ». L'association fêtera ses 19 ans dans les jardins de la Villa Roc Fleuri. Rappelons que nomade a réuni plus de 100 artistes différents en une cinquantaine d’expositions dans la Région. Pour célébrer les 100 ans du Bauhaus, l’association a proposé aux artistes deux axes de recherche « La réalisation comme acte perceptible du geste artistique par rapport à son environnement, la construction et l’étude avant la construction comme le plan, le concept, l’organisation, la prévision, les étapes, les procédures, le patron… » Accès à pied par le Sentier du bord de mer, ou gare SNCF Arrêt Cap d’Ail (Exposition du 7 au 27 septembre 2019 tous les jours de 13h à 19h. ☞ Monaco : L’acteur aux deux Oscars, Robert Redford, sera l’invité d’honneur du 3ème Monte-Carlo Gala for the Global Ocean, le jeudi 26 septembre. A cette occasion il sera distingué par la Fondation Prince Albert II, pour son engagement pour la défense de la planète, par S.A.S le Prince Albert II. Aux côtés du Souverain artistes et philanthropes seront réunis en faveur d’un Océan durable pour les générations futures. Le Gala se déroulera au lendemain de la publication du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), pour lequel la Principauté et la Fondation se sont fortement mobilisés. Au programme : tapis rouge, performances d'artistes et vente aux enchères dont le bénéfice ira au soutien des actions de la Fondation Albert II.

g Financer des projets pour les enfants hospitalisés Il intervient dans des émissions, et dessine en direct les invités. Il ne lui suffit que de quelques secondes, et le tour est joué. Après avoir été celui qui dessinait à la radio, il va, à partir de ce mois de septembre, dessiner à la télé. Sur France 3 PACA. Tous les mois dans l'émission "Ensemble c'est mieux " animée par Eric Charay. Les bénéfices de cette activité sont reversés à son association "Les rires du cœur de Patricia", (Patricia, son épouse décédée) pour les enfants hospitalisés à Antibes et à Nice à l'hôpital l'Archet. L'artiste est par ailleurs très investi à la Croix-Rouge. JJB, c’est son surnom, a par ailleurs compilé ses croquis dans cinq livres*, présentés régulièrement dans des salons.

Mensuel édité par GLOBAL MEDIA ASSOCIATES Sas

☞ Nice : Les savoir-faire artisanaux du Carnaval de Nice inscrits au patrimoine culturel immatériel en France. Le maire de Nice s’est réjoui de cette inscription : « Nos chars et nos grosses têtes sont uniques, ils traduisent le savoir et le savoir-faire de nos artisans, mais également une tradition et une identité qui se perpétuent de générations en générations dans les familles de carnavaliers. Le Carnaval de Nice est un événement incontournable dans la vie des Niçois et des touristes, il est le 1er Carnaval de France et l’un des plus célèbres au monde. »

N° 186 • Septembre 2019

La photographie du mois

De Vinci propose une amusante évocation des voitures de course des années 30 motorisées par un bloc électrique de 15 kw.100% made in France, la « Classic ». Un quadricycle à moteur homologué comme tel et bénéficie ainsi des nombreux avantages qui y sont liés, notamment en ce qui concerne l’homologation et la disponibilité à la conduite dès 16 ans ! Châssis tubulaire, freins avant à disques, 550 kg en ordre de marche et un 0 à 50 km/h en 4 secondes. Sensations ras du sol garanties. Disponible en Principauté. Photo © DR


MYS, grand défilé des superyachts par Lisa Arquette

g Quatre superyachts seront distingués À la veille du Monaco Yacht Show, la 6ème cérémonie annuelle des Superyacht Awards du salon récompensera quatre superyachts exceptionnels qui seront exposés en première mondiale à Monaco. La cérémonie aura lieu au cours du Gala d’inauguration du MYS qui se tiendra le 24 septembre au Yacht Club de Monaco. L’événement réunira, sur invitation uniquement, 350 invités VIP de l’élite du yachting - armateurs privés, acteurs décisionnaires du marché - et dirigeants d’affaires des marques de luxe partenaires du salon. Les quatre catégories de la Cérémonie des MYS Superyacht Awards : - Le Prix MYS/RINA (MYS/RINA Award) récompense le yacht dont la construction répond au cahier des charges en faveur de l’environnement établi par la société italienne de classification maritime RINA. - Le Prix MYS du Meilleur design d’intérieur de yacht (MYS Interior Design Award) met à l’honneur l’unité dont l’aménagement présente les intérieurs les plus innovants et sophistiqués. - Le Prix MYS du Meilleur design d’extérieur de yacht (MYS Exterior Design Award) distingue le yacht dont l’architecture et les lignes extérieures sont considérées comme les plus novatrices et élégantes. - Le Prix MYS du Meilleur lancement (MYS Finest New Superyacht Award) est remis pour ses critères d’esthétisme, de performance, de responsabilité environnementale et de qualité de design d’intérieur et d’extérieur. Le jury de la Cérémonie des MYS Superyacht Awards est composé d'un panel éclectique de journalistes spécialisés dans le yachting, qui apportent leur expertise pour récompenser les meilleurs superyachts parmi les 125 superbes unités présentées dès le lendemain au Monaco Yacht Show 2019. La liste des yachts candidats sera dévoilée à partir du 16 septembre.

© Photo yfsol.com

R

endez-vous incontournable de début d'automne, organisé dans l’emblématique port Hercule en Principauté de Monaco, le Monaco Yacht Show représente l’essence-même du luxe. Chaque année, le MYS expose plus de 125 superyachts uniques et exceptionnels construits par les plus grands chantiers navals au monde et accueille les acteurs majeurs du yachting, salon où une quarantaine de nouveaux lancements sont dévoilés en première mondiale chaque année. 580 sociétés exposantes et partenaires participent au succès florissant du MYS. Monaco reste la plus belle vitrine d’exposition pour les décisionnaires du marché, constructeurs de superyachts les plus réputés, designers de yacht récompensés, manufactures de luxe, principales agences de courtage maritime. Une offre d’exposition complétée par les véhicules nautiques de dernière technologie, voitures de luxe et constructeurs d’hélicoptères ou de jets privés. Le MYS est le premier événement de luxe au monde où les visiteurs peuvent découvrir l’élite du superyachting, dans le cadre glamour de Monaco, grâce aussi à la contribution précieuse des 300 personnes qu'y travaillent et assurent le bon fonctionnement de l'événement, dont notamment : 120 hôtes, hôtesses et chauffeurs, 35 agents de sécurité, 80 agents d'entretien, 70 monteurs de stands et 53 prestataires de service. Depuis 1991, le MYS a l’honneur de recevoir la reconnaissance et le soutien de Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco.

CHANGEZ D’ÈRE Nouvelle application 35 stations 300 vélos

CONDAMINE >

LARVOTTO

5 min.

Électrique, simple et rapide www.monabike.mc Application PBSC

Autobus de MonAco

N° 186 • Septembre 2019

9


L'ACTUALITE

"Je veux redonner de la vie à la vie" par Patrice Zehr

O

g Docteur Brunner, votre nom est attaché à Monaco bien sûr mais aussi à l’international à la radiologie interventionnelle. Comment vous êtes-vous intéressé à cette discipline relativement nouvelle et quels sont ses champs principaux d’intervention ? Philippe Brunner : "C’est une belle histoire d’amour qui a commencé il y a un peu plus de vingt ans. J’étais alors jeune interne en chirurgie, passionné par cet art mais j’avais l’envie d’aller plus loin, de dépasser les frontières du visible… Seuls quelques rares francs-tireurs avaient mis au point, sous contrôle radiologique, des interventions pour arrêter des hémorragies ou dilater des artères obstruées. En observant leurs façons de faire, des courageux ont utilisé l’échographie, le scanner et même l’IRM pour guider précisément leurs interventions. La radiologie interventionnelle était née : une nouvelle chirurgie sans douleur, sans cicatrices, avec un minimum d’effets indésirables et de surcroît ajustable. Ce n’est pas une révolution, c’est une disruption." g Diriez-vous que le principal défi pour la médecine, en dehors de la guérison, est de permettre la maîtrise de la douleur ? Quelles sont dans ce domaine vos avancées les plus récentes ? PB : "Quels que soient les débats scientifiques, éthiques, philosophiques, spirituels, la mort est la frontière indépassable de la vie ! C’est peut-être une lapalissade mais il faut bien comprendre que l’objectif est de repousser cette frontière tout en veillant inconditionnellement au respect du malade. C’est là le métier du médecin : conjuguer deux exigences qui ne sont parfois pas faites pour être heureuses ensemble. Un des défis est évidemment la douleur ; mais ce n’est pas le seul. Bien sûr il faut soulager au maximum, c’est mon objectif, chaque jour, auprès de chacun. C’est ce qui m’a motivé par exemple

Monaco Classic Week La Belle Classe

11-15 septembre 2019

Le Yachting de tradition à l’heure américaine ENTRÉE LIBRE • EXPOSITION DES BATEAUX À QUAI • VILLAGE D’EXPOSANTS

PROGRAMME COMPLET DISPONIBLE EN LIGNE : WWW.YCM.ORG - #MCW2019

Régates des voiliers d’époque & classiques

Concours culinaire & d’élégance

Épreuves nautiques de canots automobiles

Yacht Club de Monaco : +377 93 10 63 00 I mcw@ycm.org

LOGO AIRFRANCE Nº dossier : 2007399E Date : 28/11/08 Validation DA/DC : Validation Client

10

N° 186 • Septembre 2019

100

75

80

60

© Photo DR

ACTUALITE

n connaît l’objectif final du futur CHPG. Faire de notre hôpital un exemple de service public pour tous, tout en attirant vers des pôles santé d’exception une clientèle internationale toujours plus exigeante. On en prendra un exemple avec cet entretien qu’a accepté d’accorder à notre journal le docteur Philippe Brunner*. Ce radiologue de l’innovation maintes fois récompensé par ses pairs est un pionner de la radiologie interventionnelle toujours en pointe dans la lutte contre les douleurs. Sa réputation en fait une sommité médicale monégasque reconnue dans le monde entier et il compte bien innover encore avec ses confrères pour conforter l’image du pôle santé d’excellence voulu par le Souverain.

pour trouver un traitement dans le zona facial qui provoque des douleurs insupportables. Mais après ? Il ne faut jamais oublier les fondamentaux. Pour le médecin, c’est le serment d’Hippocrate qui impose d’être « fidèle aux lois de l’honneur et de la probité » ; à « protéger les personnes si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité. » Et la Déclaration de Genève de 1948 ajoute : « Je m’engage à respecter l’autonomie et la dignité de mon patient ». La maladie est une ombre qui soudain nous obscurcit, sans distinction d’âge, de culture, de classe sociale... La souffrance des malades, ce n’est donc pas uniquement la douleur ; c’est aussi la peur, la solitude, la vulnérabilité, le doute et un profond sentiment d’injustice. C’est tout cela que le médecin doit appréhender." g Quels sont aujourd’hui vos objectifs ? Comment rendre possible demain ce qui paraît impossible aujourd’hui ? PB : "La radiologie interventionnelle est une spécialité qui ne cesse de se développer, ses limites sont loin d’être connues ni même imaginées… Mes orientations privilégiées sont et resteront sans doute les traitements mini-invasifs des douleurs les plus insidieuses et les plus résistantes ainsi que les traitements mini-invasifs des tumeurs. Différentes techniques novatrices ont été développées à Monaco : le traitement des hernies discales, les neuromodulations, les cimentoplasties des vertèbres fracturées, la cryogénisation des tumeurs dans le traitement des cancers, le traitement des douleurs cranio-faciales, les blocs sensitifs du zona. Et la fameuse aiguille courbe “made in Monaco” qui a bouleversé les approches de lésions profondes inaccessibles jusqu’alors. 'L’imagination est plus importante que la connaissance' a dit Albert Einstein. La connaissance est certes le socle essentiel mais l’imagination est source d’innovations." g Vous êtes un homme de l’hôpital public, c’est un choix d’engagement personnel. Quel est le défi du pôle santé de Monaco notamment dans le cadre du futur CHPG ? PB : "L’hôpital public est un choix de cœur, de conviction. Les rémunérations sont certes incomparables par rapport aux cabinets privés. La charge de travail est également sans commune mesure. Mais dans ce magnifique "outil" que constitue le CHPG et que sera plus encore le nouveau CHPG, la plus grande satisfaction est le sourire des patients traités : 'Redonner de la vie à la vie'. La radiologie interventionnelle de haut niveau nécessite un environnement de grande qualité, un plateau technique de dernière génération ainsi que des "hommes" rompus à ces techniques innovantes. Des hommes à la fois « humbles et curieux », qui ont "envie", envie notamment d’aller toujours plus loin. L’étape suivante sera alors de former des praticiens depuis Monaco qui pourront diffuser la méthode dans leurs hôpitaux. Pour réussir je suis entouré d' équipes de femmes et d’hommes à la fois humbles et curieux. Dans ce sens, je tiens à souligner le rapprochement du CHPG et de la Faculté de Médecine de Nice sur le plan de l’enseignement et de la recherche: un projet de collaboration que j’ai initié en parfait accord avec le Pr Patrick Baqué Doyen de la Faculté de Médecine de Nice et Pr Olivier Guérin responsable du pôle santé niçois. Car partager est une valeur essentielle. Je travaille avec ce magnifique "outil" que constitue le CHPG et qui dispose de l’appui constant et de la confiance du Souverain, et sans doute plus encore avec le nouveau CHPG. Pour nous, la plus grande satisfaction est le sourire des patients traités : ‘Redonner de la vie à la vie’. " * Chef du Département d’Imagerie Médicale CHPG. Plus grosse activité interventionnelle dans l’Hexagone (plus de 5500 interventions/an) axée essentiellement sur le traitement des douleurs rachidiennes, ostéo-articulaires, cranio-faciales, digestives, pelviennes et sur le traitement mini-invasif des tumeurs (Chimio-embolisation, Radiofréquence, Laser, Micro-ondes, Cryothérapie…) Cinq Premiers Prix et nombreux accessits de la Société Française de Radiologie. Un Premier Prix et plusieurs accessits de la Société Européenne de Radiologie Inventeur de la Curved Needle : nouveau concept révolutionnaire d’accès aux cibles profondes de l’organisme. Il s’agit du Premier Brevet médical monégasque. Breveté aux Etats Unis, au Japon, en Chine, à Singapour, en Arabie Saoudite, en Afrique du Sud. D’autres brevets sont en cours de délivrance par d’autres pays. Inventeur du Traitement mini-invasif du Zona qui a bouleversé sa prise en charge. A l’origine de plusieurs innovations thérapeutiques dans le traitement des tumeurs et des douleurs. Officier de l'Ordre de St Charles, Chevallier de l'Ordre des Grimaldi, Officier de l'Ordre Constantinien de Saint Georges.


ECONOMIE & FINANCE

Les règles de gestion de portefeuille par Thierry Crovetto *

ECONOMIE

g Comment peut-on expliquer les taux négatifs ? Pourquoi des investisseurs achèteraient-ils des titres qui leur feraient perdre de l’argent à coup sûr ? Les achats d’actifs par les Banques Centrales, via des politiques non conventionnelles d’assouplissement monétaire (« Quantitative Easing »), qui constituent des opérations de création monétaire, expliquent en partie ce phénomène. La Banque du Japon (BoJ) et la Banque Centrale Européenne (BCE) détiennent aujourd'hui respectivement environ 50 % et 30 % de la dette de leurs états, selon Bloomberg. Les contraintes réglementaires de solvabilité des institutions financières (comme les Accords de Bâle III de 2010 qui incitent les banques à détenir des dettes souveraines, considérées comme étant sûres) contribuent également à la création de taux d’intérêt négatifs. Toutefois, pour certains investisseurs, les obligations ne sont plus des instruments que l’on détient pour leurs revenus mais pour leurs plus-values potentielles. En effet, si les taux continuent de baisser, les détenteurs réaliseront, mécaniquement, un profit en revendant leurs titres… PIMCO, le plus grand gérant de fonds obligataires au monde, estime que les banques centrales sont moins les coupables que les victimes des vecteurs fondamentaux (en premier lieu, la démographie et la technologie) qui maintiennent les taux d'intérêt à des niveaux bas, voire négatifs. En effet, la hausse de l'espérance de vie s'accompagne d'une volonté d'économiser davantage, tandis que les nouvelles technologies, de plus en plus abordables, permettent des économies de capital et réduisent ainsi, ex-ante, les besoins en nouveaux investissements. L'excès d'épargne qui en découle tend à tirer le taux d'intérêt « naturel » vers le bas. PIMCO estime d’ailleurs que si la Réserve Fédérale Américaine (FED) venait à abaisser ses taux d'intérêt jusqu'au niveau zéro et à lancer un nouveau programme d’assouplissement quantitatif, la perspective de taux négatifs pour les bons du Trésor américain pourrait bien vite se concrétiser… g Que faire dans le contexte financier actuel et quelles sont les conséquences pour la gestion de portefeuille ? Sur les 20 dernières années, l'indice Bloomberg Barclays Global Aggregate couvert en EUR affiche une performance satisfaisante et régulière (plus de 4% par an). Toutefois, depuis 2 ans, son rendement a plongé en territoire négatif ! Or, la performance annualisée de l'indice sur 5 ans dépend largement du taux de départ... On peut donc en déduire que la performance annualisée de l'indice Bloomberg Barclays Global Aggregate couvert en EUR devrait être négative au cours des 5 prochaines années... Compte tenu des perspectives de croissance économiques revues à la baisse et un risque de récession accru, la valorisation des actions est

© Photoorchestra-ppm.com

P

our Philippe Herlin, économiste indépendant et auteur de plusieurs ouvrages : « les taux négatifs ne figurent pas dans les manuels d’économie, les grands économistes n’ayant pas envisagé ce scénario qui parait être complètement aberrant ». Dans la chronique d’économie-fiction qu’il a récemment publiée, il imagine un environnement économique, avec des taux d’emprunts négatifs de l’ordre de -10%, qui engendrerait de l’hyperinflation et/ou une forte remontée des taux ; dans les deux cas une crise financière majeure aurait lieu. Il y a donc une limite à cette spirale baissière si on ne veut pas connaitre ces situations extrêmes. Les obligations à taux négatif représentent déjà plus de 16 000 Milliards de dollars aujourd’hui, soit plus d’un quart des titres de dette de qualité (« Investment grade »). Au mois d’août, l’Etat allemand a émis des obligations à 30 ans avec un taux négatif ! Des investisseurs ont accepté de rémunérer l’Allemagne pour qu’elle accepte qu’on lui prête de l’argent pendant 30 ans ! A l’heure actuelle, 60% des obligations des Etats de la zone Euro offre des rendements négatifs. On marche sur la tête… Jyske Bank, la troisième banque au Danemark, propose désormais des prêts immobiliers sur dix ans avec un taux d’intérêt inférieur à zéro. Cette banque danoise présente ainsi un crédit sur dix ans à − 0,5 %. Si un client emprunte 100 000 euros, il n’aura donc théoriquement que 95 000 euros à rembourser en tout ! Dans les faits, l’établissement ne paie pas encore ses clients pour qu’ils lui empruntent de l’argent puisque le montant des frais d’un crédit reste supérieur à cette rémunération.

assez élevée pour une fin de cycle et elle ne se justifie que par le « TINA » (There Is No Alternative). L’espérance de rendement des actions doit sans doute être revue à la baisse par rapport à sa performance historique. Dans ce contexte, les performances des placements financiers des investisseurs individuels risquent de les décevoir. En effet, selon un sondage mené pour le compte de Schroders en avril 2019 auprès de 25 000 particuliers de 32 pays, les investisseurs attendent un rendement d’au moins 10% par an ! Ceci est tout à fait irréaliste dans le contexte actuel… g Conclusions L’environnement macroéconomique et financier actuel contraint les épargnants à reconsidérer le bien-fondé des portefeuilles d’investissements équilibrés traditionnels, 50% Actions / 50% Obligations et sans doute à revoir à la

baisse les rendements espérés. Il est devenu indispensable d’identifier des alternatives à la poche obligataire d’un portefeuille. Les stratégies de performance absolue et l’exposition à la dette émergente avec un risque contrôlé, peuvent être des solutions intéressantes pour remplacer les titres de dette traditionnels. Par ailleurs, les obligations d’Etat ne devraient plus être considérées comme un actif refuge ou une couverture en cas de crise à l’avenir. Longtemps considérés comme des actifs sans risque, avec la propagation des taux négatifs, les obligations d’état offrent désormais la certitude de perdre de l’argent à maturité… Cette fonction de couverture pourrait être assumée à nouveau par des matières précieuses comme l’or et l’argent. * Président Délégué TC Stratégie Financière. La Tour Odéon, 36 avenue de l’Annonciade. Tel. : 06.80.86.83.11 Email : tcrovetto@tcsf.mc ; web : www.tcsf.mc

ON NE SPÉCULE PAS SUR L’AVENIR. ON LE CONSTRUIT. EDMOND DE ROTHSCHILD, L’AUDACE DE BÂTIR L’AVENIR. MAISON D’INVESTISSEMENT | edmond-de-rothschild.com Tout investissement comporte des risques. Chaque investisseur doit analyser son risque en recueillant l’avis de tous les conseils spécialisés afin de s’assurer de l’adéquation de cet investissement à sa situation personnelle. Edmond de Rothschild (Monaco) - 2, avenue de Monte-Carlo - Les Terrasses - BP 317 - 98006 Monaco

EdR_PUB_HYBRIDE_CH.indd 4

N° 186 • Septembre 2019

23.04.18 16:55

11


ART & CULTURE

Moya, un avatar à Monaco par Viviane Le Ray

L

a première vie de Patrick Moya se passe à Nice où « il fait » l’artiste. Sa « Seconde life » sur le net… Sa troisième vie : en résidence pour un an à Monaco, invité par le Gouvernement princier, à séjourner dans un des superbes ateliers du Quai des Artistes. Un avatar voisin de Matéo Mornar, de Fernando Botero, mais aussi des chercheurs du Centre scientifique qui lui ont inspiré la banquise peuplée de manchots mystérieusement arrivés sur le Port Hercule !

g « Moya ! Moya ! Moya… » ! L’artiste le plus narcissique qui soit, et qui l’assume : « Si on a la prétention d’être un artiste il faut être le chaman, le personnage central… » : C’était hier, en 2007, lors d’une première rencontre… en fait depuis rien n’a vraiment changé, l’éternel enfant de Narcisse partage toujours ses journées (et surtout ses nuits) entre monde réel et monde virtuel… Depuis cette première rencontre dans sa maison niçoise, l’artiste qui investit, plus sûrement qu’un certain tradervedette, a acquis d’autres îles (il en possède aujourd’hui 6) sur Second life… Des îles avec leurs routes, leurs boutiques, le musée (Musée Moya comme il se doit !), la Moya Beach, la Place Moya, le Moya Circus, le Dolly Night Club Moya, le Centre administratif Moya, sans oublier la reproduction exacte de la Chapelle de Clans (inaugurée le 24 juin 2007) décorée entièrement par : Môa Moya ! En décembre, une nouvelle chapelle sera inaugurée dans l’arrière-pays niçois, une chapelle très haut perchée. Affaire à suivre… g Sur son île numérique Moya a recréé son atelier monégasque… C’est là que son avatar au nez de Pinocchio, autoportrait qu'il décline depuis des années dans ses toiles que je qualifierai de naïves, organise des vernissages virtuels, ouvrant les portes à ses amis avatars du monde entier qui viennent désormais visiter la Principauté : Une soixantaine par jour depuis que Second life lui a récemment consacré un film : "Ce qui me passionne ce sont les rencontres avec les gens qui passent sur mon île, que je guide en direct à la découverte de mon travail à travers la planète ». Il arrive, avec le temps, que certains avatars se dévoilent corps et âme et deviennent des amis dans le monde réel… Mais ça c’est une autre histoire ! LIVRE

Les chroniques de St Mary. Livre 3, une seconde chance. Jodi Taylor. Editions HC. 352 pages. € 14,50

g

12

N° 186 • Septembre 2019

d’éclats de marbre, fixés mais pas figés. Des toiles de mosaïque où elle utilise les tesselles par touche, tel un peintre avec son pinceau. Ses mosaïques de marbre nécessitent une technique exigeante et plutôt physique. Il faut polir le marbre, le découper en lamelles avant de le mettre en morceaux à la marteline. Ces petites pièves appelées tesselles sont ensuite collées par l’artiste pour donner vie à son œuvre.

Il s’agit d’une technique déjà utilisée dans la Rome antique L’exposition se tournera également vers ses peintures : « traces ». Avec comme support le bois strié. Support sur lequel le marbre lui-même a été découpé produisant une étonnante toile sur laquelle l’artiste peint. Pour cette exposition, Koba présentera une vingtaine d’œuvres dans le sublime décor de la Citadelle, écrin historique de la Côte d’Azur. Parmi elles deux grandes pièces monumentales de mosaïque. Koba est également restauratrice pour les mosaïques du Musée océanographique de Monaco depuis de nombreuses années. Koba est installée dans l’arrière-pays niçois. Son atelier est ouvert à tous ceux et toutes celles désirant effectuer un stage d’initiation à la mosaïque, qu’il s’agisse d’une approche décorative ou plus artistique. (P.Y.R.) g

Du 9 au 22 octobre à la Citadelle de Villefranche-sur-Mer, foyer de l’auditorium. Les horaires d’ouverture quand l’artiste sera présente sont : 14 à 17h30. Site internet : ko-ba.fr

g

© Photo DR

En fait, je n’ai jamais changé les faits, mais je les ai parfois réinterprétés... « Par exemple, à Troie, les historiens se rendent compte qu’il n’y a pas d’Hélène de Troie ni de cheval de bois. J’ai utilisé l’Iliade de Homère pour mettre en avant une théorie alternative, mais – je l’espère – plausible. Ce qui est sûr, c’est que je devrais plus m’excuser auprès des physiciens que des historiens, car j’ai vraiment joué avec les lois de la physique ! » Le Livre 3 « Une seconde change » emporte les historiens de St Mary et les lecteurs jusqu’à Troie où la guerre fait rage… Brillante, intelligente, drôle, et crédible malgré tout, Jodi Taylor est une auteure qui vient du Web. Au Royaume-Uni la série compte déjà 10 tomes. En France le tome 4 sortira en octobre prochain. (P.Y.R.) g

g Pour en savoir plus : Patrick Moya, catalogue raisonné, 1971/2011, texte de Florence Canarelli, éditions ArtsToArts : 2 tomes, 800 pages, 4 200 œuvres référencées, L'abécédaire de Moya, Florence Canarelli, MPO, 2010 - La chapelle Moya, Florence Canarelli, Mélis, 2007 (Disponibles à l’atelier)

osaïste, peintre et sculpteur, Koba réalise des portraits M étonnants. Des visages composés © Photos Bernard Martinez

L’auteure Jodi Taylor explique comment est née l’idée des Chroniques de St Mary « Je voulais écrire sur l’Histoire, mais sur beaucoup de périodes et toutes très différentes, le voyage dans le temps était la solution idéale pour pouvoir le faire. Je dois admettre que je choisis toujours les événements les plus intéressants, mais je voulais rendre l’Histoire aussi fascinante aux yeux des autres qu’elle l’est pour moi. Je crois que j’espérais secrètement que cela pourrait donner envie à certains d’aller plus loin et de lire plus de choses sur certains sujets. »

g Zoom arrière… Né en 1955, Patrick Moya étudie à la Villa Arson de Nice. Son utilisation artistique, dés 1985, d’un ordinateur MO5 sera suivie par des images puis des films en 3D. En 1995, il invente « Janus » son avatar. L’artiste, créateur de Dolly, mouton-mascotte des célèbrissimes soirées techno Dolly Party, de Nice. Moya possède une qualité rarissime dans le milieu de l’art : comme son voisin Mateo Mornar Il ne se prend pas au séreux contrairement à ce que l’on pourrait laissait penser son culte «Moâ Moya» ! Patrick Moya exposera en fin d’année à la Maison de France de Monaco…

L'artiste Koba à Villefranche

l’institut St Mary de recherche historique, les hisÀ toriens n’étudient pas seulement le passé, ils le visitent… Derrière l’innocente façade de St Mary, le secret

g

g « Les îles virtuelles de Môa Moya ne sont pas un jeu… » Les avatars permettent à des handicapés, des personnes malades, ou très âgées, de quitter leur corps, et de vivre une autre vie, une nouvelle vie, où elles marchent, voyagent, se promènent, visitent les musées (Moya de préférence !) et même, cerise sur le gâteau dansent dans la discothèque qu’on imagine décorée par Moâ Moya ! Contrairement à que l’on pourrait penser les jeunes ne sont pas les plus nombreux sur la planète Moya : « Ce n’est pas un jeu » tient-il à préciser, « Ces îles ont une vocation sociale et culturelle à laquelle je suis très attaché… »

EXPOSITION

La guerre de Troie, mais... du voyage dans le temps a été découvert et reste bien gardé. Les chercheurs en Histoire ont une méthode de travail tout à fait particulière : ils étudient « en temps réel » les événements majeurs de l’Histoire. En se faisant passer pour d’inoffensifs excentriques, ils tentent de répondre à certaines questions qui n’ont jamais été résolues, sans jamais toucher au cours de l’Histoire… au risque d’en mourir.

© Photo DR

g Une collaboration créatrice avec le Centre scientifique de Monaco… Avec la complicité du président d’honneur du Centre Scientifique de Monaco, le Professeur. Patrick Rampal, Patrick Moya a peint d’immenses fresques où des images numériques se mêlent à sa peinture naïve, joyeuse et colorée, pour illustrer les recherches des scientifiques des molécules de la biologie médicale, aux coraux en danger, à la vie polaire… Des chercheurs qui ont, à la demande de l’artiste niçois validé son travail, qui sera exposé à la fin de l’année dans les salons de la Maison de France de Monaco.


Des tortues super-stars soignées sur le Rocher...

Effeuillage littéraire...

eux qui n’auront pu se rendre au Grimaldi Forum (clôture de l’exposition le 8 septembre) pourront acquérir le catalogue publié à l'occasion de l'exposition estivale retraçant le parcours de Salvador Dali et les influences de sa peinture, de la fin des années 1910 aux dernières toiles des années 1980. Parmi les auteurs des textes : Montse Aguer Teixidor, Commissaire de l’exposition de Monaco. Le catalogue reproduit plus de 120 œuvres, photographie, ouvrages scientifiques, en provenance pour l’essentiel de la Fondation GalaSalvador Dalí de Figueras et du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid. (En vente au Grimaldi Forum) _____________________________________ « Dali, une histoire de la peinture » - Collectif - Français/ anglais - (Hazan)

L

e Musée océanographique invite à la découverte de « L’Odyssée des tortues », à travers un espace de près de 550m2, abritant le Centre Monégasque de Soins des Espèces Marines (CMSEM). Sept espèces de tortues de mer sont aujourd’hui menacées par l’action de l’homme, alors qu’elles ont survécu aux dinosaures !

g Une plongée au cœur du Centre de soins…. Le Centre Monégasque de Soins des Espèces Marines (CMSEM) est la cheville ouvrière de ce nouveau dispositif d’action et de sensibilisation. Habilités à manipuler ces espèces protégées, les soigneurs interviennent en collaboration avec des vétérinaires spécialisés, ainsi que les réseaux français et italien des centres de soins. Le CMSEM permet la prise en charge de tortues recueillies directement en mer, sur le littoral monégasque et à proximité. L'Institut océanographique collabore également avec le Réseau des Tortues Marines de Méditerranée Française et le Centre d’Etudes et de Sauvegarde des Tortues de Méditerranée. g Un parcours-exposition investit la totalité du Lieu Le parcours-exposition remonte jusqu’à la naissance des Homos Sapiens il y a 300 000 ans, avec une frise chronologique très détaillée. De magnifiques fossiles invitent à se plonger dans l’histoire ; comme la reproduction d’un fossile d’Archelon, gigantesque tortue préhistorique âgée de 83 millions d’années. Le visiteur découvre ensuite les espèces existantes et les dangers auxquels elles sont confrontées, mais aussi comment les protéger, à travers un programme d’actions de protection mis en oeuvre par l’Institut océanographique et ses partenaires. Un parcours en dix missions permet aux jeunes visiteurs d’être sensibilisés à la protection des tortues et de recevoir, au terme de leur visite, un « Diplôme de protecteur des tortues ». g L’émouvante histoire de la petite tortue « Rana » En 2014, une jeune tortue caouanne est trouvée affaiblie dans le port de Monaco. Elle mesure à peine 10 cm. Baptisée Rana, après plusieurs mois de soins nécessaires à sa survie, elle finit par reprendre des forces et se développe au sein de l’aquarium. En juin 2018, elle est prête à reprendre la mer. Avec le concours du CNRS, et le soutien des Amis du Musée océanographique, la petite Rana est alors équipée d’une balise satellitaire et d’une caméra embarquée permettant de vivre en direct sa première journée en mer… En deux mois, à raison d’en moyenne 30 km par jour, Rana avait atteint le sud de l'Espagne ! HISTOIRE

Vingt ans de résistance corse

J

ean Pierre Poli est un homme de dossier. Ancien avocat à Nice, il partage son temps entre Monaco et la Corse. La passion de ce natif de Bastia pour l’histoire de son île et de ses habitants permet aujourd’hui la publication de ce qui est déjà l’ouvrage de référence sur la résistance Corse à la domination française de 1769 à 1789. Ce livre fait beaucoup parler en Corse et partout où il y a des corses, car chacun cherche dans un index de 1.500 noms sa famille et son positionnement pendant cette période - souvent méconnue - de répression.

g Pour nos lecteurs - non corses - il est utile de préciser le contexte historique. La Corse se rêvait indépendante quand un accord international l’a fait passer sous le drapeau à fleur de lys. Une annexion qui n’a pas été acceptée aussi facilement que le pensait Versailles... Jean-Pierre Poli : "Il ne faut jamais oublier que le 8 mai 1768, quand se conclu entre Gênes et la France le traité de cession de l’exercice de la souveraineté, la Corse est une île administrée pour 90 % de son territoire par le général Paoli dans le cadre d’une structure étatique avec ses textes constitutionnels, son gouvernement, le Consilio Supreme, son parlement élu, la diète, son drapeau, sa monnaie, sa marine, son université, son système judiciaire, son journal national, ses administrateurs régionaux et son armée régulière soldée ; mais il manque cependant une chose essentielle, la reconnaissance internationale pour que cette petite république soit un État indépendant. La plus grande armée d’Europe n’a pas affaire à une bande de rebelles insulaires inorganisés, et elle va mettre un an pour vaincre, le 8 mai 1769, les troupes corses à Ponte Novu." g Comment avez-vous pu reconstituer avec une telle précision les engagements des familles- les actes de résistances les répressions ? JPP : "La documentation que j’utilise pour retracer les évènements survenus pendant cette période vient principalement des archives de ministère des Armées, du ministère de la Marine qui fournissent de nombreux rapports rédigés par les officiers et les administrateurs français, mais surtout les archives de Haute Corse où sont conservés les courriers entre les officiers chargés de la répression et le commandant en chef ou son adjoint, et les archives de Corse du Sud avec les dossiers judiciaires des condamnés par la justice prévôtale. Les nombreux courriers échangés entre Paoli et ses fidèles et les libelles qu’ils diffusent sont également des sources précieuses, ainsi que les nouvelles diffusées par les journaux européens, y compris le Courrier de Monaco." g Après de désastre de Ponte Novu, le maquis prend la relève de ceux qui refusent la session- cela parait cependant un combat sans espoir ? JPP : "L’espoir après la conquête réside principalement pour le général Paoli et ses partisans dans l’assistance d’une intervention anglaise qu’ils souhaitent provoquer en démontrant à cette grande puissance ennemie de la France que la situation en Corse n’est pas stabilisée, et qu’elle peut compter sur l’appui d’une part importante de la population insulaire". (P.Z.) g "1769-1789 Vingt Ans de Résistance Corse". Jean Pierre Poli. Editions Alain Piazzolla. 450 pages. Prix 15 euros

Le Ray

C

par Viviane Le Ray

U

© Photo M. Dagnino

g Un nouveau bassin de 160m3 à l’air libre ! Point d’orgue de la visite: le bassin de réhabilitation de 160m3 surplombant la Méditerranée qui accueille les tortues blessées avant leur retour en mer, après qu’elles aient été soignées (blessures les plus fréquentes : prise accidentelle dans des filets, carapace fendue, ingestion de plastique ou d’hameçons…) Elles sont alors équipées d’un « sac à dos high-tech », dispositif scientifique qui permet de recueillir des données essentielles sur leurs déplacements, comportements ou encore leurs zones d’alimentation.

par Viviane

n des premiers romans de la rentrée littéraire 2019 : une histoire émouvante (contée dans un beau français !) et qui plus est sans le pathos racoleur qui ne manquera pas, comme chaque année, et depuis quelques années déjà, d’envahir les rayons des librairies… « Le 1er novembre 1968, alors que nous nous promenions sur les rochers qui surplombent la Chambre d'Amour à Biarritz, ma soeur aînée a été emportée par une vague. Elle avait vingt ans, moi quinze. Il aura fallu un demi-siècle pour que je parvienne à évoquer ce jour, et interroger le prodigieux silence qui a dès lors enseveli notre famille. Je suis parti à la recherche d'Annie. Je l'ai vue revenir intacte dans sa fougue, ses doutes, ses enthousiasmes, ses joies et ses colères : une jeune femme d'aujourd'hui ». _____________________________________ « Une amie de la famille » - Jean-Marie Laclavetine (Gallimard)

D

epuis trente ans, Paul, alias Lionel Duroy (ce n’est plus un mystère tant c’est écrit avec les tripes !) a fait de son histoire familiale, et du désastre que fut son enfance, la chair de ses écrits… Sa famille ne lui adressera plus la parole de longues années. Arrive le temps de la réconciliation, il décide de réunir à déjeuner, dans la maison qui est devenue son refuge, tous les acteurs de son mal être: ses neuf frères et soeurs, leurs enfants et les siens, et ses exfemmes. Viendra qui voudra. Et advienne que pourra. Le temps d'un singulier repas de famille, Lionel Duroy parvient à reconstituer tous les chapitres essentiels de sa vie, avec l'élégance de son style (qui fait toute la différence !) Lionel Duroy nous parle de « paix retrouvée » (mais peut-on y croire ?) En 2010, son roman Le Chagrin, reçoit le prix François-Mauriac, et le prix Pagnol du roman d'enfance, suivront Colères, L'hiver des hommes (prix Renaudot des lycéens 2012, prix Joseph Kessel 2013), Vertiges, L'Absente… _____________________________________ « Nous étions nés pour être heureux » - Lionel Duroy (Julliard)

L

a vulgarité est omniprésente aujourd’hui. Elle s’exprime dans les manières, le langage, l’accoutrement, les arts ; on la rencontre dans la foule comme dans les élites, et jusqu’au sommet de l’État… Elle prolifère dans la publicité, à la télévision (de plus en plus !), Internet et les réseaux sociaux. Elle s’affiche sans vergogne, elle est assumée, pire encore elle est agressive. Cependant, malgré son essor, elle n’avait jamais fait l’objet d’un examen sérieux… C’est chose faite avec cette étude à la recherche d’un nouvel antidote en remontant aux sources qui autorisent, voire encouragent son déploiement. Au-delà de la vulgarité, il s’agit de relever la tête face à la radicalisation de la modernité, qui dévoie le projet d’émancipation qu’elle porte et contrarie l’épanouissement de notre humanité… _____________________________________ « Vulgarité et modernité » - Bertrand Buffon – (Collection Le Débat, Gallimard)

C

omme tous les ouvrages brodés à la plume de Didier Blonde, ce petit livre délicieux, invite à la joie de vivre les petits bonheurs qui font le grand : « J’entre dans un café comme dans un roman. J’attends une surprise, quelque chose de nouveau. Qui m’attire - ou me repousse. Chaque salle a son registre, qui tient à son atmosphère, son style, son rythme, comme une petite musique, son décor, sa disposition, sa lumière, éblouissante, tamisée, froide, une manière dont les voix se posent, avec ses personnages, épisodiques ou périodiques, que je pourrais retrouver d’un jour sur l’autre ». Modernes ou désuets, les cafés sont des théâtres où se jouent rencontres fortuites, retrouvailles, ruptures : on y rit, on y pleure en un mot on y vit ! Didier Blonde observe et croque avec délicatesse, tous ces instants fugitifs et nous offre un tout aussi délicieux autoportrait ! _____________________________________ « Cafés, etc. » - Didier Blonde (Mercure de France)

N° 186 • Septembre 2019

13


AUTOUR DE MONACO TRANSPORTS • Une liaison aérienne a été établie dès le mois dernier, avec trois vols hebdomadaires prévus tout au long de l'année

Pékin en vol direct depuis Nice par Pierre-Yves Reichenecker

EXPOSITION

La Belle et la Bête à Menton

20 octobre, la nouvelle exposiJposeusqu’au tion du Bastion, La Belle et la Bête, proune sélection d’œuvre du poète autour

du monument cinématographique de Jean Cocteau. Le film sorti en 1946 dévoilait le talent de Jean Marais dans trois rôles : la Bête, Avenant, le Prince. Le rez-de-chaussée est consacré à des oeuvres autour du film. Dans une ambiance fantastique, cette séquence de l’exposition présente des extraits du film, un dessin de Christian Bérard figurant le masque de la Bête, des photographies du tournage et une sculpture de la Bête faite par Jean Marais dont un exemplaire avait été placé sur sa tombe. Deux œuvres importantes accueillent le visiteur : une grande affiche originale du film par Jean-Denis Malclès et le masque de la Bête reconstitué sur les indications de Jean Marais. Regards fantastiques contemporains L’étage du Bastion est consacré aux créations de quatre artistes contemporains sur le thème de la Belle et la Bête, dans la continuité de l’œuvre de Jean Cocteau, que chacun décline à travers son univers personnel. Katia Bourdarel et le conte des frères Grimm, Frérot et Sœurette ; Marie Boralevi et ses personnages hybrides, mi-humains, mi-animaux ; Frédérique Nalbandian et ses roses en plâtre et savon : Vee Speers et ses personnages chamanes issus de sa propre mythologie. Jean-Denis Malclès, Affiche de la Belle et la Bête, 1945 g Exposition ouverte jusqu’au 20 octobre tous les jours de 10h à 18h, sauf le mardi g

14

N° 186 • Septembre 2019

nationales toujours plus nombreuses, en zone « livraison bagages », ce qui permet de capter plus longuement l’attention des passagers. Cet espace de promotion, ouvert et d’une superficie de 29m², invite les passagers en attente de leurs bagages, à s’immerger dès leur arrivée dans les vues et paysages les plus caractéristiques et spectaculaires de la Côte d’Azur. Il met à l’honneur les destinations phares à savoir Monaco, Nice, Cannes, Menton, Antibes Juan-Les- Pins, Mandelieu-la Napoule, Grasse, ainsi que des paysages du Mercantour. Placé en fond d’espace, un photocall, qui sera changé tous les ans, ainsi que les photos grand format, incitent les passagers à partager leurs premières photos avec les AVENTURE

Trois océans, tous à la rame !

a traversé trois océans en solitaire, sans à la rame. En résumé : 610 jours Ienlassistance, solo sans assistance sans escale, 45 cha-

virages, 52.984 km, 28.606 NM, Atlantique Pacifique – Indien. Bien sûr sa « barque » ne ressemble pas à un pointu de Méditerranée, ni à une pirogue exotique. On verrait bien son canot dans une œuvre de Jules Verne. A bord on trouve : GPS, balises de tracking et détresse, téléphones satellites, radar, dessalinisateurs, panneaux solaires, avitaillements, équipements. Il c’est Emmanuel Coindre. En chiffres toujours, il est détenteur de multiples records et de premières mondiales (16 titres) à l’aviron d’océan en solitaire, sans assistance et sans escale. Il est aussi Détenteur des temps de références pour ces 3 océans. Emmanuel Coindre a débuté sa carrière en voile légère avant de se consacrer à la course au large et l'aviron océanique, passionné de grands espaces, de vitesse et tourné vers le plaisir de naviguer avec discipline. Dernier exploit réalisé cette année, l’océan Indien en 56 jours, sur ONOFF Telecom canot monotype estampillé Monaco. Le goût du large, de l’authentique « En haute mer il faut hiérarchiser les priorités, optimiser les réglages, être à 100%. Le manque de sommeil parfois c’est le prix à payer pour rester performant, sur la bonne trajectoire, à l’écoute et se caler sur le rythme du grand large. Je mesure pleinement la difficulté de tenir le cap sur ce genre d’embarcation, la mer peut vous vider de toute force, cette force vitale qui permet la réflexion de toute situation et de l’action à entreprendre. C’est davantage l’état de la mer qui détermine le danger, même si au-dessous de 30 nœuds c’est forcément plus tendu. Souvent je repense à ces endroits difficiles où les vents et les rafales s’abattent avec violence, où les vagues puissantes frappent et déferlent sur le pont, où tout volait dans la cabine. Tous les moments sont magiques et importants au large, passer des situations météorologiques complexes où la mer est brutale, croisée et piégeuse, bien naviguer et faire marcher le bateau, être en résonnance et sentir la beauté des choses. » (A.P.J.) g

© Photo DR

EVENEMENTS

g Un nouvel espace d’accueil pour la Côte d’Azur et Monaco Le choix de l’emplacement s’est porté sur le Terminal 1, du fait des arrivées inter-

© Photo DR

D

epuis le début du mois d’août, il est possible de rejoindre directement Pékin par l'aéroport NiceCôte d'Azur. Trois vols hebdomadaires sont prévus toute l'année. Il s'agit de la première liaison directe entre la France et la Chine, hors Paris. Trois vols sont prévus chaque semaine via la compagnie Air China, les mercredis, vendredis et dimanches, tout au long de l'année, à bord d'un A330 de 227 places, dont 28 en classe affaire. Le maire de la ville, Christian Estrosi, s’est réjoui de ce nouveau lien entre Nice et l’empire du milieu : « L’ouverture de ce vol entraînera un renforcement significatif de nos liens avec la Chine et devrait représenter, dès la première année, une hausse de 30% de la clientèle chinoise à Nice." L'arrivée d'une ligne entre Nice et Pékin permettra donc d'améliorer l'attractivité de la ville aux yeux des touristes chinois, déjà très présents sur la Côte d'Azur, sans vols directs (ils représentent environ 15 à 20% des touristes annuels). Des améliorations et services avaient été mis en place en amorce de cette annonce par l'aéroport de Nice, avec notamment l'ajout d'une hotline d'ANCA sur WeChat (le WhatsApp chinois), une version en mandarin pour le site internet ainsi qu'un portail d'accueil wifi et l'installation de signalétiques compréhensibles pour les Chinois. Un plus également pour la Principauté de Monaco.


SPORT & LOISIRS FORMULE 1 • L’hymne monégasque a enfin retenti pour saluer le succès du jeune pilote Ferrari sur le circuit de Spa-Francorchamps

Charles Leclerc, première victoire ! par Pierre-Yves Reichenecker

M

SPORT

onaco l’attendait depuis Louis Chiron. Ca faisait un bail. L’hymne monégasque a retenti pour saluer la victoire de Charles Leclerc sur le circuit de SpaFrancorchamps. Trente-quatrième Grand Prix de Formule 1 pour le jeune monégasque, et enfin sa première victoire. Au volant de la plus rouge des F1, une Ferrari. Avec une toute petite avance sur Lewis Hamilton, revenu comme une bombe en fin de course pour terminer les 44 tours de la course à seulement une petite seconde de la Ferrari... L’autre Mercedes du finlandais Valtteri Bottas a completé le podium.

© Phot skysports.com

g Avec la manière... Une belle victoire ; acquise avec la manière. Leader de la course de bout en bout, hormis la période obligée du changement de pneus au stand. Notre jeune Monégasque affiche déjà une maîtrise excellente de la F1 et de la course. Avoir Hamilton aux basques, cela met la pression. Charles Leclerc n’a commis aucune erreur. Vengée la victoire échappée lorsque Verstappen l’avait jeté hors de la piste à trois tours de l’arrivée au Grand-prix d’Autriche. Max Verstappen n’a pas été loin à Spa, victime d’une violente sortie de route après un accrochage avec Raikkonen dans le premier virage.

© Photo Liberation.fr

g Victoire et tristesse Une victoire triste néanmoins pour Charles Leclerc qui avait mis un petit mot sur sa voiture «RIP Tonio»… Hubert Anthoine, le jeune pilote français mort au deuxième tour de la course de F2 la veille. Il avait 22 ans et avait gagné cette année en F2 à Monaco et au Grand Prix de France. Avant le départ du Grand Prix de Belgique une minute de silence sur la piste, dans les stands et les tribunes a rendu hommage au jeune pilote décédé. Tous les pilotes de F1 étaient en cercle autour du casque de Hubert Anthoine, posé sur une colonne. Un dramatique rappel : la course automobile est dangereuse. Toujours. Moins qu’avant. Moins qu’à l’époque de Louis Chiron. Mais toujours dangereuse... W SERIES

Chadwick première championne

Formulaire d’abonnement

L

g Un championnat disputé Cette première saison se jouait sur 6 épreuves seulement. Avec 20 pilotes au départ et des courses très disputées, le championnat w series a fait ses preuves. Et ces dames également qui se sont partagéb le 1,5 million de $ en jeu, dont un tiers pour la championne. Du haut de ses 21 ans, Jamie Chadwick a montré un vrai talent qui a été remarqué en F1. Jamie a intégré comme pilote de développement l’écurie Williams F1. Il faut dire aussi que les trois pilotes du podium ne sont pas des débutantes. Elles se sont déjà fait remarquer dans d’autres formules du sport automobile. Jamie a l’an dernier remporté une épreuve du championnat F3 britannique. Une référence. (P.Y.R.)

Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant :

1 an (soit 11 numéros)

€ 40*

5 ans (soit 55 numéros)

€ 100*

3 ans (soit 33 numéros)

€ 20*

2 ans (soit 22 numéros)

€ 60*

ABONNEMENT

* pour l’étranger (dehors Monaco et France) ajouter +50% ; Dehors Europe : + 100%

Prénom Nom Adresse

Ville © Photo DR

e Championnat W Series, premier championnat exclusivement féminin, a été remporté par la Britannique Jamie Chadwick. Sur le circuit de Brands Hatch, en Angleterre, la pilote britannique a terminé quatrième de la dernière course de la saison. Suffisant pour lui assurer le titre de championne devant sa rivale, la Néerlandaise Beitske Visser. Alice Powell, une autre Britannique, a, elle, gagné la course, disputée sur le mythique circuit de Brands Hatch. C'est son premier succès de la saison. Au classement final du Championnat, Chadwick compte 110 points et a devancé Visser de seulement 10 unités. Powell a fini troisième avec 76 points.

Date Signature

Bon a retourner, accompagné du chèque à l’ordre de Global Media Associates Sas à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “Le Beausoleil de Monaco” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

N° 186 • Septembre 2019

15


16

N° 186 • Septembre 2019

Profile for Global Media Associates Sas

n186sep19  

Le premier journal d'actualité de Monaco

n186sep19  

Le premier journal d'actualité de Monaco

Advertisement