Page 1

LaPrincipauté €2

Le premier journal d'actualité de Monaco

Année XIX • Numéro 182 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “ Le Beausoleil de Monaco ” 6, Boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

www.laprincipaute.net

Avril 2019

• Numéro de Commission Paritaire : 0522 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas - Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) €20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://www.laprincipaute.net/abonnez-vous.html

Dossier Spécial

Logement :

Photo © Michael Alesi / Dir. de la Communication

La grande convergence

Le Président chinois Xi Jinping à Monaco

Une visite historique N° 182 • Avril 2019 1 9 ☞  FINANCE • Actifs réels : des placements alternatifs à considérer ? • page


DOSSIER SPECIAL

Les institutions conve Le 11 mars dernier on a assisté à la naissance d'un projet historique pour loger Ministre d’Etat a ensuite détaillé le plan, comme présenté dans l'entretien qu’il nous a accordé, et résumé en un encadré. Il s’est aussi félicité de la bonne entente entre le Gouvernement et le Conseil national.

par Patrice Zehr

DOSSIER

L

’atmosphère était particulière pour le point presse du lundi 11 mars dernier dans la vaste salle à manger de la résidence du Ministre d’Etat. Tout le monde sentait bien que l’on était face à de l’exceptionnel pour des annonces historiques. Le Prince Albert II fait son entrée sous les applaudissements, accompagné par le Ministre d’Etat Serge Telle et le président du Conseil national Stéphane Valeri. Le ton est donné par le Souverain : on assiste bien à la naissance historique d’un plan pour loger dignement les monégasques dans le domanial sur 15 ans. Un plan ambitieux de 1831 logements, soit une augmentation de 43 % du parc domanial rendu possible par l’accord, sous l’impulsion du Prince sur une feuille de route concrète, du Conseil national et du Gouvernement.

g Le Prince a d’entrée de jeu dit l’essentiel... « Le logement des Monégasques représente pour moi, vous le savez, depuis mon accession au Trône, une priorité absolue. Je considère, en effet, que les Monégasques doivent pouvoir résider dans leur pays dans de bonnes conditions. Aussi, au mois de novembre dernier, ai-je annoncé ce plan pour le logement et demandé à mon Gouvernement de le préparer afin de garantir ce droit pour les décennies à venir par la livraison régulière de nouveaux immeubles domaniaux (...) Nous savons parfaitement que les tensions dans ce secteur sont particulièrement sensibles. J’en veux pour preuve la conférence de presse commune de ce jour qui marque la convergence des Institutions de notre pays sur ce sujet d’importance majeure. J’y vois une nouvelle démonstration de la force de nos Institutions et de leur capacité à se mobiliser sous mon impulsion. Je me réjouis aussi parce que, comme vous allez le constater, ce plan particulièrement ambitieux est à la hauteur des besoins qui vont s’accentuer dans le temps...» Le

L'EDITORIAL

L

par Roberto Volponi

g Le Président Valeri radieux ! Le visage le plus radieux était celui du Président du Conseil national Stéphane Valeri. On peut le comprendre. En ce 11 mars il voit entériné par le Souverain un combat politique mené depuis 2003... Au cœur de son projet politique et de son action, il y a depuis toujours le logement des monégasques. Sa priorité nationale est devenue cause nationale. Cela implique une lecture des institutions par le Souverain qui a force de loi et qui rejoint parfaitement son analyse. Il y a bien partenariat et accord des volontés entre le Gouvernement princier et les monégasques, à travers leurs élus à la Haute Assemblée. Cela n’a pas toujours été aussi consensuel, ni évident. « La présentation exceptionnelle de ce plan national logement représente pour moi un moment très important et même émouvant, puisque je fais de cette question du logement un thème essentiel de mon engagement politique depuis toujours. En effet, c’est la première fois que Le Prince Souverain, Son Ministre d’Etat et le Président du Conseil National, prennent la parole ensemble devant la presse. C’est dire si ce thème est une question majeure pour le pays (...) C’est pourquoi nous adhérons totalement à la vision prospective de ce plan national logement, voulue par le Prince, qui est parfaitement complémentaire avec l’approche de notre Assemblée (...) Chaque fois que les aspirations légitimes et les besoins avérés des Monégasques, relayés par le Conseil national, sont pris en compte par le Gouvernement Princier, c’est tout notre système institutionnel qui en sort renforcé. Ce plan national logement et la façon dont il est présenté aujourd’hui, démontrent ainsi l’excellent fonctionnement de nos Institutions, sous l’autorité du Prince, dans la concertation et la recherche du consensus entre le Gouvernement princier et le Conseil national, élu par le peuple monégasque ».

g L’avenir par le consensus institutionnel Le plan logement va donc permettre de satisfaire les attentes légitimes des monégasques, mais aussi des enfants du pays, qui vont bénéficier de centaines de logements du secteur protégé, qui seront libérés par les monégasques. Ce plan a aussi permis de souligner la cohérence et la pertinence de nos spécificités institutionnelles. On a vraiment assisté à un moment majeur pour l’avenir de Monaco. Tout le monde en était persuadé en sortant de ce point presse. La suspicion sur la réalité chiffrée des besoins a été écartée, aussi bien par Serge Telle que par

Le spectre Huawei et le défi environnemental

2

N° 182 • Avril 2019

© Photo Huawei

a Principauté de Monaco ne sera pas traversée par la nouvelle Route de la soie. Elle ne vendra pas non plus des Airbus au grand pays du Soleil Levant. Et pourtant, le Président de la République Populaire de Chine, pays le plus peuplé de la planète, deuxième puissance économique mondiale (destinée – semble-t-il – à en devenir bientôt la première, surpassant ainsi les Etats-Unis) a fait escale à Monaco, un de plus petits états du globe, et ce pour la première fois dans son histoire de plus de sept siècles. Pourquoi donc Xi Jinping a-t-il souhaité faire étape précisément sur le petit Rocher, après Rome et Palerme, avant de s’envoler vers Paris ? Seulement pour rendre au Prince Albert II sa visite de septembre dernier à Pékin ? Avant de tenter de répondre à cette question, il faut dire que cette visite, même brève, a eu et aura des retombées très importantes pour l’image de la Principauté, un véritable succès pour l’action diplomatique du Souverain et de son entourage et une réaffirmation forte de l’indépendance de ce petit pays, ce qui ailleurs est parfois mis en doute. Le Président Xi Jinping et le Prince Albert II n’ont pas signé d’accords, mais ils ont parlé de collaborations présentes et futures dans les domaines de la culture, de l’économie et surtout de l’environnement. Les échanges culturels déjà existants entre les deux pays vont bien entendu s’intensifier : Monaco ne fait pas mystère de son intention de vouloir ainsi attirer de plus en plus de touristes, de joueurs et de potentiels nouveaux résidents provenant des grands pays du lointain Orient. Le volet économique a bien sûr concerné le volume d’échanges entre les deux pays, qui a été multiplié par 70 depuis 1985, destiné à augmenter ultérieurement, notamment dans le secteur des hautes technologies et de la communication. Plus spécifiquement, déjà à partir de l’été prochain, avec la mise en oeuvre du contrat signé entre Monaco Telecom et le géant chinois Huawei pour la couverture intégrale en 5G du territoire monégasque, premier pays au monde à se doter de cette technologie révolutionnaire. Monaco reste en dehors des grands jeux géopolitiques entre la Chine, l’Europe et les Etats-Unis dans ce domaine, et apparemment ne partage aucune des craintes qui se sont manifestées dans la presque totalité des pays occidentaux pour l’utilisation de cette technologie jugée comme possible moyen d’espionnage militaire et économique. Sont-elles justifiées, ou pas vraiment ? Le laboratoire Monaco nous donnera bientôt une première réponse à cette délicate question... Mais le volet principal qui a été discuté lors de cette brève visite du président chinois a été sans doute celui de l’environnement. La Chine, avec l’Inde et les Etats-Unis, sont de loin les plus grands pollueurs de la planète. Dans ce domaine, qui semble devenu fondamental pour l’avenir de la planète entière et des tous ses habitants, le prestige international du Prince Albert est inversement proportionnel à la taille de son pays. Selon le communiqué officiel, le Souverain monégasque « a félicité son homologue pour toutes les impulsions qu’il mène dans ce domaine ». Pour sa part, le Président XI Jinping a rappelé que son pays « est favorable à la mise en oeuvre de l’Accord de Paris ». Faut-il faire confiance au président à vie de la République Populaire de Chine, comme Monaco l’a fait à Huawei, entreprise théoriquement privée, mais de fait contrôlée par l’Etat chinois ? Il ne reste qu’à l’espérer, pour ensuite essayer de convaincre le Président Trump (ou son éventuel successeur) et tous les autres... Mission qui semble aujourd’hui presque impossible, mais qui demain, pourrait devenir réalité, si Xi Jinping tient sa parole. Monaco, grâce à son Souverain visionnaire, ne renonce pas à poursuivre cet ambitieux défi.


ergent sur le plan logement dignement les monégasques sur 15 ans, avec une augmentation prévue de 43% du parc domanial LES TROIS VOLETS

La feuille de route en chiffres

L

© Photo DR

e 11 mars dernier le Ministre d’Etat a détaillé les différents volets du Plan national pour le logement des Monégasques, qui va accroître la capacité d’accueil du parc domanial de 43% sur les 15 prochaines années, pour atteindre 4.548 logements. Le plan a pour objectif d’anticiper et de satisfaire les besoins à un horizon de 15 ans. L’évolution de ces besoins est connue grâce aux études approfondies de l’IMSEE. Le nombre de Monégasques passera ainsi d’un peu plus de 9.300 à ce jour, à environ 10.770 en 2033. Au-delà des éléments statistiques, l’ambition est de permettre à plus des trois quarts des foyers de disposer d’un appartement domanial, avec l’objectif de répondre à la totalité des besoins avérés. Ce plan pour le logement des Monégasques comprend trois volets complémentaires :

g Premier volet 2019-2023 : opérations déjà entérinées Le premier volet reprend naturellement les opérations déjà entérinées avec le Conseil National au moment du Budget Primitif 2019, avec des livraisons chaque année : - 2019 : Soleil du midi (25 appartements) + surélévation des blocs B et D des Jardins d’Apolline (17 appartements) - 2020 : Surélévation des blocs A et C des Jardins d’Apolline (28 appartements) - 2021 : Picapeira (14 appartements) - 2022 : Carmelha (25 appartements) + Testimonio II surélevé (181 appartements) + Testimonio II bis (158 appartements) + Grand IDA (140 appartements) - 2023 : Villa Les Lierres/Immeuble voisin (48 appartements) + Villa Le Mas/ Palais Honoria (60 appartements) + Opération située au niveau du Portier (16 appartements). Soit un total de 712 appartements.

Stéphane Valeri. Le désastre domanial des Jardins d’Apolline a même été transformé en opportunité pour le futur, dans des opérations démolition-relogement confiées à Albert Croesi, qui répond - comme le président du Conseil national - à nos questions. Les deux hommes, le Ministre d’Etat et le Président du Conseil national, se sont également retrouvés sur la nécessite de préserver l’avenir. Il faut réfléchir au regard de la démographie à l’augmentation de la population de nationalité monégasque. Le modèle social ne pourrait résister à un accroissement exagéré. Il faut donc réfléchir à la transmission de la nationalité évoquée en premier par Jean-Michel Cucchi. Tout le monde est d’accord là-dessus, reste à trouver la bonne formule pour ne pas donner l’impression de réduire des droits acquis contre la volonté des monégasques. La recherche du consensus a encore de beaux objectifs à atteindre pour Monaco et les monégasques.

g Deuxième volet 2023-2033 : opérations complémentaires Le deuxième volet du plan consiste en de nouvelles possibilités pour de futures opérations complémentaires. Il concerne la livraison : - 2023 : opération située boulevard de Belgique (18 appartements) + opération située boulevard d’Italie (16 appartements) - 2025 : opération dans le quartier de Monte-Carlo (60 appartements) - 2026 à 2033 : trois opérations successives suite à l’opération Pasteur, avec le toit du futur centre commercial de Fontvieille en 2026, l’Annonciade II sur le site de l’actuel Collège Charles III en 2029, et la caserne des carabiniers sur laquelle sera construit un nouvel immeuble en 2033, puisqu’elle sera déplacée à l’Annonciade (505 appartements). g Troisième volet 2023-2033 : opérations de reconstructions et relogements temporaires Le troisième volet de ce plan, qui constitue certainement son aspect le plus novateur, s’inspire des solutions trouvées pour reloger les 237 foyers des Jardins d’Apolline, notamment en termes de mesures d’accompagnement pour des relogements provisoires. A terme, le retour de ces foyers permettra de disposer d’un nombre important d’appartements, notamment dans le secteur privé, dont l’Etat pourra profiter pour loger temporairement les résidents d’autres immeubles domaniaux dans le cadre d’opérations de reconstruction. Trois ensembles seront concernés par cette démarche avec la livraison : - 2023 : Bel Air (180 appartements) - 2027 : Herculis (150 appartements) - 2032 : les Cèdres et les Mélèzes permettront de récupérer 190 appartements supplémentaires avec Grand Ida 2. Soit un total de 520 appartements. Le plan présenté prévoit donc au total 1.831 appartements domaniaux en 15 ans : soit en moyenne la livraison de 122 appartements neufs par an. Compte tenu du parc domanial actuel composé de 3.185 logements, la capacité serait donc portée à 4.548 : soit une augmentation de près de 43%. Cette augmentation permettrait d’accueillir plus de trois quarts des foyers monégasques, contre moins des deux tiers à ce jour.

INFRASTRUCTURES

Usine de traitement des déchets : top départ

près des années de contradictions et d’hésitations, il semble bien qu’un cap soit définitivement fixé pour le futur centre de traitement des déchets. Ce complexe sera bien sûr le territoire de Monaco. Il sera doté des moyens les plus modernes et les plus écologiques possibles sans écarter totalement l’incinération, tant décriée. L’appel d’offres sera lancé fin mars 2019. Marie-Pierre Gramaglia, conseiller ministre pour l’équipement, l’environnement et l’urbanisme, a confirmé que l’usine sera construite sur l'îlot Charles III à l’entrée de Monaco et que ce sera une tour d’au moins 72 mètres. 4 ans de travaux et 20 ans d’exploitation pour le candidat retenu, qui devra prendre en compte l’urbanisme et l’esthétique pour faire quelque chose de beau à l’entrée de Monaco. Impeccable pour l'environnement et impeccable au niveau visuel, le pari à relever sera difficile. Le processus est donc lancé et il est salué par un « Enfin » unanime des élus. On sait que Jean-Louis Grinda était, comme d’autres, partisan d’une délocalisation qui s’est avérée politiquement et médiatiquement impossible. Tout le monde aurait voulu bien sûr que les déchets aillent ailleurs, mais quelle commune pourrait recevoir les déchets sur son sol de la riche principauté ? Les ordures des riches c’était injouable. Grinda aurait cependant préféré qu’un autre point soit maintenu : l’exclusion, dans l’avenir de l’incinération. Ce n’est pas le cas, et pour lui c’est une erreur. Pour Guillaume Rose de Primo! et Jacques Rit d'Horizon Monaco, il faut être réaliste et ne pas faire de démagogie : l’important c’est l’élargissement du choix possible à toutes les technologies. Ce sera sans exclusive, aux experts de se prononcer sur le moins polluant qui sera le mieux disant. Les dates annoncées par le Gouvernement ne pourront certainement pas être avancées. Mais la majorité aimerait qu’on aille encore plus vite. L’usine actuelle présentée un temps comme obsolète, puis redevenue opérationnelle sans danger, continue à inquiéter certains résidents. Tout le monde aimerait la voir fermée et remplacée le plus vite possible. Dans le cas contraire, il faudra 4 ans de vigilance absolue pour que l’usine d’incinération meure sans souffrance et - pour tout le monde - de sa belle mort... (P.Z.)

N° 182 • Avril 2019

© DCM

A

3


DOSSIER SPECIAL

"Un moment d'unité qui en appellera d'autres" par Patrice Zehr

g La catastrophe domaniale des Jardins d’Apolline aura eu une conséquence positive. Le retour sur expérience inspire une méthode de destruction-relogement qui va permettre d’atteindre les objectifs. Quels immeubles et combien de Monégasques seront-ils concernés ? ST : «L’expérience des Jardins d’Apolline a démontré qu’avec un accompagnement humain et financier surmesure (gratuité des loyers de relogement, prise en charge de tous les frais liés aux déménagements, assistance assurée par Albert Croési), il est possible de déménager provisoirement les foyers d’un immeuble domanial entier tout en étant attentifs au bien-être de ses occupants. Dans son volet le plus novateur, le plan national logement intègre donc cette nouvelle donne. Trois immeubles seront concernés par cette démarche : le Bel-Air et l’Herculis, mais aussi les Cèdres et les Mélèzes. Nous démarrerons par le Bel Air qui présente un fort potentiel d’accroissement dans le cadre d’une reconstruction. Cet immeuble se situe dans une zone d’entrée de ville, déjà en chantier en contrebas avec le nouvel hôpital. Un relogement temporaire de ses résidents permettra de les préserver pendant les phases les plus bruyantes de ces travaux.» g Il semble acquis que l’on ne fera pas l’économie d’un grand débat sur l’évolution de la population monégasque. Y a-t-il vraiment un danger démographique objectif pour notre modèle social et le logement des Monégasques ? ST : «La démographie est une science exacte et nous savons d’ores et déjà que nous passerons d’un peu plus de 9.300 Monégasques à ce jour, à environ 10.770 en 2033. La question se pose : peut-on assurer et pérenniser un modèle social identique avec une population qui grimperait même à quasiment 15 000 Monégasques en 2070 ? Les évolutions

4

N° 182 • Avril 2019

INTERVIEW

© Photo Twitter

g 1831 appartements supplémentaires à l’horizon 2033, une augmentation de 43 % du parc domanial, c’est un objectif ambitieux qui correspond aux besoins au regard de la démographie. Mais ce projet a un coût : le financement poset-il un problème ? ST : «Le plan que nous avons élaboré est certes particulièrement ambitieux mais aussi réaliste ! Ambitieux parce que ce programme prévoit la construction de 1.831 appartements domaniaux neufs en 15 ans (dont un solde net de 1.363 appartements). Le plan nécessitera des mesures d’accompagnement importantes et personnalisées pour les foyers concernés, le vote régulier d’importants moyens budgétaires sur les prochaines années, et des mesures, y compris financières, permettant de limiter autant que possible les nuisances à répétition dans certaines zones. Réaliste, car il respecte pleinement nos capacités de financement d’une part, et qu’il se développe, pour la plupart des opérations concernées, sur du foncier appartenant à l’Etat. Le coût de ce plan est fondé sur une fourchette allant de 800 000€ à 1 million par appartement. Le budget de l’Etat supportera ainsi 100 à 110 millions d’investissement par an pendant 15 ans pour que ce plan soit réalisé.»

de la population constatées par l’I.M.S.E.E. nous conduiront donc effectivement à nous pencher sur la question de l’obtention de la nationalité par déclaration consécutive à un mariage. Le Gouvernement s’est déjà rapproché du Conseil National à ce sujet. Une réflexion est en cours au sein de l’Assemblée. Fin 2017, une proposition de loi signée par Jean-Michel Cucchi avait même amorcé le débat au sein du Conseil national.»

ALBERT CROESI *

"Atténuer les tracas du relogement" g Albert Croési, vous voilà en charge de « l’assistance sur mesure » des opérations démolition-relogement du grand plan national annoncé par le Souverain. Un plan ambitieux facilité semble-t-il par votre retour d’expérience des Jardins d’Apolline ? Albert Croési : "J’ai réussi à reloger en 18 mois les 237 foyers des Jardins d’Apolline et une cinquantaine de foyers de l’Hélios, et sur l’ensemble, la grande majorité des familles, malgré les inévitables désagréments causés par un déménagement, semblent satisfaites de l’assistance dont elles ont pu bénéficier et de la solution de relogement qui leur a été proposée ! Un déménagement, c’est un moment difficile à passer, mais l’accompagnement « sur mesure » permet d’atténuer les tracas. Je procèderai tel que je l’ai fait pour les deux immeubles précités, et j'ai « dans ma besace » plus d’une centaine d’appartements que les personnes du Bel Air pourront visiter et choisir. Le Gouvernement Princier accordera les mêmes avantages financiers que ceux accordés à Apolline et Hélios, à savoir exemption du paiement du loyer et des charges pendant les relogements, et pour ceux qui ont une solution personnelle de relogement, ils percevront une indemnité déterminée par la typologie du logement qu’ils occupent au Bel Air." g Avez-vous déjà été contacté par les locataires concernés ? Quel est leur état d’esprit et quelles sont les inquiétudes ? AC : "Bien évidemment, non seulement contacté mais j’ai déjà rencontré une soixantaine de foyers et les prises de rendez-vous continuent. A la fin du mois de mars, j’aurais rencontré tous les résidents de cet immeuble. La grande difficulté provient du fait qu’il y a de nombreux foyers qui sont arrivés au Bel Air en 1966, à la livraison de l’immeuble. Les personnes qui y vivent depuis y sont réellement attachées et le côté affectif et sentimental doit être considéré. Nombre d’entre elles auront très mal au cœur à devoir quitter les lieux et il ne faut surtout pas penser que les compensations financières effaceront les peines. Je suis touché quand j’entends me dire : « C’est vraiment parce que c’est le Prince qui l’a décidé que je partirai…»" g Le relogement, la gratuité du loyer, la prise en charge du déménagement… des appartements plus beaux et en plus grand nombre, ce coût qui s’ajoute à celui des nouvelles constructions : est-il acceptable ? AC : "Avez-vous d’autres solutions à proposer ? Voudriez-vous que l’on mette fin aux baux des résidents en leur demandant de quitter les lieux et de se débrouiller ? A la demande du Prince Souverain, le Gouvernement Princier a examiné les meilleures solutions pour augmenter rapidement le Parc Immobilier Domanial et il prend ses responsabilités en termes d’investissement financier. Il faut souhaiter que Monaco se porte financièrement toujours aussi bien, qu’il ne faille plus refaire deux fois les mêmes immeubles, mais peut-être faudra-t-il, à moment donné, accepter de « réduire la voilure » sur des sujets moins importants que celui du logement. Dans tous les cas, je n’aurai pas l’arrogance de juger les décisions prises par le Gouvernement et encore moins les compétences pour gérer le Budget de l’Etat. De plus, j’ai toute confiance en le Conseiller-Ministre des Finances du Gouvernement." * Conseiller Interministériel chargé du Cadre de vie

© Photo Twitter

DOSSIER

g Monsieur le Ministre d’Etat, lors de la conférence de presse du 11 mars dernier consacrée au grand plan logement voulu par le Souverain, on a eu le sentiment d’un tournant historique pour les Monégasques, mais aussi dans les rapports Gouvernement / Conseil national. C’est vraiment pour vous la victoire de « l’esprit constructif partagé » ? Serge Telle : «Comme l’a rappelé le prince Albert II, qui a fixé l’objectif à atteindre, le plan national pour le logement des Monégasques s’est construit à Son initiative, loin de toute polémique, dans un esprit constructif entre le Gouvernement et le Conseil national. La conférence de presse commune a d’ailleurs marqué la convergence des Institutions du pays sur cette cause nationale, sur laquelle le Gouvernement travaille depuis des années. Il s’agit d’un moment d’unité qui, j’espère, en appellera d’autres… Le résultat de cet effort sans précédent pour que les Monégasques puissent résider dans leur pays dans des conditions confortables est exceptionnel : La capacité d’accueil du parc domanial va s’accroître de 43% sur les 15 prochaines années pour atteindre 4.548 logements. Plus de trois quarts des foyers monégasques vivront, s’ils le souhaitent, dans les domaines, contre moins des deux tiers à ce jour. Ce plan logement que le gouvernement mettra en œuvre profitera également aux enfants du pays comme l’a souhaité le Prince, puisque la livraison d’appartements domaniaux entraînera la libération de logements du secteur protégé, aujourd’hui majoritairement occupé par les Monégasques.»


INTERVIEWS

"C'est l’aboutissement de ce qu’attendent les monégasques" par Patrice Zehr

g Certains s’inquiètent du coût et des nuisances ? Pouvez-vous les rassurer ? SV : «Le coût prévisionnel de ce plan, d’environ une centaine de millions d’euros par an, certes important, sera financé par le budget national qui s’élève aujourd’hui à plus de 1,3 milliard d’euros pour 2019, tout en demeurant excédentaire. Rapporté à nos recettes, cet effort est donc non seulement justifié et nécessaire, mais aussi parfaitement raisonnable. Concernant les nuisances, les chantiers publics restent très minoritaires par rapport aux chantiers privés. Pour ce qui de la construction d’immeubles domaniaux, cela représentera en moyenne un chantier important par an. De plus, nous avons demandé au Gouvernement d’appliquer, de la manière la plus rigoureuse possible, les arrêtés ministériels publiés en décembre 2018 - suite aux demandes du Conseil national - concernant la lutte contre le bruit et l’interdiction des chantiers les nuits et les week-ends. Nous pouvons faire beaucoup mieux à Monaco et devenir un vrai modèle en la matière, avec des engins de chantiers insonorisés et l’utilisation des dernières technologies pour lutter contre les nuisances, notamment en mettant en place des sarcophages acoustiques. C’est au Gouvernement, qui dirige les services concernés, de se donner les moyens de faire appliquer efficacement ces mesures. A notre place, nous serons vigilants.» g Faut-il vraiment revenir sur la transmission de la nationalité pour préserver le modèle social du logement pour les monégasques ? SV : «Ouvrir ce débat relève de notre responsabilité politique. Une réunion est prévue à ma demande entre le Gouvernement et le Conseil National, où l’IMSEE viendra présenter les différentes hypothèses d’évolution du nombre de Monégasques,

en fonction de règles différentes que fixerait la loi sur la transmission de la nationalité par mariage. Certains ne souhaitent aucun changement, d’autres voudraient purement et simplement supprimer la transmission de la nationalité au conjoint. Nous allons consulter l’ensemble des formations politiques représentées à l’Assemblée, ainsi que toutes les associations représentatives de nationaux. Je souhaite que ce débat se déroule dans le respect des opinions de chacun, de manière apaisée et responsable. A son issue, nous prendrons donc nos responsabilités, avec pour seul objectif la préservation de notre modèle social et l’intérêt supérieur de notre communauté nationale, à moyen et long termes.» POLEMIQUE

Halte au climat de suspicion

L

ors de la conférence de presse commune du 11 mars, Serge Telle pour le Gouvernement princier et Stéphane Valeri pour la majorité du Conseil national, ont voulu clore la polémique sur certains abus présumés dans le domanial. Ce qui est mis en cause, c’est parfois une demande de confort alors qu’on est déjà logé. Une demande pas forcément abusive mais bien sûr non prioritaire. Mais le questionnement de Jean-Louis Grinda élu d'Union Monégasque est allé plus loin. Se fondant sur un flou sinon une divergence entre le gouvernement et les élus sur le nombre de logements domaniaux vraiment nécessaires, il a évoqué des appartements vides car ceux à qui ils seraient destinés vivraient ailleurs. Jean-Louis Grinda a demandé d’avoir des chiffres. Cela a provoqué une vive émotion et des accusations de volonté d’établir des listes de «faux locataires» entrainant un flicage. Jean-Louis Grinda a bien senti le danger politique. Il se juge donc caricaturé notamment par une expression du Ministre d’Etat parlant de "monarchie policière". Il affirme lui ne même pas parler de « quelques tricheurs » évoqués par Stéphane Valeri. La majorité Primo! l'accuse, après qu'il ait suggeré de raser le Stade Louis II, de rechercher le "buzz" une fois de plus, sans jamais proposer de solutions réalistes, tout en jettant la suspicion sur l'ensemble de la communauté monégasque... Le débat semble pour le moment mort né et n’est plus d’actualité. Il s’efface devant la cause nationale Princière qui a besoin (P.Z.) bien sûr du civisme de chacun dans la transparence des attributions...

© Photo CN

g Le plan présenté est très ambitieux : permet-il pour vous de faire face aux urgences tout en assurant un bien loger jusqu’en 2033 ? SV : «Aujourd’hui, 300 demandes de foyers monégasques sont en souffrance. Et contrairement à ce que disent certains, seules 10% correspondent à des demandes de confort, certes parfaitement légitimes mais moins prioritaires. La majorité des foyers sont des jeunes adultes hébergés chez les parents, des couples avec un enfant dans un F2, avec deux enfants dans un F3… Et puis, contrairement à ceux qui font des déclarations polémiques pour rechercher systématiquement le «buzz», la Majorité du Conseil national est pragmatique et elle agit pour des mesures concrètes et donc avant tout pour l’augmentation importante et adaptée du parc domanial, qui est la seule vraie solution à apporter. C’est notre conception de la politique. Rappelons que nous payons actuellement le laxisme du début de la mandature précédente. Nous en voyons aujourd’hui le résultat : trop peu de logements ont été prévus et une extension en mer du territoire national, a été entérinée sans le moindre logement pour les Monégasques. Dès notre élection, l’an dernier, nous avons agi avec détermination : plus de 700 logements domaniaux seront livrés dans les trois prochaines années, temps incompressible pour les constructions d’immeubles. D’ici là nous avons demandé l’accélération de la livraison de petites opérations les plus rapides à réaliser (immeubles de 15 à 25 logements), qui seront disponibles pour 2020 et 2021. Le Prince avait Lui-même décidé la surélévation des Jardins d’Apolline, qui nous permettra d’obtenir 45 logements supplémentaires en partie cette année et l’autre partie l’an prochain. Mais c’est évidemment l’année 2022, qui verra la livraison de plusieurs centaines de logements avec les immeubles Testimonio 2 et 2bis, ainsi que du Grand Ida, qui nous permettra d’obtenir une situation enfin équilibrée. Par la suite, les constructions prévues jusqu’en 2033, assureront de répondre à la demande annuelle pour bien loger dans leur pays, tous les Monégasques dont la situation le justifie.»

© Photo CN

g Monsieur le président, vous avez vécu une semaine exceptionnelle. De la conférence de presse du 11 mars à votre élévation à la dignité d’officier de la Légion d’honneur : votre parcours a été souligné mais surtout votre combat pour le logement des monégasques a été consacré par le souverain «cause nationale». C’est sans doute pour vous la première satisfaction ? Stéphane Valeri : «Oui en effet. L’annonce du plan national logement par le Prince Souverain, a constitué, tant sur le fond que sur la forme, un moment historique qui est évidemment pour moi source d’une grande satisfaction. Vous savez que ce fut toujours pour moi un thème incontournable et l’une des raisons essentielles de mon engagement en politique. C’est l’aboutissement de ce qu’attendent les Monégasques : faire de leur logement dans leur pays, la priorité absolue. Ainsi, ce sont plus de 1800 logements domaniaux neufs qui seront construits dans les 15 prochaines années, soit plus d’une centaine chaque année, chiffre qui correspond aux besoins avérés de nos compatriotes et que nous avons toujours défendu. Mais sur la forme aussi, c’est la première fois qu’un tel dispositif de communication est mis en place pour une annonce politique majeure. Le Prince en effet a présenté ce plan de l’Etat, en présence du chef de Son Gouvernement, et du Président du Conseil national, représentant l’assemblée élue par les Monégasques. C’est dire si ce thème a été élevé au rang de grande cause nationale. Je remercie chaleureusement le Souverain d’avoir entendu la voix des Monégasques.»

N° 182 • Avril 2019

5


POLITIQUE & SOCIETE

Le bon civisme des monégasques par Patrice Zehr

P

POLITIQUE

rêt de 47 % de votants pour un scrutin qui mobilise peu ordinairement et qui de plus cette fois était sans aucun enjeu, les monégasques ont fait preuve d'un certain civisme. Ils ont manifesté l’intérêt qu’ils portent à l’action communale et à ses spécificités dans une citéEtat. On est logiquement en dessous de la participation avec des listes concurrentes, mais cela permet de légitimer une victoire incontestable dés le premier tour.

g On peut faire toujours davantage ! Le panachage, sport politique national des monégasques, permet de se défouler dans un casse pipe sans danger réel dans le cas présent. Au maire et à toute l’équipe de démontrer que la reconduction va déboucher comme promis sur une vraie évolution pour l'intérêt général. On peut faire encore mieux comme dirait Teddy Riner. Les électeurs qui se sont déplacés n’en demandent pas plus. Mais il faut tout de même remarquer que 53 % des monégasques sont restés chez eux...

BEAUSOLEIL

Justice pour un maire complétement réhabilité

C

ette fois c’est définitif. La justice reconnaît ses erreurs et l’innocence totale de Gérard Spinelli, le maire de Beausoleil. Il a été accusé de corruption à tort, il a été envoyé en prison à tort. Le terrible « il n’y a pas de fumée sans feu » aura donc intoxiqué cet homme, sa famille et ses amis sincères pendant 9 ans. Certes il va obtenir une réparation financière, mais ce n’est rien par rapport à ce qu’il a enduré. Son cas est emblématique d’un emballement judicaire accompagné d’un bûcher médiatique. Son cas est emblématique de la suspicion qui pèse sur les politiques surtout quand on peut les associer à de gros chantiers. Et quand ces chantiers concernent Monaco, c’est encore mieux pour faire dans le spectaculaire. Il faut un sacré caractère pour résister à ce déshonneur présumé. Il faut un sacré dévouement à la cause publique pour continuer à tenir la barre dans la tornade. Il n’a jamais rien lâché. Dans un cas comme le sien, qui est de plus en plus fréquent hélas, il faudrait réfléchir à une sorte de cérémonie de réhabilitation par le système judicaire pour médiatiser l’injustice reconnue au-delà du simple jugement. Quand aux journalistes qui ont instrui à charge par facilité et sensationnalisme, ils ne risquent rien, bien sûr. On espère qu’ils auront conscience du mal fait et peut-être s’en seront repentis auprès de l’intéressé. Le 15 mars dernier Gérard Spinelli était présent lors de la remise à Stéphane Valeri des insignes d'officier de la Légion d’honneur. Tout le monde se pressait autour de lui. Il a dû apprécier et parfois sourire. Il n’a reçu aucune médaille, sauf la plus belle, la reconnaissance publique devant les siens d’un honneur injustement piétiné et fort heureusement retrouvé... (P.Z.)

DECORATION

Stéphane Valeri promu "officier de l’amitié franco-monégasque"

e Prince Albert a honoré de sa présence la promotion au grade d’officier de la légion d’honneur, du président du Conseil national monégasque Stéphane Valeri. Devant le Souverain, le président du Sénat français Gérard Larcher, a retracé le parcours politique, les engagements et réalisations pour Monaco du promu. Il est vrai que la liste est longue et que cela a permis aux mille personnes présentes dans la salle de conférence du Musée Océanographique, de réviser des étapes des évolutions récentes de Monaco. Un parcours monégasque récompensé par une distinction française. Stéphane Valeri a expliqué ce faux paradoxe avec humour en se recentrant - bien sûr - sur l’essentiel : une amitié sans faille pour le grand partenaire historique de notre communauté de destin. Il a su ensuite s’écarter des louanges politiques pour une émotion plus intime et la mise en avant de sa famille, notamment de ses parents et de ses enfants : "C'est moi qui suis fier de vous...". Il était visiblement ému, d’une reconnaissance qui allait bien au-delà des institutions. Il y avait bien sûr autour du Souverain, le Gouvernement, le maire, le président du Conseil de la couronne et les élus, sans oublier le vice-président de l'Assemblée nationale Française, plusieurs députés et senateurs, les représentants du département français de proximité ou des Français de Monaco, dont le sénateur Christophe-

6

N° 182 • Avril 2019

André Frassa. Mais 1.000 personnes cela veut dire qu’il y avait aussi le peuple de Monaco, celui des combats électoraux dans la fidélité au Prince et aux institutions. Tous ceux pour qui le président du Conseil national représente des aspects positifs du modèle monégasque, logement, retraites, santé... Cette médaille française vécue comme une récompense pour tous les acteurs d’un pays ami et pas comme les autres... et reconnue aussi comme une récompense pour tous les monégasques, au-delà de toutes divisions, comme en temoigne le communiqué officiel diffusé le lendemain par la minorité d'Union Monégasque qui "se réjouit de la nomination au grade d’officier de la Légion d’honneur de Monsieur Stéphane Valeri, président du Conseil National, et lui présente ses plus sincères félicitations. Cette haute distinction honore toute l'action de l’ancien Conseiller de gouvernement–Ministre des affaires sociales et de la santé, menée de 2010 à 2017. En lui remettant sa plus haute décoration honorifique, la France représentée par le Président du Sénat, monsieur Gérard Larcher, a ainsi voulu récompenser l’action et l’engagement de monsieur Stéphane Valeri au profit de l’amitié franco-monégasque. Cette distinction rejaillit sur toute la communauté monégasque et renforce les liens historiques qui unissent la France et la Principauté de Monaco." (P.Z.) © Photo DR

L

© Photo MB

g Mieux médiatiser ses actions Le travail de la mairie est salué de la petite enfance à la dépendance : elle devra aussi mieux médiatiser ses actions et positions, notamment sur les chantiers et les transformations de Monaco. Quand elle s’oppose - pourtant rarement - elle doit mieux le faire savoir. Quand elle approuve aussi, d’ailleurs. Reste bien sûr le score du maire, lui le premier des élus est le dernier au nombre des votants. Il cristallise les mécontentements, on se déplace pour barrer son nom quand on n’est pas totalement satisfait. Mais le différentiel avec les autres élus n'est pas considérable : 255 suffrages entre le maire et la mieux élue Chloé Boscagli-Leclerc sur 3500 votants...

© Photo MM

g Modifier le système électoral L’action de l’équipe municipale reçoit une sorte de "feu vert" par rapport à son bilan passé. Les 2/3 de listes entières en sont une autre démonstration. Il faudra tout de même réfléchir à une modification du système électoral, notamment du vote par procuration. On devrait se rapprocher du modèle Conseil national, assurant une représentation à une opposition. Car se présenter et prendre le risque avéré de n’avoir aucun élu est peu motivant, sinon dissuasif, et pénalise une vrai débat communal démocratique.


LE REPORTAGE du mois

La visite officielle du Président Xi Jinping à Monaco

Le dragon asiatique... et le petit tigre européen ! par Patrice Zehr

L

’économie monégasque, sa santé, sa prospérité et son modèle social intéresse l’immense Chine. Monaco pour les chinois est un drôle de Hong Kong méditerranéen, un petit tigre européen très attractif. C’est cela que la Principauté a présenté à la délégation accompagnant le président Xi Jinping. Le Prince Albert II a axé très justement cette visite d’état éclair sur les thématiques communes de la culture et de l’écologie. C’est un socle d’intérêt partagé, un moyen d’aborder les spécificités de Monaco, qu’utilisent si bien Bernard Fautrier, vice président de la Fondation Albert II, ou sa fille Catherine, ambassadrice de Monaco à Pékin. Car il faut bien sûr, au regard de l’émergence de la puissance chinoise, aller au-delà des belles images du Football du Grand Prix, du Cirque ou des Ballets. L’écologie sera la cause commune permettant tous les rapprochements utiles pour les deux pays, comme la culture. Car bien évidemment il faut être prudent sur le reste. Nous sommes en une période ou le projet chinois de nouvelle route de la soie inquiète les européens. Ce qui n’a pas empêché l’Italie, première étape européenne de Xi Jinping, d’y adhérer, ouvrant à la Chine les infrastructures de Gênes et de Trieste. La péninsule devient ainsi le premier pays membre du G7 à souscrire à ce projet qui prévoit notamment le financement d'infrastructures terrestres et maritimes. Le projet de la route de la soie est le plus vaste programme économique et industriel mondial voulant clairement s’affranchir des Usa. C’est le nouveau grand jeu. Monaco s’y trouve indirectement impliqué par sa volonté de devenir le premier état totalement équipé de 5G. Or, le partenaire de Monaco Télécom, c’est le géant chinois Huawei. Pour le moment Monaco tient bon, malgré les pressions américaines sur tous les pays pour écarter l’équipementier de la nouvelle génération du mobile pour des raisons de crainte d’espionnage industriel. Dans ce domaine on peut assurer sans être démenti que les américains savent de quoi ils parlent, puisqu’ ils sont depuis longtemps le pays des grandes oreilles. La crainte de la concurrence chinoise dans tous les domaines devient une obsession. Il faut en tenir compte. g Circulation bouleversée...

© Photos Manuel Vitali et Michael Alesi / Direction de la Communication

Mais les monégasques et résidents retiendront surtout de ce voyage l’image d’une ville quadrillée et désertée de son trafic ordinaire, même piétonnier. Mais ces interdictions contraignantes n’ont aucune commune mesure à ce qu’a vécu la Côte d’Azur. De retour d’un festival des écrivains du sud à Aix-en-Provence, je me suis retrouvé dans le piège infernal. Apparemment régler la circulation a été pour les autorités françaises un casse-tête chinois. Entre le Palais Princier et le Negresco, le Negresco et la Villa Kérilos à Beaulieu, avec l’arrivée du président français à l’aéroport de Nice, c’était ingérable et en tout cas mal géré. Il ne manquait plus que des gilets jaunes. Mais on a pu sans eux, isoler l’aéroport de Nice, paralyser l’autoroute et transformer les routes secondaires en cul-de-sac de l’immobilisme routier. La fermeture de l’autoroute à géométrie variable en fonction des déplacements du chinois puis du français a été une idée désastreuse pour les usagers, qui ont eu le sentiment d’être méprisés. Plus personne ne savait quoi faire. J’ai bénéficié d’une ouverture inattendue de l’autoroute à St. Laurent après une heure et demie dans un filtrage de l’impossible à Antibes. Et c’est ainsi que j’ai pu sortir après 4 heures de stress du supplice chinois de l’autoroute A8... N° 182 • Avril 2019

7


Les évènements d’Avril 2019

Jeudi 11 avril à 20h30, Lycée Technique et Hôtelier de Monaco : Concert par Vera Novakova, violon et Maki Belkin, piano. Au programme : Igor Stravinski.

Mardi 2 avril à 20h, Théâtre des Variétés : Tout l'Art du Cinéma - projection du film "Cleo de 5 à 7" de Agnès Varda, organisée par l'Institut audiovisuel de Monaco. Renseignements : +377 97 98 43 26

Dimanche 14 avril à 18h, Opéra de Monte-Carlo - Salle Garnier : Concert de clôture par l'Ensemble Chirgilchin. Au programme : Musiques et chants traditionnels mongols.

Jeudi 25 avril, de 19h30 à 22h, Agora Maison Diocésaine : Débat Enjeux et Société : "Vers une banalisation de la violence ?" animé par le journaliste Louis de Courcy avec la participation de Christine Laouénan, spécialiste de la violence chez les adolescents, Patrice Ribeiro, Commandant divisionnaire de la Police Nationale, et Christophe Soullez, directeur de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Renseignements : 06 80 86 21 93

Jeudi 4, vendredi 5, et samedi 6 avril à 19h, Atelier des Ballets de MonteCarlo : Les Imprévus (2) par la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo. Renseignements : +377 97 70 65 20 Jeudi 4 avril à 20h30, Théâtre des Variétés : Comédie "Voyage en ascenseur" de Sophie Forte, avec Corinne Touzet, organisée par le Théâtre des Muses. Renseignements : +377 97 98 10 93

Samedi 6 avril à 20h, Eglise St-Paul's Church : "Splendeurs du Baroque Italien" avec des œuvres de Haendel, Montecerdi et Corelli par Ristretto Ensemble Vocal et Instrumental, sous la direction de Errol Girdlestone, organisé par l'Association Musique de Chambre Monaco. Renseignements : 06 43 91 67 43 Dimanche 7 avril à 16h, Théâtre des Variétés : "Le retour de Manfredini à Monaco" - concert par l'Orchestre Baroque de Rome "Furiosi affeti" avec Lorenzo Gugole, violon. Renseignements : +39 338 761 04 60 Mardi 9 avril à 18h30, Auditorium Rainier III - Troparium : Série Happy Hour Musical : concert de musique de chambre avec Andriy Ostapchuk et Jae-Eun Lee, violons, Raphaël Chazal, alto, Alexandre Fougeroux, violoncelle et Carlos Brito-Ferreira, clarinette. Au programme : Marie Jaëll et Fanny Mendelssohn. Renseignements : +377 98 06 28 28 Mardi 9 avril à 21h, Grimaldi Forum Monaco - Salle des Princes : Concert de Cœur de Pirate. Renseignements : +377 99 99 30 00 Vendredi 12 avril à 20h, Cathédrale de Monaco : "Un chemin de croix" de Paul Claudel avec Marie-Christine Barrault, récitant et Olivier Vernet, Titulaire des Grandes Orgues de la Cathédrale de Monaco, organisé par le Service Diocésain de la Culture. Renseignements : +377 99 99 16 60

conférences

Jeudi 4 avril, de 19h à 21h, Théâtre Princesse Grace : Conférence sur le thème "Serons-nous immortels ?" par Jean-Gabriel Ganascia, informaticien et philosophe, Gilbert Hottois et Francis Wolff, philosophes, organisée par Les Rencontres Philosophiques de Monaco. Renseignements : +377 99 99 44 55 Jeudi 4 avril, de 20h à 22h, Agora Maison Diocésaine - Salle Polyvalente : Conférence de l’abbé David Sendrez, professeur au Collège des Bernardin et à l’Institut catholique de Paris dans le cadre du cycle de formation "Approfondir sa foi : Dieu a-t-il raté sa création ?". Renseignements : 06 80 86 21 93 Jeudi 18 avril à 18h30, Maison de France : Cycle Culture et Francophonie : Conférence sur le thème "Le service public a-t-il trahi la culture?" par Patrick de Carolis. Renseignements : +377 93 25 21 64 Lundi 29 avril à 18h30, Académie Rainier III : Conférence dans le cadre des Journées du Piano, organisée par l'Académie Rainier III. Renseignements : +377 93 15 28 91

Samedi 6 avril à 20h30, Lycée Technique et Hôtelier de Monaco - Salle Omnisports : Concert. "Oktophonie" de Karlheinz Stockhausen, une musique dans l’espace. Augustin Muller, projection sonore. Dimanche 7 avril à 18h Auditorium Rainier III : Concert. Mauricio Kagel par Matthias Geuting, clavecin chantant ; Johannes Brahms par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Kazuki Yamada avec Daishin Kashimoto, violon et Jean-Guihen Queyras, violoncelle.

8

N° 182 • Avril 2019

Samedi 20 avril, Stade Louis II - Salle Omnisports Gaston Médecin : Championnat "Jeep Elite" de basket : Monaco - Châlon sur Saône. Renseignements : +377 92 05 40 10 Samedi 27 avril, Stade Louis II - Salle Omnisports Gaston Médecin : Championnat "Jeep Elite" de basket : Monaco - Pau Lacq Orthez. Renseignements : +377 92 05 40 10

Vendredi 26 avril à 20h30, Opéra de Monte-Carlo - Salle Garnier : Série Grande Saison : récital de piano par Mokhail Pletnev. Au programme : Sergeï Rachmaninov. Renseignements : +377 98 06 28 28 Lundi 29 avril à 19h, Agora Maison Diocésaine - Salle Polyvalente : Ciné-Club : projection du film "3 Billboards, les panneaux de la vengeance", suivie d’un débat. Renseignements : 06 63 72 62 99 Mardi 30 avril à 20h, Théâtre des Variétés : Récital de Jean-François Heisser dans le cadre des Journées du Piano, organisées par l'Académie Rainier III. Renseignements : +377 93 15 28 91 Mardi 30 avril à 20h30, Théâtre Princesse Grace : "Douce-amère" de Jean Poiret avec Mélanie Doutey, Michel Fau, David Kammenos et Christophe Paou. Renseignements : +377 93 25 32 27

3 questions à Zeljko Franulovic, Directeur du Tournoi :

Vendredi 5 avril à 18h30, Eglise Saint-Charles : Rencontre sur le thème "Heinrich Schütz : l'au-delà des religions" par Annick Dubois, musicologue. Samedi 6 avril à 18h30, Lycée Technique et Hôtelier de Monaco : Festival Printemps des Arts de Monte-Carlo : Rencontre sur le thème "Karlheinz Stockhausen ou l’art comme vecteur du sacré" par Bastien Gallet, philosophe.

Vendredi 12 avril, de 14h à 17h, Académie Rainier III : Master-classe avec Claire Désert, piano. Vendredi 12 avril à 20h30, Théâtre Princesse Grace : Projection du film "Ludwig van" de Mauricio Kagel. Samedi 13 avril, de 10h à 13h, Académie Rainier III : Master-classe avec Claire Désert, piano. Samedi 13 avril, de 18h à 22h30, Musée océanographique de Monaco: Festival Printemps des Arts de Monte-Carlo : Nuit du piano avec Beatrice Berrut, Claire Désert et Aline Piboule, pianos. Au programme : Kagel, Schubert, Gluck, Berio, Liszt, Fauré, Crumb, Chopin, Bach et Schumann.

Dimanche 21 à 15h, mercredi 24 (gala), samedi 27, mardi 30 avril à 20h, Opéra de Monte-Carlo - Salle Garnier : "Otello" de Giuseppe Verdi avec Gregory Kunde, George Petean, Bogdan Volkov, Reinaldo Macias, In-Sung Sim, Antonio di Matteo, Maria Agresta, Cristina Damian, le Choeur de l’Opéra de Monte-Carlo et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Daniele Callegari, organisé par l'Opéra de Monte-Carlo. Renseignements : +377 98 06 28 28

Vendredi 5 avril à 20h30, Eglise Saint-Charles : Concert par l'Ensemble Les Cris de Paris sous la direction de Geoffroy Jourdain. Au programme : Heinrich Schütz.

Samedi 13 avril, Stade Louis II : Championnat de France de Football de Ligue 1 : Monaco - Reims. Renseignements : +377 92 05 74 73

Dimanche 7 avril à 16h30, Auditorium Rainier III Rencontre sur le thème "Kagel ou la dédramatisation de la musique" par Omer Corlaix, éditeur.

Du jeudi 18 au samedi 20 avril, Théâtre des Variétés : Rencontres Internationales de Musique Electroacoustique 2019. Renseignements : +377 93 15 28 91

Jeudi 4 avril à 20h30, Hôtel de Paris Monte-Carlo - Salle Empire : Concert par Josquin Otal, piano. Au programme : Franz Liszt et Julius Reubke.

Mardi 9 avril, Stade Louis II - Salle Omnisports Gaston Médecin : Championnat "Jeep Elite" de basket : Monaco - Le Portel. Renseignements : +377 92 05 40 10

Dimanche 7 avril à 11h30, Opéra de Monte-Carlo - Café de la Rotonde : "Rencontre avec les Artistes" - Jean-Guihen Queyras, violoncelle.

Mardi 16 avril à 20h, Théâtre des Variétés : Tout l'Art du Cinéma - projection du film "Elena" de Andreï Zviaguintsev, organisée par l'Institut audiovisuel de Monaco. Renseignements : +377 97 98 43 26

Dimanche 28 avril à 18h, Auditorium Rainier III : Série Grande Saison : concert par l'Orchestre Philharmonique de MonteCarlo sous la direction de Vladimir Fedoseiev avec Mikhail Pletnev, piano. Au programme : Nikolai Rimsky-Korsakov, Sergeï Rachmaninov et Dmitri Chostakovitch. En prélude au concert, présentation des œuvres à 17h par André Peyregne. Renseignements : +377 98 06 28 28

sports

Samedi 6 avril, Stade Louis II - Salle Omnisports Gaston Médecin : Championnat "Jeep Elite" de basket : Monaco - Bourg en Bresse. Renseignements : +377 92 05 40 10

Du vendredi 26 au dimanche 28 avril, Grimaldi Forum Monaco : "artmonte-carlo", salon d'art moderne et contemporain. Renseignements : +377 99 99 20 00

Dimanche 14 avril à 15h, Auditorium Rainier III : Ciné-Concert avec projection des films muets de Charles Chaplin "Charlot policier" et "Charlot boxeur" sur une musique improvisée au piano par Paul Lay. Renseignements : +377 98 06 28 28

Dimanche 21 avril à 16h, Eglise Saint-Charles : Concert Spirituel par l'Ensemble Voces 8 et des musiciens de l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Au programme : Henry Purcell. Renseignements : +377 98 06 28 28

Du samedi 13 au dimanche 21 avril, Monte-Carlo Country Club : Tennis : Rolex Monte-Carlo Masters. Renseignements : +377 97 98 70 00 Vendredi 19 avril à 20h30, Le Sporting Monte-Carlo : 27e Grande Nuit du Tennis. Renseignements : +377 97 98 70 00

Mardi 2 avril à 20h30, Théâtre Princesse Grace : "Ce que j'appelle oubli" texte de Laurent Mauvignier avec Denis Podalydès. Renseignements : +377 93 25 32 27

Vendredi 5, samedi 6 à 20h30 et dimanche 7 avril à 16h30, Théâtre des Muses : Comédie "Un pour tous, tous pour Cyrano" par l’atelier-théâtre des Muses. Renseignements : +377 97 98 10 93

Du mardi 9 au samedi 13 avril, Baie de Monaco : Monaco Swan One Design - Voile (Clubswan 42, Swan 45 & Clubswan 50), organisé par le Yacht Club de Monaco. Renseignements : +377 93 10 63 00

Dimanche 14 avril à 16h30, Hôtel de Paris Monte-Carlo : Rencontre sur le thème "La musique et les chants mongols, un univers diphonique entre la steppe et l’Altaï" par Johanni Curtet, ethnomusicologue.

manifestations Musée océanographique de Monaco : "Monaco & l’Océan, de l’exploration à la protection" nouvel espace immersif et interactif dédié à l’engagement des Princes de Monaco en faveur de la protection du monde marin. Renseignements : +377 93 15 36 00 Musée d'Anthropologie préhistorique : "L'Art préhistorique et protohistorique". Renseignements : +377 98 98 80 06 Mercredi 24 avril à 20h30, Grimaldi Forum Monaco : "Le jeu de l'amour et du hasard" de Marivaux avec Laure Calamy, Vincent Dedienne, Clotilde Hesme, Emmanuel Noblet, Alain Pralon et Cyrille Thouvenin. Renseignements : +377 93 25 32 27 Jeudi 25, vendredi 26, samedi 27 à 20h et dimanche 28 avril à 16h, Grimaldi Forum Monaco - Salle des Princes : "Corpus" : représentations chorégraphiques "Core Meu" de JeanChristophe Maillot et "Atman" de Goyo Montero par Les Ballets de Monte-Carlo. Renseignements : +377 97 70 65 20 Jeudi 25, vendredi 26, samedi 27 à 20h30 et dimanche 28 avril à 16h30, Théâtre des Muses : Seul en scène classique "Un coeur simple" de Gustave Flaubert. Renseignements : +377 97 98 10 93

expositions

Musée océanographique de Monaco : Exposition photos en Salle de Conférences " Mission Malpelo – Explorations de Monaco". Renseignements : +377 93 15 36 00 Jusqu’au samedi 27 avril, Bibliothèque Louis Notari : Exposition "Carpe Noctem" par le plasticien Racca Vammerisse. Le jeudi 28 mars à 18h : rencontre et dédicace avec l'artiste. Renseignements : +377 93 15 29 40 Du lundi 8 au vendredi 26 avril, Maison de France : Exposition de photos noir et blanc "De la piste au sentier" par Solange Podell et Brigitte Dubanchet. Renseignements : +377 93 25 21 64 Du jeudi 18 avril au dimanche 3 novembre, Nouveau Musée National de Monaco - Villa Paloma : Exposition Ettore Spalletti "Ombre d’azur, transparence". Renseignements : +377 98 98 48 60 Du vendredi 19 au mardi 30 avril, Collection de Voitures de S.A.S. le Prince de Monaco : Exposition en hommage à la Princesse Grace sur le thème "Grace Kelly 90 Years". Au programme : extraits de films cultes. Renseignements : +377 92 05 28 56 Du vendredi 26 avril au dimanche 29 septembre, Nouveau Musée National de Monaco - Villa Sauber : Exposition "Step by Step, Un regard sur la collection d’un marchand d’art". Renseignements : +377 98 98 91 26

Le début de la 113ème édition du Rolex Monte-Carlo Masters approche à grands pas, comment se déroulent les préparatifs et avez-vous des nouveautés à nous annoncer pour cette année ? C’est vrai que nous sommes à moins d’un mois du début du tournoi mais heureusement , grâce à une bonne planification et aidés par le beau temps, les préparatifs se déroulent très bien et nous avons très peu de chance d’être en retard sur nos prévisions d’installation. En ce qui concerne les nouveautés elles sont plutôt au niveau de nos infrastructures, car, comme vous le savez, notre tournoi a toujours été tourné vers l’avenir. Dans cet esprit, nous avons inauguré en 2018 de nouvelles installations pour la production TV et terminé cette année l’édification d’un nouveau bâtiment qui accueillera le restaurant des joueurs et une nouvelle salle d’interview, parfaitement adaptée aux ATP Masters 1000. Pensez-vous que la fréquentation du public sera aussi élevée que l'année dernière ? Comment se porte la billetterie du tournoi ? Compte tenu de la situation de notre billetterie, nous sommes certains que la fréquentation du public sera aussi élevée que l’année dernière. En effet nos ventes de billets se portent très bien et depuis le mois d’octobre, date de l’ouverture de notre billetterie, nous constatons un engouement continu du public, qui nous assure une constante progression. Cela étant dit, nous sommes encore 3 semaines du début du Rolex Monte-Carlo Masters et, avec les dernières communications que nous préparons concernant une excellente liste des joueurs sur laquelle, entre autres, figurent les tout meilleurs joueurs mondiaux, nous nous ne doutons pas que les dernières places vont vite trouver preneurs. A propos des joueurs, la montée en puissance des jeunes talents peut-elle créer des surprises cette année ? En ce qui concerne les jeunes talents notamment, Zverev, Tsitsipas, Kachanov, Coric ou Felix Auger-Aliassime, ils sont tous inscrits au tournoi. Leur progression fulgurante ne fait plus aucun doute et leurs derniers résultats (Paris Bercy, Finales ATP de Londres, Coupe Davis, Open d’Australie) en sont la meilleure preuve. Cette jeune génération montante du tennis de demain est bien là et prête à nous offrir les plus grandes surprises. C’est seulement une question du temps pour qu’un de ces jeunes loups fasse apparaitre son nom sur certains des plus grands trophées de l’année.


ECONOMIE & FINANCE

Peut-on miser sur les actifs réels ? par Thierry Crovetto *

D

g Qu’entend-on par actifs réels ? Il s’agit de tous les actifs tangibles. Ceux dont la valeur intrinsèque repose sur un bien physique ; c’est-à-dire qui concernent des biens concrets comme l’immobilier, les infrastructures, les énergies renouvelables, l’or, les matières premières, les terres agricoles et par extension, les dettes qui leur sont associées, notamment en immobilier et en infrastructure. On les oppose souvent aux actifs financiers… g Comment peut-on expliquer l’engouement des institutionnels pour cette classe d’actifs ? Les compagnies d’assurances s’intéressent depuis longtemps aux actifs réels. Les investisseurs institutionnels sont de plus en plus sensibles à la thématique du financement de l’économie réelle. Selon le gestionnaire alternatif américain Brookfield, les actifs réels pourraient atteindre 30 % des portefeuilles des investisseurs institutionnels, voire pour certains d’entre eux 50 % en 2030 !

g Pourquoi investir dans les actifs réels ? Les actifs réels offrent des opportunités de diversification de portefeuille intéressantes car ils sont faiblement corrélés aux actifs traditionnels (actions et obligations). Ils offrent également des rendements élevés, réguliers, stables ou en croissance. Une appréciation du capital sur le long terme est également attendue. Enfin, ils procurent une protection contre l’inflation, car leurs revenus sont très souvent indexés sur cette dernière. Les investissements dans des actifs réels, ont justement démontré leur utilité au cours de la récente période de volatilité. La Caisse de dépôt et placement du Québec a annoncé, il y a quelques semaines, qu'alors que son portefeuille d'actions, malmené par la chute importante des marchés boursiers en fin d'année, ne lui avait rapporté que 3,5 % en 2018, sa poche investie dans les infrastructures avait généré pour sa part un rendement de 9 %.

© Photo bnpparibas

ECONOMIE

ans la plupart des pays développés, les taux d’intérêt frôlent le zéro en termes nominaux et sont négatifs en termes réels. Les investisseurs cherchent des moyens pour protéger leur capital contre l’érosion du pouvoir d’achat ainsi que contre des changements inattendus de la structure des taux d’intérêt et de l’inflation. De plus, les risques de correction des marchés actions se sont accrus alors que nous entrons dans une phase de ralentissement économique accompagnée de risques géopolitiques (Brexit, guerre commerciale…). Ces éléments les poussent notamment à augmenter leurs positions en actifs réels liquides.

accès à cette classe d’actifs en assurant une bonne liquidité. Une société anglaise a ainsi lancé un fonds d’actifs réels en août dernier. Son objectif est de réaliser une performance de 4% au-dessus de l’inflation. La société gérait une poche actifs réels au sein d’un de ses fonds « Multi-stratégies » depuis 2013. La performance de cette poche a été de près 13% annualisé en GBP avec une volatilité de 6,4% et une perte maximale de -4,6% ! Le rendement actuel du portefeuille du fonds est supérieur à 4%, et son objectif est de réaliser une performance de 4% au-dessus de l’inflation.

g Conclusion L’environnement macro-économique et la valorisation des classes d’actifs traditionnelles nous oblige à être innovant en terme d’investissement et à faire évoluer les allocations. L’introduction de fonds d’actifs réels dans les portefeuilles va dans ce sens, mais il faut être sélectifs dans le choix des sous-jacents. * Président Délégué TC Stratégie Financière. La Tour Odéon, 36 avenue de l’Annonciade. Tel. : 06.80.86.83.11 Email : tcrovetto@tcsf.mc ; web : www.tcsf.mc

g L’investissement en actifs réels est-il risqué ? Pour autant, ce type de placement n’est pas exempt de risques. Le principal réside dans son illiquidité : si un investisseur a un besoin imprévu de capitaux à court terme, il ne peut pas compter sur la vente de ses actifs réels car pour être rentables ceux-ci doivent être détenus sur le long terme. Investir dans des actifs réels nécessite d’avoir un horizon de placement long et une certaine patience pour progressivement constituer une allocation en fonction des opportunités. Il faut clairement être sélectif et s’assurer de la viabilité des projets sur le long terme. Même en déléguant leur gestion, les investisseurs doivent être conscients des spécificités de ces placements pour être capables de sélectionner les meilleurs gérants et d’assurer un suivi, notamment sur le plan réglementaire. g Les infrastructures, un investissement accessible à tous ? Les placements non liquides peuvent offrir une prime supplémentaire et sembler moins volatils en raison de leurs valorisations fondées sur l’appréciation et l’égalisation des rendements. Mais en raison des capitaux minimums requis pour l’investissement, des coûts élevés des transactions et des longues périodes d’immobilisations, ils ne conviennent qu’aux grands investisseurs institutionnels. Des fonds communs d'actifs réels permettent aujourd'hui à tous les investisseurs d’accéder à cette classe d’actifs. Mais comment rendre liquide l’investissement dans une classe d’actifs illiquide ? Cela peut se faire par le biais de titres cotés qui tirent leur valeur des actifs réels sousjacents tels que des REITS (Real Estate Investment Trust), de sociétés spécialisées investissant dans des actifs physiques, des Closed-End Fund (fonds fermés côtés en bourse)… Il existe certains fonds spécialisés qui donnent

ON NE SPÉCULE PAS SUR L’AVENIR. ON LE CONSTRUIT. EDMOND DE ROTHSCHILD, L’AUDACE DE BÂTIR L’AVENIR. MAISON D’INVESTISSEMENT | edmond-de-rothschild.com Tout investissement comporte des risques. Chaque investisseur doit analyser son risque en recueillant l’avis de tous les conseils spécialisés afin de s’assurer de l’adéquation de cet investissement à sa situation personnelle. Edmond de Rothschild (Monaco) - 2, avenue de Monte-Carlo - Les Terrasses - BP 317 - 98006 Monaco

EdR_PUB_HYBRIDE_CH.indd 4

N° 182 • Avril 2019

23.04.18 16:55

9


L'ACTUALITE

ACTUALITE

La mode sous le signe du Made in Italy... par Lisa Arquette

A

lberta Ferretti sera l’invitée d’honneur de la 7ème édition due la Monte-Carlo Fashion Week (MCFW), organisé par la Chambre Monégasque de la Mode (CMM), qui se déroulera du 15 au 19 mai. A cette occasion, la CMM célébrera son 10ème anniversaire. La Chambre, en partenariat avec le Gouvernement, la Marie et l’Office de Tourisme de Monaco, regroupe et fédère diffèrents créateurs et marques, tels que Banana Moon, Beach & Cashmere Monaco, Diana d’Orville, Elizabeth Wessel, Leslie Monte-Carlo, Loona Monte-Carlo, Stardust Monte-Carlo.

✲ M O NACO E N BRE F ✲ ☞ Monaco : Les chiffres de l’emploi 2018 : 51.601 salariés au 31 décembre 2018 contre 49.693 au 31 décembre 2017, soit une augmentation du nombre de salariés +3,8 % (+ 1.907 salariés) ; 90,9 millions d'heures déclarées au 31 décembre 2017, soit +3,7% ; 34.103 offres d’emploi déposées au 31 décembre 2017 contre 30.425 au 31 décembre 2017, soit une augmentation de +12,1 %. Les secteurs du bâtiment (+24%), de l’industrie (+30,1%) et du commerce (+27,3%) confirment leur progression par rapport à 2017 en terme d’offres d’emploi. ☞ Nice : Depuis le 21 mars, le mythique Hôtel West End à Nice lancera des soirées Opéra inédites sur la Côte d'Azur. Le concept ? Des chanteurs du Conservatoire de Nice s'immiscent parmi les serveurs du restaurant Le Siècle situé sur la Promenade des Anglais pour interpréter entre 2 plats des chants lyriques à la plus grande surprise des convives … Etablissement historique de la Promenade des Anglais, l’Hôtel West End fût le premier à s’y dresser en 1842. ☞ Monaco : Entre fonte et 3D, l’artiste Jeremy Taburchi a réalisé de petits Cougourdons en aluminium. Certains de ces « légumes » sont dorés à l’or fin. D’autres présentent un effet aluminium poli. Une interprétation moderne des Calebasses niçoises. Il s'agit d'un travail alliant impression 3D et fonte de métaux. www.jeremy-taburchi.com ☞ Monaco : La Principauté invitée aux rencontres Venise pour la Francophonie 2019 : S.E. M. Robert Fillon, Ambassadeur de Monaco en Italie, est intervenu lors d’un colloque organisé par le Consul honoraire de France à Venise, Marie-Christine Jamet, pour célébrer et mieux faire connaître la Francophonie. Le colloque s’est déroulé à l’Université Ca’Foscari autour de thèmes tels que la Francophonie institutionnelle, la place de l’enseignement du français en Italie, la reconnaissance de la diversité culturelle ou les problématiques de la traduction. ☞ Monaco :En présence de S.A.R la Princesse Caroline de Hanovre, le Centre CardioThoracique de Monaco (CCM) a inauguré les premières salles hybrides robotisées du Sudest et ainsi reconduit son partenariat stratégique avec Siemens, initié en 2010. Une salle hybride est une salle d'intervention et un système d’imagerie perfectionné, pour pratiquer des interventions par voie endovasculaire en intégrant l’imagerie 2D et 3D. Avantages : des procédures de plus en plus complexes moins invasives, plus rapides et plus précises ; traiter sans incision, et en introduisant des prothèses adaptées à l'anatomie du patient ; convertir une procédure per cutanée en chirurgie ouverte, en cas de complication avec la même équipe chirurgicale et sans avoir à déplacer le patient.

© Photos MCFW

g Présentation de la collection Resort 2020 Sous le Haut Patronage de S.A.S. la Princesse Charlène de Monaco, la Monte-Carlo Fashion Week gagne en prestige, année après année, surtout à la suite de son adhésion au calendrier international. Acheteurs et adeptes de la mode à l’échelle mondiale, seront présents encore cette année, pour rencontrer les leaders de la mode et les célébrités qui fréquentent assidûment la Principauté. L'invitée d'honneur Alberta Ferretti dévoilera sa collection Resort 2020 le 18 mai, avec un défilé au Musée Océanographique de Monaco. La styliste italienne, à la tête de sa marque éponyme, symbole de style, féminité, sensualité et glamour, recevra le "Made in Italy Fashion Award".

g "Une vitrine prestigieuse pour les jeunes talents"... De retour avec un accent international accru et riche en nouveautés, la Monte-Carlo Fashion Week c’est l’évènement fashion officiel de la Principauté de Monaco, mettant en scène resort, cruise and capsule collection Spring-Summer 2020. Un programme intersectoriel et unique, avec des défilés de mode par des créateurs iconiques et émergents dans le Fashion Village, Espace Fontvieille, des conférences sur la mode, des événements sociaux, et la très attendue MCFW Fashion Awards Ceremony, qui se déroulera le vendredi 17 mai. “Nous sommes fiers de soutenir les talentueux stylistes émergents, auxquels nous ouvrons la Principauté comme une vitrine prestigieuse sur le monde de la mode,” a déclaré la Présidente de la CMM Federica Nardoni Spinetta (photo). Dans l’édition de l'année dernière, la MCFW a présenté plus de 40 marques, représentant 16 pays différents, avec un accent particulier sur la durabilité et l’innovation. Cette manifestation soutient pour la troisième année consécutive la Fondation Princesse Charlène de Monaco (www. fondationprincesscharlene.mc) dont l'objectif est de sauver des vies en mettant fin à la noyade, sensibiliser le public aux dangers de l’eau et apprendre aux enfants à nager et les aider à adopter des mesures préventives de sauvetage.

NOUVEAUTE

Un voilier gonflable... dans vos bagages

C

onçu et développé par la Designer Marion Excoffon, ce petit dériveur de 2,80m tient dans 2 sacs qui se glissent dans une voiture, un van, un bateau habitable ! Il pèse seulement 40kg et peut accueillir jusqu’à un adulte et un enfant. Le voilier Plug and Play s’assemble en seulement 15 minutes !

☞ Monaco : Evénement au Théâtre des Muses : "Un pour tous, tous pour Cyrano" : Libre adaptation d’Anthea Sogno, assistée d’Anne Le Forestier, d’après le Seul en scène de Nicolas Devort : Dans La Peau De Cyrano. Le mot d’Anthea: Après sept ans de formation, les Muses s’enorgueillissent de la naissance des « Inspirés », sa troupe d’enfants qui a grandi sur scène… Le succès m’a incitée à l’intégrer dans la programmation comme un véritable spectacle professionnel. Les bénéfices permettront aux enfants de poursuivre leur rêve au Festival d’Avignon 2019 ! Les 5, 6 à 20h30, 7 Avril à 16h30 - (Tél : 00377 97 98 10 93) ☞ Menton : Jusqu’au 28 avril : Festival des jardins de la Côte d’Azur, et 2èmes Rêveries. La marraine du festival 2019 : Marina Picasso, sera aux côtés de Jean Mus, le célèbre paysagiste. Pour que le rêve continue, à visiter : deux autres jardins hors concours réalisés par le service des Parcs et jardins et les écoliers. 41 classes maternelles et primaires participeront jusqu’au 22 avril au Concours des mini-jardins. Un jury technique élira les meilleurs jardins des 4 catégories définies en fonction de l’âge, le public pourra lui aussi voter sur place. ☞ Menton : Mise en place de la 4ème cloche de la Basilique Saint-Michel : Après Saint-Michel, Carlo-Maria et Saint-Isidore, Saint-Pierre est le nom de la 4ème cloche offerte par la Ville, (coulée sur le parvis le 29 mars). Dans le cadre de la restauration extérieure de la basilique, le Campanin s’apprête à accueillir la cloche Saint-Pierre qui carillonnera aux côtés de ses trois sœurs à Pâques. Des cloches suspendues dans un beffroi flambant neuf, à une pièce de charpente en chêne massif (3m50 sur 1m50). Dimanche 7 avril à 11h : Messe solennelle et bénédiction de la 4e cloche. ☞ Monaco : Appel pour les victimes du cyclone Idai au Mozambique : les 14 et 15 mars le cyclone a affecté plus de 1 850 000 personnes. 483 000 ont dû être déplacées. 1 000 auraient perdu la vie, 1 000 ont été directement blessées. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge sont à pied d’œuvre, mais 31 millions de francs suisses sont nécessaires pour soutenir la population dans les 2 prochaines années… Un hôpital mobile pour 150 000 personnes est en cours d’installation… Vous pouvez faire un don en espèces au siège, par chèque à l’ordre de la Croix-Rouge monégasque, en indiquant Cyclone Mozambique. Contacts : Laurie Fucile +377 97 97 68 23 ou Marine Ronzi +377 97 97 68 22. Copyright Photo Denis Onyodi IFRC

© Photo DR

g Simple, super leger, compact

Le Tiwal 2 ouvre la voile à un large public qui peut dorénavant naviguer dans des endroits inaccessibles, sans se préoccuper du transport, du stockage ou de l’entretien de son bateau. Il disparait dans 2 sacs jusqu’à la prochaine sortie ! Très stable, il est rapide à prendre en main pour les débutants qui peuvent s’initier au rappel sur ses ailes gonflables rassurantes et confortables. Le Tiwal 2 est né de l’envie de la Designer Marion Excoffon de pouvoir naviguer sur un dériveur lors de ses vacances sur son voilier habitable. «Je souhaitais un voilier hyper compact à embarquer sur le First 30 familial. Avec le Tiwal 2, je peux continuer à naviguer lors des escales, même quand le vent forcit. Ma fille a adoré partir avec moi pour explorer les recoins de la côte. Même le fait de rejoindre la plage devenait une aventure. Le Tiwal 2 a complètement transformé l’expérience au mouillage de toute la famille.» Une réponse à une demande des plaisanciers, en quête d’activités ludiques et sportives à partager en famille sur les bateaux habitables, mais qui ont également une forte contrainte d’espace. Compacts, les sacs se logent aisément dans les soutes. Sa conception facilite l’assemblage sur le pont et sa mise à l’eau. Sa voile enroulable autour du mât permet une mise en œuvre et un rangement express. Long : 2,80m ; Larg. : 1,50m pour un poids total de 40 kg. Tarif annoncé : 4 790 EUR.

☞ Monaco : Sous le titre « Le Printemps », l’exposition des œuvres de l’artiste malgache Joel Andrianomearisoa donne à la Principauté un petit air de Biennale de Venise, puisqu’en effet l'artiste malgache représentera cette année le Pavillon de Madagascar à la célèbre Biennale. Une première et donc un événement historique pour la grande île. Un travail artistique à découvrir à The Cultural Gallery, située au 15, rue des Roses, toute jeune galerie engagée, qui met à l'honneur des artistes qui s'impliquent dans et pour leur communauté.

La photographie du mois

* Entreprise familiale de 9 personnes basée en Bretagne, Tiwal conçoit et fabrique des engins gonflables et super gonflés ! Ces produits haut de gamme permettent de naviguer aussi bien en mer que sur un lac de montagne. Tiwal, c’est aujourd’hui près de 1 000 bateaux qui naviguent dans 45 pays.

Mensuel édité par GLOBAL MEDIA ASSOCIATES Sas

Rédaction : “Le Beausoleil de Monaco” 6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 email : laprincipaute@yahoo.fr http://www.laprincipaute.net

Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker

Avec la collaboration de Lisa Arquette Amanda Coutelle Pierre Dévoluy Pascale Marcaggi Andrea Noviello Pierre-Alain Martini Alan Parker-Jones

Photos

Direction Communication Claudia Albuquerque Thierry Carpico Murielle Gander Cransac

Projet graphique

GMA Studio Design

Relations Publiques Mary Coles

Promotion & Publicité Chantal Garry Dessinateur Jean-Jacques Beltramo Diffusion Monaco & PACA SEC Cour Anc. Gare SNCF

Impression Tipografia San Giuseppe Taggia (IM) N° de Commission Paritaire : 0522U81608

Copyright © 2019 Global Media Associates Sas - Piazza Caduti della Montagnola 48 - 00142 Rome

10

N° 182 • Avril 2019

L’artiste brésilien Kobra a offert une œuvre à la Principauté. Il l'a dévoilée sur le quai du Yacht Club. Cette fresque, intitulée « Global Warming », interpelle sur le réchauffement climatique, comme son nom l’indique. Inspirée de « La persistance de la mémoire » de Salvador Dali, cette œuvre représente des montres posées sur la banquise. Celles-ci font ici référence au temps qui passe et qui ne pardonne pas concernant le climat. Cette peinture gigantesque a été signée par S.A.S. le Prince Albert II avant d’être installée sur le Fort Antoine pour être exposée à la vue de tous. © Direction de la Communication - Manuel Vitali


Voici le carburant à base d'eau ! par Pierre-Yves Reichenecker

L

a société australo-israélienne Electriq~Global (www.electriq.com) et la société néerlandaise Eleqtec (www.eleqtec.com) ont conclu un accord pour lancer la technologie de carburant à base d'eau d'Electriq~Global aux Pays-Bas. Elles prévoient de lancer ensemble des usines de recyclage du carburant Electriq~Fuel et d'introduire des applications d'e-Mobilité pour camions, péniches et générateurs amovibles. Composé à 60% d'eau, Electriq~Fuel bouleverse le jeu en énergie zéro émission. Ce carburant innovant* constitue une alternative économique aux batteries et à l'hydrogène comprimé. Au-delà du communiqué d’annonce que dit ce projet ?

g L’état des lieux Parmi les mesures conséquentes à l’accord de Paris sur le climat, de nouvelles règlementations forcent l’abandon de l’énergie fossile dans le moyen terme. Mais aucune alternative économiquement viable n’est encore à l’ordre du jour. Un

g La solution Electriq « Nous avons développé une solution cohérente autour d’un carburant synthétique - 60% d’eau distillée et 40% de sels borohydrides - et recyclable, qui absorbe de l’électricité en amont et la libère en avale. Nous avons notamment breveté le processus de synthèse (Electriq Recycling), économiquement très compétitif, ainsi que l’alliage (Electriq Switch) qui permet de libérer l’énergie à volonté. Notre carburant n’est pas consommé dans ce processus – toujours liquide, il est réacheminé vers l’usine de synthèse ou il est recyclé et renvoyé au marché ». g Quelle différence y a-t-il entre un réservoir de carburant classique (fuel ou essence) ? « A l’intérieur des citernes et des réservoirs de carburant, nous ajoutons un réservoir extensible (un sac en polypropylène) qui récupère le carburant usé. Ainsi, la citerne contient deux volumes flexibles - du carburant frais et du carburant usé. La pompe à essence devient aussi bidirectionnelle avec deux tuyaux, et opère à échanger les liquides. L’incidence économique de ce mode bidirectionnelle est très faible. En revanche, l’impact d’Electriq sur l’environnement et sur la durabilité est majeur. » avec des vapeurs d’eau comme seules émissions ». Pour résumer : Electriq s’est fixé trois objectifs : 2 fois plus d’autonomie, à moitié prix et zéro émission.

ménage consomme en moyenne 17 kWh par jour. Une voiture électrique consomme en moyenne 20 kWh pour rouler 100km. L’utilisation d’une voiture électrique familiale plus que doublerait la consommation d’électricité du ménage. Une péniche consomme en moyenne 10 mWh par jour. Comment assurer l’autonomie d’une péniche propulsée électriquement ? Le monde consomme chaque jour 100 millions de barils de pétrole, à travers une énorme et très coûteuse infrastructure. La transition énergétique sera forcément douce et raisonnablement coûteuse. « Il nous faut donc un carburant alternatif, à la fois compatible avec l’économie énergétique actuelle et conforme aux objectifs d’énergies propres et d’une économie durable », explique Avigdor Luttinger, l’un des investisseurs partenaire du projet, joint aux Pays-Bas.

g Emissions : zéro L’énergie du pétrole provient de matières organiques en quantité limité, et la libération de cette énergie – par consommation du carburant - est accompagnée d’émissions nocives de CO2, NOx et de particules toxiques. « L’énergie d’Electriq peut provenir de sources durables et renouvelables, ainsi que de rejets industrielles (notamment de l’hydrogène employé par la sidérurgie et les complexes pétrochimiques). Cette énergie est libérée sans consommer le carburant,

g Où en est le projet ? Selon Electriq la densité énergétique potentielle de la technologie est jusqu'à 15 fois supérieure à celle des batteries rechargeables actuellement utilisées dans les véhicules électriques. Des protocoles d’accord sont en cours avec un constructeur chinois de camions pour effectuer des tests. De même aux Pays-Bas avec DAF. Donc Poids lourds et Bus essentiellement. Pour l’instant il n’est pas prévu de s’intéresser au marché «voitures». Cela nécessiterait un investissement et un déploiement technique et structurel (stations-services) trop importants. Par ailleurs Electriq a entamé de discussions avec des acteurs du projet «NorthSea Wind Power Hub» (NL, UK, DE, BE, DK, NO) pour la construction d’usines de synthèse Electriq sur les cotes de la mer du nord. Apparition de véhicules utilisant le carburant Electriq prévue dès 2020. * En rappelant qu’un carburant synthétique a été testé début 2000 aux USA, sans convaincre.

WWF FRANCE

Une pollution plastique incontrôlable dans les Océans

D

ans son dernier rapport "Pollution plastique, à qui la faute?", le WWF tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme et formule des propositions pour sortir de cette crise mondiale. Plus de 310 millions de tonnes de déchets plastiques ont été générées en 2016, dont un tiers se sont retrouvées dans la nature. « Le constat est accablant et les conséquences dramatiques pour l’environnement [1], la santé humaine [2] et l'économie [3]. L’impact sur la biodiversité est particulièrement frappant : à ce jour, plus de 270 espèces ont été victimes d’enchevêtrement et plus de 240 ont ingéré du plastique. » Si rien n’est fait, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41 % d’ici 2030 et la quantité accumulée dans les océans pourrait doubler d’ici 2030 et atteindre 300 millions de tonnes. Les émissions de CO2 résultant du cycle de vie du plastique devraient augmenter de 50% tandis que celles issues de l'incinération de plastiques devraient tripler d'ici 2030. g Qui sont les fautifs En cause, un système défaillant, où le coût de la pollution plastique n’est pas supporté par les

acteurs qui tirent profit de sa production et de son utilisation. Ainsi, il est moins coûteux de rejeter les déchets dans la nature que de gérer leur fin de vie. Cette absence de responsabilité a conduit à la situation actuelle de production insoutenable et de pollution croissante. « Les pays à revenu élevé ont une part de responsabilité considérable dans cette crise mondiale : ils produisent 10 fois plus de déchets par personne que les pays à faible revenu et exportent entre 10 et 25 % de ces déchets. La France, qu fait partie des plus gros consommateurs de matières plastiques, est l’un des pires élèves européens en matière de recyclage du plastique (seulement 21%). » L’étude détaille le chemin à suivre pour mettre fin à la pollution plastique dans la nature en 2030. Pour y parvenir, des solutions existent déjà et doivent être renforcées telles que l’interdiction du plastique à usage unique, le soutien au réemploi, l’élimination des additifs toxiques qui freinent le recyclage ou encore la recherche d’alternatives durables. Notamment le WWF demande que les gouvernements négocient un traité international juridiquement contraignant pour mettre fin à la pollution plastique des océans. Plus simple à dire qu’à obtenir !

N° 182 • Avril 2019

11


ART & CULTURE

par Viviane Le Ray

U

n florilège de l’expression théâtrale, à la veille du baisser de rideau de la saison 2018-2019 du Théâtre Princesse Grace : classique avec le malicieux Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux et son « Jeux amoureux » ; Histoire en majuscule avec la pièce d’un auteur esthète de la langue française : Jean-Claude Brisville. Début mai, une semaine avant la clôture de la saison : à l’honneur un auteur de notre temps à l’esprit digne d’un Sacha Guitry : Jean Poiret… S O U S

L A

P R É S I D E N C E

D E

g Pour mémoire… « M. Orgon décide de marier sa fille Silvia au jeune Dorante. Les deux promis ne se connaissent pas encore, ils ont la même idée sans le savoir : se présenter à l’abri sous un masque et scruter le cœur de l’autre. Silvia se fait passer pour sa femme de chambre Lisette, tandis que Dorante endosse le costume d’Arlequin, son valet… » La Production : Théâtre de la Porte Saint-Martin, en coproduction avec Atelier Théâtre Actuel et Canal 33, a valu à Laura Calamy le « Molière 2018 de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre privé ». Mise en scène : Catherine Hiegel, face à Laure Calamy : Vincent Dedienne… (Mercredi 24 avril) g « Le Souper » : pièce historique de Jean-Claude Brisville Aujourd’hui, comme ils l’ont fait avec bonheur pour L’Entretien de M. Descartes avec Pascal le jeune, c’est encore avec William Mesguich que Daniel Mesguich s’apprête à jouer Le Souper, lui dans le rôle de Talleyrand et William dans celui de Fouché. Après la défaite de Waterloo et l’exil de Napoléon, Wellington et les troupes coalisées sont dans Paris. La révolte gronde. Qui va gouverner le pays ? Le 6 juillet 1815 au soir, les « faiseurs de rois » Fouché et Talleyrand se retrouvent lors d’un

S . A . S .

L A

P R I N C E S S E

S T É P H A N I E

PROGRAMME SAISON 2018/2019

SOIRÉE AU GRIMALDI FORUM

mercredi 24 avril 20h30

N° 182 • Avril 2019

souper pour décider du régime à donner à la France… g Brisville : un esthète de la langue française… « Jean-Claude Brisville est un esthète de la langue française. Le Souper est son joyau », écrit William Mesguich, dans sa présentation de la pièce… Il poursuit « dans l’écrin de ce huis-clos étouffant, où le trouble chemine ardemment avec l’éclat de tel subjonctif devenu rare, où la violence latente, et parfois manifeste, est célébrée par le scintillement de telle métaphore, l’auteur nous entraîne dans les méandres de notre propre conscience (…) Nous sommes tour à tour Fouché et Talleyrand. Oscillant entre fermeté et ouverture. Entre rage contenue et sourires de circonstance. Et la rupture n’est jamais loin ». (Mardi 30 avril) g Une comédie « Douce-Amère » signée : Jean Poiret « Elisabeth a aimé Philippe pendant 8 ans. Aujourd’hui le couple s’est usé… » Banal, me direz-vous ! Mais ici, l’auteur est le regretté Jean Poiret, la mise en scène est signée Michel Fau, qui joue dans la pièce ! Ajoutez à cela la présence de la délicieuse Mélanie Doutey et vous obtenez du grand théâtre de Boulevard « à la française » ! Michel Fau écrit : « Jai toujours été fasciné par Jean Poiret… L’art de l’acteur, son oeil qui riait et qui nous disait « Je ne suis pas dupe de la catastrophe » et l’art de l’auteur, son style brillant qui nous racontait avec élégance que nous vivions dans un monde de fous. L’ironie est un domaine délicat pour un acteur mais Poiret comme Guitry la magnait avec virtuosité, car l’ironie n’est intéressante que si elle cache une blessure… Comme tous les grands poètes Poiret était un être tourmenté (…) Douce-amère offre un portrait de femme insolent et imprévisible… » (Jeudi 2 mai) ☞ Renseignements complémentaires et location : Théâtre Princesse Grace - 12, Avenue d’Ostende - Tél. : 00 377 93 25 32 27 ROMAN

Rosalie Lamorlière Q

mardi 30 avril 20h30

RÉSERVATIONS : 12 AVENUE D’OSTENDE - TÉL : (00377) 93 25 32 27 - www.tpgmonaco.mc

12

© Photo Pascal Gély

g Marivaudons avec le subtil « Jeu de l’amour et du hasard » ! « Le Jeu de l’Amour et du hasard », comédie romantique en trois actes et en prose de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, représentée à Paris pour la première fois le 23 janvier 1730 par les comédiens italiens à l’hôtel de Bourgogne, est la pièce de Marivaux la plus célèbre et la plus représentée…

© Photo DR

CULTURE

Classique, Histoire et Comédie en scène

uel destin étonnant que celui de Rosalie Lamorlière, fille d’un cordonnier de province. Le hasard va amener Rosalie à croiser la vie de la reine Marie-Antoinette, et à partager ses dernières semaines à la Conciergerie, accompagnant la veuve Capet jusqu’au pied de l’échafaud. Elle avait apporté son témoignage plus tard sur ces 76 jours liés à l’Histoire de France. Mais jamais personne ne s’était intéressé à sa vie à elle. Elle a vécu longtemps et avait des choses passionnantes à faire connaître, même si elle était convaincue que sa vie offrait peu d’intérêt. Aujourd’hui ce livre, bien que romancé, est la première étude jamais réalisée sur Rosalie, témoin privilégié de l’Histoire. Après des années passées dans les archives, Ludovic Miserole, propose de partir à la rencontre de celle qui fut et restera à jamais la dernière servante de Marie-Antoinette. Un subtil mélange d’histoire et de fiction. Rosalie est décédée en 1848 à l’âge de 80 ans, seule et oubliée de tous à l’Hospice des Incurables. Cette recherche, cette « traque » historique contée par Ludovic Miserole est en tout point passionnante et apporte un éclairage nouveau sur cette période de notre histoire à laquelle nous revenons souvent. (P.Y.R.)

g "Rosalie Lamorlière, celle qui accompagna Marie-Antoinette à l’échafaud. Ludovic Miserole. French Pulp éditions. 350 pages. Prix : 18 €


L'Art dans tous ses états... à Monaco !

Effeuillage littéraire...

e printemps, saison chérie par les musiciens, les peintres, les danseurs, les poètes et les romanciers qui ne sont pas en reste pour le célébrer. Temps idéal propice à la rencontre, saison de la passion, de l’amour charnel, de la sensualité, les filles sont belles, les jupes virevoltent, la nature s’éveille: Mais le printemps est aussi le temps où les pulsions s alimentent les plus mémorables révoltes collectives, les guerres ou les révolutions… Les textes choisis et présentés par Jacques Barozzi nous entraînent à la suite de Pessoa, Giono, Virginia Woolf, Henry Miller, Aragon, Kundera, Colette, Dostoïevski, et bien d’autres … ___________________________________ « Le goût du printemps » - Collectif- (Collection Le Petit Mercure de France)

P

lacé Sous le Haut Patronage de S.A.S. Le Prince Albert II, imaginé par le fondateur d’Artgenève, Thomas Hug, Artmontecarlo 2019 réunira, du 27 au 29 avril, dans le cadre du Grimaldi, les galeries d’art moderne et contemporain les plus en vue. Les galeries les plus en vogue ont répondu présent… Une exposition internationale au cœur de la « Monaco Art Week » qui pour sa 2ème édition ouvre les portes de 10 grandes galeries de la Principauté…

D

e 1983 à 1990, jusqu’à son Goncourt, un apprenti-écrivain du nom de Jean Rouaud, qui s’escrime à écrire Les Champs d’honneur, aide à tenir, rue de Flandre, un kiosque de presse, espace de liberté de penser (aujourd’hui brûlé, par ceux-là même qui se voudraient les chantres de la liberté…) Le Kiosque à journaux est un théâtre qui voit défiler toute la société, une scène où défile un Paris coloré depuis P., le gérant du dépôt, anarcho-syndicaliste dévasté par un drame personnel ; M. le peintre maudit ; l’atrabilaire lecteur de l’Aurore , jusqu’au rescapé de la Shoah, seul lecteur du bulletin d’information en yiddish… Une émouvante galerie d’éclopés, de vaincus, de ratés, de rêveurs, dont le destin inquiète l’écrivain. _____________________________________ « Kiosque » - Jean Rouaud - (Grasset)

g 2ème Monaco Art Week du 24 au 28 avril L’Association Monaco Art Week est née de la volonté de fédérer les galeries de Monaco en vue d’actions conjointes réparties sur le territoire. La 2éme édition (24 au 28 avril), réunira 10 galeries pour une opération portes ouvertes tout au long d’un parcours animé de rendez-vous artistiques, de tables rondes. Moments intenses d’échanges, ces rencontres permettent de mettre en valeur et de diffuser la vitalité de la création artistique en Principauté. Modernité oblige, le site internet, mis à jour tout au long de l’année, se transforme en plateforme de référence pour suivre les actualités artistiques de chaque partenaire.

BEAU-LIVRE

Steve McQueen, "the King of cool"

«J

e ne sais pas si je suis un comédien qui fait des courses ou un pilote de course qui joue le comédie ». Cette phrase de Steve McQueen souligne toute l’ambigüité et la complexité du personnage. Steve McQueen, un enfant né du mauvais coté de la barrière qui à l’âge de 14 ans fut envoyé en centre d’éducation surveillée pour avoir volé des enjoliveurs, est devenu définitivement star internationale en 1968 en interprétant un flic dans Bullitt et sa cultissime scène de poursuite de plus de 10 minutes dans les rues de San Francisco au volant d’une Mustang. Surnommé "the King of cool" - à jamais le plus cool de tous - Steve McQueen affichait une allure décontractée qui venait contredire son passé de bagarreur. g Portrait d'une icône Les éditions E.T.A.I viennent de publier "The Life Steve McQueen". Le livre offre un nouveau regard sur cette icône de la culture américaine et sur les composantes de sa vie qui ont forgé sa réputation de rebelle. L'ouvrage est accompagné de nombreuses photos d'époque, d'illustrations et d'affiches, on y retrouve également toutes les facettes de sa personnalité et de son parcours, avec ses différents rôles au cinéma et ses activités sportives. Son look et son style de vie ont par la suite été adoptés par les mondes du cinéma, de la course et de la culture pop. "Steve McQueen, The Life" explore sur 240 pages les différentes facettes du charismatique "Roi du cool", décédé en novembre 1980 d'un cancer du poumon. Steve McQueen, acteur de cinéma le mieux payé du monde en 1974, était un passionné éclairé de belles mécaniques à deux et quatre-roues et un motard doté d'un solide coup de guidon, et de volant également. (P.Y.R.)

g «The Life Steve McQueen». Dwight Jon Zimmerman. Editions E.T.A.I. 240 pages, 418 photos. Prix : 39 euros

D

© Photos Artmontecarlo

g En parallèle : 3ème Salon Artmontecarlo du 27 au 29 avril Pour célébrer trois ans de succès, Artmontecarlo 2019 accueillera, pour la première fois de sa jeune histoire, le Pavillon of Art & Design (PAD), célèbre salon londonien et parisien : 30 galeries spécialisées dans le design et les Arts premiers sont invitées, dont les galeries : David Gill, Carpenters Workshop, Dumonteil, Glenn Spiro, David Aaron ou encore Jousse Entreprise. Le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM), présentera sa nouvelle exposition dédiée à Ettore Spalletti, avec pour guide son Commissaire, Cristiano Raimondi ; Egalement au programme une journée-escapade au Domaine du Muy, parc de sculptures contemporaines fondé par Edward Mitterrand. Artmontecarlo crée le Prix Solo-F.P Journe décerné par un jury institutionnel à l’une des 10 jeunes galeries pour sa meilleure exposition monographique.

Le Ray

L

par Amanda Coutelle

g Le rendez-vous des experts de l’art ancien, moderne et contemporain Les professionnels qui participent à la Monaco Art Week, oeuvrent de concert pour offrir aux amateurs d’art, venus seuls ou en groupe, de mieux appréhender ou de découvrir différentes périodes de l’histoire de l’art. L’originalité du parcours réside dans le dialogue et la résonance entre différents mouvements artistiques sur près de cinq siècles ! Durant cet événement unique un service de navettes gratuites est mis à disposition des visiteurs. Celles-ci assurent un transport sans interruption, à travers les trois principaux quartiers où sont situées les galeries : Le Larvotto - Monte-Carlo - La Condamine. Un mode de déplacement qui facilite l’exploration du paysage culturel de la Principauté durant la période importante du Festival du Printemps des Arts … Vernissage: le mercredi 24 Avril. De 18h à 21h : ouverture au public de toutes les galeries participant à l’événement…

par Viviane

ans le petit immeuble du Marais, où elle vit depuis des lustres, Hectorine voit d’un jour à l’autre l’appartement du dessous investi par une nouvelle voisine, Sarah. Pour lui souhaiter la bienvenue, la vieille dame dépose une lettre sur le pas de sa porte. Cette missive sera suivie de beaucoup d’autres, retraçant une traversée du XXe siècle entre le Cabourg de La Recherche, le Berlin du IIIe Reich et le Paris d’après-guerre. Pourquoi toutes ces lettres? « Un jour, vous saurez », promet la vieille Dame à la jeune Sarah qui rétive un temps, se prend au jeu… Un roman tendre et original (rare de nos jours !) qui de surcroît redonne du souffle au plaisir perdu d’écrire, envoyer et recevoir des lettres ! _____________________________________ « L'Appartement du dessous » - Florence Herrlemann - (Albin Michel)

L

’auteur (sans « e ») de biographies de Gary, Morisot, Gala, Zweig, Colette, publie à l’image d’un chanteur de variété, une compilation sous un titre people « Mes vies secrètes » ! Agrémentée (si l’on peut dire) d’anecdotes banales et de jugements expéditifs : P.157, une ligne, « qualifie » (si l’on peut dire !) le grand peintre Roger Chapelain-Midy de « peintre de fleurs en vogue dans les années 50 » ! L’écrivain (sans « e ») : chantre de la féminisation des mots définissant les fonctions dans la langue française, au sein de l’Académie vient de gagner son funeste combat qui enlaidit notre langue, indifférente à l’opposition affichée, il y a peu de temps encore, du Secrétaire perpétuel de l’Académie française Madame Hélène Carrère d’Encausse… Dieu merci « Nul n’est obligé !» _____________________________________ « Mes vies secrètes » - Dominique Bona - Collection Blanche, Gallimard)

P

atrick Cloux, nous fait revivre le Paris des Halles vivant et canaille : “Ce livre évoque les anciennes halles au centre de Paris et leurs foisonnants équipages, leur luxuriante énergie populaire et baroque. Puis brusquement leur fin (…) Ils sont cinq, ces vieux amis des années d’après-guerre (…) Ils croisent Cendrars, Seignolle, Yonnet, Clébert, Prévert et Giraud : On s’autorise à les accompagner au long de leur belle vie d’auteurs trop discrets. Un photographe est de la partie, c’est Robert Doisneau, notre plus célèbre mémorialiste. Il est tard. On a fait un vin chaud (…) Une foule d’inconnus rapplique, ce sont d’autres témoins de ces trente années pas si glorieuses que ça : des photographes. Des seconds couteaux. Des naïfs. Des paumés. Des voyous. Tous amateurs du temps perdu ». _____________________________________ « Au grand comptoir des Halles » - Patrick Cloux - (Actes Sud)

N° 182 • Avril 2019

13


SPORT & LOISIRS INTERVIEW • Nicolas Hesse dresse un bilan très positif pour la 3ème édition du SIAM et annonce des nouveautés pour l'an prochain

"Un salon très satisfaisant" par Andrea Noviello

R

ésolument satisfait pour sa grande première à la tête du Salon International de l’Automobile de Monaco (SIAM), Nicolas Hesse cible quelques améliorations à apporter et se projette déjà vers l’édition 2020.

La

g Après deux premières années de mise en route, peuton qualifier cette cuvée 2019 d’édition de la maturité ? NH : "J’en suis convaincu d’autant que nous avons désormais trouvé le format idoine. En guise de comparaison, le nombre d’exposants a doublé par rapport à celui de l’an dernier. On a également accueilli beaucoup plus de visiteurs cette année et ça on le doit en très grande partie aux changements apportés. Le remplacement du mobilier, l’installation d’écrans digitaux, la mise en place de pavillons, toutes ces modifications

BOX

Mini

ou

Maxi

à vous de choisir

* Offre soumise à conditions. Voir en boutique.

à partir de

39

€99

/mois*

Internet . TV . Téléphonie fixe

© Photo DR

SPORT

g Quel bilan dressez-vous de cette troisième édition du Salon International de l’Automobile de Monaco (SIAM) ? Nicolas Hesse : "On a vraiment reçu des retours positifs cette année. Durant ces quatre jours, on a pu échanger avec les différentes parties prenantes du salon et dans leur grande majorité, les exposants se sont montrés satisfaits de l’organisation mise en place. On a beau être l’organisateur, l’instiga-

teur de l’idée, l’investisseur aussi, on essaye malgré tout de rester proche des exposants, car sans eux le SIAM n’existerait pas. S’ils sont contents, alors nous le sommes également."

ont directement contribué à une spectaculaire montée en gamme des structures. Bien sûr, il reste encore des choses à améliorer." g Quels principaux points d’amélioration avez-vous justement ciblés en vue de la quatrième édition du SIAM ? NH : "On a beau avoir eu un salon très satisfaisant cette année, cela n’empêche pas de trouver toujours de petites choses à redire. Dès l’ouverture de cette édition 2019, j’ai commencé à réfléchir à tout ce que l’on pourrait améliorer en vue du SIAM 2020. Cela peut passer par un nombre d’exposants supérieur ou encore une hausse de la qualité des stands. Avec l’équipe de l’organisation, nous planchons déjà activement sur la question." g Le public a répondu en nombre cette année. Comment comptez-vous de nouveau l’attirer sur le SIAM l’an prochain ? NH : "Le salon va continuer de grandir en termes de superficie et d’exposants. Nous avons reçu énormément de demandes de dernière minute cette année auxquelles nous n’avons, hélas, pas pu répondre favorablement. À partir du moment où l’on décide de se limiter à quatre pavillons, on n’est automatiquement pas extensible à l’infini. En revanche, on devrait bénéficier de davantage d’espace en 2020. De nouvelles marques seront également présentes et certaines nouveautés feront le bonheur des visiteurs du prochain SIAM."

© Photo DR

Renseignements au 99 66 33 00 www.monaco-telecom.mc

14

N° 182 • Avril 2019


FORMULE E • A Hong Kong Edoardo Mortara décroche un succès historique pour l'équipe Venturi. Pas de chance, en revanche, à Sanya

Enfin la première victoire ! L

par Alan Parker-Jones

g Un succès attendu depuis longtemps... Alors que son premier podium de la saison à Mexico est encore récent, Venturi Formula E Team a prouvé à Hong Kong que la régularité de ses récents résultats n'était pas due à la chance, mais bien à son travail acharné, comme l'a illustré la lutte d'Edoardo Mortara pour remonter la grille de la sixième place jusqu'à la pole position. Considéré comme l'un des maîtres des circuits urbains, Mortara a une histoire avec le sinueux circuit d'Harbourfront, puisque c'est à l'E-Prix de Hong Kong qu'il avait remporté son premier podium en Formula E la saison passée, terminant à la 2ème place. La toute première manche officielle de Formula E sur «route mouillée» s'est donc déroulée sur une piste glissante qui a entraîné l'intervention de trois safety cars et un drapeau rouge suite à plusieurs accrochages. Felipe Massa, l'équipier de Mortara, a aussi signé une course solide et régulière, ce qui lui permet d'inscrire son meilleur résultat de la saison. Profitant pleinement du drapeau rouge, l'équipe d'ingénierie de Massa a su réparer en un temps record les dommages subis par l'arrière de la Venturi VFE-05, permettant ainsi au pilote brésilien de poursuivre sa remontée de la grille, passant de la neuvième position en qualifications à la cinquième place au classement final. g Edoardo Mortara : "Un résultat fantastique !" « Le résultat d'aujourd'hui est fantastique ! 4ème à Santiago, 3ème à Mexico, et aujourd'hui, ma première victoire à Hong Kong ! Je suis tellement fier. Lorsque j'ai appris que j'avais gagné, j'ai été envahi par un sentiment indescriptible. La course a été géniale et j'ai passé un superbe week-end. L'Asie m'a toujours porté chance en compétition. Honnêtement, je suis sur un nuage, je ne pourrais pas être plus heureux. L'équipe a fait un travail fantastique. Ils ne comptent pas leurs heures et ils mettent toujours la gomme. Cette victoire rend hommage à leur

© P h o t o Ve n t u r i

'écurie monégasque Venturi Formula E Team a célébré avec panache la 50ème course de Formula E en inscrivant sa première victoire grâce à Edoardo Mortara, qui remporte la 1ère place le 10 mars dernier à Hong Kong, cinquième manche de la saison 2018/2019 de Formula E. Alors que Sam Bird, Virgin Racing, avait tout d'abord été nommé vainqueur devant Mortara, à la 2ème place du podium, une pénalité a déclassé le britannique à la faveur du pilote italo-suisse, qui s'impose donc tout en haut du podium et ramène une victoire historique à son équipe. Son coéquipier, Felipe Massa, a parachevé ce week-end fantastique en signant un beau résultat, avec une 5ème place. Beaucoup moins excitant le résultat obtenu - deux semaines après - par l'équipe monégasque sur l'île chinoise de Hainan, dans l'E-Prix de Sanya : la course, haute en couleurs, a vu Felipe Massa finir à la 10ème place, rapportant 1 point à l'équipe et Edoardo Mortara seulement à la 13ème...

travail acharné. Cette saison, nous sommes partis d'assez loin, mais les gars font vraiment du très bon boulot et s'améliorent de course en course. Cette victoire est pour eux. Je sais qu'elle les motivera encore plus et j'ai vraiment hâte de retrouver la piste ». g Seulement un petit point pour Massa à Sanya... Beaucoup plus deçevant le résultat obtenu le 24 mars à Sanya : à seulement 4 minutes de la fin, Sébastien Buemi percute la monoplace d’Edoardo Mortara, alors 8ème. Le pilote suisse perd une place dans l’aventure, la récupère ensuite mais ne peut éviter les voitures de Robin Frijns et de Lucas Di Grassi immobilisées en piste. Mortara repart le couteau entre les dents, franchit la ligne d’arrivée à la 10ème place mais se voit infliger une pénalité de 16 secondes pour ne pas avoir été en mesure de déclencher un de ses 2 « attack mode » obligatoires. Classement final du pilote italo-suisse : 13ème. Felipe Massa avait franchi la ligne d’arrivée 11ème mais, consécutivement à la pénalité de son équipier, le pilote brésilien hérite de la 10ème place. Prochain rendez-vous, le 13 avril à Rome, à l'occasion de la septième manche du Championnat ABB de Formula E.

ANNIVERSAIRE

L'OETP rend hommage au GP

L

g Voitures de course mythiques La BRM P57 de 1962 qui permit à Graham Hill de s’imposer en Principauté et de décrocher son premier titre mondial. Une monoplace reconnaissable à ses échappements en « orgues de Staline » ! Valeur : 1,05€ La Renault Turbo RS01 de 1977. Première monoplace propulsée par un turbo. Pilotée par Jean-Pierre Jabouille. Des débuts difficiles. Les anglais la surnommaient The yellow tea pot ! Mais on connait la suite de l’histoire… Valeur : 1,30€. g Et un pilote exceptionnel… Alberto Ascari. Deux fois champion du monde (1952 / 1953) avec Ferrari. Mort le 26 mai 1955 en essayant une voiture sur le circuit de Monza... Une semaine après avoir plongé dans les eaux du port de Monaco à la chicane. Présenté sous forme de duo : le portrait du pilote + la Lancia 1955. Valeur : 1,05€ + 1,72€.

Formulaire d’abonnement Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant :

1 an (soit 11 numéros)

€ 40*

5 ans (soit 55 numéros)

€ 100*

3 ans (soit 33 numéros)

€ 20*

2 ans (soit 22 numéros)

€ 60*

ABONNEMENT

a F1 en pole position à l’Office des Emissions de Timbres-Poste de Monaco (OETP). Ces deux derniers mois l’OETP a mis en vente plusieurs timbres consacrés à la Formule 1. Des marques, des pilotes, mais aussi un hommage appuyé au Grand-Prix de Monaco qui célèbre cette année le 90° anniversaire de la première course dans la cité. C’est l’Anglais «Williams» qui l’avait emporté au volant d’une Bugatti 35B. Il s’agit d’un bloc joliment réalisé de 6,10€...

* pour l’étranger (dehors Monaco et France) ajouter +50% ; Dehors Europe : + 100%

Prénom Nom Adresse

Ville Date Signature

Bon a retourner, accompagné du chèque à l’ordre de Global Media Associates Sas à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “Le Beausoleil de Monaco” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

N° 182 • Avril 2019

15


AS MONACO FOOTBALL STORE

DU LUNDI AU VENDREDI 10h - 13h / 14h - 19h

SAMEDI 10h - 19h

DIMANCHE JOUR DE MATCH 4h avant le coup d’envoi

Les Jardins d’Apolline 1 Promenade Honoré II 98000 Monaco 16

+377 97 77 74 74

N° 182 • Avril 2019

Profile for Global Media Associates Sas

n182avr19  

Le premier journal d'actualité de Monaco

n182avr19  

Le premier journal d'actualité de Monaco

Advertisement