Page 1

LaPrincipauté €2

Le premier journal d'actualité de Monaco

Année XIII • Numéro 117 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “ Le Beausoleil de Monaco ” 6, Boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

www.laprincipaute.net

Mai 2013

• Numéro de Commission Paritaire : 0517 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas - Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) €20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://www.laprincipaute.net/abonnez-vous.html

Dossier Spécial

Photo © F! Grand Prix

Le nouveau visage de Monaco

Grand Prix F1 de Monaco 2013

La nouvelle vague bleue ☞  ECONOMIE : LES MESURES FISCALES EUROPEENNES POURRAIENT CONCERNER Les petits etats • page 9


DOSSIER SPECIAL

Les "nouvelles fro

La Principauté est en train de se projeter dans l'avenir : mais elle veut garder son charme

par Patrice Zehr

DOSSIER

T

ous les Princes de Monaco sont des princes bâtisseurs. C’était le surnom de Rainier III, c’est ce qui a permis à Charles III de sauver la Principauté. On notera que ces deux règnes ont coïncidé avec des périodes de crises politiques et économiques – perte de territoire- marasme de la deuxième guerre mondiale - mettant en danger l’avenir de Monaco. Nous sommes dans une période différente, moins dramatique peut-être mais qui nécessite réactivité et adaptation au contexte mondial pour éviter le déclin. Le Prince Souverain semble avoir pris la mesure du défi et les décisions indispensables pour que Monaco reste une destination privilégiée d’avenir et pas seulement de nostalgie. Monaco a eu plusieurs «Belle Epoque» qui doivent rester visibles dans son patrimoine architectural et culturel, cela fait partie de l’attractivité. Mais Monaco doit se projeter dans l’avenir face à la concurrence mondiale des Emirats ou du Sud-est asiatique. Monaco doit garder son charme tout en changeant de visage. Nos horizons sont la mer, la hauteur et l’excellence. Le cap est tracé dans ces trois directions. g Une extension en mer plus raisonnable... L’extension en mer, une extension raisonnable, va permettre de faire face aux

L'editorial

M

par Roberto Volponi

demandes prévisibles. C’est la nouvelle frontière. Nous allons bientôt connaître tous les détails des choix princiers. La surface choisie de 5 à 6 hectares au portier. La stratégie pour motiver les investisseurs puis générer des recettes pour l’état. Il y aura bien sur des contraintes environnementales dans le cahier des charges, mais elles ne seront pas dissuasives. Les candidats déclarés seront sélectionnés en fonction de leurs projets et de leurs capacités financières. Ensuite ce sera la phase finale de négociation avec l’Etat sur une durée de 12 mois. L'objectif est clair un équilibre

entre le résidentiel et les bureaux dans un nouveau quartier, un vrai quartier. Appel à candidature donc - sélection fin 2014, désaffectation votée en connaissance de cause par un Conseil national informé pour permettre une opération sans doute à caractère privée. Mais il y a le temps pour des adaptations si c’était nécessaire. L’extension en mer n’a pas été abandonnée, mais revue et adaptée.. g Tour Odéon et logement L’autre extension c’est en hauteur dans le quartier d’affaires autour de la tour Odéon.

Grands travaux, pénurie de logements et...

2

Mai 2013

© Photo DR

onaco, un chantier éternel. Une ville-Etat très dynamique, condamnée faute d'espace à s'agrandir où elle peut, et à se renouveler sans cesse. Un destin inéluctable que les Monégasques et les résidents ont appris à accepter depuis toujours. Nuisances, bruit et embouteillages - problèmes que le gouvernement cherche d'ailleurs à réduire au maximum - sont le prix à payer dans un pays en marche pérenne vers la modernité. Les projets s'enchaînent : alors que les travaux sur les délaissés de la SNCF ne sont pas encore terminés, on inaugure le nouveau bâtiment du Conseil National, et de nouveaux projets sont déjà prêts à démarrer. Dans les prochaines années, la principauté continuera à changer de physionomie. Déjà, l’an prochain, la tour Odéon et le nouveau Yacht Club seront achevés : des ouvrages - au-delà des polémiques dont ils ont fait l'objet (le premier, surtout...) - qui contribueront sans doute à renforcer le prestige international de Monaco. Deux bâtiments d'envergure capables, pour la tour, de relancer l'immobilier grand luxe, et pour le YCM, de satisfaire l’ambition d’être une référence du yachting mondial. À moyen terme, la Place du Casino ouvrira ses chantiers : le Sporting d'Hiver va disparaître pour faire place à un choix d’architecture contemporaine qui pourtant ne fait pas l'unanimité ; l'Hôtel de Paris, lui, subira des rénovations désormais nécessaires. A plus long terme verront le jour les deux projets les plus importants : le nouvel hôpital et une future extension en mer. Deux projets que la crise internationale a forcément redimensionnés, mais qui seront en mesure de remplir leur rôle respectif. La réalisation du nouveau CHPG ne pouvait plus attendre, et les choix de la reconstruction sur le site actuel et celle plus récente du projet définitif, semblent les plus adaptés. Quant à l'extension en mer, sa localisation en face du Portier est sans doute le bon choix. Entre temps, bien sûr, plusieurs autres chantiers surgiront un peu partout... Néanmoins, il ne faut pas oublier que la pénurie de logements domaniaux - que le gouvernement et l'ancienne majorité avaient sous-estimé - est devenue préoccupante: aujourd'hui, sur ce point, les avis du gouvernement et de la totalité des élus convergent. Le gouvernement a récemment annoncé l'attribution de 130 nouveaux appartements pour la fin de 2013. Avec la livraison de la tour Odéon, prévue en 2014, 177 appartements supplémentaires seront disponibles. Suffiront-ils ? Mais si le logement des Monégasques demeure une priorité, d’autres travaux tout aussi urgents attendent depuis longtemps le feu vert du gouvernement : le réaménagement du Port Hercule, de la darse Nord, de l'héliport, véritables cartes de visites pour les touristes ; de même qu’une allocation financière appropriée pour la restructuration de la rue Princesse Caroline ; la rénovation/reconstruction du Centre Commercial de Fontvieille, l'aménagement du quartier des Moulins et des espaces commerciaux de la ZAC Saint-Antoine, dont l'attribution - auparavant mal gérée - doit être compatible avec les exigences des commerces monégasques. Et... une usine d'incinération qui attend toujours de connaître son destin. L'image de Monaco ne se construit pas seulement avec les grands travaux spectaculaires, mais aussi avec ceux qui peuvent sembler moins emblématiques.


ontières" de Monaco © P h o t o Tr i v e r i o . f r

e tout en changeant de visage pour faire face à la concurrence mondiale des Emirats et du Sud-est asiatique

Les progrès de la tour sont spectaculaires et sa montée en étages perçue comme une montée en puissance d’un projet maintenant incontournable. Tout cela dans une cohérence d’urbanisme et de modification des quartiers prenant en compte toujours et partout le logement des Monégasques. Le logement domanial qui accompagne l’offre résidentielle aux étrangers, car les deux ne sont pas inconciliables bien au contraire. Il ne faut pas oublier le futur visage de la santé à la monégasque avec le nouveau centre hospitalier qui lui aussi va marquer le règne. g Place du Casino : une révolution urbaine Pour compléter le tableau, il faut ajouter la révolution urbaine voulue par la SBM dans le célèbre carré d’or autour du camembert.

C’est certainement indispensable, mais cela passe dans un premier temps par un nouveau dynamisme de la société et une attractivité des jeux pour drainer dans le quartier futur la clientèle de l’avenir. Les directions sont bonnes : restent à s’en donner les moyens en préservant l’essentiel, la qualité de vie des habitants qui passe par le maintien de régimes sociaux aussi spécifiques qu’avantageux. Heureusement les clignotants économiques sont au vert malgré la crise. Et les perspectives sont plutôt optimistes. On pourra dire que Monaco a géré et préservé de manière exceptionnelle sa spécificité dans un environnement international défavorable en France et en Europe en tout cas. Monaco peut donc gagner le pari de la transformation dans la continuité. On le sait, un nez bien refait est un nez dont on ne remarque pas qu’il a été refait...

LA FICHE

LES 6 OEUVRES MAJEURES QUI VONT CHANGER LE VISAGE DE LA PRINCIPAUTE TOUR ODEON

NOUVEAU YACHT CLUB

CARRE D'OR

HOTEL DE PARIS

NOUVEL HOPITAL

EXTENSION EN MER

Coût : 500 M Financement : privé-public Livraison : 2014

Coût : 110 M Financement : public Livraison : 2014

Coût : 350 M Financement : privé Livraison : 2020

Coût : 250 M Financement : privé Livraison : 2020

Coût : 650 M Financement : public Livraison : 2022-2026

Coût : à définir Financement : privé Livraison : à définir

3ème plus haute tour d’Europe, elle se compose de 70 appartements du 2 au 7 pièces, 2 sky duplex de 1200m² et un penthouse de 3 300m² (5 étages) : fumoir, salle de cinéma, de sport, piscine couverte, toboggan aquatique et la piscine extérieure. Une clientèle potentielle internationale : Suisses, Belges, Russes, Anglais, Français.... Prix du m2, quelques 70.000 €... Mais aussi 177 appartements domaniaux sont prévus pour les Monégasques. Ce projet pharaonique est situé dans le quartier de l’Annonciade, terrain qui a permis de construire un double gratte-ciel le plus haut possible (40 m de moins que la Tour Montparnasse).

Le nouveau Yacht Club est signé d’un grand nom de l’architecture : Lord Norman Foster. Le « paquebot » de 13.150 m² amarré au Quai Louis II est aussi effilé que les liners qui reliaient l'Angleterre à l'Amérique au début du XXe siècle, son Club House (8300m²) sera réservé aux 1000 membres du Y.C.M. (56 nationalités), un lieu de rencontre pour les amateurs et professionnels du yachting mondial. L’escalier monumental hélicoïdal conduira aux salles d'exposition, bibliothèque, salon d’honneur, salle de sport. Cinq luxueuses «cabines» seront réservées aux hôtes en escale. Sur le pont arrière piscine et solarium...

Le Sporting d’hiver disparaîtra du paysage monégasque à l’horizon 2020. En lieu et place du Sporting d’hiver sera construit non pas un seul et unique bâtiment mais un ensemble de 7 petits immeubles de 7 à 11 étages. Quatre seront situés côté Place du Casino (dans l’alignement de l’hôtel de Paris) et les trois autres, côté Square Beaumarchais. Un luxueux complexe immobilier mêlant à la fois commerces, résidences haut de gamme, bureaux et espaces de loisirs. Les premiers coups de pioche de cette énorme opération immobilière seront donnés dès 2016, pour une durée de travaux estimée à 4 ans.

Des chambres plus spacieuses, 40% de suites en plus, la création d’un jardin intérieur bordé de joailleries et visible depuis le Hall ; un nouvel espace spa, une « villa sur le toit » jardin et piscine privés. La S.B.M a confié le lifting (tout en douceur) mais incontournable pour rester dans la course des palaces du 3ème millénaire à Richard Martinet et Gabriel Viora. La façade historique restera intacte tout comme les caves légendaires, le Bar Américain, la Salle Empire, le Louis XV et le Grill. Pour des raisons logistiques et économiques les travaux débuteront concomitamment à ceux du Carré d’or.

Le projet prevoît 394 lits auxquels s’ajoutent les 44 lits de psychiatrie pour garantir la meilleure fonctionnalité hospitalière, avec un coût de fonctionnement rationalisé. La capacité de ce futur CHPG a été conçue pour répondre aux besoins de la population de la Principauté et des habitants d’un bassin de proximité correspondant à 125.000 personnes. L’implantation, l’architecture, les aménagements, concourent également à donner un maximum de vue sur la mer, renforçant le confort d’accueil des patients. 650 places de parking seront aussi réalisés, dont 290 places déjà disponibles en 2017.

Le Prince Souverain a ainsi tranché : l'expansion se fera face au Portier. A terme, le territoire monégasque devrait donc grappiller sur la mer 5 à 6 hectares. En raison de la crise, on est loin des 12 hectares imaginés fin 2008… Prochainement, la consultation des sociétés intéressées devrait démarrer. «Un avis sera publié, invitant les groupements susceptibles de réaliser et de financer de tels ouvrages maritimes à faire part de leur intérêt», a ainsi précisé le Prince. Ce qui impliquerait que l’opération soit assumée totalement par le privé. Plus de détails sur ce projet seront annoncés prochainement.

Mai 2013

3


DOSSIER SPECIAL

Un nouvel hôpital à la hauteur de Monaco Stéphane Valeri : "La livraison du nouveau bâtiment permettra à la Principauté de demeurer à la pointe du progrès et de l’excellence"

e Département des Affaires Sociales et de la Santé du Conseiller Valeri aura largement fait l’actualité à Monaco le mois dernier : le nouveau centre hospitalier sera un bâtiment-phare de l'avenir et du règne du Prince Albert II. Nous avons interrogé sur le choix du projet et son calendrier le Conseiller Valeri, ainsi que sur l’avancée sociale incontestable que constitue le nouveau régime de retraite du personnel non médical du CHPG. Une décision capitale et une avancée rare… Qui peut se vanter aujourd’hui d’augmenter les futures retraites en créant une retraite complémentaire ? Et, dans le même mois, on a appris un excédent du régime des caisses de maladie des salariés, ce qui paraît assez incroyable au regard de la situation de pays voisins. Il y a bien une exception sociale monégasque. On voit par ailleurs que les résultats de la CAR justifient les adaptations du régime de retraite des salariés, qui semble par ailleurs évoluer conformément aux prévisions du gouvernement. La pérennité est un objectif accessible. A cela on peut ajouter bien sûr le futur accord avec la France sur le télétravail. Un accord pour une activité d’avenir qui paraissait bien difficile à atteindre. Cela doit permettre à Monaco d’augmenter ses salariés, en limitant ses besoins en bureaux et sans aggraver la circulation routière. C’est l’œuf de Colomb. Un accord capital pour assurer le financement d’ambitions sociales toujours au plus haut niveau et dont bien sûr la santé est l’objectif le plus ambitieux, autour du nouveau CHPG. g Monsieur le conseiller, on connaît maintenant le maître d’œuvre du nouvel hôpital. Ce projet qui va déterminer pour des décennies la politique de santé à Monaco, est donc sur les rails avec un calendrier et des coûts. Les choix ont été faits. Est-ce vraiment le meilleur projet qui a été choisi ? Stéphane Valeri : "Oui, je le pense sincèrement. S.A.S. le Prince Souverain a fait le meilleur des choix possibles, en s'appuyant sur les analyses et les avis convergents des départements de l'Equipement et des Affaires sociales, ainsi que de la Direction de l'hôpital. Je tiens d'ailleurs à souligner la parfaite entente, sous l’autorité de S.E.M. le Ministre d’Etat, avec ma collègue Marie-Pierre Gramaglia et entre nos équipes respectives. Rappelons que le futur CHPG a été redimensionné pour répondre aux besoins de la patientele de proximité, de la frontière italienne à Villefranche sur mer, ce qui a permis de réduire le nombre de chambres par rapport au précèdent projet, et donc son coût de construction d'environ un tiers. Le projet médical a été entièrement revu pour l'adapter aux progrès de la médecine et aux futurs remboursements de la sécurité sociale (T2A) qui s'appliqueront, dans quelques années, à Monaco. Ainsi, par exemple, le nombre de lits de chirurgie classique a été fortement diminué, alors que l'hôpital de jour et tous les services ambulatoires, ont vu leurs surfaces augmenter de manière très significative. Ainsi, la direction de l'hôpital nous a remis une étude concluant que cet établissement, adapté donc à la T2A, permettra 30 millions d'euros par an d'économie de fonctionnement, par rapport au précèdent projet. Tout en prenant en compte les contraintes budgétaires de l'Etat, il assurera également le maintien de la qualité des soins aux patients. Le nouvel hôpital

4

Mai 2013

bénéficiera ainsi de chambres exclusivement individuelles et d'un plateau technique ultra-moderne. De plus, le projet retenu est le plus fonctionnel, car il s'étend sur l'ensemble du terrain, offrant ainsi l'opportunité de regrouper les 20 blocs opératoires sur un même niveau. Donc, affirmer que c’est le meilleur choix, pour reprendre votre question, repose bien sur des éléments objectifs. De plus, c'est l'hôpital le plus aéré, le moins élevé en étages, celui qui offre le plus de chambres avec vue sur la mer, avec une livraison anticipée de près de la moitié des places de parking, soit 290, dès 2017. Il présente, en outre, un système de management environnemental efficace. Enfin, nous avons voulu développer une filière VIP, qui sera rentable et contribuera, donc, à financer une médecine de qualité pour tous, tout en participant à « l’attractivité médicale » de la Principauté. Dans tous les services, il y aura donc une chambre VIP et l'hôpital disposera également d'une "unité de bilan", avec plusieurs suites de grande qualité". g Où en-êtes-vous sur le dossier de la prise en charge des aînés ? SV : “Cette question illustre la réalité de notre engagement, et chacun peut mesurer le chemin parcouru en quelques années. Comme vous le savez, pour nos aînés, selon la volonté de S.A.S. Le Prince Albert II, nous sommes en train d'achever la constitution d'une filière gériatrique complète. Pour les personnes valides ou très légèrement dépendantes, a été créée la maison de retraite "A Qietüdine", qui vient en complément des deux résidences de la fondation privée Hector Otto, qui elles ne s'adressent qu'aux personnes valides. La récente ouverture du Centre Gérontologique Rainier III (CRIII) permet de prendre en charge les personnes les plus dépendantes et les plus médicalisées. Nous allons à présent reconstruire le Cap Fleuri II et rénover en profondeur le Cap Fleuri I, qui deviendront des maisons de retraite médicalisées, accueillant des pensionnaires dont le niveau de dépendance sera moins élevé que les patients du CRIII". g Peut-on réaliser des synergies entre les logiques du privé et celles du public en matière de santé ? SV : “J’en suis persuadé et je vais vous donner des exemples. Avec la livraison du futur Centre Hospitalier Princesse Grace, la Principauté disposera d'une filière de soins complète et s'appuyant justement sur la complémentarité public-privé. Nous allons en effet regrouper l'ensemble de l'orthopédie au sein du nouvel hôpital, en y intégrant les 28 lits de la clinique privée IM2S. Nous souhaitons aussi regrouper l'ensemble de l'hémodialyse au sein de cet établissement et le gouvernement est pour cela entré en négociation pour racheter le Centre d'hémodialyse privé de Fontvieille. Enfin, en complément de ce nouvel hôpital, demeurera le Centre Cardiothoracique, structure privée dont la qualité et la réputation internationale ne sont plus à démontrer". g Il manquait à votre adaptation générale des retraites, le nouveau régime des personnels de l’hôpital. Un secteur très inquiet par rapport aux évolutions notamment du pays voisin. Le Gouvernement va-t-il pouvoir répondre aux attentes du personnel non médical du CHPG ? SV : "Oui, absolument, et on mesurera notre attachement à la spécificité monégasque dans ce qu’elle a de plus juste. C’est un sujet qui, vous le

© Photo NM

DOSSIER

L

par Patrice Zehr

savez, était à l’étude depuis de nombreuses années. Les agents hospitaliers étaient les seuls à Monaco à subir les évolutions des lois françaises en matière de retraite, et de plus, à ne pas bénéficier d’une retraite complémentaire. Avec la loi Fillon, ils ont été impactés par une décote des pensions. En clair, ils devaient accumuler toujours plus de trimestres travaillés pour toucher la même retraite. Le Gouvernement s’est donc engagé à réformer le système. Nous avons confié une mission tout d’abord à Monsieur Maurice PILOT, ancien Directeur des Caisses Sociales et Vice-Président du Conseil d’Administration du CHPG, puis au cabinet d’actuaires SPAC, pour évaluer le coût et l’impact des mesures préconisées. A l’issue de nombreuses réunions et d’une large concertation menée avec les organisations représentant le personnel, le Gouvernement a ainsi arrêté des décisions, présentées le mois dernier aux syndicats. Ainsi, nous supprimons, avec effet rétroactif au 1° janvier 2013, la décote et mettons définitivement à l’abri les salariés des évolutions françaises. Nous avons en effet décidé de geler à 163 le nombre de trimestres nécessaires pour l’obtention d’une retraite à taux plein. Nous maintenons aussi la possibilité de départ à la retraite à l’âge actuel de 55 ans pour la catégorie active et 60 ans pour la catégorie sédentaire. Enfin, à compter du 1er juillet 2013, nous créons un régime de retraite complémentaire, qui sera financé à parts égales par l’employeur et les salariés et qui apportera, à terme, une majoration de 20% de la pension de base. Comme la loi Fillon s’applique depuis 2005, avec les conséquences négatives que cela implique, nous avons prévu une rétroactivité de la part patronale à partir du 1er janvier 2005. Ces mesures justes et attendues, auront un coût progressif pour le CHPG, estimé pour 2014 à 600.000 euros et à 2 millions d’euros par an, dans une vingtaine d’années. En conclusion, il s’agit d’une réforme unique en Europe, car elle accorde plus de droits aux personnels hospitaliers. En effet, actuellement, toutes les réformes demandent plus d’efforts aux salariés, en combinant l’allongement de la durée de travail, l’augmentation des cotisations et la diminution du pouvoir d’achat des retraités. Là encore, la Principauté fait figure d’exception. D’une part, comme je vous l’ai dit précédemment, notre pays fait progresser l’excellence de son système de soins, et, d’autre part, il pérennise de manière responsable l’exemplarité de son modèle social".


Mai 2013

5


POLITIQUE & SOCIETE

"Très attentifs sur le logement" TROIS QUESTIONS A :

S.E. M. MICHEL ROGER *

I

l y a eu pendant la campagne électorale un débat vif et contradictoire autour de la menace d’un retour de la pénurie de logements dans le domanial. On peut maintenant aborder le problème peut-être plus sereinement - mais c’est une des priorités des monégasques et un sujet d’inquiétude - alors pénurie ou pas pénurie ? Michel Roger : "Nous venons d’attribuer les appartements de la deuxième tranche des Jardins d’Apolline et nous allons livrer dans quelques mois les opérations Canton et Tamaris. Au total ce seront donc 250 logements domaniaux nouveaux de mis sur le marché auxquels s’ajouteront environ 90 supplémentaires qui seront reloués après leur remise en état. Par la suite viendront en 2014 les 177 logements de l’opération Odéon. Je crois donc sincèrement que l’on ne peut pas parler de pénurie. L’effort réalisé est important. Je dois reconnaître cependant qu’il existe une difficulté au niveau des appartements de type F2 que nous allons essayer de surmonter lors des prochaines opérations".

g Ce dossier délicat à Monaco est un exemple de la recherche du consensus entre la nouvelle majorité, le conseil national dans son ensemble et le Gouvernement Princier. Comment jugez-vous l’ambiance générale des relations et les conditions du travail commun. Comment cela se passe-t-il ? MR : "Le Gouvernement Princier en la matière dispose de l’étude scientifique réalisée par l’IMSEE qui nous donne une réelle vision prospective. Dans ce domaine comme dans les autres, nous sommes très attentifs aux attentes des élus des Monégasques. Nous allons prochainement nous rencontrer car il s’agit effectivement de l’un des dossiers prioritaires. Je crois pouvoir dire que les relations personnelles et institutionnelles sont de qualité. Nous avons un calendrier de travail chargé dans les prochaines semaines avec toute une série de commissions plénières d’études dans des domaines aussi importants que les affaires budgétaires, les grands travaux ou encore le programme de constructions domaniales. Le Gouvernement fera tout de son côté pour que le travail des deux institutions soit le plus profitable pour la Principauté". * Ministre d'Etat de la Principauté de Monaco EUROPE

Le président Laurent Nouvion à l'APCE

C

onformément à l’engagement pris lors de son discours d’investiture, le 21 février dernier, le Président du Conseil National s’est rendu pour la première fois depuis son élection, à la deuxième partie de session de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (A.P.C.E.) le lundi 22 avril 2013. A cette occasion, Monsieur Laurent Nouvion, a été invité par le Président de l’Assemblée, Monsieur Jean-Claude Mignon, a prendre place dans l’hémicycle accompagné de la délégation monégasque, composée du Président de la Commission des Relations Extérieures, Monsieur Jean-Charles Allavena, de Madame Béatrice Fresko-Rolfo et de Monsieur Christian Barilaro. L’ouverture de la session a notamment été marquée par l’élection de JeanCharles Allavena à la Vice-Présidence de l’Assemblée au titre de Monaco : ce qui a provoqué la réaction immédiate del'opposition Union Monégasque qui a evoqué le fait que la nomination à ce poste de M. Gardetto avait été à l'époque fortement critiquée par l'actuelle majorité Horizon Monaco. Le Président du Conseil National ainsi que la délégation complète ont également été conviés à un déjeuner officiel présidé par Monsieur Mignon auquel ont également participé le Président de la République Fédérale d’Allemagne, Monsieur Joachim Gauck, et le Président du Comité des Ministres, Monsieur Gilbert Saboya Sunye. La journée s’est conclue par un entretien privé entre Monsieur Nouvion, accompagné des membres de la délégation monégasque, et Monsieur Jean-Claude Mignon, président de l’APCE. Au cours de cette rencontre, la saisine de la Commission de Venise au sujet de la Principauté a bien sûr été longuement évoquée. Laurent Nouvion a rappelé que cette saisine n’avait pas lieu d’être selon lui. Jean-Claude Mignon a déclaré comprendre cette position et être conscient qu’un nouveau souffle sera désormais lié à l’action de la représentation du Conseil National auprès du Conseil de l’Europe.

6

Mai 2013

© Photo DR

g Concrètement où en sont les programmes, les projets et perspectives. Pourra-t-on faire face et dans quels délais aux besoins ? Une adaptation est-elle nécessaire ? MR : "Pour ce qui concerne les programmes, je vous ai décrit les prochaines livraisons. Nous travaillons également sur l’opération Testimonio II dont la capacité pourrait être portée de 100 à 125 logements. Nous avons entamé une réflexion pour la suite".


TROIS QUESTIONS A :

JEAN-MICHEL CUCCHI *

INTERVIEWS

"Le gouvernement semble avoir pris conscience de l'ampleur du problème" g Il y a eu pendant la campagne électorale un débat vif et contradictoire autour de la menace d’un retour de la pénurie de logements dans le domanial. On peut maintenant aborder le problème peut-être plus sereinement- mais c’est une des priorités des monégasques et un sujet d’inquiétude- alors pénurie ou pas pénurie ? Jean-Michel Cucchi : « Tout au long de la campagne électorale, les candidats de la liste Horizon Monaco, actuelle majorité, ont dénoncé, avec force et détermination, la pénurie de logements domaniaux, due à l'absence de détemination de l'ancienne majorité UDM et à la complicité du Gouvernement qui n'a pas su prévoir et anticipé le problème. Ce dernier ne cessant de répéter à l'époque, tout comme l'UDM d'ailleurs, qu'il n'y avait et n'aurait pas de pénurie! Au vu des résultats du 10 février, ces discours de circonstance, n'ont pas trompé les monégasques ! La situation est pourtant claire, hélas, plus de la moité des demandes légitimes de logements n'a pas été satisfaite lors de la dernière commission d'attribution du 27 mars. Plus de 200 familles sont « restées sur la carreau »! Qui après ça oserait nier la pénurie? Plus le gouvernement qui semble être revenu à la raison, de même que la minorité UM dont le représentant à la Commission Mixte, Bernard Pasquier, partage notre analyse ».

© Photo CN

g Concrètement où en sont les programmes, les projets et perspectives. Pourra-ton faire face et dans quels délais aux besoins ? Une adaptation est-elle nécessaire ? JMC : « Le logement des monégasques est une priorité absolue pour la majorité. Le Président Laurent Nouvion et moi-même avons demandé au gouvernement de prendre ses responsabilités et de nous présenter rapidement les solutions qu'il envisage pour mettre fin à cette pénurie. Il devrait revenir vers nous dans les prochaines semaines. Notre but est de pouvoir se décider rapidement quoi qu'il en soit avant l'étude du budget 2104, afin de pouvoir lancer les programmes cette année. Car entre la décision d'un programme et la livraison des appartements; il faut attendre 3 ou 4 ans, et trop de temps a déjà été perdu. Par ailleurs, une modification des critères est indispensable, de même que la mise en place de mesures visant à faciliter la mobilité et les échanges. Nous y travaillons activement et nous présenterons nos propositions dans les prochaines semaines ». g Ce dossier délicat à Monaco est un exemple de la recherche du consensus entre la nouvelle majorité, le conseil national dans son ensemble et le Gouvernement Princier. Comment jugez-vous l’ambiance générale des relations et les conditions du travail commun. Comment cela se passe-t-il ? JMC : « J'ai le sentiment que le gouvernement semble avoir pris conscience de l'ampleur du problème et de son impérieuse nécessité à le résoudre. Et si je ne veux pas faire de procés d'intention à l'exécutif, cependant, fort de mon expérience d'un précédent mandat, je sais que nous ne devrons pas relâcher notre vigilance. Je puis assurer à nos compatriotes, qu'ils peuvent compter sur la détermination totale de leurs élus, le logement, ce n'est pas négociable, c'est indispensable !». * Conseiller national (Horizon Monaco-UP), président de la Commission du Logement

TROIS QUESTIONS A :

JEAN-LOUIS GRINDA *

"Des adaptations sont nécessaires pur fluidifier le marché locatif domanial" g Il y a eu pendant la campagne électorale un débat vif et contradictoire autour de la menace d’un retour de la pénurie de logements dans le domanial. On peut maintenant aborder le problème peut-être plus sereinement- mais c’est une des priorités des monégasques et un sujet d’inquiétude- alors pénurie ou pas pénurie ? Jean-Louis Grinda: « A ma connaissance, le rapport 2012 de l’IMSEE indiquait qu’il n’y aurait plus de pénurie après 2014… Ce rapport fut la bible du Gouvernement en la matière. L’ancienne majorité s’est néanmoins organisée pour qu’il y ait des commissions d’attributions chaque année jusqu’en 2018, confortée par l’arrivée sur le marché de la Tour Odéon et aussi par la promesse gouvernementale de livrer une centaine d’appartements à Testimonio en 2018 (les études se faisant en 2013 et les travaux devant débuter en 2014). Tout cela ajouté à une réduction des délais pour la remise en location des logements vacants, l'ensemble du dispositif ci-dessus me semble donc correct et honnête. Par contre, je ne conteste pas que le rapport de l’IMSEE ait pu pêcher par excès d’optimisme et que la réalité puisse aujourd’hui s’avérer plus complexe ».

© Photo CN

g Concrètement où en sont les programmes, les projets et perspectives. Pourra-t-on faire face et dans quels délais aux besoins ? Une adaptation est-elle nécessaire ? GLG : « La réponse à la première partie de cette question appartient clairement à l’actuelle majorité qui a annoncé, pendant la campagne électorale, le lancement de 2 nouveaux programmes devant être livrés avant 2018. Comme tous les monégasques, j’attends de voir. Des adaptations sont sans doute nécessaires, notamment dans l’accélération de la fluidité du marché locatif domanial. Les critères d’attributions ont été revus en 2012 et ne me semblent pas devoir être remis en cause, notamment la détermination d’un plafond de ressources (déjà très élevé) au-delà duquel une demande est refusée. C’est une mesure de bon sens et de justice ». g Ce dossier délicat à Monaco est un exemple de la recherche du consensus entre la nouvelle majorité, le conseil national dans son ensemble et le Gouvernement Princier. Comment jugez-vous l’ambiance générale des relations et les conditions du travail commun. Comment cela se passe-t-il ? GLG : « La recherche d’un consensus est une chose normale et raisonnable, renoncer à ses convictions profondes pour y parvenir à tout prix en est une autre… L’ambiance de travail au Conseil National est bonne, chacun pouvant s’exprimer librement en Commission. Je regrette néanmoins certains commentaires de l’actuelle équipe, en conférence de presse, dénigrant la qualité du travail de leurs prédécesseurs. Cela manquait singulièrement de hauteur de vue et était manifestement injuste et caricatural…dont acte ! Bien qu’il y ait des différences d’appréciation sur certains dossiers, la qualité des débats me laisse penser que nous pourrons jouer pleinement notre rôle prévu par la Constitution. Le moment important sera sans aucun doute le vote du budget en fin d’année ; à ce moment là, nous pourrons voir comment les uns et les autres passent de la parole aux actes ». * Conseiller national (Union Monégasque-Indépendant), président de la Commission Environnement et Cadre de vie

Mai 2013

7


8

Mai 2013


ECONOMIE & FINANCE

L'Europe face à l'évasion fiscale La levée du secret bancaire et l'échange d'informations automatique sont en débat au sein de l'Union par Patrice Zehr

par Pascale Marcaggi

L

g Chasse à l'évasion et à la fraude fiscales C'est dans un contexte de « coïncidence avec une certaine actualité », que l'Europe poursuit sa mise en cohérence d'une fiscalité fragmentée au regard du marché unique, fragmentation propice à l'évasion et à la fraude fiscales, estimées à un montant de près de mille milliards d'euros par an au sein de l'Union européenne : c'est en substance cette logique de « cohérence économique » qu'a mise en avant Valère Moutarlier, membre du cabinet d'Algirdas Semeta, Commissaire européen en charge des questions de fiscalité et de lutte antifraude, lors d'une conférence de presse à la Représentation européenne à Paris. La situation actuelle n'est de ce fait «pas surprenante», a précisé Valère Moutarlier. Le chantier entamé... en 2003, devrait aboutir en 2015, aux informations fournies de façon automatique pour les revenus du travail, les «jetons de présence», les assurances-vie et les bien immeubles, et en 2017 aux royalties, dividendes et revenus du capital, des non-résidents d'un État de l'Union y détenant un compte. g Le plan d’action européen D'ores et déjà, le plan d'action présenté le 6 décembre dernier et la directive épargne, s'organisent selon trois grands principes : la loi pour tous, autrement-dit, la nouvelle directive entrée en vigueur le 1er janvier est « l'acte législatif » européen qui abolit le secret bancaire pour les non-résidents, la directive épargne (actuellement en négociation au Conseil) doit, quant à elle, étendre la liste des produits devant donner lieu à informations automatiques, et la fraude type sur la TVA doit faire l'objet de mécanismes d'identifications rapides ; Les deux autres grands principes de ce plan d'action sont l'incitation à la réforme fiscale de chaque État (avec assistance technique de l'Europe pour les pays tels que le Portugal, Chypre, la Grèce) et l'incitation à la coordination des États-membres entre eux, soit un terme mis aux attitudes dites « non-coopératives », de même qu'aux montages juridiques permettant la double non-taxation. A ce titre, l'ensemble des conventions bilatérales au sein de l'Union, devraient être revues. L'ambition de l'Europe est, après l’OCDE, de faire jouer les principes de transparence et d'informations automatiques, en y adjoignant la fin des régimes entrant en concurrence déloyale avec les principes de l'Union européenne. En outre, l'idée est suggérée d'une plate-forme européenne composée d’ONG, de parlementaires, de syndicalistes, etc. Un « standard » qui serait alors largement équivalent au FATCA (Foreign account tax compliance Act) américain - ajoutée à cela la clause de la nation la plus favorisée : par exemple, si l'Autriche ou le Luxembourg venaient à signer un accord avec les USA, l'Autriche et le Luxembourg devraient alors consentir les mêmes conditions à l'Union européenne... - à la différence que celui-ci est en vigueur, quand le paquet fiscal européen doit être encore adopté à l'unanimité par les 27...

© Photo DR

e paquet fiscal européen pour lutter contre l'évasion et la fraude fiscale s'appuie en particulier sur la levée du secret bancaire pour les non-résidents d'un Etat européen et sur l'échange d'informations automatique concernant une liste à établir de produits financiers. Des mesures que l'Europe doit encore voter à l'unanimité, et, une fois approuvées, qu'elle pourrait vouloir appliquer aux etats tiers à l'Union, y compris aux petits états...

g Quid des petits états ? Quid des accords bilatéraux déjà existants avec les pays hors de l'Union européenne ? En premier lieu, il n'y a ni définition juridique européenne des paradis fiscaux, ni liste noire européenne des paradis fiscaux.... il n'y aurait du reste pas de paradis fiscal en Europe. Pour les pays hors de l'Union avec lesquels celle-ci a des accords, ils devraient être a priori révisés dans la perspective de la mise en conformité avec la directive épargne. Les discussions ont du reste été entamées en ce sens avec la Confédération suisse. La même démarche devrait être entreprise avec la Principauté de Monaco, de même qu'avec le Liechtenstein, Andorre, San Marino. Aujourd'hui, c'est le «paquet fiscal» de juin 2003 entré en vigueur en juillet 2005, signé entre l'Europe et Monaco, qui s'applique... Monaco a opté pour le régime de la retenue

à la source des revenus de l'épargne (35%) mesure considérée par l'Europe comme transitoire, dans le but de maintenir son secret bancaire et de préserver ainsi sa compétitivité en matière de gestion du patrimoine. Reste que les résidents français «d’après 57», à Monaco, sont assujettis à la fiscalité française. Au mois de janvier dernier, Arnaud Leroy, député des Français établis hors de France, avait interpellé Laurent Fabius sur l’érosion du nombre des Français résidant à Monaco, qui lui avait répondu : «Le statut fiscal ne semble pas poser de difficultés particulières aux Français qui choisissent de s’installer à Monaco». Le Ministre des Affaires étrangères français avait rappelé la jurisprudence du conseil d’État, excluant tout privilège fiscal pour les Français établis à Monaco après le 31 octobre 1957.

LIVRE

Favoriser l'Humain dans l'entreprise ans le monde de l’entreprise, l’absentéisme est souD vent vécu par les dirigeants comme un fléau. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il en existe un autre : le "présen-

téisme", considéré aujourd’hui comme l’un des problèmes majeurs des entreprises. Le présentéisme désigne « le désengagement que l’on observe parmi les salariés dans de nombreuses équipes. Présents, mais en service minimum ! » Parmi les remèdes proposés pour enrayer ce phénomène, la dynamisation des équipes autour de pratiques sportives. Sacha Génot – directeur éditorial de l’Agora du Sport – et Philippe Tallois – journaliste bien connu dans notre région (TMC, RMC) – ont rencontré 40 entreprises qui témoignent de leurs méthodes et de leurs solutions. Des entretiens avec les dirigeants de PME telles que Velux ou Arkoon (sécurité informatique) comme de multinationales telles que Danone, Pepsico ou Microsoft, auxquelles on peut encore ajouter...les Sapeurs-Pompiers Nous nous sommes « aperçu que le sport était un élément permettant de mieux vivre en Entreprise mais qu'il y en avait d'autres contribuant au Bien-être en entreprise ». Souvent les initiatives pour mettre de la convivialité dans l'entreprise ont été « le fait de dirigeants pratiquant le sport qui souhaitaient partager leur passion et développer l'esprit d'équipe. Or peu à peu l'expérience a montré que c'était profitable à tout le monde ». A présent des sociétés de conseil spécialisées accompagnent la démarche des chefs d'entreprises qui souhaitent s'engager dans cette voie. En quelque sorte une chasse au gaspi humain ! Conclusion : on commence à réaliser que l’Humain dans l’entreprise est non seulement essentiel mais rentable. (P.Y.R.)

Mai 2013

9


L'ACTUALITE

ACTUALITE

Une révolution... technologique ?

✲ M O NACO E N BRE F ✲ ☞ Monaco : La galerie L’Entrepôt présente «Phantasia» de Caroline Rivalan. Pour sa première exposition personnelle, cette jeune artiste présente une série d’installations. Ses œuvres tirent leurs matières premières de l’univers domestique bourgeois et non industriel. Les « Objets quasi Vivants Non Identifiés » tournent, rampent, sautent, parodiant des vies futures ayant survécu puis évolué à partir des restes d'une civilisation aisée, vers un référentiel où le temps n'a plus d'emprise. Du 31 mai au 28 juin. ☞ La Colle-sur-Loup : Sacrée capitale de la Rose à parfum en 1907, avec une production de 600 tonnes de pétales, La Colle-sur-Loup, chaque année avec le retour du printemps, met à l’honneur sa fleur fétiche « la centifolia » qui était cultivée sur la commune au 19ème siècle. L’espace d’une journée, la fête de la rose dont la création remonte au mois de mai 1954, nous fait joliment revivre un aspect du riche patrimoine collois. « Une Journée Autour de la Rose » dimanche 12 mai de 10h à 19h au cœur du village, avec de multiples activités.

par Pierre-Yves Reichenecker

V

ous êtes submergés d'infos sur les derniers modèle de Tablettes, Smartphones et vous ne savez plus quoi choisir pour vous, quoi offrir ! Vous allez découvrir une merveille de technologie qui est appelée à supplanter toutes les autres... Bienvenue dans l’ère qui transformera votre façon de comprendre le monde ! L’Américain n’est pas mieux loti. Il a aussi «sa» météo. Voici un nouveau dispositif biooptique d’enregistrement des connaissances, répondant au nom commercial de : Book.« Book » est une révolution technologique sans précédent, sans câbles, sans circuits électriques, ni batteries et sans rien à connecter. Compact et portable, « Book » peut être utilisé n’importe où. Puisqu’il n’a pas de batterie, il n’a pas besoin d’être rechargé. Il est donc disponible à tout instant, et aucune prise de courant n’est nécessaire. « Book » ne plante jamais. « Book » n’a pas besoin d’être réinitialisé. Il suffit de l’ouvrir pour commencer à profiter de ses énormes avantages. Voici comment il fonctionne : « Book » est constitué de feuilles de papier numérotées consécutivement. Chacune d’elle est capable de stocker des milliers de bits d’information. Chaque page est scannée, transmettant directement l’information au cerveau. Un simple geste des doigts nous amène directement à la page suivante. Les pages sont maintenues entre elles par un dispositif de couture, encore appelé « reliure », qui les maintient dans l’ordre correct. Grâce à la technologie de papier opaque, les fabricants peuvent utiliser les 2 faces, pour resserrer l’information. La plupart des « Book » intègre la fonction « table des matières » qui indique la localisation de n’importe quelle information pour la récupérer instantanément. En option, l’accessoire « marque-pages » permet d’ouvrir « Book » à l’endroit exact où il a été quitté à la session précédente, même si « Book » a été fermé entre-temps. Les marque-pages s’ajustent aux standards internationaux de manière à ce qu’un même marque-pages s’adapte des « Book » de fabricants différents. A l’inverse, plusieurs marque-pages peuvent être utilisés dans le même « Book » si l’utilisateur veut retenir l’emplacement d’informations multiples. . Il est également possible d’ajouter des notes personnelles grâce à un outil de programmation ultrasensible : le « crayon ».

Le dispositif « mains libres » également connu sous le nom de pupitre, permet un parfait maintien de « Book » pour une lecture pratique, sans avoir besoin d’utiliser ses mains. Si vous voulez tourner les pages, un simple recours au doigt est suffisant. « Book » est un produit respectueux de l’environnement. Il est composé de matériaux 100% recyclables. Portable, durable, « Book » est perçu comme le précurseur d’une nouvelle forme de divertissements. Bienvenue à l’expérience « Book ». (Info web) Souriez et lisez. La lecture, c’est bon pour la santé ; le livre, pour la liberté de pensée et d’expression. Pour en savoir plus : www.leerestademoda.com http://www.youtube.com/embed/Q_uaI28LGJk

SUMMER FESTIVAL

Pluie de stars pour les 150 ans A

vec 23 artistes, groupes et spectacles programmés sur près de 40 soirées, le Monte-Carlo Sporting Summer Festival démontre une nouvelle fois qu’il est sans aucun doute le plus grand festival de « music live » de la planète. Du 6 juillet au 19 août, le Sporting d’été accueillera une constellation d’étoiles de Rod Stewart à Elton John en passant par Santana, Barbara Hendricks, Michel Sardou, Joe Cocker, Eros Ramazzotti pour le Gala de la Croix Rouge le 2 août... Jean René Palacio, Directeur Artistique de la SBM, chef d’orchestre de l’événement a voulu une édition du «Monte-Carlo Summer Festival» à la hauteur de la célébration des 150 ans de la S.B.M. et de la philosophie de son fondateur François Blanc : offrir le rêve «dans une des plus belles destinations du monde» précise 150 ans plus tard celui qui pense l’affiche estivale de la Salle des Etoiles, une affiche qu’on peut qualifier chaque année et sans crainte : d’unique au monde !

© Photo DR

☞ Monaco : La 2 000ème carte d’adhérent à la Médiathèque de Monaco a été remise le 12 avril à Christelle Degiovanni. Cette carte permet d’emprunter des documents dans les 3 entités composant la Médiathèque : la sonothèque José Notari, la vidéothèque (situées au 19 bd Princesse Charlotte) et la bibliothèque Louis Notari (située 8 rue Louis Notari). La Médiathèque propose dans ses collections 9 000 DVD, 30 000 CD et 120 000 ouvrages. Valable 10 ans, la carte est au prix de 20 € et de 10 € pour les étudiants et les plus de 60 ans. ☞ Monaco : Sixième plantation pour « 1 naissance = 1 arbre ». Le 9 avril, la Mairie de Monaco, en partenariat avec l'Office National des Forêts (ONF), a inauguré la plantation des 979 arbres correspondant au nombre de naissances enregistrées en Principauté pour l'année 2012. L'opération "1 naissance = 1 arbre" s'inscrit dans le cadre du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, "Plantons pour la Planète", que la Mairie de Monaco a rejoint en 2008. Au total, ce sont près de 6000 arbres qui ont été plantés par la Mairie en 6 ans. ☞ Thoronet : 23èmes Rencontres Internationales de Musique Médiévale du 16 au 21 juillet en l’Abbaye du Thoronet. Située au cœur de la forêt varoise, l’Abbaye du Thoronet est un des joyaux architecturaux de l'art cistercien : sa beauté austère et son acoustique exceptionnelle sont l'écrin rêvé pour ces Rencontres qui comptent parmi les plus grands festivals dédiés à la musique médiévale. Les Rencontres du Thoronet offrent la possibilité au public de découvrir des ensembles de toutes nationalités dans un répertoire monodique ou polyphoniques sacré et profane universel, reflet d'un patrimoine musical mondial. ☞ Nice : À l'occasion de sa nouvelle tournée, -M- sera sur la scène du Nikaia le jeudi 16 mai 2013. Pour ceux qui ne pourraient y assister, ou qui voudraient revoir le phénomène, rendez-vous le samedi 21 décembre 2013 pour un deuxième concert niçois ! Save the date. ☞ Nice : Festival Crossover 2013 du 25 mai au 6 juin. Le Crossover fêtera cette année son cinquième anniversaire en se propageant encore plus dans sa ville, grâce à une formule revisitée et la mise en valeur innovante de lieux dédiés à l’expression : Villa Arson, Chantier Sang Neuf (anciens abattoirs), Colline du Château, Opéra de Nice, plage du Hi Beach & PandaBar accueilleront, entre autres, Kavinsky, Poni Hoax, Rone, La Femme, Nina Kraviz... ☞ Monaco : Du 4 au 7 avril 2013, sur le Port Hercule de la Principauté de Monaco, s’est déroulé la 4ème Edition du « Monte-Carlo Concours d’Elégance associée aux salons Monaco Motor Legend - Monaco Motor Show, qui regroupent depuis 2010 les véhicules qui ont écrit l’histoire automobile mondiale. Ces événements ont permis de regrouper une soixantaine de stands représentant l’univers de l’automobile de collection au travers de clubs, professionnels et collectionneurs européens de renom. Rendez-vous l'année prochaine pour la 5ème édition. ☞ Monaco : Lors d’une récente vente aux enchères organisée par Artcurial, deux photographies de Johnny Halliday en concert au Palais des Sports en 1967 par Solange Podell ont trouvées preneurs à 965 euros pour l’une et 772 euros pour l’autre. Bravo à notre amie photographe. ☞ Beausoleil : Des dizaines de villes et villages ont aujourd’hui leur festival du livre, combien ont songé à la jeunesse ? La ville de Beausoleil, il y a 4 ans, relevait ce qui pouvait sembler alors un défi créer un Festival du Livre Jeunesse, consciente que c’est dans la petite enfance que naît le goût de l’objet livre, puis le goût de lire... au RDV : auteurs, illustrateurs, conteurs, éditeurs et libraires... Parents et enfants ensemble dans le salon de lecture, concours de nouvelles, rallye lecture, et 3 spectacles... (Samedi 4 mai, Place de la libération). ☞ Monaco : Une délégation de Nagasaki, conduite par le Maire de la Ville, M. Tomihisa Taue, s’est rendue en Principauté, du 18 au 21 avril, pour y découvrir ses spécificités et étudier avec S.E. M. Patrick Médecin, Ambassadeur au Japon, et Mme Béatrice Projetti, Secrétaire Général de l'Association Monaco-Japon, les possibilités de coopération. M. Joël Bouzou, Président de Peace and Sport, a suggéré aux élus de Nagasaki que leur ville se porte candidate pour accueillir l’une des prochaines réunions de son Forum International.

La photographie du mois

* Programme complet à consulter sur www.sportingsummerfestival.com

Mensuel édité par GLOBAL MEDIA ASSOCIATES Sas

Rédaction : “Le Beausoleil de Monaco” 6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 email : laprincipaute@yahoo.fr http://www.laprincipaute.net

Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker

Avec la collaboration de Lisa Arquette Amanda Coutelle Pierre Dévoluy Jean-Philippe Lucas Pascale Marcaggi Pierre-Alain Martini Alan Parker-Jones

Diffusion Monaco & PACA SEC Cour Anc. Gare SNCF

Photos Claudia Albuquerque Olivier Almondo Centre de Presse Thierry Carpico

Relations Publiques Mary Coles Promotion & Publicité Chantal Garry

Impression Graficolor - Regione Prati Arma di Taggia (IM)

Projet graphique GMA Studio Design

Dessinateur Jean-Jacques Beltramo

N° de Commission Paritaire : 0517U81608

Copyright © 2013 Global Media Associates Sas - Piazza Caduti della Montagnola 48 - 00142 Rome

10

Mai 2013

Lors du Grand-Prix, les jardinières du bord de piste sont entreposées à Fontvieille, avec leurs panneaux de signalisation, ce qui nous vaut cette photo "cauchemard d'automobiliste". Une scène qui ne pouvait échapper à l'oeil toujours aux aguets de Richard Projetti... © Photo Richard Projetti


ECOLOGIE & ENVIRONNEMENT

Signons l' Appel de Paris ! « La Haute Mer, avenir de l'humanité » : l'appel lancé par la société civile réunie a été déjà signé par SAS le Prince Albert II par Pascale Marcaggi

"L

g Le patrimoine commun de l’humanité L'état des lieux est alarmant : alors que les phénomènes planétaires – réchauffement climatique, acidification des océans, etc. – ont pris un tour d'accélération, les négociations interna-

People Vert

"Nous ne vivrions pas sans elle. Elle nous nourrit, nous fournit la moitié de notre oxygène, équilibre notre climat, séquestre la majeure partie de nos émissions de gaz à effet de serre, permet la quasi-totalité des échanges de marchandises. Elle inspire nos poètes et fait rêver nos enfants. S’il appartenait à une seule nation, un tel trésor serait chéri. Mais la Haute Mer n’appartient à personne, elle doit être gérée dans l’intérêt général, comme un «bien commun de l’humanité." tionales n'ont de cesse de buter sur des intérêts qu'il faut bien qualifier de particuliers. Alors que Rio + 20 est resté impuissant à seulement mentionner la haute mer, la Convention de Montego Bay, qui seule régit le droit de la mer, se limite aux deux cent milles nautiques de chaque État : « Montego Bay a été un bon texte, mais il a des trous !» lançait Francis Vallat, président-fondateur du Cluster Maritime Français. Quand la haute mer, mécanique compliquée des équilibres fondamentaux de nos écosystèmes, est déjà surexploitée. Le seul trafic maritime représente « 58 000 navires qui transportent 16 milliards de tonnes chaque année », rappelait Francis Vallat, indigné que cela se compte en chiffre d'affaires : «En 20 ans, le trafic maritime a quintuplé, avec un chiffre d'affaires de 1500 milliards d'euros, juste après l'alimentaire et avant les télécommunications. Il est aujourd'hui moins cher de faire venir un réfrigérateur de Chine que de Romorantin ». Quand Jean-Paul Delevoye associait, ni plus ni moins, la Haute Mer à un retour à la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, Jean-Pierre Thébault, l'ambassadeur de la France pour l'Environnement et

© Photo DR

Les citoyens de la planète peuvent-ils influer sur les politiques au plus haut niveau ? » interrogeait le président d'une ONG. Lancé depuis le palais d’Héléna à Paris, le 11 avril dernier, à l'initiative de Tara Océans et de Catherine Chabaud - la navigatrice est membre de Conseil Économique, Social et Environnemental - l'Appel de Paris pour la Haute mer, avenir de l'humanité » s'inscrit déjà comme cette journée historique où la société civile réunie aura su créer la lame de fond propre à faire valoir les véritables enjeux de l'humanité, au regard du cours trop lent des négociations internationales. Une dérivation, en quelque sorte, posée pour accélérer le mouvement. « On en avait besoin », concluait ainsi son intervention Gilles Bœuf, président du Muséum National d'Histoire Naturelle, partisan de la première heure de la prise en compte de l'océan dans les questions environnementales. « Ce qui me frappe est la vitesse à laquelle on attaque la haute mer », témoignait François Gabart, à 29 ans le plus jeune vainqueur du Vendée Globe (photo). Se félicitant que la mer soit entrée au CESE – le 18 janvier, y a été créé le Conseil national de la mer et des littoraux – Jean-Paul Delevoye, président du CESE, ouvrait cette journée par l'aphorisme de Montesquieu : « les États n'ont pas d'âme, ils n'ont que des intérêts ». C'est à ce principe de réalité que la société civile en son entier, scientifiques, ONG, armateurs, a choisi d'opposer... la réalité et quelques principes.

le Développement Durable se déclarait être ici un « ambassadeur heureux », ne se privant pas de marteler que les belles déclarations de « patrimoine commun de l'humanité » sont des « mots vides » faute de règles, semblables à « la liberté du renard dans le poulailler » quand « l'humanité est en prise à une course de vitesse avec les océans ». g Le Prince Albert donne l’exemple Une course dont la société civile a pris bonne note du calendrier : septembre 2014, accord à l'ONU sur la biodiversité en haute mer... d'autres résultats avant peut-être. Et, d'ici-là, le congrès des Aires Marines Protégées à Marseille et en Corse : tant il est vrai que l'Institut Océanographique, Fondation Albert 1er de Monaco, Prince de Monaco, et la Fondation Albert II de Monaco, ont fait partie du comité de pilotage de l'Appel de Paris. SAS le Prince Albert II en a du reste été l'un des premiers signataires. Chacun peut désormais suivre son exemple sur www.lahautemer.org. Il n'y a pas de goutte d'eau dans l'avenir de l'humanité...

PREVENTION

par Jean-Philippe Lucas

Le courage de Vandana Shiva

Contre les feux de forêt

L

D

© PhotoDR

e combat de cette indienne devrait être le nôtre. Lutter contre les multinationales comme Monsanto qui veulent contrôler l’alimentation mondiale. Docteur en philosophie des sciences elle reçoit en 2001 le prix Nobel alternatif. Vandana Shiva est l’un des chefs de file des altermondialistes. Elle se bat pour empêcher Monsanto de répandre les OGM qui ont par exemple contaminé tout le maïs mexicain. Pour elle la manipulation génétique a pour but de créer des brevets qui donneront à Monsanto le contrôle de toutes les semences et de maîtriser toute la nourriture mondiale. Aujourd’hui la contamination transgénique fait des ravages, au point de ruiner les paysans indiens qui se suicident par milliers. Ce désert vert est une guerre silencieuse qui apporte la mort et la maladie. Elle a créé une association NAVDANYA qui signifie « 9 graines » qui se bat pour un droit de sauvegarde et de partage des semences. Elle estime que Monsanto devrait être jugé pour crime contre l’humanité. Mais il semblerait que les gouvernements aient du mal à résister aux belles promesses de rentabilité et aux pseudo arguments scientifiques de la firme concernant la création d’un monde meilleur et l’amélioration des aliments tout en diminuant l’utilisation des pesticides. Pour Vandana SHIVA la seule solution est une agriculture aux techniques traditionnelles et respectueuse de l’environnement Si cela continue ainsi ces brevets seront une menace majeure pour la sécurité alimentaire mondiale, une privatisation scandaleuse du vivant. Comme dit le proverbe on reconnait l’arbre à ses fruits et ils sont déjà bien pourris.

ans le cadre de l'Accord franco-monégasque de 1970 sur l'assistance mutuelle entre les services de secours et de protection civile, la Direction Départementale d'Incendie et de Secours des Alpes-Maritimes vient de mettre à disposition du Corps des sapeurs-pompiers de Monaco un engin de lutte contre les feux de forêt. Cet engin est destiné à répondre aux demandes de secours sur les secteurs boisés des communes françaises limitrophes ou de renforts dans le Département des Alpes-Maritimes ou hors département. D'une conception plus récente, le véhicule est équipe d'une citerne d'eau plus importante (4.000 litres), d'un équipement de protection collective pour le personnel et d'une capacité de franchissement tout terrain. Il remplacera un véhicule de même type mis a disposition en 1992. La remise officielle s ‘est effectuée ce 23 avril à 11h30, dans la cours du Centre de Secours de la Condamine en présence de Monsieur Patrice Cellario, Directeur Général du Département de l'Intérieur, du Lieutenant-Colonel Tony Varo, chef de Corps des Sapeurs- Pompiers de Monaco, du Colonel Patrick Bautheac, Directeur Départemental des Services d'Incendie et de Secours des Alpes-Maritimes, du Colonel Alain Jardinet, Directeur Adjoint et du lieutenant-colonel Marc Genovese, responsable du groupement fonctionnel technique.

Mai 2013

11


© Photo DR

© Photo MM

ART & CULTURE

par Viviane Le Ray

L

a Mairie de Monaco en la personne de Françoise Gamerdinger, Adjoint au Maire représentant le Pôle Culture, a annoncé le 11 avril lors d’une conférence de presse, un événement d’importance qui s’inscrira dans le temps : la Salle du Canton sera rebaptisée « Espace Léo Ferré » en hommage à l’immense artiste monégasque... A l’occasion du vingtième anniversaire de la disparition de Léo Ferré (ironie du sort pour le poète anarchiste un 14 juillet !) la Mairie de Monaco a souhaité lui rendre un hommage particulier tout un été, de juin à octobre, à travers des rencontres, des concerts, une exposition de photographies d’André Villers... Séquence émotion : Les étudiants de première année de l’Ecole Supérieure d’Arts Plastiques (ESAP) ont émis le vœu d’être associés à l’événement par le biais de la création de l’affiche avec pour unique mot d’ordre du commanditaire :

Un été dedié à Léo Ferré : "C'est Extra" « modernité ». Le projet retenu montre des jeunes gens portant la photo de l’artiste comme un masque, sur fond noir, offrant ainsi une symbolique très forte démontrant physiquement que vingt ans après sa mort Ferré est bien vivant... « Ferré l’anarchiste » ne pouvait qu’être cher à la jeunesse : parce que avons tous été peu ou prou à ce beau moment de la vie : « les enfants de Léo Ferré » En ouverture le 8 mai à 14h30 autre clin d’œil de la jeunesse les élèves de l’Académie Rainier III rendront un premier hommage à l’artiste-poète à travers un« Voyage musical autour du monde » g 11 juin jour «J» : Inauguration de «L’Espace Léo Férré» A l’initiative du Conseil Communal afin de pérenniser le souvenir du poète, la Salle du Canton sera rebaptisée « Espace Léo Ferré» et ce en présence de la famille de l’artiste (sur invitation) Du 12 juin au 28 juin de 11h à 16h : Exposition de 30 photographies de Léo Ferré, réalisées par le célèbre photographe André Villers qui a immortalisé les plus grands parmi eux son ami :

Ferré. Preuves parmi tant d'autres de la reconnaissance témoignée au grand photographe, la ville de Mougins lui a dédié « Le Musée de la Photographie André Villers » et la ville de Cannes actuellement lui consacre une exposition intitulée « 60 ans de photographies ». L’exposition monégasque se poursuivra à la médiathèque où le 18 juin à 19h sera retransmis un concert live de Léo Ferré g Catherine Lara « chantera l’Ami... » Un événement très attendu le concert exceptionnel que donnera Catherine Lara «Une voix pour Ferré» le 5 juillet 20h30 sur la scène de « L’Espace Léo Ferré ». Les 10 juillet et 19 août de 19h30 à 22h30, le kiosque à musique du Square Gastaud accueillera Charlie Vaudano qui jouera les airs inoubliables de Ferré compositeur. Le 9 août à 20h dans le cadre du Jardin exotique, en nocturne avant le feu d’artifice tiré par l’Italie, concert-hommage de Michel Avallon. En clôture de l’été Ferré, en octobre : conférence à la Bibliothèque Louis Notari.

PORTRAIT

Naulleau : la passion de l'écrit et de la liberté de parole oila un titre d’article qui s’applique aussi bien à Comme écrit Le Figaro littéraire : « À ceux qui Eric Naulleau qu’au Centre Universitaire MédiV vantent les gloires consacrées, Éric Naulleau optérannéen (CUM). J’ai eu le plaisir d’animer au CUM pose son goût de l'irrévérence pour démasquer ces

g Critique, polémiste, non conformiste L’esprit ce n’est pas ce qui manque à Eric Naulleau – pas même selon ses détracteurs le mauvais esprit. Naulleau est un critique littéraire et un polémiste qui revendique le droit de ne pas être obligé d’aimer ce qui est encensé par un système plus mercantile que culturel. Éric Naulleau fait part régulièrement de ses doutes quant à la crédibilité littéraire de certains écrivains contemporains. Déclarant être « frappé par l'anémie du roman français, extrêmement étriqué et nombriliste », il fustige, pour illustration, les œuvres auto fictives de Guillaume Dustan et Christine Angot.

12

Mai 2013

auteurs à la mode qui aimeraient faire passer leurs textes pour de la grande littérature. » Dès lors, ses « cibles » sont des écrivains médiatiques dont Éric Naulleau dénonce « le réseau » et la connivence avec les critiques littéraires : Frédéric Beigbeder, Bernard-Henri Lévy, ou Patrick Besson et Philippe Sollers dont il souligne les traits d'écrivains moyens et leur influence au sein du milieu littéraire. Éric Naulleau réfute aussi la littérature commerciale et les best-sellers qu'il apparente à une certaine forme de médiocrité littéraire, dénuée de style et de véritable savoir-faire romanesque, à savoir les œuvres de Marc Levy, Anna Gavalda, Alexandre Jardin entre autres. Depuis septembre 2011, il anime, en duo avec Éric Zemmour, Zemmour et Naulleau, un talk show hebdomadaire en seconde partie de soirée sur Paris Première. Il rejoint également Stéphane Bern sur RTL dans l'émission À la bonne heure où il tient une chronique littéraire : « Pitié pour les arbres ». Il a présenté au Cum son dernier livre qui est aussi un bilan d’un parcours de 20 ans. © Photo PdA

une conférence-débat d’Eric Naulleau, dans un amphithéâtre bondé et réceptif. Comme certains lecteurs le savent je participe depuis sa relance au Festival du livre de Nice et à certaines activités culturelles liées à l’écrit. Voilà qui permet de présenter aux lecteurs de La Principauté, le Centre Universitaire Méditerranéen et Eric Naulleau. Le CUM est une maison vouée au culte de l'esprit. Ses prétentions sont égales à la beauté de son cadre. Elle veut être à la fois un Institut de Recherche Scientifique et le lieu de rencontre culturel. Fondé par décret du18 février1933, le Centre Universitaire Méditerranéen est une institution unique en son genre, qui participe à la fois de l'Université, du Collège de France et des Etablissements d'ordre international. Evoquant dans le Livre du Centenaire en 1960, le "destin de Nice", Jean Médecin a souligné parmi les réalisations qui lui étaient chères la création en 1933 du Centre Universitaire Méditerranéen; celle-ci avait répondu au désir d'ajouter selon les propres termes de Paul Valéry, son premier administrateur, "aux attraits divers de la cité, les attraits et l'éclat attachés à l'activité des échanges intellectuels". Il s'agissait de réaliser à Nice "Une Politique de l'Esprit".

g Pourquoi tant d'E.N. ? Chroniques et polémiques 1992-2012. Éric Naulleau ouvre ici sa malle aux trésors : Ismail Kadaré, Claudio Magris, Jonathan Littell, Paul Gadenne, Michel Polac, Patrice Delbourg, Imre Kertész, Angelo Rinaldi – sans oublier le cinéma, la musique, la bande dessinée, la politique – et même le football ! Pertinentes et impertinentes, érudites et ironiques, polémiques et passionnées, ces chroniques finissent par composer l'autoportrait façon puzzle de ce lecteur devenu un personnage médiatique. Il a répondu avec humour et précisions aux questions du public, un public conquis par un esprit impertinent dans un monde trop conformiste et surfait… selon Naulleau bien sûr. (P.Z.)


64 ans mais... il ne les fait pas !

Effeuillage littéraire...

n 1893, Claude Monet s’installe à Giverny, crée un jardin de fleurs où naîtra son œuvre majeure les immenses Nymphéas : magie de l’eau, de la lumière, de la couleur. Les photographies de Jean Pierre Gilson restituent avec force et délicatesse à la fois l’atmosphère poétique du lieu. Coquelicots, tulipes, rosiers, clématites daloguent avec les lettres de Dominique Lobstein, qui donne la parole à celles et ceux qui ont marqué la vie et l’œuvre du Maître. Abandonnée pendant plus de 20 ans, la maison renaissait grâce à Gérald Van Der Kemp, et s’ouvrait au public le 1er juin 1980 : 7.000 visiteurs étaient attendus, il en viendra 70 000… ____________________________________________ « Un maître en son jardin/Claude Monet à Giverny » - Dominique Lobstein et Jean Pierre Gilson (Ed. La Martinière)

I

l n’y a pourtant point de sorcellerie dans cette réussite. Du travail, de l’intelligence, de la passion et la symbiose entre trois éléments : la musique, la lumière et le lieu. Un choix musical toujours sûr, classique et innovant, concocté par le nouveau directeur artistique du festival, Jean-Emmanuel Thomas ; la lumière de la Méditerranée et le lieu mythique du festival : le parvis de la basilique Saint-Michel. « Sous les étoiles, l’esprit du lieu, à l’acoustique si naturellement parfaite, est magnifié par des artistes dont le talent n’a d’égal que la sensibilité qui les fait, ici, se sublimer »Aux concerts du Parvis Saint-Michel viendront s’ajouter, à 18 heures, les concerts du Musée Cocteau, un nouvel écrin sur la mer qui a déjà une identité, « fidèle à l’esprit du père des Enfants Terribles qui se plaisait à conjuguer l’intime et le monumental ».

g Les concerts de 18 heures et le Off Le Musée Cocteau Collection Séverin Wunderman est donc appelé à devenir l’autre « grand » lieu du Festival. Ouverture le samedi 3 août avec le Trio les Esprits. Du piano le 4 août avec Adam Laloum, et le 8 avec Jonathan Bénichou. Du violon le 10 avec Sarah et Deborah Nemtanu. Et un final magistral le 15 avec le pianiste Igor Tchetuev. Chopin et Liszt au menu. Voila pour un rapide aperçu des programmes *. Le Festival Off proposera également de beaux moments. Comme le 13 août avec l’Orchestre National des jeunes de Norvège. Au programme Nordhagen, Grieg et Chostakovitch. Esplanade Francis Palmero à 21h30. Ou encore le 5 août, même endroit, même heure, le Travelling Quartet (violons, violoncelle et contrebasse) qui revisitera les chansons des Beatles ! All we need is love… forcément ! ☞ Pour le détail des concerts et du programme : www.festival-musique-menton.fr

cirque a ceci de particuLleselierartistes. qu’il a toujours inspiré Tous les artistes,

de Calder à Chagall, de Matisse à Léger… ou encore Patrick Moya, qui lui voue une véritable passion. Pour preuve les toiles monumentales réalisées à la demande de la Princesse Stéphanie de Monaco pour être installées dans le tunnel d'entrée du Chapiteau du Festival International du Cirque de MonteCarlo. Et tant d’autres œuvres consacrées au magic circus. Ses principales toiles sont présentées dans un livre, format à l’italienne : Moya fait son cirque. En tout près de 50 œuvres que le lecteur peut découvrir « in situ ». Sur 56 pages le lecteur va découvrir le Moya circus du début des années 90 pour une exposition à l'Institut Français de Thessalonique (Grèce), puis le Moya circus du début des années 2000 qui voyage en Italie (Bari, Bologne, Avellino). Enfin de 2007 à 2013 nous découvrons Des éléphants du Moya Circus (2009) au Cirque de Moya en tournée (2013) en passant par Un univers bleu Moya (2011). Sans compter le Festival International du Cirque de Monte-Carlo (à partir de 2007) et l'exposition “Moya fait sont cirque à Saint-Raphaël” en février/mars 2013. Cet ouvrage, après L'art dans le nuage paru en 2012 est la seconde collaboration entre l’artiste Patrick Moya et la maison d'édition Baie des Anges. Marionnettiste de lui-même dans le monde virtuel qu’il a créé, qu’il anime – qu’il habite, Moya se plonge avec délectation dans la société du spectacle. Il en tire les ficelles à son profit. L’art est un spectacle dit-il. Moya aussi. g "Moya fait son cirque" Editions Baie des Anges 56 pages Prix 15,50 euros

© Photos DR

L

g Les grands interprètes Le Festival de Menton fêtera en août prochain son 64e anniversaire avec un programme polychrome mêlant concerts d’orchestre, de musique de chambre et récitals. Mozart sera à l’honneur cette année, avec « les nuits Mozart » : le 2 août l’Orchestre de chambre de Stuttgart sous la direction de Michael Hofstetter, et Fazil Say au piano ; le 3 août toujours l’Orchestre de chambre de Stuttgart, avec cette fois Giuliano Carmignola, direction et violon. Vous noterez le 6 août une soirée hommage au duo Rostropovitch / Britten avec Gautier Capuçon violoncelle et Frank Braley piano. Le vendredi 9, les sœurs Labèque, Katia et Marielle, et leurs invités surprises. Une belle soirée en perspective. Et encore une soirée España le 12, avec le guitariste Pepe Romero et le quatuor à cordes Casals. Concert de clôture le 15 : l’Orchestre Sinfonia Varsovia, Sergey Khachatryan au violon. Sans oublier l’événement en pré-ouverture du Festival, le jeudi 1er août sur l’Esplanade Francis Palmero : Carmina Burana, l’œuvre de Carl Orff, interprétée par le Chœur Régional Provence Alpes Côte d’Azur. Un grand moment en perspective.

Patrick Moya fait son cirque

Le Ray

E

Pierre-Yves Reichenecker

LIVRE

par Viviane

a très sérieuse helléniste Jacqueline de Romilly s'amusa dans sa jeunesse à écrire des romans que, par discrétion, elle s'interdira de publier : « Rencontre », écrit en 1966, est l'un d'eux. Anne Aubier, jeune veuve qui mène une vie paisible, alors qu'elle se promène dans le jardin du Luxembourg croise le regard d'un homme accompagné d'un enfant. Elle croit reconnaître celui qu'elle a aimé passionnément douze ans plus tôt : Paul, le non conformiste... Elle va tout mettre en œuvre pour le retrouver. Mais le passé peut-il renaître ? Peut-on reprendre une histoire d'amour douze ans après ? Anne retrouvera l'enfant, puis l'homme. Mais est-ce vraiment Paul qu'elle a cru reconnaître ou est-ce déjà une autre aventure ?. ____________________________________________ « Rencontre » - Jacqueline Romilly de l’Académie Française (E. de Fallois)

U

n vrai régal que ces « Nouilles froides à Pyongyang » de JeanLuc Coatalem, grand-reporter du magazine Géo, un livre d’Ecrivain aussi (bonne nouvelle) il est en lice pour « Le Prix Baie des Anges 2013 » Sorti il y a trois mois il se retrouve sous les feux de l’actualité cocasse du pays le plus secret de la planète. Un pays dont nul n’entre ni sort, et pourtant l’auteur déguisé en vrai-faux représentant d'une agence de tourisme, voyage au pays des Kim où la réalité dépasse « l’affliction ! ». Au programme : défilés et cérémonies, propagande tous azimuts : Un journal de voyage rocambolesque, amusé parfois, jamais dupe, dans ce royaume dont un diplomate américain affirmait récemment que l'on en savait moins sur lui que sur nos galaxies lointaines ! On ne peut s’empêcher de sourire et pourtant... _____________________________________________ « Nouilles froides à Pyong-Yang » - Jean-Luc Coatalem (Ed . Grasset)

LIVRE

Nice, la colline du château onter au Château, c’est aller sur un belvédère de verM dure d’où se déploie la Baie des Anges, avec Nice harmonieusement étendue devant elle.

Monter au Château, c’est aussi ne pas y trouver de château ! Pourtant, il était bien là et son ombre couvre la colline de ses lambeaux de murailles que le promeneur croise furtivement au détour de ses allées. Étonnamment, depuis la disparition de cette fortification en 1706, alors aussi importante que celle de Carcassonne, les travaux historiques ne portèrent jamais sur l’archéologie des lieux, hormis ce qui se rapportait aux vestiges de la cathédrale. Monter au Château, c’est encore parcourir l’histoire niçoise depuis les premières occupations de la colline jusqu’à la fortification de la ville haute, du château médiéval – entre Provence et Savoie - jusqu’à la place forte maritime des Ducs de Savoie à l’époque moderne. Premiers résultats des recherches La colline du Château ne garde aujourd'hui plus que de rares vestiges de la ville Haute médiévale et de l'ancienne fortification. Et pourtant, le Château de Nice fut une place forte redoutable pendant de nombreux siècles jusqu'à ce que Louis XIV ordonne sa destruction en 1706. Depuis plusieurs années, la colline fait l'objet d'études approfondies de la part d'archéologues et d'historiens. Les premiers résultats de ce projet collectif de recherches sont présentés, pour la première fois, au grand public dans cet ouvrage. Chaque personne intéressée par l’histoire de Nice et de son château trouvera ici une connaissance renouvelée, agrémentée d’une illustration en très grande partie inédite et d’une visite guidée du site… avec un plan détachable. g "La Colline du Château, histoire millénaire d’une place forte" Éditions Mémoires Millénaires en coédition avec le Cercle d'histoire et d'archéologie des Alpes-Maritimes. Ouvrage rédigé sous la direction de Marc Bouiron, directeur du Service archéologie de la ville de Nice 300 pages en couleur. Prix public TTC : 29 €

Mai 2013

13


SPORT & LOISIRS GRAND PRIX F1 2013 • Le contingent tricolore cette année est bien representé dans la catégorie reine du sport automobile. Explication

Les 3 mousquetaires bleus par Alan Parker-Jones

I

g Athos : Romain Grosjean Le plus âgé, le plus expérimenté, mais pas le plus régulier. A 27 ans, Romain Grosjean dispose, avec la Lotus, d’une voiture qui peut lui permettre de monter sur la plus haute marche du podium. A Bahreïn, il a terminé 3°, derrière son team-mate, Raikkonen. En 2009, il remplace Nelson Piquet junior en cours de saison (après le singaporegate). Sans réussite. Il retrouve une place de titulaire chez Lotus l’an dernier. Bilan, 3 podiums, et des erreurs, des départs fracassant et une suspension d’un GP ! On attend une victoire française depuis celle d’Olivier Panis à Monaco en 1996. Un travail de Romain ! g d'Artagnan : Jean-Eric Vergne Chez les mousquetaires du Roi, il serait sans doute d’Artagnan. 23 ans. Pilote Toro Rosso depuis l’an dernier. , après avoir été le pilote d’essai de l’équipe en 2011. Meilleur résultat en 2012 : 8°. Sa monoplace ne lui permet pas d’espérer un podium. Mais Red Bull, la grande sœur n’est pas loin… et on dit que le baquet de Mark Webber pourrait être libre l’an prochain. Et JeanEric lorgne de ce côté-là. Mais il lui faut convaincre. g Aramis : Charles Pic Passé par le karting, les différentes formules Renault (Eurocup, World Series) puis le GP2, le Drômois progresse pas à pas. Il intègre la modeste équipe Marussia en 2012. Et Caterham cette saison. Des équipes de fin de grille. Une nouvelle expérience, le moteur Renault dans le dos qui pourrait lui permettre de s’illustrer face à son équipier néerlandais Giedo van der Garde, et aux pilotes Marussia ! A 23 ans, il pourrait tenir le rôle d’Aramis. g Porthos : Jules Bianchi Si Romain Grosjean est Athos, Jules Bianchi n’a pas le profil de Porthos ! Jules vient d’une famille d’Europe et de pilotes. D’origine italienne, la famille s’était installée en Belgique. Grand-papa Mauro et le grand-oncle Lucien étaient belge. Jules est Français. Né à Nice il y a 23 ans. Age décidemment béni pour nos jeunes pilotes ! Troisième pilote chez Force India l’an dernier, il roule aujourd’hui pour Marussia. A la place qu’occupait Charles Pic. Jules bénéfice d’un soutien de poids. Il fait partie de la filière « jeunes talents » de la Scuderia Ferrari ! Où sera-t-il en 2014 ? g Epilogue provisoire Quoiqu’il en soit, 4 pilotes français en F1, on n’avait pas vu cela depuis 1994 ! En attendant une victoire. Et si l’an prochain, un Monégasque venait s’ajouter à cette belle liste ? Après le meeting de Bahreïn fin avril, Stefano Coletti occupait la première place du classement GP2, l’antichambre de la F1… Alors ?

14

Mai 2013

Beitske Visser : retenez ce nom et ce visage...

L

a femme est l’avenir de l’homme chantait le poète. Et en F1 ? Si l’on en croit Sir Stirling Moss, les femmes manquent de « mental » pour piloter au plus haut niveau. L’ancien grand champion des années 50 – début 60 se souvient sans doute de Maria-Teresa de Filippis. L’Italienne a été la première à se lancer en F1 en 1958 au volant d’une Maserati privée. Du courage mais pas de résultat. Depuis, une poignée de dames ont également tenté l’aventure. Lella Lombardi est la plus connue, disputant la saison 1976 au sein d’une écurie sérieuse. L’Italienne est aussi la seule femme qui apparaît au classement du Championnat du monde, grâce à une 6° place obtenue sous le déluge en Espagne cette année-là. Aujourd’hui, l’avenir de la femme en F1, c’est peut-être cette jeune Hollandaise de 18 ans qui vient d’intégrer le Red Bull Junior Team ! Beitske Visser vient du karting comme beaucoup de pilotes. Débuts en minikart à l’âge de 5 ans ! En 2010 elle remporte les WSK Masters Series. En 2011, elle participe à une épreuve du championnat néerlandais de grand-tourisme sur le circuit d’Assen. Elle y fait sensation en remportant la première course du weekend devant beaucoup de pilotes expérimentés. Elle a 16 ans ! L’an dernier elle débute en monoplace dans le Championnat ADAC Formel Masters. Beitske se classe 8ème du championnat avec 2 victoires, 109 points marqués, tout en ayant manqués 2 manches. Ces résultats lui ouvrent les portes de la filière Red Bull. Toujours en Formel Masters pour cette saison 2013. Ne vous en déplaise Sir Stirling, Beitske - comme Suzie Wolf qui espère pouvoir faire ses preuves chez Williams, ou comme Danica Patrick, la star américaine du NASCAR – a un mental de gagnante ! Et le talent. Prendra-t-elle la trace de Sebastian Vettel, lui aussi passé par la filière Red Bull Junior ? A suivre….

© Photos DR

ls sont 4 évidemment, comme dans le roman éponyme d’Alexandre Dumas. Rien à voir avec le film de Max Linder, l’étroit mousquetaire ! 4 frenchies en F1, un beau contingent tricolore. Ainsi vont les saisons dans la catégorie reine du sport automobile. Alors qu’il n’y a plus un seul pilote italien à ce niveau par exemple. Un phénomène qui s’explique par une conjonction d’éléments : un motoriste en pointe (Renault), des agents efficaces (Nicolas Todt, Olivier Panis), ou encore une filière d’excellence (Ferrari).


WRC • Sur la terre du littoral portugais le Gapençais obtient son troisième succès d'affilée et renforce sa place en tête du championnat

Ogier sur les traces de Loeb par Alan Parker-Jones

A

© Photos Panoramic

près la neige suédoise et l'altitude mexicaine, Sébastien Ogier a démontré que sa Polo R s'est offert un triplé sur la terre du littoral portugais. Avec ce troisième succès d'affilée sur les quatre rallyes déjà disputés cette saison, le pilote Haut alpin a conforté sa place en tête du championnat devant le Finlandais Mikko Hirvonen (Citroën DS.3).

g Volkswagen donne le tempo Le Gapençais a aussi remporté les trois points supplémentaires accordés au vainqueur de la "power stage" - comme en Suède et au Mexique. Sébastien Ogier a ainsi signé sa dixième victoire en Championnat WRC avec 58 sec et 2/10e d'avance sur Hirvonen et 4 min 4 sec sur le Finlandais Jari-Matti Latvala, son coéquipier chez Volkswagen. "Depuis le début on avait dit que le Portugal serait le premier gros test pour la voiture. On le passe avec succès, mais pas facilement", a déclaré Seb sur la ligne d’arrivée. "Une semaine incroyable pour nous. On commence le rallye avec une petite forme mais malgré tout on se bat et on arrive à bien rouler et puis à la fin on est récompensés par une victoire après un rallye très cassant". Au passage, la marque allemande s'est hissée au sommet du classement des constructeurs aux dépens de la firme aux chevrons. Ogier et Volkswagen peuvent aborder en confiance les prochains rallyes, disputés dans des conditions similaires. Prochaine étape : le Rallye d’Argentine début mai. Loeb devrait être au départ ! g Le Fado de Citroën Le pilote français a quand même bénéficié des sorties de route de ses rivaux les plus menaçants, le Norvégien Mads Ostberg (Ford Fiesta RS), puis Dani Sordo (Citroën DS3). L’Espagnol, qui menaçait de combler un tout petit écart au début de la deuxième journée, a cassé une roue en percutant un arbre avec sa Citroën DS3. Quant à Hirvonen, déjà deuxième au Mexique, il a été le pilote le plus rapide sur une étape seulement. "Le réglage de la voiture n'était pas l'idéal, ça a affecté mon rythme et je n'ai pas pu suivre celui des Volkswagen", a-t-il déclaré à l'arrivée. Au pays du Fado portugais, chant nostalgique s’il en est, Citroën n’a du son salut qu’aux problèmes rencontrés par Latvala. Le mot fado vient du latin fatum, qui signifie « destin ». Tout un symbole pour la marque du Quai de Javel. g Premiers points pour Kubica Participant pour la première fois à un rallye sur terre, Robert Kubica a démontré un véritable potentiel sur cette surface. L'équipage de la Citroën DS3 RRC marque en outre ses premiers points au classement WRC2. "Le bilan est globalement positif, même si nous avons parfois manqué de réussite. Pour ma première épreuve sur terre, je pense avoir tenu un bon rythme dans les spéciales où je n'avais pas de problème. J'ai trouvé beaucoup de réponses aux questions que je me posais il y a quelques jours. S'il fallait refaire ce rallye dans quelques semaines, je serais évidemment mieux armé. C'est très prometteur pour la suite." PERSONNAGE

En mémoire de François Cevert

6

g "François Cevert, pilote de légende". Jacqueline Cevert Beltoise. L’Autodrome éditions 204 pages. Prix : 39 euros.

Formulaire d’abonnement Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant :

1 an (soit 11 numéros) 2 ans (soit 22 numéros)

€ 40*

5 ans (soit 55 numéros)

€ 100*

3 ans (soit 33 numéros)

€ 20*

€ 60*

ABONNEMENT

* pour l’étranger (dehors Monaco et France) ajouter +50% ; Dehors Europe : + 100%

Prénom Nom Adresse

Ville © Photo DR

octobre 1973, circuit de Watkins Glen (USA), François Cevert trouve la mort lors d’une séance d’essais. La Tyrrell s’est encastrée dans les rails de sécurité. Deux ans plus tôt, il avait gagné sur ce circuit son premier grand-prix F1. Fidèle équipier de Jacky Stewart, Cevert devait en 1974, après la retraite de l’Ecossais, devenir le leader du team Tyrrell. Il aurait pu, aurait du être le premier français champion du monde. Jeune journaliste, je l’avais rencontré en 1971 à Monaco. Une petite heure d’interview dans la chambre qu’il occupait à l’hôtel Hermitage. En peignoir après une douche réparatrice, gitane aux lèvres. On le surnommait le Prince. Il était tout simplement doué de Dieu. Beau – faisant chavirer le cœur des dames -, intelligent, (presque) aussi à l’aise devant un clavier de piano qu’au volant de sa monoplace. Une interview que je n’ai jamais oubliée. 40 ans après sa disparition, sa sœur Jacqueline Beltoise (sœur, femme et mère de pilotes de course…), publie un livre souvenir, une plongée dans les archives familiales pour faire revivre, avec de nombreuses photos inédites, ce jeune héros trop tôt disparu. Comme beaucoup de pilotes de cette époque-là. François Cevert avait cosigné une biographie, dont le sous titre était « la mort dans mon contrat ». (P.Y.R.)

Date Signature

Bon a retourner, accompagné du chèque à l’ordre de Global Media Associates Sas à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “Le Beausoleil de Monaco” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

Mai 2013

15


MORNAR

présente ses œuvres à l’hôtel

et prépare sa grande exposition de

Moscou

du 15 septembre au 15 octobre 2013 Contact : ATELIER MORNAR 98000 MONACO 6 Quai Antoine 1er +33 6 14 51 81 67 mail : mornar@mornar.com site : mornar.com

n117mai13  

Le premier journal d'actualité de Monaco

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you