Page 1

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Année XII • Numéro 107 • Mensuel édité par Global Media Associates Sas • Gérant de la publication Roberto Volponi • Rédaction et administration : “Le Beausoleil de Monaco” 6, boulevard de la Turbie 06240 Beausoleil • Tél. : +33 09.50.79.90.84 • Fax (+33) 09.55.79.90.84 • Siège Social : Piazza Caduti della Montagnola 48 00142 Rome • Tél./Fax (+39) 06.23.31.52.15 • Bureau de Milan : Tél./Fax (+39) 02.70.03.01.42

glomed.free.fr/laprincipaute.html

Juin 2012

Numéro de Commission Paritaire : 0512 U 81608 • Dépôt légal : à parution • Imprimé sur papier spécial en Union Européenne • Concessionnaire général de publicité : Global Media Associates Sas Section Publicité • Abonnements : annuel (soit 11 numéros) € 20 ; hors Monaco et France +50% • S’adresser à Global Media Associates - Bureau Abonnements ou à http://glomed.free.fr/abo.pdf

Dossier Spécial

€2.00

Photo © Thierry Carpico

Monaco sentinelle de la planète !

65

ème

Festival du Film de Cannes

Charlotte sur la Croisette  RETRAITES : LE PRINCE ALBERT II APPELLE LE CONSEIL NATIONAL A ASSUMER SES RESPONSABILITES • PAGE 6


2 La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial Monaco sentinelle de la planète

Juin 2012

SOMMET • Du 20 au 22 juin se tiendra la conférence des Nations-Unies sur le Développement Durable (CNUDD) : la c

Rio+20 : le monde au

Monaco sentinelle de la planète

Le “Message de Monaco” sur la nécessité d’une gestion durable des océans, en particulier dans le PAR PIERRE-YVES REICHENECKER

L’EDITORIAL

Photo © DR

Notre avenir propre

roissance : c’est le mot entendu de plus en plus souvent ces dernières C semaines... L’avenir de l’Europe et de

DOSSIER

fait escale à Monaco

la planète entière dépend de ce mot magique capable de balayer la crise qui ravage – violemment - le vieux continent, mettant en péril son processus d’unité jamais complètement accompli, qui met ainsi à nu toute sa fragilité. La croissance est un destin inéluctable, capable de faire oublier d’un coup une finance internationale sans règles dominée par la spéculation qui par définition ne connaît aucune éthique, et qui a fait tant dégâts. Car la croissance zéro, ou la récession pilotée, basées sur une gestion optimale des ressources disponibles (une sorte d’ “autarcie vertueuse”) – que certains invoquent comme solution alternative – montre toute son inconsistance face à la mondialisation. Un pays ne peut pas renoncer à se développer tandis que les autres continuent à le faire, car il devra forcement se confronter à eux. Nous sommes condamnés à croître, donc. Mais comment ? La meilleure option qui - parmi mille difficultés - semble enfin commencer à s’affirmer, est celle qui essaie d’intégrer la croissance, avec une gestion prudente et intelligente des ressources disponibles. Le PIB n’est plus (si jamais il l’avait été !) en soi capable de mesurer la richesse d’un pays, car il ne tient pas compte des coûts collatéraux d’une croissance sauvage. Ces coûts ne sont pas strictement quantifiables, mais tout de même lourds à payer aussi en termes économiques car ils affectent ce que nous avons de plus précieux : la santé, l’environnement, la beauté du territoire, pour ne citer que le plus important. Cette solution peut se résumer en deux mots qui, pris singulièrement, n’ont pas le pouvoir de résoudre les problèmes majeurs qui impactent nos sociétés contemporaines, mais qui ensemble pourraient vraiment se révéler magiques : développement et durable. Ce mois-ci, à Rio, les plus grands pays du monde sont appelés à se confronter avec ces problèmes majeurs et – souhaitons-le – à leur apporter une réponse décisive pour les années à venir. L’enjeu est énorme, et même si le monde ne risque pas de disparaître, son destin est fortement lié aux décisions que y seront prises. Mais, cette fois encore, le risque majeur est toujours que rien ou presque n’y soit décidé… Dans ce contexte général, la question fondamentale demeure l’utilisation d’une énergie non polluante pour alimenter le développement futur. Parmi les différentes options, celle qui semble s’affirmer de plus en plus est une forme d’énergie qu’on connaît depuis longtemps : l’électricité. Les semaines passées on a vu défiler – par pure mais significative coïncidence – l’un après l’autre : un voiture-scooter électrique qui à fait un tabac en Principauté lors de son lancement officiel sur la marché mondial ; un bateau à propulsion électrique alimenté exclusivement à l’énergie solaire qui a bouclé le tour de la planète ; une voiture, elle aussi électrique-solaire, qui elle était en train de boucler à même tour du monde ! Et l’avion solaire ? Il existe, et fera bientôt lui aussi sa boucle planétaire : hélas, Monaco n’a pas d’aéroport, autrement on ne doute pas qu’il aurait célébré son exploit ici... Tout cela, il faut le dire, n’est pas un hasard : depuis longtemps, la Poste et plusieurs administrations publiques à Monaco roulent en voiture électrique ; il y a quelques jours, a fait son début la première ambulance électrique au monde ; depuis des années déjà une entreprise monégasque est au top mondial dans la production de ces véhicules, qui connaissent un développement continu en traversant les continents et en battant des records du monde. Le salon des voitures électriques EVER est devenu une référence mondiale dans ce secteur. Bien sûr, il reste encore beaucoup de pas à franchir : l’électricité n’est pas directement disponible dans la nature, mais la technologie apportera sans doute sa fondamentale contribution en nous procurant des cellules solaires de plus en plus performantes et des batteries de plus en plus puissantes. Si la Principauté est devenue une vitrine mondiale du développement durable, nous le devons à la volonté du Prince Souverain. C’est lui qui a su sensibiliser le pays, avec une forte conviction et une grande prévoyance, avec une vision qui ne s’arrête pas à ses petites frontières ou au bassin méditerranéen, mais va bien au-delà, à la sauvegarde des océans et de la planète entière. Un pays attaché à son passé, justement fier de son présent et fortement tourné vers l’avenir. Monaco, petit pays par sa surface, est ainsi devenu un immense laboratoire pour les énergies d’un futur pas si lointain. Ainsi, après le Grand Prix historique (qui symbolise le passé glorieux) et le Grand Prix de F1 (le présent, très bruyant et polluant !), les temps sont mûrs pour voir enfin ici le 1er Grand Prix de bolides électriques (soit l’avenir, silencieux et... propre !) (R.V.)

L’EDITORIAL

D

u 20 au 22 juin, se tiendra à Rio de Janeiro, au Brésil, la conférence des Nations-Unies sur le Développement Durable (CNUDD), plus connue sous le nom de Rio+20. C’est le rendez-vous à ne pas manquer. L’occasion à ne pas gâcher. Il faut en finir avec les atermoiements. Après Stockholm en 1972, Rio de Janeiro déjà en 1992, Johannesburg en 2002 et tant d’autres réunions à travers le monde, il est temps – plus que temps - d’aller vers une nouvelle gouvernance mondiale de l’environnement. Plus facile à dire, ou à écrire, qu’à faire, sans doute ! Les intérêts particuliers, multiples et divergents qui ont « plombé » les rendez-vous précédents sont légions. Changement climatique, déclin de la biodiversité, érosion des sols et désertification, aggravation de la pollution… La communauté internationale doit se donner les moyens de répondre à ces défis en inventant une nouvelle gouvernance mondiale de l’environnement, aujourd’hui trop fragmentée et inefficace.

 Une Organisation Mondiale de l’Environnement L’Union européenne souhaite qu’à « Rio+20 » la mise en place d’une Organisation Mondiale de l’Environnement (OME) soit décidée et ce pour quatre raisons : « 1. Il est nécessaire de créer le pilier environnemental qui manque à la gouvernance mondiale du développement durable. Le développement durable repose sur trois piliers, économique, social et environnemental, or le pilier environnemental est aujourd’hui éclaté en plus de 500 accords multilatéraux, fragmentaires et cloisonnés ; 2. Le changement climatique, la perte de biodiversité, l'érosion des sols et la désertification, les pollutions diverses s'accélèrent. Or en l'absence d'instance multilatérale forte, les tensions sur les ressources risquent de se résoudre d’Etat à Etat, et ce au détriment des plus faibles ; 3. Sur certains sujets, comme les forêts ou les océans, les questions environnementales nécessitent une approche plus cohérente. Une OME doit marquer le début d’une prise en compte intégrée de ces questions, en liaison avec les autres organisations concernées ; 4. Il est devenu nécessaire, tant d’un point de vue de démocratie globale que d’efficacité, d’associer l’ensemble des Etats à la gouvernance internationale de l’environnement. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a été créé il y a 40 ans, alors que l’environ-

nement était un sujet international nouveau et que l’on pouvait confier à un groupe limité de pays le soin d’en traiter. Le Conseil d’administration du PNUE compte 58 Etats seulement. Cela n’est plus justifiable aujourd’hui ». Plus de 100 pays se sont déjà prononcés officiellement en faveur d’une organisation de type OME.

 Le Message de Monaco Durant trois jours, fin novembre 2011, se sont réunis à Monaco les plus hautes personnalités du processus préparatoire de « Rio+20 », qui ont travaillé en étroite collaboration avec des experts de haut niveau en vue de déterminer les moyens de promouvoir l'utilisation durable des océans. Le Prince Albert a clôturé, la session de restitution en délivrant le «Message de Monaco» sur la nécessité d’une gestion durable des océans, en particulier dans les domaines de la sécurité alimentaire, de l’énergie et du tourisme. Cette contribution de Monaco traite de la nécessité de «verdir Photo © DR l’économie bleue» ce qui signifie que les populations doivent pouvoir vivre de la mer de manière durable (tourisme durable, développement des énergies renouvelables en zone côtière, aquaculture, régulation des pêches, garantie d’un cadre de vie décent aux populations vivant en zones côtières) tout en la protégeant (protection de la biodiversité marine, réduction des pollutions tellurique et marine). M. SHA Zukang, Secrétaire général de la CNUDD, a souligné que pour que « Rio+20 » soit un succès, un engagement politique fort était nécessaire et a salué « le leadership de S.A.S le Prince Souverain en matière de protection des océans…Votre contribution est un exemple à suivre pour le monde ».

 Une mondialisation plus écologique et plus solidaire « Rio+20 sera l’une des plus importantes réunions internationales sur le développement durable de notre époque. À Rio, notre vision doit être claire : une économie verte, durable, qui préserve la santé de l’environnement tout en soutenant la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement par le biais d’une hausse des revenus, de la création d’emplois convenables et de l’éradication de la pauvreté ».

BAN Ki-moon Secrétaire général des Nations Unies


La Principauté

Dossier Spécial Monaco sentinelle de la planète

Juin 2012

3

communauté internationale doit se donner les moyens de répondre à ces défis en inventant une nouvelle gouvernance mondiale de l’environnement

u chevet de la planète

es domaines de la sécurité alimentaire, de l’énergie et du tourisme, servira de référence dans les prises de décision

io+20 — abrégé de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable qui se tiendra à Rio de Janeiro, au Brésil, en juin R 2012 — est une occasion historique de dégager des pistes pouvant

mener à un monde plus sûr, plus juste, moins pollué, plus vert et plus prospère pour tous. Vingt ans après le Sommet planète Terre de 1992 à Rio, où les pays participants avaient adopté Action 21 — un programme d’action pour un développement durable visant à repenser la croissance économique, promouvoir la justice sociale et assurer la protection de l’environnement —, l’ONU réunit de nouveau les gouvernements, les institutions internationales et les grands groupes* pour les inciter à se mettre d’accord sur une série de mesures ingénieuses qui permettraient de réduire la pauvreté tout en encourageant les emplois offrant un revenu convenable, une énergie non polluante et une utilisation des ressources naturelles plus juste et plus durable. Rio+20 est une occasion de cesser de faire comme si de rien n’était et d’agir pour mettre fin à la pauvreté et à la destruction de l’environnement pour construire une passerelle vers l’avenir. Le développement durable, c’est « un développement qui permet de pourvoir aux besoins du temps présent sans compromettre la possibilité pour les générations futures de subvenir à leurs besoins. » Commission Brundtland (1987)

FICHE

* Action 21 définit neuf grands groupes : les femmes; les enfants et les jeunes; les populations autochtones; les organisations non gouvernementales (ONG); les autorités locales; les travailleurs et les syndicats; les entreprises et l’industrie; la communauté scientifique et technique; et les agriculteurs

Les étapes précédentes

RIO+20

R

io+20 n’est pas la première Conférence des Nations Unies sur le thème du développement durable, elle a en effet été précédée par 3 autres grandes conférences :

• Stockholm (Suède) en 1972 • Rio de Janeiro (Brésil) en 1992 • Johannesburg (Afrique du sud) en 2002 Chaque sommet a représenté une étape particulière dans la prise de conscience des enjeux liés au développement durable.

• La conférence de Stockholm en 1972 : Cette première conférence placée sous l’égide des Nations Unies et consacrée aux questions environnementales avait pour nom "Conférence des Nations Unies sur l’Environnement Humain" (CNUEH). Elle s’est tenue du 5 au 16 juin 1972 à Stockholm et a été présidée par le Canadien Maurice Strong. Elle a rassemblé des délégations de 113 États et de nombreuses ONG. Elle a représenté un tournant historique dans la prise en compte des questions d’environnement au niveau international. Elle a permis notamment d’instituer le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), dont le siège se trouve à Nairobi (Kenya).

• Le Sommet de la Terre de 1992 : Cette conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED) s’est tenue à Rio de Janeiro du 3 au 14 juin 1992. Elle a rassemblé 178 délégations, 110 chefs d’Etats et de gouvernement et 2400 représentants d’organisations non gouvernementales (ONG). Le Sommet de la Terre a marqué un grand pas en avant dans la prise en compte du développement durable en adoptant une déclaration, appelée déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, qui comprend 27 principes précisant le contenu du développement durable. Le principe 1 indique que « les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature ».

RIO+20

Pourquoi c’est nécessaire ?

DOSSIER

Qu’est-ce que... ?

RIO+20

 Le monde compte désormais 7 milliards d’habitants — d’ici à 2050, il y en aura 9 milliards  Une personne sur cinq — soit 1,4 milliard — vit actuellement avec 1,25 dollar américain par jour ou moins  Un milliard et demi de personnes n’ont pas accès à l’électricité. Deux milliards et demi n’ont pas de toilettes. Et près d’un milliard souffrent quotidiennement de la faim.  Les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter et plus d’un tiers de toutes les espèces connues pourraient disparaître si le changement climatique n’est pas combattu.  Si nous voulons laisser un monde vivable à nos enfants et petitsenfants, les défis de la pauvreté et de la destruction de l’environnement à l’échelle mondiale doivent être relevés immédiatement.  Si nous ne faisons pas face maintenant à ces défis cruciaux, nous devrons à l’avenir supporter des coûts bien supérieurs — notamment en termes de pauvreté et d’instabilité accrues et de dégradation de la planète.  Rio+20 offre une occasion de penser à l’échelle mondiale, afin que nous puissions tous agir à l’échelon local pour assurer notre avenir commun.

CHIFFRES Quels thèmes seront abordés ?

RIO+20

L

es solutions de nombreux problèmes posés par le développement durable — dont ceux relatifs aux villes, à l’énergie, à l’eau, à la nourriture et aux écosystèmes — sont connues. Lors de Rio+20, les États chercheront à faire en sorte qu’elles deviennent une réalité en :

 Effectuant une transition vers des économies plus vertes, tout en mettant l’accent sur l’éradication de la pauvreté;

 Protégeant nos océans de la surpêche, de la destruction des écosystèmes marins et des effets négatifs du changement climatique;  Rendant nos villes plus vivables et plus économes en énergie;

 Généralisant le recours aux sources d’énergie renouvelable qui permettent de réduire de manière importante les émissions de carbone, ainsi que la pollution atmosphérique, tout en encourageant la croissance économique;

HISTOIRE THEMES

• Le Sommet de Johannesburg de 2002 : Le « Sommet mondial sur le développement humain » (SMDD) s’est tenu du 26 août au 4septembre 2002 à Johannesburg. Il a permis, 10 ans après le Sommet de la Terre de Rio, de dresser un premier bilan et de renouveler l’engagement en faveur du développement durable. Il a abouti à l’adoption d’un plan d’action déclinant des mesures concrètes mettant en œuvre les principes du développement durable dans les domaines suivants : l’eau, la santé, la biodiversité, l’énergie, l’agriculture.

 Améliorant la gestion des forêts afin d’en tirer tout une série d’avantages — réduire la déforestation de moitié jusqu’à 2030 pourrait permettre d’éviter des dégradations dues aux émissions de gaz à effet de serre d’un coût estimé à 3 700 milliards de dollars —, et ce chiffre n’inclut même pas la valeur des emplois ainsi créés et de leurs revenus, de la biodiversité, de l’eau pure et des produits médicamenteux fournis par les forêts;  Optimisant la manière dont nous conservons et gérons nos ressources en eau, afin de promouvoir le développement et de lutter contre la désertification.


La Principauté Dossier Spécial

Dossier Spécial Monaco sentinelle de la planète

Juin 2012

INTERVIEW EXCLUSIVE • Nicolas Hulot, journaliste et écrivain engagé pour la défense de l’environnement

“Il faut remettre en cause nos modèles économiques” Monaco sentinelle de la planète

 Qu'espérez-vous de ce Sommet ? Nicolas Hulot* : "Pour être sincère, je ne pourrait être qu'agréablement surpris. Car je ne me fais aucune illusion. Pour ma part, je n'irai pas à Rio + 20 : je ne veux, en effet, pas participer à de grand-messes qui donnent l'illusion que l'on traite les problèmes alors que l'on ne fait que les énoncer. Le très peu obtenu à Copenhague n'a pas même été mis en oeuvre ! Or, l'heure n'est plus du tout au constat, mais à mettre en place des modalités structurantes. Comment faire face aux crises, de plus en plus graves, dans nos sociétés de plus en plus complexifiées ? Il faut une remise en cause de nos modèles économiques, nous le savons, nous sommes donc dans la mystification. Or, je crains que Rio + 20 représente plutôt le passage de l'indifférence à l'impuissance. Malheureusement, nos sociétés se sont habituées au tictac du déclenchement à retardement. Aussi bien les trois conventions issues de Rio il y a vingt ans - portant respectivement sur le changement climatique, la désertification, la biodiversité - n'ont pas fait avancer le fait de freiner le phénomène, l'on ne peut également qu'observer combien le scepticisme est à nouveau opérant, quant aux G8 et aux G20, ils mettent ces échéances à l'écart, envisagées comme une option et non pas comme la condition de notre survie. A mon petit niveau, je ne veux plus cautionner les symboles, je veux défendre des positions structurantes : il faut, en effet, créer une Organisation Mondiale de l'Environnement, mais qui ait autorité sur l'Organisation Mondiale du Commerce. Il faut une règle suprême qui serait une règle verte qui conditionne les intérêts économiques et du futur. Cette OME doit établir et harmoniser une nouvelle fiscalité mondiale qui régule les prélèvements des ressources naturelles et mette fin à la spéculation sur les ressources alimentaires. Il faut à Rio + 20, de la détermination et la mise en place d'un arsenal juridique pour mettre dans l'économie réelle, cette industrie de la finance qui y échappe, pour assurer la transition écologique, et ce à hauteur de 100 milliards de dollars par an. Il faut bien entendu, mettre en place les taxes sur les transports aériens, sur les transports maritimes, des instruments pour réduire les inégalités et assurer cette transition écologique. Aujourd'hui, nous sommes dans la posture, et de ce fait dans l'imposture. Tous les engagements seront des vœux pieux, faute de réviser un système mondial dévastateur. Prenez l'agriculture, il faut aider les paysans, aussi bien du nord que du sud, à passer à de nouvelles pratiques. Il faut de l'intransigeance, et non pas seulement des modifications à la marge, en gardant bien à l'esprit que nous venons de rentrer dans l'ère de la rareté pour l'ensemble des matières premières et non pas seulement pour le pétrole : cela augure du reste, de profonds bouleversements géopolitiques. Notez la toute première plainte des Etats-Unis à l'encontre de la Chine, contre la rétention à l'exportation de terres rares : il faut de nouveaux paramètres. L'horizon est sombre : en période d'abondance, l'humanité a eu beaucoup de mal à se pacifier. En période de rareté, nos bonnes manières risquent de s'évanouir. J'ai donc un niveau d'exigence absolue. En l'espace de vingt ans, la réduction des émissions de gaz à effet de serre n'a pas marché. Or, l'époque n'est plus au compromis, car l'heure est trop grave. Le point positif est qu'à Copenhague, aucun Etat n'a contesté le diagnostic. Mais l'heure est aux modalités : pas au statu quo. Et il faut pour cela une autorité suprême."

DOSSIER

4

 A Rio + 20, les dossiers prioritaires sont-ils vraiment sur la table ? NH : "Ils y sont. Les sujets sont là, mais ce qui fait défaut est que les modalités n'y sont pas, alors que la crise éco-

PAR PASCALE

MARCAGGI Photo © DR

logique va aggraver la crise économique et transformer la pays du sud, il faut protéger leur agriculture vivrière par crise économique en crise systémique. On devrait enferdes barrières douanières." mer les chefs d'Etat en conclave, jusqu'à ce qu'ils aient mis au point les instruments de la régulation. L'humanité  Que pensez-vous du rôle de la Principauté en est au pied du mur. Or, regardez, en France, même le matière d'environnement ? vocabulaire n'a pas mentionné ces sujets-là. La France NH : "Je ne veux être ni flagorneur, ni critique. La n'est que l'illustration des G8 et G 20 : on reporte le proPrincipauté a un rayonnement inversement proportionnel à blème sur Rio + 20. Et l'Europe en sa taille. En soi, c'est un rayonnefait autant. En l'état, je ne vois ment important : il a du sens, car il “En période d'abondance, donc pas l'intérêt d'aller à Rio + est en faveur des sujets essenl'humanité a eu beaucoup de tiels, de façon permanente et 20. Je ne démissionne pas. Mais les sujets doivent être trai- mal à se pacifier. En période de constante. Cela lui confère un tés à une autre échelle qu'ils ne rareté, nos bonnes manières rôle diplomatique qui est excelle sont. Car tous les signaux lent. Mais on est plus crédible et risquent de s'évanouir.” sont au rouge. Absolument tous bien plus écouté, quand on est à les signaux : le scénario des hypola fois dans la proposition et dans la thèses basses du GIEC est désormais improbable. La cohérence. Etre critique implique de mettre en pratique rareté des matières premières ne touche pas seulement chez soi : or, il me semble que Monaco rayonne aussi par le pétrole et la compétition risque bien de ne pas être seuun certain Grand Prix de Formule 1, à propos duquel je me lement juridique. Quitte à effrayer, il faut dire qu'elle risque demande s'il ne s'agit pas d'une époque ancienne, quand il d'être militaire. Face à cela, une volonté coordonnée est serait plus cohérent de promouvoir les technologies du futur impérative, mais est précisément ce qui fait défaut.", ! Nous avons besoin d'investir sur l'avenir, et que plus personne n'échappe à la shadow finance : Monaco devrait être en pointe, pour que l'on remette tout le monde à contribu L'eau est un enjeu vital, en particulier pour les deux rives de la Méditerranée : estimez-vous qu'il est tion ! C'est un sujet essentiel." envisagé comme il se doit ? NH : "Non, mais il en est ainsi tout comme des res La politique et l'écologie pourront-elles un jour sources halieutiques : nous n'avons pas conscience du faire bon ménage ? stress halieutique mondial. Ce n'est pas une vue de NH : "L'écologie reste optionnelle, quand elle est condil'esprit : certains étés, des cargos acheminent de l'eau de tionnelle (NB : au sens de conditionner). Logiquement, il la Durance pour alimenter Lisbonne ! Quant à ne devrait plus y avoir de parti écologique, cela devrait l'agriculture, elle consomme 60% de l'eau. Nous restons être inscrit dans (la) les Constitutions. Cela devrait être dans la civilisation du gâchis. Il faut mettre fin à toutes les un déterminant majeur. En France, il faudrait une troisièsubventions qui ont des effets pervers. Il y a des paysans me Chambre aux côté de l'Assemblée nationale et du qui irriguent leurs terres, uniquement parce qu'ils reçoiSénat, un CESE réformé en chambre ayant force de provent des subventions pour cela. Il faut lister les subvenposition à long terme, et un droit de veto sur les propositions qui ont des effets incitateurs. En Europe, la Politique tions de loi contraires aux intérêts de l'environnement." Agricole Commune ne peut pas être pire que ce qu'elle a * Journaliste-reporter, animateur (Ushuaia, le magazine de été : il y a autant de visions de la PAC qu'il y a de pays. l’extrême dès 1987) - producteur de télévision, écrivain. En L'Union européenne doit retrouver sa sécurité alimentai1990, il crée la Fondation Ushuaïa qui devient, en janvier 1995, la Fondation Nicolas-Hulot pour la Nature et l'Homme puis en re et arrêter les importations d'oléagineux en provenance 2011, la Fondation pour la Nature et l'Homme. Candidat à la prides Etats-Unis. Il faut mettre fin aux exportations submaire présidentielle écologiste de 2011 en vue de l'élection préventionnées, qui détruisent les pays du sud. Quant aux sidentielle française de 2012, il est battu par Eva Joly.


Juin 2012

Dossier Spécial Monaco sentinelle de la planète

La Principauté

TRIBUNE LIBRE • Alexia Barrier, un des plus talentueux skippers de la course au large, fondatrice de l’association monégasque 4myplanet

5

“La sauvegarde de la nature dépend de chacun de nous” ALEXIA BARRIER*

’ avais douze ans lors du Sommet de la Terre à Rio, je naviguais depuis neuf ans déjà. Trop jeune pour m’intéresser à cet évènement qui conduisait à la réflexion d’éradiquer le changement climatique, maintenir la biodiversité et créer un monde vert et équitable. Le bilan que l’on dresse aujourd’hui de ces enjeux cruciaux pour l’Etre humain est terriblement décevant. Cela ne fait pas de moi quelqu’un de fataliste à l’approche de Rio +20. Je crois en tout ce qui est humain, à la force des initiatives personnelles, collectives et la prise de conscience des nouvelles générations. Ce que je souhaite de ce sommet : un comportement citoyen, responsable de la part de tout Chef d’Etat. Les enjeux majeurs n’ont pas changé mais se sont douloureusement aggravés en ces 20 ans : la pauvreté, l’accès à l’eau, les catastrophes naturelles et industrielles, la perte de la biodiversité… Le point de non-retour n’est pas atteint. Ce contexte de crise est propice au renouveau et doit utiliser l’environnement comme un levier économique aboutissant à une économie verte et du développement durable. Certes, nous vivons dans une société de consommation tout en étant éphémère à l’échelle de la Planète. Est-ce une raison pour anéantir les ressources nécessaires à toute vie humaine ? Pourquoi construiton encore des édifices industriels sur la terre et les océans tels Mais une entité respectée “Je crois en tout ce qui est que la plateforme pétrolière du qui servira de «police» et Golfe du Mexique, la centrale humain, à la force des initiatives interdira les construcde Fukushima … que nous ne personnelles, collectives et tions irresponsables. Qui savons maîtriser ? Qui autorigarantira aux populations la prise de conscience se cela ? la propriété de leurs des nouvelles générations.” J’espère que Rio +20 saura terres et de leurs forêts. mettre en place une Organisation Qui favorisera et financera Mondiale de l’Environnement qui ne soit pas une orgales solutions apportées par des associations libres plunisation de plus visant à développer la bureaucratie. tôt que de grands groupes et monopoles. Une organi-

LES ENJEUX

Méditerranée : l’eau précieuse P

lus d'un milliard d'êtres humains n'ont pas accès à l'eau potable, et près du tiers de l'humanité ne dispose même pas d'installation sanitaire de base. Le déficit en matière d’assainissement est le principal responsable des maladies diarrhéiques qui tuent chaque année 2 millions de personnes dans le monde, dont 90 % sont des enfants de moins de 5 ans. La demande en eau ne cesse d’augmenter. La première raison en est la croissance démographique mondiale (9,1 milliards d’habitants estimés en 2050) et l’évolution des modes de vie. Depuis 2005 en effet, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les concentrations urbaines, une situation que l'homme n'a jamais connue auparavant. Les zones urbaines vont s'accroître et absorber l’ensemble de la croissance démographique, principalement dans les régions les moins développées. Ce changement de site de vie entraîne l’évolution des régimes alimentaires, l'augmentation des cultures industrielles et le transport de leurs produits, deux éléments indissociables grands consommateurs d'énergie. Le secteur industriel, dont la production de cette énergie est l'une des principales composantes, est en pleine expansion. La Méditerranée présente une particularité singulière : à l'inverse de la plupart des régions dans le monde et notamment des pays de mousson, il pleut sur le pourtour méditerranéen principalement au printemps et en automne, c'est-à-dire aux saisons froides. Il ne s'y organise donc pas facilement « la rencontre fructueuse de la chaleur et de l'eau »1. Ainsi, en dépit d'une pluviométrie relativement abondante, l'eau y est rare et donc disputée. Au Proche-Orient, le contrôle de l'eau explique sans doute nombre de conflits. Le Liban, à la différence de ses voisins, dispose de plusieurs zones montagneuses pourvoyeuses d'eau et trois des rares fleuves de la région le traversent : L’Oronte, qui prend sa source au nord-est de ce petit pays puis traverse une partie - la partie actuellement en crise - de la Syrie avant de couler en Turquie et de se jeter en Méditerranée ; le Litani, fleuve nord-sud entièrement libanais qui délimite la région agitée du Liban-Sud ; enfin le réservoir du Jourdain qu'est le Mont Hermon et ses petits cours d'eau, le Wazani et le Hazbani qui coulent près des trois frontières, libanaise, syrienne et israélienne, souvent zones de conflit. Mais « si l’eau est souvent un problème, elle est toujours la solution » disait Albert II en mars 2009 lors des Vème Rencontres Internationales Monaco et la Méditerranées consacrées à la Gestion Durable et Équitable de l'eau douce en Méditerranée. La France, co-organisatrice du 6ème forum de l'eau, soutient parmi ses « engagements phares, celui L'accès à l'eau a été reconnu par l'ONU comme l'un des Droits de l'homme. Encore faut-il mettre en œuvre les modalités d'application de ce droit. Les propositions de mesures concrètes pour une meilleure gestion de l'eau définies au cours de la réunion de Marseille seront présentées à la conférence des Nations unies pour le développement durable "Rio+20" . Quant au 7ème Forum de l’eau, c'est la ville de Daegu, en Corée du Sud qui l'organisera en 2015. (P. D.)

LES ENJEUX

© DR PhotoPhoto © OPMC

DOSSIER

“J

PAR

sation qui veille au bien être et à la santé des humains. De faire des économies émergentes les laboratoires du futur. De donner à des scientifiques indépendants les moyens d’étudier les questions des exploitations pétrolières et des ressources sous-marines avant toute construction nouvelle. Toute question pour la sauvegarde de la vie ne dépend pas uniquement de décisions de quelques-uns, mais de NOUS, les 7 milliards d’habitants de la Planète Bleue”. * Navigatrice, créatrice de l’association 4myplanet

Antoine, le précurseur O yé ! 1966. Antoine faisait un tabac avec ses «Elucubrations », son fameux Oyé et ses chemises à fleurs. Mais très vite le chanteur change radicalement de vie et se tourne vers une vie naturelle en parcourant les mers du monde. Depuis il enchaîne conférences, livres, et films pour sensibiliser le monde aux beautés des îles. Le dernier en date, un film sur la Nouvelle –Calédonie, et la sortie de plusieurs compilations de ses anciens succès. Ecologiste avant l’heure, il chantait déjà dans les années 80 « TOUCHEZ PAS A LA MER » et il avait raison de pousser son cri d’alarme. Encore aujourd’hui il parcourt inlassablement à bord de son « Banana split » tous les océans, avec dans sa besace des tonnes de projets. Avec Antoine la défense des mers a des allures « Flower power ». Il se définit comme un pacifique : « je défends la nature, mais je ne suis pas un guerrier, je préfère montrer l’exemple ». Il fait effectivement partie des célébrités qui donnent très peu de conseils. Il a choisi de vivre quotidiennement avec la nature. Proche du WWF il répond toujours présent quand il faut défendre une cause comme celle des éléphants en tournant un clip. Amoureux fou de la Polynésie avec une préférence pour les Tuamotu, les Gambier et les Australes. Finalement le seul message d’Antoine c’est « Faites la même chose ». Oyé ! (J.P.L.)


6 La Principauté

Politique & Société

Juin 2012

INSTITUTIONS • Le Prince Souverain a dû intervenir pour rappeler aux élus Ses prérogatives constitutionnelles est fixer un calendrier pour les retraites

“Il est des responsabilités auxquelles on ne peut se soustraire”

L

POLITIQUE

e Prince a tranché. La phrase a fait le tour de Monaco. Un ton et une fermeté qui ont été appréciés. Pour de nombreux monégasques, le communiqué du Souverain sur les retraites marque un tournant, c’est certain. Tout le monde a bien compris, que cette prise de position allait bien au-delà du texte proposé par son Gouvernement sur les retraites. Le Souverain fixe une ligne rouge qui aurait été franchie. Certes le gouvernement et plus précisément le Conseiller Valeri, cheville ouvrière du projet de sauvegarde du régime des retraites, ont de quoi être satisfaits. Le projet, son opportunité, sa méthode ont été confortés par le Souverain, qui n’a pas manqué de rappeler que ce texte avait reçu Son “entière approbation”. Un satisfecit ! Mais le dossier des retraites aura également permis au Souverain de rappeler un certain nombre d’évidences aux élus.

 Une lecture parlementariste des institutions Cette réaction très inhabituelle et sans ambiguité du Prince à un communiqué d’élus et de l’UDM porté par Jean-Sébastien Fiorucci, son dirigeant (et par ailleurs Chef de Cabinet du président de l’Assemblée, ce qui ne manque pas de soulever de nombreuses critiques de la part d’autres élus notamment) intervient, après une remise au pas cinglante et remarqué sur les institutions judiciaires. Que se passe-t-il ? Ce qui est en cause dépasse les dossiers évoqués mais fait ressortir un problème de fond, autour des équilibres institutionnels du Pays. Certains élus et dirigeants politiques seraient pourtant tentés : c’est l’accusation récurrente qui monte contre une dérive parlementariste, par une volonté de normalisation «européiste» de Monaco. On connait la boutade qui affirme que la politique de Monaco se fait à Paris et au Vatican, mais certains la verraient bien maintenant se faire chez les technocrates de Bruxelles ou de Strasbourg. La coopération indispensable et voulue avec l’Europe et l’adhésion aux valeurs de démocratie n’impliquent pas cependant un alignement idéologique et politicien sur le système européen sévèrement mis en cause par ailleurs… et surtout pas la perte des spécificités monégasques, voire de notre souveraineté.

 Le Prince sanctionne la mauvaise méthode On paraît s’éloigner des retraites, mais c’est donc bien de cela dont il est question en deuxième lecture des différents communiqués. L’affaire des retraites marque donc un tournant dans la vie politique du pays, qui va bien au delà des appréciations légitimes, même négatives, d’élus et de politiciens sur l’opportunité du texte de loi, son contenu et son calendrier. Le Prince Souverain ne remet nullement en cause le droit des élus d’organiser leurs débats, d’exprimer des avis et d’user de leur droit d amendements sur un projet de loi gouvernemental. Il met en cause une décision autoritaire et unilatérale de gestion du calendrier et une dérive électoraliste, qui renvoyait aux calendes grèques une réforme indispensable et urgente dans l’intérêt du pays. Les monégasques l’ont bien compris. Est-ce le cas des élus et signataires du communiqué à l’origine de la mise au point ? Avant de revenir sur le scénario de ce tournant, une chose apparait de façon évidente. Les monégasques, chacun devra en tenir compte, sont contents que le Prince parle haut et fort, quand il le juge nécessaire - « enfin ! » disent certains qui sont rassurés. L’action internationale du Souverain quelle que soit son importance pour le pays et son image ne l’empêche pas de veiller au bon ordre

Photo © DR

PAR PATRICE ZEHR

dans la maison- le monde certes mais aussi la cité et le Pays. CQFD et dont acte !

 Le communiqué qui a suscité la réaction Tout a commencé avec un communiqué sur en tête UDM avec les signatures de Jean-Sebastien Fiorucci, dirigeant de l’UDM et chef de cabinet du Président de l’Assemblée, de Claude Cellario, Président de I’UNAM, et des élus indépendants, Philippe Clerissi et Pierre Svara, relatif au projet de loi modifiant la loi de 1947 sur les retraites des salariés. Difficile de dire qui parle : les partis ? les élus ? Un mélange des deux sans doute. Difficile de savoir si le communiqué était vraiment approuvé par tous les UDM et tous les UNAM. Certaines réactions après le communiqué Princier donnent à penser que non, mais il faut se méfier des démentis de circonstances après coup. Que pouvait-on lire ? “La majorité parlementaire déplore cette précipitation sur un sujet décisif pour l’avenir de notre pays et pour notre cohésion sociale”. Par conséquent, “le Comite Directeur de I’UDM, puis l’ensemble des élus de la majorité UDM-UNAM et les Conseillers Nationaux indépendants Philippe Clerissi et Pierre Svara (...) ont décidé de proposer au Conseil National et au Gouvernement, ainsi qu’aux partenaires sociaux, de retenir la démarche” et un calendrier articulé dans la séparation en deux parties du projet de loi. La pertinence de l’analyse gouvernementale et donc de ses choix est mise en cause indiscutablement tout comme le processus de consultation et surtout le calendrier. Le parlement paraît vouloir imposer sans concertation son rythme au gouvernement - et, in fine au Souverain - sur un projet de loi essentiel pour Monaco.

 Une mise au point un peu embarrassée C’est comme cela que cela a été ressenti au Palais et la réponse Princière n’a pas tardée. "J'entends que ce texte, qui a reçu mon entière approbation, soit examiné sans tarder et sans qu'il soit nécessaire d'entreprendre à nouveau des études au demeurant déjà réalisées par le Gouvernement dont c’est la tâche. C'est pourquoi, conformément aux dispositions des articles 59 et 62, alinéa 2, de la Constitution, qui me confèrent ce pouvoir, j'ai décidé que le Conseil National se réunira en session extraordinaire la dernière semaine du mois de septembre prochain afin d'examiner le projet dont il est saisi. Il est des responsabilités auxquelles on ne peut se soustraire." L’UDM et les cosignataires du texte ont senti souffler le boulet du désaveu. Il y eut, selon l’expression du président Robillon «des réactions diverses à chaud». Dans un entretien à Monaco matin, celui-ci a tenté de sauver la face en faisant mine de calmer le jeu et minimisé les interprétations institutionnelles. C’était un exercice obligé. Mais il persiste et signe sur le fond «Le Projet de loi (…) comporte un nombre substantiel d’erreurs pas seulement techniques», a t-il déclaré, alors que le Prince avait affirmé quelques jours auparavant dans Son communiqué que ce texte avait reçu Son « entière approbation »… Pour l’UP, la principale source de tous les ennuis de la majorité élue à un nom : Jean-Sebastien Fiorucci, qui a tenté un nouveau coup a partir des retraites. Il lui est reproché d’avoir voulu imposer par électoralisme, sinon par idéologie, son calendrier à celui du Gouvernement du Prince faisant dériver les institutions. Rassemblement et Enjeux, qui depuis le début approuve globalement le projet du gouvernement sur les retraites et la méthode employée dénonce par la

voie de Laurent Nouvion une majorité qualifiée «d’irresponsable». Le parti appelle au respect strict des institutions et insiste sur les désaveux a répétition du Prince vis-à-vis de l’actuelle majorité. C’est de bonne guerre. Proche de R&E mais indépendant Christophe Spiliotis Saquet met les pieds dans le plat comme à son habitude : “Le Chef de Cabinet du Président du Conseil National a pris la liberté d’affirmer qu’il n’y aurait pas de séance publique en septembre et que le Conseil National n’étudierait pas la loi sur les retraites dans la précipitation. Qui dirige le Conseil National aujourd’hui, le Président ou son Chef de cabinet ?” (...) “C’est en réalité une démonstration de leur manque (élus de la majorité) de courage politique, face aux élections nationales prochaines, de leur irresponsabilité et de leur incapacité à s’engager sur certains sujets de la plus haute importance”.

 L’UDM se retrouve seul avec l’USM L’UDM se retrouve bien seule pour affronter le gros temps, d’autant que depuis, trois élus se sont désolidarisés du communiqué initial du parti (Philippe Clerissi, Eric Guazzone, Pierre Svara). Seule ? pas vraiment puisque l’USM lui apporte son soutien tout en appelant à la grève le 21 juin prochain. « Nous nous félicitons de la sagesse des dispositions envisagées par la majorité du Conseil National qui semble d’accord avec l’USM pour refuser de prendre des dispositions au pas de charge. C’est tout le sens de notre démarche. S’il y a peut être eu consultation de la part du gouvernement au cours des derniers mois, il n’y a certes pas eu concertation car toutes nos idées ont été écartées sans être étudiées. Le communiqué princier confirme la volonté de passer le projet coûte que coûte et à la hâte ». Le syndicat propose même une grève qui démontre son refus de s’arrêter là et son soutien à l’UDM pourrait être pour le parti un soutien a double tranchant. L’USM n’est pas au zénith de sa popularité, et la sagesse populaire est actuellement très largement favorable a une réforme qu’elle estime nécessaire… et urgente ! Cette alliance objective va donc conforter les accusations de dérive à gauche d’une partie de la majorité, allant même jusqu’à mettre en cause le dernier mot du Prince. Le retour au calme parait s’imposer, dans le respect de la liberté de critique parlementaire mais dans le cadre des institutions. Le Prince a parlé, le débat légitime doit donc revenir dans le cadre institutionnel fixé par le Souverain, les monégasques ne comprendraient pas que l’on tente d’ajouter sur le plan politique ou social une crise à une polémique qui pour eux devrait être close, en dehors du débat parlementaire programmé. Car pour eux le dernier mot revient au Prince.


La Principauté

Politique & Société

Juin 2012

GOUVERNEMENT • La conférence de presse du 30 mai dernier a confirmé la détermination de l'Exécutif pour réaliser ses principales priorités

Image, budget et nouveau CHPG

U

L’économie se porte bien : baisse de près de 8 % des dépenses et hausse de 13 % des recettes dans les 4 derniers mois

n nouvelle impulsion de la campagne de communication, des chiffres économiques de plus en plus encourageants et la démarche adoptée pour la construction du nouvel hôpital, sont les thèmes qui ont été abordés lors de la conférence mensuelle du Gouvernement Princier le 30 mai dernier.

PAR PATRICE ZEHR Photo © C. Gallo / CdP

 Continuité monégasque et changement français En réponse à une question sur la façon dont Monaco allait gérer les changements politiques français, le Ministre d’Etat a répondu à la hauteur voulue. Face aux petites inquiétudes qui percent ici et là, et dont certaines sont légitimes au regard de quelques déclarations passées, il a rappelé qu’il s’agit de rapports plusieurs fois séculaires entre deux états. Que les alternances politiques françaises ne changent jamais rien à l’essentiel des liens d’amitiés au sein d’une communauté de destin. Et de souligner que les rapports sous Mitterrand dernier président socialiste en date à Paris étaient excellents.

 La bataille de l’image atteint une nouvelle phase Mais il est bien certain que Monaco dans certains milieux politiciens devra faire face à des approches négatives par idées préconçues, ce qui justifie encore plus la volonté de la Principauté de gagner la bataille de l’image. La campagne “Monaco, un rôle à part dans le monde” atteint donc une nouvelle phase avec un partenariat avec un média mondial s’il en est CNN international. Le monde entier pourra voir des reportages sur Monaco, des web documentaires notamment dont les 4 premiers thèmes seront : 1. Humanitaire et économie - la plateforme d’urgence pour les ONG ; 2. Innovation technologique et développement durable - les véhicules électriques Venturi ; 3. Rayonnement culturel - les Ballets de Monte Carlo ; 4. Médecine et humanitaire - l’action du centre cardio thoracique. Cette nouvelle campagne, estimée à 1,3 millions, est sans doute nécessaire, cohérente avec les précédentes, mais certes pas suffisante. Une image est difficile à construire. Facile a égratigner...

125.000 personnes. Il aura une surface totale de 78.000 m2. 3 groupements seront sélectionnés parmi les 13 candidats fin 2012. La procédure pour sa réalisation avance. 13 candidatures de 6 pays différents se sont manifestées pour la conception du nouvel hôpital. 3 groupements seront sélectionnés parmi ces 13 candidats à la fin de 2012. Les 3 nominés auront 720.000 euros d’indemnité pour études et maquettes. Début 2013, les 3 projets seront classés et proposés au Gouvernement princier, qui décidera et désignera le lauréat. Calendrier et coûts seront ainsi respectés.  Bientôt un Grand Prix pour voitures électriques Campagne d’image qui monte en puissance, équilibre budgétaire, investissements d’avenir, le Gouvernement s’inscrit dans la continuité de ses priorités, avec un optimisme conforté par une amélioration de la situation économique de la Principauté, mais sans pour autant oublier sa vocation écologiste. Le Ministre d’Etat a annoncé qu’on pourra bientôt assister à Monaco à un Grand Prix pour voitures électriques. Le dossier est actuellement dans une phase d’étude déjà bien avancée avec l’Automobile Club de Monaco et la Fédération internationale. Il se tiendra sur le même circuit que la Formule 1, dans la même période du Grand Prix traditionnel, peut-être déjà l’année prochaine, avec l’implication probable d’EDF.

 Affaire “Madoff” et tribunal pénal international L’ image de Monaco reste fragile dans certains domaines surtout, et un titre comme «L’affaire Madoff rebondit à Monaco» du journal régional a été regretté par le Ministre d’Etat puisqu’il s’agit en fait d’un dégât collatéral impliquant des clients d’un fonds d’investissement basé à Monaco. La justice fait son travail, le gouvernement respecte la séparation des pouvoirs. Une affaire dans l’affaire mais certes pas un rebondissement. De la même manière Monaco étudie les demandes d’adhésion notamment d'ONG spécialisées au traité de Rome impliquant un alignement juridique par rapport au tribunal pénal international. Mais il ne peut y avoir alignement dans quelque RENDEZ-VOUS domaine que ce soit au détriment de spécificités institutionnelles. Coopération oui, bien sûr, normalisation pas forcément.... ’Expo Internationale Yeosu 2012 a été officielle-

 Chiffres en forte amélioration et réalisation du futur hôpital qui avance La Principauté économiquement continuera à faire des jaloux car elle se porte bien. Pour les 4 derniers mois baisse de près de 8 % des dépenses et hausse de plus de 13 % des recettes. Tout va dans le bon sens du retour à l’équilibre et même à l’excédent, mais il faudra en même temps tenir compte des dotations de 20 millions d’euros au 2ème et puis au 4ème trimestre 2012 nécessaires à la construction du futur CHPG, un projet pour cent ans qui impacte l’effort d’investissement de l’Etat pour la bonne cause. Le projet de réalisation du nouveau CHPG qui avance, avec ces quelques chiffres parlants. La structure pourra compter sur 409 lits au total, dont 365 pour la médecine générale et la chirurgie et 44 pour la psychiatrie. Un parc de stationnement pour 800 places. L’hôpital pourra servir un bassin de population d’environ

Expo Yeosu 2012 : jusqu’au 12 août ! L ment ouverte le 11 mai par le Président de la République Coréenne LEE Myung-Bak, à l’issue d’une cérémonie officielle grandiose qui a réuni plusieurs centaines d’invités de marque et près de 100.000 spectateurs. Après le traditionnel défilé des drapeaux, et un show musical sur le thème de l’Océan, la cérémonie s’est achevée par le spectacle du « Big O » un spectacle original où un jeu de fontaines et de projections sur un mur d’eau géant viennent se mêler à un son et lumières absolument féérique. Ce spectacle sera diffusé chaque soir à 21h30 pendant toute la durée de l’Exposition. L’Exposition Yeosu 2012 a ouvert ses portes au public le 12 mai à 9h00 pour une durée de 93 jours. Situé dans la zone des Pavillons Internationaux le Pavillon de Monaco a accueilli ses premiers visiteurs qui ont pu découvrir les 400m² d’exposition déclinés sur le thème de « l’engagement historique de la Principauté de Monaco dans la protection de l’environnement des mers et océans ». L’Exposition est ouverte jusqu’au 12 août et prévoit d’accueillir 8 millions de visiteurs.

Photo © CN

Photo © DR

7


La Principauté

Politique Internationale

Une grande vitrine pour Monaco Juin 2012

ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE OSCE • La 21ème Session Annuelle de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe se déroulera à Monaco du 5 au 9 juillet

C

Jean-Charles Gardetto : “Une occasion exceptionnelle de faire découvrir à niveau international les réalités de notre pays”

réée au début des années 1970 dans un contexte de Guerre Froide, la Conférence puis, ensuite, l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe a joué un rôle de premier plan dans le renforcement du dialogue et d’une meilleure compréhension mutuelle lors des périodes de tensions et de conflits qui ont pu affecter les Etats membres de l’organisation intergouvernementale qui s’étend à présent de Vancouver à Vladivostok. Elle a notamment permis d’aboutir à l’Acte Final d’Helsinki, en 1975, premier pas vers la période de Détente entre l’Ouest et l’Est. Ce document contient des engagements clés entre les Etats et dix principes fondamentaux (Le Décalogue) sur la conduite des Etats vis-à-vis de leurs citoyens et les uns envers les autres. Quant au volet parlementaire de l’Organisation, l’Assemblée Parlementaire de l’OSCE, il a été décidé par la Charte de Paris en 1990 et formalisé par la Déclaration de Madrid en 1991. Ce sont maintenant 320 Parlementaires représentant 56 Etats membres et leurs équipes qui participent aux travaux de l’Organisation.

 Quel est le rôle de l’AP OSCE ? Aujourd’hui, dans un monde en perpétuel mouvement, marqué par la résurgence de tensions politiques, démocratiques, économiques, migratoires et environnementales, l’OSCE demeure un forum d’échanges incontournable et un acteur majeur sur la scène internationale, grâce à son expérience acquise de longue date, notamment en matière de prévention et de résolution des conflits et d’accompagnement démocratique. L’AP OSCE permet aux parlementaires, représentants les citoyens des Etats membres, de s’exprimer et de porter à l’attention du Conseil Permanent leurs vues et leurs recommandations à propos des activités de l’Organisation. L’Assemblée contribue ainsi activement, par l’intermédiaire du dialogue interparlementaire, à l’effort global de démocratisation dans toute la zone OSCE mais aussi en périphérie (Asie cen-

PAR JEAN-CHARLES

GARDETTO* Photo © OSCE

trale, Maghreb, Proche-Orient ou Moyen-Orient). Son rôle est par ailleurs déterminant dans les missions d’observation des élections nationales de toute la région OSCE.

 Accueillir la session annuelle de l’AP OSCE à Monaco : un intérêt certain pour Monaco Du 5 au 9 juillet prochain, Monaco accueillera la principale réunion annuelle de l’Organisation parlementaire, autour du thème « L’OSCE: une région de changements ». C’est une occasion remarquable d’accueillir au Grimaldi Forum et dans les hôtels partenaires, un forum de haut niveau en présence de plus de 400 personnes – parlementaires, ambassadeurs, Organisations internationales, ONG, invitées autour de problématiques internationales d’actualité (sécurité énergétique, flux migratoires, respect des droits de l’homme et de la démocratie, bilan des printemps arabes et des processus de transition démocratique entrepris dans certains pays depuis 2011). L’organisation d’un tel évènement en Principauté est par ailleurs un moment fédérateur pour tous les acteurs de la place. Je tiens ainsi à

remercier très chaleureusement les personnes impliquées dans la préparation de ce projet, au niveau du Conseil National bien sûr, mais aussi notamment de la Direction du Tourisme, du Grimaldi Forum et des Services de l’Administration, sans oublier les nombreux prestataires qui ont été retenus pour accueillir cette réunion dans des conditions optimales. Lors de ce rendez-vous, nous démontrerons une nouvelle fois, le savoir-faire d’excellence de Monaco. Car accueillir la session annuelle à Monaco, ce sera également une occasion exceptionnelle de faire découvrir les réalités de notre Pays aux représentants de 55 Etats qui sont des relais d’opinion, de mieux en faire connaître les spécificités de Monaco, l’extraordinaire histoire, l’esprit d’ouverture sur le monde, le dynamisme entrepreneurial, associatif, artistique et créatif, qui composent les véritables richesses de la Principauté.

* Conseiller national, Président de la Commission des Relations Extérieures et Président de la Délégation monégasque auprès de l’Assemblée Parlementaire de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe.

L'OSCE: une région de changements

LA FICHE

l’invitation du Conseil National, la Principauté de Monaco accueilleA ra, la 21ème Session annuelle de l’Assemblée Parlementaire de l’OSCE., qui se déroulera du 5 au 9 juillet 2012 au Grimaldi Forum. Une

Photo © OSCE

LA FICHE

invitation signée officiellement le 23 avril dernier à Copenhague par M. Petros Efthymiou, président de l’AP OSCE et Jean-François Robillon, le président du Conseil National. Près de 500 parlementaires issus des 56 Etats composant l’OSCE sont attendus à cette occasion.

Savoir + : Regroupant 56 états situés en Europe, en Asie Centrale et en Amérique du Nord, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est la plus grande organisation de sécurité régionale. Elle aborde donc un large éventail de questions liées à la sécurité, y compris les droits de l'homme, la maîtrise des armements, les mesures de confiance et de sécurité, les minorités nationales, la démocratisation, les stratégies de police, la lutte contre le terrorisme et les activités économiques et environnementales. Elle est coopérative dans le sens où tous les Etats participants aux organes et aux activités de l'OSCE jouissent d'un statut égal. Les décisions sont prises par consensus sur une base qui est contraignante sur le plan politique mais non sur le plan juridique. » La Principauté de Monaco y a adhéré en 1975 et s’implique notamment dans la protection des enfants et la lutte contre la traite des êtres humains. La délégation parlementaire monégasque à l’OSCE est conduite par Jean-Charles Gardetto. Il est vice-président de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE depuis juillet 2009.

Cette 21° session à Monaco aura pour thème "L'OSCE: une région de changements". Trois temps forts sont annoncés : - Vote d'une Déclaration finale portant le nom de Déclaration de Monaco (réunissant l'ensemble des résolutions adoptées lors des travaux de l'Assemblée) - Election d'un nouveau Président de l'AP OSCE pour succéder au Président Petros Efthymiou (Grèce). Le candidat déclaré aujourd'hui et grand favori est d'origine italienne, M. Ricardo Migliori. - Le Forum Méditerranée de l'AP OSCE, se déroulera à Monaco et permettra de débattre des conséquences des printemps arabes et des processus démocratiques engagés.

9


10 La Principauté

l’Actualité l’

Juin 2012 Photos © DR



MONACO EN BREF



☞ Catherine Orecchia-Matthyssens a été nommée Administrateur des Domaines, prenant ainsi la succession de Muriel Natali-Laure qui occupait ce poste depuis 2006 et qui dirige désormais le Contrôle Général des Dépenses. Au service de l’Administration monégasque depuis près de 30 ans, Catherine Orecchia-Matthyssens a assuré notamment les fonctions de Directeur de l’Habitat de 1995 à 1998 puis de Directeur de l’Expansion Economique entre 1998 et 2010.

☞ Le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) signe une convention de partenariat pour l’acquisition d’oeuvres avec la Compagnie Monégasque de Banque (CMB) pour l’année 2012. La CMB est depuis de nombreuses années engagée dans le mécénat auprès d’entités culturelles en Principauté.

“Bollywood” L

au Bal de l’Eté

’Inde et « Princes of Rajasthan », sera le thème technicolor de la 17ème édition du Bal de l’Eté avec la participation extraordinaire de S.A.R. Le Maharana Shriji Arvind Singhji Mewar of Udaipur ainsi que d’immense stars de “Bollywood” (comme on appelle le cinéma indien basé à Bombay - aujourd’hui Mumbai) : notamment, Amitabh Bachchan, accompagné de Aishwarya Rai Bachchan et Abhishek Bachchan ainsi que de nombreux invités de l’élite internationale et indienne. Placé sous le Haut Patronage de SAS Le Prince Albert II et donné en faveur de l'Ordre de Malte Monégasque, le « Bal de l'Eté » de Monaco ouvre traditionnellement en beauté la belle saison en Principauté. Cocktail dînatoire autour de la piscine du Beach Club le 22 Juin, Dîner de Gala à ciel ouvert au Sporting, cadeaux offerts par les plus grandes maisons, dîner indien concocté par le Chef Talwinder Singh, Sonu Kakkar pop Star indienne et nuit de folie animée par le DJ Sunny Sarid le 23 Juin, et enfin Brunch sur la terrasse de l'Hôtel de Paris le 24 Juin 2012, La Principauté tel sera le programme de trois jours de Edité par cette édition. Le premier journal d’actualité de Monaco

GLOBAL MEDIA ASSOCIATES Sas

“ Le Beausoleil de Monaco”

6, bd de la Turbie 06240 Beausoleil

Tél. : +33 09.50.79.90.84 Fax : +33 09.55.79.90.84 glomed.free.fr/laprincipaute.html email : glomed@free.fr Directeur de Publication Roberto Volponi Rédacteur en Chef Patrice Zehr

Rédacteur en Chef Adjoint Pierre-Yves Reichenecker Avec la collaboration de Lisa Arquette Amanda Coutelle Jean-Philippe Lucas Pascale Marcaggi Pierre-Alain Martini Alessandro Paparella Alan Parker-Jones

Photos Claudia Albuquerque Olivier Almondo Centre de Presse Thierry Carpico Murielle Gander Cransac Projet graphique PDC Milano

Relations Publiques Mary Coles Promotion & Publicité Chantal Garry

Diffusion Monaco & Côte d’Azur SEC Cour Anc. Gare SNCF Impression Graficolor Regione Prati - Arma di Taggia (IM) Le tirage de ce numéro a été de 27.500 exemplaires

Copyright © 2012 by Global Media Associates Sas Piazza Caduti della Montagnola 48 • 00142 Rome

TRANSPORTS

 Amitabh Bachchan Véritable star du cinéma indien, Amitabh Bachchan compte plus de 150 films à son actif. Habitué au rôle de rebelle, comme dans 'Zanjeer' ou 'Deewar', le public lui donne le surnom de 'Angry young man' (' jeune homme en colère'). Grièvement blessé lors du tournage de 'Coolie' en 1982, il profite de sa convalescence pour créer sa société de production, ABCL, et se lance en politique. Cette dernière expérience aux côtés de la famille Gandhi tournera court et le comédien retourne vite à ses premières amours.  Aishwarya Rai Bachchan Aishwarya Rai Bachchan remporte en 1994 le titre de Miss Monde et elle devient l'un des mannequins les plus populaires de l'Inde. En 2002, elle est l'actrice principale de Devdas. Ce film, contant l'histoire d'une jeune fille d'extraction modeste ne pouvant épouser son amoureux à cause des différences de niveau social, est le plus gros succès de l'année en Inde et remporte plusieurs prix. Il est également présenté hors compétition au Festival de Cannes. Aishwarya Rai est l'année suivante la première actrice indienne membre du jury du Festival de Cannes. En 2004, elle est la première actrice indienne à avoir sa statue chez Madame Tussauds, le musée de cire de Londres. Elle enchaiîe des succès cinématographiques tels Coup de foudre à Bollywood et Dhoom 2, Sarkar Raj (2007), Jodha Akbar (2008) et Robot (Endhiran) (2010). Elle joue dans les films hollywoodiens La Panthère rose 2 ou The Last Legion. En février 2011, elle est invitée avec son épouxi à la cérémonie des Oscars.  Abhishek Bachchan Fils de deux stars du cinéma indien, Amitabh Bachchan et Jaya Bhaduri. Abhishek Bachchan étudie à Mumbai, puis en Suisse et enfin à l’université de Boston mais, désirant très vite faire du cinéma, il ne finit pas ses études. Il parle plusieurs langues : anglais, hindi et français. Il se fiance avec Karisma Kapoor en 2002 puis en janvier 2007 avec l'ex-Miss Monde et actrice du cinéma indien, Aishwarya Rai Bachchan, qu'il épouse le 20 avril suivant. Ils forment le couple le plus glamour et le mieux payé de Bollywood.

☞ Les prochains événements des Ballets de Monte-Carlo en juin et juillet : Spectacle de l’Académie de Danse Princesse Grace : les 28 et 29 juin (salle Garnier). Nouvelle Création des “7 doigts de la main” dans le cadre du Monaco Dance Forum : du 20 au 22 juillet (Grimaldi Forum). Les prochaines tournées de la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo : Cologne (Allemagne), Moscou (Russie), Oviedo et Vittoria (Espagne), Vaison-la-Romaine et Perpignan (France)

☞ Galerie Lezarts Artiste du mois /Artist of the Month YANNIS ADAMAKIS Si vous souhaitez faire l’acquisition d’une œuvre : If your interested in buying one of our artists’ works: La nuit tombe” Acrylique sur toile/Acrylic on canvas 70x70 cm 4000 euros Contact e-mail: galerie@lezarts.com www.lezarts.com or www.lezarts-gallery.com

☞ Deuxième café actu organisé par Le SJM (Syndicat des Journalistes de Monaco)... Le le mercredi 13 juin à 19 h au Café Théâtre (Place des Bougainvilliers). Des journalistes professionnels ouvrent la première tribune publique sur l'actualité. Le thème de ce nouveau rendez-vous : "Elections françaises : quelles conséquences pour Monaco ? ». L’entrée est libre et gratuite. Le SJM souhaite ancrer durablement cet évènement dans l'actualité culturelle de Monaco.

☞ Le nouveau magazine de l’administration, « .MC » publié par le gouvernement affiche à la Une de son premier numéro (Printemps 2012), en titre principal : « Economie : les vrais chiffres ». Diable ! Est-ce dire que les chiffres que nous fournissait précédemment l’administration monégasque étaient peu « fiables » ? Sans compter que des chiffres, dans ce premier « .MC », il n’y en a pas beaucoup. Le prochain numéro trimestriel rectifiera sans doute tout cela.

☞ L’Orchestre Philarmonique de MonteCarlo a sorti le 16 mai son 5ème CD label « OPMC Classics ». Il s’agit de la Symphonie n°5 de Mahler sous la direction de Yakov Kreizberg. C’est la dernière œuvre enregistrée par Yakov Kreizberg – disparu le 15 mars 2011 – avec l’OPMC. Prix Public indicatif : 17€. Disponible sur www.opmc.mc et dans les magasins spécialisés (Fnac, etc.)

☞ Artcurial Motorcars annonce pour le 26 juillet prochain en Principauté la dispersion des réserves de la Collection de Voitures Anciennes de S.A.S. le Prince de Monaco. De la Peugeot 201 à la Rolls Corniche, de la Panhard X19 à la Porsche 928, toutes ces voitures seront vendues sans prix de réserve, avec carte grise au nom du Prince Albert.

☞ Jean-Baptiste Klein, chef sommelier au Moulin de Mougins, et Julia Scavo, sommelier au restaurant La Trattoria à Monaco, sont en lice pour les finales de la 15eme édition du Master of Port les 17 et 18 juin prochains a Paris. Sélectionnés à l'issue des épreuves régionales, huit autres sommeliers participeront à la finale du Master of Port pour décrocher le titre de Meilleur Sommelier en Vin de Porto. Le Master of Port couronne est l'excellence des sommeliers. Bonne chance a nos représentants.

La photographie du mois

onte-Carlo Ambulances est M devenue leader dans le transport médical avec son vehicule

La première au monde !

100% électrique. Sa persévérance a payé. Michèle Moll propriétaire de Monte-Carlo Ambulances a réussi avec brio à trouver la seule ambulance sur le marché totalement écologique. Et cela n’a pas été facile et encore moins de faire le pas en innovant dans le transport médical. Mais cette pro-humanitaire (elle est également présidente de Mission Monaco Maroc) a la fibre développement durable. Pour elle, activité économique doit rimer avec protection de l’environnement. Grâce à Renault et à l’agencement de la société Bruno Scherer Entreprises basée à Hendaye, la chef d’entreprise monégasque vient de réaliser son rêve. Soutenue par Bernard Fautrier, vice-président de la Fondation Albert II, elle a pu présenter (en compagnie de Jérôme Chambaud, son responsable) à Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II, la Renault Maxi Kangoo Z.E, dans les jardins du Palais Princier. Et c’est vrai que toutes les conditions étaient réunies : cette ambulance possède une autonomie de 150 kms et la batterie se recharge dans les descentes, et au freinage. Sa puissance est supérieure à celle d’une thermique, mais en douceur. Les patients sont confortablement installés et apprécient le silence et la souplesse du véhicule. L’ambulance se recharge gratuitement dans les parkings publics, et l’assurance est moins chère. Aucun frais d’essence bien sûr et entretien minime car la première révision est à 40 000 kms. On comprend maintenant pourquoi Michèle Moll souhaiterait une augmentation de l’autonomie afin que sa flotte soit entièrement électrique. Décidément le transport durable ne possède que des avantages et dans ce domaine elle a pris une longueur d’avance... (J.P.L.)

TRANSPORTS

L'artiste-peintre monégasque Beli participe à sa façon à la défense de la biodiversité... et des océans !


l’Actualité l’

Juin 2012

La Principauté

TRANSPORTS • A partir du 1er juin tickets plus chers de 50% et 100%, selon que le ticket sera acheté à bord ou au distributeur...

Augmentation des tarifs CAM

D

Les usagers qui ne prennent pas l’autobus à l’un des 9 arrêts équipés d’un automate seront les plus pénalisés

epuis plusieurs années, la politique du Gouvernement Princier en matière de déplacements et de mobilité encourage l’utilisation des transports en commun. L’engagement de l’Etat a ainsi permis à la Compagnie des Autobus de Monaco - CAM - de renforcer la fréquence de passage de ses bus aujourd’hui en-dessous des 10 mn sur les lignes 1, 2 et 6, utilisées par 80 % des usagers. « Aujourd’hui, avec le soutien du Gouvernement, la CAM poursuit cet effort de modernisation en permettant aux usagers d’acheter à tout moment leur titre dans l’un des neuf distributeurs installés aux arrêts ou de recharger leur carte sur Internet» précise Roland de Rechniewski, Directeur de la CAM, dans un communiqué (daté du 26 avril dernier). Neuf appareils ont été implantés aux arrêts les plus fréquentés . Voilà pour les services ! Mais qu’en est-il des tarifs ? «A partir du 1er juin prochain, la CAM va augmenter ses tarifs avec un changement majeur : privilégier l’achat aux distributeurs et sur Internet en appliquant une majoration pour les titres achetés à bord des bus. Ainsi, le billet unitaire passe à 1,50 Euro pour un achat aux distributeurs et à 2 Euros à bord des bus, ce qui correspond à une économie de 25% pour une acquisition réalisée aux distributeurs ou sur Internet.»

PAR PIERRE-YVES

 +50% à +100% pour le ticket unitaire ! Le trajet simple augmentera effectivement de 50% et 100% selon que le ticket sera acheté à bord du véhicule ou au distributeur ! Savoir + : Autres exemples d’augmentation ? La carte 10 voyages (6,00 €) qui met le trajet à 0,60 € sera remplacée : - En distributeur automatique par la carte 12 voyages (10,00 €) soit 0,83 € par trajet (+38,9%) ; - À bord des autobus par la carte 6 voyages (10,00 €) soit 1,67 € par trajet (+177%). Le Pass 24h augmentera de 66,7% quel que soit le point de vente. L’abonnement mensuel augmentera de 31,6% à bord des véhicules et 10,5% au distributeur. Pour ce qui concerne les titres vendus sur les autobus, il ne sera plus possible d’y acheter les Pass 48h / 72h / et 96h qui augmenteront respectivement de 33,3% / 22,2% / et 8,3%. L’abonnement trimestriel augmentera de 10% et l’abonnement annuel de 10,3%. L’abonnement trimestriel -de 26 ans augmentera de 10% et l’annuel - de 26 ans prendra 10,7%. La carte 10 voyages séniors (3,00 €) soit 0,30 € par trajet sera remplacée par une carte 24 voyages (10,00 €) soit 0,42 € par trajet (+38,9%). Le tarif des abonnements Azur et TER+CAM restera inchangé, probablement parce qu’ils résultent d’un contrat de partenariats avec la région et la SNCF.

REICHENECKER Photo © CAM

tageux pour inciter les usagers à utiliser plus largement les transports publics, plaçant ainsi la CAM à l’avant-garde de la profession dans ce domaine. Quelques mois plus tard les autres grands réseaux de transport de voyageurs de la région voisine s’étaient alignés sur le prix du ticket à 1 €, et la tendance est aujourd’hui encore au maintien de ce tarif, voire à la gratuité de certaines lignes. L’argument mis en avant par la CAM consistant « à ne pas ralentir la progression des autobus en limitant la vente à bord » interpelle. La seule façon efficace d’améliorer la vitesse commerciale des autobus ne serait-elle pas de maintenir libres les arrêts et couloirs réservés ? De donner la priorité aux bus lorsqu’ils quittent l’arrêt comme cela est le cas depuis longtemps dans le pays voisin ? Et de s’atteler à résoudre efficacement le problème de circulation lié aux incivilités des automobilistes ? De son côté, le gouvernement entend toujours « privilégier la mobilité durable, mais en encadrant les dépenses ». Les partis politiques ont globalement dénoncé cette politique d’augmentation des tarifs. Avec par exemple cette phrase cinglante dans le communiqué de l’UNAM : « Si rien n’est fait, au 1er juin, il sera moins cher pour traverser la Principauté d’Est en Ouest de prendre un bus de la TAM que d’emprunter un bus de la CAM » ! La CAM et le Gouvernement se soucient-ils des attentes des usagers ? Ils sont en tout cas très loin des arguments développés dans le vœu du CES pour demander la gratuité du transport pour tous les salariés de la Principauté.

 Achats en ligne : oui, mais… Il est à noter que, d’une part, la prise en compte des rechargements en ligne peut nécessiter jusqu’à 48 heures, et d’autre part, seuls les rechargements des cartes nominatives seront possibles sur internet, ce qui FOOTBALL exclu de fait les tickets monovoyage, les cartes journalières et hebdomaes spectateurs sont revenus stade Louis II. L’ As Monaco a retrouvé ses supporters et surtout une daires, ainsi que les vision d avenir. C’était indispensable pour un club à gros budget digne de la ligue 1 et qui se troucartes 12 voyages sur vait menacé après le purgatoire de l’enfer à la mi saison. Une relégation en national aurait sonné la support cartonné (le fin d’une exceptionnelle aventure sportive dans la planète foot. Depuis la reprise du club par le russe rechargement de ces et résident monégasque Dmitry Rybololvev tout a changé. Tout le monde le reconnaît. Le club a dernières sera toutefois remonté la pente et enchaîné les succès jusqu’a croire un moment à une remontée en ligue 1. Ce possible sur une carte n’est que partie remise, tout le monde en est maintenant convaincu. C’est l’essentiel. Ce redressenominative vierge de ment spectaculaire n’est pas cependant sans susciter un malaise. Car il débouche sur des limogeages tout autre abonnement). controversés. L'AS Monaco, 8e au classement final de la Ligue 2, a annoncé qu'elle se séparait de son Enfin, l’importante difféentraîneur, l'Italien Marco Simone, 43 ans, et d'une grande partie de son encadrement technique. "La rence de tarif entre les direction de l'AS Monaco a décidé de ne pas renouveler l'équipe d'entraîneurs et annonce (samedi) titres vendus à bord et le départ de Marco Simone, Frédéric Barilaro, David Barriac et Lionel Iacono", a indiqué le club de la ceux achetés aux distriPrincipauté dans un communiqué. Ensuite, le choix est tombé sur Claudio Raineri (voir à côté). Simone avait rejoint Monaco le 12 septembre 2011 alors que le club, qui faisait office de grand favobuteurs pénalise à ri à un retour immédiat dans l'élite, occupait seulement la 18e place de son championnat. L’ancien l’évidence les usagers joueur de Monaco et du Paris SG avait réussi à relancer l'équipe qui a finalement terminé à douze qui ne prennent pas points de la 3e place, synonyme de promotion en L1. L'ASM, rachetée en décembre par l'homme l’autobus à l’un des 9 d'affaires russe Dmitry Rybolovlev, a indiqué dans ce communiqué qu'elle allait "entamer une nouarrêts équipés d’un velle phase de son développement. Notre objectif pour la saison prochaine est de remonter en Ligue automate.

AS Monaco : Claudio Ranieri pour remonter en L1

L

 Et l’environnement dans tout ça ? Disparues donc les préoccupations environnementales qui ont conduit la Principauté de Monaco et la CAM à être les premiers à proposer dès 2007 des tarifs avan-

FOOTBALL

1", avait-t-il ajouté. Cependant il y a un cactus, le cas Barilaro. Il fait parti des limogés hors il est monégasque. Il a obtenu à 10 ans sa première licence à Monaco où il a fait toute sa carrière. Dans un pays ou la “préférence nationale” est un pilier des équilibres sociaux cela a provoqué un malaise et une vive réaction de R&E qui demande “comment dit-on priorité nationale en russe”. Le mileu sportif ne doit pas être pollué par une méthode créant problème social et politique ni par une volonté de tout changer, comme si tout ce qui a été fait était à jeter ou de peu d’importance. Il faut tenir compte des fidélités, des succès et des liens entre certains et une équipe pas comme les autres. L’objectif c’est le retour en ligue 1, mais pas au mépris des valeurs humaines véhiculées par le sport. Dimitry Rybolovlev devra en tenir compte pour ne pas jeter une ombre sur son incontestable réussite du moment. (P.Z.)

Claudio Ranieri sera le prochain entraîneur de l’AS Monaco. Un choix qui correspond à la volonté de Dmitry Rybolovlev, le président milliardaire de l’ASM, de «donner à l’équipe une nouvelle impulsion pour la saison prochaine» avec l’intégration au staff technique «de personnes expérimentées qui le renforceront». Ranieri, qui a refusé récemment les avances du Besiktas Istanbul, a le profil idoine. Son CV parle pour lui. S’il reste sur une expérience douloureuse à l’Inter Milan (Ndlr : il a été démis de ses fonctions le 26 mars dernier, 6 mois seulement après son arrivée), son passé a de quoi donner quelques complexes à certains. Naples, la Fiorentina, Valence, l’Atlético Madrid, Chelsea, Parme, la Juventus Turin, la Roma et donc l’Inter Milan sont autant de clubs fréquentés par «The Tinkerman» (le bricoleur), surnom hérité de son passage à Chelsea.

11


12 La Principauté

Art & Culture

SPECTACLE • Du 21 au 24 juin au Grimaldi Forum le célèbre show arrive enfin à Monaco

Chicago, comédie musicale et sexy !

C

hicago* est une comédie musicale de Bob Fosse et Fred Ebb, asur une musique de John Kander, et des paroles de Fred Ebb. L'histoire est basée sur une pièce de théâtre de Maurine Dallas Watkins (1927), elle-même inspirée d'un fait divers qui a eu lieu en 1924 à Chicago… Roxie Hart, une jeune choriste assassine son amant. En prison elle rencontre son idole Velma Kelly, une chanteuse de jazz également double meurtrière. Elle réussira non seulement à échapper à la prison avec l'aide du fameux avocat Billy Flynn mais utilisera également son procès pour devenir une star du showbiz. Chicago, avec cynisme, fait de thèmes tels que meurtre, corruption, adultère ou trahison des armes loyales de défense.

PAR LISA

ARQUETTE Photo © P. Kolnik

Juin 2012

Lire et regarder...

par Amanda Coutelle

ans le même esprit pédagogique et clair qui identifie tous les autres titres de la collection Flammarion « Mode d'emploi », l'auteur Chantal Colleu-Dumond, nous convie à l’occasion du « Mois des Jardins » à un tour du monde des jardins de notre temps du Japon au Brésil en passant par la Chine, l'Europe, l'Inde et le Maroc. Les différents styles et tendances des jardins de notre temps seront présentés : les jardins cubistes de Guevrekian à Hyères, les murs végétaux de Patrick Blanc, les jardins inversés de Camacho, les jardins de cactus de l'Australien Vladimir Sitta ou encore les jardins romantiques de Pascal Cribier. La mise en avant des 30 plus grands créateurs de jardins contemporains illustrée par plus de 200 images, montre que les jardins sont un art à part entière, au même titre que l'architecture ou le design. _______________________________________ « Jardin contemporain – Mode d’emploi » - Chantal Colleu-Dumond (Ed. Flammarion)

D

n 1944, René Laporte (19051954), publie chez JulliardSequana ce superbe et court roman. Le récit nous introduit dans un lieu au charme désuet et peuplé de fantômes que fréquente un couple d’immigrants russes dont la femme ne laisse pas Jérôme indifférent. Un roman qui baigne dans un climat onirique, en marge de la vie réelle. Jérôme Bourdaine est un dandy, un « bavard et joueur, buveur et coureur, adepte de la vie considérée malgré tout comme une valse ». Un jour il décide de s'installer dans un hôtel niché sur les hauteurs de Monte-Carlo. Il se retrouve dans un lieu au charme désuet et suspendu où il est accueilli par un étrange couple d'aubergistes, gardiens des fantômes d'une époque révolue. Après des journées solitaires et rêveuses, l'arrivée inattendue de deux nouveaux hôtes change la donne. _______________________________________ « Hôtel de la solitude » - René Laporte (Ed. le Dilettante)

E

 Le "Musical" le plus sexy et le plus sensationnel Créé par ces talents confirmés du théâtre et de la comédie musicale que sont John Kander, Fred Ebb et le légendaire chorégraphe Bob Fosse, Chicago et sa troupe sexy et effrontée présentent un show égrénant des chansons devenus des classiques du genre : 'All That Jazz', 'Funny Honey', 'Mr Cellophane', 'Nowadays' et 'Razzle Dazzle'. Voilà qui explique sans doute le succès planétaire de Chicago à travers le monde, de Broadway à Londres en passant par plus 250 villes, raflant au passage six Tony Awards, deux Oliver Awards, un Grammy Award et des milliers de « standing ovations ». « Chicago est vraiment le show le plus tranchant et malin de Londres » a écrit le Times. Il ne demande qu’à conquérir Monaco…

* Comédie musicale créée à New York en 1975, Chicago a fait l'objet de trois versions cinématographiques, dont la dernière en 2002.

e Festival du livre de Nice est maintenant un grand rendez vous culturel. Personne, à dire vrai, n’y croyait vraiment quand il a L été relancé après une longue interruption, par trois jeunes gens-

968. Cinquième candidature de Paul Morand à l'Académie française. L'écrivain n'est plus l'auteur glorieux des années 30. Il a « perdu sa guerre ». Il a 80 ans. Dix ans plus tôt, le général de Gaulle, lui reprochant sa collaboration avec le régime de Vichy, a refusé qu'il entre sous la Coupole. Pauline Dreyfus nous offre le le récit sa dernière campagne. On croise, dans son fameux salon du Champ-de-Mars, à Paris, Jean d'Ormesson, Patrick Modiano, Alexandre Viallate, mais aussi une jeune étudiante au Conservatoire qui fait la lecture à son épouse lecture, Nathalie Baye. Le portrait vif, piquant « morandien », somme toute, d'un homme réconcilié avec lui-même et d'un écrivain parmi les plus grands. Pauline Dreyfus a publié une biographie, Robert Badinter l'épreuve de la justice (Ed. du Toucan, 2009) « Immortel, enfin » est enfin son premier roman. _______________________________________ « Immortel enfin » - Pauline Dreyfus (Ed. Grasset)

1

Le Festival du Livre de Nice dans la cour des grands Photo © Fannie Dubois

Christian Giraud, Fréderic Garnier et Stéphane Corsia. Depuis leur société MPO (Méditerranéenne de Promotion et d’Organisation), organise festivals et manifestations culturelles dans de nombreuses villes de France. J’ai participé à cette aventure depuis le début et j’ai vu ce Festival de Nice s’installer, durer et se développer. Le concept de départ autour des cafés littéraires, que j’anime toujours, s’ est diversifié dans des déclinaisons de plus en plus importantes sous l impulsion des maires Jacques Peyrat puis Christian Estrosi assisté par le grand écrivain niçois Raoul Mille, l’homme de tous les écrits de la capitale de la Côte d’Azur et de sa région. Aujourd’hui grâce à son directeur artistique Franz Olivier Giesbert, patron du « POINT » partenaire historique, ce festival et devenu un événement culturel complet. « Pourquoi le Festival du Livre de Nice est-il devenu une telle institution qui attire tant de visiteurs venus parfois de très loin ? Sans doute parce qu’il se déroule dans l’une des plus belles villes d’Europe, avec un grand passé culturel, incarné notamment par Nietzsche, d’une certaine manière Niçois d’adoption. Certainement aussi parce que, placé sous le signe de la tolérance, cet événement est ouvert et éclectique. Pas de chapelle, ici, ni d’excommunication: tout le monde a le droit de cité, comme le montrent nos grands débats avec les plus grands intellectuels du pays. » écrit FOG. Et c’est vrai que c’est l’un des grands mérites de ce festival pas suffisamment partagé hélas ,que de s’ ouvrir aux plumes de toutes tendances et aux talents sans exclusives. Cette année, c’est la Russie, en plein bouillonnement culturel,qui est l’invitée du Festival, tandis que sa présidence est assurée par un immense écrivain Jean

d’Ormesson, l’un des meilleurs représentant de l’esprit français. Christian Estrosi a des raisons d’être fier. « Depuis longtemps, Nice inspire les écrivains. Nice est évoquée, célébrée, sublimée dans l’œuvre des plus grandes figures de la littérature. Et nous avons à cœur de pérenniser cet héritage. Pendant ces trois jours (du 8 au 10), 200 auteurs sont à l’affiche. Notre président d’honneur n’est nul autre que Jean d’Ormesson, de l’Académie française. D’autres immortels sont également présents. Jean-Christophe Rufin et Angelo Rinaldi abandonnent un temps l’illustre Coupole pour nos jardins verdoyants. L’Académie Goncourt est aussi représentée par son Secrétaire général Didier Decoin et par le lauréat du prix 2011, Alexis Jenni. Douglas Kennedy, Denise Bombardier, Chahdortt Djavann ou encore Marek Halter seront également des nôtres car notre programmation, riche et diverse, se veut le miroir des multiples regards que posent les écrivains sur notre monde. Richesse, diversité, et amitié. 2012 est en effet l’année de l’amitié littéraire franco-russe. À Nice, celle-ci dure depuis le XIXème siècle et la présence russe a particulièrement marqué l’histoire de notre ville. Anton Tchekhov, Nicolas Gogol, Vladimir Nabokov (né à Saint-Pétersbourg) ont séjourné ici. Et Romain Gary appelait notre cité sa “chère ville de Nice presque natale”. Il était donc tout naturel que le Festival du livre accueille, événement exceptionnel, huit écrivains russes, ainsi que Claude Durand, le célèbre éditeur français de Soljenitsyne ». Le cadre niçois va accueillir l’esprit russe - la promenade des anglais va se transformer en promenade de ces russes qui aiment tant la côte d’azur depuis toujours et ont tant apporté à la littérature mondiale. Un festival caviar - mais pour une fois à la portée de tous. (P.Z.)


le Reportage du mois

Juin 2012

le Reportage

La Principauté

La 65e édition du Festival du cinéma à vu le triomphe de deux légendes vivantes : Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant

du mois

Charlotte ravissante Première fois à Cannes

C

harlotte Casiraghi a fait sse premiers pas sur les célèbres marches du 65e Festival de Cannes, pour la présentation hors compétition du film «Madagascar 3 : Bons baisers d’Europe» . La jeune princesse a ainsi apporté une touche de beauté à cette édition du Festival. Pour sa première montée des marches, la belle princesse monégasque, égérie de la campagne Forever Now de la maison de haute couture Gucci, portait évidemment une création froufroutante de la directrice artistique Frida Giannini, rehaussée d'une superbr parure Cartier. Une

apparition très appreciée car inattendue pour la myriade de photographes, devant une Croisette conquise. La competition a vu l'Autrichien Michael Haneke remporter sa seconde Palme d'or avec le film Amour, un conte douloureux sur la difficile vieillesse d'un couple réunissant deux légendes vivantes de la 7e Art à l'écran et sur la Croisette, Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant. Matteo Garrone a été récompensé par le Grand Prix du jury pour Reality. Les actrices roumaines Cosmina Stratan et Cristina Flutur obtiennent

conjointement le Prix d'interprétation féminine dans le film Au-delà des collines de Cristian Mungiu. L'acteur danois Mads Mikkelsen a décroché le prix d'interprétation masculine pour son rôle dans La Chasse de T h o m a s Vinterberg.

Alec Baldwin et Hilaria Thomas

Brad Pitt

Nicole Kidman

Sean Penn et Roberta Armani

CHARLOTTE CASIRAGHI

Texte et images : Thierry Carpico imageazur@yahoo.fr

13


14 La Principauté

Art & Culture

Juin 2012

MENTON • L’édition de cette année se tiendra plus tôt dans l’été : elle débutera le 20 juillet et se clotûrera le 5 août. L’OPMC figure dans le programme

63 Festival de Musique : 60 concerts en 15 jours ! e

C

ette 63 édition du festival de musique de Menton se tiendra plus tôt dans l’été. Traditionnellement programmé les deux premières semaines d’août, il débutera cette année le 20 juillet pour s’achever le 5 août. En présentant l’événement, le 11 mai dernier, JeanClaude Guibal a rappelé « le festival fait partie de l’identité culturelle de notre ville. Une cité de la taille de Menton – 34000 habitants – ne peut avoir comme vocation que de bien être, au sens d’être bien, en accord avec son environnement. En gros : la culture ». Après le Maire, le Directeur artistique du festival en a donné les grandes lignes. « Deux chiffres » dira Jean-Marie Tomasi, « en 15 jours il y aura à Menton 60 concerts ». Ces chiffres parlent d’eux mêmes. Et de préciser que Menton accueillera « 5 orchestres symphoniques, 25 solistes de renommée internationale et une centaine de musicien solistes jeunes et moins jeunes. Il n’y a pas d’autre ville en France qui puisse présenter un tel programme estival ». ème

 L’Orchestre Philarmonique de Monte-Carlo en ouverture Le 21 juillet à 21h30, sur le Parvis de la Basilique Saint-Michel Archange – « le cadre historique, la marque du festival » - l’OPMC interprètera sous la direction de Roberto Abbado une « Nocturne pour orchestre à cordes » de Dvorak, « le Concerto pour piano et orchestre n°2 en si bémol majeur » de Beethoven et la « Symphonie n°4 en la majeur » de Mendelssohn. Au piano : Rafal Blechacz. Les concerts de 18h – « festival dans le festival » sont reconduits. Les jeunes virtuoses se produiront au Palais de l’Europe, salon Grande-Bretagne. L’édition 2012 du festival est marquée par la « création des concerts de 11 heures, autour des grands répertoires. Avec pour cette première l’intégrale des Sonates de Ludwig Van Beethoven ». Egalement dans le cadre du Palais de l’Europe.

ARQUETTE De quoi ravir les amoureux des belles notes tout au long de ces deux semaines. PAR LISA

 « Menton est une ville qui cultive la culture » « C’est vrai, le festival de musique coûte cher. 450.000 euros de budget artistique. Le double en tout ». Interrogé sur le coût du festival, JeanClaude Guibal a détaillé le budget : « Les amis du festival, 150.000 euros ; le Conseil général, 90.000 euros ; recettes commerciales, 250.000 euros. Pour le reste c’est la ville qui finance, c'est-à-dire le contribuable local ». Plus de précisions ? « Un concert sur le Parvis, c’est 25.000 euros. On ne peut pas faire plus techniquement. Il y a 700 places payantes et on ne peut pas pousser les murs » a ajouté le maire. Avec des tarifs raisonnables : de 49 euros à 10 euros. « Ça n’existe pas ailleurs ». Alors oui, « c’est une opération budgétaire lourde pour Menton et ses 18.000 foyers fiscaux. Nous investissons dans la culture, mais on ne veut pas jouer dans la cour des massificateurs. Il est important que quelques centaines de personnes puissent partager des émotions artistiques ».

 Savoir + : ↗ 63° festival de musique de Menton, 20 juillet – 5 août Les grands virtuoses, Parvis Saint-Michel, tous les soirs 21h30. Tarifs : 10 à 49 euros Les jeunes virtuoses, Palais de l’Europe, tous les après-midi 18h. Tarif unique : 5 euros Les grands répertoires, Palais de l’Europe, tous les

RENDEZ-VOUS • Le samedi 23 juin à la Salle M. Kroenlein du Jardin Exotique

1er Rencontre Littéraire

L

a 1ère "Rencontre Littéraire à Monaco", se déroulera le samedi 23 Juin de 11h00 à 18h00, à la Salle Marcel Kroenlein du Jardin Exotique de Monaco. Une Inauguration est prévue aux alentours de 11h30 en présence d’autorités Monégasques, des Maires des communes avoisinantes et des médias. « Une vingtaine d'auteurs et photographes professionnels (monégasques et régionaux) présenteront leurs ouvrages pendant que sur "écran", le site de la LNM défilera avec les explications adéquates. De surcroît, une dizaine d'animations surprenantes ou poétiques sont prévues pour égayer la journée d'un public souhaité nombreux et enthousiaste qui pourra découvrir ou retrouver en venant jusqu'à la "Salle", les allées majestueuses du "Jardin", les succulentes étranges, les points de vue magiques, bref l'exotisme comme enlacé à la littérature avec du romanesque et du piquant ». Après avoir créé la librairienumeriquemonaco.com* le 1er mars 2011, l’équipe de LNM (Raphaël Abenhaim, Commercial, Claude Cellario, Administrateur, Jackie Radisse Webmaster et Yvette Gazza Cellario) se lance un nouveau défi avec cette première rencontre littéraire en Principauté. Tous les auteurs font partie de la LNM et pour certains sont proposés par les Editions Bénévent et France Europe de Nice. La diversité est recherchée, les auteurs affirmés, connus ou présentant leur premier livre dans des genres très diversifiés : des témoignages, une correspondance, des énigmes, des biographies, des cours d'économie, ou encore des poèmes, romans, policiers, intrigues, contes, sans compter des références historique, du théâtre... Dans ce mélange de styles, dans une ambiance intimiste et chaleureuse, le lecteur ne pourra que trouver "son" ouvrage, celui qu'il cherchait, celui qui l'attire, celui qui l'interpelle, celui qui l'amuse, celui qui le fascine, celui qu'il gardera précieusement. La LNM voit déjà plus loin. Pourquoi pas, l'an prochain dans un autre "Espace", un grand "Salon" avec des auteurs de la Région mais aussi de toute la France et de certains Pays de l'Europe !

* Le site web a été présenté en fin d’année lors d'une "Journée Portes Ouvertes" au Lycée Albert 1er de Monaco à plusieurs classes de lycéens curieux et attentifs..

Photo © Murielle Gander / NewPress7

matins 11 h. Tarif unique 15 euros. Musique de chambre, palais de l’Europe 26 et 30 juillet et 1er août 21h. Tarif: 20 euros. Et des concerts gratuits au square des Etats-Unis, du 22 juillet au 4 août à 17h. Esplanade Francis-Palmero les 20 et 29 juillet à 21h30…

↗ Détails de la programmation : www.musique-menton.fr ; Office de tourisme 04 92 41 76 76

LIVRE • Découvrir la beauté du littoral à travers le Chemin des Douaniers

Nice-Menton par le sentier L

e sentier littoral a été créé sous la Révolution par l'administration des Douanes pour surveiller les côtes. En 1791, le Chemin des Douaniers de la Méditerranée relie les Saintes-Maries-de-la-Mer à Menton en passant « partout où cela est possible ». Parcourir sa portion la plus riche en histoire, en oeuvres artistiques et en présences illustres, qui se situe sans conteste de Nice à Menton, c'est marcher de cap en cap : Cap de Nice, Cap Ferrat, Cap d'Ail, Cap Martin... C'est relever pêle-mêle les traces de quinze siècles de créations : du Port de Nice d'où partait Frédéric Nietzsche pour ses fiévreuses et fructueuses randonnées, en passant par la chapelle de Saint-Hospice, le refuge des Rolling Stones, en enjambant les meules médiévales taillées au bord du chemin, en suivant l'histoire des Chevaliers hospitaliers, en retrouvant les couleurs de Claude Monet et le génie de Cocteau. Ce sentier est la vitrine de chaque époque. La Belle époque balisa le littoral de somptueux palaces et de villas de rêve mais accueillit aussi les nouveaux talents qui révolutionnèrent les arts plastiques, la littérature et la philosophie. L’insouciance des Années folles poussa plus loin encore ces audaces et l'après-guerre libéra le New look, le cubisme, la musique pop. Au XXIe siècle, le chemin est la piste d'oxygénation de toutes sortes d'amateurs de la Nature. On y croise moins d'écrivains en devenir, de peintres prometteurs ou d'altesses exilées qu'aux siècles derniers mais plutôt de nombreux inconnus et d'éphémères célébrités médiatiques. L'Etat et les communes concernées ont su transformer les sections de l'ancien sentier douanier en une voie sûre tout en lui conservant son caractère de randonnée et en ménageant autant qu'il était possible l'environnement. Ce petit livre se parcourt comme un récit d'aventure et une galerie de photos.


La Principauté

le Sport

Juin 2012

CHAMPIONNAT WRC • S. Loeb, saison 9, episode 6 : encore une victoire pour l’Alsatien et doublé Citroen en terre hellénique. Nouvel échec de Ford

Sébastien, roi de l’Acropolis PAR ALAN PARKER-JONES Photos © DR

A

pres avoir raté la manche argentine, JariMatti Latvala était de retour sur les routes grecques. Ford retrouvait donc son duo avec Petter Solberg. Et le duel avec Citroen a tenu ses promesses jusqu'au debut... de la troisième étape ! A ce moment là, Loeb n'avait que 10 secondes d'avance sur le Norvegien. Hélas, dès le premier chrono de la matinée, la Ford était out, sortie de route. Hirvonen pointait à 2 minutes de l'Alsacien, et Latvala à près de 5 minutes. Pauvre Latvala, à la lutte avec Loeb dans la deuxième étape jusqu'à cette crevaison qui lui a couté plus de 3 minutes. "Seb", debarassé des deux Ford et sans rival, n'avait plus qu'à gérer son avance sur son équipier. Pas facile expliquait Loeb aprés l'arrivée : "C'est difficile de piloter après ça (l'abandon de Solberg, ndlr), je ne sais pas si je dois continuer à attaquer ou pas".  Le Francais remporte le 71ème succès de sa carrière, et sa 3ème victoire en Grèce après 2005 et 2008 "C'est un grand moment de gagner en Grèce !, s'est exclamé Loeb à l'arrivée. Ça a été très long et difficile. C'était éprouvant avec une grosse bagarre.

GP HISTORIQUE

LA SITUATION

Classement pilotes 1. Sébastien LOEB 2. Mikko HIRVONEN 4. Mads OSTBERG 2. Petter SOLBERG 5. Jari-Matti LATVALA 6. Evgeny NOVIKOV 7. Martin PROKOP 8. Nasser AL-ATTIYAH 9. Thierry NEUVILLE 10. Daniel SORDO

119 pts 89 pts 80 pts 73 pts 45 pts 43 pts 36 pts 23 pts 22 pts 21 pts

LA SITUATION

Classement constructeurs On s'en sort bien. On gagne le rallye et la Power Stage: 28 points, ça ne pouvait pas être mieux." Les pilotes Ford ont une nouvelle fois déçu. JariMatti Latvala a limité la casse en marquant finalement 17 points (15 points de la 3e place et 2 points de la Power Stage). Mais ses 45 unités pèsent peu à côté du pécule de 119 points amassés par Sébastien Loeb depuis le début de la saison. Du côté du classement Constructeurs, Citroën, grâce à ce nouveau doublé, prend aussi une belle avance sur Ford. La prochaine manche en NouvelleZélande, du 22 au 24 juin, vaudra donc cher pour les hommes de Malcolm Wilson. Une nouvelle désillusion et les deux titres pourraient bien s'éloigner définitivement.

L

Trois jours de passion... e public était au rendez-vous du VIIIème Grand Prix Historique. Une météo clémente a fait de ces trois journées de compétition un moment hors du temps pour les amoureux du sport auto… et les autres. Une sorte de « retour vers le futur » ! Le célèbre tracé du circuit dans la ville attire toujours autant. Malgré la concurrence du Grand prix de Pau – l’autre course dans la cité du Sud de la France-, et celle du Grand prix d’Espagne F1 sur le circuit de Catalunya à Barcelone. 7 courses qui ont captivité les spectateurs. Mais le sport auto était aussi en ville avec les 3 ventes aux enchères organisées au Grimaldi Forum et à Fontvieille. Les « belles » sont encore désirables et… désirées. 4,5 millions d’euros pour une sublime Ferrari 625 TRC spider de 1957. Le clou d’un show qui comprenait aussi – entre autres – une Ferrari F1 ex-Schumacher qui n’est partie « qu’à 720.000 euros » ! Prochain Grand-Prix historique de Monaco dans…2 ans ! Photo © DR

GP HISTORIQUE

1. Citroën WRT 2. Ford WRT 3. Ford Stobart 4. Citroën Junior WRT 5. Qatar WRT

194 pts 121 pts 91 pts 45 pts 37 pts

La Principauté Le premier journal d’actualité de Monaco

Formulaire d’abonnement

Je souhaite souscrire un abonnement à La Principauté pendant :  1 an (soit 11 numéros) € 20 *  2 ans (soit 22 numéros) € 40 *  3 ans (soit 33 numéros) € 60 *  5 ans (soit 55 numéros) € 100 * * pour l’étranger (dehors Monaco et France) : ajouter +50% Dehors Europe : + 100%

Nom :

* *

Prénom :

Adresse : Ville :

Téléphone :

Chèque n° : Banque :

Date

Signature

Bon a retourner, accompagné du règlement à l’ordre de Global Media Associates Sas, à l’adresse suivante : Journal La Principauté - Service Abonnements “ Le Beausoleil de Monaco ” • 6, Bd de la Turbie 06240 Beausoleil France

*

15


n107jui12  

Le premier journal d'actualité de Monaco

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you