__MAIN_TEXT__

Page 1

PARTIR

ANNE-ÉLISABETH BOSSÉ

BOUGER

L’Islande : belle été comme hiver

Voler la vedette

Les complexes ? Du ballet !

PROMOTION Hiver 2016


SOLDE

SAINT JAMES (C) ST U D I O MARC CAIN AIRFIELD LUISA CERANO RAFFAELLO ROSSI FAIR TRADE CASHMERE CREENSTONE CAMBIO EILEEN FISHER R E P E AT CINZIA ROCCA KANUK BRAX

SUR MARCHANDISE SÉLECTIONNÉE

371,

AVENUE

H2V 2K3

LAURIER

T +1

514

OUEST,

270

2022

MONTRÉAL •

(QC)

WWW.5AV.CA

FACEBOOK.COM/BOUTIQUE5EAVENUELAURIER


M Hiver 2016

Les fêtes en cadeau Même s’il y a longtemps qu’on ne croit plus au père Noël, il subsiste encore un fond de magie au moment de terminer l’année. Que le tableau soit blanc ou non, que les réjouissances se fassent en grand ou dans l’intimité, ces instants sont précieux pour qui sait en profiter. Au magazine, on a voulu ajouter à cette magie en vous offrant une foule d’idées cadeaux, mais aussi une rencontre avec la lumineuse Anne-Élisabeth Bossé, un voyage en Islande, un grand dossier beauté et une initiation au ballet. Joyeuses fêtes !

04. 12. 14.

Liste LA LISTE DE MES ENVIES

Sortir RESTOS, ETC.

À la une ANNE-ÉLISABETH BOSSÉ : VOLER LA VEDETTE

18. 22. 23. 29. 33.

Attitude mode 1 ROBE X 3 NUITS

Nouveautés beauté ÉCLATS FESTIFS

Dossier beauté BEAUTÉ (SUR)NATURELLE

Partir L’ISLANDE : BELLE ÉTÉ COMME HIVER

Bouger LES COMPLEXES ? DU BALLET !

DIRECTEUR DU MAGAZINE Frédérick J. Fortin///RÉDACTRICE EN CHEF Emilie Villeneuve///DIRECTEUR ARTISTIQUE Martin Moreau///RÉVISEURE LINGUISTIQUE ET CORRECTRICE D’ÉPREUVES Myriam de Repentigny///LISTE La liste de mes envies Recherche et rédaction : Louise Pilon///SORTIR Restos, etc. Rédaction : Clémence Risler///À LA UNE Anne-Élisabeth Bossé : voler la vedette Rédaction : Madeleine Arcand Photographe Jimmi Francoeur Assistant-photographe Rodolfo Moraga Styliste Izabel Soucy (TEAMM), assistée de Cassandra Vallée Maquilleuse-coiffeuse Vanessa Ashley (TEAMM), avec les produits MAC et Kevin Murphy - En couverture, Anne-Élisabeth porte une robe H & M, 70 $, un manteau et une bague COS, 450 $ et 25 $ et des boucles d’oreilles Zara, 20 $///ATTITUDE MODE 1 robe X 3 nuits Rédaction : Louise Pilon///NOUVEAUTÉS BEAUTÉ Éclats festifs Rédaction : Louise Pilon DOSSIER BEAUTÉ Beauté (sur)naturelle Rédaction : Emilie Villeneuve///PARTIR L’Islande : belle été comme hiver Rédaction et photos : Cindy Boyce///BOUGER Les complexes ? Du ballet ! Rédaction : Madeleine Arcand VENTES PUBLICITAIRES La Presse, 514  285-6931 PRODUCTION Directeur artistique : Martin Moreau Conseillère artistique principale : Sabine Clusiau Conseillère en projets publicitaires : Anne-Marie-Soleil Bernard Chef d’équipe : Marc-Antoine Rousseau Graphistes : Simon Bertrand, Patrice Bourgeault, Geneviève Fredette, Joanie Gill, Mireille LaurinBurgess, Véronique Lavoie et Philippe Provost IMPRESSION Imprimeries Transcontinental Tous droits réservés. Le contenu de la publication ne peut être reproduit, en partie ou en totalité, sans l’autorisation de La Presse ltée. 750, boulevard Saint-Laurent, Montréal (Québec) H2Y 2Z4 Téléphone : 514 285-7272 Faites-nous parvenir vos commentaires à : mmagazine@lapresse.ca PROCHAINE PARUTION : printemps 2017///Découvrez la version interactive du magazine M dans la section Hors-séries, sur La Presse+.


04 PROMOTION LISTE

LA LISTE DE MES ENVIES Accessoires de mode, parfums enrubannés, objets ludiques pour la maison, trouvailles pour le mieux-être, délices pour gourmets : nos suggestions cadeaux pour terminer l’année en beauté.

Beaux et chauds, les accessoires !

Fait main Conçues et confectionnées chez Cokluch, les mitaines Groenland, en cuir embossé de petits losanges, sont doublées en micro-polar. Modèle unisexe aussi offert en gris et en noir. 76 $, boutique Belle & Rebelle, belleetrebelle.ca et etsy.com

Douceur incomparable Cette longue écharpe unisexe en laine d’alpaga et soie a été créée pour Chic & Basta par Sophie Marino de La fibre et moi. Entièrement faite à la main, sa délicatesse contemporaine et sa douceur incomparable en font un incontournable en toute saison. Un ajout de 20 % de soie à la fibre d’alpaga lui donne un lustre et une capacité accrue à conserver sa forme et son élasticité. Fabriquée en petites quantités. 195 $, exclusivement chez Chic & Basta, fr.chicbasta.com


LISTE PROMOTION 05

À la mode Pour qui recherche des créations uniques en matières recyclées, des jambières en fourrure de coyote agrémentées de pompons et réalisées par Lemieux Designer, chez Écogriffe. 173 $, lemieuxdesigner.com

Passe-partout Entièrement fait à la main, sac Saint-Paul, en cuir de vache doublé en suède. Il mesure 21,5 cm de largeur sur 18 cm de hauteur et est muni d’une bandoulière amovible à boutonspression. On peut donc aussi le porter à la main. 225 $, chez Lowell, boutiquelowell.ca

Boucles d’oreilles Créées par la maître joaillière Gloria Bass et entièrement faites à la main dans son atelier de la rue Greene à Westmount, d’éclatantes boucles d’oreilles à trois socles d’or blanc 18 carats et de diamants blancs et noirs. 14 350 $, gloriabassdesign.com

Allure vintage Conçue par Harricana, une chapska en cuir souple, doublée de fourrure de coyote recyclée. Une allure nordique et un choix écologique pour celle qui veut se démarquer ! 395 $, chez Simons, simons.ca


Objets ludiques pour la maison

Camion de bois Ce jouet aux formes simples est composé de sept différentes pièces de bois. Le merisier utilisé pour fabriquer ce camion provient de forêts gérées de façon responsable selon les principes du FSC. 39 $, fr.chicbasta.com

Chic alors ! Conçues à la main à partir de plaques de porcelaine blanche – avec la technique du façonnage et finies avec un vernis brillant –, chacune de ces zen assiettes est différente. 77 $, fr.chicbasta.com

Parce que c’est dans votre face.

Laiton en vedette

Parce que vos lunettes sont dans votre face et donc votre accessoire de style le plus visible, vous méritez qu’elles vous représentent et vous embellissent. Visitez un des quatre Bar à lunettes pour étancher votre soif d’authenticité. Sherbrooke Vieux-Montréal Saint-Lambert Laval baralunettes.com

3073 boul. Portland - 819-346-4494 401 rue McGill - 514-843-3466 402 avenue Victoria - 450-812-5552 3240 Curé Labelle - 450-505-8020

C’est l’artisan Pierre Gagné qui a réalisé cette lampe de table en laiton, d’une hauteur de 51 cm. La Torricelli XS-ST1 repose sur un pied à trois tiges et est surmontée d’une boule de verre fumé de 10 cm de diamètre. 215 $, chez Tungstène, tungstene.ca


Tout mignons En cuivre poli et peint, des petits bougeoirs faits à la main qui se démarquent par leur délicatesse. Offerts en six couleurs, soit sarcelle, cuivre, pêche, gris, turquoise et noir. 30 $ chacun, Studio Aubry/Lévesque, aubrylevesque.com

Trop beaux tapis Instagrameuse de renom, productrice et animatrice, Tamy Emma Pepin présente cette toute première collection de tapis marocains 100 % laine qu’elle est allée chercher elle-même dans les villages du Haut Atlas auprès des femmes berbères qui les nouent à la main. Celui-ci mesure 2,5 m sur 1,5 m et vient plus précisément d’Ait Bouali. 1 250 $, unpeuplusloin.com


Chaud et séduisant My Burberry Black, de Burberry, un parfum londonien avec, en note de tête, le jasmin, en notes de cœur la rose et la pêche et, en finale, l’ambre et le patchouli. 102 $ et 138 $ les 50 et 90 ml, chez Sephora, sephora.com

Éclatant et romantique Miss Dior Absolutely Blooming, un amalgame de notes florales mêlant l’absolu de rose de Grasse aux accords de baies rouges, de pivoine et de musc blanc. 119 $ et 165 $ les 50 et 100 ml, chez Sephora, sephora.com et La Baie, labaie.com

Sensuel et sophistiqué Élégants parfums enrubannés !

Mon Paris, le dernier-né de Yves Saint Laurent, une eau pétillante florale qui nous transporte dans la Ville Lumière avec ses notes de fraise, de framboise, de bergamote, de poire, de fleur d’oranger, de jasmin et de pivoine blanche. 110 $ et 140 $ les 50 et 90 ml, chez La Baie, labaie.com et Sephora, sephora.com

Délicat et féminin Fleuri et gourmand Lové dans un flacon en cristal blanc orné d’une fleur, Flowerbomb White Crystal de Viktor & Rolf, une fragrance orientale avec des notes de jasmin, de rose, d’orchidée, de freesia et de patchouli. 132 $ les 50 ml, en édition limitée, chez Sephora, sephora.com

Fleur de parfum, de Chloé, une fragrance douce et lumineuse et une fusion florale délicate à base d’essence de citron, de verveine, de freesia et de rose. 86 $, 122 $ et 154 $ les 30, 50 et 74 ml, chez Sephora, sephora. com. Aussi offert en édition limitée à 200 $ les 125 ml, chez La Baie, labaie.com


Original et amusant Créé par Vanessa Duval en collaboration avec Véronique Grenier, un t-shirt blanc en pur coton qui met l’accent sur la tendance actuelle, le linge mou. Doux et agréable à porter, il est fabriqué et sérigraphié au Québec. Offert en cinq grandeurs, de S à XXL. 42 $, boutiquelowell.ca et vanessaduval.com

Bien-être et mieux-être

Moment de détente Au sel de la mer Morte, au monoï et aux fleurs de Tahiti, s’ajoutent du sel rose de l’Himalaya, des huiles essentielles d’ylangylang et de néroli, des fleurs d’oranger, de calendula, d’osmanthus, ainsi que des boutons et des pétales de rose. 15 $ pour 8 oz et 26 $ pour 16 oz, chez Senseaura Savons et Cie, senseaura.ca

Legging éco responsable En plus d’être beaux, les nouveaux leggings Rose Buddha sont uniques. Créés par Madeleine Arcand et Maxime Morin, ils sont confectionnés avec 83 % de bouteilles recyclées, ce qui en fait des collants de yoga hyper techniques qui respirent, gainent et tiennent bien en place. Dans la collection Intuition, le modèle Lune Mystique se détaille 125 $, myrosebuddha.com

Carnet personnel Dans la collection Petite papeterie, de Mimi Hammer, le carnet Feuilles (13 sur 18 cm) comprend 128 pages blanches pour y noter pensées, états d’âme, petits secrets, to-do listes, etc. 15 $, mimiandaugust.com et boucleetpapier.com

Plaisir olfactif Confectionnée à Montréal à partir de cire de soya de première qualité et d’huile essentielle pure, la bougie à la lavande de Carriage 44 est un cadeau apprécié qui plaît tant pour son agréable odeur que pour ses propriétés apaisantes. 44 $ pour 25 à 30 heures de combustion, carriage44.ca


Digne d’un grand cru

Trouvailles gourmandes

Ça fait pop ! Un magnifique champagne élaboré de façon artisanale par Emmanuel Lassaigne dans les sols crayeux du village de Montgueux. Ce champagne extra-brut présente une acidité vivifiante qui lui donne des tonalités électriques. Parfait pour un apéro intime ou pour ouvrir l’appétit de vos convives ! 61,25 $ les 750 ml (12 061 311), à la SAQ, saq.com

Dans ce huilier en céramique, une huile extra vierge provenant d’olives vertes Koroneïki pressées à froid. Idéale pour accompagner viandes, poissons ou salades, elle a un goût légèrement poivré et une belle couleur verte aux reflets dorés. 27 $ les 500 ml, chez La Belle Excuse, labelleexcuse.com


Délice haut de gamme Le caviar d’esturgeon noir sauvage, en provenance de nos voisins du NouveauBrunswick, a une faible teneur en sel et en calories, mais il est riche en vitamines et minéraux. Son prix débute à 75 $ pour 30 g, et peut atteindre 2 000 $ le kilo, chez Acadian Sturgeon and caviar, acadian-sturgeon.com. On peut aussi se procurer 125 g pour 260 $, chez Costco, costco.ca

Divin nectar

Petites douceurs Cette boîte de 25 pralines comprend trois gammes de neuf différentes saveurs de bonbons au chocolat, soit des dômes pralinés, des boules de caramel coulant et des doubles couches au goût de piña colada, de rhum coke, de thé citron… 50 $, chez Juliette & Chocolat, julietteetchocolat.com

Le gin tonic étant toujours à la mode, on l’accompagne avec le Tonique Ancestral Le Lab, un sirop artisanal concocté à Montréal avec des notes florales et une touche d’agrumes frais qui lui donnent un petit goût de revenez-y. 22 $, chez Alambika, alambika.ca


12 PROMOTION SORTIR

RESTOS, ETC. Nouveau resto, petit comptoir, bar de quartier, on a tout écumé. Voici ce qui nous fait saliver en ce moment.

LE SUPER QUALITÉ Un petit local de la Petite-Patrie abrite depuis quelques mois un concept unique de snack-bar indien qui nous en fait voir de toutes les couleurs.

QUOI ? Le concept est né dans l’esprit de deux amoureux fous de l’Inde : Guillaume Lozeau et Jennifer Zachanowich qui, ensemble, avaient déjà mis sur pied un service de traiteur où la cuisine indienne était à l’honneur. Pour aller encore plus loin, ils se sont alliés à un troisième comparse, Étienne Clément, et se sont installés dans un petit local (pouvant accueillir tout au plus 20 personnes) qu’ils ont peint de couleurs vives. QU’EST-CE QU’ON Y MANGE ? C’est à un voyage vers l’Inde du Sud que nous convie le menu, avec des propositions qui nous changent des classiques auxquels nous sommes habitués : okras frits, dhokla (petit pain à base de riz et de légumineuses), salade de chou et nouilles de pois chiches frites. Pour goûter à un peu de tout, on opte pour les plateaux thali (l’un végé, l’autre non).

ANTONIO PARK UNE CUISINE D’ÉCHANGE ET DE PARTAGE Déjà propriétaire de plusieurs établissements, dont les réputés restaurants Park et Lavanderia*, le chef Antonio Park nous ouvre les portes de son petit nouveau : le Kampai Garden, installé en plein cœur du Faubourg Ste-Catherine.

À QUOI PEUT-ON S’ATTENDRE DE LA CUISINE DU KAMPAI GARDEN ? « Comme il y a beaucoup d’étudiants dans le quartier, je tenais à ce que les propositions restent abordables. Je veux qu’on puisse y passer pour prendre une bière en l’accompagnant d’un peu de nourriture. Mes plats mêlent des influences d’Amérique du Nord, de France et du Japon. » COMMENT DÉCRIVEZ-VOUS VOTRE PHILOSOPHIE EN CUISINE ? « Dans tous mes restos, il est important que ma cuisine demeure simple et santé tout en étant raffinée. Je porte une grande attention aux

produits que j’utilise, en préconisant ceux qui sont bio et locaux. Après tout, ne sommes-nous pas ce que nous mangeons ? » POURQUOI VOUS ÊTRE LANCÉ DANS CE NOUVEAU PROJET ? « Évidemment, en étant impliqué dans plusieurs établissements, je ne peux pas être dans toutes les cuisines en même temps. Mais je suis quelqu’un qui apprécie faire équipe avec d’autres cuisiniers. Je crois que ma créativité va de pair avec celle des individus que je côtoie. J’aime enseigner mes connaissances, et je me nourris aussi des échanges avec les autres. Plus mon équipe grandit, plus j’ai des idées. » Kampai Garden 1616, rue Sainte-Catherine Ouest Kampai Garden sur Facebook *Un incendie a obligé M.Park à fermer le Park et le Lavanderia temporairement.

QU’EST-CE QU’ON Y BOIT ? À l’image de tout le reste (de la déco aux plats), l’originalité règne sur la carte des boissons. Aux côtés de quelques bières, cidres et sodas indiens, les options cocktails surprennent avec leur touche indienne. Le Billy Mitchell, par exemple, marie du gin à du jus de margose frais. 1211, rue Bélanger lesuperqualite.com


À NOTRE PORTE

Se procurer des aliments de première qualité sans avoir à se déplacer ? Le rêve ! Aujourd’hui, il est possible de se faire livrer beaucoup plus que de la pizza. En voici trois alléchantes preuves. LA FRICOTE Faire affaire avec ce service, c’est s’approvisionner en viande, gibier, poisson et fruits de mer (la sélection est très vaste) directement chez les grossistes, ce qui réduit de beaucoup nos factures. On visite le site Web, on procède aux achats et quelques jours après, le tout arrive à la maison... comme par magie ! lafricote.ca

EN DIRECT DE LA FERME Sur le même principe que les paniers de légumes bio, ce service établit un lien direct entre les producteurs et les consommateurs. La différence : l’offre s’avère beaucoup plus étendue. En plus des fruits et légumes, les choix comprennent viandes, produits laitiers, pâte à pizza ou mélanges granolas. Bref, on peut y faire presque toutes nos emplettes ! endirectdelaferme.org

© 2016 Gloria Bass DesiGn inc

MARCHÉ GOODFOOD Un risotto de couscous israélien aux porcinis, zucchini et tomates cerises ou encore une chaudrée de poisson au bacon croustillant en pleine semaine ? C’est ce que ce concept permet. Tous les ingrédients des recettes nous sont livrés déjà préparés et pré-portionnés. Ne reste qu’à les cuisiner... le plus plaisant, quoi ! makegoodfood.ca

1 3 6 1 - 1 , a v. G r e e n e , W e s t m o u n t 5 1 4 . 9 3 3 . 7 0 6 2

GloriaBassDesiGn.com


Haut et jupe Maison Margiela, 335 $ et 655 $, à la Maison Simons, bralette, 30 $, chez Aritzia, chaussures Wishbone, 188 $, chez Browns, chaussettes, 11 $, chez COS.


À LA UNE PROMOTION 15

ANNE-ÉLISABETH BOSSÉ

VOLER LA VEDETTE Est-ce parce qu’elle est née sous une bonne étoile ? D’un rôle à l’autre, on dirait qu’il ne cesse de lui pousser des ailes tant tout semble planer pour elle. Entrevue de haut vol avec une comédienne remplie de talent qui n’a pas volé sa place au panthéon des meilleures actrices de sa génération. S’ENVOLER C’est dans un café de la rue Sainte-Catherine que j’attrape Anne-Élisabeth Bossé au vol, juste avant qu’elle ne foule la passerelle d’un défilé au profit de la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants, qui a lieu chez Ogilvy. Et puis, quand je dis au vol, c’est aussi au sens propre. En effet, l’actrice file dans quelques jours pour l’Islande, le voyage étant « un impératif » pour elle. « Partir me permet de prendre du recul. Quand tu te retrouves à l’autre bout du monde, tout semble plus relatif : l’audition que tu n’as pas eue, le froid que tu as vécu avec quelqu’un, la petite humiliation qui te reste sur le cœur. Par le voyage, je réussis à avancer dans la vie avec plus de légèreté. » Elle poursuit : « Il faut prendre du temps de " rien ". Il doit y avoir de l’errance, du vide dans cette vie. » Il va sans dire qu’avec les années chargées de travail qu’elle vient de traverser, un temps d’arrêt s’impose. « La vie a mis les choses lentement mais sûrement sur mon

chemin et ça a eu un effet dynamo. Ça a pris de la vitesse de façon exponentielle. J’ai défriché le chemin tranquillement, puis la route s’est ouverte. Tout a déboulé pour moi. » Et cette carrière qui s’est déployée depuis Les Appendices, en passant par Les amours imaginaires, 30 vies puis Série noire, vient de prendre un nouveau tournant avec ce (premier) rôle principal dans Les Simone. « C’est parfait pour moi que le personnage de Maxim arrive maintenant. Je n’aurais pas eu la confiance nécessaire pour relever un tel défi il y a trois ans. J’ai maintenant les reins assez solides pour l’assumer. » La belle était pourtant à l’aise avec les deuxièmes rôles : « Il y a des actrices qui ont de très belles carrières comme ça. Mais j’avoue qu’obtenir ce rôle important est une marque de confiance qui me fait très, très plaisir. » Surtout qu’elle ne pensait pas décrocher ce fameux rôle. « J’ai passé l’audition un 23 décembre à 17  h. J’étais dans les cadeaux, les

festivités et surtout, dans une période de ma vie où je me questionnais. Comme nous étions plusieurs à passer l’audition, j’y suis allée bien préparée, mais dénuée de toute attente pour éviter la déception. » On connaît la suite ; déception, il n’y a jamais eu. VOLER LE SHOW Avouez-le, cette fille à un je-ne-sais-quoi. Partout où elle passe, on la remarque et on en redemande. Quand je la complimente, elle se dit touchée : « Ben voyons donc, tu vas me faire pleurer ! » C’est que, ce que je décris, elle le reconnaît chez d’autres acteurs et actrices : « Je pense à Patrice Robitaille ou Laurence Lebœuf. Ils ont des couleurs tellement distinctes, une impudeur et une authenticité quand ils jouent ; ils plongent et c’est jamais plate. » J’insiste. Elle tente d’expliquer cette particularité par le fait qu’elle est facile d’approche, qu’elle est simple, même si c’est galvaudé de le dire. « Dans les propositions, je ne me garde pas de mystère.


LES FEMMES DE SA VIE SA MÈRE Immanquablement, il y a ma mère, Denyse. C’est la personne la plus juste que je connais. Elle donne sans compter. Son empathie et sa capacité à se mettre dans la peau des autres font d’elle une femme investie, généreuse et bienveillante. Elle est mon modèle d’authenticité. MERYL STREEP Elle est, à mes yeux, l’actrice la plus complète. J’admire sa capacité de transformation, son intériorité et son intelligence. J’ai l’impression qu’elle ne joue jamais safe et qu’elle plonge dans tous ses rôles avec entièreté et sensibilité. Elle est mon modèle d’abandon. EMMA WATSON Je suis subjuguée par l’engagement et la verve d’Emma Watson. J’ai relu très souvent le discours qu’elle a livré à la tribune de l’ONU pour le lancement de la campagne #HeForShe. Ce texte est limpide, sans faille, direct et essentiel. Elle est mon modèle de féminisme. Je suis très investie émotionnellement. Peut-être que c’est ce que les gens sentent, ce qui les touchent. Peut-être aussi que mon visage particulier – le fait que je ne ressemble à personne et à tout le monde à la fois – est rassurant. Je dégage une familiarité inexplicable. » VOLER DE SES PROPRES AILES Ce qui est tout aussi inexplicable pour AnneÉlisabeth Bossé, c’est son désir de devenir actrice. Celle qui vient d’une famille « tout ce qu’il y a de plus normale » dit avoir ressenti l’appel du métier dès la maternelle : « C’est de l’ordre de la vocation. Ça s’est passé un matin, alors que ma professeure nous a appris que nous allions faire une pièce de théâtre. Je me suis complètement allumée et j’ai pris le projet en charge. Je l’ai fait de manière instinctive. » Elle savait dès lors ce qu’elle ferait « quand elle serait grande ». Ses parents, eux, ont insisté pour qu’elle ait un plan B, tout en la soutenant dans ses choix. Elle a opté pour la chimie, la physique et les maths fortes au secondaire, en sachant que ça pouvait toujours lui servir, mais pas pour entrer au Conservatoire d’art dramatique. « Aujourd’hui, mes parents sont heureux de ce qui m’arrive, ils me regardent, me trouvent talentueuse. Ils sont très fiers. Je le sais par les non-dits, je le sens. Ça passe par un geste, un regard. »

Et ce talent, où va-t-il la mener ? « Je vis en ne sachant pas de quoi demain sera fait. Je ne suis pas très stratégique, je ne fais pas de plan d’avenir. J’essaie de ne pas regarder trop loin devant moi, ce qui m’évite d’être paralysée par l’insécurité. Je cultive le moment présent. » Et si on lui proposait un rôle en France ou aux États-Unis ? « C’est drôle, la France, ça ne me dit rien. J’ai plusieurs amis qui testent le marché là-bas, moi ça ne m’a jamais attirée. Les États-Unis, c’est une question que je me suis posée il y a cinq ans, durant une période plus creuse, où je passais des auditions pour des deuxièmes rôles dans des webséries, que je n’arrivais pas à décrocher. On m’est déjà revenu avec le numéro d’un professeur de diction en me disant que j’en avais besoin. J’ai trouvé ça vraiment difficile au niveau de l’estime. À ce moment, je me disais qu’il n’y avait pas que le Québec pour travailler et j’ai pensé aux États-Unis. Mais plus on vieillit, plus on a à perdre. Maintenant j’ai un duplex avec mon frère et j’ai un amoureux. J’ai trop semé pour ne pas m’occuper de mes plantes ici. J’ai eu la chance d’entrer dans le cœur des gens, je veux en profiter pleinement. Pourvu que ça dure. » Suivez Anne-Élisabeth dans Les pays d’en haut, dès janvier 2017.

VIOLA DAVIS Je lève mon chapeau à Viola Davis. Elle est la première actrice afroaméricaine à avoir remporté le Emmy pour la meilleure actrice d’une série dramatique. Son mot de remerciement soulignait le manque d’opportunités pour les femmes noires sur le marché, son cri du cœur a été très percutant. Je l’ai ensuite entendue lors d’une table ronde et ses idées sur la féminité et la sexualité à l’écran m’ont énormément inspirée. Elle est mon modèle d’engagement. SONIA CORDEAU J’aurais pu nommer toutes mes amies, car elles sont toutes, à leur manière, des modèles. Je m’arrêterai sur Sonia Cordeau, ma partenaire dans Les Appendices . Sonia est une femme hors du commun. Elle est travaillante et disciplinée. Elle est aussi poétique et sensible. Elle n’a pas peur du ridicule. Son humour est intelligent. De plus, elle compose de magnifiques chansons avec son amie Raphaëlle Lalande avec qui elle forme le groupe Joli-Bois. Tout ce qu’elle touche devient intéressant. Elle est mon modèle d’accomplissement.


Gauche : Pantalon et manteau Elizabeth and James, 565 $ et 725 $, à la Maison Simons, maillot, 52 $, chez Urban Outfitters, chaussures, 110 $, chez Adidas, chaussettes et boucles d’oreilles, 11 $ et 45 $, chez COS, bague, 16 $, chez Topshop. Découvrez notre entrevue exclusive avec Anne-Élisabeth Bossé dans La Presse+.

Droite : Jupe à bretelles Each x Other, 765 $, à la Maison Simons, chandail, 20 $, H & M, collier, 12 $, chez Aldo.


18 PROMOTION ATTITUDE MODE

1 ROBE X 3 NUITS Incontournable, indispensable et désarmante de simplicité, elle se prête très bien au jeu des accessoires. Voyons comment lui donner de l’éclat.

Moulante et féminine, la petite robe noire Mauna Loa, de la designer montréalaise Jennifer Glasgow, est un must dans toute garde-robe. À la fois simple et stylée, elle est confectionnée en rayonne, nylon et spandex. On aime son encolure ronde, ses manches de chiffon boutonnées et sa longueur en haut des genoux. 189 $, jenniferglasgow.myshopify.com et fibrescollectives.com


1. PARTY SWING

1. Chic et original, le bandeau Laurel, de la designer Corine A. Serruya, enjolive toutes les coiffures. Composé de feuilles recouvertes de strass scintillant, il tient aussi très bien en place. 46 $, opheliehats.com

2.

2. Un long collier, tel le Boho Nights de la designer Isabelle May, est parfait pour donner du swing à notre tenue. Composé de mini pierres d’hématite, le gland mesure 9 cm. Il est suspendu à une longue chaîne plaquée or de 79 cm. 75 $, isabellemay.com 4. 3.

3. Pochette Nightlife, en cuir texturé et suède, de Caroline Néron. Longues franges, bandoulière et ganse amovibles, rabat aimanté avec fermeture éclair. 345 $, carolineneron.com 4. Hyper confortable, à porter le jour comme le soir, mocassin Yone en cuir vernis noir, avec semelle en cuir. 138 $, lintervalleshoes.com

5.

MINIMALISTE CHIC

5. On mise sur de longues mais délicates boucles d’oreilles en argent rehaussées de perles. Collection Glaçi, de la joaillière Sabine Pouquet. 125 $, sabinepouquet.com 6. Rubie, un mini sac à poignée, en cuir Nappa de teinte bordeaux, signé Mackage. Muni de doubles compartiments et d’une bandoulière amovible, il mesure 18 cm de hauteur, 17 cm de longueur et 6,5 cm de profondeur. 395 $, mackage.com 7. Pour souligner discrètement la taille de la petite robe noire, la ceinture boucle velours (2 cm de largeur) possède deux boutons-pression et une bande élastique au dos pour un bon ajustement. 19 $, simons.ca

6.

7.


8.

GRANDS SOIRS

8. Look épuré et très actuel pour cette bague Parallèle créée par Sonia Bandulet. Tout en argent, elle se distingue par sa barre de 3 cm qui épouse le dessus de la main. 90 $, soniabandulet.com

9.

9. Pour se protéger du froid et de la neige, une cape Helina en laine double face signée Mackage. Elle est munie d’un capuc hon amovible bordé de fourrure de raton laveur et d’une fermeture éclair au col, avec garnitures en cuir d’agneau. 495 $, altitude-sports.com 10. Élégante alternative à un escarpin classique, ce Salomé Raphaella en cuir et suède possède un talon de 7,5 cm. 395 $, lacanadienneshoes.com

10.


22 PROMOTION NOUVEAUTÉS BEAUTÉ

04

01

02 06

08

03

05

07

ÉCLATS FESTIFS Dans les petits pots, les grands fards et pourquoi pas quelques soins pour avoir la mine réjouie de midi à minuit. 01 | Palette Holiday, collection Night Light, de Giorgio Armani, un écrin à deux niveaux, un pour le regard avec des ombres nacrées et mates, et l’autre pour un teint soyeux. Comprend une poudre compacte et deux fonds de teint avec éponges. 160 $, armani.com 02 | Lingerie de peau, de Guerlain, un fond de teint perfection à la texture fusionnelle longue tenue, offert en 14 teintes. On l’applique avec le nouveau pinceau pour un teint naturel et homogène, sans effet masque. 69 $ et 53 $, guerlain.ca 03 | Cushion Encre de Peau, de Yves Saint Laurent, un compact couture nomade et rechargeable. À la fois hydratante et couvrante, cette encre révolutionnaire, offerte en six teintes, donne un teint frais, lumineux, au fini uniforme et mat. 75 $, yslbeauty.ca 04 | Amazonian Clay Blush, de Tarte, une palette double face qui sublime le teint, et dont les 10 fards à joues déclinés dans des teintes chaudes ou fraîches, mates ou lustrées, sont renforcées par de l’argile amazonienne. 57 $, en édition limitée, chez Sephora 05 |  Éclat Minute Huile Confort Lèvres, de Clarins, un soin riche en actifs végétaux qui nourrit, hydrate et colore les lèvres tout en les rendant brillantes, mais non collantes. Red Berry 03 se présente dans un flacon de 6,5 ml, en édition saisonnière. 25 $, clarins.ca 06  |  Laque Couture Gold Clash 78, de Yves Saint Laurent, un vernis avec une profusion de paillettes dorées sur fond d’or rose pour rendre les ongles étincelants. 31 $, yslbeauty.ca 07 | Gelée Soufflée Lumière, Visage et corps, de Lise Watier, une texture innovante qui donne un effet lumineux à la peau grâce à des micro-paillettes scintillantes. Offert en édition limitée dans la gamme Arabesque. 29 $, lisewatier.com 08 | Crème Cachemire Redensifiante Resveratrol, de Caudalie, un soin qui lifte et repulpe la peau. Sa formule légère contient 93 % d’ingrédients d’origine naturelle, ainsi que des poudres matifiantes qui en font une excellente base pour le maquillage. 84 $, 50 ml, caudalie.com


DOSSIER BEAUTÉ PROMOTION 23

Beauté (sur)naturelle Teint terne, déshydratation chronique, perte de fermeté, cuir chevelu hors contrôle, pointes fourchues… Envie de rayer quelques items de la liste et de donner un petit coup de pouce à la nature ? Prêtes à bouleverser votre routine beauté, à opter pour des soins ultra performants afin d’optimiser tranquillement, subtilement et élégamment la qualité de votre peau et de vos cheveux ? Suivez le guide.


1. FAIRE LA LUMIÈRE Envie de la jouer plutôt nature tout en obtenant un résultat visible pour plusieurs jours ? Si certains soins en cabine peuvent avoir une action limitée, d’autres donnent un véritable éclat au teint. C’est le cas du facial Esthe.White d’Esthederm qui atténue les taches pigmentaires et améliore manifestement la texture de la peau. Le rituel de luxe comprend sept étapes dont un masque de plâtre clarifiant. Pour faire durer l’aspect lumineux et rajeuni du teint, on poursuit à la maison avec la gamme Esthe.White, notamment avec le puissant sérum illuminateur. Soin Esthe.White à partir de 100 $. Pour trouver l’institut Esthederm le plus près de chez vous : esthederm.ca 2. FAIRE LE MÉNAGE Parfois, faire peau neuve, ça fait du bien. Cela peut paraître intense, mais retirer une infime couche de peau morte, ça réveille le teint, resserre les pores et atténue les ridules. Pour cela, Marie-Andrée Mallette, technicienne en rajeunissement à la clinique Dermapure de Montréal, recommande des séances régulières de microdermabrasion, soit une exfoliation profonde réalisée à l’aide d’un embout couvert de très fins cristaux de diamants, rien de moins. Suite à ce traitement, la peau tiraille un peu, elle peut être rouge par endroits, mais rien de plus. Puis, libéré des peaux mortes, l’épiderme absorbe beaucoup mieux tous les soins que l’on y appliquera par la suite, que ce soit à la maison ou en cabine. Microdermabrasion, 149 $ la séance d’une heure, dermapure.com 3. INFUSER L’ÉCLAT Grâce à une petite bonbonne d’oxygène sous pression, Marie-Andrée Mallette de chez Dermapure infuse un sérum actif dans la peau. Le choix du sérum – on peut traiter la déshydratation, l’éclat, les effets du vieillissement par exemple – est fait suite à un diagnostic de la peau. Que ce soit donc une gentille dose de rétinol, d’acide hyaluronique, des omégas 3, 6 et 9 ou encore des peptides, le tout est projeté profondément dans l’épiderme. L’effet est rafraîchissant à souhait et, suite au soin, la peau est vraiment éclatante et l’effet dure quelques jours. Chez Dermapure, on propose des cures de cinq à six traitements pour un résultat optimal. Infusion de sérum à l’oxygène, 149 $ la séance d’une heure, dermapure.com

4. DÉTENDRE LE REGARD Le bon vieux Botox. Qu’il soit notre ami ou qu’on n’ait pas encore fait sa connaissance, il ne cesse de revenir en tête de liste lorsqu’il est question de réhabiliter une certaine fraîcheur et d’atténuer les rides profondes, comme celles de la glabelle, qui trahissent les ans (et le stress). Si on opte pour ce traitement, mieux vaut choisir une clinique où ce sont des médecins qui procèdent aux injections (c’est le cas chez Dermapure). On s’assure ainsi qu’il n’y a pas de contre-indications, que les dosages sont justes et que les champs d’injection sont précis. À savoir : la durée d’action du Botox est variable (entre deux et quatre mois). Il faut s’attendre à devoir revenir régulièrement pour garder le muscle détendu. Cela dit, les injections ne laissent pas de marques visibles et les résultats paraissent en une semaine. Injections de Botox à partir de 11 $ l’unité (le nombre d’unités par injection varie et le nombre d’injections varie aussi), dermapure.com GAGNER DU TEMPS La perte de volume, la densité de la peau qui diminue, cela fait aussi partie des changements prévus par le temps. Pour ralentir un peu le processus et gagner quelques années, il existe des options, dont Thermage, une technologie qui utilise la radiofréquence pour stimuler le renouvellement du collagène dans les profondeurs du derme tout en resserrant la structure de la peau. Les résultats (une ligne de mâchoire et des pommettes subtilement redéfinies, entre autres) sont visibles graduellement trois à six mois après le traitement. Jessica Léveillée, directrice chez Dermapure à Montréal, explique que ce soin peut être proposé en prévention (un traitement aux deux ans), à partir de trente ans. « C’est un peu comme si on freinait le passage du temps », affirme-t-elle. Mais attention, ce protocole n’est pas nécessairement une partie de plaisir. L’embout, appliqué sur le visage plusieurs centaines de fois durant deux heures et qui irradie beaucoup de chaleur sous la peau peut provoquer de l’inconfort. Après le traitement, cependant, on a le visage à peine rougi et on peut vaquer sans problème à nos occupations. Afin d’entretenir les résultats obtenus par un Thermage, Jessica Léveillée explique qu’il est suggéré de procéder à quelques séances annuelles de Venus Freeze/Legacy Visage, soit une combinaison de champs magnétiques pulsés et de radiofréquence. Le traitement, agréable et rapide, permet de soutenir l’action d’un Thermage, mais peut aussi être utilisé seul en cure – à raison de six à huit traitements – pour raffermir la peau. Traitement Thermage, 1 900 $ pour un traitement de deux heures, traitement Venus Freeze/Legacy Visage, 200 $ pour un traitement d’une heure, dermapure.com


Clinique Dermapure de Montréal

UN CUIR CHEVELU ASSAINI Cheveux amincis, cuir chevelu qui démange ; Isabelle Louis-Seize du spa capillaire EGO et spécialiste en santé du cheveu, affirme que l’état du cuir chevelu influence directement la beauté de notre tignasse. « Souvent, le cuir chevelu est étouffé sous une couche plus ou moins épaisse de résidus de produits coiffants », révèle-t-elle. Résultat, ça gratte et les cheveux naissants qui peinent à franchir cette barrière (entre autres faite de substances dérivées du plastique) sont plus fins. On peut même perdre plus facilement nos cheveux ! « Quelques fois par année, il est bon de faire un nettoyage profond. Cela permet au cuir chevelu de respirer et aux cheveux de pousser à leur plein potentiel. Après une première analyse réalisée avec l’aide d’une petite caméra, on procède à un shampoing dit “décapant” avant de faire un second examen pour pouvoir proposer un soin – souvent à base d’huiles essentielles – qui soit parfaitement adapté. Il faut parfois plusieurs shampoings avant que la peau soit complètement libre de tout résidu, mais ça vaut la peine. Les repousses de cheveux sont plus vigoureuses et les traitements spécifiques pour le cuir chevelu seront plus efficaces. » Diagnostic et traitement à partir de 55 $ et 65 $, 514 996-0866, spaego.com 5. UNE COLO TRAITANTE Pour Lia Chaddad, coloriste de haut vol atterrie au Local B il y a quelques mois, il est possible de redonner du « oumf » à nos longueurs avec une colo professionnelle. « En salon, on parvient à travailler la fibre capillaire avec grand soin. Il existe même désormais des traitements protecteurs à ajouter aux colorations,

comme Smartbond de L’Oréal qui scelle le cheveu et l’empêche de devenir poreux suite à une décoloration. » Et, pour ajouter à la fois de la lumière et de la profondeur, les artistes capillaires les plus doués (Lia en est !) pourront réaliser des prouesses tout en délicatesse. Notre coup de cœur ? Des Babylights (alias le nouveau balayage très très naturel où l’on décolore des micro mèches habilement réparties) ou l’application d’un gloss qui couvre doucement le gris et fait briller le cheveu pour six à huit semaines, sans endommager la fibre. Traitement Smartbond (ajouté à la coloration), 25 $, gloss à partir de 25 $, babylights à partir de 90 $, 514 844-9515, localb.ca 6. DES LONGUEURS D’AVANCE Si nos longueurs sont vraiment compromises, Lia Chaddad du Local B propose un protocole de traitement au lavabo du nom de Pro Fiber, toujours chez L’Oréal. Tout d’abord, Lia pose le diagnostic pour déterminer les produits à utiliser. Ceux-ci sont choisis en fonction du niveau d’usure de la fibre et du fait que les cheveux sont colorés ou non, entre autres. Elle procède ensuite au soin au lavabo – dix minutes top chrono – puis prescrit le shampoing, le masque et une recharge à appliquer tous les quatre shampoings pour réactiver le soin et le faire durer jusqu’à huit semaines. Traitement Pro Fiber à partir de 35,50 $, localb.ca 7. DES OUTILS MAGIQUES Véronique Beaupré, copropriétaire du Local B, prescrit évidemment une coupe à qui veut se débarrasser de ses pointes cassées. Mais

elle fait aussi valoir que le choix des bonnes brosses et du bon séchoir peut tout changer lorsqu’il est question de l’état de nos cheveux au quotidien. « Un séchoir peu puissant et très chaud peut brûler les cheveux, car on aura besoin de le laisser longtemps sur les mèches pour qu’elles sèchent. Pareil pour un vieux fer plat dont on ne peut pas moduler la température. » Et que dire du peigne auquel il manque plusieurs dents ? « Quand on veut réhabiliter nos cheveux, il faut absolument procéder à la révision de notre trousse cheveux », prévient Véronique. Il existe maintenant des séchoirs de qualité professionnelle munis d’un moteur si puissant qu’ils sèchent les cheveux davantage par la poussée d’air que par la chaleur. Certains chargent même notre tignasse d’ions négatifs, ce qui referme l’écaille du cheveu. Aussi, jolie alternative au fer plat qui nous donne somme toute un look raplapla, la brosse chauffante. Passée sur cheveux secs, elle lisse tout en préservant le volume et le rebondi de la coiffure. « J’ai un coup de cœur pour la nouvelle gamme Conair. Le séchoir 3Q permet de faire un brushing minute sans utiliser de brosse. Suff it ensuite de passer la brosse lissante chauffante pour un coiffé naturel comme ce que l’on a pu voir sur les passerelles des défilés printemps-été 2017. »


02

01

03

04

05

06

07

01 | Sérum illuminateur jeunesse Esthe.White System d’Esthederm, 99 $ les 30 ml, esthederm.ca 02 | Masque détox de Functionalab, 48 $ les 100 ml, jaimemapeau.com 03 | Sérum rétinol de Functionalab, 105 $ les 30 ml, jaimemapeau.com 04 | Soin à rincer Smartbond de L’Oréal professionnel, 30 $ les 250 ml, en salon 05 | Charge Pro Fiber de L’Oréal professionnel, 36 $ l’ensemble de 6 monodoses, en salon 06 | Séchoir 3Q de Conair, 100 $, en pharmacie Jean Coutu et sur jeancoutu.com 07 | Brosse ionique chauffante lissante de Conair, 75 $, en pharmacie Jean Coutu et sur jeancoutu.com


L E P R E S T I GE C Ô T O IE L A P E R F O R M A N C E . L A TOUTE PREMIÈRE CADILL AC CT6.

UN PUISSANT MOTEUR V6 BITURBO DE 3,0 L, DE SPLENDIDES S U R FA C E S I N T É R I E U R E S C O U S U E S À L A M A I N . L A C A D I L L A C C T 6 EST CONÇUE POUR SURPRENDRE. FR.CADILLAC.CA/CT6

© Société General Motors du Canada, 2016. Tous droits réservés. CadillacMD


PARTIR PROMOTION 29

L’ISLANDE BELLE ÉTÉ COMME HIVER

La photographe Cindy Boyce s’est rendue en sol islandais à deux reprises, en novembre et en juin, et nous présente ici les bons plans et les sublimes beautés de ce pays nordique… toutes saisons confondues !


2 REYKJAVIK À seulement 50 km de l’aéroport international Keflavik, la capitale est l’endroit par excellence où débuter son séjour en terre islandaise. Près de la moitié de la population du pays habite dans cette ville colorée et dynamique. C’est à l’église Hallgrímskirkja qu’il faut se rendre pour commencer. L’architecture de ce bijou du patrimoine vaut le détour à elle seule, avec ses formes d’orgues basaltiques qui rappellent les formations géologiques présentes en Islande à l’état naturel. [photo 01] Monter à son sommet, haut de 75 mètres, offre un panorama incomparable sur la ville. [photo 02] On se dirige ensuite vers la très animée rue Bankastraeti, où nous prenons le pouls de cette ville qui vibre de créativité : boutiques, galeries, restos et pubs défilent. L’été, l’artère est fermée à la circulation automobile, des expositions sont installées dans les rues adjacentes, des matchs de foot sont projetés à l’extérieur. L’hiver, les gens se pressent davantage, mais même les vents froids et les températures sous zéro n’empêchent pas les Islandais de commander un cornet de crème glacée molle au kiosque du coin, ou de déguster un hotdog de fin de soirée dans un stand ambulant. Peu importe la saison à laquelle on visite la capitale, on s’arrête au Kaffibarinn prendre une (ou plusieurs !) pinte de bière Egils Gull, tout de suite après être allé au Fiskmarkaðurinn goûter aux saveurs locales (chaudrée de homard, requin fermenté, gravlax de saumon et autres délices de la mer). Si, comme nous, vous faites coïncider votre visite à Reykjavik avec un de ses festivals de musique, vous verrez que la ville tout entière est prise d’assaut. Un spectacle n’attend pas l’autre dans plusieurs lieux (restaurants, bars, librairies) et tous les endroits se prêtent à la découverte de

1


talents artistiques (locaux comme internationaux). Lors de notre passage au festival Iceland Airwaves, Half Moon Run, Of Monsters and Man et Sóley, entre autres, étaient de la programmation. Cette année, c’est plus de 220 artistes dont Björk, Mùm et FM Belfast qui ont réchauffé les pistes de danse du 2 au 6 novembre. Le Secret Solstice, quant à lui, est un festival de musique qui se déroule en juin, en plein solstice d’été (d’où son surnom Midnight Sun Music Festival). Soleil éternel et température clémente (quand même froide pour nos standards !) sont de la partie pour les trois jours du festival. Écouter un spectacle en plein air sous le soleil de minuit ? On dit oui !

se rendre à la piscine municipale, la Sundlaug Akureyrar, pour rejoindre les gens du quartier : séance de longueurs dans la piscine chauffée naturellement, relaxation dans un bassin à 36 ºC ; la belle vie, quoi ! On se laisse bercer par l’eau chaude, la vapeur nous enveloppe, et la dernière chose à laquelle on pense est d’en sortir ! Été comme hiver, la piscine municipale est le lieu de rencontre des Islandais. Ici, la vie nocturne est sans conteste moins intense qu’à Reykjavik, mais on trouve tout de même une bonne offre de restaurants et de bars animés en se promenant sur l’avenue Hafnarstræti.

PÉNINSULE DE SNÆFELLSNES, OUEST Peu importe la durée de son séjour en Islande, il est de mise de partir en escapade hors de la capitale. À seulement deux heures de route de Reykjavik, la péninsule de Snæfellsnes est un incontournable : vestige d’une éruption volcanique, le sol est plaqué de lave recouverte d’un épais tapis vert moelleux. [photo 03] En sillonnant les routes de cette presqu’île, on s’émerveille de la flore islandaise si fragile et si belle : des petites fleurs sauvages poussent de manière insolite ici et là, parsemant le tapis verdâtre de couleurs éclatantes. Des moutons s’y promènent, et malgré leur caractère farouche, on peut tenter de s’en approcher, juste avant de reprendre la route vers le village Stykkisholmur pour y passer la nuit. AKUREYRI, NORD Nous poursuivons notre escapade vers la deuxième plus grande ville du pays, Akureyri. Afin de s’y rendre, on emprunte d’abord de longs tunnels creusés à même les fjords, pour rejoindre Siglufjörður, un charmant village de pêcheurs : au loin, des montagnes recouvertes de neige (même en été !), des maisons colorées, un port photogénique, des bateaux accostés.  [photo 04] En arrêtant faire le plein, on se laisse tenter par un pylsur (hot-dog), véritable mets emblématique du fast-food islandais. La saucisse d’agneau, de porc et de bœuf, garnie d’oignons frits et nappée de ketchup, mayo et pylsusinnep (une moutarde islandaise) nous permet de tenir le coup pour les quelques kilomètres séparant Siglufjörður de Akureyri. Une fois arrivés en ville, une balade au Jardin botanique est de mise ; quelque 6 000 variétés de fleurs, d’arbres et autres plantes en provenance du monde entier (ainsi qu’environ 400 espèces typiques d’Islande) bordent les sentiers. On flâne au joli café vitré Kaffi Laut, afin d’y casser la croûte juste avant de

3

4


6

5 BORGARFJÖRDUR ET SEYDISFJÖRDUR, EST Lorsque les conditions routières le permettent, on peut sortir de la route 01 (communément appelée route circulaire) pour visiter des endroits plus éloignés, comme les fjords de l’est. [photo 05] À Borgarfjödur, on a pu admirer des centaines de macareux – oiseau emblème du pays –, tandis qu’à Seyðisfjörður, fjord un peu plus fréquenté, on a découvert les œuvres d’artistes en résidence (islandais et d’origine internationale) du Centre d’Art Skaftell. Au bistrot Skaftell, situé juste sous la galerie, nous nous sommes laissé séduire par une soupe traditionnelle à l’agneau fraîchement préparée. JÖKULSÁRLÓN,  LANDMANNALAUGAR, SUD Le Jökulsárlón (littéralement lagune des glaciers, en islandais) est le plus grand lac proglaciaire en Islande. De la rive, on peut observer les blocs de glace se détachant du glacier Vatnajökull. [photo 06] On peut aussi faire un tour de bateau pour les voir de plus près. Dépaysement garanti ! Pour compléter notre séjour, on a fait une excursion en Super Jeep avec les guides de Southcoast Adventure vers le Landmannalaugar, considéré par bien des ouvrages comme l’un des plus spectaculaires endroits de l’Islande. Fin juin, les routes venaient d’ouvrir, et on devait traverser des rivières créées par la fonte des neiges. Situé à l’intérieur des terres, le site est à faire rêver : l’activité volcanique a créé des cratères aux teintes rougeâtres, et les montagnes qui les bordent sont multicolores. [photo 07] L’endroit

est très prisé par les randonneurs ; un circuit de quatre jours – du Landmannalaugar à Porsmörk – est d’ailleurs offert aux plus braves. BLUE LAGOON, SUD/OUEST À proximité de l’aéroport, le Blue Lagoon est l’endroit par excellence où terminer son séjour. Rien de mieux qu’une baignade dans l’eau sulfureuse bleutée du célèbre lagon pour relaxer et faire le point sur son passage au pays du feu et de la glace… avant de rentrer à la maison ! Cette station thermale (creusée à même la roche volcanique) possède une eau naturellement riche en sels minéraux et en algues, ce qui lui donne des propriétés curatives pour traiter certains problèmes de peaux atypiques comme l’eczéma et le psoriasis. [photo 08]

8

7


BOUGER PROMOTION 33

Les complexes ?

DU BALLET !

Je devais avoir cinq ans. À travers la porte vitrée, je regardais mon père s’éloigner. Je portais un léotard rose bonbon et des chaussons trop grands, qui n’avaient d’égal que ma fierté. J’étais une ballerine.

Je retrouve, 33 ans plus tard, ce sentiment de joie et de légèreté en osant à nouveau pointer les pieds et tendre les bras dans un cours de ballet pour tous. Je suis certes plus pesante et sans doute moins mignonne, mais le plaisir y est toujours. Êtes-vous comme moi une ballerine à la retraite qui aimerait à nouveau enfiler le collant ? Ou êtes-vous plutôt de celles qui en ont toujours rêvé secrètement ? Allez hop, on se (re)met au ballet. POUR TOUS, PROMIS ! « Pour les minces, les vieilles, les rondes, les athlètes, les molles, les mamans, les têtues, les tatouées et les garçons » : c’est ainsi que la publicité de Ballet Hop m’a convaincue de me lancer (je suis en effet mince, molle, tatouée

et maman !). C’est donc pour tous, « promis ! », nous assure Camille, la proprio du joli studio de la rue Saint-Laurent, à Montréal. Et c’est vrai ; dans la salle, se trouvent des femmes de toutes tailles et de tous âges (enfin presque, de 18 à 45 ans, je dirais). « Elles ont toujours rêvé de danser ou l’ont fait plus jeunes, mais n’ont jamais trouvé d’endroit qui leur convenait par la suite. Elles viennent avec leurs amies et s’en font de nouvelles. Elles sont là pour le plaisir et pour les bienfaits que procure la danse sur le corps et l’esprit », renchérit Camille. PAS CHASSÉS ET AUTRES PLIÉS Il y a le ballet pur et dur, la « vraie » technique, diront certains. Et il y a celui qui s’adapte, évolue, celui qui sent l’air du temps. On y

ajoute un peu de yoga, de musculation ou de stretching et, surtout, on le pratique sur des musiques populaires. Bonjour Beyoncé et Pink ! Le cours pour lequel j’ai opté s’intitule Sans chichis. Le ton est donné, on ne se prendra pas au sérieux. La classe débute avec une série d’échauffements pour tout le corps (rotations, jeux de bras, grands pliés), suivie d’une bonne période de musculation, allant des fameux push-ups aux redressements assis en passant par diverses planches abdominales. Ça brûle et ça shake de partout. C’est simple et très efficace. La deuxième portion de la classe se joue à la barre. La fameuse barre. C’est là que le cœur s’emballe ; première position, bras


bien arrondis, paumes vers soi. On contracte les abdos et on serre les fesses. S’ensuivent 30 minutes de postures de ballet classique. Notre professeure nous guide lentement mais sûrement à travers cette routine complète. Le cours se termine avec une chouette chorégraphie et des révérences. J’ai eu chaud, j’ai les muscles à plat, mais surtout, je suis joyeuse. C’est un entraînement qui rend heureuse. DU BON BALLET Les bienfaits du ballet sont nombreux et réels. Camille le voit chez ses participantes. « J’observe une augmentation de la force et de la définition musculaires. Le ballet tonifie, allonge et affine le corps. C’est une excellente discipline pour la posture, la souplesse, l’équilibre et la précision dans le mouvement. Les participants qui pratiquent régulièrement deviennent plus rapides, plus forts et plus souples. » On dénote également de nombreux bienfaits psychologiques – ce qui est non négligeable – grâce à la libération d’endorphines : augmentation de l’estime de soi, capacité de mémorisation accrue, meilleures concentration et coordination, plus grande facilité à gérer le stress et sommeil plus réparateur. Enfin, comme le ballet comprend également un côté artistique, on y exprime sa créativité, on y retrouve de la rigueur, de la discipline, et même une dimension émotive et introspective semblable à celle du yoga ou de la méditation. Bref, c’est une discipline très complète. LIGUE DE GARAGE DE BALLET En vue de choisir la bonne école, interrogez-vous sur ce que vous recherchez. Certaines écoles se targuent d’enseigner un ballet tout ce qu’il y a de plus classique : les pas de base et autres techniques et ce, dans la plus pure tradition. Un enseignement de très grande qualité qui conserve l’héritage,


La chiropratique…

OÙ ALLER POUR DANSER Ballet Hop 5380, Saint-Laurent, Montréal ballethop.com Louise Lapierre Danse 1460, Mont-Royal Est, Montréal louiselapierredanse.ca Programme récréatif de l’École supérieure de ballet du Québec 4816, Rivard, Montréal esbq.ca

comme nous le propose le programme récréatif de l’École supérieure de ballet du Québec. Isabelle, 42 ans, s’y rend religieusement depuis sept ans : « C’est un moment paisible après une longue journée au bureau. J’en ai besoin. Et j’aime beaucoup mon école ; les professeurs y sont de haut niveau et partagent avec nous une réelle passion pour la danse. » Dans cette école hautement réputée, les élèves ont la chance d’être accompagnés d’un(e) pianiste et se voient enseigner l’histoire de la danse. « L’an passé, j’ai décidé d’y inscrire Eva, ma nièce de trois ans. Nous y allons ensemble tous les samedis matin, un moment plus-que-précieux », confie Isabelle. L’école Louise Lapierre Danse offre également un programme de ballet parent-enfant. D’autres écoles optent plutôt pour un ballet décontracté, où l’apprentissage des techniques se marie au plaisir et où certaines traditions sont remplacées par d’autres. Pour ma part, je recherchais un ballet qui ne soit pas intimidant. « Ici, on est très simples, franchement amicales et on ne se prend pas au sérieux. On enseigne un ballet authentique et rigoureux, mais pour de vraies femmes, avec leur poids, leur âge et leur niveau d’expérience. On fonctionne avec des horaires f lexibles, sans tenue vestimentaire stricte, sans chignon et sur toutes sortes de musiques. Nos professeures sont accessibles, elles ont du plaisir à être là et elles projettent un mode de vie sain et atteignable », nous assure Camille. C’est vrai qu’il y a une ambiance de ligue de garage de ballet dans ce cours. On apprend ensemble, sans jugement aucun, le tout dans le plaisir et ça finit souvent en éclats de rire. Oui, dans la classe, il y a des rondes et des molles, des musclées et des ricaneuses, mais il y a surtout moi, heureuse comme à cinq ans.

Profile for La Presse (Promotion)

Magazine M  

Numéro Hiver 2016 (Promotion, La Presse)

Magazine M  

Numéro Hiver 2016 (Promotion, La Presse)

Advertisement