Page 1


vos marques, près, partez ! Après quelques moments d’hésitation, le petit magazine aux grandes ambitions promet de vous rapporter tous les 2 mois des sessions de hors-piste. urieux et impartial, ACDR affirme sans complexes ses partis pris, révèle ces artistes que vous ne connaissez pas mais que vous aimerez et n’accepte pas les dessous de table. evant tant de sujets pertinents et pas encore révélés, la fine équipe du magazine ACDR (non pas par son raffinement mais par son nombre) aurait pu s’exclamer : « Attends t’es sur de ton coup là ?! » mais que nenni elle se régale! Les idées fusent … Par exemple, ce numéro de mai lance un dossier sur ces excellents graffeurs qui officient dans les petites villes. Une preuve supplémentaire que ce n’est pas ceux dont on parle le plus qui déchirent le plus. Graffiti encore, la galerie GHP à Toulouse et le crew DMV, considéré comme l’un des meilleur collectif d’Europe, organisent à partir du 27 mai une exposition qui vous laissera sur le cul, à coup sur. Egalement ce mois-ci, ACDR vous présente en quelques pages les Anonymous et les Yes Men. Ces révolutionnaires 2.0 qui luttent contre la censure et dénoncent le libéralisme. Autant de choses qui ne tournent pas rond dans ce monde.

Sommaire

emarque ce n’est pas ce qui manque…

P.4 Prise de courant P.6 Tu veux que je te fasse un dessin?! P.8 Dossier : Art Rural Drum’n’Graff P.12 Expo : Da Mental Vaporz P.16 Interview : Faycal P.18 Interview : Psykick Lyrikah

G reen

P.20 Revolution 2.0 The Yes men & Anonymous P.22 Jeux des 7 erreurs par Drum P.23 Livre : Le rap est ne en Jamaique P.24 Film : Le Premier rasta P.25 Chroniques P.26 Agenda

ACDR//Sommaire 3


Grim Reaperz : Fuck U

Grim Reaperz est l’association entre 2 beatmakers de talents Oxydz et Crown. Le dernier à juste produit 2 titres sur le dernier album en date d’Army of the Pharaohs : The Unholy Terror… excusez du peu. Il a également collaboré avec Saké des Zakariens et Scylla le rappeur belge membre du collectif OPAK. Le duo français sortira prochainement un EP poétiquement nommé : FUCK U. Il se présentera sous une forme originale, un combo CD-Vynile 10». Parmi les MCs invités Scylla, Les Zakariens, Swift Guad, King Magnetic (AOTP), Freestyle (Arsonis) .

Keny Arkana : l’Esquisse 2

« […] dit leur que je me fou de la tendance et de ce que les gens disent que je compte bruler leur normes qui voient le rap comme une marchandise ». C’est de cette belle manière que débutait « l’Esquisse 1 » sorti en 2006. La suite est prévu pour le 23 mai. Le premier extrait clipé de cette nouvelle « Esquisse 2 » s’appelle « V pour Vérité » . Il annonce clairement la couleur. Ce nouveau projet sera plein de revendication. Comme à ses habitudes la Petite Marseillaise va faire grincer des dents.

Beastie Boys : Hot Sauce Committee 2

Le nouvel album des new-yorkais Mike D, Ad-Rock et MCA sera disponible le 3 mai chez Capitol Records. Ils forment à tous les trois l’un des premiers groupes de hip hop au monde : Les Beastie Boys … mais que dis-je, nul n’est censé ignorer l’existence des génies de la grosse pomme! Pour l’anecdote, rien ne sert de chercher dans les bacs Hot Sauce Committee Part. 1 vous ne le trouverez pas. Suite à la détection du cancer de MCA, au moment de la conception de l’album, les Beastie ont décidé de zapper cet épisode pour conjurer le mauvais sort.

La Rumeur présente son film «De l’Encre»

Nous vous en avions parlé dans le numéro précédent, Hamé et Ekoué, membres de La Rumeur, préparaient leur premier film. « De l’encre » commence et se dénoue par et à travers la musique et la poésie de Nejma et Romuald. Un film où la musique et les textes sont des forces motrices. Il met en scène Nejma qui vit les oppositions fortes qui constituent le fondement même du film : underground contre major, authenticité contre imposture, précarité contre star system, anonymat contre célébrité. Elle est donc un témoin de notre époque… Diffusé le 15 Juin à 20h45 sur Canal+.

4 ACDR//Prise de courant


Kohndo - Soul Inside

«Soul Inside» puise dans les racines et l’histoire personnelle de mister K.o.H, un artiste complet qui maîtrise autant son art que son vécu. Mais plus que la simple addition de ses expériences, c’est de nous qu’il parle ; de nos travers, de nos joies, de nos peines… Originellement hip-hop, KoHndo est surtout un chanteur. À la manière des artistes qui l’ont inspiré, sa démarche rappelle celle d’un musicien de jazz. Elle ne ressemble pas, elle rassemble. Avec la participation de Ekoué (La Rumeur), Karl the Voice, Lisa Spada, Rony, Marie M, Jan Dark...

Les vendues étaient à vendre!!

Les prières des puristes n’ont pas été entendu… Bien sur il n’est pas bien de se réjouir du malheur des autres mais il en a fallut de peu pour que la radio Skyrock mette la clef sous la porte… quel beau cadeau de pâques cela aurait pu être. Après 10 jours de conflit, Pierre Bellanger et Axa Private Equity ont signé un accord vendredi 22 avril. Pierre Bellanger, fondateur de skyrock, reprend ses fonctions de PDG. Ne lâchons rien et continuons le boycott de cette radio pour ados boutonneux qui a mis les cultures urbaines sur un trottoir…

Pour les iPhones addicts !

Chers lecteurs réjouissez-vous car ce n’est pas tous les jours que l’équipe ACDR fera de la pub pour un géant de la téléphonie mobile, américain qui plus est. Cela dit, voici une application qui vous permettra de réaliser des économies sur l’achat d’autres applications. En effet , elle suit en temps réel l’actualité de l’App Store pour dénicher les applications payantes temporairement gratuites et acheter les autres aux meilleurs prix. En attendant une traduction française, elle permettra à certain d’alléger leur facture mensuelle j’en suis persuadé ! AppShopper 1.3.2

Les Dead Drops, des clés USB dans les murs

Aram Bartholl, artiste multimédia berlinois, a installé les premières Dead Drops dans les rue new-yorkaises en 2010. Le principe est simple, il s’agit de faire circuler, de manière anonyme, des données numériques d’un ordinateur à un autre par le biais de clés USB cimentées dans un mur ou scellées dans un espace public.

ACDR//Prise de courant 5


Art Rural

Parce que l’art urbain ne se décline pas que dans les grandes métropoles, ACDR vous proposes de découvrir des artistes talentueux, inspirés et hyperactifs, évoluant en majeure partie dans nos petites villes, à travers une série de reportage et interview. Pour mettre à mal les idées reçues et dans notre optique de vous parler de ceux dont on ne parle que trop peu, voir pas du tout, voici un dossier intituler Art Rural ou attention ça vient aussi des campagnes !! Et on commence par un rendez-vous donné dans un spot particulièrement apprécié des graffeurs, le club 47, ancienne boite de nuit aux environs d’Agen…

Propos receuilli par Kuma. Présentation, crew et premier faits d’armes ... Mon nom c’est Drum, PTM et Le Club, je suis originaire d’Agen. J’ai commencé le graffiti il y a à peu près 4 ou 5 ans, je dessinais depuis tout petit, je continue mon apprentissage, je bouge et essaie de rencontrer pas mal de gens pour continuer d’avancer et apprendre pas mal de chose Pourquoi Drum ? Drum ça veut dire batterie ! A la base je suis musicien, je fais de la batterie depuis plus de 10 ans. Quand j’ai commencé la batterie, j’ai lâché un peu le dessin pour me consacrer à la musique et je suis revenu au dessin grâce au graffiti. Du coup j’ai pris ce blaze assez naturellement. Après c’est vrai que les lettres sont difficiles a mariées

mais je trouvais que ça me correspondait assez, d’ailleurs je passe encore pas mal de temps sur ma batterie ! Qu’est-ce qui t’inspire, de quoi tu te nourri ? Je me nourri de tout ce que je vois. D’autres graffeurs ou même d’autres artistes totalement différents. Avec le temps on évolue et on s’intéresse un peu à tout. Moi je n’ai pas fais d’école d’art donc j’essaie de toucher un peu à tout, et surtout dans le graff, que ce soit du perso ou du lettrage, je tente. Après, les effets dégradés, les noirs et blancs, les couleurs, les aplats aussi, tout ça j’ai tenté avec l’aérosol et du coup ça me ressert aussi pour le travail plus personnel sur toile.

8 ACDR//Art RuralDrum’n’Graff


Alors justement, tu fais aussi des toiles et tu propose également des prestations chez des particuliers… Oui, c’est le coté professionnel ! Je fais des toiles des fresques murales ou au plafond, à l’aérosol ou au pinceau. Ca me permet de toucher un peu à tout. J’ai un plan pour peindre dans une église, un dessin grand format au pinceau. Ca me permet d’en faire tout les jours et de progresser au maximum étant donné que je m’y suis remis un peu tard, j’avais 20 ans ! Que penses-tu de la place qu’occupe le graffiti dans notre société actuelle ? Moi je fais encore parti des nouveaux donc je suis mal placé pour vraiment donné mon avis, mais je pense que le graffiti se porte très bien. Par exemple, moi je suis mauvais tagueur et je suis admirateur de cette scène depuis assez longtemps. Je regarde ce qui se passe dans différentes villes et ce que font les leaders et je trouve que le niveau tag se porte très bien. Niveau couleur c’est totalement fou, techniquement ça va de plus en plus loin et les jeunes qui se lancent ont vraiment faim. Ce que je trouve un peu plus dommage par contre c’est le manque de murs, la galère pour trouver des murs où mettre de la couleur. Même sur une ville comme Toulouse on a vite fait de se faire embarquer les bombes par les flics et ça c’est dommage! Peut-être qu’avec le temps ça va évoluer et c’est aussi à nous de faire en sorte que les choses changes. Beaucoup voit toujours le graffiti comme un acte de vandalisme. Qu’as-tu à leur répondre ? Ils ont tort et raison ! C’est vrai qu’il y a du vandalisme mais il ne faut pas le voir comme une agression personnelle. Avant de juger,qu’ils s’intéressent à la culture ! Qu’ils comprennent ce que c’est qu’un tagueur, que le mec à son blaze dans la France entière !! On aime ou on aime pas mais y’a une forme de magie même si ça reste du tag. Le mec à pas la prétention de croire qu’il est un artiste, il fait ça pour le plaisir. Tout le monde a le droit de juger mais il faut avant s’intéresser à la culture, savoir de quoi on parle !

ACDR//Art Rural Drum’n’Graff 9


tes Comment vois-tu la valeur marchande grandissante du graffiti ? Comme je te disais, moi je fais parti de ceux qui viennent d’arriver. Y’a des gens qui se sont battus pendant 20 ans, des anciens qui sont toujours là ! Qui ont emmené le graff assez haut et aujourd’hui c’est un peu a la mode donc des petits jeunes comme moi peuvent arriver et en faire un marché économique. Mais il faut faire attention, il ne faut pas non plus monter une multinationale. Je fais super gaffe, c’est pour ça que je m’ouvre à d’autres choses, que j’essaie de sortir un peu du graffiti, de faire plus du dessin et de la bande-dessiné en continuant d’utiliser l’outil aérosol. Mais moi je ne me considère pas comme un graffeur, je suis un dessinateur qui utilise l’aérosol mais je n’ai pas la prétention de dire que je sui un graffeur. Pour moi un graffeur c’est au-dessus, c’est quelqu’un de plus accompli !

tes n’auraient pas mis les gyrophares et la sirène ils pour nous dire qu’ils sont là ! Mais en fait si si, ils arrivaient bien ! Ils étaient là, à travers les branches, on les a sentis arriver. Nous, on a commencé à partir, ils nous ont coursés. On a coupé par un pont et on s’est caché derrière un buisson, on les voyait tourner devant nous. On a attendu une demi-heure, une heure et on a coupé par les maisons à travers les jardins. Déjà là il y avait un peu d’action ! Une heure et demi était passée et une fois qu’on sort de là, on repasse sur la route et là on entend « ils sont là »… On a tapé un sprint ! Un pote s’est carrément planqué dans une poubelle. Nous on a sauté un portail et escaladé un immeuble jusqu’au 3ème étage avec Frisk, on est resté planqué la pendant deux heures et au final ils ne nous ont pas attrapés ! Mais on a eu chaud ! C’était ma première sortie donc je m’en rappellerai !

Crois-tu que d’en faire un commerce peu nuire à l’intégrité du graff ? Oui et non ! Déjà ce qu’il faut savoir c’est que tu ne deviens pas riche, d’en vivre c’est un grand mot. Tu fais ça par passion parce que tu as envie de faire ce que t’aimes dans la vie. Dans tous les métiers artistiques que ce soit dans la musique, dans le dessin, dans la peinture ou dans le graffiti c’est une immense galère ! Tu seras aussi bien sans diplôme, d’aller travailler à l’usine, d’avoir ton CDI et ton salaire. Tu arriveras à faire quelques projets, avoir ta maison et fonder ta famille. Tandis que en étant artiste, soit tu es très bon et très malin et tu arrive à t’en sortir à peu près en essayant d’être le plus droitpossible, soit tu te mets en mode canaille, tu as un bon discours, tu sais endormir les gens et tu arrive à gagner 4 sous. Et y’a du monde, des gens talentueux il n’en manque pas. Il y’a des mecs très fort qui ne roulent pas sur l’or et qui continuent pour le plaisir.

Aujourd’hui tu es chef d’entreprise, comment te vois-tu évolué dans cette discipline ? Déjà il faut bien comprendre une chose c’est que pour moi l’entreprise et le graffiti c’est à part. On me fait une commande très définie mais les gens qui me font venir font venir Drum donc moi j’essaie de garder la signature Drum afin que ça reste un travail personnel. En dehors de ça, ce que je vise aujourd’hui c’est avec le temps réussir à sortir de ça ; parce que l’entreprise c’est ce qui me permet de manger et de vivre normalement ; et rentrer dans quelque chose de plus artistique et vraiment poussé le truc au maximum. Travailler la toile, l’acrylique et même du réalisme et continuer dans cette branche là. J’aimerai m’ouvrir à plus de choses et peut-être fusionner mon style avec la musique. Je ne suis pas du tout cantonné au graffiti. Mais je suis très respectueux des anciens, du style ghetto des gros tagueurs, ça je respecte à fond. J’avoue que si je ne me suis pas mis au tag pour l’instant c’est parce que je n’ai pas les couilles ! Après c’est vrai que je commence les choses à l’envers aussi, ça c’est mon style. J’ai commencé par la couleur et après je finirai par des trucs plus underground, je sais qu’il va falloir que je m’y mette aussi ! Je suis encore en apprentissage, c’est une aventure qui se passe a plusieurs. Le mec tu ne l’as jamais vu, tu vas peindre avec lui et y’a un échange. Et ça, il y’a que dans le graffiti que tu le trouve !

Peux-tu nous raconter une anecdote sur une de tes virées ? C’était à Toulouse, l’une de mes premières sorties avec mon crew (ndlr : PTM). On est allé sur le périph, juste au bord du périph mais quand même un spot assez tranquille. On a entendu des sirènes sur le pont mais on ne s’inquiétait pas trop, on s’ait dit que si ils venaient pour nous

10 ACDR//Art Rural Drum’n’Graff


Pour la première fois, le collectif DMV réunit ses neuf membres pour une exposition exclusive ! Ainsi Dran, Bom.K, Brusk, Sowat, Gris, Jaw, Blo, Kan et Iso investiront la galerie jusque dans ses moindres recoins pour y présenter un florilège de peintures, dessins et installations. Considéré comme l’un des meilleurs groupes d’artistes post-graffiti d’Europe, DMV étonne par son inventivité et sa complémentarité. Connu pour ses peintures murales spectaculaires et monumentales, le collectif DMV aura à cœur de marquer les esprits dans un tout autre registre : une exposition réussissant à affirmer l’unité du groupe tout en laissant les individualités s’exprimer. Des éditions limitées de digiprints, sérigraphies et objets multiples seront également proposées. Sans oublier une série d’événements spéciaux à ne pas manquer. On notera évidemment le retour de Dran à GHP après son succès à Londres en décembre dernier où il était l’invité d’honneur du « street art show » orchestré par le célèbre artiste britannique Banksy.

12 ACDR//Expo Da Mental Vaporz


ACDR//Expo Da Mental Vaporz 13


Le Crew DMV est né en 1999 à l’initiative de Bom.k et Iso en banlieue parisienne.Très vite rejoints par Kan, ils se démarquent en réalisant d’immenses fresques dans les terrains sordides de la banlieue sud, faisant la part belle à des thèmes étrangers à la tradition du graffiti (jusque là cantonnée au sacro-saint lettrage / personnage de comics bubbles). Ainsi, leurs productions, pouvant s’étaler sur des dizaines de mètres de haut et de long, mettent en scène le monstrueux, la folie, le capitonnage et la fin des temps imminente. Avec les années 2000, Jaw, de Cavaillon, rejoint le collectif pour le gracier de ses personnages contorsionnés et lettrages délirants. Il est suivi du lyonnais Brusk, maître des vandal «mention 3D», qui introduira Dran et sa touche de cynisme enfantin dans le collectif. Pour renforcer l’équipe, Gris (a.k.a. Lime) répond à l’appel avec sa maitrise des codes du graffiti old school et sa pointe de folie vectorielle. Enfin, en 2008 Sowat réussit, à coups de flops idiots et de calligraphies barbares, à convaincre les DMV de le laisser en être... et discrètement, pour noircir un peu le tableau, il ramènera dans ses valises Blo et ses poupées à frange disloquées.


Ce collectif est à géométrie variable, certains projets étant réalisés par une partie de l’équipe seulement, mais tous les membres seront réunis pour l’expo-évènement à GHP. DMV fait penser à ces ligues de super-héros où chaque membres à déjà prouvé sa valeur sur la scène mondiale et où chacun met son talent et sa spécificité au service d’une noble cause. Les DMV ont pour mission de recouvrir de leurs allégories tous les murs qui se trouveront sur leur chemin et nul doute qu’aucun « super-méchants » ne les en empêchera ! GHP deviendra donc la base secrète du collectif, du 28 mai au 31 juillet 2011, qui aura carte blanche et mettra le paquet avec, chaque semaine, la sortie d’une sérigraphie exclusive, des séances de dédicaces des ouvrages de Dran et de Bom.K et un jeu concours où le public sera invité à compléter une série de neuf dessins (1 par membres du collectif) dont les gagnants seront sélectionnés par les artistes eux-même. GHP se demande si le mois d’août suffira à remettre les choses en ordre, le seul moyen de le savoir est encore de se rendre sur place… Kuma


P sykick Lyrikah

que la véritable inspiration, c’est vraiment la vie de tous les jours. Que s’est-il passé pendant ces 3 ans qui ont séparé les sortis de « Vu d’ici » et « Acte » en 2008 et « Derrière moi » sorti le 6 avril de cette année ?! Tellement de choses que j’ai du mal à me dire qu’il s’est écoulé autant de temps entre «Vu d’ici» et «Derrière moi» ! J’ai tourné avec le spectacle Richard III, j’ai fait des featurings à droite et à gauche, j’ai fait l’album «Les courants forts» avec Iris, j’ai composé ce nouvel album, j’ai eu un enfant. Et je suis sûr que j’en oublie...

Depuis « Acte » en 2008, cela faisait 3 ans que les Psykick nous avaient pas gratifié d’une sombre galette. C’est maintenant chose faite. Et de qu’elle manière ! Sauf que cette fois-ci c’est Arm qui s’y colle en solo, récit…

Il est difficile de décrire les choses qui viennent instinctivement, mais ton travail d’auteur et de compositeur est vraiment singulier, dirais-tu que ce dernier projet est le plus aboutit ?! Pourquoi ?! J’ai en tout cas l’impression que c’est le plus personnel, c’est celui qui me définit le plus, j’ai continué à creuser ce que j’écris depuis plusieurs années, en essayant d’être un peu moins obscur que d’habitude, et musicalement j’ai essayé de m’éloigner de certaines couleurs qui faisaient les disques précédents, pour me mettre un peu en danger, et aller exactement là où j’avais envie.

Tout d’abord peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?! Je suis rappeur et compositeur au sein de Psykick Lyrikah, qui est devenu au fur et à mesure des années et des albums «J’ai tout fait moi-même. Ca me permettait aussi un projet de me plonger totalement des les morceaux sans être quasi -solo. influencé par des avis extérieurs.» J’ai trente Mise à part 2 morceaux « Grandes means et je suis de Rennes. sures »(en feat avec Iris) et « Jusqu’à . là » (co-composé avec Tepr) ainsi que Quel est ton approche de la musique ?! le mixage où tu as fait appel à Reptile Je ne sais pas, j’aime la musique dans toute sa ( ingé son pour Casey, Assassin…). Tu as diversité, donc j’essaie juste de prendre du plaiconçu ce projet de A à Z, y a-t-il une sir à écrire des chansons, partager des émotions. raison particulière à ça?! Si oui peux-tu J’essaie de ne rien intellectualiser, parce que ce expliquer ta démarche ?! qui est important, c’est juste de faire. La démarche est d’abord financière, j’ai fait mixer et masteriser l’album dans des beaux D’où vient ton inspiration? studios, mais pour la composition et les prises J’écoute beaucoup de disques, donc en ce mode voix, il fallait aller au plus simple, donc j’ai ment je te dirais que c’est plutôt ça l’inspiration, acheté un peu de matos et j’ai tout fait en plus de ma vie de tous les jours bien-sûr. Je n’ai pas le temps de regarder beaucoup de films en ce moment, mais si certains m’ont inspirés par le passé, c’est plus dans des notions esthétiques que pour des thématiques. Mais je crois

16 ACDR//Interview Psykick lyrikah


moi-même. Ca me permettait aussi de me plonger totalement des les morceaux sans être influencé par des avis extérieurs. C’est une fois que j’ai tout fait que j’ai commencé à filer des maquettes aux gens autour de moi.

ne sont pas les meilleures conditions pour parler calmement des choses. Avec Hamé, pareil, on a déjà discuté ensemble de faire un titre, mais on ne se voit que très peu, donc bon…Nos projets respectifs nous prennent déjà beaucoup de temps!

Peut-on voir ce projet comme une personnification de ton état d’esprit de ces derniers temps ainsi que d’une envie de retourner à une conception résolument Hip Hop?! Faire du rap, oui. J’aime le rap, en écouter et en faire. Ce n’est pas pour autant que je n’aime pas plein d’autres styles de musiques, j’écoute de tout, et j’ai du respect pour les artistes qui prennent des risques et qui vont au bout de leur démarche, quitte à être taxés de radicaux. Pour l’état d’esprit, le disque est clairement le bilan des ces dernières années. C’est aussi pour ça que je l’ai intitulé «Derrière Moi», j’estime que je laisse des choses derrière moi, vers lesquelles je ne me retournerai pas.

Ton top 5 des livres : Melmoth-Charles Maturin, 1984-Orwell, La route-Mc Carthy, N’importe quel-Philip K Dick Dostoïevski et Gogol. Ton top 5 CD : Lhasa-n’importe lequel, Elliott Smith-Either Or Miles Davis-Kind of Blue. Et en rap, il y a trop de choses, Nas «illmatic», Snoop «Doggystyle», le premier Wu-Tang, le premier Crime Mob, les Three 6 Mafia, Lunatic etc... Ton top 5 films : Paris Texas Les sept Samouraïs La ligne Rouge Boyz In the Hood Les Kubrick, Estwood, Scorsese, etc

«Dans 10 ans, j’écouterai toujours mes mêmes vieux trucs et je serai complètement largué !» Depuis le début de l’aventure Psykick, j’ai trouvé chacun de vos projets et démarches super personnels, instinctives et matures. Je ne pense pas me tromper si je dis qu’il ne vous ai jamais passé par la tête de monter à la capitale pour vous faire connaitre ou chercher des collabs… Peux-tu m’en dire plus? Notamment, ton avis sur la centralisation du rap?! On est dans un réseau bien underground, on ne connaît pas les gens de l’industrie du disque et de toute manière on ne les intéresserait pas, donc si c’est juste faire du rap à Paris entouré de quinze mille autres groupes de rap, je ne vois pas l’intérêt. Surtout qu’aujourd’hui avec internet, ces codes-là sont en train de bouger. Ton style est assez proche de celui de Casey, Zone Libre où même La Rumeur. Une collaboration avec l’un de ces artistes ne t’a jamais motivé?! J’avais invité Casey sur «Derrière Moi», mais on n’a pas réussi à se choper. On se croise souvent mais jamais hors du speed des concerts, donc ce

Quel est ton avis sur le rap d’aujourd’hui? Comment le vois-tu dans 10 ans ?! Du bon et du mauvais, comme tous les genres musicaux ! Des trucs bons dans le mainstream, des trucs mauvais dans l’underground, ce n’est pas un jugement par rapport à ça. Il y a des trucs plutôt bien qui se passent aujourd’hui je trouve. Je n’aime pas Kanye West mais bon, son ouverture musicale reste intéressante, Yelawof, OddFuture, tous ces trucs sont atypiques et ça fait plaisir à entendre. Dans 10 ans, j’écouterai toujours mes mêmes vieux trucs et je serai complètement largué ! Comment t’informes-tu de l’actu rap?! Surtout par des potes, parce que je suis pas trop les blogs spécialisés.. Propos receuillis par Green

ACDR//Interview Psykick Lyrikah 17


F aycal

Tout d’abord peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?! Fayçal, 27 ans de Bordeaux. J’ai commencé à écrire en 95 et rapper en 98. J’ai sorti deux albums «Murmures d’un silence» en 2006 et le dernier en date «Secrets de l’oubli» en 2009.

Pour ces deux albums VII et 2FCH sont les architectes musicaux. La technique est souvent la même. Je récupère beaucoup d’instrus. je selectionne, et j’imagine le thème. Parfois j’ai changé de son au dernier moment, parfois j’ai rappé un texte écrit sur un autre son, sur une instru ou j’avais déjà imaginé une autre chose. Bref, en règle générale je préfère avoir les sons avants et écrire ensuite. Parmi les MC que tu as invité, beaucoup sont de Bordeaux, pour toi pas besoin ni envie de monter sur panam pour faire des collabs. Il y a assez de talent près de chez toi, tu peux nous en dire plus ?! Peut être par la suite, monter sur Panam pourquoi pas mais je reste persuadé qu’il faut d’abord faire ses preuves «à domicile» pour prétendre faire ses preuves «nationalement». L’intégralité des artistes invités sur mes deux albums sont girondins, du 33, tout simplement parce que c’est des gens que j’estime d’abord humainement et artistiquement ensuite, j’espère leur apporter une modeste contribution aussi. Je reste persuadé que la plupart des lions vivent dans la brousse comme dirait Al, même si à Paris et notamment dans le sacro-saint 18ème il y a des putains de tueurs...

Quel est ton approche de la musique ?Un media pour diffuser un message, un défouloir ? Ouai un exutoire, une passion surtout, quel- je reste persuadé qu’il faut d’abord faire ses que chose qui me tient, preuves «à domicile» pour prétendre faire ses trouver des concepts, preuves «nationalement». des chutes, créer des images avec des mots, riLorsqu’on écoute un de tes morceaux, mer et transmettre un avis par la même occasion. il y a une chose qui saute direct aux oreilles : Tes textes sont truffés de fi« Secret de l’oubli » est ton deuxième gures de style et d’un vocabulaire pas et dernier album en date, en quoi est-il franchement communs dans l’univers du différent du premier ?! rap. Où trouves-tu l’inspiration et où Les beats et mon flow sont plus aboutis je trouve. vas-tu chercher ces tournures de phrases Aprés la technique d’écriture est la même il y très littéraires ?! a des morceaux que je préférais sur le premier L’inspiration c’est ma vie de tous les jours! Les (Murmures d’un silence) mais sur l’aspect généfigures de styles, les métaphores c’est des outils ral et l’ambiance «Secrets de l’oubli» est un opus pour renforcer mes thèmes. Je trouve que la maplus affirmé je trouve. nière d’écrire est essentielle dans cet art. J’essaie de garder beaucoup de sous-entendus et de seParlons des prods, VII et 2FCH sont toucond degrés dans mes textes car ça leur donne un jours de la partie … comment se déroule côté intemporel et mystèrieux je trouve. la conception type d’un morceau ?! Tu écoutes une prod qu’ils t’emmènent puis tu écris ou l’inverse ?!

18 ACDR//Interview Faycal


Quel est Le texte qui t’a donné envie de te lancer dans l’écriture ? J’ai commencé par écrire des nouvelles en fin de collège ensuite je me souviens que c’est «Opéra Puccino» qui m’a poussé a rapper et à écrire sur des mesures. Dirais-tu que ce dernier projet est plus personnel que le précédent?! Non pas du tout je pense l’inverse justement. Le premier album était vraiment intérieur, tout en retenu. Le deuxième est plus mature, par forcément impersonnel, mais plus accessible sûrement. Je sais que tu prépare un troisième album, tu aurais quelques infos à ce sujet ?! Des connexions au-delà de mes frontières, un format un peu plus long et de nouveaux producteurs tout en restant dans ma veine... Pas de date dans un an peut être, ou deux ou trois...

J’ai pas d’impératifs, vous serez tenu au courant en tous cas, je le sortirai quand je serai sûr du résultat que je veux et quand je le pourrai aussi, y’a la vie à côté aussi. En ce moment, quel CD tourne dans ta vago ? J’ai un poste USB donc y’a un gros magma de sons et d’instrus! Tes influences ? Mais je te dirais du Mysa, Demi-Portion, la Scred, Hugo, Flynt, Ahmad en français et en ricain Vinnie Paz, Mf Doom, Wu Tang, rien de trés nouveau quoi... Le mot de la fin… Un grand merci à toi Guillaume, à L’ABCDR et à tout ceux qui de prés ou de loin soutiennent ma musique et ma démarche. Propos receuillis par Green

Annonceurs

Devenez remarquable Plus d’information : acdr-lemag@live.fr


En effet, vous ne le savez peut être pas, mais dernièrement ces «Anonymous» sont responsables, ou ont participé, à beaucoup d’évènements qui ont secoué la planète : En 2010 ils ont piraté le site du géant Mastercard pour avoir supprimé les services destiné à Wikileaks. Au même moment et jusqu’à aujourd’hui, le groupe participe à des attaques contre des pays où la censure d’internet est forte, surtout en temps de crise, comme la Tunisie, l’Algérie, l’Egypte, la Libye, le Yémen, le Maroc. Plus récemment, beaucoup de gamers se plaignez de ne plus pouvoir « cutter » ou marquer des buts en ligne. Hé bien c’est le 2 avril que le groupe a annoncé le début d’une attaque contre Sony et le Playstation Network pour avoir mené des actions judiciaires contre des hackers qui étaient parvenus à contourner les protections numériques de la PlayStation 3.

Depuis toujours la course au pouvoir motive bien des gens. Si l’on observe par exemple un débat politique. Nous pouvons rapidement discerner que ce ne sont pas des idées qui s’affrontent ni des philosophies. Le plus souvent les adversaires appartiennent à la même espèce d’homme, celle que le pouvoir passionne plus que tout et qui sont prêts à plus d’un mensonge pour le conquérir ou le conserver… Seulement aujourd’hui, les victimes, le citoyen lambda, de ces mensonges se donnent le droit à la parole. Les forces tendent à s’équilibrer. Pour cela de plus en plus de personnes mettent la main à la patte et chacun à sa manière: appel au boycott, piratage, dénonciation, canular, sabotage… Présentation… « We are The Anonymous ». Ces dernières années, cette phrase a angoissé les plus grandes multinationales du monde et les régimes les plus totalitaires. Ce groupe d’internautes a changé la donne sur la Toile.

Mais qui sont-ils ? Et si je vous disais que vous en connaissez peut être et que tout le monde peu en faire parti, mais difficile de les présenter sans paraphraser alors : « Nous sommes un collectif d’individus rassemblés par des idées. Vous avez sans doute entendu parler d’Anonymous, sans savoir exactement qui nous sommes. Nous sommes vos frères et vos soeurs, vos parents et vos enfants, vos chefs et vos employés. Nous sommes les citoyens impliqués qui se tiennent à vos côtés. Anonymous est partout, et en même temps nulle part. Notre force tient à notre nombre. Notre volonté collective est la volonté combinée des individus. Notre principal avantage tient à la connaissance des fondements que nous partageons en tant qu’êtres humains. Cette connaissance est le fruit de notre anonymat. » Mais comment font-ils pour mener ces actions ?! Vous l’aurez compris, pour cela pas besoin de faire parti d’un groupe armé surentrainé et/ou d’être une machine de guerre. Ils utilisent un logiciel nommé LOIC (Low Orbit Ion Cannon) qui permet aux volontaires de prêter leur ordinateur pour procéder aux attaques. Ce logiciel simule des millions de connexions à la seconde ce qui à pour conséquence de mettre hors-service les serveurs sur lesquels les sites visés sont hébergés.

20 ACDR//Revolution 2.0 : The Anonymous


Ils proposent donc une solution économique : munir les pauvres en filtres permettant de recycler les excréments pour en faire de la nourriture. Ils expliquent qu’un partenariat s’est fait avec McDonald’s et qu’il pourrait être judicieux de construire des pipelines important, des pays riches, la matière première…

Sur le même ton contestataire mais avec un brin de folie en plus, les Yes Men nous régale eux aussi de leurs actions qui ne manquent pas de piquant. Leur credo : dénoncer le libéralisme par la caricature. Jacques Servin et Igor Vamos, plus connus sous les pseudonymes d’Andy Bichlbaum et Mike Bonanno, sont deux activistes du canular à l’international pleins d’idées et de courage. Depuis plus de 10 ans, ils montent, à travers le monde entier, des bobards tellement gros que l’on ne peut que les prendre au sérieux. Exemple en 2007, lors de la plus grosse conférence sur le pétrole du Canada (GO-EXPO), les Yes Men se font passer pour des représentants d’Exxon Mobil. Jacques Servin, alors au micro de la salle, présente le « Vivoleum ». Un nouveau projet visant à se protéger, financièrement parlant, d’une exploitation massive des sables bitumeux d’Alberta qui causerait une catastrophe planétaire. Il rassure l’audience, en expliquant que dans le pire des cas, l’industrie pétrolière pourrait continuer son activité en transformant les milliards de personnes qui meurent en pétrole… Ils proposent ensuite à l’audience d’allumer des bougies fabriquées à partir d’un ancien employé d’Exxon Mobil. Le public écoute avec attention, allume les bougies !!! Autre canular, cette fois-ci les Yes Men se font passer pour des représentants de l’OMC (Organisation Mondiale du commerce). Lors d’une présentation dans une université américaine, ils distribuent des hamburgers puis énoncent la thèse suivante : la famine dans le tiers monde est un problème pour l’OMC car les personnes qui meurent de faim travaillent mal et produisent peu de richesses…

Pour finir, voici un autre groupe d’activiste dont vous avez certainement entendu parler au mois de février, le collectif artistique Voina. Cette joyeuse équipe a peint une immense biroute sur un pont levis, une érection géante régulière mais pas n’ importe où… juste devant le siège du FSB, ex-KGB, à Saint-Pétersbourg. Mais la première surprise est venue lors d’une réunion du jury chargé d’attribuer un prix de l’innovation artistique placé sous le patronage du ministère de la culture de la Fédération de Russie. C’est ce projet du groupe Voina, intitulé « phallus détenu par le FSB », qui a remporté le prix officiel, avec à la clef un chèque de 400 000 roubles (10 000 euros). La seconde surprise est que plusieurs membres du collectif sont en attente d’être jugés pour « hooliganisme » pour avoir renversé des voitures de police à Saint Petersburg lors d’une performance dans les rues de la ville, destinée à dénoncer la corruption des forces de l’ordre. Deux membres du collectif qui étaient détenus ont été libérés sous caution grâce au soutien de l’artiste graffeur… Banksy qui a mis en vente deux de ses œuvres à cet effet… Et vous, qu’attendez-vous pour faire bouger les choses?! Green

ACDR//Revolution 2.0 The Yes men 21


livre

Et si un simple livre pouvait faire s’effondrer ce que l’on croyait être une réalité historique? Bruno Blum, musicien et producteur, spécialiste de la musique jamaïcaine et journaliste légendaire pour le magazine Best, nous livre ici une dissection de la musique pratiqué par King Stitt, U Roy et Dillinger dont le « Cocaïne in my Brain » fut un succès international dès 1976. Deux précurseurs essentiels du rap sont d’ailleurs jamaïcains : Kool Herc en 1973 et Coke Le Rock en 1975. C’est aussi au cours de leurs soirées que le Hip Hop est né avec, parmi le public, des grand noms du genre comme Grandmaster Flash, s’il-vous-plait ! Parmis toutes ces anecdotes, Bruno Blum passera sous silence les Last Poets (groupe new-yorkais formé en 1968 à qui on attribue d’habitude volontiers l’étiquette de « premier groupe de rap de l’histoire ») mais reviendra sur la pratique du rap sur des disques instrumentaux à partir de 1950 en Jamaïque. Bref, malgré une première partie quelque peu lourde de connaissances sur l’histoire de la musique et des religions caribéennes, Doc Reggae (surnom de Bruno Blum) remplit une mission de service publique avec « Le rap est né en Jamaïque », seul témoin de la désinformation du géant américain, qui ne manquera pas de provoquer la polémique. Kuma

22 ACDR//Chronique Livre


Au début du siècle dernier, le tout jeune Leonard Percival Howell (1893-1981) quitte la Jamaïque, se fait marin et parcourt le monde. Sur sa route, il croise toutes les idées qui agitent l’époque. Du bolchevisme à la new thought, de Gandhi à l’anarchisme, du garveyisme à la psychanalyse, il s’agit de trouver sa terre promise. C’est avec le cocktail de ces idées que Leonard “Gong” Howell revient en Jamaïque pour fonder en 1939 la première Commune Rasta, le Pinnacle.

cinema

Pensez donc : en pleine époque coloniale, un Nègre qui défie les puissances impériales et se bâtit un monde à part, indépendant du contrôle policier et du système de l’argent ? Une culture populaire, qui insuffle un contenu marxiste dans le concept biblique de Babylone ? Un mouvement bâti, non pas sur un dogme, mais sur un mode de vie respectueux des individus ? Tout a été fait notamment pour effacer le souvenir de son fondateur, Leonard Percival Howell, dit le « Gong ». Pourtant, c’est à lui que Bob Marley doit son message et jusqu’à son nom, « Tuff Gong ». Hélène Lee, référence mondiale de la culture Rasta, travaille depuis près de 30 ans à exhumer cette histoire.Mais comment faire un film sur un homme dont il n’existe qu’une poignée de photos, dont les écrits ont été systématiquement détruits, dont le souvenir même a été banni, au point que les jeunes Rastas ignorent jusqu’à son nom ? C’est le défi que relève ce documentaire. En recréant la toile de fond de l’époque à partir d’archives cinématographiques, de rapports de police et d’articles de journaux, il nous emmène dans le sillage du baroudeur et nous permet de suivre la formation de sa pensée. La bande-son est signée par Bunny Lee et de jeunes talents de la scène internationale comme les 100 Grammes de Têtes ou encore Groudation. On retrouvera également des lives de Max Roméo, The Abyssinians et des Batteurs de Count Ossie. Les artistes sélectionnés sont à l’image du sujet traité, historique, transcendant ! Kuma

ACDR//Chronique Cinema 23


CD Lex : Perfect Picture

C’est en 2007 qu’est né le crew Kalhex, lors de la rencontre entre Parental, son frére Lex et Le Makizar à la maison du Hip Hop à Paris. Ils se découvrent un univers musical commun. Après un album en tant que MC, voici le premier projet instrumental produit par Lex. «Perfect Picture» n’est pas qu’un clin d’oeil à l’âge d’or du Hip Hop mais tente de s’inscrire dans le prolongement de cette époque. L’album est composé de 14 titres répartis sur un Double Vinyl. Maintenant disponible en Edition Limitée (300 ex).

Odezenne : O.V.N.I.

Deux ans après la sortie de l’excellent « Sans Chantilly » le groupe bordelais revient avec O.V.N.I pour Orchestre Virtuose National Incompétent. 02zen devient Odezenne, nouveau nom ou plutôt nouvelle phonétique, comme pour marquer une nouvelle étape dans l’accomplissement de leur musique. On prend les mêmes et on recommence, pour un style différent sans pour autant changer les principes fondateurs de leur hip hop aux influences jazzy, équipé d’un niveau d’écriture peu commun et saupoudré de poussière de folie. Je le conseil à tout le monde.

La Canaille : Par Temps de Rage

Voici comment commence le premier titre de l’album : « J’ai faim, de sens, de fond, j’ai besoin de lumière de réponses à mes questions. Mon cerveau en péril réclame en vain sa nourriture, la qualité, la finesse et du style pas de la pourriture ». Voici le troisième album du crew de Montreuil, l’un des rares groupes de rap qui a pris conscience qu’il est plus que jamais urgent de continuer le combat face à la machine à broyer les esprits. Dès les premières mesures on sent un rap sincère, sans subterfuge et ancré à la réalité, porté par le chanteur et auteur Marc Nammour.

DVD

Sound of noise L’officier de police Amadeus Warnebring est né dans une illustre famille de musiciens. Ironie du sort, il déteste la musique… Sa vie bascule le jour où un groupe de musiciens déjantés décide d’exécuter une œuvre musicale en utilisant les mouvements de leurs actions comme instrument de musique. Les synphonies se créent lors de braquage de banque et autre prise de risque qu’il vous faudra découvrir ! Le 3 mai en DVD.

24 ACDR//Chroniques


Devenez Acteur Du mouvement La catégorie COURS, sur AUCOINDELARUE-LEBLOG.FR permettra de répondre de deux manières différentes, à une question que beaucoup se posent ou se poseront : Où et comment puis-je apprendre le scratch, le break, le beat making ou le graffiti ? Première réponse : Ici, grâce à ces vidéos d’apprentissage. En collaboration avec DJ Klinch, nous vous proposons des tutorials vidéos. Une approche, parmi tant d’autre, de cette discipline où chaque technique est décortiquée et expliquée. Seconde réponse : Prés de chez vous ! Son but est simple : référencer un maximum de structures ou d’écoles de break, de graffiti ou de deejaying présentent dans toute la france. Bien sûr, vous pouvez apprendre sans ACDR. Le problème est de savoir de quelle façon...


CONCERTS SOIREES & FESTIVALS 4/05 Lyre le Temps à Toulouse, La Dynamo 5/05 Chinese Man à Eysines(33),Le Vigean Grand Master Flash à Toulouse, White Club Redman, Naughty By Nature à Paris,Bataclan Ben Mazue à Châtenay Malabry, Pédiluve 6/05 Chinese Man à St Ave(56),L’Echonova Demi Portion,Swift Guad à Lilliers Milk Coffee & Sugar à Pantin, La Dynamo 7/05 Initiation Graff à Rangueil,Univ. Paul Sabatier Syncopera à Gignac, Plein Air Chinese Man Lyre le Temps à La Rochelle, Esp. Cult. La Rumeur, Demi Portion à Bourges 8/05 CRAZY B, DJ SALIM, DJ SHOGUN et DJ SLICE à Toulouse, la Dynamo 26 ACDR//Agenda

9/05 HEAVY METAL KINGS VINNIE PAZ & ILL BILL à Paris, La Belleviloise 13/05 Dj Fly, Dj Troubl à Toulouse, White Club 14/05 De la Street, La Canaille, Bim Bam Prod à Paris, Grande Halle de la Villette Demi Portion à Marseillan 11/05 Chinese Man à Angoulême, La Nef 12/05 Chinese Man à Rennes, Campus Beaulieu Psykick lyrikah à Paris, La Maroquinerie 13/05 Chinese Man à Rennes, Campus Beaulieu 14/05 Initiation Graff à Rangueil,Univ. Paul Sabatier Chinese Man à Besançon, La Rodia 17/05 Psykick lyrikah à Bourges


CONCERTS SOIREES & FESTIVALS 19/05 Black Milk, Beat Assailant à Paris, Grande Halle de la Villette 20/05 Rakim Tribute to J Dilla à Paris, Grande Halle de la Villette 20/05 Demi Portion, Flynt, Pejmax à Toulouse, L’Aero 22/05 Keny Arkana, Asian Dub Vibration, Patrice, Zone Libre Casey et B James à Toulouse, La Dynamo 26/05 Ligone à Toulouse, La Dynamo 27/05 Vernissage Da Mental Vaporz à Toulouse, Galerie GHP Psykick lyrikah à Toulouse, La Dynamo 29/05 La Rumeur, Demi Portion Sake des zakariens à Arras

Juin 9/06 KKC Orchestra à Castres, Lo Bolegason 10/06 SELAH SUE,CHINESE MAN DUB INC,GROUNDATION, ZONE LIBRE VS CASEY & B JAMES Saint Laurent de Cuves (50) Tiken Jah Fakoly à Angoulême, Grand Chapiteau 24/06 Zone Libre Vs Casey & B.james à Ris Orangis, Le Plan 25/06 Tumi and The Volume à Aulnay Sous Bois, Le Cap Nneka, Chinese Man à Tournefeuille, Le Phare 27/06 Kool & The Gang à Paris, Casino de Paris 28/06 La Rumeur à Paris, La Cigale

ACDR//Agenda 27


Magazine ACDR n°2 Mai/juin 2011  

magazine culture urbaine

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you