Page 1

infos

GAGNANTS DU CONCOURS DE CALENDRIER SAFEPARTNERS Grand merci à tous les enfants qui ont soumis des dessins pour le premier calendrier annuel SafePartners. Tous les dessins seront publiés dans le calendrier et chaque participant au concours en recevra un exemplaire, tout comme les employés de CSL et de V.Ships en mer et à terre.

GAGNANTS Groupe des 5 ans et moins ·· Julien Tremblay, fils de Carl Tremblay, matelot breveté sur le Birchglen Groupe des 6 à 9 ans ·· Serge Mkrtychan, fils de Sergey Mkrtychan, chef mécanicien sur le Atlantic Huron Groupe des 10 à 12 ans ·· Krystel Vlaev, fille de Mariya Vlaeva, service des équipages, V.Ships Canada

NUMÉRO 7 | DÉCEMBRE 2013

UNE RECETTE POUR RÉUSSIR Afin d’améliorer la qualité des services alimentaires à bord des navires de CSL, V.Ships Canada amorçait cet été un projet-pilote auprès d’un important fournisseur canadien. Les premiers résultats sont prometteurs. « Nous obtenons des aliments de meilleure qualité à meilleur prix », indique Kim Collins, chef cuisinière à bord du CSL Spirit, l’un des trois navires qui participent au projet. « Les membres de l’équipage voient une différence dans le goût, surtout le steak et le poulet. La viande est bien plus fraîche. » Kim est responsable des repas pour 31 membres d’équipage. Elle apprécie particulièrement le système de commande et de livraison simplifié du nouveau fournisseur, car il lui facilite la tâche. « Nous recevons nos livraisons deux fois par mois et tout arrive sur des palettes individuelles; c’est donc plus facile à déballer. Les commandes sont toujours exactes et à temps. C’est excellent. » L’amélioration de la qualité des aliments a été l’un des principaux commentaires exprimés aux assemblées SafePartners. Dans sa recherche de nouveau fournisseur, V.Ships voulait également obtenir des prix plus avantageux, ce afin de permettre aux responsables des cuisines d’améliorer aussi leur pouvoir d’achat. « C’est comme l’épicerie à la maison; quand on achète en vrac, cela coûte moins cher, ajoute Kim. Les aliments sont meilleurs et coûtent moins cher. L’entreprise va sauver de l’argent et le personnel va être plus heureux. » Le Spirit a déjà réduit son budget alimentaire mensuel de plus de moitié grâce au nouveau système. On prévoit des résultats semblables pour les deux autres navires participants, le Mapleglen et le CSL Tadoussac. Bien que les prix et la qualité soient les deux grands objectifs, la sécurité alimentaire est également capitale, selon le chef Denis Bettinger de V.Catering, engagé pour instaurer et gérer le projet. « Avec ce nouveau fournisseur, nous pouvons retracer la viande jusqu’à la vache elle-même. En cas de problème, nous sommes immédiatement prévenus afin d’alerter le personnel de cuisine de retirer le produit des tablettes, explique-t-il. De plus, tous nos produits sont livrés dans des camions comportant à trois zones de température, soit produits surgelés, réfrigérés et secs, ce qui est essentiel à la sécurité alimentaire. » En 33 ans de carrière, M. Bettinger a été chef de cuisine pour d’importantes chaînes d’hôtels et de croisières. « L’important pour le personnel de cuisine est de limiter les commandes à deux par mois, de vérifier les stocks et de travailler avec moi. Le contrôle des stocks et des pertes est la clé du succès. Nos cuisiniers doivent être de bons gestionnaires et faire une utilisation intelligente des produits à leur disposition. » Le projet se poursuivra jusqu’à la fin de la saison de navigation 2013 et sera évalué durant la période d’hivernage en vue d’un déploiement général. L’un des objectifs sera de concentrer les livraisons dans les grands ports afin que les produits puissent être chargés durant les opérations de chargement et de déchargement, et à éviter les aires de transit, telles que les écluses de la Voie maritime, où l’on a peu de temps pour charger. M. Bettinger prépare en outre un cours de gestion de cuisine que le personnel pourra suivre au cours de l’hiver.


SAFEPARTNERS INFOS

SÉCURITÉ HIVERNALE : ·· Habillez-vous en fonction de la température annoncée la plus basse. Mettez plusieurs couches afin de pouvoir en enlever si vous avez trop chaud. ·· Lorsque le mercure tombe sous zéro, ne laissez pas de peau exposée (visage, mains, cou, etc.) et portez des lunettes pour protéger la peau autour des yeux. ·· Portez des sous-vêtements longs faits d’une matière qui repousse la transpiration. ·· Lorsque c’est possible, portez des mitaines au lieu de gants. ·· Conservez votre chaleur. Les doigts et les orteils sont plus susceptibles aux engelures car ils sont plus loin du tronc. ·· Portez des bottes à l’épreuve de l’eau. Ayez des chaussettes de rechange avec vous afin de pouvoir en changer ou en enfiler une paire supplémentaire. ·· Prenez des pauses fréquentes dans des endroits chauds et secs. ·· Buvez des boissons chaudes et sucrées sans caféine ni alcool.

NUMÉRO 7 | DÉCEMBRE 2013

Signaler un problème lié à la sécurité Le maintien d’un cadre de travail sain et sûr à bord d’un navire exige un partenariat entre les équipages et tous les paliers de direction, qu’il s’agisse du capitaine, du mécanicien en chef ou du président de l’entreprise. Une communication efficace et ouverte est la pierre d’assise de notre programme de sécurité. Nous encourageons fortement tous les employés à recourir aux mécanismes ci-dessous pour faire connaître leurs préoccupations touchant des conditions de travail non sécuritaires, des manifestations de violence, du vol, du vandalisme et d’autres problèmes. Les préoccupations entourant les questions mentionnées dans les conventions collectives doivent être signalées au représentant syndical concerné. EN PREMIER LIEU – Chaîne de commandement et/ou représentants à bord en matière de sécurité À bord des navires de CSL, il incombe aux officiers supérieurs et aux représentants en matière de sécurité de donner suite aux problèmes soulevés et de prendre les mesures appropriées. EN DEUXIÈME LIEU – Comité SafePartners Les membres du Comité examineront tous les enjeux portés à leur attention et donneront suite de manière opportune aux enjeux soulevés. On peut joindre le Comité SafePartners par courriel à l’adresse SafePartners@vships.com. OU - EthicsPoint Si vous privilégiez la confidentialité ou l’anonymat ou si vous avez l’impression que les mécanismes de signa­ lement mentionnés ci-dessus ont failli à la tâche ou ne sont pas appropriés, EthicsPoint peut vous assurer un mécanisme de signalement de rechange. Tous les rapports présentés par le truchement d’EthicsPoint sont traités confidentiellement, font l’objet d’une enquête et sont résolus de manière appropriée. On peut les soumettre de deux manières : par téléphone, sans frais au Canada, au 1-866-384-4277 ou en ligne au cslships.com/ethicspoint

Prix de sécurité SafePartners Le prix de sécurité des navires CSL, qui reposait sur plusieurs critères de sécurité et qui était attribué annuellement à l’occasion de la Conférence d’hiver de la flotte, a été aboli pour être remplacé par le « Prix de sécurité SafePartners ». Ce prix sera désormais attribué à des navires en fonction du nombre de jours qu’ils auront accumulés sans incident avec perte de temps :

·· Mangez des aliments chauds et riches afin d’encourager votre organisme à brûler des calories.

OR = 1095 jours ARGENT = 730 jours Bronze = 365 jours

·· Limitez le travail extérieur à la partie la plus chaude de la journée et ne travaillez pas seul.

C’est avec fierté que nous remettons le prix aux navires suivants : ARGENT

Birchglen Bronze

Cedarglen et Pineglen Nos félicitations aux navires gagnants. Maintenez vos bonnes pratiques de sécurité !

Birchglen - Pierre Raymond, capitaine; Mikola Timoshkin, chef mécanicien; Carl Tremblay, matelot de 3e classe; Bernard Crepeau, 3e lieutenant (en plus); Trevor Carter, 3e lieutenant

Vêtements d’hiver

Cedarglen - Tony Fernandez, 2e lieutenant; Val Davlekamov, chef mécanicien; Randy Smith, capitaine; Kirk Jones, vice-président, Développement durable, affaires industrielles et gouvernementales

Pineglen - Stephen Zawacki, capitaine; Normand Lemay, 2e mécanicien; Coral Milne; Claude Dumais; Jim Mann, 3e lieutenant; Andrzej Mazur, chef cuisinier; Fabian LeFrense, matelot de 3e classe; Philippe Emond, élève-officier (navigation); Alvin Albarracin, matelot de 3e classe

2


SAFEPARTNERS INFOS

NUMÉRO 7 | DÉCEMBRE 2013

SAFEPARTNERS À BORD DU Rt. Hon. Paul J. Martin Ron Taylor, capitaine « La période la moins dangereuse pour l’équipage à bord de notre navire est lorsque nous sommes au quai en train de décharger. Chacun connaît son travail et sait comment utiliser le matériel en toute sécurité. Ce à quoi il faut faire particulièrement attention, c’est de s’assurer que quelqu’un ne sorte pas sur le pont pour accomplir une tâche rapide en pensant qu’il n’a pas besoin de son casque, ou n’emprunte pas les escaliers sans se tenir à la main courante. C’est là où la plupart des accidents risquent de se produire. » Mohan Menezes, chef mécanicien « La quantité d’efforts déployés par CSL-V.Ships pour transformer la culture de sécurité à bord parle d’elle-même. Le message est en train de faire son chemin au sein de l’équipage et commence à donner des résultats. » « Mon fils Eric étudie en génie maritime au Georgian College, et il est récemment monté à bord pour son voyage d’orientation. Ce qui l’a le plus impressionné, c’est le niveau de sécurité et le fait que chacun a insisté sur la culture de sécurité à bord, du premier capitaine (Jim Perkins en relève) au lieutenant Olivier Sauvageau, en passant par le matelot breveté, le manœuvre de tunnel en chef et l’aide mécanicien. Il est intéressant de constater que pour un jeune qui ne connaissait pas cet environnement, c’est le niveau de sécurité qui a le plus attiré son attention. Impressionnant. » Peter Leonard, matelot breveté (représentant SSTMM) « SafePartners est un programme formidable. Chacun prend le temps de s’assurer qu’il travaille de façon sécuritaire et garde un œil sur ses collègues pour voir à que ceux-ci travaillent également en toute sécurité. Nous voulons tous retrouver nos familles sains et saufs lorsque nous quittons le navire. » « Nous avons nos discussions « boîte à outils » au début de chaque projet de travail, nous évaluons les risques, nous veillons à porter notre matériel de protection personnel, nous respectons toutes les marches à suivre de sécurité et, de façon générale, nous nous assurons d’être tous sur la même longueur d’onde avant de commencer à travailler. L’idée est de mettre toutes les chances de son côté, car en faisant cela, on réduit les risques de beaucoup. » « SafePartners rend notre milieu de vie à bord plus confortable. Nous avons des télés plus grandes, des appareils d’exercice et des fauteuils plus confortables dans les salles de repos. C’est notre chez-nous pendant huit mois et demi de l’année, donc il est important que nous jouissions de certains conforts lorsque nous ne sommes pas en train de travailler. » Corwin Thorne, matelot de 3e classe « L’une des meilleures améliorations pour moi est l’accès Internet sans fil et le téléphone satellite que SafePartners a mis en place pour l’équipage. Le téléphone fait une grande différence car il nous permet de rester en contact avec nos familles, surtout aux États-Unis où l’on n’a souvent pas de service cellulaire. Tous les membres de la flotte sont heureux de cette marque de respect envers l’équipage. Lorsqu’on peut parler à quelqu’un à la maison, cela aide à éliminer le stress de la journée. C’est comme avoir un peu de chez-soi à bord. »

ENGELURES ET HYPOTHERMIE Il faut savoir reconnaître les signes d’engelure et d’hypothermie. Lorsqu’on travaille, on dépense son énergie lentement et on risque de ne pas remarquer les symptômes; c’est pourquoi il est bon de garder l’œil sur ses collègues. Symptômes d’engelures ·· Perte de sensation dans les extrémités ·· Peau rouge qui tourne au jaune grisâtre ou au blanc ·· Peau froide au toucher Traitement des engelures ·· Emmenez la personne à l’abri du froid. Retirez tout vêtement gênant la circulation. S’il n’y a pas de danger que la partie touchée (mains, pieds) soit à nouveau exposée au froid, submergez-la dans de l’eau tiède (105 °F) de 25 à 40 minutes. Gardez ensuite la partie au chaud et au sec et obtenez de l’aide médicale. Symptômes d’hypothermie ·· Température du corps qui baisse au-dessous de 95 °F ·· Difficultés d’élocution, perte de mémoire, frissons incontrôlables, démarche titubante Traitement de l’hypothermie ·· Emmenez la personne à l’abri du froid. Remplacez ses vêtements froids par des vêtements chauds. Enveloppez-la dans des couvertures pour réchauffer le tronc. Offrez-lui des boissons chaudes et sucrées sans caféine ni alcool. Ne frottez jamais les membres, car ceci enverra le sang froid au cœur, ce qui pourrait entraîner une insuffisance cardiaque. Il est tout à fait possible de travailler sans danger l’hiver, à condition de prendre les bonnes précautions.

Bill Parks, manœuvre de tunnel en chef « SafePartners améliore notre qualité de vie à bord. Le matériel de sécurité est bon, tout comme les salopettes légères que nous utilisons dans le tunnel lorsqu’il fait chaud, les lunettes de sécurité à verres correcteurs et le nouveau casque, qui est idéal pour le déchargement car les écouteurs s’ajustent bien. »

3


SAFEPARTNERS INFOS

NE NOUS OUBLIEZ PAS CET HIVER Durant l’hivernage, pendant que vous êtes chez vous bien au chaud au coin du feu, ne manquez pas de nous écrire pour nous dire ce que vous aimeriez lire dans les bulletins de la saison prochaine. N’oubliez pas que SafePartners est un programme de « sécurité des équipages par les équipages ». Nous avons donc besoin de votre contribution. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos idées, articles, conseils de sécurité et photos. Notre adresse courriel est : SafePartners@vships.com Notre adresse postale est : 1100, chemin South Service Bureau 420 Stoney Creek (Ontario) L8E 0C5

NUMÉRO 7 | DÉCEMBRE 2013

UNE INFRASTRUCTURE DE RÉSEAU POUR LES NAVIRES CSL Au cours de la dernière période d’hivernage et durant la saison de navigation 2013, le service d’informatique de CSL a mis en œuvre une nouvelle infrastructure de réseau faisant appel à la dernière génération de serveurs et d’ordinateurs de bureau HP, lesquels ont été installés à bord de tous les navires canadiens. Cette nouvelle infrastructure est conçue pour gérer efficacement les applications de travail et réduire les points de défaillance. Les systèmes mis à niveau et le matériel de réseautage rehaussent la performance, améliorent la sauvegarde des données et Point d’accès Internet sans fil des applications, et permettent de rebâtir un ordinateur plus rapidement. Actuellement, chaque navire est muni d’un serveur, de sept ordinateurs de bureau pour le travail, ainsi que de trois ordis « client léger » que l’équipage peut utiliser pour suivre la formation T3 en ligne ou fureter sur Internet. En plus de ces nouveaux systèmes, le service d’informatique de CSL a étendu l’accès Internet sans fil en installant plusieurs points d’accès sans fil Cisco à bord de chaque navire. Cette solution permet à l’équipage et aux invités d’avoir un accès sans fil dans leurs cabines pour tous leurs appareils personnels. En raison des frais d’itinérance élevés au Canada, on pensait au départ offrir uniquement la couverture cellulaire au Canada. Toutefois, comme la direction avait pour mandat d’offrir également le service cellulaire aux États-Unis à bord, le service d’informatique a mis en place une infrastructure sans fil suffisamment sophistiquée pour permettre la détection du signal cellulaire local (canadien ou américain). En date de novembre 2013, nous avions ajouté la couverture américaine à bord du English River, du Baie St. Paul et du CSL Niagara. Nous continuerons à étendre cette couverture aux autres navires au cours du reste de la saison de navigation ainsi que durant la période d’hivernage 2014. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et suggestions à helpdesk@cslmtl.com ou au 514-982-3831..

FORMATION HELM

Ne laissez pas cette occasion vous échapper! Faites parvenir vos commentaires et suggestions à SafePartners dès aujourd’hui.

Contactez-nous www.SafePartners.ca

LIGNE D’ÉCOUTE ETHICSPOINT 866-384-4277 www.cslships.com/ethicspoint

Le suivi de la formation HELM a débuté en mai 2013; jusqu’à présent le capitaine Andrew Ferris et le chef Brian Pyke ont visité 15 navires. Ils disent avoir été chaleureusement accueillis à bord de chaque navire. Certains navires comptaient un ou deux officiers supérieurs qui avaient déjà suivi la formation HELM, et ceux-ci ont mentionné à plusieurs reprises qu’il s’agit d’un exercice qui pourrait être bénéfique pour tout le personnel du navire, et même pour les employés de bureau qui ont régulièrement affaire aux navires ou aux clients. Le capitaine Ferris et le chef Pyke relatent que les techniques de communication améliorées (NITI et Red Zone) ont été appréciées de tous les participants, de même que les guides de simplification du processus décisionnel (DODAR). Tous les participants n’ont pas encore eu l’occasion d’enseigner ou de transmettre ce qu’ils ont appris à leurs collègues depuis leur retour au navire, car on ne dispose pas de beaucoup de temps supplémentaire dans une journée de travail normale, mais les choses progressent bien. De plus, plusieurs membres de l’équipage qui n’ont pas assisté à la formation ont exprimé le désir de participer au prochain cours cet hiver. Andrew Ferris

Brian Pyke

Le guide du cours HELM ayant désormais été distribué aux navires, tous les membres de l’équipage pourront se familiariser avec l’information avant d’assister au cours. Human

Diagnostic

Nature

Element &

Options et conséquences

Intention

Leadership

Décider – la sécurité d’abord

Temps

Management

Agir

Instructions particulières

(Gestion du leadership et de l’élément humain)

Réexaminer

4

Safepartners newsletter dec2013 fr  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you