Issuu on Google+

Memoire de stage


Memoire de stage

Remerciements, Je tiens tout d’abord à remercier Madame Richard, responsable du bureau d’études LUN, d’avoir accepté de me recevoir dans sa structure pendant six semaines. Merci à elle pour sa disponibilité, sa confiance, son regard critique et constructif de professionnelle compétente. De même, merci à Monsieur Le Normand, responsable de Maroco Paysages de m’avoir permis de travailler durant sept semaines dans son bureau de paysage situé au Maroc. Au delà de l’expérience professionnelle, c’est une expérience humaine qui s’est opérée. Cette période de stage a été propice à l’émerveillement et la découverte d’un pays aux mille et une nuit, avec une culture fascinante. Merci. Puis, je suis également très reconnaissant du rôle que Véronique Le Normand a eu pendant ce séjour. Ce voyage n’aurait surement pas été le même sans cette personne exceptionnelle : elle m’a permis au même titre que son mari de repartir avec des rêves pleins la tête. Je tiens ensuite à remercier Kévin Gétain, salarié de l’entreprise Maroco Paysages, pour l’accueil chaleureux qu’il m’a réservé, ainsi que pour tout ce qu’on a pu partager sur place. Enfin, ce stage au Maroc a été l’occasion également pour moi de faire une très belle rencontre, celle d’Adrien Van Crombrugghe, étudiant à l’école Gembloux en Belgique. Je tenais ici à le remercier, car sans doute que ce voyage au Maroc aurait été très différent sans lui. Merci à tous,

Kev


Memoire de stage

Kévin Lelièvre Licence Professionnelle Aménagements du Paysage option “Infographie” 2010/2011


7

Structure & Co

11

landscape.U.need

12

Présentation

12

Historique Marché

12 13

Organisation

14

Moyens humains Moyens matériels Marketting

14 15 15

Santé et évolution

16

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

16 17

Maroco Paysages

18

Présentation

18

Historique Marché

18 20

Organisation

22

Moyens humains Moyens matériels Marketting

22 23 23

Santé et évolution

24

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

24 25

Carnet de voyage

Introduction


Sommaire

Missions menees

27

landscape.U.need

28

École Jean de la Fontaine : Nouveau Regard

28

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

28 29 29 30 32

Maroco Paysages

34

Dar Souleïmane : Premier domaine de résidences à Taroudant

34

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

34 35 35 36 38

Bilan personnel

41

Déjà 3 années passées à étudier le paysage... 42 BTSA AP : 2 années après le bac Licence Pro : une année supplémentaire Des projets pleins la tête...

Kev

42 44 45

Conclusion

49

Carnet de bord

53

Annexes

59


Introduction

7

Structure & Co

11

landscape.U.need

12

Présentation

12

Historique Marché

12 13

Organisation

14

Moyens humains Moyens matériels Marketting

14 15 15

Santé et évolution

16

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

16 17

Maroco Paysages

18

Présentation

18

Historique Marché

18 20

Organisation

22

Moyens humains Moyens matériels Marketting

22 23 23

Santé et évolution

24

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

24 25


Sommaire

Missions menees

27

landscape.U.need

28

École Jean de la Fontaine : Nouveau Regard

28

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

28 29 29 30 32

Maroco Paysages

34

Dar Souleïmane : Premier domaine de résidences à Taroudant

34

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

34 35 35 36 38

Bilan personnel

41

Déjà 3 années passées à étudier le paysage... 42 BTSA AP : 2 années après le bac Licence Pro : une année supplémentaire Des projets pleins la tête...

Kev

42 44 45

Conclusion

49

Carnet de bord

53

Annexes

59


Introduction

7

Structure & Co

11

landscape.U.need

12

Présentation

12

Historique Marché

12 13

Organisation

14

Moyens humains Moyens matériels Marketting

14 15 15

Santé et évolution

16

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

16 17

Maroco Paysages

18

Présentation

18

Historique Marché

18 20

Organisation

22

Moyens humains Moyens matériels Marketting

22 23 23

Santé et évolution

24

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

24 25


Sommaire

Missions menees

27

landscape.U.need

28

École Jean de la Fontaine : Nouveau Regard

28

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

28 29 29 30 32

Maroco Paysages

34

Dar Souleïmane : Premier domaine de résidences à Taroudant

34

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

34 35 35 36 38

Bilan personnel

41

Déjà 3 années passées à étudier le paysage... 42 BTSA AP : 2 années après le bac Licence Pro : une année supplémentaire Des projets pleins la tête...

Kev

42 44 45

Conclusion

49

Carnet de bord

53

Annexes

59


Introduction

7

Structure & Co

11

landscape.U.need

12

Présentation

12

Historique Marché

12 13

Organisation

14

Moyens humains Moyens matériels Marketting

14 15 15

Santé et évolution

16

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

16 17

Maroco Paysages

18

Présentation

18

Historique Marché

18 20

Organisation

22

Moyens humains Moyens matériels Marketting

22 23 23

Santé et évolution

24

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

24 25


Sommaire

Missions menees

27

landscape.U.need

28

École Jean de la Fontaine : Nouveau Regard

28

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

28 29 29 30 32

Maroco Paysages

34

Dar Souleïmane : Premier domaine de résidences à Taroudant

34

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

34 35 35 36 38

Bilan personnel

41

Déjà 3 années passées à étudier le paysage... 42 BTSA AP : 2 années après le bac Licence Pro : une année supplémentaire Des projets pleins la tête...

Kev

42 44 45

Conclusion

49

Carnet de bord

53

Annexes

59


Introduction

7

Structure & Co

11

landscape.U.need

12

Présentation

12

Historique Marché

12 13

Organisation

14

Moyens humains Moyens matériels Marketting

14 15 15

Santé et évolution

16

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

16 17

Maroco Paysages

18

Présentation

18

Historique Marché

18 20

Organisation

22

Moyens humains Moyens matériels Marketting

22 23 23

Santé et évolution

24

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

24 25


Sommaire

Missions menees

27

landscape.U.need

28

École Jean de la Fontaine : Nouveau Regard

28

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

28 29 29 30 32

Maroco Paysages

34

Dar Souleïmane : Premier domaine de résidences à Taroudant

34

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

34 35 35 36 38

Bilan personnel

41

Déjà 3 années passées à étudier le paysage... 42 BTSA AP : 2 années après le bac Licence Pro : une année supplémentaire Des projets pleins la tête...

Kev

42 44 45

Conclusion

49

Carnet de bord

53

Annexes

59


Introduction

7

Structure & Co

11

landscape.U.need

12

Présentation

12

Historique Marché

12 13

Organisation

14

Moyens humains Moyens matériels Marketting

14 15 15

Santé et évolution

16

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

16 17

Maroco Paysages

18

Présentation

18

Historique Marché

18 20

Organisation

22

Moyens humains Moyens matériels Marketting

22 23 23

Santé et évolution

24

Quelques chiffres Perspectives d’avenir

24 25


Sommaire

Missions menees

27

landscape.U.need

28

École Jean de la Fontaine : Nouveau Regard

28

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

28 29 29 30 32

Maroco Paysages

34

Dar Souleïmane : Premier domaine de résidences à Taroudant

34

Commande Programme Calendrier Déroulement du projet Analyse critique

34 35 35 36 38

Bilan personnel

41

Déjà 3 années passées à étudier le paysage... 42 BTSA AP : 2 années après le bac Licence Pro : une année supplémentaire Des projets pleins la tête...

Kev

42 44 45

Conclusion

49

Carnet de bord

53

Annexes

59


Introduction


Introduction De très jolies rencontres humaines sont nées. La découverte totale d’une culture jusqu’alors inconnue. Quelques compétences qui se sont renforcées. Des automatismes se sont mis en place. Des projets de travail ont vu le jour... Autant de choses qui ont été permise grâce aux treize semaines de stage effectuées dans le cadre de la formation de licence professionnelle aménagement du paysage, option “Infographie” que j’ai suivi en 2010/2011. Elles ont été très riche. Ma première période de stage a eu lieu dans le bureau d’études LUN à Beaucouzé, tout près d’Angers. Puis, l’occasion se présentant, pour la deuxième période j’ai décidé de partir pour sept semaines au Maroc, dans la baie d’Agadir. Pascal Le Normand responsable du bureau Maroco Paysages et Kévin Gétain son salarié m’ont permis cette aventure extraordinaire loin d’Angers. Au delà de l’expérience professionnelle que cette structure a pu m’apporter, c’est aussi une très grande et très bonne expérience humaine qui s’est opérée. La première partie du mémoire s’intitulant “Structures & Co” vous présentera les deux entreprises dans lequel j’ai effectué mes stages. La deuxième évoquera les missions menées au cours de ces treize semaines, une analyse critique du déroulement des projets suivis y sera également faite. Enfin, la troisième partie sera consacrée à une analyse personnelle de mes trois années d’études dans le paysage, et à ce que je prévois de faire dans les années à venir.


Structure & Co


24 landscape.U.need

Présentation Historique Après dix ans d’expériences professionnelles dans le domaine de l’horticulture, et huit années avec un poste à responsabilité dans une entreprise d’espaces verts sur la région angevine, Sophie Richard décide de se reconvertir dans une activité où elle pourrait se mettre à son propre compte. Diplômée de l’ENITHP (École Nationale d’Ingénieurs des Techniques de l’Horticulture et du Paysage) en 1986, elle décide d’intégrer une formation d’ingénieur paysagiste à l’INHP (Institut National d’Horticulture et du Paysage) d’Angers pour deux ans. Cette dernière lui a été permis grâce au congé individuel de formation qu’elle a pu obtenir en déposant un dossier au FAFSEA (Fonds national d’Assurance aux Formations des Salariés des Exploitations et entreprises Agricoles) : fond auquel cotisait l’entreprise dans laquelle elle travaillait. Ainsi elle sort diplômée Ingénieur du paysage en 2006. Tout d’abord elle commence à travailler trois jours par semaine durant deux années comme salariée de l’agence Interscène1 à Paris. Puis en parallèle de ce contrat à temps partiel, elle réalisait des projets de jardins pour particuliers afin de se “ faire la main ”. À l’issue de ces deux ans d’expérience, elle décide de se mettre à son propre compte à 100% de son activité. Ainsi en avril 2007, Sophie Richard décide de créer sa propre agence de paysage : landscape.U.need ou LUN à Beaucouzé, proche d’Angers. Elle fait le choix d’une EURL2 (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) pour sa première société. En effet, ce statut juridique nécessite très peu d’apport financier, et distingue le patrimoine privé de celui de l’entreprise. C’est ce qui plaît à Sophie Richard qui ne veut pas prendre trop de risque.

Agence interscène1 : bureau d’études composé de paysagistes dplg et d’urbaniste basé sur Paris, avec des agences à Marrakech et Giverny EURL2 : Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité limitée est une SARL constituée d’un seul associé. Elle est donc soumise aux même qu’une SARL classique, exception faite, toutefois, des aménagements rendus nécessaires par la présence d’un associé unique


25 Répartition du marché

5% 10%

Cabinets d’architectes Bureaux d’études/Paysagiste Particuliers Marché public

60%

25%

Marché

Grâce au réseau professionnel qu’elle a pu se constituer avec ces vingt années d’expérience, et toujours en collaboration avec l’agence Interscène de Paris, elle réussi à lancer son activité sans trop de difficulté, et obtient des résultats prometteur dès la première année. Elle réussit à se positionner sur des études paysagères grâce au bouche à oreille, mais également en faisant de la prospection : candidatures groupées avec des architectes en réponse à des appels d’offre publics. Sophie Richard réalise des études paysagères, de l’ESQuisse au suivi de chantier. Sa double compétence en horticulture et en paysage lui permet d’intervenir à tous les niveaux d’un projet.

Politique des prix Concernant la politique des prix de l’entreprise, Madame Richard s’est fixé comme objectif 10 à 12% du montant des travaux estimés. Pour l’heure, elle n’a appliqué que des taux de l’ordre de 7 à 8%, afin de mieux se positionner sur certains projets, sans sous-estimer trop à la baisse le travail fourni.

Clientèle Aujourd’hui, voici de quelle manière se fait la répartition de son temps de travail : - elle consacre plus de la moitié de son activité à répondre à la demande de cabinets d’architectes angevins. Ainsi, elle les accompagne dans l’aménagement des espaces verts de projets de construction qu’ils conçoivent. C’est actuellement le cas sur des projets de logement qui vont voir le jour au niveau du plateau de la Mayenne. (60% de son activité) - Elle travail également en co-traitance ou en sous-traitance sur de gros projets paysagers qui nécessite des compétences poussées dans certains domaines, pour des grands cabinets de paysage. C’est ce qui lui a permis de travailler sur le parc du végétal : Terra Botanica à Angers (Interscène), et dernièrement sur la restructuration du Zoo de Vincenne à Paris (Bureau Osty). (25% de son activité) - À côté de ça, elle continue à répondre à la demande de certains projets de particuliers (10% de son activité). - Puis de plus en plus, elle essaie d’obtenir des marchés publics (5% de son activité pour le moment).

Rayon d’action Sophie Richard n’exerce que sur la région Pays de la Loire, et principalement dans le Maine et Loire où est implantée sa société. C’est une région où les espaces verts sont omniprésents et où le secteur de l’aménagement paysager ne connaît que très peu la crise. L’Anjou est le pôle du végétal et de l’environnement par excellence en Europe, ce qui offre de nombreuses possibilités aux paysagistes d’exercer leurs activités.

Concurrence Sur le marché de la co-traitance et de la sous-traitance, Sophie Richard met en avant ses “cartes de spécialités” : négociation des plantes, très grande connaissance de celles-ci et des techniques paysagères, ce qui réduit considérablement la possibilité de concurrence dans ce domaine, à moins de n’avoir eu le même parcours que Madame Richard. Sur le marché de particuliers, Sophie Richard rencontre beaucoup de concurrence avec les entrepreneurs. En effet, faire appel à un paysagiste pour faire une étude paysagère coûte relativement cher. Le plus souvent les particuliers font appel directement aux entrepreneurs qui possèdent au sein de leur structure un bureau d’études qui peut réaliser sur demande des esquisses de base à des prix raisonnables, voire gratuitement si les travaux sont réalisés par l’entreprise elle-même. La région Pays de la Loire compte de nombreuses entreprises de paysage, ce qui laisse peu de place à Sophie Richard sur ce marché. Sur le marché public, et des cabinets d’architectures c’est différent. Les clients exigent le plus souvent une étude paysagère préalable réalisée par un paysagiste avant que les travaux ne soient réalisés. Ils veulent qu’il y ait une plus longue réflexion de conception que les entrepreneurs paysagistes, pour que le résultat soit de qualité et à la hauteur de leurs attentes. Ainsi Madame Richard, réussit de temps en temps à se positionner sur des marchés publics de part son nombre d’année d’expérience. C’est ce qu’elle aimerait développer dans un avenir proche. Bien que la FFP (Fédération Française du Paysage) dénombre une quarantaine de bureaux d’études, Sophie Richard ne constate pas de réelle concurrence avec les bureaux d’études de la région angevine qui ne sont qu’une douzaine : structure plus grande que le bureau d’études LUN. Elle suppose que ses principaux concurrents sont déjà positionnés sur de très gros projets en cours dans la région ou ailleurs en France, et qu’ils ne peuvent ou ne souhaitent pas répondre favorablement à d’autres projets de plus petites tailles. Ce qui donne un avantage à Sophie Richard.


26 landscape.U.need

Organisation Moyens humains Sophie Richard est la seule salariée de l’entreprise. Elle estime pour le moment que celle-ci ne connaît pas une situation assez stable pour pouvoir accueillir un autre salarié en CDI (Contrat à Durée Indéterminée), bien que ce soit l’un de ces objectifs dans l’avenir si elle réussit à rendre pérenne la charge de travail. Pour l’heure elle n’a eu que des embauches en CDD (Contrat à Durée Déterminée) à la mission : une salariée pendant cinq mois en 2008, une autre pendant six mois en 2010. Elle a également recours à des sous-traitants pour le dessin technique ou pour des expertises botaniques (exemple : sur le projet du zoo de Vincennes). De temps en temps elle reçoit également en stage des étudiants d’écoles du paysage sur plusieurs semaines. Si dans l’avenir Sophie Richard réussissait à réaliser son objectif qui est de contractualisé de manière indéterminée un salarié, voici qu’elle en serait le profil recherché : personne polyvalente et autonome avec un peu d’expérience en agence, une fibre artistique et de la rigueur dans le dessin technique. Actuellement Sophie Richard se fixe des objectifs hebdomadaires de réalisation de travaux, objectifs qu’elle peut revoir à tout moment en fonction d’imprévu et d’ordre de priorité qui peuvent se modifier au cours d’une semaine.


27 Prix Licen

ce

l

ie logic étails

D

pes s, cou : plan rface... CAD AUTO es, calcul su he imu uc techniq HOP : reto . OS PHOT ns, croquis.. in vecla ss p e , d e : g a OR T A R T ILLUS plans... de e tation toriel d N : présen SIG IN DE nts, dossiers e docum

AUTOCAD : 1400 + 400€ € /an pour mises à les jo ligatoire) ur (non ob-

Moyens matériels

Voici un inventaire du matériel informatique servant à la production et la logistique du bureau d’études : - Ordinateur portable Dell Precision M6300 achat en 2009 - Ordinateur fixe Dell Studio XPS achat en 2010 - Imprimante EPSON STYLUS PHOTO 1400 achat en 2008 - Imprimante EPSON STYLUS 6600CX achat en 2007

Actuellement ces deux ordinateurs et ces deux imprimantes suffisent au fonctionnement du bureau d’études. La durée estimée d’amortissement pour le matériel informatique est de trois ans. Ainsi, Madame Richard prévois de remplacer dans quelques mois son ordinateur portable par un autre modèle. Concernant les imprimantes dont la durée d’armotissement est arrivée à terme, il n’est pas prévu dans les dépenses de l’entreprise de remplacer celles-ci. En effet, elles ne servent qu’à imprimer des documents “brouillons” de travail. Pour tout ce qui est d’impression définitive elle fait appel à des imprimeurs extérieurs pour l’impression de plans sur de grands formats, ou pour des dossiers où la qualité d’impression doit être à la hauteur du projet rendu. Le matériel informatique est utilisé de la manière suivante : le poste informatique fixe sert aux stagiaires, et aux CDD. Le poste informatique portable est réservé à Sophie Richard qui l’utilise au bureau, et depuis chez elle où ça lui arrive de travailler le week-end pour l’agence. Pour ce qui est de la gestion du matériel informatique, c’est le fils de Madame Richard, étudiant en dernière année d’ingénieur informaticien qui s’en charge, ce qui ne coûte rien à l’entreprise. Seul bémol pour l’heure au niveau du matériel utilisé : tous les logiciels utilisés (AUTOCAD, Suite ADOBE...) sont des logiciels piratés. En effet, quand on sait qu’une licence professionnelle pour des logiciels spécialisés coûtent des milliers d’euros, on peut comprendre qu’une entreprise débutante ne peut se permettre ce genre de dépense. Fort est de constater pour ma part que ce n’est pas la première structure qui utilise des logiciels piratés pour faire fonctionner le bureau. Prochainement, Madame Richard prévoit d’acquérir une licence AUTOCAD, et par la suite une licence ADOBE..

Marketting Aujourd’hui Madame Richard n’a mis aucune stratégie de communication en place. Tout s’est opéré par le bouche à oreille. Dernièrement, une amie à Sophie Richard a réfléchi sur un nouveau logo de l’entreprise, logo que Sophie Richard a immédiatement adopté. Il collait davantage à sa philosophie japonisante de voir les choses. Elle possède juste une carte de visite, qui lui permet de laisser ses coordonnées très facilement après un rendez-vous. Chaque année, elle prend le temps également de réfléchir à un marque page qui accompagnera les lectures des uns et des autres. Marque page sur lequel elle appose le logo de son entreprise, et qu’elle envoie accompagné d’un petit mot de bons voeux en début d’année aux bons clients qu’elle a pu avoir, confrères... Jolies exemples de sympathie pour garder de bonnes relations. Durant mon stage, il a été question de mettre en place un site internet, sur lequel on pourrait trouver une grande partie des projets réalisés. Cette stratégie de mettre en place une interface internet pour l’entreprise, peut-être un moyen d’obtenir de nouveaux projets à termes, mais permettra également à Sophie Richard de mettre en avant ses compétences et les projets sur lequel elle aura pu travailler d’une manière plus illustré qu’un simple CV.


28 landscape.U.need

Santé et évolution Quelques chiffres À la création de LUN en 2007, Sophie Richard apporte 5 000€ d’argent personnel pour l’achat du matériel (ordinateur, imprimante, consommables...) dont elle a besoin pour se lancer. Elle n’effectue aucun emprunt, ce qui lui évite tout remboursement mensuel par la suite, si ce n’est que le remboursement de l’apport personnel qu’elle a fait à la société. Voici les résultats de l’entreprise au bout de 3 ans et demi d’activité : Année

2007/2008

2008/2009

2009/2010

2010/2011

Nombre de salariés

CDD de 5 mois + sous-traitant

sous-traitant

CDD de 6 mois + sous-traitant

sous-traitant

Chiffre d’affaire (H.T.)

39 855€

41 812€

74 687€

100 000€ (prévision)

Charges fixes et variables

39 728€

32 379€

51 799€

?

Résultat net

127€

9 433€

22 888€

?

Depuis 2007, Sophie Richard n’a pu se verser de salaire. Elle ne se verse pour le moment que des dividendes en fin d’année, en fonction des résultats de l’entreprise. La première année, le résultat net n’étant que de 127€, elle n’a rien touché. Le versement des dividendes n’a été possible qu’à la fin de la deuxième année. En effet, la première année le CA (Chiffre d’Affaire) était tout juste suffisant à couvrir les charges de l’entreprise : paiement des droits d’ouverture d’une société, remboursement de l’apport personnel, loyer du bureau (250€/mois), dépense de fonctionnement (internet, ligne téléphonique, comptabilité chaque mois...), paiement du salaire de l’employée en CDD et des sous-traitants (pour dessins techniques ou expertises botaniques poussées), des factures... Ce qui a donné comme résultat net comptable pour la première année d’exercice : 127€. Puis très vite, l’entreprise a eu un résultat net comptable plus satisfaisant, permettant à Madame Richard de vivre de son activité. Aujourd’hui les résultats technico-économiques de l’entreprise sont analysés une fois par an lors de la clôture comptable au cours d’un entretien avec un expert comptable. Il n’existe pour l’heure aucune analyse très poussée, car la structure est trop petite. Après analyse des données, voici ce que nous pouvons dire au niveau de la santé de l’entreprise : Année

2007/2008

2008/2009

2009/2010

2010/2011

Marge bénéficiaire

31 884€ H.T./salarié

35 838€ H.T./salarié

49 791€ H.T./salarié

?

Nous pouvons dire au vu de la marge bénéficiaire, que l’entreprise a encore une santé fragile. Il semble normal qu’après seulement trois ans et demi d’activité, LUN ne soit pas stable. Il faudrait un recul de cinq années d’exercice, pour avoir une marge bénéficiaire qui soit réellement significative. Nous pouvons espérer que la marge bénéficiaire sera synonyme d’une bonne santé pour l’année d’exploitation 2010/2011 : la marge bénéficiaire sera de plus de 60 000€/salarié.


29

Perspectives d’avenir À court terme, Madame Richard espère obtenir des marchés de maîtrise d’oeuvre ou d’assistance à maîtrise d’oeuvre, ce qui permettraient de pérenniser la structure. Elle aimerait également inverser la tendance au niveau de son activité sur les jardins de particuliers. Ces dernières semaines elle a déposé plusieurs candidatures pour des marchés publics qu’elle espère bien entendu remporter. À moyen terme, si elle réussit à maintenir l’entreprise avec une charge de travail suffisante pour deux personnes, elle souhaiterai pouvoir contractualiser une personne en CDI pour l’accompagner sur l’ensemble des projets. Voici le profil qu’elle rechercherait : personne polyvalente et autonome avec un peu d’expérience en agence, une fibre artistique et de la rigueur dans le dessin technique.


30 Maroco Paysages Départ à La Réunion

Présentation

1980

1982

Diplôme de gestion et comptabilité

BTSA Aménagements Paysagers

TECOMAH : formation conseiller technique en horticulture

Historique

Formateur/Moniteur Responsable

Achat/Organisation d’un groupe de pépinière/ jardinerie

1984

dans la région toulousaine

1986

pour une maison d’enseignements rurals

Chef d’entreprise avec 2 associés

SARL entreprise décorateur paysagiste - distribution fleurs coupées - décors paysages pour stand... - paysage (entretien et création)

1988

1990

1992

1994

Après douze années passé à l’île de La Réunion (DOM-TOM), Pascal Le Normand, paysagiste français diplômé d’un BTSA Aménagements Paysagers et d’une licence de gestion décide de créer en août 2005 son premier bureau de paysage nommé “Maroco Paysages”. Globe-trotter, sa passion vitale pour les paysages du Monde l’amène à poser ses valises au Maroc, une terre qu’il qualifie d’accueillante, et où les métiers liés au paysage sont en plein essor. En 2003, c’est l’explosion du secteur d’activité lié au paysage à Casablanca, Marrakech, puis plus tardivement sur la côte Méditerranéenne, et enfin sur la facade Atlantique. Au début du XXIème siècle, il y a beaucoup d’avantage fiscal à venir faire construire une très grande maison au Maroc, que l’on déclare en maison d’hôte. Ces constructions s’opèrent sur des terrains d’une superficie de minimum un hectare. Contrairement aux riads qui n’ont que quelques mètres carrés de verdure, il faut aménager des milliers de mètres carrés. Projets paysagers qui prennent donc de l’ampleur, et nécessite davantage de compétence : c’est là, où le métier du paysagiste intervient. À l’époque, le bureau est basé sur Marrakech, ville berceau des jardins au Maroc, de part la présence importante de petits cours d’eau en provenance de l’Atlas. Il faut dire également que les conditions climatiques y sont spectaculaires : 340 jours de beau temps sur 365. Le développement des projets hôteliers et de particuliers sont en pleines explosions. En 2009, la crise survient, les investissements sont de moins en moins importants, des projets à dimension internationale en cours ralentissent, puis s’arrêtent totalement. L’activité de Maroco Paysages diminue doucement. Début d’année 2010, Maroco Paysages n’a plus de travail. Pascal Le Normand décide avec son salarié actuelle (Kévin Gétain) d’écrire un ouvrage sur la coordination de chantier. En parallèle du bureau de paysage il crée une autre activité avec des collaborateurs/amis qu’il a dans son entourage. Activité qui prend le nom de Green Design Nomade. Elle reprend les objectifs de Maroco Paysages, sous une dimension internationale, avec le rôle de designer qui est plus présent. Cette activité a également bien du mal à décoller, par manque d’investissement et d’énergie des uns et des autres. La crise persiste. Fin 2010, Pascal Le Normand est contacté par des agriculteurs de la région d’Agadir. Ces derniers ont des projets de jardinerie, et d’unités de production agricole dans la région. Mais, ils ont également la volonté de vouloir travailler avec un bureau de paysage qui soit sur place. En moins de trois mois, Pascal Le Normand organise le déménagement de l’entreprise. Mars 2011, le siège social du bureau se trouve sur Agadir, ville côtière de l’océan Atlantique. Ce déménagement aura permis à Maroco Paysages de garder le cap en captant une nouvelle clientèle sur cette côte encore inexploitée jusqu’à maintenant au niveau du paysage. En effet, la région d’Agadir est une région agricole où les plantations se résumaient jusqu’alors à des palmiers, des agrumes et du gazon. Pascal Le Normand est positionné début 2011 sur un projet de plusieurs centaines d’hectares dans le grand sud du Maroc, au niveau de Dajla. Projet qui est complètement arrêté suite à la crise dans les pays arabes : projet qui reprendra peut-être dans quelques annnées.


- paysage (entretien et création) - concept de la “jungle piscine”

+ Organisateur des Floralies de l’Océan Indien et autres salons à thèmes

1996

1998

2000

2002

1 année sabatique : import-export d’Indonésie (mobiliers de jardin) Floralie de St Lary s/ mer

Chef d’entreprise avec 1 associés SARL entreprise décorateur paysagiste

Départ au Maroc

Retour en France

31

2004

Chef d’entreprise

entreprise en nom propre

MAROCO PAYSAGES - conception - coordination de chantier

2006

2008

Tanger

Casablanca

Marrakech

Agadir

Légende CHRONOLOGIE : parcours de Pascal Le Normand

Dajla

MAP MONDE : carte de situation du Maroc CARTE DU MAROC : carte de situation des villes citées


32 Répartition du marché

Maroco Paysages

10%

Villas privés 15%

Résidences, Lotissements Hôtels Riads

60%

15%

Marché Lorsque Pascal Le Normand s’installe à Marrakech il ne connait personne. Lui et sa femme décide de se constituer un carnet d’adresse. Ils décide alors d’investir énormément de temps sur cette tâche : démarchage... C’est ce qui aujourd’hui fait la réussite de l’entreprise. Il passe plusieurs mois à rentrer en contact avec des confrères installés à Marrakech et les environs. L’objectif ciblé était de nouer des liens avec les architectes, les designers, les promoteurs. De manière globale, il était question de se mettre en contact avec tous les acteurs liés à l’aménagement, tout en triant les entrepreneurs d’espaces verts sérieux, et les autres. Excusivement bureau d’études, Pascal Le Normand et son équipe ne produisent aucune prestation de réalisation, mais se contentent de concevoir les projets ainsi que d’en assurer le suivi en contrôle de travaux. La phase d’exécution étant confiée à des entrepreneurs locaux (entrepreneurs paysagistes, éclairagistes, électriciens, plombiers, travaux publics...). Sur certains projets, Maroco Paysages peut intervenir en tant que contrôleur de travaux pour le compte d’autres bureaux d’études, installés à l’étranger. En effet, parfois, sur des appels d’offres internationaux, d’important bureaux d’études répondent et remportent les marchés. Mais ne pouvant assurer in-situ la conduite des travaux, délèguent cette tâche aux paysagistes locaux. D’un sens cette méthode est intelligente car ceux qui sont établis sur place ont des relations et ils maîtrisent mieux les principes “culturels locaux” liés au métier.

Politique des prix Concernant la politique des prix de l’entreprise, Pascal Le Normand décide de fonctionner sous forme d’un prix forfaitaire à l’hectare. Prix dégressif en fonction de la superficie : plus celle-ci va être importante, moins le prix à l’hectare sera élevé. À l’époque, lorsqu’il arrive sur Marrakech il facture une étude1 15 000 dH (dirham2). Puis très vite ce tarif double, et passe enfin à 50 000 dH/hectare. Il fonctionne avec le même principe pour la coordination de chantier : forfait qu’il détermine en fonction de la distance à parcourir pour s’y rendre, la nuit d’hôtel éventuel qu’il y aura à prendre en charge, le temps passé sur le chantier...

Clientèle Lorsqu’il débute au Maroc, Pascal Le Normand ne travail pratiquement que sur des commandes de particuliers. Sa clientèle est à 70% des européens (français, anglais, et belge) désireux d’investir au Maroc pour y avoir un pied à terre. Les autres 30% représentent une clientèle marocaine fortunée qui souhaite avoir une maison secondaire à Marrakech dans le quartier de la Palmeraie principalement. Depuis la crise, les investissements venant de l’Europe ont fortement diminué. N’empêchant pas les projets hôteliers, se faisant de plus en plus courants. Aujourd’hui, voici un apperçu global de la clientèle du bureau d’études : - les commandes pour aménagement de jardin de villas privés sont la plus forte demande actuellement. Le bureau passe plus de la moitié de son temps à cette tâche. - puis, à 30% du chiffre d’affaire ils répondent à des aménagements pour des domaines de résidences, et de projets d’hôtels. - enfin, les autres 10% correspondent à des aménagements de plus petites tailles : riads3 qui aujourd’hui se font de plus en plus rare.

étude1 : pour le bureau Maroco Paysages cela comprend un dossier d’intention avec les grandes idées, puis un dossier d’avant-projet sommaire avec davantage de détails. Enfin, un dossier d’exécution avec plans techniques, coupes, devis, recherche d’entrepreneur... dirham2 : unité monétaire du Maroc. 1€ = 11.2789dH riads3 : maison marocaine entièrement fermée sur l’extérieur, qui s’organise autour d’un patio central souvent arboré et doté d’une fontaine. Riad signifie jardin en arabe.


33

Rayon d’action Maroco Paysages exerce son activité sur l’ensemble du territoire marocain : de Tétouan, sur la côte méditerranéenne, à Taroudant au sud-est d’Agadir, en passant par Casablanca. Fini le temps où le bureau d’études concentrait son champs d’action à Marrakech et ses alentours. Les derniers évènements qui ont eu lieu en Égypte, en Tunisie, en Libie et dernièrement à Marrakech ont eu un impact fort sur les projets en cours au Maroc. Certains sont ralentis, d’autres sont totalement arrêtés. Ils reprendront peut-être dans deux ou trois ans. Ainsi le bureau d’études se doit de répondre à des demandes de projets paysagers sur l’ensemble du territoire marocain, voire à l’étranger, s’il veut se sortir de cette crise.

Concurrence Il n’existe aucune structure similaire à Maroco Paysages sur Agadir, et très peu d’entreprises au Maroc qui ne soient que bureau d’études. En effet, la plupart du temps celle-ci est couplée à une entreprise de réalisation de travaux paysagers. Certes, ils ont la double compétence, mais sont-ils garant d’une qualité de conception (tracé, choix des végétaux...)? Peu, voire aucun bureaux d’études proposent d’effectuer le pilotage d’un chantier sur le terrain. Pourtant il semble évident que de grands projets soit piloter par une personne extérieur à l’entreprise qui réalise les travaux, pour éviter entre autre tous problèmes de corruptions, et ainsi de mauvaises réalisations. D’ailleurs, à ce propos, Pascal Le Normand, et Kévin Gétain sont actuellement en train d’écrire un livre qui s’intitulera “Y-a-t’il un pilote dans le jardin?”. Le dirigeant de Maroco Paysages a un fort atout : le relationnel. Le contact chaleureux est un trait de personnalité naturel de Monsieur Le Normand et de sa femme. Cet atout agit directement dans les relations avec les maîtres d’ouvrages et s’en ressent dans la facilité de résolution des problèmes. De plus ce sens du contact est un avantage dans le démarchage et la force de vente. Cette faculté qu’ils ont, s’est développée au fil des voyages, en apprenant à communiquer, découvrir, s’intéresser aux cultures, aux gens, aux environnements.


34 Maroco Paysages

Organisation Moyens humains Lorsque Pascal Le Normand débute en 2005, il embauche un jeune dessinateur/architecte à plein temps. Puis très rapidement un architecte marocain. L’équipe continue “à grandir”. En 2009, le bureau aura compté huit salariés, le maximum que Maroco Paysages a pu connaître. L’équipe se composait de 2 infographistes, 2 dessinateurs, 1 personne qui effectuait tous les plans techniques sur Autocad, 1 ingénieur paysagiste, 1 responsable de bureau et le chef d’entreprise qui ne faisait à l’époque que de la coordination de chantier. Après avoir compté huit salariés au sein du bureau, Monsieur Le Normand a décidé de réorganiser fondamentalement son système en 2010. En effet, la masse de travail n’était plus assez suffisante, et les compétences de chacun pouvait parfois se mutualiser. Ainsi, le bureau d’études ne comptait plus que trois salariés. Pour la phase conception, Pascal Le Normand (chef d’entreprise) s’entoure de Gregory Bonnafoux, paysagiste français. Cette équipe réduite a divers avantages : - concertation rapide et directe - mutualisation des idées faciles - gain de temps pour la transmission des dossiers Par contre, les inconvénients sont tout aussi nombreux : - esprit créatif réduit - frictions, trop grande proximité - plus de tâches pour une seule et même personne À ce duo, s’ajoute sa femme en tant qu’assistante administrative. La tâche a pour effet de délester la charge de travail non productive pour les concepteurs. Un dessinateur (DAO) vient en sous-traitance apporter son aide pour de gros projets. Il produit ainsi toutes les pièces nécessaires de la phase exécution. L’objectif de cette restructuration d’équipe était d’optimiser le nombre d’intervenant en rapport avec les capacités organisationnelles. D’autre part, composer une équipe polyvalente mais où certains ont des spécialités s’avèrent être l’objectif. En 2009, Maroco Paysages voit une nouvelle personne intégrer le bureau : personne destinée à coordonner les chantiers. Il s’agit de Kévin Gétain, tout juste diplômé de la licence professionnel d’aménagement du paysage option “gestion de chantier” de l’université d’Angers. Puis fin 2009, Grégory Bonnafoux décide de monter son propre bureau. Maroco Paysages voit ainsi partir une personne. Le bureau ne compte à nouveau plus que trois salariés. Pascal Le Normand décide de pérenniser l’équipe tel quel. Ainsi il conserve son rôle de chef d’entreprise avec un profil à plusieurs facettes : profil technique, concepteur et commercial. Sa femme garde le rôle d’assistante administrative. À côté de cette activité elle développe sa passion : le collage de magazine sur meuble qu’elle vend dans des galeries. Ce qui permet d’avoir un revenu supplémentaire à ceux du bureau d’études pour vivre. Tandis que Kévin Gétain se voit revêtir le profil de l’homme de chantier, avec parfois un profil de concepteur sur certains projets qu’on lui délègue. Maroco Paysages ne fait plus appel au dessinateur en sous-traitance depuis l’arrivée de ce dernier. En effet, il possède les capacités nécessaires pour effectuer des plans d’exécutions... L’objectif de Pascal Le Normand, si la charge de travail le permettait serait de pouvoir embaucher un troisième paysagiste. Les finances de l’entreprise,et les projets en petit nombre ne le permettent pas pour l’heure. Ce qui pourtant permettrait de mieux répartir les rôles au sein du bureau. Pour la rentrée de septembre, il est question de me déléguer certaines tâches en sous-traitance depuis la France avec quelques allers-retours au Maroc. Maroco Paysages vit au jour le jour, elle définit des objectifs hebdomadaires de réalisations de travaux, objectifs qui peuvent être revue à tout moment en cas de priorité sur d’autres projets nouveaux.

un plaisir quotidien, c’est ça la vie. “ GrossirGarder davantage ne m’intéresse plus!

(Pascal Le Normand)


35

Moyens matériels Comme principaux biens, Maroco Paysages possède une voiture, un ordinateur, deux imprimantes, du petits matériels de mesure, et une généreuse bibliothèque d’ouvrages sur le paysage. Un équipement très spartiate ! Concernant les logiciels utilisés (AUTOCAD et la suite ADOBE), même remarque que pour le précédent bureau d’études : il ne possède aucune licence d’utilisation. Il s’agit de logiciels piratés. Pour l’avenir, les désirs d’investissements ne semblent pas plus ambitieux et seul un renouvellement sera opéré en cas de panne. Le salarié actuel (Kévin Gétain) du bureau d’études possède son propre ordinateur pour effectuer le travail qu’on lui confie. Vous l’aurez compris, Maroco Paysages n’a aucune réflexion sur la durée d’armotissement du matériel, et sur sa gestion. C’est une entreprise “nomade” qui vit au jour le jour, avec le strict nécessaire. Ce qui ne leur empêche pas de réaliser de très jolies projets. Le principal étant pour Pascal Le Normand d’avoir des idées, et de pouvoir les véhiculer le plus simplement possible, sans superflue !

Marketting Maroco Paysages a mis en place divers types de communication :

Communication à distance : www.marocopaysages.com Il s’agit du site internet de l’entreprise sur lequel se trouvent des références de projets, les contacts utiles et toutes informations utiles pour appréhender les compétences du bureau. Celui-ci a été rénové il y a peu de temps. L’idée était de le rendre au goût du jour avec une plus grande dynamique. Cette rénovation du site s’est accompagnée d’une nouvelle réflexion sur le logo de l’entreprise vieillissant l’image de celle-ci. L’idée était de donner une nouvelle image pour l’entreprise. L’investissement financier pour développer un site web peut être intéressant suivant la stratégie de communication. Par exemple, le site peut être un relais entre une publicité et un contact direct. Mais surtout, il doit au mieux que possible être bien référencé, afin d’apparaître dans les premiers résultats d’un moteur de recherche.

Communication directe : plaquettes et cartes de visite Les plaquettes sont distribuées de manière individuelle, au cas par cas pour présenter de manière concise les compétences. La plaquette qui actuellement contient une dizaine de page reste un moyen limité car il faut être en contact pour pouvoir la distribuer. Puis, les frais d’impression s’élevant à un peu plus d’un euros par plaquette, ne permettent pas de faire de la distribution massive. Lors de mon stage, il a été question de revoir le contenu de cette plaquette, dans le même but que la rénovation du site internet : dynamiser celle-ci, et démarquer cette plaquette publicitaire de tout autre plaquette. C’est un travail dont je serai chargé en sous-traitance dès le mois de juin. La carte de visite est également efficace pour laisser une trace après un rendez-vous. Fort est de constater que l’on donne une plus grande importance à une carte de visite, qu’à un morceau de papier sur lequel on a griffonné ses coordonnées. Maroco Paysages participe également à un salon par an. En principe, ils ont de très bonne retombé au niveau économique pour l’entreprise qui se voit obtenir des projets.

Communication indirecte : publicité sur voiture Le nom de l’entreprise, ainsi que ses coordonnées sont floquées sur la voiture du chef d’entreprise et du salarié. C’est un moyen facilement repérable, visible, mobile et peu coûteux, mais son efficacité reste à démontrer.


36 Maroco Paysages

Santé et évolution Quelques chiffres À la création de Maroco Paysages en août 2005, Pascal Le Normand apporte 50 000dH d’argent personnel pour l’entreprise et le démarage d’une nouvelle vie au Maroc. Avec ces 50 000dH il fait l’achat du matériel indispensable pour lancer le bureau : ordinateur, imprimante, consommables.... Il ramène de France la voiture qu’il possédait déjà, voiture qui devient la voiture de l’entreprise. Il n’effectue aucun emprunt, ce qui lui évite tout remboursement mensuel par la suite. Voici les résultats de l’entreprise au bout de 5 ans et demi d’activité : 2005

2006

2007

2008

2009

2010

Nombre salariés

2

3,5

4

4/5

7/8

2,5

2,5

Chiffre d’affaire (H.T.)

420 000dH

900 000dH

1 350 000dH

1 400 000dH

2 250 000dH

1 100 000dH

1 250 000dH

Charges

294 000dH

630 000dH

1 012 500dH

1 050 000dH

1 687 500dH

770 000dH

875 000dH

Résultat net

126 000dH

270 000dH

337 500dH

350 000dH

562 500dH

330 000dH

375 000dH

Année

de

fixes et variables

(avant impôt)

(5 mois d’exercice)

2011

(estimation)

On constate que dès les premiers mois d’exercices le résultat net de l’entreprise était suffisant pour permettre à Monsieur Le Normand de vivre convenablement de son activité au Maroc. En effet, pour son bureau qui n’est pas une société, ce résultat net constitue directement une réserve d’argent sur lequel il peut compter pour faire vivre sa famille. À lui, de juger ce qui lui est nécessaire de faire comme accompte chaque mois. Très rapidement l’entreprise a vu arriver un, puis deux, puis quatre autres salariés. Personnel qu’il était nécessaire d’avoir au bureau pour que ce dernier fonctionne correctement aux heures de gloire où il avait beaucoup de projets en cours sur la région de Marrakech. La crise a fait fortement diminuer la charge de travail, et a eu par conséquent de forte retombée au niveau du résultat comptable du bureau. Cette chute que l’on peut qualifier de vertigineuse, a eu de lourde conséquence, puisque Monsieur Le Normand s’est vu licencier cinq personnes. Depuis ces deux dernières années, Maroco Paysages a réussi à stabiliser son CA, grâce à la réputation qu’elle s’est faire durant les cinq années passés. Au vu du résultat net de l’entreprise ces deux dernières années, Monsieur Le Normand peut se verser un accompte de 20 000 à 25 000dH brut chaque mois. Concernant le salaire du dernier employé restant (Kévin Gétain), il touche 22 000dH brut chaque mois : salaire très satisfaisant pour seulement deux ans d’ancienneté, et pour le niveau de vie marocain. Aujourd’hui les résultats technico-économiques de l’entreprise sont analysés une fois tous les six mois, et à la demande de Pascal Le Normand. Dans le cas, où il ne ferais aucune demande auprès d’un expert comptable, les résultats technicoéconomiques de l’entreprise ne seraient jamais analysés, ou bien que très succintement lors de la clôture comptable en fin de chaque année. Ce sont ces analyses tous les six mois, qui permettent à Pascal de faire un bilan : faut-il rester au Maroc? Changer de destinations? D’endroits?D’activités? etc


37

Après analyse des données, voici ce que je peux dire au niveau de la santé de l’entreprise :

Année Marge bénéficiaire

2005

2006

2007

2008

2009

2010

210 000

257 143

337 500

311 111

300 000

440 000

(5 mois d’exercice)

2011

(estimation)

500 000

dH H.T./Salarié

Au vu des résultats de la marge bénéficiaire, je peux dire que l’entreprise a une santé plutôt bonne ces dernières années (ramené au niveau de vie marocain). En effet, le SMIG1 marocain est presque dix fois moins important que le SMIC2 français.

Perspectives d’avenir À court terme, Monsieur Le Normand souhaite terminer courant de l’été 2011 le livre sur la coordination de chantier en aménagement paysager qui s’intitulera “Y-a-t’il un pilote dans le jardin?”. À plus court terme, le bureau est également en pleine préparation du salon “Bat Expo” d’Agadir qui a lieu mi-juin. Enfin, il était question également que Kévin Gétain, dernier salarié du bureau monte sa propre structure au Maroc, pour ainsi travailler en sous-traitance de Maroco Paysages. À moyen terme, Pascal Le Normand attend de voir comment va évoluer la crise des pays arabes dans les semaines à venir. Ce sont ces évènements qui seront décideurs de l’avenir de l’entreprise. Pour le moment, on sait déjà qu’il y aura du travail pour la rentrée de septembre sur des projets d’un lotissement de palais en Arabie Saoudite, à Riyad. Dans le cas, où les projets seraient de plus en plus nombreux, Pascal Le Normand fera appel à un sous-traitant ou collaborateur ayant sa propre structure pour déléguer toute la partie dossiers d’avant projet sommaire et d’exécution, afin de se décharger un peu.

SMIG1 (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) marocain (2010) : 10,64dH/heure SMIC2 (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) français (2011) : 9€/heure


Missions menees


40 landscape.U.need

École Jean de la Fontaine : Nouveau regard Commande En 2007, la commune de Saint-Sylvain d’Anjou (49) décide de restructurer le centre bourg. Étant située dans la grande couronne d’Angers, et possédant quelques anciennes restanques de parcelles agricoles en plein coeur du bourg (c.f. photo aérienne), elle décide de construire de nouveaux logements et commerces de proximité. Le maire et les élus de la ville ont la volonté de dynamiser la vie locale en accueillant de nouveaux habitants et de nouvelles activités.

Les acteurs Maître d’ouvrage : Commune de Saint-Sylvain d’Anjou Partenaire opérationnel : SARA (Société d’Aménagement de la Région d’Angers) Maître d’oeuvre (architecture) : Cabinet LOGERAIS d’Angers Maître d’oeuvre (VRD) : Cabinet BRANCHEREAU d’Angers Paysagiste (c.f. zone d’étude) : Sophie RICHARD / LUN

Légende VUE AÉRIENNE : du centre bourg de Saint-Sylvain d’Anjou PLAN DE SITUATION : restructuration du centre bourg

Faire du C un espace de et à dimension

En 2010, lorsque les travaux de restructuration du centre bourg démarre, l’arrière du bâtiment de l’école primaire Jean de la Fontaine est mis à jour : bâtiment des années 60 de R+0, et de plusieurs mètres de long sans intérêt esthétique particulier. L’arrière de cette école bénéficie d’un jardin d’environ 1500m2 : espace délaissé par les institutrices de l’école qui préfère utiliser la cour d’école située sur la partie sud du bâtiment. Le Maire, ainsi que les élus ont souhaité faire appel à Sophie Richard pour qu’elle fasse une proposition d’accompagnement de ce bâtiment sur ces 1500m2 de terrain. Cet aménagement ne sera pas considéré comme un espace public car non accessible aux utilisateurs du centre bourg. En revanche, il sera une sorte de jardin tableau depuis la rue, et des diverses habitations qui vont être construite aux alentours. Sophie Richard rencontre les élus pour la première fois à la fin de l’été 2010. Lors de cette première réunion, ils définissent ensemble le programme du projet, ainsi que le calendrier de phasage des différents rendus.


41

Programme Les enjeux - Maintenir un espace dédié à l’école : pas de requalification en espace public. - Gérer les nouvelles interactions visuelles entre l’école et l’espace public suite à la restructuration du centre bourg. - Assurer la cohérence d’ambiance avec la nouvelle configuration urbaine de ce quartier, ainsi qu’avec le nouveau parc paysager du bourg : le parc Victor Hugo.

Les contraintes - Maintenir un accès camions pour l’entretien du bâtiment et accès pompier : ravalement des façades, accès chaufferie, livraisons diverses. - Maintenir les issues de secours et les adapter pour usage PMR (Personne à Mobilité Réduite). Zone d’étude du bureau LUN

Centre Bourg de Saint-Sylvain, vie commerçant, animé, convivial n humaine (le comité de pilotage du centre bourg) 2007 : été 2010 : Septembre 2010 : 13 Janvier 2011 : 2 Février 2011 : 22 Février 2011 : début Mars 2011 : 22 Mars 2011 : Avril 2011 : 22 Avril 2011 :

- Maintenir l’accès piéton à la salle RASED. - Protéger les vues extérieures sur la classe 7.

émergence du projet de restructuration du centre bourg début des travaux de restructuration 1ère réunion entre les élus et Madame Richard 1ère rencontre avec Cyrille Comère (Services Techniques) visite sur le terrain (photo à faire, relevé de terrain et de végétation...) présentation de la phase ESQuisse aux élus retour sur l’ESQuisse de la part des élus rendu de la phase AP (Avant-Projet : chiffrage, métré...) retour sur le dossier d’AP rendu d’un nouveau dossier d’AP

Calendrier


42 landscape.U.need

Déroulement du projet 13 Janvier 2011 (hors période de stage) Sophie Richard (maître de stage) et moi-même nous sommes rendus à la mairie de Saint-Sylvain d’Anjou afin de rencontrer Cyrille Comère (responsable des services techniques de la commune). Cette entrevue nous a permis de déterminer le calendrier des semaines à venir, ainsi que de refixer rapidement les enjeux du projet vus à la réunion de septembre 2010. Ce rendez-vous a également été l’occasion d’effectuer une visite des derniers aménagements faits sur le bourg (square Victor Hugo et sa bibliothèque entièrement rénovée), afin de s’harmoniser avec ces derniers dans le projet que l’on proposera. Une visite des travaux de restructuration en cours a été opérée, ce qui nous a permis de définir les limites exacts du projet, et de faire quelques clichés de l’endroit.

24 Janvier 2011 : début de mon stage Suite aux éléments fournis par Madame Richard, et aux données de Cyrille Comère j’ai pu commencer à prendre en charge le dossier : début de la phase ESQuisse. Réflexion sur le concept et les grandes lignes du projet, recherche de photographies de référence, choix des essences... Après plusieurs heures de travaux au bureau, un plan ESQuisse commence à se dessiner. Il s’avère que pour valider ces premières lignes, il nous faudrait connaître davantage de points de niveau de la surface du projet... En effet, l’un des enjeux majeurs du projet est de créer des rampes d’accès PMR à chacune des sorties de secours. Ainsi nous prenons contact avec Cyrille Comère, qui nous invite à nous rendre sur le terrain pour obtenir ces informations par nos propres moyens.

2 Février 2011 : visite de terrain

Après accord du responsable des services techniques, nous nous sommes de nouveau rendus sur le terrain. En effet, les plans qui nous avaient été envoyés suite à l’entrevue du 13 janvier dernier n’étaient pas suffisant : points de niveau manquants, relevé de végétation absent... Cette visite de terrain nous a permis d’imaginer sur place les grandes lignes du projet que nous étions également en train de mettre en place au bureau. Était-il cohérent? Ne faudrait-il pas plutôt implanter nos Malus toringo à cet endroit? etc... De retour au bureau, je continue à avancer sur la phase ESQuisse, en faisant valider de manière régulière le projet auprès de Madame Richard.

22 Février 2011 Après presque trois semaines de travail, nous nous sommes rendus à la réunion de présentation de cette phase ESQuisse. C’est lors de cette réunion que nous avons remis un dossier de présentation du projet (c.f. annexe). Très peu de remarques ont été faites lors de cette rencontre avec les élus de la commune qui semblaient apprécier fortement le principe du jardin de graminées.

Début Mars 2011 (+ hors période de stage) L’heure des remarques sur le dossier phase ESQuisse du projet est arrivé. Des dizaines de remarques nous arrive par mail de la part de Cyrille Comère. Remarques qu’il fait remonter du maire et des élus pourtant présent le jour de l’oral de présen-


43

Kev

tation. Trop de graminées à leur goût, trop de haies de charme à tailler, l’arrière de l’école est trop dissimulée par la végétation... Le prochain rendu du dossier d’Avant-Projet étant prévu pour le 22 Mars 2011, nous décidons d’y apporter directement les modifications. Plans techniques, calcul des surfaces de revêtements, de terre végétale, chiffrage...

Légende PLAN ESQUISSE : rendu avec le dossier ESQuisse CROQUIS : d’ambiance rendu avec le dossier ESQuisse ÉLÉVATION : rendu avec le dossier ESQuisse PLAN MASSE n°1, 2 et 3 : plans techniques

Kev

22 Mars 2011

Kev

Début Avril 2011 (+ hors période de stage)

Rendu le 22 février 2011

Rendu le 22 mars 2011

Rendu le 18 mai 2011

Le dossier est fin prêt a être rendu. Il est déposé par Madame Richard en personne auprès de la mairie de Saint-Sylvain d’Anjou.

Cyrille Comère a fait remonter les remarques des élus suite à la présentation des coûts de réalisation du projet. Le projet est trop coûteux. Il y a toujours trop de graminées, trop d’arbres. Les rampes d’accès PMR qui étaient prévues en béton brossé depuis la phase ESQuisse ne sont plus retenue car trop minéral et trop coûteuse. Ils préfèrent que ces dernières soient réalisées en arène granitque (sorte de stabilisé), produit moins coûteux. L’Avant-Projet Sommaire est revu. Nous diminuons la largeur des lignes de graminées afin de diminuer le nombre d’unités de chacune des essences, sans pour autant destructurer le projet. Ainsi, des surfaces engazonnées qui n’existaient pas, apparaissent. Nous apportons toutes les modifications nécessaire aux vues des remarques qui ont été faites.

22 Avril 2011 Le nouveau dossier d’Avant-Projet est rendu. De nouvelles remarques sont parvenues à Sophie Richard concernant ce dernier rendu. Des modifications radicales sur le projet ont dû être faite pour convenir aux élus et à l’estimation de l’enveloppe burdgétaire prévue. Pour l’heure la ville de Saint-Sylvain possède tous les éléments pour réaliser le projet. Projet qui reste pour le moment dans les cartons, et qui verra le jour dès que la commune aura trouvé les finances pour le réaliser.


44 landscape.U.need

Analyse critique J’ai commencé ce projet dès mon arrivé en stage le 24 janvier, après en avoir eu une présentation par Cyrille Comère dix jours auparavant. L’objectif de mon stage était de pouvoir réaliser entièrement le dossier de la phase ESQuisse, ainsi qu’une partie du dossier d’Avant-Projet Sommaire. Les objectifs ont été largement atteint puisqu’à mon départ le dossier d’APS était quasiment terminé. Je peux dire que le travail fourni, ainsi que l’attention qu’à pu porter Madame Richard tout au long du projet ont permis de rendre un dossier ESQuisse de qualité. Il y avait des allers-retours quotidien sur l’avancement de mon travail, et chaque jour Sophie Richard prenait le temps de faire des remarques. C’est ce qui a permis de faire avancer le projet correctement, et avec un certain niveau de qualité. Pointilleuse et rigoureuse, deux traits de caractère qu’elle possède, au même titre que moi. Ils peuvent parfois être extrême aux yeux de certains, et donner une mauvaise ambiance dans le travail. Sur ce projet, ça n’a pas été le cas. Je dois dire qu’ils ont été correctement dosés, et très bien accepté de Madame Richard et moi-même. Dessin des grandes lignes du projet, puis mise en couleur, réalisation de coupe, croquis, recherche de photos référentes... Une fois toutes les pièces graphiques travaillées, finalisées, retouchées, regroupées, etc, le dossier a pu être mis en page. Il restait alors une petite semaine avant le rendu officiel de ce dernier. Temps suffisant pour créer une mise en page un peu spécial, qui collait totalement au concept du projet. Des pleines pages en panorama, des pages vignettes pour permettre des combinaisons de photos référentes, des intercalaires pour se rendre directement aux parties qui nous intéressent... Une mise en page totalement en adéquation avec le rendu graphique du plan ESQuisse : couleurs, lignes horizontales, mouvement... Ce travail qui a necessité plusieurs heures de travail a permis une meilleure communication du projet. D’ailleurs il a été très apprécié des élus. Seul regret sur ce projet, ce sont le peu de remarques faites par le maître d’ouvrage lors de la présentation du projet le 22 février dernier. Ils avaient l’air plutôt très satisfait du projet : de nombreux compliments ont été faits. Du coup, nous avons pris ces compliments pour une sorte de feu vert, nous permettant d’avancer sur la constitution du dossier d’APS (AvantProjet Sommaire) à rendre pour le mois d’après. Les remarques des élus ont mis plus d’une semaine à arriver par mail. Tout le concept du projet est remis en question : trop de graminées, haie de charme non retenue, trop d’arbres cache la facade de l’école... Un autre élément apparaît : le budget. Madame Richard qui avait essayé à plusieurs reprises de connaître l’enveloppe budgétaire pour ce projet, se voit obtenir une réponse après le rendu de la phase ESQuisse. En effet, on nous dit que le projet ne doit pas avoir un coût trop important au niveau de la réalisation. Cela ne nous donne toujours pas le montant de l’enveloppe budgétaire. Malgré cela, on décide de continuer. On apporte alors des modifications aux lignes du projet pour tenter de répondre aux divers remarques. Le projet se voit modifié un peu. À mon départ le 4 mars, il ne reste que très peu de pièces à fournir pour constituer le dossier d’APS. Sophie Richard décide de me faire revenir travailler en sous-traitance sur une journée complète la semaine d’après. Cette journée complète s’avère suffisante pour effectuer les coupes techniques des points de niveau du terrain, et de calcul de remblais et déblais à effectuer. Le dossier est fin près à être déposé pour le 22 mars 2011. Continuant à travailler pour Madame Richard en sous-traitance sur d’autres projets, j’ai pu continuer à avoir les avancements de celui de Saint-Sylvain d’Anjou. Les remarques suite au rendu du dossier d’APS ont été nombreuses : il y avait encore beaucoup trop de graminées. Le choix du béton brossé sur les rampes PMR n’était plus retenu, il fallait le remplacer par de l’arène granitique (sorte de stabilisé). L’estimation financière était trop élevée... Sophie Richard a apporté de nouvelles modifications changeant radicalement le projet, puisqu’on s’est retrouvé avec trois fois plus de gazon que ce qui n’était prévu au départ. Certes, moins d’unités de graminées dans le projet, ce qui baisse le coût de réalisation. Mais quand on y pense, trois fois plus de surface de gazon, ça veut aussi dire 3 fois plus de pelouse à tondre. À terme, si le projet avait été gardé tel quel, il aurait été plus avantageux financièrement. Puisqu’il était couvert à 80% de sa surface planté de graminées qu’il suffit de tailler une fois par an. Tandis que le gazon nécessitera 8 à 15 tontes en fonction du rendu souhaité. À moins de vouloir faire une tonte différencié, et laisser ces espaces en prairie, ce que je doute fort au vu de sa situation par rapport au centre bourg. Le dossier avec ces modifications a été de nouveau rendu, puis de nouvelles remarques ont été faite. Une dernière correction a été apportée par Sophie Richard. Ce dernier projet rendu en date du 18 mai dernier semble avoir été accepté. Pour l’heure la commune ne possède pas l’enveloppe budgétaire pour réaliser ce projet. Il est donc en attente, et sera réalisé à la fin des travaux de restructuration du centre bourg en 2013.


45

Légende DOSSIER PHASE ESQuisse - page de couverture - système d’intercalaire - système de vignettes


46 Maroco Paysages

Dar1 Souleïmane : Premier domaine de résidences à Taroudant Commande En début de printemps 2010, Pascal Le Normand est contacté par Couleur de miel, un promoteur immobilier situé sur Agadir. Il lui propose de travailler dans un premier temps sur le jardin privé de la villa témoin de ce domaine de résidence de dix hectares : le premier sur Taroudant. Cet villa témoin servira à vendre les 94 autres villas, ainsi que les 164 appartements prévus. Le promoteur souhaitait donc apporter une attention toute particulière au jardin privatif de cette dernière. Puis très rapidement, Pascal Le Normand les convaint pour travailler sur l’ensemble des parties communes du domaine représentant trois hectares et demi de surface : piscine, parking, aire de jeux... Ça a été tout l’objectif de mon stage durant presque six semaines.

Les acteurs Maître d’ouvrage : (confidentiel) Représentant du maître d’ouvrage : Promoteur Couleur de Miel basé sur Agadir Maître d’oeuvre (architecte) : Mohamed NADIM Paysagiste : Pascal Le NORMAND / Maroco Paysages

Le Maroc est un pays aux mille et une merveilles, Dar Souleïmane en est une! (Michel Melloul, promoteur immobilier)

dar1 : ‫ راد‬en arabe, ce qui signifie globalement la maison.


47

Programme

Villa Kahina Villa Kenza

Villa Izza Villa Mamoun

Villa

Aucun programme n’a été fourni par le promoteur. Par conséquent, Pascal Le Normand a lui même défini ce qu’il fallait donner en terme d’ambiance.

Villa Bloc Appartement Zone bien-être/spo rt...

Les enjeux - Aménager le jardin privatif de la villa témoin : travail donné à Adrien (autre stagiaire durant la même période que mon stage) - Aménager les parties communes du domaine de résidence Dar Souleïmane : espace SPA, piscine, aire de jeux, sauf les voiries déjà prévues. Légende CARTE : situation de Dar Souleïmane PLAN DE MASSE : du domaine de résidence Dar Souleïmane (source : Architecte) un

Villas Mamo

PHOTOS : des villas et blocs appartements (source : Architecte)

Blocs Appartements

printemps 2011 : 22 Avril 2011 : 4 Mai 2011 : 13 Mai 2011 : 20 Mai 2011 :

mise en contact entre le promoteur et Pascal Le Normand rendu du dossier d’intention pour la villa témoin rendu du dossier d’intention pour les espaces communs rendu du dossier n°1 d’exécution pour les espaces communs rendu du dossier n°2 d’exécution pour les espaces communs

Calendrier


48 Maroco Paysages

Déroulement du projet 18 Avril 2011 : début de mon stage Dès lors de mon arrivé au bureau ont m’a mis directement dans le vif du sujet. Il ne fallait pas perdre de temps, puisque le premier rendu était prévu deux semaines et demi plus tard. J’ai commencé par regarder la plaquette de communication réalisée par le promoteur immobilier Couleur de Miel, qui vise les potentiels acheteurs. Cette plaquette m’a permis de voir de quoi il s’agissait, du type d’architecture retenu pour la construction des villas et des appartements, mais également des différents espaces verts communs qui étaient concernés par l’aménagement à effectuer : des abords de piscine, une aire de jeux, un espace SPA, des terrains de tennis, des parkings, des ronds-points... Je me suis également rendu sur le site internet www.darsouleimane.com pour comprendre davantage où se situait le projet... J’ai également effectué des recherches internet sur la situation géographique du projet, la qualité de la terre à cet endroit... Il s’est avéré que le projet est construit sur d’anciennes terres agricoles très fertile sur lequel étaient plantés des agrumes. Il faut savoir que la région de Taroudant est célèbre pour ses cultures agricoles : agrumes, olives et argan. Puis très rapidement, Pascal Le Normand a organisé une réunion d’une bonne heure et demi pour m’expliquer le projet, les ambiances qu’ils souhaitaient voir se mettre en place, le calendrier qui était prévu, etc... Il me restait deux semaines et demi exactement pour rendre un dossier qu’ils appelaient dossier d’intention1. Aucune visite sur le site n’était prévue. Et puis, une visite de terrain s’est imposée le 26 avril 2011.

26 Avril 2011 : visite de terrain

La visite de terrain aura été brève. Mais elle m’aura permis de voir réellement de quoi se composait les alentours du projet Dar Souleïmane. Quelle était la surface du projet? Cela paraissait beaucoup plus petit que sur le plan fourni. Où se trouvait les puits existants? Ça également été l’occasion de prendre quelques photos de ce qui était déjà sorti de terre. Cette visite aura été l’élément déclencheur de tout le travail fourni jusqu’à maintenant. Il m’a permis de comprendre davantage le volume des bâtis, les surfaces à traiter... J’ai pu confirmer toutes les lignes du projet qui avaient été construite jusqu’à maintenant, d’en modifier certaines...

4 Mai 2011 Malgré ma crainte de départ qui était de ne pas réussir à terminer le dossier d’intention dans les temps je réussi finalement après avoir travaillé durant le week-end à le rendre à l’heure. Aucune présentation orale n’est faite. Seul un dossier d’une vingtaine de pages est déposé au bureau du promoteur immobilier. Ce dossier est également envoyé par mail à l’architecte, pour que ce dernier valide également ce qui était proposé. Le rendu suivant étant prévu une semaine et demi plus tard, nous leur faisons part de la chose suivante : nous faire parvenir des remarques éventuelles sur le projet dans les deux à trois jours qui suivent ce premier rendu. Aucune remarque n’est faite.

dossier d’intention1 : dénomination donnée par Maroco Paysages pour le dossier Diagnostic et ESQuisse. Dossier dans lequel on retrouve plusieurs documents : plan des contraintes (vents dominants, ensoleillement), plan de screening, plan de composition du domaine, plan ESQuisse d’intention, des infographies végétales et d’ambiances sont aussi présentées. Ces infographies sont en faite des planches de photos des végétaux retenues et de photos de référence.


Allées des Oliviers Limite est Limite nord-est Limite nord-ouest Limite est Espace bien-être Ilôt Villas Ilôts Appartements Oasis 1 Oasis 2 Zone non étudiée

10m

Légende PHOTOS : visite de terrain PLAN DE MASSE : ESQuisse rendu dans le dossier d’intention PLAN DE SITUATION : plan de zoning permettant le repérage dans les 3 dossiers rendus

Je continue ainsi à avancer sur le dossier d’exécution2 que nous avons choisi de rendre en deux parties. La première partie se composera de l’ensemble des plans de plantation, et de son DQE (Détail Quantitatif Estimatif). Puis dans la deuxième partie tout ce qui concerne le technique : coupes techniques, plan de revêtement, d’implantation des robinets, d’éclairage... Rendre ce dossier en deux parties étaient un choix de Pascal Le Normand. En effet, Couleur de Miel souhaitait avoir l’intégralité de ce dossier pour le 12 mai 2011. Travaillant seul sur le projet, il m’était impossible de fournir l’ensemble des pièces une semaine et demi plus tard. Par conséquent, pour les faire patienter une semaine de plus, nous avons choisi de le rendre en deux parties.

14 Mai 2011 Rendu du premier dossier d’exécution (c.f. annexe) avec une journée de retard prévue initialement sur le calendrier. Toujours aucune remarque nous avait été faite concernant le dossier rendu une semaine et demi auparavant. Plus qu’une semaine et demi pour constituer le restant du deuxième dossier d’exécution. Beaucoup de coupes techniques étant déjà réalisées, le dossier a pu largement être terminé dans les temps et remis au représentant du maître d’ouvrage le 26 Mai 2011 comme convenu.

26 Mai 2011 Rendu du dossier n°2 d’exécution dans les temps.

dossier d’exécution2 : dénomination donnée par Maroco Paysages pour le dossier d’APS (Avant Projet Sommaire) se composant de plusieurs plans techniques : plantation, revêtements, irrigation, éclairage... Il s’accompagne également d’un DQE (Détail Quantitatif Estimatif), d’un CCTP plantation et d’un CCTP arrosage.


50 Maroco Paysages

Analyse critique Prise en main J’ai eu beaucoup de mal à prendre en charge le projet à mon arrivée en stage. Le travail demandé était conséquent, et le rendu si proche. Cela m’a beaucoup pertubé au début. Puis cette visite de terrain a mis beaucoup de temps à arriver. Il faut dire également que je n’avais jamais eu l’occasion de travailler sur un projet d’une telle envergure. Il y a de quoi avoir peur quand on vous dit à votre arrivée : “Vous allez travailler sur un projet de résidence de dix hectares”. Connaissant ni la palette végétale d’ici, ni les attentes du promoteur immobilier, j’étais vraiment pertubé. Premier jour de travail rien ne sortait, deux jours, trois jours, une semaine, quelques lignes commencent à apparaître. Des réunions avec Pascal Le Normand et Kévin Gétain font avancer le projet, ils valident les éléments que je propose. Cela me met en confiance. Je retrouve pied, le projet peut de nouveau vraiment redémarrer. Enfin, un dernier élément me pertube tout autant : le vocabulaire de projet utilisé par Monsieur Le Normand est totalement différent de celui que j’ai pu cotoyer jusqu’à maintenant. Il m’a fallu m’adapter.

Déroulement du projet Concernant le déroulement du projet en lui même, voici ce que je peux en dire. Le maître d’ouvrage n’avait aucune demande précise, ni aucun budget prévu pour la réalisation. Ce qui laisse perplexe quant choix du parti pris, et aux possibilités d’aménagement. C’est Pascal Le Normand qui a déterminé ces éléments. Pour ce qui est du budget, nous avons considéré qu’il fallait faire le minimum sans altéré la qualité et le rendu de ce dernier. Dans le cas où l’estimation financière faite serait supérieure à ce que le maître d’ouvrage attendait, l’équipe de Maroco Paysages a la possibilité de le réduire très rapidement, sans en modifier la composition. Je m’explique : nous étions parti sur des forces de végétaux importantes, d’autres végétaux ont été plantés à des densités supérieures à ce qu’on a l’habitude de les planter, et ce pour avoir un rendu qui soit immédiat. Tous ces paramètres sont modifiables très rapidement par le bureau. D’autre part, Pascal Le Normand a fait le choix de partir sur un aménagement qui soit pur, et zen avec présence de mouvements de gazon. Ces deux termes ont évoqué immédiatement chez moi l’art des jardins japonais. Mais, il n’était bien sûr pas question de ça. Il m’a donc fallu un peu de temps avant de percevoir ce qu’était la pureté et l’esprit zen selon Monsieur Le Normand dans un jardin situé au Maroc. Tout est question de définition des termes. Qu’est ce qu’on y met derrière? Le premier dossier rendu à Couleur de Miel (représentant du maître d’ouvrage) constituait le dossier ESQuisse, comme on a l’habitude de l’appeler dans une démarche de projet classique. Ce qui signifie qu’à ce rendu, un retour doit être fait de la part du maître d’ouvrage et des autres acteurs concernés, afin de savoir si les lignes du projet, le choix du parti, etc sont retenus. Or, ici aucun retour n’a été fait. À mon départ de stage le 3 juin 2011, nous n’avions toujours aucun élément de retour sur les trois dossiers déposés. C’est très regretable quand on sait que j’ai dû suivre un calendrier très serré. Selon Pascal Le Normand, c’est habituel au Maroc. Ça se passe toujours de cette manière. J’ai eu du mal à le concevoir! Espérons une chose, c’est que le projet soit retenu. Dans le cas contraire, tout le travail fourni en phase EXÉcution (environ trois semaines de travail à temps plein) serait à reprendre.


51


Bilan Personnel


54

Déjà 3 années passées à étudier le paysage... Vingt années de passion, et trois années d’études dans le paysage : c’est le parcours que je vais vous exposer dans les prochaines lignes. Pourquoi avoir choisi de suivre deux années de BTSA (Brevet de Technicien Supérieur Agricole) AP (Aménagements Paysagers) et avoir voulu réaliser une année supplémentaire en Licence Professionnelle AP, option “Infographie”? Qu’est ce que ces trois années m’ont apportées? Encore étudiant à l’heure où je vous parle, et déjà tant de projets en route.

BTSA AP : 2 années après le bac Qu’est ce que je ferais quand je serais grand? Comme je l’ai évoqué précédemment, presque vingt ans de passion, et déjà trois années d’études liées aux paysages. Que le temps passe vite! Enfant, j’ai toujours été passionné par les émerveillement de la nature, le jardinage, les animaux, la décoration d’intérieure... Habitant à la campagne depuis ma naissance, j’ai très rapidement expérimenté l’art du jardin dans mon propre jardin : une passion peut-être hérité de mon grand-père maternelle jardinier en chef de la préfecture de Châteaubriant. Une passion qui devait resté passion! Puis, ma chambre devient très rapidement un lieu d’expérimentation en tout genre : collage, peinture... Deux mille six, je passe mon baccalauréat S (Scientifique) option SVT (Science et Vie de la Terre), et n’ayant pas un niveau suffisant pour intégrer une école préparatoire aux concours pour les écoles vétérinaires, métier auquel je me destinais depuis le jour où j’ai pris conscience de ce dernier, j’ai dû intégrer une autre formation dans l’urgence. Par dépit, c’est un DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) GB (Génie Biologique) option ABB (Analyse Biologique et Biochimique) que j’ai suivi. Puis à la fin de ma première année, les résultats obtenus sont bons, mais le bilan personnel mauvais. Remise en question de la voie dans laquel je me suis tourné. Ne devrais-je pas plutôt devenir décorateur d’intérieur? Architecte? Fleuriste? Paysagiste? Je murit ma réflexion au cours de la deuxième année. Puis 2008, fin du DUT GB. Malgré mon peu d’implication dans la formation je réussi à obtenir le diplôme. Malgré ça, et toutes les réflexions que j’ai menées, je décide d’aller contre la volonté de mes parents et de reprendre une formation post-bac pour me former dans ce qui devais rester ma passion : le paysage. J’intègre alors un BTSA AP au lycée Jules Rieffel de Saint-Herblain (44).

Contenu du BTSA L’objectif du BTSA AP était de me donner les outils du métier de paysagiste. En effet, le BTS forme des cadres capables de mettre en place des aménagements paysagers depuis sa programmation, jusqu’à sa réalisation, en passant par la conception, et en pensant sa gestion dans le temps. Le contenu de la formation à la fois scientifique, technique, économique et pratique permet d’obtenir en théorie les compétences nécessaire pour avoir des responsabilités, gérer des équipes, prendre des initiatives et résoudre des problèmes dans le monde professionnel du paysage. Concrètement voici ce que j’ai pu apprendre au cours de ces deux années. Un module s’intitulant “Environnement économique” nous permet de découvrir le volet économique, artistique et philosophique du paysage, ainsi que les acteurs qui interviennent dans ce domaine au travers de trois matières : - L’économie générale et d’entreprise où il était question d’acquérir une méthodologie de calcul des coûts d’une entreprise par poste, réalisation de devis... - L’histoire de l’art des jardins m’a permis d’élargir ma vision culturelle sur l’évolution de cet art : philosophie, histoire... - Le paysage dans son environnement permet aussi de comprendre le paysage qui nous entoure et ainsi de comprendre et d’analyser le patrimoine végétal et paysager selon les régions et les activités des hommes. Un autre module s’intitulant “Enseignement scientifique et technique” nous permet de découvrir toute la partie liée au


55

végétal et aux aménagements paysagers à proprement dit : étude préalable, conception, travaux de créaton et d’entretien. Ce module se compose de la manière suivante : - Le végétal et son environnement avec des cours de biologie végétale, d’agronomie et de reconnaissance des végétaux. C’est ce qui nous permet d’avoir des bases sur les végétaux, leur utilisation... - L’étude préalable d’un projet avec des cours de topographie au cours duquel on voit toutes les méthodes possibles pour effectuer un relevé sur le terrain, le matériel utilisé... - La réalisation de diagnostics sur différents projets, concrets ou non, afin de comprendre et d’analyser le fonctionnement de ces sites. Ce dernier module à fait l’objet d’un projet concrêt que nous avons pu suivre sur les deux années. Première année, diagnostic de site : lecture et analyse d’un site situé en bord de La Loire entre Nantes et Rezé. Site sur lequel était implanté une des cinq Maisons Radieuse de Le Corbusier. Deuxième année, à la demande d’un maître d’ouvrage réel constitué par le syndicat de gestion de la Maison Radieuse de Rezé-Les Nantes, nous intervenons sur la réhabilitation du parc de ce paquebot de béton aux fenêtres peintent de couleurs primaires. Ce projet a été l’occasion d’appliquer directement les cours théoriques. Une part de l’enseignement en BTSA passe également par la découverte de parcs et jardins : - la visite du festival de Chaumont sur Loire - la rencontre de Gilles Clément chez lui en Creuse - le voyage sur la Côte d’Azur pour découvrir les jardins d’influences méditerranéennes - des sorties dans les parcs, jardins et rues de la ville de Nantes riche en aménagements paysagers - etc... Enfin, un dernier module “d’Initiative Locale” de plusieurs centaines d’heures m’a apporté énormément. Malgré les préjugées que j’ai pu avoir lors de la première escursion dans le Jardin en Mouvement du lycée, je ne regrette aucunement aujourd’hui. Je pense même avoir été chanceux de pouvoir suivre durant ces deux années cette expérience. Première année, beaucoup de théorie sur ce qu’est le Jardin en Mouvement, sa philosophie, la reconnaissance des plantes indigènes qu’on y trouve, les interactions entre elles... Puis, deuxième année les choses sérieuses commencent : par groupe de 6/7 personnes nous sommes en charge d’une parcelle d’environ un hectare : plan de gestion de l’espace (eau, strate herbacée, arbustive et arborée), intervention directe sur le terrain,développement des relations humaines... Cette formation nous donne également la possibilité d’effectuer douze semaines de stages en entreprise, sur trois périodes réparties sur les deux années d’études. Voici les structures dans lequels j’ai pu me rendre : - entrepreneur paysagiste Garden Environnement à Saint Aignan de Grand Lieu, près de Nantes : deux semaines de stage au cours duquel j’ai pu réaliser des travaux de création (abris de jardin sur mesure) et d’entretien. - entrepreneur paysagiste La Belle Verte situé sur Nantes : deux semaines de stage au cours duquel j’ai eu la possibilité de participer à la réalisation d’une terrasse bois, et d’un gazon. - enfin, j’ai choisi de faire mon stage de fin d’études, support de ma soutenance orale de fin d’année en bureau d’études. J’ai eu la chance de pouvoir intégrer le SEVE (Service Espaces Verts et Environnement) de la ville de Nantes, au côté de Jacques Soignon, Françoise Barret et Xavier Guemarec. Nantes étant une ville pionnière en matière de gestion différenciée, j’ai pu travailler sur la réhabilitation du parc de la Boucardière situé dans un quartier à l’ouest du centre ville de Nantes. Très belle expérience. C’est ici, que j’ai découvert les joies de la suite Adobe. Une grande histoire est née !

Bilan Je dirais pour conclure que ces deux années post-bac ont été de très belles années. Elles m’ont apportées des connaissances fondamentales dans le monde du paysage, et plutôt complète en terme de techniques d’aménagements (théorie). Et puis, c’est aussi deux très belles années sur le plan humain. On a toujours à apprendre sur soi, et sur les autres. Malgré, cette formation complète, je souhaitais intégrer une des quatre écoles de paysage de France (Versaille, Bordeaux, Lille ou Marseille) pour obtenir le titre de paysagiste dplg (diplômé par le gouvernement). Recalé au concours, je m’oriente vers une licence professionnelle AP spécialité “Infographie”, afin de parfaire les connaissances de base que je possèdais déjà.


56

Licence Pro : une années supplémentaire Objectifs Les objectifs que je m’étais fixé pour cette année 2010/2011 étaient les suivants : - parfaire mes compétences dans le domaine de l’infographie (AUTOCAD, suite ADOBE, SIG...) - maintenir mes connaissances et apprendre davantage sur tout ce qui tourne autour du paysage, - et repasser le concours des grandes écoles de paysage en avril 2011 Trois objectifs qui ont bien évolué avec cette année d’enseignement.

Contenu de la licence La licence professionnel AP option “Infographie” de l’université d’Angers devait répondre aux deux premiers objectifs. Finalement, c’est avec regret que je dresse un bilan plutôt négatif de cette année d’enseignement. En effet, de nombreuses heures de cours ont été une répétition des connaissances acquises au cours de mes quatre années post-bac. Ce qui m’a donné l’impression de perdre mon temps. Et comme on dit, le temps c’est de l’argent : surtout quand vous êtes étudiant indépendant. Des unités d’enseignements comme l’U.E.3 “L’entreprise et son environnement”, et l’U.E.6 “Projet TUT” ont fait leur apparition. Je dirais que ce sont ces deux unités avec les treize semaines de stage, dans lequel j’ai réellement appris des choses nouvelles. Le reste, étant une répétition. Des répétitions qui parfois, je dois l’avouer ont été plutôt agréable : par la qualité d’interventions de certains vacataires, par leur vision et leur manière d’aborder les choses... Merci à eux! Je dirais également, que je m’attendais pas du tout à ce contenu de formation dans l’U.E.5 concernant l’Infographie. Je pensais avoir davantage de lacune sur des logiciels comme AUTOCAD, PHOTOSHOP, SKETCHUP. Finalement, je possédais à 80% toutes les connaissances vues en cours. Les 128 heures de cette U.E. ont été pour moi une manière d’acquérir des automatismes, et une rapidité dans l’exécution des tâches. J’ai été ravi de pouvoir partager avec les autres collègues de la formation les compétences que j’ai sur InDesign, logiciel de présentation et de mise en page. Le Projet TUT, a été de la même manière que le projet sur la Maison Radieuse en BTSA, un excellent moyen de mettre en application ces connaissances de manière professionnelle. Il m’a également permis de développer mes capacités relationnelles avec un groupe de travail, les acteurs d’un projet. Je dois dire que j’ai vraiment apprécié ces heures de travail, au même titre que mes camarades de groupe. Les treize semaines de stage ont été les plus enrichissantes de la formation. Je me suis rendu compte au travers de ces deux période, qu’il n’y avait pas mieux que le terrain pour apprendre davantage. J’aurais eu l’occasion malgré mon option d’infographiste de participer à plusieurs reprises à des réunions de chantier, à des réceptions provisoires de chantier sur un projet hôtellier du Four Seasons à Marrakech. Ce sont des postes qui ne m’ont pas déplu. Ces treize semaines ont été riches de rencontres, de nouvelles connaissances et de projets à venir. Ayant eu des retours d’amis sur le contenu de la première année des écoles de paysage, et puis aussi après réflexion j’ai réalisé alors que je ne souhaitai plus intégrer cette formation pour plusieurs raisons. Quatre ans supplémentaires c’est beaucoup, surtout quand il n’est programmé que trois semaines de stage! Un statut de paysagiste dplg pourquoi faire? Il faut être certain de son coup pour s’engager pour quatre ans. Un contenu de formation déplaisant. Quand on est un minimum curieux, la culture s’offre à nous de la même manière. Obtenir un statut c’est bien, mais avoir de l’expérience c’est mieux. Enfin, c’est en tout cas ce que je pense avec du recul. Je ne dis pas, ne pas vouloir dans quelques années reprendre un master pour obtenir un statut d’ingénieur. Mais pour l’heure ça me semble un peu prématuré : dans quel domaine? En aurais-je l’utilité tout de suite? Si je dois reprendre deux années d’études ça sera pour la raison suivante : blocage dans ma progression professionnelle à cause d’un simple niveau bac+3.

Bilan Même si je trouve regrettable certains points du contenu de la licence professionnelle AP de l’université d’Angers, je dois être honnête en disant que sans cette année je n’aurais pu mûrir mon projet professionnel de cette manière. Elle aura été l’occasion de faire à nouveau de très belles rencontres, élargissant mon réseau professionnel pour les années à venir. Et puis, sans cette année, je n’aurais pas toutes les propositions qui s’offre à moi pour la rentrée prochaine.


57

Des projets pleins la tête... Trois années de recul, des centaines d’heures de cours, des milliers de connaissances et déjà plusieurs projets en attente. Alors pour l’heure, c’est “pause” au niveau des études, qui reprendront plus tard si vraiment cela s’avère nécessaire. Dans cette partie je vais prendre le temps de vous présenter toutes les ambitions que j’ai dans le court et plus long terme.

Auto-entrepreneur Paysagiste À la sortie de mon BTSA je décide de faire les démarches nécessaires pour obtenir un statut qui me donne le droit d’exercer légalement le métier de paysagiste concepteur. Puis, je ne prend pas le temps pour lancer cette activité en parallèle de mes études par manque de temps. Lors de ma première période de stage au bureau d’études LUN à Beaucouzé, Sophie Richard émet à plusieurs reprises le souhait de vouloir retravailler avec moi après le stage. Avant de quitter le bureau, je lui propose mes services, services qu’elle accepte volontier. Ce qui m’a permis à plusieurs reprises en parallèle de la licence de travailler sur des choses concrêtes, en échange d’une bonne rémunération. Ayant eu la volonté à plusieurs reprises de vouloir chercher un nom sous lequel on me reconnaîtrai pour mon travail, j’ai décidé d’y consacrer un peu de temps. Ayant une adresse mail professionnelle depuis maintenant le début du BTSA, je souhaitais la conserver, et l’adapter au nom de la structure d’entreprise. De l’adresse kl.paysage@gmail.com, est né KnowLedge landscaPe (traduction : Le Savoir du Paysage). Après plusieurs dizaines d’essais, d’heures de réflexion un logo s’est dessiné (c.f. logo). Le prochain objectif est la mise en ligne d’un site internet actuellement en construction sur l’url suivant : www.knowledge-landscape.com. Ce dernier permettra de suivre mon actualité, ainsi que les projets que j’aurai en cours. Il sera une manière de montrer aux gens l’étendue de mes capacités en terme de rendu, de savoirs-faire et des qualités que je possède. Puis, très rapidement je m’envole pour le Maroc pour ma deuxième période de stage. Je réussi à travailler quelques heures pour LUN depuis le Maroc sur des travaux que j’avais commencé avant mon départ. Cette idée de sous-traitance me plaît beaucoup : elle n’empêche pas les projets personnels, et la mobilité. Avec la technologie d’aujourd’hui on peut travailler à l’autre bout du monde pour quelqu’un basé en France. C’est plutôt “chouette”! Une, deux, quatre puis sept semaines de stage à Maroco Paysages. Pascal Le Normand émet à plusieurs reprises, au même titre que Sophie Richard la volonté de vouloir retravailler avec moi après le stage. J’accepte! Une mission m’est confiée dès mon retour en France : il s’agit de finir le travail commencé sur la plaquette de communication de l’entreprise. C’est de cette manière que j’explique mon retour au Maroc dès le 5 juillet prochain. Je retourne pour une mission de trois semaines travailler sur Agadir. Cette mission concernera l’écriture d’un ouvrage sur le pilotage de travaux en aménagements paysagers. Et puis, dès la rentrée de septembre il y a de fortes possibilités que de nouvelles missions émergent. Dernièrement Sophie Richard a refusé des projets de conception de particuliers, les redirigeant vers moi. Nous verrons si cela doit aboutir. Aujourd’hui, j’ai décidé de continuer dans la même voie : continuer à faire de la sous-traitance pour LUN, pour Maroco Paysages, pour des projets de particuliers ou autres entités que je réussirai à obtenir avec le temps. Après discussion avec Pascal Le Normand, qui a 25 ans de recul, il s’avèrerait qu’une entreprise en nom propre serait une meilleure solution que celui d’auto-entrepreneur. Il me permettrai de déclarer mes charges fixes et variables que ces projets vont m’apporter (téléphone, déplacement, consommable...). Comme je le disais cette activité ne m’empêche pas d’en développer d’autres à côté, même à l’autre bout du monde.

Participation concours Je souhaiterai également associé à deux amies de BTSA participer à plusieurs concours dès l’automne prochain. Notre participation au concours du festival de Chaumont sur Loire est prévue pour 2012. Nous nous mettrons au travail dès que le thème sera divulgué au public cette automne, pour un rendu en janvier. Et puis, dans le cas où nous prendrions connais-


58

sance d’autres concours national ou international intéressant à nos yeux, nous candidaterons de la même manière. Ces concours sont une manière d’acquérir de l’expérience, puisqu’il s’agit de produire pour chacun un dossier professionnel avec une phase ESQuisse, quelques plans techniques, un estimatif du projet... Imaginons, dans le cas où il nous arriverait d’en gagner un, ce sera autant de reconnaissance pour nous dans le monde du paysage : une très bonne carte de visite pour la suite !

Projets de livres... J’ai en tête plusieurs projets de livres. Projets qui verront le jour avec le temps je l’espère. Ces projets seront l’occasion pour moi de mettre en oeuvre mes compétences dans la mise en page d’ouvrage. D’ailleurs à ce propos j’ai été contacté pour faire la mise en page d’un Atlas courant 2011/2012. Plusieurs sujets sont susceptibles de m’intéresser pour l’écriture de ces ouvrages. Je pense tout d’abord à un book personnel, que j’aimerai distinguer de tous les books que l’ont connaît actuellement. Book qui me permettra par la suite de montrer l’étendu de mes capacités dans le domaine paysager et autres domaines. Puis je me rappelle également la volonté de mes trois professeurs de paysage du lycée Jules Rieffel à vouloir écrire un ou plusieurs ouvrages sur l’histoire du Jardin en Mouvement présent sur les terres du lycée agricole. Leur problème était le manque de temps à consacrer à ce projet. Je pense donc les recontacter très prochainement pour voir avec eux si un travail collectif ne pourrait pas être mené pour réussir à écrire un ouvrage sur ce Jardin qui existe depuis maintenant une quinzaine d’années. Enfin, Pascal Le Normand a également émis plusieurs possibilités de projets de livres. Il n’était pas contre le fait de s’associer. Alors gardons dans les cartons cette association pour les années à venir.

Tour du Monde... Mon stage au Maroc m’a apporté énormément au niveau des connaissances liées au paysage : art des jardins différents de celui de la France, flore complètement différente... Mais il a également développé mon désir de vouloir voyager, de voir autres choses, d’autres cultures, manière de vivre... Plusieurs discussions avec mon maître de stage et sa femme, passionnés tous les deux de voyages ont suffit à me décider. Pascal Le Normand étant globe trotter par passion, il m’a donner plusieurs contacts à travers le monde : La Réunion, Madagascar, Portugal, Californie... Autant de contact, qui font des pieds à terre sur place, et qui facilite les démarches de voyage. Et puis, devenir bilingue étant un de mes objectifs à court terme, je pense envisager un départ en Californie pour plusieurs mois très prochainement.

Projet Top Secret ! Un projet d’envergure internationale est né lors d’échange avec Pascal Le Normand et sa femme. Pour l’heure ça n’est qu’un projet, qui demande encore beaucoup de réflexion. Un projet ça se rêve, ça se mûrit et ça se construit! Pour l’heure il est encore à l’état du rêve. Je ne pourrais en dire davantage sur ce projet, qui à notre connaissance n’existe encore nul part pour le moment. Patience...

Une, Deux, Cinquante boutiques d’un nouveau genre... À plus long terme voici un autre projet encore à l’état de rêve : l’ouverture une boutique d’un nouveau genre. Je m’explique, cette boutique allierai dans un même espace plusieurs fonctions. Les clients pourront y venir bouquiner, boire un thé, se détendre, venir y chercher des solutions à des aménagements intérieurs/extérieurs, ils pourront à leur convenance repartir avec un bouquet de fleurs, un objet déco, un bouquin... L’idée est d’associer plusieurs corps de métier : paysagiste, décorateur, fleuriste... et ce dans un même espace en le rendant accessible à tout type de personnes désireuse de faire évoluer son intérieur et son jardin. L’idée est belle et bien d’ouvrir une boutique dans lequel particuliers et professionnels pourront échanger autour d’une table pour travailler et développer le projet ensemble...


59

Ce projet demande encore beaucoup de réflexion quant à la forme qu’il prendra, au financement qu’il faudra trouver, aux associations à faire... Et puis, quand il verra le jour, pourquoi pas ouvrir d’autres boutiques si le concept fonctionne bien.

Bilan Beaucoup de projets en tête, une petite palette vous a été présentée. Il va me falloir mettre des ordres de priorité à l’ensemble de ces projets, les mûrir doucement... Surtout que ce ne sont pas les seuls! Et puis, il me reste encore beaucoup de lacune dans certains domaines, quant à certains projets. Je pense notamment à la comptabilité dans lequel je ne rayonne pas vraiment. J’ai également un autre souhait, qui serait d’intégrer pendant quelques semaines une pépinière afin de parfaire ma connaissance des végétaux. L’expérience fera le reste au fur et à mesure des rencontres, des projets qui se mettront en place. Cette expérience sera la seule manière d’avoir des connaissances solides sur tous les niveaux : scientifique, technique, relationnel...


Conclusion


62


63

Conclusion Cette année de licence aura été pour moi l’occasion d’acquérir un niveau bac+3. J’aurais eu également la possibilité d’acquérir une vitesse d’exécution dans l’utilisation de logiciel comme Photoshop et Autocad. Certains cours m’auront apporté de nouvelles connaissances, qu’il faudra que je mette en pratique dans les prochaines années, car trop théorique à mon goût pour l’heure. Qu’il est difficile de parler de soi, de faire un point sur sa vie, son parcours professionnel... Tant de choses en tête actuellement. Une envie d’être libre comme l’air, une envie de mettre en place tant de projets. Je bouillonne d’énergie pour tout ça. Énergie qu’il faudra que j’apprenne à canaliser pour la suite, au risque de râter certaines choses. Ce mémoire aura été pour moi, l’occasion de faire un point, sur mes lacunes, mes connaissances et compétences que j’ai pu acquérir au fur et à mesure des années C’est une sorte de transition introspective vers la vie active. Cette année de formation supplémentaire qui s’achève déjà, m’aura permis d’élargir mon réseau de professionnel, de rencontrer des personnes magnifiques avec qui peut-être se feront des projets professionnels dans les années à venir. Je terminerais ce mémoire par une citation de Sidney A Friedman : “Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien”.

Kev


Carnet de bord


landscape.U.need

Lundi 24 janvier 2011 - autre : présentation du bureau - SSA : présentation du projet de Saint-Sylvain d’Anjou - SSA : réflexion brouillon

Mardi 25 janvier 2011 - SSA : réflexion - SSA : mise au propre du plan dwg - SSA : 3D Sketchup

Mercredi 26 janvier 2011 - SSA : recherche norme PMR - SSA : visite de terrain - SSA : réflexion

Jeudi 27 janvier 2011 - SSA : reprise du plan autocad - SSA : reflexion commune - SSA : choix des essences

Lundi 7 février 2011 - SSA : dossier client - Monnier : photomontage

Mardi 8 février 2011 - ZAC Thouaré s/ Loire : réunion de chantier - SSA : dossier client - SSA : impression dossier

Mercredi 9 février 2011 - Cointreau : présentation du projet - Monnier : bilan commande végétaux - Cointreau : reprise plan dwg + devis

Jeudi 10 février 2011 - Cointreau : plan dwg + métré - Zoo de Vincennes : inventaire végétaux lianes - ZAC Thouaré s/ Loire : modif plan dwg - SSA : fin d’impression du dossier client

Vendredi 28 janvier 2011 - Conférence “le végétal dans le projet d’aménagement du paysage” par Sophie RICHARD - SSA : plan masse AUTOCAD - SSA : plan masse esquisse PHOTOSHOP

Lundi 31 janvier 2011 - SSA : plan masse esquisse PHOTOSHOP - SSA : recherche de photos référentes - SSA : croquis, perspective

Mardi 1er février 2011 - SSA : élévation - SSA : plan masse esquisse PHOTOSHOP

Mercreci 2 février 2011 - SSA : reprise croquis, élévation + aquarelle - SSA : recherche de photos référentes - SSA : début de la recherche de mise en page

Jeudi 3 février 2011 - SSA : reprise croquis, perspective... - SSA : dossier client

Vendredi 4 février 2011 - ZAC des Échats : réunion de chantier - Monnier : choix végétaux aux pépinières Ripaud

Vendredi 11 février 2011 - ZAC des Echats : réunion de chantier - Zoo de Vincennes : carnet paysager - Cointreau : recherche végétaux

Lundi 14 février 2011 - autre : déroulement de la semaine - Cointreau : plan de plantation AUTOCAD - Cointreau : CCTP + estimation financière

Mardi 15 février 2011 - Cointreau : plan de plantation (suite) - Monnier : mise en place Pin Nuages sur terrain

Mercreci 16 février 2011 - ZAC des Echats : plan de plantation (modif) - SSA : diaporama de présentation du projet

Jeudi 17 février 2011 - autre : Salon du Végétal à Angers - Sequoïa : réunion avec entrepreneur

Vendredi 18 février 2011 - Sequoïa : métré plan dwg


Lundi 21 février 2011 - ZAC des Echats : choix végétaux pépinières Marcillé - Cointreau : modif plan dwg - ZAC des Echats : modif plan dwg - Monnier : vérification bon de livraison - Cointreau : BPU + évaluation financière - Sequoïa : modif plan dwg

Mardi 22 février 2011 - ZAC Thouaré s/ Loire : réunion de chantier - Sequoïa : vérif feuille de calcul - SSA : réunion de présentation de l’ESQuisse

Mercredi 23 février 2011 - Sequoïa : vérif feuille de calcul (suite) - Cointreau : mise en couleur PHOTOSHOP plan masse

Jeudi 24 février 2011 - Sequoïa : vérif feuille de calcul (suite) - Cointreau : mise en couleur PHOTOSHOP plan masse

Vendredi 25 février 2011 - ZAC Thouaré s/ Loire : modif plan dwg - Monnier : impression documents - Cointreau : mise en couleur PHOTOSHOP plan masse

Lundi 28 février 2011 - Cointreau : mise en couleur PHOTOSHOP plan masse - ZAC des Echats : modif plan de plantation dwg - Monnier : réunion de terrain - Cointreau : carnet paysager - Cointreau : présentation à Pierre Cointreau

Mardi 1er mars 2011 - ZAC des Echats : chiffrage végétaux - Cointreau : reprise du plan...

Mercreci 2 mars 2011 - autre : tri, rangement bureau... - SSA : reprise plan + estimation

Jeudi 3 mars 2011 - SSA : estimation financière - Cointreau : BPU, estimation financière

Vendredi 4 mars 2011 - SSA : modif plan dwg + comptage végétaux + métré


Maroco Paysages

Lundi 18 avril 2011 - autre : lecture book entreprise, biblio... - DS : présentation du projet Dar Souleïmane - DS : compréhension du lieu, SGO...

Mardi 19 avril 2011 - DS : idem - DS : mise au propre de planche (contraintes, situation...)

Mercredi 20 avril 2011 - DS : idem - DS : mise en page cartouche + logo - Four Seasons : PV pas japonais - DS : mise en page du dossier client (début)

Jeudi 21 avril 2011 - DS : mise en page Infographie végétale - DS : mise en page Infographie d’ambiance + résolution problème d’échelle sur le plan dwg

Vendredi 22 avril 2011

Lundi 2 mai 2011 - DS : mise en couleur plan PHOTOSHOP - DS : mise en page dossier client

Mardi 3 mai 2011 - DS : mise en page dossier client (fin) - DS : impression dossier + gravure sur CD

Mercredi 4 mai 2011 - DS : recherche caractéristique de tous les végétaux utilisés sur le projet (Hauteur, densité...) - DS : préparation du BPU et DQE - DS : rendu dossier d’intention

Jeudi 5 mai 2011 - DS : plan de plantation dwg (début) - DS : prépration BPU et DQE (suite)

Vendredi 6 mai 2011 - DS : plan de plantation dwg

- DS : impression plan de zoning et d’assemblage - DS : dessin plan brouillon + coupe + Croquis...

Lundi 9 mai 2011 - DS : plan de plantation dwg

Lundi 25 avril 2011 - DS : dessin plan tennis, parking, oasis 2 - DS : idem + mise en page - DS : mise en couleur PHOTOSHOP

Mardi 26 avril 2011 - DS : visite de terrain - DS : mise en couleur plan d’intention PHOTOSHOP

Mercreci 27 avril 2011 - DS : mise en couleur plan PHOTOSHOP + coupes

Jeudi 28 avril 2011 - DS : plan SPA, limite nord - DS : mise en couleur plan PHOTOSHOP

Vendredi 29 avril 2011 - Journée à Marrakech : Visite de chantier du Four Seasons, visite de l’Agdal Médina, Jardin Majorelle, Place Jamal Fna...

Dimanche 1er mai 2011 - DS : mise en couleur plan PHOTOSHOP

Mardi 10 mai 2011 - DS : plan de plantation dwg

Mercredi 11 mai 2011 - DS : plan de plantation dwg

Jeudi 12 mai 2011 - Imsouane : réunion de chantier villa bord de mer - DS : plan de plantation dwg

Vendredi 13 mai 2011 - DS : mise en page des plans de plantation

Samedi 14 mai 2011 - DS : mise en page des plans de plantation - DS : impression dossier + gravure CD - DS : dépôt du dossier (avec 1 jour de retard)


Lundi 16 mai 2011

Lundi 30 mai 2011

- DS : plan de revêtement dwg + plan d’éclairage + plan de robinetterie...

- Complexe sportif : mise en page du dossier d’intention (début et fin)

Mardi 17 mai 2011

Mardi 31 mai 2011

- DS : réalisation coupes techniques aire de jeux (structure banc, et jeux) + détail plan

- autre : réflexion plaquette de communication de l’entreprise + recherche d’idées

Mercredi 18 mai 2011

Mercredi 1er juin 2011

- DS : réalisation coupes techniques limite nord est (seguia...) - DS : suite plan de revêtement...

- autre : réflexion plaquette - autre : mémoire de stage

Jeudi 19 mai 2011

- autre : mémoire de stage

Jeudi 2 juin 2011

- DS : plan des points de niveaux + plan des enrochements

Vendredi 3 juin 2011

Vendredi 20 mai 2011

- autre : réalisation de la plaquette sur PHOTOSHOP (début)

- DS : mise en page des planches prêtes - DS : modif de certaines coupes et plans selon remarque de Pascal

Lundi 23 mai 2011 - Four Seasons : réception provisoire de chantier (comptage végétaux, PV...)

Mardi 24 mai 2011 - Four Seasons : réception provisoire de chantier (arrosage automatique)

Mercreci 25 mai 2011 - DS : mise en page du dossier 2 d’exécution - DS : impression dossier + gravure CD

Jeudi 26 mai 2011 - Complexe sportif : présentation projet - Complexe sportif : début de recherche

Vendredi 27 mai 2011 - Complexe sportif : recherche de photos référentes + prep de plan de zoning


Annexes Projet Cointreau Projet Dar Souleïmane Plaquette entreprise Grilles d’évaluation Attestations de stage


Projet Jardin de l’entreprise COINTREAU exemple de planches du carnet paysager

landscape.U.need

Miscanthus sinensis ‘Gracillimus’

Entrée bureaux

Maclura

Charme

Orangers en pots

O D Terrasse béton

Charme Charme Bouleaux

E I P Charme

Mélange graminées/vivaces Grenadier

Peuplier existant

Mélange vivaces

Oranger du mexique

Peupliers existants

Peupliers existants

Mélange graminées

Carré Cointreau

O D E I P CO

S S

Salle des alambics

(Mars 2011)

O C

Kaki

SS

R E I

Carnet Paysager - Réhabilitation du jardin du Carré Cointreau

Jardin du C a r r é Cointreau

Société Rémy Cointreau - Site de Saint Barthélémy d’Anjou

P l a n masse

R E I


D E I P O C

S S O

R E I


Maroco Paysages

Projet Dar Souleïmane : exemple de planches rendues au maître d’ouvrage

D E I P O C

S S O

O D E I P CO

S S

R E I

R E I


D E I P O C

S S O

O D E I P CO

S S

R E I

R E I


Plaquette entreprise : réflexion sur la présentation

Maroco Paysages

R

R

F É

F É

E L

E L

I X

I X

N O

N O


R

R

F É

F É

E L

E L

I X

I X

N O

N O



Mémoire de stage | Licence Pro AP | ©atelier KLP