Page 1

La transplantation à partir de donneurs vivants

Le bulletin Volume 22 • No 3 • Hiver 2010-2011 La division du Québec de La Fondation canadienne du rein tient à témoigner sa gratitude à tous ses bénévoles pour l’engagement, le dévouement et la générosité dont ils font preuve au quotidien envers les personnes atteintes d’une maladie rénale. Plus que des bénévoles, ils sont la pierre angulaire de la Fondation, lui donnant les moyens d’accomplir sa mission.

Fleurette Bilodeau, une bénévole d'exception Fleurette Bilodeau est toujours, à 80 ans, une femme d’action au grand cœur bien connue de Longueuil. Depuis 2003, elle a collecté plus de 60 000 $ pour le camp des enfants dialysés de la Fondation, et ce, par l’entremise des campagnes porte-à-porte à Longueuil et dans sa région natale du Lac-Saint-Jean.

Fleurette à La Marche de La Fondation du rein à Montréal le 16 mai 2010

Très émue par l’histoire d’un jeune homme atteint de maladie rénale qui, à la télévision, lança un cri de détresse pour bénéficier d’une greffe de rein, Fleurette Bilodeau décida de s’impliquer auprès de La Fondation canadienne du rein et de contribuer, à sa manière, à améliorer le quotidien des personnes atteintes.

Une nouvelle importante: la Loi facilitant le don d’organes et de tissus ....................... 8 La Marche 2011............................................................ 3 Entretiens avec les bénévoles ............................... 4 et 5 Don d’organes ............................................................. 6

l ia at éc ol Sp név bé

Cahier santé

Bulletin de La Fondation canadienne du rein - division du Québec

C’est ainsi que, dans ce numéro spécial, nous soulignerons la contribution exceptionnelle de ces bénévoles dans la lutte aux maladies rénales. À ce titre, nous présenterons plusieurs portraits de ces volontaires qui s’activent à leur manière dans les différentes sections de la Fondation au Québec pour améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de maladies rénales.

Il faut dire que Fleurette Bilodeau n’en est pas à son coup d’essai. Elle organise bénévolement, chaque année, depuis 40 ans, un souper de Noël pour les personnes âgées et les handicapés, seuls et démunis. Le 11 décembre 2010, ce sont plus de 350 personnes qui ont pu prendre part à un extraordinaire repas de Noël. Fleurette Bilodeau est une véritable hyperactive du bénévolat. En plus d’être impliquée auprès des aînés, des handicapés et de La Fondation canadienne du rein, elle fait de l’entraide toutes les heures du jour et de la nuit pour écouter les jeunes qui rencontrent des difficultés dans la vie. La consécration pour Fleurette Bilodeau arrive en 1985, lorsque le Reader Digest l’honore d’un portrait qui sera traduit en 17 langues. Lorsque Fleurette Bilodeau eut 73 ans, des bénévoles, soucieux de sa santé, lui ont demandé de mettre fin à la collecte de fonds, ce qui est impossible pour une femme d’action qui ne tient pas en place. À 80 ans, Fleurette Bilodeau n’est pas prête de raccrocher et continuera d’aider son prochain comme elle sait si bien le faire depuis plus de 40 ans maintenant. Merci, Fleurette, pour cette formidable implication. Les entretiens avec les bénévoles se poursuivent à la page 4

Services aux patients ................................................... 9 Nouvelles des sections............................................... 10 Recherche .................................................................. 13 Babillard .................................................................... 14

Totalement dévouée aux soins du rein


Les renseignements que vous nous avez donnés sont utilisés pour vous envoyer ce bulletin. Si vous ne souhaitez plus le recevoir, vous avez la possibilité de nous le faire savoir par courriel à infoquebec@rein.ca ou par téléphone au 514-938-4515. Lecteurs : dans le but d’enrichir notre bulletin, nous aimerions recevoir vos témoignages sur les réalités des maladies rénales ou de la greffe rénale. Nous vous invitons à nous faire parvenir un texte de moins de 300 mots ainsi qu’une photo en haute résolution à infoquebec@rein.ca. COORDINATION ET RÉDACTION Antoine Ardiley GRAPHISME ET ÉDITION Ardecom PRODUC TION Ardecom POUR NOUS JOINDRE : La Fondation canadienne du rein - Division du Québec 2300, boulevard René Lévesque ouest, Montréal, QC H3H 2R5 TÉLÉPHONE 514-938-4515 ou 1-800-565-4515 TÉLÉCOPIEUR 514-938-4757 COURRIEL infoquebec@rein.ca Tirage 10 000 exemplaires

Le bulletin et le Cahier Santé sont publiés 3 fois par année par la division du Québec de La Fondation canadienne du rein. Distribués en français et en anglais à toutes les personnes souffrant de maladies rénales, ils donnent aux lecteurs toutes les informations sur les services et les activités de la Fondation, y compris les dernières données sur les maladies rénales et le don d’organes. Les opinions exprimées dans Le bulletin et le Cahier Santé ne reflètent pas nécessairement celles de la division du Québec de La Fondation canadienne du rein, de ses directeurs, employés ou membres. Vous déménagez ? Écrivez-nous à infoquebec@rein.ca. Les articles peuvent être reproduits avec indication de la source.

2

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Le mot du directeur général Don d’organes : La Fondation canadienne du rein à l’origine de nouvelles mesures gouvernementales La transplantation d’un rein permet d’améliorer radicalement la vie des personnes aux prises avec l’insuffisance rénale. Or, près de 80 % des personnes qui attendent une greffe d’organes espèrent recevoir un rein. C’est pourquoi la sensibilisation au don d’organes fait partie intégrante de la mission de La Fondation canadienne du rein. Depuis des années, la division du Québec de La Fondation canadienne du rein a mis sur pied un comité sensibilisation du public au don d'organes et de tissus pour demander aux gouvernements des mesures facilitant le don d’organes provenant de personnes décédées ou vivantes. Le 11 novembre 2010 demeurera un jalon important pour les personnes en attente d’une greffe, pour la Fondation et plus particulièrement pour les membres du comité sensibilisation du public au don d'organes et de tissus. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Yves Bolduc, annonça une série de mesures dont deux font partie de revendications initiées par notre organisme. Le ministre dit oui à deux demandes de La Fondation canadienne du rein Le ministre a en effet annoncé que le gouvernement du Québec participerait désormais au Registre canadien d’appariement de donneurs vivants jumelés. La participation à un système complexe de jumelage de donneurs vivants et de receveurs à l’échelle du Canada augmentera les possibilités de greffe lorsque le rein d’un donneur proche du receveur n’est pas compatible. Le gouvernement du Québec mettra aussi sur pied un programme de remboursement des dépenses des donneurs vivants. Ainsi, la personne qui,

de son vivant, donne un organe, pourra voir certaines dépenses remboursées (déplacement, repas, hébergement, perte de revenu d’emploi). Cette mesure limitera certains inconvénients causés à la personne qui pose un geste parmi les plus altruistes. Deux autres mesures que nous saluons : Le ministre de la Santé, le Dr Yves Bolduc, a annoncé que les lois du travail sont modifiées afin que le donneur vivant puisse conserver son lien d’emploi à la suite de l’opération. Depuis l’adoption du projet de loi, cette absence motivée par le don d’un organe est considérée comme un congé de maladie. Finalement, par le biais de cette nouvelle Loi facilitant le don d’organes, la Régie de l’assurance maladie est mandatée pour créer un registre québécois sur le don d’organes lors du décès. Ainsi, les personnes qui souhaitent faire don de leurs organes à leur décès pourront, en plus de signer au verso de leur carte d’assurance maladie, s’inscrire à ce registre. Au décès, les professionnels de la santé se référeront au registre afin de connaître la dernière volonté du donneur décédé. Au nom de la division du Québec de La Fondation canadienne du rein, et en pensant aux 941 Québécois en attente d’une greffe rénale*, je remercie M. le ministre Yves Bolduc pour l’ensemble des mesures prises. Je remercie aussi les bénévoles et employés de la Fondation qui, sous la direction du Dr Michel Pâquet, ont initié plusieurs de ces mesures. Martin Munger * en date du 31 décembre 2009, source: Québec Transplant

Ensemble nous pouvons faire toute une différence !


LA MARCHE de La Fondation du rein

L’édition 2010 de La Marche a attiré plus de 1 000 personnes et permis de lever 130 000 $. Aidez La Fondation canadienne du rein à établir de nouveaux records et joignez-vous à elle le dimanche 15 mai 2011 pour aider les personnes atteintes d’une maladie rénale et pour promouvoir le don d’organes. Cette année, la région de l’Outaouais s’est jointe aux 5 autres régions où se déroule simultanément La Marche de La Fondation du rein. La Marche aura donc lieu en Estrie, en Mauricie, à Montréal, en Outaouais, à Québec et au Sagnenay-Lac-Saint-Jean. Cet événement de collecte de fonds a pour but de financer la recherche et de sensibiliser le public aux maladies rénales et à l’importance du don d’organes. C’est l’occasion pour les patients en dialyse, les personnes greffées, les familles des donneurs, les donneurs vivants, la communauté médicale et le public d'encourager les avancées en matière de santé rénale et de don d’organes. « Au-delà du pouvoir de sauver une vie, le don d’un organe améliore la vie de toutes celles et tous ceux qui entourent la personne greffée », fait remarquer Louis Charest, président de la section Montréal-Métropolitain de La Fondation du rein - division du Québec et père

Saviez-vous qu’en date du 31 décembre 2009, au Québec, plus de 14 700 personnes ont été traitées ou dépistées pour une maladie rénale ? De ces personnes : • 6 400 sont en clinique de protection rénale (pré-dialyse); • 4 600 sont en dialyse; • 3 700 sont greffées. de la jeune Pénélope (10 ans), qui vit aujourd’hui grâce à un donneur anonyme. Les besoins en dons d’organes sont de plus en plus pressants en raison de l’accroissement rapide de l’ordre de 10 % par année du nombre de patients aux prises avec une maladie rénale. La pénurie d’organes destinés à la greffe est une réalité pour des milliers de personnes au Canada. Au 31 décembre 2009, 1 200 Québécoises et Québécois étaient sur la liste d’attente pour une greffe, dont 941 (78 %) attendaient un rein. Pour plus d’information et pour l’inscription en ligne, visitez www.rein.ca/marchequebec.

INSCRIVEZ-VOUS EN LIGNE DÈS AUJOURD’HUI • www.rein.ca/marchequebec Vous pouvez également nous faire parvenir votre inscription par la poste ou par télécopieur. Veuillez s.v.p. compléter ce formulaire en lettres détachées.

Prénom Nom

Veuillez détacher et nous faire parvenir votre formulaire d’inscription dans une enveloppe dûment affranchie ou par télécopieur à :

Adresse

La Fondation canadienne du rein - division du Québec 2300, boulevard René-Lévesque ouest, Montréal QC H3H 2R5 Télécopieur : (514) 938-4757

Téléphone

Dans quelle région souhaitez-vous marcher?

 Estrie  Mauricie  Montréal  Outaouais  Québec  Saguenay–Lac-Saint-Jean

Pour plus d’information au sujet de la Fondation, n’hésitez pas à communiquer avec nous au 1 800 565-4515

Ville / Code postal Courriel

Cellulaire

Employeur

Lien avec la maladie Nom de mon équipe Chef de l’équipe

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Votre don fait du chemin à La Fondation du rein

3


Portraits de bénévoles qui contribuent au rayo Le Dr Martin Plaisance Section Estrie

12 ans de dialyse et 15 opérations lourdes subies depuis ses 17 ans, Nelson Bellavance est plus que jamais une force de la nature.

Le Dr Martin Plaisance est néphrologue au Centre hospitalier de Sherbrooke depuis 1999 et professeur agrégé au département de Médecine de la faculté de Médecine de l’université de Sherbrooke. Le Dr Plaisance participe, depuis plusieurs années, à la partie d’huîtres de la section Estrie de la Fondation et soutient son action.

Avec l’aide précieuse de Lévi Trottier ainsi que de 230 bénévoles, Nelson Bellavance organise au mois de mars la Campagne porte-à-porte pour la section Abitibi-Témiscamingue de La Fondation canadienne du rein et collecte 50 000 $ chaque année.

Il est contacté au début de l’année 2010 par Josée Parenteau, présidente de la section Estrie, pour lui demander de s’impliquer dans l’organisation de l’édition 2010 de la partie d’huîtres.

La Fondation canadienne du rein ne peut que se féliciter d’avoir à ses côtés un tel bénévole, exceptionnel, qui a, mentionnons-le, parcouru 4 500 kilomètres à bicyclette durant l’été 2010.

« L’organisation d’une levée de fonds demande beaucoup de temps et d’implication mais c’est une réelle récompense en bout de ligne. Nous savons que le fruit de nos efforts va directement aux personnes atteintes de maladies rénales », indique le Dr Plaisance. Pourquoi s’implique t-il autant avec la Fondation ? Parce qu’elle finance la recherche. Plusieurs de ses collègues ont reçu des subventions de La Fondation canadienne du rein et même si son effet ne se fait ressentir que plusieurs années après, la recherche représente pour le Dr Plaisance une réelle opportunité d’améliorer la vie de milliers de personnes souffrant de maladies rénales.

Nelson Bellavance Section Abitibi-Témiscamingue Nelson Bellavance, bénévole très actif depuis 10 ans à la Fondation, est devenu président de la section Abitibi-Témiscamingue en 2003.

4

« Certaines personnes que j’ai rencontrées au centre de dialyse ne peuvent se déplacer sans fauteuil roulant. J’ai cette chance unique d’être autonome et de me déplacer librement malgré les inconvénients de la maladie », affirme Nelson Bellavance, qui regarde toujours le bon côté des choses.

Né avec un seul rein, il est atteint d’une insuffisance rénale depuis l’âge de 17 ans. En 1998, à 50 ans, Nelson Bellavance apprend que son rein malade ne pourra plus fonctionner correctement sans un traitement de 4 heures de dialyse, 3 jours par semaine. Après Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Noëlla Gagné Section Saguenay-Lac-Saint-Jean Noella Gagné est bénévole à la Fondation depuis le début de l’année 2007; elle est devenue présidente de la section Saguenay-Lac-Saint-Jean début 2009. Sous traitement de dialyse pendant 5 ans avant d’être greffée en mai 2006, Noëlla Gagné est une battante. À la retraite depuis l’âge de 45 ans, elle souhaitait s’impliquer et donner de son temps pour améliorer le quotidien des malades sous dialyse qu’elle connaît bien et surtout faire avancer la recherche sur les maladies rénales. « Le bénévolat me valorise et grâce à lui je me sens utile. C’est donc tout naturellement que j’ai proposé mes services à la Fondation », souligne Noëlla Gagné. Noëlla Gagné organise plusieurs activités avec la précieuse collaboration de Nathalie Saulnier et de quelques bénévoles. La 2e édition de La Marche de la Fondation pour la section Saguenay-Lac-Saint-Jean a eu lieu le 16 mai 2010 en présence du Dr Bélisle, qui s’est énormément impliqué à titre de porte-parole, mobilisant bon nombre de néphrologues de la région.

Nous sommes derrière vous


onnement de la Fondation Plusieurs cafés-rencontres sont aussi organisés pour les patients atteints d’insuffisance rénale. « Les cafés-rencontres sont l’occasion pour les patients de venir écouter les conseils de professionnels sur des sujets concrets comme les crédits d’impôts pour les personnes en insuffisance rénale. Ces rencontres les aident vraiment à mieux vivre. », ajoute Noëlla Gagné.

Nicole Therriault Section Outaouais Depuis 2003, Nicole Therriault est infirmière ressource en don d’organes et de tissus à l’hôpital de Hull (CSSS de Gatineau). Son rôle est d’apporter le soutien voulu au patient et à sa famille en les accompagnant pendant le processus décisionnel. Une fois une décision éclairée prise, elle leur apporte un soutien psychologique, moral et une présence physique. Contactée par La Fondation canadienne du rein en 2004, elle devient spécialiste du don d’organes et de tissus à la section Outaouais-Québécois. Depuis lors, elle est membre du comité de sensibilisation du public aux dons d’organes et de tissus de la Fondation. Outre la formation sur le don d’organes qu’elle offre aux infirmières en dialyse de l’hôpital de Hull, elle s’implique entièrement, toujours à titre de bénévole, dans les différentes activités de la section. « Depuis 2004, nous organisons un tournoi de golf qui lève en moyenne près de 20 000 $ chaque année pour les personnes atteintes d’insuffisante rénale », indique Nicole Therriault. 2011 marquera un tournant pour la section Outaouais, puisque La Marche aura lieu le 15 mai pour la première fois dans cette région. Aussi, des cafés-rencontres sont organisés depuis peu afin de renseigner les personnes atteintes d’insuffisance rénale sur les recours dont ils disposent pour améliorer leur quotidien. « Nous sommes ravis que de nouvelles activités soient organisées dans cette section de la Fondation, car nous devons promouvoir la sensibilisation du public au don d’organes et faire évoluer les mentalités », fait remarquer Nicole Therriault, qui voit d’un œil positif l’arrivée récente d’une nouvelle responsable à la section Outaouais.

Louis Charest Section Montréal-métropolitain Le 28 juin 2004 restera une date marquante dans la vie de Louis Charest. Ce jour-là, pour enfin mener une vie normale comme les autres enfants de son âge, Pénélope, sa fille alors âgée de 4 ans, subit une greffe de rein après un lourd traitement de dialyse qui dura plus de 3 ans. Conscient de la chance qu’a pu avoir sa fille après cette greffe qui allait changer sa vie, Louis Charest souhaita dorénavant sensibiliser le public à la réalité des maladies rénales et à l’importance du don d’organes. C’est en 2006 qu’il participe pour la première fois à une activité de La Fondation canadienne du rein. Grâce à Louis Mousseau, alors président de la section Montréal, il entre au début de 2007 au conseil d’administration. Très vite, en mai 2007, on lui confie la responsabilité d’organiser la 1re édition de La Marche à Montréal, au Parc La Fontaine. Cinq mille dollars ont été amassés. En 2009, il devient président du comité de La Marche de la section de Montréal. L’édition 2010 de La Marche à Montréal fit se déplacer plus de 600 personnes où plus de 80 000 $ furent recueillis pour les personnes atteintes de maladies rénales et pour la recherche. « La Marche est une occasion unique pour la Fondation de mettre en lumière le rôle crucial que jouent les reins dans notre organisme et l’importance de les garder en santé. C’est aussi un moment privilégié pour sensibiliser le public à la nécessité du don d’organes », rappelle Louis Charest, qui s’impliquera encore cette année pour faire de La Marche 2011 un nouveau succès.

Vous souhaitez devenir bénévole de la Fondation et soutenir son action? Contactez Joëlle Turck, directrice des ressources bénévoles, au 514-938-4515 poste 233

Totalement dévouée aux soins du rein

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

5


Don d’organes Cérémonie de l’ACDO Le 22 octobre dernier s’est déroulée à la Cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke la traditionnelle cérémonie de reconnaissance de l’Association canadienne des dons d’organes. La Fondation canadienne du rein tient à remercier les 14 donneurs vivants récompensés pour leur généreux don de vie à l’un de leurs proches. Aussi, nous ne pouvons passer sous silence la mémoire des 232 donneurs du Québec qui ont reçu, chacun, le titre posthume d’Ambassadeur de la Santé, car, ce faisant, ils Selon ont transmis le plus un sondage Impact bel héritage qui soit, Recherche réalisé en 2008, celui de la vie. il existe toujours un écart imL’Honorable Pierre Duchesne, lieutenant-gouverneur du Québec, remet la médaille du Bon Samaritain à Lyne Beaulieu, qui à donné un rein à la petite Raphaëlle Gosselin (6 ans 1/2).

portant entre la volonté exprimée en faveur du don d’organes (9 personnes sur 10) et le geste de signer sa carte d’assurance maladie (5 personnes sur 10), d’où l’importance de dire à vos proches que le don d’organes est une décision qui vous tient à cœur.

Prix humanitaire Don de vie PÉRIODE D’INSCRIPTION POUR LE PRIX HUMANITAIRE – DON DE VIE 2011

6

Le Prix Humanitaire - Don de vie a été créé pour exprimer reconnaissance et gratitude aux entreprises qui, grâce à leurs efforts humanitaires, ont facilité de différentes façons la greffe ou le don d’un rein pour un ou plusieurs de leurs employés. Ce prix vise à sensibiliser les entreprises québécoises à l’importance de soutenir leurs employés lors du processus de don de rein ou de greffe.

Pour participer, vous devez vous procurer et remplir le formulaire prévu à cette fin :

Votre employeur vous a-t-il soutenu, par exemple, en vous versant votre salaire durant tout ce processus ou en vous permettant de vous absenter lors des examens ? Si vous souhaitez lui exprimer publiquement votre recon-

• •

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

naissance pour sa générosité, inscrivez-le dès maintenant ! Faites nous parvenir votre candidature dûment remplie.

Sur le site Internet de la Fondation (www.rein.ca/quebec) sous la rubrique « Don d’organes » Auprès du personnel de votre centre de greffe Par téléphone, au 514-938-4515

Ensemble nous pouvons faire toute une différence !


Don d’organes Soyons respectueux de leurs dernières volontés, une question de respect de la vie. Par Simon Brodeur, Membre du conseil d’administration La division du Québec de La Fondation canadienne du rein. Presque chaque jour, les médias rapportent des évènements malheureux où, dans des situations dramatiques et accidentelles, des gens perdent la vie. Sans crier gare, ce cadeau qu’est la vie peut nous être enlevé dans des circonstances hors de notre contrôle. Les familles sont évidemment très affectées par la perte d’un être cher. Il y a ce moment douloureux où le médecin nous annonce qu’il n’y a plus rien à faire et qu’il faut laisser aller. Lors de la journée du Souvenir, le ministre de la Santé du Québec, le Dr Yves Bolduc, annonça d’importantes mesures pour favoriser le don d’organes, dont la création d’un registre de consentement et je l’en félicite. Ce genre de nouvelles fait malheureusement peu les manchettes. Il est bon de nous rappeler que la liste des patients en attente d’un don d’organe ne cesse de s’allonger année après année, non par manque de soins, mais par manque d’organes à greffer. Cette liste compte plus de 1 200 personnes en attente d’une greffe d’organes, dont 78 % d’entre elles espèrent une greffe de rein et dont le traitement de dialyse coûte plus de 40 000 $ par année, par patient. Cette fois, l’absence d’organes n’est pas la faute de notre ministre ou de notre système de santé, mais bien la nôtre. Au cours des dernières années, les campagnes de sensibilisation se sont multipliées pour attirer l’attention du public sur l’importance du don d’organes. De plus en plus de nos concitoyens

apposent un autocollant au verso de leur carte d’assurance maladie, signifiant par là qu’après mûre réflexion ils souhaitent faire don de leurs organes à leur décès, un geste d’une immense générosité. Saviez-vous qu’un seul donneur peut sauver plusieurs vies (cœur, rein, poumons, foi, pancréas, intestin, etc.) ? Saviez-vous que près d’un tiers des familles refuse le don d’organes1 lors d’un décès, et ce, malgré la volonté réfléchie et le consentement clairement exprimé par les gens qui apposent un autocollant sur leur carte d’assurance maladie ? De quel droit moral nous réclamonsnous pour ne pas respecter les dernières volontés clairement exprimées ? Sur quels arguments nous basons-nous pour refuser que la vie qui disparaît n’engendre pas la vie ? Lorsque le médecin annonce qu’il n’y a plus rien à faire et qu’il faut laisser aller, il y a encore à faire, il faut accepter le don d’organes et sauver plusieurs vies non seulement celle des futurs greffés, mais aussi celle de leurs familles immédiates : elles aussi sont en attente d’une vie meilleure. À moins que le consentement exprimé pour le don d’organes ne soit force de loi comme dans d’autres pays, nous devons prendre conscience de l’importance du don d’organes, du don de vie. J’invite toutes celles et tous ceux qui ont signalé leur consentement au don d’organes en apposant un collant à l’endos de leur carte d’assurance maladie à rappeler immédiatement à leur famille de respecter, si un jour un malheur les frappait, leurs dernières volontés. C’est une question de morale, c’est une question de respect de la vie. Simon Brodeur

1 « Se rapprocher des familles pour le don d’organes – L’expérience du Québec » Québec Transplant 2006 Le Bulletin • Hiver 2010-2011

7


Don d’organes Loi facilitant le don d’organes et de tissus Le 8 décembre 2010 a été adoptée, par l’Assemblée nationale, la Loi facilitant le don d’organes et de tissus. C’est une loi importante et sans précédent pour La Fondation canadienne du rein, qui milite de longue date pour le don d’organes, puisque 75 % de toutes les greffes réalisées au Québec sont des greffes de reins. Cette loi comporte 4 mesures principales favorisant le don d’organes:

1 - Consentement au don d’organes après le décès et vérification Il existe maintenant trois façons de faire connaître son consentement au don d’organes après le décès : Par inscription au Registre des consentements au don d’organes et de tissus de la RAMQ (nouveauté); P a r i n s c r i p t i o n au Registre de la Chambre des notaires du Québec; Par autocollant signé sur la carte d’assurance maladie. Le registre de la RAMQ permettra aux intervenants dans les établissements, via un organisme autorisé, de vérifier rapidement si une personne décédée ou dont le décès est imminent, est bien inscrite à ce registre et a signé un formulaire de consentement au don d’organes et de tissus. Il permettra également à la famille d’exécuter la volonté du défunt, considérant qu’un des facteurs de refus de consentement de la famille est la méconnaissance de la volonté de leur proche. Aussi, devant un décès imminent ou constaté, l’établissement pourra, en plus des sources d’information déjà connues (la famille, l’autocollant apposé sur la carte d’assurance maladie et le Registre de la Chambre des notaires), vérifier via un organisme dédié le consentement d’une personne signifié au Registre de la RAMQ. L’établissement peut ainsi remplir plus facilement sa mission d’identification des

8

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

donneurs potentiels. Il s’agit là d’un facteur majeur destiné à augmenter le nombre de greffes.

2 – Le Registre canadien de donneurs vivants La participation du Québec au Registre canadien de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires permettra à plusieurs paires de receveur-donneur incompatibles d’opter pour un échange leur permettant de trouver des paires compatibles. La personne en attente d’une greffe rénale aura donc beaucoup plus de chances de trouver un donneur vivant compatible en étant inscrite au Registre canadien. De plus, l'espérance de vie du greffon est plus longue (18 ans en moyenne) lorsque la transplantation s'est effectuée à partir d'un donneur vivant.

3 - Programme de remboursement des dépenses des donneurs vivants Les donneurs vivants doivent se déplacer pour subir des examens médicaux, s’absenter du travail pendant quelques semaines et assumer d’autres dépenses. Ce geste altruiste a un impact financier important sur la vie de ces donneurs. La mise en place d’un tel programme leur permettra d’être remboursés à hauteur de 5 715 dollars au maximum pour la perte de revenu et certaines catégories de dépenses tels que les frais de déplacements, d’hébergement, de repas et de stationnement.

4 – Modifications des Normes du travail La modification des Normes du travail apportée par la Loi facilitant le don d’organes et de tissus permet d’assurer le lien d’emploi du travailleur où l’absence est maintenant considérée comme une absence pour maladie ou accident. Ces modifications législatives devraient donc inciter les personnes à faire don d’un organe.

Nous sommes derrière vous


Cahier santé La Fondation canadienne du rein, Bulletin de la division du Québec

Volume 22 • No 3 • Hiver 2010-2011

Transplantation à partir de donneurs vivants Les personnes atteintes d’une maladie rénale sévère présentent généralement une détérioration lente, mais progressive, de la capacité des reins à filtrer le sang. Lorsque le degré de filtration des reins atteint un seuil critique (environ 10 à 15 % de la normale), il devient nécessaire de commencer une technique d’épuration du sang sinon des complications graves peuvent survenir et mettre la santé et la vie de la personne en danger. Trois techniques différentes existent présentant chacune certains avantages ainsi que quelques complications qui leur sont propres : l’hémodialyse (en général trois traitements par semaine à l’hôpital), la dialyse péritonéale (à la maison) et finalement la transplantation rénale. La transplantation rénale offre plusieurs avantages par rapport aux deux autres techniques d’épuration du sang : meilleure qualité de vie, plus de liberté pour différentes activités et pour voyager, meilleur état général et même meilleure espérance de vie. Cependant, l’accès à la transplantation n’est malheureusement pas toujours facile. Dans un premier temps, le receveur potentiel doit faire un bilan complet pour s’assurer que la transplantation sera sécuritaire. Les examens demandés et le

temps requis pour effectuer ce bilan sont très variables selon les différents receveurs (de quelques semaines à plusieurs mois). Une fois le bilan terminé, le patient est inscrit sur la liste d’attente pour la greffe d’un rein provenant d’un donneur décédé. Quoique le Québec réussisse à obtenir le plus haut taux de donneurs décédés de tout le Canada, et ce, chaque année, il n’y a malheureusement pas suffisamment de reins pour toutes les personnes en attente d’une transplantation. Actuellement, il y a au Québec plus de 900 personnes en attente d'un rein et il se fait environ 450 transplantations rénales par année. De plus, le nombre de nouvelles personnes inscrites sur la liste d’attente chaque année est supérieur au nombre de nouvelles greffes, ce qui se traduit par un plus grand nombre de personnes sur la liste, lequel augmente continuellement. Par ailleurs, le temps d’attente moyen pour une greffe rénale (le greffon provenant d’un donneur décédé) est actuellement d’environ deux ans et ne cesse d’augmenter lui aussi. Afin de pallier à cette pénurie croissante d’organes, plusieurs mesures de sensibilisation du grand public ainsi que des professionnels de la santé sont prises pour augmenter le nombre de donneurs.

La publication de ce Cahier Santé est rendue possible grâce à l’appui financier de

CAHIER SANTÉ • Hiver 2010-2011

1


Cahier santé

2

Comparaison entre le don vivant et le don cadavérique

Conditions préalables au don vivant

La transplantation rénale peut se faire à partir de donneurs vivants et celle-ci offre plusieurs avantages comparativement à la greffe d’un rein cadavérique. Il s’agit de la seule façon d’accéder plus rapidement à la transplantation tout en respectant la sécurité du donneur et celle du receveur du rein greffé. Lorsqu’une transplantation rénale est effectuée à partir d‘un donneur vivant, les conditions optimales sont réunies. Ainsi les taux de succès sont-ils supérieurs à ceux obtenus avec un rein provenant d’un donneur décédé : meilleure fonction du rein greffé, moins de complications après la transplantation, moins de crises de rejet, durée moyenne de fonctionnement du rein transplanté nettement supérieure (18 à 20 ans alors qu’elle est de 12 ans environ lorsque le rein provient d’un donneur décédé). L’accès plus rapide à la greffe, lorsqu’un donneur vivant est disponible, est avantageux non seulement parce qu’on peut ainsi réduire la période de temps en dialyse, mais surtout parce que la durée totale de dialyse a plus tard une influence marquée sur les résultats de la greffe, si greffe il y a : lorsque la durée totale de temps en dialyse est réduite à moins de six mois, on observe des taux de rejet moindres, une « durée de vie » du rein transplanté plus longue, moins de complications cardiovasculaires dans les années qui suivent la transplantation et une espérance de vie plus longue pour le receveur. Cependant, il est important de souligner que le nombre de transplantations rénales avec donneurs vivants est actuellement insuffisant au Québec. En effet, au Québec, une greffe rénale sur cinq est actuellement effectuée avec donneur vivant alors que dans la majorité des autres provinces canadiennes, une greffe rénale sur deux se fait avec donneur vivant.

Pour qu’une transplantation puisse s’effectuer avec donneur vivant, plusieurs conditions doivent être réunies : une personne intéressée à donner un de ses reins à un proche doit contacter personnellement et directement un centre de greffe. Elle doit ensuite être informée des avantages pour le receveur et des autres options qui lui sont offertes (dialyse, greffe d’un rein cadavérique), mais également des risques potentiels d’une telle procédure. L‘équipe de transplantation doit par ailleurs s’assurer que le donneur (ou la donneuse) est en bonne santé tant physique que psychologique et que la décision de donner un rein est prise de façon libre et éclairée. Plusieurs rencontres avec les membres de l’équipe de transplantation sont nécessaires et plusieurs examens doivent être effectués. Cette évaluation peut habituellement prendre moins de deux mois pour se concrétiser, quoique dans certains cas elle peut se prolonger considérablement.

CAHIER SANTÉ • Hiver 2010-2011

La durée totale d’hospitalisation pour la personne qui donne un rein est en général de moins d’une semaine; celle-ci peut reprendre toutes ses activités habituelles, y compris le travail, environ six semaines après son congé. Il est très sécuritaire de donner un rein car tous les critères doivent être respectés. En effet, les risques de complications sont extrêmement faibles et le donneur peut continuer à vivre sa vie normalement, sans restrictions, si ce n’est de conserver de bonnes habitudes de vie (poids santé, alimentation saine, exercice régulier et abstention de tout tabagisme). L’équipe de transplantation suit annuellement les personnes qui ont donné un rein afin de s’assurer que tout problème médical qui peut survenir après une telle opération puisse être pris en charge rapidement et efficacement.


Cahier santé Première greffe à partir d’un donneur vivant

donneur « X » puisse donner au receveur « B ». Si les groupes sanguins et tests effectués démontrent une compatibilité pour ces deux transplantations « en croisé », on parle alors L’expérience des 30 dernières années et plus de transplantation rénale avec donneur vivant a démontré que les personnes qui donnent un entre paires incompatibles. rein n’ont pas une espérance de vie réduite comparativement à celles qui vivent avec leurs Le Registre canadien de deux reins et ne risque pas plus que les autres de développer une maladie rénale ou de né- donneurs vivants cessiter un jour des traitements de dialyse. La toute première greffe rénale a d’ailleurs été ef- Afin de s’assurer du bon résultat des deux fectuée à partir d’un donneur vivant à Boston, greffes, les chirurgies pratiquées sur les deux en 1954. De plus, le donneur était présent en donneurs sont effectuées simultanément et 2004 à la célébration du cinquantième anni- les deux transplantations suivent immédiateversaire de cet exploit médical. ment les prélèvements. Afin de maximiser les chances de trouver des paires de donneur - receveur pouvant participer à de tels Don d’organes entre paires échanges, il est important qu’un grand nomincompatibles bre de couples donneur – receveur incompatibles soient identifiés. À cet effet, un registre Afin de s’assurer du succès de la transplanta- canadien a été mis sur pied en avril 2009 dont tion avec donneur vivant, les groupes san- le Québec fait maintenant partie depuis guins du donneur et du receveur doivent être décembre 2010. A ce jour, cinq provinces y compatibles. De plus, on s’assure de l’absence ont inscrit des patients, ce qui a déjà permis de réaction entre le sang du receveur et les d’effectuer plusieurs transplantations qui cellules du donneur en effectuant un test spé- n’auraient pas été possibles auparavant. cifique en laboratoire avant la transplantation. Dans les cas où il y aurait une incompatibilité Programme d’indemnisation entre le donneur et le receveur, il est préférable de ne pas tenter la greffe, car le risque de des donneurs vivants rejet serait trop grand. Cependant, des découvertes récentes permettent maintenant de Bien que tous les frais associés à l’évaluation des donneurs potentiels (nombreux examens contourner cet obstacle. et rendez-vous médicaux) ainsi que les frais de En effet, prenons le cas d’un donneur « A » qui chirurgie et d’hospitalisation soient actuelledésire donner un rein au receveur « B », mais ment couverts par le Régime d’assurance males tests effectués démontrent une incompati- ladie du Québec, plusieurs autres dépenses bilité de groupe sanguin entre eux. Il est pos- associées au processus de don ne sont remsible qu’un autre couple de donneur - receveur boursées que depuis décembre 2010 grâce à (donneur « X » et receveur « Y ») soient éga- la nouvelle Loi facilitant le don d’organes : lement incompatibles entre eux pour la même frais de déplacement, de logement et de raison. Cependant, il se peut que le donneur repas, et, dans certains cas, perte de revenu « A » puisse donner au receveur « Y » et que le pendant l’hospitalisation et la période de CAHIER SANTÉ • Hiver 2010-2011

3


Cahier santé convalescence. Le remboursement s’élève à autres provinces canadiennes. Plusieurs mesures ont été prises à cet égard par La Fonda5 715 $ au maximum. tion canadienne du rein, qui joue un rôle La mise en place de ce programme de rem- primordial de sensibilisation du grand public, boursement des dépenses des donneurs vi- des patients, des professionnels de la santé vants récompense un geste altruiste de la part ainsi que des représentants du gouvernement de personnes généreuses voulant aider un afin qu’un plus grand nombre de patients quéproche en lui donnant un rein. Il est important bécois puisse bénéficier de ce traitement de de souligner qu’il ne s’agit pas ici de payer choix. quelqu’un pour qu’il fasse un don de rein, mais bien de rembourser des dépenses encourues Michel R. Pâquet* Néphrologue, hôpital Notre-Dame de Montréal dans le processus de don. Président du comité provincial de dons En résumé, la greffe rénale avec donneur vivant d’organes de La Fondation canadienne du rein est actuellement le meilleur traitement qui puisse être offert à une personne atteinte d’une * Texte rédigé en septembre 2009 et révisé en maladie rénale sévère. Au Québec, le nombre janvier 2011 à la suite de la nouvelle Loi facilide greffes rénales effectuées grâce à un don- tant le don d’organe adoptée le 8 décembre neur vivant est largement inférieur à celui des 2010 par l’Assemblée nationale du Québec.

4

CAHIER SANTÉ • Hiver 2010-2011


Services

Impôts Saviez-vous que les personnes atteintes d’insuffisance rénale ont droit à certains crédits d’impôts ? Pour les connaître, nous vous invitons à consulter les sites de l’Agence du revenu du Canada au www.cra-arc.gc.ca et de Revenu Québec au www.revenu.gouv.qc.ca. Vous pouvez aussi vous procurer des formulaires et obtenir conseil auprès de la directrice des Programmes de la division du Québec de La Fondation canadienne du rein.

Pagettes Munissez-vous d’un téléavertisseur gratuit ! L’entreprise Bell Mobilité offre la possibilité aux personnes en attente d’une greffe rénale d’obtenir un téléavertisseur gratuit pour une période de 12 mois. Pour vous procurer le formulaire requis, veuillez en faire la demande à la directrice des Programmes de la Fondation dont les coordonnées figurent ci-contre. À noter aussi qu’il est obligatoire d’envoyer un formulaire de réinscription à la fin de la période de 12 mois pour en renouveler l’abonnement.

AUX PATIENTS Pour obtenir de la documentation ou des renseignements sur les programmes offerts à la division du Québec de La Fondation canadienne du rein, nous vous invitons à visiter les rubriques « Services aux patients » et « Don d’organes » de notre site Internet au www.rein.ca/quebec ou à communiquer avec : Hélène Boisvert, directrice des Programmes La Fondation canadienne du rein Division du Québec 2300, boul. René-Lévesque Ouest Montréal (Québec) H3H 2R5 Tél. : (514) 938-4515, poste 224 ou 1 (800) 565-4515 Courriel : helene.boisvert@rein.ca

Prévention Colloque sur la prévention de l’insuffisance rénale dans la région de la Mauricie Le colloque sur la prévention de l’insuffisance rénale chronique organisé par La Fondation canadienne du rein a eu lieu le vendredi 22 octobre 2010 dans la région de la Mauricie. Plus de 80 participants y ont pris part. Le but de ces colloques est de faire connaître l’insuffisance rénale chronique auprès des professionnels de la santé (médecins de famille, infirmières, diététistes, pharmaciens et gestionnaires de la région de la Mauricie) des CLSC, CHSLD, cliniques privées, centres hospitaliers, mais aussi auprès des représentants de l’Agence de santé et de services sociaux de la Mauricie. Les objectifs du colloque sont nombreux : • Permettre aux participants de prendre conscience de la réalité des maladies rénales chroniques au Québec. • Démontrer aux participants l’importance de la prévention de l’insuffisance rénale chronique. • Faire connaître les conséquences de l’insuffisance rénale chronique tant pour le patient qu’au niveau socio-économique. • Faire connaître les facteurs de risque d‘apparition de l’insuffisance rénale chronique. • Faire connaître les moyens médicaux pour prévenir l’apparition de l’insuffisance rénale chronique (prévention).

• Faire connaître les moyens permettant de reconnaître et de traiter les complications médicales de l’insuffisance rénale chronique. • Faire savoir à quel moment il est bon d’orienter un patient vers les traitements de suppléance rénale (dialyse et greffe rénale). Cet événement est rendu possible grâce au travail des membres du comité organisateur suivants : Le président : • Dr Pierre Nantel, néphrologue, hôpital Hôtel-Dieu de Sorel-Tracy Les membres : • Dr Pierre Cartier, néphrologue, hôpital de St-Jérôme • Dr Louise Corneille, néphrologue, centre hospitalier ambulatoire régional de Laval (CHARL), hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval Merci à nos commanditaires : Ortho-Biotech, BristolMyers Squibb Canada, Sanofi Aventis et Shire.

Totalement dévouée aux soins du rein

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

9


Nouvelles des sections Québec Fête de Noël La Fondation canadienne du rein a offert un déjeuner aux patients atteints d’insuffisance rénale à l’Hôtel Québec où plus de 200 personnes ont profité de la musique et de prix de présence. Ce jour-là, au même moment, se tenait une fête à l'Hôtel-Dieu de Québec pour les patients en traitement de dialyse. De gauche à droite, Gaétan Rhéaume, président de la section de Québec; Marcel Bédard, président sortant de la section de Québec et Pierre de Beaumont, vice-président des Communications de la section de Québec.

SaguenayLac-Saint-Jean Dîner de Noël Le traditionnel dîner de Noël pour les patients atteints d’insuffisance rénale s’est déroulé les 20 et 21 décembre à l’hôpital de Chicoutimi où environ 180 personnes (patients, personnel, médecins, infirmiers, diététiciennes…) ont partagé un moment chaleureux en ce temps des fêtes.

Estrie Partie d’huîtres La traditionnelle partie d’huîtres en l’honneur de monsieur Jean-Jacques Bégin s’est déroulée le 8 octobre au Centre Julien Ducharme, à Sherbrooke. L’occasion a permis à plus de 100 personnes de se délecter de succulentes huîtres ! Grâce à la générosité des participants, l’événement a permis de récolter près de 10 000 $. À partir de la gauche : Martin Munger, directeur général de la division du Québec, Josée Parenteau, présidente de la section Estrie et coordonnatrice de la partie d’huîtres et le Dr Martin Plaisance, néphrologue et membre du comité organisateur.

10

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Ensemble nous pouvons faire toute une différence !


Montréal-Métropolitain LA CAMPAGNE DU PRIX DU FONDATEUR 17 athlètes greffés du rein se méritent le Prix du Fondateur 2010 La 20e édition du Gala du Prix du Fondateur de La Fondation canadienne du rein a été couronnée de succès, ce mercredi 24 novembre, alors que les 17 athlètes greffés du rein ayant participé aux Jeux canadiens des greffés 2010 ont reçu le Prix du Fondateur. Ce Gala clôturait la Campagne du Prix du Fondateur 2010, sous la présidence de monsieur Luciano D’Ignazio, CA, Schwartz Levitsky Feldman, s.e.n.c.r.l./srl et de la présidence d’honneur de monsieur Tony Loffreda, C.P.A., vice-président régional, Ouest du Québec & Place Ville-Marie, RBC Banque Royale. Grâce à leur précieuse collaboration et à leur dévouement, ainsi qu’à celui des membres du conseil de la Campagne, plus de 800 000 $ ont été collectés. Notons qu’au cours des vingt ans de la Campagne du Prix du Fondateur plus de quatorze millions de dollars ont été recueillis. « Le don d’organes est un geste généreux – c’est un cadeau de vie. Il nous apparaissait important de le souligner à notre 20e édition en honorant 17 personnes remarquables, qui sont la preuve vivante de ce que ce don de vie permet d’accomplir », a indiqué monsieur Tony Loffreda, président d’honneur de la Campagne du Prix du Fondateur.

1re rangée (de gauche à droite) : Tony Loffreda - président d’honneur de la Campagne du Prix du Fondateur, Nadine Ogonowski, Lloyd Mangahas, Rosa Shields, Carmen Boudreau, Luciano D’Ignazio - président de la Campagne du Prix du Fondateur; 2e rangée : Jean-Christophe Nicolas, Lise Plamondon Guay, Riitta Kaarre, Elizabeth Ingram, Laureen Bureau; 3e rangée : Sarah Ferron, Sébastien Larochelle, Jonathan Émond, Gordon Denison, Guy Peterson

« Le Gala cette année est la preuve que l’on peut prolonger sa vie grâce au don d’organes, dans ce cas-ci en recevant un rein. Chaque année, des centaines de Québécois voient leur condition de santé diminuée à cause des maladies rénales, ils n’ont pas la chance de bénéficier d’une greffe. Des soins médicaux sont alors nécessaires pour les maintenir en vie. Des initiatives comme le Gala sont essentielles car elles permettent de soutenir la

recherche afin de pouvoir trouver un jour un remède pour guérir toutes les personnes atteintes », a déclaré monsieur Luciano D’Ignazio, président de la Campagne du Prix du Fondateur. Fière d’avoir contribué aux mesures prises en compte dans la nouvelle Loi facilitant le don d’organes défendue récemment par le ministre de la Santé et des Services sociaux, l’Honorable Yves Bolduc, la Fondation a profité de sa 20e édition du Gala pour prouver sa reconnaissance aux 17 athlètes greffés du rein et célébrer cette nouvelle loi.

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Votre don fait du chemin à La Fondation du rein

11


Nouvelles des sections Golf de la Campagne du Prix du Fondateur C’est sous un soleil radieux que la 12e édition du Tournoi de golf de la Fondation a eu lieu au Club de golf Royal Montréal à l’Île Bizard, le 20 septembre. L’événement, couronné de succès, a permis de récolter des recettes s’élevant à 120 000 $. Nous saluons la grande générosité de tous les golfeurs et commanditaires et les remercions chaleureusement. Leur appui constant aidera la Fondation à améliorer la qualité de vie des personnes affectées par une maladie rénale. Luciano D’Ignazio - président de la Campagne du Prix du Fondateur et Tony Loffreda - président d’honneur de la Campagne du Prix du Fondateur

5@8 Têtes d’affiches Le 17 novembre 2010 s’est déroulé le 5@8 Têtes d’affiches au théâtre Corona. Ce nouveau concept, lancé par la section Montréal-Métropolitain de La Fondation canadienne du rein, cherche à promouvoir la relève des jeunes gens d’affaires de Montréal qui se démarquent dans leur milieu respectif. Lors de cette première édition, plus de 90 personnes ont profité de l’ambiance décontractée et chaleureuse pour échanger et établir des réseaux avec les 5 têtes d’affiches de la soirée. Cette soirée a permis à la Fondation de lever plus de 4 000 $, qui serviront à améliorer le quotidien des personnes souffrant de maladies rénales. À gauche, une des têtes d’affiches, Michael Charest, partenaire d’affaires en ressources humaines chez ADP Canada et Michel Lamoureux, associé chez Raymond recherche de cadres.

Concert Soul of Hope Le 23 octobre 2010 à l’Hôtel des Seigneurs de St-Hyacinthe, Pierre Lucien, chanteur bien connu de la région, a donné un concert Soul au profit de La Fondation canadienne du rein, en présence de plus de 100 personnes. « Tous les bénéfices de la soirée ont été remis à La Fondation canadienne du rein pour venir en aide aux personnes atteintes de maladies rénales. Je suis moi-même atteint d’insuffisance rénale et je dois subir le traitement de dialyse plusieurs fois par semaine, alors il était tout naturel pour moi de faire une différence dans la vie de ces personnes », dit Pierre Lucien.

12

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Nous sommes derrière vous


RECHERCHE La Fondation canadienne du rein décerne sa médaille d’excellence 2010 au Dr Kevin D. Burns Le Dr Kevin Burns se démarque à la fois comme un pionnier soucieux de traduire les résultats de ses recherches en pratiques axées sur les patients, et comme clinicien chercheur voué à la formation de futurs scientifiques. C’est pourquoi La Fondation canadienne du rein lui décerne sa Médaille d’excellence en recherche 2010. Ancien président de la Société canadienne de néphrologie, le Dr Burns dirige en ce moment le comité de gestion du Programme national de formation scientifique et d’encadrement des chercheurs spécialisés dans le domaine rénal (KRESCENT, en anglais). Il a d’ailleurs joué un rôle de tout premier plan dans la mise sur pied de ce programme national de formation unique en son genre en sciences fondamentales et en recherche clinique. « Le Dr Burns a pris une part active dans la création du Programme KRESCENT, il continue à faire preuve d’un leadership et d’un dévouement incroyables en vue d’assurer la formation optimale de jeunes scientifiques, qui seront ainsi prêts à élaborer des programmes de recherche multidisciplinaire novateurs », souligne le Dr Marie-Josée Hébert, titulaire de la Chaire Shire de néphrologie, de transplantation et régénération rénales de l’université de Montréal. Les travaux du Dr Burns portent principalement sur le fonctionnement du système hormonal dans les reins qui régule la pression artérielle et les niveaux de liquides (système rénine-angiotensine ou SRA). Récemment, son laboratoire a fait des découvertes sur la fonction d’une enzyme SRA appelée ACE2, laquelle pourrait assurer une

protection contre les atteintes rénales. Le D r Burns s’emploie toujours à trouver, pour ses recherches fondamentales, des applications pratiques pouvant servir aux patients aux prises avec une maladie rénale.

À propos du Dr Kevin D. Burns Diplômé de l’université McGill, le Dr Burns a suivi une formation en recherche fondamentale au Vanderbilt University Medical Center (Tennessee, É.-U.) avant de revenir au Canada, où il assume maintenant de nombreuses fonctions prestigieuses. Professeur titulaire de médecine à la Division de néphrologie de l’hôpital d’Ottawa et de l’université d’Ottawa, il est chercheur principal et directeur du Centre de recherche sur le rein à l’Institut de recherche de l’hôpital d’Ottawa, et vice-président de la recherche au département de Médecine. Le Dr Burns compte à son actif 80 publications originales et de nombreux articles qui ont paru dans des revues prestigieuses. En outre, il est auteur ou coauteur de sept chapitres de livres.

SAVIEZ-VOUS QUE… La Fondation canadienne du rein a vu le jour grâce à un groupe de personnes dévouées qui, en 1964, constatant le peu de recherches effectuées dans le domaine rénal, a décidé de se mobiliser ?

Pour la période 2009-2010 (du 1er juillet 2009 au 30 juin 2010), la Fondation a financé 61 projets dans 27 centres pour un total d’environ trois millions de dollars ?

Depuis sa création, La Fondation canadienne du rein a accordé près de 100 millions de dollars à divers projets de recherche à l’échelle nationale et ce soutien financier ne cesse de s’accroître chaque année ?

Totalement dévouée aux soins du rein

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

13


Babillard

s fants dialysé n e s le r u o p Fête de Noël l Ste-Justine a it p ô h l’ e d et greffés ticipé

nnes ont par s de 60 perso lu p , it é d e 10 20 re fa n ts d e l’ u n en s le Le 12 décemb us to ur et au brunch po al S te -J u st in e, it p ô h l’ au traditionnel e d e je u x gr ef fe ré n al rè s m id i, d es ap En . ël d ia ly se et d e o N e ai en t au p ro t d e l’ ar b re d e la d an se ét d ép o u il le m en d et ge la co d u b ri d ’a n im at io n , ia ly sé s. le s en fa n ts d r u o p e m am gr er chau h ai te remerci so in re u d e Fête de ca n ad ie n n anisation de la rg l’o ur La Fo n d at io n po lt rté à Maryse Pineau soutien appo le r u o p leureusement lt u ea Normand Pin Noël ainsi que son épouse. Fonds de n vont aussi au io at nd Fo la rticulièreents de rdier et plus pa ba m Les remerciem o B de s ts aux ens employé cadeaux offer es d bienfaisance de at ch l’a buffet Côté pour nsi que pour le ai , le na ment à Claudia ré ce ts d’insuffisan fants souffran brunch. dressé pour le

Prix Bénévole de la se

ction

Martin Munger, directeu r général de la division du Québec, remet le prix Bénévole de la section à Esther Girard (au milieu), vic e-présidente des servi ce s aux patients de la secti on Saguenay-Lac-Sain t-Je an, en présence de Noëlla Gagné, présidente de la section Saguenay-Lac-S aint-Jean.

riers A vos calend

division général de la r u te ec ir d , er du rein Martin Mung n canadienne o ti a d n Fo La bardier. du Québec de ployés de Bom m ’e d ce n se pré (à droite) en

ke e à Sherbroo Café-rencontr aEv Sénécal la Bibliothèque à 11 20 s ar m le 30 s 2011 à porte – mar e rt o p e n g a Camp 2011 in – le 10 mars re u d le ia d n Journée mo rganes ale du don d’o n o ti a n e in a Sem ril 2011 du 17 au 24 av du rein La Fondation e d e h rc a M La le 15 mai 2011 elle énérale annu Assemblée g ai 2011, les 28 et 29 m à Val d’or

14

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Ensemble nous pouvons faire toute une différence !


PRIX DE RECONNAISSANCE PROVINCIAUX remis lors de l’AGA 1.

Assemblée uelle générale ann Québec de La division du nadienne du La Fondation ca n assemblée rein tiendra so elle générale annu ai 2011 les 28 et 29 m ale Hôtel Suite au Motel L’Esc à Val d’Or. inscrire au Merci de vous ai 2011 en plus tard le 2 m elyne Renaud contactant Joc 15, poste 230 au 514-938-45 65-4515. ou au 1-800-5

PRIX DU PRÉSIDENT Ce prix est décerné à un bénévole exceptionnel qui a contribué activement et de façon remarquable à la mission de la Fondation.

2. PRIX MORTY TARDER Morty Tarder, jeune architecte montréalais, est mort des suites d’une insuffisance rénale. Sa famille décida de se mobiliser en vue de créer un organisme qui réunirait des fonds afin que des recherches soient entreprises dans le but de mieux comprendre cette maladie. Ce prix est remis à la section qui a appuyé de façon importante la Fondation dans l’ensemble de ses activités. 3. PRIX COMMUNICATIONS Ce prix est attribué à un journaliste, un représentant des médias ou une entreprise médiatique en reconnaissance de sa contribution au rayonnement de la Fondation. 4. PRIX DU DÉVELOPPEMENT FINANCIER Ce prix est octroyé à un individu, un groupe d’individus ou une section qui a contribué de façon significative à l’atteinte et/ou au dépassement d’objectifs de collecte(s) de fonds autres que corporatives. 5. PRIX MICHEL PERRON En avril 1993, une semaine après avoir reçu une greffe de rein, Michel Perron décide de devenir bénévole auprès de la Fondation afin de promouvoir le don d’organes. Son engagement dans le travail de la Fondation, sa contribution et ses réalisations ont marqué la Fondation. Ce prix est accordé à une compagnie qui aura fait une contribution financière importante, soit par un don ou en ayant organisé une campagne au profit de la Fondation.

DEVENEZ MEMBRE DE LA FONDATION Remplissez le formulaire à l’endos du bull etin.

MERCI DE VOTRE APPUI

6. PRIX JEAN-JACQUES BÉGIN Jean-Jacques Bégin a appuyé la Fondation dans toutes ses activités. Il a présidé de nombreux comités de services aux patients, la section Estrie ainsi que la division du Québec de 1980 à 1982. Son travail inlassable a permis un essor considérable dans le développement des services aux patients. Ce prix est alloué à un individu, un groupe d’individus ou à une section pour son engagement dans la prestation des programmes et services offerts aux patients. 7. PRIX DON D'ORGANES Ce prix est décerné à un individu ou au groupe d’individus dont l’engagement exceptionnel au sein des programmes ou activités de la Fondation a contribué à la promotion du don d’organes et de tissus. 8. PRIX DE LA SECTION À UN BÉNÉVOLE Ce prix est remis à un bénévole dont les efforts ont remarquablement contribué à la croissance et au développement des activités de sa section. 9. PRIX HUMANITAIRE DON DE VIE Ce prix vise à reconnaître les efforts d’un employeur ayant facilité le processus d’un don de rein ou d’une greffe rénale pour un ou plusieurs de ses employés. Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Votre don fait du chemin à La Fondation du rein

15


La mission de La Fondation canadienne du rein La Fondation canadienne du rein est l’organisme national bénévole dont l’objectif est d’alléger le fardeau que représentent les maladies rénales pour les personnes atteintes, leurs familles et la société en général : • en finançant et en favorisant des recherches innovatrices; • en offrant des programmes éducatifs et de soutien; • en facilitant l’accès à des soins de santé de haute qualité; • en sensibilisant le public à l’importance de maintenir les reins en bonne santé et de consentir au don d’organes.

www.rein.ca/quebec

Division du Québec 2300, boul. René-Lévesque Ouest Montréal (Québec) H3H 2R5 Tél. : (514) 938-4515 1 800 565-4515 Téléc. : (514) 938-4757 infoquebec@rein.ca

2011

Devenez membre de La Fondation canadienne du rein – division du Québec • Recevez le Bulletin et le Cahier Santé • Soyez informés de nos activités Nom

 Oui, je suis âgé(e) d’au moins 18 ans et je veux devenir membre La Fondation canadienne du rein. Adresse

Ville

Code postal

Veuillez trouver ci-joint ma cotisation de membre au montant de 10 $.

Aucun reçu officiel aux fins de l’impôt ne sera envoyé pour votre cotisation de membre. Les renseignements que vous nous avez donnés sont utilisés à titre administratif pour émettre des reçus fiscaux. Nous ne les conservons pas électroniquement.

Faites un don à la Fondation

 Oui, je désire faire un don à La Fondation canadienne du rein. Veuillez trouver ci-joint mon don au montant de :  20 $

 35 $

 50 $

 100 $

Autre

Contribution totale =

 Chèque libellé à l’ordre de La Fondation canadienne du rein.  Visa  MasterCard Numéro de carte de crédit Signature

 

Date d’expiration Date

Un reçu officiel pour fins d’impôt sera émis pour tout don de 20 $ et plus. S.V.P. m’envoyer le bulletin par courriel à l’adresse suivante : Veuillez retirer mon nom de vos listes d’envoi.

Nous pourrions utiliser les renseignements contenus sur cette fiche pour communiquer avec vous dans une correspondance future, notamment pour vous signaler nos campagnes de financement. Si vous ne souhaitez pas que nous vous contactions à cet effet, nous vous prions de nous appeler au numéro de téléphone suivant : 1 877 361-4947 Prière de nous accorder 30 jours ouvrables pour procéder au changement. Détachez ce formulaire et retournez-le dans l’enveloppe-retour incluse à l’intérieur du journal.Veuillez S.V.P. affranchir. Votre timbre réduit nos coûts et représente un don additionnel. Merci!

16

Le Bulletin • Hiver 2010-2011

Votre don fait du chemin à La Fondation...

Le Bulletin Hiver 2010  

Le Bulletin d'information de La Fondation canadienne du rein, division du Québec