Issuu on Google+

- MARS - AVRIL -

Crédits photos / Marie Bienaimé

CAHIER RHÔNE-ALPES


- ACTUVISION QUAIS DU POLAR + ANTICODES + RAYMONDE HOWARD + L’ORIGINAL + BOOBA + AU BONHEUR DES IMAGES + AURÉLIEN BORY + ALOHA FROM WONDERLAND + JEAN GENET + LES FEMMES S’EN MÊLENT + PATRICE CHÉREAU + MARC CHAGALL

- BAZART RHÔNE-ALPES ADRIEN MONDOT + DESIGN & FOOT + COSMOS70 + BRAINCASE + DÉTOURS DE BABEL + AIRFLEX LABS + DANSE AU FIL D’AVRIL + BERNARD CEYSSON + .CUT FEATURING GIBET + HALLUCINATIONS COLLECTIVES + AFRICANTAPE FESTIVAL + ELECTROCHOC + ESSENCE + MAX SCHOENDORFF + REPERKUSOUND + RUMBLE FESTIVAL + TRAITS RÉSISTANTS

- PORTRAIT COHLLECTIF

- III SOMMAIRE


ACTUVISION

C’EST BEAU, UNE VILLE, LA NUIT. BEAU MAIS INQUIÉTANT. TRAVERSÉE CULTURELLE DU LYON NOIR POUR LA 7E ÉDITION DE QUAIS DU POLAR, À LA RECHERCHE DE L’ACTUALITÉ ARTISTIQUE RHONALPINE. Lieu : Pentes de la Croix-Rousse_Lyon Photographies : Marie Bienaimé Infographie : Arnaud Giroud

QUAIS DU POLAR LYON 25/03 > 27/03 Visuel : Affiche officielle www.quaisdupolar.com Les « Grandes têtes molles » fustigées par Patrick Manchette vont devoir une nouvelle fois manger leur chapeau : le roman noir est à l’honneur à Lyon pour la 7e édition de Quais du Polar. Un bon roman policier n’est pas « plus qu’un polar », il est polar, fier et heureux de l’être, possédant une stature lui permettant de regarder la vilaine tonsure de nombre d’ouvrages respectables, avec un point de vue aux petits oignons. Si Œdipe a créé le noir, celui-ci, comme le rouge, possède mille et une robes. Mille et une saveurs où jouent le millésime, le cépage, la cuvée et l’ondoiement des rayons du soleil sur nos collines enflammées. De Maurice Leblanc à Jean-Bernard Pouy, de Robert-Louis Stevenson à Georges Pelecanos, le polar se fait tour à tour Porto, Nuits-Saint-Georges, Saint-Amour, voire Minervois, pour les plus caïds. Quais du Polar, depuis 7 ans, honore le genre policier : point besoin de le défendre, armé comme il est. Pour 2011, les Quais proposent à l’envi rencontres, conférences, rondes ou lectures. R. J. Ellory, DOA, Patrick Raynal, Serge Quadruppani, Michael Koryta se passeront la balle au cours du Festival. De quoi donner la fessée aux pourfendeurs mauvais tout droit sortis d’un cercueil déjà bien vermoulu.

-V ACTUVISION


ANTICODES '11 LES SUBSISTANCES - LYON 31/03 > 3/04 Visuel : Affiche officielle www.les-subs.com

- VI ACTUVISION


RAYMONDE HOWARD LE SONIC - LYON 7/04 Visuel : Photo promotionnelle www.myspace.com/soniclyon http://raymondehoward.free.fr

- VII ACTUVISION


L’ORIGINAL FESTIVAL LYON / VILLEURBANNE 1/04-10/04 Visuel : Tha Dogg Pound www.loriginal-festival.com

BOOBA LE TRANSBORDEUR - VILLEURBANNE 12/05 Visuel : Pochette de l’album Ouest Side (2006) www.transbordeur.fr

- VIII ACTUVISION


AU BONHEUR DES IMAGES MUSÉE DE L’IMPRIMERIE - LYON Visuel : Catastrophe arrivée à Lyon sur la Saône, le 10 Juillet 1864 © Lyon, Bibliothèque Municipale 25/03-26/06 www.imprimerie.lyon.fr

QU’ESTCEQUETUDEVIENS  AURÉLIEN BORY / STÉPHANIE FUSTER BONLIEU SCÈNE NATIONALE - ANNECY 15 & 16/04 Visuel : Photos du spectacle © Aglaë Bory www.bonlieu-annecy.com

- IX ACTUVISION


ALOHA FROM WONDERLAND  GABLÉ / THE BEWITCHED HANDS LE TRANSCLUB - VILLEURBANNE 2/04 Visuel : Gablé www.transbordeur.fr

GENET NI PÈRE NI MÈRE BIBLIOTHÈQUE DE LA PART-DIEU - LYON Jusqu'au 28/05 Photo : Affiche officielle www.bm-lyon.fr

-XACTUVISION


LES FEMMES S’EN MÊLENT #14 AUSTRA / CLARA LUZIA / NOTIC NASTIC LE CIEL – GRENOBLE 24/03-3/04 Visuel : Clara Luzia © Sarah Haas www.regie2c.fr

COMA PIERRE GUYOTAT / PATRICE CHÉREAU / THIERRY THIEÛ NIANG COMEDIE DE VALENCE 12/05 Visuel : Photo du spectacle © Pascal Victor www.comediedevalence.com

- XI ACTUVISION


CHAGALL ET L’AVANT-GARDE RUSSE MUSÉE DE GRENOBLE JUSQU’AU 13/06 Visuel : Paysage cubiste, 1918-1919 © ADAGP. © Collection Centre Pompidou, dist. RMN / Philippe Migeat www.museedegrenoble.fr

- XII ACTUVISION


BAZART R-A PANORAMA DE L'ACTUALITÉ CULTURELLE DE LA RÉGION Textes / M. Gueugneau

ADRIEN MONDOT Vénissieux

DESIGN & FOOT St-Étienne

Un beau ballon brossé de, mettons, Dimitri Payet passera ou ne passera pas selon le léchage plastique de son anatomie. Les foules ne doivent la grâce de leur béatitude que par la stylique de la sphère frappée et la technicité du frappeur. Ainsi, le design porte en lui l’espoir de millions de passionnés qu’un simple tremblement de filets peut faire faillir d’allégresse. Et l’analogie ne s’arrête pas là. Comme le foot, le design se joue en équipe, avec un esprit de fairplay ambigu, et une vraie joie de la création. Bien sûr, ils ne sont pas onze, bien sûr ils ont fait des études, mais cela n’empêche pas les designers de Sismo de se sentir en phase avec la France du football. Pour la Cité du Design, ils ont façonné une exposition où le foot se mêle au design et inversement. Influence du foot dans le design et dans l’art, application du design au monde du foot (équipements, ballon indoor, neige, pelouse, pour aveugle, etc.), les croisements sont multiples. Un joli une-deux.

Aimer les nouvelles technologies, en percevoir l’incroyable étendue de leurs possibilités et les enchaîner à la poésie humaine  : voilà en quelques mots les lubies d’Adrien Mondot, artiste associé à l’Hexagone, scène nationale de Meylan. Adrien Mondot présente sa Cinématique le 1/04 au Théâtre de Vénissieux. Ce jongleur autodidacte a depuis longtemps élargi ses champs d’intérêt pour y ajouter la danse, la musique (une collaboration avec Ez3kiel l’an passé notamment) et, surtout, les arts numériques. Attention, il ne s’agit pas de robotiser le mouvement – le corps est sacré – mais plutôt d’humaniser le numérique : imposer le fluctuant, l’inégal, le peut-être à ses formidables capacités. Dans Cinématique, danseurs et techniciens sont à parts égales au service du mystère le plus vivant qui soit, le rêve dans toute sa folie et son incongruité. De la polymorphie du monde contemporain, par Adrien Mondot. Adrien Mondot, Cinématique, le 1/04 au Théâtre de Vénissiseux. www.theatre-venissieux.fr / www.adrienm.net / www.theatre-hexagone.eu

Du 21/04 au 18/09, Design & Foot. Un enjeu collectif, commissariat et scénographie du duo Sismo. À la Cité du Design de Saint-Étienne. www.citedudesign.com / www.sismodesign.com

P.I.L.A.R., nouvelle diva de la cold-wave electro lyonnaise, signée chez Barnum Recordings, sort son premier EP Neverland le 25/03. En téléchargement libre.

- XV BAZART


COSMOS70 Lyon

Trois nomades, coincés entre la mer des connaissances et le golf des aspérités. Oui, la lune, puisque c’est de là que Michel Robiche, Didier Blanché et Aurélien Pescher ont décidé de contempler les atermoiements de la musique française. Cosmos70 sort donc un deuxième album qui nous parvient d’une face méconnue de notre satellite préféré. Ni terne, ni festif, A Poet with nothing to say vogue, cahin-caha, sur les collines éthérées du rock progressif et de la musique électronique, s’arrêtant pique-niquer au bord du Lac des Songes avant de plonger dans la Mer des Nuées. Un arc-en-ciel montre son nez, ici ou là, entreprenant d’injecter de l’espoir dans le mouvement électro-acoustique de Cosmos70. Ne pas s’inquiéter : ils passent de bonnes vacances et ils vont bien. A Poet with nothing to say de Cosmos70 à paraître le 6/04 sur Bee Records. http://cosmos.70.free.fr ; www.beerecords.com

BRAINCASE Lyon

Le graffiti qui surgit dans les galeries d’A.R.T. spécialisées, Photocane et Geometric Bang connaissent ce paradigme par cœur. Et plutôt que de s’en désoler ou de s’en gratifier, ils préfèrent s’en accommoder. Ils donnent à voir la galerie comme un cerveau dont les capteurs neurobiologiques seraient les œuvres, toutes antennes sorties pour fureter le vaste monde. L’exposition Braincase à la Galerie All Over est la présentation de ce savoir-vivre l’art. Photocane le photographe et Geometric Bang le graphiste, tous deux membres du collectif CLAB, fusionnent dans ce laboratoire à la recherche du fumet urbain, par l’entremise sensitive de leur travail. Pensant la réception et l’environnement au même titre que la création, Photocane et Geometric Bang voient leurs œuvres se transformer selon l’atmosphère qui les entoure. Scanner visible jusqu’au 01/04. Braincase, exposition de Geometric Bang et Photocane jusqu’au 01/04 à la galerie All Over de Lyon. www.all-over.eu ; http://clabstudiogallery.blogspot.com

Rap à gogo au Fil ces temps-ci avec deux soirées formidoubles : soirée « Je mettrai ma ville sur la carte de France du rap », 100% Saint-Etienne (Fisto , Kehnzo, Kéfyr, etc.), le 1/04 et le californien Busdriver le 7/04. - XVI BAZART


DÉTOURS DE BABEL Grenoble

Certains n’ont pas renoncé au projet universel de la Tour de Babel. Non dans son sens vaniteux, mais dans l’entreprise de planer au-dessus des si bas conflits nationalistes. Seul risque de cette hauteur  : goûter au vertige délicieux. Ainsi en est-il du nouveau projet des fondateurs des 38e Rugissants et du Grenoble Jazz Festival. La nouvelle entité du Centre International des Musiques Nomades propose de jouer la carte de la multiplication dans les grandes mathématiques de la mondialisation. Autour du jazz, des musiques contemporaines, électroniques ou improvisées, les Détours de Babel entendent mettre en avant le juste profit qui jaillit des rencontres artistiques transnationales. Que le mexicain Murcof rencontre les indiens Huichols et Erik Truffaz, ou que Frédéric Galliano donne une leçon de Kuduro angolais, le résultat n’est rien d’autre que la musique, pure, marquée par tant d’identités qu’elle en devient apatride. Mot d’ordre de la nouvelle internationale : Créateurs de tous les pays, unissez-vous !

L’artiste de rue Poch est à la librairie/ galerie Datta jusqu’au 27/04

Les Détours de Babel du 8/04 au 23/04, à Grenoble. Avec aussi Archie Shepp, Napoléon Maddox, Uriel Barthélémi, Carlos Santos & Jordi Molina, Jacky Molard, Founé Diarra, Zad Moultaka, Cubenx, Panoptica Orchestra, etc. www.detoursdebabel.fr

AIRFLEX LABS Lyon

La biographie de Jean Ferrat est arrivée dans nos comptoirs littéraires le 13/03. Elle s’intitule Jean Ferrat, le chant d’un révolté. Comme une évidence.

Lyon est démone aux faibles, sulfureuse, le diable aux deux fleuves. Mais pour les personnages de la trempe de Pierre « Opti » Serafini, label manager d’Airflex Labs, elle est une eau douce qui nous rappelle que nous sommes nés poissons. En trois ans, le label a servi une seule cause, celle d’une musique « fine, détaillée, intéressante, servie par un travail rythmique et un niveau de pression dans les basses fréquences, [tout en restant] intellectuellement stimulante » : la Bass Music. Bien lui en a pris, puisque profitant à plein de «  l’ouverture d'esprit des structures organisatrices  » ainsi que de l’émulation portée, à Lyon, par ceux qui ne « s'endorment pas sur leurs livres de cuisine », les soirées avec line-up Airflex font des fans et son catalogue s’étoffe de manière exponentielle. Avec une armée composée de Nekochan, Led Piperz, Submerse, Neat ou encore Flatmate, sûr que les foules s’écartent et que le respect croît. La Bass Music, terre et « terme de toutes les libertés », ne demandait qu’un envahisseur. Le voili, le voilà, le voilo. Prochaines sorties Airflex Lab : le 28/03, Neat vs Submerse, Close ; Avril/Mai, Nekochan, Remixes EP ; Juin, Kab Driver, LP. Le 25/03, Airflex Party à La Fée Verte ; Opti en concert à l’Outlook Launching Party au Ninkasi et à la Enover Party #4 à Lyon. Airflex sera également présent aux Nuits Sonores. www.airflexlabs.com

- XVII BAZART


Le label de rap chicagoan Galapagos4 fit rêver nombre de jeunes mélomanes au cours des années 2000. Fini de rêver, le duo Qwel & Maker sera en chair et en os le 22/04 à L’Ampérage, à Grenoble.

DANSE AU FIL D’AVRIL Drôme / Ardèche

Galoper au bord de l’eau sous les couleurs de prémices d’été. 20e édition pour le festival itinérant Danse Au Fil d’Avril qui ambitionnait simplement d’être heureux dans la danse. Pour le coup, il l’est, avec une manifestation qui est devenue majeure au niveau régional : pour preuve, sa longévité, exceptionnelle, et son plateau, de plus en plus fourni. Ainsi, la programmation 2011 qui accueillera quelques « stars » comme Jean-Claude Gallotta, Abou Lagraa ou le studio marseillais Kelemenis et une myriade de compagnies hip-hop (Melting Force, De Fakto, Trafic de Style, etc.) entre bien d’autres réjouissances. La Drôme et l’Ardèche seront maillées par les arts du mouvement : gare aux corps encore hibernés. Danse au Fil d’Avril du 08/04 au 12/05 dans la Drôme et l’Ardèche. www.fol26.fr ; www.fol07.com

5 ANS DE LA GALERIE CEYSSON St-Étienne

L’activisme de certains peut laisser pantois bon nombre de nos concitoyens. Dans le monde acéré de l’art contemporain, Bernard Ceysson est de ceux-là, lui qui fête les 5 ans de sa galerie stéphanoise. Soulever des montagnes ou démocratiser l’art contemporain actuel, c’est du kif-kif. Peu porté sur la fonte, Bernard Ceysson a choisi le second défi, relevé avec brio. Au programme des festivités de ce 5e anniversaire, une pléiade d’artistes, non ! d’amis, vient afficher ses créations : Daniel Dezeuze, Claude Viallat, Assan Smati, Patrick Saytour, etc. Bagarre Générale 5 ans à la Galerie Bernard Ceysson à Saint-Étienne. www.bernardceysson.com

Homme de la lumière, l’illustrateur Jocher Gerner sera du 25/03 au 13/07 au Lux de Valence, avec son exposition Mehr licht !

- XVIII BAZART


L’association Quelques Cercles propose son Opus #4 avec le jeune groupe DuaDueDuiDuo. Au programme : reprises de Thierry de Mey, Walter Hus, Régis Campo, … Le 10/04 au Palais Bondy, à Lyon.

.CUT FEATURING GIBET Lyon / Montréal

De balbutiements électroniques en notes râpées à la guitare, le duo franco-canadien parvient à nous plonger dans le Styx de nos sentiments. La lourdeur de leurs instrumentaux renvoie chacun à sa propre décadence délivrant au final la musique de notre condition humaine post-moderne, enchaînée par l’angoisse. Jouant le cheval fou du Cauchemar de Füssli, .cut & Gibet pointe le fantastique de la situation occidentale, subissant, apathique, la succion d’un étouffant démon. Dans un traitement qui flirte avec le toucher de Godspeed You ! Black Emperor, la savante ablution concoctée par .cut & Gibet donne des envies de transatlantique, des envies de Francis Joyon. À suivre donc. Après un dernier album sorti le 18/01 chez Walnotlocust, Le Monstre qui n’avait pas de nom, .cut & Gibet seront présents sur la compilation Canadian Drones, Volume One, sortie fin mars sur le label 0BPM. www.dotcut.org / www.myspace.com/dotcut

CARMEN Grenoble

Ah Wagner… L’enchanteur teuton ! Quel talent, quel fougue !... Épique ! Malheureusement pour lui, l’Opéra ça n’est pas comme le foot. L’Opéra, c’est rarement 90 minutes, plutôt trois-quatre heures, et c’est les Français qui gagnent à la fin. Carmen, par exemple, gagne souvent. Carmen, de Georges Bizet pour les non-entravants, rassemblera ainsi dix à quinze mille personnes au Summum de Grenoble tantôt, et fêtera alors une nouvelle victoire. Point de Robert Hossein sous roche, mais la Fabrique Opéra et l’Orchestre symphonique universitaire de Grenoble de Patrick Souillot. Dans une version qui revient à la vision originelle, Carmen se jouera en alternant textes parlés et chantés (Marie Gautrot dans le rôle-titre). Un juste retour aux fondamentaux, pour un succès assuré. Et les trois points. Carmen de Georges Bizet, par la Fabrique Opéra et l’Orchestre Symphonique Universitaire de Grenoble, dirigé par Patrick Souillot. Les 25, 26, 27 et 29/03 au Summum à Grenoble. www.lorchestre.com

La soif d’intellect de la si exigeante population rhonalpine va bientôt être rassasiée. Les 5e Assises Internationales du Roman auront lieu à la Villa Gillet de Lyon. Avec J.M.G. Le Clézio, Percival Everett, Tahar Ben Jelloun, Patrick Modiano, etc. Du 23 au 29/05. - XIX BAZART


HALLUCINATIONS COLLECTIVES Lyon

Dieu du ciel, nom d’un petit bonhomme ! L’effet de ces Ayahuascas se fait de plus en plus puissant. Cette moisson rouge qui se déverse sur le pourtour lyonnais, et dont la gueule béante du cinéma Comœdia est l’origine, ne peut être réelle. Ça y est, les morts dansent ! Et le ciel et la terre s’ouvrent de conserve ! Caïn mange Abel, viole Seth et égorge cette jeune étudiante américaine. Du cinéma, dit-on, le festival Hallucinations Collectives (ex-Etrange Festival), rassure-t-on. Mais comment savoir ? Trois jours seulement, trois jours c’est tout. Fils d’Ariane cette année : « Ausploitation », période dorée du cinéma d’horreur australien (70’s) ; « Serial Killer », l’histoire dont on est le tueur ; « La bombe » pour fêter dignement les 25 ans de Tchernobyl. Dur. Fatal. Trente-cinq films – rares ou introuvables - sont à l’affiche, deux fois plus que l’année dernière avec, en sus, un hommage aux TROMA Editions de Lloyd Kaufman, une séance enfant, une séance adulte, une expo, un concert… c’est sans issue… (Suspiria) Hallucinations Collectives, du 25 au 27/03 organisé par l’association Zone Bis au Cinéma Le Comœdia. www.hallucinationscollectives.com ; www.zonebis.com

ELECTROCHOC #6 Bourgoin-Jallieu

Chaque printemps, c’est tout un peuple qui voit l’astéroïde Electrochoc frapper le Nord-Isère comme jadis la pomme, feu Isaac Newton. Cette année, le bonheur sera d’autant plus grand que les maigres points du CSBJ au top 14 sonnent comme autant de plaies béantes dans le coeur de chaque berjallien. Les Abattoirs remédient à cela en projetant Electrochoc #6 plus loin encore dans le monde fantastique des arts numériques. Plus de 11 propositions post-actuelles sont à l’affiche avec la Rue de l’amor concoctée par les stéphanois 6am, la Reactable espagnole, les villeurbannais d’AADN avec l’installation Des Hommes Debouts, etc. Évidemment, la musique, oui, la musique, n’est pas en reste. De tous pays et de tous continents des effluves sonores parviendront à la SMAC : Mike Ladd & the Infesticons, Young Gods, Instituto Mexicano del Sonido, Infected Mushroom, Bonobo, et tant d’autres, mêlant les divers formats de la musique actuelle aux forts relents électroniques. Electrochoc risque de s’écrire au pluriel tantôt. Electrochoc #6 du 31/03 au 16/04 aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu. Avec aussi les Monstroplantes, Thierry Zaitboitzeff, Electro Bamako, La Phaze, Kaly Live Dub, etc. www.electrochoc-festival.com

AFRICANTAPE FESTIVAL Lyon

Gonflé par un orgueil sans borne, le jeune Julien Fernandez (batteur de Chevreuil et de Passe Montagne) avait déjà eu l’insolente prétention de fonder son propre label, Africantape. Le voilà devenu fou, incontrôlable, puisqu’il rassemble ses artistes pour un grand raout au Grrrnd Zéro. Quasiment vingt groupes, parmi les plus talentueux de la scène indé, vont ainsi se suivre, comme à la queue leu leu, pendant 3 jours. Sheik Anorak, Chevreuil, Marvin, Oxes donc et une bordée de compères du même acabit, emporteront les cœurs et la raison d’une génération déjà sacrifiée. Intolérable situation, qui engagera sans nul doute une déferlante de rock trigonométrique émincé très fin et une post-prog indé où on ne sait plus placer les préfixes et suffixes. Ne pas laisser ces choses-là se faire trop longtemps, ou L.Y.O.N. pourrait redevenir the place to be. Mais Saint Zach Hill est déjà dans leur camp, alors… Africantape Festival les 29,30 & 1/05 au Grrrnd Zéro Vaise (29 & 30) et Gerland (1/05) à Lyon. Avec aussi Aucan, Ned, Alex Gideon, Tormenta, Ventura, Honey For Petzl, etc. www.africantapefestival.com ; www.grrrndzero.org

- XXI BAZART


ESSENCE SPACEJUNK – Lyon / Grenoble

Arracher, bousiller, magnifier : la présence de l’art dans l’espace urbain est une problématique toujours dans l’air du temps. Parce qu’il change la conception de la ville et bouleverse les codes de l’espace public, le street art dérange ou enthousiasme selon la carrure de notre ouverture esthétique. Ahero et Steph Cop sont chacun dans leur domaine (respectivement graffiti et sculpture) deux pionniers de l’art urbain français, almanachs Vermot de vingt-cinq ans de création. Essence, leur exposition commune présentée à Spacejunk, se veut un retour sur l’exception culturelle française en la matière. Aérosols et coutelas sur les genoux, ils ont traversé la fin de siècle les yeux dans la rue, police artistique de proximité, projetant ça et là leurs rapports d’observation. Synthèse d’activité du 24 mars au 7 mai. Ahero & Steph COP, Essence aux Spacejunk de Lyon (24/03 – 7/05) et de Grenoble (12/05 – 30/07). www.spacejunk.tv

MAX SCHOENDORFF URDLA – Villeurbanne

Max Shoendorff a depuis bien longtemps délaissé les chants de l’innocence pour se complaire dans ceux de l’expérience. Fondateur de l’URDLA, centre international de l’estampe et de lithographie de Villeurbanne, et surtout activiste de l’art rhonalpin, Max Shoendorff méritait bien de se voir couronner chez lui. La rétrospective bien nommée Est-ce temps  ? permet à notre ami de recompter ses bougies, et aux spectateurs de se replonger dans ses représentations surréalistes du fantastique et du mystique. Dessinant comme d’autres composent, Max Schoendorff drape ses tableaux de la nuée du sentiment, gazage fécond de la création. À cette rétrospective s’ajoute un accrochage au Musée des Beaux-Arts, jusqu’au 23 mai. Est-ce temps ?, rétrospective Max Schoendorff à l’URDLA de Villeurbanne, jusqu’au 29/04. www.urdla.com

Retour de la pantagruélique Hypnotik Party le 24/04 à l’Eurexpo de Bron. 4 scènes (Trance, Techno, Electro, House), 4 plaisirs avec The Hacker, D.I.M., Italoboyz, Sinden, etc.

- XXIII BAZART


REPERKUSOUND #6

Villeurbanne

Perdu dans une forêt sans fond, l’errant sait qu’il redevient un homme quand les premières lueurs flamboient à l’horizon. Cette chaleur, cette nouvelle vie, c’est le Reperkusound Festival mettant un terme à l’hiver rugueux de l’Est-français. Sur la boussole du promeneur solitaire, quatre points cardinaux s’affichent enfin  : Jeff Mills, Crookers, Magnetic Man et The Herbaliser. Si son oreille est baladeuse, il pourra également flirter du côté de Djedjotronic, The Toxic Avenger, ou encore Nasser. Et alors, de la caverneuse saison dont il sort démuni, s’offriront à lui arcs-en-ciel chaleureux et pulpeuses collines. Gare au chaud-froid. Reperkusound 7, 8, 9/04 au CCO et au Double Mixte de Villeurbanne. Avec aussi A_ldric, Paul Ritch, Missil, Stupeflip, etc. www.reperkusound.com

RUMBLE FESTIVAL Lyon / Villeurbanne

«  Rage, Rock, Roll, Fight, Brawl, Fall, Rumble  » clamait le piètre MC du Wu-Tang mais remarquable visionnaire U-God, puisqu’il annonçait, près de douze ans avant, la tenue du premier Rumble Festival. Totaal Rez, à qui l’on doit dernièrement la soirée des vingt ans du label Ninja Tune, décide de lancer son propre festival à l’allure fière et tapageuse. La bass music se déploie, les parquets grondent, l’écume envahit la barbe, le Rumble est seul responsable. Dédiée à la démocratisation des musiques électroniques, la manifestation se délecte à présenter d’éminents députés dans chacune des franges de l’électro dansante : Drum’n’Bass (DJ Hype, Balck Sun Empire), Tropical (Buraka Som Sistema, Toddla T), Electronica (Amon Tobin), Hip-hop (Mix Master Mike, Scratch Pervert), etc. Un éclectisme qui, en ces temps d’omniscience musicale, tombe comme un cheveu dans une chevelure. On dit ainsi que le Rumble Festival pourrait, comme les poissons blancs, vivre plus de 7000 ans. Rumble Festival les 5, 6 et 7/05 à La Marquise et au Transbordeur, à Lyon. www.totaalrez.com ; www.myspace.com/totaalrez

TRAITS RESISTANTS Lyon

À cœur vaillant rien d’impossible, et certainement pas le dessin. La représentation de la Résistance dans l’iconographie d’après-guerre a forgé l’image de la résistance française dans l’inconscient collectif. Affiches, dessins journalistiques, photographies ont implanté dans l’imaginaire de chacun ce maquisard athlétique déposant son âme et sa vie sur l’autel de la nation. Le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation a souhaité dès lors se pencher sur le média Bande Dessinée, bien peu abordé lors des réflexions précédentes sur l’historiographie de la résistance. Avec l’écho grandissant du 9e art, les figurations de cette communauté magnifiée se sont transformées selon les âges et les accointances des auteurs avec la période. Xavier Aumage, commissaire de l’exposition, a ainsi voulu tracer une ligne du temps avec les représentations de ces héros, et parle de notre vision de la Résistance par ce biais éminemment narratif et pictural. De Pif Gadget à Il était une fois en France, c’est l’histoire de notre relation à la Seconde Guerre Mondiale et à ses acteurs les plus légendaires qui nous est contée. Ou comment la réalité est devenue un mythe. La Résistance dans la bande dessinée de 1944 à nos jours du 31/03 au 18/09 au Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation. www.chrd.lyon.fr

- XXV BAZART


Texte / O. Trias

- ARBITRAIRE -

COHLLECTIF Difficile de mettre en avant les individualités lorsqu’il s’agit de collectif. Et même si celui-ci s’appelle Arbitraire, les décisions se prennent toujours en commun, lors de la traditionnelle réunion du vendredi. À l’origine du projet Arbitraire, quelques « soirées dessin » entre camarades de classe. Les 6 ou 7 larrons, alors élèves à l’école de dessin Émile Cohl à lyon, se découvrent un goût commun pour la bande dessinée alternative et décident, ensemble, de créer un fanzine, dans lequel ils pourront présenter leurs travaux. L'Arbitraire n°1 voit le jour et sera le premier d'une belle série d'objets, véritablement « faits main » : la sérigraphie pour la couverture est produite dans l'atelier Black Screen, et la reliure de chaque exemplaire se fait à la chaîne dans leur local. Poussé par sa « volonté de se montrer, d'être présent, de se faire connaître », le collectif multiplie ses apparitions dans des festivals comme Indélébile, Sismics, Pierre Feuille Ciseaux (« un des événements de BD les plus intéressants »), et organise des expositions, comme à la galerie All Over à Lyon. Quelques années après son premier titre, l’équipe a pris une autre dimension : de nouveaux dessinateurs (issus eux aussi du centre de formation Émile Cohl) ont rejoint l’équipe première, qui compte désormais 14 membres ; et le n°9 d’Arbitraire vient d’obtenir le prix de la bande dessinée alternative au dernier festival d'Angoulème. Comme le symbole d'un vrai travail de groupe, ils n'étaient pas moins de 7 pour recevoir le Fauve des mains d'un jury déjà séduit « par le côté aventure humaine, entre amis, le côté collectif... ». La bande de potes est donc de plus en plus sollicitée et « l’emploi du temps commence à se charger ». Alors, pour permettre à cette belle initiative estudiantine de perdurer à travers l'ingrate vie active, tout passe désormais par l'imprimeur, et la revue, autrefois semestrielle, devient annuelle : « cela nous laisse plus de temps, on est moins speed. Pour que le collectif tienne le coup, c'est bien de pouvoir faire des choses à côté ». D’autant plus que, outre leurs projets personnels, chacun des membres doit « se débrouiller » pour subvenir à ses besoins, grâce à des boulots « d'illustrateurs », ou « de prof de dessin », voire « d'enquêteur téléphonique »... Aujourd’hui reconnu comme fanzine et collectif d’auteurs, Arbitraire souhaite maintenant « se développer comme maison d’édition », et prouver ainsi que ses membres ne sont « pas que des dessinateurs ». L’ambition est présente et les débuts semblent prometteurs, puisque Arbitraire peut déjà s’appuyer sur une cinquantaine de points de vente (situés en France, en Suisse, à Bruxelles, à Berlin et à New-York) et commence à publier, via la collection « Prompt », des auteurs qui ne font pas partie du collectif. En attendant de pouvoir admirer le n°10 d’Arbitraire, les fans auront l’occasion de se rendre à Gerland, au Grrrnd zero, où le collectif défendra ses couleurs et ses noirs et blancs lors d’une rencontre amicale, les 14 et 15 mai, au deuxième Grand Salon de la Micro-édition. www.arbitraire.fr www.myspace.com/arbitraire

- XXVI PORTRAIT


- MARS - AVRIL - JAN - FÉV - -

Crédits photos / Marie Bienaimé

CAHIER RHÔNE-ALPES


KIBLIND#35_Cahier Rhône-Alpes