Issuu on Google+

Édition Rhône-Alpes Crédits photos / Marie Bienaimé


ÉDITO+SOMMAIRE / ÉDITION R-A

ÉDITO+SOMMAIRE ACTUVISION Biennale de Lyon + Festival Lumière + Portrait de l'artiste en motocycliste + L’Homme à tête de chou + François Maspero et les paysages humains + Festival Potos Carrés + Festival À nous de voir + Belles Latinas + Cinéma Nouvelle Génération + Ouverture de la Cité du Design + Festival Rocktambule + Salon de la petite édition jeune illustration DOSSIER R-A J'ai mal au cnp BAZART R-A PORTRAIT Sebastien Escande

III V Biennale de Lyon + Festival Lumière + Portrait de l'artiste en motocycliste + L’Homme à tête de chou + François Maspero et les paysages humains + Festival Potos Carrés + Festival À nous de voir + Belles Latinas + Cinéma Nouvelle Génération + Ouverture de la Cité du Design + Festival Rocktambule + Salon de la petite édition jeune illustration XIII J'ai mal au cnp XVII XXX Sebastien Escande

TRAVELLING EN RÉGION Sebastien Escande Parfois, on nous rappelle qu’il faut allumer les lumières. Pour voir, déceler, conjurer le fléchissement des journées par un scénario ordinaire : remplir ses soirées. Parfois, les occasions sont bonnes. La première édition du Festival international de cinéma de Lyon en est une, au même titre que la soixantaine d’événements organisés, tout au long de l’année, dans l’ensemble de la région. Parfois encore, ce sont les larrons. Un bandit qui joue au cow boy, dans le milieu lyonnais de l’art et essai. Un hyperactif « underground », aux yeux de Bambi. Sans oublier les dizaines d’acteurs pour qui le papier fait simplement l’effet d’un petit crépitement : rentrer dans le champ. Parfois, il faut rentrer dans l’Institut Lumière, afin d’imaginer tout ce qu’on y mettrait. Pour entamer la saison, nous nous sommes donc fait un film. Vous connaissez l’histoire.

III


ACTUVISION / ÉDITION R-A

ACTUVISION L'ACTUALITÉ CULTURELLE REGIONALE, UNE QUESTION DE PERCEPTIONS

Lieu / Institut Lumière_Lyon Photographies / M. Bienaimé Infographies / A. Giroud

Festival Lumière_Lyon du 13/10 au 18/10 www.lumiere2009.org Biennale de Lyon_Lyon du 16/09 au 03/01 www.biennaledelyon.com V


ACTUVISION / ÉDITION R-A

Portrait de l'artiste en motocycliste Le Magasin_Grenoble du 11/10 au 03/01 www.magasin-cnac.org L’Homme à tête de chou MC2_Grenoble du 12/11 au 15/11 www.mc2grenoble.fr VII


François Maspero et les paysages humains Musée de l'imprimerie_Lyon du 16/09 au 15/11 www.maison-des-passages.com Festival Potos Carrés_Saint-Étienne du 24/09 au 04/10 www.myspace.com/potoscarres


ACTUVISION / ÉDITION R-A

Festival À nous de voir_Oullins du 19/11 au 29/11 www.mjc-oullins.com Belles Latinas_France du 05/10 au 17/10 www.espaces-latinos.org Cinéma Nouvelle Génération L'Élysée_Lyon du 08/10 au 16/10 www.cinemanouvellegeneration.com IX


ACTUVISION / ÉDITION R-A

Ouverture de la Cité du Design_St-Étienne À partir du 03/10 www.citedudesign.com Festival Rocktambule_Grenoble du 13/10 au 24/10 www.rocktambule.com Salon de la petite édition - jeune illustration Château de St-Priest_St-Priest du 09/11 au 11/11 www.ville-saint-priest.fr X


DOSSIER / ÉDITION R-A

J'AI MAL AU CNP VOUS NE POUVEZ PAS L'IGNORER : LE CNP ODÉON, À LYON, A FERMÉ, SAUVAGEUSEMENT, CET ÉTÉ. QUID DU CINÉMA « ART ET ESSAI » LOCAL, DANS LA VILLE QUI A INVENTÉ LA BOBINE ? Texte / M. Gueugneau Illustration / S.Bournel-Bosson

XIII


« Qu’est-ce que je vais foutre d’un film qui fait trois entrées, alors que je remplis les salles avec La Passion du Christ ? »1 La phrase est belle, comme une sortie de Patrick Le Lay. Mais, tel un château de sable dévasté par les humeurs marines, les mots s’envolent en emportant, avec eux, le souvenir de chaleureux moments. C’est pourquoi, afin de laisser une empreinte indélébile sur la vie culturelle locale, l’amical propriétaire des CNP lyonnais a décidé de frapper un grand coup : sans prévenir personne, pas même ses employés, Moravioff décide de fermer le CNP Odéon. Dans la touffeur aoûtienne, cet impromptu démé-

Le cas Moravioff focalise toutes les attentions. Du Petit Bulletin au Monde, en passant par un site dédié (soutenirlescinemascnp.org), le propriétaire des CNP à Lyon (mais aussi, des cinémas Le César et Les Variétés à Marseille, du Bastille et du St Lazare Pasquier, à Paris) est au cœur de la polémique. Pianiste et compositeur reconnu, il acquiert, en 1998, les CNP, déclinaison cinématographique des théâtres populaires (TNP) de Roger Planchon. Moravioff entreprend alors toutes les conditions nécessaires à sa détestation : une gestion désastreuse, selon les employés ; des réhabilitations qui se font attendre ; et l'accueil du public, incompatible avec les attentes LE CHAMP D’EXPLOITATION S'APPRÉHENDE À TRAVERS UNE des cinéphiles loCERTAINE « RÉPARTITION DES TÂCHES » : ENTRE LES MULTIPLEXES caux. Bref, l'exploitant endosse ET LES CINÉMAS ESTAMPILLÉS « ART ET ESSAI ». « LA DOMINATION rapidement de DES MULTIPLEXES (6 % DES ÉTABLISSEMENTS SUR LE TERRITOIRE, nouveaux habits : MAIS 50 % DU CHIFFRE D'AFFAIRES) NE PEUT ÊTRE SAISIE QUE le tueur de culture. Dans ce cadre, le PAR LEUR CAPACITÉ À COHABITER AVEC D’AUTRES TYPES déménagement du D’ÉTABLISSEMENTS […] ». mobilier du CNP, effectué sans prévenir, pendant la fermeture annagement a au moins un mérite : mettre nuelle, parachève son œuvre. De plus, les un sérieux coup de froid sur la ville. Mais, manquements manifestes de Galeshka au-delà, les employés de l’Odéon restent Moravioff se retrouvent exacerbés par la perdus et les cinéphiles rhônalpins, en position atypique des cinémas CNP, dans colère. Pis : ce n'est peut-être qu'un dé- l’agglomération lyonnaise. but, car les deux autres CNP (Terreaux et En effet, au-delà de la méthode, abjecte, sa Bellecour) voient une épée de Damoclès décision redéfinit l’équilibre de l’offre cinése balancer, dangereusement, au-dessus de matographique locale. D'après les travaux leurs têtes. Mise à part la méthode, une de Michaël Bourgatte, docteur en Science question taraude, à présent, le milieu du de l’information et de la communication, cinéma : le Diable s’appelle-t-il Galeshka le champ d’exploitation s'appréhende à Moravioff ou la fermeture du CNP Odéon travers une certaine « répartition des tâest-elle le signe avant-coureur de la fin des ches » : entre les multiplexes et les cinémas salles indépendantes ? estampillés « Art et Essai ». Selon lui, en


DOSSIER / ÉDITION R-A

effet, « la domination des multiplexes (6 % des établissements sur le territoire, mais 50 % du chiffre d'affaires) ne peut être saisie que par leur capacité à cohabiter avec d’autres types d’établissements […]. La dialectique entre les multiplexes et les autres salles fonctionne, en effet, sur la base d'un certain équilibre, auquel participe naturellement la position alternative (et non concurrentielle) des salles Art et Essai  ». Les CNP lyonnais constituant l'offre principale au niveau local, dans ce domaine, la disparition soudaine de l'Odéon vient créer une rupture dans ce champ d’exploitation. En effet, elle a pour conséquence immédiate un déficit momentané de l’offre alternative, à l'échelle de l'agglomération. Aussi, dans un contexte où les groupes Pathé et UGC additionnent les multiplexes, un certain fantasme prend de l'ampleur : voir se profiler un monopole du « cinéma pop-corn »... dans la ville des frères Lumière. Et tout ceci s'inscrit, plus largement, dans une bataille quotidienne sur la nécessité de sauvegarder un certain type de vie culturelle dans le secteur de la Presqu’Île, la vitrine de Lyon.

PRAGMATRISTE

En attendant, au-delà de cette opposition antique entre petites salles et gros complexes, c’est la banale légalité de la fermeture de l’Odéon qui désarme les comités de soutien. Pour eux, en effet, « les CNP [n’ont] jamais appartenu [à Mr.Moravioff] »2. Pourtant, en tant que propriétaire, il possède bel et bien le droit de cesser l'activité. En plus, la politique suivie par l'exploitant consistait à ne dépendre d’aucune convention, les salles étant seulement subventionnées par le Centre National de la Cinématographie, dans le cadre du label « Art et Essai ». Cela ne l'empêche pas de rejetter ses responsa-

bilités, à présent, sur le dos de la Mairie. Sans nier une certaine vérité sociologique, selon laquelle les CNP appartiennent « à celles et à ceux qui […] en ont assuré le fonctionnement et la programmation », ou « qui, jour après jour, sont venus y regarder les films »3, Moravioff reste dans les clous. Et pourtant, il reste difficile d’envisager que les choses, « dès lors qu’elles relèvent d’idées, d’émotions, d’esthétique ou d’engagements moraux »4 puissent appartenir à quiconque. Le symbolique s’écroule sous le poids du « pragmatisme » et de l’enjeu économique. Plus largement, ce qui reste en cause, c’est la vision d’une certaine politique culturelle, à l'échelle de l’agglomération lyonnaise. Pour Michaël Bourgatte, les spectateurs des salles « Art et Essai », constituent, plus qu’un public, une véritable communauté. Sa forte réaction prouve justement qu'elle existe et continuera à exister. La priorité, aujourd'hui, c'est de soutenir les employés des CNP, particulièrement de l’Odéon, militer pour l’ouverture de nouvelles salles « Art et Essai » et, bien sûr, ne pas oublier que le Zola, La Fourmi ou le Cinéma Opéra sont toujours là ∞. Galeshka Moravioff. Lettre adressé à Galeshka Moravioff par Les Inattendus et Le Comité de Soutien des CNP, lue le 5 Septembre 2009 sur la place des Terreaux à Lyon. 3 Ibid. 4 Ibid. 1 2

Galeshka Moravioff est né à Zürich en Suisse. Il est originaire de Lugano (Tessin). Directeur- Fondateur de la Société de Production et de Distribution "Films sans Frontières", il est également pianiste-compositeur et réalisateur. Enfin il est Docteur en Ethnologie depuis 1980 - Université Paris VII Jussieu. Propriétaire des CNP à Lyon depuis 1998, il exploite plusieurs salles de cinéma à Paris et Marseille.

LE CINÉMA, EN RHÔNE-ALPES : Rhône-Alpes est la seconde région cinématographique de France pour la production et la fréquentation des salles 300 salles de cinéma, dont 131 classées « Art et essai » 18 millions de spectateurs, chaque année 28 festivals de cinéma et 27 circuits itinérants 3 cinémathèques

XV


BAZART / ÉDITION R-A

L’ÉTERNELLE FIANCÉE DE FRANKENSTEIN

Texte / J. Tourette

À la mort de ses parents, le jeune Victor Frankenstein se recluse dans sa maison familiale avec un garçon du village en guise d’assistant. Dans son laboratoire, il travaille à sa thèse sur « la vie post mortem » et s’essaye à réanimer des grenouilles faute d’expérimenter ses découvertes sur des cobayes humains. Il apprend alors la disparition brutale de la célèbre chanteuse Anna Doray, victime soudaine d’un terrible accident de la route. Il va pouvoir se mettre au travail… Après ses adaptations de Barbe bleue et Ali Baba, la compagnie La Cordonnerie expérimente la technique du laboratoire ciné-théâtre au « Promethée moderne ». Inspirés par l’œuvre de Mary Shelley et les films de James Whale, les comédiens livreront une version sans doute moins gothique, plus poétique et nostalgique, en préservant les jeux d’ombres et de lumière, le questionnement essentiel sur les limites de la science et l’illusion des apparences. D’un côté, le film, retraçant l’aventure du jeune docteur trop opiniâtre dans son laboratoire, en posture de Pygmalion devant sa créature, dont il va fatalement tomber amoureux. Pendant ce temps, sur scène, un second laboratoire invitera le public à fabriquer la bande-son qui colle à la projection. L’importance sera donnée au bruitage et aux chansons interprétées en direct et en post-synchronisation, de même que les voix des personnages, jouées par Métilde Weyergans dans le rôle de la créature, Samuel Hercule dans le rôle de Victor Frankenstein et Timothée Jolly dans le rôle de l’assistant Fritz. + d'infos : L’Éternelle fiancée de Frankenstein / Compagnie la Cordonnerie http://lacordonnerie.com 10/10, au Théâtre de Villefranche www.theatredevillefranche.asso.fr

K-The-I ??? sera présent à la 11ème édition du Riddim Collision qui ne connaît pas la crise (du 28 Septembre au 3 octobre). www.riddimcollision.org

WANDERING AROUND

Texte / J. Martinez

Parmi les nombreuses expositions organisées en Résonnance avec la Biennale de Lyon, à noter cette nouvelle exposition de photographies d'Arnaud Brihay à la Galerie Ooblik dans le 6e arrondissement de Lyon. Ce Belge de naissance vit et travaille à Lyon où il est représenté par la galerie Caroline Vachet. + d'infos : Wandering Around Du 16/09 au 31/10 Atelier ooblik - 3 rue Bossuet 69006 Lyon http://atelier.ooblik.com

XVII


BAZART / ÉDITION R-A

FRANÇOIS MASPERO

Texte / J. Tourette

À l’occasion du cinquantenaire des éditions François Maspero, la Maison des Passages, la librairie À plus d’un titre et le Musée de l’Imprimerie organisent une série d’événements autour de l’homme de lettres, tout à la fois libraire, éditeur et écrivain. Rencontres, débats, lecture et une exposition de ses paysages humains s’étalent sur cet automne en différents lieux de Lyon. + Programme : 9/10 : Le Sourire du chat, lecture-spectacle, au Musée de l’Imprimerie 12/10 : François Maspero, homme livre, homme libre, rencontre François Maspero / Edwy Plenel, aux Archives municipales de Lyon 23/10 : François Maspero écrivain, lecture , au Musée de l’imprimerie 29/10 : Les librairies engagées de 1945 à 1985, conférence, au Musée de l’imprimerie En novembre : L’Édition indépendante aujourd’hui, conférence-débat / Rencontre avec les éditeurs indépendants, au Musée de l’imprimerie jusqu’au 15/11 : Exposition François Maspero et les paysages humains, au musée de l’Imprimerie

TRIO SOULAYRES

Texte / M. Gueugneau

Rien, ni le faucon pèlerin, ni le Concorde, rien ni personne ne peut se vanter de vous faire le Lyon-Dublin-Buenos Aires et retour à la vitesse du Trio Soulaÿrès. Rien, sauf Clark Kent. Mais la rumeur court que Superman ne touche pas grand-chose au bodhran ou à la mandoline, quand les huit mains du groupe lyonnais transportent l’auditeur vers d’innombrables paysages musicaux. Avec pour seul horizon Metropolis, l’ami Clark évolue dans un vase clos. La planète du Trio Soulaÿrès ressemble à l’originelle Pangée, où le voyage est un mode de vie. Sur disque ou sur scène, les origines se mêlent et permettent à Séverine Soulaÿrès, porte-voix du quatuor, de réexpliquer à tous qu’en musique, 1+1=3.

Pour un peu de punk, passez au Fil de Saint-Etienne le 16 octobre, assister au concert de Cheveu, accompagné des Doppler

+d’actu  : Trio Soulayres en concert le 10/10 à Jarnioux, le 23/11 à Corbas ; album Native Land, disponible. +d’info : www.myspace.com/soulayrestrio

TEUFEURS

Texte / G. Viry

Saint-Étienne a toujours fait la teuf, avec la Fête du livre. Cet événement est l'un des principaux du genre, en France, puisqu'il réunit, chaque année, plus de 100 000 visiteurs. Au programme de cette 24e édition : débats, rencontres, ateliers, interventions artistiques, etc., sous le parrainage de Tahar Ben Jelloun, Prix Goncourt 1987 (La Nuit Sacrée) et auteur francophone le plus traduit au monde. Parmi les autres personnalités attendues, notons la présence de Philippe Noiret ou de Bruno Putzulu. La thématique de l'édition 2009, organisée du 23 au 25 octobre, est « l'autre ». Alors, si l'enfer c'est les autres, à Sainté, les bonnes intentions continuent, bien légitimement, de battre le pavé. +d’info : www.fete-du-livre.saint-etienne.fr

XIX


RHINO JAZZ FESTIVAL 2009

Texte / M. Gueugneau

A quoi sert le jazz ? On le sait, le bon fonctionnement d’une économie n’est pas forcément conditionné à l’existence du jazz. Musique du Diable jouée par les Noirs, il fut longtemps considéré comme le miroir vulgaire des compositions de musique classique. Si, paradoxalement, la «  vulgarité  » est aujourd’hui du côté de ceux qui rejettent le jazz, comme culture légitime, c’est précisément cette vulgarité dont il est initialement porteur qui donne au jazz sa particularité au sein du domaine musical. Au-delà de toutes considérations musicologiques, le jazz est avant tout le refus de séparer le corps et l’esprit, expression de la société « d’en bas ». Ici, l’innovation et la recherche artistique proviennent d’une transe originellement physique, partagée par les instrumentistes et leur public. Si la musique exprime l’inexprimable, le jazz est depuis quasiment un siècle l’un de ses plus grands orateurs.

HIER, LE JAZZ SERA SAUVE

C’est en mêlant le passé et le présent du genre que le Rhino Jazz Festival fait de sa manifestation un évènement résolument moderne. Aux légendes du jazz se mêlent les jeunes loups et les formations régionales. C’est cette mixture savamment composée qui permet au spectateur de se délecter pêle-mêle des novateurs Aufgang, des grands espoirs Livio Minafra et Dee Alexander, et des inénarrables Michel Portal et Louis Sclavis. Le Tribute To Art Blakey sera également une belle piqûre de rappel pour tous les amateurs. Le Rhino acquièrent la vision double du caméléon, celle qui permet de regarder derrière pour mieux anticiper l’avenir. « La fièvre fit plus d’animaux que les ovaires n’en firent jamais ». La fièvre dont nous parle Michaux est maligne, mais gageons que ce paradigme fonctionne également pour la douce maladie qui nous emporte quand le jazz est là.

VORTEX

Texte / J. Martinez

Grosse affluence dans les nouveaux locaux de l'excellente galerie lyonnaise All Over, rue des Tables Claudiennes, pour la sortie, attendue, du nouveau graphzine Vortex. Edité par Stéréotype et Madame Lapin, ce premier numéro est composé d'une quarantaine d'artistes lyonnais parmi lesquels on retrouve, outre les deux compères artistes-éditeurs, JM Bertoyas, Nora Boudjemaï, Marie Colin-Madan ou Der Komissar. Si l'expo s'est terminée courant septembre, vous pouvez tenter de vous procurer l'un des 100 exemplaires à la couverture serigraphiée. Aux dires des propriétaires : « une édition do it yourself élégante et distinguée qui enchantera vos étagères friandes de livres, d'images et de couleurs ». +d’info : www.all-over.eu

+d’actu : Rhino Jazz Festival, du 2/10 au 24/10 à Saint-Chamond, Saint-Etienne Métropole et Lyon +d’info : www.rhinojazz.com

Karavel 3, le Festival de danse hip-hop revient à Bron du 17 au 24 octobre. Un festival initié par Pôle Pik, réalisé en collaboration avec la Ville de Bron, la compagnie Käfig et l’Espace Albert-Camus.


BAZART / ÉDITION R-A

Les 11 et 12 septembre avait lieu à Thones (74) le festival international du film à la con. Dommage, on aurait bien aimé en être. Pour vérifier : www.festival-film-ala-con.com www.dailymotion.com/festifilmalacon

Le 03 octobre, soirée au Brise Glace d'Annecy avec Naïve New Beaters, Star Tangram et MONSTRE ! www.le-brise-glace.com

ARCHIPEL

Texte / J. Tourette

La Maison de l’architecture Rhône-Alpes devient Archipel, un lieu culturel dédié à l’architecture et à la ville contemporaine. Le réaménagement de son espace comprend  : une galerie d’expositions temporaires, une librairie spécialisée – Archilib – et la maquette au 1/1 000e de la ville de Lyon. A l’occasion de son inauguration, Archipel vernira l’exposition Global Award for sustainable architecture. 2007.2008.2009 qui présentera les démarches des quinze architectes lauréats. Ce rendez-vous est une première mondiale. +d’info : Archipel – Centre de culture urbaine 21 place des Terreaux (Lyon 1er) Inauguration le 8/10 Exposition Global Award for sustainable architecture. 2007.2008.2009, jusqu’au 31/12.

XXI


BAZART / ÉDITION R-A

DOUSTER

Bonne nouvelle. La prochaine édition du Festival des Nuits Sonores aura lieu... sur le même site que l'année dernière, au marché gare.

Texte / M. Gueugneau

Né d’un père et d’une mère, Douster s’est rapidement trouvé confronté à l’année 2009. La crise, bien sûr, mais surtout cette maudite fin du monde qui prendra effet le 20 décembre 2011. La proche venue de l’Apocalypse et de ses cohortes de licornes assoiffées de liquide biliaire - sans compter l’invention de la téléportation, accélératrice du chaos - a provoqué chez ce musicien villeurbannais une véritable prise de conscience. Faisant sienne la devise aristotélicienne « Sois prolifique ou meurt en essayant », Douster paie grassement son dû au monde 2.0. À J-831 du règne des diaboliques canassons monocornes, il peut déjà se targuer d’avoir remixé, entre autres, Mochipet et Crystal Fighters, et signé deux maxis, This Shit (A New Hope) et For Weirdos Only (Sound Pellegrino). Si vous ajoutez à cela, le bruit et l’odeur de ses officieuses reprises de La Bande à Basile ou encore de la B.O. du Roi Lion, le bloggeur français devient fou. Ayant bu jusqu’à la lie la ciguë des musiques électroniques sudaméricaines et africaines, ses morceaux fourmillent d’appels à l’exotisme. Nos corps et nos cœurs entendent avec bienveillance ce vocable aventurier. Et qui, dans le fond, n’en souhaite pas pour lui, de l’aventure ? +d’actu : Maxi Mad Yard, à sortir. Ainsi que nombre d’œuvres disponibles sur le web au jour le jour. +d’info : www.myspace.com/douster

SPONTANÉOUS

Texte / J. Tourette

Comme chaque année à la Toussaint, l’équipe de Et CoMPAGNiE, organise son festival international d’improvisation. Des comédiens, musiciens, danseurs et plasticiens composent une « troupe éphémère », dans et entre les murs du Rail Théâtre. Des spectacles forcément inédits chaque soir, avec cette année comme invité d’honneur Patrick Cottet-Moine, le magicien de la gestuelle qui peut transformer un tabouret en ange et un drap en cheval. +d’info : Du 27/10 au 31/10, au Rail Théâtre www.spontaneous-festival.com

Le 01/10, réservez votre soirée. Lancement du nouveau numéro de la revue Arbitraire (n°7) au Sirius avec les excellents Last rapes of mr Teach.

XXIII


Note : Programmation en cours Le programme complet sera disponible sur le site de la Biennale www.biennaledelyon.com

/ www.agence-klar.com

Vernissages, concerts, nocturnes, performances et déambulations dans plus de trente lieux sont au programme du jeudi 19 novembre 2009 à partir de 18h. Résonance invite plusieurs centres d’art (Villeurbanne, Saint-Fons, Vénissieux) à présenter en outre une programmation inédite à la Galerie des Terreaux (place des Terreaux, Lyon 1er) et à la Plateforme (péniche quai Augagneur, Lyon 3e), qui accueille par ailleurs performances, djs et projections vidéos.

Design graphique :

JEUDI 19 NOVEMBRE 2009


GALERIE ALERIE G DES ES D TERREAUX TERREAUX place des Terreaux Lyon 1er

- Centre d’Arts Plastiques de Saint-Fons La Biennale invite le Centre d’Art de Saint-Fons à la Galerie des Terreaux le temps de la Nuit Résonance. Le CAP propose deux événements : d’une part un choix d’œuvres de l’exposition « Populaire Populaire 69 », en prolongement à l’intervention urbaine des artistes à SaintFons, d’autre part une performance surprise du Groupe MOI, en prologue à leur projet Molossoïde (2010).

PLATELATEAP LLA FORME ORME F quai Augagneur Lyon 3e

- Le Flac Performance de Dominique Gillot - Maison du Livre de l’image et du Son / Artothèque Présentation d’une installation vidéo de Samuel Rousseau - Cie Danzatelierstudios Performance dansée « Corpi e Spazi » de la Cie DanzAtelierStudios (45mn répétées deux fois à la suite) - Espace Arts Plastiques de Vénissieux Projection de Vestiges d’un film perdu, en devenir de Samuel Aubin Programmation vidéo et musicale, carte blanche à imagespassages, Annecy


X ++X X 1

4 4

Terreaux-Burdeau–Pentes LA SALLE DE BAINS 27 rue Burdeau 69001 Lyon Vernissage de l’exposition de Magali Reus à partir de 18h LA BF15 11 quai de la Pêcherie 69001 Lyon Vernissage de l’exposition de Claire Healy & Sean Cordeiro à partir de 18h

GALERIE LE RÉVERBÈRE 38 rue Burdeau 69001 Lyon Nocturne de l’exposition de Delphine Balley jusqu’à 23h LE BLEU DU CIEL 48 rue Burdeau 69001 Lyon Nocturne de l’exposition d’Elinor Carucci NÉON 41 rue Burdeau 69001 LYON Vernissage de l’exposition Markus Müller GALERIE FRANÇOISE BESSON 10 - 12 rue de Crimée 69001 Lyon Ouverture de l’exposition Alchimie – Multiples – Papiers

ÉCOLE NATIONALE DES BEAUX-ARTS DE LYON 8, Quai Saint-Vincent 69001 Lyon Ouverture de l’exposition À LOUER # 1 jusqu’à 20h

GALERIE CAROLINE VACHET 23 rue Burdeau 69001 Lyon Nocturne de l’exposition de Pascal Monteil

GALERIE JOSÉ MARTINEZ 28 rue Burdeau 69001 Lyon Nocturne de l’exposition de Pascal Bernier jusqu’à minuit

LOFT D’ARC 11 rue Burdeau, 69001 Lyon Photographies de Virginie Gaudin et Vincent Ramet en musique ANNE-MARIE ET ROLAND PALLADE 35 rue Burdeau 69001 Lyon Nocturne de l’exposition de Vincent Guzman GALERIE FRANÇOISE SOUCHAUD 35 rue Burdeau 69001 Lyon Simon de Saint Martin présente ses installations vidéos, sonores et lumineuses MAPRA 9 rue Paul Chenavard 69001 Lyon Nocturne ARCHIPEL CENTRE DE CULTURE URBAINE (EX. MAISON DE L’ARCHITECTURE RHÔNE-ALPES) Place des Terreaux 69001 lyon Nocturne ASSOCIATION RHOEALPESGALERIES 20 rue des Remparts d’Ainay, 69002 Lyon Réalisation et dépeçage en direct d’une fresque par Sylvie Samy, Claire Folliet, François Dupuy, sur la place Sathonay GALERIE VRAIS RÊVES 6 rue Dumenge 69004 Lyon Ouverture de l’exposition Tom Drahos MODERNARTGALERIE 65 Bd de la Croix Rousse 69004 Lyon Soirée « Blind Test Arty »


X

2

2e arrondissement FONDATION BULLUKIAN 26 place Bellecour 69002 Lyon Projections vidéos dans le jardin de la Fondation, dans le cadre de l’œuvre de Sophie Lacombe et Bertrand Dejode présentée à la Biennale de Lyon MUSÉE DES TISSUS 34 rue de la Charité 69002 Lyon Vernissage de la 2e Biennale de créations textiles contemporaines GALERIE ANIMA(L) 20 rue des Remparts d'Ainay 69902 Lyon Vernissage de l’exposition de Nicko Rubinstein GALERIE WM 29 rue Vaubecour 69002 Lyon Finissage de l’exposition de Chantal Roux GALERIE ART PLURIEL 50 rue Sala 69002 Lyon Vernissage de l’exposition de Christophe Grimpard

X ++X X 3

77

3e & 7e arrondissement CENTRE HOSPITALIER SAINT-JOSEPH SAINT-LUC 20, quai Claude Bernard 69365 LYON cedex 07 - Concert ARFI/Dîtes 33 à 18h30 dans l’Atrium du Centre Hospitalier - Nocturne de l’exposition All Saints jusqu’à 20h ARFI 16 rue Pizay BP 1102 69202 LYON cedex 1 Ciné-concert : Hommage à Émile Cohl (1857-1938) à 20h30, Cinéma Comoedia, 13 avenue Berthelot, Lyon 7e ARTOTHÈQUE BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE LYON PART-DIEU 30 boulevard Vivier Merle 69003 LYON Ouverture de l’exposition De rêve et de raison jusqu’à 20h30, avec projection d’un film à 18h30 sur le thème des « Pionniers » dans le cadre du mois du film documentaire

EXTERIEUR XTERIEUR E THÉÂTRE JEAN-VILAR, BOURGOIN-JALLIEU 12 rue de la République, 38300 Bourgoin-Jallieu - Vernissage de l’exposition de Lilian Bourgeat - Soirée « Du slam à Novarina » avec les slameurs Dgiz, Captain Slam et Valère Novarina (création octobre 2009 à l’Abbaye de Royaumont/coproduction 38e Rugissants) GALERIE ELISABETH COUTURIER, BOURGOIN-JALLIEU 12 rue de Stalingrad, 38300 Bourgoin-Jallieu Nocturne et finissage de l’exposition d’Hélène Katz en présence de l’artiste IMAGESPASSAGES, ANNECY 26 rue Sommeiller 74000 ANNECY Vernissage de l’exposition in Poétique du Chantier ou Comment les artistes s’emparent de la rue suite à un chaos économique, stratégique… pour faire œuvre

Partenaire de Résonance 2009


BAZART / ÉDITION R-A

SÉBASTIEN ESCANDE

ALTERNACTIF

Texte / G. Viry

Illustration / S. Bournel-Bosson

Quand Sébastien Escande nous parle de ses multiples projets, vous pourriez croire à un businessman à baskets, la trentaine, affairé. Brouilleur de pistes, sans le chercher, il a même fait « commerce ». Mais s’il était un maître de l’économie, elle serait, aujourd’hui, définitivement parallèle. En effet, aux valeurs-étalons, il privilégie les talents dont la principale valeur est de reposer en dessous du marché. Underground. Remontons. L’enfance  : aux quatre coins de la France. Des études, à Rennes  : marquées par les Transmusicales, en stage. En 2003, il s’installe à Lyon, employé par une compagnie de théâtre, puis aux Inattendus. « Quand je suis arrivé, la scène musicale alternative était encore plus marginale ». C’était après le Pezner mais avant Grrrnd Zéro. La conviction n’a pas changé : il faut agir. Sébastien fonde Barbapop, une association qui a déjà organisé une vingtaine de concerts (Grrrnd O, Sonic) ou qui fait jouer une ex d’Electrelane dans un appartement privé des Terreaux (130 personnes). S’il fallait identifier une méthode, pour quelqu’un qui a toujours travaillé à côté, un coach, à l’imposture facile, l’appellerait « en trois I ». Intuition, Internet, Insomnies. Application : en 2008, Sébastien publie Trois Jambes et un bigoudi, recueil de ses découvertes graphiques, à l’heure où les gens normaux ont encore les yeux clos : « J’ai passé des heures, d’un Myspace à un autre, à rechercher les artistes ». Autoédité à 500 ex, l’ouvrage est diffusé, à prix coûtant, en librairie. Le deuxième album fait déjà partie des cartons, à côté d’un double projet d’édition, consacré à deux artistes «  coup de cœur  »  : Jérémie Naklé et Fabio Viscogliosi (en janvier). Entre le livre et le live, il existe une suite logique : sa passion pour le graphisme des affiches de concerts, issues de la scène underground locale. Pendant plusieurs mois, il récupère celles qui lui manquaient, depuis 2004. Résultat : 300 images sauvages est un magnifique ouvrage N&B, qui redonne matière à un objet éphémère. Ironie du sort : le livre sort, fin septembre, le jour du verdict de son procès, en appel, pour… affichage interdit ! Sébastien Escande n’est ni avocat, ni business angel surbooké. Et, malgré une multitude de projets, entre musique alternative et cinéma expérimental, ce passionné semble toujours prendre le temps de finir son demi. Pour le découvrir, arrêtez les smoothies et serrez vos cafés. Sur Internet, il mérite, déjà, plus qu’un détour : une insomnie. + d’infos :www.myspace.com/barbe_a_pop + www.myspace.com/edward_gorey + www.ecranlibre.fr

  XXX



KIBLIND#27_Cahier Rhône-Alpes