Page 1

49

été 2014

— CULTURE VISUELLE & VISION CULTURELLE

Voyage en typo corrida footix in paradisum gifle optique gifle animée kxt cdi

superscript2

— GRATUIT kiblind.com


802 C

34 quai d’Austerlitz 75013 Paris citemodedesign●fr

concentré d’activités (ré)créatives

de juin à septembre 2014

802C ●tumblr ●com

Conception graphique : Building Paris

Les Docks Cité de la Mode et du Design

Les Docks Cité de la Mode et du Design

34 quai d’Austerlitz 75013 Paris citemodedesign●fr

802 C

concentré d’activités (ré)créatives

de juin à septembre 2014

802C ●tumblr ●com


SuperScript2 www.super-script.com

01 couvertures de kiblind (n°21, 23 et 25)

03 identité visuelle du festival nuits sonores, 2013

04 identité visuelle du musée opinel, 2013

03 identité visuelle de tolix (depuis 2010)

02 typographie helmut, 2010

05 starfox — installation , 2013 Scénographie interactive miSe en place lorS du feStival nuitS SonoreS 2013. en collaboration avec martial geoffre-rouland

Made in France

e n Co uv e rt u r e

Sans-titre (création originale) de Superscipt2

Depuis 2006, les Lyonnais Superscript2 se sont frayés un chemin dans le monde de la recherche graphique. Un chemin ? Non, un boulevard, plutôt, qui leur permet aujourd'hui de tracer la route aussi bien sur les territoires universitaires que sur les marchés publics et privés. Maniant avec brio l'art funambule du graphisme, Pierre Delmas et Patrick Lallemand voltigent entre créations d'identités graphiques festivalières, dessins de caractères, éditions de catalogues commerciaux et logos pour musées consentants. Un patte rare, à mi-chemin entre avant-gardisme et communication efficace, qui leur a permis de se faire moult copains commanditaires, à Lyon d'abord, mais bientôt dans la France entière. Nuits Sonores, Tolix, Scopitone, la région Rhône-Alpes, Seb, Uniqlo, Quechua, Opinel, et bien d'autres font ainsi partie des organismes charmés. Dorlotés par leurs clients, ils sont également choyés par le monde universitaire, ainsi que par les plus sourcilleux de leur pairs. Il faut dire qu'ils ont su débarquer avec élégance chez ces derniers, grâce à leur revue Ink, espace de dialogue et d'échange sur le design graphique. Qu'à cela ne tienne, ils enchaînent conférences et interventions dans les écoles d'art, aussi bien que dans les festivals dédiés, Chaumont en tête. Dès leurs premières années, Superscript2 et Kiblind se sont entendus comme larrons en foire aussi bien pour des raisons artistiques que de tempéraments. Ainsi les Superscript2 sont-ils les seuls à avoir réalisé trois couvertures pour le magazine : celles des numéros 21, 23 (édition limitée) et 27. Il était donc naturel pour tous, alors que Kiblind fête ses dix ans, de collaborer une nouvelle fois. Et, comme aux premiers jours, le miracle de la communion a eu lieu, avec une couverture feu d'artifice, fidèle au style des Superscript2. Elle donnera lieu, en collaboration avec le studio Pitaya, à une déclinaison en fer et en diodes, présentée lors du 10e anniversaire de Kiblind, le 12.06 au Sucre.

05


28000

édi to - somma ire Texte : M. Sandjivy UNE TYPO, UN PAYS DEPARTURES DÉPARTS

2003 data

08 ALLEMAGNE ITALIE

Po rtANGLETERRE ra it

15

06 07

2010

ÉCONOM POUR PA

— voyage en Typographie

Le Graphics Interchange Format ou Gif a été créé en 1987, année qui vit la mort d’Andy Warhol et la naissance d’Hatem Ben Arfa. 1452 TEXTURA Vingt-sept années plus tard, c’est-à-dire une éternité en informatique, le GIF est toujours 1798 là, resplenBODONI dissant sur la toile, illuminant les réseaux sociaux TIMES (sauf Facebook évidemment). 1931 Il faut dire qu’avec ses 256 couleurs, le ou la « 4K », lui, il s’en fout royalement. Et pour cause, personne n’a inventé un moyen de partager ou de publier des images, qui plus est 1993 VERDANA animées, aussi facilement. Et ce, pour une seule 2011Libre et léger raison : le GIF est tout, sauf relou. comme l’air, il s’ouvre les portes de la créativité, de 2013 l’humour et même parfois, de la stupidité. C’est qu’il parle à tous, ce GIF. Vision culturelle oblige, Kiblind a donc consacré une grande partie de son rédactionnel à ce petit format de rien du tout. D’où vient-il, que veut-il, TYPO pourquoi et comment menace-t-il la France ? & SIGNALETIQUES Mais avant cela, et bien qu’ilDES s’agisse d’un numéro TRANSPORTS anniversaire, les fondamentaux doivent être réaffirmés. Typographie, football et on enchaine. Culture visuelle oblige, Kiblind célèbrera ce format génial en organisant non pas une, mais deux GIF parties, affichant fièrement l’œuvre lumineuse des fidèles acolytes (les studios Superscript2 et Pitaya), et sa GIF Galaxy. Ainsi, pour la première fois en dix années d’existence, la couverture et les « Pages Blanches » prendront vie, l’espace de deux soirées, entre petites fesses trémoussées et têtes animées. Au pire, on pourra rester allongé à regarder les étoiles défiler. À très vite.

2005

SUÈDE

La rumeur : Si le  gouvernement  américain imposait  l’usage de la typo  Garamond   à ses employés,   il économiserait   467 millions de dollars  de frais d’impression.

— in paradiSuM

PORTUGAL

33%

Ry

PaG es B L a NCH es

21

SNV

CROATIE

FHWA

TURQUIE

Myriad CHINE

Gill sans

ANGLETERRE

Frutiger ALLEMAGNE

Franck adebiaye 22 a. beauclair & É. chaize   & M. leFèvre 23 JonaThan d. nkondo 24 arT bruTal 25 guSTavo TorreS 26 karan Singh 27 rrrrrroll 28 naTalia STuyk 29 STephen vuilleMin 30 Skip 31 clay rodery 32 vince Mckelvie 33

STAFF Directeur de la publication : Jérémie Martinez Rédacteurs en chef : Jean Tourette - Gabriel Viry - Jérémie Martinez Rédacteur en chef Mode : Baptiste Viry

Rédaction Kiblind : Maxime Gueugneau Gabriel Viry - Jean Tourette - Jérémie Martinez Olivier Trias - Simon Bournel-Bosson Matthieu Sandjivy - Marlène Cottin. Cahier Mode : DA / Baptiste Viry - Assistante / Alizée Lagé Photographe / Thomas Chéné - Styliste / Alix Devallois.

La 33 % d’e le c

Relecture : Frédéric Gude Merci à : Baptiste Alchourroun Simon Chambon-Andreani - David Chauvet Perrine Hériot - François Huguet - Eugénie Thévin Robin Thomas - Julie Richard-Tignol - Emma Rigoli Basil Sedbuk - Pierre Serafini. Direction artistique : Agence Klar (www.agence-klar.com)


revue de Pr ess e

r éCL a me

— la corrida reboot

— footix

10

12 r ePortaGe Gra PH i Q ue

16

— leS miracleS de l'amour

dossi er

Ca H ier mo d e

— la gifle animée

— kxt

34

41 Cd i

55 — allure 55 baléapop 56 bamboche 57 bibliothèque 58

déclin 59 exiStence 61 gala 62 extravaganceS 63

onde 64 puiSer 65 villégiature 66

inFOS Le magazine Kiblind est imprimé par : DEUX-PONTS Manufacture d'histoires - 5, rue des Condamines 38320 Bresson - www.deux-ponts.fr Il est édité à 40 000 exemplaires par Kiblind Édition & Klar Communication. SARL au capital de 15 000 euros - 507 472 249 RCS Lyon .

Kiblind Magazine - 27 rue Bouteille - 69001 Lyon 04 78 27 69 82 - www.kiblind.com Le magazine est diffusé en France (à Paris, Lyon, Marseille, Montpellier, Bordeaux, Toulouse, Rennes, Nantes, Lille, Strasbourg, etc.) et à Bruxelles. Ce numéro comprend un cahier supplémentaire de 32 pages pour la région Rhône-Alpes.

ISSN : 1628-4146 // Les textes ainsi que l’ensemble des publications n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs. Tous droits strictement réservés. THX CBS. « Ten years after, houu houuuuuu… ! » Contact : redaction@kiblind.com


VOYAGe en tYpOGrApHie

data

Sujet : eugénie thévin & Jérémie martinez graphisme : Julie richard-tignol

L

es degrés montent et on a bien besoin d’un bon bol d’R. Alors on boucle ses valises, on fonce à l’aéroport et on décolle : direction la Typographie. Ce continent souvent méconnu, méritait bien une petite visite de courtoisie. D’abord, rejoindre la « capitale ». Puis, rendezvous au pied de la lettre, point de départ du road trip sur les traces de l’Helvetica, monument choisi parmi les 90 000 écritures possibles. Ce périple est une belle occasion pour découvrir les « caractères » typiques du continent. À se taper le Q par terre !

le nOMbre de tYpO diSpOnibleS ne ceSSe de S’enVOler

90000

62000

28000 2003

30000

2005

2010

2012

une tYpO, un pAYS ÉcOnOMiSer pluS pOur pArtir pluS !

depArtureS dÉpArtS

1452 TEXTURA

ALLEMAGNE

1798 1931

ITALIE ANGLETERRE

1993

2011

BODONI TIMES

VERDANA

2013

La rumeur : Si le gouvernement américain imposait l’usage de la typo

Garamond

à ses employés, il économiserait 467 millions de dollars de frais d’impression.

SUÈDE pOrtuGAl

33%

La vraie solution : 33 % d’économie d’encre avec le caractère

Ryman Eco. Myriad

tYpO & SiGnAletiQueS deS trAnSpOrtS

chine

SNV

croatie

FHWA

turquie

Gill sans

angleterre

Frutiger allemagne

Caractères france


le MOnde en HelVeticA

1 2

24H

3

+ 1983

+ 2010

+ 1896

+ 1982

32$

10

+ 1957

2010 + 4

+ 2013

6

3

9

8

11

2 1

5

7

12

2014 + + 1994

1983 +

2005 +

2007 +

NEW !!

1

2

3

4

5

6

max miedinger dessine l'helvetica.

l’helvetica est une déclinaison du caractère aksidenz - grotesk.

elle est la police la plus utilisée en france.

microsoft choisit la typo arial (elle coûte mois cher en droit d’auteur !).

la fonderie Stempel modernise l'helvetica en créant l’helvetica neue.

l’inscription la plus imposante en helvetica, c’est certainement au air museum : 30 mètres de haut !

7

8

9

10

11

12

édition du livre helvetica, homage to a typeface, par lars müller.

Sortie du film helvetica de gary hustwit.

cyrius highsmith

le designer ben terrett déclare qu’il faut 2 826 206 643, 42 caractères helvetica de 100 pt (soit 136,23 mm) pour aller jusqu’à la lune.

création du parfum helvetica.

type vend des lunettes insprirées de l'helvetica.

Helvetica étatS uniS (new-york)

se lance le défi de passer une journée sans helvetica. impossible.

Pragmatica ruSSie (St-petersbourg)

Rotis semi sans

Frutiger

eSpagne

france

(bilbao)

(roissy)

Univers

allemagne allemagne (köln - bonn)

(francfort)


• 10 11

r ev ue de P r esse texte : m. gueugneau

lA cOrridA rebOOt

PRENDRE LA PRESSE POUR CE QU’ELLE EST : UNE SOURCE D’INFORMATIONS ET D’INSPIRATIONS. PROFUSION DE SAVEURS DE NOS PARUTIONS NATIONALES, SOUS LA FORME D’UN COURT RÉCIT, RÉSULTAT DU FUMET DÉGAGÉ PAR NOS LECTURES.

01. binGe n°1 avril/Juin 2014 www.2b2m.fr/produit/binge

02. cercle n°2 2014 www.cerclemagazine.com

03. citruS n°1 1e Semestre 2014 www.lagrume.org

Les vestiaires d'une arène ne sont pas ce qu'il y a de plus agréable. « Bien que loin d'une atmosphère de hammam, c'est toujours un peu humide. » 03 « On était à Mexico, il faisait ultra chaud et nos combinaisons moulantes n'étaient pas franchement faites pour résister à des températures pareilles. » 02 Nous étions quatre, à attendre patiemment que notre tour vienne, habillés comme des danseuses ridicules. Qui devions-nous séduire ? Des hommes, évidemment, comme l'extrême majorité de notre public. De toute façon, « ici, pour ainsi dire, quasiment pas de jolies femmes dans les rues. » 07 Alors pour assister à une corrida… Il faut croire que « c'est en équipe que se prépare un projet, par la visite du lieu et l'exploration de son environnement, géographique mais aussi historique, artistique, sensoriel » 07 pour qu'ils nous parquent toujours à plusieurs dans ces satanées chambres d'attente. J'avais avec moi des Dieux, des gloires infinies dans le charcutage de bovidés. Rafael, d'abord, ce roc. « Tout chez lui disait “tu peux défier tout ça, tout ce qui t'entoure, tout ce qu'on t'a inculqué, ce dont tu es sencé avoir peur, ce que tu es sencé aimer… et il ne t'arrivera rien.” » 05 Juanito, dont on se demande le pourquoi du

diminutif, tant son allure lui donne facile dix ans de plus. Pour un taré, c'est un taré. Pas de sa faute, mais il parvient jamais à se contrôler. « Il a envie de séduire et d'attirer les gens à lui, mais c'est un sauvage » 01, il n'y peut rien. Puis, il y avait le mythe, Manolo, confiant, arrogant jusqu'à l'extrême. Persuadé d'être le meilleur, parce qu'il l'était. Le genre de type qui invitait la mort à bouffer : pour continuer à exister, « une telle puissance doit bien détenir aussi des affinités secrètes avec la mort. » 03 « Tous ont connu le succès et sont restés dans les anthologies durant une vingtaine d'années. » 08 Et puis il y avait moi. Sur une affiche telle que ce soir, je passe évidemment en premier. Quelques minutes avant d'entrer, tiraillé par une trouille indescriptible, je me mets à renifler, à respirer fort, à baver. Et à boire. Une habitude qui m'a pris très tôt. « Je ne pense pas que je ne l'ai jamais fait sobre ». 09 De tout temps, l'alcool a toujours été un remède de qualité pour contrer la peur. Et « même si les temps et les problématiques ont changé, cette philosophie reste pertinente, au moins par son ardeur à éviter les pièges de l'obscénité ordinaire du réel. » 06 Mon obscénité du jour se nomme Islero. « J'arrête de faire le chien en même temps que je termine


04. l'AMAteur de ciGAre n°100 mai/Juin 2014 www.amateurdecigare.com

« lA FuMÉe eSt OnctueuSe et GÉnÉreuSe, l'enSeMble MAîtriSÉ, rOnd Mœlleux. » L'AmAteur de CigAre,

05. lA tribune du JellY rOdGer n° 3 printemps/été 2014 www.loupsenlaisse.com

n°100, Mai/Juin 2014

ma binouze, et je redeviens moi. » 05 « Satiné sans être lisse, mœlleux sans être mou, il avance avec fermeté, presque inflexible, puissant et subtil dans un mouvement exaltant. » 04 Quand il charge, je suis en admiration. Autour de lui, la poussière s'éparpille en volutes aux formes de vestales, « la fumée est onctueuse et généreuse, l'ensemble maîtrisé, rond mœlleux. » 04 Je sais déjà que tout est fini. Je prie, je crie, je pleure : « je ne veux pas vieillir, je ne veux pas pourrir, je ne veux pas mourir. » 02 « Je me destinais à devenir avocat, criminaliste. Les rouages du système judiciaire m'ont toujours passionné. » 01 Certainement pas la tauromachie. Pas quand j'étais gosse en tout cas. Va savoir ce que je suis venu faire dans cette galère, à prouver je ne sais quoi à je ne sais qui. Je voulais sans doute appartenir à quelque chose qui dépasse ma petite existence, un truc traditionnel, historique. Aujourd'hui, « on piétine le passé, on avale le futur, on est dans une dynamique aussi épuisante que grisante. » 07 Je voulais me sortir de ça, appartenir au grand tout, faire partie de l'humanité et l'embrasser, enfin. Car, je les aime ces foutus cons qui sont venus me voir mourir. « Au-delà de nos différences, nous nous inscrivons dans une universalité dont nous prenons conscience dans les moments d'émotion intense. » 06 Et quel meilleur moment d'émotion qu'une mort mise en scène dans une arène pluri-séculaire. Alors voilà, je me suis mis en danger. Comme Leiris, j'ai rêvé corne de taureau ; je l'ai rêvé si fort que je la sens aujourd'hui percer un à un les organes

vitaux qu'elle rencontre. J'ai appris en classe que « la force de trainée aérodynamique est la force de ralentissement exercée par le fluide (l'air) sur un objet en mouvement dans ce fluide. » 03 Mais elle est où là, cette bon dieu de force ? Islero, lui, s'en cogne des trainées, il est freiné par rien du tout, pas même par moi. Ce qui est sencé être beau dans la tauromachie, c'est ce combat contre la bête, contre notre fin.« Faire face à la mort, la retenir quelquefois, est atteindre ce peu d'immortalité qui permet de prolonger sa carrière magique. » 03, nous dit-on souvent. Évidemment, comme tout le monde, « je pense que c'est important de ne pas avoir de préjugés, et d'être ouvert aux suggestions » 09, mais à ce moment-là, je m'en fous complètement de ces trucs. Moi, je la fuis la mort et le seul moyen que j'ai trouvé, ici et maintenant, c'est de gueuler le plus fort possible. Parce qu'il faut que je dise, ma personne, « j'aime beaucoup l'idée que ce soit quelque chose de vivant. » 08 Alors j'hurle, je vocifère jusqu'à m'en faire voler les tripes… Ce qui finit effectivement par arriver…

06. MuSiQue(S) n° 1 printemps 2014 facebook.com/musiqueslarevue

07. pruSSiAn blue n° 6 hiver 2014 prussianblue.fr

08. tHe SHelF n°3 2014 theshelf.fr

… oh, non, ne me dites pas que je vais mourir avec du Francis Cabrel dans la tête…pas maintenant… quand tout est calme… j'étais bien là… Otras vidas, otros toros, y mataremos otros, venga a bailar.

retrOuVeZ lA SÉlectiOn en dÉtAil Sur WWW.kiblind.cOM

09. WOnderlAnd summer 2014 été 2014 www.wonderlandmagazine. com


• —

12 13

r éC L ame texte : J. tourette visuels : ©1995 iSl tm

FOOtix À QUELQUES jOURS DU COUP DE SIFFLET ANNONçANT LA WORLD CUP 2014 ET SON ENGOUEMENT POPULAIRE TANT ATTENDU, UNE LOINTAINE FIGURE RESSURGIT DU PASSÉ : UN PETIT COQ bLEU ET ROUGE, MARQUÉ AU TORSE DES LETTRES « FRANCE 98 ». SOUVENIRS, SOUVENIRS…

P

our les personnes nées dans les années 90, ce jour mémorable où le temps s’est arrêté toute une nuit – voire un peu plus – n’a qu’une résonance lointaine, nimbée par le bruit sourd des cris et des sifflets d’une nation en liesse. Le 12 juillet 1998, devant 20,6 millions de téléspectateurs et des foules agglutinées jusqu’aux trottoirs des bars, suspendues aux écrans et gesticulant depuis plus de quatrevingt-dix minutes, la France gagnait la Coupe du Monde de football. Ô instant suprême, ô moment exquis, où la camaraderie sans contingence se propageait comme une coulée de bière pour toucher jusqu’au cœur, jusqu’à l’âme, chaque individu insouciant pour un temps, transcendé par la joie et bondissant dans une grande fratrie en hurlant avec Gloria Gaynor I Will Survive, dans un anglais approximatif mais sincère. « Une nation », dirait le politique ; « un peuple », clamerait le philosophe ; ou tout simplement « la foule », répondrait le sociologue pour être pénible. La fête, quoi. De ces moments intenses il reste des sensations, des saveurs, des sons, comme la clameur des bistros ou la persistance des klaxons dans les rues, auxquels on associe par des connexions plus ou moins logiques ou inconscientes des souvenirs. Pour les raviver il suffira d’une image : le numéro 10, le crâne glabre de Barthez, la photo d’un stade bondé… Ou plus simplement la vue, sur une casquette cornée ou un T-shirt usé, d’un petit coq bleu et rouge, le sourire au bec et le ballon à la main : le bien nommé Footix.

Depuis l’édition de 1966 et Willie le lion d’Angleterre, chaque Coupe du monde de foot a sa mascotte. C’est un privilège accordé au pays d’accueil que de se doter d’un emblème éphémère, certes en lien étroit avec le sujet de la manifestation, mais de surcroit capable d’incarner les valeurs qui lui sont chères, un échantillon de sa culture, les couleurs de son drapeau, un trait de caractère de son peuple, etc., afin qu’en un coup d’œil sa localisation soit identifiée. L’exercice n’est pas forcément simple. Car si certains États disposent dans leur trousse à symboles d’un large échantillon d’artefacts de toutes sortes et de toutes espèces, d’autres sont moins bien affublés ; particulièrement quand les animaux semblent avoir la côte dans ce genre d’événement : Willie le lion (1966), Striker le chien américain (1994), Goleo le lion allemand (2006), Zakumi le petit léopard sud-africain (2010) et le tatou Fuleco qui commence à sortir de son terrier à l’approche du rendez-vous brésilien. Alors pour la France, ça n’a pas été trop dur. La mascotte de Footix telle que nous la connaissons – ou l’avons connue – a été imaginée en 1995 par Dragon Rouge et a pris forme sous les traits de crayons du dessinateur Fabrice Pialot, avec lequel l’agence collaborait régulièrement pour la création de personnages. « On a fait immédiatement le choix du coq », raconte Christian de Bergh, directeur général de Dragon Rouge, en charge à l’époque de l’identité visuelle. « Pour nous, il n’y avait pas d’autres alternatives compte tenu que c’était la


France qui organisait la coupe et que ça se passait en France. On ne voyait pas d’autre animal légitime. Alors on a voulu faire un coq sympa, positif et souriant, qui apparaissait parfois avec son fils, pour apporter la dimension éducative et de partage du foot. C’est la magie du dessin qui a fait le reste et notre proposition a été retenue. » Côté graphique, le brief du Comité français d’organisation de la coupe du monde 98 (CFO) était plutôt simple et les contours du personnage furent fixés assez vite. En revanche, lorsqu’il est question d’inventer un personnage à dimension et visibilité planétaires, la part la plus importante du travail se joue sur le plan du Droit. « Le gros sujet derrière la création, poursuit le communicant, a été tout le volet juridique, c’est-à-dire de se poser la question de savoir si le dessin était assez distinctif, s’il pouvait être protégé au titre de marque et dans les différents pays. Bref, beaucoup de questions de propriété intellectuelle pour lesquelles on a dû aller vérifier, dans chaque pays, s’il n’y avait pas déjà un coq ressemblant au nôtre… Alors que pour la créa, tout a été calé assez vite : on avait quasiment le dessin définitif dès la première présentation. On n’avait pas présenté de crayonné ou de rough mais déjà des dessins finalisés. Il s’agissait ensuite d’établir plusieurs positions officielles du personnage en mouvement. » C’est donc tout naturellement aux couleurs de la France, crampons aux pattes et l’index (l’index ?) levé que le gallinacé au nom gaulois faisait son apparition le 18 mai 1996, dans Les Années Tubes sur TF1. Présenté par Jean-Pierre Foucault, accompagné sur le plateau de Michel Platini et Claude Simonet (le co-président du CFO), Footix fut dévoilé pour la première fois à la télévision. Comme à l’accoutumée dans ce genre d’entreprise, les critiques les moins flatteurs ne tardèrent pas à utiliser la tribune. Et puisque

l’invective retentit toujours plus fort que le compliment, la pauvre mascotte fut passablement malmenée. Mais avec le temps, il devient difficile de se souvenir si la levée de bouclier s’était faite si rageuse à l’origine ; parce que la seule chose qui reste en mémoire, c’est la victoire, à laquelle Footix a été légitimement associé. « Quand on lance ce type de projet, explique Christian de Bergh, et particulièrement en France, il y a toujours une petite partie de la population qui râle : “Pourquoi on a fait un coq ? C’est quoi ce nom ? C’est pas réussi !”. Avant 98, il ne s’est pas passé grand chose ; puis ça a été un succès, notamment commercial et en marchandising. Parce que la France a gagné. Au début il y a eu peut-être 2 % des gens qui se sont exprimés pour dire “c’est moche”, puis 98 % qui l’ont finalement acheté, pour garder une trace de ce moment. Footix reste dans les mémoires du CFO un super produit de marchandising. » D’abord mascotte de la Coupe, transcendée ensuite par la victoire française, le petit coq allait encore subir une ultime sublimation en entrant dans le langage courant. Peu de temps après le succès des Bleus, son patronyme devint un nom commun : un « footix » désigne les supporters auto-proclamés du jour au lendemain, les fans de la dernière heure, qui ne connaissent pas grand chose au foot mais ne ratent pas une occasion de lâcher avec véhémence des commentaires de surface, et soutiennent toujours l’équipe qui a le plus de chance de gagner… Une belle définition qui a encore cours de nos jours. Alors finalement, pour une mascotte dont la durée de vie devait se limiter à la durée d’un événement sportif, c’est pas si mal. Et c’est peut-être pour cette raison que l’on croise encore de temps en temps, seize années plus tard, des gens portant le couvre-chef avec le petit coq, surtout à l’approche d’une Coupe du Monde. I Will Survive ?


in pArAdiSuM

P o rt ra it texte : o. trias visuel : in paradisium

DEVENU EN TRèS PEU DE TEMPS LE jARDIN D'EDEN DE QUELQUES âMES DE LA SCèNE ÉLECTRONIQUE, LE LAbEL IN PARADISUM A DÉjÀ AMORCÉ LE RENOUVEAU DE L'AVANT-GARDE FRANçAISE. ENTRETIEN AVEC UN DE SES CO-FONDATEURS, GUILLAUME HEUGUET.

Et

si, tout compte fait, le paradis n'était constitué d'autres choses que de vieux hangars où résonnerait une musique sauvage. Voilà, semble-t-il, un postulat que Guillaume Heuguet et Paul Regimbeau (alias Mondkopf) pourraient défendre. Ensemble, ils ont écumé les disquaires parisiens et partagé d'innombrables heures d'échanges musicaux pour tenter d'atteindre la vérité. L'idée d'In Paradisum est née, il y a trois ans, d'une simple sensation de vide, de manque : « À cette époque, il y avait au moins une quinzaine d'artistes dont on était super fan, mais qui malheureusement ne jouaient jamais à Paris ». Aidés par la notoriété croissante de Mondkopf et profitant des relations de Guillaume, forgées par des années de prescription musicale à travers le blog Fluokids notamment, In Paradisum prend rapidement ses quartiers au Rex puis à la Gaîté Lyrique, pour y convier les chefs de file étrangers (Oneohtrix Point Never, Perc, Surgeon, Ancient Methods…) d'un mouvement industriel qui peinait à émerger en France. Prolongement logique de ces soirées enchanteresses, In Paradisum devient, quelques mois plus tard, le nom d'un nouveau label, construit sur les cendres de l'éphémère Fool House : « au début, c'était pour sortir les productions de Paul. Mais assez vite, on s'est dit qu'on aimerait bien faire ça pour d'autres artistes, pour lesquels il n'y a pas vraiment de label en france à même de sortir leurs musiques. » Stomicae, Low Jack, Qoso, Saaad, Insiden, embarqueront ainsi sur cet arche de Noé de l'expérimentation sonore. « Depuis le début, ce sont des gens avec qui on échange régulièrement sur la musique. C'est un peu une famille d'artistes qui a grandi et approfondi des pistes ensemble. C'est parti de connexions sur des références musicales, ou des bouts de morceaux, qui nous paraissaient vraiment à part. » Oscillant entre techno, indus, noise ou ambient, les sonorités du label sont brutes, radicales, abstraites, parfois sombres ou ténébreuses, à l'image de l'infernal Hadès, de Mondkopf. « On aime quand c'est violent, intense, quand il y a des émotions fortes, une vraie énergie, et qu'on a l'impression que le mec est allé au bout de son idée. » En club, comme sur disques, le label séduit et réussit le tour de force d'ancrer dans le panorama de l'électro française, des styles qui faisaient encore fuir il y a peu. « Je n'ai pas trop compris ce qui s'est passé. Quand on a commencé, j'avais un peu l'impression de jeter une bouteille à la mer. J'envoyais les sorties aux magazines et personne ne voulait les chroniquer. Tout à coup,

on dirait qu'on a eu le droit d'aimer ça, qu'on n'était plus marginalisés. » Présenté aujourd'hui comme un ambassadeur de la techno en France, le label tient néanmoins à éviter de se revendiquer comme tel, « parce qu'il y a quand même beaucoup de trucs là-dedans qui ne sont pas très passionnants ». « On est connus par la scène techno, mais on se sent plus proches de labels DIY de noise par exemple. Paul écoute aussi beaucoup de métal. Et finalement, le label est beaucoup plus influencé par les projets de la scène métal dans une certaine mesure. » Pas étonnant, eu égard à l'esthétique visuelle et graphique de la maison : une vraie typographie gothique, qui colle parfaitement au nom In Paradisum et aux styles qu'ils abordent. Guillaume en témoigne : « J'ai l'impression que c'est plus facile d'expliquer la musique qu'on fait par ce genre d'idées visuelles, présentes sur les pochettes, plutôt qu'avec des mots. » En effet, une image vaut parfois plus que mille mots.

• —

15

plAYliSt : PERC - London, We Have You Surrounded PETE SWANSON - remote vieW ERRORSMITH - no ice RObERT TURMAN - Soft SeLf-Portrait THE SIDEWINDER - WHite viPer Sound SYStem SISTER IODINE - troPe SWANS - bLACkOUT VATICAN SHADOW - cHurcH of aLL imageS kPLR - 16.5.5.2 ANCIENT METHODS - B2

soundcloud.com/inparadisum www.facebook.com/inparadisumrecords inparadisumrecords.tumblr.com inparadisum.bandcamp.com


re P o rtaG e GraP Hi Qu e texte : m. gueugneau visuel : S. bournel-bosson

•

17


18


19


pages b l an c h es

•

21


— Franck adebiaye azertyssement www.fadebiaye.com


— alexis beauclair & Étienne chaize & Mathieu leFèvre pour Quasar contre Pulsar cargocollective.com/mlefevre/QUASAR-CONTRE-PULSAR


— Jonathan dJob nkondo sans-titre absenteism.tumblr.com


— art brutal sans-titre www.bastiendubois.com/artbrutal


— Gustavo torres Spiral kidmograph.tumblr.com


— karan sinGh Burger www.wakeupmrsingh.com


— rrrrrroll sans-titre rrrrrrrroll.tumblr.com


— natalia stuyk sans-titre www.nataliastuyk.com


— stephen vuilleMin sans-titre stephenvuillemin.com


— skip sans-titre www.skiphursh.com


— clay rodery sans-titre clayrodery.tumblr.com


— vince Mckelvie Still Bubbles Big vincemckelvie.tumblr.com


dossier Texte : G. Viry Visuel : Baptiste Alchourroun

34

la GiFle aniMÉe —

Pourquoi un GiF animé de michael Jackson, mastiquant du PoPcorn, Fait-il aussi raPidement le tour du monde ? et Pourquoi la communauté créative s'amuse-t-elle autant avec ce Format léGer, censé aPPartenir au siècle dernier ? en résonance à sa double GiF Party, kiblind Fait une Petite boucle animée Pour comPrendre, entre GiF-sur-yvette, londres et brooklyn.


U

n samedi ensoleillé de GIF Cup, à Gif-sur-Yvette. N'en déplaise au petit groupe d'anonymes qui milite, sur Tumblr, pour y organiser un festival de GIF animé, la petite ville de l'Essonne se montre manifestement plus réceptive à la coupe du monde de foot des moins de douze ans. Et pourtant, la revendication semble légitime dans une commune qui cumule une crèche municipale, appelée Belle Image et une omniprésence, sur les moteurs de recherche, dès qu'on s'intéresse au sujet. En attendant, le « Festival International du GIF à Gif » continue de se déployer sur le web, avec une programmation très éclectique d'images animées. Créé en 1987 par Steve Wilhite au sein de CompuServe, l'ancêtre des fournisseurs d'accès, le GIF a connu à la fois la

préhistoire et la post-modernité d'Internet. Il s'agit d'un format d'image numérique inventé, à l'origine, pour télécharger (et donc lire) les visuels en couleur. « Le GIF a été élaboré en moins de cinq mois, se souvient Wilhite. En 1989, nous avons ajouté une nouvelle fonction, qui permettait le diaporama des images : le format animé était né ! ». Malgré toutes ses promesses, la technologie est rapidement supplantée par d'autres formats, en image fixe, pour accompagner le développement du web grand public, comme le PNG et surtout le JPG, inventé par IBM. Le GIF est limité, par exemple, à 256 couleurs et son potentiel dynamique commence à bien faire marrer les utilisateurs de Flash, sans compter l'arrivée des formats vidéo. De fait, il traverse, pendant vingt ans, une sorte de grand désert dans lequel se côtoient, chaque jour, des mirages, des révolutions fondant au soleil, mais aussi quelques vraies oasis. Pour le grand public, il reste bien souvent cantonné à des animations simplistes, dont la fonction n'est pas forcément de le rendre plus intelligent, comme celle de la petite enveloppe rejoignant la boite-à-lettres, ou le coup de pioche animé sur un site en travaux. « Un GIF animé est une forme faible, explique Nicolas Thély, chercheur et critique d'art, au sens où il est périssable et, a priori, peu intense. Et pourtant, des artistes s'y sont rapidement intéressés, au même titre que d'autres outils numériques, techniquement pauvres, en cherchant justement à s'exprimer à travers les limites du format. Pour le GIF, cela consiste par exemple à faire passer des choses radicales, intenses, à travers un média réputé peu sérieux. » En 2007, l'universitaire amorce la ligne de recherche Basse Définition pour étudier ces nouvelles pratiques artistiques, au moment même où la vie du gif animé va découvrir le deuxième effet : un “kissou” au passé et une seconde jeunesse, beaucoup plus cool. À vingt ans, David Karp a tous les attributs du geek fini qui a arrêté l'école à quinze ans pour se consacrer à l'informatique, et du Brooklynois infini, désireux de changer le monde (en réseau). En février 2007, il lance Tumblr, une plateforme de microblogging et le premier grand réseau social basé intégralement sur l'image. Le support accepte le GIF animé et va véritablement lui offrir une deuxième vie. En effet, à l'instar de certains créatifs, la jeunesse américaine, puis mondiale, va découvrir les deux principaux atouts du format faible : une puissance expressive, entre l'immédiateté de la photo et l'impact de la vidéo ; une facilité de création et de diffusion, liées au poids plume des fichiers et au miroir grossissant du web communautaire. Tumblr arrive après Facebook et Twitter, mais va rapidement se déployer grâce au GIF animé, alors que les deux autres commencent par l'interdire. Le format est, de loin, le média le plus posté et lui permet rapidement de s'imposer parmi les dix premiers réseaux mondiaux. Avec près de deux cents millions d'utilisateurs actifs, la plateforme occupe aujourd'hui, en nombre de visites, la trente cinquième place (dix-huitième aux États-Unis) du classement mondial des sites Internet. En 2013, Yahoo ! l'inscrit même à ses conquêtes dans le cadre de sa nouvelle stratégie de sé-

35


duction, notamment auprès des plus jeunes. Audelà de cette acquisition, le GIF animé devient ainsi une sorte de curseur dans l'éco-système du web, à tous les niveaux. En haut, il contribue à donner la météo parmi les géants d'Internet. Puis après une propulsion décevante, Google +, qui accepte le format depuis l'origine, lui doit aujourd'hui une partie de son embellie. En début d'année, Pinterest, le leader des réseaux visuels, a également décidé de l'intégrer. Un peu plus bas, le succès du GIF animé a façonné une véritable palette de supports, assimilable à une sorte d'immense industrie virtuelle : avec ses machinesoutils (Photoshop, mais aussi GIFsoup, Gicker, Makeagif, Thegimp), ses catalogues (Giphy) et ses distributeurs. D'ailleurs, au moment où Tumblr est racheté par Yahoo !, Google intègre le GIF animé à ses critères de recherche, ce qui achève, en quelque sorte, la boucle de son grand retour.

36

expression consacrÉe –

Installée à Brooklyn, Rebecca Mock réalise des illustrations animées où seul un détail bouge… L'effet est aussi envoutant que les cinemagraphs. www.rebeccamock.com

au-delà du rachat de tuMblr par yahoo !, le GiF aniMÉ devient aussi une sorte de curseur dans l'Éco-systèMe du web, à tous les niveaux.

« Un truc de fou ! » Deux ans après son lancement, Marion Malabre, rédactrice mode et blogueuse assumée, reste la première surprise par l'immense succès de son Tumblr Jesuisunevraiefille. « J'ai commencé à détourner des GIFs existants, comme cela se faisait déjà aux États-Unis ou chez certaines attachées de presse. J'ai lancé le Tumblr avec une quinzaine de posts ; une copine l'a twitté et ça a pris tout de suite ! » Jesuisunevraiefille devient même le Tumblr français le plus fréquenté. Si le rythme des publications tend aujourd'hui à ralentir (une chaque semaine), il bénéficie encore d'une audience moyenne de 150 000 visiteurs chaque mois. « J'en ai profité pour lancer d'autres projets, avec le même ton, dont une bande dessinée qui vient de sortir et un calendrier composé de billets d'humeur, prévu à l'automne ». Entre temps, de nombreuses pages se sont engouffrées dans la mouvance, représentant à peu près tout ce qui existe en termes de profils ou de corps de métiers. On les retrouve notamment dans la série des « Je suis un vrai » (parisien, gay, littéraire, corse) ou « Ma vie de » (chargé de com, consultant, stagiaire, journaliste au chômage). Plus ou moins réussis et suivis, ces Tumblr utilisent tous le GIF animé comme un nouveau langage, souvent auto-dérisoire, chargé de raconter, avec humour, des histoires personnelles ou la vie au bu-


en quelques chiFFres -

1,1 Mds de $

montant du rachat de tumblr Par yahoo !, en mai 2013. david karP emPoche, à 26 ans, Plus de 250 millions de dollars.

1 sur 2

la moitié des médias Postés sur tumblr sont des GiFs animés.

2006

année d'exPiration du dernier brevet sur le GiF, détenu Par ibm : le Format est désormais dans le domaine Public.

2012

GiF est élu "mot de l'année" Par l’édition américaine du dictionnaire oxFord university Press

3 927

dossier

classement mondial du moteur de recherche GiPhy.com, lancé en 2013, en nombre de visites (+ 2 476 Places en un trimestre).

3 143

nombre de GiFs animés diFFusés aléatoirement sur le site GiFGiF, mis en Place Par une équiPe du mit, Pour étudier le lanGaGe et les émotions Procurées Par les imaGes. gifgif.media.mit.edu

les artistes utilisent le GiF aniMÉ coMMe un carnet de notes, un croquis : ils ont une idÉe, ils la Font ! l'outil Fait partie de leur palette et c'est l'instantanÉitÉ qui les iMporte, pas le sentiMent de Faire du net art…

reau. Pour le designer américain Jason Eppink, commissaire d'une récente exposition sur le GIF animé à NewYork, le format est devenu un nouveau mode de communication non verbale, pénétrant la culture numérique mondiale et façonnant une sorte de langage universel. Certains nouveaux réseaux l'ont d'ailleurs bien saisi. Lancé en 2013 aux États-Unis, Meatspace est un nouveau chat qui génère, en temps réels, des GIFs animés de ses propres utilisateurs, grâce à leurs webcams. Les messages (250 caractères, affichés 10 minutes) accompagnent ainsi toutes sortes de grimaces et autres curiosités adolescentes, dont on a forcément un peu de mal à saisir l'essence. En attendant, le réseau serait déjà promis à un avenir rayonnant. Si la jeunesse mondiale s'est ainsi emparée du GIF animé, il s'est aussi répandu, très largement, dans la sphère créative. Le mouvement est tout à fait naturel en le considérant, au-delà du phénomène, comme un nouveau moyen d'expression et un objet culturel. Nicolas Thély a été l'un des premiers à s'y intéresser : « Les artistes, que nous avons observés, l'utilisaient comme un carnet de notes, un croquis : ils ont une idée, ils la font ! L'outil fait partie de leur palette et c'est l'instantanéité qui les importe, pas le sentiment de faire du Net art ». Cette créativité immédiate se retrouve effectivement, à l'œil nu, dans certaines œuvres en GIF animé, comme celles de la française Anne Horel. Ses collages sur-vitami-

nés, mélangeant tous les ingrédients de la culture geek (vidéos de JC Van damme, lolcats, icônes informatiques), évoluent dans une ambiance épileptique, criarde et volontairement kitsch ; la créatrice, qui officie également dans la musique, la vidéo et sur Tumblr (la fameuse « chatte d'Anne Horel »), offre ainsi un renvoi d'ascenseur artistique au GIF animé. Chez d'autres créatifs, la démarche est sensiblement différente, puisque le format est seulement le prolongement d'une discipline artistique exercée d'abord en mode fixe. La motion photography compte notamment de nombreux adeptes, dont les nouveaux héraults se sont fait remarquer avec un style ou une technique spécifiques. En 2011, par exemple, Jamie Beck et Kevin Burg inventent les cinemagraphs, à l'occasion de la Fashion Week de New York : appliqué initialement à la photographie de mode, le concept consiste à animer un seul détail de l'image ; cela crée un effet étonnant et poétique par rapport au cliché d'origine, souvent proportionnellement inverse au minimalisme du mouvement. Le rendu a fait fureur sur le web. Et si la marque a été déposée, la technique continue d'inspirer de nombreux photographes. En France, Romain Laurent réalise des portraits en GIF, en animant une partie du corps de ses modèles : un homme se liquéfie en temps réel, par exemple, à l'écran, quand les bras d'un autre, en train de sauter, sont animés, comme des ailes. Plus largement, au-delà de la photo-

37


graphie, tous les arts visuels ont été conquis. Le street artist anglais INSA, par exemple, s'est fait remarqué, notamment par le leader de Radiohead, en animant ses (vrais) graffitis sur le web. L'illustration, toujours très encline à l'animation, utilise aussi largement le GIF, comme dans les planches animées de Rebecca Mock ou Stephen Vuillemin.

pas fait connaître en tant que GIF artist, mais par un succès d'édition (Paris Vs New York), le format a ainsi accouché d'un véritable foisonnement créatif, protéiforme ; il lui a cependant fallu attendre un certain temps avant d'obtenir une existence artistique autonome, en dehors de la notoriété de ses nouveaux adeptes et de toute autre finalité.

direction artistique –

38

« Le GIF repousse les limites de l'animation, de l'art, de la narration et les usages créatifs, autour du format, sont en pleine expansion. Le fait que les images animées soient si rapidement digestibles colle parfaitement à la durée d'attention que nous avons développé avec la culture web ». Pour William Sawyer, publicitaire et organisateur de la première cérémonie des GIFys (les Oscars du GIF), en janvier dernier à Los Angeles, le format a un véritable potentiel artistique et un horizon toujours autant dégagé. Il suffit de le constater sur Tumblr, où le flux créatif ne s'arrête jamais, devant un public très ambiancé. « Plus d'un demi-million d'internautes a voté, par exemple, pour les GIFys ! » La prolifération créative à base de GIFs animés et l'intérêt du public, expliquent que certains secteurs et figures artistiques s'y soient, assez rapidement, intéressés. Dans la musique, par exemple, l'arrivée de clips en GIF est devenue aussi fascinante qu'un épisode de Retour vers le futur. Dès 2010, le réalisateur américain Hype Williams utilise le format pour le clip XXXo de M.I.A. Et avant de signer la vidéo du fameux Happy de Pharrell, le duo français We are from L.A. s'était justement fait remarquer pour ses clips en GIF animé, destinés à Yelle ou à Kanye West. La mode occupe une position analogue, en faveur du GIF, entre avant-garde et récupération de tendances. Le format dispose en effet d'une aura importante depuis le succès des Cinemagraphs. En 2012, par exemple, Nina Ricci signe la première grande campagne en GIF Art, grâce à l'artiste Jo Ratcliffe, pour le lancement d'un nouveau sac. Plus récemment, Julien Douvier réalise des photographies animées dans le cadre de la collaboration Maje feat. K-way. Et l'illustrateur Varham Muratyan utilise également le format pour imaginer les « univers parallèles » des accessoires Prada. À l'image de ce dernier, qui ne s'est

« le GiF art connaît un succès phÉnoMÉnal et il est loGique que les institutions culturelles coMMencent à lui reconnaître de la valeur, allant MêMe Jusqu'à l'exposer dans les espaces physiques. » William Sawyer

steve Wilhite IL y A VINGT-SEPT ANS, SANS LE SAVOIR, CET INfORMATICIEN dE COMPUSERVE INVENTAIT LE PREMIER ExPLOSIf NUMéRIQUE dU SIèCLE SUIVANT : UNE BOMBE à RETARdEMENT…

pouvez-vous nous raconter la naissance du GiF ? C'était en 1987. J'étais ingénieur chez CompuServe depuis plus de 15 ans. Sandy Trevor, mon patron de l'époque, m'a demandé de travailler sur un nouveau format graphique en couleur. J'ai utilisé l'algorithme LZW, qui permettait de compresser les données sans perte. Au même moment, Larry Wood, qui s'occupait du forum Graphique, avait prévu de publier un tas d'images utilisant le format RLE, très répandu à l'époque, mais beaucoup moins efficace. On lui a conseillé de venir me voir chez CompuServe. Je lui ai alors montré le rendu du GIf : il a immédiatement arrêté son projet et a décidé de travailler avec moi pour diffuser le format sur sa plateforme. Concrètement, je lui ai fourni le code, afin qu'il puisse le relayer auprès des autres développeurs pour leur permettre de l'intégrer à leurs propres programmes. coMMent êtes-vous passÉ du GiF au GiF aniMÉ ? Le projet a été amorcé en février et publié en juin. La création du format a donc duré moins de cinq mois. Plus tard, entre 1987 et 1989, j'ai enrichi le format avec de nouvelles fonctionnalités, dont la possibilité de faire un diaporama. Quant à la répétition, c'est un développeur, chez Netscape, qui est à l'origine de cette évolution. le GiF aniMÉ est redevenu très à la Mode ces dernières annÉes : qu'est-ce que cela siGniFie pour vous ? J'ai quitté Compuserve en janvier 2001 suite à un accident vasculaire, qui m'a fait perdre le langage. donc, je n'étais plus dans la société au moment où le format a connu cette deuxième jeunesse mais, évidemment, je reste très au fait de ce qui se passe autour de moi, en particulier sur Internet. Je ne vais pas vous dire que ce n'est pas agréable de voir tout ce flux d'échanges et de créativité avec un outil que j'ai contribué à inventer. Il a été dit que chaque personne a un quart d'heure dans sa vie : le GIf correspond, pour moi, à ces quinze minutes… même si ça fait, en réalité, vingt-sept ans ! en 2013, david karp, le Fondateur de tuMblr, vous a reMis un webby award pour votre carrière… Oui et ça a été l'occasion pour moi de rétablir une vérité, avec humour, car beaucoup l'avait oubliée : on ne prononce pas "guif", mais "gif" ! C'était un honneur de recevoir ce prix, même si j'ai arrêté ma carrière depuis bien longtemps ! J'essaie en tous les cas de garder un œil sur l'avancée des technologies et je continue toujours à faire un peu de programmation en JAVA pour faire marcher le cerveau…


Micaël Reynaud (ou dunun) fait partie des six lauréats du Concours Saatchi / Google +. Ses photos animées de pigeons ont fait sensation, au même titre que ses morphing en GIf sur Google +. plus.google.com/+micaelreynaud

dossier

Pour la prochaine édition de futur en Seine, My Photo Agency, première agence photo collaborative, a lancé un concours en GIf animé. Les internautes choisissent les meilleures images qui seront exposées, du 12 au 15 juin, à la Gaîté Lyrique. www.futur-en-seine.fr www.myphotoagency.com

« Le GIF art connaît un succès phénoménal et il est logique que les institutions culturelles commencent à lui reconnaître de la valeur, allant même jusqu'à l'exposer dans les espaces physiques ». Pour William Sawyer, dont les GIFys contribuent à structurer le champ culturel de la discipline, tous les curseurs artistiques du GIF sont réellement animés. Depuis quelques mois, l'art contemporain lui accorde en effet une certaine légitimité. Des artistes sont exposés en galerie, comme Natalia Stuck, qui a présenté I would gif you everything, en mars dernier à Paris. Et même si le GIF art reste essentiellement un plaisir oculaire, sans valeur marchande, il a déjà fait une entrée remarquée à l'Art Basel de Miami : fin 2012, une agence américaine de vente aux enchères sur le web, Paddle 8, y organise un festival de GIFs, Moving the Still, en partenariat avec Tumblr. En première ligne dans la diffusion du format, les réseaux sociaux ne sont d'ailleurs pas étrangers à cette dynamique de reconnaissance culturelle. Cette année, par exemple, Reddit participe au commissariat de la rétrospective sur le GIF, au Musée de l'image animée de New-York. Moins portée sur le GIF art que sur une série de grands classiques, comme le fameux Michael

Jackson pop-corn ou l'écureuil dramatique, l'exposition consacre l'inscription du format à l'avant-scène de la pop culture contemporaine. Simultanément, à Londres, la célèbre Galerie Saatchi s'associe à la deuxième édition du Motion Photography Prize de Google + pour récompenser et exposer soixante GIFs animés, parmi 4 000 œuvres soumises en ligne. Le français Micaël Reynaud, webdesigner et giffeur suivi de près (près de 14 millions de visites sur sa page Google +), fait partie des lauréats, grâce au GIF animé d'un pigeon : « Je l'avais photographié en 2012 devant Beaubourg. Il n'aurait pas fait ce mouvement sur demande et c'est ce qui m'intéresse depuis longtemps avec le format : travailler un cliché pour lui donner une émotion, une essence, une imagination ». Sans forcément savoir que celle-ci a été faite devant un grand musée parisien, Saatchi revendique simplement une manière de mettre en avant « une nouvelle tendance de la photographie contemporaine ». De retour à Gif-sur-Yvette, l'escapade se termine. À la sortie, un panneau de signalisation indique justement la prochaine ville : Orsay. •

39


SCOPITONE DU 15 AU 21 SEPT. 2014 NANTES

Festival des cultures électroniques et des arts numériques

www.scopitone.org

Superscript 2


kxt

cahi e r m ode

Réalisation : Baptiste Viry Photographe : Thomas Chéné Assistant photographe : Clément Brandely Styliste : Alix Devallois Assistante styliste : Cécilia Leniaud Hair & Make-up : Karine Belly @ Backstage Model : Sara @ Just WM

Article : Jérémie Martinez

41


Reproduction. Et le gif, suivant son mouvement naturel et la sempiternelle logique de reproduction de la mode, recommença ailleurs. Car le gif est une histoire de reproduction, la mode est une histoire de reproduction, la vie entière est une histoire de reproduction. Le 13 février 2011, le gif pénètre l'univers de la mode pour ne plus jamais s'en retirer. Nous sommes en pleine fashion Week de New-York et Kevin Burg et Jamie Beck, un couple de photographes américains qui œuvrait déjà activement sur l'internet, officialisent la relation entre le geek et le freak 01. Une belle « première fois » entre le gif et la Mode. Ces deux-là copulent depuis lors sauvagement suivant l'éternel mouvement de la haute vers la basse couture. La boucle est bouclée.

e’ve gotta e were like, ‘W w d an e w ne it was so next day, thes hat was that?’ sted them the W po ? e at w th en as th w d ght, an like, ‘What as editing at ni “Everyone was ooting and i w Kevin Burg sh .” as w ed e en sh of what happ do more’. So s ie or st stantly. Like tle lit , these other blogs in of s nd sa little moments ou th s and with a bunch of ne to thousand ably sharing it go ob st pr ju al ’re as ey w th it o, nt of commerci ur phot ed on Tumblr, nitely, the amou meone shares yo efi so an D n “When i post ] ly he al [… w re e. so as lik s, w u, i t you these world d they like wha From Me to Yo t attracts like in hat they like, an When i started w books – and no r. e bl ok lik m lo g at Tu in e th th le do d d te an ar es st i in ve other peop e’ az ce w ag sin die m ps and ged immensely shooting for in any relationshi work has chan in New York, tablished so m es er e size of the d ph th an ra d h og an uc ot r, m ph fo g we shoot ve grown so e’ ho w w up-and-comin , – t ow lo N . a ds d ange k shion bran ojects. That’s ch for.” Jamie Bec for high-end fa high-profile pr that we shoot of ts t ec lo oj a pr do e th to been able e production of oot for, and th projects we sh

En mode GIF : Je-me-l'a-pète et Répète sont dans un bateau, Je-me-l'a-pète tombe à l'eau, qui reste-t-il ?

01


Les cinemagraphs de Jamie Beck et Kevin Burg ont donc permis à ce beau vieux gif d'envahir les commucations web de nombreuses marques. Leur série autour des créations d'Oscar de la Renta a été vue plus de deux millions de fois sur Tumblr et a généré près de 55 000 billets. La technique est assez caractéristique et éloignée du gif préhistorique. il s'agit de conserver l'environnement global de l'image fixe et d'animer qu'une petite partie afin de rendre le fichier moins lourd pour révéler le détail qui tue. On reste ainsi très proche de l'univers de la photo de mode en ajoutant une légère touche de sensualité. Et on « aime ». Le facebook de Be Delicious, le parfum de DKNY, dont Jamie fut l'ambassadrice, et pour laquelle elle a réalisé de nombreux cinemagraphs a atteint plus d'1,6 million de pouces en l'air. Comme on aime que les gens aiment, Jamie et Kevin ont aussi travaillé pour Armani, Revolve, Christian Louboutin, Katie Ermilio, etc.

02

Et le gif, suivant son mouvement naturel et la sempiternelle logique de reproduction de la mode, recommença ailleurs. il fut par la suite accaparé par de nombreuses marques comme Bernhard Willhelm. grâce à geoffrey Lillemon and Random Studio, la marque put mettre en action ses mannequins dans un univers 3D et frénétique 02. La boucle est bouclée.

03

Et le gif, suivant son mouvement naturel et la sempiternelle logique de reproduction de la mode, recommença ailleurs. il fut par la suite accaparé par de nombreuses marques comme Adidas Original. grâce à Josh greet, la marque put jouer des variations de la lumière sur un axe horizontal ou vertical pour mettre en avant un personnage dans son quotidien 03. La boucle est bouclée. Et le gif, suivant son mouvement naturel et la sempiternelle logique de reproduction de la mode, recommença ailleurs. il fut par la suite accaparé par de nombreuses marques comme Calvin Klein. La marque, grâce à fashgif (greta Larkins), put superposer une image fixe pleine page de défilé et des vignettes en mouvement du même mannequin 04. La boucle est bouclée. Et le gif, suivant son mouvement naturel et la sempiternelle logique de reproduction de la mode, recommença ailleurs. il fut par la suite accaparé par de nombreuses marques comme Versus Versace. La marque, grâce à Jaime Martinez, put mettre en action M.i.A en suivant exactement la même technique que Josh greet dans un monde toutefois plus saturé 05. La boucle est bouclée. Et le gif, suivant son mouvement naturel et la sempiternelle logique de reproduction de la mode, recommença ailleurs. il fut par la suite accaparé par de nombreuses marques comme Kenzo. La marque, grâce à l'excellent Toilet Paper, remit le gif dans le bon sens (un art luxueux ultra nu) pour le plus grand bonheur des puristes. Kitch, coloré et brillant lorqu'il fut travaillé par Natalia Stuyk par exemple 06. La boucle est bouclée.

04

05

06


Manteau # 22/4 | Lunettes # Andy WolF | Chapeau # Acoté


Manteau # 22/4 | Lunettes # Andy WolF | Pantalon # UnIqlo


Chapeau # Acoté | Lunettes # MIchEl klEIn by GIpsy  | Top # MonkI | Jupe # yvEs sAInt lAUREnt vIntAGE  | Combinaison imprimée portée en pantalon # tARA JARMon


Pull # MAsscob | Chemise # cotélAc | Veste # cos | Manteau # Acoté


Top # lAcostE


Veste # UnIqlo | Chemise # cos | Pantalon # vIntAGE


Veste # sAMsoE&sAMsœ | Jupe # cos | Combinaison imprimée portée en pantalon # tARA JARMon | Derbies # sARtoRE


Pull bleu # EtUdEs | Pull # polder | Chemise # 22/4


Chemise # EqUIpMEnt | Chemise rayée # 22/4 | Top rouge # h&M


cEntRE dE docUMEntAtIon Et d’InFoRMAtIon rédigé par maxime gueugneau & co

n.f. (allure) : Façon d'aller, de marcher. Apparence. Ex : « J'ai vraiment un style, une allure qui fait fureur » - Louis Nicollin. Se dit aussi de livres et festivals de danse qui en jettent.

Fig. 1 : Petites Formes d-cousues _

Crédits : Petites formes d-cousues © Agence Klar

cdi

[ d a n s e ] . Tout au long de l'année, le Point Éphémère installe chez lui de bien curieuses boîtes de Pétri. En leur seinsprennent vie les projets de chorégraphes, metteurs en scène et performeurs. ils grandissent, mûrissent, meurent et renaissent jusqu'au moment où, enfin, ils sont prêts à voir la lumière du jour. Car les résidences que propose la structure parisienne finissent toujours de la même façon : une présentation du travail, fini ou en cours, au festival Petites formes D-cousues. Ce rendez-vous annuel est l'occasion de se réconcilier avec le studio de danse que renferme, un peu mystérieusement, l'établissement culturel du quai Valmy, à Paris. Oui, il s'y passe des choses, et de belles qui plus est. En témoignent les quinze spectacles et autant de formes qui seront donnés à voir les 13, 14 et 15.06 au Point Éphémère. D'une analyse poussée de la techno par le Relou Krew jusqu'à la lecture orageuse de Benjamin Bertrand (vu chez Philippe Quesne ou Olivier Dubois) en passant par le spectacle plein de bon sens de Jean Vercken et Nikola Krminac, ce sont mille univers qui se croiseront durant ces trois jours de spectacles vivants. Un brelan rare et bienvenu. • Petites Formes d-cousues, les 13, 14 et 15.06 au Point Éphémère à Paris. www.pointephemere.org

Fig. 2 : sPots _

[ p r i n t ] . Philippe Petit-Roulet nous raconte des histoires depuis déjà quelques décennies. illustrateur, dessinateur, graphiste, il travaille pour la presse, publie des bandes dessinées, des livres pour les petits et pour les grands, et dessine des publicités, dont la mémorable campagne de lancement de la Twingo en 1993. Au fil des années, son dessin s’est épuré jusqu’au dépouillement mais gagne en force, exprimant en quelques traits une idée dont la lecture est immédiate. Depuis 1992, il travaille pour le New Yorker en illustrant plusieurs couvertures de l’hebdomadaire. il y dessine aussi de nombreux Spots, ces séquences d’illustrations en noir et blanc semées au fil du magazine, racontant une petite histoire ou déclinant un thème. Les éditions Cornélius compilent aujourd’hui ses Spots et nous les offrent avec une chaleureuse bichromie qui donne une nouvelle dimension à ces traits initialement noirs. « Îles secrètes », « Pionniers », « Le Minimalisme », « feuilles mortes », « Oiseaux du dimanche »… Quelques traits, quelques points, quelques courbes, et Petit-Roulet développe ses séries de Spots avec poésie et humour. Ainsi rassemblés, ils illustrent son talent pour conceptualiser graphiquement des idées en toute simplicité et raconter l’histoire. Une perle ce livre ! Basil Sedbuk • Spots, de Philippe Petit-Roulet, Éditions Cornélius, 17,50 euros, sorti 20.05. www.petit-roulet.com ; www.cornelius.fr

55


¬

n.m. (Balea + Pop) : Festival basque qui sait faire rimer art plastique, musique, amour et soleil à donf. Ex : « Il n'y a qu'une seule chose que j'aime autant que le skeleton, c'est Baleapop » - Bixente Lizarazu. Se dit aussi Peace, mucholove & moï-moï.

Fig. 1 : BaleaPoP _ [ m u s i q u e e t a r t d e v i v r e ] . il est de bon ton d'affirmer, au cours du dîner, que nous courons les caves les plus dégueulasses de nos grandes villes pour y vivre les meilleurs concerts. Ce serait là, en effet, que jouent les artistes les plus intéressants, du type de ceux qui ne peuvent vivre de leur art que dans la moisissure et la crasse, seules garantes de la sincérité artistique. Au risque de paraître un peu snob, Baleapop leur préfère le chaud soleil du Pays Basque, le sable fin, les scénographies léchées (le plus souvent par Twice) et les apéros courtois. Et ô surprise, leur programmation se compose pourtant du meilleur de la scène musicale et artistique actuelle. Coïncidence ? Pas sûr. Le fait est que le collectif Moï Moï est précisément originaire de SaintJean-de-Luz, et qu'ils ne sont guidés que par leur instinct. Et celui-ci leur dicte deux choses : surprendre le festivalier, et provoquer ce choc par la haute qualité des artistes proposés. Et ils remplissent ce plan d'action d'année en année, voire de mieux en mieux. Au moment de fêter leurs 5 ans, les voilà au top de leur forme pour une édition en forme de feu de la Saint-Jean, avec tout ce qu'il faut de régalades conviviales et d'exigences culturelles. Après un tour de france de présentation – passant par Lyon, Paris et Bordeaux notamment –, Baleapop rentrera dans ses pénates pour, à son tour, accueillir la france. Elle ne risque pas d'être déçue, cette france, puisque l'y attendra un lineup plastique et sonore du plus bel acabit. La grâce visuelle tout d'abord, avec une carte blanche au sculpteur Baptiste Debombourg et une œuvre à six mains réalisée par Manon Boulart, Elorn et Matthys. La magie musicale, ensuite, avec Karen gwyer, Ron Morelli, Mykki Blanco, Botibol, Petit fantôme, forever Pavot, Viva Bazooka et bien d'autres surprises. L'atmosphère joviale, enfin, avec les multiples Baleabonux : balea-ciné, balea-librairie, baleateliers et les inestimables baleapéros. Une baleachose est sûre, on est mieux ici qu'ailleurs.

56

IntERvIEW

• Baleapop, du 6 au 10.08 à Saint-Jean-de-Luz. www.baleapop.com

JEAnnE boUlARt, dIREctRIcE dU bAlEApop

poUvEz-voUs, En qUElqUEs Mots, noUs pRésEntER lE FEstIvAl ? Baleapop est un festival de musique et d'art contemporain imaginé par le collectif Moï Moï. Il a lieu tous les étés au Pays Basque le weekend avant le 15 aout. Avec de la joie et de l'envie dedans, une direction artistique soignée (de la charte graphique à la scéno), des temps forts pour un peu tout le monde (même si on a pas encore pensé au Baleasenior), une programmation artistique pas vraiment composée de têtes d'affiche, et puis beaucoup de DIY, parce que si on transpire pas un peu, ça serait moins rigolo.

dE qUoI êtEs-voUs lA plUs FIèRE dAns lE pRoJEt bAlEApop ? D'être passée de soirées adolescentes à fumer des joints avec mes copains à un festival qu'on a monté tous ensemble en famille et dont on est fiers. qUEls sont lEs IMMAnqUAblEs cEttE AnnéE ? De manière très personnelle, le boys band géant by Moï Moï : tous les artistes musiques de notre collectif vont être réunis sur scène pour un live déjà annoncé comme mythique, le concert de Petit Fantôme, en bonne groupie forever et directrice du fan club, le

voyage intergalactique que les festivaliers vont pouvoir vivre en entrant dans la grotte que vont réaliser les artistes Matthys, Elorn et Manon Boulart (oui, bon, fierté familiale), les taloas au lomo cuisinés avec délicatesse par nos chefs, le bal de promo du samedi soir, le futur tube du minibalea… Et bien sûr et surtout tous les artistes de cette 5e édition avec, dans le désordre, le MC new yorkais Mykki Blanco, le dieu Lone, la déesse Karen Gwyer, le méga beau gosse Botibol, Baptiste Debombourg et son œuvre monumentale… Enfin, le mieux est encore d'aller découvrir toute notre prog en détail.


n.f. (bamboccio) : Amusement immodéré, partie de plaisir et même de débauche. Ex : « S'il y a bien un truc que je peux pas piffrer, c'est ces bons dieux de bamboches » - Le Soldat Inconnu. Se dit aussi de festivals estivaux où la fête se dispute à l'amour de l'art.

Fig. 1 : les siestes Électroniques _

cdi

[ m u s i q u e ] . À quoi bon se prélasser dans l'herbe si c'est pour bavasser infiniment avec de pauvres billes. Autant le faire avec des esthètes avertis ou, au pire, avec quelques curieux, avides de troubler leur mélomanie. Point de parole dans ce genre de discussion, mais plutôt un langage de mimiques et d'œillades entendues. Pour passer un tel moment de complicité, de plaisir botanique et de joie musicale, nulle autre place en france n'est meilleure que Les Siestes Électroniques. Car, en effet, quel festival propose tout à la fois une pelouse de qualité, un public connaisseur et une programmation frisant l'excellence ? Le festival toulousain se réinstalle pour la treizième fois dans sa ville natale et pour la quatrième reprise dans les

jardins du Musée du Quai Branly. S'il reste gratuit, son line-up n'en est pas moins toujours aussi cher à notre cœur. Ainsi, la garonne transportera les sons d'artistes aussi talentueux que rares dans nos contrées. On découvrira alors avec attention le groupe vietnamien giai dieu #57, les indonésiens de Senyawa ou encore le finlandais Jakko Eino Kalevi. D'autres, plus célèbres par ici, nous ferons également frissonner à l'image de Bruma, du combo Magic Mountain High (Move D + Juju & Jordash), de Syracuse, du Cabaret Contemporain, de Powell, de french fries, d'Hypnobeat ou encore d'Aquaserge. La deuxième et parisienne partie ne sera pas moins savoureuse puisque, lors des dimanches du mois de juillet, se succèderont Bambounou, Joakim,

57

Heatsick, Ron Morelli ou frank fairfield. De quoi réinventer deux fois le déjeuner sur l'herbe. • Les Siestes Électroniques, du 26 au 29.06 à Toulouse et à Paris, les 6, 13, 20 et 27.07. www.les-siestes-electroniques.com

Fig. 2 : Dour Festival _ [ m u s i q u e ] . De festivals, on nous rabâche les oreilles en ces temps estivaux. il faut dire que le soleil a cette incroyable manie de magnifier toute manifestation extérieure. Oui, mais de là à entreprendre un nombre infini de manifestations portant toutes peu ou prou le même discours éditorial, il y a un pas qui n'aurait dû être franchi. il n'est pas, dans ce coup de pétard, question de la taille des événements, mais simplement de savoir si il est de bon ton de faire du beau temps et des champs libres les seules conditions de la qualité d'un festival musical. Oh que non, et nous nous devons, alors, de supporter les équipes qui donnent à leur raout l'exquise saveur de la plus-value culturelle. Dour festival est, à ce titre, un don de la Belgique aux organisateurs de festivals, une réponse à la question qui devrait

tous les turlupiner : comment faire rimer grand public et plaisir auditif. Comme partout, le diable se niche dans les détails, et ici le détail qui fait la différence se nomme programmation. L'édition 2014 ne fera pas mentir les fanatiques de Dour, eux qui plébiscitent l'éclectisme et le goût sûr de son équipe. Voici quelques-uns des artistes présents qui maintiendront Dour sur le podium des festivals d'Europe : RL grime, Addison groove, Tyler The Creator, Blawan, Cheveu, Traams, Clark, fuck Buttons, Jeff Mills, Darkside, Mount Kimbie, Just Blaze, Sohn, Motor City Drum Ensemble, Breton, Moodymann, Nas, Raekwon, Shigeto, The gaslamp Killer, freddie gibbs, Theo Parrish, Atari Teenage Riot, John Talabot, LfO, Madlib, etc. Une ligue de gentlemen qu'on qualifierait volontiers d'extraordinaire pour un festival qui ne l'est pas moins. Avis aux autres grosses manifestations estivales : prenez exemple. • dour Festival, du 17 au 20.07. www.dourfestival.be


Fig. 3 : Deux ou trois cleFs Pour avignon _ [spectacles vivants]. Le festival d’Avignon est à la fois un baromètre de l’état de la création des arts vivants et un instantané révélateur de l’état de notre société. Les trois semaines les plus attendues dans le monde du théâtre restent, quelle qu’en soit la direction, un laboratoire à expériences en même temps qu’un atelier de la pensée. Ce 68e festival est le premier avec Olivier Py qui affiche déjà sa patte : la présence d’artistes des cinq continents, une grande place laissée au jeune public, un croisement des genres, des esthétiques, des cultures et des créateurs jeunes et encore inédits à Avignon. Parmi ces nouveaux venus, on a particulièrement envie de croiser les chemins du Chilien Marco Layera qui présente La Imaginacion del Futuro au

58

¬

Cloître des Carmes, celui du chorégraphe israélien Arkadi Zaides avec dans le Tinel de la Chartreuse le spectacle Archive, ou en version longue marche celui de Thomas Jolly avec une intégrale en dix-huit petites heures d’un Henry VI de Shakeaspeare à la fabricA. Enfin, les propositions musicales sont là aussi d’une grande diversité avec cinq soirées autour des musiques arabes au Cloîtres des Célestins (avec le raffiné Interzone de Serge Teyssot-gay & Khaled Aljaramani), avec aussi les Têtes Raides et Jeanne Moreau à la Cour d’Honneur et enfin, dans le cadre du festival Résonance, Busy P & Para One pour conclure les festivités. « Une culture faite de tous et qui se partage par tous » annonce Olivier Py. Alors tous à Avignon. David Chauvet • Le 68e Festival d’Avignon aura lieu du 4 au 27.07. www.festival-avignon.com

n.f. (βιβλιοθήκη). Meuble ou endroit où sont conservés les livres ; collection organisée de livres. Ex : « Non mais une bibliothèque, on n'est pas forcé de mettre des livres dedans, si ? » - La Fouine. Se dit aussi d'une liste d'ouvrages à consulter absolument.

06

03

01

Après un premier acte salvateur, Rap, Hip-Hop qui faisait le tour de trente ans de rap en 150 albums, le très érudit Sylvain Bertot (Popnews, HipHop Section, Fake For Real) remet le couvert avec les 100 albums les plus marquants de la scène indé des années 90/00's. Rap Indépendant de Sylvain Bertot, Le Mot et Le Reste, 472 pages, 26 euros. lemotetlereste.com

02

Guillaume Chauchat continue sa remarquable fable avec le deuxième tome d'Il se passe des choses. Le trait épuré et la narration maligne de l'auteur lyonnais nous content la suite de l'histoire de Samson le magnifique dans une relecture du mythe de Samson et Dalida. Il se passe des choses (t.2), Éditions 2024, N & B, 96 pages, 18 euros. editions2024.com

La révérée maison d'édition Misma est allée chercher Simon Hanselmann sur l'Île de Tasmanie. Un voyage dur mais nécessaire tant la vie des colocataires Megg la sorcière, Mogg le chat et Owl le hibou nous est succulente. Stupre, cannabis et bonnes blagues sont au rendez-vous de ce Maximal Spleen. Megg, Mogg & Owl, Maximal Spleen de Simon Hanselmann, Misma Éditions, Couleurs, 180 pages, 25 euros. misma.fr

04

Les Requins Marteaux ressuscitent leur revue, après 8 ans de silence, en s'associant cette fois avec Cornélius. Ce sera Franky (et Nicole) quand ils en auront la charge et Nicole (et Franky) quand ce sera le tour de Cornélius. Avec Nine Antico, Pierre Ferrero, Matthias Malingrëy, Mrzyk & Moriceau, etc. Franky (et Nicole), Les Requins Marteaux, 300 pages, couleurs, 14,50 euros. lesrequinsmarteaux. org

05

Jérôme Dubois fait de son premier ouvrage un coup de maître. L'ancien de chez Vignette nous dessine l'histoire d'un héros parti pour quelques mois en Corée. Et malheureusement, il ne parvient pas à se faire au pays. Une réflexion rare, servie par un travail graphique en tout point remarquable. La classe. Jimjilbang de Jérôme Dubois, Éditions Cornélius, 120 pages, 21,50 euros. cornelius.fr

Hécate Vergopoulos est docteur en info-com et maître de conférence au CELSA, mais aussi bien drôle. Elle se sert de ces deux facettes de sa personnalité pour raconter l'histoire de la construction du discours touristique dans une ville italienne dénuée de toute particularité. Les éditions Non Standard se chargent en outre de façonner un très bel objet illustré. Bienvenue à Colomeri ! de Hécate Vergopoulos, Éditions Non Standard, 112 pages, 18 euros. editions-non-standard. com


n.m. (declinare) : État d'une chose qui penche vers sa fin, qui arrive au terme de son cours. Ex : « Je me demande si je suis pas un peu sur le déclin quand même » - Valéry Giscard d'Estaing. Se dit aussi d'une notion qui permet à des artistes de créer des choses nouvelles.

Fig. 1 : oiseaux-temPête _

cdi

[ m u s i q u e ] . il est loin le temps où la musique pouvait véhiculer un message politique, sans forcer, naturellement. Point de nostalgie là-dedans, mais elle a juste évolué et sert aujourd'hui d'autres causes, plus introspectives ou plus dansantes. il y a bien ici ou là des tentatives de réengagement, mais qui tournent bien souvent à la caricature, servies par de piètres soldats ou des tactiques éculées. Pourtant, il faut avouer que nous vivons des heures à tout le moins prenantes socialement parlant, où l'art pourrait mille fois avoir son mot à dire. Prenant son courage à deux mains, le groupe Oiseaux-Tempête ose, sans parole, se confronter aux maux de l'Europe. Car la musique d'Oiseaux-Tempête n'a aucun besoin d'être explicite pour faire passer son message. Dans une atmosphère brumeuse, aux confins du post-rock et de l'ambient, le sombre plumage de frédéric D. Oberland, Stéphane Pigneul et Ben McDonnell dessine dans l'air un paysage chaotique, explosif, foisonnant. Leur album éponyme trace lentement mais sûrement son sillon douloureux au creux de notre cervelle. Mais c'est en live, sans doute, que leur travail atteint plus sûrement sa cible, à l'aide d'improvisations maîtrisées et d'un travail visuel

abouti. Le groupe compte en effet un quatrième membre, en la personne de Stéphane C., photographe et vidéaste parti à la pèche aux images dans une grèce plombée par la crise financière. Avec cet apport visuel, le puzzle devient enfin complet et se déploie alors devant nous le portrait d'une Europe en déliquescence. il est rare que la musique vise aussi juste et puisse, à ce point, porter un regard réflexif sur l'état du monde. Rare et salvateur. • Oiseaux-Tempête, S/T, sorti le 13.11 chez Sub Rosa. L'album de remixes Re-Works est lui sorti le 28.04. En concert le 13.06 au Val d'Europe à Marne-la-Vallée, le 15.06 aux Pavillons Blancs à Toulouse et le 4.07 au festival de La Ferme Électrique à Tournan-en-Brie. soundcoud.com/oiseaux-tempete ; www.subrosa.net

Fig. 2 : 2030 _ [ m u s i q u e ] . Le monde est en piste pour le désastre. C'est ainsi que la Smithsonian institution commente le rapport commandé par le Club de Rome pour le 40e anniversaire du célèbre Halte à la croissance ?, dont elle a eu en partie la charge. Une nouvelle qui a de quoi réjouir, pour peu qu'on soit suicidaire ou membre d'une secte apocalyptique. Pour le reste de la planète, ces prévisions réalisées par un panel huppé de scientifiques, économistes et fonctionnaires peuvent éventuellement foutre les boules. D'autant que la déliquescence de l'humanité serait pour 2030. C'est précisément cette date là qu'a choisit Kaelan comme nouveau patronyme. Coïncidence ? Évidemment non, puisque l'italien aime autant la techno qu'il est fasciné par le destin de l'humanité. Et cette date fatidique a tout ce qu'il faut de désespoir et de potentialité résurrectionnelle pour inspirer à 2030 une musique rétro-futuriste, rêveuse et

romantique. Sous couvert d'un déclin possible de nos civilisations, 2030 nous offre un double voyage, historique et émotionnel. Historique, car 2030 retrouve les machines qui ont fait la gloire de la musique électronique passée, celles de Roland en tête. Émotionnel, parce que l'italien se sert de l'innocence de leur sonorité pour nous offrir une œuvre qui oscille entre espoir et mélancolie. Après un premier et court essai sur son label Subosc (« Changing Life ») en 2013, Kaelan enfile à nouveau les habits de 2030 pour un album sur cassette, paru en juin chez les Lyonnais de CLfT. Une chose est sûre : le désastre mondial aura une bonne B.O. C'est toujours ça de pris. • 2030 – S/T, sorti début juin chez CLFT. soundcloud.com/phase_1 ; www.clft.net ; facebook.com/ Clftmilitia

59


Visuel : Couverture Kiblind 49 par Superscript2

KIBLIND GIF PARTY

12.06 —

19.06 —

Kiblind Magazine —

Le Sucre, Lyon. 19 h30 - 2 h

Point Éphémère, Paris. 19 h - 23 h (Gratuit)

Nouveau site juin 2014 www.kiblind.com

Superscript2 + Pitaya (Lumière) Mondkopf + Les Marquises + Gasface + PEEV (Musique) GIF Galaxy (Exposition inédite)

Superscript2 + Pitaya (Lumière) Art brutal (Atelier) SVN SNS Records (Musique) GIF Galaxy (Exposition inédite)

Prochain numéro 17.09.2014 Numéro spécial N°50


n.f. (existencia) : Fait d'être, état de ce qui existe. Vie. Ex : « Après moults calculs et observations, je me vois dans l'obligation de nier mon existence » - Le Père Noël. Se dit aussi du sujet d'inspiration le plus passionnant pour tout artiste, projet ou festival qui se respecte.

Fig. 1 : anima _

cdi

[ e x p o s i t i o n ] . Pour mieux entendre leurs récits et croyances collectifs, les peuples, bien souvent, en font de l'art. Qui des romans, qui des peintures, qui des sculptures, chacun a sa petite technique pour exprimer esthétiquement tracas du quotidien et légendes extraordinaires. Prenons au hasard les Coréens et prenons par exemple Choi Juhyun pour les représenter. L'illustratrice Choi Juhyun, déjà auteur de bandes dessinées chez Tanibis (Ressac, 2013) et Cambourakis (Sous la peau du loup, 2008 et Halmé, 2009), trouve un malin plaisir à détourner les images d'Épinal de Séoul, à savoir les Minhwa. Ceux-ci sont plutôt loin, graphiquement, de leurs équivalents vosgiens mais, comme eux, se mêlent aussi bien de la nature que de la vie des grands personnages, des scènes quotidiennes, des animaux ou des contes traditionnels. Choi Juhyun se saisit de cet art multiple et ances-

tral pour exprimer son imaginaire et y insérer quelques bouts de sa propre vie. Elle expose quelques-uns de ses Minhwa personnels dans l'excellemment nommée Anima, monstration au cours de laquelle ses lubies, ses peurs et ses amours seront exposés à la vue de tout le monde. Un exorcisme sans doute jubilatoire pour elle comme pour le public. Car il faut dire que la coréo-poitevine sait y faire en matière de dessins léchés, harmonisant admirablement ses vives couleurs et soignant jusqu'à la lie son trait fin. Un régal pour les yeux comme pour l'esprit que nous réserve avec goût la nouvelle et très bonne librairie-galerie Séries graphiques, à Strasbourg. • Anima, exposition de Choi Juhyun, du 20.06 au 19.07 à Séries Graphiques à Strasbourg. choijuhyun.wordpress.com ; www.series-graphiques.com

Fig. 2 : DiY maniFesto _ [ é c r a n ] . En 1987, Paul Verhœven nous faisait croire que le salut de Détroit viendrait d’une mécanique cyborg nommée Robocop. Vingt-sept ans plus tard, malgré le remake des aventures cinématographiques du robot flic et la multiplication des avions radiocommandés, on sait que Détroit a surtout subi l’effondrement du fordisme. Pourtant, 2014 années après Jésus Christ et sur les cendres du capitalisme fou de Motor-city pousse une plante bien plus intéressante que les machines gendarmes inspirées par Verhœven : l’esprit de débrouille et de partage. Hélène Bienvenu et Nora Mandray, respectivement photojournaliste et réalisatrice françaises ont décidé de poser leurs caméras là-bas pour explorer les bases des nouvelles manières de vivre en société post-crise économique et celles qui construisent un demain innovant, collaboratif et partageur. Ode interactive au mouvement « Do it Yourself » (DiY) et manifeste documentaire à l’usage des pionniers bricoleurs de demain, DIY Manifesto façonné entre Détroit et l’Europe est un webdocumentaire qui documente le

DiY autour de trois thématiques : mobilité, hacking et agriculture urbaine. Les trois courts-métrages piliers de leur manifeste interactif racontent le Détroit d’aujourd’hui et s’accompagnent d’une trentaine de reportages vidéo, photo et d’articles d’analyse qui élargissent la perspective du mouvement DiY en france et en Europe. Leur DIY Manifesto explore l’esprit débrouillard et collaboratif qui agite aujourd’hui la société occidentale en quête de valeurs nouvelles. il incite aussi l’internaute à rejoindre le mouvement grâce à trois guides pratiques, trois défis de dix jours et trois événements dans la vie réelle, notamment le samedi 7 juin à la Recyclerie parisienne autour du vélo. Prochaine étape : sortir de nos écrans pour fonder la société de demain ! François Huguet • DIY Manifesto, un webdocumentaire d’Hélène Bienvenu et de Nora Mandray en ligne depuis le 3.06. www.diy-manifesto.fr

61


Fig. 3 : Bien urBain _ [ a r t s v i s u e l s ] . On dit bien souvent des villes qu'elles ne satisfont pas notre amour de l'art. Bien sûr, il existe ici ou là des monuments historiques de belle facture, des ronds-points coquets et autres installations contemporaines dites « 1% ». Mais qu'en est-il de l'art en marche, de celui qui se crée non par obligation préfectorale mais parce qu'il est la nécessaire expression d'un artiste ? Notre quotidien ne croise que rarement cette flamme créatrice et, bien plus, n'est témoin de l'histoire de l'art en marche. Le festival Bien Urbain de Besançon entend ces plaintes et se charge de réenchanter la routine. il n'est pas question, pour l'événement bisontin, de jouer les peintres en bâtiment, de redécorer la ville ou de jouer au conservateur d'un soir. Bien Urbain souhaite offrir au public un bien commun, un objet sur lequel tous pourront se questionner, critiquer et admirer. Bref, en demandant à une quinzaine d'artistes de créer dans la

62

¬

rue et sur les murs, Bien Urbain donne l'occasion de se confronter physiquement à une partie de l'art actuel, ce qui n'est pas rien. D'autant que la manifestation a pour habitude d'avoir la sélection judicieuse et l'œil averti. Les francs-Comtois peuvent en effet compter sur leur festival citadin pour admirer quelques illustrateurs/graphistes/ street artists au coup de main expert. Pour 2014, ils auront ainsi l'occasion de croiser les œuvres des Argentins Jaz, Pastel et Elian, des Américains Momo et Brad Downley ou encore des français Pierre-Laurent Cassière, Aurélien Bertini, Étienne Bultingaire et des frères Ripoulain. En outre, avec tout ce qu'il faut de rencontres et d'animations, Bien Urbain appelle le public à la réflexion autant qu'à l'évasion et l'émerveillement. Les traditionnelles promenades en famille risquent de se corser un peu. • Bien Urbain, du 7.06 au 5.07 à Besançon. www.bien-urbain.fr

n.m. (geil) : Fête fastueuse et souvent d'un caractère officiel. Repas de cérémonie. Ex : « Na na na na na na na na na na » - Gala. Se dit aussi de soirées et festivals immanquables cet été.

02 01

Si nous avons manqué la soirée OFF du festival Relâche de Bordeaux, il n'est pas question de manquer les autres puisque s'y retrouveront Harleighblu, The UV Race, Jessie Evans, Ought, Sugaray, Left Lane Cruiser, etc. Du 7.07 au 6.09 à Bordeaux.

À Cugny, à une heure et demi au sud de Paris, il semble qu'un lieu artistique multidisciplinaire et collaboratif soit en construction avec les collectifs Mawimbi, Discosoupe, Manifart, etc. Après un chantier d'installation du 12 au 15.06 (réservé au participants), ils organiseront leur premier festival du 4 au 7.09. Programmation à venir.

03

Les Dimanches Électrosnyques sont là pour faire vivre aux Franciliens des dimanches estivaux de goût. En invitant les collectifs de musique électronique Le Panier, Mawimbi, Quinze-Quinze et La Petite Compagnie, ils s'assurent bon goût et bon esprit. C'est gratuit, et ça se passe les 6, 13 et 20.07 au Parc Jean Decesari à Rosny-sous-Bois (93).

05 04

La Machine du Moulin Rouge prend goût aux bons concerts de rap. C'est l'homme aux mille super pouvoirs Ghostface Killah, membre du Wu-Tang Clan, qui vient retrouver la France en solo. En bons fans, nous ne pouvons que vous le conseiller. Le 11.07 à Paris.

Gonzaï n'est pas seulement ce site web que tout le monde aime, c'est aussi un magazine papier et un organisateur de goût. La preuve avec leur tout premier festival, le bien nommé Gonzaï Festival, qui invite Cobra, Chateau Marmont, Judah Warsky, Emperor Machine, 69, Le Prince Harry. Les 13 et 14.06 à La Maroquinerie à Paris.

06

Pour cet été, l'I.Boat de Bordeaux et le Batofar de Paris se mettent sur leur 31 et sortent une liste d'événements en plein air des plus agréables : les samedis New Guns Of Art (Photo, Street Art, Musique), la Fête de la Musique, les Électro Pétanque, Summer of Graffiti, 75021, le Mirage Fesitval, les soirées Mawimbi, etc. Agenda « Panoplie », du 7.06 au 30.07 au Batofar et à l'I.Boat.


n.f. (hallucinatio) : Erreur des sens partagée par l’intelligence. Écart de l'imagination. Ex : « Victime d'hallucinations, je me suis marié avec Franck » Wahiba Ribéry. Peut se dire à la vue d'un festival psychédélique ou devant des œuvres géantes en Géorgie.

Fig. 1 : Paris international Festival oF PsYcheDelic music _ [ m u s i q u e ] . Explorer l'inconscient, révéler l'âme, sont-ce des notions qui n'appartiennent qu'à une époque ? Est-il possible qu'on puisse ancrer temporellement de si puissants désirs humains ? il semblerait curieux que les portes de la perception aient toutes été fermées à double tour un matin de janvier 1980. Le psychédélisme, qu'on a enterré bien promptement, n'est bien sûr jamais mort, comme jamais n'est mort le désir d'expériences nouvelles chez l'être vivant. Cette constatation, nombre de justes l'ont déjà faite à Austin, Berlin, Manchester, Eindhoven où, depuis quelques années, brillent des festivals dévoués au psychédélisme. Et par miracle, certains Parisiens ont également eu la même réflexion : le Paris international festival of Psychedelic Music est le fruit mûr de ce brainstorming. Refusant la nostalgie et mettant à bas tous les clichés du genre, l'équipe du PifPM ne se concentre que sur l'essen-

tiel, à savoir ouvrir de nouveaux horizons. Pour nous mener jusqu'à ces derniers, ils ont choisi les artistes les plus à même de représenter le psychédélisme de 2014, sans forcément de guitare ni trop de LSD. Car, aujourd'hui, le psychédélisme est pluriel et peut toucher tout autant la new wave que la noise, le garage que le punk. Preuve en est une programmation qui n'hésite pas à confronter Zadig, The Soft Moon, le label in Paradisum, Orval Carlos Sibelius, Wall Of Death, Spectral Park, The Oscillation, Zombie Zombie et The KVB, entre autres. En affirmant cette diversité, le PifPM se veut être à l'image du psychédélisme originel : une expérience sensorielle œuvrant à la découverte de territoires cognitifs inexplorés. • Paris International Festival of Psychedelic Music, les 4, 5 et 6.07 à La Machine du Moulin Rouge et au Batofar. facebook.com/parispsychfestival

[ a r t s v i s u e l s ] . il semblerait que la galerie L'Attrape-Rêve de Paris se soit amourachée du pays des loups. C'est en géorgie, en effet, que Mélissa et David choisissent de passer une partie de l'été. Attention, il n'est pas non plus dans leur plan de se laisser aller dans la gaudriole et le farniente. Si la galerie L'Attrape-Rêve s'émeut de passer une semaine dans le Caucase, c'est avant tout parce que s'y déroule le Batumi grafikart festival dont elle est la co-organisatrice. La belle ville portuaire de Batoumi (en français) accueille, une semaine durant, des graphistes, street artists et illustrateurs afin de ravaler quelques-unes de ses belles façades. Et c'est L'Attrape-Rêve qui se charge, en collaboration avec Dotcomma, de la programmation. Autant dire que c'est du tout cuit pour la structure parisienne qui regorge de bonnes idées et de contacts faciles. Ainsi, Mélissa et David ont composé une dream team qui peut laisser rêveur. Amandine Urruty, Saddo, Aitch, frank Pellegrino, ilk, Tyrsa, Jeanspezial et autre Alex Öne se partageront les murs de Batoumi et ceux de sa galerie d'art contemporain, pour le plaisir des yeux caucasiens. Mais, pas de panique, les simples français pourront également profiter de l'aventure puisqu'un documentaire sera tourné puis projeté à la rentrée, en partenariat avec Yard et MK2. Pour nous transporter, nous aussi, sur les beaux rivages de la Mer Noire et admirer les œuvres d'art de Batoumi. • Batumi Grafikart Festival, du 21 au 27.06 à Batoumi (Géorgie). www.lattrapereve.fr ; facebook.com/batumigrafikart

63 Crédits : Aitch ©Batumi Grafikart Festival

cdi

Fig. 2 : Batumi graFikart Festival _


¬

n.f. (unda) : Ondulations d'un milieu élastique ou d'un flux électromagnétique. Ex : « J'ai du mal à maîtriser les ondes de mes cheveux » - Carlos Valderrama. Se dit également du son (bon) qui peut nous arriver via un festival, une croisière sonore ou une application.

Fig. 1 : signal Festival _ [ m u s i q u e ] . Non contents de faire vivre aux Parisiens quelques unes de leurs plus belles nuits électroniques, Exploration Music et la salle du glazart se sont trouvés un troisième larron, Noctua, pour organiser ce qui semble être un festival parfait. Les soirées Signal se transforment en effet cet été en une manifestation rutilante, rassemblant une belle partie de l'avant-garde musicale française et internationale. Nul ne doit douter qu'il se passe des choses dans la sphère électronique mondiale, et le Signal festival apparaît comme le prophète pour annoncer cette belle vérité. Présentant au tout Paris ce qui est le présent, et surtout le futur, des scènes techno et house, il se pose en porte-parole d'un mouvement qui ne cesse d'émerveiller les esthètes attentifs. Mieux, il permet à tous les curieux de prendre part à la fête avec quatre jours d'une programmation sans faille et sans reproche. Du côté des incontournables, nous auront droit à Milton Bradley, Sawf, Borrowed identity, Downliners Sekt ou encore Vakula. fidèle au crédo Jacques Toubon, le Signal festival ne lésine pas non plus sur le côté français de cette histoire en marche. Et ils n'ont certes pas tort quand ils consacrent une scène au label Dement3d avec Polar inertia, Heartbeat et francois X, quand ils font se rencontrer les tenanciers de Syncrophone (John Sill et Didier Allyne) avec ceux de Construct Re-form (Zadig et Birth Of frequency) ou encore quand ils invitent Bruma, vOPhoniQ, Céline, Horla et Arandel. Au vu de ces quelques noms, il est dit que la coupe sera pleine et d'un goût inédit. Un rafraîchissement de choix pour débuter l'été. • Signal Festival, du 11 au 14.07 au Glazart, à Paris. facebook.com/signalsound ; www.glazart.com ; facebook.com/ExplorationMusic

Fig. 2 : BanDe originale _

64

[ e x p é r i e n c e s o n o r e ] . Avec son million et demi d'habitants, son large fleuve et ses trois canaux, sa mixité sociale unique, ses villes nouvelles et son histoire millénaire, la Seine-SaintDenis est l'un des territoires français les plus passionnants. Le projet Bande Originale, mené par le collectif Mu, entend bien rendre justice au 93e département en lui confectionnant une ambiance sonore à même de refléter le bouillonnement qui le caractérise. il a pour cela invité une vingtaine d'artistes à une expérience inédite : une création polyphonique réalisée via une immersion au cœur de la Seine-Saint-Denis. Car la vie séquano-dionysienne bruisse de mille et un sons. C'est ce dont veut témoigner Bande Originale avec les pièces et œuvres nées des rencontres et enregistrements faits tout au long du printemps dernier. Au cours de cinq week-ends dans cinq villes différentes, du 12.07 au 10.08, le collectif Mu

rendra compte du travail effectué sous plusieurs formes : concerts, application mobile, croisières et parcours sonores. On peut s'attendre au meilleur comme à l'excellence au vu de la liste des convives. Avec Vincent Epplay, Low Jack, Somaticae, Christian Zanesi, π-Node, Joachim Montessuis, Rodolphe Alexis, Sir Alice ou l'Atelier Méditerranée, le collectif Mu s'est entouré de la crème de la musique contemporaine, conceptuelle et électronique pour refléter l'âme de la Seine-Saint-Denis. Ou, comme on disait en 1998, le SeineSaint-Denis style. • Bande Originale, durant les cinq week-ends de la période du 12.07 au 10.08, à Aulnay-sous-Bois, Bobigny, Pantin, Saint-denis et au Parc de La Villette à Paris. www.mu.asso.fr


v. (puis) : Prendre de l'eau dans un puits, dans une rivière, dans une source. Tirer, Emprunter. Ex : « J'ai peut-être un peu trop puisé » - Jérôme Kerviel. Se dit aussi d'artistes qui vont chercher au fond d'eux-mêmes de quoi faire avancer la musique.

Fig. 1 : 2562 / a maDe uP sounD _

cdi

[ m u s i q u e ] . Après des débuts obscurs sous le nom de Dogdaze et d'autres plus remarqués en tant que A Made Up Sound, le hollandais Dave Huismans lève le voile sur un nouveau projet : 2562, donnant naissance à un Dubstep deep teinté de Dub Techno nordique. Ce mélange d'influences préfigurera d'une des plus belles épopées électroniques de la fin des années 2000. Son premier LP Aerial sorti chez Tectonic, ouvrira une nouvelle fenêtre sur des sonorités épurées et une qualité de production très élevée, en même temps que le Great Lengths de Martyn ou le Mutual Antipathy de Scuba. Unbalance, sorti à peine un an plus tard, restera pour beaucoup un des plus inoubliables albums de cette époque, et nombre d'entre nous resteront profondément marqués par ses sonorités et la qualité de sa production. Ses sorties sur 3024, Tectonic et son propre label When in Doubt, emmèneront le concept 2562 jusqu'à ses limites, rejoignant la techno qui avait inspiré Huismans et qu'il continuait à développer sous le nom A Made Up Sound. Sous cet autre alias, certainement plus connu des amateurs

de techno, Huismans apparaîtra sur des labels tels que Clone, Delsin, Skudge, 50Weapons, et plus récemment The Trilogy Tapes. Huismans devient dès lors une des figures les plus discrètes et emblématiques de la musique électronique moderne. Révéré par Pearson Sound, Scuba, Modeselektor et beaucoup d'autres, il exerce une influence majeure sur le retour de la techno et nous réserve à coup sûr de belles surprises pour l'avenir. Pierre Serafini • 2562 / A Made Up Sound jouera au Club Transbo, à Lyon, le 4.07 pour la Haste de la saison, aux côtés d'Heblank et de Nasty J. soundcloud. com/2562amadeupsound

Fig. 2 : la BeautÉ Du nÉgatiF _ [ m u s i q u e ] . L'oreille – écrivait Nietzsche il y a bientôt 150 ans – est cet organe de la peur qui, dans la nuit, la pénombre des forêts et celle des cavernes obscures, a développé ses facultés au point de rendre l'écoute indispensable à l'homme pour affronter la vie. Mais aussi se prémunir des périls qui la guettent, au point aussi d'en faire un instrument de survie, toujours à l'affût du danger. Le philosophe s'est éteint bien avant que ne s'allument les premiers sound system techno, mais il demeure probable qu'il aurait arpenté les clubs, les raves, et apprécié au fil de ses virées nocturnes la capacité de ce mouvement à mettre en musique ses pensées. Peut-être, alors, il en serait venu à chroniquer - comme nous ici - le dernier disque de La Beauté Du Négatif, tant il s'avère puissant et redoutable, pugnace et belliqueux. Pourtant dénué de haine, de violence, ou de brutalité, 106 (comme son prédécesseur d'ailleurs) est une arme non létale, à contre courant et aux codes inversés ; une subtile subversion, une métamorphose éveillée. Deux faces, deux pistes et deux vitesses, mais qui - une fois n'est pas coutume – se reflètent, s'observent et ne se tournent pas le dos. L'ensemble laisse apparaître un miroir, fondu dans l'acétate, qui indéniablement, nous pousse à réfléchir : c'est un canon à son, bien acéré, aux sons acides et bien canons. Une bombe, simple d'usage et à portée de tous, visant non pas à disperser la foule, mais au contraire à la réunir et lui autoriser l'insurrection. Simon Chambon-Andreani • Toisvesi - 106 EP sortira en 150 exemplaires courant juin sur La Beauté du Négatif. soundcloud.com/labeautedunegatif

65


¬

n.f. (villeggiare) : Séjour à la campagne, à la plage. Vacances. Ex : « Avec mes srabs Tupac, Elvis, Diana et Sim, on s'est trouvé un petit lieu de villégiature pas dégueu » Michael Jackson. Se dit aussi de festivals dans lesquels on se sent vraiment bien.

Fig. 1 : laPlage Du glazart _ [ m u s i q u e ] . Une chose est sûre, la mer vient rarement lécher les artères parisiennes. De cette vérité géographique indémontable, le glazart n'en a cure. Bravant les lois naturelles, la salle parisienne installe malgré tout, chaque été depuis cinq ans, transats, palmiers et plage de sable fin. Et pour faire oublier le bruit des vaguelettes s'échouant sur les côtes, elle se choisit une programmation musicale de grand standing. S'alliant avec deux festivals (Signal et Paris Hip-Hop), des collectifs parisiens (Shank it Up, Jekyll & Hyde, D.KO, Les Disquaires, Laboratoire de Curiosités, etc.) et des médias (Radio Campus Paris), LaPlage concrétise son utopique ambition : proposer durant trois mois, sept jours sur sept, l'étendue de sable la plus mélomane d'Île-de-france.

il est certain que le public et les millions de grains n'auront pas à se plaindre du choix artistique opéré par LaPlage. Celle-ci a en effet préféré la qualité à la médiocrité. Une option rare mais qui mérite l'attention, quand on voit les artistes invités à jouer cet été. Outre le Signal festival et sa troupe fabuleuse dont nous parlons plus haut, le glazart accueille quelques beaux poissons dont Dilated Peoples, Traams, Chad Vangaalen, Blank Realm, Deen Burbigo, The Dodos ou encore garden City Movement. De quoi oublier que Paris est à 200 km de la première plage. Robin Thomas pour allinelectro.com • LaPlage du Glazart, du 20.06 au 20.09, à Paris. www.glazart.com

Fig. 2 : heart oF glass, heart oF golD _

66

[ m u s i q u e ] . La vie, c'est quoi ? D'abord il y a eu les amibes, organismes unicellulaires, eucaryotes, sans doute les premiers individus vivants à être apparus. Conscientes de leur état amorphe, et pour tout dire un peu chiant, les amibes ont eu la riche idée d'évoluer relativement rapidement en maçons, musiciens et organisateurs de festivals. grâce à ce coup de génie, la vie peut aujourd'hui se définir en quelques mots : bungalows, musique, cocktails, piscine et karaoké. C'est en tout cas ainsi que les gens d'Heart of glass, Heart of gold la conçoivent, eux qui proposent trois jours de vie, de vraie, dans le département du cœur, l'Ardèche. À chacun de ces mots-clés, l'événement ruomsois répond du mieux possible, consacrant tout un village vacances au bon déroulement des festivités. Mais outre les maisonnettes et les rafraîchissements, il semblerait que le gros de l'activité se portât sur la réalisation d'une programmation musicale au poil. Et à l'heure où nous écrivons ces quelques mots, les premiers noms dévoilés ne font pas honte à cette ambition. Du poil, il y aura, en effet, avec la moustache du vénérable Omar Souleyman et les barbes drues d'Optimo DJ's ou d'Apes & Horses, mais pas seulement. L'inénarrable Mondkopf, Taulard, Public Service Braodcasting, Hookworms, golden Teacher, Jenny Wilson et les bijoux de The Soft Moon seront également là pour nous provoquer plaisirs et émotions à tout crin. il était une fois la vie, donc. • Heart of Glass, Heat of Gold, du 19 au 21.09 à Ruoms, en Ardèche. www.heartofglass-heartofgold.com


Vue

par

Marion Fayolle (4/ 4)


M DÉ E S

ERSC UP R

M DÉ E

OUG

C I AL

E

R

I ÈR S

E

E

PO U

BLIN KI D

Superscript2 pour Kiblind

2

R

T IP

E

B

I È R

MENT

B

SURE

MENT

SURE

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.


KIBLIND 49  

Été 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you