Page 1

NumĂŠro 1 - Janvier 2011

Olivier Maurin Olivier Lambolez Laurent 1 Roch Emmanuelle Radenac Armelle Stoffel Olivier Merzoug

Philippe Lejeanvre

Le collectif du noir et blanc


Janvier 2011

Monochrome

Photo © Laurent Roch

Bienvenue dans MonoChromE !

Pourquoi un nouvel e-magazine ? L’idée principale de départ était de rassembler un collectif de photographes talentueux, rompus dans l’art du noir et blanc. Le second objectif était d’obtenir une véritable palette de sensibilités différentes mais au final complémentaires dans un projet commun. «Monochrome», c’est avant tout un recueil d’images qui racontent des histoires, capturent des moments furtifs au coin de votre rue ou bien transcendent l’être humain. Vous ne trouverez pas ici d’astuces particulières pour améliorer votre technique, ni de comparatif d’objectifs dernier cri... Le collectif vous proposera par le biais de ce magazine, ses plus beaux clichés, ses plus belles histoires visuelles. L’émotion sera au rendez-vous ! Chaque mois les membres du collectif «Monochrome» vous proposeront des images qui leur tiennent à coeur et vous feront découvrir également d’autres photographes, célèbres ou non, à travers de clichés exposés dans les pages du magazine. «Monochrome», c’est un magazine de passionnés de l’image pour qui le partage de leur passion est aussi primordial que le plaisir d’appuyer sur le déclencheur.

Bienvenue et bonne lecture !

2


3 « Patricia, Penvins » © Olivier Lambolez


Le collectif MonoChromE Olivier Maurin - Site web La recherche photographique d’Olivier, quelque soit le sujet, est avant tout une recherche émotionnelle aussi bien dans la joie que dans la tristesse… La récompense pour un photographe, est selon lui, de réussir à capturer un moment d’émotion et de le faire ressentir au travers de ses prises de vues…

Laurent Roch - Site web

«

Aussi longtemps que je me souvienne, la photographie a toujours occupé une place importante dans ma vie. Au fil des années, photographier est devenu un geste quasi-naturel et instinctif. La force émotionnelle, le contenu esthétique et le langage visuel de l'image n'ont jamais cessé d'exercer en moi une certaine fascination. A l'heure où beaucoup de photos subissent le dictat de la perfection technique, je préviligie la simplicité à une certaine falsification du réel. En déclenchant, ce que je recherche avant tout, c'est ce moment unique et fugitif qui l'instant d'après s'évapore dans le temps. Dans ce theâtre à ciel ouvert que représente la rue, je tente de saisir le quotidien dans sa forme la plus évidente. Pas de compositions pré-établies ou de mises en scène, je me laisse porter par le rythme qui m'entoure. Quand le hasard veut bien m'offrir sur un plateau ce que je recherche, que tout semble être à sa place et que l'harmonie fonctionne, je n'ai plus qu'à laisser libre mon intuition. Le choix du noir et blanc s'est naturellement imposé à moi ; d'ailleurs, on m'a souvent fait remarquer qu'il émanait de mes photos un parfum de nostalgie ; c'est sans doute vrai mais je ne pense pas avoir une vision passéiste du monde. Rien de véritablement innovant dans mon approche photographique mais toujours ce souci d'exprimer au mieux la spontanéité du moment. J'essaie de passer inaperçu, d'observer, d'attendre, de me fondre dans le décor, de jouer avec la lumière ambiante, de trouver le bon angle et enfin de capter ce fameux "instant décisif" si cher à CartierBresson. Je suis en quête constante de nouveaux lieux à explorer ou de découvrir de nouveaux regards avec comme objectif de toujours satisfaire ma curiosité naturelle. Un sujet d'inspiration inépuisable...»

Armelle Stoffel « Conteuse en image à mes heures perdues, j’aime qu’une photo puisse suspendre le temps, broder des émotions, provoquer les sens et entrainer la vision des autres, fabriquer du rêve, éveiller les désirs d’un regard, offrir la sensualité du cœur. Touche à tout en matière d’art depuis l’enfance, curieuse, obstinée du détail, amoureuse des notes de musique qui parsèment nos vies, la photographie s’est imposée à moi depuis deux ans comme l’outil d’évasion et d’expression le plus riche et le plus pertinent. Au-delà de la technique photographique, je recherche plutôt l’équilibre juste entre esthétique, la mise en forme d’une vision, et sensation, le partage de mes émotions. » Philippe Haumont écrit à son propos : « Armelle Stoffel croque ses images comme elle croque la vie, à pleine bouche, à pleins regards. On ne l’enfermera pas dans un style, elle est à elle seule un style qui manie l’art des rapprochements et des ruptures, des lignes de fuite, des contraires, des opportunités de dérobades aux banalités du quotidien. Elle met en image comme elle met en partage, en amour, sans concessions, mais avec toute la poésie intime et chaleureuse, surprenante, musicale et joyeuse d’une partition qu’elle s’exerce à renouveler sans fin.»

4


5 « La vitrine » © Laurent Roch


Le collectif MonoChromE Emmanuelle Radenac - Site web « Pour moi, faire de la photo c'est arriver à figer l’instant, à faire ressentir un sentiment, une atmosphère dans lesquels j’aime plonger mes lecteurs... C'est aussi un moyen de m'engager dans des causes, des luttes, de proclamer, de dénoncer les injustices de nos sociétés actuelles. Tous les sujets ne sont pas aussi graves fort heureusement et la photographie me permet également de fêter, de m’émerveiller et surtout de partager avec ceux qui prennent le temps de se poser et de regarder. Elle est donc une inépuisable source de rapports humains toujours plus enrichissants. Comme vous le constaterez, la photo de rue est celle que je préfère, pas étonnant me direz vous quand vous saurez que mes Maîtres ne sont autres que les grands Saul Leiter, Salgado, Boubat, Bresson, Doisneau… je m’attache à mettre en avant toutes ces petites choses que tout le monde ne voit pas et qui pourtant rendent la vie si belle. Contrairement à mes camarades, je ne suis pas férue de technique, je shoote aussi bien avec mon reflex que mon téléphone portable, seules la spontanéité et l’émotion sont mes guides… j’espère parvenir à les partager avec vous…

Olivier Lambolez - Site web Touche-à-tout en matière de nouvelles technologies depuis son plus jeune âge, féru d’informatique et plus spécialement de la photographie en noir & blanc, Olivier s’attache à faire profiter son entourage de ses coups de coeurs visuels et à leur faire ressentir ce qu’il a pu ressentir au moment où il appuyait sur le déclencheur. Humaniste, ses sources d’inspiration sont multiples et varient selon son humeur : amour, haine, désespoir, espoir, détresse, joie, bonheur, affection, tendresse, sont autant de sentiments qui le transcendent dans sa quête photographique ... Pour lui, la photographie est avant tout un regard sur l’autre et non pas sur son propre nombril.

Olivier Merzoug - Site web Ce qu’Olivier aime dans la photographie, c’est cette totale liberté d’expression et d’interprétation. Cette possibilité de figer le temps en un instant ou donner aux images une dimension intemporelle. « J’aimerais, comme tout le monde, laisser une trace du temps ! » Ses plus grandes sources d’inspiration : L’humain essentiellement, l’émotion, la beauté. «J’aime beaucoup prendre des photos volées à travers mes voyages, mes rencontres…»

Philippe Lejeanvre - Site web « J'ai la passion de la photo depuis très jeune et j'ai fait mes première armes à l'aide d'appareils sans aucun automatisme ce qui est assez formateur et pousse à l'expérimentation. Le noir et blanc est arrivé naturellement avec les premiers tirage argentiques et c'est peut-être ces premières expériences à voir l'image se révéler sous mes yeux qui m'ont fait privilégier plus tard ce format afin de faire ressentir les émotions. Depuis quelques années, je suis passé au numérique, la magie du développement n'est certes plus là mais l'image, elle, reste universelle. Mes domaines de prédilection sont le reportage, l'architecture et le portrait.»

6


7 Š Olivier Merzoug


Olivier Maurin LʼEmotion à fleur de peau Olivier est un passionné profondément humaniste. Photographe indépendant, toujours overbooké, il fait l’unanimité des gens qui l’approchent par sa gentillesse et sa spontanéité. Je le remercie personnellement ici de faire partie de l’aventure «monochrome» malgré son emploi du temps toujours chargé. Vous allez découvrir régulièrement son monde dans les pages de ce magazine et vous serez sans nul doute touché par son regard sur notre monde. Olivier Lambolez

« L’expérience » © Olivier Maurin

8


9

« Le passage » © Olivier Maurin


Laurent ROCH Le sublime de la rue

- Checkmat « Située au centre ville de Nice, la place Massena constitue aujourd'hui un carrefour piétonnier important et un axe de rencontres particulièrement apprécié. Le revêtement en damier constitué de dalles noires et blanches offre des perspectives changeantes selon les heures de la journée. J'ai voulu à travers ce cliché jouer avec les lignes et les profondeurs en misant sur les symboliques de l'échiquier. Le pas alerte et rapide de cette silhouette féminine (la Dame en quelque sorte) semble vouloir prendre d'assaut ce pied de lampadaire qui fait office de Roi. Le hasard a bien voulu que ce soit une femme a l'allure très classique qui se glisse dans mon angle de vue ; ce qui m'a permis de donner au cliché cette touche de charme et d'intemporel.» Echec et mat !

- Ondulatoire « Cela faisait longtemps que j'avais repéré ce marquage au sol mais à chaque fois il me manquait l'élément additionnel, celui qui donne de la consistance à l'ensemble. Et voilà que cet homme, sans doute pressé par la pluie ou des obligations urgentes, déboule de nulle part ! Positionné idéalement, ce personnage qui apparaît en contre-jour semble vouloir surfer avec les ondulations du sol. Avec cet angle de vue, mon objectif premier était de perturber la perception visuelle ; la présence humaine accentue l'effet de mouvement et accompagne la dynamique de ce graphisme urbain.»

10


«checkmat» © Laurent Roch

« ondulatoire » Photo © Laurent Roch

11


12


13 « Place libre » Photo © Laurent Roch


Armelle STOFFEL Carré Rouge

- Always lost in the sea La photographie est un exutoire... Ici, je me livre au doute et me laisse bercer par les vibrations d’un «Noir Désir».

- Comptine d’un autre été C’était l’été, le temps des fêtes de famille, des mariages et des communions... Une petite fille attire mon attention, elle joue seule, elle est sauvage… Très sauvage ! Elle capte plus que mon regard. Elle s’appelle Amélie. J’ai conservé en moi toute l’émotion fragile de cette rencontre, tout comme Yann Tiersen, au fil de ses notes

- Dessine-moi l’Amour La lumière est intense, elle embrase le bureau. Elle révèle un amour au droit de ses ombres. Puis elle le fixe, elle le transforme en souvenir. L’amour n’est plus que mémoire.

14


© Armelle Stoffel

© Armelle Stoffel

© Armelle Stoffel

15


- Le fantôme de mes nuits « Première sortie de nuit, j’applique avec soin les conseils techniques de mon ami Gilles. Ma filleule Mathilde se prête une nouvelle fois au jeu de la pose. Je m’inspire du travail d’Olivier Lambolez et là, à trois heures du matin, dans les rues sombres de Namur, c’est une 16 La photo de nuit change tout. J’en tombe amoureuse. « Le fantôme de mes révélation. nuits » est une de mes premières jouissances photographiques ! »

© Armelle Stoffel


- Rendez-vous « A la mer du Nord… Lumière sublime de fin de journée. Je demande à Mathilde, ma filleule, de jouer le jeu, de courir au bord de l’eau. « Rendez-vous » est l’une de mes photos préférées. J’aime la force et la 17de Mathilde, ce qu’elle dégage par ses formes, sa vitesse, son féminité allure. Elle ne fuit pas. Elle court vers le bonheur, vers son bonheur. »

© Armelle Stoffel


Emmanuelle Radenac EmMma Tout Simplement

- Militant « Une image de Français qui ne se résigne pas, fidèle à ses valeurs. Un monde dont j’aime à faire partie, qui n’accepte pas tout et n’importe quoi... Qui refuse de faire le bon petit mouton et qui a un idéal de vie qu’il ne veut pas voir s’envoler. J’ai été séduite par le regard de cet homme. C’était assez paradoxal, j’y captais des sentiments très différents, comme la volonté d’aller de l’avant, de se battre, mais aussi une impression d’usure et de découragement. »

- A tâtons ... « Une ballade dans Paris comme j’aime en faire aussi souvent que je peux... j'ai été saisie par la poésie de ce moment, cette petite main délicate d'enfant qui s'amusait dans l’eau... Par le choc des matières... la peau douce et chaude, le métal et l'eau si agréables en ce jour ensoleillé d'été... »

18


19 Š Emmanuelle Radenac


20 Š Emmanuelle Radenac


Regardez moi... Regardez vous... (gaypride 2010) « Un rendez vous devenu presqu’incontournable pour moi tant les gens qui y participent sont fiers de leurs convictions, tant il y règne une gaité et une bonne humeur communicative ! J'aime ce ralliement de gens toujours plus nombreux qui viennent lutter avec bonne humeur et parfois excentricité pour que leur différence devienne un jour normalité aux yeux de tous ! »

21 © Emmanuelle Radenac


- Modern Man Il y a des lieux parisiens comme la fontaine Saint Michel où les gens se donnent rendez vous et où il me suffit d’ouvrir les yeux pour y trouver inspiration. Un amoureux qui attend sa belle, un attroupement autour de « musicos » jazzy, une bande de copines délurées, le lieu regorge de situations qui se prêtent à être couchées sur le papier… Ce qui a attiré mon attention ce jour là, ce fut le contraste entre, d’un coté la pierre et le message écrit dessus, graves, chargés d'Histoire, et de l’autre côté la présence de ce jeune homme appuyé dessus, affairé sur son téléphone portable... Plein d’insouciance et inconscient de l’influence de cet épisode sur sa vie... © Emmanuelle Radenac

22


23


Olivier LAMBOLEZ Graphite

- In motion « La légendaire Bibliothèque Nationale de France... Je crois que tous les photographes parisiens, ou mêmes extérieurs à la capitale, y passent un jour faire des clichés. C’est vrai qu’on y retrouve beaucoup de sources d’inspiration : un sol qui marie de manière surprenante le bois et le métal, des bâtiments de verre à la réflexion hallucinante et des formes géométriques diverses. Les points cardinaux marqués en grosses lettres blanches sur les parapets, notamment l’ouest, m’ont beaucoup inspiré je dois dire. Je voulais par contre, comme bien souvent dans mes clichés, faire apparaitre une forme humaine. Après quelques essais, j’ai finalement opté pour une série de clichés en superposition pris en mode rafale. Allongé sur le sol, j’ai guetté ma «proie» et déclenché à chaque passage du sujet devant une lettre. J’aime beaucoup quand les gens s’arrêtent pour vous laisser prendre votre cliché : on dit merci, puis on fait semblant de déclencher en attendant qu’une seule chose, c’est qu’ils passent enfin devant l’objectif ! »

- Graphite « Cette image de mes mains entourant une minuscule ampoule de 10 watts est l’une de mes images personnelles préférées... Déjà par ce qu’elle représente : Une longue, très très longue série de clichés ratés alors que je faisais mes gammes de photographe apprenti ! Je crois que ce jour là toutes les erreurs à ne pas commettre je les ai faites ! Donner ce sentiment de protection, de volonté de préserver coûte que coûte ce petit objet de verre illuminé a été pour moi comme une sorte de révélation sur ce qui allait le plus me passionner dans la photographie : faire passer, ressentir des sentiments au travers de mes clichés et susciter des histoires dans l’esprit des lecteurs. Aujourd’hui encore, et plus que jamais, cette idée me fait sourire comme un gosse lorsque j’écris ces lignes.»

24


«In motion» © Olivier Lambolez

«Graphite» © Olivier Lambolez

25


Halima, nomade du désert Cette rencontre avec cette femme et sa famille, en plein désert tunisien, reste à ce jour mon plus beau souvenir photographique... Après trois heures de 4 X 4 en pleine étendue aride où rien ne semble pouvoir survivre, une petite silhouette les bras croisés sur le bord de la piste... A pas de souris elle s’approche et d’un petit signe me signale qu’elle m’offre l’hospitalité. Deux toiles de jute tendues autour d’un mât sommaire, deux poulets, un mouton me bousculent lorsque je pénètre dans l’habitat... Nous discutons un peu, soulageons son mari victime d’une angine carabinée qui était allongé dans la «pièce» voisine. J’avoue avoir esquissé un sourire en pensant que mon tube d’aspirine acheté en plein Paris était en train de soigner un nomade en plein désert. Pour me remercier, Halima s’accroupit, me tend une datte. Je l’accepte volontiers et lui demande si elle voudrait bien que je l’immortalise. Elle me dit oui en souriant, pour peu que j’évite de cadrer sur son chausson troué. Elle tourne doucement la tête vers moi ... et ....

26


27 Š Olivier Lambolez


Olivier Merzoug New Dheli à Paris

Brassage des cultures et des races. La magie de notre cité où les âmes se mêlent pour ne former qu'une ombre devant la lumière.

28


- L'homme et l'enfant Trois 29 générations d'hommes sur trois niveaux... l'enfant sorti des eaux, l'adulte qu'il deviendra et l'homme au sommet de son âge.


30


31


32


33


Philippe Lejeanvre Les poèmes visuels

- Le saut de l'ange « C'est en me baladant à St-Malo par un après-midi assez nuageux que je suis tombé sur ces plongeurs (piscine d'eau de mer). Je me suis positionné un peu à l'écart sur des rochers et utilisé une longue focale afin d'avoir les nuages en arrière plan plus volumineux pour accentuer le côté "rêve" de la scène. »

- Boijmans Museum « Cette photo a été réalisée derrière une des vitres de ce musée d'art moderne à Rotterdam. Je trouve cette vue très étrange, avec cet espace désert où se mélangent des éléments très graphiques. »

34


Le saut de l’ange © Philippe Lejeanvre

Boijmans Museum © Philippe Lejeanvre

35


- Happy Family « Cette photo revêt un caractère spécial pour moi car elle a été réalisée la veille de l'accouchement. Je n'avais que très peu temps pour la séance (un aller-retour chez mon collègue entre midi et deux) et les conditions de lumière n'étaient pas idéales mais j'ai 36réussi à saisir cet instant où les regards se croisent et où la famille respire le bonheur, ce qui a suffi au mien... » © Philippe Lejeanvre


Des images et des histoires ...

37

Chaque mois nous vous faisons découvrir dans cette rubrique des clichés qui ont attiré notre attention par leur beauté, le message qu’ils véhiculent ou l’émotion qu’ils dégagent... Une belle manière de rencontrer de nouveaux talents ! Ouvrez les yeux et régalez vous ...


« Jeune trentenaire, photographe occasionnelle et autodidacte, je ne pratique la photographie que sur coups de coeur. Je ne crée mes clichés qu’instinctivement sans vraiment les penser, les réfléchir ... Je laisse faire 38 totalement l’inspiration du moment. »


39

« Storm Pod » © Hélène Claire


40


41 « Se ramassent à la pelle » © Hélène Claire


42 « Bokeh Tag » © Hélène Claire


Thème du prochain numéro

LES PORTRAITS L’émotion dans le regard, les portraits qui en disent long

43


Olivier Maurin Laurent Roch Armelle Stoffel

Olivier Lambolez Emmanuelle Radenac Olivier Merzoug Philippe Lejeanvre

Toutes les images présentées dans ce magazine sont la propriété exclusive de chacun des photographes. S’il vous plaît, ne les utilisez pas sans leur consentement.

44

Le collectif du noir et blanc

MONOCHROME eMAGAZINE  

MONOCHROME eMAGAZINE, le collectif des photographes sur le noir et blanc

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you