Page 1

aria MAGAZINE OFFERT

C ULTURE / PATRIMOINE

DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

INFLIGHT

ZOOM / PHOTO

NAPOLÉON, HÉROS MODERNE ?

IMAGES DE CORSE

MÉDIAS / ANNIVERSAIRE

A GENDAS

FRANCE 24, 10 ANS!

# 267

CORSE/CÔTE D’AZUR/PROVENCE/PARIS


AJACCIO

GRANDS LOCAUX A VENDRE

Idéalement situé face à la plage du Ricanto juste au niveau de la mer, à 5 minutes du centre ville et à 2 minutes de l'aéroport international Napoléon Bonaparte, avec une large façade visible sur la quatre voies, ce local comprend sur 1500 mètres carrés de plain pied des bureaux et un hangar au plafond de 6 mètres de hauteur. Il inclut également à l’entresol un appartement (transformable en bureaux ) de 260 mètres carrés avec balcon, vue mer, accès privatif et jardinet ainsi qu’un étage comprenant 750 mètres carrés de locaux avec un parking attenant. Prix : nous consulter.

CONTACTEZ NOUS SUR ariaimmobilier@gmail.com EMPLACEMENT Stade François Coty

LOCAUX Institut Consulaire

Vers Ajaccio

Vers Aéroport


u i c c a i A n Natale i ne la ville illumi

POUR FÊTER NATALE IN AIACCIU, RENDEZ-VOUS DU 3 AU 31 DÉCEMBRE PLACE DE GAULLE, PLACE MIOT ET À MEZZAVIA. DE NOMBREUSES ANIMATIONS SONT AU PROGRAMME DE CETTE NOUVELLE ÉDITION QUI VOUS FERA VOYAGER AUTOUR DU MONDE. PARMI LES NOUVEAUTÉS, LA PARADE “VOYAGE EN BULLE” ET L’ACCROBRANCHE OU ENCORE UN “TOUR D’HORIZON” DE PAYS OÙ NOËL SE CÉLÈBRE DIFFÉREMMENT EST PROPOSÉ AUX ENFANTS À TRAVERS DES ATELIERS, DES SPECTACLES ET DES CONTES... Le 3 décembre, pour fêter l'ouverture de Natale in Aiacciu, une randonée nocturne à vélos, en rollers ou encore en skate vous mène de la place Foch à la place de Gaulle en passant par la rue Fesch et le cours Napoléon. Suivi d’un pot gratuit pour les participants.

City trail impérial

Village des enfants

Mappings

18 décembre à 20h30, départ et arrivée place De Gaulle. 9 kms de course nocturne à travers Ajaccio, place d’Austerlitz, citadelle, rue Fesch, cours Napoléon. Bénéfices reversés aux associations Sogni Zittelini et Inseme. Inscriptions avant le 19/12 via le site : corse-chrono.fr

Espace ludo-éducatif dédié aux plus petits. Animations permanentes, ateliers, spectacles, goûters. Pour participer aux ateliers, vous devez inscrire votre enfant. Par téléphone du lundi au vendredi de 10h00 à 12h00 à l’Espace Diamant au 04.95.50.40.80 / Par mail l.giacobbi@ville-ajaccio.fr/ Sur place au village des enfants, les jours d’atelier à partir de 13h30. Consultez le programme de Natale In Aiacciu pour les détails.

En centre-ville, les façades de la cathédrale et du palais Fesch vous offrent des spectacles en son et lumière captivants. “La Nuit au musée” Palais Fesch 3 séances chaque soir du 12 au 23 décembre 18h15 - 19h15 - 20h15. “Contes de Noël” à la cathédrale 3 séances chaque soir du 12 au 23 décembre 18h45 - 19h45 - 20h45

Concerts spectacles

Marché de Noël

Sur la scène du Mercatu di Natale Du 3 au 23 décembre

Place de Gaulle retrouvez le village et ses nombreux stands, la patinoire, assistez aux concerts gratuits. Patinoire à partir de 3 ans. Parcours accrobranche pour les 2/6 ans et les 6/15 ans.

Natale in aiacciu à l’Espace Diamant Du 19 au 23 décembre L’espace Diamant propose pendant les vacances, des spectacles pour les enfants

Place Miot Chalets et Activités en continu tous les jours de 10h00 à 20h00. Nocturnes les vendredis et samedis de 10h00 à 22h00. Fermeture les dimanches 25 décembre et 1er janvier.

sensations fortes sur les pistes karting et de quads ou au volant du simulateur de rallye… Lundi, mardi, mercredi, jeudi 15h00-20h00 Vendredi et Samedi 14h-22h Pendant les vacances scolaires : Lundi, mardi, mercredi, jeudi, 14h00-20h00. Vendredi, samedi 14h00-22h00

Animations Place de Gaulle En partenariat avec la Chambre Régionale de Métiers et d’artisanat de la Corse

Parade de Noël 17 décembre - Heure de départ : A partir de 15h30

Collecte de jouets 17 décembre au chalet des associations. Un geste simple, écologique et solidaire, pour que les plus démunis profitent aussi de la magie de Noël. 13 et 24 décembre : collecte de lunettes et téléphones portables.

Mezzavia in Festa 17 et 18 décembre 10h00-18h00 : Démonstrations de danse, arts martiaux, animations, promenades en poney parcours vélo. 18 décembre 17h00 : Randonnée non motorisée à Vélos, skates, Rollers.

Les 5,12 et 19 décembre : 17h00-19h00 Apéritifs bien-être. Du 21 au 23 décembre : démonstration technique de forge de couteaux. Samedi 17 décembre : fabrication de brocciu par Cédric Raffini, éleveur et producteur. En partenariat avec la chambre d’agriculture de la Corse-du-Sud.

Programme en ligne sur www.ajaccio.fr


La Galerie 27, cours Napoleon - 2000 Ajaccio - Téléphone fixe : 04 95 21 47 47 Mobile : 06 11 50 60 80 pierre.timothee01@gmail.com

PETITS FORMATS Du 1er décembre 2016 au 31 janvier 2017 ALBERTINI BRIATA CAMPANA COMITI DE PREMARE DOUTRELEAU

FONTDEVILLE GALLERI GRAUX GROSSI IDIR JAUGEY

JOUENNE LORENZI MARTHA LEONOR MAZENC PADOVANI PERETTI

Sculptures de DE PERETTI - DIANA - SERRAZ Ouvert du lundi au samedi de 10h à 12h et de 15h à 19h Ouverture les dimanches 4,11 et 18 décembre 2016

POULET.R QUILICI ROBERT TRIOLET VALADIÉ VEZINET


aria Fondateur Dominique Alfonsi

SARL KYRN EDITIONS Le Ricanto Ancienne route de Sartène 20090 Ajaccio e-mail:ariagenda@gmail.com

Sommaire Numéro 267 - DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

AIR CORSICA

Les infos de la compagnie

6

Découvrez le monde avec Air Corsica - L’Edito - Bienvenue à bord Rendez vous partenaires... ZOOM / PHOTO

Images de Corse Directrice de la publication Rédactrice en chef

Sandra Alfonsi Direction technique Conception graphique

Jean Christophe Alfonsi Publicité

Kyrn Editions ariagenda@gmail.com Couverture © Fotolia / James Thew Maquette Kyrn Editions Imprimé par IAPCA

Loïc Colonna, photographe autodidacte, nous propose avec « Corsica, Trà Mare è Monti 2 » un « tour de Corse en images » qui offre des mises en perspectives inédites de certains des plus beaux sites de l’île.

14

CULTURE / PATRIMOINE

Napoléon, héros moderne? Le Palais Fesch - Musée des Beaux-Arts de la ville d’Ajaccio propose du 17 décembre au 30 avril une exposition thématique intitulée « Napoléon ce héros ».

18

COUPS DE COEUR

A voir, à lire, à découvrir

21

MÉDIAS / ANNIVERSAIRE

France 24, 10 ans!

22

Le 6 décembre 2016, France 24, chaine publique française d’information internationale en continu, membre du groupe France Médias Monde, fêtera ses 10 ans d’existence. ART DE VIVRE / GASTRONOMIE

Goûts de Corse

26

Nicolas Stromboni dirige à Ajaccio la plus grande cave à vin de Corse. Ce « gourmet épicurien » revendiqué a d’ailleurs été élu en 2011 meilleur caviste de France. Il publie aujourd’hui aux éditions Marabout « Du pain, du vin... des oursins », son carnet de route personnel à travers une Corse intime et méconnue. PORTFOLIO / EXPOSITION

Café in au MuCEM

La reproduction et l’utilisation, sous quelque forme que ce soit, des reportages et des informations, sont interdites. La société éditrice se réserve le droit de refuser tout ordre de publicité, annonce ou insertion sans avoir à justifier son refus. Les pages Air Corsica sont intégralement réalisées par la compagnie et sont sous sa responsabilité. Rédactrice en chef : Catherine Riera. Conception & réalisation graphique : Agence AGEP. Comité rédactionnel : Jean-Paul Filippini, Dominique Leca, Marie-Diane Leccia, Jean-Baptiste Martini, Michel Ponzevera et Ghislaine Sansonnetti. Photos Air Corsica : Alexandre Cadel, Michel Ponzevera, Roland Rouget.

29

Le MuCEM ( Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée ) présente à Marseille jusqu’au 23 janvier, l’exposition Café in. Original et ambitieux, ce vaste tour d’horizon embrasse toutes les « dimensions » sociétales, symboliques, gustatives et économiques du café, boisson et institution familière dont plus de deux milliards de tasses sont consommées quotidiennement dans le monde ! AGENDA

Corse

31

AGENDA

Provence

33

AGENDA

Côte dʼAzur

35

AGENDA

Paris

37


Envie d’une petite frite ?

BRUXELLES SUD CHARLEROI

39 à partir de

*

au départ de la Corse

www.aircorsica.com * Vol direct Aller Simple. Prix TTC/pers., au départ d’Ajaccio ou Bastia vers Charleroi. Tarif non remboursable, modifiable sans pénalité dans la même classe de réservation (toute modification peut entraîner un surcoût si le tarif initialement choisi n’est plus disponible), enregistrement en ligne gratuit, un bagage en soute (23 kg maxi) et un bagage cabine (12 kg maxi) inclus dans la franchise bagage. Service à bord. Offre soumise à condition, hors frais de services, sous réserve de disponibilité et de changement de taxes aéroportuaires.


ZOOM / PHOTO

IMAGES DE CORSE

L

INTERVIEW LOÏC COLONNA ARIA - Comment ce projet est-il né ? Loïc CO LO N N A - La photographie m’a toujours plu, et au début des années 2000, par le biais d’un atelier « photo labo » noir et blanc, je m’y suis mis plus sérieusement. Autour de 2004, j’ai basculé quasi définitivement du coté de la photographique

oïc Colonna, photographe autodidacte, nous propose avec « Corsica, Trà Mare è Monti

2 » un « tour de Corse en images » qui offre

numérique. De là, j’ai perfectionné ma technique, délimité des contours à mes goûts et envies, beaucoup échangé via les forums web, rencontré pas mal de monde. Mon activité photo a toujours été basée sur le partage, et c’est naturellement que

des mises en perspectives inédites de certains

je me suis lancé en 2010 dans une aventure collective avec

des plus beaux sites de l’île. Ce voyage qui nous entraine

mon association « Image in Corsica » : la mise en place des « Rencontres Photographiques de Corte », un festival de photo

du nord au sud de l’île, entre mer et montagne, est aussi

amateur qui mettait en lumière, à travers les rues de la ville

une découverte culturelle et patrimoniale émouvante,

par le biais d’expositions, une grande quantité de photographes

agrémentée de textes poétiques et de légendes en trois

amateurs de Corse et d’ailleurs, mais toujours avec l’île comme

langues. Préfacé par Petru Guelfucci, ce beau livre en

ayant été relevé, je me suis posé un jour d’hiver, en me disant,

forme de regard impliqué sur une Corse à la fois intime

« Ai-je de quoi faire un livre qui tienne la route ? », c’est

thème récurrent. Cela a duré trois belles années. Ce challenge

et ouverte sur le monde renouvelle agréablement le genre… Entretien avec l’auteur.

14

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

Loïc Colonna © XDR


Calanques de Piana © Loïc COLONNA

Furiani © Loïc COLONNA

Pont’ Altu © Loïc COLONNA


ZOOM ZOOM // PHOTO PHOTO

INTERVIEW LOÏC COLONNA à dire un livre qui soit cohérent, avec une trame, bien monté, de qualité. Pas simplement un portfolio de mes images. Jusque là, je n’avais pas de vue précise sur un tel projet (mais vraisemblablement une petite voix dans ma tête qui devait m’en parler..). En 2014 sortait « Corsica, trà mare è monti ». Un grand succès, de superbes retours, une grande fierté…beaucoup Vizzavona © Loïc COLONNA

d’émotion. Enfin, je sortais du partage web, et imprimais la trace, indélébile désormais, de ma passion. 2016 : « Trà mare è

monti 2 ». C’est un complément du volume 1, similaire dans la sensibilité des images, ma propre sensibilité, mon regard, mais avec des traitements différents, des passages en noir et blanc, des formats « carré », des panoramiques etc… Une autre aventure. ARIA - Pourquoi le choix de l'auto-édition ? Loïc COLONNA - Malgré les difficultés que ce mode d’édition comporte ( communication, distribution, promotion etc…), le travail en auto-édition donne une grande liberté à l’auteur. Dans l’absolu, il peut maitriser de A à Z son projet. Dans mon cas, ce choix est couplé à une sollicitation d’un public précis, issu de mon entourage, mais aussi de mes réseaux sociaux web, par le biais d’une recherche de financement en « crowdfunding ». Il s’agissait de détourner ce principe en le transformant en souscription classique, les gens achetant à l’avance leur exemplaire. Une fois la pompe amorcée, il suffisait de peaufiner le projet et de lancer la production. Bien sûr, surtout pour un deuxième livre, le stress est très présent…pas mal de remises en question, « arriverais-je à faire mieux que le premier ? le

choix des photos est il le bon, quid de celui des textes ??? ». Heureusement, la famille est là pour rassurer… et puis, la vraie réponse vient du public, comme toujours… ARIA - Le livre est enrichi de textes poétiques et de légendes en trois langues : anglais, corse et français. De quelle manière avez vous travaillé ? Loïc COLONNA - Dès le début, j’avais en tête le produit fini, c’est à dire un vrai livre d’images de Corse. La photo devait prendre la place la plus importante, les textes devaient être Acqua © Loïc COLONNA

16

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017


ZOOM / PHOTO

aérés, faciles, efficaces. Et puis, je me suis dit qu’un peu de poésie pouvait rajouter quelque chose à l’ouvrage. Ce petit supplément d’âme qui ferait que ce livre serait unique. De rencontres en amitiés, j’ai pu m’entourer des personnes extraordinaires, ultra-créatives, qui m’ont aidé pour mes pensées, mes poésies (Tittò Limongi, une « machine à vers » couplé d’une personne charmante, amoureux de son île et de sa langue, m’a suivi depuis le début. Petru Guelfucci qui m’a fait l’honneur d’écrire la préface du livre, puis mes amis Diana, Marie Jo, Philippe et d’autres qui ont apporté cette touche artistique supplémentaire). Le choix du

Etang de Biguglia © Loïc COLONNA

trilinguisme me semblait évident, un maximum de monde devait être touché par cet ouvrage. La photo est universelle, les textes pas encore… c’est donc ma modeste contribution pour faire découvrir notre île à travers le Monde, sans discrimination linguistique, une mise en parallèle des langages, plutôt qu’une opposition. ARIA - Comment avez-vous effectué la sélection des sites et des points de vue ? Loïc CO LO N N A - Si pour le volume 1, il s’agissait d’une certaine manière d’un résumé de mes 12 premières années de photo, pour le volume 2, l’œil était prêt pour ce projet. A chacune de mes sorties il y avait ce but sous-jacent… se faire plaisir, mais aussi analyser si certaines prises auraient leur place de ce livre… Le volume 2 est présent dans ma tête depuis deux ans. En ce qui concerne le choix des sites, je ne déroge pas à ma règle, qui est de montrer une île déjà énormément photographiée, dans sa globalité, dans toutes ses spécificités géographiques mais aussi patrimoniales, en essayant de ne jamais tomber dans la « carte postale », et aussi en essayant d’apporter des connaissances au public. ARIA - Prévoyez vous déjà un « Tra mare e Monti 3 » ? Loïc COLONNA - Les gens comme moi volent de projet en projet, on ne peut rester sans rien faire, sans créer, sans imaginer… Oui, il y aura vraisemblablement un troisième livre, mais surement pas un « Trà mare è monti », plus vraisemblablement quelque chose sur la place de la Corse dans le Monde….mais ça, c’est une autre histoire ! ■ PROPOS RECUEILLIS PAR SANDRA ALFONSI INFORMATIONS WWW.PHOTOCORSICA.COM

Pin Laricciu, cascade de Radule © Loïc COLONNA DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

17


CULTURE / PATRIMOINE

Napoléon, héros moderne ? e Palais Fesch - Musée des Beaux-Arts de la ville d’Ajaccio propose du 17 décembre au 30 avril une exposition thématique intitulée « Napoléon ce héros ». A travers la figure emblématique et mondialement célèbre du plus illustre enfant d’Ajaccio, cette présentation trace des pistes de réflexion autour du mythe napoléonien : dans une époque contemporaine tourmentée, en mal de repères, l’épopée d’un « self made man » parti de rien pour accéder à la conquête et au pouvoir trouve en effet des échos particuliers. Six sections distinctes offrent ainsi à voir des pièces principalement issues des collections du musée, pour mieux nous raconter l’Histoire de façon à la fois ludique et inédite… Philippe Perfettini, responsable des collections napoléoniennes des musées de la Ville d’Ajaccio, chef du Projet Napoléonien et commissaire de cette exposition nous en dit plus…

L

INTERVIEW PHILIPPE PERFETTINI

ARIA - Quelle est l'idée de départ de cette exposition ? Philippe P E R F E T T I N I - Depuis fin 2015, sous l’impulsion de Laurent Marcangeli ( député-maire de la ville d’Ajaccio) et appuyée par Jean-Pierre Aresu (adjoint délégué à la mise en valeur du Patrimoine napoléonien), une politique napoléonienne offensive a été mise en place. Ce vaste projet, que j’ai l’honneur de piloter, consiste à faire de Napoléon un vecteur d’identité culturelle de la ville et un vecteur de développement économique. Dans la partie consacrée à l’identité culturelle, une place importante est faite aux projets socio-éducatifs visant toutes les composantes de la société locale (scolaires, seniors, actifs… etc). La population locale a souvent une vue partielle du personnage, retenant souvent son image d’Empereur en costume de Sacre et notre ambition est d’offrir une perception globale de sa vie et, pour citer Goethe : « Napoléon grandira

au fur et à mesure qu’on le connaitra davantage ». Donc, afin de donner plus de cohérence à ces actions, nous avons eu l’idée de préparer une exposition temporaire présentant Napoléon sous l’angle du héros. Il ne s’agit pas de le présenter comme un héros chevaleresque à la vertu et aux mœurs irréprochables, mais plutôt de l’aborder sous l’angle du héros antique accomplissant des faits extraordinaires tout en ayant des faiblesses tragiques et purement humaines. En ces temps moroses, le but de l’exposition est de transmettre un peu d’espoir en présentant de manière globale un personnage parti de rien qui a gagné l’immortalité. En un mot comme en cent, il est la preuve que tout est possible, lui en qui, selon Hegel, l’Absolu s’était incarné. Claude-Marie Dubuffe (1790-1864) Portrait de Napoléon Bonaparte en uniforme d’officier de volontaires, 1844 Huile sur toile - 65x53cm © Palais Fesch – musée des Beaux-Arts/JJ. Renucci

18

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017


ARIA - Plus précisément selon vous, en quoi Napoléon Bonaparte, le « self made man » né à Ajaccio en 1789, peut-il aujourd'hui représenter un véritable « héros moderne » ? Philippe PERFETTINI - Je le dis souvent sur ton de la plaisanterie,

Jean-Paul Laurens (1838 - Paris, 1921) Napoléon dans la grotte du Casone, Fin XIXe Graphite, lavis d'encre brune et rehauts de gouache blanche sur papier vélin écru - 140x193 mm © Palais Fesch – musée des Beaux-Arts/RMNGP-Gérard Blot

mais le « rêve américain » est né à Ajaccio avec la famille Bonaparte. Les contemporains de Napoléon, alliés ou ennemis,

vie des grands hommes est fondamentale dans la formation de

ainsi que ceux qui lui ont succédé, s’accordent tous à reconnaitre

l’enfant et de l’adolescent grâce à ce que les psychologues

son caractère exceptionnel et supérieur aux autres hommes

appellent « la pensée magique ». Il n’y a qu’à voir l’influence de

(Hegel, Goethe, Chateaubriand, Stendhal, Balzac, Pouchkine, Byron,

« La vie des hommes illustres » de Plutarque sur Napoléon… Je

Victor Hugo et même Wellington). Napoléon a fait l’Histoire et

ne dis pas par - là qu’il faut que tout le monde devienne Empereur

fasciné le XIXe siècle. Cependant, l’historiographie française de

ou fasse la guerre aux quatre coins de l’Europe, mais j’insiste

la fin du XIXe et du XXe siècles a réduit en poussière ce prestigieux

grandement sur la trajectoire exceptionnelle de cet homme et,

héritage en transformant Napoléon en monstruosité de l’Histoire

plus généralement, de son entourage. C’est l’histoire d’une famille

(idem pour l’historiographie corse qui en fait le fils parricide et

de rien, cherchant sa place dans une Corse à peine française.

maléfique de Paoli) alors que les Américains et les Asiatiques

Elle perd tout en 1793 pour migrer, sans le sou, sur un petit

(Japonais et Chinois) se sont appropriés son mythe qui est devenu

bateau vers le continent… la même année, c’est le siège de Toulon.

le synonyme de la réussite absolue et de la transcendance de

Le jeune Napoléon Bonaparte y gagne ses galons de militaire

l’être humain. Nous sommes dans une époque où la médiocrité

de génie sans peur… la suite est connue. Napoléon est le symbole

est érigée en vertu cardinale entrainant perte de repère, perte

de résilience et de la soumission des actes au dépassement de

de réflexion, perte d’action et d’investissement. Or, l’étude de la

soi. En cela, il est un héros.

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

19


CULTURE / PATRIMOINE

INTERVIEW PHILIPPE PERFETTINI ARIA - Vous avez utilisé pour cette exposition des pièces remarquables, parfois méconnues issues des collections du musée. Comment avez vous fait votre choix? Reste-t-il encore des « trésors » à dévoiler au public ? Philippe PERFETTINI - L’exposition est effectivement construite exclusivement autour des collections napoléoniennes municipales (Palais Fesch, Salon napoléonien et Bibliothèque patrimoniale). Les œuvres les plus connues de nos collections proviennent naturellement du legs du Cardinal Fesch, toutefois, d’autres membres de la famille impériale et, plus généralement, des adorateurs de Napoléon, ont enrichi ce fonds, depuis 1839 jusqu’à nos jours. Le fonds napoléonien est composé de la manière suivante : peintures, sculptures, gravures, dessins, médailles, mobilier et objets divers. Le choix est vaste, allant du Portrait de Napoléon en costume de Sacre par Gérard au flacon contenant de la terre d’Austerlitz en passant par un bas de Joséphine… l’ensemble est assez hétéroclite… Les termes de « pièces remarquables » prennent ici tout leur sens car le caractère exceptionnel ne se fait pas uniquement sur des considérations esthétiques, il se fait aussi à partir de la charge symbolique. Il est aussi aisé de rêver devant un majestueux buste en marbre que devant un boulet de canon… c’est la magie de l’histoire napoléonienne, le culte de la relique autant que le culte du chef-d’œuvre. Grace à certains objets (épée de Charles-Marie Bonaparte, acte de baptême de Napoléon…etc.), la charge symbolique de l’exposition est fondamentale dans la compréhension, l’humanisation et « l’héroïsation » de Napoléon. Quant au terme de « trésors », nos chefs-d’œuvre sont tous exposés et il faudra attendre l’arrivée imminente de la François-Pascal-Simon Gérard, Portrait de Napoléon Ier empereur des Français, 1806 - Huile sur toile 223x144cm © Palais Fesch – musée des Beaux-Arts//RMNGP-Gérard Blot

20

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

collection Pozzo di Borgo au Palais Fesch pour en admirer de nouveaux. ■ PROPOS RECUEILLIS PAR SANDRA ALFONSI INFORMATIONS WWW.MUSEE-FESCH.COM


COUPS DE

cŒur

À

ARCHITECTURE & ART DE VIVRE EN CORSE - LA PIERRE ET LE BOIS

Après un premier opus couronné de succès en 2012, les Immortelles, maison d’édition basée à Ajaccio, récidivent avec un L deuxième ouvrage intitulé Architecture & art de vivre en Corse 2, dont le sous-titre et fil conducteur est le mariage entre deux I matériaux emblématiques de l’île : la pierre et le bois. Sans prétention au didactisme ou à l’exhaustivité, les deux auteurs, que R l’on ne présente plus - la journaliste Marie-Joseph Arrighi-Landini et le photographe Jean Harixçalde - nous proposent une viE site guidée de plusieurs maisons de rêve situées sur l’ensemble du territoire insulaire. Enrichi par les interventions d’une quinzaine d’architectes, ce très beau livre alterne de façon équilibrée photos à couper le souffle et rédactionnels pertinents, qui donnent du sens et de la cohérence à l’ensemble. EDITIONS DES IMMORTELLES - 208 PAGES - 32 EUROS- RENSEIGNEMENTS WWW.EDITIONSDESIMMORTELLES.COM À

JEAN - MARC IDIR

V O I R

Jean-Marc Idir, peintre installé à Ajaccio, poursuit depuis des années un travail exigeant autour de la couleur et de la lumière qui trouve sa plus belle expression dans des huiles sur toiles représentant les paysages corses, et plus particulièrement les sites emblématiques de la cité impériale. Cet ancien élève de l' Ecole Supérieure des Arts Appliqués, lauréat de l' Institut de France, de la Fondation de France et de la Fondation Taylor propose aujourd'hui à la galerie parisienne Ad Solem une série de nouveaux tableaux dans les tons lactés et les clairs obscurs subtils qui caractérisent sa palette très personnelle. L' exposition présente ainsi des oeuvres récentes exécutées "sur le motif", au coeur d’Ajaccio, avec des perspectives inédites. D’autres tableaux de l’artiste sont également visibles chez Pierre Thimotée, à la Galerie ( Ajaccio ) dans le cadre de l'exposition-vente collective « Les petits formats » . DU 8 DÉCEMBRE AU 14 JANVIER - GALERIE AD SOLEM, 54 RUE LA CONDAMINE 75 017 PARIS

À L I R E

LE QUARTIER HAUT, OU LE CIMETIÈRE MARIN DE BONIFACIO

Le cimetière marin de Bonifacio est assurément l’un des plus beaux de Méditerranée. Perché sur un plateau calcaire dominant la mer, en un contraste chromatique saisissant, il abrite des sépultures à la fois simples, émouvantes et exceptionnelles dans un écrin façonné par le vent et les embruns… Hélène Ourties, auteur et photographe, nous offre ici un « carnet de voyage » en textes et en images dans ce lieu totalement atypique, ce « Quartier haut » composé de ruelles et de placettes, traversé d’ombres bienveillantes…Loin de toute tristesse, ce livre bilingue Français - Corse ( traduction des textes en langue corse par Jean Bruguier Damiani ) est un hommage « vivant » à cet endroit unique, non loin des murailles séculaires de la citadelle génoise… La poésie des mots vient ici répondre à la poésie des images, avec une touchante sobriété… COLONNA EDITIONS - 78 PAGES - 18 EUROS

À

LES PETITS FORMATS

Depuis 26 ans, D Pierre Thimotée É anime au cœur C d’Ajaccio un espace O d’exposition-vente U de référence V consacré à l’ art R pictural et à la I création.La Galerie R reste unique en son genre : c’ est avant tout un lieu chaleureux, l‘aboutissement d’ une rencontre entre le galeriste et les peintres, et le fruit d’une alchimie mystérieuse qui ne doit rien au calcul. Bref, une véritable histoire d’ amour…Pierre Thimotée peut légitimement être fier du chemin parcouru à force de travail, de rigueur, et de « flair » : sa galerie compte désormais une clientèle très fidèle à la fois locale, continentale et internationale. Aujourd’hui, les artistes qu’il a contribué à faire connaître travaillent aussi en fonction de ses attentes et de son goût très sûr : c’est probablement cela, « l’ esprit Galerie », une subtile adéquation entre l’ artiste, son œuvre, et celui qui en assure la transmission… Chaque année, de début décembre à fin janvier, la galerie expose ses Petits Formats : des tableaux signés de ses peintres fétiches, qui peuvent trouver leur place dans tous les espaces, avec une variété de styles et de thématiques très large. En ces temps troublés, la Galerie reste un espace préservé, où chacun peut s’offrir un rayon de soleil, un moment de plaisir et de rêve, un « petit bonheur » qui doit beaucoup aussi à l’élégance, à la compétence et à l’accueil charmant de son propriétaire. DU 1ER DÉCEMBRE AU 31 JANVIER - 27, COURS NAPOLÉON RENSEIGNEMENTS 04 95 21 47 47

À

LE VOYAGE IMMOBILE

Prenez des photographies, originales L ou spectaculaires, commentez les par I le biais incisif et poétique du « haïku » R ce genre japonais d’écriture qui impose E concision et sens de la métaphore en 17 syl-labes, mêlez le tout et vous obtiendrez « Le voyage immobile » un « OVNI » littéraire et photographique né de la collaboration fructueuse de Henri Eskenazi, plongeur et photographe sous-marin réputé, et du rédacteur - galeriste d’art Antoine Lazerges. Ce jeu d’images et de mots offre une gymnastique inédite entre l’oeil et le langage, l’imagination et la représentation de la réalité, pour proposer au lecteur un dépaysement virtuel qu’il peut prolonger par son propre ressenti face à la photographie ou au texte. On se prend vite à l’exercice, ludique et « inspirant » qui nous lance si joliment cette « invitation au voyage »… EDITIONS LES PRESSES LITTÉRAIRES - 152 PAGES - 22 EUROS DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

21


MÉDIAS / ANNIVERSAIRE

FRANCE 24, 10 ANS! Le 6 décembre 2016, France 24, chaine publique française d’information internationale en continu, membre du groupe France Médias Monde,

INTERVIEW MARC SAIKALI

fêtera ses 10 ans d’existence. Diffusée sur les cinq continents en trois langues, français, anglais et arabe, France 24 affiche des chiffres d’audience impressionnants. La chaine, très présente également sur internet et sur les réseaux sociaux, entend poursuivre son développement

ARIA - A l’occasion de ce 10e anniversaire, rappelez-nous quelle

avec le lancement prochain d’une ambitieuse déclinaison en espagnol.

est la vocation de France 24 ?

France 24 vient d’ailleurs de remporter le prix Eutelsat de la meilleure chaîne de télévision dans la catégorie « News » face à 120 chaînes issues de 37 pays différents. Entretien avec son directeur depuis octobre 2012, le franco-libanais Marc Saikali, qui fut également de 2008 à 2010 directeur territorial de France 3 Corse Via Stella.

Marc SAIKALI - La vocation de France 24 est de traiter l’actualité, internationale essentiellement certes mais aussi française 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 avec un regard français, latin et européen, tout en donnant des clefs de compréhension de cette actualité au téléspectateur. France 24 ce sont trois chaines en français, anglais et arabe, avec leur identité propre. Au départ ces trois chaines étaient en quelque sorte des « copies » les unes des autres. J’ai souhaité arrêter ce que l’on appelle le parallélisme des antennes pour faire trois chaines différentes, avec des grilles différentes adaptées au public qui les regarde mais partageant une ligne éditoriale commune. Cette ligne éditoriale commune est basée sur les valeurs que porte la France : le respect des droits humains, l’égalité hommes - femmes, un regard un peu critique sur les choses et l’honnêteté dans le traitement de l’information. Nous avons créé dans cet esprit des émissions très diversifiées selon les chaines comme, par exemple Le journal de

l’Afrique. L’idée est d’avoir un « effet miroir » avec notre téléspectatorat. Les trois chaines proposent ainsi 58 magazines différents : en français Reporters, Billet-Retour, Actuelles, le Paris des Arts, en arabe, Paris Secret, en anglais French Connection, pour n’en citer que quelques uns…

© France 24

22

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

Marc Saikali © France 24


MÉDIAS / ANNIVERSAIRE

© France 24

ARIA - Vos chiffres d’audience sont en hausse, à la mesure de vos ambitions… Marc SAIKALI - France 24 aujourd’hui compte 450 journalistes, réunis en une seule rédaction pour les trois chaines. Ils sont tous au moins bilingues ou biculturels et peuvent ainsi travailler sur au moins deux de ces trois chaines. La chaine est reçue par 320 millions de foyers dans 186 pays à travers le monde. Son audience hebdomadaire mesurée - dans 66 pays uniquement est de 51 millions de téléspectateurs. A mon arrivée en octobre 2012, elle était de 40 millions. France 24 est aussi la première chaine française, tous médias confondus, sur Facebook avec plus de 17 millions d’abonnés. Pour poursuivre ce développement, nous lançons en septembre 2017 une chaine en espagnol qui

© France 24

sera basée à Bogota en Colombie : en effet, si l’on considère que sommes un grand pays, nous ne pouvons pas ne pas nous

les latino-américains par exemple peuvent voir sur les chaines

adresser aussi à 500 millions de locuteurs en espagnol ! Cette

anglo-saxonnes, américaines ou sur leurs chaines nationales.

nouvelle chaîne, complémentaire de nos trois chaines déjà

Nous ne « parlons » pas comme CNN ou Al Jazeera : notre

existantes aura une particularité : s’adresser aux deux Amériques.

volonté est clairement de concurrencer les grandes chaines

C’est à dire montrer l’actualité des deux Amériques avec notre

internationales d’information en continu comme celles - ci ou

regard et montrer aux téléspectateurs de ces deux Amériques

d’autres par notre regard différent. C’est un positionnement

l’actualité du monde différemment. Différemment de ce que

revendiqué et assumé.

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

23


MÉDIAS / ANNIVERSAIRE

© France 24

INTERVIEW MARC SAIKALI

chaines, comme Franceinfo: la nouvelle chaine d’information

ARIA - Quid du numérique et des « nouveaux médias » ?

du groupe France Télévisions.

Marc SAIKALI - Nous avons déjà notre chaine Youtube. Nous sommes,

Marc SAIKALI - Tout à fait. Il y a un an nous avons décidé de

je l’ai dit précédemment, le premier média français sur Facebook

participer à la création de la nouvelle chaine d’information de

tous médias confondus avec plus de 17 millions d’abonnés. Dans le

France Télévisions : c’est une chaine nationale d’information en

but d’augmenter notre audience auprès des 18 -35 ans, nous avons

continu de service public et nous sommes une chaine internationale

lancé récemment la version française du grand site américain

d’information en continu de service public. Nous fournissons donc

Mashable ( le site d’information de référence de la « génération

l’antenne toute la nuit, de minuit à 6 heures du matin, les journaux

connectée », médias sociaux, tech et business N.D.L.R ). Nous avons

du monde ( trois fois par jour ), ainsi que Les observateurs, nos

également développé ce qu’on appelle les « nouvelles écritures »

modules précurseurs du journalisme citoyen international, Les

comme le « motion design » par exemple, ces petits modules d’une

Focus, qui approfondissent un évènement en particulier dans un

minute trente, avec des petits encadrés texte et graphique très

pays du monde pour « aller plus loin » dans l’information, et

viralisables sur les réseaux sociaux, pour visualiser l’info d’un coup

environ cinq multiplex ou triplex par jour. ■

d’oeil absolument partout ou encore le « news sketching » - l’information par le dessin - qui connait un grand succès.

24

ARIA - Vous « alimentez » également en contenus d’autres

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

PROPOS RECUEILLIS PAR SANDRA ALFONSI INFORMATIONS WWW.FRANCE24.COM


ART DE VIVRE / GASTRONOMIE

GOÛTS DE CORSE Nicolas Stromboni dirige à Ajaccio la plus grande cave à vin de Corse. Ce « gourmet épicurien » revendiqué a d’ailleurs été élu en 2011

INTERVIEW NICOLAS STROMBONI

meilleur caviste de France. Il publie aujourd’hui aux éditions Marabout « Du pain, du vin... des oursins », son carnet de route personnel à travers une Corse intime et méconnue : recettes, savoirs faire,

ARIA - Pourquoi ce livre ?

produits du terroir, portraits d’hommes et de femmes « de terrain »,

Nicolas STROMBONI -Parce que l’opportunité s’est présentée et je

ce livre révèle les multiples facettes du patrimoine, de l’ art de vivre

l’ai saisie. Cela fait plus de vingt ans que j’arpente les territoires à la

et de la gastronomie insulaires sous des angles inédits. Une richesse et une diversité qui s’exportent bien : le livre de Nicolas Stromboni, sélectionné notamment pour le cru 2017 du Prix littéraire Ziryab, est bien parti pour jouer les ambassadeurs du « made in Corsica »… Interview.

découverte des produits. Mon parcours s’est nourri de la rencontre avec des personnages singuliers qui ont tous en commun l’exigence de l’excellence et du travail accompli. Ils m’ont transmis la connaissance des produits et l’envie de les valoriser. C’est ce qui forge mon engagement professionnel au quotidien et ce qui m’a fait relever le défi. Ecrire n’est pas mon métier et les questionnements ont été nombreux jusqu’au point final et même après. Un seul parti pris m’a guidé, la quête du bon produit et de l’identité corse. Cet ouvrage n’a pas la prétention d’être exhaustif et de tout dire, il a l’ambition de faire découvrir ma Corse, celle que je découvre encore chaque jour et qui m’émeus, celle d’hommes et de femmes animés par la passion du goût. J’ai souhaité rendre hommage à cette Corse discrète et encore trop peu connue qui nous oblige à sortir des sentiers battus. En ce sens ce livre n’est ni un livre de recettes ni une encyclopédie des traditions. Il est le témoignage d’un amoureux du goût qui cherche à sensibiliser le plus grand nombre à l’immense étendue de notre patrimoine gastronomique et aux infimes potentialités qu’il recèle. La Corse est une montagne dans la mer et à ce titre elle offre tout … ou presque tout ce qu’offrent les régions françaises puisque nous allons des produits de fonds jusqu’aux produits de monts avec une diversité climatique incomparable. Un seul produit manquera à l’appel, la coquillage Saint Jacques… ARIA - Vous affirmez d’ailleurs volontiers que la Corse possède le patrimoine gastronomique le plus riche de France. Or personne jusqu’à présent n’avait osé formuler cette hypothèse. Vous êtes sûr de vous ? Nicolas STROMBONI - J’ouvre une porte et je suis conscient qu’elle peut paraître un tantinet osée, mais j’ai écrit ce livre pour qu’il suscite le débat et fasse avancer notre réflexion sur le sujet. J’attends donc que l’on m’apporte aussi la contradiction pour faire bouger les lignes. Aujourd’hui de nombreuses initiatives sont prises pour dresser cet inventaire et l’on ne peut que s’en féliciter. J’apporte ma pierre à l’édifice en souhaitant que le mouvement s’amplifie.

Storzapretti à la bastiaise « Les gnocchis de l’île » © Sandra MAHUT / MARABOUT

26

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017


Courgettes à la sartenaise « Recette d’Annie Stromboni » © Sandra MAHUT / MARABOUT

Tartare de langoustines du Cap Corse © Sandra MAHUT / MARABOUT

ARIA - Du pain, du vin, des oursins … et des portraits ! Vous avez

grands classiques parfois un peu oubliés. Nostalgie ? Envie d’un

mis en lumière des hommes et des femmes très impliqués dans

retour aux fondamentaux ?

leurs activités respectives. De quelle manière souhaitiez-vous leur

Nicolas STROMBONI - Dans le droit fil de ce que nous venons

rendre hommage ?

d’évoquer simplement l’envie de faire connaître ce que nous avons de

Nicolas STROMBONI - En montrant leur travail et ce qu’ils sont.

meilleur à offrir, notre gastronomie, une gastronomie de produits. Les

Car pour comprendre le produit il faut approcher l’artisan, celui

recettes présentées sont simples et faciles à réaliser. Je ne suis pas

qui façonne et donne vie. Tous les producteurs de l’ouvrage ont

chef, je suis avant tout un goûteur né qui aime cuisiner et comprendre

pour leitmotiv la recherche constante de la qualité. Ils se nourrissent

le produit. Ce produit que nos mères et nos grands-mères ont agrémenté

des expériences des autres et se remettent sans cesse en question

et valorisé au fil des décennies. C’est en quelque sorte notre ADN, notre

en quête de la perfection. Derrière un bon produit il y a des

fil conducteur. Nous devons nous nourrir de cette empreinte pour

traditions, un parcours, une aventure humaine. C’est ce qui créé

progresser et exporter nos savoir-faire. Si c’est cette définition que

notre identité et l’enrichit au fil du temps. C’est tout le sens des

vous donnez à nostalgie alors oui je suis un grand nostalgique. Mais

portraits présentés, ils sont tous à leur manière, un morceau de

un nostalgique résolument tourné vers l’avenir et vers ce qu’il nous

notre histoire collective.

réserve de surprises et d’opportunités. ■

ARIA - Les recettes présentées dans le livre sont souvent des

PROPOS RECUEILLIS PAR SANDRA ALFONSI

DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

27


Scénographie sans public – « Café in » – Octobre 2016 – Mucem © Mucem – Agnès Mellon

REZA Inde, Coorg District, Village de Poli betta, 9 janvier 2013, photographie © Reza / Webistan

« Pas de bon repas sans un bon café » , publicité publiée dans le journal l’Illustration de juin 1936, 38 x 28,5 cm. Fondation Malongo © François Fernandez

Scénographie sans public – « Café in » – Octobre 2016 – Mucem © Mucem – Agnès Mellon

Scénographie sans public – « Café in » – Octobre 2016 – Mucem © Mucem – Agnès Mellon


PORTFOLIO EXPOSITION

L

CAFÉ IN AU MuCEM

e MuCEM ( Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée ) présente à Marseille jusqu’au 23 janvier, l’exposition Café in. Original et ambitieux, ce vaste tour d’horizon embrasse toutes les « dimensions » sociétales, symboliques, gustatives et économiques du café, boisson et institution familière dont plus de deux milliards de tasses sont consommées quotidiennement dans le monde ! A travers cinq séquences thématiques - une légende de l’humanité ; une histoire de cités; une question de qualité; une logique de marché; une affaire de convivialité - articulées selon une scénographie particulièrement étudiée, plus de trois cents œuvres d’art, photographies, objets, gravures, dessins, ouvrages rares, correspondances, archives audiovisuelles et textes inédits illustrent sur plus de 1 000 m2 l’histoire passionante du café à l’échelle planétaire. Renseignements www.mucem.org

Scénographie sans public – « Café in » – Octobre 2016 – Mucem © Mucem – Agnès Mellon

Plaque cartonnée "Café Le Zanzi", vers 1925, 19,5 x31 cm. CCIMP Marseille-Provence. © Collection de la CCI Marseille-Provence

CHARLES JENCKS Collection Tea and Coffee Piazza, 1983, argent massif, hauteur 22 cm. FERNAND DETAILLE Café Riche, Marseille, à l'angle de la Canebière et du Dépôt du Centre national des arts plastiques au Musée Mandet, Riom. © Charles Cours Saint-Louis, photographie de 1906 © Fonds Gérard Detaille Jencks/Cnap/photo : Alessi (Crusinallo, Italie) DÉCEMBRE 2016 / JANVIER 2017

29


Berny. pour DĂŠa Communication


AGENDA CORSE (

LE 7 DÉCEMBRE À 20H30

) ■ AJACCIO ■ MUSIQUE

Tino Rossi chanté par Christophe Monsoloni - l'Ultima A l'heure où la célèbre chanson, « Petit Papa Noël », mondialement connue, fête ses 70 ans, voici un spectacle à ne pas manquer ! En acoustique, autour de l’accordéon et du piano de Gregory Gambarelli, Christophe Mondoloni nous fait revivre avec puissance , émotion et respect les plus belles mélodies interprétées en son temps par Tino Rossi. Sublimé par un arrangement orchestral raffiné, un décor épuré, et une mise en scène intimiste signée Philippe Uchan, ce spectacle original, parrainé par le regretté Michel Galabru, se veut avant tout un moment de partage et de communion, en forme de voyage musical autour de la carrière et de la vie de Tino Rossi. « Le but n’était pas d’imiter l’inimitable, Je voulais simplement rendre hommage à ma manière à ce Grand homme, un homme de ma cité : Ajaccio. Cet artiste au parcours incroyable que j’admire, cette étoile venue de Corse. Rendre hommage à notre ville, Ajaccio, et bien entendu rendre hommage à la Corse et à ses amis. Artistiquement je voulais chanter l’amour. Faire renaitre quelques-unes de ses plus belles chansons, universelles, intemporelles et les rendre "immortelles" comme cette plante du maquis Corse qu’il aimait tant ». ( Christophe Mondoloni ) Avec la participation de Patrick Fiori, Jean Charles Papi, Teatru Nustrali, et Coregraphia Dance Center Espace diamant, bd Pascal Rossini - Informations www.corsebillet.com

(

LE 15 DÉCEMBRE À 21H

31

)

Pierre Gambini - Showcase Fidèle ami et artiste associé de l'Aghja depuis plusieurs années, Pierre Gambini présente son nouvel album, Burghesi. Auteur, compositeur, interprète et multi instrumentiste, Pierre Gambini cherche à créer un univers contrasté et hybride entre tradition et modernité en proposant une musique vivante, électro-pop, aux textes écrits en corse. Le choix de composer dans cette langue n'est ni acte militant ni politique. Ce sont sa musicalité et sa poésie qui se sont imposées à l'artiste comme un outil de création à part entière. Son exploration artistique commence, dans les années 1990, avec le groupe Isula, puis en 2000 il fonde I Cantelli, véritable groupe de "rock corse". À partir de 2007, Pierre Gambini continue seul son parcours. Quelques années de recherche et d'écriture donneront le très engagé et puissant album Albe Sistematiche coproduit par François-Eudes Chanfrault, créateur de musiques électroniques. En, 2012, il est sélectionné avec cet album, pour le Printemps de Bourges. La capacité de Pierre Gambini à créer une musique envoûtante a également interpellé ces dernières années les réalisateurs de films, de séries ou de documentaires. En 2006, il signe sa première bande originale en collaboration avec Bruno Coulais pour le film Sempre Vivu de Robin Renucci. Puis en 2011 et 2014, Pierre Leccia, réalisateur de la série Mafiosa, diffusée sur Canal +, fait appel à lui pour la musique des saisons 4 et 5. En 2012, le compositeur est également sollicité pour la musique d'une série de documentaires, Corse, beauté sauvage, réalisée par Jean Froment et diffusée sur Arte. Aghja, chemin de Biancarello - Renseignements 04 95 20 41 15 © Colomba CASANOVA

■ AJACCIO ■ SPECTACLE / ÉVÉNEMENT

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

■ AJACCIO ■ SPECTACLE MUSICAL

(

LE 13 JANVIER À 20H30

)

Il était une fois Serge Reggiani Mise en scène Guy Cimino Musiciens Thomas Bronzini de Caraffa, Eric Salvarelli, Jean-Michel Salvarelli, Antoine Luciani, Ange Bianchini. Comédiens Thomas Bronzini de Caraffa et Henri Olmeta. Thomas Bronzini, figure bien connue de la scène insulaire, chanteur et comédien de talent nous propose ici un conte musical autour du personnage aussi éclectique que passionné qu’était Serge Reggiani. L’œuvre et le parcours de cet artiste, lui aussi acteur, comédien, narrateur et chanteur, ont été une source inépuisable d’inspiration pour Thomas Bronzini qui nous livre dans ce spectacle joué, raconté et chanté, un hommage personnel et original.Le fil conducteur de ce voyage à travers les chansons de Serge Reggiani, sera les vicissitudes de sa vie, ses rencontres, ses collaborations qui ont construit son désir et son engagement permanent, lui permettant de passer d’un univers à l’autre avec autant de passion et de sincérité. Cet immigré né entre les deux guerres a su traverser les époques en marquant de son empreinte chacune d’entre elles. «Ses chansons nous parlent directement au cœur, nous nous sentons de la même famille. Tout au long de ce spectacle, nous partagerons ses amours, ses joies, ses pleurs, sa mélancolie et sa nostalgie. Cet hommage ne se veut pas exhaustif au vu de l’immense artiste qu’était Serge Reggiani, néanmoins il semble une évidence pour ceux qui l’aiment déjà et ceux qui, grâce à ce spectacle, pourraient le découvrir ou le redécouvrir.» Thomas Bronzini Espace Diamant, bd Pascal Rossini - Renseignements 04 95 50 40 80 ( ou 86 )

( DU 17 DÉCEMBRE AU 30 AVRIL )

■ AJACCIO ■ EXPOSITION

COMME UN SEUL HOMME - DENIS DARZACQ ●●● « Comme un seul homme » donne à entendre un texte écrit à partir de lettres inédites de soldats français, anglais et allemands, dans la bouche de jeunes d’aujourd’hui en visite sur les champs de bataille de la grande guerre. A travers leur manière de le dire faite d’enthousiasme, d’hésitation, d’indifférence, de soumission à l’exercice ou d’implication profonde, se dessine le portrait d’une génération en écho de celle qui au même âge était prise dans la tourmente des combats ».Le texte a été écrit par Fabrice Rozié à partir de ces lettres, toutes traduites en français. Les paroles qui en sont extraites se retrouvent réunies par de-là les langues et les frontières, sans distinguer les nations, les générations et les hommes. Il n’y a désormais plus de vainqueurs, ni de vaincus, juste cette histoire commune qui nous lie à jamais. Les « acteurs » ont été choisis parmi des élèves de lycée général ou technologique et des étudiants universitaires. Des jeunes gens d'Alsace, du Nord, et de la Région Parisienne, ont fait ainsi l'expérience de ces lieux chargés d'histoire. Leur corps, leur esprit, se

sont retrouvés confrontés à ces champs de bataille où sont encore visibles, inscrits dans la terre, les ravages de ces combats d'il y a un siècle. Ils sont vingt. Vingt jeunes des années 2010, qui face à la caméra, lisent, hésitent, récitent, s’emportent, buttent sur des mots, renoncent, reprennent. Ils s’essoufflent, ils ne comprennent pas, ils bredouillent, ils éclatent de rire. Dans leur bouche, le même texte raconte la réalité des tranchées, le combat, la peur, l’amitié, la faim, la mort, la foi pour ces jeunes soldats français, allemands et anglais, qui avaient leur âge en 1914. D’une voix à l’autre, d’un visage à l’autre, la parole circule. Comme un seul homme.Denis Darzacq les a filmés sur trois sites de grandes batailles. Des décors différents, mais qui se ressemblent. La brume, la terre, la neige, les arbres, les plaines herbeuses à l’étrange relief, les traces de l’explosion d’une bombe, à Vimy dans la Somme, à Béthune dans l’Artois, à Hartsmannwillerkopf en Alsace et partout à la fois. Palais Fesch - Musée des Beaux-Arts, 50-52 rue Fesch - Renseignements 04 95 26 26 26


32

AGENDA CORSE

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

■ AJACCIO ■ SPECTACLE MUSICAL

(

LE 6 DÉCEMBRE À 20H30

) ■ BASTIA ■ THÉÂTRE/ RÉSIDENCE DE CRÉATION

Charlie Chaplin sa vie, son oeuvre

(

JUSQU’ AU 17 DÉCEMBRE

LE 20 JANVIER

)

T-Rex

De et avec Paul Mancini. Dans ce spectacle le saxophoniste Paul Mancini rend un hommage troublant à la vie et à la musique que Charlie Chaplin avait composée tout au long de sa vie pour l’accompagner dans ses films. De l’enfance de Charles Spencer Chaplin dans les rues de Kennington road à son exil forcé en Suisse au manoir de Ban près du Lac Léman Chaplin n’a cessé de déchaîner les passions entre ses histoires d’amour et ses démêlées judiciaires avec le FBI de J. Edgard Hoover... Ce que nous retiendrons de celui que les Américains avaient surnommé «The Tramp» c’est qu’il n’a jamais fait de films comiques mais les films politiques les plus en phase contre le système américain. Paul Mancini offre un One Man Show époustouflant entre musiques de film et évocations de la vie de Charles Spencer Chaplin...Les temps modernes, Les lumières de la ville, La comtesse de Hong Kong, Le dictateur... Bienvenue dans le monde de celui qui a été l’un des personnages les plus créatif de l’histoire cinématographique du XX ème siècle ! Espace Diamant, bd Pascal Rossini - Renseignements 04 95 50 40 80 ( ou 86 )

■ BASTIA ■ EVÈNEMENT/EXPOSITION

(

Chronique d’une vie de bureau ordinaire Un seul en scène d’Alexandre Oppecini. Compagnie Spirale. Alexandre, la jeune trentaine, est cadre dans les back-offices d’une grande banque internationale à paris. Un lundi matin, il se retrouve propulsé officieusement au poste de manager de son service. Il a un mois pour faire ses preuves en tant que chef d’équipe et développer la mise en place d’un nouveau logiciel : easytrade. Une vraie opportunité de booster sa carrière ! pourtant, dès sa prise de fonction, un monstre de son enfance refait surface. Le Tyrannosaurus-rex, appelé plus intimement le T-rex, surgit dans ses rêves pour le terroriser. entre les insomnies et la surcharge de travail, Alexandre tente de prouver à sa hiérarchie qu’il a les épaules pour gérer son équipe et la migration du nouveau logiciel... pourtant la folie le guette : le T-rex le harcèle jusqu’à s’emparer de lui. Centre Culturel Alb’oru, 13 rue Saint Exupéry - Renseignements 04 95 47 47 00

) ■ BASTIA ■ OPÉRA

(

LE 28 JANVIER

)

Cosica Genovese -

Don Giovanni

En 1453 l’office de Saint-Georges prend possession de la Corse puis la cède à la république de Gênes en 1562. Jusqu’en 1769, l’île va faire partie des territoires d’une des plus grandes puissances navales et financières de l’Europe méditerranéenne. Longtemps décriée comme la sombre domination d’un pouvoir génois tyrannique, cette longue période a en fait profondément marqué la Corse à travers les multiples liens, à la fois humains, politiques, économiques et culturels, que l’île a entretenu avec la Ligurie. Remettant en cause des stéréotypes encore enracinés dans l’imaginaire collectif, cette exposition abordera la complexité et la richesse de ses rapports – pacifiques ou conflictuels – qui ont participé à façonner l’identité corse. Plus de 200 œuvres d’art, documents et objets sélectionnés témoignent de ce patrimoine partagé entre l’île et la Ligurie qui, jusqu’alors, n’avait jamais fait l’objet d’une exposition. Un catalogue de 240 pages réunissant les contributions de chercheurs et d’universitaires français et italiens sera édité à cette occasion. Musée de Bastia, la citadelle - Renseignements 04 95 31 09 12

Un opéra en deux actes de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret de Lorenzo Da Ponte. Compagnie NTL (Nouvelle Troupe Lyrique) Avec cette nouvelle version de cet « opéra des opéras » selon Wagner, la nouvelle Troupe Lyrique entend renouveler le genre et le démocratiser. Tous les récitatifs ont été librement adaptés en français et seront parlés, tandis que les airs et ensembles musicaux sont conservés en italien et chantés dans leur forme originale. « Don giovanni » devient alors un spectacle de théâtre musical : un « opéra-théâtre » ! grâce à une interprétation forte, incarnée sur le plan théâtral comme sur le plan vocal, l’objectif est d’éveiller la curiosité du public, qu’il soit habitué à ce style musical, ou, au contraire, plutôt méfiant et intimidé par l’opéra. Théâtre municipal, rue Favalelli - Renseignements 04 95 34 98 00

La Corse à l’époque de la république de Gênes XVe -XVIIIe siècles

■ CORTE ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 30 DÉCEMBRE

)

LE PATRIMOINE VIVANT - ÊTRE ET TRANSMETTRE

●●● Chants et danses, jeux et fêtes, savoir-faire et connaissances autour de la nature… À travers ces patrimoines vivants en perpétuel renouvellement, l’exposition conçue en partenariat avec la Maison des cultures du Monde – Centre français du patrimoine culturel immatériel, invite le visiteur à (re)découvrir la richesse et la diversité culturelles de la Corse, puis à partir à la rencontre de pratiques culturelles du monde entier… Leur vitalité, leur ancrage dans le quotidien, leur transmission et leur adaptation à la société contemporaine interpelleront le visiteur. L’approche sensorielle et immersive sera privilégiée pour appréhender les enjeux du patrimoine culturel immatériel. Spéciale Patrimoine culturel immatériel : Spéciale… est un parcours de sensibilisation dédié au jeune public de 6 à 11 ans. Un voyage au sein d’une identité essentielle, au cœur de l’âme des peuples qui s’exprime dans les traditions et les pratiques vivantes transmises au fil des générations tels le conte, les croyances populaires, le jeu, les savoirfaire, le chant et les arts du spectacle. Marque déposée : le patrimoine culturel immatériel se décline sur des supports inattendus, il se veut « tendance ». Plusieurs créateurs corses se l’approprient et le réinventent. Diverses réalisations – bijoux,

créations textiles, parfums et soins cosmétiques – largement inspirées d'iconographies et de savoir-faire d’antan seront valorisées au sein de cet espace. Autour de l’exposition : Cunsumerisimu ( Installation artistique en extérieur par l’artiste Marcè Lepidi-Acquaviva) - Corsica Grana, un logo végétal présente la marque « Corsica Grana » qui valorise la production locale de plantes et de semences de la flore corse à partir de populations végétales insulaires «sauvages». Cette marque déposée par l’Office de l’Environnement de Corse est développée par le Conservatoire Botanique National de Corse - Deux temps, trois mouvements , ce dispositif d’exposition, conçu par Laetitia Carlotti (Association Arterra), articule différentes interventions dans les jardins de la Citadelle de Corte et explore les dynamiques à l’œuvre dans l’évolution de nos paysages. En collaboration avec le Conservatoire Botanique de Corse (Office de l’Environnement), le Fab Lab de l’université de Corse et sa fondation, Arterra et les artistes invités, Sylvaine et Arnaud de La Sablière, qui changent les pierres en or, donnent corps à l’espace dans ses dimensions esthétiques et sociales. Musée de la Corse, la citadelle - Renseignements 04 95 54 25 45


AGENDA PROVENCE ■ AIX EN PROVENCE ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 1ER MAI

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

) ■ AUBAGNE-MARSEILLE ■ EXPOSITION

(

33

JUSQU’AU 15 JANVIER

)

Marilyn - I wanna be loved by you Mission Mode, styles croisés Marilyn Monroe (1926-1962) est certainement la star la plus photographiée dans l'histoire du cinéma. André de Dienes, Milton Greene, Philippe Halsman, Eve Arnold, Cecil Beaton, Richard Avedon, Sam Shaw, Ed Feingersh, George Barris, Bert Stern… les meilleurs photographes de son temps l’ont immortalisée, faisant de Marilyn l’icône que tout le monde connaît. A travers une soixantaine de tirages photographiques, principalement issus de collections privées, et de nombreux supports multimédia, l’exposition « Marilyn » raconte l’histoire de la relation particulière que Marilyn Monroe a toujours entretenue avec la photographie et les photographes. Une relation centrale dans la construction de son image mythique. Caumont Centre d’Art, 3 rue Joseph Cabassol - 04 42 20 70 01

■ MARSEILLE ■ EXPOSITION / ÉVÉNEMENT

(

JUSQU’ AU 22 JANVIER

Le rêve Au cours de l'histoire, différents domaines de la connaissance se sont intéressés au phénomène mystérieux du rêve tentant de pénétrer ses secrets, de découvrir son sens caché ou sa fonction. Dès l'Antiquité, Egyptiens, Grecs et Orientaux, lui ont attaché une grande importance et interprétaient les songes qu'ils comparaient aux grands mythes collectifs et analysaient comme un avertissement du ciel, des présages ou des visions prémonitoires.Au XIXème siècle, nombre d'artistes ont représenté le rêve comme la révélation d'un autre univers qui transfigurait la réalité objective tenter de peindre l'onirique était, pour eux, une manière de transgresser les frontières de l'art, d'élargir son domaine et d'affirmer ses nouveaux pouvoirs. Les écrits de Freud, au début du XXe siècle, sur l'interprétation des rêves les ont révélés comme la voie privilégiée de l'accès à l'inconscient, qui lie le sujet à ce vaste domaine imaginaire, comme l'autoportrait spontané sous forme symbolique de la vie intérieure du rêveur. L'exposition événement de l'année 2016 s'attache à retracer l'évolution de la représentation du rêve, enjeu fondamental de l'art moderne. Elle présente une centaine d’œuvres des plus grands artistes du XXe siècle tels que Pablo Picasso, Henri Matisse, Salvador Dalí, René Magritte, Max Ernst, ou encore Victor Brauner. Musée Cantini, 19 rue Grignan - Renseignements 04 91 54 77 75

)

"Mission Mode, styles croisés", est une double exposition inédite qui explore l'influence du vestiaire militaire dans la garde robe civile. Détails, vêtements, couleurs, ou silhouettes militaires composent un vocabulaire devenu une source inépuisable d'inspiration pour de nombreux créateurs de mode. Dialogue entre deux univers qui s'entremêlent, s'éloignent et s’influencent, cette exposition est aussi une invitation à l'aventure, à un voyage exotique au fil de quatre étapes : le style militaire, la couleur kaki, l’imprimé camouflage et l’emblématique veste saharienne. Avec la participation de Chanel, Hermès, Louis Vuitton, Christian Dior, Chloé, Courrèges, Jean Paul Gauthier, Kenzo, Max Mara, Thierry Mugler, Sonia Rykiel, Bensimon, Palais Galliera, Musée de la Mode de la Ville de Paris, la Maison Méditerranéenne des Métier de la Mode Marseille ( MMMM), Collection Didier Ludot, Collection Jean Charles de Castelbajac.En partenariat avec le Musée de la Légion d’Aubagne Musée de la Légion Etrangère ( Aubagne ) - Château Borély ( Marseille ) - Ren 04 91 55 33 60

■ AUBAGNE ■ EXPOSITION

(

DU 10 DÉCEMBRE 2016 AU 15 AVRIL 2017

Trames d’Aubusson Tapisseries contemporaines La Ville d’Aubagne et la Cité internationale de la tapisserie (Aubusson) s’unissent pour proposer pour la première fois en région Provence Alpes Côte-d’Azur une exposition de tapisseries modernes et contemporaines, qui comptera au total une douzaine de tapisseries de : Hans Arp, Victor Vasarely, Georges Braque, Mathieu Matégot, Thomas Gleb et Robert Wogensky. Les deux institutions partenaires ont décidé d’offrir une proposition artistique forte qui s’appuie sur un savoir faire ancestral et fait appel à la création d’artistes contemporains utilisant ce support. L’exposition dont le commissaire est l’aubagnais Jacques Dubois présentera également les œuvres de l’artiste peintre cartonnier Marc Petit grand témoin de la tapisserie du XX et début du XXI siècle qui a réalisé plus de 600 tapisseries toutes tissées dans les ateliers d’Aubusson. En plus des tapisseries les visiteurs pourront apprécier le process de création d’une tapisserie (cartons, nombreux dessins et des vidéos pédagogiques, vecteurs de diffusion des techniques des nombreux ateliers creusois.). Centre d’Art Les Pénitents Noirs, Les aires St Michel, impasse du Colombiers - Rens 04 42 18 17 26

■ AIX EN PROVENCE ■ EXPOSITIONS

(

JUSQU’AU 19 FÉVRIER

BERNEX - RÊVER ROUSSEAU & CUECO - REVOIR CÉZANNE Après le succès de l’exposition estivale « Camoin dans sa lumière », le musée Granet d’Aix-en-Provence propose de découvrir deux artistes contemporains inclassables, Henri Cueco et Olivier Bernex à travers deux expositions concomitantes : Bernex, rêver Rousseau et Cueco, revoir Cézanne. Ces deux artistes aux parcours différents ont en commun une sensibilité particulière pour la nature. Olivier Bernex nous propose en grand format plusieurs dizaines de tableaux, fruits de ses longues promenades dans le massif du Garlaban, à la manière des « Rêveries du promeneur solitaire » de Rousseau. L’occasion de rêveries picturales entre abstraction et figuration, entre contemplation de la nature et méditation sur notre monde contemporain. À sa manière, Henri Cueco a revu les œuvres mondialement connues de Cézanne en opérant de multiples variations, quelques fois impertinentes, souvent drôles et savantes, désacralisant ainsi les œuvres du Père de l’art moderne qui « a passé sa vie à construire et déconstruire ce qu’il éprouvait devant la nature » selon Cueco. Musée Granet, place Saint Jean de Malte - Renseignements 04 42 52 88 32

●●●

)

)


34

AGENDA PROVENCE

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

■ MARSEILLE ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 29 JANVIER

)

Pour sa première exposition personnelle dans une institution française intitulée "The Thrill Is Gone", Théo Mercier (né à Paris en 1984, vit et travaille à Paris et à Mexico) présente conjointement de nouvelles séries de sculptures et de photographies, dans lesquelles il mêle vestiges archéologiques et contemporains, teintés d'esthétique postmoderniste et New Age.Ce faisant, il créé un parcours entre archéologie, actualité et récits d'anticipation, duquel se dégage un sentiment d'urgence face à la précarité, à l'obsolescence des objets, des civilisations, de la beauté. Entre ascension et faillite des objets et des civilisations, Théo Mercier imagine sur 1000 m2 un musée pendant la guerre, une salle des butins, le résultat d'une saisie de douanes. Chacun des objets présentés contient sa fin, sa chute, son oubli, ainsi qu'une vibration politique. Ce sentiment est d'autant plus prégnant que l'artiste fait émerger, dans ce projet, une perméabilité entre conservation et actualité, entre l'intérieur du musée (le passé) et le monde extérieur (le présent, le futur). Ce qui se trouve à l'intérieur de l'exposition fait en effet écho à ce qui se trouve à l’extérieur… Musée d’ Art Contemporain ( MAC ), avenue d’Haïfa - Renseignements 04 91 25 01 07

(

JUSQU’AU 23 AVRIL

)

David Dellepiane - Arts et modernité Le Musée Regards de Provence met à l’honneur le peintre, affichiste, lithographe, portraitiste, illustrateur et décorateur, David Dellepiane (18661932). Provençal singulier, son approche mêle tradition et expérimentation. A la frontière des arts décoratifs, son œuvre, protéiforme, est pourtant d’une grande cohérence et d’une égale sensibilité. Cette exposition révèle les multiples facettes de son talent et permet d’apprécier ses champs d’inspiration et sa production dans sa diversité. Près d’une centaine de toiles, aquarelles, projets et affiches, provenant pour la plupart de collections privées jamais révélées au public, de musées et galeries, concourent à reconstituer le parcours d’un sincère aventurier de l’art, profondément attaché à Marseille et à la Provence. Musée Regards de Provence, rue Vaudoyer - Renseignements 04 96 17 40 40

■ AIX EN PROVENCE ■ ÉVÉNEMENT / SPECTACLE

(LES 9 & 10 DÉCEMBRE À 20H30 )

Cendrillon

The thrill is gone - Théo Mercier

■ MARSEILLE ■ EXPOSITION

■ AIX EN PROVENCE ■ DANSE CONTEMPORAINE

Ballet Malandain. Orchestre Symphonique d’Euskadi. Direction d’orchestre Josep Caballé-Domenech. Chorégraphie Thierry Malandain. C’est l’histoire merveilleuse de la © Olivier HOUEIX jeune fille qui rencontre son prince et sort de sa triste condition, aidée par une bonne fée… Tout en respectant la dramaturgie originelle de ce conte de fée, Thierry Malandain figure de manière toute personnelle l’éclosion d’une étoile. « Nous avons fait de notre mieux pour chasser les nuages et accoucher d’une étoile qui danse », disait le chorégraphe en 2013, date de création de « sa » Cendrillon. Dans un décor épuré, sur fond de chaussures de femmes baignées de douces lumières, Thierry Malandain, directeur du Malandain Ballet de Biarritz, met en scène l’accomplissement de la jeune fille, son parcours de chrysalide dans un monde qui ne fait pas de cadeau. Créé au Bolchoï de Moscou en 1945 par le chorégraphe Rostilav Zakharov, sur une partition de Sergueï Prokofiev, le ballet initial était fidèle à l’histoire de Charles Perrault. Le chorégraphe conserve ce propos originel mais y ajoute sa vision personnelle de la danse, insufflée à ses vingt danseurs, sous-tendue par de profondes valeurs humaines, d’une base classique assumée et profondément poétique. Grand Théâtre de Provence - Renseignements 08 2013 2013

■ AIX EN PROVENCE ■ ART LYRIQUE

(

LE 16 DÉCEMBRE À 20H30

)

Jessye Norman « Mélange de léonin magnétisme et de malice enfantine, de rigueur hautaine et d'impalpable légèreté, la soprano américaine incarne plus que toute autre l'image inconsciente de la chanteuse © Carol FRIEDMAN lyrique. » Le Figaro. L’histoire du Grand Théâtre est liée à Jessye Norman : c’est elle qui, le 1er décembre 2007, ouvrait la première saison de la scène aixoise. C’est donc un immense honneur d’accueillir à nouveau l’une des cantatrices majeures de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe. Elle a conçu, avec la curiosité et la générosité qui la caractérisent, un programme autour des chants traditionnels de fin d’année, de diverses religions et de tous les continents. Grand Théâtre de Provence - Renseignements 08 2013 2013

(

LES 13 & 14 JANVIER

)

CASSANDRE les champs de bataille de l’interminable ●●● D’après Christa Wolf. Musique guerre de Troie dont on dit que la responsable Michael Jarrell. Mise en scène Hervé en est la belle Hélène. Mais chez Christa Loichemol. Orchestre Lemanic Modern Wolf, l’illustre romancière allemande prix Ensemble Nobel de littérature, voilà qu’Hélène n’existe Direction Pierre Bleuse. Avec Fanny Ardant. pas. Hélène est un mensonge et sur ce Fanny Ardant raconte Cassandre, l’histoire mensonge est bâtie la guerre comme le d’une femme qui dans le bruit et la fureur sont presque toutes les guerres. Une des combats s’illumine sous la plus belle confluence de talents porte cet opéra parlé, déclaration d’amour que l’on puisse composé par Michael Jarrell comme un imaginer. Cassandre est la plus belle des clin d’oeil à Bartók ainsi qu’à l’expressionnisme filles de Priam. Elle est aussi la maudite, Fanny Ardant © André RAU du Pierrot lunaire de Schoenberg et interprété celle qu’Apollon a condamnée à prédire l’avenir et à ne jamais être crue. Elle annonce désastres et carnages, cités écroulées par la rayonnante et saisissante Fanny Ardant. Avec son timbre sombre et son et armées décimées et personne ne l’entend. Elle sait l’extermination de tous les intonation singulière, elle « parle », sa parole devient musique et envoûte l’auditeursiens et ne peut l’empêcher. Au milieu de tous les héros chantés par Homère et par spectateur par l’intense émotion qu’elle dégage. Virgile – Agamemnon, Ménélas, Hector, Achille, Ulysse, Enée… – Cassandre hante Grand Théâtre de Provence - Renseignements 08 2013 2013


AGENDA CÔTE D’AZUR ■ NICE ■ ART CONTEMPORAIN

(

JUSQU’AU 15 FÉVRIER

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

) ■ CANNES ■ EXPOSITION

(

35

)

DU 10 DÉCEMBRE AU 30 AVRIL

La vie ne sera plus jamais la Stanley William Hayter ou la même - Oeuvres de Jayashree métamorphose des lignes L’œuvre du britannique Stanley William Hayter est considérée aujourd’hui comme l’une des plus importantes Chakravarty dans le domaine de la gravure. L’atelier 17 qu’il créa en 1927 à Paris permet à toute la génération des avant - gardes du XXème siècle de s’initier en toute liberté à cet art qui connaît alors son apogée. L’atelier 17 a offert aux artistes tels que Miro, Picasso, Masson et tant d’autres, toute liberté d’expressivité donnant vie à la couleur dans l’art de graver par des procédés nouveaux mis au point par son initiateur : Stanley William Hayter. En 1939, à la déclaration de la guerre, Stanley William Hayter, comme tous les peintres européens considérés comme dégénérés par les nazis, fuit la France et s’installe aux Etats-Unis. Il organise à nouveau son atelier 17 à New York et participe à la naissance de son école. Il initie Jackson Pollock à la gravure, viendront se greffer à l’atelier les artistes en exil, tels André Masson, Fernand Léger, Marcel Duchamp et les surréalistes qui participèrent à l’évolution artistique de l’art américain. Théâtre Princesse Grace, 12 avenue d’Ostende- Renseignements + 33 93 25 32 27

■ BIOT ■ EXPOSITION/ÉVÉNEMENT

(

JUSQU’ AU 23 JANVIER

)

Imi Knoebel - Fernand Léger. Une rencontre L’atteinte portée aux milieux naturels et aquatiques, dont la présence se raréfie face à la constante expansion des villes indiennes, est une préoccupation qui nourrit la réflexion artistique de Jayashree Chakravarty. L’artiste vit dans une banlieue de Calcutta, ville située dans la partie orientale du pays, qui connaît une urbanisation rapide et elle a pu y observer la transformation du riche milieu naturel des marais du quartier de Salt Lake, devenu en peu de temps un quartier résidentiel surpeuplé et congestionné, désormais appelé « Salt Lake City ».Par référence à l’environnement encombré de la ville, Jayashree Chakravarty peint des toiles monumentales, foisonnantes d’une vie presque excessive, où elle exprime une inspiration venue du plus profond de son être, en attirant les spectateurs dans le tourbillon de paysages inachevés et déconcertants. Ses récentes installations monumentales, constituées de lés suspendus et aériens, font de la nature aussi bien un sujet qu’un support de création. Comme dans un labyrinthe, les images peintes et tissées se superposent, entrelacées et imbriquées dans une toile naturelle où alternent écheveaux de fils, lambeaux de papier et tissu collé. Un examen plus attentif révèle des pétales, des feuilles sèches, des graines, des tiges, des racines,intégrés dans l’un ou l’autre des feuillets qui composent l’œuvre, et en font un assemblage unique. À une époque où les matériaux industriels et la technologie ouvrent de nouvelles perspectives artistiques et conceptuelles, Jayashree préfère se tourner vers des formes organiques, artisanales, et elle trouve, grâce à ce travail, une nouvelle approche de la nature, d’elle-même et du monde qui l’entoure. Musée des Arts Asiatiques, 405 Promenade des Anglais - Informations 04 92 29 37 00

Élève de Joseph Beuys à Düsseldorf, Imi Knoebel est l'un des plus grands représentants de la peinture abstraite en Allemagne. Son utilisation subtile de la couleur dialogue avec l'espace qui l'accueille via des supports variés tels le bois, l'aluminium ou le vitrail dont les réalisations pour la cathédrale de Reims en 2011 et en 2015 constituent un exemple magnifique. Pour Biot, il a choisi de montrer des œuvres récentes inédites en dialogue avec les céramiques de Fernand Léger. Cette exposition est organisée par les musées nationaux du XX° siècle des Alpes- Maritimes. Musée national Fernand Léger, Chemin du Val de Pôme. Renseignements 04 92 91 50 30

■ MONACO ■ SPECTACLE

DU 28 DÉCEMBRE AU 3 JANVIER

)

La Belle - Ballets de Monte - Carlo La Compagnie des Ballets de Monte-Carlo interprétera La Belle de JeanChristophe Maillot, ballet créé en 2001 et récompensé par plusieurs prix internationaux dont le prix « Danza & Danza 2002 » du meilleur spectacle. « Je suis allé vers une lecture psychanalytique de ce conte, déclare le chorégraphe. Cette histoire que tout le monde connaît est en prise directe avec notre enfance, nos angoisses et nos désirs secrets ». Malgré son refus d’édulcorer le conte de Perrault, Jean-Christophe Maillot signe là une oeuvre éblouissante qui permet de finir l’année en beauté. Grimaldi Forum - Salle des Princes, 10 avenue Princesse Grace - Rens + 377 99 99 20 00

■ MONACO ■ CONCERT / EVÉNEMENT

CECILIA BARTOLI DANS LA CERENENTOLA Avec Cecilia Bartoli et les Musiciens du Prince, en coproduction avec l'Opéra de Monte-Carlo. Composée par Rossini en vingt-quatre jours seulement, La Cenerentola est, malgré l'échec de sa création à Rome en 1817, un délicieux chef-d'oeuvre où la vis comica ne masque jamais l'émotion qui affleure. Le livret prend des libertés avec le conte de Perrault dont il s'inspire plutôt librement : la marâtre est remplacée par un beau-père plus bête encore que cruel, la fée est ici un philosophe, le prince est nanti d'un valet (l'échange des rôles entre le maître et le serviteur est un des ressorts comiques de l'oeuvre), sans parler bien sûr des fameuses pantoufles de vair qui deviennent une paire de bracelets. Si les personnages se répartissent entre les méchants (ou ridicules) et les bons, la musique aussi oscille entre le genre buffo et l'élégie déjà romantique, faisant d'Angelina Cendrillon l'une des héroïnes les plus sensibles et attachantes chez Rossini. C'est dans ce rôle que la jeune Cecilia Bartoli se fit remarquer pour ses quasi-débuts au Metropolitan Opera de New York en 1996. Devenue diva assoluta, elle redevient Cendrillon pour ce concert. Grimaldi Forum - Salle des Princes, 10 avenue Princesse Grace - Renseignements + 377 99 99 20 00

●●●

(

(

DU 4 AU 7 FÉVRIER

)


36

AGENDA CÔTE D’AZUR

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

■ MONACO ■ THÉÂTRE

(

LE 12 JANVIER À 20H30

) ■ MONACO ■ THÉÂTRE

Le portrait de Dorian Gray

LE 20 JANVIER À 20H30

)

L’ enver du décor © Jean Marie LEROY

De Florian Zeller. Mise en scène Daniel Auteuil. Avec Daniel Auteuil, Isabelle Gélinas, François-Eric Gendron et Pauline Lefèvre Séparé de sa femme, Patrick annonce à ses amis qu’il voudrait leur présenter sa nouvelle compagne et tout le monde s’accorde à dire que c’est une excellente idée. Mais l’apparition de cette jeune personne aura l’effet d’une petite bombe, faisant partir en vrille ce dîner et n’épargnant personne...Florian Zeller s’amuse à faire cohabiter la conversation courante de ces personnages et leurs pensées secrètes. En effet, une “voix off” met en relief les questions que chacun a pu se poser à un moment de sa vie de couple. Théâtre Princesse Grace, 12 avenue d’Ostende- Renseignements + 33 93 25 32 27

■ MONACO ■ THÉÂTRE

(

LE 17 JANVIER À 20H30

La cantatrice chauve De Eugene Ionesco. Mise en scène Pierre Pradinas. Avec Romane Bohringer. ,ll est neuf heures du soir dans un intérieur bourgeois de Londres, le salon de Mr et Mrs Smith. La pendule sonne les “dix-sept coups anglais”. Mr et Mrs Smith ont fini de dîner. Ils bavardent au coin du feu. Mr Smith parcourt son journal. Le couple se répand en propos futiles, souvent saugrenus, voire incohérents. Au mot “absurde”, Eugène Ionesco préférait celui “d’étonnement” et cette pièce emblématique en est un reflet qui ne vieillit pas. Théâtre Princesse Grace, 12 avenue d’Ostende- Renseignements + 33 93 25 32 27

Texte d’Edmond Rostand. Mise en scène Jean-Philippe Daguerre. On ne présente plus Cyrano de Bergerac et la belle Roxanne. En revanche, cette mise en scène de JeanPhilippe Daguerre mérite qu’on s’y attarde. Ayant retrouvé des partitions musicales inédites, créées par Edmond Rostand, JeanPhilippe Daguerre propose ici une version particulièrement animée et colorée, rythmée par des combats d’épées et ponctuée par des touches musicales qui s’accordent à rendre toute la saveur de ce magnifique texte. Théâtre Princesse Grace, 12 avenue d’Ostende- Renseignements + 33 93 25 32 27 © Fabienne RAPPENEAU

© Angel VICTOR

(

■ NICE ■ ART CONTEMPORAIN

(

JUSQU’AU 30 DÉCEMBRE

)

Run, Run, Run

)

Run Run Run, une exposition autour de la notion d’Artist-Run Space, conçue par une vingtaine de structures européennes et plus de soixante artistes, transformant la Villa Arson en vaste chantier de création et d’expérimentations. Ce projet est réalisé à l’occasion des 20 ans de La Station (Nice). Basée à Nice, La Station est un Artist-Run Space, c’est-à-dire un espace de production et d’exposition fondé et géré par des artistes (www.artist-run-spaces.org). Ce sont des lieux qui, pour la plupart, font coexister des ateliers d’artistes et des espaces d’exposition, mais aussi des activités de médiation envers tous les publics. Ils sont fortement inscrits dans le territoire local, tout en développant des programmations de dimension internationale. Leur portée est autant esthétique que sociale. La Station a aujourd’hui 20 ans. A cette occasion, La Station est invitée à exposer à la Villa Arson, lieu de formation de la plupart de ses résidents. Retour aux sources donc, mais également reconnaissance par l’institution de son action durant toutes ces années. Face à la portée symbolique de cette invitation, elle a souhaité rester fidèle à ses principes fondateurs. Elle a ainsi demandé à certains de ses résidents actuels ou passés d’inviter d’autres Artist-Run Spaces à participer à cette aventure. Plus qu’une invitation, il est proposé aux artistes de travailler ensemble, d’inventer des collaborations ou des modes de production originaux. Une vingtaine de structures et plus de soixante artistes sont concernés par ce projet de maillage. Villa Arson, 20 avenue Stephen Liégard - Renseignements 04 92 07 73 73

■ MENTON ■ EXPOSITION

REGARDS SUR LES COLLECTIONS ASIATIQUES Le Palais de Carnolès musée de Beaux-Arts de Menton présente une sélection d’œuvres de ses collections asiatiques. Le Palais de Carnolès musée des Beaux-Arts de Menton a entamé, en 2016, un chantier des collections qui permet de mieux connaître les œuvres conservées dans les réserves. Cette opération a dévoilé une importante collection d’objets, pièces de mobilier, peintures et estampes asiatiques. L’exposition Regards sur les collections asiatiques est l’occasion de faire connaître la richesse du fonds asiatique du musée en présentant des objets réunis par les legs et les dons de trois collectionneurs pendant le XXe siècle et qui n’ont, pour une très grande partie, jamais été montrés au public. En 1938, le Général Henry Nicolas Frey (1847 – 1932), Général de division des troupes coloniales, légua à la Ville de Menton, sa collection de mobilier chinois datée du XIXe siècle. Le Général des armées Gheorghe Bagulescu (1896 – 1963), Ambassadeur de Roumanie au Japon, légua en 1968 des objets et du mobilier ainsi qu’un grand ensemble de près de 700 estampes japonaises de différentes périodes et 56 kakémonos chinois et japonais. Le don de Marcel Flory (1909 – 1999), Ambassadeur de France en Ouganda, en Inde et à Singapour, a permis de compléter cette collection, en 1999, par des céramiques et des peintures asiatiques anciennes et contemporaines. Réunissant une sélection de ces objets d’Asie, cette exposition offre au visiteur un voyage vers un ailleurs enchanteur. Palais de Carnolès - Musée des Beaux-Arts, 3 avenue de la Madone - Renseignements 04 93 35 49 71

●●●

)

LE 13 DÉCEMBRE À 20H30

Cyrano de Bergerac

D’Oscar Wildee. Adaptation théâtrale et mise en scène Thomas Le Douarec. Par la magie d’un vœu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s’adonne alors à toutes les expériences, s’enivre de sensations et recherche les plaisirs secrets et raffinés. “Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais. Il faut guérir l’âme par les sens, guérir les sens par l’âme”. Oscar Wilde voulut libérer l’homme en lui donnant comme modèle l’artiste. Dans une langue raffinée, l’auteur remet en question la société, le mariage, la morale et l’art. Théâtre Princesse Grace, 12 avenue d’Ostende- Renseignements + 33 93 25 32 27

■ MONACO ■ THÉÂTRE

(

(

JUSQU’AU 30 AVRIL

)


AGENDA PARIS ■ IER ARRONDISSEMENT ■ RETROSPECTIVE

(

JUSQU’AU 12 FÉVRIER

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

)

■ IVÈME ARRONDISSEMENT ■ ÉVÉNEMENT

(

JUSQU’AU 23 JANVIER

37

)

Jean Nouvel, mes meubles Magritte d’architecte, sens et essence La trahison des images Le musée des Arts décoratifs consacre une exposition au mobilier et aux objets de Jean Nouvel, l’un des rares architectes contemporains à avoir vu éditer plus de cent de ses créations depuis 1987.Pour Jean Nouvel, cette invitation unique est l’occasion d’un véritable parti pris. Au-delà d’une simple rétrospective, il engage ainsi un dialogue avec le lieu, son histoire et sa collection. L’exposition « Jean Nouvel, mes meubles d’architecte » se dévoile au fil du musée, des galeries du Moyen Âge et de la Renaissance à celles dévolues aux XVIIe et XVIIIe siècles, mais également dans les espaces dédiés aux collections de design graphique et de publicité dont il a signé l’aménagement en 1998, créant des situations inédites, comme autant d’interférences. Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli – Renseignements 01 44 55 57 50

■ VÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 26 FÉVRIER

)

Aventuriers des mers De Sinbad à Marco Polo Embarquons avec Sindbad, le marin des Mille et Une Nuits, à la découverte de la mer, étrange et redoutable. Sur elle plane l’inquiétant oiseau Rukhkh. Des monstres marins la peuplent, que figurent les miniatures fabuleuses des ’Ajâ’ib, les Merveilles de la Création du lettré persan al-Qazwînî. Statuettes, tableaux, ex-votos, miniatures latines et arabes sont ici présentés pour souligner la dimension mystique, dans les traditions religieuses, des dangers de la mer. Une épreuve divine mais aussi bien réelle. Pour preuve, le témoignage du voyageur géographe andalousî Ibn Jubayr (11451217), qui nous fait le récit d’un effroyable naufrage, sur fond d’images de tempête...Pour prendre la mer, il aura fallu apprendre à la maîtriser. Dans une ambiance apaisée, sous la conduite du navigateur et cartographe Ibn Mâjid (1432-1500), on se familiarisera avec les gestes du marin, on contemplera des merveilles d’instruments de navigation, et l’on découvrira l’évolution des embarcations, en un parcours - découverte étayé de nombreuses maquettes. Grâce aux progrès de la cartographie, on maîtrise mieux l’espace. C’est ce que nous conte l’auteur d’un célèbre atlas du monde : le géographe al-Idrîsî (vers 1100-1165), dans un univers de cosmographies médiévales latines et arabes, cartes et portulans, mappemondes et autres traités astronomiques, et sous un ciel étoilé didactique et interactif.Nos guides se nomment à présent Marco Polo (1254-1324), l’illustre marchand italien, et Ibn Battûta (1304-1377), l’un des plus grands voyageurs du Moyen Âge ; les aventures maritimes de ce dernier nous sont contées dans un théâtre d’ombres. Tous trois nous font prendre la mesure de l’extraordinaire épopée des échanges maritimes, depuis le temps des califes jusqu’au règne des cités marchandes. Institut du Monde Arabe ( IMA ) parvis et salles d’exposition, 1 rue des Fossés Saint Bernard Renseignements 01 40 51 38 38

L’exposition Magritte. La trahison des images propose une approche à ce jour inédite de l’œuvre de l’artiste belge René Magritte. Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d'autres peu connues de l’artiste, provenant des plus importantes collections publiques et privées, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne. Une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives, sont réunis pour offrir au public cette approche qui s’inscrit dans la ligne des monographies que le Centre Pompidou a consacré aux figures majeures de l‘art du 20e siècle : « Edward Munch. L’œil moderne », « Matisse. Paires et séries » et « Marcel Duchamp. La peinture, même ». L’exposition Magritte. La trahison des images explore un intérêt du peintre pour la philosophie, qui culmine, en 1973, avec Ceci n’est pas une pipe que publie Michel Foucault, fruit de ses échanges avec l’artiste. Dans une conférence qu’il donne en 1936, Magritte déclare que Les affinités électives, qu’il peint en 1932, marque un tournant dans son œuvre. Ce tableau signe son renoncement à l'automatisme, à l’arbitraire du premier surréalisme. L’œuvre, qui montre un œuf enfermé dans une cage, est la première de ses peintures vouée à la résolution de ce qu’il nomme : un « problème ». Au hasard ou à la « rencontre fortuite des machines à coudre et des parapluies », succède une méthode implacable et logique, une solution apportée aux « problèmes » de la femme, de la chaise, des souliers, de la pluie… Les recherches appliquées à ces « problèmes », qui marquent le tournant « raisonnant » de l’œuvre de Magritte, ouvrent l’exposition. L’exposition sera présentée dans un format restreint à la Schirn Kunsthalle Frankfurt, en Allemagne du 10 février au 5 juin 2017. Commissaire : Mnam/Cci, Didier Ottinger Centre Pompidou, Galerie 2 - Renseignements 01 44 78 12 33

■ VIÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 12 FÉVRIER

)

Fantin Latour - A fleur de peau Première rétrospective de l’œuvre de Henri Fantin-Latour (1836-1904) à Paris depuis l’exposition de référence consacrée au peintre dans les galeries nationales du Grand Palais en 1982, cette exposition met en lumière les œuvres les plus emblématiques d’un artiste surtout connu pour ses natures mortes et ses portraits de groupe, et révèle également la part importante occupée dans son œuvre par les peintures dites « d’imagination ».Très attaché dès sa jeunesse à la restitution fidèle de la réalité, FantinLatour explora également, avec délectation, une veine plus poétique qui le rapproche des symbolistes. L’exposition, qui embrasse toutes les facettes de cette riche carrière, propose un parcours dense rassemblant plus de cent cinquante œuvres, tableaux, lithographies, dessins et autres études préparatoires.Suivant un plan chronologique, l’exposition s’ouvre sur les œuvres de jeunesse de l’artiste, en particulier les troublants autoportraits qu’il réalise dans les années 18501860. Confiné dans l’atelier, Fantin-Latour trouve alors ses sources d’inspiration au cœur de son intimité : modèles captifs, ses deux sœurs sont mises en scène en liseuses ou en brodeuses, tandis que les natures mortes savamment composées des années 1860 révèlent, déjà, les qualités d’observation exceptionnelles du jeune artiste. Musée du Luxembourg - 19 rue de Vaugirard - Renseignements 01 40 13 62 00

■ IER ARRONDISSEMENT ■ ÉVÉNEMENT

L’ESPRIT DU BAUHAUS ●●● « Architectes, sculpteurs, peintres, tous nous devons retourner à l’artisanat » écrit l’architecte Walter Gropius dans son manifeste du Bauhaus. Fondé en 1919 à Weimar, dissout en 1933 à Berlin face à la montée du nazisme, le Bauhaus est une école d’enseignement artistique qui s’est imposée comme une référence incontournable de l’histoire de l’art du XXe siècle. Elle a été créée par Gropius pour rendre vie à l’habitat et à l’architecture au moyen de la synthèse des arts plastiques, de l’artisanat et de l’industrie.Le musée des Arts décoratifs rend hommage à l’esprit du Bauhaus à travers plus de 900 œuvres, objets, mobilier, textiles, dessins, maquettes, peintures, replacés dans le contexte de l’école et témoignant de l’extrême richesse des champs d’expérimentation. L’exposition aborde en préambule le contexte historique et les sources qui ont permis au Bauhaus de voir le jour, pour inviter ensuite les visiteurs à suivre toutes les étapes du cursus des étudiants dans les différents ateliers. Elle se clôt par une invitation à l’artiste Mathieu Mercier dont le regard porté sur les œuvres de ses contemporains (artistes, designers, plasticiens, créateurs de mode) témoigne de la permanence et de la vivacité de l’esprit du Bauhaus. Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli – Renseignements 01 44 55 57 50

(

JUSQU’AU 26 FÉVRIER

)


38

AGENDA PARIS

ARIA DÉCEMBRE 2016/JANVIER 2017

■ VIÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION / PHOTOGRAPHIE

(

)

JUSQU’AU 29 JANVIER

■ XVIÈME ARR. ■ EXPOSITION / ÉVÉNEMENT

(

JUSQU’ AU 22 JANVIER

)

Diana Michener - Anima, animals

Hodler - Monet - Munch

Diana Michener est connue pour sa façon de documenter avec délicatesse des sujets difficiles qui deviennent entre ses mains de réels moments de grâce. Après l’exposition Figure Studies, présentée à la MEP en 2013, Diana Michener montre ici, dans sa série la plus récente, un travail poignant autour d’animaux en captivité et réalise des photos qui pour elle ne sont pas simplement des images d’animaux mais sont devenues des autoportraits. Cette série naît par hasard en 2006 lors d’un voyage en Inde. Intimidée par le chaos de la rue, elle décide de s’échapper au parc zoologique, où elle saisit quelques clichés de rhinocéros, éléphant ou gazelle. Troublée, même obsédée par ces images d’enfermement, elle décide de poursuivre ce travail, d’abord à la ménagerie du jardin des Plantes à Paris, ensuite dans différentes villes des États-Unis et d’Europe. À chaque fois, elle reste des heures devant les cages, calme, immobile, presque en communion avec ces créatures magnifiques dont elle traduit dans ses images la dignité presque mythique. Maison Européenne de la Photographie - 5/7 rue de Fourcy - Renseignements 01 44 78 75 00

Pourquoi réunir le temps d'une exposition Ferdinand Hodler, Claude Monet et Edvard Munch ? Parce que ce sont des peintres essentiels de la modernité européenne, entre impressionnisme, post-impressionnisme et symbolisme. Parce que leurs œuvres s'avancent dans le XXème siècle – jusqu'en 1918 pour Hodler, 1926 pour Monet et 1944 pour Munch- et qu'elles ont exercé une influence déterminante dans l'histoire de l'art. Mais, plus encore, parce qu'ils ont tous les trois affronté des questions de peinture en apparence insurmontables, avec la même constance et au risque d'être incompris. Comment peindre de face l'éclat éblouissant du soleil , avec de simples couleurs sur une simple toile? Comment peindre la neige ? Comment suggérer les mouvements et variations de la lumière sur l'eau ou sur le tronc d'un arbre, malgré l'immobilité de la peinture ? Tous trois ont mis la peinture à l'épreuve de l'impossible. Musée Marmottan - Monet, 2 rue Louis Boilly - Renseignements 01 44 96 50 33

■ VIIÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION

(

JUSQU’ AU 16 JANVIER

)

Spectaculaire Second Empire Régime décrié en son temps et honni après sa chute, le Second Empire fut longtemps marqué du sceau décadent et superficiel de la « fête impériale ». Sur fond de bouleversements sociaux, cette époque de prospérité fut un temps de fastes et d'euphorie économique, d'ostentation et de célébrations multiples qu'il convient de réexaminer. C'est également une période de crise morale et esthétique, écartelée entre les cadres culturels anciens et les nouveaux usages, entre l'hypertrophie des décors et la quête du vrai, autant d'oppositions qui déterminent pour une large part la création française des années 1850 et 1860. Pour célébrer ses 30 ans à l'automne 2016, le musée d'Orsay se penche sur le Second Empire des spectacles et de la fête, et sur les différentes « scènes » où s'est inventée notre modernité. Le parcours thématique, où se côtoient peintures, sculptures, photographies, dessins d'architecture, objets d'art, et bijoux, brosse le portrait de cette époque foisonnante, brillante et riche en contradictions. Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion d’Honneur- Renseignements 01 40 49 48 14

■ XVIÈME ARR. ■ EXPOSITION / ÉVÉNEMENT

(

JUSQU’AU 13 FÉVRIER

)

Ascètes, sultans et maharajahs, Pages indiennes du musée national des arts asiatiques – Guimet Une exposition de miniatures indiennes regroupe près de 70 oeuvres choisies parmi les plus belles pages du musée national des arts asiatiques - Guimet. Les principales écoles de peinture qui s’épanouirent avec éclat du XVIème au XIXème siècle - l’école moghole, les écoles du Deccan, du Râjasthân et des collines du Punjâb - y sont représentées, déclinées à travers les thèmes les plus divers : manuscrits historiques et littéraires, portraits, représentations de la faune et de la flore, scènes de cour et scènes de genre, illustrations des grandes Epopées de l’hindouisme, modes musicaux personnifiés (râgamâlâ). L’exposition met en valeur une décennie d’acquisitions qui n’ont cessé d’élargir le riche panorama de la peinture indienne. Musée Guimet - 6 place d’Iéna - Renseignements 01 56 52 53 00

■ XVIÈME ARRONDISSEMENT ■ ÉVÉNEMENT/EXPOSITION

CARTE BLANCHE À JIANG DAHAI ●●● Le « souffle » est dans la pensée chinoise élan vital, énergie première. C’est celui-ci que le MNAAG vous propose

de rencontrer à travers la contemplation de six peintures récentes de l’artiste Jiang Dahai. Au sein de l’alcôve constituée par la rotonde du 4 ème étage du musée, la dimension méditative du dôme se déploie entièrement et permet d’apprécier l’oeuvre de l’artiste. A la fois silencieuse et spatiale, ondulatoire et verticale, la peinture de Jiang Dahai ne laisse pas d’intriguer et de surprendre. L’occasion de venir observer le peintre créer en est d’autant plus rare. Né à Nankin en 1946, Jiang Dahai a été successivement formé à l’Académie centrale des beaux-arts de Chine à Pékin et aux Beaux-Arts de Paris. De cette double influence est né un style pictural empruntant à la fois à la peinture chinoise de paysage et à l’abstraction occidentale. Héritier de Zao Wou-Ki et Chu Teh-Chun qui foulèrent également les pavés parisiens, Jiang Dahai prolonge et renouvelle le dialogue entre nos deux cultures. En s’appuyant sur une connaissance intime de l’art français (Corot, Degas, Cézanne) mais aussi étranger (Rothko et Morandi), Jiang Dahai nous fait envisager les traditions picturales chinoise et française d’une manière toute nouvelle.De la plus fruste des techniques -l a goutte qui tombe du pinceau chinois - le peintre a développé sa propre méthode picturale d’où jaillissent d’immenses paysages célestes où se retrouve réinterprété le motif du nuage ou de la brume. L’oeil du spectateur est invité à s’y promener partout et partout le chromatisme infini de l’oeuvre le surprend. Guidé par une concentration extrême, à la fois aléatoire et ciblée, la peinture de Jiang Dahai est éclairée par la densité minimale de son geste. Afin d’en saisir tous les aspects et à l’image du potier qui d’une motte de terre fait jaillir un chef d’oeuvre sans le moindre effort effaçant jusqu’au concept même de difficulté, le public pourra prendre la mesure du raffinement de sa pratique en observant l’artiste peindre sous ses yeux. Musée Guimet ( Rotonde du 4e étage ) - 6 place d’Iéna - Renseignements 01 56 52 53 00

(

JUSQU’AU 6 FÉVRIER

)


Aria n°267 - Décembre 2016/Janvier 2017  

Magazine de bord mensuel d'Air Corsica

Aria n°267 - Décembre 2016/Janvier 2017  

Magazine de bord mensuel d'Air Corsica

Advertisement