Page 1

aria MAGAZINE OFFERT

# 265 O C T O B R E

2 0 1 6

INFLIGHT

L I F E S T Y L E /A RC H I T E C T U R E

C U LT U R E / PAT R I M O I N E

ARCHITECTURE EN CORSE 2

LA CULTURE ÉLÉMENT MOTEUR

ZOOM / ÉVÉNEMENT A B A S T I A

V I L L E

D I G I TA L E

G

E

N

D

A

S

CORSE/CÔTE D’AZUR/PROVENCE/PARIS


ENCART DE 2 PAGES OFFERT ET RÉALISÉ PAR KYRN EDITIONS

10ème EDITION

© XDR

JOURNÉES DE LA MARIE DO INSEME VINCEREMU

LES BÉNÉVOLES DE LA MARIE-DO

LES INÉDITS DE CETTE 10ÈME ÉDITION • Des apéritifs musicaux grâce à nos partenaires : Le syndicat des sommeliers de Corse et son Président Raphael Pierre Bianchetti et le Comité Interprofessionnel des vins de Corse (CIVC) • Un dîner Veau à la broche de Jacques Abbatucci • Un concert le jeudi 13 octobre Canta di u Populu Corsu • Un concert le vendredi 14 octobre avec Jean Pierre Marcellesi, la participation exceptionnelle de Jenifer, Patrick Fiori, marraine et parrain de lʼassociation et de nombreux invités surprises • Une comédie musicale • Un défilé de mode exceptionnel avec des invités surprises…

ET TOUJOURS • Un vaste espace de jeux, dʼanimations et de détente pour les enfants • Des ateliers pédagogiques et éducatifs • Des évènements artistiques festifs et éphémères • Des superbes moments de convivialité… • Des défis sportifs inédits…

PLACE MIOT À AJACCIO PLACE SAINT NICOLAS À BASTIA COMPLEXE SPORTIF DE CALVI

G

râce à la mobilisation de nombreux bénévoles, partenaires, artistes, médias, sportifs, LA MARIE DO, association 100% bénévole, s’est imposée dans notre région comme un acteur de premier plan pour le soutien aux malades du cancer et à leur famille. Plus d’un million d’euros ont ainsi été collectés ces neuf dernières années et intégralement réinvestis localement et dans une totale transparence dans l’amélioration des conditions de vie et de soins notamment dans les hôpitaux de Corse, seule région française à ne pas disposer d’un CHU, mais aussi et surtout dans des aides financières directes aux malades par le biais du Fond de secours. Pour autant, le combat continue afin de faire face aux ravages de la maladie, lutter contre l’isolement et permettre à tous l’accès aux soins. Alors, pour célébrer le 10ème anniversaire de ces journées qui permettent de collecter un tiers des recettes annuelles de l’association, le Commando de LA MARIE DO d’Ajaccio, de Bastia et de Balagne a imaginé un programme spécial et vous invite à rejoindre cette magnifique chaîne de solidarité qui irrigue toute la Corse. ■


DEMANDEZ LE PROGRAMME… AJACCIO Place Miot

BASTIA Place Saint Nicolas

DES ANIMATIONS INEDITES ET NON-STOP

VENDREDI 14 OCTOBRE

■ Kart à pédales

■ Atelier peinture

■ Ballades en triporteur

■ Promenade en poneys

JOURNÉE Déjeuner et diner au restaurant de lʼOstella : recettes de ces repas reversés à LA MARIE DO

■ Baptêmes de voitures anciennes

■ Atelier Environnement

■ Challenge de Tir à la corde

■ Parcours de Gymkhna

■ Trampolines

■ Espace Bouquins Bouquine

■ Initiation de Muay Thai

■ L’espace du cirque

■ Maquillage des enfants

■ Courses en sac

■ Initiation au Tir à l’arc

■ Initiation et démonstrations de Parkours

■ Coin des Gourmands

■ Parties de Morra

■ Baptêmes de Harley Davidson

■ Les Z’animaux électriques

DIMANCHE 16 OCTOBRE Départ de la marche dans le centre ancien de Bastia ou dans la vallée du Fango (6km) Vide grenier, présence et animations des Sapeurs Pom piers du SDISS. Jeux gonflables, vente de gâteaux…

© XDR

09 h 00

DES TEMPS FORTS A NE PAS MANQUER JEUDI 13 OCTOBRE 17 h 30 18 h 00 19 h 30 21 h 00

Inauguration de la 10ème édition avec les partenaires Apéritif musical avec Sissi Palandri Veau à la broche offert par Jacques Abbatucci Concert de Canta u Populu Corsu

VENDREDI 14 OCTOBRE 09 h 00 11 h 45 12 h 00 19 h 00 21 h 00

Opération Les enfants de la Marie Do Zumba géante et chorale avec tous les enfants Spuntinu tiré du sac Apéritif musical avec I Camini Soirée concert avec Jenifer, Patrick Fiori, JP Marcellesi et beaucoup dʼinvités surprises

09 h 00 12 h 00 14 h 15 15 h 30 17 h 00 18 h 00 19 h 00

© Rodolphe MARCONI

SAMEDI 15 OCTOBRE Ouverture du site et des animations Déjeuner des Pescadori in Festa Comédie musicale « Le monde de Disney » Gala de danse Melina et Le petit opera Arrivée du marathon Orange Arrivée du défi A Filipuccia Apéritif musical et quadrille avec Tutti in Piazza Loto géant de lʼACLAM avec la chorale des Resto du cœur en ouverture

Jenifer et Patrick Fiori Marraine et parrain de lʼassociation

CALVI Complexe sportif

DIMANCHE 16 OCTOBRE 09 h 00 10 h 30 10 h 45 11 h 00 11 h 30 12 h 00 14 h 00 15 h 30 17 h 00 18 h 30

Ouverture du site et des inscriptions aux courses de la solidarité Départ des courses « La Courageuse » (6 km), « La Téméraire » (8 km) Départ des courses « La Débutante » (1.5 km), « La Sportive » (3 km) Départ de la course « La Symbolique » (500 m) Remises des médailles de la ville dʼAjaccio aux enfants Déjeuner des Pescadori In Festa Challenges par équipes de tir à la corde et individuels de courses en sac Gala de danse Choregraphia Défilé de mode Hommes, Femmes, Enfants, Dix Miss Corse et des patientes, mannequins dʼun jour… Clôture de la 10ème édition avec la chorale des enfants de La Marie Do et le traditionnel lâcher de ballons biodégradables.

VENDREDI 21 OCTOBRE SOIRÉE

Tournoi de Foot salle

SAMEDI 22 OCTOBRE 10 h 00 10 h 00 14 h 00

Marche de la solidarité Arrivée du tour de Corse cycliste en solo de Patrick Sandroni Concours de boules, Tournoi de de tennis

DIMANCHE 23 OCTOBRE JOURNÉE Aquathlon enfants - Tournoi de Squash - Tir à lʼarc Tir laser - Initiation au rugby féminin - Baptême de voitures anciennes et moto biker - Initiation au secourisme de la SNSM - Tournoi de badmington - Découverte de lʼéchelle des sapeurs Pompier - Concours de dessins des enfants de Balagne - Galas danse - Démonstration de sports de combat 14 h 00 Clôture des journées avec remise des prix et apéritif


aria Fondateur Dominique Alfonsi

SARL KYRN EDITIONS Le Ricanto Ancienne route de Sartène 20090 Ajaccio e-mail:ariagenda@gmail.com

Sommaire Numéro 265 - OCTOBRE 2016

AIR CORSICA

Les infos de la compagnie

6

Découvrez le monde avec Air Corsica - L’Edito - Bienvenue à bord Rendez vous partenaires... CULTURE / PATRIMOINE Directrice de la publication Rédactrice en chef

Sandra Alfonsi Direction technique Conception graphique

Jean Christophe Alfonsi Publicité

Kyrn Editions ariagenda@gmail.com Couverture Architecture & art de vivre en Corse 2 ( Editions des Immortelles ) © Jean Harixçalde Maquette Kyrn Editions Imprimé par IAPCA

La Culture, élément moteur La culture est au centre de nombreuses actions importantes menées par le Conseil Départemental de la Corse du Sud. Elle constitue en effet un élément dynamique de la politique d’aménagement du territoire, de développement local et d’accompagnement du tourisme rural que le département souhaite durablement favoriser. En synergie avec la valorisation du patrimoine et la préservation de l’environnement, les perspectives dans ce domaine s’annoncent prometteuses LIFESTYLE / ARCHITECTURE

Architecture en Corse, les noces réussies de la pierre et du bois

14

18

Après un premier opus couronné de succès en 2012, les Immortelles, maison d’édition basée à Ajaccio, récidivent avec un deuxième ouvrage intitulé Architecture & art de vivre en Corse 2, dont le sous-titre et fil conducteur est le mariage entre deux matériaux emblématiques de l’île : la pierre et le bois. ZOOM / ÉVÉNEMENT

Bastia Ville Digitale, lʼavenir en marche

22

La ville de Bastia accueille du 10 au 15 octobre la 6e édition de « Bastia, ville digitale » une manifestation pluridisciplinaire articulée autour des nouvelles technologies et plus particulièrement du numérique, appréhendé ici sous tous ses aspects. COMMUNIQUÉ / CULTURE

Espace Diamant Ajaccio, carrefour des arts

27

AGENDA

Corse

28

AGENDA La reproduction et l’utilisation, sous quelque forme que ce soit, des reportages et des informations, sont interdites. La société éditrice se réserve le droit de refuser tout ordre de publicité, annonce ou insertion sans avoir à justifier son refus. Les pages Air Corsica sont intégralement réalisées par la compagnie et sont sous sa responsabilité. Rédactrice en chef : Catherine Riera. Conception & réalisation graphique : Agence AGEP. Comité rédactionnel : Jean-Paul Filippini, Dominique Leca, Marie-Diane Leccia, Jean-Baptiste Martini, Michel Ponzevera et Ghislaine Sansonnetti. Photos Air Corsica : Alexandre Cadel, Michel Ponzevera, Roland Rouget.

Provence AGENDA

Côte dʼAzur AGENDA

Paris

31 32 33


CULTURE / PATRIMOINE

LA CULTURE élément moteur

La culture est au centre de nombreuses actions importantes menées par le Conseil Départemental de la Corse du Sud. Elle constitue en effet un élément

INTERVIEW VAIDEHI GLIBERT

dynamique de la politique d’aménagement du territoire, de développement local et d’accompagnement du tourisme rural que le département souhaite durablement favoriser. En synergie avec la valorisation du patrimoine et la préservation de l’environnement, les perspectives dans ce domaine s’annoncent prometteuses. En effet, le Département dispose de structures muséales de

ARIA - Vous venez de prendre vos fonctions. Comment appré-

qualité, à fort potentiel, sur un territoire attractif, dont il entend encore

hendez vous les missions qui vous sont confiées ?

accroître le rayonnement auprès de différents publics. En fonction depuis le

Vaidehi GLIBERT - Je suis enthousiaste à l’idée de pouvoir mettre

1er septembre dernier, Vaidehi Glibert est le nouveau conservateur-directeur

en pratique à l’Espace muséal de Sartène les compétences que

de l’Espace Muséal de Sartène. Entretien avec une jeune femme motivée.

j’ai acquises dans la gestion d’établissements muséaux. Je suis en effet diplômée de l’Institut National du Patrimoine, que j’ai intégré suite à la réussite du concours de conservateur du patrimoine. Au cours des 18 mois de formation à l’INP, je me suis donc déjà investie dans des projets de conservation et de valorisation du patrimoine. J’ai par exemple préparé une exposition au Getty Museum à Los Angeles, qui présente un trésor gallo-romain, exposition qui fait encore actuellement l’objet d’une itinérance dans de nombreux musées américains et français. Outre une formation très complète sur la conservation, la valorisation et la diffusion, ainsi que sur la gestion administrative et budgétaire, l’atout de l’INP est la constitution d’un solide réseau de professionnels français et internationaux. Je compte monter des partenariats avec ces interlocuteurs pour accentuer le rayonnement de l’établissement dont je suis chargée, qui regroupe le Musée départemental de la Préhistoire corse, le Centre de Conservation et d’Etude, et A

Musée départemental de préhistoire Corse et d’archéologie de Sartène © CD 2A

Casa di Roccapina. ARIA - Quels types d'actions souhaitez vous mettre en place ? En direction de quels publics ? Vaidehi GLIBERT - Les actions menées pour les publics seront de plusieurs ordres. Tout d’abord, pour le Musée, qui est à la fois un lieu culturel et un lieu d’éducation, nous poursuivrons la politique d’expositions en cours depuis quelques années. Celle-ci consiste à proposer au public des sujets portant non seulement sur l’archéologie mais aussi sur l’histoire de la Corse et de Sartène, de même sur la culture matérielle, comme le dernier événement « De savoir-faire ancestraux aux métiers tra-

Espace muséal de Sartène © CD 2A

14

OCTOBRE 2016


CULTURE / PATRIMOINE

L’Oriu de Roccapina © CD 2A

ditionnels », qui mettait en avant l’artisanat traditionnel en lien

ARIA - La Casa di Roccapina, qui relève également de vos attri-

avec les collections du musée. Ensuite, je souhaiterais dévelop-

butions, connaît une affluence croissante. Elle est désormais ou-

per les rencontres avec le public local, en mettant en place de

verte toute l'année. Quels sont les principaux atouts de cette

vrais cycles de conférences, des animations régulières pour les

structure originale ?

familles, des stages pendant les vacances scolaires, des spec-

Vaidehi GLIBERT - A Casa di Roccapina a pour particularité de

tacles… L’objectif est de proposer une programmation cultu-

valoriser différents types de patrimoine au sein d’un lieu qui

relle complète pour tous les types de publics de la microrégion.

regroupe à la fois un parcours scénographique et un parcours

Le public scolaire quant à lui bénéficie déjà d’actions spéci-

naturel. Il s’agit de faire découvrir au visiteur, pour le site de

fiques, tel que le concours de peinture prévu dans le cadre de

Roccapina précisément, la géologie du lieu, la vie quotidienne

l’exposition sur La Sémillante. Enfin, le Département souhaite

de ses occupants tout au long des siècles et la manière dont

toucher le public rural et les publics dits éloignés. Le musée

ils ont occupé ce paysage si particulier, composé des taffoni,

serait désormais identifié comme un centre culturel névral-

formations géologiques propres aux côtes de Corse et de Sar-

gique qui exporterait son savoir-faire et ses événements dans

daigne. A ce patrimoine naturel et matériel s’ajoute le patri-

d’autres lieux et d’autres communes.

moine immatériel incarné par les histoires, les contes et

OCTOBRE 2016

15


CULTURE / PATRIMOINE

Le lion de Roccapina © CD 2A

présents à A Casa di Roccapina. Artistes, artisans, scientifiques, ils abordent des sujets aussi différents que les huiles essentielles, la poterie, la faune et la flore de Corse, conviant ainsi les visiteurs de passage mais également le public local, à partager, apprendre, s’éveiller, s’amuser. ARIA - Pouvez vous nous présenter l'exposition actuellement en cours au musée de Sartène ? Vaidehi GLIBERT - L’exposition retrace le naufrage de la frégate impériale La Sémillante, qui s’est brisé sur l’île de Lavezzi, au sudest de Bonifacio. Il s’agit de la plus grande catastrophe maritime de Méditerranée, faisant près de 700 victimes. Le contexte historique L’intérieur de l’Oriu © CD 2A

légendes. Le parti pris de la visite est de créer une ambiance

est celui de la Guerre de Crimée. L’objet du voyage de la frégate était

propice à une découverte sensorielle. Le son est le médium

d’apporter du matériel et des renforts à l’armée française qui com-

principal. La musique et les voix sont ainsi présentes tant au

battait l’Empire russe. Pour illustrer le propos, le Musée a bénéficié

sein de l’ancienne maison cantonnière qu’à l’extérieur, sur le

de nombreux prêts, par des institutions et par des particuliers. Ainsi

sentier, grâce à l’audioguide fourni au visiteur. De la vidéo et

le visiteur peut découvrir le grappin du navire, des armes, des objets

des effets de lumière contribuent à stimuler l’imagination.

du quotidien, de la monnaie historique, et des archives.

Enfin, tout au long de l’année, des intervenants proposent des ateliers, des animations, des conférences, sur tous les domaines

16

OCTOBRE 2016

PROPOS RECUEILLIS PAR SANDRA ALFONSI RENSEIGNEMENTS WWW.CG-CORSEDUSUD.FR


LIFESTYLE / ARCHITECTURE

ARCHITECTURE EN CORSE, les noces réussies de la pierre et du bois APRÈS UN PREMIER OPUS COURONNÉ DE SUCCÈS EN 2012, LES IMMORTELLES, MAISON D’ÉDITION BASÉE À AJACCIO, RÉCIDIVENT AVEC UN DEUXIÈME OUVRAGE

INTERVIEW MARIE-JOSEPH ARRIGHI-LANDINI

INTITULÉ ARCHITECTURE & ART DE VIVRE EN CORSE 2, DONT LE SOUS-TITRE ET FIL CONDUCTEUR EST LE MARIAGE ENTRE DEUX MATÉRIAUX EMBLÉMATIQUES DE L’ÎLE : LA PIERRE ET LE BOIS. SANS PRÉTENTION AU DIDACTISME OU À L’EXHAUSTIVITÉ, LES DEUX AUTEURS, QUE L’ON NE PRÉSENTE PLUS - LA JOURNALISTE MARIE-JOSEPH ARRIGHI-LANDINI ET LE PHOTOGRAPHE JEAN HARIXÇALDE NOUS PROPOSENT UNE VISITE GUIDÉE DE PLUSIEURS MAISONS DE RÊVE SITUÉES SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE INSULAIRE. ENRICHI PAR LES INTERVENTIONS D’UNE QUINZAINE D’ARCHITECTES, CE TRÈS BEAU LIVRE ALTERNE DE FAÇON ÉQUILIBRÉE PHOTOS À COUPER LE SOUFFLE ET RÉDACTIONNELS PERTINENTS, QUI DONNENT DU SENS ET DE LA COHÉRENCE À L’ENSEMBLE. ENTRETIEN AVEC LA PLUME DE CETTE NOUVELLE PARUTION, DONT LA SORTIE EST PRÉVUE MIOCTOBRE 2016.

ARIA - Ce deuxième opus est-il une suite ou une œuvre indépendante ? Marie-Joseph ARRIGHI - LANDINI - En fait, c’est un peu des deux. Le titre reste d’ailleurs inchangé, mais nous n’avions pas envie de faire une simple suite. Nous étions cependant bien conscients de ne pas avoir tout dit dans notre premier ouvrage paru en 2012. De plus, le bâti en Corse continuait à évoluer dans tous les sens, le meilleur comme le pire... Il nous a donc semblé important d’élaborer un second ouvrage qui ne se positionnerait

© Jean HARIXÇALDE

pas comme « le guide du bien construire », mais qui donnerait, à tous ceux qui sont en quête de réponses, encore plus d’indications sur ce qui semble le plus adapté à la Corse et sur les matériaux qui ont à la fois un intérêt environnemental et esthétique en accord avec notre île, notamment la pierre et le bois. C’est parce que cette thématique a émergé spontanément au cours de réunions avec des architectes impliqués dans la filière bois corse ou le CAUE de Corse du Sud, très investi aussi, que nous avons senti la nécessité d’élaborer ce nouveau livre. ARIA - Comment avez-vous trouvé puis sélectionné les maisons ? Marie-Joseph ARRIGHI - LANDINI - Ce sont principalement les architectes qui nous ont ouvert les portes de ces maisons et appartements. Pour les autres, notamment les rénovations, elles nous ont été indiquées par des amis qui connaissaient bien l’enjeu du livre. Il n’est certes pas aisé d’entrer dans l’intimité des gens sans intermédiaire. Nous avons visité un grand nombre de villas, maisons, et appartements, puis nous avons sélectionné les lieux qui entraient parfaitement dans le thème que nous nous étions imposé et qui nous paraissaient le plus adaptés aux paysages corses.

18

OCTOBRE 2016


LIFESTYLE / ARCHITECTURE

recherches ? Marie-Joseph ARRIGHI - LANDINI- Nous avons appris beaucoup et nous espérons que nous en avons restitué l’essentiel dans les textes et photographies de ce livre. Ce qui est primordial, c’est de constater qu’il y a mille manières de respecter un site sans brider la créativité des maîtres d’ouvrage. Qu’il s’agisse de restaurations d’anciennes demeures, d’appartements, ou de créations des plus contemporaines, il est primordial de tenir compte de l’existant. Ce préambule respecté, force est de constater qu’il est possible de construire la maison de ses rêves. En fait, le seul secret est de ne pas penser qu’à soi et ne pas négliger l’impact qu’une construction aura sur le paysage parce qu’il est évident qu’elle sera là pour longtemps… ARIA - De quelle manière l'éclairage technique des architectes présents dans le livre approfondit-il le propos ? Marie-Joseph A R R I G H I - LA N D I N I- Nous avons rencontré des architectes qui ont souvent réalisé des prouesses techniques pour respecter ce que l’on appelle « le rapport au sol ». Derrière ce terme se cache l’idée simple de la prise en compte de tout ce qui est présent sur et autour du terrain avant la construction : végétation, roches, dénivèlement, bâti existant, voisinage, vue du site mais aussi vue que les autres ont et auront sur le site. C’est cette prise en compte globale qui conduit vers des solutions

© Jean HARIXÇALDE

ARIA - Qu’avez-vous appris ou découvert au cours de vos


© Jean HARIXÇALDE

LIFESTYLE / ARCHITECTURE

qui impactent peu le site. Lorsque l’on tient compte de tout cela, l’implantation de la maison s’impose d’elle-même. Ce concept détermine les meilleurs choix esthétiques et environnementaux. Il invite à suivre les pentes naturelles sans pratiquer de terrassements agressifs et visibles pendant des décennies, à conserver les végétaux, à utiliser des structures souvent métalliques, quand la dénivellation est trop importante, etc. ARIA - Au fil des ouvrages, peut-on à votre avis définir une tendance ou une spécificité de l'architecture récente en Corse ? Marie-Joseph A R R I G H I - LA N D I N I- Il y a vraiment deux écoles antagonistes : celle qui fait de la maison l’enjeu principal et celle qui fait de l’environnement la priorité.

© Jean HARIXÇALDE

C’est évidemment la deuxième école qui nous a intéressés et, contre toute attente, c’est elle qui faire naître les plus beaux projets et les plus belles demeures. On aurait pu penser que privilégier l’harmonie du lieu le serait au détriment de la maison, c’est absolument faux. Nous ne nous plaçons certainement pas en donneurs de leçons, mais nous aimerions que cet ouvrage contribue à changer les mentalités et à rappeler que la beauté de la Corse réside aussi dans son patrimoine bâti et principalement dans l’harmonie de ses villages. Importer des styles venus d’ailleurs est un phénomène normal, mais multiplier tous ces styles hétéroclites et surtout les imposer dans des lieux inadaptés est vraiment une très mauvaise idée. On assiste à une surenchère de très grandes maisons, de balustres italiens, de colonnes grecques, et d’enduits allant du rose au jaune en passant par le saumon… Ce n’est pas raisonnable. La tendance des architectes responsables est au contraire de privilégier l’implantation et les volumes pour conserver l’harmonie par la discrétion. Ils tendent vers des matières et des teintes qui se fondent dans le paysage -la pierre et le bois y sont d’ailleurs en bonne place. Ils choisissent aussi, lorsque c’est possible, des toits végétalisés qui ont d’excellentes performances thermiques et qui se mêlent avec discrétion au maquis. Il semble important de définir fermement une tendance générale pour redonner de la cohérence au bâti insulaire et garder à l’esprit que la somme des intérêts individuels ne correspond malheureusement jamais à l’intérêt collectif. ■ PROPOS RECUEILLIS PAR SANDRA ALFONSI PHOTOS DE JEAN HARIXÇALDE (EXTRAITES DU LIVRE )

20

OCTOBRE 2016


pollinisateur de culture

ĂŠditions des immortelles www.ĂŠditionsdesimmortelles.com

Les ĂŠditions des Immortelles @ed_immortelles editions_des_immortelles


ZOOM / ÉVÉNEMENT

BASTIA VILLE DIGITALE L’AVENIR EN MARCHE LA VILLE DE BASTIA ACCUEILLE DU 10 AU 15 OCTOBRE LA 6E ÉDITION DE « BASTIA, VILLE DIGITALE » UNE MANIFESTATION PLURIDISCIPLINAIRE ARTICULÉE AUTOUR DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET PLUS PARTICULIÈREMENT DU NUMÉRIQUE, APPRÉHENDÉ ICI SOUS TOUS SES ASPECTS. CONÇU COMME UN VÉRITABLE «

ACCÉLÉRATEUR D’INITIATIVES »,

L’ÉVÉNEMENT, ORGANISÉ PAR L’ASSOCIATION EMAHO, FÉDÈRE DE NOMBREUX PARTENAIRES INSTITUTIONNELS ET PRIVÉS POUR SENSIBILISER LE GRAND PUBLIC, MAIS AUSSI LES SCOLAIRES, AUX DIFFÉRENTES PRATIQUES DU NUMÉRIQUE, EN FAVORISANT AINSI L ‘ÉMERGENCE PROGRESSIVE D’UN « ÉCOSYSTÈME » CULTUREL ET ÉCONOMIQUE D’AVENIR. CONFÉRENCES, LABEL CORSICAN TECH, CONCERTS, ÉMAHO FACTORY, ATELIERS, ÉCHANGES, SONT AU PROGRAMME DE CES JOURNÉES, DONT L’INVITÉ D’HONNEUR EST L’OCEAN TECH DU PAYS BASQUE. JEAN LECCIA, DIRECTEUR DE L’ASSOCIATION EMAHO ET DE LA CORSICAN TECH NOUS PRÉSENTE CETTE ÉDITION

© EMAHO

2016 PROMETTEUSE.

ARIA - Pouvez-vous nous rappeler l'esprit et le propos général de « Bastia Ville Digitale » ? Jean LECCIA - Depuis sa création en 2011, l’esprit de Bastia ville digitale peut se résumer par la transversalité des pratiques, puisque notre volonté est d’impliquer un large public dans cette manifestation. Bastia Ville digitale parle à la jeunesse, avec les enfants et les collégiens, aux familles, et depuis deux ans aux professionnels du numérique avec cette envie, qui guide l’événement, de faire avancer une économie qui constitue un avenir important pour l’île. La transversalité des pratiques joue un rôle capital dans cette volonté puisqu’avant même de penser « économie du numérique », il faut que les enfants puissent s’initier aux pratiques du numérique et se les approprier. L’objectif commun pour tous ces publics consiste à rendre les gens acteurs du numérique et non spectateurs ou prisonniers des outils numériques qui envahissent notre quotidien.

22

OCTOBRE 2016


ARIA - D'année en année, la manifestation fédère de nouvelles énergies. Comment l'adhésion du public

© EMAHO

ZOOM / ÉVÉNEMENT

évolue-t-elle au fil des éditions ? Ressentez-vous des attentes particulières ? Jean LECCIA - Notre volonté, dès le départ est de faire grandir et structurer l’écosystème numérique corse en faisant collaborer le maximum d’acteurs entre eux et en leur donnant des fenêtres d’expression et d’échanges. Dans ce cadre-là, nous souhaitons que Bastia Ville digitale puisse agir comme un catalyseur de ces énergies. La

CONCERTS

digitale fédère d’acteurs, plus le public s’élargit, ainsi que les centres d’intérêt de ces publics. Régulièrement

© EMAHO

conséquence de tout cela c’est que plus Bastia Ville

nous faisons de nouvelles propositions : les conférences pour les professionnels, dont je vous ai parlé, en est une. Et dans ce domaine, nous avons en effet identifié des attentes particulières, car les porteurs de projet numérique ont besoin de réponses, de faire des échanges d’expérience, de se confronter, et de se créer un réseau dans ce milieu qui est en naissance en corse. Pour le volet scolaire et grand public, l’importante fréquentation de nos événements nous montre que le public est en demande d’initiation pour ces pratiques qui ne cessent d’évoluer.

CONFÉRENCES, RENCONTRES ATELIER DE ROBOTIQUE © ROBOTICAMP


ZOOM / ÉVÉNEMENT

ARIA - Justement, quels seront les temps forts de ce nouvel opus ? Jean LECCIA - Il y a plusieurs événements dans l’Evénement. Les collégiens pourront assister à 5 jours d’initiations avec 7 ateliers numériques. Nous proposons également une semaine de conférences avec des intervenants renommés comme Adrien Aumont de KissKissBankBank et Eric Leandri de Qwant. A noter que les conférences du vendredi ne seront pas seulement destinées aux start-up, mais aussi aux jeunes et étudiants susceptibles d’être intéressés par le processus de création d’entreprise. Et cette année, la nouveauté sera le rendez-vous du samedi après-midi avec la journée « Emaho Factory » destinée aux familles -enfants, parents, curieux-, où tous pourront essayer, sur des temps courts, des outils de création numérique (MAO, stop motion, vidéo mapping, retouche photo…) et assister à des ateliers de robotique avec Roboticamp, de culturemakers avec le Fab Lab de Corte ou encore à une présentation des moteurs de recherche Qwant et Qwant junior, premier moteur de recherche sécurisé destiné aux enfants. Cette journée d’initiation et de partage intergénérationnel constituera un temps fort de la manifestation.

ARIA - Qu'est-ce que le label Corsican Tech, au logo si évocateur ( un sanglier en pleine course...) ? Jean LECCIA - La Corsican Tech est un label qui a pour vocation d’accélérer les initiatives. Nos actions consistent à fédérer, accélérer et faire rayonner les entreprises insulaires porteuses d’innovation. Pour cela, nous mettons en place des rencontres régulières entre les start-up, pour qu’elles puissent échanger entre elles de leurs expériences. Nous leur proposons également des actions d’accompagnement sur des thèmes spécifiques (le financement, la technologie, la présentation de son entreprise, le marketing…), et des rendez-vous, ateliers, voire des semaines d’accélération avec des spécialistes du domaine. L’objectif étant de leur apporter des aides pour accélérer leur processus de développement, mais également de leur faire bénéficier d’un étendard, le label Corsican Tech, visible et indispensable au rayonnement international.

ARIA - Le numérique, perspective d'avenir pour la Corse : réalité ou utopie ? Jean LECCIA - Le numérique est l'une des grandes transformations que connait notre société contemporaine. Une transformation qui impacte tous les secteurs d'activité : l'enseignement, la recherche, l'industrie, le monde de l'entreprise, la santé ... et bien d’autres encore. Il est l'un des leviers majeurs de l'innovation d’aujourd'hui, favorisant la création de richesse, d'emploi et la compétitivité. Et en cela il est un atout pour la Corse qui peut s’en servir comme d’un levier de croissance. Aujourd’hui, le numérique est omniprésent, même dans les métiers les plus manuels. L’utopie serait de croire que l’on peut s’en passer, car la réalité c’est que chacun de nous est ou sera amené à utiliser le numérique dans sa vie personnelle ou professionnelle. Il est donc indispensable aujourd’hui de s’initier aux pratiques du numérique pour pouvoir en tirer un maximum d’avantages. ■ Propos recueillis par Sandra ALFONSI Programme & renseignements www.ville-digitale.com


Berny. pour DĂŠa Communication


COMMUNIQUÉ

TOURISME

ESPACE DIAMANT / AJACCIO

HISTOIRE

SAISON 2016-2017

CARREFOUR DES ARTS La découverte de la programmation de l’Espace Diamant marque chaque année un temps fort pour la cité impériale. Ce théâtre situé au cœur de la ville a fait le choix de l’éclectisme et c’est peut être cela qui lui confère désormais son identité. Comme le confie la Directrice des Affaires Culturelles, Marie Jeanne Nicoli qui signe là sa dernière saison, « il faut trouver le bon chemin ».

CULTURE

VOYAGE

L

e théâtre, la musique, la danse, les spectacles jeune public, s’entrecroisent ici dans un souci d’ouverture, de découvertes, de partage. Au final n’est ce pas cela la vocation première d’un théâtre municipal ? Pour élaborer cette saison Marie Jeanne Nicoli et Simone Guerrini adjointe à la culture de la Ville d’Ajaccio évoquent toutes deux, la sagesse nécessaire, les convictions solides et les contraintes aussi. Quoi qu’il en soit ce nouveau cru concocté s’annonce exceptionnel, et si à l’Espace Diamant on mélange les genres, quelques grandes lignes se dégagent tout de même.

Des hommages et des classiques Cette année, les hommages aux grands artistes et les grandes œuvres revisitées occupent la scène de l’Espace Diamant, des paris un peu fous qui imposent un

La femme rompue

© Charles MIGNON

© M. AUGUSTINIAK

SPORT

Fréchuet. On poursuit avec des classiques revus par des troupes insulaires, Orlando Furioso propose un « Don Quichotte è Sancciu Pansa », quant à Don Giovanni il prendra une nouvelle forme grâce à la réécriture du Teatrinu. 2016- 2017 apporte aussi son lot « d’affiches ». La « femme rompue » qui résonne comme un cri de violence et de haine venu de la nuit, est porté par Josiane Balasko. Au cœur des trois nouvelles qui composent La « femme rompue » de Simone de Beauvoir, il y a ce monologue surprenant. Âpre, haletant, c’est un cri de rage, tantôt d’une ironie mordante, tantôt extrêmement cru, et même carrément trash. Côté musique, Benjamin Biolay, l’auteur-compositeur-interprète le plus doué de sa génération vient présenter sur scène Palermo Hollywood, un nouvel opus écrit entre deux villes,

Pierre Gambini

renouvellement des formes à l’image de « Merci Madame », un spectacle de Sabrina Saraïs, où se croisent chant et image, danse et vidéo, musique et installation plastique, création en mouvement, création du mouvement, des mots et des corps, en hommage à la chanteuse Barbara. Dans la même lignée, « Il était une fois Serge Reggiani », un spectacle proposé par Thomas Bronzini, figure bien connue de la scène insulaire, chanteur et comédien de talent nous propose ici un conte musical autour du personnage aussi éclectique que passionné qu'était Serge Reggiani. Les classiques du théâtre sont eux aussi revus, on note une nouvelle création de la pièce de théâtre la plus célèbre du 20e siècle de Beckett « en attendant Godot », mis en scène par Laurent

Benjamin Biolay

MÉDIA

© Lavinie BOFFY et François KAROL

entre deux hémisphères… Un disque absolument magnifique !

Donne in scena Il faudra aussi cette année compter avec elles, à l’image du spectacle Sò Elle, qui réunit Patrizia Gattaceca, Francine Massiani, Doria Ousset, Anna Rocchi et Diana Saliceti. En choisissant de proposer une création commune et non pas une simple juxtaposition de leur répertoire respectif, Patrizia Gattaceca, Francine Massiani, Doria Ousset, Anna Rocchi et Diana Saliceti affirment un renouveau de la chanson féminine en Corse, longtemps cantonnée à un second rôle d'apparat. Il faudra d’ailleurs aussi compter avec eux, ces messieurs de Vitalba, A Filetta, Pierre Gambini, Zambalarana… Infos : www.espace-diamant.ajaccio.fr


28

■ AJACCIO ■ MUSIQUE

(

LE 14 OCTOBRE À 21H

) ■ AJACCIO ■ MUSIQUE

(

LE 28 OCTOBRE À 21H

)

City Kay ( Pop roots / Reggae electro ) Jakez Orkeztra ( Nouvelle scène Française ) Soutenu par le RéZo, le Jakez Orkeztra l'est également par l'Aghja, qui a programmé le groupe plusieurs fois, notamment, il y a deux ans, dans le cadre du Festival Régions en scène. Après Léon et Byzance, ses deux premiers albums, le Jakez Orkeztra nous revient avec son 3ème opus. En concert, le Jakez Orkeztra fait l'unanimité, réjouissant autant les amateurs de chanson à texte que les amoureux de gros son, les enfants que les plus grands. C'est un rendez-vous privilégié, une rencontre dynamique, sensible, drôle et touchante. Entre cimes brésiliennes et au bord du précipice rock, entre une poésie baladeuse allant de la vieille école du verbe au flot urbain, et un univers musical chatoyant, le Jakez Orkeztra s'autorise toutes les dérisions, tous les détournements. Troisième album du Jakez, enregistré « à l'ancienne » dans les conditions du live, FOL marque un tournant dans le son du groupe. Un esprit plus urbain, plus rock, qui flirte aussi avec un slam rutilant : plus que jamais, le Jakez Orkeztra continue de s'autoriser tous les détournements. Des arrangements denses, originaux, à la fois cohérents et composites, et des mélodies généreuses viennent servir des textes qui parlent d'urgence à vivre, à aimer ; d'étourdissements face à ce qu'est le monde d'aujourd'hui ; de décalage enfin, ce pas de côté, volontaire ou non, qui permet en tout cas de raconter des histoires. Le tout est, reste et demeure de la chanson française revendiquée, héritière de Brel, des Négresses Vertes... Aghja, chemin de Biancarello - Renseignements 04 95 20 41 15 © Max BOXBERGER

© Cliaire HUTEAU

AGENDA CORSE

ARIA OCTOBRE 2016

Jay El-Kady aurait pu être un oriental de Londres branché sur la variété égyptienne, mais c'était sans compter sur sa nounou jamaïcaine qui l'a biberonné au roots et au rock steady. XXIème siècle oblige, il explore avec son groupe City Kay un crossover du roots et de l'electro-pop à la quête d'une « pop drop-in ». Le résultat est souvent dépaysant, comme si Steel Pulse et London Grammar étaient enfermés dans la même pièce. Avec son 4ème album Daystar, réédité en avril 2016, le sextet dévoile ce son pop roots urbain d'influence anglosaxonne, affranchi de l'iconographie classique. Le groupe y allie l'électro et le son des productions inspirées de James Blake, Kendrick Lamar et Little Dragon. Remarqués aux Bars en Trans, aux Inouïs de Bourges, puis aux Transmusicales de Rennes, les Newcomers de City Kay intègrent en live, une implantation « augmentée » associant l'électro au jeu de chaque musicien. À découvrir absolument ! Aghja, chemin de Biancarello - Renseignements 04 95 20 41 15

■ CORTE ■ ÉVÉNEMENT / EXPOSITION

( JUSQU’AU 30 DÉCEMBRE 2016 )

LE PATRIMOINE VIVANT - ÊTRE ET TRANSMETTRE Chants et danses, jeux et fêtes, savoir-faire et connaissances autour de la nature… À travers ces patrimoines vivants en perpétuel renouvellement, l’exposition conçue en partenariat avec la Maison des cultures du Monde – Centre français du patrimoine culturel immatériel, invite le visiteur à (re)découvrir la richesse et la diversité culturelles de la Corse, puis à partir à la rencontre de pratiques culturelles du monde entier… Leur vitalité, leur ancrage dans le quotidien, leur transmission et leur adaptation à la société contemporaine interpelleront le visiteur. L’approche sensorielle et immersive sera privilégiée pour appréhender les enjeux du patrimoine culturel immatériel. Spéciale Patrimoine culturel immatériel : Spéciale… est un parcours de sensibilisation dédié au jeune public de 6 à 11 ans. Un voyage au sein d’une identité essentielle, au cœur de l’âme des peuples qui s’exprime dans les traditions et les pratiques vivantes transmises au fil des générations tels le conte, les croyances populaires, le jeu, les savoirfaire, le chant et les arts du spectacle. Marque déposée : le patrimoine culturel immatériel se décline sur des supports inattendus, il se veut « tendance ». Plusieurs créateurs corses se l’approprient et le réinventent. Diverses réalisations – bijoux, ●●●

créations textiles, parfums et soins cosmétiques – largement inspirées d'iconographies et de savoir-faire d’antan seront valorisées au sein de cet espace. Autour de l’exposition : Cunsumerisimu ( Installation artistique en extérieur par l’artiste Marcè Lepidi-Acquaviva) - Corsica Grana, un logo végétal présente la marque « Corsica Grana » qui valorise la production locale de plantes et de semences de la flore corse à partir de populations végétales insulaires «sauvages». Cette marque déposée par l’Office de l’Environnement de Corse est développée par le Conservatoire Botanique National de Corse - Deux temps, trois mouvements , ce dispositif d’exposition, conçu par Laetitia Carlotti (Association Arterra), articule différentes interventions dans les jardins de la Citadelle de Corte et explore les dynamiques à l’œuvre dans l’évolution de nos paysages. En collaboration avec le Conservatoire Botanique de Corse (Office de l’Environnement), le Fab Lab de l’université de Corse et sa fondation, Arterra et les artistes invités, Sylvaine et Arnaud de La Sablière, qui changent les pierres en or, donnent corps à l’espace dans ses dimensions esthétiques et sociales. Musée de la Corse, la citadelle - Renseignements 04 95 54 25 45


AGENDA CORSE

ARIA OCTOBRE 2016

■ AJACCIO ■ EXPOSITION

29

(

JUSQU’ AU 3 OCTOBRE

)

(

LE 12 OCTOBRE À 14H

)

Bacchanales modernes !

Le nu, l’ivresse et la danse dans l’art français du XIXe siècle Cette exposition exceptionnelle est organisée par le musée des Beaux-Arts d’Ajaccio en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Bordeaux. L’univers de Bacchus, dieu du vin, de l’extase et de l’inspiration créatrice est mis à l’honneur par cette manifestation pluridisciplinaire qui dévoile la dimension « enivrée » de la création artistique de l’époque romantique jusqu’au début du XXe siècle. Bacchanales, cortèges de nymphes et de faunes, bacchantes scandaleuses et danses déréglées plongeront ainsi le visiteur dans l’univers visuel mais aussi musical de cette époque foisonnante. De Pradier à Rodin, de Gérôme à Rops, de Berlioz à Debussy, le spectateur découvre les facettes cachées d’une époque tiraillée entre norme et transgression, entre raison et imagination, là où le mythe antique se transforme en fantaisie moderne. Forte du soutien du musée d’Orsay, l’exposition réunit plus d’une centaine d’œuvres - peintures, sculptures, arts graphiques issues des plus prestigieuses collections publiques françaises. Abordant toutes les techniques et faisant côtoyer des chefs-d’œuvre incontournables et des œuvres moins connues, elle souhaite renouveler le regard porté sur les arts du XIXe siècle, au prisme d’un sujet aussi riche qu’inédit. Palais Fesch-Musée des Beaux Arts, 50-52 rue Fesch - Renseignements 04 95 26 26 26

■ CORTE ■ THÉÂTRE

(

LE 18 OCTOBRE À 18H30

) ■ CORTE ■ STONDA

Canteti Donni chì ghjunghji u preti L’acqua inturbidisce Compagnie I Tarrucconi di U Teatru Nustrali - « Canteti Donni chì ghjunghji u preti »est une pièce burlesque en langue Corse de Ghjannettu Notini, imaginée par des membres de la troupe Théâtrale : I Tarrucconi Di U Teatru Nustrali en collaboration avec Guy Cimino lors d’un atelier d’écriture en langue corse organisé par le service LCC (Langue et Culture Corses de la Mairie d’Ajaccio). L’histoire se passe dans un petit hameau de la rive Sud d’Ajaccio, le hameau de Santa Manza. Sur fond de guerre, cette comédie burlesque nous plonge dans la Corse du début du XXe Siècle où s’affrontent les femmes de deux familles, les paysannes et les bourgeoises, sous l’œil bienveillant d’un sacristain un peu benêt et d’un facteur boiteux à ses heures, perturbés tous deux par l’arrivée douteuse d’un prêtre et d’une veuve. Spaziu Culturale Natale Luciani - Renseignements 04 95 45 00 78

■ BASTIA ■ ÉVÉNEMENT / FESTIVAL

Si sà chì a quistione di u trattamentu di a rumenzula in Corsica hà fattu nasce è cresce una crisa impurtante longu à i mesi scorsi. A suluzione definitiva ùn hè ancu à truvà. Nantu à stu tema chì move quistione fundamentale nantu à campà attuale è futuru, l’opinione pupulare hè sensibilizata assai. L’accostu comicu pò esse un modu sucialamente utile di ammintà u prublema. Hè statu iniziatu un travagliu di cumpusizione satirica è ridicula chi hà da mette in scena un’artista di mistiere è cumedianti amatori o in furmazione. Sta prima prova accoglie ingiru à Patrizia Gattaceca, studianti di LCC chì a li provanu in impruvisata è scrittura teatrale. A merressa di u paese L’ACQUA riceve l’abitanti di a so cumuna chì venenu à lagnà si di i danni nantu à l’ambiente è a vita in paese. Spaziu Culturale Natale Luciani - Renseignements 04 95 45 00 78

(

DU 1ER AU 8 OCTOBRE

)

ARTE MARE PRÉDIT L’AVENIR ! 34E EDIZIONE FESTIVALE DI U FILMU E DI L’ARTE MEDITERRANEI Quelle blague ! Arte Mare se prendrait donc pour madame Irma. Et pour voir quoi dans sa boule de cristal, un futur qui frétille, des lendemains qui chantent à plein gosier et un avenir démentant les soucis du présent ? En attendant le retour de l’utopie, explorons le futur pour mieux savourer le présent ! Embarquement dès le 1er octobre, avec le grand débat « Quel avenir pour l’Humanité ? » avant le concert rock d’Henry Padovani, fondateur du groupe The Police. Le vaisseau méditerranéen Arte Mare appareillera pour une riche odyssée cinématographique et littéraire accompagnée de gastronomie nustrale. Il prendra sa vitesse de croisière avec des passagers de choix parmi lesquels Anna Karina, Coline Serreau, Yann Arthus-Bertrand, Marie-Christine Barrault, Nicolas Hulot, Jaume Cabré, Pascal Picq, Jean-Didier Vincent… Arte Mare prédit les invités : Anna Karina, Coline Serreau, Yann Arthus-Bertrand, Nicolas Hulot, Françoise Nyssen, Pierre Bordage, Pascal Picq, Michel Chevalet ... Prix Compétition du film méditerranéen - Grand Prix Arte Mare - Prix du jury jeunes CCAS - Prix du Public MGEN - Prix des Voyageurs Air France - Prix Ciné Kantara France Bleu RCFM - Prix Hors les Murs- Prix Pass Cultura de la Collectivité Territoriale de Corse. Prix Ulysse. Depuis 2001, ce prix littéraire récompense des auteurs méditerranéens. Il est attribué à la première œuvre de Pierre-Joseph Ferrali, et par ailleurs à Jaume Cabré pour l’ensemble de son œuvre. Programmation cinématographique du 3 au 8 octobre tous les jours au Théâtre 6 Ciné- rencontres animée par Christophe Bourseiller : projections suivies d’un débat avec le réalisateur, le scénariste, l’acteur ●●●

ou un scientifique. Section thématique « Arte Mare prédit l’avenir » Cinéma et Cinéastes (films d’aujourd’hui) - Histoire du Cinéma (films du patrimoine) / Compétitions 7e Art méditerranéen Longs métrages - courts métrages / Panorama méditerranéen / Production corse / Les films ARTE : documentaires et fictions / Le jury CCAS / Classes Cinéma / Films en avant-première (ouverture et clôture) / Section Jeune Public / Ciné junior sélection de courts des classes cinéma, classes d’arts du Lycée Giocante de Casabianca / Le jury Hors les Murs avec le centre pénitentiaire de Borgo. Mais aussi : exposition « Serge Micheli is watching you ! » - commissaire Jean-André Bertozzi; concert, débats, littérature, Appuntamenti e parolle, librairie ; tous les soirs dans le péristyle, moments musicaux, apéritifs du futur au Next Age Zinc, dégustations et bien d’autres surprises encore… Le festival Arte Mare propose en effet, parallèlement à ses manifestations culturelles cinématographique et littéraire, une semaine de découverte des terroirs corses à travers la gastronomie et la viticulture. Lors de ces Soirées Gastronomiques, les invités du Festival - journalistes, personnalités du monde du cinéma et de l’audiovisuel, écrivains - et le public pourront savourer un repas composé par un chef à partir des produits d’un terroir spécifique et déguster les vins des viticulteurs de ce même terroir. Les territoires retenus cette année sont le Cap Corse, E Cinque Pieve di Balagna, la région du Nebbiu et de la Conca d’Oro, et la région Sud Corse. Théâtre Municipal - Renseignements 04 95 58 85 50 - www.arte-mare.eu


30

AGENDA CORSE

ARIA OCTOBRE 2016

■ BASTIA ■ ÉVÉNEMENT / EXPOSITION

(

JUSQU’ AU 17 DÉCEMBRE

)

Corsica Genovese

La Corse à l’époque de la république de Gênes XVe -XVIIIe siècles En 1453 l’office de Saint-Georges prend possession de la Corse puis la cède à la république de Gênes en 1562. Jusqu’en 1769, l’île va faire partie des territoires d’une des plus grandes puissances navales et financières de l’Europe méditerranéenne. Longtemps décriée comme la sombre domination d’un pouvoir génois tyrannique, cette longue période a en fait profondément marqué la Corse à travers les multiples liens, à la fois humains, politiques, économiques et culturels, que l’île a entretenu avec la Ligurie. Remettant en cause des stéréotypes encore enracinés dans l’imaginaire collectif, cette exposition abordera la complexité et la richesse de ses rapports – pacifiques ou conflictuels – qui ont participé à façonner l’identité corse. Plus de 200 œuvres d’art, documents et objets sélectionnés témoignent de ce patrimoine partagé entre l’île et la Ligurie qui, jusqu’alors, n’avait jamais fait l’objet d’une exposition. Un catalogue de 240 pages réunissant les contributions de chercheurs et d’universitaires français et italiens sera édité à cette occasion. Musée de Bastia, la citadelle - Renseignements 04 95 31 09 12

■ CORTE ■ CONCERT

(

LE 13 OCTOBRE À 18H30

)

Jean-Charles Papi Artiste complet, auteur, compositeur, interprète, il vous présentera son nouveau spectacle intitulé « À l’infinitu è aldilà », fruit de toutes ses rencontres. Un fil narratif articulé autour de ses titres les plus connus et de nouveautés qui s’intégreront à son prochain album. De nouveaux titres à découvrir en exclusivité. Ses concerts sont aujourd’hui caractérisés par un savant mélange de rythme, d’énergie et de sensibilité. Toujours en quête de communion et de partage avec le public, il mêle la langue corse à des rythmes contemporains et festifs qui font de ses spectacles des moments de joie et d’émotion partagées. Palais Fesch-Musée des Beaux Arts, 50-52 rue Fesch - Renseignements 04 95 26 26 26

■ CORTE ■ CONFÉRENCE

(

LE 19 OCTOBRE À 14H

La peinture corse au XX° siècle Par Pierre Claude Giansily, Historien de l’art - En 1900, une pléiade d’artistes est en activité créant un art corse par le choix des sujets et des techniques opérés. Ils apportent une forte vitalité à la vie culturelle insulaire participant à la création des images icônes de la Corse et à la promotion de leur île. Entre 1940 et 1970, se produit une baisse importante de l’activité créatrice et de nombreux artistes font carrière loin de leur île, choisissant des thèmes et des techniques très différents, s’inscrivant dans une nouvelle modernité artistique. Au début des années 1970, on voit un nouveau départ correspondant à la période du « riacquistu » culturel, des manifestations sont organisées, des galeries se créent, montrant le travail des artistes, facilitant les échanges et la communication. Spaziu Culturale Natale Luciani - Renseignements 04 95 45 00 78

)


AGENDA PROVENCE (

JUSQU’AU 15 JANVIER

)

Mission Mode, styles croisés

DU 4 AU 8 OCTOBRE

)

Quand le diable s’en mêle…

« Mission Mode, styles croisés », est une double exposition inédite qui explore l'influence du vestiaire militaire dans la garde robe civile. Détails, vêtements, couleurs, ou silhouettes militaires composent un vocabulaire devenu une source inépuisable d'inspiration pour de nombreux créateurs de mode. Dialogue entre deux univers qui s'entremêlent, s'éloignent et s’influencent, cette exposition est aussi une invitation à l'aventure, à un voyage exotique au fil de quatre étapes : le style militaire, la couleur kaki, l’imprimé camouflage et l’emblématique veste saharienne. Avec la participation de Chanel, Hermès, Louis Vuitton, Christian Dior, Chloé, Courrèges, Jean Paul Gauthier, Kenzo, Max Mara, Thierry Mugler, Sonia Rykiel, Bensimon, Palais Galliera, Musée de la Mode de la Ville de Paris, la Maison Méditerranéenne des Métier de la Mode Marseille ( MMMM), Collection Didier Ludot, Collection Jean Charles de Castelbajac. En partenariat avec le Musée de la Légion d’Aubagne Musée de la Légion Etrangère ( Aubagne ) - Château Borély ( Marseille ) - Rens 04 91 55 33 60

■ MARSEILLE ■ EXPOSITION

(

■ AIX EN PROVENCE ■ THÉÂTRE

31

(

JUSQU’AU 24 OCTOBRE

)

Parade Trois-mâts, galiotes, bricks, tartanes, cargos, paquebots, pétroliers... Tous ces bateaux, partis du port de Marseille pour sillonner la Méditerranée et « l’au-delà de Suez » cher à Louis Brauquier, sont conservés en modèles réduits par la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence, dans les coulisses secrètes du Palais de la Bourse. En ce début de XXIe siècle, ces fragiles maquettes ont gardé intact leur pouvoir de fascination. Elles témoignent de l’évolution des techniques navales... Et elles révèlent aussi l’incroyable talent des maquettistes, charpentiers de marine du XVIIIe siècle ou simples « ship lovers », qui réalisèrent souvent, après des centaines d’heures de travail, de véritables œuvres d’art. Avec la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence, le Mucem a voulu rendre à la lumière ces navires qui voguent dans nos mémoires. Voici une centaine de maquettes rassemblées sur le miroir des flots, toutes échelles et époques confondues, ainsi mises en scène par l’artiste Stéphan Muntaner. MUCEM, J4 -2ème étage du J4 - Renseignements 04 84 35 13 13

D’après trois pièces de Georges Feydeau : Léonie est en avance, Feu la mère de madame, On purge Bébé. Adaptation et mise en scène Didier Bezace. Georges Feydeau ausculte une fois de plus le couple et la marmite conjugale dans une sorte de chronique fragmentaire aussi drolatique qu’amère. Didier Bezace reprend trois œuvres de Feydeau, Léonie est en avance, Feu la mère de madame et On purge bébé, qu’il lie entre elles par la figure du Malin qui glisse d’un texte à l’autre et mène la danse. Le diable c’est Feydeau lui- même, qui jouait le rôle repris ici par Philippe Bérodot, qui intervient et affole encore plus des situations déjà mal engagées. Chacune de ses interventions souffle un vent de folie sur la représentation comme il attise le feu de l’enfer conjugal. Sous la farce, la caricature de l’univers petit bourgeois est sévère. Ici, les femmes sont des mégères hystériques et les hommes des pleutres. D’une épouse geignarde qui tarde à accoucher à l’autre, uniquement préoccupée par la purge de son enfant, en passant par le mari rentrant penaud d’une soirée arrosée, la peinture du couple est acerbe et le rire, grinçant… Théâtre du Jeu de Paume - Renseignements 08 2013 2013 © Nathalie HERVIEUX

■ AUBAGNE / MARSEILLE ■ EXPOSITION

ARIA OCTOBRE 2016

(

■ MARSEILLE ■ EXPOSITION / ÉVÉNEMENT

JUSQU’ AU 22 JANVIER

)

Le rêve Au cours de l'histoire, différents domaines de la connaissance se sont intéressés au phénomène mystérieux du rêve tentant de pénétrer ses secrets, de découvrir son sens caché ou sa fonction. Dès l'Antiquité, Egyptiens, Grecs et Orientaux, lui ont attaché une grande importance et interprétaient les songes qu'ils comparaient aux grands mythes collectifs et analysaient comme un avertissement du ciel, des présages ou des visions prémonitoires.Au XIXème siècle, nombre d'artistes ont représenté le rêve comme la révélation d'un autre univers qui transfigurait la réalité objective tenter de peindre l'onirique était, pour eux, une manière de transgresser les frontières de l'art, d'élargir son domaine et d'affirmer ses nouveaux pouvoirs. Les écrits de Freud, au début du XXe siècle, sur l'interprétation des rêves les ont révélés comme la voie privilégiée de l'accès à l'inconscient, qui lie le sujet à ce vaste domaine imaginaire, comme l'autoportrait spontané sous forme symbolique de la vie intérieure du rêveur. L'exposition événement de l'année 2016 s'attache à retracer l'évolution de la représentation du rêve, enjeu fondamental de l'art moderne. Elle présente une centaine d’œuvres des plus grands artistes du XXe siècle tels que Pablo Picasso, Henri Matisse, Salvador Dalí, René Magritte, Max Ernst, ou encore Victor Brauner. Musée Cantini, 19 rue Grignan - Renseignements 04 91 54 77 75

■ AIX EN PROVENCE ■ SPECTACLE

(

LES 21 & 22 OCTOBRE

)

© Jean-Louis FERNANDEZ

ALICE ET AUTRES MERVEILLES Texte Fabrice Melquiot. D’après Lewis Carroll. Mise en scène Emmanuel DemarcyMota assisté de Christophe Lemaire. Scénographie Yves Collet. Pour fêter ses 150 ans, notre Alice invite aux pays des Merveilles quelques copains égarés. Une fantastique mise en scène, un jeu d’acteurs fabuleux, une féerie à voir absolument en famille sur trois générations ! Alice au pays des merveilles a inspiré avec bonheur Walt Disney ou Tim Burton et la voilà au théâtre grâce à Fabrice Melquiot qui réussit le pari de transporter Alice dans un monde merveilleusement moderne sans dénaturer le texte de Lewis Carroll. En doudoune jaune, notre contemporaine Alice rencontre un Chaperon Rouge qui n’en peut plus de mère-

●●●

grand, croise une poupée Barbie fashionvictime suivie d’un Pinocchio qui se rêve en Cyrano de Bergerac, affronte un grand méchant Loup qui lui offre une valse ; et aussi le chapelier fou, la Reine de cœur, le lapin pressé, le chat du Cheshire et autres hurluberlus facétieux. La mise en scène est inventive avec des effets visuels poétiques parmi lesquels le miroir d’eau qui recouvre le plateau et qui suffit à lui seul à créer une aura fantastique et irréelle. Quelques chansons des Pink Floyd et de Tears for Fears rajoutent un grain de folie dans la joyeuse absurdité de ce monde qui n’a pas de sens sauf celui qu’on veut bien lui donner. Grand Théâtre de Provence - Renseignements 08 2013 2013


32

AGENDA CÔTE D’AZUR

ARIA OCTOBRE 2016

■ NICE ■ EXPOSITION

(

) ■ MONACO ■ THÉÂTRE

DU 2 OCTOBRE AU 30 DÉCEMBRE

Poésie ?

Run Run Run, une exposition autour de la notion d’Artist-Run Space, conçue par une vingtaine de structures européennes et plus de soixante artistes, transformant la Villa Arson en vaste chantier de création et d’expérimentations. Ce projet est réalisé à l’occasion des 20 ans de La Station (Nice). Basée à Nice, La Station est un Artist-Run Space, c’est-à-dire un espace de production et d’exposition fondé et géré par des artistes (www.artist-run-spaces.org). Ce sont des lieux qui, pour la plupart, font coexister des ateliers d’artistes et des espaces d’exposition, mais aussi des activités de médiation envers tous les publics. Ils sont fortement inscrits dans le territoire local, tout en développant des programmations de dimension internationale. Leur portée est autant esthétique que sociale. La Station a aujourd’hui 20 ans. A cette occasion, La Station est invitée à exposer à la Villa Arson, lieu de formation de la plupart de ses résidents. Retour aux sources donc, mais également reconnaissance par l’institution de son action durant toutes ces années. Face à la portée symbolique de cette invitation, elle a souhaité rester fidèle à ses principes fondateurs. Elle a ainsi demandé à certains de ses résidents actuels ou passés d’inviter d’autres Artist-Run Spaces à participer à cette aventure. Plus qu’une invitation, il est proposé aux artistes de travailler ensemble, d’inventer des collaborations ou des modes de production originaux. Une vingtaine de structures et plus de soixante artistes sont concernés par ce projet de maillage. Villa Arson, 20 avenue Stephen Liégard - Renseignements 04 92 07 73 73

Mise en scène et interprétation : Fabrice Luchini ( Molière d’honneur 2016 ) Fabrice Luchini ne semble vivre que pour explorer à l’infini la langue française, les grands auteurs, « ses enfants », « ses génies » comme il les appelle et raconter ses duels passionnés avec les textes. Un amour dévorant de la Littérature, dont il témoigne ici avec un sens de l’humour inépuisable et sans se départir de la causticité qu’on lui connaît. Au programme : Rimbaud, Baudelaire, Molière, Flaubert, Labiche… Théâtre Princesse Grace, 12 avenue d’Ostende- Renseignements + 33 93 25 32 27

■ NICE ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 7 NOVEMBRE

)

Les Kokdu, compagnons de l’âme En partenariat avec le musée du Kokdu à Séoul. Cette exposition séduira les familles par ses œuvres insolites : de petites figurines de bois, autrefois utilisées lors des funérailles traditionnelles, figurant des personnages, des fleurs, des animaux réels ou surnaturels… Loin d’être tristes, ces statuettes de bois colorées, aux expressions naïves, ludiques ou sérieuses, selon le rôle qui leur était dévolu, étaient chargées de veiller sur les défunts et d’apporter la consolation aux familles. Les kokdu, véritables guides spirituels, accompagnaient l’âme du défunt sur le chemin de la sérénité. Jardin Serre de la Madone, 74 route de Gorbio. Renseignements 04 93 57 73 90

LE 9 OCTOBRE À 15H

) © Christophe BRACHET

Run, Run, Run

(

■ CANNES ■ EXPOSITION/ÉVÉNEMENT

(

JUSQU’AU 30 OCTOBRE

)

Salvador Dalí ou l’ivresse des rêves L’exposition Salvador Dalí ou l’ivresse des rêves est constituée de plus de 200 oeuvres originales gravées, provenant de la collection Jean Ferrero. Les oeuvres qui constituent cet ensemble sont d’une extrême rareté et font partie des plus beaux livres illustrés par le peintre entre 1960 et 1978. Ainsi, le livre Le Bestiaire de La Fontaine « dalinisé » édité en 1974 est un ouvrage de référence en bibliophilie et aujourd’hui introuvable sur le marché international de la gravure. Dans cette collection exceptionnelle, nombreuses sont les estampes certifiées comme « bon à tirer » (BAT), parfois rehaussées à la main par Salvador Dalí. C’est pourquoi, cet exposition revêt aussi un caractère rétrospectif permettant une présentation chronologique et respectant les deux volumes du catalogue raisonné (Prestel). Cette collection est accompagnée d’oeuvres sur papier, dessins et aquarelles, ainsi que d’huiles sur toile provenant de collections privées françaises. Centre d’art La Malmaison, 47 boulevard de la Coisette. Renseignements 04 97 06 44 90

■ MONACO ■ ÉVÉNEMENT / CINÉMA

(

LE 2 NOVEMBRE À 19H

)

ARCHIVES AUDIOVISUELLES DE MONACO ADIEU BONAPARTE DE YOUSSEF CHAHINE ●●● En 1985, le plus célèbre des cinéastes égyptiens, Youssef Chahine, réalise son 28ème long métrage, une coproduction franco-égyptienne. Derrière la fresque historique, Adieu Bonaparte, offre un portrait intime du général Caffarelli, personnage unijambiste et extravagant, amoureux des sciences et du peuple égyptien, qui s’oppose à un Bonaparte austère et ambitieux. Le réalisateur dirige ici deux des plus grands acteurs français, Michel Piccoli et Patrice Chéreau dans des rôles de composition très différents. Adieu Bonaparte révèle au grand public des acteurs égyptiens talentueux dont Mohsen Mohieddine. Comme dans toute son œuvre, Youssef Chahine utilise le regard, la musique et la parole pour transmettre ses émotions. Le passage de la langue française à la langue arabe participe pleinement à la beauté de son film.

Ce regard, à la fois sensuel et grave sur les êtres et les choses, est celui d’un cinéaste généreux et engagé, qui s’oppose aux idées reçues, et raconte sa vision très personnelle de l’histoire, celle d’hier, des campagnes napoléoniennes, mais aussi celle, plus contemporaine d’une Egypte qui cherche à affirmer sa profonde identité. Une restauration de Misr International Films, TF1 Droits Audiovisuels, réalisée en 2016 par La Cinémathèque française, avec le soutien du CNC, du Fonds Culturel FrancoAméricain (DGA-MPA-SACEMWGAW), des Archives audiovisuelles de Monaco et de l’Association Youssef Chahine. Grimaldi Forum, 10 avenue Princesse Grace - Projection Salle Prince Pierre Renseignements + 377 99 99 20 00


AGENDA PARIS ■ IER ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 5 DÉCEMBRE

ARIA OCTOBRE 2016

)

Bouchardon (1698-1762), Une idée du beau Edme Bouchardon fut considéré de son temps comme un artiste d’exception. Présentant près de 270 oeuvres et organisée avec le Getty Museum à Los Angeles, cette exposition sera la première monographie d’envergure réalisée autour de son oeuvre et l’occasion de souligner qu’il fut l’un des principaux protagonistes du néoclassicisme. Formé à l’Académie royale de peinture et de sculpture à Paris avant de faire un fécond séjour à l’Académie de France à Rome, il reçut rapidement atelier et logement au Louvre. Agréé à l’Académie royale en 1735, il devint sculpteur du roi. Désigné dans l’Encyclopédie comme le continuateur de Puget et de Girardon, Bouchardon fut considéré par ses contemporains comme un chef d’école, le promoteur du renouveau dans les arts, « le plus grand sculpteur et le meilleur dessinateur de son siècle » (Cochin). L’esthétique de Bouchardon, analysée comme un point d’équilibre entre la référence antique et la fidélité à la nature, est admirablement transcrite par ses nombreux dessins, ardemment recherchés par l’élite des collectionneurs de son temps, ainsi que par ses modèles en terre cuite et ses sculptures. Artiste virtuose largement sollicité par les élites, il sut également très tôt s’appuyer sur un solide réseau d’éditeurs, de libraires et d’amateurs influents en Europe pour asseoir sa notoriété. Musée du Louvre, hall Napoleon – Renseignements 01 40 20 53 17

■ IER ARRONDISSEMENT ■ RETROSPECTIVE

( DU 12 OCTOBRE AU 30 JANVIER )

Roger Tallon, le design en mouvement L’exposition « Roger Tallon, le design en mouvement » aborde toutes les facettes de sa personnalité et de son travail dévoilés aujourd’hui grâce aux archives, dont il a fait don au musée des Arts décoratifs, avant sa disparition en 2011. En 60 ans, il a imposé une approche du design radicalement nouvelle, à la fois ancrée dans l’univers de l’industrie et très ouverte à tous les domaines de la création contemporaine. Son héritage a tellement façonné notre quotidien que l’on a fini par oublier que son nom est attaché à celui du Corail, du TGV Duplex, du funiculaire de Montmartre et de la maquette de la revue Art Press. On lui doit des objets restés emblématiques : l’escalier hélicoïdal Module M400, le service de table 3T et le téléviseur Téléavia P111. Autant d’aspects qui seront présentés au public à travers les objets réalisés, les dessins et les maquettes de ses projets. Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli – Renseignements 01 44 55 57 50

■ IVÈME ARRONDISSEMENT ■ ART MODERNE / ÉVÉNEMENT

(

33

JUSQU’AU 23 JANVIER

)

Magritte - La trahison des images L’exposition Magritte. La trahison des images propose une approche à ce jour inédite de l’œuvre de l’artiste belge René Magritte. Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d'autres peu connues de l’artiste, provenant des plus importantes collections publiques et privées, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne. Une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives, sont réunis pour offrir au public cette approche qui s’inscrit dans la ligne des monographies que le Centre Pompidou a consacré aux figures majeures de l‘art du 20e siècle : « Edward Munch. L’œil moderne », « Matisse. Paires et séries » et « Marcel Duchamp. La peinture, même ». L’exposition Magritte. La trahison des images explore un intérêt du peintre pour la philosophie, qui culmine, en 1973, avec Ceci n’est pas une pipe que publie Michel Foucault, fruit de ses échanges avec l’artiste. Dans une conférence qu’il donne en 1936, Magritte déclare que Les affinités électives, qu’il peint en 1932, marque un tournant dans son œuvre. Ce tableau signe son renoncement à l'automatisme, à l’arbitraire du premier surréalisme. L’œuvre, qui montre un œuf enfermé dans une cage, est la première de ses peintures vouée à la résolution de ce qu’il nomme : un « problème ». Au hasard ou à la « rencontre fortuite des machines à coudre et des parapluies », succède une méthode implacable et logique, une solution apportée aux « problèmes » de la femme, de la chaise, des souliers, de la pluie… Les recherches appliquées à ces « problèmes », qui marquent le tournant « raisonnant » de l’œuvre de Magritte, ouvrent l’exposition. L’exposition sera présentée dans un format restreint à la Schirn Kunsthalle Frankfurt, en Allemagne du 10 février au 5 juin 2017. Commissaire : Mnam/Cci, Didier Ottinger Centre Pompidou, Galerie 2 - Renseignements 01 44 78 12 33

■ IVÈME ARRONDISSEMENT ■ PHOTOGRAPHIE/EXPOSITION

(

JUSQU’AU 30 OCTOBRE

)

Martin d’Orgeval - Revoir Dans les photographies de Martin d’Orgeval, tout est visible sauf l’essentiel qui reste opaque, caché. Grâce à son envoûtante observation de la réalité, il atteint une forme d’éblouissement suscité à la fois par l'aura de ses photographies et par l’incertitude qui s’installe à mesure qu’on les regarde : Qu’avons-nous devant les yeux ? Est-ce plat, profond ou en relief ? S’agit-il d’une ombre réelle ou seulement imagée ? En laissant planer le doute, il nous amène à nous rapprocher, à voir et à revoir. Entre matérialité et immatérialité, il fait appel à nos sens dans une expérience de l’espace et du temps, et nous fait regarder avec une rare concentration des éléments simples et universels – l’ombre, la lumière et la couleur, le bois, la pierre ou la poussière. « Revoir parle de notre désir de toucher, notre désir de croire. » dit Martin d’Orgeval. L’exposition rassemble les deux séries les plus récentes de l’artiste, ainsi que les photographies des séries précédentes qui les annoncent – et qui l’ont conduit à travers ses recherches à élaborer un langage indépendant. Maison européenne de la photographie - 5/7 rue de Fourcy - Renseignements 01 44 78 75 00

■ XVIÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION / ÉVÉNEMENT

(DU 19 OCTOBRE 2016 AU 16 JANVIER 2017)

JADE, DES EMPEREURS À L’ART DÉCO Exposition réalisée avec des prêts exceptionnels dont ceux du Musée national du Palais, Taipei. Le jade s’inscrit dans l’histoire la plus ancienne de l’art chinois. En quelques lignes restées célèbres, Confucius énonce sa dimension pleinement symbolique et chargée de valeurs fondatrices : « Les sages de l’Antiquité comparaient la vertu au jade. Il est l’image de la bonté, parce qu’il est doux au toucher, onctueux; de la prudence, parce que ses veines sont fines, compactes et qu’il est solide; […]; de la musique, parce que par la percussion on en tire des sons clairs, élevés, prolongés et finissant d’une manière abrupte ; […] ; de la sincérité parce que son éclat n’est pas voilé par ses défauts ni ses défauts par son éclat ; […] du ciel parce qu’il ressemble à un arc-en-ciel ; de la terre parce que ses émanations sortent des

●●●

montagnes et des fleuves […]; de la vertu parce qu’on en fait des tablettes et des demi-tablettes que les envoyés des princes offrent sans les accompagner d’autres présents. » A travers plus de 300 œuvres issues de prestigieuses collections nationales et internationales, l’exposition propose une épopée historique et esthétique du jade depuis les sources de l’histoire chinoise jusqu’aux années 1920 où le goût du jade fut une source d’inspiration des bijoux et objets d’art modernes.. La présentation des collections de premier ordre du MNAAG, du musée Cernuschi, du Louvre et du muséum national d’Histoire naturelle aux côtés des pièces impériales du musée national du Palais de Taipei, de celles du musée chinois de l’Impératrice Eugénie au château de Fontainebleau et les somptueuses créations Art déco de la maison Cartier, dressent un panorama exceptionnel de cette expression majeure de la civilisation chinoise. Musée Guimet - 6 place d’Iéna - Renseignements 01 56 52 53 00


AGENDA PARIS

ARIA OCTOBRE 2016

34

■ VÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 8 JANVIER 2017

)

Des trésors à porter Bijoux et parures du Maghreb

■ VIII ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION/ÉVÉNEMENT

(

DU 5 OCTOBRE AU 22 JANVIER

)

Diego Rivera, Frida Kahlo, JC Orozco et les avant-gardes Depuis son indépendance conquise face à la monarchie espagnole en 1821, le Mexique n’a cessé d’affirmer sa volonté de changement et son esprit de modernité. C’est en s’appuyant sur la peinture, la sculpture, l’architecture, l’urbanisme, la musique, la littérature, le cinéma et les arts appliqués que le pays forge son identité. Souhaitée par les plus hautes autorités françaises et mexicaines, l’exposition est la plus grande manifestation consacrée à l’art mexicain depuis 1953. Offrant un panorama d’artistes célèbres tels que Diego Rivera, Frida Kahlo ou Rufino Tamayo, le parcours dresse un constat de la bouillonnante créativité artistique du pays tout au long du XXe siècle. Grand Palais, Galeries nationales - 3 avenue du Général Eisenhower - Renseignements 01 44 13 17 17

)

Régime décrié en son temps et honni après sa chute, le Second Empire fut longtemps marqué du sceau décadent et superficiel de la « fête impériale ». Sur fond de bouleversements sociaux, cette époque de prospérité fut un temps de fastes et d'euphorie économique, d'ostentation et de célébrations multiples qu'il convient de réexaminer. C'est également une période de crise morale et esthétique, écartelée entre les cadres culturels anciens et les nouveaux usages, entre l'hypertrophie des décors et la quête du vrai, autant d'oppositions qui déterminent pour une large part la création française des années 1850 et 1860. Pour célébrer ses 30 ans à l'automne 2016, le musée d'Orsay se penche sur le Second Empire des spectacles et de la fête, et sur les différentes « scènes » où s'est inventée notre modernité. Le parcours thématique, où se côtoient peintures, sculptures, photographies, dessins d'architecture, objets d'art, et bijoux, brosse le portrait de cette époque foisonnante, brillante et riche en contradictions. Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion d’Honneur- Renseignements 01 40 49 48 14

(

■ XVIÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION

JUSQU’AU 23 OCTOBRE

)

Anatomie d’une collection Qui porte quoi ? Telle est la question posée par le Palais Galliera à travers l’exposition Anatomie d’une collection. De l’habit de cour au bleu de chauffe, entre anonymes et célébrités, l’exposition réunit une centaine de pièces de vêtements et accessoires issus du fonds Galliera pour revisiter la mode du XVIIIe siècle à nos jours. Ainsi, parmi tous les corsets des réserves du musée de la Mode de la ville de Paris, Anatomie d’une collection présente celui de Marie-Antoinette et, parmi toutes les blouses, choisit celle d’une infirmière de la Première Guerre Mondiale dont l’histoire n’a pas retenu le nom...Habit du Dauphin, gilet de Napoléon, robe de l’impératrice Joséphine, veste d’amazone de Cléo de Mérode, pantalon d’ouvrier, robe de George Sand, collet de Sarah Bernhardt, uniforme de zouave, salomés de Mistinguett, habit de forçat, chapeau-chaussure de Gala, tablier de travail, tailleur d’Audrey Hepburn, manteau d’Elsa Schiaparelli, robe de la duchesse de Windsor, pyjama du soir de Tilda Swinton... une centaine de pièces avec ou sans pedigree identifient ceux qui les ont portées. Anatomie d’une collection, c’est un choix de vêtements incarnés qui reflètent la constitution même des collections en même temps que la complexité d’attribution exigée par chacune des pièces de ce patrimoine. Pour le visiteur, une invitation à découvrir la richesse du fonds Galliera. Palais Galliera, Musée de la mode, 10 avenue Pierre Ier de Serbie – Rens 01 56 52 86 00

■ VIÈME ARRONDISSEMENT ■ ÉVÉNEMENT/RÉTROSPECTIVE

FANTIN LATOUR - A FLEUR DE PEAU Première rétrospective de l’œuvre de Henri Fantin-Latour (1836-1904) à Paris depuis l’exposition de référence consacrée au peintre dans les galeries nationales du Grand Palais en 1982, cette exposition met en lumière les œuvres les plus emblématiques d’un artiste surtout connu pour ses natures mortes et ses portraits de groupe, et révèle également la part importante occupée dans son œuvre par les peintures dites « d’imagination ».Très attaché dès sa jeunesse à la restitution fidèle de la réalité, Fantin-Latour explora également, avec délectation, une veine plus poétique qui le rapproche des symbolistes. L’exposition, qui embrasse toutes les facettes de cette riche carrière, propose un parcours dense rassemblant plus de cent cinquante œuvres, tableaux, lithographies, dessins et autres études préparatoires.Suivant un plan chronologique, l’exposition s’ouvre sur les œuvres de jeunesse de l’artiste, en particulier les troublants autoportraits qu’il réalise dans les années 1850-1860. Confiné dans l’atelier, Fantin-Latour trouve alors ses sources d’inspiration au cœur de son intimité : modèles captifs, ses deux sœurs sont mises en scène en liseuses ou en brodeuses, tandis que les natures mortes savamment composées des années 1860 révèlent, déjà, les qualités d’observation exceptionnelles du jeune artiste. Musée du Luxembourg - 19 rue de Vaugirard - Renseignements 01 40 13 62 00

●●●

JUSQU’ AU 16 JANVIER

Spectaculaire Second Empire

L’exposition veut explorer l’univers de la parure des femmes à travers les bijoux du Maghreb, qui nous sont donnés à voir pour la première fois grâce à la collection Bouvier.Ces bijoux en métaux précieux – or, argent et argent doré – produits et diffusés en milieux citadins ou ruraux couvrent une période allant de la seconde moitié du XIXe siècle à la première moitié du XXe siècle. Bijoux de fête comme du quotidien, ils dévoilent l’inventivité et le savoir-faire des artisans ou des particuliers qui les ont façonnés. Les parures féminines du Maroc, d’Algérie, et de Tunisie se distinguent par un riche corpus : ornements de tête, temporaux, boucles d’oreille, colliers, fibules, bracelets et anneaux de chevilles qui revêtent une fonction utilitaire, ornementale mais aussi protectrice. La variété de leurs formes, de leurs décors et de leurs techniques témoigne de la diversité des peuples et de l’identité des régions qui constituent le monde arabe d’aujourd’hui. Institut du Monde Arabe ( IMA ) parvis et salles d’exposition, 1 rue des Fossés Saint Bernard - Renseignements 01 40 51 38 38 ÈME

(

■ VIIÈME ARRONDISSEMENT ■ EXPOSITION

(

JUSQU’AU 12 FÉVRIER 2017

)


AJACCIO

GRANDS LOCAUX A VENDRE

Idéalement situé face à la plage du Ricanto juste au niveau de la mer, à 5 minutes du centre ville et à 2 minutes de l'aéroport international Napoléon Bonaparte, avec une large façade visible sur la quatre voies, ce local comprend sur 1500 mètres carrés de plain pied des bureaux et un hangar au plafond de 6 mètres de hauteur. Il inclut également en étage un appartement (transformable en bureaux ) de 260 mètres carrés avec balcon, vue mer, accès privatif et jardinet. Prix : nous consulter.

CONTACTEZ NOUS SUR ariaimmobilier@gmail.com EMPLACEMENT Stade François Coty

LOCAUX Institut Consulaire

Vers Ajaccio

Vers Aéroport


OUVERTURE DÉBUT NOVEMBRE HONDA AJACCIO

Route de Campo dell'Oro I 20000 AJACCIO I 04 95 23 61 23

Aria n°265 - Octobre 2016  

Magazine de bord mensuel d'Air Corsica

Aria n°265 - Octobre 2016  

Magazine de bord mensuel d'Air Corsica

Advertisement