The Lausanner - Une ville de goûts

Page 1

GASTRONOMIE DE DEMAIN

Cuisine locavore, innovante, gastronomique : les nouvelles saveurs se découvrent à Lausanne. Page 40

LE VINTAGE MONTE SUR LE PODIUM

ELISABETH GERRITZEN PORTE LAUSANNE DANS SON CŒUR Page 30

Nos adresses pour profiter de la grande diversité culinaire de la ville

LE DESIGNER ANTOINE CAHEN : 40 ANS DE SUCCÈS Page 34

Page 6
UNE VILLE DE GOÛTS
FRANÇAIS HIVER 2022/PRINTEMPS 2023 - N° 10 PENTU ET POINTU
Interview du critique gastronomique Knut Schwander. Page 42

ACTIVITÉS POUR LES ENFANTS ET LES FAMILLES AU MUSÉE OLYMPIQUE

VISITES GUIDÉES DU DIMANCHE

Visite guidée de l’exposition permanente

Dès 9 ans 11h à 11h45 : en Français 11h30 à 12h15 : auf Deutsch 12h à 12h45 : in English 1er dimanche du mois, FR, DE et EN

Dès

Quai d’Ouchy 1, 1006 Lausanne, Suisse +41 21 621 65 11 | info.museum@olympic.org
Visite « Souvenirs de Jeux »
6 ans 14h30 à 16h 1er dimanche du mois, FR Dates et inscriptions : www.olympics.com/musee
ATELIERS DU MERCREDI « Design ta torche » Enfants de 6 à 8 ans « Design ta médaille » Enfants de 9 à 12 ans 14h30 à 16h dernier mercredi du mois, FR

ÉDITO

Lausanne est servie !

« L’amour passe par l’estomac », dit le vieil adage. À Lausanne, il se vérifie sans peine : la grande variété culinaire qu’elle propose, entre modernité et tradition, fait chavirer les sens. La cuisine locavore met les petits producteurs dans les grands plats. La présence de l’EHL, classée meilleure école hôtelière du monde, lui insuffle l’innovation par le biais de ses alumni qui y ont ouvert de nombreux restaurants. À Lausanne, ville aux 160 nationalités, il est aussi possible d’effectuer un tour du monde de saveurs. « Et la densité de bonnes tables dans la région est plus importante que nulle part ailleurs », rappelle Knut Schwander, critique gastronomique. Cette richesse gustative, nous la célébrons dans le Dossier de cette édition (page 40).

L’importance accordée à la consommation et aux comportements écoresponsables se retrouve dans tous les recoins de la ville. Jusque sous ses pavés, art ancestral et central dans la revalorisation des quartiers lausannois (page 24). Et sous toutes les coutures : les adresses seconde main fleurissent en ville, l’upcycling est à l’honneur (page 6) et la durabilité des objets est reine aux Ateliers du Nord, studio de design mondialement reconnu (page 34).

Au programme encore, deux membres de la communauté des Lausanners partagent avec nous leurs bons plans d’insiders (page 32). Nous plongeons dans les souvenirs d’enfance – entre Lausanne et les pistes de ski toutes proches – d’Elisabeth Gerritzen, championne du monde de freeride (page 30). Nous explorons le quartier méconnu des Faverges grâce à L’Îlot, long-métrage du réalisateur Tizian Büchi, vainqueur des 53es Visions du Réel (page 22). Et nous découvrons les secrets du Gruyère caramel de l’affineur Duttweiler, vendu au marché de Lausanne depuis près de quatre décennies (page 23).

Un 10e numéro du Lausanner à consommer sans modération.

Bonne dégustation !

1
PENTU ET POINTU

ARCHIVES

Skier dans les rues de Lausanne ? Cela s’est déjà vu, le dimanche 17 février 1985. Ce matinlà, les Lausannoises et Lausannois avaient découvert au réveil leur ville enfouie sous un manteau de neige de 60 cm et n’avaient pas hésité à chausser leurs lattes pour se déplacer, comme ici à la place Bel-Air, ou dévaler les pentes de la ville. En 2010, 2017 et 2018 notamment, de fortes précipitations avaient permis à certains fans de glisse de descendre le Petit-Chêne à skis, même si le record de neige de 1985 n’a pas encore été égalé.

IMPRESSUM

The

Éditeur : Lausanne Tourisme

Direction : Steeve Pasche

Réalisation éditoriale : Large Network Graphisme : Saentys

Responsable éditoriale : Trinidad Barleycorn, Large Network Suivi de production : Nathalie Roux / Marie-Laure Beausoleil

Rédaction : Trinidad Barleycorn, Alice Caspary, Stéphanie de Roguin, Erik Freudenreich, Laurent Grabet, Pierre Grosjean, Leandra Patané

Photographies : Sylvie Bazzanella (p. 2) – François Wavre (p. 5, 24, 35, 38) –Les Patronnes (p. 6) – Daniela Tonatiuh (p. 9) – Noura Gauper (p. 10) –DR (p. 12, 13, 14, 27, 47, 49, 51) – Emmanuel Denis (p. 14) – La Galette (p. 14) – Trinidad Barleycorn (p. 15, 23) – The book of days: a miscellany of popular antiquities (p. 16) – Fehlmann Architectes (p. 21) – Tizian Büchi (p. 22) – Frédéric Lemail (p. 26) – Emmanuel Chandelier (p. 26) –Fuzheado (p. 27) – Seroussi Presse (p. 27) – Pierre–Yves Massot (p. 27) –Mathilda Olmi (p. 28) – Diana Tinoco (p. 28) – Laura Ces (p. 28) – Aline Paley (p. 28) – Guillaume Megevand (p. 32–33) – AdN Cahen (p. 36, 37) – Thierry Zufferey (p. 36) – Nicolas Schopfer (p. 42) – Cynthia Mai Ammann (p. 44) – Matthieu Crozier (p. 44) – Cédric Raccio (p. 44) –Cocktail Sandwich (p. 44) – Dairy Mambetov (p. 47) – FEDIGIOIA (p. 47) – Carlo de Rosa (p.50) – Cécile Gretsch (p. 52, 54) – Alice Caspary (p. 53, 54) – Vaud Promotion (p. 54)

© Photos Lausanne Tourisme – LT/Laurent Kaczor (p. 59, 60, 61, 63, 65, 68, 69, 73, 77, 80) – LT/diapo.ch (p. 59, 60, 67, 68, 69, 72, 73, 74, 80) – Schweiz Tourismus/Giglio Pasqua (p. 60, 65) – P. Waterton (p. 65, 76) – LT/Maxime Genoud (p. 61) – Christoph Schuerpf (p. 61) –Catherine Leutenegger Photography (p. 61) – Switzerland Tourism/ Andre Meier (p. 63, 68) – CIO/Lydie Nesvadba (p. 65) – William Gammuto sarl (p. 67) – Sarah Jacquemet (p. 69) – LT/Julien Dorol (p. 69, 79) – Swizterland Tourism/Lorenz Richard (p. 73) –F. Beaud-Cedotec (p. 73) – Giulia Cremonese (p. 78)

Iconographie : Sabrine Élias, Large Network Couverture : Knut Schwander photographié par Nicolas Schopfer

Remerciements : The Lausanner remercie chaleureusement l’équipe du Nabi pour son aide précieuse lors du shooting de la couverture, en particulier Delphine Veillon, Johans Valdivia et Bruno Andrade. Publicité : Michel Chevallaz +41 79 213 53 15

Impression : Gremper SA, Basel Disponible en français et en anglais Rédaction, administration et annonces : Lausanne Tourisme Av. de Rhodanie 2 Case postale 975 CH-1001 Lausanne +41 21 613 73 73 www.lausanne-tourisme.ch e-mail : direction@lausanne-tourisme.ch

Avec le soutien de

Lausanner, magazine d’accueil touristique et d’information sur la vie lausannoise
2
SPECTRA 3.0 LAISSEZ
VOUS TRANSPORTER FROM THE MAKERS OF THE ORIGINAL SWISS ARMY KNIFE ™ ESTABLISHED 1884 Victorinox Store Lausanne, Rue de Bourg 43, 1003 Lausanne Victorinox Flagship Store Zurich • Genève www.victorinox.com
Élargissez vos horizons et voyagez surclassé : avec ce bagage au design ingénieux et durable pensé pour voyager en toute sérénité.
L’INNOVATION
carte
Enjoy Lausanne ! Faites des économies et profitez de toute la diversité du commerce lausannois en payant avec la carte Enjoy Lausanne !
La
prépayée
commerçants
de 10% de bonus
carte
10% de bonus* 300+ magasins @enjoylausanne
Soutenez les
lausannois et bénéficiez
dans plus de 300 enseignes *avec la
Enjoy Lausanne sur www.enjoylausanne.ch

LA VILLE EN PARLE

Lausanne en mode seconde main Page 6

SOMMAIRE

HIVER 2022/PRINTEMPS 2023 - N° 10

LAUSANNE BOUGE

Nouvelles adresses Page 13

Entre nouveaux thés et traditions Page 15

Des animaux jugés comme des humains Page 18

COULISSES

Un savoir-faire ancestral très prisé Page 24

LAUSANNE SE MET À TABLE

INTERVIEW

Antoine Cahen, l’homme qui dessine les machines Nespresso Page 34

Cuisine locavore, concepts novateurs, tables étoilées, « food trucks » ou « world food » : la capitale vaudoise réinvente la gastronomie Page 40

BALADE

À la recherche de l’insolite Page 52

LES INCONTOURNABLES

Les lieux lausannois à ne pas manquer Page 58

5

LAUSANNE, VILLE DU VINTAGE ET DE L’« UPCYCLING  »

Les pièces portées par Morgane (à gauche) et Melodia viennent naturellement de leur boutique Les Patronnes, mais aussi de la friperie Hazard à Genève, de A outra face da lua, magasin vintage à Lisbonne et de divers vide-dressings.

6

Dans la capitale vaudoise, les enseignes proposant des objets de seconde main se multiplient. Entre amour du vintage et préoccupations environnementales, ces boutiques trouvent aisément leur public. Mais quelles

Franchir le seuil de Chabada Vintage, c’est se plonger immédiatement dans un autre temps. C’est aussi s’émerveiller des couleurs et textures chatoyantes de robes des années 1950 à 1990. Des images de bals, de soirées yéyé ou disco viennent tout de suite en tête. Des sacs de ces mêmes époques, ainsi que des livres sur la mode, complètent l’offre.

La boutique, située à la rue Cheneau-de-Bourg, n’est d’ailleurs pas la seule représentante de la mode vintage à Lausanne, loin de là. L’enseigne Les Patronnes, tenue par Morgane et Melodia, a ouvert en 2017. Toutes deux décoratrices de formation et amatrices de friperies, elles s’étaient lancées avec une idée bien précise : dépoussiérer l’image de la mode de seconde main et montrer que celle-ci peut même être tendance. Entre Throwback Vintage, Fripsquare, Le Dressing, Finest Vintage, La Louve Friperie… les échoppes se multiplient, atteignant une bonne dizaine d’adresses dans la capitale vaudoise (cf. encadré). Et la demande existe.

Car en plus des amatrices et amateurs d’habits de qualité, de mode rétro et d’alternatives aux enseignes de vêtements mondialisées, une préoccupation d’un autre ordre s’est imposée. À l’heure de l’urgence climatique et écologique, réutiliser des objets au lieu de racheter sans cesse du neuf est devenu pour certains indispensable : économie des ressources naturelles et diminution de nos déchets sont en jeu.

UN TABOU LEVÉ ?

« Il existe en effet une très grosse tendance de fond, qui dure depuis une vingtaine d’années. Mais en fait la seconde main, ça existe depuis toujours : Marie-Antoinette donnait déjà ses anciennes robes à la population, raison pour laquelle on a retrouvé très peu de choses d’elle », souligne le sociologue français Frédéric Godart, auteur notamment du livre Sociologie de la mode. Et l’expert de rappeler la tradition de charité qui a longtemps prévalu en matière de fripe, avec un certain tabou lié à la peur d’un manque d’hygiène. →

en sont les limites ?
7 LA VILLE EN PARLE

Aujourd’hui, la seconde main est tout autre : les pièces y sont sélectionnées avec soin. Chez Chabada Vintage, Muriel, la gérante des lieux, rappelle que le vintage, c’est une forme, une coupe ou un style qui a marqué la mode à une certaine époque. Certaines enseignes se spécialisent avec uniquement de la haute couture ou des habits de culture streetwear, par exemple.

Dans certains cas, la mode de seconde main s’affranchit d’un magasin physique. C’est notamment le cas de Teorem, une application créée par Charlotte Henry, qui encourage à vendre et acheter des habits pour leur donner une seconde vie. L’enseigne Fripsquare se déploie aussi essentiellement sous la forme d’une e-boutique. Un petit showroom à l’avenue Dapples permet cependant d’accueillir celles et ceux qui préfèrent toucher les tissus plutôt que de les contempler sur un écran.

Frédéric Godart rebondit sur la tendance du vintage en précisant : « Cette mode-là est récente, et également liée à un tabou : pendant longtemps, porter des styles anciens était par définition vu comme du mauvais goût. C’est seulement à partir de la fin du XXe siècle que l’on a commencé à redéfinir certains styles du passé. Maintenant, la mode des années 1990 devient une référence stylistique. Tout cela est aussi lié à une crise de la créativité dans la mode. »

ATOUTS ET PARADOXES DE LA MODE VINTAGE

Réutiliser des habits qui ont déjà servi a, a priori, tout son sens, car le secteur de la mode contribue significativement aux émissions mondiales de gaz à effet de serre avec 1,7 milliard de tonnes de CO2 par an, comme le relève le WWF Suisse. L’industrie du textile est de ce fait l’une des plus polluantes du monde, se déplaçant du 2e au 5e rang selon les études.

Muriel, gérante de Chabada Vintage

La gérante de Chabada Vintage a d’ailleurs changé de point de vue en quatorze ans d’activité. « Je suis devenue beaucoup plus sensible à la logique de l’économie circulaire. Et tous les habits de ma boutique viennent de la région, de brocanteurs ou de particuliers. Faire venir des vêtements vintage de l’étranger n’a aucun sens selon moi, avec le transport que cela nécessite. »

Quant à se demander s’il est discutable de revendre des habits ayant déjà servi, alors que ceux-ci allaient avant aux institutions de charité, Frédéric Godart avance : « À l’issue d’une étude, l’un de mes amis qui travaille dans la mode durable en est arrivé à la conclusion qu’il y a aujourd’hui assez de textile sur la planète pour deux générations, soit pour une quarantaine d’années. Maintenant, les spécialistes de la mode durable vous diront que la seconde main n’arrête pas le cycle de production, mais l’entretient : il faut quand même produire du neuf pour pouvoir vendre de l’usagé. En gros, cela ne fait que déplacer le problème. Pour eux, la seule solution revient à pratiquer une certaine sobriété, qui consiste à consommer moins et réparer ce que l’on a. » →

« Tous les habits de ma boutique viennent de la région, de brocanteurs ou de particuliers. »
LA VILLE EN PARLE 8

ADRIEN ROVERO, UN PIONNIER DE L’«  UPCYCLING » LAUSANNOIS

Créateur de son propre studio à Renens en 2006, le designer Adrien Rovero compte aujourd’hui parmi ses clients Hermès, l’Atelier Pfister ou encore le Centre Pompidou. « C’est très à la mode maintenant et aussi très urgent, mais le fait de prendre en compte l’impact environnemental d’un objet dès sa conception m’a toujours accompagné », explique-t-il. Un exemple : il y a une quinzaine d’années, il dessine un tabouret en bois moulé, pour rivaliser avec les tabourets en plastique. « J’avais été assez choqué, lors d’un voyage en Inde, de voir tous ces tabourets sur les plages, cassés, et laissés là. C’est impressionnant de constater comme le plastique est imbattable en termes de prix, mais il faut parfois être audacieux et voir un peu plus loin. » Le tabouret en était resté à l’échelle du prototype, le marché n’étant encore sans doute pas prêt, les consommateurs non plus.

prendtoujoursencomptel ’impactenvironnementa

Cependant, les choses ont changé. « On observe une réelle évolution, substantielle et positive », souligne-t-il. Ayant récemment conçu un écrin pour une marque de montres, Adrien Rovero cherche à faire en sorte que toutes les pièces soient « upcyclées ». « Je sens de la part de mes interlocuteurs une vraie envie de contribuer à ce projet. »

Le designer invite néanmoins à rester critique face au greenwashing, mentionnant par exemple un tube de dentifrice récemment sorti sur le marché doté d’un bouchon en bambou. Seulement le bambou recouvre un capuchon en… plastique. « Il faut toujours bien regarder ce qu’il y a derrière un produit qui se veut écologique. C’est très difficile d’évaluer l’impact réel de l’objet, parce qu’il faut prendre en compte l’entièreté de son cycle de vie. Et ne pas s’arrêter au prix : on peut se dire qu’on est d’accord de mettre un peu plus d’argent dans un bien si son impact écologique est meilleur qu’un autre. »

Définition de l’« upcycling » : revaloriser un bien existant pour lui donner un nouvel aspect, voire une nouvelle utilité.

Ledesigner lausannois Adrien Rovero l da n s s o n t r a iav l .
LA VILLE EN PARLE 9

Laboratoi/RE crée, dans son atelier à l’étage inférieur de la boutique, des pièces de façon consciente, responsable et transparente en réutilisant des tissus et ressources existants.

LA DURABILITÉ DÈS LA CONCEPTION

Un autre moyen d’économiser des ressources et de réduire les déchets, en matière de production d’objets, est ce que l’on appelle l’« upcycling ». Le principe est le suivant : il s’agit de revaloriser un bien existant pour lui donner un nouvel aspect, voire une nouvelle utilité. Dans sa boutique à la rue du Simplon, Atelier Sonja T., Sonja Trachsel produit et commercialise toutes sortes de sacs, dont certains ont été créés à partir de bâches publicitaires, ainsi que des objets au design insolite : emballages cadeaux élaborés avec des chutes de cartes topographiques, décapsuleurs issus de restes de cadres de vélos, carnets faits de vinyles et de circuits imprimés récupérés, fabriqués dans des ateliers protégés en Suisse. Établie là depuis 2004, la créatrice observe une nette hausse d’intérêt pour ce type de démarche. « Ma clientèle est très variée, des hommes, des femmes, de 7 à 77 ans, voire un peu plus ! Et puis, à mes débuts, j’étais très seule. Maintenant, plusieurs

artistes se lancent dans la production et la vente d’objets ‘ upcyclés ’. » À la rue de la Mercerie 16, la boutique Laboratoi/RE propose également des vêtements, accessoires et bijoux « upcyclés », et s’est fait un nom dans le paysage lausannois en près de vingt ans d’activité.

Car en matière de création, Lausanne n’est pas en reste puisque la ville a comme atout l’ECAL (École cantonale d’art de Lausanne), qui stimule la création artistique de générations entières d’étudiantes et d’étudiants. L’institution propose d’ailleurs depuis deux ans un cours spécialisé en sustainable design, et intègre depuis la rentrée de septembre une option en durabilité dans son offre de formation continue, le CAS (Certificate of Advanced Studies). L’un des diplômés de l’ECAL, Adrien Rovero, brille aujourd’hui sur la scène du design à l’international (cf. page 9) et enseigne également dans la haute école lausannoise. « Nous observons de plus en plus de travaux de diplômes sur des sujets liés à la revalorisation des matériaux.

10

Une étudiante a par exemple travaillé sur l’impact des matelas, de grandes surfaces de matière qu’il faut changer tous les dix ans environ. Elle a imaginé une solution qui consiste à séparer les différents composants du matelas pour pouvoir les réutiliser ou les éliminer plus facilement. »

UN RÔLE PRÉPONDÉRANT DANS LE COMMERCE RÉGIONAL

Chef-lieu du canton de Vaud, la ville de Lausanne a longtemps drainé les populations de la province avoisinante, qui venaient s’y approvisionner en biens de toutes sortes. À l’heure de l’urgence écologique et climatique, serait-ce son rôle de montrer l’exemple en matière de consommation responsable ?

Pour faire connaître les bonnes adresses en la matière, la Ville de Lausanne s’est associée à la Fédération romande des consommateurs (FRC) afin de mettre en place, dès 2018, le site internet Lausanne-réutilise. On y trouve justement les magasins de mode vintage, et plus largement de seconde main portant sur une vaste gamme d’objets différents. Trois ans plus tôt, Lausanne-répare, répertoriant les commerçants et institutions lausannoises permettant de réparer un objet, avait été créé. Ces deux plateformes sont maintenant regroupées au sein du portail Lausanneconso-durable, rejointes, début 2020,

ADRESSES CITÉES DANS L’ARTICLE

Chabada Vintage Rue Cheneaude-Bourg 4 Vintage authentique 1950-1990.

Throwback Vintage Av. de Beaulieu 7 Prédominance des 90’s.

Fripsquare Av. ÉdouardDapples 15 bis « Slow fashion » moderne & chic.

Le Dressing Av. des Alpes 3 Haut de gamme pour femmes.

Finest Vintage Rue Caroline 5 Pour femmes et hommes, années 1930-1970.

Les Patronnes Rue du Valentin 43 Articles de marques et de grandes enseignes.

La Louve Friperie Rue de la Louve 3 Mode majoritairement « streetwear ».

Atelier Sonja T. Rue du Simplon 9 Sacs et accessoires « upcyclés ».

Laboratoi/RE Rue de la Mercerie 16 Vêtements, accessoires et bijoux « upcyclés ».

par le programme RestoBox Lausanne qui exhorte les restaurateurs et les particuliers à fournir systématiquement des contenants réutilisables pour les repas à emporter.

« Ces outils ne visent pas uniquement à sensibiliser la population à une consommation plus raisonnée, mais bien à l’encourager à agir concrètement dans la vie de tous les jours en s’inscrivant dans des systèmes de production et de consommation plus soutenables », expose Samira Dubart, déléguée au développement durable à la Ville de Lausanne. La démarche est née en s’inspirant de ce qui avait été fait à Genève, avec la plateforme Genève-répare. Lausanne-conso-durable entraîne maintenant dans son sillage d’autres communes à faire la promotion de cette économie circulaire. Un effet boule de neige bienvenu. ■

« Nous observons de plus en plus de travaux de diplômes sur des sujets liés à la revalorisation des matériaux. »
Adrien Rovero, designer
11 LA VILLE EN PARLE

LAUSANNE BOUGE

La capitale vaudoise propose un large éventail d’activités insolites à pratiquer par mauvais ou par beau temps. Notre sélection.

Se glisser dans la peau d’un Viking, de Robin des Bois ou d’un artiste-peintre ? Rien de plus facile à Lausanne et dans ses alentours qui regorgent d’offres pour pimenter son quotidien et vivre des moments uniques.

Côté sport, on pourra ainsi découvrir, dès 10 ans, le lancer de hache des légendaires pirates scandinaves chez Axers. Plus grand centre de Suisse consacré à cette discipline, Axers propose des activités sous forme de mini-jeux dans une ambiance boisée et rustique.

Le World Archery Excellence Centre donne, quant à lui, à la forêt des hauts de Lausanne des airs de Sherwood : on peut s’initier au tir à l’arc, cher à Robin des Bois. Le centre accueille les meilleurs archers du monde, mais également tout amateur dès 8 ans. Il dispose d’infrastructures intérieures et extérieures pour pratiquer le tir par tous les temps, d’une salle de sport et d’un sauna.

Pour se défouler, un passage chez The Jump Spot est également idéal. Plus grand

parc de trampolines de Suisse avec ses 150 toiles élastiques sur lesquelles on peut rebondir dès 7 ans, l’espace de 3300 m2 propose aussi d’autres activités originales : mur interactif, mur de grimpe, parcours du combattant et parcours d’agilité.

À Saint-Sulpice, le Bubble Foot séduira également les amateurs de sports non conventionnels. Enfermés dans leur bulle –une sphère transparente qui enveloppe la totalité du corps, excepté les pieds – les joueurs, dès 10 ans, se lancent dans un match à fort impact, certes, mais amorti par ces armures insolites. Les sessions de dix minutes par match se jouent sur gazon ou en salle en cas de mauvais temps.

Même décharge d’adrénaline, mais une tout autre ambiance chez Cobalt Project où les jeux vidéo deviennent réalité. Ce centre de paintball met à

lâcher prise en exprimant sa créativité.

l’épreuve les sens de la tactique et de l’exploration, ainsi que l’esprit d’équipe des joueurs. Équipés d’un touchpad indiquant les objectifs à atteindre et permettant de soigner les joueurs touchés par les tirs de peinture, ils peuvent débloquer des armes spéciales ou des véhicules. Cobalt propose aussi une toute nouvelle formule, Xron, un circuit de motos électriques unique en Suisse, ouvert dès 14 ans.

Et pour ceux qui préfèrent libérer leurs émotions en exprimant leur créativité artistique, direction l’espace Colore ta vie. Divers objets – gants de boxe, bombes de peinture et cordes – sont mis à la disposition des participants afin de créer une œuvre d’art. Une fois séchée, la toile de 1,6 m x 1 m est remise à ses créateurs, qui garderont ainsi un souvenir haut en couleur de leur expérience.

Swiss Bubble Football swissbubblefootball.com

Cobalt Project cobaltproject.com

axers.net
Excellence Centre
thejumpspot.ch
Chez Colore ta vie, on peut
Axers
World Archery
worldarcherycentre.org The Jump Spot
Colore ta vie colore-ta-vie.com Retrouvez toutes les adresses des lieux cités à la page 57
SORTIR DES SENTIERS BATTUS À LAUSANNE 12

DÉPAYSEMENT ASSURÉ

Une escapade gourmande en Argentine, voilà ce que propose Bondi Empanadas, dans les Garages du Flon. L’établissement fait la part belle à ces petits pains fourrés et chauds, dont plusieurs sont végétariens, voire véganes, à savourer avec la fameuse sauce chimichurri. On les dégustera accompagnés d’une limonade artisanale, d’une bière de la Brasserie du Château, d’un cocktail ou d’un verre de vin vivant, suisse ou argentin. On s’installera à l’intérieur, sur une chaise de bar, dans un décor tout de noir et de blanc ou dehors, dans la rue piétonne.

Bondi Empanadas Rue des Côtes-de-Montbenon 5, Lausanne bondiempanadas.ch

LOCAL ET RELAX

Au pied du centre commercial Coop de Grancy, le Hungry Bear Food est venu compléter l’offre du bar à cafés Sleepy Bear. L’intention des gérants est d’y proposer une cuisine haut de gamme surprenante, dans une ambiance « comme à la maison ». De grandes tables conviviales, mais aussi des fauteuils douillets invitent à s’installer. Une vaste terrasse arborée permet de profiter du calme de la cour intérieure. Les produits locaux sont favorisés, à l’instar de la burrata crémeuse de Mozza’fiato, fabriquée à Cuarnens (VD), de l’Aperol valaisan ou des vins, exclusivement suisses.

Hungry Bear Food Rue du Simplon 3 B, Lausanne hungrybearfood.ch

Chez Hungry Bear Food, on mise sur une cuisine haut de gamme conviviale (ici , les aubergines Hê, confites avec des épices).

Jeremy Oberson (à gauche) et Bautista Dahl Rocha, également cotenanciers de la Brasserie du Château, ont ouvert Bondi Empanadas en mars 2022.
13 LAUSANNE BOUGE | NOUVELLES ADRESSES

INSTITUTION REVISITÉE

Après plusieurs mois de fermeture, le mythique bar de la Cité La Galette a rouvert ses portes à la fin du mois d’avril. L’établissement propose désormais plusieurs plats du jour à midi. À l’heure de l’apéro, on y sert des cocktails et des tapas, ainsi qu’un large choix de bières du monde, à déguster à l’intérieur ou sur la terrasse. Le cocktail Verboten, dont les ingrédients seront pour toujours secrets, se sert dans un pichet de 3 l, à partager. Nouveauté, La Galette propose désormais des soirées originales (stand-up, pub quiz géant, blind tests, soirées célibataires et parfois même DJ).

MINE D’OR

Suite à leur déménagement à Plateforme 10, la librairie de Photo Élysée et la boutique du mudac sont désormais réunies sous un même toit. La nouvelle échoppe propose un large choix de livres, de revues ou d’objets en lien avec la photographie, le cinéma, la vidéo, le design et les arts appliqués. Les catalogues des expositions des deux musées y sont naturellement disponibles. L’espace reçoit aussi régulièrement des séances de signature et des rencontres avec des personnalités du monde de l’art.

Boutique Photo Élysée et mudac Place de la Gare 17, Lausanne elysee.ch/librairie-boutique mudac.ch/boutique

DU BLOG AU CONCEPT STORE ÉCORESPONSABLE

Depuis près de huit ans, La Chouquette, c’est un blog qui recense les bonnes adresses de la région. À la mi-août, La Chouquette est également devenue un concept store écoresponsable à Lausanne. Dans une ambiance chill et pleine de style, on y trouve des produits d’épicerie fine, des plantes d’intérieur, des idées cadeaux. Un coin « enfants » permet de dénicher des vêtements de seconde main, des jeux et des jouets. Qualité artisanale et provenance locale garanties !

Concept store La Chouquette Avenue de Rumine 4, Lausanne lachouquette.ch

LAUSANNE BOUGE | NOUVELLES ADRESSES 14
La Galette Rue Louis-Curtat 13, Lausanne lagalette.ch

ENTRE NOUVEAUX THÉS ET TRADITIONS

Deuxième boisson la plus bue au monde après l’eau, le thé fascine par la richesse de ses saveurs, ses vertus énergisantes ou apaisantes. À Lausanne, de nombreuses enseignes le mettent à l’honneur. Dans cette édition, quatre Lausannoises et Lausannois partagent avec nous leur adresse préférée.

Rachel Maeder, 44 ans, éditrice et écrivaine

« Je suis cliente de Saveur PimenThé depuis plus de dix ans. J’aime l’odeur du magasin, sa déco cocooning.

On s’y sent bien et on est très bien servi et conseillé. J’achète de l’earl grey, du thé vert, du jasmin et j’aime beaucoup leur chaï. Dès octobre, je prends aussi des thés de Noël, sympas à boire en famille et avec des copines. J’aime découvrir d’autres saveurs également. Là par exemple, j’ai acheté Nuit à Rio, un thé vert fleuri. On l’avait adoré en boisson froide cet été, donc on va le tester chaud. Ici, je trouve aussi de quoi faire de beaux cadeaux, entre spécialités de thés, de cafés torréfiés sur place et mugs. »

Saveur PimenThé – saveurpimenthe.com Rue Madeleine 5, Lausanne

« Quand je suis arrivée de Paris il y a un an et demi, je cherchais une bonne adresse pour le thé. Une amie m’a parlé de ThéTeaTee. Elle m’a dit que le vendeur était très sympa, qu’il donnait de très bons conseils, que les thés étaient excellents et qu’il y avait beaucoup de choix. Et c’est vrai ! Je teste à chaque fois de nouvelles saveurs et j’achète aussi pour offrir. Pour moi, je prends du thé vert que je trouve plus doux, et pour faire mon kombucha, plutôt du noir. Aujourd’hui, j’ai choisi un Mille fleurs, un Gunpowder, un matcha, une tisane revigorante, un China Sencha et un rooibos vanille-bergamote. »

Arnaud Halil, 23 ans, en première année en architecture à l’EPFL

« J’ai découvert Tekoe quand j’ai commencé mes études, car je cherchais une alternative au café. J’ai l’impression que le thé, le maté en particulier, est dix fois plus énergisant. Pour chez moi, j’ai pris du maté ainsi qu’un thé vert pour le soir. Et souvent, le matin, j’achète encore un thé à emporter avant de prendre le métro. Si l’on vient avec son propre contenant, on a un rabais. J’apprécie ce côté écologique ! Ce magasin propose énormément de recettes, le personnel est chaleureux et conseille super bien. J’apprécie beaucoup, car cela me permet aussi de développer mes connaissances. »

Tekoe – tekoe.com Rue Centrale 5 et Pl. de la Gare 9, Lausanne

Angie Decorges, 28 ans, travaille dans l’agence immobilière familiale

« J’étais cliente du Cercle du Thé à Nyon depuis plus de dix ans, mais comme j’habite Lausanne, depuis qu’ils ont ouvert cette année ici, c’est plus pratique. J’apprécie la qualité de l’accueil, du conseil, le fait qu’ils travaillent en famille et qu’on puisse consommer sur place. Je bois beaucoup de thé, surtout le soir. J’adore le thé vert à la menthe et le leur est vraiment bon. J’aime aussi l’earl grey, le jasmin et leur Thé des magiciens à la vanille, mangue, framboise, aux pétales de roses et noix de coco. J’achète aussi mes thés chez eux, car ils ont une véritable optique écoresponsable. »

Le Cercle du Thé – lecercleduthe.com Rue Grand-Saint-Jean 1, Lausanne

Pauline Nortier, 28 ans, doctorante en immunologie au CHUV
ThéTeaTee – theteatee.com Rue Enning 4, Lausanne
LAUSANNE BOUGE | MICRO-TROTTOIR 15

LAUSANNE SE RACONTE PAR SES STATUES

Environ 400 œuvres d’art habillent l’espace public lausannois.

Parmi elles, des statues et fontaines emblématiques rendent hommage à son histoire, à sa dimension olympique ou offrent une parenthèse enchantée à la vie urbaine.

CHAUDERON

La sculpture du héros national maniant son arbalète a été offerte à la Ville par un mécène français en remerciement de l’hospitalité réservée aux 87 000 soldats de l’armée Bourbaki, à qui la Suisse offrit l’asile militaire en 1871.

LE FLON

Balade à Ouchy

Dans le parc du Denantou, la fontaine aux singes d’Édouard-Marcel Sandoz, datant de 1934, fait un clin

d’œil à la réputation de ponctualité des Helvètes : « Être toujours à l’heure » est gravé en dessous d’une réinterprétation des trois singes de la sagesse qui recommandent de « ne voir que d’un œil, savoir se taire, n’entendre que d’une oreille ».

LAUSANNE-GARE

Le parc du Musée Olympique abrite 43 sculptures rendant hommage au monde du sport. Face à lui, depuis 1994, L’Élan rappelle le statut de Capitale Olympique de la ville : l’œuvre du Tessinois Nag Arnoldi représente cinq athlètes portant à bout de bras le drapeau olympique.

Guillaume Tell Antonin Mercié 1901 Sources: Natalie Esteve, adjointe arts visuels, Service de la culture de la Ville de Lausanne | Infographie: A. Barrelet/Large Network Retrouvez certaines statues dans la balade Art en Ville

PLACE DU CHÂTEAU

RIPONNE

La Justice

Laurent et Jacques Perroud 1584-85

PLACE DE LA PALUD

Allégorie de l’impartialité sous la forme d’une jeune femme avançant les yeux bandés et tenant glaive et balance, elle trône sur le bassin de marbre de la fontaine de la Palud depuis 1930. C’est une copie. L’originale, datant du XVIe siècle, est en effet conservée au Musée historique de Lausanne.

La statue du héros vaudois est adossée au château Saint-Maire, siège du Conseil d’État depuis la création du canton de Vaud et classé monument historique. Elle célèbre la mémoire de celui qui tenta, au prix de sa vie, de libérer le canton de la domination bernoise en 1723.

PROMENADE DERRIÈRE-BOURG AVENUE DU THÉÂTRE

Le Crapaud de Bourg et la princesse

Ignazio Bettua 2003

Sculptée dans un seul bloc de 70 tonnes par l’artiste lausannois, la déesse romaine allongée au sud de la place Saint-François est également connue pour le vernis rouge que des inconnus posent régulièrement sur ses ongles de pieds.

MONTCHOISI

La fontaine en bronze patiné en forme de gros crapaud aux yeux verts lumineux invite, d’après la volonté de l’artiste, à se glisser dans un conte de Grimm et à « embrasser » la statue en venant boire l’eau qui jaillit de sa bouche.

LAUSANNE-GARE Aurore Milo Martin 1957 Major Davel Maurice Reymond de Broutelles 1898

DES ANIMAUX JUGÉS AU TRIBUNAL

Au Moyen Âge, d’étranges procès se tenaient à Lausanne : sur le banc des accusés, on trouvait des vers, des rongeurs, des sauterelles, parfois même des sangsues.

Comment lutter contre les infestations qui ravagent les champs quand aucun moyen chimique n’existe ? Au Moyen Âge, le seul espoir de venir à bout des nuisibles provoquant disettes et famines était placé dans l’Église. Ainsi sont apparus les procès ecclésiastiques d’animaux ayant pour but de les faire déguerpir. « Si l’usage d’excommunier des animaux nuisibles est attesté dans la littérature religieuse dès les XIIe/XIIIe siècles, la première mention d’un procès ecclésiastique d’animaux, en l’occurrence des sauterelles, remonte au milieu du XIVe siècle, dans le Tyrol. La pratique est ensuite attestée dans le centre de l’Europe et dans l’Arc alpin. En Suisse, on trouve ces procès dans le diocèse de Lausanne (couvrant à l’époque les actuels cantons de Fribourg, de Neuchâtel et une grande partie de ceux de Vaud et Berne, ndlr), en Valais et dans les Grisons », explique Catherine Chêne, historienne à l’Université de Lausanne et auteure de Juger les vers, l’une des rares monographies sur le sujet. L’accusé vedette de ces procès était le hanneton, dont les larves rongeaient les racines : « Ce fléau a dévasté la Suisse jusqu’au XIXe siècle », rappelle-t-elle.

Le premier document conservé détaillant un procès d’animaux en Europe date du 24 mars 1452. Il concerne un jugement rendu à Lausanne : Jean André, l’official du diocèse, y explique longuement comment appliquer « la malédiction aux sangsues attaquant les poissons et contre tous les vers terrestres ou aquatiques, les souris, les sauterelles, les papillons et les autres animaux qui dévastent les fruits de la terre et les poissons ».

Défendus par un avocat

Dans le diocèse, on sait que des représentants des animaux incriminés (soit des sangsues) avaient été amenés au tribunal, puis tués à la fin du procès. Mais le plus souvent, ils étaient représentés par

un avocat, ces actions en justice respectant scrupuleusement le droit. Mais les dés étaient pipés : les avocats des insectes et autres indésirables avaient beau plaider que ces derniers ne faisaient que se nourrir, leurs « clients » étaient toujours reconnus coupables d’occuper les terres réservées aux hommes et condamnés à l’excommunication. « À travers ces procès, on sent une nécessité de rappeler l’ordre de la création, car on considérait qu’une place avait été attribuée à chaque espèce par Dieu, précise Catherine Chêne. Les animaux étaient placés plus bas que l’homme et soumis à lui, mais ils avaient leur place. En affirmant le droit de l’homme sur la nature, on justifiait sa volonté de se débarrasser d’eux. »

À l’issue de ces procès relativement longs, le curé prononçait dans les champs la formule d’excommunication fournie par l’évêque. Puis on attendait. « On a connaissance d’un cas à Berne où les hannetons avaient disparu. Mais ce sont des animaux cycliques : ils disparaissent après trois ans », souligne l’historienne. Parfois, un second procès était intenté à la vermine qui n’avait pas obtempéré.

18 LAUSANNE BOUGE | HISTOIRES

Au Moyen Âge, les procès d’animaux étaient relativement fréquents.

À Lausanne, ces jugements prirent fin avec l’interdiction du culte catholique suite à l’annexion du canton de Vaud par Berne en 1536. Mais on trouve, à Fribourg par exemple, des traces d’excommunications prononcées dans les champs jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

Des cochons jetés en prison

Les parasites n’étaient pas les seuls animaux jugés en Europe. Cochons, chiens, chevaux, coqs ou encore vaches pouvaient comparaître devant un tribunal, mais laïque cette fois, pour répondre de dommages ou d’accidents qu’ils auraient causés. Le cas le plus connu est celui de la truie de Falaise, en France, accusée d’avoir tué un enfant. Incarcérée comme un être humain, jugée et condamnée, elle fut pendue en public. « On a retrouvé le cas d’un cochon jugé en Valais au XVe siècle. Dans le diocèse de Lausanne, aucun document signalé dans les archives judiciaires n’en parle, mais on peut supposer qu’il y en a eu également. »

UNE CLOCHE NOMMÉE MARIE-MADELEINE

Le beffroi de la Cathédrale renferme sept cloches, possédant chacune un nom, une histoire et une note distincts.

La Cathédrale Notre-Dame de Lausanne marque le paysage de la Cité depuis plus de sept siècles. La construction de l’édifice a débuté vers l’an 1160 et a été achevée au milieu du XIIIe siècle. Au sein de la tour du beffroi, que l’on peut visiter tous les jours de la semaine après avoir gravi 242 marches, on trouve également sept cloches qui valent leur pesant de… métal.

Ces dernières sont réparties sur deux étages de la tour, les deux plus imposantes cloches se trouvant à l’étage inférieur. La plus grande, baptisée Marie-Madeleine, affiche un poids de 5,6 tonnes, pour un diamètre de 208 centimètres. Elle a été coulée en 1583 par un Bernois dénommé Franz Sermund.

Marie-Madeleine, dont la note équivaut à un la bémol, officie en tant que bourdon. En campanologie (la discipline qui se consacre à l’étude de ces instruments), le terme désigne les cloches de très grande taille. À noter que la sonnerie que l’on peut entendre résonner en parcourant la ville a pris sa forme actuelle en 1898, à l’occasion de divers travaux d’accordage et avec l’ajout de deux nouvelles cloches célébrant le centenaire de la révolution vaudoise.

19 LAUSANNE BOUGE | HISTOIRES
www.etcdesign.chPhotos©Th. Zufferey « SERVICES AMBULATOIRES OUVERTS À TOUS » • Centre d’urgences ouvert 7j/7 • Centre de radio-oncologie • Le plus grand Institut privé de radiologie du canton de Vaud • Centre d’imagerie du sein • Centre ambulatoire pluridisciplinaire • Institut de physiothérapie • Laboratoires d'analyses ouverts 24h/24 • Centre médico-chirurgical de l’obésité La qualité au service de votre santé www.lasource.ch Ad_09-22_Ambulatoires_148x210mm_TheLausanner.indd 1 24.04.22 12:14

UNE SALLE QUI BRILLE DE MILLE FEUX

Plus grand théâtre de Suisse, le Théâtre de Beaulieu a été entièrement rénové. Il compte accueillir plus de 100 représentations par an.

Dans les hauts de Lausanne, le Théâtre de Beaulieu a retrouvé tout son éclat. À l’image de l’impressionnant lustre, orné de 136 ampoules, qui surplombe majestueusement sa salle. Détail amusant: lorsque les techniciens ont démonté le luminaire en vue de sa rénovation, ils ont découvert un billet caché dans la suspension, accompagné de quelques pièces de monnaie. L’explication ? Lors de chaque contrôle technique mené depuis les années 1970, l’électricien notait les détails de son intervention sur cette feuille de papier et laissait un peu d’argent en guise de porte-bonheur.

C’est un mélange « d’excitation, de joie et de nervosité » qu’éprouvait Michel Loris-Melikoff, directeur général de Beaulieu SA, la société chargée de l’exploitation du théâtre, à quelques jours de l’inauguration début septembre. Il faut dire que la salle de spectacle a bénéficié au cours des trois dernières années d’une importante remise au goût du jour imaginée par le bureau Fehlmann Architectes.

« La rénovation a été menée en intégrant de discrètes touches de modernité, souligne Michel Loris-Melikoff. Le foyer a été totalement réaménagé, et les spectateurs peuvent

désormais profiter de bars situés sur les trois niveaux. Le foyer du poulailler comporte une terrasse panoramique de 1400 m2 avec une vue unique sur la ville, le lac et les montagnes. » Autre changement: l’inauguration du nouveau restaurant Quintino, doté de plus de 200 couverts et ouvert 7 jours sur 7.

Le Théâtre de Beaulieu compte désormais 1623 places, dont 100 situées en loges.

« Nous restons le plus grand théâtre de Suisse… et le plus beau! sourit Michel Loris-Melikoff. Nous avons hâte de partager de nouveaux moments avec le public dans ce bel écrin.

En tant qu’amateur de ballets, je me réjouis particulièrement du retour du Béjart Ballet Lausanne avec Wien, Wien, nur du allein mi-décembre, mais aussi du 21 février au 5 mars 2023 de la mythique comédie musicale West Side Story, qui devrait s’avérer impressionnante grâce à la nouvelle sonorisation de la salle. »

Un grand moment de danse se déroulera aussi du 29 janvier au 5 février 2023 avec la 50e édition du prestigieux Prix de Lausanne, de retour à Beaulieu après trois éditions hors les murs pour cause de travaux et de pandémie. Pour célébrer cet anniversaire, la manifestation a concocté un programme spécial, clôturé par un gala.

Théâtre de Beaulieu Prix de Lausanne

Le Théâtre de Beaulieu à Lausanne a rouvert ses portes après trois ans de travaux.
21 LAUSANNE BOUGE | HISTOIRES

LES FAVERGES, STARS DE CINÉMA

Avec « L’Îlot », entièrement tourné à Lausanne, Tizian Büchi est devenu le troisième Suisse à remporter le Grand Prix du festival du film documentaire Visions du Réel.

Caché par l’avenue du Léman, longeant la rivière de la Vuachère, le quartier blotti dans le vallon des Faverges reste méconnu, même des Lausannois. Il offre pourtant une parenthèse sylvestre bienvenue à l’ombre de la ville. C’est là que le réalisateur neuchâtelois Tizian Büchi, installé à Lausanne depuis quinze ans, a planté le décor du docufiction L’Îlot, son premier long-métrage. « J’aime créer un dialogue entre réel et magie, dépasser la barrière qui sépare fiction et documentaire », explique-t-il. Les barrières, justement, il les fait tomber une à une dans ce film qui s’interroge sur leur bien-fondé : « Il montre comment les habitants de cet îlot urbain, principalement des retraités et des familles immigrées, ont tous trouvé leur place et cohabitent. »

L’Îlot nous emmène sur les pas de Daniel Nkubu, figure joviale bien connue des locaux pour avoir longtemps été contrôleur des transports lausannois, et Ammar Abdulkareem Khalaf, ancien colocataire de Tizian. Ils incarnent deux vigiles venus s’assurer que personne ne s’approche plus de la Vuachère. Pourquoi ? Mystère. À travers ce prisme fictif, les habitants qu’ils rencontrent durant leurs rondes élaborent des hypothèses, tout en brossant un portrait des Faverges, entre réel et imaginaire.

Présentée en première mondiale aux 53es Visions du Réel à Nyon en 2022, l’œuvre a remporté le Grand Prix dans la catégorie reine du meilleur long-métrage international. Sa sortie en salles, en mars 2023, sera accompagnée d’événements, de rencontres, balades scientifiques et visites guidées. « C’est un ‘ trou ’ d’où on ne bénéficie pas de la magnifique vue sur le lac qu’on a ailleurs en ville. Mais il a d’autres atouts : il est convivial, apaisant et enchanteur, entre rivière et forêt. On peut y observer salamandres, blaireaux, renards... La balade Sur les traces du renard (voir cidessous) est d’ailleurs idéale pour le découvrir. Cette nature en pleine ville, c’est une grande richesse », détaille Tizian Büchi qui a emménagé dans le quartier à la suite du tournage.

Infos : alvafilm.ch

Balade « Sur les traces du renard » →

Images du film « L’Îlot » de Tizian Büchi, tourné dans le quartier des Faverges.

LAUSANNE BOUGE | REGARDS 22

LE GRUYÈRE CARAMEL EN VEDETTE

Dans chaque numéro, « The Lausanner » vous présente un exposant du marché de Lausanne. Pour cette édition, pleins feux sur l’affineur Duttweiler Fromages.

Propos recueillis par Trinidad Barleycorn

Le nom de son Gruyère caramel est sur toutes les lèvres, son goût unique ravit tous les palais, jusque dans les palaces romands : depuis plus de quatre décennies, le Lausannois Jacques Duttweiler régale sa clientèle de fromages artisanaux qu’il a affinés. Aujourd’hui retraité, il partage ses secrets de fabrication avec Xheladin « Gelo » Mustafa qui a repris les rênes de l’entreprise. Interview croisée.

Quel est votre parcours ?

Jacques : Après mon école hôtelière à Genève, j’ai voulu être fromager comme mon grandpère. J’ai fondé mon entreprise en 1978. Au début, j’étais berger et je faisais du fromage de brebis. Puis je suis devenu affineur. Gelo : Jacques m’a engagé en 2012. J’étais cuisinier, il m’a appris le métier d’affineur. En 2019, j’ai repris l’entreprise, mais il reste le chef ! (Rires.) Tant mieux, car je lui demande toujours son avis. Jacques: Il n’en a pas besoin, Gelo sait affiner exactement comme moi !

Quels fromages vendez-vous principalement ?

J : Des fromages suisses d’alpage naturels : notre Gruyère caramel, du vacherin fribourgeois, du L’Étivaz... Notre spécialité, c’est le fromage au lait cru, car pasteuriser tue le goût. On fait également un mélange pour fondue.

Quelle quantité de fromages affinez-vous ?

G : On est une toute petite entreprise, il n’y a que Jacques et moi. On travaille avec trois fromagers de la région qui produisent chacun quatre ou cinq meules par jour. Ils les gardent six à sept mois. Ensuite, nous nous occupons de l’affinage.

Comment est né votre Gruyère caramel ?

J : Grâce à des notes de mon grand-père. J’ai suivi sa technique et je l’ai développée. Un jour, en 1992,

Jean-Pierre Coffe (critique gastronomique français, disparu en 2016, ndlr) entre dans le magasin que nous avions à l’époque à la rue de l’Ale avec mon épouse. Il le goûte et s’exclame : « Avec ça, on n’a plus besoin de dessert, on a tout eu ! Il a un goût de caramel. » J’y ai repensé le jour où le chef Philippe Rochat m’a aussi dit qu’il avait une finalité de caramel. Je l’ai alors baptisé « Gruyère caramel ». Depuis 2011, c’est une marque déposée.

Quel est son secret ?

J : La méthode d’affinage que j’ai créée. Il est vieilli trente-deux mois dans des caves naturelles en molasse, creusées dans la montagne, avec un degré d’humidité entre 80 et 100%. Il faut retourner les meules, les frotter, les changer de cave. On le vend CHF 39.- le kilo au marché.

Comment vous êtes-vous imposés chez les chefs ?

J : Grâce à Frédy Girardet de l’Hôtel de Ville de Crissier. Il m’avait commandé du brebis pour un dessert. Quarante ans et trois chefs plus tard, nous collaborons encore avec ce restaurant. Ce que veulent les chefs, c’est qu’on leur garantisse toujours la même qualité. Nous fournissons aussi d’autres grandes tables, comme celle d’Anne-Sophie Pic au Beau-Rivage Palace.

G : Beaucoup de clients viennent nous trouver après avoir dégusté nos fromages au restaurant.

Ce fut le cas de la princesse Anne ?

J : Oui, quand nous avions encore notre magasin, un soir, juste après la fermeture, un gars tape contre la vitre et me demande d’ouvrir pour la princesse d’Angleterre ! Elle avait goûté nos fromages au Lausanne Palace et voulait en rapporter dans son pays. Elle a acheté une belle quantité de fromages suisses et du Gruyère caramel, évidemment.

Au marché : Place de la Riponne, Lausanne les mercredis et samedis, de 7h à 14h

23 LAUSANNE BOUGE | MARCHÉ
Gelo (à gauche) et Jacques avec un morceau de leur célèbre et exceptionnel Gruyère caramel.

« JE SUIS FIER DE FAIRE UN MÉTIER ANCESTRAL »

Unique ville formatrice au métier de paveur et paveuse en Suisse romande, Lausanne est aussi l’une des rares à disposer d’une équipe de spécialistes à l’année.

Propos recueillis par Trinidad Barleycorn

Lausanne et ses pavés, c’est une véritable histoire d’amour. Au point qu’on y déguste même une gourmandise en son honneur : le pavé au chocolat de la Confiserie Tony. Dans les rues, des centaines de milliers de pavés entretiennent la flamme, les plus vieux trônant autour de la Cathédrale.

Ces dernières années, la revalorisation des quartiers a donné à l’art ancestral du pavage encore davantage de place. Plus esthétique que le goudron longtemps favorisé par confort pour les véhicules et par gain de temps, le pavage est aussi plus durable : avec un bon entretien, son espérance de vie dépasse le siècle, il ne souffre pas de la chaleur et permet à l’eau de s’infiltrer directement dans les sols sans conditionnement coûteux.

Paveur depuis 2016 à l’Unité Travaux de la Ville après y avoir effectué son apprentissage, Iderlindo Semedo Cabral, 27 ans, nous dévoile toutes les facettes de ce métier d’avenir.

Combien êtes-vous à exercer ce métier à Lausanne ?

Iderlindo Semedo Cabral : Trois. La Ville cherche à recruter, mais ce savoir-faire étant très recherché en Suisse, c’est difficile. Les paveurs sont rares, les paveuses encore plus.

Comment devient-on paveur ?

Pour la Suisse romande, l’apprentissage se fait à Lausanne et dure trois ans. Les cours professionnels, qui comprennent une grande partie de géométrie, ont lieu à Colombier (NE) et les cours pratiques sont donnés en Suisse alémanique, à Alpnach (OW).

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ? J’ai grandi au Cap-Vert. Autour de la maison, on faisait des travaux et mon grand frère ne me laissait pas poser les pavés. Quand je suis arrivé en Suisse en 2012, j’ai rencontré un ami paveur. Son métier m’a beaucoup plu. Aujourd’hui, c’est moi qui pose les pavés ! (Rires.)

Qu’aimez-vous le plus dans votre profession ? Je suis fier de faire un métier ancestral et de participer à l’entretien de la beauté de la ville. J’aime créer et proposer des nouveautés.

Quel est le pavage dont vous êtes le plus fier ? Celui des toilettes du Musée Olympique. Nous l’avons même signé ! Nous avions proposé au maître d’ouvrage d’y intégrer les anneaux olympiques en marbre de Carrare et notre idée avait été acceptée.

Quelles sont les qualités d’un bon paveur ?

Il faut une bonne condition physique. Quand on pave une rue en pente, c’est difficile. Il faut être patient et minutieux : on fait entre 10 et 15 m2 par jour en binôme avec un ouvrier qui nous alimente en matériaux. Et 7-8 m2 si on est seul. Quand on répare un pavage, il faut aussi être capable de s’adapter à l’art de celui qui l’a réalisé, comprendre son raisonnement. Pour respecter les rayons, il faut adapter la taille des pierres et sur ce point, chacun a son style.

Quels sont les matériaux utilisés à Lausanne ? À quelques exceptions près, les pavés, calibrés par tailles et pesant de 500 gr à 10 kg, sont en grès suisse et proviennent d’Alpnach. Le grès a une bonne résistance et n’est pas glissant. On travaille aussi avec du recyclé : quand on démonte une zone, on récupère les pavés. Ceux qui sont endommagés passent au concasseur et serviront de matériau de remplissage de chaussées.

Comment se déroule un chantier ?

L’urbaniste définit le style, mais nous le conseillons si son choix ne nous semble pas adapté. Le pavage peut être en arc, ce qui est le plus résistant, en ligne, circulaire ou irrégulier. Après avoir reçu les plans, nous calculons les alignements en fonction de la taille des pavés choisis. Puis on répand le sable jaune sur lequel on va les poser. On peut aussi, mais c’est rare, utiliser du mortier ou du béton. Le résultat sera plus dur, mais la pose sur sable avec garnissage des joints au sable, c’est la technique ancestrale. Cela rend le pavage perméable. Ensuite, on fait des tirs, c’est-à-dire qu’on décompose le terrain en bandes. Puis, assis sur notre botte-cul, on place les blocs.

Quels outils utilisez-vous ?

Un marteau de taille pour calibrer les pavés et un marteau de pose pour creuser le sable et les mettre à niveau.

Que faites-vous quand il n’y a pas de chantier ?

On fait de l’entretien de pavés, mais aussi du goudron, des canalisations... Je fais les démonstrations lors de la Balade des pavés (organisée trois fois par an, ndlr) et cette année, j’ai suivi des cours pour former les futurs apprentis.

25 LAUSANNE BOUGE | COULISSES

DES STARS ET DES GENS HEUREUX

Concert événement, spectacle musical, d’humour ou soirée festive : les artistes ont à nouveau fait vibrer le cœur de la ville. Florilège des célébrités qu’on a pu croiser à Lausanne ces derniers mois.

Le 9 juin, Marc-Olivier « Marco » Reymond, patron du Bamee Bar à l’avenue de la Gare, a réussi un coup de maître : faire venir Gérard Lenorman pour chanter sa célèbre Ballade des gens heureux. Ce titre de 1975 est devenu l’hymne officiel de son restaurant depuis qu’il avait eu l’idée de le passer en boucle lors de la victoire suisse à la Coupe Davis de 2014. Depuis, il accompagne toutes les soirées festives qu’il organise. C’est au D ! Club que

l’événement, réunissant 400 membres de la « Bamee Family », a eu lieu. Au programme : buffet thaïlandais, live de deux chanteuses, trois DJs et Gérard Lenorman qui a débuté par Voici les clés, avant d’entonner trois fois La Ballade pour la plus grande joie du public survolté. « Il a trouvé la soirée démentielle, les Lausannois fous ! confie Marco Reymond. Il ne s’attendait pas à ça et a dit qu’il n’avait jamais vu une ambiance pareille. »

CAROLINE LOEB

Venue jouer son spectacle musical Chiche ! au CPO d’Ouchy le 24 septembre, la chanteuse française, interprète de C’est la ouate, en a profité pour passer du temps avec son amie lausannoise Paloma Picasso, fille de Pablo. Elle a révélé sur Instagram qu’elles avaient visité l’exposition inaugurale de Plateforme 10 où elle a immortalisé Paloma devant son portrait réalisé par son père. Grande amatrice d’art, Caroline Loeb s’est aussi rendue à la Collection de l’Art Brut : « Impossible d’aller à Lausanne sans la visiter ! » a-t-elle commenté.

GÉRARD LENORMAN
LAUSANNE BOUGE | GAZETTE 26
Le patron du Bamee Bar, Marco Reymond (à g.), et Gérard Lenorman dans les coulisses d’une soirée mémorable.

KENDRICK LAMAR

Pour l’unique date romande de The Big Steppers Tour 2022, la star américaine du rap, auréolée de 14 Grammy Awards, d’un Pulitzer et du récent succès de sa performance à la mi-temps du Super Bowl 2022 a fait escale, avec son équipe de 150 personnes, à la Vaudoise aréna, le 26 octobre. Un show encensé par la critique et joué devant 6000 personnes.

ÉRIC ANTOINE

Du 25 au 28 octobre, l’humoristemagicien a donné quatre représentations de Grandis un peu ! à la salle Métropole. Un lieu qu’il aime particulièrement, où il avait déjà joué par le passé : « Je suis heureux d’être à Lausanne, c’est une ville et un public que j’affectionne. En fait, je pense que je mériterais d’être Suisse ! » a-t-il plaisanté au micro de LFM.

Avant son concert aux Docks le 31 mai, la Norvégienne révélait à 20 minutes le lien qui l’unissait à la région : ses parents ont vécu à Lausanne, avec sa sœur et son frère, avant sa naissance. « J’ai raté le coche ! » ajoutait la chanteuse de 26 ans. Sur Instagram, elle a documenté son passage avec trois photos prises au bord du lac, accompagnées de ces mots : « Merci Lausanne, c’était amusant ! »

Célèbre pour avoir réalisé le montage de La guerre des étoiles, Footloose, Mission : Impossible et avoir travaillé avec Brian De Palma à de nombreuses reprises, Paul Hirsch vernissait son autobiographie Il y a bien longtemps, dans une salle de montage lointaine, très lointaine... à la Cinémathèque suisse à Lausanne le 2 octobre, en marge d’une rétrospective de son travail. Le lendemain, le New-Yorkais donnait une master class à l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL).

NOUS ALLONS FAIRE DES VAGUES

Titulaire de la chaire d’arithmétique à l’EPFL, Maryna Viazovska a fait les gros titres des journaux du monde entier en remportant le 5 juillet dernier la médaille Fields. Cette distinction est considérée comme l’équivalent du prix Nobel en mathématiques. La mathématicienne d’origine ukrainienne est la deuxième femme à remporter la prestigieuse distinction, remise tous les quatre ans depuis 1936. Elle a été récompensée pour son travail sur les empilements de sphères dans les dimensions 8 et 24.

LA QUESTION ELLE EST VITE RÉPONDUE

Combien de centimètres le Léman perd-il en hiver ? 50 cm. Chaque hiver depuis 1884, le niveau du lac est abaissé artificiellement jusqu’en avril pour anticiper l’arrivée de gros volumes d’eau dus à la fonte des neiges et aux crues. Les années bissextiles, il est baissé de 20 cm supplémentaires entre mars et avril pour permettre le nettoyage et l’entretien des rives. Le Léman retrouve son niveau maximum (372 m) dès juin.

LAUSANNE BOUGE | GAZETTE 27
SIGRID

VENT DE RENOUVEAU DANS LE MONDE CULTUREL LAUSANNOIS

La scène culturelle lausannoise a vécu un renouvellement important cette année, avec de nouvelles directrices nommées à la tête de plusieurs institutions.

Le musée Photo Élysée s’est réjoui d’accueillir l’été dernier, à peine installé à Plateforme 10, la commissaire d’exposition et historienne de l’art et de la photographie Nathalie Herschdorfer, auparavant directrice du Musée des Beaux-Arts du Locle. « Avec son nouvel écrin partagé avec le mudac (Musée cantonal de design et d’arts appliqués contemporains) et sa proximité immédiate avec le MCBA (Musée cantonal des BeauxArts), Photo Élysée est un musée du XXIe siècle ouvert à toutes et à tous », souligne la nouvelle responsable.

Changement au mudac également : suite au départ à la retraite de Chantal Prod’Hom, c’est la curatrice d’origine italienne Beatrice Leanza qui a été nommée. La critique et directrice de musée de réputation internationale prendra ses fonctions le 1er janvier 2023. « Rejoindre le mudac est une opportunité unique de collaborer avec une institution tournée vers l’avenir et déterminée à défendre la curiosité intellectuelle et l’optimisme créatif

à un moment où nous en avons le plus grand besoin », avait-elle déclaré dans le communiqué annonçant sa nomination.

C’est un duo qui reprend la tête du festival BDFIL : Gaëlle Kovaliv et Léonore Porchet, expertes reconnues de la bande dessinée, occupent en job sharing la direction de l’événement lausannois qui célèbre le 9e art sous toutes ses formes, avec l’objectif de concilier érudition et approche populaire.

L’ouverture est également le maître mot de Karine Meylan, nouvelle directrice du Musée romain de Lausanne-Vidy : « L’une de mes priorités est de diversifier le public et de développer un lieu accessible à toutes les générations, sans distinction d’origine, de niveau d’éducation ou de situation de handicap, explique-t-elle. Plutôt que de réfléchir en termes de tranches d’âge, je souhaite répondre aux envies et aux besoins du public, notamment en imaginant de nouveaux formats d’expositions ou des actions ciblées pour certains groupes. »

Beatrice Leanza Léonore Porchet (à gauche) et Gaëlle Kovaliv Karine Meylan
28 LAUSANNE BOUGE | GAZETTE
Nathalie Herschdorfer

TAC-TAC-TAC…

Le Musée de la machine à écrire de Lausanne (MMàE) est l’une des seules institutions au monde consacrée à l’histoire et l’évolution de ces instruments, ainsi que d’autres machines de bureau telles que les calculatrices et perforatrices. Le MMàE a récemment déménagé dans de nouveaux locaux, où l’on peut désormais découvrir une collection de plus de 500 pièces provenant du monde entier. À noter que cinq machines sont mises à la disposition du public pour partager un poème ou un coup de cœur…

Musée de la machine à écrire Rue des Terreaux 18b, Lausanne Ouvert du mercredi au samedi de 11h à 17h

LA CAPITALE MONDIALE DES BILLETS DE BANQUE

Près de 90% des billets de banque dans le monde sont produits à l’aide de technologies développées en terres vaudoises. La société Sicpa, fondée en 1927 à Lausanne, s’est spécialisée dans les encres et solutions de sécurité. L’entreprise Koenig & Bauer Banknote Solutions, qui a fêté en 2022 ses 70 ans d’existence, est pour sa part le leader mondial de l’impression de billets. Elle fournit aux banques centrales les presses spéciales qui permettent la production des fameuses « planches à billets ».

TOUT SAVOIR SUR LE CANTON DE VAUD EN S’AMUSANT

Quel fromage originaire de la Vallée de Joux est uniquement produit pendant la période hivernale ?

Comment s’appelle le plus grand aquarium d’eau douce d’Europe situé à Lausanne ? Voilà quelques-unes des 600 questions qui composent le nouveau jeu de société « T’es Vaudois si », édité par la société Unique Gaming. L’occasion de revoir, entre amis ou en famille, ses connaissances sur l’histoire, la culture ou les personnalités célèbres du canton, tout en essayant de décrocher les trois titres en jeu : Vaudois le plus rapide, Vaudois le plus intelligent ou Super-Vaudois. tuesde.ch/vaud

LAUSANNE EXPRESS

Le Beau-Rivage Palace a été désigné Meilleur hôtel de l’année 2023 par Gault&Millau. L’établissement 5 étoiles vieux de 161 ans avait reçu ce titre une première fois en 2007. Le guide souligne sa situation idéale au bord du Léman, la qualité de ses cinq restaurants, la beauté de son parc de 4 hectares et la rénovation réussie de son aile est historique en 2020.

Lausanne a remporté en avril le One Planet City Challenge 2022 du WWF au niveau suisse. Le jury d’experts internationaux a salué le Plan Climat de la Ville et ses ambitions en matière d’assainissement énergétique, de réduction du CO2 , de mobilité et d’arborisation.

La plus grande piscine couverte de Suisse a ouvert ses portes au public le 1er septembre à la Vaudoise aréna, à Malley. Le centre aquatique compte une piscine olympique qui pourra accueillir 700 spectateurs lors de compétitions, un bassin de plongeon, un bassin détente, un autre pour l’enseignement et une grande pataugeoire pour les petits baigneurs.

Jusqu’au 29 janvier, le Palais de Rumine présente Qanga : le Groenland au fil du temps. Qanga signifie « autrefois » en kalaallisut, et marque le point de départ de cette exposition retraçant l’histoire de la plus grande île du monde, de ses premiers habitants à nos jours. Pour ce faire, elle se base sur les bandes dessinées du Groenlandais Konrad Nuka Godtfredsen, associées à des objets historiques, archéologiques et des œuvres d’art du Groenland.

Réponses :
L’aquarium Aquatis 29 LAUSANNE BOUGE | GAZETTE
Le vacherin Mont-d’Or –

Elisabeth Gerritzen entame cet hiver sa 7e saison sur le Freeride World Tour (FWT). La skieuse lausannoise, double gagnante de l’Xtreme de Verbier et Championne du monde 2021 de « freeride », est une jeune femme de convictions qui étudie le droit en master à l’Université de Genève. Interview.

Propos recueillis par Laurent Grabet

Quelles sont vos ambitions pour cette saison 2022-2023 ?

Elisabeth Gerritzen : Faire de mon mieux sur le circuit en m’affranchissant de la pression de favorite qui m’avait passablement handicapée l’hiver dernier. Mon rêve reste de gagner le classement général et de m’imposer lors de l’étape reine à Verbier, mais je refuse d’en faire une obsession. À 27 ans, je suis déjà presque une vétérante, ça fait bizarre… J’ai également sorti mon film Fragments choisis en

« LAUSANNE RESTE MA VILLE DE CŒUR »

octobre. Il a été présenté au High Five Festival d’Annecy et reste visible sur Internet. Je me suis investie à cœur ouvert dans ce projet mêlant images sportives et plus intimes.

En 2021, peu après votre victoire sur l’Xtreme, vous choisissiez de faire votre coming out sur Instagram. Pourquoi ?

J’étais tout à coup sous la lumière des projecteurs et j’ai voulu en profiter pour faire quelque chose qui avait du sens. C’était un peu un coup de tête, mais je me sentais suffisamment forte pour encaisser d’éventuelles réactions déplaisantes qui ne sont d’ailleurs jamais venues.

Je l’ai fait pour la jeune fille que j’étais et qui se cachait un peu et surtout pour toutes celles qui lui ressemblent peut-être encore aujourd’hui... Ado, les modèles de femmes lesbiennes inspirantes m’avaient manqué.

C’était aussi une occasion de mettre en cohérence ma sphère privée et ma sphère publique.

Comment est née cette passion du ski et des montagnes chez la petite citadine que vous étiez ? Mes parents sont des passionnés de ski et de montagne. Nous allions chaque week-end à Verbier. J’ai vite été prise dans l’engrenage du ski de compétition sur piste, mais je n’y excellais guère. Alors, avec quelques amis rebelles du Ski Club, on s’est mis à construire des petits sauts en bordure de piste puis à s’aventurer dans la poudreuse. L’année de mes 16 ans, les premières compétitions qualificatives du FWT passaient par Verbier et on s’est inscrits. Le reste s’est fait naturellement à force de passion et d’heures passées à rider. À 20 ans, j’intégrais le circuit mondial.

LAUSANNE BOUGE | AUTOCHTONE 30

Et les expériences que vous y avez vécues ont réveillé en vous une conscience féministe… Oui. Le milieu du freeride est très masculin et reste teinté de patriarcat. Or, depuis toute gamine, je suis très sensible à l’injustice. En 2020, grâce notamment à la combativité de la snowboardeuse Anne-Flore Marxer (voir son interview dans le Lausanner 04, ndlr), les primes de courses féminines ont été alignées sur celles des hommes. Depuis l’hiver dernier, je participe à une commission du FWT sur l’égalité de genre. Les choses

SES ADRESSES

vont donc plutôt dans le bon sens, mais il reste du travail. Pourquoi par exemple lors de l’Xtreme, les filles ne partent pas du sommet du Bec des Rosses comme les garçons ?

Quel rapport entretenezvous avec Lausanne ? Mes parents se sont installés à Lausanne, dans le quartier de Chailly, quand j’avais 3 ans et j’y ai vécu jusqu’à mes 20 ans. Lausanne reste ma ville de cœur. Des souvenirs d’enfance et de jeunesse m’y attendent à chaque coin de rue. J’y reviens

régulièrement. Lausanne est comme un village et une grande ville à la fois. Ça bouge beaucoup dans tous les domaines. On y trouve des accès privilégiés au Léman et j’en ai beaucoup profité. C’est aussi au bord du lac et dans les rues pentues de la ville qu’est né mon amour du cyclisme. Il y a deux ans, je suis allée jusqu’à Marseille en pédalant et l’été passé je suis allée rendre visite à mon grand frère à Amsterdam de la même façon. J’aime cette liberté !

CAFÉ-RESTAURANT

LA COURONNE D’OR

Rue des Deux-Marchés 13, Lausanne couronnedor.ch

LE DALAT

Place du Vallon 5, Lausanne @LeDalatLausanne

« J’ai beaucoup fréquenté ce café-barrestaurant typiquement lausannois dans ma jeunesse. Il est central, mais loin de l’agitation, accueillant, bon marché et propice aux discussions entre amis. »

RESTAURANT

PLAGE DE LA TOUR

HALDIMAND

Avenue de la Tour-Haldimand, Lausanne

« J’ai longtemps eu mes habitudes dans ce restaurant asiatique qui a un cachet incroyable, car situé dans l’ancienne gare du funiculaire qui reliait la Cité à Sauvabelin. Je recommande les excellents bò bún végétariens. »

« C’est un magnifique endroit pour admirer le lac dans le calme et se baigner. Il y a généralement peu de monde. On y accède par un charmant petit chemin piétonnier. »

POINT DE VUE

LAUSANNE BOUGE | AUTOCHTONE 31

DÉCOUVRIR LAUSANNE GRÂCE À SES HABITANTS

Vivre au rythme des Lausannoises et Lausannois, connaître leurs lieux préférés, leurs habitudes, c’est ce que vous propose la communauté des Lausanners sur thelausanner.ch

Les profils variés qui composent la communauté des Lausanners partagent tout au long de l’année leurs bons plans afin de vous permettre de profiter pleinement de la ville. Dans cette édition, nous vous proposons de faire la connaissance de Valérie Rüfenacht, doctorante en marketing et management, et de Victor Michaud, ingénieur passionné de photographie.

Propos recueillis par Alice Caspary

VALÉRIE RÜFENACHT L’ARTY TRENDY

Valérie, qui êtes-vous ?

J’ai grandi à Châtillens, un petit village vaudois. J’ai 26 ans. Je suis née à Lausanne, lieu de mes études à l’UNIL, en HEC. Je fais un Doctorat en marketing et management à l’Université de Neuchâtel. Dans mon temps libre, j’aime écrire des textes poétiques, juste pour moi.

Où trouvez-vous votre inspiration ?

J’aime bien m’installer dans des cafés, car on est baigné dans une ambiance particulière. Je m’assieds sur la terrasse du Kiosque SaintFrançois et je regarde les gens qui passent.

J’aime également le Bar Tabac car l’endroit est calme et fréquenté par des gens de tous les âges. Le tenancier ne se laisse pas guider par les tendances, ce qui donne une vraie âme au lieu qui est, de plus, magnifique avec ses vieux parquets.

Avez-vous d’autres lieux à nous recommander ? Je recommande le café Ordinary Man, au PetitChêne, qui sert d’excellents cafés, mais surtout qui expose des photographes contemporains. J’aime aussi aller au Montriond. Là aussi, il y a une véritable ambiance de quartier, un mélange de générations que j’apprécie. Je m’y sens comme à la maison.

Quels sont vos loisirs à Lausanne ?

Je suis très intéressée par l’art. J’adore voir des expositions à Plateforme 10 et à la Fondation de l’Hermitage. Je suis également une fan de brocantes. Le dimanche, je vais à celles au bord du lac ou sur la place de la Riponne.

Quid des activités sportives ?

Il m’arrive de prendre des cours de spinning (cyclisme en salle, ndlr) à la rue du Simplon. Il est possible de payer par cours suivi, ce qui est pratique, car je ne suis pas très assidue (rires) !

Qu’est-ce qui vous plaît spécifiquement à Lausanne ?

C’est une ville à taille humaine, mais l’offre culturelle est assez grande. Lausanne est aussi avancée au niveau de l’offre culinaire, avec beaucoup d’enseignes qui proposent des menus véganes. C’est une ville verte, agréable. Et ça bouge !

Kiosque

Saint-François kiosque-stfrancois.ch

Bar Tabac bartabac.ch

Ordinary Man ordinaryman.coffee

Le Montriond lemontriond.ch

Plateforme 10 plateforme10.ch

École de « spinning » : BEAT fitness beatfitness.ch

32 LAUSANNE BOUGE

VICTOR MICHAUD

LE CHASSEUR D’INSTANTS

Victor, qui êtes-vous ?

J’ai 25 ans. Je viens de Lyon, en France. Je me suis installé à Lausanne il y a sept ans pour mes études à l’École polytechnique fédérale (EPFL). Aujourd’hui, je suis ingénieur. Je vis au bord du lac et je passe souvent mon temps libre dehors, à me balader. En parallèle de mon activité professionnelle, je fais de la vidéo et de la photo.

Avez-vous tout de suite apprécié Lausanne ou avez-vous dû apprendre à l’aimer ?

Je l’ai aimée immédiatement. J’étais déjà sous le charme en arrivant par la route cantonale qui longe le lac. En tant qu’étudiant, c’est assez simple de rencontrer du monde, donc j’ai vite découvert la vie lausannoise. Grâce à la photo, j’ai aussi fait la connaissance de Lausannois qui m’ont montré certains lieux.

Lausanne vous offre-t-elle de beaux décors pour vos photos et vidéos ?

Oui, c’est une région qui me plaît beaucoup pour cela. Au niveau des paysages, mais aussi de la culture et de l’architecture, qui y est très intéressante. C’est inspirant pour prendre des photos de rues et des passants. J’aime par exemple les bâtiments administratifs aux

fenêtres orangées de la place Chauderon. La lumière s’y reflète au coucher du soleil. J’aime aussi longer le lac en direction de Saint-Sulpice et de Préverenges. Il y a des chemins entre les arbres, de jolies criques. J’apprécie également le parc de Mon-Repos, avec ses oiseaux exotiques.

Pourquoi avez-vous rejoint les Lausanners ? L’Office du tourisme repartageait souvent mes photos de la ville. Cela m’a donné envie de participer plus activement. On peut voir mon travail sur mon compte Instagram @victormichaud_photo.

Votre week-end hivernal idéal à Lausanne ? Le samedi, je prendrais un café Sous-Gare au Café de Grancy. Le soir, j’irais boire un verre au Perchoir, au 8e étage du Vortex, l’un des bars les plus sympas de Lausanne, et ensuite je sortirais au Bourg. Le dimanche, brunch au Blackbird Downtown Diner. Puis, direction Vidy pour me promener et admirer le lac. En fin de journée, j’irais au marché Bô Noël (le marché de Noël pour artistes locaux qui se tient du 17 novembre au 31 décembre en différents lieux de la ville, ndlr)

Vous voyez-vous encore à Lausanne dans dix ans ? Oui, clairement ! C’est un grand village, où l’on peut vivre près de la nature, mais aussi près des activités urbaines. La qualité de vie y est incroyable. J’aime aussi beaucoup l’état d’esprit à Lausanne, et plus généralement en Suisse romande. Les gens sont ouverts, tournés vers la nature.

Café de Grancy

Blackbird Downtown Diner downtownlausanne.ch

Bô Noël du 17 novembre au 31 décembre 2022 bo-noel.ch

cafedegrancy.ch Le Bourg bourg-club.ch Le Perchoir Rooftop-Bar levortex.ch
33 LAUSANNE BOUGE

« Recycler, c’est bien. Garder longtemps, c’est mieux »

Depuis ses ateliers de la rue du Nord, le designer lausannois Antoine Cahen a réinventé notre façon de préparer le café. Au-delà du succès des machines Nespresso, c’est surtout la recherche de la simplicité et du sens des objets qui motive son travail. Rencontre.

Propos recueillis par Pierre Grosjean

L’an dernier, à l’occasion d’un projet, Antoine Cahen s’est prêté à un exercice inhabituel. Il a commencé à noter sur une feuille A4 les valeurs cardinales qui guident son travail. Il est arrivé à un total de 14 concepts, qui résument bien l’approche des Ateliers du Nord (AdN), le bureau de design qu’il a contribué à créer au début des années 1980 à Lausanne.

La liste, reproduite en page 36, donne une idée des questions qu’il se pose : quelles sont les qualités des appareils qu’on aime utiliser ? Qu’est-ce qui fait qu’un objet est réussi ?

Héritier des valeurs du Bauhaus, Antoine Cahen a toujours inscrit son travail dans la simplicité, sans négliger les dimensions ludiques et sensorielles. C’est ce qui a fait sa réputation dans l’industrie. Les machines à café en capsule qu’il développe pour Nespresso se vendent depuis trente ans sur toute la planète. Elles ont déjà été écoulées à des dizaines de millions d’exemplaires. Peu de personnes connaissent le nom d’Antoine Cahen mais que l’on soit dans un cabinet de dentiste, dans une rame de métro, ou chez soi en train de repasser le linge, on bénéficie peut-être, sans le savoir, de l’un des objets qu’il a conçus.

34

BIOGRAPHIE

Antoine Cahen, né en 1950, a étudié le design industriel à l’École cantonale d’art de Lausanne, qui ne s’appelait pas encore ECAL , et où il enseignera par la suite. Il fonde les Ateliers du Nord (AdN) avec Claude Frossard et Werner Jeker en 1983. Son frère, Philippe Cahen, architecte, les rejoint en 1996. Antoine Cahen a développé des rames de métro (M1 à Lausanne), des fers à repasser (Laurastar), des souris d’ordinateur (Logitech), des bornes hydrantes (vonRoll), sans parler des machines Nespresso, des appareils médicaux et dentaires et des systèmes de traitement de l’eau.

À l’heure où le design est souvent réduit à une dimension décorative, The Lausanner a eu envie de rencontrer un vrai designer industriel, un praticien qui s’interroge quotidiennement sur le sens des objets, et qui trouve des solutions pratiques, applicables à grande échelle. Il nous a parlé de durabilité et du rôle du designer face à l’industrie.

Peu de gens savent que les machines Nespresso sont imaginées ici, dans ce vieil appartement transformé en atelier, au centre de Lausanne. Antoine Cahen : On nous reproche parfois de ne pas assez communiquer sur notre activité. Il paraît qu’aujourd’hui, les bureaux de design doivent se vendre, se faire connaître. Je ne crois pas que ce soit une bonne chose. On peut bien sûr promouvoir le travail de quelqu’un d’autre. Mais je ne pense pas être en droit de communiquer sur mon propre travail. Se vendre, c’est se vanter.

Depuis quand occupez-vous ces locaux ? Cela va faire quarante ans. Au début, quand nous avons commencé à travailler avec les gens de Nespresso, leur équipe se résumait à huit personnes. →

« J’adore ‘ faire ’, mettre les mains dans le cambouis. Pendant que je fais, je trouve des idées. »
35 INTERVIEW

Ils sont aujourd’hui plus de 10 000. Dans le même temps, aux Ateliers du Nord, nous sommes passés de trois à quatre. Rester petit est un choix : je n’ai pas envie de m’occuper des ressources humaines. J’adore « faire », mettre les mains dans le cambouis. Pendant que je fais, je trouve des idées. On est condamné à rester petit si l’on tient à travailler de cette manière. Avec une petite équipe, nous pouvons instaurer des rapports de start-up avec nos clients. Je travaille encore avec Nespresso selon les mêmes bases tacites que l’on avait établies à l’époque.

Vous concevez presque toutes leurs machines depuis plus de trente ans. Comment avez-vous fait pour préserver cette collaboration ?

Nous n’avons rien fait dans ce but. Notre seule préoccupation a été de proposer des solutions pour cette « nouvelle capsule ». Nos solutions ont fini par donner une image de marque aux machines. Le très gros succès général a sans doute aussi contribué à préserver cette association. Cela dit, ça ne s’est pas toujours passé dans la sérénité. Je me souviens en particulier d’un projet auquel personne ne croyait, sauf moi. J’avais trouvé la force de résister, je me demande bien par quel miracle.

LES 14 VALEURS

DU CODE AdN

Qu’est-ce qui fait qu’un objet est réussi ? Antoine Cahen a résumé les concepts qui guident sa pratique aux Ateliers du Nord (AdN).

SIMPLICITÉ.

Confort d’usage.

MINIMALISME.

Clarté du langage.

EXPRESSIVITÉ. Transmission d’idées.

LÉGITIMITÉ.

Honnêteté des formes.

ÉVOCATION.

Rappel des références.

INCITATION. Éveil d’envies.

JEU. Promesse de plaisir.

INTUITION. Évidence d’utilisation.

DIFFÉRENCE. Indépendance face aux tendances.

PLAISIR. Qualité des sensations.

ERGONOMIE. Confort d’utilisation.

GESTUELLE. Appel à participation.

PERSISTANCE. Fidélité aux valeurs.

PERSONNALITÉ. Absence de compromis.

1. Projet de catamaran « touristique » à hydrogène pour le lac de Joux, 2012.

2. Machine Essenza, 2003, Nespresso.

3. Montre automatique acier, 2021, Montre AdN.

4. Générateur à vapeur pour défroissage et désinfection, 2019, Laurastar.

Quel était ce projet ?

Une nouvelle manière de manipuler la machine, en introduisant la capsule par le haut. Aujourd’hui, toutes les machines fonctionnent ainsi, mais à l’époque, cette gestuelle paraissait trop atypique. Les gens de Nespresso n’y croyaient pas : on est prudent quand on doit investir des millions dans une nouvelle machine… La bagarre a donc eu lieu. Après des tests, cette machine, qui était le fruit d’un travail commun entre un designer et un ingénieur, a finalement été lancée et elle est devenue un standard. Je ne sais pas si, aujourd’hui, j’aurais encore cette énergie pour défendre mes idées.

Comment définissez-vous votre métier ? Quand j’ai commencé dans cette profession, les gens ne connaissaient même pas le mot design. Aujourd’hui, ils connaissent le mot mais ils le confondent avec la déco. Ils croient qu’on reçoit un objet et qu’on se contente de mettre un peu de design autour pour le vendre. Je n’ai jamais travaillé ainsi. Mon métier, c’est le design industriel. Nous essayons de résoudre des problèmes à grande échelle, de créer de très bons objets pour tout le monde, réalisés avec une économie de moyens. Ce qui ne veut pas dire qu’on bosse peu ! Braun et Olivetti étaient des entreprises éclairées qui, malgré leur taille, avaient gardé la volonté de tout faire très bien. Leurs exemples m’ont guidé. J’ai la conviction

1. 3. 2. 4. 36 INTERVIEW

que les designers ont une responsabilité dans ce qui se fait, et qu’ils doivent pouvoir influer sur la décision finale de l’entreprise. Nous avons cette relation avec Laurastar, qui travaille sur le repassage, la vapeur, la désinfection, etc. Nous sommes partie prenante de leurs projets depuis le tout début. C’est très bien, mais cela peut devenir très énergivore.

Pourquoi ?

L’économie de moyens doit s’inscrire dans la durée ; il faut travailler énormément pour faire simple ; soustraire demande plus de boulot qu’additionner… Toutes ces convictions que l’on avait pendant nos études, nous les avons gardées. Récemment, un client m’a demandé de réfléchir à un nouvel appareil qui puisse être démonté et réparé. On aura dû attendre cinquante ans pour que cette notion redevienne importante. Cela va représenter du travail. On ne conçoit pas de la même manière un objet dont on sait qu’il devra être réparable. Recycler, c’est bien. Garder longtemps, c’est mieux.

La Suisse est-elle selon vous un pays du design ? Il y a bien sûr l’architecture et le design graphique, des domaines où le pays bénéficie d’une vraie tradition. Mais le design au sens large reste peu connu en Suisse. On a peut-être une chance car le pays est petit, sous influences latine et germanique. La définition du design suisse pourrait être celle d’une confluence. Mais je n’ai pas envie d’être associé à une nationalité. Je n’aime pas les drapeaux.

DÉVELOPPER

L’OREILLE MUSICALE

Ce petit objet est né d’un constat : la plupart des boîtes à musique pour bébés que l’on trouve sur le marché sonnent mal, ou carrément faux. Elles ne sont pas du tout adaptées à l’extraordinaire finesse d’écoute des nouveau-nés, capables de distinguer les harmonies dans leurs moindres nuances. C’est pour offrir aux enfants une première expérience musicale de qualité qu’Antoine Cahen a accepté la proposition du professeur de musique Juan Buti de participer au développement d’une nouvelle boîte à musique. La BAM joue six mélodies, notamment de Mozart et Chopin, choisies pour l’intervalle de leurs premières notes, avec une qualité acoustique optimale. Pour le boîtier, Antoine Cahen a choisi un polymère d’origine végétale et minérale qui lui procure un toucher doux. La BAM est développée avec l’aide de l’École d’ingénierie de Fribourg, fabriquée en Suisse, à l’exception de l’électronique pour l’instant.

Plus d’informations : babybam.ch

Lancez-vous parfois vos propres projets, sans répondre à la demande d’un client ?

Nous avons peu l’occasion de le faire, mais il nous est arrivé d’éditer des montres. Nous l’avons fait deux fois, à trente ans d’écart. On peut les voir sur le site adn-design.ch. L’idée était de réaliser un bel objet, anti bling-bling. Par ailleurs, l’année dernière, un prof de guitare est venu me voir avec un projet de boîte à musique pédagogique. Il m’a expliqué que si l’enfant écoute les notes justes dès le plus jeune âge, cela favorise son développement général, et aussi musical. J’ai bien aimé l’idée : si l’on fait bien au début, c’est acquis. Avec un ami ingénieur, nous avons donc décidé de participer. →

« J’ai la conviction que les designers ont une responsabilité dans ce qui se fait, et qu’ils doivent pouvoir influer sur la décision finale de l’entreprise. »
37 INTERVIEW

L’objet arrive maintenant sur le marché, en petite série, en Suisse et bientôt aussi en France (lire encadré en page 37). C’était une expérience agréable mais isolée. Je ne vais pas lancer une collection AdN et refaire tous les objets que je trouve ratés. J’admire beaucoup les artistes qui parviennent à travailler chaque matin alors que personne ne leur a rien demandé. Ils ont la niaque.

À 72 ans, vous semblez l’avoir, vous aussi. Si je continue à travailler, c’est parce que j’ai toujours mélangé mes loisirs avec mon métier. Je n’ai pas de hobby. Je ne fais pas de golf, ni de voile, ni d’équitation. Ce que j’aime profondément faire, c’est mon métier. ■

LES ADRESSES D’ANTOINE CAHEN

RESTAURANT LE MILAN

Boulevard de Grancy 54, Lausanne lemilan.com

« Ce qui me plaît dans ce restaurant italien, c’est qu’il accueille tout le monde. Les vieux, les jeunes, les branchés, les gens du quartier, sans sectarisme. »

RESTAURANT

BRASSERIE DU CHÂTEAU

Place du Tunnel 1, Lausanne brasserieduchateau.ch

« La première brasserie artisanale de Lausanne. Ils produisent leurs propres bières et l’on peut voir comment ils les font. La fabrication est visible. »

BRASSERIE

MUSÉE

COLLECTION DE L’ART BRUT

Avenue des Bergières 11, Lausanne artbrut.ch

« Quand je reçois des amis qui ne connaissent pas Lausanne, je les emmène toujours dans ce musée que j’adore. Une collection extraordinaire. C’est une rareté. »

Les Ateliers du Nord occupent à Lausanne le même espace depuis 1983.
38
40 LE DOSSIER

LAUSANNE À L’AVANT-GOÛT DE LA CUISINE DE DEMAIN

Entre diversité culinaire, cartes locavores et saveurs véganes, l’offre lausannoise intègre avec succès les concepts novateurs, à déguster aux grandes tables, dans les bistrots du coin et jusqu’aux «food trucks».

Pôle mondial de l’alimentaire et des métiers de l’accueil, la région est devenue l’un des lieux où s’invente l’avenir de la restauration.

De toutes les facettes lausannoises rayonnant à l’international, la gastronomie occupe une place importante. Cela a encore été mis en évidence par le fait qu’en octobre, l’Hospitality Business School (EHL) accueillait pour la première fois la prestigieuse cérémonie des étoiles Michelin Suisse, récompensant le meilleur de la restauration. Une collaboration instaurée pour trois éditions permettant de souligner la recherche d’excellence commune au célèbre guide et à l’EHL, classée meilleure école hôtelière du monde. Parmi les 300 établissements lausannois, nombreux sont ceux qui privilégient

les nouvelles tendances, mettant souvent à l’honneur le bio et la cuisine locavore, permettant de s’inscrire dans une démarche durable en limitant les transports. On y déguste des produits de saison issus des cultures vivrières de la région, respectueuses de l’environnement. Les végétariens ont de quoi se régaler également, avec la multiplication des adresses sans viande ou sans aucun aliment d’origine animale.

L’offre lausannoise, très variée entre cuisine traditionnelle et gastronomie des quatre coins du monde, se déploie d’un bout à l’autre de la ville dans des établissements ou sur le

pouce, grâce, entre autres, aux food trucks. Sans oublier que la capitale vaudoise et ses environs offrent une concentration rare de tables étoilées.

La foodtech fait aussi partie des spécialités locales. L’innovation est reine du côté de Vers-chezles-Blanc où Nestlé emploie une équipe de classe mondiale pour explorer et inventer l’alimentation du futur. Autant de compétences gustatives dont profite l’ensemble de la région.

Exploration d’une ville où s’invente la gastronomie de demain.

Un dossier realisé par Laurent Grabet Illustrations par Aurélien Barrelet
41 LE DOSSIER

INTERVIEW

« Je me réjouis qu’à Plateforme 10, en plus des œuvres d’art, on trouve au restaurant Le Nabi une offre culinaire avec une vraie intention, confie Knut Schwander. L’excellent plat préparé pour le shooting de la couverture m’a donné envie de revenir le plus vite possible découvrir leur cuisine. »

« La densité de bonnes tables est plus grande qu’ailleurs »

Knut Schwander, 59 ans, est un critique culinaire de référence en Suisse romande. Journaliste spécialisé pour Gault&Millau et animateur d’une émission culinaire sur la nouvelle radio M Le Média, il est arrivé enfant à Lausanne et y a fait ses premières expériences gustatives. Interview.

En quoi Lausanne est-elle particulièrement dynamique en matière de gastronomie ?

Knut Schwander : Quantité d’établissements ont été fondés et ouverts ces dernières années par de jeunes urbains. Comme à

LE DOSSIER

Londres ou à Paris, ils explorent l’actualité très voyageuse de la gastronomie et font vivre la world food. Les food trucks apportent aussi toutes sortes de choses encore inconnues à Lausanne jusque-là, même si cela fait bien vingt-cinq ans que l’on trouve en ville des restaurants étrangers en nombre. De son côté, la restauration classique perpétue la tradition ou le registre créatif tout en explorant en parallèle des pistes végétariennes, voire véganes. De manière générale, l’on voit de plus en plus de plats où la viande est présentée comme la garniture du légume.

La crise du covid a-t-elle modifié le paysage ?

Oui. De nouvelles habitudes ont été prises. Les gens consomment de plus en plus en livraison plutôt que sur place. Beaucoup d’établissements traditionnels s’y sont mis. Ceux qui vivaient des plats du jour ont dû réviser leur stratégie. L’éveil de la conscience écologique pourrait freiner cette tendance qui implique tout de même beaucoup d’emballages et de déplacements. Cette conscience verte encourage d’ores et déjà les tendances locavores et de saison.

Comment expliquer l’étendue de l’offre pour une ville de cette taille ?

Le côté cosmopolite et international de Lausanne y contribue, tout comme peut-être le niveau de vie plutôt élevé. Les personnes qui ont voyagé et connu ailleurs d’autres saveurs ont envie de les retrouver une fois de retour à Lausanne. La présence dynamisante de l’École hôtelière n’y est pas pour rien non plus.

Que dire de la haute gastronomie ?

La densité de bonnes tables dans l’Arc lémanique est plus importante que nulle part ailleurs ! Le grand Lausanne reste un haut lieu suisse en la matière. C’est Frédy Girardet qui lui a donné son rayonnement international grâce à son restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier, repris ensuite par Philippe Rochat, Benoît Violier puis aujourd’hui Franck Giovannini. Citons également La Fleur de Sel à Cossonay ou encore la table du Lausanne Palace ou celle du Beau-Rivage. La région regorge aussi de lieux où l’offre est pertinente et qualitative sans être hors de prix. Il y a de tout, de la simple pinte

en passant par le bistrot de quartier ou l’italien convivial.

Vous aimez aussi le sucré. Qu’est-ce que la ville offre en la matière ? Beaucoup ! J’adore la confiserie Wuthrich et ses fameux Giscard, créés en l’honneur de l’ancien président français (voir le Lausanner 01, ndlr). La chocolaterie Blondel, récemment rénovée, reste aussi un emblème. Il y a une quinzaine de bons chocolatiers rien qu’à Lausanne.

Que dire des bords du lac ? Ouchy est riche en possibilités. C’est au Beau-Rivage qu’officie la cheffe Anne-Sophie Pic. La Brasserie de ce 5 étoiles offre aussi des plats plus abordables, mais délicieux, dans une atmosphère évoquant une station balnéaire italienne. On trouve, dans le quartier, une crêperie, un restaurant italien et un asiatique plus populaires, mais aussi des établissements branchés tels que Le Lacustre ou La Jetée de la Compagnie. Ce secteur est, par sa diversité culinaire, à l’image de la ville dont il est un concentré.

SES ADRESSES

L’AUBERGE DE L’ABBAYE DE MONTHERON

Route de l’Abbaye 2, 1053 Montheron

« Cet incontournable a été dynamisé en 2014 par le chef espagnol Rafael Rodriguez. Il remet au goût du jour des recettes régionales avec des produits locaux près d’un ancien monastère cistercien. »

LE ROSSIGNOL Avenue du Léman 36, Lausanne

« Willy Rossignol, ancien chef du Lausanne Palace et du Mirador, y concocte des plats méditerranéens à base d’excellents produits et accompagnés de très bons vins du Lavaux notamment. »

LE BERCEAU DES SENS

Route de Berne 301, Lausanne

« Noté 16 sur 20 au Gault&Millau, c’est le restaurant d’enseignement de l’EHL. Peu de gens savent qu’il est ouvert au public. Il vaut le détour, car on y fait de belles découvertes. »

43 LE DOSSIER

Un laboratoire culinaire insolite

En mai ouvrait place du Tunnel, grâce à un financement participatif, le « centre culinaire créatif » Deli Social. Rhys Williams, architecte gallois également cuisinier ayant participé à l’émission Master Chef et sa compagne, la designer Emily Groves, sont les promoteurs de ce café se voulant aussi librairie culinaire, atelier et résidence d’artistes. Presque chaque midi, on peut y déguster trois sandwiches originaux accompagnés de desserts ou se les faire livrer. Selon sa fondatrice, « Deli Social se trouve à cheval entre la résidence d’artistes et l’incubateur d’entreprises. L’idée est d’offrir une plateforme d’expérimentation collective pour générer de l’innovation dans la manière de s’alimenter, mais aussi les interactions avec le design et l’industrie.» Dans un registre similaire, signalons aussi le collectif Cang Tin. Cette association marie gastronomie, arts appliqués et artisanat vietnamiens.

→ deli.social → cangtin.ch

COMMUNAUTÉ
44

Lausanne se met à table

Lausanne à Table est un incontournable pour qui aime bien manger. Cette association, née en 2014 de l’octroi du titre « Lausanne Ville du Goût » par l’Association suisse de promotion du goût, « met en valeur par l’événementiel des produits alimentaires et leurs artisans », décrit le critique Pierre Thomas. Elle rassemble 200 acteurs locaux du monde gastronomique et organise plus d’une centaine de dates gourmandes et souvent insolites de mi-mai à mi-décembre pour faire découvrir la diversité culinaire de la ville. Et « il y en a pour tous les goûts », comme le précise leur slogan. Des tables éphémères, des tables conviviales chez les chefs, des pintes ouvertes, une battle « chasselas raclette »,

modèle français en 2001 par les Vaudois Josef Zisyadis, Marc Rosset et Pierre Berger, également cofondateurs de l’Association suisse de promotion du goût. Elle vise à valoriser les produits de proximité et permet la rencontre des professionnels des métiers de bouche et du public. Elle a vite pris une ampleur nationale et recense chaque année, en septembre, plusieurs centaines de rendez-vous à travers le pays.

vaudoise héberge aussi l’association Patrimoine culinaire suisse qui répertorie dans son Inventaire du patrimoine culinaire suisse plus de 400 produits alimentaires traditionnels et détaille leur mode de fabrication et leur histoire.

→ lausanneatable.ch

→ patrimoineculinaire.ch

→ gout.ch

ASSOCIATION
45 LE DOSSIER

Les anciens de l’EHL dynamisent la ville

Quel est le point commun entre des établissements aussi divers que Le Pointu et ses brunchs cultes, la trattoria Un Po’ Di Più, le bar à vin participatif Ta Cave, le bar-resto d’inspirations sud-américaines Lucha Libre, l’incontournable libanais Obeirut, les burgers de Crrsp ou encore les spécialités de cafés de Ça passe crème ? Ils ont tous été créés par des alumni de la Hospitality Business School (EHL), fondée en 1893 et qui arrive en tête des écoles hôtelières internationales au classement du prestigieux QS World University Rankings.

Ces enseignes misent sur des produits locaux et de qualité, souvent issus de l’agriculture bio ou raisonnée et un cadre cosy, original et branché. « Plusieurs tendances s’inscrivent dans l’avenir de la gastronomie, notamment le local, le saisonnier et le durable », commente Patrick Ogheard, doyen des Arts pratiques et codirecteur de l’Institut de nutrition R&D à l’EHL. « Nous autres, anciens de l’EHL, mettons à profit le réseau que nous avons pu tisser lors de nos études et nous misons sur notre connaissance du terroir local et un amour

certain de Lausanne », résume Julien Caure, cofondateur de la cave urbaine Street Cellar.

« Un tiers de nos étudiants sont intéressés par l’entrepreneuriat qui est une voie royale pour mettre en pratique notre ADN managérial et notre sens de l’accueil », précise Lucile Muller, responsable communication à l’EHL. « Lausanne reste un endroit stratégique charriant une vaste clientèle internationale estudiantine et ces nouveaux établissements jeunes et originaux lui conviennent à merveille. Ils illustrent une stratification de la mondialisation de l’assiette », décode le critique culinaire Pierre Thomas, coauteur du récent livre 111 lieux à Lausanne à ne pas manquer.

Pour s’immerger complètement dans la démarche « kilomètre zéro », le gastronome recommande les deux établissements tenus par Romano Hasenauer, diplômé de l’EHL et actuel président de Lausanne à Table (voir page 45). « À l’auberge du Chalet des Enfants, au milieu d’une clairière idyllique perdue dans les Bois du Jorat, Romano Hasenauer mise sur une agriculture de proximité. Dans cet établissement labellisé Swisstainable Niveau II, il concocte des plats d’inspiration locale avec des produits parfois issus de ses 1000 m2 de potager bichonné en permaculture et biodynamie par son équipe et lui. Il a aussi remis au goût du jour le boutefas, gros saucisson typiquement vaudois et depuis peu AOP. Et à l’Auberge de Montheron, premier établissement suisse romand à avoir obtenu le label vert du Guide Michelin, il applique, avec son chef de cuisine, la même philosophie locavore. »

INNOVATION
46 LE DOSSIER
Romano Hasenauer, diplômé de l’EHL et actuel président de Lausanne à Table

Célèbre pour ses brunchs, il a été créé en 2016 par six anciens de l’EHL qui ont depuis aussi ouvert le Loxton.

Ouvert en 2019 par trois associés, dont deux alumni, le restaurant met la cuisine latine à l’honneur dans une atmosphère chaleureuse.

La trattoria à la décoration colorée, ouverte en 2021, dispose d’une superbe terrasse. À sa tête : trois alumni, dont deux des tenanciers du Pointu.

Le bar à vin du Flon, qui propose depuis avril 2021 une délicieuse « street food », est l’œuvre de deux anciens étudiants de l’EHL.

Lucha Libre Place de l’Ours 1 Lausanne
Le Pointu Rue Neuve 2 Lausanne
Un Po’ Di Più Rue du Tunnel 1 Lausanne
47 LE DOSSIER
Street Cellar Rue du Port-Franc 2a Lausanne ↓

La Riponne, royaume des « food trucks »

Faire le tour du monde sans quitter Lausanne ? La chose est possible grâce aux nombreux food trucks présents au centreville chaque jour en semaine de 11h à 14h. Furieusement en vogue depuis dix ans, ces camionsrestaurants font rimer restauration rapide et qualité. Ils sont sélectionnés sur appel d’offres et dossiers. La place de la Riponne est le centre névralgique de cette nouvelle manière de manger qui se pratique aussi à Sévelin, au parc de Milan, au Grand-Pré et devant le Bâtiment administratif de la Pontaise. On peut ainsi se délecter de spécialités camerounaises, iraniennes ou jamaïcaines, de crêpes, de bubble tea ou encore de momos tibétains. Liste non exhaustive ni figée. « Lausanne a accueilli le premier Food Truck Festival de Romandie en 2015 et on avait eu un immense succès. Suite à cela, la Commune avait investi d’autres places et étoffé son offre », rappelle Élise Rabaey, responsable gastronomie et événements à la Ville de Lausanne. Chaque année à la Pentecôte, le Miam Festival fait aussi la part belle aux food trucks. L’événement réunit plus d’une cinquantaine d’artisans du goût, permettant de découvrir en un seul lieu la grande variété culinaire d’une ville qui compte 160 nationalités. Une manifestation que The Independant avait classé en 2017 dans son top 10 des meilleurs festivals gastronomiques d’Europe !

→ Programme « food trucks » place de la Riponne (cuisine jamaïcaine, iranienne, camerounaise, etc...)

À EMPORTER
48 LE DOSSIER

« La ville en silhouette » de Christian Boillat a séduit le jury et la Municipalité. Cette dernière a expliqué avoir retenu sa création pour « son goût, sa fine texture et l’originalité de sa forme ».

Un chocolat de prestige pour Lausanne

Tous les deux ans depuis 2012, la Ville désigne son chocolat officiel pour une période de deux ans. Faute de concours en 2020 pour cause de pandémie, l’heureux élu de 2018, la chocolaterie Buet, avait conservé le titre de chocolat officiel lausannois jusqu’en 2022. Son successeur a été dévoilé début novembre : il s’agit de la Confiserie Christian Boillat. « Son chocolat régalera les hôtes de la Ville jusqu’en 2024 à la fréquence de 500 à 1000 boîtes par année en fonction des manifestations prévues », explique Patrizia Darbellay, responsable du concours à la Ville de Lausanne.

Recherches flexitariennes dans les laboratoires de Nestlé

Connaissez-vous le Vuna, ce « thon » végane que l’on trouve dans les supermarchés ? Avezvous remarqué que les Smarties sont désormais emballés dans un papier spécial ?

Ces inventions sont nées à Vers-chez-les-Blanc, sur les hauts de Lausanne. Là, le géant suisse de l’agroalimentaire Nestlé possède depuis 1987 son Centre de recherche Nestlé (CNR). Quelque 800 collaborateurs de 50 pays y travaillent. Ces nutritionnistes, biochimistes, physiciens, technologues en denrées alimentaires, immunologues, informaticiens et autres scientifiques planchent

sur la nutrition, la santé et la nourriture de demain. « Nous avons dans notre équipe plusieurs chefs étoilés qui contribuent à traduire nos découvertes dans des produits appétissants. Nos recherches fondamentales, faites parfois en partenariat avec notre Nestlé Institute of Health Sciences de l’EPFL, trouvent toujours des applications concrètes », souligne Melanie Kohli, porte-parole chez Nestlé. « Nous travaillons sur toute la chaîne de l’agriculture à l’emballage, en passant par l’impact de l’alimentation sur la santé, la mobilité et les capacités cognitives chez les humains

ainsi que sur les animaux de compagnie. » Ces dernières années, le CNR met l’accent sur les meilleures manières de nourrir le monde de demain, par exemple en étudiant les plantes résistant le mieux à la sécheresse, en pensant une alimentation flexitarienne et en recherchant des alternatives aux protéines animales. Rayon innovation, notons aussi que Lausanne accueille depuis cette année le FoodHack Summit. Cet événement d’envergure, qui réunit des entrepreneurs foodtech internationaux, se déroulera en mai 2023.

FUTUR
CONFISERIE
49 LE DOSSIER

« Le covid a généré de nouveaux défis »

Le Café du Grütli fait partie des 44 établissements lausannois qui ont obtenu le label de « café historique ». Rencontre avec sa gérante, Vanessa Jeanneret.

À 33 ans, cette jeune maman, titulaire d’un CFC de spécialiste en restauration, d’une formation de sommelière de l’École du vin de Changins, d’une patente et maître d’apprentissage, s’apprête à succéder à ses parents à la tête du Grütli et à moderniser l’établissement fondé en 1849.

Comment voyez-vous le dynamisme gastronomique lausannois actuel ?

Ces dernières années, les endroits branchés, parfois végétariens ou véganes, attirant un public jeune et misant beaucoup, voire tout, sur les ventes à emporter ou en livraison, fleurissent. Lausanne offre une étonnante diversité et modernité pour sa taille. C’est bien !

D’un autre côté, il y a un vrai besoin chez beaucoup de revenir aux sources d’un terroir dépoussiéré. Le covid a généré de nouveaux défis dans la branche. Recruter et conserver du personnel qualifié est devenu difficile. Je le vois bien en tant que membre du comité de

EXPÉRIENCE
50 LE DOSSIER

GastroLausanne. Heureusement, les affaires vont bien et cet été a marqué un retour à la normale côté affluence.

De quoi êtes-vous chargée au Café du Grütli ?

De tout (rires). Notamment gérer nos 12 employés, dont quatre à six sont en cuisine pour concocter nos plats à la minute, et mettre sur pied une carte des vins très fournie qui étonne bien des clients. Nous privilégions les bons produits de notre région et de saison et apprécions donc de pouvoir les proposer à nos clients avec le moins d’intermédiaires possible.

Nous prenons plaisir à faire découvrir des petits producteurs locaux. Les mercredis et samedis, nous avons la chance, vu notre emplacement à la Palud, de pouvoir faire le marché et d’être en contact direct avec nos fournisseurs. Notre chasse nous vient des Grisons. Elle est fournie par mon oncle qui prend chaque année des vacances exprès. En reprenant le Grütli, j’ai envie d’apporter du peps, mais sans tout chambouler non plus. Les trois

télécabines, installées devant notre restaurant chaque année depuis les Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver de 2020 dans lesquelles on peut déguster une fondue à quatre, illustrent cette évolution en douceur.

Comment êtes-vous devenue restauratrice ?

J’ai toujours dit que jamais, je ne ferais ce métier (rires) ! Gamine, j’avais l’impression que le restaurant me volait mes parents. Ma sœur aînée et moi y mangions souvent sous la supervision de nos grands-parents. L’odeur des mets au fromage, mais aussi à l’époque du tabac froid, m’a marquée à jamais. Finalement, après le gymnase, j’y suis venue moi aussi. Peutêtre ai-je voulu rattraper le temps perdu car je travaille désormais avec mes parents ?

Café du Grütli Rue de la Mercerie 4, Lausanne cafedugruetli.ch

SES ADRESSES

LE 57° Place du Port, Lausanne

« Ce grill-rôtisserie, situé dans le Château d’Ouchy, est l’un des meilleurs endroits où déguster d’excellentes viandes rouges ou blanches en ville. »

LE CAFÉ DE LA POSTE Grand-Rue 48, Lutry

« J’aime y décompresser le dimanche après une semaine de travail. Les filets de perches du Léman y sont délicieux surtout quand on les déguste sur une magnifique terrasse les pieds dans l’eau ! »

UME

Route de Berne 285, Épalinges

« Ce restaurant asiatique ne paie pas de mine. Pourtant, on y trouve des sushis incroyables. J’y vais régulièrement. Ça change agréablement des produits traditionnels du Grütli. »

CES CAFÉS LAUSANNOIS AVEC UNE ÂME ET UNE HISTOIRE

Elles étaient là avant nous et le seront après : des enseignes chargées d’histoire, ayant régalé des générations de clients. Lausanne ne compte pas moins de 44 établissements de ce genre, dont le Grütli, la Brasserie Bavaria ou le Café Romand et son célèbre papet vaudois. Depuis 2021, la Ville leur attribue le label de « café historique ».

Pour l’obtenir, deux critères ont été pris en compte : l’ancienneté (plus de cinquante ans) du lieu et l’authenticité de ses décors. Cela encourage les tenanciers à chérir l’âme de ces lieux et à les faire vivre au présent. Leur histoire est racontée dans le livre Cafés et restaurants historiques de Lausanne, paru chez Favre en mai 2022. On y apprend que la Pinte Besson de la rue de l’Ale, réputée pour sa fondue, a près de 250 ans. Qu’avant d’embellir les Bois de Sauvabelin, le Chalet

Suisse servait ses délicieux mets aux fromages helvétiques dans le cadre de l’Expo universelle de 1958 à Bruxelles. Ou que le restaurant Au Chat Noir, ouvert en 1897, a été nommé ainsi en l’honneur de son « grand frère », le célèbre Chat Noir de Montmartre. C’est d’ailleurs à l’artiste lausannois Théophile Alexandre Steinlen, disparu il y a un siècle, en 1923, que l’on doit la célèbre illustration du bistrot parisien ainsi que le logo du Chat Noir de Lausanne.

51 LE DOSSIER

S’ÉVADER DANS

L’INSOLITE

Charmes cachés, histoires et anecdotes décalées : plongée dans une balade atypique au cœur de la Capitale Olympique.

Une porte de 5 tonnes, des fossiles millénaires, une pince mystérieuse… Lausanne regorge de lieux insolites et ne finit pas d’étonner, que l’on soit local ou visiteur. Si ses bâtiments emblématiques sont bien connus, le charme de la ville se trouve aussi dans ses détails et ses lieux atypiques. En levant les yeux ou en adoptant un autre regard, le connu devient nouveau. « On peut trouver de l’insolite même dans une rue qu’on fréquente. Les nombreuses pentes de la ville offrent des perspectives et des points de vue surprenants sur certains lieux », rappelle le Lausannois Pierre Corajoud, auteur de nombreux guides de balades. C’est l’idée de cette promenade parsemée d’étapes singulières : prendre le temps de regarder la ville autrement.

1 HORLOGE PARLANTE

Nous commençons notre balade à la place de la Palud pour assister au spectacle de l’horloge qui, aux heures pleines de 9h à 19h, s’anime et narre les grandes heures de l’histoire vaudoise (voir notre infographie dans le Lausanner 08). Faisant face à la fontaine de la Justice (voir pages 16-17), l’œuvre de l’artiste Pascal Besson, disparu en octobre 2022, a été inaugurée en avril 1964 et rappelle notamment la tentative du major Davel de libérer le canton du pouvoir bernois le 31 mars 1723.

LET’S GO !

2 RUISSEAU CACHÉ

Nous remontons sur la place de la Riponne. Sur notre gauche : le grand parking Inovil. Au troisième niveau de celui-ci, une fenêtre permet de découvrir l’unique passage encore visible en ville du ruisseau de la Louve. Il a été recouvert au XIXe siècle pour des questions de salubrité, tout comme le Flon qui coule aussi sous Lausanne.

3 PINCE MYSTÉRIEUSE

J’EN PINCE POUR TOI

Sur la place de la Riponne, essayons de trouver la pince incrustée dans l’un des 142 430 pavés de béton posés en 1973. Abandonné, l’outil, désormais fossilisé, intrigue depuis un demi-siècle. À qui appartenait-il ? Pourquoi a-t-il été laissé là ? Par choix ou par mégarde ? L’anecdote perturbe et ravit. Un collectif d’auteurs lui a même consacré un ouvrage, La Pince du pavé, paru en 2016 aux Éditions limitées.

4 PORTE BLINDÉE

En face, au Palais de Rumine, une autre curiosité lausannoise se trouve à l’extrémité de la terrasse nord : une porte blindée de 5 tonnes. Selon le guide Le Palais de Rumine de Bruno Corthésy, ce vestige du passé a servi à contenir l’eau chaude jaillissant lors du percement du Simplon. Que fait-elle à Lausanne ? Elle fut offerte à l’État de Vaud par l’entreprise de percement à la fin du chantier colossal, en 1906, année de l’inauguration du Palais de Rumine.

52 BALADE

Son emplacement actuel a été pensé par l’architecte du bâtiment Gaspard André. « L’inauguration du tunnel du Simplon était un immense événement. C’est aussi à cette occasion que l’on a baptisé la place de Milan, car le tunnel permettait de relier en train Lausanne à la ville italienne », explique Nathalie Nini Rey, guide lausannoise.

5 FOSSILES MILLÉNAIRES

Prenons ensuite les escaliers qui longent le bar The Great Escape. Après le passage piéton, nous empruntons les Escaliers du Marché dont la trajectoire en serpent et la pente de pavés datent des années 1717-1719. Arrivés à la Cité, nous découvrons au bas du bâtiment de Cité-Devant, juste après la fontaine de 1797, des coquillages fossilisés depuis des millions d’années dans du grès coquillier, extrait dans le nord du canton de Vaud.

6 PARC À L’ANGLAISE

En traversant le pont Bessières, on rejoint rapidement MonRepos. Véritable théâtre de verdure, ce parc à l’anglaise voit le jour au XVIIIe siècle, alors que le terrain est couvert de vignes. Avec ses parcelles de fleurs au style aristocratique, ses étangs, fontaines et oiseaux exotiques, il est l’un des plus connus de la ville. Plus haut, à gauche de l’imposant Tribunal fédéral, les œuvres du sculpteur Yves Dana, posées devant l’ancienne Orangerie qui lui sert d’atelier, vous accueilleront. Un lieu à part, datant de 1822. →

QUARTIER DU FLON LA CITÉ PLACE DE LA RIPONNE OUCHY PARC MON-REPOS PARC DE MONTBENON PARC DU DENANTOU GARE CFF PLACE ST-FRANÇOIS OH LABELLEPROMENADE ! LAUSANNE TOP SECRETS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 0 11 1 2 1 3
53

7 RUINES ET CASCADE

Dans le hameau de la forêt, tendons l’oreille pour entendre la chute d’eau. Sur la gauche, une entrée cachée par la végétation mène à un lieu magique et chargé d’histoire : les ruines de la Tour-Belvédère de Mon-Repos et sa cascade. En poursuivant notre exploration, nous arrivons à la coupole de Mon-Repos (derrière le temple de Béthusy), où nous profitons d’une vue imprenable sur le sud de la ville.

8 PAVÉS DORÉS

En quittant le parc, on rejoint la place Saint-François par la rue de Bourg.

Au nord de l’église réformée, on admire au sol une constellation de pavés dorés sur lesquels sont inscrits les prénoms des 52 enfants nés à Lausanne un soir de pleine lune en 1998. Ces carrés de laiton semblent jaillir de la fontaine en demi-lune qui complète cette œuvre signée des artistes AnneHélène Darbellay et Yves Zbinden. Inaugurée en 1999, elle symbolise l’eau comme source de vie.

9 CHAPELLE DE GUILLAUME TELL

Poursuivons ensuite sur l’avenue Jules-Gonin pour rejoindre l’esplanade de Montbenon. En traversant le parc, on aperçoit la chapelle de Guillaume Tell devant le Casino (qui, contrairement à son nom, n’a jamais abrité de salle de jeux depuis son inauguration en 1908. Actuellement, on y trouve la Brasserie de Montbenon et deux salles de spectacle). La bâtisse votive a été érigée entre 1913 et 1915. Trois fresques d’Ernest Biéler, restaurées en 1955, relatent les épisodes les plus connus de l’histoire du héros national suisse.

10 COULÉE VERTE

Nous descendons Sous-Gare pour emprunter la coulée verte, un chemin arboré en pente douce inauguré en 2008, qui nous mènera du boulevard de Grancy à Ouchy. Le trajet peut également se faire en métro : ces 10 000 m2 d’espaces verts recouvrent le métro m2. Cette voie verte est aussi appelée promenade de la Ficelle, du nom du petit train à crémaillère, ancêtre du métro, qui reliait Ouchy au Flon de juin 1877 à janvier 2006.

11 FONTAINE AUX ÂNES

À Ouchy, sur le quai Jean-PascalDelamuraz, une fontaine met en vedette trois ânes en train de s’abreuver, surmontés de l’inscription « En souvenir de l’Académie d’Ouchy ». Offerte à la Ville par l’artiste ÉdouardMarcel Sandoz en 1937, elle rend hommage aux équidés qui ont, jusqu’à l’avènement de la Ficelle en 1877, transporté depuis les rives du lac, sur la pente encore rocailleuse de la future avenue d’Ouchy, les pierres et matériaux qui ont servi à bâtir la ville. Sur leur passage, les habitants avaient, à en croire la légende, pour habitude de ricaner : « Voici l’Académie d’Ouchy ! »

12 PAVILLON THAÏLANDAIS

Nous longeons ensuite les quais d’Ouchy vers l’est pour rejoindre le parc du Denantou. Dans ce parc se trouve le Pavillon thaï, offert à la Ville en 2005 par le défunt roi Bhumibol Adulyadej, qui avait vécu en Suisse jusqu’en 1951. À l’époque, l’édifice avait été inauguré en présence de sa fille, Son Altesse Royale Maha Chakri Sirindhorn. Le 14 septembre 2022, la princesse était de retour au Denantou pour la cérémonie d’inauguration d’un buste à l’effigie de son père. Et sur l’étendue d’herbe, un arbre centenaire. L’un des préférés de Pierre Corajoud : « Il a un tronc exceptionnel, typique des charmes, très noueux, charpenté et robuste. Je l’apprécie beaucoup, car il vient de nos campagnes. »

13 VRAIE FAUSSE RUINE

On parcourt quelques mètres pour rejoindre, à Ouchy, l’embouchure de la Vuachère et s’intéresser à la « vraie fausse ruine » de la tour Haldimand. Elle a été construite en 1821 dans le style néogothique, très à la mode à l’époque romantique. Cette imitation d’une tour gothique est faite de murs de blocs de molasse sur un socle en tuf. Au terme de cette balade insolite, les mots de l’auteur Pierre Corajoud résonnent encore : « Plus on connaît certaines villes, plus on peut avoir envie de les connaître. » ■

BALADE 54
Notre succès, c’est vous qui en profitez Agence générale de Lausanne Rue Pichard 22, 1003 Lausanne T 021 310 02 02 www.vaudoise-redistribution.ch Heureux. Ensemble.
AVENUE DE RHODANIE QUAI D’OUCHY A V E N UE D ’OUCHY AVENUE D’OUCHY RUE DU TUNNEL PONT CHAUDERON AVENUELOUIS-RUCHONNET AVENUE JULES GONIN RUE DE GENÈVE RUE DU GRAND-PONT AVENUE DE LA GARE AVENUEDUTHÉÂTRE PONTBESSIÈRES AVENUE DEDENANTOU AVENUEDEL'ÉLYSÉE AVENUE DEMONTCHOISI AVENUE DU MONT D’OR BOULEVARD DE GRANCY AVENUE DE COUR AVENUE DE LA HARPE A VENUE DE J U R I G O Z RUE CENTR ALE RUE DE BOURG RUE CÉSARRO U X AVENUE JUSTE-OLIVIER RUE CARO L I N E RUE DE LA BORDE AVENUE DE BEAULIEU AVENUE DES BERGIÈRES AVENUE VINET AVENUEDEFRANCE AVENUE DES BAINS AVENUE DE MILAN AVENUE DE TIVOLI RUE DU PETIT-CHÊNE DÉLICES CGN EMBARCADÈRE LAUSANNE-OUCHY 0 100 m 500 m LAC LÉMAN ↑ 4 5 27 28 42 72 ↖ 22 38 66 16 32 63 70 71 ← 13 34 68 ← 1 2 3 6 7 8 9 10 11 12 14 15 17 18 19 20 21 23 24 25 26 29 30 31 33 35 36 37 39 40 41 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 58 59 47 60 61 62 64 65 67 69 73 74 56

LES ADRESSES DU NUMÉRO

BARS, CAFÉS, RESTAURANTS

1 57° Grill

Place du Port 1006 Lausanne

2 Anne-Sophie Pic (Beau-Rivage Palace) Place du Port 17-19 1006 Lausanne

3 Au Chat Noir Rue Beau-Séjour 27 1003 Lausanne

4 Auberge de l’Abbaye de Montheron Route de l’Abbaye 2 1053 Montheron

5 Auberge du Chalet des Enfants Route du Chalet-des-Enfants 1052 Le Mont-sur-Lausanne

6 Bamee Bar Avenue de la Gare 32 1003 Lausanne

7 Bar Tabac Rue Beau-Séjour 7 1003 Lausanne

8 Blackbird Downtown Diner Route de Bel-Air 1 1003 Lausanne

9 Bondi Empanadas Rue des Côtes-de-Montbenon 5  1003 Lausanne

10 Brasserie du Château Place du Tunnel 1 1005 Lausanne

11 Ça passe crème ! Boulevard de Grancy 49 1006 Lausanne

12 Café de Grancy Avenue du Rond-Point 1 1006 Lausanne

13 Café de la Poste Grand-Rue 48 1095 Lutry

14 Café du Grütli Rue de la Mercerie 4 1003 Lausanne

15 Café Romand Place Saint-François 2 1003 Lausanne

16 CRRSP Chemin de Prévenoge 2 1024 Écublens

17 Dalat Place du Vallon 5 1005 Lausanne

18 Deli Social Place du Tunnel 11 1005 Lausanne

19 Hungry Bear Food Rue du Simplon 3 B 1006 Lausanne

20 La Bavaria Rue du Petit-Chêne 10 1003 Lausanne

21 La Couronne d’Or Rue des Deux-Marchés 13 1005 Lausanne

22 La Fleur de Sel Rue du Temple 10 1304 Cossonay

23 La Galette Rue Louis-Auguste Curtat 13 1005 Lausanne

24 La Jetée de la Compagnie Jetée de la Compagnie 1007 Lausanne

25 La Pinte Besson Rue de l’Ale 4 1003 Lausanne

26 La Table du Lausanne Palace Rue du Grand-Chêne 7-9 1002 Lausanne

27 Le Berceau des Sens (EHL) Route de Berne 301 1000 Lausanne 25

28 Le Chalet Suisse Route du Signal 40 1018 Lausanne

29 Le Kiosque Saint-François Place Saint-François 13 1003 Lausanne

30 Le Milan Boulevard de Grancy 54 1006 Lausanne

31 Le Montriond Avenue Édouard Dapples 25 1006 Lausanne

32 Le Perchoir Rooftop-Bar Route de Praz Véguey 29 1022 Chavannes-près-Renens

33 Le Pointu Rue Neuve 2 1003 Lausanne

34 Le Rossignol Avenue du Léman 36 1005 Lausanne

35 Lucha Libre Place de l’Ours 1 1005 Lausanne

36 Obeirut Rue Belle-Fontaine 2 1003 Lausanne

37 Ordinary Man Rue du Petit-Chêne 28 1003 Lausanne

38 Restaurant de l’Hôtel de Ville Rue d’Yverdon 1 1023 Crissier

39 Street Cellar Rue du Port-Franc 2 A 1003 Lausanne

40 Ta Cave Rue du Simplon 35 1006 Lausanne

41 The Lacustre Quai Jean-Pascal Delamuraz 1 1006 Lausanne

42 Ume Route de Berne 285 1066 Épalinges

43 Un Po’ Di Più Rue du Tunnel 1 1005 Lausanne

SHOPPING

44 Atelier Sonja T. Rue du Simplon 9 1006 Lausanne

45 Boutique Photo Élysée et mudac Place de la Gare 17 1003 Lausanne

46 Chabada Vintage Rue Cheneau-de-Bourg 4 1003 Lausanne

47 Confiserie Christian Boillat Rue Enning 4 1003 Lausanne Place de la Navigation 18 1006 Lausanne

48 Finest Vintage Rue Caroline 5 1003 Lausanne

49 Fripsquare Avenue Édouard Dapples 15 bis 1006 Lausanne

50 La Chouquette Avenue de Rumine 4 1005 Lausanne

51 La Louve Friperie Rue de la Louve 3 1003 Lausanne

52 Laboratoi/RE Rue de la Mercerie 16 1003 Lausanne

53 Le Cercle du Thé Rue Grand-Saint-Jean 1 1003 Lausanne

54 Le Dressing Avenue des Alpes 3 1006 Lausanne

55 Les Patronnes Rue du Valentin 43 1004 Lausanne

56 Maison Buet Rue Grand-Saint-Jean 6 1003 Lausanne

57 Saveur PimenThé Rue Madeleine 5 1003 Lausanne

58 Tekoe

Rue Centrale 5 et place de la Gare 9 1003 Lausanne

59 ThéTeaTee Rue Enning 4 1003 Lausanne

60 Throwback Vintage Avenue de Beaulieu 7 1004 Lausanne

MUSÉES

61 Collection de l’Art Brut Avenue des Bergières 11 1004 Lausanne

62 Musée de la Machine à écrire Rue des Terreaux 18b 1003 Lausanne

63 Musée romain de Lausanne-Vidy Chemin du Bois-de-Vaux 24 1007 Lausanne

64 Palais de Rumine Place de la Riponne 6 1005 Lausanne

65 Plateforme 10 Place de la Gare 16-17 1003 Lausanne

LOISIRS

66 Axers Chemin des Lentillières 5 G 1023 Crissier

67 Beat Fitness Rue du Simplon 47 1006 Lausanne

68 Cobalt Project Route de la Claieaux-Moines 324 1090 Lutry

69 Colore Ta Vie Chemin de Montolivet 19 1006 Lausanne

70 Swiss Bubble Foot FC Saint-Sulpice, chemin du Laviau 1025 Saint-Sulpice

71 The Jump Spot Rue de Genève 103 1004 Lausanne

72 World Archery Excellence Center Chemin du Chalet Pra Roman 12 1000 Lausanne 25

SALLES DE SPECTACLE

73 Le Bourg Rue de Bourg 51 1003 Lausanne

74 Théâtre de Beaulieu Avenue des Bergières 10 1004 Lausanne

TRANSPORTS

Gare Lausanne-CFF Place de la Gare 1003 Lausanne

Transports publics lausannois (tl) Métro m1

Métro m2

QUARTIERS

CENTRE-VILLE/ RÔTILLON/FLON

CITÉ – MON-REPOS

GARE – OUCHY SAUVABELIN

PULLY

57 CARTE
LES
Les incontournables sur www.lausanne-tourisme.ch/incontournables Musique live docks.ch Lausanne
INCONTOURNABLES

QUARTIERS CITÉ / MON-REPOS

C’est autour de la colline de la Cité, sculptée par les rivières du Flon et de la Louve, que la ville médiévale s’est développée.

Ses ruelles pavées et piétonnes, ainsi que ses monuments en sont les témoins. Dès que vous traversez le pont Bessières, vous changez complètement de décor. Le quartier Caroline abrite un centre commercial, de nombreux bars, restaurants et boutiques. Un peu plus à l’est, le parc Mon-Repos offre un havre de verdure où la tanquillité est parfois interrompue par le gazouillis des oiseaux de sa volière.

SES INCONTOURNABLES

CATHÉDRALE DE LAUSANNE MUSÉE HISTORIQUE LAUSANNE

La Cathédrale, considérée comme l’un des plus beaux monuments gothiques de Suisse, fut consacrée en 1275. Ne manquez pas la rose, le portail peint, les stalles du XIIIe siècle, les vitraux anciens et modernes, et les grandes orgues. Les plus courageux iront admirer la vue panoramique depuis le beffroi (accès payant) après avoir grimpé 224 marches. Visite de la Cathédrale libre et visites guidées gratuites en été.

Dans les murs de l’Ancien Évêché, ce musée témoigne du riche passé de la ville et possède une célèbre maquette offrant une vision exceptionnelle de la cité au XVIIe siècle. Les expositions temporaires, inspirées des recherches faites sur ses collections, explorent les mille facettes du patrimoine. Une approche inédite de l’histoire de la ville avec des supports multimédias malins !

LES INCONTOURNABLES 59

ESCALIERS DU MARCHÉ

Lien direct et abrupt entre la Cathédrale et la place de la Palud, ces escaliers en bois mentionnés dès le XIIIe siècle ont leur forme actuelle depuis le début du XVIIIe siècle : couverts, serpentant et

jouxtant une rue pavée très raide. Faisant partie intégrante de l’iconographie populaire lausannoise, ils sont bordés à l’ouest par un ensemble pittoresque de vitrines de boutiques et de cafés.

Ouvert au public, c’est l’un des parcs les plus prisés des Lausannois de tous les âges avec ses immenses pelouses, ses volières d’oiseaux exotiques, ses aires de jeux et ses sculptures éphémères. Parcourez ses différentes allées pour y apercevoir une

orangerie ainsi qu’une tour néogothique surplombant une grotte et une cascade. La Villa Mon-Repos, au centre du parc homonyme, accueillit le siège du Comité International Olympique de 1922 à 1967 avant de servir d’espace de réception.

PARC MON-REPOS SES INCONTOURNABLES

QUARTIER CENTRE-VILLE

C’est ici que la vie lausannoise bat son plein de jour comme de nuit.

Entre immeubles du passé et nouveaux quartiers branchés, foulez pavés et grandes allées pour profiter du shopping parmi les grandes marques et les créateurs locaux. La vie nocturne avec des salles de concert et un opéra, auxquels s’ajoutent des bars et des clubs, vous tiendra éveillé jusqu’au petit matin.

PLACE ET ÉGLISE SAINT-FRANÇOIS

Les Lausannois se donnent rendez-vous sur cette place névralgique surplombée par une église médiévale. Cette dernière est devenue un haut lieu de musique et de dialogue avec l’art contemporain sous toutes ses formes. La place accueille chaque mercredi et samedi matin des stands du fameux marché de Lausanne.

LES INCONTOURNABLES 60

QUARTIER DU RÔTILLON PLACE DE LA

Dans les ruelles entrelacées de l’un des plus anciens quartiers de Lausanne, fresque de Titeuf, œuvres d’art, échoppes originales et cafés bohèmes attirent désormais la population branchée. Le Rôtillon, c’est l’un des nouveaux quartiers trendy, un petit air d’Italie en plein centre-ville.

PALUD

Une statue polychrome, symbole de la Justice, trône sur la fontaine Renaissance au centre de cette place piétonne où se trouve également l’Hôtel de Ville. En face, touristes et enfants attendent, à chaque heure pleine entre 9 h et 19 h, le ballet d’automates au son du carillon.

PALAIS DE RUMINE

Construit à la fin du XIXe   siècle sur la place de la Riponne, cet édifice de style italianisant abrite une foule de trésors dans ses divers musées de sciences, comme le plus grand requin blanc naturalisé au monde.

C’est la réussite architecturale de la ville. Ce quartier d’anciens entrepôts, qui débute à la place de l’Europe, a été réhabilité en zone de vie avec une multitude de restaurants, bars, clubs, boutiques, un cinéma et des espaces d’exposition. Ne manquez pas de boire un verre sur l’une des terrasses aménagées sur les toits.

Profitant de l’un des plus beaux dégagements de la ville sur le lac Léman et les Alpes, vous pourrez vous prélasser sur les pelouses devant le Palais de Justice, où se trouve une statue de Guillaume Tell, héros mythique des Hélvètes.

DE L’ART BRUT

La Ville créa ce musée unique au monde en 1976 en échange du legs de 5000 pièces d’art brut de l’artiste Jean Dubuffet. Située en face du Palais de Beaulieu, cette institution compte aujourd’hui plus de 70 000 oeuvres, dont 700 montrées en permanence, et exporte ses expositions dans le monde entier.

ESPLANADE DE MONTBENON COLLECTION
LES INCONTOURNABLES 61
QUARTIER DU FLON
Suisse. Naturellement.

QUARTIERS GARE / OUCHY

Les quartiers situés entre les quais d’Ouchy, au bord du lac Léman, et la gare de Lausanne invitent à la balade.

Ils dévoilent plusieurs oasis de verdure, d’élégantes demeures Belle Époque situées dans de larges avenues et quatre musées de renommée internationale. Depuis 2008, le métro sur pneus m2 a remplacé la « Ficelle », qui fut en 1877 l’un des premiers chemins de fer métropolitains du monde.

SES INCONTOURNABLES

CRÊT DE MONTRIOND & PLACE DE MILAN

Avec ses vastes pelouses, ses terrains de football, ses aires de jeux, sa fontaine et ses allées ombragées, cette place inaugurée à la fin du XIXe siècle attire les familles en toutes saisons. Accédez au Crêt de Montriond par un chemin tortueux pour découvrir un panorama à 360° sur la ville, les vignobles de Lavaux, le lac Léman et les Alpes.

MUSÉE ET JARDIN BOTANIQUES

Ce lieu magnifique, tout de fleurs et de grands arbres, est situé au pied de la colline de Montriond et à deux pas du parc de Milan. On peut y admirer près de 4000 espèces de végétaux du monde entier. Plantes alpines, médicinales, carnivores ou tropicales sont réunies dans un écrin de verdure au cœur de la ville. Le musée botanique propose des expositions scientifiques et artistiques durant l’année.

63 LES INCONTOURNABLES

LA BRASSERIE DU ROYAL

NOTRE CHEF PAOLO PRINCIPE ET SA BRIGADE VOUS INVITENT À PARTAGER UN MOMENT GOURMAND, NAPPÉ DE L’HISTOIRE LAUSANNOISE.

Nous écrivons un nouveau chapitre chaque saison. Rejoignez-nous pour déguster des plats savoureux et créatifs. Partagez les plaisirs de la table !

Royal Savoy Hotel & Spa Lausanne Avenue d’Ouchy 40 1006 Lausanne T. +41 (0)21 614 88 88 info@royalsavoylausanne.com www.royalsavoylausanne.com

IKONAR ELYSEE.CH  ∑  √  JOSEF  KOUDELKA 05.11.22 –  29.01.23 Josef Koudelka, Invasion, Prague, 1968 © Josef Koudelka/Magnum Photos, courtesy of the Josef Koudelka Foundation

MUSÉE ET PARC

OLYMPIQUE

Unique au monde, Le Musée Olympique représente la première attraction culturelle de Lausanne. Chacun de ses trois niveaux est dédié à une dimension particulière de l’olympisme, historique et moderne, faisant la part belle aux nouveaux moyens de communication interactifs. Il vous faudra peut-être plusieurs visites pour tout explorer. Dans tous les cas, une halte est bienvenue au TOM Café et sur sa terrasse, au dernier étage, qui offre une vue splendide sur le lac Léman et les Alpes. Dans le parc, admirez la collection de sculptures et testez vos performances sur une véritable piste d’athlétisme. Par un jeu de terrasses, on accède à une fontaine monumentale qui jouxte les rives du lac.

PARC DU DENANTOU

D’abord privé, puis ouvert au public en 1928, ce parc fut aménagé au XIXe siècle à la mode anglaise par un banquier. Laissez vos enfants gambader dans les prairies sauvages entourées de bosquets, de massifs floraux et de statues, ou jouer avec l’eau du bassin. Cet espace vert abrite depuis 2007 un pavillon thaï au toit doré offert à la Ville par feu Sa Majesté le roi de Thaïlande en remerciement de ses années passées à Lausanne entre 1933 et 1951.

CROISIÈRES SUR UN BATEAU BELLE ÉPOQUE

Pour une croisière romantique ou gourmande, ou simplement pour traverser le lac Léman, les bateaux à vapeur de la Compagnie Générale de Navigation (CGN) sont un incontournable de vos vacances en Suisse romande. Embarquez depuis Lausanne-Ouchy et rejoignez par exemple le Château de Chillon ou admirez les vignobles en terrasses de Lavaux, avec toujours les Alpes en toile de fond.

QUAIS D’OUCHY

À pied, à vélo ou en rollers, longez le bord du lac Léman en partant du Vieux Port jusqu’à la Tour Haldimand. Le long de votre promenade, vous découvrirez pas moins de trois parcs majeurs lausannois : l’Élysée, le parc Olympique et le Denantou, mais aussi, la roseraie de la place du Général Guisan qui présente plus de 130 espèces de rosiers différents.

65 LES INCONTOURNABLES
MUSÉE CANTONAL DES BEAUX-ARTS LAUSANNE Lubaina Himid. So Many Dreams 4.11.2022 –5.2.2023 Silvie Defraoui. Le tremblement des certitudes 10.3.2023 –21.5.2023 mcba.ch Jardin d’Hiver #2 Poems of Change 10.3.2023 –21.5.2023 Lubaina Himid, Le Rodeur: The Exchange 2016. Courtoisie de l’artiste et de Hollybush Gardens, Londres. Photo Andy Keate Silvie Defraoui, Aphrodite Ping-Pong I (film still), 2005. MCBA. Acquisition de la Commission cantonale des activités culturelles, 2007. © Silvie Defraoui Gina Proenza, L’ami naturel III, 2020. MCBA. Acquisition de la Commission cantonale des activités culturelles, 2020. © Gina Proenza. Photo : Sebastien Verdon

PLATEFORME 10

Ce nouveau quartier des arts inédit en Suisse, situé à côté de la gare, abrite trois musées de renommée internationale : le MCBA, Photo Élysée et le mudac.

Cette nouvelle plateforme culturelle réunit les beaux-arts, la photographie, les arts contemporains et le design, complétée par la présence des Fondations Toms Pauli et Félix Vallotton. Lieu d’accueil, de restauration et de détente, les aménagements architecturaux et l’atmosphère du quartier en font un espace urbain moderne, vivant et unique.

MCBA – MUSÉE CANTONAL DES BEAUX-ARTS

Inauguré en 1841, le MCBA fait partie des plus anciens musées suisses dédiés exclusivement à l’art. Ducros, Gleyre, Steinlen, Vallotton, Soutter : ces peintres vaudois font la réputation du Musée cantonal des Beaux-Arts, au niveau national et international. Leurs œuvres constituent une bonne partie de la collection du musée, formée à ce jour de près de 11 000 toiles. Le bâtiment en brique aux formes monolithiques évoque l’histoire du site, qui abritait les anciennes halles aux locomotives.

PHOTO ÉLYSÉE –MUSÉE CANTONAL POUR LA PHOTOGRAPHIE

Photo Elysée est l’un des plus importants musées entièrement dédiés au médium photographique. Il interroge la réinvention permanente du médium à travers les grandes figures qui ont marqué son histoire en imaginant de nouvelles façons de voir ou de faire voir, tout en révélant de façon privilégiée la photographie émergente. Il est aussi dépositaire d’une collection unique et de plusieurs fonds photographiques, dont ceux de Charlie Chaplin, Sabine Weiss et Jan Groover.

mudac – MUSÉE CANTONAL DE DESIGN ET D’ARTS APPLIQUÉS CONTEMPORAINS

Résolument contemporain, le mudac s’intéresse à toutes les formes de design et aime jeter des ponts entre les styles. Design, graphisme, mode : le musée casse les idées reçues et porte un regard neuf sur l’art. Dans son espace permanent, le musée présente la plus importante collection d’art verrier contemporain en Suisse et en Europe. Quant aux expositions temporaires, elles sont toujours là où on ne les attend pas : céramique, mobilier, mais aussi médias et bijoux sont tour à tour à l’honneur.

LES INCONTOURNABLES 67

QUARTIERS VIDY / HAUTES ÉCOLES

L’Ouest lausannois est dominé par le campus universitaire regroupant l’Université et l’ École polytechnique fédérale.

Un lieu qui ravit les 28 000 étudiants près des rives du lac où ils peuvent s’adonner à de nombreux sports nautiques.

SES INCONTOURNABLES

PISCINE ET MINIGOLF DE BELLERIVE

Cette piscine en plein air est équipée de grands bassins, de plongeoirs jusqu’à 10 m et de pataugeoires ludiques pour les enfants. Envie de farniente ? Allez vous prélasser sur les larges pelouses ou sur la plage (surveillée) avec accès direct au lac. Restaurant et buvettes sur place. Jouxtant la piscine, le minigolf de Bellerive est une invitation au jeu et un régal pour les familles ou entre amis.

PARC LOUIS-BOURGET ET PLAGE DE VIDY

Entre forêt riveraine et prairies, le parc Louis-Bourget est une réserve naturelle qui abrite une réserve ornithologique, un étang bordé de lucioles, une piste vita et une grande place de jeux. C’est aussi la destination idéale lors de chaudes soirées estivales : venez profiter des grils et barbecues installés sur les pelouses avant de vous adonner à une partie de foot ou de vous détendre sur la plage de Vidy ! On y rencontre également de nombreux promeneurs profitant d’un agréable chemin longeant le lac.

LES INCONTOURNABLES 68

LA MAISON OLYMPIQUE

MUSÉE ROMAIN ET RUINES GALLOROMAINES

ESPACE DES INVENTIONS

Avec sa forme inspirée du mouvement d’un athlète, la Maison olympique est l’un des bâtiments les plus durables du monde. Conçue pour refléter la mission globale du CIO de rendre le monde meilleur grâce au sport, elle réunit sous un même toit l’ensemble du personnel du CIO, soit 500 employés. (Fermée au public.)

Le Musée romain de Lausanne-Vidy propose une présentation de la Lousonna (Lausanne) gallo-romaine, ainsi que diverses expositions temporaires. Dans un cadre bucolique mêlant verdure, plan d’eau et ruines, ne manquez pas la balade dans les vestiges du forum du vicus (bourg) Lousonna daté de 15 av. J.-C. et qui est l’un des plus grands de Suisse.

Vos enfants sont des scientifiques en herbe ?

L’Espace des inventions, situé dans un étrange bâtiment au toit concave de 1964, est un lieu pour eux ! Sa vocation est d’éveiller l’intérêt des jeunes à la science et à la technique grâce à des expositions interactives et ludiques qui se renouvellent régulièrement.

CAMPUS UNIVERSITAIRE ET ROLEX LEARNING CENTER

Le campus universitaire comprend l’ École polytechnique fédérale de Lausanne, ainsi que l’Université de Lausanne, dont les premiers bâtiments furent construits dans les années 1970. Depuis, le site s’est rapidement agrandi et a intégré des bâtiments dont l’architecture est admirée au-delà des frontières. C’est le cas des douces ondulations du Rolex Learning Center signé par le bureau d’architecture japonais SANAA. Il sert à la fois de lieu d’apprentissage, de rencontres et d’échanges ; c’est aussi une bibliothèque abritant plus de 500 000 ouvrages.

LES INCONTOURNABLES 69

QUARTIERS SAUVABELIN / CHALET-À-GOBET

Au nord de la ville, les vastes étendues de forêts, qui représentent 40% de la superficie communale, sont autant d’occasions de balades et de pratique de sports en plein air.

À 873 m, le Chalet-à-Gobet est le point culminant de l’agglomération lausannoise, soit 500 m plus haut que le lac Léman. Le cadre bucolique de Sauvabelin avec son lac, son parc et sa tour vous enchantera.

SES INCONTOURNABLES

AQUATIS AQUARIUM-VIVARIUM

Ce complexe architectural novateur, facilement atteignable en métro, intègre le plus grand aquarium d’eau douce d’Europe et le vivarium de Lausanne. Suivez le parcours de

découverte constitué de 50 bassins illustrant une vingtaine d’écosystèmes aquatiques situés sur les cinq continents.

71 LES INCONTOURNABLES

Entre vignes, lac et montagnes, vivez l’expérience de l’hospitalité suisse sur les rives du Léman

Vos défis, notre métier.

Conseil de direction Expertises Evaluations d’entreprises Conseils et services fiscaux Gestion fiduciaire et administration de sociétés Conseils et services juridiques Révision

Révision de comptes des collectivités publiques Gestion financière et comptable Comptabilité et gestion des salaires

WWW.RIVAGELUTRY.CH
INCROYABLE !
7
Ofisa Berney Associés SA Ch. des Charmettes
Case Postale 7063 1002 Lausanne T +41 21 341 81 11 F +41 21 311 13 51 fidu@ofisaberney.ch ofisaberney.ch
berneyassocies.com
ofisaberney.ch

CHALET-À-GOBET

ET

CENTRE SPORTIF DE MAUVERNAY

Cette localité abrite une école hôtelière, une piste de ski, un centre équestre, ainsi qu’un golf. Son centre sportif propose des parcours de course à pied et de VTT (vestiaires et douches à disposition).

CAMPAGNE ET FONDATION DE L’HERMITAGE

Au cœur de la campagne de l’Hermitage trône une maison de maître construite vers 1850 et qui abrite aujourd’hui un célèbre musée de peinture. Dans les jardins à l’anglaise peuplés d’arbres majestueux, des bancs invitent à la contemplation d’un panorama unique sur la vieille ville, le lac et les montagnes.

PARC ET LAC DE SAUVABELIN

Créé en 1888 au cœur d’une forêt de chênes, le lac de Sauvabelin est rapidement devenu un lieu de promenade prisé des Lausannois. Le parc alentour fait le bonheur des petits qui y découvrent des animaux peu communs comme des porcs laineux, des vaches grises, des chèvres bottées et des moutons miroirs.

TOUR DE SAUVABELIN

Cette tour construite en bois massif local dans le respect de l’environnement est l’une des nombreuses destinations de balade dans les hauts de la ville depuis 2003. Profitez de la vue à 360° à 35 m de hauteur après avoir grimpé les 151 marches de son escalier en vis d’Archimède. Accès gratuit.

73 LES INCONTOURNABLES

LES ADRESSES DE LAUSANNE TOURISME À (RE)DÉCOUVRIR

RENSEIGNEMENTS TOURISTIQUES

Les deux centres d’information et d’accueil de l’office du tourisme sont à votre service à la gare CFF et à la Cathédrale. Vous y découvrirez une foule de prestations mises à votre disposition – titres de transport, plans d’orientation, itinéraires conseillés et excursions au départ de Lausanne, brochures diverses, liste des hôtels, etc. – ainsi que les actualités culturelles et de loisirs.

BUREAUX D’ACCUEIL AU PUBLIC DE LAUSANNE TOURISME

GARE DE LAUSANNE

Pl. de la Gare 9 Hall central de la gare CFF

CATHÉDRALE DE LAUSANNE

Retrouvez les horaires des deux bureaux d’information sur : www.lausanne-tourisme.ch/bureau-info

LAUSANNE TOURISME & BUREAU DES CONGRÈS

Administration

Av. de Rhodanie 2 Case postale 975 CH-1001 Lausanne +41 21 613 73 73 www.lausanne-tourisme.ch info@lausanne-tourisme.ch

VILLE DE LAUSANNE - INFO CITÉ

Point d’information de la Ville de Lausanne, le bureau « info cité » a pour mission de renseigner, d’orienter et de guider les Lausannois et les hôtes de passage.

Pl. de la Palud 2 CH-1002 Lausanne Du lundi au vendredi : 8h → 17h +41 21 315 25 55 www.lausanne.ch/infocite infocite@lausanne.ch

74 INFOS PRATIQUES

LAUSANNE PRATIQUE

Voici quelques contacts à garder à portée de main pour faciliter votre séjour. Vous avez accès à toutes les informations nécessaires dans nos deux bureaux d’accueil à la gare CFF et à la Cathédrale.

TÉLÉPHONES D’URGENCE

112 Numéro international pour appels d’urgence 117 Police (délits et vols, urgences seulement) 118 Service du feu 140 Service de dépannage routier 144 Ambulance

TÉLÉPHONES UTILES

+41 21 314 11 11 CHUV Centre Hospitalier Universitaire Vaudois +41 848 133 133 Centrale des médecins de garde 1811 Renseignements téléphoniques 162 Météo suisse 163 Trafic routier

BUREAU DES OBJETS TROUVÉS POLICE DE LAUSANNE Pl. de la Riponne 10 +41 21 315 33 85

Renseignements téléphoniques uniquement le matin Lundi à vendredi (sauf mercredi) : 13h → 16h www.lausanne.ch/objets-trouves

APPLICATIONS MOBILES UTILES

Retrouvez ici les applications utiles pour votre séjour à Lausanne. Agenda, hôtels, location de vélos en libre-service, transports publics et bien plus encore !

ARGENT Franc suisse (CHF) 1 euro = 1 CHF (taux indicatif)

BUREAU DE CHANGE

Gare de Lausanne Lundi à vendredi : 8h → 18h30 ; samedi : 9h → 18h ; dimanche : 10h → 18h

OFFICES DE POSTE DU CENTRE-VILLE :

LAUSANNE 2 SAINT-FRANÇOIS Pl. Saint-François 15 +41 848 888 888

Lundi à vendredi : 7h30 → 18h30 ; samedi : 8h → 11h30

LAUSANNE 1 DÉPÔT Pl. de la Gare 1 / Av. de la Gare 43 bis +41 848 888 888 Lundi à vendredi : 8h → 18h30 ; samedi : 9h → 16h  dimanche : 16h → 19h www.poste.ch

PLUS D’INFOS SUR : www.lausanne-tourisme.ch/mobile-apps

75 INFOS PRATIQUES

LAUSANNE AU CŒUR DE LA RÉGION DU LÉMAN

Située au coeur de l’Europe, la Capitale olympique représente le point de départ idéal pour découvrir ses environs enchanteurs entre lac, montagnes, campagne, vignobles et forêts.

ww w l a u s a nn e t o u r is m e. c h / l t c INFOS PRATIQUES

SE DÉPLACER À LAUSANNE

On se rend à Lausanne par les voies terrestres, aériennes et même lacustres. Cette ville modèle en termes de développement durable possède un réseau de transports publics idéal pour partir à sa découverte.

UNE CARTE QUI VOUS OFFRE TRANSPORTS ET RABAIS !

TRANSPORTS PUBLICS DE LA RÉGION LAUSANNOISE

L’application « tl » permet d’acheter son titre de transport, de rechercher les itinéraires et les horaires en temps réel.

CENTRE CLIENTÈLE FLON

Pl. de l’Europe 5b +41 21 621 01 11 Lundi : 7h → 19h ; Mardi à vendredi : 8h → 18h samedi : 10h → 16h www.t-l.ch

CARTE JOURNALIÈRE MOBILIS « GRAND LAUSANNE »

Plein tarif CHF 9.30, tarif réduit CHF 6.90. Ce titre de transport vous permet de profiter durant une journée entière de toutes les entreprises de transport de la Communauté tarifaire vaudoise présentes dans le périmètre du Grand Lausanne. Disponible aux distributeurs à billets ou aux points de vente. Plus d’informations sur www.mobilis-vaud.ch

N’oubliez pas de demander à votre établissement d’hébergement votre Lausanne Transport Card (LTC) personnelle ! Vous pouvez emprunter librement les transports publics de l’agglomération (bus, train, métro) durant tout votre séjour (maximum quinze jours). Mais ce n’est pas tout ! Grâce à nos partenaires, vous bénéficiez de rabais exceptionnels et d’avantages auprès de nombreux musées, commerçants et autres prestataires de loisirs.

PLUS D’INFOS SUR : www.lausanne-tourisme.ch/ltc 76

RENSEIGNEMENTS UTILES

CHEMINS DE FER FÉDÉRAUX (CFF)

Consultez les horaires pour les correspondances nationales ou internationales depuis ou vers Lausanne. Préparer son voyage et acheter des billets pour des voyages en Suisse devient un jeu d’enfant avec l’application « Mobile CFF ». Infos CFF – service voyageurs : Pl. de la Gare 5a +41 848 44 66 88 (depuis la Suisse) www.cff.ch

COMPAGNIE GÉNÉRALE DE NAVIGATION (CGN)

De la simple traversée du lac pour se rendre en France à la croisière gastronomique sur un bateau Belle Époque à roues à aubes, chaque expérience sur les eaux lémaniques devient un souvenir inoubliable. Av. de Rhodanie 17 +41 848 811 848 www.cgn.ch

CHEMIN DE FER LEB

Envie de passer une journée à la campagne ? Embarquez dans le Lausanne-Échallens-Bercher qui part du Flon. Vélos et poussettes bienvenus à bord. Gare Lausanne-Chauderon +41 21 621 01 11 www.leb.ch

www.lausanne-tourisme.ch/se-deplacer-a-lausanne INFOS PRATIQUES

AÉROPORT INTERNATIONAL DE GENÈVE

Deuxième de Suisse après Zurich, l’Aéroport de Genève se situe à quarante minutes en train de Lausanne. Rte de l’Aéroport 21 Grand-Saconnex +41 848 19 20 20 (infos départs et arrivées) www.gva.ch

AÉROPORT DE LAUSANNE LA BLÉCHERETTE

Ce site aéronautique se situe à proximité du centre-ville de Lausanne. Baptêmes de l’air et vols-taxis. Av. du Grey 117 +41 21 646 15 51 www.lausanne-airport.ch

PUBLIBIKE – VÉLOS EN LIBRE-SERVICE

Vous trouverez toutes les informations sur les nouvelles offres et les réseaux à Lausanne-Morges sur le site PubliBike. +41 32 501 40 16 www.publibike.ch/fr/publibike

SE LOGER À LAUSANNE

Souhaitez-vous trouver un établissement central et bon marché après avoir profité de la vie nocturne lausannoise ou rêvez-vous de passer la nuit dans un cinq étoiles face au lac ? Avez-vous besoin d’une chambre confortable près du Centre de congrès de l’EPFL ? D’un hôtel disposant de salles de séminaires équipées high-tech ? Ou imaginez-vous un week-end romantique dans un boutique-hôtel ? Avec plus de 7000 lits de 1 à 5 étoiles supérieurs répartis dans une soixantaine d’établissements, la ville de Lausanne peut accueillir tous ses hôtes dans les meilleures conditions, qu’il s’agisse d’un séjour d’affaires ou de loisirs.

PLUS D’INFOS SUR : www.lausanne-tourisme.ch/hebergements (pour les réservations hôtelières) 77

Lausanne par des Lausannois

Retrouvez tous les Lausanners et leurs bons plans sur www.thelausanner.ch

Découvrez la ville autrement

LAUSANNE CITY PASS

Grâce à ce ticket unique valable 1, 2 ou 3 jours, découvrez les meilleures attractions de Lausanne et de la région à un prix exceptionnel !

Partez à la découverte du Musée Olympique, du Musée cantonal des Beaux-Arts, d’AQUATIS Aquarium-Vivarium, de la Collection de l’Art Brut, et de bien plus encore ! Profitez de la suite de votre séjour pour découvrir le très interactif Chaplin’s World, ou la vue unique du Glacier 3000, facilement accessibles en train depuis Lausanne.

www.lausanne-tourisme.ch/fr/city-pass

DÉTECTIVE-TRAIL

Découvrez les trésors cachés de Lausanne avec le détective Blaireau et résolvez des énigmes pour trouver le code qui ouvrira le coffre au trésor. Venez chercher votre carte au guichet de Lausanne Tourisme à la gare.

www.lausanne-tourisme.ch/fr/ offre/detective-trail

UN CARNET DE VOYAGE POUR VOTRE SÉJOUR EN FAMILLE À LAUSANNE

Pour divertir vos enfants pendant que vous visitez la ville, Lausanne Tourisme leur offre un Carnet de Voyage rempli d’activités ludiques et créatives.

Venez chercher un Carnet de Voyage pour chacun de vos enfants âgés entre 5 et 12 ans dans l’un de nos bureaux d’accueil ou renseignez-vous auprès de votre lieu d’hébergement.

www.lausanne-tourisme.ch/fr/carnet-de-voyage

PROFITEZ DE NOS OFFRES SPÉCIALES ET DE NOS BONS PLANS SUR :

www.lausanne-tourisme.ch/fr/offres-speciales

Bureaux d’information : Gare, Cathédrale +41 21 613 73 73 info@lausanne-tourisme.ch

79

VISITE LAUSANNE...

Découvrez les multiples facettes de Lausanne et ses environs en compagnie de guides expérimentés et multilingues. Profitez de leurs connaissances pour visiter la ville de manière ludique et enrichissante. De nombreuses activités et visites guidées sont à votre disposition.

Partenariat avec : www.visitelausanne.ch

DES ACTIVITÉS POUR PETITS BUDGETS

Une offre de loisirs accessibles à tous

La Ville de Lausanne propose plusieurs activités pour les budgets modestes. Voici quelques exemples de sorties à apprécier en famille ou entre amis.

GRATUIT

• Bowl de Vidy pour les skaters

• De nombreux oiseaux multicolores à la volière du parc Mon-Repos

• Entrée libre dans la plupart des musées le premier samedi du mois

• Parcours de VTT au Chalet-à-Gobet

• Ascension de la tour de Sauvabelin

DE CHF 0.– À 8.50.–

• Ascension de la tour de la Cathédrale (de CHF 1.– à 5.–)

• Bowling du Flon (entre CHF 5.50 et 9.- par personne)

• Minigolf de Bellerive (gratuit jusqu’à 4 ans puis CHF 6.–jusqu’à 16 ans, sinon CHF 8.–)

• Petit train de Vidy (CHF 3.– la course)

Rue de Bourg 1, 1003 Lausanne

AUTHENTICATED BY EXPERTS • TWO YEAR GUARANTEE • BUY , SELL & TRADE
Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.