Page 1

SAISON

2011-2012

# 09

uLondres

FOOT : la grande bataille de londres !

uWeek-end

tsl participe a la fxpro cup a craven cottage

uÉvénement

decouverte du quartier olympique : EPISODE 5.


LONDON: A wOrLD Of pOssibLe eveNts Choosing London for your next event is an easy decision. We are London’s official convention bureau, here to help you capitalise on a revitalised London. Next year is an exciting year, with the capital host to major events, including the London 2012 Olympic and Paralympic Games and the Queen’s Diamond Jubilee. We are the experts here to help you access this unique opportunity – a city renewed, and ready for business.

londonandpartners.com/convention-bureau

London & Partners is home to London’s official convention bureau. We offer a total event solution service for corporate clients, event organisers and associations coming to London. eventsolutions@londonandpartners.com


#09

26 32 42 8

Sommaire

SAISON

05 l..... Edito 06 l..... Radio Londres 08 l..... My London by… g Robert Pirès 24 l..... Inside : 26 l g West Ham United et le stade olympique 32 l g La grande bataille de Londres ! 42 l..... Next : l’an -5 avant JO 42 l..... East London : Découverte du quartier olympique - Episode 5 > Parc Olympique & River Zone 50 l..... TSL l’agence g 1ère participation à la FxPro Cup

2011-2012 GRA TUIT

Partenaire de

Dépôt légal à parution Tirage : 10 000 ex.

 Directeur de la publication | g Jean-Charles Berton | Rédacteur en chef | g Darren Tulett | Rédacteurs | g Erik Bielderman • Elie André | Contributeurs | g Barbara Jamison (London & Partners) Direction artistique | g TSL | Impression | Neuville Impressions (www.neuvilleimpressions.fr) | Relations Presse | g ID Sport - Raphaël Ostré & Bastien Hug-Fouché | Crédits photos | g TSL • London 2012 / Getty Images REMERCIEMENTS A tous ceux qui nous font confiance en s’associant au projet et plus particulièrement nos : annonceurs, qui font vivre le magazine et permettent sa gratuité pour nos lecteurs distributeurs, en mettant à disposition un réseau gratuit à Paris, région parisienne et Lille. Un grand merci au St James Club et à son équipe, pour l’accueil toujours très chaleureux réservé à TSL et ses invités lors des interviews. Sans oublier Virginie, Darren, Erik, Benoît, Nicolas, Raphaël et Bastien qui soutiennent également TSL!  TSL est une édition as&m | 40, rue Saint-Ferdinand | 75017 Paris T +33 (0)1 45 72 34 72 | F +33 (0)1 45 72 33 64 Contact | contact@totallysportsinlondon.com

retrouvez TSL sur les réseaux facebook / totallysportsinlondon twitter #TSL_leMag

Distribué à Paris, Lille et Londres | Version PDF disponible sur www.totallysportsinlondon.com


Garder la flamme.

réagissez @TSL_leMag

En cette année olympique, jamais l’expression n’aura sonné aussi juste aux oreilles des passionnés. Qu’ils soient supporters, joueurs ou manager même, cette flamme reste le symbole d’une foi qu’il faut garder en toute circonstance. Que dire de la force de caractère d’Arsène Wenger, capitaine d’un navire Gunner en pleine tempête. Seul à la barre, avec pour compagnes, l’expérience et les certitudes du manager. Seul avec ses doutes et certainement ses nuits blanches aussi. Seul enfin avec sa joie intérieure de voir l’enfant prodigue revenir dans son jardin et redonner l’espace d’une trêve hivernale tout un espoir au peuple de la colline d’Highbury. Une ligne de plus à la légende des Gunners? Bien plus si l’on juge le redressement du club depuis. Certains verront pourtant chez Wenger l’entraîneur usé, qu’il faut remercier. Dans tous les sens du terme. Mais Wenger possède cette flamme. Seul et souvent contre tous! Il est de la trempe des hommes qui savent et qui transmettent. La rencontre avec Robert Pirès vous prouvera - s’il était besoin - qu’il a reçu cette passion du grand alsacien. Elle revêt parfois un habit de lumière, mais peut tout autant se faire discrète. Invisible même. Comme le frisson qui traverse votre corps et vous noue la gorge. Le début de championnat de Thierry Henry à New York tend à prouver que lui aussi a retrouvé sa flamme. Grâce à lui, supporters et détracteurs aussi. Certes, les rivaux de Manchester se battent le titre. Mais les Londoniens ne sont pas en reste. Entre fin de cycle pour Chelsea, besoin de s’affirmer pour Tottenham, espoir de récolter enfin les fruits d’un si long travail pour Arsenal, les discrets ambitieux de Fulham voient pointer dans le rétro QPR et probablement West Ham United l’an prochain. Imaginez la Barclays Premier League 2012/13 avec 6 clubs londoniens! De quoi entretenir encore longtemps, la flamme sur les bords de la Tamise. Le temps d‘un été, elle deviendra même le témoin privilégié des exploits olympiques. Un symbole séculaire, qui prouve bien qu’une flamme ne meurt jamais... Jean-Charles Berton x Directeur de la publication


Radio Londres

▶ Echos, news, insolites...  retrouvez ici, le meilleur de l’actu sport & lifestyle, en direct de Londres.

MINI plaisir à DEUX?

NEW

Dans la famille MINI, après MINI HATCH, MINI CABRIO, MINI COUPE, MINI CLUBMAN, ou MINI COUNTRYMAN, je voudrais... MINI ROADSTER! Le dernier modèle a été présenté dans le réseau national MINI et notamment chez nos amis du groupe Horizon à Courbevoie (92). www.minihorizon.com

JO 2012

OnTheir

WAY...

Les lutteurs français ont opté pour une présentation originale de leurs qualifiés olympiques. Le Bus londonien des lutteurs sillonnera Paris (départ avenue de l’Opéra au siège d’AppartCity - GFE) marquant des étapes à l’INSEP et dans les clubs des athlètes qualifiés jusqu’à son terminus à la Fédération Française de Lutte. Media, partenaires, supporters, familles des sportifs et de leurs staffs seront tous réunis pour féliciter les qualifiés et leur souhaiter bonne route jusqu’à Londres 2012!

The Wrestlers Show must go on! Très belle initiative de la FFL, à suivre sur facebook Fédération Française de Lutte et Twitter @FFLUTTE

26.513

athlètes ont été médaillés olympiques (jeux d’été et hiver confondus) depuis Athènes en 1896. Un objectif pour près de 15 000 athlètes qui représentent 204 comités nationaux à Londres, lors de 301 épreuves réparties en 26 sports & 39 disciplines. Après les JO, le village olympique sera transformé en 2 800 logements nouveaux, dont 1 379 logements à prix modéré (sources CIO et London 2012)

6 | #09|


WEB

Le Blog Officiel

en exclusivité sur www.totallysportsinlondon.com

Ze

Darren Ball

Vous avez toujours rêvé de vous payer la tête de Darren ? C’est désormais possible...

SHOPPING

Let’s again... Les réseaux sociaux sont entrés dans la vie - parfois très privée - des différents acteurs sportifs et des media britanniques.

Follow @TSL_leMag follow them*! >> HASHTAGS OFFICIELS de nos consultants

Darren Tulett #1DarrenTulett Erik Bielderman #erikbielderman

TSL aurasmé? ...grâce à Kube et au Darren Ball! Kube - l’association technique-esthétique pour des ballons haut-de-gamme édités en séries limitées - s’est très sérieusement penché sur le cas Darren Tulett. Pas étonnant donc de retrouver tout l’univers de Mr Tulett sur un ballon de foot «made in Brighton», avec une bonne touche d’humour et quelques symboles chers à Darren. En plus, on peut vraiment jouer au foot avec! Incroyable... isn’t-it? Prix de vente conseillé 20€ Plus d’infos www.sportsaga.com

Grâce à Aurasma, certaines pages de ce magazine vont prochainement vous parler... Grâce à votre iPhone (ou votre androïd) et l’appli gratuite Aurasma, vous pourrez découvrir des vidéos & animations «cachées» parmi les pages du mag (photos, autres visuels). Infos à suivre via #TSL_leMag. * suivez TSL_leMag, suivez les!

France vs Angleterre ouvrira l’UEFA Euro 2012 des Bleus et marquera également le retour de Darren Tulett sur les écrans du PAF. Si TF1 et M6 se partagent 19 rencontres dont les matches de l’équipe de France, Be IN SPORT offrira l’intégralité des rencontres à ses abonnés. Et ce match si particulier pour Darren... |#09

|7


Robert Pirès

C

’est entouré de sa petite famille, terminant à peine de déjeuner dans son repère du Café Base à Hampstead, que Robert Pirès nous attend. Pause thé et premiers souvenirs sur les années gunners, ces grandes saisons à Highbury. L’interview n’a pas commencé, mais le plaisir de parler de Londres et d’Arsenal l’emporte. Le reste de l’entretien se déroulera dans le nouvel appartement des Pirès, à quelques minutes de là. A votre tour, entrez dans la nouvelle vie d’un champion du monde, retraité et encore vert... Interview Darren Tulett

8 | #09|

x Photos TSL


“L” comme légende de Londres! A l’image de son ami Titi, Robert Pirès restera à jamais une immense star dans le coeur des gunners et les fils d’Highbury...

p

Darren Tulett : Tu aurais pu choisir l’Espagne et son climat, mais tu as choisi Londres comme lieu de vie après ta carrière. Pourquoi ce choix? Robert Pirès : Déjà pour les enfants. Le fait qu’ils aillent dans une école anglaise, c’est une chance pour eux de pouvoir apprendre cette langue, naturellement. Ma fille a 6 ans, elle parle déjà très bien espagnol et couramment anglais. Comme à la maison nous parlons

français, elle est déjà trilingue. Mon fils de 4 ans parle également anglais et suit des cours dans les deux langues. DT : C’est important pour l’éducation de tes enfants? RP : En Angleterre, je retrouve également certaines valeurs importantes. Parmi celles-ci, le respect est une priorité. Respecter son voisin. Ici, on respecte les piétons. Quand tu es au volant |#09

|9


c’est la même chose, pas de stress. Tu évolues dans un environnement serein. C’est important pour l’équilibre. C’est peut-être des détails, mais c’est agréable.. DT : Maintenant que tu es jeune retraité ou presque, tu as l’impression d’apprécier plus la vie maintenant, de profiter davantage de Londres que lorsque tu étais joueur? RP : Sincèrement non. J’en profite autant qu’à l’époque où je jouais à Arsenal. Je suis toujours actif dans la ville, en dehors des matches. Elle bouge tellement, le jour, la nuit. Les magasins sont ouverts le dimanche. Tu peux toujours trouver

10 | #09|

quelque chose à faire. C’est vrai que maintenant j’ai encore plus de temps pour en profiter. DT : Oui, mais tu sais aussi qu’avec certains joueurs, ce n’est pas la peine de leur demander de te faire visiter Londres! Ils ne sortent pas assez et vivent près du centre d’entraînement. Ce n’est pas ton cas? RP : Non et je peux même dire que je connais bien Londres. Enfin une bonne partie de la ville. Le Nord de Londres et jusqu’au centre. Ne me demande pas d’aller dans le sudouest, je connais forcément moins bien. Encore que, à l’époque je rendais souvent visite à Nico (1).


DT : Où vivais-tu as tes débuts à Londres? RP : A Baker Street.

chère, que les loyers sont élevés. Et tu migres assez facilement vers le nord. C’est Titi (3) qui m’a conseillé ce quartier. Depuis 2002, je vis donc à Hampstead.

DT : Pour Sherlock Holmes...? RP : Non (rire)... Je voulais être dans le centre. Bon, après on s’aperçoit vite que la vie est

DT : Un quartier que les français ne connaissent pas vraiment. Assez méconnu même... Tu ne penses pas à venir ici quand tu visites Londres.

quand il jouait à Chelsea.

Quand nos amis viennent a londres

on va forcément au match à arsenal

|#09

| 11


JOUER POUR UN AUTRE

inconcevable!

CLUB DE LONDRES? 12 | #09|


RP : C’est un quartier très sympa. Mais les touristes ne viennent pas ici. Ils visitent le centre, quelques quartiers réputés. Aller chez Harrod’s, visiter Notting Hill, Camden, Soho... c’est normal. DT : Quels sont les avantages de vivre à Hampstead alors? RP : C’est super tranquille justement. Et quand tu es un peu connu, tu passes inaperçu. C’est aussi très pratique, car nous sommes proches du centre. Pour un joueur d’Arsenal c’est vraiment idéal. A mi-chemin entre le camp d’entraînement et le centre de Londres. On voit la différence avec ceux qui vivent vraiment à côté du centre d’entraînement. Quand on décide de prendre un verre le soir, ils ont du mal à bouger. Ils te disent non ça fait un peu trop loin! DT : Pas mal de footballeurs français vivent ici d’ailleurs. Comme Thierry Henry dont tu parlais justement. Quels sont les autres joueurs? RP : Titi vivait ici. Comme pas mal de français, mais pas seulement. William Gallas est installé tout proche d’ici, comme Robin Van Persie. Cesc Fabregas ou Samir habitaient également là. Adebayor habite à 3 minutes d’ici. C’est

p

un quartier qui a beaucoup de charme! A mon époque, il y avait un paquet de joueurs ici. Titi, Pat (3), Jens Lehmann, Freddie Ljungberg... DT : Et pour vous, ce qui est important justement, c’est de pouvoir être libres. A la différence de certains pays et d’autres capitales, Londres vous permet de vivre normalement. C’est appréciable non? RP : Après, ça ne me dérange pas. En France, en Italie ou en Espagne c’est dans la culture des supporters de venir vers toi, discuter, prendre des photos. Mais ici, c’est complétement différent. DT : Comment les gens se comportent ici? RP : Les supporters sont fiers. Ils te remercient, te félicitent. Il y a une certaine reconnaissance du travail accompli en match. Ce qui est fou, c’est le genre d’anecdotes auxquelles tu ne t’attendrais jamais! Je me souviens après une grosse défaite face à Manchester United, avoir entendu un supporter me dire «c’est pas grave. Le match important maintenant, c’est le prochain». Et le match suivant on battait West Ham United 3 - 0, pour le plus grand bonheur des fans!

La vie londonienne est zen selon Robert Pirès. Ce que semble approuver son chat... |#09

| 13


DT : On m’a souvent dit, que les supporters se contentaient aussi d’un simple MERCI, lorsqu’ils croisent leurs joueurs dans la rue par exemple. Tu apprécies cette reconnaissance et ce respect? RP : En Espagne aussi il y a cette forme de reconnaissance. Mais ici c’est plus discret encore. Les gens aiment le foot et te respectent pour ça. Ils ne vont pas chercher à t’envahir. C’est effectivement appréciable. DT : Dans TSL, nous donnons également des conseils, des tips (4) à nos lecteurs. Quels sont les endroits que tu recommanderais? RP : Notting Hill! Oui Notting Hill, parce que c’est vraiment très agréable et généralement nos amis apprécient. Mais Hampstead est aussi très prisé finalement. Et puis, c’est moins original, mais faut bien dire que Highbury ou l’Emirates sont souvent un objectif pour nos visiteurs! Donc, nous n’échappons 14 | #09|

généralement pas au match à Arsenal dans le programme des visites (rire). Le truc, c’est que mes potes veulent tous voir Arsenal. Ce club mythique, son stade. Rencontrer des joueurs, croiser Arsène Wenger. Et tout le monde sait que j’ai plutôt de bonnes ouvertures (rire). Généralement, c’est le lendemain du match, que nous profitons d’un dimanche à Porto Bello Road par exemple. DT : Le «Robert Pirès Arsenal Tour» c’est un peu le concept de TSL finalement! Le match est un prétexte à faire découvrir Londres autrement. Si on souhaite prendre un bon brunch au lendemain d’un match par exemple, que nous recommandes-tu? RP : Sans hésitation l’Electric à Porto Bello Road. A faire. Vraiment! En plus d’être le plus ancien cinéma de Notting Hill, c’est un endroit très agréable. Pour les


cinémas justement, il faut vraiment essayer les salles Everyman. Il y en a une à Hamstead, mais également à Baker street ou Belsize park etc. Les fauteuils, les canapés même, sont tellement confortables qu’il faut quand même faire attention à ne pas s’endormir! Depuis quelques temps, je fréquente également The Arts Club, qui est un club à l’anglaise, fonctionnant sur le principe d’un membership et de parrainages. C’est vraiment un lieu exceptionnel, mais uniquement

accessible aux membres. Nous avons croisé les Beckham, le prince Harry par exemple. La partie club est assez petite, mais ce sont des artistes qui jouent en live et le niveau des groupes est vraiment très élevé. Globalement, seule Londres peut t’offrir ces moments privilégiés. Cette ville est chargée d’une telle énergie et pourtant tu te sens toujours bien. Serein. Jamais stressé. Il y a des parcs un peu partout. Je ne sais pas comment expliquer... On

|#09

| 15


vit tellement bien ici, que c’est difficile à décrire! DT : Une qualité de vie qui contraste avec d’autres capitales comme Paris par exemple? RP : Le contraste est saisissant dès la gare. Entre St Pancras et la gare du Nord, il n’y a pas débat. Dans l’une, tu pourrais presque manger par terre, tandis que dans l’autre...

On connait bien l’équipe et je m’y trouve bien. C’est mon capitaine Vieira qui m’a fait découvrir le lieu. A présent, c’est Mary et Laurent qui s’occupent de nous accueillir. J’y fais pas mal d’interviews aussi. C’est pratique! C’est ma cantine,

DT : C’est tellement vrai! En tant qu’anglais, je suis fier de ça quand j’arrive à Londres avec des amis. Mais comme je me sens aussi très français, j’avoue que c’est plus difficile de déjeuner avec un ami gare du Nord. Une différence symbolique selon toi? RP : C’est une différence notable oui! Et qui en dit long sur l’écart entre les deux capitales. Pour nous la question ne se pose même pas. DT : London, c’est pour la vie alors? RP : On vient d’emménager dans ce nouvel appartement. Et nous avons envie de faire notre vie ici. Peut-être que dans quelques années, nous irons vivre dans un pays plus chaud. Pour nos vieux jours! Mais nous sommes trop bien ici. Et même les vieux clichés comme «il pleut tous les jours» ou «tu manges mal à Londres», ça me fait rire. Il ne fait pas plus mauvais ici qu’à Paris et la qualité de vie y est tellement meilleure. Je ne nous vois pas vivre ailleurs. Ici personne ne te juge, ne s’étonne de rien. Tu vis comme tu l’entends. C’est un vrai luxe au quotidien! DT : Et le Café Base alors? Ton repère... RP : Ah le Base! C’est Pat qui me l’a fait découvrir en 2002. C’est ma cantine. Petit, bonne cuisine. 16 | #09|

p

C’est dans le jardin de ses exploits de gunner


mon bureau. DT : Finalement tu reviens sur tes terres de gunner ici. Un peu comme lorsque tu décides d’acheter un appartement à Highbury. Un clin d’oeil à ce stade mythique qui a connu tes

plus beaux exploits ? RP : Ouais...(ému) C’est un clin d’oeil à tout ce qui s’est passé dans ce stade... A nos exploits... Et au record aussi... Je voulais garder un petit attachement à mes 6 années passées là-bas, qui m’ont révélé au plus haut niveau. J’ai voulu marquer le coup en achetant cet appartement (nous montrons TSL #8 avec la photo du stade et la façade des appartements page 40). Oui c’est exactement ça. Il se trouve là, juste au-dessus du E de East Stand C’était vraiment un clin d’oeil. DT : Ce n’est pas trop dur de revoir le stade ainsi réaménagé? RP : A c’est chaud oui! Quand je suis revenu la première fois voir l’appartement... C’est assez émouvant. Tu repenses à tous ces grands moments. C’est terrible là. Il est où le terrain? Les buts? Je croise souvent des supporters qui te racontent leurs anecdotes, les souvenirs qu’ils ont dans ce stade. Lors d’un reportage télé dans le jardin d’Highbury, j’ai croisé un fan qui était triste de voir le stade ainsi transformé... Il n’arrivait pas à croire ce qu’était devenu Highbury! Il faut sans doute avoir partagé ces moments pour comprendre.

que Robert a choisi de garder un souvenir...

DT : J’ai aussi ces souvenirs de jeune supporter, derrière le but à Highbury. C’est vrai que ce stade est chargé d’histoire. Mais il y a aussi une nécessité d’évolution pour les clubs. Et Arsenal a pris le virage avant les autres avec l’Emirates. RP : Le nouveau stade est immense. C’est une telle réussite! Les gens viennent du monde entier pour le visiter, même vide. C’est fou! En 20 ans, le football a connu une telle évolution! La place de ce sport |#09

| 17


p

La fin de carrière en Inde ne se réalisera pas. Mais Robert est déjà sur d’autres projets...

sur la planète est incroyable. Les sponsors, les télé, les supporters... C’est devenu un énorme business. DT : Et à Londres justement? RP : Ici? Encore une fois c’est exceptionnel. Il y a tellement de clubs dans une seule ville. Ils ont tous des supporters fidèles, prêts à suivre, quel que soit le niveau. Tu m’arrêtes si je me trompe, mais les fans ici vivent avant tout pour leur club, leurs joueurs. Mais plus encore pour leur club, son histoire, 18 | #09|

ses couleurs. DT : Ne crois-tu pas qu’il faut aussi des passages plus difficiles pour un club dans sa relation avec les supporters? Comment apprécier les bonnes périodes si de temps en temps les saisons ne sont pas un peu plus difficiles? RP : Quoi qu’il arrive, le supporter anglais restera fidèle à ses couleurs.


DT : Et les gunners ont été particulièrement gâtés, alors que je me souviens d’années bien moins glorieuses pour ce club. Il faut aussi pouvoir râler après ses joueurs, pour en savourer les exploits ensuite. Un club a besoin de connaître de tels cycles. Tu ne penses-pas que c’est aussi le cas pour Arsenal? RP : Je ne sais pas s’ils ont été gâtés. Mais nous avons connu tellement de trucs, que les renouveler encore et toujours, c’est difficile. On essaie

aussi de se mettre à la place des fans parfois, mais c’est vrai que revivre une période comme celle des invicibles (5)... DT : C’est la référence de tes années Arsenal? RP : Il ne pouvait rien nous arriver à cette époque! Si l’arbitre ce jour là, Monsieur Riley, ne siffle pas un pénalty imaginaire... C’est pas 49! Il n’y a que Manchester qui pouvait nous battre. Et on aurait du faire le nul. Après, qui peut dire jusqu’où

w La bio • Robert

PIRES, 38 ans.

Palmarès : Arsenal Champion d’Angleterre 2002, 2004 Vainqueur de la Coupe d’Angleterre 2003, 2005 Finaliste de la C1 2006 Finaliste de la Coupe d’Angleterre 2001 Equipe de France 79 élections 14 buts en sélection 1ère sélection (Paris) France - Mexique : 2-0, le 31 août 1996 Vainqueur de la Coupe du Monde FIFA 1998 Vainqueur de la Coupe des Confédérations FIFA 2001, 2003 Vainqueur du UEFA Euro 2000 Autres clubs (France) Vainqueur de la Coupe de la Ligue 1996 (Metz) Finaliste de la C3 1999 (Marseille)

6 clubs successifs Reims Metz Marseille Arsenal Villarreal Aston Villa

|#09

| 19


nous serions allés? Très loin ça c’est certain! DT : C’est Wayne Rooney qui provoque ce pénalty? RP : Oui, qui plonge! Ah, 49... Mais avec Ferguson, il a bien su se rattraper depuis Rooney. DT : As-tu envisagé de jouer un jour pour un autre club de Londres? RP : Compte tenu de ce que j’ai connu à Arsenal, ce n’est même pas envisageable! C’est impossible et surtout pas à Tottenham par exemple! Et même à Chelsea, Fulham ou QPR... Je ne vois pas comment j’aurais pu jouer là-bas. C’est inconcevable. DT : Mais lors de ta saison à Aston Villa, tu vivais... à Londres! RP : Oui, c’est le club qui m’a proposé de vivre ainsi. Je mettais 1h45 le matin et idem au retour, avec un chauffeur du club. Nous étions 3 ou 4 joueurs à faire la navette tous les jours. En train ou en voiture. DT : Compliqué à gérer tout ça non? RP : Quand le nouvel entraîneur est arrivé, il a d’ailleurs imposé aux joueurs de vivre à Birmingham. DT : C’est aussi un mode de fonctionnement qui te correspond moins? RP : Pour moi, comme pour Pat ou les gars de cette génération d’Arsenal, il est impossible d’envisager travailler avec un autre club londonien. Nous ne pouvons pas avoir partagé tant de choses, puis porter les couleurs du rival, voire de l’ennemi. Pour des joueurs comme William, c’est différent. Il n’a pas connu de choses aussi fortes et le lien avec les supporters est forcément différent. Arsenal possède une image vraiment 20 | #09|


p

Echange de vieux souvenirs londoniens pour nos 2 authentiques supporters d’Arsenal ! |#09

| 21


forte. A l’occasion d’un récent voyage en Indonésie, j’ai encore pu m’en apercevoir. C’est fou! DT : Et le come back de ton ami Thierry Henry? RP : Ah mais ça c’est Titi. Il n’y a que lui qui pouvait faire ça. J’en étais certain. Et pour Arsenal, les fans, Arsène... c’était vraiment fantastique! DT : C’est clair que si tu écris un tel scénario avant, personne ne te croit jamais. Ce retour, c’était génial! RP : Il a toujours fait la différence. Et là encore c’était évident. Il n’a probablement plus ses jambes de 20 ans, mais dans les 30 derniers mètres il est encore là. Avec l’expérience il sait gérer ses efforts et toujours bien se placer. Il joue sur ses qualités.

p

22 | #09|

Et là il est rentré tranquillement chez lui, à New York. Super content de son retour. Il n’y a que lui... C’est aussi ça la légende des gunners!

(1) Nicolas Anelka vivait près de Wimbledon (Sud Ouest londonien) (2) Thierry Henry (3) Patrick Vieira (4) conseils (5) Champions et invaincus durant toute la saison 2003/04, puis une partie de 2004/05, Robert Pirès et ses coéquipiers héritent du surnom d’invicibles, avec un total de 49 rencontres consécutives sans défaite. Ces gunners là, seront battus par Manchester United. 2 - 0 (avec notamment un pénalty largement contestable)

Un grand merci à Robert Pirès et son épouse pour leur accueil.


de Robert Pirès

Notting Hill The Electric Cinema

191, Porto <bello Road London W11 2ED Tel. +44 20 7908 9696 www.electriccinema.co.uk (photo ci-dessous)

Hampstead Everyman cinema 5 Holly Bush Vale Hampstead - London NW3 6TX Tel. +44 871 906 9060 www.everymancinema.com

The Café Base 71 Hampstead High Street, London NW3 1QP Tel. +4420 7431 2224

Picadilly Mayfair The Arts Club 40 Dover Street Mayfair - London W1S 4NP Tel. +4420 7499 8581 www.theartsclub.co.uk

Suivez Robert Pirès

@piresrobert7

|#09

| 23


NEXT

INSIDE ouvre les portes des clubs de Londres. Des coulisses des stades, en passant par l’environnement proche des clubs et leur histoire, découvrez les raisons pour lesquelles, le football n’est pas simplement un jeu pour les anglais. Londres, capitale des capitales, se doit de tenir son rang au niveau des clubs de football. Une richesse culturelle et sociologique absolument unique, qui explique en partie, l’incroyable diversité de cette ville!

West Ham United veut déménager... 24 | #09|

u p. 26


ndres La grande bataille de Lo

u p. 32 |#09

| 25


NEXT

DERNIER TANGO

à BOLEYN

GROUND

W

est Ham devrait en 2014 quitter son stade historique pour le stade Olympique de Londres. Il vous reste donc deux saisons pour profiter du bon stade des “ Hammers ” où le souffle des spectateurs vient fouetter l’orgueil des joueurs.

Par Erik Bielderman 26 | #09|

x Photos TSL - London 2012/Getty Images


t Sous le nom de BOLEYN GROUND ou de sa station de métro UPTON PARK, le stade des “hammers” vit probablement ses derniers mois avec le club de West Ham United. Tout comme les boutiques des camelots les jours de match q

Suivez ce club sur

@whufc_official environ 44 500 followers

Il vous reste deux saisons. Deux saisons pour aller humer l’atmosphère unique et surannée de Boleyn Ground. Ou Upton Park du nom de la station de métro adjacente si vous préférez… Deux saisons à vivre à l’heure des cockneys grenat et bleu, les couleurs des Hammers. Les cockneys, ces petits blancs londoniens de la classe laborieuse. Le cheveu rare, l’embonpoint assumé, les tatouages érigés comme autant de marques d’appartenance. Londoniens de l’est ouvrier. Londonien fils, petits fils, arrières petits fils de ceux dont la sueur à accompagné la révolution industrielle, puis la lente deshérance de l’Empire britannique. Ils sont là fidèles, de génération en génération à supporter les |#09

| 27


NEXT

p

D'un stade à l’autre, les supporters devraient perdre en ambiance et proximité, là où le club

“ Hammers ”. Parce que ce club est né ouvrier et se doit de le rester. L’espace de deux saisons encore Boleyn Ground rugira des chœurs “ Hammers ”. La suite est moins évidente. Cerclée de points de suspension et d’interrogation… Et se dessinera sans doute du côté de Stratford. Dans le stade olympique. Fin mars pour la seconde fois en moins d’un an West Ham a donc déposé son dossier pour devenir le futur locataire du stade olympique. Distant d’à peine quatre miles (6,5 km). Niché du côté de Stratford/Newham. Certes les “ Hammers ” ne sont pas les seuls à vouloir migrer au stade olympique (quatre dossiers ont été déposés), mais ils ont toujours été considérés comme les favoris à l’obtention du statut de club hôte. La deadline avait été fixée à vendredi 23 mars dernier. C’est au mieux en mai, voire en juillet (sans qu’aucune date n’ait été annoncée) que sera désigné le club choisi. Seize clubs tous sports et activités de spectacles confondus avaient exprimé un intérêt pour devenir club hôte, mais quatre seulement ont déposé leur dossier. West Ham est le favori. Ils avaient déjà obtenu l’attribution de l’enceinte olympique en octobre dernier mais le deal fut jugé non valide et cassé sur requête de trois autres entités furieuses de ce choix. Parmi elles Leyton Orient le voisin 28 | #09|

immédiat du stade olympique (1,5km), Tottenham candidat malheureux à l’obtention de la dite concession et une troisième partie restée anonyme ayant eux aussi interjeté appel. West Ham était accusé de bénéficier d’une promesse d’aide à hauteur de 50 Millions d’Euros de par les autorités locales de Stratford/Newham ce qui constituait une évidente distorsion à la concurrence. Face à cette opposition le “ Olympic Park Legacy Company ” (OPLC) décidait en octobre dernier de reformuler son appel d’offres. Cette fois pas question pour le club élu de devenir propriétaire, mais uniquement locataire avec un bail de 99 ans !

“ Une baffe au visage des fans de West Ham ! ” Contrairement au premier appel d’offres Leyton Orient n’a pas participé au concours, bien qu’étant le club le plus menacé à terme par l’émergence d’un géant à dix minutes à pied de son stade de Brisbane Road. Le club de D3 anglais s’en est expliqué via son président Barry Hearn : “ Ce stade va tuer le football dans tout l’est londonien et va tuer Leyton Orient en premier. Pourquoi serions-nous candidat à une


devrait gagner en recettes et en compétitivité avec ses rivaux de Premier League...

telle enceinte alors que nous évoluons au troisième niveau professionnel. Nous avons commandé un sondage qui nous a coûté 40.000 Euros pour juger de l’effet désastreux de l’implantation d’une équipe comme West Ham au stade Olympique et les résultats sont cruels. Et en plus ce stade ne sera jamais un vrai stade de foot. On va y laisser la piste d’athlétisme et même si elle est couverte de bâches vertes, les fans seront à quarante, voire cinquante mètres du terrain... ” A Upton Park ils sont à moins de trois mètres… “C’est une aberration poursuit Hearns. Et la vue sur le terrain en position basse est pitoyable. C’est une cuvette pas un stade. C’est un joyau pour l’athlétisme. Une mascarade pour le football. ” Tottenham avait lors de sa requête initiale expliqué qu’il transformerait le stade olympique en stade de football permanent, faisant donc disparaître la piste d’athlétisme. Ce fut l’un des éléments clefs amenant le OPLC à repousser l’offre du club du nord de Londres. West Ham avait en revanche accepté de conserver cette piste. Ce qui fait dire au boss de Leyton Orient : “ Ce stade c’est un éléphant blanc qu’on veut faire ressembler à un flamand rose. Si vous aimez l’atmosphère d’Upton Park dépêchez-vous d’y aller car ce sera

fini de l’ambiance avec cette enceinte olympique… Si West Ham va au bout de son projet c’est la mort de l’esprit ouvrier de ce club. C’est infliger une baffe en pleine figure des fans, de la tradition et de l’histoire des Hammers. ”

La piste d’athlétisme restera… Du côté des “ Hammers ” Karren Brady la vice-présidente du club peine à contrer les arguments de Harry Bearns : “ Ce n’est pas sans une longue réflexion que nous avons mené avec nos supporters que nous avons décidé de proposer notre candidature à nouveau. Nous avons écouté leurs remarques et notre dossier en tient compte et cela malgré un cahier des charges très strict imposé par l’OPLC. Mais notre position est claire, nous voulons avoir à notre disposition un stade de classe mondiale pour notre équipe et nos supporters. ” En clair les dirigeants de West Ham expliquent qu’ils ont cette fois, comme Tottenham voilà un an, demandé à ce que le stade Olympique soit converti en un vrai stade de foot, mais ils anticipent déjà le refus de l’OPLC et commencent à préparer leurs |#09

| 29


NEXT

p

Le club de l’ouest londonien a toujours été reconnu pour la qualité de sa formation

Robert Frederick Chelsea Moore alias Bobby Moore champion du monde 66 avec l’équipe d’Angleterre dont il était le capitaine, fut également défenseur des hammers durant 16 ans. Il évolua sous les couleurs de Fulham en fin de carrière.

p

30 | #09|

supporters à une obtention soumise à condition. Et à ce que West Ham joue au football “ loin ”, de ses supporters. Un peu comme la Roma et la Lazio en Italie. Une hérésie. Il est d’ailleurs prévu dans le cahier des charges que le stade olympique devra accueillir les championnats du monde d’athlétisme en 2017. Preuve de la pérennité acquise de la piste d’athlétisme… au moins jusqu’à l’automne 2017.  West Ham est quasi certain d’obtenir le bail de 99 ans et vivre son XXIe siècle à Stratford. Tottenham, Chelsea, Leyton orient et les grands clubs de rugby londoniens n’ont pas déposé de dossiers (Sarasens et Wasp). On ne compte donc pas parmi les autres candidats de club de football pouvant concurrencer l’offre de West Ham. Ce qui n’empêche donc pas des entreprises de spectacle de concourir et qui sait de négocier ensuite une utilisation alternée du stade pour en dehors des matches organiser des concerts et autres spectacles comme c’est le cas au Stade de France.


60.000 places contre 35.000 ! Reste à West Ham United à assurer sa remontée en premier League. Le club est à la lutte pour une promotion directe ou via les play-offs du Championship (la D2 anglaise). C’est à cette condition que le club de l’est londonien pourra espérer remplir un stade qui verra sa capacité olympique (80 .000 places) être réduite à 60.000. Soit près de deux fois plus que l’actuel Boleyn Ground. De quoi faire briller les yeux des deux co-présidents du club David Sullivan et David Gold qui voient dans le déménagement de West Ham la capacité du club à décupler ses revenus et à pouvoir à terme concurrencer Arsenal Chelsea et Tottenham sur Londres, avant qui sait un jour de défier les deux Manchester. Mais d’ici-là, il reste de beaux samedi après-midi à vivre dans ce quartier populaire de l’est londonien. A 98 %

habité par des pakistanais. Ici on ne respire plus l’odeur âcre de l’oignon frit et de la viande brûlée, mais les essences de coriandre de curry et le parfum subtile du nan tout juste sorti du four. En sortant du métro il faut prendre Green Street et passer devant la statue de bronze représentant les trois “ Hammers ” héros de la finale de la coupe du monde 1966. Bobby Moore, Geoff Hurst, Martin Peters et Ray Wilson (Everton) . Voilà quelques années un projet avait émergé d’agrandir Boleyn Ground pour le faire passer de 35.000 places à 40.500. Projet sans cesse repoussé à force d’errances sportives et financières d’un club naviguant entre le bas de la Premier League et le Championship. Boleyn Ground n’a donc, sauf miracle, plus d’avenir. Et ce un peu plus d’un siècle après sa construction en 1904…

|#09

| 31


NEXT

32 | #09 #09| |


La (grande)

bataille de

Londres

Si Manchester se dispute la couronne, Londres demeure bien LA capitale du football britannique et même européen. La fin de saison 2011-12 a offert une lutte pour l’europe d’un côté et le droit d’évoluer en Premier League de l’autre. A tel point qu’un tiers des clubs de Premier League, sera concentré dans la seule capitale. Bienvenue dans la grande bataille de Londres! Par Jean-Charles Berton

x Photos TSL

N

ous évoquions ici même, le problème des stades et la réaction en chaîne qu’entraînerait le déménagement des Blues de Chelsea FC. Mais ce besoin de développement commercial n’est que la partie visible de l’iceberg londonien. Le football est présent dans chaque quartier. Chaque rue. Dis-moi où tu vis et je te dirais le club que tu supportes! Actuellement 5 à évoluer parmi l’élite, les pensionnaires de Premier League devraient être réjoints par le grand West Ham United. Un retour dans cette division, qui n’est de toute façon qu’une question de temps pour le club formateur. La nouveauté réside dans les ambitions des hammers et leur rêve d’oval olympique (cf article page 26). Une accession que les rangers ont connu voici moins d’un an et que les nouveaux patrons de QPR entendent bien transformer un bail à long terme. Avec là encore de très grosses ambitions dans le recrutement et les projets de stade. Les problèmes de riches des londoniens risquent à très court terme de poser quelques soucis aux autres candidats à un fauteuil de première classe. Les londoniens aiment la Barclays Premier League. Imaginez l’ambiance des futurs derbys, si ce championnat accueillait 6 londoniens cette saison! Ce top |#09

| 33


NEXT 30 - oui vous lisez bien 30 matches londo-londoniens - offrirait même une sorte de compétition dans la compétition. La hiérarchie semble pourtant établie, mais les questions sont ouvertes sur sa pérennité. Gunners et Blues déjà bousculés par les Spurs cette saison ont compris qu’il fallait être préparés à une nouvelle concurrence.

Fulham , l’ambitieux raisonnable Les cottagers en sont la parfaite démonstration en ayant cette saison encore eu une influence sur la course au titre. Les victoires aquises face à Liverpool, Arsenal (et nul à L’Emirates) ou Newcastle, comme les 2 nuls contre Chelsea et celui face à Manchester City, ont compté, Fulham devient un acteur du championnat. Jouer le mantien n’est plus une fin en soi et les ambitions, toujours discrètes sont réelles pour le club de Monsieur Al-Fayed. Les plans d’aménagement de la future tribune lèvent le voile sur les derniers projets des whites. Un appétit qui trouve sans doute son origine dans l’exceptionnel parcours européen de Fulham voici 2 ans (finaliste en mai 2010 face à l’Atletico). Très loin encore au classement général du «Big three» londonien, Fulham se rapproche régulièrement.

Arsenal, le mieux armé Alors qui de Chelsea (en pleine reconstruction), Tottenham (espoir qui a du mal à confirmer) ou Arsenal (le plus critiqué, mais finalement le plus régulier) pour le leadership des 10 prochaines années? Arsenal incontestablement le mieux armé! La raison est simple et multiple. Les faiblesses désignées ces dernières saisons en terme de recrutement sont la conséquence du virage amorcé bien avant ses concurrents. A l’image d’un 100 m, dans le sprint entre clubs londoniens, les Gunners tiennent la corde et devraient logiquement 34 | #09|

conserver la tête. Logiquement? Oui si la politique en cours est maintenue. Car après les critiques virulentes sur le management d’Arsène Wenger et la mémoire toujours aussi courte des supporters, il faut bien ouvrir les yeux. Arsenal et Arsène ont su garder le cap. Faisant le dos rond au plus fort de l’ouragan, Le club a démontré qu’il était très solide. Peu de concurrents auraient résisté à pareil traitement.

Chelsea, la vieille garde Une solidité que l’on sent moins du côté des rivaux historiques de Tottenham - leaders éphémères du Nord de Londres - ou même d’un Chelsea vieillissant. Ajouter l’atout majeur que représente l’Emirates Stadium et Arsenal fait définitivement figure de favori dans la grande bataille de Londres, mais certainement aussi dans la conquête de nouveaux titres nationaux et internationaux! Des questions qui planent en revanche sur cette même capacité pour Chelsea et Tottenham. Quel manager? Quel stade? Et en fonction des investissements à réaliser prochainement, quel re c r ute me n t ? En at tend a n t , nous l’espérons sincèrement, de retouver 6 clubs en Premier League, nous restons les supporters inconditionnels de ce football. Sans oublier surtout qu’aux étages inférieurs, ils sont encore une bonne dizaine à lutter dans leurs divisions respectives. En championship Crystal Palace, Watford et les bad boys de Millwall devraient se maintenir. Ils sont la fierté de dizaines de milliers de supporters. Le fierté de Londres aussi. Economiquement à des années-lumière de grosses cylindrées, ces clubs sont inscrits au patrimoine du football anglais. Les exploits et l’histoire de ces clubs centenaires sont notre miel. Et longtemps encore, nous comptons bien nous en délecter.


p

Encore plus de derbys londoniens en 2012-2013 ? Oui mais pour quel Roi ? |#09

| 35


NEXT

C

’était avant les jeux… Peu de gens savent ce qu’était Stratford avant que Londres n’obtienne l’organisation des Jeux de 2012. Voyage dans le temps…

Par Erik Bielderman

x Photos London 2012 / Getty Images

Stratford. Newham. Nord est de Londres. Quartiers longtemps oubliés. Londres la pouilleuse. Marshgate Lane et Pudding Mill Lane. Deux rues définitivement fermées un lundi de juillet 2007 par des blocs de béton gris. Friche industrielle en deshérance. Coincée entre deux stades de foot pro. Leyton Orient (D3 anglaise) au nord et West Ham (D2 anglaise) au sud. Stratford la rouge. Définitivement ancrée à gauche. Ici on vote “Labour ” sans même se poser la question. En 2010 les 60 sièges du conseil municipal ont été emportés par les Travaillistes. On dit en Angleterre que Stratford et le circonscription de Newham sont les plus à gauche d’Angleterre. Et Sir Robin Wales a été réélu maire avec 68% des voix… Ici Tony Blair est jugé trop libéral. Gordon Brown avait lui, 36 | #09|

su conquérir les cœurs. C’est lui qui avait osé imposer à 50% les plus riches. Footballeurs inclus. Brown est ici une figure respectée. Aussi lorsque furent accordés les Jeux à Londres en juillet 2005 sous le régime travailliste, Stratford la rouge eut vite fait de célébrer ce qui allait changer pour elle. Dans son bureau de maire, Sir Robin Wales expliquait à l’époque, maquette sur une table géante et photos numérisées accrochées aux murs, ce qui allait advenir de sa ville. Un optimisme édifiant illuminait son visage : “ 226 hectares vont être réaménagés sur le site. Sans compter les alentours. 8.000 logements vont être livrés dont 3.000 issus du village olympique qui seront ensuite réservés à la population locale. 150.000 m2


de commerces sont prévus. Le plus grand centre commercial d’Europe en fait ! 465.000 m2 de bureaux. 2.000 chambres d’hôtel. Hôpital, crèche, école, bibliothèque… ” Champagne !

11.000 emplois créés Et tant pis si le coût du chantier olympique est pharaonique (le budget global dépasse les 10 Milliards

d’Euros). Godric Smith porte parole de l’ODA (Olympic Delivery Authority) le comité en charge de la préparation du site olympique explique : “ 2012 n’est qu’une première étape. Nous avons pensé ces Jeux pour laisser un héritage qui à jamais va changer la vie, la structure et l’image de Stratford, Newham et de tout le nordest londonien. C’était notre défi. Là sur un axe de 3km du nord au sud et de 1,5

|#09

| 37


NEXT km de l’est à l’ouest a été construit le plus grand parc d’activité du Royaume Uni. Il faut remonter plus d’un siècle et demi en arrière en pleine révolution industrielle pour voir sortir de terre de si imposants projets. ” A la mairie de Stratford on explique qu’en six ans on a accompli ce qu’on aurait sans doute jamais réussi à financer en trois décennies. Ici on est fier aujourd’hui de vous expliquer que si les gradins de la piscine olympique seront démontés au lendemain des Jeux, le bassin lui sera divisé en deux piscines de 25m ce qui correspond aux besoins locaux. En particulier pour les scolaires. On

de pétrochimie “ Samuel Banner ” à Middlesbrough à 600 km au nord-est de Londres. On en croisait d’autres à qui on venait d’annoncer que leur garage de réparation automobile allait fermer. Définitivement. On en croisait d’autres encore comme ce patron de la menuiserie T Chambers & sons Ltd exproprié et alors en quête vaine d’un nouvel emplacement dans le quartier pour ne pas perdre sa clientèle. Cinq années plus tard Tony et ses employés ont retrouvé le sourire. 70-72 Leyton Road à quelques kilomètres de là, la menuiserie à réouvert. On en avait tout de même croisé de sacrément heureux.

explique aussi que 11.000 emplois directs ont été créés sur le site et que 25% d’entre eux ont été réservés aux habitants du quartier.

Telle Jan Dooner la propriétaire de “ The Railway Tavern ”. 131 Angel Lane, Stratford. La première rue non touchée par l’expropriation. Sur le trottoir d’en face s’élèvent les premiers murs du site olympique… Le rêve. On passera forcément par son pub entre la gare et le site olympique… Cinq années plus tard sur le site de son pub on y découvre une taverne refaite à neuf. Le crépis extérieur a été rajeuni et les neuf chambres optimisées.

Le menuisier exproprié est rassuré On est loin du pessimisme ambiant qui gangrènait le moral des derniers travailleurs sur site à l’heure où les pelleteuses allaient entrer en action. A l’été 2007 les dernières usines faisaient tomber leurs cheminées. On croisait des ouvriers en bleu de travail inquiets. Contraints pour certains de devoir s’exiler avec leur usine 38 | #09|

En 2007 au moment où les pelleteuses prenaient possession du site, au moment où la police intervenait pour déloger les ultimes squatters


s’achevaient dix siècles d’implantation artisanale puis industrielle sur ces terres traversées par la rivière Lea devenue au fil des siècles un ru nauséabond, pollué et envahi de rats gros comme des chats.

Des tombes de l’âge de fer découvertes Ici on y tissait. On y façonnait la porcelaine. Ici Alexander Parkes y inventa la première forme de matière plastique en 1860 baptisée alors “ parkesine ”. En 2007 alors que l’ODA organisait les visites pour les reporters,

il était exigé de porter casque bottes lunettes de sécurité et paires de gants. Ici les rats véhiculaient la leptospirose… La dépollution est entamée. On signalait alors dans le quartier des camions qui venaient, la nuit tombée, vider illégalement des stocks de pneus usagés dans la rivière Lea. Depuis les terres souillées ont été excavées évacuées nettoyées et réintroduites sur le site après traitement bactériologique. Soit 1,5 Million de tonnes de terre. Les travaux de terrassement ont à l’époque été supervisés par une équipe d’archéologues. Un site romain aurait-il existé sur cette boucle de rivière ? Parmi les premières trouvailles une

batterie anti-aérienne datée de la seconde guerre mondiale et deux casques de Tommies. Quelques outils de l’ère pré-industrielle. Une pièce romaine fut découverte en 2008. Des murets canalisant le lit de la rivière Lea furent aussi attribués à l’occupation romaine. Mais les plus belles découvertes resteront ce bateau du XIXe siècle utilisé alors par des chasseurs de gibier d’eau découvert intact dans la vase et surtout les quatres tombes préhistoriques datées de l’âge de fer (3.000 ans avant J.C). Elles étaient enfouies là où aujourd’hui s’élève la piscine Olympique.

Aujourd’hui le visiteur n’ayant pas connu la zone industrielle de Stratford a du mal à imaginer ce qu’était ce lieu. En débarquant à la gare flambant neuve, subtile alliance de métal et de verre, le spectateur en puissance sera impressionné par la vue sur le site. Stratford désormais joue la fière. Du sud avec le stade olympique au nord et son vélodrome, le site olympique est achevé. Ou quasiment. On y plante les arbres et la plupart des directions du site des Jeux ont installés leurs bureaux sur place. On y vit. On y travaille. On y dort. On y aime. Bientôt on y gagnera des médailles.

|#09

| 39


Londres2012

Le soleil se lève sur

East London Visite du quartier olympique ĂŠpisode 5

- Part 1 : le Parc Olympique - Part 2 : la River zone Textes TSL

x Photos London 2012 / Getty Images

1

40 | #09|

2

3


Du 27 juillet au 12 août prochain, Londres devient le centre de la planète ! Dans moins de 100 jours, les supporters et les medias du monde entier n’auront d’yeux que pour ces quelques hectares de terres anglaises et le théâtre des futurs exploits de nos dieux du stade!. Le temps est donc venu de vous proposer la carte des différents sites olympiques, ainsi qu’une découverte rapide des épreuves concernées. Avec TSL, restez au coeur de vos épreuves préférées...

Suivez le guide !

4

5

p

6

7

8

Vue aérienne du parc olympique de Londres et de ses principaux sites. |#09

| 41


Londres2012

Part 1 : le parc olympique 2012

1

STADE OLYMPIQUE Le Stade olympique où se dérouleront les épreuves d’athlétisme et d’athlétisme paralympique des Jeux de Londres 2012, ainsi que les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux..

1

▲ Avec le printemps, le stade Olympique de Londres semble déjà paré d’or! 42 | #09|


COPPER BOX Les compétitions de handball, goalball et l’épreuve d’escrime du pentathlon moderne se dérouleront sur le site de la Copper Box.

2

Riverbank Arena Située dans le Parc olympique, la Riverbank Arena disposera de deux terrains distincts avec tribunes, pour recevoir la compétition de hockey ainsi que les compétitions de football paralympique à 5 et à 7.

3

|#09

| 43


Londres2012

VELODROME & piste bmx 4

Le Vélodrome accueillera les épreuves de cyclisme sur piste et de cyclisme sur piste paralympique. tandis que la piste de BMX se situera à proximité immédiate (en bas à gauche sur la photo ci-dessus).

5

44 | #09|


pavillon du basketball Lors des Jeux de Londres 2012, le Pavillon de basketball accueillera les épreuves de basketball, basketball en fauteuil et rugby en fauteuil, ainsi que les étapes finales de la compétition de handball. Les zones d’accès réservés seront partagées avec les sites du Vélodrome et de la piste de BMX, pour optimiser l’utilisation de ces installations. A noter que le pavillon de basketball sera démonté après les Jeux et certaines parties devraient être réutilisées sur d’autres sites britanniques.

6

|#09

| 45


Londres2012

CENTRE AQUATIQUE & WATER POLO 7

8

Pendant les Jeux de Londres 2012, le Centre aquatique sera utilisé pour les compétitions de natation, natation paralympique, plongeon, natation synchronisée, water-polo (dans un pavillon jouxtant le centre aquatique) et l’épreuve de natation du pentathlon moderne.

7

46 | #09|


Part 2 : la RIVER ZONE

ExCel

Les cinq salles d’ExCel accueilleront plusieurs sports olympiques et paralympiques : boxe, escrime, judo, tennis de table, taekwondo, haltérophilie, lutte, boccia, tennis de table paralympique, judo paralympique, haltérophilie paralympique, volleyball (assis), escrime en fauteuil.

|#09

| 47


Londres2012

GREENWICH PARK

Greenwich Park accueillera les épreuves de sports équestres olympiques et paralympiques - saut, dressage et concours complet, sports équestres paralympiques, pentathlon moderne - ainsi que les épreuves du combiné course à pied/tir du pentathlon moderne.

north greenwich arena

L’ex Millennium construit pour les festivités du nouveau millénaire est temporairement baptisé North Greenwich Arena. En raison des droits marketing, le partenaire naming de la O2 Arena ne sera pas mis en avant, pour cette magnifique salle transformée en complexe dédié au sport et aux loisirs, avec boutiques, restaurants, etc. Quoi de plus naturel de retrouver les compétitions de basketball, basketball en fauteuil mais également de gymnastique artistique et trampoline. 48 | #09|


|#09

| 49


NEXT

The FxPro Cup 2012

I

l fallait bien que ça arrive un jour! A force de tourner autour. De s’en approcher. Toujours un peu plus. Suffisamment pour la sentir... TSL va enfin fouler une pelouse anglaise. Une authentique pelouse de foot londonienne. Et pour de vrai! La FxPro Cup réunira plus qu’elle n’opposera - 2 grandes équipes pour une journée foot à Craven Cottage. Les teams de ce match amical seront Fulham FC (version staff administratif & marketing) et... TSL ! Nous aurons la lourde responsabilité de représenter, aussi dignement que possible, la France dans cette compétition ô combien symbolique! On va bien s’amuser le 12 mai prochain sur les bords de la Tamise. L’objectif avoué de notre équipe sera de gagner le prix du fair-play (sic!), tout en prenant un maximum de pelouse... euh de plaisir! Nous ne manquerons pas de relayer photos et vidéos de nos exploits. Et même si notre ego doit en souffrir! Sachez toutefois que de grosses surprises sont attendues dans les rangs de TSL. Les négociations sont en cours... Premier scoop, avec la titularisation dans cette équipe de «France» d’un... anglais! Enfin, de notre anglais. De votre anglais. Du seul et unique briton qui peut encore nous donner le sourire après une défaite face aux rosbifs. Sir Darren Tulett, dit la terreur de Brighton! Les anglais sont prévenus. Nous allons à la bataille confiants et certains de nos forces... comme de nos faiblesses. Ce sera une répétition du prochain match de l’Euro... ou une reconstitution de Waterloo!

God save le foot, God save TSL !

contact@totallysportsinlondon.com suivez TSL sur www.totallysportsinlondon.com facebook : totallysportsinlondon page officielle Twitter : @TSL_leMag 50 | #09 #09| |


ente s é r p P U C IT

RE T N O C N E Y ITO C L L A B ETÉ T R O V U FO A P A L ET N O I S U L C X L’E S DU

OU LE RENDEZ-V

DOOR UP - OUT C IT I O N NTAINE TOUR CLAIREFO À 2 1 0 2 DOOR LE 24 JUIN OUBERTIN LETRA - IN E D L RRE DE C O IE G P I O E D N R A T TOU ARIS - S MBRE À P EN NOVE

INSCRIVEZ-VOUS Renseignements et inscription : Sandrine Diller Ouirimmi 06 16 67 93 64 - smouirimmi@yahoo.fr - www.itcup.org I L S V O U S AT T E N D E N T S U R L E T E R R A I N :

EN PARTENAR IAT AV EC |#09

| 51


TSL #9 avec Robert Pirès  

Au sommaire de TSL #9 :Radio Londres, My London by... Robert Pirès Inside : West Ham United et la Grande Bataille de Londres Next : Stratf...

Advertisement