Page 1

LANCEMENT DU CONCOURS DÉFI ÉNERGIE EN IMMOBILIER PAR JOHANNE LANDRY, JOURNALISTE

Photo de groupe Rangée du haut :

BOMA Québec lance un concours qui vise la réduction de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre (GES) et invite propriétaires et gestionnaires de bâtiments à y participer.

L

ancé le 23 mai à la Maison du développement durable, le concours Défi énergie en immobilier (DÉI) s’adresse aux propriétaires et aux gestionnaires d’immeubles commerciaux, institutionnels et multirésidentiels ainsi qu’à leurs locataires, qu’ils soient membres ou non de BOMA Québec. On peut s’inscrire gratuitement au www.defienergie.ca. Durant les quatre années du concours, tous les participants devront colliger leurs données énergétiques sur la plateforme Energy Star Portfolio Manager (ESPM) que certains utilisent déjà. S’AUTOGÉRER DANS SA DÉMARCHE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE « Nous nous sommes inspirés d’un projet semblable, le Race 2 Reduce à Toronto, à l’initiative de CivicAction, qui a connu de bons résultats et un dépassement des objectifs de réduction des GES », souligne Linda Carbone, directrice générale de BOMA Québec, ajoutant que les membres se montrent d’ailleurs toujours prêts à se démarquer et à aller plus loin dans leur démarche de développement durable.

Stéphan Gagnon, chargé de projets, Direction des partenariats stratégiques, Transition énergétique Québec, Daniel Therrien du comité GTI de BOMA Québec, Stéphanie Trudeau, vice-présidente principale, Réglementation, clients et communautés, Énergir, Geneviève Gauthier du comité GTI de BOMA Québec, Robert Beaudry, membre du Comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable du développement économique et commercial Rangée du bas : Rémi Dubois, directeur, Services et ventes clientèle d’affaires, Hydro-Québec distribution, Bruno Turcotte, président de BOMA Québec, Linda Carbone, directrice générale de BOMA Québec, Mario Poirier, président sortant de BOMA Québec et cocréateur du DÉI, Jean-François Parenteau, membre du Comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable des services aux citoyens, de l’approvisionnement et de l’environnement

MAINTENANCE IMMOBILIÈRE : : ÉTÉ 2018

21


::

DÉFI ÉNERGIE

JBC MÉDIA PAR ROXANE PAQUET

LINDA CARBONE Directrice générale BOMA Québec

HYDRO-QUÉBEC

JOSÉE CHIASSON Directrice du développement des pôles économiques Ville de Montréal

« Notre objectif, poursuit Linda Carbone, est d’aider nos membres à s’autogérer, un peu comme nous le faisons avec BOMA BEST, qui reçoit une réponse positive et qui fait une différence. Avec le concours DÉI, nous voulons aussi élargir la clientèle. Nous représentons plusieurs immeubles de classe A, de grands propriétaires qui parti­cipent énormément à toutes nos activités, et nous souhaitons aussi attirer des propriétaires et des gestionnaires de bâtiments qui auraient intérêt à entreprendre des mesures d’efficacité énergétique et à profiter de programmes de soutien financier pour augmenter la qualité de leur immeuble et la valeur de leur actif. » Quantitativement, les organisateurs du DÉI visent une centaine d’immeubles inscrits en 2018 et peut-être 400 au terme des quatre années que durera le concours. « Il y a 470 bâtiments inscrits au Race 2 Reduce de Toronto », compare Linda Carbone. Il aura fallu trois années de travail à BOMA Québec pour arriver au lancement du DÉI, soutenu par des partenaires que sont la Ville de Montréal, Hydro-Québec, Transition énergétique Québec, Énergir et Ressources naturelles Canada. VILLE DE MONTRÉAL Dans la foulée du plan de développement durable 20162020 de la Ville de Montréal, porté par quatre équipes de mobilisation et des partenaires externes, le Service du développement économique a pressenti BOMA Québec afin d’atteindre les propriétaires et les gestionnaires 22

MAINTENANCE IMMOBILIÈRE : : ÉTÉ 2018

RÉMI DUBOIS Directeur, Services et ventes clientèle d’affaires Hydro-Québec distribution

membres pour les sensibiliser à la réduction de leur consom­m ation énergétique, alors que BOMA était justement à travailler sur le concours DÉI. Même inten­tion, même esprit, et un partenariat s’est conclu. « Montréal, précise Josée Chiasson, directrice du dévelop­ pement des pôles économiques, prend de gros engage­ ments pour réduire les GES. Nous pensons qu’il y a là des avantages et des économies pour tous : un environnement moins pollué pour la communauté, une diminution de la consommation qui évite aux fournisseurs d’énergie de revoir leur production à la hausse à fort coût en période de pointe, et une réelle diminution des coûts d’énergie pour les propriétaires et locataires d’immeuble. » Outre un soutien financier au Défi énergie en immobilier, la Ville de Montréal entend réunir des partenaires autour du concours et inviter le plus grand nombre possible de joueurs à y participer, et cette ambition s’étend aux immeubles municipaux. « Nous allons jouer un rôle de leader et de mobilisateur autour de l’initiative », dit Josée Chiasson. Deux représentants de la Ville de Montréal ont pris la parole lors du lancement du DÉI. Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens, de l’approvision­ nement et de l’environnement, et Robert Beaudry, respon­­sable du développement économique et commercial, ont parlé entre autres d’environnement, au cœur des priorités, et de développement économique dans le respect du développement durable.


::

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE QUÉBEC (TEQ) Stéphan Gagnon, chargé de projets, Direction des partenariats straté­ giques, était présent au lancement du concours. Il a présenté TEQ, société d’État créée en 2017 dont le mandat est d’accompagner le Québec dans sa transition vers une utilisation de l’énergie plus efficace et sobre en carbone. TEQ doit également assurer une gouvernance globale et intégrée de la transition énergétique en supervisant les efforts déployés par tous les acteurs au cours des prochaines années, a-t-il aussi expliqué.

JBC MÉDIA PAR ROXANE PAQUET

STÉPHAN GAGNON Chargé de projets Direction des partenariats stratégiques Transition énergétique Québec

HYDRO-QUÉBEC Membre du comité gestion technique et intégrée de BOMA, à l’origine du concours DÉI, Hydro-Québec en est un grand parte­naire. « Nous désirons être présent pour toute la durée du concours et accom­pa­gner activement les participants dans leurs démarches », exprime Rémi Dubois, direc­­teur, Services et ventes clientèle d’affaires, Hydro-Québec distribution. Lors du lancement du concours, Rémi Dubois a rappelé les qualités de l’électricité québécoise qui est propre, renouvelable et à bas prix. « Grâce à celle-ci, nous sommes en mesure de soutenir les participants dans leurs efforts de diminution des GES et de transition énergétique », a-t-il dit, rappelant le rôle innovateur d’Hydro-Québec dans l’électrification des transports, dans le projet de microréseau au centre-ville de Lac-Mégantic, ainsi que dans l’expertise mondiale dans la chimie des batteries et du stockage de grande capacité. « Hydro-Québec s’est aussi engagée dans un programme de conversion vers la produc­tion solaire et le stockage ainsi que vers l’éolien. Notre appel d’offres pour des éoliennes aux Îles-de-la-Madeleine est terminé, et une mise en place devrait avoir lieu prochainement », a aussi mentionné Rémi Dubois. MAINTENANCE IMMOBILIÈRE : : ÉTÉ 2018

23


::

DÉFI ÉNERGIE

L’un des moyens retenus dans la loi qui régit TEQ est l’élaboration d’un plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétique pour le Québec qui sera publié sous peu, a précisé Stéphan Gagnon. Le représentant de TEQ a également cité quelques chiffres. En 2015, les bâtiments com­merciaux et institutionnels ont utilisé 11 % de toute l’énergie consommée au Québec et 30 % du gaz naturel. « La transition énergétique ne pourra se concrétiser sans l’implication des gestionnaires d’immeubles », a rappelé Stéphan Gagnon, soulignant que les préoccupations quotidiennes liées à l’exploitation des immeubles distraient les gestionnaires d’aspects stratégiques comme l’efficacité énergétique et la réduction des GES et que le DÉI permettra de les mobiliser en grand nombre sur ces enjeux.

du rôle qu’Énergir veut jouer dans la transition énergétique, soit celui de proposer une variété de solutions pour répondre de manière durable à une diversité de besoins et de défis. « Nous avons décidé, il y a plusieurs années, d’aborder la question des change­ ments climatiques et de la transition énergétique sous l’angle du progrès et de la proactivité. Nous avons développé une stratégie en trois temps actions pour avoir un maximum d’impact. » L’efficacité énergétique, l’augmentation de la part des énergies renouvelables et le déplacement du charbon et des produits pétroliers vers le gaz naturel, sont ces trois temps actions, explique Stéphanie Trudeau. DES PRIX ET UN GALA Plusieurs joueurs clés de l’industrie de l’immobilier commercial, dont Ivanhoé Cambridge, la Société québécoise des infrastructures, Conseillers immobiliers GWL, Bentall Kennedy (Canada) LP et La Capitale Assurance et services financiers, se sont déjà engagés à participer activement au DÉI, souligne-t-on du côté de BOMA Québec. Une soirée reconnaissance sera organisée chaque année pour souligner les initiatives gagnantes. En 2022, à la fin du concours, les immeubles champions seront récompensés à l’occasion d’un grand gala. Les prix reconnaîtront les performances dans chacune des trois catégories, soit Collaboration, pour les gestionnaires immobiliers et les locataires qui s’inscriront ensemble ; Actions et initiatives innovantes pour le dépôt d’initiatives et d’indicateurs de performance ; puis Amélioration de la performance, où les prix seront distribués selon les dimensions et les classes des bâtiments pour la plus basse consommation énergétique et la plus faible empreinte carbone en chiffres absolus ainsi que pour la plus grande réduction de consommation d’énergie et de l’empreinte carbone en pourcentage par rapport à une année de référence.

JBC MÉDIA PAR ROXANE PAQUET

STÉPHANIE TRUDEAU Vice-présidente principale, Réglementation, clients et communautés Énergir

ÉNERGIR Également partenaire du DÉI, Énergir mettra son expertise à contribution dans des comités de travail technique ou de communication, participera aux événements et fera la promo­ tion du concours auprès de sa clientèle. Présente au lancement, Stéphanie Trudeau, vice-présidente principale, Réglementation, clients et communautés, a notamment parlé 24

MAINTENANCE IMMOBILIÈRE : : ÉTÉ 2018

RÉDUIRE SA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Profitant de l’occasion, Maintenance immobilière a demandé aux partenaires du DÉI d’énumérer d’autres programmes qui contribuent à la diminution de la consommation d’énergie et des GES. Il a été question, entre autres, d’un soutien financier pour l’implantation de mesures d’efficacité énergétique, pour la remise au point des systèmes mécaniques des bâtiments et pour l’implantation de la gestion de l’énergie, mentionné par Stéphan Gagnon de TEQ. Chez Énergir, Stéphanie Trudeau a fait valoir des programmes d’efficacité énergétique, notamment des subventions pour l’achat et l’installation d’un système de préchauffage solaire de l’air et a cité quelques études de cas chez Olymbec et au Campus Macdonald, par exemple, qui ont obtenu des économies importantes, le premier grâce aux appareils et programmes d’efficacité énergétique, et le second par le remplacement de la centrale de production de vapeur par un réseau d’eau chaude à basse température moins énergivore. Enfin, du côté d’Hydro-Québec, Rémi Dubois a mentionné le Programme bâtiments qui soutient l’implantation de mesures en efficacité électrique dans les immeubles commerciaux et institutionnels, donnant pour exemple la Maison du développement durable, où avait lieu le lancement du concours, qui utilise des puits géothermiques situés sous le bâtiment pour le chauffage et qui obtient des résultats impressionnants.

Défi énergie - Maintenance volume 8 - numéro 2  
Défi énergie - Maintenance volume 8 - numéro 2