Page 24

SAVOIR ET FORMATION

Andrée De serres

Les multiples usages du concept de cycle de vie en immobilier Vers une réorganisation des chaînes de valeur ?

L

e concept de cycle de vie d’un projet immobilier sert de support à de nombreuses utilisations en gestion, en stratégie, en financement, en gestion de projet, en gestion des risques et en développement durable. Nous vous présentons trois utilisations du cycle de vie utiles à la gestion des immeubles : > un outil de mesure des impacts environnementaux selon l’analyse du cycle de vie (ACV) appliquée aux bâtiments ; > un outil en gestion du cycle de vie d’un projet immobilier ; > un outil pour élaborer le modèle d’affaires et la stratégie d’une entreprise. L’analyse du cycle de vie d’un bâtiment Avec la généralisation de l’attention accordée au développement durable, on entend de plus en plus parler de l’ACV utilisée pour mesurer l’impact environnemental de tous les produits industriels. L’ACV est un concept d’intérêt général pour la société ; il contribue à diagnostiquer l’impact des procédés utilisés dans les différents secteurs d’activités industrielles sur le développement durable. Holistique, systémique et rigoureuse, cette analyse permet de recueillir des informations sur les impacts potentiels et réels du cycle de vie des produits, dont ceux utilisés dans un bâtiment. L’ACV est un outil principalement reconnu pour quantifier les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service sur la planète, depuis l’extraction des matières premières qui entrent dans sa chaîne de production, en passant par l’impact de sa consommation sur l’environnement jusqu’à son élimination ou sa récupération en fin de vie, soit du « berceau à la tombe ». Par exemple, l’ACV permet de mesurer que la construction représente plus du tiers des émissions de gaz à effet de serre de toutes les activités humaines (Zhuguo, 2006)1. Les normes ISO 1404:2006 et ISO 14040:2006 spécifient les principes et le cadre applicables à l’analyse de l’ACV d’un bâtiment. On calcule que 44 % des matériaux et des ressources sont consacrés à la phase construction (Zhuguo, 2006)2, le reste étant lié à la phase exploitation. De 80 à 92 % de l’impact environnemental d’un bâtiment serait produit en phase d’exploitation (Ortiz, Bonnet, Bruno et Castells, 2009)3. Grâce à l’ACV et aux informations qu’elle procure, la gestion du cycle de vie

1 2 3

Hélène SICOTTE

s’attache à minimiser l’empreinte environnementale, sociale et économique de toutes les étapes de vie d’un produit ou d’un service et à maximiser leurs bénéfices pour l’ensemble des parties prenantes. L’ACV permet ainsi d’établir des diagnostics en écoconstruction. Le défi pour les propriétaires et les gestionnaires d’immeubles consiste à créer et à mettre en œuvre des moyens permettant de mieux gérer et de réduire l’impact environnemental des bâtiments. Une deuxième façon d’utiliser le concept de cycle de vie, soit le processus de cycle de vie d’un projet immobilier, peut alors leur être proposée.

Zhuguo, Li. (2006). A new life cycle impact assessment approach for buildings. Build Environment, 41, 1414-1422. Idem. Ortiz, O., Bonnet, C., Bruno, J.C., et Castells, F. (2009). Sustainability based on LCM of residential dwellings: A case study in Catalonia, Spain. Build Environment, 44, 584-594.

Andrée De Serres, Ph. D., est professeure et titulaire de la Chaire Ivanhoé Cambridge, ESG UQAM, et Hélène Sicotte, Ph. D., est professeure et chercheuse à la Chaire Ivanhoé Cambridge, ESG UQAM. 24

— Été ­­­2015

Maintenance volume 5 - numéro 2  

DES IMMEUBLES À LA BONNE ENSEIGNE Dossier entretien sanitaire > L'industrie veut rafraîchir son image BRUNO TURCOTTE > L'auréat du prix exce...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you