Page 17

SÉRIE ANNIVERSAIRE CHAIRE IVANHOÉ CAMBRIDGE DE L’ESG UQAM

PRÉLUDE

Andrée De Serres, Ph. D. Professeure et titulaire de la Chaire Ivanhoé Cambridge d’immobilier, ESG UQAM

CYCLE DE VIE D’IMMEUBLE, TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET MODE INTÉGRÉ DE GESTION :

UN TRIO GAGNANT !

L

e concept de cycle de vie fait partie des grandes avancées qui ont marqué la progression des connaissances en immobilier. Il s’appuie sur une vision systémique de l’évolution d’un immeuble en la segmentant en phases distinctes, mais inextricablement liées : conception, cons­­truction, exploitation, entretien, transformation, démolition, etc. Ce concept a permis de mieux comprendre les conséquences et les répercussions, à court comme à long terme, des choix, des décisions et de la qualité d’exécution des nombreux acteurs qui interviennent tout au long du cycle de vie d’un projet immobilier. Le défi consistait à connecter toutes les personnes qui participent aux différentes phases de la vie d’un bâtiment. Il fallait donc constituer, mettre à jour et gérer les bases de données contenant les documents, les contrats, les plans et les autres informations qui s’accumulent tout au long de cette période. Un mode intégré de gestion apparaissait possible, mais les moyens pour le mettre en œuvre étaient lourds. Les avancées technologiques proposent aujourd’hui des moyens plus efficaces grâce aux nouveaux supports de technologies de l’information (TI) comme le Building Information Management (BIM) ou la maquette 3D. Ces TI, et le nouveau savoir en gestion nécessaire pour bien les utiliser, confèrent une valeur additionnelle à l’actif immobilier. On voit maintenant au-delà d’un empla­ cement stratégique, d’un bâtiment de bonne conception et construit selon des normes de qualité, d’un immeuble géré avec efficacité et bien loué. Il existe désormais une véritable source de création de valeur potentielle découlant de l’appropriation et du bon usage de ces éléments immatériels, constitués de maquettes 3D, de modélisation

d’informations et de savoir innovateur. Ils constituent en quelque sorte l’ADN d’un bâtiment, susceptible de le suivre tout au long de son cycle de vie. Les défis soulevés pour réussir la transformation des modèles d’affaires sont nombreux : assurer la fiabilité et la rigueur des données, acquérir les nouvelles compétences et développer les nouveaux métiers, non seulement pour tenir à jour les informations, mais aussi pour apprendre à bien les intégrer dans les processus de prise de décision et de gestion. Il y a un autre enjeu de taille. Si le concept de cycle de vie a procuré une vision systémique, l’efficacité de ces nouvelles TI s’appuie sur une vision écosystémique. Pour donner une véritable valeur à ses données modélisées, à sa maquette 3D ou à ses autres informations, l’entreprise innovatrice devra tôt ou tard les partager avec les acteurs qui interviennent à l’une ou à plusieurs des différentes phases du cycle de vie de l’immeuble. Elle peut difficilement évoluer en solo. Bienvenue à l’ère de la transparence et du partage d’informations ! Le défi est lancé : qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de PME, de financiers, d’assureurs, d’investisseurs, de propriétaires occupants du secteur privé ou du secteur institutionnel, de régulateurs, d’inspecteurs, d’émetteurs de permis, sans oublier les formateurs, les collèges et les universités, tous sont appelés à participer activement à cette révolution technologique pour maintenir la compétitivité des entreprises et des différents acteurs de l’écosystème de l’immobilier de Montréal et du Québec. IMMOBILIER COMMERCIAL : : JUIN – JUILLET 2016

17

Immobilier commercial volume 9 - numéro 3  

LA MEILLEURE TRANSACTION DE LAURENT BENARROUS > Louer le mât du stade > TOP 15 > Ventes commerciales industrielles et multiplex > Génération...