Issuu on Google+

Champions de la construction

commerciale et industrielle

VOLUME 2 – NUMÉRO 1

CLASSEMENT des

500

PLUS GRANDS

ENTREPRENEURS SPÉCIALISÉS

TOITURE :

pour un modèle durable LEED, BOMA BESt... et au-delà

Hors série 4,95 $ PP 41614528

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 1

12-07-09 11:18


CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 2

12-07-09 11:18


Mot de la rédaction

PHOTO : CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION PAR ALAIN LAMBERT

L’industrie passe au VERT

Nathalie Savaria

Telle est la réalité qui semble vouloir s’inscrire durablement dans le domaine de la construction commerciale et industrielle. Au Québec, le bâtiment vert s’impose dans le paysage urbain et les certifications LEED et BOMA BESt poursuivent leur progression. Tout porte à croire que d’autres normes venues d’ailleurs, avec des exigences toujours plus grandes, viendront s’ajouter, rapporte le journaliste Michel De Smet dans ce dossier spécial du deuxième numéro de Champions de la construction commerciale et industrielle. La preuve n’est plus à faire que les constructions écologiques permettent non seulement de réaliser des économies d’énergie, d’offrir un environnement de travail plus agréable, mais aussi de devenir le vecteur de technologies et de pratiques innovantes appelées à se développer. Parmi celles-ci, citons le bail écologique contenant des clauses environnementales. L’avenir s’annonce donc radieux pour le bâtiment durable et on aurait envie de le crier sur tous les toits, eux aussi, de plus en plus verts ! Dans cet autre dossier spécial du magazine, la journaliste Marie Gagnon explique en quoi les changements climatiques obligent désormais les promoteurs immobiliers à opter pour des toitures écologiques. Leur défi : réduire les îlots de chaleur en milieu urbain. Couvertures réfléchissantes, végétales ou blanches, plusieurs options sont possibles pour remplacer les toitures traditionnelles qui coiffent encore la majorité de nos immeubles. En matière de développement durable, ce sont encore et très souvent les architectes qui informent et guident les différents acteurs de la chaîne de l’industrie. Joël Courchesne, architecte, nous livre ses réflexions sur le sujet. Champions vous présente un classement des 20 plus grands employeurs par spécialité. Avant d’en prendre connaissance, vous pourrez lire l’article porteur de nouvelles encourageantes sur l’industrie de la construction. La croissance du secteur commercial et institutionnel ne se dément pas et la CCQ anticipe une hausse de 4 % par rapport à 2011, pour un total de 77 millions d’heures travaillées. Des statistiques qui témoignent de la santé florissante de cette industrie. Je vous souhaite une bonne lecture et surtout un bon été ! Au plaisir de vous retrouver à la rentrée ! Nathalie Savaria Rédactrice en chef et éditrice déléguée

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 3

3

12-07-09 11:18


Sommaire Volume 2 - numéro 1

3

MOT DE LA RÉDACTION L’INDUSTRIE PASSE AU VERT

Par Nathalie Savaria

www.jacquesboisvert.com Le magazine Champions de la construction commerciale et industrielle est publié par Jacques Boisvert Communications inc. 599, boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, Belœil (Québec) J3G 4J1 Téléphone : 450 446-2006 Sans frais : 1 866 446-3185 Télécopieur : 450 446-1442 info@jacquesboisvert.com

5

LEED, BOMA BEST... ET AU-DELÀ Par Michel De Smet

PRÉSIDENT ET ÉDITEUR : Jacques Boisvert RÉDACTRICE EN CHEF ET ÉDITRICE DÉLÉGUÉE : Nathalie Savaria ÉQUIPE DE RÉDACTION : Jacques Boisvert, Michel De Smet, Marie Gagnon et Nathalie Savaria RÉVISION : Hélène Roy CORRECTION D’ÉPREUVES : Catherine Faucher DIRECTRICE ARTISTIQUE : Carole Bordeleau INFOGRAPHISTE : Alain Lambert

13

L’INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION ENCHAÎNE LES ANNÉES RECORDS Par Michel De Smet

PUBLICITÉ : Zoé Lafond, directrice des ventes Valérie Noël, conseillère en publicité PHOTO EN PAGE COUVERTURE : ©Soprema – Toiture végétalisée Sopranature, Pavillon De Koninck, Université Laval, Québec PHOTOS : ©Champions de la construction par Denis Bernier et Alain Lambert (sauf indication contraire) IMPRESSION : Imprimeries Transcontinental S.E.N.C. 2850, rue Jean-Perrin, Québec (Québec) G2C 2C8 ENVOI DE POSTE — PUBLICATIONS : Convention no PP 41614528

19

L’ARCHITECTE, UN ACTEUR AU CŒUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Par Nathalie Savaria

ADRESSE DE RETOUR : 599, boulevard Sir-Wilfrid-Laurier Belœil (Québec) J3G 4J1 ABONNEMENTS : 450 446-2006, 1 866 446-3185 Dépôts légaux — Bibliothèque et Archives Canada et Bibliothèque nationale du Québec, 2011. La direction laisse aux auteurs l’entière responsabilité de leurs textes. Elle se dégage de toute responsabilité face au matériel non sollicité. Toute demande de reproduction doit être adressée par écrit à l’éditeur.

ISSN 1927-5765

21

TOITURE : POUR UN MODÈLE DURABLE

Par Marie Gagnon 4

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 4

12-07-09 11:18


LEED, BOMA BESt... et AU-DELÀ Par Michel De Smet Maison du développement durable

Dans nos centres commerciaux comme dans nos immeubles de bureaux, le bâtiment vert remporte bataille après bataille. Une question demeure : quand et comment remportera-t-il la victoire finale ? PHOTO : BERNARD FOUGÈRE

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 5

5

12-07-09 11:18


PHOTO : CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION PAR DENIS BERNIER

Jacques Métivier Vice-président Québec, Conseillers immobiliers Triovest et président du conseil d’administration de l’IDU

Ces dernières années, les certifications LEED et BOMA BESt se sont implantées de façon durable dans le paysage urbain du Québec. « Au cours des cinq dernières années en particulier, LEED est devenue un incontournable pour toute nouvelle construction d’immeubles de bureaux ou de centres commerciaux importants, déclare Bruno Turcotte, directeur de l’administration, placements immobiliers à l’Industrielle Alliance. La demande du marché a aujourd’hui atteint le point de non-retour, particulièrement pour tous les locataires d’espaces commerciaux de classe A, comme les promoteurs immobiliers, qui veulent se démarquer de la concurrence. » Pour Jacques Métivier, vice-président Québec, Conseillers immobiliers Triovest (anciennement Redcliff Métivier) et depuis peu, président du conseil d’administration de l’IDU

Québec, les avantages économiques et sociaux des bâtiments verts ne sont plus à démontrer. Parmi diverses sources toutes plus convaincantes les unes que les autres, on peut citer la compilation faite, en 2011, par la RBC, intitulée L’exception qui devient la norme. Les bâtiments écologiques et la norme LEED. Les données contenues dans le document révèlent, par exemple, que les immeubles qui détiennent cette certification consomment 28 % moins d’énergie que leurs équivalents qui sont conformes au code du bâtiment. Ils ont également l’avantage d’attirer des locataires de premier ordre, payant des loyers élevés. En outre, les bâtiments écologiques afficheraient des taux d’occupation supérieurs à la moyenne. De plus, grâce à une maîtrise accrue de la ventilation, de l’éclairage et de la température, les locataires peuvent espérer une hausse de la productivité de leurs employés de 7,1 %.

Licence RBQ : 3184-5076-08

6

Téléphone : 514 695-7070 Télécopieur : 514 695-0311 26A, boulevard Hymus Pointe-Claire (Québec) H9R 1C9 info@protectionincendieroberts.ca

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 6

12-07-09 11:18


Bruno Turcotte Directeur de l’administration, placements immobiliers Industrielle Alliance

En contrepartie, construire un bâtiment LEED entraîne des surcoûts, surtout pour les niveaux supérieurs. « On peut estimer que les certifications Argent, Or et Platine nécessiteront des investissements de 5 à 10 % de plus que pour la construction d’un édifice traditionnel, mais beaucoup moins pour une certification de base, estime Pierre Boudrias, directeur immobilier principal chez Bentall Kennedy, une société nord-américaine en gestion et placements immobiliers. Au total, ces coûts additionnels sont toutefois largement compensés à terme par les bénéfices qu’engendre une construction LEED. » De fait, lorsque l’obtention d’une certification verte ne requiert que très peu d’investissements additionnels, comme dans le cas des niveaux 1 et 2 du BOMA BESt, le label vert réservé aux édifices existants, la popularité de la certification explose. À preuve, selon BOMA Québec, en 2011, on recensait au Canada 1 691 édifices certifiés, soit 147 de plus que l’année précédente. Pour sa part, le Québec en comptait 433, une progression de 38 par rapport à 2010. Notre province se classe bonne deuxième au pays derrière l’Ontario, favorisée par le marché particulièrement dynamique de l’immobilier commercial torontois.

Pierre Boudrias Directeur immobilier principal Bentall Kennedy CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 7

7

12-07-09 11:18


Place TELUS Québec PHOTO : TELUS

L’importance de l’exemplarité Pour sa part, Jacques Métivier fait remarquer qu’il ne suffit sans doute pas de multiplier les études sur les bénéfices des certifications écologiques pour convaincre les développeurs. « Il faut aussi tenir compte du marché local. Toronto et Montréal ne peuvent se comparer. Dans la Ville Reine, en raison de son dynamisme économique, le marché est susceptible d’absorber un nombre d’immeubles de prestige plus important qu’à Montréal. Mais un fait demeure, plus il y aura de bâtiments écologiques, plus on pourra multiplier les comparatifs avec les édifices conventionnels, plus vite les certifications LEED et BOMA BESt progresseront. » De fait, historiquement, si les certifications vertes sont aujourd’hui devenues une tendance lourde et irréversible dans le marché, c’est d’abord à une poignée François Gratton d’entreprises, de locataires et de propriétaires institutionnels ainsi que de Premier vice-président, marchés mobilité développeurs immobiliers qu’en revient le mérite. À cet égard, les gestionnaires consommateurs et affaires de l’est du Canada immobiliers en conviennent, une entreprise se démarque notoirement : TELUS TELUS. Avec cinq sièges régionaux certifiés LEED, dont un Platine, trois Or et un Argent, la compagnie canadienne de télécommunications fait figure de vedette. Son palmarès vert est à ce point étonnant qu’il finit par intriguer. Pourquoi TELUS affiche-t-elle aussi fortement sa vertu écologique ? La réponse est étonnante, tant elle va au-delà « Notre vision ne s’arrête pas à une visée de simples considérations environnementales. écologique ou encore à la réalisation des économies énergétiques. C’est un tout. Avec des niveaux François Gratton, premier vice-président, marchés mobilité de LEED aussi élevés, nous sommes en mesure de consommateurs et affaires de l’est du Canada, explique : vérifier la satisfaction de nos employés par rapport « Notre vision ne s’arrête pas à une visée écologique ou à un environnement de travail agréable. » encore à la réalisation des économies énergétiques. C’est un tout. Avec des niveaux de LEED aussi élevés, nous sommes – François Gratton 8

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 8

12-07-09 11:18


en mesure de vérifier la satisfaction de nos employés par rapport à un environnement de travail agréable. Du même coup, notre personnel est très impliqué dans des activités de bénévolat dans leur communauté, ce qui contribue au renom de notre entreprise. De surcroît, le rendement professionnel est excellent et, dans un secteur aussi concurrentiel que le nôtre, c’est également un atout pour recruter et retenir les employés les plus talentueux. »

Vecteur de technologies innovantes Par ailleurs, le bâtiment vert impose toujours davantage ses standards en matière de gestion écologique et d’équipements écoénergétiques, comme les sanitaires et robinets à faible débit d’eau ou encore les systèmes d’éclairage performants à consommation réduite. À cet égard, Bruno Turcotte souligne la progression constante dans les grandes surfaces de dispositifs d’éclairage DEL (diode électro luminescente) qui produisent, à faible consommation énergétique, un rendement lumineux dix fois supérieur à un éclairage traditionnel. Les constructions écologiques agissent également comme vecteur de technologies innovantes. Elles contribuent fortement à l’émergence d’un ensemble de technologies novatrices, comme en témoigne Dominic Gilbert, gestionnaire chez Canderel pour la Cité du commerce électronique, qui

se dit très impressionné par la visite qu’il a effectuée en mai dernier, lors de l’inauguration du futur Éco-campus Hubert Reeves, une initiative du Technoparc Montréal, qui accueillera des entreprises spécialisées en technologies vertes. « Plusieurs entreprises en démarrage technoécologiques étaient présentes sur le site à cette occasion, relate-t-il. C’est là qu’on se rend compte que les immeubles à grande surface ne manquent pas de susciter l’innovation en matière notamment de génération d’énergies alternatives. » Il cite notamment le cas d’une PME qui se propose d’équiper les fenêtres et les murs-rideaux des immeubles de cellules photovoltaïques, puis d’accumuler l’énergie ainsi captée dans des accumulateurs pour suppléer au système de chauffage

« Plusieurs entreprises en démarrage technoécologiques étaient présentes sur le site à cette occasion. C’est là qu’on se rend compte que les immeubles à grande surface ne manquent pas de susciter l’innovation en matière notamment de génération d’énergies alternatives. » – Dominic Gilbert

Des professionnels au service des professionnels Construction commerciale, industrielle et civile Service unique de location de main-d’œuvre (camion, outillage, employés) Service 24h/7jours, urgences 170 employés et 50 camions à votre service

1-855-STRATIS

www.constructionstratis.com CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 9

9

12-07-09 11:18


traditionnel. Le solaire n’était pas du reste la seule ressource énergétique à inspirer les petites entreprises technologiques présentes lors de cet événement. Un exposant proposait notamment de petites structures de différentes formes et grandeurs pour le captage du vent. Ces petites éoliennes s’installent harmonieusement à même la structure extérieure des édifices des centres-villes, dans des endroits stratégiques particulièrement venteux.

Bail vert Signe des temps, une tendance encore timide commence à se manifester : celle du bail écologique. Celui-ci se présente comme un bail ordinaire, mais peut contenir diverses clauses à caractère environnemental telles que la consommation d’énergie, la conservation d’eau potable, la qualité de l’air ou encore le recyclage des déchets, qui peuvent se retrouver incluses dans les baux de bâtiments bénéficiant d’une certification verte. Mais ces clauses peuvent aussi s’appliquer dans les cas de bâtiments conventionnels.

PHOTO : CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION PAR DENIS BERNIER

« On peut imaginer qu’un gestionnaire immobilier qui loue un immeuble certifié LEED aura avantage à faire inclure des clauses environnementales de manière à s’assurer que ses locataires contribueront à maintenir son haut standard », note Me Annie Gagnon-Larocque, avocate spécialisée en droit immobilier au cabinet McCarthyTétrault.

Dominic Gilbert Gestionnaire chez Canderel pour la Cité du commerce électronique

Structures d’acier

Une opinion partagée par Jacques Métivier pour qui un bail écologique devrait contribuer à renforcer la conscience écologique des locataires, les motivant à adopter des comportements plus soucieux de l’environnement. « Il est aujourd’hui d’usage courant de trouver dans les baux des clauses de réglementations générales relativement à la politique interne en vigueur dans l’immeuble, comme celles qui ont trait à la récupération-recyclage ou à l’utilisation des produits non polluants, lorsque le locataire effectue des rénovations. »

Installation Conception Fabrication

3365, rue Jacob-Jordan, Terrebonne (Québec) J6X 4J7 Téléphone : 450 477-8648 Télécopieur : 450 477-2648 info@acierbata.com 10

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 10

12-07-09 11:18


Ces clauses écologiques ne sont toutefois pas toujours une exigence qui provient du gestionnaire immobilier. Ainsi, Pierre Boudrias rapporte que, dans un des édifices certifiés BOMA BESt dont il est gestionnaire, un nouveau locataire a expressément demandé de faire inclure dans le bail une mention selon laquelle le locateur s’engage à prendre toutes les initiatives nécessaires pour maintenir la certification de l’immeuble pour la durée de son bail. Quoi qu’il en soit, le concept de bail écologique est appelé à gagner en popularité. Il est d’ailleurs supporté par l’Association des biens immobiliers du Canada (REALpac). Cet organisme qui regroupe des propriétaires et gestionnaires d’actifs à travers le pays propose plusieurs modèles de baux verts sur son site Web (www.realpac.ca). « Pour l’instant, les baux verts m’apparaissent comme une forme d’engagement conjoint, du locateur comme du locataire, à aller de l’avant en adoptant des mesures environnementales dans l’édifice, reprend Me Annie GagnonLarocque. Il s’agit davantage d’une entente entre deux partenaires qui affirment leur intention de collaborer pour améliorer notamment les performances énergétiques de la bâtisse pour leur bénéfice mutuel. Mais je n’ai pas encore été témoin du fait que ces clauses puissent revêtir un caractère coercitif, ou pourrait constituer un défaut aux termes du bail. » Cette dernière conseille toutefois au locateur une certaine prudence en ce qui concerne les clauses écologiques qu’ils feraient inscrire dans le bail. De fait, un propriétaire ou un gestionnaire immobilier pourrait être confronté à des défauts dans l’exécution des travaux au bâtiment dus à l’entrepreneur, qui feraient en sorte que les clauses écologiques incluses dans le bail ne seraient pas pleinement rencontrées. Il pourrait également se produire qu’il garantisse des éléments inclus dans les certifications LEED ou BOMA BESt, qui pourraient être modifiés lors d’une révision de la certification en

Me Annie Gagnon-Larocque Avocate spécialisée en droit immobilier au cabinet McCarthyTétrault

établissant des exigences plus élevées. « En somme, le bon sens pour le gestionnaire immobilier serait de ne garantir dans un bail écologique que les éléments sur lesquels il a un contrôle total, et ceci à chaque étape du processus », suggère Me Annie Gagnon-Larocque.

Et demain ? Dans ce contexte, il n’est pas nécessaire d’être devin pour prévoir que le LEED et le BOMA BESt vont irrésistiblement poursuivre leur progression. De plus, leurs normes sont appelées à subir des modifications au fil du temps, qui renforceront leurs exigences. De plus, les défis des bâtiments verts, comme celui du reste de la gestion des biens immobiliers commerciaux, de plus en plus propriétés de fonds de retraite étrangers, n’échappent pas au phénomène de la mondialisation. Il s’ensuit que d’autres certifications écologiques présentes ailleurs dans le monde occidental exerceront inévitablement leur influence chez nous.

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 11

11

12-07-09 11:18


C’est à l’automne 2010 qu’un premier immeuble s’est qualifié pour le Living Building Challenge. Depuis, une vingtaine d’autres édifices, principalement de nature institutionnelle, se sont ajoutés à la liste tant aux États-Unis qu’au Canada.

Ainsi, Passivhaus, une norme allemande de performance énergétique, connaît actuellement un vif succès dans ce pays, mais aussi en Scandinavie ainsi qu’en Suisse (sous l’appellation Minergie), où plusieurs dizaines de milliers de constructions neuves détiennent déjà cette certification qui s’applique au résidentiel, aux immeubles de bureaux ou encore aux centres commerciaux. Pour obtenir ce label, les besoins en chauffage de l’immeuble doivent être inférieurs à 15 kWh l’an au mètre carré, et sa consommation énergétique totale, incluant le chauffage, la ventilation, l’éclairage ainsi que les équipements électrodomestiques, ne peut dépasser 120 kWh au mètre carré par année. Passivhaus met également l’accent sur l’étanchéité de l’air du bâtiment. La preuve que cette certification environnementale est en train de marquer des points à l’échelle de la planète : selon le Passivhaus Institut, près d’une centaine d’édifices ont déjà été certifiés aux États-Unis, et d’autres immeubles susceptibles de se qualifier pour l’obtention de cette certification sont actuellement en construction. Pour sa part, M e Annie Gagnon-Larocque souligne les changements considérables que vit la France au chapitre des bâtiments verts, attribuables au Grenelle de l’environnement, une loi adoptée par l’Assemblée nationale en juin 2009. Ainsi, en ce qui concerne l’ensemble des immeubles existants, incluant les immeubles commerciaux, l’objectif fixé consiste à faire baisser la consommation énergétique de 40 % d’ici 2012. Pour les bâtiments neufs, une nouvelle norme dite bâtiment basse consommation (BBC), à moins de 50 kWh, s’appliquera d’ici la fin de cette année. Ensuite, à partir de 2020, une réglementation encore plus sévère entrera en vigueur pour en arriver ultimement à un bâtiment à énergie positive, qui générera plus d’énergie qu’il n’en consomme.

Mais la concurrence pour le LEED pourrait d’ores et déjà venir de l’intérieur. De fait, en 2006, le Green Building Council des États-Unis et celui du Canada, qui par ailleurs encadrent la certification LEED, lançaient conjointement une nouvelle certification particulièrement exigeante, le Living Building Challenge. Cette dernière s’applique à toute construction, nouvelle ou rénovée. Sept critères sont pris en compte tels que l’utilisation de matériaux écologiques, la consommation énergétique, le traitement de l’eau, mais également des critères sociaux comme la valeur esthétique du bâtiment ou encore la santé des occupants. À cet égard, dans une édition datant d’octobre 2009, le réputé magazine new-yorkais Metropolis, spécialisé en architecture et design, situait de manière imagée la rigueur du Living Building Challenge par le constat suivant : « À côté de cette nouvelle norme, c’est un peu comme si les crédits du LEED avaient été définis par la pétrolière Exxon ». C’est tout dire ! Pour obtenir la nouvelle certification, les édifices seront soumis à un monitorage rigoureux durant un an et devront démontrer un respect strict des normes. Ajoutons que de tels bâtiments créeront leur propre électricité et bonifieront la nature environnante et la biodiversité. En somme, on assiste ici à des constructions régénératrices, ce qui, si l’on y réfléchit, répond pleinement au concept de bâtiment durable. C’est à l’automne 2010 qu’un premier immeuble s’est qualifié pour le Living Building Challenge. Depuis, une vingtaine d’autres édifices, principalement de nature institutionnelle, se sont ajoutés à la liste tant aux États-Unis qu’au Canada. Force est de constater que cette nouvelle certification n’a pas encore eu un gros écho dans l’univers de nos gestionnaires immobiliers, puisque les personnes interrogées dans le cadre du présent article ne semblaient pas en connaître l’existence. À court ou moyen termes toutefois, il y a fort à parier que, comme pour le LEED ou le BOMA BESt, des promoteurs visionnaires et audacieux ne tarderont pas à se manifester.

ANCRAGES | BOULONS | OUTILL AGE

Plus de 50 ans à votre service Depuis 1957

www.ancragescanadiens.com 1180, rue de Louvain Ouest, Montréal (Québec) H4N 1G5 Tél.: 514 381-3431 | Téléc.: 514 381-3688 | Sans frais: 1 800 381-4574

12

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 12

12-07-09 11:18


L’INDUSTRIE de la CONSTRUCTION enchaîne les ANNÉES RECORDS Par Michel De Smet

Pour une seizième année consécutive, l’industrie de la construction connaîtra une croissance de ses activités. La Commission de la construction du Québec (CCQ) prévoit une hausse globale de 3 % par rapport à 2011, ce qui, tous chantiers confondus, portera cette année le nombre d’heures travaillées à 159 millions avec des investissements de l’ordre de 48 milliards de dollars.

PHOTO : PHOTOS.COM PAR JUPITERIMAGES

Licence RBQ: 2549-8908-66

Une qualité, au-delà des limites À L'ŒUVRE DEPUIS PLUS DE 20 ANS

Bien implantée en Mauricie depuis la fin des années 1980, Isolation Trifluvienne est une entreprise spécialisée en calorifugeage dans les secteurs industriel, commercial et institutionnel. Son expertise s’étend aussi dans les domaines du coupe-feu et du démantèlement d’amiante.

2450, rue de l’Industrie Trois-Rivières (Québec) G8Z 4R5 Télépho ne : 819 373-0895 Télécopieur : 819 373-9170 info@isolationtrifluvienne.com www.isolationtrifluvienne.com

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 13

13

12-07-09 11:18


Le volume de travail de la construction commerciale et institutionnelle prend de l’ampleur cette année alors que les chantiers des grands centres hospitaliers universitaires de Montréal battent leur plein. La CCQ prévoit que le secteur connaîtra une augmentation de 4 % par rapport à 2011, soit un total de 77 millions d’heures travaillées, grâce à la prolifération de projets de construction ou à la rénovation d’espaces à bureaux ainsi que d’installations sportives et culturelles à travers la province. C’est toutefois la construction industrielle qui est responsable au premier chef de la bonne santé de l’industrie. Ainsi, en 2012, c’est évidemment la demande pour les matières premières et les investissements prévus dans la foulée du Plan Nord qui devraient mener le bal. Sans oublier les projets de modernisation et d’expansion des alumineries. Ceci se traduira par une hausse de 15 % des heures travaillées dans ce secteur l’an prochain, portant le volume de travail à 15 millions d’heures. Fait à noter, il s’agit en outre de projets qui vont s’étendre sur plusieurs années. Quant aux travaux de génie et de voirie, la Commission évalue sa progression à 3 % cette année, dynamisés par le chantier de La Romaine et la multiplication de parcs éoliens qui se déploient présentement sur l’ensemble du territoire de la province. Seul secteur à la traîne, le résidentiel qui devrait connaître cette année un repli sensible de l’ordre de 6 %.

14

Le dynamisme de l’industrie de la construction entraîne, il va de soi, des besoins considérables en main-d’œuvre. Près de 160 000 travailleurs se sont ainsi retrouvés sur les chantiers en 2011, avec une perspective de voir ce chiffre grimper à 165 000 d’ici 2014, comme l’envisage la CCQ.

À noter que la période extrêmement faste que connaît l’industrie de la construction ne devrait pas prendre fin sous peu. La CCQ prévoit un scénario de croissance quasi continu qui pourrait atteindre le seuil de 170 millions d’heures travaillées dans trois ans. Le dynamisme de l’industrie de la construction entraîne, il va de soi, des besoins considérables en main-d’œuvre. Près de 160 000 travailleurs se sont ainsi retrouvés sur les chantiers en 2011, avec une perspective de voir ce chiffre grimper à 165 000 d’ici 2014, comme l’envisage la CCQ. C’est donc incontestablement à ce niveau que se situe le véritable défi pour les années à venir. La Commission prévoit en effet que la construction devra attirer 14 000 nouveaux travailleurs par année d’ici 2014, dont 8 000 diplômés, pour faire face aux départs à la retraite et au pourcentage important de travailleurs qui désertent, à tout le moins temporairement, le monde de la construction à titre de salarié, ce qui est une caractéristique notoire de la main-d’œuvre dans cette industrie.

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 14

12-07-09 11:18


Classement des

20 plus grands employeurs par spécialité.

*

MÉTIER ET NOM DE L’EMPLOYEUR

RÉGION DE LA PLACE D’AFFAIRES

BRIQUETEUR-MAÇON

MÉTIER ET NOM DE L’EMPLOYEUR

RÉGION DE LA PLACE D’AFFAIRES

CHARPENTIER-MENUISIER

1- LES ENTREPRISES DE CONSTRUCTION RÉFRABEC INC.

MONTÉRÉGIE

1- ASTRA COFFRAGE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

2- MAÇONNERIE JACQUES BOULAY INC.

ESTRIE

2- POMERLEAU INC.

QUÉBEC

3- MAÇONNERIE RAINVILLE ET FRÈRES INC.

MONTÉRÉGIE

3- LES COFFRAGES C.C.C. LTÉE

MONTRÉAL

4- MAÇONNERIE DEMERS INC.

MONTÉRÉGIE

4- LES CONSTRUCTIONS L.J.P. INC.

MONTRÉAL

5- GROUPE ATWILL-MORIN INC.

MONTRÉAL

5- BELLAI FRÈRES CONSTRUCTION LTÉE

OUTAOUAIS

6- ST-DENIS THOMPSON INC.

MONTRÉAL

6- CEGERCO INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

7- BRIQUETAL LTÉE

QUÉBEC

7- NORDEX ENR.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

8- MAÇONNERIE S.D.L. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

8- 9090-5092 QUÉBEC INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

9- ALCIDE ET GUY LEBLANC INC.

QUÉBEC

9- DALCON INC.

QUÉBEC

10- VESUVIUS CANADA INC.

MONTRÉAL

10- CONSTRUCTION LONGER INC.

ESTRIE

11- MAÇONNERIE ULTRA INC.

MONTÉRÉGIE

11- CONSTRUCTION MICHEL STRATIS INC.

MONTÉRÉGIE

12- MAÇONNERIE CITADELLE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- COFFRAGES L. D. INC.

QUÉBEC

13- MAÇONNERIE A.S.P. (2006) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- CONSTRUCTION MICHEL GAGNON LTÉE

QUÉBEC

14- SALVATORE L. BRIQUETEUR

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

14- I.T.R. ACOUSTIQUE INC.

MONTÉRÉGIE

15- N. TURENNE BRIQUE ET PIERRE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- LA SOCIÉTÉ DE CONSTRUCTION GERATEK LTÉE

ESTRIE

16- TOMASSINI & FRÈRES LIMITÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

16- COFFRAGE SANTCO

MONTRÉAL

17- MAÇONNERIE DESROSIERS DE L’ESTRIE INC.

ESTRIE

17- COFFRAGE DE LA CAPITALE LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

18- RESTAURATIONS DYC INC.

MONTÉRÉGIE

18- DAHARPRO CONSTRUCTION INC.

QUÉBEC

19- MAÇONNERIE DYNAMIQUE LTÉE

QUÉBEC

19- LA COMPAGNIE DE CONSTRUCTION ET DE DÉVELOPPEMENT CRIE LTÉE

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

20- S.R. MAÇONNERIE (1996) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

20- CONSTRUCTIONS TALBON INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

CALORIFUGEUR

CHAUDRONNIER

1- ISOLATION ALERTE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

1- GANOTEC INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

2- ISOLATION VAL-MERS LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

2- DESCIMCO INC.

QUÉBEC

3- INDUSCO ISOLATION INC.

ESTRIE

3- MÉCANIQUE CNC (2002)INC.

MONTÉRÉGIE

4- ISOLATION THERMIQUE B.L.

OUTAOUAIS

4- SERVICES KAMTECH INC.

MONTRÉAL

5- ISOLATION ÉLITE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- ABB INC.

EXTÉRIEUR

6- LES ISOLATIONS CARON INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

6- GASTIER M.P INC.

MONTRÉAL

7- CÔTÉ ISOLATION INC.

QUÉBEC

7- CANMEC LAJOIE SOMEC INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

8- F.L. ISOLATION INC.

QUÉBEC

8- ACIER ST-MICHEL INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

9- ISOLATION TRIFLUVIENNE INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

9- LOUISBOURG SBC, SOCIÉTÉ EN COMMANDITE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- ISOLATION 2000 INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- ALCO-TMI INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

11- GANOTEC INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

11- H.C. VIDAL LTÉE

MONTRÉAL

12- ISOLATION ALGON (2000) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- BLACK & MCDONALD LIMITED

MONTRÉAL

13- ISOLATION LAPOINTE (2000) INC.

QUÉBEC

13- CONSTRUCTION SOLIMEC INC.

MONTRÉAL

14- ISOTEX-PRO 1999 INC.

QUÉBEC

14- CONSTRUCTIONS FABMEC INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

15- ISOLATION MORISSETTE LTÉE

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

15- CONSTRUCTIONS E.D.B. INC.

ESTRIE

16- ALLIANCE INSULATION INC.

MONTRÉAL

16- TECHNOSOUDE INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

17- ISOTECH INC.

ESTRIE

17-CONSTRUCTION GDM INC.

MONTÉRÉGIE

18- ISOLATION CLERMONT ENR.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

18- G & P WELDING & IRON WORKS

EXTÉRIEUR

19- ISOLATION ÉCLAIR INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

19- SOCOMEC INDUSTRIEL INC.

MONTÉRÉGIE

20- THERMOPRO INC.

MONTRÉAL

20- FRANSI CONSTRUCTION INC.

CÔTE-NORD

CARRELEUR

CIMENTIER-APPLICATEUR

1- CARRELAGE CASCO INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

1- CIMENTIER DESROSIERS INC.

MONTÉRÉGIE

2- GROUPE BT CÉRAMIQUE

MONTRÉAL

2- CONSTRUCTIONS BETOXY INC.

QUÉBEC

3- CÉRAMIQUE VACHON ENR.

ESTRIE

3- LES FINITIONS DE BÉTON SYLVAIN TREMBLAY INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

4- LES CÉRAMIQUES LINDO (2001) INC.

QUÉBEC

4- ISOLATION CONFORT C.O. LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- LES TUILES CARRASQUEIRA CASIMIRO T.C.C 1991 INC.

QUÉBEC

5- PLANCHERS DE BÉTON CAMI-TEC INC.

MONTRÉAL

6- 9157-0697 QUÉBEC INC.

QUÉBEC

6- POLIMIX INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

7- LA COMPAGNIE DE CARRELAGES DE MONTRÉAL LTÉE

MONTÉRÉGIE

7- LE GROUPE LEFEBVRE M.R.P. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

8- LES CARRELAGES SERCO INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

8- PASSARELLI CONSTRUCTION CANADA INC.

MONTRÉAL

9- LES CÉRAMIQUES + GRANITES NATIONALE LTÉE

MONTRÉAL

9- IMPERCO C S M INC.

MONTRÉAL

10- CARRELAGE SAINT-EUSTACHE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- CIMENT SOREL-TRACY INC.

MONTÉRÉGIE

11- OLYMPIQUE CMCT INC.

MONTRÉAL

11- CONSTRUCTION OPÉRA INC.

MONTRÉAL

12- TOWN AND COUNTRY CÉRAMIQUES ET PIERRES INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- MARTELLANI & BRUNET CO. LTÉE

MONTRÉAL

13- CARRELAGE B.L. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- MÉTROTEC/P.G.B ISOLATION INC.

MONTÉRÉGIE

14- TUILES CRÉMAZIE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

14- MONTRÉAL NORD CIMENT TERRAZZO & TUILES CIE LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- BEAULIEU DÉCOR D'ASTOUS & FRÈRES INC.

BAS-SAINT-LAURENT/GASPÉSIE

15- GROUPE A 7 INC.

MONTRÉAL

16- FIRMA CÉRAMIQUES INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

16- ASTRA COFFRAGE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

17- CÉRAMIQUE GASTIAN INC.

QUÉBEC

17- LES PLANCHERS OLYMPIQUES LTÉE

MONTRÉAL

18- CONSTRUCTIONS TONY FONTAINE INC.

QUÉBEC

18- CONSTRUCTION BAO INC.

MONTRÉAL

19- 9040-9780 QUÉBEC INC.

ESTRIE

19- LES CIMENTS J.L. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

20- LA GALERIE DU TAPIS D'ASTOUS & FRÈRES INC.

CÔTE-NORD

20- BELLAI FRÈRES CONSTRUCTION LTÉE

OUTAOUAIS

*Avis au lecteur : Selon le nombre d’heures travaillées au cours de l’année 2011, compilées par la CCQ. Ce classement est un bon indicateur de la performance des entrepreneurs les plus actifs au Québec dans leurs spécialités. Toutefois, il se peut que certains soient absents du classement parce qu’une partie de leur travaux sont exécutés en sous-traitance.

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 15

15

12-07-09 11:18


MÉTIER ET NOM DE L’EMPLOYEUR

RÉGION DE LA PLACE D’AFFAIRES

COUVREUR

MÉTIER ET NOM DE L’EMPLOYEUR

RÉGION DE LA PLACE D’AFFAIRES

FERRAILLEUR

1- COUVERTURE MONTRÉAL-NORD LTÉE

MONTRÉAL

1- ARMATURES BOIS-FRANCS INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

2- LES TOITURES HOGUE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

2- ACIER AGF INC.

MONTÉREGIE

3- TOITURES COUTURE & ASSOCIÉS INC.

MONTÉRÉGIE

3- LES ARMATURES E.B. INC.

QUÉBEC

4- LES TOITURES VICK & ASSOCIÉS INC.

MONTÉRÉGIE

4- ACIER D'ARMATURES FERNEUF INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- GAGNÉ & ROY INC.

ESTRIE

5- ACIER D'ARMATURE VIMADA INC.

MONTÉRÉGIE

6- OMER BRAULT INC.

MONTÉRÉGIE

6- ACIER D'ARMATURE 2000 INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

7- GROUPE CIRTECH INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

7- PHILIPPE TRÉPANIER INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

8- TOITURES TROIS ÉTOILES INC.

MONTRÉAL

8- LES ACIERS ORFORD

ESTRIE

9- TOITURES QUATRE-SAISONS INC.

QUÉBEC

9- ARMACO ( 1993 ) INC.

MONTÉRÉGIE

10- COUVREUR VERDUN INC.

MONTRÉAL

10- R. AUD. 4. ARMATURE INC.

MONTÉRÉGIE

11- L.K. INDUSTRIES INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

11- ACIER G.P. INC.

MONTÉRÉGIE

12- J. RAYMOND COUVREUR & FILS INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- LES FERRAILLEURS DU QUÉBEC INC.

QUÉBEC

13- TOITURES LACHARITÉ

MAURICIE – BOIS-FRANCS

13- AGF-RAYMOND REBAR INC.

EXTÉRIEUR

14- BELLEMARE COUVERTURES LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

14- ARMATURE ALAIN MAUGER INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- TOITURES FALARDEAU INC.

QUÉBEC

15- VSL CANADA LTD

EXTÉRIEUR

16- LES COUVERTURES SAINT-LÉONARD INC.

MONTRÉAL

16- ARMATURE SHERBROOKE INC.

ESTRIE

17- TOITURES PME INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

17- POSE D'ARMATURE ILLICO GAUTHIER INC.

MONTRÉAL

18- LES ENTREPRISES CLOUTIER & GAGNON (1988) LTÉE

MONTRÉAL

18- DALCON INC.

QUÉBEC

19- TOITURES JULES CHABOT INC.

QUÉBEC

19- ACIER ARMATURE MONTÉRÉGIE

MONTÉRÉGIE

20- LES TOITURES ET IMPERMÉABILISATION TRANS-CANADA LTÉE

MONTRÉAL

20- ACIER DM

OUTAOUAIS

FRIGORISTE

ÉLECTRICIEN 1- LA CIE ÉLECTRIQUE BRITTON LTÉE

MONTRÉAL

1- CARMICHAEL LTÉE

MONTRÉAL

2- GASTIER M.P. INC.

MONTRÉAL

2- INDUSTRIES TOROMONT LTÉE

MONTRÉAL

3- RÉGULVAR INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

3- LESAGE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

4- C. FRAPPIER ÉLECTRIQUE INC.

MONTRÉAL

4- NAVADA LTÉE

MONTÉRÉGIE

5- J.Y. MOREAU ÉLECTRIQUE INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

5- LEPROHON INC.

ESTRIE

6- T.B.C. CONSTRUCTIONS INC.

QUÉBEC

6- ANDRÉ PELISSIER INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

7- RGF ÉLECTRIQUE INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

7- FIXAIR INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

8- DAWCOLECTRIC INC.

MONTRÉAL

8- RÉFRIGÉRATION ACTAIR INC.

MONTÉRÉGIE

9- MOFAX ÉLECTRIQUE LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

9- TRANE QUÉBEC DIVISION DE TRANE CANADA. CO

MONTRÉAL

10- REVENCO (1991) INC.

QUÉBEC

10- EPM MECANIC

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

11- ÉLECTRICITÉ TRI-TECH INC.

MONTRÉAL

11- SOCIÉTÉ DE CONTRÔLE JOHNSON, S.E.C.

MONTRÉAL

12- LES INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES PICHETTE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- R.P.C. LONGUEUIL

MONTÉRÉGIE

13- MARCEL PAGE ÉLECTRICIEN

QUÉBEC

13- KOLOSTAT INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

14- ENTREPRENEURS ÉLECTRICIENS SIMPKIN LTÉE

MONTRÉAL

14- LES ENTREPRISES DE RÉFRIGÉRATION L.S. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- LES ENTREPRISES D'ÉLECTRICITÉ E G LTÉE

MONTRÉAL

15- HONEYWELL LTÉE

MONTRÉAL

16- PYRAMIDES ÉLECTRIQUES JACQUES LANDRY LTÉE

MONTÉRÉGIE

16- VENTILABEC INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

17- ONDEL INC.

QUÉBEC

17- MÉCANIQUE RH 2003 LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

18- LU-ARD ÉLECTRIQUE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

18- GNR CORBUS INC.

ESTRIE

19- GASTON OUELLETTE & FILS INC.

MONTRÉAL

19- MAISONAIR CLIMATISATION INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

20- RIAL ÉLECTRIQUE INC.

MONTÉRÉGIE

20- LES INDUSTRIES GARANTIES LTÉE

MONTRÉAL

INSTALLATION DE SYSTÈMES DE SÉCURITÉ

GRUTIER

1- SERVICES DE SÉCURITÉ ADT CANADA INC.

EXTÉRIEUR

1- GUAY INC.

QUÉBEC

2- RELIANCE PROTECTRON INC.

MONTRÉAL

2- TESSIER LTÉE

CÔTE-NORD

3- SYSTÈMES DE SÉCURITÉ CHUBB

MONTRÉAL

3- MAMMOET CRANE INC.

MONTRÉAL

4- ALTEL INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

4- LES GRUES BELLERIVE INC.

MONTÉRÉGIE

5- SÉCUTROL INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- PETRIFOND FONDATION COMPAGNIE LTÉE

MONTRÉAL

6- SIEMENS CANADA LTÉE (DIVISION TECHNOLOGIE DU BÂTIMENT)

EXTÉRIEUR

6- ACIER RICHARD LTÉE

OUTAOUAIS

7- LOGIC CONTRÔLE INC.

QUÉBEC

7- GRUES J.M. FRANCOEUR INC.

MONTRÉAL

8- PROTECTION INCENDIE VIKING INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

8- CONSTRUCTION ET LOCATION JENIK INC.

MONTÉRÉGIE

9- ALARME DIGITECH INC.

QUÉBEC

9- ASTRA COFFRAGE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- MICROCOM "M" INC.

QUÉBEC

10- GANOTEC INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

11- COMPAGNIE D'ALARME SENTINELLE ENR.

MONTRÉAL

11- GRUES J.L.R. INC.

QUÉBEC

12- PROTELCOM INC.

MONTRÉAL

12- LES CONSTRUCTIONS L.J.P. INC.

MONTRÉAL

13- CONSULTANTS TECHNIQUES TECHNILOGIC INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- BELLAI FRÈRES CANADA LTÉE

OUTAOUAIS

14- INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES B.V. (1980) INC.

MONTRÉAL

14- J.Y. MOREAU ÉLECTRIQUE INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

15- LUMAXO ÉLECTRIQUE INC.

MONTRÉAL

15- GRUE BEAUCHAMP

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

16- LE GROUPE ULTRATECK INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

16- TREMBLAY GRUE SERVICE INC.

MONTÉRÉGIE

17- COMMUNICATIONS R.C.L.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

17- LES COFFRAGES C.C.C. LTÉE

MONTRÉAL

18- ALARMEX INC.

MONTÉRÉGIE

18- GRUES MAURICE GENDRON LTÉE

MONTRÉAL

19- TECHNOLOGIES EXCELLIUM INC.

MONTRÉAL

19- THOMAS BELLEMARE LTÉE

MAURICIE – BOIS-FRANCS

20- TECHNIC ALARME INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

20- LES GRUES N'RIK INC.

MONTÉRÉGIE

FERBLANTIER

MÉCANICIEN D’ASCENSEUR

1- J P LESSARD CANADA INC.

MONTRÉAL

1- KONE INC.

QUÉBEC

2- REVÊTEMENT R.H.R. INC.

MONTÉRÉGIE

2- ASCENSEURS THYSSENKRUPP (CANADA) LTÉE

MONTRÉAL

3- LES ENTREPRISES DE RÉFRIGÉRATION L.S. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

3- OTIS CANADA INC.

MONTRÉAL

4- VENTILABEC INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

4- SCHINDLER ASCENSEUR CORPORATION

MONTRÉAL

5- VENTILATION G.R. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- ASCENSEURS PIONIER FOURNISSEUR ET INSTALLATEUR INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

6- VENTILATION JEAN ROY (1999) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

6- ASCENSEURS INNOVATEC

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

7- LEPROHON INC.

ESTRIE

7- SERVICES DES ASCENSEURS ADAMS INC.

MONTRÉAL

8- T.B.C. CONSTRUCTIONS INC.

QUÉBEC

8- LA CORPORATION D'ENTRETIEN D'ASCENSEUR INDÉPENDANT

MONTRÉAL

9- H V A C INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

9- ASCENSEURS MICROTEC INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- KOLOSTAT INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- ASCENSEURS VIAU INC.

MONTÉRÉGIE

11- RÉFRIGÉRATION NOËL INC.

QUÉBEC

11- ASCENSEURS TRANSCO INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- LES ENTREPRISES PRO-MATH INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- ASCENSEURS SAVARIA CONCORD INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- CONSTRUCTIONS PROCO INC.

MONTRÉAL

13- ASCENSEUR ÉLÉVAPRO INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

14- VENTILEX INC.

QUÉBEC

14- ASCENSEURS LUMAR INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- VENTILATION C.F. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- ASCENSEURS NAGLE INC.

MONTRÉAL

16- GROUPE PROMECANIC LTÉE

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

16- ASCENSEURS MAXI INC.

QUÉBEC

17- SIMPKIN MÉCANIQUE INC.

MONTRÉAL

17- ASCENSEURS VERTEC INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

18- CLIVENCO INC.

QUÉBEC

18- ASCENSEURS RICHELIEU INC.

MONTÉRÉGIE

19- CLIMATISATION VALLÉE ET FILS INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

19- ASCENSEUR CLOUTIER LTÉE

QUÉBEC

20- MANSEAU & PERRON INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

20- CNIM CANADA INC.

MONTRÉAL

16

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 16

12-07-09 11:18


MÉTIER ET NOM DE L’EMPLOYEUR

RÉGION DE LA PLACE D’AFFAIRES

MÉCANICIEN DE CHANTIER

MÉTIER ET NOM DE L’EMPLOYEUR

RÉGION DE LA PLACE D’AFFAIRES

MONTEUR-MÉCANICIEN VITRIER

1- MÉCANIQUE B.E.C. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

1- GROUPE LESSARD INC.

MONTRÉAL

2- MÉCANIQUE CNC (2002) INC.

MONTÉRÉGIE

2- EPSYLON CONCEPT INC.

QUÉBEC

3- BERWIL LTÉE

MONTRÉAL

3- GAMMA MURS ET FENÊTRES INTERNATIONAL INC.

QUÉBEC

4- TREMSON INC.

MONTÉRÉGIE

4- VITRERIE LABERGE 1988 INC.

QUÉBEC

5- MECNOR INC.

CÔTE-NORD

5- VITRECO INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

6- LES INDUSTRIES BLAIS INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

6- VITRERIE VISION 2000 ENR.

OUTAOUAIS

7- OSLO CONSTRUCTION INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

7- VITRERIE CHATELLE & SIMARD INC.

MONTRÉAL

8- GASTIER M.P INC.

MONTRÉAL

8- PORTES ET FENETRES M.P.M. INC.

QUÉBEC

9- GANOTEC INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

9- VITRERIE UNI-VERRE (1987) INC.

QUÉBEC

10- C.C.R MÉCANIQUE INC.

MONTRÉAL

10- VITRERIE CHAYER INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

11- GROUPE LAFRAMBOISE LTÉE

OUTAOUAIS

11- LES MIROIRS ST-ANTOINE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- DESCIMCO INC.

QUÉBEC

12- VITRERIE EXPERT ST-GEORGES INC.

QUÉBEC

13- J.Y. MOREAU ÉLECTRIQUE INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

13- VITRERIE DE LA VALLÉE

OUTAOUAIS

14- CRIBTEC INC.

QUÉBEC

14- VITRERIE A.& E. FORTIN INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

15- CONSTRUCTION GDM INC.

MONTÉRÉGIE

15- VITRERIE J.L. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

16- LE GROUPE SERVI-PORTES (1993) ENR.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

16- LES PORTES J P R INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

17- CONSTRUCTIONS E.D.B. INC.

ESTRIE

17- SHALWIN INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

18- MÉCANARC INC.

QUÉBEC

18- RECOUVREMENTS MÉTALLIQUES BUSSIÈRES LTÉE

QUÉBEC

19- CONSTRUCTIONS MÉTAL-BAIE INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

19- LES PRODUITS D'ALUMINIUM C B C INC.

MONTRÉAL

20- LES INDUSTRIES FOURNIER INC.

QUÉBEC

20- VITRERIE STE-JULIE ENR.

MONTÉRÉGIE

MÉCANICIEN DE MACHINES LOURDES

OPÉRATEUR DE PELLES

1- CRIBTEC INC.

QUÉBEC

1- LES SERVICES ENVIRONNEMENTAUX DELSAN-A.I.M. INC.

MONTRÉAL

2- EBC-IGLU SENC

QUÉBEC

2- RÉNALD CÔTÉ 2007 INC.

CÔTE-NORD

3- MAMMOET CRANE INC.

MONTRÉAL

3- EXCAVATION RENÉ ST-PIERRE INC.

ESTRIE

4- CEGERCO INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

4- CEGERCO INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

5- ÉQUIPEMENTS NORDIQUES

CÔTE-NORD

5- CONSTRUCTION RAOUL PELLETIER (1997) INC.

QUÉBEC

6- TESSIER LTÉE

CÔTE-NORD

6- EDS DECOMMISSIONING CANADA INC.

MONTRÉAL

7- LES FONDATIONS GEODEX INC.

MONTRÉAL

7- LES ENTREPRISES HOULE EXCAVATION INC.

MONTRÉAL

8- GUAY INC.

QUÉBEC

8- LES EXCAVATIONS G ALLARD INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

9- LES EXCAVATIONS MARCHAND & FILS INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

9- J C DROLET INC.

QUÉBEC

10- PETRIFOND FONDATION COMPAGNIE LTÉE

MONTRÉAL

10- LES ENTREPRISES LOU-VIL INC.

QUÉBEC

11- NORDEX ENR.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

11- LOCATION BENOÎT INC.

MONTÉRÉGIE

12- ICANDA CORPORATION

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- LES ENTREPRISES GOSSELIN ET TREMBLAY INC.

QUÉBEC

13- CONSTRUCTION M.I.S. (2004)

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

13- J.M.DEMERS INC.

QUÉBEC

14- LES EXCAVATIONS VESPO INC.

MONTRÉAL

14- ENTREPRISES DE CONSTRUCTION PANZINI INC.

MONTRÉAL

15- LES SERVICES ENVIRONNEMENTAUX DELSAN-A.I.M. INC.

MONTRÉAL

15- TRANSPORT RAYNALD BOULAY & FILS INC.

MONTÉRÉGIE

16- LES GRUES BELLERIVE INC.

MONTÉRÉGIE

16- LES EXCAVATIONS PAYETTE LTÉE

MONTRÉAL

17- CONSTRUCTION RAMSOL INC.

MONTRÉAL

17- EBC-IGLU SENC

QUÉBEC

18- GANOTEC INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

18- LES EXCAVATIONS LAMPRON LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

19- RÉNALD CÔTÉ 2007 INC.

CÔTE-NORD

19- LE GROUPE VESPO

MONTRÉAL

20- LAVAL FORTIN ADAMS

CÔTE-NORD

20- MULTI RECYCLAGE S.D. INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

MÉCANICIEN EN PROTECTION-INCENDIE

OPÉRATEUR D’ÉQUIPEMENT LOURD

1- PROTECTION INCENDIE VIKING INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

1- RÉNALD CÔTÉ 2007 INC.

CÔTE-NORD

2- TYCO INTERNATIONAL DU CANADA LTÉE

EXTÉRIEUR

2- EBC-IGLU SENC

QUÉBEC

3- PROTECTION INCENDIE ROBERTS LTÉE

MONTRÉAL

3- NORDEX ENR.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

4- PROTECTION INCENDIE IDÉAL INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

4- LES EXCAVATIONS MARCHAND & FILS INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

5- GICLEUR MODERNE INC.

MONTRÉAL

5- GROUPE C. LAGANIÈRE (1995) INC.

MONTRÉAL

6- GICLEURS ROYALTECH LTÉE

MONTÉRÉGIE

6- LES EXCAVATIONS G. ALLARD INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

7- PROTECTION INCENDIE DE LA CAPITALE INC.

QUÉBEC

7- PAVAGE VEILLEUX (1990) INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

8- MARCO COURNOYER INSPECTIONS INC. (MCI)

MONTÉRÉGIE

8- PAVAGE DAUDI LTÉE

MONTÉRÉGIE

9- LES GICLEURS ÉCLAIR INC.

QUÉBEC

9- LE PAVAGE ROYAL CITY INC.

MONTRÉAL

10- GICLEURS F F 1981 LTÉE

MONTÉRÉGIE

10- LES EXCAVATIONS PAYETTE LTÉE

MONTRÉAL

11- GICLEURS ALERTE INC.

MONTÉRÉGIE

11- VINCE VIAFA CONSTRUCTION INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- LES GICLEURS QUÉBÉCOIS INC.

QUÉBEC

12- AGRÉGAT R-N INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

13- PLOMBERIE SAINT-PIE X INC.

BAS-SAINT-LAURENT/GASPÉSIE

13- LES ENTREPRISES HOULE EXCAVATION INC.

MONTRÉAL

14- LES GICLEURS ACME LTÉE

MONTÉRÉGIE

14- GROUPE PARAMOUNT INC.

MONTRÉAL

15- PROTECTION INCENDIE MATRIK INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- LES ENTREPRISES ALFRED BOIVIN INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

16- TUYAUTERIE N R J INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

16- NASCO INC.

QUÉBEC

17- PROTECTION INCENDIE DE LA MONTÉRÉGIE INC.

MONTÉRÉGIE

17- ÉQUIPEMENTS NORDIQUES

CÔTE-NORD

18- SISL INC.

QUÉBEC

18- EXCABEC INC.

MONTÉRÉGIE

19- PROTECTION INCENDIE FÉDÉRAL INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

19- R. SARRAZIN INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

20- GICLEURS PRIORITÉ INC.

MONTRÉAL

20- JACQUES ARSENAULT ASPHALTE INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

MONTEUR D’ACIER DE STRUCTURE

PEINTRE

1- ACIER MYK INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

1- LES PEINTURES PREMIÈRE INC.

MONTRÉAL

2- CONSTRUCTIONS PROCO INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

2- GUY BRUNELLE INC.

MONTRÉAL

3- LES STRUCTURES G.B. LTÉE

BAS-SAINT-LAURENT/GASPÉSIE

3- LES PEINTRES MULTICOULEURS INC.

MONTRÉAL

4- ACIER SELECT INC.

MONTÉRÉGIE

4- LE GROUPE P.F. BRISSON PEINTURE INC.

OUTAOUAIS

5- MECNOR INC.

CÔTE-NORD

5- LEBER & FILS (CANADA) INC.

MONTRÉAL

6- J.Y. MOREAU ÉLECTRIQUE INC.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

6- LES ENTREPRENEURS PEINTRES P.V.A. INC.

MONTRÉAL

7- SOCOMEC INDUSTRIEL INC.

MONTÉRÉGIE

7- RODRIGUE, PEINTRE DÉCORATEUR LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

8- LES MONTEURS D'ACIER M Y K INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

8- ENTREPRISE VENISE PEINTRE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

9- STRUCTURES M.F.V. INC.

QUÉBEC

9- PEINTURE PARAMOUNT PLUS

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- HONCO BÂTIMENTS D'ACIER

QUÉBEC

10- SERVICES DE PEINTURE ÉRIC INC.

MONTRÉAL

11- MONTAGE D'ACIER DONALD MORIN INC.

QUÉBEC

11- DALCON INC.

QUÉBEC

12- STRUCTURES MSA INC.

QUÉBEC

12- PEINTURE BERTRAND AYOTTE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- SUPERMÉTAL CONSTRUCTION INC.

QUÉBEC

13- J. & K. PEINTURE

MONTRÉAL

14- MÉCANIQUE CNC (2002) INC.

MONTÉRÉGIE

14- TRAVAUX DE PEINTURE CYR

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- LES INSTALLATIONS ST-ANICET INC.

MONTÉRÉGIE

15- LES PEINTURES ROBERT DUPONT INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

16- NORD INDUSTRIE INC.

CÔTE-NORD

16- LES ENTREPRISES PERMA INC.

MONTRÉAL

17- LES STRUCTURES UNIVERSELLES INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

17- SABLAGE & PEINTURE BEAULAC (1995) INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

18- PAR MÉTAL (1985) INC.

QUÉBEC

18- PEINTURE L.S.B. INC.

SAGUENAY - LAC-SAINT-JEAN

19- STRUCTURE RICHARD INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

19- PEINTURE MARCEL CHENARD INC.

QUÉBEC

20- CONSTRUCTIONS JIMRIC INC.

QUÉBEC

20- VERSAILLES (48) INC.

MONTRÉAL

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 17

17

12-07-09 11:18


PLÂTRIER

POSEUR DE SYSTÈMES INTÉRIEURS

1- I.T.R. ACOUSTIQUE INC.

MONTÉRÉGIE

1- CONSTRUCTION MICHEL GAGNON LTÉE

QUÉBEC

2- DAHARPRO CONSTRUCTION INC.

QUÉBEC

2- I.T.R. ACOUSTIQUE INC.

MONTÉRÉGIE

3- CONSTRUCTION MICHEL GAGNON LTÉE

QUÉBEC

3- TECHNIQUE ACOUSTIQUE (L.R.) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

4- SYSTÈMES INTÉRIEURS BERNARD MNJ ET ASSOCIÉS INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

4- SYSTÈMES INTÉRIEURS BERNARD MNJ ET ASSOCIÉS INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- TECHNIQUE ACOUSTIQUE (L.R.) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- DAHARPRO CONSTRUCTION INC.

QUÉBEC

6- DALCON INC.

QUÉBEC

6- CONSTRUCTION RHEMA (2008) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

7- SYSTÈMES INTÉRIEURS GRAND CANYON

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

7- ACOUSTIQUE S. MAYER

OUTAOUAIS

8- CONSTRUCTION BAO INC.

MONTRÉAL

8- CONSTRUCTION SIMMON INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

9- CONSTRUCTION M.G.P. INC.

QUÉBEC

9- DALCON INC.

QUÉBEC

10- TAVANO ACOUSTIQUE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- GYPTECH ACOUSTIQUE INC.

QUÉBEC

11- GYPTECH ACOUSTIQUE INC.

QUÉBEC

11- J.A.L. CO. ENTREPRENEUR GÉNÉRAL

MONTÉRÉGIE

12- CONSTRUCTION N.C.L.

MONTRÉAL

12- TAVANO ACOUSTIQUE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- CONSTRUCTION DENIS LIBOIRON

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- BEAULIEU & LAFLAMME LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

14- PLASTEC CONCEPT INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

14- D.M.O. CONSTRUCTIONS INC.

MONTRÉAL

15- CONSTRUCTION SIMMON INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- CONSTRUCTION N.C.L.

MONTRÉAL

16- LES PLÂTRIERS LOTBINIÈRE INC.

QUÉBEC

16- CONSTRUCTION M.G.P. INC.

QUÉBEC

17- ACOUSTIQUE S. MAYER

OUTAOUAIS

17- GROUPE PICHÉ CONSTRUCTION (2005) INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

18- S T SYSTÈME INTÉRIEUR INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

18- SIDE ACOUSTIQUE INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

19- BERTRAND LECLERC & FILS INC.

QUÉBEC

19- CONSTRUCTION PASCAL LANOUE INC.

MONTRÉAL

20- PIERRE GOSSELIN JOINTOYEUR INC.

QUÉBEC

20- LA COMPAGNIE D’ACOUSTIQUE ET DE PARTITIONS UNIE (2003) INC.

MONTRÉAL

POSEUR DE REVÊTEMENTS SOUPLES

SERRURIER DE BÂTIMENT

1- ROY & FILS LTÉE

MONTRÉAL

1- GROUPE ORBI CONSTRUCTION INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

2- BEAULIEU DÉCOR D'ASTOUS & FRÈRES INC.

BAS-SAINT-LAURENT/GASPÉSIE

2- GROUPE C.& G. BEAULIEU INC.

MONTÉRÉGIE

3- RENÉ BÉDARD INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

3- SOUDURE M. COUTURE & FILS INC.

MONTÉRÉGIE

4- ROLAND MARQUIS LTÉE

SAGUENAY – LAC-SAINT-JEAN

4- FER ORNEMENTAL JEAN-GUY ROBERT INC.

MONTÉRÉGIE

5- LES POSEURS DE TAPIS NATIONAL (1991) LTÉE

MONTRÉAL

5- LES ACIERS ACIMAX INC.

MONTÉRÉGIE

6- DIX VISIONS CONCEPT INC.

QUÉBEC

6- TRAVAUX D ACIER POINTE-CLAIRE INC.

MONTRÉAL

7- STEEVE GAGNÉ INC.

QUÉBEC

7- WAVERLY MÉTAL

MONTRÉAL

8- INSTASOL SAVARD INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

8- ACIER MONTFER INC.

MONTRÉAL

9- TAPIS SOLUTION INC.

MONTRÉAL

9- SOUDURE GERMAIN LESSARD INC.

MONTÉRÉGIE

10- LES COUVRE-PLANCHERS ORLÉANS INC.

QUÉBEC

10- MÉTAL PRESTO INC.

QUÉBEC

11- TAPIS SALABERRY LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

11- MULTI-MÉTAL G.BOUTIN INC.

QUÉBEC

12- GESTION ALAIN DE CARUFEL INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- ACIER CHARRON LTÉE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

13- INSTALLATION SOL TRA INC.

MONTRÉAL

13- ORNEMENTS ST-MICHEL INC.

MONTRÉAL

14- COUVRE PLANCHER JACQUES GRONDIN INC.

QUÉBEC

14- MÉTAL 2000 INC.

QUÉBEC

15- CONSTRUCTIONS TONY FONTAINE INC.

QUÉBEC

15- BARBO MÉTAUX INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

16- LES ENTREPRISES MICHEL DUCHESNE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

16- RAMP-ART

QUÉBEC

17- TAPIS ROBILLARD & FILS INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

17- MÉTAUX T.R.D.M. INC.

MONTRÉAL

18- TAPIS CRÉATION INC.

MONTÉRÉGIE

18- LINTEAUX STRUCTURAUX AJUSTABLES LINTECH INC.

MONTRÉAL

19- TAPISIPAT INC.

MONTÉRÉGIE

19- LES INSTALLATIONS FAX INC.

QUÉBEC

20- COUVRE PLANCHER PAPILLON INC.

MONTRÉAL

20- ACIER MYK INC.

SAGUENAY – LAC-SAINT-JEAN

TUYAUTEUR 1- GASTIER M.P. INC.

18

MONTRÉAL

2- GROUPE PAQUETTE MÉCANIQUE DU BÂTIMENT INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

3- GANOTEC INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

4- PLOMBERIE DANIEL CÔTÉ INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

5- LUCIEN CHARBONNEAU LIMITÉE

MONTRÉAL

6- GROUPE BEAUDOIN INC.

QUÉBEC

7- PLOMBERIE RICHARD JUBINVILLE INC.

MONTRÉAL

8- THOMAS O'CONNELL INC.

MONTRÉAL

9- PLOMBERIE ET CHAUFFAGE ALAIN DAIGLE INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

10- T.B.C. CONSTRUCTIONS INC.

QUÉBEC

11- H V A C INC.

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

12- DESCIMCO INC.

QUÉBEC

13- MÉCANIQUE CNC (2002) INC.

MONTÉRÉGIE

14- BALISCUS L'ESPACE EAU ET PLOMBERIE

LAVAL – LAURENTIDES – LANAUDIÈRE

15- PLOMBERIE LAROCHE INC.

QUÉBEC

16- PLOMBERIE J. VACHON INC.

MAURICIE – BOIS-FRANCS

17- PLOMBERIE PICHETTE INC.

QUÉBEC

18- MARCEL RACINE & FILS INC.

MONTÉRÉGIE

19- LES ENTREPRISES EN PLOMBERIE PIERRE POULIN INC.

MONTÉRÉGIE

20- PLOMBERIE G & G LTÉE

MONTRÉAL

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 18

12-07-09 11:18


Architecte MIRAC Professionnel agréé LEED C+CB (LEED-AP BD+C)

L’ARCHITECTE, un ACTEUR au CŒUR

du DÉVELOPPEMENT DURABLE Par Nathalie Savaria

Architecte senior, prix du leadership régional du Conseil du bâtiment durable du Canada en 2010, Joël Courchesne agit comme expert-conseil en développement durable. Depuis 2012, il travaille au développement de la certification LEED en France avec le GEPA. Le magazine Champions a voulu connaître son point de vue à propos du rôle de l’architecte auprès des différents acteurs de l’industrie.

Diplômé de l’Université Laval, Joël Courchesne, président de Courchesne et associés, a développé son expertise au fil de sa pratique, en s’intéressant à ce qui se passait ailleurs dans le monde. Si, à l’origine, il concevait des projets visant à accroître les performances énergétiques, il en est venu peu à peu à proposer des solutions innovantes dans le but d’optimiser les aspects bioclimatiques – le rayonnement solaire, les vents dominants – qui entourent un bâtiment, un principe à la base même de l’architecture durable. Devant la pluralité des choix qui s’offrent aujourd’hui, il faut d’abord informer le client des possibilités existantes. Pour Joël Courchesne, telle est la mission première de l’architecte lorsqu’il est question de développement durable. Car tout n’est pas adéquat. « Il faut être logique dans notre approche et non pas lancer plein de trucs pour s’apercevoir que ce n’est pas si efficace qu’on pensait », argue l’architecte. Au cours de sa carrière, il a d’ailleurs vu nombre de projets dont l’efficacité et la logique pouvaient être mises en doute. Par exemple, il avoue ne pas être un adepte des murs-rideaux qui enveloppent les grands édifices des centres-villes. CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 19

19

12-07-09 11:18


« Oui à l’architecture durable, mais pas sans une analyse de l’environnement immédiat. Sinon, conclut-il ”nous aurons des bâtiments qui auront la saveur développement durable, mais qui n’en seront pas” ». – Joël Courchesne

Selon lui, ces immenses façades de verre entraînent des pertes énormes de chaleur en hiver. Des experts qui ont étudié la question, entre autres le GRAP, un groupe de recherche de l’École d’architecture de l’Université Laval, considèrent que 35 % de fenestration est suffisant pour assurer l’éclairage naturel adéquat d’un bâtiment. Donc, oui à l’architecture durable, mais pas sans une analyse de l’environnement immédiat. Sinon, conclut-il, «nous aurons des bâtiments qui auront la saveur développement durable, mais qui n’en seront pas».

À propos de l’importance de l’écoconstruction pour les différents maillons de l’industrie, Joël Courchesne observe toujours une dichotomie entre les promoteurs qui construisent et ceux qui gèrent les projets immobiliers. Les premiers pensent en termes d’économies et de rentabilité, parfois au détriment de la qualité, les seconds, désireux d’améliorer les coûts d’opération à long terme, s’intéressent davantage au développement durable et à l’obtention d’une certification telle que LEED ou BOMA BESt. Mais les surcoûts engendrés par la construction d’un bâtiment de qualité en dissuadent encore plusieurs. Cela dit, même s’ils sont encore trop peu nombreux de l’avis de l’architecte, de plus en plus de promoteurs se laissent convaincre de la nécessité de penser en termes de développement durable. À ce titre, la certification LEED y est pour beaucoup. Certes, il s’agit bien souvent d’une liste d’épicerie regroupant une série de points LEED, mais cela constitue une réelle avancée. Muni d’une telle liste, l’architecte, avec son expertise et son expérience, est à même de conseiller les promoteurs sur les options à prendre. En outre, l’avènement de la certification LEED, dont les exigences devraient encore être accrues selon lui, a permis d’accroître le dialogue entre les différents intervenants de l’industrie et à livrer un message commun au client. Malgré tout, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Selon Joël Courchesne, la certification LEED n’en est qu’à ces débuts et nombre d’architectes, faute d’avoir reçu de demandes pour des projets écologiques, se bornent à construire des bâtiments « légaux », qui répondent aux normes du code du bâtiment. L’architecte doit aller plus loin et « ne pas faire seulement des bâtiments pour ne pas aller en prison », lance Joël Courchesne avec une pointe d’humour, lequel poursuit son engagement pour l’architecture durable en prononçant des conférences et en donnant des formations. Depuis 2010, à l’invitation de l’École Polytechnique de Montréal, il enseigne à de futurs ingénieurs les aspects génériques du bâtiment durable, ainsi que les divers types de matériaux écologiques existants. Les changements espérés, croit l’architecte, proviendront de l’effet conjugué de plusieurs jeux d’influence : des gouvernements, dont le fédéral qui exige que tout local neuf, bâti ou loué, réponde à des paramètres de développement durable, de la pression des locataires d’immeuble soucieux d’évoluer dans un environnement sain, mais aussi d’initiatives fructueuses. Il cite à ce propos EnerCible, un programme de soutien aux projets d’efficacité énergétique mis de l’avant par Hydro-Québec. Et puis, il faudra continuer à informer les différents acteurs de l’industrie. Que souhaite Joël Courchesne ? « Que les prix d’architecture décernés par l’Ordre des architectes soient à 100 % développement durable », en d’autres mots, que le bâtiment vert ne soit plus une exception, mais bien la norme ! Pour lui, ce n’est qu’une question de temps.

20

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 20

12-07-09 11:18


TOITURE: pour un MODÈLE Toit noir, toit vert, toit blanc. Dans la course à l’efficacité écologique et énergétique, les options sont nombreuses et le choix, difficile. Tour d’horizon.

DURABLE

Toit d’un duplex situé dans le quartier Milton-Parc, Montréal Par Marie Gagnon

Changement climatique oblige : de plus en plus de municipalités exigent des propriétaires immobiliers qu’ils participent à la réduction des îlots de chaleur en milieu urbain en aménageant une toiture écologique. En 2009, Toronto devenait ainsi la première ville d’Amérique du Nord à adopter un règlement en ce sens. Depuis le 31 janvier 2010, toutes les nouvelles constructions commerciales, institutionnelles et résidentielles (superficie au sol de 2 000 mètres carrés ou plus) mises en chantier dans la Ville Reine doivent arborer une toiture végétale. Quant aux nouveaux bâtiments industriels, ils y sont soumis depuis le 30 avril dernier.

PHOTO : CENTRE D’ÉCOLOGIE URBAINE DE MONTRÉAL (CÉUM)

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 21

21

12-07-09 11:18


« Les résultats parlent d’eux-mêmes. J’ai pu démontrer ainsi que le béton réfléchit 40 % de l’énergie solaire, la peinture au latex 80 % et la peinture isolante à base de céramiques 96,2 %. » – Denis Boyer

Une toiture réfléchie

Plus près de chez nous, les arrondissements du Sud-Ouest et de Rosemont-La-Petite-Patrie, à Montréal, obligent également les propriétaires immobiliers à se tourner vers les toitures écologiques. À Laval, ce sera bientôt chose faite. Si, à Laval comme à Montréal, les règlements s’étendent autant aux constructions neuves qu’aux réfections de toitures complètes, les propriétaires ont toutefois plus de latitude qu’à Toronto : ils pourront aménager leur toiture au moyen de gravier blanc, d’une couverture végétale ou d’une membrane réfléchissante. Étudiant à l’École Polytechnique, Denis Boyer s’est justement penché sur les avantages des toitures réfléchissantes dans le cadre de sa maîtrise en Énergie et développement durable. « Ma femme vient du Mexique et l’été, la température y est tellement élevée que la maison familiale se transforme en véritable sauna, rapporte-t-il. Je me suis dit que ce serait formidable de trouver une solution économique pour rendre les habitations plus vivables. Parce que si les populations des pays développés peuvent se permettre de climatiser leur habitat, il en va autrement pour les autres, pour qui un milieu de vie tempéré demeure un luxe inabordable. »

22

Selon le professeur Chu, cette solution, si elle était appliquée aux toits et aux routes de la planète, aurait le même impact sur le réchauffement climatique que si l’on éliminait toutes les voitures du globe pendant onze ans, fait-il valoir. Il y a donc des bénéfices réels à tirer de cette alternative, tant sur les plans individuel, local et global.

Toiture réfléchissante Soprastar HD GR Stade de soccer Chauveau, Québec

PHOTO : SOPREMA

Denis Boyer Étudiant École Polytechnique

Pour lui, la solution idéale se doit d’être à la fois abordable, facile à mettre en œuvre et ne nécessiter qu’un entretien minimal. Dans le cadre de ses recherches, il met la main sur un article de Steven Chu, ministre de l’Énergie du gouvernement américain et corécipiendaire du prix Nobel de physique en 1997. Celui-ci préconise une solution minimaliste : peindre en blanc la toiture des bâtiments afin que l’énergie solaire soit réfléchie vers le ciel sous forme de rayonnement visible.

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 22

12-07-09 11:18


Pour étayer sa thèse, Denis Boyer a mesuré le flux moyen d’énergie capté par unité de surface (un mètre carré) sur un plan horizontal en fonction de l’heure du jour, puis a comparé cette énergie incidente à celle réfléchie par la même surface en fonction du matériau qui la recouvre, soit du béton, une peinture blanche au latex et la peinture Super Therm, une peinture pelliculaire isolante à base de céramiques. « Les résultats parlent d’eux-mêmes, note le chercheur. J’ai pu démontrer ainsi que le béton réfléchit 40 % de l’énergie solaire, la peinture au latex 80 % et la peinture isolante à base de céramiques 96,2 %. »

PHOTO : SOPREMA

Les ménages profiteraient ainsi d’un milieu de vie plus confortable et d’économies d’énergie substantielles liées à la climatisation. En milieu urbain, l’effet d’îlot de chaleur serait diminué, un avantage même sous nos latitudes où les canicules exceptionnelles sont de plus en plus fréquentes. Enfin, à l’échelle planétaire, cela donnerait lieu à un albédo — la fraction de l’énergie solaire qui est réfléchie vers l’espace — plus élevé et, par conséquent, à une moins grande élévation de la température diurne. D’où une réduction des gaz à effet de serre dus à l’utilisation d’électricité de source fossile pour la climatisation.

QUAND LE TOIT RÉFLÉCHIT ÉNERGIE INCIDENTE ET ÉNERGIE RÉFLÉCHIE (EN WATTS-HEURES) EN FONCTION DU MATÉRIAU

Énergie incidente

12 132

Béton

4 852

Latex

Super Therm

9 706

11 671

Inc.

Les Toitures Vick & Ass.

Depuis 37 ans à votre service pour vos toitures commerciales et industrielles

UNE ÉQUIPE VICKTORIEUSE ! Hydro-Québec, Centrale Les Cèdres

Le Fort Chambly

Nous sommes membre de

La polyvalente Massey-Vanier, Cowansville

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 23

www.toituresvick.com

Licence RBQ : 8301-3599-31

ASSOCIATION PROVINCIALE DES CONSTRUCTEURS D'HABITATIONS DU QUÉBEC INC.

5_Toiture_vick.indd 1

La Biosphère, Île Ste-Hélène, Montréal

Siège social : 8601, rue Samuel-Hatt, Chambly Québec Succursale : 71, chemin Godin, Sherbrooke Québec

J3L 6V4 450 658-4300 J1R 0S6 819 566-1212

12-05-29 15:52 CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION 23

12-07-09 11:18


PHOTOS : SOPREMA

Il souligne en outre que le béton possède un indice de réflectance solaire (IRS) plus élevé que celui de l’asphalte, ce dernier matériau ne réfléchissant à peine que 7 % de l’énergie incidente. « Or les toitures en asphalte sont assez répandues au Canada, note-t-il. On aurait avantage à les remplacer ou, à tout le moins, à les enduire d’une peinture réfléchissante. Mais il faudrait pousser plus loin les investigations, surtout en conditions hivernales. »

Jean-François Côté Directeur du Développement stratégique Soprema

Un bémol que partage Jean-François Côté, directeur du Développement stratégique chez Soprema. « C’est prouvé, les toitures réfléchissantes contribuent à réduire les îlots de chaleur en milieu urbain, fait-il valoir. Par contre, en ce qui concerne l’efficacité énergétique, les avis sont partagés. En données annualisées, il pourrait y avoir des pertes d’énergie sous notre climat. Même s’il est démontré que ce type de système réduit la charge climatique en été, l’industrie cherche à savoir, au bout du compte, s’il y a vraiment un gain avec la toiture blanche. »

« C’est prouvé, les toitures réfléchissantes contribuent à réduire les îlots de chaleur en milieu urbain. Par contre, en ce qui concerne l’efficacité énergétique, les avis sont partagés. » – Jean-François Côté

La question se pose d’autant plus que, même sous une couche de neige, la toiture bitumineuse sera réchauffée par les rayons solaires. Du coup, les espaces situés juste en dessous du toit seront chauffés à peu de frais. Le même phénomène s’observera au printemps et à l’automne. « J’ai d’ailleurs été surpris d’apprendre, en faisant l’analyse des statistiques publiées par le Conseil du développement durable du Canada, il y a environ trois ans, que moins de 50 % des projets certifiés LEED étaient dotés d’une toiture blanche. Pourtant, il s’agit d’un point facile à aller chercher. »

COUVRIR EN BLANC Pourquoi une toiture blanche ? Pour empêcher que les rayons ultraviolets ne dégradent la surface du toit et que les rayons infrarouges ne soient absorbés par la couverture; parce que les rayons UV détériorent le revêtement asphaltique et parce que les infrarouges chauffent ce même revêtement, faisant ainsi grimper la température du système de toiture et, de ce fait, favorisent les gains de chaleur. Cela dit, les rayons infrarouges ne sont pas les seuls à être absorbés par le système de toiture et à participer à son réchauffement. Le spectre solaire au complet y contribue, et seule une partie de ce rayonnement est réfléchie par le matériau. Le reste de l’énergie lumineuse (UV, infrarouge et lumière visible) est absorbé par le matériau, et un certain pourcentage de cette énergie est transformée en énergie thermique (chaleur). • Diminution de la température de surface de la toiture et du transfert de chaleur vers l’intérieur • Baisse des besoins de climatisation et de la facture d’énergie • Réduction de l’effet d’îlot de chaleur en milieu urbain • Augmentation de la durée de vie utile du système de toiture

24

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 24

12-07-09 11:18


PHOTO : CENTRE D’ÉCOLOGIE URBAINE DE MONTRÉAL (CÉUM)

Verdir les toits et la ville À l’instar des couvertures réfléchissantes, les toitures végétalisées contribuent à lutter contre le phénomène d’îlot de chaleur urbain en absorbant ou en déviant le rayonnement solaire en été. Leurs avantages sont par ailleurs bien documentés : insonorisation; protection du toit; amélioration de la qualité de l’air; gestion des eaux de ruissellement. Et c’est sans compter leur apport esthétique en milieu fortement urbanisé. Jusqu’ici, aucune étude n’avait toutefois permis de chiffrer les bénéfices des toits verts en termes d’économies d’énergie, du moins pour la région de Montréal. Cette lacune est maintenant comblée avec la publication, en 2010, du mémoire Étude de la performance énergétique d’une toiture végétale extensive installée au centre-ville de Montréal, de Sébastien Jacquet, réalisé dans le cadre de sa maîtrise en génie de l’environnement à l’École de technologie supérieure (ÉTS). Owen Rose Codirecteur de thèse et président du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CÉUM)

« Il s’agit de la toute première recherche montréalaise sur la performance énergétique d’une toiture végétale, relève Owen Rose, codirecteur de thèse et président du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CÉUM). Les résultats obtenus

865, rue Aubry, Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 7R4 Tél. : 450 347-3342 www.omerbraultinc.ca

PHOTO: SUPRANATURE – SOPRAMA

Licence RBQ : 2631-3965-34

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 25

25

12-07-09 11:18


« Il s’agit de la toute première recherche montréalaise sur la performance énergétique d’une toiture végétale. Les résultats obtenus s’accordent avec ceux d’études comparables menées sur des toits d’Ottawa, de Toronto et de Vancouver par le Conseil national de recherche du Canada. » – Owen Rose

s’accordent avec ceux d’études comparables menées sur des toits d’Ottawa, de Toronto et de Vancouver par le Conseil national de recherche du Canada. »

PHOTO : CENTRE D’ÉCOLOGIE URBAINE DE MONTRÉAL (CÉUM)

La toiture expérimentale a été aménagée par le CÉUM en 2005 sur le toit d’un duplex situé dans le quartier MiltonParc. Afin de mener à bien ce projet de démonstration, le toit de l’immeuble, d’une superficie d’environ 99 mètres carrés, a été divisé en trois sections : une section de référence laissée à nue, une section végétalisée et irriguée et une dernière section, également végétalisée, mais non irriguée.

2125, boul. Saint-Elzéar Ouest, bureau D Chomedey, Laval (Québec) H7L 3N7 Téléphone : 450 688-2666 Télécopieur : 450-688-2044 toitrobitaille@qc.aira.com

des rs tion vreu ocia Cou Assaîtres ébec M u Qu d

26

Ce découpage avait pour objectif d’évaluer l’influence d’un terreau humide comparativement à celle d’un terreau sec, le tout en référence avec un toit plat conventionnel. Pour évaluer notamment la performance énergétique de la couverture végétale, 48 sondes raccordées à un système d’acquisition de données en continu ont mesuré, toutes les 15 minutes, les flux de chaleur traversant le toit. « L’analyse des données a démontré que la couverture végétale, qu’elle soit irriguée ou non, permet de stopper les gains de chaleur en été et de réduire les pertes de chaleur en hiver, résume celui qui est également cofondateur de l’atelier d’architecture Tautem. Par rapport au toit de référence, l’entrée de chaleur a été diminuée de 99 % dans le cas du couvert végétal irrigué, et de 91 % dans la section non irriguée. Inversement, les pertes de chaleur ont été réduites respectivement de 38 et 27 %. »

À votre service depuis 1912 Licence RBQ : 2323-9213-77

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 26

12-07-09 11:18


PHOTOS : CENTRE D’ÉCOLOGIE URBAINE DE MONTRÉAL (CÉUM)

Ces résultats concordent avec les résultats enregistrés par le CNRC à Ottawa et, dans une moindre mesure, avec ceux obtenus à Toronto, qui jouit d’un climat plus doux. La comparaison est toutefois moins utile avec Vancouver, où les écarts de température sont minimes. Bien qu’encourageantes, ces conclusions ne signifient pas pour autant des économies d’énergie substantielles. En effet, les propriétaires d’immeubles qui seraient tentés par l’aventure peuvent tout au plus espérer des économies de quelques milliers de dollars sur cinq ans. « Cela peut sembler peu, mais c’est tout aussi rentable, sinon plus, qu’un toit blanc, précise Owen Rose. Et il ne faut pas s’arrêter aux seules retombées financières lorsqu’on pense toiture écologique. Il y a d’autres avantages à considérer aussi. » C’est le cas notamment pour la durée de vie utile de la membrane d’étanchéité. En bloquant les rayons ultraviolets et en limitant les écarts de température, premières causes de détérioration des membranes, le couvert végétal permet de limiter les différences de température journalières. On estime à environ 20 à 25 ans la longévité d’une toiture traditionnelle. Dans le cas d’une toiture végétale, la durée de vie de la membrane passe de 40 à 50 ans.

En bloquant les rayons ultraviolets et en limitant les écarts de température, premières causes de détérioration des membranes, le couvert végétal permet de limiter les différences de température journalières. On estime à environ 20 à 25 ans la longévité d’une toiture traditionnelle. Dans le cas d’une toiture végétale, la durée de vie de la membrane passe de 40 à 50 ans.

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 27

27

12-07-09 11:18


CULTIVER LES TOITS Transformer un toit plat en jardin potager ? C’est ce que font aujourd’hui Les Fermes Lufa à Montréal. Les opérations de la jeune entreprise ont en effet été développées spécifiquement pour la culture sur les toits en milieu urbain. Une première serre a été aménagée sur la toiture d’un immeuble de trois étages situé près du Marché central, à Montréal. L’édifice présentait l’avantage de pouvoir supporter un supplément additionnel important puisque sa structure avait été initialement conçue pour recevoir un étage de plus.

PHOTOS : FERMES LUFA

Mohamed Hage Président des Fermes Lufa

« Pour le propriétaire, c’est avantageux, signale Mohamed Hage, président des Fermes Lufa. On lui assure un revenu de location supplémentaire et on paie notre part de taxes foncières. Et bien sûr, on prend en charge tous les coûts d’aménagement et les frais d’exploitation. Si la membrane est en mauvais état, on la remplace à nos frais. De plus, notre exploitation ne risque pas d’abîmer le système de toiture. Nos serres sont hydroponiques : tout l’équipement est suspendu. » Il ajoute que l’aménagement de serres sur une toiture permet de réduire la consommation d’énergie d’environ 3 % en hiver. À l’inverse, les frais de climatisation diminuent en été. « Dans la perspective d’une certification LEED, cette solution s’avère plus avantageuse que la toiture végétalisée, car elle permet d’aller chercher deux points dans la catégorie Innovation en design. D’abord pour son caractère novateur, ensuite pour son aspect social, car on génère de l’emploi. »

T R O I S É TO I L E S

L’entreprise, qui est présentement en phase d’expansion, cherche à étendre ses racines à Montréal, mais aussi à Québec, Toronto, Boston et Chicago. La toiture idéale aura un minimum de 40 000 pieds carrés et l’immeuble sera constitué préférablement d’une structure de béton. Mohamed Hage estime qu’à Montréal une centaine d’immeubles se prêteraient bien à cet usage. Avis aux intéressés !

ISO 9001:2008 Licence RBQ : 1321-1933-78

7550, rue Saint-Patrick, LaSalle (Québec) H8N 1V1 514 365-6600 • info@toitures3etoiles.com

www.toiturestroisetoiles.com

28

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 28

12-07-09 11:18


PHOTOS : TOITURES HOGUE

PHOTO : CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION PAR ALAIN LAMBERT

Jocelyn Hogue Président de Toitures Hogue

« Cette étude est surtout utile pour les ingénieurs en mécanique du bâtiment, qui pourront dorénavant quantifier l’efficacité énergétique d’une toiture verte dans le cadre d’un projet immobilier visant une certification LEED, mentionne Owen Rose. Aussi, à l’avenir, lorsque le CNRC mènera des recherches sur les toitures dans la région d’Ottawa ou de Toronto, on pourra en appliquer les conclusions à Montréal. » Selon Jocelyn Hogue, président de Toitures Hogue, cette révolution verte n’est pas encore à nos portes. « Il faut compter environ 12 dollars le pied carré pour un système conventionnel, dit-il. Dans le cas d’une toiture verte, on parle facilement de 22 dollars le pied carré. La différence est énorme. Et, à l’heure actuelle, le gouvernement n’offre aucune subvention aux propriétaires qui veulent faire leur part pour l’environnement, alors que la durabilité de ce genre de toiture est démontrée, tant sur le plan environnemental que de l’efficacité énergétique. »

MAC UNITED STEEL BY METAL ARCHITECTURAL

MONTREAL

CANADA

®

P

C

942, rue Bernard-Pilon, McMasterville QC J3G 1L6 * Sans frais : 1 888 464-5486

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 29

29

12-07-09 11:18


L’efficacité énergétique n’est toutefois qu’un facteur parmi d’autres à prendre en considération au moment de la conception d’un édifice ou à l’occasion de la réfection complète d’une toiture. À l’heure du développement durable, de plus en plus de gestionnaires et de concepteurs pensent en fonction du cycle de vie. Durabilité des matériaux, assemblage efficace, diminution de la pression sur les ressources... Voilà les nouveaux paradigmes du secteur immobilier. Jean-François Côté constate d’ailleurs que le caractère durable d’un système de toiture se limite bien souvent aujourd’hui à une toiture blanche ou à une couverture végétalisée. Comme si la durabilité d’une toiture ne pouvait être assurée que par des matériaux ou des technologies avant-gardistes. « On perd de vue que la durabilité d’un système dépend d’abord d’une combinaison de matériaux réputés pour leur durabilité et assemblés selon les règles de l’art », dit-il. « Mieux vaut sélectionner dès le départ des matériaux imputrescibles », suggère-t-il. Ce qui élimine d’emblée la fibre de bois. À la moindre infiltration, ce matériau absorbera l’eau, et la moisissure proliférera. Il est également préférable de compartimenter la toiture en plusieurs sections pour limiter l’étendue des interventions en cas de défaillance. Il est tout aussi rentable de planifier des visites d’entretien pour dépister les petits problèmes et les corriger avant qu’ils ne s’aggravent. « Bien qu’elle perde du terrain au profit des membranes élastomères, la membrane bitumineuse multicouche demeure un excellent choix, car elle est très performante. On l’utilise depuis des décennies sur les immeubles à toit plat, on peut dire qu’elle a fait ses preuves... » – Jocelyn Hogue

Toiture végétalisée Sopranature, Pavillon De Koninck, Université Laval, Québec

PHOTO : SOPREMA

Question de durabilité

« Après 25 ans de service, il est normal qu’une toiture nécessite une réfection majeure, poursuit-il. Plutôt que de dénuder le toit jusqu’au pontage et de tout envoyer aux rebuts, pourquoi ne pas laisser en place les matériaux qui ne sont pas contaminés et se contenter d’ajouter une nouvelle couche de finition. Si les matériaux ont été bien choisis au départ, l’ajout d’une nouvelle membrane prolongera la durée de vie utile du système d’une trentaine d’années de plus. » C’est aussi l’avis de Jocelyn Hogue. « Bien qu’elle perde du terrain au profit des membranes élastomères, la membrane bitumineuse multicouche demeure un excellent choix, car elle est très performante. On l’utilise depuis des décennies sur les immeubles à toit plat, on peut dire qu’elle a fait ses preuves. Plus récentes, les membranes élastomères bicouches s’avèrent également une solution avantageuse. Et elles constituent une excellente base pour les couvertures végétales. Il faut éduquer les gens pour qu’ils puissent faire des choix éclairés », conclut-il.

PHOTOS: FERMES LUFA

Drains de toits rigides | Solins métalliques Accessoires de toitures | Métal en feuilles Centre de service 4955, rue Brock Montréal (Québec) H4E 1B5 Entrepôt - Saint-Luc 19, rue Saint-Gérard Saint-Luc (Québec) J2W 1P3 Téléphone : 514 937-3275 Sans frais : 1 877 MURPHCO

www.produitsmurphco.com 30

CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 30

12-07-09 11:18

Pub_C


Vous avez dit immobilier commercial ? Maintenance_v2n2_Layout 1 12-05-30 10:21 Page1

2_Mise en page

Page1 1 12-05-03 17:04

VOLUME 2 | NUMÉRO 2

couvert_MIC_v5n

Champions de la constructio n

2 VOLUME 5 | NUMÉRO

VOLUME 2 – NUMÉRO 1

ÉCONOMIE D’ÉNERGIE Connaissez-vous tous les programmes disponibles ?

CLASSEMENT des

500

Claridge

Pierre Boivi!n lance et compte

commerciale et indu strielle

Pour une meilleure gestion des actifs

PLUS GRANDS

EN TR EPR EN EU RS SPÉCIALISÉS

Conrad Larivière

Montréal

oteurs : Défi pour les prom ales gérer les eaux fluvi

Une journée dans la vie de...

TOITURE :

Sylvie Roy

ères Tendances immobili 2012-2013

pour un modèle durable LEED, BOMA BES t... et au-delà

Québec

L’assurance, er moteur de l’immobili

PP 41614528

Suivez-nous sur les réseaux sociaux Suivez-nous sur les réseaux

sociaux

Informateur Immobilier

r

Informateur Immobilie

Hors série

4,95 $ PP 41614528

7,95 $ PP 41614528

CHAMPIONS_V2N1_éditoria

l.indd 1

12-07-06 13:39

Immobilier commercial propose des articles qui répondent de façon concrète aux multiples préoccupations d’ordre économique, technique, juridique et environnemental. Il comble tous les besoins des grands promoteurs immobiliers et locataires corporatifs, de l’ensemble des professionnels du milieu, de même que des décideurs politiques.

Beaucoup plus technique qu’Immobilier commercial, Maintenance est entièrement dédié à la gestion, à l’entretien et au réaménagement d’édifices. Il s’adresse aux gestionnaires de bâtiments, fournisseurs de produits et services, entrepreneurs spécialisés en entretien ou en réaménagement d’édifices, architectes, designers et autres intervenants de ce secteur pointu.

Champions de la construction commerciale et industrielle s’adresse aux grands acteurs de la construction commerciale, industrielle et multirésidentielle, tant aux constructeurs eux-mêmes qu’à ceux qui les embauchent ou les recommandent : propriétaires et promoteurs immobiliers, architectes, gestionnaires d’immeubles et professionnels de l’immobilier au sens large.

informateurimmobilier.com Bulletin d’information électronique à l’intention des grands acteurs et investisseurs de l’immobilier au sens large ✔ Dernières nouvelles de l’immobilier commercial ✔ AVIS À TOUS ! Service d’envois instantanés de messages personnalisés

✔ Villes d’avenir

www.twitter.com/infoimmobilier www.facebook.com/informateurimmobilier

1 866 446-3185 | 450 446-2006 | jacquesboisvert.com Pub_Champions_MIC_Maintenance.indd CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 31 1

12-07-09 11:18 11:09


Nancy Lavoie est directrice du développement et chargée de projets chez JCB entrepreneurs généraux. Son client, Club Piscine Super Fitness, désirait construire une nouvelle succursale. L’équipe de JCB a donc proposé d’installer neuf aérothermes et deux unités de toit à gaz naturel. Club Piscine a ainsi réalisé des économies de 25 % sur ses coûts de chauffage dans la dernière année. De plus, l’entreprise a bénéficié d’une aide financière de 14 300 $ pour l’achat et l’installation de ses appareils. Pour tous vos projets de construction, faites appel aux experts-conseils gazmetro.com/construire • 1 800 567-1313

de Gaz Métro dès aujourd’hui.

« Au cours de la dernière année, mon client a réalisé des économies » de chauffage de .

25

CHAMPIONS_V2N1_éditorial.indd 32

%

12-07-09 11:18


Champions de la construction commerciale et industrielle_volume 2-numéro1