J'attends le n°61

Page 1

1 6 o r r e é i p m a p u l a n i c e l é s p S d 1 e r n t s e e t t m i r t a ’ 21 J 20

LD RC


•••••

Ce numéro spécial papier est dédié à Obrad Vukojevic, qui avait participé à J’attends le numéro 1 à de nombreuses reprises et qui a été emporté par la Covid-19 en fin d’année 2020. Repose en paix mon ami. Ivan Leprêtre


•••••

J’avais un ami Obrad. Un appétit de vivre ! Un rire à déplacer les montagnes, des talents dans tous les domaines, une curiosité pour l’Histoire et toutes les histoires, une générosité qui lui débordait du cœur. J’ai toujours un ami Obrad, plus silencieux, plus subtil, plus lointain, mais, je le crois, toujours aussi vivant. Vivement la prochaine vie, Obrad, que nous soyons à nouveau ensemble et que tu me fasses enfin visiter ta Serbie ! Marie Edery ••••• Good bye Little Giant, Tu auras laissé l’empreinte d’une âme d’enfant qui savait s’émerveiller du peu, sans cesse animée d’une curiosité enjouée et d’une créativité qui fait voyager le cœur et l’esprit. Frôlant parfois l’exubérance, tu savais donner à ceux que tu croisais un écho qui leur ressemble et qui les faisaient t’aimer. Dans ta grandeur, chacun pouvait trouver la part d’humanité que tu animais en eux. Bon voyage ObradX Nathalie ••••• J’ai fait la connaissance d’Obrad à Paris en 2013. Le contact a été immédiat. Son amour pour la vie, sa spontanéité et son enthousiasme ont touché le cœur de tous ceux et celles qui ont eu la chance de le côtoyer. Même en cas de difficultés, il les a toutes traversées en gardant la tête haute et en puisant la force nécessaire pour avancer. Nicolas

SPÉCIAL PAPIER [ 03 ]


LD RC

J’ATTENDS LE NUMÉRO 1 2011 • 2021 Création Isabelle Souchet & Ivan Leprêtre Design Ivan Leprêtre Contact lepretre.ivan@wanadoo.fr Photo de couverture David Rock Design - Pixabay

[ 04 ] JATTENDS LE N° 61


12 > DO SÉ > Unijambiste sur le fil des douceurs severiphili@orange.fr __________ 16 > C=/CHRYSTEL EGAL > Artiste, écrivaine chrystel.egal@me.com • Site : c-egal.com __________ 25 > RAOUL HARIVOIE > Poète • raoul.harivoie@laposte.net __________ 26 > YVES LECOINTRE > Érudit • yves.lecointre@gmail.com __________ 28 > LAURENT VERNAISON > Épicurien • lvernaison@wanadoo.fr __________ 29 > COLETTE LE VAILLANT > Jongleuse de mots Exploratrice de l’inconscient • contacter.colette@gmail.com __________

Sommaire

06, 09 et 46 > ALAIN > Maître de conférence en arts plastiques alaindiot2@orange.fr __________

30 > ÉRIC RABBIN > Capitaine de vaisseau grammatical devie.celine@neuf.fr __________ 33 > IVAN LEPRÊTRE > Directeur de création lepretre.ivan@wanadoo.fr • Site : ivanlepretre.com __________ 34 > DRAGOLJUB MITROVIC > Graphic artist - printmaker dragoljub_mitrovic@yahoo.com • Site : staririmljanin.deviantart.com __________ 38 > FRÉDÉRIC ADAM > Poète • frederic_adam@hotmail.fr __________ 40 > JEAN-MARC COUVÉ > Écrivain, critique et illustrateur jeanmarc.couve@gmail.com __________ 42 > OLIVIER ISSAURAT > Enseignant oissaurat@ac-creteil.fr • Site : olivier.issaurat.free.fr

LD

RC SPÉCIAL PAPIER [ 05 ]


ÉDITORIAL -----ALAIN DIOT ------

T’AS PAPIER ? Faut-il être dans les petits papiers d’un marchand de papier pour écrire un petit papier sur le papier, mâché certes, mais pas gâché, assis devant une feuille de papier couché, concentré mais pas laid, comme un fier népalais ? Sans pour autant chercher à faire un carton prétentieux, de ceux qui ont du lé précieux, même contrecollés sérieux, ou qui se brisent tôt le matin quand le temps est un peu chagrin, vérifions bien que, sur le papier d’emballage, il est écrit en bas l’âge du capitaine volage qui trouve sa dernière turlutaine si bonne, si jolie, que grâce au papier carbone, il nous en fait polycopie. Ceci dit, vous m’épatâtes quand vous déclarâtes que, même si vous en aviez plein les pattes, comme le papier est bonne pâte et nous dilate la rate, on peut s’éclater sur le papier de riz gaulé, sans laisser la papeterie caner, même si nos chéries s’tournent quand on leur écrit les plus belles des poésies. Et savez-vous ce que la craie pond, sans manière ni façon, sur le papier crépon dont on fait des pompons les soirs de réveillon ? Et si la craie teint si bien le papier peint où l’on voit des lutins faire les malins avec de mignons petits lapins dans la chambre du bambin ? Tout autant, et suivant le sens du vent, devinez ce que l’armée nie sur papier

d’Arménie, quand Erdogan, ce salopard de vieux briscard abat les survivants d’Erevan ? Et à force de pédaler, les cyclistes pompés utilisent-ils plutôt du papier recyclé quand ils en ont besoin pour leurs besoins ? Et les papis russes, là-bas dans leurs isbas, est-ce qu’ils rusent ou râlent avec du papyrus viral quand les mots secouent trop fort et que le vieux mâle sain Peter s’bourre comme une cantine avec du papier machine, du côté de Sakhaline ? Mais à la fin des fins, par quels chemins montants, sablonneux, malaisés va-t-on sortir du parchemin lustré ou du papier sulfurisé, main dans la main, qu’on soit beau parleur mais en vain, ou trop hâbleur et mauvais écrivain ? Serait-ce d’ailleurs en sous-main qu’on se procure le Vélin en faisant, mine de rien, la peau au petit veau coquin, qui finira peut-être en escarpins ou en sac à main pour rupins ? Et quand il se fait tard au fond des bars, éponge-t-on les plus bavards des plus soiffards avec du papier buvard ? Quand elles sont pompettes, les plus croquignolettes qui caquettent, est-ce qu’on les empaquette dans du papier toilette ? Se contente-t-on de papier chiffon pour les plus ronds, les plus ronchons, les plus cochons, qui ne font, font, font plus trois

[ 06 ] JATTENDS LE N° 61


p’tits tours et puis s’en vont et qui ne savent plus où ils sont nés parce qu’ils ont perdu leurs papiers d’identité et encore moins où ils habitent quand ils débitent quelques prières mortifères de cénobites atrabilaires et qu’une envie subite leur fait exhiber leurs cucurbites favorites qu’ils cherchent à calibrer sur du papier millimétré !

Florian Klauer - unsplash.com

Bien sûr, d’aventure en aventure, des plus douces au plus dures, on peut en avoir sa claque du papier calque même si on en défalque le prix quand on en fait des shojis. Et quel bonheur de retrouver son quant à soi, à l’heure dans le velours, à cœur sur le papier de soie, quand on s’enhardit à quelques calligraphies bénies ou qu’on s’adonne à l’origami qui sourit à celui qui s’y plie, ou au kirigami avec des amis si concis qu’on ne peut plus y couper aussi. Et pour les mouchoirs en papier, prend-on du papier de nez ? Mais notre destin, à nous les fous de papier dessin, c’est de franchir les plus hautes des marches avec du papier Arches, à moins que le papier Canson, quand son usage n’est plus si sage, ne nous offre son recto si beau pour qu’on s’éclate comme des acrobates en se fichant pas mal des effets délétères du papier de verre ou des scandales sur papier journal dont on serait la cible sur

QWERTY

papier bible. Et dans ce monde de tigres de papier casse-pied, si nous n’avons pas pied, nous n’allons pas pour autant nous noyer parce qu’il nous reste les bateaux et les cocottes en papier pour nouer tous nos conciliabules de funambules noctambules sans trop de scrupules sur du papier bulle. Et si çà c’est pas l’pied mirifique, au moins c’est chaud, sûr, et réglé, magique, comme du papier à musique ! Alain (primé) DIOT. Janvier 2021.

SPÉCIAL PAPIER [ 07 ]


[ 08 ] JATTENDS LE N° 61

LSE Library - unsplash.com


LE FOCUS -----ALAIN DIOT ------

VAQUE SAIN ! Progressif ! Si si, ils ont dit progressif, le déconfinement, des fois que des cons, finement, veuillent trop promptement oublier le commencement. C’est vrai qu’avec le virus minus il n’en faut pas plus si on veut éviter le bus qui vous emmène au terminus. C’est juste qu’avec le corona renégat faut mesurer ses abats pour ne pas se le prendre dans le baba, ce serait délicat. C’est clair qu’avec la Covid putride vaut mieux éviter un gros bide morbide si l’on ne recherche pas, livide, quelque fin un peu trop sordide ! Camarades, pas de bravade ! Qu’on nous garde de cette bâtarde de camarde ! Bon, alors on va y aller mollo, en se méfiant de tous ces dingos qui se voient trop beaux en train de danser déjà le fandango, le boléro et le paso, et pourquoi pas la java et la samba avec toutes les copines et les copains du coin, du soir au matin, et même jusqu’au lendemain qui risque de déchanter malsain pour les bourrins qui se seront fait contaminer vilain. Quand on pense que même les curés s’en viennent renauder parce que les dames patronnesses ne peuvent plus poser leurs fesses là où ils les confessent et parce que pour la messe, çà manquerait de tendresse dans les travées et de passion pour la communion ! Ils se prennent quand

même pour les reines du royaume quand ils chantent leurs psaumes et qu’ils braillent pour que leurs ouailles, pourtant un peu canailles, puissent aller là où il y a de l’alléluia dans les ébats liturgiques qu’ils commémorent depuis les temps bibliques. Quant aux patrons de bistrots, de restaus, de caboulots, c’est sûr qu’ils font triste figure sans ouverture et qu’on ne peut que regretter de ne pas pouvoir s’empiffrer de toutes les bontés gastronomiques qu’ils nous fabriquent, parfois à des prix astronomiques, pas plus qu’on ne peut aller se payer quelques gorgeons réconfortants, quelques petits ballons séduisants du produit de nos vignerons prévenants, quelques lampées, mesurées, bien sûr, des fruits joliment pressés recueillis sur les coteaux ensoleillés de nos belles campagnes de France. C’est quand même pas de chance ! Et pour le ski, les amis, c’est nenni ! Les remonte-pentes sont rangés dans les soupentes, les télésièges dans la loge des concierges, les tire-fesses dans les tiroirs-caisses des hôtesses, les téléskis dans les réduits de nos amis déconfits quand les stations helvétiques nous font la nique avec leurs téléphériques féériques ! Ah ! Les sadiques ! Et comme de toute façon il

SPÉCIAL PAPIER [ 09 ]


Volodymyr Hryshchenko - unsplash.com

LE FOCUS ------

n’y aura plus de pentes décentes pour les descentes transcendantes, pour le schuss, va falloir la mettre en douce, pour la godille, on va se mettre sur la béquille et on ne mettra plus la gomme dans les slaloms. Restent la moquette pour essayer les raquettes, la fondue quand on n’en peut plus, la raclette pour la fête à Lulu, la tartiflette pour ceux qui, en goguette, sont en quête d’un bon reblochon tout cru, tout mignon, arrosé d’un petit verre d’Apremont, c’est bien bon, sans oublier, c’est toujours çà de pris, un petit coup de Génépi, pour toutes celles et tous ceux avec qui on rit, si ce n’est, pas gêné, pis ! Mais voici que voilà celui qui nous arrive avec éclat, tout mignon dans ses petits flacons, le saint vaccin qui fait qu’on vaque sain, c’est certain, enfin c’est ce que disent les médecins, et qui va nous faire crever le

corona, le clouer sur la croix, le rendre flagada, jusqu’à ce qu’il s’en aille pour des retrouvailles avec les chauve-souris un peu aigries de la Chine qui les cuisine dans ses cantines et les pangolins un peu chafouins, un peu pantois, qu’avec entrain se boulottent les mandarins chinois. Et du jour au lendemain, on va reprendre le traintrain quotidien, se lever le matin serein, se coucher le soir plein d’espoir, et comme d’habitude, faire un peu n’importe quoi avec n’importe qui, à midi ou à minuit, pour un peu de joie et de bonheur aussi, en profitant de chaque instant pour faire une bise à sa maman, à sa copine câline ou à son conjoint mutin, sans oublier les petits enfants si charmants avant qu’ils ne redeviennent, ces enfoirés de malfaisants, trop énervants ! Alain (touchable) DIOT. Janvier 2021.

[ 10 ] JATTENDS LE N° 61


SPÉCIAL PAPIER [ 11 ]

LSE Library - unsplash.com


s e m i r s e l r a p s t o m s e d l i e v é Cher r e i p a p e l r u s Tu te couches s e m i t n i s t n a t s Les étoffes d’in r e ll i e r o ’ l r u s e i o s e d s t o m s De e m m a l f n e ’ s r i a h c a l , e m è o p r Che é m c a ’ l e d s e s s i u q s e ’ d e é l u r B e m u s n o c e s é s s i o r f n o f f i h c Le e é m u f n e t n e t r a p s t o m s e l s u To e m u l p a l e b r o s b a , d r a v u b r e Ch s e é s n e p e d e é v L’encre ravi e m u r b a l r u s s r u e l u o c e d t je Un e é s n a n i a m e n u ’ d f i v g n a s Le Do Sé [ 12 ] JATTENDS LE N° 61


-----DO SÉ -----LE PAPIER DE TOILETTE

C’était en l’an deux mille vingt Covid, en tomber sur le cul Accourir dans les magasins Papier de toilette en pécule Et au bout du rouleau, en vain Puisqu’il n’est que pour les pets d’cul

-----J’appelle tous les talentueux scientifiques de cette époque de confinement à se questionner sur l’importance du papier de toilette. Plus nous sommes dans l’embarras, plus nous tirons de ce magnifique papier. Est ce la peur du trou noir à venir qui nous guide ? Do Sé

SPÉCIAL PAPIER [ 13 ]


-----DO SÉ -----MES PAPIERS ? LESQUELS ? Mes cocottes en papier de l’enfance ? Papiers pliés, repliés puis dépliés par des petits doigts agiles à la conquête du savoir. Mes papiers buvards ? Papiers imbibés de ratures par la juvénilité de mes pas, d’eau par mes larmes et ma sueur. Mes papiers crépons ? Les fleurs de ma vie en papier crépon, gaufrées de pigments, agréables à toucher les sens et le coeur. Mes livres en papier ? Gigantesques géants en papier, je traverse les nations de page en page pour devenir citoyen du monde. Je trouve des refuges pour m’évader de ce monde dominé par une jungle d’abus et d’ignorance. Hélas, non Messieurs les gens d’armes, je n’ai pas de papiers d’identité, je suis gente..d’âmes. Je n’ai que ces papiers chinés sur mon chemin, bien vulnérables. Mon empreinte, apposée sur ces papiers délavés et jaunis par le temps qui passe, est indélébile, elle est ce que je suis. Prenez les ! C’est du papier cadeau !

[ 14 ] JATTENDS LE N° 61


SPÉCIAL PAPIER [ 15 ]

Kira Auf Der Heide - unsplash.com


-----CHRYSTEL ÉGAL -----POST-IT. 3 HEURES DU MATIN. Je compose le numéro de téléphone de

confirme que par contre, lui, il est "gay", il

l’annonce. Pour 200 $, il se déshabille de-

vient de finir "Miss Veronica Vera’s Finishing

vant moi.. Pour 80 $, il me livre de la ganja en

School for boys who want to be girls". Il me

20 minutes. Et si je veux plus, il y a toujours

tend la carte de l’école. Tous ses profs sont

moyen de s’entendre. Je raccroche. J’aime-

mentionnés. Miss Dana, Doyenne des ta-

rais bien faire l’amour avec un «shehe», aux

lons aiguilles, Miss Tyer, Doyenne du ballet,

yeux clairs, doux tendre mais sans ambigui-

Miss Deborah, Doyenne de cosmétologie :

té, une princesse avec un pénis. Je rappelle.

212 242 6449. Bref, il ne baise jamais les

Il m’assure "satisfaction guaranteed". C’est

femmes. Tous deux s’excusent. J’allume la

beau l’Amérique, tout est disponible. Je dis

télé et leur demande d’écrire sur des post-it

"Merci", il dit "you’re welcome", la deuxième

de couleur tous les synonymes de pénis en

expression la plus courante après le "sorry"

langue anglaise. "Pork", "tube steack", "hard-

ou "excuse me", autre jumelle expressive.

on", "cock", "dick", "john henry", "man meat",

Contre l’Amérique, terre de toutes les culpa-

"woody", "joyrod", "cunt prod», "shaft", "willie",

bilités, ils ont une devise, devenir «good».

"ramrod", "beef stick". Il les colle au-dessus

Pour l’instant, je prends une douche, je me

de mon lit. Je mesure à quel point leur sa-

prépare.

voir est étendu. Les Américains ont le sa-

On sonne à ma porte. Ils sont deux. Tous

voir-faire et nous la civilisation. Je les fous

deux ont les yeux turquoises. C’est le plus

à la porte.

court sur pattes le «shehe» ou bien c’est celui qui a le visage le plus fin ?. J’ai envie

In « New York est mon excès »

de les voir ensemble puis de participer mais

de Chrystel Egal - Editions Actes Sud.

le doux insiste. Il est "straight" et le "shehe"

Artiste & Ecrivaine

[ 16 ] JATTENDS LE N° 61


SPÉCIAL PAPIER [ 17 ]


[ 18 ] JATTENDS LE N° 61

-----CHRYSTEL ÉGAL ------


SPÉCIAL PAPIER [ 19 ]

POST-IT. 3 HEURES DU MATIN.


[ 20 ] JATTENDS LE N° 61

-----CHRYSTEL ÉGAL ------


SPÉCIAL PAPIER [ 21 ]

POST-IT. 3 HEURES DU MATIN.


[ 22 ] JATTENDS LE N° 61

-----CHRYSTEL ÉGAL ------


SPÉCIAL PAPIER [ 23 ]

POST-IT. 3 HEURES DU MATIN.


[ 24 ] JATTENDS LE N° 61

-----CHRYSTEL ÉGAL ------


-----RAOUL HARIVOIE ------

] ner. i m o d que, s e t n giga , e t nquê o c , ier ’une p d a p r ne, ache c [Chi e , s

r otti l b : Se R e. E i H n C i I f IN in as, e r l b S’INF b m tes i se s u n q a n er d ns. h i faço c e i s tes nfin i ’ e d m -moi deur e o ’ s l s i ps rai e m s e s « La t i long e la t r e e ir nt j e resp m e e. » seul n i e h t C i ma a à M Ensu r e apie l’épé p r e e ois, s c f s r e e e r r y ca rniè envo e d à . La site e ue. é t q h ê ’ a u J l conq ue c q e s r e iè gant i dern g une que u e ç i e o r ’env j’ai n e e ! J n ime i r m p o p me d e su j e , j e , Bon hras p e r emiè r p la ine. h C la

SPÉCIAL PAPIER [ 25 ]

Uki_71 - unsplash.com

voie i r a l H u o a R


-----YVES LECOINTRE -----SACRÉ PAPIER Le papier ordinaire principalement compo-

Exploitant cet état, je les recombinai en

sé de cellulose comporte aussi des impu-

les associant selon les critères définis par

retés dérivées du bois, parfois également

le dernier congrès à Troyes, et j’inventoriai

des charges minérales, des colles, des

alors les éléments découverts :

colorants et divers additifs, mais ce qui-là

Une aire à Pia avec pré pour la pie,

m’intéressa est le contenu du mot papier. Dans mon laboratoire de recherche, j’ai tout d’abord planté un carré de P. Bientôt sur chaque caractère sous l’action des rayons I le pi pointa, puis d’un E naquit une pie, à l’air

Un Pie pape qui pria, Un âpre air de rap où paré et pipé l’on se paie le pire pair de la PP(*), Un papi du P.E.R(**) qui pour épier en Piper

le pire suivit, là survint la paire et finalement

le pari de l’E.P.R., a ripé et a péri dans la ria,

le papier parut.

Au pluriel selon Rapp : un repas arrosé

Après je secouai le résultat et ainsi surgit

au Piper où l’on râpe l’api et par une paire

Priape, qui repipa et pipera. Ensuite je tentai quelques greffes et seuls le G avec l’agrippe, et le S avec apprise furent viables. Lors de la prochaine expérience je tranchai le terme lettre par lettre et là apparurent par ordre de disparition : un ancien vocable ta-

d’épis l’on pare pour des prépas des raies à la Repp. A la fin de l’étude dans mon cabinet, au bout du rouleau, en ayant épuisé tout le stock pour les besoins de l’exercice, je dus crier désespéré au moment de l’impression : « Y’a plus de papier ! ».

hitien papie, un ancien papi, un ancien prêt le P.A.P, une ancienne unité de pression le

(*) Préfecture de Police

Pa et un point P.

(**) P.E.R : Parti Écologique Révolutionnaire.

[ 26 ] JATTENDS LE N° 61


SPÉCIAL PAPIER [ 27 ]

LSE Library - unsplash.com


-----LAURENT VERNAISON ------

[ 28 ] JATTENDS LE N° 61

Unknow - unsplash.com

e d t e s e tt e m u ll a ’ d x u e a e ll i c r a r o u m m s Avec de produit chez moi la ravail t e r e i d a ’ j s n n a o t x u car e D . . . 0 0 r 5 u / 1 s u s a n a l e p n s e d de chi e g a ç a r e t d e l o l r o u g i o r p z e e s s a i u rien qu h ’ d r u jo s e u r t a è t m s e ’ 4 C 4 ! e d n i d papier u o b e d , t e u c a è h p s e e d e s e r t è m i t voir cett n e c e z n i e u q m r m u o s c , , g n o n is a m de lo a l e d e n t e ê i u b q s n i o m c a s e D faire la . e u q s e t n o r a p g i i g d t r n a e m p r r e n î d un se à é t i v n i s è t r t n o r ’ i o m v s t t n o v s l i veillan . . . . r e l ar p ! n e t e j r u u s o p e l n i e n i cha m o d e j t in o p l e u q à vite n o s i a n r e V t Lauren


-----COLETTE LE VAILLANT -----LOGO-RALLYE Mots imposés : Chine, papier, conquête, gigantesque, dominer.

01

03

J’ai le projet gigantesque de dominer mon

Depuis de nombreux mois, je m’échine à

recto pour rejoindre mon verso. En d’autres

manger 4 à 5 pages de dictionnaire par

termes, je compte bien, par la conquête de

jour, selon les conseils du PSL (Programme

moi-même, rejoindre mon ombre chinoise,

de Santé du Logos). J’ai commencé au mot

avant que le levant ne se couche sur le pa-

« fruit » P 834 et arrivée au mot « légume »

pier de l’Histoire de l’empire du milieu.

P 1083, je dominerai enfin le verger ! C’est un projet de conquête gigantesque ! Chaque soir, je place les feuilles prémâ-

02

chées dans du papier Hallu pour les cuire

Je suis allée en Chine acheter du papier

en rigolote. C’est un peu comme les pa-

d’Arménie. J’ai bien l’intention de domi-

pillotes, mais la cuisson est plus bruyante.

ner, que dis-je de bruler le marché ! Déjà,

Elle est émaillée d’éclats de rire parfois

il y a quelques années, je m’étais élancée

difficiles à décoller des parois du four. Une

à la conquête du papier pain, sur lequel

fois démoulé, je vous sers un logos éche-

on pouvait sans faim, écrire des articles

velé et encore chaud.

comestibles. Dans 2 ans, mon projet est d’inventer le papier de toilette digital pour

Colette Le Vaillant

toilettes sèches.

SPÉCIAL PAPIER [ 29 ]


-----ÉRIC RABBIN -----AUJOURD’HUI, À 18:12 II y a dans chaque palais de ce monde, une

de trésors irrespectueux vint l’épauler pour

petite pièce dissimulée qui conserve des

édifier "la petite chambre rouge". Certaines

trésors ou des secrets, qui s’actionne selon

rumeurs furent rapportées concernant la

les récits, en tournant un chandelier mural

venue d’un grand mage pour lancer des

ou appuyant sur une latte, ou en glissant

sorts mortels afin de boucler définitive-

un doigt dans un accroc de la tapisserie.

ment la sécurité. C’est à peu près tout ce

Dans la cité impériale, elle est légendaire

que nous savons de sa construction. Des

cette petite pièce là, parce que personne

siècles plus tard, un cambrioleur peu or-

n’a pu la trouver, car le dernier empereur

dinaire, Yue Chang, fut employé comme

mourût emportant dans sa tombe bien des

guide dans la cité impériale. Aussi rapace

choses tenues pour essentielles et donc

que féru d’histoire, l’énigmatique trésor de

l’emplacement du mécanisme ouvrant la

la «petite chambre rouge» hantait ses rêves

petite porte secrète. Il y a pourtant une lé-

et il passait des nuits sur des anciens écrits

gende se rapportant à elle. Quand la chine

et des journées à tâter entre deux pauses,

était une grande nation préoccupée par ses

les moindres anfractuosités des murs du

conquêtes, celles qu’elle subissait ou celles

palais.

qu’elle planifiait, c’est à dire un grand pan

Un jour en traduisant le discours historique

de son histoire, l’on parlait déjà de la pe-

appris par cœur en anglais à des améri-

tite pièce rouge, qui selon les imaginations

cains peu attentifs ou guère impressionnés

enflammées devait contenir, les secrets

par les dimensions gigantesques de la salle

honteux de l’empire, des armes terribles

du trône , il aperçut un chat visiblement à la

et dévastatrices, un trésor entassé et gros-

poursuite d’un rongeur, qui sautait de tapis-

si depuis des millénaires, voire les trois à la

serie en tapisserie, ayant vérifié que les tou-

fois. Quand l’empereur Yongle de la dynas-

ristes n’avaient rien remarqué, il s’excusa,

tie Ming dominait cet immense pays , on se

les guida jusqu’à la salle suivante et revint

mit à construire la cité impériale, et sous les

avec un balai dans l’intention de briser les

demandes du maître architecte un grand

reins de l’intrus. Il le repéra sautant derrière

spécialiste des pièges destinés aux profa-

une immense commode pour disparaître

nateurs de sépultures et autres chasseurs

aussitôt.

[ 30 ] JATTENDS LE N° 61


SPÉCIAL PAPIER [ 31 ]

Ilse Orsel - unsplash.com


-----ÉRIC RABBIN -----AUJOURD’HUI, À 18:20 Il s’approcha du meuble, en fit le tour, puis

nulle personne dont le sang ne serait issu

le tira difficilement vers l’avant pour décou-

de la descendance d’un empereur, ne doit

vrir derrière un orifice sur le mur à 50 cm

les consulter.»

du sol. En passant la main devant, il sentit

Et sur l’autre : «Il est plus facile d’écrire sur

un courant d’air froid. Avait-il enfin trouvé le

une feuille de papier, qui supporte tout ;

secret ? En regardant à l’arrière de la com-

que sur la peau humaine, qui ne supporte

mode, il repéra parmi les moulures, une

rien.» Rien d’autre. De dépit, il balança le

boucle qui n’était pas de la même couleur

coffre et les plaquettes contre le mur qui

que les autres, il appuya dessus, et dans un

se mit alors en mouvement. Des milliers de

glissement doux et un nuage de poussière,

feuilles de papier quittèrent leurs colonnes

un partie du mur pivota vers l’intérieur.

et vinrent voleter doucement vers Yue

Il décrocha sa lampe de service, et pénétra

Chang, faisant une danse lascive autour du

prudemment, malgré sa surexcitation, dans

cambrioleur, tournèrent, virevoltèrent et se

la pièce qui venait de se dévoiler. Sa torche

mirent à le frôler, puis à le couper, puis petit

éclairait des hautes tours grises alignées le

à petit, bloquant sa fuite le dépecer lente-

long du mur. Il fit un bond en l’air quand le

ment, tout petits bouts par tout petits bouts.

chat affolé lui passa entre les jambes pour

Une feuille peut être très coupante, celles

rejoindre la sortie, puis s’accroupit en atten-

-ci, des milliers, avaient été renforcées pour

dant que son souffle revint. Un bruit sec lui

l’être davantage, pouvant même sectionner

indiquait que la porte venait de se refermer.

des os progressivement. Quand les feuilles

Qu’importe, il avait enfin atteint son but. Au

revinrent se replacer sur les colonnes. il ne

centre de la petite chambre rouge, il y avait

restait qu’une flaque rouge vite bue par une

une grande colonne carrée, creusée en son

rigole prévue à cet effet, le chat ayant sur-

centre comme une châsse où un coffret

monté sa peur, vint y prendre sa part. Nul

vermoulu attendait sa convoitise.

se sut désormais la raison du nom donné

Yue Chang s’approcha et ouvrit le coffret. Il

à cette petite chambre. Seul un chat peut-

y avait deux plaquettes de Jade, des hànzi

être, mais lui aussi emportera un jour son

gravés dessus. L’une disait : «Autour de toi,

secret dans la tombe.

les secrets des dynasties sont déposés ici,

Éric Rabbin - Toujours aujourd’hui

[ 32 ] JATTENDS LE N° 61


r, e t

s, e l

po a c

bu

am

un ]. f , a er ng e il i l e f ah [R e bu c l e , m r l re e a r i i d r n u é e d na u s u v n u o i f é f t Fo ag on r i a n s m u l e i a rm s co t

E

e ll

u fo

pa

es

r

e n î

ée nt d i n a g u C cr ai e d r ] e r r e ’La l Ne r u l ie i e i h a a e n ev L’h c p i u p g té q u a a o o d ap im ’éch ecr l c i e s f r a n i e u ï e s o m A r r èg e é u i r p [H fo ei n p re La so t L’é r rê a p C Le n a Iv e

t et

SPÉCIAL PAPIER [ 33 ]


-----DRAGOLJUB MITROVIC ------

[ 34 ] JATTENDS LE N° 61


SPÉCIAL PAPIER [ 35 ]


-----DRAGOLJUB MITROVIC ------

[ 36 ] JATTENDS LE N° 61


SPÉCIAL PAPIER [ 37 ]


-----FRÉDÉRIC ADAM -----IL ME FAUT PLIER... Il me faut plier et replier

Que je mâchonne des doigts

Cent fois, mille fois

Usé par l’usage

Ce petit bout de papier

Du hasard dispendieux

Que je déplie à chaque fois

Ma perplexité aiguisée

Bien trop tôt, ou trop tard

À jamais sur le tranchant

On me l’avait confié

Et mon exaspération au bord du cri, de l’embolie

Il y a bien longtemps

Qu’y a-t-il d’écrit

Tout griffonné, gribouillé

Sur cette feuille vide de toute mesure

Illisible

Et pleine de tout gré

Ou plutôt couvert d’énigmes

Aux trousseaux sans anneau ni clé

De mots tronqués, de phrases imbriquées

Sur ce blanc aux infimes teintes ?

Sens dessus dessous

Je m’astreins encore et toujours

Sibyllines

À chercher ce peu de noir

Sans un mot dit, un regard complice

Un fil à coudre, une géométrie

Simplement esquissé

Sous le sel gemme de ce blanc potentat

Sans cet autre papier

Quelque chose, un suivi, une cohérence...

Qui serait le patron avancé

Mon papier à dessein

Le plan secret de cet origami

Sous mes yeux avides

Dont la possession changerait la mise

En ses petits papiers

Et le métier, l’établi

Fait ses noces

La lecture

De papier

J’en suis réduit au tâtonnement

Ma vie trente sept fois pliée.

Mon morceau de papier entre les mains

[ 38 ] JATTENDS LE N° 61


Un papier de ve rre Comme du papier à musique Règle sa mire, éq uilibre ses bala nces Il cale ses tare s en mes affrèt ements Pour leur permet tre justesse et acuité C’est lui mon ét offe Ma toile de jute Mon poil à grat ter Il est autant m a râpe salvatrice Ma rame de papi er sous le meubl e bancal Que la lime dou ce Ma demi-ronde do nt la danse Hypnotise et aju ste À la feuille près Mon paquetage, ma batelée Le Vergé de mes pantoises Au dos j’y écris À fin de mémoire Les manières, l’u sage L’usure en étant l’envers, le dess ous des cartes Ce sont mes papi ers noircis Ma main-mise ch iffonnée Sur ce dont je su is tributaire Ces petits papier s auxquels je su is affilié Ma musique, mon vers enchanté.

SPÉCIAL PAPIER [ 39 ]

Ann Larin - unsplash.com

Frédéric Adam


Miguel Á. Padriñán - pixabay.com

-----JEAN-MARC COUVÉ -----PAPIER, PAS CHEVAL, PAS VOITURE

[ 40 ] JATTENDS LE N° 61


I Papier pépie, forêt pillée Papier de soie ou bien de verre Petit papier serré froissé mis au rebut dans un panier. Perforé, le papier s’envole, il se fait avion : hue, cocotte ! En a la papille excitée Papier buvard où tâche épier. II Papier-toilette éparpillé Papier Canson estampillé Où île eut strate, heur n’a pas pied Sac à papier : Pape épiez ! Puis, de nouveau, écarquillez vos mirettes, papets, pis écoutez le vent : paper / Papier menaçant vos châteaux de cartes. III Papier / panier / palier… Pariez qu’un grand dessein se peut former en agençant bien vos papiers, patiemment, sans rien gaspiller. Chaque petit pas, pied léger, l’un après l’autre, constituez l’ombre chinoise aux couleurs fauves d’homme – et aux patt’s… Pâte à papier ! 02/12/2020

SPÉCIAL PAPIER [ 41 ]


-----OLIVIER ISSAURAT -----LE GRAND CHAMBARDEMENT Voyez-vous dans le lointain Marcher à grands pas ce géant Dressé entre la plaine et la rive du fleuve Il agite de gigantesques bras Il enjambe à chaque pas rivières et labours Et les feuilles et les branches s’agitent Ne cherchez pas à le retenir de force Entre les doigts, il s’écoule comme du sable Ses longs hurlements lugubres glacent le sang Par le feuillage jauni les peupliers s’inclinent Dans le gouffre qui lui sert de bouche Se prépare une expiration qui arrache les chapeaux Détricote les chignons et entremêle les cheveux Et les feuilles d’automne et les branches Et la foule court se réfugier là où se peut trouver l’accalmie Les gens se pressent sous les alcôves des porches ventés Ceux-là préfèrent braver la tempête exacerbée Ils sont fiers et bombent le torse Suffisamment longtemps pour se croire infaillibles Et la feuille haut perchée et les nuages qui s’amoncellent Et les chevaux fous lancés au galop traversant la lande

[ 42 ] JATTENDS LE N° 61


UNE PAGE BLANCHE Pour vous dire ma belle Que notre saule balaie encore le bout du jardin Qui borde le ruisseau en contrebas Qu’ici tous se rappellent ces fêtes que nous donnions Sachez que notre château est resplendissant Au large du golfe, l’île d’Ouessant défie toujours la mer L’île où nous échouâmes notre barque Votre prénom y résonne encore quand les déferlantes Se jettent sur le récif où vous entonnâtes si belle chanson En ville, le marchand de glace a souvenir de vous De vos cheveux soyeux et longs De votre doux visage agréable à regarder Et du mouvement harmonieux de votre corps Le vent lui-même n’a pas oublié Ce châle aux parfums enivrants Qu’il vous faisait glisser de l’épaule Dans le souffle endiablé d’une brise légère Une page blanche pour vous dire Mais est-il nécessaire D’en écrire d’avantage Pour masquer la détresse Et révéler les larmes salées Que nous avions oubliées tous les deux

SPÉCIAL PAPIER [ 43 ]


-----OLIVIER ISSAURAT -----LA PAGE Avez-vous remarqué qu’à une lettre près ça fait la plage. Amusant non ? Et si on remplace le p par un r ça fait la rage ! Rigolo, is’nt it ? Comme disent les Anglais. Mieux, si on ajoute un deuxième p pour remplacer le g on a pape. J’en profite pour jeter le premier p de pape histoire d’y mettre un r Et hop ! Oh surprise, si l’on agrémente le a d’un petit chapeau chinois, on obtient râpe.

[ 44 ] JATTENDS LE N° 61


LA PAGE DE SUITE On avait donc un pape éperdu

Il ne se noya pas, rassurez-vous,

d’amour pour la plage. C’est suffi-

car il était champion de natation à

samment rare pour le souligner. Il

Naples. Le pape hurlait tout ce qu’il

demanda donc à ses sbires suisses

savait à qui voulait bien l’entendre.

de lui fournir une gondole pour re-

Quelques mégères occupées à la

monter l’un des étiers qui traversait

lessive pointèrent le bout du nez.

la ville de Venise. Quand il vit l’en-

« Qu’est-ce qu’il a celui-ci à nous râ-

voyé de Dieu enrobé dans sa toge,

per les noix ! ». Un passant qui venait

l’homme à la manœuvre gondo-

à passer, il n’avait rien d’autre à faire,

la tout ce qu’il put. Mais le pauvre

ça arrive, et même si c’est regret-

homme n’avait pas hérité du sens

table, on n’y peut pas grand-chose,

de l’orientation et il se perdit, ainsi

proposa l’avis suivant à son épouse

que son précieux chargement dans

« Qu’un pape nous les râpe pour une

un bras oublié ne menant qu’à un

plage, c’est quand même rageant ».

cul-de-sac.

Et voici toute l’histoire. Je la sais d’un

L’affaire est déjà suffisamment éton-

gondolier à la retraite maintenant

nante pour qu’on la rapporte. Mais

très âgé et très sage. Il vit à Istanbul

patientez, ce n’est qu’un début.

et s’est fait musulman à cause d’un

Le pape, de rage, attrapa le jeune

pape rétif au gondolage !

navigateur incompétent par son boléro et le passa par-dessus bord.

Olivier Issaurat

SPÉCIAL PAPIER [ 45 ]


-----ALAIN DIOT -----QUOI, N’IMPORTE QUOI ?! Et si, pour une fois, on parlait de n’importe quoi, comme çà, juste pour délirer pour ne pas pleurer, juste pour sourire pour ne pas céder au pire, juste pour un moment d’égarement de garnement dans le firmament, un instant de désir et de plaisir dans le zéphyr du Cachemire, ou bien encore, çà c’est plus fort, juste pour le vol d’une hirondelle si belle en dessous de dentelle, même sans bretelles, d’un oisillon si mignon en caleçon, même sans pantalon, d’une libellule qui circule au crépuscule, même sans matricule, à moins que ce ne soit pour le vol d’un vieil airbus omnibus coincé dans les cumulus quand sonne l’Angélus ou d’un fer à repasser égaré au fond de la mer Égée parce qu’il ne sait pas nager. Et si c’était juste pour le songe d’une nuit d’été, pour le rire d’un petit bébé, celui d’une personne âgée qui a perdu son dentier, pour le dernier arrivé qui doit payer l’apéro, pour le premier né qui a tiré le bon numéro, pour le curé qui se fait récurer le bénitier par les grenouilles du quartier, pour l’évêque qui cloue le bec aussi sec à l’archevêque qui le débecte, pour le CRS plein de tendresse qui réclame des nuits d’ivresse et de caresses à la jeunesse qui l’agresse, pour le gendarme en larmes qui s’alarme parce qu’il a perdu son arme

dans le vacarme d’une manif sans charme, pour le plombier mal à l’aise qui s’est fait dessoudé à la clé anglaise sous l’évier ensablé de la portugaise du premier, ou, pas de veine, juste derrière la persienne, pour l’électricienne qui stresse, qui s’est pris, la bougresse, les doigts dans la prise traitresse, pour la maîtresse d’école qui, parce qu’elle picole comme une folle, est tombé dans le pot de colle en dansant la carmagnole, pour le joueur de biniou qui s’est pris un coup de mou en-dessous du genou, le joueur de trompette qui se l’est pris, mazette, direct dans les coucougnettes, celui de tuba qui se l’est pris, quel tracas, bien plus bas, celui de piano, c’est ballot, bien plus haut, celui de contrebasse, hélas, juste dans la calebasse. Et tous les autres musiciens qui, même s’ils n’en savaient rien, se sont mis à aboyer comme des chiens pour faire ceux qui soutiennent les copains avec le chef d’orchestre qui rouspète pour ne pas être en reste, même s’il doit retourner sa veste et remettre sa baguette dans sa braguette. Bien sûr, vu comme çà c’est trop facile, mais qu’en serait-il s’il fallait n’être pas si débile et trouver des bonnes raisons pour écrire justement sans raison ce qui serait bel et bon pour l’édification de toute la Nation, à moins

[ 46 ] JATTENDS LE N° 61


AZERTY

Florian Klauer - unsplash.com

que ce ne soit juste pour ceux qui vivent matois, à tu et à toi, sous son toit ? Et bien, çà n’empêche pas, quoi qu’il en soit, de se livrer en toute liberté à n’importe quelles billevesées, de celles qu’on aime inventer justement parce qu’elles n’existent pas, ou en tous cas pas comme on le croit, mais qu’il est fort plaisant d’imaginer rien que pour se marrer devant tant de subtilités ! Alors, pourquoi ne pas se rappeler ces moments chéris où l’on a vu danser en bikini des ouistitis en bigoudis au sortir de leurs lits, la reine d’Angleterre, décalquée à la bière, nous montrant son derrière dans l’Abbaye de Westminster, Macron et Mélenchon, en pyjama de coton, se crêpant le chignon à coup de polochon pendant que Marion, bancale sans Maréchal, se polit le cruchon national et que le président de la Banque de France dance en cadence sur les plateaux de la balance pour voir si son poids en or peut enrichir le trésor de la Finance un peu rance sur les bords. Et si n’importe quoi ce n’était pas ce que l’on croit et surtout pas n’importe quoi parce que si c’était n’importe quoi, ce serait vraiment n’importe quoi ?! Quoi ?! Mais çà va pas la tête ? Il fait trop chaud sous la casquette ? Y’a les fusibles

qui ont sauté ? Les pneus qui ont déjanté ? Le cerveau lent qui s’est pris les neurones dans les filets dérivants ? Mais non ! Ne croyez pas qu’il y a de la tension au fond du carafon où ainsi font font font les petits neurones tout nets ! Croyez moi, quand c’est n’importe quoi, y’a d’la joie par-dessus le toit ! Alain (tenable) DIOT. Janvier 2021.

SPÉCIAL PAPIER [ 47 ]


J’attendslenuméro61 LD RC


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.