__MAIN_TEXT__

Page 1

J’attends le numéro

53

2019 •TRIMESTRE 01

LABORATOIRE DE RECHERCHES CRÉATIVES


Sommaire

J’ATTENDS LE NUMÉRO 53

LABORATOIRE DE RECHERCHES CRÉATIVES


05

INTERLUDES

Alain Diot

Ivan Leprêtre (couverture)

Maître de conférence en arts plastiques alaindiot2@orange.fr

D. A. et webdesigner lepretre.ivan@wanadoo.fr Site : ivanlepretre.com

08

20

Fabienne Vincent

Chrystel Égal

Illustratrice fabienne.vincent@libertysurf.fr

Artiste, écrivain chrystel.egal@free.fr • Site : c-egal.com

12

Raoul Harivoie

25

Olivier Issaurat

Poète raoul.harivoie@laposte.net

Enseignant • oissaurat@ac-creteil.fr Site : olivier.issaurat.free.fr

15

30

Jean-marc Couvé

Karine Sautel

Écrivain, critique et illustrateur jeanmarc.couve@gmail.com

Ellipse formation karine@ellipseformationcom Site : ellipseformation.com

J’attends le numéro 1 - 2011 • 2019 Création > Isabelle Souchet & Ivan Leprêtre • Design > Ivan Leprêtre Contact > lepretre.ivan@wanadoo.fr

03


INTERLUDE

Elle franchit ma porte Sans s en rendre compte La grenouille Kobayashi Issa (1763 - 1828)

04


Éditorial

Une idée des ranidés ? Quoi ? Le thème, ce serait les quenouilles ? ! Ah ! Le temps s’brouille ! Quoâ ? Quoâ ? Ah !, non, il s’agit des grenouilles, ouille ouille ouille ! Bon, ben çà nous fait une belle jambe, surtout la cuisse qui est un délice quand on y succombe dans les Dombes. Mais va pas falloir que çà cafouille ni que çà merdouille, que çà glandouille, que çà bidouille, que çà bafouille, encore moins que çà vasouille parce qu’où y’a de la vase,  « ouille ! c’est pas bon pour notre gidouille », nous disent en chœur les grenouilles qui coassent comme de vieilles bécasses salaces. Et même quand c’est dans le bénitier qu’elles trempent leurs pieds, avec toutes ces vieilles niquedouilles qui ne détestent pas les chatouilles, faut quand même pas que ça trifouille là où ça pendouille, bande de vielles arsouilles ! Par ailleurs, c’est sûr que pour éviter la chtouille, il vaut mieux que la tambouille du bord des étangs ne nous laisse pas haletants ni mécontents et qu’on puisse s’en mettre plein les fouilles en attendant, sans chercher la carambouille du côté des marais pas très gais où rôdent les fripouilles, çà c’est vrai ! Pour autant, faudrait pas prendre les grenouilles pour des crapauds, ni les crapauds pour des fauteuils, ni les fauteuils pour des sofas, ni les sofas pour des alphabets sans tête, ni les têtes pour des bonnes bouilles, quoiqu’en disent les grenouilles qui s’en battent les … Les quoâ, déjà ? Je ne sais pas, je ne sais plus, mais je sais que c’est quand il a plu que les grenouilles sont en joie à en faire les andouilles qui déverrouillent à tout va, à moins qu’elles ne se cherchent un roi dans la première citrouille venue qu’elles ont prise pour un carrosse magique de Cendrillon lubrique, sans ces durillons délétères qui gêneraient trop mémère dans sa pantoufle de vair. Et pour parler sans fard, du haut de notre nénuphar, y’a pas que lors des traquenards dans les mares que les grenouilles s’embrouillent quand les canards en patrouille gazouillent comme des gargouilles. Bon, allez, les têtards, il se fait tard, mangez vite vos nouilles avant d’aller au plumard. Et pas de tripatouille, bande de pedzouilles, ou je vous carabistouille comme des rainettes pas nettes sous la couette.

Alain (quiet) Diot

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

Janvier 2019.

05


INTERLUDE

Une Grenouille vit un bœuf qui lui sembla de belle taille... Jean de La Fontaine (1621 - 1695)

06


Le Focus

Deux milles disent : « neuve ! » Ah ! Çà, la fin de l’année a été mouvementée, c’est le moins que l’on puisse dire, messires, et les temps sont bien durs, çà c’est sûr ! C’est que quelques tristes sires se sont mis dans la tirelire l’idée saugrenue de tout casser jusques aux nues, de tout brûler dans les rues, dans le plus violent des délires, voire même pire  ! Et puis, jusqu’ici, on avait le petit chaperon rouge, avec la tête près du bonnet, les sans-culottes qui révolutionnaient, le bonnet d’âne qui punissait, et de jaune on avait le maillot, mais pas encore les gilets, même chez les bobos !! Ben dites donc, pour l’année 2019, estce qu’on est sûr qu’il va y avoir du neuf ? Et des ronds, point ? Même bien cachés dans les coins ? En espérant que la source des prélèvements permanents, et peut-être de quelques soucis aussi, ne sera point tarie, mes ami(e)s ! C’est que les impôts, des fois, ça fait bobo ! Même quand il fait beau. Et quand il fait trop beau, c’est chaud de chez réchaud pour le réchauffement climatique et les écolos tiquent en nous promettant la panique pour bientôt. C’est qu’il y a du glyphosate dans les patates, des pesticides dans nos lipides, de l’insecticide dans nos glucides, et bien d’autres choses bizarroïdes dans nos spermatozoïdes  ! Et que même les poissons boulimiques se goinfrent de plastiques jusqu’au tréfonds de l’Atlantique et du Pacifique réunis. Et si tout est pourri, à ce qu’on dit, elle va pas être drôle, la vie ! Poubelle la vie ? Ça sent le feuilleton pas bon. Et que dire des tempêtes qui rouspètent à grand coup d’ouragans déments, des volcans éclatants qui nous font des éruptions tout le temps, mieux que les boutons purulents des adolescents divagants, des inondations qui se font péter la bonde et qui nous inondent et de toutes ces calamités débridées qui font rien qu’à nous emmerder, nous qui n’avons pourtant rien demandé ?! Ah la la ! C’est pas le paradis qu’on nous avait dit ! Ceci dit, à bien y regarder, reste encore bien de quoi profiter, ne serait-ce qu’à s’émerveiller du soleil qui va se lever, du soleil qui va se coucher, et de la lune, des étoiles, de la mer et du ciel et du miel des abeilles, et des rires des enfants et du sourire des mamans quand les papas sont pas là !!

Alain (qu’on crut) Diot

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

Janvier 2019.

07


Fabienne Vincent

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

08


09


Fabienne Vincent

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

10


INTERLUDE

La grenouille au fond d un puits ne sait rien de la haute mer Proverbe Chinois

11


Raoul Harivoie Mots-valises

Coassédesser Pousser un cri - en parlant de la grenouille, du crapaud - qui évoque une musique authentiquement blues et rock.

« La grenouille sur le bureau de mon coassocié se met à coassédesser à chaque fois qu’il signe un contrat à plus de vingt mille euros. »

Crapoème Poème à la peau rugueuse, recouverte de pustules.

Tout décoré en vert je trouve l’amphi bien Pour la fin des travaux nous avons fêté tard Chez la première année qui s’appelle Rana Et nous avons juré de nous battre assis un Jour pour mesurer qui a de belles cuisses Les lettres nous parlaient notamment un F rogue Qui voulait nous faire croire avoir été un Prince Puis il a plu hélas dans le studio des larves Par millions sur le lit et sur le bénitier Nous dûmes enfiler un scaphandre rigide Pour finir la soirée et manger d’aigres nouilles

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

12


Gileggings Jambières de cuir ou de toile associées à un vêtement court sans manches.

Pour avoir pratiqué des combats sur sciure sans autorisation, j’avais écopé d’une peine de cinq mois de prison ferme, sanction particulièrement lourde, mais les policiers avaient trouvé dans mon sac à dos un exemplaire annoté des « Amours jaunes » de Tristan Corbière. Un soir, je faisais les cent pas dans ma geôle en hurlant régulièrement pour demander des gélules multicolores lorsque je vis une grenouille sur le frigo. Elle me dit : « Moi aussi, j’aime le gouren ! J’ai vendu ma longère à Pluneret pour organiser des tournois interceltiques. Trois années de suite, j’ai décroché le maout ! Embrasse-moi ! » Comme j’aime les peaux lisses, j’obtempérai rapidement et aussitôt ... la grenouille se transforma en gorille ! Très sexy, pour dire la vérité. « Merci de m’avoir délivré d’un mauvais sort ! Marions-nous, ma sœur joue de l’orgue. » Je demandai une autorisation de sortie exceptionnelle au directeur de la prison qui, pour me remercier d’avoir changé le lino dans son bureau, accepta volontiers, il me proposa même d’être témoin. Le jour J - il tomba pendant l’Acte X des Gileggings - je mis mes plus belles guenilles et le gorille un costume d’iglou emprunté à son parrain le lion. Les grillons improvisèrent un magnifique chant lors du prononcé des vœux et à la sortie de la mairie, les invités nous jetèrent des grêlons gros comme les oreilles de la Reine des Neiges et durs comme les derniers Lego trouvés sur la Lune. Cela nous fit de nouvelles bosses, mais aussi de superbes photos. Bien sûr pour le repas, nous eûmes des girolles servies sur un ring et sur des assiettes rouillées de couleur noire, comme le veut la tradition.

13


INTERLUDE

Rassembler les centristes, c est comme conduire une brouette pleine de grenouilles. Elles sautent dans tous les sens. François Bayrou Sélection du prix de l’humour politique 2011

14


Jean-Marc Couvé

J’ai – point… de point « G » ! C’est un jeu fameux, jeu d’enfants – vous le connaissez, peut-être ? Il consiste à écrire sur/ décrire une chose, un concept ou une personne, en s’interdisant de les nommer explicitement. Par exemple, cela pourrait se rapporter à cette caisse en bois, que l’on pose au sol, de laquelle on s’éloigne de quelques pas ; s’étant muni de palets métalliques, on a soin de viser la boîte dans l’espoir, secondé par un peu de chance – ou hasard – que l’une ou l’autre des pièces lancées trouvera le bon chemin qui permet de comptabiliser des points. Au beau milieu de cette « caisse » [un parallélépipède ajouré en de multiples endroits], trône une figure, gueule ouverte. Réussir à y introduire un des palets est accompagné immanquablement d’un hourra mi orgueilleux, mi incrédule ! C’est la consécration. Le but premier, et unique, de tout joueur habile. Un autre exemple ? Je repense à quelques images fortes, aperçues lors de la projection, en salle, du magnifique autant que poétique «  Les enfants du marais  », de Jean Becker. On y découvre un Michel Serrault vieillissant, qui, fortune faite, se remémore, non sans nostalgie, une jeunesse plus « bohème », quand il faisait bon flâner, au bord de ce même « marais ». A l’instar de confiseries disparues, n’est-il pas délicieux de ressasser, re-sucer tels « péchés de jeunesse » ? De redécouvrir, en dilettante, les joies d’une pêche tout artisanale… Surtout lorsqu’il s’agit de garder la « pêche » ! Dans un autre ordre d’idée, si vous croisez un gastronome, il vous suffira de prononcer un substantif et la préposition qui suit, ou, même, en n’ajoutant nulle préposition, et vous verrez l’œil dudit gastronome briller ; vous entendrez sa bouche prononcer illico le terme manquant. Car, la partie inférieure à peine mentionnée, cette personne saura immédiatement à quel mets de roi (ou de Prince aimant les baisers !) vous faites allusion.

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

15


Jean-Marc Couvé

J’ai – point… de point « G » ! Pour parfaire le jeu (dont je ne donne, ici, que quelques règles), il est nécessaire de ne pas vendre la mèche dès le titre de votre causerie. C’est pourquoi, si, en attendant, on vous impose tel ou tel thème, manière de patienter, ne tomber surtout pas dans un piège aussi grossier ! Tous les lecteurs sauraient alors où vous voulez en venir, vers où vous les menez… par le bout du nez. Que nenni ! Encore un exemple ?… Vous êtes insatiables – soit : quand on est un fervent lecteur, il en est des écrivains/de certaines œuvres, comme de plats rares, concoctés par des Maîtres-queue : assez peu de livres, finalement, laissent en tête un parfum subtil ; et peu de compositions sont distinctes des recettes ordinaires qui procèdent plus de l’assemblage, sans aucune touche personnelle, ni la moindre once ou pincée artistique. A l’inverse d’un Rabelais, d’un Swift ou d’un Cervantès, la plupart des romanciers créent de falots personnages, vite lus et aussi vite oubliés. Un auteur bavarois contemporain n’ayant écrit (publié), à ce jour, qu’un unique roman, se dégage, toutefois, du tout-venant. La preuve : si j’en divulgue ne serait-ce que le prénom, et glisse un indice dans ce qui précède, la plupart d’entre vous saura illico de qui il s’agit – et, partant, son inoubliable « héros » lui sautera, sinon à la gorge, du moins à la mémoire ! Je ne vous dis que ça… Fragrance : tout est là ! Le goût sans l’odorat n’est rien… Serait-ce un QUIZ  - ou Q I, me demanderez-vous  ? Tss-tss  : est-ce sensé s’adresser à l’être profond, sinon à l’informe ? Ou bien, manque-t-il une seule lettre, faute de quoi la coquille devint couille ? Qui rime (pauvre) avec G… Un point. C’est tout.

Jean-Marc Couvé 29 novembre 2018.

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

16


Interlude

J’ATTENDS LE NUMÉRO 53

LABORATOIRE DE RECHERCHES CRÉATIVES


Ivan Leprêtre

Prince pas charmant Il était une fois un vieux grincheux qui faisait du gringue à Ingrid. Ingrid fait la grimace, car ce vieux grigou n’est pas à son goût. On le croirait sorti d’un grimoire des frères Grimm, un gringalet grisâtre, grippe-sou et grinçant de toutes ses jointures. Il y a huit décennies de cela, sa mère l’a prénommé Grégoire, mais désormais tout le monde l’appelle Grisbi le magnifique, à cause de tout l’pognon qu’il a cousu dans ses poches. Mais Ingrid, le fric elle s’en tape, il est hors de question qu’elle se fasse grimper par ce vieux grivois qui la dégoûte, ça lui refile des aigreurs rien qu’à l’idée de se retrouver dans son lit ! Elle préférerait avoir la grippe ou encore vivre avec un grizzly, il peut toujours s’les gratter le Grisbi. En revanche, le beau gringo qui fait griller des merguez au barbeuque là-bas en grignotant des crackers, elle en croquerait bien la belle Ingrid. Malheureusement pour elle, le beau gosse en pince grave pour Gregory, un peintre branchouille à la mode, qui vend ses gribouillages une fortune. « La vie est souvent mal faite ! » soupire Ingrid.

Citation batracienne du jour Ingrid embrasse une grenouille et... Merde, ça marche jamais !!!

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

18


Prince pas charmé Il était une fois une vieille greluche qui faisait du gringue à Grégoire. Grégoire fait grise mine, car cette vieille grenouille n’est pas aguichante. On la croirait sortie de la grotte de Chauvet, une grosse graveleuse, gredine et sentant le graillon graisseux. Il y a presque cent ans de cela, ses parents l’ont appelé Ingrid, mais le temps faisant son office, tout le monde la surnomme la Gravosse, à cause de son poids qui frise le quintal. Mais Grégoire, cette graisse ça lui file la gerbe, il est hors de question qu’il se fasse gratouiller la couenne par cette grognasse qui lui fait horreur. Ça lui refile des rougeurs rien qu’à l’idée de se retrouver en face de ce bout d’gras ! Il préférerait grelotter de fièvre, ou encore vivre avec une maigrichonne, elle peut toujours s’tater la Gravosse. En revanche, la bimbo avec ses boobs pour bonnets D, qui babille là-bas en biberonnant son bloody mary, il lui mettrait bien le grappin dessus le beau Grégo. Malheureusement pour lui, la bimbo en question a un QI de 140 et Grégoire, avec ses graves lacunes intellectuelles, peut tout simplement aller se rhabiller. « la vie est bien faite parfois ! » songe Ingrid.

Citation pas fabulatrice du jour Grégoire embrasse Ingrid et... Merde, une grenouille !!!

19


Chrystel Égal

Grenouilles rebelles Visages déformés. Regards exorbités. Corps désorientés. Bouches grandes ouvertes. De monstrueuses créatures comme prises dans une soufflerie géante. Apocalypse. L’archange Michel, aidé de ses messagers chasse les rebelles du paradis. Parmi cet enchevêtrement de personnages, des grenouilles révoltées… L’une dégrafe son ventre pour exhiber ses oeufs, deux autres sauteuses, têtes en bas, fesses à l’air crient leur défi à la gravité. A leurs côtés, la femme dragon pète les plombs aux côtés du papillon jaune. En haut à droite, un poisson ballon plonge dents en avant. Au coin à gauche, l’homme lézard ailé pète joyeusement en mordant son propre bras. 

La chute des anges rebelles Un chaos où la fête bascule au drame à moins que ce ne soit l’inverse ?!

Se réjouir, jouir… Pieter Bruegel l’ancien met en scène des délires contre le fanatisme religieux de son époque.

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

20


Pieter Brueghel ou Bruegel dit l’Ancien 1525 - 1569

La chute des anges rebelles Huile sur bois de chêne • 117 x 162 cm   Musées royaux de Beaux Arts de Belgique - Bruxelles.

21


Chrystel Égal

Grenouilles rebelles

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

22


INTERLUDE

Dans le vieil étang Une grenouille saute Un ploc dans l eau Matsuo Bashõ (1644 - 1695)

23


INTERLUDE

Jolie grenouille Dans sa livrée colorée Elle est mortelle ZeNavi Novembre 2018

24


Olivier Issaurat

La fête à la grenouille

Une grenouille dans votre moteur Chez Esso, ils avaient eu une idée idiote, heureusement le service communication s’en est rendu compte à temps. Ouf ! Ils l’ont échappé belle… Au départ, un slogan : « Mettez une grenouille dans votre moteur ! » Ils ont réalisé d’un coup qu’il pourrait y avoir des gusses assez cons pour le faire et bourrer leur réservoir de grenouilles, histoire de vérifier la chose. Conséquence grave pour l’image du distributeur à cause du risque pour l’environnement. Ils pouvaient se retrouver responsables de l’extermination des batraciens. Batraciens parce qu’ils ont imaginé des crétins « plus plus » capables de fourrer des crapauds dans leur moteur en les confondant avec les grenouilles. Alors après de longues discussions, ils ont choisi le tigre. Parce que des tarés assez cinglés pour fourrer un tigre, même par la portière, dans une bagnole ça doit pas courir les rues. Ou alors très très vite s’ils ne veulent pas être rayés de la planète d’un trait de griffe et priver l’humanité jobarde de leur présence ! Quand même, ils sont un peu cons chez Esso. A qui viendrait l’idée saugrenue de foutre des saloperies dans son réservoir pour nuire à la planète ? Hein ! Je vous le demande…

La princesse grenouille Un jour qu’il faisait beau, un jeune prince quitta son domicile princier. Il avait picolé toute la nuit, il avait la tête dans le cul et ne prêta pas attention à oussequ’il mettait les pieds. « Splash ! » ce con écrasa une grenouille sous son talon. Du coup, on ne sut jamais si c’était une princesse. Moralité, faut pas picoler la veille, mais le jour même. En même temps, pour bécoter grenouille, il faut avoir les couilles ! Excusez, je n’ai rien trouvé de mieux pour faire une rime riche qui va avec un prince.

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

25


Olivier Issaurat La fête à la grenouille

La toute petite grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le gros bœuf « Bonjour petite grenouille, comme tu es toute petite », dit le beau bœuf qu’il était gros. Mais gros vous n’imaginez même pas ! Tiens aussi gros qu’une bagnole avec le coffre de toit. La petite grenouille qu’elle est un peu bébête, elle dit : «  Si que je veux, je peux me faire enfler, et devenir aussi grosse que toi, hé crétin de bœuf ! » Le bœuf qu’il était fier comme un bœuf peut l’être, lui rétorqua : « Je demande à voir ! » La grenouille se met à s’enfler, s’enfler et s’enfler - trois fois ça fait genre qu’elle s’enfle bien non ? - Bref, elle s’enfle tant et tant qu’elle est rouge comme une tomate. Une petite tomate, parce que le coup de s’enfler pour devenir gros comme un bœuf, c’est que des conneries. Dépitée et ridicule, la petite grenouille fait « Plouf ! » en se jetant dans le bassin avec ses copines et ses copains. Un vrai foutoir la piscine à batraciens, je ne vous raconte même pas. Pendant ce temps, le gros bœuf y rentre à l’étable et ressort par l’autre côté transformé en saucisses. Et devinez un peu qui c’est maintenant celui qui s’est fait enfler un grand coup ! Moralité, la raison ne protège pas de l’ignorance. D’autre part, celui qui se fait enfler n’est peutêtre pas celui qu’on croit. Parce que, à force de s’empiffrer de saucisses dégueulasses, y a une poignée de crétins qui va se retrouver sans planète ! Homo sapiens sapiens… un peu prétentieux finalement comme appellation contrôlée… Tiens au fait est-ce que vous saviez que sapiens ça vient de sentir (du latin sapio pour ceux qui doutent ou ceux qui comme moi qu’ont raté les langues mortes). Sentir, un peu comme le fromage, quand il coule… Un fromage en forme de Titanic !

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

26


INTERLUDE

Merveilleux Grenouille, un être à part que l on est pas prêt d oublier... Patrick Süskind Le parfum

27


Olivier Issaurat La fête à la grenouille

Grenouille bouillie, grenouille foutue Vous connaissez cette expérience philosophique consistant à plonger une grenouille dans une casserole d’eau froide puis à allumer la plaque pour constater qu’elle va se laisser ébouillanter connement sans se rendre compte de rien. Premièrement, c’est une expérience imbécile, même en pensée, ça craint ! Heureusement qu’il n’y a pas de syndicat chez les grenouilles parce que je vous assure que ça chaufferait… Deuxièmement, pour que ça marche faut un subterfuge. Parce que la grenouille, au moment où ça chauffe pour ses miches, elle va se barrer presto. Donc nécessité d’un subterfuge. Par exemple un couvercle sur la casserole ou bien le niveau d’eau trop bas par rapport au rebord du récipient. Et là, je peux vous assurer que tout expérimentateur qui se respecte vous dira qu’il y a un lézard ! Vous croyez qu’avec le lézard…

Olivier Issaurat 11 décembre 2018.

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

28


INTERLUDE

29


Karine Sautel

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

30


31


Karine Sautel

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

32


33


Karine Sautel

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

34


INTERLUDE

Gouverner ne consiste pas à aider les grenouilles à administrer leur mare. Michel Audiard Le Président

35


Karine Sautel

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

36


37


Karine Sautel

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

38


39


Karine Sautel

53 SPÉCIAL GRENOUILLES

40


41


J’attends le numéro

53

2019 •TRIMESTRE 01

LABORATOIRE DE RECHERCHES CRÉATIVES

Profile for Ivan Leprêtre

J'attends le numéro 53  

Laboratoire de recherches créatives

J'attends le numéro 53  

Laboratoire de recherches créatives

Advertisement