__MAIN_TEXT__

Page 1

ART | DÉCORATION | DESIGN ARCHITECTURE | IMMO | ÉVASION

02

TROPICAL MOOD. — Envie d’ailleurs, d’exotisme et de chaleur ? Zoom sur la tendance de l’été qui va égayer votre intérieur.

PR I NT E M P S - É T É 2 0 1 8


Édito. TROPICAL MOOD Cette année, c’est au tour de la tendance tropicale de fleurir dans votre intérieur ! A l’approche de l’été, les envies d’évasion, de chaleur et d’exotisme ressurgissent. En mode, comme en déco, on succombe au look tropical ! Imaginez une décoration où le monde végétal et animal ne font qu’un : bois naturel, orchidées, feuilles de palmiers, nuances de verts, toucans et perroquets envahissent votre intérieur pour une ambiance des plus tropicales. Le résultat est chaleureux, coloré et capture le sentiment d’être dans un paradis tropical. Cette ambiance envahit chaque pièce de la maison et tout particulièrement le salon. Il peut aussi venir compléter un décor bohème, ethnique ou colonial. Pour ce deuxième opus d’ISSI Magazine Décoration, nous avons parcouru le monde à la recherche des plus beaux intérieurs. Connaissez-vous LRNCE ? Cette jeune start-up belge basée à Marrakech fait un véritable carton sur les réseaux sociaux, et ses produits s’arrachent. En parlant de Marrakech, Laure et Jean-François Fourtou nous ont ouvert les portes de Dar El Sadaka, un domaine incroyable à l’univers si singulier. Une pépite que nous sommes heureux et fiers de partager avec vous. Autre prouesse architecturale, nous vous emmenons au Botswana découvrir un lodge somptueux conçu par Michaelis Boyd, éminent architecte londonien. Une invitation à la quiétude, une parenthèse dans une vie au rythme effréné. Alexis Munoz, elaïologue, cultive cette patience pour tirer la quintessence de ses olives. Respirez, soufflez, et dégustez ce nouveau numéro que nous sommes heureux de vous dévoiler.

02

HIVER 2018


DÉCOUVREZ L’ESPACE MAISON À L’ÉTAGE 3 DE VOTRE MAGASIN

OUVERT DU LUNDI AU SAMEDI DE 9H30 À 20H PRINTEMPS LILLE, 39-45 RUE NATIONALE - Tél. 03 20 63 62 00


Sommaire.

DÉCORATION. LA SÉLECTION TROPICALE.

— Notre sélection coup de coeur d’objets tropicaux, les must-have de votre déco pour cette saison 2018. p10

LE STUDIO LRNCE.

— Cette jeune Start-up belge et basée à Marrakech ébloui la blogosphère et nos intérieurs. p16

TROPICAL MOOD.

— Zoom sur la tendance de l’été. Rotin, vert émeraude, bois naturel, on vous donne toutes les clés. p18

VISISTE PRIVÉE DANS L'INCROYABLE DEMEURE DE DAR EL SADAKA.

— Laure et Jean François Foutou nous ont ouvert les portes de cet incroyable domaine à Marrakech. Une découverte insolite. p30

ART. SLIM AARONS.

Il est certainement l’un des photographes les plus talentueux de sa génération, ayant couvert les années folles américaines avec son appareil photo. p38 —

MUSEOM, TAXIDERMIE MODERNE.

Rencontre avec Gonzague Vanoverberghe, taxidermiste et fervent défenseur de la cause animale. p46 —

04

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


PRENEZ RENDEZ-VOUS AVEC VOTRE DECORATEUR D’INTERIEUR Nous savons que réaménager un espace peut être un défi. C’est pourquoi nos décorateurs d’intérieur se tiennent à votre disposition pour vous aider à faire les bons choix. Que ce soit pour votre logement ou pour un espace professionnel, qu’il s’agisse simplement de conseils pour assortir quelques éléments ou de l’élaboration d’un projet plus important, nous sommes là pour vous aider. N’hésitez pas à nous contacter et nous organiserons un rendez-vous en magasin et/ ou à votre domicile pour élaborer ensemble de votre projet ! BoConcept propose une personnalisation complète de ses meubles, choix des matériaux, des finitions et de l’organisation des rangements, chaque élément est modifiable selon vos envies !

BoConcept Lille 32 Boulevard Carnot - 03 28 80 01 70 Achetez en ligne sur : www.boconcept.com Livraison sur tous les Hauts de France, côte d’Opale et zone frontalière.


Sommaire.

ARCHITECTURE & IMMO. MICHAELIS BOYD ET SON SAFARI LODGE.

— Découvrez le somptueux éco-lodge imaginé et conçu par Michaelis Boyd, éminent architecte britannique. p52

VISITE PRIVÉE.

— Barnes nous a ouvert les portes d’une villa incroyable, l’œuvre d’un architecte mondialement connu. Reportage. p58

IMMOBILIER À DETROIT.

— Antoine Demoussaud a franchi l’Atlantique pour tenter le rêve américain. Il nous dévoile ses conseils pour investir à Détroit, aux USA. p62

ÉVASION. LA VILLA MARIE SAINT-BARTHÉLEMY.

Le style colonial de cet hôtel 5* de Saint Barthélemy nous laisse sans voix. Découvrez l’un des plus beaux écrins de cette île paradisiaque. p68 —

ALEXIS MUNOZ, ELAÏOLOGUE.

Portrait d’un passionné d’huile d’olive, certainement le plus grand élaïologue au monde reconnu par les chefs étoilés. p74 —

DÉCOUVRIR LIÈGE AUTREMENT.

Escapade à Liège, cette ville belge longtemps délaissée par les lillois et pourtant si attractive. p78 —

LES HAUTS DE LILLE.

Rencontre avec les deux chefs du restaurant les Hauts de Lille du casino Barrière. Une table élégante et raffinée, à découvrir sans plus tarder. p82 —

LE GOÛT AVANT TOUT.

Au-delà de l’importance de l’assiette, les chefs de grands restaurants ont compris que le décor jouait un rôle prépondérant. Une question de goût avant tout. p86 —

06

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


LES HAUTS DE LILLE

UNE UNE CUISINE CUISINE GASTRONOMIQUE GASTRONOMIQUE & & GÉNÉREUSE GÉNÉREUSE ÉLABORÉE ÉLABORÉE AU AU FIL FIL DES DES SAISONS SAISONS

MENU MENU 3 3 PLATS PLATS à à partir partir de de

31€ 31€**

* Conditions sur www.hotelbarriere-lille.com * Conditions sur www.hotelbarriere-lille.com

© 2018 Groupe Lucien Barrière - RCS Paris 320 050 859 - SAS au capital de 1 215 144,68 € Siège social : 35 bd des Capucines - 75002 Paris. © 2018 Groupe Lucien Barrière - RCS Paris 320 050 859 - SAS au capital de 1 215 144,68 € Siège social : 35 bd des Capucines - 75002 Paris.

RESORT RESORT BARRIÈRE BARRIÈRE LILLE LILLE 777 BIS, PONT DE FLANDRES - LILLE 777 BIS, PONT DE FLANDRES - LILLE

MENUS & RÉSERVATIONS MENUS & RÉSERVATIONS 03 28 14 45 50 ET SUR WWW.HOTELBARRIERE-LILLE.COM 03 28 14 45 50 ET SUR WWW.HOTELBARRIERE-LILLE.COM


08

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION. À l’aube des beaux jours, nous rêvons tous d’évasion. À défaut de prendre un aller sans retour pour les Caraïbes, on se prélasse dans notre canapé à l’ombre d’une plante d’intérieure. Cette saison, misez sur le vert émeraude ! Les bois sont naturels, les chaises sont en rotin, et les murs sont imprimés. De quoi rêver en attendant les prochaines vacances tant attendues. D’ici là, nous vous emmenons chez Laure et Jean-François Fourtou pour une découverte aussi insolite que somptueuse. Un domaine perdu en plein coeur de la Palmeraie de Marrakech où le temps semble suspendu. PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

09


LA SÉLECTION TROPICALE. PA R OLIVIA DU P ON D.

Envie de faire entrer le Tropical mood de la chambre au salon ? Nous avons sélectionné pour vous une sélection d’objets de décoration qui vous aidera à vous évader. Grands noms du design ou jeunes marques, découvrez ce qui nous fait craquer.

MOBILIER

FAUTEUIL / BANQUETTE CUUN – HOUSE DOCTOR / Le rotin, on le voit partout. Nous avons choisi de vous présenter le fauteuil et banquette CUUN de HOUSE DOCTOR. On adore son esprit rétro et bohème inspiré du mobilier scandinave des années 50. Salon, chambre ou véranda, ce fauteuil trouvera facilement sa place. Sa large et profonde assise incite à la détente tandis que le dossier, le piètement et les accoudoirs réalisés en cannes de rotin s'entrelacent et tracent des motifs géométriques dans l'espace. WWW.MADEINDESIGN.COM

10

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION • OBJETS

TABLE ET FAUTEUIL PLATNER DE KNOLL / Design iconique des années 60, le fauteuil Platner a été édité pour la première fois en 1962. Il fait partie d’une collection de tables et de sièges assortis dont le piétement est constitué d’une multitude de tiges d’acier en S avec leur base formée de faisceaux de fils d’acier.

MOBILIER

Présentés lors du salon de Milan 2012 le fauteuil Platner, du designer américain du même nom, Warren Platner, et son pouf sont maintenant réédités par Knoll. WWW.KNOLL.COM

SUSPENSION AY ILLUMINATE / Coup de cœur spécial pour Ay Illuminate, studio de design néerlandais tirant son inspiration de la nature et de toute forme d’artisanat traditionnel. C’est notamment pour ces lampes de sa série Z, fréquemment utilisés par les designers professionnels de décoration intérieure que la marque ce fait connaître. Leur dernière collection propose des suspensions composées de filets de sisal tressés, de voiles de soie et de cachemire tissés, de coton d’Éthiopie tissé main, et beaucoup de bambou … WWW.AYILLUMINATE.COM

LUMINAIRE

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

11


APPLIQUE SINGE / SELETTI / La marque italienne Seletti nous transporte dans un univers anticonformiste, ludique et fascinant dont le seul mot d’ordre est la créativité ! Décalées et insolites, les créations Seletti apportent à la vie de tous les jours plus d’humour et de fantaisie.

LUMINAIRE

La collection de lampes Monkey nous plonge au cœur de la jungle, où vivent des singes facétieux ! Cet objetsculpture se situe à la frontière entre l'art contemporain et le design. Il s'inscrit dans un courant figuratif qui prend le contre-pied du design abstrait. WWW.SELETTI.IT

Photographie : ©Wearemb

LUMINAIRE

TAPIS ZANAFI – LES PETITS BOHEMES / Zenafi, Kilim, Beni Ouarain, Boucherouite, Azilal ... Quelle qu'en soit la déclinaison, le tapis berbère apporte personnalité, authenticité et cachet à n'importe quel intérieur. De leurs motifs si caractéristiques à leurs couleurs audacieuses, ils réchauffent et dépaysent l'ambiance ... WWW.LESPETITSBOHEMES.BIGCARTEL.COM

LAMPE PALMIER – FLEUX / On donnerait volontiers une touche d’exotisme à notre intérieur grâce à cette lampe Palmier au coté légèrement art déco. Reprenant la forme d’un palmier miniature, son feuillage métallique permet de diffuser une lumière maîtrisée et naturelle à la fois. WWW.FLEUX.COM

12

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

DÉCORATION


DÉCORATION • OBJETS

LES CÉRAMIQUES ATLAS CRAFT

DÉCORATION

/ Atlas Crafts lance sa première collection d’objets décoratifs et fonctionnels faite à la main à partir de matériaux exceptionnels tels que la porcelaine blanche et le sable volcanique, et finie avec un lustre éclatant d’or 24 carats. EDITION N°1 est fabriquée à la main à Ubud, Bali, par des artisans qualifiés. Les matériaux et les graphiques sont inspirés de l’île de Bali elle-même. Atlas Crafts compte nous faire voyager à travers un nouveau mouvement artisanal au niveau mondial. Une expérience inspirante entre modernité et tradition. WWW.ATLASCRAFTS.COM

EAMES ELEPHANT / VITRA / Au début des années 1940, Charles et Ray Eames passèrent plusieurs années à mettre au point une technique permettant de mouler le contreplaqué en formes tridimensionnelles, créant une série de meubles et de sculptures dans la foulée. C’est en 1945 que nait le EAMES ELEPHANT. Après une édition limitée en 2007, Vitra a désormais ajouté à sa gamme de produits standard une version en contreplaqué du légendaire animal. La figure sculpturale décorative dotée d'un placage de haute qualité en cerisier américain est disponible depuis 2017. WWW.VITRA.COM

DÉCORATION

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

13


STUDIO CRÉATIF LRNCE. PA R OLIVIA DU P ON D.

LRNCE ? C’est le nom d’une petite marque belge, basée à Marrakech, qui nous a tout de suite tapé dans l’œil. Sa créatrice, Laurence Leenaert, conjugue l’artisanat traditionnel marocain sur un mode moderne et singulier dont elle seule a le secret. Sandales handmade, coussins brodés, kimonos imprimés et tapis graphiques, la jeune femme décline ses inspirations contemporaines au fil de pièces sensibles, animée par une seule directive : la liberté d’explorer et de créer comme il lui plait.

S

i vous raffolez d’inspirations mode et déco, je suis sûre que vous adorerez suivre LRNCE sur Instagram, depuis que j’ai découvert ce compte, je suis comme obsédée. Aujourd’hui, Laurence ouvre le premier showroom de la griffe et nous fait plonger dans son univers solaire. Cette caverne aux multiples pépites dévoile toute la beauté du métissage made in LRNCE. Un hot spot comme on les aime ! Petit historique de cette marque prête à nous rendre dingue. Le nom de ce label belge est tiré du prénom de sa créatrice. LRNCE, pour Laurence. Simple et efficace. Tout comme ses créations. Après ses études dans la prestigieuse Académie royale des beaux-arts de Gand, une expérience professionnelle à Berlin, la jeune femme décide de faire retour aux sources créateur dans sa Belgique natale. C’est pendant ces voyages qu'elle fait la rencontre des artisans marocains et qu'elle tombe sous le charme du désert. Après un an et demi de voyages entre le Maroc et la Belgique, elle décide en juillet 2015 de s'installer à Marrakech. Un mot d’ordre ? « Je ne suis pas très attachée aux collections ou aux délais, j’ai besoin de liberté pour créer, d’explorer pour affiner mes idées. J’ai décidé de déménager à Marrakech pour me concentrer sur mon label et éprouver un plus grand sentiment de liberté dans ce que je fais. Les artisans d’ici influencent considérablement mon travail, ils sont tellement talentueux, ils m’apportent la motivation de développer toujours plus de nouvelles connaissances, mais aussi d’appréhender la patience que

14

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION • STUDIO CRÉATIF

nécessite la création ». Laurence travaille directement de chez elle, à Marrakech, au cœur de la Medina. Dans le calme de son riad-atelier, la jeune femme stock ses tissus, son cuir, ses outils, elle dessine, fait des collages, combine les matériaux, imagine les motifs, pense aux couleurs, et file ensuite chez les différents artisans avec qui elle collabore pour façonner tout ça. La phase de production se déroule en deux temps. La designer dessine ses produits, « de façon très spontanée ». « Chaque nouvelle matière ou couleur peut m'inspirer ». Laurence pense ensuite aux matériaux qu'elle va pouvoir utiliser, puis tout se passe dans les ateliers. Une fois qu'elle a trouvé ses matériaux, la créatrice discute directement de ses idées avec l'artisan et voit avec lui si la réalisation est possible, « le but est de réussir ensemble ».

Ce qui la caractérise ? Le hand-made bien sur mais surtout les mélanges. Nuances, textures et matériaux s’assemblent dans des combinaisons savamment choisies. Frangés, brodés, en laine, modernes et épais, ses tapis et couvertures incarnent à la perfection les envies déco du moment. Une communauté s'est rapidement créée autour de sa marque grâce à son compte Instagram, qui rassemble plus de 76 000 abonnés. Ses clients sont principalement basés à l'étranger: aux États-Unis, en Australie, en Angleterre ou encore aux Pays-Bas. Les créations LRNCE sont en vente sur son site, avec des articles compris entre 50 € pour un coussin, et 550 € pour un tapis fait main. INSTGRAM : @LRNCE - LRNCE.COM

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

15


16

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION • INSPIRATION

TROPICAL MOOD. PA R MARION H U MB LOT.

C’est la décoration en vogue de ce printemps/été 2018 ! Le style tropical s’est rapidement imposé comme étant la tendance du moment : colorée, fournie et riche en motifs, il vous sera impossible d’y échapper ! Direction l’Amérique du sud le temps d’une lecture, profitez du voyage et laissez vous charmer par cette décoration pleine de soleil. / Les tropiques s’invitent chez vous. L’esprit jungle était déjà très tendance l’été dernier et se poursuit encore cette année. Entre végétation exubérante et couleurs vives, les combinaisons sont multiples. Rotin, plantes intérieures et papiers peint imprimé, cap sur l’Amazonie.

L

e style tropical se définit par la volonté d’apporter un coin de nature dans nos intérieurs. Les couleurs en sont la démonstration parfaite. Parmi la palette de couleurs à utiliser, le jaune, le bleu et bien évidemment le vert dominent. Qu’il soit apporté par petites touches, sur un pan de mur, sur plusieurs coussins ou bien même sur un tapis, le vert est essentiel si vous souhaitez transformer une de vos pièces en un petit havre de paix. Associée à juste titre au monde végétal, c’est une couleur apaisante et rafraîchissante qui vous apportera de la bonne humeur lors de vos matins difficiles. Et si l’idée de peindre un mur entier en vert vous effraie, misez sur les plantes d'intérieurs ! Face à cette tendance, les plantes ne sont pas relayées au second plan, bien au contraire ! Objets de décoration à part entière, elles sont les reines de ce style tropical. En effet, comment concevoir les tropiques sans une multitude de plantes vertes ? Quelles soient petites ou imposantes, suspendues ou posées à côté d’un canapé, elles apporteront du cachet à vos pièces. La recette du succès repose sur la multiplication des variétés, plus elles sont nombreuses, mieux c’est ! Car ce sont elles qui apportent ce côté exotique si caractéristique. Bien sûr, le choix des espèces que vous achèterez a son importance. Préférez les plantes tropicales telles que le Philodendron, la Sansevière, ou encore le Kentia, ce petit palmier aux larges feuilles vertes pennées. En plus d’apporter un charme fou à votre maison, elles sont assainissantes et dépolluent l’air de votre maison de manière naturelle. Pensez également aux cactus, très à la mode ces dernières années. Il est la promesse d’un voyage immédiat vers les vastes espaces mexicains, le soleil et la chaleur. Grâce à ses formes graphiques et à sa jolie couleur verte, il se mariera parfaitement avec les autres plantes.

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

17


18

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION • INTÉRIEUR

JANVIER 2018

19


Comme dans tous les styles, c’est l’assemblage de pièces et de créations qui révèle tout le potentiel d’une pièce. Côté mobilier, gros coup de cœur pour le rotin. Ce bois massif étuvé jusqu’à ressembler à des lianes est ensuite travaillé de manière à épouser de jolies courbes. Il est utilisé pour faire toutes sortes de meubles : des fauteuils, des chaises, mais vous le trouverez également transformé en abat-jours. Ce matériel déclinable à l’infini s’intègre joliment dans cette ambiance tropicale. A la fois vintage et design, il est parfait pour apporter de la chaleur et créer ce côté cosy tant apprécié qui peut manquer à certaines pièces. Parmi de nombreux choix disponibles en magasin, deux objets ont particulièrement attiré notre attention. Le premier est le miroir en rotin, à lui seul il habille votre mur de manière chic et contemporaine, et le fauteuil suspendu, associé à quelques coussins ou à un plaid, il sera l’allié parfait de vos soirées cocooning au coin du feu.

20

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

La tendance tropicale, c’est aussi réussir le mix parfait entre un intérieur douillé mais qui reste toutefois en communion avec des éléments provenant de la nature. C’est en associant des matériaux bruts à des matières plus douces et enveloppantes telles que la laine ou le cachemire que vous réussirez à obtenir la combinaison parfaite. N’ayez pas peur de créer certains de vos meubles seul, plus le rendu est rustique et plus le résultat sera satisfaisant. Les motifs ont également toute leur importance et ajoutent la touche finale à votre déco. Un large choix d’imprimés s’offre à vous sur différents supports tels que le papier peint ou les coussins. Laissez parler votre imagination et assemblez ce joli méli-mélo de couleurs et de motifs de manière à créer l’ambiance qui vous correspond et qui vous fera vous sentir chez vous comme en vacances.


DÉCORATION • INSPIRATION

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

21


22

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION • INSPIRATION

SWEET DREAMS Transformez votre nid douillet en un jardin luxuriant et voyagez toutes les nuits sous les tropiques. Bois naturel, plantes d’intérieurs et housse de lit imprimée, mixez tous les détails et intégrez-les dans votre décoration au style minimaliste. Effet garanti.

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

23


24

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


L'INCROYABLE DEMEURE DE DAR EL SADAKA. PA R A L I C E TE M M E R M A N | P H OTOG R APHE S  : MAX IME DU FOU R - WE AR E C ON TE N T( S) .

Au cœur de la palmeraie de Marrakech, à quelques minutes de la « Cité Rouge », la villa du plasticien Jean-François Fourtou, regorge de prouesses architecturales. Véritable œuvre d’art, Dar El Sadaka invite le voyageur dans un lieu hors du commun.

A

chetée en 1995 par son père, Dar El Sadaka ou « La Maison de l’Amitié » fut d’abord une résidence d’artistes puis le siège d’une fondation humanitaire. C’est dans les années 2000 que JeanFrançois Fourtou s’y installe après avoir vécu à Paris, Madrid et New York. En collaboration avec le décorateur d’intérieur Philippe Forestier, ils apportent un nouveau souffle au lieu en créant un univers singulier inspiré de l’enfance de l’artiste. « J’ai eu la chance de grandir auprès d’un grand-père très attentionné que j’ai sans doute idéalisé avec les années. Je trouve que ce temps de l’enfance est vraiment un moment magique que l’on a tendance à oublier. Je voulais inviter le spectateur à retrouver ces sensations à travers mon travail. » Tel un cabinet de curiosité,

chaque pièce de la Villa a été conçue autour d’un animal sculpté. « Créer des animaux plus grands que nature, à l’aspect inoffensif en les déconnectant de leur milieu naturel, renvoie à la façon dont je me sentais au milieu des gens. Décalé, incongru. » Dès l’entrée de la propriété, le ton est donné, une brebis aux dimensions exacerbées accueille le visiteur. Ces sculptures improbables, troublantes de réalisme se succèdent au fil de la maison. « Chaque pièce a été pensée comme une installation à part entière en accord avec la décoration qui l’entoure. Une girafe est installée en plein milieu de la salle à manger. Dans le salon, des orangs outangs se balancent aux luminaires. Quant aux chambres, elles se déclinent autour d’un thème différent en fonction de l’animal choisi. »

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

25


© WE ARE CONT ENT(S) 26

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION • VISITE PRIVÉE

— Mon univers artistique a été baigné par mon enfance. C’est ce qui nourrit mon imaginaire mais aussi mes valeurs de vie que j’essaie de transmettre dans mes relations aux autres, à mes enfants.— JEAN-FRANÇOIS FOUTOU

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

27


De surprise en surprise, le visiteur découvre l’âme de la maison et celle de l’artiste plasticien. « Je vis Dar El Sadaka comme une quête. Au départ, ce n’était pas un choix délibéré mais il s’est imposé à moi avec le temps. Ce lieu est un peu comme un monastère, un lieu de recherche pour ma création permanente. En Sanskrit, “Sadaka” signifie “Celui qui cherche”, cela a fait écho en moi ». Si l’authenticité de la demeure est le fruit d’un travail à quatre mains, Jean-François Fourtou apporte une attention particulière à ce que le savoirfaire marocain soit représenté. « De nombreux artisans locaux ont contribué à cette maison en revisitant leurs techniques traditionnelles comme le zellige, le plâtre ou les carreaux de ciments. Ils sont très ouverts à ma créativité et s’adaptent à ce que je recherche. » Etendu sur onze hectares, le parc arbore une végétation luxuriante - parterres de roses, champs de vignes, oliveraie – et attire la curiosité avec ses étranges maisons démesurées. Renversée sur le toit, c’est la tête à l’envers que le visiteur découvre Tombée du ciel, comme un hommage à la maison de son grand-père. « Je me suis inspiré du mobilier et des objets qui lui ont appartenu. C’est comme si lui-même me l’avait renvoyé du ciel à travers le temps. » Très attaché à ses souvenirs, Jean-François Fourtou crée en mémoire de sa grand-mère La Maison du Géant représentant la chambre qu’il occupait chez elle à Saint-Emilion. « Comme dans Alice aux Pays des Merveilles, le visiteur est déstabilisé par la taille des objets. Tel un lilliputien, il retrouve peu à peu ses sensations d’enfant lorsque tout lui semblait surdimensionné. » L’expérience se poursuit au potager où de petits personnages à tête de courge ou de potiron, les Nanitos, se promènent sur la propriété comme de véritables jardiniers. « Je racontais cette histoire à ma fille lorsqu’elle était petite. Les Nanitos naissent dans le potager et une fois adulte, courent tellement vite qu’on ne peut les rattraper. » Si Dar El Sadaka s’est imposé à lui comme une évidence dans sa créativité, l’artiste se sent aujourd’hui dans son élément : « Après avoir beaucoup voyagé, il était important pour moi de créer un lieu qui soit ouvert aux épicuriens et aux amateurs d’art mais aussi qu’il soit fédérateur pour ma famille. Cet endroit magique, hors du temps, met tout en œuvre pour se sentir comme chez “soi”. »

28

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


DÉCORATION • VISITE PRIVÉE

/ À l’occasion de Lille3000, Jean-François Fourtou avait imaginé des maisons hors normes : maison de géant où le visiteur se promène comme un Lilliputien, maison miniature où tout est minuscule, et cette maison tombée du ciel, posée sur son toit et penchée. En voici la réplique.

© WE ARE C ONT ENT (S)

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

29


UN CABINET DE CURIOSITÉS Chaque pièce du domaine a son propre animal. Entre abeilles gigantesques, chiens et chèvre, Dar El Sadaka est un véritable cabinet de curiosités. Décorée avec goût et pensée dans les moindres détails, la demeure surprend les convives à chaque détour.

30

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


SUR LES PAS DE JEAN-FRANÇOIS FOURTOU. PA R A L I C E TE M M E R M A N | PHOTO GR APHE  : MAX IME DU FOU R.

Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 1992, Jean-François Fourtou se fait connaître par ses sculptures animalières faisant de lui un héritier inspiré de François Pompon. Son univers magique renvoie aux souvenirs d’enfance tout en y dévoilant la sienne avec poésie.

N

é en 1964 à Paris, l’artiste plasticien se sent très vite en marge de la société, seuls les moments auprès de son grand-père le rendent heureux. Peu épanoui et isolé de ses camarades de classe, il trouve refuge lors des cours de dessin où sa professeure décèle chez lui une sensibilité artistique. « Cette enseignante a joué un rôle déterminant dans ma vie. C’est avec elle que j’ai abordé pour la première fois la notion de volume à travers le collage et la peinture. Elle m’encourageait à persévérer dans cette voie et me présenta au concours général du lycée à mes 18 ans. Je n’ai jamais rencontré une telle personne par la suite. » Après une Maîtrise de Gestion à Dauphine, Jean-François Fourtou prépare le concours d’entrée des Beaux-Arts dans le plus grand secret. « J’avais besoin de retrouver cette spontanéité qui m’inondait lorsque je créais. J’avais 22 ans, j’étais doué dans mon domaine mais cette carrière n’était pas faite pour moi. Je m’y sentais étriqué, à l’étroit. »

32

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

Reçu haut la main, il obtient six ans plus tard une bourse et part vivre à Madrid pendant deux ans. « C’est à cette époque que j’ai trouvé ma première galerie, vendu mes premiers travaux. Progressivement, j’ai pu m’assumer en tant qu’artiste. » A 29 ans, il prend son envol et ouvre un second atelier à New York avant de s’installer à Marrakech en 2000. « Jusqu’alors mon travail se limitait à la sculpture d’animaux. J’ai eu l’envie de m’ouvrir à d’autres modes d’expression tels que la photographie ou l’architecture. Cette nouvelle approche m’a permis d’aborder des choses différentes comme celle de raconter des histoires. » Si la sculpture reste son langage premier, l’artiste de 54 ans souhaite aujourd’hui se recentrer sur soi : « J’aimerais revenir au dessin et m’essayer en tant que dessinateur en broderie. Sans le savoir, cette envie me rapproche de mon grand-père, puisqu’il exerçait ce métier lui-même en 1917. J’ai découvert cela en lisant l’une de ses biographies écrite par mon frère. Cela a immédiatement fait écho en moi. »


DÉCORATION • PORTRAIT

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

33


34

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ART. Connu pour ses photos de la jet set et de la haute société américaine, Slim Aarons, né George Allen Aarons, est certainement l’un des plus grand photographes des années 60. A sa manière, il nous plonge dans une bourgeoisie emplie de luxure qui côtoie l’élite américaine. Loin de la contre-culture américaine, de la guerre du Vietnam et de la ségrégation, on découvre une Amérique qui semble en retrait des difficultés politiques et sociales de son pays. Dans un autre registre, Gonzague Vanoverberghe nous dévoile son univers si singulier, un monde dans lequel les animaux sont figés pour laisser un témoignage du passé. PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

35


SLIM AARONS, PHOTOGRAPHE DE LA VIE RÊVÉE DE LA JETSET DES SEVENTIES. PA R LU CI E TAVE R N I E R .

Une socialite alanguie près d'une piscine avec vue sur la mer, une actrice de cinéma prenant un bain de soleil sur la terrasse d'un palace 5 étoiles, des membres de la bourgeoisie réunis dans le salon raffiné d'un hôtel particulier, une fête huppée où se presse le tout-Hollywood ... Dans les années 50, 60 et 70, Slim Aarons a immortalisé la vie sans effort de la jet-set et des têtes couronnées dans les plus beaux endroits du monde.

36

HIVER 2018


ART • PORTRAIT

HIVER 2018

37


D

ifficile de deviner, au vu des clichés tout droit sortis des seventies du photographe américain Slim Aarons, de deviner qu'il est entré en photographie par le reportage de guerre, pendant la Seconde Guerre Mondiale ... De retour d'Europe, décoré de la Purple Heart, il délaisse définitivement sa panoplie de reporter. De cette période, il dira qu'elle lui a appris une seule chose : la seule plage qui vaut la peine qu'on y débarque doit être ornée de ravissantes jeunes femmes dénudées, bronzant sous un soleil tranquille. Dont acte ! Armé d'un Leica, puis plus tard d'un Nikon, il parcourt le monde, des Bahamas à Gstaad, en passant par Ibiza ou la Californie, où il s'installe, avec un leitmotiv : « photographier des gens attirants faisant des choses attirantes dans des endroits attirants » Audrey Hepburn, Grace Kelly, La vicomtesse Jacqueline de Ribes, Marilyn Monroe, Marlene Dietrich, Jacqueline Kennedy, la duchesse de Windsor ... La liste des beautiful people de l'époque passés devant l'objectif de Slim Aarons est longue. L'une de ses images les plus célèbres, King of Hollywood, montre d'ailleurs en noir et blanc les acteurs Clark Gable, Gary Cooper, Jimmy Stewart et Van Heflin en train de boire un verre, accoudés à un bar très chic, à l'occasion du nouvel an 1957. Discret, méticuleux et professionnel, Slim Aarons se fait accepter dans ces mondes habituellement fermés aux curieux. Ses portraits de membres de la bourgeoisie américaine et du show business de Los Angeles paraissent rapidement dans les magazines Life, Town & Country, Holiday ou Travel and Leisure, avant d'être rassemblée en 1974 dans l'ouvrage « A Wonderful Time », livre de chevet de nombreux créatifs encore aujourd'hui. La patte de Slim Aarons y est aisément reconnaissable : avec leurs couleurs saturées, ses images privilégient la lumière naturelle et une apparente

38

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

spontanéité, où n'interviennent ni maquilleur ni styliste. Pourtant, composées comme des natures mortes, et finalement très posées, elles illustrent un american way of life idéalisé. « Je ne fais pas la mode. Je prends des photos de personnes dans leurs propres vêtements, et ça devient de la mode » affirmait-il. Mais même les piscines qu'il immortalise en arrière-plan de façon récurrente, sont scrutées et lancent des tendances. A sa mort, en 2006, survenue à 89 ans dans l'Etat de New York, Slim Aarons est un photographe culte. N'a-t-il pas inspiré à Alfred Hitchcock le scénario de « Fenêtre sur cour » ? Aujourd'hui, avec leurs atmosphères surannées et leur côté vintage, les photographies de Slim Aarons continuent de faire rêver d'une époque définitivement révolue.


ART • PORTRAIT


— Je ne fais pas la mode. Je prends des photos de personnes dans leurs propres vêtements, et ça devient de la mode —

40

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ART • PORTRAIT

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

41


MUSEOM, TAXIDERMIE MODERNE ET SUR MESURE. PA R TH IBAU LT R OY.

Œuvrant depuis bientôt 10 ans avec l’un des 2 meilleurs taxidermistes au monde, Gonzague Vanoverberghe a fait prendre un véritable tournant à cette activité dans le but de servir la cause animale.

C

’est l’histoire d’une rencontre justement entre deux passionnés du la Nature et en particulier du règne animal. Lorsque Gonzague rencontre ce taxidermiste qui représente la 5ème génération d’une famille de taxidermistes, il a un véritable coup de cœur et décide de créer MUSEOM afin de gérer la partie commerciale et laisser à l’artiste le temps d’observer la faune de plus près et d’améliorer toute la technique inhérente à son art. Les deux hommes travaillent en étroite collaboration avec le Ministère de l’Environnement, qui valide les documents d’identité et commerciaux des animaux nés et morts en captivité de mort naturelle. En lien direct avec une trentaine de zoos dans le monde, ils sont prévenus les tout premiers du décès des mammifères. 95% de ces animaux meurent de vieillesse après avoir vécu en moyenne 7 à 10 ans de plus que dans la nature (devenue malheureusement très hostile).

La loi ne permet de racheter aux zoos que les animaux issus de la 3ème ou parfois même la 4ème génération née en captivité. C’est à dire issus des spécimens qui ont été mis en captivité avant le 3 Mars 1973, date de la signature de la Convention de Washington. Cette Convention signée par plus de 140 pays, interdit qu’on arrache un animal sauvage à son environnement naturel pour le mettre en captivité. Lorsque les zoos perdent un animal (les 5% restants meurent de maladies ou d’accidents) les acheteurs potentiels disposent d’un lapse de temps très court pour récupérer la peau avant que la dépouille ne soit incinérée pour des raisons sanitaires évidentes. Et quand le virement est effectué pour acheter la peau, le

42

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

zoo utilise cet argent à des fins de transfert des spécimens entre les différentes structures afin d’éviter la consanguinité dans l’espèce. C’est ainsi que les deux hommes disposent désormais d’environ 800 espèces différentes en chambres froides, prêtes à être naturalisées dans la position souhaitée par l’acquéreur. Certaines espèces, comme le Lion de l’Atlas, (19 spécimens) le Tigre Golden Tabby (27 spécimens) ou celui de Sumatra (une trentaine recensés), n’existent encore que grâce à la captivité où ils sont protégés des braconniers. La panthère Amour, le Puma, la panthère nébuleuse ou la panthère des neiges sont en train de disparaître de la Nature et donc du patrimoine de l’humanité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle,


ART • MUSEOM

Passionné d’art, Gonzague Vanoverberghe s’est lancé depuis plusieurs années dans la taxidermie. Cet homme aux mille et unes vies vient tout récemment de s’installer à Londres pour y développer son activité déjà florissante. À la croisée entre Art et Décoration, Museom répond à une demande sur-mesure dans le monde entier.

le Ministère de l’Environnement préempte les animaux d’une grande rareté afin qu’ils soient naturalisés et exposés dans les plus grands Musées d’Histoire Naturelle de la planète. Face à cette pandémie et l’urgence globale de la situation, Gonzague a alors commencé à communiquer sur les espèces en voie de disparition. Il a démarré par des goûters conférences afin de sensibiliser sa clientèle du Nord et de la proche Belgique. Il se spécialise dans les grands mammifères et notamment les grands fauves tout particulièrement menacés d’extinction. Il recommande les donations au Zoo de Hellabrunn en Allemagne qui crée un fonds pour la sauvegarde des espèces menacées, et où l’on peut également « adopter » un animal (qui reste sur place bien sûr). Ces dons sont défiscalisés. Installé sur Londres depuis Novembre 2016 au sein des Manufactures CATRY (255 Fulham Road SW3 6HY), il invite sa clientèle à la donation de spécimens rares au Albert and

Victoria Museum et organise ponctuellement des visites de son showroom par des classes de primaires. Il explique ainsi aux enfants combien les animaux se raréfient et qu’il nous appartient de les protéger pour assurer la survie des espèces.C’est d’ailleurs dans cette optique que le 31 Mai prochain, Gonzague met aux enchères un Léopard Amour naturalisé sur une branche, dans les salons du mythique Dorchester Palace, lors d’une Conférence privée organisée par le très select Tempus Magazine, sous la présidence de Leonardo du Caprio, grand défenseur de la Nature. Les bénéfices de la vente seront reversés à WWF, présents à ce dîner qui rassemble 250 invités triés sur le volet. Dernièrement, afin de toucher plus de monde et notamment les décideurs, Gonzague a étendu l’activité de sa société en créant Le LOFT ATYPIQUE. Louant ainsi le siège de MUSEOM pour l’organisation de réunions ou de séminaires d’entreprises sous le regard bienveillant de sa Girafe naturalisée, symbole fort du Lieu. www.leloftatypique.com

Pour toute information, toute étude de projet, un simple mail à bonjourgonzague@hotmail.com MUSEOM SARL, 75 rue du Moulin Fagot 59200 TOURCOING, France - 06 23 80 11 21

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

43


44

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ARCHI & IMMO. Sur une terre vierge se dresse l’oeuvre architecturale de Michaelis Boys, éminent architecte londonien. AndBeyond Sandibe Okavango est l’un des trésors que recèle le Botswana, ce pays enclavé d’Afrique australe. Ce pays offre aux animaux une végétation luxuriante pendant les inondations saisonnières. Girafes, guépards, hyènes et chiens sauvages font le bonheur des touristes en quête de safaris de luxe. De l’autre côté de l’Atlantique, Antoine Demoussaud part en quête de « L’American Dream » en investissant dans une ville qui a longtemps été en faillite. À Lille, L’agence Barnes nous ouvre les portes d’une villa incroyable, dernière réalisation du célèbre architecte Neutra. PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

45


MICHAELIS BOYD ET SON SAFARI LODGE. PA R CLOTI L D E S E U L I N .

L’architecte de renom, Alex Michaelis, avec son Agence Michaelis Boyd Associates, a récemment achevé la réalisation d’un remarquable Lodge de safari: bijou architectural et durable au coeur du Delta de l’Okavango.

46

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


L

e travail d’Alex Michaelis est vaste et incontestablement éclatant. Mais il pourrait se résumer, en soi, à cette citation qu’il a dite : « En tant qu'architectes , nous avons la responsabilité de créer des solutions durables chaque fois que possible, pour contribuer à notre amour de la vie sur terre. » Car l’architecture d’Alex Michaelis est responsable, engagée, éthique. Elle est pensée de manière indissociable de l’homme et de la planète. Largement influencée par celle de Le Corbusier, elle emprunte les codes spatiaux de la simplicité, de l’élégance, du raffinement et de la maîtrise. Ses espaces sont dégagés, épurés, libérés de leurs fonctionnalités souvent rassemblées et dissimulées. Son approche est empruntée tant à l’architecture qu’au design, ou encore au graphisme : sens des lignes, des formes, des contours, des volumes ... et surtout sens accru du détail. Son approche est humaine, voire humaniste, ce qui l’incite à entretenir une vraie relation de proximité avec ses clients et à ajuster les usages à leurs attentes et besoins. C’est un idéaliste, passionné, qui rêverait de pouvoir concevoir la maison de Dali, ou de re-concevoir le Musée Guggenheim de Frank Lloyd Wright. Son Agence, fondée avec Tim Boyd à Londres en 1995, travaille à présent aux 4 coins du monde, dans des endroits aussi éloignés qu’improbables, et sur des continents aussi diversifiés que l’Asie, le Moyen Orient ou l’Afrique. C’est précisément là bas que s’est édifiée l’une de ses dernières réalisations, certainement l’une des plus inattendues et des plus réussies, qui jouit d’une empreinte environnementale légère et d’un caractère architectural indéfinissable. C’est au cœur d’un site remarquable, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, que le Safari Lodge, conçu par ce prodige de l’architecture, a vu le jour. Il s’agit d’un bâtiment surprenant et fascinant, qui fait corps avec la faune et semble sorti de la terre battue qui l’entoure. Il se dresse sur un ensemble de pilotis échappés des hautes herbes, qui répondent à la verticalité des troncs,

et enjambent les rives de la rivière Sandibe. Entièrement revêtu de bois, sa volumétrie se confond dans la brousse. Sa toiture et ses parois ondulent sous la courbure des arbres. Sa construction est respectueuse de son environnement, sa ventilation est naturelle, ses matériaux sont biodégradables, son énergie provient de sources durables et d’installations photovoltaïques. Cet hôtel de 24 lits fait écho à la nature. Il en est le fidèle miroir: végétal, poétique, organique. Le luxe, ici, se résume à la beauté des contemplations qui y sont permises. Les vues qu’il offre à ses résidents sont uniques, par delà les panneaux ouvrants sur l’infinité du monde sauvage. Les espaces intérieurs et extérieurs n’ont ni frontière ni limite. Ils donnent à voir à leurs visiteurs les aubes et crépuscules les plus époustouflants, installés dans les immenses canapés circulaires au pied d’une imposante cheminée. C’est une coque sculptée, comme la carapace d’un petit animal tapi dans la savane. C’est une alcôve offrant une douce et majestueuse quiétude. Le décor est minimal, préférant presque cultiver la modestie face à la grande richesse du site qui l’héberge.

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

47


Son architecture se compose de plateformes empilées formant différents niveaux et terrasses dont les perspectives plongent dans l’océan de nature. Ce sont des loges d’où l’on admire les scènes d’Afrique telles des peintures figées dans le temps. Les sinuosités de sa coque dessinent une enveloppe accueillante formée par la flexion des lames de bois, la douceur des courbes des meubles, la chaleur du lin tissé, des tapis de peau, des lanternes et du feu. Un peu partout, sont disposées au sol des tables basses, simples tronçons de bois sur lesquelles brillent des bougies. Des suspensions, comme

48

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

des corbeilles tressées, tombent des voutes boisées. Des voilages cerclent le ciel du lit et l’on peut presque sentir la fraîcheur du soir embaumant la chambre à coucher. Rien n’est laissé au hasard, l’ambiance est plantée, étudiée avec soin, avec charme, dans un style à la fois ethnique et d’une extrême intemporalité. Ce pavillon est la définition même d’un paradis sur terre, où l’oeuvre de l’homme cohabite en parfaite symbiose avec la nature. Alex Michaelis s’en trouve marqué, et dit lui-même ne jamais pouvoir oublié les étoiles scintillant dans le ciel botswanais.


ARCHITECTURE & IMMO • PORTRAIT

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

49


50

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


/ L’espace salon est logé sous une voûte boisée qui semble sur-dimensionnée. La structure charpentée offre des courbes langoureusement étudiées pour une ambiance chaleureuse, tamisée par la lueur du feu. Le long sofa épouse le volume de la pièce, tout en rondeur, face à l’immensité de la brousse.

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

51


52

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ARCHITECTURE & IMMO • PORTRAIT

UN HAVRE DE PAIX AU PAYS DES ÉLÉPHANTS Cette grande pièce de vie s’ouvre sur l’immensité des plateaux du Botswana. À gauche, cet arbre centenaire vous abritera pour un dîner des plus fabuleux, éclairé par les braseros. Une expérience inoubliable après un long safari, à la découverte magique des animaux de la savane.

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

53


L'IMMOBILIER À DETROIT. PA R OL I V I A D UP O N D.

C’est en 2006 qu’Antoine Demoussaud crée « On à marché sur Lune », agence événementielle aujourd’hui incontournable sur le marché. Antoine est un passionné, quand il a un projet il travaille sans relâche et transforme tout ce qu’il touche en or. Pour ce numéro d’ISSI Magazine, nous l’avons rencontré afin qu’il nous parle de son dernier objectif : investir Detroit avec Gentllemen Project.

D

es années de crise, Detroit conserve un patrimoine foncier à des niveaux de prix inconnus dans les grandes villes d’Europe. Aujourd’hui quelques dizaines de milliers d’euros permettent de devenir propriétaire de logements de qualité dont les loyers sont comparables à ceux de villes grandes françaises comme Lyon, Lille ou Bordeaux. En plein rebond économique, scientifique et culturel, Detroit attire une population jeune à la recherche de logement à louer. Environnement législatif et fiscal favorable, indicateurs démo- graphiques fiables, transparence, administration structurée : l’investissement à Detroit est l’un des seuls au monde à proposer de tels niveaux de performance dans un cadre aussi sûr. Gentlemen Project est présent sur le marché immobilier aux États-Unis depuis 2010, et sur Detroit dès le début du rebond économique. Avec une capacité de projection et cette connaissance du terrain Gentlemen Project est l’interlocuteur privilégié des investisseurs francophones à Detroit. La maîtrise parfaite du process de vente et d’acquisition de maison, qui respecte le Code et ainsi la mise en location du bien, offre des garanties essentielles à nos clients. Une démarche simple dans un contexte sur. C’est seulement en quelques étapes que vous voilà propriétaire d’une maison à Detroit. Explication. D’abord vous choisissez votre future maison sur catalogue en profitant d’une expertise locale. Vous créez ensuite votre LLD, structure juridique proche de la SCI qui permet l’optimisation fiscale. Vous versez le dépôt de garantie à la TITLE-office notarial américain pour confirmez la vente. Vient la signature des documents officiels de transaction et enfin vous versez le solde de la maison et recevez votre titre de propriété. Pendant ses étapes, vous êtes évidemment accompagnés par Antoine et Rudy (relais d’Antoine au États-Unis).

www..gentlemen-project.com • www.detroit.immo

54

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

Des chiffres qui comptent. 10 à 15% c’est la rentabilité nette d’un investissement locatif à Detroit. Gentlemen Project a réalisé plus de 230 investissements locatifs en 3 ans. En moyenne le prix d’une maison rénovée de 120m2 est 60 000€ ; l’estimation du prix au m2 à 5 ans est de 1250$. Faite le calcul.


ARCHITECTURE & IMMO • INVESTISSEMENT

UNE VILLE EN FAILLITE DEVENUE L’ELDORADO DES INVESTISSEURS ÉTRANGERS Fief de l’industrie automobile au début du XXème siècle, la « Motown » a subi une dépression fulgurante au début des années 2000, suite à la crise des subprimes. Aujourd’hui en plein essor, elle fait le bonheur des nombreux investisseurs mondiaux. PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

55


56

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ARCHITECTURE & IMMO • VISITE PRIVÉE

VISITE PRIVÉE AVEC BARNES IMMOBILIER. PA R O L I V I A D UP O N D | PHOTO GR APHE  : R U TKOG R AP H Y.

Richard Neutra, architecte américain d’origine autrichienne est considéré comme l'un des architectes les plus importants du modernisme, qu'il a contribué à populariser aux États-Unis, principalement en Californie. Mais c’est aujourd’hui à Croix que j’ai rendez-vous avec Bruno GRAS afin de pousser les portes de la dernière maison réalisé en France (et dans le monde) par le célèbre architecte. « J’ai vu Gropuis il y a quelques jours, la veille même de sa mort. Mies Van der Rohe et lui était mes amis depuis quarante ans, ainsi que Le Corbusier, avec qui j’étais lié d’amitié depuis 1929. Je suis maintenant le dernier, le dernier architecte de cette époque révolue. Mais je combattrai « la ruine de l’individu » aussi longtemps que je vivrai. » Voici les quelques lignes que Richard Neutra écrivit à son ami Pierre Joly. Le vieux combattant n’aura pas longtemps survécu à ses compagnons d’armes puisque c’est en 1970 qu’il s’éteint en Allemagne. La maison où nous nous trouvons aujourd’hui a été achevée en 1968. C’est l’unique maison que Neutra réalisa en France, et ce fut également sa dernière « œuvre ». Le commanditaire, Marcel Delcourt, est tenté à la fin des années 60 par « l’American way of life » et découvre les travaux de l’architecte lors d’un voyage professionnel à Berlin en 1966. Bien que le terrain qu’il dispose à Croix est situé en ville, il est assez vaste et boisé pour accueillir cette architecture. La Maison Delcourt comprend donc tous les ingrédients qui assure le succès de la formule de Neutra, accomplir une architecture comme synthèse de l’observation de la vie, de la géométrie et de la technique. Un plan abstrait et ouvert qui semble sans limite, les franchissements et porte-à-faux,

la poursuite des sols et des plafonds au-delà des parois largement vitrées, l’horizontalité accusée, les partitions temporaires, rideaux et cloisons mobile, les dispositifs illusionnistes sophistiqués comme des bassins d’eau extérieurs, véritables miroirs, jeux de miroirs intérieurs ou encore une incroyable polychromie des cloisons au premier étage. Mais les commentateurs sous-estiment l’implication réelle de Neutra et l’adaptation locales du projet : l’emploi des briques de Hem pour la cheminée, les sols en grès d’Artois ou encore le dialogue avec la famille du commanditaire qui influe sur l’évolution du plan. C’est l’architecte suisse Bruno Honegger, ancien collaborateur de Neutra, qui suis le chantier en définissant avec précision les accessoires ménagers. Ultime œuvre qu’il réalisa avant de s’éteindre en Allemagne quelques jours après une dernière visite de la maison, Neutra disait aimer l’examiner, infatigablement, le Leica à l’œil ou à la main, comme s’il ne pouvait rien laisser perdre du plaisir et du profit qu’il tirait de la rencontre avec cette œuvre dont il n’avait pu que de loin en loin visiter le chantier : « C’est mon chant du cygne ». A soixante-dix-huit ans, Richard Neutra n’avait pas abandonné l’ambition de transformer la vie des hommes.

LA DERNIÈRE MAISON DE RICHARD NEUTRA EN FRANCE. source : Pierre Joly

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

57


/ Neutra a travaillé les perspectives et la profondeur de champ avec ces miroirs d’eau.

58

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ARCHITECTURE & IMMO • VISITE PRIVÉE

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

59


60

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ARCHITECTURE & IMMO • VISITE PRIVÉE

UNE VILLA CALIFORNIENNE À DEUX PAS DU PARC BARBIEUX Considéré comme l’un des architectes les plus importants du modernisme, Richard Neutra a contribué à populariser les États-Unis, et notamment la Californie. Marcel Delcourt, PDG de 3 Suisses a souhaité bâtir cette villa à Croix, à deux pas du Parc Barbieux. Un écrin de verdure dans lequel Richard Neutra à laisser libre court à ses influences américaines.

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

61


62

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ÉVASION. Éclectique, ce deuxième numéro d’ISSI Décoration vous emmène aux quatre coins du monde. Ce n’est plus un secret pour personne, je voue une passion particulière pour Saint Barthélémy, île sur laquelle ISSI Magazine va se développer. Dans mes pérégrinations, je vous emmène à la découverte de ce havre de paix : la Villa Marie. Perdu au beau milieu d’un jardin tropical luxuriant, ce boutique hôtel 5* est l’oeuvre du groupe Sibuet, réputé pour ses hôtels de luxe à travers le monde. Tel un orfèvre, Alexis Munoz est ce que l’on appelle un élaïologue. Il propose la meilleure huile d’olive du monde, que l’on retrouve sur les tables des restaurants étoilés. Bien que les Hauts de Lille n’aient pas la célèbre étoile du guide Michelin, il s’agit là d’un des meilleurs restaurants de la métropole lilloise. Nous sommes allés rencontrer les chefs dans leur cuisine, en toute convivialité. Un moment délicieux à déguster paisiblement. PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

63


SAINT-BARTH' VERSION GYPSET À LA VILLA MARIE. PA R LU CI E TAVE R N I E R | P H OTOG R A P H E S  : L . B E N O IT, L. DI ORIO.

A dix mille lieues des palaces impersonnels, le Groupe Sibuet, talentueux groupe hôtelier familial made in France, livre sa vision d'un Saint-Barth exclusif et bohème entre les murs de sa Villa Marie, qui cultive mix and match exotiques et esprit plantation avec brio.

64

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ÉVASION • HÔTEL

A

près un atterrissage en technicolor sur la fameuse micro-piste de l'aéroport Saint-Jean, qui semble plonger tout droit dans une mer translucide, ne reste plus qu'à choisir où poser ses valises pour vivre le rêve au paradis dans un cadre préservé, dessiné par une vingtaine de plages de sable fin, entre végétation sauvage et eaux turquoises semées de yachts. A Saint-Barthélemy, paillette de roche volcanique caribéenne découverte par Christophe Colomb au 15ème siècle, puis intronisée station balnéaire de luxe pour millionnaires avec la complicité des Rockfeller, l'offre de demeures chics se fait pléthorique. Ouverte fin 2016 par le Groupe Sibuet, petit empire hôtelier connu pour ses adresses au luxe discret dont Les Fermes de Marie, à Megève, la Villa Marie parvient à apporter un supplément d'âme appréciable à l'incontournable combo « chambres avec vue, piscine et spa griffé » pratiqué sur l'île. Jocelyn Sibuet a chiné elle-même aux quatre coins du globe les belles pièces vintages et bohèmes de la décoration des 21 bungalows à l'architecture créole, ouverts sur une nature exubérante et exotique et postés en surplomb de la plage des Flamands. Vérandas typiques des Antilles, murs en bois blanchi, mobilier ethnique chic en rotin ou bambou, coquillages et nacre, étoffes tropicales aux couleurs chamarrées, guéridons ananas ... Le résultat, très gypset, invite à profiter avec indolence des charmes intimistes d'une maison de famille au luxe tranquille. Pour préserver l'esprit des lieux, le restaurant François Plantation, institution incontournable de l'île installée depuis des décennies au cœur de la propriété y a d'ailleurs été conservé. On s'y attable autour d'une cuisine française métissée de touches locales ou de spécialités créoles. Son bar ébène, inchangé, propose une sélection des meilleures références de rhum de la région. Et, si la piscine, nichée au cœur de la végétation, tutoyant le lagon, ne suffisait pas à la détente, le spa Pure Altitude, avec ses deux cabines de soin, achèvera sans nul doute de la susciter. A partir de 400€ la nuit - www.villamarie.fr

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

65


LE RESTAURANT FRANÇOIS PLANTATION, UN JARDIN SECRET Niché dans un jardin tropical luxuriant, le restaurant François Plantation de la Villa Marie vous enchantera par son cadre majestueux et paisible. Installés au bord de la piscine, prenez place confortablement dans ces fauteuils en rotin en dégustant les plats du chef Emmanuel Motte.

66

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ÉVASION • HÔTEL

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

67


UNE VUE IMPRENABLE SUR COLOMBIER Les villas récemment rénovées offre une vue imprenable sur Colombier, certainement la plus belle baie de l’île. Isolées dans un jardin secret, les cases coloniales offrent tout le standing que l’on exige d’un hôtel 5*. Le spa Pure Altitude de la Villa Marie se pare de coquillages sur fond turquoise pour plonger ses hôtes dans un océan de bien-être.

68

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ÉVASION • HÔTEL

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

69


ALEXIS MUNOZ, UN ORFÈVRE DE L’HUILE D’OLIVE. PA R ALIC E TE MME R MAN .

Ses huiles d’olive accompagnent aujourd’hui les assiettes des plus grands chefs internationaux. Or rien ne prédestinait Alexis Muñoz à devenir producteur d’huile d’olive. Produites aux quatre coins du monde, ses huiles d’olive haut de gamme se distinguent par leur qualité réputée comme étant exceptionnelle. Rencontre avec un passionné du goût.

À

l’entendre parler de son métier avec une telle ferveur, tout laisserait à penser qu’Alexis Muñoz a grandi au milieu des oliviers. Pourtant, l’histoire est tout autre. Fils d’ouvrier espagnol, il passe sa jeunesse au milieu des Pyrénées à quelques kilomètres de la frontière. Après des études de communication, il entame une carrière dans l’événementiel mais reste fasciné par l’olivier. « Cet arbre est un peu comme le ginkgo à Hiroshima, le seul qui soit resté debout après les guerres, les tremblements de terre. J’aime sa durabilité, ses couleurs, sa noblesse. » A l’automne 2000, il quitte son travail et voyage pendant douze ans à la rencontre de producteurs autour du bassin méditerranéen. /LE GRAND SAUT Du Liban à la Syrie, en passant par l’Italie, la Grèce ou la Turquie, Alexis partage le quotidien de mouliniers avant de poser ses bagages en Tunisie, la plus ancienne oliveraie du monde. Situé en plein cœur du parc national de Bouhedma, au sud de Sidi-Bouzid il crée en 2009 le Moulin de Mech et le met à disposition des producteurs locaux. « J’ai visité plus de 300 moulins. J’avais besoin de comprendre la culture de l’olivier où qu’elle soit avant de me lancer. Il n’y a pas de secret, devenir producteur d’huile d’olive suppose du temps. Goûter, encore goûter de nouvelles huiles pour façonner son palais, exercer son nez et assimiler la

70

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

complexité des diverses variétés existantes. ». C’est dans cette région préservée de toute agriculture intensive que l’élaïologue définit l’ADN de ses futures huiles d’olives. Il met en place un cahier des charges très précis alliant le respect de la terre, la valorisation des paysans et les techniques de production. Contrairement aux autres producteurs, Alexis ne se limite pas à ses terres mais préfère voyager aux quatre coins du monde et produire une huile de même variété mais issue de différents terroirs. « Ce qui m'intéresse c’est réussir à avoir une huile d’olive de caractère qui n’altère en rien la saveur de l’olive. Les produire dans des conditions où je respecte un timing, une température et où je ne filtrerai pas les huiles pour que le liquide ressemble le plus aux caractéristiques organoleptiques (évaluations sensorielles) du fruit. » Première Matière est née en 2012 de ce souhait. « L’idée de ma société n’était pas de fabriquer des huiles d’olives pour en rajouter d’autres sur le marché mais de créer des éditions limitées dédiées à la haute gastronomie. » Depuis la création de sa marque, une centaine de chefs étoilés, en France comme à l’étranger, utilisent les crus d’Alexis. « Je suis fier de pouvoir travailler avec les chefs dans la diversité la plus large possible. C’est eux qui me font avancer, qui me challengent, qui m’obligent à aller toujours un peu plus loin dans ma démarche. »


ÉVASION • GASTRONOMIE

HIVER 2018

71


72

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ÉVASION • GASTRONOMIE

— J’ai toujours été passionné par l’huile d’olive, et ce depuis l’adolescence. Pour parfaire mon savoir je me suis formé pendant 2 ans à Madrid pour devenir dégustateur sensoriel d’huiles d’olive. — /SEUL L’HUMAIN COMPTE Cette expérience acquise auprès des chefs a conduit l’élaïologue à développer 18:1 (nom inspiré par la formule simplifiée de l’acide oléique), une gamme d’huiles d’olives monovariétales destinée autant à la gastronomie qu’au grand public. « Je voulais apporter à des gens qui pensent ne pas aimer l’huile d’olive des goûts et des maturités qui vont leur faire penser le contraire. Comme la fève de cacao, la graine de café, le raisin, ce sont des produits qui s’imprègnent de la photosynthèse, d’une terre plus ou moins entretenue, d’une irrigation, d’une pluviométrie. Tout ça apporte, au-delà de l’ADN de l’olive elle-même, différents métissages, différentes tonalités de goûts et d’arômes. » Disponibles dans diverses épiceries fines - Les Epicentriques à Lille - mais aussi au Printemps du Goût à Paris, deux huiles d’olive aux identi-

tés distinctes composent la gamme : un fruité vert produit à partir de la variété d’olives Piqual de Cordoue qui révèle un parfum de tomates vertes et un fruité noir créé à partir de la variété d’olives Cornicabra de Tolède suggère des arômes intenses d’olives noires confites. Si il façonne ses huiles d’olive au gré de rencontres, Alexis Muñoz accorde une place essentielle à transmettre son savoir et sa passion : « Je ne suis pas agriculteur, je n’ai pas la sensibilité de la terre mais celle de l’homme, oui. J’ai ce besoin d’aller voir, d’écouter et de partager. Je ne suis pas du tout matérialiste. J’ai juste envie de transmettre, parce que je sais que le temps nous est compté. Je ne suis là que pour ça, partager et rendre accessible la bonne huile d’olive. »

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

73


ESCAPADE À LIEGE. PA R LU C IE TAVE RN IE R.

A 2h30 de Lille, Liège souffre parfois de la concurrence de Bruxelles, Bruges ou Gand. Et pourtant ! Avec son identité attachante et contrastée, la Cité Ardente vaut largement le détour.

I

l faut commencer par découvrir le charme historique du centre-ville de Liège, en arpentant jolies rues pavées ou coteaux pour relier ses bâtiments classés, qui ont traversé les siècles sans prendre une seule ride. A mille lieues de la ville-musée trop figée, elle fourmille de créativité. Les labels déco ou mode, artisans, restaurateurs et commerçants inspirés

74

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

donnent une seconde vie à des artères comme la rue Neuvice ou la rue Souverain-Pont, invitant à sortir des sentiers battus du Carré, quartier piétonnier connu pour son ambiance festive. Et puis, Liège, c'est aussi l'audace architecturale, à mesurer face à la canopée de verre et d'acier de la gare de Guillemins, signée Santiago Calatrava ou à la Médiacité, centre commercial conçu par Ron Arad. Décidément plurielle !


ÉVASION • SUIVEZ LE GUIDE

– BARS / RESTAURANTS –

LA CUCINELLA Sise dans une élégante maison de maître aux parquets cirés twistés par une cave à vins contemporaine et de grandes verrières, La Cucinella est une institution liégeoise, connue pour sa cuisine fine italienne. La maison a été remise au goût du jour par Julien, le fils, dont les plats signatures viennent augmenter la carte des classiques du père. Rue de la Casquette 26 - Liège / www.lacucinella.it

BISTROT MENTIN Dans une petite ruelle tranquille du centre, le Bistrot Mentin cultive une atmosphère tamisée à la déco léchée, chinée en Italie dans un antique troquet de village par les propriétaires. À la carte le midi, des plats du jour maison à prix

doux, nage de moules à l'asiatique ou bouillon tortellini parmesan. Rue Sainte-Aldegonde 11 - Liège

VOLGA Avec ses murs briqués, son carrelage métro immaculé, ses hauts tabourets et son Chesterfield, ce bar à cocktail cultive une indus attitude hautement séduisante. Tout autant que la carte, qui fait la part belle aux mélanges audacieux, vodkas ou gins infusés d'épices et de fruits, mais pas que ! Jolie sélection de bières en prime et planches de fromages sélectionnés par Uguzon, une crèmerie réputée de la rue Neuvice. Quai de la Goffe 3 - Liège

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

75


© La Boverie © Charlotte Durande

– BOUTIQUES –

– DÉCOUVRIR –

CLARISSE 68 A quelques encablures de la Place Saint-Paul, la propriétaire des très branchées boutiques North Sea a imaginé un concept-store original, mêlant déco et mode, avec sélection de mobilier vintage scandinave, vêtements griffés de seconde main et créateurs belges dans le vent. Coup de cœur assuré pour les bijoux de la liégeoise Murielle Perrotti ou les vases en céramique des belges D&M.

MUSÉE DE LA BOVERIE A deux pas de la gare, le Musée de la Boverie se dresse au sein d'un parc verdoyant serti par la Meuse. Dans les espaces d'un bâtiment construit pour l’exposition universelle de 1905 auquel s'adjoint une extension signée Rudy Ricciotti, s'exposent les œuvres de la collection permanente du Musée des Beaux-Arts de Liège et des expositions temporaires. Un incontournable ! Parc de la Boverie 3 - Liège

Rue des Clarisses 68 - Liège

www.laboverie.com

www.northseastore.be

©Irina Khä

©Clarisse68

– OÙ DORMIR ? – WATTITUDE Architecte et scénographe passionnée de création, Emmanuelle Wégria a sillonné la Wallonie pour dénicher vêtements et accessoires, objets design et mobilier, livres ou spécialités gastronomiques « made in Wallonie ». En tout, près de 250 créateurs réunis dans un bel espace de 100m2. Rue Souverain-Pont 7, B-4 - Liège wattitude.be

IRINA KHÄ Posé au cœur du Carré de Liège, mythique quartier de la cité ardente, cet écrin épuré et design avec ses pièces griffées YSL, Dries Van Noten ou Céline a tout du vestiaire idéal. À découvrir : Les Filles à Papa, le label belge qui monte, derrière lequel se cachent deux créatrices liégeoises.

HÔTEL NEUVICE Au cœur de la ville historique, dans la rue piétonne Neuvice aux façades médiévales manucurées, les 10 chambres de l'Hôtel Neuvice se nichent dans une ancienne imprimerie du 18ème siècle au cachet préservé. Briques ocres et coursives en bois y cohabitent avec un mobilier design bien choisi. Mention spéciale pour la cour intérieure, pleine de charme. À partir de 105€ la nuit. En Neuvice, 45 B - Liège www.hotelneuvice.be

Rue du Pot d'Or 12 - Liège www.irina-kha.com © HôtelNeuvice

76

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


Š Patricia Galand


LEXUS TOYS PLUS LILLE L’ULTIME IDÉE DU LUXE. PA R N I C O L A S M O R L E T | PHOTO GR APHE  : RU TKOG RAP H Y.

« L’art d’être hôte » : voilà l’approche développée par la concession Lexus Toys Plus Lille, qui en dit long sur l’importance placée dans la relation client. Un sens de l’accueil et une harmonie parfaitement en phase avec les vertus de Lexus.

L

e simple fait de pousser la porte de la concession Lexus nous transporte dans un univers de calme et d’élégance. Plus que des conseillers, Adama, Julien et Guillaume sont véritablement aux petits soins pour faire de chaque visite un moment convivial et chaleureux. /BULLE APAISANTE Cette attention au bien-être se retrouve dans les modèles Lexus, et tout particulièrement dans la nouvelle LS 500h, nouveau fleuron de la gamme. Le confort remarquable à bord est renforcé par les sièges chauffants et ventilés dotés d’une fonction de massage Shiatsu. A l’arrière, le passager pourra regarder ses vidéos favorites sur un écran de 11,6 pouces, allongé dans son siège de relaxation unique sur le marché. Il profitera comme les autres occupants d’une température idéale régulée automatiquement et individuellement par le dispositif Climate Concierge ; et d’un son d’une limpidité exceptionnelle diffusé par le système audio 3D Mark Levinson. La quiétude sera renforcée par le silence de marche procuré par la motorisation hybride dont Lexus s’est fait spécialiste.

78

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

Vous pouvez parcourir la ville en mode électrique (sur courte distance) sans consommer la moindre goutte de carburant et sans émettre de polluant. Au démarrage le moteur électrique peut rapidement propulser le véhicule jusqu’à 140 km/h. A ce stade, la LS 500h est pratiquement silencieuse. Et cette dernière ne doit jamais être branchée puisqu’elle se recharge automatiquement en roulant !


ÉVASION • LEXUS

CENTRE D’ESSAIS LEXUS AU CASINO BARRIÈRE DU TOUQUET Vendredi 11 mai de 12h à 19h et Samedi 12 mai de 10h à 19h Véhicules à l’essai : CT, IS, LS, NX, RX, RC, LC. CENTRE D’ESSAIS LEXUS À L’AÉRODROME DE LILLE - MARCQ-EN-BARŒUL Jeudi 21 et vendredi 22 juin dès 10h à 19h Essais exclusifs de la nouvelle LEXUS LS 500h et baptême de l’air POUR CES DEUX ÉVÉNEMENTS, réservez votre essai auprès de Cherinne & Sophia au 03 20 34 45 60 CONCESSION LEXUS TOYS PLUS LILLE 2 Rue du Frenelet à Villeneuve d'Ascq - 03 20 34 45 60. DU LUNDI AU SAMEDI 09:00–12:00, 14:00–19:00 PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

79


80

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


ÉVASION • RENCONTRE

LES HAUTS DE LILLE. PA R LUC I E TAV E R N I E R | PHOTO GR APHE  : MAX IME DU FOU R .

Niché au premier étage de l’Hôtel Barrière Lille, paquebot de verre posé dans le quartier des gares, les Hauts de Lille attire dans sa salle épurée avec vue une clientèle exigeante depuis près de 8 ans, grâce à une carte renouvelée et à un service décomplexé.

B

ienvenue dans les cuisines du Resort Barrière Lille ! Ou plutôt des Hauts de Lille, son restaurant gastronomique. Sous l'égide avisée de Nicolas Cantomerle, chef exécutif des tables du luxueux complexe, Romain Devred y est au piano depuis mars 2017. Aujourd'hui à la tête d'une équipe de vingtenaires en cuisine, ce jeune chef natif de la région est notamment passé par l'Hermitage Gantois. Pour les Hauts de Lille, Romain Devred revisite les classiques de la cuisine gastronomique à la sauce locale, en misant sur des produits du cru et de saison soigneusement sélectionnés, à l'instar d'alléchantes et printanières Queues de langoustines croustillantes, asperges blanches & sauce

hollandaise à la bière Anosteke Blanche. Car Romain Devred est un féru de technicité mais aussi d'associations audacieuses. Le résultat est une carte raffinée d'une dizaine de propositions renouvelées toutes les 6 semaines, qui s'augmente de 4 formules, dont un menu éphémère, brodé autour d'un produit de saison. A associer à une carte des vins élaborée avec un Meilleur Sommelier de France Manuel Peyrondet, à moins de préférer jouer le jeu des accords mets bières. Last but not least, la fin du repas révèle une belle surprise, avec un dessert pour deux, qui prend vie à même la nappe blanche de la table. Histoire de conclure en beauté une vraie parenthèse gourmande !

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

81


INFORM ATI ONS PR ATI QU ES Formules entrée/plat/dessert à partir de 31€ (Menu du marché servi en 45 minutes) De 12h à 13h30 et de 19h à 21h30 sauf les dimanche et lundi, et le samedi midi. Réservations : 03 28 14 48 50

Les Hauts de Lille - Resort Barrière Lille - 777bis Pont de flandres à Lille www.hotelbarriere-lille.com 82

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


©Sophie Stalnikiewicz

LE BON GOÛT JUSQU'AU BOUT. PA R MILA N OSAL.

La recette pour qu’un restaurant rencontre le succès ? Le talent du chef bien sûr, la qualité du service … mais pas seulement. Les meilleurs ont compris l’importance de partager leur univers au-delà de l’assiette et du sourire. En créant un décor qui reflète leur passion et l’esprit de la maison.

84

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


©Pierre Rogeaux

ÉVASION • À TABLE

L’ESSENTIEL.

Une ambiance élégante qui fait la part belle aux matériaux nobles et bruts. Comme un plat qui se laisse goûter et dévorer… tout en harmonie.

E

n décoration, comme dans l’assiette, la tendance est au végétal. Du vert à manger et à voir, mais aussi du bois et des matériaux bruts, du métal, du cuir, du lin … Exemples à suivre : trois restaurants qui conjuguent avec bonheur, à table et sur les  murs, le  noble et l’authentique, avec une pointe de chic. Première étape : Petit-Attiches. Pour coller à la personnalité de la cuisine de l’Essentiel, créative et franche, le chef Nicolas Rucheton, et son épouse Constance, ont choisi de faire appel à un architecte réputé qu’ils avaient la chance de compter parmi leurs amis, Luc Mayelle. /DES DÉTAILS TOUT SAUF ACCESSOIRES L’opportunité de devenir propriétaires des murs de leur restaurant a donné le feu vert aux travaux dont ils rêvaient tant. Début 2018, en 5 semaines à peine, c’était plié. « Nicolas est un homme sans détour, sans chichi ou apparat, confie l’architecte. Nous voulions un restaurant qui lui ressemble et surtout qui ressemble à sa cuisine. Aller à l’essentiel … » Résultat : des espaces nets, repensés et modulables, et des détails, tout sauf accessoires, qui nous font

apprécier l’essentiel. Coup de cœur pour le miroir noir qui démultiplie les tables, et les matériaux bruts (bois veiné, béton ciré, briques laissées apparentes, cuir grainé qui recouvre les tables …). « L’idée n’était pas de prendre le pas sur l’assiette, mais bien de la mettre en valeur dans un décor simple et élégant », poursuit Luc Mayelle. « Un décor très naturel, qui évoque la forêt de Phalempin toute proche », précise le chef. Mention spéciale pour l’éclairage, particulièrement soigné, pour varier les ambiances tout au long de la journée. /DES ARTISANS LOCAUX AVANT TOUT A Armentières, le naturel, c’est également ce qui fait vibrer Nicolas Gautier. Le chef reconnu, notamment passé par la Laiterie à Lambersart, a ouvert en avril son propre restaurant sur la place centrale, le bien nommé « Nature ». Avec son épouse Cécilia, sommelière, avec laquelle il rêvait de campagne, il a fini par investir les murs d’une ancienne institution locale de la cité de la toile, à deux pas du beffroi. Finie la brasserie d’antan, place à un restaurant gastronomique au décor sobre et chaleureux. « A 40 ans on ne fait pas le même restaurant qu’à 20 ans. Nous savions ce que nous voulions et avons tout

CHASSEZ LE NATUREL … IL REVIENT EN DÉCO ! PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

85


©Sophie Stalnikiewicz

NATURE.

— Les tables rondes qui invitent au partage, peu nombreuses pour laisser respirer, avec plantes intégrées, sont des créations exclusives de Giani Desmet pour le restaurant.—

pensé nous-mêmes », raconte Nicolas Gautier. A l’occasion d’un salon professionnel, toujours à l’affût des tendances mais avec des idées bien arrêtées, le couple tombe sur le stand d’un designer. Coup de foudre. Ils décident de commander à Giani Desmet un ensemble de tables rondes et de fauteuils sur mesure, ainsi que des luminaires. « Giani réalise du mobilier en bois et métal, avec des pots de plantes intégrés. Ça collait parfaitement avec notre idée de matériaux bruts et de végétal. » Fidèle à ses principes, Nicolas Gautier fait appel à des artisans/artistes locaux. Outre les meubles qui proviennent de Lestrem, les couteaux sortent de la Coutellerie du Vieux Chêne à Erquinghem-sur-Lys… /UNE DÉCORATION QUI RACONTE UNE HISTOIRE Direction Lambersart et la plus belle artère de la métropole. Là, se niche, volontairement discrète, une table gourmande, où l’art des mets se partage avec sincérité en tatouant les esprits : Empreinte. La maison, pleine de charme, a séduit le chef Ismaël Guerre-Genton et sa

86

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

compagne Inès Rodriguez, qui ont choisi de quitter Lyon pour ouvrir leur premier restaurant. Le couple sait ce qu’il veut. La décoratrice d’intérieur Clothilde Fraile enrichit leur projet avec des propositions pertinentes, telle l’installation d’un établi chiné en guise d’îlot central. « La décoration d’inspiration scandinave peut vite sembler impersonnelle, commente Inès. Or nous souhaitions un lieu chaleureux, où les convives oublient qu’ils sont au restaurant. » Les tables en chêne réalisées sur mesure invitent au festin. Les chaises, trouvées par un heureux hasard sur un site de ventes privées, sont habillées de cuir et très confortables. Jusqu’au boutistes, Ismaël et Inès ont pris le parti de théâtraliser la cuisine d’instinct et d’émotions de la maison : enveloppe de voyage en cuir signée Mathilde Mas, céramiques du Belge Tristan Philippe et lames du coutelier savoyard Jean-Loup Balitrand. « On marche au feeling, confie Inès. Chaque fournisseur, du designer au maraîcher en passant par le boulanger, marque nos plats de son empreinte. De cette idée vient le nom du restaurant. »


ÉVASION • À TABLE

©Olivier Touron

EMPREINTE. Dans la lumière qui filtre à travers les vitraux d’époque, sous l’étoile des brasseurs (un présage ?), le bois domine, des tables aux murs.

RESTAURANT NATURE - 20 Place Saint Vaast à Armentières | www.restaurant-nature.com RESTAURANT L'ESSENTIEL - 219 rue de Neuville à Petit Attiches | www.essentiel-restaurant.fr RESTAURANT EMPREINTE - 170 Avenue de l'Hippodrome à Lambersart | www.empreinterestaurant.com

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

87


BO CONCEPT 32 Boulevard Carnot, 59000 Lille, France 03 28 80 01 70

LEXUS 2 Rue du Frenelet, 59650 Villeneuve-d'Ascq, 03 20 34 45 60

BARNES LILLE 73 Rue de la Monnaie, 59000 Lille 03 66 72 47 24

MEERT 27 Rue Esquermoise, 59800 Lille 03 20 57 07 44

CASINO BARRIÈRE LILLE 777 Pont de flandres, 59777 Lille, France 03 28 14 47 77

LES HAUTS DE LILLE 777 Pont de flandres, 59777 Lille, France 03 28 14 45 50

ON A MARCHÉ SUR LA LUNE 395 rue du Général de Gaulle, Bat. D, 59700 Marcq-en-Barœul 03 20 55 83 42 PIRAINO CONSTRUCTIONS 142 Rue du Haut Vinage, 59290 Wasquehal 03 61 08 02 23

CONTRIBUTEURS DIRECTEUR DE PUBLICATION

MERCI AUSSI À...

Thibault Roy

Maxime Dufour, LRNCE, Villa Marie Margaux Tavernier Bruno Gras, Nicolas Deleschamps Jean Francois Fourtou Laure Fourtou Michaelis Boyd AndBeyond Okavango Marianne Demeestere Lise Ducrocq Gonzague Vanoverberghe Alexis Munoz

RESPONSABLES PUBLICITÉ

Olivia Dupond GRAPHISME

Sophie Dufour PHOTOGRAPHES

Rutkography Maxime Dufour L.Benoit L Di Orio RÉDACTEURS

Olivia Dupond, Lucie Tavernier, Clotilde Seulin Mila Nosal Marion Humblot Théa Buirette Nicolas Morlet Alice Temmerman Thibault Roy

PROCHAIN NUMÉRO

Septembre 2018

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER DANS CE MAGAZINE ? CONTACTEZ NOUS THIBAULT ROY

Directeur de publication 06.47.69.57.69 thibault@issimag.fr OLIVIA DUPOND

Responsable publicité 06.47.94.45.44 olivia@issimag.fr

ISSI STYLE MAG 88 AVENUE JEAN LEBAS 59100 ROUBAIX

www.issimag.fr

Magazine gratuit édité par ISSI STYLE MAG SASU au capital de 1000€ - 88 Avenue Jean Lebas 59100 Roubaix - Tel. 06 47 69 57 69 07 82 39 59 61 Président : Thibault Roy - Dépôt légal 02/16 - ISSN N° 2491-6579 - Toute reproduction, même partielle, sans autorisation est strictement interdite, sous peine de poursuites. Les annonceurs sont responsables de leur publication. Ne pas jeter sur la voie publique. 88

PRINTEMPS - ÉTÉ 2018


PRINTEMPS - ÉTÉ 2018

89


Illustration Š Studio Piraino

Conception et construction de villas WASQUEHAL - 03 28 33 80 80 - pirainoprestige.com

Profile for ISSI Magazine

ISSI MAGAZINE DECORATION - Numéro 2  

Printemps-Été 2018

ISSI MAGAZINE DECORATION - Numéro 2  

Printemps-Été 2018

Profile for issimag