Page 1

GRATUIT - N°34 - Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

Journal israélien en langue française


ÉDITO

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

3

Treize ans et 24 jours …

A l’heure où j’écris ces lignes, une aube grise s’est posée sur le calendrier : 21 janvier. Il y a 13 ans, jour pour jour, débutait le calvaire d’Ilan Halimi. Appâté, kidnappé, séquestré, torturé pendant 24 jours, ce jeune homme a été jeté comme un chiffon, agonisant, sur les voies ferrées du RER C, quelque part dans l’Essonne. Avec l’affaire DJ LamC, Sébastien Sellam, assassiné par un camarade jaloux de son succès, le calvaire d’Ilan fut le premier vrai signe d’un hideux passage à l’acte de ceux qui, au sein de la communauté musulmane, en France, portaient en eux une haine viscérale des juifs. Tous les vieux clichés antisémites ont désormais fait leur retour : pouvoir, argent, complot international, meurtres rituels, on accuse les juifs des actes les plus délirants, pour justifier les crimes les plus atroces : des bébés à tétine de l’école Ozar Hatorah de Toulouse à Mireille Knoll, gentille mamie rescapée de la Shoah, en passant par Sarah Halimi, torturée et défenestrée, les meurtres antisémites dépassent l’entendement en matière d’horreur, en France. A mon sens, Ilan et ses horribles souffrances marquent le passage d’un cap et je ne comprends pas que nos responsables communautaires d’une part, l’Etat français, d’autre part, n’intègrent pas la nécessité du devoir de mémoire, concernant cette sordide affaire. C’est d’autant plus important qu’en France, en Europe, partout ou presque dans le monde, la haine antijuive flambe, y compris sur des terres où elle semblait éteinte, comme les Etats-Unis. En France, outre les « cas » les plus nauséabonds, les crimes les plus violents, s’installe, dangereusement, un antisémitisme du quotidien qui rend la vie dure aux plus fragiles d’entre nous. Insultes, crachats, vols de courriers, agressions au sortir de l’école ou dans la rue, sur le chemin de la synagogue. Il ne fait plus bon être juif en France, et surtout en Ile-de-France. L’autre raison pour laquelle il ne faut surtout pas oublier Ilan Halimi, c’est l’implacable impuissance de la justice face aux monstres de notre époque moderne : entre remises de peine, liberté conditionnelle, peines trop légères et circonstances atténuantes, la quasi-totalité des membres du Gang des barbares est aujourd’hui en liberté. Ilan, lui, gît six pieds sous terre, en Eretz. On pourrait se consoler en se disant qu’il est auprès d’Hachem. On se doit aussi d’être lucide et se dire que si Directeurs de la publication Rédacteur en chef Alain Sayada Tel: 06 68 17 25 55 Israël Actualités est une marque déposée en France Directeur commercial France: Patrick Haddad : 06 42 22 17 56

sa famille a fait le choix de transférer sa dépouille en Israël, c’est parce que sa tombe et le monument qui lui est dédié, en France, à Bagneux, ont été maintes fois profanés et souillés. Je ne pense pas que l’on éradiquera l’antisémitisme sans éducation. Sans que l’Etat prenne sa part de responsabilité, dans la nécessaire mise à mal des vieux clichés antisémites. Il faut aussi, être plus ferme, dans la dédiabolisation de l’Etat d’Israël et aider les vieux pays européens à sortir de la schizophrénie, lorsqu’il est question du conflit israélo-palestinien. Nous devons, quant à nous, juifs, être responsables : faire face, faire front, et ne pas nous conduire en victimes. Ne pas non plus tendre le bâton pour nous faire battre, comme lorsque nous cautionnons les clichés : J’ai, par exemple, vu le volet 2 du grand succès populaire : « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu » en avant-première. Je n’ai pas ri. Car si l’ensemble du film, la troupe d’acteurs, l’humour des dialogues rendent cette comédie populaire sympathique, l’accréditation des vieux préjugés antisémites, du juif roublard, trouillard, et j’en passe, m’ont fait mal. Je sais bien qu’on se moque ici, des juifs, des asiatiques, des arabes pour rire ensemble. Mais peuton encore rire de tout ceci alors que des gens en meurent : les crimes et meurtres de personnes de la communauté asiatique ont été nombreux, en France, ces cinq dernières années. Idem, à plus grande échelle encore, pour les juifs. Vendre du rire gras sur la dépouille et les souffrances de tous ces gens, est-ce encore possible à notre époque, sur ce constat ? Pour ma part, je dis non. Je dis en revanche qu’Ilan ne peut être condamné à l’oubli. Dans 24 jours, le 13 février, cela fera 13 ans qu’il est parti, victime de la barbarie. Une prière, une bougie, une pensée. Faites, je vous le demande, chers lecteurs, tout votre possible pour que son souvenir éclaire l’avenir du peuple juif et que rien ni personne ne puisse condamner ce fils d’Israël à l’oubli. Am Israël Haï Alain Sayada

Régie publicitaire exclusive Israël Sayada.com LTD N° 515801744 Tel : 058 755 81 02 Crédits photo Alain Azria : 06 21 56 22 13 Abonnement : 06 67 44 3000

Le mot de Torah Chaque Juif - un Diamant !

«Comment pouvez vous parler avec des milliers de Juifs l’un après l’autre sans être fatigué ?», posa la question une femme au Rabbi de Loubavitch. «Lorsque l’on compte des Diamants, on n’est jamais fatigué», a répondu le Rabbi. De quels diamants le Rabbi parlait, et quelle est la source de ces propos ?

Et en effet, dans la Paracha de la semaine on retrouve l’expression «vous serez mon trésor entre tous les peuples»( Chemot 19,5), en parlant du peuple juif. Rachi explique que « trésor» signifie un coffre fort de de pierres précieuses et de diamants, que les Rois ont l’habitude de cacher. Un diamant peut apporter un intérêt dans différentes situations. Il peut être placé dans la couronne du Roi, et ainsi exprimer la puissance de la Royauté; il peut être utilisé en décoration, afin d’orner le Palais; et biensur, on peut toujours le vendre a prix élevé pour jouir de sa valeur monétaire. Mais dans notre cas, il s’agit de diamants que le Roi a l’habitude de dissimuler dans un endroit caché. Quel est l’intérêt de ces diamants là ? Pourquoi existent-ils ? Concrètement, la majorité des choses du monde sont mesurées d’après le niveau d’utilisation et l’intérêt qu’ils apportent. Ce qui est utile, est existant, et ce qui ne l’est pas - perd le mérite d’exister. Par exemple, une chaise qui a pour fonction que l’on s’assoit dessus, au moment ou il n’est plus possible de s’assoir sur elle - sa place est dans la poubelle.

Editeur Agence Keyweb 112, avenue de Paris 94300 Vincennes 06 68 17 25 55 Tirage 10 000 exemplaires

Cependant il existe des objets particuliers qui ne sont pas évalués en fonction de leurs utilités, mais leur propre existence justifie leur raison d’être. Par exemple, l’héritage d’une valeur sentimental particulière. Demandez a un homme qui a reçu un objet de cette sorte en héritage, et vous allez être convaincu que la valeur de l’objet ne se mesure pas en argent ou dans son utilisation. Ainsi aussi les diamants qui sont cachés dans le coffre fort du Roi. Les diamants sont normalement évalués d’après la demande du marché. Leur raison d’être est uniquement valable lorsqu’ils apportent un intérêt quelconque, par leur beauté ou leur valeur monétaire. Néanmoins il y’a des diamants rares pour qui leur propre existence justifie leur présence, et cela suffit pour que le Roi les caches dans son coffre fort. Nous sommes des diamants, le peuple de trésor. Chaque Juif a un mérite d’existence propre, comme juif, sans s’arrêter sur sa façon de pensée, sur ses qualités et ses actions. Cela ne change pas s’il est utile ou pas, a la fin on parle de Diamant. Lorsque vous lèverez les yeux de ces lignes là, vous observerez chaque juif, et vous vous souviendrez qu’il est un Diamant du coffre fort du Roi. Chabbat Chalom RAV Meir Haiun 058 4877 012 Habadfrhadera.com Beth Habad Francophone Hadera

Directeur commercial Israel: Yohann Azoulay 058 755 81 02 06 68 75 46 26

Les annonceurs présents dans le journal sont seuls responsables du contenu de leurs publicités. Le journal ne saurait en être responsable.


À LA UNE

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

4

Interview de Miri Reguev, Ministre de la culture et des sports la culture et l’héritage oriental de beaucoup d’entre nous. En plus de ceux-là, je regarde aussi dans les yeux les post-sionistes! Je leur rappelle que nous sommes revenus sur notre territoire après deux mille ans d’exil et qu’il est primordial de le protéger. Nous n’avons pas d’autre pays! Ce pays est le notre de Dan à Eilat, du nord au sud, y compris la Judée et la Samarie. Je suis une personne franche et je regarde tout le monde dans les yeux ! J’ai également promis à mes partisans de promouvoir un programme sioniste, social, fier et égalitaire.

Quelles ont été les réalisations du ministère de la Culture et des Sports sous votre mandat de ministre? Le ministère de la Culture et des Sports a modifié les mécanismes d’allocation de ressources parallèlement à l’augmentation du budget dans les domaines de la culture et des sports. Pour la première fois, nous n’avons pas seulement intégré la notion de « justice culturelle », mais nous l’avons surtout entériné par le biais de lois, de réglementations et de modifications des paramètres permettant un soutien financier par le Ministère, qui privilégient la périphérie dans toutes ses nuances, y compris la Judée et la Samarie! Jusqu’à il y a trois ans et demi, la ville de Tel Aviv-Yafo recevait plus d’un tiers du budget de la culture, tandis que la périphérie, le Néguev, la Galilée et la Judée-Samarie recevaient « au maximum de miettes ». Mais aujourd’hui, nous avons constaté une augmentation de plus de 30% d’aide aux institutions culturelles de la périphérie. Par le passé, on obligeait les mairies à être associées aux ministères sur des projets au niveau financier. Aujourd’hui en ce qui concerne la Culture et le Sport, cette exigence a été soit amoindrie soit annulée. Le programme d’installations d’appareils sportifs a créé une véritable révolution dans l’accessibilité du sport dans toutes les régions du pays, en mettant l’accent sur la périphérie. La règlementation concernant le Panier de la culture municipale, qui est une start up culturelle constitue un véritable précédent: pour la première fois, des initiatives culturelles et des festivals ont été soutenus financièrement dès le premier jour. La condition d’attendre deux ans avant que l’Etat ne soutienne un projet qui existait auparavant a été annulée ! Cette réglementation a donné lieu à cent soixante nouveaux festivals et à quatre cents initiatives culturelles. Avec la révolution concernant l’allocation des ressources, nous n’avons pas seulement créé une révolution au niveau des

consciences – que le Néguev, la Galilée et la Judée-Samarie soient au sommet de notre joie- mais nous avons également beaucoup plus investi dans la culture Haredi, la culture sioniste, les centres du patrimoine existants, les Instituts de recherche sur la Thora, les archives et musées traitant de la Shoah. En outre, pour la première fois, nous nous sommes occupés de l’héritage du Mont du Temple et nous avons renforcé la renaissance du village yéménite de Silwan et le Mont des Oliviers. Nous avons organisé des évènements grandioses pour fêter le cinquantenaire de la libération de la Judée Samarie, et nous avons bien entendu célébré le 50e anniversaire de la libération et de la réunification de Jérusalem et les événements du 70e anniversaire de l’État d’Israël dans tout le pays, en réduisant les coûts et en intégrant d’Est en Ouest, des artistes anciens et jeunes et en combinant le patrimoine et l’innovation. Nous avons monté, pour la première fois, des « Maisons de fondateurs » dans les villes de développement, qui répertorient des documentaires sur l’Histoire des pionniers et des pionnières. C’est une véritable justice historique! J’ai également mené une révolution au niveau des consciences concernant la définition de la notion de culture. Il n’y a pas de haute culture ni de basse culture et, par conséquent, le oud doit être aux côtés du violon sur le devant de la scène. Pour la première fois, nous avons réparé une injustice culturelle historique : nous avons un orchestre national andalou aux côtés de notre orchestre national philharmonique. La culture orientale a relevé la tête sous mon mandat. Grâce au Festival “Keter Hamizrah” (la couronne orientale) que j’ai initié et la modification des paramètres octroyant un soutien financier du Ministère à la musique méditerranéenne et le lancement du Prix Navon , j’ai mis cette belle culture à l’avant-plan. Nous nous sommes engagés à corriger les inégalités et à ouvrir les portes à tous. Au

cinéma, la réforme pour laquelle je me suis battue a pour but la disparition du phénomène des clubs fermés. Il y aura des projections régionales dans le Néguev, en Galilée et en Judée-Samarie, et le courant des films à thèmes juifs-sionistes va se développer. Durant ma cadence, j’ai travaillé pour l’égalité culturelle parallèlement à une déclaration qui ne souffrait aucun compromis : OUI à la liberté d’expression, NON à la Liberté d’incitation. J’ai travaillé pour modifier la loi afin que l’État cesse de financer des institutions qui offrent une plate-forme aux partisans du terrorisme. La loi a été adoptée en première lecture et a presque été entérinée dans notre livre de lois. Je pense que nous terminerons cette mission à la prochaine Knesset! Entre-temps, bien que la loi n’ait pas été modifiée, j’ai réussi à annuler un certain nombre d’événements qui auraient heurté nos valeurs et nos symboles. Récemment, la représentation prévoyant la lecture de la poésie de Tatour n’a pas eu lieu à la Hansen House suite à mon intervention. De même, au Festival Acco en 2017, j’ai soutenu le maire Shimon Lankri pour que le festival ne se transforme pas en Festival de la Palestine. Il y a eu d’autres cas impliquant des Arabes, le terroriste walid Daka et d’autres qui ont également été bloqués suite à mon intervention et l’intervention d’autres ministres. Bien que la loi n’ait pas été entérinée, son esprit a réussi à pénétrer et de nombreux citoyens de notre pays y croient et souhaitent qu’elle soit légiférée. Votre slogan pour les Primaires du Likoud qui auront lieu le 05 Février prochain est : « je les regarde dans les yeux ». Qui regardez-vous et quel est le message que vous voulez leur transmettre ? Je regarde tous ceux qui ont essayé de diviser notre peuple en deux camps, ceux qui ont défini qui « ils sont » et qui « nous sommes », toutes les vieilles élites qui ont essayé de nous transformer en melting pot à l’européenne en annihilant complètement

Quel est votre lien avec la communauté juive française? La communauté juive française est une communauté avec laquelle je partage de nombreuses valeurs communes. La communauté et moi-même sommes des sionistes ardents. Les Juifs français sont aussi enthousiastes que moi de voir le drapeau israélien, le symbole de l’État et chanter notre hymne national sur toutes les scènes et tous les terrains du monde. En parallèle de cet Amour pour la Terre et de la dévotion pour chaque parcelle, nous partageons l’amour de la Torah et de ce peuple, ainsi qu’un lien très fort avec nos racines, notre tradition. J’ai pu en être témoin lors du magnifique Yom Hevron d’ISRAEL IS FOREVER l’été dernier auquel j’ai eu la joie de participer en tant que hôte d’honneur. De plus, je suis fière des immigrantes et des immigrants français et je soutiens les Juifs de France dans leur lutte sans compromis contre le racisme et le BDS, le nouvel-ancien antisémitisme. Je suis fière de l’Union des ‘étudiants juifs en France, qui ont porté plainte contre l’écrivain Soral, considéré comme l’un des principaux idéologues d’extrême droite ,qui avait exprimé tout haut son antisémitisme en disant que « les Juifs sont manipulateurs, dominateurs et haineux ». Soral a été envoyé en prison pour un an et je considère cela comme un succès pour les organisations juives dans la lutte contre l’antisémitisme. Quelle est votre position sur la Alya en provenance de France? J’encourage la montée des Juifs français en Israël et je suis fière de leur intégration réussie dans les communautés d’Ashdod, de Netanya, de Jérusalem, de Judée-Samarie. Je crois que de plus en plus de Juifs de France vont immigrer en Israël dans les années à venir et je travaille pour que leur intégration soit un succès. D’autre part, je félicite également nos frères et sœurs restés en France pour leur soutien à l’État d’Israël. Des gens comme Meyer Habib sont de bons amis en France. Notre relation avec le gouvernement français est importante pour nous et les Juifs français servent de pont entre les deux peuples. Ce n’est un secret pour personne que nous avons des ennemis dans l’Union européenne, mais cela ne signifie pas pour autant que nous devons rompre les liens avec les peuples de l’Europe.


À LA UNE

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

5

Rencontre à Paris entre Emmanuel Macron et Reuven Rivlin

Le président israélien Reuven Rivlin se rendra en France la semaine prochaine et rencontrera son homologue Emmanuel Macron pour la toute première fois, ont rapporté vendredi les médias israéliens. Le président débutera sa visite par une cérémonie officielle mercredi à l’Hôtel national des Invalides, où il sera reçu par une garde d’honneur. Dans la soirée, le Président de la République française accueillera M. Rivlin pour un dîner officiel. Il visitera également une base de l’armée de l’air française et sera accompagné du commandant de l’armée de l’air, le Major-général Amikam Norkin. Le Premier ministre israélien Benyamin

Netanyahou avait voyagé à Paris en novembre pour assister aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Plus de 60 chefs d’Etat et de gouvernement s’étaient réunis pour commémorer le centenaire de l’armistice de la Grande guerre, rassemblement hors norme qu’Emmanuel Macron veut mettre à profit pour vanter le multilatéralisme dans les relations internationales. Fin octobre, M. Macron avait envoyé son conseiller diplomatique Aurélien Lechevallier à Jérusalem et à Ramallah pour des pourparlers sur le processus de paix entre Israël et les Palestiniens. https://www.i24news.tv

Benjamin Netanyahu sera à Davos la semaine prochaine Le premier Ministre sera à Davos la semaine prochaine. Selon Le Figaro : « En raison du Brexit, de la crise des «gilets jaunes», du «shutdown» ou de la guerre commerciale, nombre de dirigeants ont renoncé à se rendre cette année au Forum économique mondial de Davos en Suisse, qui se tient du 22 au 25 janvier. Ils ont décidé de passer leur tour. Cette année, Donald Trump et Emmanuel Macron ne se croiseront pas à Davos, à l’occasion du Forum économique annuel qui se tient du 21 au 25 janvier. Alors que la station de ski suisse attend 3000 participants dont 65 chefs d’État ou de gouvernement, les présidents américain et français, mais aussi la première ministre britannique Theresa May, sont retenus par les affaires intérieures. Donald Trump a annoncé la semaine dernière sur Twitter qu’il n’irait pas – évènement rare pour un président américain en exercice -, contrairement à l’an dernier, qui avait été l’occasion pour lui de défendre

Davos Israël. Moshe Kahlon, à la rencontre de l’élite économique dans la station de ski.

son programme économique. Et il ne sera même pas suppléé. La Maison-Blanche a en effet annoncé jeudi que le déplacement de la délégation qui devait être conduite par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, et le secrétaire d’État, Mike Pompeo, était tout bonnement annulé.

Le ministre israélien des Finances, Moshe Kahlon assiste au Forum économique mondial à Davos en Suisse.

La raison invoquée? Le «shutdown», qui paralyse depuis le 22 décembre un quart des agences fédérales américaines, à cause de l’impasse budgétaire au Congrès américain, où les démocrates s’opposent au financement du mur que Donald Trump entend faire construire à la frontière mexicaine. «Par considération pour les 800.000 fonctionnaires américains formidables qui ne reçoivent pas de salaire et pour pouvoir s’appuyer sur son équipe si nécessaire, le président Trump a annulé le déplacement de sa délégation au Forum économique mondial de Davos», explique la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, dans un communiqué ».

« Ce n’est pas le fruit du hasard mais plutôt le résultat de la politique économique professionnelle et responsable que nous avons menée ces dernières années, », a-t-il affirmé.

« L’économie israélienne est dans son meilleur état depuis la création du pays, » a déclaré M. Kahlon.

M. Kahlon prévoit de rencontrer le président suisse, plusieurs ministres des Finances et de hauts représentants du secteur privé pour discuter des moyens de promouvoir Israël en tant que leader mondial dans les domaines de la technologie et de l’industrie. « Notre objectif lors de ce déplacement est d’accroître la croissance économique qui est une source de fierté pour chaque Israélien, » a-t-il conclu.

Le Forum de Davos a débuté dans un climat de « profonde incertitude mondiale », ont déclaré mardi ses organisateurs, le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro y étant attendu en vedette en l’absence de Donald Trump. Le Forum économique mondial (WEF), qui réunit du 21 au 25 janvier l’élite économique et politique mondiale dans la station de ski de Davos en Suisse, attend 3.000 participants dont 65 chefs d’Etat ou de gouvernement, pour évoquer « l’architecture du globe à l’ère de la 4e révolution industrielle ». « Nous entrons dans une période de profonde instabilité mondiale », a averti le fondateur et président exécutif du WEF Klaus Schwab, pointant les bouleversements des nouvelles technologies mais aussi les basculements des équilibres géo-politiques. https://www.i24news.tv/


À LA UNE

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

6

Le debrief de la semaine Par Jack-Yves Bohbot

L’UEJF dépose une plainte contre une vidéo postée sur YouTube Le site de l’Union des Etudiants Juifs de France nous apprend que dans une vidéo publiée sur YouTube le 9 janvier 2019 - jour anniversaire de la tuerie de l’Hypercacher - un militant identitaire s’en ait pris de manière vulgaire et violente aux Juifs. L’UEJF a déposé plainte contre l’auteur de cette vidéo pour incitation à la haine raciale et apologie de crime contre l’humanité. Des militants BDS pertubent l’émission « Destination Eurovision » Quelques manifestants ont fait samedi irruption sur le plateau de l’émission « Destination Eurovision » diffusée en direct sur France 2, brandissant des pancartes «Non à l’Eurovision 2019 en Israël». Rappelons que l’appel au boycott est illégal en France.

La Malaisie exclut les athlètes israéliens des championnats du monde de paranatation La Malaise a refusé de délivrer des visas à deux athlètes israéliens pour les championnats du monde de paranatation qui se dérouleront du 29 juillet au 4 août à Kuching. Le premier ministre de cet état majoritairement musulman a justifié sa décision en arguant que son pays avait le droit de fermer ses frontières à ceux «qui font beaucoup de mal».

Ouverture de la station de ski du Mont Hermon La seule station de ski en Israël, située à 2800 mètres, celle du Mont Hermon, dans le nord d’Israël, a ouvert ses portes dimanche. Les récentes tempêtes ont recouvert d’une belle couche de neige les soixante kilomètres de pistes, au grand bonheur des skieurs israéliens et des touristes. Un super diplômé à la tête de l’état-major Le général de division Aviv Kochavi a pris la tête mardi de l’état-major des forces de défense de l’Etat d’Israël et devient ainsi le numéro 2 de Tsahal. Marié et père de trois filles, Kochavi est licencié en philosophie, titulaire d’une maîtrise en administration publique de Havard et d’une autre maîtrise en relations internationales à l’université Johns Hopkins. Un falafel tous les 18 janvier ! Le président Reuven Rivlin a partagé lundi dernier un plat de falafels avec David «Dugo» Leither, survivant de la Shoah. Rescapé de la marche de la mort depuis Auschwitz, David Leither, aujourd’hui âgé de 88 ans, déguste chaque année des falafels en souvenir des «bilkelach» (rouleaux miniatures de Hallah) dont sa mère lui disait qu’ils poussaient sur les arbres en Israël !

Lieberman ! Une carrière vide

Ne plus confondre le «Moulin Doré» et «Rouah Hamatok 770» Cher amis, chers clients,

être transmise au client.

Tout d’abord nous voulions vous remercier de votre présence et de votre sympathie lors de la soirée d’inauguration de notre magasin qui a eu lieu lundi 21 janvier. C’est toujours un plaisir de vous servir et de voir que notre clientèle reste fidèle à notre enseigne, à notre gout, à notre savoir-faire …

Par conséquent, les magasins «Krauze», «Sderot Binyamin» et «Emek Refaim» (Jérusalem) ne sont plus ROUAH HAMATOK !

Nous sommes très heureux de vous retrouver dans notre unique et nouveau magasin Rouah Hamatok 770 au 24 rehov smilansky Netanya où vous pouvez retrouver dés à présent toutes les viennoiseries, pains, pâtisserie … et bien entendu les pièces montées pour seoudat Ytro sans oublier biensur les fraisiers et les tartes aux fraises (production spéciale casher lamehadrine) Petite piqure de rappel : L’équipe fondatrice de «Rouah Hamatok» ne fait plus partie de l’enseigne «Le Moulin Doré» et ce malgré la confusion qui puisse

Aujourd’hui retrouvez la Qualité, la Fraicheur, le Service ainsi que la chaîne de la cacheroute et bien entendu la sympathie dont vous avez l’habitude depuis 12 ans. Rouah Hamatok, c’est aussi un service traiteur pour vos évènements, petits et grands, avec des buffets salés et/ou sucrés s’adaptant à tous les budgets. N pas à passer vos commandes pour la fête de Ytro (fête des garçons). Nouvelle adresse : SMILANSKY 24 NETANYA SARAH : 052 772 7532 KARINE 052 950 1581

Quand Avigdor Lieberman fut nommé ministre de La Défense d’israel, nous avons été nombreux à applaudir des deux mains. D’autant que l’homme se présentait en tant que faucon, issu de la droite dure. Il promettait qu’il n’y aurait plus d’actes terroristes. En tout cas, qu’il saurait les juguler. Que les terroristes n’auraient qu’à bien se tenir.

Le temps a passé. Les terroristes ont continué de semer la mort. Mais, point de Ministre, sur aucun front. Un secrétaire d’état à la culture, aurait sans doute fait, plus de bruit. Avec la même discrétion, il a, un jour, tiré sa révérence. Depuis, le loup du Caucase a changé ses dents pour des quenottes, n’apparaissant qu’aux occasions officielles, juste pour se rappeler à notre souvenir. J’allais écrire notre bon souvenir, mais, ma mémoire est fidèle. Je n’en ai, ni de bons, ni de mauvais. UNE CARRIÈRE VIDE! Sans éclat, sinon, un coup de gueule inutile, par ci, par là. LE DÉSERT DES TARTARES. Et voilà, que le bougre, envisage de se présenter aux législatives. Par quoi, croyez-vous qu’il entreprend sa campagne? Par une attaque contre BIBI. Il dit: « aucune visite en Afrique ne peut camoufler la honte liées aux échecs sécuritaires. » C’est réellement, sans appel. Une place dans un asile, lui permettrait de réfléchir un peu sur sa condition et lui éviterait

sans doute de se répandre en insanités. S’il pouvait me lire, je lui poserai 2 questions. -Qu’avez-vous fait, quand vous étiez ministre? -Où étiez-vous quand BIBI, par son travail, et malgré des critiques de plus en plus acerbes, et malgré des accusations de plus en plus violentes, faisait d’Israel, un pays, à la pointe du progrès, et sur la liste des pays qu’on ne peut pas attaquer, Israël apparaît en 1 ère position, devant les USA, la Chine, l’Inde et d’autres ? Quant à la France, elle est loin du podium. Alors, Monsieur Lieberman, économisez l’argent de vos amis cosaques. Laissez les investir dans notre beau pays, plutôt que d’engloutir des sommes faramineuses, dans une campagne que vous n’avez aucune chance d’emporter. Et pendant que vous déversez votre fiel, notre bien-aimé PM, s’est rendu ce matin au Tchad. A l’aéroport Ben Gourion, il déclare: -C’est une percée historique. Un état musulman immense aux frontières de la Libye et du Soudan. Cette visite fait partie de la révolution que nous menons dans le monde arabe et musulman, que j’avais promis d’accomplir. RESPECT MONSIEUR. NUL DOUTE QUE VOTRE INSPIRATION VOUS VIENT DE TRES HAUT. René SEROR


À LA UNE

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

Le bénévolat, richesse essentielle de nos communautés

Le nombre de bénévoles a considérablement progressé en France depuis quinze ans. C’est ce que nous apprend une enquête réalisée en juin 2017 par Lionel Prouteau, qui dirige le Centre de recherche sur les associations. Ainsi le taux de participation au bénévolat est de 43% ce qui représente 22 millions de bénévoles en France âgés de dix-huit ans et plus. Soit près de 1,5 millions d’emplois en équivalents temps plein !

Ce modèle d’engagement, nos institutions communautaires l’ont bien compris depuis longtemps et font de plus en plus appel à des bénévoles pour assurer des missions qui jusqu’alors étaient assurées par des salariés. C’est aussi le cas dans nos synagogues, où la réalité bénévole est très présente et permet à nos communautés de survivre et de faire face à la persistance de l’alyah et aux mouvements de population vers des quartiers plus paisibles.

Ce taux était de 28% en 2002 et avait été mesuré par l’Insee à l’occasion d’une étude sur la vie associative. Cette progression est un bon signe pour toute la sphère des organisations sans but lucratif, comme les associations et les fondations. Une large place consacrée au bénévolat associatif permet de contrebalancer la réduction des financements publics - près de 20% - constatée ces dernières années. L’étude de Lionel Prouteau livre d’autres enseignements et détaille notamment le profil des bénévoles et la durée qu’ils consacrent en moyenne à l’action associative. Un bénévole donne en moyenne une centaine d’heures par an à son activité, mais pour la moitié des bénévoles, cette durée ne dépasse pas 50 heures. C’est-à-dire que le travail bénévole dans une association est concentré sur quelques personnes qui assurent une grande partie des missions de l’association. C’est une réalité bien connue dans le milieu associatif.

Un grand merci donc à ces centaines de bénévoles – femmes et hommes de tous âges – formidable richesse humaine de nos communautés !

7

Jack-Yves Bohbot

Dans cette population de bénévoles actifs, l’enquête nous apprend que les hommes sont mieux représentés que les femmes et que les seniors sont plus nombreux que les plus jeunes.

Le bénévolat, richesse essentielle de nos communautés Je veux féliciter l’action en justice menée par l’UEJF, qui a conduit à la condamnation de Alain Bonnet plus connu sous le nom d’Alain Soral. Un an de prison ferme, telle est la condamnation prononcée par le tribunal correctionnel de Bobigny. Ce provocateur, idéologue antisémite sévit depuis de nombreuses aux années. Il diffuse en permanence son venin néonazi. Ce triste individu est un nostalgique raté et frustré qui n’a trouvé pour exister que la provocation et la haine. Il fait partie de ces quelques théoriciens minables qui utilisent les réseaux sociaux et internet en général comme un exutoire. Ce type de personnage, comme ceux qui lui ressemblent, nous prouve combien une régulation d’Internet s’impose. Les réseaux sociaux, étant devenus des zones de non-droit sans aucun contrôle, permettent la diffusion de toutes les horreurs.

Les pouvoirs publics en ont pris conscience et la volonté de régulation de ce monde virtuel et sans limite s’est exprimée. Après de nombreuses déclarations, une mission de lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet, à laquelle j’ai eu l’honneur de participer, a été mise en place par le Président et le Premier Ministre. Après plus de 4 mois de consultations, un rapport détaillé contenant 20 propositions fortes a été rendu. Celui-ci devrait aboutir à la mise en place d’une loi. Mais le temps législatif est bien long face à la vitesse de diffusion des vidéos et écrits qui chaque jour nous agressent L’urgence est absolue car force est de constater que les diffuseurs de haine font des adeptes. Les frustrés, racistes, antisémites, homophobes et sexistes , qui en d’autres temps

n’auraient contaminé que leurs proches , trouvent aujourd’hui une visibilité et deviennent même des héros et des maîtres à penser auprès de ceux, qui comme eux, se nourrissent de la la haine de l’autre. Parmi les réseaux sociaux, Facebook semble faire des efforts mais YouTube et Twitter laissent faire ! Il est insupportable de constater un tel laxisme face à ces contenus! Chacun d’entre nous a tenté de signaler ces horreurs et a pu se rendre compte de l’inefficacité de la procédure. Seule une loi contraignante pourra les obliger à agir. Il en va de notre cohésion sociétale. Il est impensable de tolérer sur Twitter et autres, des vidéos ou des écrits qui, dans la rue, tomberaient sous le coup de la loi. Cette semaine, un minable individu diffuse une vidéo dans laquelle il appelle au meurtre des juifs. Il a fallu plusieurs jours avant que Twitter ne commence à réagir !

Ceci est insupportable. Les diffuseurs de contenu doivent être responsabilisés et être garants de ce qu’ils diffusent. Nul ne doit ignorer la loi, alors seule une loi pourra les obliger à prendre leurs responsabilités. Aujourd’hui, ils sont en quelque sorte complices d’incitation passive à la haine. Demain, la Loi fera payer le contrevenant. Le rapport est entre les mains du gouvernement, certaines propositions ont même été votées mais les plus contraignantes feront je l’espère partie de la loi. Il est plus qu’urgent que cela se fasse car il y a une urgence absolue. Àfin de faire taire à tout jamais les Soral, Dieudonné, Bourbon,Benedetto, Ryssen, Hatem et leurs semblables, véritables déchets de l’humanité. Gil Taieb


À LA UNE

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

Le billet d’humeur de Bernard Korn Brzoza

Le président Macron reprend la main, « à la reconquête de son siège et de l’opinion » » à signaler sa performance dans ce premier « débat show » avec les Français à « Grand Bourgtheroulde » petite commune de Normandie, un peu avant Rouen et pour les habitués de Deauville, un passage obligé, désormais, son retentissement médiatique nous fera t’il prendre la sortie et visiter cette commune qui a été pendant une demie journée, la « capitale » politique de la France ? 653 maires conviés, invités, des élus de la république, ils sont venus, tous n’étaient pas présents, à imaginer les raisons trop nombreuses pour les énumérer, en politique la rancune est tenace, les principes de concorde et de respect du au chef de l’état ne sont pas toujours pris en considération, ceux qui ont pu se déplacer ont vécu une « grande page républicaine », répondre aux questions, bonnes ou mauvaises, 7 heures durant, un « marathon » titrait BFM, et sans note, maitrise des dossiers, il n’a occulté aucun des sujets posés par les maires. Je ne pense pas qu’il y ait un précédent dans l’histoire de toutes les républiques confondues à avoir réaliser cet exploit, on peut ne pas approuver sa politique, on peut ne pas avoir de sympathie pour l’homme, à ce niveau ses opposants directs sont bien moins recommandables que le président Macron : on se doit de respecter l’homme, son discours est cohérent, on a pu le constater aux partiels, laminant les débateurs, M Le Pen en garde un souvenir cuisant, en la ridiculisant. Que reste-t-il du temps des primaires ? La recherche d’un président, lequel ? Le choix final était inévitable et il fut rassurant dans son résultat. Du show politique à grand renfort médiatique pour en arriver à cette constatation, un abominable gâchis républicain en référence » les gilets jaunes ». A l’heure actuel, aucun des présidents connus auraient pris le risque d’un tel challenge, débattre durant 7 heures, inconscience ou du courage et surtout du « panache ». On se doit de lui reconnaitre un certain talent si ce n’est un vrai talent, on a critiqué une attitude hautaine voire méprisante, certes le ressenti diffère selon les individus, mais il respecte les Français, tout d’abord d’avoir affronté une société qui en a fait un bouc émissaire de la crise en France, il a répondu à toutes les questions sans « langue de bois », pas de réponse immédiate mais des éléments de discussions et de probables aménagements à venir. Nous avons un président intelligent, moins enclin à la faveur de l’empathie des foules, les Français ont le droit d’être en désaccord avec sa politique, il n’est pas le premier à surmonter une crise mais pas de cette ampleur, de là à exiger sa démission, c’est de la manipulation d’une farouche opposition superbement médiatisée. Que nous propose-t-on comme successeur dans le contexte actuel ? Une exagération négative sans fondement du Macron dont le seul but est de vouloir galvaniser par la haine la démission du président, pour qui ? à un électorat ver-

satile et pervers, les habituels « cocus » de l’histoire immédiate. En démocratie, le choix est permis, les élections sont le partage et l’acceptation des idées de l’élu qu’elles nous plaisent ou non ! La parole libérée, une convivialité retrouvée, on l’avait oubliée après ces déchainements haineux à son encontre. Les élites de province, de ces petites communes inconnues pour la plupart ont un sens de la dignité, une éducation citoyenne alors que les ténors et leaders des oppositions stériles se disputent un pouvoir qu’ils seraient bien incapables de gérer et de le promouvoir pour le bien de l’état, l’homme de droite dit c’est un « grand séducteur », » la refondation du RN se veut conquérante », la gauche insoumise « une nouvelle stratégie de communication », « il anesthésie le public », Martine Aubry la femme par qui le scandale a commencé, la ministre des 35 heures conseille « les gilets doivent continuer » qu’apportent ils dans le débat social autre qu’envenimer cette violence sociale ? La critique, faire mal, détruire l’institutionnel, brutaliser les situations extrêmes jusqu’à en faire « une aventure à haut risque ». En fait, il renoue avec les élus locaux. Pourquoi cela ne serait il pas vu comme une compétition de crédibilité entre les « gilets jaunes » qui se préparent à un acte X et le président ? Est-ce que cet acte X sera apaisé ? En quelque sorte une nouvelle campagne présidentielle que Macron prépare! Adeptes des « gilets jaunes » et de cette gargantuesque folie des mots, des gestes, l’hystérie à son top niveau, les racines d’une abominable machination anti républicaine, une violence qui fracasse encore plus « ce vivre ensemble », une honte, ne pas être en osmose avec un président élu démocratiquement quelque fut son score ne signifie pas « de tuer la démocratie ». D’ailleurs, il a suivi le protocole régalien républicain, il a été élu sur un programme, il ne s’agit pas pour lui de renoncer à ses convictions, il doit d’abord l’appliquer, si la classe dirigeante a failli elle en porte les conséquences. Le « vote blanc » doit être reconnu comme un vote désapprobateur mais entre nous, c’est bien d’une carence d’envergure de politiciens talentueux capable qui en est la raison. Ignorants de la chose publique, gesticulants à défaut de proposer un programme, haranguant des foules crédules et versatiles facilement manipulables. La liste est longue de ces pseudos politiciens, qui entre l’outrance, le sarcasme, la bêtise embobinent tout un pan de Français dits civilisés, en fait « des moutons de panurge » suivant le principe que » celui qui crie le plus fort à toujours raison ». Du coup, « les partis responsables se sont effondrés et les oppositions populistes se sont renforcés ». On veut changer la France, je me demande parfois si il ne faudrait pas changer les Français. Le « Volcan social » prendra t’il fin ? On le dit tout bas, quand cela finira t’il ? Ce grand désordre fatigue les Français, ils attendent le bon vouloir des « gilets jaunes

» les extrêmes politisés et promptes à l’affrontement. « Exprimer son ras le bol » c’est prendre le risque d’avoir d’une riposte inappropriée et désagréable, c’est une lutte au « finish » qui est cours, l’ultime charge avant le grand débat national. Les sondages, 64 % sont sceptiques quant aux résultats, 51 % soutiennent encore les »gilets jaunes », un chiffre douteux et apparemment trompeur, dans l’ensemble peu de gens ne croit pas en son utilité et ne pense pas que cela puisse avoir un impact sur leurs doléances. Le mouvement «gilets jaunes « est de moins en moins acceptée par les Français, il y a une intrusion d’éléments dangereux trop extrémisés pour être favorable à une négociation rapide, l’insécurité domine, cette violence est effrayante, la peur d’avouer que le mouvement n’est plus aussi crédible qu’à ces débuts, « le discours se radicalise, sans modérateur à la revendication, la diffusion massive de « fake news » font monter l’émotion et la tension par des messages virulents, les titres les plus agressifs, les commentaires les plus indignes. Les médias se sont immiscés dans la brèche « gilets jaunes », le mouvement, la revendication induite était de nature à intéresser le public, exaltant les mêmes tabous d’un politiquement correct, tous, en nous, nous vivons tous une spoliation de notre pouvoir d’achat, taxes, surtaxes menant à une injustice sociale nous en sommes devenus des victimes »consentantes » à défaut de ne pouvoir réagir. Les réseaux sociaux les paravents virtuels des « gilets jaunes » ils ont réussi l’impossible, créer une révolution sans s’être jamais concertée, les réseaux sociaux furent le relai à des milliers de citoyens qui y ont vus une occasion inespérée de se faire entendre, de plus de permettre à la nation de s’interroger sur le « mal vivre en France », faire douter le pouvoir pour en arriver à ces exactions anti démocratiques et porter la réflexion nationale sur une composante humaine de notre société vivant au dessous du seuil de pauvreté. A cela s’ajoute la pagaille, la violence, la casse, l’absence de concertation des manifestants, des improvisations brutales, le refus de présenter un front commun à la revendication si justifiée soit elle, des critiques sans apporter un début de solution, la haine du pouvoir hors de toute logique, un président élu avec 25 % des voix n’en est pas moins le président de tous les Français, s’affrontent en doléances sur doléances hors d’une réalité démocratique, la rue devient une dictature sociale, l’impossible coordination du mouvement constataire, c’est du chacun pour soi avec une sorte de surenchère constante et le besoin de se « mettre en scène en tant que victime .» Leur situation est en contraste avec le standard de vie d’une France visible, celle qui se calque sur la grande communication des loisirs, les grandes surfaces responsables à cet égard d’une fin programmée des petites entreprises agricoles, des publicités attractives auxquelles ils ne peuvent s’intégrer, une frustration qui se surajoute à leurs ressentiments d’abandon. C’est juste, les gouvernements successifs n’ont rien fait qui puissent améliorer la situation des moins nantis, des plus fragiles, les retraités

8

et autres corps sociétaux hors la mouvance généreuse de l’assistanat d’état, un assistanat misérable que de faire perdre leur dignité à des citoyens lambdas, attendant comme un du les prébendes de l’état. Abandon de l’idée d’effort et d’entreprendre, plus que cela, la vertueuse république se voulant égalitaire exporte ses meilleurs éléments vers des terres lointaines ou l’accès à la réussite est moins pénalisante, la démocratie de gauche, si sociale en voulant gommer le statut de citoyen participatif à l’effort de la Nation, s’est contentée en voulant les protéger de les niveler vers le bas, elle a formaté une société sans ambition autre que celle de recevoir de l’état ce qu’elle est incapable d’assumer par elle même. La lettre du président à ces concitoyens, il écrit « Chez nous, un grand nombre de citoyens,( alors que 47% paient un impôt sur le revenu), souvent lourd financent les pensions des retraités, « les déficits publics et autres aberrations du système, l’exigence d’entraide et de solidarité est normal , mais pourquoi la faire supporter par ceux qui témoignent le plus d’énergie à réussir ? « « Tout le monde fera partie d’un même système ou la solidarité collective sera renforcée » au détriment de ceux qui refusent le chômage. C’est ainsi que la France est de toutes les Nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires » mais aussi la plus inégalitaire en dépossédant la partie de l’épargne de ceux qui font bouger la France. L’ISF, un exemple racoleur, cet impôt honni par les « gilets jaunes » une source infamante de profit qui ne va que vers les nantis. « Un pieux mensonge, les ainés considérés comme des « nantis » se doivent d’assumer une jeunesse que l’état a abandonnée à la facilité. Nous payons pour qui ? Une honte et quelques soit le degré de colère des « gilets jaunes » elle porte en elle la haine d’un système politique qui l’a trahi. Elle s’est transformée en une éruption sociale inédite, dit-on « spontanée » en évolution constante, avec des revendications par nature biaisée par l’impossibilité de définir leur coloration politique. La base « un phénomène numérique » avant de devenir un mouvement d’occupation physique des ronds points provinciaux et des grandes artères métropolitaines. Et se structure sous nos yeux, par des amalgames haineux, la théorie du complot, l’accueil chaleureux à des Soral et Dieudonné, un fascisme latent, l’antisémitisme un corollaire récurrent à tout mouvement de foules et de révolutions, la haine des journalistes vendus à l’oligarchie, la violence verbale, une censure qui s’impose par des « Fake News » et pouvoir illégitime car il condamne une justice de classe, et leur programme économique serait compatible à 75 % à la LFI de Jean Luc Mélenchon et 50% à celui de M Le Pen. Dans ce spectacle, une mise en scène de la rue, les représentations du président Macron dans ses débats régionaux qui a dit « j’entends transformer avec vous, vos colères en solutions. » En attendant « nous fonçons dans le mur.» Bernard Korn Brzoza


FRANCE

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

10

La cote de popularité de Emmanuel Un nouveau traité pour renforcer Macron remonte de 4 points, à 27% la relation franco-allemande

La cote de popularité d’Emmanuel Macron remonte de quatre points en un mois, à 27 %, tandis que celle d’Edouard Philippe descend d’un point, à 30 %, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche publié dimanche.

Sur ces 27 %, 5 % se disent « très satisfaits » d’Emmanuel Macron comme président de la République (+1), tandis que 22 % déclarent être « plutôt satisfaits » (+3). 72 % des Français restent « mécontents », dont 40 % de « très mécontents » (-5) et 32 % de « plutôt mécontents » (+1). 1 % ne se prononcent pas (=). Entre Hollande et Sarkozy Alors que le mois dernier dans ce baromètre Ifop, Emmanuel Macron avait frôlé le niveau de popularité de 22 % de François Hollande

après la même durée en tant que chef de l’Etat, il s’en démarque de cinq points en janvier, mais reste très éloigné des 44 % de Nicolas Sarkozy. C’est auprès des sympathisants des Républicains (29 %, +7) et du MoDem (52 %, +14) que la proportion de sondés « satisfaits » d’Emmanuel Macron augmente le plus. Enquête réalisée en ligne et par téléphone entre le 11 et le 19 janvier, menée selon la méthode des quotas auprès d’un échantillon de 1.928 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Marge d’erreur de 1 à 2,2%. https://www.20minutes.fr

Bitcoin et Chasse au Trésor. Une fresque de street-art à Paris étonnante

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont signé mardi un nouveau traité pour renforcer la relation franco-allemande, et envoyer un message de soutien à la construction de l’Union européenne, au moment où elle est affaiblie par la montée des nationalismes. Le texte, paraphé en fin de matinée à Aix-laChapelle en Allemagne, à quatre mois des élections européennes, suscite la controverse en France, où les extrêmes à droite comme à gauche y voient une perte de souveraineté nationale et un alignement de leur pays sur Berlin.

Une fresque de street-art illustrant le combat des Gilets jaunes est visible depuis quelques jours dans le XIXe arrondissement de Paris. Reprenant le tableau de Delacroix, « La Liberté guidant le peuple », elle contient une énigme. Celui qui la résoudra empochera près de 900 euros en équivalent bitcoin. Cette fresque peut vous faire gagner le jackpot. Une œuvre de street-art, situé au 160, rue d’Aubervilliers dans le XIXe arrondissement de Paris, fait beaucoup parler d’elle. Peinte par l’artiste Pascal Boyart début janvier, elle reprend La Liberté guidant le peuple, d’Eugène Delacroix, mais avec des Gilets jaunes, rapporte Le Parisien. Mais le plus étonnant est l’énigme qu’elle contient. Et celui qui arrivera à la résoudre gagnera près de 900 euros en équivalent bitcoin. « Il s’agit en quelque sorte de la première chasse au trésor street-art », explique Pascal Boyart dans une publication Instagram, pré-

cisant que « pour résoudre l’énigme entièrement, il faut se trouver devant la fresque ». Celui qui y parviendra se verra remettre une « clé privée » permettant de débloquer 0,28 bitcoin, soit 888 euros ce vendredi 11 janvier. « Pour l’instant, personne ne l’a trouvée… Et beaucoup de monde est sur le coup ! » a confié l’artiste au quotidien francilien. Pour Pascal Boyart, il s’agissait de « mettre au goût du jour » l’un des tableaux les plus connus au monde. L’artiste se défend de soutenir le mouvement des Gilets jaunes et revendique son « indépendance ». « Mes fresques murales encouragent les gens à se faire leur propre opinion sans leur imposer un discours au préalable », expliquet-il. La fresque attire de nombreux curieux dans ce quartier, prisé des street-artistes. Mais tous ne cherchent pas forcément à résoudre l’énigme. https://www.ouest-france.fr

Le traité « de coopération et d’intégration franco-allemand » doit « compléter » celui dit de l’Élysée signé en 1963 entre le Général de Gaulle et Konrad Adenauer, qui concrétisa la réconciliation franco-allemande après la guerre. Il prévoit une convergence des politiques économique, étrangère et de défense des deux pays, une coopération sur les régions transfrontalières, ainsi qu’une « assemblée parlementaire commune » composée de 100 députés français et allemands. « C’est un moment important pour montrer que le couple franco-allemand est un socle qui peut se relancer (…) au service du renforcement du projet européen », fait valoir la présidence française. « On n’est jamais allé aussi loin en matière de défense » commune. Clause de défense Les deux pays vont adopter « une clause de défense mutuelle » en cas d’agression, sur le modèle de celle prévue au sein de l’OTAN. Ils pourront déployer des moyens ensemble en cas d’attaque terroriste ou coopérer sur

les grands programmes militaires, à l’image de leurs projets sur les chars ou les avions de combat. « L’Allemagne et la France entendent continuer à faire avancer les choses ensemble en Europe », a estimé samedi Angela Merkel. Emmanuel Macron et Angela Merkel prononceront tous deux un discours dans la prestigieuse mairie d’Aix-la-Chapelle, ville où l’empereur Charlemagne avait installé sa cour, avant de participer ensemble à un « débat citoyen » avec des étudiants des deux pays. Le traité est signé par deux dirigeants fragilisés: Angela Merkel se prépare à laisser son poste à l’automne 2021, et Emmanuel Macron fait face à la crise des « gilets jaunes ». Paris et Berlin ont par ailleurs affiché plusieurs divergences, qu’il s’agisse du budget de la zone euro ou de la taxation des « Gafa », les géants du numérique, sur lesquels ils ont conclu des accords a minima, très en deçà des ambitions françaises. Les deux gouvernements ont aussi des divergences en matière de politique d’exportation d’armement. « Nous sommes confrontés à une crise existentielle de l’intégration européenne, avec le Brexit et la poussée attendue des forces nationalistes aux prochaines élections européennes. Dans ce contexte, affirmer qu’on croit à la coopération franco-allemande a valeur de symbole », commente la politologue Claire Demesmay, de l’institut de recherche allemand DGAP, sur la radio publique allemande. https://www.i24news.tv/


ISRAËL

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

12

Une grande société chinoise A Eilat, dans le sud d’Israël, un cherche à acheter une centrale corail super résistant électrique israélienne A Eilat, dans le sud d’Israël, des chercheurs du monde entier viennent étudier le corail du golfe d’Aqaba. Sa particularité : sa résistance remarquable au réchauffement climatique Le phénomène a été découvert il y a à peine cinq ans. Les coraux du golfe d’Aqaba sont taillés pour faire face au changement climatique. Dans l’institut inter-universitaire des sciences marines d’Eilat, en Israël, les chercheurs testent cette résistance dans 90 aquariums qui servent de « simulateur de mer Rouge ». Le corail, soumis à des températures de plus en plus élevées, a commencé à blanchir à partir de 36 degrés, alors que la température maximum dans le golfe d’Aqaba est de 27 degrés.

La société chinoise s’est associée aux sociétés israéliennes Mivtach-Shamir Holdings et Rapac pour présenter une offre non contraignante pour le site de production d’énergie Alon Tavor Pan-Mediterranean Engineering Ltd. (PMEC), une filiale de China Harbour Engineering Company, est l’une des sociétés qui tentent d’acheter une centrale électrique israélienne appartenant à Israel Electric Corporation Ltd. (IEC). PMEC est l’un des nombreux groupes et sociétés ayant soumis une offre non contraignante pour le site de production d’énergie de la CEI, Alon Tavor. La société chinoise a conclu un partenariat avec les sociétés d’investissement israéliennes Mivtach-Sha-

mir Holdings Ltd. et Rapac Communication and Infrastructure Ltd. Mivtach-Shamir et Rapac sont toutes deux présentes dans le secteur de la production d’énergie. Rapac construit actuellement deux centrales électriques dans le nord d’Israël et Mivtach-Shamir a investi 40 millions de NIS dans la société d’énergie à gaz naturel Kesem Energy Ltd. en décembre. La CEI a publié l’appel d’offres relatif au site de production d’énergie d’Alon Tavor en juillet 2018 et devrait finaliser la transaction d’ici la fin de l’année. Le site Alon Tavor est l’un des cinq sites de production d’électricité que la CEI envisage de décharger au cours des prochaines années. Source : israelValley & Calcalist

Bizmax, un centre d’affaires fondé par des juifs ultraorthodoxes Une majorité d’ultraorthodoxes vit en dehors de la modernité. D’autres rejoignent l’économie numérique. À Jérusalem Ifraïm Allouche, 38 ans, est passé de l’univers confiné des yeshivot, les centres de la Torah, au monde ultraconnecté des startuppeurs. Le haredim (littéralement «craignant-Dieu») continue à lire le Talmud mais étudie aussi les probabilités. «J’ai débuté dans les boîtes de high-tech de TelAviv puis j’ai monté ma propre société de services. Nous avons développé des algorithmes qui détectent les erreurs sur Ama-

zon. Nos clients sont des vendeurs qui utilisent le site. Le gisement de ce nouveau marché mondialisé est important: il a des millions de vendeurs et une forte marge de pertes sèches pour ces derniers», explique cet informaticien de formation. Ifraïm Allouche est rivé devant son ordinateur dans l’espace de travail partagé du réseau Bizmax, un centre d’affaires fondé par des juifs ultraorthodoxes sur des valeurs religieuses comme la non-mixité. Sa femme qui est son associée travaille à domicile. » Source : Le Figaro

Si le réchauffement observé depuis quelques années se poursuit, ce corail a une espérance de vie d’une centaine d’années, estiment les chercheurs. Ils expliquent que cette résistance exceptionnelle est sans doute due à une sélection naturelle subie par le corail en « migrant » depuis les mers chaudes du sud vers le nord de la mer Rouge, au carrefour de quatre pays : Israël, la Jordanie, l’Egypte et l’Arabie saoudite. Le corail est un grand atout touristique et un lieu de vie pour 30% des espèces marines. En Australie, la « grande barrière de corail » a considérablement blanchi en deux ans. D’après des études, plusieurs récifs dans le monde sont menacés. Source France TV Info

2018 a été une année record pour les financements des start-up israéliennes 2018 a été une année record pour le financement de startups high-tech en Israël. Un total de 6,47 milliards de dollars a été investi (+17 % par rapport à 2017) et autre record, le nombre de méga-opérations (24 à 50 millions de dollars ou plus) a représenté 31 % des montants levés cette année. De même, 2018 a battu tous les records de mobilisation de capitaux par les start-ups technologiques israéliennes, la majeure partie du capital investi allant à des entreprises en phase de croissance. Avec 4X plus de 20 millions de dollars de financements qu’il y a 5 ans, l’intérêt pour » Start-up Nation » s’est clairement déplacé vers la phase » Scale-Up « . Les start-ups israéliennes Fintech ont connu la meilleure année depuis 2013, les start-ups liées à l’IA ont attiré 1,89 milliard de dollars et les start-ups des sciences de la vie 1,2 milliard de dollars, et ce fut une année record pour les start-ups de cybersécurité avec un financement total de 1,08 milliard de dollars. 30 % du capital investi dans les start-ups israéliennes en 2018 provenait d’investisseurs israéliens et 70 % d’investisseurs étrangers (USA en majorité, Chine, Allemagne et Royaume-Uni) et de nouveaux investisseurs en provenance de régions comme l’Amérique latine, le Golfe et l’Asie du Sud-Est vont arriver.

Mais quid de 2019 ? Les turbulences et l’incertitude du marché auront sans aucun doute un impact sur la scène de l’investissement technologique de diverses manières, mais les entreprises israéliennes peuvent continuer à se développer. ber, Beyond Meat, Pinterest … vont probablement faire des acquisitions à l’occasion d’introductions en bourse, ce qui amènera d’importants montants en liquidité pour les investisseurs en capital de risque. Mais, si cela ne se produit pas en raison de la fermeture du gouvernement américain ou des conditions du marché, non seulement il n’y aura pas d’augmentation de la demande, mais il n’y aura pas d’augmentation de l’offre. Après avoir clôturé 2018 comme l’année du cycle de financement des supergéants, les investisseurs espèrent maintenant que 2019 sera l’année de la sortie des supergéants, mais pour le moment rien n’est sûr. Source : Forbes


ISRAËL

Edition israélienne du 23 au 29 Janvier 2019

13

Playtika, société israélienne de jeux en ligne continue son développement international

Playtika, société leader dans le domaine des jeux mobiles, vient d’annoncer qu’elle avait finalisé l’acquisition du développeur autrichien Supertreat GmbH. Cette annonce intervient quelques semaines seulement après l’acquisition de Wooga GmbH, spécialiste allemand des puzzles et objets cachés, et un peu plus d’un an après l’acquisition de Jelly Button Games Limited, deux étapes importantes dans la stratégie de l’entreprise pour poursuivre son expansion dans les jeux. Dans le cadre de cette acquisition, Playtika ajoutera l’application « Solitaire Grand Harvest » à son portefeuille croissant de jeux. Nir Korczak, directeur du marketing chez Playtika s’est dit persuadés qu’en tirant parti des opérations en direct et de l’expertise en marketing à la performance de la société , Solitaire Grand Harvest le jeu de solitaire sera numéro un sur le marché et s’imposera face à la concurrence « Le succès de Solitaire Grand Harvest nous a donné l’opportunité et la flexibilité de

choisir notre partenaire idéal pour développer encore plus le jeu et nous sommes ravis d’avoir choisi Playtika « , a déclaré Christian Baumgartner, co-fondateur et CEO de Supertreat. « Ils ont prouvé à plusieurs reprises qu’ils savaient comment mettre à l’échelle un jeu post-acquisition et nous nous attendons à voir le même succès pour Solitaire Grand Harvest. » Les conditions financières de la transaction n’ont pas été divulguées. Playtika est une société de jeux leader avec plus de 27 millions d’utilisateurs actifs par mois qui jouent ses titres. Fondée en 2010, l’entreprise a été l’une des premières à proposer des jeux gratuits sur les réseaux sociaux et, peu après, sur les plateformes mobiles. Basée à Herzliya, en Israël, la société compte plus de deux mille employés dans des bureaux à travers le monde, notamment à Tel-Aviv, Londres, Berlin, Montréal, Chicago, Las Vegas, Santa Monica, Buenos Aires, Tokyo, Kiev, Bucarest, Minsk, Dnepr et Vinnitsa. Source : Cision

Une société israélienne propose du popcorn, des pizzas et du café glacé au cannabis

Plus tôt ce mois-ci, Cannibble a collecté 655 000 $ lors d’une campagne de financement participatif visant à établir une usine de fabrication aux États-Unis. Une société israélienne qui développe des aliments enrichis en cannabis pour la consommation de loisirs a collecté 655 000 dollars (2,4 millions de NIS) auprès de 750 donateurs lors d’une campagne de financement participatif, selon la plateforme de financement participatif israélienne Pipelbiz. La société, Cannibble FoodTech Ltd., a déclaré dans sa page de financement participatif qu’elle entendait utiliser ces fonds pour établir une usine de fabrication aux

États-Unis, Cannibble, enregistrée en Israël en août 2018. Cannibble développe des aliments et des boissons déjà préparés, tels que des mélanges à gâteaux, du café glacé, des mélanges d’épices et des nappages pour pizzas et maïs soufflé, qui, selon la société, pourraient élever les consommateurs. Les produits Cannibble sont enrichis avec les composants actifs de la plante de cannabis, le THC, le composé psychoactif de la marijuana, et du CBD, considéré comme ayant des avantages médicinaux. Source : israelValley & Calcalist

Explosion des exportations de mandarines israéliennes vers l’Amérique du Nord

Israël prévoit une augmentation de 70% des exportations de sa marque de mandarines Orri Jaffa vers les Etats-Unis et le Canada cette saison, s’attendant à ce qu’elles atteignent 9.000 tonnes métriques (MT).

La variété de fin de saison a été développée par des sélectionneurs du Centre israélien de recherche volcanique et est disponible de janvier à mai. Le Plant Production and Marketing Board of Israel a déclaré que le marché américain des agrumes a connu une croissance significative ces dernières années et qu’il est composé en grande partie d’importations, les mandarines représentant 40% du marché. « Le marché américain des mandarines faciles à peler est important et prometteur en tant que marché cible en développement pour les exportations israéliennes d’agrumes « , déclare Tal Amit, directeur de la division agrumes du Plant Production and Marketing Board of Israel. Au cours des cinq dernières saisons, les exportations d’agrumes d’Israël vers l’Amé-

rique du Nord sont passées de 3 000 tonnes à 9 000 tonnes la saison dernière, dont environ 5 300 tonnes de mandarines. Il a souligné que la consommation américaine par habitant est l’une des plus faibles au monde, soit environ 2,5 kg par an. « Mais compte tenu de l’augmentation rapide de la demande, ce chiffre devrait doubler. Au Canada, ce chiffre est presque doublé, dépassant les 4,6 kg par habitant « , dit-il. Les mandarines Orri Jaffa sont actuellement exportées dans 45 pays à travers le monde. La plupart des volumes sont exportés vers l’Europe (78 %) et environ 18 % vers l’Amérique du Nord. Israël est un important producteur et exportateur d’agrumes, avec une forte production d’oranges, de pamplemousses, de mandarines et de pomélos. Les agrumes ainsi que d’autres fruits et légumes tels que l’avocat, le kiwi, la goyave, la mangue sont cultivés essentiellement sur la plaine côtière. Source : Freshfruitportal


JEUX

Edition israĂŠlienne du 23 au 29 Janvier 2019

14


Profile for epsilon media Associés

Israël Actualités n°34 - Edition israélienne  

Toute l'Information en provenance d'Israël

Israël Actualités n°34 - Edition israélienne  

Toute l'Information en provenance d'Israël

Advertisement