Issuu on Google+

GRATUIT - Numéro 423 - Edition du 15 Février au 21 Février

Journal israélien en langue française


ÉDITO

Edition du 15 Février au 21 Février

3

Le souvenir et la raison

Je voudrais commencer cet édito en rappelant que, 11 ans plus tôt, en France, au 21ème siècle, un homme jeune, un garçon à peine sorti de l’adolescence était torturé et massacré parce que juif. Ilan Halimi et son horrible calvaire nous ont avertis. La bête immonde n’était pas morte, elle n’était qu’endormie. Elle a trouvé d’autres pantins, d’autres marrionnettes hideuses, pour traverser le 21ème siècle, comme elle a traversé le siècle précédent. Le gang des barbares, tel qu’il se désignait lui-même nous a, un temps, laissé croire que cet horrible meurtre n’était qu’un fait divers. Les mots « déséquilibré », « fou », « criminel », ont brouillé, un temps, les pistes. Fofana et ses complices n’étaient que des véhicules d’une haine qui désormais habite bon nombre d’individus… Depuis, l’islamo-fascisme a tombé le masque. Depuis, nous avons appris, à nos dépens hélas, que les « loups solitaires » et les « déséquilibrés » sont en fait des terroristes, des monstres avides d’horreur et de torture dont le cerveau lavé au captagon n’a qu’une seule idée en tête : anéantir la civilisation occidentale, imposer la charia, détruire tout ce qui fait notre quotidien pour voir l’avènement de leur sordide idéologie. Le monde libre, les démocraties européennes et américaines tentent, un peu surpris, de lutter contre cette atroce résurgence du Mal. De Mossoul à Berlin, d’Orlando à Nice, ce sont bien les mêmes qui, à coups d’explosifs, de camions-béliers ou de machettes, déchiquètent, écrasent ou décapitent. Toujours, les juifs ont été en première ligne lorsque la haine a ainsi pris le pas sur tout autre forme de sentiment dans le cœur des foules. Outre Ilan et avant lui DJ Sellam z’al, Jonathan z’al, Arieh z’al et Gabriel Sandler z’al , la petite Myriam Monsonego z’al ont été assassinés à Toulouse par Merah. Des bébés, des tous-petits dont le calvaire dit l’ampleur de la haine. Après eux, ce furent les victimes de l’Hyper Cacher: Yoav Hattab z’al, Yohan Cohen z’al , Philippe Braham z’al et Michel Saada z’al assassinés par Coulibaly. En France, dans un siècle vieux d’à peine 15 ans, l’islam raDirecteurs de la publication Rédacteur en chef Alain Sayada Tel: 06 68 17 25 55 Israël Actualités est une marque déposée en France

dical a fait une dizaine de victimes juives, avant que que le pays comprenne. Charlie, le Bataclan, les cafés parisiens, le feu d’artifice de Nice… Tout cela aurait peut-être pu être évité, si la Nation avait compris que lorsque les juifs sont pris pour cible, alors c’est le corps social tout entier que l’on veut abattre. Ce sont les valeurs, les libertés, les fondements de notre République qui étaient attaqués. Qui le sont encore, aujourd’hui plus que jamais, puisqu’un attentat au Louvre contre des militaires a eu lieu il y a quelques semaines à peine, et que le weekend dernier, des jeunes femmes ont été arrêtées juste avant qu’elles ne commettent un attentat. Comme si ça ne suffisait pas, un autre fléau gagne le monde : la peste brune. Les nationalistes, les racistes, les xénophobes profitent de l’avènement de l’islamo-fascisme pour sortir du bois. Et ils nous invitent à pencher dangereusement au-dessus du précipice. Pourtant nous le savons, les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis. Et ce n’est pas parce que l’islam salafiste et fasciste menace nos sociétés occidentales que les démons du passé sont devenus fréquentables. Jamais, les extrêmes, sur l’échiquier politique, n’ont été porteurs de solutions pour sortir d’une impasse. Jamais ils n’ont représenté le salut. L’Allemagne de Weimar l’a compris à ses dépens, comme la Russie soviétique, l’Espagne de Franco ou l’Italie de Mussolini. Et que dire, à part une prière pour les millions d’âmes, juives ou pas, qu’elles ont entraînées avec elles ? Cette tentative de dédiabolisation du Front National, cette attraction fatale que ressentent certains de nos coreligionnaires pour ce parti xénophobe n’est rien d’autre qu’un leurre, une illusion morbide. Certes, il y a un Gilbert Collard, à l’Assemblée Nationale, pour plaider la cause des juifs et d’Israël. Certes, ce monsieur, avocat de métier, sait plaider et émouvoir. Peut-être estil sincère… Peut-être réalisera-t-il, un jour, qu’il s’est trompé d’écurie en rejoignant ces rangs-là. Car derrière le chant des sirènes, fredonné par quelques cadres un peu « propres » et/ou jeunes du parti mariniste, dont il est, se cachent des anciens du GUD,

Régie publicitaire exclusive Agence Key Web 112 avenue de Paris 94300 Vincennes Crédits photo Alain Azria : 06 21 56 22 13 Abonnement : 06 67 44 3000

des sympathisants de Rivarol, ou bien des nostalgiques du 3ème Reïch et de Vichy. Quant au fondateur, exclu en façade, mais toujours là et bien là, Jean-Marie Le Pen, il est l’homme politique qui n’a jamais cessé de blasphémer et de nier la shoah, de se répandre en blagues plus que douteuses et de balayer le tout d’un revers de main indifférent lorsqu’on l’accuse d’être ce qu’il est, à savoir un antisémite et un raciste notoire. Par conséquent, je réprouve et demande à mes corelegionnaires de faire bloc contre l’initiative de la Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël. Présidée par Richard Abitbol, l’association qui se cache sous ce nom pompeux n’est rien d’autre qu’une coquille vide, elle ne représente rien, et surtout pas la communauté juive de France. Pour moi, leur tentative de rapprochement avec le FN, qui prend en otage notre communauté est un scandaleux coup d’état, mu uniquement par des ambitions personnelles.

Directeur commercial Israel: Sigalit Siksik Sitbon 06 67 78 40 00 Directeur commercial France: Yohann Azoulay 06 68 75 46 26 Commerciaux : Patrick Haddad : 01 43 63 26 02

Vous le savez, chers lecteurs, je ne suis pas du genre à jouer les béni oui oui, à valider toutes les prises de position du CRIF qui souvent ne nous a pas défendus comme il aurait dû le faire. Mais je rejoins, sans équivoque et avec force, l’appel du CRIF, mais aussi celui de l’Union des Patrons Juifs de France (UPJF), par la voix de son président, Claude Barouch, et le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme (BNVCA), présidé par Samy Ghozlan pour dire non au chant des sirènes du FN. Les haines autour de nous sont déjà nombreuses et fortes. Ne laissons pas à nos ennemis d’hier, le soin de s’occuper de ceux d’aujourd’hui. Battons-nous, ensemble, en restant solidaires, sans renier nos valeurs et surtout celles du judaïsme. C’est notre unique chance de salut. Am Israël Haï Alain Sayada

Distribution - Publicité Strasbourg Logann Strauss : 06 68 17 25 55 Distribution - Publicité Provence Alpes cote d’Azur David Botbol : 06 68 17 25 55 Distribution - Publicité Rhone Alpes Ylan Alezra : 06 68 17 25 55

Editeur 2SCOM Limited 50 Rehov Dizengoff Tel Aviv Journaliste Gary Bensoussan

Les annonceurs présents dans le journal sont seuls responsables du contenu de leurs publicités. Le journal ne saurait en être responsable.


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

4

Contestation internationale après l’adoption de la «loi de régularisation»

Face à la contestation internationale qui fait suite à l’adoption de la “loi de régularisation”, le président de la Knesset s’est adressé à des ambassadeurs, européens pour la plupart, et leur a expliqué en quoi consiste cette loi :

Les réserves de devises étrangères d’Israël ont atteint un niveau record avec plus de 100 milliards de dollars

«Cette loi n’est pas une carte blanche pour s’emparer de terres privées appartenant à des Arabes palestiniens. Il s’agit uniquement d’une mesure qui concerne la situation telle qu’elle est aujourd’hui sur le terrain et qui est destinée à régler des conflits de propriété». Le président de la Knesset a réfuté l’argument selon lequel il y aurait eu des vices de procédures dans le processus d’adoption de la loi. Après des heures d’interventions en séance plénière à la Knesset, précédées par des mois de discussions et tensions politiques, les députés ont adopté en 3ème lecture la loi de régularisation, par 60 voix pour et 52 voix contre. Durant les débats, l’opposition a exprimé son refus de la loi en boycottant

le débat et retirant symboliquement toutes ses réserves sur les différents articles du texte et en refusant d’intervenir depuis la tribune mis à part le chef de l’opposition Itshak Herzog. Parmi les membres de la coalition, Zeev Elkin a été l’un des plus incisifs pour défendre le texte et pourfendre l’opposition. Après le vote, Betzalel Smotrich (Habayit Hayehoudi) a remercié toutes celles et ceux qui ont travaillé depuis des années pour élaborer et faire avancer cette loi ainsi que ceux qui ont permis qu’elle arrive au terme du processus législatif: le Premier ministre Netanyahou, Yariv Levin, Yoav Kich et David Bittan (Likoud), Naftali Benett, Ayelet Shaked et Nissan Slomiansky (Habayit Hayehoudi), les commissions parlementaires concernées, les conseillers et les experts. Par Shraga Blum Source: lphinfo.com

Teva, un bénéfice trimestriel meilleur que prévu Les réserves de devises étrangères d’Israël ont franchi la barre des 100 milliards de dollars en Janvier, leur plus haut niveau depuis que la Banque d’Israël a été créée en 1954. Les réserves en devises se sont élevées à 101,6 milliards de dollars à la fin du mois de Janvier, soit une augmentation de 3,16 milliards de dollars par rapport à la fin du mois de décembre. Une déclaration publiée sur le site Web de la banque a attribué cette nouvelle augmentation entre décembre et janvier à : - L’achat de devises (50 millions de dollars)

- La fluctuation des cours qui a augmenté les réserves (environ 868 millions de dollars) - Les transferts gouvernementaux (2,2 milliards de dollars) - Les transferts de fonds du secteur privé (28 millions de dollars) Fin 2016, les réserves en devises étrangères d’Israël comprenaient 70% de dollars, 25% d’euros et 5% de livres sterling. Par David ILLOUZ Source: Koide9enisrael

Le groupe israélien, premier fabricant mondial de génériques, a publié ce lundi un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, porté par l’acquisition d’Actavis, la filiale de génériques d’Allergan. Le titre coté à Wall Street s’adjuge 4,72% à 33,71

dollars dans les échanges d’avant-Bourse alors qu’il avait cédé environ 39% depuis le rachat d’Actavis en août. http://www.boursorama.com


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

Avigdor Liberman : «Pas de Guerre prévue par Israël en 2017»

“Nous n’avons l’intention d’engager aucune action militaire, ni au sud ni au nord”, a affirmé le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman lors d’une interview télévisée sur la chaîne israélienne Channel 2. Deux ministres Israéliens ont déclaré mardi qu’une nouvelle guerre dans la bande de Gaza semblait possible, après une journée tendue de frappes aériennes et terrestres de l’armée israélienne en réponse à une attaque à la roquette depuis l’enclave palestinienne. Naftali Bennett, le ministre de l’Education, a déclaré mardi qu’une guerre était une «question de quand, pas de si «. Sur la radio militaire, le ministre du Logement Yoav Galant, ancien général de Tsahal, avait lui aussi déclaré qu’il était possible qu’un conflit contre le groupe terroriste Hamas éclate “au printemps ou cet été”. Liberman dément toute intention de mener une telle initiative. “J’ai entendu les propos des ministres de l’Education et du Logement, mais ils ne correspondent aucunement à nos intentions, et aucune date n’a été évoquée”, a-t-il expliqué.

“Il n’est pas question de lancer une action militaire”, a-t-il insisté avant d’ajouter que “nous n’avons pas non plus l’intention de tolérer les provocations”. Au mois de janvier, Liberman, avait déclaré que dans le prochain conflit de l’armée israélienne avec Gaza, il donnerait des instructions pour qu’elle utilise “pleinement la force” et ne prenne aucune demi-mesure. Lors d’une conférence de l’Institut d’études sur la sécurité nationale, le ministre de la Défense avait affirmé que “le prochain conflit se poursuivra avec toute la force nécessaire. Il n’y a plus de conflits qui utilisent la force à fleurets mouchetés. Nous ne nous arrêterons pas au milieu, tels sont les ordres de Tsahal en ce moment.” Samedi soir, Liberman réitérait ses propos. “Ce qui est sûr”, a-t-il martelé, “c’est que la prochaine guerre ne ressemblera pas à l’opération Bordure protectrice, si nous sommes entraînés dans un conflit, nous définirons clairement nos buts dès le départ, et nous réagirons avec la plus grande force”, a-t-il conclu. Source: i24News

Israël Allemagne, crise ouverte. Merkel en colère contre Netanyahou Angela Merkel a annulé une rencontre prévue le 10 mai avec le gouvernement israélien, a annoncé lundi un porte-parole du gouvernement allemand, évoquant des difficultés d’agenda et la préparation des élections de septembre. De sources proches des deux exécutifs, il ressort que c’est plutôt la loi autorisant l’appropriation de terres de Cisjordanie qui est à la base de l’annulation de la rencontre.

Berlin et Tel Aviv organisent chaque année depuis 2008 une rencontre bilatérale de haut niveau. http://www.7sur7.be

JOAILLIER • DIAMANTAIRE ACHAT OR ET DIAMANTS

09 80 52 95 05 06 59 89 26 99 W W W. A R I E M E R G U I .C O M 1 1 6 AV. S I M O N B O L I VA R 75 01 9 PA R I S

Nous réalisons tous vos modèles en 3D 50% moins cher qu‘en bijouterie

5


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

6

Nette baisse des acquisitions immobilières en Israël par des résidents étrangers

Le marché de la location en Israël marque un ralentissement

Selon le ministère des Finances, 1,566 biens immobiliers ont été acquis par des résidents étrangers pour la période janvier-août 2016, soit le plus bas chiffre depuis 2003. Par ailleurs, Netanya brigue la première place à Jérusalem et devient la ville la plus prisée par les étrangers. Les prix des logements à la location ont augmenté de seulement 0,6% en 2016, et les experts soulignent que le marché atteint la saturation et ralentit. Si vous cherchez à louer un appartement dans le centre de Tel-Aviv peut-être que vous ne sentirez pas le changement, mais les données du Bureau central de la statistique montre que si l’on sort du Goush Dan (région de Tel Aviv) on ressent un ralentissement du taux de progression des loyers pour les appartements de toutes tailles. A chaque fois qu’un membre de la Knesset soulève un projet de loi visant à faire bénéficier les locataires, les propriétaires commencent à se soucier de leur revenu et augmentent les prix des loyers. C’est ce qui est arrivé début 2016 avec la proposition de loi pour un loyer juste et plus tard avec la taxe pour les investisseurs sur le troisième appartement. Néanmoins, les données globales du Bureau central de la statistique pour 2016 indiquent que la composante du logement, sur la base d’une enquête menée par ce même bureau sur les loyers, a augmenté de seulement

0,6% au cours des 12 derniers mois. Après une enquête auprès des courtiers, des locataires et des propriétaires dans les grandes villes, une image intéressante se dégage. D’abord il existe des disparités importantes entre les loyers des grands appartements de quatre ou cinq pièces et les petits appartements jusqu’à trois pièces à Tel Aviv, dans le Goush Dan et la région du Sharon (Netanya et sa région).

Dans son enquête mensuelle traitant des évolutions du marché immobilier parue le 15 novembre 2016, le département Économique au sein du ministère des Finances pointe du doigt la baisse des acquisitions immobilières par des résidents étrangers, soit 1,566 biens immobiliers pour la période janvier-août 2016, plus bas chiffre depuis 2003 ramenant leur proportion à 2 % des acquéreurs.

Lorsque l’on sort de ces zones de forte demande, on remarque un ralentissement dans l’augmentation des loyers des appartements de toutes tailles.

Comparativement au premier semestre 2015, il s’agit d’une baisse de 36 % de leur nombre.

L’offre de logements est également dépendant des mises en chantier. Au cours de la dernière décennie, le taux de mises en chantier est passé de 30.000 à 50.000 unités par an. Mais les données du Bureau central de la statistique montrent que sur toutes les mises en chantier, le nombre de petits appartements jusqu’à trois pièces qui ont été construits depuis 2007 s’élèvent à seulement 2.650 unités. Par Aviv Gutter – Aharon Kahn Source: Calcalist et IsraelValley

Netanya brigue la première place à Jérusalem et devient la ville la plus prisée par les étrangers, tout particulièrement suite à la vague d’acquisitions au cours du premier semestre 2015 qui peut s’expliquer notamment par les attentats terroristes ayant frappé la France. En parallèle et sur fond de reprise des attentats, ainsi que l’augmentation de la taxe d’enregistrement pour les appartements » fantômes « , apparait que le nombre d’acquisitions immobilières dans la capitale – Jérusalem – par des étrangers est en baisse.

C’est d’ailleurs cette ville qui connait la plus forte baisse en termes d’acquisitions immobilières – seulement 450 – faites par des résidents étrangers, avec une baisse de 41 % des acquisitions au cours du premier semestre 2016 et comparativement au premier semestre 2015. Selon le ministère des Finances, ces chiffres sont toutefois exceptionnels et trouvent en partie leur explication dans le fait que le premier semestre 2015 a connu une ruée sur l’immobilier, avant que n’augmente la taxe d’acquisition pour les investisseurs et/ou résidents étrangers. La baisse du nombre d’acquisitions s’est également faite en parallèle de la baisse des prix, en particulier pour des appartements de type seconde main. À l’analyse des chiffres ressort que cette baisse s’est le plus fortement faite ressentir à Netanya, ville dans laquelle les investisseurs étrangers ont délaissé le marché des appartements de type seconde main au profit des appartements en VEFA (Vente en Etat Futur d’Achèvement). Parallèlement à cette baisse, une autre baisse est enregistrée, celle des ventes effectuées par les résidents étrangers, à savoir une baisse de 35 % comparativement au premier semestre 2015. Le premier semestre 2016 a enregistré 740 ventes de biens immobiliers par des résidents étrangers, soit le plus faible chiffre enregistré ces dernières années. www.credit-immobilier-en-israel.com


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

7

La cote de crédit d’Israël à l’étranger, actuellement un A + «l’économie a progressé de 3,8% et le taux de chômage a connu une baisse historique, tombant à 4,4%.» Il est ici question d’un document résumant les travaux de la délégation sur l’économie israélienne en 2016. Le FMI devrait publier dans les deux mois le rapport 2016 final. Le rapport du FMI est parmi les plus importants et est un élément clé dans la détermination de la cote de crédit d’Israël à l’étranger, qui obtient actuellement un A +. Le rapport est une bonne base dans la possibilité d’augmenter la cote de crédit d’Israël à un niveau plus élevé de AA dans un avenir proche.

La mission du FMI a conclu sa visite en Israël et a félicité le ministre des Finances au sujet de la performance de l’économie du pays. « Les perspectives économiques de l’entreprise israélienne sont fortes. Israël a renforcé ses réalisations économiques en 2016 et a réduit la dette du PIB, le déficit public

était de 2,1% du PIB, contre un objectif de 2,9%». En deux mots, les conclusions finales de la mission du FMI en Israël présentées au gouverneur de la Banque Israël Karnit Flug et au ministre des Finances Moshe Kahlon. D’autres économistes de la mission du FMI, dirigée par Craig Boimont ont ajouté :

Les économistes du FMI notent que “Israël bénéficie d’une croissance économique soutenue, d’une faible inflation, d’un faible taux de chômage, c’est donc une bonne période pour les réformes qui permettront d’atteindre une croissance plus élevée et de consacrer plus de ressources à la réduction de la pauvreté et au soutien des travailleurs pauvres.” Les économistes soulignent que les perspectives économiques pour les prochaines années sont “positives”, environ 3% par an.

En ce qui concerne le marché et les prix des logements, ils ajoutent que les initiatives et les mesures prises récemment par le ministre des Finances, Moshe Kahlon ont été utiles et peuvent atténuer la hausse continue des prix. Mais pour réduire le prix des logements, il faut augmenter l’offre au fil du temps. Les économistes avertissent d’une baisse forte et rapide des prix des logements, disant qu’un tel événement comporte des risques macro-financiers. Les économistes notent également que les mesures prises sur le marché du logement sont utiles mais coûteuses et leurs avantages à long terme ne sont pas clairs. En outre, ils appellent à accroître la productivité, les taux d’emploi, à intégrer les femmes arabes et les hommes Haredi dans le marché du travail et élargir leur soutien pour les travailleurs pauvres. Le ministre des Finances Kahlon a déclaré : «Le rapport du FMI place l’Etat d’Israël au côté des principales économies du monde. Cela montre que notre économie est en croissance forte, stable, avec un faible taux de chômage «. Source : Israel HaYom


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

Fausse déclaration ? Le patron de Deutsche Bank Israel a été arrêté par la police

Fait rarissime pour une banque à Tel Aviv. Le patron de Deutsche Bank Israel a été arrêté “pour avoir trafiqué sur la TVA à payer” (les faits seront jugés prochainement). Il a été libéré plus tard. Deutsche Bank, est la plus importante banque allemande. Elle est fondée en 1870 et basée aujourd’hui à Francfortsur-le-Main. Elle est 8e en Europe par sa capitalisation en 2011. Banque universelle, ses filiales sont présentes dans plus de 75 pays, les plus importantes étant à Londres, New York et Singapour.

Comme Chuck Norris la majorité des Stars de Hollywood sont pro-israéliennes

L’acteur américain Chuck Norris est en Israël et a eu le droit à une entrevue avec le Premier ministre dans ses bureaux. Même s’il est notoire que la grande majorité des vedettes de Hollywood sont pro-israéliennes, Chuck Norris fait partie de ceux qui sont les plus fervents et inconditionnels de l’Etat hébreu. Il fait aussi partie de la minorité d’acteurs qui soutiennent le Parti républicain, en compagnie de Clint Eastwood,

8

Sylvester Stallone, John Voight, Steven Seagal, Kristie Alley, Alec Baldwin, Robert Duval ou encore Arnold Schwarzenegger. En reçevant l’acteur américain, Binyamin Netanyahou a remercié Chuck Norris pour son fidèle soutien. Ce dernier lui a alors répondu: « Mon soutien vous sera toujours acquis! » Par Shraga Blum

En septembre 2016, les autorités américaines annoncent vouloir infliger à Deutsche Bank une amende de 14 milliards de dollar pour sa responsabilité dans la formation de

la crise des subprime19,20 provoquant un effondrement du titre. En décembre 2016, Deutsche Bank signe un accord avec le ministère de la justice américain pour payer une amende de 7,2 milliards de dollars, au lieu des 14 milliards annoncés. Toujours en septembre 2016, Deutsche Bank annonce la vente de ses activités dans l’assurance au Royaume-Uni, via sa filiale Abbey Life, pour 1,1 milliard d’euros à Phoenix Group. En novembre 2016, Deutsche Bank annonce la vente de sa participation de 20 % dans Hua Xia Bank, une banque chinoise, pour 3,37 milliards de dollars. © Copyright of Globes Publisher Itonut

Les familles expatriées en Israël expriment une grande satisfaction

Le dernier rapport annuel publié par InterNations, un réseau d’aide aux expatriés est paru. Ainsi, 84% des parents expatriés ont exprimé “une satisfaction générale du cadre de vie en Israël”, “81% d’entre eux sont satisfaits du système éducatif israélien”. La Finlande et la République tchèque oc-

cupent les deux premières places. La France se classe en 11e position. L’étude s’appuie sur des critères précis notés par des familles expatriées, tels que l’existence et la diversité des structures d’accueil pour la petite enfance et des établissements d’éducation, le coût de ces structures, la qualité de l’éducation et le bien-être de la famille.


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

L’Université Hébraïque découvre une grotte ayant abrité des manuscrits millénaires

Le tourisme reprend des couleurs en Israël

Le tourisme a connu une importante augmentation en Israël, confirmant ainsi la tendance au rétablissement d’une industrie touristique pourtant durement éprouvée l’an dernier par les problèmes de sécurité, a annoncé jeudi le ministère du Tourisme.

dans le communiqué Yariv Levin, ministre du Tourisme.

Les derniers chiffres de janvier 2017 montrent une augmentation de 27% du tourisme en Israël par rapport à janvier 2016, avec un nombre record de 210 000 touristes ayant visité le pays, a déclaré dans un communiqué une porte-parole du ministère.

“Cette extraordinaire augmentation montre qu’Israël est considéré comme une destination touristique attractive et diversifiée. Je suis convaincu que nous assisterons à des nouvelles hausses significatives à l’avenir si nous continuons sur cette voie”, a-t-il ajouté.

La plus grande partie de cette augmentation a été attribué au tourisme en provenance des marchés émergents, comme l’Inde et la Chine. Le nombre de touristes chinois a notamment augmenté de plus de 300% depuis l’année dernière. “Au cours des derniers mois, nous avons assisté à une augmentation record du nombre de visites touristiques en Israël”, a déclaré

10

Selon M. Levin, cette croissance est avant tout liée à des efforts de marketing. “Ce n’est pas une coïncidence, mais plutôt le résultat d’une politique”, a-t-il souligné.

Le tourisme, qui représente environ 7% de l’économie israélienne, a connu une forte baisse après l’offensive israélienne à Gaza en 2014. Une nouvelle baisse a eu lieu suite à une vague d’attaques palestiniennes au couteau en septembre 2015. Source: Chine Nouvelle (Xinhua)

L’Université Hébraïque de Jérusalem a annoncé jeudi la découverte d’une nouvelle grotte ayant abrité des manuscrits de la mer Morte, l’une des “plus importantes trouvailles” concernant ces célèbres écrits depuis leur découverte il y a une soixantaine d’années. Ces textes, datant du 3e siècle avant l’ère commune au 1er siècle après l’ère commune, sont un ensemble de près d’un millier de parchemins principalement en hébreu, mais aussi en araméen et en grec parmi lesquels figurent de nombreux livres de la bible. Ils constituent les plus anciens manuscrits connus de la Bible hébraïque. Jusqu’à présent, les archéologues avaient établi que les manuscrits, retrouvés par un berger bédouin au nord ouest de la mer Morte entre 1947 et 1956, à proximité du site archéologique de Qumran, avaient été entreposés dans 11 grottes. “Cette découverte d’une 12ème grotte pourrait révolutionner les informations dont nous disposons sur les manuscrits de la mer Morte”, a déclaré à l’AFP Oren Gutfeld, archéologue à l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem, responsable des fouilles. Située à l’ouest de Qumran dans le désert de Judée, la grotte ne contient pas de manuscrits mais de nombreuses preuves de leur présence antérieure ont été retrouvées, notamment des fragments de poteries dans

lesquelles ils étaient placés et des lanières de cuir qui les entouraient, a précisé l’archéologue. Les grottes contenant les manuscrits ont été en grande partie pillées dans les années 1950. Des têtes de pioches datant de cette époque ont été retrouvées dans la grotte, attestant qu’elle avait connu le même sort, selon un communiqué de l’université hébraïque. “Nous espérons trouver d’autres grottes contenant ou ayant contenu des manuscrits dans le cadre de l’opération lancée par l’Autorité des antiquités”, qui mène des fouilles dans les grottes du désert de Judée où se trouve la mer Morte, a indiqué M. Gutfeld. De nombreux experts estiment que les manuscrits de la mer Morte ont été rédigés par les Esséniens, une secte juive dissidente qui s’était retirée dans le désert. D’autres pensent qu’ils pourraient provenir de bibliothèques du Temple juif qui s’élevait à Jérusalem et de bibliothèques privées mises à l’abri dans des grottes à l’approche des Romains qui ont détruit le Temple en l’an 70. La majorité des quelque 900 manuscrits mis au jour à Qumran sont conservés au Sanctuaire du Livre, au sein du Musée d’Israël à Jérusalem. Source: L’Orient le Jour


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

Pourquoi Mahmoud Abbas s’entête-t-il à réécrire l’Histoire ? Le 2 novembre 1917, à la fin de la première guerre mondiale, le ministre britannique des Affaires étrangères, Lord Arthur Balfour, fait un geste politique déterminant pour l’avenir du projet sioniste, alors balbutiant.

Peace & Love du fabricant israélien de machines à soda, Sodastream

Le fabricant israélien de machines à soda, Sodastream, va étiqueter tous ses produits avec l’Étoile de David et le message « Ce produit est fabriqué par des Juifs et des Arabes travaillant dans la paix et l’harmonie », a annoncé dimanche son directeur général, Dan Birnbaum.

agrémentées de sirop vendu sous le nom de la marque.

« Je suis fier d’être Israélien, et j’ai donc mis mon drapeau sur 50 millions de produits fabriqués en Israël. Je souhaite que chaque entreprise israélienne exportatrice en fasse de même, que ce soit avec des tomates, des puces informatiques ou des tuyaux d’irrigation. Soyons fiers d’être les ambassadeurs de l’État d’Israël », a-t-il expliqué.

LE PLUS. Sodastream est une multinationale israélienne spécialisée dans la fabrication d’appareils de gazéification de boissons. C’est également la marque commerciale sous laquelle elle commercialise ses produits, servant à fabriquer des soda et de l’eau gazeuse par ajout de dioxyde de carbone. Son siège est basé à Lod en Israël et la principale unité de production était située dans la colonie1 Ma’aleh Adumim en Cisjordanie, puis transféré à Léhavim dans le sud du pays.

SodaStream est une compagnie israélienne qui commercialise des appareils compacts équipés d’un cylindre de gaz carbonique réutilisable. Avec de l’eau du robinet, les utilisateurs préparent en un tour de main de l’eau pétillante ou des boissons fraîches

12

Le mouvement de boycott anti-israélien BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) a choisi SodaStream comme une de ses cibles principales dans le monde.

Source: http://www.lemondejuif.info

Il adresse une lettre ouverte à Lord Lionel Walter Rothschild, vice-président de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne, une lettre dans laquelle il promet la création d’un foyer national juif en Palestine. Aboutissement de la démarche initiée par Théodor Herzl, et développé par Chaïm Weizmann en Angleterre, il s’agit à l’époque d’un engagement politique décisif provenant d’une puissance mondiale à qui la Société des Nations (l’ancêtre de l’Onu) confiera en 1922 la responsabilité d’administrer la Palestine. Mais voilà que Mahmoud Abbas, président inamovible de l’Autorit�� Palestinienne, a décidé de célébrer à sa façon le centième anniversaire de cette déclaration en demandant à la Grande-Bretagne de présenter ses excuses au peuple palestinien ! C’est qu’il fit publiquement le 22 septembre 2016 à la tribune de l’Onu. Avant d’ajouter : «C’est le moins que la Grande Bretagne puisse faire». Mais le plus inquiétant est que le leader palestinien a récidivé il y a quelques jours à Paris lors d’une conférence de presse commune avec le Président de la République. « La Déclaration Balfour est la tragédie de notre Nakba [malheur]. Le gouvernement britannique … doit présenter ses excuses au

peuple palestinien ». François Hollande est resté de marbre devant cette grave remise en cause de l’existence même d’Israël. Car, c’est bien de cela qu’il s’agit. Les Palestiniens et leurs amis ont lancé dans le monde une vaste campagne de dénigrement et de réécriture de l’Histoire qui vise non seulement à délégitimer la présence juive à Jérusalem mais qui a aussi pour but de rendre toute présence juive illégitime au Moyen-Orient. Alors fêtons cette année le centième anniversaire de la déclaration Balfour comme nous fêterons prochainement le cinquantième anniversaire de la réunification de Jérusalem, car, s’“il est plus facile de légaliser certaines choses que de les légitimer.”, comme le disait le poète Chamfort, il est dangereux de délégitimer les idées les plus belles. Jack-Yves Bohbot

19500 appartements construits pour les ultra-orthodoxes en Israël Le ministre des Finances Moshe Kahlon prévoit de dévoiler un nouveau plan pour faire face à la hausse des coûts des logements lors d’une réunion du Conseil des ministres qui se tiendra plus tard cette semaine. Le projet, qui a été établi conjointement avec le Conseil national économique, le Comité national de zonage et de planification et le Forum du logement ( le bras exécutif du Cabinet du Logement ) a été décrit comme un étant un « plan stratégique sans précédent » du gouvernement pour répondre aux demandes du marché et lutter contre la flambée des prix des logements. Ce projet prévoit la planification et la commercialisation de 2,6 millions d’appartements au cours des 24 prochaines années afin de compenser la demande. Selon les projections, on prévoit que le nombre de ménages en Israël passera de 2.3 millions de ménages à 3.8 million en 2040. Selon le plan, 19.500 appartements seront

construits pour le secteur ultra-orthodoxe, 10.000 ont déjà été acceptés par le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, ils seront construits dans un nouveau quartier haredi près de la ville de Kiryat Gat. Le plan comprend également la construction de dizaines de milliers d’appartements pour le secteur arabe. Pour atteindre les objectifs du plan, 104.000 appartements devront être construits dans les deux prochaines années, et 208.000 appartements devront être construits d’ici 2020. Le but est de construire 52.000 appartements chaque année durant les quatre prochaines années puis d’augmenter ultérieurement le nombre de constructions, de sorte que 67.000 appartements soient construits chaque année entre 2036 et 2040, ce qui aboutirait à un boom de la construction à l’échelle nationale. http://koide9enisrael.blogspot.co.il


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

13

Bonne chance à nos amis de i24NEWS aux Etats-Unis

La chaîne d’information internationale i24NEWS se lance, en français et en anglais, aux Etats-Unis. Ses programmes seront diffusés depuis ses studios de New York, Washington, Tel Aviv et Paris à destination des téléspectateurs des États-Unis et du monde entier. Il s’agit d’une étape importante pour la chaîne, dirigée par l’entrepreneur franco-israélien Patrick Drahi, qui a créé i24NEWS à Tel-Aviv en 2013. La chaîne compte plus de 250 journalistes de quelque 35 nationalités différentes, auxquels viennent désormais s’ajouter une cinquantaine de personnes dans ses nouveaux bureaux américains. La programmation comprendra des “hard news” et des interviews de fond en continu, y compris des retransmissions en direct depuis les États-Unis de 18h00 à 22h00 (heure de New York).

Israël : 4,7% du PIB en Recherche. 0,2% pour les pays arabes Les 22 pays arabes ne produisent ensemble que 40% des brevets déposés par Israël et 1% des brevets américains. Les statistiques en matière de propriété intellectuelle constituent un outil important pour comprendre les tendances commerciales et technologiques dans les différents pays. D’après l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), le nombre de brevets, excepté ceux afférents aux marques, dessins et modèles industriels, déposés en 2013 par les Chinois est de (734.081), devançant les Américains (501.128), Japonais (473.137), Coréens du Sud (223.517), Allemands (184.475), Français (71.073) Russes (34.065) et Israéliens (12.767). Le nombre de brevets arabes enregistrés en 2013 se répartit comme suit: Arabie saoudite (3124), Egypte (760), Emirats arabesunis (416), Maroc (354), Tunisie (218), Jordanie (212), Algérie (138), Qatar (84), Yémen (43), Bahreïn (19), Djibouti (1), Libye (0), Irak (0), Koweït (0), Liban (0), Mauritanie (0), Oman (0), Syrie (0), Somalie (0), Soudan (0). Si nous additionnons tous les brevets arabes, nous arrivons à seulement 5.108. Ainsi, les pays arabes, qui disposent d’un potentiel humain, géographique et financier énorme, ne produisent collectivement que 40% des brevets déposés par Israël et 1% des brevets américains. Israël affecte 4,7% de son PIB total à la recherche scientifique, ce qui est le ratio le plus élevé au monde, contre 0,2% pour l’ensemble des pays arabes. D’où une grande mobilité et une capacité d’innovation surprenante chez les Israéliens. Source: http://www.boursorama.com

“En offrant aux téléspectateurs une grille de haute qualité pour diffuser, analyser et discuter de l’actualité, et en tirant parti des visions globales offertes par les équipes i24NEWS stationnées dans le monde entier, nous sommes en mesure de proposer une offre unique d’information diffusée aux États-Unis”, explique Frank Melloul, PDG d’i24NEWS.

“La plupart des chaînes d’information internationales appartiennent à des gouvernements”, note M. Melloul. “Nous ne recevons de l’argent de la part d’aucun gouvernement, ni aucun financement de partis politiques. Cela signifie que nous sommes la chaîne d’information internationale la plus indépendante.” i24NEWS sera d’abord diffusée sur les sys-

tèmes câblés exploités par le groupe de télécommunications Altice, disponibles dans 20 États américains. Dexter Goei, PDG d’Altice USA insiste sur le fait que “les contenus sont au coeur de la stratégie d’Altice” et qu’i24NEWS US «apportera aux téléspectateurs des informations qu’ils ne peuvent voir nulle part ailleurs ». Source: i24news


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

Ex-Gouverneur (Israël), Stanley Fischer quittera son poste en 2018 à la Fed

Encore un an sous l’administrationTrump ! Stanley Fischer, né le 15 octobre 1943 en Rhodésie du Nord (aujourd’hui Zambie), est un économiste israélo-américain, vice-président du conseil de la réserve fédérale des États-Unis depuis le

Bill Gates: «Je peux tout acheter... sauf un Juif qui observe le Chabbat»

Le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates a reporté en mai dernier, en semaine, une conférence prévue initialement un jour de Chabbat, afin de s’attacher les services d’un conférencier juif pratiquant, rapporte vendredi le site israélien Kikar HaChabat. « Je peux tout acheter sur Terre… sauf un Juif qui observe le Chabat », avait affirmé le cofondateur du géant américain Microsoft pour expliquer le report exceptionnel de la conférence.

14

Kivi Bernhard, conférencier et auteur d’un livre à succès dans le monde des affaires, avait refusé à plusieurs reprises les propositions financières de Bill Gates pour participer à la conférence prévue un samedi, jour du Chabbat. Face aux principes non négociables du conférencier, Bill Gates s’est finalement résolu à déplacer en semaine la conférence pour s’assurer la présence M. Bernhard. Source: Lemondejuif.info

28 mai 2014. Il a occupé la fonction de gouverneur de la Banque d’Israël, est le fondateur de la théorie des contrats croisés en macroéconomie, et appartient à la nouvelle école keynésienne.

El Al devance EasyJet en nombre de passagers

EasyJet a annoncé qu’elle est devenue la plus grande compagnie aérienne étrangère en Israël. Selon les chiffres publiés par l’Autorité aéroportuaire israélienne pour le mois de janvier, easyJet est maintenant second transporteur en nombre de passagers après El Al. EasyJet a transporté plus de 56.000 passagers le mois dernier, soit une augmentation de près de 10% par rapport à janvier 2016. (Source :Tribune Juive) 1. El Al est la plus importante compagnie israélienne de transport aérien.

Depuis son vol inaugural de Genève vers Tel-Aviv en septembre 1948, la compagnie israélienne dessert aujourd’hui plus de 48 destinations sur quatre continents. Comme compagnie nationale de l’État d’Israël, El Al a joué un rôle important dans les efforts humanitaires lors des missions en Éthiopie ou au Yémen. D’autre part, El Al est considérée comme la compagnie aérienne la plus vigilante sur le plan de la sécurité pour avoir notamment empêché des attentats terroristes.


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

16

Daniel Haber : «Israël est une des 9 puissances spatiales du monde»

«Les surprises de l’économie d’Israël « “Ce livre est d’abord ma propre surprise de découvrir, en enseignant en Israël depuis cinq ans, une économie vibrante et un peuple qui a les mêmes soucis que nous : l’emploi, le coût de la vie, la maison, l’éducation des enfants, la plage du week-end et les vacances, si possible à l’étranger. Un pays « normal », en sorte, mais quand même avec de spécificités uniques, qui sont autant de surprises. La première surprise, c’est que ce pays, sans ressources naturelles, a réussi en en moins de 70 ans d’existence, à faire partie du Club fermé des pays « les plus industrialisés », ceux de l’OCDE…. tout en portant le poids très lourd d’une défense indispensable à sa survie. L’autre surprise, c’est de voir les pays les plus riches et les plus ambitieux venir en Israël à la recherche du secret de son incroyable capacité d’innovation. Israël, loin d’être honni du monde, comme on le dit un peu vite, est, au contraire, courtisé, admiré, envié. Il n’est pas isolé et son aéroport bruisse de toutes les langues du monde, celles des hommes d’affaires et scientifiques de tous les continents, venus aux sources des savoirs de demain.

J’ai eu envie de comprendre les raisons de cette attractivité et ai voulu interroger directement les acteurs, les entrepreneurs qui ont créé les bases industrielles de l’Etat, les chercheurs qui ont contribué aux avancées décisives de la science,l es patrons des start up qui transforment la science en produits et services utiles. Un homme m’a aidé à rencontrer ces hommes et ces femmes, les a écoutés et décodés avec moi, m’a expliqué le contexte de la création de l’Etat, de ses premiers pas, de ses défis, de ses victoires sur l’adversité. C’est pourquoi, j’ai souhaité associer à ce livre Dan Catarivas, grand serviteur de l’Etat et dirigeant patronal respecté. Les entretiens m’ont permis de repérer 17 surprises, autant de chapitres qui peuvent se lire dans n’importe quel ordre, formant un livre à tiroirs que l’on peut ouvrir selon son intérêt du moment. Les 17 surprises : - La première surprise, c’est de parler « économie » à propos d’un pays dont on ne parle que pour évoquer guerres et conflits. Or, c’est la paix, l’étude, le travail, la famille qui sont les grands sujets d’intérêt des Israéliens… comme pour nous. - La deuxième surprise, c’est de découvrir qu’Israël a réussi d’avoir, à la fois, du «

beurre et des canons ». - La troisième surprise, c’est l’histoire d’un passage en douceur du socialisme des débuts au capitalisme international. Il a fallu du doigté et une collaboration inter-partis dont les Israéliens sont capables quand les circonstances l’exigent. - La quatrième surprise, c’est de voir que des Juifs, auxquels le travail de la terre fut strictement interdit au cours des siècles où ils vécurent dispersés en terre chrétienne, sont devenus les agriculteurs les plus performants au monde. - La cinquième surprise, c’est de constater que les Kibbutzim, fermes collectives où le véritable communisme devait s’épanouir, existent toujours, certes transformés par la nécessité de la compétitivité, mais restés des ilots d’un socialisme relatif dans un océan libéral. - La sixième surprise, c’est que ces fermes collectives sont aussi des sites industriels d’excellence. Les usines à la campagne, une idée de Mao devenue cauchemar, sont une réussite en Israël - La septième surprise, c’est que, malgré un marché intérieur étroit (8 millions de consommateurs informés donc exigeants) ,une industrie de capacité mondiale s’est développée , avec quelques « champions du monde » globalisés. - La huitième surprise, c’est que de grandes familles ont construit des groupes puissants et sont accusées, comme ailleurs, de conduite monopolistique. Dans ce petit pays, la proximité des grands entrepreneurs et du pouvoir est, comme ailleurs, un problème. - La neuvième surprise n’en est plus une, tant est désormais connue et célébrée la « Start Up Nation », le pays avec la plus grande densité de « jeunes pousses », égale de la Silicon Valley dans sa capacité à apporter sans cesse de nouvelles solutions et de nouvelles offres. Nous sommes allés au cœur du processus de création pour en percer les mystères, ensemble d’attitudes singulières et d’institutions intelligentes. - La dixième surprise est une application inattendue de cette qualité innovatrice du pays : Israël est une des 9 puissances spatiales du monde .Elles dispose de ses propres lanceurs (qui partent, contrairement à tous les autres) par l’Ouest (sécurité oblige) et de ses propres satellites, la plupart miniaturisés. - La onzième surprise est qu’Israël est doté d’infrastructures dignes d’un pays développé. Parmi les firmes de BTP locales, émerge un grand constructeur national, un « Bouygues israélien », qui signe des contrats d’infrastructures dans le monde entier, notamment en Afrique. - La douzième surprise est de voir le peuple juif briller dans les activités dont il avait été privé en diaspora, l’industrie et l’agriculture, tout en innovant dans les secteurs des services où il avait été « ghettoïsé ». - La treizième surprise, c’est que le rêve de Ben Gurion de voir fleurir le désert (du Néguev) a été exaucé au-delà de toutes ses espérances. Pourtant, il reste beaucoup à faire

pour que cette moitié du pays se peuple suffisamment. L’avenir du désert sera celui de la Science et de la Technologie, avec un secteur porteur en pleine expansion : la Cyber-Sécurité. - La quatorzième surprise est que non seulement il n’y a plus de problème d’eau en Israël mais que tous ses voisins peuvent, s’ils le veulent (et certains le veulent, comme la Jordanie) bénéficier des solutions mises au point en Israël. Et c’est le monde entier, où des de vastes régions sont menacées de désertification, qui imite le modèle israélien et lui achète ses technologies. - La quinzième surprise est qu’Israël fait face à des problèmes sociaux massifs, semblables aux nôtres mais exacerbés par une situation politique spécifique. Le pays tente d’y apporter des solutions innovantes mais fait face, comme ailleurs et plus qu’ailleurs, à de fortes résistances culturelles. La technologie est une partie de la réponse mais elle ne peut pas tout. Israël, , pays « normal », hésite, tâtonne mais n’échappe pas au redoublement des critiques, internes et externes. - La seizième surprise est qu’Israël, isolé de ses voisins par des conflits insolubles, est comme une ile qui doit trouver ses partenaires commerciaux au-delà des mers. Les révolutions techniques ont apporté des réponses aux questions de distance, ce qui lui permet de commercer avec le monde entier. Surtout, les investisseurs étrangers sont à l’affut des innovations de la « Start Up Nation » et y installent des postes d’observation, sous de multiples formes de partenariats .Les grandes firmes mondiales (Intel en tête) y établissent des centres de Recherche et de Développement (300 à ce jour) et espèrent ainsi être branchés en temps réel avec la créativité israélienne. - La dix-septième surprise, et elle est de taille, est que les géants d’aujourd’hui (les Etats-Unis, l’Europe, le Japon) et ceux de demain (la Chine, l’Inde..) ont compris qu’il leur était impossible de faire l’impasse sur une source intarissable de nouvelles idées. Israël leur est indispensable et ils s’en rapprochent autant que possible. Cette position de « centre » de l’innovation mondiale n’est pas simple à gérer : la frontière du civil et militaire est fine ; les amis sont parfois dans des « camps » opposés. Israël doit donc aussi innover en matière de diplomatie planétaire et peut même aspirer à jouer un rôle de « pont » entre cultures, lui qui est situé au point de rencontre de trois continents, l’Europe, l’Asie et l’Afrique et dont la culture est à l’origine des civilisations d’une grande partie du monde. Le livre souhaite donc ne pas conclure : dans un monde si hésitant, qui remet en question tant de dogmes, qui fait face à une menace existentielle, Israël apparait comme un condensé des questions et un lieu de débats d’où pourraient sortir des solutions inattendues. Epicentre des croyances de milliards d’êtres humains, ce pays apportera-t-il la preuve que le pire n’est jamais certain. Source: http://www.economiematin.f


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

18

Olivier Guedj : humoriste ultra bright C’est désormais devenu l’une des particularités de nos artistes préférés : comme ils aiment nous faire sourire, ils savent prendre soins de nos dents ! Amir, ex-talent de The Voice était dentiste avant de tout plaquer pour se consacrer à la chanson. Comme Olivier Guedj, talent qui monte en matière de rire. A une différence près et de taille : Olivier, lui n’a pas choisi : dentiste il était, dentiste, il est resté et c’est même cela qui nourrit sa verve et son talent particuliers !

Quatre firmes israéliennes dans le palmarès mondial «Global Cleantech 100»

BreezoMeter, Kaiima, TaKaDu, et Netafim sont reconnues parmi les 100 entreprises mondiales les plus innovantes dans le secteur des technologies propres et sont prêtes à relever les défis environnementaux de demain ! Le Global Cleantech 100, réalisé par le cabinet américain Cleantech Group (CTG) et le quotidien britannique The Guardian, est le palmarès mondial des entreprises privées du secteur des technologies propres ou « cleantech », qui apporte un éclairage sur les acteurs du marché susceptibles d’avoir une influence significative au cours des cinq à dix prochaines années. La huitième édition du classement a été réalisée en combinant les données de recherche exclusives du CTG, plus de 9 000 nominations de 77 pays et des commentaires spécifiques d’un panel d’experts. Les entreprises élues représentent les idées les plus innovantes et les plus prometteuses dans les technologies propres et qui sont les mieux placées pour relever les défis du secteur. Breezometer: BreezoMeter est la société conceptrice d’une solution pour le contrôle de la qualité de l’air dans la ville. L’invention de Breezometer a révolutionné le domaine de l’information sur la pollution car

son application permet un accès public aux données environnementales, afin que chacun puisse évaluer et contrôler sa propre exposition à la pollution dans la vie quotidienne. Kaiima : Kaiima est une société du secteur des technologies bio-agricoles spécialisée dans la génétique et les technologies de reproduction, qui a développé la plate-forme exclusive EP. Cette dernière améliore la productivité des plantes non OGM (organisme génétiquement modifié). TaKaDu : Takadu est spécialisée dans la surveillance intelligente des réseaux de distribution d’eau : l’enjeu est de taille. La société développe des solutions innovantes d’alerte automatique, en ligne et en temps réel en cas de détection de fuites d’eau ou autres anomalies sur les réseaux de distribution. Netafim : Netafim est le leader mondial des solutions efficaces de gestion de l’eau dans l’agriculture. Netafim a non seulement été le pionnier et l’inventeur du système d’irrigation goutte à goutte, mais il est aujourd’hui une référence du marché international de l’irrigation. Source: itrade.gov

Sur l’affiche de son spectacle qui fait salle comble à chaque fois qu’il joue, on voit le beau brun tenant entre des canines impeccables, un miroir de dentiste. Aussi séduisant qu’il est drôle, Olivier Guedj plaît au public pour de nombreuses raisons : d’abord il est drôle, énergique et enthousiaste. Il aime les gens, il aime les faire participer et il prend un plaisir fou à être sur scène, les soirs où il joue. Ensuite, il est particulier : dentiste, on connaît, humoriste, on connaît, les deux en même temps, c’est moins courant disons-le franchement !

Le moral au beau fixe

Entre sa passion et son métier, l’artiste a refusé de choisir. Gourmand de vie et d’action, il soigne nos quenottes le jour et s’amuse à nous raconter sa vie le soir. Et on en redemande. Pourquoi ? Parce qu’il est vrai ! Là où les autres artistes, Gad Elmaleh en tête, parviennent à donner l’illusion qu’ils savent de quoi est fait notre quotidien à nous, gens normaux, il peut, lui, dire qu’il le vit, qu’il connaît. Et faire de ses sketches des tranches de vie criantes de vérité et de drôlerie. L’amour, les femmes, leurs bizzareries cosmétiques et leur peur de vieillir, les patients un peu cinglés, les gosses, leurs mauvaises notes et leurs profs frapadingues… Tout ce qui, en somme, fait la vie chaotique et vitaminée d’un quadra d’aujourd’hui, anime son deuxième oneman show au travers d’une galerie de personnages qu’il prend un plaisir fou à incarner.

Son naturel est rafraîchissant, sa bonne humeur contagieuse et son spectacle, ponctué de tubes entraînants, une véritable cure d’antidépresseur : on en ressort avec la banane, le cœur chaud et l’envie de croquer dans la vie. Au point qu’on en vient à se demander si, plus que les caries soignées, ce n’est pas le moral au beau fixe qu’il nous a aidé à retrouver que la Sécu devrait rembourser. Olivier Guedj, courez-y si vous êtes à Paris, en attendant, on le lui souhaite, la tournée !

Si le spectacle pêche un peu par manque de précision sur l’écriture, il compense largement par le lien sincère que crée l’artiste avec son public. On le dit, on le répète, Olivier Guedj est vrai, il est à 200 % authentique et il parle avec une totale liberté de son judaïsme à son public. Sans être l’unique facette de sa personnalité, cette partie-là de son identité compte à ses yeux et il la mentionne sans en faire des caisses mais sans non plus jouer ceux qui préfèreraient le cacher.

« Olivier Guedj vous redonne le sourire », au Théâtre des feux de la Rampe, tous les mardis à 19 h 45 du 14 février au 25 avril 2017. www.theatre-lesfeuxdelarampe.com Places à partir de 15 € Israël Actualités


À LA UNE

En souvenir d’Ilan

À l’initiative de Michael Guenoun, une plaque en souvenir d’Ilan Halimi Zal a été inaugurée à l’école Yavné dirigée par Paul Fitoussi en présence du Président du CRIF Bruno Benjamin, du Président du Consistoire Michel CohenTenoudji, du Grand Rabbin de Marseille Reouven Ohana, du Rav Avraham Mimoun, de nombreux élus ainsi que de très nombreuses personnalités ... et bien sur des élèves de l’école Yavné

Edition du 15 Février au 21 Février

20

Je suis en colère Il y a 11 ans, un jeune juif du nom d’Ilan Halimi, était enlevé, torturé et assassiné. Il y a 11 ans, l’horreur absolue nous explosait au visage ! En France, à peine plus de 60 ans après la Shoa, des «barbares», nourris par les vieux fantasmes antisémites, assimilant le Juif au pouvoir et à l’argent, ont kidnappé Ilan parce qu’il était Juif ! La machine infernale de la haine s’était mise en place. Alimentée par l’antisémitisme moderne, appelé anti sionisme, diffusé par certains médias, ont fait d’Ilan la cible idéale. Le «gang des barbares» faisant d’Ilan une prise de guerre et un coupable idéal. Ces monstres devenant alors, des combattants antisionistes. Il y a 11 ans, Ilan Halimi devenait, la première victime d’ un mutant, enfant naturel du fascisme de droite et d’extrême gauche. Il y a 11 ans, Ilan a été torturé dans l’indifférence totale de centaines de témoins qui ont gardé le silence et ont préféré se taire face à un manège macabre qui se déroulait sous leurs yeux et sous leurs fenêtres. Ilan était seul au milieu d’une foule de complices passifs qui ont laissé faire. La loi du silence et la peur, dans ces territoires perdus de la république, ont fait mourir Ilan ! Il y a 11 ans, la France a hésité et sous estimé ce mal qui recommençait à lever la tête. Les erreurs furent nombreuses. Il y a 11 ans, en France, Ilan Halimi, a été après le jeune Selam, le premier juif assassiné parce qu’il était Juif et Sioniste. Il y a 11 ans la jeunesse Juive frappée par ce drame est restée digne et n’est pas descendues dans les rues brûler des voitures ou briser des vitrines. Au lendemain, de ce drame, nous espérions qu’il serait le dernier ! Malheureusement le ventre était fécond et la bête a enfanté. Après Fofana et ses barbares, est arrivé Merah. Après Ilan, se sont Jonathan, Arié, Gabriel Sandler et la petite Myriam Monsenego (zal) qui ont été sauvagement assassinés à Toulouse. Après eux, ce furent les victimes de l’hyper Cacher: Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham, François Michel Saada Encore et toujours la même haine et la même idéologie nauséabonde. Aujourd’hui, je reste et demeure en Colère, contre tous ces apprentis sorciers qui continuent à diaboliser le Juif et lui refusent le droit d’avoir sa terre, Je suis en colère, contre ces pseudos intellectuels et journalistes, qui prenant fait et cause pour les palestiniens, font des terroristes des combattants de la liberté. Je suis en colère devant tous ceux qui se taisent et gesticulent en silence face aux massacres perpétrés en Afrique, en Syrie et dans de nombreux coins de la planète. Je suis en colère face au silence assourdissant qui laisse les Chrétiens d’Orient se faire massacrer et le peuple Yezidi être exterminé. Le sang des Juifs et des Chretiens d’orient n’a t’il pas la même couleur Ni la même im-

portance que celui des autres ? Je suis en colère contre ces candidats au suffrage universel, qui ferment les yeux sur les atteintes à notre laïcité protectrice dans le seul but obtenir des voix. Je suis en colère contre ces politiciens qui parlant de Paix tendent les mains aux terroristes palestiniens. Par leur laisser faire, ils bâillonnent et assassinent Marianne ! Je suis en colère contre ceux qui contrevenants à la loi interdisant le boycott, laissent les vermines du BDS manifester et diffuser leur haine d’Israel. Je suis en colère de voir l’extrême gauche et l’extrême droite gagner du terrain chaque jour par leurs discours populistes. Si peu de choses les distinguent ! Je suis en colère de voir monter, dans toute l’Europe, des partis fascistes. Je suis en colère de voir se développer les groupes islamistes djihadistes, soutenus par une extrême gauche populiste et une certaine gauche qui trahit son histoire et ses valeurs. Je suis en colère, que face à la résurgence de ces vieux démons, il n’y ait pas un réveil populaire. Où sont les résistants d’aujourd’hui ? 11 ans après Ilan, je suis enragé contre tous ceux qui ont la colère et l’indignation sélective. 11 ans après Ilan, rien n’ a changé ! 11 ans après Ilan, je suis inquiet pour l’avenir de l’humanité. 11 ans après Ilan, résonnent en moi les paroles de sa maman qui a souhaité emmener le corps de son fils en Israel pour ne pas voir un jour un de ses bourreaux ou de leurs adeptes venir souiller sa sépulture ! Ilan nous ne t’oublierons jamais. Nous resterons vigilants et devons rester forts ! GIL TAIEB


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

Dmitri Medvedev, le Premier ministre russe attendu en Israël

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev va effectuer cette semaine un voyage en Israël. Il a prévu de se rendre également à Ramallah. Cette visite, qui survient après plusieurs rencontres entre le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou et le président russe Vladimir Poutine qui ont porté sur la situation en Syrie, semble annoncer un nouveau rapprochement entre Jérusalem et Moscou. Dans une interview accordée à des médias israéliens avant son déplacement au ProcheOrient, Medvedev a déclaré qu’il existait une coordination efficace entre les forces russes et israéliennes opérant en Syrie.

Contrairement à l’homme du peuple qui étale son racisme, son antisémitisme, sa haine de l’autre et pour camoufler ses travers, vous assène une diatribe anti sioniste, le politique désigne la finance comme son ennemi. NE VOUS Y TROMPEZ PAS! Si vous possédez un décodeur, vous aurez vite compris que derrière ce mot,c’est le même état d’esprit qui se dissimule. Alors, je voudrais faire remarquer à tous ces ennemis de la finance, que sans cette richesse, point de croissance. S’il veulent faire de la France un pays sous développé, qu’ils le disent. Pourtant,ces mêmes ennemis de la finance, sont présents à toutes les expositions, à tous les vernissages et sont les premiers à s’extasier de la valeur de certains objets d’art ou de certaines toiles. D’où viennent ces chefs-d’œuvre? Voici leur histoire, souvent obturée Gilbert Prouteau, un des auteurs du film documentaire: D IEU A CHOISI PARIS, dit : Nous avons constaté que la plupart des envahisseurs qui remontaient la Seine, à la fin du siècle dernier, avides, ambitieux, soucieux de changer le Monde, de réinventer

22

L’honneur d’être juif

l’amour, étaient Juifs. Leur terre promise était Montmartre, leurs temples, des garnis à la petite semaine, d’obscurs bistrots, aujourd’hui inscrits dans la légende dorée. Le bateau lavoir, le lapin à Gill. Ils avaient pour nom: Modigliani, Chagall, Kisling, Marcousis, Brancusi. La mère d’un certain Pablo Picasso était juive. Comme la mère de Proust et celle de Montaigne. Ils avaient aussi pour nom: Albeniz, Kafka, Darius Milhaud, Bergson, Stefan Zweig et Thomas Mann. Mais aussi, Gogol, Max Jacob. Le croirez vous? Paul Eluard, André Maurois, Tristan Bernard ET Joseph Kessel. Pourquoi cette débauche de recensement? En étudiant les phénomènes majeurs du monde, nous constatons que les bouleversements, les métamorphoses et les mutations qui ont changé la face de la planète, avaient des Juifs pour créateurs. La relativité, le cubisme, le marxisme, le dadaïsme, la musique concrète, l’art abstrait, la psychanalyse, la révolution soviétique et la physique nucléaire sont enfants de Juifs. Après vingt siècles, au cours desquels le génie juif s’est essentiellement penché sur les

écritures, voila l’art qui ressurgit. Et l’antisémitisme qui réapparaît. La disgrâce et la malédiction sont organisées par les puissances régulières, les souverains, les papes et les marchands. L’église lance une mise en garde, sous forme d’anathème. «Défiez-vous des bourreaux de notre Seigneur Jesus-Christ» Quand le peuple s’insurge contre la misère du royaume, le pouvoir lui offre en pâture le juif. A la résurrection du génie juif correspond l’affaire Dreyfus C’est dans ces mêmes années que les grandes voix se font entendre. Zola, Laborie, Clemenceau. Parallèlement, Albeniz, Picasso et quelques autres font leur entrée dans PARIS. Si le XX éme siècle permet aux Juifs de faire éclater leur génie, et du même coup les formes de civilisation qui les avaient si longtemps étouffés, opprimés, leur pouvoir créateur n’a pas attendu les cabarets de Montmartre. De siècle en siècle, le génie juif a dispensé ses messages. C’est Philon d’Alexandrie, c’est Maimonide de Cordoue, c’est RACHI DE Troyes, c’est Rav Guerchon de Mayence, c’est Montaigne, c’est Spinoza, c’est Le Greco...

Il a ajouté qu’au cours de ses discussions en Israël, il serait notamment question de renforcer les liens commerciaux entre les deux pays – qui ont souffert de la crise économique en Russie – et de leur coopération dans le domaine de la Hi-Tech. Après ses rencontres avec les membres du gouvernement israélien, Medvedev compte se rendre vendredi prochain à Ramallah pour un entretien avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. La Russie a proposé la tenue de pourparlers entre Israël et les Palestiniens à Moscou mais apparemment, ce projet n’est pas à l’ordre du jour en ce moment.

Il faut dire que le Juif se voit refuser « les moyens d’expression artistiques» tout comme le droit de cité, l’accès aux professions nobles, les armes ou la magistrature. Il est cantonné à l’usure et au négoce. La Grande marée de la révolution juive du XX éme siècle ne peut se dessiner qu’au moment où s’effritent les tabous, quand les barrières s’effondrent. L’affaire Dreyfus en est la plaque tournante. A partir de 1894, les jeunes Juifs montent à l’assaut de la capitale. Les trains d’Europe Centrale vont amener par petits groupes les conjurés vers Montmartre. Ils ont 20 ans. Ils sont habités de misère, de colère et de revanche. Mais Ils sont habillés de lumières et de génie createur. Ils choisissent PARIS, afin de démolir les volets du tryptique. ORDRE, RAISON, CLARTÉ. Mauras, Drumont,Deroulede mesurent le danger. La critique cartésienne ne sait pas qu’elle représente un Monde à l’agonie. IMPOSSIBLE N’EST PAS HÉBREU. René SEROR


À LA UNE

Edition du 15 Février au 21 Février

23

Le billet d’humeur de Bernard Korn Brzoza

Je suis en Israël, un séjour, une visite, une opportunité, il ne faut pas s’en priver. Si j’en parle dans « ce billet d’humeur » c’est qu’il porte un message, c’est ainsi que je l’ai ressenti cette fois. EL AL, notre compagnie nationale que l’on peut critiquer, le personnel pas toujours aimable, un peu brusque, authentiquement israélien, avec nos voyageurs indisciplinés, la place donnée aux échanges d’une rangée à l’autre, les déplacements incongrus, le vertige pour certains passagers silencieux, la parole forte, bref tout ce que l’on connait de notre communauté qui à peine dans un avion EL AL se sent déjà chez lui en Israël. Mais, il y a toujours un mais après quelques points de détails dans cette vitalité décomplexée dès que l’on embarque c’est comme avoir un pied sur notre terre ISRAEL, magnifique sensation et émotion qui prend chaque passager dès que l’annonce notre descente sur LOD BEN GOURION. Un voyage en Israël n’est jamais innocent, il parle à notre cœur, angoisse et bonheur, il est vécu comme un retour à la maison après une longue absence. C’est sentir ISRAEL, respirer ISRAEL, c’est revivre une vie, un passé, nostalgie et plus fort que cela, la foi et l’amour que nous portons à ISRAEL. Nous ne portons pas Israël en nous, nous sommes en Israël, nous sommes ISRAEL, grande différence. Un miracle au-delà de toutes les adversités qui plongent notre pays, nos familles, notre judaïsme dans cette tourmente politique partiale et qui s’offusque de notre combat au droit à notre terre et à la revendication éternelle à notre identité. Alors, dans le long couloir qui nous mène au service de douane, le cœur s’emplit d’une

Pour la première fois dans la 5ème république, les grands partis de gouvernement traditionnels pourraient être absents du second tour de l’élection présidentielle. Il ne s’agit pas ici de le condamner ou de s’en réjouir, mais d’analyser une situation inédite à tous les égards. Notre régime politique, né en 1958, dure depuis près de soixante ans. Il est l’un des plus long et les plus paisible que nous ayons connu depuis la révolution française. La première république avait duré douze ans, de 1792 à 1804. S’en est suivi une phase de tentatives éphémères et instables de changements de régimes. La seconde république, née en 1848 était morte au bout de quatre ans seulement. La troisième, de 1870 à 1940, a certes duré mais s’est achevée dans le sang et dans la honte. La quatrième, née aux lendemains de la guerre en 1946 s’est effondrée douze ans plus tard seulement. Notre régime actuel a duré dans la stabilité, mais semble désormais usé, ou pour le moins remis en cause. Face à un monde qui a tant changé ces dernières années, face aux effets de la globalisation et des progrès technologiques inouïs,

force qui pousse notre intime aux larmes de ce miracle intemporel arraché par la souffrance, les deuils, les guerres à l’état qu’il est devenu aujourd’hui au travers des sacrifices d’une intensité mémorielle et qu’à mon avis chaque juif porte en lui. L’âge, peut-être, le réflexe de la politique en France, cette incertitude de notre devenir en France, à voir ces dérapages des hommes politiques, le silence tragique de notre institutionnel, nos lanceurs d’alerte inexistants dans l’arène de ces présidentielles de tous les dangers. Alors, cette arrivée en Israël est une joie qui nous libère de toutes les pesanteurs lourdes de sens de ce trouble politique qui gangrène notre espace de vie en France. « Broukhim Habayin » notre formule de bienvenu à nul autre pareil, nous rentrons chez nous, aucun doute, déjà l’effervescence israélienne, une dynamique du mouvement dans une sorte de pagaille constructive, cela peut paraitre paradoxale, mais pour les fervents voyageurs vers Israël, nous nous comprenons bien. Malgré tout, il est important de révéler des détails significatifs expliquant parfois pour éviter de dire souvent quelques exemples d’une orthodoxie négative de la part de notre administration. Tel le fait authentique d’une dame de notre communauté se rendant à la poste pour envoyer une lettre en Israël, et au guichet, la préposée aux envois voyant la destination Israël dit « Madame ISRAEL n’existe pas, c’est la Palestine ! » NON, c’est ISRAEL réplique-t-elle. Le quiproquo perdure, long dialogue contradictoire qui ne tourne pas à l’avantage de la dame de notre communauté. En final, la préposée avec les gens qui faisaient la queue partage le point de

vue de la préposée et notre amie quitte le bureau de poste sans avoir pu expédier sa lettre. Ceci est une information divulguée lors de l’Assemblée Générale du CRIF le 22 janvier 2017. A cela s’ajoute pour des vols à destination d’ISRAEL de vols de bagage. Tel Aviv vit la nuit, de Paris à Tel Aviv, un espace de quelques heures, deux mondes, deux entités, deux regards, nous changeons de vie, la rue se remplit de ses rumeurs, de ses odeurs, les magasins d’alimentations sont ouverts 24/24 et 7/7, le va et viens , les klaxons, l’impatience des chauffeurs, les vélos roulent sur les trottoirs jouent un gymkhana constant avec les piétons, dire que c’est dangereux, oui et non, puisque cela est admis à Tel Aviv et certainement ailleurs. Cette prose de bienvenu que nous reconnaissons, les sourires, l’impression assez unique que nous sommes tous de la même famille avec plus de 100 ethnies juives qui composent Israël, une seule identité, le paradoxe est visible mais ici on ne fait plus le différence, je parle en amoureux d’ Israël, ce n’est pas nécessairement vrai mais le ressenti est bien plus fort que la réalité et porté par nos émotions, j’ai tendance à amplifier cette sentimentalité à son paroxysme. Qu’importe, le quotidien israélien prend possession de nos âmes, de cette ferveur sans objectivité, mais un fait, une fois en Israël, j’oublie Paris, j’oublie François Fillon et l’insoutenable pression que l’on exerce sur lui alors qu’il est avéré que pratiquement tous les parlementaires font la même chose. La politique d’une médiatisation dont l’influence agit sur le public comme la cape rouge sur le taureau dans l’arène. Je ne m ‘inquiète plus des turpides d’un Benoit Hamon prêt à vendre Israël aux

Crise ou fin de régime ?

face à une crise économique qui s’installe, face aux menaces mondiales de toutes sortes – sécuritaires, démographiques ou financières – face aux nombreuses alternances politiques qui n’ont pas convaincu depuis trente-cinq ans, une volonté de changement en profondeur monte en puissance. Changement d’hommes et de femmes, de génération, de discours, de méthode. Cette volonté de « renverser la table », d’une façon ou d’une autre, née d’une société fracturée et d’un modèle politique et social à bout de souffle, se repend dans l’inconscient collectif de notre société comme une traînée de poudre. Elle explique la folle campagne électorale que l’on vit aujourd’hui. Les repères changent. Les barrières tombent. Tout va très vite. Le monde nous observe, mais une telle évolution est visible partout depuis quelques mois. Aux Etats-Unis, en Europe ou ailleurs, les partis traditionnels et ce qu’ils représentent sont contestés, voir rejetés, et avec eux leurs dirigeants et leurs idées. Et ce supposé réveil des peuples constaté ici ou là, avec toutes les conséquences qui en découlent, ne se focalise pas simplement sur la recherche d’hommes neufs, mais sur la volonté de tes-

ter un système nouveau. Il n’en faut alors pas beaucoup plus pour que ne tentent de s’engouffrer dans la brèche des aventuriers, des apprentis sorciers, des démagogues, ou finalement des extrémistes. Nous n’en sommes pas encore là en France, mais de seulement envisager que de tels scénarios vus ou approchés ailleurs pourraient un jour ou l’autre se concrétiser est déjà inédit en soi, et non sans risques pour notre avenir. On sait ce qui est rejeté ; on ignore encore, ou on craint, ce qui pourrait le remplacer. La véritable question sur le « plan B » est de savoir quelle alternative pourrait succéder à ce régime politique qui, malgré tout, a permis depuis des décennies notre développement dans la paix et la stabilité. La réalité est qu’à ce jour, il n’y en a certainement pas de crédible et de solide. Le changer ouvrirait la porte à une aventure au mieux incertaine, au pire dangereuse. Le modifier apparaît comme le seul moyen de continuer à bénéficier de ses atouts indéniables, tout en en dissipant les faiblesses et en en soignant l’usure. Les défenseurs de notre modèle de société, de sa cohésion, de ses valeurs, menacées par cette vague de fond insaisissable et impré-

Palestiniens, IL est de loin bien plus dangereux que les autres, sa sémantique tragiquement frappe à côté des réalités et il se fait entendre par des milliers de Français le regardant avec les yeux de « Chimène », la politique est-elle tombée si bas qu’un peuple dont les exigences de survie sont à ce point vitales puisse se laisse « bananer » par un tribun dont le seul but est la présidence. De l’insignifiance des médias qui laisse corrompre un peuple se refusant à admettre que le jeu des promesses est fertile en mensonge et de désillusion. Les autres tout autant dangereux qu’ils savent dès le départ qu’ils ne seront pas élus, de leurs tribunes mercantiles, de leurs mensonges enrobés de bons sentiments, la main sur le cœur, la voix aux trémolos de la tragédie grecque, tels des pythies ils annoncent la fin d’une société de misère et sans honte enchaine « la Marseillaise » au nom de la République. Drame en perspective, malheur à venir, révolution en attente, tandis que dans les profondeurs des états-majors de campagne, tous plébiscitent une explosion de la colère des laisser pour compte de la société. Et cela, c’est en France, j’en passe de ces politiques de surface et des vanités intrinsèques, donneurs de leçons à qui mieux mieux sur les sujets de seconde importance, comme la critique systématique « du vote à la Knesset sur la légalisation des logements construits « illégalement en Judée Samarie, tout ce que le monde de l’UE, ces états de l’éphémère creuse leur tombe, la France et les autres s’engouffrent dans la discorde et la révolution et ce qui inquiète nos pays c’est encore ce point minuscule de la planète qu’est ISRAEL. Bernard KORN BRZOZA

visible, ont aujourd’hui la lourde responsabilité de proposer rapidement les remèdes pour le sauvegarder et le pérenniser . Avant qu’il ne soit trop tard. Et le temps presse. Alors certes, dans un contexte aussi mouvant, l’opinion publique se montre instable, rendant les sondages si impuissants à la mesurer, et le scénario d’un tel grand bouleversement ne sera peut-être pas pour tout de suite. Mais si ce n’est pas pour cette fois, combien de temps encore cette vague pourrait-elle être contenue ? Crise ou fin de régime ? C’est tout le débat et tout l’enjeu de cette élection qui approche, et de ses lendemains. Quel que soit le résultat, rien ne s’arrêtera le 7 mai prochain. Philippe Meyer


SÉCURITÉ

Edition du 15 Février au 21 Février

24

Cybersécurité & Services financiers: Israël et l’Ontario investissent $15 millions de dollars

Dans le but de renforcer les solutions de cybersécurité pour le secteur des services financiers internationaux, Israël et l’Ontario investissent 20 millions de dollars canadiens (15 millions de dollars) pour le développement conjoint de technologies pertinentes.

Les gouvernements de l’Ontario et d’Israël, par l’intermédiaire des Centres d’excellence de l’Ontario et de l’Autorité israélienne pour l’innovation, engagent chacun 5 millions de dollars canadiens (3,8 millions de dollars) sur cinq ans – somme qui sera compensée par les petites et moyennes entreprises participantes. La nouvelle initiative s’inscrit dans le cadre du vaste programme du Réseau de recherche Ontario-Israël (OIRNP-MAGNET), qui soutient les collaborations menées par l’industrie pour élaborer conjointement des technologies novatrices. « Parce que la technologie dans le secteur des services financiers évolue très rapide-

ment, les préoccupations concernant la cybersécurité sont primordiales tant pour les entreprises que pour les consommateurs », a déclaré Tom Corr, président et chef de la direction d’OCE. «Le leadership d’Israël dans le domaine de la cybersécurité constitue un partenaire naturel pour l’Ontario dans la recherche d’une technologie de pointe. Cette collaboration bilatérale est une excellente occasion de mettre à profit l’expertise, les ressources et les chaînes d’approvisionnement pour créer de meilleures solutions de cybersécurité pour le secteur des services financiers ». OCE est un programme à but non lucratif financé par le gouvernement de l’Ontario qui met l’accent sur la formation et le développement de la prochaine génération d’innovateurs et d’entrepreneurs, en partenariat avec l’industrie, les universités et les institutions publiques. Source: http://www1.alliancefr.com

Le logiciel eVigilo est la base En Asie, Elbit Systems remporte de tous les systèmes d’alerte de l’armée israélienne un contrat de $110 Millions remplaça le Mil Mi-4 équipé d’un moteur à pistons. Conçu au départ comme un simple hélicoptère de transport, il montra rapidement des aptitudes pour toutes sortes de missions de combat comme l’appui-sol à l’aide de roquettes et d’un canon. Il peut être équipé d’un treuil pour fret capable de soulever une charge de 3 t plus un treuil de sauvetage pouvant soulever une charge de 150 kg. Elbit Systems remporte un énorme contrat étalé sur cinq ans dans un pays tenu “secret”. Il s’agit d’un pays d’Asie (Israelvalley n’est pas autorisé à donner le nom) qui souhaite upgraderses hélicoptères Mi-17. Le Mil Mi-17 est un hélicoptère de transport lourd soviétique puis russe. Il a été développé à partir du Mi-8. La désignation Mi-17 est conçue pour l’exportation ; l’hélicoptère est connu dans l’armée russe sous le nom de Mi-8MT. Dans le codification OTAN, il est connu sous le nom de « Hip ». Le Mil Mi-8 (code OTAN : Hip ; version marine : Hace) est un hélicoptère polyvalent conçu et fabriqué en URSS (plus tard en Russie) par Mil à Kazan et Oulan-Oude. Son premier vol eut lieu en juin 1961. Il

La version Mi-9 est un PC volant. La version marine Mi-14 Haze se distingue par son fuselage en forme de coque de bateau. On peut en voir un exemplaire au musée militaire de l’ancienne base de Peenemünde. Son rotor principal à 5 pales est entraîné par deux moteurs à turbine Isotov et capable de vol monomoteur en cas de panne d’un moteur. Son train d’atterrissage n’est pas rétractable. Le point d’emport de l’armement est situé sous le fuselage. Quelques variantes disposent de points d’emport supplémentaires sur des ailettes porte-armement latérales. Une mitrailleuse peut être fixée dans le poste de pilotage, le tireur étant allongé à plat ventre sur le plancher entre les pilotes. En plus des missions militaires, le Mi-8 sert au transport de personnes et de grue volante.

Gâce au logiciel de la société israélienne eVigilo, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont pu être alertées de l’imminence d’un tremblement de terre au Chili. „Notre firme est spécialisée dans les alertes massives et nous pouvons diffuser un nombre incalculable d’informations via n’importe quelle plate-forme numérique“ a expliqué le PDG de l’entreprise, Lior Shalev, au Jerusalem Post. Le logiciel est particulièrement précieux dans les situations d’urgence car il peut transmettre les signaux d’autres capteurs pour lancer différentes alertes. La technologie a été développée à l’origine

pour signaler les tirs de roquettes. Le logiciel eVigilo est en effet la base de tous les systèmes d’alerte de l’armée israélienne. En 2010, les Israéliens ont remporté l’appel d’offres pour un système d’alerte des tremblements de terre au Chili. L’atout de cette technique est, en outre, son extrême précision qui permet de prévenir exclusivement les personnes réellement menacées. Au Chili, le logiciel consulte les données des capteurs mesurant l’activité sismique sous-marine et les analyse à une vitesse maximale. Il décide ensuite des zones menacées et lance une alarme appropriée. Source: http://israelentreleslignes.com


SÉCURITÉ

Edition du 15 Février au 21 Février

25

Un bracelet qui enregistre les données médicales d’un soldat blessé sur le terrain

Que pouvez-vous apprendre en trois semaines ? Apprendre une langue ? Écrire un livre ? Et pourquoi pas faire comme les soldats de Tsahal et créer un bracelet qui peut sauver d’innombrables vies. RÉSOUDRE UN PROBLÈME Dans le cadre de la formation des officiers spécialisés dans la technologie, les cadets avaient pour mission de trouver un problème au sein de Tsahal et de le résoudre en créant un appareil technologique. Ensemble, ils ont décidé d’inventer un bracelet intelligent qui enregistre toute les données médicales d’un soldat blessé sur le terrain. Voici comment ça marche : lorsqu’un soldat est blessé, l’aide-soignant lui place le bracelet intelligent qui fonctionne grâce à un Arduino*. Le bracelet enregistre directement le pouls, la pression artérielle et la température du corps en utilisant différents capteurs. Il enregistre aussi les soins, les dosages et toute procédure médicale que le soldats reçoit. Lorsque le soldat est évacué vers un hôpital, toutes ses données partent avec lui, grâce à ce petit bijou technologique qu’il porte autour de son poignet. Alors que la technologie portable (de l’anglais : wearable technology) ne s’est pas aussi vite développée que prévu dans le

secteur civil, ce qui rend ce bracelet différent c’est qu’il remplit des fonctions vitales. Il permet au Corps Médical de Tsahal de résoudre un problème qui existait depuis bien longtemps : le transfert des données médicales d’un soldat blessé sur le terrain lorsque celui-ci est évacué vers un hôpital. INNOVATIONS MENT RAPIDE.

ET

(Israel Aerospace Industries) : le Heron, le Searcher ou le Harops.

DÉVELOPPE-

Ce bracelet intelligent a été développé en seulement trois semaines. Ce processus rapide est devenu une norme pour la division technologique C4i. Auparavant, les unités passaient beaucoup plus de temps à développer un prototype, à le tester, à l’améliorer pour ensuite le tester à nouveau. Aujourd’hui, ce processus est accéléré et permet aux unités technologiques de Tsahal de rapidement implanter ces inventions directement lorsque des problèmes surviennent. Alors que les menaces auxquelles Tsahal est confronté évoluent, nos appareils technologiques doivent, eux aussi, évolués. La coordination qui existe entre les unités combattantes et la division technologique C4i permet à l’armée israélienne de rester à la pointe et de continuer à sauver des vies. Source: tsahal.fr

Aero India 2017 : Israel Aerospace Industries très présente en Inde IAI DÉVOILE À L’AERO INDIA À BANGALORE UNE VERSION D’EXPORTATION DE HERON TP.

Le salon international Aero India est un salon professionnel important dans le secteur de l’aéronautique, du spatial et de la défense en Inde. Il a lieu tous les deux ans. La 11ème édition se déroule du 14 au 18 février 2017 toujours à Bangalore. D’après le site air-cosmos, le but du Ministère de la défense indien, qui aujourd’hui opère une flotte d’avions de combat à 95% pilotée, est de renverser la tendance de manière drastique. D’ici 10 ans, la défense indienne table sur une flotte aérienne équilibrée, à 50% piloté et à 50% non piloté. Une ambition évaluée à des milliers de drones qui pourrait représenter jusqu’à 5 milliards de dollars d’ici 2027 ! Par ailleurs l’armée de terre indienne souhaite équiper l’ensemble de ses bataillons de systèmes de mini-drones. Soit un marché de plusieurs centaines de plateforme qui pourrait avoisiner le milliards d’euros ! La filière drone en Inde passe nécessairement par le recours à des industriels étrangers. Traditionnellement, l’industrie la plus présente en Inde est celle israélienne. Les forces armées indiennes mettent en œuvre déjà plusieurs plateformes d’IAI

IAI a développé une version spécifique à l’exportation de son drone le Heron TP, à moyenne altitude et à longue durée d’autonomie, qui sera diffusé pour la première fois au salon Aero India de Bangalore, peut-on lire dans flightglobal.com Adapté de la ligne de base Heron TP – qui fait partie de l’aviation israélienne depuis 2010 et qui a également été choisi par l’aviation allemande pour évoluer au Mali et en Afghanistan avec déjà 30 000 heures de vol – le modèle XP a été conçu pour se conformer aux restrictions imposées par le régime international de contrôle des missiles 2, l’accord MTCR 2. L’un des principaux changements a été de réduire sa capacité de charge utile de 1 tonne et plus à 450kg. Pour IAI, le nouveau Héron TP-XP “constitue un avion stratégique multi-mission, multi-charge utile” capable de fonctionner dans des conditions météorologiques extrêmes. L’IAI a fourni auparavant aux forces armées indiennes un hélicoptère Héron 1 plus jeune, et New Delhi avait montré de l’intérêt à obtenir également le modèle TP. La société israélienne espère «renforcer et approfondir» sa relation avec les partenaires indiens, sous les auspices de la politique d’acquisition de «New Delhi», «Make in India». «Heron TP-XP est un élément important de cette coopération en cours».


FRANCE

Edition du 15 Février au 21 Février

26

Humeur : en vouloir à Léa Salamé ou pas ? Le débat fait rage sur les réseaux sociaux. Il y a ceux qui condamnent la journaliste, ceux qui en veulent à Marine Le Pen, ceux qui se demandent ce qu’ils viennent faire dans cette galère. Bref, l’Emission Politique, avec Marine Le Pen, a au moins eu le mérite de lever un lièvre : le FN est-il notre ami ? La réponse est non, vous l’aurez compris !

Le face à face

Aujourd’hui les nervis de CAPJPO-Europalestine ont encore dressé un stand dans le quartier de Beaubourg appelant au boycott d’Israël. Malgré l’illégalité de ce boycott, la nébuleuse BDS a reçu une fois de plus l’autorisation de la Préfecture de Police de Paris. Près de 80 militants de Israël Is Forever (IIF), de l’Organisation Juive Européenne (OJE) et du collectif anti-boycott se sont rendus sur place pour contrer ce rassemblement nauséabond.

Nous avons tous pu constater la présence d’affiches et de tracts de propagande mensongère et de slogans haineux. Le boycott d’Israël, l’apologie du terrorisme et le vieux poncif de la théorie du complot étaient au rendez-vous sur ce stand ! Ces provocations insupportables ont déclenché de brèves échauffourées, immédiatement stoppées par les forces de l’ordre. BDS DOIT SAVOIR QUE NOUS NE LACHERONS RIEN !

L’émission politique recevait, la semaine dernière, la leader frontiste. L’occasion, pour celle qui arrive désormais en bonne position dans les sondages d’opinion, de dérouler tout ou partie de son programme pour la Présidentielle. Et pour les journalistes de débusquer les lièvres qui se cachent dans les bois marinistes. Car derrière des grands principes pompeux et des phrases floues destinées à réveiller nos peurs, nos réflexes de repli et à jouer sur les oppositions communautaires, se cachent des postulats et des propositions de loi qui devraient nous faire réfléchir. Que propose pratiquement Marine Le Pen comme modèle de société pour la République française ? Il était temps de se pencher sur le sujet… Pourquoi cette urgence ? Parce que jamais la numéro 1 du FN n’a été aussi près du pouvoir, de la magistrature suprême. Parce que le vent de scandale qui a soufflé et qui souffle encore sur la candidature de François Fillon ne profite, pour l’instant qu’à un seul parti : celui du rejet. C’est encore et toujours un vote de refus, de repli, de contre-pouvoir, de rejet du système qui risque d’être exprimé dans les urnes en mai prochain. La Gauche est morcelée, divisée, éclatée entre une candidature Benoît Hamon qui ne fait pas l’unanimité au sein même du parti et tous les autres candidats qui s’en réclament et la Droite vient de prendre du plomb dans l’aile avec la tornade de révélations qui entraîne son candidat dans la chute. Les sondages sont vertigineux, même si l’on sait qu’ils peuvent se révéler trompeurs : on pourrait bien voir Marine Le Pen au deuxième tour désormais, et si c’est face à Emmanuel Macron, elle pourrait l’emporter… Alors voilà Léa Salamé et ses confrères embarqués dans la difficile traversée du programme du FN, qu’ils ont tenté de décrypter. Ils ont aussi, par la même occasion, essayé d’engager Marine Le Pen à préciser sa pensée. Et une question a dérangé : celle des juifs ayant la double nationalité française et israélienne. Ceux qui trouvent la question de Léa Salamé déplacée, voire carrément porteuse d’un relent antisémite se trompent : non Léa Salamé n’est pas antisémite, non, elle n’a pas voulu attiser la haine du juif en laissant à penser que nous étions tous pourvus de millions dans nos comptes bancaires et d’une double voire d’une triple nationalité (parce que les Américains nous accueillent à bras ouverts, c’est bien connu !) nous permettant de faire transiter lesdits millions imaginaires par n’importe quel paradis fiscal de la planète. La journaliste a simplement voulu montrer

que derrière sa pseudo affection pour les juifs, le FN n’a pas l’intention de nous faire de cadeau. Si ce parti xénophobe arrive au pouvoir, oui il rognera nos libertés, comme il rognera celles de tous ceux qui auraient le malheur de ne pas être blanc, catho ou laïc et bien né. Sa question était-elle mal posée, malvenue ou maladroite ? Oui, c’est un fait. Car il faut le dire, elle ne concerne que très peu de citoyens, au regard des dizaines de millions de Français appelés aux urnes. Aurait-elle posé une question concernant les détenteurs de reptiles ou les passionnés de curling ? Non, car la proportion est trop faible. Alors pourquoi les Franco-israéliens qui ne sont que quelques milliers ? Pourquoi populariser un peu plus l’idée que les juifs et la finance juive mondiale, si tant est qu’elle existe, dominent la France, alors qu’elle sait pertinemment que tout ça n’est que de l’intox ? La question mérite de lui être posée et surtout, elle mérite de nous être posée : que voulons-nous en tant que citoyens français juifs ? Etre oubliés, être considérés par les politiques, ne pas être mentionnés lorsqu’il est question du modèle de société qu’on nous propose d’adopter ? Chacun répondra comme il le souhaite à cette question. Chacun jugera, en son âme et conscience, s’il faut demander des comptes à la chaîne et à la journaliste pour avoir eu l’audace, la bêtise, la maladresse de poser cette question. Ou l’intention de nuire, en la posant… Mais quel que soit notre point de vue sur cet aspect de l’affaire, n’oublions pas la forêt derrière l’arbre de Salamé : le FN n’est pas l’ami de la communauté juive, il n’est pas non plus l’ami d’Israël. En bégayant, en bafouillant, en se reprenant, Marine Le Pen l’a confirmé : elle ne nous fera certainement pas de cadeau, et surtout pas sur le sujet de la double nationalité, qui est l’un des points phares de son programme de lutte contre l’immigration. Dont acte. C’est dans les urnes qu’il faudra donc lui rendre la monnaie de sa pièce. Israël Actualités


FRANCE

Edition du 15 Février au 21 Février

27

Emmanuel Macron en visite en Algérie M. Macron a été reçu avec les honneurs, à l’image de son cortège de voitures officielles guidées par des gyrophares qui a serpenté à grande vitesse dans les rues encombrées d’Alger. Surtout, il a passé deux longues heures d’entretien avec le Premier ministre Abdelmalek Sellal et le ministre de l’Industrie et des Mines Abdessalem Bouchouareb, qui ont largement débordé du programme initial.

Erreur d’appréciation? Malgré de réels efforts venant des milieux franco-israéliens, Emmanuel Macron n’avait pas pu rencontrer le Premier Ministre israélien lors de son dernier passage à Tel Aviv. Il n’était encore que “simple” Ministre de l’économie et… presque candidat à l’Elysée.. . En Algérie le tapis rouge est déployé avec force, car les sondages lui sont favorables, et surtout il a son avenir devant lui. Macron se trouve à présent en Algérie, pays très peu sympathique à l’égard de l’Etat Hébreu. L’Algérie et Israël n’ont pas de relations diplomatiques officielles, le gouvernement algérien ne reconnaissant pas l’État d’Israël et interdisant à ses ressortissants toute entrée sur son territoire. Cependant et depuis les années 2000 les contacts s’intensifient entre l’Algérie et Israël, dans les domaines militaire et économique. La surveillance des réseaux terroristes a stimulé la coopération entre les services de renseignements des deux pays. De plus, des émissaires de Bouteflika auraient transmis, lors d’une discrète ren-

contre en Italie avec Dany Yatom, ancien chef du Mossad, une requête portant sur la formation d’une unité spéciale chargée de la protection rapprochée des dignitaires du régime et la fourniture d’équipements de sécurité sophistiqués israéliens . Voilà en outre plusieurs années que des sociétés israéliennes fournissent à l’Algérie des médicaments et du matériel hospitalier. A Jérusalem, on observe avec vigilance toute déclarations du candidat Macron sur le conflit au Moyen-Orient. Pour le moment “rien à signaler”. Selon (1) : «Macron a accompli une étape “indispensable” et symbolique pour un candidat à l’élection présidentielle française en entamant lundi une visite en Algérie, avec une série d’entretiens ministériels où il a évoqué “le poids du passé” et les promesses de partenariats d’avenir. C’était en quelque sorte tapis rouge pour l’ancien ministre de l’Economie, venu à Alger pour étoffer sa stature internationale et marquer davantage son intérêt pour le bassin méditerranéen après des visites en Tunisie et au Liban.

Ces deux personnages clés de l’Etat algérien sont visiblement attentifs au parcours du candidat d’En Marche !, porté par des sondages favorables en France. Et M. Bouchouareb connaît bien M. Macron, qu’il a plusieurs fois rencontré lorsque ce dernier était à Bercy et qu’il a chaleureusement embrassé au moment de se séparer. “Emmanuel vient en ami, il vient aussi comme quelqu’un qui a aussi contribué à ce partenariat d’exception que nos deux pays sont en train de construire patiemment mais résolument”, glisse en écho Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères, qui a lui aussi devisé avec l’ex-ministre de l’Economie à son arrivée à la mi-journée. Dans son marathon institutionnel et un peu au pas de course en raison du retard accumulé, M. Macron a également rencontré la ministre de l’Education Nouria Benghebrit et celui des Affaires religieuses Mohamed Aissa. Durant ces entretiens, Emmanuel Macron a rappelé l’importance des relations historiques entre France et Algérie, qui se regardent d’un bord à l’autre de la Méditerranée. Pont vivant “Il est évident que compte tenu du rôle que joue l’Algérie dans notre histoire, dans notre pays, dans notre avenir et dans celui

du Maghreb, il est indispensable durant une campagne présidentielle de venir faire une telle visite. Pour mesurer à chaque instant le poids du passé et avoir un discours volontariste sur l’importance de l’avenir”, a souligné M. Macron. “J’appartiens à une génération qui n’a pas connu la Guerre d’Algérie (1954-1962, ndlr) mais (…) qui ne peut pas vivre sans. Cela fait partie de notre viatique”, a insisté M. Macron, tout en appelant à “donner encore plus de densité au partenariat entre la France et l’Algérie”. Dans cette perspective, il a déroulé plusieurs “axes de développement stratégique”, parmi lesquels le renforcement de la coopération “sur le plan diplomatique et sécuritaire”. Une thématique abordée particulièrement avec le Premier ministre. Avec M. Sellal, “nous avons passé un long moment à évoquer deux sujets qui me préoccupent beaucoup: le sujet libyen et le sujet malien qui sont au coeur de la sécurité régionale et sont très structurants pour notre politique étrangère”, a souligné M. Macron. “Nous avons besoin d’aider l’Algérie dans la diversification de son économie”, a également souligné M. Macron. Nous sommes ici dans le premier pays potentiellement au monde de l’énergie solaire. Nous avons la volonté que la France prenne le leadership mondial sur ces technologies et sur cette transition énergétique». “Enfin, il y a nos relations consulaires, culturelles, linguistiques et scientifiques”, a dit l’ancien banquier d’affaires, en évoquant les “millions de binationaux, d’Algériens vivant en France, qui sont un pont vivant, qui sont cette mémoire commune et parfois déchirée”. Source: (1) http://www.boursorama.com

Fillon exclut tout retrait de sa candidature semblée. Un retrait engendrerait «une crise majeure» avec un risque «d’effacement» de la droite durant cette campagne présidentielle, a affirmé M. Fillon lors de cette réunion où il a rejeté l’idée de réunir un bureau politique, réclamé par certains parlementaires LR, pour en débattre.

Un retrait engendrerait «une crise majeure» avec un risque «d’effacement» de la droite durant cette campagne François Fillon a de nouveau exclu mardi

devant les députés LR tout retrait de sa candidature à la présidentielle qui «créerait une crise majeure» et martelé «qu’il n’y avait pas de solution alternative», selon des participants à la réunion de groupe LR à l’As-

«Honnêtement, ça serait peut-être plus facile pour moi personnellement et ma famille de ne pas être dans cette compétition aujourd’hui. Cette décision (de rester), je l’ai prise, je ne reviendrai pas dessus», a lancé le vainqueur de la primaire de la droite. «Je suis harcelé par la presse nationale. J’ai le harcèlement judiciaire. Je ne voudrais pas avoir en plus le harcèlement parlementaire

parce que ça va commencer à devenir difficile (...) Moi j’ai besoin que vous m’aidiez», a-t-il encore exhorté les députés LR. «Maintenant, chacun prend ses responsabilités. La question, c’est +est-ce que vous m’aidez ou est-ce que vous me compliquez la tâche ?+», a ajouté l’ancien Premier ministre alors que certains parlementaires, notamment des sarkozystes, lui ont demandé de réunir le bureau politique des Républicains et jugent qu’il est désormais «impossible de faire campagne» pour M. Fillon sur le terrain. Selon des parlementaires présents, «90% des députés» qui assistaient à cette réunion ont toutefois exprimé «des messages d’union et de soutien».


FRANCE

Edition du 15 Février au 21 Février

28

Le Crif condamne vivement la L’Annonce de Le Pen sur la rencontre entre des responsables double nationalité France-Israël du Front Nationalet un très commentée groupuscule juif de France

Le Crif a appris avec indignation la tenue dune reunion entre des responsables du Front National et les dirigeants d’une prétendue organisation juive de France.

Francais Juifs par le Front National. Il rappelle l’opposition de l’ensemble des organisations juives de France à tout contact avec le Front National.

Le Crif condamne avec vigueur cette rencontre, choquante sur le plan moral et irresponsable sur le plan politique.

Pour Francis Kalifat, président du Crif :»Le cordon sanitaire autour du Front National est un impératif républicain auquel les Juifs sont attachés, parce qu’ils savent qu’en protégeant la République, il protège les Français juifs»

Le Crif considère cette rencontre comme une tentative d’instrumentalisation des

Meyer Habib réagit aux propos de Marine Le Pen

Invitée sur France 2, jeudi 9 février, la présidente du Front national a assuré qu’elle interdirait la double nationalité en France pour tous les ressortissants de pays non-européens, Israël inclus, en cas de victoire à la présidentielle. Une annonce qui ne passe pas inaperçue dans les médias israéliens. “Dans une France avec Marine Le Pen au pouvoir, les citoyens juifs seraient forcés de renoncer à leur citoyenneté israélienne, a dit la présidente du Front national jeudi.” C’est le journal israélien Ha’Aretz qui rapporte les propos de la candidate du FN, ce vendredi 10 février au matin, comme une grande partie de la presse israélienne. Sur France 2, jeudi soir, la candidate à l’élection présidentielle a en effet déclaré : Israël n’est pas un pays européen. Je crois que même Israël accepte de le dire et de le penser. Je suis contre la double nationalité extra-européenne.”

Suite aux propos de Marine Le Pen contre la double nationalité extra-européenne (à l’exception de la Russie !!) et sa volonté de supprimer notamment, celle des 150.000 français que je représente à l’Assemblee Nationale, Je rappellerai à Madame Le Pen, outre le caractère anticonstitutionnel de sa mesure, la dette imprescriptible de l’Europe au peuple Juif ; Je rappellerai à Madame Le Pen que l’Etat d’Israel est le certificat d’assurance-vie des juifs du monde entier ;

Je lui rappellerai que si Israel avait existé, jamais la Shoah ne serait arrivée. Je rappellerai à Madame Le Pen, que son père Jean-Marie a fait l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande, condamné pour ses propos par la justice française, et vient d’être mis en examen pour ses propos ignobles en juin 2014 au sujet de Patrick Bruel, parlant de «fournée». Non Madame Le Pen, ne vous en déplaise, on ne réclamera jamais à un franco-israélien de choisir entre sa mère et son père, la France et Israel.

national à l’élection présidentielle Marine Le Pen a rappelé qu’elle était opposée à la double nationalité extra-européenne, évoquant notamment les Franco-israéliens. Alors que la journaliste Léa Salamé interrogeait la leader frontiste si, dans le cas où elle était élue, elle comptait “demander aux Juifs française de renoncer à leur double nationalité israélienne”, Marine Le Pen a répondu : “Israël n’est pas un pays européen. Je crois que même Israël accepte de le dire et de le penser. Je suis contre la double nationalité extra-européenne”. “Donc vous demandez ce soir aux Juifs français qui nous regardent de renoncer, s’ils voulaient avoir une double nationalité”, a insisté la journaliste. “Eux et les autres (…) Ce n’est pas aux Juifs mais aux Israéliens à qui je demande de choisir leur nationalité”, a-t-elle rétorqué.

La Russie pas concernée Dans les médias israéliens, on insiste sur le fait que cette interdiction concerne Israël, mais pas la Russie. “Ce détail va certainement faire lever des sourcils en France et dans le reste du monde, écrit The Times of Israel, alors que les autorités françaises se disent inquiètes d’un possible piratage russe en faveur de Marine Le Pen lors des prochaines élections.”

“Cela ne veut pas dire que, s’ils ne choisissent pas la nationalité française, ils devront partir de France. La France a parfaitement la possibilité d’accueillir sur son sol, y compris pour un temps long, des gens qui sont étrangers et qui gardent leur nationalité, pour peu qu’ils respectent les lois et les valeurs françaises. On a rarement des problèmes avec Israël sur ce sujet”, a précisé Marine Le Pen.

D’après le journal basé à Jérusalem, “on estime que des milliers de juifs français détiennent la citoyenneté israélienne, tandis que l’immigration de la France vers Israël a connu une forte hausse ces dernières années en raison de l’antisémitisme et d’une série d’attaques terroristes par des groupes d’islamistes radicaux”.

Au cours de l’émission, Mme Le Pen a eu des mots durs contre ses deux plus sérieux adversaires pour la présidentielle, selon les sondages: “Que ce soit pour M. Fillon ou que ce soit pour M. Macron”, a-t-elle attaqué, “il y a derrière tout ça une sale odeur de trafic d’influence peut-être, de conflit d’intérêts à tout le moins.”

Selon i24News Invitée de “L’Émission Politique” sur France 2 jeudi soir, la candidate du Front

Source: i24News


FRANCE

Edition du 15 Février au 21 Février

29

So French So Food: visite des Carnaval Nice. La ville utilise chefs français à la résidence une firme israélienne sécurisant l’Aéroport de Tel Aviv présidentielle israélienne

Le Président Reuven Rivlin a rencontré une délégation chefs étoilés Michelin de France, en visite en Israël à l’occasion de la Semaine Culinaire Française, “So French So Food”. Le Président Reouven Rivlin a rencontré mercredi une délégation de chefs étoilés Michelin de France, en visite pour la Semaine Culinaire Française, cinquième du genre, qui a lieu en Israël, accompagnée de l’ambassadrice française en Israël, Hélène Le Gal. Parmi les participants venus à la réunion du Président – le chef de l’Elysée Guillaume Gomez et des grands chefs de célèbres restaurants en France comme Julien Binz, Pascal Bastian et Alexis Albrecht. La délégation était accompagnée par le chef israélien Shalom Kadosh. Au cours de la réunion, les chefs ont offert au Président une veste de cuisinier brodée à son nom. Le Président les a remerciés et a déclaré dans un sourire que toutes les personnes présentes « sont source de bonheur, de satisfaction et de joie vraie pour le

monde entier et ses dirigeants ». Rivlin a déclaré que le cadeau offert par la délégation donnait envie de se mettre aux fourneaux. « Si Nehama me le permet », a-til ajouté en riant. Du 5 au 10 février 2017, So French So Food s’est offert une cinquième édition en partenariat avec l’Alsace. La semaine de la gastronomie française en Israël a accueilli cette année 22 chefs et un maître boulanger, dont 7 chefs cuisiniers et un maître boulanger alsaciens, qui ont collaboré avec des chefs israéliens dans des restaurants à Tel Aviv, Haïfa, Beer Sheva, Tibériade, Jérusalem et Akko. La semaine de la gastronomie française en Israël, c’est aussi trois Master Classes publiques, avec “entrée-plat-dessert”, des animations culinaires dans la région nord, la découverte des produits et spécialités de l’Alsace et des événements caritatifs pour que cet événement soit ouvert à tous. Arutz 7 – Alliance

Une vingtaine d’étudiants ingénieurs d’AgroParisTech en Israël Pour la troisième année consécutive, une vingtaine d’étudiants ingénieurs à AgroParisTech effectuent fin Février 2017 un voyage professionnel en Israël afin de comprendre les enjeux et les innovations autour de l’eau. En effet, face aux défis actuels liés à la gestion d’une ressource vitale, il est nécessaire de comprendre les leviers et les moyens qui permettront de trouver des solutions viables. Ce voyage a donc pour but de coupler les connaissances des élèves avec la diversité

des actions entreprises en Israël pour répondre aux problématiques liées à notre thème central : l’eau. Ainsi, ce voyage sera l’occasion de rencontrer une grande diversité d’acteurs : des chercheurs, des entrepreneurs, des professionnels, des politiques… En effet, il n’existe pas une unique solution mais bien une multiplicité. L’objet du voyage sera alors de les identifier et de les comprendre dans un contexte donné. Ce voyage d’étude se fait en partenariat avec la Chambre de Commerce Israël-France (Tel Aviv).

Secret de polichinelle. De nombreux responsables de haut rang de la ville de Nice se sont rendus récemment en Israël pour rencontrer et signer des accords avec des firmes leaders dans le domaine de la sécurité. La raison ? Protéger, avec des méthodes éprouvées, les grandes manifestations de la ville, dont le Carnaval de Nice. Les représentants de Nice ont visité plus d’une fois l’aéroport de Tel Aviv afin de s’inspirer sur les mesures à prendre pour contrer les menaces terroristes. Selon (1) :»Des renforts importants et des moyens de sécurité inédits ont été déployés dans tout Nice et alentours pour le 133e carnaval, fête populaire et grand rendez-vous touristique que la ville a tenu à maintenir. Le carnaval a évité la Promenade des Anglais où aucun événement n’est autorisé jusqu’au premier anniversaire de l’attentat par respect envers les victimes. Les déguisements prêtant à confusion, sabres de pirate et autres fusils ou pistolets de cow-boy seront proscrits. “Jamais le niveau de sécurité n’a été aussi élevé sur un événement de cette nature à Nice”, avait assuré le préfet des Alpes-Maritimes, Georges-François Leclerc, à quelques jours de ce temps fort du folklore niçois avec ses batailles de fleurs et son corso illuminé dont Donald Trump a été la vedette. “Le char a été décidé quand l’élection de Trump n’était encore qu’une blague”, précise-t-on à l’office du tourisme. Premier grand rassemblement depuis la tragédie du 14 juillet qui a fait 86 morts, le carnaval de Nice dont les images font le tour du monde chaque année, se déroule pour la première fois derrière des palissades.

L’accès se fait par 36 portiques de sécurité tenus par 200 agents de sécurité chargés de la fouille. “Venez sans sac!”, a lancé le préfet lors d’un point presse tenu symboliquement à l’hôtel de ville aux côtés de Christian Estrosi, premier adjoint, toujours aux commandes de Nice même s’il a cédé son fauteuil de maire. Pour le carnaval, le préfet a assuré que de multiples scénarios avaient été envisagés: “C’est l’ensemble de la ville de Nice que nous protégerons pendant cette période-là”, a-t-il dit en évoquant “une approche nouvelle faisant appel à des moyens inédits” mais gardant la confidentialité du dispositif. “Nous avons pris l’initiative de restreindre le carnaval, pas dans sa dimension festive mais dans le périmètre à sécuriser”, a renchéri M. Estrosi qui s’est adjoint le conseil d’une société israélienne sécurisant l’aéroport de Tel Aviv. “Il n’était pas pensable que le carnaval, qui est une tradition si ancienne de notre cité et qui contribue à son rayonnement culturel, ne soit pas maintenu. Cela eût été un signe donné aux barbares, aux terroristes selon lequel ils auraient remporté une victoire de plus”, a-t-il dit. Malgré cela, la fréquentation s’annonce en baisse cette année (400.000 en 2016) faute d’avoir pu démarrer à temps la promotion de l’événement, complètement reformaté pour les exigences de sécurité. Fête populaire, le carnaval de Nice est aussi la fête des hôteliers (215.000 nuitées selon l’Office du tourisme) et génère 1.800 emplois directs et 30 millions d’euros de retombées économiques pour 6 millions d’euros de budget, selon la municipalité». Source: (1) http://www.rtl.be


ISRAËL

Edition du 15 Février au 21 Février

30

Shalom Kadosh, ambassadeur de la cuisine israélienne dans le monde

Pas de mélanges lactés et carnés, des desserts sans beurre, le contrôle sourcilleux d’un superviseur rabbinique… Laurent Delarbre, ancien chef du restaurant parisien la Tour d’Argent, a découvert à Jérusalem la gastronomie casher auprès du plus célèbre chef israélien Shalom Kadosh. Ce fut la rencontre de deux noms de la gastronomie. Laurent Delarbre fut pendant six ans, jusqu’en 2016, le chef d’une adresse historique devenue synonyme de bonne chère jusque dans le langage courant français.

Les jeunes israéliens lancent sans cesse de nouvelles idées

Shalom Kadosh est quant à lui le “Bocuse casher”, estime le critique français Gilles Pudlowski en évoquant avec Paul Bocuse l’une des plus célèbres références du bien-manger français. Le chef israélien est un habitué des grands de ce monde. Il a cuisiné pour le président français Jacques Chirac en visite – “il ne voulait pas croire que ce qu’il avait mangé était casher” – et pour le président américain Barack Obama. Mais “recevoir dans mon restaurant un chef de ce niveau, c’est un honneur”, se félicite-t-il. Les deux toques ont été réunies par la cinquième semaine de la gastronomie française en Israël, organisée par l’ambassade de France. Shalom Kadosh, qui se veut lui-même ambassadeur de la cuisine israélienne dans le monde, travaille depuis 40 ans à “la Vache sur le toit”. Ce restaurant, qui tient son nom d’une reproduction d’une œuvre du peintre juif Marc Chagall exposée à l’entrée, est l’une des adresses les plus réputées de la ville trois fois sainte.

Nous présentons une sélection des principales applications israéliennes mobiles innovantes, qui offrent une solution à un problème récurrent et qui en agace plus d’un dans les grandes villes du monde entier – le problème du stationnement !

« Pango », cette dernière application étant utilisée dans plus de 70 villes à travers le monde, on trouve les startups israéliennes « Anagog », « Polly », « ParkLife », ainsi que « Parko », qui sont en train de modifier la façon dont nous nous garons en ville.

En plus des pionniers dans le domaine du parking mobile en Israël « CelloPark » et

http://itrade.gov.il/

Dans les cuisines, Laurent Delarbre a opéré au côté de Shalom Kadosh sous le contrôle d’un envoyé du rabbinat. C’est ce dernier qui a allumé les fourneaux, seul un juif étant autorisé à le faire. Dans les cuisines, Laurent Delarbre a opéré au côté de Shalom Kadosh sous le contrôle d’un envoyé du rabbinat. C’est ce dernier qui a allumé les fourneaux, seul un juif étant autorisé à le faire. Depuis cinq ans, “la Vache sur le toit” et sa

petite salle claire d’une quarantaine de couverts au rez-de-chaussée d’un hôtel de luxe n’ouvrent plus que sur commande ou pour des événements spéciaux. “Expérience enrichissante” Deux soirs de suite cette semaine, les deux chefs ont concocté ensemble pour des amateurs – qui avaient réservé leur place par avance – un menu franco-israélien respectant scrupuleusement les règles de la “casherout”. Laurent Delarbre a découvert les contraintes du code alimentaire juif, qui interdit le mélange viandes-produits laitiers, le porc, les fruits de mer et certains poissons. Dans les cuisines, il a opéré au côté de Shalom Kadosh sous le contrôle d’un envoyé du rabbinat. C’est ce dernier qui a allumé les fourneaux, seul un juif étant autorisé à le faire. “Découvrir le casher a été une expérience enrichissante”, témoigne Laurent Delarbre, qui a fait ses courses comme tout chef qui se respecte dans un marché populaire de Jérusalem. Au menu: tartare de daurade accompagné d’un guacamole d’avocat, consommé de légumes, filet de bar sur des poireaux, côte d’agneau fumée ou poitrine de poulet et plusieurs desserts. Il en coûtait 480 shekels (120 euros), vins compris. A près de 70 ans, Shalom Kadosh se dit “fier d’avoir mis la cuisine de mon pays sur la carte de la gastronomie mondiale”. Et il confie avoir découvert une cuisson nouvelle de l’avocat grâce à Laurent Delarbre, Meilleur Ouvrier de France 2004. “La casherout ne m’a pas bloqué”, lui répond Laurent Delarbre. Les deux cuisiniers se sont rendus ensemble en salle pour échanger avec les clients, qui ont immortalisé le moment en selfies. L’édition 2017 de la semaine de la gastronomie française était placée sous le patronage de l’Alsace, accueillant 22 chefs réputés, étoilés au Michelin ou distingués par des prix. Source: AFP – boursorama.com Source: http://www1.alliancefr.com


ISRAËL

Edition du 15 Février au 21 Février

Super Job en perspective, «goûteur de chocolats» ?

Et si vous deveniez “goûteur de chocolats” ? Car oui, ce job de rêve existe. L’annonce a notamment été publiée sur le site Linkedin. C’est le géant de l’agroalimentaire américain Mondelez International, qui possède notamment Oreo, Prince, Milka, qui recherche de nouvelles recrues. L’objectif est de tester les chocolats avant leur sortie officielle et d’en donner un avis

objectif. A noter que le job est à temps partiel, 7h30 par semaine. Et basé à Reading, en Angleterre. Parmi les qualités requises : la passion de la confiserie… Et une solide connaissance de la langue anglaise, afin de bien savoir décrire les chocolats et dire par exemple ce qui les rend attirants ou non. http://www.lalsace.fr

31

Des billets de spectacles Last minute, à Tel Aviv. Super !

Comme New York, Paris ou Londres, Tel Aviv se dotera prochainement d’un espace où les israéliens et les touristes pourront acheter des billets de spectacles en dernières minutes à 50% moins chers. Les touristes et les Israéliens qui souhaiteront profiter de la culture de la ville qui ne dort jamais pourront acheter des billets dans un espace situé à Dizengoff Center : Billets de Concerts, d’expositions ou encore d’événements divers seront vendus jusqu’à 50% du prix, quelques jours avant chaque spectacle et jusqu’à deux heures avant le début du spectacle. Ces dernières années, la mairie proposait

des billets de dernière minute pour les résidents de Tel-Aviv seulement munis de la carte numérique de la ville. A présent, la municipalité souhaite étendre ce service aussi bien aux touristes qu’aux Israéliens qui visitent la ville . « Pourquoi un touriste ne pourrait-il pas assister à un concert ou aller voir une pièce sous-titrée ou encore profiter d’un spectacle de danse comme les Israéliens le font quand ils voyagent à l’étranger? » a expliqué Eytan Schwartz, directeur de Tel-Aviv Global City. Source: Tel Avivre

Les Food Trucks vont-ils enfin Du plomb dans le café en Israël ! décoller un jour en Israël ? En cause, les machines à expresso

Les Food Trucks (restaurants camions) ont conquis le monde entier, mais paradoxalement pas encore Israël, où, manger dans la rue est une tradition de toujours. Maintenant, le département de développement commercial de la municipalité de Jérusalem et l’équipe d’innovation de Jérusalem (JLM i-team), espèrent que les food trucks seront une réalité dans la capitale dès cet été.

« L’initiative vise à animer commercialement les zones de la ville où l’infrastructure permanente est actuellement déficiente, ce sera un laboratoire pour le développement futur de ces zones, tout en donnant aux restaurateurs participants une chance d’atteindre de nouveaux clients » selon un communiqué publié par les services impliqués. http://www.tribunejuive.info

Des contrôles effectués dans plusieurs chaînes de café par le ministère de la Santé ont montré des concentrations en plomb élevées dans les machines à expresso.

les mois à venir.

Le ministère a donc conseillé aux clients de réduire leur consommation de café dans les restaurants, chaînes de cafés et établissements analogues et recommandé aux femmes enceintes de renoncer totalement à cette boisson pour l’instant dans l’attente de contrôles plus complets des machines dans

Ce problème fait suite à toute une série de scandales alimentaires qui ont touché le pays ces derniers temps, entre autres la découverte de salmonelles et de listeria dans plusieurs produits vendus dans des supermarchés et des chaînes de restauration rapide.

Suite à ces résultats, les grandes chaînes comme Café Greg, Roladin et Café Café ont remplacé une partie de leurs machines.


ISRAËL

Edition du 15 Février au 21 Février

Israël : l’industrie de l’impression 3D ouvre la porte vers le futur

L’avenir est là. La capacité de créer un objet tridimensionnel à l’aide d’une imprimante simple est une réalité dans le monde d’aujourd’hui. Selon Ziv Sadeh, VP ventes de la société israélienne d’impression 3D Su-Pad, seulement trois décennies après l’invention de l’impression 3D, Israël est déjà le fabricant d’environ 40% de toutes les imprimantes 3D dans le monde entier.

En Israël, belle reconversion d’ex travailleuses et travailleurs du sexe permis de séjour et de travail pour des nonJuifs. Des meubles stylés destinés en premier lieu à aider les gens

Un article de Katharina Höftmann. «Quand Matthias Oppliger, originaire de Suisse, s’est trouvé pour la première fois en 2012 dans les quartiers sud délabrés de Tel-Aviv, il a subi un véritable choc. „A cette date, de nombreux réfugiés africains venaient juste d’arriver et j’ai vu un aspect d’Israël peu connu, auquel je ne m’attendais pas. Le corps d’une prostituée aurait pu reposer dans un conteneur sans que cela émeuve qui ce soit“. La vision de ce quartier autour de la gare centrale des bus et de ses habitants n’a plus laissé de repos à Matthias Oppliger. Cet ancien policier avait déjà créé en Suisse avec sa femme, Tabea, l’organisation „Glowbalact“ destinée à lutter contre le trafic d’êtres humains dans le monde. Il commença à se demander ce qu’il pourrait faire pour les habitants du quartier sud. Peu de temps après, le couple décida de s’installer en Israël avec ses trois enfants, nonobstant les difficultés inhérentes à l’obtention d’un

32

Aujourd’hui, à peine quatre ans plus tard, Matthias Oppliger ouvre les portes de son magasin A.I.R. (acronyme d’„Act, Inspire, Restore“) situé à Tel-Aviv dans la Shokenstreet. A.I.R. est une entreprise sociale dont le but n’est pas seulement de vendre des meubles stylés à des restaurants et des cafés mais également d’aider les gens. „Notre emplacement est stratégique, un grand nombre des 12 000 travailleurs sexuels se trouvent dans le quartier“ explique Matthias. „C’est facile pour eux de venir chez nous quand ils ont besoin de trouver du travail. Et nos partenaires, comme la clinique Levinsky, sont également dans le quartier“. Actuellement, six ex-travailleuses et travailleurs du sexe sont employés par A.I.R. Ils ne travaillent pas automatiquement comme artisans. Si Matthias et son équipe constatent que l’un ou l’autre est doué pour la comptabilité ou la vente, par exemple, ils l’affectent à un poste correspondant. Outre des meubles, la firme fabrique également des pochons, des bavoirs et des sacs à langer à partir de vieux cerf-volants qui peuvent être déposés chez eux». Source: http://israelentreleslignes.com

Les prix de ces imprimantes varient en fonction de leur utilisation prévue et de la qualité, mais beaucoup d’entre elles peuvent maintenant être achetées par n’importe qui pour une utilisation à la maison. Alors qu’une imprimante 3D consommateur s’achète quelques centaines de dollars, une imprimante professionnelle coûte jusqu’à un million de dollars. Mais au-delà de leurs prix, les applications de l’impression 3D sont très larges, utilisées aujourd’hui pour créer toutes sortes d’objets tels que des jouets et des vêtements, mais aussi des équipements médicaux sophistiqués. Le processus d’impression 3D est relativement simple. Un fichier numérique de l’élément souhaité est créé et stocké sur un ordinateur, puis ensuite envoyé à l’imprimante 3D pour l’impression. Toutefois, la création du fichier à partir de zéro est très technique et ne peut actuellement être effectuée que par des programmeurs confirmés. Selon Sadeh, comme les imprimantes 3D prolifèrent sur le marché, les enfants seront appris à faire cette programmation. IMPRESSION EN 3D DES ORGANES «VIVANTS»? En attendant, les médecins utilisent déjà ces imprimantes pour créer des maquettes d’anatomie, afin de pouvoir avoir une vue la plus claire possible et savoir exactement où inciser une fois en salle d’opération. Ils les utilisent également pour créer des dispositifs médicaux qui peuvent correspondre exactement au besoin de tout patient pour une fraction du prix dans une fraction du temps. Les professionnels de la santé sont même à la recherche de moyens de créer des tissus vivants sur les imprimantes 3D, ce qui pourrait un jour, espérons-le, éradiquer la nécessité des dons d’organes.

Les cellules souches humaines sont déjà imprimées en 3D en Israël par Nano Dimension. Fondée en 2012, la startup s’est créé un nom mondial. En plus de fabriquer des PCB (circuits imprimés) qui connectent des appareils électroniques à travers des pistes conductrices, la percée de Nano Dimension a été de découvrir comment imprimer des cellules souches à haute résolution et de grands volumes. Une autre preuve solide attestant de la force d’Israël dans l’impression 3D est l’acquisition de Simbionix par la société 3D Systems pour 120 millions de dollars en 2014. Simbionix est considéré comme un chef de file dans la simulation 3D virtuelle de la réalité chirurgicale et de la formation. L’année dernière, la société a présenté son logiciel de pointe pour l’impression de modèles anatomiques qui permettent aux médecins de planifier et de pratiquer à l’avance leurs chirurgies compliquées. Grâce à cette technologie innovante, le médecin peut imprimer en 3D l’organe ou le membre sur lequel il est sur le point d’effectuer une intervention chirurgicale, et l’étudier. PAS SEULEMENT LES OBJETS EN PLASTIQUE L’entreprise israélienne d’impression 3D Objet, créée il y a une vingtaine d’années, est considérée comme la première entreprise d’impression 3D en Israël. En 2012, Objet a fusionné avec le géant américain de l’impression Stratasys, ce qui en fait l’une des plus importantes et des plus rentables imprimeries 3D au monde. Le PDG actuel de Stratasys est l’israélien Ilan Levin, qui était auparavant président d’Objet. Stratasys, qui a son siège social aux ÉtatsUnis et en Israël, crée des imprimantes 3D dont le prix varie entre 10 000 $ et 400 000 $. Certaines d’entre elles sont utilisées par les grandes sociétés pour créer des prototypes de leurs produits. Mais alors que la plupart des imprimantes 3D utilisent du plastique, la startup israélienne XJet, fondée en 2008, est pionnière dans l’impression 3D en métal liquide, rendant le produit résultant plus solide et plus durable. Par Meital Goldberg and the NoCamels team – Judith Douillet Source: Alliance


POLITIQUE

Edition du 15 Février au 21 Février

Crise ouverte entre la Belgique et Israël

Le Premier ministre Charles Michel s’est abstenu jeudi de réagir aux critiques acerbes de son homologue israélien Benjamin Netanyahu mécontent de sa visite, lors de son récent déplacement au Proche-Orient, auprès de deux ONG israéliennes opposées à la colonisation des territoires palestiniens.

Israël met fin aux relations diplomatiques avec le Sénégal et la Nouvelle Zélande

Le gouvernement Israélien a décidé de rompre définitivement ses liens avec le Sénégal et la Nouvelle Zélande car les ambassadeurs de ces deux pays ont été rappelés et il ne semble pas question pour l’instant d’en envoyer d’autres. Les USA vont pour leur part prendre des mesures. Rappelons que le Sénégal et la Nouvelle Zélande ont parrainé la présentation devant l’Assemblée générale de l’ONU la résolution 2334, condamnant “les colonisations et demandant expressément à l’état hébreu d’arrêter toute nouvelle colonisation des territoires palestiniens”.Rappelons également que grace à Obama et ses complices, cette résolution avait été adoptée… Quelques heures après, Benjamin Netanyahu annulait tous les programmes d’aide d’Israël au Sénégal, annulait également la visite du ministre sénégalais des Affaires Etrangères à Tel Aviv et rappelait son ambassadeur pour “consultation”.

Depuis, il a été confirmé que les relations diplomatiques entre les deux Etats étaient rompues. Il n’y aura pas de retour d’un ambassadeur israélien, ni au Sénégal, ni en Nouvelle-Zélande. De plus, un membre du congrès Américain, Mark Meadows, un ami d’Israël, a demandé que soit supprimée l’aide au développement des Etats-Unis au Sénégal pour une période d’au moins deux ans. Il propose que cette aide soit versée à des pays comme le Rwanda ou encore l’Ouganda. Ce projet de loi a été renvoyé à la commission des affaires étrangères le 1er Février et il devrait être adopté par le Sénat et la Chambre des représentants des États-Unis prochainement! Par David ILLOUZ Source: Koide9enisrael

34

Le chef du gouvernement Charles Michel recevait jeudi matin à Bruxelles le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. A l’issue de la rencontre, les deux hommes ont fait une déclaration à la presse, mais M. Michel s’est gardé de faire une quelconque allusion aux propos du Premier ministre israélien. Il n’a d’ailleurs pris aucune question des journalistes. Lors de son séjour en Israël et dans les Territoires palestiniens cette semaine, le Premier ministre a rencontré mercredi à Jérusalem les représentants des associations “Breaking the silence” et “B’Tselem”, deux mouvements opposés à la colonisation, ce qui n’a pas plu côté israélien. “En Israël, nous considérons avec gravité la rencontre du Premier ministre belge avec les dirigeants de Breaking the Silence et de B’Tselem lors de son séjour en Israël”, a réagi mercredi soir M. Netanyahu. “Le gouvernement belge doit choisir: ou changer de voie ou poursuivre une ligne anti-israélienne”. La rencontre entre M. Michel et les deux ONG intervenait au surlendemain du vote d’une loi légalisant la colonisation, condamnée par la Belgique et de nombreux

autres pays. Dans sa déclaration devant les journalistes jeudi midi à Bruxelles, M. Michel a évoqué les “bonnes relations” qu’entretient la Belgique tant avec l’Autorité palestinienne que l’Etat d’Israël, pointant notamment la coopération avec ce dernier en matière de sécurité. Il a toutefois répété ses critiques envers la nouvelle loi israélienne légalisant la colonisation, une initiative “pas utile pour relancer le processus de paix”, a-t-il dit. Dans l’entourage du Premier ministre, on rejetait toutefois la charge de Benjamin Netanyahu en pointant le devoir mais aussi la liberté de Charles Michel à rencontrer tous les acteurs de la société civile israélienne afin d’être “bien informé” et d’entendre “toutes les positions”. Une attaque jugée d’autant plus injustifiée que le Premier ministre Charles Michel s’est gardé, souligne-t-on, de commenter devant la presse qui suivait son voyage en Israël sa rencontre avec les deux ONG. “Rencontrer des organisations ne signifie pas qu’il endosse leur position”, ajoute-ton dans l’entourage du Premier ministre où l’on assure que celui-ci n’a pas l’intention de se laisser intimider par ce genre de réaction. Lors de sa déclaration devant la presse belge et internationale présente, M. Abbas a tenu à remercier la Belgique pour son action en faveur d’une paix négociée au ProcheOrient. Source: Le Vif



Israël Actualités n°423