Issuu on Google+

GRATUIT - Numéro 248 - Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

Journal Israélien en langue française


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

Miss Israël 2013 est d’origine éthiopienne

Cette semaine a eu lieu l’élection de Miss Israël 2013, et pour la première fois une jeune femme de couleur, d’origine éthiopienne a été élue Miss Israël. Quelle leçon pour ceux qui crient haut et fort que l’Etat d’Israël est un état «apartheid» et un état raciste. Quel mo-

Directeurs de la publication Alain Sayada Tel: 06 68 17 25 55 Rédacteur en chef Eliahou Ben Yéouchoua Israël Actualités est une marque déposée en France

dèle vis-à-vis du monde et quel esprit d’ouverture montre Israël et sa population. Rappelons également qu’Israël est le seul état démocratique de la région. Alain Sayada

Directeur commercial Israel: Sigalit Siksik Sitbon 06 67 78 40 00 Régie publicitaire exclusive Epsilon Media Associés 77bis, rue Robespierre 93100 Montreuil France

Crédits photo AFP, Reuters, Alain Azria : Abonnement : 06 67 44 3000 Directeur commercial France: Yohann Azoulay 06 68 75 46 26

Commerciaux : Patrick Haddad

Tél : 01 48 97 46 85

Publicités Israël Sygal Siksik-Sitbon

Tel : 06 67 78 40 00

Publicités Marseille David Botbol

Tel : 06 66 70 09 96

3


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

4

L’Iran produit sa bombe au plutonium

Hassan Nasrallah est-il malade ? «les rumeurs concernant la maladie du secrétaire général du Hezbollah sont parfaitement fausses et infondées . il est en parfaite santé et se trouve au Liban et n’a été transporté nulle part»!! C’est l’agence de presse turque Anatolie qui avait annoncé la nouvelle de la maladie de Nasrallah , son transfert d’abord dans le sud de Beyrouth et ensuite via l’aéroport de Rafic hariri à Téhéran!!

D’après des images satellitaires de l’installation d’Arak, et rapporté par le Telegraph «britannique,on peut voir la vapeur qui s’élève des cheminées et qui semblent êtres

une installation d’eau lourde qui est indispensables pour faire fonctionner un réacteur nucléaire qui produit du plutonium utilisé pour construire une bombe nucléaire.

L’aéroport de Bruxelles est-il sécurisé contre la terreur anti-Israël ?

La dépêche affirmait que Nasrallah va bien et se trouve toujours à Téhéran. Anatolie s’est sans nul doute ressource auprès des agences de presse israélienne.Nasrallah devra faire un discours ce mercredi,pourtant Israël Hayom rapporte ce matin que Hassan Nasrallah serai en Iran pour un traitement d’un cancer ,transporté à Téhéran pour des soins médicaux d’urgence pour

complications liées a un cancer, mais selon Al Manar , «les rumeurs concernant la maladie du secrétaire général du Hezbollah sont parfaitement fausses et infondées .

La rumeur de sa mort s’est répandu rapidement sur les médias sociaux Twitter et sur le site officiel libanais où des captures d’écran présumés du Chef du Hezbollah mort sur le site Al Manar

Des hommes lourdement armés et déguisés en policiers ont mené un assaut spectaculaire sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles En Israël l’attaque qui a eu lieu dans l’aéroport de Bruxelles a choqué. Cet aéroport est -il sécurisé contres le terrorisme anti-israélien ? C’est la question qui inquiète les politiques israéliens. Selon AFP : « Ils ont dérobé 50 millions de dollars de diamants, un des plus importants braquages de ces dernières années. Juste avant 20 heures, deux véhicules noirs équipés de gyrophares bleus ont «forcé la clôture d’un chantier» et ont pénétré sur le tarmac de l’aéroport, a raconté mardi Ine Van Wymeersch, substitut du procureur du roi, lors d’une conférence de presse. Ils se sont arrêtés devant un fourgon de transport de fonds au pied d’un avion qui s’apprêtait à décoller avec des passagers à bord. Quatre hommes armés de fusils mitrailleurs, encagoulés et porteurs d’un uniforme de policier, sont sortis de chaque véhicule, soit huit hommes au total. «Ils ont voulu se faire passer pour des policiers», a indiqué Ine Van Wymeersch. Mélange de diamants bruts et taillés Selon l’Antwerp World Diamond Centre, qui représente les diamantaires anversois, la valeur des diamants volés s’élève à 50 millions de dollars (37 millions d’euros). En février 2005, quelque 75 millions d’euros de diamants et bijoux en partance pour Anvers avaient été dérobés dans un véhicule de la compagnie KLM à l’aéroport d’AmsterdamSchiphol. Mais le record pour un vol

de diamants reste celui commis, déjà en Belgique, en février 2003 dans les coffres du Diamond Centre à Anvers. Le montant du butin avait été estimé à 100 millions d’euros. Lundi soir, «il s’agissait de diamants bruts et taillés en provenance d’Anvers et à destination de Zurich, en Suisse», a indiqué à l’AFP une porteparole de l’Antwerp World Diamond Centre. Elle n’a voulu préciser ni l’identité des fournisseurs ni celles des acheteurs des pierres précieuses. La porte-parole des diamantaires a fait part de ses inquiétudes sur la sécurité à l’aéroport de Bruxelles. «Il est inquiétant de savoir que quelque chose comme ça peut se produire sur l’aéroport : une bande armée qui peut pénétrer sur le tarmac, alors que 200 millions de dollars de diamants entrent et sortent quotidiennement d’Anvers», a-t-elle souligné. «Il y a des normes internationales qui sont très claires et très strictes en matière de sécurité et nous adhérons strictement à ces règles. Nous sommes continuellement contrôlés à ce sujet», a assuré le porte-parole de l’aéroport, Jan Van der Cruysse, sans détailler le dispositif de sécurité en vigueur. «En ce qui concerne la sûreté aéroportuaire, nous faisons du bon travail», a-t-il ajouté, en précisant que le trafic aérien n’avait pas été perturbé à la suite du braquage. Selon le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, les enquêteurs pensent que les voleurs pourraient avoir bénéficié d’une complicité à l’aéroport».


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

Latifa Ibn Ziaten : Merah, «un assassin, pas un musulman»

5

vocation. Il adorait servir et défendre son pays. Il était très apprécié au sein de sa brigade et avait atteint le grade de maréchal des logis chef. Le combat que je mène aujourd’hui, c’est aussi pour lui.

Depuis la tragédie, cette mère courage a entrepris un combat contre le fanatisme et la haine. Mardi dernier, c’est devant les juges antiterroristes en charge de l’affaire que Latifa a raconté son calvaire. A Nice, elle témoignera dimanche 3 mars 2013, lors d’un colloque, puis interviendra auprès de jeunes lundi 4 et mardi 5 mars. Pour DirectMatin.fr elle se confie. Je viens apporter mon témoignage et véhiculer un message de paix et de tolérance, pour mieux vivre ensemble. Chaque association [du collectif Ensemble, organisateur du colloque

niçois de dimanche, ndlr] travaille dans le but de venir en aide aux gens mais aussi de soulever les bonnes questions. Pourquoi avoir créé l’association Imad Ibn Ziaten, pour la jeunesse et la paix, après cette tragédie ? Après la mort de mon fils, j’ai ressenti le besoin de témoigner. Je me rends quotidiennement à la rencontre des jeunes, dans les établissements scolaires, les prisons ou les cités. Je cherche à savoir pourquoi tant de jeunes éprouvent de la haine. Je veux qu’ils réfléchissent. Ils sont souvent oubliés et mal dans leur peau, qu’ils soient français ou étrangers. Il faut leur venir en aide. Quel souvenir gardez-vous de ce fils parti si brutalement ? Imad était un beau garçon, bien élevé, qui aimait la vie. Il était brillant. Il avait étudié le droit pendant quatre ans après le bac. L’armée était sa

Craignez-vous d’autres tragédies ? Oui, bien sûr. Tout peut se reproduire. Des Mohamed Merah il y en a plein sur terre. Certaines personnes ont de la haine dans les yeux… Que pensez-vous des dernières déclarations de la sœur de Mohamed Merah, sur M6, où elle se prétend «fière» de son frère «qui a combattu jusqu’au bout» ? Je la comprends… Pour nous, c’est très dur. Elle, c’est son petit frère dont il est question. Le défendre et le protéger est une réaction humaine de sa part, même s’il vaut mieux parfois se taire. Car nos familles souffrent.

PESSAH MAROC

Du Lundi 25 Mars au Mercredi 03 Avril

MAZAGAN BEACH & GOLF RESORT *****

PRIX ADULTE

PRIX ENFANT

1390 € 890 € Raphael : 06 03 24 55 69 David : 07 62 77 00 26

A C N A L B A AS C N I D H T BE M E L A S U ER J L I M Z I B RAV A

D N A R G ANIM HAZ

www.mazaganbeachresort.com

Offre soumise à conditions

Il y a un an, son fils tombait sous les balles de Mohamed Merah. Latifa Ibn Ziaten est la mère d’Imad, le militaire de 30 ans abattu par le tueur au scooter, le 11 mars 2012. Un premier assassinat qui sera suivi de six autres, tous perpétrés dans le Sud-Ouest.

En tant que musulmane, que vous inspirent les crimes que certains commettent au nom de l’islam ? L’islam est une religion. Nous sommes musulmans, mais français avant tout. Nous vivons dans un pays laïc où nous nous devons de respecter la République, ses règles et ses devoirs. Mohamed Merah est un assassin, pas un musulman. S’il a commis ces actes, c’est qu’il n’a pas eu la chance de recevoir de ses parents une bonne éducation.


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

Les tons doux de Hagel et Kerry en politique étrangère qu’il fit en début de semaine. Lundi dernier, Kerry prévenait que «la fenêtre d’une solution diplomatique ne peut tout simplement pas, par définition, rester toujours ouverte. Mais elle l’est aujourd’hui. Elle est ouverte maintenant.

Le nouveau secrétaire à la Défense insinue que les USA ne peuvent pas dicter au monde une conduite, lorsque le secrétaire d’état affublait le gouvernement iranien de « gouvernement élu » Haviv Rettig Gur Adaptation Thérèse Zrihen-Dvir NEW YORK – Les deux nouveaux membres du cabinet d’Obama ont exprimé hier leurs opinions sur ce qui serait apparemment le type de blé à moudre des critiques de l’administration en politique étrangère. Peu de temps après avoir prêté serment mercredi, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel déclarait devant un groupe de responsables du Pentagone que les Etats-Unis « ne peuvent pas dicter au monde leur conduite, mais doivent impliquer le monde ». Ces remarques qui, selon Reuters semblaient être improvisées, portaient à mettre en relief l’importance des alliances américaines en politique étrangère et à la défense. « Nous devons diriger en compagnie de nos alliés », poursuivit Hagel. « Aucune nation - aussi grande qu’est l’Amérique – ne peut faire tout le travail toute seule. Nous sommes une grande puissance et la façon dont nous utilisons notre force est particulièrement importante. L’engagement dans le monde devrait être fait à bon escient, et les ressources employées au nom de notre pays et de nos alliés doivent toujours être appliquées à bon escient ». Les opinions de Hagel ont fait l’objet d’un examen minutieux durant le long processus de sa mise en candidature, qui prit fin avec son approbation par le Sénat le mardi dernier avec une marge des plus étroites de l’histoire, 58-41. Les détracteurs de Hagel, dont la

majorité des sénateurs républicains, déclaraient qu’il était trop mou face aux menaces comme celles du programme nucléaire iranien, qu’il critiquait trop Israël et semblait trop sceptique quant à l’efficacité d’employer la force américaine. Ses commentaires du mercredi seront probablement considérés par certains de ces opposants comme la justification de leur opposition à sa nomination. La cérémonie de prestation de serment de Hagel eut lieu à huis clos. Ses remarques, émises après la cérémonie, portaient également sur les réductions massives prévues en Mars au Pentagone, en raison de la menaçante séquestration du budget. Entre-temps, John Kerry se trouvait à Paris le mercredi dans le cadre de sa première tournée européenne en tant que secrétaire d’Etat. Lors d’une conférence de presse avec le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, il semblait que Kerry tendait une branche d’olivier rhétorique au gouvernement iranien qu’il avait menacé quelques jours plus tôt, affirmant que le gouvernement iranien est un gouvernement «élu» et invitant à la tenue de pourparlers bilatéraux entre les EtatsUnis et la République islamique. « L’Iran est un pays avec un gouvernement qui a été élu et qui siège à l’ONU», déclarait Kerry, selon la politique étrangère. « Et il est important pour nous de négocier avec les Etatsnations d’une manière qui cadre dans le meilleur intérêt de chacun d’entre nous dans le monde entier ». Il a ajouté que « l’Iran sait ce qu’il doit faire, et le président a exprimé clairement sa détermination de ne pas permettre à l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire ». Les commentaires semblent nettement plus moelleux que ceux

Il y a encore du temps, mais il ne reste de temps que si l’Iran choisit de prendre place autour de la table et de négocier en bonne foi ». Alors que les Etats-Unis sont« prêts à négocier en bonne foi dans le respect mutuel », Kerry n’a pas hésité à parler des « conséquences terribles [qui] s’ensuivraient à leur échec. « Et ainsi le choix est vraiment entre les mains des Iraniens », ajouta-t-il, « et nous espérons qu’ils feront le bon choix ». Le dernier commentaire de Kerry sur les élections iraniennes allait à l’encontre des vues exprimées par le passé par la Maison Blanche et par de nombreux observateurs occidentaux «que les élections iraniennes de 2009 ont connues une fraude rampante en faveur du vainqueur, le président Mahmoud Ahmadinejad». Nombreux sont ceux qui ont également souligné que des lois qui exigent des candidats à un poste élevé d’être examinés par des dirigeants d’un régime religieux sont une preuve de nature moins-quedémocratique du régime. Le 31 Janvier, au milieu de ses auditions de confirmation du Comité des services armés du Senat, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel a exprimé des sentiments similaires à ceux de Kerry, soutenant que l’Iran était « un gouvernement légitime élu ». A l’époque, suite aux critiques des sénateurs, Hagel avait écarté le commentaire, déclarant qu’il avait seulement voulu dire que le gouvernement iranien est reconnu par la communauté internationale. «Ce que je voulais insinuer, disaitil, c’est que le gouvernement iranien est reconnu, il a été reconnu, et est reconnu aux Nations Unies. La plupart de nos alliés ont une ambassade en Iran. C’est ce que j’aurais dû dire », expliquait Hagel. Note de la Libellule : Le plan d’Obama concernant la politique étrangère est fidèle aux craintes/appréhensions d’Israël. Nul ne doit oublier que tout cela avait été dument prédit bien avant la réélection à la présidence d’Obama. Il ne reste aujourd’hui qu’à tenter de subsister sur un terrain qui devient nettement plus rocailleux. http://theresedvir.com/ http://therese-zrihen-dvir.overblog.com/

6

Plus de 200 raies s’échouent mystérieusement sur une plage de Gaza

Mercredi, des dizaines de raies ensanglantées ont été retrouvées mortes sur une plage de la ville de Gaza en Palestine. Un incident tout à fait inhabituel dont les spécialistes ignorent l’origine. C’est un sinistre spectacle auquel ont assisté des habitants de la ville de Gaza en Palestine alors qu’ils se promenaient sur la plage. Mercredi, ils ont découvert que la mer avait apporté des dizaines de cadavres de raies. Selon les témoins, il y en avait environ 220 qui flottaient dans l’eau et gisaient là dans le sable, les ailes ensanglantées et pleines de blessures. Et il ne s’agissait pas de petites raies mais de mobulas, des spécimens qui ressemblent un peu à des raies Manta et qui peuvent mesurer jusqu’à 5 mètres pour un poids de 80 kg. Si le nombre de spécimens échoués est surprenant, l’incident étonne d’autant plus que cela faisait près de six ans qu’aucune raie n’avait été vue sur la plage. «Les mobulas voyagent souvent en énorme banc de milliers d’animaux, elle s’élancent aussi hors de l’eau et font un tour en l’air avant de retomber. Très cool, effectivement», a commenté Bob Rubin, expert en raie au Santa Rosa Junior College en Californie, interrogé par le Daily Mail. Mais «cette observation est étrange pour moi, et aussi inconnue. J’ai travaillé pendant de nombreuses années dans le golfe de Californie où il y a

d’abondants bancs de mobulas mais je n’ai jamais vu un échouage aussi massif», a t-il expliqué. Un choc avec un bateau ou une désorientation ? Pour l’heure, la cause de l’incident reste mystérieuse bien que plusieurs hypothèses aient été évoquées au vu de l’aspect des raies. «Ces animaux semblent avoir du sang au niveau des «ailes» - les nageoires pectorales qui pourrait provenir d’un choc avec quelque chose - des bateaux, des rochers, du sable, plusieurs d’entre eux ?», a précisé Bob Rubin. Néanmoins, dans la mesure où le spécialiste n’a pas pu réellement voir les raies, il ne peut se prononcer. Selon lui, il aurait été possible d’en apprendre plus voire dénicher d’autres causes possibles en étudiant le contenu de leur estomac et l’état de leurs branchies. «Des bruits sousmarins importants ou des signaux électriques peuvent avoir causé une sorte de désorientation chez les raies mais c’est seulement une hypothèse de ma part», a ajouté le spécialiste. Quoi qu’il en soit, il est surement trop tard aujourd’hui pour en savoir plus, puisqu’en apprenant la nouvelle de l’échouage, des pêcheurs pakistanais se sont rapidement rendus sur la plage pour tirer les raies hors de l’eau, les découper et aller les vendre au marché. maxisciences.com


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

8

Nouvelle sortie antisémite de l’islamiste Erdogan une expression d’antisémitisme, et il s’était félicité de sa suppression,» a déclaré UN Watch.

Dans sa condamnation des propos d’Erdogan, qu’il a qualifié du plus pure «style d’Ahmadinejad», UN Watch a déclaré que ces remarques «ne feront que renforcer la conviction que son gouvernement s’en tient à une attitude de confrontation, et est fondamentalement réticent à mettre fin à ses griefs vieux de quatre ans avec Israël.»

Le premier ministre turc, Tayyip Erdogan, a appelé le sionisme un «crime contre l’humanité», en l’assimilant à l’antisémitisme, au fascisme et à l’islamophobie, lors d’un discours mercredi à un forum de l’ONU. Erdogan s’exprimait devant un forum de l’alliance des civilisations à Vienne, dans le cadre d’un dialogue des Nations Unies entre l’occident et l’islam. UN Watch a exhorté le chef de l’ONU, Ban Ki-moon, qui était présent sur la scène tout en gardant le silence, à condamner les mots d’Erdogan. UN Watch a également appelé Erdogan à s’excuser. «Nous rappelons au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon que son prédécesseur, Kofi Annan, a reconnu que la résolution prise par l’ONU en 1975 qui assimilait le sionisme au racisme était

Israël a envoyé des messages à Ankara au cours des deux dernières semaines disant être intéressé par la création d’une «dynamique positive» dans ses relations au plus mal avec la Turquie afin que les deux pays puissent travailler ensemble à poursuivre des intérêts communs, ont déclaré lundi des responsables gouvernementaux. Les messages ont été envoyés avant le voyage inaugural de John Kerry à l’étranger en tant que secrétaire d’état américain, un voyage qui le mènera dans neuf pays, dont la Turquie. Il est fort probable que Kerry pose la question des relations entre la Turquie et Israël lors de ses entretiens avec les dirigeants turcs à Ankara. Les EtatsUnis ont longtemps fait pression sur Ankara et Jérusalem pour que les deux capitales prennent des mesures pour améliorer leurs relations en chute libre depuis l’arrivée au pouvoir d’Erdogan, issu de la mouvance islamiste.

Albert Einstein : «Israël doit développer la connaissance et la technologie»

Esprit d’entreprendre, investissements massifs de l’Etat… Pour les créateurs de start-up, le « Silicon Wadi » est un formidable écosystème où développer des projets singuliers et novateurs. Près de 4000 jeunes pousses y côtoient des géants mondiaux comme Google ou Apple. Enquête. Il y aurait près de 3850 start-up en Israël, soit une jeune pousse pour 2077 habitants. C’est la densité la plus élevée au monde. Preuve de son extraordinaire dynamisme, le bouillonnant « Silicon Wadi » est devenu incontournable pour les multinationales spécialisées dans les nouvelles technologies, d’Intel à Google en passant par Apple.

Albert Einstein l’avait prophétisé dès 1922. Il affirmait alors : « Israël ne pourra survivre qu’en développant la connaissance et la technologie. » Le pari semble aujourd’hui gagné. Selon une étude de l’organisme Startup Compass, Israël serait en effet le deuxième centre mondial de nouvelles technologies derrière la Silicon Valley américaine. Petit pays d’à peine 8 millions d’habitants, l’Etat hébreu a dû travailler pour faire de son « Silicon Wadi » (wadi signifie « vallée » en arabe) le nouveau paradis des start-up. Et le succès est au rendez-vous. Face.com, application de reconnaissance faciale a été rachetée par Facebook au printemps 2012 pour près de 100 millions de dollars. Le géant américain avait déjà racheté la start-up Snaptu, il y a quelques années. Cette plateforme permet de télécharger facilement des applications sur n’importe quel type de téléphone, même les moins performants. L’application « Mobli » connaît également un grand succès et est largement financée par des fonds d’investissement américains. Elle permet de diffuser du contenu sur internet en temps réel sans attendre le chargement du serveur. Enfin, une rumeur récente soutenait que la startup israélienne Waze, qui permet de géolocaliser les voitures et le trafic en temps réel, pourrait être rachetée par Apple. Affaire à suivre… Un creuset de start-up incontournable En tout, il y aurait près de 3850 startup en Israël, soit une jeune pousse pour 2077 habitants. C’est la densité la plus élevée au monde. Preuve

de son extraordinaire dynamisme, le bouillonnant « Silicon Wadi » est devenu incontournable pour les multinationales spécialisées dans les nouvelles technologies. D’Intel à Google en passant par Apple, elles se sont toutes installées aux portes des principales villes, comme Tel-Aviv, Jérusalem ou Haïfa. Chaque année se sont des produits et des systèmes utilisés dans le monde entier qui sortent de ces pôles d’excellence, comme le processeur Centrino d’Intel ou Google Suggest…

Apprendre à entreprendre Ce dynamisme impressionnant s’explique notamment par la constitution d’un esprit d’entreprise à l’anglosaxonne, fondé sur la prise de risque et l’innovation. C’est ce que les Israéliens nomment la « hutspa« , ou « l’insolence » en hébreu. Et cela s’apprend dès l’université. Pour former une élite d’ingénieurs jeunes et entreprenants, les universités israéliennes, comme le célèbre Technion de Haïfa ou l’université Ben Gourion de Beersheva, misent très tôt sur la mise en situation. Encouragés par leur administration, professeurs et élèves deviennent souvent créateurs de start-up pendant leurs cursus. « Ici, il y a une réelle synergie entre le monde de l’entreprise et l’université. Nous sommes encouragés à développer à la fois un esprit de scientifique et d’entrepreneur, s’enthousiasme Ariel, étudiant en ingénierie électronique au Technion. Résultat, tout le monde a envie de monter sa structure et de devenir son propre patron. » Les créateurs de start-up apprennent très vite à défendre au mieux leurs

Prendre de l’avance Cet écosystème évolue au gré des besoins du marché israélien. Chaque année, de nombreuses start-up se spécialisent dans les technologies d’infrastructures liées à la cyber-sécurité, comme le cryptage de données ou la géolocalisation mobile. Des structures comme Lacoon Security ou Zimperium permettent de protéger les ordinateurs du piratage le plus poussé. Selon un récent rapport rédigé par le groupe SDA (Security and Defense Agenda), Israël ferait parti des trois pays les plus en pointe concernant la cyber-défense, avec la Finlande et la Suède. Un résultat qui n’étonne pas Hervé Kabla. « Dès la création de l’Etat en 1948, les Israéliens ont compris que leur besoin d’indépendance dans le domaine militaire leur permettrait de prendre de l’avance au niveau technologique« , résume-t-il.

parce qu’ils ont le soutien de l’Etat. Ce dernier consacre près de 5% de son PIB à la recherche et au développement. Par ailleurs, des mesures étatiques ont été prises pour faciliter les investissements étrangers, notamment américains et européens. « C’est au début des années 1990 que les fonds d’investissement américains ont commencé à se tourner vers les entreprises israéliennes », explique Pierre Gonzva, directeur d’un cabinet de services financiers et rédacteur au sein de la rédaction du siteSiliconwadi, qui s’intéresse à l’innovation et aux nouvelles technologies en Israël. « C’est un cercle vertueux car ces fonds réinvestissent constamment dans de nouvelles start-up, toutes plus prometteuses les unes que les autres« , détaille Pierre Gonzva. Les résultats de cette politique volontariste de l’Etat, d’une fiscalité incitative et des investissements étrangers sont spectaculaires : « Aujourd’hui, le high-tech correspond à la moitié des exportations du pays et rapporte cinq fois plus qu’en France. En tout, c’est près de 1,5 milliard de dollars qui ont été investis en Israëlpour un bénéfice global d’environ 10 milliards de dollars par an », estime Pierre Gonzva. Selon le classement annuel du cabinet de conseil Grant Thornton, Israël serait le quatrième pays le plus dynamique du monde pour les entreprises, derrière Singapour et les pays scandinaves. Un succès pour l’Etat hébreu qui ne compte certainement pas s’arrêter là.

Un cercle vertueux Si les jeunes entrepreneurs israéliens n’ont pas peur de se lancer, c’est aussi

Source: Paru sur lentreprise. com, le 28 Janvier 2013 Par Leslie Rezzoug

projets. « Les ingénieurs israéliens ont beaucoup plus le sens du marketing que leurs homologues français. Ils ont vite compris que l’excellence technologique ne suffisait pas. Il s’agit avant tout de convaincre les potentiels investisseurs en mettant en avant la nouveauté du produit et les bénéfices concrets que pourra en tirer rapidement le consommateur », analyse Hervé Kabla, directeur général de Be Angels, une agence de communication digitale installée près de Paris, qui a travaillé pendant plusieurs années en collaboration avec des start-up israéliennes.


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

10

Interception dans l’espace : Arrow 3 en altitude extra atmosphérique

Israël a franchi ce lundi une nouvelle étape dans son plan de défense globale contre les tirs de missiles balistiques et de roquettes, en procédant avec succès, selon le ministère de la Défense, au premier test en vol du système Arrow 3 mis au point avec les Etats-Unis. « Il s’agit du premier test en vol de l’intercepteur Arrow 3 qui a été effectué à partir d’un centre d’essai israélien au-dessus de la mer Méditerranée », a souligné le ministère dans un communiqué.

Assad se Retire de la Guerre Syrienne, Poutine et Khamenei co-Héros

La date du 5 Mars a été fixée pour le début des négociations de paix à Moscou entre l’opposition syrienne et le régime d’Assad, selon les révélations exclusives de DEBKAfile. Moaz al-Khatib, chef de l’opposition syrienne, prévoit une rencontre avec le représentant du régime d’Assad, apparemment avec Walid al-Mouallem, ministre des Affaires étrangères, dans la capitale russe vers la fin Février, afin d’établir un agenda de discussions. DEBKAfile du 26 Février, 2013 Adapté Par Thérèse Zrihen-Dvir Bachar el-Assad a opté pour une renonciation de l’ordre du jour et insiste sur la réserve d’une candidature probable à la présidence en 2014. Il est soutenu en cela par le président Vladimir Poutine. L’opposition syrienne semble avoir tacitement cédé à cette condition qui rime plutôt à un aveu que le mouvement révolutionnaire a atteint ses limites et que les tactiques

génocidaires d’Assad où tous les coups sont permis, ont porté fruits. En dépit de toutes leurs célèbres victoires, les forces rebelles savent que leur tentative désespérée de conquérir Damas a été repoussée par le feu puissant de l’armée syrienne et ses armes lourdes. Ils ont été éjectés du cœur d’Alep, la plus grande ville syrienne, et ils n’ont pas réussi à prendre contrôle de l’arsenal chimique d’Assad. Ces combats acharnés n’ont pas mené à la capture des grandes bases aériennes syriennes par les rebelles. A présent, la majorité des rebelles contre le régime d’Assad est prête à négocier les conditions d’un cessez-le feu comme ouverture gambit pour un règlement politique. Au prix de 80-100,000 vies syriennes et un pays littéralement ravagé, les dirigeant invaincus et commandants en chef des forces armées syriennes, se tiennent ferme devant leur ennemi. Ce faisant, Assad a cimenté l’alliance Téhéran-Damas-Hezbollah.

La sphère d’influence d’Ayatollah Ali Khamenei s’étend dorénavant du golfe Persique à la Méditerranée – en récompense pour le milliard de dollars d’aide versé chaque mois pour renforcer Assad. Son autre allié, Hassan Nasrallah, avec ses sbires du Hezbollah qui ont combattu coude à coude avec les troupes syriennes, émerge comme l’homme fort du Liban. Le président russe Vladimir Poutine, fervent partisan d’Assad en diplomatie, armes et soutien moral, se félicite pour sa position aux côtés des vainqueurs dans une guerre civile en Syrie et ailleurs, laissant aux très frustrés États-Unis et OTAN le sketch de supprimer le dirigeant syrien du pouvoir . Ils sont les grands gagnants, et les grands perdants sont les Etats-Unis, les Emirats du Golfe, l’Arabie Saoudite, Israël et la Turquie. La vision de Barack Obama d’une société démocratique, libérale « printemps arabe » s’est effondrée. Al-Qaeda est une présence ubiquiste que les gouvernements transitoires luttent pour s’en défaire - ou non - en Tunisie, en Libye et en Egypte. Israël se trouve dans un étau Syrie-Hezbollah-Iran plus que jamais serré autour de ses frontières, alors que le programme nucléaire de Téhéran continue de progresser. La Turquie a misé lourdement sur le provoquant renversement d’Assad comme clé de son pouvoir régional et a simplement raté. http://theresedvir.com/ http://therese-zrihen-dvir.overblog.com/

« Ce test en vol a été réalisé conjointement par des experts des agences antimissile d’Israël et des Etats-Unis », a-t-il ajouté. Un spécialiste du ministère de la Défense a précisé à l’AFP que le missile anti-missile utilisé par le système Arrow 3 lors du test avait, pour la première fois, atteint une altitude « extra-atmosphérique ». « Cette capacité devrait permettre, lorsque la phase de développement sera achevée, de procéder à des interceptions dans l’espace, ce qui réduira les risques de retombées sur le sol israélien de fragments d’armes conventionnelles ou non conventionnelles équipant les missiles ennemis », a ajouté ce spécialiste sous couvert de l’anonymat. La radio publique a précisé que le missile utilisé avait atteint une vitesse supersonique sur une trajectoire de 100 km pendant un test qui a duré six minutes et au cours duquel l’engin s’est livré à « différentes manoeuvres ». Arrow 3 est une des quatre composantes du projet « Homa » (« muraille » en hébreu) qui vise à protéger Israël des attaques de missiles et roquettes. Deux de ces systèmes sont opérationnels: les batteries d’interception de roquettes à courte portée Iron Dome ainsi qu’Arrow 2, conçu pour détruire en vol des missiles entrant dans l’atmosphère. Deux autres programmes sont en cours de développement: le système d’interception David’s Sling (« Fronde de David ») pour des engins à moyenne portée (50 à 250 km), qui a commencé à être testé avec succès en novembre dernier, et Arrow 3.

sera opérationnel, « intercepter des missiles dotés notamment d’armes nucléaires ». « Il va plus loin, plus vite et frappe plus fort. Il pourra intercepter n’importe quelle tête de missiles. Son champ d’action se trouve dans l’espace », a expliqué à la radio ce haut technicien. « Nous allons procéder à un autre test en vol, puis nous passerons à la phase d’interception avec une cible, avant d’en venir au stade de la production », a poursuivi Yaïr Ramati, sans préciser quand Arrow 3 deviendrait opérationnel. Le système Arrow (« Hetz » en hébreu) comporte un radar qui détecte les missiles et transfère ses informations à un centre de contrôle, lequel déclenche le lancement d’un missile après avoir analysé et calculé la trajectoire du missile balistique à intercepter. Il est en partie financé par les EtatsUnis, avec notamment une participation de l’avionneur Boeing. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est félicité dans un communiqué du « succès du test du missile Arrow 3 qui traduit les grandes capacités technologiques de l’Etat d’Israël et de ses industries de défense ». Un responsable israélien avait auparavant indiqué, sous couvert de l’anonymat, que le test de lundi n’était pas lié aux tensions grandissantes dans la région. « L’essai n’a rien à voir avec l’environnement politique actuel entre Israël et d’autres pays », a-t-il assuré. Israël accuse l’Iran de vouloir se doter de l’arme atomique et craint qu’il équipe ses missiles balistiques de têtes nucléaires, ce que dément Téhéran. Le lancement du projet Arrow remonte à 1988, dans le cadre du programme antibalistique américain connu sous le nom de « Star Wars ». Il a été accéléré après le bombardement du territoire israélien par des missiles Scud irakiens durant la première guerre du Golfe en 1991.

Financement américain

PartagerWordPress:J’aime ment…

Charge-

Selon Yaïr Ramati, le chef du projet « Homa », Arrow 3 pourra, lorsqu’il

Source: AFP (Copyrights). JeanLuc Renaudie (Copyrights)


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

12

Les muslims investissent les usa

sunnah et prévoyez des sacs à vomi. Exemple : Dans le décalogue il est interdit de voler ou de produire un faux témoignage ? Dans le Coran, le prophète fait des razzias (vols en bande organisée) sur les caravanes et s’offre 1/5è du butin. La Taqya est l’art de mentir pour les besoins de la cause musulmane. Vous sentez la différence ? MAJEURE !!! 3) Argument de merde justifiant tout : « Ouais mais les sionistes ils ont volé la terre des palestiniens et gnagnagna… » Répondez : Quel rapport avec le Coran ? Le Coran évoque justement « les Banou Israel « lorsque le prophète était encore baba-cool.

La cohérence du quotidien Libération

Un sénateur du Texas a lancé une enquête après qu’un enseignant d’une école secondaire aurait invité ses élèves à porter la burqa et appelé les terroristes musulmans des « combattants de la liberté ». Par:Nina Le sénateur Dan Patrick du Texas [président du Comité du sénat sur l’Éducation] a dit à Fox News qu’il était très perturbé par une photo publiée sur Facebook par l’une des élèves du cours de géographie mondiale de l’école secondaire Lumberton montrant les élèves portant des vêtements musulmans.

Nul ne doute que le penchant politique du quotidien Libération tend vers une idéologie de gauche devenant de plus en plus écœurante. Une doctrine qui inverse les valeurs et les faits jusqu’à tronquer la réalité pour qu’elle colle au politiquement correct imposé. Le 01 juin 2010 la Une du journal titrait : « Israël, Etat pirate ». par:Victor Perez Ceci, suite à l’abordage de la « flottille de la liberté » en route pour forcer le blocus maritime de Gaza jugé par la suite légitime par l’Onu. Le poids des mots et le choc de la photo choisie ne laisse guère, au lecteur, le choix d’analyser l’opération israélienne ainsi que le refus de cet état de laisser ces bateaux accoster à Gaza pouvant créer en cela, un dangereux précédent pour ceux avides d’armer le Hamas. Un groupe qui ne jure que par l’éradication de l’état juif. Autre

temps mais même engouement à salir le peuple juif. Stéphane Hessel est décédé le 26 février dernier. En hommage à l’action de celui-ci, ce quotidien a titré sa Une du lendemain : « Un juste ». La cohérence du tabloïd est respectée. Cependant, qui imaginera que Yad Vashem décernera ce titre à ce dernier ? Si nul ne trouvera de Juifs, ou autres, sauvés de sa main, en revanche la liste de ses méfaits antisionistes est facile à dresser. De ses slogans « Israël assassin » dans les manifestations à ses visites au Hamas, que d’autres aimeraient armer, le choix de ses combats contre les droits de l’homme juif est vaste. Libération est paraît-il un journal ayant une déontologie ! On en doutera ! Publié par Victor PEREZ

Il enquête également sur des rapports selon lesquels des élèves ont été forcés d’écrire un essai basé sur un article du Washington Post qui blâme la démocratie plutôt que les Frères musulmans pour les troubles en Égypte. «Je crois que la limite a été franchie«, a dit à Fox News la mère de la jeune fille qui a posté la photo sur Facebook. Les élèves chrétiens qui veulent prier doivent le faire en-dehors des heures de classe, mais l’islam est enseigné à nos enfants en classe». Elle a ajouté qu’elle ne comprend pas pourquoi on enseigne la religion dans un cours de géographie : «Le programme du cours est passé du Mexique à la Russie à l’islam. Or l’islam n’est pas un pays. L’islam n’est pas un continent». école en burqa USA Les parents ont communiqué avec le directeur, qui a défendu le programme exigé par CSCOPE, un système controversé de curriculum électronique offrant des plans de cours en ligne aux enseignants. Selon le directeur, «ce cours vise à exposer les étudiants aux cultures, aux religions, aux coutumes et aux croyances du monde. Le cours n’enseigne pas une religion spécifique, et les élèves ont consenti à por-

ter les vêtements musulmans ». Selon Janice VanCleave, fondatrice de Texas CSCOPE Review, qui surveille ce qu’on enseigne dans les écoles publiques, «c’est la réponse habituelle de toutes les écoles qui utilisent CSCOPE. Elles promeuvent certainement la religion islamique». Source : Texas students dress in burqas, taught to call Muslim terrorists ‘freedom fighters’, Washington Time, 25 février 2013. Traduction par Poste de veille http://www.washingtontimes.com/ Je vous conseille les aminches de vous pointer sur le lien originel du Washington Times d’où cet article provient. Jetez un œil sur les commentaires et vous reconnaîtrez parfaitement ce que nous avons coutume de lire sur les fora francophones. Même argumentaire, même prose de nouveaux convertis, de muslims arrogants. On se croirait en France ! 1) L’argumentaire N° 1 = Avez-vous lu le Coran avant de dénigrer ses saints versets ? Répondez : Ouais… pas dans le texte j’ai autre chose à foutre que d’apprendre l’arabe littéraire surtout pour lire des conneries du style « il faut tuer tous les infidèles ». 2) L’argumentaire N° 2 = La comparaison inepte mais toujours avancée par les troupes musulmanes où qu’elles soient basées. « Et la Torah ? Et la Bible ? y a plein de violence et gnagnagna ? Répondez : Il m’est défendu d’imiter les acteurs de l’ancien et nouveau Testament si ils ont fauté. STRICTEMENT INTERDIT Ce qui est narré est valeur d’exemples à ne pas reproduire. Capice ? Le contraire c’est à dire l’imitation des saloperies que le prophète Mahomet a perpétré durant sa mandature ainsi que celles de ses compagnons SONT DES EXEMPLES A SUIVRE POUR TOUT BON MUSULMAN. Lisez la

Il parlait du PAYS DES JUIFS, ISRAEL…. » Voyant que les juifs ne le considéraient pas comme un prophète, Mahomet a enragé et les appelés Al Yaouds ! Notez les aminches le changement de ton. Il était comme ça le Momo…Impétueux, méchant et épileptique, complètement inculte ou pire…analphabète d’où le besoin de trouver des scribes pour raconter ce que lui soufflait Djibril (l’ange Gabriel) qui se trompait souvent vu le nombre de sourates retravaillées selon les besoins. D’autre part, répondez que de vol il n’y eut pas puisque l’ONU a reconnu le nouvel état juif en 1948. Quant au « GÉNOCIDE » que les anti-sionistes nous refilent à longueurs d’articles dignes de Goebbels ou de Stéphane Hessel qui doit avoir rejoint Mahomet au moment où j’écris, rappelez- leur les chiffres ARABES donnés par l’Autorité Palestinienne elle-même : MILLIONS DE PALESTINIENS DANS LE MONDE ! Alors qu’ils n’étaient pas plus de 800 000 au moment de l’indépendance d’Israël, ils ont explosé démographiquement. Il faut dire aussi que « palestinien » ne voulant rien dire…tous les nases voulant vivre de subsides onusiens et des généreuses ONG en mal de damnés de la terre, s’inscriront « Palestinien ». Une manière comme une autre de se faire plaindre sur 4 générations ou plus. Les foires d’empoigne que sont devenues les commentaires d’articles sur les sujets sensibles comme « Israel » ou « Islam », veillez à ne pas perdre votre sang-froid car les pays arabes ont donné depuis un bon moment le mort d’ordre suivant : « Occupez tous les terrains et Internet pour la cause de l’islam ». N’hésitez pas à répondre à ces suppôts du bédouin d’Arabie. PS : Stéphane Hessel aura mis le temps. Il est en train de reprendre une certaine vigueur au paradis d’Allah et se choisit ses houris aux yeux noires, vierges comme il est dit dans le Coran.


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

14

CHOUDARY LE DIT…LA OUMMA SUIT ! jourd’hui, nous prenons Birmingham et en faisons une ville musulmane. Bruxelles compte plus de 30 % de musulmans. Amsterdam dénombre 40 % de musulmans. Bradford 17 % ! Ces musulmans sont comme un tsunami qui traverse l’Europe ! Nous, en attendant, nous devons à tout prix faire de Bradford une nouvelle ville musulmane car la réalité est en mutation. » Toutes ces paroles peuvent amuser les néophytes, les défenseurs du « vivre ensemble » ou bien encore les tenants du relativisme culturel.

Cet énergumène qui a exactement les mêmes attraits physiques que tous les terroristes connus, à savoir qu’il est particulièrement laid, se nomme Anjar Choudary. Il « exerce » à Londres et a beaucoup de sympthisants. Récemment le journal « the Sun » a évoqué ses petites caméras cachées toutes proches du leader jihadiste.par:Nina En premier lieu, on peut se demander à la lecture du rapport du journal : « MAIS QU’EST CE QU’ILS FOUTENT EN ANGLETERRE ? ». Légitime question car elle nous ramène à nos propres tarés « français » qui prêchent en arabe dans les mosquées ou en français dans le texte sous la couverture moelleuse donnant droit à tous les débordements antisémites : l’anti-sionisme. Lisons (avec effroi) ce que le Choudary nous propose. Il s’agit pour ce cinglé de singer les kuffars que nous sommes. Je dis « nous » car nous avons un modèle sociétal équivalent à celui des britanniques. anjar choudary 3 The Sun : Anjem Choudary a été filmé en secret se moquant des non-musulmans. - « Ils travaillent toute leur vie de 9 h à 17 h. Si vous connaissiez la vie de nos grandes figures islamiques, ils n’ont jamais travaillé plus de 1 ou 2 jours par an. Le reste de l’année, ils étaient occupés par le jihad et ce genre de choses ». - « Ah mais vous ne travaillez pas ! vont dire les gens. Alors que la situation normale, et je vous le répète, est de prendre l’argent des kuffars. » « Donc nous prendrons toutes les allocations que ces kuffars nous donneront afin de mieux servir le jihad. Comprenez-vous ? » Alors que la conférence touchait à sa fin, quelques fans restés encore dans le hall (environ une trentaine de personne), le journaliste du Sun filma et enregistra les dernières paroles de Choudary : « Ils (les kuffars-les infidèles) travaillent pendant 8 heures par jour, reviennent à la maison, regardent la télé et vont dormir. Ils font cela durant 40 années de leurs vies. C’est ce que nous appelons nous, l’esclavage. » Lors d’un autre meeting survenu à Slough, le Sun était encore présent en caméra caché. Choudary fut filmé en train d’annoncer triomphalement : « L’Europe devient de plus en plus sous domination musulmane ! (applaudissements nourris de l’auditoire). Au-

Toutefois, à trop se moquer, trop minimiser les dégâts de ces jihadistes de l’intérieur, du discours de la communauté musulmane qui dans son ensemble se fait toujours très discrète dès qu’il s’agit de condamner l’islam radical et très présente dès qu’Israël est mentionné quelque part. De quoi vit Choudary ? Et tiens… dans la foulée, de quoi vivait Lies Hebadj le salafiste de Nantes dont la femme portant niquab fut interpellée pour conduite dangereuse à cause de son total look ? Il est sans doute là le nœud du problème. Pour Choudary qui voit en Cameron, Obama et les dirigeants du Pakistan comme le Shaytan qu’il faut à tout prix tuer, la situation financière est simple et compliquée en même temps. Une partie visible et vérifiable par tout contribuable et l’autre l’est moins. Il suffit de faire un calcul basique pour se rendre compte que le bonhomme dispose d’une trésorerie guerrière à la mesure de sa démesure. Comme le hurlait le père d’un soldat tué en Afghanistan, Choudary gagne en prestations familiales et logement du gouvernement 25 000 livres par an SOIT 8 000 Livres de plus que le défunt fils soldat qui a servi la couronne. Le pire dit ce père excédé par les propos de Choudary, « c’est que cet individu se permet de faire des manifestations lors du rapatriements des soldats morts au combat. » anjem choudary 4 Ce salaud a même qualifié les soldats britanniques de « nazis ». Il vit dans une maison de l’Est de Londres d’une valeur de 320 000 LIVRES ! Le jihad nourrit très bien son homme, la preuve : Anjar Choudary Choudary a donc raison de se foutre de la gueule des « travailleurs kouffars » qui effectivement vont gagner leur nourriture alors qu’il suffit simplement de prêcher la haine des juifs et de l’Occident dans une jolie maison payée par ces mêmes kouffars. Les petits à-côtés seront les bienvenus bien sûr. Ils seront en provenance d’Al Quaeda ? Que nenni mes bons kouffars…Les généreux donnateurs se trouvent bien souvent au Qatar, en Arabie Saoudite et parfois en Iran. Même si les chiites ne sont pas vraiment les frères chéris des sunnites comme Choudary, la lutte commune pour un islam planétaire est à ce prix. Ah oui…Toutes ressemblances avec certains branleurs dans notre doulce France, ne seraient que « fortuites » ? reacsion.fr/choudary-le-dit-laoumma-suit/


en PARTENARIAT AVEC LE PETIT HEBDO

L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

15

Philadelphie en pleine crise de criminalité de burqa

Philadelphie, la ville où j’habite, discrètement et de façon inattendue est devenue la capitale du monde occidental en ce qui concerne le costume islamique féminin comme accessoire pour la pratique du crime. Un dessin de la BBC montre la différence entre le niqab et la burqa. Tout d’abord un guide qui explique les tenues islamiques, qu’on a tendance à appeler «voile» en anglais dans tous les cas, mais qui peuvent se répartir en trois principales catégories. par Daniel Pipes The Washington Times Certaines (l’abaya, le hijab, le tchador, le jilbab ou le khimar couvrent des parties du corps, en particulier les cheveux, le cou et les épaules, mais révèlent le visage et l’identité de la femme; d’autres couvrent le visage (le yashmak) mais épousent les formes du corps; quelques-unes cachent tout le corps, y compris l’identité et le sexe de l’utilisateur. Ces dernières - notre sujet ici – sont mieux décrites comme étant un vêtement qui couvre le corps tout entier plutôt qu’un voile: à leur tour elles se subdivisent en deux catégories, celles qui couvrent entièrement la personne (le tchador ou la burqa) ou celles qui ont une fente pour les yeux (le haïk ou le niqab). D’après mes calculs, la région de Philadelphie a été témoin de 14 vols (vols ou tentatives) d’institutions financières au cours des six dernières années, années durant lesquelles les voleurs se sont appuyés sur ce vêtement islamique qui couvre tout le corps. Ils ont eu lieu en janvier 2007, juin 2007, mai 2008, novembre 2009, octobre 2010 (deux), février 2011, juin 2011, décembre 2011, janvier 2012, mars 2012 (deux) et avril 2012 (deux). L’attaque la plus meurtrière a eu lieu le 3 mai 2008, lorsque le sergent de police Stephen Liczbinski a été tué avec un fusil AK-47 dans une fusillade à la suite d’un vol réussi en utilisant la burqa; la police a ensuite tué l’un des criminels. Comme David J.Rusin du Middle East Forum souligne dans son étude détaillée des crimes de burqa à Philadelphie, le costume musulman a deux grands avantages par rapport à d’autres formes de déguisement:

D’abord, beaucoup de femmes couvertes d’un vêtement couvrant le corps marchent dans la rue sans intention criminelle, fournissant ainsi par inadvertance la dissimulation pour les voleurs; plus les revêtements entourent complètement le corps, plus il est probable que ceux-ci faciliteront l’activité criminelle. Deuxièmement, l’étrangeté et le caractère intouchable de ces vêtements offrent à leurs porteurs, y compris des criminels, un degré extraordinaire de protection. Comme dans les autres cas (trois achats d’alcool dans les magasins de vente de boissons alcoolisées de l’Etat de Toronto par un garçon de 14 ans en burqa, les femmes musulmanes ne sont pas contrôlées dans les aéroports canadiens); les commis craignent tellement d’être accusés de racisme ou d’islamophobie qu’ils sautent des procédures demandées, telles que l’obligation pour ceux qui portent la burqa de montrer leur visage et d’établir la preuve de leur identité. Vidéo d’un garçon de 14 ans portant une burqa dans un magasin d’alcool de l’Ontario. À leur crédit, certaines banques ne permettent plus d’avoir la tête couverte. Par exemple, un bureau de PNC Bank de Philadelphie affiche la mention suivante à la porte de son établissement: «La sécurité de nos employés et de nos clients est notre principale préoccupation; nous vous demandons de retirer les chapeaux, casquettes, lunettes de soleil ou cagoules, tandis que vous êtes à l’intérieur de cette institution financière.». Ces politiques devraient réduire les vols de banque par des voleurs en burqa. Mais comme les banques deviennent des cibles plus difficiles à atteindre, le costume islamique présente un danger plus général pour des cibles plus faciles. Par exemple, dans la région de Philadelphie, les cambrioleurs ont enfilé un costume islamique pour cambrioler une agence immobilière en 2008 et commettre un meurtre dans un salon de coiffure en 2012. Pas mortel, mais tout aussi horrible, fut le 14 -15 janvier l’enlèvement et le viol d’un enfant de 5 ans à Philadelphie. Une porteuse de niqab a retiré Nailla Robinson de l’école primaire Bryant se faisant passer pour sa mère sous prétexte de prendre le petit déjeuner.

Les enquêteurs croient que les deux ont marché dépassant quelques pâtés de maisons où un homme les attendait. Nailla a ensuite disparu pendant presque une journée et n’a été retrouvée que le lendemain matin grelottant à moitié nue dans un parc par un passant. La semaine dernière, la police a arrêté Christina Regusters, 19 ans , une employée de garderie ayant eu un contact préalable avec Nailla. Les quatorze accusations portées contre elle sont celles d’enlèvements, viols, coups et blessures, par imprudence mettant en danger la vie d’autrui et association de malfaiteurs. Photo sur Facebook de Christina Regusters, supposée vêtue de niqab dans le cas Nailla Robinson.

Les deux facteurs habituels mentionnés ci-dessus ont été essentiels à la commission de ce crime: la propagation du costume couvrant le corps en entier (la mère de Nailla, Latifah Rashid, porte le costume islamique, ce qui signifie que le ravisseur pouvait avec vraisemblance être elle) et le personnel de l’école Bryant remettant l’enfant à une femme portant le niqab (en ignorant complètement les nombreuses règles relatives à l’escorte d’un enfant à l’école). Cette analyse sur la crise de Philadelphie suscite plusieurs réflexions: Tout d’abord, presque toutes les villes de l’Occident, à tout moment pourraient avoir les problèmes de Philadelphie. Deuxièmement, il s’agit d’un problème grave, impliquant vols avec violence, viols et meurtres. Troisiè-

mement, comme les vêtements islamiques se propagent, les criminels de plus en plus comptent sur eux [pour faire leur coup] .Quatrièmement, les employés du gouvernement ont besoin de surmonter leur timidité et d’appliquer les procédures normales, même à ceux qui portent des vêtements couvrant le corps entier, même dans les débits de boissons, les aéroports et les écoles primaires. Enfin, ce problème a une solution évidente: interdire le niqab et la burqa dans les lieux publics, comme les gouvernements nationaux en France et en Belgique ont fait récemment. Version originale anglaise: Philadelphia’s Burqa Crisis Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert


en PARTENARIAT AVEC LE PETIT HEBDO

L’information en provenance d’Israël

LE CRIF A FAIT UNE LOURDE ERREUR Puis Sarkozy a fait son œuvre.

Il a tout simplement promis tant et tant que le CRIF s’est totalement laissé berner par les paroles d’un ministre de la République. Tout comme moi, tout comme beaucoup de mes coreligionnaires. Le CFCM se devait d’exister pour le bien même du CRIF ! Rien que ça !

Le titre peut paraître racoleur car les Institutions juives de France représentées à l’époque par Roger Cukierman ne furent pas les seules dupes du marché que le Ministre de l’Intérieur de l’époque Nicolas Sarkozy devenu Président, imposa aux forceps au CRIF. En effet, nous nous sommes souvent demandés comment le CFCM avait été créé et surtout avec l’aide de quelles institutions ? Quelle était l’urgence ? Par:Nina Sous la plume de Vincent Geisser érigé par la sainte grâce médiatique « d’isla-

mologue patenté » à l’instar de son collègue Jean Pierre Filiu dont on connait la grande détestation qu’il a des juifs et d’Israël, l’histoire du CFCM prend une allure de GROSSE GAFFE. Il faut remonter à l’année 2004 et lire ce petit bijou concocté dans les réunions fébriles du CRIF. Durant une de ces sessions « sur les relations avec l’islam », voici comment était perçue la proposition de création du CFCM. Au début, le CRIF fort de sa morale juive s’est laissé entraîné dans une sorte de pacifisme de bon aloi. « œuvrer pour un dialogue avec les musulmans modérés » était le mot d’ordre.

Si Sarkozy et son staff de petits malins voyaient plus loin que leurs fauteuils de Présidence et des maroquins de Ministres, le CRIF a plongé tête baissée en adoubant le CFCM pire encore l’UOIF. Timidement il est vrai, avec de nombreuses réserves de la part de Roger Cukierman, cela aussi est vrai, le CRIF a tout de même cédé. Il y a dans le discours de l’ancien directeur du CRIF une montée chromatique, des appréhensions parfaitement justifiées à l’égard du CFCM. Mais il cède. Il cède sur un point majeur, présenté par N. Sarkozy comme de la realpolitik sur la paix civile en danger : l’UOIF. UOIF Voici l’extrait véritablement dramatique évoqué par Geisser, essentiellement basé sur des écrits Roger de Cukierman.au Monde ainsi que ses interventions radiophoniques. « Nous sommes heureux de voir

Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

apparaître, à l’initiative du ministère de l’Intérieur, un organisme regroupant les musulmans de France. Mais si ce Conseil ne donnait pas une place suffisante aux musulmans modérés, et aux laïcs, si ce Conseil ne se sentait pas soumis aux principes républicains, le risque de dérive vers le fanatisme serait grave. Or, nous pensons, Monsieur le Premier ministre, que ce risque existe » (diner du CRIF – Décembre 2001). « Parce que le CRIF a considéré que son dialogue avec l’UOIF pouvait contribuer à mieux vivre ensemble dans la société française et à lutter contre les violences antisémites qui, pour une part importante d’entre elles, sont commises par de jeunes musulmans [...]. En politique, le CRIF considère que le dialogue — et pas seulement avec ses amis — peut et doit se faire sans renoncer à ce que l’on est et aux valeurs auxquelles on est attaché. De plus, si la rencontre avec l’UOIF contribue à faire baisser l’antisémitisme (ou à dissuader ne serait-ce qu’une seule personne à commettre des actes antisémites), elle aura eu son utilité » (« Faits et commentaires n? 1 », Réunion de la commission du CRIF chargée des relations avec l’Islam et

Expertise du «professionnel» Charles Enderlin

Comment juge t-on du professionnalisme d’un journaliste sinon en trouvant les réponses des questions que soulève le sujet dans le corps de son article ? Dès lors que des interrogations demeurent troubles et sans explications le doute quant à son expertise est requis. Par:Victor Perez C’est le cas en ce qui concerne l’article que publie Charles Enderlin sur son blog intitulé « Intifada 3 ? ». Un

texte expliquant qu’à priori « tous les éléments d’un nouveau soulèvement palestinien sont réunis en Cisjordanie et à Jérusalem Est ». A savoir, « une crise économique et financière catastrophique » ; « l’arrêt des transferts effectués par les donateurs traditionnels » ; « l’absence d’un processus de négociation » ; « les attaques régulières lancées par des colons extrémistes contre des palestiniens » ; « le développement accéléré

de la colonisation » ; « les appels des diverses organisations, qu’il s’agisse du Fatah, du Hamas, et du Jihad ». A n’en pas douter, cette litanie légitimerait une troisième intifada et une condamnation unanime de tous sauf… de l’Autorité palestinienne (AP) !

A-t-il seulement remémoré l’accord de la très grande majorité du peuple israélien à la création d’un deuxième état ‘’palestinien’’ à leur côté ? A lire et relire son papier, ou tout autre de sa main sur le conflit proche-oriental, nul ne trouvera tout ce questionnement.

Mais est-ce bien le cas ? Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog. Charles Enderlin a-t-il énuméré de façon exhaustive les raisons d’un nouveau conflit ou a-t-il escamoté de la réflexion de ses lecteurs la responsabilité première d’Abou Mazen ? A-t-il seulement envisagé la question de son refus d’une solution de paix à deux états pour DEUX peuples ? Le peuple ‘’palestinien’’ et le peuple juif.

Une problématique qui justifie la situation actuelle et engage la responsabilité des dirigeants ‘’palestiniens’’. A n’en pas douter, si Mahmoud Abbas, et la communauté musulmane avec lui, avaient accepté le droit d’Israël d’être le foyer juif, la situation aurait été toute autre.

A-t-il noté quelque part l’exigence d’un « droit de retour » de centaines de milliers d’étrangers, dits « réfugiés », au sein même de l’état du peuple juif et, donc, du refus de celui-ci de redevenir apatride ? A-t-il rappelé l’attitude du Président de l’AP rompant toutes négociations car le menant, indubitablement, vers la reconnaissance d’Israël comme état du peuple juif ?

L’économie, bonne ou mauvaise, du nouvel état de « Palestine » aurait été indépendante, les dons et les négociations seraient devenus inutiles, et on ne parlerait plus de « colons » mais de concitoyens de religion juive bâtissant sur leur terre privée. Nul ne parlerait plus de troisième intifada et Charles Enderlin serait rappelé par France 2 jugeant inutile de maintenir à Jérusalem un envoyé permanent. Si cela demeure encore dans le domaine imaginaire, il n’en reste pas moins que ce blogueur, jugé par ses pairs comme

16

avec l’UOIF, 9 septembre 2004). Elle est là cette lourde erreur. Le manque de connaissance fondamental de l’islam, de la culture arabe au sein du CRIF a fait de cette institution le dindon de la farce. En acceptant que l’Union des Organisations Islamiques de France soient considérés comme un interlocuteur a tout bonnement aidé cette institution liée aux Frères Musulmans égyptiens et fondamentalement islamistes, à s’installer tranquillement en France. Désormais, les islamistes de l’UOIF peuvent se croire tout permis et le font. Mieux encore, ils sont la base même de toutes les dérives déclarées anti-sionistes lorsqu’ils ne sont qu’antisémites. Le Bourget ? c’est eux ! Oumma.com c’est encore eux ! La part du butin que représente le marché halal soit près de 8 milliards d’euros par an, leur donne les coudées franches pour acheter les billets de complaisance dans les médias et fournir à tous les pro-palestiniens et/ ou antisémites de France et de Navarre les moyens de s’exprimer. Ne pas céder, c’est cela qu’il ne fallait pas faire. Ne pas céder aux intimidations d’un Sarkozy ni même aux affabulateurs du CFCM se déclarant modérés alors qu’ils étaient enchaînés aux radicaux par lâcheté. reacsion.fr/la-lourde-erreur-du-crif/

un professionnel hors norme en ce qui concerne le conflit israélo-arabe, fait passé son idéologie fétide avant l’intellect des lecteurs. Une idéologie où l’Israélien est coupable et le ‘’Palestinien’ exempte de toutes fautes ! C’est la doxa de sa profession. Charles Enderlin, semble t-il, ne compte pas renier son appartenance ! Publié par Victor PEREZ


en PARTENARIAT AVEC LE PETIT HEBDO L’armée israélienne développe ses infrastructures de cyber-défense

Dans une base militaire proche de Tel-Aviv des soldats sont assis devant des écrans, les yeux rivés sur le code informatique qui défile, prêt à contrer les attaques. Ils font partie de l’équipe de cyberdéfense israélienne et apprennent à traquer les pirates informatiques. Le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu a pointé du doigt à plusieurs reprises l’Iran et ses alliés, mettant en garde contre la menace de cyber-attaques le mois dernier. L’Iran, à son tour, a accusé Israël et les Etats-Unis de vouloir saboter son programme nucléaire en 2011, alors que l’an dernier un virus fait des ravages dans les systèmes informatiques iraniens. Les réseaux gouvernementaux israéliens sont parmi les plus attaqués dans le monde, avec plusieurs dizaines de milliers d’attaques quotidiennes d’après un récent rapport du Groupe Soufan, une entreprise spécialisée dans la sécurité basée à New-York. L’unité

spécialisée

israélienne

a

été créée alors que les menaces deviennent de plus en plus sophistiquées et fait suite à la création d’une division offensive dans les services de renseignement. Elle est comparable selon Soufan à la National Security Agency américaine en matière d’expertise technique. Le National Cyber Bureau a commencé à fonctionner au sein du cabinet du Premier ministre en Janvier 2012, le même mois où la bourse de Tel-Aviv et la société El Al Israel Airlines Ltd ont été paralysées par un hacker saoudien, qui a également publié sur le web les informations liées à des cartes de crédit de milliers d’israéliens. Netanyahu, lors de l’inauguration le mois dernier d’un programme d’études secondaires civil dirigé par le bureau en coordination avec l’armée et un fonds privé, a félicité les élèves choisis comme participants. Il sont maintenant 150 en formation et leur nombre devrait encore augmenter. Les étudiants, de la seconde à la terminale, assistent à des cours dispensés par d’anciens soldats des services de renseignement et experts en cyber-sécurité. Comme exercice par exemple, les étudiants doivent créer un environnement virtuel dans lequel un virus est lâché. Les étudiants doivent ensuite piéger le virus, dans ce qu’on appelle un bac à sable, puis l’observer et apprendre comment il fonctionne. Seuls les meilleurs seront ensuite affectés à la cyber-défense d’Israël. Source: http://www.bulletins-electroniques.com/

L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

17


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

Les nouvelles frontières haute technologie d’Israël

Le site israélien I-HLS.COM rapporte que quinze soldats ont rejoint les rangs des techniciens maintenant les barrières avancées qui protègent Israël, suite à laboutissement du plus récent cycle de formation des « systèmes d’alerte aux frontières ». Ces techniciens seront responsables de centaines de kilomètres de clôtures équipées de capteurs tactiles et de mouvement, qui protègent Israël contre les menaces depuis la bande de Gaza, la Judée et la Samarie, le Liban et le Sinaï.Durant le stage de trois semaines, qui a eu lieu sur la base de formation de Tzrifin, les participants ont appris à connaître tous les détails des clôtures. Selon l’armée israélienne, avant d’être admis au cours de formation, chacun des nouveaux techniciens a été évalué et et a reçu un entrainement physique suffisamment élevé pour servir comme soldat de combat apte à répondre en cas d’attaque à la frontière lors d’une mission de maintenance. La formation comprend un large éventail de sujet, mais l’accent est mis sur l’aspect pratique. A cet effet, une clôture de plusieurs mètres a été construite sur la base de formation pour que les participants puisse s’entrainer à localiser et réparer des dysfonctionnements. La protection des frontières, en Israël comme partout dans le monde, est devenue une entreprise de haute technologie.

Lors d’une démonstration récente de nombreuses méthodes de sécurité avancées ont été présentées.Ces technologies dites « Smart Fence » (barrières intelligentes) ont été présentées, y compris les solutions de protection des souterrains qui utilisent des systèmes de capteurs sismiques et électroniques pour fournir des réponses à des divers scénarios d’intrusion : à pied, en rampant, creusant, forant, par tunnel etc… Comme les exigences et les besoins en matière de véhicules aériens sans pilote (UAV) continuent à croître sur la scène de la sécurité intérieure (HLS), les compagnies ont présenté des solutions spécialement conçues pour ce marché. Ces drones ont la capacité de transférer des vidéos en temps réel, de jour comme de nuit, permettant la détection, l’identification et la reconnaissance des plaques d’une voiture à une distance de 200 mètres. Des véhicules terrestres sans pilote (UGV), pouvant remplacer les soldats et sauver des vies, ont également été présentés. Ce sont des véhicules semi-autonomes, offrant des capacités d’armes améliorées, y compris un système de commandement et de contrôle, une variété de charges utiles et des stations d’armes modulaires, et un système de communication sur mesure. Ils sont conçus pour la patrouille frontalière, la protection de la force, l’appui au combat et plus encore.

Divers solutions guerre électronique étaient également offertes, y compris le brouillage des communications et des systèmes de détection, les dispositifs de brouillage cellulaires, les systèmes automatiques de détection d’intrusion, les systèmes stéréoscopiques capables d’analyser les mouvements suspects en 3D, des capteurs passifs de vibrations par cable, conçus pour une installation extérieure sur différents types de barrières périmétriques comme une chaine à maillon ou des clôtures en treillis soudés, des systèmes de sécurité informatiques qui interceptent et alertent en cas de tentatives d’attaque informatiques, des vers (comprendre, les virus) et autres menaces, et des solutions de capture et d’enregistrement vidéopouvant être transmis et affichés où et quand cela se révèle nécessaire. La plupart de ces technologies sont déjà implémentées aux frontières d’Israël, offrant aux citoyens du pays une sécurité haut de gamme. Des sources haut placées dans Tsahal ont affirmé à I-HLS que la complexité des barrières frontalières nécessitait une force spéciale pour les maintenir et que « Nous avons dans l’unité un certain nombre de spécialistes qui sont capables de faire le travail ». Tazpit News Agency

18

Lancement 5/5 : le Pentagone et Boeing sont partenaires dans Arrow

Israël a effectué ce lundi matin avec succès un test d’une version améliorée de son missile intercepteur antibalistique Arrow (Flèche), a rapporté un responsable israélien. Le missile Arrow, ou Hetz en hébreu, en fonction depuis 2000, est conçu pour détruire des missiles visant Israël à une altitude suffisamment élevée pour que des ogives non conventionnelles se désintègrent sans danger. Le Pentagone et Boeing sont partenaires dans Arrow et le gouvernement américain espère que son investissement contiendra toute velléité belliqueuse israélienne. Le Arrow ou Hetz (hébreu : ‫ץח‬, soit « flèche ») est une famille de missiles antibalistique mis au point par Israël et financé conjointement par

Israël, les États-Unis et une participation de l’Inde en 2003. Hetz peut aussi désigner l’ensemble de défense antimissile constitué du missile Hetz, du radar tridimensionnel à balayage électronique EL/M-2080 Green Pine de Elta, du centre C4ISR Yellow Citron de Tadiran Telecom et du centre de lancement Brown Hazelnut de Israel Aerospace Industries. En 2009, Hetz est l’un des systèmes anti-missiles les plus avancés qui soit. C’est le seul système de défense qui a été conçu pour détruire des missiles balistiques circulant au-dessus d’un pays. Il existe différentes versions du missiles, lesquelles sont nommées Arrow 1 et Arrow 2. Source: 20minutes et Press Release


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

20

L’Exit Taxe en France pour les résidents français qui s’installent en Israël Quand un résident français envisage de transférer sa résidence en Israël ou dans un autre Etat, certains aspects fiscaux doivent impérativement être analysés. L’Exit Taxe est un des points importants à examiner et il est conseillé de consulter un professionnel afin de déterminer si le résident français est redevable de l’Exit Taxe au moment de son changement de résidence et quelles sont les possibilités d’exemption de cet impôt. En effet, l’Exit Taxe a été réintroduite en France dans la Première Loi de Finances Rectificative pour 2011 (ci-après: “La Loi de Finances 2011”) le 29 juillet 2011 et s’applique aux contribuables français qui transfèrent leur résidence hors de France, sans considération de l’Etat où la résidence est transférée. Selon la loi de Finances 2011, les contribuables qui ont été résidents fiscaux français pendant au moins 6 ans dans les 10 ans précédant le transfert de leur résidence fiscale en dehors de France seront imposables sur les plus-values latentes lorsque le transfert de résidence fiscale a lieu après le 3.3.2011. L’imposition des plus-values latentes lors du transfert de résidence L’Exit Taxe est une imposition immédiate à l’impôt sur le revenu et aux cotisations sociales sur les plus-values latentes résultant de : - Toute participation directe ou indirecte d’au moins 1% des bénéfices d’une société. Toute participation dans plusieurs sociétés de plus de 1,3 millions d’euros. - Les créances - Les plus values placées en report d’imposition. L’Exit Taxe ne s’applique pas aux titres détenus dans un PEA, actions de Sicav et Sppicav, parts de FCP, titres de Sicomi, parts de FCC dont la durée à l’émission est supérieure à cinq ans, parts ou actions de carried interest, titres détenus dans le cadre de l’épargne salariale, gain d’exercice des BSPCE, gain de levée d’options sur titres (stock-options), gain d’acquisition constaté lors de l’attribution d’actions gratuites, parts ou actions de sociétés de personnes à prépondérance immobilière non cotées et cotées si détention directe ou indirecte supérieure à 10 % du capital. Les plus-values latentes (valeur au jour du départ) seront imposables au taux de l’impôt sur les plus value (19%) plus cotisations sociales (15,5%), taux en vigueur au jour de la rédaction de cet article.

L’Exit Taxe sera due au moment du départ de France – à moins qu’un différé de paiement ne s’applique. Par conséquent, dans de nombreux cas, le contribuable est forcé de vendre une partie de ses biens pour s’acquitter de l’Exit Taxe, ce qui constitue un des désavantages majeurs de cet impôt. Une autre considération est l’estimation de la valeur des actions. Par exemple, cette question d’estimation se pose quand le contribuable paye l’Exit Taxe selon la valeur des actions au jour de son départ de France mais lors de la vente de ses actions leur valeur est inferieure. Le différé de paiement Pour toutes les raisons évoquées ci-avant, un différé de paiement de l’Exit Taxe est accordé automatiquement sans demande et sans dépôt de garanties si le transfert de résidence s’effectue dans un État membre de l’Union européenne ou dans un État partie à l’accord sur l’Espace économique européen (EEE) ayant conclu avec la France une convention d’assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l’évasion fiscales (hors Liechtenstein) ainsi qu’une convention d’assistance mutuelle en matière de recouvrement. Un différé de paiement sans dépôt de garanties est également accordé si le contribuable transfère sa résidence en dehors de la France pour raisons professionnelles. Si le contribuable transfère sa résidence dans un autre Etat qu’un Etat de l’UE ou de l’EEE (tel qu’Israël), il doit s’acquitter de l’Exit Taxe au jour du transfert mais il a la possibilité de demander un différé de paiement. Ce différé est accordé uniquement sous demande et sous certaines conditions: déclaration de la plusvalue, représentant fiscal et dépôt de garanties aux autorités fiscales françaises. Si le différé de paiement est accordé, l’Exit Taxe sera due au moment de la vente des actions et non pas au moment du départ de France. Les réductions et exemptions sont prises en compte et les impôts étrangers payés sont déductibles de l’Exit Taxe due. Il faut souligner que le différé de paiement prend fin si un de ces événements fiscaux se produit dans les 8 ans après le transfert de résidence fiscale : vente, donation, ou annulation des actions. Si le contribuable vend ses actions, l’Exit Taxe sera calculée en fonction du prix de marché des actions: - Si la valeur des actions

au jour de la vente est inferieure à la valeur au jour du transfert de la résidence fiscale (dépréciation), l’Exit Taxe sera calculée en fonction de la plus-value réalisée effectivement et non pas de la plus-value au jour du transfert de résidence, et l’Exit Taxe sera annulée en cas de perte. - Si la valeur des actions au jour de la vente est plus élevée que leur valeur au jour du transfert de résidence fiscale (appréciation), l’Exit Taxe sera calculée en fonction de la valeur des actions au jour du transfert de résidence fiscale et non pas au jour de la vente. Exemption d’impôt sur la plus-value Le contribuable peut bénéficier d’un dégrèvement ou d’un remboursement dans 3 situations : - Si le contribuable conserve ses actions pendant au moins 8 ans après le transfert de résidence fiscale, il sera exempté en France d’impôt sur la plus-value. - Si le contribuable retransfère sa résidence fiscale en France avant la fin de la période des 8 ans.

- Si le contribuable décède et que les actions sont transférées par donation ou héritage. Dans certains cas il y aura une exemption d’impôt sur la plus-value en cas de donation (sous réserve de preuve d’absence d’abus de droit). Il faut noter que dans ces situations le contribuable est exempté d’impôt sur la plus-value mais il devra cependant s’acquitter des cotisations sociales (au taux de 15,5% au jour de l’écriture de cet article) Formalités Le décret d’Avril 2012 fournit une liste des formalités qui doivent être effectuées au moment du transfert de résidence. En effet, un formulaire doit être rempli avec les détails suivants : date du transfert, nouvelle adresse, montant de la plus-value etc. Ce formulaire doit être joint à la déclaration annuelle de revenu, tous les ans pendant la période de différé de paiement. Notre cabinet est spécialisé en droit fiscal international, droit immobilier, droit des successions et des socié-

tés, accompagnement juridique des nouveaux immigrants et des sociétés souhaitant s’installer en Israël, et en création et gestion de sociétés, de fiducie (trust) et de fonds. Cet article est général. Merci de ne pas utiliser ce qui y figure sans recevoir au préalable une opinion légale d’un professionnel selon les circonstances personnelles du cas. Bien cordialement, Maitre Lior Pick, Avocat Expert-comptable, vice-President Israel de STEP (Society of Trust and Estate Practioners) Cabinet Lior Pick & Co 2 Hanechoshet St. – Ramat ha chayal Tel Aviv Tel : +972-3-5105002 Fax: +972-3-5105025 Mail: sarah@pick-law.com Source: www.pick-law.com


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

22

L’auteur d’Indignez-vous est mort !

Né à Berlin en octobre 1917, il est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l’âge de 95 ans,Stéphane Hessel, a été nommé avec cinq autres Français «citoyen d’honneur» de la Palestine,pour la défense de la cause palestinienne et leur combat visant à l’établissement de l’Etat de la Palestine indépendant avec Jérusalem-est comme capitale». Totalement silencieux sur les massacres en Syrie,il dérape sur les Juifs, des dérapages qui ne sont pas passés inaperçus ,Stéphane Hessel, qui soutient le boycottage contre Israël, consacre spécifiquement deux pages (sur quatorze) au conflit israélo-palestinien, précédées du titre «Mon indignation à propos de la Palestine».

Lettre ouverte : le président de l’UFE Israël interpelle le président de France Télévision ne donnant la parole qu’aux seuls membres de la famille du bourreau, la mémoire des victimes de ce criminel exprimée par la voix des parents est enfouie dans une oubliette. Et nous avons mal à l’âme ! Je me dois de vous rappeler que certains Français, juifs, quittent la France car ils ont un sentiment d’insécurité. A tort ou à raison…

Monsieur le Président de France Télévision, Monsieur Pflimlin, L’Union des Français de l’Etranger que j’ai l’honneur de présider en Israël est à l’écoute de tous ses membres qui sont à 99%, des binationaux franco-israéliens ; ce qui explique qu’ils suivent régulièrement les émissions télévisées des chaînes françaises publiques et bien sûr de France 3. Vous avez décidé de diffuser dans les prochains jours un reportage sur la tuerie de Toulouse perpétrée il y a un an par Mohamed Merah. Cette tuerie sans précédent dans ce doux pays qu’est la France fut dévastatrice pour toutes les familles françaises ayant perdu un être cher. Je me dois de vous faire part que mes adhérents ont le sentiment qu’en

De tous les grands pays occidentaux européens où bon nombre de juifs sont présents, la France est le seul pays où l’on incendie des synagogues, le seul pays où l’on enlève et torture à mort de jeunes juifs, le seul pays où l’on tue des enfants juifs à bout touchant ! Nous avons vécu une période, pas si lointaine, où notre situation était celle du « non être”. Nous n’avions pas notre place sur la planète Terre, c’est ainsi qu’Israël est né. Lorsque l’on est une mère, un père et que votre enfant est abattu froidement pour le seul motif qu’il soit juif et qu’à l’issue d’un reportage l’immense chagrin des parents n’est pas recueilli, comment croyez vous que cela soit vécu par eux et la communauté juive de France et hors de France ? C’est une souffrance supplémentaire, une double peine que vous nous infligez. Je tiens à ce que vous en ayez conscience .Vous ne pouvez l’ignorer. Les victimes aussi doivent être nommées et les vivants qui les aiment doivent être entendus et écoutés . Nous demandons un peu de compas-

sion et de respect et non du compassionisme et des bonnes paroles lénifiantes. Les journalistes sont certes libres et à Dieu ne plaise que cela ne change jamais, Mon propos n’est bien évidemment pas une ingérence dans votre droit d’informer mais un mot de douleur. Je vous demande de ne pas nous oublier, de ne pas nous sacrifier et de prendre en considération que nous avons le poil érectile lorsqu’il s’agit de notre sécurité élémentaire dans un état de droit. Nous avons tous une responsabilité dans l’information mais vous Monsieur Pflimlin, vous Monsieur le Président, vous pouvez tout, afin que les équilibres soient sauvegardés ! La fête de Pourim que célèbre le peuple juif actuellement et qui correspond au carnaval est le rappel que dans l’empire perse où il était en exil le peuple juif a failli périr d’une annihilation complète. Son salut, il le doit au fait que la vérité éclata au grand jour … Mes adhérents et moi-même comptons sur vous, Monsieur Pflimlin. Nous croyons en vos valeurs humaines et nous pensons encore que vous ferez tout pour que France 3 diffuse une émission respectueuse de tous les Français Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma très sincère considération. Dr Robert Feldmann Président de l’Union des Français de l’Etranger en Israël.

Elle se concentre sur le sort de Gaza. Elle est alimentée par le souvenir du déplacement sur place effectué par l’auteur en 2009, après l’opération israélienne. Stéphane Hessel, qui recommande la lecture du rapport Goldstone (un travail plus long que celui de parcourir son opuscule), écrit ceci: «Je sais, le Hamas qui avait gagné les dernières élections législatives n’a pas pu éviter que des rockets soient envoyées sur les villes

israéliennes en réponse à la situation d’isolement et de blocus dans laquelle se trouvent les Gazaouis. Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable, mais il faut reconnaître que lorsque l’on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres, la réaction populaire ne peut pas être QUE non-violente. Est-ce que cela sert le Hamas d’envoyer des rockets sur la ville de Sdérot? La réponse est non, ça ne sert pas sa cause, mais on peut expliquer ce geste par l’exaspération des Gazaouis (exaspération, rage, colère, etc...) Dans la notion d’exaspération, il faut comprendre la violence comme une regrettable conclusion de situations inacceptables pour ceux qui les subissent. Alors on peut dire que le terrorisme est une forme d’exaspération. Et que cette exaspération est un terme négatif (...) Elle est compréhensible, je dirais presque qu’elle est naturelle, mais pour autant elle n’est pas acceptable. Parce qu’elle ne permet pas d’obtenir les résultats que peut éventuellement produire l’espérance.» bref une chose est sure, il ne sera pas regretté


L’information en provenance d’Israël

Ceux qui vont en enfer

Etant agnostique, je ne sais pas où ira Stéphane Hessel désormais, mais je doute qu’il emporte vers un quelconque paradis ses ignominies diverses. Je ne sais pas non plus ce qu’il a pu faire dans son passé avant de devenir sur ses vieux jours ce qu’il est devenu : ce que je sais, comme toute personne un tant soit peu informée, est qu’il a menti sur ses origines puisqu’il n’était pas juif, sur ses activités pendant la guerre, puisqu’il a été, selon l’excellente expression de Pierre André Taguieff, un « résistant de bureau », à Londres, ainsi que sur ses activités immédiatement après la guerre, puisqu’il n’a observé que de loin, en position de porte-coton très subalterne, la rédaction de la Déclaration Universelle des droits de l’homme. Est-ce une carrière de diplomate médiocre et frustré qui l’a poussé, une fois devenu octogénaire, à ces constants jets de bile ? A t-il pensé toute sa vie ce qu’il a semblé penser ces dernières années ? Lui seul connaissait la réponse. Les questions ne lui ont pas été posées. Et même si elles lui avaient été posées, il était doté, semble-t-il, de ce trait rare et infect qui faisait que pas une parole qu’il prononçait ne pouvait être prise

autrement que comme une déjection, enrobée, bien sûr, dans une posture de contentement de soi intense.

être un gauchiste traînant dans la vague cafétéria d’une vague université un peu crasseuse.

La spécialité de Stéphane Hessel, celle qui lui a valu une célébrité tardive et les flots d’adulation de tous les adeptes de l’imbécilité contemporaine et de la pensée torve, a été « l’indignation » : un mot vide qui permet à celui qui l’emploie de trépigner sur place et d’être, comme disait Pierre Dac, contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre et de séduire à tous vents.

Il restera aussi, à mes yeux, l’homme qui a osé dire, en une phrase que n’aurait pas désavoué Jean-Marie Le Pen, que l’occupation allemande en France avait été « relativement inoffensive » et que les occupants avaient voulu « agir positivement » : si on lui avait demandé s’il pensait que l’occupation avait été inoffensive pour les Juifs et si l’action positive avait été les convois envoyés vers Auschwitz, il aurait pu utiliser l’une de ses plus belles formules: « Les Juifs pensent qu’ils ne peuvent pas être véritablement aimés par les autres ».

Mais il était un pays qui l’indignait particulièrement, Israël, et il n’est quasiment pas une saloperie traînant dans un caniveau antisémite, presque pas une obscénité ramassée dans l’esprit malade d’un islamiste qu’il n’ait reprise à son compte : comme ses énoncés étaient formulés sur un ton calme et pondéré, il rendait acceptable ce qui, sorti de la bouche d’un barbu excité aurait paru vil et cloacal. L’homme qui a osé comparer le Hamas à la résistance française Il restera, à mes yeux, l’homme qui a osé comparer le Hamas à la résistance française et Israël au régime nazi: aucun Français, à ma connaissance, n’avait osé avant lui, ou alors, peut-

Et sans doute les Juifs pensaient, à tort, qu’ils n’étaient pas véritablement aimés en France à l’époque. Vous aimez cet article ? Inscrivezvous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi. Stéphane Hessel avait concernant les Juifs des idées qui, tout bien pesé, n’étaient pas si éloignées de celles d’hommes tels que Robert Brasillach et Lucien Rebatet. L’un et l’autre n’ont pas parlé d’Israël : le premier parce qu’il a été fusillé

Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

en 1945, le deuxième parce qu’il a été condamné à mort en 1946, gracié et maintenu sous surveillance ensuite. Qu’un tel homme ait pu écrire un texte (je ne peux parler d’un livre pour quelques centaines de lignes indigentes) vendu à des millions d’exemplaires pourrait être suffisant pour définir cette triste époque. Gilles-William Goldnadel dans son livre Le vieillard m’indigne a dit, de manière brillante, tout ce qu’il fallait en dire. Que des hommages unanimes lui soient rendus aujourd’hui montre que nous avons vraiment touché le fond. Qu’il soit qualifié d’ »humaniste » dans quelques journaux révèle à quel point les mots ont perdu leur sens. Si l’ami de terroristes tueurs de Juifs est un humaniste, c’est qu’Ismaïl Haniyeh est un philanthrope, sans doute. Des députés socialistes ont évoqué l’idée de funérailles nationales : qu’attendre d’autre de socialistes, direz-vous. François Hollande a parlé d’un inlassable « défenseur des droits de la personne humaine » : qu’attendre d’autre d’un Président socialiste ? Les dirigeants de l’UMP n’ont pas usé de termes très différents, hélas. Une pétition est en ligne qui demande l’entrée d’Hessel au Panthéon : si le ridicule tuait, les rédacteurs et les signataires de la pétition ne seraient plus de ce monde. Mais si le ridicule tuait, la France perdrait d’un seul coup l’essentiel de ses prétendues élites. Seul Richard Prasquier, pour l’heure, a osé énoncer quelques critiques, et je rends hommage à son courage. J’ai lu dans Le Monde que la mort était un grand projet pour Stéphane Hessel. S’il avait réalisé ce projet plus tôt, il m’arrive de penser en cet instant qu’il aurait au moins fait quelque chose de bien dans sa vie. © Guy Millière

24

Autopsie de Jaradat : les médias français colporteurs des mensonges palestiniens vont-ils se dédire

Un rapport intermédiaire, publié par le ministère de la Santé israélien, confirme ce dont tout le monde se doutait bien : Arafat Jaradat, le terroriste décédé il y a quelques jours dans la prison où il purgeait sa peine pour s’être attaqué à des civils durant l’opération Pilier de Défense, n’a été ni torturé ni empoisonné. Le rapport précise que les fractures costales et les hématomes relevés sur son cadavre, et monté en mayonnaise par les propagandistes palestiniens complaisamment relayés par les médias français, sont les stigmates classiques laissés par une réanimation intensive. En effet, les médecins de la prison et les secouristes du Magen David Adom ont pendant rien de moins que 50 minutes tenté de ramener Jaradat à la vie. Le Ministère de la Santé précise que l’autopsie a été menée conjointement par le Professeur Yéhouda Hiss, expert pathologiste de l’Institut Médico-légal L. Greenberg et le Docteur Sabar Alul, pathologiste palestinien, le Professeur Iris Barshack, directice de l’Institut de Pathologie du Centre Médical Shéba observant l’autopsie. Le Ministère indique aussi que les investigations se prolongent pour donner l’explication exacte de son arrêt cardiaque. Le Président de l’Autorité Palestinienne, qui avait appelé à une enquête internationale, affirmant que Jaradat avait été « assassiné » et accusant le Shin Bet de l’avoir torturé, a encore (du moins si on lui accorde, malgré son passif lourdement chargé, le bénéfice du doute) loupé une occasion de se taire et de se dispenser de jeter de l’essence sur le feu de la haine de son « peuple ». Lundi, le Ministre de la Sécurité Publique, Yitzhak Aharonovitch, avait de toute façon indiqué qu’Israël serait heureux qu’un expert international se joigne aux investigations portant sur l’incident. La mort de Jaradat, et son instrumentalisation par les autorités palestiniennes, avaient provoqué une série d’émeutes en Judée Samarie, 2 soldats et 11 Palestiniens étant blessés durant celle ayant suivi les funérailles de Jaradat, et avaient servi de prétexte aux terroristes du Fatah de Mahmoud Abbas pour tirer un missile visant les civils de la ville d’Ashkélon. En réalité, il est plus probable que le tir était destiné à tester la version améliorée, probablement développée sous les directives des ingénieurs terrosites iraniens, du Grad qui a atterri sur une route du sud de la ville. Daniel Ben Méir


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

26

Nouveau relais de croissance pour Israël : le gaz naturel.

Les Echos le 22 Janvier 2013 (Copyrights) : «Tirée par les industries de hautes technologies, la croissance israélienne devrait cette année compter sur un nouveau relais : le gaz naturel. Il est en effet prévu de démarrer au deuxième trimestre l’exploitation du gaz offshore du gisement Tamar, découvert voilà quatre ans au large des côtes israéliennes. Ces ressources gazières devraient apporter 1 point supplémentaire au PIB israélien, qui devrait croître de 3,8 % en 2013, selon les prévisions de la banque centrale. L’utilisation du gaz permettra au pays de réduire ses importations de pétrole. Seul hic, avec l’exploitation du gaz, Israël risque de connaître la « maladie hollandaise », un afflux de devises risquant de renforcer le shekel. En outre, ces activités gazières ne seront pas créatrices d’emplois. A terme, l’Etat hébreu espère toutefois exporter une partie de sa manne estimée à 1.000 milliards de mètres cubes, avec Tamar (250 milliards de mètres cubes) et Léviathan (490

milliards de mètres cubes) qui commencera à être exploitée en 2016. Une commission nationale a recommandé l’été passé de consacrer à l’export de 50 à 70 % de la production du gaz extrait. Et, misant sur un feu vert du prochain gouvernement, les opérateurs se positionnent. C’est ainsi que la compagnie australienne Woodside a acquis en décembre 30 % de Léviathan pour 2,5 milliards de dollars, coiffant sur le poteau le russe Gazprom. Vigueur de la high-tech En attendant que ces promesses se concrétisent, Israël continue de bénéficier de la vigueur de son industrie high-tech, qui représente près de la moitié de ses exportations. L’an dernier, le démarrage d’une unité de production du fabricant Intel dans le sud du pays a représenté une bonne part de la croissance. Tandis qu’une cinquantaine de jeunes pousses israéliennes ont été vendues pour un total de 5,6 milliards de dollars : le meilleur score depuis 2006». http://nosnondits.wordpress.com/

Camouflet d’une école arabe israélienne à l’Etat d’Israël

Dimanche dernier a eu lieu au Musée d’Israël la remise du Prix de l’Education à des personnalités ou institutions éducatives de Jérusalem. Parmi les lauréats, une école arabe israélienne du quartier d’Issawiya. Mais après la réception du prix et la projection d’un film sur l’école, à l’issue de la cérémonie, les représentants de cet établissement sont sortis de manière démonstrative au moment de la « Hatikva ». Par:shraga Blum La représentante de la Municipalité, Yael Antebi, s’est dit « choquée » et a indiqué « que si elle comprenait tout à fait que les Arabes israéliens ne se sentaient pas concernés par l’hymne national, ils pourraient pour le moins respecter ce moment et ne pas quitter la salle, encore moins en riant et parlant fort ». Davidi : « Il faut boycotter l’Etat

d’Israël » Quelques jours avant la remise des Oscars à Hollywood, Gaï Davidi, co-réalisateur du film pro-palestinien « Five Broken Cameras » a déclaré à Hollywood « qu’il espérait que la communauté internationale allait imposer un boycott à Israël, car il fallait qu’elle use d’une main de fer contre ce pays ». Les députés arabes favorisent l’irrédentisme (Aroutz 7) Fait sans précédent, le député arabe israélien Ibrahim Tsartsur a adressé une lettre à l’ambassadeur US en Israël. Dan Shapiro, afin d’obtenir une entrevue entre le président Barack Obama et le groupe des députés arabes à la Knesset. Pour Tsartsur, « le président américain doit se rendre compte de la détresse dans laquelle se trouve la population arabe en Israël, ainsi que la situation des prisonniers palestiniens, notamment ‘ceux de l’intérieur’». En utilisant cette for-

mule, Tsartsur reprend exactement la même terminologie que le Fatah et le Hamas qui parlent des Arabes israéliens comme étant « les Palestiniens de l’intérieur » c’est-à-dire ceux qui sont restés dans l’Etat d’Israël après 1948. Dis-moi qui sont tes amis… La télévision nord-coréenne a indiqué qu’Abou Mazen avait adressé ses meilleurs vœux à l’occasion de l’anniversaire du dictateur nord-coréen Kim Jong-il. Ces vœux ont été transmis par l’ambassadeur de « Palestine » à Pyong Yang lors d’une cérémonie qui s’est tenue à l’ambassade. Dans son message, Abou Mazen félicite le président Jong-il « pour les efforts intenses qu’il déploie et la réussite dans l’édification de sa nation ». En remerciement, le ministère des Affaires étrangères a publié un communiqué affirmant « le soutien total de la Corée du nord à la juste cause palestinienne ».

Le Fatah n’a pas renoncé à la lutte armée Mahmoud Aloul, membre du Fatah d’Abou Mazen a confirmé ce que d’autres édiles de l’OLP ont déjà dit : contrairement à ce que beaucoup de gens croient, le Fatah n’a pas abandonné le principe de la lutte armée contre Israël mais se réserve le droit d’y recourir au gré des circonstances. Nabil Chaat, ancien « négociateur » et proche de Yasser Arafat et Abou Mazen a été plus précis encore lors d’interventions passées : la violence a été provisoirement abandonnée car elle est contreproductive dans la conjoncture actuelle, mais elle reprendra le jour où ce sera utile. Il n’y a finalement que Shimon Pérès et Tsipi Livni qui clament à tout va que l’AP a abandonné la lutte armée et qu’Abou Mazen est un partenaire « modéré » !! Football : les Palestiniens refusent de jouer avec les Israéliens contre le Barça Le grand tapage médiatique fait en Israël autour de la venue du FC Barcelone pour une grand « match pour la paix » contre une équipe mixte israélo-palestinienne n’aura pas fait long feu. Après s’être fait photographier aux côtés d’un Shimon Pérès enthousiaste, comme d’habitude, le président du Barça, Sandro Rosell espérait une réaction identique de la part des terroristes de l’AP. Réponse de Jibril Rajoub, terroriste devenu « président de la fédération palestinienne de football » : « C’est une bonne idée, un rêve qui peut devenir réalité si l’occupation se termine »…Déjà en octobre 2012, le FC Barcelone avait

provoqué la colère des Palestiniens en invitant l’ex otage franco-israélien Gilad Shalit au classico contre le Real Madrid. Le FC Barcelone avait du par la suite inviter des jeunes Palestiniens qui avaient décliné l’invitation pour ne pas être associés à un évènement au coté de Gilad Shalit !!! L’ONU s’inquiète du sort des terroristes emprisonnés en Israël (Aroutz 7) Ban ki-Moon, secrétaire général de l’ONU a des inquiétudes très sélectives. Plus que les dizaines de milliers de prisonniers d’opinion détenus dans les Etats non-démocratique, il se fait au souci pour les terroristes antisémites détenus en Israël. Ban ki-Moon a répondu à l’appel d’Abou Mazen et des pays arabes à propos des terroristes grévistes de la faim dans les prisons israéliennes. Il en a fait part aux autorités israéliennes, et s’est spécialement enquis de la situation de Samar Issawi. Il appelé Israël « à respecter ses engagements et ses obligations envers les détenus ». Un iman de l’AP cite les « Protocoles des Sages de Sion » (Palwatch. com) Lors d’une émission de TV sous contrôle de l’AP, le 3 février 2013, l’imam Salah Al-Mitan a déclaré notamment : « Nos ennemis (les juifs) disent « qu’un verre de vin et une jolie femme peuvent frapper la nation de Mahomet, plus que des milliers de canons ». Ils disent aussi « qu’ils doivent tenter de détruire les valeurs morales afin de pouvoir prendre le contrôle du monde », car c’est écrit dans les « Protocoles des Sages de Sion »


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

27

Oxford : les étudiants rejettent le boycott d’Israël

Une motion avait été déposée par certains étudiants britanniques pour contraindre l’université à boycotter les produits et artistes israéliens. Les étudiants ont massivement voté contre. Ils ont dit NON. Les étudiants de l’université britannique d’Oxford ont majoritairement voté contre le boycott d’Israël. Une motion avait été déposée par l’Union des étudiants d’Oxford (OUSU) pour protester contre la politique israélienne envers les palestiniens, et appelait à un boycott des produits originaires de l’État Hébreu. L’OUSU avait soumis cette proposition aux 20.000 étudiants pour dénoncer symboliquement la politique d’Israël. «Nous avons une responsabilité morale pour combattre l’injustice», indiquait la motion. Elle exigeait qu’Israël mette fin «à son occupation de toutes les terres arabes». Plus précisément, l’Union demandait le boycott des exportations israéliennes, y compris les légumes, fruits et produits de beauté. Le monde de la culture n’était pas épargné. Si le vote s’avérait positif, l’OUSU aurait appelé à perturber toute manifestation ou exposition culturelle impliquant des artistes israéliens. Réunis en conseil mercredi soir, les étudiants se sont massivement opposés au boycott, se prononçant à 70 % contre. Les représentants des collèges universitaires ont eux aussi exprimé leur désaccord, avec 69 voix contre, 10 voix pour, et 15 abstentions. «Il y a eu beaucoup d’émotions de part et d’autre. Nous avons voulu permettre un débat approfondi, et avons laissé le temps aux étudiants de discuter avec leurs délégués pour décider de ce qu’ils allaient voter», a expliqué David J. Townsend, président de l’Union des étudiants d’Oxford, au Huffington Post .«Malgré les désaccords, j’espère voir les différentes opinions se rejoindre dans un esprit de bonne volonté pour tourner la page du boycott», espère-t-il. L’Union des étudiants juifs s’est, quant à elle, félicitée de l’issue du vote en déclarant être «ravie de la décision des étudiants de vouloir échanger avec Israël, ses idées et son peuple, plutôt que de choisir le boycott.» Un débat controversé

Au préalable, deux semaines de débats avaient été organisées par l’OUSU. Proposée le 13 février, la motion était loin de faire l’unanimité sur les campus. La semaine passée avait été tumultueuse suite au coup de colère d’un député britannique. George Galloway, un membre du parlement anglais avait refusé de débattre face à Eylon Aslan-Levy, un étudiant de nationalité israélienne. Fervent défenseur de la cause palestinienne, il était invité à prononcer un discours lorsqu’il a découvert sa nationalité. Le débat aussitôt interrompu, il a déclaré «ne pas reconnaître Israël et donc ne pas souhaiter débattre avec des Israéliens». Si les idées de Galloway sont bien connues OutreManche, l’affaire a suscité une vive polémique chez certains élèves qui l’avaient aussitôt accusé de racisme. À l’issue du vote de mercredi, Eylon Aslan-Levy se satisfait du rejet de la motion. «Les étudiants d’Oxford ont montré que leur attachement à la liberté intellectuelle est inébranlable», se réjouit-il au Huffington Post britannique

La Syrie demande à Israël de renoncer aux explorations pétrolières au Golan

«En rejetant les appels au boycott contre Israël, nous avons démontré avec éclat que nous voulons qu’Oxford puisse continuer à échanger avec les universitaires israéliens et coopérer avec les entreprises israéliennes», poursuit l’étudiant israélo-britannique. La question du boycott israélien ne s’arrête pas aux murs d’Oxford. Si la motion était adoptée, l’Union des étudiants d’Oxford aurait proposé au syndicat national étudiant (NUS) de la soumettre à tous les étudiants du pays. Mais le rejet de la motion ne semble pas changer la donne. Lors de la conférence nationale du NUS en avril prochain, un débat au sujet d’une grande mobilisation étudiante sera au programme. Le Figaro

Damas a condamné jeudi la décision israélienne d’autoriser des forages pétroliers sur le plateau du Golan, déplorant une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité et appelant l’ONU à intervenir. Le ministère syrien des Affaires étrangères a formellement protesté auprès des Nations unies pour dénoncer une violation flagrante et illégale de la résolution 497 du Conseil de sécurité qui appelle Israël à mettre fin à son occupation du Golan, a rapporté l’agence de presse officielle Sana. Selon Damas, la décision d’autoriser les forages vise à ancrer l’occupation

et l’annexation de ce territoire, en profitant du conflit en cours en Syrie pour perpétuer l’occupation de territoires syriens et piller leurs richesses. La presse israélienne a rapporté il y a une semaine qu’Israël avait autorisé des forages de pétrole sur le plateau du Golan syrien occupé, reprenant ainsi des explorations interrompues depuis 20 ans, au risque de s’attirer des condamnations internationales. Une licence d’exploitation a été attribuée à l’entreprise israélo-américaine Genie, présidée par Effi Eitam, un ancien ministre d’extrême-droite installé sur le Golan, selon le quotidien populaire Yediot Aharonot.

Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qu’il a annexés, une décision que n’a jamais reconnue la communauté internationale, et termine actuellement la construction d’une nouvelle barrière le long de la ligne de cessez-le-feu avec la Syrie. Depuis le début des violences en Syrie il y a bientôt deux ans, des tirs et des chutes d’obus ont touché le côté du Golan contrôlé par Israël, déclenchant même une riposte de l’armée israélienne en novembre 2012, le premier tir de ce type depuis 1973.


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

28

«Le Kotel est un site musulman, et les juifs ne devraient pas s’y rendre»

partie du Mont du Temple, et a donc le même statut pour les musulmans que la mosquée Al-Aqsa ou les autres lieux «saints» de la région. Dans un communiqué publié cette semaine, le groupe a déclaré que le «mur Bourak, à l’ouest de la mosquée Al-Aqsa, est l’un des principaux objectifs de l’occupation israélienne.

Un groupe arabe israélien, «The Al-Aqsa Heritage Institute», a publié jeudi une déclaration demandant à Israël de cesser ses plans pour apporter plus de juifs au Kotel (Mur des Lamentations), qui, revendique le groupe, n’est pas saint pour les juifs, mais l’est pour les musulmans. En fait, dit ce groupe, qui s’aligne parfaitement sur la politique de tous les pays arabes, et de l’autorité palestinienne, Israël «souille la sainteté du site» en y autorisant des prières juives. Le Kotel est le mur de soutien extérieur du Temple, qui se trouvait sur le Mont du Temple, à peu près au même endroit où les musulmans ont près de 2000 ans plus tard construit la mosquée Al-Aqsa.

Lorsque le Second Temple fut détruit il y a près de 2000 ans, les juifs se sont vu interdire de prier sur le Mont, d’abord par les romains, puis par les musulmans et les chrétiens, et proscrits de le faire par le loi juive. Les juifs ont donc adopté le Kotel comme lieu de prière, vu que c’était l’endroit le plus proche du Temple qu’ils pouvaient obtenir. Dans la légende islamique, tardive, vu que le Coran ne cite pas une seule fois Jérusalem, le Kotel serait un site musulman, connu comme le mur sur lequel Mohamed aurait attaché son âne quand il serait monté au ciel lors de son «voyage nocturne» depuis le Mont du Temple. Le «mur Bourak», comme les groupes islamistes appellent le Kotel, est une

En conséquence, plus de 10 millions d’israéliens et de touristes ont violé la sainteté du site en 2012, selon les forces de police d’occupation. Les occupants sont fiers de ce grand nombre, et disent en fait qu’ils veulent doubler le nombre de visiteurs d’ici quelques années,» indique le communiqué. «Ces plans mettent en danger Al-Aqsa, en en faisant une cible directe de l’occupation israélienne,» indique le communiqué. «Le mur Bourak ainsi que toute la zone autour d’Al-Aqsa, y compris le quartier des maghrébins (le terme utilisé par le groupe pour designer le quartier juif de la vielle ville de Jérusalem) détruit en 1967, sont une terre sainte musulmane, et une partie inséparable de la propriété d’Al-Aqsa,» ajoute le communiqué. Comme pour nombre de leurs collègues, ont ne peut que leur suggérer de tout simplement se mettre à vivre, de travailler, de construire, plutôt que de s’enliser dans des mensonges qui mettent le ridicule sur le monde musulman dans son entièreté.

Les insectes s’habituent vite aux répulsifs largement utilisée.

De précédentes études ont déjà montré que certains moustiques du type Aedes aegypti ou certaines mouches du vinaigre, Drosophila melanogaster, semblent être insensibles à l’action du DEET du fait d’une évolution génétique de leur récepteur olfactif.

Le moustique Aedes aegypti est considéré comme un des plus importants vecteurs de propagation de la dengue et du chikungunya. En quelques heures, les insectes se familiarisent avec l’odeur censée les repousser. Cette découverte ne va pas faciliter le travail de ceux qui luttent contre la transmission de maladies par les moustiques. Une équipe de chercheurs anglais montre en effet dans une étude publiée en février par la revue Plos One qu’Aedes aegypti, un des moustiques très répandu, connu pour son rôle dans la transmission de maladie vectorielles, pourrait perdre, durant quelques heures au moins, sa sensibilité à l’odeur de répulsif. Tout au moins ceux contenant du DEET (N, N-diéthyl-m-toluamide). Une substance chimique découverte dans les années 1950 qui repousse les insectes (moustiques, puces, tiques, mouches piquantes des étables et aoûtats) et qui est aujourd’hui très

Il ne peut s’agir d’une évolution génétique Mais dans cette étude, il s’agit d’un changement de leur comportement: les moustiques femelles qui sont une première fois repoussés par l’odeur du produit aspergé sur les bras d’une personne ne le sont plus trois heures plus tard alors qu’ils se retrouvent à nouveau en présence de ce même répulsif. Pour les chercheurs, cette soudaine indifférence à l’odeur du produit pourrait être liée à une diminution de la sensibilité des récepteurs olfactifs placés sur leurs antennes. En raison de la rapidité de la transformation quelques heures - il ne peut en tout cas s’agir d’une évolution génétique, ajoutent-ils. «Nous pensons que les moustiques s’habituent au répulsif. C’est ce qui se passe dans le cas de l’odorat humain même s’il est bien évident que le système olfactif humain est très différent de ce que l’on observe pour les moustiques», commente James Logan, qui est chercheur à la London School of Hygiene and Tropical Medicine et l’un des auteurs. «Si une exposition répétée au DEET influence négativement le compor-

tement des moustiques, cela devrait avoir des conséquences importantes sur la façon dont il faut évaluer le répulsif et sur son usage pour conserver une protection maximale», soulignent en tout cas les auteurs de l’étude. «On peut certes utiliser ce type de répulsifs occasionnellement mais pas tout le temps et pour lutter contre le moustique il est plus efficace de détruire autour des maisons tout ce qui favorise son implantation et sa reproduction», explique de son côté Paul Reiter, biologiste à l’Institut Pasteur. Trouver des substituts Des chercheurs sont d’ailleurs à pied d’œuvre pour tenter de trouver des substituts à ce type de répulsif. Il y a un peu plus d’un an, des entomologistes de l’Université de Californie à Riverside publiaient une étude dans Nature sur des mécanismes permettant de tromper le flair des moustiques. Des molécules susceptibles de perturber les organes sensoriels de l’insecte «qui présentent de grands avantages pour réduire les contacts entre moustiques et humains et peuvent conduire à une nouvelle génération de répulsifs et de leurres», expliquait Anandasankar Rayn, un des auteurs de l’étude. L’enjeu est de taille car ce moustique est sur le banc des accusés dans la propagation de la dengue et du chikungunya dans le monde. Des maladies qui ne cessent de s’étendre en Asie et dans les pays tropicaux et qui pourraient bien s’installer dans les années qui viennent en Europe. Par Marielle Court


L’information en provenance d’Israël Edition du 4 Mars au 12 Mars 2013

30

Echange de coups de feu dans le Sinaï, un policier blessé

Des hommes armés ont tiré hier sur une voiture de police égyptienne, dans la péninsule du Sinaï, blessant un officier Des agents de sécurité ont déclaré à l’agence égyptienne Ma’an qu’un convoit qui transportait des policiers en direction d’un lieu de villégiature du Sinaï où ils devaient passer leurs congés de fin de semaine a été attaqué par des hommes armés, l’un des policiers, Muhammad Hilmi, étant blessé suite à cet attaque.

La police a ouvert une enquête sur l’incident, aucun des agresseurs n’ayant pu pour l’instant être appréhendé. Depuis la révolution ayant abouti sur la chute de Moubarak, le Sinaï connait une recrudescence continue d’actes de terrorisme et de criminalité, aussi bien dans le Sinaï lui même que le long des frontières d’Israël et de la Bande de Gaza. Daniel Ben Méir

Israël/gouvernement: nouveau délai ?

L’impasse actuelle dans les négociations entre les partis politiques oblige le Premier ministre désigné Benjamin Nétanyahou à demander davantage de temps pour former un gouvernement en Israël, a-t-on appris aujourd’hui de sources autorisées. Le chef du gouvernement sortant va rencontrer demain le président israélien Shimon Pérès pour obtenir deux

semaines supplémentaires, car le délai d’un mois généralement accordé pour former un cabinet étant dépassé. Avec 31 députés sur les 120 que compte le Parlement, l’alliance formée par le Likoud de Netanyahu et le parti Israël Beitenou de son ancien ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, est arrivée en tête du scrutin du 22 janvier.


L’information en provenance d’Israël Edition du 20 au 26 février 2013

Obama contre le lobby pro-Israël Avec la nomination de Chuck Hagel au poste de secrétaire à la Défense, le Président se risque à une épreuve de force dont ses prédécesseurs s’étaient bien gardés. Cela pourrait-il être le signal d’un changement stratégique de politique étrangère ?

Pour la première fois depuis 40 ans, le chef du Pentagone est à nouveau un homme disposant d’une expérience militaire forgée au combat. En 1967, Chuck Hagel s’est porté volontaire pour le Vietnam où il a été blessé – son corps en porte encore les stigmates – et deux fois décoré. Il aurait pu pourtant effectuer son service militaire dans la paisible Allemagne de l’Ouest, cependant il choisit plutôt dans s’engager sur le théâtre de guerre, en Indochine. Contrairement à ses prédécesseurs, et sur la base de sa propre expérience, Hagel sait donc parfaitement ce que signifie envoyer des jeunes gens sur le front. Cela n’a pas fait de lui un pacifiste pour autant, mais plutôt un réaliste. Et c’est précisément pour cette raison que cet homme de 66 ans constitue pour certains un élément de perturbation. À peine l’éventualité d’une nomination de Hagel fut-elle envisagée en décembre 2012, qu’une campagne hostile et nauséabonde s’engageait dans les médias américains et israéliens. Selon le Jerusalem Post, ce dernier aurait un « problème juif » alors que, selon l’influent Sénateur Lindsay Graham, il se situerait « en dehors du courant dominant » puisqu’il deviendrait alors « le secrétaire à la Défense le plus hostile à Israël de l’histoire de notre nation ». Selon le Wall Street Journal, il exhalerait de lui comme « une odeur » d’antisémitisme. Le Weekly Standard, l’organe maison des néoconservateurs – Donald Rumsfeld, le secrétaire à la Défense de Bush, en faisait distribuer systématiquement quelques centaines d’exemplaires au Pentagone – accusa Hagel de faire preuve d’une « hostilité récurrente » envers Israël. Ainsi, le journal rapporta les

propos suivant d’un employé républicain du Sénat : « Qu’on nous impose Hagel et nous allons faire en sorte que chaque Américain sache qu’il est un antisémite. » Quand Obama donna confirmation de son choix début janvier, le journal Hayom, proche du gouvernement israélien, fit savoir que l’entourage de Benjamin Netanyahou considérait la nomination de Hagel comme « un très mauvais choix ». Entre-temps, enAllemagne, la presse Springer avait également dégainé. [1] Ainsi, dans le journal Die Welt, il fut qualifié de « stupide », tandis que le Bild-Zeitung estima que la décision du Président « avait soulevé une vague d’indignation » dans un article ayant pour titre « Le nouveau ministre d’Obama : Un ennemi d’Israël ? »

La violence de ces attaques est également à rechercher dans le fait qu’avec Hagel, le Président issu du camp démocrate a choisi d’envoyer un républicain au Pentagone, comme ce fut déjà le cas en 2009 avec Robert Gates. Cela suscite de la rage au sein du parti d’opposition, avant tout parmi les néoconservateurs, qui voient en Hagel le type même du conservateur traditionnel qui, s’il devait faire bonne figure aux yeux de la base conservatrice, à son poste ministériel, pourrait constituer une dangereuse épine dans leur pied. Hagel s’affiche ostensiblement comme catholique et opposant à l’avortement. De plus, en 1998, il s’est ouvertement opposé à la nomination au poste d’ambassadeur des États-Unis d’un candidat qualifié par lui d’« homosexuel agressif » [2]. Voilà qui plaît aux fermiers du Middle West et qui devrait pousser son parti à mettre en avant un vieux briscard de ce calibre. Pourtant, de façon malveillante, il est décrit comme étant « à la gauche d’Obama », ce qui a à peu près aussi pertinent que de situer Peter Gauweiler, le poil à gratter de la CSU, à la gauche de Steinbrück [3].

Le fait que les néoconservateurs s’opposent ainsi à Hagel repose sur quatre raisons principales qui ont toutes à voir avec le ProcheOrient. Tout d’abord, il n’a soutenu la guerre en Irak qu’à ses tout débuts, en 2003, avant de s’y opposer par la suite, arguant que Bush « jouait au ping-pong avec la vie d’Américains ». Par ailleurs, il a défendu le point de vue suivant : « Israël est notre ami et notre allié et nous devons assurer nos devoirs à son égard mais en aucun cas au détriment du peuple palestinien. » Troisièmement, il a voté plusieurs fois contre une aggravation des sanctions à l’égard de l’Iran et, dans la continuité de sa position, il s’est toujours opposé à toute intervention militaire. Concernant la question d’une hypothétique arme nucléaire iranienne, il ne partage ni l’obsession panique des néoconservateurs, ni l’opposition mesurée tout autant que ferme d’Obama à ce sujet. Le « génie des armes nucléaires est déjà sorti de sa bouteille, quoi que fasse l’Iran », a-t-il écrit de façon lapidaire, en 2008. Et enfin, et ce n’est pas le moindre, en 2006, dans le cadre du Congrès des États-Unis il a exprimé le constat suivant : « Au sein de cette assemblée beaucoup de gens sont sous l’intimidation du lobby juif. » C’est ainsi que lorsque la puissante organisation lobbyiste American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) présente un projet de résolution, elle recueille la signature de 80 à 90 sénateurs en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Si lui-même n’a encore désigné personne nommément, il a fait savoir qu’il tient une telle attitude pour « stupide ». Pour conclure avec ses propres mots, il n’est en aucun cas « un sénateur israélien mais un sénateur des ÉtatsUnis ». L’utilisation de l’expression « lobby juif » par Hagel est particulièrement significative. À ce propos, il convient de rappeler qu’en Israël même – cf. l’article que le Jerusalem Post a consacré à Hagel le 26 décembre 2012 – l’AI-

PAC est décrite comme « ha lobby hayehudi », à savoir sous les termes de « lobby juif ». En dénonçant comme il le fait les pressions exercées par cette organisation sur les politiciens, Hagel exprime ce que beaucoup pensent tout bas. En l’occurrence, le mécanisme d’intimidation ne repose pas sur des manifestations de violence pure mais sous une autre forme. Par exemple, quand un politicien prend des positions conformes aux intérêts du lobby, alors l’AIPAC intervient pour le mettre en contact avec des sponsors. Au contraire, s’il ne le fait pas, il voit une campagne dans les médias ou sur Internet immédiatement diligentée contre lui. En février 2007, l’ancien président Jimmy Carter a résumé les choses de la façon suivante : « Pour un membre du Congrès qui souhaite être réélu, ce serait presque un suicide politique que de soutenir une position contraire à celle du gouvernement conservateur israélien. » Un autre ancien président, à savoir Bill Clinton, a évoqué quant à lui le « lobby le plus efficace de Washington ». Qu’on en juge : chaque année, l’AIPAC peut compter sur un budget de 47 millions de dollars, sur 100 000 membres à l’échelle du pays et sur un siège national situé à Washington comptant plus de cent lobbyistes, spin doctors [4], publicitaires et autres éminences grises classés parmi les plus illustres sur la liste publiée par le National Journal en 2005, ce qui fait de cette organisation le deuxième lobby en importance après celui des armes représenté par la fameuse National RifleAssociation. À l’occasion de l’assemblée générale annuelle de l’organisation, l’énonciation de la liste de tous ses sympathisants dans le monde politique dure pratiquement une demiheure. Depuis des années, indépendamment de l’appartenance politique des présidents successifs, la majorité des membres du Sénat, un quart des membres de la Chambre des représentants, plus de 50 ambassadeurs ainsi que des douzaines de hauts fonctionnaires gouvernementaux figurent sur cette liste. Qu’Obama ait réussi à imposer son secrétaire à la Défense dans ce contexte de vents contraires et à se sortir de l’impasse dans laquelle il risquait de s’enfermer, ne fut rendu possible qu’en raison du soutien d’une grande partie des généraux les plus et les mieux décorés, ainsi que de celui des experts en stratégie les plus renommés. Pour aller plus loin, on pourrait d’ailleurs avancer que ce sont précisément les accusations du lobby pro-Israël et des néoconservateurs contre Hagel qui, par leur côté excessif et perfide, ont suscité une contre-réaction au sein de l’establishment, pour la première fois depuis bien longtemps, et encouragé l’école dite réaliste à oser sortir de la clandestinité. À cet égard, ceux qui ont toujours pensé que la politique extérieure US était conduite en sous-main par un centre de pouvoir collectif à trois têtes, à savoir Henry Kissinger, Georges Soros et Zbigniew Brzezinski, sont désormais dans l’obligation de reconnaître, devant les marques d’hostilité qui s’expriment au grand jour, qu’un tel centre de pouvoir homogène n’existe pas. C’est ainsi que Zbigniew Brzezinski s’est ouvertement exprimé, aux côtés d’autres conseillers de présidents précédents (James L. Jones, Brent Scowcroft, Frank Carlucci) et cela avant même que le président Obama ait fait connaître son choix en faveur de Hagel, pour faire savoir qu’à ses yeux, le sénateur serait « un homme d’une intégrité et d’une sagesse inébranlables qui, dans la guerre comme dans la paix, avait servi son pays de la manière la plus noble ». De même, dans une prise de position commune, onze responsables militaires parmi les plus haut gradés se sont prononcés de manière élogieuse en faveur de Hagel, voyant en lui un « solide dirigeant du Pentagone » ainsi qu’ « une voix modérée et équilibrée dans une époque troublée et

32

déséquilibrée ». Parmi d’autres signataires, on compte par exemple l’amiral William J. Fallon et le général Anthony Zinni, , deux des plus récents responsables de l’US Central Command (CENTCOM) qui est la structure de commandement des opérations de guerre au Proche-Orient (Zinni en fut le responsable de 1997 à 2000 et Fallon de 2007 à 2008). Tout comme son mentor John Kerry, le nouveau ministre desAffaires étrangères Hagel est un tenant de la doctrine Powell, doctrine qui fut mise en œuvre lors de la première guerre d’Irak, en 1991, alors que Colin Powell était commandant suprême des forces armées US. À cette époque, il était convenu que les ÉtatsUnis ne rentraient en guerre que quand les conditions suivantes étaient réunies : lorsque la Nation était face à une menace, lorsque l’on disposait d’une supériorité militaire importante, lorsque l’on disposait du soutien de l’opinion publique et enfin lorsqu’il existait une claire stratégie de sortie de guerre. Lors de la deuxième guerre d’Irak menée sous la présidence de Georges W. Bush, c’est au contraire principalement la doctrine Rumsfeld qui prévalut, celle-ci étant fondée sur les principes suivants : il serait autorisé et parfaitement légitime d’intervenir militairement pour exporter la démocratie ; il ne serait nullement nécessaire pour cela de disposer d’une supériorité militaire avérée puisque les opprimés accueilleraient de toute façon les soldats US comme des libérateurs ; enfin, l’existence d’une stratégie de sortie de la guerre ne constituerait qu’un luxe supplémentaire. Le général Petraeus, chef des forces armées américaines en Afghanistan de 2010 à 2011 puis chef de la CIA sous le premier mandat Obama, ne fit que mettre en œuvre cette doctrine dans une version modifiée. En lieu et place des strictes conditions nécessaires au déclenchement d’un « large » conflit avancées par Powell, il substitua l’idée de conflits « limités » et de guerre antiterroriste généralisée. C’est dans cette perspective que Petraeus révisa le manuel officiel de contre-insurrection (Field Manual on Counterinsurgency). Ce qu’il avance dans cette nouvelle mouture pourrait paraître parfaitement inoffensif à première lecture. Ainsi, dans cette version, c’est la protection des populations civiles qui est mise en avant plutôt que l’élimination physique de l’adversaire. Dès lors, cela implique que la victoire militaire ne constitue plus forcément l’objectif recherché mais que c’est plutôt l’équilibre fragile d’une situation qu’on essaie de préserver. C’est exactement ainsi que les choses se sont déroulées en Afghanistan : sans critères pour juger d’une victoire, il n’existe plus aucun repère pour savoir s’il faut rester ou quitter le pays. Dans ces conditions, on peut laisser des troupes éternellement sur les bords de l’Hindu Kush puisqu’il y a toujours des populations civiles à « protéger ». Le fait que cette entreprise de « protection » suscite de nombreuses pertes parmi la population civile par effet collatéral n’entre pas évidemment pas dans les calculs. Certes, la nomination de Hagel au poste de secrétaire à la Défense renforce l’espoir que les USAaccélèreront leur départ de l’Hindu Kush et qu’au Proche-Orient ils prendront leurs distances avec les va-t-en-guerre de Tel-Aviv et d’ailleurs également. Quoi qu’il en soit, on ne devrait pas se faire trop d’illusions en la matière. Ce n’est pas Hagel qui fait la politique des États-Unis mais bel et bien le Président. En matière de Sécurité nationale, plus que tout autre avant lui, ce dernier a concentré les capacités décisionnaires à la Maison Blanche, ce que le Pentagone et le Département d’État n’ont d’autre choix que d’accepter. Et malheureusement, Obama en a fait la preuve lors de son premier mandat : il est tout à fait capable de décisions négatives.


L’information en provenance d’Israël Edition du 20 au 26 février 2013

IMMOBILIER Ventes NATANYA 1/ 3 pièces de 90m2 rue Binyamin 1 060 000 shekels avec parking et ascenseur libre tout de suite. Ben Attia tel : 054-925-2392 2/ 3.5 pièces de 135m2 Bvd Weitzman avec ascenseur et parking PRIX 1 140 000 shekels. Libre immédiatement Ben Attia tel : 054-925-2392 3/3pieces de 100m2 rue weitzman clim ascenseur parking prix1 150 000.shekels. Ben Attia tel : 054-925-2392. 4/ 4 pièces rue Arav kook avec travaux a entreprendre, ascenseur et parking dans un immeuble ravalé PRIX 1 160 000 shekels. Ben Attia tel : 054-925-2392 5/ Beau 3 Pièces rue Brener vue degagee avec ascenseur climatisation et parking PRIX 1 160 000 shekels. Ben Attia tel : 054-925-2392 6/ Grand 3.5 de 105m2 rue Smilansky en très bon état avec ascenseur et parking PRIX 1 195 000 shekels libre sous 3 mois. Ben Attia tel : 054-925-2392 7/Grand 4.5 pieces refait a neuf rue Agalil de 120m2 avec air conditionne ascenseur et parking cuisine americaine prix 1 300 000 shekels. Ben attia 054 925 2392 8/4 pieces de 103m2 rue yehouda halevi clim ascenseur parking terrasse 88m2 prix 1 330 000 shekels. Ben Attia tel : 054-925-2392 9/ Superbe 4 pièces de 110m2 rue Rishon letzion refait a neuf avec vue mer du salon a 1 550 000 shekels avec climatisation ascenseur et parking. Ben Attia tel : 054-925-239 10/2 pièces rue Gad Mahness avec balcon et vue mer imprenable à louer PRIX 300 Euros / semaine (frais d’agences compris). Ben Attia tel : 054-925-2392 11/3 pieces de 90m2 rue smilansky a louer 300euros /semaine avec climatisation ascenseur et parking a

34

10 minutes de la plage. Ben Attia tel : 054-925-2392 12/ 4 Pièces de 110m2 rue Rishon letzion dans un immeuble récent avec climatisation ascenseur parking et balcon 10m2 PRIX 1 800 000 shekels. Ben Attia tel : 054-925-2392 13/4 pieces de 106m2 rue nitza avec clim ascenseur parking balcon et piscine prix 1 800 000 shekels . Ben Attia tel : 054-925-2392 14/4 pieces de 109m2 rue shlomo ameleh immeuble neuf climatisation centrael 2 ascenseurs parking sous terrain balcon avec petite vue mer prix 1 820 000 shekels. Ben Attia tel : 054-925-2392 15/5 Pieces de 230m2 rue smilansky avec ascenseur et parking ideal pour diviser et louer !! jusqu’a 10% de rentabilite. Ben attia 054 925 2392 4.5 pieces 120m2 rue agalil avec clim acs parking refait a neuf prix 1 300 000 ben attia tel: 054 925 2392 4 pieces de 106m2 rue nitza avec clim asc parking et piscine prix 1 800 000 sh ben attia tel: 054 925 2392 4 pieces de 110m2 dans un imm. recent rishon le tsion avec clim asc parking et balcon 10m2 1 800 000 sh ben attia tel: 054 925 2392 4 pieces de 110m2 dans un imm. recent rishon le tsion avec clim asc parking et balcon 10m2 1 800 000 sh ben attia tel: 054 925 2392 4 pieces, 110m2 rue rishon le tsion. avec clim ,asc et parking refait a neuf petit vue mer du salon, 2 app. par etage 1 550 000 sh ben attia 054 925 2392

Vente immobilier Israël A Saisir - Centre Jérusalem - à vendre 2 semaines à vie 2 premières semaines mois de mai - période yom haatsmaout - lev yerushalaïm 25000€ - Tel : 0610293882 ou le soir 0146084856 et 0661754856 - 2 pièces tout confort

YAFFO près mer loue jour sem. mois appt refait nef dans imm ancien. Beau salon donnant sur terrasse. 30m² cuisine, 2 petites chambres, salle d’eau, WC sep. 1er étage sans asc Mail : szenaw@gmail.com

Vend Villa équipée ARAD 280m² + jardin 500m². Vue Mer Morte et Désert à 120km de Tel-Aviv-Jéru et 200km Eilat - Prix 280 000 Nis Tel : 0525563143 - afts@free.fr

Loue appartement Natanya Arav Kook plein centre. 5 pièces, 8 couchages tout confort (lave linge, parking, 1er étage, clim, plasma, 2wc, caisselle cacher, linge fourni). Libre de suite 0603834898 - 0622893343



Israël Actualités n°248