Page 1

GRATUIT - Numéro 196 - Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Journal Israélien en langue française


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Aujourd’hui comme demain !

Le Dimanche 29 janvier 2012 aura lieu le grand gala de Migdal au profit de Tsahal et plus particulièrement pour ceux qui surveillent jours et nuits les frontières d’Israël. Ce sont les gardes-frontière appelés sous le nom de Magav. Pour cette soirée seront présents sous le haut patronage du ministère Israélien de la Défense, avec la participation exceptionnelle de ceux qui ont fait qu’Israël soit aujourd’hui la hantise de nos ennemis. C’est pour cela qu’à cette occasion, des héros d’Israël seront présents comme le Lieutenant Colonel de réserve Isaac AHARONOVITZ, du Brigadier Général Avigdor KAHALANI, du Commandant en Chef des MAGAV, Yoann HALEVY, ainsi que de son prédécesseur Israël ITSHAK. C’est pour quoi, il est important de répondre présent et d’apporter notre soutien et notre réconfort à nos soldats par l’intermédiaire de l’association Migdal et de son président David Bittan.

portable le QR code qui se trouve sur la couverture du journal. Seront présents également au gala les frères NACASH, ainsi que la Troupe Musicale du MAGAV, dirigée par le présentateur favori de la communauté juive Francky Perez et le chef d’Orchestre de cette soirée David Bittan qui est à la tête de cette organisation depuis près de 30 ans, accompagné d’irréductibles bénévoles. Encore une fois il est important de répondre présent et d’apporter notre soutien à cette association qui a pour seul but

d’apporter du réconfort à nos enfants qui risquent leur vie à tout moment. Je tiens à vous rappeler que les fonds qui seront récoltés à cette occasion seront redistribués à 100 % à nos soldats et au profit des Magav. Aujourd’hui comme demain, soyez généreux pour ceux qui défendent Israël et le peuple Juif. Am Israel Hai Alain Sayada

De plus Migdal à fait venir des artistes de tout premier plan qui n’ont pas hésité une seconde pour se produire à l’occasion de ce gala comme le Jeune BEN SNOF qui chantera ses plus grand tubes que vous pourrez réécouter en scannant sur votre

Pour notre Ami SION, avec Nathan Chtaransky (AJPI) Photo Alain AZRIA

Directeurs de la publication Alain Sayada Tel: 06 68 17 25 55 Rédacteur en chef Eliahou Ben Yéouchoua

Directeur commercial Israel: Sigalit Siksik Sitbon 06 67 78 40 00

Régie publicitaire exclusive Epsilon Media Associés 77bis, rue Robespierre 93100 Montreuil France

Crédits photo AFP, Reuters, Alain Azria Directeur commercial France: Yohann Azoulay 06 68 75 46 26

3

Commerciaux : Elyahou Sayada 01 48 97 46 85

Israël Actualités est une marque déposée en France


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

4

L’Europe en guerre contre les habitants juifs Les Palestiniens dans la rétine du diable de Judée Samarie ? Un diplomate occidental a déclaré que les européens sont bien conscients des implications des dernières recommandations. Il a également exprimé l’espoir que ce document encouragera l’UE à «prendre des mesures de fond afin de mettre un terme à l’expansion des villes juives, y compris une loi qui interdirait les transactions financières qui permettent la construction de ces villes.

Les chefs des délégations de l’Union Européenne auprès de l’autorité palestinienne ont rédigé un document avec des revendications sévères pour renforcer le contrôle de l’autorité palestinienne sur Jérusalem Est et presser Israël de changer sa politique en Judée et Samarie. Les recommandations comprennent la préparation d’une «liste noire» d’habitants juifs des territoires considérés comme violents, afin de réfléchir, à l’avenir, a leur interdire l’entrée dans l’Union Européenne. Le document vise également à encourager une plus grande activité et représentation de l’OLP à Jérusalem Est.

Par ailleurs, le rapport européen conseille aux personnalités de l’Union Européenne en visite à Jérusalem Est de s’abstenir d’être escorté par des représentants ou du personnel de sécurité israéliens. En outre, les fonctionnaires sont encouragés à demander aux entreprises européenne de tourisme de ne pas soutenir les entreprises israéliennes situées à Jérusalem Est et d’augmenter la sensibilisation du public de l’UE sur les produits israéliens venant de Judée Samarie ou de Jérusalem Est.

Un document rédigé par les chefs des délégations se déclare préoccupé par la construction israélienne grandissante à Jérusalem Est, sapant selon lui la possibilité de réaliser la solution à deux états. Sans la division de Jérusalem, qui doit servir, pour l’UE, de capitale de deux états, il sera impossible d’obtenir une paix durable, écrivent les émissaires européens. Par ailleurs, le vice ministre des affaires étrangères, Danny Ayalon, a appelé son homologue britannique Nick Clegg «irresponsable et mal informé, pour avoir condamné les implantations israéliennes comme du «vandalisme délibéré» contre les efforts pour établir un état palestinien. Ayalon a déclaré que les commentaires de Clegg ont donné aux palestiniens un prétexte pour mettre de pré-conditions à la reprise des négociations avec Israël.

Des hackers israéliens piratent le site de la bourse saoudienne et des EAU

La semaine dernière, lors de la célébration du 47e anniversaire de la création du Fatah, le Mufti Palestinien, Muhammad Hussein, nommé par Mahmoud Abbas, a lancé l’ordre de tuer des Juifs. Son sermon, cité par Palwatch.org, disait « Le jour de la résurrection n’arrivera pas tant qui vous ne combattrez pas les Juifs. Oh Musulman, servant d’Allah, il y a un Juif derrière moi, vient et tue le ». Le leader religieux modéré du parti Fatah modéré a conclu en ajoutant : « notre guerre contre les descendants des porcs et des singes (les Juifs) est une guerre de religion et de foi». Aucun gouvernement, aucun diplomate, aucune association humanitaire, aucun journaliste, et encore moins l’ONU, n’ont réagi. La communauté internationale peut bien mettre l’Etat Juif an ban des nations, c’est à la lumière de ce silence qu’Israël doit l’examiner. Pour avoir diffusé la vidéo des propos antisémites du leader religieux des Palestiniens, Youtube a bloqué le compte de Palwatch.org parce que la vidéo est une incitation à la haine raciale et au meurtre. Comment, dès lors, informer le public ?

Des pirates israéliens ont dit avoir attaqué le site officiel de la bourse de l’Arabie Saoudite mardi, en représailles à des attaques par déni de service contre le site de la bourse de Tel Aviv la veille. Le site officiel de la bourse saoudienne, tadawul. com.sa, était en effet déconnecté après l’annonce des hackers israéliens. Un site boursier des Emirats Arabes Unis était lui aussi hors service après une attaque. Des hackers israéliens ont déclaré dans un message posté sur un forum que leurs actions ont lieu parce que «les hackers boiteux d’Arabie Saoudite ont décider de lancer une attaque contre les sites israéliens,» notant les attaques par déni de service contre

les sites de la bourse de Tel Aviv et d’ElAl, ainsi que contre trois banques israéliennes lundi. Les pirates ont prévenu que «ce n’est qu’un début», ajoutant que «si les attaques boiteuses de l’Arabie Saoudite se poursuivent, nous allons passer au niveau suivant, qui permet de désactiver ces sites à plus long terme,» ont-ils dit. Ils ont précisé que ces dommages pourraient durer «des semaines ou même des mois.» Lundi, le pirate saoudien se faisant appeler 0xOmar et qui est à l’origine d’une vague d’attaques contre des sites internet israéliens, a déclaré ne pas prendre les menaces des pirates israéliens au sérieux.

«Personne de mon pays ne souffrira !» a-t-il dit dans un email envoyé au Jérusalem Post. 0xOmar a déclaré qu’il continuerait à organiser des cyber-attaques contre des sites israéliens jusqu’à ce que le gouvernement d’Israël s’excuse pour ce qu’il décrit comme était un «génocide contre la Palestine.» Lundi, un pirate pro-israélien qui se nomme Hannibal a publié les détails de 30 000 titulaires arabes de compte Facebook. Il a annoncé qu’il pourrait publier les détails de 10 millions de comptes bancaires et de 4 millions de cartes de crédit appartenant à des citoyens arabes si les attaques internet contre Israël se poursuivent.

Le premier ministre Netanyahu a accusé Saeb Erekat, le négociateur palestinien, d’avoir trahi son engagement de garder secrètes les négociations de paix d’Amman. Au lieu de cela, dit le premier ministre israélien, « il parle, il parle, il n’arrête pas de parler ». Israël a remis aux Palestiniens une liste de vingt et une propositions aux Palestiniens. Mahmoud Abbas, de visite à Londres, à déclaré : « pendant les trois jours de la rencontre entre Erekat et Molcho, les israéliens n’ont pas fait la moindre proposition pour arriver à la paix ». « Nous espérons que le Premier ministre Netanyahu va nous faire des propositions. Peu importe quelles propositions. Peut être seront nous d’accord, peut être pas, mais le plus important, c’est qu’ils nous soumettent quelque chose » a ajouté Abbas. Qui dit vrai, qui ment ? Abbas a fait sa thèse universitaire sur la négation

de la Shoah, cela devrait mettre sur la piste… Et il n’a pas non plus dénoncé la fatwa de son Mufti. Netanyahu a ajouté : « les palestiniens ont mis leurs demandes sur la table, mais ce sont exactement les mêmes demandes qu’ils font depuis Oslo. Ils n’ont pas bougé leur position d’un millimètre, même pas d’un millième de millimètre ». On se souvient qu’en fin d’année 2011, Netanyahu a déclaré devant les nations réunies à l’ONU pour la candidature de la Palestine : « je suis prêt à rencontrer Abbas où il veut, quand il veut, et même ici, puisque nous sommes dans la même ville en même temps ». Les médias ont titré : « Netanyahu refuse de discuter avec Abbas »… J’ajouterai, pour ma part que la stratégie d’usure d’Abbas devrait être payante : face à un interlocuteur figé sur ses positions, le plus souple des deux cherche toujours à ouvrir des voies pour débloquer la négociation. Abbas attend patiemment ce moment sans bouger d’un millimètre. Israël a t-il l’intelligence de faire de même ? L’acceptation de la création de l’autorité Palestinienne dans les accords d’Oslo, le refus de déclarer la Cisjordanie territoire israélien comme le permet la résolution 242 de l’ONU, et l’indifférence à se laisser reprocher que « les Juifs judaïsent Jérusalem », ne signent pas un grand talent, et n’explique pas pourquoi Israël a choisi la négociation – où il ne brille pas – plutôt que la guerre – où il détient la force, pour signer la paix. De visite à Londres, Abbas a reçu l’assurance qu’il attendait de Nick Clegg, le vice premier ministre britannique, dont les méthodes diplomatiques abruptes, qui rappellent celles d’Avigdor Lieberman, ne semblent pas, elles, gêner qui que ce soit. Il a parlé, au sujet de la politique israélienne en Judée et Samarie, d’ « acte de vandalisme délibéré » qui menaçait une « solution à deux Etats ». Quelqu’un expliquera t-il à cet idiot que le vandalisme, ce n’est pas la construction, mais la destruction ? © Jean-Patrick Grumberg


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Journalistes, méfiez-vous des islamistes, ils sont en marche

Dans son article intitulé «Lutter contre la violence sioniste et condamner l’antisémitisme» publié dans Le Temps du 10 novembre, Hani Ramadan exhorte les journalistes libres de tous pays à se réveiller pour démasquer le rôle des lobbies sionistes et la conspiration du silence autour du thème de la colonisation par Israël de la Palestine. Il attend de la CICAD et de la LICRA qu’elles condamnent clairement des massacres répétés de civils palestiniens, car la Shoah ne doit pas devenir un dogme destiné à museler les consciences dans une Palestine où on brûlerait au phosphore blanc des enfants ! Quelle duplicité d’un reître qui s’érige en guide suprême des consciences et qui attend des autres ce qu’il ne s’impose pas à lui-même. L’avons-nous vu condamner les terroristes islamistes lançant des bombes contre des civils, assassinant et blessant des innocents en Israël, au Pakistan, en Algérie, aux Etats-Unis et en Turquie? Se taire pour lui est sans doute approuver. Ce prêcheur de la haine va jusqu’à qualifier le sionisme de perversion, car Israël n’a bien entendu selon lui pas le droit d’exister pour les juifs sur une terre qui n’appartiendrait qu’à l’Islam ! Journalistes libres de tous les pays, ouvrez les yeux ! C’est avec la même plume à l’encre frelatée que, le 10 septembre 2002, il publie dans Le Monde un article sous le titre «La charia incomprise» et qui réagit contre les protestations véhémentes qui, en Occident, ont suivi la condamnation à mort, par lapidation, de deux femmes nigérianes. Il s’attache à démontrer que la lapidation n’est pas si cruelle qu’on l’imagine, que les conditions de son prononcé sont telles que la sanction est «pratiquement irréalisable» et qu’elle ne peut être appliquée que dans une société «où sont protégées les normes et les valeurs islamiques». C’est aussi lui qui, voyant dans «l’idéologie sioniste» une perversion du judaïsme traduisant dans les faits et par la violence l’idée de la suprématie d’un peuple élu, prêche dans un sermon du 1er juin 2011 sur son

blog que «Dieu dit dans le Coran: «Le moment n’est-il pas venu pour les croyants de se recueillir en leur cœur à la mention de Dieu et (à la mention de) la Vérité qui a été révélée, et de ne pas être comme ceux qui ont reçu le Livre avant eux: ils trouvèrent le temps long et leurs cœurs s’endurcirent» (Coran, 57,16)». Et d’en déduire que «ces hommes avaient reçu la révélation du ciel, et avaient cru en un dieu unique, comme cela est écrit dans la Torah et l’Evangile. Ils avaient compris l’essence du monothéisme et ils avaient adoré Dieu avec amour et sincérité. Puis les années ont passé, et ils trouvèrent le temps long et alors leurs cœurs s’endurcirent. La foi perdit pour eux son goût. Leur culte ne fut pas réservé à Dieu seul. Ils furent subjugués par les séductions et les ornements du monde. Or, les hommes les plus éloignés de Dieu sont ceux dont les cœurs sont durs et fermés.» Ainsi, les chrétiens et les juifs, contrairement aux musulmans, se seraient éloignés de Dieu et fourvoyés. Seuls les musulmans ont des cœurs qui ne se sont pas endurcis. Les chrétiens d’Egypte récemment massacrés avaient sans doute des cœurs endurcis et ne sont plus là pour apprécier le sermon. La CICAD qui lutte contre l’antisémitisme et préserve la mémoire de la Shoah prône elle le dialogue avec toutes les communautés religieuses, en œuvrant avec toutes les personnes qui, quelle que soit leur confession, défendent les droits des êtres humains contre l’obscurantisme. Elle ne renoncera jamais à dénoncer ceux qui, au nom d’une idéologie religieuse de haine, veulent la destruction d’Israël, patrie pour les juifs qui le veulent, qu’ils soient des survivants de la Shoah, des déplacés des pays arabes ou tout simplement des êtres qui sont attachés à leurs racines religieuses; des juifs israéliens qui ne revendiquent aucune appartenance à un peuple élu, mais aspirent à vivre en paix avec leurs voisins dans leur patrie. Journalistes, méfiez-vous des islamistes, ils sont en marche ! Source : Le Temps.ch

5

Europe : l’effondrement s’accélère

Les vendredi 13, dit-on, sont des jours fatidiques. Certains disent aussi que ce sont des jours de chance. Je ne suis l’adepte d’aucune superstition, donc je ne me prononce pas sur la question. Vendredi 13 janvier, cela dit, a ressemblé pour l’Europe davantage à un jour fatidique qu’à un jour de chance. C’est ce jour là que Standard and Poors a annoncé ses notations pour l’ensemble des pays de la zone euro, et ses notations, très prévisibles, ont ressemblé à une douche glacée. Comme prévu, la France a perdu son triple A, ce qui signifie (inutile de procéder à des circonlocutions) qu’elle aura davantage de difficultés pour emprunter, que le coût de ses emprunts va s’accroître considérablement, que les taux d’intérêts pratiqués dans les crédits à la consommation vont monter, et que la spirale descendante enclenchée va se poursuivre. Cela signifie aussi que les chances de réélection de Nicolas Sarkozy déjà très faibles s’approchent du niveau zéro, ce qui offre toutes ses chances à François Hollande, grâce à qui, sans doute, s’il est élu, la note de la France sera encore abaissée : pour peu qu’on regarde le programme socialiste, on voit, de fait, que celui-ci ressemble à un livre de recettes pour préparer un dépôt de bilan. Comme prévu aussi, les autres notes ont été à l’avenant : l’Autriche passe de AAA à AA+ comme la France, l’Espagne de AA- à A, Malte de A à A-, l’Italie de A à BBB+, le Portugal de BB- à BB, Chypre de BBB à BB+, la Slovénie de AA- à AA+, la Slovaquie de A+ à A. En langage simple, il s’est agi là d’une baisse de deux crans pour Chypre, le Portugal et l’Espagne, et d’une baisse d’un cran pour l’Autriche, Malte, la Slovaquie et la Slovénie et pour la France. La France ne sera donc pas seule à avoir des difficultés et à se trouver confron-

tée à des surcoûts. Mais cela n’a rien de réconfortant. La note du Portugal et de Chypre fait que les emprunts de ces pays sont désormais considérés sur les places financières comme des obligations pourries (junk bonds), l’Espagne et l’Italie ne sont plus très loin de ce peu enviable statut et en seront dotées dans quelques mois. Je n’ai pas cité la Grèce, car elle est, depuis des mois, dans les C, ce qui signifie que ses emprunts sont pires que des obligations pourries. Le fonds de stabilité européen se trouve ainsi, comme prévu là encore, fortement menacé. Sa note vient elle-même d’être dégradée, ce lundi. Des obligations du Portugal, de l’Italie, de la Grèce, de l’Irlande et de l’Espagne arrivent à maturité lors du premier trimestre 2012, et ce qui va se passer sera intéressant à regarder. Quatorze pays de la zone euro sont placés sous « observation négative » par Standard and Poors, qui semble aussi penser que ce qui va se passer sera intéressant à regarder. Seuls l’Allemagne, le Luxembourg, la Finlande et les Pays Bas conservent leur triple A pour le moment, je dis bien : pour le moment. La Grèce devrait, dans un proche avenir, être le premier pays du monde développé à faire faillite depuis soixante ans. D’autres suivront sans doute : le Portugal, l’Italie, l’Espagne ? Après ? Comme l’a dit François Fillon, la situation ne doit pas être dramatisée. Non, bien sûr : la situation se dramatise très bien toute seule. Comme l’a ajouté Nicolas Sarkozy aujourd’hui, « cela ne change rien ». C’est évident, non ? Quelques gauchistes ont organisé ici ou là des manifestations contre les agences de notation et la dictature des marchés financiers. Ils ont la réponse : vous avez la fièvre ? Cassez

le thermomètre, et vous irez mieux. Génial, non ? Vous êtes endettés ? Ne remboursez rien ! Qui vous prêtera ensuite ? Pourquoi vous en préoccuper ? Dans une société communiste, on peut vivre de rien. Demandez à la Corée du Nord. JeanLuc Mélenchon, en France, avec ce genre d’idées attire environ 8 pour cent des intentions de vote. Un candidat libéral aujourd’hui atteindrait péniblement un pour cent, mais tout va bien. L’Union Européenne lance des appels insistants au FMI pour éviter un cataclysme européen qui entraînerait le monde entier vers le pire, mais tout va bien. Les dirigeants européens persistent à tenter de réparer un système monétaire européen qui n’est pas réparable et, par dogmatisme, le conduisent plus sûrement encore vers l’explosion, mais tout va bien. En Grèce, des parents abandonnent leurs enfants dans la rue faute d’argent pour les nourrir. En parallèle, le gouvernement grec vient de placer sur la liste des gens victimes de handicaps et pouvant recevoir des allocations sociales les pédophiles, les pyromanes et les kleptomanes. Tout va bien en Europe, indéniablement. D’ailleurs, cela n’empêche pas l’Europe de faire la leçon à Israël sur un ton arrogant, et de financer massivement l’Autorité Palestinienne. Il est vrai que les finances d’Israël sont saines, ce qui n’est pas très européen, alors que celles de l’Autorité Palestinienne… Et puis Israël est une démocratie, alors que l’Autorité Palestinienne… Quand le naufrage économique s’accouple à la dépravation morale et à l’imbécillité crasse, on peut en déduire que la fin est proche. © Guy Millière


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Découvrez le système “see-shot” : déjouer la terreur à distance

6

ATTENTION DANGER : LE POISSON PANGA ( POISSON PAS CACHER !)

L’alimentation des pangas est complètement en dehors de toute réglementation judiciaire. Le panga grandit 4 fois plus vite que dans la nature, à l’état normal.

L’éfficacité du système “see-shoot”, qui signifie en français “vois et tire”, n’est plus à démontrer. Déjà utilisé des centaines de fois, il a permis de déjouer des attaques terroristes et des tentatives d’infiltration, et n’a jamais fait de victime civile innocente. “Le système “seeshot” a été utilisé au cours de centaines d’incidents, et nous n’avons jamais mis en danger un civil. Il est utilisé avec beaucoup de professionnalisme et d’expérience, et nous permet de déjouer des attaques terroristes,” a déclaré le Chef du Corps de Collecte de Renseignements sur le terrain, le Général de Brigade Eli Polack. Les guetteurs du Corps de Collecte de Renseignements sur le terrain sont exclusivement des filles qui travaillent 24h sur 24 derrière des écrans d’ordinateur afin de surveiller les frontières d’Israël. Les guetteuses sont en charge de s’assurer qu’aucun élément suspect ne tente de s’infiltrer dans la zone dont elles sont responsables. Si un suspect est identifié, elles ne le perdent pas de vue et informent immédiatement les forces de Tsahal concernées sur le terrain. Ces soldates ont aussi la possibilité d’utiliser le système “See-Shot” (un système d’armement qui peut être

De plus, les pangas sont injectés avec (PEE). Quelques scientifiques ont découvert qu’en injectant aux femelles pangas des hormones féminines dérivées d’urine déshydratée de femmes enceintes. La femelle panga produit ses oeufs plus rapidement et en grande quantité, ce qui n’arriverait pas dans un environnement naturel (une femelle panga arrive ainsi à produire 500.000 oeufs en une fois) et c’est ce qu’ils font…

activé à distance) qui leur permet de tirer de loin après avoir reçu l’autorisation de leur commandante. Les guetteuses restent dans la même base tout au long de leur service et reçoivent une formation particulière en fonction de la zone dont elles s’occupent, afin de connaître parfaitement tous les détails de cet espace. “Le travail de nos soldats ici détermine l’issue du conflit sur le terrain” Le Général de Brigade Polack a rappelé que “les guetteurs du Corps de Collecte de Renseignements sur le terrain font partie de l’une des unités les plus importantes de Tsahal, et ont un impact direct sur la sécurité de l’État d’Israël. L’idée de mettre en place une telle unité nous a été soufflée par les États-Unis qui utilise ses guetteurs à la frontière avec le Mexique. Nous disposons aujoud’hui des techniques les plus avancées au monde dans ce domaine.” “Contrairement à un soldat d’infanterie déployé le long de la frontière nord, les soldats du Corps de Collecte de Renseignements sur le terrain savent exactement où les terroristes du Hezbollah se trouvent. Nous sommes une source d’information essentielle.” Armée de Défense d’Israël

ANNONCE GARDE D’ENFANTS

Le Panga est un nouveau poisson asiatique que nous trouvons chez *CARREFOUR et PICARD ..,*surtout sous forme de filets, à un prix relativement bas. Le Panga est, au Vietnam, un poisson de culture industrielle intensive. Plus exactement, il vient du delta du Mekong, et il est en train d’envahir le marché à cause de son prix. Voici ce qu’il y a à savoir sur le panga :fallait s’en douter à moins de 10€ le kilo… Qu’est ce qu’un Panga ? Le Panga est un nouveau poisson asiatique que nous trouvons chez *CARREFOUR et PICARD ..,*surtout sous forme de filets, à un prix relativement bas. Le Panga est, au Vietnam, un poisson de culture industrielle intensive. Plus exactement, il vient du delta du Mekong, et il est en train d’envahir le marché à cause de son prix. Voici ce qu’il y a à savoir sur le panga :

Le *Mekong* est l’un des fleuves les plus contaminés de la planète. Les pangas sont infectés, à hauts niveaux, de venins et bactéries (arsenic, résidus industriels toxiques et dangereux, sous-produits du secteur industriel en pleine croissance), métaux contaminés, phénols polychlorés (PCB) ou DDT et leurs (DDTs), chlorate ; des composants relationnés (CHLs), hexachlorociloxane, isomères (HCHs) et hexachlorobenzène (HCB). Il sont alimentés avec des poissons morts, des restes d’os et avec une farine d’Amérique du Sud, le manioc et des résidus de soja et graines. Il est évident que ce type d’alimentation peu salubre n’a rien à voir avec l’alimentation d’un environnement naturel. Vous en rappelez-vous ? Cela ressemble beaucoup à l’alimentation des vaches folles (vaches qui furent alimentées avec des viandes animales notement des vaches. )

Ce commerce est accepté par les grandes superfaces qui vendent au public en général, tout en sachant qu’ils vendent des produits contaminés. *_NOTE_ : Etant donné la prodigieuse quantité de pangas disponible, ils termineront également dans d’autres aliments :_ surimi_ (ces petits batônnets faits avec de la chair de poisson), poisson en boîte et probablement dans quelques aliments pour animaux (chiens et chats).* REGARDEZ LA PROVENANCE DU POISSON ET N’ACHETEZ JAMAIS DE POISSON ASIATIQUE AUSSI PEU CHER QU’IL SOIT. CARREFOUR ET EXITO NE SE PREOCCUPERONT JAMAIS DE VOTRE SANTE !!!

Vice-premier ministre britannique : «les implantations sont du vandalisme»

présence juive en Judée et Samarie et dans les zones de Jérusalem revendiquées par l’autorité palestinienne.

Femme au foyer cherche enfants à garder. Nous habitons en pavillon à MONTMAGNY Merci de m’appeler au 01.39.84.21.57 ou sur le mobile au 06.65.94.99.38

L’utilisation par Clegg du terme «vandalisme» représente une brusque escalade et un langage peu diplomatique envers Israël. Il a accusé Israël de miner le «processus de paix» en n’acceptant pas les exigences d’Abbas de stopper la construction de nouvelles maisons pour les juifs de Judée et Samarie.

ANNONCE COLOCATION recherche colocataire (femme) Appartement de 5 pièces situé dand le 19ème arrondissement de Paris Contacter Mme ASSOUN 06 09 50 52 26

De fait, ce sont des poissons qui ont des hormones injectables (produites par une entreprise *pharmaceutique chinoise* pour accélérer le processus de croissance et de reproduction. En achetant du panga, nous collaborons avec des entreprises gigantesques sans aucun scrupule et spéculatrices, qui ne se préoccupent pas de *_la santé et du bien être des êtres humains_*.

Nick Clegg, vice-premier ministre de Grande-Bretagne, a appelé les implantations juives en Judée Samarie et à Jérusalem Est du «vandalisme délibéré» lors d’une conférence de presse mardi en compagnie du président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Sa condamnation d’Israël,

une des plus dures jamais faite par un responsable britannique, a été accueillie par Abbas qui a dit que c’est exactement ce qu’il a toujours attendu d’entendre officiellement. La Grande Bretagne, comme les Etats-Unis et presque tous les pays occidentaux, ne reconnaît pas la

Clegg a justifié sa rhétorique et a été cité par le London Jewish Chronicle comme disant : «une fois que vous avez placé des faits physiques sur le terrain qui font qu’il est impossible d’arriver à quelque chose que chacun a accepté pendant des années (une solution a deux états)… c’est un acte de vandalisme délibéré sur les prémisses de base sur lesquels les négociations ont eu lieu pendant des années, et des années, et des années, et c’est pourquoi nous avons exprimé nos préoccupations en tant que gouvernement.»


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Biographie de Ben Snof Benjamin Snof est né à Safed le 26 janvier 1986. Depuis sa plus tendre enfance, il chantait.

Sa carrière musicale a débutée à l’âge de 7 ans, lorsqu’il intégra la troupe « les fleurs de Safed » dirigée par ‘Meir Gabay. Il a chanté à travers tout le pays durant des années.

En 1999, âgé de 13 ans, Ben Snof sort son premier album et a été reconnu comme un enfant prodige. Un de ses plus grands succès est «Dans le jardin des étoiles ». Les paroles ont été écrites par Yoav Ganay et la mélodie a été composée par Zvika Pik.

Peu de temps après, Ben a commencé à étudier à la Yeshiva (école Talmudique) à Safed, et a abandonné le monde de la musique. Six ans plus tard, son beau-père Hébron Trabelsi l’a convaincu de revenir chanter, et a décidé de produire son album. Environ un an plus tard, Ben Snof

sort son deuxième album «Voila, il vient », produit par Yogesh Jasmine. Récemment, il a commencé une collaboration avec des chanteurs tels que Moshik Afia, Kobi Peretz et d’autres.

David BITTAN : MIGDAL a été crée en janvier 1984, c’est-à-dire qu’elle a aujourd’hui 27 ans. C’est une des rares associations 100% française tournée à 100% vers Israël. Toutes nos actions, nos collectes, nos dons sont dirigés vers nos frères Israéliens. AS : Pouvez- vous nous en citer quelques unes ? DB : Bien sur, l’envoi de quelques 450 gilets pare-balles spéciaux pour enfants des zones à risque, l’envoi de plusieurs tonnes de vêtements pour des familles défavorisées, l’envoi de matériel médical et paramédical pour des associations spécifiques, la construction d’un Gan pour les enfants à la mémoire de la petite Shalevet Paz à Hébron, l’organisation de plusieurs voyages de solidarité en Israël, et ce même, pendant les moments les plus obscures de l’intifada, la création du G2PI (Groupement

pour la Promotion des Produits Israéliens ) qui a combattu le boycott des produits d’origine Israélienne et leur promotion, l’organisation du village « Kahol Lavan » bleu-blanc au dernier 12 heures pour Israël, la création de l’Opération MAGUEN YEROUCHALAIM , plateforme d’aide et de réadaptation pour les enfants et adolescents touchés par le terrorisme à Jérusalem, la création du site Internet www.migdal.org qui dénonce par l’humour les détracteurs d’Israël, la remise de plus de 5 000 colis d’amour pour les soldats de Tsahal des unités combattantes et enfin la représentation officielle en France des Gardesfrontière Israéliens ; les MAGAV (acronyme de Mishmar Hagvoul) AS: Pourquoi choisir les MAGAV ? DB : Les MAGAV passent le plus clair de leur temps à combattre le terrorisme et à empêcher les attentats suicides ; C’est un combat obstiné, sans compromis, une sorte de guerre anonyme, sans publicité et sans gloire. Souvent au détriment de leur propre vie, les MAGAV sont les gardiens de

la population civile israélienne. Leur but suprême est d’assurer la sécurité des habitants juifs et arabes de l’Etat d’Israël. A l’image de la population israélienne, les MAGAV sont composés de 10% de musulmans druze, 5% de chrétiens et le reste de juifs. AS : Comment peut-on définir ces soldats ? DB : L’ouverture d’esprit, le don de soi, l’esprit de camaraderie et la compréhension entre les diverses communautés font les ingrédients de la fondation robuste de l’esprit de corps de cette unité. Tous ces éléments garantissent son succès dans l’accomplissement de ses nombreuses et difficiles missions. AS : Le don de soi n’est pas un vain mot dans cette unité ? DB : En effet, combien d’anecdotes malheureuses je pourrais vous citer, où de jeunes soldats de 18 ou 20 ans à peine ont fait écran de leur corps face à des islamikases pour sauver la vie de civils.

Les chansons de Ben Snof sont puisées dans des sources originales de la Bible et de la poésie israélienne, souvent accompagnées d’une touche de musique méditerranéenne.

Cette année, il se produira à 3 reprises en France (voir Actualités).

Interview de David Bittan, Président de Migdal Alain Sayada : David BITTAN, vous êtes le président de l’association MIGDAL. Pouvez-vous nous décrire un peu votre association ?

7

AS : Vous leur rendez donc un hommage comme il se doit ? DB : Nous sommes leur seul représentant dans le monde. Nous organisons tous les ans un concert en leur honneur, à Paris. AS : Qu’ offrez vous à ces soldats à la suite de ces soirées ? DB : A ce jour 16 synagogues, 3 Sepher Thora, plus de 250 paires de Tephilines, des Moadon; salles de détente, des salles de sport, la réfection totale de la literie de certaines bases, l’aménagement d’un Beth Ahayal à Tibériade, la création d’un centre de formation avec salles de classe, salles multimédia, chambres d’hôtes, la prise en charge de certaines familles de soldats en grande difficultés financières... AS : Quels sont vos autres pôles d’intérêt de MIGDAL ? DB : Des voyages contre l’oubli à Auschwitz avec des soldats en habits militaire, descendants de déportés, des voyages réguliers en Israël, la préparation de 20 000 colis d’amour pour les soldats, une activité plus

importante pour la lutte contre l’antisémitisme et son corollaire l’antisionisme et bien sur contre le boycott d’Israël et de ses produits. AS : Mais qu’est-ce qui fait courir les bénévoles de MIGDAL? DB : La seule récompense et la seule rétribution qui compte pour mes bénévoles et moi-même ; « Le sourire sur le visage d’un enfant ou d’un soldat. »


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Edito - Titanic 2012 - Avraham Azoulay part le bal qui semble continuer après les premiers chocs sur les rochers ou iceberg et ensuite, bien sûr, la course à la vie, avec toujours des récits héroïques et d’autres qui le sont moins. N’allez pas croire que je veuille vous décourager de partir en croisière au large de l’Atlantique ou de la Méditerranée, il reste encore de bons marins, même en haute mer.

Costa Concorda, navire de croisière des plus sophistiqués au monde, de quatorze étages, vient de subir le sort du Titanic, qui exactement cent ans plus tôt en 1912, coulait à pic. En recoupant les témoignages des passagers des deux navires, on ne peut que s’étonner de la similitude des faits. D’une part un mutisme total des capitaines, d’autre

Sur le Vif

On assiste de plus en plus en Israël à l’entrée en politique de personnalités qui se sont distinguées dans d’autres domaines (armée, médias, social, etc.). À votre avis, suffit-il d’être connu et apprécié ou fautil posséder d’autres qualités pour être un homme politique digne de ce titre ? Valérie Hoffenberg Candidate aux élections législatives des Français de l’étranger (juin 2012) Pour être une femme politique, il faut savoir écouter et identifier les enjeux importants pour nos électeurs. Il faut maitriser les rouages administratifs et politiques afin d’être efficace et apporter des réponses concrètes à ses électeurs. Il faut être crédible au sein de la classe politique pour que ses opinons et avis soient pris en compte. Il faut bénéficier d’une légitimité acquise sur le terrain pour être sollicité par les médias nationaux. Il faut faire preuve de sang froid sans jamais se laisser séduire par les extrêmes afin de ne pas être décrédibilisé. Il faut être capable d’accepter le débat d’idées et la contradiction, deux principes au cœur de la Démocratie. Il faut avoir une connaissance de tous les dossiers, tant au niveau diplomatique, politique et économique, afin de pouvoir intervenir et voter sur les grands débats qui concernent la Nation. Tout en restant fidèle à ses convictions, il faut savoir trouver les mots justes pour être audible et percutant. Le but d’une femme politique n’est pas de convaincre les convaincus, mais de parvenir, en usant de pédagogie, à rallier le plus grand nombre à sa cause. Le but d’une femme politique n’est pas de chercher une plateforme personnelle mais au contraire de servir les intérêts de ceux qui l’ont élue. Mais avant tout, une femme politique doit être animée par la volonté farouche d’aider les autres.

refuse, comme tous ses voisins, de reconnaitre les faits en demandant à ses habitants de continuer à danser comme si de rien n’était. Les Européens semblent se conforter dans leurs grands navires désorientés, ressassant des rengaines trop souvent dépassées.

Cependant, on ne peut s’empêcher de comparer ces histoires à ce que nous vivons aujourd’hui sur la planète Terre…

Le capitaine Sam a pour sa part depuis longtemps démissionné de son poste de chef de bord et semble observer avec candeur le bateau planétaire couler doucement avec l’arrivée des démocraties nouvelles du printemps islamique.

L’Europe prend l’eau doucement ; la France vient de perdre son triple A de bonne santé financière et subit, comme les pays voisins, les revers d’une crise non seulement économique mais aussi identitaire. Elle

L’Occident a oublié le réalisme malgré les chocs, la coque brisée, et l’eau qui s’infiltre dans toutes les cabines… Devant le manque de leaders, ce sont les plus opportunistes qui reprennent les rennes d’un pouvoir abandonné à

Daphna Poznanski Candidate aux élections législatives des Français de l’étranger (juin 2012) La fonction politique ne doit pas être une récompense donnée pour « bons et loyaux services » dans un poste précédent, sans aucun rapport avec les responsabilités que devra affronter celui qui entre en politique. Très souvent, nous assistons à des complaisances de la part d’un dirigeant de l’État qui paye un service rendu, politique ou strictement personnel, en offrant un poste à un ou une de ses protégés. Le résultat est bien souvent un grand gâchis pour les dossiers à traiter et les citoyens concernés. Le verdict, tôt ou tard, est sévère. Le « politicien de complaisance » se trouve très vite désavoué. Les exemples ne manquent pas. La fonction politique exige honnêteté, dévouement au bien public, et bien sûr, compétences prouvées. Ce doit être l’occasion de parfaire l’action engagée précédemment pour servir au mieux l’attente des électeurs. Pour remplir correctement des responsabilités politiques, il ne suffit pas d’afficher son carnet d’adresses, d’être bon acteur, militant associatif ou mannequin. Le maître mot doit être la compétence.

et plus restreint, de Politikè, ou d’art politique qui se réfère à la pratique du pouvoir, soit donc aux luttes de pouvoir. Pour en revenir à votre question : le fait d’avoir brillamment occupé des fonctions de responsabilités dans l’armée, l’associatif ou le social dénote d’une capacité certaine à agir, à réfléchir, à savoir se confronter aux problèmes, à gérer des crises et des hommes et à savoir trouver les bonnes réponses. Ceci me paraît être un atout et une qualité nécessaires dans l’engagement politique, « Politeia «. Les actes et le terrain étant très souvent plus formateurs que la théorie, l’école, l’appartenance à un parti, à l’action unique ou à la recherche du Pouvoir « Politiké «. Ces qualités permettent une meilleure compréhension des aspirations diverses des électeurs et les rassurent. Je ferais donc une nette distinction entre la notoriété que peut avoir un acteur, un chanteur ou un sportif, qui ont tous des qualités, et celle d’un militant, d’un acteur social, culturel, associatif ou d’un militaire. Les premiers sont connus dans leur domaine, les seconds le sont pour leurs actes et réalisations au service de tous. Ils sont donc des politiques dignes de ce nom, au sens de Politeia, et c’est dans cette définition que je me reconnais.

Dr Gil Taieb Candidat aux élections législatives des Français de l’étranger (juin 2012) Cette question mélange beaucoup de profils humains et de définitions du mot politique. Je vais en donner deux : - Politique au sens noble de Politeia : qui porte sur les actions, l’équilibre, le développement interne ou externe de la société, ses rapports internes et ses rapports à d’autres ensembles. La politique est donc principalement ce qui a trait au collectif, à une somme d’individualités et/ou de multiplicités. - Ou Politique, au sens moins noble

Philippe Karsenty Maire-adjoint de Neuilly, candidat aux élections législatives des Français de l’étranger (juin 2012) J’imagine que vous faites allusion à l’entrée en politique de Noam Shalit et de Yaïr Lapid. En tant qu’élu français, et candidat à une élection française, je ne souhaite pas prendre position sur la politique intérieure israélienne. En revanche, l’expérience française permet de tirer des enseignements de ces candidatures basées sur la popularité et qui finissent souvent mal. Nombreux sont ceux qui,

l’anarchie. Dans le monde arabe le sang coule plus que jamais, comme entre autres en Syrie, l’exemple même du mépris de ces dirigeants transformés en bouchers pour leur peuple. L’Occident ne tire pas pour autant les leçons de sa naïveté transformée alors en complicité, on le vit tous les jours avec l’approche erronée qu’elle adopte face au Hamas, aux frères musulmans et autres dictatures sanglantes. Israël poursuit en solitaire cette course de trimarans, en pays sage à la vision éclairée malgré la tempête et les obstacles. Elle a toujours averti des dangers qui guettent la planète, mais comme sur le Titanic en 1912, en 2012 tous continuent de danser

ayant acquis une certaine notoriété dans un autre domaine, s’estiment en mesure de participer au débat politique. Parfois, ce sont des responsables politiques cyniques qui exploitent la popularité de ces novices à des fins de communication électorale. On ne s’improvise pas responsable politique. Les qualités nécessaires pour le devenir sont l’expérience de terrain, la compréhension de ce monde ainsi qu’une culture politique et historique étendue. Cela s’acquiert patiemment et je pense que la démocratie est trop précieuse pour la laisser aux mains de populistes qui, ne comprenant rien aux contraintes politiques et économiques, sont prêts à beaucoup de promesses irréalistes pour se faire élire. Ainsi, dans de nombreux pays, les Frères Musulmans se font apprécier grâce à leurs activités sociales leur permettant d’attirer les électeurs qui ensuite votent pour eux aveuglément, sans même réfléchir aux conséquences politiques de leur vote. Les effets de leur élection sont presque toujours négatifs, pour ceux qu’ils sont censés servir mais aussi pour eux-mêmes. Emmanuel Navon Professeur de Relations internationales L’entrée de personnalités connues en politique n’est pas un phénomène nouveau en Israël. Les partis politiques ont toujours fait appel à des « stars » pour s’attirer le soutien des électeurs. Ces « stars » sont souvent des anciens généraux (comme Moshé Dayan), des journalistes (comme Sheli Yehimovich), des hommes d’affaires (comme Steff Wertheimer), ou des universitaires (comme Yigal Yadin). Certaines personnalités ont brillé dans leur domaine et échoué en politique (on pense à Steff Wertheimer), tandis que d’autres ont réussi leur transition (on pense à Sheli Yehimovich). Il n’y a donc pas de « règle » pour une transition réussie à la vie

8

emplis d’insouciance, de désinvolture et de condescendance devant ce petit pays qui dérange par son trop-plein de réalisme. Même Pharaon, malgré le prix infligé par chaque plaie, est resté sourd aux appels de Moshé qui ne demandait qu’une chose, celle qui caractérise la grandeur du juif et sa foi : la liberté. A l’heure où l’on tournait la page sur la génération des grands hommes du livre de Bereshit, nous avons nous aussi perdu un être cher, un membre incontournable de notre équipe rédactionnelle, un sage de notre peuple, d’une droiture et d’une fidélité exemplaires, un homme d’une Emouna authentique, un grand Monsieur. Jacques Kohn z’al s’est éteint ce Shabbat Chemot, il nous manque déjà à tous. Que son souvenir soit source de bénédictions.

politique. Par ailleurs, la politique doit être ouverte à tous les citoyens, quelle que soit leur profession. C’est là un principe fondamental de la démocratie : toute personne éligible doit pouvoir contribuer, si elle le souhaite, à la chose publique. Ce qui n’est pas sain pour la démocratie, en revanche, c’est l’exploitation de sa popularité pour se propulser en politique sans pour autant offrir un contenu et des solutions concrètes aux problèmes du pays. Le phénomène de Yaïr Lapid est exemplaire à cet effet : certains sondages lui attribuent 15 députés, et ce alors même que personne ne connaît son programme électoral. Je suis contre les tentatives de bloquer l’entrée de Yaïr Lapid en politique, mais le fait qu’il suffise d’être un playboy pour influencer la destinée du pays est révélateur d’un phénomène malsain dans la politique israélienne. Alain Michel Historien Tout d’abord, je ne crois pas que ce soit un phénomène nouveau. Depuis sa création, une grande partie du personnel politique est issu d’une carrière précédente. C’est bien sûr le cas pour l’armée, et rares sont les chefs d’état-major qui ne sont pas rentrés en politique après leur retour à la vie civile. Mais c’est également le cas pour d’autres horizons sociauxprofessionnels, à commencer par les rabbins ! Il n’est pas sûr, d’autre part, que quelqu’un qui ait fait carrière uniquement dans les rangs d’un parti ou d’un syndicat soit plus adapté pour prendre les bonnes décisions et comprendre à la fois les besoins du public et ceux de l’État. C’est pourquoi il me semble que nous sommes dans un cas de « kol mikré légoufo » ! Il faut examiner chaque cas et décider si la personne convient effectivement, en tout cas aux yeux de chaque électeur, tant par sa carrière, que par son caractère et son potentiel.


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

9

Pourquoi Moché Feiglin a-t-il choisi le Likoud ?

Le Likoud va tenir ses Primaires à la fin du mois. A l’occasion de ces élections, le dirigeant du mouvement « Manhigout Yehoudit » Moché Feiglin, membre du comité central du Likoud, pose sa candidature pour la direction du parti face au Premier ministre Binyamin Netanyahou. Pour en savoir davantage sur ses motivations et sur sa vision d’Israël, nous l’avons interviewé chez lui, à Karnei Shomron, en Samarie.

Le P’tit Hebdo : Vous correspondez parfaitement à l’image qu’on se fait d’un candidat d’un parti sioniste religieux comme le Ihoud Leoumi ou Habayit Hayehoudi. Pourquoi avoir choisi le Likoud alors que vous savez pertinemment que l’idéologie de ce parti n’est plus conforme à celle qu’il prônait par le passé ? Moché Feiglin : Ce ne sont pas les dirigeants d’un parti qui définissent son idéologie, c’est son programme officiel qui en détermine les grandes lignes. La majorité des adhérents au Likoud sont de droite et le comité central a voté à l’unanimité contre la création d’un Etat palestinien. D’après la constitution du Likoud, il faut étendre la souveraineté d’Israël sur tous les territoires se trouvant entre nos mains. C’est cela l’idéologie du mouvement à laquelle la majorité de ses membres sont restés fidèles. Il est vrai que les dirigeants du Likoud ont opéré un glissement à gauche, à cause de pressions provenant de la gauche et des medias, et c’est là que je pense avoir un rôle à jouer en proposant une alternative aux électeurs avec Manhigout Yehoudit. Et si je ne rejoins pas les partis sionistes religieux c’est parce que je les considère comme sectoriels, alors que pour ma part je parle d’une direction nationale réalisable au Likoud. LPH : Les dirigeants de ces partis sectoriels n’apprécient pas particulièrement votre candidature au Likoud. Pourquoi ? MF : Les dirigeants des partis de droite sont conscients que les progrès que j’ai enregistrés au Likoud et le fait que je pose ma candidature réduisent leur importance au sein de l’échiquier politique, rendant leur place mineure et secondaire. Ils comprennent aussi qu’ils auraient dû depuis longtemps prendre les rênes du pouvoir pour représenter tout un public fidèle à une idéologie. Dans les années 1920-1930, l’avant-garde était composée de « colons » de gauche, qui ont créé les kibboutzim et les mochavim. Et on aurait pu s’attendre à voir des pionniers de droite faire la même chose dans les années 80. Mais ils ne l’ont pas fait, et c’est pour cette raison qu’il règne aujourd’hui des tensions entre ceux qui ont raté l’occasion qui se présentait alors et ceux qui prennent la situation en main à l’heure actuelle. LPH : Mais vos électeurs ne constituent pas la majorité du peuple. MF : Je ne suis pas d’accord. Je peux vous dire qu’aujourd’hui, de nombreuses personnes appartenant au courant sioniste religieux (des « Kippot tricotées ») viennent en masse s’inscrire au Likoud pour y

voter, permettant ainsi au parti d’opérer un redressement vers la droite. Aujourd’hui, ceux qui se battent contre la politique de Netanyahou pour empêcher un nouveau gel (de la construction en Judée-Samarie), ou pour obtenir que la Cour Suprême vote des lois plus équitables, ne sont pas des militants de partis de droite mais des élus du parti du Premier ministre. LPH : A l’heure actuelle vous semblez n’avoir aucune chance d’être élu à la tête du Likoud. Pourquoi maintenez-vous malgré tout votre candidature ?

MF : Parce qu’il s’agit d’un processus de longue haleine. Lorsque j’ai posé ma candidature pour la première fois, j’ai obtenu 3% des suffrages face à Netanyahou et Sharon, la seconde fois 13% et la troisième fois, il y a deux ans et demi, j’ai été crédité de près d’un quart des voix. Il s’agit donc d’une évolution progressive qui doit aboutir à ma victoire, avec l’aide de D., car l’Etat d’Israël n’a pas d’autre choix. LPH : Vous êtes un défenseur du grand Israël, vous voulez un État à caractère juif avec une direction juive sans concessions. Israël traverse une période difficile et doit faire face à de nombreuses menaces. Si vous étiez aujourd’hui Premier ministre, comment présenteriez-vous les positions d’Israël face au monde ? MF : Il faut comprendre avant tout que le combat mené contre Israël est un combat spirituel. Il ne s’agit pas d’un conflit lié à des problèmes de frontières. C’est un conflit religieux, venant autant du monde arabe que du monde occidental, auquel nous répondons à tort par des théories pragmatiques. Nous devons dans nos ripostes utiliser le même langage que nos adversaires. Dans ce combat spirituel nous détenons les bonnes réponses parce que nous représentons le judaïsme et son statut éternel, ainsi que cette foi qui constitue également le fondement de l’Islam et du christianisme auxquels nous sommes confrontés. Nous affrontons l’Islam directement, et le christianisme indirectement, à travers la culture occidentale. Le fait que le Premier ministre d’Israël ne puisse pas répondre en invoquant nos droits bibliques sur cette terre que D. nous a donnée nous fait perdre progressivement notre légitimité d’État juif. Et c’est cette foi juive (Emouna) que je compte revendiquer avant toute chose. C’est ce que j’ai fait d’ailleurs il y a quelques années, lors d’une confrontation au sujet de Jérusalem avec Fayçal Husseini, alors responsable du dossier de l’éducation de l’Autorité palestinienne. J’ai placé le Coran et la Bible côte à côte et je lui ai dit : « Voici les deux livres dans lesquels réside notre foi. Dans le mien, Jérusalem est citée plus de 800 fois et dans le vôtre, une seule fois. Dans ce cas, à qui appartient Jérusalem ? » La discussion était close ! Un dirigeant juif incapable d’utiliser cette terminologie n’a aucune chance de gagner. LPH : Mais à l’heure actuelle, les Israéliens ne sont pas religieux dans leur majorité. Comment est-il possible de faire passer votre message à

une telle population ?

MF : La majorité de la population d’Israël, près de 80 %, croit en D.. Elle est constituée de Juifs traditionnalistes, religieux ou orthodoxes. Mais c’est malheureusement la minorité qui donne le ton parce qu’elle détient l’hégémonie sur l’État. Seule une vraie force politique peut faire face à cette suprématie en présentant un autre programme. C’est ce que nous avons déjà fait notamment face à la Cour Suprême pour mettre fin à son pouvoir absolu. LPH : Vous parlez, dans votre programme, de la « révolution silencieuse de la société israélienne ». Qu’entendez-vous par là ? MF : On ressent dans la société israélienne un désir croissant d’en savoir davantage sur le judaïsme et d’effectuer un retour aux sources, sans contrainte. On le constate dans la culture, dans le monde de la chanson,

dans la volonté d’une éducation juive avec des visites organisées à Hébron ou en Judée-Samarie. De plus en plus d’Israéliens, pour la plupart des jeunes, sont à la recherche de leurs racines, même au sein de la gauche. LPH : On connaît le rôle des médias et leur influence sur l’opinion publique. Comment se comportent-ils à votre égard ? Vous donnent-ils la possibilité de vous exprimer librement et équitablement ?

MF : Il est clair que les medias sont d’extrême gauche mais ils ont fait des progrès ces derniers temps, même si la situation n’est pas idéale ! Nous avons annoncé dans notre programme que nous comptons mettre fin au système des droits et des autorisations imposé par la loi israélienne afin que tout le monde puisse émettre autant qu’il le souhaite. Nous sommes un pays libre et chacun devrait obtenir le droit d’émettre.

LPH : Vous avez rendu visite à Jonathan Pollard à plusieurs reprises dans sa prison aux Etats-Unis. Le sujet vous préoccupe. A votre avis, que faut-il faire pour obtenir sa libération ? Cela dépend-il uniquement des Américains ou pensez-vous qu’Israël peut aussi agir dans cette affaire ? MF : Pour moi, il est évident que si l’État d’Israël souhaitait réellement la libération de Pollard, il l’aurait obtenue depuis longtemps. Il doit faire pression. L’an dernier, Binyamin Netanyahou a présenté aux Américains, pour la première fois depuis 25 ans, une demande officielle en faveur de la libération de Pollard mais cette démarche, faite « du bout des lèvres », n’est pas suffisante. Israël est en mesure d’exercer de fortes pressions sur les USA. Il se trouve en Israël de nombreux agents américains et il est possible d’agir bien davantage dans ce domaine. Claire Dana-Picard


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Parachat Vaéra : Le début de la délivrance

Notre paracha est celle de l’amorce de la Guéoula-la délivrance. Pourtant, nous voyons le peuple d’Israël subir les pires souffrances en Egypte et ses cris atteignent même le Trône divin!. Nul peuple de l’antiquité avant lui ne pu quitté l’Egypte et pourtant nos pères y ont cru de toutes leurs forces!. Nos sages disent que la sortie d’Egypte est le fondement de la Emouna-la foi juive!. «Zeker létsiat Misraim», cette sortie d’Egypte est mentionnée partout dans toutes les prières, le kidouch, le Chema Israël etc …D’ailleurs lorsque HM se révèle au Mont Sinaï au Bné Israël que dit–il : «Ani HM élokhékha Achér otsitékha meérets Mitsraïm Mi bêt avadim» Je suis l’Eternel ton D-ieu qui t’es fait sortir d’Egypte de la maison d’esclavage! . Le Rav Fraji Uzan zal faisait remarquer : «HM aurait du dire d’emblée : «Ani HM Béritekha - Je suis D-ieu qui ta créer!» mais les hommes disait-il auraient douté de cette affirmation disait notre Maître c’est la raison pour laquelle D-ieu a dit : «Je vous ai fait sortir d’Egypte!» Vos yeux ont vu ce que nul homme avant vous n’a observé! Ces prodiges et ces miracles vécus en Egypte, vous ne pourrez jamais les renier! HM se présente ainsi comme celui qui a fait sortir Israël d’Egypte et non pas comme le créateur du monde.

Pourquoi cette centralité de la sortie d’Egypte et pourquoi celle-ci a-t-elle prééminence sur la dimension d’HM créateur? La réponse nous est donnée au début de la paracha Vaéra. HM dit a Moché que c’est seulement à lui et à sa génération qu’il se révèle dans la dimension d’HM (youd hé vav hé) c’est-à-dire du Tétragramme ineffable alors qu’aux patriarches, il n’avait révélé que la dimension d’El Chaddai!

Quelle différence y-a-t-il entre ces deux noms de D-ieu? Le premier cité se dévoile dans la nature, celle qui organise et structure les lois de cette même nature qu’il a créé…le nom de Elokhim connote également cette même dimension, c’est parce que créer, implique forcément assigner des limites à l’univers pour qu’il soit stable et durable. Mais qui dit limite, dit aussi justice, qui est à l’ opposé de la «Rahmanout»-la miséricorde divine qui elle ne connaît aucune limite, comme nous le disons dans les supplications. Le Ari zal akadoch écrit que dans l’acte de créer, HM paradoxalement «s’éloigne» de ses attributs qui sont la bonté et la miséricorde. Par conséquent, le monde a été créé par l’attribut de justice. Et c’est cette dimension là qu’HM a révélée à nos patriarches.

Leur mérite fut d’ailleurs plus grand, car ils ont cru à la dimension supranaturelle sans que celle-ci ne s’exprime encore dans le monde de manière manifeste comme ce fut le cas en Egypte par des phénomènes surnaturel!. La grandeur que D-ieu dévoile à Moïse, puis par la suite aux Béné Israël, c’est celle d’un D-ieu intervenant directement dans l’histoire en modifiant les lois de la nature qu’il avait lui-même fixés lors de la création. À l’instar «d’un technicien, ou d’un ingénieur qui intervient sur un système extrêmement sophistiqué» c’est tout cela la sortie d’Egypte! Le verset dit : «L’Eternel parla à Moïse et Aaron et leur ordonna au sujet des enfants d’Israël... Rachi explique : «l’Eternel recommanda à Moise et Aaron de les conduire avec beaucoup de patience et surtout de tolérance» il leur dit ceci : «Mes enfants sont irritables et difficiles à convaincre. Soyez avertis! Ils pourraient même vous agresser et peutêtre vous lyncheront-ils!». Le devoir pour un dirigeant juif est d’être patient et bienveillant est rapporté dans le Talmud Sanhédrin qui décrit les qualités requises pour devenir Juge Dayane.»Jusqu’à quel degré peut-il être à l’écoute des gens et tolérer leurs turpitudes?» demande-til. «Porte-le dans ton sein comme la nourrice porte son nourrisson»

Même si un plaideur a un comportement particulièrement impétueux, le Dayane se doit de rester calme et patient et l’écouter jusqu’au terme de son plaidoyer. L’importance de la patience ne se limite pas au seul devoir des juges, mais s’applique à toutes les relations humaines: Maitre à l’élève, parent à enfant, mari à l’épouse, un dirigeant à un subordonné...Tout leader se doit de retenir ses impulsions, à l’mage de Moïse qui fut un exemple ! La Sortie d’Egypte et le prototype de toutes les libérations futures et notamment la dernière. Mais avant cela il y aura trois buts à atteindre! Le premier sera de faire connaître les attributs de la Rahmanout d’HM de sa clémence et nous le voyons dans chacune des 10 plaies que D-ieu fait subir aux égyptiens dès le début de cette paracha. Le second but est d’octroyer le Bien à tous individus, c’est-à-dire faire disparaître le mal sur terre et que seule la bonté divine soit manifeste! Cette dimension de la fin des temps n’apparaitra qu’avec le Machiah dont nous avons eu un avant goût à la sortie d’Egypte le 15 Nissan. Il restera à atteindre alors, le troisième but, car si le Bien règne en

10

Maître absolu cette nuit du 15 Nissan, il n’en demeure pas moins que Pharaon n’a pas encore reconnu le Bien comme seule source de tous les êtres sur terre, y compris lui-même! . La troisième finalité est en effet que le mal doit reconnaître que sa source est le Bien ! C’est la raison pour laquelle dit le Midrach, Parao dira dans la Chira-le Cantique de la Mer Rouge que nous récitons tous les matins : «Mikamora Baélim HM mikamokha néédar bakodéch» qui t’égale parmi les d-ieu, Eternel qui est comme toi, habillé de sainteté». Et lorsque le monde reconnaîtra enfin cette souveraineté, on pourra alors affirmer que l’époque messianique est arrivée! . Nous verrons ainsi s’élever le monde de la matérialité dans laquelle il se trouve vers la spiritualité parfaite. Nous avons en tant que juif une part importante à prendre, grâce notamment à l’étude de la Thora et à la propagation des enseignements de nos sages et ce par tous les moyens y compris en soutenant des œuvres de thora!. On comprend mieux ainsi pourquoi il est important pour nous de rappeler la Sortie d’Egypte «Kol yémé haiékha» à chaque jour de notre vie comme nous le lisons dans la Haggada de pessah. Yvan Lellouche


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

11


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

12

Le Hamas appelle à une fusion avec le Djihad islamique La Grande-Bretagne ne peut pas extrader haut niveau de la direction» des deux mouvements, a-t-il précisé. Une unité entre le Hamas et le Jihad serait «dans l’intérêt de la cause palestinienne et de l’avenir du mouvement de libération palestinien, en particulier dans le contexte du printemps arabe», a estimé M. Chihab.

le militant islamiste Abou Qatada

Les juges se sont fondés sur l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’Homme, qui garantit le droit à un procès équitable. Les autorités jordaniennes ne s’étant pas engagées formellement à ne pas utiliser des preuves obtenues sous la torture de suspects, la Cour a estimé que l’extadition d’Abou Qatada, constituerait un déni flagrant de justice.

Il s’agit de la première annonce officielle d’un dialogue entre les deux mouvements, qui s’opposent notamment sur la participation au gouvernement et aux élections, remportées en 2006 par le Hamas et boycottées par le Jihad.

Les deux principaux mouvements islamistes palestiniens, le Hamas, au pouvoir à Gaza, et le Djihad islamique, ont entamé un dialogue pour discuter de leur fusion, a-t-on appris de sources concordantes. Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a appelé à «l’ouverture d’un dialogue approfondi pour parvenir à la fusion entre les deux mouvements», lors d’une rencontre avec une délégation du Djihad, selon un communiqué de son bureau. Pour sa part, Mohamed al-Hindi, cadre du Djihad islamique, a appelé

la direction des organisations à Damas et Gaza à ‘’examiner les aspects de cette fusion’’. A noter qu’une telle tentative avait déjà été rejetée par le passé par le Djihad islamique. «Un dialogue approfondi a effectivement commencé, à l’intérieur et à l’extérieur (des territoires palestiniens) afin de réaliser l’unité», a déclaré un porte-parole du Jihad islamique à Gaza, soulignant que de précédentes tentatives en ce sens n’avaient pas abouti. Ces discussions «se déroulent à l’intérieur et à l’extérieur ainsi que dans les prisons israéliennes, au plus

Cette initiative intervient au moment où les deux grands mouvements palestiniens rivaux, le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas, tentent de traduire en actes leur réconciliation, notamment en intégrant à l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) le Hamas et le Jihad islamique, qui n’en font pas partie. Revendiquant «environ 8000 hommes», la branche armée du Jihad, les Brigades Al-Qods, représente la deuxième force combattante de Gaza, loin derrière le Hamas, dont Israël crédite la seule aile militaire, les Brigades Ezzedine al-Qassam, de 20 000 membres.

Tsahal se prépare à une opération majeure à Gaza ces prochains mois

Cependant la C.E.D.H. n’a toutefois pas retenu les autres requêtes, comme celle concernant un risque réel de torture en cas d’expulsion vers Amman. Ce militant d’al-Qaïda appartient à une espèce protégée par la Cour Européenne des droits de l’Homme. Ses “droits de l’Homme” à lui, passent avant ceux des noncroyants européens qu’il appelle à tuer. Le Royaume-Uni ne peut pas déporter vers la Jordanie, Abou Qatada, un prédicateur musulman radical selon un arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg. Les juges ont estimé qu’expulser le prédicateur, considéré comme le bras droit d’Oussama ben Laden en Europe, serait en violation de la convention européenne des droits de l’Homme. Le ministère de l’Intérieur britannique a trois mois pour faire appel.

Abou Qatada, connu aussi sous le nom d’Omar Othman, a été considéré un temps comme le chef spirituel d’Al-Qaïda en Europe. Des vidéos de ses prêches dans lesquels il soutenait le meurtre de non-croyant, ont été trouvés dans l’appartement de Mohammed Atta, l’un des responsables des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats unis. En 1999 Abou Qatada avait été jugé par contumace en Jordanie et reconnu coupable d’attentats à la bombe contre deux hôtels à Amman ainsi que de financer et conseiller dans plusieurs projets d’attentats. Il avait été condamné à la prison à vie. Source : BBC

Bouclier antimissile: un radar américain mis en service en Turquie

a déclaré un membre de l’état-major cette semaine. «C’est un front qui peut exploser à chaque instant.» Alors que la situation le long de la frontière de Gaza est actuellement relativement calme, une seule attaque par le Hamas ou tout autre groupe terroriste palestinien, par une roquette Katioucha ou un missile antichar, pourrait forcer Israël à riposter d’une façon qui conduirait à une plus large escalade.

L’état-major de Tsahal a ordonné au commandement sud de se préparer à une possible opération d’envergure à Gaza qui pourrait survenir dans les prochains mois. Les préparatifs comprennent la finalisations des plans d’opérations et leur attribution aux différentes unités qui seraient déployées à l’intérieur de Gaza. Durant l’opération Plomb Durci qui visait le Hamas dans Gaza fin 2008 et début 2009, l’armée israélienne a établi des unités du niveau d’une brigade, qui combinaient des unités blindées, d’infanterie et de forces du génie de combat. Un modèle similaire serait probablement utilisé lors d’une future opération à Gaza. La division de la bande de Gaza, sous le commandement du brigadier général Yossi Bachar, se prépare activement à une telle opération qui, selon des officiers supérieurs, pourrait être sensiblement plus importante que Plomb Durci. «Chaque officier aura besoin de sa-

voir où il doit être avec ses troupes et quelle sera sa mission,» explique un officier supérieur. «Gaza a changé, et l’armement aux mains du Hamas et du Djihad Islamique a considérablement grandi en quantité et en qualité.» Le Hamas est censé avoir une force de combat de plus de 20 000 hommes armés qui sont repartis en cinq brigades correspondant aux différentes sections de la bande de Gaza. Chaque brigade est ensuite divisée en un certain nombre de bataillons. En outre, le Hamas a également des équipes spéciales de surveillance, des missiles antichars, des mortiers, ainsi que des missiles antiaériens tirés à l’épaule. L’armée israélienne, ont souligné des officiers, n’a pas reçu d’ordres du gouvernement de lancer une opération, et les préparatifs sont en cours afin d’être prêt à tout moment si nécessaire. « Gaza est probablement le front le plus volatile d’Israël aujourd’hui,»

En avril par exemple, le Hamas a tiré un missile anti-char contre un autobus scolaire israélien, tuant Daniel Viflic, âgé de 16 ans, quelques instants après qu’un groupe d’écoliers en soit descendu. En 2011, 680 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël, dont 80 roquettes Grad à longue portée de type Katioucha, contre seulement deux de ces roquettes en 2010. Actuellement, l’armée israélienne estime que l’intérêt du Hamas est de préserver le calme dans la bande de Gaza alors qu’il travaille à stabiliser son contrôle sur le territoire. Dans le même temps cependant, l’armée israélienne est extrêmement préoccupée par la contrebande d’armes sophistiquées vers Gaza, comme les missiles antichars russe de type Kornet et les missiles antiaériens qui ont été volés dans les entrepôts militaires en Libye. Tsahal estime que le Hamas et le Djihad Islamique ont actuellement quelques centaines de missiles antitanks avancés dans la bande de Gaza, mais que ce nombre devrait continuer d’augmenter pour atteindre près de 4000 d’ici 2017.

Installé en Turquie, le système radar intégré au bouclier antimissile américain a été mis en service, a annoncé un représentant du ministère turc des Affaires étrangères cité par la chaîne CNN. Pour sa part, le journal Hurriyet avait déjà fait savoir que le radar, déployé dans le district de Kuluncak de la province de Malatya, à moins de 180 kilomètres au nord de la frontière syrienne avait été mis en exploitation le 1er janvier.

de spécialistes familiarisés avec les radars de type AN/TPY-2, conçus par la compagnie américaine Raytheon.

Pour sa part, le journal Hurriyet avait déjà fait savoir que le radar, déployé dans le district de Kuluncak de la province de Malatya (sud-est de la Turquie), avait été mis en exploitation le 1er janvier. D’après le quotidien, le fonctionnement de la station est assuré par des militaires américains, la Turquie ne disposant pas à ce jour

\Les Etats-Unis envisagent de déployer de 2015 à 2020 une troisième zone de positionnement de leur système de défense antimissile en Europe. Moscou s’oppose à ce projet, considérant que la mise en place d’un bouclier antimissile à proximité de ses frontières menace son potentiel stratégique.

En septembre 2011, Ankara et Washington ont signé un mémorandum sur le déploiement, sur le territoire turc, d’un radar intégré au bouclier antimissile. Selon les médias locaux, le radar sera contrôlé depuis l’Allemagne et les renseignements recueillis seront portées à la connaissance des autorités turques.


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

«Le missile se dirige vers vous»

Il y a 21 ans, une coalition menée par les États-Unis lance l’opération «Tempête du Désert» contre l’Irak de Saddam Hussein. Israël reste neutre mais se retrouve rapidement visé par des missiles SCUD irakiens, tirés en représailles. On peut, sans prendre trop de risques, dire qu’une atmosphère de tension régnait en Israël au début de l’année 1991. Les Israéliens sont la plupart du temps sur leurs gardes, de crainte d’une guerre éventuelle. Cette année là, elle se précisait. L’armée de l’air était prête pour une attaque aérienne, les avions étaient armés et prêts à partir, tandis que les bases préparaient leur soldats à une possible riposte en cas d’attaque de l’Irak. Tout était pensé mais l’ordre d’attaquer n’est pas tombé. Israël ne riposterait pas, pour maintenir autant que possible une stabilité régionale. Au lieu de cela, une petite délégation israélienne envoyée aux États-Unis pour en apprendre plus sur le nouveau système américain de défense aérienne, le fameux système Patriot, a été rapatriée en urgence. C’était un jeudi soir, et les premiers missiles SCUD se s’abattaient en Israël sur Tel Aviv, prenant les membres de la délégation au dépourvu. Quarante-huit heures plus tard, ils étaient de retour en Israël et prêts à installer une batterie complète. «Après avoir vécu à l’étranger pendant un mois et demi, nous sommes rentrés à la maison pour une nuit que nous avons passé à déployer et mettre en place la batterie de missiles Patriot», explique le Colonel de réserve Haïm Moriya, un des membres de la délégation, devenu en une nuit commandant de la batterie. “A quatre heures du matin, la batterie était prête, montée en une nuit. Nous étions tous ensemble, nous n’y croyions pas”, nous confie-t-il. Le Colonel Moriya se rappelle tous les évènements des heures fatidiques précédant la nouvelle attaque de façon précise : «Nous avons couru dans une caravane qui était liée à un dispositif de détection par satellite et au quartier général de l’armée de l’air. Ensuite, j’ai été informé : le missile se dirige vers vous». N’ayez pas peur, n’abandonnez pas Tel-Aviv C’est le moment que redoutent tous les israéliens. Les missiles SCUD volent dans le ciel du pays, provoquant un sentiment de panique parmi les civils. Pour la première fois, il n’y a plus de

ligne de front. Tous sont des cibles potentielles, les habitants se calfeutrent dans les abris anti-aériens. Une telle situation est devenue de nos jours un phénomène récurrent, notamment dans le sud d’Israël en proie au missiles du Hamas. Pour y faire face, Tsahal décrète la formation d’un Commandement du Front Intérieur, chargé de la prise en compte des civils des centres d’habitations du pays en cas de conflit. A Tel Aviv, l’état d’alerte est permanent. Les sirènes résonnent à toutes heures, et beaucoup ont fuient pour se réfugier dans le nord ou le sud du pays. Shlomo Lahat, alors maire de Tel-Aviv, se remémore le flot de critiques dont il a fait l’objet après avoir traité les personnes fuyant la ville de déserteurs. David Avidan, alors un auteur culte et figure médiatique respectée en Israël, publie un poème, intitulé «N’ayez pas peur, n’abandonnez pas TelAviv», dans un journal local. Pendant ce temps, les combattants de l’armée de l’air en charge du système Patriot sont assis dans leur caravane au sud de Tel-Aviv, et attendent l’ordre de confirmation qui les autorisera à enfin lancer un missile contre ceux venant d’Irak. Alors, comment vous sentiezvous? «Ce fut vraiment la première fois que j’ai eu à traiter avec quelque chose comme ça», raconte le Colonel de réserve Moriya. «Il y a un missile en route vers nous. Nous n’avons pas aucune expérience avec ce système. Nous ne sommes pas assez entrainés. Ce n’est pas une simulation et vous savez que la seule chose qui peut empêcher ce missile d’atteindre les citoyens de la région la plus peuplée du pays, c’est vous». Il retient son souffle pendant un moment. «Evidemment, ce type de détails ne vous alertent que plus tard. Vous n’avez pas le temps de réfléchir à ça sur le moment. Pendant ces quelques secondes, vous ne pensez même pas aux conséquences. Vous êtes extrêmement tendu. La montée d’adrénaline vous permet d’être plus fort et plus concentré. Votre cerveau traite si rapidement les informations que vous avez l’impression de pouvoir gérer beaucoup de choses en peu de temps. Jusqu’à aujourd’hui l’image d’un SCUD, que nous voyions voler sur nos écrans, est imprimé dans mon esprit.

Il y a des choses que vous n’oubliez jamais, pas même après vingt ans». Le premier tir échoue : «Arrêtez de crier et d’hurler» Le premier lancement est autorisé, le système tire. Et échoue. Au début, les membres de l’équipe de la batterie de Patriot croient que tout se déroule comme prévu. Que s’est-il passé? «Je regardais derrière moi et je ne voyais que des têtes. Tous ceux qui le pouvaient sont entrés en courant dans la caravane. J’ai été informé de la frappe et puis le téléphone a sonné. Le Général de Brigade de réserve, Uri Ram, qui était alors Commandant de la Formation Anti-Aérienne nous appelait», explique le Colonel Moriya. «Premièrement, bon boulot. Deuxièmement, arrêtez de crier et d’hurler, je vous entends!» leur commande le Général Ram. «C’est a ce moment que j’ai réalisé que toute l’installation souterraine de la branche des Renseignements était reliée à nous et pouvait nous entendre. Nous avons alors éteint le microphone et continué à crier de joie», raconte le Colonel avec un sourire. «Puis, il y a eu un autre appel. Il a demandé : êtes-vous sûr que vous l’avez touché? C’était comme une douche froide». Armée de Défense d’Israël

13


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

55% des Français veulent pouvoir voter pour Marine Le Pen

14

Jean-Marie le Pen : «Sarkozy ne sera pas candidat»

Déclarer que l’on veut pouvoir voter pour quelqu’une n’implique pas que l’on votera pour elle. La majorité des Français souhaite que Marine Le Pen obtienne les 500 signatures pour se présenter au premier tour de l’élection présidentielle, selon une enquête Harris Interactive diffusée aujourd’hui lundi. 55% sont favorables à ce que Marine Le Pen obtienne les 500 signatures et qu’elle puisse ainsi se présenter à l’élection présidentielle, contre 31% qui sont contre et 14% qui ne se prononcent pas. Par:Michel Garroté

Emplois fictifs de Bertrand Delanoë, une embrouille à la Mairie de Paris ?

Jean-Marie Le Pen s’est dit convaincu que face à une situation qui «va de plus en plus mal» Nicolas Sarkozy ne se représenterait pas. «Ma conviction personnelle, c’est que le président ne sera pas le candidat qu’il affiche,» a-t-il déclaré samedi 14 janvier. Selon lui, le chef de l’Etat pourrait «nous balancer au dernier moment un candidat inopiné, souple comme une anguille, lisse comme un congre qu’on aurait des difficultés à attraper, une espèce de Fillon». Evoquant la perte du «triple A» de la France, il a stigmatisé l’attitude du chef de l’Etat, «un marchand de bretelles qui était capable de nous dire que le triple A était un trésor national qu’il fallait défendre bec et ongles» alors qu’aujourd’hui «on nous explique que ce n’est pas si grave que ça.» Pour le président d’honneur du Front national, le chef de l’Etat pourrait «nous balancer au dernier moment un candidat inopiné, souple comme une anguille, lisse comme un congre qu’on aurait des difficultés à attraper, une espèce de Fillon». Il a écarté la possibilité d’une candidature du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, en raison de sa condamnation en 2004 à 14 mois de prison avec sursis dans une affaire d’emplois fictifs à la mairie de Paris.

Pour avoir créé 21 emplois fictifs rémunérés par la mairie de Paris au début des années 90, Jacques Chirac a été déclaré coupable, mi décembre 2011, de « détournement de fonds publics » et « abus de confiance ». Fin novembre 2010, la revue Capital (1) accusait : « Bertrand Delanoë fait encore mieux !» Capital : « Voilà neuf ans que ce cachottier salarie avec l’argent du contribuable une bonne trentaine de permanents CGT, planqués dans l’une des mutuelles de la ville, la MCVAP. Dans un rapport au vitriol, l’Inspection générale de la capitale chiffre à 1,2 million par an le coût de ce petit cadeau, consenti «sans aucun fondement juridique» à l’organisation de Bernard Thibault. On peut donc estimer que plus de 10 millions d’euros ont été consacrés depuis 2001 à cette œuvre charitable. Cinq fois plus que les frasques de Jacques Chirac. » Peu avant, le 13 octobre 2006, la CFTC, la CFDT et l’Unsa, mécontents de ne pas toucher leur part du gâteau, avaient écrit une lettre de protestation au mairie de Paris, parlant « d’emplois fictifs » au seul profit de la CGT. En 2005, L’inspection générale de la capitale chiffrait déjà à 1,2 million d’euros par an le coût de ces emplois.

Le rapport de l’inspection indiquait : « ce genre de mise à disposition s’analyse comme une fiction qui consiste à considérer qu’un fonctionnaire est en activité, occupe un emploi et a droit à la rémunération afférente à son grade, alors qu’il est au service d’un organisme distinct de la collectivité qui l’emploie » En réaction à l’article de Capital, Bertrand Delanoë annonce le 27 octobre 2010 (2) qu’il dépose plainte pour diffamation contre les propos de Capital qui « portent atteinte à l’honneur et à la considération du maire de Paris et de la Collectivité parisienne. Elle se réserve la possibilité d’agir de même pour toutes les publications qui reprendraient à leur compte de tels propos. » Le lendemain, Capital, loin d’être impressionné par les menaces du maire de Paris, confirme ses accusations. Nous sommes plus d’un an après. - Bernard Delanoë, sauf si l’affaire m’a totalement échappée, n’a pas déposé plainte en diffamation, ce qui laisse supposer que ses conseils lui ont chuchoté que les faits rapportés par Capital sont vrais. Mais ni les associations parisiennes, ni le parquet, n’ont porté plainte, ce qui laisse sup-

poser l’inverse. Le groupe UMP fera même cette déclaration alambiquée : « Le groupe UMP, qui concède qu’il « n’y a pas de révélations », demande « plus de transparence de la Ville dans la gestion des ressources humaines ». La même année, quelques jours plus tôt, la Chambre régionale des comptes dénonçait les irrégularités dans le recrutement des directeurs et une inflation des primes à la mairie de Paris depuis 2001. Elle relevait qu’en 1991, 162 agents percevaient des primes. En 2009, le nombre était passé à 7200 (mouaaaarffff !), et le montant des primes est passé de 5 millions d’euros à 13 millions entre 2002 et 2009… La culture du gaspillage est solidement ancrée, à gauche, et la très mauvaise gestion de Sarkozy ne doit pas faire oublier la gestion encore plus catastrophique du PS : entre une dette démesurée et une dette pharaonique, il faudra bien choisir. © Jean-Patrick Grumberg (1) http://www.capital.fr/enquetes/ (2) http://www.paris.fr/accueil/ Portal.lut (3) http://www.capital.fr/a-la-une/ actualites (4) http://lexpansion.lexpress.fr/ economie/

Evoquant la perte du «triple A» de la France, il a stigmatisé l’attitude du chef de l’Etat, «un marchand de bretelles qui était capable de nous dire

que le triple A était un trésor national qu’il fallait défendre bec et ongles» alors qu’aujourd’hui «on nous explique que ce n’est pas si grave que ça». Second tour Bayrou - Le Pen Dans ce tour d’horizon des candidats, M. Le Pen, qui a évoqué l»hypothèse d’un deuxième tour Bayrou - Le Pen, n’a pas épargné le socialiste François Hollande, qualifié d’»ectoplasmique». Le fondateur du FN ne le trouve pas «antipathique» et lui reconnaît des talents d’orateur, mais selon lui, François Hollande a le handicap de «porter les valeurs de la gauche qui ont participé au désastre français» et propose «un ensemble de solutions obsolètes». Pêle-mêle, il a repris les grands axes du programme de sa fille, notamment la sortie de l’euro et la promesse de diminuer l’immigration par 20, dénonçant aussi «l’inadmissible ingérence de l’armée française en Libye» et appelant à un retrait des troupes d’Afghanistan. Abordant brièvement les problèmes du FN dans la collecte de signatures pour le parrainage de la candidature, il a aussi évoqué des difficultés rencontrées auprès «des banques qui ne prêtent pas d’argent». Après un déjeuner varois qui a réuni quelque 350 sympathisants, Jean-Marie Le Pen devait poursuivre dimanche dans le Gard sa tournée de lancement de campagne.

Marine Le Pen dénonce les investissements du Qatar dans les banlieues françaises En plus de l’achat du Club de football Paris Saint Germain dernièrement, le Qatar a créé un fonds d’investissement de 50 millions d’euros, destiné à financer des projets économiques dans les banlieues françaises. Madame le Pen dénonce - à juste titre selon moi - ces investissements qui ne semblent pas relever d’un calcul purement financier pour l’Émirat musulman.

Marine Le Pen a dénoncé ce qui serait le “double jeu” du petit émirat, qui d’un côté se présenterait comme un interlocuteur modéré, et de l’autre appuierait des intégristes musulmans.“ Le Qatar est intervenu en soutien d’un certain nombre de groupements islamistes, notamment

dans les différents printemps arabes, alors qu’il se présente aux démocraties occidentales comme étant un pays éclairé qui n’aurait aucun contact de près ou de loin avec des groupements fondamentalistes”, a ainsi soutenu Mme Le Pen. A lire la presse de l’autre côté de la Méditerranée, elle n’est pas la seule à le penser. Cependant, pour ce qui est des relations entre le Qatar et la France, la seule certitude à ce jour est que ce pays du Golfe est devenu un partenaire économique, financier, politique et militaire privilégié de l’Hegaxone, comme en témoigne son implication dans la guerre menée en Libye contre le régime de Mouammar Kadhafi. Par Melba


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Progression des ventes de renault en Israël longues périodes sans révision.

En Israël, même si Renault ne fait pas partie des “TOP 5”, les ventes semblent être en progression. Ce groupe automobile est présent dans le pays depuis plus de 50 ans ! La marque fait partie des entreprises Françaises les plus spontanément citéees par les acheteurs potentiels. Avec un service après-vente largement à la hauteur des autres importateurs, le Groupe Français garde une bonne image. Selon le site Atlantico : «En 2011, 2,72 millions de véhicules Renault ont été vendus dans le monde. Soit une hausse de 3,6% par rapport à 2010. Et ce malgré “les fortes contraintes d’approvisionnement et perturbations liées au tsunami japonais”, selon un communiqué du constructeur automobile. Et c’est grâce à une forte progression à l’international que Renault parvient à ce résultat. En dehors de l’Europe, les ventes ont ainsi augmenté de 19,2 . Elles représentent désormais 43 du total, contre 37% en 2010. En tête des pays acheteurs : le Brésil, puis l’Allemagne, la Russie, et la Turquie. En Europe, par contre, la donne est bien différente. Les ventes ont chuté de 5,7%. En France, la baisse s’établit même à 7,5%, à 689.022 unités. En 2012,

Renault souhaite poursuivre sa percée à l’international, en s’appuyant notamment sur ses nouveaux modèles, comme la dernière Clio, et trois véhicules Dacia». La Dacia Logan de Renault va bientôt être importée par Carasso Motors en Israël. Elle est une automobile économique conçue par Dacia, filiale du groupe Renault, et destinée à l’origine aux marchés émergents, où la population a un pouvoir d’achat moindre que dans les pays développés. La Logan est conçue comme la remplaçante des Dacia Solenza et Dacia 1300 ; cette dernière étant la variante roumaine de la Renault 12. Il s’agit d’une petite berline spacieuse avec une ligne où le coût et la rusticité sont les préoccupations principales : « design to cost ». Ses concepteurs n’ont pas recherché l’exercice de style esthétique, mais se sont plutôt livrés à un casse-tête économique. Son cahier des charges répond à des choix économiques, mais aussi de fiabilité : elle doit pouvoir endurer tous les climats et toutes les routes, des pavés de Roumanie à la « tôle ondulée » des routes sahariennes. Elle doit être capable de fonctionner avec de l’essence de qualité médiocre. La rareté des garages dans les pays les moins industrialisés fait qu’elle doit aussi supporter de très

En outre, elle doit pouvoir être réparée facilement. Enfin, elle respecte les normes européennes euro III et euro IV en matière d’émissions polluantes et se recycle à 95 %. Elle est d’abord produite en Roumanie, où elle est vendue sous la marque Dacia dès l’automne 2004. La Logan est le résultat du projet X90, annoncé par Renault en 1998 et qui a pu être mis en place après le rachat de Dacia en 1999 sous la direction de Louis Schweitzer. Son prix de vente était censé commencer à 5 000 euros. En fait, le prix minimal actuel est de 6 280 euros TTC en Roumanie (au 9 juillet 2006) et de 7 600 euros en France (version essence, janvier 2010). Elle a le train avant d’une Clio II, le train arrière d’une Modus, elle est basée sur une plate-forme dérivée de celle de la Clio III, de la Modus et de la Nissan Micra III. Les poignées de portes, le volant, la direction, le compte-tours et les freins arrière viennent de la Clio II, mais les aérateurs sont ceux de la Dacia Solenza. Les commodos, les réservoirs du liquide de freins et du vase d’expansion viennent de la Mégane II.

16

Israel visée par un cyberpiratage d’ampleur

Les sites publics de la Bourse de TelAviv et de la compagnie aérienne israélienne El Al ont été paralysés lundi à la suite de cyberattaques, ont indiqué une porte-parole de la Bourse et la radio publique. «Il y a eu une attaque contre le site de la Bourse ce matin. Mais il est important de préciser que le système des transactions fonctionne sans problème», a affirmé à l’AFP la porteparole de la Bourse, Idit Yaron. Depuis le début de la matinée, le

site de la compagnie aérienne El-Al est indisponible, certains internautes ayant reçu le communiqué ‘’le site est indisponible pour des besoins de maintenance’’. El-Al a pour sa part annoncé suivre de près les activités du pirate informatique. Lundi matin, un pirate informatique se présentant sous le pseudonyme d’0xOmar avait averti qu’il allait attaquer dans la journée les sites de la Bourse de TelAviv et d’El Al, avait indiqué le site internet israélien Ynet.

Les 255 communes d’Israël lancent ce matin une grève générale et illimitée.

Le cendrier provient de l’Espace IV. Le système ABS est emprunté à la Mégane II, la boite de vitesses des Mégane II et Laguna II et le moteur provient du Kangoo. La Logan est vendue sous la marque roumaine Dacia en Europe (à l’exception de la Russie), en Afrique (à l’exception de l’Égypte), et en tant que Renault Logan en Russie, en Inde, en Égypte et en Amérique du Sud. Elle est aussi vendue au Mexique sous le nom de Nissan Aprio (Renault étant allié à Nissan, plus présent dans ce pays) et en Iran sous le nom de Renault Tondar 90. Source: http://www.atlantico.fr

Opérations contre l’Iran : le Mossad accusé d’enfiler les habits de la CIA

Ces opérations dureraient depuis plusieurs années puisqu’elles auraient débuté sous le mandat de Georges Bush et Barack Obama, dès son entrée en fonction, aurait réduit l’échange d’informations stratégiques avec Israël.

Des officiers du Mossad tentent de recruter des agents qui opéreraient contre le programme nucléaire iranien. Selon Foreign Policy, ils auraient usurpé l’identité d’agents de la CIA. Cette mystification aurait rendu furieuses les autorités américaines qui ont, en représailles, réduit les échanges d’informations habituels entre les services de renseignements des deux pays. par excellent Gerard Fredj Le magazine américain «Foreign Policy», traditionnellement bien in-

formé, dit tenir ses informations de plusieurs agents américains, dont certains sont encore actifs. L’article cible notamment un groupe terroriste sunnite basé au Pakistan, les «Soldat de Dieu», qui reconnaît avoir mené des attaques suicides contre les chiites, en particulier en Iran. Les israéliens auraient recruté plusieurs des membres de ce groupe pour viser la filière nucléaire iranienne-et selon les sources américaines citées par «Foreign Policy», cela continuerait.

L’article critique les méthodes du Mossad, les qualifiant de «honteuses»; elles auraient en particulier compliqué les relations entre l’ancien Président Bush et le Pakistan. Selon un responsable des renseignements américains «Israël est censé travailler avec nous, pas contre nous; si ils veulent faire couler du sang, que ce soit le leur, pas le notre». Un responsable israélien a qualifié cet article de «non sens», expliquant que si cela avait été véridique «Meir Dagan, alors responsable du Mossad, aurait été déclaré persona non grata aux Etats-Unis», alors qu’il y a toujours été très libre de ses mouvements et bien accueilli. par Gerard Fredj ISRAELINFO

Les pouvoirs locaux protestent contre les coupes budgétaires décidées par le gouvernement israélien et qui aggravent leur déficit. Contrairement aux conflits précédents, cette grève concerne toutes les villes d’Israël, petites et grandes, Jérusalem compris. Dès ce matin, les services municipaux sont paralysés et l’accueil du public dans les mairies est suspendu jusqu’à nouvel ordre. Les maires des 255 villes et villages d’Israël estiment à 3,5 milliards de shekels (700 millions d’euros) les coupes budgétaires dont ils sont victimes cette année. Ils protestent notamment contre la décision du ministère de l’Intérieur d’élargir cette année les réductions d’impôts locaux pour les familles les plus défavorisées, mais sans prendre en charge le manque-àgagner d’une telle décision pour les municipalités. De plus, les maires protestent contre la réduction des investissements réalisés par la Loterie nationale dans les pro-

jets municipaux d’éducation et santé. Autre raison de mécontentement: le ministère de la Justice a décidé de limiter le montant des donations aux municipalités, ce qui va priver ces dernières d’une importante source de revenu pour le financement de différents projets éducatifs, culturels et sociaux. Ce matin, les services municipaux sont donc paralysés: le ramassage d’ordures ne sera pas réalisé, les services de sécurité et de nettoyage ne seront pas assurés. Certaines écoles municipales pourraient être paralysées par l’absence de services de transport et de gardiennage. Les services sociaux seront suspendus, ce qui pourrait priver les familles nécessiteuses de l’assistance dont elles ont besoin. En revanche, une bonne nouvelle pour les automobilistes: aucun PV pour stationnement interdit ne sera distribué pendant la grève. Jacques Bendelac (Jérusalem) ISRAEL VALLEY


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Le conseil de recherche européen (ERC) accorde 1,5 millions d’euros au Technion

17

Droit de la société vs Droits de l’homme

de se trouver à proximité relative afin de former un cluster. Le DSA constitue un nouveau type d’ingénierie spatiale, qui devrait être plus efficace en termes de réactivité. La réactivité est la capacité à s’adapter à des scénarios inattendus résultant de plusieurs sources d’incertitude, à différents niveaux de la conception et de l’exécution des tâches. L’objectif final de la recherche proposée serait de développer des technologies innovantes qui permettraient le vol réel dans une formation DSA. Les objectifs spécifiques comprennent Les différents modules du satellite en vol libre formeront un satellite fractionné dans l’espace. Le conseil de recherche européen (ERC) va fournir 1,5 millions d’euros pour la recherche menée par le professeur Pini Gurfil, de la faculté de génie aérospatial du Technion, qui propose le lancement dans l’espace de différentes parties d’un satellite afin de créer un satellite complet dont les différents composants communiqueraient entre eux par une connexion sans fil. Cette subvention de l’ERC pour démarrer des recherches indépendantes est considérée comme la bourse de recherche la plus prestigieuse en Europe. Son objectif est d’encourager la recherche novatrice dans tous les domaines de la science et de l’ingénierie. “Dans des situations imprévues, comme les dommages causés par des débris spatiaux, un satellite peut ne pas bien réagir et cesser d’effectuer sa tâche originale. Des dommages fonctionnels et financiers sont alors inévitables”, explique

le professeur Gurfil. «Par exemple, si la charge est endommagée, l’ensemble du système devient inutilisable, et afin de continuer à accomplir sa tâche, l’instrument tout entier doit être remplacé. Cette procédure est très coûteuse et demande beaucoup de temps. Il est beaucoup plus facile de changer le module de charge que de lancer un nouveau satellite. « Cette idée a conduit à un nouveau concept dans l’ingénierie spatiale appelé engins spatiaux désagrégés. Dans les architectures spatiales désagrégées (DSA), différents modules séparés les uns des autres communiquent via des liens de communication sans fil, formant ainsi une plateforme virtuelle unique. Chaque module a sa propre fonction ou ses propres fonctions désignées : la navigation, le contrôle d’attitude, la production d’énergie ou l’exploitation de charge utile. Les modules indépendants sont en mesure de répartir les ressources entre eux et n’ont pas besoin d’être très proches les uns des autres pour fonctionner. Il leur suffit

- Le développement d’algorithmes pour la maintenance semi-autonome à long terme du cluster et du réseau de cluster, tout en permettant l’ajout ou le retrait de nouveaux modules. - La recherche de méthodes de reconfiguration qui garantissent la sécurité du cluster. - La mise au point de la distribution et du regroupement du cluster, avec pour but d’éviter une collision avec des débris spatiaux. Le développement de la logique et des moyens de partager les ressources au sein de la multitude de réseaux, avec notamment la possibilité de réagir en temps réel. - La vérification de tous ces algorithmes et méthodes dans le laboratoire des systèmes spatiaux disséminés, un laboratoire de recherche développé par le professeur Gurfil. Le projet de recherche prévoit ainsi la création des infrastructures nécessaires pour une démonstration dans l’espace aux environs de 2016. Rédacteurs : d’après Morgane Pasco, VI Chercheur

La question de l’eau, chiffres et données Dans les journaux anti-israéliens, on parle du problème de l’eau de façon récurrente. L’idéologie qui les guide se satisfait d’un simple commentaire politico-démagogique alors qu’il est nécessaire d’avoir de bonnes connaissances techniques pour comprendre ce sujet. L’impression qu’en retire le lecteur c’est qu’en Israël les robinets sont toujours ouverts au détriment des Arabes présentés comme ceux à qui on dérobe l’eau. Lettre de Jérusalem de Angelo Pezzana, le 7 août 2009 Beaucoup de têtes pensantes l’écrivent, les lecteurs « d’Informazione Corretta » le savent, et bien sûr parmi les agences de presse nous trouvons comme toujours en tête l’ANSA [AFP italienne]. Cette désinvolture dans la description des faits n’existe pas seulement en Italie. La BBC est sans doute la plus virulente des télévisions européennes en ne perdant jamais une occasion de présenter l’État hébreu sous le jour le plus noir, alors quand se produit un reportage sur l’eau, pour la prestigieuse télévision anglaise c’est « du pain béni ». Récemment elle a diffusé un reportage qui affirmait qu’en Cisjordanie et à Gaza, les Israéliens

consommaient quatre fois plus d’eau que les Palestiniens, une information reprise d’un rapport de la Banque mondiale.

niveau d’implication de l’Autorité palestinienne est comparable, par manque de prise de décisions, à celui d’un pays du tiers monde.

Parce que c’est comme ça que fonctionne la chaîne de transmission de la désinformation. La Banque mondiale a publié un rapport superficiel, qui n’analyse pas les causes et ne cite que des sources palestiniennes et avec le prestige de la BBC qui reprend cette information, la nouvelle finit dans nos médias comme si c’était une vérité évidente.

En réponse à la plainte de la Banque mondiale, Cohen a déclaré qu’en 2007 les Palestiniens recevaient 47 millions de mètres cubes d’eau, en 2008 plus de 52 millions. Il a ajouté qu’un an auparavant, l’Autorité Palestinienne avait reçu l’usage d’un terrain sur la côte méditerranéenne près de la ville de Hadera, pour construire une usine de déssalement d’eau qui, si elle était opérative, pourrait fournir 100 millions de mètres cubes d’eau potable par an.

Les faits sont différents. Cela a été révélé avec des chiffres et des données par le colonel Amnon Cohen, chef du département des infrastructures civiles, qui définit comme « injuste et sans fondement » les informations diffusées par ce rapport. Il faut dire que le rapport de la banque mondiale mettait Gaza avec la Cisjordanie mais étant donné qu’il n’y a plus aucun israélien dans la bande de Gaza, il est facile de voir avec quelle précision travaille la Banque mondiale quand il s’agit d’Israël. Mais revenons aux chiffres, qui montrent qu’Israël a créé des infrastructures qui s’occupent de la gestion des ressources d’eau, tandis que le

Mais c’est resté un projet sur le papier pour l’Autorité Palestinienne qui préfère l’inaction, cela lui permet de continuer à accuser Israël. Par contre là [en Israël], l’utilisation de l’eau est régie par des lois strictes pour éviter le gaspillage et ceux qui les enfreignent sont soumis à des amendes… salées. Mais tout cela ne semble pas intéresser les Palestiniens. La question de l’eau apparaîtrait complètement différente si ces informations venaient à être diffusées. C’est sans doute pour cela qu’elles ne le sont pas. Le blog de Danilette

La Cour suprême israélienne, par une courte majorité de six juges contre cinq, a validé une loi refusant définitivement la citoyenneté aux ‘’Palestiniens’’ épousant des Israéliens. Depuis les « Accords d’Oslo » et jusqu’en 2002 près de cent trente mille résidents des territoires ont reçu, par leur union, le sésame leur permettant de s’installer dans le pays tant honni par les leurs. Une immigration s’apparentant, de fait, à un début de ‘’droit de retour’’ et qui a permis à certains d’entre eux de commettre l’abject à l’encontre de la population du pays d’accueil.

au droit de la société à se déterminer selon ses désidératas, voire ses besoins vitaux.

Evidemment, les associations et partis de la ‘’bien-pensance’’ sont aussitôt montés au créneau pour dénoncer cette Cour qui a « cédé aux pressions de la majorité de droite au Parlement », et a ainsi « failli à son devoir de défense du principe d’égalité de tous les citoyens devant la loi et de lutte contre le racisme ».

Une charte qui autoriserait de facto l’exclusion de l’homme juif du droit élémentaire, basique d’avoir un état à son désir et le condamnerait à redevenir apatride pour être redevenu une minorité souffre-douleur dans un énième état musulman. Cette opposition entre ces deux droits n’est pas nouvelle.

Elle a également dénoncé « un texte discriminatoire » et « une loi dont l’équivalent n’existe dans aucun État démocratique au monde, qui prive les citoyens d’une vie de famille en Israël sur la seule base de l’appartenance ethnique ou nationale de leur conjoint ». Bref ! « un jour noir pour les droits de l’homme et la Cour suprême » nous précise L’Association pour les droits civiques.

On la rencontre dès lors que la société pense pluriel. Par la bande, elle nuit quelque peu à l’individu. C’est ainsi que la liberté d’expression des médias est limitée dès lors que le sujet concerne la sécurité nationale. Une censure militaire admise et jamais contestée par les Journalistes car comprenant parfaitement cette nécessité. Autre exemple. De très nombreux réfugiés africains violent la frontière égypto-israélienne et tentent de trouver un nouveau refuge en s’établissant, sans autorisation, en Israël.

Faut-il rappeler que la loi, établie la première fois en 2003 pour un temps limité, puis renouvelée chaque année, n’a rien de raciste car ne visant pas une communauté particulière mais l’ensemble des Israéliens, et qu’il est possible à chacun d’aller vivre où bon lui semble avec sa moitié comme le rappelle dans ses attendus la haute juridiction ? Si les juges ont effectivement reconnu « le droit à la réunion des familles qui relève du respect des droits de l’homme », il n’en reste pas moins que ce droit « doit être restreint en Israël » car, nous rapporte très justement Asher Dan Grunis, le futur président de la Cour, « la défense des droits de l’Homme n’est pas une ordonnance pour un suicide national ». En effet, autoriser le regroupement familial sans limite dénaturera l’objet même de la renaissance de l’état juif. Le droit de l’individu d’épouser qui bon lui semble, se trouve donc opposé

A savoir, préserver une majorité juive afin qu’elle puisse se prémunir contre le projet quotidiennement répété par les peuples voisins, voire plus éloignés, de ‘’libérer la Palestine de la mer au Jourdain’’ des mains Sionistes. Un droit des sociétés préservant, de fait, l’individu juif du triste sort qui lui serait réservé dans le cas d’un basculement de la majorité due par l’application stricte de la charte des Droit de l’homme.

Outre que le gouvernement a décidé la construction d’une barrière, il construit des camps où ces réfugiés économiques trouveront tout le nécessaire à une vie décente le temps que leurs retours dans les pays d’origines soient organisés. Parallèlement, une loi a été votée permettant la condamnation des employeurs à une peine de prison et/ou à une lourde amende. Les droits de la société sont donc, là encore, opposables à ceux de l’individu car ne pouvant prétendre faire le bonheur de tous. Philosophie incomprise ailleurs et principalement en Europe, région menée par le politiquement correct imposé par des Ongs fétides, des partis politiques et une Commission Européenne oublieux de l’intérêt général. Publié par Victor PEREZ


L’information en provenance d’Israël Edition du Mercredi 18 Janvier 2012

Mofaz : « Livni a fini son mandat à la tête de Kadima ! »

18

Tibi sanctionné pour insultes envers Michaeli

Pour le moment, on ne sait pas encore si Avi Dichter se lancera dans la bataille ou s’il s’alliera avec Mofaz ou Shetrit. Avec humour, Ofir Akounis (Likoud) a réagi à ces nouveaux développements en déclarant « que ces primaires désigneront qui sera le chef de l’opposition de la prochaine législature ».

Les nouvelles se sachant toujours un peu avant qu’elles ne sortent dans les médias, il est difficile de croire que le scandale mis en scène lundi par Shaoul Mofaz était « spontané », quand on apprenait le lendemain que Tsipi Livni allait annoncer mercredi matin la tenue de primaires anticipées le 27 mars prochain. Mofaz, qui fait des rêves éveillés de déboulonner Binyamin Netanyahou, a déclaré mercredi matin « que Tsipi Livni avait terminé sa carrière à la tête de Kadima car elle a causé de graves préjudices au parti par une attitude hésitante et un manque de leadership » .S’exprimant à l’Université de TelAviv devant des jeunes, le challen-

ger de Livni a notamment dit : « Aujourd’hui, le processus de remplacement de Netanyahou a commencé, en remettant Kadima sur les rails pour qu’elle retrouve la place qu’elle mérite dans la politique israélienne et pour qu’Israël retrouve la voie morale » (!!). Après en avoir informé les députés qui la soutiennent, Tsipi Livni a fait un point de presse mercredi matin où elle a annoncé la tenue de primaires entre le 27 mars avec un 2e tour si nécessaire. Shaoul Mofaz a également convoqué une conférence de presse un peu plus tôt, afin de « lui couper l’herbe sous les pieds », lors de laquelle il a repris ses propos de la veille et promettant « qu’il allait être une alternative au ‘Pacte des Feiglinistes’ » !!!

Quelle que soit la manière dont Tsipi Livni enrobera son annonce, tous les analystes politiques sont d’accord pour dire qu’elle a été forcée à prendre cette décision à laquelle elle était farouchement opposée jusqu’à présent, à cause de la dégringolade de Kadima dans tous les sondages, des primaires prochaines au Likoud, et des pressions de plus en plus fortes exercées sur elle de l’intérieur du parti du fait du fonctionnement interne louche du parti. Otniel Schneller et Meïr Shetrit ont déjà lancé un appel « afin que les primaires se déroulent dans la transparence et sous surveillance d’observateurs neutres », car selon Otniel « si elles se déroulent dans la configuration actuelle de l’organisation interne du parti, noyautée par les hommes de Tsipi Livni, les résultats sont connus d’avance ». par Shraga Blum

Comme il fallait s’y attendre, la Commission de l’Ethique de la Knesset a été bien plus clémente envers le député arabe Ahmad Tibi qu’envers Anastasia Michaeli. Tibi n’a écopé que d’une semaine d’éloignement des débats en séance plénière pour avoir entonné un chant de sa composition empli de mépris et d’insultes envers la députée avec une fin particulièrement vulgaire sous forme de grossièreté en langue arabe. Michaeli (Israël Beiteinou) qui a été sanctionnée d’un mois d’éloignement pour avoir jeté un verre d’eau sur le

député Ghaleb Madjadleh s’est dit « satisfaite de la sanction infligée à Tibi » tout en lui lançant « qu’il s’en sortait encore à bon marché ».La légèreté de la sanction prononcée à l’égard du député arabe est d’autant plus incompréhensible que son intervention a été préméditée, avec un texte écrit à l’avance, et dans le cadre d’une séance plénière, alors que l’acte de Michaeli avait été fait sous l’effet de la colère après une attitude très irrévérencieuse de la part de Madjadleh envers la députée. par Shraga Blum

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’UE va changer de poste: il sera le nouvel ambassadeur à Berlin

Qu’est-ce qui a tué le président polonais Lech KaczyDski ?

des experts, ont mystérieusement cessé d’enregistrer à vingt mètres du sol. Dans un article intitulé « Smolensk – Le crash de l’avion présidentiel polonais décrypté », Thierry Vigoureux, le 12 avril 2010, sur Le Point.fr, analysait les faits : « Les pilotes ontils été victimes d’un mauvais calage de l’altimètre ? A ce stade, ce ne peut être exclu.

Les experts de l’Institut polonais Sehn ont étudié les copies des enregistrements des boîtes noires du Tupolev présidentiel en provenance de Pologne qui s’était crashé en Russie en avril 2010. Ces experts sont persuadés que la voix attribuée au général Blasik, patron de l’armée de l’air polonaise mort dans le crash, était la voix du copilote, et non pas celle du général. Cette « voix » avait fait dire aux Russes que les pilotes polonais du Tupolev avaient atterri sous la pression du général Blasik et même du président Lech Kaczyński. Selon l’Institut Sehn, la voix du général Blasik n’a pas été enregistrée dans la cabine de pilotage. Il n’est même pas certain qu’il s’y trouvait au moment du crash. La « preuve » de la présence du général Blasik dans le cockpit, était son corps retrouvé

près de celui du pilote Artur Zietek. Le corps du général Blasik n’était pas attaché à son siège et il peut avoir été éjecté depuis un autre emplacement du Tupolev. La thèse russe d’un atterrissage sous la pression du président Lech Kaczynski avait été avancée très (trop ?) rapidement et néanmoins reprise aussitôt telle quelle par nos vénérables médias européens. Autre élément surprenant : les Russes ont très rapidement découpé l’épave de l’avion et fait raser les arbres endommagés par le crash du Tupolev. Les Polonais n’ont toujours pas récupéré les débris du Tupolev et les boîtes noires. Les Polonais n’ont reçu de la part de Russes que de copies des enregistrements de ces boîtes noires qui, selon

Ont-ils bénéficié d’une procédure GCA (ground-controlled approach) qui permet, depuis le sol et à l’aide de deux radars, de suivre l’azimut et la pente de descente afin de mieux guider l’avion par radio, ou ont-il procédé à une approche autonome réalisée uniquement à l’aide des instruments de bord ? Il faut savoir qu’au sol, l’aéroport de Smolensk ne dispose pas de radiobalises ‘ILS’ qui auraient assuré la précision du plan de descente, mais seulement de deux balises ‘NDB’, un système qui remonte aux débuts du vol aux instruments, dans les années 1930. Dans ces conditions, pour atterrir en sécurité, il faut alors réunir près de 1.000 mètres de visibilité horizontale, ce qui n’était pas le cas pour l’avion présidentiel polonais », précisait Thierry Vigoureux sur Le Point.fr. En 2010, Poutine s’est-il débarrassé du président polonais Lech Kaczyński ? Par:Michel Garroté

L’actuel ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne et de l’OTAN, Yacov Hadas-Handelsman, va devenir le prochain ambassadeur en Allemagne. La décision a été prise par le comité de nomination du ministère israélien des Affaires étrangères. Il remplacera Yoram Ben-Zeev, qui avait quitté Berlin l’été dernier. La nomination doit être confirmée formellement par le cabinet israélien. Selon le Jerusalem Post, ce déplacement de l’ambassadeur est quelque peu inhabituel puisque M.HadasHandelsman a pris le poste d’envoyé d’Israël à Bruxelles il y a à peine six mois. Le diplomate, qui parle couramment allemand, était considéré comme le meilleur candidat pour le poste de Berlin, l’un des plus importants en Europe pour la diplomatie israélienne. L’Allemagne figure en effet parmi les meilleurs alliés d’Israël au sein de l’Union européenne, mais alors que la chancelière Angela Merkel est considérée comme pro-israélienne,

les relations entre les deux pays ont été marquées au cours des derniers mois par une certaine tension à propos de la question de la construction israélienne au-delà de ligne verte. Diplomate de carrière, Yacov HadasHandelsman, qui a 55 ans, a débuté dans le service diplomatique en 1983 après avoir passé huit ans dans l’armée israélienne. Avant d’être nommé à Bruxelles, il était directeur-général adjoint du ministère des Affaires étrangères pour le Moyen-Orient et le processus de paix. Dans les années 2003 à 2006, il a été ambassadeur en Jordanie. Sa carrière diplomatique l’a également conduit au Qatar, en GrandeBretagne, en Autriche et en Turquie. Il parle l’arabe et le turc. Diplômé en relations internationales et en études sur le Moyen-Orient de l’Université de Tel-Aviv, il a également une maîtrise en études moyen-orientales de l’Université hébraïque de Jérusalem. Source: http://fr.ejpress.org/


Israël Actualités n°196  

Toute l'information en provenance d'Israël

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you