Page 1

GRATUIT - Numéro 157 - Edition du Lundi 24 Janvier 2011

Journal Israélien en langue française

Quand Vanessa Paradis se dégonfle devant le BDS et Europalestine


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

L’édito patriote de Flatto Sharon :

Vive tension à Beyrouth

Mais que se passe-t’il Vanessa ?

Ma chère Vanessa, comment peut-on se défiler de telle manière devant la pression ? Une fois oui, une fois non, nous ne sommes pas à «l’école des fans» ? Franchement, de qui se moquet’on ? Vous, la petite lolita que tout monde aime, à quand un concert pour gaza ? Bien évidement avec le soutien de vos nouveaux amis du BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions, regroupement d’associations en solidarité avec la Palestine) et d’Europalestine, vous vous désengagez de tous les engagements pris avec Israël en

Le Liban est habitué aux crises politiques. C’est l’une des conséquences de ce fameux Pacte national, un accord non écrit conclu en 1943 et qui régit encore la vie politique, avec ce que cela comporte comme répartition de postes politiques entre les différentes communautés. Sauf que des dérapages et même une longue guerre civile ont marqué l’histoire contemporaine de ce pays. Différents accords depuis 1990 en ont bien marqué le parcours, mais sans jamais proposer quoi que ce soit de durable comme la fin de l’impunité aujourd’hui, ou encore l’équation entre la justice et la stabilité. Ce sont ces deux notions qui sont aujourd’hui avancées pour justifier le travail du Tribunal spécial sur le Liban (TSL) chargé d’enquêter sur l’assassinat en février 2005 de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri. Avant hier à La Haye, Daniel Bellemare a tenu une conférence de presse sur ce sujet hypersensible. Il a mis en garde contre « toute spéculation » sur le contenu de l’accusation, précisant que l’acte était une première étape judiciaire et un « premier pas vers la fin de l’impunité au Liban », une expression reprise hier à son compte par le président américain Barack Obama. De son côté, le greffier du TSL a promis que le juge de la mise en état était décidé « à faire avancer les choses

Directeurs de la publication Alain Sayada Tel: 06 68 17 25 55 Samuel Flatto Sharon Rédacteur en chef Eliahou Ben Yéouchoua

3

prétextant biensûr que ce n’est pas politique mais pour raisons personnelles. Depuis quand les cris de mort à Israël, les boycotts à Israël doivent changer le court des choses ? Aujourd’hui plus qu’hier Vanessa, vous devez vous affirmer. Israël et la communauté juive de France n’ont jamais demandé à un artiste de ne pas se produire dans un pays ennemi d’Israël et de faire de la pression pour les inviter à ne pas tenir vos engagements ... Vanessa, vous êtes toute petite ou alors peut-être avezvous été très mal conseillée par votre entourage. Aujourd’hui, vous avez reculé face à la pression du BDS qui se pavane et se vante de vous avoir convaincu en montrant sur des vidéos et des interviews de quelle façon vous vous êtes dégonflée. Qui plus est, vous faites la une du parisien avec ce titre très équivoque : Concert annulé en Israël : Vanessa Paradis a-t-elle subi des pressions? Ainsi, comme le rapporte Le Parisien, «samedi, une vingtaine de membres d’EuroPalestine, se réclamant du

BDS, a manifesté à l’entrée du concert de Vanessa Paradis, à Conflans-SainteHonorine (Yvelines), en scandant ‘Vanessa, n’y va pas’». «Le soir même, la production de la chanteuse annonçait l’annulation» qui rapporte également les propos d’une représentante de BDS France qui se félicite : «Vanessa Paradis a dû être sensible à nos arguments.» Vous avez cedez au terrorisme économique. Mais la question est : qu’allez vous en retirer ? Vous vous cachez derrière un simulacre lorsque le motif de l’annulation, soit 3 semaines avant le 10 Février 2011 est le suivant, «Charles Bensmaine, gérant d’Auguri Productions, et David Stern, président de Stern & Lights, ont le regret d’annoncer l’annulation du concert de Mlle Vanessa Paradis à Tel Aviv, initialement programmé pour le 10 février 2011, du fait d’impératifs professionnels de l’artiste», pouvait-on lire dans ce communiqué... Chers amis, en ce qui me concerne je suis perplexe … et vous ? Alain Sayada

aussi vite que possible », en rappelant qu’un tribunal international comme le TSL était tributaire de la bonne volonté des États pour lui livrer les prévenus, puisqu’il ne dispose pas de forces de police. Alors que reste-t-il de confidentiel quand tout a été dit, et que la conséquence est analysée non seulement au Liban, mais dans certaines capitales étrangères ? Rien effectivement.C’est ainsi que le Hezbollah savait depuis plusieurs semaines qu’au moins certains de ses cadres seraient cités dans l’acte d’accusation. Ce qu’il récuse fortement, y voyant avant tout une manière de se rapprocher du sommet pour mieux s’en prendre à lui en tant qu’organisation déjà objet d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU demandant le désarmement des milices. Pour lui le lien est évident, ce que le premier ministre Saad Hariri refusait d’admettre, et il en paie le prix avec la chute de son gouvernement. Et les Libanais en viennent à considérer cette fois et même plus qu’en 2008, que le recours aux armes soit inévitable, les données actuelles seraient bien plus graves selon eux. A Bientôt Samuel Flatto Sharon Ancien député à la KNESSET

Directeur d’antenne Simon Benchetrit 00 972 (0) 54 529 60 07 Réalisation Jérôme Placideman

n o ç a f e r u La meille ître Israël de conna Eldan vous présente sa nouvelle application iPhone

*cha de vorgeur i iPho ture n offer e t

Eldan le loueur n°1 en Israël vous propose une méthode pratique et nouvelle pour découvrir Israël .Choisissez parmi notre large gamme de véhicules et profitez des meilleurs prix. C’est juste à une application de vous

eldan.co.il/fr 01.47.70.21.25 *En réservant sur l'app

Régie publicitaire exclusive Canal Media Associés 77 bis, rue Robspierre 93100 Montreuil 01 48 97 46 85 RCS : 499 444 917

Editorialiste Samuel Flatto Sharon Directeur commercial : Yohann Azoulay 06 68 75 46 26

Commerciaux : Sigalit Sik Sik Sitbon 06 67 78 40 00 Israël Actualités est une marque déposée en France


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

Les pays arabes vont déposer une résolution condamnant la colonisation israélienne

4

Medvedev entame une visite à Amman et à Ramallah

Jomaa, président du groupe arabe. Le Conseil de sécurité doit discuter du Proche-Orient et du conflit israélo-palestinien mercredi mais un vote à cette date semble virtuellement impossible. Le Liban est l’actuel représentant arabe au Conseil de sécurité et son ambassadeur, Nawaf Salam, a expliqué que davantage de réunions devront être tenues pour décider de la date du vote. Les Palestiniens espèrent un vote sur cette résolution pour faire monter la pression sur le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à propos de la colonisation.

Les Palestiniens espèrent un vote sur cette résolution pour faire monter la pression sur le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à propos de la colonisation NEW YORK Les représentants à l’ONU des pays arabes vont formellement déposer mardi au Conseil de sécurité un projet de résolution condamnant la colonisation israélienne, ont indiqué des diplomates.

Mais un vote n’est pas attendu avant plusieurs jours, le temps pour certains pays arabes d’essayer de persuader les Etats-Unis de ne pas mettre leur veto, ont-ils ajouté. Une réunion du groupe des représentants arabes à l’ONU a décidé d’enregistrer formellement le texte du projet au Conseil de sécurité avant la fin de la journée de mardi, a expliqué aux journalistes l’ambassadeur tunisien Ghazi

La grande question est cependant de savoir si les Etats-Unis mettront leur veto à cette résolution. Washington a traditionnellement usé de son droit de veto contre les résolutions critiquant Israël, y compris les appels précédents à la fin de la colonisation. Les autres membres permanents du Conseil de sécurité -la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie- devraient soutenir la résolution. La mission palestinienne pense que 14 des 15 pays du Conseil la soutiendraient.

Tunisie : 4 ministres importants nommés par Ben Ali conservent leur poste Un gouvernement d’union nationale mené par Mohammed Ghannouchi, a été formé lundi en Tunisie au sein duquel quatre ministres nommés sous Ben Ali (Défense, Finances, Intérieur et Affaires étrangères) ont conservé leur poste. Le nouveau gouvernement comprendra également trois leaders de l’opposition : Ahmed Ibrahim, leader du parti Ettajdid (Renouveau), Moustapha Ben Djaafar, président du Forum démocratique pour le travail et la liberté (FDTL), et Najib Chebbi, chef de file et fondateur du Parti démocratique progressiste (PDP). L’élection présidentielle anticipée doit se tenir dans un délai de deux mois au maximum.La composition du nouveau

cabinet a été annoncée par le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, trois jours après la fuite précipitée du président Zine Ben Ali chassé par un mois de contestation dans la rue. Le Premier

ministre a également annoncé la prochaine libération de tous les prisonniers politiques.

Véritable coup de tonnerre qui vient de se produire: Ehud Barak fonde un nouveau parti L’influent ministre israélien de la Défense Ehud Barak a annoncé lundi matin son départ du Parti travailliste, qu’il dirigeait, pour créer une nouvelle formation politique avec quatre autres parlementaires travaillistes. «Nous créons aujourd’hui un groupe (parlementaire), un mouvement et par la suite un parti qui sera centriste, sioniste et démocratique dans la lignée de Ben Gourion», a déclaré M. Barak lors d’une conférence de presse à la Knesset (Parlement). Nous avons déposé à la commission de la Knesset une demande pour nous faire reconnaître comme un groupe parlementaire indépendant qui s’appellera +Hatzmahout+ («Indépendance»)», a ajouté le ministre de la Défense. «Notre mot d’ordre est +tout ce qui est bon et juste pour l’Etat d’Israël», a expliqué M. Barak en dénonçant «le glissement à gauche, toujours plus à gauche» du Parti travailliste. Ce dernier comptait jusqu’à présent 4 ministres et 13 députés sur 120 à

la Knesset. Les autres ministres et députés travaillistes n’ont pas encore annoncé s’ils comptaient rester au sein

de la majorité de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le président russe Dmitri Medvedev entame aujourd’hui une tournée de la région. Il se rendra à Amman et à Ramallah où le règlement du conflit au Proche-Orient sera au centre des entretiens avec les dirigeants jordaniens et palestiniens. Avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, les discussions porteront sur la situation autour de la Bande de Gaza et le rétablissement de l’unité palestinienne. Les parties examineront également la situation dans les pays voisins et l’ensemble de la région. A cette occasion, MM. Abbas et Medvedev doivent conclure une série d’accords de coopération dans plusieurs domaines, notamment l’agriculture et l’information. M. Medvedev sera accompagné d’une importante délégation comprenant le ministre des Affaires étrangères, M. Serguei Lavrov,

ainsi qu’une centaine de personnalités, dont des hommes d’affaires. La visite du président russe entre dans le cadre d’une tournée au Proche-Orient. En effet la Russie souhaite construire une centrale nucléaire en Jordanie, a annoncé l’assistant du président russe, Sergueï Prikhodko, «Les Coréens, les Français et les Canadiens ont aussi déposé une demande de construction» d’une centrale nucléaire», a déclaré Prikhodko. Selon le projet jordanien, le premier réacteur de la centrale nucléaire doit être lancé en 2018. La Russie et la Jordanie ont signé un accord de coopération dans le nucléaire civil en mai 2009. Les deux parties doivent notamment évoquer lors de leurs entretiens les derniers développements dans la région et la situation dans les territoires , selon les mêmes sources.

Australie : cris et fureur pour une fresque anti-burka

Sydney : une fresque murale antiburka suscite depuis 4 mois, la colère croissante des musulmans et des idots utiles “antiracistes”. La manifestation d’hier, devant le mur sur lequel est peint le panneau demandant l’interdiction de la burka, a dégénéré en affrontements entre la police et une cinquantaine de personnes. La fresque à été barbouillée et des bombes incendiaires ont été lancées. 7 personnes ont été inculpées Par Melba


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

Russie aux iraniens: vous allez droit vers un nouveau Tchernobyl !

5

Klaus Barbie a travaillé pour les services secrets allemands

pression sur le Kremlin pour reporter l’activation au moins jusqu’à la fin de l’année, de sorte qu’une évaluation appropriée des dommages causées par stuxnet soit faite. Dans une lettre adressée au Kremlin, les scientifiques russes ont conclu que, malgré “l’exécution des tests simples et de base” sur le réacteur de Bushehr, l’équipe “ne peut garantir l’activation sécuritaire du réacteur”.

Des scientifiques russes fournissant une assistance technique sur le réacteur nucléaire de Bushehren Iran, exhortent le Kremlin de différer l’activation du réacteur nucléaire à cause des dommages causés par Stuxnet, ce mystérieux virus qui retarde le programme nucléaire iranien d’au moins 3 ans. Les russes accusent les iraniens “de créer du danger pour la vie humaine.” Pour bien faire comprendre l’état de la situation, les scientifique russes ont été droit au but: “vous voulez éviter un autre Tchernobyl ? Faites retarder la mise en route du la centrale. ” C’est le quotidien anglais Daily Telegraph qui

révèle cette information aujourd’hui. Les scientifiques ont soulevé de sérieuses préoccupations sur l’étendue des dommages causés aux systèmes informatiques de l’usine par le mystérieux virus Stuxnet. En octobre 2010, les techniciens russes ont commencé à charger les barres de combustible dans la centrale nucléaire, qui devrait commencer à fournir de l’électricité cet été. Selon le Daily Telegraph, les scientifiques travaillent à l’usine sont devenus tellement préoccupé par le mépris apparent des iraniens pour les questions de sûreté nucléaire qu’ils ont fait

Ils ont également accusé l’équipe de direction iranienne, qui est sous la pression politique intense, de s’en tenir à la date limite pour activer le complexe nucléaire dèscet été. Ils n’ont aucune responsabilité professionnelle et morale qui pourtant devrait être requis. La catastrophe de Tchernobyl a eu lieu en avril 1986 quand une explosion a fait sauter la centrale de cette ville. Un nuage radioactif avait traversé toute l’Europe et des milliers de bébés sont mal-nés. Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, qui est également à la tête de l’Organisation Atomique locale, a rejeté les affirmations des experts. Au moins, si ca pète; on ne pourra pas dire qu’ils ne savaient pas! Par:Jonathan-Simon Sellem

Tunisie : la «quasi-totalité» des touristes français seront rentrés lundi

dans les aéroports», a précisé le secrétaire général du SNAV, JeanMarc Rozé.

Des touristes français piégés par les violences en Tunisie ont commencé à rentrer en France dimanche, à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. La «quasi-totalité» des touristes français bloqués en Tunisie seront rentrés lundi, a confirmé dimanche

le Syndicat national des agences de voyage (SNAV). «Les bonnes nouvelles d’hier se sont confirmées avec la réouverture de l’espace aérien tunisien et des vols qui opèrent plus ou moins normalement en dépit de quelques restrictions de personnel

Les agences de voyages comptent ainsi rapatrier d’ici à dimanche soir les deux tiers au moins de leurs quelque 8.000 clients présents vendredi en Tunisie. Un porte-parole d’Air France a cependant indiqué que la compagnie avait dû annuler deux vols prévus dans la soirée de dimanche entre Paris et Tunis «pour respecter le couvrefeu». La compagnie a «proposé aux passagers qui le désiraient de reporter leur voyage». Pour sa part, M. Rozé a indiqué qu’un «certain nombre de vols charters prévus pour des clients qui finissaient leur séjour dans le sud tunisien partent à vide aujourd’hui pour aller les chercher». Les tours-opérateurs ont également recherché des appareils supplémentaires pour organiser le retour anticipé des touristes dont le séjour devait se prolonger au-delà de ce week-end.

L’ancien chef de la Gestapo de Lyon (France), Klaus Barbie, a collaboré avec les services de renseignements extérieurs allemands (BND) après la Deuxième Guerre mondiale, affirme l’hebdomadaire Der Spiegel dans sa dernière édition à paraître lundi. «Le boucher de Lyon», condamné à perpétuité en France en 1987 pour avoir organisé la déportation de centaines de Juifs, a été recruté par le BND début 1966 alors qu’il vivait sous le pseudonyme de Klaus Altmann en Bolivie, poursuit l’hebodamaire allemand qui cite des documents du BND. Considéré comme ayant «une mentalité très allemande», «cet adversaire farouche du communisme», selon le BND, a livré environ 35 rapports aux services allemands sous le pseudo d’Adler enregistré sous le numéro V-43118, selon la même source. Le dossier consulté par Der Spiegel ne permet pas toutefois de déterminer ce qu’il a livré comme informations. Des honoraires lui ont en tous les cas été versés par le BND sur un compte établi dans une banque de San Francisco, aux Etats-Unis. Quelques semaines après avoir été re-

Obama en campagne pour 2012 Le discours que Barack Obama est allé prononcé à Tucson a été, pour la première fois depuis le début de sa présidence, un discours digne et approprié à la situation. Cela a été le meilleur discours de sa carrière politique, je me dois de le reconnaître. Si Obama parlait toujours sur ce mode, et si ses actions depuis deux ans avaient correspondu à ce discours, je n’aurais aucun reproche à lui faire. Je pourrais même dire, en l’ayant écouté : il a pris la posture de Président des Etats-Unis. Malheureusement, cela ne peut faire oublier tout ce qui a été fait depuis deux ans, non. Cela ne peut effacer qu’Obama a mené une politique intérieure désastreuse et une politique

étrangère plus désastreuse encore. Malheureusement, cela ne peut faire oublier non plus la foule venue assister au discours, et qui semblait composée de gens venus pour applaudir un autre Obama, celui qui gouverne le pays depuis deux ans.

Et cette foule a eu des attitudes indignes, qui montre qu’il existe effectivement aujourd’hui deux Amériques. L’une est à gauche et incarne une gauche en pleine crise d’hystérie. L’autre aspire au respect des institutions et de ce qui a fait des Etats-Unis ce qu’ils sont. On ne peut oublier non plus que ce qui est enclenché est la campagne présidentielle de 2012. Barack Obama sait que s’il veut avoir un espoir de gagner, il doit absolument

se recentrer et tenter d’adopter une attitude à la Bill Clinton. J’ai envisagé cette éventualité, tout en pensant que Barack Obama était trop idéologue pour aller en ce sens. Il semble prêt, pour peu que le discours de Tucson soit un indicateur, à procéder à un recentrement. Reste à voir jusqu’à quel degré ce recentrement s’opèrera, et quelle sera l’attitude d’Obama face au nouveau Congrès. Reste à voir comment il se conduira face à un certain nombre de dossiers brûlants. Certains, aux Etats-Unis, pensent qu’il pourrait faire l’impasse sur les deux années qui commencent, aux fins d’être réélu et d’avoir les mains libres en 2012, en cas de réélection.

Pour arriver à ce but, il lui faudrait non seulement être réélu, mais obtenir que le Congrès passe à nouveau aux mains du parti démocrate, ce qui supposerait, d’une part, que les Républicains agissent de manière calamiteuse, et d’autre part que le parti démocrate adopte une tactique identique à celle qu’Obama semble prendre. Je dois dire que je serais surpris si les Républicains se conduisaient de manière calamiteuse, et plus surpris encore si le parti démocrate changeait totalement de cap. Ce que j’appelle la gauche foldingue, qui tient aujourd’hui le parti démocrate, a encore donné à voir toute

cruté par les services allemands, Barbie a pris la tête de la succursale bolivienne d’une entreprise, dont le siège était à Bonn (ouest de l’Allemagne), et chargée de vendre le matériel militaire superflu de la Bundeswehr, l’armée allemande. Il était alors chargé par le BND de donner des indications sur d’éventuels pénuries d’armes et de munitions en Bolivie, poursuit encore le journal. Pendant l’hiver 66/67, le BND a néanmoins décidé de se passer de ses services par crainte que des services secrets étrangers ne le fassent chanter en raison de son passé sous le régime nazi. Condamné pour crimes contre l’humanité en juillet 1987, Klaus Barbie, qui fut notamment à l’origine de l’arrestation et de la torture de nombreux résistants français, dont Jean Moulin, avait été extradé quatre ans auparavant de Bolivie. L’ancien SS avait bénéficié après la guerre de la protection des Américains qui le considéraient comme un bon agent de la lutte anticommuniste, raconte notamment un film sorti en 2007. Il est mort en prison en France en 1991.

l’étendue de son dérangement mental au cours des derniers jours, et jusque dans le stade en lequel Barack Obama a parlé à Tucson. Je dois dire aussi que je pense que Barack Obama va chercher un « succès » au Proche-Orient au cours de l’année qui commence, et que le gouvernement israélien devra être particulièrement vigilant s’il entend éviter que ce « succès » ne s’accomplisse à son détriment. Je détaille dans le prochain numéro d’Israël magazine la stratégie des dirigeants palestiniens. J’évoque aussi ce qui pourrait se dessiner dans l’administration Obama. Au vu de l’accélération des choses dans la région, 2011 pourrait bien être une année cruciale… Guy Millière


L’information en provenance d’Israël

Parachat Ytro : Le Don de la Thora Notre paracha contient sans nul doute, ce qui peut être considéré comme l’événement le plus important qu’ait connu l’humanité : le Don de Thora. Evénement aussi important que la création de l’univers nous disent les sages du Talmud car D-ieu dit : « Si le peuple d’Israël accepte la Thora, le monde continuera à exister, sinon, je le ferais retourner à son statut initial, c’est-à-dire le néant!» En d’autres termes, non seulement le Don de la Thora est d’une portée tout à fait cosmique, mais il est le support indispensable de ce cosmos !. Selon le Talmud, cette Thora est la colonne vertébrale de toute la structure de l’univers.

Le verset dit : « Ytro, prêtre de Midian, beau-père de Moché, entendit tout ce que D-ieu fit pour Moché et pour Israël » Rachi s’interroge et dit : Quelle nouvelle a-t-il donc entendue pour qu’il soit venu ? Il répond : le passage de la Mer Rouge et la guerre contre Malek. Si la Thora accorde un honneur sans précédent à un converti qui fut serviteur d’idoles mais également le conseiller de Pharaon, c’est bien pour nous enseigner quelque chose d’important. En effet «Vayichma Ytro!» Ytro a entendu, Qu’a-t-il entendu répondait mon Maître Rebbi Fraji Uzan zal : Il a entendu la voix d’HM!. Si déjà Ytro a entendu, alors aucun juif même le plus éloigné n’aura d’excuse, car disait-t-il : «n’y a de pire sourd qui ne voudrait entendre!» Durant la préparation à la rencontre avec HM le Pasouk dit : « Vayotsé

Moché ête aâm likrât Aéloiim » Moise sorti le peuple à la rencontre de D-ieu ! Comprends dit le Kéli Yakar, que lorsque la «Chékhina» Se tiens, c’est à nous d’aller vers elle.. ainsi dit également Rachi : « Kéhattan Ayosté likrat kalâa » comme un fiancé qui va vers sa future femme. Alors le Kéli Yakar répond : «Kimi Méhazér ahâar Mi?» Qui se dirige vers qui? Rébbi Chimone Bar Yohai répond dans la Guemara Kétoubot : « Baâl Aâvéda méhazer Ahar avedato » Celui qui a perdu un objet…revient vers cet objet et non pas le contraire! Mais ici Rébi Chimone nous parle plutôt d’un homme qui va à la recherche de sa future épouse.. « la côte » qui lui a été prélevé! C’est pourquoi il revient vers elle… et si jamais il l’a trouve, cela formera un seul et unique.. basar éhad une seule chair!

Nous comprenons mieux la préoccupation d’HM si l’on peut s’exprimer ainsi, de proposer la Thora, d’abord aux femmes et ensuite seulement aux hommes… Le Talmud rapporte que Rabi Tahâlifa de Kîsrine a dit ceci : HM dit : « lorsque j’ai créé le monde, J’ai ordonné uniquement à Adam de ne pas consommer le fruit du bien et du mal…Mais son épouse Hava, elle, a consommé et les conséquences ont été tragiques pour l’humanité ! Désormais, si je ne m’adresse pas en priorité aux femmes, elles pourraient transgresser toute la Thora. Aussi Dieu ordonna à Moise : « Ainsi tu diras à la maison de Yaccov… » Allusion aux femmes. L’action de la première femme a eu pour conséquence que plus tard, HM lui proposera la Thora en priorité par l’intermédiaire de

Moise.

Ainsi D-ieu va à la rencontre d’Israël au mont Sinaï : « Israël Achér Ayou Katsone ovdot bagoîm » Israël qui ressemble à un troupeau d’agneaux perdu au milieu des nations! Comme le dit le prophète Yéchaya : « Kaânavim Bamidbar Matsati Israël » « Comme des grappes de raisins, que j’ai trouvé Israël dans le désert ». Le verset poursuit et dit :« Véyétéatsévou Batâhtit aâr » et ils se rassemblèrent en dessous de la montagne ! Sous la montagne les Béné Israël se tenaient ! La Guemara Chabat 88 dit qu’HM a saisi au dessus de leur tête la montagne en leur disant: « Si vous accepter ma thora.. C’est bien pour vous !... sinon ici sera vos tombeaux ! Les béné Israël ont répondu alors à l’unisson « Naasé Vénichma » Nous ferons et nous comprendrons !. Nous pouvons penser alors que nous étions sous la contrainte dit la guemara… elle répond là-bas pas du tout ! Ils avaient l’émouna- la foi dans leurs gènes « Anahnou méaminim béné méaminim !» D-IEU s’adresse face à face à tout un peuple, fait absolument unique dans l’histoire du monde. Il n’est pas possible qu’un peuple tout entier puisse consentir de plein gré à accepter 613 mitzvot aussi diverses que surprenantes, si ce n’était par la Volonté d’HM ! Et il n’est pas concevable non plus d’affirmer que soudain se leva un individu prénommé Moché qui tenta de convaincre un peuple tout entier de croire et d’affirmer que eux ou leurs

Edition du 24 Janvier 2011

6

ancêtres ont été témoins de la révélation au mont Sinaï, si ce n’avait vraiment été le cas.

La Thora nous est donnée chaque jour, en permanence, par l’interaction entre l’homme et D-ieu provoquée par l’étude des textes. Etude qui doit être vue, non pas comme une simple accumulation de connaissances, mais comme la création d’un lien avec la source de ce qui ma donne la vie au quotidien. La Thora, comme l’homme, est la trace de l’infini divin dans le monde matériel. A côté des fêtes ordonnées par la Thora, les Juifs de Tunisie ont coutume de célébrer chaque année une fête particulière, la Se’oudat Ytro « la fête des garçons ». L’origine de cette dernière célébrée le jeudi de la semaine de la Paracha de Yitro, n’est pas connue avec certitude. Trois hypothèses sont généralement retenues et s’appuient toutes les trois uniquement sur des sources orales, qui ne sauraient valoir preuves en histoire. On s’accorde généralement pour considérer qu’elle fut instituée au XVIIIème siècle, mais là encore, faute de documents, il est difficile de distinguer la légende de la réalité. C’est donc avec une extrême prudence que nous livrons ces explications, laissant au lecteur le soin de choisir. - La première hypothèse se veut historique. Une épidémie de peste, même de diphtérie dit-t-on aurait sévi à Tunis au début du XVIIIème siècle et aurait frappé particulièrement la communauté juive et plus précisément les nourrissons. Le jeudi de la Paracha de Yitro, un pigeon blanc aurait avalé un excrément pestilentiel et se serait envolé. L’épidémie aurait immédiatement disparu.. Le souvenir de ce miracle expliquerait la fête destinée aux jeunes garçons et symbolisé par le plat principal : le pigeon farci, offert à chaque enfant mâle jusqu’à son mariage. Cette hypothèse séduisante est cependant mise à mal par les historiens, car les chroniques de l’époque ne mentionnent nullement une épidémie qui aurait frappé la seule communauté juive en épargnant ses voisins musulmans, et vaincue par l’arrivée providentielle d’un pigeon. La seconde hypothèse puise ses références dans la Bible : le chapitre XVIII de l’Exode nous décrit l’arrivée de Yitro beau-père de Moïse accompagné de la femme et des deux fils de ce dernier.Ytro se réjouit pour le bien qu’a fait l’Eternel à Israël et offre un holocauste et des sacrifices en guise de reconnaissance à D-ieu. Moïse Aaron et les anciens partagèrent le pain avec le beau-père de Moise, devant D-ieu, en signe d’alliance. Ytro conseille alors à son gendre de choisir des hommes intègres et craignant D. pour constituer à ses côtés les Chefs d’Israël. La troisième hypothèse peut être qualifiée de « pédagogique » et trouve sa source dans le Traité des « Pirké Avot

» et se réfère également à la Paracha, en ce qu’elle contient les Dix Commandements. Nos Anciens Rabbins, voulant caractériser les différentes époques de la vie des individus avaient décidé qu’il convenait d’enseigner la Loi Ecrite à partir de l’âge de cinq ans, de célébrer la Bar-Mitsva à l’âge de treize ans, et de commencer l’étude de la Michna à l’âge de quinze ans. Il en résultait donc que le tout jeune enfant de cinq ans était appelé à lire au «koutab» ou Talmud-Torah, les Dix Commandements pour la première fois, Certains racontent même qu’il s’agirait de marquer un témoignage à l’égard de ces volatiles qui glorifièrent pour ainsi dire le nom divin, en picorant toute la manne à l’aube du premier chabat dans le désert…En effet un Midrach raconte que les deux contestataires Datan et Abiran avaient bien contredit l’ordre de Moïse en éparpillant la manne autour des tentes pour faire croire quelle était tombée y compris le chabat! Le jeudi de la sidra de Yitro. Soucieux de marquer un fait aussi capital et de frapper l’imagination de l’enfant pour faciliter l’appréhension par lui des Dix Commandements, les rabbins tunisiens instituèrent une grande fête en l’honneur de cet événement. Cérémonie strictement privée à l’origine, célébrée au sein du Talmud-Torah, et dénommée «Hinoukh Néharim» ou Initiation des jeunes. Des familles prirent l’habitude de fêter le soir à la maison ceux de leurs enfants qui avaient lu le matin pour la première fois les «Assrâ Kêlmet» Les 10 Commandements. Yvan Lellouche

Yvan Lellouche


BH


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

8

Grand Gala au profit de l’action sociale de la communauté de Créteil L’A.B.A.S.B.A. et l’A.C.I.C. organisent, le dimanche 6 février 2011 à 19 h 30 au Palais des Sports de Créteil. Nous vous rappelons que le dernier Gala a eu lieu le 19 décembre 2006. Face à tous les problèmes engendrés par la crise économique qui frappe notre société l’A.B.A.S.B.A. s’efforce d’apporter des réponses efficaces et propose des solutions concrètes. Grâce à votre générosité, nous pou-

vons : - Distribuer des colis alimentaires toute l’année ; - Aider des parents à scolariser leurs enfants à l’école juive, à allouer des bourses aux étudiants ; - Suspendre des poursuites à l’encontre des familles pour non paiement des loyers-charges ; - Assister des personnes en surendettement, financer des vacances pour les enfants ;

- Participer à l’achat de matériel médical pour les handicapés ; - Enterrer des défunts dignement de familles sans moyens.

AMSELLEM et Joseph GUEZ dont le militantisme et l’engagement restera pour nous tous un exemple et une source d’inspiration.

Toutes les actions menées nécessitent des ressources importantes. Sans votre aide l’A.B.A.S.B.A. ne pourra pas apporter l’aide matérielle et le réconfort moral aux plus démunis.

Nous comptons donc sur votre présence effective à cette soirée de Gala pour que l’A.B.A.S.B.A. puisse continuer à soulager la détresse de tout ceux et celles qui souffrent.

Le Gala de l’A.B.A.S.B.A. sera dédié à la mémoire de Messieurs Maurice

Soyons donc tous présents au Gala, le Dimanche 6 février 2011 au Palais des

Sports à 19 h 30. P.A.F. : 260 €/couple. Un reçu Cerfa vous sera délivré immédiatement. Que le mérite de la Mitzva de la Guémilouth Hassadim soit pour vous et tous ceux qui vous sont chers une source de vie et de bénédictions Amen. Réservation auprès du secrétariat : ACIP-ACIC : Tél.: 01 43 77 01 70 A.B.A.S.B.A. : Tél.: 01 43 99 53 96


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

Le Hezbollah ne veut pas de Saad Hariri comme Premier ministre

Le chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a déclaré dimanche que son organisation chiite et ses alliés ne soutiendraient pas le Premier ministre libanais par intérim Saad Hariri dans ses efforts pour mettre sur pied un nouveau gouvernement lors des consultations qui doivent s’engager lundi. «L’opposition, à l’unanimité, ne choisira pas Hariri demain» comme candidat au poste de Premier ministre, a-t-il dit en re-

fusant de dire qui elle soutiendrait. Le gouvernement d’union nationale de Saad Hariri est tombé mercredi après le retrait des ministres membres du Hezbollah et de partis alliés à lui. Le président libanais, Michel Souleïmane, a invité les parlementaires à des consultations lundi sur la formation d’un nouveau gouvernement. A l’issue de ces consultations avec les députés de toutes tendances, le prési-

dent demandera à un Premier ministre de former un nouveau gouvernement. A Paris, l’Elysée a déclaré dimanche soir dans un communiqué que le président Nicolas Sarkozy avait mené de nombreux contacts sur la situation au Liban ces derniers jours. Il a proposé qu’un «groupe de contact» de pays entretenant des liens particuliers avec le Liban et la région mettent leurs efforts en commun pour aider le Liban à surmonter ses difficultés actuelles.

Au tour des palestiniens de manifester contre la dictature Dans un communiqué mis en ligne sur internet, ces factions affirment « envisager sérieusement d’organiser d’autres manifestations jusqu’à ce que le gouvernement de l’Autorité Palestinienne accepte enfin d’organiser des élections ». En juin 2010, le cabinet d’Abou Mazen avait reporté sine die les élections municipales.

Après la plupart des pays du Maghreb, après la Jordanie et l’Egypte, voilà que les Palestiniens descendent aussi dans la rue. Ce dimanche, ils étaient plusieurs milliers à dénoncer la dictature mise en place par Mahmoud Abbas qui, dans le secret occidental le plus profond, annule toutes les élections au fur et à mesure qu’elles approchent. Les manifestants réclament des élections générales pour la fin mai 2011.

C’est à l’appel du Front Populaire de la Libération de la Palestine (sorte de communistes-terroristes), du Front Démocratique pour la Libération de la Palestine (une sorte de NPA-islamiste), du Parti Populaire Palestinien (marxistes palestiniens), de l’Initiative Nationale Palestinienne, l’Union Démocratique Palestinienne et personnalités indépendantes (en fait, toute la “gauche” et “l’extrême gauche” palestinienne) que les manifestations ont été organisées cet après-midi.

Le Fatah craignant de perdre le pouvoir à Ramallah, personne n’avait osé contredire les plans anti-démocratiques palestiniens. Seule la gauche locale et le Hamas s’étaient plaints de cette décision approuvée par Washington. Une chose est sure : à la veille d’un vote de l’ONU où les palestiniens vont prendre une sévère claque dans la figure (les États-Unis poseront leur véto à la création d’un État palestinien), la rue palestinienne risque de sortir de ses gonds. Et Abou Mazen, qui parle de “se tirer” au moins une fois par mois depuis 2 ans, prendra peut-être enfin ses responsabilités. Par:Jonathan-Simon Sellem

10

Fatah, Hamas et Jihad Islamique derrière Paris: vive la chute de Ben Ali !

Alors que la Tunisie s’oriente vers le chaos total, que Ben Ali se cache à Djeddah, que les pires crapules islamistes expulsées par le régime s’apprêtent à rentrer au pays et qu’inévitablement, d’une manière ou d’une autre, les tunisien choisiront bientôt un nouveau dictateur qui ne lâchera pas le pouvoir avec au moins 15 ans, voilà que l’Autorité Palestinienne lâche de président fuyard.Par:Jonathan-Simon Sellem

Selon un responsable de l’Autorité palestinienne qui a requis l’anonymat, le communiqué de Yasser Abed Rabbo “a été retiré des médias officiels palestiniens car il ne représentait pas la position officielle de l’OLP ou de Mahmoud Abbas”. A Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie, une cinquantaine de Palestiniens ont manifesté devant la représentation tunisienne, en solidarité avec le peuple de Tunisie.

L’Autorité palestinienne a affirmé samedi vouloir maintenir “les meilleures relations” avec la Tunisie, alors que des groupes palestiniens ont soutenu la contestation populaire ayant conduit à la chute du président Zine El Abidine Ben Ali.

Les mouvements islamistes Hamas et Jihad islamique ont salué à Gaza le soulèvement en Tunisie, ajoutant espérer que “la sainte sharia soit enfin appliquée dans cette terre fondamentalement islamique.”

Dans un communiqué de presse envoyé à tous les médias, Abou Mazen (Mahmoud Abbas) a désavoué un communiqué publié auparavant par le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Yasser Abed Rabbo, qui a rendu hommage “au courage sans précédent du peuple tunisien et au sacrifice héroïque consenti pour réaliser ses aspirations”. “Le Comité exécutif de l’OLP n’a publié aucun communiqué sur la situation en Tunisie”, a déclaré le conseiller d’Abbas, Ahmed Abdel Rahmane, dans la mise au point publiée par l’agence officielle WAFA. “Nous souhaitons le meilleur pour la chère Tunisie et présentons nos condoléances aux familles des victimes et affirmons que nous maintiendrons les meilleurs relations avec la Tunisie”, a-t-il dit, dans cette réaction prudente. L’Autorité palestinienne avait entretenu de bonnes relations avec le régime de Zine El Abidine Ben Ali, écarté du pouvoir par un mouvement islamiste copiant voulant instaurer un régime identique à celui en place à Alger. Chassée du Liban en 1982, l’OLP, dominée par le Fatah, avait installé ses bureaux en Tunisie de 1982 à 1991, avant l’établissement de l’Autorité palestinienne en 1994.

“Nous félicitions le peuple tunisien pour son soulèvement contre le régime tyrannique”, a déclaré Daoud Chehab, porte-parole du Jihad islamique, dont des centaines de sympathisants ont manifesté à Gaza en solidarité avec le peuple tunisien. “C’est la démonstration que les foules arabes sont capables d’apporter le changement vers la liberté”. “Nous sommes avec nos frères, le peuple de Tunisie, dans le choix de nos dirigeants, quels que soient les sacrifices”, a déclaré le ministre de l’Intérieur du Hamas, Fathi Hammad. Ben Ali n’était pas populaire auprès des groupes islamistes compte tenu de la répression qu’il avait menée contre les islamistes dans son pays. Le Front démocratique de Libération de la Palestine (communistes), membre de l’OLP, a salué une “grande victoire” du peuple tunisien, appelant “la foule arabe à commencer un soulèvement contre leurs dirigeants traîtres”. Pendant ce temps, à Paris comme dans toute l’Europe, on fait comme le Hamas: on applaudi la chute de celui qui a largement contribué à lutter contre le terrorisme islamique. Vive la Frounce ! Par:Jonathan-Simon Sellem


L’information en provenance d’Israël

Un regard froid sur la situation en Tunisie

Certains, qui s’enthousiasment rapidement, s’attendent à ce que les événements en cours en Tunisie depuis un mois, et qui ont débouché sur le départ de Ben Ali, conduisent à la liberté et à la démocratie. J’espère que la réalité leur donnera raison. Je ne puis, pour autant m’empêcher d’adopter une position plus modérée et plus circonspecte. Il ne fait aucun doute que Ben Ali était un dictateur, que son entourage vivait de prébendes et de corruption, que la liberté de parole n’existait pas en Tunisie et que tout mouvement d’opposition était sévèrement réprimé : il n’empêche. Je ne puis oublier que voici une décennie, les islamistes étaient très actifs dans le pays, et auraient pu aisément l’emporter à ce moment. Parfois, il n’existe pas de choix entre une bonne et une mauvaise solution, mais le choix entre deux mauvaises solutions, et, face aux islamistes, Ben Ali a représenté à l’époque, je le pense, la moins mauvaise solution. L’équation aujourd’hui est différente, dit-on. J’attends une démonstration, et j’attends que vienne la suite des choses. Je sais qu’il existe des gens qui veulent que la Tunisie devienne une société ouverte. Je n’ignore pas, pour autant que, sur l’ensemble du pourtour de la Méditerranée, l’islamisme n’est pas éteint. Il suffit, pour s’en convaincre, de regarder ce qui se passe au Liban ou en Egypte. Il suffit, pour en être persuadé, de lire les études d’opinion réalisées dans l’ensemble du monde musulman par de multiples instituts. Dans l’instabilité tunisienne, des islamistes commencent à faire entendre leur voix. De surcroît, l’étincelle qui a allumé l’incendie repose sur trois facteurs qui vont continuer à peser et ne vont pas s’effacer miraculeusement. Le premier est l’existence d’un grand nombre de jeunes gens diplômés que le marché du travail ne parvient pas à absorber et qui sont, dès lors, en situation de frustration : la conjoncture économique mondiale en général, et la configuration économique autour du bassin Méditerranéen en particulier, ne devraient pas s’améliorer dans l’immédiat, et les frustrations devraient durer, voire s’exacerber. Le deuxième est l’impossibilité pour nombre de ces jeunes gens de traverser la Méditerranée pour tenter de

mieux gagner leur vie en Europe. La conjoncture européenne ne devrait, dans l’immédiat, pas inciter les gouvernements à permettre des flux d’immigrants plus nombreux, au contraire. Le troisième, qui a joué un rôle non négligeable, est l’augmentation des prix des denrées alimentaires. Cette augmentation est due à des récoltes insuffisantes découlant d’hivers trop rudes, d’intempéries après l’hiver en de nombreuses régions du globe. Au cours de l’année 2011, les prix de toutes les denrées alimentaires devraient continuer à augmenter, créant des situations propices à des émeutes de la faim bien au delà de la Tunisie. Un gouvernement tunisien quel qu’il soit n’aura aucune influence sur cette augmentation des prix et ne pourra inventer de solution magique. Si une fuite en avant enclenchée par des démagogues et des gens promettant que demain on rasera gratis ne s’enclenche pas, ce sera un moindre mal, mais j’avoue avoir des craintes : combien d’opposants au régime Ben Ali sont-ils adeptes de cette doctrine qui promet beaucoup aux pauvres, mais qui les multiplie très vite, le socialisme ? Des pillages ont eu lieu et ont encore lieu dans tout le pays qui vont, en outre, coûter très cher. Certains d’entre eux peuvent être attribués à la police, mais pas tous. Le désordre, par ailleurs, même s’il s’interrompait immédiatement, va nuire pendant des mois à un secteur crucial pour le pays, le tourisme. Des emplois risquent non pas de se créer, mais de disparaître. Je ne regrette aucunement la dictature, bien sûr. Je comprends la souffrance de millions de gens. Je ne doute pas que ces gens aspirent effectivement à être libres. Je ne doute pas que la dictature leur était devenue insupportable. Mais je crains, oui, qu’il n’y ait des lendemains qui déchantent. J’espère me tromper. Je me souviens encore de ces étudiants iraniens qui venaient me dire exaltés et souriants au moment de la chute du shah en Iran: à Téhéran, c’est 1789. Je leur répondais qu’ils devaient se souvenir qu’après 1789, il y avait eu 1793. C’est ce que je dirais à mes amis tunisiens, à qui je ne veux que du bien. Vous parlez de 1789 aujourd’hui ? N’oubliez pas qu’après 1789, il peut y avoir 1793. Regardez au delà de vos frontières l’état du monde et, tout spécialement, l’état du monde musulman.

Ce que je dirais à mes amis tunisiens vaut pour tous ceux qui observent la situation. J’ai trop vécu et trop étudié l’histoire pour céder à des élans d’enthousiasme irraisonnés et pour ne pas rappeler que, simplement, la réalité existe. Disons qu’en cet instant, je donne une chance sur dix à l’émergence d’une démocratie paisible, et neuf chances sur dix à une reprise en main par l’armée, ou à l’entrée dans une période chaotique avec possibilité d’influence islamique. Et puis, lorsque je vois des gens de toute la gauche française célébrer la chute du dictateur, je me dis que ces gens sont sans vergogne : Zine Ben Ali fait partie de l’Internationale socialiste. Et ils feraient aussi bien de manifester pour que tombent d’autres dictateurs autrement plus féroces et d’autres régimes autrement épouvantable, le régime algérien, par exemple. Ce qui a fait tomber Ben Ali, c’est, certes, la brutalité, l’absence de liberté de parole, la corruption, mais c’est aussi que la Tunisie, par rapport aux pays voisins, a été ces dernières années un pays où le niveau de vie s’élevait plus vite, où le nombre de jeunes gens éduqués était plus élevé, et où l’économie était en croissance. La population voudrait, sans aucun doute, une contrepartie politique à ces divers facteurs. Ce qui a fait tomber Ben Ali, aussi, c’est l’ouverture du pays au monde et une répression qui, bien qu’elle ait été sanglante, n’a pas été absolument féroce. Le régime des mollahs en Iran, celui du FLN en Algérie sont des régimes féroces. Je ne m’attends pas à voir brûler de sitôt les effigies d’Ahmadinejad, Khamenei ou Bouteflika en place publique à Paris. Ce qui a été lamentable, lâche et opportuniste en ces circonstances a été l’attitude des dirigeants français. Un homme d’Etat sait rappeler certaines choses. Un politicien retourne sa veste en n’oubliant pas de veiller à ce que le portefeuille reste à l’intérieur. Il y a beaucoup de politiciens en France. Quand on l’accusait d’être une girouette Edgar Faure disait que ce n’est pas la girouette qui tourne, mais le vent. Le vent a tourné au-dessus de l’Elysée. Guy Millière

Edition du 24 Janvier 2011

11

Les nouveaux sous-marins israéliens en route vers Haïfa

Après plusieurs mois de préparation, la marine israélienne est prête à recevoir ses nouveaux sous-marin. Au cours des deux derniers cycles de l’enrôlement pour le corps des sous-marins de israéliens, l’armée a vu une augmentation de 30% de soldats formés pour les postes à pourvoir. La sous-marin ont quitté l’Allemagne (là ou ils ont été fabriqués) vendredi.Par:Jonathan-Simon Sellem Les responsables de la Navy expliquent que l’arrivée des sous-marins augmentera considérablement la puissance israélienne. Afin d’avoir assez de soldats pour exploiter avec succès les nouveaux navires, des centaines de combattants sont en cours de spécialisation. Certain soldats ont terinés leurs cours il y a 2 semaines. «Nous sommes à l’apogée d’un processus et nous nous dirigeons lentement vers la formation des équipages. Chacun est prêt à prendre position “, explique le commandant de la base navale de formation, le colonel Ronen Nimni. “

En outre, nous avons veillé à augmenter le nombre de commandants afin de maintenir un enseignement plus personnalisé pour les soldats. ” Jusqu’à aujourd’hui, les sous-mariniers apprenaient leur métier avec les commandants de navette même si les missions sont largement différentes. Selon un article paru dans World Politics Review, ces sous-marins “pourraient être chargés de têtes nucléaires et de missiles de croisière d’un type non identifié.” “ Les missiles, qui font partie de l’arsenal israéliens peuvent frapper dans les 800 miles. Ainsi, pour frapper l’Iran, il faudra traverser le Canal de Suez puis l’océan Indien. Les analystes estiment que ce ne devrait être qu’une formalité dans les pays arabes ont peur des iraniens. En cas de guerre face à l’Iran, ces Dolphins israéliens pourraient appliquer un blocus de l’Iran, directement dans le golfe d’Oman. Par:Jonathan-Simon Sellem

Après Israël, c’est à l’Allemagne que la Turquie s’attaque

ajouté “ne pas comprendre pourquoi, quand Chypre signe des accords avec le Liban, Israël et l’Egypte sur ses frontières maritime, la Turquie ne reconnait pas ses accords.”

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exigé des excuses de la chancelière allemande Angela Merkel, après que cette ait dernière ait critiqué le régime d’Ankara sur la question chypriote. «Heureusement que la chancelière de l’Allemagne n’exerce pas sa politique populiste à Chypre. Ces déclarations ne donnent pas l’impression que cette dirigeante à une vision correcte de l’avenir. Madame Merkel devrait réviser ses connaissances de l’histoire et présenter des excuses à la Turquie toute entière” a déclaré, sans honte, l’islamiste Erdogan. Erdogan et Hariri, le 14 janvier 2011 Cette attaque violente, anti-européenne et anti-allemande, vient après que Merkel ait décrit, à juste titre, l’occupation turque du nord de l’ile de Chypre comme une “invasion”. Elle a ensuite critiqué les islamistes au pouvoir en Turquie pour ne pas vouloir arranger la situation. Elle a ensuite

Visiblement des déclarations allemandes qui ont fait mal puique Erdogan a été encore plus loin: “Merkel a montré a quel point elle ne connait rien sur le conflit chypriote. Elle ne connait rien à cette histoire.” Pas très diplomate l’Erdogan! Le tout avant d’ajouter “Merkel n’a jamais prit part aux négociations à Chypre. Son prédecesseur, G. Shroder, lui avait ce courrage. Elle devrait prendre exemple.” Erdogan ne précise pas qu’il est l’un des meilleurs amis de Shröder. Surtout depuis que l’ancier chef du gouvernement allemand est l’un de plus gros lobbyiste du nucléaire iranien en Europe. Il est d’ailleurs l’initiateur de plusieurs projets pétroliers au pays des ayatollahs). “La Turquie n’est pas responsable de la situation à Chypre. Nous ne sommes pas coupable même si l’Union Européenne nous accuse toujours. Mais écoutez moi bien: jamais nous ne donnerons un seul centimètre carré de ce territoire!” Erdogan, l’ami des pacifistes ! par:Jonathan-Simon Sellem


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

12

Le procès Zemmour ouvre celui contre La foi inébranlable de l’idéologie antiraciste Charles Enderlin Ce sont eux qui devraient être assignés pour abus de droit, abus de confiance, tromperie sur les valeurs qu’ils défendent. Ces trois jours de comparution, pour répondre d’une sorte de délit de blasphème que voudraient édicter des associations auto-désignées, sont la goutte d’eau.

Je fais confiance au talent de mon confrère pour tenter de renverser son procès et en faire celui de l’idéologie antiraciste, noyau dur du politiquement correct. Car c’est bien ce dossier-là qui doit être instruit, en regard de ses méthodes liberticides et de ses résultats désastreux pour le vivre ensemble. Zemmour a d’ailleurs ouvert le feu, dès lundi, en s’adressant aux plaignants: «La réalité n’existe pas pour ces messieurs. Il faut qu’elle rentre dans les cadres idéologiques qu’ils ont crées il y a trente ans (...) Si on en sort, on est traité au mieux de provocateur, au pire de nazi». C’est un procès cul par-dessus tête qui s’est ouvert lundi et pour deux jours encore (jeudi et vendredi) contre Eric Zemmour, devant la 17 e chambre correctionnelle de Paris. Mon confrère y est poursuivi par cinq organisations antiracistes (SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l’UEJF, J’Accuse) pour des propos tenus lors d’une émission de télévision: «La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait». Sur ce point, toutes les observations et les données statistiques lui donnent raison. Ses accusateurs en racisme lui reprochent néanmoins d’avoir dési-

gné les auteurs en mentionnant des origines. Mais eux-mêmes ne cessent d’en appeler aux différences ethniques et culturelles des minorités pour obtenir le respect des différences, des diversités. Il y a donc une malhonnêteté intellectuelle dans l’argument de ces censeurs qui cherchent à taire des réalités. Leur démarche est d’autant plus choquante qu’elle s’en prend à un journaliste dont la vocation est de relater des faits, y compris les plus brutaux. En fait, la liberté d’expression est contestée par une poignée d’idéologues qui règnent par l’intimidation.

Dans une lettre au tribunal, Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de l’Intérieur, a apporté un premier renfort de poids en confirmant qu’une majorité des infractions constatées «étaient imputables à des jeunes dont le patronyme est de consonance africaine ou maghrébine» et en soulevant l’ambiguïté de l’ «antiracisme médiatique dont l’effet peut être (...) d’installer la notion de race au cœur du débat public et de contribuer ainsi paradoxalement à dissoudre l’identité républicaine de la France». Reste à espérer que les médias se réveillent... Ivan Rioufol

14 janvier 2011 : Jean Marie Le Pen et Ben Ali victimes de nettoyage ethnique

Hier, les deux hommes étaient encore Présidents, aujourd’hui ils ne sont plus rien. Ils avaient beaucoup en commun : ils dirigeaient d’une main de fer, avaient un amour de l’ordre et de la discipline inspiré de dictature socialo-totalitaires, une soif de pouvoir insatiable, qu’ils partageaient avec leur famille. Tous les deux avaient des amis en

vue dans le monde arabe, et une attirance très modérée pour tout ce qui est religion. Leur milice savait comment traiter les journalistes, Michael Szames et Taoufik Ben Brik vous en parlerons. L’un comme l’autre étaient détestés par la grande majorité de la population. L’un deux, dans sa jeunesse, avait

été parachutiste. Autrement dit, il était un polluant de l’air. Déchus, en fuite, on a retrouvé la trace des deux dictateurs. Le premier se trouve en Arabie Saoudite, tandis que l’autre aurait été vu en Iran. Dans les rues de Tours, hier soir, des milliers de manifestants hurlaient « c’est la fin de la tyrannie » sans que l’on puisse savoir s’il mentionnaient Le Pen ou Ben Ali. La confusion était totale. D’autres manifestants criaient « les idées extrémistes, on n’en veut pas » sans que là non plus on ne puisse savoir à qui ils faisaient allusion. Samedi 15 janvier 2011, les postes laissés vacants ont été pourvus, et deux nouveaux Présidents ont été nommés. Hélas, d’après des personnes proches des dossiers, il semble que le changement tant attendu ne soit, dans un cas comme dans l’autre, qu’un changement de façade. Les mêmes partis, le même appareil, les mêmes collaborateurs, sont en place. Les nouveaux venus devront d’ailleurs faire leurs preuves dans un contexte de chômage élevé, de vie chère, de danger islamiste et de mécontentement généralisé, là ou leurs prédécesseurs n’ont pas été capable de convaincre. Fin du communiqué. Pour rappel, après 23 ans de règne, Ben Ali n’était plus, hier, président de Tunisie, et Jean Marie Le Pen, après 38 ans de règne, n’était plus, hier, président du Front National. Par:Jean-Patrick Grumberg

On ne présente plus le journaliste Charles Enderlin. Chacun sait qu’il est l’envoyé permanent à Jérusalem de France 2 depuis une vingtaine d’années et qu’il est considéré par ses pairs, mais pas seulement, comme un « grand professionnel » du conflit proche-oriental. Ce qui explique les nombreuses invitations et les longs temps d’antennes que la profession lui accorde dès lors qu’il publie un livre ou que ses ‘’lumières’’ sont réclamées. Un milieu prêt également à pétitionner à tout va en sa faveur dès lors qu’un ‘’malappris’’ ose douter de la véracité de son image ! Et pourtant, à lire de près ses écrits -notamment ceux disponibles sur son blog- il est difficile aux quelques lecteurs appréciant différemment et clairement le conflit de ne pas bénéficier automatiquement de cette qualification. Dans un article intitulé « 2011 L’année du Proche-Orient ? » (1), l’auteur cherche le fautif quant à la situation actuelle du conflit. Situation bloquée, nous apprend-il, par la responsabilité du ministre israélien de la défense, Ehud Barak, et selon l’affirmation de deux représentants du Conseil national de sécurité à la Maison blanche : « Le président Obama a écouté Barak comme un étudiant face à son professeur et lui a fait confiance. Mais il n’a tenu aucune de ses promesses au sujet du processus de paix et du gel de la construction [dans les colonies] ». Un ministre cependant conscient de la réalité et répétant à son entourage : «Cessez de me casser les pieds avec cette histoire de négociations… Il n’y aura pas d’état palestinien ! Ils veulent reprendre Haïfa et Jaffa ! ». Pas moins ! Cependant, selon l’analyse du ‘’professionnel’’ de France 2, « la responsabilité de l’impasse totale dans laquelle se trouve le processus de paix incombe entièrement aux voltes faces de Barack Obama ». Et de rappeler, que « le 4 juin 2009 dans son discours du Caire, il a appelé à l’arrêt total de la colonisation israélienne. Trois mois plus tard il ne parlait plus que de la « freiner ». Il y eu ensuite toutes les promesses non tenues envers les Palestiniens à l’issue des dix mois de négociations indirectes ». S’il est risible de voir un des belligérants imposer des pré-conditions pour débuter un cycle de négociations de paix, on ne peut douter à ce stade de la réflexion que pour Charles Enderlin le conflit se résume à n’être qu’un confit contre « l’impérialisme » israélien faute d’une citation explicite d’autres raisons. De ce fait, il excuse quelque peu l’administration US. « Le président des Etats-Unis est impuissant face à la politique de développement des colonies israéliennes. Benjamin Netanyahu s’est même permis de répondre par une fin de non recevoir à l’appel au gel de la construction lancé par Obama le 30 septembre dernier depuis la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies. Et le Congrès - plus pro-israélien que jamais - ne poussera pas à des pressions sur le gouvernement de droite en Israël ». Démonstration faite au final

par l’auteur, que seul l’état d’Israël est responsable du blocage actuel ! Une culpabilité que l’on retrouve dans toutes les ‘’analyses’’ de ce ‘’grand professionnel de l’information’’ et distillée à chaque occasion sans restrictions. Un raisonnement qui oublie trop souvent la prise en compte des refus ‘’palestiniens’’. Réfutation des exigences israéliennes, quel que soit le gouvernement en place, telle la reconnaissance explicite d’Israël comme nation du peuple juif par l’ensemble du monde musulman et principalement par l’Autorité palestinienne si prompt à envisager dans l’avenir immédiat toute une panoplie d’actions lui permettant d’avancer dans sa stratégie de reconnaissance internationale d’un état, sauf celle de céder aux concessions nécessaires à la paix. Une attitude qui ne gène apparemment point Charles Enderlin pour faire ses papiers. Pour lui, la résolution du conflit ne tient qu’à la bonne volonté israélienne. C’est ainsi, qu’il n’a jamais condamné ni fait un éditorial, par exemple, sur l’exigence incroyable d’un futur état de ‘’Palestine’’ judenrein. Nettoyée de toute présence juive, rappelant en cela de tristes souvenirs, malgré que cette terre fut la terre ancestrale. Une exigence de ‘’pureté’’ affichée clairement par Mahmoud Abbas et ne pouvant être ignorée par celui qui se prétend « spécialiste » du sujet. En revanche, l’idée d’une réciproque évoquée par Avigdor Libermann lors des précédentes élections en 2009 n’a pas, on l’imagine aisément, obtenu son suffrage ! Son texte se termine par la menace ‘’palestinienne’’ d’un chaos si les actions entreprises d’ici septembre prochain s’avéreraient stériles. A savoir, la dissolution de l’Autorité autonome et l’obligation faite à Israël de prendre en charge totalement les territoires. Abbas aurait, paraît-il, «déjà nommé la délégation qui devrait aller à la Présidence du conseil à Jérusalem annoncer la nouvelle à Benjamin Netanyahu» (sic). N’est-ce pas là déjà la preuve que tout vaux mieux pour les ‘’palestiniens’’ dits ‘’modérés’’ que de reconnaître le droit du peuple juif à s’autodéterminer sur une partie de la terre des ancêtres ? N’est-ce pas là également la position du Hamas, groupe terroriste reconnu comme tel par les instances internationales, dont le projet n’est autre qu’une ‘’Palestine’’ de la mer au Jourdain ? Des interrogations qui n’interpellent nullement Charles Enderlin. Un questionnement judicieux qui gène, semble t-il, l’idéologie qui estampille la réflexion de notre ‘’grand reporter’’. Un journaliste devenu l’emblème de la profession par les œillères qu’il porte et qui n’a plus comme priorité le respect de la déontologie mais celle d’une conviction dont le substrat est l’accusation systématique d’Israël. Quoi que fasse ce pays ! Victor PEREZ ©


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

Marine Le Pen succède à son père à la tête du FN Patron du groupe FN au conseil régional de Rhône-Alpes, Bruno Gollnisch incarne une branche plus traditionnelle du parti, proche des catholiques traditionnalistes. Il se pose en défenseur des «valeurs familiales» affirmant qu’»avorter c’est tuer». «Moi, j’ai une stratégie en plusieurs étapes de réconciliation de la famille nationale, d’élargissement sur notre droite à ses conservateurs attachés à des valeurs traditionnelles qui votaient de Villiers, Boutin, Dupont-Aignan, Pasqua et également sur la mouvance de gauche patriotique», détaille-t-il régulièrement.

Dernier jour du Congrès de Tours dimanche qui voit Marine Le Pen succéder à son père à la tête du Front National Selon la direction du parti d’extrême-droite, elle a remporté 67,55% des suffrages des militants du FN sur son rival Bruno Gollnisch (32,25%). Après 40 ans de règne, Jean-Marie Le Pen passe le flambeau à sa fille, 42 ans, qui a proposé à Bruno Gollnisch un poste de «premier vice-président» pour préserver l’unité du FN à 15 mois de la présidentielle. Disant ne pas avoir besoin d’un «lot de consolation» ni «de titre ronflant», ce dernier est resté vague sur son avenir dans l’organigramme du parti, alors que Marine Le Pen lui a proposé de devenir N°2 du Front national. Il a toutefois félicité la nouvelle présidente, candidate «légitime» selon lui à la présidentielle de 2012, et a déclaré vouloir continuer «naturellement à servir la cause que j’ai toujours servie (...) dans la formation (...) la plus apte, le FN». Vice-présidente du parti et députée européenne, la chef du file du mouvement dans le Nord-Pas-de-Calais faisait figure de grande favorite pour ce scrutin après plusieurs mois de campagne interne dans toute la France. Elle avait reçu un soutien appuyé de son père, âgé de 82 ans, qui présidait le mouvement depuis sa création en 1972, et de l’appareil frontiste. Une forte majorité de cadres et d’élus avaient également pris fait et cause pour elle. Une page se tourne dans le mouvement d’extrême droite. Son fondateur, JeanMarie Le Pen, quitte la présidence du parti qu’il dirige depuis 1972. Second événement de taille, 17.127 adhérents ont voté par courrier sur les 22.403 inscrits pour désigner son successeur (soit un taux de participation de 76,45%), une procédure inédite pour un parti habitué à reconduire son chef par «acclamation». Le dépouillement des bulletins, sous contrôle d’huissier et dans un lieu tenu secret, a eu lieu vendredi. La proclamation officielle a été fixée à dimanche matin, au second jour du congrès, quelques heures avant une intervention de Marine Le Pen au JT de 13 heures de TF1.

Marine le Pen soutenue par son père Durant toute la campagne, Marine Le Pen a fait la course en tête. Députée européenne, conseillère municipale (à Hénin) et régionale (région Nord-Pas-de-Calais), la benjamine des

trois filles de Jean-Marie Le Pen ne manque pas d’atouts. Outre le soutien de son père et de l’appareil du parti, l’actuelle vice-présidente du FN jouit d’une notoriété bien supérieure à son rival et a su parfaitement mettre à profit sa fonction de porte-parole du parti. Eloquente, pugnace et parfaitement rompue aux codes médiatiques, Marine Le Pen veut donner du FN une image plus présentable, une opération séduction qui vise à la fois les déçus de la majorité, élus comme électeurs, et les militants du FN. Car s’ils ne votent pas forcément pour leur candidat préféré sur le plan idéologique, les adhérents veulent désigner un leader capable de récolter les 500 signatures requises pour la compétition élyséenne et de mener une campagne efficace via les médias et les sondages. Or beaucoup ont en tête l’absence de leur leader à l’élection présidentielle de 1981, faute de parrainage suffisants. Ferme sur les thèmes classiques et chers au Front national, la sécurité, l’immigration, la préférence nationale, Marine le Pen donne le sentiment d’être moins extrémiste que son père. Ses références sont moins datées. «J’ai toujours pensé qu’il était nécessaire d’éviter de nourrir la suspicion qui pèse sur le FN, notamment celle de l’antisémitisme», explique-t-elle souvent. Elle s’en prend moins aux immigrés et davantage à l’islam en «jouant» davantage sur la corde du rejet de l’autre, façon anti-islam, que sur le levier de la xénophobie. En clair, elle est pour les musulmans mais contre l’islam, une habileté conceptuelle et langagière censée séduire les plus «laïcards» et qui trouve une oreille attentive du côté de la droite traditionnelle (voir sondage). Si on ajoute à cela qu’elle apparaît plus en phase que son père sur les questions de société et se positionne davantage sur le terrain économique et social en délaissant la tendance libérale du parti et fustigeant les effets néfastes du «mondialisme» et du «libre-échange déloyal», on mesure le capital de la fille de son père. Gollnisch, l’outsider soutenu par la presse militante A 60 ans, Bruno Gollnisch a fait figure d’éternel dauphin de Jean-Marie Le Pen. Moins exposé médiatiquement et soutenu par l’appareil «frontiste», cet universitaire multidiplômé a sillonné la France durant quatre mois et animé près de 80 réunions publiques, faisant fi des sondages le donnant pourtant largement battu.

Elu au Parlement européen en 1989, celui qui a gravi tous les échelons au sein du parti jusqu’au poste de secrétaire général en 1995 joue sur sa légitimité. Il a reçu le soutien de plusieurs figures du parti. Roger Haleindre, premier Vice-Président du Front national et président du Cercle national des combattants, s’est notamment déclaré en sa faveur. En novembre 2007, au congrès de Bordeaux, lors de l’élection des membres du comité central du FN par les adhérents, Bruno Gollnisch était ainsi arrivé en tête, devant Marine le Pen. Il a pu aussi compter sur la presse militante proche du FN. L’hebdomadaire Minute a critiqué, parfois violemment, la campagne menée par Marine Le Pen affirmant que ses partisans préparaient une Saint-Barthélémy de leur adversaires. L’hebdomadaire Rivarol, de son côté, a accusé la direction du parti de bloquer les réadhésions de partisans de Gollnisch. Des mises en cause qui ont aussitôt suscité l’ire du chef qui a refusé d’accréditer les deux journaux pour le Congrès de ce week-end. «Il y a volonté de nuire, comme l’ont démontré Minute et Rivarol au cours de leurs derniers numéros... Leur hostilité n’est pas légitime», a fait savoir Jean-Marie Le Pen qui a par ailleurs attaqué en diffamation le journal Rivarol. Autant d’incidents qui ne devraient pas porter à conséquence. Car Bruno Gollnisch a déjà annoncé qu’il resterait fidèle à son parti en cas de défaite face à Marine Le Pen, qui veut lui proposer la fonction de vice-président avant de s’investir totalement dans la campagne présidentielle avec un objectif annoncé : faire aussi bien que son père en 2002 et se qualifier pour le second tour. Selon un sondage CSA pour Marianne publié vendredi et réalisé les 7 et 8 janvier, Marine Le Pen arriverait en 3e position si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche, derrière Nicolas Sarkozy et le candidat socialiste, mais loin devant tous les autres candidats. Elle est créditée de 18% d’intentions de vote, si le candidat PS était Dominique Strauss-Kahn, et de 17% dans l’hypothèse d’une candidature de Martine Aubry. Cette même étude indique par ailleurs qu’elle dispose d’un électorat supérieur à celui de son père, 20% des Français étant susceptibles de voter pour elle, contre 13% au président sortant du Front national. Ses adversaires sont donc prévenus...

14


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

16

Tou Bichvat : les Israéliens consomment des fruits secs L’enlèvement manqué d’Adolf Eichmann en provenance de Turquie, Syrie et d’Iran possèderas des Oliviers sur tout ton territoire» (Deut. 28.40) «Baroukh ata Adonaï élohenou melekh aolam boré péri ha’etz» 3) LA DATTE (ou un fruit de l’arbre NOUVEAU) : «L’homme royal fleurit comme le dattier !» (psaume 92 13) «Baroukh ata Adonaï élohenou melekh aolam shéhékhiyanou ve kiyemanou vé higuiyanou lazeman hazé»

Lors de la fête de Tou Bichvat (le nouvel an des arbres), qui sera célébrée cette semaine, les Juifs consomment traditionnellement des fruits secs. Sur la table de l’Israélien moyen, cette année, il y aura le choix : des fruits secs turcs, syriens et iraniens. Les fruits cueillis en Syrie et en Iran sont expédiés vers Israël à partir de la Turquie. Pourtant, selon un sondage, 72% des Israéliens préfèrent des fruits secs israéliens et 83% des sondés estiment qu’il n’aurait pas fallu importer de Turquie ces marchandises. La fête de Tou Bichvat symbolise le Nouvel An des Arbres et à cette occasion, nous célébrons un seder composé de biscuits à base de blé ou d’orge, de fruits venant de l’arbre (l’olive) et de la terrre (la datte) , de vin blanc et de vin rouge (le raisin).

Bien que l’arbre vienne de la terre, la bénediction des fruis de l’arbre (ha’etz) est différente de celle de la terre(ha’adama). Il est de coutume des consommer des fruits de toutes sortes en ne faisant qu’une fois chaque bénédiction. Déroulement du seder de Tou Bichvat : (provenance des citations : seder du KKL) «Une fête pour chanter l’éloge d’Eretz Israël : un pays qui produit le froment et l’orge, le raisin, la figue et la grenade, l’olive huileuse et le miel». (Deutéronome 8.8) 1) Le BLE et L’ORGE : (une patisserie ou un biscuit) «Baroukh ata Adonaï élohenou melekh aolam boré miné mezonot» 2) L’OLIVE (fruit de l’arbre) : «Tu

4) LE RAISIN : Une prière sur 4 coupes de vin... 1ère coupe : Vin blanc ou jus de raisin blanc : «Baroukh ata Adonaï élohenou melekh aolam boré péri ha guefen» La figue : «Chaque homme sous sa vigne et son figuier» (1e Rois v.5) La grenade : «Levonsnous tôt et rendons-nous aux vignes; voyons si les grenades sont en fleurs» (Cantique des Cantiques VII, 13) Le cédrat : « Le fruit de l’arbre à cédrat» La pomme : «Parmi les arbres de la forêt, comme un pommier..» (Cantique des Cantiques I,3). La noix : «Je descendis dans le bosquet de noyers» (Cantique VIII, 11) L’amande : «La floraison de l’amandier annonce le nouvel an des arbres» (Poésie) Le caroube : «Cet arbre de Galilée qui pousse à l’ombre des tombes» (Talmud) La poire : « Les fruits du Renouveau d’Eretz Israël» 2ème coupe : Du vin blanc mélangé avec peu de vin rouge 3ème coupe : Moitié de vin blanc, moitié de vin rouge 4ème coupe : Que du vin rouge.

Un projet de construction à Guilo attend d’être approuvé

Une unité commando israélienne a tenté d’arrêter Adolf Eichmann en 1949, soit onze ans avant la date de sa capture en Argentine, où il s’était réfugié après la Seconde Guerre mondiale. C’est ce que révélait un article du magazine allemand Der Spiegel, publié samedi sur son site Internet. Eichmann a été arrêté en 1960 par des agents secrets israéliens. Réfugié en Argentine sous une fausse identité, il avait été l’un des principaux architectes de la «Solution finale» nazie, et notamment de l’emploi de chambres à gaz pour assassiner les Juifs d’Europe Un coup presque parfait Après examen de nouveaux dossiers rendus publics par les archives fédérales d’Allemagne, Der Spiegel a découvert qu’une unité commando israélienne avait été mobilisée pour enlever Eichmann à Salzbourg (Autriche). A l’époque, des rumeurs circulaient sur une éventuelle visite de l’ancien SS à son épouse à Bas Aussee, également en Autriche, ce qui avait alors poussé les services secrets israéliens à organiser une mission d’enlèvement. Toujours selon les archives allemandes, le consulat israélien à Vienne avait alors fourni la somme de 50 000 schillings à un agent affilié aux forces de sécurité autrichiennes pour mener l’opération. De son côté, le gouvernement israélien aurait proposé de payer un million de schillings pour la capture d’Eichmann. L’opération a toutefois due être

abandonnée au dernier moment parce qu’Eichmann est finalement resté en Allemagne, plutôt que de se rendre en Autriche. L’étonnante carrière de Reinhard Gehlen Les dossiers en question proviendraient de l’organisation Gehlen - première version de l’agence allemande de renseignements étrangers, le BND. L’organisation avait alors été baptisée du nom de son directeur, Reinhard Gehlen, ancien nazi qui, pendant la guerre, collectait des informations sur le front Est. Il a, par ailleurs, dirigé l’agence allemande de renseignements jusqu’en 1968. Il est mort en 1979. En dépit du passé significatif de Reinhard Gehlen, les Etats-Unis ne s’étaient pas opposés à ce qu’il serve sous le gouvernement du chancelier allemand Konrad Adenauer. Enfin, selon un autre article de presse, publié cette fois-ci dans Bild, le BND savait où se trouvait Adolf Eichmann en 1952, mais refusait de divulguer des informations à son sujet. L’agence allemande aurait toutefois informé la CIA que l’ancien SS s’était réfugié en Argentine en 1958. Information que les renseignements américains n’ont pas partagée avec Israël. En Argentine, Eichmann vivait sous le nom de Ricardo Klement. Une fois capturé, il a été raccompagné et jugé en Israël, où il a été pendu en 1962. Par BENJAMIN WEINTHAL

Nouveau plan de construction en discussion Un plan pour construire 1 400 logements dans le quartier de Guilo à Jérusalem sera présenté à la planification et au comité de construction de la ville la semaine prochaine a-t-on appris dimanche. Si il est approuvé, le plan de construction sera présenté à un comité régional pour approbation. Meir Margalit (Meretz, extrême gauche), membre du conseil municipal, a déclaré que le projet de construction sur des « terres saisies par Israël en 1967 » constitue une « confirmation de la mort du processus de paix. »

l’hôtel Shepherd, et maintenant ceci. Il semble que quelqu’un dans le gouvernement pense que (le président américain Barack) Obama est faible, et qu’il est maintenant temps de promouvoir de tels plans provocateurs, » a-t-il dit.

« L’attitude d’Israël en ce début 2011 est inquiétante. Nous avons commencé l’année de manière agressive avec des démolitions de maisons (construites illégalement), l’affaire de

« Le ville de Jérusalem continue de faire avancer des projets de logements pour les arabes et pour les juifs. De nouvelles constructions sont vitales pour le développement de la ville

« J’espère que cela va réveiller les américains, » a déclaré cet homme qui est pourtant un « représentant » du peuple israélien. La municipalité de Jérusalem a déclaré que le plan de logement est financé par des entrepreneurs privés, et est promu par l’autorité de développement de Jérusalem.

et pour donner aux jeunes et aux étudiants la possibilité de louer ou d’acheter des appartements, » selon la municipalité. Il y a un an, le comité régional de planification et de construction a approuvé une motion visant à élargir Guilo et le sud de Jérusalem, et d’y construire 900 nouveaux logements. Le projet de construction a été très critiqué à Washington et par les organisations d’extrême gauche. Guilo a été construit sur des terres qui ont été récupérées durant la guerre des Six Jours, des terres annexées plus tard à Jérusalem. Le quartier a été fréquemment la cible des tireurs palestiniens durant la seconde intifada.

Un plan de constructions de 1 400 logements à Jérusalem sera examiné la semaine prochaine par la municipalité. Le projet qui se situe dans le quartier de Guilo, au-delà de la Ligne verte soulève à nouveau la colère des partisans d’extrême gauche du mouvement «La paix maintenant». Selon le secrétaire général de l’association, Yariv Oppenheimer, le projet est encore plus vaste que ceux de Ramat Schlomo et Har Homa qui avaient suscité d’importantes tensions diplomatiques avec les EtatsUnis l’année dernière. Par JPOST. FR Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir Nous sommes très inquiets, en particulier par les éventuelles réactions internationales à l’encontre d’Israël», a-t-il déclaré. Pour Méir Margalit (Meretz),

le plan en question est «plus grave et plus dangereux que tous les précédents». Et le député de parler le «la mort du processus de paix». Les fonctionnaires de l’Hôtel de ville de la capitale ont souligné, dimanche, que le projet a été proposé par des entrepreneurs privés, et validé, par la suite, par l’Autorité de Jérusalem. «La mairie continue de relancer le logement pour les Arabes et les Juifs», ont-ils indiqué. « Les nouvelles constructions sont essentielles pour le développement de la ville, et indépendamment de cela, le comité local s’est engagé à étudier tous les plans qui lui sont soumis, conformément à la loi.»


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

Les projets cachés d’Ehoud Barak

L’ONU refuse de fixer la frontière maritime israélo-libanaise Il a suffi qu’Israël découvre l’un des plus importants gisements de gaz – et peut-être de pétrole – au monde depuis des décennies, pour que ses pays voisins, qui ignoraient son existence, se mettent soudain à en revendiquer la propriété! On n’arrête pas l’insolence et le ridicule. La lutte entamée par le Liban pour la possession de ce trésor inestimable est montée d’un cran mercredi, après que le porte-parole de l’ONU, Martin Nesirky, ait officiellement et catégoriquement repoussé la requête libanaise d’une intervention de l’ONU pour fixer la frontière des eaux territoriales entre les deux pays.

Ancien chef d’état-major, Premier ministre de mai 1999 à février 2001, président du Parti Travailliste jusqu’à ce lundi 17 janvier au matin et actuel ministre de la Défense, Ehoud Barak entend créer sa propre faction (Aatzmaout). Fustigé par la critique, aidé par Benyamin Netanyahou, appartenant à un groupe politique décrédibiliser, M. Barak avait bien des raisons d’agir ainsi. Le Parti Travailliste, principal parti de gauche, participe (participait ?) à la coalition gouvernementale menée par le Premier ministre Benyamin Netanyahou depuis février 2009. C’est précisément ce choix de soutenir le gouvernement qualifié du «plus à droite de l’histoire d’Israël» que n’ont jamais digéré certains travaillistes et qui ont tout fait au cours deux dernières années pour forcer Ehoud Barak à la démission. Se réclamer de gauche tout en appartenant à un gouvernement de droite leur semblait contraire à leur idéologie. À la tête du parti depuis 2007, M. Barak a frustré ses sympathisants, mais également le président Obama. Le chef du parti travailliste aurait en effet aurait menti au président américain sur l’influence dont il disposait sur les décideurs politiques quant à l’avancement du processus de paix. En tant que travailliste, le ministre de la Défense souhaitait, comme les Américains l’avaient demandé, un troisième moratoire sur les constructions juives en Judée-Samarie. En dépit de son appartenance au gouvernement et de sa position de chef du principal parti de gauche du pays, M.

Barak n’avait pas réussi à empêcher la reprise des constructions. En réaction aux sentiments de M. Obama, le Premier ministre israélien a ainsi participé au départ du dirigeant du parti travailliste. Mis au courant de ses volontés de quitter le parti, les collaborateurs du chef du gouvernement auraient aidé M. Barak à mettre son plan en action. L’interruption du processus de paix a engendré la colère et la déception de nombre de sympathisants du Parti Travailliste, discréditant ses ministres. Lassé d’être la cible de toutes les critiques M. Barak a donc choisi de quitter son parti mais pas la coalition. Avec la collaboration de quatre députés de la Knesset, le ministre de la Défense entend créer une nouvelle formation. Les conséquences qu’auront cet acte sur le gouvernement ne sont pas encore claires. Pour Dan Borowitz, porte-parole du Parti Travailliste, le retrait de M. Barak était la meilleure chose à faire. «Son poste était devenu absolument insupportable, le quitter était ce qu’il avait de mieux à faire, même si c’est malheureux». Suite au départ de M. Barak du Parti Travailliste, trois piliers travailliste du gouvernement ont démissionné. MM. Ben-Eliezer, Herzog et Braverman ont ainsi mis fin à leurs activités lundi 24 Janvier 2011. Contacté par Guysen, M. Borowitz a expliqué que ces départs allaient «renforcer le gouvernement actuel. Il ne sera plus sous le poids de la menace que représentaient les travaillistes qui n’avaient de cesse de menacer de quitter la coalition.

À partir de maintenant le gouvernement de M. Netanyahou pourra faire avancer le processus de paix et la coalition. Ceux qui la soutiennent seront peut-être moins nombreux mais ils seront plus forts, plus soudés». Abordé sous cet angle, le soutien apporté par le Premier ministre à M. Barak pour qu’il quitte son parti peut être compris. Cependant si ce départ est favorable à la coalition, il aura certainement des conséquences moins positives sur le Parti Travailliste. D’une part il est fort probable que certains travaillistes suivent M. Barak dans sa nouvelle formation, l’affaiblissant numériquement. D’autre part le Parti Travailliste n’a aucun véritable candidat au poste laissé vacant par le ministre de la Défense, comme l’a souligné M. Borowitz. En effet M. Ben Eliezer, premier sur la liste des successeurs, a démenti vouloir prendre la tête du parti. Ce renoncement à la tête du Parti Travailliste laisse également transparaître la volonté du ministre de «doubler» ce dernier en ouvrant une nouvelle voie à la politique. Frustré de ses échecs à la tête de la formation, il pourrait bien vouloir prendre sa revanche dessus en obtenant plus d’élus et de visibilité que son ancienne famille politique. Mais au-delà de cette compétition interne à la gauche, c’est à Kadima que le tout nouveau parti «Aatzmaout « pourrait faire de l’ombre. En effet, en se positionnant également au centre de l’échiquier politique, le parti de Tsipi Livni risque bien de perdre sa spécifié. Par Roxane Tran-Van

17

Parallèlement, à Beyrouth, on est fortement en colère après que des hauts-fonctionnaires chypriotes aient annoncé que la compagnie « Noble Energy », associée aux recherches sur le champ gazifère « Leviathan », débutera bientôt ses forages. La Turquie, la Syrie et le Liban ne cachent pas leur opposition à la nouvelle politique énergétique menée en collaboration entre Israël et Chypre, et accusent la Grèce, nouvel allié d’Israël, d’être derrière ces nouveaux développements… » pour les aider à voler les matières premières énergétiques appartenant à ces trois pays »!!! Il semble que l’on assiste à peine au début d’une lutte sans pitié qui va se dérouler à propos des gisements de gaz et de pétrole dans l’Est de la Méditerranée, tant les enjeux économiques et géopolitiques sont importants. Avec d’un côté Israël, la Grèce et Chypre, et de l’autre, la Turquie, l’Egypte, la Syrie, le Liban, la République turque de Chypre et l’Autorité Palestinienne – qui se sent évidemment de la partie dès qu’il s’agit de contrer Israël. Le ministre libanais des Affaires Etrangères, Al Shami, s’était adressé mardi à Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU, afin « qu’il envoie des unités de la FINUL stationnées au sud-Liban pour faire stopper les opérations de forages d’entreprises israéliennes…dans les eaux territoriales libanaises »!! Dans sa lettre, Shami définissait le secteur comme se trouvant « dans les eaux territoriales qui sont à la limite du Liban et de la Palestine du nord » (sic). Mais avec une rapidité inhabituelle, Ban Ki-Moon a fait savoir « que le mandat de la FINUL selon la

résolution 1701 lui confère la responsabilité des côtes libanaises mais pas de la fixation des frontières maritimes avec ses voisins ».

Fin de non-recevoir. Chypre a également réagi à la demande libanaise, en déclarant « qu’elle poursuivrait elleaussi ses recherches de gaz et pétrole dans ces zones », et en rappelant « que la Compagnie ‘Noble Energy’ avait obtenu l’autorisation de Nicosie pour forer dans les eaux territoriales chypriotes qui touchent celle d’Israël et où se trouve le site ‘Leviathan’ ». Ces forages devraient s’effectuer entre octobre 2011 et 2013. Ceci indique qu’une coopération stratégique est en train de se dessiner entre Jérusalem et Nicosie, avec la bénédiction de la Grèce, nouvel allié stratégique d’Israël dans cette région du monde. Cette coopération sera d’ailleurs de plus en plus forte, et les recherches de gisements supplémentaires de plus en plus concentrées, car Israéliens comme Chypriotes veulent créer des réalités irréversibles sur « le terrain » avant que ce conflit ne devienne plus aigu avec les pays qui sont en train de s’unir pour faire barrage à Israël. Ankara a déjà prévenu qu’il considère le pacte israélo-chypriote sur leurs frontières maritimes communes comme « nul est non avenu puisqu’il ne prend pas en compte les droits et les intérêts de la partie nord de Chypre », territoire occupé (réellement, lui) par les Turcs. Le Caire aussi, pays « allié d’Israël », a commencé « à étudier les limites territoriales fixées entre Israël et Chypre, pour voir si elles ne portent pas atteinte aux zones d’intérêts économiques égyptiennes en Mer Méditerranée ». Rien ne change sous le soleil. La Bible racontait déjà comment la réussite économique de nos ancêtres fut une chose très difficile à avaler pour leurs voisins. Les Etats du Proche et Moyen-Orient, repus de pétrodollars depuis des décennies, et faisant chanter et danser le monde entier selon leurs caprices, ne supportent pas que le petit Etat d’Israël puisse lui aussi un jour avoir une petite part du gâteau. par Shraga Blum


L’information en provenance d’Israël Edition du 24 Janvier 2011

L’ideologie d’Obama par Georges Friedman responsable des tensions dans la région.

18

Réactions en chaîne

Concernant le Pakistan, l’analyste estime que la dictature n’est plus une menace pour l’Inde car la guerre avec l’Afghanistan l’aurait trop affaibli. Pire encore, Friedmann insiste pour une reconnaissance de Téhéran par Washington en tant que nouvelle puissance régionale qui doit être soutenue du fait de l’effondrement de l’Irak. Il invite l’administration américaine à détendre l’atmosphère avec l’Iran, seul moyen selon lui d’éviter la chute de l’empire américain. Pour Friedman les Etats-Unis sont avant tout une puissance commerciale et seul un relâchement ou une rupture de ses liens avec Israël, permettrait le développement de liens commerciaux prometteurs qui assureraient la survie financière de l’Oncle Sam. Georges Friedman, éditeur de Stratfor, qui ne cache pas son étroite collaboration avec l’administration Obama, vient de publier un livre qui ressemble fort, diront les observateurs, à un mémorandum sur l’idéologie du président US. Dans son ouvrage, il invite simplement les

Etats-Unis à prendre leurs distances avec Israël, pour mieux renforcer ses liens avec … le Pakistan et l’Iran ! Il base son argumentation sur une situation complètement biaisée de la réalité. Selon lui –c’est-à-dire selon Obama - non seulement Israël ne serait pas menacé, mais il serait

Ce livre aux allures de torchon anti sioniste aurai pu prêter à rire, si ce dernier n’avait atterri au Pentagone, au Congrès et au Sénat, avec l’aval, c’està- dire la chaude recommandation de l’administration d’Hussein Obama. Par:Robin marc

Netanyahou : « nous sommes dans une région instable, j’espère un retour au calme »

En réaction à l’annonce de scission travailliste, lundi matin, le député (travailliste) Eitan Cabel a accusé Barak et ses alliés de vouloir «détruire le parti». Pour lui, Avoda a «perdu son chemin» concernant le processus de paix et devra désormais «restaurer» ses principes fondamentaux. «Notre mandat devait permettre de conclure la paix avec les Palestiniens, mais cela n’intéressait pas Barak», a déclaré à son tour le ministre chargé des Minorités, Avishaï Braverman, sur Kol Israël. Et d’ajouter que, dès le moment où le parti s’est éloigné des questions diplomatiques il s’est rapproché du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, selon lui. Braverman a noté, par ailleurs, que la décision de Barak est intervenue précisément au moment où il affrontait des pressions au sein du parti pour

quitter la coalition. En effet, c’est sur cette base que, la semaine dernière, le parlementaire Daniel Ben-Simon a lui-même annoncé son intention de se séparer d’Avoda, mais ne bénéficiait pas du soutien nécessaire pour former un nouveau parti à une seule tête. Braverman, lui, comptait appeler, la semaine dernière, à la convocation du conseil d’administration du parti dans les 30 prochains jours. Il avait déjà recueilli 500 signatures, en décembre, pour une pétition destinée à forcer Avoda à aborder le processus de paix. Quant au Premier ministre, Binyamin Netanyahou, il estime que la scission travailliste pourrait éventuellement être source de stabilité, en faisant place à un groupe plus uni au sein de la coalition. Par JPOST.FR

Livni appelle à des élections anticipées

Le premier ministre Benyamin Netanyahou, lors de la réunion du cabinet dimanche, a évoqué le soulèvement populaire en Tunisie qui a forcé un dictateur présent pendant 25 ans à fuir le pays ce week-end. Netanyahou a déclaré : « nous suivons vigoureusement la suite des développements, » se referant également à la crise qui a commencé au Liban la semaine dernière. Le premier ministre a poursuivi : « la zone dans laquelle nous vivons est instable, » ajoutant que « tout le monde voit aujourd’hui des centres de grande instabilité dans la région géographique dans laquelle nous vivons. » Netanyahou a dit que « nous espérons que le calme et la sécurité seront de retour dans la région. » Connectant les crise à Beyrouth et à Tunis à un accord de paix avec les palestiniens, Netanyahou a déclaré : « la leçon de ce que nous voyons est de verser les bases fondamentales pour la sécurité pour chaque accord, parce que la paix peut se défaire. » « Par conséquent, » a-t-il poursuivi, « la paix et la sécurité doivent êtres intégrées. »

Egalement dimanche, le vice-premier ministre et ministre du développement régional, Silvan Shalom, a dit craindre que le renversement du gouvernement tunisien marque un renversement de l’état vers l’extrémisme, selon la radio militaire. « La question se pose de savoir si l’état va conserver son caractère, et maintenant il y a un risque que les mouvements islamistes qui ont été bannis par le président Ben Ali essayent de retourner là-bas, » a-t-il dit. Les dirigeants arabes ont également abordé les développements en Tunisie. Le dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, a déclaré samedi que les troubles sanglants en Tunisie sont le résultat du désir de ses habitants de se précipiter pour se débarrasser du président tunisien, maintenant exilé, Zine alAbidine Ben Ali, selon Reuters. « Je suis très peiné par ce qui se passe en Tunisie, » a déclaré Kadhafi dans un discours repris par Reuters. « La Tunisie vie maintenant dans la peur… Les familles peuvent êtres en-

vahies et abattues dans leur chambre à coucher, et les citoyens dans la rue tuent comme si c’était les bolcheviks ou la révolution américaine, » a déclaré le dictateur libyen, qui ne manque décidément pas d’humour. Le comité exécutif de l’OLP a félicité le « courage sans précèdent du peuple tunisien et son sacrifice pour ses droits justes. » Le président Mahmoud Abbas a immédiatement fait marche arrière et a déclaré que la direction palestinienne n’a pas pris de position officielle sur la situation dans ce pays d’Afrique du Nord, selon l’agence de presse palestinienne Maan. Et on le comprend, lui aussi tenant le rôle de dictateur du peuple palestinien, étant au pouvoir sans aucun mandat du peuple. D’autres dans le monde arabe, y compris le Hamas, le Djihad Islamique et le Hezbollah, ont salué les manifestants tunisiens. Le Djihad Islamique palestinien a félicité le peuple tunisien pour avoir obtenu la liberté « par le sang, les sacrifices et l’expression du libre arbitre, » a signalé Maan.

Un mauvais jour pour le gouvernement Netanyahou, mais un jour d’espoir pour l’Etat d’Israël. Telle est la manière dont la chef de l’opposition, Tzipi Livni, a qualifié les bouleversements du parti travailliste, lundi. Livni faisait référence à la décision du leader travailliste, Ehoud Barak, de former un nouveau mouvement de gauche baptisé «Indépendance» (Atzmaout).

ma appelle une fois de plus à des élections anticipées.»

«Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons pu constater quels hommes préfèrent la politique politicienne et lesquels défendent la vérité», a poursuivi la dirigeante Kadima. «Le gouvernement de Binyamin Netanyahou s’effondre sous le poids de ses propres failles politiques et de l’absence d’une quelconque vision ou ambition. Kadi-

Ils ne chercheront jamais à faire avancer le processus de paix si cela veut dire qu’ils doivent abandonner leurs positions et leurs salaires en échange de principes et de valeurs», a ajouté la députée.

Les députés (Kadima) Otniel Schneller, Shaï Hermesh et Orit Zuaretz ont tous critiqué l’initiative de Barak, Zuaretz la qualifiant même de «pathétique». «Maintenant qu’ils se sont trop rapprochés du Likoud, les Travaillistes se scindent et prouvent qu’ils ne sont que des opportunistes.

Par JPOST.FR


‫בס״ד‬

Le Specialiste

des Circuits Janvier à Juillet

- Israël - Espagne - Budapest - Vienne - Brastislava - Prague - USA avec Croisière - USA Côte Ouest

Tel: 01 43 39 88 99

2011

: h a s s e P l a i c é Sp

v i v A l à Te le

Formu ganisations Espace or

Licence 094 09 0003

Casher

Fax: 01 43 77 70 59

E-mail: espace.organisation@free.fr www.espaceorganisations.com

adresse siège: 38D av. de la France Libre 94000 Créteil/adresse postale: 37, allée de la Toison d’Or 94000 Créteil

Israël Actualités n°157  

Toute l'information en provenance d'Israël