Issuu on Google+

GRATUIT - Numéro 149 - Edition du Lundi 8 Novembre 2010

Journal Israélien en langue française

Salon Jour J Dimanche 14 Novembre 2010 à l’Espace Charenton


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

La déchirure

Que se passe-t-il dans la communauté de Vincennes depuis la nomination du nouveau Rabin de la synagogue consistoriale Céline Robert ? La communauté se déchire pour ou contre le fait de garder en place le Rav Levi. Ses partisans, risibles à quelques occasions, pour apporter leur soutien, n’hésitent pas, au moment de la lecture de la thora, à faire un don à l’association Hatikva; qui soutient le Rav. A contrario, ceux qui ne le soutiennent pas font un don à l’ACIP. Pour l’avoir vu à plusieurs reprises à la synagogue Céline Robert, il faut reconnaître au Rav Levi un talent d’orateur très prononcé grâce sa connaissance de la Thora, c’est un grand érudit qui a une faculté toute particulière d’hypnotiser son auditoire. En cela, ce personnage de la vie publique de la communauté juive me fascine mais en ce qui me concerne, je ne tomberai pas dans le panneau. J’ai en effet été témoin de certaines frasques de celui-ci. A titre d’exemple, comme chaque jour de l’an, le maire de Vincennes, Mr Lafon, vient souhaiter la bonne année à l’ensemble de la communauté en nous montrant du respect, en soutenant l’état d’Israël, en demandant la libération de Guilat shalit … Une fois le discours du maire fini, le Rav Levi, alors que la délégation des conseillers de la mairie de Vincennes n’était pas encore sortie, le Rav a pris la parole sur un ton ironique en disant que c’était la dernière fois qu’un jour de fête comme celle de Roch Hachana, un goy avec une kippa rentrerait dans la synagogue. Quelle stupeur ! Monsieur le rabbin, cela s’appelle tout simplement du Hilloul Hachem. On traduit généralement le terme de « hiloul Hachem » par « profanation du Nom Divin » Mr le Rav Levi. Cette profanation n’est le plus souvent pas verbale, mais le fruit d’actes ayant pour conséquence d’amener autrui a déconsidérer la Torah. Un Juif se conduisant de manière immorale parmi les non-Juifs profane le Nom Divin, car son acte, en plus de sa gravité intrinsèque, entâche la réputation de tout le Peuple Juif. Un Juif « religieux » se conduisant de la même manière au vu et au su de Juifs non religieux amènera ces derniers à voir dans la

Directeur de la publication Alain Sayada Tel: 06 68 17 25 55 Rédacteur en chef Eliahou Ben Yéouchoua Directeur d’antenne Simon Benchetrit 00 972 (0) 54 529 60 07 Régie publicitaire exclusive Canal Media Associés 77 bis, rue Robspierre 93100 Montreuil 01 48 97 46 85 RCS : 499 444 917

3

L’édito patriote de Flatto Sharon :

Torah la source de ces actes et, par la même, profanera le Nom Divin. Comment pouvez-vous vous permettre de dire à ceux qui sont habillés en jeans de ne pas venir à la synagogue ? Vous préférez peut être qu’ils restent chez eux ? Comment pouvez-vous, vous, homme de religion, vous permettre de mettre à l’écart des personnes qui souhaitent venir prier et se recueillir sous prétexte qu’ils ne rentrent pas dans vos critères vestimentaires, culturels ou quelque autre critère que ce soit ? Votre comportement et certains de vos agissements sont intolérables. Un deuxième exemple édifiant concerne une fillette de huit ans qui voulait ramasser des bonbons. Vous lui avez crié dessus en lui demandant de monter immédiatement chez les femmes. Quel manque de tact ! Quel manque de respect ! Quel manque de tolérance ! Ces trois valeurs, Mr, vous plus que quiconque dans la communauté qui servez d’exemple, de guide à tant de personnes, devez vous faire un devoir de les appliquer. Il est vrai que la communauté de Vincennes n’est pas évidente à gérer, mais il faut faire avec ! Celle-ci existe depuis près de cinquante ans et en ce qui me concerne je la fréquente depuis plus de 20 ans ! Pour tout vous dire, je n’ai jamais vu une telle situation … Un nouveau venu ne peux pas changer ce qui a été enraciné en 50 ans …

Dès lors, beaucoup de questions se posent. Pourquoi un tel acharnement pour faire partir le Rav ? Pourquoi le Rav n’est-il pas accepté par le consistoire de Paris ? Pourquoi autant de contentieux avec le Rav Levi ? Pourquoi le Rav Levi ne fait pas l’unanimité à Vincennes ? Aujourd’hui, il est clair qu’il faut sortir de cette crise, les partisans du Rav et ses opposants doivent se réunir afin de sortir de se climat délétère. Il faudra tout simplement faire un referendum au sein de la communauté et répondre à la question. Le Rav Levi doit-il rester au poste de rabbin de la communauté de Vincennes ? OUI ou NON En conséquence de cela, Il faudra agir en fonction du résultat qui devra être respecté. Si la réponse est Oui, il aura toute légitimé et mon soutien. Si le résultat est non, alors il devra en tirer les conséquences. En espérant que la quiétude et le respect de la Thora reviennent à ce qu’elle a toujours été dans cette communauté. Alain SAYADA

Directeur général Israël : Jacques Chemla 00 972 (0) 52 322 21 29 Directeur commercial : Yohann Azoulay 06 68 75 46 26 Commerciaux : Sigalit Sik Sik Sitbon 06 67 78 40 00 Israël Actualités est une marque déposée en France

IslaMMunesco !

différentes. J’en veux pour preuve le dernier communiqué de l’organisation. En mars 2010, l’UNESCO allait déjà un peu plus loin et parlait de la mosquée “historique de Bilal Ben Rabah,” pour mettre le nom, pourtant originel de “Tombe de Rachel” entre parenthèses ... Le seul problème est que … c’est complètement faux. C’est de la propagande arabe.

L’ONU chargée de l’Education, des Sciences et de la Culture a voté une résolution indiquant « que le Tombeau de Rachel (Beit-Lehem) et le Caveau des Patriarches (Hevron) sont des lieux saints musulmans, et que dès lors, Israël se devait de les retirer de la liste des sites historiques juifs ». L’UNESCO a même appelé ces deux sites de leur dénomination arabe : « Mosquée Beliaal Ben Rabah » et « AlHaram Al-Ibrahimi ». cette organisation, considérée comme sérieuse, ramasse des millions de dollars tous les ans pour promouvoir la bonne entente entre les populations ,il en est de même pour ce qu’il se passe au Proche-Orient. Seulement théoriquement. Parce qu’en pratique, les choses sont bien

Le nom de “Bilal Ben Rabah” n’a jamais été utilisée avant le milieu des années 1990 – même par les Arabes ! L’appeler “l’historique mosquée Bilal Ben Rabah” est, tout simplement, un mensonge… Et tellement facile à prouver ! Même la Ligue arabe appelait “le Tombeau de Rachel! Le seul nom arabe donné à ce site, jusqu’alors, était Qoubbat Roukhail, ou “Le Dôme de Rachel.” Mais qu’elle réécrive l’histoire en est une autre. Surtout si c’est pour “favoriser le dialogue entre les peuples”. Et quand on sait à quel point réécrire l’histoire peut créer des problèmes géopolitiques amenant des peuples à la guerre, on se demande vraiment quel est l’objectif de l’UNESCO dans cette affaire (surtout quand il s’agit de modifier l’histoire du peuple Juif et de propager des rumeurs antijuives comme “tel endroit n’a jamais appartenu au patrimoine juif,”alors prétendre « que le Tombeau de Rachel (Beit-Lehem) et le Caveau des

Patriarches (Hevron) sont des lieux saints musulmans. C’est aussi prétendre que le soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe et un musulman ! «C’est pas Sérieux» Flatto Sharon ancien Député de la Knesset


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

4

Nouveau directeur général au Fonds Social Juif Unifié Jacques Benichou, 49 ans, a été nommé à compter du 1er novembre 2010 directeur général du Fonds Social Juif Unifié. Jacques Benichou succède à David Saada qui exerça cette fonction pendant 30 années. Recruté et formé pendant près d’un an par son prédécesseur, Jacques Benichou a été nommé par Pierre Besnainou, président du Fonds Social Juif Unifié, décision approuvée à l’unanimité par le Comité directeur. Jacques Benichou a déclaré « c’est

avec pleine conscience de l’importance de la responsabilité qui m’est confiée que je prends mes nouvelles fonctions au sein de cette grande institution. Les défis à relever sont nombreux. Une page se tourne. Sur la base de nos valeurs et sur le mode consensuel, nous poursuivrons notre mission, animés par la volonté d’œuvrer pour l’intérêt général. » Pierre Besnainou a rendu hommage à David Saada « dont l’apport à la communauté juive de France et au-delà sera incontestablement salué dans les

prochaines années par les historiens. » Le président du Fonds Social Juif Unifié et de la Fondation du judaïsme français a ajouté que « Jacques Benichou possède les qualités pour réussir dans sa nouvelle fonction. Ingénieur de formation, il a l’expérience de la gestion des grandes organisations. Engagé dans la vie communautaire, il est profondément respectueux du dialogue citoyen. » Le Fonds Social Juif Unifié, créé en 1950, reconnu d’utilité publique, est l’institution centrale de la com-

munauté juive dans les domaines du social, des écoles, de la jeunesse et de la culture. 239 associations sont adhérentes.

Contact Presse Patrick Chasquès 01 42 17 11 28 p.chasques@fsju.org

Israël-Palestine: le plan de paix secret d’Obama Bien des hypothèses ont été échafaudées concernant Barack Obama. J’ai, dans mon dernier livre, expliqué ce qu’avait été sa trajectoire, de ses années de formation jusqu’à l’âge adulte. J’ai souligné ses liens avec des gauchistes, des terroristes non repentis, des islamistes. J’ai décrit la stratégie qui s’était élaborée autour de lui. J’ai donné les noms de ceux qui l’entouraient et qui commencent aujourd’hui à déserter le navire. J’ai souligné l’extrême opacité de son parcours universitaire et d’autres aspects de son passé.

Je l’ai dépeint, plutôt, comme un socialiste né musulman et nettement islamophile. J’ai cité les livres qui lui avaient été consacrés aux Etats-Unis par Aaron Klein, Pamela Geller et David Horowitz. J’ai évoqué l’hypothèse soulevée par Dinesh D’Souza dans son dernier ouvrage, « The Roots of Obama’s Rage » : les liens d’Obama au tiers-mondisme et à l’anticolonialisme, par l’intermédiaire des souvenirs de son père, économiste marxiste kenyan naufragé dans l’alcoolisme. J’ai évoqué sa mère, « travailleuse sociale » disparue prématurément et qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’aimait pas beaucoup les Etats-Unis. Il est une hypothèse que je n’ai pas évoquée, et qui vient de l’être dans un article d’un auteur que je lis de temps à autres, Alan Caruba. Et si, derrière tout cela, Obama était, surtout, un imbécile ? Je sais, ce mot a été utilisé pour qualifier George Walker Bush : très injustement, puisque George Walker Bush a suivi un parcours universitaire parallèle à celui, par exemple, de John Kerry en obtenant des notes bien meilleures, et puisque George Walker Bush lisait beaucoup et parlait souvent sans télé-

prompteur. Je ne voudrais pas à mon tour être injuste et hâtif.

Mais plus j’y pense, plus je me dis que la thèse de l’imbécillité d’Obama a des arguments en sa faveur. Pourquoi doitil cacher son parcours universitaire et ne laisser filtrer aucun document à ce sujet ? Ses écrits et devoirs sur table étaient-ils si médiocres et si honteux ? Il a été recruté ensuite pour être agitateur et il a été formé longuement à cette fin, mais d’autres que lui, qui ne brillent pas du tout par leur intel-

ligence, ont été formés de cette façon. Ils n’ont pas tous un avenir prometteur, beaucoup finissent comme Arlette Laguiller, en France. Mais Obama avait d’autres avantages : de la prestance, un sourire charmeur, une capacité déclamatoire certaine. On peut avoir ces avantages et n’être néanmoins qu’un pantin téléguidé. Mon ami David Horowitz a, lorsque nous nous sommes rencontrés récemment, parlé de « dummy », mannequin de chiffon. De fait, Obama parle bien : mais lui, il lui faut un téléprompteur ou une oreillette, par le biais de laquelle on lui dicte tous ses propos, et les rares fois où il s’est retrouvé dans une situation où le téléprompteur et l’oreillette ne fonctionnaient pas, il ressemblait à un homme qui se serait trompé de porte, et se serait retrouvé sous les projecteurs sans savoir pourquoi il se trouvait là.

On ne pourrait pas faire un livre des propos ineptes qu’il a pu tenir alors, car il faudrait d’abord en retirer les innombrables « euh, euh, euh », « vous savez », « oui, vous savez ». De fait aussi, Obama semble incapable de prendre une décision si on ne lui a pas dit avant quelle était la décision qu’il devait prendre. Il semble même incapable de manifester la moindre émotion après un drame ou une tuerie. Ce que certains ont pris pour du flegme, commence à être analysé comme

une inaptitude à se relier au monde extérieur, ce que des chroniqueurs de gauche, nettement favorables au parti démocrate, commencent à remarquer avec une inquiétude croissante, et en semblant se dire : est-ce que ce type ne va pas détruire toutes nos chances pour les vingt années à venir ? Il se dégage d’Obama une arrogance extrême et un contentement de soi, qui le conduisent à ne pas se voir le moindre défaut (lors d’une question qui lui était posée récemment à ce sujet, Obama, après un silence, a répondu, « ne pas avoir un bureau toujours bien rangé ») et à prendre parfois, au moment des applaudissements espérés, une pose niaise et mussolinienne, le menton en avant, et les yeux mi clos. Et ce genre d’arrogance et de contentement de soi ne sont pas, en quoi que ce soit, des signes d’agilité neuronale. En une seule année, Obama avait déjà joué au golf bien davantage que

George W. Bush en huit ans de présidence, et il n’a jamais hésité à montrer que ses parties de golf comptaient bien davantage pour lui qu’un risque de guerre, ou quoi que ce soit d’autre. On peut en déduire qu’il aime beaucoup jouer au golf. S’il joue au golf aussi bien qu’au base ball, le nombre des balles qu’il a envoyé dans le décor doit être impressionnant. Le nombre de ses impairs est déjà remarquable, et s’allonge tous les jours : cela a commencé par le renvoi du buste de Winston Churchill au Royaume-Uni dès le jour de sa prise de fonction. Cela s’est poursuivi avec le cadeau fait à la reine d’Angleterre d’un iPod, sur lequel figuraient les discours complets d’un certain Barack Obama, ou encore par son comportement face à l’empereur du Japon.

Obama semble aussi sans cesse s’excuser d’être Américain, et ne rate jamais une occasion de dire son mépris pour le peuple américain : même si cela correspond à ce qu’il imagine penser lui-même, il manque de la subtilité la plus minimale pour faire passer le message. A la veille de perdre des élections majeures, il ne voit rien, strictement rien, à se reprocher, et affirme qu’il va poursuivre dans la même direction. Quand ils vont droit vers le mur, certains hommes freinent ou prennent un léger virage : ceux qui tiennent absolument à se fracasser appartiennent à une catégorie particulière. Je pense qu’Obama sera l’homme d’un seul mandat, et qu’on se souviendra de lui, plus tard, comme de l’homme qui a succédé à George Bush. On pourra aussi s’en souvenir comme de celui qui a endetté le pays pour très long-

temps.

On s’en souviendra peut-être comme de celui qui aura permis à l’Iran de se moquer ouvertement des Etats-Unis, et qui, après avoir reçu une paire de gifles, semblait en demander une autre. On pourrait en rire, et il m’arrive d’en rire en me repassant les « meilleurs moments de Barack » sur youtube, ou en regardant ses discours en coupant le son : les mimiques sont intéressantes. Ce qui n’est pas du tout risible, est qu’Obama est à la tête de la première puissance du monde, et le restera pendant encore deux ans. Ce qui est moins risible encore, est que ceux qui lui dictent des mots dans son oreillette vont continuer à dicter sa conduite pendant ces deux années, et que, dans le même temps, il pourra envisager de prendre des décisions luimême. Ce qui est tragique, est qu’il gardera une marge d’action en matière de politique étrangère. Dans un monde aussi dangereux, avoir un « dummy » à la Maison Blanche, se dire qu’il peut prendre des décisions, et qu’on peut lui en dicter d’autres, se dire que son cerveau a été imprégné d’idées ineptes pendant plus de deux décennies, a de quoi rendre anxieux. Ce qu’on peut regretter, si cette comédie tragique s’achève, comme c’est très souhaitable, en 2012, est qu’Obama soit le premier Président noir des Etats-Unis. Tout comme Obama est effectivement le type qui va vraisemblablement détruire toutes les chances de la gauche américaine pour les vingt années à venir, il risque d’être aussi celui qui hypothèquera toute chance de voir un candidat noir s’approcher de la présidence pour longtemps. Par:Guy Millière


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

5

Les musulmans majoritaires en Europe ? Les chiffres qui inquiètent Un pavé dans la marre. Avec cet article, le vénérable quotidien britannique, le Daily Telegraph, brise la loi du silence sur l’islamisation galopante et le formidable bouleversement démographique que connaît le vieux continent. À quand le même courage chez les gros titres de la presse française ? La Grande-Bretagne et le reste de l’Union européenne ignorent une bombe à retardement démographique : un afflux important d’immigrés ces dernières années, dont des millions de musulmans, changera entièrement la face du continent au cours des 20 prochaines années, et cependant aucun décideur politique n’en parle. Les chiffres sont alarmants.

Aux Etats-Unis, le Pew Forum on Religion and Public Life, qui fait partie d’un organisme apolitique, le Pew Research Centre, a noté dans un rapport : « Ces pays [de l’Union europénne] possèdent des traditions historiques, culturelles, religieuses et linguistiques enracinées. Jeter dans ces environnements des centaines de milliers, et dans certains cas des millions, de gens qui ont une apparence différente, parlent et agissent différemment, crée souvent un équilibre social difficile. »

jusqu’à vingt-trois millions. Ils ne sont pas, bien sûr, répartis de manière uniforme. D’après le Migration Policy Institute des Etats-Unis, les habitants musulmans représenteront plus de vingt pour cent de la population de l’Union européenne en 2050, mais ils atteignent déjà cette proportion dans plusieurs villes. Les Blancs seront minoritaires à Birmingham en 2026, affirme Christopher Caldwell, un journaliste améri-

politiques préfèrent éviter le débat. La France a interdit le port du voile à l’école, et défendu également d’y porter de grandes croix ou la kippa, pour éviter qu’on prétende que la loi visait exclusivement les musulmans. La Grande-Bretagne, quant à elle, a durci ses lois sur l’incitation à la haine religieuse, mais ces exemples ne témoignent pas d’une réponse législative globale. Des partis politiques d’extrême droite, dont le British

L’étude de M. Perkowski explique : « Confrontés à la rapide croissance d’une population musulmane chez ses plus anciens et plus puissants alliés, population sans droit de vote et ayant un poids politique de plus en plus important, les Etats-Unis pourraient être en butte à des défis majeurs dans leur politique extérieure au Proche-Orient. »

Le faible taux de natalité des Blancs en Europe, couplé avec l’accroissement plus rapide du nombre d’immigrés, changera complètement la signification de la culture et de la société européennes.

Selon Jerôme Vignon, directeur à l’emploi et aux affaires sociales de la Commission européenne, les dirigeants de l’UE ont surtout mis l’accent sur les demandeurs d’asile et le contrôle de l’immigration plutôt que sur l’intégration de ceux déjà présents sur le territoire. « Cela a été certainement sous-estimé – il y a une rhétorique générale qui consiste à dire que l’intégration sociale des immigrés devrait avoir autant d’importance que la surveillance du flux entrant de migrants. » Mais, admet-il, la rhétorique est rarement à l’origine d’une politique. Vidéo traduite en français Les pays de l’Union européenne accueillent depuis longtemps des immigrés, mais deux tendances importantes sont apparues ces dernières années. Les immigrés sont de plus en plus venus d’en dehors des économies développées et leur nombre n’a cessé d’augmenter. La croissance de la population musulmane est particulièrement intéressante. Non que les musulmans soient les seuls immigrés à arriver en grand nombre dans l’Union européenne : les immigrés arrivent en quantité de tous les points de la planète. Mais les musulmans constituent un ensemble spécial de problèmes, outre le fait que des atrocités ont été commises en Occident au nom de l’Islam.

Ce nombre grimpe à 54 pour cent à Londres. Globalement en 2008, 14,4 pour cent des enfants à l’école primaire avaient une langue maternelle autre que l’anglais. Les musulmans, qui constituent un groupe très largement divers, n’ont, jusqu’à présent, montré qu’une faible motivation à s’organiser politiquement selon des critères raciaux ou religieux. Mais cela ne signifie pas que leurs voix ne sont pas écoutées. ’Allemagne a commencé à réformer ses lois électorales depuis 10 ans, donnant certains droits de vote à l’importante population turque. Cela serait étrange si cela ne modifiait pas l’attitude du pays sur la candidature de la Turquie pour entrer dans l’UE.

En Espagne, seulement 3,2 % de la population étaient nés à l’étranger en 1998. En 2007 c’était 13,4 %. La population musulmane d’Europe a plus que doublé au cours des 30 dernières années et aura encore doublé d’ici 2015. A Bruxelles, les sept prénoms les plus donnés récemment aux bébés étaient Mohamed, Adam, Rayan, Ayoub, Mehdi, Amine et Hamza.

La modification de la composition de la population aura des répercussions considérables sur l’éducation, le logement, la santé, le travail, les arts et dans tous les domaines. Cela pourrait avoir un impact d’une importance capitale sur la politique extérieure. Une étude a été présentée à l’US Air Force à propos de la possible évolution des relations entre Américains et Européens. Cependant, les responsables de l’Union européenne admettent que l’on n’accorde pas suffisamment d’attention à ces sujets.

tute) dit qu’en 2007, 28 pour cent des enfants nés en Angleterre et au Pays de Galles avaient au moins un parent né à l’étranger.

Quelle est l’ampleur des changements de population ? Tout le monde est conscient que des zones de certaines villes européennes sont en train de devenir de plus en plus musulmanes, et que le changement est en train de s’accélérer. Mais les données brutes sont difficiles à obtenir car il s’agit d’informations sensibles : beaucoup de pays de l’Union européenne ne recueillent pas de statistiques démographiques par religion. Carte de l’Islamisation Les chiffres de l’Union européenne sur l’immigration en général sont instructifs à eux seuls. Dans les dernières années du XXe siècle, les vingt-sept pays de l’Union Européenne avaient un excédent migratoire de cinq cent mille personnes chaque année. « Mais, depuis 2002 », d’après le dernier rapport de l’Union européenne, « le solde migratoire dans l’Union a en gros triplé pour atteindre entre un million six cent mille et deux millions de personnes par an ». Ce rythme accéléré a rendu complètement fausses les prévisions antérieures. En 2004, l’Union européenne pensait que sa population aurait diminué de 16 millions en 2050. Elle estime à présent qu’elle aura augmenté de dix millions en 2060. On s’attend à ce que la Grande-Bretagne devienne le pays le plus peuplé de l’Union européenne en 2060, avec une population de 77 millions d’habitants. A l’heure actuelle, elle compte vingt millions d’habitants de moins que l’Allemagne. On s’attendait à une chute brutale de la population italienne : à présent, on prévoit une stagnation. L’étude réalisée pour l’US Air Force par Leon Perkowski, en 2006, a trouvé au moins quinze millions de musulmans dans l’Union européenne, et peut-être

cain, et plus tôt encore à Leicester. D’après une autre prévision, les musulmans pourraient dépasser les nonmusulmans en France, et peut-être dans toute l’Europe occidentale, d’ici le milieu du siècle. L’Autriche était à 90% catholique au XXe siècle mais l’Islam pourrait être la religion majoritaire chez les Autrichiens de moins de quinze ans en 2050, déclare M. Cardwell. Estimer les taux de croissance prête à discussion. Les taux de natalité sont difficiles à prévoir, et le nombre des immigrants peut connaître des flux et des reflux. Mais Karoly Lorant, un économiste hongrois qui a rédigé un rapport pour le Parlement européen, calcule que les musulmans forment déjà 25 pour cent de la population à Marseille et Rotterdam, 20 pour cent à Malmö, 15 pour cent à Bruxelles et Birmingham, et 10 pour cent à Londres, Paris et Copenhague. Des sondages récents tendent à montrer que la radicalisation redoutée des populations musulmanes sur le sol européen ne s’est pas produite. On peut donc espérer que les nouveaux-venus s’intégreront avec succès. Cependant certains signes semblent indiquer que les deuxième et troisième générations sont plus difficiles à intégrer que leurs parents. Selon une étude réalisée par le think-tank britannique Policy Exchange, si 70 % des musulmans de plus de 55 ans estiment avoir autant en commun avec des non-musulmans qu’avec leurs coreligionnaires, ce chiffre tombe à 62 % dans la tranche d’âge 16-24 ans. Ces changements démographiques sont une cause de malaise dans toute l’Europe. Les sondés disent souvent ne plus vouloir davantage d’immigration, mais la plupart des hommes

National Party, qui a emporté deux sièges lors des dernières élections européennes, ont profité de ce vide pour apparaître sur le devant de la scène. Geert Wilders, l’homme politique hollandais, qui tient un discours hostiles à l’Islam et qui s’est vu refusée cette année l’entrée sur le territoire britannique, a figuré en tête des sondages dans son pays. L’Islamisation radicale Le forum de Pew avait identifié le silence du courant majoritaire en 2005 : « Le fait que [les partis extrémistes] se retrouvent sur le devant de la scène révèle de manière crue l’état et la qualité des débats sur l’immigration. [Des universitaires] ont avancé l’idée que les élites européennes n’ont pas encore pris à brasle-corps les questionnements plus larges de race et d’identité autour des musulmans et autres groupes de peur d’être considérées comme politiquement incorrectes. » Le point de départ devrait être une discussion plus poussée sur l’intégration. Importe-elle vraiment ? Oui, déclare M. Vignon à la Commission Européenne. Sans cela, la polarisation et les ghettos pourraient voir le jour. « C’est mauvais car cela crée de l’antagonisme. Il oppose des pauvres contre d’autres pauvres : les gens avec un faible niveau d’éducation se sentent menacés » dit-il.

ISLAM DE FRANCE envoyé par montliban L’info video en direct. L’UE avance que le taux d’emploi est plus faible chez les résidents non issus de l’UE que pour les autres, ce qui rend difficile leur ascension économique et leur intégration. Le manque de maîtrise de la langue en est une des raisons majeures. L’Institut de la Politique Migratoire (Migration Policy Insti-

La démographie va forcer les hommes politiques à se frotter à ces questions plus tôt qu’ils ne le pensent. Récemment, certains ont commencé à secouer quelque peu le débat. Angel Gurria, le sécrétaire général de l’OCDE, a déclaré en juin : « L’ immigration n’est pas un robinet qu’on peut ouvrir ou fermer à volonté. Nous avons besoin d’une politique juste et efficace sur l’immigration et l’intégration ; une politique qui marche et qui s’ajuste aussi bien aux bonnes qu’aux mauvaise conjonctures économiques. » Adrian Michaels Telegraph.co.uk


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

6


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

7


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

8

PARACHAT TOLDOTH : Les pouvoirs de la prière ! que fait Rachi du texte. En effet la Thora rapporte les paroles de Rivka dans sa douleur: «Elle dit: ainsi donc, pourquoi ça a moi (zeh anokhi)?» . Ce qu’on peut lire: le Dieu de cet enfant est-il «Ca» ou «Moi»? Il ne lui reste plus qu’a interroger la source suprême: «elle alla interroger l’Eternel» (Chem et Evér) qui résout sa perplexité en lui révélant qu’elle porte deux fils, avec chacun son appréhension propre de la Divinité…

Les deux frères grandiront chacun en poursuivant sa propre voie, jusqu’au moment où Rivka surprendra une conversation entre Isaac et son fils Esaü… Voici ce que dit le texte lorsque Jacob, vêtu de l’habille de son frère à l’initiative de Rivka se présenta à Isaac : « Isaac respira l’odeur de ses vêtements…Vois ! L’odeur de mon fils est comme le parfum d’un champ qu’a béni l’Eternel » Nous apprenons de là dit Rachi que Jacob était accompagné de l’odeur du Jardin d’Eden et les Sages expliquent qu’il s’agit là du Champ de pommiers, mentionné dans le Cantique des Cantiques… On rapporte une histoire dans le livre « Hovot Ha’lévavov » Les Devoirs des Cœurs, concernant le prophète Eliyahou anavi. Un jour il allait en chemin accompagné d’un homme. Ils vinrent à passer tout près d’une charogne qui dégageait une odeur insupportable.

La paracha commence ainsi : « Voici les engendrements d’Isaac, fils d’Abraham : Abraham engendra Isaac ! » La ressemblance entre le père et le fils était frappante raconte le Talmud. En fait ce fut a la demande de D-ieu que l’ange préposé à la conception fit en sorte qu’Isaac ressembla trait pour trait à son père, car les rumeurs de l’époque disaient que l’enfant à venir serait plutôt du Pharaon d’Egypte ou encore d’Avimelekh roi des philistins qui avaient pris en otage Sarah, la femme d’Abraham.

agréer en priorité pour lui-même et celui pour lequel il prie ! ».

Il est écrit : « Isaac implora HM au sujet de son épouse, parce qu’elle était stérile » l’annonce de la stérilité de Rivka aurait dû logiquement précéder celle de la prière d’Isaac…En fait la stérilité de Rivka n’est pas la cause de la prière, mais bien l’effet !

Le texte nous dit : Rivka, notre mère, était enceinte de jumeaux, Esaü et Jacob. La grossesse n’était pas facile: «les garçons s’agitaient beaucoup en son sein» (Berechit 25,22). Le Midrach, cité par Rachi, interprète ainsi cette agitation inhabituel : «ils se disputaient l’héritage des deux mondes».

Pour que notre patriarche prie, il fallait que son épouse soit stérile. Autrement dit, HM a fait en sorte que Rivka soit stérile pour donner l’occasion ainsi à Isaac de prier. Pourquoi HM aspiret-il tant à la prière des Tsadikim, au point de leur causer parfois de graves tourments, qui sont souvent incompréhensibles, c’est parce qu’il aime les supplications des sages ! Isaac et Rivka prient de tout cœur, mais chacun de leur côté. L’un prie pour que l’autre puisse engendrer et le Talmud Baba Kama nous enseigne que : « Celui qui prie en faveur d’une autre personne que lui-même, pour les mêmes besoins, aura la chance d’être

D-ieu exauce en premier lieu la prière d’Isaac, puis celle de Rivka nous explique Rachi, simplement parce que la prière d’un Tsadik fils de Tsadik est bien plus puissante à ses yeux à celle d’un Tsadik, fils de rachâ ! Il est vrai que le foyer dans lequel avait grandi Isaac était bien différent de celui de Rivka, dont le père Bétouêl et le frère Laban…étaient des réchaîm ! Mais il est bien connu que de l’épine sort la rose…

Or on serait porté à croire qu’Esaü voulait le monde terrestre – le monde de la matière et que Jacob voulait le monde céleste - spirituel, le Olam Aba. Mais dans ce cas, remarque le Maharal de Prague (Netsa’h Israel), il n’y aurait pas eu de dispute, chacun ayant choisi le monde qui lui convient le mieux et le problème aurait été résolu… En fait, il faut comprendre que chacun voulait les deux mondes pour lui tout seul... Esaü, assuré de par sa tendance naturelle qu’il s’accaparera le monde politico-universel, est inquiet de son salut céleste, ce qui l’amènera dans la suite de l’histoire, lorsqu’il se sera

concrétise sous la forme de l’empire de Rome, a établir une religion entièrement centrée sur l’obtention du salut de l’âme: le christianisme. Jacob au contraire se sait assurer de la vie éternelle: « Kol Israël yéch lo hélek léolam aba » «tous les fils d’Israël ont part a la vie du monde à venir» (Sanhedrin). Pour Israël la difficulté, réside donc non pas dans l’accès à la béatitude, mais bien dans l’enjeu politique, ou régulièrement il échoue…

L’homme, faisant la grimace, s’exclama : « Quelle odeur infecte !» ce à quoi le prophète répondit : «Que les dents de cette bête sont blanches !» Plus loin, ils passèrent devant un Racha – un fauteur, et à cet instant, Eliyahou se boucha le nez…ne pouvant visiblement pas supporter son odeur…Cette anecdote nous enseigne que toutes les valeurs spirituelles évoquées par la Thora ont une réalité bien tangible. En effet nous avons généralement tendance à penser que les concepts moraux qu’on nous enseigne appartiennent au domaine de l’abstrait, et que ces valeurs sont imperceptibles dans notre environnement. En fait, il s’avère qu’en vérité, la spiritualité constitue la réalité la plus authentique qui soit !

D’ou la nécessite pour Jacob d’acquérir la science politique et militaire chez Esaü un spécialiste en la matière, d’abord sous la forme de la vente du droit d’ainesse, puis par la ruse lors de la bénédiction dispensée par Isaac leur père, pour aboutir a la lutte victorieuse contre le Malakh - l’ange tutélaire d’Esaü, qui lui reconnait et lui confirme enfin son droit a la dimension étatique en le nommant Israël, le lutteur, le Prince de D-ieu.

De la même manière qu’il existe des choses physiques qui répande un parfum agréable ou d’autres désagréables, il en va ainsi pour la spiritualité véhiculé par un homme. Les mitvot, et les bonnes actions exhalent de subtils parfums tandis que les fautes polluent l’atmosphère. Tant et si bien que le prophète Eliyahou, dont l’odorat spirituel était assurément développé, ne pouvait supporter l’odeur de l’homme corrompu.

La dualité Ciel -Terre se traduit également dans la conception des rapports de D-ieu au monde. En tant que D-ieu du monde «d’en-haut», le Créateur est appelé «Moi» (Anokhi), c’est-adire Celui qui manifeste Sa Volonté, comme lors du «matane Thora»-la révélation du Sinaï, alors qu’en tant que Maître de ce bas monde, il porte le nom de l’impersonnel, que l’on désigne du doigt: «Ca» (Zeh. faudraitil rapprocher ce terme du vocable qu’employaient les anciens Grecs pour designer leur principale divinité?).

Le patriarche Isaac, de part sa sainteté, possédait lui aussi cette extraordinaire sensibilité, et lorsque Jacob se présenta devant lui, il perçut l’odeur du Gan Eden.

On comprend alors mieux la lecture

Juste avant cet épisode, le dialogue entre Jacob et Esaü lors de la vente du droit d’ainesse prend alors une dimension hautement métaphysique: «Engorge-moi de ce rouge, de ce rouge-là (ha-zeh) [donne-moi la satisfaction immédiate de l’existence, ce plat de lentilles..], je veux profiter de l’instant présent ! Car je suis fatigué de rechercher l’Absolu (anokhi). Puis préfi-

gurant Nietschze: «Voila que D-ieu (Anokhi) est en voie de mourir dans ma conscience, a quoi bon pour moi en ce monde (li zeh) la primauté?» dit Esaü. Le monothéisme intégral d’Israël s’accommode mal d’une bipolarité entre le spirituel et le temporel. Il est nécessaire qu’en fin de compte une liaison soit établie entre les deux mondes. C’est ce que figure la fameuse échelle entrevue par Jacob dans son rêve. Cette unité des deux mondes est entrevue par Jacob a son réveil, alors que D-ieu avait « réduit » la terre d’Israël disent les Perkei de Rébi Eliezer pour en faire la couche du patriarche, sur laquelle il venait de passé la nuit : «En vérité dit-il D-ieu est présent dans le lieu de la rencontre de Ca et Moi (bamakom ha-Zeh. ve-Anokhi)». L’ideal’Unite est posé désormais comme enjeu de l’histoire… En effet le rocher sur lequel il avait posé sa tête dit Méaz loez n’était autre que celui de Jérusalem, le Aar Abaît, qui sera l’enjeu des Nations… Un commentaire nous enseigne également que cette échelle qu’il voit dans son songe ce dit « soulam » en hébreu, qui a la même valeur numérique que le mot « mamone » argent, valeur… et ceci fait allusion aux fluctuations de l’argent et des valeurs boursières… qui gravissent certes les échelons… mais qui les redescendent également ! À l’image de ces anges qui montent et redescendent de l’échelle comme bien des civilisations qui nous ont précédés ! En dépit de toutes les vicissitudes, le peuple d’Israël a vue tout au long de ses pérégrinations, l’impact des bénédictions reçues par Yaacov et formulées par Isaac. Parmi celles-ci, il en demeure une, exceptionnelle, la force de la prière de Yaacov « Kol Yaacov » la voix qui retentie encore aujourd’hui. Le verset du prophète viens le confirmer et dit : « Tolâat yaacov..» vermisseau de Yaacov…De la même façon que l’unique force du vermisseau est dans sa bouche, il en est de même pour Yaacov-Israël, sa force ne demeure en effet que dans la prière ! Yvan Lellouche

Yvan Lellouche


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

9

« L’apocalypse nucléaire iranienne » entre les Émirats, l’Arabie saoudite et les Etats-Unis » (Note de Michel Garroté : Jean-Marie Hosatte écrit en novembre 2010 que « le Liban est devenu un ectoplasme politique, vampirisé par les Iraniens et abandonné par les puissances occidentales » ; nous voilà comblés de ravissement, nous qui écrivons cela depuis avril 2007 sans que l’on nous prenne au sérieux). Face à l’ennemi chiite commun, Arabes et Israéliens se sont engagés dans une collaboration diplomatique et militaire aussi discrète qu’intense. La presse iranienne ne cesse d’ailleurs de dénoncer «la trahison» des gouvernements arabes qui préfèrent parler avec «le régime sioniste moribond» plutôt que d’adhérer à la grande révolution islamique prêchée par les mollahs.

Une fois de plus, un média français découvre – avec quatre ans de retard – quelque chose que nous publions sur ce blog depuis 2007. Cette fois, il s’agit de la menace que font peser la théocratie intégriste iranienne et son arsenal nucléaire sur tout le Moyen Orient, sur tout le Proche Orient et sur la corne Ouest de l’Afrique (et en fait sur d’autres parties du monde car les missiles iraniens de longue portée menacent également l’Europe). Ainsi, Jean-Marie Hosatte, sur lepoint. fr (cf. lien en bas de page) écrit : « Le vent de panique qui souffle sur l’Arabie saoudite et les Émirats du Golfe, confrontés à l’expansionnisme du régime de Téhéran, a pris la dimension d’un cyclone. Les dirigeants des États sunnites de la région ont bien compris que l’Iran serait intouchable aussitôt qu’il disposerait de son arsenal nucléaire » (Note de Michel Garroté : puisque l’Iran sera intouchable aussitôt qu’il disposera de son arsenal nucléaire, il est donc réaliste de vouloir anéantir cet arsenal avant qu’il ne devienne disponible. Dois-je ici rappeler que le régime théocratique iranien qui prépare en ce moment sa première bombe nucléaire ne cesse de jurer qu’il va rayer Israël de la carte ?). Pour contrer cette menace, les riches États du Golfe ont décidé de donner à leurs armées respectives les moyens d’exercer une capacité de dissuasion crédible sur les forces iraniennes. C’est dans cette perspective que le contrat d’armement du siècle vient d’être signé entre l’Arabie saoudite, le sultanat d’Oman, les Émirats arabes unis et les Etats-Unis » (Note de Michel Garroté : « contrat d’armement du siècle » me semble exagéré ; le contrat est proportionné à l’arsenal iranien, ni plus, ni moins). Les industriels américains vont engranger un peu plus de 123 milliards de dollars de commandes. Boeing, qui produit certains des avions de combat et des hélicoptères que souhaitent acquérir les Saoudiens, a prévu de créer 77.000 emplois afin de pouvoir commencer ses livraisons au plus vite. Oman et les Émirats exercent eux

aussi une énorme pression sur leurs fournisseurs dans le but de recevoir dans les meilleurs délais les navires de guerre, les missiles, les blindés et les systèmes antimissiles qu’ils ont commandés en quantité astronomique » (Note de Michel Garroté : si le rééquilibrage des forces sunnites face aux ayatollahs iraniens crée 77.000 emplois et bien c’est tant mieux ; les armes achetées dans ce contexte ne sont pas une « quantité astronomique », mais une quantité proportionnée à l’arsenal astronomique des ayatollahs iraniens). Les dirigeants des États du Golfe savent en effet que le temps joue contre eux. Barack Obama et les Occidentaux n’ont pas su se donner les moyens d’empêcher le régime des mollahs de devenir une puissance nucléaire en quelques mois seulement. En Irak, Téhéran, en finançant et en armant les différentes milices, a virtuellement pris le contrôle du pays. Dans le monde arabe sunnite, de l’Égypte à la Libye on se désole de voir maintenant le Liban passer sous le contrôle des mollahs via le Hezbollah » (Note de Michel Garroté : Jean-Marie Hosatte écrit que « Barack Obama et les Occidentaux n’ont pas su se donner les moyens d’empêcher le régime des mollahs de devenir une puissance nucléaire en quelques mois seulement » ; en effet, le seul moyen réaliste, à savoir une frappe préventive contre le nucléaire offensif iranien, a été refusé par Obama et il pourrait un jour le regretter amèrement). La presse saoudienne peut bien tirer à boulets rouges sur ces «adorateurs de la mort» qui ont «volé» le Liban à la nation arabe, on a bien le sentiment dans toutes les capitales sunnites que les jeux sont faits. Le Liban est devenu un ectoplasme politique, vampirisé par les Iraniens et abandonné par les puissances occidentales. Les pays arabes redoutent que le Hezbollah et l’Iran, convaincus de leur toute-puissance et de la pusillanimité de leurs adversaires, ne déclenchent une nouvelle guerre aux conséquences funestes contre Israël. En contradiction avec ses positions habituelles, Israël ne s’est pas opposé à la signature de l’énorme contrat d’armement

Le général major Amos Yadlin : «Ne soyez pas dupé par le calme»

Le gouvernement israélien a reçu des assurances suffisamment crédibles sur le fait que les armes que Washington s’apprête à vendre à l’Arabie saoudite et aux Émirats ne tomberont jamais entre les mains de groupes terroristes » (Note de Michel Garroté : Arabes et Israéliens sont effectivement engagés dans une collaboration diplomatique et militaire ; cela ne date pas d’hier et nous l’avons écrit, détails concrets à l’appui, de nombreuses fois dès 2009). En outre, l’administration américaine a promis à l’État hébreu que le fossé technologique gigantesque qui sépare Tsahal et les armées arabes ne serait pas comblé. Pour preuve de sa bonne volonté, Obama a donné son feu vert à la vente à Israël d’une flotte de F35, l’avion de combat le plus sophistiqué et le plus puissant jamais construit dans le monde. Israël va payer 15 milliards de dollars pour acquérir ces avions qui lui permettront de faire à son tour peser une menace terrible sur le régime de Téhéran » (Note de Michel Garroté : ce dernier paragraphe contient quelques mots qui sont loin d’être neutres et objectifs : « gigantesque » ; « le plus puissant jamais construit dans le monde » ; « menace terrible » ; la seule menace terrible, c’est le nucléaire offensif aux mains des ayatollahs génocidaires de Téhéran ; tout le reste n’est que riposte proportionnée). Michel Garroté

Le chef des renseignements militaires sortant, le général major Amos Yadlin, a donné une sombre évaluation lors de sa dernière présentation devant le comité des affaires étrangères et de la défense de la Knesset ce mardi. Yadlin a prévenu les membres de la Knesset de ne pas se laisser berner par la situation sécuritaire relativement calme, se préoccupant des menaces venant de la Syrie, du Hezbollah et de l’Iran. Le chef des renseignements militaires a déclaré que la Russie fournissait la Syrie avec des systèmes de pointes antiaériens portables, avertissant que l’armée israélienne pouvait se trouver dans une situation similaire à celle qui prévalait au début des années 1970 autour du canal de Suez « Ces missiles sont assez bon marché par rapport au S-300, mais ne sont pas moins mortels et efficaces, » a dit Yadlin. Il a également déclaré que les russes sont en train de rénover les anciens systèmes d’armes syrien. « La Syrie est engagé dans une campagne très intense pour se procurer des systèmes d’armes très avancés, tellement avancés en fait que tout ce qui sort des chaînes de montage de Russie termine en Syrie. » Le général major a affirmé que la Syrie cherche à prendre le meilleur des deux mondes, le renforcement de ses relations avec l’Iran et le Hezbollah, tout en essayant de montrer une volonté de parvenir à un accord de paix avec Israël. Se referant aux informations faisant état de la volonté du Hezbollah de

prendre le contrôle du Liban, Yadlin a déclaré : « l’organisation ne cesse de se renforcer. Le Hezbollah pourrait obtenir tous les systèmes d’armes les plus avancés possédés par la Syrie si il en faisait la demande. » « Si le tribunal international déclarait que le premier ministre libanais Rafic Hariri a été assassiné par le Hezbollah, ça serait un désastre pour l’image du groupe (terroriste) et cela pourrait conduire à l’instabilité dans l’ensemble du Liban en quelques heures. Ce n’est pas très probable, mais il n’y a aucune force au Liban capable de résister au Hezbollah. » Concernant la menace iranienne, le général a laissé entendre qu’Israël est bien informé au niveau des renseignements. « La couverture des renseignements israéliens là-bas est bien meilleure, » a-t-il dit. Yadlin a également noté que « l’Iran a aujourd’hui suffisamment de matière nucléaire pour faire une bombe, et aura bientôt de quoi en faire deux. » Dans l’ensemble, Yadlin a demandé aux députés de ne pas se laisser berner par le calme « sans précèdent » sur le front sécuritaire. « La Syrie, le Hezbollah et le Hamas sont tranquillement en train de constituer leurs forces. Le prochain « round » ne sera pas centré sur un front mais sur deux ou trois. On ne peut pas prédire l’avenir en fonction de ce qui s’est passé lors de l’opération Plomb Durci ou de la deuxième guerre du Liban. Ce sera beaucoup plus grand, beaucoup plus large, et avec beaucoup plus de victimes. »


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

Les médias pour arme vaincre militairement, économiquement, et via le terrorisme. Sans succès. La ligne de front se situe désormais sur le terrain politico-juridique», expliquait le vice-ministre aux militants venus assister à un séminaire sur les relations publiques de l’Etat d’Israël.

Déligitimiser Israël aux yeux du monde. Pour Danny Ayalon, viceministre des Affaires étrangères, les armes de l’Autorité palestinienne (AP) ont évolué. Désormais, prime un combat politique diffamatoire qui vise à calomnier l’Etat hébreu sur la scène internationale. L’AP a tenté de nous

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir Et d’ajouter : «Nous devons comprendre que nous sommes face à un ennemi opiniâtre, qui manipule Internet et les associations humanitaires de façon particulièrement sophistiquée.»

La communication : une arme réelle Pour Ayalon, si la campagne de délégitimation persiste, elle constituera un véritable obstacle à la paix. Il soutient que pour venir à bout de ce danger, Israël doit s’unir. «Nous avons besoin d’un réseau plus large que les institutions officielles.

Par JPOST.FR

Par Marc Brzustowski

Pour ©2010 lessakele et © 2010 aschkel.info Mardi dernier, le 28 octobre, le Hezbollah a mené un exercice de commandement dans toutes les regions du Liban afin de tester le niveau de préparation de sa milice armée pour le moment que ses dirigeants appellent « l’Heure H », ce qui signifie établir sa mainmise sur le Liban et acculer le Premier Ministre Saad Hariri.

Il y avait aussi 150 autres “personnels de sécurité”. Ces 400 personnes ont été tués pendant le tout premier jour de l’opération.» La radio israélienne a indiqué que ces chiffres étaient compatibles avec ce que Tsahal a présenté au rapport Goldstone. Mais celui-ci a, sans en expliqué pourquoi, réfuté ce que disaient les israéliens. En fera t-il autant avec ce qu’affirme maintenant

(Pour lire notre reportage du 30 octobre sur ce discours et son impact, cliquez ici.) Le groupe terroriste chi’ite n’a pas fait mystère des raisons qui président à sa posture guerrière – bien au contraire :

L’exercice “Heure H” a fait la démonstration, selon des sources du Hezbollah, “de la mise en place rapide sur le terrain” de tout déploiement qui s’avérerait nécessaire. Elles prétendent « qu’en moins de deux heures », ses hommes se sont montrés capables de « maintenir une emprise sécuritaire et militaire de vastes zones du Liban ». Nos sources remarquent que c’est la première fois que le Hezbollah a fait

Le Hamas a confirmé pour la première fois, qu’entre 200 et 300 de ses membres de l’aile militaire ont été tués pendant l’offensive de Plomb Durci. Immédiatement après l’opération, le Hamas avait indiqué que moins de 50 de ses hommes avaient été tués. C’est le ministre de l’Intérieur du Hamas, Fathi Hamad, qui a confirmé les chiffres. Il l’a fait uniquement dans une interview en langue arabe au journal Al-Hayat : «Ce que nous avons appelé des “policiers” qui ont été tués pendant l’opération sioniste étaient bien 250 combattant du Hamas. Adaptation et analyse, Jonathan-Simon Sellem

Les sources militaires de Debkafile rapportent que l’exercice a duré la journée entière et a débouché sur le discours à couteaux tirés lancé par Hassan Nasrallah, le dirigeant du Hezbollah, cette nuit-là, qui a été interprété par toutes les factions libanaises comme une déclaration de guerre contre leur gouvernement et le prologue à un réchauffement de la frontière avec Israël.

2. Il s’agissait d’un entraînement en vue de toute action militaire planifiée en prévision des heures qui mèneront à la publication des mandats d’arrêt du Tribunal Spécial pour le Liban contre des dirigeants du Hezbollah pour complicité dans l’assassinat de l’ancien Premier Ministre libanais Rafik Hariri, il y a cinq ans.

Mensonge Goldstone : le Hamas avoue la perte de 350 policiers pendant Plomb Durci

Au 21e siècle, la communauté toute entière doit faire front pour résoudre ces problèmes.» Et d’assurer que le gouvernement est prêt à soutenir financièrement une campagne de réhabilitation de l’Etat hébreu. Redorer son image ne sera, toutefois, pas une mince affaire. «Nous ne pourrons faire ça seuls», précise Ayalon.

Un exercice “Heure H” du Hezbollah pour renverser le gouvernement libanais

1. Le Hezbollah a trouvé nécessaire de répondre au récent “exercice électronique” de Tsahal, se conformant en cela à une décision prise au plus haut niveau en Iran, Syrie et au Hezbollah, de ne jamais laisser aucun mouvement militaire américain ou israélien sans réponse.

10

le Hamas ? Bien que la mission n’a pas exclu la possibilité qu’il pourrait y avoir des personnes dans le force de police qui travaillent également dans des groupes armés, il estime que l’affirmation faite par le gouvernement d’Israël, qu’une majorité écrasante des policiers étaient également membres de l’aile militaire du Hamas ou des militants du Hamas ou d’autres organisations terroristes” semble être une exagération qui a conduit à des pertes policières qui ne peuvent-être justifiées. Avec le temps on se rend compte qu’Israël avait donc raison. Que Goldstone a menti. Mais ça, tout le monde s’en fout ! Ne comptez pas sur les médias européens pour en publier une seule ligne ! Par le passé, JSSNews a déjà publié quelques photos de “civils” tués par Israël pendant l’opération Plomb Durci. Que du beau monde ! Avec EoZ – Adaptation et analyse, Jonathan-Simon Sellem

Les Iraniens préfèrent se taire sur leur trafic d’armes mention publiquement de ses projets de prendre le contrôle du Liban par la force des armes – et cela même, sans attendre que les mandats d’arrêt du TSL ne soit émis. Ce dévoilement de ses intentions en public s’est réalisé cinq jours après cet exercice de commandement d’importance cruciale, de façon à marquer le coup. Il tire avantage d’une période durant laquelle ses principaux opposants se trouvaient occupés ailleurs. Le Président Barack Obama est débordé par la chute des taux des démocrates dans les sondages juste avant les élections de mi-mandat du 2 novembre. Le Roi saoudien Abdallah a les yeux rivés sur une initiative ambitieuse visant à réunir une conférence de conciliation nationale de toutes les factions irakiennes afin de rompre la longue période d’impasse pour la formation d’un nouveau gouvernement à Bagdad. Le Roi saoudien cherche à réaliser une percée rassemblant tous les Arabes, qui repousserait l’Iran loin des leviers

de commande.

que la cache contenait des armes, qui avaient été saisies par les agents de sécurité nigérians, armes en provenance d’Iran.

Et à Jérusalem, les cercles politiques sont totalement empêtrés dans la trivialité de scandales internes, aussi reluisants que l’emploi illégal d’un travailleur étranger au domicile du Ministre de la Défense Ehud Barak ou les chamailleries sans fin autour des bourses pour les étudiants en yeshiva vivant chez leurs parents.

Le navire MV CMA CGM Everest avait chargé les 13 conteneurs à Bandar Abbas, un port du sud de l’Iran, a indiqué la compagnie. L’expédition, qui avait fait escale dans le port de Bombay avant de se diriger vers Lagos, avait été étiquetée comme contenant des « paquets de laine de verre et des palettes de pierres. »

Le Hezbollah perçoit aussi qu’il peut envoyer librement ses hommes armés dans les rues de Beyrouth et éventé sa fureur contre Israël sans que les médias occidentaux ne sursautent, parce qu’ils sont tous complètement absorbés par le complot aux colis piégés d’al Qaeda et ses ramifications intercontinentales. Par M.BRZUSTOWSKI

D’habitude si bavard, les iraniens, via leur ambassade au Nigeria, refusent de discuter de la récente saisie d’armes. L’ambassade d’Iran au Nigeria a déclaré lundi qu’elle n’élaborerait pas sur les armes saisies au Nigeria et liées à l’Iran. Un communiqué explique que « tout mot inutile ajouterait à la confusion déjà existante. » L’ambassade a également ajouté qu’aucun iranien n’a été arrêté au cours de la saisie d’arme, une réflexion justement inutile, tant il est clair que personne n’accompagnerait des conteneurs d’armement au fond de la cale d’un navire. Des agents des services de sécurité du Nigeria ont découverts les armes mardi. Samedi, CMA CGM, un expéditeur international de fret français, a déclaré

Les journalistes autorisés à voir les armes mercredi ont vu des roquettes de 107 mm, des cartouches de mitrailleuses, et d’autres articles étiquetés en anglais. Les autorités ont déclaré que l’envoi contenait également des grenades, des explosifs et des lanceroquettes. Les responsables israéliens accusent l’Iran de tenter de faire passer des armes dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas. En déchargeant les armes au Nigeria, les israéliens suggèrent que l’Iran a peut être cherché à charger les armes sur des camions et à les faire traverses l’Afrique pour contourner l’embargo en place autour de la bande de Gaza.


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

11

Israël - L’artillerie, fleuron de l’armée de terre Israël en état d’alerte à la exploite un système de lance-roquettes multiple, acheté des États-Unis en bombe depuis jeudi

L’opération Plomb durci s’est accompagnée de son lot d’innovations stratégiques. Première du genre, le commandement Sud de l’armée israélienne avait mis en place un centre de commandement unique. Autour de la même table, un représentant de l’armée de l’air, de la marine, de l’armée de terre et des différentes agences de renseignements. Le système fonctionnait assez simplement. Quand le Shin Bet (service de sécurité intérieure) ou les renseignements militaires communiquaient l’emplacement d’une cible, le commandement central passait alors en revue ses ressources disponibles et choisissait celles à utiliser. Au menu : avions de chasse, navires de la marine, tanks ou canons, autant de ressources à la disposition de Tsahal pour porter atteinte à un haut responsable du Hamas, frapper une cellule terroriste ou une cache d’armes. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Au cours de la seconde guerre du Liban en 2006, chaque division de l’armée israélienne disposait de son propre poste de commandement. Conséquence : un manque de communication entre les différentes unités. Ainsi, l’armée de l’air n’était pas constamment informée sur les avancées des forces terrestres, et vice versa. Dans la plupart des cas, les attaques étaient menées par l’aviation en raison de sa capacité à larguer une bombe sur une cible avec beaucoup de précision, minimisant ainsi les dommages collatéraux. Quant à elle, l’artillerie a rarement été mise à contribution. Et pour cause, ses obus ne pouvaient afficher la même qualité de tir précis. Aujourd’hui, les choses sont sur le point de changer. Dans un futur conflit, le corps d’artillerie pourrait constituer une pièce maîtresse pour Tsahal, au même titre que ses F-16 et F-15. Au cours des 18 derniers mois, l’artillerie israélienne a réalisé un bond technologique impressionnant avec l’intégration de nouveaux systèmes d’armes. Avantage : augmenter la précision des frappes contre les cibles ennemies. Une puissance qui a valu à l’unité le surnom de «l’armée de l’air des forces terrestres», attribué par le brigadiergénéral David Swissa. S’adapter aux guerres asymétriques La précision constitue un avantage de premier ordre dans le type de conflits qui oppose Israël au Hezbollah et au Hamas. Dans les deux cas, l’ennemi s’est

délibérément positionné en milieu urbain. Mosquées, hôpitaux et maisons servent à la fois de centres de stockage pour son arsenal et de rampes de lancement pour ses roquettes et ses missiles. «Nous devons être capables de frapper des cibles avec précision», explique Swissa. «C’est pourquoi le corps d’artillerie est en passe de devenir une force qui repose beaucoup plus sur les capacités de frappe de précision», ajoute-t-il. Au cours de la seconde guerre du Liban, l’unité avait lancé 177 000 obus sur le Liban sans pour autant parvenir à bouleverser l’équilibre des forces et à réduire le nombre de tirs de roquettes contre le nord de l’Etat hébreu. Aujourd’hui, l’unité se fixe des défis de taille en prévision de nouveaux conflits. Son nouveau mot d’ordre : efficacité. Son outil : la mise en place d’un programme pour se procurer de nouveaux missiles et roquettes, plus précis. Nouveau venu, l’Accular, une roquette de 160 mm de diamètre guidée par un système GPS. Développée par les Industries militaires israéliennes (IMI), elle affiche une portée de 40 km et une marge d’erreur de moins de 10 mètres. Derrière ces efforts, la volonté de Tsahal d’exploiter plus efficacement ses ressources. Un bémol : le droit international limite l’utilisation d’armes à fragmentation, en particulier au Liban. En outre, ces innovations permettront à l’armée de l’air de se concentrer sur des objectifs stratégiques plus complexes en territoire ennemi, pendant que l’artillerie se consacrera aux cibles situées dans un périmètre de 40 km à l’intérieur de la frontière. L’unité a déjà, dans son arsenal, des armes de haute précision, utilisées par un corps d’élite appelé Meitar. Selon l’avis de la majorité des officiers de l’armée, les capacités de ce matériel dernier cri se sont considérablement accrues. En somme, les nouveaux missiles comme l’Accular modifieraient complètement la donne sur le terrain des combats. Une petite visite du côté du plateau du Golan, terrain d’entraînement principal de plusieurs unités stationnées dans le Nord, donne un aperçu éloquent de la réalité de l’artillerie de l’armée israélienne. «Notre slogan : ‘Plus loin, plus fort, plus précis’», explique le commandant du bataillon, le lieutenant-colonel. Dov Cohen. Un matériel dernier cri L’un des bataillons, le «Thunder» (ndrl : tonnerre),

1994. Grâce aux technologies made in Israel, ce système s’est développé au fil des années au point de devenir l’arme la plus dévastatrice de l’arsenal terrestre de l’armée israélienne. Problème, il n’est pas adapté au combat urbain. D’une part, les roquettes propulsées transportent des bombes à fragmentation et explosent généralement en plein vol, dispersant des centaines de petites bombes. Conséquence : s’il est extrêmement efficace contre des combattants ennemis et des véhicules en zones ouvertes, en revanche, son utilisation dans des zones civiles demeure très controversée. En effet, un nombre relativement élevé de petites bombes n’explosent pas et causent alors plus tard des dommages collatéraux. Par ailleurs, l’acquisition par l’unité d’une nouvelle bombe à fragmentation révolutionnaire produite par l’IMI a ses limites.

Son mécanisme d’autodestruction qui s’enclenche même si la bombe n’explose pas, limiterait ainsi son efficacité en cas de conflit asymétrique. Autre avancée technologique, le déploiement quelques semaines auparavant d’un réseau de radars le long de la frontière Nord, capable de pister des roquettes et de repérer leurs sites de lancement. Cela nous permet non seulement de savoir là où le missile va s’abattre, mais également de riposter immédiatement en visant la rampe de lancement», explique David Swissa. Jusqu’alors réservée aux forces aériennes, l’utilisation des drones s’est depuis quelques années élargie au corps d’artillerie, désormais responsable de l’exploitation de ces aéronefs sans pilote au sein du commandement des forces terrestres. Le 10 octobre, a ainsi été inaugurée la nouvelle unité «Sky Rider», composée d’un bataillon de drones dotés de la technologie Skylark 1, créée par la société Elbit Systems. L’artillerie participe régulièrement aux différents exercices militaires, et travaille en étroite collaboration avec les unités d’infanterie.

Le ministre des transports, Yisrael Katz, a laissé entendre lundi qu’Israël a été averti de l’intention d’envoyer des bombes dans des synagogues américaines jeudi, avant que le complot ne soit révélé au public le jour suivant. « Depuis jeudi, des représentants israéliens ont été sur place, dans les aéroports les plus sensibles du monde, sécurisant les expéditions vers Israël, » a-t-il déclaré avant un exercice à grande échelle à l’aéroport internationale Ben Gourion. « La réalité nous rattrape, et nous devons nous préparer en vue d’empêcher le pire de tous les scénarios. Nous sommes prêts à faire face à une menace maintenant reconnue par le monde entier. Toutes les compagnies aériennes proposant des vols vers Israël sont obligées d’utiliser les meilleures mesures de sécurité. » Katz a dit qu’il a essayé de persuader le premier ministre Benyamin Netanyahou d’établir une agence de sécurité nationale, telle que celle qui existe

aux Etats-Unis, qui « transfèrerait la sécurité des vols israéliens à travers le monde, des compagnies aériennes comme El Al, dans les mains de l’état. » Au cours du week-end, un complot terroriste a été exposé après que les autorités aient découvert deux paquets envoyés du Yémen vers des synagogues de Chicago, ces paquets contant des explosifs. Ce complot, qui aurait été conçu par al-Qaida, a été révélé après des renseignements précis reçus par l’Arabie Saoudite. L’un des paquets a été découvert à Dubaï, après avoir voyagé sur deux vols de passagers, et l’autre en Grande Bretagne. Selon les autorités, les bombes étaient destinées à détruire les avions qui les transportaient. Pendant ce temps, les autorités yéménites affirment qu’elles ont utilisé des mesures exceptionnelles (…) pour la vérification de toutes les marchandises qui quittent le pays, selon l’agence de presse officielle Saba.

Prise d’otages à Bagdad. Le bilan s’alourdit et passe à 39 morts

Efficacité oblige, le commandement de l’armée de terre a déployé dans chaque bataillon des officiers responsables de la coordination entre l’infanterie et l’artillerie.Nouveau jouet à la disposition de l’unité, le dernier radar développé par Elta Systems, filiale des Industries aérospatiales israéliennes, permet ainsi l’élimination d’un lanceroquettes en un temps record. Moins de 25 secondes, selon David Swissa. En cas de futur conflit avec le Hezbollah, l’artillerie fournira un appui terrestre déterminant dans le cadre de manœuvres en territoire ennemi. «Toute opération au sol nécessite un soutien de la part de l’artillerie», explique David Swissa. Et de préciser : «En particulier dans des zones dégagées ainsi qu’à la périphérie des villages.» Par YAAKOV KATZ

Le bilan des morts de la prise d’otages sanglante dans une église de Bagdad a augmenté, ce lundi, et passe à 39 morts et des dizaines de blessés,ont déclaré les responsables irakiens. Le bras de fer a commencé au crépuscule dimanche, quand des terroristes armés de grenades sont entrés dans l’église« Notre-Dame de la Deliverance», l’un

des principaux lieux de culte catholique, en prenant en otage 120 chrétiens Les forces irakiennes ont pris d’assaut l’église dans la soirée. Les forces de sécurité ont déclaré qu’au moins un prêtre et neuf policiers font partie des 39 morts.


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

14

Pascal Boniface et son problème de l’antisémitisme L’antisémitisme du M.R.A.P. On ne présente plus le Directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et l’enseignant à l’Institut d’Etudes européennes de l’Université de Paris 8 Pascal Boniface depuis la parution en 2003 de son célèbre livre « Est-il permis de critiquer Israël ? ». Un livre, dont le titre si explicite, dissocie tout amalgame entre antisémitisme, antisionisme et critique du gouvernement israélien. Dans un article paru dans le quotidien La Croix en date du 26 octobre dernier et intitulé « Antisémitisme et critique du gouvernement israélien » il récidive sur le sujet qui le préoccupe tant et tant. « Brandir l’accusation d’antisémitisme contre ceux qui critiquent le gouvernement israélien est une méthode ancienne et répandue (…) Mais, disent certains, l’antisémitisme se réfugie désormais derrière la critique d’Israël. Il y a une assimilation faite entre antisémitisme, antisionisme et critique de la politique du gouvernement israélien. Ce sont pourtant des notions tout à fait différentes. La confusion qui est opérée à leur égard n’est pas innocente, elle vise à protéger le gouvernement israélien ». On a donc bien compris, les malfaisants, les pernicieux sont ceux qui amalgament ces trois ‘’qualités’’ dans l’objectif malsain évident de défendre le gouvernement israélien quel qu’il soit et quoi qu’il fasse. La preuve par neuf étant bien sûr qu’« Il ne viendrait à personne l’idée d’accuser de racisme quelqu’un qui critiquerait le gouvernement américain, russe, chinois (…) S’élever contre (leur) politique étrangère ne conduit pas à être accusé de racisme antiaméricain, antichinois ou antirusse ». Personne, effectivement, ne peut être taxé d’antisémitisme lorsque la critique se trouve être légitime. Ainsi, il faut lui donner quitus lorsqu’il assure que « de nombreux opposants israéliens et la plupart des organisations de défense de droits de l’homme de ce pays » ne sont pas antisémites lorsqu’ils sont dans leurs rôles d’opposants.

Mais là où cela se corse c’est lorsqu’il écrit qu’« antisémitisme et antisio-

nisme ne sont pas assimilables. L’antisionisme est l’opposition à l’existence de l’État d’Israël. Certes, il peut y avoir des antisémites qui sont également antisionistes, leur haine des juifs les conduit à refuser qu’ils puissent disposer d’un État. Mais il peut également y avoir des juifs qui sont antisionistes, soit parce qu’ils sont très à gauche (tradition du Bund) et estiment que les juifs doivent mener un combat politique dans leur pays d’origine, soit au contraire parce qu’ils sont très religieux et pensent que c’est offenser Dieu que de vouloir donner un État aux juifs. Ils refusent l’idée de l’État d’Israël au nom de la Torah ». A bien comprendre entre les lignes, il y a, selon le directeur de l’Iris des antisémites qui ne sont pas antisionistes. Autrement dit des individus vouant une hostilité certaine à l’égard des Juifs mais non pas envers l’état des Juifs ! La preuve par son contraire est qu’il existe, nous dit-il, des Juifs qui sont contre l’existence de l’état d’Israël et ne peuvent donc être antisémites, autrement dit contre euxmêmes. Ce qui démontre, par A+B malgré que certains Juifs ont la haine de soi, que d’autres individus que Juifs peuvent être antisionistes mais non pas antisémites.

Ainsi, pour conforter l’affirmation par l’exemple, les ‘’Palestiniens’’ également n’en veulent qu’à l’existence de « l’entité sioniste » et non pas à leurs habitants. C’est du moins ce qu’ils disent. Les pro-palestiniens idem. Ils ‘’critiquent’’ systématiquement le gouvernement israélien dans l’objectif unique d’aider les ‘’autochtones’’ à retrouver leurs biens ‘’spoliés’’ en 1948 et non pas nuire au droit élémentaire du peuple juif à s’autodéterminer comme tout autre peuple. Si ce droit venait malencontreusement à disparaître cela ne serait être de leur faute. Ils sont, n’en déplaise, ANTISIONISTES uniquement. Une autre affirmation de Pascal Boniface émerge de ce texte malgré son silence à ce sujet. A bien lire encore entre les lignes, il n’existe pas d’individus critiques qui soient également antisémites et/ou antisionistes. Chacun sait que l’antisémite et/ou l’antisionisme ne se sert JAMAIS de la citrique ‘’légitime’’ du gouvernement israélien ! Ainsi, on est prié de croire que les critiques permanentes

dirigées toujours et exclusivement vers le même belligérant n’émanent nullement d’antisémites et/ou d’antisionistes. Cette catégorie d’individus se contentent de critiquer, probablement pour le bien de l’humanité, le gouvernement israélien quel qu’il soit et quoi qu’il fasse. C’est dans cette catégorie que se situe, à l’entendre, Pascal Boniface lui-même. Pour conclure, il nous assure que « Confondre volontairement antisémitisme, antisionisme et critique de l’action du gouvernement israélien est malhonnête intellectuellement et conduit à privilégier la défense de ce dernier au détriment de la lutte contre l’antisémitisme ».

La malhonnêteté intellectuelle serait de passer sur la signification académique du terme antisémitisme. Selon tout dictionnaire français, cela n’est pas autre chose que de l’hostilité envers les Juifs. Être, en conséquence, contre le droit à l’autodétermination du peuple juif est, qu’on le veuille ou non, de l’HOSTILITE. Ainsi, être ANTISIONISTE c’est être ANTISEMITE. La critique systématique du gouvernement quel qu’il soit ou quoi qu’il fasse est également de l’hostilité. Ce qui équivaut à de l’ANTISEMITISME. Affirmer, du haut d’un strapontin quelconque, qu’amalgamer ses trois ‘’qualités’’ c’est agir au « détriment de la lutte contre l’antisémitisme » s’apparente, en fait, à mépriser les véritables défenseurs des droits de l’homme juif et à favoriser l’essor de ce fléau. Pascal Boniface y participe à coup sûr. Victor PEREZ © http://victor-perez.blogspot.com

Le M R A P est, selon ses statuts, un Mouvement associatif qui lutte contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples. Bien que le termeANTISEMITISME ait disparu du sigle depuis plusieurs années, officiellement c’est encore un combat mené en son sein. C’est tout au moins ce que prétendent ses dirigeants. Et pourtant ! Sur la page d’accueil de l’association ce qui frappe à première vue, au nombre d’actions engagées, est la préoccupation première du bien-être du peuple ‘’palestinien’’. Pas celui de la partie qui vit au sein des pays musulmans frères et qui est corvéable, exploitable et expulsable à souhait, voire est interdite légalement d’activités professionnelles et de droits élémentaires comme au Liban, mais celle qui est confrontée et au contact direct d’Israël. Ce pays qui comprend une majorité de Juifs et qui, depuis sa renaissance, est accusé de tous les maux de la planète. Accusation qui fait rougir de plaisir les ‘’démocraties’’ telles, parmi tant d’autres, le Soudan, l’Arabie Saoudite ou encore l’Iran et dont le MRAP a omis de pointer leurs manquements aux droits de l’homme, qu’il soit ‘’palestinien’’ ou non, sur sa page d’accueil. Une des quatre actions de ce mouvement en solidarité de cette partie du peuple ‘’palestinien’’, est l’invitation à « Dénoncer et briser le siège israélien contre Gaza » par l’envoi d’un bateau français. Le MRAP n’étant pas sans savoir que la bande de Gaza est entre les mains d’un Hamas à la charte préconisant l’éradication du droit à l’autodétermination du peuple juif sur sa terre, il ne peut douter, ne serait-ce qu’un instant, que le siège une fois levé permettra à ces ‘’résistants’’ -par un réarmement massif- de tenter au mieux de jeter à la mer la population juive s’y trouvant, voire l’assassiner. Cette complicité objective n’est donc rien d’autre qu’une hostilité flagrante à l’encontre de ces futures victimes. Une hostilité dénommée par tout dictionnaire sérieux antisémitisme. Dénoncer et briser le siège israélien contre Gaza Promouvoir et faire respecter le droit international Répondre

à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Gazaouis. Une autre de ses actions tendant à cette accusation, est un appel à boycotter « les fruits et les légumes des colonies israéliennes ». Le mouvement ‘’antiraciste’’ étant un organisme assujetti au droit français et le boycott interdit par la loi de ce pays, tout quidam, un tant soi peu honnête, sera intrigué par le silence des autorités publiques à ce sujet. D’autant plus, que les marques citées dans cette appel, Carmel ou Jaffa, sont des labels qui ont été crée bien avant la guerre de légitime défense des six jours et la ‘’colonisation’’ de la Judée et Samarie. Sauf à admettre qu’Israël dans sa totalité EST une « colonie », ce boycott ne contribuera donc pas à combattre « l’injustice envers les Palestiniens » mais permettra d’en commettre envers les Israéliens vivant de ces récoltes produites sur leurs terres légalement reconnues. Cet appel comme le précédent est donc basé sur l’hostilité aux Juifs. Ce qui se dénomme là encore antisémitisme. Les deux autres actions de ce mouvement se trouvant être sur la page d’accueil font une présentation subliminale et orientée du conflit. Ainsi, Israël est représenté par l’image d’un char d’assaut et la clôture de sécurité, ayant permis de stopper net les attentats suicides, est évoqué par l’image d’un mur de béton dont chacun sait, le MRAP compris, que la majeure partie de celle-ci est composée de grillages. Si l’on peut comprendre qu’une association antiraciste se préoccupe du sort d’un peuple, on ne peut qu’être sidéré de voir que le combat du MRAP est dirigé contre un seul des belligérants. Une orientation qui permet donc la question puis l’affirmation de l’antisémitisme de celui-ci par son hostilité systématique à l’encontre de l’état des Juifs. Une orientation qui doit faire retourner dans leurs tombes les créateurs de ce mouvement contre le racisme et l’antisémitisme, la plupart des Juifs ayant juré, alors, « plus jamais ça ». Victor PEREZ © http://victor-perez.blogspot.com


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

Danièle Mitterrand soutient la création d’un tribunal anti-Israël

On trouve Danièle Mitterrand, Présidente de la fondation France Libertés, parmi les signataires de la pétition de soutien à Stéphane Hessel. On remarquera que Pierre Galand est le créateur du Tribunal Russell sur la Palestine et qu’il fut «inauguré en présence du diplomate français Stéphane Hessel, un des pères de la Déclaration universelle des droits de l’homme, son [du «tribunal] objectif affiché est de «réaffirmer la primauté du droit international comme base du règlement du conflit israélo-palestinien» et de «mettre fin à l’impunité de l’Etat d’Israël» (Médiapart).

C’est au cours de l’odieuse conférence de l’ONU sur le racisme à Durban que le belge Pierre Galand, Président du Comité européen de coordination des ONG pour la question de Palestine, a annoncé que la fondation de la veuve de l’ancien Président de la République française François Mitterrand, Danièle Mitterrand, soutenait : «la réactivation d’un tribunal des peuples

où l’on puisse identifier l’ensemble des violations dont sont victimes les Palestiniens, annonçant qu’il a déjà obtenu l’accord des Fondations Rossel [Belgique] et Danièle Mitterrand» (ONU, Communiqué de presse, AG/PAL/818, Conférence internationale des Nations Unies de la société civile en solidarité avec le peuple palestinien

Le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, à travers le Directorat National de l’Information, a diffusé le 21 octobre dernier son avis sur ce que l’on nomme aujourd’hui « L’Affaire Mohamed A-Dura »….. Un enfant ‘’palestinien’’ de la bande de Gaza qui aurait été, selon le journaliste de France 2 Charles Enderlin, assassiné par l’armée israélienne le 30 septembre 2000…

avait fait l’objet d’une enquête scrupuleuse par Tsahal... L’enquête, comprenant des tests de lignes de feu, des expertises balistiques, l’analyse de la documentation de l’incident etc., avait constaté l’impossibilité de démontrer de manière claire et nette l’identité de la personne qui aurait atteint le jeune garçon…

Pour en savoir plus sur les activités anti-Israël de Pierre Galand cliquer ICI. Dessin: Ambassade d’Israël en Espagne (le «tribunal» fut créé en Belgique, et a tenu sa première «session» à Barcelone, la suivante aura lieu à Londres - en présence du Professeur Pierre Galand (Université Libre de Bruxelles) et de ... l’ambassadeur Stéphane Hessel.

15

JCall, Cohn-Bendit et le boycott anti-israélien Le 03 mai 2010, quelques intellectuels juifs européens ont décidé de lancer un Appel à leur raison (1). Celle qui reconnaît d’emblée une « faute morale » israélienne et l’illégitimité du gouvernement actuel librement élu par les citoyens israéliens. Un appel lancé du haut de la tribune du parlement européen en compagnie, entre autres, du célèbre député Daniel Cohn-Bendit. Un élu que l’on retrouva encore sur l’estrade de JCall lors d’une réunion publique le 08 octobre dernier à Paris et qui en 1968 cria CRS=SS mais ne manifesta pas son désaccord lorsque David Chemla, secrétaire général de l’association, fit intervenir la police afin d’expulser quelques individus désireux de porter la contradiction ! Deux manifestations officielles de

JCALL et signé par tous les membres de son bureau », « Le Monde publiera sous peu la première condamnation d’envergure du boycott d’Israël, sous la signature commune de personnalités de premier plan du monde politique, culturel et artistique ». Une occasion unique donc, ainsi offerte au député européen de préciser sa position envers le boycott et joindre sa voix à cette condamnation. Un texte intitulé « Le boycott d’Israël est une arme indigne » ( 4) cependant signé par un très petit nombre de comédiens, d’écrivains ou encore de politiques…..mais pas par Daniel Cohn-Bendit. Est-il imaginable, en conséquence, que les membres dirigeants de JCall, à l’origine de ce texte et suite à la querelle autour de cet élu, n’aient point ima-

Nous reviendrons sur ceci bientôt.)

Charles Enderlin et France 2 sur le grill israélien

Un ‘’meurtre israélien’’ qui a fait les beaux jours des médias internationaux et je cite « servi de prétexte a certains pour inciter à la haine, à l’antisémitisme et à la violence contre des israéliens »… L’Intifada armée et l’assassinat de Daniel Pearl par Al-Qaïda, parce que juif, en sont des preuves évidentes. Le point de vue officiel israélien est sans appel pour la chaîne France 2 ainsi que pour son envoyé permanent... Voici quelques citations. Il soulève « des doutes sur le bien-fondé des affirmations de la chaine française FRANCE 2, telles qu’elles ont été diffusées le 30 septembre 2000, et selon lesquelles l’enfant aurait été touché par des tirs en provenance du poste de l’armée israélienne au carrefour de Netsarim, visant l’enfant et son père Jamal »… Il évoque les méthodes « par lesquelles les palestiniens ont créé et mis en scène des événements médiatiques au service de leur propagande; d’ailleurs, le journaliste à l’origine du reportage Al Dura avait admis dans un documentaire être au courant de ces pratiques palestiniennes »… Il précise encore « qu’il était faux de faire endosser la responsabilité dans l’affaire Mohammed Al Dura à Tsahal et à l’Etat d’Israël… Les éléments révélés réfutent les assertions qui avaient alors été émises à l’encontre des israéliens, et que les médias internationaux, FRANCE 2 en tête, n’avaient jamais soumises à examen approfondi en leur temps »… Enfin, il rappelle que « l’incident

A ce moment la déjà, la thèse d’un tir de Tsahal avait été sérieusement mise en doute »….. A ces quatre points, Charles Enderlin a répondu à sa façon sur son blog….. Non pas en admettant son erreur, mais en considérant que le point de vue officiel israélien n’était je cite que « la troisième étape du modèle de la théorie du complot développé par le chercheur britannique David Aaronovitch : Des personnages de premier plan apportent leur caution à la découverte de la vérité’’ »…Ici, il s’agit des proches du Premier ministre et d’un complot qui le vise, évidemment… Il ne s’agit pas ici de décortiqué sa réponse mais de comprendre combien il tourne autour du sujet aux fins d’éviter de se confronter aux réalités… Ainsi, à l’accusation que France 2 n’avait jamais soumis à examen approfondi les assertions émises à l’encontre des Israéliens, Enderlin assure que « L’armée israélienne n’a JAMAIS demandé à France 2, de participer à une enquête quelconque… Nous l’aurions accepté à condition qu’elle se déroule selon les critères internationaux d’indépendance et de sérieux et avec un suivi juridique, voire judiciaire » … Sauf à apprécier les conditions émises à l’égard de l’état d’Israël où la Justice s’écrit avec une majuscule et les commissions d’enquêtes ne sont décriées par aucune opposition, on se rappellera les promesses du précédent président de France Télévision, Patrick de Carolis, de tenir sur le sujet une commission d’enquête conjointe avec le Crif... Un Crif qui affirme je cite que « Les raisons qu’il (Charles Enderlin) donne (dans son dernier livre) du blocage de la commission d’enquête demandée par le CRIF à France 2 sont fausses

». Une accusation claire et nette non dénoncée à ce jour par l’envoyé permanent de France 2 à Jérusalem. Autre point important…. Le point de vue officiel israélien rappelle l’enquête de Tsahal sur le sujet affirmant la forte probabilité que l’enfant je cite « aurait été atteint par le feu nourri des Palestiniens émanant au même moment à partir de plusieurs sources, dont certaines étaient proches de l’endroit où se tenaient le jeune garçon et son père »… Assertion tenue, rappelons le, suite à l’investigation de Tsahal….. Charles Enderlin, suite à ‘’l’enquête’’ qu’il a probablement tenue avec son assistant Talal Abu Rahma (alors seul sur les lieux de l’incident), est d’avis différent… Ainsi, lors d’un entretien de promotion de son dernier livre sur France 24 il assure je cite qu’au moment de la mort de l’enfant « il n’y avait pas de tirs croisés à ce moment là, (…) pas de tirs qui partaient en direction de la position israélienne, il n’y avait que des tirs qui venaient vers le père et le fils, il n’y avait donc pas de tirs croisés en ce moment là »... Chacun comprendra aisément qu’il n’a aucun doute quant à la nationalité du ‘’meurtrier’’….. Charles Enderlin n’est plus à un mensonge ou une approximation près… Il est devenu, contre son gré, une icône d’un combat anti-israélien où le politiquement correct mène la danse…A ce jour, les téléspectateurs de France 2, pour ne parler que d’eux, ne connaissent toujours pas les griefs portés contre leur journaliste… A l’heure où sont dites ces lignes, aucun média francophone n’a repris dans ses colonnes l’avis officiel du bureau du Premier ministre… Cependant, la muraille qui le protège actuellement est entrain de se fissurer… L’actuel gouvernement israélien ne pourra en rester là, et devra tôt ou tard réclamer de la chaine française une correction, sinon une commission qu’elle ne pourra refuser. Victor PEREZ ©

JCall donc, qui ont vu Daniel CohnBendit participer aux débats et démontrer ainsi sa proximité d’idées avec des dirigeants qui l’ont invité sous couvert de sa ‘’sympathie’’ envers l’état des Juifs. Une ‘’bienveillance’’ qui ne fut pourtant jamais mise en avant lors des nombreuses condamnations du parlement européen nuisant aux intérêts israéliens. Là où, cependant, le bât blesse le bureau de JCall, c’est lorsque l’on retrouve son nom sur une pétition soutenant ‘’la liberté d’expression’’ de ceux qui boycottent l’état israélien. -Une ‘’liberté’’ qui encourage sciemment le viol de la loi française. -Un soutien du député aux boycotteurs qui entrave et met à l’index la seule démocratie du Proche et Moyen-Orient et embarrasse fortement cette soi-disant association de ‘’citoyens Juifs européens indéfectiblement attachés à l’avenir et à la sécurité de cet État’’. JCall, après avoir été appelé à s’expliquer publiquement de cette collaboration par le journaliste Clément WeilRaynal (2), a envoyé l’avocat Patrick Klugman -membre du bureau- dénoncer ce ‘’procès d’intention’’. Une défense ( 3) en l’occurrence qui affirme toutefois que « la position de DCB sur cette épineuse question n’est pas d’une grande netteté. (…) C’est flou, pas franchement courageux, éminemment contestable, mais cela ne peut s’assimiler à un appel au boycott» et qui précise que sous « l’instigation de

giné de quémander sa signature ? L’oubli, dans ce cas de figure ne paraît pas plausible. Ne reste plus vraisemblablement que l’hypothèse de son refus de signer. Gageons, alors, que dorénavant il sera mis à l’écart discrètement de toute autre manifestation publique. Ce qui vaudra aveu de cette mauvaise relation. Victor PEREZ ©


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

Condamnation des Juifs par le Synode, épisode deux : le pot aux roses Ainsi donc Michel Garroté avait raison – une fois de plus dirai je, lorsqu’il écrivait, je le cite « le synode a été pris en otage par ceux qui entretiennent d’excellentes relations avec l’Organisation de la Conférence Islamique ». Dans un autre article, il posait la question centrale : « a-ton simplement à faire à une contre-église islamo-compatible inventée par des ecclésiastiques orientaux désorientés ? » et sont ils « bien formés, courageux, pieux, sages et prudents » La CNA, (c’est la Catholic News Agency) révèle le pot aux roses (2), répond à Michel Garroté, et lui donne raison, quelques jours seulement après l’attaque rangée du Synode contre Israël, en publiant les révélations du secrétaire général de l’Association Caritative Catholique pour le Proche Orient, Monseigneur Robert Stern (note de JPG : tiens, il a un nom de Rabbin de Brooklyn, ce courageux homme) Ainsi Robert Stern explique que la préoccupation centrale des évêques du Synode est de « maintenir une présence Chrétienne au Proche Orient », et d’enrayer l’émigration massive des Chrétiens d’Irak et de Palestine, du fait des pressions (note de JPG : le mot pression, ici, n’est pas à interpréter dans son sens islamophile, mais islamophobe) que l’islam leur fait subir. « La plupart de ces évêques viennent de régions où ils sont en infime minorité, ils sont les évêques de toutes petites communautés, et ils subissent une pression énorme, du fait qu’ils vivent dans le monde islamique », observe Monseigneur Stern, « beaucoup d’entre eux sont dans des conditions politiques extrêmement précaires, ils vivent avec le danger, et leur communauté vit avec le danger. Pour cela, ils ne sont ni enclins, ni en mesure, de parler ouvertement de la situation » Voilà qui est dit, et qui est dit on ne peut plus clairement : une poignée de Catholiques résiste avec grande difficulté pour maintenir une présence chrétienne chancelante au proche orient ; ils vivent dans la

terreur de retrouver les membres de leur communauté égorgés, les femmes violées, les enfants démembrés à la moindre incartade ; et pour tenter de maintenir ce très fragile et éphémère équilibre, pour sauver leurs peaux et celles de leurs ouailles, les évêques orientaux n’hésitent pas un seul instant à livrer quelques millions de Juifs aux lions : si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas, ça mange pas de pain, on aura au moins le mérite d’avoir essayé. Il est étrange de constater que pour nous qui sommes des témoins confortablement protégés, l’issue est certaine. Nous savons que le raciste islamiste ne tolère ni Juifs ni Chrétiens sur les terres qu’il a un jour arrachées par le sang, et nous savons que la lâcheté ne triomphe jamais. Terrorisés, ces évêques ont perdu toute capacité de se ressaisir. « Toute l’affaire consistait à

Important accord salarial dans le public

La centrale syndicale israélienne Histadrout et le ministère des Finances ont signé dans la nuit de lundi à mardi un accord salarial pour le secteur public et évité ainsi une grève générale. En vertu de ce texte, les traitements des fonctionnaires vont augmenter de 6,25% en trois tranches d’ici janvier 2013.

Une prime exceptionelle de 2000 shekels (552 USD) leur sera en outre versée en fin novembre. L’accord revoit par ailleurs à la hausse le montant des prélèvements pour les pensions ainsi que les allocations versées aux familles monoparentales dans la fonction publique.

expliquer la situation des Catholiques du Moyen Orient, et de prendre les décisions qui permettront à la communauté, soit de survivre, soit de disparaître. ». C’est la conclusion de Monseigneur Stern. Si Michel Garroté avait pris connaissance de cette confession du courageux Robert Stern, au moment d’écrire ses articles (la déclaration de Stern a été publiée hier et les articles de Michel Garroté datent de la semaine dernière), à sa remarque : « le synode a été pris en otage par ceux qui entretiennent d’excellentes relations avec l’Organisation de la Conférence Islamique » il aurait certainement ajouté : « le synode a été pris en otage par ceux qui entretiennent de suicidaires relations avec l’Organisation de la Conférence Islamique » Jean-Patrick Grumberg

16


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

17

Aux dirigeants qui livrent l’Occident à l’islam, “nous vous demanderons des comptes” Bonjour, mon nom est Paul Weston et je représente l’International Free Press Society. Je suis ici aujourd’hui parce que nos élites libérales ont trahi nos pays pour l’islam. Il y a 42 ans, le politicien britannique Enoch Powell a prononcé son célèbre discours des « rivières de sang » dans lequel il déclarait que «la fonction suprême de l’homme d’Etat est de parer aux fléaux évitables.» Nos politiciens d’aujourd’hui font exactement le contraire : ils promeuvent activement un fléau évitable. Gate of Vienna Traduction par Poste de Veille en collaboration avec Suzanne Il y a quatre-vingts ans, un homme, Winston Churchill a été très clair sur la prévention d’un mal manifeste et actuel, Herr Hitler et les nazis. Mais Churchill était la voix solitaire qui crie contre la vague d’apaisement, et un carnage qui aurait pu être évité a eu lieu avec une intensité redoublée. L’Europe se retrouve aujourd’hui dans une situation similaire. L’islam croît aux plans démographique, territorial et militant tout en étant présenté comme une «religion de paix» par des politiciens lâches et carriéristes du type que ceux qui ont apaisé Hitler. Pour Winston Churchill, l’islam n’était pas une religion de paix. Il l’a décrite comme une religion de sang et de guerre. Toute personne ayant une connaissance de la fondation et de l’histoire de l’expansion islamique sait que c’est la vérité. Mahomet était un seigneur de guerre. Et il excellait. Il a vaincu militairement et converti la plupart des tribus païennes et chrétiennes de la péninsule arabique. Après sa mort, l’islam s’est rapidement répandu par l’épée, il a vaincu d’anciennes civilisations et envahi des continents. Aujourd’hui, l’islam est en Europe, il est en Occident, et il exige ce qu’il a toujours exigé : la domination islamique totale. Et si nous voulons résister, ils utilisent la terreur contre nous. Nos politiciens traîtres continuent pourtant de parler d’une «religion de paix », et ils nous disent que si nous refusons cette notion fantasmatique et ridicule et choisissons plutôt de croire Churchill qui disait que l’islam est une religion de sang et de guerre, nous serons jetés en prison. Bien sûr, l’islam n’est pas une religion de paix. Son fondateur était un guerrier, et le plus grand honneur accordé à un musulman est la promesse de hordes de houris parfumées et de rapports sexuels éternels dans l’Au-delà qui ne se méritent pas des actes de bon samaritain mais en mourant en martyr en combattant pour répandre l’islam impérialiste. Islam signifie littéralement soumission. Quel genre de religion se donne le nom de soumission ? L’islam divise le monde en deux sphères : la Maison de l’islam (soumission) et la Maison de la guerre. Quel genre de religion se définit par la conquête militaire? Pourtant, nos dirigeants nous disent que nous ne pouvons pas critiquer l’islam parce que c’est une religion, pendant que l’Organisation de la conférence islamique s’efforce, avec la connivence des Nations unies, de

rendre illégale toute critique de l’islam. Mais l’islam est beaucoup plus qu’une religion. Il s’agit d’un cadre politique, social, juridique et structurel qui domine totalement la vie d’un dévot musulman, et souhaite incidemment dominer aussi la vie de tous les dévots non musulmans. L’islam est profondément intolérant et profondément antidémocratique. Il ne croit pas aux lois édictées par les hommes dans une démocratie, préférant se conformer à la parole absolue d’Allah telle qu’elle a été interprétée au 7e siècle par un analphabète du désert. Nos politiciens ont importé cette idéologie intolérante et antidémocratique dans les démocraties libérales de l’Occident, puis ils osent nous criminaliser quand nous nous y opposons ! Mais comment ne pas critiquer l’Islam? Nos politiciens peuvent-ils vraiment protéger l’islam en tant que religion, le mettant ainsi hors de la portée de la loi ? Quand des homosexuels sont pendus à des grues, est-ce l’islam politique en action ou l’islam religion? Quand des femmes adultères sont enterrés jusqu’aux épaules puis lapidées à mort, est-ce l’islam politique ou l’islam religion ? Quand les musulmans qui veulent quitter l’islam sont condamnés à mort, est-ce l’islam politique ou l’islam religion ? Quand des femmes et des filles sont tuées par des maris, des pères et des oncles pour préserver l’honneur familial, est-ce l’islam politique ou l’islam religion ? S’il s’agit de l’islam politique, il faut dénoncer sa cruauté et sa barbarie. Si c’est l’islam religion, comment peuton ne pas la dénoncer également ? Ce qui est mal est mal et ce qui est barbare est barbare et ne peut être soustrait à la critique en s’abritant sous le mot «religion». En criminalisant la liberté d’expression, nos dirigeants socialistes montrent leur ambition dictatoriale. La liberté d’expression est la marque d’une société libre. La supprimer est un acte totalitaire d’autant plus grave que cette liberté est notre seul moyen de défense dans l’opposition pacifique à l’idéologie totalitaire islamique étrangère. J’espère que vous saisissez l’ironie de la situation. Pour protéger et promouvoir une idéologie totalitaire étrangère, nos gouvernants sont prêts à utiliser des méthodes totalitaires domestiques pour nous empêcher de défendre notre démocratie et notre liberté. L’Occident se conforme à la Convention européenne des droits de l’homme. Mais pas l’islam. Ils ont plutôt signé la Déclaration du Caire sur les droits de l’homme en islam. Et ils ont une réserve très importante: en cas de conflit entre la charia et les droits de l’homme, devinez ce qui l’emporte ? Tout à fait. La charia prévaut sur les droits de l’homme. C’est comme si un signataire de la Convention de Genève assassinait et torturait des prisonniers de guerre mais qu’il échapperait à un procès pour crimes de guerre parce que «ça fait partie de sa religion. »

Quand nos politiciens prétendent que l’islam est une religion de paix et laissent les musulmans imposer leurs lois chez nous, à l’Union Européenne et à l’ONU, alors nos politiciens trahissent leur pays et trahissent leur peuple. C’est un acte de haute trahison. «Peut-on commettre un acte de trahison en période de paix ? » se demandent certains. Mais sommes-nous vraiment en paix ? Nous ne nous considérons pas comme étant en guerre avec l’islam, mais l’islam se considère, lui-même, comme étant en guerre contre nous. Et cette guerre nous sommes en train de la perdre. Sur les plans du territoire, de la démographie, de la politique et de la démocratie. En effet, cette guerre est une agression sur deux fronts. D’un côté l’islam radical, de l’autre la trahison de la gauche. On impose à nos enfants de célébrer le multiculturalisme et l’islam, sans leur dire la vraie histoire de l’islam violent et expansionniste. Par contre, on leur raconte que leur propre histoire, leur religion, leur culture, leurs traditions, leur existence même, est juste une litanie d’impérialisme, de racisme, de meurtres et d’esclavage. C’est l’une des techniques psychologiques efficaces dont le but est de rendre l’ennemi sans défense, ou, pour citer Alexandre Soljenitsyne, « afin de détruire un peuple, il faut d’abord détruire ses racines ». Un gouvernement qui fait subir cela à son propre peuple, à ses propres enfants, est un gouvernement qui, manifestement, mérite d’être renversé. Quelqu’un peut-il vraiment argumenter en disant qu’un gouvernement qui flatte l’envahisseur étranger, tout en arrachant les défenses psychologiques et légales de ses propres citoyens, est un gouvernement qui ne serait pas coupable de haute trahison ? Maintenant, nous arrivons à une partie plus réjouissante de ce monologue déprimant, parce que dans ce moment de la bataille, nous avançons. Lentement, il est vrai, mais constamment, et je pense que personne ne pourra nous arrêter. Geert Wilders en Hollande, René Stadtkewitz en Allemagne, dont la popularité soudaine a obligé Angela Merkel à faire un virage à 180 degrés et à dénoncer le multiculturalisme. Les Démocrates Suédois, HeinzChristian Strache en Autriche, le Parti du Peuple Suisse, et en Angleterre où nous prévoyons un mouvement politique qui reprendra le flambeau de l’English Defense League et qui grandit rapidement. Et cette croissance ne peut que s’accélérer. De plus en plus de gens ont pris conscience de la nature de l’islam et de la profondeur de la trahison des gouvernants de gauche, et plus important, dans la mesure où les gens perdent leur crainte d’être traités de racistes - cette étiquette ayant été spécialement inventée pour nous retirer toute résistance contre un envahisseur racialement désigné et qui utilise le thème racial comme arme contre nous. En fait, regardons de près cette étiquette « raciste » maintenant. Ce n’est pas raciste de défendre notre pays contre une menace évidente et gran-

dissante. Ce n’est pas raciste de défendre notre culture, notre héritage et nos traditions. Ce n’est pas raciste de s’efforcer d’assurer un avenir démocratique à nos enfants et à nos petitsenfants. Si vous choisissez de ne pas défendre votre culture, votre pays et un avenir démocratique pour vos enfants, alors vous pouvez vous tapoter l’épaule dans les cocktails au champagne des « non racistes » socialistes à Islington. Vous pouvez adorer les idoles «antiracistes» des autres autant que vous adorez les vôtres, mais cela n’enlève en rien de ce que j’ai dit de vous : des traîtres. Vous êtes un traître à votre patrie, un traître à votre culture, et un traître envers vos enfants à naître. Et de plus vous êtes un vrai raciste, un raciste génocidaire. Dans une génération à peine, les jeunes Européens de souche vont devenir une minorité ethnique dans leur propre pays, si l’immigration de masse et la démographie galopante des musulmans continuent à ce rythme. On peut appeler cela poliment une immigration de remplacement. Plus crument, cela s’appelle un génocide non sanglant. L’ONU est très clair sur ce point. La définition d’un génocide est la suivante, je cite : « Article 2 : Dans la présente convention, le terme génocide signifie tout acte commis avec l’intention de détruire, totalement ou en partie, un groupe national, racial ou religieux ». Nous avons été trahis. L’un des plus tristes aspects de cette trahison est l’effet produit sur nos vétérans, sur tous ceux qui ont combattu pour leur pays et qui sont encore une vivante mémoire. L’ancien pilote de Spitfires, Alex Henshaw, est décédé il y a trois ans. Il était parfaitement conscient de la trahison politique de son pays. Il a dit : « Je ressens une profonde tristesse en pensant aux hommes jeunes que j’ai connus et qui ont donné leur vie pour une cause à laquelle ils croyaient. Je me dis souvent, si ces hommes jeunes revenaient maintenant et marchaient dans leurs villages, leurs villes, et voyaient ce qu’il nous advient, ils se diraient : nous avons été trahis ». Oui, Mr Henshaw, vous avez été tous trahis, et vous tous, gauchistes, socialistes et verts, vous allez devoir reconnaître ce que vous avez fait. Allez donc faire un tour dans vos villes, vos villages, et regardez les centaines de milliers de tombes, comme un testament du sacrifice ultime fait par des hommes jeunes, afin que vous puissiez vivre, aujourd’hui, en toute liberté dans une démocratie. Vous allez devoir apprendre que ce n’est pas une simple trahison, mais une triple trahison : • La trahison de tous nos parents qui ont combattu pour notre liberté, • La trahison de ma génération, que vous menacez d’emprisonner lorsque nous défendons l’héritage de notre liberté, et • La trahison de nos enfants à naître,

qui, sauf si nous n’arrêtons pas les tendances, immédiatement, vont hériter d’un pays ravagé par des haines tribales et religieuses, ce qui entraînera, inévitablement, une gigantesque guerre multiculturelle à échelle continentale qui fera ressembler le conflit Yougoslave à une légère escarmouche. Et, bien sûr, c’est la trahison totale de la liberté et de la démocratie. En effet, la liberté et la démocratie ne sont pas apparues magiquement. Elles ont évolué sur 2500 ans, enracinées dans l’héritage Gréco Romain et Judéo Chrétien, et elles été défendues dans le sang et le sacrifice. La démocratie et la liberté ne sont des possessions personnelles dont les socialistes pourraient disposer à leur gré, sans notre accord, au profit des descendants de guerriers du désert vivant encore comme au 7ème siècle, et qui jugent notre attachement à la démocratie comme une simple faiblesse à utiliser contre nous. Je ne blâme pas l’islam. Les islamistes font exactement ce qui est prescrit dans leur livre. Mais je blâme nos politiciens. Il y a deux camps dans cette guerre de civilisation, et nos politiciens sont dans le camp de l’ennemi. Alors, je leur dis : Vous avez les leviers du pouvoir en ce moment, mais nous effectuons une ascension irrésistible. Pensez-vous sérieusement que vous pourrez continuer à faire tout ce que vous avez fait subir à votre propre peuple, sans des répercussions futures ? Vous pouvez encore arrêter tout cela, si vous le choisissez, tout simplement, en mettant l’intérêt de votre peuple avant celui de l’islam. Mais vous ne le ferez pas, n’est-ce pas ? Alors, vous nous mettez dans une mauvaise posture. Si nous ne faisons rien, nous devons accepter que nos enfants devront vivre un jour sous le joug des lois de la charia. Et si nous faisons quelque chose, alors ce sera, par définition, une révolution. Mais ce n’est pas nous qui l’avons voulue. C’est vous. La plupart d’entre nous étions satisfaits de tondre notre pelouse, d’aller au travail et de payer nos impôts. Vous avez fait de nous des révolutionnaires. Votre comportement montre que vous avez plus peur de l’islam que de nous, mais laissez-moi vous dire ceci, à vous tous, menteurs et traîtres carriéristes socialistes : Vous détenez le pouvoir maintenant, mais dans une décennie nous détiendrons le pouvoir et nous vous demanderons des comptes. Nous vous traînerons devant un tribunal du style Nuremberg où vous serez jugés pour haute trahison, où vous serez jugés pour crimes contre l’humanité, et pour la première fois depuis longtemps, nous serons vos juges. Source : Gate of Vienna Traduction par Poste de Veille en collaboration avec Suzanne


L’information en provenance d’Israël Edition du 8 Novembre 2010

18

Quelques repères pour déchiffrer les élections de mi-mandat sept sièges seront Républicains mardi soir. Un seul siège, tenu par un républicain aujourd’hui, devrait repasser chez les démocrates, en raison de la multiplication de candidats « indépendants », celui de Joseph Cao.

La grille de lecture des élection américaines va être biaisée par les médias français. Les plus sanglants échecs démocrates seront minimisés voire même passés sous silence, leurs succès seront longuement applaudis. Pour les républicains, ce sera tout l’inverse : on parlera surtout des pertes et très peu des victoires. Guy Millière, dans cet article, livre les clefs, sans fard ni langue de bois, pour comprendre les résultats du scrutin. Les Etats-Unis sont un pays vaste. Lorsqu’il est huit heures du soir à New York et en Floride, ce n’est que la fin de l’après-midi en Californie. Les résultats des élections du 2 novembre seront donc connus peu à peu : ceux de la côte Est viendront d’abord, puis ceux du centre du pays et du Texas. Et enfin ceux de l’Ouest, qui n’arriveront, heure française que tard dans la nuit, voire au petit matin. J’ai, dans un précédent article, expliqué le sens global du basculement qui se dessine en direction des Républicains et de la régénération de ce parti par le mouvement des Tea Parties. J’entends donner ici quelques repères permettant de voir ce qui se passe et ce qui se joue. Commençons par la Chambre des représentants. Là, le changement de majorité semble acquis. Et il devrait être très net. L’emporter de quarante sièges suffirait pour que les Démocrates soient vaincus. Les dernières estimations, les plus fiables en tout cas, donnent un gain de soixante dix à soixante et onze sièges aux Républicains. Les résultats de certaines circonscriptions seront très intéressants à observer. En Floride, où les résultats devraient être disponibles parmi les premiers, il est vraisemblable qu’on assiste à un raz-de-marée républicain. La 22eme circonscription de Floride est très digne d’intérêt puisque se présente là Allen West, nobles ont suscité une vague d’enthousiasme dans tout le pays : Allen West se présente contre un candidat juif, dans une zone à électorat juif nombreux. Sa victoire ne pourra être obtenue que si une part notable de cet électorat cesse de voter démocrate et choisit de voter pour un non juif, conservateur, et ami d’Israël. Je pense qu’Allen West gagnera : avec un écart significatif. Si toute la Floride devrait basculer (les démocrates y sauveront vraisemblablement un seul siège), ce ne sera pas le cas dans d’autres Etats : la Virginie occidentale, pauvre, ouvrière, sinistrée, devrait rester démocrate. Le vote sera un vote défensif, mû par la crainte

de perdre des allocations sociales qui, pour certaines familles, sont tout ce qui reste. La Nouvelle Angleterre, région de bourgeoisie patricienne et de bobos vote traditionnellement démocrate et continuera dans l’ensemble, mais une érosion des écarts devrait s’y dessiner qui devrait permettre aux Républicains de remporter deux des cinq circonscriptions du Connecticut et l’une des deux circonscriptions du Maine. Le Massachussetts et ses dix sièges devraient, eux, rester aux mains de Démocrates : si cela est présenté par un commentateur comme un triomphe, on pourra répondre d’emblée que c’était un triomphe attendu. Une vache laitière à qui on mettrait l’étiquette démocrate autour du cou l’emporterait sans difficultés dans cet Etat. Le rééquilibrage du New Jersey, où un Républicain a emporté le siège de gouverneur lors d’une élection partielle, devrait se poursuivre : treize circonscriptions, sept d’entre elles devraient rester ou passer aux mains de Républicains. L’Etat de New York est un bastion démocrate et devrait le rester : même un candidat confronté à des élections de corruption tel Charles Rangel devrait retrouver son siège, confirmant une réalité qui restera immuable : la persistance d’un vote ethnique au sein de la communauté noire. Un noir conservateur a infiniment plus de chances d’être élu par des Juifs et des Chrétiens blancs que par des noirs, ceuxci restant, avec la bourgeoisie patricienne, les bobos, les universitaires et les ouvriers pauvres et sinistrés des régions minières, l’électorat le plus fidèle aux Démocrates.

J’aimerais penser que joseph Cao préservera son siège, car il est le premier vietnamien réfugié aux Etats-Unis, et devenu citoyen américain à avoir été élu à la Chambre des représentants : il a en outre pris des positions courageuses et dignes de louanges après le désastre Katrina. Le Texas, avec vingt cinq républicains sur trente deux sièges continuera à être un Etat conservateur : c’est l’Etat qui a connu ces dernières années la plus forte croissance et qui a l’économie la plus saine. Dans l’Ouest, un autre Etat, après la Floride, devrait connaître un raz-de marée républicain : l’Arizona. Là, c’est l’attitude des démocrates, qui ont soutenu la plainte déposée par le gouvernement du Mexique contre le gouvernement d’Arizona, qui a sans aucun doute mobilisé contre les Démocrates, ce que je comprends amplement : sur huit sièges, les démocrates, au mieux, en garderont deux. Ils en garderont deux sur sept aussi dans le Colorado, et un sur trois dans le Nevada : c’est un Etat où le chômage est élevé, mais où les valeurs conservatrices sont très ancrées, je peux en attester. Avec, vraisemblablement, trente représentants démocrates sur cinquante trois, la Californie restera le principal et le plus important Etat démocrate du pays : outre Nancy Pelosi qui retrouvera son siège à San Francisco, la ville la plus à gauche des Etats-Unis, celle qui fait qu’on parle de « gauche de San Francisco » dans tous les Etats-Unis pour désigner la gauche la plus folle, Maxine Waters, élue de South Central Los Angeles, et adepte de la lutte des classes, retrouvera le sien aussi. Pour ce qui concerne le Sénat, j’aimerais pouvoir être plus optimiste. Je crains que les Républicains ne passent à côté de la majorité à un ou deux sièges près, et que le décompte final soit : quarante neuf sièges républicains, cinquante et un sièges démocrates. Un tel décompte ne permettra, cela dit, pas à Obama de faire voter la moindre loi supplémentaire. Démanteler la loi sur

l’élection en Floride de Marco Rubio,

républicain, conservateur, d’origine cubaine, qui constitue l’étoile montante latino parmi les Républicains. Autre résultat à observer et méditer, celui du Delaware, où un démocrate qui aurait pu être battu gagnera sans aucun doute. Son adversaire, Christine O’Donnell a toute ma sympathie : elle est clairement conservatrice et issue des Tea Parties. Mais une campagne négative menée

contre elle, et dont des échos sont parvenus jusque dans la presse française, a détruit l’avance qu’elle a eu à un moment donné. La leçon à tirer est que les Démocrates sont prêts à utiliser tous les moyens, strictement tous, pour détruire leurs adversaires. Sarah Palin m’est très sympathique aussi, mais je crains fort que si elle envisageait de se présenter en 2012, la curée de la gauche à son encontre ne puisse reprendre. Rubio, l’autre résultat que j’attends personnellement avec joie, est la défaite de Harry Reid, et la victoire de Sharon Angle dans le Nevada. Harry Reid était jusqu’à présent à la tête de la majorité républicaine au Sénat, celle qui va le vaincre était une inconnue jusqu’à ces derniers mois. Elle a fait l’objet de campagnes odieuses, visant elle aussi à la traîner dans la boue. La presse française la présentera comme une imbécile, ce qui est normal puisqu’elle est conservatrice. Je dirai seulement que c’est une femme remarquable, qui a mené une campagne remarquable, avec bien moins de moyens que son adversaire. On ne peut pas tout avoir, mais sur les trois

La Louisiane est solidement républicaine : la gestion désastreuse de la récente marée noire par Obama n’y a apparemment pas créé beaucoup d’amis pour les démocrates : six des

Pour ce qui concerne les postes de gouverneurs, les Républicains devraient en gagner huit de plus qu’aujourd’hui, ce qui fera les deux tiers. J’attends et j’anticipe la victoire de Rick Scott en Floride, et celle de Nikki Haley en Caroline du Sud. J’attends aussi la réélection triomphale de Rick Perry au Texas.

Le résultat qui me réjouira le plus, sera la victoire de Brian Sandoval dans le Nevada. D’une part parce que c’est un républicain et un conservateur, d’autre part parce que son adversaire est le fils de Harry Reid : c’est donc toute la famille Reid qui va se trouver éjectée de la politique. J’hésite encore parfois sur l’Etat dans lequel m’installer d’ici quelque temps, mais les trois Etats vers lesquels mon cœur balance votent dans une direction qui me conforte dans mes choix : Floride, Texas, Nevada. Un résultat m’attristera : la défaite prévisible de Meg Whitman en Californie. Son adversaire démocrate est Jerry Brown. Il a été gouverneur de Californie voici plus de vingt ans. Il va succéder à Arnold Schwarzenegger. Arnold avait promis de changer le gouvernement de Californie : c’est le gouvernement de Californie qui l’a changé, et a montré qu’il n’avait pas l’étoffe d’un héros politique. Jerry Brown rappelle-t-il aux Californiens les jours heureux d’après Reagan, qui fut le dernier grand gouverneur de Californie ? Son élection sera conforme à ce que devient l’Etat. La Californie est d’ores et déjà en situation de faillite. La faillite va s’aggraver. La Californie montre qu’un Etat qui a tout pour lui : des activités économiques prospères, des entrepreneurs géniaux, une vallée agricole parmi les plus fertiles du monde, des villes superbes, peut se détruire lui-même. La Californie se redressera, un jour ; elle a tant d’atouts qu’elle ne peut que se redresser.

Ce que je viens d’écrire s’appliquera en Illinois où dans des circonscriptions massivement noires, Bobby Rush, situable politiquement à l’extrême-gauche, et Jesse Jackson Junior, retrouveront leur siège sans difficultés. Il y a actuellement six Républicains sur dix neuf représentants en Illinois, le chiffre devrait passer à neuf. Trois des quatre sièges du Kansas étaient républicains : il y en aura sans doute quatre sur quatre : le Kansas est un Etat qui a perdu de la population suite à une désertification rurale. Des gens reviennent y habiter, grâce à des abattement fiscaux, et ces gens ont l’esprit d’entreprise, ce qui ne les pousse pas du tout vers les Démocrates.

qu’elle était à même de faire son travail, puisqu’elle a dirigé avec succès Hewlett-Packard. Cela n’a pas été suffisant.

la santé sera plus difficile, mais pas impossible du tout. Dès lors qu’un tiers des sièges de sénateurs étaient soumis à renouvellement, un changement de majorité était bien plus difficile à obtenir qu’à la Chambre des représentants. Le résultat final devrait se traduire par un gain de huit sièges. L’un des résultats les plus marquants sera sans aucun doute

têtes qui incarnent la gauche américaine en furie qui déferle sur Washington depuis deux ans, l’une va tomber. Ce sera un début. J’espérais que Barbara Boxer, l’arrogante et très à gauche Barbara Boxer, tombe en Californie : je crains fort que ce ne soit pas le cas. Son adversaire, Carly Fiorina, était compétente, et avait un passé pour montrer

Ce jour n’est pas venu. Il sera intéressant de voir ce qui se passera, si le gouverneur de Californie demande une aide d’urgence au gouvernement fédéral, dans les prochains mois. Obama sera sans doute favorable à cette aide : entre gens décidés à ruiner le pays, on peut se sentir des affinités. Les Républicains seront, je pense, moins, vraiment moins favorables.Je continuerai à aimer Los Angeles et à y séjourner. Je sais pourquoi je ne pourrai y résider. C’est une ville belle au crépuscule. Je souhaite qu’après le crépuscule, le soleil se lève à nouveau. par Guy Millière


Appel national pour la tsédaka

Une campagne du Fonds Social Juif Unifié

GRANDE SOIRÉE de la solidarité Lundi 29 novembre 2010 à 20h30

Un spectacle imaginé par

Stéphane Bern et Cyril Hanouna, Parrains de la Tsédaka 2010

Avec Jean-Pierre Foucault, Marc Lavoine, Michel Boujenah, Pascal Elbe, Stéphane

Photo : Mona Kuhn

Freiss, Ary Abittan, Rika Zaraï, Daniel Levi, Joyce Jonathan, «Anne, le musical», Frédéric Lerner, David Buniak, David Tordjmann, … et de nombreuses surprises !

RÉSERVATIONS 0 820 820 808 Palais des Congrès de Paris - Porte Maillot - Paris 17e Appel national pour la tsédaka 39, rue Broca - Paris 5e


Israel Actualités n°149