Issuu on Google+

Le centre de documentation-bibliothèque Albert Soboul Art et Histoire Musée de la Révolution française Domaine de Vizille


Historique du centre de documentation-bibliothèque Albert Soboul Créé en même temps que le musée en 1983, sous l’impulsion de Michel Vovelle, le centre de documentationbibliothèque occupe depuis février 2001 deux niveaux de l’aile nord du bâtiment. Il renferme la plus importante documentation consacrée aux différents aspects de l’histoire de la Révolution française, à la création artistique et aux transformations culturelles en Europe, des Lumières au Romantisme. Le fonds d’ouvrages, riche de 27 000 titres, est constitué de dépôts, de legs et dons des bibliothèques de célèbres historiens de la Révolution française complété par une ambitieuse politique d’acquisition.

2

Depuis juin 2005, le centre de documentation-bibliothèque a pris le nom d’Albert Soboul, en hommage à l’un des historiens les plus célèbres de la Révolution française au XXe siècle dont l’enseignement et les publications ont profondément marqué cette discipline. Sa bibliothèque de travail a constitué le premier fonds du centre. En effet, l’élan initial fut donné par l’État qui fit l’acquisition de la bibliothèque d’Albert Soboul dans l’intention de la déposer au musée. Il s’agit d’un ensemble d’ouvrages fondamentaux particulièrement riche en monographies locales et régionales et en travaux d’histoire économique et sociale. Les legs généreux de Jacques Godechot et de Jean-René Suratteau sont venus compléter ce noyau. Puis, en 2005, les enfants de Roger Barny ont fait don du fonds consacré à la littérature du XVIIIe siècle de la bibliothèque de leur père. Le Conseil général de l’Isère, financeur et propriétaire des lieux a permis le développement de plusieurs secteurs, avec ponctuellement l’aide de l’État et de la Région : les études biographiques et les thèmes à la pointe de la recherche comme la presse, la culture et les idées, les femmes... Cette forte implication a également rendu possible la constitution d’un fonds patrimonial de livres et de brochures révolutionnaires avec priorité d’achat de livres illustrés. Les crédits du Conseil général servent aussi à constituer une bibliothèque sur l’art du XVIIIe siècle en Europe et en Amérique du Nord, qui n’a pas d’équivalent en France. Les acquisitions de livres et catalogues anciens et modernes se font auprès de libraires français mais aussi américains, anglais, néerlandais, allemands ou italiens.


3


Contenu et utilisation des fonds documentaires et patrimoniaux Le fonds d’histoire de l’art et des monographies d’artistes (environ 3000 ouvrages). Il est enrichi par la documentation proprement dite, réunie grâce au dépouillement de catalogues et revues spécialisés, ainsi que par l’achat de collections photographiques. Ce fonds sert essentiellement au personnel scientifique du musée et aux historiens d’art qui apprécient sa richesse.

4

Le fonds Histoire de la Révolution française (plus de 20.000 livres). La base est constituée par les fonds Soboul, Godechot et Suratteau et les acquisitions des livres les plus importants concernant la période. Une place est aussi donnée aux ouvrages d’historiographie fort nombreux que la Révolution française a suscités. Il prétend à être le plus exhaustif possible sur la période.

Le fonds ancien (près de 4000 pièces). Il contient des ouvrages consacrés à l’histoire politique et culturelle, à la presse, au théâtre, aux chansons, aux catéchismes républicains et aux almanachs, à Louis XVI, aux récits de voyages à travers l’Europe… La prédilection du musée pour le domaine de l’image explique la présence d’un nombre important de livres à planches et d’ouvrages très divers contenant des frontispices ou des illustrations, de même que des éditions illustrées de luxe. Consultés par les chercheurs qui apprécient l’originalité du fonds et la possibilité de travailler sur des documents d’époque, ces ouvrages sont aussi susceptibles d’être intégrés dans les expositions du musée ou prêtés pour des manifestations extérieures.


5

La collection d’arts graphiques Une collection riche de plus de 3700 estampes complète les collections des imprimés. Il convient également de mentionner, dans le fonds de la bibliothèque du château de Vizille antérieur à la création du musée, la partie consacrée à la littérature du XVIIIe siècle.

Les microf iches Les 25 000 microfiches de la collection « Archives de la Révolution française », acquises avec l’aide de l’État, représentent plus de 10 000 titres. Celles des collections Deloynes et De Vinck viennent compléter ce fonds. Très faciles d’exploitation du fait de la mise à disposition d’un lecteur, elles sont un outil de recherche incomparable.


Le fonds Soboul Le fonds Albert Soboul est composé d’environ 3500 titres. Bibliothèque historique, sa partie la plus riche concerne les périodes révolutionnaire et impériale avec près de 1300 titres. Les autres ouvrages couvrent une période historique large, du XVIe au XXe siècle et des domaines variés bien que tous liés à l’histoire : historiographie étrangère (Allemagne de l’est, Japon, Italie, monde Anglo-saxon), méthodologie, classiques du marxisme, révolutions de 1848, Commune de Paris.

6

Le fonds Godechot Jacques Godechot a été en 1984 l’un des principaux artisans de la création du musée, qu’il a constamment soutenu durant ses premières années d’existence. Avant son décès l’année de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française, il a décidé de léguer au profit du musée sa bibliothèque personnelle d’environ 2000 volumes consacrés pour l’essentiel à la période révolutionnaire.


Le fonds Surrateau Le Professeur Jean-René Suratteau, historien, avait, avant son décès en 1998, manifesté la volonté de faire don de sa bibliothèque au Musée de la Révolution française. Cette très riche documentation (1500 volumes), essentiellement axée sur la Suisse et l’Allemagne à l’époque de la Révolution française ainsi que sur le Directoire, aborde des thèmes peu présentés sur les rayonnages du centre de documentationbibliothèque Albert Soboul. L’importance de ces ouvrages est encore réhaussée par la présence du fonds de l’historien suisse Alfred Rufer (1885-1970) recueilli après sa disparition.

7

Le fonds Barny Le Professeur Roger Barny était spécialiste de l’oeuvre de Jean-Jacques Rousseau. En 1973, il soutient sa thèse de doctorat d’Etat sur Jean-Jacques Rousseau dans la Révolution française : contribution à l’analyse de l’idéologie révolutionnaire bourgeoise. Il reçoit les félicitations du Jury présidé par Albert Soboul. Il fut membre de la Commission d’histoire de la Révolution française du CTHS. à sa mort, en août 2003, ses héritiers ont souhaité que la partie spécialisée de sa bibliothèque personnelle rejoigne celle d’Albert Soboul, de Jacques Godechot et de Jean-René Suratteau. Cette riche documentation (1200 titres), essentiellement axée sur la littérature du XVIIIe siècle, a été d’une extrême importance pour le développement du centre de documentation-bibliothèque du musée qui accueillera ultérieurement les bibliothèques d’Emile Ducoudray et de Claude Mazauric.


Les collections en quelques chiffres Nombre total d’ouvrages 27000 dont 20000 d’histoire, 3000 d’histoire de l’Art et 4000 ouvrages publiés entre 1750 et 1810. Fonds particuliers Soboul : 3500 livres, Godechot : 2000 livres, Surrateau : 1500 livres, Barny : 1200 livres. Estampes 6000 Périodiques 45 abonnements dont : Annales historiques de la Révolution française, Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art, Dix-huitième siècle, études rétiviennes, Cahier Roucher-André Chénier… 8

Presse du XVIIIe siècle Le Père Duchesne, Aux Armes et aux Arts, L’Ami du Peuple, Le Journal des Arts… Documents numérisés 25 000 microfiches dont la collection « Archives de la Révolution » qui renferme tous les documents importants écrits au cours de la Révolution française (journaux, mémoires, documents source…) Les catalogues et bibliographies concernant la Révolution française et le XVIIIe siècle Martin, Walter, Archives nationales… Tirés à part, dossiers d’artistes ou thématiques.

Dans une base de données commune avec celle des bibliothèques municipales de Grenoble, le catalogue est consultable sur internet : www.domaine-vizille.fr, rubrique « Le Musée de la Révolution française ».


9


Les conditions d’accès Le centre de documentation-bibliothèque accueille chercheurs, étudiants et enseignants sur rendez-vous du lundi au vendredi 10h-12h30 et 13h30-17h. Les ouvrages sont en consultation sur place, en libre accès. Photocopies possibles. Accès internet. Téléphone : 04 76 78 71 85 // 04 76 78 71 86 Courriel : musee.revolution@cg38.fr http://www.domaine-vizille.fr

L’hébergement des chercheurs Sur demande motivée, trois chambres et une salle de séjour/cuisine sont mises gracieusement à la disposition du chercheur individuel comme des petits groupes de travail. 10


11


Lyon Valence

Chambéry

A 48

A 43

Grenoble

2

d

A 480

sortie

5

Uriageles-Bains

su

sortie

ade

Eybens

Na

4

poléon

8

D5

Pontde-Claix sortie

D 52

roc

D 51

route

A

85

10

Domaine Vizille de Vizille

Sisteron Aix-en-provence

D 109

1

Briançon

Gap

Pour se rendre à Vizille

Service régulier d’autocars entre la gare routière de Grenoble et Vizille. ALLO Transisère : 0820 08 38 38 // www.itinisere.fr

Conception graphique Jean-Jacques Barelli

La ville de Vizille est située à 16 km au sud de Grenoble. De Lyon : A 480 en direction de Sisteron (sortie n°8 Vizille) De Grenoble centre : Par Pont-de-Claix (1075 puis D 1085) Par Brié (Route Napoléon) Par Uriage (D 524, route touristique)


Plaquette de présentation du Centre de documentation-bibliothèque Albert Soboul