Issuu on Google+

Resistances et Droits de l’Homme

2011/2012

Guide de l’action educative

1


Edito

Plus que jamais, le Conseil général de l’Isère entend favoriser la transmission de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et des valeurs défendues par ceux qui, épris de justice et de liberté, s’engagent dans la Résistance contre le régime de Vichy et l’occupant. Tel est bien l’objectif des fondateurs du Musée de la Résistance et de la Déportation auprès des jeunes générations depuis maintenant près de cinquante ans. En accueillant chaque année quelque 11 000 élèves du 3e cycle de primaire jusqu’au lycée, le Musée démontre l’attention toute particulière qu’il porte au public scolaire, aidé en cela par les enseignants qui animent son service éducatif. Toujours en veille, il propose cette année encore des innovations, comme en témoignent, par exemple, les dossiers pédagogiques à l’usage des collégiens et des lycéens. Puissent ce guide et les outils qu’il propose recevoir le plus large écho tout au long de cette année scolaire. André Vallini, Sénateur de l’Isère, Président du Conseil général

Le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère a été inauguré le 1er juillet 1994, dans le cadre du cinquantième anniversaire de la Libération. Conçu comme un lieu de mémoire, de connaissance et d’échanges autour de la Seconde Guerre mondiale en Isère, il a pour mission majeure d’intéresser les jeunes générations, de susciter leur curiosité et de provoquer leur réflexion. Durant l’année scolaire 2010-2011, il a reçu 36 325 visiteurs, dont 10 741  scolaires répartis sur le 3e cycle de primaire, le collège et le lycée. Pour le collège et le lycée, la visite du musée constitue ainsi un complément au cours d’histoire sur la Seconde Guerre mondiale et à celui de l’ECJS. Elle peut également s’inscrire dans le cadre de la réflexion menée par les professeurs de français et de philosophie sur les rapports entre la mémoire et l’histoire. Le musée est aussi un centre de ressources pour des TPE en première. Pour les classes de primaire, la visite et l’utilisation des outils pédagogiques permettent d’aborder d’une façon différente et plus interactive la période 39-45. Afin de répondre à cette demande spécifique, le musée propose aux enseignants des interlocuteurs privilégiés et des outils dans la préparation et la conduite de leur visite.

2


Le service educatif Les interlocuteurs 2 Vous souhaitez préparer la visite du musée ou vous avez des questions concernant la Seconde Guerre mondiale ? Gil Emprin et Claude Héraudet, enseignants agrégés d’histoire-géographie, chargés de la relation musée-école sont à votre écoute sur simple demande. 2 Des questions diverses sur l’organisation de votre venue, sur les ateliers ou les outils pédagogiques ? N’hésitez pas à contacter Alice Buffet, chargée de la médiation culturelle. 2 Pour réserver votre visite ou obtenir des informations pratiques sur le musée ? L’équipe d’accueil se fera un plaisir de répondre à vos questions. Les visites-formations Chaque année, le service éducatif propose des visites commentées des présentations de longue durée du musée et des expositions temporaires. Le concours national de la Résistance et de la Déportation 2 Dossier sur le sujet du concours national de la Résistance et de la Déportation, téléchargeable sur le site internet du musée. Sujet 2011-2012 : Résister dans les camps nazis On présentera les différentes formes qu’a pu prendre cette résistance et les valeurs qu’en transmettent les déportés par leurs témoignages.

SOMMAIRE L’exposition Concevoir une séance au musée Le Centre de documentation Le parcours muséographique Les expositions itinérantes Les films du musée Informations pratiques

4 5 9 10 12 14 16

3


L’exposition Parallèlement aux présentations de longue durée, le musée propose une exposition temporaire qui permet de développer les thématiques que l’exposition permanente, généraliste, n’a pu traiter ou d’aborder un thème en lien avec l’actualité et les Droits de l’Homme.

libertà

Antifascistes et résistants italiens en Isére

Exposition présentée du 25 novembre 2011 au 21 mai 2012

! à t r li b e antifascistes et resistants italiens en isere

Conception graphique Jean-Jacques Barelli

L’avènement du fascisme en Italie au début des années 1920 conduit des milliers de personnes à trouver refuge en France et en particulier en Isère. Elles ne représentent qu’une minorité au sein d’une masse de migrants italiens qui quittent alors leur pays pour des raisons économiques. Poursuivant la lutte, certains de ces exilés politiques s’engageront en France dans des organisations antifascistes telles que la LIDU (Ligue italienne des Droits de l’Homme) ou l’UPI (Union populaire italienne) dont la présence est attestée dans ce département. Au-delà de cette période, le musée entend évoquer leur parcours durant la Seconde Guerre mondiale et les relations qu’ils ont pu nouer avec la Résistance. Car si ces années sont notamment marquées en Isère par l’Occupation de l’armée italienne de novembre 1942 à septembre 1943, elles voient aussi l’engagement de nombreux Isérois d’origine transalpine dans la lutte pour le rétablissement des valeurs républicaines.

exp os ition

du 25 novembre 2011 au 21 mai 2012

14 rue Hébert 38000 Grenoble 04 76 42 38 53 www.resistance-en-isere.fr

Visites guidées en français et en italien Fiches pédagogiques téléchargeables sur www.resistance-en-isere.fr 4


www.resistance-en-isere.fr

A bientôt!

On se quitte déjà ! Mais n’hésite pas à revenir au Musée quand tu veux avec tes parents ou avec ta classe ! C’est gratuit !

14, rue Hébert 38000 Grenoble. Tél : 04 76 42 38 53 Fax : 04 76 42 55 89 Mél : musee.mdr@cg38.fr

Au revoir!

Cette visite t’a-t-elle plu, intéressé ou choqué? Pourquoi?

Le questionnaire pour les 8/12 ans

Ouvert tous les jours, sauf le mardi matin. Lundi - vendredi 9h - 18h Mardi 13h30 - 18h Samedi - dimanche 10h - 18h Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Primaire

Questionnaire réalisé par Claude Héraudet, coordination Alice Buffet, conception Pierre Girardier

Concevoir une seance au musee

Bonne visite !

Parcours guidé pour les enfants

Sous la forme d’un livret en couleur et composé de 30 questions, il a pour objectif de proposer aux élèves des classes de 3e cycle, une approche pédagogique et ludique des présentations de longue durée. En suivant Arthur à travers les étages du musée, les enfants sont conduits à repérer les carrés jaunes et à chercher les objets présentés dans le livret afin de répondre aux questions et compléter une chronologie qui reprend les principales étapes de la Seconde Guerre mondiale, tant au niveau local que national et mondial. Chaque élève reçoit son livret en arrivant au musée et repart avec. L’enseignant peut ensuite faire un retour en classe. Conçu comme un véritable outil d’aide à la visite, ce questionnaire permet d’aborder différemment la question de la Seconde Guerre mondiale avec des élèves de primaire. Bonjour ! Je m’appelle Arthur

?

La vie quotidienne sous l’Occupation Atelier - Durée : 1h

de 8 à 12 ans

Ton prénom : Ton nom :

MRDI_questionnaire_primaire1.indd 1

14/09/11 11:36

Objectif : aborder la période 1939-1945 grâce à

Les enfants cachés Atelier - Durée : 1h Objectif : à partir de deux témoignages vidéofilmés d’une dizaine

de minutes, les élèves sont amenés à retracer le parcours de deux femmes qui ont caché et sauvé des enfants juifs durant la Seconde Guerre mondiale. L’atelier se présente sous la forme d’une bande dessinée grand format dont les textes sont à compléter. Chaque élève repart avec sa bande dessinée.

un thème concret pour des élèves d’école primaire. L’accent est mis sur les conséquences de la guerre dans la vie des Isérois (les privations, le rationnement) ainsi que les solutions trouvées par la population pour améliorer son sort (l’entraide, la débrouillardise). L’atelier débute par la projection d’un film de 16 minutes, Une rentrée 40, qui présente le contexte historique et permet d’engager la discussion. Puis les élèves complètent individuellement un « poster » en couleur, en lien avec le film et avec l’aide de l’animateur. Le poster est composé de différents objectifs de travail : une chronologie à compléter, des mots-clés liés à la vie quotidienne sous l’Occupation à replacer dans des phrases et un panier de course à compléter à l’aide de deux documents. Chaque élève repart avec son « poster » et le travail peut être réutilisé en classe

5


Concevoir une seance au musee

Secondaire Le dossier pédagogique Nouveau

Il est composé de fiches téléchargeables et photocopiables qui sont autant d’approches possibles du musée, en fonction du degré de connaissances des élèves sur la période. Le professeur pourra utiliser le musée pour « entrer » dans le thème, ou en fin d’étude, en prenant l’Isère comme une sorte d’étude de cas. Deux types de fiches sont proposées : 2une fiche où l’élève découvrira le musée guidé par un questionnement qui le mettra dans la situation d’un adolescent de 1939. L’acquisition de connaissances solides sur le département de l’Isère pendant les années noires sera combinée avec la problématique des choix, de l’engagement… Cette fiche traite toute la période et remplace le « questionnaire global ». Elle est adaptée à deux niveaux (collège et lycée). 2 des fiches thématiques qui développent un thème (les maquis, la répression, l’antisémitisme, la déportation, etc.) sur lesquelles les élèves travaillent en petits groupes de manière autonome et dont ils peuvent rendre compte ensuite.

Lycée

Maquis et maquisards en Isere

6


Collège

Le journal de Victor 1939-1945

L’Isère entre 1940 et 1944, refuge ou piège pour les juifs ?

Sous la forme d’un journal intime, l’idée est de projeter l’élève en 1939 dans les pas de Victor, jeune adolescent de 13 ans. En utilisant les documents exposés et la scénographie, il suit et complète les épisodes de la vie de Victor et mesure les contraintes, les choix d’engagement et leurs conséquences qui pesaient sur les jeunes de l’époque.

Atelier - Durée : 1h15 Objectif : insérer l’histoire locale dans l’histoire générale de la

France, montrer la guerre au quotidien à Grenoble et faire réfléchir sur les comportements, l’engagement, la situation de réfugié… Support : film documentaire Oublie ton nom ! (34 min).

Affiches des années noires Le journal de

Victor

Un ado 1939 - 1945 dans la guerre

Analyse d’affiches de propagande Atelier - Durée : 1h Objectif : faciliter l’appro-

priation des éléments historiques constituant le contexte de production des affiches. Faire réfléchir sur les formes verbales et non-verbales de la communication. Analyser le contenu explicite et implicite des messages.

7


Concevoir une seance au musee

lycée

Être jeune en Isère 1939-1945 L’idée est de mettre l’élève dans la situation de Fernand, un adolescent de 16 ans, en 1939. Les questions portent sur ce qu’aurait pu vivre un jeune Isérois, les contraintes qu’il a subies, les choix courageux qu’il a pu faire. Il s’agit d’utiliser et d’analyser les documents exposés et la scénographie pour s’interroger sur ce qu’il a vu et vécu. La structure du questionnaire sert de base à l’élaboration d’un récit de vie écrit ou raconté, fictif, mais plausible dans un cadre historique balisé par des connaissances solides.

Lycée

Fernand

Etre jeune en Isere 1939 - 1945 Seconde, Première, Terminale des sections européennes et internationales italien

Les Juifs en Italie du Moyen Âge à 1945 Classe de Terminale

Atelier - Durée : 2h Objectif : réinvestir des connaissances sur l’histoire

2Activité préparatoire éventuelle : photographier les monuments de la ville d’origine des élèves pour les interpréter.

de l’Italie du Moyen Âge à la Seconde Guerre mondiale. Il met en lumière la situation particulière des Juifs dans ce pays : d’une exclusion sociale et économique au Moyen Âge, on passe à une intégration quasi totale dans la société au XIXe siècle puis à une politique de stigmatisation raciale qui aboutit à la concentration dans les camps et la déportation. Travail en groupe sur de brèves périodes historiques qui permet l’expression orale de chaque élève et s’adapte au niveau de langue de chacun. Le travail guidé sur documents (contextualisation et documents sources) se fait entièrement en italien avec l’aide constante d’une animatrice de langue italienne. Conforme aux nouveaux programmes d’Histoire de l’ESABAC.

2Activité postérieure : faire étudier des exemples de mémoire et d’enjeux de mémoire dans d’autres pays (Allemagne, République tchèque, pays baltes…).

2Activité postérieure : faire étudier des exemples de mémoire et d’enjeux de mémoire dans d’autres pays (Allemagne, République tchèque, pays baltes…)

Histoire et mémoire(s) de la Seconde Guerre mondiale Atelier - Durée : 1h Objectif : s’approprier la problématique histoire/

mémoire, distinguer différents acteurs sociaux de l’expression de la mémoire, analyser à travers des exemples nationaux les enjeux ou polémiques de mémoire, analyser où et comment s’exprime la mémoire de la Résistance et de la Déportation dans la ville de Grenoble. Support : images de monuments, affiches, plan de la ville.

8


s s s s s s s s s s

Le centre de documentation Le centre de documentation du musée est ouvert aux chercheurs, aux étudiants, aux professeurs, mais aussi au grand public sur rendez-vous. L’inventaire informatisé des collections, réalisé en 1991 et 1992, a permis de développer une cellule documentaire composée d’une bibliothèque (ouvrages consultables sur place), d’une phonothèque (témoignages d’anciens résistants et déportés) et d’une photothèque. Des revues de presse annuelles en lien avec les thématiques de la Seconde Guerre mondiale et des Droits de l’Homme sont également à votre disposition et consultables sur place.

s s s s s s s s s s 9


Parcours museographique Le parcours du musée retrace les événements marquants de l’histoire locale, replacés dans le contexte historique français et mondial. Sa collection d’objets, photographies, documents audiovisuels et témoignages est mise en valeur par une muséographie qui mise sur la restitution de lieux ou d’ambiances. Émotion et réflexion sont ainsi tour à tour sollicitées.

Six thèmes sont principalement développés 1. L’entrée en Résistance, moment déterminant pour Grenoble. Peu de villes françaises font état d’un aussi large éventail de situations et de groupes dans lesquels naît la Résistance. 2. Les maquis et la place prépondérante qu’ils occupent dans l’Isère dès 1943. Tous communiquent par Grenoble appelée alors « capitale des maquis ». 3. La situation des Juifs à Grenoble et en Isère entre 1939 et 1945. 4. La répression qui frappe durement les responsables des principaux mouvements de la Résistance, notamment à la fin de l’année 1943 (lors de la « SaintBarthélemy grenobloise ») et la déportation, qui révèle la monstruosité de la logique nazie. 5. La Libération et le rôle du Comité départemental de Libération nationale, issu de la réunion « Monaco », où les représentants de la Résistance décident d’unir leur action autour des valeurs républicaines. 6. L’actualité de l’action de Résistance enfin, face aux situations qui, ici et ailleurs, remettent en cause ses acquis.

10


Chronologique, le parcours de la visite se décline selon les trois niveaux du musée Au rez-de-chaussée, une première séquence consacrée à la naissance et au déroulement du conflit mondial vécus depuis Grenoble et l’Isère. Événement marquant de cette période : la visite du Maréchal Pétain à Grenoble, le 19 mars 1941, dont un film vidéo amateur retrace les moments importants. Au premier étage, le visiteur se trouve transporté dans plusieurs milieux, différents et cloisonnés, où naît l’idée de la Résistance. Six univers sont reconstitués. Le visiteur traverse par exemple une rue de Grenoble, lieu de manifestations des étudiants et autres mouvements de jeunesse, la salle à manger de Marie Reynoard (responsable de la section iséroise de « Combat »), le bureau de René Gosse, doyen de la Faculté des sciences de Grenoble (membre du Réseau « Marco Polo »), etc. Le parcours continue avec une présentation des maquis de l’Isère, sur une carte en relief où apparaissent, à la commande du visiteur, les maquis, les sabotages, les parachutages… Au deuxième étage, le fil du temps reprend avec la présentation des événements tragiques qui marquent l’Occupation allemande : collaboration, sabotages, répression et déportation. Un des moments forts du parcours : les trois portes des cellules aménagées par la Gestapo dans l’immeuble du 28 cours Berriat à Grenoble, chargées des inscriptions de ceux qui connurent ces cachots. Le parcours s’achève sur la Libération et la restauration des valeurs républicaines. Un nouvel espace évoque l’universalité et l’intemporalité des valeurs de la Résistance. Grâce à une installation audiovisuelle originale, conçue dans un esprit pédagogique et didactique, cette dernière partie du musée montre combien les attendus du programme du Conseil national de la Résistance de 1944 restent actuels et entrent en résonance avec ceux de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948.

11


Les expositions itinerantes Le musée met à disposition des collectivités, des bibliothèques ou des établissements scolaires, des expositions itinérantes. Leur location est gratuite mais le transport et l’assurance sont à la charge de l’emprunteur.

Rompre le silence

Mémoires de chômeurs et précaires en Isère, 1975-2008

Des Droits pour les enfants Réalisée à l’occasion du 20e  anniversaire de la Convention internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), cette exposition de 13 panneaux (100 x 80 cm), propose un retour sur l’histoire des Droits de l’Enfant, la place qui lui a été accordé au cours des siècles, sa prise en considération progressive à partir du 19e siècle, avant la signature de la CIDE en 1989, et pour la première fois sa reconnaissance en tant que sujet de droit. Grâce à un décryptage des droits que cette convention accorde aux enfants, l’exposition porte un éclairage sur son application plus ou moins aisée dans les pays qui l’ont ratifiée et les progrès qui restent à accomplir dans le domaine de la protection des enfants. Cette exposition fait suite à celle qui a été présentée au Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, en octobre 2007, et réalisée avec l’Association Gallo. Sous la forme de 12 panneaux (100 x 80 cm), l’exposition retrace en 5 grands thèmes le parcours que connaissent les chômeurs et les précaires : du licenciement, à la question de l’aide, de l’image de soi puis de la révolte, jusqu’à se demander comment créer une société sans chômage. À travers leurs témoignages, qui constituent les seuls textes de l’exposition, ils sollicitent la réflexion et l’attention autour de ces douloureuses questions de l’exclusion et de la précarité.

12


L’Isère libérée

20 août-2 septembre 1944 Mais que s’est-il passé en Isère du 20 août au 2 septembre 1944 ? Certes, l’occupant nazi, à l’issu de ces quatorze journées, aura définitivement quitté le sol du département, mais que sait-on de plus ? L’opportunité du soixantième anniversaire de la Libération a conduit le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère à revenir sur ces journées historiques pendant lesquelles l’Isère renoue enfin avec la vie républicaine. Elle est composée de 11 panneaux (70 x 100 cm). Elle est accompagnée d’un film de 33 minutes sur support DVD, Comme un vent de liberté. La libération de l’Isère, et d’un dossier pédagogique.

Comment en finir avec la colonisation ?

Histoire des Isérois d’origine algérienne

Histoire des Isérois d’origine algérienne Et si les difficultés qu’ils connaissent toujours, en raison de leur origine algérienne, ne venaient que du temps où leurs parents, leurs grands-parents furent colonisés ? Ne suffirait-il pas, alors, de reconnaître que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes aurait dû pour eux aussi prévaloir ? Et condamner définitivement la violence faite à l’Homme que fut aussi la colonisation ?

Cette exposition est composée de 12 panneaux (70 x 100 cm). Elle retrace l’histoire de ces Isérois d’origine algérienne, depuis les premières arrivées de travailleurs dans les années 20 jusqu’aux problèmes rencontrés par leurs descendants nés en France aujourd’hui. Chaque panneau qui la compose aborde un aspect particulier de leur histoire afin de comprendre leurs difficultés actuelles : Être colonisé, Partir, Vivre, S’installer tout de même, Se faire aider, Lutter pour l’Indépendance, … Mais à quel prix ?, Naître en Isère, Défendre sa dignité, Être reconnu. Lutter contre les idées reçues, donner à comprendre l’histoire de l’immigration et chercher des voies pour lutter contre le racisme et les discriminations telles sont les ambitions de l’exposition. Des fiches pédagogiques accompagnent cette exposition ainsi que le film documentaire Notre santé n’est pas à vendre, réalisé par l’ADCFA (Association dauphinoise de coopération francoalgérienne), 1975-1976, 52 min.

13


Les films du musee Les films répondent à l’objectif de s’adresser à un large public tout en étant conçus comme des outils pédagogiques à destination des élèves, tant des collèges que des lycées. Ils peuvent être projetés

Pierre Fugain

gratuitement aux groupes scolaires sur simple

Un résistant dans le siècle

demande.

(2009, 60 minutes)

Terre de refuge Récits de l’exil

(2009, 61 minutes). Film documentaire réalisé par Hernan Belòn et Favio Fischer. Édité par l’Association grenobloise de solidarité avec le peuple argentin, avec l’aide du Conseil général de l’Isère.

TERRE DE REFUGE Récits de l’exil TIERRA DE REFUGIO Historias del exilio Pierre Fugain Un résistant dans le siècle

Dans le courant des années 70, plusieurs dictatures militaires sont instaurées dans les pays latino-américains pour éradiquer l’action de mouvements politiques et sociaux jugés subversifs. Des arrestations entraînent l’exil d’un million et demi de Latino-Américains. Plusieurs milliers d’entre eux – Chiliens, Argentins et Uruguayens, surtout –, arrivent en France. Ceux qui viennent à Grenoble demeurent très reconnaissants de l’accueil qu’ils y reçoivent. C’est la raison pour laquelle les réalisateurs du documentaire Terre de refuge ont choisi cette ville pour tourner leur film. Ainsi vont-ils à la rencontre d’un groupe d’exilés qui racontent leur passé, leurs souffrances et témoignent du processus singulier de leur intégration progressive à la société française.

14

TERRE DE REFUGE Récits de l’exil TIERRA DE REFUGIO Historias del exilio

Un film documentaire réalisé par Un film documental realizado por Hernán Belón et Favio Fischer Hernán Belón y Favio Fischer

Plusieurs entretiens avec le Dr Pierre Fugain, entre 2006 et 2008, ont permis d’enregistrer huit heures de témoignages filmés, désormais conservés au Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère. Ce film, qui n’en rassemble que des extraits, renseigne le parcours de ce résistant-militant, des années 1930 aux années 2000. Caractérisé par l’antifascisme, la défense des libertés et la fidélité aux valeurs de la France républicaine, ce parcours apparaît de bout en bout comme une ligne droite qu’aucun événement de ce siècle, pourtant mouvementé, n’aura infléchie.


Un film réalisé par Michel Szempruch (Repérages)

Certes, l’occupant nazi, à l’issu de ces quatorze journées, aura définitivement quitté le sol du département, mais que sait-on de plus ? L’opportunité du soixantième anniversaire de la Libération a conduit le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère à revenir sur ces journées pendant lesquelles l’Isère va enfin renouer avec la vie républicaine. De l’arrivée du premier détachement allié, le 20 août, au col de la Croix-Haute, jusqu’à Décines, aux portes de Lyon, le 2 septembre, en passant par la Libération de Grenoble, le 22 août, le film, qu’accompagne ce livret, retrace les principaux événements de la fin de la guerre en Isère.

Comme un vent de liberté La libération de l’Isère. 20 août-2 septembre 1944

Comme un vent de Liberté…

Mais que s’est-il passé en Isère du 20 août au 2 septembre 1944 ?

Comme un vent de Liberté… La Libération de l’Isère, 20 août-2 septembre 1944

(2004, 33 minutes)

Film qui fait revivre, à partir des témoignages de celles et ceux qui les ont vécues, les 14 journées de la Libération de l’Isère, du 20 août, où le premier soldat américain franchit le col de La Croix-Haute au 2 septembre 1944, où Décines, alors Iséroise, est libérée. Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère est une réalisation du Conseil général de l'Isère. Inauguré le 1er juillet 1994, il fait suite au Musée de la Résistance et de la Déportation initié à Grenoble, au début des années 1960, par d'anciens résistants et déportés, puis animé et géré de 1966 à 1994 par une association regroupant les représentants de leurs mouvements. Le programme du Musée s'établit à partir des spécificités locales de la Résistance en Isère. La présentation chronologique des faits est rythmée par des développements thématiques : l'entrée en Résistance, les maquis, la répression et la déportation, la Libération et la restauration des valeurs républicaines, l'actualité des valeurs de la Résistance. Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère 14, rue Hébert 38000 Grenoble Tél. 04 76 42 38 53 www.resistance-en-isere.com

Durée totale 33' Prix public 10 € © Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, juillet 2004. Tous droits réservés conception pierre giradier

Ils ont survécu

Les déportés rescapés 1945-2005

Moyens techniques Repérages Communication Cécile Vargas

(2005, 39 minutes)

Administration Pour le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère : Marcela Vogler Pour Repérages : Hyacinthe Karambiri, Annie Sougey

Donne la parole à vingt-trois anciens déportés, arrêtés en Isère pour la plupart et rescapés d’Auschwitz-Birkenau, Buchenwald, Dora, Mauthausen, Dachau ou Flossenbürg, qui témoignent sur les conditions de leur retour de déportation.

Conseil scientifique Dominique Barbet-Massin Philippe Barrière Gil Emprin Anne-Marie Granet-Abisset Eric Vial Remerciements Charles Anzilutti Marie-Thérèse Anzilutti Camille Armand Luce Bordères (Archives départementales de l’Isère) Sylvie Gourdel (Archives Pathé-Gaumont) Isabelle Markarian (BCL Médias) Christian Mégevet Martine Peters (Association des Amis de l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance) Yves Pirodon Jean Rapillard (Association des Anciens Résistants du Secteur 7 et leurs Amis Marie-Hélène Roche (Mairie de Saint-Marcellin) Bernard Tournier (Mairie de Vienne) Hélène Viallet (Archives départementales de l’Isère) Un texte de Jean-Claude Duclos dit par Mathieu Warin un film initié par le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère et financé par le Conseil général de l’Isère

Documentation Olivier Cogne Jacques Loiseau Entretiens Olivier Cogne Jean-Claude Duclos Jacques Loiseau Michel Szempruch Scénario Olivier Cogne Jean-Claude Duclos Michel Szempruch Montage Olivier Cogne Michel Szempruch Musique originale Olivier Fatigon Philippe Picon Gérard Roblès (Big Sister Music) Réalisations et images Michel Szempruch (Repérages)

Comme un vent de liberté...

Résister, militer

Autour des témoignages d’une trentaine de militants, hommes, femmes, jeunes ou dotés d’une grande expérience, engagés dans quelques-unes des nombreuses causes défendues en Isère par les associations locales, le film Résister, militer interroge les citoyens que nous sommes, tant sur ce qui conduit tel ou tel à réagir, dès qu’une situation lui paraîta inacceptable, que sur les formes de ces réactions et le rôle qu’elles jouent dans l’évolution de la société.

(2008, 66 minutes)

Un film réalisé par Michel Szempruch (association Repérages)

S’appuyant sur les témoignages d’une trentaine de militant(e)s associatifs et syndicaux appartenant à toutes les générations, le film met en évidence la diversité des causes défendues en Isère pour les Droits de l’Homme comme il fait apparaître les liens qui existent entre les luttes et les engagements d’hier avec celles et ceux d’aujourd’hui autour d’une période charnière qu’est la Résistance.

Résister, militer

Défendre les Droits de l‘Homme en Isère de la Libération à aujourd’hui

Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère 14, rue Hébert 38000 Grenoble Tél. 04 76 42 38 53 www.resistance-en-isere.com

Durée totale 66' Prix public 10 €

© Musée de la Résistance t de la Déportation de l'Isère, décembre 2008. Tous droits réservés

15


Informations pratiques Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère Maison des Droits de l’Homme 14, rue Hébert 38000 Grenoble Tél. 04 76 42 38 53 Fax 04 76 42 55 89 musee.mdr@cg38.fr www.resistance-en-isere.fr

L’entrée est gratuite Visite guidée gratuite le premier dimanche de chaque mois à 14 h 30.

Les aides du Conseil général de l’Isère Le Département contribue à la formation culturelle des collégiens en leur permettant de découvrir la richesse du patrimoine local. Pour les collèges publics Les demandes au titre de l’éveil culturel et connaissance du patrimoine doivent s‘effectuer par l’intermédiaire du contrat éducatif isérois. Le choix des sites visités est exclusivement limité à ceux figurant sur la liste agréée par l’assemblée départementale.

Retrouvez l’actualité du musée sur Facebook

Accès Tramway ligne A / bus : arrêt Verdun Tramway ligne C : arrêt Hôtel de Ville Parking : place de Verdun ou rue Hébert

Visites guidées Assurées par les guides-conférenciers de l’Association «le Fil d’Ariane», elles sont gratuites pour les collèges de l’Isère, et payantes pour les autres groupes scolaires. Plusieurs formats de visites sont proposés : 1 h : 46 g / 1 h 30 : 51 g / 2h : 56 g Réservation obligatoire 15 jours avant la visite.

Une somme globale est affectée aux dépenses de transports en début d’année scolaire. Le montant de cette somme est figé, cependant, les sites visités peuvent varier, au cours de l’année, selon les circonstances ou intérêts des professeurs. Pour les collèges privés Les demandes au titre de l’éveil culturel et connaissance du patrimoine doivent s‘effectuer directement selon les modalités décrites sur le site www.isere.fr.

Conception graphique Barelli/Gremeaux-Tragni / Crédits photographiques : MRDI

Ouverture Tous les jours sauf le mardi matin. Lundi - vendredi de 9 h à 18 h. Mardi de 13 h 30 à 18 h Samedi et dimanche de 10 h à 18 h (dès 9 h le samedi sur rendez-vous pour les groupes) Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.


Guide de l'action éducative 2011-2012