Page 1

Bulletin d’information des examinateurs Juillet 2013

Message de la rédactrice en chef Bienvenue dans le numéro de juillet 2013 du Bulletin d’information des examinateurs ! Je tiens à remercier chaleureusement les examinateurs pour leur travail qui a permis ce mois-ci de publier dans les temps les résultats des candidats à la session de mai 2013. Plus de 128 000 élèves de l’IB ont reçu leurs résultats au début du mois de juillet. Pour ces élèves, l’obtention de ce précieux sésame, témoin de leur réussite dans le cadre du Programme du diplôme de l’IB, signifie qu’ils sont prêts à progresser dans la vie, qu’ils décident de poursuivre leurs études à l’université ou dans un établissement d’enseignement supérieur, de suivre une formation, de rentrer dans la vie active ou de prendre une année de césure. Une telle réussite n’aurait pas été possible sans votre contribution. Dans le présent bulletin, vous découvrirez des faits et des chiffres concernant la récente session d’examens ainsi que les réflexions de deux de vos collègues sur le rôle des examinateurs. D’après vos retours d’information concernant les bulletins précédents, j’ai bon espoir que ces entretiens vous intéresseront au plus haut point. Ce bulletin contient également d’autres articles dont j’espère que vous apprécierez la lecture, notamment sur les nouvelles évaluations électroniques du Programme de premier cycle secondaire (PPCS), pour lesquelles le recrutement des examinateurs sera organisé sous peu. Les évaluations électroniques du PPCS se dérouleront à partir des sessions dejuin et décembre 2016, ce qui permettra à ceux qui le souhaitent de participer à la notation pour le Programme du diplôme et le PPCS étant donné que les évaluations auront lieu à des moments différents de l’année. Suite aux récentes élections auxquelles tous les examinateurs en chef ont pris part, j’ai le plaisir d’annoncer les nominations de David Homer et de Richard Harvey respectivement aux postes de président et vice-président du Bureau des examinateurs. Richard Harvey a pris ses fonctions en avril 2013 et David Homer succèdera à Sheila Messer lors de la conférence des examinateurs en chef organisée en octobre 2013. Nous nous réjouissons à l’avance à l’idée de travailler avec David Homer et Richard Harvey, et leur donnerons la possibilité de se présenter dans le prochain numéro du bulletin d’information. En octobre, nous dirons au revoir à Sheila Messer, la présidente actuelle du Bureau des examinateurs, qui, au cours de ses fonctions, a guidé avec une grande sagesse chacun des membres de la division de l’évaluation. Carolyn Adams Chef de la direction de l’évaluation

© Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Programme de premier cycle secondaire Cela fait près de 20 ans que l’IB propose le PPCS aux élèves des écoles du monde de l’IB âgés de 11 à 16 ans. Ce programme est désormais mis en œuvre dans près de 1 000 établissements scolaires dans le monde. Le PPCS propose un cadre scolaire flexible qui met l’accent sur l’apprentissage interdisciplinaire et disciplinaire ancré en permanence dans des contextes réels. Depuis 2010, ce programme fait l’objet d’une révision minutieuse qui a abouti à un recentrage explicite de son programme d’études sur les concepts, la recherche et les contextes mondiaux afin d’encourager un enseignement et un apprentissage menant à une compréhension approfondie. À l’heure actuelle, moins de 20 % des établissements dispensant le PPCS demandent la sanction officielle des résultats auprès de l’IB. Malgré ses nombreux points forts, le processus d’évaluation en vigueur pour obtenir la sanction officielle des résultats repose entièrement sur la révision de notation de travaux évalués en interne et n’a pas la rigueur suffisante pour permettre au programme d’être largement reconnu par les gouvernements et les universités. L’IB travaille actuellement à la définition d’un nouveau processus d’évaluation et de sanction officielle des études pour la dernière année du PPCS. À partir de 2016, tous les établissements dispensant ce programme enverront des échantillonnages pour le projet personnel, qui seront révisés en externe par l’IB, et les élèves pourront passer des évaluations électroniques dans la plupart des matières qu’ils étudient. Pour les groupes de matières acquisition de langues, arts, éducation physique et à la santé et design, les élèves enverront un dossier électronique spécifique contenant des travaux à remettre pour l’évaluation. Pour les groupes de matières langue et littérature, individus et sociétés, sciences, mathématiques et pour l’apprentissage interdisciplinaire, les élèves passeront des examens au format multimédia organisés sur ordinateur. Cette nouvelle approche en matière d’évaluation cherche essentiellement à créer une incidence positive sur l’enseignement et l’apprentissage et à promouvoir la reconnaissance de la valeur du certificat du PPCS auprès des gouvernements et des universités. Pour obtenir le certificat du PPCS, un élève devra avoir : • • •

répondu aux exigences en matière de service communautaire ; réalisé un travail satisfaisant dans le cadre du projet personnel ; passé six examens réalisés sur ordinateur dans les groupes de matières suivants : langue et littérature (deux examens dans ce groupe), individus et sociétés, sciences, mathématiques, ainsi que l’examen interdisciplinaire ; réalisé des dossiers électroniques pour le groupe de matières acquisition de langues et au moins pour l’une des matières suivantes : arts, éducation physique et à la santé, design.

Les examens sur ordinateur sont conçus de manière à ressembler davantage à un site Web plutôt qu’à une épreuve d’examen. Ils contiennent des tâches d’évaluation authentiques qui mettent à profit le potentiel de ce type de format pour proposer aux candidats des supports agréables et la possibilité de fournir des réponses sous diverses formes. Les réponses des candidats à ce type d’examen seront corrigées électroniquement par des examinateurs à l’aide de l’outil d’évaluation scoris web assessor. © Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Si vous souhaitez devenir examinateur pour les examens sur ordinateur ou les dossiers électroniques du PPCS, notamment si vous avez de l’expérience en tant qu’enseignant du PPCS, veuillez remplir le formulaire de candidature disponible sur le site Web public de l’IB.

Équipe chargée de la recherche et la conception en évaluation En juin 2012, une petite équipe chargée de la recherche et la conception en évaluation a vu le jour au centre mondial de l’IB à La Haye. Cette équipe compte deux responsables, Antony Furlong et Rebecca Hamer, ainsi qu’une chercheuse, Sarah Manlove, qui les aide à mener à bien les recherches et essais toujours plus nombreux ayant trait à l’évaluation. Dans le cadre de la révision des programmes d’études, l’équipe a pour mission de conseiller les membres du personnel chargés du développement du Programme du diplôme sur la conception de modèles d’évaluation. En règle générale, ce travail implique la formulation d’avis sur les options d’évaluation possibles pour les composantes du Programme du diplôme, la modification des critères afin qu’ils soient appliqués de la même manière par tous les examinateurs, et la réalisation d’essais pour vérifier la pertinence des modèles et des critères d’évaluation.

Multiplication des essais concernant les nouvelles procédures d’évaluation Les examinateurs jouent un rôle indispensable dans l’amélioration des pratiques en matière d’évaluation et sont de plus en plus sollicités pour prendre part à des essais concernant de nouvelles procédures dans ce domaine. En fonction de la taille de la matière et de l’étendue des modifications apportées aux pratiques d’évaluation, les essais menés récemment ont impliqué entre 10 (philosophie) et 60 examinateurs (mémoire). Lors de ces essais, il est demandé aux examinateurs de noter des travaux d’élèves existants ou spécialement réalisés à cet effet en utilisant une nouvelle procédure ou de nouveaux critères. Ils émettent ensuite des commentaires sur l’utilisation du nouveau modèle et ces commentaires sont collectés et analysés. Les essais de ce type se concentrent sur la cohérence de la notation des examinateurs (des indicateurs quantitatifs de la qualité) et sur le retour d’information fourni par ces derniers (des indicateurs qualitatifs). Les deux types d’indicateurs sont utilisés pour formuler des recommandations sur les résultats attendus d’un nouveau modèle d’évaluation dans le cadre du développement des programmes. Une telle mise à l’essai des modèles d’évaluation constitue une nouveauté dans le développement des programmes, ce qui a notamment pour avantage d’impliquer davantage d’enseignants et d’examinateurs dans l’amélioration de l’évaluation, et, par là même, de l’enseignement dans le cadre des programmes de l’IB.

© Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Session de mai 2013 : quelques statistiques Nombre de :

Mai 2012

Mai 2013

Augmentation

établissements faisant passer les examens en mai qui ont inscrit des candidats

1 972

2 068

5%

établissements faisant passer les examens en novembre qui ont inscrit des candidats

92

88

-4%

119 378

127 309

7%

notes brutes requises

1 671 254

1 862 247

11 %

notes finales à publier

537 948

578 692

8%

examinateurs nommés

7 270

7 618

5%

685 753 (67 % du total des copies)

941 856 (99,5 % du total des copies)

37 %

56 024

60 487

8%

candidats

copies de candidats notées électroniquement

essais de théorie de la connaissance notés électroniquement

Nouvelle version de scoris assessor Les examinateurs ayant noté des copies par voie électronique lors de précédentes sessions d’examens de mai auront fait l’expérience du téléchargement de scoris et de sa mise à jour automatique ponctuelle. Pour les examinateurs utilisant un système d’exploitation Windows, ces opérations étaient simples, ce qui était loin d’être le cas pour les utilisateurs de Macintosh, qui pouvaient uniquement procéder à la notation électronique par l’intermédiaire de Terminal Services, avec des résultats très mitigés. Nous avons de bonnes nouvelles à vous annoncer à ce sujet ! Au cours des deux dernières années, l’IB et RM Education PLC ont mis au point une nouvelle version de scoris avec l’aide précieuse d’examinateurs bénévoles. Cette nouvelle version, qui est accessible en ligne, a été utilisée pour noter l’ensemble des copies lors de la session d’examens de novembre 2012, et sera dorénavant utilisée pour toutes les composantes corrigées électroniquement. Les caractéristiques principales de cette nouvelle version de scoris sont énumérées ci-après : • • • • • • •

l’application est multilingue : l’examinateur peut choisir de l’utiliser dans l’une des trois langues de travail de l’IB (anglais, espagnol et français) ; le design des écrans a été adouci afin de rendre leur utilisation plus agréable ; la terminologie de l’IB est désormais utilisée dans l’ensemble du site : des termes tels que « suspendu » ont été remplacés ; l’examinateur peut organiser et appliquer des filtres aux informations apparaissant sur l’écran de téléchargement des réponses ; les miniatures apparaissant sur l’écran de notation peuvent être agrandies à la taille désirée ; les icônes ont été remplacées par des boutons afin de rendre la navigation sur le site plus intuitive ; l’application est accessible via un navigateur Web au lieu d’être spécifique à Microsoft ;

© Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


les utilisateurs devront installer un plug-in Silverlight (application similaire à Flash Player) pour pouvoir utiliser la nouvelle version de scoris.

Nouvelle version

Version originale

Écran de téléchargement des réponses

Nouvelle version

Version originale

Écran de notation

Nous espérons que vous avez trouvé ces nouvelles caractéristiques utiles lors de la notation des copies de la session de mai dernier.

Politique mondiale : une nouvelle venue L’IB a mis en place un projet pilote concernant une nouvelle matière du Programme du diplôme intitulée « politique mondiale », qui est dispensée dans le cadre du groupe 3 (individus et sociétés). Les premiers examens pilotes de cette matière auront lieu en mai 2014. Cette nouvelle option est une matière dynamique et passionnante qui s’appuie sur plusieurs disciplines du domaine des sciences sociales et des sciences humaines. Elle doit son origine à trois programmes propres aux établissements distincts mais apparentés, qui sont listés ci-dessous : • droits de l’homme ; • étude de la paix et des conflits ; • politique mondiale et relations internationales. © Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


La matière emprunte des éléments à chacun de ces programmes tout en intégrant des thèmes d’étude issus d’autres domaines, tels que le développement (défini en tant qu’amélioration continue et diversifiée du niveau de vie et de bien-être d’une partie d’une organisation sociale). Au cours de son processus de création, cette matière a développé une personnalité qui lui est propre en mettant fortement l’accent sur le thème central commun « les hommes, le pouvoir et la politique ». Tel qu’énoncé dans le guide pilote de politique mondiale (disponible en anglais uniquement), l’accent mis sur les hommes correspond au fait que le cours s’intéresse à la politique non seulement au niveau étatique mais s’intéresse également à la fonction et à l’influence des organismes non gouvernementaux, des communautés et des individus. Le concept de pouvoir est également mis en avant en tant qu’élément prégnant pour comprendre la dynamique et les tensions propres à la politique mondiale. Jusqu’à présent, il était uniquement possible d’étudier la politique dans le cadre de programmes propres aux établissements s’adressant à un nombre limité d’élèves ou dans le cadre d’un mémoire en politique. Le cours de politique mondiale a suscité un vif intérêt de la part des établissements ayant souhaité participer à sa phase pilote, et il est attendu qu’un nombre conséquent d’établissements décident de l’enseigner lorsqu’il sera disponible en tant que matière principale à partir de septembre 2015 (pour premiers examens en mai 2017). Étant donné la croissance anticipée dans cette matière, il est très probable que l’IB recrute de nouveaux examinateurs. Les examinateurs ayant de solides connaissances en politique et/ou dans un domaine connexe (tel que les relations internationales, le développement, les droits de l’homme et l’étude de la paix et des conflits) sont invités à envoyer leur candidature.

Entretien avec une examinatrice Hazel Gil-Salazar, arts visuels du Programme du diplôme Depuis combien d’années êtes-vous impliquée dans les programmes de l’IB et sous quelles formes ? Cela fait 19 ans maintenant, depuis 1995, date à laquelle le Programme du diplôme de l’IB a été mis en œuvre dans l’établissement du Costa Rica dans lequel je travaille et qui accueille e des élèves de la maternelle à la 12 année. Je me souviens encore de la dernière phrase de la séance de présentation : « l’IB est ici pour rester ! » C’était à n’en pas douter une grande avancée qui méritait d’être célébrée dans la joie, mais en y repensant je dois avouer que j’ai aussi senti des frissons me parcourir le dos. J’étais enseignante d’arts visuels dans la section primaire lorsque j’ai commencé à participer aux ateliers de perfectionnement professionnel ; j’ai rapidement été captivée par l’intelligence, la richesse et la singularité de ce programme reconnu au niveau international et dont le cadre est né en réponse à une question simple : Techniques d’éducation pour la paix – Existent-elles ? (Marie-Thérèse Maurette, 1948). J’ai immédiatement envoyé ma candidature pour devenir examinatrice, et peu de temps après j’ai commencé à enseigner les arts visuels dans le cadre du Programme du diplôme. Le profil de l’apprenant de l’IB contenait les directives centrées sur l’apprenant sur lesquelles nous pouvions nous appuyer pour commencer à chercher et mettre au point de nouvelles expériences et possibilités au sein de la classe qui permettraient aux élèves de devenir d’authentiques investigateurs. Aujourd’hui, en qualité d’examinatrice superviseuse et d’animatrice d’atelier, le meilleur conseil que je puisse donner est de chérir les sages paroles ancestrales que mes propres collègues citaient sans © Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


cesse lorsqu’ils étaient mes mentors : « Ne dites jamais non, cela limite la créativité ! » et « Patience, tout est difficile avant de devenir facile ! ». Au cours de vos années d’enseignement, l’éducation a connu d’importants développements dans différentes parties du monde. Quels types de changements avez-vous observés dans la manière dont les élèves d’arts visuels envisagent cette matière ? Un meilleur accès aux technologies et à Internet a apporté des changements majeurs partout, qui, notamment dans le domaine de l’éducation, ont rendu possible la construction de connaissances de manière coopérative et l’introduction d’une multitude de médias interactifs dans les salles de classe. L’apprentissage n’a jamais été aussi dynamique qu’à l’heure actuelle ; grâce à la diversité des outils de communication, nos élèves disposent désormais de ressources qui les aident à développer pleinement leur potentiel d’une manière inimaginable par le passé. Pour certains enseignants qui, comme moi, ont « appris à apprendre » dans un environnement non numérique, comprendre l’étendue des connaissances que nos élèves développent grâce à leurs compétences en matière d’outils technologiques n’est pas toujours aisé. À chaque étape de leur progression dans ce programme qui les incite à réfléchir de manière originale, à résoudre des problèmes, à communiquer, à interpréter et recycler des idées et des informations, ils nous étonnent et nous apprennent des choses grâce à leurs réactions assumées et enthousiastes. On peut noter la manière logique dont ils dessinent, conçoivent et expriment des idées par le biais du visuel et le pouvoir inhérent à ce dernier. La production de leurs travaux en atelier et de leurs cahiers de recherche met en évidence un sentiment d’appropriation fantastique qui découle de leur capacité à utiliser les outils virtuels et à développer leur réflexion en faisant appel à la créativité et à l’imagination. Leur travail se trouve renforcé, et non menacé, par l’extraordinaire gamme d’outils et de ressources à leur disposition. En tant que spécialistes des arts visuels, notre seule option est de rester en phase avec notre époque et de devenir, nous aussi, des experts en imagerie numérique. Avez-vous hâte de procéder à la notation électronique des travaux lors de la session de mai 2013 ? Oui, je suis très heureuse de pouvoir travailler avec des organisations qui se trouvent aux avantpostes de la technologie et dont le processus d’évolution correspond aux objectifs les plus poussés proposés actuellement dans notre monde globalisé. Le changement est toujours synonyme de défi, mais il stimule également notre intellect et notre créativité. Il nous invite de manière provocatrice à atteindre les objectifs les plus élevés que nous nous sommes fixés. En tant qu’apprenante – ce que j’ai toujours été au fond de moi – je suis heureuse d’enseigner, d’évaluer, de réviser et de participer au développement de nouvelles idées. Ce n’est pas toujours simple de se frayer un chemin dans la multitude de responsabilités, de nouvelles technologies et de nouvelles procédures qui font évoluer nos compétences et peuvent nous déconcerter. Cependant, le changement est un phénomène inévitable et nous devons l’adopter avec confiance et ouverture d’esprit. En tant qu’enseignante, je suis ravie d’aider mes élèves à devenir des artistes émergents. L’adoption du système de notation électronique me permettra de devenir le témoin de la transformation vécue par des élèves du monde entier, c’est-à-dire d’avoir la formidable possibilité de grandir, découvrir, apprendre et enseigner. Selon vous, quelles sont les difficultés et les avantages découlant de l’adoption de la notation électronique pour les arts visuels ? Le Programme du diplôme prévoit une évaluation rigoureuse des différents domaines de la connaissance et cela inclut les arts visuels. Le programme d’études unique et ouvert du cours d’arts visuels du Programme du diplôme est assez large pour permettre l’intégration des approches individuelles d’enseignants et d’élèves issus de cultures différentes, mais il est aussi évalué à l’aide d’un système d’évaluation critérié et normalisé au niveau international. Jusqu’en 2012, des examinateurs externes étaient envoyés dans différents établissements pour évaluer les travaux des élèves. Cette évaluation reposait sur des expositions spécialement préparées à cet effet et des entretiens individuels. À partir de cette année, les examinateurs pourront consulter les travaux des élèves en ligne par le biais d’une interface accessible sur le système d’information de l’IB (IBIS).

© Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Concernant l’évaluation de travaux d’arts visuels à partir d’images numérisées, la fidélité et la fiabilité des images ont donné lieu à de nombreux commentaires en raison de la diversité des équipements utilisés par les examinateurs pour recevoir ces images et des compétences de ces derniers dans ce domaine. Mon opinion sur ce point repose sur mes 18 ans d’expérience en tant qu’examinatrice pour les sessions d’examens de mai et de novembre : en fin de compte, je ne vois que des différences négligeables entre le fait de procéder à l’évaluation d’un travail selon les nouvelles procédures d’envoi des travaux au format électronique et le fait de réaliser ce travail d’évaluation à partir du dossier de travail et des photos qu’il contient (le dossier étant la seule ressource dont dispose le réviseur de notation pour procéder à la révision). L’impact reste le même ; si le travail est parfaitement adapté aux descripteurs définis pour sa création, aucune expressivité ou aucun contenu personnel n’est perdu en raison de l’adoption d’une nouvelle méthodologie d’évaluation. En d’autres termes, tant que l’élève et l’enseignant collaborent et cherchent ensemble à atteindre les notes correspondant aux descripteurs les plus élevés, le résultat sera toujours positif. Apprendre à enseigner le cours d’arts visuels du Programme du diplôme prend toujours beaucoup de temps. Le programme doit sa singularité à un programme d’études ouvert qui nécessite une approche individuelle. L’enseignant d’art a la capacité de s’adapter au changement et d’adopter une approche originale en matière d’enseignement et d’apprentissage qui est centrée sur l’excellence et cherche en permanence à répondre aux attentes des élèves et de la communauté. Dans notre monde au rythme effréné rempli d’imprévus, la difficulté vient du fait de trouver de nouvelles manières d’intégrer les éléments affectifs et sociaux afin d’enrichir un apprentissage authentique et de prendre part à des pratiques de découverte de soi conçues pour développer les capacités d’observation, d’innovation, de perception et d’interprétation. Selon vous, de quelle manière la notation électronique influera-t-elle sur l’assurance de la qualité et la fiabilité des notes attribuées aux candidats ? Le travail des candidats n’est en rien abîmé ou altéré par le nouveau système ; la note attribuée compare le travail d’un élève et son degré de maîtrise par rapport à des normes spécifiques, indépendamment du fait que l’examinateur externe ne puisse être en contact direct avec le travail. Qu’elles prennent la forme de dossiers de travail contenant des photographies ou d’images numériques chargées en ligne, les preuves fournies par les candidats doivent montrer de manière claire et cohérente les qualités visuelles, les idées et les contextes inhérents au travail, par l’intermédiaire d’un compte rendu visuel de ce dernier. « Chaque élément compte » ; tout travail envoyé doit être minutieusement défini par rapport à la déclaration du candidat. Les images envoyées doivent avoir une bonne résolution et être accompagnées de pages des cahiers de recherche montrant des recherches approfondies, une analyse critique, le processus de développement en jeu et un jugement personnel. L’envoi d’une ou de deux photographies montrant une vue d’ensemble du travail réalisé facilite l’évaluation du travail présenté. Bien que n’étant pas obligatoire, l’entretien avec l’élève peut être une formidable occasion pour un candidat de fournir de plus amples informations sur les processus et les idées sous-tendant son travail, ce qui permettra de mettre en évidence davantage de liens existant entre son travail et sa recherche. De plus, les travaux en trois dimensions et les travaux en atelier plus complexes peuvent être présentés sous la forme d’une courte vidéo dans laquelle il est possible de zoomer afin de pouvoir observer les différences subtiles de traitement de la surface ainsi que les détails du travail. C’est également une excellente façon de présenter des travaux en deux dimensions contenant des pièces multiples auxquelles une représentation à l’aide d’une image ne rendrait pas justice. Le fait qu’une image numérique puisse être manipulée et améliorée peut constituer une inquiétude découlant de l’impossibilité de « toucher » le travail. Mais cela ne constitue-t-il pas en soi une activité d’apprentissage visuelle ? Pensez-vous que votre rôle d’examinatrice vous aide à être une meilleure enseignante ?

© Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Très certainement ! Être examinateur vous donne la possibilité de vous ouvrir en permanence à de nouveaux horizons. Cela permet de partager une mine de réponses conçues par des enseignants du monde entier dans le but de développer l’ouverture interculturelle, de contribuer à la compréhension d’enjeux internationaux et environnementaux, et d’enseigner des capacités permettant de formuler des jugements avisés qui participent au développement intellectuel et à l’action. Il va sans dire que cela mène à l’acquisition d’attitudes, de valeurs et de satisfactions durables. Toute personne dans cette position peut en apprendre beaucoup sur la manière dont de jeunes artistes explorent la dimension visuo-spatiale au-delà de nos paramètres généralement limités. Ma qualité de chef d’équipe et de mentor au sein de la communauté de l’IB m’a permis de mieux percevoir la manière dont l’art nous aide à affiner notre compréhension de l’Histoire et du multiculturalisme, ainsi que la manière dont une attitude tournée vers la résolution de problèmes dans le monde visuel renforce l’intelligence et stimule la créativité et l’estime de soi, ce qui, à son tour, développe le processus continu construisant l’apprentissage. J’ambitionne à l’avenir de continuer à développer des collaborations et de rechercher de nouvelles possibilités d’observer l’art, d’en parler, de l’apprécier, et surtout de consacrer davantage de temps à la création d’œuvres porteuses de sens. Les personnes qui m’inspirent dans mes recherches et me servent de modèles sont un groupe de collègues dévoués et certains des enseignants les plus talentueux au monde qui me prodiguent des conseils.

Équipe chargée de la conception et l’innovation en évaluation L’équipe chargée de la conception et l’innovation en évaluation est composée de trois équipes autonomes mais connexes qui font partie de la division de l’évaluation. Ces trois équipes sont les suivantes : • • •

recherche et conception ; qualité de l’évaluation ; intégration des besoins des utilisateurs.

Dans son ensemble, l’équipe représente le cycle de développement des éléments suivants : • • • •

la conception en matière d’évaluation ; l’innovation en matière d’évaluation ; les systèmes de notation ; l’évaluation des programmes par le biais de l’assurance de la qualité à tous les niveaux, du plus petit au plus large.

L’équipe chargée de l’intégration des besoins des utilisateurs compte notamment deux membres chargés de transposer les exigences liées aux besoins des utilisateurs dans scoris et IBIS. Ils ont également pour mission de mener à bien des essais d’acceptation par l’utilisateur (EAU) pour les nouveaux produits liés à la notation électronique disponibles sur scoris et IBIS. L’équipe gère cette intégration en partenariat avec RM Education PLC. L’équipe chargée de la qualité de l’évaluation s’occupe de l’ensemble des questions liées à la qualité de la notation. Son travail va de la détermination des marges de tolérance pour les copies de contrôle (utilisées dans le cadre de la notation électronique) en fonction de recherches sur des données provenant d’évaluations passées, à l’application des compétences de ses membres en mathématiques et statistiques afin de résoudre des problèmes complexes liés à la révision de notation de composantes évaluées en interne. Cette équipe a également pour rôle d’analyser le travail des examinateurs et la qualité des copies de contrôle dans le cadre de la notation électronique.

© Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Entretien avec un examinateur Neil King, anglais A Depuis combien d’années exercez-vous la fonction d’examinateur pour l’IB ? Depuis 16 ans, mais ma carrière d’examinateur a commencé en 1970. J’avais besoin d’argent pour ma lune de miel et un collègue m’a suggéré de devenir examinateur. J’ai réalisé ma première correction pour l’IB lors de la session d’examens de mai 1997. Qu’est-ce qui vous a amené à enseigner l’anglais ? À l’école, j’ai eu des enseignants remarquables en anglais et en histoire. Après mes études secondaires, j’ai suivi des études d’anglais à l’université de Durham. À l’université, j’ai passé la plupart de mon temps à me concentrer sur les arts dramatiques et la mise en scène plutôt que sur mes études (ce que je justifiais en affirmant que j’étudiais réellement la littérature, que j’ai appris à aimer de plus en plus). J’ai ensuite suivi des études à l’université de Cambridge pour devenir enseignant et j’ai enseigné l’anglais pendant 37 ans, jusqu’à ma retraite en 2006. Quels sont les trois grands conseils que vous donneriez à un examinateur ? © Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Notez l’échéance qui vous est donnée pour finir le travail de notation, calculez le nombre de jours que vous pouvez consacrer à cette tâche, divisez votre objectif de notation par le nombre de jours et assurez-vous de corriger le nombre de copies requis pour respecter l’emploi du temps que vous vous êtes fixé. Pour les examinateurs superviseurs : avant le début de la session de notation, veillez toujours à envoyer une lettre de bienvenue sympathique aux membres de votre équipe, dans laquelle vous vous présenterez et mettrez en avant les aspects de la tâche à venir qui vous semblent importants, tout en leur assurant que, si des problèmes surviennent (ce qui est très probable), vous serez là pour les aider. Autre conseil pour les examinateurs superviseurs : toutes les personnes qui réalisent des travaux de correction sont sensibles à la critique, notamment celles qui exercent depuis longtemps sans avoir connu de problèmes. Et tout le monde, y compris les examinateurs les plus expérimentés, peuvent se tromper à l’occasion, notamment dans des matières nécessitant la rédaction d’essais subjectifs. Lorsqu’un examinateur s’emmêle un peu les pinceaux, il faut employer des techniques de mentorat délicates et courtoises qui peuvent prendre du temps – et cela se produira plus souvent avec le nouveau système de contrôle aléatoire de la qualité utilisé dans le cadre de la notation électronique. Il faut alors expliquer à l’examinateur concerné que ce n’est pas la fin du monde si ses notes sont de temps en temps en dehors de la marge de tolérance et qu’il se trouve dans l’impossibilité de continuer son travail de notation pendant une courte période tant qu’il n’a pas eu une discussion avec vous. Le ton employé lors de cette discussion est primordial : souvenez-vous que votre objectif est que l’examinateur reprenne confiance en lui et non qu’il soit davantage irrité. Si la notation de l’examinateur est constamment inappropriée, il se peut évidemment que le responsable de votre matière en vienne à l’arrêter complètement ; néanmoins, la plupart des examinateurs tirent des enseignements du mentorat.

Quel est votre endroit favori ? Un village appelé Puyréaux qui se trouve au cœur de la Charente, en France, où je possédais une vieille ferme de l’époque napoléonienne qui m’a servie de maison de vacances pendant 23 ans, et où je me rends parfois pour corriger quelques copies de l’IB. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail d’examinateur pour l’IB ? La compagnie de collègues compétents, que ce soit les employés du bureau de Cardiff ou des examinateurs résidant dans différents pays du monde, avec lesquels je détermine les questions, normalise les épreuves, réalise les réunions de délibérations et les révisions de notation, fait du mentorat en ligne et d’autres travaux variés. Et, bien sûr, j’apprécie le travail de correction en luimême. En plus d’exercer les fonctions d’examinateur principal, j’apprécie particulièrement le travail de correction des mémoires. L’arrivée de la notation électronique s’est révélée moins compliquée que ce à quoi je m’attendais, même si quelques difficultés initiales persistent. Le travail d’examinateur est souvent une corvée, mais il m’apporte parfois une composition rédigée par un élève de 18 ans devant laquelle je m’émerveille et me fais la réflexion suivante : « je pensais tout savoir sur cette œuvre, et je n’avais jamais pensé à ça. Qu’est-ce que j’aurais aimé que ce soit mon idée ! »

Actualités en bref Près de 100 % des copies corrigées électroniquement Lors de la session d’examens de mai 2013, 99,83 % des copies d’examen ont été corrigées électroniquement par les examinateurs. Pourquoi n’est-ce pas le cas pour 100 % des copies ? Les quelques copies qui n’ont pas été corrigées de cette manière (1 500 environ) sont celles dont la langue s’écrit de droite à gauche, comme l’arabe, le dhivehi, l’hébreu, l’ourdou, le pachtou et le persan. Pour ces langues, les livrets de réponse ont la pliure et les attaches du côté droit, ce qui complique le massicotage et la numérisation. Nous avons également décidé de repousser la notation électronique d’une épreuve de géographie contenant un grand nombre d’options jusqu’à ce qu’une correction par question soit possible (mai 2014), ainsi que la notation des épreuves relatives aux © Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


programmes propres aux établissements. Ces difficultés seront cependant réglées prochainement et 100 % des copies pourront alors être scannées et corrigées électroniquement.

Le japonais devient une langue d’usage L’IB collabore avec le ministère japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie pour améliorer l’accès au Programme du diplôme pour les élèves de l’IB étudiant au Japon. Cette collaboration aura pour effet d’augmenter le nombre d’établissements scolaires publics dispensant le Programme du diplôme au Japon, et fera du japonais une langue d’usage possible pour certaines matières, pour l’essai de théorie de la connaissance et pour certaines options du mémoire. La session d’examens de novembre 2016 sera la première pour laquelle le japonais sera disponible en tant que langue d’usage. Nous recruterons très prochainement des examinateurs de langue japonaise.

Le Certificat à orientation professionnelle de l’IB En 2012, le Certificat à orientation professionnelle de l’IB (COPIB) est devenu le quatrième programme d’éducation proposé par l’IB. Le COPIB est un programme unique spécialement conçu pour les élèves qui souhaitent s’engager dans des filières d’enseignement professionnel. Son cadre d’études est conçu autour de trois éléments interconnectés : • l’étude d’au moins deux cours du Programme du diplôme ; • un tronc commun propre au COPIB qui comprend les composantes suivantes : approches de l’apprentissage, communauté et service, développement d’une langue seconde et projet de réflexion ; • un programme à orientation professionnelle reconnu par l’IB. Les travaux notés ou révisés par les examinateurs incluent de plus en plus de travaux réalisés par des candidats du COPIB. La session de mai 2012 comptait 74 candidats issus de 13 établissements. En mai 2013, nous sommes passés à 246 candidats issus de 33 établissements. Les prévisions indiquent que le COPIB est clairement en passe de devenir un programme bien accueilli et très prisé.

Postes d’examinateurs superviseurs L’IB cherche actuellement à recruter deux examinateurs superviseurs : • •

un examinateur en chef pour la philosophie ; un examinateur en chef adjoint pour l’anglais B.

En raison de la nature de son rôle, le poste d’examinateur en chef n’est pas ouvert aux enseignants des écoles du monde de l’IB. Le poste d’examinateur en chef adjoint est en revanche ouvert à tous les candidats. Pour de plus amples informations sur chacun de ces rôles et sur la procédure de candidature, veuillez consulter le site Web public de l’IB à l’adresse suivante : http://www.ibo.org/examiners/assistant_posts/seniorexaminers/ (en anglais uniquement). L’échéance pour le dépôt des candidatures est fixée au 6 septembre 2013.

Erratum Dans l’édition du Bulletin d’information des examinateurs de janvier 2013, dans la rubrique « Actualités en bref », l’article portant sur le programme d’informatique contient des informations erronées sur le responsable de matière. Si vous avez la moindre question au sujet du changement mentionné dans l’article ou de la nature du nouveau programme, n’hésitez pas à vous mettre en rapport avec Emlyn Williams (emlyn.williams@ibo.org), le responsable de matière.

© Organisation du Baccalauréat International 2013 International Baccalaureate® | Baccalauréat International® | Bachillerato Internacional®


Examiner newsletter july2013 french version  

French version of the IB examiner newsletter July 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you