Issuu on Google+

International Montessori Schools and Child Development Centres Brussels, Belgium www.international-montessori.org Brussels

L’intelligence intra personnelle

Contenu: Bonheur L’intelligence intra personnelle L’intelligence intra personnelle dans les classes Montessori Un environnement tranquille à la maison L’importance des activités en plein air Autheur: Annie R. Hoekstra - de Roos

Layout: Tuuli Sauren, Inspirit International Communications


Bonheur Tout être est à la poursuite de bonheur, nous espérons tous l’amour et la paix! Qu’est-ce que le bonheur ? Certes, sa dimension abstraite le rend difficile à cerner ; pourtant, très réel quand il se manifeste dans notre corps ! N’estce « le bonheur » qu’un instant fugace ou peut-on le transformer en quelque chose de plus permanent ? Dans son livre, Simplicité, Edward de Bono déclare que « la complexité génère le stress, l’anxiété et la frustration ». La simplicité rend la vie plus facile, plus amusante. Libérés d’une masse de détails, nous sommes en mesure de nous concentrer sur nos sentiments. Bien souvent, le bonheur est sousjacent, mais notre état d’esprit anxieux l’empêche d’accéder la surface. John Dewey recherche le bonheur dans l’harmonie sociale. « Tous les hommes veulent être heureux, mais tous ne souhaitent pas que tous soient heureux », déclare-t-il. D’où l’importance qu’il accorde aux relations sociales, à la satisfaction des besoins propres et de ceux d’autrui. Daniel Goleman a étudié en profondeur l’intelligence émotionnelle. L’intelligence émotionnelle, tout comme l’intelligence rationnelle, a besoin d’un environnement favorable et d’un certain encadrement pour se développer. Mais le jeu en vaut la chandelle, car savoir articuler ces deux pôles d’intelligence, peut rendre la vie beaucoup plus heureuse. Différentes de prime abord, ces réflexions vont toutes dans le même sens : elles reconnaissent des intelligences multiples, inhérentes à la nature humaine, qui doivent être prises en considération et nourries. Selon la terminologie de Howard Gardner sur les intelligences multiples, Edward de Bono met en avant l’intelligence logique, John Dewey l’intelligence sociale et Daniel Goleman l’intelligence intra personnelle. Il n’est pas impossible que d’atteindre le plus grand état de bonheur; soit l’utilisation optimale des aspects de toutes ces intelligences.

2

www.international-montessori.org


L’intelligence intra personnelle

Nous sommes tous différents, expérimentant les multiples aspects de l’existence à notre façon, en fonction de facteurs comme la personnalité, l’historique culturel, l’hiérarchie des valeurs ou les racines familiales. L’équilibre entre notre cerveau rationnel et notre cerveau émotionnel joue également un grand rôle. Ecoutons-nous notre intuition ? Croyons-nous, au contraire, qu’il vaut mieux vivre selon des critères rationnels ? L’intelligence intra personnelle a été quelque peu négligée par les divers systèmes d’enseignement de par le monde. Toutefois, son importance dans le marketing, les ventes, l’apprentissage du leadership et bien d’autres aspects de la vie d’affaire se révèle aujourd’hui cruciale. Combiner des qualités diverses est la clé des « personnalités à succès »

qui sont dotées d’un bon raisonnement, mais aussi d’une solide intuition. Howard Gardner considère cette intelligence comme vitale pour notre bon fonctionnement. L’auto compréhension et considérer nos peurs, nos valeurs, nos intérêts et nos motivations, nous confère une grande efficacité. Il nous est alors loisible de réguler nos vies à l’aide d’informations de nature émotionnelle. Ce qui n’empêche pas que les autres formes d’intelligence contribuent à la prise de décision la plus sage. Savoir s’écouter soi-même ne s’apprend pas dans la solitude. Notre monde émotionnel reflète nos expériences de jeunesse. Il reflète l’opinion présente ou passée d’autres personnes, à notre égard. Il reflète le niveau d’acceptation de notre moi par les autres.

L’intelligence intra personnelle

3


Nous connaissons tous l’histoire de ce fils attiré par les arts mais obligé par son père d’étudier le droit. Cependant, l’histoire commence antérieurement. Elle commence quand le bébé, avide de mouvement, se retrouve confiné dans un Maxicosis. Ou quand le tout petit, qui aurait besoin d’un environnement tranquille, est surexposé au téléviseur. Sans parler des élèves des primaires « scotchés » à leurs ordinateurs alors qu’ils devraient jouer de la nature, ou d’adolescents incapables d’expérimenter leur indépendance du fait d’un emploi du temps trop chargé. Accepter autrui pour ce qu’ils sont, devient d’autant plus ardu que le noyau de l’individualité se dérobe à notre entendement. Néanmoins, pour reprendre la terminologie de Mark Wahl dans son livre : « Math for Humans » : si l’adulte est un castor, cela ne signifie pas que ses enfants soient des castors. Ils pourraient être des hiboux, des dauphins ou des renards, par l’approche individualisée que cela comprend. Rien ne procure la mesure d’une intelligence intra personnelle forte, comme la capacité d’accepter l’autre tel qu’il est. Nos enfants dépendent de nous, parents et éducateurs, pour se structurer de façon d’accepter la différenciation, tout en sachant se fixer des limites, qui sont le gage d’un développement complet et équilibré.

Voici leurs autres caractéristiques : • Goût pour la philosophie • Pensée critique • Bonne connaissance d’eux-mêmes • Introspectifs : capacité d’analyser leurs forces et leurs faiblesses • Préférence pour le travail en solitaire • Goût pour la réflexion • Goût pour l’analyse de théories et d’idées • Perfectionnisme • Précision • Sens de l’observation • Souvent créatifs

Possibles choix de carrière : • Auteur • Chercheur • Théoricien • Scientifique • Libraire • Thérapeute • Philosophe

Points forts de l’intelligence intra personnelle Les personnes dotées d’une intelligence intra personnelle forte, savent s’auto regarder, pour découvrir leurs propres sentiments. Leur motivation, le but qu’elles poursuivent, n’ont aucun secret. Elles sont introspectives, profondes et curieuses. Intuitives, elles mesurent la valeur de cette qualité et agissent en conséquence. Certes, les autres les trouvent parfois introverties et peu communicatives mais après tout, quelques mots valent souvent mieux que de longs discours.

4

www.international-montessori.org


L’intelligence intra personnelle dans les classes Montessori La diversité des intelligences fait partie de notre personnalité. Nous possédons des points forts et des points faibles, lesquels nous pourrions travailler pendant notre vie. Nos aptitudes sont améliorables et la personnalité évolue. Ces formes d’intelligence peuvent être représentées horizontalement sur une grille et notées verticalement sur la même grille (Matrice). Mais, indépendamment du résultat, il se produit que nous privilégions d’une forme au-dessus de l’autre. Par exemple, je peux avoir une intelligence logico mathématique prédominante mais, au moment d’écrire un livre, me retrouver dans un état plus proche de l’intelligence intra personnelle. Il me faut alors utiliser cet état pour engendrer l’écriture. Il en va de même pendant l’enfance. L’étape de développement influence l’état d’esprit. Il est d’ailleurs remarquable de constater que la vie commence (et se termine ?) dans l’atmosphère de l’intelligence intra personnelle.

L’intelligence intra personnelle

5


Un environnement calme pour les Tous Petits

La vie évolue par étapes, que Montessori appelait : des plans de développement. A chaque plan, divers aspects de la personnalité se développent. Toutefois, les intelligences ne surgissent ni au même âge, ni avec la même intensité, ni de la même façon. Accompagner ce processus requiert de la douceur et un certain sens du timing. L’environnement doit être adapté aux besoins de l’enfant. Les jouets, l’approche, le niveau d’autonomie, la fixation des limites, tout doit évoluer de concert. De zéro à trois ans, les bébés et les tous petits privilégient l’intelligence intra personnelle, avec un « auto centrage » sur eux-mêmes fortifié. La flexibilité du cerveau, qui connecte les neurones en fonction des expériences vécues, rend cette période très intense. Axé sur sa propre construction, l’enfant n’est pas dans une relation empathique avec les autres. La sociabilité, puis l’intelligence interpersonnelle, ne se manifesteront qu’après. Donc, la notion de partage reste un concept étranger, c’est l’apanage des plus âgés.

6

Jusqu’à trois ans, les enfants fonctionnent à un niveau inconscient. Ils absorbent tout comme des éponges : le langage, les valeurs, les façons d’être, les modèles de relation, etc. L’acquisition des filtres mentaux nécessitant plus de temps, le cerveau reçoit tout directement. C’est pourquoi les tous petits sont si honnêtes, si directs, voire si vindicatifs quand leurs besoins ne sont pas satisfaits. Que quelqu’un s’empare d’un objet dont ils ont besoin à un moment précis, ils montent aussitôt sur leurs grands chevaux ! Néanmoins, si l’adulte utilise un langage approprié en fixant des limites, le comportement se modifie et l’enfant se tranquillise, apprenant à atteindre son but sans imposer à autrui de conséquences négatives. L’adulte joue, bien sûr, un rôle déterminant. Les tous petits ont besoin d’espace et de temps pour vivre leur phase d’introversion. Bien que cela ne corresponde pas à la réalité, il importe que le temps leur paraisse surabondant. Mieux vaut donc ne pas les stresser. Le terrible « c’est l’heure de rentrer à la maison » doit être lancé au moment idoine, pour maintenir l’illusion d’un temps sans frontière.

www.international-montessori.org


à un environnement paisible. Pour cultiver sa concentration, l’enfant a besoin de calme, de sérénité. Des bruits étrangers tels que le téléviseur, les conversations téléphoniques ou les jeux électroniques, le stimulent à l’excès.

Pendant cette période, l’enfant interagit avec son environnement, y compris humain, se construisant lui-même. A condition, bien sûr, que l’espace et les équipements soient adaptés. De ce point de vue, un espace dépourvu d’objets électroniques est l’idéal, car le langage doit être absorbé via d’autres personnes. Le langage influence la personnalité de l’enfant, en particulier son estime de soi. « Ma Maman me regarde quand je parle, je suis reconnu » ou « Papa me laisse m’asseoir à table avec lui, je suis donc un membre important du foyer où j’accomplis un travail important », sont d’autant de messages inconscients dont il est affamé. Des équipements inspirés du monde des adultes, mais adaptés à la taille des enfants, transmettent le même message et deviennent une garantie au succès. Les enfants adorent nous imiter ! L’un des outils de l’intelligence intra personnelle principal est la concentration qui se développe à la base, dès ces premières années grâce, entre autres,

Attendre de son enfant une croissance intense et multidirectionnelle pendant ces trois premières années, serait une erreur. Mais l’aider à développer son intelligence intra personnelle, c’est assurer les bases de sa personnalité future. En effet, dès trois ans, tout change. Au travers d’activités manuelles, d’observations, d’interactions, l’enfant s’est construit une expérience de vie. Son esprit, son corps et sa volonté, qui s’étaient développés en parallèle, sont désormais intégrés ; il voit le monde « par d’autres yeux ». Le « je » fait son apparition, preuve d’un cheminement vers une prise de conscience autonome et différenciée de la mère. A cette étape, il n’échappe plus au fait que les autres ont, eux aussi, des besoins. Les petites colères d’autrefois font place à une volonté de collaborer. Bien que l’intelligence intra personnelle poursuive son développement, elle devient moins prédominante. L’intelligence interpersonnelle prend son essor et l’enfant devient, petit à petit, un être social.

L’intelligence intra personnelle

7


Le début du développement social

Quelque part entre zéro et six ans, le fonctionnement de l’esprit de l’enfant se modifie. Auparavant, les développements du langage, du mouvement, de la volonté et de l’intellect s’effectuaient en parallèle. Désormais, l’intégration prend le dessus et la conscience de l’environnement et les humains, s’affine. Parvient, le moment où les adultes, voire des enfants plus âgés, peuvent aider l’enfant à améliorer ses « compétences » sociales. Dans la pratique, cela oblige à déployer un nouvel ensemble de limites. Ce qui convenait à un enfant « inconscient » n’est plus valable. Par exemple, alors qu’étendre de l’eau sur le carrelage s’inscrivait dans la phase de concentration d’un tout petit en l’aidant à développer ses facultés motrices et sa mobilité visuelle, il faut dire à l’enfant devenu « conscient » que « l’eau, c’est pour les plantes ». Cette réflexion et accentuer tous les liens de cause à effet de manière générale, favorisent le développement du néocortex.

8

Encourager ou forcer un tout petit à partager, contrarie son besoin d’auto développement. Par contre, un enfant un peu plus âgé sait que les autres ont des besoins. Si le tout petit pouvait se balancer à sa guise, l’heure est venue de lui dire : « encore dix fois, puis c’est à Jean d’avoir la balançoire». Car cette limite stimule la pensée logique. En son absence, et si nous maintenions l’extrême permissivité applicable au bébé, l’enfant en âge préscolaire serait pénalisé dans son développement social, avec toutes les conséquences négatives que cela entraînerait. Dans La Maison des Enfants, nous insistons beaucoup aux activités pratiques qui favorisent cet éveil social. Chaque activité comprend des étapes et des limites. A l’aide d’un vocabulaire approprié, l’adulte marque ces limites, indiquant par exemple que « la balayette est faite pour balayer » (et pas pour être brandie) ou que « le fruit peut être mangé à table » (et non pas mangé en jouant en même temps). L’abstraction n’étant pas le point fort des jeunes enfants, le mot « non » est à manier avec parcimonie. Un raisonnement tel que « la maîtresse me dit non, je ne dois pas courir, donc elle souhaite que je marche lentement » est compliqué pour eux. En revanche, ils sont demandeurs d’instructions sur la manière d’agir, d’où l’intérêt des groupes multi âges que nous organisons à l’école. Quand la différence d’âge est respectée, les enfants apprennent plus entre eux qu’avec les adultes.

www.international-montessori.org


« Non » est réservé aux cas urgents où la sécurité est en jeu. Là, l’enfant obtempère. A l’inverse, un emploi trop fréquent ôte sa valeur au « non ». Mais qu’en est-il, des enfants sortis de la phase d’intelligence intra personnelle avec une inclination intense pour celle-ci ? Leur sociabilité peut prendre plus de temps. Il est possible que les activités en groupe les intimident, qu’ils préfèrent travailler seuls. Quitter les bras de Maman ou s’arracher à elle lors de l’arrivée à l’école peut aussi leur coûter davantage. Mais ces enfants doivent être reconnus et appréciés comme tels pour se sentir bien avec eux-mêmes. L’importance est d’éviter qu’ils ne deviennent trop introvertis, en les aidant à gagner en confiance et en sécurité. De fait, une intelligence intra personnelle top prédominante n’est pas une bonne chose, règle qui s’applique du reste aux autres formes d’intelligences. La confiance en soi, la confiance dans la société et dans les relations avec les autres sont en jeu, le risque étant que l’enfant ne soit pénalisé dans son intégration plus tard, sa capacité à travailler en groupe ou son aptitude à nouer des relations.

Un coaching bienveillant et des activités adaptées, permettent cependant de remédier à cette situation. Le rôle de l’enseignant est crucial. Dans une classe Montessori, l’enseignant est à l’écoute de chaque enfant et les interactions sont modelées en fonction du caractère. Par exemple, si un enseignant prévoit une activité de peinture à l’extérieur, l’enfant introverti sera invité à l’accompagner. Cette sollicitation neutralisera sa peur de se joindre aux autres et diminuera son appréhension du travail en groupe. Alors que nous demandons parfois aux enfants extravertis de travailler seuls, nous encourageons les enfants introvertis à participer aux activités qui développent leur sens de la communauté telles que le découpage ou le pelage des fruits, le service à l’heure du déjeuner, le choix de la chanson du jour, l’accrochage des posters avec l’instituteur ou l’institutrice, le salut aux camarades à l’heure de la sortie, etc. Sous leur apparence anodine, ces moments d’interaction, qui fait intervenir le langage verbal et corporel, contribuent à la croissance de l’enfant.

L’intelligence intra personnelle

9


En quête de connaissance dans le Primaire Contrairement à une croyance répandue, le développement de l’enfant n’est pas linéaire, mais marqué par le franchissement de paliers. A chaque palier, certains aspects de la personnalité se développent plus que d’autres. Après une phase d’intégration du corps, de la volonté et du mouvement, une étape de sociabilité et d’éveil aux autres s’installe; l’élève de primaire commence à voir le « monde au grand ». Il veut savoir comment, quand, où et pourquoi. Après six ans d’expériences diverses, son cerveau est devenu un réseau neuronal complexe, capable de traiter l’information sans l’intermédiation de ses mains. Cette faculté est l’imagination, qui nous distingue des autres mammifères ! Quand il réceptionne l’information adaptée, le néocortex peut apprendre à raisonner de manière abstraite. L’enfant doté d’une intelligence intra personnelle forte dispose maintenant d’un outil intellectuel puissant, particulièrement adapté à la lecture, au dessin, à l’écriture et aux constructions mentales.

10

Un peu à l’instar du hibou, il aime de se retirer pour découvrir. Sa concentration excellente s’accompagne d’un grand besoin de savoir. Tout est bon pour épancher sa soif de connaissances : livres, magazines, musées, internet, etc. Il apprécie d’accomplir cette démarche seul, sans être dérangé. On retrouve chez tous les enfants, cette hâte de savoir, mais varie quant au fond et à la forme. Pour l’enfant doté d’une intelligence intra personnelle forte, la difficulté est d’éviter qu’il ne se polarise. Car si cette stimulation unidirectionnelle fait de lui un « bon élève » dans l’acception traditionnelle du terme, elle risque aussi d’en faire quelqu’un de solitaire et de peu sociable. Dans les classes Montessori, nous mettons volontairement cet enfant face aux défis en lui demandant de travailler avec un autre élève, puis un groupe d’élèves, pour discuter de ses idées. Lors d’événements de type « Fenêtres dans la Classe », nous l’invitons à présenter son travail, à une audience plus large. Que ce soit en cours de maths, au moment de la gym pour organiser un match, pendant les jeux de récréation, voire dans la coordination téléphonique d’une sortie de classe, toutes les occasions sont bonnes pour qu’il collabore avec d’autres personnes.

www.international-montessori.org


En primaire, chaque enfant reçoit ce que nous dénommons un « ensemble de challenges personnalisés ». Ces cinq années sont marquées par de nombreux changements. Pendant les deux premières, nous accentuons des outils de base : concentration, habitudes de travail et responsabilité. Au travers d’étapes d’intégration successives, celles-ci mènent aux dernières années du primaire, généralement sereines et pleines de signes positifs. Pour atteindre le meilleur résultat possible, la collaboration des parents et des instituteurs ou institutrices, lors de chaque étape, est déterminante. Mais qu’en est-il des notions, de limites ou de frontières à cet âge ? L’élève du primaire est très différent de l’enfant en âge préscolaire. Soudain, les parents se demandent comment leur petit garçon a pu provoquer une dispute. Ce n’est pas possible, se disent-il, l’autre enfant aura certainement dû l’enclencher. Ne nous méprenons pas : quoique les enfants en âge préscolaire soient centrés sur leur auto construction, tous n’ont pas une intelligence intra personnelle prédominante de

sorte que les enfants plus portés sur l’intelligence corporelle kinesthésique, gardent parfois une notion assez floue de ce qui est bien ou mal et agissent en conséquence. Par chance, ils traversent une nouvelle période de construction du sens moral. En fait, c’est là l’un des grands enjeux de l’évolution de l’enfant entre six et douze ans : qu’est-ce qui est acceptable par les autres ? Qu’est-ce que j’accepterais moi-même ? Cet apprentissage social s’opère par des conflits et des expériences. N’évitons pas cette étape en voulant agir à la place de l’enfant, car nous le priverions d’une opportunité de progrès. Par contre, recourons à l’imagination par des raisonnements du type : « que ce serait-il produit si vous aviez fait ceci ou cela…peut-être ne vous seriez-vous pas disputés ? » Ce genre de remarque coïncide avec le développement de l’enfant et l’aide à mettre en place un raisonnement logique et un processus décisionnel amélioré. Après tout, s’il existe huit Intelligences, rien n’interdit d’utiliser l’une au service de l’autre, au contraire !

L’intelligence intra personnelle

11


Réflexions et étude dans la Section Secondaire Et les voilà adolescents, un âge de développement intense et merveilleux ! Lentement mais sûrement, l’enfant se fait adulte. Pourtant, compte tenu, de la sophistication de notre société, ces jeunes vont encore à l’école et vivent chez leurs parents plusieurs années. Même s’ils sont intellectuellement équipés pour manifester leur désaccord, l’instruction et un certain contrôle, sont maintenus par les adultes. Du coup, il importe de trouver le bon équilibre : • Les limites sont appropriées et les attentes correspondent à l’âge précis • L’adolescent a besoin de vivre les conséquences de ses actes (et non au travers de Maman, Papa, les professeurs ou les amis) • Grâce à un soutien adapté, l’enfant s’approprie ses problèmes et apprends à se responsabiliser Simultanément : • L’adolescent conquiert son indépendance • Il prend, au jour le jour, les décisions opportunes • Un cadre d’analyse doit lui indiquer où se termine sa liberté et où commence celle d’autrui • Ce cadre diffère d’un enfant à l’autre en fonction du degré de pensée logique, de la rationalité et du niveau d’autonomie. Il s’agit malheureusement d’un âge où le déséquilibre entraîne des problèmes parfois sérieux. Permettre à un enfant introverti de passer des heures, plongé dans son XBOX, Face

12

book, Instagram ou Twitter est déconseillé, car l’omniprésence des réseaux sociaux peut l’acheminer à ne plus interagir dans des situations réelles. Les enfants extravertis sont moins menacés, étant donné leur goût pour les contacts directs, les débats animés et les plaisanteries. De même, les enfants dotés d’une intelligence corporelle kinesthésique préfèrent en général le sport aux heures de clavier. La vigilance s’impose donc au premier chef pour l’enfant doté d’une intelligence intra personnelle. Faute de limites bien établies, il risque de se retirer et manquera d’interactions sociales importantes et déterminantes. Chaque étape, en s’appuyant sur la précédente, mène à un niveau de compréhension amélioré. Par exemple, le développement de la sensibilité conduit l’adolescent à vouloir comprendre le fonctionnement de la société et comment y trouver sa place. Ils cherchent des réponses aux questions « pourquoi ? ». Leur métacognition se développe. Plus le niveau d’abstraction augmente, plus les jugements de valeur sur soi, sur les autres et sur la société peuvent s’avérer profonds. Dans le cas de l’intelligence intra personnelle, ce mouvement est encore plus net et se vérifie aisément chez les adolescents. Ils ont tendance à vouloir se retourner dans leur cocon pour se réinventer et se retrouver. Quand l’environnement

www.international-montessori.org


est propice, la métamorphose peut être aussi surprenante que celle d’une chenille transformée en papillon. Voici les conditions à réunir :

• Accompagnement dans toutes les sphères du développement : social, intellectuel, émotionnel et physique. Ne pas leur permettre d’aller trop loin dans une direction particulière et garder la notion d’équilibre en tête.

Dans le curriculum également, nous abordons sous une forme interdisciplinaire la question de l’identité. Professeurs et étudiants parlent d’origine, de religion, d’histoire familiale, de provenance sociale, etc. La question posée est : nos croyances modèlent-elles notre identité ? Bien sûr, cette thématique est au cœur de l’intelligence intra personnelle et de ce point de vue les étudiants les plus favorisés avancent en terrain connu. Pour les autres, c’est une opportunité unique de se frotter à un thème qu’autrement ils éviteraient.

AUne contribution appropriée n’est pas forcément une « contribution » académique. Les adolescents aiment : s’observer, bavarder, interagir, un groupe formé d’âges et profils différents, est une chose excellente. Cela les aide à répondre à toutes les questions qu’ils se posent et aide le développement de leur personnalité énormément.

Ce thème est analysé sous différents points de vue, offrant aux étudiants une variété de choix d’informations large et de recherches qui permettent, en outre, d’intégrer des savoirs antérieurement reçus. Pour mesurer la richesse de l’information traitée, jetez un coup d’œil aux quatre sujets suivants:

• Contributions appropriées • Environnement positif dénué de jugements stéréotypés sur les jeunes • Relations de réciprocité avec les adultes • Limites appropriées (un facteur déterminant)

L’intelligence intra personnelle

13


Langue principales Anglais et Français

Sciences

Les étudiants analyseront ce qui définit l’identité et comment se comprendre mieux eux-mêmes ainsi que les autres.

Les étudiants analyseront comment la biologie peut nous rapprocher l’un de l’autre et à une partie de l’essence de notre identité.

Les étudiants analyseront comment l’entourage humain, les religions et les croyances modèlent notre moi.

Les étudiants analyseront comment l’identité culturelle se développe à travers le langage.

Différents livres:

A la découverte de notre identité, nous étudierons d’abord les mécanismes de communication animale et non animale en comparant les styles de communication d’animaux différents. Nous étudierons alors les moyens qu’utilise notre corps pour communiquer.

Religions mondiales commentaires, rituels, visites de temples et de mosquées.

Lire des histoires sur des immigrants

Lire, analyser les personnages, définition de l’identité, différence entre littérature de fiction et non fiction, Importance du

• • • •

Choix de l’écrivain Processus d’écriture Dialogues

“Comment communiquent les animaux”?

Détails caractéristiques • “Comment nous de l’histoire communiquons ?” Découvrir notre autobiographie et en écrire “Quelle parties de notre langue réagissent aux goûts une différents ?” Découvrir ce qui fait ce que “A quel point sommes-nous vous êtes capables d’entendre ?” Poésie sur soi-même “Quel est le degré de Recherche de différents sensibilité de notre peau ?” poèmes “Comment analyser le Journal de réflexions stimulus des sens des voies personnelles nerveuses ascendantes (nerfs et cerveau) ?”

Humanités

Partager la croyance d’autrui pour voir comment cela change notre identité. Effectuer des recherches sur les religions de par le monde (années 1-2) La détérioration de la civilisation classique. La naissance de l’Europe: crise de la civilisation romaine, déclin et la chute de l’empire romain, le legs de Rome, les invasions, la Chrétienté, l’Islam, les Carolingiens, renaissance et échec de l’impérialisme, naissance des religions monothéistes, valeurs liées à ces religions.

Les étudiants ayant une intelligence intra personnelle forte seront performants pour ces exercices. Pour les autres, plus portés vers le mouvement, car dotés d’une intelligence corporelle kinesthésique, ils constitueront un défi à relever. Mais c’est là l’une des caractéristiques de l’école Montessori et la philosophie du Baccalauréat International : offrir une variété de choix d’activités large, correspondant à chaque profil et permettant de découvrir leurs points forts, et simultanément, développer leurs points faibles. Ce travail interdisciplinaire de l’identité se conclura par un brunch offert aux parents et aux étudiants de la section du secondaire le samedi 19 janvier au matin, à partir de 10h30. Chaque étudiant apportera une spécialité culinaire de sa culture et expliquera un rituel, une croyance ou une tradition liée à celle-ci. La stimulation rêvée pour notre intelligence intra personnelle !

14

www.international-montessori.org

Langues secondaires

Observer notre comportement quand nous voyageons Différentes vidéos Débats sur les stéréotypes


A la maison - des limites logiques adaptées La plupart entre nous, menons des vies professionnelles intenses et stressantes et nous aimerions, par conséquent, jouir d’une atmosphère pacifique et harmonieuse à la maison. Néanmoins, il importe de savoir qu’un conflit peut être constructif pour l’enfant. Du coup, vouloir maintenir la paix familiale à tout prix, quitte à dévier l’attention de l’enfant pour éviter une difficulté, n’est pas la meilleure stratégie. Les parents sont, par définition, les personnes de la famille dotées de la plus longue expérience. Si maman ou papa réprouvent le comportement de l’enfant, des limites doivent être introduites. Les enfants se développent à base « d’amour et de bon sens », d’où l’importance de limites logiques. Bien sûr, celles-ci varient selon les âges. Appliquer à un enfant de deux ans les règles d’un enfant de six n’aurait aucun sens. De même, le passage du primaire au secondaire, traverse nécessairement une adaptation de ces limites. Il arrive qu’un enfant de deux ans détruise un château qui n’est pas le sien dans un bac à sable.

L’adulte réagira généralement en disant : « oh, quel dommage, construisons-en un autre ! ». Mais un enfant de quatre ans ne peut être autorisé à faire la même chose, puisqu’il a conscience des besoins des autres. Dans le même ordre d’idée, s’il est normal qu’un enfant de six ans veuille remplir son cahier de coloriage à la fin d’un repas au restaurant, cela l’est beaucoup moins pour un enfant de dix ans, lequel profitera de la sortie familiale en se joignant à la conversation. Ne parlons même pas de ces jeux électroniques, qui murent l’enfant en lui-même au moment où il devrait échanger avec les autres ! Dans le cas des enfants extravertis, ces opportunités manquées ne prêtent pas à conséquence, ils en auront bien d’autres. Mais ce raisonnement ne s’applique en aucun cas aux enfants dotés d’une intelligence intra personnelle forte. Pour ces derniers, toutes les opportunités d’interaction sociales, doivent être mises à profit, il en va de leur futur équilibre en tant qu’adultes.

L’intelligence intra personnelle

15


L’importance des activités en plein air L’un des traits marquants de l’intelligence intra personnelle, est le goût pour les activités en plein air. Ces enfants ont besoin d’être en contact avec la nature. Malheureusement, le marketing met en avant les loisirs à la maison : films, musique, internet, jeux, téléphones portables, miniordinateurs, etc. Bien sûr, ces produits font tourner l’économie. Jouer à l’extérieur, courir, chercher des insectes, est passé à l’arrière plan, une tendance renforcée par la peur de contacts avec autrui. Voyez-vous encore des enfants jouer dans votre voisinage après l’école ? Où est passé le temps où ils construisaient des cabanes, couraient dans les prés et revenaient à la maison les bottes crottées ? Pourtant, le contact avec la nature peut avoir un effet extrêmement positif sur les enfants introvertis. C’est l’occasion pour eux de se calmer et de regrouper leurs idées. En réalité, les activités en plein air sont bénignes pour tous les enfants. En effet, quelle meilleure opportunité de communiquer, d’inventer, de fixer des règles, de se mouiller, voire de se salir un peu, avant de revenir à la maison plein d’appétit et de joie vivre ? Pensez-y, car cela vaut vraiment la peine, pour les petits et les grands.

Lien google intéressant: www.multipleintelligencetheory.co.uk

Livres intéressants disponibles dans la Bibliothèque des Parents: Simplicité, par Edward de Bono Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, par John Dewey Our babies, ourselves – How biology and culture shape the way we parent, par Meredith F. Small Failure to connect – How computers affect our children’s minds and what we can do about it, par Jane M. Healy Your child’s growing mind, par Jane M. Healy From Innocence to Entitlement – Love and Logic, par Jim Fay Taking the stress out of raising great kids, par Jim Fay Parenting teens with Love and Logic, par Foster Cline et Jim Fay. Vie émotionnelle du tout petit, par Alicia Lieberman Math for humans – teaching math through the 8 intelligences, par Mark Wahl 16

www.international-montessori.org


8 Intelligences (7 FRA) - Intelligence Intrapersonelle