Page 1

Contexte, enjeux et méthodes

Travaillant depuis plus de quinze ans dans la communication de villes de 6 000 à 30 000 habitants, l'auteur a pu constater la spécificité de la communication publique à l'échelle locale. Entre un paysage en recomposition et les évolutions très rapides du numérique, les communicants des petites collectivités doivent constamment s'adapter. Lorsque l'on sait que 97 % des communes françaises comptent moins de 10 000 habitants, l'enjeu apparaît clairement. Il faut alors créer un réseau et l'entretenir, confronter les points de vue, se former pour enrichir sa pratique et développer sa créativité. L'objet de cet ouvrage est d'abord de légitimer la fonction « communication » dans les petites communes, dont les agents qui exercent cette fonction parmi d'autres ont parfois du mal à faire reconnaître leurs compétences, alors que les métiers de la communication se sont professionnalisés ces dernières années, à tous les niveaux territoriaux. Son objet est ensuite de donner quelques clés de compréhension et pistes de travail aux élus et à toute personne s'impliquant dans la vie locale pour valoriser son territoire et conforter son identité. La commune, surtout de taille modeste, reste l'échelon vers lequel les habitants se tournent naturellement. C'est dans ce sens qu'elles doivent réussir leur communication.

Titulaire d'un master en communication politique et publique en France et en Europe de l'université Paris 12 Créteil, Sophie Demaison travaille en mairie depuis 2003. Elle a d'abord intégré une ville de 30 000 habitants (Plaisir, Yvelines), avant de rejoindre la mairie de Saint-Cyr-l'École (15 000 habitants, Yvelines), puis celle de Saint-Mauricel'Exil (6 500 habitants, Isère) en 2009. Titularisée en 2006, elle est cadre A de la fonction publique territoriale.

La communication des petites collectivités territoriales Contexte, enjeux et méthodes

LES ESSENTIELS

S. Demaison

LES ESSENTIELS

La communication des petites collectivités territoriales - Contexte, enjeux et méthodes

La communication des petites collectivités territoriales

Sophie Demaison

www.territorial-editions.fr ISSN : 2553-5803 – ISBN : 978-2-8186-1519-5


La communication des petites collectivités Contexte, enjeux et méthodes

LES ESSENTIELS Sophie Demaison

Chargée de communication

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur http://www.territorial-editions.fr

Référence BK 331 Avril 2019


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1519-5 ISBN version numérique : 978-2-8186-1520-1 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin-Jallieu (38) - Mai 2019 Dépôt légal à parution


Sommaire Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7

Partie 1 Le contexte de la communication des petites collectivités Chapitre I La place de la commune en France. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 A - Une longue histoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 1. La période révolutionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 2. Le tournant de 1884. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.14 3. Après-guerre : le temps de la consécration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15

B - Le rôle du maire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 1. Une place centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 2. Au cœur de toutes les influences : exemple de Sainte-Pétronille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17

C - Les petites communes aujourd’hui. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 1. Les raisons de leur diversité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 2. Essai de typologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19 3. La question de l’identité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20

Chapitre II Rappel historique de la communication publique et territoriale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 1. Débuts timides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 2. Les progrès techniques au service de la communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23

B - Années 1980-1990 : affirmation dans le paysage local. . . . . . . . . . . . . . p.24 1. De nouvelles compétences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24 2. Essor de la publicité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25 3. Une professionnalisation en marche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25

C - Années 2000 : nouvelles techniques et préoccupations. . . . . . . . . . . . p.26 1. La loi au service de la démocratie locale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.26 2. NTIC : les bouleversements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27 3. L’exigence d’une communication « durable ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29

Sommaire

La communication des petites collectivités

A - Entre-deux guerres : les prémices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22

3


Chapitre III La recomposition territoriale en cours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30 A - La commune face à l’intercommunalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30 1. Le SIVU, première forme de coopération. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30 2. À partir des années 1960 : une intégration poussée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31 3. Vers la simplification. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.32 4. La petite commune dans l’intercommunalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33

B - La question spécifique de la fusion de communes . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.34 1. Rappel historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35 2. Une démarche à coconstruire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.36 3. Anticiper la communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.38

C - Communication et démocratie de proximité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 1. De l’information à l’implication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 2. La démocratie à petite échelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40

Partie 2 Les spécificités de la communication des petites collectivités Chapitre I Un métier aux multiples facettes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.45 A - Un professionnalisme grandissant : chiffres et tendances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.45 1. La place de la communication dans la fonction publique territoriale . . . . . . . . . . . . . . p.45 2. Un positionnement à trouver. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.48

B - L’importance du terrain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 La communication des petites collectivités

1. Miser sur la proximité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49

4

2. Être au cœur de l’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.50

C - La proximité avec les élus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.51

Chapitre II Une stratégie en rapport avec le territoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 A - De la réflexion à l’opérationnel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 1. Un détour par la théorie…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 2. Bâtir une stratégie de communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.54 3. Le plan de communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.55

Sommaire


B - Panorama des outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56 1. Les outils « classiques » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56 2. La part grandissante de la vidéo et du numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58 3. Les « inclassables ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.62 4. La tradition orale revisitée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.62

C - Un budget contraint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 1. Quelques chiffres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 2. Pistes à creuser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.64

Chapitre III Le marketing territorial dans l’espace rural. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 A - Aux origines du marketing territorial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 1. Du XIXe siècle à nos jours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 2. Marketing/marque, identité/image : quelles différences ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.68

B - Le temps du dialogue et de la construction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.69 1. Les acteurs de la démarche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.69 2. Les étapes de la démarche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.70

C - La question des labels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.73 1. Obtenir des distinctions : intérêts et typologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.73 2. De la marque au label. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.75

Partie 3 Fiches pratiques Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.107

Remerciements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.113 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.115 Webographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.121

Sommaire

La communication des petites collectivités

Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.109

5


Ne jugez pas le grain de poivre d’après sa taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique. Proverbe arabe Dans un tel foisonnement, l’esprit éprouve de plus en plus de difficultés à penser par lui-même. L’excès d’informations peut non seulement conduire à la désinformation, mais il plonge aussi dans une forme nouvelle d’analphabétisme, un « néoanalphabétisme ». Elsa Godard


Introduction Qu’entendre par « petites collectivités territoriales » ? Il m’a semblé, au travers de ma pratique et lorsque je rencontre des homologues de communes travaillant au même échelon que le mien, pouvoir déterminer des points communs et des problématiques proches. Les communes jusqu’à 10 000 habitants sont confrontées aux budgets qui se réduisent, encore plus à petite échelle. Les communicants doivent y faire preuve d’une grande polyvalence, passant d’une mission à une autre tout au long d’une journée (rédaction, secrétariat, mise en page, relations presse, événementiel…). La proximité avec les élus, bien souvent très présents et même prenant part au travail, est une autre spécificité de la petite commune. Enfin, la communication d’une petite collectivité se concentre essentiellement sur un support, le journal municipal, même si d’autres usages prennent de l’ampleur comme le numérique. Tout ceci ne donne pas forcément une idée de l’échelle sur laquelle nous pouvons baser notre étude. Car certains de ces aspects se retrouvent aussi dans de grandes villes et métropoles. Malgré l’hétérogénéité des communes françaises (rurales, périurbaines, urbaines, touristiques…), j’ai souhaité me concentrer sur les villes allant de quelques centaines d’habitants à 10 000. Ce choix se justifie pour plusieurs raisons.

L’échelle de 1 000 à 5 000 habitants, qui représente 94 % des communes françaises, est intéressante. Comme le rappelle Hélène Mainet, maître de conférences au Ceramac1, c’est un seuil souvent retenu par les géographes : « Outre le nombre réduit d’habitants, c’est une ville qui présente des caractéristiques économiques et fonctionnelles »2. Et d’expliquer leurs points communs en termes de commerces, d’entreprises, de services publics présents, et leur rayonnement, entre 10 et 20 kilomètres, autour d’elles : « Elles se veulent proches de leur campagne environnante.

1. Centre d’études et de recherches appliquées au Massif central, à la moyenne montagne et aux espaces fragiles. 2. Mainet Hélène (2011), « Les petites villes françaises en quête d’identité. Ambiguïté du positionnement ou image tactique combinée ? », Mots, Les langages du politique, n° 97, p. 77.

Introduction

La communication des petites collectivités

Tout d’abord, l’échelle de 1 000 à 2 000 habitants – seuil officiel au-delà duquel la commune est considérée comme une ville – est restrictive, car même si les villages communiquent, les outils restent limités. En outre, ils s’appuient beaucoup sur les acteurs locaux (clubs sportifs, comités des fêtes, associations de parents d’élèves…) pour y parvenir et animer leur territoire.

7


Les petites villes autour de 5 000 habitants communiquent largement sur les critères de qualité de vie, de proximité, de convivialité et de “taille humaine” »3. Passer de 5 000 à 10 000 habitants, c’est passer de 94 % à 97 % des villes françaises. Statistiquement, cela ne change pas grand-chose. Mais en termes plus concrets, cela change en revanche la donne, car la commune proche de 10 000 habitants se tourne davantage vers l’activité urbaine, mettant en place des services et équipements plus étoffés. J’ai souhaité retenir ce seuil parce que la communication d’une pareille collectivité est aussi plus large, avec la plupart du temps, un service dédié composé d’au moins une personne. Les communes dont la population est inférieure à 5 000 habitants prennent souvent comme modèle de communication cette échelle de 5 000 à 10 000 habitants. En effet, celui des grandes collectivités territoriales leur paraît trop éloigné de leurs problématiques et surtout, totalement hors de leur budget.

La communication des petites collectivités

À ce stade, il nous reste à définir ce qu’est la communication publique. Pour cela, nous pouvons reprendre la définition donnée par Le Courrier des maires, dans son édition spéciale de novembre 20144 : « La communication publique est une communication d’intérêt général exercée par les 39 500 collectivités locales et 15 000 syndicats intercommunaux, les institutions nationales ou européennes (Parlement, ministères, préfectures, établissements publics…) et les organismes publics locaux (universités, hôpitaux, chambres consulaires, SEM, organismes de logement social, agences d’urbanisme et de développement, office de tourisme, associations…). Reconnue comme un service public à part entière, elle nourrit l’expression de la citoyenneté et la participation au débat démocratique, favorise l’usage des services publics. Elle assure la pédagogie des décisions et des politiques publiques. Elle contribue à donner du sens à la vie publique et politique. C’est une mission stratégique, essentielle au fonctionnement de l’action publique ».

8

La communication publique et territoriale englobe donc trois aspects qui sont liés et se répondent les uns les autres : - L’aspect territorial : communiquer sur un territoire en vantant ses atouts, ses services, son patrimoine, ses animations. Cet aspect a toute son importance dans un contexte de concurrence entre eux ; - L’aspect « services au public » : faire connaître la mairie, son utilité, ses prestations, ses métiers et son fonctionnement ; - L’aspect politique : travailler pour une équipe qui a été élue au suffrage universel direct. Les conseillers municipaux appliquent un programme et il revient aux communicants de promouvoir leur action.

3. Ibid., p. 78. 4. Bonnetain Florent, Deljarrie Bernard (2014, novembre), « 50 questions. La communication des collectivités locales », Le Courrier des maires, n° 284, p. 3.

Introduction


Ces différents versants de la communication publique se retrouvent à n’importe quelle échelle. Il faut les voir comme formant un tout, un peu comme les différentes facettes d’un même objet. Le cadre étant posé, il m’a paru essentiel, avant de parler stratégie et outils, de rappeler le contexte dans lequel évoluent les communicants des petites communes : qu’est-ce qui se cache derrière cet échelon de la proximité ? Quelle a été son histoire ? Comment trouver sa place dans un environnement intercommunal montant ou de fusion de communes ? Ce sera l’objet de la première partie qui abordera également la démocratie locale à petite échelle. La deuxième détaillera les spécificités du métier à cet échelon, chiffres à l’appui. Nous rappellerons la place de la communication au sein de la fonction publique territoriale (FPT) et son positionnement dans l’organigramme. Cette partie sera axée sur l’importance de la proximité et la mise en œuvre d’une stratégie, puis abordera les outils. Nous finirons par la place grandissante du marketing territorial dans l’espace rural et la question des labels. Enfin, la troisième partie sera pratique, sous forme de fiches abordant les principaux aspects de la communication territoriale et adaptés à l’échelle qui nous intéresse ici.

La communication des petites collectivités

Tous ces éléments seront tirés de mon expérience de terrain – au sein de différentes communes –, de témoignages, d’études récentes et de tout ce que j’ai pu retenir de mes formations professionnelles.

Introduction

9


La communication des petites collectivités

Partie 1 Le contexte de la communication des petites collectivités

Partie 1

11


Avant d’étudier les outils dont disposent les communicants, il est important de rappeler dans quel cadre la communication des petites collectivités s’exerce. Pourquoi la France possède-t-elle un si grand nombre de communes (35 357 au 1er janvier 20185 et 34 979 au 1er janvier 20196) ? Pourquoi entendons-nous souvent parler de « mille-feuille administratif » ? Pour tenter de répondre à ces questions, cette première partie évoquera un historique des communes françaises, la place du maire, et dressera une typologie des petites et moyennes villes. Cette mise au point nous permettra d’appréhender leur identité (ou plutôt leurs identités) et leurs problématiques dans le monde actuel, pour ensuite mieux comprendre sur quoi doit se fonder toute stratégie de communication.

Chapitre I La place de la commune en France Les communes françaises sont nées d’une longue histoire marquée par des temps forts, la loi municipale de 1884 et les premières lois de décentralisation au début des années 1980. Pendant tout ce temps, le maire est resté une figure centrale au sein de territoires riches par leur variété.

A - Une longue histoire

Les communes françaises sont issues de la loi du 14 décembre 1789 qui fait de toutes les paroisses, villages, bourgs et villes existant à cette époque, des communes avec une organisation administrative unique. Leur nombre s’élève alors à 44 000. Jean-Baptiste Grison, docteur en géographie, a étudié les très petites communes françaises, objet de sa thèse en 2009. Dans son introduction, il revient sur l’histoire de la commune : « Depuis la Révolution, en milieu rural, le maillage communal a 5. Direction générale des collectivités locales, ministères de l’Intérieur et de la Cohésion des territoires (2018). Les collectivités locales en chiffres. Repéré à http://www.collectivites-locales.gouv.fr/collectivites-localeschiffres, p. 8. 6. Mazon Romain (2019, 3 janvier), « Avec les communes nouvelles, la France passe sous la barre des 35 000 communes », La Gazette des communes. Repéré à http://www.lagazettedescommunes.com/599743/avecles-communes-nouvelles-la-france-passe-sous-la-barre-des-35-000-communes/

Partie 1

La communication des petites collectivités

1. La période révolutionnaire

13


reproduit, le plus souvent, la trame des paroisses de l’Ancien Régime. Ces structures ecclésiastiques étaient elles-mêmes calquées sur la répartition de l’habitat et des centres de la vie quotidienne des communautés paysannes, qui occupaient alors l’essentiel du territoire français. Ainsi, les quelque 36 000 municipalités font référence, indirectement, aux formes spatiales de l’occupation humaine des campagnes, qui s’est genéralisee dans le courant de l’époque médiévale, l’essentiel de la trame étant constitué dès l’an 1 000 ».7 Depuis 1789, comme l’indique le site Vie publique (http://www.vie-publique.fr), « la commune est la collectivité administrative de « base » ou de proximité. C’est également la plus ancienne et probablement la plus identifiée par les administrés ». La période révolutionnaire verra aussi l’apparition des départements (83 en 1789), des districts, supprimés en 1795, et la création du préfet en 1800. La France d’alors reste un État très centralisé – notamment sous Napoléon Bonaparte – et toutes les autorités locales sont nommées par le pouvoir central.

2. Le tournant de 1884 La deuxième loi qui impacte directement les communes est celle du 5 avril 1884. Elles sont désormais gérées par un conseil municipal élu au suffrage universel direct tous les quatre ans8, le maire étant désigné par cet organe délibérant. L’article premier dispose que « Le corps municipal de chaque commune se compose du conseil municipal, du maire et d’un ou plusieurs adjoints », et l’article 61 que « le conseil municipal règle, par ses délibérations, les affaires de la commune ». Ce n’est pas tout : ce texte fait du maire le représentant de l’État, instaure la tutelle du préfet sur les maires et les actes des communes, leur attribue la clause générale de compétences et consacre plusieurs articles au budget (structuration, vote…).

La communication des petites collectivités

Comme le rappelle le site du Sénat, la loi de 1884 « constitue le véritable point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central ».

14

À consulter : http://www.senat.fr

La loi du 22 mars 1890 crée la toute première forme de coopération locale, le syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU). Nous reviendrons plus loin sur l’évolution de l’intercommunalité et son impact sur les petites collectivités. 7. Grison Jean-Baptiste (2009), « La très petite commune en France : héritage sans avenir ou modèle original ? » (Doctorat en géographie, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II). Repéré à https://tel.archives-ouvertes. fr/tel-00658977/document, p. 8. 8. La durée du mandat est portée à six ans en 1929.

Partie 1


3. Après-guerre : le temps de la consécration La Constitution du 27 octobre 1946 représente une première avancée notable pour les collectivités territoriales car elle affirme le principe de « la libre administration » des communes. Puis, la Constitution du 4 octobre 1958 leur consacre un article entier. L’article 72, modifié par la loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, énonce l’existence des collectivités et les énumère. Article 72, modifié par la loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003 « Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les régions, les collectivités à statut particulier et les collectivités d’outre-mer régies par l’article 74. Toute autre collectivité territoriale est créée par la loi, le cas échéant en lieu et place d’une ou de plusieurs collectivités mentionnées au présent alinéa. Les collectivités territoriales ont vocation à prendre les décisions pour l’ensemble des compétences qui peuvent le mieux être mises en œuvre à leur échelon. Dans les conditions prévues par la loi, ces collectivités s’administrent librement par des conseils élus et disposent d’un pouvoir réglementaire pour l’exercice de leurs compétences. »

Ce que l’on a appelé l’Acte I de la décentralisation est constitué par la loi n° 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, départements et régions. À cela s’ajoutent une quarantaine de lois d’accompagnement. On peut retenir : la fin de la tutelle pesant sur les collectivités territoriales, le transfert de la fonction exécutive départementale et régionale aux présidents de conseils général et régional, et la création du statut de collectivités territoriales de plein exercice aux régions.

La loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, relative à l’organisation décentralisée de la République, marque l’Acte II de la décentralisation. Il est désorer mais inscrit dans l’article 1 de la Constitution que l’organisation de la République « est décentralisée ». Plusieurs dispositions concernent les finances locales. Un nouveau transfert de compétences s’effectue l’année suivante avec la loi n° 2004‑809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales. Elle concerne essentiellement les régions, les départements et les groupements de communes dans les domaines économique, social, routier, aérien, de la santé et des personnels techniques, ouvriers et de service. Entre ces deux temps forts, des textes sont venus renforcer l’intercommunalité, mettre en avant les problématiques liées au développement durable, favoriser la parité et la démocratie de proximité (nous reviendrons sur ce dernier point).

Partie 1

La communication des petites collectivités

Suivent des textes concernant les collectivités particulières (Corse, régions et territoires d’outre-mer), un nouveau mode de scrutin pour les communes de plus de 3 500 habitants, le transfert de compétences vers les collectivités territoriales et la création de la fonction publique territoriale.

15


Peut-on parler d’acte III de la décentralisation depuis les années 2010 et les dernières lois ayant impacté les territoires ? Les principales ont concerné : - l’élection des conseillers départementaux, municipaux et des délégués communautaires et modifiant le calendrier électoral (loi organique n° 2013-402 du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers municipaux, des conseillers communautaires et des conseillers départementaux) ; - la création des métropoles à l’intention des agglomérations de plus de 400 000 habitants (loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 sur la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles dite Maptam) ; - la mise en place de 13 grandes régions en lieu et place des 26 existantes (loi n° 2015-29 du 16 janvier 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral) ; - enfin l’incitation pour les communes à se regrouper (loi n° 2015-292 du 16 mars 2015 relative à l’amélioration du régime de la commune nouvelle, pour des communes fortes et vivantes). La question sémantique reste ouverte et l’avenir nous dira si ces derniers développements constituent un pas de plus vers la décentralisation… D’éléments constitutifs d’un grand tout, les collectivités sont devenues des « atomes » interdépendants. La montée en puissance de l’intercommunalité, les compétences renforcées des départements et des régions, la consécration des métropoles impactent la manière de communiquer des territoires et ce, à toutes les échelles. Ces évolutions interrogent la place des petites communes et celle de leur figure centrale, le maire. Autant de questionnements qui sont au cœur du travail des communicants locaux, ces derniers ne pouvant ignorer dans quel contexte ils évoluent.

B - Le rôle du maire

La communication des petites collectivités

1. Une place centrale

16

Questions sur le tri des déchets, problèmes de logement, conflits de voisinage, difficulté financière pour un commerce local… Quelle que soit sa demande, l’administré se tournera d’abord vers sa mairie et son maire. Plus la taille de la commune est restreinte, plus celui-ci sera identifié facilement et donc interpellé (parfois positivement, il existe aussi des personnes qui reconnaissent quand cela marche !). Le maire peut tout régler, du moins c’est ce que croient un certain nombre d’habitants. D’où vient cette « aura » ? Enseignante-chercheuse en géographie, Magali ReghezzaZitt souligne « le fort attachement des Français aux mailles locales, qui sont perçues comme des échelons de proximité. Ce sentiment de proximité leur confère une réalité

Partie 1

Profile for INFOPRO DIGITAL

La communication des petites collectivités territoriales - Contexte, enjeux et méthodes  

La communication des petites collectivités territoriales - Contexte, enjeux et méthodes  

Profile for infopro